Version classiqueVersion mobile

Cuvier’s History of the Natural Sciences

 | 
Georges Cuvier

1. The Earliest Beginning / Les origines

1. L’Antiquité des sciences

Texte intégral

TEMPLE DE DENDERA EN ÉGYPTE. Vue depuis le portique du grand temple d’Hathor. Planche extraite de Roberts (David), Egypt & Nubia/From drawings made on the spot by David Roberts [with historical descriptions by the Rev. Croly George ; Lithographed by Hage Louis], Londres : F. G. Moon, 1846, vol. 1, p. 169.

TEMPLE DE DENDERA EN ÉGYPTE. Vue depuis le portique du grand temple d’Hathor. Planche extraite de Roberts (David), Egypt & Nubia/From drawings made on the spot by David Roberts [with historical descriptions by the Rev. Croly George ; Lithographed by Hage Louis], Londres : F. G. Moon, 1846, vol. 1, p. 169.

1Messieurs,

2Les cours du Collège de France constituent un enseignement normal, destiné à diriger celui de toute la France. Les professeurs qui sont chargés de ces cours doivent par conséquent traiter surtout des généralités qui peuvent faire connaître la meilleure méthode à suivre pour l’étude et le développement de chaque branche de nos connaissances. Je suivrai cette règle dans l’exposition que je me propose de faire de l’origine et des progrès des sciences naturelles chez les divers peuples du globe.

3Il n’est pas de science dont l’histoire ne soit utile aux hommes qui la cultivent ; mais l’histoire des sciences naturelles est indispensable aux naturalistes. En effet, les notions dont ces sciences se composent ne sauraient être le résultat de théories faites a priori. Elles sont fondées sur un nombre presque infini de faits qui ne peuvent être connus que par l’observation. Or, notre expérience personnelle est tellement limitée par la brièveté de notre existence, que nous ne saurions presque rien si nous ne connaissions que ce que nous pouvons apprendre nous-mêmes. Nous sommes donc obligés de recourir à l’histoire, où sont consignées les observations des hommes qui nous ont précédés. Mais à cette histoire des faits il faut joindre celle des savans, car la valeur de leur témoignage dépend souvent beaucoup des circonstances de lieux, de temps et de position dans lesquelles ils se sont trouvés.

4La connaissance de l’histoire des sciences est encore utile en ce qu’elle empêche de se consumer en efforts superflus pour reproduire des faits déjà constatés.

5Enfin, il résulte de l’étude de cette histoire deux autres avantages, celui de faire naître des idées nouvelles qui multiplient les connaissances acquises, et celui d’enseigner le mode d’investigation qui conduit le plus sûrement aux découvertes.

6Ce dernier enseignement est de la plus haute importance, car telle est l’influence de la méthode dans les sciences naturelles que pendant les trente ou quarante siècles qui ont déjà été employés à leur développement, tous les systèmes a priori, toutes les pures hypothèses se sont détruits réciproquement et ont laissé avec eux dans les obscurités du passé les noms de ceux qui les avaient imaginés ; tandis que, au contraire, les observations, les faits qui ont été décrits avec exactitude et avec clarté, sont venus jusqu’à nous et subsisteront aussi long-temps que les sciences, accompagnés du nom de leurs auteurs pour lesquels ils sont des titres éternels à la reconnaissance des hommes. Cette vérité sera d’autant plus utile à démontrer de nouveau, que déjà l’on substitue fréquemment l’hypothèse à l’observation.

7L’homme n’arrive que par une succession de travaux pénibles et assidus à la pénétration des voiles de la nature, à l’intelligence de ses phénomènes qu’ensuite il applique à l’amélioration de son état ; mais il devait être dans les desseins de la providence qu’il y parvînt, car autrement il eût été l’un des êtres les plus misérables de la création. Dépourvu qu’il est d’armes naturelles pour attaquer ou se défendre, de grande vîtesse et de forces physiques supérieures, d’enveloppes même propres à se garantir des intempéries des saisons, à peine eût-il pu vivre et propager son espèce, s’il n’avait pas reçu en compensation un apanage particulier.

  • 1 Jean-Jacques Rousseau [28 juin 1712, Genève-2 juillet 1778, Ermenonville] et plusieurs autres phil (...)

8Ces dons naturels qui le placent au sommet de l’échelle des êtres sont l’instinct de sociabilité, l’instinct du langage1 et celui de l’abstraction.

9Le premier est le fondement et l’origine de la société. Le second a produit l’instrument indispensable de tous les perfectionnemens de cette société. Le troisième est la faculté de généraliser, de simplifier ; c’est à lui que nous devons les méthodes, les règles de raisonnement et de conduite.

10L’action combinée de ces trois instincts a produit toutes les connaissances que nous possédons ; elle nous a conduits par des travaux successifs à l’état où nous sommes, car ce qui est aujourd’hui vulgaire, fut, messieurs, dans les premiers temps, une découverte importante, et a eu une influence marquée sur l’ordre social. Chacun des progrès de l’espèce humaine vers la civilisation est même si bien lié à l’une des découvertes qu’elle a faites dans les sciences naturelles, qu’on pourrait facilement tracer l’histoire entière de la société en suivant celle des observations physiques.

11Ainsi, ce sont les observations sur les animaux, la distinction de ceux que l’homme peut multiplier et employer à son usage, qui ont produit la vie pastorale, première source de l’idée de propriété et même de la douceur des mœurs, car alors au lieu d’égorger les prisonniers de guerre, on prit l’habitude de les garder pour les soins qu’exigeaient les troupeaux.

12Les connaissances acquises sur la multiplication des végétaux, et la distinction en ceux qui offraient à l’homme et aux animaux qu’il tenait en esclavage, une nourriture meilleure et plus abondante, ont donné naissance à l’agriculture, d’où naquit l’idée de la propriété territoriale.

13L’étude du mouvement des astres a fourni à l’homme un moyen de diriger sa marche dans des régions lointaines.

14L’observation de quelques faits d’hydrostatique l’a conduit à surmonter l’obstacle qu’opposait à sa marche la liquidité des ondes.

15La découverte de la propriété de l’aimant a enfanté un nouveau monde. Celle de la poudre à canon a fait disparaître l’inégalité physique des hommes entr’eux ; elle a fourni aux gouvernemens le moyen de réduire tout ce qui s’opposait à l’unité de leur pouvoir, et de soumettre, avec un petit nombre d’hommes armés, tous les membres du corps social à l’empire des lois.

16L’imprimerie a prodigieusement facilité la diffusion des lumières, et a rendu les découvertes à tout jamais impérissables.

17De la connaissance des propriétés du feu dépendent tous les arts métallurgiques.

18Enfin, de nos jours, quelle révolution l’emploi de la force élastique de la vapeur n’a-t-il pas occasionnée dans les arts utiles, sans qu’il soit possible d’assigner la limite de sa puissance !

19Mais des faits, quelqu’importans qu’ils soient, ne constituent pas la science. Pour arriver à ce résultat, il faut coordonner toutes les observations, les lier entre elles, en déduire les conséquences qu’elles renferment, y appliquer notre faculté d’abstraction, et former ainsi un corps de doctrine. Ce sont donc les esprits spéculatifs, les hommes livrés à la méditation qui ont formé la science.

  • 2 [En Inde, lors de la dernière phase de l’ère védique (c. 800-500 av. J.-C.), Brahma était l’une de (...)
  • 3 [Hermès, divinité grecque, est le fils de Zeus et de Maïa. Souvent identifié au Mercure des Romain (...)
  • 4 [Cérès, dans le Panthéon romain, est la déesse des moissons et de la fécondité (autrement dit, de (...)

20Les premiers qui s’étaient livrés à ce travail présentèrent aux peuples leurs propres découvertes, et celles qu’ils avaient recueillies, comme des inspirations du ciel ; et, soit que leurs contemporains les aient en effet considérés comme des êtres inspirés, soit que la reconnaissance des peuples ait seulement voulu honorer leur mémoire, nous voyons que, dans tous les pays, ils furent divinisés : Brahma le fut dans l’Inde2 ; Hermès en Égypte3 ; Cérès et Triptolème dans la Grèce4, et une foule d’autres ailleurs.

