Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cuvier’s History of the Natural Sciences

 | 
Georges Cuvier

6. Seventeenth-century Advances in Zoology and Botany

17. La zoologie dans la seconde moitié du dix-septième siècle

Texte intégral

Museum Wormianum Planche extraite de Museum wormianum. Seu historia rerum… de Worm (1655) Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.

1Messieurs,

2Nous avons cherché à vous donner une idée, dans les séances qui ont précédé celle-ci, des grands progrès de la chimie, de l’anatomie et de la physiologie pendant la seconde moitié du dix-septième siècle. Nous allons passer maintenant à l’histoire de la zoologie, de la botanique et de la minéralogie pendant le même espace de temps. Mais, de même que nous avons traité, pour l’époque précédente, de quelques ouvrages généraux, de quelques voyages faits dans l’intérêt de ces sciences, nous devons aussi dire quelques mots de ceux qui ont été faits dans le même but pendant l’époque dont nous traitons.

  • 1 [Clusius, voir Leçon 6, notes 73 et 81.]
  • 2 [Aldrovandi, voir Leçon 4, notes 31 et 32.]
  • 3 [François Calzolari ou Franciscus Calceolari (né en 1522 à Vérone ; mort en 1609 à Vérone), apothi (...)
  • 4 [Basile Besler, voir Leçon 7, note 148.]
  • 5 [Hortus Eystettensis, voir Leçon 7, notes 148 et 149.]

3Dès qu’on s’était aperçu que c’était par l’observation immédiate, par l’expérience, par la comparaison des objets, et non pas en suivant les auteurs anciens, que l’on pouvait arriver à des connaissances exactes des matières qui font l’objet des sciences dont nous parlons, on avait commencé à former des collections. Nous en avons déjà vu quelques-unes dans la période précédente : Clusius1 et Aldrovande2 avaient formé des cabinets. L’utilité de ces collections, pour l’étude, s’étant fait sentir de plus en plus, elles se multiplièrent. Nous pouvons citer quelques-uns de leurs auteurs : d’abord, Calceolari3, médecin à Padoue, qui avait formé dans cette ville un assez beau muséum ; ensuite Besler4, pharmacien à Nuremberg, dont j’ai déjà eu occasion de vous parler, lorsque j’ai traité de la formation des jardins botaniques. Il était le directeur de celui d’Aichstædt, qui a donné lieu au premier livre contenant de belles figures5.

  • 6 [Ole Worm ou Olaus Wormius (né le 13 mai 1588 à Aarhus ; mort le 31 août 1655 à Copenhague), médec (...)
  • 7 [Museum Wormianum, seu, historia rerum rariorum, tam naturalium, quam artificialium, tam domestica (...)

4Olaüs Wormius6, professeur à Copenhague, et mort en 1654, avait aussi formé une collection d’objets d’histoire naturelle. Elle fut décrite par son fils, précisément au commencement de la période dont nous parlons maintenant, en 1655, sous le titre de : Musæum Wormianum7.

  • 8 [Lodovico Moscardo (né en 1611 à Vérone ; mort en 1681 à Vérone), noble, académicien, et collectio (...)

5Un Italien, nommé Moscardi8, avait à Vérone un muséum qui fut décrit vers le même temps.

  • 9 [Manfredo Settala (né le 8 mars 1600 ; mort le 6 février 1680 à Milan), homme d’église italien qui (...)
  • 10 Ce livre [Musaeum septalianum, voir note 9 ci-dessus) est recherché, parce qu’on y trouve la descr (...)

6Alors aussi existait à Tortone le muséum d’un autre Italien, nommé Settala Manfred9 ; il fut décrit, en 1664, par Terzago10.

  • 11 [Frédéric III de Holstein-Gottorp (né le 22 décembre 1597 à Gottorp ; mort le 10 août 1659 à Tönni (...)
  • 12 [Adam Olearius, Adam Ölschläger ou Oehlschlaeger (né le 24 septembre 1599 à Aschersleben, près de (...)
  • 13 [Jean Albert de Mandelslo (né le 15 mai 1616 à Schonberg dans le Mecklenburg ; mort le 16 mai 1644 (...)
  • 14 [Duc d’Holstein, voir note 11 ci-dessus.]

7Mais une collection plus importante était celle du duc de Holstein-Gottorp11, qui fut décrite par Olearius12. Vous vous rappelez que, dans l’histoire des voyages faits pendant la période précédente, je vous dis que celui de Mandelale13, au travers de la Russie et de la Perse, avait été déterminé par le duc de Holstein14 qui avait le projet d’établir un canal de communication avec la mer Baltique et la mer du nord, afin de faire prendre la route de la mer Baltique au commerce de la Perse et des Indes : ce prince avait de grands projets de plusieurs sortes ; il était très favorable aux sciences, et avait formé, à Hambourg, une belle collection d’histoire naturelle, qui fut confondue avec celle du Danemarck, lorsque cette partie du Holstein fut réunie à ce pays.

  • 15 [Collège Romain, institution catholique romaine d’enseignement supérieur à Rome, fondée en 1551 so (...)
  • 16 [Kircher, voir Leçon 12, notes 19 et 21.]
  • 17 [Romani collegii Societatis Jesu Musaeum celeberrimum, cujus magnum antiquariae rei, statuarum ima (...)
  • 18 [Musaeum Kircherianum, sive, Musaeum a P. Athanasio Kirchero in Collegio Romano Societatis Jesu ja (...)

8Dans le même temps, les jésuites qui tenaient le collège romain15, avaient formé à Rome une belle collection dirigée par Athanase Kircher16. Je vous ai déjà parlé de cet auteur pour d’autres travaux exécutés pendant la période même dont nous nous occupons. Il fut directeur de cette collection ou musée, qui subsiste encore aujourd’hui dans le collège romain, et qui fut décrit, un peu avant sa mort, sous le titre de : Museum collegii romani17. Cette première description a été imprimée à Amsterdam, en 1678 ; il en existe une autre édition, publiée à Rome, en 1709, par Buonanni, sous le titre de : Museum Kircherianum18.

  • 19 [Musæum Regalis Societatis, voir Leçon 16, note 26 ; concernant Grew, voir Leçon 16, notes 23 et 2 (...)

9La Société royale de Londres avait aussi établi un musée très important. Il était naturel qu’instituée pour l’observation et l’expérience, elle se procurât le principal moyen d’atteindre ce double but. Son musée a été décrit par Néhémie Grew, en 168119.

  • 20 [Christian V (né le 15 avril 1646 à Flensburg ; mort le 25 août 1699 à Copenhague), roi du Danemar (...)
  • 21 [Oliger Jacobaeus, connu également sous le nom de Holger Jacobi (né en 1650 à Arhusen ; mort en 17 (...)

10Le roi de Danemarck20 en avait formé un à Copenhague, qui fut décrit, en 1696, par un professeur de cette ville, nommé Jacobœus Oliger, sous le titre de : Museum regium21.

11Ce ne sont encore là que de bien faibles essais : on ne possédait guère de moyen de conservation que le desséchement ; à peine employait-on l’alcool ; ce n’est que quelque temps après que l’usage en devint général, et ce fut seulement alors que se formèrent des collections véritablement belles. Il n’en exista de cette nature que pendant le dix-huitième siècle, car dans le dix-septième on se bornait presque aux objets que l’on peut dessécher. Ainsi, on ne trouve, dans la description des musées dont nous avons parlé, que des dépouilles de reptiles et de poissons, et quelques objets d’ostéologie comparée. Rarement y existe-t-il des figures suffisantes pour bien faire connaître les caractères des oiseaux, des quadrupèdes et autres animaux, dont la conservation absolue exige des secrets de préparation qu’on ne possédait pas à cette époque. Toutefois on doit des louanges aux hommes qui ont commencé ces musées.

  • 22 [James Petiver (né en 1663 à Hillmorton, Warwickshire ; mort le 20 avril 1718 à Londres), pharmaci (...)
  • 23 [Par « Museum » Cuvier fait clairement référence à Jacobi Petiveri opera, Historiam naturalem spec (...)

12Un apothicaire de Londres, nommé Jacques Petiver22, qui fut membre de la Société royale de Londres et mourut en 1718, a laissé un ouvrage [qui peut être] intitulé aussi Museum23, qui n’est pas de la même nature que les précédents. C’est un recueil de vues de presque toutes espèces de choses, partout recueillies par l’auteur. Il publiait par centurie la description et la figure de tous les objets qu’il pouvait obtenir ; cette collection a été continuée jusqu’en 1717. Elle renferme un très grand nombre de petites figures, car l’auteur en réunissait beaucoup sur une même planche.

13On y trouve encore aujourd’hui des objets qui ne sont pas représentés ailleurs ; c’est un ouvrage nécessaire à consulter : malheureusement il est devenu très rare, et l’auteur ne l’ayant distribué que d’une manière très irrégulière, les exemplaires complets sont fort difficiles à trouver.

14Voilà, messieurs, une idée des principaux catalogues des cabinets de la seconde moitié du dix-septième siècle ; car ce sont plutôt des catalogues que des descriptions qui furent publiés à cette époque.

15Ce temps a produit des ouvrages d’un autre genre sur l’histoire naturelle comparée. Ils ont été faits par des savants de la classe de ceux qu’on nomme descripteurs-topographes, c’est-à-dire qui, s’attachant à l’histoire naturelle de certains pays, font l’énumération de tout ce qu’ils renferment. Ces ouvrages sont très utiles, en ce qu’on y voit des objets de tous genres ; et puis leurs auteurs ayant porté leurs regards sur un moins grand nombre d’espèces, ils ont pu les approfondir davantage. Enfin les espèces étant sous leurs yeux, ils ont pu aussi les faire connaître d’une manière plus complète.

  • 24 [Georg Marcgrave (ou Marcgraf ou Markgraf), voir Leçon 3, note 95.]

16Les hommes qui se livrent aujourd’hui à cette branche de la science sont bien supérieurs à ceux dont nous parlons ; néanmoins les ouvrages de ces derniers contiennent des objets qu’on ne retrouve pas à présent : c’est une observation que j’ai déjà faite au sujet des voyageurs précédens, tels que Marggraf24 et quelques autres ; ceux-là me fournissent l’occasion de la répéter.

17C’est maintenant surtout que commencent les histoires particulières des animaux et des plantes de l’Europe. Je m’en tiendrai aujourd’hui aux auteurs qui n’ont compris dans leur énumération que les animaux de certains pays. Dans une ou deux leçons, je traiterai de ceux qui ont décrit les plantes.

