Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cuvier’s History of the Natural Sciences

 | 
Georges Cuvier

Préface

Philippe Taquet

Texte intégral

1Georges Cuvier s’est acquis une gloire universelle en publiant en 1797, à l’âge de 27 ans, un premier ouvrage qui fit sensation, son Tableau élémentaire de l’Histoire naturelle des Animaux, qui était le fruit de ses leçons faites à l’École centrale du Panthéon au cours de l’an 5. Ce manuel sera traduit en danois, allemand et espagnol ; puis l’édition des deux premiers tomes de ses Leçons d’anatomie comparée, recueillies et publiées sous ses yeux par son collaborateur Constant Duméril en 1800, suivie en 1805 de celle de trois autres tomes grâce à la collaboration de Georges Louis Duvernoy vont consacrer la célébrité de l’un des plus grands maîtres de l’anatomie comparée. Elles seront traduites en anglais et en allemand.

2Mais Cuvier ne s’arrête pas en si bon chemin ; ses travaux et ses connaissances sur les espèces animales fossiles lui permettent de se lancer dans l’édition en 1812 de quatre volumes consacrés aux Recherches sur les ossemens fossiles de quadrupèdes, où l’on rétablit les caractères de plusieurs espèces d’animaux que les révolutions du globe paroissent avoir détruites. Le discours préliminaire de cette œuvre monumentale fera, en 1821, l’objet d’un volume à part intitulé Discours sur les révolutions de la surface du globe, et sur les changemens qu’elles ont produits dans le règne animal. Ce discours sera un immense succès de librairie avec 18 éditions successives au cours de la deuxième moitié du xixe siècle et des traductions en anglais, allemand, russe, suédois, tchèque et italien. Avec ses recherches sur les quadrupèdes fossiles, Cuvier, qui est capable de reconstituer des mondes disparus, donne à la paléontologie des vertébrés ses lettres de noblesse. Parallèlement à ses travaux paléontologiques, Cuvier entreprend également de publier en 1808 avec son ami Alexandre Brongniart un Essai sur la géographie minéralogique des environs de Paris, essai qui sera enrichi en 1822 pour donner une Description géologique des environs de Paris, ouvrage essentiel qui pose les fondements de la géohistoire.

3Infatigable, Cuvier se lance ensuite dans l’édition des cinq volumes du Règne animal distribué d’après son organisation, pour servir de base à l’histoire naturelle des animaux et d’introduction à l’anatomie comparée dont le premier tome paraît en 1816. Là encore, c’est un succès avec la publication de plusieurs éditions anglaises, allemandes, auxquelles s’ajoutent des éditions en hongrois, italien et gallois. L’année 1817 voit la réalisation d’un volume rassemblant ses Mémoires pour servir à l’histoire et à l’anatomie des mollusques. À partir de 1827, Cuvier se lance avec l’aide de son collaborateur Achille Valenciennes dans un travail titanesque, celui des 22 volumes d’une Histoire naturelle des poissons, dont les 8 premiers seront publiés de son vivant.

4L’œuvre de Cuvier, immense, ne se limite pas à ces mémorables monographies qui relèvent toutes de l’histoire naturelle. En plus d’une carrière scientifique, Cuvier mène une vie académique et administrative qui le conduisent à rédiger de nombreux rapports, tel le Rapport historique sur les progrès des sciences naturelles depuis 1789, et sur leur état actuel, présenté à l’Empereur Napoléon Bonaparte, les Rapports sur les établissements d’instruction publique des départemens au-delà des Alpes en 1809 et 1810 ou le Rapport sur l’instruction publique dans les nouveaux départements de la basse Allemagne en 1810.