  • 5 Je pense qu’il ne faut ni déclamer contre les prêtres de l’Antiquité, comme l’ont fait [Marie-Jean (...)

21Qu’on ne se hâte pas de leur reprocher l’illusion dans laquelle ils ont tenu leurs semblables ; peut-être n’auraient-ils pu leur être utiles sans ce déguisement de la vérité5. De nos jours, ce n’est qu’à l’aide des idées religieuses que les missionnaires parviennent à déterminer les nations sauvages à accepter les vérités utiles tirées de la science, et à échanger ainsi leur vie misérable contre les habitudes plus douces des peuples civilisés : il est vraisemblable qu’il en fut de même dans les premiers âges du monde ; que, pour agir sur des hommes dont la raison était si peu développée, dont les habitudes étaient encore féroces, il faut s’adresser à leurs passions en faisant intervenir la divinité.

22Mais ces bienfaisans mensonges furent promptement suivis d’abus.

23La science d’ailleurs étant d’origine céleste, ses enseignemens devaient être invariables, et sa marche fut ainsi arrêtée dès ses premiers pas. Les médecins ne pouvaient, en Égypte, sous peine de mort, s’écarter des traitemens prescrits par la loi religieuse. Les Indiens suivent encore l’ancienne astronomie.

24Un autre obstacle à l’avancement des sciences naquit de leur hérédité, de leur concentration dans un petit nombre de familles, que l’on peut considérer comme l’origine des castes. Toutes les vérités n’étaient pas à la portée du vulgaire ; mais elles y auraient été, qu’il eût fallu que ces familles privilégiées en cachassent quelques-unes pour conserver la supériorité d’intelligence qui était indispensable au maintien de leurs hautes prétentions. Elles ne transmettaient donc leur dépôt sacré que sous des formes et avec un langage mystérieux. De là, les allégories, les hiéroglyphes, les langues sacrées, les emblêmes, fondement et origine de la mythologie qui, après avoir trompé et asservi les hommes, amuse maintenant l’humanité oublieuse.

25Si les sciences eussent continué de passer d’une génération à l’autre, comme une propriété, l’ignorance et l’esclavage auraient pesé éternellement sur le genre humain ; mais, avec le temps qui amène toujours des changemens, parce que rien n’est jamais parfait, les sciences trouvèrent ailleurs des dispositions plus favorables.

26C’est parmi les peuples qui doivent leur origine à des colonies égyptiennes, qu’on les voit commencer à être cultivées pour elles-mêmes, sans être renfermées dans les temples et voilées sous des emblêmes.

27La première de ces colonies est celle des Hébreux qui sortit de l’Égypte sous la conduite de Moïse. Cet antique législateur voulut sans doute éviter les inconvéniens des allégories lorsqu’il défendit à sa colonie de faire des images ; et, par cette sage mesure, il aurait puissamment contribué à la propagation et à l’avancement des sciences naturelles, si son peuple eût été placé dans des circonstances moins défavorables. Mais bientôt conquis par les nations barbares qui les avoisinaient, les Hébreux ne purent prendre l’essor que la législation de l’auteur de la Genèse tendait à leur imprimer.

28Les colonies égyptiennes qui s’établirent dans l’Asie Mineure et en Grèce, furent en position de réaliser ce que n’avaient pu faire les Hébreux. Les chefs de ces colonies ignoraient le sens des emblêmes égyptiens sous lesquels ils communiquaient la science. Ils prirent ces emblêmes au sérieux, et les présentèrent à leurs peuples comme des objets réels d’adoration. Mais, si la science des prêtres égyptiens fut primitivement ignorée, ses résultats pratiques, c’est-à-dire les arts, passèrent dans la société, et plus tard la science elle-même y reparut, sortie cette fois des sanctuaires et acquise pour toujours au genre humain.

  • 6 [Thalès de Millet (fl. vie siècle av. J.-C.) est resté dans les mémoires pour sa cosmogonie selon (...)

29Ce ne fut guère qu’après un laps de mille années que cette nouvelle apparition des sciences eut lieu dans la Grèce, lorsque Thalès6, de retour du voyage qu’il avait fait en Égypte, communiqua sans déguisement ce qu’il avait appris dans les temples mystérieux des prêtres de ce pays. Malgré la distance des temps, les sages de la Grèce conservaient tout le respect primitif pour le savoir des prêtres de leur métropole, et ils se faisaient un devoir de les aller consulter. Ces voyages étaient même considérés comme le principal moyen d’instruction qu’on eût alors. Mais les philosophes grecs avaient moins à apprendre en Égypte que ne se l’imaginaient leurs compatriotes. La science, renfermée dans les temples, et cultivée nécessairement par un très-petit nombre d’hommes, ne pouvait y faire de grands progrès. Elle finit même par rétrograder ; les prêtres qui avaient voulu en faire un mystère et un objet de monopole, perdirent eux-mêmes le sens de leurs emblêmes ; ils furent dupes comme le vulgaire de leurs propres fables, et ils restèrent enfin dans une ignorance honteuse qui fut le châtiment de leur coupable ambition.

30Les Étrusques et les Romains reçurent comme les Grecs, des fables religieuses qu’ils prirent pour des vérités ; et ce ne fut aussi qu’après un long intervalle que les sciences leur arrivèrent dégagées des formes mystiques qui en avaient arrêté les progrès.

  • 7 [Saint Grégoire VII, dont le nom de baptême était Hildebrand, en italien Ildebrando (né vers 1020 (...)

31Il était réservé aux chrétiens de porter les sciences au plus haut degré de perfection qu’elles eussent jamais atteint. Cultivées par le clergé après l’invasion des barbares, elles étaient devenues dans la réalité son partage exclusif. Lorsque le pape Grégoire admit le célibat des prêtres7, non-seulement l’hérédité des sciences fut ainsi empêchée, mais cet acte de discipline ecclésiastique contribua encore presque immédiatement à répandre en dehors du clergé les lumières qu’il possédait seul ; car un grand nombre de clercs ne pouvant obtenir d’emplois ecclésiastiques, embrassèrent une autre carrière, et ce fut celle du professorat qu’ils choisirent.

32D’après ce que je viens de dire de la marche des sciences, on voit que leur histoire peut être divisée en trois époques principales.

33La première est religieuse. La science y est secrète et le privilége de quelques hommes qui se la transmettent héréditairement. Cette époque obscure commence et finit dans l’Orient.

34La deuxième est philosophique. Les sciences y sont isolées de la religion et cultivées toutes ensemble par des sages qui ne les communiquent plus comme les prêtres sous des emblêmes, mais les livrent avec franchise à tous leurs disciples. Cette époque date de Thalès, et est propre à l’Occident.

35La troisième, qui est celle où nous sommes, est plus particulièrement caractérisée par la division du travail, ou la distribution des sciences en plusieurs branches.

  • 8 [Aristote, cf. Leçons 7 et 8.]

36On pourrait faire remonter cette dernière époque à Aristote8, car ce vaste et prodigieux génie a très-bien distingué les branches entrelacées des sciences ; il les a classées méthodiquement avec une supériorité de vues admirable, et il a donné des règles excellentes pour leur étude. Plusieurs d’entre elles ont aussi été fort étendues par ses découvertes ; et il aurait donné son nom à la troisième époque de l’histoire des sciences, s’il avait eu des successeurs en état de le suivre dans sa marche rapide.

37Mais, par une fatalité qui se reproduit trop souvent lorsqu’un homme est de beaucoup supérieur à son siècle, Aristote n’eut point de disciples capables d’achever le monument scientifique qu’il avait commencé. La secte qu’il fonda, et qui fut désignée par le nom de péripatéticiens, tomba même dans le mépris, et ce n’est qu’au xvie siècle de notre ère que sa méthode fut employée, c’est-à-dire que des hommes se consacrèrent spécialement aux mathématiques pures, à l’astronomie, à la mécanique, à la chimie, à la physique, etc., et que ces sciences, malgré de fausses directions, firent des progrès assez rapides.