  • 25 [Caspar Schwenckfeld von Ossig (né en 1489 ou 1490 à Ossig, près de Liegnitz ; mort le 10 décembre (...)
  • 26 [Theriotrophaeum Silesiæ de Schwenckfeld fut publié bien plus tôt que ne l’indique Cuvier, en 1603 (...)

18Le premier descripteur-topographe est Schwenkfeld Gaspard25, médecin de Silésie ; son livre, intitulé : Theriotrophæum Silesiæ, et imprimé à Leipsick, en 1663, contient la description des animaux de Silésie qu’il connaissait26.

  • 27 [Gérard Boate, ou de Boot ou Botius (né en 1604 à Gorinchem ; mort en 1650 à Dublin), médecin holl (...)
  • 28 [Joshua Childrey (né en 1623 à Rochester ; mort le 20 août 1670 à Upwey), homme d’église et académ (...)
  • 29 [Bacon, voir Leçon 11, notes 19 et 30.]
  • 30 [Britannia Baconica, or the natural rarities of England, Scotland, & Wales, according as they are (...)
  • 31 [Histoire des singularitez naturelles d’Angleterre, d’Écosse et du pays de Galles... ce qui fait a (...)

19Nous avons une histoire de l’Irlande, publiée par Boate27, en 1666, et une histoire de l’Angleterre composée par un nommé Childrey28, ecclésiastique. Cette dernière histoire se rapporte tellement aux principes de la nouvelle philosophie introduite par Bacon29, qui reposait sur l’observation et l’expérience, qu’elle est intitulée : Britannia Baconica30 or the natural, etc. ; elle parut à Londres, en 1661. Cet ouvrage fut traduit en français, sous le titre de : Singularités naturelles de l’Écosse, de l’Angleterre et de la principauté de Galles, et fut publié à Paris, en 166731.

  • 32 [Christophe Merrett (né le 16 février 1614 ou 1615 à Winchcombe, Gloucestershire ; mort le 19 août (...)
  • 33 [Pinax rerum naturalium Britannicarum, continens vegetabilia, animalia, et fossilia, Londres : Cav (...)

20Un autre ouvrage sur l’histoire naturelle de l’Angleterre, est celui de Christophe Merrett32, médecin de Londres ; il fut imprimé aussi en 1667, et est intitulé : Pinax rerum naturalium Britannicarum, ou Tableau des objets naturels de la Grande-Bretagne33.

  • 34 [Johann Jacob Wagner (né le 30 avril 1641 ; mort le 14 décembre 1695), médecin et botaniste suisse (...)
  • 35 [Academia Naturae Curiosorum, voir Leçon 12, note 91.]

21En 1680, il parut une histoire naturelle de la Suisse, composée par Jean-Jacques Wagner et intitulée : Historia naturalis Helvetiæ curiosa34. À cette épithète curiosa, vous devez remarquer que Wagner était membre de la société des Curieux de la Nature35. Son ouvrage fut imprimé à Zurich.

  • 36 [Robert Sibbald (né le 15 avril 1641 à Édimbourg ; mort en août 1722 à Édimbourg), médecin, botani (...)
  • 37 [Scotia illustrata, sive prodromus historiae naturalis in quo regionis natura, incolarum ingenia (...)

22Mais l’ouvrage de Robert Sibbald36, médecin et professeur à Édimbourg, est préférable, pour son étendue, à tous ceux que je viens de citer. Il fut imprimé à Édimbourg, en 1684, et a pour titre : Scotia illustrata37. Il y est traité de l’histoire naturelle de l’Écosse. Ce pays y est aussi décrit sous plusieurs autres rapports ; mais quant à l’histoire naturelle, il renferme des documents très précieux.

23Voilà, comme vous voyez, messieurs, des descriptions de presque toutes les contrées de l’Europe, ou du moins de la plupart des plus intéressantes, à joindre aux catalogues des collections décrites topographiquement pendant l’époque précédente.

24Nous avons aussi des ouvrages estimables sur des pays plus éloignés, à ajouter à ceux que je vous ai indiqués déjà.

  • 38 [Johan Nieuhof (né le 22 juillet 1618 à Uelsen ; mort le 8 octobre 1672 à Madagascar), voyageur ho (...)
  • 39 [Zee-en lant-reise door verscheide Gewesten van Oostindien, behelzende veele zeldzaame en wonderli (...)

25Pour les Indes particulièrement, il existe celui de Jean Nieuhof38, ou Nieuwhof, né à Usen, dans le comté de Bentheim, en Westphalie, qui fut employé en diverses qualités par la compagnie des Indes orientales, qui fut même gouverneur de Ceylan, et mourut dans l’Indoustan, en 1671. Son ouvrage est intitulé : Voyages par mer et par terre dans les Indes orientales, avec une description de la ville de Batavia, qui ne fut imprimé qu’après sa mort, en 168239.

  • 40 [Concernant Willughby et son Historia piscium, voir Leçon 3, note 94.]

26On a encore de lui un voyage au Japon, qui contient des documents précieux sur les poissons de la mer des Indes. La plupart de ces documents ont été empruntés par Willugby pour son histoire des poissons40.

  • 41 [Jean-Baptiste Du Tertre (né en 1610 à Calais ; mort en 1687 à Paris), moine dominicain et botanis (...)
  • 42 [Histoire générale des Antilles habitées par les Français, voir note 41 ci-dessus.]

27Les Français s’étaient établis dans les Antilles, particulièrement à la Martinique et à Saint-Domingue ; une histoire générale de ces îles fut faite par un Dominicain nommé Dutertre41, Jean-Baptiste, qui était missionnaire. Elle est intitulée : Histoire générale des Antilles habitées par les Français42, et fut imprimée à Paris, en 1654, en un volume in-4˚. Il en parut une autre édition entre 1667 et 1671, composée de quatre volumes in-4°. Les Antilles y sont considérées sous tous les rapports ; dans les chapitres consacrés à l’histoire naturelle, on remarque des détails précieux sur les usages, sur les mœurs et les habitudes des animaux ; sur la culture des plantes, qui commençait alors à s’établir. Cependant l’auteur n’était pas naturaliste, ainsi que la plupart de ceux dont je viens de parler.

  • 43 [Marcgrave, voir Leçon 3, note 95.]
  • 44 [Charles de Rochefort (né c. 1604 à Rotterdam ; mort en 1683), pasteur protestant français envoyé (...)
  • 45 [Historische beschreibung der Antillen-Inseln Inseln in America gelegen, in sich begreiffend deros (...)

28Il a emprunté plusieurs de ses détails à Marggraf43 ; beaucoup même en sont copiés. Malgré cela, le livre de Dutertre a été, à son tour, presque entièrement pillé par Rochefort44, ministre protestant à Rotterdam, qui a donné, en 1668, une Histoire naturelle et morale des Antilles45.

29Tels sont les auteurs qui méritaient le plus d’être cités dans la période qui nous occupe ; ils ne sont cependant ni bien importants, ni bien précieux.

  • 46 [Jonston, voir Leçon 6, note 113.]

30Nous allons maintenant tracer en peu de mots l’histoire des auteurs zoologistes proprement dits. Ici, nous ne pourrons plus nous en tenir aux ouvrages simplement généraux, car il n’y en a pas dans la période actuelle. L’ouvrage de Jonston46, publié à la fin de la dernière période ou au commencement de celle-ci, a été, comme je vous l’ai dit, le seul ouvrage général dans lequel tous les animaux aient été décrits, et il a conservé cette qualité jusque dans le dix-huitième siècle, et presque jusqu’aux ouvrages de Linnée.

31Mais on s’est occupé spécialement de plusieurs classes d’animaux à l’époque dont nous parlons, et ce sont ces travaux séparés qui ont produit les principaux progrès de la zoologie.

32Nous examinerons successivement les travaux relatifs aux quadrupèdes, aux oiseaux, aux poissons, aux crustacés, aux insectes et aux mollusques.

  • 47 [Jean Ray, voir Leçon 3, note 94.]
  • 48 [Wilughby, voir Leçon 3, note 94.]
  • 49 [Swammerdam, voir Leçon 16, note 50.]
  • 50 [Jean Goedart (né en 1617 a Middelburg ; mort en 1668), peintre hollandais célèbre pour ses illust (...)
  • 51 [Barrow, voir Leçon 12, note 72.]
  • 52 [Newton, voir Leçon 11, note 37.]

33Pour les quadrupèdes, nous verrons surtout Jean Ray47 ; pour les oiseaux, François Willughby48, et Jean Ray encore, qui était le compagnon de travail de Willughby, pour les poissons. Ce sont aussi Willughby et Jean Ray qui dominent pour les insectes. Nous verrons d’autres auteurs, Swammerdam49 et Jean Goedart50, par exemple ; mais Ray sera toujours pour son époque le principal, le plus grand classificateur. Ce n’est guère qu’à l’égard des coquilles qu’il n’a pas exercé son esprit méthodique, son génie classificateur. Jean Ray était ecclésiastique anglais ; il était né à Black-Notley, près de Braintree, dans le comté d’Essex, en 1628. Son père était forgeron ; il étudia à Cambridge en même temps que Barrow51 et Newton52, les plus grands géomètres de ce temps. Il devint membre d’un collège, comme c’était alors l’usage en Angleterre, et y enseigna le grec et les mathématiques. Son goût était surtout dirigé vers les classifications, vers la méthode, vers l’arrangement des objets d’histoire naturelle ; car c’est principalement dans cette science que la méthode a le plus d’objets pour s’exercer. Dès 1660, Ray avait commencé à faire un catalogue des plantes des environs de Cambridge.

  • 53 Cet Acte [d’Uniformité], rendu par le parlement, en 1662, prescrivait à tous les ecclésiastiques d (...)
  • 54 [Charles II, voir Leçon 8, note 96.]
  • 55 [Willughby, voir Leçon 3, note 94.]

34Il fut ordonné en 1660 ; mais en 1662 il renonça à l’état ecclésiastique, à cause de l’acte d’uniformité53 qui fut rendu à cet égard par Charles II54, au commencement de sa restauration. Privé alors des moyens que son état aurait pu lui fournir pour exister plus commodément, Ray fut soutenu par un homme qui était un peu plus jeune que lui, et qui avait été son élève pour les sciences ; c’était Francis Willugby55, qui appartenait à une grande maison, à une famille de pairs d’Angleterre qui subsiste encore aujourd’hui.

  • 56 [Les fils de Francis Willughby sont Francis (né en 1669 ; mort en 1688) qui mourut à l’âge de dix- (...)

