Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cuvier’s History of the Natural Sciences

 | 
Georges Cuvier

6. Seventeenth-century Advances in Zoology and Botany

18. La botanique dans la seconde moitié du xviie siècle

Texte intégral

Micrographie
Planche XXIV (détail) extraite de la Micrographia de Hooke (1665) Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.

1Messieurs

2Les quatre dernières séances ont été consacrées à l’exposition des progrès des connaissances relatives au règne animal, pendant la seconde moitié du dix-septième siècle. Nous avons passé en revue les grands anatomistes qui se sont occupés de la structure intime des animaux, ceux qui ont étudié les animaux étrangers, enfin ceux qui ont cherché à les classer, à les distribuer d’après des méthodes régulières.

3Nous allons considérer, sous les mêmes points de vue, les progrès des connaissances relatives au règne végétal, pendant le même espace de temps. Nous commencerons donc par l’anatomie et la physiologie végétales, c’est-à-dire par ce qui concerne la structure intérieure des plantes et les fonctions de leurs diverses parties ; ensuite nous considérerons la distribution méthodique et les autres moyens par lesquels les botanistes ont cherché à faciliter la connaissance des espèces ; enfin nous examinerons les voyageurs, les établissements des jardins et les autres auxiliaires au moyen desquels le nombre des espèces connues a été augmenté.

  • 1 [Cornelis Jacobszoon Drebbel (né en 1572 à Alkmaar ; mort le 7 novembre 1633 à Londres), inventeur (...)
  • 2 [L’Académie des Lynx ou Accademia dei Lincei est une académie des sciences italienne située dans l (...)
  • 3 [La Société Royale de Londres pour l’Enrichissement du Savoir Naturel, connue comme la Société Roy (...)
  • 4 [Robert Hooke, voir Leçon 12, note 66.]
  • 5 [Sur l’histoire des académies, voir Leçon 12.]
  • 6 [Bacon, voir Leçon 11, notes 19 et 30.]
  • 7 [Thomas Henshaw (né en juin 1618 à Londres ; mort le 2 janvier 1700 à Kensington), avocat, courtie (...)
  • 8 [Trachées des plantes, vaisseaux tubulaires situés dans le xylème des plantes et permettant le tra (...)

4Pour la connaissance de la structure intérieure des végétaux, il n’y avait presque rien à faire tant que le microscope n’était pas devenu d’un usage facile ; aussi les anciens n’avaient-ils pu examiner que d’une façon assez grossière cette structure. Il n’existe pas dans les plantes de viscères apparents, d’organes très visibles et dont les fonctions soient aisées à distinguer, indépendamment de leur structure intime ; chez elles tout s’exécute, ou par des organes extérieurs, tels que les racines, les feuilles, les fleurs, ou bien par la structure intime de l’intérieur, par des agents dont l’analyse délicate ne peut être donnée qu’au moyen de la décomposition et du microscope. Or, le microscope n’avait été inventé que vers 1620. Drebbel1, d’une part, et les membres de l’Académie des Lyncées2 de l’autre, furent ceux qui l’employèrent les premiers. Le microscope de Drebbel ne fut même pas d’abord d’un grand usage ; il ne fut réellement utile qu’après avoir été perfectionné par les premiers membres de la Société royale de Londres3, et surtout par Robert Hook4. Je vous ai fait connaître ces faits lors de l’histoire des académies5, immédiatement après les ouvrages du chancelier Bacon6 ; ainsi nous ne nous étendrons pas davantage à cet égard. Je dirai seulement que Henshaw7, qui était membre de la Société royale de Londres, fit, en 1661, à l’aide du microscope, une très belle découverte, celle des trachées des plantes8. Ces trachées sont des vaisseaux formés par un tube élastique qui ressemble à un filet métallique enroulé en spirale. On les a comparées à la trachée artère des animaux des classes supérieures, et aux trachées des insectes. Nous verrons les diverses opinions émises sur les usages de ces parties ; remarquons seulement que c’est Henshaw qui les découvrit.

  • 9 [Micrographia, or some physiological descriptions of minute bodies made by magnifying glasses, wit (...)
  • 10 [La columelle, en anatomie végétale, est un tissu externe distinct situé à l’extrémité de la racin (...)

5Hook, qui avait tant perfectionné le microscope, parle dans sa Micrographie9, où il a consigné les observations qu’il avait faites avec cet instrument, de cette structure intérieure des plantes ; il y fait aussi connaître leur tissu cellulaire et les mailles qui le composent. Il entre même dans certains détails sur la structure intérieure des parties délicates des plantes, particulièrement à l’égard des mousses, dont il décrit très bien la petite urne qui contient la semence, et l’axe intérieur qui se nomme columelle10. Il avait vu aussi les petits filets qui bornent l’extérieur de l’urne des mousses, et qu’on appelle leur péristome.

  • 11 [Grew, voir Leçon 16, note 23.]
  • 12 [Malpighi, voir Leçon 14, note 121.]

6Mais les deux hommes qui ont traité le plus complètement et avec le plus de succès cette partie de l’histoire naturelle, à l’époque dont nous parlons, sont Grew11 et Malpighi12 ; leurs travaux même sont si supérieurs qu’il faut arriver jusqu’aux temps actuels pour rencontrer des découvertes qu’on puisse comparer aux leurs.

  • 13 [Anatomie des Plantes, voir Leçon 16, note 25.]

7Néhémie Grew, dont je vous ai déjà parlé plusieurs fois, soit comme ayant été l’un des principaux membres de la Société royale de Londres, soit pour avoir décrit des cabinets, soit enfin comme ayant fait connaître les viscères d’un grand nombre d’animaux, doit surtout sa grande réputation à son ouvrage sur l’anatomie des plantes. Il avait été chargé de très bonne heure, par l’Académie royale, de faire des cours publics de physiologie végétale, et il recevait un traitement à cet effet. Ces cours devaient reposer sur l’expérience ; ils devaient être conformes à ce grand système de philosophie expérimentale pour laquelle la Société royale avait été fondée. Les résultats en furent consignés dans un ouvrage in-folio intitulé : Anatomie des plantes13, qui est écrit en anglais et imprimé à Londres en 1682, avec quatre-vingt-trois planches. Ce livre est écrit avec une chaleur et un esprit remarquables ; l’auteur y a mis aussi une élégance dont il aurait semblé que le sujet n’était pas susceptible. Cet ouvrage est d’ailleurs rempli des observations les plus vraies, les plus exactes, les plus complètes.

  • 14 [Henshaw, voir note 7 ci-dessus.]
  • 15 [Vaisseaux scalaires sont des perforations allongées dans la structure de la trachée ou des cellul (...)

8Grew y traite d’abord du tissu végétal tel qu’on le voit sans microscope ; il montre que ce tissu est essentiellement composé dans l’origine, abstraction faite des fibres ligneuses, de petites cellules ou cellulosités ; que la moelle du végétal en particulier est essentiellement composée de cellules et non pas de vaisseaux, et qu’il n’y existe pas de valvules. Ensuite il décrit les différents vaisseaux et les différentes fibres qui sont engagés d’une certaine façon dans la cellulosité qui fait le fond du tissu végétal. Il distingue les vaisseaux qu’on appelle vaisseaux propres, parce qu’ils contiennent les sucs nécessaires à la nourriture de la plante, de l’ensemble des vaisseaux qui portent la sève : dans les plantes qui donnent du lait, par exemple, et dans celles qui produisent un suc jaune, d’où découlent la poix, la résine, la gomme, ces sucs sont contenus dans les vaisseaux propres. Grew a remarqué que ces vaisseaux sont formés de cellules déchirées qui deviennent contiguës les unes aux autres. Il a très bien connu les trachées, telles que Henshaw14 les avait découvertes ; il en a même distingué des espèces particulières, entre autres celles qu’on nomme vaisseaux scalaires15, parce qu’elles ressemblent à des intervalles d’échelons.

  • 16 [Les pores corticaux sont des pores que l’on trouve sur l’épiderme des feuilles, tiges, et autres (...)
  • 17 [Nicolas-Théodore de Saussure (né le 14 octobre 1767 à Genève ; mort le 18 avril 1845 à Genève), b (...)
  • 18 [Augustin Pyramus de Candolle (né le 4 février 1778 à Genève ; mort le 9 septembre 1841 à Genève), (...)
  • 19 [Mémoires de l’Académie des Sciences de Paris, voir Leçon 12, note 75.]
  • 20 [Michel-Louis Reneaume (ou Michel-Louys Remeaulme) de Lagaranne (né en 1676 à Blois ; mort le 27 m (...)

9Grew a décrit aussi une partie capitale des plantes, les pores corticaux16 qui, depuis, ont été décrits de nouveau avec plus d’attention par MM. de Saussure17 et de Candolle18. Il pensait que ces pores servaient à absorber les vapeurs de l’atmosphère ; et c’est même d’après ses découvertes microscopiques que quelque temps après, dans les Mémoires de l’Académie des Sciences19, Reneaulme20, anatomiste français, donna un Mémoire sur l’usage des feuilles, où il montre comment elles servent alternativement à la transpiration, à l’absorption et à la nutrition de la plante.

10Grew est encore le premier des auteurs de physiologie végétale qui ait défendu, qui ait soutenu les sexes des plantes, et l’importance des anthères, comme organes de fécondation.

  • 21 [Thomas Millington (né en 1628 à Newbury, West Berkshire ; mort le 5 janvier 1703 ou 1704 à Gosfie (...)
  • 22 [Jacob Bobart (ou Bobert) l’Ancien (né en 1599 à Brunswick ; mort le 4 février 1680 à Oxford), bot (...)
  • 23 [Le lychnis dioïca est une plante biennale ou vivace aux fleurs rose fonçé à rouge, appartenant à (...)
  • 24 [Historia plantarum, species hactenus editas aliasque insuper multas noviter inventas & descriptas (...)

11Cette découverte avait déjà été indiquée par un professeur d’Oxfort nommé Millington21 ; et Bobart22, qui était directeur du jardin botanique d’Oxfort, l’avait mise hors de doute par des expériences sur le lychnis dioïca23, où les étamines et le pistil sont sur des individus séparés. Il avait eu la facilité de tenir isolés des lychnis femelles, et il avait remarqué que lorsque la poussière des anthères n’avait pas été répandue sur le pistil, la graine n’était pas arrivée à maturité. Cette première expérience date de 168124.

