Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cuvier’s History of the Natural Sciences

 | 
Georges Cuvier

7. Seventeenth-century Advances in Mineralogy

19. Contributions des voyageurs, progrès en minéralogie, et résumé

Texte intégral

Coda-pana Planche extraite de l’Hortus indicus Malabaricus… de Rheede (1678-1703) Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.

1Messieurs,

  • 1 [Tournefort, voir Leçon 13, note 31.]

2Dans la dernière séance nous avons conduit l’histoire de la botanique, pour ce qui concerne les systèmes, les méthodes de distribution, jusqu’à l’époque de Tournefort1. Pour terminer cette histoire, nous avons seulement à ajouter quelques mots sur les voyageurs qui ont enrichi la science de leurs découvertes.

  • 2 [Charles Plumier (né le 20 avril 1646 à Marseille ; mort le 20 novembre 1704 au couvent des Minime (...)
  • 3 [L’Art de tourner, ou de faire en perfection toutes sortes d’ouvrages au tour, Lyon : Jean Certe, (...)
  • 4 [Paolo Silvio Boccone (né le 24 avril 1633 à Palerme ; mort le 22 décembre 1704 à Altofonte), bota (...)
  • 5 [Pierre Joseph Garidel (né le 1er août 1658 à Manosque ; mort le 6 juin 1737 à Aix-en-Provence), b (...)
  • 6 [Les Îles d’Hyères sont un ensemble de quatre îles en Méditerranée au large de la ville d’Hyères d (...)
  • 7 [Louis XIV, voir Leçon 8, note 86.]
  • 8 [Plumier partit pour les Caraïbes en 1689 et alla en Haïti et en Martinique où, pendant un séjour (...)

3Nous placerons en première ligne Charles Plumier2, religieux minime, qui était né à Marseille en 1646. Il avait de l’habileté dans presque tous les arts ; il était bon peintre, bon opticien et exerçait même l’art du tour3. Son instruction en botanique lui avait été donnée à Rome par Boccone4. Il était l’ami de Tournefort et de Garidel5. Ses premières recherches furent faites dans son propre pays ; il visita les îles d’Hyères6, les côtes de la Provence et celles du Languedoc. En 1690, il fut envoyé par Louis XIV7 dans les Antilles, où il resta quelques années ; il y fit deux autres voyages8. En 1704, il était au port de Sainte-Marie, près de Cadix, sur le point d’en commencer un quatrième, lorsqu’il fut atteint d’une pleurésie dont il mourut.

  • 9 [Les travaux botaniques de Plumier incluent : Description des plantes de l’Amérique, avec leurs fi (...)

4De son vivant il a donné plusieurs ouvrages précieux, entre autres une description des plantes d’Amérique, qui est de 1693 ; un second ouvrage intitulé : Nova plantarum Americanarum genera, qui parut en 1703, et forme un supplément de Tournefort ; enfin un superbe ouvrage sur les fougères d’Amérique, qui est de 1705, et qui, par conséquent, ne parut qu’après sa mort9.

  • 10 [Jussieu, voir Leçon 7, note 156.]

5Plumier avait laissé un très grand nombre de manuscrits dont plusieurs étaient fort précieux ; mais ses confrères d’ordre, parmi lesquels il n’y avait ni botaniste, ni naturaliste, en firent très peu de cas. À l’époque de la révolution, lorsqu’on visita les couvents et qu’on enleva les bibliothèques des moines, on trouva quelques-uns de ces manuscrits qui leur servaient de tabourets auprès du feu. M. de Jussieu10 les fit transporter au cabinet du Jardin du Roi et déposer dans la bibliothèque.

6Plumier ayant décrit les fougères arborescentes, dont les analogues, les espèces les plus voisines, se trouvent dans les très anciennes mines de houille, ses recherches ont été utiles non seulement à la botanique, mais aussi à la partie de la géologie qui traite des plantes fossiles.

  • 11 [Henri Adrian Van-Rheede de Draakenstein (né le 13 avril 1636 à Amsterdam ; mort le 15 décembre 16 (...)
  • 12 [Hortus Indicus Malabaricus, continens regni Malabarici apud Indos cereberrimi onmis generis plant (...)

7Le voyageur qu’on peut mettre à côté de Plumier pour la science, mais qui doit être mis au-dessus de lui à cause de l’importance de l’ouvrage qu’il a publié, est Henri Van-Rheede, de Draakenstein11, noble de la province d’Utrecht, qui fut gouverneur des établissements hollandais sur la côte du Malabar. Il publia à son retour de ce pays un recueil de plantes, en douze volumes in-folio, intitulé : Hortus indicus Malabaricus12. Pendant tout le temps qu’il avait exercé son autorité de gouverneur il s’était fait apporter des plantes, les avait fait peindre sous ses yeux, s’était fait donner par les bramines tout ce qu’ils savaient à leur égard, et avait fait traduire par des interprètes intelligents tous ces documents. Ils furent ensuite confiés, en Europe, à des botanistes savants qui rédigèrent les descriptions et firent du tout un corps d’ouvrage qui, aujourd’hui encore, est le plus précieux que nous ayons pour la connaissance des plantes de l’Inde. Toutes les monocotylédones, si brillantes dans ce pays, sont représentées dans l’ouvrage de Van-Rheede sous un très grand format, et souvent avec beaucoup de détails ; cependant il n’y existe pas cette précision qu’on désire aujourd’hui.

  • 13 [Sloane, voir Leçon 6, note 68.]
  • 14 [Christopher Monck, deuxième Duc d’Albemarle (né le 14 août 1653 à Londres ; mort le 6 octobre 168 (...)
  • 15 [A voyage to the islands Madera, Barbados, Nieves, S. Christophers and Jamaica : with the natural (...)

8Hans Sloane13 est le troisième voyageur dont nous parlerons. Il était né en 1660, à Killileagh, dans le comté de Down, en Irlande. Médecin, en 1687, du duc d’Albemarle14, gouverneur de la Jamaïque, il y passa une année, et pendant ce court espace de temps il fit plusieurs collections de plantes, d’animaux, en un mot, de tout ce qui se rattachait à l’histoire naturelle de cette grande île. Après son retour il continua de recevoir, par ses correspondants, des matériaux pour l’ouvrage qu’il publia sous le titre d’Histoire naturelle de la Jamaïque15. On y remarque plus de trois cents planches, représentant une foule d’arbres et autres plantes de la zone torride.

9Hans Sloane mourut en 1753, âgé de quatre-vingt-treize ans. Il avait été membre de la Société royale de Londres, et son président pendant trente ou quarante ans.

  • 16 [Jacques Barrelier (né en 1606 à Paris ; mort le 17 septembre 1673 à Paris), biologiste français e (...)

10Les ouvrages dont je viens de parler sont les principaux qui furent publiés à l’époque que nous explorons, sur les productions des pays étrangers ; mais il en parut un plus grand nombre sur diverses parties de l’Europe. Chaque pays eut, en quelque façon, son botaniste : ainsi l’on vit paraître en Allemagne des flores pour presque toutes les universités ; il en fut publié aussi en France de très importantes, surtout pour le midi de la France, que nous devons à Barrelier, et qui forment un recueil très précieux contenant mille trois cent quatre-vingt-douze figures. Barrelier16 était médecin à Paris, mais il s’était fait dominicain, et c’est en cette qualité qu’il fit ses nombreux voyages dans tout le midi de l’Europe.

  • 17 [Boccone, voir note 4, ci-dessus.]
  • 18 [Grand-Duc de Toscane (né le 12 juin 1519 à Florence ; mort le 21 avril 1574 à Florence), deuxième (...)

11Un autre dominicain dont j’ai parlé en zoologie, Sylvius-Paul Boccone, de Palerme17, qui était botaniste du grand-duc de Toscane18 et voyagea dans presque toute l’Europe, a donné un recueil des plantes rares du midi de cette partie du monde, qui peut être mis à côté de l’ouvrage de Barrelier. On prétendit qu’il avait pillé une partie des observations de ce dernier botaniste, qui ne furent publiées qu’après sa mort ; mais je reviendrai sur ce sujet lorsque je traiterai de l’histoire de la botanique pendant le dix-huitième siècle. Nous reverrons aussi tous ces ouvrages, qui ont formé la base et les principaux matériaux de ceux du siècle suivant.

12Je vais maintenant vous dire en peu de mots ce qui a été fait pour la minéralogie et la géologie à la fin du dix-septième siècle.

  • 19 [André Césalpin, également connu sous le nom d’Andrea Cesalpino ou Andreas Caesalpinus (né en 1524 (...)

13Ce temps a fourni peu de minéralogistes proprement dits, et même, à parler rigoureusement, il n’en a pas produit de véritables. Le système de Césalpin19 et ceux de quelques minéralogistes allemands et suédois furent adoptés, et l’on n’en fit pas d’autres. La connaissance des différentes espèces de minéraux a aussi été fort peu augmentée à l’époque dont nous parlons. Mais on s’y est beaucoup occupé des pierres figurées, des pétrifications et des fossiles.

  • 20 [Bernard Palissy (né c. 1510 ; mort c. 1590 à Paris), Huguenot français, potier, ingénieur hydraul (...)
  • 21 [Augustin Scilla (né le 10 août 1629 à Messine ; mort le 31 mai 1700 à Rome), peintre italien, pal (...)
  • 22 [Les glossopètres sont de grandes dents fossilisées de requins de forme triangulaire que certains (...)

14Vous vous rappelez que le premier qui ait soutenu que les coquilles fossiles, les ossements fossiles et les autres objets terrestres qui représentent par leur figure, par leur tissu, des parties d’animaux, provenaient réellement d’êtres organisés, est Bernard de Palissy20, ce potier de terre qui, le premier aussi en France, fit des livres sur l’histoire des minéraux. Son opinion fut combattue longtemps, même pendant le dix-huitième siècle ; mais dans le dix-septième, à l’époque dont nous parlons, elle fut soutenue avec beaucoup de force par Augustin Scilla21, peintre napolitain qui était en même temps poète, dans un ouvrage intitulé : La vana speculazione disingannata dal senso : Lettera risponsiva circa i corpi marini, che petrificati si ritrovano in varii luoghi terrestri (les vaines hypothèses détrompées par l’observation). Cet ouvrage, qui parut à Naples en 1670, est extrêmement remarquable, quoiqu’il ne soit pas d’un naturaliste de profession. Comme l’auteur était artiste, il y a représenté avec beaucoup d’exactitude les parties des animaux qu’il prétendait être les originaux et les analogues des fossiles dont il traitait ; Il y a représenté, par exemple, des dents de requin et de différentes espèces de squales ; il a placé à côté, des figures de glossopètres22, ces espèces de pétrifications auxquelles on donnait le nom de langues de serpents, et il a prouvé que c’étaient des dents de squales. Il a agi de même à l’égard de plusieurs autres matières tirées des corps organisés, et son ouvrage a acquis ainsi une grande importance.

  • 23 [Martin Lister (né le 12 avril 1639 à Radcliffe, Buckinghamshire ; mort le 2 février 1712 à Epsom, (...)
  • 24 [Edward Lhuyde ou Eduardus Luidius (né en 1660 à Loppington, Shropshire ; mort le 30 juin 1709 à O (...)
  • 25 [Aldrovande, voir Leçon 4, note 31.]

15Cependant il s’en faut de beaucoup que Scilla ait alors convaincu tout le monde. Lister23, par exemple, quoique grand anatomiste et grand naturaliste, du moins pour la partie des coquilles, puisque son ouvrage est encore aujourd’hui un des plus parfaits qu’on ait sur ces objets, Lister croyait que les coquilles pétrifiées n’étaient que de simples minéraux ; et même un compatriote de Lister, Edward Lhuyde24, qui a donné, en 1699, un traité sur les pétrifications de la Grande-Bretagne, intitulé : Lithoplylacii Britannici ichnographia, y énonça d’une manière, pour ainsi dire positive, que les semences des êtres vivants pouvaient être transportées par les eaux ou par les airs dans des lieux humides où se rencontraient toutes les autres circonstances favorables à leur développement, et produire ainsi, non pas des êtres tout à fait parfaits, comme ceux dont elles émanaient, mais des ébauches de ces êtres. C’est par ce système ridicule qu’il cherchait à expliquer l’existence des coquilles fossiles dans l’intérieur de la terre. Mais vous comprenez qu’on était beaucoup trop avancé alors pour que de pareilles explications fussent admises généralement. Les recherches de Palissy, d’Aldrovande25 et de Scilla avaient clairement établi que les pétrifications avaient appartenu à des êtres vivants.

16Cette dernière opinion étant adoptée par les philosophes, il était naturel qu’on se jetât dans des hypothèses, dans des suppositions, pour expliquer comment des débris innombrables de corps organisés se trouvaient enfouis dans les couches de la terre les plus élevées, comme celles des hautes montagnes, et dans les plus grandes profondeurs. Ces recherches firent naître la géologie.