38Ainsi, la totalité des années qui ont été consacrées aux sciences est loin d’égaler la période de temps que nous avons à examiner, car, comme vous le voyez, elles ne comptent réellement que trois siècles et demi de travaux convenablement dirigés. Mais puisque, dans un espace de temps aussi circonscrit, elles se sont élevées au point où nous les voyons, quels nouveaux progrès ne peut-on pas espérer ?

39Quant à la première époque, celle que j’ai nommée religieuse, elle a, sans doute, été beaucoup moins longue que quelques hommes l’ont pensé. La géologie et l’histoire s’accordent pour le prouver.

  • 9 Les traditions, quand on les reconnaît exactes, lèvent tout doute à cet égard ; car il est bien cl (...)

40Le globe offre partout des témoignages de plusieurs révolutions. Les débris organiques, ensevelis dans ses couches, portent des caractères visibles d’époques différentes. Suivant que les formations sont plus ou moins distantes de la surface de la terre, et par conséquent plus ou moins anciennes, leurs fossiles appartiennent à des espèces diverses et sont plus ou moins altérés. Si la mémoire des bouleversements antérieurs à celui dont parlent les traditions n’est pas venue jusqu’à nous, c’est probablement parce que l’espèce humaine était alors peu nombreuse et qu’elle habitait des lieux où leurs effets ne furent pas sensibles ; ou bien parce que ces lieux furent entièrement abîmés, et par conséquent aussi leurs habitans, à l’exception d’un petit nombre. On pourrait même douter que l’homme existât alors9, car on n’en a encore trouvé aucun débris dans les couches régulières du globe.

41L’état de fraîcheur que présentent les débris animaux renfermés dans les couches marines les plus rapprochées de la superficie, prouve que la dernière révolution terrestre ne remonte pas à une époque bien éloignée.

42L’observation des éboulemens des montagnes et celle de l’accroissement des dunes et des alluvions, conduisent au même résultat.

43On a noté pendant quelques années l’augmentation qu’éprouvent les alluvions de certains fleuves, et en comparant la quantité observée à la totalité des alluvions antérieures, on a obtenu des résultats qui n’ont pas fait remonter ces alluvions à plus de cinq ou six mille ans.

44Des observations et des calculs semblables ont été faits pour les talus des montagnes, et on a aussi reconnu que leur origine ne pouvait pas remonter à plus de cinq ou six mille ans.

  • 10 [Nicolas Thomas Brémontier (30 juillet 1738, Quevilly-16 août 1809, Paris), ingénieur et auteur de (...)

45Feu M. Bremontier, inspecteur des ponts et chaussées, qui a publié un mémoire sur la fixation des dunes, estimait leur marche annuelle à soixante pieds, et sur certains points à soixante-douze10. Selon ses calculs, il ne leur faudrait que deux mille ans pour arriver à Bordeaux, si on ne leur opposait pas d’obstacle, et d’après leur étendue actuelle, il doit y avoir à peu près cinq mille ans qu’elles ont commencé à se former.

  • 11 [Mahomet, cf. Leçon 20, note 26.]
  • 12 [Décrit par le baron Dominique Vivant] Denon, [dans son] Voyage en Égypte Denon (4 janvier 1747, C (...)

46Les effets du vent d’ouest sur les terreins cultivables de l’Égypte, sont un phénomène du même genre que les dunes. Les sables stériles de la Libye, chassés par ce vent, ont envahi, depuis la conquête du pays par les mahométans11, des villes et des villages d’Égypte dont les ruines paraissent encore. On voit percer au travers de ces sables les sommités des minarets de quelques mosquées12. S’ils étaient jetés sur l’Égypte depuis un temps indéfini, il ne-resterait plus rien entre la chaîne lybique et le Nil ; leur marche rapide aurait sans doute rempli toutes les parties étroites de la vallée.

47Les tourbières, produites si généralement dans le nord de l’Europe par l’accumulation des débris de sphagnum (sphaigne) et d’autres mousses aquatiques, peuvent aussi servir de chronomètres. Elles s’élèvent dans des proportions déterminées pour chaque lieu ; elles enveloppent ainsi les petites buttes des terreins sur lesquels elles se forment ; plusieurs de ces buttes ont été enterrées de mémoire d’hommes. En d’autres endroits les tourbières suivent la pente des vallons ; elles avancent comme les glaciers, avec cette différence que les glaciers fondent par leur bord inférieur et que les tourbières ne sont arrêtées par rien ; en les sondant jusqu’au terrein solide, on juge de leur ancienneté ; or, on a trouvé qu’elles ne peuvent remonter aussi à une époque indéfiniment reculée.

48Ainsi, partout la nature nous tient le même langage ; toujours elle nous répond que l’ordre actuel des choses n’a pas une origine bien éloignée.

49L’histoire, comme je l’ai dit, confirme les résultats obtenus par l’examen des phénomènes naturels.

50En effet, bien que d’abord les traditions de quelques anciens peuples semblent contredire la nouveauté du monde actuel, lorsqu’on examine de plus près ces traditions, on a bientôt reconnu qu’elles n’ont rien d’historique, et que la véritable histoire, et tout ce qu’elle nous a conservé le documens positifs sur les premiers établissemens des nations, ne les fait remonter qu’une époque qui est de beaucoup en deçà des temps traditionnels.

51La chronologie d’aucun des peuples de l’occident ne remonte sans interruption à plus de trois mille ans. Aucun d’eux ne nous offre, avant cette époque, une suite de faits enchaînés les uns aux autres avec quelque vraisemblance. Le nord de l’Europe n’a d’histoire que depuis sa conversion au christianisme. L’histoire de l’Angleterre, de la Gaule, de l’Espagne, ne remonte pas plus haut que les conquêtes des Romains. Celle de l’Italie septentrionale, avant la fondation de Rome, est encore à peu près ignorée. Les Grecs avouent ne savoir l’art d’écrire que depuis que les Phéniciens le leur ont enseigné, il y a trente-trois ou trente-quatre siècles. Longtemps après, leur histoire est encore pleine de fables, et ils ne placent pas à trois cents ans plus haut les premiers vestiges de leur formation en corps de peuples. Nous n’avons de l’histoire de l’Asie occidentale que quelques extraits contradictoires qui ne comprennent guère que vingt-cinq siècles d’une manière un peu suivie, et en admettant ce qu’on en rapporte de plus ancien avec quelques détails historiques, on arriverait à peine à quatre mille ans.

  • 13 [Hérodote, cf. Leçon 7.]
  • 14 [Aristée, dignitaire de la cour de Ptolémée II Philadelphe (qui régna de 285 à 246 av. J.-C., cf. (...)
  • 15 [Homère, le grand poète épique grec du viiie siècle av. J.-C., auteur, selon la légende, de l’Ilia (...)

52Le premier historien profane dont il nous reste des ouvrages, Hérodote13, n’a pas deux mille trois cents ans d’ancienneté. Les historiens antérieurs qu’il a pu consulter ne datent pas d’un siècle avant lui, et les extravagances qui nous restent extraites d’Aristée de Proconnèse et de quelques autres14, peuvent même nous faire juger de ce qu’ils étaient. Avant eux on n’avait que des poètes. Homère15, le plus ancien de ceux que nous connaissons, n’a précédé notre âge que de deux mille sept cents ou deux mille huit cents ans.

  • 16 [Bérose ou Bérossos (également appelé Berossus), Bel-re-ušu en akkadien –sa langue–, prêtre chaldé (...)
  • 17 [Séleucus Ier Nicator (c. 358/354 av. J.-C., Europos, Macédoine-août ou septembre 281 près de Lysi (...)
  • 18 [Hieronymus de Cardie, général et historien grec contemporain d’Alexandre le Grand. Il rédigea une (...)
  • 19 [Antioche Ier Soter (324 av. J.-C. -262/261), souverain du royaume des Séleucides de Syrie, régna (...)
  • 20 [Manéthon, cf. Leçon 2, note 10.]
  • 21 [Ptolémée II Philadelphe (308 av. J.-C., Kos-246), pharaon d’Égypte (285-246 av. J.-C.), second ro (...)