  • 25 [Rodolphe-Jacques Camerarius (né le 12 février 1665 à Tübingen ; mort le 11 septembre 1721 à Tübin (...)

12La théorie du sexe des plantes, que Ray soutint aussi dans son histoire25 qui parut en 1685, appartient donc aux Anglais, et c’est à tort qu’on l’a attribuée à Rodolphe-Jacques Camerarius, professeur à Tubingue, qui n’en parla que dans une thèse sur les sexes des plantes, soutenue en 1694. Camerarius a néanmoins le mérite d’avoir ajouté de nouvelles preuves à celles qui existaient déjà, par ses expériences sur le chanvre. Il avait isolé des individus de cette plante qui n’avaient que des pistils, et ainsi soustraits à l’action de la poussière des étamines, il y avait eu absence de fécondation ; leur graine n’avait point germé.

13Les anciens n’avaient point eu connaissance de la constance de ce phénomène : ils savaient bien que les dattiers femelles avaient besoin d’être fécondés par la poussière des spathes des dattiers mâles ; mais c’est à peu près à ce fait et à un ou deux autres, que se réduisait ce qu’ils connaissaient ; ils n’en avaient point tiré de conséquences générales.

  • 26 [Boccone, voir Leçon 12, note 107.]

14Une nouvelle expérience fut faite sur le palmier par Boccone26, naturaliste sicilien, dont j’aurai occasion de vous parler tout à l’heure. C’était en 1697 ; de sorte que la preuve palpable de l’existence des sexes dans les végétaux, était tout-à-fait acquise à l’époque dont nous parlons.

  • 27 [Jean-Henri Burckhard (né le 5 août 1676 à Sulzbach ; mort le 3 mai 1738 à Wolffenbüttel), médecin (...)
  • 28 [Leibnitz, voir Tome 1, Leçon 6, note 22.]
  • 29 [« Methodus plantarum sexualis », in Linné (Carl), Systema naturae, sive Regna tria naturae system (...)

15Un botaniste allemand, Jean-Henri Burckhard27, dans une lettre adressée à Leibnitz28, en 1702, sur les véritables principes dont on pourrait partir pour établir des classifications dans le règne végétal, adopta entièrement cette doctrine ; il indiqua même une distribution de végétaux analogue à celle que Linnée proposa ensuite en 173529 ; c’est-à-dire qu’il exprima l’opinion que le nombre des étamines, leur position, leurs rapports avec les pistils, pourraient servir de base à une distribution de jardin botanique.

  • 30 [Tournefort, voir Leçon 13, note 31.]

16Cependant Tournefort30, qui fut le botaniste dominant à la fin du dix-septième siècle et au commencement du dix-huitième, repoussa toujours cette idée ; il ne cessa de considérer les anthères comme de simples organes d’excrétion.

  • 31 [Sébastien Vaillant (né le 26 mai 1669 à Vigny ; mort le 20 mai 1722 à Paris), médecin et botanist (...)
  • 32 [Discours sur la structure des fleurs, voir note 31 ci-dessus.]

17L’aide-démonstrateur du Jardin des plantes, Sébastien Vaillant31, qui était assez mal avec Tournefort, à cause de leur différence d’opinion à ce sujet, a écrit un traité exprès sur ce point de physiologie végétale32 ; mais il n’a paru qu’en 1718, et ainsi on ne peut point, comme quelques-uns l’ont fait, lui attribuer la découverte dont nous parlons.

  • 33 [Joseph Gottlieb Koelreuter (né le 27 avril 1733 à Sulz am Neckar ; mort le 11 novembre 1806 à Kar (...)

18La doctrine des sexes des plantes se répandit davantage par le système de Linnée ; mais elle ne fut définitivement adoptée par tout le monde qu’en 1761, lorsque Kôlreuter33, botaniste allemand, établi à Pétersbourg, eut fait des expériences directes pour produire ce qu’il appelait des mulets végétaux : il fécondait une espèce par une espèce voisine, obtenait des êtres intermédiaires entre les deux espèces, et les semences de ceux-ci étant fécondées, il transformait ainsi successivement une espèce dans une autre par la seule puissance de la poussière des étamines.

  • 34 [Malpighi, voir Leçon 14, note 121.]

19Marcel Malpighi34, auteur capital en anatomie et en physiologie végétales, a rejeté comme Tournefort, malgré toutes les expériences dont je viens de parler, la doctrine des sexes dans les plantes ; il considérait aussi les étamines et les anthères comme de simples organes d’excrétion. Mais ses ouvrages sur l’anatomie végétale n’en sont pas moins dignes d’une grande estime pour la quantité de vérités importantes qu’ils contiennent.

  • 35 [Société Royale de Londres, voir Leçon 12, note 56.]

20Malpighi a observé le tissu intime des plantes avec autant de soin que le tissu intime des animaux. Il a employé, pour ses observations, le microscope, la macération et tous les autres moyens qu’il avait appliqués aux tissus des animaux. Pour cette partie de ses travaux, il a été aussi favorisé par la Société royale de Londres35, à qui il les communiquait à mesure qu’il les terminait. Malpighi, comme je vous l’ai dit, fut professeur à Bologne ; il y demeura jusqu’à sa mort, qui survint en 1694 ; c’était de cette ville qu’il envoyait ses ouvrages à Londres. Il en a fait imprimer quelques-uns en Italie ; mais le plus grand nombre a été publié à Londres, par les soins de la Société royale.

21Cet auteur s’occupa d’anatomie végétale un peu plus tard que Grew ; cependant son ouvrage parut un peu plus tôt que celui de Grew, qui ne fut publié qu’en 1682. Les manuscrits de la première partie de l’ouvrage de Malpighi avaient été envoyés à Londres dès le mois de décembre 1671, et ceux de la deuxième le furent en 1674.

22Malpighi s’est attaché surtout aux semences ; il en a examiné la structure intérieure et le développement. Il a aussi examiné avec le plus grand soin les cellulosités qui constituent le tissu fondamental des végétaux ; il a vu les petits conduits, les petites ouvertures intercellulaires qui ont été reproduits dans ces derniers temps. Il a observé avec le plus grand soin la petite chaîne de cellules, qui constitue dans beaucoup de parties, notamment dans les corolles, des espèces de vaisseaux. Mais il s’est trompé sur la nature des trachées des végétaux, qui ont tout-à-fait la même apparence que celles des insectes. Il crut, d’après cette ressemblance extérieure, que les trachées des végétaux étaient leurs organes de respiration. Cette opinion a même dominé pendant presque tout le dix-huitième siècle. Ce n’est guère que sur la fin de ce siècle qu’on s’est convaincu que les trachées sont des vaisseaux contenant des liquides, qu’ils ne sont pas remplis d’air d’une manière plus spéciale que les autres vaisseaux ; en un mot, que ce sont des organes de nutrition et non pas des organes de respiration.

23Malpighi a considéré les vaisseaux propres comme des vaisseaux de circulation ; il leur a même attribué des valvules, parce qu’il cherchait à établir une espèce d’analogie entre eux et les veines des animaux. C’est encore une erreur à laquelle il s’est laissé aller par des idées systématiques.

24On peut aussi lui reprocher d’avoir comparé l’accroissement du tronc des arbres à celui des os. Mais cette erreur était plutôt relative à l’anatomie animale qu’à l’anatomie végétale ; car Malpighi a très bien montré que l’accroissement du tronc des arbres se fait au moyen de couches successives qui viennent, entre l’écorce et le bois, s’ajouter à l’une et à l’autre, et augmenter ainsi l’épaisseur des deux. Les dents, les ongles, les cornes des animaux croissent, il est vrai, de cette manière ; mais les os croissent par une intussusception plus intime.

25La partie la plus essentielle, la plus capitale des travaux de Malpighi, est celle qui a pour objet la germination ; il l’a observée avec beaucoup de succès.

26Malpighi et Grew ont été, pendant tout le dix-huitième siècle, les auteurs capitaux en physiologie végétale ; et cependant leurs découvertes ont eu tant de peine à s’établir, qu’en 1711, quelques personnes doutaient encore de l’existence des trachées. Dans les Mémoires de l’Académie des Sciences, on en trouve un où l’auteur dit, à ce sujet, que le microscope fait voir à peu près ce que l’on veut.

  • 36 [Leeuwenhoek, voir Leçon 15, note 14.]

27Un troisième auteur, dont nous avons aussi parlé, concourut, avec Grew et Malpighi, à perfectionner l’anatomie végétale, comme il avait concouru, avec Malpighi seulement, à perfectionner l’anatomie animale dans ce qu’elle a de plus microscopique : c’est le grand micrographe Antoine Leeuwenhoeck36, né à Delft en 1632, et mort en 1723.

  • 37 [René Louiche Desfontaines (né le 14 février 1750 près de Tremblay en Bretagne ; mort le 16 novemb (...)
  • 38 Il est bien entendu qu’il faut couper l’arbre tout-à-fait à sa base [M. de St.-Agy].

28Il a observé, avec un zèle infatigable, tout ce qui ne se voit qu’à l’aide du verre grossissant. Aussi le tissu des feuilles et de toutes les autres parties du végétal sont-elles le sujet principal des différentes lettres qu’il adressait à la Société royale de Londres, et dont se compose la collection de ses ouvrages. Comme il écrivait ces lettres aussitôt qu’il avait fait une observation nouvelle, sans y mettre autrement d’ordre, ses diverses découvertes sont éparses, et il faut les chercher dans les différentes parties de son livre ; mais, à part ce pêle-mêle, il y en a beaucoup de précieuses. Par exemple, Leeuwenhoeck avait déjà aperçu cette distinction, qui, de nos jours, est regardée comme essentielle, des plantes monocotylédones et des dicotylédones. Vous savez que M. Desfontaines37, et quelques autres, ont fondé une division dans le règne végétal sur cette circonstance, que dans les dicotylédons, les fibres sont disposées en cercles concentriques liés ensemble par des rayons qui viennent du centre de la moelle ; de sorte que quand on a coupé un arbre ordinaire, comme un sapin ou un chêne, on y distingue autant de cercles concentriques qu’il a vécu d’années38. Les arbres monocotylédons, au contraire, comme les palmiers, par exemple, n’ont que des fibres longitudinales, sans tissu cellulaire qui soit disposé par rayons ; ils ne présentent pas de couches concentriques ; la coupe d’un palmier n’offre à la vue que des points qui répondent à chacune des fibres coupées, sans que ces points soient distribués en cercles.

