Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cuvier’s History of the Natural Sciences

 | 
Georges Cuvier

1. The Earliest Beginning / Les origines

2. Chinois, Indiens, Babyloniens et Égyptiens

Texte intégral

ASSURBANIPAL. Le dernier grand roi d’Assyrie (685-627 av. J.-C.). Détail de la planche 10 extraite de Perrot (Georges) & Chipiez (Charles), Histoire de l’Art dans l’Antiquité, tome II : Chaldée et Assyrie, 1884, Paris : Hachette et Cie, 825 p. © University of Washington Libraries

1Nous avons vu dans la séance précédente que l’ancienneté du monde actuel s’élève à cinq ou six mille ans. Mais l’histoire proprement dite, l’histoire positive, ne remonte pas au-delà de Cyrus, c’est-à-dire six cents ans plus haut que la naissance de Jésus-Christ. Avant cette époque, on ne rencontre que des récits fabuleux et que des poètes pour historiens.

2Cependant, bien long-temps auparavant, quatre peuples fameux étaient déjà régulièrement constitués sur de vastes contrées de l’Asie et de l’Afrique. Ces peuples sont les Chinois, les Indiens, les Babyloniens et les Égyptiens. Aucun d’eux, il est vrai, ne nous a laissé d’annales régulières des temps primitifs de son existence ; mais, au moyen de leurs monumens, il a été possible de constater leur organisation en corps de peuples jusqu’au xve environ, des siècles qui ont précédé l’ère chrétienne.

3Le premier de ces peuples, le peuple chinois, est tellement resté dans l’isolement, qu’aujourd’hui encore il est presque inconnu au reste des hommes. S’il a fait des progrès dans les sciences, l’utilité n’en a pas dépassé les remparts de son empire. Ainsi, nous n’avons point à le placer au nombre des promoteurs de la civilisation du monde ; nous ne nous occuperons que des trois autres peuples qui ont communiqué leur science aux Grecs, par l’intermédiaire desquels elle est arrivée jusqu’à nous.

  • 1 Voyez Kreutzer [M. de St.-Agy]. [Kreutzer n’est autre que Georg Friedrich Creuzer (10 mars 1771-6 (...)

4Lorsqu’on compare l’histoire des Indiens, des Babyloniens et des Égyptiens, il est impossible de mettre en doute qu’il n’ait existé entre eux des communications suivies dès leur origine, ou que cette origine ne soit la même. Chez tous trois, en effet, on remarque des croyances métaphysiques et religieuses identiques, une constitution politique semblable, un même style d’architecture, et des emblèmes, pour voiler leurs croyances, dont l’analogie est évidente. Les emblêmes des Babyloniens nous sont moins connus que ceux des Égyptiens et des Indiens ; mais ceux-ci, qui nous ont été transmis, les uns par les Grecs, les autres par les ouvrages de l’Inde, nous le sont parfaitement.1

5Toutefois, j’insisterai peu sur ces rapports. Le sujet de la métaphysique étant le même pour tous les hommes, il pourrait paraître naturel que plusieurs peuples fussent arrivés séparément au même système de philosophie religieuse. On pourrait encore concevoir aisément que ces peuples eussent adopté des emblèmes identiques, parce qu’en général ils sont la représentation des êtres qui entourent les hommes le plus habituellement.

6Mais l’identité de constitution politique est plus étonnante et ne peut avoir été produite que par de fréquentes communications.

  • 2 Cette caste était parmi les Indiens ce qu’était la tribu de Lévi chez les Juifs [M. de St.-Agy].
  • 3 Cette caste qu’on appelle Ratpujes, a été altérée ; il a fallu déroger aux vieux usages, comme par (...)
  • 4 La subdivision y était telle, et si rigoureuse, que le domestique, par exemple, qui balayait les o (...)

7Or, dans l’Inde, le peuple était divisé en quatre castes principales. La première était celle des brames, qui était la plus respectée et la plus puissante. Ses membres étaient les dépositaires de la science et les ministres de la religion ou de la loi, et à eux seuls appartenait le droit de lire les livres sacrés.2 La seconde caste était celle des guerriers. Son devoir était la défense du pays, et elle avait le privilège d’entendre la lecture des livres sacrés.3 Les marchands composaient la troisième caste, et il y existait autant de subdivisions que d’espèces de commerce. Enfin, la quatrième caste était formée des artisans, laboureurs et autres gens de bas étage, et il y existait aussi autant de subdivisions héréditaires qu’il y avait de métiers ou d’espèces de travaux.4

8Cette distribution sociale, qui ne peut avoir été établie que par un génie puissant, et à l’aide de moyens extraordinaires, se retrouve en Égypte avec une parfaite conformité. Les prêtres égyptiens, dépositaires, comme les brames, des sciences et de la religion, employaient de plus, comme eux, une langue particulière dont la connaissance leur avait procuré une haute considération ; leur réputation était même si étendue, que chez toutes les nations on a vanté la sagesse de ces prêtres.

9Ce que nous savons de la constitution politique des Babyloniens est aussi en rapport exact avec l’organisation de la société indienne.

10La forme pyramidale des anciens monumens de ces trois peuples prouve peut-être, encore mieux que la conformité de leur organisation religieuse et politique, les relations qu’ils ont entretenues ensemble, ou la communauté de leur origine ; car rien n’est moins fixe, rien n’est plus arbitraire que la forme d’un édifice : il serait impossible d’admettre que la ressemblance de cette forme fût le résultat du développement naturel des facultés humaines.

11La svelte et gracieuse architecture colonnaire, que les Grecs et les Romains ont empruntée aux trois peuples dont je parle, pourrait, il est vrai, avoir pris naissance à la fois dans les cavernes artificielles de la Haute-Égypte et dans les pagodes souterraines de l’Inde, puisqu’il eût été naturel de laisser d’espace en espace des masses verticales pour soutenir le plafond des excavations creusées dans le roc. Mais la conformité des édifices qui ont été élevés sur le sol ne peut être expliquée par l’emploi des mêmes matériaux, car dans l’Assyrie on ne se servait, à défaut de granit ou de syénite, que de briques durcies au soleil.

  • 5 [Babylone était l’une des villes les plus importantes de l’Antiquité et à l’époque la plus grande (...)

12Les monumens formés de ces briques n’étaient pas susceptibles d’une longue résistance à l’action du temps, et c’est pourquoi il nous reste fort peu de constructions babyloniennes. Cependant, on a découvert récemment, dans les ruines de Babylone5, les pyramides du temple de Vénus ; et on a ainsi acquis une preuve des relations primitives des Babyloniens avec les Indiens et les Égyptiens, chez lesquels on observe l’architecture pyramidale.

13Enfin ces trois peuples se ressemblaient par leur position géographique. Ils s’étaient établis dans de vastes et fertiles plaines, près de grands fleuves favorables à la circulation commerciale.

14L’histoire nous montre d’abord les Indiens dans la riche vallée du Gange et les belles plaines du Bengale. Ensuite elle nous les fait voir se répandant dans les vallées de l’Indus ; et c’est de ces derniers qu’il est plus particulièrement parlé dans notre occident.

15Les Babyloniens s’étaient fixés dans les plaines du Delta de l’Euphrate.

16Les Égyptiens s’étaient placés dans une vallée plus étroite, sur les bords du Nil ; mais leur pays n’en était pas moins le centre d’un immense commerce. C’était par l’Égypte que s’effectuaient tous les échanges des parties septentrionales de l’Afrique, de l’Éthiopie et des provinces orientales de l’Asie.

17La religion protégeait, d’ailleurs, singulièrement le commerce de ces trois peuples : une partie de leurs temples était consacrée à servir de lieu de station aux caravanes et d’entrepôt pour les marchandises. Les habitants du pays y venaient faire des échanges.

18Malgré tous leurs élémens de progrès, ces peuples sont restés stationnaires dans les sciences, et y ont même fait des pas rétrogrades.

19La cause en est surtout dans les invasions nombreuses que chacun d’eux a subies. Les pays qu’ils habitaient forment une riche ceinture autour de vastes plateaux en grande partie sablonneux et propres seulement à nourrir des peuples nomades ou pasteurs. Ces derniers peuples n’arrivent jamais au degré de civilisation de ceux qui se livrent à l’agriculture, et encore moins à la civilisation des peuples commerçants ; mais ils sont singulièrement propres à la guerre : ils sont plus actifs, plus nerveux, moins difficiles à nourrir et peu attachés au sol qui les a vus naître. Lorsqu’un chef entreprenant se présente à eux, ils sont toujours prêts, guidés par l’appât du pillage, à s’élancer sur leurs riches voisins. L’histoire nous montre à toutes les époques les nations civilisées attaquées par ces peuples nomades, et même soumises par eux. Ainsi la Chine a été plusieurs fois conquise par les Tartares, et, au xviie siècle, par exemple, le chef des Tartares Mantchoux s’est assis sur le trône impérial et a fondé une nouvelle dynastie qui règne encore aujourd’hui.

20L’Inde a été soumise par les Mongols, descendus des plaines élevées qui s’étendent jusqu’au nord du bassin du Gange et de ses affluens.

21Babylone a été conquise par les Assyriens, et plus tard par les Perses.

22L’Égypte a été envahie plusieurs fois par des peuples nomades d’une autre contrée. La première occupation de ce pays, celle dite des rois pasteurs, se prolongea deux cents ans, de 1750 à 1550 avant Jésus-Christ. Durant cette période, l’ordre des prêtres perdit toute son influence ; il fut entièrement soumis, et la marche des sciences et des arts fut complètement arrêtée. Mais, sous la dynastie qui délivra l’Égypte de ses conquérants, les prêtres reprirent leur ascendant.

  • 6 [Cambyse II (fl. vie siècle av. J.-C.), roi achéménide de Perse, régna de 529 à 522 avant notre èr (...)

23La seconde invasion de l’Égypte eut lieu sous Cambyse6. Les Perses et les Mèdes y firent de grands ravages.

24Enfin, postérieurement à notre ère, l’Égypte eut à subir la conquête des Sarrasins, des Turcs et des Arabes.

  • 7 C’est ainsi que les dernières conquêtes des Français ont été favorables à la civilisation de l’Eur (...)