53Quand ces premiers historiens parlent des anciens événemens de leur nation ou de ceux des nations voisines, ils ne citent point d’ouvrages publics, mais seulement des traditions orales. Ce n’est que long-temps après eux que l’on a vu paraître de prétendus extraits des annales égyptiennes, phéniciennes et babyloniennes. Berose16 n’écrivit que sous le règne de Séleucus Nicator17, environ quatre cents ans avant Jésus-Christ ; Hiéronyme18, que sous celui d’Antiochus Soter19, qui est plus rapproché de nous ; et Manéthon20, que sous le règne de Ptolémée Philadelphe21, plus voisin encore de nos temps.

  • 22 [Sanchoniathon (qui vécut au xive ou au xiiie siècle av. J.-C.) est un auteur de l’antiquité phéni (...)
  • 23 [Philon Byblos (63-après 141), grammairien et lexicologue phénicien, jeune contemporain de Plutarq (...)
  • 24 [Hadrien (ou Adrien) portait le nom latin complet de Caesar Traianus Hadrianus Augustus. Son nom d (...)

54Sanchoniathon22, auteur phénicien, qu’il soit véritable ou supposé, n’était point connu avant que Philon de Byblos23 en eût publié une traduction, sous Adrien24, dans le iie siècle après Jésus-Christ ; et, quand on l’aurait connu, il n’aurait présenté pour les premiers temps, comme tous les auteurs de cette époque, qu’une théogonie puérile, ou une métaphysique méconnaissable à force d’être déguisée sous des allégories.

  • 25 [Cyrus Ier (vers la fin du viie av. J.-C.), roi des Achéménides, fils de Teispès et grand-père de (...)

55Un seul peuple nous a laissé des annales écrites en prose avant l’époque de Cyrus25 : c’est le peuple juif.

56Les cinq premiers livres de la Bible que nous nommons le Pentateuque, existent très-certainement sous leur forme actuelle depuis plus de deux mille huit cents ans, puisque les Samaritains les reçoivent comme les Juifs.

57En attribuant la rédaction de la Genèse à Moïse lui-même, ce que rien n’empêche, on la ferait remonter à cinq cents ans plus haut, c’est-à-dire à trente-trois siècles ; et il suffit de la lire pour s’apercevoir qu’elle a été composée en partie de morceaux d’ouvrages antérieurs : on ne peut donc aucunement douter que ce ne soit l’écrit le plus ancien dont notre occident soit en possession.

58Or, cet ouvrage et tous ceux qui ont paru depuis, quelque étrangers que leurs auteurs fussent à Moïse et à son peuple, nous présentent les nations des bords de la Méditerranée comme nouvelles ; ils nous les montrent encore demi-sauvages quelques siècles auparavant ; et enfin, ils nous parlent tous d’une catastrophe générale, d’une irruption des eaux, qui occasionna une régénération presque totale du genre humain.

  • 26 [La Septante, la plus ancienne traduction grecque de l’Ancien Testament rédigée à partir du texte (...)

59Le texte hébreu de la Genèse fait remonter le déluge à quatre mille cent soixante-quatorze ans avant nous ; le texte samaritain, à quatre mille huit cent soixante-neuf ans, et la traduction des soixante-douze hommes qu’on appelle Septante26, à cinq mille trois cent quarante-cinq.

  • 27 [Ogygès, ou Ogygus dans la mythologie grecque, premier roi de Thèbes. Au cours de son règne survin (...)

60Les traditions poétiques des Grecs, sources de toute notre histoire profane pour ces époques reculées, s’accordent avec les annales des juifs : elles plaçent le déluge d’Ogygès27 à deux mille trois cent soixante-seize ans avant Jésus-Christ, c’est-à-dire à quatre mille deux cent six ans avant nous.

  • 28 [Le Véda provient des envahisseurs aryens du sous-continent indien, et de leurs descendants, quoiq (...)

61Les Vedas, ou livres sacrés des Indiens28, qui ont été composés à peu près dans le même temps que la Genèse, plaçent le commencement de ce qu’ils nomment l’âge de malheur, c’est-à-dire l’âge actuel, à quatre mille neuf cent trente-deux ans avant nous. C’est à quelques années près l’époque indiquée par le texte samaritain.

  • 29 [Le Chou-King (« Le Classique des Documents ») est l’un des Cinq Classiques (Wou King) de l’antiqu (...)
  • 30 [Confucius, le célèbre sage chinois, naquit pendant la vingt-deuxième année de règne du duc Hsiang (...)
  • 31 [Yao –Tang Ti Yao–, empereur légendaire de l’âge d’or de l’Antiquité chinoise (c. xxive siècle av. (...)
  • 32 [D’après une traduction française du Chou-King (cf. note 29).]

62Le Chou-King29, le livre le plus authentique des Chinois, et qu’on assure avoir été écrit par Confucius30, avec des fragmens d’ouvrages antérieurs, il y a à peu près deux mille deux cent cinquante-cinq ans, commence l’histoire de la Chine par un empereur nommé Yao31, qu’il représente occupé à faire écouler les eaux, qui, s’étant élevées jusqu’au ciel, baignaient encore le pied des plus hautes montagnes, couvraient les collines moins élevées et rendaient les plaines impraticables32. Cet Yao, suivant quelques auteurs, date de 4 175 années avant notre temps. C’est, comme on voit, l’époque même assignée au déluge par le texte hébreu.

  • 33 La différence des dates tirées des textes du Pentateuque et de la version des Septante, résulte de (...)

63Enfin le déluge des Assyriens remonte à l’an 2 200 avant Jésus-Christ, c’est-à-dire à quatre mille trente ans avant nous33.

  • 34 Elle a été mentionnée par Confucius, dans son livre nommé Tchun-Tsreou [M. de St.-Agy]. [La chrono (...)
  • 35 [Originaire de Chaldée, au sud de Babylone (la partie méridionale de l’Irak contemporain), le peup (...)

64Or, ce ne fut que long-temps après ce grand désastre que les sciences commencèrent à se former. L’astronomie, dont l’antiquité dépasse celle de toutes les autres sciences, et qui prit naissance à peu près en même temps sur plusieurs points du globe, ne nous a laissé aucune observation incontestable qui remonte plus haut que le viiie siècle avant notre ère. La plus ancienne observation d’éclipse, faite par les Chinois, date de l’année 776 avant J.-C.34 Les Chaldéens35, qui ont aussi observé le ciel de bonne heure, ne fournissent pas d’observation authentique qui soit antérieure à 1’année 721 avant l’ère chrétienne.

  • 36 [Simplicius de Cilicie (fl. c. 530), philosophe grec dont les commentaires avisés sur les traités (...)
  • 37 [Alexandre le Grand. cf. Leçon 7.]
  • 38 [Callisthène. Voir Leçon 7.]
  • 39 Le Globe, le Temps et autres journaux meilleurs font dire à M. Cuvier, que c’est dans [les travaux (...)

65Simplicius36, l’un des commentateurs des quatre livres d’Aristote sur le ciel, dit bien qu’Alexandre-le-Grand37 avait trouvé à Babylone des observations d’éclipses faites par ces mêmes Chaldéens, qui embrassaient un espace de mille neuf cents ans, et que ces observations furent envoyées en Grèce par Callisthènes38, sur la recommandation expresse d’Aristote. Mais aucun autre auteur ne parle de ce prétendu fait ; et ce qui ruine complètement l’assertion de Simplicius, c’est qu’Aristote ne fait aucune mention de ce qu’il rapporte39.

  • 40 [Tcheou-Kong, astronome chinois (fl. c. 1100 av. J.-C.), dont certains assurent qu’il inventa le c (...)
  • 41 Voy. [Jean-Baptiste-Joseph] Delambre [Leçon 2, note 17], Histoire de l’astronomie ancienne [Paris  (...)