29Leeuwenhoeck, qui avait fait cette observation, ne la généralisa pas ; il n’arriva point à ce degré de précision qu’exige un théorème scientifique : dans les plantes des Indes, dit-il seulement, il n’existe que des filets ; on n’y remarque pas les rayons que présentent les arbres que nous nommons dicotylédons.

30Les observations de Leeuwenhoeck sur les semences ne se répandaient pas facilement, parce que, n’étant point botaniste de profession, il ne savait pas les établir d’une manière générale. Il eut beaucoup de peine à faire croire que la petite plante était contenue dans la graine : elle n’y est pas, à la vérité, sous les formes qu’elle doit avoir plus tard, mais ses parties y sont emboîtées les unes dans les autres. En général, on fait cette objection contre le système de l’évolution des germes, qu’on ne voit pas dans le germe l’être parfait avec toutes ses parties comme elles doivent se montrer dans la suite. En effet, on ne voit dans la semence qu’une seule feuille pour les monocotylédons, et deux feuilles pour les dicotylédons ; les autres doivent sortir de celles-là, mais elles n’y existaient pas moins avant leur sortie.

31Ce n’est que d’une manière historique que je traite ce sujet en ce moment ; je voulais seulement dire que les antagonistes du système de l’évolution le représentent d’une manière contraire à ce qu’il est dans la nature, et que c’est ainsi qu’ils ont beau jeu pour le combattre.

  • 39 [Duhamel, voir Leçon 12, note 110.]

32Vous pouvez reconnaître, messieurs, par l’histoire que je viens de vous présenter des principaux auteurs du dix-septième siècle en anatomie et en physiologie végétales, que leurs découvertes formaient déjà un ensemble très complet, une masse très respectable de connaissances ; aussi verrons-nous plus tard que Duhamel39 et quelques autres qui ont fait beaucoup d’expériences sur les plantes vivantes, ont fort peu ajouté à l’anatomie proprement dite de la plante, à la connaissance de sa structure. Ce n’est que dans ces derniers temps, et par des botanistes qui vivent encore, que cette partie de la science a été fortement augmentée.

  • 40 [Perrault, voir Leçon 12, note 113.]

33Quant à la physiologie de la plante, on s’en était aussi occupé à l’époque dont je parle : Claude Perrault40, cet architecte, cet anatomiste, ce médecin, ce dessinateur tout à la fois, dont je vous ai entretenu, traite, dans ses œuvres physiques, de la marche de la sève. Il a même constaté un point capital de physiologie, par des expériences directes, celui de la sève descendante. En effet, les sucs des végétaux n’ont pas seulement un mouvement ascendant, ils ont aussi un mouvement descendant, qui est prouvé par le boursouflement qui résulte d’une ligature faite à un arbre, car ce boursouflement se manifeste au-dessus de la ligature.

  • 41 [Dodart, voir Leçon 12, note 120.]
  • 42 [Duverney, voir Leçon 12, note 113.]
  • 43 [Lahire, voir Leçon 12, note 115.]
  • 44 [Guy Patin (né en 1601 à Hodenc-en-Bray dans l’Oise ; mort le 30 août 1672 à Paris), médecin et ho (...)

34Denis Dodart41 était aussi, avec Perrault, Duverney42, Lahire43 et tous les autres savants dont je vous ai parlé, un des premiers membres de l’Académie des Sciences. Il était né à Paris, en 1634, et mourut en 1707. Il fut célèbre de bonne heure par la grande science qu’il montra dans tous ses exercices pour arriver au doctorat ; cette célébrité est consignée dans les lettres de Gui Patin44. Dodart passa une grande partie de sa vie à faire des expériences de physiologie végétale : mais il s’attacha spécialement à l’analyse des plantes par le feu, ce qui lui prit beaucoup de temps assez peu utilement pour la science, puisque, comme je l’ai expliqué dans la dernière séance, chaque plante donnait à peu près les mêmes résultats à l’alambic.

  • 45 [Dutrochet, voir Leçon 7, note 110.]

35Il s’occupa aussi d’expériences sur les causes de la direction constante des tiges de la plante vers le ciel, et de celle de la racine vers la terre. Cette direction a toujours été une des grandes questions de la physiologie végétale ; on peut même dire qu’elle n’est pas encore complètement résolue. Celui qui est approché le plus de sa solution est M. Dutrochet45, qui a publié, il y a seulement deux ans, son opinion sur ce phénomène. Si l’explication qu’il propose est admise, elle sera entièrement nouvelle.

  • 46 Les plantes parasites, et particulièrement celle qu’on nomme gui, font exception à cette loi de la (...)

36Dodart a toujours vu qu’une branche détournée par un obstacle de sa direction primitive, lorsqu’elle continue à croître, ne le fait pas dans la nouvelle direction qu’elle a reçue, mais se fléchit pour se diriger de nouveau vers le ciel46. Il a vu aussi que les feuilles se retournent pour reprendre leur sens naturel, quand on leur en a imposé un autre ; de sorte que le végétal a en lui-même la force nécessaire pour revenir à la forme et à la direction qui sont essentielles à son existence.

  • 47 [Edme Mariotte (né c. 1620 à Til-Châtel ; mort le 12 mai 1684 à Paris), physiciste et prêtre franç (...)

37Mariotte47, aussi membre de l’Académie des Sciences de ce temps, qui s’était surtout adonné à l’hydraulique, à toutes les parties de la physique qui tiennent au mouvement des liquides, devait s’occuper de cette expérience, car c’était un des cas particuliers de la science qu’il cultivait ; aussi en traita-t-il ; mais il rendit un plus grand service à la science en engageant les botanistes à abandonner les analyses par le feu, dont il leur montra la vanité.

38On ne connaît pas l’époque de la naissance de Mariotte ; on sait seulement qu’il mourut en 1684.

  • 48 [Jean Woodward (né le 1er mai 1665 à Derbyshire ; mort le 25 avril 1728 à Londres) naturaliste, an (...)
  • 49 [Van Helmont, voir Leçon 10, note 66.]
  • 50 [Gaz carbonique, compose chimique dont la formule est H2CO3, nom également donné aux eaux contenan (...)

39Un physicien du même temps, et que nous verrons reparaître en géologie, pour un système très remarquable, est Jean Woodward48. Il était professeur au collège de Gresham, à Londres, et était né en 1665 ; il ne mourut qu’en 1728, de sorte qu’il est un peu jeune comparativement aux auteurs dont nous avons parlé jusqu’à présent. Il reproduisit les expériences remarquables par lesquelles Van Helmont49 avait prouvé que les végétaux peuvent subsister avec de l’air et de l’eau seulement. Van-Helmont, dans ses expériences sur le gaz acide carbonique50 et autres, avait été conduit à examiner la nutrition des végétaux, et il était parvenu à nourrir des plantes semées dans du sable pur en ne leur donnant que de l’eau, et les laissant du reste tirer de l’atmosphère tout ce qu’elle renferme de propre à leur accroissement. Il avait conclu de ce fait que les végétaux ont la faculté de décomposer l’acide carbonique. Ce n’était pas ainsi qu’il l’expliquait, car de son temps on ne connaissait pas le carbone ; mais toujours est-il que les expériences desquelles on a conclu dans ces derniers temps que la végétation décompose l’eau et l’acide carbonique pour en extraire le carbone et l’hydrogène, avaient déjà été faites par Van Helmont dans le seizième siècle, et par Woodward dans le dix-septième.

40L’anatomie et la physiologie végétales étaient donc déjà arrivées, je le répète, à un degré de perfection assez remarquable à la fin de l’époque dont nous parlons : tellement même que ce degré de perfection a suffi à presque tous les botanistes du dix-huitième siècle ; car très peu d’entre eux ont cherché à ajouter à ce qu’avaient fait Grew et Malpighi.

41Nous passons maintenant au second article que nous ayons à considérer, c’est-à-dire à la distribution des végétaux, distribution qui suppose aussi l’étude de toutes leurs parties.

42Pour les végétaux comme pour les animaux, une méthode, un système, est un moyen d’arriver, par des divisions graduées, à la connaissance des espèces ; c’est l’inverse d’un dictionnaire : dans celui-ci, les noms sont rangés par ordre alphabétique, et quand on sait l’un d’eux, on trouve aussitôt sa valeur, sa signification ; mais le naturaliste ignore le nom des plantes qu’il recueille ; pour le découvrir on a imaginé un dictionnaire inverse, où, par des circonstances d’organisation, on remonte jusqu’à ce nom. Une méthode en histoire naturelle est un arrangement dans lequel les espèces sont divisées d’abord en grandes masses, d’après certaines propriétés ou certaines circonstances d’organisation, et ensuite subdivisées en masses plus petites, d’après d’autres circonstances ; de telle manière que de division en division, on arrive jusqu’au genre et jusqu’à l’espèce. Alors on voit à côté du caractère de cette espèce le nom qu’elle doit porter.

43La nécessité de cette méthode a été sentie par les botanistes plutôt que par les cultivateurs des autres branches de l’histoire naturelle parce que la botanique est la première science dans laquelle on ait eu un très grand nombre d’espèces à étudier, et où l’on se soit aperçu de la difficulté de retrouver les espèces dont les anciens avaient donné seulement le nom, sans avoir laissé une méthode pour arriver à sa connaissance.

  • 51 [Césalpin, voir Leçon 2, note 47.]
  • 52 [Gaspard et Jean Bauhin, voir Leçon 2, note 112 ; et Leçon 8, note 25.]
  • 53 [Gessner, voir Leçon 4 ci-dessous.]