25Je n’ai pas parlé des victoires d’Alexandre, parce que loin d’avoir été contraires à la civilisation, elles n’ont pu que lui procurer des élémens de progrès, puisque les Grecs précédaient alors de beaucoup les Égyptiens dans la carrière des arts et des sciences.7

26Continuellement arrêtées dans l’Orient par les irruptions des Barbares, les sciences ne purent donc s’y développer. Elles ne se trouvèrent dans des conditions favorables à leur progrès que lorsqu’elles eurent pénétré dans l’Occident, par l’intermédiaire des Grecs qui étaient allés visiter l’Égypte.

27Les Indiens n’ont pas directement contribué à la civilisation générale, car, bien que retrouvés après qu’on eut doublé le cap de Bonne-Espérance, l’état ancien et le développement de leurs connaissances ne nous sont un peu connus que depuis environ vingt ans, c’est-à-dire depuis qu’on est parvenu à expliquer leurs livres sacrés, dont la communication seule est même fort difficile à obtenir parce qu’elle est interdite par leur loi religieuse.

28Cependant, c’est de l’Inde vraisemblablement que les sciences sont originaires. Diverses considérations appuient cette opinion.

  • 8 [Ménès, également appelé Mena, Meni ou Min (fl. c. 2925 av. J.-C.), premier pharaon de l’Égypte un (...)

29D’abord l’Inde est un pays très élevé en certains points ; elle renferme les plus hautes montagnes connues, les chaînes de l’Himalaya et du Thibet, qui permettent la culture à une plus grande élévation que partout ailleurs. Les hommes, lors du dernier cataclysme, ne purent donc trouver d’asyle que sur ces montagnes ; car les terres de la Babylonie étant de beaucoup plus basses, devaient être submergées. L’Égypte, beaucoup moins élevée encore n’existait même pas entièrement ; toute la partie basse n’a été formée que par les alluvions du Nil, et ce n’est guère qu’au temps de Ménès8, 2 200 ou 2 400 ans avant l’ère chrétienne qu’elle a pu être habitée. On peut s’assurer de ce fait important en observant l’exhaussement que le sol éprouve chaque année, et en le comparant à la totalité des couches antérieures, qui sont très distinctes entre elles. Les prêtres de l’Égypte connaissaient bien le mode de formation de leur pays, car ils dirent à Hérodote que l’Égypte était un présent du Nil.

  • 9 Cette opinion est admise par M. F[riedrich von] Schlegel [né le 10 mars 1772 à Hanovre, mort le 12 (...)
  • 10 [Manéthon, également appelé Manethos (fl. c. 300 av. J.-C.), historien et prêtre né à Sebennytos, (...)
  • 11 [Aménophis IV, également appelé Akhénaton (parfois Ikhnaton), Amenhotep IV ou Neferkheperure Amenh (...)
  • 12 [Diodore de Sicile, cf. note 14 et Leçon 12, note 26.]
  • 13 [Méroé, cité nubienne en aval du Nil, à l’est de l’ancienne Koush, six kilomètres au nord de la vi (...)
  • 14 On a fait à cette opinion de M. Cuvier, à laquelle, du reste, il paraît qu’il ne tient pas beaucou (...)

30Des traditions historiques auxquelles on ne paraît pas jusqu’ici avoir fait attention, déterminent encore à regarder les Indiens comme le peuple primitif et créateur des sciences9. On observe dans les extraits qui nous restent des ouvrages de Manéthon10 que, sous Aménophis11, environ 1 600 ans avant Jésus-Christ, une colonie partie des rives de l’Indus vint se fixer dans l’Éthiopie. Et d’un autre côté, Diodore de Sicile12 et tous les autres historiens qui ont traité de la religion égyptienne, la font dériver de l’Éthiopie ou Haute-Nubie. C’est de cette contrée suivant eux, que seraient venus les prêtres qui ont civilisé l’Égypte et y ont formé la caste dominante. Thèbes même ne formait qu’une colonie de Méroé13, qui était la ville sacerdotale des Éthiopiens. La civilisation serait donc venue de l’Inde dans l’Éthiopie, et de cette région dans l’Égypte. On pourrait même la suivre de cette dernière contrée jusqu’à Babylone, car le même Diodore que je viens de citer, rapporte que les Chaldéens, qui formaient la caste sacrée de la Babylonie, avaient pour origine une colonie de prêtres égyptiens14.

31Puisque les Indiens paraissent être les premiers hommes qui cultivèrent les sciences, et que, malgré les conquêtes qu’ils ont subies, ils sont encore ce qu’ils étaient au temps d’Alexandre, on pouvait espérer de trouver chez eux d’abondantes lumières sur l’origine et le développement des sciences ; mais cet espoir ne s’est point réalisé. Ce n’est pas que ce peuple n’ait écrit beaucoup de livres et depuis fort long-temps ; mais c’est que chez lui il n’existe point d’histoire. Les Indiens n’ont pas même de listes de leurs rois et de leurs grands hommes. Peut-être est-ce le résultat de la politique des bramines, qui devait tendre à concentrer tout l’intérêt populaire sur leur caste, et dans ce but leur faisait négliger d’enregistrer les belles actions des héros ou les grandes découvertes, étrangères à leur ordre, qui amendaient l’état de l’espèce humaine. Ce qu’il y a de certain, c’est qu’aujourd’hui encore c’est un point de doctrine parmi eux de ne point écrire l’histoire. Ils en donnent pour raison qu’aucun des événements du méprisable âge de terre, c’est-à-dire de l’âge actuel, ne mérite d’être perpétué dans le souvenir des hommes.

32Ainsi, on n’a pour ce singulier pays ni faits ni époques qui puissent servir de guides dans l’obscurité des âges. Dans cette absence de chroniques ou d’annales, nous n’avons de ressources pour obtenir quelques notions sur les Indiens, que leurs monumens et leurs livres de diverses natures, dans lesquels nous cherchons quelques principes d’induction, quelques renseignements indirects.

  • 15 [Alexandre le Grand (cf. Leçon 7) mourut en 323 av. J.-C., Ptolémée I (cf. Leçon 7, note 18) en 28 (...)

33Les monumens ne sont que d’un faible secours, car ils ne portent aucune date. Cependant on est assuré qu’ils sont postérieurs au temps d’Alexandre ou de Ptolomée15, par le silence que les écrivains grecs gardent à leur égard. En effet, s’ils eussent existé du temps de ces écrivains, il est hors de doute qu’ils en auraient fait quelque mention, car leurs dimensions gigantesques sont une preuve qu’ils auraient été remarqués.

34D’ailleurs, les emblêmes qui y sont représentés permettent jusqu’à un certain point de reconnaître leur ancienneté. Tous ces emblèmes sont relatifs à la religion actuelle ; les temples indiens que nous connaissons sont donc postérieurs aux védas. La mythologie des Indiens, qui est le résultat de la corruption de leurs emblêmes primitifs, n’est développée que dans des ouvrages également postérieurs aux védas dont la métaphysique rentre toute dans le panthéisme.

35Pour ces ouvrages eux-mêmes, qui sont les plus anciens que l’Inde possède, nous sommes arrivés à la connaissance de leur âge au moyen d’un calendrier annexé à l’un d’eux, qui indique la position de l’équinoxe du printemps. Avec l’indication de cette position et le secours des lois qui régissent la précession des équinoxes, les astronomes ont reconnu que ce calendrier avait été formé dans la quinze centième année antérieure à la naissance de Jésus-Christ.

36Les védas contiennent des préceptes de morale, des prières et une métaphysique panthéistique. Les oupavédas, qui dépendent des védas, sont composés de divers traités sur les sciences, la médecine, la guerre, l’architecture, la musique et les arts mécaniques qui étaient alors peu connus. Ces deux ouvrages, de même que quelques poèmes fort considérables, sont écrits en sanscrit. Cette langue, qui n’est nulle part populaire, et présente une régularité si parfaite, qu’on suppose qu’elle n’a jamais été parlée, est encore singulièrement remarquable en ce qu’elle contient les racines du grec, du latin, de l’esclavon et des langues modernes de l’Europe. Il résulte de ce dernier fait que c’est encore dans l’Inde qu’il faut remonter pour trouver le langage, c’est-à-dire, l’instrument primitif des sciences.

37La partie des védas qui traite de l’astronomie, contient fort peu de règles. Celles que les Indiens emploient pour le calcul des éclipses, sont exposées dans des traités en vers qui portent une date de beaucoup postérieure à celle qu’on attribue aux védas. Les brames composant la caste astronome, sont obligés d’apprendre par cœur ces ouvrages versifiés.

  • 16 [Jean-Sylvain Bailly (15 septembre 1736, Paris-12 novembre 1793, Paris). Astronome français remarq (...)

38Bailly16, comme on le sait sans doute, soutenait dans le xviiie siècle, qu’autrefois l’astronomie indienne avait été beaucoup plus avancée qu’elle ne l’est aujourd’hui, et même que les Indiens devaient avoir été précédés par un autre peuple. Il s’appuyait principalement sur l’existence de certaines tables astronomiques, qui lui semblaient prouver que les brames possédaient des méthodes de calcul beaucoup plus parfaites que ne semble le comporter l’état actuel des mathématiques parmi eux. Mais, en admettant ce prétendu fait, tout ce qu’on en pourrait conclure légitimement, ce serait que les Indiens des temps primitifs étaient un peu moins ignorans qu’ils ne le sont aujourd’hui.

  • 17 [Jean-Baptiste Joseph Delambre (19 septembre 1749, Amiens-19 août 1822, Paris), astronome français (...)
  • 18 [Richard Bentley (27 janvier 1662, Oulton, Yorkshire, Angleterre-14 juillet 1742, Cambridge). Eccl (...)

