Version classiqueVersion mobile

Genèse d’une découverte

 | 
Marc J. Ratcliff

Dynamique de relation de la réception de la découverte à la controverse sur la génération spontanée

Processus textuels et principes épistémologiques

Texte intégral

Écrire la science
Lavoisier se trouve dans son laboratoire, son épouse Marie Anne Pierrette Paulze se joint à lui alors qu’il rédige le manuscrit d’un texte scientifique — pour lequel elle a probablement pris les notes. Tableau de Jacques Louis David (1788) conservé au Metropolitan Museum de New York.

1Entre Needham et les bonnetiens, les pratiques et les principes aussi bien relatifs à la communication qu’aux connaissances deviennent, avec le temps, radicalement opposés. Il s’agit alors de savoir quelles en sont les relations avec les pratiques d’écriture et de lecture, en les insérant dans une histoire cognitive et sociale des attitudes face au texte. En examinant le rapport du savant au texte, il s’agira de voir si les différences et oppositions mises en évidence dans les principes épistémologiques autant que dans les modalités de la communication sont dépendantes ou non de ce qui apparaît comme des processus textuels orientés vers la dynamique de relation : la maîtrise de l’écriture et la maturation de l’écrit. Si le travail de l’écriture participe des principes épistémologiques et des modalités de la communication aussi bien que de la construction de la découverte, il doit être possible de mettre en évidence, dans le rapport au texte, des oppositions tout aussi drastiques entre Needham et les bonnetiens.

L’ÉCRITURE SCIENTIFIQUE DE NEEDHAM

La sémantique de la diminution

  • 690 Roe (Shirley), « John Turberville Needham… », art. cit., pp. 166-167.

2Les textes de Needham, dont de nombreux extraits ont été cités depuis Jacques Roger, n’ont jamais fait l’objet d’une analyse littéraire ou stylistique alors que de nombreux travaux ont été dédiés à l’écriture des sciences et de l’histoire naturelle au xviiie siècle. En absence de manuscrits d’expériences originaux de Needham, il est impossible de voir comment y fonctionnent l’expérience du texte et les relations entre agir, écrire et penser par comparaison avec les cahiers de Saussure. En revanche, en croisant ses textes et sa correspondance avec d’autres textes savants, on peut reconstituer son rapport aux processus textuels. Comme on l’a vu, Needham avait assisté aux expériences de Saussure et avait développé une interprétation divergente de la division dans les Notes de 1769690. Il y a donc un fonds d’observations communes qui permet de confronter leurs techniques d’écriture ainsi que leurs déductions. À plusieurs reprises, Needham participe aux expériences de Saussure, qui tient registre de leurs observations conjointes. Une analyse comparant les notes needhamiennes de 1769 aux cahiers de Saussure nous informera sur les modes d’activité déployés par le savant anglais. Ceci, afin d’évaluer les effets du temps passé sur l’organisation, la mise en forme et l’exposition de ses connaissances — en d’autres termes, nous montrer son compte-rendu des expériences microscopiques que le public découvre à la fin de 1769 dans les Notes. En particulier, utilise-t-il le même langage abouti et traite-t-il du même triplet que Saussure ? Cette comparaison servira à comprendre ce qu’un savant retient de ses observations conjointes et ce qu’il en fait. Les citations pertinentes font soit référence à Saussure, soit leur contenu correspond à celui du journal d’expérience. Dans l’analyse adoptée ici, on découpera les phrases pour en distribuer le contenu en syntagmes faisant référence positive (en gras : observé) ou négative (souligné : non observé) à des observations de Saussure attestées dans les cahiers. À cela doit s’ajouter une autre catégorie, celle des généralisateurs (en italiques) faisant passer un prédicat du particulier à l’universel, du spécifique au général, catégorie pertinente pour comprendre le mode de raisonnement et d’écriture de Needham. Voici sa présentation des expériences de Saussure :

  • 691 Needham (John Turberville) [Notes], op. cit., p. 188.

C’est la nature de ces êtres, aussi-tôt qu’ils naissent, de se multiplier toûjours par division ; & comme j’ai en même-tems toute la raison du monde de croire qu’ils ne se nourrissent pointaprès leur naissance comme les vrais animaux, ou peu en proportion de leur multiplication, le partage continuel de ces êtres, que M. de Saussure de Genêve à vû plusieurs fois, les fait disparoître ainsi tous ensemble ; & ce qui est encore à remarquer, les plus petits, au lieu d’aggrandir leur volume en se nourrissant, disparoissent toûjours les premiers691.

  • 692 Ibid., p. 188.

3Ces phrases combinent des phénomènes observés avec Saussure ou relatés par lui (les êtres qui se multiplient par division, leur partage) avec d’autres éléments textuels, dont les objets sont soit non observés, soit inventés ou factices, soit inférés par Needham. Mais il y a un contraste frontal avec le triplet saussurien, son contexte de réalité est absent : y manquent les principaux envisionneurs du rapport taille-nombre et du cycle divisionaccroissement fondé sur l’observation de la croissance des petits par leur prise de nourriture. En revanche, contrairement à ce qu’observe Saussure, Needham ajoute que les corpuscules « au lieu d’aggrandir leur volume en se nourrissant, disparoissent toûjours les premiers »692. Certains passages peuvent toutefois être ancrés dans les observations, ainsi les êtres « les plus petits [qui] disparaissent les premiers » sont vraisemblablement à rapporter au 30 août, jour où ils observent conjointement un testicule de bélier :

Une multitude immense de petits grains touts semblables à mes grains ordinaires, peuploit cette liqueur épaisse & sanguine, ils avoient quelque mouvement propre, mais bien lent, bien équivoque, au moins pour moi. Car Mr. Needham le voyoit mieux que moi. Quand on y méloit de l’eau froide, & même tiède, cela arrêtoit tout, et le mouvement intestin disparoissoit entièrement (§22).

  • 693 Needham (John Turberville), Nouvelles découvertes…, op. cit., p. 27.
  • 694 Ibid., p. 35.

4Pour construire un nouveau contexte de réalité, il faut équilibrer l’action et la réceptivité. Or, la gestion de l’action, et en particulier la distribution du causal et du téléonomique signe une autre différence entre le compte-rendu de Needham et celui de Saussure. Chez ce dernier, la cause de la disparition du mouvement des petits êtres est une manipulation expérimentale : lorsque l’expérimentateur ajoute de l’eau, toute l’activité de l’infusion s’éclipse. Le cadre donné par l’agir téléonomique devient la cause d’un changement d’état du phénomène. En revanche, chez Needham, il n’est plus question de mouvement qui disparaît, ni d’action de l’observateur produisant cette vacance du mouvement. La cause de la disparition est logée dans les animalcules eux-mêmes et non produite par l’agir téléonomique du savant. Ce qui s’éteint, pour Needham, ce sont les animalcules eux-mêmes, confisqués dans le vertige infini d’une division qui dépasse leurs limites — inobservées, car inobservables. Très tôt d’ailleurs, dès les travaux des années 1740, il est sujet à cette image de la diminution à l’infini, d’abord lorsqu’il décrit les ventouses du calmar, qui « vont en diminuant jusqu’à une petitesse incroïable, en s’approchant de l’extrémité du Bras, & là il n’y a plus moïen de les compter »693. Huit pages plus loin, même topos, mais cette fois-ci, ce sont les dents du Calmar qui « vont en décroissant d’une manière imperceptible dans les Dents voisines »694. Il ajoute :

  • 695 Ibid., p. 35.

une personne de ma connoissance, qui dessine fort bien, aïant vu cet objet, sans le secours du Microscope, m’a assuré qu’il étoit impossible de représenter exactement toutes les cinquante six Dents, de chaque rangée, avec les proportions qu’elles suivent dans leur diminution695.

  • 696 Needham (John Turberville), Nouvelles observations…, op. cit., p. 362.
  • 697 Ibid., p. 366.
  • 698 Ibid., p. 362.
  • 699 Ibid., p. 362.

5Proportion, diminution, décroissance, toute cette aventure de la disparition progressive des structures et des êtres selon un rapetissement graduel est une bonne manière de se frotter aux confins de l’infini. Et cette image va devenir un topos, posée en contraste, voire en conflit avec celle de l’emboîtement des germes. Sur les bras du calmar, sur les « milliers de ramifications » de l’étoile de mer qu’observe Needham696, ou sur « l’extrême subdivision du systême vasculaire »697, il n’y a pas d’emboîtement, mais bien des séries organiques décroissantes, prouvant la divisibilité des êtres, leur rapetissement à l’infini, comme si l’observation de l’un niait la possibilité de l’autre. En 1745, les textes laissent juste filtrer quelques pudiques images de cette commotion raisonnée des infinis. Mais en 1750, la diminution procède d’une pensée descendante, elle participe désormais d’un modèle morphologique des corps, généralisé à partir d’exemples-types de ramification depuis le centre, comme l’arbre, le système vasculaire ou l’étoile de mer : « tout corps organisé n’est qu’un tissu, une expansion continue de vaisseaux innombrables qui se subdivisent sans cesse, à mesure qu’ils s’éloignent de leur source. Un exemple peut rendre cela très-clair. L’étoile branchue… »698. L’étoile, d’abord à quatre branches en donne huit, qui se divisent pour se déployer en « plusieurs milliers de ramifications »699. Needham a certainement vu des étoiles de mer au Portugal, mais elles sont également représentées dans les ouvrages des naturalistes qu’il a pu consulter.

  • 700 Pichot (André), Histoire de la notion de vie, op. cit., p. 442 note bien que Needham « conçoit le (...)
  • 701 Vuillemin (Nathalie), Les beautés de la nature…, op. cit., p. 162.
  • 702 Lettre de Needham à Bonnet, Genève, du 3 août 1765, in CBN, p. 222.
  • 703 Ibid., p. 222.
  • 704 Needham (John Turberville) [Notes], op. cit., p. 171.

6Transformées par une pensée dynamique, branches et ramifications déclinent l’image d’une force végétative universelle, de même que, statiquement, le corail était considéré comme un végétal du fait de sa morphologie. À partir donc de quelques exemple-types, la diminution et tous ses dérivés (subdivision, décroissance, disparition, atténuation et division) en viennent, en tant que processus du vivant, à être surgénéralisés à tous les corps organisés. Clairement, un topos sémantique est pris ici comme descripteur de phénomènes, lus comme un effet de la « force expansive », par quoi l’extension de l’arbre, de l’étoile de mer ou des ventouses du calmar du centre vers la périphérie s’accompagne d’un amoindrissement proportionnel des structures. La métaphore est sensée, mais à défaut de l’identifier comme telle ou de lui rechercher un sens biologique fonctionnel — ce que ne fait pas Needham700 — son prix est lourd, car elle atteste du glissement de l’observation vers le système. A contrario, le style descriptif de Trembley a été caractérisé notamment par une « progressive disparition de la dimension purement métaphorique du langage »701. Chez Needham, en concevant cette « diminution » des corps comme effet de la force vitale, cette dernière se trouve réifiée, en rupture complète avec les exigences de l’observation. Comme dans tout système, la recherche va emprunter la voie des cas conformes à l’illustration de cette tendance expansive (en longueur) et diminutive (en proportion) des corps. En 1765, la division tombe à point nommé pour en fournir un nouvel exemple, commenté dans la lettre apportant le Saggio à Bonnet : la génération se fait « par division à la façon des Polypes, en parties attenuées au dela de toute conception »702. Et l’atténuation qui signe l’amincissement ou la diminution physique des animalcules propagés à l’infini engendre des difficultés méthodologiques considérables car, pénétrant tout et partout de leur petitesse, « il sera toujours tres difficile à les exclure totalement des infusions »703. Aussi, macérée dans cette sémantique de la diminution, la division devient-elle dans les Notes de 1769 une division ad infinitum : « l’apparition de ces corps, leur multiplication, leur division & leur diminution jusqu’à leur disparition totale, sont toûjours en exacte proportion avec la matiere qui à la fin s’évapore & s’épuise entiérement »704.

Étoile de mer Planche extraite de De stellis marinis… de Johann Heinrich Linck (1733). Cliché Bibliothèque de Genève.

Étoile de mer Planche extraite de De stellis marinis… de Johann Heinrich Linck (1733). Cliché Bibliothèque de Genève.

  • 705 Ibid., p. 172.

7C’est par le détour de la sémantique de la diminution que la division peut à nouveau venir renforcer la théorie de la force vitale. Elle sert maintenant de clef de voûte prouvant la triple co-occurrence entre des phénomènes physiques d’évaporation d’un liquide, des phénomènes vitaux d’épuisement de la force vitale pénétrant la matière, et des phénomènes de génération organique, c’est-à-dire la division des corpuscules, tirant une ligne droite vers un infini limité. Pour que le raisonnement tienne debout, il fallait que chaque ordre de phénomènes soit caractérisé par une tendance commune à diminuer, c’est-à-dire à se réduire, à s’amoindrir et finalement à disparaître dans les souffles ondulés des limites du vivant. Topoi d’écriture prenant des formes diverses dans les textes, l’évaporation de la matière et l’épuisement des corps valaient bien que les animalcules se divisassent eux aussi jusqu’aux « premiers principes de la matiere organique »705 au point de ne plus exister que sous forme d’atomes invisibles, tout prêts d’ailleurs à revenir sur leur pas en changeant de règne. C’est pourquoi, contre les cartésiens soutenant la divisibilité de la matière à l’infini, Needham exalte le contraire, en invoquant Leibniz et Nicolas Malebranche (1638-1715). Or, une telle relation entre trois ordres de phénomènes dont le second se découvrait comme purement métaphorique — l’épuisement de la vitalité — n’était pour nombre de savants qu’une analogie et, de plus, une analogie mal pensée.

Formules préformées et écriture des détails

  • 706 Stefani (Marta), Corruzione e generazione, op. cit., pp. 93-97.
  • 707 Needham (John Turberville), Nouvelles observations…, op. cit., p. 171.
  • 708 Ibid., p. 171.
  • 709 Ibid., p. 171.

8Marta Stefani a mis en évidence que ce n’est pas avant 1750 que Needham développe son système706. Dès lors, les revendications se font bien plus sonores, par exemple lorsqu’il raisonne sur l’impossibilité de la préexistence des germes, déduite de celle de l’emboîtement. Il ridiculise d’abord les auteurs qui « inférent de ce que la plantule se trouve dans la sémence, un chêne, par exemple, dans un gland, que ce petit arbre porte aussi ses glands, & ainsi de suite »707. Puis il éradique la préexistence, là où il est question d’emboîtement : « Je ne demanderai pas comment cette petite plante peut avoir de sémence ; il est évident que, dans la commune acception de ce terme, elle ne peut en avoir »708. Une telle confusion d’idées et d’expression indique comment son régime d’écriture prolonge son régime de pensée. Car c’est lorsqu’il énonce ses principes généraux qu’il en vient à faire usage de certaines formules toutes faites, ici l’abandon des détails : « Ces conséquences & plusieurs autres, qu’il est aisé de tirer contre la réalité des germes préexistans, sont trop manifestes pour qu’il soit nécessaire d’en faire ici une énumération détaillée »709. Il n’est pas nécessaire de détailler les descriptions. L’abandon du détail, bardé de l’armure des grandes généralités, s’applique, déjà en 1750, aux descriptions d’expériences :

  • 710 Ibid., p. 200.

L’origine commune de toutes les especes d’animalcules microscopiques, & la nature de la semence en général sont suffisamment établies, sans entrer dans le détail de toutes les infusions que j’ai eu occasion d’observer pendant le cours de six mois : car je n’ai que deux vérités générales à établir dans cet essai d’après l’observation ; la première est, qu’il y a une force productrice dans la Nature ; la seconde que tout corps organisé, depuis le plus composé jusqu’au plus simple, est formé par végétation710.

  • 711 Needham (John Turberville) [Notes], op. cit., p. 197. Cf. aussi ibid., p. 204 : « sans entrer dans (...)

9En quelque sorte, l’invocation des vérités générales purifie le texte de toute nécessité d’une description détaillée. En 1769, Needham est devenu tellement captif de certaines formules qu’il ne peut faire autre chose que de renvoyer le lecteur à ses observations de 1750 — où il dit déjà « ne pas entrer dans le détail » : « Je n’entre pas ici dans le détail nécessaire pour instruire le Lecteur sur la maniere de s’y prendre pour répéter nos observations »711. Autrement dit, il ne s’occupe pas des détails parce qu’il ne les a pas décrits auparavant. À vingt ans de distance, de tels épisodes laissent déjà entrevoir le régime dans lequel s’insère l’écriture du détail : l’appel aux détails intervient dans une rhétorique globale de promesses de travaux futurs.

  • 712 Ibid., pp. 187-188.
  • 713 Ibid., p. 222.
  • 714 Ibid., p. 173.
  • 715 Buffon (Georges Leclerc de), Histoire naturelle…, op. cit., t. ii, p. 257.
  • 716 Roffredi (Maurizio), « Lettre à M.r le C. D. S.… », art. cit., p. 110.

10Les Nouvelles recherches de 1769 laissent ainsi voir un phénomène présent dans les premiers ouvrages, l’emploi de topoi et de clichés, d’autant plus que ce texte est imprécis dans les rares comptes-rendus d’expériences où Needham abuse de formules abstraites. La quantité d’observations prétendument effectuées est la proie d’une substantielle inflation. S’il est régulier qu’il dise avoir observé « très-souvent par lui-même »712, en revanche, les « mille observations qu’il a faites »713 contrastent avec le manque de détail et l’on devine le régime du topos lorsqu’il prétend, pour certains faits, s’en être « assuré par un nombre infini d’observations »714. Certes, la frontière entre l’usage rhétorique et la référence aux pratiques de laboratoire est souvent difficile à tracer. Buffon parle également de cette « infinité d’observations » de Needham715 et Bonnet emploie aussi la même figure des « mille observations », mais, chez ces auteurs, de telles assertions abstraites sont équilibrées par une narration concrète et détaillée. Car à cette époque où aucune véritable norme collective n’existe pour l’expérimentalisme, l’écriture scientifique doit présenter une concrétude narrative qui proportionne la référence aux déclarations. Chez Needham, combinées aux topoi, ces nombreuses déclarations ne s’équilibrent pas avec le jeu de la référence — c’est-à-dire la mention des conditions d’activité concrète et du cadre spatio-temporel d’une observation — et aboutissent à le décrédibiliser. En 1769, Roffredi rappellera à dessein que Needham avait soutenu « d’avoir souvent répété les mêmes expériences avec le même succès »716, pour se scandaliser de n’en pas trouver une seule de nouvelle dans les Notes.

  • 717 Lettre de Needham à Bonnet, Bruxelles, du 1er janvier 1770, in CBN, p. 278.
  • 718 Needham (John Turberville) [Notes], op. cit., p. 237, m. i.
  • 719 Lettre de Needham à Bonnet, Bruxelles, du 17 mars 1780, in CBN, p. 332.
  • 720 Needham (John Turberville) [Notes], op. cit., pp. 168, 178, 194, 196, 199, 202, etc.
  • 721 Ibid., pp. 168, 194, 196-197, 199, etc.
  • 722 Ibid., pp. 169, 189.

11Autre indice de ce déficit de référence, la dimension abstraite de ces « milliers », de ce « nombre infini d’observations » coïncide avec un trait du personnage qui est sa confusion des temps. En 1770 Needham écrit à Bonnet : « il y a bientot vingt ans, que vous nous avez fait la guerre »717. Or Bonnet n’a rien écrit sur Needham et Buffon avant les Considérations de 1762, c’est-à-dire huit ans auparavant. Sans doute confond-il Bonnet avec Haller qui avait effectivement critiqué les deux auteurs en 1751. Mais ce n’est pas là une confusion isolée. En 1769 Needham rappelle ses travaux réalisés deux décennies plus tôt comme s’ils dataient de la semaine précédente : « De jour en jour un vaste champ s’ouvre, & présente de nouveaux objets entierement conformes aux principes que nous venons d’établir, M. de Buffon dans son Histoire Naturelle, & moi dans mes Observations microscopiques »718. Cela fait quand même vingt ans ! En 1780, il se trompera encore sur la date des lettres de Spallanzani, les ramenant encore une fois, à la sphère des années 1749-50719. Ces flottements ont donc un centre convergent : tout se passe comme si les travaux des années 1749-50 avaient acquis, comme l’Écriture, une valeur atemporelle et qu’automatiquement tous les événements relatifs, et notamment polémiques, y étaient ramenés. Cette confusion temporelle semble avoir eu comme autre effet de générer la croyance que des milliers d’observations avaient été effectuées, alors que dès 1750, le fonctionnement topoïque de l’écriture montre bien que Needham n’écrit à partir d’expérimentation que pour une portion fort mince de son texte. Les acteurs de l’époque ne décèlent aucune trace de répétition des expériences — ni sur la génération spontanée, ni sur la division — et, d’ailleurs, si Needham assiste bien à quelques observations de Saussure, il ne profite pas de cette occasion pour expérimenter de lui-même. En 1769, les expériences nouvelles sont absentes et il réfère à celles du milieu du siècle comme si elles avaient été réalisées hier en insistant sur sa qualité de « témoin »720, sur l’absence d’équivoque721, contrastant avec la production équivoque de Spallanzani722.

  • 723 Ibid., p. 168 : « chaîne de raisonnemens » ; ibid., p. 171 : « toûjours en exacte proportion » ; i (...)

12Les formules déjà faites sont reprises, souvent répétées comme les topoi723, devenus autant de bouées auxquelles Needham s’accroche pour structurer son récit, l’observation étant de plus en plus décontextualisée et les formules généralisées. Un tel langage, s’il est certainement abouti, est aussi refermé sur lui-même. Du coup, il entrave l’écoute de nouveaux objets et sert de bouclier contre le langage abouti du triplet saussurien. Une décennie plus tard, Bonnet ne manque pas de le critiquer sur ses descriptions d’expériences lacunaires dans un mémoire sur les abeilles :

  • 724 Bonnet à Needham, Genthod, du 8 mars 1780, in CBN, p. 324.

Si donc vous avés fait vous même de nombreuses expériences sur ce sujet intéressant, comment est il arrivé que vous ne les ayés point détaillées dans votre Mémoire ? Comment n’avés-vous point indiqué votre marche, vos procedés, les précautions que vous avés prisés pour n’être point trompé, les divers faits qui se sont présentés sur votre route &c &c ? Voilà ce que j’attendois de votre habileté dans l’art d’observer et ce que je n’ai point trouvé dans votre Mémoire724.

  • 725 Lignac (Joseph Adrien Lelarge de), Lettres à un Amériquain…, op. cit., vol. iv, 11e lettre, p. 31.

13Pour Bonnet comme pour la science de son temps, la demande d’écriture du texte scientifique doit s’appuyer sur des traces stables de la mémoire des observations effectuées, sur la précision détaillée du souvenir dont la fonction de relais est capitale pour la construction du texte. C’est là une composante de la responsabilité d’auteur. Larry Holmes, en menant l’analyse de nombreux cahiers de laboratoire, avait remarqué que la distance entre la première rédaction des cahiers de laboratoire et la seconde rédaction influence l’organisation du texte publié. Selon Holmes, les textes écrits peu de temps après les expériences de laboratoire « tendent à être assez fortement influencés par l’ordre temporel des recherches », tandis que l’augmentation de cette distance tend à « réarranger les expériences dans un ordre structuré selon une logique rétrospective ». Avec Needham, bien que l’on puisse se demander si les journaux d’expériences aient réellement existé, il semble qu’une troisième voie ait été suivie, à savoir que la distance engendre un détachement des expériences, laissant prise au fonctionnement abstrait dans la rédaction finale du texte — en écho aux critiques de Lignac qui écrit : « je compte répéter les expériences de mr. Néedham, en suivant fidélement le peu qu’il nous en dit ; car il semble avoir voulu se reserver le secret des détails »725. Le détail des expériences, la description des phénomènes y sont absorbés dans un exposé qui fait grand usage des généralisateurs, l’auteur relisant sa mémoire à travers le morcellement d’un processus abstrait de généralisation.

  • 726 Bourdieu (Pierre) [débat avec Roger Chartier], in Chartier (Roger) (sous la dir.), Pratiques de la (...)
  • 727 Lettre de Bonnet à Spallanzani, Genève, du 22 septembre 1766, in CSp., vol. ii, p. 42.
  • 728 Buffon (Georges Leclerc de), Histoire naturelle…, op. cit., t. ii, p. 239.

14La convocation des détails dans les écrits savants contribue à cette logique selon laquelle les textes, comme le rappelle Pierre Bourdieu, « transmettent une information sur leur mode d’emploi »726. Cette logique fonctionne également comme marqueur pour circonscrire les spécialisations. Ainsi en va-t-il de la référence à un auteur, comme le montre l’exemple du professeur de mathématique à Genève, Jean-Louis Calandrini (1703-1758) qui avait communiqué au jeune Bonnet une observation sur les jacinthes, mais sans ses « détails ». Bien qu’il en ait fait usage, Bonnet ne l’avait pas cité dans ses travaux et s’en justifiait dans une lettre : « J’étois jeune encore lors qu’il me communica son observation. Il ne m’en donna pas alors les détails, et il n’étoit plus lorsque je fus appelé à les lui demander. J’ai rapporté sa découverte à peu près dans ses propres termes. Je ne l’ai pas cité, parce qu’il ne m’en avoit pas dit les détails »727. Il y a là un critère pour la citation des auteurs montrant que pour Bonnet, en accord avec le monde savant, l’exposé des détails est en lien serré avec la paternité d’une découverte ou d’une observation. Au fond, ce qu’il applique ici, c’est une norme voulant que certains seuils d’information et d’expression soient atteints pour qu’une description scientifique puisse être rapportée à un auteur. Sans cela, elle fait partie des connaissances anonymes. À preuve, Buffon, autre maître dans l’écriture de la science, emploie le même critère pour donner à Leeuwenhoek, contre Nicolaas Hartsoeker (1656-1725), la paternité sur la découverte des vers spermatiques : « si l’on fait réflexion sur la manière incertaine dont elle y est présentée, sur la manière assurée & détaillée dont Leeuwenhoek la donne dans sa lettre écrite & publiée près d’un an auparavant, on ne pourra pas douter qu’il ne soit en effet le premier qui ait fait cette observation »728.

  • 729 Bonnet (Charles), Contemplation, op. cit., t. i, p. 259.

15Avec cela, l’usage des détails s’inscrit aussi dans des genres littéraires particuliers et, comme le dit Bonnet à propos de la Contemplation de la Nature : « La nature de ce Livre m’interdit les détails »729. Plus encore, l’emploi des détails pertinents contribue à définir encore mieux la différence entre les observateurs de profession, les naturalistes, et les simples « contemplateurs de la nature » :

  • 730 Ibid., t. ii, p. 78.

Nous ne nous servirons pas des yeux du Naturaliste ou de l’Observateur ; ils voyent trop de choses & dans un trop grand détail : nous n’employerons que ceux du Contemplateur, qui ne saisissent de chaque Genre, que les traits les plus frapans, qui les parcourent rapidement, & laissent sans cesse échapper les détails730.

  • 731 Ibid., t. i, p. lxxii.
  • 732 Bonnet (Charles), Traité d’insectologie, op. cit., vol. i, p. x.

16C’est pourquoi Bonnet prévient que la Contemplation ne ressemble pas à ses précédents ouvrages, où il avait écrit pleinement en naturaliste : « On ne me jugera donc pas ici en qualité de Naturaliste & de Philosophe. L’on ne s’attendra pas à trouver dans cet Ouvrage très-superficiel, les mêmes détails, la même précision, le même enchaînement, la même analyse, que j’ai tâché de mettre dans mes derniers Ouvrages »731. Ainsi l’art de croquer en écriture les détails d’un phénomène, d’une expérience ou d’une observation s’inscrit-il nettement dans les compétences du naturaliste de profession, soulignant sa spécificité face à toute forme de divulgation de la science — et Bonnet excelle dans les deux genres. Les textes expérimentaux sont marqués au coin des techniques littéraires de la description, aussi n’est-ce pas pour rien que Bonnet signale avoir communiqué à Réaumur ses observations « dans le plus grand détail »732.

La Contemplation de la Nature
L’ouvrage de Bonnet aura un considérable impact sur les sciences de la nature. Page de titre de la première édition (1764). Cliché Bibliothèque nationale de France.

Des précautions inutiles aux généralisations

  • 733 Lettre de Needham à Bonnet, Genève, du 3 août 1765, in CBN, p. 222.
  • 734 Lettre de Needham à Bonnet, Paris, du 8 juin 1768, in CBN, pp. 250-251.

17Needham, quant à lui, ne semble pas vraiment croire que Dieu est dans les détails et pas plus aux vertus du contrôle expérimental, au point que, des animalcules se divisant à l’infini, il déclare dès son arrivée à Genève en août 1765, qu’« il sera toujours tres difficile à les exclure totalement des infusions tellement preparées qu’on voudra, et avec toutes les precautions presque imaginables »733. Un tel romantisme expérimental disqualifie la prudence empirique des observateurs pour éviter de croiser le fer avec l’expertise qu’appelle le contrôle serré de ses propres assertions. Car au moment où il s’agit de le transposer de la pratique concrète de laboratoire ou de la discursivité interactive vers le texte destiné au public, au moment d’accrocher ses souvenirs sur le papier, Needham ne semble plus déchiffrer ce qu’est l’expérimentalisme et paraît en ignorer les canons de restitution et d’écriture. Trois ans plus tard, c’est armé du même argument d’inflation des précautions qu’il se plaint des conclusions de Spallanzani : « il conclut contre moi sur le poids d’une seule espece d’experience, que je trouve très equivoque, et point du tout concluante de la maniere, qu’il la conduit, dont j’ai raison de croire, qu’il était lui-meme sans dessein la dupe par trop de precautions »734.

  • 735 Needham (John Turberville) [Notes], op. cit., p. 139.

18Pour Needham, l’économie de la précaution expérimentale calibre l’état d’esprit du savant. Ainsi les notes de 1769 au Saggio s’ouvrent-elles sur une phrase révélatrice : « L’Auteur de cette Dissertation nous fait prendre à M. de Buffon & à moi, des précautions auxquelles nous n’avons jamais pensé »735. … À trop vouloir contrôler la nature, elle en vient à se cabrer, la véritable uniformité s’éteint et les forces vitales se dissolvent. Dans cette morale expérimentale, il ne faut pas viser un excès de précautions, de peur de blesser une nature capable de se retirer du jeu sans qu’on le sache et un tel abus nuirait simplement à la marche positive de l’enquête. Loin donc des résonances baconiennes de la Royal Society où le savant doit mettre la nature à la question, Needham est ici cohérent avec une philosophie de l’expérimentation laxiste qu’il avait explicitement défendue vingt ans auparavant :

  • 736 Needham (John Turberville), Nouvelles observations…, op. cit., p. 201.

il paroissoit indifférent que les phioles fussent bouchées ou à découvert, que l’eau eut bouilli ou non, qu’on eut laissé agir ces infusions, & qu’ensuite on les eut mises sur des cendres chaudes pour détruire leurs productions, ou qu’elles procédassent dans leur végétation sans intermission : Peu de tems après je négligeai toutes ces précautions, comme n’étant d’aucune utilité736.

  • 737 Ibid., pp. 200-201.
  • 738 Guyénot (Émile), Les sciences de la vie…, op. cit., p. 224, et Roe (Shirley), « John Turberville N (...)

19Conséquence, il ne « fatiguera pas maintenant [le lecteur] d’un détail d’observations […] dont le résultat général étoit uniforme »737. Trop de précautions tue la précaution et engendre des variations inopinées738 et Needham trouvera certains partisans de cette méthode, notamment Gleichen. Tandis qu’à omettre l’acharnement du savant à ceinturer les phénomènes, la régularité fondamentale réapparaît.

  • 739 BGE, Arch. de Saussure 63, fo 118, § 157. À neuf reprises, Saussure observe que des animalcules de (...)
  • 740 Stefani (Marta), Corruzione e generazione, op. cit., p. 109, m. t.

