Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cuvier’s History of the Natural Sciences

 | 
Georges Cuvier

5. Seventeenth-century Advances in Chemistry, Physiology, and Anatomy

16. Perfectionnement de l’anatomie comparée

Texte intégral

Chimpanzé de dos
Planche extraite de Orang-outang, sive Homo Sylvestris… de Tyson (1699) Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.

1Messieurs,

  • 1 [Redi, voir leçon 12, note 80.]
  • 2 [Perrault, voir Leçon 12, note 113.]

2Je vous ai fait connaître, dans la leçon précédente, les principaux auteurs qui ont concouru au perfectionnement de l’anatomie, en s’attachant au détail des formes et à la structure intime des parties du corps humain. J’ai commencé aussi à vous indiquer quelques-uns des hommes qui ont embrassé l’anatomie sous un point de vue plus général, qui l’ont étudiée dans tous les êtres vivants, afin de connaître les phénomènes anatomiques sous toutes les formes que la nature leur a imprimées. Nous avons vu que, parmi ces hommes, François Redi d’Arezzo1 est un de ceux qui ont le plus concouru à éclairer l’histoire des animaux par la comparaison des différents phénomènes que présentent toutes les classes. Nous avons vu ensuite que Claude Perrault2 considéra l’anatomie des divers animaux surtout sous le point de vue physique et mécanique, en montrant comment les muscles et les autres parties attachées aux différents organes remplissent leurs fonctions.

  • 3 [Duverney, voir Leçon 12, note 114.]
  • 4 [Jardin du Roi renommé Jardin des plantes après la Révolution française ; voir Leçon 7, note 151, (...)

3Plusieurs autres auteurs de travaux de même nature doivent encore nous occuper. Nous examinerons principalement Guichard-Joseph Duverney3, qui a été pendant soixante ans professeur d’anatomie au Jardin du Roi4, et qui, pendant ce laps de temps, a eu pour élèves presque tous les anatomistes de la plus grande partie du dix-huitième siècle.

4Duverney était né à Feurs, en Forest, en 1648 ; il fut nommé professeur au Jardin du Roi en 1670, et mourut à Paris en 1730. Toute sa vie fut consacrée à l’observation des différents phénomènes anatomiques ; il négligea la médecine pour ce genre d’étude. Il eût été certainement un des hommes qui auraient le plus avancé la science, s’il n’avait pas eu un esprit disposé à chercher toujours des choses nouvelles, à passer d’une observation à une autre, avant d’avoir complété la première et de s’être mis en état de la bien rédiger. Aussi a-t-il laissé une foule de manuscrits qui renferment des choses précieuses, mais qui tous sont trop informes et trop incomplets pour être imprimés.

  • 5 [Traité de l’organe de l’ouie, contenant la structure, les usages et les maladies de toutes les pa (...)
  • 6 [Les glandes cérumen sont des glandes sébacées situées à l’intérieur du canal auditif de l’homme e (...)
  • 7 [La corde du tympan est une branche nerveuse du nerf facial qui joue un rôle dans la gustation au (...)

5Le premier ouvrage que publia Duverney est un traité de l’organe de l’ouïe, contenant la structure, les usages et les maladies de toutes les parties de cet organe ; il est de 16835. Duverney a découvert les glandes cérumineuses6 qui sont dans le tuyau extérieur de l’oreille ; il a suivi le nerf dur de l’oreille mieux qu’aucun de ses prédécesseurs, ainsi que la corde du timpan7, et toutes les particularités de cette partie de l’oreille.

  • 8 [Memoires de l’Académie des Sciences de Paris, journal scientifique de l’Académie Française des Sc (...)
  • 9 [Académie Française des Sciences ou Académie Royale des Sciences, voir Leçon 12, note 101.]
  • 10 [Perrault et Lahire, voir Leçon 12, notes 77 et 115.]

6On a de lui beaucoup d’observations qui furent insérées dans les Mémoires de l’Académie des Sciences8. Il est aussi un des principaux auteurs des Mémoires relatifs à l’histoire des animaux, qui furent publiés par l’Académie des Sciences et qui avaient presque tous été rédigés avant la nouvelle organisation de cette académie, effectuée en 16999. Les dissections avaient été faites par Duverney, comme je vous l’ai dit précédemment, et c’étaient Perrault et Lahire qui avaient exécuté les dessins10.

  • 11 [Mémoires pour servir à l’histoire naturelle des animaux, comprenant le volume 3, parties 1 à 3 de (...)

7Cet ouvrage, publié en partie aux frais du roi, d’une manière assez magnifique, ne fut pas continué ; mais il fut reproduit ensuite sous un format un peu moindre, en trois volumes in-4˚11. Les premiers cahiers étaient in-folio.

  • 12 [Jean Méry (né le 6 janvier 1645 à Vatan ; mort le 3 novembre 1722 à Paris), médecin et anatomiste (...)