39On pourrait aussi admettre, avec M. Delambre17, que les Indiens n’ont point inventé leurs formules, et qu’ils les ont reçues des Arabes. Mais quelle que soit leur origine, ces formules sont loin de la perfection que Bailly leur avait attribuée. À en croire les brames, ils posséderaient une série d’observations astronomiques antérieures à l’ère chrétienne de quatre mille années, et à cette époque éloignée il y aurait eu une conjonction de toutes les planètes. Si effectivement cette conjonction a eu lieu, il est possible, au moyen du calcul, d’en reconnaître exactement l’existence passée. Or, Bentley18 a recherché l’époque de ce phénomène extraordinaire, et il a acquis la certitude qu’il n’avait point existé à l’époque indiquée par les tables indiennes. Des documens authentiques, que Bailly ne pouvait pas consulter de son temps, ont même prouvé à la fois la fausseté de son système et donné la clef de la fable indienne. On a remarqué que, si dans le calcul rétrograde, on employait les formules fautives des Indiens, au lieu des formules exactes qui sont en usage chez nous, on obtenait un résultat erroné qui donnait précisément pour l’époque mentionnée par les Indiens, c’est-à-dire, pour la 4 000e année antérieure à notre ère, l’apparence d’une conjonction de toutes les planètes. C’était sans doute pour faire croire à l’extrême antiquité de leurs sciences, que les brames avaient ainsi donné pour une observation un phénomène qu’ils n’avaient que calculé a posteriori.

40De ces faits et de plusieurs autres que nous devons aux recherches d’un savant anglais, il résulte clairement que les anciens Indiens n’avaient ni astronomie un peu avancée ni géométrie exacte.

41Mais environ 2 000 ans avant Jésus-Christ, époque où une de leurs colonies fut civilisée, le commerce existait déjà chez eux ; ils trafiquaient de pierreries, de métaux précieux, de plantes, de parfums ; et nous avons aussi la preuve qu’ils avaient quelques notions d’histoire naturelle. Ils avaient encore en chimie quelques connaissances grossières. Mais leurs institutions ne permirent pas que ces connaissances se développassent. La défense, par exemple, que leur faisait la religion de toucher les cadavres, l’horreur qui en résultait pour le meurtre et même pour le cuir, s’opposèrent à ce qu’ils fissent le moindre progrès en zoologie.

42Ces obstacles au développement des sciences subsistent encore aujourd’hui dans toute leur énergie ; car dernièrement un brame n’a consenti à céder un livre des védas à un Anglais, qu’à la condition expresse qu’il ne le ferait relier ni en maroquin ni en veau, et qu’il n’aurait jamais qu’une couverture de soie. Avec de pareils préjugés, il est impossible de former des collections zoologiques, et la science est enrayée pour jamais.

43Quoique civilisés par les Indiens, comme nous l’avons vu, il est donc probable que les Égyptiens n’ont pu recevoir d’eux que leur constitution politique, la forme de plusieurs de leurs monumens d’architecture, la connaissance des minéraux et des végétaux indiens, et celle des coutumes relatives à la vie domestique.

44Mais l’Égypte réunissait beaucoup plus que l’Inde, de circonstances favorables au développement des sciences et des arts. Son sol, fertilisé par les inondations du Nil, n’exigeait que fort peu de travail de la part de l’agriculteur ; et pendant les deux mois que duraient ces inondations, les Égyptiens, prisonniers dans leurs villes, devaient nécessairement se livrer à la méditation et à l’étude, aussi bien qu’à des plaisirs dénués de résultats importants. Aussi, ce peuple fit-il beaucoup de découvertes utiles. Pour pouvoir rétablir les délimitations des propriétés, détruites ou altérées par le débordement du Nil, il inventa l’arpentage qui conduit nécessairement à l’étude de la géométrie. Sollicité par le besoin de faciliter l’écoulement des eaux de l’inondation, ou de les distribuer également, il parvint à savoir l’art complexe de creuser les canaux. L’importance dont le débordement du Nil est pour l’Égypte, porta aussi ses habitants à chercher un moyen de reconnaître à l’avance, et avec exactitude, l’époque de son retour. La régularité périodique du mouvement des astres lui fournit ce moyen ; et comme d’ailleurs, l’extrême rareté des pluies dans cette contrée, la parfaite transparence de l’atmosphère, favorisaient singulièrement l’observation des phénomènes célestes, l’astronomie s’y développa plus tôt et plus rapidement que partout ailleurs : les Égyptiens ont eu par exemple, les premiers, une année solaire de trois cent soixante-cinq jours et ensuite ; de trois cent soixante-cinq jours et un quart.

45L’architecture fut favorisée parmi eux, de diverses manières, premièrement par les nombreuses carrières de granit, de grès fort durs, et de pierres calcaires que possède le pays ; ensuite par la facilité de transport qui résulte du cours du Nil à travers toute la vallée ; enfin, par la même circonstance qui hâta le développement de l’astronomie, c’est-à-dire, la sécheresse et la pureté de l’atmosphère. Aussi les monumens égyptiens sont-ils parfaitement conservés et très nombreux. Nous verrons plus tard une autre raison de leur grand nombre.

46La minéralogie naît ordinairement de l’exploitation des carrières ou de la formation des souterrains. En Égypte, sa création fut encore plus facile que partout ailleurs ; car les minéraux y sont tellement rapprochés de la superficie du sol qu’ils semblent se présenter eux-mêmes à l’étude de l’observateur ; aussi y furent-ils connus de très-bonne heure, non seulement par leurs caractères extérieurs, mais encore par leurs caractères chimiques.

47Ce n’est pas que la chimie fût très avancée chez les Égyptiens : il s’en faut de beaucoup ; mais ils en connaissaient quelques procédés. Ainsi ils savaient, par l’action du feu, transformer des minéraux en verre ; ils préparaient des couleurs ; et on peut même remarquer en passant que le nom qu’on donna à cette science quand on commença de s’en occuper en Europe, est le même que celui du lieu de son origine. Chim, dont on a fait chimie, est, dans la langue cophte, l’ancien nom de l’Égypte ; et ce mot chim, lui-même, pour suivre aussi loin que possible l’étymologie, est tiré de Cham, l’un des fils de Noé, comme chacun sait. Chimie signifiait donc originairement, science de l’Égypte. Mais il ne faut pas conclure de ce fait que ce que depuis lors on a nommé science de l’Égypte, art hermétique ou secret de transmuer les métaux, fût connu de l’antiquité : elle ignorait complètement cette prétendue transmutation ; sa naissance ne remonte pas au-delà du Moyen Âge, temps de rêveries ou d’efforts en tous genres ; et les livres d’Hermès sont évidemment supposés : ils ont été écrits à Constantinople par des Grecs du Bas-Empire.

48De toutes les sciences dont nous cherchons l’origine, l’histoire naturelle, proprement dite, et l’anatomie, sont celles qui doivent le plus à l’Égypte. En effet, la religion de ce pays n’était point, comme celle de l’Inde, un empêchement à leurs progrès. Bien loin de là, elle exigeait qu’on les cultivât jusqu’à un certain point ; car elle avait emprunté la plupart de ses emblèmes au règne animal, et avait fait de plusieurs individus de ce règne des objets d’adoration.

  • 19 Suivant [Charles François] Dupuis [1742, Trye-Château-29 septembre 1809 ; auteur et homme politiqu (...)

49Pour expliquer cette différence religieuse, on suppose, avec assez de vraisemblance, que les prêtres éthiopiens, qui étaient d’origine indienne, trouvèrent en Égypte des peuplades livrées aux superstitions du fétichisme, comme le sont encore certains nègres, et que pour obtenir la confiance de ces barbares, ils adoptèrent leurs croyances religieuses. Autrement, en effet, ils auraient été exposés à des inimitiés ouvertes ou secrètes, et les prêtres éthiopiens étaient trop prudens et trop habiles pour ne pas les éviter. Ils joignirent donc à leurs divinités celles des Égyptiens ; et c’est ainsi qu’Osiris eut une tête d’épervier ; Isis, celle d’un ibis ou d’une vache ; Jupiter Ammon, celle d’un bélier ; Saturne, celle d’un crocodile ; Anubis, celle d’un chien etc.19

50Les divers animaux qui partageaient les honneurs divins, habitaient, comme de raison, les temples mêmes des divinités auxquelles ils étaient associés ; on y avait construit à cet effet des volières, des viviers, et tous les bâtiments nécessaires à leur conservation. Le bœuf Apis était surtout, dans ces temples, l’objet de soins et de respects particuliers.

  • 20 Cette opinion sur l’habileté des Égyptiens dans les arts d’imitation, est peut-être un peu généreu (...)

51De ces dispositions religieuses, il résultait qu’on avait sans cesse l’occasion d’observer les caractères extérieurs des animaux sacrés, leurs formes, leurs mœurs, leurs habitudes, et qu’il pouvait les dessiner avec exactitude. Aussi les représentations qui en ont été faites sur les murs des monumens, sont-elles d’une fidélité satisfaisante.20

  • 21 M. [Étienne] Pariset [5 août 1770, Grand, Vosges-6 juillet 1847, Paris, psychiatre et fondateur de (...)
  • 22 [Galien de Pergame, cf. Leçon 16.]

52Il existait une seconde différence plus importante pour les sciences, entre la religion indienne et la religion égyptienne : c’est que celle-ci, non-seulement prescrivait l’embaumement des animaux sacrés après leur mort, mais encore permettait d’embaumer des cadavres humains et des animaux autres que ceux qui appartenaient aux espèces divinisées21. Or, cet usage devait nécessairement procurer aux hommes qui étaient chargés de son accomplissement, des connaissances sur la forme et la position des viscères que renferment le thorax et l’abdomen, sur les muscles, les membranes, et les élémens osseux et cartilagineux qui composent ces cavités. En effet, c’est en Égypte que l’anatomie se développa d’abord ; c’est sous ce beau ciel que les Grecs qui brûlaient leurs cadavres, et par conséquent ne pouvaient pas acquérir de notions en anatomie, furent s’instruire de cette science si importante de nos jours, puisqu’il n’y a pas de bonne médecine possible sans elle, et qu’elle est la base de toutes nos idées philosophiques sur l’économie animale. La science anatomique était tellement ignorée des Grecs, qu’ils ne connaissaient pas même l’ostéologie de l’homme, car Gallien22 lui-même, fit exprès un voyage en Égypte, pour y voir un squelette humain représenté en bronze.

53Ce serait une étude extrêmement intéressante que celle du développement des sciences dans ce pays où elles firent de si rapides progrès. Mais aucun des nombreux ouvrages écrits par les anciens Égyptiens n’a subsisté jusqu’à nous ; tous sont détruits ou égarés ; et ainsi, nous avons peut-être encore moins de ressources pour connaître la marche des sciences en Égypte, que pour en suivre l’histoire chez les Indiens.