  • 26 [Agricola, voir Leçon 9, note 18.]
  • 27 [Les alluvions sont des sédiments ou débris comprenant en général de fines particules de vase et d (...)
  • 28 [Platon, voir Tome 1, Leçon 5.]

17Jusque-là les minéraux avaient été étudiés en eux-mêmes ; tout au plus avait-on cherché à déterminer les lois de leur position. Ainsi, lorsque je vous ai fait l’analyse des travaux d’Agricola26, dans lesquels il traite des minéraux utiles à l’homme, vous avez vu que parmi les règles qu’il prescrit aux mineurs il en est qui tiennent à la position des minéraux ; qu’il leur apprend que dans telle ou telle espèce de terrain il est inutile d’en chercher, puisqu’on n’y en trouve pas ; que l’expérience a démontré que tel ou tel genre de montagnes, telle ou telle disposition de couches sont, au contraire, une indication suffisante de recherche : c’est bien là de la géognosie, c’est-à-dire l’histoire de la position relative des minéraux dans la terre ; mais on n’avait pas encore eu l’idée de chercher comment ces minéraux y avaient été placés. On supposait, en quelque façon, que la terre avait été formée de toutes pièces et simultanément, et que chaque minéral était toujours resté à la place où il avait été mis à son origine. L’idée de succession dans l’arrangement des couches n’était pas encore générale ; tout au plus l’appliquait-on aux couches tout à fait récentes. Mais à cet égard même on avait déjà été devancé par les philosophes de l’antiquité, puisque nous avons vu des idées d’alluvion27 et autres de ce genre dans les ouvrages de Platon28.

18À l’époque dont nous parlons, le sujet devint plus profond, plus compliqué ; il ne s’agissait plus d’expliquer seulement les petits changements qui pouvaient avoir eu lieu à la surface, par suite des pluies et des autres causes agissant encore actuellement, il y avait à pénétrer dans les profondeurs du globe, à considérer l’arrangement respectif des minéraux et à rechercher comment cet arrangement avait pu s’effectuer.

  • 29 [Thomas Burnet (né c. 1635 à Croft près de Darlington ; mort le 27 septembre 1715 à Godalming, Sur (...)
  • 30 [Guillaume III, voir Leçon 8, note 86.]
  • 31 [Telluris theoria sacra, originem et mutationes generales orbis nostri, quas aut jam subiit, aut o (...)
  • 32 [Le déluge, ou le mythe du déluge, est un récit dans lequel une immense inondation, souvent créée (...)

19Déjà, à la fin de cette époque, nous trouvons plusieurs systèmes de ce qu’on a nommé géologie par opposition à la géognosie. Mais cette dernière science, qui doit servir de base à la première, était si peu avancée qu’elle n’existait pour ainsi dire pas, si ce n’est par rapport aux veines des montagnes. Il était donc naturel que la géologie fût encore fort grossière. C’est aussi ce que l’on voit dans une des premières théories de la terre, dans celle de Thomas Burnet29, qui était secrétaire et chapelain de Guillaume III30. Burnet naquit en 1635, et mourut en 1715. Sa théorie de la terre, qui date de 1681, est tout à fait fondée sur l’historique du premier chapitre de la Genèse ; elle est intitulée : Telluris theoria sacra31. Elle comprend l’origine du globe, les modifications qu’il avait éprouvées de son temps et celles qu’il éprouvera un jour. Elle est divisée en deux parties ; la première est subdivisée en deux livres. Dans la première partie, Burnet traite du déluge32 ; dans la seconde, de la conflagration future du globe. Selon lui, la terre fut d’abord fluide ; les matières solides et pesantes se précipitèrent vers le centre et formèrent le noyau ; les matières plus légères entourèrent ce noyau, et c’est dans l’eau qui enveloppait cet ensemble que se formèrent successivement les différents animaux dont les dépouilles sont aujourd’hui dans les couches de la terre. La plupart de ces animaux sont, en effet, des animaux marins. L’eau fut elle-même enveloppée d’une couche d’huile, et cette couche étant consolidée par des parcelles de matière qui étaient restées dans l’atmosphère et qui retombèrent, il en résulta une espèce de croûte de nature terreuse.

20Tel fut le premier séjour de l’homme ; la terre alors était plate, il n’y avait ni montagnes, ni rochers ; sa nature huileuse la rendait fertile en biens de tous genres ; c’était le séjour le plus heureux qu’on puisse imaginer, le paradis terrestre en quelque façon. Mais enfin ce n’était qu’une mince croûte suspendue sur l’abîme ; le soleil fendit cette croûte ; elle tomba dans l’eau qui était dessous, et il en résulta ce qu’on a appelé le déluge. Les fragments de la croûte du globe se trouvèrent placés d’une manière fort irrégulière après cette révolution. Ce fut l’origine des montagnes qui laissèrent entre elles des vides, des cavités où les liquides s’écoulèrent ; ce sont ces cavités qu’on appelle la mer. Mais le soleil pompe sans cesse les eaux ; il dessèche le globe peu à peu ; lorsque toutes les eaux en auront ainsi été enlevées, le feu central se fera jour et produira la conflagration générale.

21Il est inutile de s’arrêter à réfuter ces suppositions ; vous voyez combien elles sont peu appuyées sur les faits.

  • 33 [Ray, voir Leçon 3, note 94.]
  • 34 [Miscellaneous discourses concerning the dissolution and changes of the world : wherein the primit (...)
  • 35 [Three physico-theological discourses concerning the primitive chaos and creation of the world ; t (...)

22Cependant un homme d’un grand mérite dans un autre genre, et dont j’ai souvent parlé en traitant des diverses branches de l’histoire naturelle, Jean Ray33, suivit à peu près des idées de cette nature dans ses trois discours physico-théologiques sur la création du monde, sur le déluge universel, sur la dissolution du globe et sa future conflagration. Mais c’était plutôt comme ecclésiastique que comme naturaliste qu’il avait écrit ces discours. Le premier a été publié à Londres, en 169234, et les autres en 169735.

  • 36 [Newton, voir Leçon 11, note 37.]
  • 37 [Leibnitz, voir Tome 1, Leçon 6, note 22.]
  • 38 [« Protogaea, sive de prima facie telluris et antiquissimae historiae vestigiis in ipsis naturae m (...)
  • 39 [Actes de Leipsick, ou Acta Eruditorum Lipsiensium (rapports ou comptes rendus d’experts), premier (...)
  • 40 [Descartes, voir Tome 1, Leçon 6, note 7.]
  • 41 [Buffon, voir Tome 1, Leçon 7, note 39.]

23La géologie occupait alors tellement les esprits qu’un des plus grands philosophes de cette époque, le seul même qui puisse mériter d’être mis à côté de Newton36, Leibnitz37, donna aussi une théorie de la terre qui est intitulée : Protogæa38, c’est-à-dire la terre primitive. Cette théorie formait l’introduction de l’histoire que Leibnitz devait donner du pays d’Hanovre et de celui de Brunswick, dont il était alors bibliothécaire. Il faisait, comme vous voyez, remonter son histoire bien haut ; il fallait qu’il donnât les changements que le globe avait éprouvés avant que l’espèce humaine l’habitât. Cette petite dissertation est imprimée dans les Actes de Leipsick de 168339. Elle est remarquable en ce que, d’une part, elle dérive des hypothèses de Descartes40, et que, de l’autre, elle a donné naissance à celles de Buffon41 ; car le système de ce dernier est presque entièrement fondé sur celui de Leibnitz.

  • 42 [Burnet, voir notes 29 et 31, ci-dessus.]

24Ainsi que je vous l’ai déjà dit, Descartes se représentait les planètes comme des soleils éteints ou encroûtés ; il supposait que des matières qui n’étaient plus susceptibles de combustion s’étaient accumulées à la surface d’un certain nombre d’astres ; que la chaleur qui les enflammait d’abord était restée au centre, et constituait le feu central des planètes. On peut même dire qu’à cet égard Descartes est le plus ancien des géologistes, puisqu’il a précédé Burnet42 ; mais il n’a pas poussé son hypothèse plus loin pour les détails.

  • 43 [Vitrifier ou devenir vitrifié, transformation en verre ou en substance vitrifiée par un procédé d (...)

25Leibnitz partit de ces idées de Descartes pour expliquer la composition du noyau terrestre qui, autant qu’on peut le savoir par les grandes profondeurs auxquelles on est descendu, est d’une nature qu’on a appelée vitrifiée43. Mais ce mot n’est pas juste, car les granits, les quartz sont bien vitrifiables, mais ils ne sont pas vitrifiés. Cette erreur, cependant, s’est perpétuée jusque dans les ouvrages de Buffon.

26Le globe, suivant Leibnitz, étant enveloppé d’une matière qui n’était plus combustible, sa superficie dut se refroidir par degrés, car le feu central n’était pas assez puissant pour empêcher ce refroidissement. Les vapeurs qui avaient été élevées dans l’atmosphère par l’excessive chaleur du globe lorsqu’il était soleil, retombèrent alors sur sa surface et formèrent les mers. Celles-ci, en attaquant les différentes parties du noyau vitrifiable, changèrent successivement de nature et déposèrent les montagnes secondaires. C’est aussi dans l’intérieur de ces mers qu’ont vécu tous les animaux dont les dépouilles ont été enveloppées par les dépôts dont je viens de parler.

27Ces hypothèses sont ce qu’on pouvait imaginer de mieux dans l’état des connaissances de ce temps. On y voit le germe des divisions des terrains en terrains primitifs et en terrains secondaires, divisions qui sont une des bases de la géognosie et de la géologie, par conséquent.

  • 44 [William Whiston (né le 9 décembre 1667 à Leicestershire, Angleterre ; mort le 22 août 1752 à Lynd (...)

28Un élève de Newton, mais qui n’était pas doué de toute la rigueur de son esprit et de son raisonnement, William Whiston44, donna quelque temps après Leibnitz une nouvelle théorie de la terre intitulée : A new theory of the earth ; elle fut imprimée à Londres en 1698. Comme toutes celles de ce temps, cette théorie prétend embrasser non seulement l’explication des phénomènes que la terre nous présente, mais encore l’explication des phénomènes qui sont racontés dans la Genèse. L’auteur suppose donc que le chaos, dont la terre est sortie, était l’atmosphère d’une comète qui, marchant dans une ellipse très allongée, et étant exposée à de grandes chaleurs et à de grands froids, ne permettait pas l’existence d’êtres organisés. Mais la main du tout-puissant l’ayant contrainte de se renfermer dans une orbite plus circulaire, il en résulta que la différence des saisons ne fut plus aussi grande, et que la vie commença. Les matières se rangèrent d’après leur pesanteur et le noyau conserva une partie de sa chaleur ; car l’idée du feu central était alors tellement adoptée, que c’était une condition nécessaire de tout système. Ce noyau fut entouré du fluide le plus pesant, puis d’eau, puis d’air. Les matières les plus légères formèrent des élévations qui donnèrent lieu à de petits lacs avant l’existence de l’océan, qui ne fut formé qu’après le déluge.

29Ce système est plus raisonnable que celui de Burnet : on ne peut pas concevoir comment celui-ci a pu imaginer que les phénomènes de la végétation auraient été possibles dans l’état où il suppose la terre. La théorie de Whiston est un progrès ; les petits lacs, les élévations, les parties basses et un certain mouvement dans les eaux permettent l’existence d’êtres organisés.

30Mais le bonheur dont jouissaient ces êtres les rendit tous criminels, et ils furent noyés par la queue d’une seconde comète, qui produisit le déluge.

31L’abîme qui était sous la croûte terrestre, en s’ouvrant, éleva les montagnes, surtout vers l’équateur ; mais par cela même cette enveloppe fut dilatée, et elle put recevoir les eaux du déluge dans les cavités qui en résultèrent, quand la comète fut retirée.

  • 45 [Il s’agit en fait de la Grande Comète de 1680, également appelée la Comète de Kirch ou la Comète (...)

32Les comètes jouent un grand rôle dans toutes les théories géologiques de cette époque, parce que la comète de 168145 avait frappé tous les esprits et avait donné lieu à des écrits et à des spéculations de la part des astronomes et des physiciens : ils avaient voulu découvrir quels seraient les effets de cette comète sur la terre, si elle en approchait trop. Le système de Whiston est uniquement fondé sur ce phénomène astronomique.

  • 46 [John Woodward (né le 1er mai 1665 à Derbyshire ; mort le 25 avril 1728 à Londres), naturaliste, a (...)

