Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cuvier’s History of the Natural Sciences

 | 
Georges Cuvier

Introduction à la première édition

Magdeleine de Saint-Agy

Texte intégral

1Tout le monde désirait qu’à défaut du professeur qui n’en avait pas le temps, quelqu’un prît le soin de livrer à l’impression cette exposition raisonnée du développement des sciences naturelles depuis leur origine jusqu’à nos jours.

2Deux ou trois mois après l’ouverture du cours, on me parla de satisfaire ce désir ; des hommes célèbres par leurs travaux m’y engagèrent même fortement.

3J’en écrivis à M. le baron Cuvier.

4Le 10 avril 1830, il me fit l’honneur de me répondre : qu’il n’avait aucun motif personnel d’empêcher que je publiasse ses leçons ; mais qu’il faudrait éviter la foule d’anachronismes et d’altérations de noms d’auteurs qui s’était glissée dans les articles des journaux [cf. la Bibliographie en fin d’ouvrage] ; car autrement mon travail serait peu utile.

5J’avais fait les mêmes remarques que M. Cuvier, en lisant les journaux, et il m’avait paru très-possible de n’y pas donner lieu. Je m’engageai donc à revoir la sténographie qui serait faite de chacune de ses leçons.

6La deuxième partie du cours, dont l’impression vient d’être terminée, a prouvé, je le crois du moins, et c’est aussi l’opinion de ceux des auditeurs de M. Cuvier qui me sont connus, que je ne m’étais pas trompé en jugeant qu’il était possible de reproduire exactement les leçons de ce professeur, célèbre à divers titres.

7J’espère que la première partie qui paraît aujourd’hui, présentera la même exactitude au public savant.

8Dans la deuxième partie, j’ai conservé presque toujours la phraséologie de M. Cuvier, ses locutions, ses termes, et même quelques-unes des répétitions qu’il avait employées comme transitions ; je n’ai apporté de changement à son improvisation, un peu négligée pour un homme de son talent, mais toujours très-claire, que lorsqu’il y a eu impossibilité de faire autrement, afin que ce fût une même chose pour l’intelligence de lire ce cours ou de l’entendre.

9Dans la troisième partie, qui sera livrée en même temps que la première, j’agirai de même. Je donnerai le portrait, si l’on peut ainsi parler, de l’improvisation du professeur.

10Mais, dans les leçons qui embrassent l’Antiquité et le Moyen Âge, cette fidélité d’expression ne m’a pas été possible, parce que, comme on le sait très-bien à Paris, ces leçons n’ont pas été sténographiées : je les ai faites d’après des notes analytiques et en puisant aux mêmes sources que le professeur. Usant de la liberté que j’avais dans leur rédaction, j’y ai même resserré l’expression de la pensée, je les ai écrites d’un style plus concis, et il en est résulté qu’elles sont un peu plus courtes que les autres.

11En disant que ces leçons sont écrites avec plus de concision, je n’entends pas leur reconnaître de supériorité sur celles qui ont déjà paru : je veux seulement rendre raison de leur brièveté relative.

© Publications scientifiques du Muséum, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540