  • 23 [Stromates de Clément] VIe livre, page 757. Le nombre des livres d’Hermès mentionnés dans les stro (...)

54Nous savons cependant quelles étaient les matières que traitaient plusieurs de leurs livres. Clément d’Alexandrie nous a conservé, dans ses stromates23, un catalogue des livres sacrés d’Hermès. Ces livres étaient singulièrement vénérés en Égypte : ils y étaient portés en procession dans les cérémonies religieuses, et chaque prêtre était obligé d’en savoir de mémoire au moins la partie qui était relative à ses attributions. Il y était traité de théologie et de philosophie, du rite, de l’enseignement et de la discipline des prêtres, de la législation, des arts, de la structure de l’homme, de ses maladies, de la thérapeutique, des yeux, et enfin des femmes.

55Aucun de ces livres, comme on le voit, ne traitait d’histoire ; et nous n’avons ainsi aucune annale de l’Égypte.

56Il paraît légitime d’en conclure que les prêtres égyptiens, comme ceux de l’Inde, et par les mêmes motifs, avaient l’usage systématique de ne point transmettre à l’avenir la mémoire des événemens dont ils avaient été témoins ou contemporains.

  • 24 [Eusèbe (c. 260 probablement en Palestine-c. 340, Césarée). Evêque de Césarée en Palestine, connu (...)
  • 25 [Pour Manéthon, cf. plus haut, note 10. Le « temple d’Héliopolis » est le siège du culte du dieu s (...)
  • 26 [Eratosthène de Cyrène (c. 276 av. J.-C., Cyrène, Libye-c. 194 av. J.-C., Alexandrie, Égypte), sav (...)

57Toutefois, nous possédons quelques listes des rois égyptiens, qui nous ont été conservées par Eusèbe, évêque de Césarée24 ; par Manéthon, garde des archives sacrées dans le temple d’Héliopolis25 ; par Eratosthène, deuxième directeur de la bibliothèque d’Alexandrie26 ; et quoique ces listes ne soient pas d’accord entre elles, il peut être utile de les consulter, si l’on tient compte des changemens que l’Égypte a éprouvés dans sa géographie politique.

58Il paraît que ce pays était anciennement divisé en petits états indépendants qui étaient gouvernés par autant de princes. Les noms de ces souverains, au lieu d’avoir été classés par les historiens en séries parallèles, ont été inscrits à la suite les uns des autres, comme si les rois qui les avaient portés s’étaient succédé. Il en résultait que le nombre des rois égyptiens était inconciliable avec ce que nous savions de leur durée, et que quelques auteurs faisaient ainsi remonter l’existence de l’Égypte à une antiquité démesurée.

59La conquête des rois pasteurs aurait aboli tous les petits rois de l’Égypte, et réuni leurs états sous l’empire d’un seul chef.

60Après l’expulsion des conquérans, la dynastie victorieuse aurait continué de régir seule la totalité de l’Égypte ; et ce serait seulement depuis cette réunion des divers fragmens de l’Égypte en un seul état, que ce pays serait devenu réellement puissant, et aurait exécuté ces immenses travaux qui sont encore des objets d’étonnement.

  • 27 [Jean-François Champollion (23 décembre 1790, Figeac-4 mars 1832, Paris), historien et linguiste f (...)

61Les découvertes de M. Champollion ont mis ces faits hors de doute27 ; car il a reconnu qu’aucun des noms des princes égyptiens, inscrits sur les monumens en caractères hiéroglyphiques, n’appartient à des dynasties antérieures aux xviie et xviiie, c’est-à-dire à des dynasties antérieures à celles qui, environ 1 500 ans avant Jésus-Christ, ont délivré l’Égypte de la domination des conquérans scéniques ou nomades.

  • 28 [Louis XII (27 juin 1462, Blois-1er janvier 1515, Paris), duc d’Orléans jusqu’en 1498, année de so (...)
  • 29 [Charles-Louis de Secondat, voir Leçon 7, note 1.]
  • 30 [Henri IV (13 décembre 1553, Pau, Béarn-14 mai 1610, Paris), prince de Béarn jusqu’en 1572, surnom (...)
  • 31 [Saint Vincent de Paul (24 avril 1581, Pouy, aujourd’hui Saint-Vincent-de-Paul, 27 septembre 1660, (...)

62On pourrait même admettre que les monumens qui paraissent avoir été élevés à l’honneur de ces dynasties, puisqu’ils en portent les noms, leur sont de beaucoup postérieurs, car la reconnaissance des hommes n’est pas toujours contemporaine de ceux qui l’ont méritée. On leur aurait érigé ces monumens quelques siècles seulement après leur mort, comme de nos jours, par exemple, on en élève à Louis XII28, à Montesquieu29, à Henri IV30, à Vincent de Paul31, et autres hommes mémorables.

  • 32 [Sésostris Ier (fl. xxe siècle av. J.-C.), roi d’Égypte (pharaon), régna de 1908 à 1875 av. J.-C. (...)

63Quant aux fameuses pyramides d’Égypte, qui appartiennent à l’enfance de l’art, et sont certainement antérieures aux édifices colonnaires et à proportions élégantes ; elles n’ont été construites, de l’aveu de Manéthon, qu’après le règne de Sésostris32, vainqueur des pasteurs.

64Il existe d’autres preuves historiques de ce fait. L’émigration des Juifs eut lieu dans les derniers temps de la domination des rois pasteurs, ou peu après leur expulsion. Or, nulle part, dans la Bible, il n’est parlé des pyramides, et les Hébreux ne les ont point imitées.

65Il paraît même qu’avant l’émigration de ce peuple, les Égyptiens employaient la brique pour leurs constructions monumentales, car les Hébreux se plaignaient de l’énorme quantité qu’ils leur en faisaient fabriquer, et de celle du chaume qu’ils étaient obligés d’arracher pour cuire ces briques. Mais on ne trouve plus d’anciens édifices construits avec ces matériaux : ils ont disparu sous l’action du temps.

  • 33 [Cécrops, cf. Leçon 1, note 49.]
  • 34 [Danaüs ou Danaos, selon la mythologie grecque, fils de Bélos, roi d’Égypte, et frère jumeau d’Egy (...)

66Les colonies grecques sorties de l’Égypte, avec Cécrops33 et Danaüs34, n’ont pas, plus que les Juifs, connu les pyramides ; car jamais elles n’en ont imité la forme.

  • 35 [Voir L’Iliade, livre 9, ff. 381-382 (Prendergast (Guy Lushington), A complete concordance to the (...)

67Homère est le premier qui ait parlé des gigantesques monumens de l’Égypte : il mentionne Thèbes qu’il nomme la ville aux Cent-Portes, sans doute par allusion aux énormes propylées qui existent au-devant des temples nombreux que renferme cette ville35.

68Des considérations analogues pourraient servir à reconnaître les dates au-delà desquelles on ne peut placer la construction des autres monumens de l’Égypte.

69Nous continuerons dans la prochaine séance l’histoire de ce pays.

Notes

1 Voyez Kreutzer [M. de St.-Agy]. [Kreutzer n’est autre que Georg Friedrich Creuzer (10 mars 1771-6 février 1858), philologue et archéologue allemand, surtout connu pour son Symbolik und Mythologie der alten Völker, besonders der Griechen, von Dr. Friedrich Creuzer, 2nde éd., Leipzig und Darmstadt : Heyer & Leske, 6 vols, 1819-1828 (« Symbolique et mythologie des peuples de l’Antiquité, principalement les Grecs » ; première publication : 1810-1812), dans laquelle il affirme que les légendes d’Homère et d’Hésiode, provenant d’une source orientale par l’intermédiaire des Pélasges (cf. Leçon 4, note 4), ne font que réfléchir le symbolisme d’une révélation antérieure.]

2 Cette caste était parmi les Indiens ce qu’était la tribu de Lévi chez les Juifs [M. de St.-Agy].

3 Cette caste qu’on appelle Ratpujes, a été altérée ; il a fallu déroger aux vieux usages, comme partout, et lever des soldats ailleurs [M. de St.-Agy].

4 La subdivision y était telle, et si rigoureuse, que le domestique, par exemple, qui balayait les ordures, n’était jamais celui qui les enlevait [M. de St.-Agy].

5 [Babylone était l’une des villes les plus importantes de l’Antiquité et à l’époque la plus grande du monde. Elle fut la capitale de la basse Mésopotamie depuis le début du deuxième millénaire jusqu’au début du premier (av. J.-C.), puis la capitale de l’empire néo-babylonien (chaldéen) aux viie et vie siècles avant notre ère, période qui coïncide avec son apogée. Ses vastes ruines au bord de l’Euphrate, près de 88 km au sud de Bagdad, reposent à proximité de la ville d’Al-Hilla, en Irak. Le site, composé d’importants champs de ruines, contient plusieurs points surélevés. Les principaux sont (1) Babil, ce qui reste du palais de Nabuchodonosor dans l’angle nord du mur d’enceinte ; (2) le Qasr, qui comprend les bâtiments constituant le palais (dont l’un qui fut ajouté à l’époque perse), la Porte d’Ishtar et le temple d’Emakh ; (3) Amran ibn Ali, les ruines d’Esaggil ; (4) le Merkès, qui marque l’ancien quartier résidentiel oriental d’Esaggil ; (5) Humra, qui abrite des décombres déplacés par Alexandre depuis la ziggourat en vue d’une reconstruction, et un théâtre qu’il bâtit avec les matériaux provenant de la ziggourat ; (6) Ishin Aswad, où l’on trouve deux autres temples, dont l’un a été consacré à Vénus. Un lion de basalte plus grand que nature, probablement d’origine hittite et porté à Babylone dans l’Antiquité, se tient au nord de la Porte d’Ishtar.]