8Ces mémoires contiennent beaucoup de choses intéressantes sur la circulation dans le fœtus. Une discussion s’était élevée entre Duverney et Mery12 au sujet de cette circulation, et pour appuyer leurs opinions, ils avaient cherché des analogies dans les animaux, particulièrement dans les tortues ; car les reptiles en général ont, dans la manière dont les vaisseaux sont dirigés vers le poumon, quelque chose qui ressemble un peu à ce que présente le fœtus humain.

  • 13 Il [Duverney] passait les nuits dans le Jardin du Roi [voir note 4 ci-dessus), couché sur le ventr (...)
  • 14 [Observations sur la circulation du sang dans le foetus et description du cœur de la tortue et de (...)

9Duverney s’occupa vers la fin de ses jours à suivre les limaçons dans tous les détails de leur vie13 ; il fit une foule d’observations curieuses qui n’ont pas été publiées, mais dont les manuscrits existent encore dans les archives de l’Académie des Sciences. On voit qu’il avait dès lors découvert beaucoup de choses qui, depuis, ont été vues par d’autres. On remarque aussi dans ses écrits des idées très précieuses sur la circulation dans les poissons et dans les reptiles. Ce travail n’a pas été publié, mais Duverney en a fait connaître les résultats. C’est à lui que l’on doit de savoir exactement quelles sont les parties des branchies des poissons, quel en est le nombre, quel est le jeu de ces parties14 et celui des opercules.

  • 15 [Méry, voir note 12 ci-dessus.]
  • 16 [Marie-Thérèse d’Espagne (née le 10 septembre 1638 à l’Escorial ; morte le 30 juillet 1683 à Versa (...)
  • 17 [Louis XIV, voir Leçon 8, note 86.]
  • 18 [Cuvier attribue correctement l’ouvrage Description exacte de l’oreille de l’homme (Paris : Lamber (...)
  • 19 [Nouveau systeme de la circulation du sang par le trou ovale dans le fœtus humain ; voir note 12, (...)
  • 20 [Trou ovale, ou foramen ovale, est une ouverture présente lors du développement fœtal permettant l (...)

10Jean de Mery15 était le contemporain de Duverney, et, à quelques égards, son rival. Il était né en 1645, à Vatau en Berry. Il fut chirurgien de la reine Marie-Thérèse16, femme de Louis XIV17, ensuite premier chirurgien des Invalides, et enfin premier chirurgien de l’Hôtel-Dieu, où il mourut en 1722. Il était très habile anatomiste et faisait partie de l’Académie des Sciences. On a de lui des travaux sur une partie des mêmes matières traitées par Duverney : ainsi il a donné une description de l’oreille de l’homme, un autre ouvrage sur l’âme sensitive, en 167718. Ce fut lui qui donna un nouveau système de la circulation du sang dans le fœtus : ce système est exposé dans les Mémoires de l’Académie de 170019. Selon Mery, le sang passait de l’oreillette droite dans le ventricule droit, d’où il allait au poumon par l’artère pulmonaire, et ensuite dans les veines pulmonaires qui le conduisaient dans l’oreillette gauche. Là il se divisait en deux colonnes : l’une parvenait à l’artère aorte qui la distribuait à toutes les parties du corps ; l’autre colonne aboutissait à l’oreillette droite, au moyen du trou ovale20, descendait dans le ventricule droit, et revenait dans l’artère pulmonaire. C’est pour soutenir cette hypothèse qu’il fit des recherches sur le cœur de la tortue.

  • 21 [Par « monstres » et « monstruosités », Cuvier fait référence à ce que nous appellerions de nos jo (...)
  • 22 [« Remarques sur la moule des estangs », Mémoires de l’Académie royales des Sciences de Paris, 171 (...)

11Après ses observations sur la circulation du sang dans le fœtus, il donna beaucoup d’autres observations sur les monstres et sur les causes de la monstruosité21. Ce travail fut occasionné par une dispute qu’il eut encore avec Duverney, et dans laquelle chacun d’eux soutenait une hypothèse particulière sur les causes de la monstruosité. L’un pensait qu’il existait des germes monstrueux, l’autre que la monstruosité était due à des accidents survenus pendant la gestation. Duverney cherchait des monstres, des circonstances, des détails de monstruosité plus ou moins extraordinaires, tandis que l’autre cherchait à les expliquer. Il résulta de cette lutte la description de plusieurs monstres très remarquables. Nous devons encore à Mery l’anatomie de la moule ; c’est l’une des premières qui aient été faites d’un mollusque, d’un coquillage22.

  • 23 [Nehemiah Grew (né le 26 septembre 1641 à Warwickshire ; mort le 25 mars 1712 à Londres), botanist (...)
  • 24 [Transactions Philosophiques, voir Leçon 12, note 65.]

12En Angleterre vivait dans le même temps Néhémie Grew, né à Coventry, en 1628, et qui mourut en 171123. Longtemps il fut membre de la Société royale de Londres ; il en a été pendant quelque temps aussi le secrétaire. Dans cette académie, il concourut à la rédaction d’un certain nombre de volumes des Transactions philosophiques24.