33En 1699, presque immédiatement après cette théorie, parut celle de Woodward46, sous le titre d’Essais sur l’histoire naturelle de la terre et des corps terrestres. Son objet est encore d’expliquer l’état actuel des choses conformément aux récits de la Genèse. Ainsi, selon Woodward, le déluge résulta de ce que les eaux qui étaient contenues dans l’abîme se répandirent à la voix de Dieu. Elles délayèrent toute la masse du globe, et les corps organisés qui existaient alors trouvant ainsi les masses des minéraux amollies comme une bouillie, pénétrèrent dans cette masse pâteuse.

34Mais il était naturel de se demander comment, puisque tout avait été ramolli, les corps organisés ne l’avaient pas été ; comment ils avaient pu conserver une dureté que les granits et les autres roches n’avaient pas conservée. À cette objection Woodward répond que les corps organisés ont une force de cohésion différente de celle des corps inorganiques. Cette hypothèse de Woodward est moins soutenable que toutes les autres.

35Mais ce géologiste eut le mérite de bien développer l’histoire des couches de la terre, et il établit peut-être mieux que ses prédécesseurs que les pétrifications ne sont pas des jeux de la nature. Néanmoins il a commis quelques erreurs de faits dans son système ; il ne distingue pas les montagnes primitives des montagnes secondaires, et croyait qu’il existait des pétrifications dans toutes. C’est un côté faible par lequel il était possible de l’attaquer.

36Nous voilà, messieurs, tout à fait à la fin de l’espace que nous avons consacré à ce cours. Si nous voulons porter nos regards en arrière, nous reverrons d’une manière très abrégée l’histoire que j’ai l’honneur de vous exposer depuis sept ou huit mois.

37Vous avez pu remarquer que l’espace pendant lequel les hommes se sont occupés des sciences d’une manière qui ait laissé des traces, se réduit à quatre mille ans ; que même dans ces quatre mille ans, il y en a plus de deux mille dont nous n’avons guère de monuments positifs, et dont l’histoire ne nous est presque connue que par des conjectures.

38Ainsi, nous avons vu les sciences naître dans l’Inde ; nous les avons vues se propager en Égypte, en Chaldée, en Perse ; nous avons remarqué même que leur partie pratique, c’est-à-dire ce qui tient à l’astronomie, à la géométrie, aux arts chimiques, et tout ce qui peut servir à l’embellissement des demeures, des vêtements de l’homme, en un mot, aux agréments de sa vie, avait fait des progrès assez rapides ; qu’il s’y était joint quelques idées d’anatomie et d’histoire naturelle ; mais que le tout était lié par une théorie métaphysique et panthéistique dont les prêtres paraissent s’être réservé le secret, et qu’ils avaient exposée au peuple par des emblèmes et comme formant sa religion. Cette religion populaire fut la seule que transportèrent dans les pays où elles s’établirent les colonies qui partirent, soit de l’Égypte, soit des autres contrées où régnait le même système de sciences.

39Mais nous ne connaissons pas les colonies que doivent avoir formées les Indiens et les Assyriens.

  • 47 [Moïse, voir Tome 1, Leçon 3, notes 20 et 23.]
  • 48 [Zoroastre (mort en 583 avant J. C. à Balkh en Afghanistan), connu également sous le nom de Zarath (...)
  • 49 [Cadmus, voir Tome 1, Leçon 4, note 1.]

40Nous avons vu que les colonies connues datent, d’après les diverses chronologies des peuples, de mille cinq cents ans avant J.-C. ; c’est l’époque de Moïse47, de Zoroastre48, de Cadmus49, qui venait, non pas d’Égypte, mais de Phénicie. Tous les hommes qui ont commencé à porter les germes de la civilisation parmi les sauvages de la Grèce et de l’Italie datent de cette époque, et sont tout au plus à deux siècles de distance les uns des autres.

41Ils n’apportèrent pas avec eux les systèmes philosophiques qui paraissent avoir régné parmi la caste héréditaire des prêtres dans les pays d’où ils venaient. Cette singularité ne peut s’expliquer qu’en supposant que dans ces pays les prêtres s’étaient réservé, comme nous le voyons encore aujourd’hui dans les Indes, le privilège de lire les livres sacrés, et qu’ils n’en donnaient des idées au peuple que sous des emblèmes grossiers et monstrueux à divers égards. Les premiers colons égyptiens n’emportèrent, comme je l’ai dit, que la religion populaire. Il n’exista de corps de sciences parmi ces peuples que lorsqu’elles leur eurent été apportées par des philosophes, des pays où elles avaient été conservées.

42L’intervalle existant entre les premiers germes de civilisation, qui remontent à mille cinq cents ans avant J.-C., et la naissance en Grèce de la vraie philosophie, qui eut lieu six cents ans avant J.-C., est un intervalle dans lequel l’esprit des peuples de la Grèce se développa d’une manière particulière, et qu’on peut nommer poétique. Ce ne fut pas la philosophie des sciences qui les occupa, mais les arts qui contribuent aux jouissances de la vie. L’observation des principaux phénomènes de la nature donna chez eux naissance à des ouvrages poétiques, qui n’en sont pas moins très dignes de remarque, que tout le monde connaît, et qu’il est, par conséquent, inutile de rappeler.

43À la dernière époque dont nous venons de parler, c’est-à-dire six cents ans avant J.- C., de nouvelles révolutions arrivées en Égypte ouvrirent ce pays aux Grecs. Ceux-ci, qui avaient acquis beaucoup de développement, qui avaient déjà de grands poètes, qui avaient aussi une agriculture assez étendue, dont le commerce était considérable, enfin qui formaient une nation assez riche, quoiqu’ils ne se fussent pas encore occupés d’études philosophiques, se transportèrent avec empressement dans des contrées où ils croyaient pouvoir puiser des connaissances plus profondes. La réputation des prêtres égyptiens était très grande parmi eux, et remontait à l’époque même où ils en avaient reçu leur religion.

  • 50 [Thalès, voir Tome 1, Leçon 1, note 6.]
  • 51 [Pythagore, voir Tome 1, Leçon 3, note 5.]
  • 52 [La grande Grèce est le nom donné aux régions côtières du sud de l’Italie et de la Sicile où les G (...)

44Ce fut Thalès50 qui, environ six cents ans avant J.-C., apporta le premier en Grèce les doctrines philosophiques de l’Égypte. Cette époque est aussi à peu près celle de Pythagore51 et de quelques autres philosophes qui répandirent ces doctrines dans la Grèce italienne ou grande Grèce52. Elles furent communiquées à tous ceux qui voulurent s’en instruire ; car il n’y avait point, dans ce pays de caste héréditaire, d’ordre particulier de prêtres, jouissant de grands privilèges et se réservant le secret des connaissances ; il n’y avait que quelques endroits où, d’après les idées égyptiennes, quelques familles étaient chargées spécialement de certains cultes.

45De cette propagation sans restriction des connaissances acquises naquirent plusieurs systèmes plus ou moins bizarres ; mais de là aussi résulta une liberté entière dans l’invention et dans l’exposition du dogme, et des progrès qui auraient été impossibles en Égypte, comme ils le sont encore aujourd’hui dans les Indes, où l’ordre sacerdotal domine avec privilège.

  • 53 [La secte ionique est un système de croyance religieux, politique et philosophique fondé en Ionie (...)

46Les différentes sectes philosophiques vous ont été énumérées ; vous avez vu que les unes s’attachèrent davantage à la physique, et les autres aux questions de métaphysique absolue. Parmi celles qui se livrèrent à des spéculations de physique, vous avez pu remarquer la secte ïonique, fondée par Thalès53. Au lieu de s’attacher à étudier la nature par des expériences, ou à en constater les lois par des inductions, les membres de cette école se jetèrent presque tous dans des hypothèses plus ou moins bizarres, dans des principes généraux dont ils prétendirent ensuite déduire, par le raisonnement, les premiers phénomènes particuliers. L’un faisait tout sortir de l’air, un autre de l’eau, celui-ci du feu, celui-là de la terre.

  • 54 [Anaxagore, voir Tome 1, Leçon 4, note 44.]
  • 55 [Socrate, voir Tome 1, Leçon 6.]

47Anaxagore54 apporta, un peu plus de quarante ans après, le dogme de la philosophie ïonique à Athènes. Dans le même temps, les philosophes de la grande Grèce y apportèrent les principes et les opinions des philosophes pythagoriciens. De la combinaison de ces deux philosophies et des nouvelles idées qu’elles purent faire naître, résulta ce qu’on appellerait improprement l’école de Socrate55 ; car ce grand homme n’a pas créé de philosophie ; il a plutôt comparé tous les systèmes des philosophes, et a laissé la liberté du choix à ses auditeurs.

  • 56 [Timée de Platon, voir Tome 1, Leçon 5.]

48De la combinaison dont nous venons de parler résultèrent aussi plusieurs sectes nouvelles, parmi lesquelles nous avons distingué celle des platoniciens, qui avait en partie les idées des pythagoriciens qu’elle avait combinées avec d’autres, mais qui, pour ne parler que de ce qui nous concerne, s’était encore beaucoup trop livrée à des hypothèses dans toutes les parties de la physique. Ainsi, vous avez vu le premier système d’histoire naturelle proprement dite dans le Timée de Platon56 ; vous y avez vu la physiologie, la géologie, toutes les parties de la physique disposées méthodiquement ; mais tout cela était déduit d’hypothèses métaphysiques qui sont aujourd’hui insoutenables.

  • 57 [Aristote, voir Tome 1, Leçons 7 et 8.]

49Cependant l’impulsion que donna le Timée fut telle qu’immédiatement après cet ouvrage, le premier élève de Platon, le premier philosophe qui ait écrit après lui, composa un traité presque complet sur toutes les parties des sciences philosophiques57. Aristote, qui était né en 384 et mort en 322 avant J.-C., donne en effet dans ses ouvrages une physique, une astronomie, une physiologie, une zoologie et une botanique, et même plusieurs lambeaux de toutes les autres sciences physiques. La méthode en est tout à fait contraire à celle de son maître, parce que ses idées métaphysiques étaient aussi entièrement opposées aux siennes. Platon attribuait aux idées générales une existence absolue, indépendante des idées que nous acquérons par l’expérience et par l’observation, ce qui le conduisait presque nécessairement au panthéisme. Aristote, au contraire, faisait dériver toutes les idées générales de la comparaison des idées particulières. De ces deux systèmes opposés devaient naître des méthodes de recherches tout à fait différentes.

50Aristote est le premier qui ait introduit la méthode de l’induction, de la comparaison des observations pour en faire sortir des idées générales, et celle de l’expérience pour multiplier les faits dont ces idées générales peuvent être déduites. Il est ainsi parvenu à fonder la zoologie sur des bases qui sont encore celles qu’on adopte aujourd’hui. Mais j’avoue que dans les autres sciences il n’a pas aussi bien réussi. Cela tient à ce qu’il n’avait pas pu recueillir un grand nombre d’expériences ; et toutefois, lorsqu’on perfectionna ses travaux, ce fut en suivant la méthode d’induction qu’il avait donnée le premier. Dans les sciences mêmes où ses idées ont été renversées, c’est par sa méthode qu’elles l’ont été ; ainsi le mérite lui en appartient encore jusqu’à un certain point.

  • 58 [Philosophie péripatétique, voir Leçon 9, note 7.]
  • 59 [Théophraste, voir Tome 1, Leçon 9.]
  • 60 [Erasistrate, voir Tome 1, Leçon 7, note 38.]
  • 61 [Hérophile, voir Tome 1, Leçon 7, note 37.]

51Le corps de doctrine physique, qu’on appelle philosophie péripatéticienne58, a été à peu près complété par les élèves immédiats d’Aristote. Théophraste59 s’est occupé de la botanique ; l’anatomie a été traitée par Érasistrate60, qui était son neveu et son élève, et par Hérophile61, qui était contemporain d’Érasistrate.

52Après ces premiers travaux qui s’étaient annoncés d’une manière si brillante, qui avaient fait faire un pas si grand aux sciences positives dans l’espace de soixante ou quatre-vingts ans, on remarque une nullité presque absolue jusqu’au seizième siècle. À l’exception de la médecine qui a toujours marché, parce qu’elle est un besoin immédiat de l’espèce humaine et de l’anatomie, qui est une partie essentielle de la médecine, toutes les autres sciences sont restées jusqu’au seizième siècle, précisément au point où Aristote les avait laissées.

  • 62 [Les Ptolémée, voir Tome 1, Leçon 7, pp. 258-259.]

53Les Ptolémée62 leur accordèrent bien quelque protection, mais on ne voit pas que les sciences naturelles en aient profité autrement que pour les recherches d’anatomie qui furent faites immédiatement après Aristote ; car au-delà d’Érasistrate et d’Hérophile on ne trouve plus d’anatomistes.