35Willugby était né en 1635, il avait, par conséquent, sept ans de moins que Jean Ray ; il mourut cependant avant lui, en 1672. Mais pendant le temps qu’ils vécurent ensemble, tous leurs travaux furent communs, et les ouvrages qui portent le nom de Willugby portent aussi l’empreinte de l’esprit de Jean Ray. Ils voyagèrent constamment ensemble depuis 1663 jusqu’en 1666, en France, en Allemagne et en Italie, et ils ne négligèrent aucune occasion de recueillir et de décrire les objets intéressants qu’ils découvrirent. Willugby s’occupait principalement des animaux et Jean Ray des plantes ; mais, comme je l’ai dit, l’un et l’autre confondaient leurs études, et ils s’aidaient réciproquement. Willugby laissa même à Ray, en mourant, le soin de l’éducation de ses fils. Le premier mourut jeune, le second devint pair sous le nom de lord Middleton56.

36Nous verrons tout à l’heure les ouvrages de Willugby ; nous devons parler d’abord de celui de Jean Ray sur les quadrupèdes.

  • 57 [Aristote, voir Tome 1, Leçons 7 et 8.]

37Les quadrupèdes n’avaient été divisés jusque là que d’après la méthode d’Aristote57, qui était fondée sur les pieds. On distinguait ceux qui avaient les pieds enveloppés dans des sabots, ceux qui avaient les doigts simplement garnis d’ongles, et ceux qui étaient disposés à la natation, comme les phoques. Jean Ray adopta bien ces premières divisions, mais il les poussa plus loin.

  • 58 [Les ruminants sont des mammifères capables d’obtenir des éléments nutritifs à partir d’une alimen (...)

38J’oubliais de vous dire qu’Aristote avait divisé encore les quadrupèdes en vivipares et en ovipares. Jean Ray adopte aussi cette distribution ; il divise les vivipares couverts de poils, les mammifères, en solipèdes, c’est-à-dire qui n’ont qu’un seul sabot, et en bisulques, ou qui ont deux sabots. Ceux-ci sont subdivisés suivant qu’ils sont ruminants et qu’ils ont des cornes creuses, comme le bœuf, le mouton, la chèvre, ou bien suivant qu’ils sont ruminants et qu’ils ont des cornes solides qui tombent, comme les cerfs ; ou enfin suivant qu’ils ne sont pas ruminants58, comme les porcs. Viennent après ceux qui ont des sabots en plus grand nombre, comme le tapir, le rhinocéros, l’hippopotame ; puis ceux qui n’ont que des ongles au lieu de sabots, à la tête desquels se trouve l’éléphant, dont le pied n’est pas divisé. Le chameau, qui a un petit ongle sur le bout du doigt, est ramené dans cette classe. Ensuite viennent les animaux qui ont les doigts multiples, qui ont les pieds très divisés, dont les ongles sont tantôt plats, tantôt comprimés. Ceux qui ont les ongles plats sont les singes ; ceux qui ont les ongles comprimés sont subdivisés d’après leurs dents.

39Des dents incisives nombreuses sont le caractère des carnassiers ; deux longues incisives caractérisent les rongeurs. Les animaux qui ont le museau avancé et les dents irrégulières, et qui ne rentrent pas dans les deux familles précédentes, sont les insectivores, comme les hérissons et les taupes ; Ray y joint les tatous. Les animaux qui n’ont pas de dents sont les fourmiliers. Ray termine par ceux qui ont le museau court, et qu’il appelle anomaux : les uns marchent, ce sont les paresseux, les autres volent, ce sont les chauves-souris.

  • 59 [Linné, voir Leçon 2, note 112 ; voir également Tome 1, Leçon 7, note 34.]

40Voilà une division dans laquelle on reconnaît tous les germes de celles qui ont été faites depuis ; car, il faut l’avouer, ce n’est qu’en retournant de diverses façons ces différents ordres de caractères, que les auteurs du dix-huitième siècle ont formé leur classe. Linnée59, en particulier, a presque pris tous ses caractères dans ceux que Ray avait indiqués, ainsi que vous le verrez pour toutes les autres classes d’animaux. On doit à Ray d’avoir été l’auteur primitif, le modèle de tous les classificateurs qui sont venus après lui ; tant il avait de disposition à cet exercice de l’esprit qu’on nomme la méthode.

41Les quadrupèdes ovipares sont si peu nombreux qu’il est assez simple qu’il ait trouvé la même distribution que celle qui a été faite depuis. Il distingue les grenouilles, les tortues et les lézards ; seulement il joint encore aux lézards les salamandres que, depuis, on a rapportées aux grenouilles. C’est à peu près le seul changement que les méthodistes aient fait à sa classification.

42Ray traite ensuite des serpents, car il avait très bien saisi leur analogie avec les quadrupèdes ovipares.

  • 60 [Sibbald, voir note 36 ci-dessus.]
  • 61 [Phalainologia nova, sive observationes de rarioribus quibusdam balaenis in Scotiae littus nuper e (...)

43Dans le même temps parut un ouvrage de Robert Sibbald60, qui habitait l’Écosse, et avait ainsi plus d’occasions que personne de voir beaucoup de physales, de baleines, de grands cétacées, qui venaient échouer sur la côte de ce pays. Son livre est intitulé : Phalænographia61. Il est encore à présent assez fondamental pour l’histoire des animaux que nous avons cités ; mais il est un peu rare.

44Nous allons parler maintenant des progrès que fit l’histoire naturelle des oiseaux, dans le même intervalle. Ce sont encore Jean Ray et Willughby que nous avons à citer.

  • 62 [Ornithologiae libri tres, Londres : Joannis Martyn, 1676, 6 f. + 307 + [5] p., 77 f. de pl., ill. (...)
  • 63 Cet ouvrage [Synopsis methodica avium] est posthume, comme on le voit par sa date, de même que le (...)
  • 64 [Frugivore signifie mangeur de fruits ; tout type d’herbivore ou d’omnivore dont le fruit est la s (...)
  • 65 [Les gallinacés sont des oiseaux appartenant à la famille des Galliformes, un ordre d’oiseaux comp (...)

45Willughby, mort fort jeune, n’a presque rien publié de son vivant ; c’est Ray qui a pris, pour la mémoire de son ami, le soin de la publication de tous ses ouvrages. Le premier est son ornithologie, Ornithologiæ libritres, qui parut quatre ans après sa mort, en 167662 ; mais Ray, qui en avait disposé toutes les parties, qui y avait appliqué sa méthode, en publia un abrégé en 1713, sous le titre de Synopsis methodica avium63. Les oiseaux y sont divisés en terrestres et en aquatiques ; les oiseaux terrestres sont subdivisés d’après leur bec et d’après leurs ongles ; ceux qui ont le bec et les ongles crochus sont distingués de ceux qui les ont moins crochus, moins courbés. Les premiers sont carnivores ou frugivores64 ; les carnivores sont diurnes ou nocturnes : ce sont les genres faucon, chouette, vautour, de Linneus. Les frugivores sont les perroquets. Quant aux oiseaux qui ont les ongles moins crochus, l’auteur les divise d’après leur grandeur, ce qui n’est pas dans les règles de la méthode, telle qu’elle doit être observée. Les plus grands sont les autruches ; viennent ensuite ceux de moyenne grandeur, qui ont le bec grand et fort, ou plus petit et plus faible. Les oiseaux à becs forts sont les corbeaux, les pies ; ceux qui les ont faibles sont à chair blanche ou à chair noire. Les premiers sont les gallinacés65, les autres sont les pigeons, les colombes ; mais c’est encore là un caractère qui n’est pas fondé sur les bonnes règles de la méthode.

  • 66 Les granivores sont des animaux qui se nourrissent de grains ou de graines, source principale d’al (...)
  • 67 [Le gros-bec casse-noyaux (Coccothraustes coccothrautes) est une petite espèce de passereau de la (...)

46Enfin, les plus petits oiseaux sont divisés suivant que leur bec est grêle ou épais : ceux à bec grêle sont les insectivores ; ceux qui ont le bec épais sont les granivores66, comme les moineaux, les gros-becs67.

47Les oiseaux aquatiques sont divisés selon qu’ils vivent le long des eaux ou qu’ils nagent sur leur surface.

48Les premiers sont les échassiers, les oiseaux de rivage, qui sont subdivisés d’après leur grandeur ; les plus élevés sont les grues, les moindres sont les bécasses.

  • 68 [Les palmipèdes sont des oiseaux aux pattes en forme de palme tels que les oiseaux aquatiques.]

49Les seconds, ou ceux qui nagent sur les eaux et qui sont les palmipèdes68 d’aujourd’hui, ont, ou les pieds fendus jusqu’à un certain point, comme les foulques, ou entièrement palmés, et marchent sur de longues jambes ou sur des jambes courtes. Ceux qui sont portés sur de longues jambes sont les avocettes, les flamants ; ceux qui se meuvent sur des jambes courtes sont subdivisés selon qu’ils ont trois ou quatre doigts ; ceux à quatre doigts réunis dans la même membrane sont le cormoran, le pélican ; ceux qui les ont divisés, c’est-à-dire qui ont le pouce libre, sont les oiseaux nageurs, lesquels sont encore distingués suivant qu’ils ont le bec grêle ou large. Ceux qui ont le bec grêle sont les hirondelles de mer ; ceux qui l’ont large sont les canards, les cignes, les oies.

50Ce premier jet d’une classification ornithologique nous donne à peu près toutes les grandes divisions que nous conservons aujourd’hui. Linnée y a fait très peu de changemens ; on pourrait même dire que sa division des oiseaux est empruntée à celle de Ray. Celle-ci est tellement supportable, qu’elle a été suivie par les Anglais jusqu’à ce jour ; car presque tous ceux qui ont écrit sur les oiseaux ont cru devoir ne pas changer la méthode de Ray.

51L’ouvrage de Willughby, dont celui de Ray n’est qu’une sorte d’abrégé, occupe le premier rang en ornithologie.

52Les reptiles n’ont pas été le sujet d’ouvrages particuliers, si ce n’est celui de Ray.

  • 69 [De historia piscium libri quatuor, voir Leçon 3, note 94.]
  • 70 [Gessner, voir Leçon 4.]
  • 71 [Aldrovandi, voir Leçon 4, note 31.]
  • 72 [Rondelet, voir Leçon 1, note 42.]