6 [Cambyse II (fl. vie siècle av. J.-C.), roi achéménide de Perse, régna de 529 à 522 avant notre ère. Il conquit l’Égypte en 525. Il était le fils aîné du roi Cyrus II le Grand et de Cassandane, elle aussi fille d’Achéménide. Cambyse, du vivant de son père, était en charge de Babylone. De fait, alors que la ville venait d’être conquise par Cyrus (en 538), Cambyse présida aux cérémonies funéraires du dernier roi puis en 530, avant que Cyrus n’eût lancé son ultime campagne, fut nommé vice-roi de Babylone. Planifiée par Cyrus, la conquête de l’Égypte représente l’accomplissement majeur du règne de Cambyse.]

7 C’est ainsi que les dernières conquêtes des Français ont été favorables à la civilisation de l’Europe, et qu’elles ont peut-être compensé les ravages qui résultent toujours du conflit d’hommes armés pour la destruction [M. de St.-Agy].

8 [Ménès, également appelé Mena, Meni ou Min (fl. c. 2925 av. J.-C.), premier pharaon de l’Égypte unifiée. D’après la tradition, il réunit Haute et Basse Égypte en une monarchie unie et centralisée. Manéthon, historien égyptien du iiie siècle avant notre ère (cf. note 10) l’appelle Ménès. Deux siècles plus tôt, Hérodote, historien grec, se référait à lui sous le nom de Min ; et c’est le nom de Meni qui revient dans deux listes de rois de la dix-neuvième dynastie (xiiie siècle av. J.-C.).]

9 Cette opinion est admise par M. F[riedrich von] Schlegel [né le 10 mars 1772 à Hanovre, mort le 12 janvier 1829 à Dresde ; écrivain et critique allemand, à l’origine de la plupart des idées philosophiques qui inspirèrent le premier mouvement romantique allemand ; cf. Schlegel (Friedrich von), Histoire de la littérature ancienne et moderne Friedrich [tr. de l’allemand par Duckett William], Paris : Th. Ballimore ; Genève : Cherbuliez, 1829, 2 vol. ; Essai sur la langue et la philosophie des Indiens [trad. de l’Allemand par Mazure M. A. ; suivi d’un appendice contenant une dissertation sur la philosophie des temps primitifs, dans laquelle sont controversés plusieurs points de la partie du livre de Schlegel qui traite de la philosophie de l’Inde], Paris : Parent-Desbarres, 1837, LI + 396 p. ; Friedrich Schlegel : descriptions de tableaux [éd. établie et présentée par Savoy Bénédicte], Paris : École nationale supérieure des beaux-arts, 2001, 247 p. ; Symphilosophie : F. Schlegel à Iéna ; avec la traduction de la Philosophie transcendantale (Introduction-Philosophie de la philosophie) [éd. par Thouard Denis], Paris : J. Vrin, 2002, 224 p. C’est aussi à peu près celle de [Jean-Sylvain] Bailly [cf. note 16], qui voulait qu’il eut existé un peuple qui avait tout enseigné aux autres peuples, excepté son nom et son existence, comme dit [Jean Le Rond] d’Alembert [17 novembre 1717, Paris-29 octobre 1783, Paris ; mathématicien, philosophe, savant et écrivain français] dans sa correspondance avec Voltaire, tome 2 [cf. Pappas (John Nicholas), Voltaire and d’Alembert, Bloomington : Indiana University Press, 1962, 183 p. (Indiana university Humanities series ; 5)]. Mais généralement les savans pensent autrement ; malgré l’intéressant travail de M. [Georges] F[rédéric] Cuvier [frère cadet de Georges Cuvier, 28 juin 1773, Montbéliard-24 juillet 1838, Strasbourg ; garde de la ménagerie du Muséum d’Histoire Naturelle à Paris de 1804 à 1838] sur les races de chiens [Cuvier (Frédéric), « Recherches sur les caractères osteologiques qui distinguent les principales races du chien domestique », Annales du Muséum d’Histoire Naturelle, vol. 18, 1811, pp. 333-353], ils admettent plusieurs espèces d’hommes. Ceux, par exemple, dont les os du nez sont soudés de manière à ne former qu’une seule pièce, comme dans les orangs et les macaques ; dont la fosse olécrane de l’humérus, au lieu d’être une simple cavité, est trouée comme dans les Guanches [population indigène des îles Canaries] ; enfin, dont les cheveux laineux sont inaltérables par toutes espèces d’influences climatériques, sont considérés comme formant une espèce distincte de l’espèce caucasique. MM. [Étienne] Geoffroi Saint-Hilaire [15 avril 1772, Étampes-19 juin 1844, Paris], [Henri Marie Ducrotay] de Blainville [1777-1850], [Julien-Joseph] Virey [1775-1846] et autres naturalistes de premier ordre, professent cette opinion, et je dirai franchement que les personnes qui la rejettent me semblent moins déterminées par les données de la science que par des considérations qui lui sont étrangères [M. de St.-Agy].

10 [Manéthon, également appelé Manethos (fl. c. 300 av. J.-C.), historien et prêtre né à Sebennytos, en Basse Égypte. Il rédigea une histoire de l’Égypte en langue grecque, probablement à la demande de Ptolémée I Soter (cf. Leçon 7, note 18). Cette histoire n’a pas survécu, à l’exception de quelques fragments narratifs dans le traité « Contra Apionem » (Josèphe (Flavius), Contre Apion [éd. de Reinach Théodore ; trad. du Grec ancien par Blum Léon], Paris : Les Belles Lettres, 2003, XXXIX + 243 p.), cf. Leçon 9, note 42. On retrouve également des tableaux présentant les dynasties, les rois et la durée de leur règne dans les travaux de Sextus Julius Africanus (c. 180-c. 250, Jérusalem, qui serait le premier historien chrétien à avoir réalisé une chronologie universelle (cf. Africanus (Sextus Julius), Chronographiae : the extant fragments/Iulius Africanus [éd. par WallraffMartin ; tr. du grec en anglais par Adler William], Berlin : N. de Gruyter, 2007, lxxxix + 350 p.) d’Eusèbe (cf. note 24) et de Georges le Syncelle (fl. fin du xiiie siècle, mort après 810 ; historien byzantin auteur d’une chronographie des événements du monde depuis la Création jusqu’au règne (284-305) de l’empereur romain Dioclétien, cf. Georges le Syncelle, Georgii Syncelli Ecloga chronographica [éd. par Mosshammer Alden A. ; texte en grec ancien, préface en latin], Leipzig : B. G. Teubner, 1984, xxxvii + 507 p. (Bibliotheca scriptorum Graecorum et Romanorum Teubneriana). Les fragments ainsi préservés ont révélé que le travail de Manéthon s’appuyait sur des sources autochtones dignes de foi. Quand les indices archéologiques manquaient, ces fragments ont été d’un grand secours aux experts pour valider la chronologie royale. La division en trente dynasties des différents souverains de l’Égypte, telle que l’a opérée Manéthon, est toujours prise en compte.]

11 [Aménophis IV, également appelé Akhénaton (parfois Ikhnaton), Amenhotep IV ou Neferkheperure Amenhotep (fl. xive siècle av. J.-C.), neuvième pharaon de la dix-huitième dynastie, régna sur l’Égypte de 1353 à 1336 av. J.-C. Il institua un nouveau culte monothéiste dédié au disque solaire, Aton.]

12 [Diodore de Sicile, cf. note 14 et Leçon 12, note 26.]

13 [Méroé, cité nubienne en aval du Nil, à l’est de l’ancienne Koush, six kilomètres au nord de la ville de Kabushiyah, aujourd’hui soudanaise. On nomme également Méroé la région entourant la cité.]