44Nous avons vu que la plus ancienne des méthodes fondées uniquement sur des circonstances visibles, sur des caractères que l’être porte en lui-même, est celle de Césalpin51, qui parut à la fin du seizième siècle ; je vous en ai rendu compte dans le temps ; elle est contenue dans son livre des plantes, imprimé à Florence en 1583. Malgré cet exemple encourageant de Césalpin, la nécessité d’une méthode ou d’un système ne fut pas sentie immédiatement. Ainsi les Bauhin52, qui ont dominé en botanique pendant le commencement du dix-septième siècle, n’ont pas adopté d’arrangement méthodique : dans leurs ouvrages, les plantes sont distribuées par groupes un peu vagues ; il n’y existe pas de divisions et subdivisions qui conduisent jusqu’à l’espèce. Les Bauhin rangeaient les plantes d’après leur ordre alphabétique, comme avait fait Gessner53 pour les animaux.

  • 54 [Joachim Jung ou Jungius (né le 22 octobre 1587 à Lübeck ; mort le 23 septembre 1657 à Hambourg), (...)
  • 55 [Isagoge phytoscopica, Hambourg : Gottfried Liebezeit, 1679, [c. 383] f., in-4°.]
  • 56 [Critica botanica, in qua nomina plantarum, generica, specifica et variantia, examini subjiciuntur (...)

45Néanmoins beaucoup de botanistes finirent par sentir la nécessité d’une méthode, et essayèrent même d’en tracer les règles. Tel fut, entre autres, un professeur de Hambourg, nommé Joachim Jung54, qui était né à Lubeck, en 1587, et qui mourut à Hambourg en 1657. On publia, après sa mort seulement, en 167955, un livre de lui, intitulé : Isagoge phytoscopica, dans lequel est démontrée non seulement la nécessité des méthodes, mais encore où est indiquée la manière convenable de les établir. L’auteur fait voir que tous les caractères propres à faire reconnaître la plante doivent être tirés de l’individu lui-même et non point de ses usages ou de propriétés qu’il ne manifeste pas à l’instant et dans tous les temps. Il donne, à cet égard, beaucoup d’autres règles qui font de ce livre une espèce de précurseur du fameux ouvrage par lequel Linnœus a débuté dans l’histoire naturelle, c’est-à-dire de sa Critica botanica56, dans laquelle il donne des règles analogues à celles de Jung, mais plus fines encore. Nous en parlerons en traitant des progrès des sciences naturelles pendant le dix-huitième siècle ; car cette Critica botanica est la source de ce qui a été fait par Linnée, par ses élèves et par tous ceux qui ont suivi la même méthode.

  • 57 [Robert Morison (né en 1620 à Aberdeen en Écosse ; mort le 10 novembre 1683 à Londres), botaniste (...)
  • 58 [Charles Ier, voir Leçon 2, note 101.]
  • 59 [Robin, voir Leçon 7, note 128.]

46Mais, pour en revenir aux auteurs de systèmes, il faut passer près de cinquante ans pour en trouver un second après Césalpin. On le doit à Robert Morison57, botaniste écossais qui a habité la France pendant une grande partie de sa vie. Il était né à Aberdeen en 1620 ; il prit part aux guerres civiles de l’Angleterre, du temps de Charles Ier58, et y fut blessé ; c’est alors qu’il passa en France, en 1648. Après s’être fait recevoir docteur en médecine à Angers, il vint à Paris, où il se lia avec Robin59, dont je vous ai parlé en traitant des jardins botaniques au seizième siècle.

  • 60 [Gaston de France, connu également sous le nom de Duc d’Orléans (né le 25 avril 1608 au Palais de (...)
  • 61 [Nicolas Robert (né le 18 avril 1614 à Langres ; mort le 25 mars 1685 à Paris), artiste et graveur (...)
  • 62 [Louis XIV, voir Leçon 8, note 86.]

47Morison aidait Robin à diriger ses cultures. Il fut présenté par lui à Gaston, duc d’Orléans60, qui était grand amateur de fleurs et avait à Blois, dont le château de campagne était sa résidence ordinaire, un jardin très beau dans lequel il avait fait disposer beaucoup de plantes étrangères. Gaston en confia la direction à Morison, qui y demeura pendant dix ans. Ce fut alors qu’un fameux peintre de miniature, nommé Robert61, fut attaché à ce jardin, et que sous la direction de Morison il commença cette belle suite de peintures de plantes sur vélin, qui est aujourd’hui conservée à la bibliothèque du Jardin du Roi, et dont Louis XIV62 fit faire plus tard de grandes gravures.

  • 63 [Charles II, voir Leçon 8, note 96.]

48Charles II63, qui était neveu de Gaston, avait vu très souvent Morison chez son oncle, dans son château de Blois. Lorsqu’il fut de retour dans ses états, il l’appela et le fit intendant de son jardin. En 1679, Morison devint aussi professeur à Oxford ; mais il fut frappé dans une rue du timon d’une voiture, en 1683, et mourut de cet accident.

  • 64 [Hortus regius Blesensis auctus, cum notulis durationis & charactismis plantarum tam additarum qua (...)
  • 65 [Plantarum umbelliferarum distributio nova, per tabulas cognationis et affinitatis, ex libra natur (...)
  • 66 [À sa mort, l’opus magnum Historia Plantarum Universalis Oxoniensis de Morison resta inachevé, ave (...)

49Ses ouvrages sont assez nombreux ; il a donné d’abord, en 1669, une description du jardin de Blois intitulée : Hortus Blesensis64 ; ensuite, en 1672, une nouvelle distribution des ombellifères65 ; mais surtout on a de lui une histoire universelle des plantes, dont une partie seulement a paru de son vivant ; la fin de cette histoire a été terminée par Bobart, directeur du jardin d’Oxford, dont je vous ai parlé, et publiée en 169966.

  • 67 [Césalpin, voir Leçon 2, note 47.]
  • 68 [Gessner, voir Leçon 4.]

50Ce livre de Morison contient un système, mais un système qui se rapproche plus de la méthode naturelle que des distributions tout à fait rigoureuses et dichotomiques. La division des plantes en ligneuses et en herbacées, que Césalpin67 avait admises dans son livre, y est conservée. Les plantes ligneuses sont subdivisées en arbres, en arbrisseaux et en sous-arbrisseaux. Vous voyez que ce système est indépendant de la fleur, quoique dans ce temps l’ouvrage où Conrad Gessner68 avait montré que c’est sur la fleur qu’on doit établir les rapports réels des végétaux, eût déjà paru et fût généralement connu.

51Les plantes herbacées sont divisées en grimpantes, en légumineuses, en siliqueuses, en tricapsulaires, en tétra ou pentacapsulaires, en corymbifères, en lactescentes. Ces deux dernières sont les plantes composées d’aujourd’hui. Ensuite viennent les culmifères, celles qui sont chauves ou les gramens ; puis les ombellifères, les baccifères, les capillaires et les hétéroclites. Il existe d’autres classes dont je ne vous donnerai pas les détails, parce que cette méthode n’est pas rigoureuse comme celle que nous allons voir dans Ray.

52J’ai eu occasion de vous parler de ce naturaliste, à propos de plusieurs classes d’animaux ; car son esprit méthodique s’est porté sur toutes les branches de l’histoire naturelle. Il a été le modèle des méthodistes pendant toute la durée du dix-huitième siècle ; Linnée l’a suivi à plusieurs égards. On le voit surtout par son histoire générale des plantes.

53Ray divise les plantes en imparfaites et en parfaites ; par celles-là il entend les plantes qui n’ont pas de fleurs et de semences visibles, comme les champignons, les fucus : c’est toujours une division dichotomique ou à peu près.

54Les plantes parfaites, qui forment le plus grand nombre, ont ou une semence très petite et presque invisible, comme les fougères, que Ray met en dehors, ou une semence très apparente, et alors ce sont les plantes ordinaires. Celles-ci sont divisées en dicotylédones et en monocotylédones ; c’est-à-dire en plantes dont le germe se développe par deux petites feuilles, et en espèces dont l’embryon ne produit d’abord qu’une seule feuille.

  • 69 [Jussieu, voir Leçon 7, note 156.]
  • 70 [Methodus plantarum sexualis, voir note 29 ci-dessus.]

55Ces trois divisions ont été conservées jusqu’à nos jours, sont reproduites dans les familles naturelles de Jussieu69, et forment la base de toutes les classifications des botanistes, quoique Linnée n’y ait pas eu égard dans son système sexuel70.

  • 71 [Les corymbifères et synanthérées

56Dans les dicotylédons, ou les fleurs sont imparfaites ou elles sont parfaites : les fleurs imparfaites sont celles qui manquent de quelques parties, de pétales, par exemple ; les fleurs parfaites sont celles qui ont toutes leurs parties. Celles-ci sont ou composées ou simples. Les fleurs composées sont celles qui, dans le même calice, contiennent plusieurs petits fleurons. Elles sont subdivisées suivant qu’elles se composent uniquement de fleurons ou de demi-fleurons, ou bien que leur centre est occupé par des fleurons et leur circonférence par des demi-fleurons. Ce sont les divisions adoptées encore pour les corymbifères ou synanthérées71.

  • 72 [Echium, genre regroupant environ soixante espèces de plantes herbacées appartenant à la famille d (...)
  • 73 [La garance, ou rubia cordifolia est une espèce de plantes herbacées appartenant à la famille des (...)

57Dans la division des fleurs simples et à semences nues dans le fond du calice, il a égard au nombre des semences. Ou il n’y en a qu’une, ou il y en a deux, trois, quatre ou davantage. S’il n’y en a qu’une, il n’y a pas lieu à subdiviser ; lorsqu’il y en a deux, il fait une subdivision suivant que la fleur a cinq pétales, ou est monopétale ; on arrive ainsi à des genres naturels. Les fleurs à cinq pétales et à deux semences sont les ombellifères ; les fleurs monopétales à deux semences sont les plantes étoilées. Il fonde la division des fleurs à quatre semences sur l’opposition ou l’alternement des feuilles : c’est une famille naturelle. Les aspérifeuilles, comme les échium72, etc., ont les feuilles alternes. Les verticillées, comme la garance73, etc., ont les feuilles opposées. Ce sont encore, comme vous voyez, des espèces de familles naturelles. Lorsque la fleur a plus de quatre semences, Ray ne fait pas de subdivision.

58Voilà les plantes à fleurs simples et à semences nues. Nous allons passer maintenant aux plantes à fleurs simples et à semences revêtues d’un péricarpe ou fruit.