5Ces travaux et ces rapports représentent des milliers d’heures de travail et l’on s’est demandé comment un seul homme avait pu assumer d’aussi lourdes tâches, en plus de son enseignement au Muséum et au Collège de France, de ses activités de Secrétaire perpétuel de l’Académie des Sciences. Mais on possède un témoignage précieux sur les méthodes de travail et sur l’efficacité de Cuvier dans la rédaction de ses textes. C’est celui du célèbre Britannique Charles Lyell, le géologue auteur des Principes de Géologie, qui visita les bureaux de Cuvier au Muséum le 22 février 1829. Dans une lettre envoyée de Paris le lendemain, Lyell a décrit à sa sœur son passage dans le Sanctum sanctorum. Pour Lyell, ce sanctuaire est vraiment caractéristique de l’homme. Chacune de ses parties témoigne de cette extraordinaire puissance méthodique qui est le grand secret des prodigieux tours de force qu’il réussit annuellement sans laisser paraître lui-même le moindre trouble. Lyell explique qu’à côté de sa maison se trouvent les galeries d’histoire naturelle et que le musée d’anatomie communique directement avec son domicile. Dans celui-ci, une bibliothèque est disposée dans une suite de pièces, chacune contenant des travaux sur un sujet. Il y a une pièce pour tous les travaux sur l’ornithologie, une autre pour tous ceux sur l’ichthyologie, une autre sur l’ostéologie, une autre sur les livres de droit ! etc. etc. Lorsque Cuvier est engagé dans des travaux qui requièrent des références continuelles à une grande variété d’auteurs, il a un calorifère qui est installé dans l’une de ces pièces, dans laquelle tout ce qui concerne le sujet est méthodiquement rangé, si bien que pour un même travail, il fait souvent le tour de plusieurs appartements. Mais le studio normal ne contient aucun rayonnage de livres. C’est une pièce en longueur, meublée confortablement, éclairée par le haut, et pourvue de onze bureaux devant lesquels on peut se tenir debout et de deux tables basses, comme dans un office public où travailleraient de nombreux clercs. Mais l’ensemble est pour un seul homme, qui se multiplie comme auteur, et qui, ne laissant entrer personne dans cette pièce, se déplace, s’il l’estime nécessaire ou si la fantaisie lui prend, d’une occupation à une autre. Chaque bureau est pourvu d’un nécessaire composé d’un encrier, de plumes et d’épingles pour attacher les pages manuscrites d’une même œuvre, les ouvrages à lire et le manuscrit en cours, et derrière sur des étagères tous les manuscrits relatifs au même travail. Il y a une sonnette différente sur chaque bureau. Les tables basses servent de siège quand il est fatigué. Les collaborateurs ne sont pas nombreux, mais toujours bien choisis. Ils lui évitent toute tâche mécanique, trouvent les références, sont rarement admis dans le bureau, reçoivent des ordres et ne parlent pas.

6L’œuvre ultime de Cuvier concerne ses cours professés au Collège de France à partir de 1829 sur l’Histoire des sciences naturelles, depuis leur origine jusqu’à nos jours, chez tous les peuples connus. Cuvier n’avait pas prévu de publier ces leçons d’histoire des sciences ; elles le furent heureusement par Monsieur Magdeleine de Saint-Agy d’après des notes prises lors des cours. Cette histoire est non seulement remarquable, car elle témoigne de l’extraordinaire érudition et de la qualité du regard critique de Cuvier, mais elle marque aussi d’une pierre blanche la première grande synthèse sur l’histoire des sciences naturelles. En plus de son grand intérêt historique, elle montre l’incroyable volonté d’un homme qui voulait de son vivant rassembler toutes les connaissances dans un domaine donné, ici l’histoire des sciences, ailleurs toutes les connaissances sur les ossements fossiles de quadrupèdes ou sur l’histoire naturelle des poissons. Cuvier voulait être l’Aristote des temps modernes et l’éloge qu’il a écrit de son lointain prédécesseur s’applique parfaitement à notre grand naturaliste, mort à l’âge de 63 ans : « Tout étonne, tout est prodigieux, tout est colossal dans Aristote. Il ne vit que soixante-deux ans, et il peut faire des milliers d’observations d’une minutie extrême, et dont la critique la plus sévère n’a pu infirmer l’exactitude ».

7Le texte des leçons de Cuvier sur l’histoire des Sciences naturelles très précieux et très utile, méritait donc d’être réédité. Il est heureux que les Publications scientifiques du Muséum national d’Histoire naturelle se soient chargées de cette entreprise. Pour la présenter et la commenter, il ne pouvait y avoir de meilleur choix que celui de Theodore Pietsch. Theodore Pietsch est un ichthyologiste renommé qui exerce ses talents de chercheur au Collège des sciences de l’océan et des pêcheries de l’Université de Washington à Seattle. Biologiste, spécialiste de la systématique et de l’évolution des poissons, grand connaisseur du groupe des poissons pêcheurs ou poissons grenouilles, Theodore Pietsch a décrit 12 genres et 65 espèces nouvelles de poissons, la plupart faisant partie du groupe des Lophiiformes. Theodore Pietsch est également paléoichthyologiste et il a publié la description de plusieurs poissons pêcheurs fossiles. Mais Theodore Pietsch se passionne aussi pour l’histoire de l’ichthyologie et plus largement pour l’histoire des sciences naturelles. Il a étudié, entre autres, les manuscrits de l’Histoire naturelle des poissons de Cuvier, ceux du naturaliste et explorateur Charles Plumier ; il a publié en 1995, en langue anglaise, Le tableau historique des progrès de l’Ichtyologie, depuis son origine jusqu’à nos jours de Cuvier, tableau qui introduit les volumes de l’Histoire naturelle des poissons de Cuvier et Valenciennes, accompagnée d’un passionnant commentaire critique, aussi érudit qu’utile.

8C’est dire si les Publications scientifiques du Muséum ont la chance de pouvoir bénéficier d’un commentateur aussi avisé que Theodore Pietsch. Son travail va permettre de rendre accessible à tous, mais particulièrement à ceux dont la langue française n’est pas la langue usuelle, les magnifiques leçons de Georges Cuvier sur l’histoire des Sciences naturelles.

© Publications scientifiques du Muséum, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540