14 On a fait à cette opinion de M. Cuvier, à laquelle, du reste, il paraît qu’il ne tient pas beaucoup, les objections historiques suivantes. Elles portent quelquefois à faux ; mais elles renferment, sur la distribution primitive des sociétés et leur gouvernement, des idées qui sont conformes à celles que j’aurais opposées moi-même à M. Cuvier, et c’est pour cela surtout que je les reproduis.
M. Cuvier part de l’idée que les hommes, d’abord retenus sur les pentes de l’Himalaya, ont dû n’en descendre qu’avec un commencement de culture, qu’avec des lois, des institutions, des croyances qu’ils transportèrent dans les contrées où ils émigrèrent, et qu’ainsi se trouve expliquée l’étonnante similitude des formes sociales des nations les plus anciennes. Mais, d’où serait venu alors l’état sauvage dans lequel vécurent si long-temps les Grecs, les Sicules et tant d’autres peuples de l’Europe et de l’Asie ? Faudrait-il admettre que les groupes partis de l’Inde ne purent conserver leur civilisation que dans l’Éthiopie, et que partout ailleurs ils retombèrent dans la barbarie la plus profonde. La chose est peu probable. En Amérique existaient, lors de sa découverte, trois ou quatre empires populeux ; mais il y avait en même temps des tribus éparses sur toute la longueur du sol, depuis le cap Horn jusqu’aux régions glacées du pôle arctique. Voilà ce qui a dû arriver dans l’ancien mode. Là aussi les besoins de la subsistance durent engager les populations à se disperser aussitôt que l’état du globe le leur permit, et peut-être l’Espagne avait-elle ses habitans avant qu’aucune société fût régulièrement constituée. Un fait à remarquer, c’est que, partout, les plus anciens navigateurs trouvèrent des hommes qui les avaient devancés ; les îles même étaient peuplées comme le sont aujourd’hui celles de la mer du Sud ; et, grâce à cette distribution de l’humanité, bien des foyers de civilisation ont pu se former simultanément.
Voilà, en effet, ce qui arriva. À travers la nuit des temps, percent quelques lueurs qui laissent entrevoir l’espèce humaine prenant vie et forme sociale sur divers points ; d’une part, dans la Bactriane [ou Bactrie, ancien pays du sud-ouest asiatique, entre les montagnes de l’Hindu Kush et le fleuve Amou-Daria (ou Oxus)] et la Haute Arménie, l’Eden des races araméennes ; de l’autre, sur les deux bords de la mer Rouge, à Méroé, à Axum [dans ce qui est aujourd’hui l’Éthiopie], à Saba [ancien royaume au sud-ouest de l’Arabie]. Assurément, comme l’a dit M. Cuvier, des communications eurent lieu entre les peuples ; la guerre et le commerce les mirent en relations ; ils se firent des emprunts réciproques ; mais ils grandirent d’eux-mêmes, et s’il fallait nommer les aînés de la civilisation, nous désignerions d’abord les Éthiopiens, puis les Chaldéens. Du nord, et vraisemblablement de la Bactriane, descendirent dans les vallées de l’Indus et du Gange les tribus qui subjuguèrent l’Inde. Ce n’est pas en un jour qu’elles atteignirent les rives de l’Océan, et ce n’est pas eu un jour non plus qu’elles construisirent des vaisseaux et surent assez de navigation pour découvrir l’Éthiopie et s’y établir. Or, dès les siècles les plus reculés. retentit le nom de la sage Éthiopie, et s’élève la tour ou pyramide de Belus. Les prêtres de l’Égypte n’avaient pas oublié leur origine éthiopienne. Pourquoi ne se seraient-ils pas souvenus que leurs aïeux étaient venus de l’Inde ? M. Cuvier s’appuie d’un passage, conservé par [George le] Syncelle [fl. fin du viiie siècle, mort après 810 ; historien byzantin auteur d’une chronique des événements du monde depuis la Création jusqu’au règne (284-305) de l’empereur romain Dioclétien], dans lequel Manéthon [cf. note 10] raconte qu’une colonie partie des rives de d’Indus arriva au pays d’Égypte sous le règne d’Aménophis [cf. note 11] (Voici le sens exact du passage du Syncelle : Æthiopes, ab Indo fluvio profecti, suprà Ægyptum sedem sibi eligerunt [Les Éthiopiens, apreÌs avoir progressé à partir de la rivieÌre Indus, se choisirent un foyer au-dessus de l’Égypte]. Il faut se rappeler que les anciens appelaient Éthiopiens tous les peuples noirs ou basanés, et qu’il y avait d’après cela, une Éthiopie entre le golfe Persique et les bouches de l’Indus.) Ce passage est bien loin de confirmer son opinion. Sous Aménophis, Thèbes était dans toute sa splendeur, et Thèbes n’était cependant qu’une création de Méroé. À coup sûr, ce ne sont pas les Indiens de Manéthon qui auraient apporté dans l’Éthiopie des institutions, des lois, une organisation de castes depuis longtemps établies et déjà transportées sous le ciel de la Thébaïde. Voyez combien l’Éthiopie est vieille ! De son sein était sortie l’Égypte, et l’Égypte avait des royaumes lorsque Abraham la visita.
Diodore de Sicile [cf. Leçon 12, note 26] dit, si nous avons bien compris M. Cuvier, que les Chaldéens [cf. Leçon 1, note 35] venaient de l’Éthiopie. Tout ce que nous dit Diodore, ce nous semble, c’est que les Chaldéens descendaient des plus anciennes familles de Babylone, et qu’ils vivaient à la manière des prêtres égyptiens. Dans tous les cas, il y aurait de meilleures raisons pour croire les Chaldéens d’origine éthiopienne, que pour croire les Éthiopiens d’origine indienne. Diodore, d’accord en cela avec les annalistes arabes, assure qu’Ariæus, prince arabe, seconda Ninus [dans la mythologie grecque, Ninus ou Ninos, roi d’Assyrie, est censé avoir conquis en dix-sept ans l’ensemble de l’Asie occidentale avec l’aide d’Ariaeus, roi d’Arabie] dans les guerres qui lui soumirent les peuples de la Babylonie, et il est certain, de plus, que de tout temps les Arabes parcoururent les rives de l’Euphrate, et y régnèrent même à plusieurs reprises. Or, les Arabes et les maîtres de l’Éthiopie étaient vraisemblablement des peuples de la même famille. À en juger par le nom d’Habesh, qui désignait également les contrées des deux bords de la mer Rouge, et par quelques traditions orientales, ce seraient des tribus arabes qui auraient subjugué d’abord les peuplades nubiennes, et fondé les états de Méroé, d’Axum, d’Arkeko, états d’où seraient revenus dans la mère-patrie des colonies qui y auraient à leur tour élevé la domination si célèbre des rois Homérites [les Homérites]. Quoi qu’il en soit, des peuples du nord disputèrent aux Arabes la Mésopotamie, et il est à présumer que les Chaldéens descendaient de quelqu’un de ces peuples. Les hommes partis d’Orient trouvèrent au pays de Schingar [Babylone] une terre où ils se fixèrent, et bâtirent la tour de Babel : ceci s’appliquerait difficilement à des Éthiopiens.
La ressemblance des formes sociales, et surtout la division du pays en castes, suffisent-elles pour attester qu’il y eut communauté d’origine entre les Indiens, les Égyptiens et les Chaldéens ? Ce n’est pas notre avis. Quelque extraordinaire que nous semble l’organisation des castes, telle est cependant la forme que revêtent la plupart des sociétés dans l’enfance de la civilisation. Comme les Indiens et les Égyptiens, les nations de l’Iran et de la Bactriane la prirent dans l’ancien monde ; en Amérique, les Espagnols trouvèrent trois empires régulièrement constitués, et tous trois l’étaient comme l’avaient été la Chaldée et comme l’est encore l’Inde. Au Mexique, les prêtres, sans être encore tout à fait séparés de la noblesse, régnaient sur la nation, et, au-dessous de la classe dominante, en existaient deux autres, l’une de laboureurs, la dernière de porte-faix asservis, véritables Sudras [la quatrième et la plus basse des classes sociales traditionnelles de l’Inde hindouiste, ou varnas, était généralement composée d’artisans et d’ouvriers]. Au Pérou, l’œuvre était consommée. Les enfans du soleil se seraient souillés en s’alliant aux enfans de la terre, et les nobles, de leur côté, considéraient comme impurs leurs yanaónas.
L’Afrique est encore de nos jours le pays des castes. À Ardra, à Juida, à la Côte-d’Or, partout on trouve un sacerdoce héréditaire et des classes sociales tout à fait séparées des autres par l’inégalité des droits et les occupations des familles qui les composent. Chez les Ashantis, [Thomas Edward] Bowdich [20 juin 1791, Bristol, Gloucestershire, Angleterre-10 janvier 1824, Bathurst, Gambie ; voyageur et auteur scientifique britannique qui mena à bien des négociations de paix avec le royaume ashanti (aujourd’hui au Ghana) en 1817] fut frappé de la ressemblance que présentait la hiérarchie sacerdotale avec la hiérarchie de l’ancienne Égypte [cf. Bowdich (Thomas Edward), Mission from Cape Coast Castle to Ashantee [éd. de Ward W. E. F.], 3ème éd., [Londres] : Frank Cass & co, 1966, 512 p.] À Loango, au Congo, le chef des prêtres est le véritable maître du pays ; il confirme ou casse l’élection des rois, et, chose étonnante, le grand-prêtre est choisi et mis à mort avec des cérémonies qui rappellent trait pour trait ce que nous savons des souverains de Méroé. Dans ces contrées, la division des castes est complète. Après les prêtres, qui, comme dans L’inde et l’ancienne Égypte, exercent seuls la médecine, et ont leurs terres qu’ils se transmettent de père en fils, viennent les nobles, puis les courtiers et les marchands, puis enfin le peuple, au-dessous duquel sont encore les esclaves. Il ne manque que des védas [livres de la connaissance ; cf. Leçon 1, note 28] pour constater et régulariser les faits existans.
En Afrique, où l’état de la civilisation appelle la domination sacerdotale, le mahométisme même ne peut en préserver les peuples. Presque partout les marabouts [ou murabits, alors membres d’une communauté religieuse islamique, moines-guerriers vivant dans un monastère fortifié, ou ribat] sont devenus une caste sacrée ; leurs enfans leur sucsuccèdent ; il y a des villes qu’ils habitent seuls, et souvent ils gouvernent les états. On garde le souvenir des entreprises qui les ont élevés à la tête des nations, ou qui parfois leur ont été funestes. Dans le Bambouk [au Mali], entre autres, les marabouts mandingues [ou malinkés, peuple soudanais de type négroïde, fondateur en 1230 du grand empire du Mali, qui connaîtra son apogée au xive siècle] luttèrent contre la noblesse, qu’ils voulaient dépouiller ; ils furent vaincus et exterminés, et depuis lors, tout prêtre qui entre dans le pays est mis à mort.
Tout cela s’explique naturellement : dans les âges d’ignorance, tout est merveille, tout est sujet d’effroi pour les hommes, partout ils voient l’intervention des dieux, et bientôt paraissent des devins, des jongleurs qui exploitent leurs craintes. Maladies, accidents, prédictions, tout est de leur ressort ; ils sont médecins, prêtres ; ils savent rendre les puissances bienfaisantes favorables ; et conjurer les puissances ennemies ; on les consulte sur l’avenir, et, pour frapper l’imagination du peuple, ils inventent une foule de cérémonies bizarres, de formules secrètes, d’expiations, dont ils font usage toutes les fois qu’on requiert leur ministère. Pleins de foi d’ordinaire dans leur propre science, elle devient pour eux une arme, un moyen de domination ; ils la tiennent secrète, et ne la communiquent qu’à leurs enfants. Ainsi, une force redoutable reste aux mains d’une seule classe, et à mesure que les temples s’élèvent et s’enrichissent, cette classe, unie par un intérêt commun, se détache, s’isole du reste de la population, et cesse de se mêler à elle. En même temps, s’élève une aristocratie guerrière qui règne sur la multitude, et finît par s’en séparer complètement. Voilà trois castes. Qu’un peuple ainsi constitué sorte de chez lui pour conquérir, les vaincus tomberont en servitude, et bientôt formeront une dernière caste accablée du mépris de ses maîtres. Ainsi sont nés les états de l’Inde et de la Chaldée. Le temps, l’habileté de la caste sacerdotale, l’orgueil humain, toujours avide de préférences et de distinctions, y ont élargi les distances originaires, et multiplié peu à peu les sous-divisions, qu’appelait d’ailleurs le développement des arts et de l’industrie. De nouvelles combinaisons alors ont pris place dans les hiérarchies sociales, et les lois ont achevé l’ouvrage des circonstances.
Il n’est pas même besoin de corporation sacerdotale pour que de tels arrangements aient lieu dans le sein des sociétés. Des conquêtes faites successivement par des races diverses suffisent pour les enfanter. Dans la Khiovie actuelle [Uzbekistan], les vicissitudes de la guerre ont créé de véritables castes guerrières, marchandes et agricoles. Les Kara Kalpaks, peuple anciennement assujéti, sont devenus des serfs de glèbe ; les Sarty, leurs anciens maîtres, désarmés et dépouillés par de nouveaux vainqueurs, sont restés dans les villes où seuls ils font le commerce ; enfin, les Nobeks, derniers conquérans, et leurs alliés les Turcomans, se sont réservé le droit exclusif de porter les armes. Jamais ces peuples d’origine différente ne se mêlent ; les Nobeks témoignent aux Sarty et à leurs occupations un dédain profond que ceux-ci rendent aux Kara Kalpaks. S’il y avait une caste religieuse, ce que la religion musulmane ne permet pas, la Khiovie (le Khiva) offrirait un échantillon de l’Inde.
Ce ne serait donc pas dans un système d’organisation sociale que la marche de la civilisation a donné à tant de peuples divers, que nous pourrions chercher la preuve de l’origine indienne des Chaldéens et des Égyptiens.
Les formes architecturales des trois pays offriraient-elles des indices moins équivoques ? Nous ne le croyons pas. Comme l’architecture de l’Inde, celle de l’Égypte naquit dans les constructions souterraines auxquelles prêtaient les cavernes des montagnes, et cela suffit pour expliquer leur ressemblance. Quant à l’architecture babylonienne, la nature des matériaux qu’elle employait devait la classer à part, et le peu que nous en savons atteste qu’il en est ainsi. La tour ou le temple de Babel était une pyramide à étages semblables à ceux des pyramides du Mexique ; et certes rien dans les descriptions qui nous restent des ouvrages de Sémiramis [ou Sammuramat, reine assyrienne (fl. fin du ixe siècle av. J.-C.) qui édifia Babylone], ne rappelle le goût égyptien.
Il y eut toutefois, entre l’Inde et l’Égypte, des traits d’une ressemblance vraiment surprenante. M. Cuvier les a indiqués ; mais n’exista-t-i1 pas aussi entre ces pays des différences tellement caractéristiques, qu’elles excluent toute idée de parenté entre ces peuples. D’abord, dans l’Inde, nulle trace des hiéroglyphes ; les plus anciennes inscriptions qu’on y ait trouvées sont toutes alphabétiques ; et certes, il n’est pas supposable que les Indiens aient oublié dans l’Éthiopie le système d’écriture de leur patrie pour en imaginer un plus imparfait et moins commode. D’un autre côté, tandis que les Indiens brûlaient leurs morts, les Égyptiens embaumaient et déposaient les leurs dans des nécropoles ; fait d’autant plus important, qu’il atteste d’autres idées sur la vie à venir. Ce n’est pas tout. À Méroé, les prêtresses partageaient tous les honneurs dont jouissait la caste sacerdotale ; elles montaient sur le trône, elles commandaient même les armées, ainsi qu’en font foi l’histoire et les monumens ; or, rien n’est plus contraire aux principes de l’Inde. Là, les femmes sont tenues dans une dépendance humiliante ; et celles d’entre elles qui desservent les temples restent aux ordres des brahmes qui ne les choisissent pas même dans leur propre caste. Ajoutez la différence des langues ; ni celle de la Chaldée, ni celle de l’Égypte, n’appartenaient à la souche samskrite.
Mais si nous ne pouvons pas admettre que l’Égypte et la Chaldée doivent leurs institutions à l’Inde, nous rentrons tout à fait dans l’opinion de M. Cuvier sur les communications des peuples de l’antiquité. Les communications furent, en effet, plus actives et plus fréquentes qu’on ne le suppose d’ordinaire. À l’ombre des temples d’Axum et de Méroé florissait un vaste commerce, dont les ramifications s’étendaient dans tout l’ancien monde ; à Babylone se rendaient de nombreuses caravanes venues de tous les points de l’Asie et de l’Afrique. Là, se rencontraient les banyans [commerçants] de l’Inde et les marchands de l’Éthiopie ; là s’échangeaient les idées et les produits ; de là s’exportaient les traditions, les mythes, les principes civils et politiques des nations les plus éloignées ; et pourtant, s’il fallait en juger par le caractère connu des populations et sur quelques autres indices, les Indiens n’y auraient pas afflué, ils auraient attendu dans leur propre pays les visites des navigateurs de l’Arabie et des trafiquants du golfe Persique.
Une discussion aussi longue, sur le seul point des doctrines historiques de M. Cuvier qui nous ait paru erroné, montre assez quelle importance nous attachons à toutes les opinions de l’illustre professeur. Puisse-t-il continuer un cours qui demande tant et de si rares connaissances : car, l’histoire des sciences naturelles, tel qu’il la traite, est aussi une magnifique histoire de l’humanité, dont le développement intellectuel a déterminé de tout temps la marche de ces sciences, et qui, en échange des travaux qu’elle leur a consacrés, en a reçu les moyens d’action auxquels sont dues les merveilles de la civilisation [M. de St.-Agy].