20Elle réapparaît surtout dans le texte, car l’uniformité en question touche terre précisément dans l’écriture de ses remarques — les plus petits corps disparaissent toujours les premiers, le partage est continuel — mais à titre de généralisation d’un phénomène particulier. Ainsi le passage relatif à l’absence de nourriture des animalcules après leur naissance — « ils ne se nourrissent point après leur naissance comme les vrais animaux » — renvoie-t-il à l’image de la taille diminuée des animalcules suite à leur division. Or, en les imaginant se découper à l’infini, l’observation est en réalité capturée par le champ sémantique de la diminution qui étouffe ainsi toute possibilité de création du nouveau contexte de réalité, basé sur les envisionneurs du rapport taille-nombre et du cycle. De son côté, vissé à son microscope, Saussure étudie à plusieurs reprises la nutrition des animalcules, par exemple le 21 septembre : « j’y ai vu beaucoup d’Animaux longs, du bled bien portant, bien mangeans & dont même un commençoit à se partager » (§157)739. En écrivant qu’ils « ne se nourrissent point », Needham oppose à des observations attestées des arguments inventés, étant captif de son propre champ sémantique devenu figé. Entre deux observations effectuées et mémorisées sans leurs circonstances détaillées, que j’appellerai observations picorées, Needham intercale des arguments factices et des formules toutes faites qui permettent de donner une cohérence locale à son propos. Ceci, car, insensibles aux transformations, les topoi du champ sémantique de la diminution ne se nourrissent pas de la matière des observations, mais s’y précipitent dès qu’une bribe (division, petitesse, diminution, amoindrissement, etc.) s’y manifeste, pour retourner aussitôt vers la généralisation. Les observations picorées deviennent abstraites, généralisées et intégrées dans le système d’idées plus large, localement plus général, car, comme l’admet Stefani, « l’ensemble de la réflexion needhamienne ne s’est pas vraiment préoccupée d’exigences de cohérence interne »740. Picorées et non détaillées, les observations sont scandées par un mélange de raisonnement subtil, d’invention, de contradictions, de précisions et d’absurdités.

  • 741 Needham (John Turberville) [Notes], op. cit., p. 188.
  • 742 Ibid., p. 188.

21Dans le cas présent, évoquer la nutrition des animalcules permet de lier entre elles deux propositions de manière à en construire la cohérence locale en la faisant passer pour une observation. L’exemple de la nourriture est approprié, car l’emploi de cet argument est en contradiction flagrante avec le sens commun, ajoutant une dimension sensationnaliste présente dans d’autres textes de Needham. Ici, au lieu d’accroître leur masse de leur naissance jusqu’à leur maturité, ces êtres issus de la division ne se nourrissent pas, « ou peu en proportion de leur multiplication »741. Il en va ainsi car autrement le cycle régulier des corps organisés naissance-nutrition-développement se réaliserait, coupant à la racine toute possibilité à la transmutation. Needham argumente donc aussi à partir d’un contexte de réalité, différent de celui de Saussure, mais, contrairement à ce qui est en train de devenir un noyau de réalité partagé par les expérimentalistes, celui de Needham est inapte à s’alimenter du réel et donc à en rendre compte au moyen d’un triplet efficace. Fondé sur cette rigidité du contexte de réalité et de son langage refermé sur lui-même, le mélange d’observations picorées, de topoi, de généralisation et d’arguments prouve à sa manière que ces êtres continuent à se diviser jusqu’à l’infini de leur disparition, venant alors conforter la théorie. De la sorte, le savant anglais en vient à marquer à nouveau la différence entre cette classe d’êtres vitaux qui suivent des lois physiologiques distinctes et antagonistes face aux lois générales du vivant, et les autres êtres organisés, par exemple les vers : « C’est le contraire, & la raison absolument inverse de tous les animaux qui proviennent des œufs en forme de vers, & qui, de l’état de chrysalides, se métamorphosent ensuite en moucherons »742.

  • 743 Ibid., p. 188.

22Une différence de fond s’affirme entre ces tournures et le style en usage dans les académies savantes. La tendance de toute l’écriture scientifique du xviiie siècle est à la sécheresse du langage : on élimine les arguments ciselés par l’imagination, on plafonne les métaphores pour laisser place aux descriptions et observations détaillées et aux inférences directes que leur mise en relation permet de générer — dans le langage du temps, c’est le passage des observations aux « conséquences immédiates ». À l’inverse, certains des arguments employés par Needham font état d’une quête de consistance du raisonnement libéré des contraintes de l’observation. Ils traduisent et trahissent parfois des actes d’autorité, qu’il fait passer pour des produits de l’observation, par exemple, lorsqu’ils s’appuient délibérément sur son propre crédit : « comme j’ai en meme temps toute la raison du monde de croire qu’ils… »743. Dans un tel cas, il intercale entre deux observations picorées des arguments d’autorité, dont la fonction, tel un chaînon de papier ajouté à l’amarre, est de venir ancrer la consistance locale du raisonnement. Mais, dans un tel système d’idées, la liaison entre la transmission de l’espèce et leur développement pour accéder au raisonnement biologique disparaît, avec le contexte de réalité saussurien, du champ de la recherche.

23Deux autres passages qui aboutissent à l’énoncé de la théorie illustrent un traitement similaire des observations picorées et des arguments factices :

  • 744 Ibid., p. 171.

j’ai cru pouvoir conclure que presque tous ces êtres vitauxprovenaient de même de la nature de la matiere organique qui se décompose toujours de plus en plus pour rentrer dans ses premiers éléments, puisquel’apparition de ces corps, leur multiplication, leur division & leur diminution jusqu’à leur disparition totale, sont toûjoursen exacte proportion avec la matiere qui à la fin s’évapore & s’épuise entiérement744.

  • 745 Ibid., p. 172.

La vérité est qu’ils se partagent continuellement ; M. de Saussure, Professeur de Geneve, qui les a observé très soigneusement, en a été très-souvent témoin oculaire. C’est ainsi que les grands diminuent, & que les petits se multiplient continuellement par une divisionqui se porte jusqu’à la disparition complettede toutela multitude. La matiere végétale devient ensuite un pur caput mortuum, qui ne produira jamais rien d’animé, si on se sert d’eau distillée, quelquessoins dont l’on puisse prendre745.

24Les arguments factices se retrouvent ici placés entre les observations picorées et les généralisateurs, d’une manière plus serrée encore que dans l’exemple précédent. On retrouve également la rhétorique de l’inflation des précautions expérimentales — « quelques soins dont l’on puisse prendre » —, à quoi vient se mêler le souvenir de l’utilisation « d’eau distillée » pour la fabrication des premières infusions à laquelle Needham avait assisté. Pour construire son argumentation, il mélange donc non seulement observations picorées et arguments factices en leur attribuant un statut équivalent, mais aussi une propriété de son fonctionnement cognitif avec l’expérience concrète. En effet, l’observation relative à l’eau distillée concerne bien une circonstance de l’expérience concrète saussurienne, connotée d’une particularité fondamentale, celle d’être systématique, car il s’agit d’une procédure régulière : « J’ai mis partout dans les infusions de l’Eau distillée », rapporte Saussure le 26 août et, le lendemain, « à 19h 1/2 l’eau presque absolument évaporée ; j’en ai remis par tout. […] Mr Needham a toujours trouvé tout bien » (p. 1). Une telle procédure, à laquelle il a assisté, est probablement retenue plus facilement par Needham du fait même qu’elle est indicée par sa systématicité. Qu’elle réapparaisse dans son argumentation montre une autre face de sa tendance à généraliser certaines observations. Employée systématiquement, l’eau distillée pourrait avoir plus de chances d’être retenue qu’une procédure non systématique, car, sur le plan du texte, il s’agit là d’un acte qui remplit déjà cette condition de généralisation à laquelle Needham est sensible. En revanche les dimensions incontournables — la division et la multiplication — sont capturées par la sémantique de la diminution : « l’apparition de ces corps, leur multiplication, leur division & leur diminution jusqu’à leur disparition », d’où la nécessité d’y ajouter des généralisateurs : continuellement, complet, total, toujours, partout, même, rien, etc.

  • 746 Needham (John Turberville), Nouvelles découvertes…, op. cit., p. 127.
  • 747 Ibid., pp. 66-67.
  • 748 Ibid., p. 98.
  • 749 Allamand (Jean-Nicolas-Sébastien) [Notes], op. cit., p. 98.
  • 750 Ibid., p. 94.

25Un autre aspect curieux est la liaison, dans la même phrase, entre l’observation de l’« eau distillée » et l’inutilité des précautions. Cette liaison entre dans la stratégie de cohérence : quelles que soient les précautions et variations mises en œuvre, les résultats sont uniformes. Ceci, parce que le lien entre usage de l’eau et inutilité des précautions sert un propos où aucun chemin ne mène ailleurs qu’à sa théorie et parce qu’il fait aussi l’objet d’une généralisation : « quelques » plus subjonctif étant l’équivalent de tous. Mais, là encore, Needham retombe dans l’utilisation d’une formule narrative privilégiée présente dès 1747 : « Il ne faut pas oublier de remarquer que, quelque précaution que j’ai prise, pour ne point me tromper, je n’ai jamais vu qu’un seul de ces Animalcules à la fois sur l’Embryon Sole »746. Dans ce texte descriptif de 1747, il y a déjà un glissement signant une sorte d’irruption de l’autorité généralisante lors de la rédaction du texte. Tout se passe comme si, à partir d’une modestie demandée par le code, l’auteur s’insinuait dans le discours comme faisant lui-même autorité, dispensé dès lors de donner des précisions, le lecteur n’ayant plus qu’à le croire sur parole. Et c’est d’ailleurs ainsi que le comprend son traducteur, Allamand. À propos des vaisseaux du calmar pris pour des machines, Needham se présente d’abord vêtu de modestie — « je ne me reconnois point ici pour un juge competent ; je ne fais que proposer ma pensée en forme de question »747 — mais s’en dépare vite par la suite, toujours relativement aux « Vaisseaux laiteux du Calmar, qui sont incontestablement de pures machines »748. Allamand réagit immédiatement en insérant une note, juste après « Calmar », qui vient explicitement modérer l’enthousiasme de l’auteur : « Par ce que j’ai dit ci-devant, pag. 65, il paroit qu’il y a quelques diférences entre le mouvement de ces Animalcules, & celui des Vaisseaux laiteux »749. Malgré une modestie affirmée, reconnue750 et exploitée, Needham ne considère pas ses conjectures seulement comme des hypothèses.

Interaction humaine et maîtrise de l’écriture

  • 751 Lignac, qui expérimente avec Réaumur et Brisson sur les infusions, est le rédacteur des Lettres, c (...)
  • 752 Lignac (Joseph Adrien Lelarge de), Lettres à un Amériquain…, op. cit., vol. iv, 11e lettre, p. 67.

26Entre 1745 et 1747, ces aspects sont mineurs et laissent une bonne place à la description minutieuse des phénomènes et structures organiques, saluée par les observateurs. À partir de 1750, les premières critiques se font jour sur les mêmes thèmes et d’abord sur le manque de détails. Lignac — en collaboration avec Réaumur pour les Lettres à un Amériquain —751 reprend ce point en le reliant directement aux difficultés de la répétition des expériences : « Mr. Néedham ne détaille pas assez ses expériences pour qu’on se puisse promettre de réüssir en les répétant »752. Et, après avoir fait l’éloge d’une de ses expériences, il ajoute :

  • 753 Ibid., p. 69.

nous le prierons instamment de rendre un compte exact de la méthode qu’il a employée pour réussir dans ses expériences, et d’en bien développer tous les effets. On doit beaucoup regretter qu’ayant autant de goût et de sagacité qu’il en a pour l’observation, il soit cependant si peu curieux de nous donner une histoire plus circonstanciée de ses travaux et de ses succès753.

  • 754 Spallanzani (Lazzaro), Saggio di Osservazioni microscopiche…, op. cit., p. 60, m. t.

27C’est bien là dire qu’il y a lacune dans l’écriture, car qu’est-ce d’autre que la maîtrise de l’écriture qui permet à un auteur de « donner une histoire plus circonstanciée de ses travaux et de ses succès » ? Le même air se retrouvera chez Spallanzani, à propos de la conversion des animalcules en végétaux : « On doit regretter que M. Needham l’ait affirmée sans raison, sans aucunement faire allusion à la manière dont il est arrivé à la découvrir, et sans indiquer à autrui les précautions précises et spécifiques nécessaires pour la mettre en évidence »754.

  • 755 Needham (John Turberville) [Notes], op. cit., p. 168.
  • 756 Ibid., p. 173.
  • 757 Ibid., p. 178.
  • 758 Ibid., p. 168 : « sans la moindre équivoque » ; ibid., p. 194 : « que j’ai établies sur des faits (...)
  • 759 Ibid., pp. 169, 189.

28Ainsi, l’emploi de ces formules constitue une mise en acte des processus de généralisation et de décontextualisation niant ou négligeant le fait que des variations expérimentales puissent engendrer des résultats différents des attentes. Désormais prisonnier de formules toutes faites et d’un langage qu’il croit maîtriser, Needham vient boucher par des traits d’écriture et des topoi préformés une narration partielle d’observations. Ces formules touchent toutes les dimensions de l’enquête. Rien ne sert de prendre des précautions, de s’occuper des détails, car la décontextualisation et la généralisation — processus qui éliminent les détails — se sont emparées de la mémoire des observations picorées et surtout du texte, utiles à l’alchimie qui transforme des résidus d’expérience et d’interaction humaine en arguments factices. En 1769, ces aspects sont devenus des caractéristiques figées du savant éloignées de la reproduction sociale de l’expérience : « je suis moi-même témoin oculaire & sans la moindre équivoque »755 ; « je m’en suis assuré par un nombre infini d’observations »756 ; « autant de faits dont je suis témoin »757. Il s’agit certes là des formes classiques du texte scientifique, qui attestent de la maîtrise de l’écriture, c’est-à-dire du poids des normes collectives sur l’écriture individuelle. Mais elles acquièrent ce poids lorsque le je se pose comme nœud initial d’un réseau de je qui a valeur de collectivité. C’est pourquoi il faut distinguer le je pragmatique — qui écrit à partir d’une situation d’observation — du je d’autorité qui affirme justement ne pas s’être trompé, qui, en d’autres termes, créée une valeur ajoutée au discours scientifique en substituant l’autorité propre à l’autorité de la reproduction sociale des savoirs. Or si le je pragmatique est facile à identifier — il s’écrit en général au passé, possède des compléments concrets et se développe en référence à un objet, une procédure ou un phénomène détaillés — les stratégies d’écriture réalisant le je d’autorité sont multiples, exploitant parfois le je pragmatique, passant par l’abus de certaines formes figées d’écriture, par l’auto-référence exagérée (« je suis moi-même témoin oculaire »), par l’exagération sans référence (« un nombre infini d’observations »), par l’absence de détails, par les généralisateurs ou le renforcement des certitudes propres758 face à l’équivoque des autres759. Une fois figée, car reposant sur un contexte de réalité fermé à l’interaction entre agir, écrire et penser, inaccessible à l’expérience du texte, l’écriture ne peut servir que de rempart contre la nouveauté, déployant une résistance insurmontable à la reconstruction d’un nouveau triplet.

  • 760 Lettre de Bonnet à Haller, [s. l.], du 30 décembre 1768, in CHB, p. 793.

29Il ne fait aucun doute que les formules et le lexique employés par Needham appartiennent au langage expérimentaliste des Lumières et, du seul point de vue lexical, rien ne permet de le différencier de celui d’autres savants de son temps. Sa reprise de formes, de formules et d’un lexique en vigueur dans les textes scientifiques illustre sa maîtrise de l’écriture scientifique à une époque dépourvue de normes explicites pour les textes de science expérimentale. Comme d’autres savants, Needham écrit sur la base d’une communauté pragmatique de langue. Toutefois, de même que la présence d’un lexique ne certifie pas la qualité scientifique d’un écrit, la seule analyse du lexique est insuffisante pour en comprendre le fonctionnement. Il faut pour cela identifier la fonction de ce langage, censé ici représenter avec le plus de transparence possible le travail de laboratoire, pour pouvoir expliquer son efficacité. Et là, le jeu du lexique ne permet pas de cacher l’absence de véritable référence au travail concret, de sorte qu’au lieu d’emporter la conviction du lecteur, l’effet inverse est obtenu. La maîtrise de l’écriture peut ne servir que de bouclier rhétorique. Et justement, l’excès rhétorique est trop patent, lorsque l’usage du lexique expérimental force le contraste entre son discours et celui d’autres acteurs. La disproportion qui saute aux yeux des lecteurs qui connaissent le fonctionnement de l’écriture scientifique n’obtient pas l’effet recherché, mais bien le contraire : Needham a détourné les fonctions canoniques de l’écriture scientifique et a ainsi laissé voir le fossé entre son écriture figée — et diffuse — et la carence du travail concret auquel elle doit en principe faire référence. Le je fonctionne ici par une sorte d’autosuggestion, se renforçant à coup de formules détachées de leur contexte référentiel. Aussi, entre ce je d’autorité et le je pragmatique du laboratoire, Needham a-t-il creusé une tranchée qui participe à l’écarter de la communauté expérimentaliste. Suspendue en l’air, accrochée dans le vide, l’écriture des Nouvelles recherches subit une forte inflation et manque sa cible. Comme le dit Bonnet, « son style n’ammorce pas le lecteur »760.

  • 761 Lettre de Needham à Vallisneri, Rome, du 25 juillet 1761, in CSp., vol. vi, p. 186.

30Dès les années 1760, tout se passe comme si Needham avait figé la série de formules, de thèmes préformés, d’images et de formes cohérentielles (l’inutilité des précautions, la vanité des détails, la généralisation, la confusion entre le particulier et le général, l’absence de variation des résultats, les arcanes de la diminution), qu’il mobilise lors de l’écriture d’un texte relatif à des observations microscopiques. Une partie du procédé d’écriture consistant à trouver des fragments d’observations où les insérer, les expériences et observations picorées servent alors d’hameçons pour insérer système et généralisateurs dans un texte. Il en va ainsi pour le commentaire de ses observations refaites par d’autres savants, comme lorsqu’en 1761 il répond dans une lettre à Vallisneri Jr. qui lui avait opposé le résultat des expériences sur la génération spontanée faites à Turin par Beccaria et à Bologne par Giuseppe Monti (1682-1760) : « il ont manqué […] plutôt dans la choix des experiences, que dans la façon de manœuvrer ; les mêmes infusions auront donné par tout le même résultat »761.

  • 762 Lettre de Bonnet à Haller, Genthod, du 17 septembre 1765, in CHB, p. 440.
  • 763 Lettre de Saussure à Haller, Genève, du 27 août 1765, in CHS, p. 211.
  • 764 Lettre de Spallanzani à Gianotti, Reggio, du 7 décembre 1765, in CSp., vol. v, p. 78, m. t.
  • 765 Lettre de Nollet à Spallanzani, Paris, du 17 septembre 1766, in CSp., vol. vi, p. 205.
  • 766 Lettre de Bonnet à Haller, Perroy, du 15 août 1765, in CHB, pp. 433-434 : « Néédham, qui est actue (...)
  • 767 Lettre de Bonnet à Haller, Genthod, du 17 septembre 1765, in CHB, p. 439 : « nôtre estimable Ami M (...)

31Ces diverses formules sont de nature mnésique et textuelle bien plus que référentielle. Elles sont mobilisées lors de l’écriture, car elles semblent disparaître, ou du moins être neutralisées lors de l’interaction avec les pairs, Needham se laissant alors vraisemblablement convaincre du point de vue d’autrui. Ainsi, dans une lettre à Haller, datée du temps des expériences conjointes avec Saussure, Bonnet signale que, lors de ses discussions avec Needham, celui-ci a désormais adopté la conjecture de la division comme forme de la préexistence, admettant donc qu’il y a transmission univoque de l’espèce d’un parent à sa progéniture762. La proximité avec Needham est donc payante pour installer une confiance réciproque, alors que l’éloignement, doublé de la nécessité de communiquer par lettre, devient à la longue source de malentendus et de divergences. En 1765 d’ailleurs, Saussure décrit le prêtre anglais comme un personnage fort doux et modeste763. Même avis de Spallanzani, après sa rencontre avec Needham, chez qui il trouve « un fonds de candeur et d’ingénuité »764. Une année plus tard, l’Abbé Nollet confirme à Spallanzani cette modestie d’interaction : « M.r Needham m’a dit plus d’une fois, qu’il donnoit ses pensées au public, sans entetement, qu’il veroit san chagrin les critiques qu’on en pouroit faire, et que si on luy faisoit voir qu’il s’est trompé, il changeroit volontiers d’avis »765. Avis partagé avec Bonnet, au point que très tôt, dès son arrivée à Genève en août 1765, ce dernier nourrit l’espoir de pouvoir le convaincre de la préexistence766. L’impression est persistante, un mois plus tard767 et, durant les trois années qui suivent leur rencontre de 1765, Bonnet lui conserve sa confiance.

  • 768 Haller (Albrecht von), La génération, op. cit., t. i, p. 22.

32À l’époque du début des observations, à la fin d’août 1765, Saussure, qui ne prend pas les relations humaines à la légère, vient intercéder pour signaler à Haller un Needham affligé d’avoir été critiqué dans la grande Physiologie. Haller y avait rapporté ses idées et clairement différencié les conjectures des observations, pour en laisser émerger les contradictions : « Cet Auteur a mis en parallèle les animaux spermatiques avec ces petites machines ; ce n’est que par conjecture à la vérité : car il avoue qu’il n’a pas vu ces animalcules, & qu’il ne s’en trouve point dans le calmar »768. L’exécution est d’ailleurs facile :

  • 769 Ibid., t. i, p. 26.

L’exemple du calmar a quelque force, mais on ne doit en rien conclure pour les animaux dont la structure est différente. Si par une loi constante de la nature, on trouve dans tant d’animaux des animalcules en mouvement, & qu’il n’y ait jamais le moindre soupçon que ce soient des tuyaux, ou autres machines semblables, on ne doit pas regarder comme telles des parties qui en sont fort différentes769.

Animalcules spermatiques
Animalcules du chien et du lapin vus à travers le microscope simple (fig. I à gauche) et à travers le microscope solaire (fig. XVII à droite), qui projette l’image sur un mur. Ces gravures de Ledermüller établissent, contre les idées de Buffon, que les animalcules ont une queue. Gravures extraites de Ledermüller (Martin Frobenius), Physicalische Beobachtungen derer Saamenthiergens, Nürnberg : Monath, 1756, 28 p.

  • 770 Ibid., t. i, p. 27.
  • 771 Ibid., t. i, pp. 514, 519. La question avait été discutée dans une lettre du 12 novembre 1759 de N (...)

33Bref, sous la plume du Maître de Berne, en deux phrases, le poids des observations de Needham était ramené à sa juste place, contrastant d’autant plus avec ses prétentions à établir un système universel. Suite à quoi Haller allait égrener la liste des savants observateurs qui avaient conclu à l’animalité des animalcules spermatiques — contre les observations de Needham et Buffon : « De plus Boerhaave, le célèbre Abrah. Kaauw, M. de Maupertuis, M. Lieutaud, Ledermüller, le sçavant Editeur de M. Needham [Allamand], M. Monro, & M. Nicolaï, enfin toute l’Europe, excepté quelques partisans de M. de Buffon, en France, conviennent que ce sont des animalcules »770. Plus loin, dans un long résumé des travaux de Needham, Haller l’avait encore écorché en reprenant simplement, sans vraiment les déformer, quelques-unes de ses formules telles qu’« un arbre formé de branches continues est un animal », avant de rajouter, à propos de la chaleur dont il n’était pas prouvé qu’elle tuait les animalcules : « Cette seule observation détruit presque entiérement les plus fortes preuves de M. Needham »771. Le désarroi causé par cet exposé précis est celui que peut donner le miroir auquel on est exposé sans s’y attendre, comme le raconte Saussure :

  • 772 Lettre de Saussure à Haller, Genève, du 27 août 1765, in CHS, p. 211.

Vous êtes rarement de son avis dans l’histoire des Animalcules ; il m’a dit après l’avoir lu qu’il étoit extrémement affligé de n’avoir point pu converser avec vous avant la publication de votre Ouvrage, qu’il se flattoit que s’il eut eu ce bonheur là, il vous eut fait changer d’avis sur bien des points772.

  • 773 Ibid., p. 211.
  • 774 Lettre de Saussure à Haller, Genève, du 15 octobre 1765, in CHS, p. 215.
  • 775 BGE, Ms Bo 30, fo 51 : lettre de Saussure à Bonnet, Genève, du 2 janvier 1771.
  • 776 Roffredi (Maurizio), « Lettre à M.r le C. D. S.… », art. cit., p. 111. Needham avait effectivement (...)
  • 777 Trembley (Abraham) [extrait de Needham 1748], op. cit., p. 7 : « Mr. Needham promet de donner dans (...)

34Aussi est-ce par l’intermédiaire de Saussure que Needham s’était déclaré disposé à aller rencontrer Haller à Berne pour lui expliquer son système et faire ainsi meilleure impression773. Mais, après deux mois, il n’avait toujours pas été lui rendre visite774. Et cinq ans plus tard, déçu de ses différents revers, Saussure, pourtant peu enclin à dénigrer ses confrères, confie à Bonnet : « Needham est toujours un sot génie, un folatre, un enthousiaste destitué de gout et de Logique »775. De même, à la lecture des Notes au Saggio escortées des Recherches physiques et métaphysiques de 1769, l’abbé Roffredi exprime son agacement, en faisant état des diverses promesses d’expérimentations de Needham776, attendues par le public777. Pareille sera la réaction de Bonnet à la lecture des Notes. Une fois donc sorti de l’interaction et mis face au texte, Needham tend rapidement à généraliser des souvenirs qu’il extrait de leur gangue concrète et expérimentale. Les observations présentant déjà des formes invariantes sont utilisées, pour être ensuite articulées aux divers arguments, formules et généralisations grâce auxquels il construit son texte. Le fonctionnement cognitif s’apparente ici à un trajet de reconstitution d’un puzzle, où la solution, fermée, s’obtient par la recherche des bonnes pièces venant jouer en cohérence avec ses propres idées, c’est-à-dire avec l’énoncé de la théorie. L’ancien contexte de réalité, forgé autour de la sémantique de la diminution, est toujours aux abois. Et si, lorsqu’elle se produit, l’interaction laisse ouvertes quelques portes, celles-ci se referment avec la distance ou en présence d’autres interactions, déversées ensuite dans l’écriture. Needham se condamne ainsi à être l’homme des promesses non tenues et des changements d’avis impromptus.

JOURNAL D’EXPÉRIENCES ET PROCESSUS TEXTUELS

La consignation immédiate des traces

  • 778 Needham (John Turberville), Nouvelles découvertes…, op. cit., p. 19.
  • 779 Ibid., p. 41.

35Les textes needhamiens de 1747 et de 1750 présentent des différences. En 1747 les journaux d’expériences sont absents, tandis qu’ils sont convoqués en 1750. De fait, en 1747, aucune présence d’un journal n’est avérée dans les cryptes d’écriture des nombreuses observations sur le calmar, la langue du lézard, les anguilles de la colle de farine et le reste. S’il est question des procédures expérimentales, fort peu de passages sont relatifs à la publication et à la gestion de l’écrit. Certes, Needham parle de ses « découvertes », de ses « observations » et annonce dans la préface : « enfin je me suis déterminé à publier mes observations »778. Mais il semble bien qu’il préfère écrire, soit de mémoire — comme il le reconnaît plus tard et comme le montre l’usage alterné du présent et de l’imparfait — soit directement en un face-à-face avec l’organisme, comme l’atteste un autre passage : « Je reviens à l’objet que j’ai devant moi, en écrivant ceci »779. En revanche, on n’a pas l’impression qu’il réécrive un texte plus ancien, ni qu’il transforme un journal privé en mémoire destiné au public.

  • 780 Ibid. ; environ un tiers des pages renvoie à une image.
  • 781 Ibid., p. 135. Cf. aussi ibid., p. 84 : « Les figures feront aisément comprendre ce que je dis ici (...)
  • 782 Needham (John Turberville), Nouvelles découvertes…, op. cit., pp. 51-52.
  • 783 Ibid., p. 130.

36Toutefois, si le journal est absent, certaines de ses fonctions sont endossées par d’autres figures. Ainsi le texte de 1747, comme les ajouts de 1750, renvoient-ils à des images organisant de manière solidaire la représentation visuelle et textuelle des organismes en question780. Il délègue aussi l’écriture à l’iconographie : « la seule Figure à laquelle je renvoie le Lecteur, en donnera une idée beaucoup plus juste, que tout ce que je pourrois en dire »781. Les Nouvelles découvertes faites avec le microscope possèdent ainsi un bon équilibre entre texte et images, garantie d’une bonne lisibilité, les images servant d’armature voire de substitut aux descriptions textuelles. Quant à la fonction de légitimation que peut prendre le journal, elle est assurée par le classique protocole social de la certification de ses expériences par des gens de qualité : « Tout ce que je pretend & que je puis assurer ici, c’est que ces faits sont vrais à la lettre, & que plusieurs personnes les ont vus aussi bien que moi »782. Ailleurs, il invoque à plusieurs reprises des choses également vues par « une personne de sa connoissance »783. En revanche, les autres fonctions du journal, c’est-à-dire l’ancrage spatio-temporel des expériences, le contrôle des diverses variables expérimentales, la structure sérielle, accumulatrice et réorganisatrice des observations, de même que la possibilité de révision, dans le double sens que pourrait prendre ce terme — revoir et réviser — tout cela semble bien absent des coulisses de l’ouvrage. Selon toutes vraisemblances, il n’y a pas eu de journal d’expériences derrière le texte de 1745-1747.

Résultats de Needham Planche extraite des Nouvelles observations… de Needham (1750). Cliché Bibliothèque de Genève.

  • 784 Stefani (Marta), Corruzione e generazione, op. cit., p. 94 a divisé les Nouvelles découvertes en t (...)
  • 785 Needham (John Turberville), Nouvelles observations…, op. cit., p. 190 : « Huit jours après » ; p.  (...)
  • 786 Ibid., p. 191.

37La situation est différente pour la seconde partie des Nouvelles découvertes microscopiques de 1750784 qui fait état de certains des foncteurs classiques du journal d’expériences, qui semble avoir été esquissé pour l’étude des infusions. Par exemple, les récits de certaines infusions, de l’expérience du jus de viande bouilli et des îles flottantes, contiennent des détails quantitatifs sur le nombre (« une sixième partie », « quatre infusions », « soixante ou quatre-vingt infusions », « huit ou dix fois son diamètre »), la taille (« de différentes dimensions ») et le temps. Il y est question de jours, de fréquence et, parfois, de l’heure d’observation785. Les observations sur les particules des infusions sont systématiquement rédigées au passé, imparfait et passé simple, alors que l’ouvrage de 1745 mêlait indistinctement passé et présent. Quelques descriptions d’animalcules sont précises, par exemple : « celui-là s’avançoit d’un mouvement progressif en parcourant un espace égal à huit ou dix fois son diamétre, ou il décrivoit une petite orbite ; alors son mouvement se ralentissoit, il s’arrêtoit ensuite entre deux autres atômes, & se détachoit de nouveau avec les mêmes circonstances que ci-devant »786. Ce style narratif est bien celui d’un journal. Tous ces indices convergent pour conclure, en 1748-1750, à l’existence d’un journal d’expériences ou au moins de notes.

  • 787 Toutes ces citations, ibid., pp. 193, 197, 198, 200, 217, 220, 224.

38Toutefois, s’il est raisonnable d’admettre que des traces ont existé — sans qu’on en sache l’extension — leur traduction en écrit public est loin d’être un modèle d’académie, comme le signalent diverses imprécisions (« soixante ou quatre-vingt différentes infusions », « plusieurs jours, dix, quinze, vingt, suivant la chaleur du tems & du climat », « le second ou le troisiéme jour », « quelques jours après »), descriptions vagues (« je laissai reposer un tems suffisant », « les examiner tous les jours, ou même d’heure à autre », « après avoir laissé quelque tems l’eau ») et incertitudes (« en quinze jours, ou environ », « ne faisoit pas, je crois, une sixiéme partie »)787. Du coup, la consignation immédiate des traces, processus textuel souche de toute enquête, n’a pas pour Needham ce même statut, n’étant pas une règle du travail scientifique. C’est pourquoi, comme l’avait relevé Lignac, il manque une description qualitative et quantitative systématique du travail effectué, des variables mises en œuvre et de leur effet sur les infusions, sans compter que le lecteur vient buter sur les nombreuses incises théorico-morales qui hachent le flux de la narration descriptive. Aussi, les catégories de la description (attendues comme morphologiques ou quantitatives et spécifiques) et de l’interprétation (qualitatives et générales) se confondent-elles en de longues phrases sans qu’on puisse aisément les démêler. Par exemple, il glisse de la vague description d’une infusion à son « degré d’exaltation » mis en avant pour permettre de comprendre ce qui s’y passe. Pour compliquer, un début de description d’observations, en réalité picorées, sert assez fréquemment d’amorce pour une élaboration théorique :

  • 788 Ibid., p. 224.

je semai des grains de différentes sortes, & quelques jours après […] j’en fis tomber quelques gouttes dans une quantité d’eau proportionée, afin de l’examiner microscopiquement. Je raisonnai ainsi en moi-même ; il paroît évident par toutes les observations que j’ai faites jusqu’ici, que dans l’échelle de la Nature il n’y a qu’un dégré de distance entre la derniere espece de vitalité animale & la premiere de vitalité végetale788.