53Mais sur les poissons, nous avons encore un travail commun de Willughby et de Ray. L’Historia piscium69 de Willughby a été imprimée par la Société royale de Londres, en 1686, et forme deux volumes, dont un de planches. Ce fut aussi Ray qui le mit en ordre. Cet ouvrage est bien plus parfait que celui qui concerne les oiseaux, en ce sens qu’il y a beaucoup plus d’observations qui appartiennent à son auteur. Dans le premier, Willughby a surtout emprunté ses figures à Gessner70, à Aldrovande71 et à d’autres auteurs qui ont écrit sur l’ornithologie. La plupart de ses descriptions n’ont pas non plus été faites d’après nature, parce qu’il n’a pu disposer que des oiseaux de l’Angleterre, et de quelques autres qu’il avait rassemblés dans ses voyages. Mais pour les poissons, comme il s’était établi dans différents ports de la Méditerranée, à Gênes, à Livourne et à Venise surtout, où il séjourna longtemps, il put rédiger des descriptions très exactes d’un grand nombre de poissons. Cependant son ouvrage nous donne encore occasion d’admirer le soin avec lequel Rondelet72 avait recueilli ses observations.

  • 73 [Sur Aristote, Pline et Élien, voir Tome 1, chapitres 3 et 5.]

54Willughby n’a presque pas trouvé de poissons qui ne fussent déjà dans Rondelet ; mais son ouvrage est cependant très utile, parce que les descriptions de Rondelet ne sont pas exactes. Cet ichtyologiste n’a donné que des figures de bois, et au lieu de descriptions, résultat d’observations personnelles, il a compilé tous les articles des ouvrages des anciens : de sorte que souvent il rapporte à une espèce de poisson, des passages extraits d’Aristote, de Pline, d’Élien73, qui n’appartiennent pas à cette espèce, et qui, même, pourraient s’appliquer à plusieurs autres. Si l’ouvrage de Rondelet n’eût pas été accompagné de figures, il n’aurait été d’aucun secours : ce sont véritablement ses figures qui lui donnent un caractère précieux.

55Willughby, en retrouvant toutes les espèces de Rondelet, les a décrites avec soin, avec détails et avec assez d’élégance ; dirigé par l’esprit méthodique de Ray, il les a classées d’une manière très utile à ses successeurs. Sa méthode est assez simple : il commence par les cétacées ; car alors ces animaux, quoique étant à sang chaud, produisant des petits vivants et les allaitant avec des mammelles, n’étaient pas séparés des poissons et rapprochés des mammifères comme aujourd’hui. Les poissons sont divisés en cartilagineux et en osseux ; les cartilagineux sont les chondroptérigiens, comme les raies, les squales. Il les subdivise suivant qu’ils sont longs ou larges : les longs sont les squales, les lamproies ; les larges sont les torpilles.

56Les poissons osseux sont aussi divisés d’après leur forme : les uns sont plats, comme les turbots, les soles, les plies ; les autres sont ronds ou comprimés. Ceux qui sont ronds sont les anguilliformes ; ceux qui ont le corps comprimé sont divisés suivant qu’ils ont ou n’ont pas de nageoires ventrales. Les premiers, c’est-à-dire les poissons à ventrales, sont subdivisés d’après la nature des rayons de leurs nageoires ; ceux qui ont les rayons mous sont les malacoptérygiens ; ceux qui ont des rayons épineux sont les acanthoptérygiens.

  • 74 [Artedi, voir Tome 1, Leçon 13, note 17.]

57Cette classification est la seule bonne qu’on ait faite ; on est encore obligé de la suivre, sauf à la modifier. Elle a été adoptée par Artedi74 qui, dans le milieu du dix-huitième siècle, a donné le premier ouvrage complet sur les poissons. Artedi, qui a servi de modèle à Linnée et à tous les ichtyologistes postérieurs, a même pris la plus grande partie de sa doctrine et le fond de son ouvrage dans l’ichtyologie de Willughby qui, comme je l’ai dit en commençant, a le mérite de descriptions fort exactes, fort détaillées et très suffisantes quant à l’anatomie.

58Dans chacun des ordres de sa classification, Willughby a aussi rapproché les poissons en genres, de manière qu’Artedi n’a eu qu’à donner des noms génériques à ces groupes que Willughby et Ray avaient assez bien formés.

  • 75 [Rondelet, Aldrovandi et Belon, zoologistes de la Renaissance ; voir Leçon 3 ci-dessus.]
  • 76 [Marcgrave, voir Leçon 3, note 95.]
  • 77 [Louis-Jean-Marie Daubenton (né le 29 mai 1716 à Montbard ; mort le 31 décembre 1799 à Paris), nat (...)
  • 78 [René Just Haüy (né le 28 février 1743 à Saint-Just-en-Chaussée ; mort le 3 juin 1822 à Paris), mi (...)
  • 79 [L’Encyclopédie méthodique par ordre des matières est une encyclopédie de 210 à 216 volumes (des é (...)
  • 80 [Peter Simon Pallas (né le 22 septembre 1741 à Berlin ; mort le 8 septembre 1811 à Berlin), zoolog (...)

59Le second volume de l’histoire des poissons de Willughby, qui est composé de planches, contient des copies de toutes les figures de Rondelet, d’Aldrovande, de Belon75, de Marggraf76, en un mot de tous les naturalistes qui avaient écrit sur les poissons. Le grand nombre de dessins originaux qu’il y a joints sont marqués d’un signe particulier. Toutes ses planches furent gravées aux frais de la Société royale de Londres et de différents particuliers amateurs des sciences. L’ichtyologie de Willughby a été un ouvrage capital pour cette partie de la science, jusqu’à Linnée ; l’on pourrait même dire presque jusqu’à nos jours ; car lorsque MM. d’Aubenton77 et Haüy78 se réunirent pour faire l’article Ichtyologie, dans l’Encyclopédie méthodique79, ils ne firent, pour ainsi dire, que traduire les classifications de Willughby, et les placer sous le nom et la phrase de Linnée, avec la synonymie prise de Pallas80 et de quelques autres ; le traité de Willughby fait, dans la réalité, le fond de leur article. C’est aussi la méthode de cet ichtyologiste qui a été suivie en Angleterre, jusqu’au moment où l’on y a introduit celle de Linnée. En général, les méthodes zoologiques de Linnée, non pas pour leur mérite intrinsèque, mais à cause de la facilité que leurs nomenclatures procuraient à l’étude, ont, sur la fin du dix-huitième siècle, été substituées à toutes les autres. Mais ce n’a pas toujours été à l’avantage de la science ; car si l’on ne veut pas s’écarter des méthodes naturelles, si l’on ne veut pas séparer des poissons qui doivent être compris dans le même cadre, il faut revenir à une classification plus voisine de celle de Willughby et d’Artedi que de celle de Linnée.

  • 81 [Synopsis methodica piscium, voir note 63 ci-dessus.]

60Ray donna, en 1713, un abrégé de l’Histoire des poissons de Willughby, intitulé : Synopsis methodica piscium81, comme il en avait donné un de l’ornithologie.

  • 82 [Stéphane von Schoenevelde ou Schonefeld (mort en 1616), médecin allemand, auteur de Ichthyologia (...)

61Indépendamment de cet ouvrage général, il parut quelques ouvrages particuliers sur les poissons, pendant la même période ; ainsi, on eut une ichtyologie des côtes du Holstein, composée par un médecin de Hambourg, nommé Étienne de Schoeneveld82 ; elle est même antérieure à l’époque dont nous parlons, car elle parut en 1624. Il y existe quelques bonnes figures de poissons qui n’avaient pas été représentés dans Rondelet ni dans Gessner, et surtout de poissons de la mer du Nord, que Rondelet n’avait pas eu occasion d’explorer.

  • 83 [Paul Neucrantz (né le 27 octobre 1605 à Rostock ; mort le 24 mai 1671 à Lübeck), médecin à Lübeck (...)

62En 1664, un traité particulier sur les harengs fut publié par Paul Neucrantz83.

63Mais ces ouvrages ne sont pas d’une grande importance ; celui de Willughby rassemblait tout ce qu’il était possible de désirer à cette époque.

64Passons maintenant aux insectes. Ces animaux réclamaient beaucoup plus d’observations nouvelles que tous les autres ; c’était encore une classe presque vierge.

  • 84 [Thomas Moufet, voir Leçon 4, notes 43 et 71.]
  • 85 [Jonston, voir Leçon 6, note 113.]

65Nous avons vu les travaux de Moufet84 sur les insectes, et ce que Jonston85 et Aldrovande y avaient ajouté. Cet ensemble ne formait encore qu’une espèce de chaos ; les divisions étaient mal établies ; on ne connaissait pas d’une manière générale les rapports des larves et des insectes ; de sorte que dans les ouvrages de Moufet, il arrive que les insectes parfaits sont dans un chapitre et les larves dans un autre, sans que la nature paraisse avoir été le moins du monde consultée.

66Les naturalistes de l’époque que nous explorons travaillèrent avec beaucoup plus d’activité, et obtinrent plus de fruits de leurs recherches.

  • 86 [Redi, voir Leçon 12, note 80.]

67Je vous ai parlé déjà de Redi86 pour s’être occupé des insectes sous différents points de vue, par exemple, sous le rapport de leur génération. Il établit qu’il n’y a pas de production spontanée d’animaux ; que toutes les fois qu’un insecte vient à naître, c’est qu’un œuf a été déposé au lieu où il est éclos.

68Ce même auteur a fait un ouvrage sur les insectes, dans lequel il les considère comme des animaux parasites. Il traite dans ce même livre des vers de l’intérieur du corps.

69Mais tout cela ne constitue pas encore une histoire générale ni une méthode naturelle, basée sur des faits positifs et surtout sur des observations exactes de la métamorphose des insectes. On ignorait toujours les rapports de la chenille avec le papillon, de la larve avec l’insecte parfait.

  • 87 [Goedart, voir note 50 ci-dessus.]
  • 88 [Metamorphosis et historia naturalis insectorum, MidMiddelburg : Jacobum Fierensium, 1662, [32] + (...)

70Les meilleurs travaux entomologiques de cette époque furent publiés par un peintre de Middelbourg, en Hollande, nommé Jean Goedart87. Son livre est intitulé : Metamorphosis historia naturalis insectorum ; il fut publié à Middelbourg, en 166288. On en a une traduction française, imprimée à Amsterdam, en 1700. En qualité de peintre, Jean Goedart avait à sa disposition le talent le plus nécessaire peut-être pour traiter des insectes ; il dessinait exactement les larves, les chenilles, et les faisait ensuite fort bien graver. Son livre est le premier où l’on ait donné de bonnes figures en taille-douce sur les insectes. Il les avait suivis dans toutes leurs métamorphoses, et avait dessiné ces métamorphoses, de sorte qu’on peut avec sûreté suivre l’histoire d’un insecte dans ses différents états.