54Quant aux autres philosophes de l’école d’Alexandrie, si l’on excepte les géomètres et les astronomes, on ne voit parmi eux que des compilateurs et pas un seul observateur, soit pour la botanique, soit pour la zoologie.

  • 63 [Alexandre le Grand, voir Tome 1, Leçon 7.]
  • 64 [Nicandre, voir Tome 1, Leçon 10, note 16.]

55Il en fut de même en Grèce, à cause des troubles qui naquirent lors de l’invasion des Macédoniens. Les troupes que répandirent sur ce pays les successeurs d’Alexandre63 rendirent impossibles les études qui demandent de la tranquillité. Quelques-uns de ces successeurs d’Alexandre, établis dans l’Asie-Mineure, essayèrent bien de protéger les sciences, mais quand on a lu le petit ouvrage de Nicandre64 et quelques autres semblables, on voit que les progrès de ce temps furent très peu remarquables, que presque rien ne fut ajouté à ce qu’Aristote avait fait, et qu’on fut surtout fort éloigné d’employer la méthode rigoureuse qu’il avait recommandée.

  • 65 [Galien voir Tome 1, Leçon 16.]

56Après la conquête de l’Égypte, le pouvoir universel fut établi à Rome ; les sciences y furent aussi transportées, mais elles y prospérèrent fort peu. Nous ne trouvons à Rome aucun observateur, si ce n’est quelques médecins, dans le nombre desquels je vous ai recommandé Galien65 ; mais pour toutes les autres parties des sciences, on ne rencontre que des compilateurs.

  • 66 [Cicéron, voir Tome 1, Leçon 10, note 44.]

57Dans Cicéron66, on voit quelques passages dans lesquels il paraît faire allusion à des faits d’histoire naturelle, et l’on reconnaît la source où ils ont été puisés.

  • 67 [Pline l’Ancien, voir Tome 1, Leçon 13.]

58Pline67 tout entier n’est qu’une vaste compilation, et tout ce qu’il renferme de bon est copié dans Aristote.

  • 68 [Élien, voir Tome 1, Leçon 15.]
  • 69 [Oppien, voir Tome 1, Leçon 15.]

59Élien68, Oppien69, ne présentent que des faits recueillis aussi dans Aristote, dans leurs contemporains et dans quelques voyageurs. Nulle part, dans leurs ouvrages, on n’aperçoit une méthode.

60Si le second siècle en était réduit là, le troisième, qui était celui des révolutions et de l’anarchie dans tout l’empire, ne put, a fortiori, rien produire de meilleur.

61Bientôt après, tous les efforts des hommes de génie se dirigèrent vers les discussions religieuses ; le grand combat qui eut lieu entre le paganisme et le christianisme occupa tous les esprits supérieurs.

  • 70 [Hexameron de Saint-Ambroise, voir Tome 1, Leçon 17, notes 24 et 25.]
  • 71 [Eustathius, voir Tome 1, Leçon 17, note 22.]

62Parmi les premiers pères de l’église, dont les ouvrages sont si remarquables à d’autres égards, on aurait pu trouver des philosophes observateurs, s’ils avaient dirigé leur talent vers les sciences naturelles ; mais dès que la religion chrétienne fut établie, que l’ordre sacerdotal fut devenu dominant, ces hommes furent, je le répète, continuellement occupés de querelles théologiques ; ils appliquèrent toutes les subtilités de l’esprit grec à raisonner sur le sens plus ou moins étendu qu’on devait donner à telle ou telle expression de l’écriture sainte. Les pères de l’église, les savants, n’étaient pas seuls occupés de ces discussions, les princes s’y intéressaient aussi ; ils employaient leur puissance à soutenir alternativement telle ou telle des opinions qui partageaient la chrétienté. Parmi les auteurs du cinquième siècle, s’il en est quelques-uns qui parlent d’histoire naturelle, c’est pour faire un commentaire sur les premiers chapitres de la Genèse ; l’Hexameron de Saint-Ambroise70, et celui d’Eustathius71, sont des ouvrages de cette nature. L’idée d’examiner les faits, d’observer, pour étendre la science, ne venait alors à personne : c’était une sorte d’aveuglement tout à fait extraordinaire.

63Alors surviennent les conquêtes des barbares : l’empire romain qui, par la tournure que les affaires avaient prise, présentait de toutes parts une surface accessible ou attaquable aux nations voisines, est, en effet, attaqué au sixième siècle, par les peuples du nord, par les peuples de la Germanie, qui le dépècent entièrement et qui, vers la fin du sixième siècle, avaient déjà jeté le fondement de royaumes qui existent encore aujourd’hui.

64Dans le septième siècle, ce même empire est attaqué au midi et à l’orient ; les barbares envahissent toute la côte d’Afrique, et descendent même jusqu’en Espagne. L’empire romain se trouve réduit à la ville de Constantinople, aux provinces qui composent aujourd’hui la Turquie d’Europe, et à la Grèce ; celle-ci même est envahie par des peuples venus du nord-est, et par les Turcs des parages de la mer Caspienne.

65L’intervalle de ce septième siècle à la renaissance des lettres est ce qu’on appelle le Moyen Âge. Vous avez pu remarquer que les corps de doctrine qui, de l’Égypte, étaient passés dans la Grèce et de là à Rome, s’étaient continués, n’avaient fait qu’une seule masse, dont toutes les grandes parties se communiquaient. Dans le Moyen Âge, ces connaissances furent divisées en trois branches principales, en trois grandes séries de travaux (nous n’avons aucune connaissance de l’état de la science, à cette époque, chez les Indiens et chez les Chinois.)

66La première est la continuation de l’ancien ordre d’idées qui se maintint dans l’empire de Byzance, mais avec tous les affaiblissements qu’il avait déjà éprouvés par suite des évènements des quatre premiers siècles de l’ère chrétienne. Le maintien de cet ordre d’idées fut dû à ce que les ouvrages des anciens Grecs et des anciens Romains étaient conservés dans des bibliothèques, et mis à la disposition de tous ceux qui voulaient les consulter. Quoiqu’on n’en ait pas fait un emploi très utile, on remarque cependant, dans les écrivains de Byzance jusqu’au quatorzième siècle, jusque vers la prise de Constantinople, comme un résultat de la tradition qui subsistait encore, quelques traces des anciennes connaissances, quelques faits qui se rapportent aux doctrines de temps meilleurs.

67Il n’en est pas de même dans les deux autres corps de nation, celui des Latins et celui des Arabes. L’Europe occidentale, partagée entre les différents gouvernements qu’avaient formés les peuples germaniques, constituait cependant un ensemble, par sa communauté de religion et de langage. La suprématie du pontife de Rome, jointe à l’attention qu’il avait eue de conserver l’usage de la langue latine pour la liturgie, avait fait que dans toutes les parties gouvernées par ces peuples germaniques, il existait des hommes qui avaient conservé quelques exemplaires des anciens auteurs romains, qui étudiaient la langue latine, et qui pouvaient correspondre entre eux. Mais la conservation de ces anciens auteurs romains, que l’on attribue aux moines de l’Occident, a été bien imparfaite ; car à l’époque où l’on recherchait avec avidité ce qui pouvait subsister d’anciens manuscrits, on ne trouva presque que des ouvrages incomplets, que des volumes souvent à moitié rongés ; c’était la preuve palpable de l’horrible incurie des moines à l’égard de ces précieux restes de l’antiquité.

68Pendant les horribles révolutions, pendant les guerres intestines qui agitèrent les peuples germaniques, durant tout le temps de leur établissement, et longtemps après, lorsque le gouvernement féodal eut formé de petits états qui se faisaient la guerre les uns aux autres, il n’y eut guère que les cloîtres qui offrirent le repos et la sécurité nécessaires pour se livrer à l’étude. Aussi les hommes savants, depuis le septième siècle jusqu’au quatorzième, sont-ils presque tous des moines ou des ecclésiastiques, des évêques qui avaient été moines dans leur jeunesse. Il en résulta que toutes leurs idées, même celles de philosophie, furent mises en rapport avec la théologie. De là naquit une philosophie particulière, qu’on a nommée la scolastique ; mais cette espèce de philosophie n’exista pas aussitôt qu’on pourrait le croire, car pendant longtemps il n’y eut aucune philosophie. La scolastique commença à naître lorsque la branche si isolée des chrétiens latins, dont nous venons de parler, commença à entrer en rapport avec les Arabes et les Byzantins.

  • 72 [Mahomet, voir Tome 1, Leçon 20, notes 26, 28, 30-31.]

69Les Arabes, établis par Mahomet72, après avoir fait des conquêtes immenses en très peu de temps, sous l’influence d’un fanatisme extraordinaire, voulurent, lorsqu’ils se fixèrent, prendre quelque connaissance des sciences. Leurs califes firent dans cette vue de grandes dépenses, et se donnèrent beaucoup de peines pour se procurer des ouvrages grecs. Ils furent favorisés à cet égard par les persécutions qui furent exercées dans l’empire de Byzance contre les sectes dissidentes. Celle des nestoriens, en particulier, fut condamnée à de telles souffrances, que presque tous ceux qui en étaient membres furent obligés de se retirer dans les pays dominés par les Arabes. Ils apportèrent avec eux une partie des connaissances des Grecs. Ces connaissances y germèrent, et produisirent un ordre de recherches propre à la nation arabe.

70Les travaux astronomiques furent considérables. Les études de botanique, relatives à la médecine, ne le furent pas moins. Nous avons vu que c’est parmi les Arabes qu’ont été faites les découvertes de la plupart des remèdes fournis par le règne végétal. La chimie fut aussi l’objet de beaucoup de recherches, et les découvertes des Arabes en ce genre sont, même encore, une partie précieuse de notre science chimique. Enfin vous avez vu que l’art de la distillation, plusieurs opérations chimiques sur les minéraux et un grand nombre de noms usités en chimie, nous viennent des Arabes.

71Néanmoins le développement des connaissances que les Grecs avaient apportées chez les Arabes fut limité par des causes d’une nature religieuse. En effet, nous avons vu que la religion mahométane leur rendait impossible l’étude de la zoologie et surtout de l’anatomie, puisqu’elle leur inspirait pour les cadavres une horreur superstitieuse. Les progrès des sciences naturelles, chez les Arabes, se bornèrent donc à la botanique et à la chimie ; mais aussi ces progrès ne laissent pas, comme je viens de le dire, d’avoir été très grands, et ils l’eussent été bien davantage, s’ils n’avaient pas été écrits dans un langage mystérieux.

72Les rapports des Occidentaux avec les Arabes eurent lieu par l’Espagne, où les écoles de médecine arabe se perfectionnèrent tellement que tous les Occidentaux furent obligés de s’y rendre pour faire de bonnes études dans cette science. D’autres rapports entre ces peuples eurent lieu par la Sicile et le royaume de Naples. À l’époque des croisades, ils se multiplièrent encore. Cette époque fut aussi le renouvellement des liaisons qui avaient existé entre les Latins et les Grecs ; de sorte que la propagation de plusieurs connaissances relatives aux sciences naturelles fut due à ces grandes guerres religieuses, connues sous le nom de croisades.

  • 73 [Tartarie, pays des Tartares, territoire de l’ancien Empire Russe dirigé par les élites turco-mong (...)

73Elles eurent encore cette utilité de rendre quelque chose à l’Orient et d’exciter à de grands voyages, desquels résulta pour nous la connaissance des pays les plus reculés de cette partie du globe. Ainsi, nous avons vu les voyages de plusieurs moines, qui avaient été envoyés vers les Khans de Tartarie73 dont la puissance s’étendait depuis la mer Caspienne jusqu’à la Pologne et à la Silésie. Nous acquîmes, sur la grande étendue de l’Asie orientale, des idées tout à fait nouvelles, et qui étaient absolument inconnues aux Grecs et aux Romains. Il paraît que ces voyageurs apportèrent aussi de l’orient des procédés scientifiques que les Grecs et les Romains ne possédaient pas, et que la connaissance de la poudre et de la boussole, dont les effets ont été si prodigieux, arriva en Europe par leur entremise.

74Le mouvement dans les esprits, occasionné par les croisades, fut ce qui donna le plus d’impulsion à la philosophie scolastique, et, en général, aux études qui se faisaient dans l’Occident et qui étaient propres à l’ordre de choses qui y dominait alors.

75Vers le même temps naquirent les universités, qui furent des foyers d’instruction.

  • 74 [Ordres de religieux mendiants, ordres religieux qui dépendent entièrement de la charité pour surv (...)
  • 75 [Vincent de Beauvais, voir Tome 1, Leçon 22, note 29.]
  • 76 [Albert le Grand, voir Tome 1, Leçon 23.]
  • 77 [Saint-Thomas d’Aquin, voir Tome 1, Leçon 22, note 39.]