  • 789 Ibid., pp. 224-225.

39Le reste du paragraphe, d’environ une quarantaine de lignes, ne regagne jamais les terres hospitalières de la description expérimentale, quoique Needham y invoque forces « circonstances mentionnées ci dessus », « conséquence expérimentale de ce raisonnement », ou « considérations jointes à l’expérience »789. Le texte des expériences, presque toujours inachevé, semble avoir comme fonction première de servir de catapulte pour projeter la pensée loin du concret, dans les sphères de l’abstraction et de la généralité. La référence a ainsi tendance à glisser des pratiques vers l’énonciation.

40Dans l’ouvrage de 1750, son journal est cité une fois en notes de bas de page. Après avoir établi ses « deux vérités générales » — l’existence de la force productrice de la nature et le caractère végétatif des organismes —, il fait son apparition :

  • 790 Ibid., p. 200.

Pour cela, je crois qu’il suffit dans un Mémoire aussi court, de démontrer que ce principe a universellement lieu, en décrivant exactement ses effets, comme je le ferai ci-après en parlant de deux ou trois infusions des plus remarquables, & appliquant la même chose d’une maniere générale à un beaucoup plus grand nombre, sans avoir égard aux plus petites variations, ainsi que je pourrois le faire, si je publiois tout au long les Journaux que j’ai sur les productions de chaque infusion différente790.

  • 791 Ibid., p. 240. Le texte original anglais de 1748 est un article sous forme de lettre adressée à Fo (...)
  • 792 Lettre de Bonnet à Needham, Genève, du 28 novembre 1766, in CBN, pp. 240-243.
  • 793 Lettre de Needham à Bonnet, Paris, du 6 janvier 1767, in CBN, p. 245.

41Le journal est ici mobilisé dans un contexte de rejet des variations particulières issues des résultats, considérées comme négligeables, autrement dit, il s’agit là de bruit endigué dans les arcanes du journal et dont la production risquerait de perturber l’énoncé des principes généraux. C’est pourquoi, une telle invocation du journal s’affale rapidement dans la besace des formules toutes faites et, plutôt que de redonner vie à l’argumentation, produit justement l’effet opposé. Une autre stratégie de référence indirecte emploie l’allusion, aux effets rhétoriques espérés, à de futures publications qui sous-entendent l’existence d’un manuscrit d’expériences : « je reserverai un grand nombre d’autres observations que jai par devers moi sur des infusions & autres isles végétantes, pour l’essai que j’espere publier dans la suite, avec plus d’exactitude, si ces idées & ces découvertes se trouvent digne de votre approbation »791. Or les promesses ne sont pas innocentes, car outre le fruit rhétorique consistant à faire attendre le public, elles sont aussi employées, avec les correspondants, dans des contextes polémiques. Par exemple, en recommandant un livre de physique à Bonnet, Needham essuie en retour une critique sur l’amateurisme de l’auteur792. En réponse, en plus d’avouer qu’il ne l’a lu qu’en surface, Needham ajoute : « je ne regarde son ouvrage, que comme une esquisse de ce qu’il a envie de donner au public plus en detail »793 ! La formule de la promesse est ici devenue ici transitive, employée pour les alliances — il s’agit, comme lui, d’un abbé — car, à partir de la querelle des miracles, Needham va de plus en plus se renfermer dans le catholicisme et l’utiliser pour marquer ses différences d’avec le réformé Bonnet. Venant s’appliquer en réponse à une critique perçue, la promesse sert de mécanisme de déviation de l’attaque, comme une fuite en avant. Or c’est bien sur ces promesses — et, en arrière-fond, l’emploi rhétorique du journal — que Needham sera repris par la suite.

  • 794 Trembley (Abraham), Mémoires…, op. cit., p. iv.

42À quoi peut-on attribuer cette présence de traces écrites en 1750 ? Buffon, avec qui Needham collabore, ne mentionne pas de manuscrit d’expériences. En revanche, le journal, en tant que produit direct de la consignation immédiate des traces, est une composante essentielle du travail de Réaumur et des réaumuriens et, parmi eux, Bonnet et Trembley ont fortement contribué à faire comprendre ce que c’était et comment l’employer. Needham a lu Trembley entre 1745 et 1750 et a également fait sa connaissance vers 1745. Toutefois, de même que son utilisation de l’écriture scientifique se particularise, son emploi rhétorique du journal s’écarte des usages de l’époque. La question de la réalité du cahier d’observations apparaît alors comme secondaire, l’essentiel étant la manière dont il fonctionne dans le texte par rapport à l’usage en cours. Chez les naturalistes expérimentalistes, le renvoi au manuscrit d’expériences participe d’une recherche d’équilibre de l’écriture. Par exemple, si Trembley dit d’abord n’avoir eu « que le tems de faire ces observations, & de les noter dans son Journal »794, il l’intègre ensuite dans l’économie même de la rédaction des Mémoires :

  • 795 Ibid., pp. iv-v.

Si donc, j’avois écrit dans ces commencemens, j’aurois couru risque, par cela même, d’entrer dans le détail d’un grand nombre de Faits peu considérables, qu’on ne doit en quelque façon faire sentir, que par la maniére dont on expose les autres ; mais qu’on n’est en état de considérer dans leur véritable point de vue, que lorsqu’on a une connoissance plus étendue du sujet dont il s’agit795.

43Position de modestie certes, mais c’est également là une leçon sur l’emploi du journal d’expérience, sur les processus d’écriture et de construction de l’œuvre. En fonction du temps et du travail accumulé, Trembley fait état d’un chemin ramifié mais homogène, coordonnant la hiérarchisation progressive des faits observés, la subordination des détails à la valeur des faits — et non leur éradication ainsi que chez Needham — lors des métamorphoses du journal en écrit public. Autrement dit, il prend bien conscience que le journal abrite force bruit expérimental.

Bruit expérimental et maturation de l’écrit

44C’est justement cette exubérance forcenée des faits de laboratoire qui doit être domptée dans les rythmes imposés par la dynamique de confinement, et qui représente un défi appelant l’expérimentateur à concevoir des critères de sélection pertinents au gré d’une prise de distance face à ses écrits. Un autre exemple plus tardif provient des accouplements d’animalcules relatés par Spallanzani :

  • 796 Spallanzani (Lazzaro), Opuscules de physique…, op. cit., vol. i, p. 169.

j’en parlois expressément dans plusieurs de mes Journaux, & […] j’en avois ébauché la figure ; mais pour dire la vérité, quoique j’eus pensé qu’une semblable union put être un véritable accouplement, je ne pus pas me décider à en parler dans ma Dissertation, parce que je craignai de me tromper796.

  • 797 Trembley (Abraham), Mémoires…, op. cit., p. 236.

45Parfois, lorsque c’est nécessaire, Trembley n’hésite pas à transcrire des « extraits », c’est-à-dire des résumés tirés de ses cahiers : « Pour donner des idées plus précises de ces Expériences, je rapporterai l’extrait de quelques Articles de mon Journal »797. Si le journal peut donc être produit pour remplir des besoins de précision, cependant, tout n’y est pas bon à prendre, car sa réécriture se fait au rythme d’un processus textuel fondamental de l’écriture scientifique, la maturation de l’écrit. Ses fonctions sont d’une part d’élaguer le texte en hiérarchisant l’importance des faits et interprétations à conserver et, de l’autre, de tamiser l’expérience du texte en visant un langage abouti. Comme celle des faits, la sélection des détails participe de la construction de l’œuvre et un des concepts implicites qui structure le texte scientifique chez Trembley revient à la notion d’information pertinente, qui organise la présentation tant des phénomènes que de leurs détails. Le thème de l’élimination des détails faisant contrepoint au journal est par ailleurs présent dans d’autres textes naturalistes, montrant, d’ailleurs, qu’il sert d’élément d’identification et de marquage communautaire, les naturalistes expérimentalistes pouvant ainsi immédiatement identifier leurs pairs par l’emploi de certains thèmes déclinés chaque fois avec des variations. Par exemple, il appert chez un des contradicteurs de Needham, le médecin et « agronome » bordelais Jean-Baptiste Aymen (1728-1784) :

  • 798 Aymen (Jean-Baptiste), « Second mémoire sur les maladies des bleds », Mémoires de mathématique et (...)

Je ne me propose pas de donner le détail de toutes les expériences que j’ai faites, & tel qu’il est couché sur mon Journal, ce ne seroit que des répétitions presque continuelles, & ce détail seroit aussi inutile qu’il seroit sec & ennuyeux ; je me bornerai à donner le précis exact de toutes mes observations & le résultat de mes expériences ; j’écarterai tout ce qui est superflu & je n’oublierai rien de ce qui me paroîtra être utile798.

46C’est là un topos modulable pour servir à la rédaction d’un texte destiné au public, car un tel passage serait clairement hors sujet dans un manuscrit d’expériences. Mais, d’une part, chaque auteur y dépose certaines variations de style basées sur un lexique commun tout en pointant un corps d’idées semblables et, d’autre part, il présente une différence capitale avec la manière dont Needham l’emploie. Chez Aymen, comme chez Trembley, Bonnet, Réaumur, Saussure ou Spallanzani, l’élimination des détails s’équilibre par le processus de sélection de l’information pertinente. C’est dire que les détails ne sont pas refoulés dans la géhenne du journal, mais subordonnés aux fins de la démonstration. À sa manière, Bonnet l’écrit dans le Traité d’insectologie :

  • 799 Bonnet (Charles), Traité d’insectologie, op. cit., vol. i, p. 29.

Entre les faits que j’observai, il y en eut beaucoup qui n’ont rien de remarquable, & dont je ne chargeai mon journal que pour plus d’exactitude. Dans la crainte de fatiguer par un récit trop détaillé, & qui n’entreroit pas dans le plan que je me suis prescrit, je ne rassemblerai ici que les particularités les plus curieuses799.

  • 800 Needham (John Turberville), Nouvelles découvertes…, op. cit., p. 119.
  • 801 Bonnet (Charles), Traité d’insectologie, op. cit., vol. i, p. xxv.
  • 802 Anonyme [Compte-rendu du Traité d’insectologie], Bibliothèque Raisonnée…, art. cit., p. 190.

47Chez Needham en revanche, l’élimination des détails apparaît comme une fin en soi, protégée par l’anonymat du journal, déséquilibrée donc lors de sa mise en forme textuelle, du fait qu’il y manque le processus régulier de filtrage de l’information pertinente. Et, s’ils sont parfois présents lors des descriptions, les détails et les faits ne sont pas soumis à une évaluation et une sélection systématiques qui puissent en hiérarchiser les diverses valeurs. De fait, sa recherche n’a que faire de s’encombrer du brouhaha du vivant, il suffit d’en revendiquer l’uniformité. Mais, lorsque les détails sont rejetés en bloc, l’écriture se fait alors piéger par l’attraction de formules toutes faites telles qu’« [i] l n’est pas nécessaire de rapporter encore ici ces particularités »800, ou bien l’emploi d’un seul exemple posé comme infaillible pour illustrer une généralité. Aussi, face aux naturalistes expérimentalistes, est-ce la même structure, mais inversée, que l’on retrouve chez Needham : plutôt que d’être appelé sur scène pour jouer une partie rhétorique dosée, le journal n’y est convoqué que comme caution du travail prétendument réalisé, en une invocation qui, selon toute vraisemblance, remplace le laborieux accouchement textuel immédiat des faits auquel s’astreignent les autres observateurs. Au fond, ce qui est en jeu ici, c’est, en ayant pris le langage comme objet, de s’être confronté aux processus textuels, à la discipline de la consignation immédiate des traces, à l’expérience du texte et la manière dont Needham met en scène son journal semble montrer que c’est fort peu le cas. S’il est déjà ardu d’expérimenter et de tenir un journal, il reste encore à le prolonger et le réécrire pour en faire un texte public. Rien n’est ici donné, tout doit être conquis. Vers 1744, pour la rédaction du Traité d’insectologie, Charles Bonnet avait dû faire appel à son professeur de mathématiques de l’Académie de Genève, Gabriel Cramer (1704-1752), pour gérer les données sérielles accumulées sur les vers sectionnés801. Ayant coupé quantités de vers à des dates différentes et de diverses manières, il s’agissait de trouver une solution graphique permettant de condenser en mode lisible et immédiatement parlant les informations sérielles contenues dans ses journaux. Le résultat en est les nombreux tableaux sous forme de calendriers des vers sectionnés qui, par leur mise en forme synthétique, se révélèrent décisifs dans l’établissement de la régénération des vers, comme l’écrivent les journalistes de la Bibliothèque raisonnée dans un compte-rendu du Traité d’insectologie : « Des tables exactes nous assurent des progrès de chaque portion d’Animal, les lignes d’acroissement de chaque journée, & chaque pas, pour ainsi dire, de la Nature »802. À travers diverses stratégies de transformation et de réécriture du journal, le bruit expérimental devait être apprivoisé.

Accroissement des vers sectionnés
« Table de l’accroissement des portions » d’un ver sectionné en trois parties en fonction du temps, extraite du Traité d’insectologie… de Charles Bonnet (1745). Cliché Bibliothèque de Genève.

  • 803 Needham (John Turberville), « Mémoire sur la génération [manuscrit de 1748] », in Mazzolini (Renat (...)

48Pour Needham, loin de résulter de processus textuels contrôlés, l’acte d’écriture permet d’échapper au bruit expérimental, aux détails et à leur variété qui le font déchoir dans la complexité touffue des faits de laboratoire, loin des généralités de principe. Dans un mémoire sur la génération adressé à l’Académie des sciences de Paris en juin 1748 — pour éviter qu’on ne lui souffle la priorité sur ses « découvertes » —, aucun journal n’est mentionné et le fonctionnement topoïque est déjà à l’œuvre, comme le montre la formule : « Par ces expériences et par une infinité d’autres dont je supprime le détail »803. Le journal semble vécu comme une sorte de maison de correction des faits où le bruit expérimental doit rester assigné à demeure, ne filtrant que dans la lumière tamisée de promesses d’une théorie meilleure et moins bousculée. Au fond, lors de son emploi des formes standard de l’écriture scientifique, Needham en désarticule certains des topoï classiques pour les utiliser de manière partielle ou opposée à leur emploi régulier. Faute peut-être de s’être vraiment confronté à la consignation systématique des traces et, partant, à l’expérience du texte au sein de la dynamique de confinement, les mécanismes d’écriture qui transforment un journal en texte scientifique flottent dans le vide, contribuant ainsi à soulever nombre de polémiques à son encontre. Ici encore, tout se passe comme s’il n’avait pas compris les règles du jeu, matérialisées sous la forme des usages, tacites et peu normés, du journal et des standards encore fragiles de l’écriture scientifique.

49La leçon de ces comparaisons entre Needham et les réaumuriens est simple. L’activité scientifique des naturalistes expérimentalistes se caractérise par une exigence nouvelle face au siècle précédent qui, sur le long terme, est devenue progressivement normée : il y a double existence de l’écrit — journal et publication — au sens que chacun d’eux pris seul est insuffisant pour faire acte de science considéré comme valide. Ils cristallisent alors les modes d’écriture du confinement et de la relation, en les chaînant l’un à l’autre grâce à la maîtrise de processus textuels différenciées. La trace souche, immédiate et primordiale doit être consignée, moins pour des raisons de primauté et de copyright — lesquelles sont des problématiques propres à la dynamique de relation — que parce qu’il y a un trajet inconnu du savant et de l’objet, bref parce qu’il y a construction, ce dont, quelque part et à des degrés très divers, le savant est conscient. Le seul moyen de commencer ce trajet — le processus textuel souche — est alors la consignation immédiate des traces, relues et réécrites ensuite pour la publication. Elle est alors la pose de briques d’un édifice dont on ignore entièrement le plan, plan qui n’apparaît qu’au moment de la réécriture — et qui mobilise d’autres processus textuels : maturation de l’écrit et maîtrise de l’écriture. Ainsi, ce qui fait la modernité des sciences biologiques et contribue à leur naissance, c’est bien cette double existence du journal et de l’écrit publié, qui coïncide exactement avec la distinction entre dynamique de confinement et dynamique de relation. Chacune de ces formes rédactionnelles abrite des formes prioritaires du rapport technique du savant à l’écriture, prises — lorsqu’on les envisage globalement —, dans une succession au cours d’un trajet global.

EPISTÉMOLOGIE, MORALE ET ÉCRITURE

Expérience répétée et révélée

50Si les pratiques d’écriture camouflent de nombreuses divergences entre Needham et les savants de son époque, ses conceptions épistémologiques ne sont pas à la traîne. D’abord, alors que Needham amalgame des observations picorées à des arguments factices, Saussure, quant à lui, organise son cheminement textuel par la mise en forme graduelle, tracée au jour le jour dans son manuscrit, d’une masse d’observations décrites sur le vif qu’il relie parfois au moyen d’inférences. En particulier, chaque observation, protégée des charges théoriques, est mise en dialogue avec les trois formes de l’expérience et non pas picorée pour être enclose dans une sémantique qui lui est étrangère.

51Ensuite, le statut des arguments est bien différent de celui qu’ils prennent sous la plume de Needham. Dans le journal d’expériences du Genevois, les arguments sont signalés comme tels et ne sont jamais confondus avec les observations. Ce sont là deux registres tant textuels que cognitifs qu’il est vital de maintenir démarqués. Saussure n’emploie les inférences et les arguments qu’en leur attribuant un statut transitoire d’hypothèse ou de conjecture prête à être rejetée dans les oubliettes du manuscrit lorsque de nouveaux phénomènes viendraient les contredire. Quant aux généralisations, leur rare présence se justifie par l’emploi de procédures ou de descriptions systématiques et elles sont intégrées à l’écriture pour en pondérer la valeur. De plus, la transformation du poids des observations le long de la recherche fait l’objet de contrôles : à n’importe quel constat, Saussure maintient d’abord son statut originel, ascendant, jusqu’à ce que d’autres observations ou expériences stabilisées par la répétition en viennent à les transformer en un phénomène — tel que la division — c’est-à-dire en une connaissance reconnue, stabilisée et généralisée à une classe particulière et identifiable d’êtres, en un mot, un processus descendant qui prépare le concept. Car le passage de l’observation au concept recouvrant le phénomène procède bien d’un renversement du contrôle opéré par le savant, d’ascendant à descendant. Et cela n’a encore rien à voir avec l’interprétation biologique du phénomène, problème entièrement distinct de celui de la démonstration de sa stabilité, de son invariance, c’est-à-dire de sa mise en forme comme phénomène régulier. Pour Saussure, les différences entre la description ou l’observation (ascendante) et l’interprétation (descendante) et les moindres de leurs nuances doivent toujours être spécifiées et contrôlées, étant des dimensions constituantes de l’activité de laboratoire.

  • 804 Lettre de Réaumur à Trembley, Paris, du 27 avril 1747, in CRT, p. 292.
  • 805 Allamand (Jean-Nicolas-Sébastien) [Notes], op. cit., pp. 8-10, 79, 82, 86, etc. Needham (John Turb (...)
  • 806 Ibid., p. 100.
  • 807 Baker (Henry), Employment for the Microscope, op. cit., pp. 252-254.

52Chez Needham, la situation est bien différente. Avec le temps il ne poursuivra plus l’invariance du phénomène, mais son unicité, c’est-à-dire l’opposé. Car pour mettre en évidence de l’invariance, il faut donner à répéter l’expérience, décrire avec précision les procédures, les séries, les résultats et leurs variations. Certes, ses descriptions expérimentales des années 1743-1747 font l’objet d’éloges mérités, par exemple de Réaumur : « M. Needham montre par cet ouvrage qu’il a un esprit et des yeux auxquels les faits dignes d’être remarqués n’échapperont pas lorsqu’il leur arrivera de s’offrir à lui »804. Allamand parvient à répéter quelques-unes de ses observations805. Toutefois, nombre de ses descriptions rendent fort difficile la répétition expérimentale et ce n’est pas pour rien que les Anguilles l’ont stigmatisé. Car, après avoir mis de l’eau sur des grains de blés niellés, Needham dit voir les anguilles « en un instant prendre vie »806. En Angleterre, à la demande de Folkes, Henry Baker avait tenté de répéter ces expériences au milieu des années 1740, mais sans succès. Puis, en juillet 1747, Folkes et Baker répétèrent l’expérience pour voir finalement les fameuses anguilles apparaître après 36 heures807. On est loin des anguilles qui prennent vie « en un instant ».

53En France, une autre tentative de refaire la même expérience procura à Lignac et Réaumur l’occasion d’exercer leur critique détaillée. Après avoir décrit l’expérience des anguilles de la colle de farine, Lignac écrit :

  • 808 Lignac (Joseph Adrien Lelarge de), Lettres à un Amériquain…, op. cit., vol. iv, 11e lettre, pp. 90 (...)

C’est tout ce que je puis dire sur une expérience qu’on nous donne seulement en gros, sans nous rendre compte d’aucun des procedés qu’on y a suivi ; comme du degré de chaleur emploié dans la cuisson de la colle ; de la quantité de la farine et de l’eau ; du tems après lequel les anguilles se sont multipliées ; du lieu où ces expériences ont été faites : on ne peut aller qu’en tâtonnant quand on ne marche qu’à la lueur d’une lumiere aussi sombre808.

54Inégalement répartie dans les textes de Needham, mais croissante avec le temps, cette imprécision allait faire échouer diverses tentatives de revoir certains des phénomènes décrits, tant pour les anguilles que pour les animalcules des infusions.

  • 809 Needham (John Turberville), Nouvelles observations…, op. cit., p. 212. Aussi ibid., p. 294 : « Un (...)
  • 810 « Le seul fait qui se trouve dans le memre. de Mr. Needham, qui puisse servir à les expliquer est (...)

55En poursuivant l’unicité du phénomène et non son invariance, Needham prolongeait une conception de l’expérimentation basée non pas sur l’expérience répétée, mais sur ce qu’on pourrait appeler l’expérience révélée. Avec sa connotation religieuse, une telle forme d’expérience tirait sa valeur d’une performance unique et non d’une pratique sérielle de l’expérimentation, éliminant ainsi les prérequis standards de la répétition expérimentale, condamnant d’avance l’entrée en matière avec la reconstruction d’un triplet. À diverses reprises, le texte de Needham souligne l’importance d’aboutir à une expérience fondamentale unique, de donner un seul exemple, suffisant pour établir l’ensemble des principes, par exemple pour ceux qui veulent « tenter ces expériences après nous : cependant lorsqu’ils auront enfin trouvé un sujet [= semence à mettre en infusion] convenable, une seule observation exacte suffira pour rendre la chose sensible »809. Aussi, par sa déduction d’une loi à partir d’un phénomène unique, correspond-elle à l’abduction. Une fois de plus, les acteurs du temps ne manquent pas de souligner cette particularité. Dans le précis de la version anglaise du même texte, Trembley remarque cet emploi d’un fait singulier pour valider la théorie810. D’autres indices attestent du fonctionnement de l’expérience révélée, renonçant au contrôle expérimental et à son fardeau de détails pour laisser le savant s’immerger dans l’unicité d’une vision régénératrice. Le père Giovanni Maria della Torre rapporte que lors du passage de Needham à Naples au début de l’année 1762, ils observèrent conjointement les cellules sanguines avec ses microscopes. Selon della Torre, les cellules étaient un anneau troué au centre composé de six parties, théorie établie de visu dans les planches d’un petit opuscule fraîchement publié par le moine napolitain, dont Needham n’avait probablement pas manqué de s’imprégner.

Hématies d’après Hewson
Représentations des cellules du sang chez de nombreuses espèces du règne animal, y compris l’homme. Planche extraite de Hewson (William), « On the figure and composition of the red particles of the blood », Philosophical Transactions, t. LXIII, 1773, pp. 303-323, pl. XII. Cliché Bibliothèque de Genève.

  • 811 Lettre de Bonnet à Needham, Genève, du 29 mai 1761, in CBN, p. 200.
  • 812 Della Torre (Giovanni Maria), Nuove osservazioni microscopiche, Napoli : [s. n.], 1776, p. 85.
  • 813 Hewson (William), « On the figure and composition of the red particles of the blood », Philosophic (...)

56Huit mois auparavant, Bonnet l’avait sommé de revoir le phénomène en mettant le Père « à la question »811. Là, observant une cellule dotée des six petits compartiments espérés, Needham cria soudainement « experimentum crucis !! »812. Sang, croix et expérience font parfois entre eux un drôle de ménage, surtout chez les prêtres, et il est bien possible que, baignée de sang, l’expérience de la croix ait ranimé d’autres résonances que les baconiennes dans la tête de ce catholique militant, le jetant à son insu dans la sphère sacrée de l’expérience une et insécable, si éloignée des jeux profanes de l’expérience répétée. Confondue avec l’expérience cruciale — laquelle implique de montrer que le contraire est faux —, l’expérience révélée pouvait donc suffire à légitimer toute une théorie, illustrant du même coup la priorité donnée aux révélations d’une expérience indivisible sur les pratiques ingrates du contrôle expérimental. Sans compter que l’image des six compartiments provenait d’un artefact dû à l’aberration de sphéricité des microscopes aux grossissements fabuleux de della Torre, comme cela fut établi quelques années plus tard, montrant en quoi Needham pouvait prendre sa pratique de l’observation unique et révélée pour le modèle avéré de la communication scientifique. Durant la décennie 1770, William Hewson démontra que les cellules sanguines étaient aplaties et dénuées de perforation centrale au cours de séries d’observations sur une trentaine d’espèces, à l’inverse des résultats de della Torre que personne n’avait réussi à répéter813.

Hématies d’après della Torre
Les cellules du sang dessinées à divers grossissements font apparaître les six compartiments présumés par Giovanni Maria della Torre, dans une planche d’une lettre adressée à Jean-Antoine Nollet et publiée en 1760. Cliché Bibliothèque de Genève.

57Et pourtant, comment concilier la recherche de l’unicité avec les canons expérimentaux de la science des Lumières ? Partant d’une capture de faits déjà teintés de théorie, les observations picorées suivent un processus peu contrôlé de transformation abstraite, lié à l’éloignement du lieu d’origine, à l’absence ou du moins à la rareté des notes immédiates et à la substitution du contrôle expérimental par les formules et topoï préformés. Le picorement empirique se traduit par un flou dans le rapport au temps, orienté, au détriment du processus, par l’évènement unique, rapide voire atemporel. Ce rapport au temps s’oppose aux longues durées d’observation de Saussure et Spallanzani employées à décrire les manèges et transformations des êtres invisibles. Chez Needham, étant picorées, les observations sont dépouillées de leurs caractéristiques contextuelles, interprétées dans la sémantique de la diminution alors qu’en parallèle interviennent les généralisateurs, car à chaque observation, Needham ajoute une généralisation qui les universalise et les valide en dehors de leur contexte. En d’autres termes, il ne se méfie pas de ses propres affirmations, de l’invasion des topoï préformés dont le noyau est la diminution et qui agissent sur les observations comme des termes chargés de théorie. Ne bénéficiant d’aucun principe de prudence épistémologique, il se retrouve sans protection face à cette sorte d’énergie stabilisante que peut libérer le processus même de l’écriture lorsqu’il dresse des statues de mots sur des socles de papier. Ainsi, la multiplication par division est « la nature » des êtres microscopiques, elle se fait « toujours », leur partage est « continuel », ils se multiplient « continuellement », la matière s’épuise « entièrement », la disparition est « complette », etc. Une bonne contre-épreuve de cette posologie massive des généralisations chez Needham est la translation de ses idées dans les gloses de Régley, le traducteur français du Saggio et préfacier du livre :

  • 814 Régley (Charles), « Discours préliminaire », in Spallanzani (Lazzaro), Nouvelles Recherches…, op. (...)

Aussi M. de Saussure a-t-il remarqué avec beaucoup de sagacité que ces êtres microscopiques ne se propagent pas, ne s’engendrent pas, mais qu’ils ne font que se diviser ; & M. de Needham qui ne les a jamais vû mourir d’une mort naturelle, conduit cette division jusqu’à une disparition totale de la multitude, c’est-à-dire jusqu’au moment où la substance macérée devient un vrai caput mortuum qui ne produit plus rien d’animé814.

  • 815 Cf. ci-dessus pp. 437-438 [citations correspondant aux notes 745 et 746] ; Needham (John Turbervil (...)
  • 816 Anonyme, « John Turberville Needham », The Monthly Review, t. lxx (appendix), 1784, pp. 524-525, i (...)

58Alors que cette citation reproduit dans sa structure et dans une partie des contenus le texte de Needham815, Régley en a fait sauter presque tous les généralisateurs : seuls demeurent jamais et la « disparition totale » qui vient substituer la « disparition complete ». Autrement dit, si des paraphrases de textes de Needham éliminent presque toutes les généralisations, ou les lui attribuent directement, cela conforte l’idée que celles-ci sont une caractéristique de son style propre, que les biographes ont d’ailleurs remarquée, par exemple, le Monthly Review juste après son décès : « Il était constamment occupé (parfois avec trop d’imagination et de précipitation) à généraliser des faits et à les ramener à son système »816.

  • 817 Roger (Jacques), Les sciences de la vie…, op. cit., pp. 502, 667 ; Pichot (André), Histoire de la (...)
  • 818 Lettre de Spallanzani à Bonnet, Pavie, du 23 décembre 1769, in CSp., vol. ii, p. 114. Fontana (Fel (...)
  • 819 Stefani (Marta), Corruzione e generazione, op. cit., p. 78, m. t.

59Tout semble montrer que Needham consigne rarement les traces immédiates de ses observations puis, une fois éloigné du contexte expérimental, il doit mobiliser ses souvenirs en vue de l’écriture ; à ce moment, une observation se présente à lui non pas connotée comme particulière et détaillée, mais avec une sorte de plus-value universelle qui satisfait l’exigence de décontextualisation. L’expérience du texte, fondée dans la constance des traces immédiates, est incomplète. En revanche, scandée par les topoï préformés, l’écriture des observations suit un processus général d’abstraction, qui les transforme d’ascendant en descendant, par la nature même des processus d’écriture employés, dont, selon toute vraisemblance, on est forcé de constater que le contrôle échappe parfois à leur auteur. Le prix à payer est un style abstrait, lourd, cultivant la confusion entre les plans de l’observation et de l’imagination, de la conjecture et de l’expérience et relatant des observations souvent dépouillées de circonstances précises. Par cet abandon de la référentialité, on comprend que la confusion et l’obscurité, tant dans son style que dans ses idées, en soient devenues des leitmotivs relevés par divers auteurs817, exploités par ses critiques contemporains818 et avoués même par ses apologues, lorsqu’ils sont « en présence d’un de ces nombreux passages obscurs sortis de la plume de Needham »819.

L’ordre moral du fait face à l’ignorance avisée

60Chez Needham, le rapport au fait est bicéphale et son traitement dépend pour l’essentiel du dépassement des limites de la perception sensible. Dans la sphère du visible, les catégories et le langage employés pour décrire, comprendre et rapporter un fait sont suffisamment partagés avec les savants de son temps pour être crédibles et asseoir son autorité d’observateur. Mais il n’en va pas de même dès que l’on franchit les portes du monde sensible et qu’on accède aux régions de l’invisible, que ce soit lorsque la vision est prolongée grâce au microscope ou que l’on raisonne sur les systèmes cosmologiques. Le statut du fait se transforme lorsque Needham dépasse cette frontière, où, pour le dire avec les mots du xviiie siècle, il troque l’esprit d’observation pour l’esprit de système, comme le montre l’inventaire des prouesses de la force vitale. Son « exaltation graduée », dit-il, est le

  • 820 Needham (John Turberville) [Notes], op. cit., p. 232.

principe de toutes les métamorphoses physiques ou chymiques, qui végéte dans les plantes ; qui compose & vitalise les corps organisés ; qui s’irrite dans leurs membres […] ; qui donne naissance aux différens phénomenes microscopiques dont nous avons parlé ; qui vivifie la semence animale & végétale ; qui diversifie toutes les sécrétions ; qui fixe le nombre des especes par des analogies secretes ; qui s’exalte dans les vivipares & les serpens vénimeux ; qui se dissipe en particules contagieuses ; qui, en agissant sur l’ame par des impressions sensibles, l’excite à penser […] ; qui se subtilise en vapeur électrique ; qui brille dans la lumiere sous la forme de sept couleurs […] ; qui fait graviter les planétes vers le soleil ; qui les unit dans un seul systême, & qui anime tout l’univers »820.