59Ou ce péricarpe est mou, grand et charnu, et alors il appartient aux pomifères, ou plantes qui portent des pommes ; ou il est petit et juteux, et alors il constitue des baies, comme les groseilles.

60Lorsque le péricarpe n’est pas mou, qu’il est plus sec que dans les groseilles, ou il est multiple, ou il est seul. S’il est multiple, il en résulte une classe, c’est celle des siliqueuses ; s’il est seul, la subdivision a lieu d’après la forme des fleurs. Celles-ci sont ou monopétales ou tétrapétales, ou pentapétales, ou même ont un plus grand nombre de divisions. Les monopétales sont régulières ou irrégulières ; les tétrapétales sont aussi ou régulières ou irrégulières. Les tétrapétales régulières sont, par exemple, les crucifères, telles que les giroflées, les choux ; les irrégulières sont les papillonacées, comme les haricots, les pois, le faux acacia. On arrive ainsi définitivement aux familles naturelles.

61Vous voyez que cette division des plantes dicotylédones et à fleurs parfaites est régulièrement faite en deux, en trois ou en quatre branches ; de sorte qu’il est impossible, quand on examine la fleur et le fruit d’une plante, qu’on n’arrive pas à reconnaître la classe à laquelle elle appartient, et ensuite son genre. Pour vous faire arriver à cette dernière division, il me faudrait vous donner un cours de botanique en entier ; mais par ce que j’ai dit, vous pouvez, je pense, prendre une idée suffisante de ce qui constitue la méthode naturelle en botanique.

  • 74 [Les gramen, nom de genre superflu d’un groupe de plantes à fleurs de la famille des Poaceae.]

62Ray divise les plantes monocotylédones d’après les mêmes considérations que les dicotylédones, c’est-à-dire suivant que leur fleur est parfaite ou qu’elle est imparfaite. Dans les plantes à fleurs imparfaites, il range les gramens74, les joncs et autres végétaux semblables ; dans les plantes à fleurs parfaites, il comprend les palmiers, les liliacées.

  • 75 [Christophe Knaut (né en 1638 à Halle ; mort en 1694 à Halle), médecin et botaniste allemand (à ne (...)
  • 76 [Philosophia botanica, in qua explicantur fundamenta botanica, cum definitionibus partium, exempli (...)

63Parmi les auteurs qui imitèrent Ray et le perfectionnèrent, je citerai Christophe Knaut, médecin à Halle75, en Saxe, qui, dans une énumération des plantes des environs de Halle, publiée à Leipsick en 1687, c’est-à-dire l’année qui suivit celle où l’ouvrage de Ray parut, donna le système de Ray en quelque sorte retourné. Il divise comme lui les plantes en herbes et en arbres ; mais ensuite les herbes sont distribuées suivant que leurs fleurs ont des pétales ou qu’elles n’en ont pas. Les fleurs imparfaites sont à la fin, tandis que dans Ray elles sont au commencement. Les fleurs parfaites ou à pétales sont divisées suivant que leur fruit est charnu, membraneux ou nu. Chaque classe est ensuite distribuée suivant que les fleurs sont monopétales, tétrapétales régulières, tétrapétales irrégulières, pentapétales, hexapétales ou polypétales. Les autres plantes sont divisées d’après des considérations semblables. Il est inutile que j’insiste davantage ; je dois vous donner seulement l’idée mère de chaque système. Vous trouverez au surplus l’indication complète de ce dernier système dans la Philosophia botanica76 de Linnée.

  • 77 [Rivin (Rivinus), voir Leçon 13, note 53.]
  • 78 [Introductio generalis in rem herbariam, Leipzig : C. Fleischer, C. Günther & J. H. Richter, 1690- (...)
  • 79 [Le floscule, en botanique, représente chacune des petites fleurs d’une fleur composée telle qu’un (...)

64Rivinus Augustus Quirinus77, qui a été un des grands botanistes de cette époque, un des hommes qui ont le mieux connu et apprécié les plantes, qui les ont considérées sous les aspects les plus philosophiques, a donné un système botanique plus parfait que celui de Knaut. Le véritable nom de Rivin était Bachmann, c’est-à-dire homme de rivière, d’où son père, qui était médecin, en latinisant son nom, avait tiré celui de Rivinus. Auguste Rivin, celui qui nous intéresse, était né en 1652, et mourut en 1725. Son livre est intitulé : Historia generalis ad ram herbariam, et fut imprimé à Leipsick en 169078. Au lieu de passer alternativement, comme Ray et comme Knaut, du fruit à la fleur et de la fleur au fruit, il s’attacha simplement à la fleur. Dans sa première division il plaça d’abord les plantes à fleur régulière, les plantes à fleur composée, les plantes à fleur irrégulière, et ensuite les plantes à fleur imparfaite. Vous voyez que voilà une première division en quatre branches qui est très claire ; puis, pour chaque branche, il prit le nombre des pétales. Ainsi, pour nous en tenir aux plantes à fleur régulière, il les divisa en monopétales, dipétales, tripétales, tétrapétales, en un mot, d’après le nombre des pétales. Il procéda de même pour les plantes à fleur composée : il les divisa suivant que leurs floscules79 étaient régulières ou irrégulières.

  • 80 [Tournefort, voir Leçon 13, note 31.]

65Rivinus est le premier qui ait mis dans les mêmes classes les plantes ligneuses et les plantes herbacées, qui ne les ait distinguées que d’après leur structure et ne se soit pas attaché à la consistance de leur tronc. Le mélange de ces deux sortes de plantes a été imité ensuite par Linnœus ; mais, jusqu’à ce grand homme, beaucoup de botanistes y avaient répugné. Tournefort80, entre autres, a continuellement conservé la division des plantes en ligneuses et en herbacées.

  • 81 [Christian Knaut (né le 16 août 1656 à Halle ; mort le 11 avril 1716 à Halle), médecin, botaniste (...)
  • 82 [Paul Hermann (né le 30 juin 1646 à Halle ; mort le 29 janvier 1695 à Leyde), médecin et botaniste (...)
  • 83 [Paradisus batavus : continens plus centum plantas affabré aere incisas & descriptionibus illustra (...)

66Il parut dans le même temps plusieurs autres systèmes, entre autres celui de Knaut Christian, qu’il ne faut pas confondre avec Christophe, dont nous avons parlé tout à l’heure81. Hermann Paul82, qui était né à Halle en Saxe, en 1646, qui demeura pendant un certain temps à Ceylan, comme médecin de la Compagnie hollandaise des Indes, fut nommé à son retour, en 1679, professeur à Leyde, où il mourut en 1695. On a de lui un catalogue du Jardin public de cette ville83, qu’il avait considérablement enrichi par ses récoltes à Ceylan.

  • 84 [Musaeum Zeylanicum, sive catalogus plantarum, in Zeylana sponte nascentium, Leyde : Isaacum Sever (...)
  • 85 [La silique, en botanique, est le long fruit déhiscent des plantes crucifères telles que la girofl (...)

67Il a donné aussi une Flore des environs de Leyde84, dans laquelle il présente un système de botanique entièrement fondé sur les graines, en premier lieu du moins. Celui de Rivinus est essentiellement fondé sur les corolles, les pétales et les fleurs. Hermann prend l’autre partie de la fructification ; il divise les plantes suivant que leurs graines sont nues ou qu’elles sont revêtues d’un péricarpe. Ensuite il fait une autre classe des plantes apétales ou imparfaites. Dans les plantes parfaites à graines nues, ou gymnospermes, il établit une division fondée sur le nombre des graines, d’où résultent les monospermes, les dispermes, les tétraspermes, etc. Parmi celles qui ont les graines revêtues d’un péricarpe, et qu’il appelle angiospermes, il établit une division basée sur la nature de ce péricarpe. Ainsi, les lis, les tulipes et autres plantes semblables, s’appellent bulbeuses tricapsulaires. Les graines qui ont une seule capsule sont divisées suivant le nombre des loges que contient cette capsule ; les unes sont univasculaires, d’autres bivasculaires, trivasculaires, etc. Viennent ensuite les graines qui ont une silique85, celles qui sont un légume, comme les pois, celles qui ont plusieurs capsules, celles qui constituent des baies, comme les groseilles, enfin celles qui ont le fruit charnu, dans lesquelles sont comprises les pommes, les poires.

68Les fleurs apétales sont divisées d’après la nature de leur calice.

69Enfin il passe aux arbres, qu’il subdivise d’après des règles analogues ; car Hermann n’a pas non plus réuni les plantes herbacées et les plantes ligneuses ; il les a tenues séparées, comme tous les botanistes de son temps.

70Vous voyez que chaque botaniste avait une méthode à lui : Rivinus se fondait sur les corolles, Hermann s’attachait aux fruits, Ray combinait les corolles, les fruits, et même quelques autres circonstances tirées des feuilles. Mais pour établir ces méthodes, quel que fût leur mérite, il fallait étudier beaucoup toutes les plantes ; il en résulta des observations qui enrichirent la science jusqu’au temps où parut la méthode de Tournefort, laquelle domina en Europe tous les botanistes, et fut, à son tour, effacée par celle de Linnée.

  • 86 [Tournefort, voir Leçon 13, note 31.]
  • 87 [Guy-Crescent Fagon (né le 11 mai 1638 à Paris ; mort le 11 mars 1718 à Paris), médecin et botanis (...)
  • 88 [Chancelier de Pontchartrain, voir Leçon 12, note 125.]
  • 89 [Claude Aubriet (né c. 1665 à Châlons-en-Champagne ; mort le 3 décembre 1742 à Paris), illustrateu (...)
  • 90 [Robert, voir note 61 ci-dessus.]
  • 91 [Gundelsheimer, voir note 89 ci-dessus.]
  • 92 [Morison, voir note 57 ci-dessus.]