66On a parlé d’une observation de l’ombre méridienne du soleil, faite en Chine par Tcheou-Kong40, environ onze siècles avant J.-C. Mais il a été reconnu que cette observation manquait de précision41 ; et d’ailleurs, en l’admettant, elle ne changerait rien à l’âge du monde actuel.

  • 42 [Les temples de Dendérah (ou du Sistre) et d’Esneh. Voir notes 44 et 47.]

67On a eu recours à des argumens d’un autre genre. On a prétendu que les anciens peuples de l’Asie et de l’Afrique avaient laissé des monumens qui indiquaient, par la représentation de l’état du ciel, à l’époque de leur construction, une date certaine et très-éloignée. Les zodiaques, sculptés dans deux temples de la Haute-Égypte, ont été surtout présentés comme fournissant des preuves irrécusables de cette assertion42.

  • 43 [Jean-François Champollion, cf. Leçon 2, note 27.]
  • 44 [Le temple de Dendérah, dédié à Hathor, déesse du ciel et de la fertilité, est l’un des mieux prés (...)
  • 45 Voir [Antoine Jean] Letronne [1787-1848], Recherches pour servir à l’histoire de l’Égypte [... pen (...)
  • 46 [Pour Néron, cf. Leçon 12, note 2.]
  • 47 [Le petit temple d’Esneh ou Esné, fait partie du site de Dendérah. Voir note 44.]
  • 48 [Antonin est Marc Aurèle, cf. Leçon 11, note 72.]

68Mais les découvertes de M. Champollion43 sur les hiéroglyphes ont détruit ces erreurs. On sait maintenant, entre autres faits, que les temples dans lesquels furent sculptés ces zodiaques ont été construits sous la domination des Romains. Le portique du temple de Dendera44, d’après l’inscription grecque que porte son frontispice, fut consacré au salut de Tibère45. Sur le planisphère de ce même temple, on lit le titre d’Autocrator, écrit en caractères hiéroglyphiques ; et il est vraisemblable que ce titre se rapporte à Néron46. Le petit temple d’Esné47, dont on plaçait l’origine entre deux mille sept cents et trois mille ans avant J.-C, présente une colonne sculptée et peinte la dixième année d’Antonin48, cent quarante-sept ans après le commencement de notre ère, et le style de la peinture et de la sculpture est le même que celui du zodiaque qui est auprès.

  • 49 [Cécrops, dans la mythologie grecque, premier roi d’Attique. On dit de lui qu’il créa une législat (...)

69Ainsi, il est constant que les nations n’ont commencé à cultiver les sciences qu’à une époque assez rapprochée de nos jours. On peut même suivre le développement de leurs connaissances par celles des colonies qui sortirent successivement de leur sein. Quand Cécrops et sa colonie49, par exemple, partirent d’Égypte mille cinq cent cinquante-six ans avant J.-C., les prêtres égyptiens ne connaissaient encore que l’année lunaire. La colonie des Hébreux, partie en 1491, avant J.-C., sous la conduite de Moïse, ne connaissait aussi que cette année inexacte. Mille ans après, Hérodote, voyageant en Égypte, y trouva une année solaire ; mais elle n’était composée que de trois cent soixante-cinq jours ; et ce ne fut que plus tard qu’on y connut l’année de trois cent soixante-cinq jours un quart.

70En suivant cette méthode indirecte, on peut apprécier l’état des sciences chez les Égyptiens, dont nous ne possédons aucun livre.

71Nous rechercherons de la même manière l’état des sciences dans l’Inde. Cette histoire des sciences dans l’Inde et dans l’Égypte sera le sujet de la prochaine leçon.

Notes

1 Jean-Jacques Rousseau [28 juin 1712, Genève-2 juillet 1778, Ermenonville] et plusieurs autres philosophes, qui ne pouvaient s’expliquer comment les hommes, avant de savoir parler, auraient fait entre eux les conventions que nécessite la création d’une langue, ont admis que l’homme avait paru sur la terre avec un langage tout fait [cf. Rousseau (Jean-Jacques), Essai sur l’origine des langues [introd. et notes de Kremer-Marietti Angèle ; reprod. en facsimile, avec bibliogr. mise à jour], Paris : L’Harmattan, 2009, 192 p.] Les deux expressions instinct du langage qu’emploie M. Cuvier, impliquent l’opinion opposée, c’est-à-dire que l’homme a formé de toutes pièces une langue primitive. Je dis une langue primitive parce que, comme on le verra plus loin, M. Cuvier admet l’hypothèse d’un peuple également primitif [M. de St.-Agy].

2 [En Inde, lors de la dernière phase de l’ère védique (c. 800-500 av. J.-C.), Brahma était l’une des principales divinités de l’hindouisme. Il fut progressivement éclipsé par Vishnou et Shiva. Brahma (forme masculine à ne pas confondre avec Brahman, qui est neutre et représente le soi suprême ou l’ultime réalité de l’univers) est associé au dieu védique créateur Prajapati, dont il fut conduit à assumer l’identité. On dit de Brahma qu’il naquit d’un œuf d’or, créa la Terre et tout ce qui l’habite. D’autres mythes diront plus tard de lui qu’il est né d’une fleur de lotus issue du nombril de Vishnou.]

3 [Hermès, divinité grecque, est le fils de Zeus et de Maïa. Souvent identifié au Mercure des Romains, et à Casmilos ou Kadmylos, l’un des Cabires. Son nom est probablement dérivé de herma, le mot qui désigne, en grec, un amas de pierres, de ceux qu’on utilisait alors pour tracer des frontières ou marquer un point de repère. Le premier lieu de culte d’Hermès fut probablement l’Arcadie, où il aurait vu le jour (sur le mont Cylène). Il était plus particulièrement vénéré là-bas comme le dieu de la fertilité.]

4 [Cérès, dans le Panthéon romain, est la déesse des moissons et de la fécondité (autrement dit, de l’agriculture), adorée seule ou associée à la déesse de la terre, Gaïa (ou Tellus). Triptolème fut le premier prêtre de Déméter et l’inventeur de l’agriculture. Les légendes disent qu’il était le fils de Polymnie, l’une des neuf muses, mère de la danse ou de la géométrie, et de Céléos roi d’Eleusis, ou de Cheimarros, fils d’Arès, dieu de la guerre.]

5 Je pense qu’il ne faut ni déclamer contre les prêtres de l’Antiquité, comme l’ont fait [Marie-Jean-Antoine-Nicolas de Caritat] le marquis de Condorcet [17 septembre 1743, Ribemont-29 mars 1794, Bourg-la-Reine ; philosophe français des Lumières, avocat d’une réforme de l’éducation (pour l’ensemble de ses œuvres, cf. Condorcet (Jean-Antoine-Nicolas de Caritat), Œuvres de Condorcet - publiées par A. Condorcet, A. O’Connor & M.F. Arago, Paris : Firmin Didot frères, 1847-1849, 12 vol.] et la plupart des autres écrivains du xviiie siècle, ni chercher à les excuser, comme me semble le faire M. Cuvier, car leur conduite est le résultat de la nature même de l’homme. En effet, donnez à un certain nombre d’hommes, quels qu’ils soient, un intérêt distinct de l’intérêt général : ces hommes, unis entre eux par un lien particulier, seront par là même séparés de tout ce qui n’est pas leur corporation, leur caste. Ils regarderont comme un acte légitime et méritoire de faire tout plier sous l’influence de cette caste. Rassemblez-les autour d’un drapeau, vous aurez des soldats ; autour d’un autel, vous aurez des prêtres [M. de St.-Agy].