  • 89 [Anne-Marie Sibylle Mérian, voir Leçon 6, note 117.]
  • 90 [Johann Andreas] Graf était un peintre habile de Nuremberg ; mais après quelques années de mariage (...)
  • 91 . [Erucarum ortus, alimentum et paradoxa metamorphosis, Amsterdam : Joannes Oosterwijk, 1718, [5] f (...)

71Une femme allemande, Marie-Sibylle Mérian89, travailla dans le même genre, quelques années après. Elle était de Bâle, et avait épousé Jean-André Graf, Hollandais90. Elle publia, en Hollande, un ouvrage intitulé : Erucarum ortus, alimentum et paradoxa metamorphosis91. Il fut imprimé à Nuremberg, en 1679. La chenille et le papillon y sont décrits avec beaucoup de talent, et de belles figures en taille-douce en donnent des idées fort exactes.

  • 92 [Metamorphosis insectorum Surinamensium, Amsterdam : Joannes Oosterwijk, 1719, 1 vol. ([8] + [73] (...)

72Madame Mérian voulut aussi faire connaître les insectes étrangers ; elle se rendit à cet effet à Surinam, où elle passa quelques années avant de mourir, âgée de soixante-dix ans. Son ouvrage sur les insectes de Surinam est un ouvrage de luxe ; toutes les planches en sont magnifiques92. Il ne parut qu’après sa mort, à Amsterdam, en 1719.

  • 93 [Historia insectorum generalis, voir Leçon 16, note 52.]
  • 94 [Histoire générale des insectes. Où l’on expose clairement la manière lente & presqu’insensible de (...)

73Mais le principal auteur de ce temps, celui qui a porté la lumière la plus parfaite sur l’histoire des insectes, c’est le naturaliste dont je vous ai parlé dans la dernière séance pour ses travaux anatomiques sur cette même classe d’animaux. Jean Swammerdam, en effet, a publié, en 1669, à Utrecht, une histoire générale des insectes93, dont nous avons une traduction française de 168294. Il décrit, dans cet ouvrage, les diverses métamorphoses des insectes ; il y distingue d’abord ceux qui n’éprouvent pas de métamorphose, puis ceux qui n’ont qu’une demi-métamorphose, c’est-à-dire dont le changement ne consiste qu’à recevoir des ailes, comme il arrive aux cigales, aux sauterelles, qui n’ont pas d’intervalle où elles soient dans un état de torpeur. Enfin il distingue les insectes qui éprouvent une métamorphose complète, qui subissent, en d’autres termes, une phase d’immobilité pendant laquelle l’animal est appelé nymphe ou chrysalide : c’est, par exemple, ce qui arrive aux papillons, qui, alors, sont enveloppés d’une espèce d’écorce empêchant tout mouvement.

74Swammerdam montra encore la différence des nymphes entre elles ; il fit voir que les unes se forment par le dessèchement de la peau de la larve, et de celle-ci elle-même qui devient l’enveloppe de la nymphe, comme dans les mouches et les insectes à deux ailes ; et que dans d’autres les larves se dépouillent de leur peau, sous laquelle existait l’enveloppe de la nymphe. Swammerdam a parfaitement connu et très bien décrit toutes ces métamorphoses, et il a montré les différents aspects de chacune d’elles.

75Mais on n’avait pas encore donné de méthode générale : c’est à Ray qu’on en est redevable, comme on lui doit d’autres méthodes pour le règne animal et, comme nous le verrons par la suite, pour le règne végétal. Son livre sur les insectes ne parut qu’après sa mort. De même qu’il avait pris le soin de publier les ouvrages de Willughby, ses amis se chargèrent à leur tour de publier ses travaux sur les insectes. Ce fut la Société royale qui en ordonna l’impression. Quoique fait depuis longtemps, son livre sur les insectes ne parut qu’au commencement du dix-huitième siècle, en 1710.

76Ray prend à peu près pour bases de ses divisions les métamorphoses telles que les avait expliquées Swammerdam. Il parle d’abord des insectes sans métamorphose, puis des insectes à métamorphose.

77Les insectes sans métamorphose sont, les uns sans pieds, les autres pourvus de pieds. Parmi ceux qui sont sans pieds, il y en a de terrestres et d’aquatiques.

78Parmi les terrestres, les uns vivent dans la terre, comme les lombrics, et les autres vivent dans l’intérieur des animaux. Vous voyez que les vers intestinaux étaient encore considérés comme des insectes.

79Quant aux insectes aquatiques, il y introduit une division basée sur la grandeur et sur la petitesse, méthode que nous avons déjà eu occasion de blâmer.

80Les insectes pourvus de pieds sont divisés d’après le nombre de ces pieds. Les uns en ont six, les autres huit, dix, comme les scorpions, les araignées ; les autres en ont quatorze, comme les cloportes ; d’autres en ont encore davantage.

81Ensuite viennent les insectes à métamorphose complète et ceux qui n’éprouvent que des demi-métamorphoses, comme les demoiselles, les sauterelles.

82Il subdivise les insectes à métamorphose d’après la nature de leurs ailes, subdivision qui avait déjà été faite par Aristote. Dans les uns, les ailes sont couvertes par des étuis ; dans les autres, elles sont découvertes : alors elles sont farineuses ou membraneuses. Les farineuses sont celles des papillons. Les membraneuses peuvent être au nombre de deux ou au nombre de quatre. Chacune de ces subdivisions est elle-même sous-divisée en genres autour desquels les espèces connues sont groupées ; de façon que les auteurs subséquents ont pu prendre cette distribution pour base de leurs travaux.

83Vous voyez, messieurs, qu’au commencement du dix-huitième siècle, Ray était à peu près le dominateur de toute la zoologie. Il avait donné une méthode pour les quadrupèdes, il en avait donné une pour les oiseaux, du moins il avait aidé Willughby à faire son grand ouvrage ; il avait publié un abrégé, un synopsis des reptiles avec son synopsis des quadrupèdes ; il était aussi un auteur principal en ichtyologie, car c’était bien lui qui avait fait la division introduite dans les travaux de Willughby ; enfin, son histoire des insectes était un ouvrage capital, puisque c’était le seul méthodique qui eût paru. Il y avait rassemblé tout ce qui existait dans les auteurs précédents, et y avait joint une foule de descriptions faites sur nature. J’insiste sur ces faits, parce que les ouvrages de Ray font véritablement l’époque principale de la zoologie, et qu’après lui on peut suivre les progrès de cette science jusqu’à Linnée.

  • 95 [François Salerne (né c. 1705 à Lisieux ; mort le 29 mai 1760 à Orléans), médecin et naturaliste f (...)
  • 96 [Johann Leonhard Frisch (né le 19 mars 1666 à Sulzbach ; mort le 21 mars 1743 à Berlin), linguiste (...)

84Pendant les cinquante premières années qui suivirent Ray, il parut deux ouvrages français, rédigés d’après sa méthode : l’un est de 175095, l’autre de 176096. Nous verrons que l’ornithologie de Salerne n’est presque qu’une traduction de Willughby, conforme à la méthode de Ray ; et que les insectes de Frisch sont aussi à peu près distribués d’après la méthode de ce naturaliste.

  • 97 [Lister, voir Leçon 16, note 47.]
  • 98 [Historiae sive synopsis methodicae conchyliorum quorum omnium pictura, ad vivum delineata, exhibe (...)
  • 99 [Historiae sive synopsis methodicae conchyliorum et tabularum anatomicarum edition altero, recensu (...)
  • 100 [Buonanni, voir Leçon 12, note 26.]

85Ray n’a pas écrit sur les coquilles et sur les mollusques ; mais il a été suppléé à cet égard par un de ses compatriotes, nommé Martin Lister97. Je vous ai déjà parlé de Lister, pour avoir donné des anatomies de mollusques. On lui doit l’histoire des coquilles la plus complète qui ait été faite alors ; aujourd’hui même elle est encore précieuse pour le grand nombre de ses figures, dont il a paru différents cahiers de 1685 à 169398. Elle n’est presque composée que de ces figures ; seulement au bas de chaque planche sont des phrases qui indiquent l’ordre, la famille, le genre, auxquels la coquille appartient. Cet ouvrage et ses planches ont été réimprimés dans le dix-huitième siècle, avec une espèce de catalogue qui donne la nomenclature de Linnœus99. Mais les éditions faites plus récemment ne sont pas aussi précieuses que celle-là, parce que les cuivres en étaient un peu effacés. Lister mourut en 1711 ; il eut presque pour contemporain le jésuite Buonanni100, professeur à Rome, qui était né en 1638, et qui mourut en 1725.

  • 101 [Recreatio mentis et oculi, in observatione animalium testaceorum curiosis naturae inspectoribus, (...)

86Ce jésuite a donné presque en même temps que Lister, en 1684, un ouvrage intitulé : Recreatio mentis et oculi in observatione animalium testaceorum101 ; c’est un volume in-4˚, où il y a des figures de coquilles, mais qui n’approchent pas de celles de Lister, car elles sont assez mal faites, et ne sont pas toujours exactes.

87Je ne suis pas entré dans les détails des divisions et subdivisions établies par Lister, parce qu’elles ne sont pas très importantes. L’histoire naturelle des mollusques embrasse non-seulement ceux qui portent des coquilles, mais encore les espèces nues. On les considère, non plus d’après les pièces de leur coquille, mais d’après les caractères de l’animal qui habite cette coquille ; les anciennes divisions, formées d’après les coquilles, sont donc de peu d’usage aujourd’hui.

88Voilà, messieurs, une idée sommaire des travaux zoologiques qui ont été exécutés pendant la seconde moitié du dix-septième siècle. Ce sont, en quelque sorte, les appendices des travaux beaucoup plus grands et bien plus nombreux qui ont eu pour objet, pendant le même espace de temps, l’anatomie humaine et comparée, et la physiologie générale. Je ferai l’histoire de la botanique dans la prochaine leçon.

Notes

1 [Clusius, voir Leçon 6, notes 73 et 81.]

2 [Aldrovandi, voir Leçon 4, notes 31 et 32.]

3 [François Calzolari ou Franciscus Calceolari (né en 1522 à Vérone ; mort en 1609 à Vérone), apothicaire, botaniste et virtuose italien dont le célèbre cabinet de curiosités appelé Musaeum Francisi Calceolari, fut catalogué et décrit par deux médecins de Vérone, Benedetto Ceruti (mort en 1621 à Vérone) et Andrea Chiocco (mort en 1624 à Vérone) et imprimé à Vérone par Angelus Tamus en 1622 ([48] + 746 p., [2] f. de pl. pliées, fig. grav., in-4°). Le petit-fils de Calzolari, du même nom, (né c. 1585) y fit des ajouts, faisant de ce cabinet le plus complet d’Italie. Cette collection étant particulièrement importante pour ses spécimens botaniques et minéralogiques, elle fut acquise par la suite par Lodovico Moscardo (voir note 8 ci-dessous) qui continua de l’agrandir en y ajoutant ses propres spécimens.]