76À cette époque aussi furent fondés les ordres de religieux mendiants74 qui, n’ayant pas, comme les ordres religieux plus anciens du sixième siècle, des richesses telles qu’ils pussent se soutenir sans frapper l’opinion publique, se livrèrent à l’enseignement et à l’étude, et produisirent les hommes les plus remarquables de ce temps. Vincent-de-Beauvais75, Albert-le-Grand76, Saint-Thomas-d’Aquin77 et plusieurs autres, remirent en circulation non seulement les faits des sciences naturelles qui se trouvaient dans les ouvrages des anciens, mais en découvrirent de nouveaux ; et ils augmentèrent ainsi les trésors incomplets qu’ils possédaient : je dis incomplets, parce qu’ils n’avaient pas les ouvrages des Grecs dans leur état primitif, mais de mauvaises traductions latines, et souvent même de simples traductions arabes. Les auteurs du treizième siècle n’ont guère cité Aristote, par exemple, que d’après des traductions faites sur celles des Arabes ; car bien peu d’entre eux ont connu assez le grec pour lire cet auteur dans l’original.

  • 78 [Roger Bacon, voir Tome 1, Leçon 23.]

77Toutefois il y eut alors des génies assez remarquables. Les ouvrages de Roger Bacon78 nous ont offert le télescope, la poudre à canon et plusieurs autres phénomènes de physique et de chimie qui pouvaient servir de base à des doctrines entières sur ces matières. C’était un premier germe qui aurait plus tôt produit ses fruits, sans les horribles guerres qui agitèrent l’Europe pendant le quatorzième siècle, et qui furent plus violentes que toutes celles que la féodalité avait fait naître auparavant. Toutefois, pendant ces temps mêmes, se répandaient successivement des inventions qui produisirent un effet définitif. Nous avons vu l’histoire de ces différentes inventions, les unes faites par les Européens et les autres importées par les premiers voyageurs qui s’étaient rendus dans l’intérieur de l’Asie.

78La première et la plus efficace de toutes fut l’invention des armes à feu, et particulièrement de l’artillerie qui, en concentrant les pouvoirs, mit un terme à ces petites guerres intestines que se faisaient les différents seigneurs. Les autres inventions furent encore beaucoup plus directement utiles aux sciences. Une des plus importantes est celle du papier de chiffon, qui date du quatorzième siècle. Avant cette dernière invention, on n’avait de matière commode pour écrire que le parchemin ; mais il était si cher, que très souvent ceux qui voulaient écrire des ouvrages nécessaires à l’usage commun étaient obligés de gratter d’anciens manuscrits ; et ainsi ont peut-être disparu les plus précieux ouvrages de l’Antiquité. Du moment que le papier de chiffon fut inventé (et il paraît que cette invention est une de celles qui furent importées de l’orient), on put écrire à bon marché tout ce qu’on avait besoin de conserver. Ce fut un avantage immense, car la difficulté de se procurer des matières propres à recevoir l’écriture avait été une des causes principales qui avaient empêché les progrès de l’Antiquité. L’invention du parchemin ne date que des successeurs d’Alexandre. Celle du papyrus, très incommode d’ailleurs, qui est due aux Égyptiens, était employée par eux seuls ; les autres peuples n’avaient que des écorces, des planchettes, ou d’autres matières à écrire très incommodes et peu faciles à transporter. Cet état de choses était, je le répète, un obstacle immense à l’avancement des connaissances de l’esprit humain, et l’invention du papier, qui le fit disparaître, fut véritablement une acquisition admirable.

79Mais l’imprimerie, qui date du milieu du quinzième siècle, la surpasse encore, en ce qu’elle donna les moyens de multiplier à peu de frais les exemplaires des livres. Les conséquences de la révolution que produisit cette belle invention ne sont peut-être pas encore toutes développées.

80Une invention contemporaine de l’imprimerie, et qui fut d’un avantage inexprimable pour l’histoire naturelle, est celle de la gravure. Les formes sont une partie si essentielle dans l’étude des objets naturels, que les moyens d’en conserver le dessin sont aussi de la plus haute importance. Les anciens n’ont pu avoir beaucoup de naturalistes, parce qu’ils étaient obligés de copier les figures pour les transporter d’un manuscrit à un autre, ce qui était encore beaucoup plus difficile et bien plus long que de copier l’écriture. Au moyen de la gravure, il fut aisé de multiplier, de répandre et de conserver les dessins d’histoire naturelle ; et pour nous, comme je l’ai dit, cette invention est non moins précieuse que celle de l’imprimerie.

81Parallèlement à ces inventions, se répandait celle de la boussole, qui préparait les grandes découvertes géographiques de la fin du quinzième siècle. Sans elle, ni l’Amérique, ni le chemin des Indes, ni le tour de l’Afrique n’auraient pu être découverts, et, par conséquent, tous ces différens pays auraient été perdus pour les naturalistes.

82Ainsi un seul fait de physique a multiplié, pour ainsi dire, à l’infini, la connaissance de tous les autres.

83Mais toutes ces inventions furent secondées par le mouvement qui multiplia la connaissance des livres grecs, devenus presque étrangers à l’occident, et elles-mêmes, à leur tour, secondèrent ce mouvement. Les conquêtes des Turcs sur l’empire de Bysance contraignirent beaucoup d’hommes qui possédaient les sciences à se réfugier dans les pays latins ; ils y apportèrent les manuscrits qu’ils possédaient, et se mirent en état d’en donner des traductions. Dès la fin du quinzième siècle, nous eûmes ainsi des versions d’Aristote plus parfaites qu’auparavant. La prise de Constantinople acheva ce que la conquête des premiers Turcs avait commencé ; car alors tout ce qui restait d’hommes de lettres dans l’empire de Byzance, fut obligé de se réfugier en Italie, et, pour y subsister, d’enseigner la langue et la philosophie des Grecs. Ces connaissances s’étendirent donc alors très rapidement.

84Un de leurs premiers effets fut la réformation qui introduisit de grandes différences dans les églises de l’Europe latine, et qui, par conséquent, établit aussi nécessairement une plus grande liberté de penser et de publier ses opinions, parce que ceux qui auraient pu être persécutés dans une église se réfugiaient dans une autre.

85Cette liberté de penser, résultat immédiat de la réformation, l’imprimerie antérieurement, et les lettres grecques, changèrent entièrement la marche des esprits.

86L’invention du microscope et la construction du télescope ajoutèrent encore à tous ces progrès.

87Le télescope donna le moyen de pénétrer, pour ainsi dire, dans l’intérieur des cieux, et vous connaissez toutes les grandes découvertes qui résultèrent des réflexions des astronomes sur les faits constatés au moyen de cet instrument.

88Le microscope multiplia le monde des infiniment petits, et donna le moyen de pénétrer dans la structure intime des corps organisés.

89Tels furent, messieurs, les différents évènements qui, pendant les treizième, quatorzième et quinzième siècles, préparèrent la révolution des esprits survenue dans le seizième.

90Dans ce siècle, toutes les branches des connaissances humaines devinrent l’objet de recherches entièrement nouvelles. Des hommes de tous les pays, avides de s’instruire, voyagèrent, communiquèrent les uns avec les autres. Cette époque fut, peut-être, plus féconde qu’aucune autre, si l’on examine le point dont on était parti. Les découvertes scientifiques se multipliaient alors en progression géométrique ; aussi le nombre de celles qui ont été faites pendant le dix-huitième siècle n’est-il pas aussi étonnant que celui des découvertes qui appartiennent au seizième.

  • 79 [Galien, voir Tome 1, Leçon 16.]
  • 80 [Vésale, voir Leçon 1, note 45.]
  • 81 [Eustache, voir Leçon 2, note 32 ; voir également Tome 1, Leçon 5, note 17.]
  • 82 [Fallope, voir Leçon 1, note 13 ; et Leçon 2, notes 3 et 6.]

91Nous avons vu quelle a été, dans ce siècle, la direction des travaux anatomiques, Galien79 fut commenté, et, en général, dans toutes les banches de nos connaissances on commença par ce qu’il était naturel de prendre pour premier objet de travail, par chercher à expliquer les anciens, en les comparant à la nature. Vesale80 se débarrassa des langes de l’antiquité, observa le corps humain sur lui-même, et procéda ainsi aux plus grands progrès anatomiques. Près de lui Eustache81, Fallope82, travaillèrent de la même manière, et créèrent le corps de l’anatomie moderne, entièrement différente de l’anatomie ancienne, qui ne reposait que sur les animaux.

  • 83 [Ingrassia, voir Leçon 1, note 85.]
  • 84 [Botal, voir Leçon 2, note 41.]
  • 85 [Varole, voir Leçon 2, note 44.]
  • 86 [Fabrice d’Aquapendente ; voir Leçon 1, note 66.]
  • 87 [Harvey, voir Leçon 2.]

92Toutefois, vers le milieu du seizième siècle, l’anatomie remonta, pour ainsi dire, à sa source ; elle reprit les animaux pour objets d’observation ; mais alors ce n’était plus pour arriver à la connaissance de l’espèce humaine, c’était dans une vue beaucoup plus philosophique, beaucoup plus élevée : c’était pour faire sortir de la comparaison de la structure de l’homme et de celle des animaux des idées générales qui embrassassent l’organisation en elle-même, indépendamment des espèces dans lesquelles elle diffère. Les Ingrassias83, les Botal84, les Varole85, toute l’école d’Italie, travaillaient dans ce but. Mais ce fut surtout Fabricius d’Aquapendente86 qui donna à l’anatomie cette direction philosophique ; aussi sortit-il de son école les plus belles découvertes du dix-septième siècle. On peut dire que c’est de l’école de Fabricius que sont nées, par exemple, les deux grandes découvertes de Harvey87, celle de la circulation du sang, qui a changé la face de la physiologie, et celle du développement de l’œuf dans la génération, ou de ce principe que tout être vivant vient d’un œuf, laquelle découverte a également influé d’une manière remarquable sur toutes les opinions physiologiques.

  • 88 [Belon, Rondelet, Salviani, et Gessner, zoologues de la Renaissance, voir Leçon 3.]

93Dans le même temps, l’histoire des animaux prenait un grand élan. Non seulement on étudiait Aristote et Pline et l’on cherchait à les commenter, mais aussi on se transportait dans différents pays pour en recueillir les productions. Nous vous avons parlé des voyages de Belon, de Rondelet, de Salviani, de ceux de Conrad Gessner88, qui a réuni toutes les connaissances zoologiques dans un seul ouvrage admirable d’érudition.

94La fixation des espèces que les anciens n’avaient pu établir, surtout parce qu’ils ne connaissaient pas l’art de la gravure, le fut alors par des descriptions et par des figures. Grâce à l’emploi de ce dernier moyen, chaque espèce est désormais facile à reconnaître, et l’on peut toujours savoir de quel être un auteur a voulu parler.

  • 89 [Marggraf, voir Leçon 6, note 22.]
  • 90 [Pison, voir Leçon 6, note 21.]

95Bientôt des pays nouvellement découverts donnèrent lieu à de nouveaux voyages ; nous avons vu les relations de ceux de Marggraf89, de Pison90 et autres ; nous avons remarqué combien ils avaient enrichi l’histoire naturelle des animaux et des plantes, d’espèces nouvelles par leur structure, par leurs usages, par leurs propriétés, et dont les anciens n’avaient pu avoir la moindre idée, puisque les contrées qui les produisent leur étaient entièrement inconnues.

96Alors on s’appliqua aussi à la connaissance des plantes intérieures, et la gravure servit encore à en fixer les espèces.

  • 91 [Césalpin, voir note 19, ci-dessus.]

97À la fin du seizième siècle, Césalpin91 établit le premier système méthodique qui ait paru, non seulement en botanique, mais même dans toute l’histoire naturelle.

  • 92 [Agricola, voir Leçon 9, note 18.]

98Les minéraux furent également étudiés à cette époque. Les mines de la Saxe avaient produit beaucoup d’hommes habiles à distinguer les différentes espèces de minéraux et leur gisement dans le sein de la terre. Nous avons vu les observations de ces hommes consignées dans les ouvrages d’Agricola92.

  • 93 [Palissy, voir note 20, ci-dessus.]

99Palissy93, dans ce même temps, étudiait les pétrifications et jetait les premières bases de la géologie.

100Césalpin, qui avait donné la première méthode de botanique, donna aussi le premier une méthode minéralogique qui fut la base primitive de toute notre distribution systématique d’aujourd’hui.

101La chimie suivit une marche à part. Cette science était toute nouvelle : les anciens n’en avaient point eu d’idée réelle ; née parmi les Arabes, elle avait été transportée à Bysance, et de là dans l’Europe, par des voies singulières. Ce n’étaient pas des philosophes ordinaires qui la cultivaient et la répandaient ; elle était, au contraire, pratiquée par des sociétés secrètes qui ne la communiquaient pas, ou qui ne la transmettaient qu’au moyen d’un langage mystérieux, figuré, métaphysique. Des cérémonies, des serments étaient nécessaires pour être admis à l’initiation de cette science.