  • 25 [Anatomy of Plants, with an idea of a philosophical history of plants, and several other lectures, (...)
  • 26 [Musaeum Regalis Societatis, or a catalogue & description of the natural and artificial rarities b (...)

13Il a donné deux ouvrages qui lui sont propres : l’un est une anatomie des plantes25, à laquelle nous reviendrons en traitant de l’histoire de la botanique ; l’autre, qui va nous occuper en ce moment, est une description du Musée de la Société royale de Londres, qui parut dans cette ville, en 168126, in-folio, et dans laquelle sont figurées plusieurs des pièces anatomiques qui existaient alors dans ce musée ; c’étaient différents squelettes. L’os hyoïde de l’alouate paraît pour la première fois dans cet ouvrage ; mais ce que nous devons mentionner dans ce moment, c’est que l’auteur y donne une anatomie comparée des estomacs et des intestins d’une grande quantité d’animaux. C’était un travail assez important pour servir de base aux diverses théories de la digestion qui furent proposées alors.

14Tels sont, messieurs, les auteurs qui ont pris l’anatomie comparée dans un sens très général, qui l’ont employée concurremment avec l’anatomie ordinaire pour arriver à la détermination des fonctions des organes.

15D’autres auteurs de la même époque ont concouru avec un grand zèle à des dissections particulières d’animaux, c’est-à-dire à faire, pour certaines espèces de ceux-ci, ce que les anatomistes ordinaires avaient fait pour l’espèce humaine. C’était un moyen plus sûr encore d’arriver à une connaissance générale de l’organisation animale, et à des conclusions légitimes ; car il reste quelque chose de douteux, ou du moins qui peut conduire au doute, lorsqu’on ne prend qu’un organe isolé et qu’on ne le considère pas dans ses rapports avec tous les autres organes qui composent un animal.

  • 27 [Étienne Lorenzini (né c. 1652 à Florence ; date de décès inconnue), médecin italien et ichtyologi (...)
  • 28 [Osservazioni intorno alle torpedini, Florence : l’Onofri, 1678, [8] + 136 p., ill., pl., in-4°.]
  • 29 [Redi, voir Leçon 12, note 80.]
  • 30 [Jean Caldesi (Giovanni Battista) Caldesi (né en 1650 à Arezzo ; mort c. 1732 à Florence), médecin (...)
  • 31 [René Antoine Ferchault de Réaumur (né le 28 février 1683 à La Rochelle ; mort le 17 octobre 1757 (...)

16Parmi ces auteurs nous devons citer surtout Étienne Lorenzini27, médecin toscan, qui donna à Florence, en 1678, une anatomie de la torpille28. En général l’école de Florence avait alors beaucoup de goût pour les recherches de ce genre ; Redi29 l’avait inspiré, et plusieurs des personnes qui le partageaient ont donné des ouvrages qui, encore aujourd’hui, sont précieux. Celui de Lorenzini sur la torpille est bon en ce qui concerne la simple anatomie de cet animal ; mais quant à la physiologie des organes au moyen desquels il donne des commotions, il est facile de comprendre que Lorenzini n’a pas pu l’exposer, puisque l’électricité n’était presque pas connue dans ce temps, que surtout on n’avait encore aucune idée de l’électricité galvanique, de cette électricité qui résulte du rapprochement de corps de différentes natures. Aussi les auteurs de cette époque, et même ceux de la première moitié du dix-huitième siècle, attribuaient-ils les effets singuliers que produit la torpille à un choc purement mécanique ; Caldesi30 et Réaumur31 sont de ce nombre.

  • 32 [Osservazioni anatomiche intorno alle tartarughe marittime, d’Acqua dolce, e terrestri. Scritte in (...)
  • 33 [Haller, voir Leçon 1, note 16.]

17Jean Caldesi, aussi médecin toscan, donna une anatomie des tortues de mer, des tortues d’eau douce et de celles de terre32 ; elle parut en 1687, avec des planches, et elle est si détaillée que Haller33 déclare qu’il n’est aucun animal, après l’homme, qui soit aussi bien connu anatomiquement que la tortue. Je crois que l’éloge est un peu exagéré, et qu’aujourd’hui on ferait cette anatomie d’une manière plus exacte.

18Caldesi a donné le squelette de toutes les parties connues : c’était alors l’usage. Les auteurs anatomiques donnaient des squelettes séparés des artères, des veines, des nerfs de chaque groupe d’organes, en isolant ces parties, en les détachant de celles auxquelles elles aboutissent. On ne peut ainsi que se former des idées très fausses de chaque système ; néanmoins Caldesi est d’une exactitude remarquable.