4 [Basile Besler, voir Leçon 7, note 148.]

5 [Hortus Eystettensis, voir Leçon 7, notes 148 et 149.]

6 [Ole Worm ou Olaus Wormius (né le 13 mai 1588 à Aarhus ; mort le 31 août 1655 à Copenhague), médecin, antiquaire, et philosophe naturel danois, il développa à grands frais une imposante collection de curiosités, comprenant des objets indigènes du Nouveau Monde, des animaux empaillés, des minéraux et des fossiles. Il dressa la liste des gravures de sa collection ainsi que ses suppositions concernant leur signification dans un catalogue appelé Museum Wormianum, lequel fut publié de manière posthume en 1655 (voir note 7 ci-dessous). En matière scientifique, Worm se positionnait entre le moderne et le prémoderne ; par exemple, il déclara en 1638 que l’unicorne n’existait pas et que les soi-disant cornes d’unicorne provenaient tout simplement du narval. Cependant, il se posait toujours la question de savoir si les propriétés antidotes attribuées à la corne d’unicorne étaient toujours réelles, et il entreprit des expériences où il empoisonna des animaux domestiques, leur donna ensuite de la poudre de narval, et rapporta plus tard que cette poudre n’avait aucun effet néfaste.]

7 [Museum Wormianum, seu, historia rerum rariorum, tam naturalium, quam artificialium, tam domesticarum, quam exoticarum, quae Hafniae Danorum in aedibus authoris servantur, édité par Willum Worm (né le 11 septembre 1633 à Copenhague ; mort le 17 mars 1704 à Copenhague ; historien royal et de la cour suprême de justice danois) et imprimé à Leyde en 1655 par Johannes & Daniel Elzevier (389 + [3] p., ill., in-folio).]

8 [Lodovico Moscardo (né en 1611 à Vérone ; mort en 1681 à Vérone), noble, académicien, et collectionneur italien qui, en 1642, acquit la collection de curiosités de Francesco Calzolari (voir note 3 ci-dessus) et continua de l’enrichir en y ajoutant une grande variété d’antiquités exotiques, de coquillages, minéraux, animaux, fruits, inscriptions et pièces de monnaie. Par la suite il publia un catalogue de sa collection sous le titre de Note overo memorie del Museo di Lodovico Moscardo... dal medesimo descritte ex in tre libri distinte, nel primo si discorre delle cose antiche... nel secondo delle pietre, minerali e terre, nel terzo de corali, conchi glie animali frutti..., Padoue : Paolo Frambotto, 1656, 306 p., fig. grav., in-folio.]

9 [Manfredo Settala (né le 8 mars 1600 ; mort le 6 février 1680 à Milan), homme d’église italien qui, ayant hérité de son père la passion pour les curiosités scientifiques, créa une grande collection d’objets naturels et ethnographiques, et en fit un catalogue descriptif dans Musaeum septalianum Manfredi Septalae patritii Mediolanensis industrioso labore constructum, publié par Paolo Maria Terzago (physicien et philosophe italien ; né en 1610 ; mort en 1695 à Milan), Tortona ; Elisei Violae, 1664, [5] + 324 + [1] + [2] p., in-4°.]

10 Ce livre [Musaeum septalianum, voir note 9 ci-dessus) est recherché, parce qu’on y trouve la description d’une aérolithe tombée dans le couvent de Notre-Dame-de-la-Paix à Milan [en 1660], qui tua un religieux [moine franciscain]. C’est le premier exemple connu d’un homme tué par un accident de ce genre ; la défaite des Gabaonites, sous Josué [voir Josué 9, verset 22], rentrant dans la classe des évènements miraculeux. Voyez la Bibliothèque universelle (de Genève) [volume 20, 1822, pp. 230-233 ; revue académique publiée par la faculté de l’Université de Genève en Suisse pour les différents pays d’Europe de langue française au dix-neuvième siècle] [M. de St.-Agy].

11 [Frédéric III de Holstein-Gottorp (né le 22 décembre 1597 à Gottorp ; mort le 10 août 1659 à Tönning), Duc d’Holstein-Gottorp et mécène généreux des arts et de la culture.]

12 [Adam Olearius, Adam Ölschläger ou Oehlschlaeger (né le 24 septembre 1599 à Aschersleben, près de Magdebourg ; mort le 22 février 1671 à Gottorp), homme très instruit, mathématicien, et géographe allemand qui devint le bibliothécaire du Duc de Holstein-Gottorp (voir note 11 ci-dessus) ainsi que le curateur du cabinet de curiosités de Holstein-Gottorp, qu’il catalogua et décrivit dans Gottorfische Kunst-Cammer, worinnen allerhand ungemeine Sachen zo theils die Natur theils künstliche Hände hervor gebracht, Schleswig : Johan Holwein, 1666, 88 p., pl. grav., in-8°.]

13 [Jean Albert de Mandelslo (né le 15 mai 1616 à Schonberg dans le Mecklenburg ; mort le 16 mai 1644 à Paris), aventurier allemand qui écrivit sur ses voyages en Perse et en Inde dans un ouvrage intitulé Beschryvingh van de gedenkwaerdige Zee-en Landt-Reyze, deur Persien naar Oost-Indien, AmsAmsterdam : Joost Hendriksz & Jan Rieuwertsz, 1658, 150 p., 3 ill.]

14 [Duc d’Holstein, voir note 11 ci-dessus.]

15 [Collège Romain, institution catholique romaine d’enseignement supérieur à Rome, fondée en 1551 sous le nom de Collegium Romanum par Saint Ignace et Saint François de Borgia, transformé plus tard par le Pape Jules III en université ; connu de nos jours sous le nom d’Université grégorienne pontificale.]

16 [Kircher, voir Leçon 12, notes 19 et 21.]

17 [Romani collegii Societatis Jesu Musaeum celeberrimum, cujus magnum antiquariae rei, statuarum imaginum, picturarumque partem ex legato Alphonsi Donini… a secretis, Munifica liberalitata relictum, Amsterdam : Janssonio-Waesbergiana, 1678, [8] + 66 + [6] p., [18] f. de pl. dont 8 dépl., ill., in-folio ; premier catalogue du musée de Kircher à être publié (voir Leçon 12, notes 19 et 21), promu comme « théâtre de la nature et de l’art », offrant des machines à mouvement perpétuel, des effets d’optique, la queue d’une sirène, les os d’un géant, et une foule d’autres merveilles naturelles et artificielles destinées aux visiteurs instruits visitant le Collège des Jésuites à Rome.]

18 [Musaeum Kircherianum, sive, Musaeum a P. Athanasio Kirchero in Collegio Romano Societatis Jesu jam pridem incoeptum nuper restitutum, auctum, descriptum, & iconibus illustratum, Rome : Georgius Plachus, 1709, [12] + 522 + [9] p., [172] f. de pl., ill., in-folio ; concernant Buonanni, voir Leçon 12, note 26.]

19 [Musæum Regalis Societatis, voir Leçon 16, note 26 ; concernant Grew, voir Leçon 16, notes 23 et 25.]

20 [Christian V (né le 15 avril 1646 à Flensburg ; mort le 25 août 1699 à Copenhague), roi du Danemark et de Norvège de 1670 jusqu’à sa mort.]

21 [Oliger Jacobaeus, connu également sous le nom de Holger Jacobi (né en 1650 à Arhusen ; mort en 1701), médecin et naturaliste danois, professeur de médecine, de philosophie, d’histoire et de géographie à l’Université de Copenhague, et gendre de Thomas Bartholin (voir Leçon 12, note 82) ; il est connu pour son ouvrage Museum regium, seu catalogus rerum tam naturalium, quam artificialium, quae in basilica bibliotheca augustissimi Daniae Norvegiaeque Monarchae Christiani V, Copenhague : Joachim Schmetgen, 1696, [16] + 201 + [1] p., XXVII f. de pl. (dont 8 dépl.), ill. (grav.), in-folio.]

22 [James Petiver (né en 1663 à Hillmorton, Warwickshire ; mort le 20 avril 1718 à Londres), pharmacien anglais, connu pour ses études en botanique et en entomologie ; fervent collectionneur, il acquit sa collection principalement de ses collègues des colonies américaines et anglaises, collection qui fut achetée après sa mort par Sir Hans Sloane (voir Leçon 6, note 68) pour quatre mille livres. Quelques spécimens existent toujours au Musée d’histoire naturelle de Londres.]

23 [Par « Museum » Cuvier fait clairement référence à Jacobi Petiveri opera, Historiam naturalem spectantia, or Gazophylacium, containing several 1 000 figures of birds, beasts, reptiles, insects, fish, beetles, moths, flies, shells, corals, fossils, minerals, stones, fungusses, mosses, herbs, plants, & c. from all nations, on 156 copper-plates, with Latin and English Names, Londres : John Millan, 1764, 2 vol., ill., in-folio.]

24 [Georg Marcgrave (ou Marcgraf ou Markgraf), voir Leçon 3, note 95.]

25 [Caspar Schwenckfeld von Ossig (né en 1489 ou 1490 à Ossig, près de Liegnitz ; mort le 10 décembre 1561 à Ulm), théologien, écrivain et prêcheur allemand qui devint réformateur protestant et spiritualiste, l’un des premiers promoteurs de la Réforme Protestante en Silésie.]

26 [Theriotrophaeum Silesiæ de Schwenckfeld fut publié bien plus tôt que ne l’indique Cuvier, en 1603 en Silésie (Lignicii : Alberti, [12] + 563 + [4] p., in-4°) ; nous n’avons pu trouver une édition de Leipzig de 1663 de cet ouvrage.]