  • 94 [Valentin, voir Leçon 10, note 9.]
  • 95 [Paracelse le Grand, voir Leçon 4, note 73.]
  • 96 [Van Helmont, voir Leçon 10, note 66.]

102Dans le seizième siècle, les voiles qui l’enveloppaient furent écartés ; ce qui était demeuré secret parmi les sociétés des quatorzième et quinzième siècles, fut publié dans les ouvrages de Basile Valentin94 et de Paracelse95. Il s’établit même alors une théorie, celle des cinq éléments, le soufre, le sel, la terre, l’eau et l’esprit, qui a subsisté pendant deux cents ans, et est en ébauche dans les ouvrages de Paracelse. Elle prit une forme plus développée dans les ouvrages de Van Helmont96, où la chimie des gaz commença à se montrer.

103Tout ce que l’esprit humain pouvait faire avec les moyens légués par l’Antiquité, et avec ceux que le Moyen Âge et le quinzième siècle avaient découverts, a été exécuté dans le seizième siècle. Mais on y manquait d’un instrument important, c’était de la véritable logique, de la logique d’induction, qui est indispensable aux sciences dont nous nous occupons. Les philosophes scolastiques ne s’étaient attachés qu’à la partie de la philosophie d’Aristote qui repose sur le syllogisme ; ils partaient d’un certain principe établi par l’autorité et non par l’observation, et au moyen d’une série de syllogismes, ils prétendaient établir tout le système de leur doctrine. Bacon vint, et il leur fit voir que l’autorité est un principe tout à fait illusoire dans les sciences de faits, et d’un autre côté que c’est uniquement par l’induction, par la comparaison des faits particuliers et leur résolution en propositions générales, que les sciences peuvent faire des progrès.

  • 97 [Francis Bacon, voir Leçon 11, note 19.]
  • 98 [Galilée, voir Leçon 11, note 20.]
  • 99 [Copernic, voir Leçon 11, note 48.]

104Tandis que Bacon97 instruisait ainsi le monde en théorie, Galilée98 l’instruisait en mettant la même méthode en pratique, et en faisant les découvertes les plus admirables, soit en physique, soit en astronomie. Il découvrait l’égale durée des oscillations du pendule, la balance hydrostatique, la théorie du mouvement uniformément accéléré, le thermomètre, le télescope, les montagnes de la lune, ses librations, les phases de Vénus, les satellites de Jupiter, les taches et la rotation du soleil ; il établissait, par analogie, le mouvement de la Terre, indiqué déjà par Copernic99.

  • 100 [Kepler, voir Leçon 12, note 5.]
  • 101 [Newton, voir Leçon 11, note 37.]

105Kepler100 marcha sur les traces de Galilée et de Copernic ; il découvrit les lois du mouvement des planètes, qui ont servi de base à toutes les découvertes de Newton101.

  • 102 [Torricelli, voir Leçon 11, note 41.]
  • 103 [Pascal, voir Leçon 12, note 16.]

106Toricelli102, Pascal103, au moyen du baromètre, découvrirent la pesanteur de l’air.

  • 104 [Descartes, voir Tome 1, Leçon 6, note 7.]

107Dans le même temps, Descartes104, sans faire d’aussi belles découvertes en physique qu’en géométrie, et bien qu’introduisant un esprit d’hypothèse, de supposition gratuite, tout à fait opposé à la véritable philosophie des sciences naturelles, produisait cependant un effet admirable, par la grande impulsion qu’il donnait aux esprits, et surtout par la destruction absolue de la philosophie scolastique qui, encore dans la forme qu’elle avait reçue au treizième siècle, était plutôt un obstacle qu’un adminicule pour le progrès des sciences.

108L’état des esprits changea donc, à beaucoup d’égards ; on ne s’en tint plus à l’autorité ; on voulut fonder la science sur l’expérience et l’observation.

  • 105 [Boyle, voir Leçon 12, note 32.]
  • 106 [Mayow, voir Leçon 12, note 68.]
  • 107 [Paracelse, voir Leçon 4, note 73.]
  • 108 [Stahl, voir Leçon 9, note 90.]
  • 109 [Becker, voir Leçon 9, note 89.]

109De là naquirent, dans tous les pays un peu heureux de l’Europe, des sociétés savantes dans lesquelles des hommes de mérite combinèrent leurs différents moyens, réunirent leurs efforts et leurs travaux pour enrichir le domaine des sciences d’expériences et d’observations nouvelles. Je vous ai exposé l’histoire de ces différentes sociétés ; vous les avez vues naître en Italie, se propager en Allemagne, en Angleterre, en France, et enfin dans tous les pays. Dès leur origine, elles marchèrent sur les traces que leur avait indiquées Bacon ; quelques-unes même prirent son nom et son système pour devise, et vous avez vu qu’alors toutes les sciences naturelles firent des progrès extrêmement rapides. Ainsi la chimie, qui semblait être un secret révélé par les dieux, qui ne se transmettait qu’à des adeptes, prit tout à coup le langage d’une science, et fut réduite à des règles générales. Ses progrès furent singuliers, car les théories du dix-huitième siècle se trouvent en germe dans Boyle105 et dans Mayow106. Ces théories auraient prévalu dès leur origine, si un autre système, résultat des cinq principes de Paracelse107 et perfectionné par Stahl108 et Becher109, ne s’était emparé de tous les chimistes du continent, et n’avait imposé, pour ainsi dire, une espèce de silence à la théorie des gaz ou des airs, née en Angleterre.

110La minéralogie continua ses classifications ; elle s’occupa avec ardeur des pierres figurées, et fit tous ses efforts pour découvrir les vestiges des êtres organisés que renferment les couches du globe.

  • 110 [Willis, voir Leçon 12, note 59.]
  • 111 [Vieussens, voir Leçon 15, note 5.]
  • 112 [Malpighi, voir Leçon 14, note 121.]
  • 113 [Grew, voir Leçon 16, note 23.]
  • 114 [Swammerdam, voir Leçon 16, note 50.]

111Mais l’anatomie particulièrement suivit une marche nouvelle ; elle ne s’en tint plus aux grandes parties du corps humain ; au moyen du microscope, elle chercha à en pénétrer la structure intime, à distinguer les différentes molécules dont ses tissus se composent. Ainsi vous avez vu qu’immédiatement après les travaux des sociétés savantes, on découvrit les vaisseaux lymphatiques et le canal thorachique, dont les vaisseaux lactés, connus des anciens, n’étaient qu’une partie. On acquit également des notions sur le développement du fœtus, et sur les moyens par lesquels il communique avec l’extérieur. Willis110, Vieussens111 et Malpighi112 firent connaître les détails de la structure du cerveau. Malpighi, aux observations microscopiques duquel on doit la connaissance de la structure intime du corps humain, porta aussi ses recherches, en même temps que Grew113, sur l’intérieur du tissu végétal. Ils découvrirent le tissu cellulaire qui enveloppe les fibres ligneuses, reconnurent les trachées, ces mêmes vaisseaux que Swammerdam114 avait découverts dans les insectes ; ils découvrirent aussi les vaisseaux propres ; en un mot, ils firent en anatomie végétale autant de découvertes qu’on en avait fait dans l’anatomie animale. Ces travaux n’ont été surpassés que de nos temps mêmes.

112L’application du microscope à la science de l’organisation embrassa les plus petits des êtres, et nous avons vu toute l’anatomie des insectes portée à sa perfection dans les ouvrages de Swammerdam.

  • 115 [Descartes, voir Tome 1, Leçon 6, note 7.]
  • 116 [Willis, voir Tome 1, Leçon 12, note 59.]
  • 117 [Mayow, voir Leçon 12, note 68.]
  • 118 [Stahl, voir Leçon 9, note 90.]

113D’après de pareils progrès en anatomie, ceux de la physiologie ne pouvaient qu’être aussi fort remarquables : on rejeta toutes les idées purement hypothétiques ; les systèmes mécaniques de Descartes115 pour tout le jeu de l’intérieur des corps furent bientôt entièrement abandonnés. Les systèmes de chimie grossière qui existaient alors furent aussi rejetés. La chimie plus délicate de Willis116 et de Mayow117 prit beaucoup de crédit. Cependant Stahl118 eut alors une influence pernicieuse ; il introduisit son système psychique, duquel il résulte que l’âme raisonnable produit même les mouvements du corps humain dont elle n’a aucune connaissance. Ce système subsista quelques temps, pour être abandonné à son tour dans le dix-huitième siècle.

  • 119 [Glisson, voir Leçon 16, note 71.]

114Mais sous son empire même naquirent les premières idées des forces vitales, entre autres, de l’irritabilité, qui fut établie par Glisson119. Cette irritabilité peut être considérée comme le germe de la physiologie plus saine, plus rationnelle qui s’est introduite et est devenue générale pendant le dix-huitième siècle.

115L’histoire naturelle proprement dite ne fit pas moins de progrès. De tous côtés se faisaient des voyages ; les princes, pénétrés de leur utilité, même relativement au bien-être de la vie, envoyaient des hommes rechercher les productions diverses des pays étrangers. On rassembla ces productions dans des cabinets, et on les reproduisit ou on les conserva dans des jardins et dans des ménageries. Leur grand nombre excita les naturalistes à former des méthodes pour en retrouver la nomenclature. Fondées sur chacune des parties organiques, ces méthodes exigèrent une étude spéciale de ces différentes parties, et il en résulta naturellement une connaissance plus parfaite des corps organisés eux-mêmes.

116Vous voyez, messieurs, qu’à partir de l’introduction de la méthode inductive dans les sciences naturelles, que depuis qu’on eut reconnu que ces sciences ne pouvaient être conduites que par l’observation et par le raisonnement, et que c’est de la généralisation des espèces particulières que dérive toute certitude ; vous voyez, dis-je, que les progrès scientifiques furent très considérables. Ils l’ont encore été davantage dans le dix-huitième siècle, comme nous le verrons dans l’histoire que nous comptons en faire l’année prochaine, parce que la même méthode y fut plus généralement adoptée.

117Ce n’est pas seulement, messieurs, par les faits historiques que j’ai rapportés dans cette suite de leçons qu’elles ont pu vous être utiles, c’est surtout par les conclusions qui en ressortent relativement aux méthodes que l’on doit suivre dans les sciences naturelles. Nous avons mis, pour ainsi dire, l’esprit humain en expérience, ou il s’y est mis lui-même à quelques égards pour nous. Nous avons vu quels sont les travaux qui survivent à l’action du temps depuis trois ou quatre cents ans avant J.-C., et quels sont ceux qui ont passé sans utilité pour la science.

  • 120 [Platon, voir Tome 1, Leçon 5.]

118Qu’on recherche, par exemple, ce qui nous reste des hypothèses antérieures à Platon, de celles même de Platon120 dans les sciences physiques, de ses systèmes dérivés du pythagorisme.

  • 121 [Aristote, voir Tome 1, Leçons 7 et 8.]
  • 122 [Théophraste, voir Tome 1, Leçon 9.]

119Voyez aussi ce qui subsiste de l’Antiquité, pour les sciences physiques et naturelles : une partie des ouvrages d’Aristote121 et de Théophraste122 est le seul héritage que nous ayons pu recueillir. Le reste intéresse tout au plus notre curiosité. Toutes les hypothèses, toutes les idées systématiques doivent ainsi tomber dans l’oubli.

  • 123 [Paracelse, voir Leçon 4, note 73.]
  • 124 [Descartes, voir Tome 1, Leçon 6, note 7.]

120Et pour parler de temps plus rapprochés des nôtres, qui se souvient maintenant des cinq principes de Paracelse123, de toutes les hypothèses du Moyen Âge, et même d’autres plus modernes, qui ont exigé des efforts de génie plus considérables ? La curiosité seule peut connaître les tourbillons de Descartes124, sa matière subtile et sa matière cannelée, ses idées sur la marche des esprits animaux, sur le siège de l’âme, qu’il place dans la glande pinéale, sur le mouvement des muscles, sur la mécanique des animaux qui, suivant lui, n’ont ni âme ni raisonnement, et sont mus comme des machines ordinaires. Tout cela ne peut servir à quoi que ce soit pour le progrès des sciences positives, et la connaissance n’en est guère plus utile que ne le serait celle des petites révolutions dont de petits états peuvent avoir été le théâtre dans les temps les plus reculés de l’Antiquité.

121Je pourrais vous rappeler aussi toutes les hypothèses qui ont été faites en géologie ; et si je voulais suivre celles qui sont relatives à la physiologie, vous les verriez de même être successivement culbutées les unes par les autres.