  • 821 Ce qui explique que les historiens des idées, tels que Roger (Jacques), Les sciences de la vie…, o (...)
  • 822 Spallanzani (Lazzaro), Opuscules de physique…, op. cit., vol. i, p. 10.
  • 823 Bonnet (Charles), Contemplation…, op. cit., t. i, p. 260.

61Le point commun d’un tel magma de phénomènes est bien d’échapper à l’observable et au monde sensible, joignant ainsi l’infiniment petit aux espaces célestes, pour illustrer le statut du fait : partant d’une série de phénomènes, une supposition à valeur générale l’envahit, et en devient le principe animateur. Le véritable fait pour Needham, la véritable observation — c’est-à-dire ce qui ne peut être remis en cause — c’est justement la force exaltée qui au lieu de répondre aux questions sur les phénomènes, remplit l’espace de sens821 au moyen de la sémantique de la diminution, présente aussi dans « l’exaltation graduée ». Mais en se basant sur un langage abouti, cette posture empêche que soient posées certaines questions. C’est pourquoi la force n’est pas issue d’une supposition, mais d’une implication déguisée en hypothèse et dont le commentaire révèle, comme le souligne Spallanzani, une forme de conviction accompagnant l’énoncé d’une « vérité géométrique »822, c’est-à-dire systématique et générale voire dogmatique. Dans l’ordre moral, aucun phénomène ne peut rester sans exégèse — la nature semble toujours avoir autant horreur du vide. Au contraire, chez les réaumuriens qui se basent sur une prééminence de l’ordre cognitif, certains objets doivent rester inexpliqués pour l’instant, exactement comme certaines stratégies ne sont valables que momentanément et c’est alors la fonction du progrès que de les ranimer plus tard. Comme l’écrit Bonnet, s’il faut renoncer « sans peine à deviner ce que la Nature nous cache »823, c’est en attendant que les progrès des sciences génèrent des méthodes, explications et instruments nouveaux aptes à affronter les énigmes de la nature.

  • 824 Needham (John Turberville) [Notes], op. cit., p. 232.
  • 825 Ibid., p. 153.
  • 826 Ibid., p. 153.

62Seule donc la force exaltée de la matière, cette vraie force que Needham a « découverte », motive autant qu’elle anime cet amas d’objets inaccessibles, dont les sciences du xviiie siècle cherchent à donner des explications distinctes et spécifiques. La généralisation s’étend ici à l’ensemble des phénomènes traités par les sciences des Lumières. Physique, chimie, microscopie, physiologie, sciences naturelles, électricité, optique, astronomie, psychologie, rien n’échappe à la pénétration de cette force, comme à celle de Needham, peuple élu à lui seul capable de lever le voile des apparences. Presque rien en réalité, parce que voulue par Dieu, cette exaltation n’est pas entièrement universelle : « avons-nous une seule fois insinué dans aucun de nos écrits qu’elle renfermât dans la sphére de son activité la sensation, & encore infiniment moins la puissance intellectuelle ? »824. Le garde-frontière de ces régions est bien l’ordre moral, qui maintient l’univers en équilibre, sépare le bon grain de l’ivraie et discrimine « l’ame du juste »825 de « l’ame du méchant […qui…] finit en adoptant le matérialisme par système »826.

63De telles citations révèlent aussi la manière dont le fait fonctionne dans le texte de Needham, en inversant le rapport nécessaire non pas entre le fait et l’idée, mais entre le fait et l’énonciation. L’énonciation propre à valeur de fait, à condition qu’elle obéisse à l’ordre moral. C’est là un type d’écriture constamment vu par l’auteur comme une sorte d’acte auto-performatif. Et si sa propre écriture prend force d’acte, c’est parce qu’elle est conçue, ainsi que l’Ecriture sacrée, comme une forme d’irrévocabilité. Le vrai ne peut revenir sur soi, sauf à se profaner. C’est ici l’ordre des faits relatifs à l’expérience révélée face à ceux de l’expérience répétée. S’il y a donc esprit de système, c’est aussi plus et moins que cela. Plus, parce que l’exigence fondamentale à laquelle le fait microscopique est soumis est celle du principe needhamien de subordination de la physique à la morale. Les faits doivent répondre, aux sens juridique et moral du terme, de leur factualité dans un procès de droit divin, visant constamment à rétablir la prééminence de l’ordre divin sur l’ordre naturel. Mais il y a moins aussi que l’esprit de système, parce que la contradiction y est présente. C’est pourquoi, certains des faits dont parle Needham sont facilement prédigérés pour venir donner l’impression que le système repose sur les seuls faits avérés. Du coup, un fait pour Needham est rarement un fait tel que l’entendent les savants du xviiie siècle et en première ligne les réaumuriens et les bonnetiens. Les matters of fact sont ici encore moins autonomes, étant dépendants des processus textuels. La question n’est donc pas seulement de se garantir de l’o.c.t., mais bien de maintenir la sphère de la factualité distincte de celle de l’interprétation et c’est justement la séparation des matters of fact et des objets de langage qui le permet. Le jeu est rendu d’autant plus difficile chez Needham qu’il n’y a certainement pas une opposition totale, mais bien partielle, des conceptions. Certains faits sont rapportés conformément au protocole descriptif, c’est-à-dire maintenus dans la sphère de l’expérience répétable, tandis que d’autres tombent sous le régime de l’expérience révélée, étant parés d’avance d’une interprétation morale. Ils dépassent le monde sensible et possèdent de manière apodictique des propriétés morales.

  • 827 Ibid., pp. 155-156.

64Énoncé en plusieurs lieux, le principe de subordination de la physique à la morale donne une prééminence a priori à l’interprétation morale sur la description brute. Ceci, en évitant, comme Trembley ou Saussure, de se limiter à la description et à ses conséquences immédiates, ou comme Bonnet de distinguer le lieu épistémologique d’où il parle. Il y a donc contradiction entre les conséquences du principe de subordination needhamien et sa tactique défensive consistant à nier la prééminence du système sur l’observation. Étant guidée par des principes opposés, sa pratique d’énonciation est contradictoire. Et ce balancement entre cacher et montrer, Needham le transporte dans les phénomènes pour ne s’en déclarer que l’historien et narrer ainsi à bonne distance le jeu des deux moments : d’abord, comme on l’a vu, les corps vitaux eux-mêmes font semblant d’être animaux ou font semblant de sentir ; ensuite, le balancement entre cacher et montrer s’inscrit également dans l’ordre social, la nature montre à ceux qui savent voir et se cache aux autres. C’est dire que la pratique d’observation prend chez Needham une coloration élitiste, allant contre les formes de partage du savoir au xviiie siècle. Nature masquée et élitisme de la recherche fusionnent dans la propriété de division des organismes, qui relie les êtres microscopiques « au genre des végétaux par un seul principe commun de vitalité, [dont] il faut nécessairement chercher l’origine dans d’autres vérités moins connues »827.

  • 828 Ibid., p. 239.
  • 829 Ibid., p. 261.
  • 830 Ibid., p. 155.
  • 831 Ibid., p. 149.

65L’élitisme de la recherche se prolonge en une critique des savants : « La plûpart des Physiciens ne connoissent la nature que superficiellement ; ils ne la considérent jamais pour lui donner toute son étendue, mais seulement pour la resserrer & la ramener à leur méthode toûjours fautive, & souvent démentie par les faits »828. Après avoir si bien traité les physiciens, une profession de foi physicienne s’impose : « ce sont les faits en Philosophie, quand on peut les rendre incontestables, qui doivent régler nos systêmes, & nos systêmes n’ont aucun droit par eux-mêmes, sans d’autres raisons, d’anéantir les faits »829. Pourtant, il semble bien qu’il y ait des systèmes meilleurs que d’autres et notamment que le système vrai soit exempt du tribut payé à l’observation. Car des distorsions d’interprétation s’opèrent, par exemple dans la recherche des critères du vivant. Lorsqu’il écrit que le mouvement n’est pas une « preuve démonstrative, & sans aucune équivoque, d’un vrai principe sensitif »830, cette recherche des critères du vivant est parfaitement pertinente dans la science de son temps. Toutefois, elle dissimule la motivation morale qui anime ses recherches factuelles, car si les êtres vitaux sont par nature radicalement autres que les êtres sensitifs, c’est bien parce que « toutes les autres hypotheses donnent prise au Matérialisme, en identifiant le vital & le sensitif »831. Cette « hypothèse » n’est donc pas une hypothèse de physique, car elle élimine ses concurrentes grâce à l’ordre moral et divin, aussi est-ce là une idée dont le seul énoncé attribue aux autres une valeur d’impossibilité. Par conséquent, les critères du vivant ne le sont pas pour des catégories uniquement naturelles, mais bien pour des catégories surnaturelles et morales ancrées dans l’ordre divin selon le principe que le sensitif ne peut se diviser.

66En « cherchant » le fondement du principe sensitif, il fait implicitement reposer l’enquête sur une assise morale, antérieure à toute recherche, qui borne un territoire au-delà duquel on ne peut aller. Et ce principe moral, Needham en est tout armé moins dans le laboratoire que face au texte — comme c’est le cas pour la préparation des Notes. Un exemple, quoique toujours noyé sous son langage diffus, fait apparaître l’enchaînement de ce processus à propos des animalcules spermatiques : les corps spermatiques

  • 832 Ibid., pp. 169-170.

doivent être par induction plutôt rangés parmi nos êtres vitaux que parmi les sensitifs. Une seule raison entr’autres me semble décisive. Ces animaux se multiplient la plûpart par division ; & on ne conçoit pas du tout, comme je l’ai remarqué, qu’un être strictement sensitif puisse se partager, au lieu qu’en les supposant purement vitaux, comme les êtres spermatiques & autres quoique plus complèxes, toute la difficulté s’évanouit dans la Physique & dans la Morale832.

  • 833 Roffredi (Maurizio), « Lettre à M.r le C. D. S.… », art. cit., p. 113.
  • 834 Needham (John Turberville) [Notes], op. cit., p. 257. Les insectes nés d’une branche : « loin de d (...)

67De tels principes établissent voire déclarent des zones franches de rationalité, ce que certains viendront lui reprocher, ainsi Roffredi : « Notre auteur voudroit dans les Philosophes un peu plus de retenue lorsqu’il s’agit de rejeter des descriptions que les voyageurs nous donnent, & qui paroissent fausses et bizarres […]. La maxime peut être fort bonne ; seulement il reste à savoir si on l’a suggérée par l’amour seul de la vérité »833. Car Needham est à l’affût de ces phénomènes mitoyens, déviants, uniques — baguette divinatoire, mouche végétante, vers-plante, insecte naissant d’une branche, champignon venant de l’animal, etc. — qu’il s’approprie sans plus de détails, comme pour les exorciser du jugement rationnel qui les rejette dans la fable, afin de les récupérer dans son système. La mouche végétante prouve « que les plantes au moins subalternes, telles que les fungi […] peuvent se former par végétation de la substance morte des animaux. Cela revient entiérement à nos principes »834.

  • 835 Lettre de Needham à Bonnet, Turin, du 28 août 1760, in CBN, p. 175.
  • 836 Lettre de Bonnet à Needham, Genève, du 16 septembre 1760, in CBN, p. 182.

68On voit ici fonctionner le traitement du fait, sélectionné pour sa conformation avec les principes, au détriment de toute procédure de précision et de vérification. Et si Roffredi peut mettre en cause la bonne foi de Needham, sa candeur se mue alors en naïveté et en crédulité. Ainsi lorsqu’il fait part de ses doutes à Bonnet relativement à l’existence de minuscules vers provenant du sel, doutes levés par l’envoi de spécimens examinés à la Royal Society835. En réponse, Bonnet n’hésite pas à opposer au témoignage prestigieux la minutie du travail scientifique : « vous sçavés aussi bien que moi, les soins, les précautions, le travail qu’exigent des Faits de ce genre pour être bien constatés. Le témoignage de la Societé Roiale, quoi que très respectable, ne me suffit point »836.

69Un des nœuds de l’opposition entre Bonnet et Needham est bien de nature épistémologique. Être bonnetien, comme Saussure et, dans une moindre mesure, Spallanzani, c’est aborder la nature à l’aide du principe de Bonnet c’est-à-dire ouvrant l’esprit à toute possibilité imprévue — d’où le réflexe de création d’envisionneurs potentiels face à une situation nouvelle — mais toujours rattachée à l’ordre de l’évidenciation expérimentale. Les bonnetiens concilient ainsi une épigenèse mentale valide pour l’activité scientifique avec une profonde croyance dans l’existence de préorganisation, c’est-à-dire d’organisations transmissibles générant des formes stables au sein du vivant. Ce principe se prolonge dans une règle qui rebondit sur l’écriture :

  • 837 Bonnet (Charles), Contemplation…, op. cit., t. i, pp. 260-261.

Les Polypes à Bouquet sont placés à une si grande distance des Animaux qui nous sont les plus familiers, que nous risquerions fort de nous tromper, en empruntant de ceux-ci des comparaisons pour expliquer ceux-là. Renonçons sans peine à deviner ce que la Nature nous cache. Les Devins en Histoire Naturelle sont des espèces d’Empiriques, qui frappent rarement au but, & quand il leur arrive de le rencontrer, c’est presque toujours par hazard. L’Observateur Philosophe sçait mettre des bornes à sa curiosité. Il sçait douter, & plus encore, ignorer837.

  • 838 Le savoir ignorer permet au savant de demeurer au sein de la dialectique de la connaissance et de (...)
  • 839 Ivainer (Théodore) & Lenglet (Roger), Les ignorances des savants, [s. l.] : Maisonneuve & Larose, (...)

70Savoir ignorer. La leçon est de poids et correspond bien à une des postures du travail concret de laboratoire, qui évite les zones trop inconnues838. Comme l’écrivent Théodore Ivainer et Roger Lenglet, « la science n’a de chances d’avancer que pour autant que le savant prend conscience d’ignorances et s’emploie à cerner leur portée »839. Il y a une claire fécondité de l’ignorance que Bonnet saisit pour faire sentir que l’inconnu est tout en nuances. L’ignorance contrôlée participe ainsi de ces facteurs par lesquels le savant se dépouille de l’o.c.t. Chez Needham, cette configuration s’inverse, l’épigenèse des corps répond à une fermeture de l’esprit, en quelque sorte jamais revenu du choc causé par l’expérience traumatisante du polype. Car l’épigenèse à la Needham est une réponse en forme de pis-aller permettant de maintenir muré un territoire indicible. En sciences, il n’y a pas de territoires indicibles, il n’y a que des terrae incognitae et non encore conquises, face auxquelles, ainsi que l’écrit Bonnet, le savant trouve refuge dans une ignorance avisée :

  • 840 Bonnet (Charles), Considérations…, op. cit., t. ii, p. 46.

je tâcherai à ne jamais confondre le douteux avec le probable, & l’aveu de mon ignorance ne me coutera point d’effort. Nous ne sommes encore qu’à la naissance des choses ; pourquoi un Philosophe rougiroit-il de ne pas expliquer tout ? il y a mille cas où un je n’en sçais rien vaut mieux qu’une tentative présomptueuse840.

  • 841 Ivainer (Théodore) & Lenglet (Roger), Les ignorances des savants, op. cit., p. 181.
  • 842 Needham (John Turberville) [Notes], op. cit., p. 231.
  • 843 Marx (Jacques), Charles Bonnet…, op. cit., t. ii, p. 534.
  • 844 Lettre de Bonnet à Needham, Genthod, du 17 février 1770, in CBN, p. 286.

71Le savoir ignorer étend le contrôle du travail cognitif jusque dans les régions retorses au joug de la raison naturaliste et c’est pourquoi les épistémologues contemporains peuvent écrire que « l’ignorance apparaît, aux yeux de l’observateur attentif, pleine de potentialités »841. En revanche, chez Needham l’ignorance reste engluée dans la morale, salle d’attente de la confession et porte ouverte au pêché absolu : « c’est toûjours par ignorance que l’on se plonge d’un côté dans les absurdités du matérialisme »842. Sans doute Needham entendait-il « bien maintenir les droits de la philosophie dans toute interprétation du vivant »843, mais reste que pour lui existent de l’impossible et de l’indicible : le polype ne peut avoir d’âme, et c’est pourquoi de tels faits contradictoires sont une insulte au système, remplacés par des interprétations physiques à portée morale. Du coup, alors que pour de nombreux naturalistes du xviiie siècle, la détermination des caractéristiques du vivant est subordonnée au principe de Bonnet, chez Needham il y a déni ou ignorance de ce principe thématisant les relations entre variété des modèles et unité de la nature. Or l’activité scientifique consistant à construire des systèmes de possibilités qui rencontrent de la stabilité appelée réel, l’idéal de Needham pour qui la science doit remplir l’ordre moral est forcément inadéquat et moins efficient que l’idéal des bonnetiens. Pris dans un tel étau, Needham refuse à certaines observations leur statut de fait positif et doit les transformer en traits ambigus. Forcé par son idéologie de rechristianisation du savoir à séparer vitalité et spontanéité, il s’imagine que c’est le même principe, mais inversé, qui régit les travaux de Spallanzani, ce que Bonnet ne manque pas, en réponse, de remarquer : « vous suivés plutot le fil de vos Idées, que celui des Idées des Auteurs que vous consultés »844. Et le pari épistémologique attenant au principe de Bonnet est justement de réussir à se libérer, ou du moins à tempérer cette contrainte du système.

Naturaliste amateur
Frontispice de l’Insecto-Theologia… de Friedrich Christian Lesser (1740) montrant un observateur employant un microscope pour examiner des insectes. Le titre « Maxima in minimis » déforme l’adage augustinien « le plus grand dans le plus petit ». Cliché SUB Göttingen.

LECTURE ET LECTORAT SCIENTIFIQUE

L’exigence de la lecture

  • 845 Needham (John Turberville), Nouvelles découvertes…, op. cit., pp. 32-33.
  • 846 Allamand (Jean-Nicolas-Sébastien) [Notes], op. cit., p. 33.
  • 847 Ibid., pp. 33, 38, 47.

72Il y a diverses manières d’ignorer. En 1747, dans sa traduction des Nouvelles découvertes, Allamand était à plusieurs reprises sorti du rôle de traducteur pour s’ériger en interprète et même en censeur, à travers divers commentaires au texte. Il suivait en cela l’exemple donné cinq ans auparavant par Pierre Lyonet dans ses notes à la Théologie des insectes du pasteur allemand Lesser. C’est avec la métaphore de l’infini tirée de la série des dents du calmar qu’il entre en lice pour le reprendre845. Swammerdam avait rapporté la présence de sept rangées de 60 dents chacune, tandis que Needham en compte 44. Allamand ajoute qu’« Il est aisé de se tromper sur le nombre d’objets aussi petits ; & de quelque coté que soit l’erreur, elle est de peu de conséquence »846. Mais il fait également sentir que Needham n’a pas lu Swammerdam. C’est pourquoi il rajoute la bibliographie manquante, issue de Swammerdam et relative aux « usages » des divers organes, pour compléter la description de Needham847. Ce reproche tacite est cependant diminué par le mérite dû à la qualité des observations. La dernière intervention d’Allamand rend la critique explicite, mais la compense, en citant Swammerdam qui

  • 848 Ibid., p. 47.

a déjà vu des Vaisseaux, pareils à ceux-ci dans la Sèche : il les a bien décrits, & il en a donné une figure assez exacte ; Il a même vu leur mouvement, & leur action ; & judicieux, comme il étoit, il a conjecturé, qu’ils pouvoient avoir le même usage qui leur est attribué ici. Voiez Biblia Naturae. p. 896. Cependant le mérite de cette intéressante découverte est aussi dû à Mr. Needham ; car je sai que, quand il a publié cet Ouvrage, il n’avoit point lu la dissertation de Swammerdam sur la Sèche ; & d’ailleurs il a décrit beaucoup mieux que lui l’organisation & l’action des Vaisseaux dont il s’agit ici848.

73Une telle citation est emblématique, à l’époque, de certains des mérites et défauts du prêtre anglais : bon observateur, mais manque de lectures. Pour ne pas léser l’effort entrepris, Allamand trouve un remarquable équilibre entre nommer la négligence — Needham n’a pas lu le texte de Swammerdam, ce qui est quand même une entaille à une règle du travail scientifique — et en diminuer la portée, du fait de sa bonne description.

  • 849 Roffredi (Maurizio), « Lettre à M.r le C. D. S.… », art. cit., p. 5. De nombreux correspondants de (...)
  • 850 Lettre de Bonnet à Needham, Genthod, du 17 février 1770, in CBN, p. 286.

74Deux décennies plus tard, en privé comme en public, certains savants allaient amplifier la critique de sa désinvolture envers les règles du travail scientifique849. Et, si Voltaire et les Philosophes l’avaient couvert de leurs sarcasmes, d’autres savants avaient tenté de comprendre son fonctionnement psychologique. Le long de sa correspondance et lors de ses rencontres avec Needham, Charles Bonnet avait ainsi ausculté ses qualités mentales débouchant, après la lecture des Notes, sur une critique de ses dispositions attentionnelles : « Vous ne portés guères votre vuë que sur un seul côté de l’Objet, et quand quelque chose vous frappe, c’est toujours si fortement, qu’il ne vous reste plus assés d’attention pour voir ce qui l’avoisine »850.

  • 851 Lettre de Needham à Bonnet, Turin, du 26 septembre 1760, in CBN, p. 186.
  • 852 Lettre de Needham à Bonnet, Turin, du 15 novembre 1760, in CBN, p. 190.
  • 853 Lettre de Bonnet à Needham, Genève, du 20 février 1761, in CBN, p. 197.
  • 854 Lettre de Needham à Bonnet, Rome, du 30 septembre 1761, in CBN, p. 208.
  • 855 Lettre de Needham à Bonnet, Rome, du 13 février 1762, in CBN, p. 213.
  • 856 Lettre de Bonnet à Needham, Genève, du 16 juin 1761, in CBN, p. 202.

75Versant cognitif de l’expérience révélée, cette critique participe aussi d’une stratégie d’identification des carences, où il accule son adversaire à admettre quelques défauts dans ses facultés, par exemple sa vision défectueuse, « plus raccourcie peut-être que » celle de Bonnet851, son attention ou sa mémoire. Il est vrai que Needham prend à la légère certains des standards du travail scientifique, tels que la lecture et la citation d’ouvrages contemporains. Aussi la question de la lecture ne nous renseigne-t-elle pas seulement, comme l’a montré Roger Chartier, sur les formes culturelles de transmission des savoirs, mais elle apparaît comme une propriété du système des acteurs, offrant une clef d’interprétation pour comprendre le personnage. Jusque vers 1761, Needham semble bon lecteur de ses opposants, et particulièrement de Bonnet. Il en a lu « avec tres grand plaisir » les Recherches sur l’usage des feuilles852. Encouragé, Bonnet lui envoie alors coup sur coup l’Essai de psychologie853, puis le volumineux Essai analytique sur les facultés de l’âme. La réception de ce dernier ouvrage, quelque peu contrariante, va servir de révélateur d’une divergence de fond portant sur les pratiques de lecture. Needham l’ayant reçu en juin 1761, Bonnet le harcèle ensuite pour savoir ce qu’il en pense, comme il le fait avec les correspondants auxquels il envoie ses ouvrages. Fin septembre, Needham en a lu « un tiers »854, puis en février 1762, il n’a « pas pû finir la Lecture »855. S’il se comporte là en mauvais écolier, Bonnet joue aussi les Pères Fouettard, qui lui avait imposé une contrainte dans sa méthode de lecture : « Lisés et relisés et dites moi vôtre Jugement : ne me condamnés point sans m’avoir bien entendu : ne me loüés point non-plus qu’à bonnes enseignes. Si vous n’avés pas la patience d’aller jusqu’aù bout, ne me dites rien ; vous ne pourriés pas juger de l’ensemble »856.

  • 857 Ibid., p. 202.
  • 858 Lettre de Needham à Bonnet, Genève, du 28 août 1765, in CBN, p. 225.
  • 859 Lettre de Bonnet à Needham, Genthod, du 10 septembre 1765, in CBN, p. 228.
  • 860 Cf. Monti (Maria Teresa), Spallanzani e le rigenerazioni animali, op. cit., pp. 15-30.
  • 861 Lettre de Spallanzani à Bonnet, Modène, du 18 novembre 1765, in CSp., vol. ii, p. 10.
  • 862 Marx (Jacques), Charles Bonnet…, op. cit., t. i, p. 460. Bonnet (Charles), Contemplazione della na (...)
  • 863 Lettre de Bonnet à Spallanzani, Genève, du 1er avril 1766, in CSp., vol. ii, p. 17.
  • 864 Lettre de Spallanzani à Bonnet, Modène, du 17 avril 1766, in CSp., vol. ii, p. 19.
  • 865 Lettre de Needham à Bonnet, Paris, du 6 janvier 1767, in CBN, p. 245.
  • 866 Stefani (Marta), Corruzione e generazione, op. cit., p. 109.
  • 867 Roffredi (Maurizio), « Lettre à M.r le C. D. S.… », art. cit., p. 112 : « lui qui veut passer pour (...)
  • 868 Roe (Shirley), « John Turberville Needham… », art. cit., p. 170 : « Needham made very few footnote (...)
  • 869 Lettre de Haller à Bonnet, [Berne], du 28 septembre 1765, in CHB, p. 441.
  • 870 Lettre de Bonnet à Haller, s. l., du 19 juin 1767, in CHB, p. 621. Cf. aussi la lettre de Bonnet à (...)

76À partir de cette époque, tout se passe comme si Needham avait trouvé une stratégie pour ne pas devoir céder sur ses idées devant Bonnet : dire ignorer un ouvrage ou l’avoir lu superficiellement. En évitant d’ouvrir l’Essai analytique, Needham ne faisait d’ailleurs que de suivre le conseil de Bonnet : « Si vous n’avés pas la patience d’aller jusqu’aù bout, ne me dites rien »857. Pourtant, Bonnet insiste et, lorsque Needham passe à Genève au printemps 1764, il reçoit les Considérations sur les corps organisés. De retour à Genève plus d’une année après, Needham déclare l’avoir parcouru « assés rapidement »858. Et là, Bonnet sursaute : « je m’en étonne un peu, parce que le tems qui s’est écoulé est long, et que la Matière vous interessoit beaucoup »859. L’immédiateté n’a donc pas seulement force de règle dans la consignation des traces mais également dans l’accueil des écrits d’autrui. Or, le moment est mal choisi, car à la même époque, Bonnet est en train de constater la boulimie littéraire et expérimentale, la lecture diligente et immédiate, la rigueur expérimentale et la force de travail spectaculaire de Spallanzani860. À peine reçue la Contemplation de la nature à l’automne 1765, il la dévore pour faire part de ses remarques à l’auteur861, à quoi suivit quelques années plus tard une traduction « faite en un temps record »862. Bonnet informe d’ailleurs Spallanzani en avril 1766 des pratiques du savant anglais : « il n’a pas lu encore mes Considérations sur les Corps organisés, où il a un si grand intérêt. Je les lui donnai pourtant il y a deux ans. Je lui ai fait plus d’une fois la guerre sur une pareille indifférence. Il m’a toujours répondu, qu’il vouloit les lire la plume à la main, et à tête reposée »863. Pour Spallanzani, la relation entre ne pas lire et ne pas céder sur ses idées est explicite : « Ce qui me surprend surtout, c’est qu’il n’aye pas lû vos Corps organisés et peut être vôtre Contemplation non plus. S’il avoit médité ces ouvrages, je suis très sur qu’en philosophe naïf il auroit abandonné l’epigenèse »864. Circonstance aggravante, le survol de Needham face au texte d’autrui semble se manifester devant d’autres ouvrages, comme La nature dans la formation du tonnerre et la reproduction des êtres vivants de l’Abbé Polycarpe Poncelet (c. 1720-c. 1780). Il en recommande chaudement la lecture à Bonnet — qui le dissèque et constate une parfaite ignorance des classiques de l’expérimentalisme naturaliste — pour ensuite déclarer, face au franc dépit du Genevois, qu’il n’avait que « parcouru alors assés rapidement » le livre865. De même, Needham a cité Leibniz en 1750, sans l’avoir vraiment lu866, ce que certains auteurs soupçonnent à l’époque867. De telles méthodes de lecture, proches du picorement empirique, sont d’ailleurs rappelées par ses biographes868. Aussi, en attente donc d’une « conversion » plus franche de Needham869, Bonnet garde-t-il le net espoir qu’il en vienne au moins à lire ses travaux en vue de la rédaction tant attendue des Notes au Saggio870.

L’antilecture

  • 871 Lettre de Bonnet à Needham, Genthod, du 26 décembre 1768, in CBN, p. 262.
  • 872 Lettre de Needham à Bonnet, Paris, du 31 décembre 1768, in CBN, p. 264.

77La querelle éclate en décembre 1768, précisément à réception des Notes. À peine le livre reçu, Bonnet l’arpente et y repère force lacunes, notamment sur les faits déclinés dans les Corps organisés et la Contemplation de la nature, ignorés par Needham : « Je soupçonne un peu que vous n’avés pas même pris la peine de lire mes deux derniers Ouvrages », lui lance-t-il aussitôt871. À quoi Needham répond, jouant de sa naïveté : « Il est vrai que je n’avais pas devant moi, quand j’ai composé mon ouvrage ni votre livre, ni cel d’aucun autre auteur, comme c’est toujours ma coutume bonne ou mauvaise »872. L’abcès est crevé et, en avril 1769, la colère de Bonnet explose au grand jour, en rappelant une de ses prédictions :

  • 873 Lettre de Bonnet à Needham, Genthod, du 8 avril 1769, in CBN, p. 269.

Il vous est arrivé ce que j’avois prévu : vous m’avés cité de Tête, et vous m’avés mal rendu. Vous avés estropié mon Poulet ou plutot celui de M.r de Haller. Vous n’avés pas donné la moindre attention aux Conséquences immédiattes &c. Vous avés passé à côté. Il falloit les analyser. Ce n’est point ainsi qu’on traite les Faits et de pareils Faits873.

  • 874 Ibid., p. 270.
  • 875 Ibid., p. 270. En revanche, à Spallanzani, Trembley « lit avec empressement tout ce qui part de vo (...)
  • 876 Lettre de Bonnet à Spallanzani, Genthod, du 18 janvier 1769, in CSp., vol. ii, p. 100. Dans ses In (...)
  • 877 Lettre de Bonnet à Spallanzani, Genthod, du 18 janvier 1769, in CSp., vol. ii, p. 99 : « il m’a av (...)
  • 878 Spallanzani (Lazzaro), Opuscules de physique…, op. cit., vol. i, p. 252.
  • 879 Lettre de Scarpa à Spallanzani, Modène, du 30 mars 1776, in CSp., vol. vii, p. 340, m. t.
  • 880 BGE, Ms Bo 73 fo 53v : minute de lettre de Bonnet à Valmont de Bomare, Genthod, du 28 juin 1769.

78Et, révélant au passage l’alliance consubstantielle du texte et des phénomènes, des objets de langage et des « matters of fact », l’anathème est lancé : « Votre méthode de ne point lire n’est pas applicable en matière de Faits »874. Plus grave, l’exemple de l’antilecture fait boule-de-neige et lui aliène définitivement des acteurs de premier ordre. Il l’avertit que « M.r Trembley ne vous lira pas »875 et informe également Spallanzani que « M.r Trembley ne la lira point : il croiroit perdre son tems »876. Scandalisé, Bonnet a aussitôt averti les principaux nœuds du réseau savant, Trembley, Haller, Spallanzani et Müller de cette anti-méthode877 et la remarque fera son chemin, ouvrant de nouvelles brèches dans la défense de Needham. Spallanzani ne manquera pas de rappeler ce travers dans ses Opuscoli de 1776878, et d’autres savants la répercuteront, ainsi le physiologiste Antonio Scarpa (1747-1832), lequel « croit qu’il ne lit pas »879. Bonnet allait, comme souvent, transformer l’exemple en leçon. Peu satisfait des articles du naturaliste Valmont de Bomare relatant ses découvertes, il l’enjoint six mois plus tard à renforcer le contact avec les originaux : « Croyés-moi, Monsieur ; allés toujours aux sources, défiés-vous de tous les Extraits, de toutes les Notices, de toutes les Citations »880. Indice de l’antilecture dont Bonnet ne perce pas la visée stratégique, la critique de l’usage insouciant des citations devient une constante, et quelques années plus tard Bonnet rappelle, à propos des thèses du physiologiste milanais Filippo Pirri (1745-1780) qu’un

  • 881 Lettre de Bonnet à Spallanzani, Genthod, du 29 novembre 1777, in CSp., vol. ii, pp. 313-314.

défaut de logique est chose très pardonnable : ce qui ne l’est pas au même degré, c’est un manque d’exactitude ou de fidélité dans la citation des auteurs […]. Pour essayer de prouver à ses lecteurs que je pense comme lui sur ce sujet [Pirri] détache lestement quatre lignes de mon article, supprime tout le reste, et applaudit à mon ingénuité philosophique881.