6 [Thalès de Millet (fl. vie siècle av. J.-C.) est resté dans les mémoires pour sa cosmogonie selon laquelle l’eau serait l’essence de toutes choses. Selon le penseur grec Apollodore (fl. 140 av. J.-C., lettré grec aux curiosités multiples, surtout connu pour sa Chronique de l’histoire grecque, cf. Hornblower (Simon) & Spawforth (Antony) (sous la dir.), « Apollodorus of Athens », The Oxford Classical Dictionary, 3ème éd., Oxford ; New York : Oxford University Press, 1996, p. 124), Thalès naquit en 624. L’historien Diogène Laërce (fl. iiie siècle ; auteur grec célèbre pour son histoire de la philosophie grecque) situe sa mort pendant la 58e Olympiade (548-545), à l’âge de 78 ans. Les écrits de Thalès ne lui ont pas survécu, ni de témoignages qui lui fussent contemporains. C’est pourquoi il est difficile d’établir avec certitude ses réalisations. La présence de son nom parmi les légendaires Sept Sages, ou Sophoi, de l’Antiquité, a conduit à son idéalisation. Nombre d’actes et de paroles, dans l’ensemble apocryphes, lui ont été attribués.]

7 [Saint Grégoire VII, dont le nom de baptême était Hildebrand, en italien Ildebrando (né vers 1020 près de Soane, dans les États pontificaux, mort le 25 mai 1085 à Salerne. Canonisé en 1606. Fêté le 25 mai) fut l’un des grands papes réformateurs du Moyen Âge (il régna de 1073 à 1085). Dirigeant spirituel plus que politicien, il s’attaqua à un certain nombre d’abus cléricaux. Il livra à partir de 1075 un conflit acharné au Saint-Empereur Henri IV à propos de l’investiture royale des évêques (« Querelle des investitures »). Henri IV excommunié consentira à faire pénitence dans la ville italienne de Canossa.]

8 [Aristote, cf. Leçons 7 et 8.]

9 Les traditions, quand on les reconnaît exactes, lèvent tout doute à cet égard ; car il est bien clair qu’on ne se souvient que de ce qu’on a vu [M. de St.-Agy].

10 [Nicolas Thomas Brémontier (30 juillet 1738, Quevilly-16 août 1809, Paris), ingénieur et auteur de Brémontier (Nicolas-Thomas), Mémoire sur les dunes, et particulieÌrement sur celles qui se trouvent entre Bayonne et la pointe de Grave, à l’embouchure de la Gironde, Paris : De l’imprimerie de la République, an V [1797], 73 p. Il publia aussi Recherches sur le Mouvement des Ondes, Paris : Firmin Didot, 1809, VIII + 122 p., un travail sans précédent dédié à la formation des vagues et à leurs causes, aux méthodes de mesure de leur hauteur, et à leurs effets sur les rivages.]

11 [Mahomet, cf. Leçon 20, note 26.]

12 [Décrit par le baron Dominique Vivant] Denon, [dans son] Voyage en Égypte Denon (4 janvier 1747, Chalon-sur-Saône-27 avril 1825, Paris) était à la fois artiste, archéologue et administrateur de musée : il joua à ce titre un rôle majeur dans le développement des collections du Louvre. En 1798 il accompagna Napoléon Bonaparte (15 août 1769, Ajaccio-5 mai 1821, Sainte-Hélène) dans son ultime expédition en Égypte et réalisa là-bas de nombreux croquis des vestiges de l’Antiquité, parfois même sous le feu nourri de l’ennemi. Ils furent publiés dans son Denon (Vivant), Voyage dans la basse et la haute Égypte pendant les campagnes du général Bonaparte, Paris : Didot, 1802, 322 p. + atlas (une édition anglaise parut en 1803). Napoléon le nomma directeur général des musées en 1804, poste qu’il conserva jusqu’en 1815.]

13 [Hérodote, cf. Leçon 7.]

14 [Aristée, dignitaire de la cour de Ptolémée II Philadelphe (qui régna de 285 à 246 av. J.-C., cf. note 21), est l’auteur d’une lettre célèbre adressée à son frère Philocrate dans laquelle apparaît une traduction grecque du Pentateuque –les cinq premiers livres de l’Ancien Testament–, commandée par Ptolémée. Si l’on en croit la légende telle que la lettre la reflète, la traduction fut exécutée par 72 anciens ramenés de Jérusalem, en 72 jours. La lettre, en fait, avait été écrite par un Juif d’Alexandrie autour de 100 av. J.-C., dans l’intention de démontrer la supériorité du judaïsme en tant que religion ou que philosophie. Elle contient également d’intéressantes descriptions de la Palestine, de Jérusalem avant la destruction du Temple et d’offrandes royales adressées au Temple.]

15 [Homère, le grand poète épique grec du viiie siècle av. J.-C., auteur, selon la légende, de l’Iliade et de l’Odyssée. Voir Leçon 4 (cf. l’édition française de référence : Homère, Iliade - Odyssée [trad. par Bérard Victor & Flacelière Robert ; éd. par Bérard

16 [Bérose ou Bérossos (également appelé Berossus), Bel-re-ušu en akkadien –sa langue–, prêtre chaldéen de Babylone, astrologue et astronome, auteur d’une œuvre en trois volumes sur l’histoire et la culture babyloniennes. Il servit largement aux futurs compilateurs grecs, dont les versions, à leur tour, furent reprises par des théologiens tels qu’Eusèbe de Césarée et Flavius Josèphe. Ainsi Bérose, dont l’œuvre n’a pourtant survécu qu’au travers de citations fragmentaires, est reconnu pour avoir transmis aux Grecs de l’Antiquité la connaissance des origines de Babylone (cf. Verbrugghe (Gerald P.) & Wickersham (John M.), Berossos and Manetho Introduced and Translated : Native Traditions in Ancient Mesopotamia and Egypt, Ann Arbor : University of Michigan Press, 1996, x + 239 p.)]

17 [Séleucus Ier Nicator (c. 358/354 av. J.-C., Europos, Macédoine-août ou septembre 281 près de Lysimacheia, Thrace), officier supérieur de l’armée macédonienne qui fonda le Royaume des Séleucides. Satrape de Babylone, les affrontements consécutifs à la mort d’Alexandre le Grand lui vaudront d’accéder à la souveraineté d’un empire couvrant le territoire de la Syrie et de l’Iran actuels.]

18 [Hieronymus de Cardie, général et historien grec contemporain d’Alexandre le Grand. Il rédigea une histoire des diadoques (successeurs d’Alexandre) et de leurs descendants, de la mort d’Alexandre à la guerre avec Pyrrhus (323-272 av. J.-C.) ; un texte sur lequel s’appuieront Diodore de Sicile et Plutarque (dans sa vie de Pyrrhus). Hieronymus utilisa des documents officiels et fit preuve de prudence dans ses recherches factuelles ; toutefois ne lui a survécu qu’une proportion négligeable de son œuvre. Il mourut à la cour d’Antigone II Gonatas à l’âge de 104 ans.]

19 [Antioche Ier Soter (324 av. J.-C. -262/261), souverain du royaume des Séleucides de Syrie, régna vers 292-291 av. J.-C. à l’est du royaume, puis entre 281 et 261 sur son intégralité. Soumis à d’importantes pressions extérieures, il consolida son royaume et favorisa la fondation de cités nouvelles.]

20 [Manéthon, cf. Leçon 2, note 10.]

21 [Ptolémée II Philadelphe (308 av. J.-C., Kos-246), pharaon d’Égypte (285-246 av. J.-C.), second roi de la dynastie des Ptolémées, étendit son pouvoir grâce à une diplomatie habile, à une agriculture développée et au commerce. Il fit d’Alexandrie une capitale des arts et des sciences.]

22 [Sanchoniathon (qui vécut au xive ou au xiiie siècle av. J.-C.) est un auteur de l’antiquité phénicienne. Tout ce qu’on sait de lui provient des travaux de Philon de Byblos (qui vécut à la croisée des deux premiers siècles de notre ère, cf. note 23). Les fouilles réalisées en Syrie en 1929, à Ras Shamra (l’ancienne Ougarit), ont mis à jour des documents phéniciens qui confirment la plupart des informations fournies par Sanchoniathon à propos de la mythologie et des croyances religieuses des Phéniciens. cf. Schaeffer (Claude F. A.), The cuneiform texts of Ras Shamra-Ugarit, by ClaudeF. A. Schaeffer..., London : Oxford University Press, 1939, xv + 100 p.]