122Cependant toutes ces hypothèses n’ont pas été sans utilité ; elles ont fait faire des recherches à ceux qui les soutenaient et à ceux qui voulaient les combattre ; elles ont produit de l’émulation, du mouvement dans les esprits, et de cette action de la pensée il résulte toujours quelque chose d’utile. L’envie même d’attaquer une réputation extraordinaire peut avoir des résultats heureux.

123Quoiqu’il en soit, je le répète, toutes les hypothèses dont j’ai parlé sont tombées, et probablement il en est beaucoup d’autres qui disparaîtront à leur tour.

124Les faits, au contraire, les vérités réelles, fondées sur l’expérience, sont restées et resteront immuables. Aussi, dans les milliers d’auteurs dont je vous ai exposé la vie et dont j’ai analysé les ouvrages, les seuls que l’on consulte chaque jour sont-ils ceux qui renferment des faits. Le plus humble de ces faits, une simple description d’espèce, à laquelle personne n’attache de gloire, exige que les hommes qui s’occupent de la science aillent consulter l’ouvrage où ce simple fait est consigné.

125J’espère que je fonderai d’une manière plus rigoureuse cette conclusion, que les véritables connaissances ne sont données que par les faits.

  • 125 D’unanimes applaudissements succèdent aux dernières paroles du célèbre professeur [M. de St.-Agy].

126Ce sera, messieurs, l’année prochaine, si ma santé me le permet, que je reprendrai cette histoire au point où je la laisse aujourd’hui, c’est-à-dire au commencement du dix-huitième siècle. Les travaux de ce siècle sont si nombreux, leurs auteurs sont tellement remarquables, et les détails de leur vie et de leurs ouvrages si importans, que j’y consacrerai probablement un temps égal à celui que j’ai employé cette année à vous exposer l’histoire des siècles précédents125.

Notes

1 [Tournefort, voir Leçon 13, note 31.]

2 [Charles Plumier (né le 20 avril 1646 à Marseille ; mort le 20 novembre 1704 au couvent des Minimes à Sainte-Marie près de Cadix en Espagne), moine de l’ordre des Minimes français, artisan, illustrateur et graveur, principalement connu pour son travail comme botaniste. Il dévoua la plupart de sa vie à collectionner et à illustrer les plantes et les animaux ; il fut le premier à revitaliser l’ancienne coutume grecque qui consistait à nommer les plantes en commémoration de personnes.]

3 [L’Art de tourner, ou de faire en perfection toutes sortes d’ouvrages au tour, Lyon : Jean Certe, 1701, 187 p. + [71] f. de pl. ; premier livre à paraître sur l’utilisation du tour. D’autres éditions en français parurent en 1706 (Paris : Pierre Aubouin, Pierre Ribou & Claude Jombert, [28] + 187 p., ill. avec 73 pl. grav. sur cuivre, in-folio), 1749 (Paris : Charles-Antoine Jombert, [2] + 27 + [1] + 244 p., 80 f. de pl., in-folio), et 1976 (Paris : Lazet & Daviaud ; Nogent Le Roi : Libraire des Arts et Métiers, xxvii + [1] + 244 p. + [40] f. de pl., ill.) ; une traduction en allemand fut publiée en 1776 (Leipzig : Bernhard Christoph Breitkopf & Sohn, XV + 234 p. + 83 f. de pl., ill.)]

4 [Paolo Silvio Boccone (né le 24 avril 1633 à Palerme ; mort le 22 décembre 1704 à Altofonte), botaniste et moine italien de Sicile dont l’intérêt pour les plantes commença à un très jeune âge ; né d’une famille riche, il put dédier la plus grande partie de sa vie à l’étude de l’histoire naturelle.]

5 [Pierre Joseph Garidel (né le 1er août 1658 à Manosque ; mort le 6 juin 1737 à Aix-en-Provence), botaniste français, professeur de botanique à Aix-en-Provence qui, suivant les traces de Joseph Pitton de Tournefort (voir Leçon 13, note 31) et Charles Plumier (voir note 2, ci-dessus) étudia les plantes de Provence ; il est l’auteur de Histoire des plantes qui naissent aux environs d’Aix et dans plusieurs autres endroits de la Provence (Aix : Joseph David, 1715, xxiv + xlvii p. + 1 f. + 522 + [24] p., ill., 100 pl., in-folio), un ouvrage offrant les descriptions de mille quatre cents espèces.]

6 [Les Îles d’Hyères sont un ensemble de quatre îles en Méditerranée au large de la ville d’Hyères dans le département du Var dans le sud-est de la France, d’une superficie totale de 29 kilomètres carrés.]

7 [Louis XIV, voir Leçon 8, note 86.]

8 [Plumier partit pour les Caraïbes en 1689 et alla en Haïti et en Martinique où, pendant un séjour de dix-huit mois, il illustra et prépara des descriptions élaborées de plantes et d’animaux. Après son retour en France en 1690, on lui octroya une pension et le titre de Botaniste du Roi. Le succès de son voyage convainquit le roi d’envoyer Plumier une seconde fois aux Antilles. Ce nouveau voyage, qu’il entreprit en 1693 et dura six mois, fut également très productif et conduisit à une troisième expédition en 1696-1697.]

9 [Les travaux botaniques de Plumier incluent : Description des plantes de l’Amérique, avec leurs figures, Paris : Imprimerie Royale par les Soins de Jean Anisson, 1693, 94 p. + 108 pl., ill., in-folio ; Nova plantarum Americanarum genera, Paris : Joannem Boudot, 1703, [8] + 52 + [4] + 21 + [1] p., f. de pl., in-4° ; Traité des fougères de l’Amérique, Paris : Imprimerie Royale par Joanne Anisson, 1705, 146 p. + 2 f. + xxvi + 5 f. + 172 pl. h. t., in-folio.]

10 [Jussieu, voir Leçon 7, note 156.]

11 [Henri Adrian Van-Rheede de Draakenstein (né le 13 avril 1636 à Amsterdam ; mort le 15 décembre 1691 en mer au large de Bombay), naturaliste hollandais, soldat et administrateur colonial de la Compagnie Néerlandaise des Indes Orientales où il occupa le poste de gouverneur du Malabar hollandais de 1670 à 1677. En histoire naturelle, il est surtout connu pour son travail sur les plantes de la région de Malabar qui parut dans un vaste recueil intitulé Hortus Indicus Malabaricus (voir note 12 ci-dessous).]

12 [Hortus Indicus Malabaricus, continens regni Malabarici apud Indos cereberrimi onmis generis plantas rariores, Latinas, Malabaricis, Arabicis, Brachmanum charactareibus hominibusque expressas, Amsterdam : Sumptibus viduae Joannis van Someren, haeredum Joannis van Dyck, Henrici & viduae Theodori Boom, 1673-1703, 12 vol. in-folio d’environ 200 pages chacun, accompagné de 794 gravures en cuivre ; traité exhaustif compilé sur une période de presque trente ans, couvrant les propriétés médicinales des plantes de l’état indien de Kerala ; cet ouvrage est le plus ancien ouvrage de cette envergure sur la flore d’Asie et les tropiques à avoir été imprimé.]

13 [Sloane, voir Leçon 6, note 68.]

14 [Christopher Monck, deuxième Duc d’Albemarle (né le 14 août 1653 à Londres ; mort le 6 octobre 1688 en Jamaïque), soldat et politicien anglais qui avait un siège à la Chambre des Communes de 1667 à 1670 lorsqu’il hérita du Duché et devint membre de la Chambre des Lords ; en 1687, il fut nommé Gouverneur de Jamaïque où il mourut peu de temps après.]

15 [A voyage to the islands Madera, Barbados, Nieves, S. Christophers and Jamaica : with the natural history of the herbs and trees, four-footed beasts, fishes, birds, insects, reptiles, & c. of the last of those islands ; to which is prefix’d an introduction, wherein is an account of the inhabitants, air, waters, diseases, trade, & c. of that place, with some relations concerning the neighbouring continent, and islands of America, Londres : imprimé par le British Museum pour l’auteur, 1707-1725, 2 vol. (XI + 274 p. de pl. dépl.), in-folio ; cet ouvrage est le premier récit d’un voyageur à inclure des illustrations, des noms complets de plantes et d’animaux en latin, et un catalogue détaillé d’histoire naturelle et d’autres objets locaux qu’il trouva.]

16 [Jacques Barrelier (né en 1606 à Paris ; mort le 17 septembre 1673 à Paris), biologiste français et moine dominicain, auteur de Plantae per Galliam, Hispaniam et Italiam observatae, iconibus aeneis exhibitae, Paris : Stephanum Ganeau, 1714, [2] + [12] + 8 + 140 + [2] + xxvi p., [334] p. de pl. dépl., ill., in-folio.]

17 [Boccone, voir note 4, ci-dessus.]

18 [Grand-Duc de Toscane (né le 12 juin 1519 à Florence ; mort le 21 avril 1574 à Florence), deuxième Duc de Florence de 1537 à 1569, année où il devint le premier Grand-Duc de Toscane ; protecteur des arts, principalement connu peut-être pour sa création de la Galerie des Offices (Galleria degli Uffizi) à Florence.]

19 [André Césalpin, également connu sous le nom d’Andrea Cesalpino ou Andreas Caesalpinus (né en 1524 ou 1525, mort le 23 février 1603), fut un médecin, physiologiste, philosophe et botaniste italien qui classa les plantes selon leurs fruits et leurs graines, plutôt que par ordre alphabétique ou selon leurs propriétés médicinales. En physiologie, il créa une théorie sur la circulation du sang ; cependant sa théorie décrivait un genre de « circulation chimique » qui consistait en une action répétée d’évaporation et de condensation du sang, plutôt que le concept d’une « circulation physique » tel qu’Harvey le décrivit plus tard.]

20 [Bernard Palissy (né c. 1510 ; mort c. 1590 à Paris), Huguenot français, potier, ingénieur hydraulique et artisan, connu pour avoir passé seize ans de sa vie à essayer d’imiter la porcelaine chinoise ; il est également connu pour ses contributions en sciences naturelles, en particulier pour avoir découvert des principes de géologie, d’hydrologie et de la formation des fossiles.]

21 [Augustin Scilla (né le 10 août 1629 à Messine ; mort le 31 mai 1700 à Rome), peintre italien, paléontologue, géologue, et pionnier dans l’étude des fossiles, auteur de La vana speculazione disingannata dal senso, lettera risponsiua circa i corpi marini, che petrificati si trouano in varii luoghi terrestri, Naples : Andrea Colicchia, 1670, 168 p. + 29 p. de pl., ill., in-4°.]

22 [Les glossopètres sont de grandes dents fossilisées de requins de forme triangulaire que certains pensaient autrefois être des langues de dragons et de serpents pétrifiées d’où le nom de « langue de pierre » ou « glossopètre » ; considérées comme remède contre certains poisons et toxines, elles étaient utilisées pour traiter les morsures de serpents et les membres de la royauté les portaient souvent comme pendentifs ou dans leur poche comme porte-bonheur.]

23 [Martin Lister (né le 12 avril 1639 à Radcliffe, Buckinghamshire ; mort le 2 février 1712 à Epsom, Surrey), médecin et naturaliste anglais qui écrivit de nombreux articles sur l’histoire naturelle, la médecine et les antiquités pour les Transactions Philosophiques (voir Leçon 12, note 65). Il était tenu en grande estime comme conchyliologue, mais bien qu’il reconnût la similarité des mollusques fossiles avec des structures vivantes, il les considérait comme des imitations inorganiques produites sur les roches.]

24 [Edward Lhuyde ou Eduardus Luidius (né en 1660 à Loppington, Shropshire ; mort le 30 juin 1709 à Oxford), botaniste, linguiste, géographe et antiquaire gallois, auteur de Lithophylacii Britannici ichnographia, sive lapidum aliorumque fossilium Britannicorum singulari figura insignium, quotquot hactenus vel ipse invenit, vel ab amicis accepit, distributio classica : scrinii sui lapidarii repertorium cum locis singulorum natalibus exhibens. Additis rariorum aliquot figuris aere incisis ; cum epistolis ad clarissimos viros de quibusdam circa marina fossilia & stirpes minerales praesertim notandis, Londres : Ex officina M. C. ; Leipzig : Gleditsch & Weidmann, 1699, [16] + 145 + [7] p. + XIV + [14] + [3] p. de pl. dépl., ills, in-8°, premier catalogue illustré d’une collection publique de minéraux et de fossiles à être publié en Angleterre, comprenant 1766 spécimens provenant de différents endroits d’Angleterre, surtout de la région d’Oxford, et conservé aujourd’hui au Musée Ashmolean d’Oxford.]

25 [Aldrovande, voir Leçon 4, note 31.]