71Joseph Pitton de Tournefort86 était né à Aix-en-Provence, en 1656 ; il était d’une famille noble, et avait été destiné d’abord à l’état ecclésiastique ; mais sa passion pour l’histoire naturelle l’emporta. Son père étant mort en 1677, il se livra à la médecine ; il alla à Montpellier en 1679, et de là fit diverses excursions dans les Pyrénées, et en Catalogne, en 1681. Fagon87, son oncle, qui était premier médecin de Louis XIV, avait en cette qualité l’intendance du Jardin-du-Roi ; il y appela son neveu Tournefort comme professeur, en 1683. Celui-ci s’y établit, et fit plusieurs voyages pour enrichir le jardin ; il alla en Espagne et au Portugal en 1688. Il fut nommé membre de l’Académie des Sciences en 1691, et en 1700 le roi Louis XIV, à l’instigation du chancelier de Pontchartrain88, l’envoya dans le Levant pour recueillir des plantes. Il s’y transporta avec Aubriet89, peintre habile qui avait succédé à Robert90 pour la collection des plantes sur vélin, et avec un médecin allemand, nommé Gundelsheimer91. Ce voyage dura deux ans. Revenu en France en 1702, Tournefort reprit la publication de ses ouvrages et les leçons qu’il donnait au Jardin du Roi. Il fut blessé mortellement par une voiture dans la rue Saint-Victor, et mourut ainsi de la même mort que Morison92, l’un de ses précédesseurs. Il légua au roi le cabinet qu’il avait formé, et qui consistait en coquilles. C’est cette collection, assez peu considérable, mais qui l’était beaucoup pour le temps, qui a formé, avec quelques fruits secs, la base du cabinet actuel du Jardin du Roi.

  • 93 [Elemens de botanique, voir note 89 ci-dessus.]
  • 94 [Institutiones rei herbariae, edition altera, Gallica longe auctior, quingentis circiter tabulis a (...)
  • 95 [Relation d’un voyage du Levant fait par ordre du Roy, contenant l’histoire ancienne et moderne de (...)

72Les ouvrages de Tournefort sont d’abord ses Élémens de botanique, écrits en français, qui parurent en 1694 et forment trois volumes in-8˚93 ; ensuite un livre sur le même sujet, écrit en latin et intitulé : Institutio rei herbariæ ; il est de 170094, et se compose de trois volumes in-4˚. À celui-ci succéda son voyage au Levant95, qui est très intéressant, non-seulement pour les botanistes, mais encore sous le rapport des observations de mœurs, et sous celui de l’érudition, en ce que l’auteur avait à appliquer différents passages des anciens.

73Dans ces Institutiones rei herbariæ, après avoir donné un traité général sur les différentes parties de l’organisation des plantes, il distribue celles-ci en un certain nombre de genres. Sa méthode est essentiellement fondée sur les corolles. Les classes qu’il établit sont d’abord les arbres, les herbes, comme dans tous les autres botanistes. Ensuite il distribue les herbes suivant que leur fleur est parfaite ou imparfaite. Les fleurs parfaites sont ou composées ou simples. Les fleurs parfaites composées forment les mêmes familles qui déjà avaient été bien senties par Morison, par Ray et autres.

74Les fleurs simples sont divisées d’après la forme de leur corolle. Les campaniformes, ou fleurs en forme de cloche, composent la première classe. La deuxième est formée des infundibuliformes, ou en forme d’entonnoir, comme le tabac. Viennent ensuite les irrégulières, comme les personnées, qui imitent la forme d’un casque antique. La quatrième classe est formée des labiées, ainsi nommées parce que leur limbe est comme divisé en deux lèvres ; ce sont les gymnospermes de Linnée. La cinquième classe est composée des cruciformes, qui ont quatre pétales disposées en croix ; la sixième des rosacées, ou fleurs disposées comme une rose ; la septième des ombellifères, où chaque fleur est bien rosacée, mais où la totalité de celles qui sont portées par un même pédoncule est disposée en ombelle ; la huitième des caryophyllées, ou fleurs semblables aux œillets ; la neuvième des liliacées, composées de six pétales, comme les tulipes, les narcisses, les jacinthes, les lis ; la dixième des papilionacées ou légumineuses, qui ont une fleur en forme de papillon, comme les pois, les haricots et beaucoup d’autres ; enfin la onzième, des anomales ; elle comprend la violette, la capucine, etc.

75Les arbres sont divisés en apétales, ou dont les fleurs n’ont pas de corolle, comme le pistachier, le lentisque, et en amentacées, dont les fleurs sont disposées en chaton, comme le châtaignier, le sapin, le saule.

76Chaque classe est ensuite subdivisée suivant que l’ovaire est inférieur au calice ou qu’il est dans le calice.

77Vous voyez, messieurs, que cette méthode a le mérite d’une grande clarté ; qu’elle est fondée sur la forme de la fleur, et par conséquent sur des considérations agréables à saisir. Elle n’était cependant supérieure ni à celle de Rivinus, ni même à celle d’Hermann ; mais elle pouvait être mise à côté de l’une et de l’autre. Ce qui en fit le succès, c’est que Tournefort joignit à son ouvrage une figure de fleur et de fruit appartenant à chacun de ses genres. L’étude de la botanique était ainsi rendue facile, du moins jusqu’aux genres ; car il n’y avait qu’à feuilleter un certain nombre de planches et à consulter le texte.

78Quoique Tournefort, sous plusieurs rapports, fût inférieur à ses devanciers ; quoiqu’il eût examiné avec moins de soin qu’eux l’intérieur des fruits, la structure intérieure des graines ; bien que sur la physiologie végétale il n’eût pas des idées aussi parfaites que celles de quelques-uns d’entre eux, puisqu’il a rejeté les sexes des plantes ; quoique, enfin, sa nomenclature des espèces fût difficile, il obtint cependant une domination presque exclusive par la clarté de ses considérations et l’heureuse idée, comme je l’ai dit, d’avoir donné une figure de fleur et de fruit qui faisait reconnaître facilement chacun de ses genres.

79Linnœus est le seul qui, par d’autres avantages supérieurs, soit parvenu à le débusquer du premier rang des botanistes qu’il conserva depuis 1700, année où parut son livre, jusqu’assez longtemps même après la publication des ouvrages de Linnœus ; car celui-ci publia son premier travail en 1735, et ce n’est qu’en 1760 que sa méthode et ses nomenclatures furent généralement adoptées.

80Nous voilà, messieurs, arrivés, pour ce qui concerne la méthode, à la fin de l’exposition de ce qui fut fait dans la période dont nous nous occupons. Nous avons maintenant à traiter des botanistes qui ont augmenté, par des voyages ou par des collections, les connaissances du règne végétal. J’en ferai l’objet du commencement de ma prochaine leçon ; après quoi je traiterai du petit nombre de minéralogistes géologues qui ont existé pendant la même période. Je terminerai ensuite mon cours de cette année par un résumé général. L’année prochaine seulement je traiterai en détail l’histoire des sciences naturelles pendant le dix-huitième siècle. Ce siècle a été si riche, qu’il fournira, lui seul, une carrière presque aussi considérable que tous les siècles qui l’ont précédé.

Notes

1 [Cornelis Jacobszoon Drebbel (né en 1572 à Alkmaar ; mort le 7 novembre 1633 à Londres), inventeur et innovateur hollandais qui contribua au développement de l’optique et de la chimie ; il construisit également le premier sous-marin navigable en 1620.]

2 [L’Académie des Lynx ou Accademia dei Lincei est une académie des sciences italienne située dans le Palais Corsini sur la Via della Lungara à Rome. Fondée en 1603 par Federico Cesi (né en 1585 ; mort en 1630), ce fut la première académie des sciences en Italie. Appelée Académie des Lynx en référence à la vision très sensible de cet animal, symbolisant l’habileté d’observation que la science requiert, cette académie ne survécut que de très peu la mort de son fondateur et protecteur, Cési, en 1630. Toutefois elle connut un regain dans les années 1870 lorsqu’elle devint l’Académie Nationale d’Italie avec comme domaines d’intérêt la science et la littérature.]

3 [La Société Royale de Londres pour l’Enrichissement du Savoir Naturel, connue comme la Société Royale, est une institution savante pour la science et probablement la plus ancienne organisation de ce genre qui existe encore de nos jours. Fondée en novembre 1660, elle obtint le statut de « charte royale » en tant que « Société Royale de Londres » par le roi Charles II (roi des trois royaumes d’Angleterre, d’Écosse et d’Irlande de 1660 jusqu’à sa mort ; né le 29 mai 1630 à Londres ; mort le 6 février 1685 à Londres). La Société joue de nos jours le rôle de conseiller scientifique près du gouvernement britannique et reçoit une subvention du parlement. La Société Royale est l’Académie des Sciences du Royaume-Uni et subventionne des bourses de recherche et des fonds de lancement pour entreprises scientifiques.]

4 [Robert Hooke, voir Leçon 12, note 66.]

5 [Sur l’histoire des académies, voir Leçon 12.]

6 [Bacon, voir Leçon 11, notes 19 et 30.]

7 [Thomas Henshaw (né en juin 1618 à Londres ; mort le 2 janvier 1700 à Kensington), avocat, courtier, diplomate, alchimiste et botaniste anglais, auteur de plusieurs articles publiés dans les Transactions Philosophiques de la Société Royale de Londres.]

8 [Trachées des plantes, vaisseaux tubulaires situés dans le xylème des plantes et permettant le transport de l’eau et des substances minérales dans le corps des plantes.]

9 [Micrographia, or some physiological descriptions of minute bodies made by magnifying glasses, with observations and inquiries thereupon, Londres : John Martyn & James Allestry, imprimeurs de la Royal Society, 1665, [36] + 246 + [10] p., [37] f. de pl. (certaines dépliées), ill. ; livre historique de Robert Hooke (voir Leçon 12, note 66) décrivant les observations qu’il fit à l’âge de trente ans avec différents objectifs grossissants.

10 [La columelle, en anatomie végétale, est un tissu externe distinct situé à l’extrémité de la racine.]

11 [Grew, voir Leçon 16, note 23.]

12 [Malpighi, voir Leçon 14, note 121.]

13 [Anatomie des Plantes, voir Leçon 16, note 25.]

14 [Henshaw, voir note 7 ci-dessus.]

15 [Vaisseaux scalaires sont des perforations allongées dans la structure de la trachée ou des cellules conductrices du xylème des plantes vasculaires qui ressemblent aux barreaux d’une échelle.

16 [Les pores corticaux sont des pores que l’on trouve sur l’épiderme des feuilles, tiges, et autres organes des plantes vasculaires, dont la fonction est de contrôler l’échange des gaz.]