23 [Philon Byblos (63-après 141), grammairien et lexicologue phénicien, jeune contemporain de Plutarque. Son œuvre, si nous en disposions dans son intégralité, pourrait fournir d’importantes contributions à l’histoire et à la mythologie phéniciennes. Natif de Byblos, au pied du mont Liban, Philon se fit une grande réputation en tant que grammairien à la fin du premier et au début de iie siècle de notre ère. Il semble qu’il ait vu le jour pendant le règne de Néron et vécu assez longtemps pour écrire sur Hadrien. Il est probable qu’il s’est établi à Rome comme client de Sévère Herrenius (qui y fut nommé consul), vraisemblablement en tant que consul suffectus, vers l’année 124. Philon porta en effet le nom d’Herrenius, et fait apparemment l’objet d’une confusion avec le noble Romain de la part de Suidas ou de l’une de ses sources. Outre ses travaux sur l’histoire, la rhétorique et les célébrités de l’époque, il s’engagea dans des recherches assez proches de celles de Manéthon et de Bérose. Il porta à la connaissance du monde littéraire en général le contenu des ouvrages historiques de sa nation. Eusèbe, dans l’œuvre historique où il s’évertua à démontrer que toutes les nations idolâtres empruntaient leur enseignement traditionnel aux Juifs, étudie la mythologie phénicienne en se fondant sur les neuf volumes de la traduction réalisée par Philon de Byblos à partir de l’histoire phénicienne de Sanchoniathon de Bérythe. Ce dernier vivait au temps de Sémiramis et avant la Guerre de Troie (fragments rassemblés par Müller (Karl Otfried) & Müller (Theodor) (sous la dir.), Fragmenta historicorum graecorum : Apollodori Bibliotheca cum fragmentis/auxerunt, notis et prolegomenis illustrarunt, indice plenissimo instruxerunt Car. et Theod. Mulleri ; accedunt Marmora Parium et Rosettanum, hoc cum Letronnii, illud com C. Mulleri commentariis, Paris : Firmin Didot, 1841-1870, 5 vol.)]

24 [Hadrien (ou Adrien) portait le nom latin complet de Caesar Traianus Hadrianus Augustus. Son nom de naissance (jusqu’à l’année 117) était Publius Aelius Hadrianus. Il vit le jour le 24 janvier 76, probablement à Italica, en Bétique (aujourd’hui espagnole), et mourut le 10 juillet 138 à Baïes, près de Naples. Empereur de Rome de 117 à 138, le neveu et successeur de Trajan était un admirateur érudit de la civilisation grecque. Il unifia et consolida l’immense empire romain.]

25 [Cyrus Ier (vers la fin du viie av. J.-C.), roi des Achéménides, fils de Teispès et grand-père de Cyrus II le Grand (cf. Leçon 6, note 26).]

26 [La Septante, la plus ancienne traduction grecque de l’Ancien Testament rédigée à partir du texte hébreu originel, a été vraisemblablement réalisée à l’usage de la communauté juive en Égypte lorsque le grec était la lingua franca de toute la région (Dines (Jennifer M.), The Septuagint [éd. par Knibb Michael A.], London ; New York : T & T Clark, 2005, XVII + 196 p.). Une analyse lexicale a permis de déterminer que la Torah, ou le Pentateuque (les cinq premiers volumes de l’Ancien Testament) ont été traduits vers le milieu du iiie siècle avant notre ère, et que le reste de l’Ancien Testament a été traduit au iie siècle av. J.-C. Le mot Septante (du latin septuaginta, signifiant « 70 ») sera plus tard emprunté à la légende selon laquelle 72 traducteurs, six pour chacune des 12 tribus d’Israël, traduisirent dans des cellules séparées l’ensemble du texte : au terme de leur labeur, toutes les traductions étaient identiques. En réalité, il demeure de grandes différences de style et d’usage entre cette traduction de la Torah dite Septante et les traductions des livres suivants de l’Ancien Testament.]

27 [Ogygès, ou Ogygus dans la mythologie grecque, premier roi de Thèbes. Au cours de son règne survint un grand déluge, l’une des deux versions grecques de la légende du déluge biblique. Ogygès est aussi identifié au roi de Béotie, au fils de Cadmos (cf. Leçon 4, note 1) ou à celui de Poséidon.]

28 [Le Véda provient des envahisseurs aryens du sous-continent indien, et de leurs descendants, quoique les premiers habitants aient pu très bien, eux aussi, contribuer à son élaboration. Le Véda représente les intérêts particuliers de deux classes de la société des Aryens : les prêtres (brahmanes) et les princes ou guerriers (ksatriyas), qui régnaient ensemble sur la masse bien plus nombreuse des paysans (vaisyas). La littérature védique va du Rig-Véda (c. 1400 av. J.-C.) aux Upanishads (c. 1000-500 av. J.-C.). Elle constitue l’unique documentation relative à l’ensemble de la religion indienne avant le bouddhisme, et propose les premiers textes de l’hindouisme classique (cf. Shrava 1977). Les textes les plus importants composent les quatre collections (samhitas) connues comme le Véda ou les Védas (« Les Livres de la Connaissance ») : le Rig-Véda (« Sagesse des Hymnes »), le Yajurvéda (« Sagesse des Formules Sacrificielles »), le Samavéda (« Sagesse des Mélodies »), et l’Atharvavéda (« Sagesse des incantations rituelles »). Des quatre Védas, le Rig-Véda est le plus ancien.]

29 [Le Chou-King (« Le Classique des Documents ») est l’un des Cinq Classiques (Wou King) de l’antiquité chinoise. Le Chou-King est une compilation de récits et de documents relatifs à l’histoire de la Chine antique. Il a été prouvé que certains chapitres sont pure invention, mais leurs parties authentiques constituent le plus ancien texte chinois de ce type (cf. The Sacred books of China : The texts of Confucianism [tr. en anglais par Legge James], 2nde éd., Delhi (India) : Motilal Banarsidass, 1988, 6 vol.)]

30 [Confucius, le célèbre sage chinois, naquit pendant la vingt-deuxième année de règne du duc Hsiang de Lu (551 av. J.-C.) à Qufu dans l’ancienne principauté de Lu, aujourd’hui sur le territoire de la province de Shandong. Il occupa plusieurs postes administratifs mineurs (directeur des écuries ou gérant des réserves de céréales) avant d’épouser une femme de même extraction à l’âge de 19 ans. On ignore le nom de ses professeurs mais il s’évertua à trouver ceux qui lui enseigneraient le mieux, entre autres disciplines, la liturgie et la musique. Sa maîtrise des six arts– rites, musique, tir à l’arc, conduite du char, science des nombres, calligraphie –et sa connaissance des traditions classiques, particulièrement la poésie et l’histoire, lui permirent d’entamer une brillante carrière d’enseignant autour de sa trentième année. Confucius est considéré comme le premier enseignant chinois à avoir voulu rendre l’éducation accessible à tous les hommes. Il contribua de manière décisive à conférer à l’art d’éduquer la dimension d’une vocation, et même d’un art de vivre. Avant lui, les familles nobles recrutaient des tuteurs chargés d’instruire leurs fils dans chaque discipline particulière et les fonctionnaires du gouvernement enseignaient à leurs subordonnés les techniques indispensables. Confucius fut le premier à dédier sa vie entière à s’instruire et à enseigner dans le dessein de transformer et d’améliorer la société. Approchant la cinquantaine, il devint d’abord magistrat, puis ministre délégué aux travaux publics, enfin ministre de la justice de l’État de Lu. Sa carrière politique, toutefois, fut de courte durée. Sa loyauté à l’égard du roi lui aliéna ceux qui détenaient alors le véritable pouvoir, les membres de la famille Qi. Sa droiture morale, par ailleurs, détonait parmi les proches courtisans du roi, qui berçaient celui-ci d’illusions gratifiantes. À 56 ans, réalisant que ses supérieurs ne s’intéressaient pas à sa politique, il quitta la principauté dans l’espoir de se mettre au service d’un autre État. Sa frustration politique ne découragea pas un cercle croissant d’étudiants qui l’accompagnèrent pendant l’exil de presque douze années qu’il s’imposa. Dès lors se propagea sa renommée de visionnaire doublé d’un missionnaire. Il figurait l’héroïsme de l’être conscient et réaliste qui sait son projet voué à l’échec, mais qui, habité par le feu passionné de la vertu, continue sans relâche à donner le meilleur de lui-même. À l’âge de 67 ans il retourna sur sa terre pour y enseigner et y préserver, par l’écriture et l’édition, les précieuses traditions classiques (pour une traduction littérale des œuvres attribuées à Confucius, cf. Les entretiens de Confucius [titre original : lunyu ; trad., intr. et notes par Ryckmans Pierre], Paris : Gallimard, 2004, 139 p.) Il mourut en 479 av. J.-C., âgé de 73 ans.]