15 [Alexandre le Grand (cf. Leçon 7) mourut en 323 av. J.-C., Ptolémée I (cf. Leçon 7, note 18) en 282 av. J.-C.]

16 [Jean-Sylvain Bailly (15 septembre 1736, Paris-12 novembre 1793, Paris). Astronome français remarqué pour son calcul d’une orbite de la comète de Halley (1759) et pour ses travaux sur les quatre satellites de Jupiter alors connus. Il commença son étude de la comète de Halley en 1759. Un an plus tard il fit construire un observatoire d’où il pouvait se consacrer à l’observation des satellites de Jupiter. Il fut élu à l’Académie des Sciences en 1763 puis à l’Académie française en 1783. Son œuvre principale comprend notamment l’Essai sur la théorie des satellites de Jupiter, Paris : Nyon, 1766 et le « Mémoire sur les inégalités de la lumière des satellites de Jupiter, sur la mesure de leurs diamètres et sur un moyen aussi simple que commode de rendre les observations comparables, en remèdiant a la diffèrence des vues et des lunettes », Mémoires de l’Académie des Sciences, 1771, pp. 580-667. Élu député de Paris en 1789 puis président de l’Assemblée nationale et maire de Paris, il fut guillotiné en 1793.]

17 [Jean-Baptiste Joseph Delambre (19 septembre 1749, Amiens-19 août 1822, Paris), astronome français. Il construisit les tables qui permirent de localiser Uranus. En 1788, grâce à un observatoire édifié à son usage exclusif, il se livra à des observations et calculs quasi ininterrompus et publia ses Tables de Jupiter, de Saturne, d’Uranus, Paris : Imprimerie de Poutard, 1789. Il fut élu à l’Académie des Sciences, section Géométrie, en 1795, avant de devenir le Secrétaire perpétuel de la section Mathématiques en 1803. De 1792 à 1799, il s’était consacré à la mesure de l’arc de méridien Dunkerque-Barcelone, travail dont il publia le rapport complet dans Base du systeÌme métrique decimal, ou, Mesure de l’arc du méridien compris entre les paralleÌles de Dunkerque et Barcelone, exécutée en 1792 et années suivantes... par MM. Méchain et Delambre. Rédigée par M. Delambre, Paris : Baudouin, 1806-1810, 3 vol. En 1807 il devint professeur d’astronomie au Collège de France, à Paris, occupant également les fonctions de trésorier de l’Université impériale de 1808 jusqu’à sa fermeture en 1815. Delambre rédigea également plusieurs manuels d’histoire de l’astronomie antique, médiévale et moderne (1817). Ses Tables elliptiques des satellites de Jupiter furent rééditées par le Bureau des longitudes en 1817 (Paris : Veuve Coursier Imprimeur, 132 p.) Un grand cratère, sur la Lune, porte son nom.]

18 [Richard Bentley (27 janvier 1662, Oulton, Yorkshire, Angleterre-14 juillet 1742, Cambridge). Ecclésiastique et théologien britannique, il est l’une des grandes figures de l’histoire des sciences classiques. Il fondait son acuité critique sur une grande soif de connaissance. Doté d’un esprit aussi performant que logique, il sut prendre une large part à la restauration de textes anciens, et contribua à rénover l’activité critique et érudite de son temps.]

19 Suivant [Charles François] Dupuis [1742, Trye-Château-29 septembre 1809 ; auteur et homme politique français], je crois [dans son], Origine de tous les cultes [ou Religion universelle, Paris : H. Agasse, 1795 [An III], 3 vol.], les premiers chrétiens auraient employé des moyens analogues pour parvenir à l’abolition du paganisme. Par exemple, ils auraient ajouté à la statue d’Hercule une statuette du Christ, et ils auraient appelé Hercule, Christophore, c’est-à-dire, porte-christ, dont ensuite, le peuple aurait fait Saint-Christophe [M. de St.-Agy].

20 Cette opinion sur l’habileté des Égyptiens dans les arts d’imitation, est peut-être un peu généreuse. Lorsque j’examine les figures qui existent sur les cercueils des momies égyptiennes, les seuls monumens de cette espèce que nous possédions, il me semble que leurs auteurs étaient bien faibles en peinture ; les dessins de ces figures me paraissent raides et lourds. Je ne me forme pas une plus haute opinion de la sculpture des Égyptiens. Leurs statues, quelquefois emmaillotées jusqu’aux épaules et finissant en gaine, ne sont à mes jeux, comme à ceux de tout le monde, j’imagine, que les produits d’un art dans l’enfance. Je sais bien que ce peuple, conséquemment à ses idées religieuses, ne prenait ordinairement que la nature morte pour modèle ; mais, encore un coup, s’il avait été habile à imiter, il nous aurait laissé des représentations cadavériques moins imparfaites ; son type hiératique eût été plus rapproché de la réalité. Voyez Vinckelmann [Johann (Joachim) Winckelmann (9 décembre 1717, Stendal, Prusse-8 juin 1768, Trieste), archéologue et historien d’art allemand (cf. Winckelmann (Johann Joachim), Geschichte der Kunst des Alterthums, Dresden : In der Waltherischen Hof-Buchhandlung, 1764-1767, 2 vol. ; Histoire de l’art chez les anciens, par M. Winckelmann [trad. de l’Allemand par Huber Michael], Paris : chez Barrois l’aîné ; chez Savoye, 1789, 3 vol.)], [Désiré] Raoul-Rochette [9 mars 1790, Saint Amand, Cher-3 juin 1854, Paris ; archéologue français (Rochette (Désiré-Raoul), Histoire critique de l’établissement des colonies grecques, Paris : Treuttel & Würtz, 1815, 4 vol. ; Cours d’archéologie, professé par M. Raoul-Rochette, à la BibliotheÌque du roi, tous les mardis ; publié par la sténographie, avec l’autorisation et la révision du professeur, Paris : Eugène Renduel, 1828, in-8, 2 feuillets)], etc. [M. de St.-Agy]

21 M. [Étienne] Pariset [5 août 1770, Grand, Vosges-6 juillet 1847, Paris, psychiatre et fondateur de la Société Protectrice des Animaux], médecin célèbre, surtout par son grand dévoûment, a émis l’opinion que l’apparition de la peste en Égypte, n’avait pas, d’autre cause que la cessation des embaumemens [cf. Sussman (Georges D.), « Étienne Pariset : A medical career in government under the Restoration », Journal of the History of Medicine and Allied Sciences, vol. 26, 1971, pp. 52-74]. Cette supposition n’a point été prouvée jusqu’à présent, et ne paraît pas pouvoir l’être [M. de St.-Agy].