17 [Nicolas-Théodore de Saussure (né le 14 octobre 1767 à Genève ; mort le 18 avril 1845 à Genève), botaniste suisse, l’un des fondateurs d’origine de la physiologie des plantes, il présenta de nouvelles méthodes expérimentales strictes à utiliser pour l’étude des plantes.]

18 [Augustin Pyramus de Candolle (né le 4 février 1778 à Genève ; mort le 9 septembre 1841 à Genève), botaniste suisse qui décrivit des centaines de familles de plantes et créa un nouveau système de classification naturelle des plantes ; bien que son intérêt principal fut la botanique, il apporta également ses contributions à des domaines y étant liés tels que la phytogéographie, l’agronomie, la paléontologie, la botanique médicale, et la botanique économique.]

19 [Mémoires de l’Académie des Sciences de Paris, voir Leçon 12, note 75.]

20 [Michel-Louis Reneaume (ou Michel-Louys Remeaulme) de Lagaranne (né en 1676 à Blois ; mort le 27 mars 1739 à Paris), médecin et botaniste français (à ne pas confondre avec son arrière-grand-père Paul Reneaume, également médecin et botaniste, né en 1560 à Blois ; mort en 1624), auteur des « Observations sur le suc nourricier des plantes », Mémoires de mathématique et de physique de l’Académie royale des sciences, 28 Juin 1707, pp. 276-289.]

21 [Thomas Millington (né en 1628 à Newbury, West Berkshire ; mort le 5 janvier 1703 ou 1704 à Gosfield), médecin anglais dont on dit qu’il suggéra à Nehemiah Grew (voir Leçon 16, note 23) que l’étamine des plantes à fleurs sert d’organe mâle pour la production de graines. Apparemment, Grew répondit immédiatement qu’il était du même avis, en expliqua les raisons, et répondit aux diverses objections qui puissent être émises à ce sujet.]

22 [Jacob Bobart (ou Bobert) l’Ancien (né en 1599 à Brunswick ; mort le 4 février 1680 à Oxford), botaniste allemand qui, en 1641, alla en Angleterre pour y être le premier jardinier en chef du Jardin Botanique d’Oxford ; il publia un catalogue anonyme de mille six cent plantes dont il avait la charge à l’époque : Catalogus plantarum horti medici Oxoniensis sc. Latino-Anglicus & Anglico-Latinus : eas alphabetico ordine accuratè exhibens, Oxford : Henricus Hall Typogriphus Academiae Oxoniensis, 1648, [7] + 54 + 51 + [1] f. de pl., ill., in-8°.]

23 [Le lychnis dioïca est une plante biennale ou vivace aux fleurs rose fonçé à rouge, appartenant à la famille des Caryophyllaceae, native du centre, de l’ouest et du nord de l’Europe, et dans certaines parties du sud de l’Europe ; cette plante est généralement classée de nos jours dans le genre des Silène.]

24 [Historia plantarum, species hactenus editas aliasque insuper multas noviter inventas & descriptas complectens, in qua agitur primò de plantis in genere, earumque partibus accidentibus & differentiis, Londres : Henricum Faithorne, 1686-1704, 3 vol., in-folio.]

25 [Rodolphe-Jacques Camerarius (né le 12 février 1665 à Tübingen ; mort le 11 septembre 1721 à Tübingen), médecin et botaniste allemand qui, en 1687, fut nommé professeur de médecine et directeur des jardins botaniques de Tübingen. Surtout connu pour sa recherche sur les organes reproductifs des plantes, il est l’auteur de De sexu plantarum epistola, Tübingen : Viduæ Rommeii, 1694, [2] + 110 p., in-8°.]

26 [Boccone, voir Leçon 12, note 107.]

27 [Jean-Henri Burckhard (né le 5 août 1676 à Sulzbach ; mort le 3 mai 1738 à Wolffenbüttel), médecin et botaniste allemand, auteur de Epistola ad Godofredum Guilielmum Leibnitium, qua characterem plantarum naturalem nec a radicibus, nec ab aliis plantarum partibus, minus essentialibus, pluribus discrimandi capitibus constitutes, Wolffenbüttel : [s. n.], 1702, 32 p., in-4°.]

28 [Leibnitz, voir Tome 1, Leçon 6, note 22.]

29 [« Methodus plantarum sexualis », in Linné (Carl), Systema naturae, sive Regna tria naturae systematice proposita perclasses, ordines, genera, et species, Leyde : Theodor Haak, 1735, 1 vol. (7 f.), in-folio ; voir également Methodus sexualis sistens genera plantarum secundum mares et feminas in classes et ordines redacta, Leyde : Conrad Wishoff, 1737, 23 p., in-4°.]

30 [Tournefort, voir Leçon 13, note 31.]

31 [Sébastien Vaillant (né le 26 mai 1669 à Vigny ; mort le 20 mai 1722 à Paris), médecin et botaniste français qui étudia la botanique au Jardin des plantes sous Tournefort (voir Leçon 13, note 31) ; on le connait surtout pour son Discours sur la structure des fleurs, leurs différences et l’usage de leurs parties, Leyde : Pierre van der Aa, 1718, 55 p., in-4°.]

32 [Discours sur la structure des fleurs, voir note 31 ci-dessus.]

33 [Joseph Gottlieb Koelreuter (né le 27 avril 1733 à Sulz am Neckar ; mort le 11 novembre 1806 à Karlsruhe), botaniste allemand qui décrivit de nombreuses espèces de plantes nouvelles et qui fut l’un des premiers à étudier le pollen ; on lui attribue également d’avoir été le premier à hybrider des plantes à des fins scientifiques.]

34 [Malpighi, voir Leçon 14, note 121.]

35 [Société Royale de Londres, voir Leçon 12, note 56.]

36 [Leeuwenhoek, voir Leçon 15, note 14.]

37 [René Louiche Desfontaines (né le 14 février 1750 près de Tremblay en Bretagne ; mort le 16 novembre 1833), botaniste français qui fut nommé professeur de botanique au Jardin des plantes et devint plus tard directeur du Museum national d’Histoire naturelle ; il fut également l’un des fondateurs de l’Institut de France, président de l’Académie des Sciences, et récipiendaire de la Légion d’Honneur. En botanique, sa plus grande contribution fut Flora Atlantica, sive historia plantarum quae in Atlante, agro tunetano et algeriensi crescunt (Paris : Charles Panckoucke, 1798-1799, 2 vol. ([3] + XX + 444 p. ; [2] + 458 + 261 + [1] f. de pl. gr. sur cuivre, in-4°), apportant 300 genres nouveaux à la science.]

38 Il est bien entendu qu’il faut couper l’arbre tout-à-fait à sa base [M. de St.-Agy].

39 [Duhamel, voir Leçon 12, note 110.]

40 [Perrault, voir Leçon 12, note 113.]

41 [Dodart, voir Leçon 12, note 120.]

42 [Duverney, voir Leçon 12, note 113.]

43 [Lahire, voir Leçon 12, note 115.]

44 [Guy Patin (né en 1601 à Hodenc-en-Bray dans l’Oise ; mort le 30 août 1672 à Paris), médecin et hommes de lettres français, doyen de la Faculté de Médecine de Paris (1650-1652) et professeur au Collège de France (à partir de 1655) ; toujours très ardent en critique, il fit référence à Denis Dodart (voir Leçon 12, note 120) dans un lettre à un ami, comme l’un des hommes les plus sages et les plus instruits de son siècle.]

45 [Dutrochet, voir Leçon 7, note 110.]

46 Les plantes parasites, et particulièrement celle qu’on nomme gui, font exception à cette loi de la vie des végétaux : celle-ci croît à merveille la tête en bas, implantée sur les branches des arbres où elle puise la vie [M. de St-Agy].

47 [Edme Mariotte (né c. 1620 à Til-Châtel ; mort le 12 mai 1684 à Paris), physiciste et prêtre français, surtout connu pour son acceptation en 1676 de la loi de Boyle (voir Leçon 12, note 32), qui décrit la relation inverse entre le volume et la pression des gaz ; en 1660, il découvrit l’angle mort de l’œil, dont sa première démonstration étonna la cour royale française.]

48 [Jean Woodward (né le 1er mai 1665 à Derbyshire ; mort le 25 avril 1728 à Londres) naturaliste, antiquaire, et géologue anglais qui amassa une collection importante de fossiles anglais ; il était également un fervent adepte de l’importance de l’observation et des expériences en science, mais peu de ses idées survivent encore de nos jours.]

49 [Van Helmont, voir Leçon 10, note 66.]

50 [Gaz carbonique, compose chimique dont la formule est H2CO3, nom également donné aux eaux contenant du dioxyde de carbone (eau gazeuse), ces solutions ne contenant que très peu de molécules H2CO3. En physiologie, l’acide carbonique est décrit comme un acide volatile ou acide respiratoire, celui-ci étant le seul acide à être éliminé par les poumons sous forme de gaz.]

51 [Césalpin, voir Leçon 2, note 47.]

52 [Gaspard et Jean Bauhin, voir Leçon 2, note 112 ; et Leçon 8, note 25.]

53 [Gessner, voir Leçon 4 ci-dessous.]

54 [Joachim Jung ou Jungius (né le 22 octobre 1587 à Lübeck ; mort le 23 septembre 1657 à Hambourg), mathématicien, logicien, et philosophe des sciences allemand qui pensait que la science reposait sur les mathématiques. Professeur de sciences naturelles à Hambourg, il insistait sur l’importance de la pensée critique ; il enseignait également que les mathématiques et la logique remédiaient aux spéculations métaphysiques et mystiques.]

55 [Isagoge phytoscopica, Hambourg : Gottfried Liebezeit, 1679, [c. 383] f., in-4°.]

56 [Critica botanica, in qua nomina plantarum, generica, specifica et variantia, examini subjiciuntur, selectiora confirmantur, indigna rejiciuntur, simulque doctrina circa denominationem plantarum traditur… (« Règles concernant la dénomination botanique »), Leyde : Conrad Wishoff, 1737, VIII + 270 p. + 24 p. (index), in-8°.]

57 [Robert Morison (né en 1620 à Aberdeen en Écosse ; mort le 10 novembre 1683 à Londres), botaniste et taxonomiste écossait, il élucida et développa l’une des premières classifications systématiques des plantes, dans laquelle il prêcha l’importance de l’utilisation des structures de fructification pour établir les relations. Il critiqua les méthodes basées sur l’habitat et les propriétés médicinales des plantes, ce qui causa une colère considérable parmi ses contemporains.]