79Faire quelques erreurs de méthode est donc bien moins grave que de tronquer une citation, omettre le contexte ou pratiquer l’antilecture. Voilà de quoi renverser l’ordre des valeurs que l’on attribue usuellement à Bonnet et notamment la critique envers le « manque de logique » de Needham, au fond bien moins grave que sa pratique déclarée d’antilecture. Car, comment faire de la science sans lire — et sans écrire ?

  • 882 Lettre de Needham à Bonnet, Bruxelles, du 1er janvier 1770, in CBN, p. 278.
  • 883 Bonnet (Charles), La Palingénésie philosophique, op. cit., t. i, p. 376 ; « nous transportons avec (...)
  • 884 Lettre de Bonnet à Needham, Genthod, du 17 février 1770, in CBN, p. 286.
  • 885 BGE, Arch. de Saussure 6, fo 146v : minute de lettre de Bonnet à Saussure, Genthod, du 28 octobre (...)

80Un conflit analogue surgit à propos de la Palingénésie que Bonnet envoie fin 1769 à Needham. Lequel, toujours enthousiaste, se réjouit que le Genevois accepte finalement sa distinction entre la « classe inferieure des corps organisés vitaux, et la classe superieure des animaux sensitifs »882. Or, à l’énoncé du principe de Bonnet883, Needham a ajouté sa propre distinction, vital vs sensitif, absente de la Palingénésie. Loin donc d’être en accord, Bonnet répond non pas sur le plan de la théorie, mais bien sur celui des pratiques de lecture : « Je ne sçais comment vous lisés ; mais, je rencontre à chaque pas dans votre Lettre des preuves démonstratives, que vous ne m’avés point du tout saisi ou que vous ne m’avés lu que du pouce »884. Autrement dit, aux attaques que Needham porte au niveau de la théorie, Bonnet réplique en le faisant redescendre sur le plan des procédures élémentaires du travail et de la communication scientifique, en pointant leur lacune et, implicitement, leurs conséquences : aucun espace dialogique de rationalité ne peut être construit sur de telles pratiques. Vis-à-vis de Needham, la querelle se révèle donc ne pas être celle que l’on croyait : elle porte nettement plus sur les modèles épistémologiques et les incompatibilités dans les pratiques du travail et de la communication scientifique que sur les différences théoriques. Ces dernières, Bonnet les rapporte souvent à ses correspondants en les connotant des qualificatifs magnanimes de l’interprétation charitable : « Qu’y faire ? nous ne le changerons pas, et je fais grace à l’intellect en faveur du Cœur »885.

  • 886 Lettre de Bonnet à Haller, s. l., du 19 juin 1767, in CHB, p. 621. Voir aussi BGE, Ms Bo 73, fo 28 (...)

81Ces diverses procédures du travail scientifique, mêlant pratiques concrètes, observation, méthode, lecture, raisonnement et écriture, Bonnet n’avait pas manqué de les regrouper pour les baptiser sous l’appellation commune « d’art d’observer », de « logique », de « logique de l’observateur », voire de « logique en action », qu’il emploie dès 1762 comme médaille décernée aux grands observateurs de la République des Lettres : Redi, Malpighi, Réaumur, Haller, Lyonet, Trembley, puis Spallanzani et un cortège de savants moins connus. Il identifie cette logique aux canons épistémologiques, nécessaire pour la pratique de l’histoire naturelle expérimentale, thème cultivé dès les Considérations de 1762 et repris avec ses correspondants. Cohérent dans sa lecture du travail scientifique, il avait critiqué conséquemment la « logique » fautive de Needham dont la physique « ténébreuse » revenait à une sorte de carence cognitive dans l’écriture et les méthodes de travail plus que dans la maîtrise de l’expérimentation même : « C’est un brave Homme & un bon Chrétien ; mais, il manque de la Logique de l’Observateur, et sa profondeur est trop souvent obscurité »886. La philosophie de la communication scientifique que défend Bonnet de concert avec son siècle, est l’inverse de celle de Needham : en sciences, nul ne peut ignorer les pratiques partagées.

  • 887 Sur ces dernières différences, voir Mazzolini (Renato G.) & Roe (Shirley), Science against the Unb (...)
  • 888 Lettre de Bonnet à Spallanzani, « De ma Retraite », du 17 janvier 1771, in CSp., vol. ii, p. 167.
  • 889 Catalogue des livres de feu M. l’Abbé Needham, Bruxelles : Lemaire, 1782, 121 p.

82Il est donc pour le moins curieux, comme l’a fait toute une tradition d’historiens, de ramener l’opposition des deux compères à leurs divergences face aux seuls modèles de la génération et à la juste stratégie pour combattre les matérialistes887. Il faut ici inverser non seulement les catégories, mais bien les valeurs employées par l’historiographie traditionnelle. Le meilleur signe de l’intérêt et de la tolérance que manifeste Bonnet pour les idées scientifiques de Needham — loin de son intransigeance face à ses procédures de travail — provient d’une lettre de 1771 à Spallanzani : « Je juge très convenable, mon cher philosophe, que vous approfondissiés un peu la vitalité de M.r Néédham : cette idée n’est pas de celles que je reléguerois dans le pays des chymères »888. Bonnet envisage donc, même tardivement, la force vitale comme une hypothèse plausible dont il faut tenir compte et qu’il est nécessaire d’examiner. Une idée est une source possible d’explication, à tester. En revanche une procédure du travail scientifique est une condition nécessaire de l’activité scientifique. C’est pourquoi, dans le second cas, Bonnet est-il radical face au prêtre anglais, opposé à nombre de pratiques de travail scientifique sur lesquelles tombent d’accord les savants du xviiie siècle. Ce n’était là que pseudo-méthodes de travail irrecevables, l’antilecture prêtant sa main à l’écriture de l’expérience révélée. Nanti, à la fin de sa vie, d’une vaste bibliothèque889, mais en picorant peut-être plutôt qu’en lisant, en s’isolant de tout livre lors de la rédaction d’un texte et en les citant de tête, Needham ne se fiait qu’à sa mémoire au risque attesté de confondre les souvenirs et de tronquer les citations. Sans disposer du socle des traces immédiatement consignées, la maturation de l’écrit, processus qui appelle une confrontation constante entre les dits du journal, les relectures, les phénomènes, les expériences, les lectures, les citations et l’écriture en cours, ne pouvait s’enclencher.

83Le philosophe de Genthod avait donc repris le métaphysicien anglais sur les trois niveaux de sa méthode d’antilecture, du travail concret de l’écriture et de son fonctionnement proprement cognitif, en plein contraste avec ses propres pratiques de lecture et d’écriture. Si Bonnet ne pouvait presque plus écrire depuis le milieu des années 1740, suite aux fortes douleurs oculaires qui l’avaient assailli à partir de mai 1743, ce handicap — les lettres de sa main sont rares dès cette période — ne l’avait pas pour autant laissé inactif. Devenu dépendant d’autrui pour s’exprimer, il ne cessait de planifier de nouvelles recherches et de s’informer sur l’actualité des sciences. Cette immense tension entre une boulimie à traiter des données d’actualité et l’impossibilité de tenir soi-même la plume avait rendu nécessaire la présence d’un secrétaire auquel dicter ses textes. Ne pouvant disposer d’un secrétaire à tout instant, il avait développé une méthode de travail mental systématique organisant chaque paragraphe d’un livre en les reliant par un système de référence arrivé à maturité à la fin de la décennie 1750.

Bonnet dans son cabinet
Charles Bonnet dictant une lettre à son secrétaire. Vignette (détail) tirée de Bonnet (Charles), Œuvres d’histoire naturelle et de philosophie, Neuchâtel : Fauche, édition in-4°, t. V, part. II, 1781, p. 3 Cliché Bibliothèque de Genève.

  • 890 Ferrucci (Maria), Percorsi formativi…, op. cit., pp. 5-7.
  • 891 Lettre de Bonnet à Needham, Genthod, du 8 novembre 1779, in CBN, p. 314.

84Encore absente de l’Essai de psychologie paru en 1754, cette méthode synthétique de composition organise nettement la rédaction de l’Essai analytique de 1760 et les textes de maturité de la décennie 1760. La lecture n’est pas en reste. Afin d’être informé de l’actualité des sciences, Bonnet fait usage d’une pratique de lecture commune dans le siècle en s’appuyant sur de nombreux « extraits » ou « précis » — c’est-à-dire des résumés analytiques d’ouvrages lus « la plume à la main ». Idem chez Trembley, chez Saussure qui rédige aussi des extraits de livres. Spallanzani fait de même890, tandis que Haller publie des centaines de comptes-rendus d’ouvrages sa vie durant. Dès 1778, pour la publication de ses œuvres complètes à la demande de l’éditeur Samuel Fauche (1732-1803) à Neuchâtel, Bonnet reprend en main ses livres et tamise l’ensemble du savoir naturaliste de son temps grâce à des extraits systématiquement arrangés et actualisés, ainsi qu’il l’écrit à Needham : l’édition des œuvres « m’engage dans un travail bien plus pénible que vous ne l’imaginés ; car combien de choses à corriger ou à perfectionner dans mes petits Ecrits ! Que de découvertes qu’on a faites depuis leur publication, et dont il falloit bien que je donnasse le précis ? »891

  • 892 Lettre de Bonnet à Needham, Genève, du 20 février 1761, in CBN, p. 197.
  • 893 Sur cette question, dans le cas de Hawking, cf. Mialet (Hélène), « Stephen Hawking, réflexion sur (...)

85Au service de cette méthode systématique et exhaustive de composition, Bonnet avait également développé une forte mémoire d’images visuelles et discursives, étant capable de réciter de tête des morceaux entiers de ses travaux. Suppléance active, cette mémoire-écran permettait de conserver dans un état stable de nombreux discours composés et mémorisés ad hoc le long d’un parcours ascétique — « Aussi mes manuscrits sont-ils exenpts de rature. Je fais les ratures dans mon cerveau »892 — comme de les retrouver et recouper rapidement. Pour Bonnet, l’expérience du texte prend place dans le confinement de sa mémoire, sans support externe sur lequel se reposer avant de livrer, dans de longues dictées, des chapitres entiers terminés de ses textes qui passent ainsi du virtuel à l’actuel. Il se mettra d’ailleurs en scène de cette manière. D’où, par leur facile accessibilité, les fréquents renvois — et redites — à des passages de ses œuvres dans sa correspondance, assise sur une immense connaissance du champ naturaliste. Presque sourd et à moitié aveugle, Bonnet est un modèle de l’alternance entre confinement et relation. Au sens propre, l’expérience du texte y est devenue invisible et ne laisse aucune trace matérielle avant d’être aboutie. Elle déploie, par la mémoire, le registre de l’écriture virtuelle, reposant sur un travail mental et une stabilisation de l’ensemble du texte avant qu’il ne soit assigné comme tâche à un « réseau de compétences » permettant de dépasser l’handicap893.

Les figures du lecteur

  • 894 Darnton (Robert), « La lecture rousseauiste et un lecteur “ordinaire” au xviiie siècle », in Chart (...)
  • 895 Needham (John Turberville), Nouvelles observations…, op. cit., p. 19.

86Si la lecture des textes et des hommes est si déterminante, on devrait en retrouver des éléments dans la manière dont les auteurs se représentent les lecteurs, déployant ainsi les figures de l’autre comme l’a montré Robert Darnton à propos de Rousseau, lequel « dirige la lecture de ses lecteurs »894. Needham, jusqu’en 1750, reprend la rhétorique classique des textes scientifiques où le lecteur se porte garant, par son regard extérieur, de la valeur des observations. À propos du calmar, il écrit : « Je laisserai à mes Lecteurs le soin d’en faire l’application au polype d’eau douce, là où ils le jugeront convenable. Car à cet égard, je ne préviendrai point leur jugement ; je me contenterai de décrire simplement cette production marine »895.

  • 896 Needham (John Turberville) [Notes], op. cit., p. 157.
  • 897 Ibid., p. 227.
  • 898 Ibid., p. 193.
  • 899 Ibid., p. 190.
  • 900 Ibid., p. 191.
  • 901 Ibid., p. 219.
  • 902 Ibid., p. 219.

87Cependant, en 1769, il n’en va plus du tout ainsi. Le lecteur y est devenu un ingénu à édifier, tombant dans les pièges de l’apparence et des faux discours des savants, matérialistes et autres demi-philosophes. Il faut l’instruire de l’essence des choses pour le dépouiller des apparences. En prolongement du public, le lecteur doit être sauvé des eaux fangeuses du matérialisme et de la « supercherie » des physiciens896. Par exemple, en invoquant Buffon dont les textes viennent « peindre d’une maniere sensible les forces plastiques aux yeux de certains Lecteurs peu éclairés en Métaphysique »897. Le lecteur, trop naïf, ne voit que les apparences et prend les animaux pour des animaux : « Il paroîtra sans doute fort étrange au Lecteur d’entendre dire que ce que l’on a toûjours pris jusqu’à nos découvertes pour des animaux réels dans le sens le plus stricte, provient des plantes, & rentre de nouveau dans cette classe d’êtres »898. Mais le lecteur sait se montrer sage et n’apparaître que lorsqu’on le lui demande, par exemple lorsque Needham croit tenir le couteau par le manche : « Après des faits si constans, & toûjours exactement concomitans, je laisse au Lecteur à décider si la comparaison de M. Spalanzani est juste »899. Aussi n’est-ce qu’après avoir disposé le jeu à son avantage qu’il peut librement l’invoquer : « La premiere raison qu’il allégue, me paroît si obscure & si peu liée avec le sujet, que je l’abandonne au Lecteur pour ce qu’elle peut valoir »900. Dans l’imaginaire de Needham, le lecteur est juge d’une partie déjà jouée en sa faveur, ce dont vient parfois témoigner sa propre intimité avec les grands de ce monde. En rapportant des faits du « célébre M. Haller » « qui paroissent déposer […] pour le développement des parties contenues dans d’autres parties »901, il n’oublie pas de mentionner que ceux-ci sont « cités par M. Bonnet de Geneve que j’ai l’honneur de connoître personnellement », pour ajouter : « Il est bon d’en faire part au Lecteur »902.

  • 903 Ibid., p. 167.
  • 904 Ibid., p. 265.
  • 905 Ibid., p. 266.
  • 906 Ibid., p. 139.
  • 907 Ibid., p. 139.
  • 908 Ibid., p. 248.
  • 909 Ibid., p. 147.
  • 910 Ibid., p. 139.
  • 911 Ibid., p. 139.

88Innocent mystifié risquant de tomber dans les pièges des matérialistes, juge partisan ou témoin de l’affection que se portent les notables de la République des Lettres, le lecteur doit également être nourri contre ceux qui attaquent son système, grâce aux textes de Buffon et de Needham : « j’exhorte le lecteur à consulter ces deux Ouvrages, sans se fier trop aux Extraits faits par différents Auteurs, qui ne sont pas toujours fideles »903. Fort bien, mais cette injonction a-t-elle, comme pour Bonnet, une portée générale, voire apodictique ? Enfin, Needham définit lui-même son type de lecteur : « Je n’écris pas pour tout le monde »904, dit-il, en ne s’adressant qu’aux « Sçavans, dont il ambitionne uniquement l’approbation »905. L’altérité tombe ici sous le joug d’une profonde misanthropie, dont sa morale se veut salvatrice. Mais pour sauver, il faut, christiquement, dénoncer, comme par exemple ce « Public [qui] est la dupe en tout tems » des écrivains de la Renaissance906. Pour trouver les remèdes, il faut déchiffrer le mal, ainsi « La multitude se laisse conduire par des mots, plutôt que par des choses ; & en cela, les Philosophes deviennent Peuple fort souvent »907. Et si d’aventure, il prend la défense du peuple, c’est pour forcer le contraste avec les savants de cabinet : « Le peuple est dans le cas de voir un grand nombre de faits qui ne se présentent que très-rarement aux yeux du Physicien le plus actif, & encore moins à plusieurs de nos Auteurs modernes qui ne sortent guéres de leur cabinet »908. Quant aux philosophes, il est rare qu’ils le soient entièrement, car cette figure hérite facilement de l’essoufflement et de la diminution si caractéristiques de la pensée de Needham : « celui qui n’a pas la force d’aller plus loin, conduit précisément par le même raisonnement, n’est qu’un Philosophe à demi »909. Ce demi-philosophe en proie lui aussi à la division ne serait-il pas, comme les êtres vitaux, sans âme ? Avec cela, aucune catégorie sociale n’échappe à ses adjectifs méprisants, allant « des Littérateurs pédantesques du seizieme siécle »910 au « nom odieux de Roi »911.

  • 912 Ibid., p. 207.
  • 913 Ibid., p. 231.
  • 914 Ibid., p. 207.
  • 915 Ibid., p. 147.
  • 916 Ibid., p. 146.
  • 917 Ibid., p. 231.
  • 918 Mazzolini (Renato G.) & Roe (Shirley), Science against the Unbelievers…, op. cit., pp. 155-156, on (...)
  • 919 Lettre de Needham à Bonnet, Paris, du 31 décembre 1768, in CBN, p. 263.

89Il y a ceux qui, comme Needham, peuvent accéder aux « loix générales établies par le Créateur au-dessus de la vue bornée du commun des hommes, ou de la troupe de nos libertins »912, étant des « loix que nous devons regarder comme sacrées »913. La détermination des phénomènes est bien une traque morale et non physique, à témoin son emportement face aux « prétendus effets du hasard qui n’a jamais existé que dans les têtes imbéciles de gens abreuvés des fables du Paganisme, ou suivant les rêveries des Matérialistes »914. Les images contraires, positives, les ports d’attaches de la morale doivent évidemment être de la partie, pour servir de repoussoir à cette boue humaine constituée des lecteurs peu éclairés, du commun des hommes à la vue bornée, des impies qui tremblent, des matérialistes absurdes, sophistes libertins, publics dupés, demi-philosophes, têtes imbéciles, petits esprits et rois odieux, des physiciens superficiels, des bourreaux d’expériences et des abbés renégats. Ainsi vogue la République des lettres de cachet issue de la morale needhamienne. Mais, il suffit de passer le pont… là trônent les lumières des amitiés avec les grands, prête-noms prestigieux, déclamés et exaltés par des qualificatifs volontairement inversés, prélude au pays des bons philosophes, entendez les penseurs chrétiens et spiritualistes : l’abbé Pierre Sigorgne (1719-1809), « Philosophe célebre & profond »915, Leibniz, « Platon & tous les vrais Philosophes »916. Car, contre l’ignorance, « la vraie Philosophie ne nous égare jamais »917. De fait, en parallèle du réseau des naturalistes expérimentateurs et physiciens, le cercle que Needham cite ou mobilise à partir des années 1760 est surtout constitué de religieux — Théodore Augustus Mann (1735-1809), Régley, Poncelet, Sigorgne — et de Jésuites : Cibot, Henri Griffet (1698-1771), Blaise Monestier (1717-1776), Louis de Losada (1681-1748), Pierre Lambinet (1742-1813)918. Et il n’hésite pas à les invoquer pour appuyer, par exemple, sa métaphysique goûtée par des théologiens philosophes qui savent l’apprécier, car elle n’est pas matérialiste et « assurée du coté de la morale »919.

  • 920 Lettre de Bonnet à Spallanzani, Genthod, du 15 août 1778, in CSp., vol. ii, p. 330.
  • 921 Bonnet (Charles), Contemplation…, op. cit., t. i, p. iv.
  • 922 Darnton (Robert), « La lecture rousseauiste… », art. cit., p. 193.
  • 923 Bonnet (Charles), Contemplation…, op. cit., t. ii, p. 73.
  • 924 Ibid., t. ii, p. 156.
  • 925 Ibid., t. i, p. 219.
  • 926 Ibid., t. ii, p. 78.

90Qu’en est-il de cette figure de l’autre chez Bonnet ? Certes, il pense aussi que la lecture attentive, comme l’observation, est une sorte d’art qui n’est pas distribué équitablement : « On ne sçaurait croire combien le nombre des bons lecteurs est petit »920, confie-t-il en privé à Spallanzani. Mais c’est bien pour cela qu’il faut leur tendre la page. Aussi, nulle part dans ses œuvres n’y a-t-il de mépris du lecteur, qui doit, au contraire, être guidé sur les chemins du savoir. Le franc succès remporté par la Contemplation de la nature de 1764 est basé moins sur un paternalisme des connaissances — certes présent — que sur la complicité établie avec son lectorat comme avec chaque individu, moyennant « l’espérance d’être de quelqu’utilité à un plus grand nombre de Lecteurs. Je n’ai, & ne puis avoir ici aucune autre prétention »921. De même que Rousseau, à la même époque, installe « une nouvelle attitude devant le livre. La lecture ne relève plus de la littérature mais de la vie »922, par sa maîtrise du genre, Bonnet tisse un véritable lien de proximité avec ceux qui tiennent son livre en main, par quoi l’observation scientifique participe dorénavant du quotidien. Il emploie constamment le « vous », doublé du « nous » pour promener ses lecteurs d’une observation à l’autre, les animant de réflexions diverses : « si l’on pique un Nerf, le Muscle auquel il aboutit entrera en contraction. Vous l’avez vû dans le Ver-à-Soye. Les Nerfs peuvent donc imprimer le mouvement aux Muscles »923. Ailleurs il raconte comment la chenille « attache des fils ou de petits cables vers la pointe de la piramide ; elle les charge du poids de son Corps, & force ainsi cette pointe à s’élever. Vous devinez le reste ; c’est la même Méchanique qui exécute un rouleau »924. Les deux tiers de la Contemplation sont rédigés dans ce style didactique. À la forme classique du dialogue à plusieurs voix des textes de diffusion scientifique — chez Fontenelle, l’Abbé Pluche, Bazin — Bonnet substitue un tête-à-tête direct avec un lecteur immédiatement élevé au rang de protagoniste d’une aventure savante en pleine mutation : « il n’est point de prodige qu’on n’enfante avec le Polype, mais les merveilles à force de se multiplier ne sont presque plus des merveilles »925. Sans jamais regarder de haut ce spectateur des merveilles rationalisées de la nature, il prend soin de distinguer les rôles, depuis le contemplateur — c’est-à-dire l’apprenti-observateur, et lui-même se place dans cette position — jusqu’aux observateurs et observateurs-philosophes. Il n’a garde de se retirer dans la dernière catégorie : « nous n’employerons que [les yeux] du Contemplateur »926. C’est pourquoi, en titrant son livre la Contemplation de la nature, il fait la part belle au lecteur apprenti dans une co-construction de l’édifice savant où se joue également une répartition équitable des rôles.

  • 927 Ibid., t. ii, p. 155.
  • 928 Ibid., t. ii, pp. 43-44.
  • 929 Ibid., t. ii, pp. 65-66.

91C’est là le principe d’une forme renouvelée de conversation savante avec le lecteur, brodée de descriptions minutieuses autant que d’un suspense entretenu par des questions de science concrète, par exemple : « Mon Lecteur imagine-t-il la Méchanique qui préside à la construction de ces divers ouvrages ? Conçoit-il comment un Insecte, qui n’a point de Doigts, parvient à rouler une feuille, & à la tenir roulée ? »927. Véritable Cicéron de la nature, Bonnet conduit chacun de ses compagnons d’observation à travers le labyrinthe des phénomènes et, tout à son entretien, il ne manque pas de se mettre à leur place : « Les Valvules de l’Aorte…, mais mon Lecteur m’a déja prévenu. Des extrêmités de cette Artère, le sang passe dans celles de la Veine cave »928 ; « Le Lecteur judicieux comprend assez, que je n’ai voulu que faire sentir, par une fiction, combien nos jugemens sur l’insensibilité des Plantes sont hazardés »929. Certes, un lecteur ainsi soigné sera d’autant plus disposé à suivre ses arguments moraux contre le hasard formateur des corps :

  • 930 Ibid., t. i, p. 294.

Les Nymphes à Peau de Ver ne paroissent d’abord qu’une boullie plus ou moins épaisse, & qui n’offre rien d’organisé. Vous laisseriez-vous tromper par cette apparence ? Admettriez-vous que les molécules de cette boullie en s’accrochant les unes aux autres, vont faire un Animal, comme nous faisons un Fromage ? Vous rougiriez d’une telle Physique930.

  • 931 Vuillemin (Nathalie), Les beautés de la nature…, op. cit., p. 293.
  • 932 Bonnet (Charles), Essai analytique…, op. cit., 1760, p. 405.

92Le lecteur est bien ici un partenaire et cette forme de l’écriture maîtrisée par Bonnet contribue à expliquer son vaste lectorat. Comme le dit Nathalie Vuillemin, certaines parties de la Contemplation ont « comme rôle stratégique d’interpeller le lecteur et ceci, dans tous les sens du terme »931. À l’aide d’un langage ciselant la pertinence et l’enchaînement des images, il tisse le fil du récit en un lien fidèle qui l’unit à chaque lecteur, donnant une assise concrète à de nouvelles pratiques de lecture et développant les phénomènes de l’histoire naturelle à grande échelle. Et en définitive, le lecteur reçoit de Bonnet une image d’agent et d’interprétant à l’œuvre dans le texte : « Je me borne à indiquer la solution de ces questions : j’en passe beaucoup d’autres sous silence. Si je développois tout, je ne laisserois rien à faire à l’esprit de mes Lecteurs »932.

93Résultat : alors que le fossé se creuse entre Needham et son lecteur crédule et ignorant ou son « public dupé », Bonnet construit son lectorat par un lien renouvelé, attesté par le grand nombre d’éditions, rééditions et traductions de la Contemplation. La rupture est achevée, tant par le mépris élitiste affiché du premier face à la bienveillance et la civilité du second, que parce que seul Bonnet travaille profondément, dans les vallons de sa mémoire, structures, formes et style de son texte, pouvant ainsi adopter le point de vue du lecteur en contribuant à en faire un nouvel acteur et consommateur des savoirs naturalistes. Ce lien capital avec son public est loin d’être donné et, à cette fin, il cultive les ressources de la rhétorique classique combinée aux effets du roman, équilibre la concrétude du compte-rendu expérimental avec le travail des métaphores pertinentes, s’informe de toute l’histoire et l’actualité des sciences tout en poursuivant de discrètes et tenaces négociations littéraires avec certains de ses amis intimes. Car, témoin d’un partage dans la maîtrise de l’écriture, durant les années 1760, l’échange de lettres avec Allamand, lequel lui sert de commentateur et de correcteur, délibère sur le moindre mot et la moindre phrase pour y faire correspondre les intentions de l’écrivain, y appliquer les formes canoniques du français et obtenir le meilleur effet auprès du lecteur. Loin d’être seulement du témoignage virtuel, ce qui est en jeu dans ces débats sur l’écriture participe pleinement des procédures de communication aptes à mettre le lecteur devant une connaissance située. Ceci, grâce à des techniques concrètes d’écriture et de lecture propres à certains savants qui doivent non seulement se re-présenter, mais qui ont besoin de constater de leurs propres mains comme de palper des yeux la matérialité des éléments et l’enchaînement des mécanismes qu’on leur présente. L’efficacité du texte s’appuie sur ce fonctionnement de l’écrit, qui transmet le désir de concrétude au lecteur en même temps que l’idéal d’une nature épurée, en un spectre allant de la diffusion des savoirs par la Contemplation à la science spécialisée tirée des travaux du siècle. Sont ainsi validés le principe de Bonnet, articulant diversité et unité de la nature, et le principe de subordination de la théorie à la méthode. Ce faisant, Bonnet contribue à métamorphoser l’espace traditionnel de fonctionnement du témoignage virtuel en façonnant une technique littéraire par quoi le lecteur amateur n’a plus besoin de vérifier l’expérience ou l’observation tant la concrétude des référents et les procédés de transparence du texte sont efficaces. Avec eux, la constante et bienveillante présence de l’auteur qui situe et partage en permanence les connaissances, aboutit à stabiliser la réalité des phénomènes décrits.

ÉCRITURE ET EXCLUSION

La responsabilité d’auteur

  • 933 Lettre de Voltaire à Spallanzani, Ferney, du 20 mai 1776, in CSp., vol. xi, p. 129.
  • 934 Licoppe (Christian), « The Crystallization of a New Narrative Form in Experimental Reports (1660-1 (...)
  • 935 Cf. Mazzolini (Renato G.) & Roe (Shirley), Science against the Unbelievers, op. cit., pp. 39, 106, (...)

94On ne joue pas avec les mots. Et comme l’écrit Voltaire à réception des Opuscoli de Spallanzani : « Il faut rire des anciennes charlataneries et des nouvelles et de tous les romanciers che si fanno eguali à Dio e creano un mondo colla parola »933. Dans le discours de l’expérience des textes de la science classique, comme l’a bien montré Christian Licoppe934, l’auteur s’exprime au moyen du je pragmatique (« j’ai vu », « j’ai fait », « j’ai observé », etc.) et cette présence s’accompagne implicitement de la responsabilité d’auteur, garante de ses propres assertions face à la communauté savante. La meilleure caution d’un auteur et de sa responsabilité est l’absence de contradictions dans ses écrits et, c’est pourquoi, toute modification de ses assertions fait l’objet de déclarations de positions ou d’une sorte de procès devant la même communauté, où un auteur reconnaît s’être fourvoyé. Les procès sont l’antichambre de l’exclusion sociale et les procédés d’écriture y jouent un rôle. On n’a pas manqué de souligner que Needham avait fait amende honorable pour certains de ces procès à court terme, par exemple pour la question du buste d’Isis, l’arrivée du Saggio ou encore la découverte du cycle reproductif des anguilles de la farine par Roffredi935. Face à ces preuves de « bonne foi », on n’a pas signalé que, sur le long terme, les déclarations de position de Needham s’achèvent en de multiples contre-pieds et que les procès eux-mêmes finissent par être affectés de son style confus, de la personnalisation des rapports humains ainsi que d’une forme d’irresponsabilité d’auteur. La dialectique de la candeur et de l’autorité veille au grain, et toute personne venant égratigner publiquement des éléments du système reçoit, sur le long terme, un camouflet symétrique — car Needham est souvent incapable de ne pas ressentir une critique envers sa pensée sans y voir une agression de sa personne. D’où, au lieu de maintenir un cap régulier dans l’écriture, l’obscurcissement de la lumière des mots recouvre son texte d’un voile de contradictions.

L’art d’écrire
Le Traité de l’art d’écrire d’Étienne Bonnot de Condillac fait partie de son Cours d’étude servant à l’instruction du prince de Parme, dont il est précepteur de 1758 à 1767 et dont l’édition originale date de 1775. Page de titre de Condillac (Étienne Bonnot de), Cours d’étude pour l’instruction du prince de Parme, Genève : Du Villard fils & Nouffer, 1779, 12 tomes, t. 2.

  • 936 Needham (John Turberville) [Notes], op. cit., p. 190.
  • 937 Ibid., p. 200.
  • 938 Needham (John Turberville), Nouvelles observations…, op. cit., p. 175, m. i.