  • 34 [Edward Tyson (né le 20 janvier 1651 à Clevedon, Somerset ; mort le 1er août 1708 à Londres), méde (...)
  • 35 [« Vipera caudi-sona Americana, ou l’anatomie d’un serpent à sonnettes disséqué à la Royal Society (...)
  • 36 [Phocaena, or the anatomy of a porpess, dissected at Gresham College : with a praeliminary discour (...)
  • 37 [« Carigueya, seu marsupiale Americanum, or the anatomy of an opossum. Dissected at Gresham-Colleg (...)
  • 38 [Orang-outang, sive Homo Sylvestris : or, the anatomy of a pygmie compared with that of a monkey, (...)
  • 39 [Buffon différenciait les chimpanzés et les orang-outangs en les appelant « jocko » et « pongo », (...)

19Un Anglais du même temps, Edward Tyson34, membre de la Société royale de Londres, donna aussi plusieurs monographies anatomiques, plusieurs de ces examens dans lesquels on passe en revue tous les organes d’une seule espèce. Il fit connaître pour la première fois l’anatomie du serpent à sonnette35, du lama, du marsouin36, du sarigue37, mais surtout de l’espèce de singe38 qui se rapproche le plus de l’homme après l’orang-outang, c’est-à-dire du chimpanzé, que Buffon a appelé jocko, et qui habite dans le Congo39, tandis que l’orang-outang se trouve dans les Indes orientales.

20L’orang-outang, dans sa jeunesse, a plus de rapports avec l’homme que le jocko ; mais, plus tard, celui-ci en a également beaucoup avec l’homme ; de sorte qu’il est impossible de dire quel est celui qui s’en rapproche le plus.

  • 40 [Vicq d’Azir, voir Leçon 14, note 118.]
  • 41 [Gall, voir Leçon 2, note 46.]

21L’anatomie du jocko était très importante pour certains organes dont il s’agissait de connaître la limite de conformation, notamment pour le cerveau ; aussi l’ouvrage de Tyson eut-il une grande célébrité. Toutefois on l’a beaucoup cité pour une erreur : pour la ressemblance du cerveau du chimpanzé avec celui de l’homme. Tyson n’y avait pas vu de différences ; cependant elles y sont très marquées, ainsi que Vicq d’Azir40 l’a exposé et que Gall41 l’a aussi démontré dans ses ouvrages.

  • 42 [Jean Muralt, ou Johannes von Muralt (né le 18 février 1645 à Zurich ; mort le 12 janvier 1733 à Z (...)
  • 43 [Günther Christoph Schelhammer (né en 1649 à Iéna ; mort en 1716 à Kiel), professeur allemand de b (...)
  • 44 [Académie Impériale des Curieux de la Nature ou Academia Naturae Curiosorum, voir Leçon 12, note 9 (...)

22Nous devons encore mentionner parmi ceux qui ont fait des recherches sur des animaux isolés, Jean Muralt ou Muralto42, de Zurich, et Schelhammer43, qui était médecin de Helmstaedt, et fut longtemps professeur à Kiel. Les travaux de ces deux zootomistes ont été insérés dans les Mémoires des Curieux de la Nature44.

  • 45 [Samuel Collins (né en 1618 à Londres ; mort le 11 avril 1710 à Londres), médecin et anatomiste an (...)
  • 46 [Vicq d’Azir, voir Leçon 14, note 118.]

23Un ouvrage très remarquable par le grand nombre de ses planches, et même jusqu’à un certain point par leur beauté, qui parut à la même époque, c’est-à-dire en 1685, est le Système anatomique45 de Samuel Collins, imprimé à Londres en deux volumes in-folio. Cet ouvrage est assez rare. Le premier volume est un traité d’anatomie générale un peu sec et même assez superficiel ; mais le second volume est remarquable par soixante-treize planches de figures d’intestins et de cerveaux d’un grand nombre de quadrupèdes, d’oiseaux et particulièrement de poissons. Pendant assez longtemps, jusqu’à Vicq d’Azir46, pour ainsi dire, on n’a guère eu, sur la comparaison du cerveau des animaux des classes inférieures, notamment des poissons, que l’ouvrage de Collins.

24Après ces premiers auteurs de monographies d’animaux vertébrés, nous allons voir les zootomistes qui publièrent à la même époque des descriptions d’animaux invertébrés.

  • 47 [Martin Lister (né le 12 avril 1639 à Radcliffe, Buckinghamshire ; mort le 2 février 1712 à Epsom, (...)
  • 48 [Reine Anne (née le 6 février 1665 à St James Palace à Londres) devint reine d’Angleterre, d’Écoss (...)
  • 49 [Exercitatio Anatomica, in qua de cochleis, maximè terrestribus & limacibus, agitur, omnium dissec (...)

25Nous citerons d’abord Martin Lister47, médecin d’Yorck, qui fut médecin de la reine Anne48 et qui mourut en 1712. On a de lui, sous le titre d’Exercitatio anatomica49, des recherches anatomiques sur les limaçons terrestres, sur les limaces, sur les univalves marins, sur les bucins, sur les petits univalves d’eau douce et aussi sur les bivalves. Ce sont là les commencements de l’anatomie des mollusques, commencements qu’il était nécessaire de noter ici.