22 [Galien de Pergame, cf. Leçon 16.]

23 [Stromates de Clément] VIe livre, page 757. Le nombre des livres d’Hermès mentionnés dans les stromates ou « tapisseries » [habituellement traduite par « miscellanées »], de Clément, est de quarante-deux [Clément d’Alexandrie, Stromate I. [introduction de Mondésert Claude ; traduction et notes de Caster Marcel], Paris : Les Éditions du Cerf, 1951, 180 p. ; Stromate V. Tome II [commentaire, bibliographie et index par Le Boulluec Alain ; 1ère éd. 2006], Paris : Les Éditions du Cerf, 2009, 409 p.)] [M. de St.-Agy]. [Il s’agit de Clément d’Alexandrie ou Titus Flavius Clemens, théologien grec et chrétien, né vers 150, probablement à Athènes, mort vers 212 (cf. Osborn (Eric Francis), Clement of Alexandria, Cambridge ; New York : Cambridge University Press, 2005, xviii + 324 p. ; Cognat (Joseph), Clément d’Alexandrie, sa doctrine et sa polémique/par l’abbé J. Cognat, Paris : E. Dentu, 1859, VI + 510 p.)]

24 [Eusèbe (c. 260 probablement en Palestine-c. 340, Césarée). Evêque de Césarée en Palestine, connu surtout pour son Histoire de l’Église chrétienne, achevée en 324 ou au début de 325. Il s’agit de la plus importante histoire ecclésiastique des premiers siècles, écrite avec la conviction d’un changement d’ère et dans le dessein apologétique de démontrer l’origine manifestement divine du christianisme, ainsi que son efficience (Eusèbe de Césarée, Histoire ecclésiastique/EuseÌbe Pamphile, Paris : Éditions du Cerf, 1958, VIII-178 p. ; Histoire ecclésiastique, tome IV [introduction par Bardy Gustave ; index par Périchon Pierre ; 2e éd. revue et corrigée avec addenda et corrigenda aux tomes I-IV], Paris : Éditions du Cerf, 1971, 340 p.)]

25 [Pour Manéthon, cf. plus haut, note 10. Le « temple d’Héliopolis » est le siège du culte du dieu soleil Rê (ou Râ), à Héliopolis. On le considère généralement comme l’anticipation architecturale des temples égyptiens de la période dynastique. Héliopolis est l’une des villes égyptiennes les plus anciennes, capitale du quinzième nome (subdivision administrative) de Basse-Égypte et plus importante d’un point de vue religieux que politique. Seul le temple d’Amon, à Thèbes, dépassait en volume le temple de Rê. Son clergé exerça une grande influence, particulièrement pendant la cinquième dynastie lorsque l’adoration de Rê devint culte d’État. À cette époque, c’est dans le temple de Rê-Hor-Ahkty que furent déposées les archives royales.]

26 [Eratosthène de Cyrène (c. 276 av. J.-C., Cyrène, Libye-c. 194 av. J.-C., Alexandrie, Égypte), savant, astronome et poète grec. Il serait le premier à avoir calculé la circonférence de la Terre (Eratosthène, Le ciel : Mythes et histoire des constellations/les Catastérismes d’EratostheÌne [édition dirigée par Char Marie-Claude ; texte traduit, présenté et commenté par Charvet Pascal et Zucker Arnaud ; postface et commentaire astronomique par Brunet Jean-Pierre et Nadal Robert ; illustrations de Schenk Robert], Paris : NiL Éditions, 2001, 238 p.) Après avoir étudié à Alexandrie et à Athènes, il s’installa à Alexandrie vers 255 av. J.-C. et y prit la direction de la grande bibliothèque. Il travailla à un calendrier intégrant les années bissextiles et tenta également de retracer les dates précises des événements littéraires et politiques postérieurs au siège de Troie. Ces écrits comprennent notamment un poème inspiré par l’astronomie, des travaux sur le théâtre et sur l’éthique. Devenu aveugle avec l’âge, il se serait laissé mourir en cessant de s’alimenter.]

27 [Jean-François Champollion (23 décembre 1790, Figeac-4 mars 1832, Paris), historien et linguiste français, fondateur de l’égyptologie scientifique. Il joua un rôle majeur dans le déchiffrage des hiéroglyphes égyptiens. Champollion s’engagea à la suite du modeste succès du physicien anglais Thomas Young (13 juin 1773, Milverton, Somerset-10 mai 1829, Londres) qui avait tenté de déchiffrer la Pierre de Rosette – sur laquelle étaient gravés un texte grec, des hiéroglyphes et des traductions démotiques. Champollion parvint enfin à commencer à assembler les pièces du puzzle et en 1821-1822, publia ses premiers articles sur les fragments hiéroglyphiques et démotiques de la Pierre de Rosette. Il élabora ensuite une liste complète de caractères hiéroglyphiques, avec leur équivalent grec (cf. Champollion (Jean-François), Lettre à M. Dacier, Secrétaire Perpétuel de l’Académie Royale Des Inscriptions et Belles-Lettres, Relative à l’Alphabet des Hiéroglyphes Phonétiques Employés par les Égyptiens pour Inscrire leurs Monuments les Tîtres, les Noms et les Surnoms des Souverains Grecs et Romains, Paris : Didot Père & Fils, 1822 ; Précis du systeÌme hiéroglyphique des anciens égyptiens, ou, Recherches sur les élemens premiers de cette écriture sacrée, sur leurs diverses combinaisons, et sur les rapports de ce systeÌme avec les autres méthodes graphiques égyptienne, Paris : Chez Treuttel & Würtz, 1824).]

28 [Louis XII (27 juin 1462, Blois-1er janvier 1515, Paris), duc d’Orléans jusqu’en 1498, année de son accession au trône de France. Aussi populaire à l’intérieur de son royaume (il était surnommé le « père du peuple ») que malheureux dans ses aventures militaires italiennes, désastreuses.]

29 [Charles-Louis de Secondat, voir Leçon 7, note 1.]

30 [Henri IV (13 décembre 1553, Pau, Béarn-14 mai 1610, Paris), prince de Béarn jusqu’en 1572, surnommé Henri de Navarre, ou de Bourbon, roi de Navarre (sous le nom d’Henri III, 1572-1589) et premier Bourbon roi de France (1589-1610). Il abjura le protestantisme à la fin des guerres de religion pour se convertir au catholicisme (1593) afin de se rallier Paris et de réunifier la France. Avec l’aide de ministres tels que Maximilien de Béthune, duc de Sully (1560-1641), il rendit à la France sa prospérité.]

31 [Saint Vincent de Paul (24 avril 1581, Pouy, aujourd’hui Saint-Vincent-de-Paul, 27 septembre 1660, Paris, canonisé en 1737, fêté le 27 septembre). Saint homme français, fondateur de la Congrégation de la Mission (lazaristes, ou vincentiens), vouée à évangéliser les campagnes pauvres et à former un clergé pastoral.]

32 [Sésostris Ier (fl. xxe siècle av. J.-C.), roi d’Égypte (pharaon), régna de 1908 à 1875 av. J.-C. Il succéda à son père après une régence partagée de dix ans, et conduisit l’Égypte à un sommet de prospérité.]

33 [Cécrops, cf. Leçon 1, note 49.]

34 [Danaüs ou Danaos, selon la mythologie grecque, fils de Bélos, roi d’Égypte, et frère jumeau d’Egypteos. Chassé d’Égypte par son frère, il s’enfuit avec ces cinquante filles (les Danaïdes) vers Argos, dont il devint le roi. Les cinquante fils d’Egypteos arrivés à Argos, Danaüs dut consentir à leur mariage avec ses filles. Il ordonna toutefois à chacune de ses filles de tuer son mari lors de la nuit de noces. Elles accepteront toutes à l’exception d’Hypermnestre, qui épargnera Lyncée. Incapable de trouver des époux à ses autres filles, Danaüs les offrira en mariage aux jeunes hommes de la région. Après le retour vengeur de Lyncée, qui tuera Danaüs, ses filles, en châtiment du crime infligé à leurs cousins, seront condamnées à remplir sans fin des tonneaux percés. Sur le plan symbolique, le meurtre des fils d’Egypteos représenterait l’assèchement des rivières et des sources d’Argos en été.]

35 [Voir L’Iliade, livre 9, ff. 381-382 (Prendergast (Guy Lushington), A complete concordance to the Iliad of Homer [completely revised and enlarged by Marzullo Benedetto], Hildesheim (Germany) ; New York : G. Olms Verlag, 1983, vii + 427 p.)]

Table des illustrations

Légende ASSURBANIPAL. Le dernier grand roi d’Assyrie (685-627 av. J.-C.). Détail de la planche 10 extraite de Perrot (Georges) & Chipiez (Charles), Histoire de l’Art dans l’Antiquité, tome II : Chaldée et Assyrie, 1884, Paris : Hachette et Cie, 825 p. © University of Washington Libraries
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3697/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M

© Publications scientifiques du Muséum, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540