26 [Agricola, voir Leçon 9, note 18.]

27 [Les alluvions sont des sédiments ou débris comprenant en général de fines particules de vase et d’argile, et des débris plus gros de sable et de graviers qui ont été érodés et transformés par l’action de l’eau, et redéposés dans un environnement non-marin ; lorsque ces sédiments sont déposés ou transformés en un bloc lithologique, ils sont appelés dépôt alluvial.]

28 [Platon, voir Tome 1, Leçon 5.]

29 [Thomas Burnet (né c. 1635 à Croft près de Darlington ; mort le 27 septembre 1715 à Godalming, Surrey), théologien anglais, auteur d’ouvrages sur la cosmogonie dont le texte le plus connu est Telluris theoria sacra, or La Théorie Sacrée de la Terre (voir note 31 ci-dessous).]

30 [Guillaume III, voir Leçon 8, note 86.]

31 [Telluris theoria sacra, originem et mutationes generales orbis nostri, quas aut jam subiit, aut olim subiturs est complectens, Londres : Gualteri Kettilby, 1681-1689, 4 vol. en 2, ill., cartes dépl., in-4° ; publié en deux volumes, le premier parut en latin en 1681 et en anglais en 1684 ; le second volume parut en 1689 (1690 en anglais). Il s’agissait d’une cosmogonie spéculative dans laquelle Burnet suggérait une terre dont le centre serait un abîme contenant la plus grande partie de l’eau jusqu’à ce que le déluge se produise (voir note 32 ci-dessous), à laquelle époque les montagnes et les océans seraient alors apparus. Il calcula la quantité d’eau sur la surface de la Terre, et affirma qu’il n’y en avait pas assez pour expliquer le Déluge.]

32 [Le déluge, ou le mythe du déluge, est un récit dans lequel une immense inondation, souvent créée par un dieu ou des dieux, détruit une civilisation dans un acte de réprimande divine. On trace souvent un parallèle entre les inondations de ces mythes et les premières eaux que l’on trouve dans certains mythes de création, les grandes inondations étant décrites comme une mesure de purification de l’humanité en préparation pour un renouveau.]

33 [Ray, voir Leçon 3, note 94.]

34 [Miscellaneous discourses concerning the dissolution and changes of the world : wherein the primitive chaos and creation, the general deluge, fountains, formed stones, sea-shells found in the earth, subterraneous trees, mountains, earthquakes, volcanoes, the universal conflagration and future state, are largely discussed and examined, Londres : Samuel Smith, 1692, [26] + 259 + [1] p., in-8°.]

35 [Three physico-theological discourses concerning the primitive chaos and creation of the world ; the general deluge, its causes and effects ; the dissolution of the world and future conflagration, Londres : [s. n.], 1697.]

36 [Newton, voir Leçon 11, note 37.]

37 [Leibnitz, voir Tome 1, Leçon 6, note 22.]

38 [« Protogaea, sive de prima facie telluris et antiquissimae historiae vestigiis in ipsis naturae monumentis dissertatio », Acta Eruditorum Lipsiensium, Janvier 1693, pp. 40-42 (voir note 39 ci-dessous) ; un récit sur l’histoire de la terre qui fut au centre du développement des sciences de la terre au dix-huitième siècle, offrant les idées philosophiques centrales de la pensée et des écrits de Leibnitz (voir Tome 1, Leçon 6, note 22.]

39 [Actes de Leipsick, ou Acta Eruditorum Lipsiensium (rapports ou comptes rendus d’experts), premier journal scientifique des pays germaniques, fondé en 1682 à Leipzig et suivi en 1732 par le Nova Acta Eruditorum ; voir note 38, ci-dessus.]

40 [Descartes, voir Tome 1, Leçon 6, note 7.]

41 [Buffon, voir Tome 1, Leçon 7, note 39.]

42 [Burnet, voir notes 29 et 31, ci-dessus.]

43 [Vitrifier ou devenir vitrifié, transformation en verre ou en substance vitrifiée par un procédé de chaleur et de fusion.]

44 [William Whiston (né le 9 décembre 1667 à Leicestershire, Angleterre ; mort le 22 août 1752 à Lyndon, Rutland, Angleterre), théologien, historien, et mathématicien anglais, personnage central dans la vulgarisation des idées d’Isaac Newton (voir Leçon 11, note 37) ; Whiston est l’auteur de l’ouvrage intitulé A new theory of the earth, from its original, to the consummation of all things, where the creation of the world in six days, the universal deluge, and the general conflagration, as laid down in the holy scriptures, are shewn to be perfectly agreeable to reason and philosophy, Londres : Benjamin Tooke, 1696, [5] + 95 + 388 + [3] p. + [7] p. de pl. (1 dépl.), ill., in-4°.]

45 [Il s’agit en fait de la Grande Comète de 1680, également appelée la Comète de Kirch ou la Comète de Newton, a la particularité d’avoir été la première comète à être découverte grâce au télescope. Détectée pour la première fois par Gottfried Kirch (astronome allemand, né le 18 décembre 1639 à Guben en Allemagne ; mort le 25 juillet 1710 à Berlin) le 14 novembre 1680, ce fut l’une des comètes les plus brillantes du dix-septième siècle, visible même de jour, et remarquable pour sa queue particulièrement longue ; elle atteint son éclat le plus brillant le 29 décembre et fut observée pour la dernière fois le 19 mars 1681.]

46 [John Woodward (né le 1er mai 1665 à Derbyshire ; mort le 25 avril 1728 à Londres), naturaliste, antiquaire et géologue anglais, fondateur de la Chaire de Géologie Woodwardienne à l’université de Cambridge grâce au don de ses propriétés après sa mort ; bien qu’il fut un fervent adepte de l’importance de l’observation et des expériences dans ce que nous appelons de nos jours la science, peu de ses idées survécurent. Son explication de la création de la terre parut pour la première fois en 1695, non pas en 1699 comme Cuvier l’indique : An essay toward a natural history of the earth : and terrestrial bodies, especially minerals : as also of the seas, rivers, and springs, with an account of the universal deluge : and the effects that it had upon the Earth, Londres : Richard Wilkin, 1695, [12] + 277 p., in-8° ; d’autres éditions parurent en 1702 et 1723.]

47 [Moïse, voir Tome 1, Leçon 3, notes 20 et 23.]

48 [Zoroastre (mort en 583 avant J. C. à Balkh en Afghanistan), connu également sous le nom de Zarathoustra, prophète perse et réformateur religieux qui fonda la première religion du monde, connue sous le nom de Zoroastrisme ; bien qu’il parlât couramment l’ancien avestique, et qu’il ait vécu dans la partie est du plateau iranien, la date et le lieu de sa naissance restent inconnus.]

49 [Cadmus, voir Tome 1, Leçon 4, note 1.]

50 [Thalès, voir Tome 1, Leçon 1, note 6.]

51 [Pythagore, voir Tome 1, Leçon 3, note 5.]

52 [La grande Grèce est le nom donné aux régions côtières du sud de l’Italie et de la Sicile où les Grecs fondèrent de nombreuses cités dans l’Antiquité.]

53 [La secte ionique est un système de croyance religieux, politique et philosophique fondé en Ionie par Thalès de Milet (voir Tome 1, Leçon 1, note 6) sur la croyance que l’eau est le principe d’origine de toutes choses.]

54 [Anaxagore, voir Tome 1, Leçon 4, note 44.]

55 [Socrate, voir Tome 1, Leçon 6.]

56 [Timée de Platon, voir Tome 1, Leçon 5.]

57 [Aristote, voir Tome 1, Leçons 7 et 8.]

58 [Philosophie péripatétique, voir Leçon 9, note 7.]

59 [Théophraste, voir Tome 1, Leçon 9.]

60 [Erasistrate, voir Tome 1, Leçon 7, note 38.]

61 [Hérophile, voir Tome 1, Leçon 7, note 37.]

62 [Les Ptolémée, voir Tome 1, Leçon 7, pp. 258-259.]

63 [Alexandre le Grand, voir Tome 1, Leçon 7.]

64 [Nicandre, voir Tome 1, Leçon 10, note 16.]

65 [Galien voir Tome 1, Leçon 16.]

66 [Cicéron, voir Tome 1, Leçon 10, note 44.]

67 [Pline l’Ancien, voir Tome 1, Leçon 13.]

68 [Élien, voir Tome 1, Leçon 15.]

69 [Oppien, voir Tome 1, Leçon 15.]

70 [Hexameron de Saint-Ambroise, voir Tome 1, Leçon 17, notes 24 et 25.]

71 [Eustathius, voir Tome 1, Leçon 17, note 22.]

72 [Mahomet, voir Tome 1, Leçon 20, notes 26, 28, 30-31.]

73 [Tartarie, pays des Tartares, territoire de l’ancien Empire Russe dirigé par les élites turco-mongoles du quatorzième siècle jusqu’aux conquêtes de l’Empire Russe aux dix-huitième et dix-neuvième siècles.]

74 [Ordres de religieux mendiants, ordres religieux qui dépendent entièrement de la charité pour survivre. Les mendiants chrétiens ne possèdent, en principe, aucune propriété, ni individuellement ni collectivement, pensant qu’ils suivent ainsi la façon de vivre de Jésus, cela leur permettant de consacrer ainsi tout leur temps et toute leur énergie à leur mission religieuse.]

75 [Vincent de Beauvais, voir Tome 1, Leçon 22, note 29.]

76 [Albert le Grand, voir Tome 1, Leçon 23.]

77 [Saint-Thomas d’Aquin, voir Tome 1, Leçon 22, note 39.]

78 [Roger Bacon, voir Tome 1, Leçon 23.]

79 [Galien, voir Tome 1, Leçon 16.]

80 [Vésale, voir Leçon 1, note 45.]

81 [Eustache, voir Leçon 2, note 32 ; voir également Tome 1, Leçon 5, note 17.]

82 [Fallope, voir Leçon 1, note 13 ; et Leçon 2, notes 3 et 6.]

83 [Ingrassia, voir Leçon 1, note 85.]

84 [Botal, voir Leçon 2, note 41.]

85 [Varole, voir Leçon 2, note 44.]

86 [Fabrice d’Aquapendente ; voir Leçon 1, note 66.]

87 [Harvey, voir Leçon 2.]

88 [Belon, Rondelet, Salviani, et Gessner, zoologues de la Renaissance, voir Leçon 3.]

89 [Marggraf, voir Leçon 6, note 22.]

90 [Pison, voir Leçon 6, note 21.]

91 [Césalpin, voir note 19, ci-dessus.]

92 [Agricola, voir Leçon 9, note 18.]

93 [Palissy, voir note 20, ci-dessus.]

94 [Valentin, voir Leçon 10, note 9.]

95 [Paracelse le Grand, voir Leçon 4, note 73.]

96 [Van Helmont, voir Leçon 10, note 66.]

97 [Francis Bacon, voir Leçon 11, note 19.]

98 [Galilée, voir Leçon 11, note 20.]

99 [Copernic, voir Leçon 11, note 48.]

100 [Kepler, voir Leçon 12, note 5.]

101 [Newton, voir Leçon 11, note 37.]

102 [Torricelli, voir Leçon 11, note 41.]

103 [Pascal, voir Leçon 12, note 16.]

104 [Descartes, voir Tome 1, Leçon 6, note 7.]

105 [Boyle, voir Leçon 12, note 32.]

106 [Mayow, voir Leçon 12, note 68.]

107 [Paracelse, voir Leçon 4, note 73.]

108 [Stahl, voir Leçon 9, note 90.]

109 [Becker, voir Leçon 9, note 89.]

110 [Willis, voir Leçon 12, note 59.]

111 [Vieussens, voir Leçon 15, note 5.]

112 [Malpighi, voir Leçon 14, note 121.]

113 [Grew, voir Leçon 16, note 23.]

114 [Swammerdam, voir Leçon 16, note 50.]

115 [Descartes, voir Tome 1, Leçon 6, note 7.]

116 [Willis, voir Tome 1, Leçon 12, note 59.]

117 [Mayow, voir Leçon 12, note 68.]

118 [Stahl, voir Leçon 9, note 90.]

119 [Glisson, voir Leçon 16, note 71.]

120 [Platon, voir Tome 1, Leçon 5.]

121 [Aristote, voir Tome 1, Leçons 7 et 8.]

122 [Théophraste, voir Tome 1, Leçon 9.]

123 [Paracelse, voir Leçon 4, note 73.]

124 [Descartes, voir Tome 1, Leçon 6, note 7.]

125 D’unanimes applaudissements succèdent aux dernières paroles du célèbre professeur [M. de St.-Agy].

Table des illustrations

Légende Coda-pana Planche extraite de l’Hortus indicus Malabaricus… de Rheede (1678-1703) Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2938/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

© Publications scientifiques du Muséum, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540