95Il ne manque pas de passages montrant les renversements que Needham fait subir à son texte où une assertion trouve son contraire alambiqué ou sa résolution précieuse dix, vingt ou cinquante pages plus loin. En 1769, il reproche d’abord à Spallanzani de penser que « son opinion est que le végétal se change en animal »936. À quoi suit une leçon : « on peut dire, non pas comme M. Spalanzani s’exprime, que les animaux deviennent plantes, pour paroître de nouveau sous la forme d’animaux, mais que les êtres vitaux végétent de nouveau pour en produire, par leur partage, d’autres d’une classe inférieure en volume, quoique supérieure par leur dégré d’exaltation »937. Or, Spallanzani n’avait fait ici que paraphraser Needham qui, en 1750, soutenait l’existence d’une nouvelle classe d’« animaux […] engendrés par des plantes ; alors par une étrange vicissitude, ils deviennent de nouveau des plantes d’un autre genre, celles-ci des animaux d’une nouvelle espece, & ainsi de suite »938. Si de telles assertions ne sont pas forcément inintelligibles, elles sont soit contradictoires avec celles de 1769, soit futiles, et indiquent dans tous les cas l’irresponsabilité d’auteur. En effet, là, comme pour d’autres points, tout se passe comme si, en 1769, Needham ne se reconnaissait pas, pour divers aspects, auteur du texte qu’il a pourtant signé en 1750 — et que la plupart de ses contradicteurs ne font, pour l’essentiel, que de citer en l’ayant auparavant débroussaillé de ses digressions.

  • 939 Roffredi (Maurizio), « Lettre à M.r le C. D. S.… », art. cit., pp. 131-133.
  • 940 Ibid., p. 120.
  • 941 Ibid., p. 138. Cf. aussi pp. 118-120, 123, 134, 137.
  • 942 Ibid., p. 130.
  • 943 Ibid., p. 118.
  • 944 Ibid., p. 150.
  • 945 Ibid., p. 152.
  • 946 Ibid., p. 131.

96L’abus de contradiction est au seuil de l’incompréhensible, comme le montre Roffredi, le seul auteur, après Lignac, à s’être penché sur la métaphysique de Needham. De nombreux exemples d’incertitude et d’imprécision dans l’emploi des concepts de résistance, de force d’inertie et de mouvement939 illustrent comment l’usage « de termes dans un sens indeterminé »940, d’« expréssions équivoques & incertaines »941 entretiennent le système. Sa métaphysique est tellement à l’écart de l’exigence de clarté de l’époque « qu’il n’est pas surprenant qu’on l’ait tout-à-fait négligée »942, étant pétrie de contradictions, en particulier les livres de 1750 et 1769. Car, alors que Needham se proclame maintenant leibnizien, Roffredi établit « que les principes fondamentaux d’un système disent l’oui, là ou ceux de l’autre disent précisement le non »943. Certains passages le déclarent leibnizien tandis que d’autres sont à l’opposé944. Il en va de même pour son système sur l’origine des idées : « il en a donné deux, l’un contraire à l’autre »945, répartis dans chacun des livres. Sans doute, au point de vue de l’auteur, de tels renversements émanent de l’évolution de son système découvrant une nouvelle classe d’êtres vitaux, à partir de quoi il accuse Spallanzani de ne pas comprendre ses intentions. Mais la science n’a que faire des intentions mal exprimées et encore moins des intentions morales. Son économie morale s’exprime par une écriture codifiée, ciselant sa transparence, sans reniements ineffables et sans sous-entendus ni personnalisation, en évitant, comme l’écrit encore Roffredi, ces « mal-entendus qui influent prodigieusement sur tout son sistème »946.

  • 947 Voir Ricœur (Paul), La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris : Seuil, 2000, pp. 206-207.

97Autre forme de la responsabilité d’auteur, le maintien de la parole donnée, fondement du lien social selon Paul Ricœur947 et garantie contre l’exclusion. L’abbé italien ouvre sa critique par un rappel des engagements de Needham, qui glisse vers le ton sarcastique :

  • 948 Roffredi (Maurizio), « Lettre à M.r le C. D. S.… », art. cit., pp. 110-111. Les italiques sont de (...)

Or, pendant que le public encore incertain de la vraie valeur de ce grand nombre d’observations que M. Néedham gardoit toujours par devers lui ; pendant, qu’au lieu des lettres du Professeur de Reggio, il avoit vu paroître la dissertation du Professeur de Modéne, M. l’Abbé Spallanzani, qui dans ses nouvelles recherches sur les êtres microscopiques, loin d’appuier les anciennes observations de M. N. en avoit montré le foible ; pendant que l’on s’intéressoit de plus en plus à tout ce qui pouvoit fournir des lumières pour le dénouement de cette fameuse question ; enfin le susdit M. Néedham, après avoir montré tant d’indifférence pour les souhaits du public, vient de rompre son profond silence. Il entreprend de traiter de nouveau la question de l’origine des animalcules microscopiques ; il critique les observations de M. l’Abbé Spallanzani, & il y oppose des raisonnemens ; mais quant à ce grand nombre d’observation qu’il avoit faites depuis vingt ans, & que l’on avoit tant envie d’apprendre, il n’a pas encore jugé d’en dire le mot948.

  • 949 Lettre de Needham à Bonnet, Turin, du 10 janvier 1761, in CBN, p. 195.
  • 950 Needham (John Turberville), Nouvelles observations…, op. cit., p. 217, m. i. Ailleurs, il dit « re (...)
  • 951 Needham (John Turberville) [Notes], op. cit., p. 142.
  • 952 Ibid., p. 267.
  • 953 Needham (John Turberville), Nouvelles recherches physiques et métaphysiques sur la nature et la re (...)
  • 954 Lettre de Needham à Bonnet, Bruxelles, du 28 septembre 1779, in CBN, p. 310.

98Au sein des relations personnelles, le manque à la parole donnée engendre la perte de confiance. C’est pourquoi, aux oscillations de ses promesses non tenues répondent des stratégies de prestige, comme le montre l’exemple de sa relation avec Buffon : « j’étois du commencement de notre connoissance tres éloigné de sa façon de penser » confie-t-il en privé à Bonnet en 1761949. Mais alors, comment concilier cela avec ce qu’il en dit publiquement dès le milieu du siècle : « comme le principe général d’où nous partons, & que je reconnois avoir reçu de lui [Buffon] avec beaucoup de satisfaction, est entiérement le même, il doit nécessairement conduire à plusieurs idées semblables »950. La mémoire lui jouerait-elle des tours ? Non, car, par la suite, on retrouve la même configuration, plus accentuée. En 1769, les proclamations publiques n’ont pas changé relativement à son système, qui « n’est autre chose que celui de M. de Buffon, plus développé & généralisé »951. Mieux, toujours dans le même livre, il assure qu’entre Buffon et lui règne l’« accord parfait de nos principes »952. Et le second volume des Notes s’ouvre sur une longue lettre de Needham à Buffon visant à convertir le déiste en catholique en prenant la défense du Saint-Siège953. Toutefois, cet accord parfait retentit comme une dissonance lorsque, dix ans plus tard, il écrit, toujours à Bonnet : « mon systême de generation differe toto caelo de celui de Mr. de Buffon »954.

  • 955 Needham (John Turberville) [Notes], op. cit., p. 267.
  • 956 Ibid., p. 267.
  • 957 Lettre de Needham à Bonnet, Paris, du 14 décembre 1767, in CBN, p. 249.
  • 958 Lettre de Spallanzani à Bonnet, Modène, du 6 juin 1766, in CSp., vol. ii, p. 65.

99Ces déclarations marquent une limite entre l’écriture publique et privée. En public, Needham se réclame de Buffon, de son amitié et de ses idées, tandis qu’il s’en détache nettement dans la privacy des correspondances. L’explication ne se trouve ailleurs que dans une stratégie d’utilisation des savants prestigieux. L’invocation de gens de qualité a toujours été d’un poids de bronze pour charmer les leviers de la réputation savante. Par exemple en citant « le nom seul de M. de Buffon, le plus célébre & le plus Sçavant des Naturalistes & des Philosophes de nos jours »955. Il faut bien légitimer ce nous communautariste, utilisé ailleurs avec Bonnet, permettant de décupler la puissance d’un système et le sertir des dorures immortelles de la notoriété des grands. Aussi Needham prend-il soin d’ajouter peu après : « Buffon, dont je respecterai l’amitié constante & les lumieres toute ma vie »956. Publiquement Needham courbe l’échine devant le nom de Buffon, dont il n’hésite pas à exploiter le prestige qui étaye ainsi sa responsabilité d’auteur. En revanche, en privé le discours oscille vraisemblablement selon la manière dont il croit tenir le couteau. Ainsi sa posture est-elle différente après la victoire de Spallanzani, alors que fin 1767, toujours face à Bonnet c’est bien « notre système », incluant Buffon, que Needham développe en prouvant « la nécessité d’admettre l’epigenese par les meilleurs raisonnemens »957. Needham connaît les forces en présence et les avantages à les exploiter. Prophète à sa manière, Spallanzani avait bien perçu ces rapports et, dans une lettre à Bonnet, n’hésitait pas à ramener ses contradictions à l’avantage sociologique que cela lui procurait : « Vous voyez que c’est chercher la celebrité dans l’obscurité des paroles »958.

  • 959 Voir Joseph (Gilbert), Buffon…, op. cit., pp. 231-235.

100On s’en doute, ces assertions parachèvent de considérables déchirures dans le suaire de la candeur, qui signe un compromis avec un déiste — Buffon a dû se rétracter devant la Sorbonne en 1751959. Aussi ces stratégies permettent-elles à Needham de maintenir publiquement sa position en tirant profit des grands noms — exactement ce qu’il reproche à Spallanzani. Il y a donc calcul stratégique derrière la reconnaissance sociale, subordonnant sa volonté d’ascension sociale dans le monde savant au clientélisme vis-à-vis de Buffon — ce qui relativise ses prétentions de « bonne foi » et de « candeur ». La candeur, dont l’éloge est fait par Bonnet même, alterne avec une profonde intolérance vis-à-vis de la laïcité de la science. Car s’il est des traits délicats à marier au dogmatisme, ce sont bien la candeur et l’humilité et Needham présente justement ce curieux mélange de traits antinomiques, dont il ne parvient pas à se protéger dans l’écriture. Sur le long terme, la représentation candide de soi divorce de son image publique, devenue incohérente pour ses pairs. Enracinée en une incompréhension fondamentale du rôle de la communication et des objets de langage en sciences — maîtriser le langage pour éviter qu’il ne nous limite — cette absence de continuité contribue à délégitimer sa responsabilité d’auteur, l’écartant ainsi naturellement de la communauté des expérimentalistes.

La peur des mots

  • 960 Hanson (Norwood Russell), Modèles de la découverte, op. cit., p. 40.
  • 961 Stefani (Marta), Corruzione e generazione, op. cit., p. 29, m. t.
  • 962 Ces citations, ibid., p. 30, m. t.
  • 963 Ibid., p. 30, m. t.
  • 964 Mazzolini (Renato G.) & Roe (Shirley), Science against the Unbelievers, op. cit., p. 53, m. t. Voi (...)

101« À quoi ressemblerait un fait inexprimable ? »960, demandait Norwood Hanson. La posture adoptée par Needham nous fournit une réponse, car l’antilecture n’est pas isolée et repose sur un tabou moral vis-à-vis de certains termes et faits, manifesté par la peur des mots — de certains mots, notamment de l’âme du polype sectionné et même greffé à un autre polype. Sur cette question, Marta Stefani s’est étonnée que Needham, « contrairement à ses illustres collègues anglais, semble tout ignorer d’un problème que non seulement il a dû rencontrer, mais de plus, étant donné son investissement personnel à défendre la cause de la foi, d’un problème dont on aurait imaginé qu’il lui tenait particulièrement à cœur »961. Pour comprendre « un tel silence » sur l’âme du polype, elle en appelle au contraste théorique entre épigenèse et préexistence : « toutes les solutions avancées jusqu’à cette époque s’opposant aux conclusions que les matérialistes auraient pu tirer des propriétés du polype — comme on l’a dit — ont émergé dans l’enceinte de la préexistence »962. À cet ordre de solutions, « Needham ne peut souscrire et préfère ignorer l’aspect métaphysique de l’argument plutôt que de fournir une solution inacceptable sur un plan purement scientifique »963. On voit ici comment l’interprétation n’illustre que les valeurs de l’histoire des idées — le primat de la théorie et le réalisme scientifique — en ignorant l’ordre de la communication et des pratiques d’écriture. Car, face à la masse considérable des injonctions métaphysiques de Needham dans son œuvre, ce silence sur l’âme du polype est bien plus qu’anomal et secondaire, ne pouvant être ramené à la seule tension théorique et au « plan purement scientifique ». Justement repéré, ce silence porte au contraire à identifier une sorte de trou noir dans sa pensée, bien plus qu’un accident négligeable. Car si, comme le rappellent Mazzolini et Roe, « les questions liées à la génération, telles que les capacités régénératrices du polype, appelaient une approche métaphysique »964, pourquoi donc Needham, qui pourtant ne cesse de se présenter comme métaphysicien, ne parle-t-il jamais de l’âme du polype ? Une fois de plus, il faut inverser l’interprétation : ce n’est pas que Needham ignore le problème, mais précisément que le registre qui y opère échappe à l’ordre de l’écrit, régime du trou noir absorbant toute tentative de penser explicitement certains thèmes. De ce point de vue, il faut à nouveau invoquer une histoire du silence — complémentaire à celle de l’ignorance — et analyser ce mutisme comme émanant d’un nœud jamais tranché, plutôt que d’un choix éclairé. Comme si, de coucher sur le papier les mots « âme du polype » en venait à rendre la chose sécable de manière apodictique : c’est là un nouvel indice, négatif, de cette écriture auto-performative. Le « fait inexprimable », sis entre tabou et trou noir, dépend alors du déni, pensée indicible qui relie l’animal à la section-division. Sur le plan de l’écriture, le tabou du polype est le signe que l’expérience du texte qui travaille précisément à transformer du sémantique est restée impuissante.

Un fait impensable
Cette séquence illustre les transformations de deux polypes demeurés vivants après avoir été « mis l’un dans l’autre » (fig. 1), c’est-à-dire greffés par Trembley. La portion antérieure ressort (fig. 2), ils s’affaissent après avoir mangé (fig. 3 et 5), modifient la disposition des têtes (fig. 4) et font des rejetons (fig. 6, e, e, e). Ne pouvant contester ce genre de faits incroyables, Needham décide de nier l’animalité du polype. Détails d’une planche extraite de Trembley (Abraham), Mémoires, pour servir à l’histoire d’un genre de polypes d’eau douce, à bras en forme de corne, Paris : Durand, 1744, pl. 13. Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.

102Ce qui est tabou pour Needham ne l’est pas pour les réaumuriens, objet accepté comme donné phénoménal dans les années 1740 par Trembley, Bentinck, Réaumur, Bonnet, Lyonet et le réseau des réaumuriens. Leur approche de l’âme sécable procède de manière inverse : sans aucune peur des mots, les questions sont posées, trouvant une place dans le double ordre du dicible et du texte scientifique : comment en parler ? où en parler ? Le problème fut affronté et les réponses apportées dans les correspondances, suivies du mot d’ordre donné par Réaumur dans les Mémoires sur les insectes de 1742, pour garantir les savoirs naturalistes de la contamination métaphysique. Sur le plan de la communication, la réponse fut déclarée hors de la compétence des savants, hors-sujet ressortissant au polype métaphysique. Au plan épistémologique, la question fut résolue par la règle de l’exception — et c’est bien là un des traits de la puissance de ce principe. Car tous peuvent nommer et concevoir « la division d’un être vraiment sensitif », tout en acceptant son corrélat, l’animalité du polype. Ce sont là, bien sûr, des réponses valides sur le plan de la dynamique de relation. Mais leur valeur informe également la dynamique de confinement, où elles permettent de garantir l’exercice de l’expérience du texte, c’est-à-dire du rapport à l’inconnu dans sa forme sémantique.

103Tout simplement, le fait que le polype qui se régénère en étant découpé ne nous dit rien sur ce qui se passe dans l’âme du polype, s’il en a une. Ce faisant, les réaumuriens évitent de dénier ce dernier problème et agissent à son égard comme face à la quadrature du cercle, à savoir que, dans l’état actuel des connaissances, il est non pertinent. Et là aussi, il faut savoir ignorer. Cette attitude prolonge celle de l’Académie des sciences qui refuse les discussions métaphysiques. En revanche, au lieu de suivre les voies épistémologiques tracées par la réponse réaumurienne à la brèche métaphysique ouverte par le polype même — exclusion de la question hors du champ scientifique, déclaration de non-compétence pour y répondre, règle de l’exception — Needham va employer une stratégie classique des matérialistes, c’est-à-dire mélanger les discours métaphysique et scientifique. Mais les similarités s’arrêtent là, car, à l’opposé des matérialistes, Needham est sujet au tabou littéraire. Ancré dans la crainte des mots, il porte une autocensure de la question de l’âme du polype et de sa terminologie : sa solution permet de ne pas poser le problème dans les termes consentis, termes standards qui n’ont rien à voir avec la préexistence mais ont comme objectif de conserver la démarcation entre science et métaphysique. Une solution différente allait forcément affecter l’ordre de la communication et attaquer cette frontière.

  • 965 Lettre de Needham à Bonnet, Paris, du 14 décembre 1767, in CBN, p. 249.
  • 966 Needham (John Turberville) [Notes], op. cit., p. 231.
  • 967 Ibid., p. 164.
  • 968 Lettre de Needham à Bonnet, Paris, du 3 décembre 1768, in CBN, p. 260.
  • 969 Lettre de Needham à Bonnet, Paris, du 31 décembre 1768, in CBN, p. 264. Sur cette peur du matérial (...)
  • 970 Passeron (Jean-Claude), « La peur de “l’impensable” dans l’histoire des sciences », Revue européen (...)
  • 971 Bonnet (Charles), Contemplation…, op. cit., t. i, p. lxvi. Cela n’a pas empêché que, pour les aute (...)
  • 972 Allamand (Jean-Nicolas-Sébastien) [Notes], op. cit., p. 65.
  • 973 La Mettrie (Julien Offray de), L’Homme plante, op. cit., p. 12.

104Ce régime de la peur des mots se retrouve avec d’autres termes. En 1750 il emploie rarement les termes matérialiste-matérialisme, tandis qu’à partir des années 1760, ils subissent une profonde inflation laissant voir un ensemble de connotations qui en trahissent la prescription morale, étant toujours liés à des formules qui viennent en exorciser l’écriture : il faut affranchir le système « de toute ombre de materialisme »965. On « plonge »966, on « tombe dans le matérialisme »967, on lui oppose « la morale », il est « attaqué », on érige une « forteresse […] [contre les] tenebres du materialisme »968, pour être « parfaitment conforme à l’esprit de la sainte écriture »969. Bref, le matérialisme est l’antichambre de l’enfer et Needham semble avoir plus peur du mot que de ce qu’il désigne. Certes, le siècle a en horreur le matérialisme, mais là encore, faut-il pour autant avoir peur du mot ?970 Le contraste avec Bonnet est encore saisissant, car, suite à ses écrits psychologiques, Lignac l’avait également accusé de matérialisme, à quoi il avait réagi publiquement dans la Contemplation par une franche déclaration : « Non ; je ne suis point Matérialiste ; je ne crois point à la matérialité de l’Ame ; mais, je veux bien qu’on sçache, que si j’étois Matérialiste, je ne me ferois aucune peine de l’avouer »971. Une telle déclaration est d’emblée plus efficace, car non seulement elle évite la tournure absconse des écrits de son collègue, mais elle montre bien que Bonnet n’a pas peur des mots. L’effroi needhamien face aux ouvertures infinies du langage avait d’ailleurs appelé très tôt sur lui le blâme d’un auteur peu suspect d’orthodoxie : La Mettrie. En effet, nanti de ses seules observations sur la semence du Calmar formée de « petites machines », Needham avait déduit que celle de l’homme tombait dans la même classe et rejetait ainsi la préformation. Allamand l’avait d’abord repris en soulignant que « c’est là une de ces choses sur lesquelles il ne faut pas prononcer définitivement avant que d’avoir vu les objets dont il s’agit »972 et La Mettrie lui fit rapidement écho, en rajoutant : « De telles conclusions tirées pour l’honneur d’une hypotèse, dont on ne hait que le nom, faché que la chose n’ait pas lieu, de telles conclusions, dis-je, en font peu à leur auteur »973.

  • 974 Bonnet (Charles), Considérations…, op. cit., t. ii, pp. 214.
  • 975 Needham (John Turberville) [Notes], op. cit., p. 224.
  • 976 Lettre de Bonnet à Needham, Genthod, du 17 février 1770, in CBN, pp. 282-283.
  • 977 Roffredi (Maurizio), « Lettre à M.r le C. D. S.… », art. cit., pp. 145-146.

105« … une hypotèse, dont on ne hait que le nom ». L’usage de termes établis recèle une discordance entre le régime du mot et celui de la chose. Ceci n’allait pas manquer d’être relevé par d’autres auteurs, au hasard Bonnet en 1762 qui critique l’emploi needhamien des termes de force et de vertu, sans se prêter à l’ironie d’un Molière qui avait fixé définitivement le statut de la vertu dormitive de l’opium : « Quand pour expliquer l’apparition de certains Animalcules dans une Liqueur, on recourt à des Forces productrices, à des Vertus végétatives, ne met-on pas des mots à la place des choses ? Quelle idée a-t-on de ces Forces ? »974. La Mettrie et Bonnet ont au moins en commun cette perception de l’expression mutilée chez Needham. Dans ses Notes, Bonnet reçoit une réponse symétrique à ses questions : « on ne se plaindra pas sans doute que nous repaissions le public de mots, ou de pures notions métaphysiques, quand nous employons ce que nous appellons force végétatrice, pour expliquer les phénomenes microscopiques »975. Mais c’est là tendre le bâton et ce même ouvrage va vite être pris comme cible pour des raisons similaires. Car, si d’un côté, pour Needham certains mots sont sacrilèges, de l’autre, il les vidange de leur sens pour les faire tenir dans le lit de Procuste de sa théorie. En privé, Bonnet y réagit en rappelant que « l’immortel Montesquieu […] sçavoit que les Mots ne sont pas de simples Sons »976. Et il ne sera pas seul à le penser. Pour Roffredi, la prétendue similarité entre métaphysique needhamienne et leibnizienne repose sur une confusion entre théorie et terminologie : « toute la conformité qui se trouve entre les principes établis par M. Néedham, & ceux de M. Leibnitz n’est nullement dans les idées, mais dans les mots seulement »977.

Obscurité littéraire et digression

  • 978 Needham (John Turberville) [Notes], op. cit., p. 139.
  • 979 Roffredi (Maurizio), « Lettre à M.r le C. D. S.… », art. cit., p. 120.
  • 980 Needham (John Turberville) [Notes], op. cit., p. 175.

106Needham défend sa démarche en se réfugiant derrière le bouclier de ses bonnes intentions déclarées et par son emploi du langage visant à déployer la « force » des mots : « nous n’avons eu d’autre préférence dans le choix des mots, que celle qui provient de leur force réprésentative, plus ou moins propre à peindre nos idées »978. Malgré son volontarisme, cette force des mots passe souvent pour de l’obscurité. Ceci, pour les journalistes, pour le monde savant et… pour lui-même. À lecture des Notes, l’abbé Roffredi aborde la question du contrôle de la terminologie : « Ce qui fait le plus souvent qu’un livre est obscur, c’est que son auteur se sert de termes dans un sens indeterminé, & ne prend aucun soin de s’en former, & d’en donner des notions distinctes »979. Needham génère de l’ambiguïté en employant des termes usuels dans un sens non canonique, procédant par distorsion sémantique, par exemple pour le terme végétation qu’il entend non pas, avec son siècle, comme la force qui fait pousser les végétaux, mais comme une force logeant dans tous les points de la matière organique : « il est très-essentiel de ne pas confondre la végétation ordinaire d’une plante avec celle qui produit les êtres vitaux […] quoique ces deux forces ne soient absolument parlant, si nous généralisons nos idées, que la même qui differe dans ses effets »980. Donc, c’est différent, mais c’est la même chose. Pour l’historien, la question est de savoir quelle audience considère ces subtilités scolastiques comme heuristiques.

  • 981 Roffredi (Maurizio), « Lettre à M.r le C. D. S.… », art. cit., p. 120.
  • 982 Lignac (Joseph Adrien Lelarge de), Lettres à un Amériquain…, op. cit., vol. v, 12e lettre, p. 118.
  • 983 Roffredi (Maurizio), « Lettre à M.r le C. D. S.… », art. cit., p. 134.
  • 984 ibid., p. 133.
  • 985 ibid., p. 133.
  • 986 ibid., p. 143.
  • 987 Lettre de Bonnet à Spallanzani, Genthod, du 18 janvier 1769, in CSp., vol. ii, p. 98.

107La confusion terminologique participe des diverses maladresses de l’obscurité et il n’est d’ailleurs que de citer l’éditeur même de Needham, l’abbé Régley, qui parle de « cette métaphysique qui effarouche », pour décrocher un consensus sur « cette espéce d’obscurité logique que l’on a tant imputée aux livres de M. Néedham »981. Le thème est un lieu commun : Lignac parlait de « la route obscure qu’il a suivi »982. Et comme d’après Roffredi, le système repose sur un cercle vicieux, « [i] l a donc fallu en venir à des mots mystérieux »983 pour le faire tenir debout. Ce prodige même d’une métaphysique si déviante est troublant au point que Roffredi ira en chercher les motivations entre les lignes, déjà parce que Needham « seroit dans le cas de devoir expliquer clairement ses sentimens, à moins qu’il n’aime pas d’être entendu. Or c’est un fait que M. Néedham n’a pas voulu que l’on sache ce que c’est que le mouvement dans son système »984. De là à chercher des stratégies ou des mobiles dissimulés, il n’y a qu’un pas : « il doit y avoir quelque raison un peu cachée qui a obligé M. Néedham à prendre ce ton mysterieux »985. Et, renchérissant de personnalisation, Roffredi ne manque pas d’attirer l’attention sur l’amateurisme de son collègue : « notre Philosophe, malgré sa résolution de faire main basse sur la métaphisique généralement reçue, & sur la Cartésienne principalement n’en a cependant pas eu toujours assés pour se débarasser de certains principes qu’il avoit puisés dans les classes »986. Une des conséquences du texte de 1769 aura donc été de souder entre elles et de cristalliser les réactions critiques de la communauté savante, que Bonnet ramasse en un trait : « Il fabrique des mots, et pense après cela avoir découvert des vérités »987.

  • 988 Mazzolini (Renato G.) & Roe (Shirley), Science against the Unbelievers, op. cit., p. 46 : les Note (...)
  • 989 Needham (John Turberville), Nouvelles observations…, op. cit., p. 181.
  • 990 Needham (John Turberville) [Notes], op. cit., pp. 204-205.
  • 991 Lettre de Bonnet à Needham, Genthod, du 8 avril 1769, in CBN, p. 269.

108Cette fabrique de mots par quoi les Notes divergent de plus en plus de l’écriture scientifique de son temps se jauge aussi à sa pesanteur. Comme le remarquent pudiquement Mazzolini et Roe988, de nombreuses pages sont plombées par de multiples digressions morales, physiques, métaphysiques, religieuses, futiles, sentencieuses ou personnalisées, qui en délestent la cohérence en accolant entr’elles des phrases à tiroirs ayant pour résultat direct de faire perdre au lecteur le fil du raisonnement. La remarque avait déjà dû être faite avant 1750, car à cette époque Needham s’en défend : « J’espére donc que l’on ne m’accusera pas d’être entré dans des digréssions inutiles & ennuyeuses »989. En 1769, la situation s’est corsée et, pour entendre des choses relativement simples, le lecteur doit souvent jouer à saute-mouton avec les relatives et se tailler une piste dans le maquis des digressions. Par exemple, pour dire que la force végétatrice créée des germes qui se développent chez les êtres supérieurs, il ne lui faut pas moins de 140 mots : « [41 mots] on conçoit, sans beaucoup de difficulté, que la force végétatrice d’un être vital [41 mots] se porte à façonner [21 mots] un germe parfait & spécifique qui se nourrit ensuite, se développe & paroît sous la même figure du pere ou de la mere »990. Les exemples de cette logorrhée sont légions et Needham hache le tronc narratif de son texte par l’invasion d’excursi, sans faire usage des formes d’écriture classiques comme les notes infrapaginales pour conserver la ligne de la narration en la délestant des propos hors sujets. Un tel usage de la langue justifie la remarque colorée de Bonnet à la lecture des Notes : « Vos Phrases ne finissent point, et vos incidences se multiplient à l’infini. Vous n’émondés ni n’élagués. Il faut percer des Brossailles très épaisses pour arriver jusqu’à vous »991.

Texte de Needham Pages 204-205 des Notes… de John Turberville Needham (1769) Cliché Bibliothèque de Genève.

  • 992 Needham (John Turberville), Nouvelles observations…, op. cit., p. 260.
  • 993 Lettre de Needham à Bonnet, Paris, du 8 juin 1768, in CBN, p. 251.
  • 994 Needham (John Turberville) [Notes], op. cit., p. 265.
  • 995 Ibid., p. 266.
  • 996 Roffredi (Maurizio), « Lettre à M.r le C. D. S.… », art. cit., p. 125.

109Par moments Needham ne se cache pas la confusion qui règne déjà en 1750, ayant été « obligé de jetter [ses idées] sur le papier, en si peu de tems […], ce qui ne peut manquer de contribuer à le rendre obscur »992. En 1768 il écrit à Bonnet quelques mois avant la parution de l’ouvrage : « je cherche à écarter l’obscurité, qui parait couvrir mes principes »993. Publiquement, en 1769, il va aussi admettre que ses travaux ne sont pas toujours ordonnés en signalant que ses observations peuvent « pécher du côté d’une distribution claire & bien méditée dans les différentes matieres qu’elles renferment… »994. Toutefois, lorsqu’il fait une telle concession, c’est pour s’autoriser une réplique qui traduit le contraire, en faisant suivre cet aveu de modestie d’une attaque à tel journaliste qui soulignait justement sa « métaphysique inintelligible ». Needham lui jette : « sa critique peut servir à prouver que ces choses jettoient une lumiere trop éclatante & trop vive qui offusquoit sa foible vûe »995. La modestie blessée riposte donc par des clichés éculés, par une morsure d’autant plus insipide qu’elle fait apparaître au grand jour l’obscurité avouée qui lui sert de socle. Pour illustrer ce trait de suffisance, Roffredi va assembler diverses citations montrant que déjà en 1749 Needham avouait son opacité : « cette lumière, malgré son grand éclat ne devoit pas encore avoir brillé aux yeux de M. Néedham dans le temps qu’il écrivoit son ouvrage des observations microscopiques, puisqu’on peut y lire ce qui suit […] »996. La candeur est doublée par l’autorité, laissant paraître une modestie stratégique. Et, si Needham se rend compte de sa propre obscurité, il ne réalise pas la perte de légitimité que son texte produit chez le lecteur.

  • 997 Needham (John Turberville) [Notes], op. cit., p. 267.
  • 998 Lettre de Haller à Bonnet, [s. l.], du 15 janvier 1769, in CHB, p. 797.

110On peut se demander jusqu’à quel point l’écriture est contrôlée chez Needham et si l’avalanche de digressions ne serait pas une stratégie pour masquer ses contradictions, comme s’il adoptait volontairement un style diffus pour égarer l’adversaire. En conflit avec la prétendue candeur, ce problème est un des enjeux des relations avec ses collègues, par exemple lorsqu’il demande qu’on leur fasse, à Buffon et lui, « l’honneur de croire que peut-être nous nous entendons nous-mêmes »997. Or, en alternance avec ses bouffées de naïveté, Needham lui-même renouvelle ici son défi au monde savant mis depuis 1750 devant le choix entre candeur et intelligibilité, ce piège du lien où presque seul Bonnet persistera par l’interprétation charitable, jusqu’à consommer la rupture. Car la plupart des savants se rendent bien compte que, quelque part, Needham ne se comprend pas. Et c’est bien parce que, sous l’influence de Bonnet, certains acteurs suivent mollement l’interprétation charitable et donc l’inintelligibilité chronique de Needham, qu’un Haller peut écrire, avec un zeste d’ironie : « je ne sais pas s’il s’entend lui meme »998.

111Tout se passe comme si l’usage des digressions servait à noyer sa réponse face aux critiques, livrant une pensée brute, une sorte de lourde exhibition morale oscillant entre candeur et autorité. Signalant une lacune dans les processus textuels qui hiérarchisent le texte, la digression est le lieu idéal tant pour distiller un fade contrepoison aux doctrines pernicieuses des matérialistes, que pour crier l’impérieuse nécessité d’un retour des sciences vers l’arbre religieux de la connaissance. Comme bien d’autres procédés d’écriture, l’usage et le dosage de la digression participent de ces baromêtres révélant aux yeux d’une audience savante la valeur littéraire de l’auteur. Et, face au texte de 1769, les canons de l’écriture scientifique y explosent entre autres au contact d’un parterre de digressions, au plein service de l’ordre moral seul apte à ramener les brebis perdues dans les jardins du savoir révélé. Devant cette tentative maladroite de rechristianiser la science, aux yeux de ses contradicteurs, la digression fonctionne surtout comme transgression d’un ordre littéraire du savoir en plein développement.