  • 50 [Jan Swammerdam (né le 12 février 1637 à Amsterdam ; mort le 17 février 1680 à Amsterdam), biologi (...)
  • 51 [Antoinette Bourignon de la Porte (née le 13 janvier 1616 à Lille ; morte le 30 octobre 1680 à Fra (...)

26Mais l’auteur le plus étonnant sur toute l’anatomie des petits animaux sans vertèbres est Jean Swammerdam50, qui naquit à Amsterdam en 1637. Il fit ses études à Leyde, voyagea en France et s’y lia avec une personne mystique appelée madame Bourignon51. Il devint lui-même tout à fait mystique, tomba dans une dévotion extraordinaire, qui le conduisit à une sorte de mélancolie et lui fit négliger ses affaires domestiques ; il négligea même les places qu’il aurait pu obtenir, et finit par mourir de pauvreté à l’âge de quarante-trois ans, en 1680, après avoir vendu à vil prix l’ouvrage auquel il avait travaillé presque toute sa vie.

  • 52 [Historia insectorum generalis, ofte, Algemeene verhandeling van de bloedeloose dierkens : waar in (...)
  • 53 [L’éphémère est un insecte aquatique dont le stade immature (appelé « naïade » ou « nymphe ») dure (...)
  • 54 [Thévenot, voir Leçon 12, note 104.]
  • 55 [The book of nature ; or, the history of insects reduced to distinct classes, confirmed by particu (...)

27Il avait donné sur les insectes, de son vivant, sous le titre d’Histoire générale des Insectes52, une espèce de programme du travail qu’il avait préparé. C’est un très petit volume in-4˚ ; mais il y avait ajouté une petite dissertation sur l’éphémère53, insecte bien connu par la singularité de ne paraître à l’état parfait que pendant un jour ou pendant quelques heures. L’ouvrage véritable de Swammerdam contenait infiniment plus de choses. Il fut acheté par M. Thévenot54, homme savant, qui tenait des assemblées à Paris, même avant l’existence de l’Académie des Sciences. Il passa ensuite dans les mains de Boerhaave55.

28Lorsque nous en serons arrivés à l’histoire du dix-huitième siècle, nous verrons que Boerhaave, au commencement de cette époque, remplissait un rôle très remarquable et très honorable, en employant à la protection des sciences la grande fortune qu’il avait acquise au moyen de sa célébrité. Non seulement il soutenait de ses libéralités ceux qui cultivaient les sciences, mais il consacrait aussi une partie de son bien à la publication des ouvrages utiles.

  • 56 [Biblia naturae ; sive, Historia insectorum, in classes certas redacta, nec non exemplis, et anato (...)
  • 57 Cet ouvrage existe aussi en anglais, [publié en] 1758 [voir note 55 ci-dessus], et même en françai (...)

29C’est ainsi qu’il fit paraître l’ouvrage de Swammerdam en 1737, juste cent ans après la naissance de l’auteur, en deux volumes in-folio, sous le titre de Biblia naturæ56. Le texte est en latin et en hollandais57 ; il contient toute la doctrine de l’anatomie des insectes et de quelques mollusques, et tout ce qui regarde la métamorphose de ceux-là et leur division en classes fondées sur cette métamorphose. Il y a, de plus, des détails anatomiques infinis et extraordinairement précieux.

30L’auteur divise les insectes d’abord en insectes qui n’ont pas de métamorphose, ensuite en insectes qui subissent une demi-métamorphose, c’est-à-dire qui ne font que prendre des ailes, comme les sauterelles, les cigales, et enfin en insectes qui subissent une métamorphose complète, c’est-à-dire en insectes dans lesquels la chenille se change en chrysalide ou nymphe immobile, et ensuite prend la forme d’un insecte ailé. Ceux-ci sont subdivisés ensuite selon la forme des chrysalides.

31Après avoir ainsi distribué les insectes, il prend dans chaque classe quelques individus et en fait l’anatomie. Ce travail dut paraître merveilleux, car on ne savait pas encore comment Swammerdam avait pu arriver à l’observation qu’il décrivait. Le microscope n’était pas alors fort en usage, et c’est à peine si l’on ajoutait foi à ce que Swammerdam avait exposé. Depuis lors il a été bien constaté, par les observations de beaucoup d’autres auteurs, qu’il n’a rien avancé qui ne soit très exact. Swammerdam commence l’anatomie des insectes, par celle du pou, dont il montre tout l’intérieur, le canal intestinal, les organes de la respiration et jusqu’au système nerveux. Il mêle aux animaux qui n’ont pas de métamorphose les mollusques, qu’il n’avait pas encore suffisamment distingués des insectes : ainsi, il donne l’anatomie du limaçon, par exemple ; il en fait connaître toutes les parties, le cœur, les viscères, le foie ; il en décrit tous les muscles, et explique toutes les manières dont cet animal est attaché à sa coquille. Il fait connaître ses yeux, leur cristallin, le nerf optique qui s’y rend au travers des cornes ; toutes choses si délicates, qu’elles parurent une sorte de merveille, de miracle, tant de la part de celui qui les avait observées, que de la nature qui les a faites.