31 [Yao –Tang Ti Yao–, empereur légendaire de l’âge d’or de l’Antiquité chinoise (c. xxive siècle av. J.-C.), fut célébré par Confucius comme une source d’inspiration et un modèle éternel de vertu, de droiture et de piété désintéressée.]

32 [D’après une traduction française du Chou-King (cf. note 29).]

33 La différence des dates tirées des textes du Pentateuque et de la version des Septante, résulte de l’inégalité de l’âge attribué à quelques patriarches lorsqu’ils engendrèrent. Quant aux différences observées entre les autres dates citées par M. Cuvier, elles n’ont rien d’étonnant, quand on considère que pendant long-temps ces dates n’ont été transmises que par voie de tradition orale [M. de St.-Agy].

34 Elle a été mentionnée par Confucius, dans son livre nommé Tchun-Tsreou [M. de St.-Agy]. [La chronologie chinoise peut être vérifiée précisément à l’aide des éclipses à partir du viiie siècle avant notre ère (sous le règne de la dynastie Zhou). Le Ch’un-ch’iu (« Annales du printemps et de l’automne »), chronique couvrant la période 722-481 (av. J.-C.), relève 36 éclipses solaires. Il s’agit de la plus ancienne série d’observations d’éclipses jamais retrouvée en quelque partie du monde.]

35 [Originaire de Chaldée, au sud de Babylone (la partie méridionale de l’Irak contemporain), le peuple chaldéen est souvent mentionné dans la Bible. Littéralement, le terme chaldéen devrait s’appliquer strictement à la terre bordant le haut du Golfe persique, entre le désert d’Arabie et le delta de l’Euphrate. Plusieurs auteurs de l’Antiquité ont appelé « Chaldéens » les prêtres et les érudits instruits dans la littérature babylonienne classique, et plus particulièrement dans les traditions de l’astronomie et de l’astrologie.]

36 [Simplicius de Cilicie (fl. c. 530), philosophe grec dont les commentaires avisés sur les traités (Du ciel, La physique, De l’âme) et les Catégories d’Aristote sont jugés importants, à la fois pour leur substance originale et parce qu’ils contiennent beaucoup de fragments dignes d’intérêt attribués aux philosophes présocratiques (cf. Simplicius, Commentaire sur le Manuel d’ÉpicteÌte [texte établi & trad. par Hadot Ilsetraut], Paris : Les Belles Lettres, 2001, CLXXII + 184 p.)]

37 [Alexandre le Grand. cf. Leçon 7.]

38 [Callisthène. Voir Leçon 7.]

39 Le Globe, le Temps et autres journaux meilleurs font dire à M. Cuvier, que c’est dans [les travaux de] Synesius [de Cyrène (c. 373-c. 414), élève d’Hypatie (c. 370, Alexandrie-mars 415, Alexandrie, mathématicienne et philosophe devenue la figure dominante de l’école philosophique néoplatonicienne d’Alexandrie) et ultérieurement, après 410, évêque de Ptolemaïs] que se trouve la mention de ces mille neuf cents années d’observations astronomiques. Si M. Cuvier l’a dit en effet, ce ne peut être que par inadvertance ; car il sait très-bien que c’est Simplicius [cf. note 36] qui a rapporté ce prétendu fait d’après un ouvrage de Porphyre [le Phénicien, c. 234-c. 305], que nous ne possédons plus. La preuve en est dans son discours sur les Révolutions de la surface du globe [1825], pag. 232. Seulement, il y donne le nombre de deux mille deux cents au lieu de celui de mille neuf cents. L’édition grecque [de Simplicius] que j’ai sous les yeux, et qui est de Venise, 1526, dit, page 123, que les observations envoyées par Callisthènes, comprenaient un espace de mille neuf cent trois ans. M. Cuvier aura peut-être consulté une autre édition, ou bien ses copistes auront altéré ses chiffres [M. de St.-Agy].

40 [Tcheou-Kong, astronome chinois (fl. c. 1100 av. J.-C.), dont certains assurent qu’il inventa le compas de marine (cf. Biot (Jean-Baptiste), Études sur l’astronomie indienne et sur l’astronomie chinoise, Paris : Michel Lévy frères, 1862, LII + 398 p.)]

41 Voy. [Jean-Baptiste-Joseph] Delambre [Leçon 2, note 17], Histoire de l’astronomie ancienne [Paris : Courcier, 1817], 1er vol., page 391 et suivantes [M. de St.-Agy].

42 [Les temples de Dendérah (ou du Sistre) et d’Esneh. Voir notes 44 et 47.]

43 [Jean-François Champollion, cf. Leçon 2, note 27.]

44 [Le temple de Dendérah, dédié à Hathor, déesse du ciel et de la fertilité, est l’un des mieux préservés d’Égypte. Il est situé à Dendérah, une cité agricole sur la rive occidentale du Nil, à 5 km au sud de Kenah, en Haute Égypte (Brockedon 1842-1849). L’édifice actuel remonte à la période ptolémaïque (305-330 av. J.-C.) et fut achevé par l’empereur romain Tibère (14-37). Il repose cependant sur les fondations anciennes qui remontent au moins à Khéops, deuxième pharaon de la quatrième dynastie (c. 2613-2494 av. J.-C.)]

45 Voir [Antoine Jean] Letronne [1787-1848], Recherches pour servir à l’histoire de l’Égypte [... pendant la domination des Grecs et des Romains, tirées des inscriptions grecques et latines, Paris : Chez Boulland-Tardieu, 1823, 524 p.]. [M. de St.-Agy] [Tibère (Tiberius Caesar Augustus, ou Tiberius Julius Caesar Augustus (16 novembre 42 av. J.-C. -16 mars 37 de notre ère, Capri). Second empereur romain, fils de Tiberius Claudius Nero (c. 85-33 av. J.-C.) et fils adoptif d’Auguste dont il chercha à préserver les institutions et les frontières impériales. Dans ses dernières années, il se transforma en ermite tyrannique, terrorisant la plupart des grands personnages de Rome.]

46 [Pour Néron, cf. Leçon 12, note 2.]

47 [Le petit temple d’Esneh ou Esné, fait partie du site de Dendérah. Voir note 44.]

48 [Antonin est Marc Aurèle, cf. Leçon 11, note 72.]

49 [Cécrops, dans la mythologie grecque, premier roi d’Attique. On dit de lui qu’il créa une législation dédiée au mariage et à la propriété, et encouragea de nouveaux modes de vénération des dieux. L’introduction de sacrifices sans effusion de sang, l’inhumation des morts et l’invention de l’écriture lui ont aussi été attribuées. Il arbitra la dispute opposant les divinités Athéna et Poséidon pour la possession de l’Attique. Autochtone, Cécrops était représenté avec un corps mi-homme, mi-serpent.]

Table des illustrations

Titre TEMPLE DE DENDERA EN ÉGYPTE. Vue depuis le portique du grand temple d’Hathor. Planche extraite de Roberts (David), Egypt & Nubia/From drawings made on the spot by David Roberts [with historical descriptions by the Rev. Croly George ; Lithographed by Hage Louis], Londres : F. G. Moon, 1846, vol. 1, p. 169.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3691/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

© Publications scientifiques du Muséum, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search