LES OPUSCOLI DI FISICA ANIMALE, E VEGETABILE DE SPALLANZANI (1776)

La grande réponse

112Les Opuscoli di fisica animale, e vegetabile de Spallanzani publiés à Modène en 1776 et suivis l’année d’après d’une traduction française par Jean Senebier parue à Genève, pour répondre aux critiques de Needham, n’ouvrent rien moins qu’un nouvel univers communicatif et cognitif dans le champ expérimentaliste. Toutefois, bien qu’éclatant aux yeux de nombreux savants du xviiie siècle, le contraste avec l’ouvrage de Needham est pourtant délicat à spécifier du fait que les deux textes partagent certaines caractéristiques. Ils emploient en partie le même lexique scientifique et sur cette base une analyse rhétorique classique donnerait aisément dans un relativisme facile. Car l’emploi d’un lexique similaire ne coïncide pas avec le respect des codes qui, en principe, en détermine l’usage. Enfin, seuls les Opuscoli sont devenus des classiques des sciences de la vie.

  • 999 Spallanzani (Lazzaro), Opuscules de physique…, op. cit., vol. i, p. 221.
  • 1000 Ibid., vol. i, p. 217.
  • 1001 Ibid., vol. i, p. 18.

113Cette différence d’efficacité des textes légitime l’étude approfondie de leurs divergences. Derrière un lexique relativement partagé, les pratiques d’écriture vont être, comme on l’a entrevu dans les sections précédentes, radicalement différentes. Spallanzani restitue l’ensemble des fonctions traditionnelles aux divers lieux du texte, par exemple le lecteur y retrouve son rôle classique de spectateur et auditeur de l’écrit, de juge et de témoin potentiel, réceptacle de la confiance de l’auteur : « j’assurerai seulement le Lecteur, que j’ai pratiqué scrupuleusement la méthode que je viens d’indiquer »999. Mais, de même que Bonnet, Spallanzani sait se mettre à la place du lecteur, posture essentielle pour se le concilier : « Le Lecteur doit souhaiter avec d’autant plus d’ardeur qu’on lui démontre cette assertion, qu’elle est manifestement contredite par Mrs. de Needham et de Buffon, qui excluent entiérement des infusions la génération univoque »1000. L’utilisation des formes du langage savant montre au lecteur qu’il n’est pas considéré comme simple caisse enregistreuse des jugements favorables à l’auteur : « J’ai cru que dans des matiéres aussi graves & aussi délicates, il étoit indispensable de mettre chaque Lecteur en état de juger, non-seulement mes expériences & mes observations, mais encore d’apprécier la méthode que j’ai suivie en les faisant »1001. Comme chez Bonnet, le lecteur est d’emblée considéré comme partenaire de l’épopée que lui propose l’auteur, qui construit son texte entre variété des contenus et unité de la forme.

  • 1002 Ibid., vol. i, p. 195.
  • 1003 Ibid., vol. i, p. 196.

114Ainsi, opposé aux excursions si fréquentes chez Needham, lorsque Spallanzani fait mine de s’absenter de son texte, il prévient le lecteur : « Qu’on me permette une digression pour finir ce Chapitre »1002. Dans cette « digression », à une narration d’observations sur les volvox — dont il avait suivi jusqu’à la treizième génération —, il fait succéder un débat sur une objection à la divisibilité à l’infini de la matière, appuyée d’exemples similaires et qui montre en quoi le « Volvox fournit une preuve nouvelle & bien forte en faveur des emboitemens »1003. Reste que, pour Spallanzani la digression vient, comme il se doit, affronter une objection traditionnelle à un objet autre que celui du texte — la préformation et l’emboîtement. Le signalement de la digression montre bien que le corps du texte travaille en large priorité la préexistence au sens de transmission de l’espèce. Ce dosage contraste avec l’avalanche d’excursions morales ou métaphysiques de son collègue, qui fuit constamment la narration détaillée sans presque jamais signaler sa position au lecteur. Comme on l’a vu, Needham ne distingue pas vraiment les fonctions et régions spécifiques du texte. En 1769, dans les Notes devenues elles-mêmes un texte, les digressions prennent la place que devraient occuper de véritables notes infrapaginales, qui, sur 160 pages, se comptent sur les doigts des deux mains.

Volvox, d’après Spallanzani
Représentation du Volvox d’après Lazzaro Spallanzani (1776). Détail extrait d’une planche de Spallanzani (Lazzaro), Opuscoli di fisica animale, e vegetabile, Modena : Società tipografica, 1776, vol. I, pl. II. Cliché Bibliothèque de Genève.

  • 1004 Grafton (Anthony), Les origines tragiques de l’érudition. Une histoire de la note en bas de page, (...)
  • 1005 Spallanzani (Lazzaro), Opuscules de physique…, op. cit., vol. i, p. 3.
  • 1006 Lettre de Spallanzani à Bonnet, Modène, du 6 juin 1767, in CSp., vol. ii, p. 61.

115Anthony Grafton a montré comment la lente création de la note de bas de page suit un trajet historique qui participe d’une contestation des formes de l’autorité politique et religieuse1004. Un enjeu similaire se retrouve chez un auteur scientifique tel que Spallanzani, montrant que le travail de la note de bas de page participe d’une culture plus vaste que celle des sciences humaines et de l’histoire. D’entrée de jeu, Spallanzani rétablit en 1776 une règle du texte scientifique en indiquant dans une note le lieu où citations et références doivent prendre place, ainsi que leur mode d’emploi : « La singularité des idées de l’Auteur me fait un devoir d’indiquer les pages de l’ouvrage où on les trouve, afin que le Lecteur puisse s’assurer que je les rapporte sans aucune altération »1005. Calculé et assidu uniquement pour les textes de Needham, l’usage de la référence précise n’est pas appliqué aux autres auteurs. La petite trentaine de naturalistes, médecins, observateurs ou physiciens cités par Spallanzani sont mentionnés dans le texte par un renvoi aux notes, qui comportent en général le titre et le tome de l’ouvrage, mais jamais la pagination. Seul Needham à droit à ce traitement de faveur, c’est-à-dire à donner à voir in loco de nombreux extraits de son texte précisément cités et indiqués, avec leur page, en notes infrapaginales — Roffredi avait fait de même et il s’agit là d’un régime textuel rarement employé au xviiie siècle. La note de bas de pages vient donc compenser virtuellement l’absence de confiance et signale implicitement qu’il y a un procès. À une écriture non maîtrisée, Spallanzani oppose donc des techniques de lecture et d’écriture qui doivent maximiser l’efficacité du texte sur le lecteur. La conscience de ces diverses techniques du métier d’écrivain affleure parfois dans l’échange avec Bonnet par exemple lorsqu’il est question de savoir quelle langue employer dans ses ouvrages : « L’approbation d’un livre depend souvent, comme vous savez, du plan qu’on a tenu à composer ce même livre »1006.

  • 1007 Lettre de Bonnet à Spallanzani, « De ma Retraite », du 17 janvier 1771, in CSp., vol. ii, p. 146.
  • 1008 Ibid., p. 147.
  • 1009 Ibid., p. 147.
  • 1010 Ibid., p. 147.

116Alors que Needham répond d’abord aux critiques en les transformant en attaques personnelles puis par une riposte symétrique — en naturalistes accomplis de la communication — Spallanzani et Bonnet parviennent à mettre un auteur face à ses maladresses. Chez Bonnet, cette technique d’écriture est présente dans la correspondance et consiste à naturaliser et labelliser le travail qu’un savant a effectué. Ainsi lorsqu’en janvier 1771, il discute de la longue lettre en 26 articles de Spallanzani annonçant les expériences déjà effectuées ainsi que le plan des futurs Opuscoli, Bonnet en fait d’abord un « extrait suivi »1007, pour répondre par une longue missive qu’il mettra une semaine à écrire. Là, tour à tour, chaque expérience, conséquence tirée et argument de Spallanzani est disséqué, analysé et contre-argumenté à l’aune d’un raisonnement synthétique qui en éprouve la solidité. Fondamentalement opérationnaliste concret et abstrait, Bonnet n’a pas peur de critiquer toutes les expériences pour jauger la solidité de l’édifice. Ainsi, les vases bouillis dont proviennent les corps microscopiques étant ouverts, des germes flottants ont pu y pénétrer et être à l’origine des animalcules : « Je ne crains point de vous faire de telles chicanes : vous les souhaités, et vous en faites bien d’autres à la nature, quand vous la mettés à la question »1008. En contrepoint intervient la technique du miroir, réminiscence de l’écriture de la Contemplation, qui met son collègue face à une image de ce qu’il a réalisé. Bonnet distingue ainsi des zones de certitude pour démarquer le connu de l’inconnu, le certain de l’indéterminé. Il décrit d’abord concisément, en utilisant le « vous », les procédures et expériences effectuées par son confrère en plaçant exactement un miroir sur l’action du savant dans son laboratoire : « C’étoit déja beaucoup que d’avoir vu paroître des milliers d’animalcules de toute espèce dans des infusions qui avoient bouilli pendant deux heures. Vous avés voulu encore exposer vos matières à une plus forte épreuve : vous les avés fait rotir dans de petits tambours de métal ; vous les avés même pulvérisées après les avoir fait rotir… [etc.] »1009. Puis, il passe à l’examen des conséquences tirées et de leur légitimité : « Comment refuser de convenir avec vous, que… ? »1010.

  • 1011 Lettre de Bonnet à Spallanzani, Genthod, du 25 mars 1775, in CSp., vol. ii, p. 256.

117Pertinente dans la correspondance, une telle pragmatique de la lecture technique n’est pas adaptée à l’écrit public. De plus, elle ne fonctionne que lorsque deux savants respectent un code similaire, c’est-à-dire lorsqu’est possible la réciprocité de l’échange des images en miroir. Cette forme de communication rend en quelque sorte équivalentes la description et la critique — et permet donc à celui qui la reçoit de l’intégrer. En revanche, cette dynamique de l’échange d’images en miroir ne fonctionne pas lorsque les savants ne partagent pas le même code, comme c’est le cas avec Needham. Dans l’écrit public, Spallanzani doit affronter le problème de trouver comment mentionner les déviations du code qui discréditent les outils de construction du savoir partagé. Impossible de ne pas communiquer. Mais comment communiquer ce qui est impossible à dire ? C’est ici la grande difficulté devant laquelle Needham a plongé la communauté savante : une sorte de double contrainte qui annule la pertinence même des codes savants, qu’il récite et désavoue simultanément, qu’il applique mais qu’il étouffe. Le problème est la remise en cause du code savant, enjeu bien plus important que les débats théoriques de superficie relatifs à la génération, car il en va de la survie des communautés savantes — et c’est cette forme même de rationalité que, propagateur de la foi, Needham se met en devoir d’attaquer. Un savant avait identifié ce problème : Roffredi avait dénoncé les écarts au code, mais son texte n’avait eu que peu d’impact public, du fait qu’il s’était situé sur le même plan que Needham, transformant des écarts manifestes en un conflit de personnalités. Bonnet avait lu Roffredi, dont il s’était déclaré fort content, et avait en 1775 encouragé Spallanzani à le lire1011, ce qu’il n’avait pas manqué de faire.

Les actes textuels des Opuscoli

  • 1012 Lynch (Michael), « Wittgenstein, règles et épistémologie » [trad. par Engrand Sylvie, Leclerc-Oliv (...)
  • 1013 Spallanzani (Lazzaro), Opuscules de physique…, op. cit., vol. i, p. 252.

118Prolongeant la tâche de Roffredi, Spallanzani va transformer une censure tacite en objet explicite et référencé. Et le meilleur moyen en est d’amplifier les formes classiques du texte expérimentaliste, dont l’usage dosé et contrôlé — structure graphique du texte, choix du régime de référence, énoncé des règles, suppression des passages contradictoires, contrôle des digressions, élimination des sujets non pertinents, absence de personnalisation, pertinence des critiques, choix lexicaux, etc. — permet aux Opuscoli de se constituer en miroir invisible des travaux du savant anglais, où certaines règles du code sont rappelées tacitement. Cet écho de la double contrainte va assiéger Needham en le mettant au centre d’un procès où son texte est traité comme phénomène, attestant qu’il n’a pas respecté certains canons du code savant : la responsabilité d’auteur, le partage du savoir, les exigences du témoignage, la consignation immédiate des traces, le compte-rendu détaillé d’expériences, l’usage des conjectures, les limites de la personnalisation ou la nécessité de la lecture. Ce miroir invisible fonctionnera principalement par actes textuels plutôt, ainsi que la riposte symétrique ou les effets de miroirs de Bonnet, que par des critiques explicites comportant le risque d’être disqualifiées par des atteintes ad personam. L’interdit implicite mis sur la réciprocité oblige d’utiliser d’autres techniques. Car, alors que la réponse symétrique est personnalisée, que les simples effets de miroirs sont signés, les effets du miroir invisible sont bien plus subtils, dessinant le reflet d’un auteur sans qu’autrui ne l’ait placé là, parce qu’il s’y est mis lui-même. Différents des énoncés performatifs, les actes textuels transmettent la réaction d’un code et non celle d’un auteur, dans un rapport semblable à celui de la métalangue face à la langue. Ils s’apparentent à ce que pointe Michael Lynch, une « série d’exemples [qui] agit pour énoncer la règle (c’est-à-dire la rendre évidente, claire, pertinente) sans en nécessiter l’exposé explicite. L’à-propos, le sens, l’intelligibilité, la reconnaissance de la règle s’exposent dans et par des exemples sans qu’il soit besoin d’ajouter un commentaire »1012. De plus, alors que Spallanzani ne va que rarement reprendre les nombreuses accusations à son égard, il répond en revanche sur tous les plans, par le perfectionnement des formes canoniques de l’écrit savant (unité thématique, construction progressive du texte, localisation de l’auteur, citations et références précises, repérage graphique), de la « logique en action » que constitue l’art d’observer (absence de contradiction, distinction entre fait et interprétation, narration d’expérience détaillée, déduction limitée aux conséquences immédiates, plan d’expériences rigoureux, expérimentation quantitative et sérielle, argumentation commensurable, construction cumulative des lois, protections contre l’o.c.t.) et du code savant (explicitation des règles, responsabilité d’auteur, absence de dogmatisme, personnalisation limitée, lecture). Le tout culminera à la fin du texte dans une évocation des pratiques d’antilecture, relative aux « Corps organisés de Mr. Bonnet. Sans-doute si Mr. de Needham avoit lu ce Livre, il n’auroit vraisemblablement pas publié cette objection »1013. Spallanzani ne fait ici que pointer la stratégie de défense de Needham — lequel, par ses propres pratiques textuelles et de lecture, s’était exclu de la communauté des savants.

  • 1014 Ibid., vol. i, p. 156.
  • 1015 Ibid., vol. i, p. 39.
  • 1016 Ibid., vol. i, p. 217.
  • 1017 Ibid., vol. i, p. 221.
  • 1018 Ibid., vol. i, p. 251.
  • 1019 Ibid., vol. i, p. 18.

119Au fond les actes textuels des Opuscoli montrent que si le savant doit forcément employer un lexique déterminé et faire usage de topoï et de formules, c’est à trois conditions : il doit les adapter à son style propre, les organiser pour servir les besoins de la référence dans une relation d’efficience et de pertinence et, finalement, il ne peut en abuser ni les faire tourner à vide car il en devient alors prisonnier. Passé l’usage de l’expérience du texte au sein de la dynamique de confinement, le langage abouti qui en résulte, produit de la maturation de l’écrit, acquiert alors un autre sens pour la communauté savante. Face au langage, la visée scientifique, à travers la recherche de la transparence et la maîtrise de l’écriture, est de s’émanciper du langage et de ses figures pour ne l’employer que comme vecteur de transmission monosémique et informatif — c’est-à-dire le contrôler à défaut d’en être le jouet. Comme on l’a vu, Needham invoque souvent certains thèmes et topoï, par exemple les détails, sur le mode du possible et des choses futures, alors que Spallanzani prend soin de ne pas les employer de manière figée. Car s’il écrit parfois, d’une observation, qu’il « n’en donne pas le détail pour ne pas plonger le Lecteur dans le plus profond ennui »1014, c’est certes « pour ne pas perdre un tems précieux dans de trop petits détails »1015. Mais c’est aussi parce que cette proposition obéit à une règle qui bande l’arc du texte en équilibrant le souci d’économie aux besoins de la narration et de la démonstration, lorsqu’il devient « important de descendre dans les détails les plus circonstanciés, en travaillant cependant à être court autant qu’il sera possible »1016. Le régime des détails et l’invocation du lecteur constituent donc autant de protections contre le verbiage, tout en respectant le code : « Ce détail circonstancié m’en épargne d’autres que j’aurai dû faire pour plusieurs autres espéces qui sont aussi ovipares »1017. Les généralisations sont pointées du doigt, lorsque Needham « tire de quelques cas particuliers une conclusion générale »1018, tandis que l’explication des précautions d’expérience prend une valeur apodictique : « Des précautions aussi importantes devoient être nécessairement décrites »1019. On voit par ces exemples comment éviter d’être captif du langage : en le travaillant (maturation de l’écrit) tout en respectant des règles partagées d’écriture (maîtrise de l’écriture) qui fournissent un espace suffisamment vaste et pertinent où se mouvoir. Or l’ampleur de cet espace, où se joue la genèse d’un ouvrage, dépend du fait de conserver la fonction référentielle qui prend un rôle régulateur de l’écriture.

  • 1020 Ibid., vol. i, p. 242. La chose est relayée par Bonnet dans les notes ajoutées aux Considérations  (...)

120Parallèlement, même des critiques personnalisées qui viennent régler les comptes avec Needham contiendront des actes textuels. C’est ainsi qu’en dénonçant en filigrane le cœur de son système, l’inconcevable et indicible tabou de l’âme du polype, Spallanzani glisse un acte textuel réprouvant le mélange entre discours moral, scientifique et métaphysique : « il a été moins porté à ôter ces Etres vivans du nombre des vrais Animaux, parce que leur organisation & leurs opérations paroissent trop simples, que parce qu’il trouve inconcevable qu’un Etre organisé qui se reproduit, soit doué d’une ame »1020.

  • 1021 Lettre de Senebier à Spallanzani, Genève, du 13 août 1776, in CSp., vol. viii, p. 9 : « idées roma (...)
  • 1022 Lettre de Bonnet à Spallanzani, « De ma Retraite », du 17 janvier 1771, in CSp., vol. ii, p. 146.
  • 1023 Lettre de Caldani à Spallanzani, Padoue, du 22 juin 1776, in CSp., vol. iii, p. 196, m. t.

121Réponse générale à la personnalisation par Needham des faits et des hommes autant qu’à ses objections théoriques, les Opuscoli susciteront de nombreuses vocations, doublées de l’admiration de collègues ou amis de Spallanzani le félicitant d’avoir terrassé l’irréductible Anglais1021. Là encore se jouent de nombreuses affinités perceptives laissant voir les communautés d’images des savants, entre un Bonnet qui déclare à Spallanzani, à réception des lettres décrivant les expériences, qu’il lui a « semblé que vous le mettiés lui même dans vos vases et que vous l’y faisiés boullir »1022 et un Caldani à qui il « semble que vous l’avez écrasé au point de ne jamais ressusciter, quand meme il serait un parfait rotifère »1023.

  • 1024 Lettre de Bonnet à Needham, Genève, du 20 février 1761, in CBN, p. 197.
  • 1025 Spallanzani (Lazzaro), Opuscules de physique…, op. cit., vol. ii, p. 74.

122Bref, les Opuscoli montrent la responsabilité d’auteur, sa présence au texte, contrastant avec l’absence de responsabilité, l’élitisme, l’ambiguïté et la personnalisation de l’ouvrage de 1769. Il y a des acteurs derrière les textes savants. Mais le pacte de l’écriture scientifique de l’expérimentalisme des Lumières est qu’ils doivent avant tout apparaître comme témoins des faits. Le message de Spallanzani, participant de la grande réponse que constitue un grand texte scientifique — en actes textuels sur le plan de la communication, et en triplets à reconstruire sur le plan des contenus scientifiques —, enregistre alors autant qu’il divulgue définitivement la perte de confiance d’une communauté savante envers un de ses pairs. Car il y a eu nette évolution des acteurs de cette communauté sur ce point, ainsi Bonnet qui, en tout cas jusqu’en 1761 et probablement un peu plus tard encore considère Needham comme « un grand maitre dans l’art d’observer »1024. La grande réponse, c’est le fait de donner à la fois une série de triplets et de nouveaux modèles pour la communication grâce tant à des règles qu’à des actes textuels dont l’insertion dans le texte sert d’exemple de la valeur et de l’efficience même des codes employés. Et c’est ce genre de forme achevée du texte savant que Bonnet considère comme modèle de l’art d’observer, pris chez Trembley ou Spallanzani. La puissance de Spallanzani est d’organiser littérairement une réaction totale, c’est-à-dire de répondre aux problèmes quels que soient leur champ d’origine et leur degré d’implicite. Aussi n’est-ce pas un hasard s’il choisit justement de mêler prophétie, comportement du savant et résultats d’observations pour qualifier le double échec de Needham, tant sur la dynamique de confinement que de relation : « La trop grande précipitation de Mr. de Needham pour présager le résultat définitif de mes observations en fit un faux prophète »1025.

123C’est pourquoi les actes textuels constituent aussi une réponse, sur le plan des normes pratiques de la communication, à la question de savoir ce que doit être un livre de science : surtout pas, suivant les exemples needhamiens, un texte qui mélange physique, morale et métaphysique et dont la forme aussi bien que les contenus ne sont pas maîtrisés. Un tel produit émanait d’une maîtrise inachevée de l’écriture, qui n’était ni assez travaillée, ni assez confinée et rendue autonome pour pouvoir s’ouvrir au réel, demeurant, au final, en deçà des standards qui s’établissent à l’époque moderne. Bien au contraire, à l’aube de la normalisation de l’écriture scientifique, le texte de science portera un lignage principal servant de tronc, pour, dans une transparence de l’écriture, développer la référence au double travail de l’agir et du penser, du laboratoire et de l’esprit, soutenu par un noyau de réalité en cours d’extension. Parallèlement, toute trace de l’expérience du texte sera éliminée des pages imprimées, demandant un équilibre de la narration, du commentaire, de la description, de la référence et de l’argumentation qui acquièrent leurs places respectives et dosées au sein d’un ouvrage. Renouvelant d’efficacité le modèle littéraire de la tradition naturaliste expérimentaliste, les Opuscoli s’achèvent ainsi en grande réponse s’opposant aux pratiques de pensée, d’écriture et de publication scientifique que Needham avait défendues, et au cœur desquelles trônaient tant le culte de l’indicible que l’impossible expérience révélée.

Notes

690 Roe (Shirley), « John Turberville Needham… », art. cit., pp. 166-167.

691 Needham (John Turberville) [Notes], op. cit., p. 188.

692 Ibid., p. 188.

693 Needham (John Turberville), Nouvelles découvertes…, op. cit., p. 27.

694 Ibid., p. 35.

695 Ibid., p. 35.

696 Needham (John Turberville), Nouvelles observations…, op. cit., p. 362.

697 Ibid., p. 366.

698 Ibid., p. 362.

699 Ibid., p. 362.

700 Pichot (André), Histoire de la notion de vie, op. cit., p. 442 note bien que Needham « conçoit le développement des êtres comme une expansion ramifiée à partir d’un centre », sans y voir le statut foncièrement métaphorique révélé par l’analyse littéraire.

701 Vuillemin (Nathalie), Les beautés de la nature…, op. cit., p. 162.

702 Lettre de Needham à Bonnet, Genève, du 3 août 1765, in CBN, p. 222.

703 Ibid., p. 222.

704 Needham (John Turberville) [Notes], op. cit., p. 171.

705 Ibid., p. 172.

706 Stefani (Marta), Corruzione e generazione, op. cit., pp. 93-97.

707 Needham (John Turberville), Nouvelles observations…, op. cit., p. 171.

708 Ibid., p. 171.

709 Ibid., p. 171.

710 Ibid., p. 200.

711 Needham (John Turberville) [Notes], op. cit., p. 197. Cf. aussi ibid., p. 204 : « sans entrer dans un long détail ».

712 Ibid., pp. 187-188.

713 Ibid., p. 222.

714 Ibid., p. 173.

715 Buffon (Georges Leclerc de), Histoire naturelle…, op. cit., t. ii, p. 257.

716 Roffredi (Maurizio), « Lettre à M.r le C. D. S.… », art. cit., p. 110.

717 Lettre de Needham à Bonnet, Bruxelles, du 1er janvier 1770, in CBN, p. 278.

718 Needham (John Turberville) [Notes], op. cit., p. 237, m. i.

719 Lettre de Needham à Bonnet, Bruxelles, du 17 mars 1780, in CBN, p. 332.

720 Needham (John Turberville) [Notes], op. cit., pp. 168, 178, 194, 196, 199, 202, etc.

721 Ibid., pp. 168, 194, 196-197, 199, etc.

722 Ibid., pp. 169, 189.

723 Ibid., p. 168 : « chaîne de raisonnemens » ; ibid., p. 171 : « toûjours en exacte proportion » ; ibid., p. 172 : « se conforme toûjours exactement à la décomposition » ; ibid., p. 175 : « selon mes principes ».

724 Bonnet à Needham, Genthod, du 8 mars 1780, in CBN, p. 324.

725 Lignac (Joseph Adrien Lelarge de), Lettres à un Amériquain…, op. cit., vol. iv, 11e lettre, p. 31.

726 Bourdieu (Pierre) [débat avec Roger Chartier], in Chartier (Roger) (sous la dir.), Pratiques de la lecture, op. cit., p. 282.

727 Lettre de Bonnet à Spallanzani, Genève, du 22 septembre 1766, in CSp., vol. ii, p. 42.

728 Buffon (Georges Leclerc de), Histoire naturelle…, op. cit., t. ii, p. 239.

729 Bonnet (Charles), Contemplation, op. cit., t. i, p. 259.

730 Ibid., t. ii, p. 78.

731 Ibid., t. i, p. lxxii.

732 Bonnet (Charles), Traité d’insectologie, op. cit., vol. i, p. x.

733 Lettre de Needham à Bonnet, Genève, du 3 août 1765, in CBN, p. 222.

734 Lettre de Needham à Bonnet, Paris, du 8 juin 1768, in CBN, pp. 250-251.

735 Needham (John Turberville) [Notes], op. cit., p. 139.

736 Needham (John Turberville), Nouvelles observations…, op. cit., p. 201.

737 Ibid., pp. 200-201.

738 Guyénot (Émile), Les sciences de la vie…, op. cit., p. 224, et Roe (Shirley), « John Turberville Needham… », art. cit., p. 162, ont cité cette négligence des précautions, mais personne ne s’y est arrêté. Pour les historiens positivistes, ce trait est une lacune trop criante pour être commentée. Est-ce pour cela que leurs contradicteurs n’en parlent pas ? Elle est absente chez Sloan (Philip R.), « Organic Molecules Revisited », art. cit. Stefani (Marta), Corruzione e generazione, op. cit., qui ne les cite pas, insiste au contraire sur les passages où Needham suit les règles de l’expérimentalisme, p. 81 : « mais il ne se contenta pas des précautions adoptées ici », m. t.

739 BGE, Arch. de Saussure 63, fo 118, § 157. À neuf reprises, Saussure observe que des animalcules de tailles différentes, y compris les petits, mangent ou ont des comportements de type alimentaire : §§40, 47, 62, 67, 106, 108, 157, 167, 170.

740 Stefani (Marta), Corruzione e generazione, op. cit., p. 109, m. t.

741 Needham (John Turberville) [Notes], op. cit., p. 188.

742 Ibid., p. 188.

743 Ibid., p. 188.

744 Ibid., p. 171.

745 Ibid., p. 172.

746 Needham (John Turberville), Nouvelles découvertes…, op. cit., p. 127.

747 Ibid., pp. 66-67.

748 Ibid., p. 98.

749 Allamand (Jean-Nicolas-Sébastien) [Notes], op. cit., p. 98.

750 Ibid., p. 94.

751 Lignac, qui expérimente avec Réaumur et Brisson sur les infusions, est le rédacteur des Lettres, chargé, comme le dit Réaumur, « de mettre ces observations en ordre et de les rendre publiques », BGE, Ms Bo 42, fo 132v : lettre de Réaumur à Bonnet, Paris, du 10 décembre 1751. L’argumentation scientifique, qui mobilise un vaste savoir issu de la tradition d’expérimentalisme naturaliste, est issue de Réaumur. Lignac en revanche est responsable de la partie métaphysique de la critique à Buffon — beaucoup plus qu’à Needham. Dans une œuvre posthume, Lignac (Joseph Adrien Lelarge de), Présence corporelle…, op. cit., pp. 149-150, déclare avoir répété les observations de Needham conjointement avec Réaumur et Brisson.

752 Lignac (Joseph Adrien Lelarge de), Lettres à un Amériquain…, op. cit., vol. iv, 11e lettre, p. 67.

753 Ibid., p. 69.

754 Spallanzani (Lazzaro), Saggio di Osservazioni microscopiche…, op. cit., p. 60, m. t.

755 Needham (John Turberville) [Notes], op. cit., p. 168.

756 Ibid., p. 173.

757 Ibid., p. 178.

758 Ibid., p. 168 : « sans la moindre équivoque » ; ibid., p. 194 : « que j’ai établies sur des faits constans » ; ibid., pp. 196-197 : « Voilà des faits indubitables […] des preuves non équivoques » ; ibid., p. 199 : un fait « sans équivoque ».

759 Ibid., pp. 169, 189.

760 Lettre de Bonnet à Haller, [s. l.], du 30 décembre 1768, in CHB, p. 793.

761 Lettre de Needham à Vallisneri, Rome, du 25 juillet 1761, in CSp., vol. vi, p. 186.

762 Lettre de Bonnet à Haller, Genthod, du 17 septembre 1765, in CHB, p. 440.

763 Lettre de Saussure à Haller, Genève, du 27 août 1765, in CHS, p. 211.

764 Lettre de Spallanzani à Gianotti, Reggio, du 7 décembre 1765, in CSp., vol. v, p. 78, m. t.

765 Lettre de Nollet à Spallanzani, Paris, du 17 septembre 1766, in CSp., vol. vi, p. 205.

766 Lettre de Bonnet à Haller, Perroy, du 15 août 1765, in CHB, pp. 433-434 : « Néédham, qui est actuellement à Genève, m’écrit que ces nouvelles Observations l’engageront à se rapprocher de son Ami [Spallanzani] & de moi ».

767 Lettre de Bonnet à Haller, Genthod, du 17 septembre 1765, in CHB, p. 439 : « nôtre estimable Ami Mr Néédham commence à se rapprocher de lui [Spallanzani] & de moi. J’eus samedi dernier un long entretien avec lui sur ce sujet dont je fus très satisfait. Il est à cent lieuës de Mr Buffon ; je devrois dire à mille ».

768 Haller (Albrecht von), La génération, op. cit., t. i, p. 22.

769 Ibid., t. i, p. 26.

770 Ibid., t. i, p. 27.

771 Ibid., t. i, pp. 514, 519. La question avait été discutée dans une lettre du 12 novembre 1759 de Needham à Haller l’informant de vers naissant dans le sel chauffé issu de l’évaporation, cf. Mazzolini (Renato G.) & Roe (Shirley), Science against the Unbelievers, op. cit., p. 176, note 4. Haller, qui était également directeur des salines de Roche en Vaud contesta cette observation, cf. la lettre de Bonnet à Needham, Genève, du 16 septembre 1760, in CBN, pp. 181-182.

772 Lettre de Saussure à Haller, Genève, du 27 août 1765, in CHS, p. 211.

773 Ibid., p. 211.

774 Lettre de Saussure à Haller, Genève, du 15 octobre 1765, in CHS, p. 215.

775 BGE, Ms Bo 30, fo 51 : lettre de Saussure à Bonnet, Genève, du 2 janvier 1771.

776 Roffredi (Maurizio), « Lettre à M.r le C. D. S.… », art. cit., p. 111. Needham avait effectivement fait des promesses de publication : Needham (John Turberville), Nouvelles observations…, op. cit., p. 240 et p. 402 : « Ce n’est qu’une légere esquisse d’un ouvrage qui demanderoit plus de tems & d’attention que je ne puis en donner pour le présent ».