32Le bernard-l’ermite est aussi décrit par Swammerdam. Il donne encore l’anatomie du grand scarabée nasicorne qui vit dans le tan ; il le montre dans son état de larve, où ses intestins sont très gros, puis à l’état de chrysalide. Il fait voir qu’à l’état parfait ses intestins sont plus grêles, ont une tout autre forme et ne sont plus disposés pour une nourriture grossière. Comme il mêlait ses idées mystiques à toutes ses observations, il conclut de ce fait que l’homme, avant sa chute, avait des intestins plus petits, qu’il avait, par conséquent, moins de besoins grossiers et matériels.

33L’histoire des abeilles vient ensuite ; il y décrit leurs diverses espèces, leur œil singulier, qui se compose d’une multitude de petites lentilles disposées sur la même surface et à chacune desquelles aboutit un petit nerf optique. Il fait connaître aussi l’anatomie des abeilles ; il montre que ce qu’on appelait leur roi est, au contraire, une reine ; que les abeilles ouvrières sont des femelles avortées, des femelles dans lesquelles les organes de la génération n’ont pas pris leur accroissement.

  • 58 [Pierre Lyonnet ou Lyonet (né le 22 juillet 1708 à Maastricht ; mort le 10 octobre 1789 à La Haye) (...)

34Il passe à un examen semblable pour le papillon et la chenille. Son traité de la chenille a été infiniment surpassé par Lyonnet58, qui est venu plus tard : l’ouvrage de ce dernier sur la chenille du saule est un des produits les plus étonnants de l’industrie humaine ; mais à l’époque de Swammerdam, ce que ce naturaliste donnait était un très admirable travail.

35Swammerdam décrit aussi les mouches, le taon ; il en donne l’anatomie, ainsi que celle de sa larve.

36Son ouvrage est terminé par une anatomie de la sèche, où il ne laisse pas que d’y avoir des choses curieuses, quoiqu’elle ne soit pas complète.

37Swammerdam expose le développement de la grenouille et indique comment elle sort de l’œuf sous forme de tétard, de quelle manière elle perd sa queue, comment elle prend des pattes, enfin quelles sont les différentes phases par lesquelles passe la forme de cet animal.

38Tout l’ouvrage de Swammerdam a un résultat général, c’est la comparaison du développement des animaux avec le développement des plantes. Il montre surtout qu’à partir de l’œuf jusqu’à l’état parfait il se développe, chez les insectes, des organes qui préexistaient en eux. Ce fait particulier que la métamorphose n’est qu’un développement, que la différence entre les insectes et les animaux plus élevés dans l’échelle ne consiste qu’en ce que le développement de ceux-là part de plus loin, est une vérité capitale que Swammerdam a, le premier, bien fait connaître. Il a montré que la chrysalide contient déjà le papillon ; en effet, en examinant une chrysalide, on voit à travers l’espèce de croûte dont elle est enveloppée, les linéaments qui forment les ailes du papillon, ses pieds, ses antennes, repliés les uns sur les autres et ne manquant que d’un plus grand développement. En prenant une chenille au moment où elle va se changer en chrysalide, il prouve aussi que la chrysalide est dans la chenille. Bien que dans le premier instant on n’aperçoive rien qui ressemble à la chrysalide, il apparaît bientôt entre la peau et les muscles de la chenille, une enveloppe grêle qui préexistait probablement, et qui constitue l’enveloppe de la chrysalide. Il suffit alors d’ouvrir la peau de la chenille pour distinguer dessous toutes les formes nouvelles de cet animal.

  • 59 [Buffon, voir Leçon 4, note 57 ; voir également Tome 1, Leçon 7, note 39.]

39Ainsi les observations de Swammerdam ont constaté l’emboîtement d’un même animal sous trois formes caractéristiques. C’était une vérité d’une grande nouveauté et d’une grande importance pour la théorie du développement du fœtus, de la génération, et de tout ce qui y a rapport ; aussi influa-t-elle beaucoup sur le système de l’évolution, qui régna pendant tout le dix-huitième siècle, malgré les efforts renouvelés de Buffon59 pour le renverser.

  • 60 [Tractatus physico-anatomico-medicus de respiratione usuque pulmonum. In quo, præter primam respir (...)

40Swammerdam avait fait quelques autres ouvrages sur l’anatomie humaine seule. Il avait publié à Leyde, en 1667, un petit traité concernant la respiration60, dans lequel il fait connaître que les poumons s’affaissent lorsqu’on introduit de l’air entre eux et la plèvre. Il montre aussi le mouvement de la lymphe.