58 [Charles Ier, voir Leçon 2, note 101.]

59 [Robin, voir Leçon 7, note 128.]

60 [Gaston de France, connu également sous le nom de Duc d’Orléans (né le 25 avril 1608 au Palais de Fontainebleau, France ; mort le 2 février 1660 au Château de Blois, France), le troisième fils du roi Henri IV de France (voir Leçon 2, note 57) et de sa femme Marie de Médicis (voir Leçon 2, note 110) ; il obtint plus tard le titre de Duc d’Orléans, sous lequel il était connu à l’âge adulte.]

61 [Nicolas Robert (né le 18 avril 1614 à Langres ; mort le 25 mars 1685 à Paris), artiste et graveur français, nommé en 1664 « Peintre ordinaire de sa Majesté pour la miniature » (Peintre de miniatures) de Louis XIV.]

62 [Louis XIV, voir Leçon 8, note 86.]

63 [Charles II, voir Leçon 8, note 96.]

64 [Hortus regius Blesensis auctus, cum notulis durationis & charactismis plantarum tam additarum quam non scriptarum, item plantarum in eodem horto regio Blesensi aucto contentarum nemini hucusque scriptarum brevis & succincta delineation, quibus accessere observationes generaliores (plantarum in eodem horto regio Blesensi aucto contentarum) rei herbariae studiosis valde necessariae & cognitu perutiles, Londres : James Allestry, 1669, [29] + 499 + [5] p., in-8°.]

65 [Plantarum umbelliferarum distributio nova, per tabulas cognationis et affinitatis, ex libra naturae observata et detecta, Oxford : Sheldonian Theatre, 1672, 1 vol. ([10] + 91 + [9] p. + [8] f. de pl. + [1] f. de dépl. + [4] p. + [11] f. de pl. gr. sur cuivre), ill. gr. sur cuivre, in-folio.]

66 [À sa mort, l’opus magnum Historia Plantarum Universalis Oxoniensis de Morison resta inachevé, avec un seul volume publié en 1680 (Oxford : Sheldon, 1680, 617 p. + [65] f., ill., in-folio) lequel détaille quinze classes de son système de classification. Il fut confié par l’université d’Oxford à Jacob Bobart le Jeune (né le 2 août 1641 à Oxford ; mort le 28 décembre 1719 à Oxford) qui, à la mort de son père Jacob Bobart l’Ancien (voir note 22 ci-dessus) publia un second et dernier volume de Historia Plantarum universalis Oxoniensis pars tertia seu Herbarum distributio nova, per tabulas cognationis & affinitatis ex libro naturæ observata & detecta en 1699 (Oxford : Sheldon, [24] + 657 + [11] p. + [1] + 15, 37, 18, 22, 3, 31, 18, 7, 5, 10 f. de pl., ill., portrait, in-folio.) lequel traitait des dix dernières parties sur les plantes herbacées.]

67 [Césalpin, voir Leçon 2, note 47.]

68 [Gessner, voir Leçon 4.]

69 [Jussieu, voir Leçon 7, note 156.]

70 [Methodus plantarum sexualis, voir note 29 ci-dessus.]

71 [Les corymbifères et synanthérées

72 [Echium, genre regroupant environ soixante espèces de plantes herbacées appartenant à la famille des Boraginacées, originaire d’Afrique du Nord, d’Europe et des Îles de la Macaronésie. Certaines de ces espèces sont devenues cependant invasives en Afrique du Sud et en Australie.]

73 [La garance, ou rubia cordifolia est une espèce de plantes herbacées appartenant à la famille des Rubiacées, native d’Inde et de Java ; le genre Rubia contient environ soixante espèces de plantes caractérisées par leurs feuilles verticilées et leurs petites fleurs jaunâtres poussant en inflorescences.]

74 [Les gramen, nom de genre superflu d’un groupe de plantes à fleurs de la famille des Poaceae.]

75 [Christophe Knaut (né en 1638 à Halle ; mort en 1694 à Halle), médecin et botaniste allemand (à ne pas confondre avec son frère Christian Knaut, également botaniste ; voir note 81 cidessous), auteur de Enumeratio plantarum circa Halam Saxonum et in ejus vicinia, adtrium fere milliarum spatium, sponte provenientium, cum earum synonymis, locis natalibus ubi proveniunt, & tempore quo florent, additis characteribus generum summorum atque subalternorum…, Leipzig : Friedrich Lanckisii, 1687, 187 p., in-8°.]

76 [Philosophia botanica, in qua explicantur fundamenta botanica, cum definitionibus partium, exemplis terminorum, observationibus rariorum, adjectis figuris aeneis, Stockholm : Gottfried Kiesewetter, 1751, 362 p. + IX pl., ill., in-4°.]

77 [Rivin (Rivinus), voir Leçon 13, note 53.]

78 [Introductio generalis in rem herbariam, Leipzig : C. Fleischer, C. Günther & J. H. Richter, 1690-1699, 3 vol. (VI + 40 + [II] + 22 + [VI] p. + [125] pl. ; [IV] + 28 + [VI] p. + [140] pl. ; [IV] + 28 + [VI] p. + [140] pl.), in-folio ; un livre sur les ordres de plantes divisé en trois parties dans lequel Rivinus présenta plusieurs innovations importantes qui furent utilisées plus tard par d’autres botanistes.]

79 [Le floscule, en botanique, représente chacune des petites fleurs d’une fleur composée telle qu’une pâquerette.]

80 [Tournefort, voir Leçon 13, note 31.]

81 [Christian Knaut (né le 16 août 1656 à Halle ; mort le 11 avril 1716 à Halle), médecin, botaniste et bibliothécaire allemand (à ne pas confondre avec son frère Christophe Knaut, également botaniste ; voir note 75 ci-dessus), auteur de Compendium botanicum, sive methodus plantarum genuina qua notae characteristicae seu differentiae genericae tam summae quam subalternae ordine digeruntur et per tabulas, quas vocant synopticas perspicue delineantur, Leipzig ; Halle : Adam Sellii, 1716, [4] + 267 + [13] p., [12] pl. dépl., in-8° ; une classification de plantes florissantes basée sur le nombre et l’organisation des pétales.]

82 [Paul Hermann (né le 30 juin 1646 à Halle ; mort le 29 janvier 1695 à Leyde), médecin et botaniste allemand qui, pendant quinze ans, fut le directeur du jardin botanique de l’Université de Leyde, Hortus Botanicus Leiden, connu comme le meilleur d’Europe ; il était également un très bon illustrateur botanique et avait une excellente connaissance de la botanique, d’après les dires de Charles Linné lui-même.]

83 [Paradisus batavus : continens plus centum plantas affabré aere incisas & descriptionibus illustratas. Cui accessit Catalogus plantarum, quas pro tomis nondum editis, delineandas curaverat Paulus Hermannus... Opus posthumam, Leyde : Abrahamum Elzevier, 1698, [20] + 247 + 15 p. (111 pl.), in-4°.]

84 [Musaeum Zeylanicum, sive catalogus plantarum, in Zeylana sponte nascentium, Leyde : Isaacum Severinum, 1717, IV + 71 p., in-8° ; une seconde edition fut imprimée en 1726 (Leyde : Danielem van der Vecht, 71 p., in-8°).]

85 [La silique, en botanique, est le long fruit déhiscent des plantes crucifères telles que la giroflée, composé de deux compartiments séparés par une cloison centrale à laquelle sont attachées les graines.]

86 [Tournefort, voir Leçon 13, note 31.]

87 [Guy-Crescent Fagon (né le 11 mai 1638 à Paris ; mort le 11 mars 1718 à Paris), médecin et botaniste français, directeur pendant un certain temps du Jardin du Roi et médecin du roi Louis XIV. Il perdit la position de médecin du roi à la mort du roi Louis XIV, ce qui était habituel après la mort d’un roi, mais il fut critiqué pour la manière dont il géra la maladie fatale du Roi. Le peuple trouvait que ses méthodes étaient déraisonnables, et qu’il saignait ses patients jusqu’à la mort. Malgré cela, il garda la responsabilité du Jardin du Roi jusqu’à sa mort en 1718.]

88 [Chancelier de Pontchartrain, voir Leçon 12, note 125.]

89 [Claude Aubriet (né c. 1665 à Châlons-en-Champagne ; mort le 3 décembre 1742 à Paris), illustrateur français et artiste botanique au Jardin du Roi à Paris où Tournefort (voir Leçon 13, note 31) remarqua son travail et le commissionna pour illustrer son ouvrage intitulé Elemens de botanique ou méthode pour connoître les plantes (Paris : Imprimerie Royale, 1694, 3 vol. ([20] + 562 + [20] p., ill. ; 1-234 ; 235-451), pl. grav., in-8°). De 1700 à 1702, il accompagna Tournefort et Andreas von Gundelsheimer (médecin allemand ; né c. 1668 à Feuchtwangen en Bavière ; mort le 17 juin 1715 à Stettin) dans une expédition au Moyen Orient où il fit des dessins de sites historiques et de plantes de la région.]

90 [Robert, voir note 61 ci-dessus.]

91 [Gundelsheimer, voir note 89 ci-dessus.]

92 [Morison, voir note 57 ci-dessus.]

93 [Elemens de botanique, voir note 89 ci-dessus.]

94 [Institutiones rei herbariae, edition altera, Gallica longe auctior, quingentis circiter tabulis aeneis adornata, Paris : Typographia Regia, 1700, 3 vol. (697 p., 489 pls), in-4°.]

95 [Relation d’un voyage du Levant fait par ordre du Roy, contenant l’histoire ancienne et moderne de plusieurs isles de l’Archipel, de Constantinople, des côtes de la mer Noire, de l’Arménie, de la Géorgie, des frontières de Perse et de l’Asie mineure, Paris : Imprimerie Royale, 1717, 3 vol., ill. (certaines dépl.), cartes, in-8°.]

Table des illustrations

Légende MicrographiePlanche XXIV (détail) extraite de la Micrographia de Hooke (1665) Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2929/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M

© Publications scientifiques du Muséum, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540