777 Trembley (Abraham) [extrait de Needham 1748], op. cit., p. 7 : « Mr. Needham promet de donner dans la suite le detail des metamorphoses de ces anguilles, dans un essai qu’il prepare » ; Boulenger de Rivery (Claude François), Mélange littéraire, op. cit., p. 54 : « On doit présumer qu’il donnera là-dessus dans l’ouvrage qu’il annonce tous les éclaircissemens que l’on peut attendre d’un vrai Philosophe » ; Daubenton (Louis Jean Marie), « Animalcules », in Diderot (Denis) & d’Alembert (Jean), Encyclopédie, Paris : Briasson, 1751-1765, 17 vol., vol. i, 1751, pp. 474-475, p. 475 : « l’Auteur à promis de donner au public le détail de toutes les observations qu’il a faites sur le sujet ».

778 Needham (John Turberville), Nouvelles découvertes…, op. cit., p. 19.

779 Ibid., p. 41.

780 Ibid. ; environ un tiers des pages renvoie à une image.

781 Ibid., p. 135. Cf. aussi ibid., p. 84 : « Les figures feront aisément comprendre ce que je dis ici ».

782 Needham (John Turberville), Nouvelles découvertes…, op. cit., pp. 51-52.

783 Ibid., p. 130.

784 Stefani (Marta), Corruzione e generazione, op. cit., p. 94 a divisé les Nouvelles découvertes en trois parties : 1. le texte de 1747 ; 2. les observations microscopiques ; 3. le système philosophique.

785 Needham (John Turberville), Nouvelles observations…, op. cit., p. 190 : « Huit jours après » ; p. 193 : « tous les jours (…) quinze jours » ; p. 199 : « quatre jours » ; p. 192 : « deux fois par semaine » ; p. 193 : « d’heure à autre ». Cf. aussi pp. 217, 220, 224.

786 Ibid., p. 191.

787 Toutes ces citations, ibid., pp. 193, 197, 198, 200, 217, 220, 224.

788 Ibid., p. 224.

789 Ibid., pp. 224-225.

790 Ibid., p. 200.

791 Ibid., p. 240. Le texte original anglais de 1748 est un article sous forme de lettre adressée à Folkes.

792 Lettre de Bonnet à Needham, Genève, du 28 novembre 1766, in CBN, pp. 240-243.

793 Lettre de Needham à Bonnet, Paris, du 6 janvier 1767, in CBN, p. 245.

794 Trembley (Abraham), Mémoires…, op. cit., p. iv.

795 Ibid., pp. iv-v.

796 Spallanzani (Lazzaro), Opuscules de physique…, op. cit., vol. i, p. 169.

797 Trembley (Abraham), Mémoires…, op. cit., p. 236.

798 Aymen (Jean-Baptiste), « Second mémoire sur les maladies des bleds », Mémoires de mathématique et de physique, Présentés à l’Académie Royale des Sciences, t. iv, 1763, pp. 358-398, ici pp. 391-392. Spallanzani (Lazzaro), Nouvelles Recherches…, op. cit., p. 98 : « J’en excepte quelques légeres différences que je ne rapporterai point, parce qu’elles ne sont pas essentielles : je veux épargner à mon Lecteur la peine de suivre ces détails ».

799 Bonnet (Charles), Traité d’insectologie, op. cit., vol. i, p. 29.

800 Needham (John Turberville), Nouvelles découvertes…, op. cit., p. 119.

801 Bonnet (Charles), Traité d’insectologie, op. cit., vol. i, p. xxv.

802 Anonyme [Compte-rendu du Traité d’insectologie], Bibliothèque Raisonnée…, art. cit., p. 190.

803 Needham (John Turberville), « Mémoire sur la génération [manuscrit de 1748] », in Mazzolini (Renato G.) & Roe (Shirley), Science against the Unbelievers, op. cit., pp. 338-339, ici p. 338.

804 Lettre de Réaumur à Trembley, Paris, du 27 avril 1747, in CRT, p. 292.

805 Allamand (Jean-Nicolas-Sébastien) [Notes], op. cit., pp. 8-10, 79, 82, 86, etc. Needham (John Turberville), Nouvelles découvertes…, op. cit., pp. 84-85 : « J’ai répété ensuite cette expérience sur un très grand nombre de poussières diférentes », cf. aussi, p. 100.

806 Ibid., p. 100.

807 Baker (Henry), Employment for the Microscope, op. cit., pp. 252-254.

808 Lignac (Joseph Adrien Lelarge de), Lettres à un Amériquain…, op. cit., vol. iv, 11e lettre, pp. 90-91.

809 Needham (John Turberville), Nouvelles observations…, op. cit., p. 212. Aussi ibid., p. 294 : « Un exemple suffit pour mon dessein, & a autant d’effet que plusieurs ensemble ».

810 « Le seul fait qui se trouve dans le memre. de Mr. Needham, qui puisse servir à les expliquer est celui des petites anguilles de la pâte », Trembley (Abraham) [extrait de Needham 1748], op. cit., p. 6.

811 Lettre de Bonnet à Needham, Genève, du 29 mai 1761, in CBN, p. 200.

812 Della Torre (Giovanni Maria), Nuove osservazioni microscopiche, Napoli : [s. n.], 1776, p. 85.

813 Hewson (William), « On the figure and composition of the red particles of the blood », Philosophical Transactions, t. lxiii, 1773, pp. 303-323, pp. 307, 313-314.

814 Régley (Charles), « Discours préliminaire », in Spallanzani (Lazzaro), Nouvelles Recherches…, op. cit., pp. iii-liv, ici pp. xlvi-xlvii, m. i.

815 Cf. ci-dessus pp. 437-438 [citations correspondant aux notes 745 et 746] ; Needham (John Turberville) [Notes], op. cit., p. 172.

816 Anonyme, « John Turberville Needham », The Monthly Review, t. lxx (appendix), 1784, pp. 524-525, ici p. 525 : « He was always occupied (sometimes indeed with too much fancy and precipitation) in generalizing facts, and reducing them to his system ».

817 Roger (Jacques), Les sciences de la vie…, op. cit., pp. 502, 667 ; Pichot (André), Histoire de la notion de vie, op. cit., p. 431, note 33.

818 Lettre de Spallanzani à Bonnet, Pavie, du 23 décembre 1769, in CSp., vol. ii, p. 114. Fontana (Felice), « Lettre de l’abbé Fontana à un de ses amis sur l’ergot et le tremella », Observations sur la Physique, t. vii, 1776, pp. 42-52, p. 42 ; Trembley (Abraham) [extrait de Needham 1748], op. cit., p. 6 : « Ces paroles, il est vrai, ne reveillent pas dans nôtre esprit des idées fort claires ». Et ibid., p. 7 : « Il est à esperer que le sens de ces expressions paroîtra plus clairement dans les ouvrages que ces messieurs preparent ».

819 Stefani (Marta), Corruzione e generazione, op. cit., p. 78, m. t.

820 Needham (John Turberville) [Notes], op. cit., p. 232.

821 Ce qui explique que les historiens des idées, tels que Roger (Jacques), Les sciences de la vie…, op. cit., p. 518 aient considéré que « c’est à partir de cette intuition fondamentale, née du spectacle des phénomènes auxquels il se réfère sans cesse, que s’est construite la pensée de Needham ».

822 Spallanzani (Lazzaro), Opuscules de physique…, op. cit., vol. i, p. 10.

823 Bonnet (Charles), Contemplation…, op. cit., t. i, p. 260.

824 Needham (John Turberville) [Notes], op. cit., p. 232.

825 Ibid., p. 153.

826 Ibid., p. 153.

827 Ibid., pp. 155-156.

828 Ibid., p. 239.

829 Ibid., p. 261.

830 Ibid., p. 155.

831 Ibid., p. 149.

832 Ibid., pp. 169-170.

833 Roffredi (Maurizio), « Lettre à M.r le C. D. S.… », art. cit., p. 113.

834 Needham (John Turberville) [Notes], op. cit., p. 257. Les insectes nés d’une branche : « loin de déranger mes idées, ou physiques ou morales, ils ne rendroient que plus palpable & en grand, une vérité dont je suis trèsconvaincu déjà par mes observations microscopiques », ibid., p. 260.

835 Lettre de Needham à Bonnet, Turin, du 28 août 1760, in CBN, p. 175.

836 Lettre de Bonnet à Needham, Genève, du 16 septembre 1760, in CBN, p. 182.

837 Bonnet (Charles), Contemplation…, op. cit., t. i, pp. 260-261.

838 Le savoir ignorer permet au savant de demeurer au sein de la dialectique de la connaissance et de l’anomalie considérée comme moteur des découvertes. Sur un registre différent, celui de l’utilisation stratégique de l’ignorance à des fins d’emprise sociale, cf. McGoey (Linsey), « The logic of strategic ignorance », The British Journal of Sociology, vol. lxiii, 2012, pp. 553-576.

839 Ivainer (Théodore) & Lenglet (Roger), Les ignorances des savants, [s. l.] : Maisonneuve & Larose, 1996, p. 158.

840 Bonnet (Charles), Considérations…, op. cit., t. ii, p. 46.

841 Ivainer (Théodore) & Lenglet (Roger), Les ignorances des savants, op. cit., p. 181.

842 Needham (John Turberville) [Notes], op. cit., p. 231.

843 Marx (Jacques), Charles Bonnet…, op. cit., t. ii, p. 534.

844 Lettre de Bonnet à Needham, Genthod, du 17 février 1770, in CBN, p. 286.

845 Needham (John Turberville), Nouvelles découvertes…, op. cit., pp. 32-33.

846 Allamand (Jean-Nicolas-Sébastien) [Notes], op. cit., p. 33.

847 Ibid., pp. 33, 38, 47.

848 Ibid., p. 47.

849 Roffredi (Maurizio), « Lettre à M.r le C. D. S.… », art. cit., p. 5. De nombreux correspondants de Spallanzani se font une piètre idée de Needham : Elisabetta Caminer à Spallanzani, Venise, du 4 février 1769, in CSp., vol. iii, p. 309 : « l’extract des rêveries de M.r Needham » ; Giovanni Battista da San Martino à Spallanzani, Vicenza, du 27 janvier 1782, in CSp., vol. v, p. 99 : « les aveuglements de Needham », m. t. ; Banetti à Spallanzani, Parme, du 25 novembre 1777, in CSp., vol. i, p. 138 : « Si vous le voulez, tous les physiologistes deviendront autant de Needham », m. t.

850 Lettre de Bonnet à Needham, Genthod, du 17 février 1770, in CBN, p. 286.

851 Lettre de Needham à Bonnet, Turin, du 26 septembre 1760, in CBN, p. 186.

852 Lettre de Needham à Bonnet, Turin, du 15 novembre 1760, in CBN, p. 190.

853 Lettre de Bonnet à Needham, Genève, du 20 février 1761, in CBN, p. 197.

854 Lettre de Needham à Bonnet, Rome, du 30 septembre 1761, in CBN, p. 208.

855 Lettre de Needham à Bonnet, Rome, du 13 février 1762, in CBN, p. 213.

856 Lettre de Bonnet à Needham, Genève, du 16 juin 1761, in CBN, p. 202.

857 Ibid., p. 202.

858 Lettre de Needham à Bonnet, Genève, du 28 août 1765, in CBN, p. 225.

859 Lettre de Bonnet à Needham, Genthod, du 10 septembre 1765, in CBN, p. 228.

860 Cf. Monti (Maria Teresa), Spallanzani e le rigenerazioni animali, op. cit., pp. 15-30.

861 Lettre de Spallanzani à Bonnet, Modène, du 18 novembre 1765, in CSp., vol. ii, p. 10.

862 Marx (Jacques), Charles Bonnet…, op. cit., t. i, p. 460. Bonnet (Charles), Contemplazione della natura…, Modena : Montanari, 1769-1770, succès littéraire qui eut sept éditions jusqu’à la fin du siècle. En réalité, Spallanzani avait traduit des passages de la Contemplation pour ses étudiants depuis 1765, ce qui lui permit de la traduire en un mois. Cf. la lettre de Spallanzani à Bonnet, Pavie, du 28 décembre 1774, in CSp., vol. ii, p. 252.

863 Lettre de Bonnet à Spallanzani, Genève, du 1er avril 1766, in CSp., vol. ii, p. 17.

864 Lettre de Spallanzani à Bonnet, Modène, du 17 avril 1766, in CSp., vol. ii, p. 19.

865 Lettre de Needham à Bonnet, Paris, du 6 janvier 1767, in CBN, p. 245.

866 Stefani (Marta), Corruzione e generazione, op. cit., p. 109.

867 Roffredi (Maurizio), « Lettre à M.r le C. D. S.… », art. cit., p. 112 : « lui qui veut passer pour disciple de Leibnitz ; car pour peu qu’il ait lu de ce Philosophe ».

868 Roe (Shirley), « John Turberville Needham… », art. cit., p. 170 : « Needham made very few footnote references to anyone’s works in his writings. In fact, he claimed to Bonnet that when he wrote he did not like to have any other books around him » ; Stefani (Marta), Corruzione e generazione…, op. cit., p. 99 : « Que l’utilisation désinvolte de la pensée des auteurs mêmes qu’il met en cause ne soit pas toujours l’effet d’une sélection mûre et sans préjugés, mais, souvent, celui d’une résolution précipitée à légitimer ses propres conclusions, est une impression difficile à éviter », m. t.

869 Lettre de Haller à Bonnet, [Berne], du 28 septembre 1765, in CHB, p. 441.

870 Lettre de Bonnet à Haller, s. l., du 19 juin 1767, in CHB, p. 621. Cf. aussi la lettre de Bonnet à Haller, s. l., du 19 juin 1767, in CHB, p. 621 : « Croiriés-vous qu’il n’avoit pas encore lu l’année dernière mes deux derniers Ouvrages. J’espère qu’il les aura lus enfin pour composer ses Notes sur Spallanzani ».

871 Lettre de Bonnet à Needham, Genthod, du 26 décembre 1768, in CBN, p. 262.

872 Lettre de Needham à Bonnet, Paris, du 31 décembre 1768, in CBN, p. 264.

873 Lettre de Bonnet à Needham, Genthod, du 8 avril 1769, in CBN, p. 269.

874 Ibid., p. 270.

875 Ibid., p. 270. En revanche, à Spallanzani, Trembley « lit avec empressement tout ce qui part de vous », lettre de Bonnet à Spallanzani, Genthod, du 27 janvier 1770, in CSp., vol. ii, p. 117.

876 Lettre de Bonnet à Spallanzani, Genthod, du 18 janvier 1769, in CSp., vol. ii, p. 100. Dans ses Instructions de 1775, relativement à la recherche microscopique, Trembley (Abraham), Instructions d’un père…, op. cit., cite Donati, Ellis, Baker, Bonnet, Spallanzani, Réaumur, Saussure, Leeuwenhoek et William Arderon, mais jamais Needham ou Buffon.

877 Lettre de Bonnet à Spallanzani, Genthod, du 18 janvier 1769, in CSp., vol. ii, p. 99 : « il m’a avoué que cela étoit vrai, et que c’étoit sa coutume bonne ou mauvaise de ne suivre que ses idées. Se peut-il rien de moin judicieux ? ». Idem, « De ma Retraite », du 17 janvier 1771, in CSp., vol. ii, p. 167 ; morceau analogue dans la lettre de Bonnet à Haller, s. l., du 10 janvier 1769, in CHB, p. 797. BGE, Ms Bo 73 fo 128v : minute de lettre de Bonnet à Müller, Genthod, du 7 avril 1770 : « Il a encore la malheureuse habitude de ne consulter point les Auteurs dont il fait usage ; il ne les cite que de mémoire, et les estropie. C’est ce qui lui est arrivé à mon égard. Je le lui ai reproché dans mes Lettres : il a eu la bonne foi d’en convenir, & ne s’en corrigera pourtant pas ».

878 Spallanzani (Lazzaro), Opuscules de physique…, op. cit., vol. i, p. 252.

879 Lettre de Scarpa à Spallanzani, Modène, du 30 mars 1776, in CSp., vol. vii, p. 340, m. t.

880 BGE, Ms Bo 73 fo 53v : minute de lettre de Bonnet à Valmont de Bomare, Genthod, du 28 juin 1769.

881 Lettre de Bonnet à Spallanzani, Genthod, du 29 novembre 1777, in CSp., vol. ii, pp. 313-314.

882 Lettre de Needham à Bonnet, Bruxelles, du 1er janvier 1770, in CBN, p. 278.

883 Bonnet (Charles), La Palingénésie philosophique, op. cit., t. i, p. 376 ; « nous transportons avec trop de confiance aux Espèces les plus inférieures, les Idées d’Animalité que nous puisons dans les Espèces supérieures ».

884 Lettre de Bonnet à Needham, Genthod, du 17 février 1770, in CBN, p. 286.

885 BGE, Arch. de Saussure 6, fo 146v : minute de lettre de Bonnet à Saussure, Genthod, du 28 octobre 1768. Voir aussi la lettre de Bonnet à Haller, s. l., du 19 juin 1767, in CHB, p. 621 : « Rien de plus choquant que toute cette obscure et monstrueuse Physique. Il me l’avoit aussi proposée : je n’ai pû l’en faire revenir. C’est un brave Homme & un bon Chrétien ». Thème similaire dans BGE, Ms Bo 73, fo 28 : minute de lettre de Bonnet à Tronchin, Genthod, du 14 janvier 1769 : « Connoissez vous rien de plus opposé aux Principes les plus certains de la saine Philosophie ? Ses intentions sont les plus pures du monde ».

886 Lettre de Bonnet à Haller, s. l., du 19 juin 1767, in CHB, p. 621. Voir aussi BGE, Ms Bo 73, fo 28 : minute de lettre de Bonnet à Tronchin, Genthod, du 14 janvier 1769 : « Ses intentions sont les plus pures du monde ; mais combien sa Logique est-elle peu exacte ! »

887 Sur ces dernières différences, voir Mazzolini (Renato G.) & Roe (Shirley), Science against the Unbelievers, op. cit., p. 76 ; Roe (Shirley), « John Turberville Needham… », art. cit., pp. 171-177 ; Stefani (Marta), Corruzione e generazione, op. cit., pp. 183-185. L’histoire des idées a considéré que l’opposition entre Bonnet et Needham était essentiellement de nature théorique : par exemple Mazzolini (Renato G.) & Roe (Shirley), Science against the Unbelievers, op. cit., pp. 10, 54-55, 60-61, pour qui l’opposition se situe entre une sorte de vitalisme éthéré de Needham face au sensualisme ou mécanisme de Bonnet ; idem aussi chez Castellani (Carlo), Un itinerario culturale…, op cit., pp. 45-46.

888 Lettre de Bonnet à Spallanzani, « De ma Retraite », du 17 janvier 1771, in CSp., vol. ii, p. 167.

889 Catalogue des livres de feu M. l’Abbé Needham, Bruxelles : Lemaire, 1782, 121 p.

890 Ferrucci (Maria), Percorsi formativi…, op. cit., pp. 5-7.

891 Lettre de Bonnet à Needham, Genthod, du 8 novembre 1779, in CBN, p. 314.

892 Lettre de Bonnet à Needham, Genève, du 20 février 1761, in CBN, p. 197.

893 Sur cette question, dans le cas de Hawking, cf. Mialet (Hélène), « Stephen Hawking, réflexion sur une pensée diagrammatique », in Jacob (Christian), La main de l’esprit, op. cit., pp. 922-943, p. 941.

894 Darnton (Robert), « La lecture rousseauiste et un lecteur “ordinaire” au xviiie siècle », in Chartier (Roger) (sous la dir.), Pratiques de la lecture, op. cit., pp. 167-207, p. 179.

895 Needham (John Turberville), Nouvelles observations…, op. cit., p. 19.

896 Needham (John Turberville) [Notes], op. cit., p. 157.

897 Ibid., p. 227.

898 Ibid., p. 193.

899 Ibid., p. 190.

900 Ibid., p. 191.

901 Ibid., p. 219.

902 Ibid., p. 219.

903 Ibid., p. 167.

904 Ibid., p. 265.

905 Ibid., p. 266.

906 Ibid., p. 139.

907 Ibid., p. 139.

908 Ibid., p. 248.

909 Ibid., p. 147.

910 Ibid., p. 139.

911 Ibid., p. 139.

912 Ibid., p. 207.

913 Ibid., p. 231.

914 Ibid., p. 207.

915 Ibid., p. 147.

916 Ibid., p. 146.

917 Ibid., p. 231.

918 Mazzolini (Renato G.) & Roe (Shirley), Science against the Unbelievers…, op. cit., pp. 155-156, ont montré comment, en 1775, sa tentative de faire entrer un groupe d’anciens Jésuites à l’Académie de Bruxelles échoue. Sur ces religieux, cf. ibid., pp. 240, 296, 298, 308. Pour une biographie de Mann, cf. Ellis (Henry), Original Letters of Eminent Literary Men, London : Amy Press, 1843, pp. 413-423. Sur Régley, cf. Wilhelm (Henry), Berlière (Ursmer) & Dubourg (Antoine), Nouveau supplément à l’histoire littéraire de la congrégation de Saint Maur, Gembloux : Duculot, 1931, 3 vol., vol. ii, p. 182.

919 Lettre de Needham à Bonnet, Paris, du 31 décembre 1768, in CBN, p. 263.

920 Lettre de Bonnet à Spallanzani, Genthod, du 15 août 1778, in CSp., vol. ii, p. 330.

921 Bonnet (Charles), Contemplation…, op. cit., t. i, p. iv.

922 Darnton (Robert), « La lecture rousseauiste… », art. cit., p. 193.

923 Bonnet (Charles), Contemplation…, op. cit., t. ii, p. 73.

924 Ibid., t. ii, p. 156.

925 Ibid., t. i, p. 219.

926 Ibid., t. ii, p. 78.

927 Ibid., t. ii, p. 155.

928 Ibid., t. ii, pp. 43-44.

929 Ibid., t. ii, pp. 65-66.

930 Ibid., t. i, p. 294.

931 Vuillemin (Nathalie), Les beautés de la nature…, op. cit., p. 293.

932 Bonnet (Charles), Essai analytique…, op. cit., 1760, p. 405.

933 Lettre de Voltaire à Spallanzani, Ferney, du 20 mai 1776, in CSp., vol. xi, p. 129.

934 Licoppe (Christian), « The Crystallization of a New Narrative Form in Experimental Reports (1660-1690). The Experimental Evidence as a Transaction between Philosophical Knowledge and Aristocratic Power », Science in Context, t. vii, 1994, pp. 205-244, pp. 239-241.

935 Cf. Mazzolini (Renato G.) & Roe (Shirley), Science against the Unbelievers, op. cit., pp. 39, 106, 314 ; Castellani (Carlo), Un itinerario culturale, op. cit., p. 72 ; Stefani (Marta), Corruzione e generazione, op. cit., pp. 163-164 ; Ferrucci (Maria), Percorsi formativi…, op. cit., p. 318.

936 Needham (John Turberville) [Notes], op. cit., p. 190.

937 Ibid., p. 200.

938 Needham (John Turberville), Nouvelles observations…, op. cit., p. 175, m. i.

939 Roffredi (Maurizio), « Lettre à M.r le C. D. S.… », art. cit., pp. 131-133.

940 Ibid., p. 120.

941 Ibid., p. 138. Cf. aussi pp. 118-120, 123, 134, 137.

942 Ibid., p. 130.

943 Ibid., p. 118.

944 Ibid., p. 150.

945 Ibid., p. 152.

946 Ibid., p. 131.

947 Voir Ricœur (Paul), La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris : Seuil, 2000, pp. 206-207.

948 Roffredi (Maurizio), « Lettre à M.r le C. D. S.… », art. cit., pp. 110-111. Les italiques sont de Roffredi.

949 Lettre de Needham à Bonnet, Turin, du 10 janvier 1761, in CBN, p. 195.

950 Needham (John Turberville), Nouvelles observations…, op. cit., p. 217, m. i. Ailleurs, il dit « reconnoitre combien je suis redevable à la pénétration de M. de Buffon », ibid., p. 184, et met en valeur son amitié, ibid., p. 203.

951 Needham (John Turberville) [Notes], op. cit., p. 142.

952 Ibid., p. 267.

953 Needham (John Turberville), Nouvelles recherches physiques et métaphysiques sur la nature et la religion…, Londres ; Paris : Lacombe, 1769, pp. 1-26.

954 Lettre de Needham à Bonnet, Bruxelles, du 28 septembre 1779, in CBN, p. 310.

955 Needham (John Turberville) [Notes], op. cit., p. 267.

956 Ibid., p. 267.

957 Lettre de Needham à Bonnet, Paris, du 14 décembre 1767, in CBN, p. 249.

958 Lettre de Spallanzani à Bonnet, Modène, du 6 juin 1766, in CSp., vol. ii, p. 65.

959 Voir Joseph (Gilbert), Buffon…, op. cit., pp. 231-235.

960 Hanson (Norwood Russell), Modèles de la découverte, op. cit., p. 40.

961 Stefani (Marta), Corruzione e generazione, op. cit., p. 29, m. t.

962 Ces citations, ibid., p. 30, m. t.

963 Ibid., p. 30, m. t.

964 Mazzolini (Renato G.) & Roe (Shirley), Science against the Unbelievers, op. cit., p. 53, m. t. Voir aussi p. 54, l’opposition entre Bonnet prudent en métaphysique et Needham généraliste.

965 Lettre de Needham à Bonnet, Paris, du 14 décembre 1767, in CBN, p. 249.

966 Needham (John Turberville) [Notes], op. cit., p. 231.

967 Ibid., p. 164.

968 Lettre de Needham à Bonnet, Paris, du 3 décembre 1768, in CBN, p. 260.

969 Lettre de Needham à Bonnet, Paris, du 31 décembre 1768, in CBN, p. 264. Sur cette peur du matérialisme, voir Mazzolini (Renato G.) & Roe (Shirley), Science against the Unbelievers, op. cit., p. 71.

970 Passeron (Jean-Claude), « La peur de “l’impensable” dans l’histoire des sciences », Revue européenne des sciences sociales, t. xxxviii, 2000, pp. 5-22, p. 8, a thématisé quelque chose de cette « peur intellectuelle, qui est d’abord abstention […selon quoi] il vaut fondamentalement mieux, ne pas toucher à ce problème-là, ne pas se poser cette question-là ».

971 Bonnet (Charles), Contemplation…, op. cit., t. i, p. lxvi. Cela n’a pas empêché que, pour les auteurs de 1780 à 1840, « l’indécision règne tant à propos des vues scientifiques de Bonnet que de son “matérialisme” », Marx (Jacques), Charles Bonnet…, op. cit., t. i, p. 396.

972 Allamand (Jean-Nicolas-Sébastien) [Notes], op. cit., p. 65.

973 La Mettrie (Julien Offray de), L’Homme plante, op. cit., p. 12.

974 Bonnet (Charles), Considérations…, op. cit., t. ii, pp. 214.

975 Needham (John Turberville) [Notes], op. cit., p. 224.

976 Lettre de Bonnet à Needham, Genthod, du 17 février 1770, in CBN, pp. 282-283.

977 Roffredi (Maurizio), « Lettre à M.r le C. D. S.… », art. cit., pp. 145-146.

978 Needham (John Turberville) [Notes], op. cit., p. 139.

979 Roffredi (Maurizio), « Lettre à M.r le C. D. S.… », art. cit., p. 120.

980 Needham (John Turberville) [Notes], op. cit., p. 175.

981 Roffredi (Maurizio), « Lettre à M.r le C. D. S.… », art. cit., p. 120.

982 Lignac (Joseph Adrien Lelarge de), Lettres à un Amériquain…, op. cit., vol. v, 12e lettre, p. 118.

983 Roffredi (Maurizio), « Lettre à M.r le C. D. S.… », art. cit., p. 134.

984 ibid., p. 133.

985 ibid., p. 133.

986 ibid., p. 143.

987 Lettre de Bonnet à Spallanzani, Genthod, du 18 janvier 1769, in CSp., vol. ii, p. 98.

988 Mazzolini (Renato G.) & Roe (Shirley), Science against the Unbelievers, op. cit., p. 46 : les Notes sont « often digressing into somewhat unrelated topics ».

989 Needham (John Turberville), Nouvelles observations…, op. cit., p. 181.

990 Needham (John Turberville) [Notes], op. cit., pp. 204-205.

991 Lettre de Bonnet à Needham, Genthod, du 8 avril 1769, in CBN, p. 269.

992 Needham (John Turberville), Nouvelles observations…, op. cit., p. 260.

993 Lettre de Needham à Bonnet, Paris, du 8 juin 1768, in CBN, p. 251.

994 Needham (John Turberville) [Notes], op. cit., p. 265.

995 Ibid., p. 266.

996 Roffredi (Maurizio), « Lettre à M.r le C. D. S.… », art. cit., p. 125.

997 Needham (John Turberville) [Notes], op. cit., p. 267.

998 Lettre de Haller à Bonnet, [s. l.], du 15 janvier 1769, in CHB, p. 797.

999 Spallanzani (Lazzaro), Opuscules de physique…, op. cit., vol. i, p. 221.

1000 Ibid., vol. i, p. 217.

1001 Ibid., vol. i, p. 18.

1002 Ibid., vol. i, p. 195.

1003 Ibid., vol. i, p. 196.

1004 Grafton (Anthony), Les origines tragiques de l’érudition. Une histoire de la note en bas de page, Paris : Seuil, 1998, 214 p.

1005 Spallanzani (Lazzaro), Opuscules de physique…, op. cit., vol. i, p. 3.

1006 Lettre de Spallanzani à Bonnet, Modène, du 6 juin 1767, in CSp., vol. ii, p. 61.

1007 Lettre de Bonnet à Spallanzani, « De ma Retraite », du 17 janvier 1771, in CSp., vol. ii, p. 146.

1008 Ibid., p. 147.

1009 Ibid., p. 147.

1010 Ibid., p. 147.

1011 Lettre de Bonnet à Spallanzani, Genthod, du 25 mars 1775, in CSp., vol. ii, p. 256.

1012 Lynch (Michael), « Wittgenstein, règles et épistémologie » [trad. par Engrand Sylvie, Leclerc-Olive Michèle et Soudan Cécile], Rue Descartes, t. xxxi, 2001, pp. 11-59, ici p. 43. Lynch se base ici sur les travaux de Gordon Baker et Peter Hacker et sur l’ethnométhodologie de Garfinkel et Sacks.

1013 Spallanzani (Lazzaro), Opuscules de physique…, op. cit., vol. i, p. 252.

1014 Ibid., vol. i, p. 156.

1015 Ibid., vol. i, p. 39.

1016 Ibid., vol. i, p. 217.

1017 Ibid., vol. i, p. 221.

1018 Ibid., vol. i, p. 251.

1019 Ibid., vol. i, p. 18.

1020 Ibid., vol. i, p. 242. La chose est relayée par Bonnet dans les notes ajoutées aux Considérations : Bonnet (Charles), Considérations…, in Bonnet (Charles), Œuvres…, op cit., 1779, t. vi, p. 338 : Needham « ne concevait point qu’on pût concilier dans l’Animal, l’existence d’une Ame immatérielle avec la propriété de pouvoir être multipliée de bouture, ni avec celle de multiplier par division naturelle ».

1021 Lettre de Senebier à Spallanzani, Genève, du 13 août 1776, in CSp., vol. viii, p. 9 : « idées romanesques des Needham » ; lettre de Scarpa à Spallanzani, Modène, du 30 mars 1776, in CSp., vol. vii, p. 340 : « il serait désormais temps que Needham se convertisse et se montre finalement un animal raisonnable », m. t. ; lettre de Testa Curioni à Spallanzani, Ferrara, du 7 octobre 1776, in CSp., vol. x, p. 64 : Needham « aura gémi sur les ruines de son grand édifice », m. t.

1022 Lettre de Bonnet à Spallanzani, « De ma Retraite », du 17 janvier 1771, in CSp., vol. ii, p. 146.

1023 Lettre de Caldani à Spallanzani, Padoue, du 22 juin 1776, in CSp., vol. iii, p. 196, m. t.

1024 Lettre de Bonnet à Needham, Genève, du 20 février 1761, in CBN, p. 197.

1025 Spallanzani (Lazzaro), Opuscules de physique…, op. cit., vol. ii, p. 74.

© Publications scientifiques du Muséum, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search