41Les nombreux travaux de Swammerdam, dont je viens de vous donner une idée très légère, avaient paru, pour la plupart, dans les mémoires des académies du temps, dans différents journaux et autres ouvragers périodiques. On s’occupa de les rassembler ; et il en résulta deux collections qui comprennent presque tous les petits travaux dont je viens de vous entretenir.

  • 61 [Blasius, voir Leçon 14, note 60.]
  • 62 [Anatome compilatitia animalium terrestrium variorum, volatilium, aquatilium, serpentum, insectoru (...)
  • 63 [Severinus, voir Leçon 10, note 45.]
  • 64 [Harvey, voir Leçon 2.]
  • 65 [Thomas Bartholin, voir Leçon 12, note 82.]
  • 66 [Malpighi, voir Leçon 14, note 121.]

42Une de ces collections est celle de Gérard Blasius61, intitulée : Anatomica compilatitia animalium, etc., qui parut en un volume in-4˚, en 168162. Blasius y a réuni presque tout ce qui a été fait depuis Severinus63 et Harvey64 jusqu’à Bartholin65 et Malpighi66, sur l’anatomie des animaux. On n’y trouve pas cependant tout ce que contiennent les Mémoires de l’Académie des Sciences, parce qu’il n’en avait paru encore qu’une partie. Le surplus n’a été imprimé que dans le dix-huitième siècle, quoique appartenant au dix-septième. Ce recueil rend presque inutiles toutes recherches dans les grands ouvrages dont il a été extrait.

  • 67 [Michael Bernhard Valentini ou Valentin (né le 26 novembre 1657 à Giessen ; mort le 18 mars 1729 à (...)
  • 68 [Amphitheatrum anatomicum, tabulis æneis quamplurimis exhibens historiam animalium anatomicam, Fra (...)

43Un professeur de Giessen, Michel-Bernard Valentini ou Valentin67, publia en 1720, sous le titre de Amphitheatrum anatomicum68, une collection à peu près semblable à celle de Blasisus ; les figures en sont moins bonnes, mais elle renferme quelques ouvrages qu’on ne trouve pas dans celle de Blasius. Cette dernière, il est vrai, en contient aussi qui n’existent pas dans celle de Valentin ; mais les deux ensemble peuvent tenir lieu des auteurs d’anatomie comparée du dix-septième siècle.

  • 69 [Observationes anatomicae selectiones Collegii Privati Amstelodamensis figuris aliquot illustratae (...)
  • 70 [L’appendice pancréatique ou cœca-pylorique, faisant partie du système digestif des poissons osseu (...)

44Blasius a donné des ouvrages qui lui sont propres et dont j’aurais pu vous parler à propos de chacun des traités relatifs à l’anatomie humaine. Il existe de lui surtout une anatomie de la moelle épinière et quelques autres petites dissections. Il a concouru avec Swammerdam et quelques autres à un petit recueil intitulé : Collegium privatum amstelodamense, et formant deux petits volumes in-12, l’un de 1667, l’autre de 167369. On y trouve de bonnes observations d’anatomie comparée, notamment en ce qui concerne les poissons ; leurs appendices pancréatiques70, par exemple, y sont décrits pour la première fois d’une manière assez complète.

45Voilà, messieurs, une idée sommaire des observations particulières qui ont été faites sur les différents animaux à l’époque que nous parcourons.

46Tout ce qui avait été découvert sur l’homme et sur les animaux avait produit des idées plus générales, plus élevées, sur l’anatomie humaine elle-même et sur tous les phénomènes organiques ; il était donc naturel qu’on continuât de s’occuper de ces phénomènes en s’élevant à des principes généraux. On revint sur ce que les anciens avaient dit du pouvoir de la fibre, de ses contractions dans toutes les parties de l’économie.

47Plusieurs philosophes qui considéraient la physiologie sous un point de vue extrêmement général traitèrent ces matières.

  • 71 [François Glisson (né c. 1599 à Bristol ; mort le 14 octobre 1677 à Londres), médecin et anatomist (...)
  • 72 [Anatomia hepatis, cui praemittuntur quaedam ad rem anatomicam universe spectantia, et ad calcem o (...)
  • 73 [La capsule de Glisson est une membrane de collagène couvrant la surface externe du foie ; une dou (...)

48Parmi eux, je citerai François Glisson71, professeur de Cambridge, qui mourut à Londres, en 1677, et qui a donné quelques ouvragres particuliers, entre autres un sur le foie, qui est de 165472. Il y existe plusieurs observations anatomiques nouvelles, particulièrement sur la tunique qu’on appelle encore aujourd’hui la capsule de Glisson73. L’auteur achève de démontrer, dans cet ouvrage, que ce n’est pas le foie qui produit le sang, ce qui, à cette époque, pouvait encore être un objet de controverse.

  • 74 [Tractatus de ventriculo et intestinis, cui praemittitur alius, de partibus continentibus in gener (...)
  • 75 [Tractatus de natura substantiae energetica, seu de vita naturae, Londres : Henry Brome & N. Hooke (...)