27 [Gérard Boate, ou de Boot ou Botius (né en 1604 à Gorinchem ; mort en 1650 à Dublin), médecin hollandais connu pour son ouvrage intitulé Natural History of Ireland, being a true and ample description of its situation, greatness, shape, and nature ; of it hills, woods, heaths, bogs ; of its fruitfull parts and profitable grounds, with the severall way of manuring and improving the same ; with its heads or promontories, harbours, roades and bayes ; of its springs and fountaines, brookes, rivers, loughs ; of its metalls, mineralls, freestone, marble, sea-coal, turf, and other things that are taken out of the ground ; and lastly, of the nature and temperature of its air and season, and what diseases it is free from, or subject unto ; conducing to the advancement of navigation, husbandry, and other profitable arts and professions, Londres : John Wright, 1652, [16] + 186 + [6] p., in-8° ; Cuvier en cite une édition française publiée ultérieurement sous le nom d’Histoire naturelle d’Irlande contenant une description très exacte de sa situation, de sa grandeur, de sa figure, de la nature des ses montagnes, de ses forests, de ses bruyères, de ses marais & de ses terres labourables ; Avec le desnombrement de ses caps de ses haures, de ses rades... ; Et enfin de la Nature et de la temperature de son Air, & de ses Saisons, des maladies dont elle est exempte... Traduit de l’Anglois de Gérard-Boate Médecin des derniers Estats d’Irlande, Paris : Robert De Ninville, 1666, [8] + 334 + [2] p., in-12.]

28 [Joshua Childrey (né en 1623 à Rochester ; mort le 20 août 1670 à Upwey), homme d’église et académicien anglais, antiquaire et astrologue, il fut également l’archidiacre de Salisbury à partir de 1664 ; il est l’auteur de Britannia Baconica (voir note 30 ci-dessous).]

29 [Bacon, voir Leçon 11, notes 19 et 30.]

30 [Britannia Baconica, or the natural rarities of England, Scotland, & Wales, according as they are to be found in every shire ; historically related, according to the precepts of the Lord Bacon ; methodically digested ; and the causes of many of them philosophically attempted, Londres : pour l’auteur, 1661, [30] + 184 p., in-8°.]

31 [Histoire des singularitez naturelles d’Angleterre, d’Écosse et du pays de Galles... ce qui fait avec l’Histoire naturelle d’Irlande... une histoire naturelle entière, de tous les royaumes & de tous les estats que possède le Roy de la Grand’-Bretagne trad. de l’anglois de Childrey par M. P. B., Paris : Robert de Ninville, 1667, [36] + 315 + [7] p., 1 p. de pl., in-12.]

32 [Christophe Merrett (né le 16 février 1614 ou 1615 à Winchcombe, Gloucestershire ; mort le 19 août 1695 à Londres), médecin et scientifique anglais, il fut le premier à documenter l’ajout délibéré du sucre dans la production de vin pétillant ; il créa également la première liste des oiseaux et papillons britanniques (voir note 33 ci-dessous).]

33 [Pinax rerum naturalium Britannicarum, continens vegetabilia, animalia, et fossilia, Londres : Cave Pulleyn, 1666, [xxx] + 223 + [1] p., in-12.]

34 [Johann Jacob Wagner (né le 30 avril 1641 ; mort le 14 décembre 1695), médecin et botaniste suisse, auteur de Historia naturalis Helvetiae curiosa, Zurich : Johann Henrici Lindinneri, 1680, [24] + 390 + [28] p., in-12.]

35 [Academia Naturae Curiosorum, voir Leçon 12, note 91.]

36 [Robert Sibbald (né le 15 avril 1641 à Édimbourg ; mort en août 1722 à Édimbourg), médecin, botaniste et antiquaire écossais, travailla activement à l’établissement du premier jardin botanique d’Édimbourg, ainsi qu’au Collège Royal des médecins d’Édimbourg dont il fut élu président en 1684. Il fut nommé Géographe Royal en 1682 et fut le premier professeur de médecine de l’Université d’Édimbourg en 1685. Ses nombreux écrits variés traitent de sujets historiques et d’antiquité, ainsi que de botanique et de médecine.]

37 [Scotia illustrata, sive prodromus historiae naturalis in quo regionis natura, incolarum ingenia & mores, morbi iisque medendi methodus, & medicina… in triplice ejus regno, Édimbourg : Jacobi Kniblo, 1684, 3 part. en 1 vol. ([17] + 102 + [6] ; [6] + 114 + [6] ; [6] + 56 + [4] p.), 23 pl. gr., in-folio.]

38 [Johan Nieuhof (né le 22 juillet 1618 à Uelsen ; mort le 8 octobre 1672 à Madagascar), voyageur hollandais qui raconta ses voyages au Brésil, en Chine et en Inde (voir note 39 ci-dessous), dont le plus célèbre est un voyage de 2 400 kilomètres qu’il entreprit de Canton à Pékin en 1655-1657, ce qui lui permit de devenir un écrivain occidental respecté sur le sujet de la Chine.]

39 [Zee-en lant-reise door verscheide Gewesten van Oostindien, behelzende veele zeldzaame en wonderlijke voorvallen en geschiedenissen ; beneffens een beschrijving van lantschappen, dieren, gewassen, draghten, zeden en godsdienst der inwoonders : en inzonderheit een wijtloopig verhael der Stad Batavia, Amsterdam : Jacob van Meurs, 1682, [4] + 308 + [4] p., 44 pl., ill. (pl. grav.), in-folio.]

40 [Concernant Willughby et son Historia piscium, voir Leçon 3, note 94.]

41 [Jean-Baptiste Du Tertre (né en 1610 à Calais ; mort en 1687 à Paris), moine dominicain et botaniste français qui écrivit plusieurs ouvrages sur les Antilles dans lesquels il décrivit les peuples, les animaux et les plantes indigènes. On trouve parmi ces ouvrages Histoire générale des îles Saint-Christophe, de la Guadeloupe, de la Martinique et autres dans l’Amérique. Où l’on verra l’establissement des colonies françoises, dans ces isles ; leurs guerres civiles & estrangeres, & tout ce qui se passe dans les voyages & retours des Indes... (Paris : Jacques & Emmanuel Langlois, 1654, [16] + 481 + [7] p., [3] f. de pl. dépl., in-4°.) ; Histoire naturelle et morale des îles Antilles de l’Amérique, enrichie de plusieurs belles figures des raretez les plus considérables qui y sont décrites, avec un vocabulaire caraïbe (Rotterdam : Arnould Leers, 1658, [14] + 527 + [12] p., 1 f. de pl., ill., in-4°.) ; La vie de Sainte Austreberte vierge, première abbesse de l’abbaye de Pavilly, prés de Roüen : tirée de l’ancien manuscrit de la royale abbaye de Sainte Austreberthe de Monstreüil sur mer (Paris : Guillaume Sassier, 1659, [24] + 167 p., in-12) ; et l’Histoire générale des Antilles habitées par les Français (Paris : Thomas Jolly, 1667-1671, 4 vol., in-4°).]

42 [Histoire générale des Antilles habitées par les Français, voir note 41 ci-dessus.]

43 [Marcgrave, voir Leçon 3, note 95.]

44 [Charles de Rochefort (né c. 1604 à Rotterdam ; mort en 1683), pasteur protestant français envoyé aux Antilles comme pasteur ou chapelain des protestants de langue française ; il publia un livre contenant ses propres observations et où il incorpora également les écrits d’auteurs précédents, en particulier Jean-Baptiste Du Tertre (voir note 41, ci-dessus) qui le critiqua sévèrement pour plagiat.]

45 [Historische beschreibung der Antillen-Inseln Inseln in America gelegen, in sich begreiffend deroselben Gelegenheit, darinnen befindlichen natürlichen Sachen, sampt deren Einwohner Sitten und Gebräuchen, Francfort : Wilhelm Serlins, 1668, 2 vol. ([22] + 430 + [14] p., [46] f. de pl. ; [12] + 514 + 31 + [2] p.), ill., in-12.]

46 [Jonston, voir Leçon 6, note 113.]

47 [Jean Ray, voir Leçon 3, note 94.]

48 [Wilughby, voir Leçon 3, note 94.]

49 [Swammerdam, voir Leçon 16, note 50.]

50 [Jean Goedart (né en 1617 a Middelburg ; mort en 1668), peintre hollandais célèbre pour ses illustrations d’insectes ; il est surtout connu pour son livre intitulé Metamorphosis et historia naturalis insectorum (Middelburg : Jacobum Fierensium, 1662, [32] + 236 p., pl. en coul., in-8°) dans lequel il décrit de méticuleuses observations sur toutes les phases de croissance des insectes représentés, y compris leur métamorphose.]

51 [Barrow, voir Leçon 12, note 72.]

52 [Newton, voir Leçon 11, note 37.]

53 Cet Acte [d’Uniformité], rendu par le parlement, en 1662, prescrivait à tous les ecclésiastiques de souscrire à certaines propositions qui avaient pour but d’écarter les presbytériens. Ce n’est pas que Ray [voir Leçon 3, note 94] fût presbytérien : il est toujours resté attaché à l’église anglicane ; mais la mesure du parlement lui semblait contraire à la liberté religieuse [M. de St.-Agy].

54 [Charles II, voir Leçon 8, note 96.]

55 [Willughby, voir Leçon 3, note 94.]

56 [Les fils de Francis Willughby sont Francis (né en 1669 ; mort en 1688) qui mourut à l’âge de dix-neuf ans, et Thomas (né le 9 avril 1672 à Middleton ; mort le 2 avril 1729), mathématicien et naturaliste renommé, nommé Baron Middleton par la Reine Anne (voir Leçon 16, note 48).]

57 [Aristote, voir Tome 1, Leçons 7 et 8.]

58 [Les ruminants sont des mammifères capables d’obtenir des éléments nutritifs à partir d’une alimentation herbagère en la fermentant avant la digestion dans un estomac spécial, le rumen (ou la panse) principalement par un processus de digestion bactérienne. Le processus nécessite la régurgitation de l’herbe ruminée. La deuxième phase de mastication de l’herbe ruminée est appelée le ruminement. Le mot « ruminant » vient du latin ruminare, qui signifie « mâcher à nouveau ». Il y a environ 150 espèces de ruminants, lesquels incluent les espèces domestiques et sauvages. Les mammifères ruminants incluent le bétail, les chèvres, les moutons, les girafes, les yaks, les daims, les chameaux, les lamas, et les antilopes.]

59 [Linné, voir Leçon 2, note 112 ; voir également Tome 1, Leçon 7, note 34.]

60 [Sibbald, voir note 36 ci-dessus.]

61 [Phalainologia nova, sive observationes de rarioribus quibusdam balaenis in Scotiae littus nuper ejectis, Édimbourg : Robert Edward, 1692, [4] + 44 p., [3] f. de pl.]

62 [Ornithologiae libri tres, Londres : Joannis Martyn, 1676, 6 f. + 307 + [5] p., 77 f. de pl., ill., in-folio ; l’un des premiers textes vraiment scientifiques sur l’ornithologie.]

63 Cet ouvrage [Synopsis methodica avium] est posthume, comme on le voit par sa date, de même que le Synopsis piscium, qui sera mentionné plus loin [en fait, ces deux textes furent, à l’origine, publiés ensemble sous le titre de Synopsis methodica avium & piscium, Londres : William Innys, 1713, 2 vol. en 1, [4] f. de pl., ill., in-4°]. Ces deux ouvrages furent publiés par les soins de [William] Derham, qui s’acquitta envers l’auteur du même devoir que Ray avait si bien rempli envers Willughby [M. de St.-Agy].

64 [Frugivore signifie mangeur de fruits ; tout type d’herbivore ou d’omnivore dont le fruit est la source préférée d’alimentation ; les frugivores sont communs surtout chez les oiseaux et les mammifères.]

65 [Les gallinacés sont des oiseaux appartenant à la famille des Galliformes, un ordre d’oiseaux comprenant les oiseaux domestiques ou gibier à plumes tels que les poules, les dindes, les grouilles, cailles, et faisans, ayant un corps charnu rond, un court bec, et de fortes pattes.]

66 Les granivores sont des animaux qui se nourrissent de grains ou de graines, source principale d’alimentation de nombreux oiseaux, en particuliers le gibier à plume, les moineaux, les pinsons, les perroquets, les pigeons et les tourterelles.]

67 [Le gros-bec casse-noyaux (Coccothraustes coccothrautes) est une petite espèce de passereau de la famille des Fragillidae, dont les plus proches membres de cette famille sont le Grosbec errant d’Amérique du Nord et le Gros-bec à capuchon d’Amérique Centrale, principalement du Mexique.]

68 [Les palmipèdes sont des oiseaux aux pattes en forme de palme tels que les oiseaux aquatiques.]

69 [De historia piscium libri quatuor, voir Leçon 3, note 94.]

70 [Gessner, voir Leçon 4.]

71 [Aldrovandi, voir Leçon 4, note 31.]

72 [Rondelet, voir Leçon 1, note 42.]

73 [Sur Aristote, Pline et Élien, voir Tome 1, chapitres 3 et 5.]

74 [Artedi, voir Tome 1, Leçon 13, note 17.]

75 [Rondelet, Aldrovandi et Belon, zoologistes de la Renaissance ; voir Leçon 3 ci-dessus.]

76 [Marcgrave, voir Leçon 3, note 95.]

77 [Louis-Jean-Marie Daubenton (né le 29 mai 1716 à Montbard ; mort le 31 décembre 1799 à Paris), naturaliste et anatomiste français spécialisé dans l’étude des oiseaux et des mammifères ; il contribua également de manière significative à l’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers (voir note 79 ci-dessous).]

78 [René Just Haüy (né le 28 février 1743 à Saint-Just-en-Chaussée ; mort le 3 juin 1822 à Paris), minéralogiste français qui effectua des expériences qui conduisirent à la loi géométrique de la cristallisation, recherche qui lui rapporta un siège à l’Académie Française des Sciences ; on parle souvent de lui comme le « Père de la Cristallographie Moderne. »

79 [L’Encyclopédie méthodique par ordre des matières est une encyclopédie de 210 à 216 volumes (des éditions différentes furent assemblées différemment), publiées entre 1782 et 1832 par la maison d’édition française Charles Joseph Panckoucke (né le 26 novembre 1736 à Lille, France ; mort le 19 décembre 1798 à Paris) ; son gendre, Henri Agasse de Cresne (né en 1752 à Paris ; mort en 1813 à Paris), et la femme de celui-ci, Thérèse-Charlotte Agasse. Cette encyclopédie était une version révisée, plus étendue, et arrangée par disciplines, de l’Encyclopédie d’origine de Denis Diderot et Jean Le Rond d’Alembert (voir Leçon 11, note 31) organisée alphabétiquement. Le titre complet est L’Encyclopédie méthodique ou par ordre de matières par une société de gens de lettres, de savants et d’artistes ; précédée d’un vocabulaire universel, servant de table pour tout l’ouvrage, ornée des portraits de MM. Diderot et d’Alembert, premiers éditeurs de l’Encyclopédie. Il n’en reste au monde que deux copies originales complètes : l’une est conservée à la bibliothèque du Musée Teyler de Haarlem et l’autre chez un libraire de livres anciens de Londres.]

80 [Peter Simon Pallas (né le 22 septembre 1741 à Berlin ; mort le 8 septembre 1811 à Berlin), zoologiste et botaniste allemand qui travailla principalement en Russie ; parmi ses nombreuses publications, la plus connue est peut-être Spicilegia zoologica quibus novae imprimis et obscurae animalium species illustrantur, en quatorze parties, reliées en général en un seul volume, Berlin : August Lange, Christian Voss & Joachim Pauli, 1767-1780, 14 fasc., pl., in-4°.]

81 [Synopsis methodica piscium, voir note 63 ci-dessus.]

82 [Stéphane von Schoenevelde ou Schonefeld (mort en 1616), médecin allemand, auteur de Ichthyologia et nomenclaturae animalium marinorum, fluviatilium, lacustrium, quae in Florentissimis ducatibus Slesvici et Holsatiae et celeberrimo Emporio Hamburg occurrunt triviales, Hambourg : Bibliopolio Heringiano, 1624, 87 p., VII pl., ill., in-4°.] Il ne faut pas confondre ce médecin, comme on l’a fait quelquefois, avec Schoenfeld Victorien, qui était médecin à Bautzen et mourut en 1591 [M. de St.-Agy].

83 [Paul Neucrantz (né le 27 octobre 1605 à Rostock ; mort le 24 mai 1671 à Lübeck), médecin à Lübeck, auteur de De harengo exercitatio medica in qua principis piscium exquisitissima bonitas summaque gloria asserta et vindicata, Lübeck : Joachimi Wildii, 1654, 83 + [5] p., in-4°.]

84 [Thomas Moufet, voir Leçon 4, notes 43 et 71.]

85 [Jonston, voir Leçon 6, note 113.]

86 [Redi, voir Leçon 12, note 80.]

87 [Goedart, voir note 50 ci-dessus.]

88 [Metamorphosis et historia naturalis insectorum, MidMiddelburg : Jacobum Fierensium, 1662, [32] + 236 p., pl. en coul., in-8° ; l’édition française citée par Cuvier est intitulée Métamorphoses naturelles, ou Histoire des insectes, observée très-exactement suivant leur nature & leur proprietez, avec les figures en taille-douce gravées d’aprés nature, Amsterdam : George Gallet, 1700, 3 vol.]

89 [Anne-Marie Sibylle Mérian, voir Leçon 6, note 117.]

90 [Johann Andreas] Graf était un peintre habile de Nuremberg ; mais après quelques années de mariage il fut obligé de prendre la fuite, s’étant attiré de mauvaises affaires ; c’est pour cette raison que Marie-Sibylle garda son nom de Mérian. Elle maniait l’aiguille avec autant de perfection que le pinceau. Ses broderies approchent beaucoup de la peinture [M. de St.-Agy].

91 . [Erucarum ortus, alimentum et paradoxa metamorphosis, Amsterdam : Joannes Oosterwijk, 1718, [5] f. de pl. + 64 p., pl., portr., in-4° ; une édition plus ancienne fut publiée en Allemand : Der Raupen Wunderbare Verwandelung und Sonderbare Blumen-Nahrung, Nuremberg : Johann Andreas Graffen, 2 vol., 1679-1683 ([3] + 102+ [4] p., 50 pl. ; [3] + 100 + [2] p., 50 pl.), in-4°.]

92 [Metamorphosis insectorum Surinamensium, Amsterdam : Joannes Oosterwijk, 1719, 1 vol. ([8] + [73] f. de pl. grav. s. cuivre, ill. grav. s. cuivre, in-folio.]

93 [Historia insectorum generalis, voir Leçon 16, note 52.]

94 [Histoire générale des insectes. Où l’on expose clairement la manière lente & presqu’insensible de l’accroissement de leurs membres, & ou l’on découvre évidemment l’erreur où l’on tombe d’ordinaire au sujet de leur prétendue transformation, Utrecht : Guillaume de Walcheren, 1682, [8] + 215 + [1] p., [14] f. de pl., in-4°.]

95 [François Salerne (né c. 1705 à Lisieux ; mort le 29 mai 1760 à Orléans), médecin et naturaliste français, auteur de L’histoire naturelle, éclaircie dans une de ses parties principales, l’ornithologie, qui traite des oiseaux de terre, de mer et de riviere, tant de nos climats que des pays étrangers, Paris : Chez Debure père, Libraire, 1767 [et non 1750 comme l’indique Cuvier], xii + [4] + 464 p., [31] pl. en coul., in-4°.]

96 [Johann Leonhard Frisch (né le 19 mars 1666 à Sulzbach ; mort le 21 mars 1743 à Berlin), linguiste, entomologiste, ornithologiste allemand, graveur célèbre de Berlin et auteur de Beschreibung von allerley Insecten in DeutschLand, nebst nützlichen Anmerckungen und nöthigen Abbildungen von diesem kriechenden und fliegenden inländischenchen Entdeckung, so einige von der Natur dieser Creaturen Gewürme, zur Bestätigung und Fortsetzung der gründli-herausgegeben, und zur Ergäntzung und Verbesserung der andern ; Cuvier cite l’édition de 1760, mais l’ouvrage fut publié bien plus tôt, entre 1730 et 1738 à Berlin : Christian Friedrich Nicolai, 13 part., 38 pl. représentant 300 insectes, in-4°.]

97 [Lister, voir Leçon 16, note 47.]

98 [Historiae sive synopsis methodicae conchyliorum quorum omnium pictura, ad vivum delineata, exhibetur, en cinq parties, Londres : sumptibus authoris, 1685-1693, 6 pt. en 2 vol. (ca. 400 p.), 1059 pl., ill., in-folio.) ; la première publication organisée de façon systématique sur les coquillages.]

99 [Historiae sive synopsis methodicae conchyliorum et tabularum anatomicarum edition altero, recensuit et indicibus auxit, Oxford : Gulielmus Huddesford, 1770, IV p. + 1059 pl. grav. + 6-8 p. + 22 pl. grav. + 77 p., in-folio.]

100 [Buonanni, voir Leçon 12, note 26.]

101 [Recreatio mentis et oculi, in observatione animalium testaceorum curiosis naturae inspectoribus, Rome : Carlo Francesco Varesi, 1684, [15] + 270 + [10] p. + [137] f. de pl., in-4°.]

Table des illustrations

Légende Museum Wormianum Planche extraite de Museum wormianum. Seu historia rerum… de Worm (1655) Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2923/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M

© Publications scientifiques du Muséum, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540