49On doit aussi à Glisson un traité sur l’estomac et les intestins, qui est de 166774. Celui qui est le plus remarquable est de 1672, et a pour titre : De la nature de la substance énergétique, ou de la vie de la nature et de ses trois premières facultés75.

50Glisson est le premier qui ait beaucoup médité sur la nature de la fibre, qui ait rejeté tous les systèmes purement physiques d’après lesquels on tâchait de l’expliquer, qui lui ait attribué une qualité propre à son emploi, une propriété tout-à-fait à elle, et qu’il a nommée irritabilité, expression qu’on a conservée depuis. Il a ainsi fait connaître en même temps la nature de l’objet et sa dénomination. Il a, d’ailleurs, très bien analysé ce qui se passe, soit dans la contraction des muscles destinés aux mouvements extérieurs, soit dans celle des fibres musculaires des viscères ; et par conséquent il a établi la base sur laquelle presque toute la physiologie du dix-huitième siècle a été fondée.

  • 76 [Johannes de Gorter (né le 19 février 1689 ; mort le 11 septembre 1762 à Wijk bij Duurstede), méde (...)
  • 77 [Haller, voir Leçon 1, note 16.]

51C’est des recherches de Glisson, et aussi de Gorter76, que nous verrons dans l’histoire du dix-huitième siècle, que Haller77 a tiré ses idées sur l’électricité, qu’il a si fort développées, sur lesquelles il a appuyé tant d’explications relatives aux corps organisés.

  • 78 [Borelli, voir Leçon 12, note 79.]
  • 79 [Malpighi, voir Leçon 14, note 121.]
  • 80 [De motu animalium, voir Leçon 2, note 73.]
  • 81 [Reine Christine de Suède, voir Leçon 11, note 77.]
  • 82 [Steno, voir Leçon 12, note 81.]
  • 83 [Richard Lower (né en 1631 à St Tudy en Cornouailles ; mort le 17 janvier 1691 à Londres), médecin (...)

52Cette matière, qui était d’une très haute importance, occupait en même temps les physiologistes italiens. Parmi ceux de l’école de Florence qui, alors, était si brillante et qui étudiait sous tant d’aspects les forces de la nature, on doit principalement remarquer Alphonse Borelli78, né à Naples en 1608. Il fut professeur à Florence et à Pise, ami particulier de Malpighi79, et mourut à Rome en 1679. Le premier il appliqua d’une manière sérieuse les mathématiques au calcul des forces qui se manifestent dans le corps des animaux. Son traité De motu animalium80 qu’il avait dédié à la reine Christine81, ne parut à Rome qu’immédiatement après sa mort, en 1680 et 1681, en deux volumes in-4˚. Il perfectionna la connaissance des muscles, et surtout celle des fibres qui les composent ; et leur action commune fut étudiée et développée de nouveau par lui mieux qu’elle ne l’avait été par Stenon82 et par Lower83.

53Borelli s’attacha à montrer un fait qui n’était pas généralement connu de son temps : c’est que la nature n’a pas disposé les muscles de manière à économiser les forces ; qu’au contraire ces leviers sont attachés aux os qu’ils doivent mouvoir de la façon la moins avantageuse, et consomment, pour remuer un membre, beaucoup plus de forces qu’il n’en faudrait s’ils étaient attachés plus loin du point d’appui, ou s’ils s’inséraient dans les os d’une manière perpendiculaire. Il montre ensuite pourquoi la nature est réduite à les disposer ainsi, pourquoi il ne lui est pas possible de les placer plus avantageusement. Après avoir établi ces principes généraux, Borelli examine chacun des mouvements qui sont propres aux différents membres, fait le calcul des forces qu’ils exigent, et arrive à ce résultat, que pour remuer le bras, par exemple, la nature emploie une force qui équivaut à un poids considérablement plus grand que celui de ce membre. Il fait le même calcul pour toutes les autres parties du corps ; puis il traite des mouvements généraux, examine tout ce qui est relatif à la station de l’animal, soit sur deux pieds, soit sur quatre, quelles sont les conditions nécessaires au maintien de son équilibre, quels sont les mouvements partiels d’où résulte le mouvement général, tel que le saut, la course, la marche ordinaire.

54Après avoir fait cet examen pour l’homme et pour les quadrupèdes, il passe aux autres mouvements exécutés dans les autres classes, par exemple, au vol, dans les oiseaux, à la natation, dans les poissons. Il montre quels sont les muscles qui agissent dans le vol, et comment l’animal parvient, en agitant ses ailes, à se soutenir et à s’élever dans l’air, c’est-à-dire dans un milieu qui a une pesanteur spécifique moindre que lui-même. Il calcule la quantité de force qui doit être employée pour cette nature de mouvements, la vitesse avec laquelle l’aile doit frapper l’air. Cette partie de son travail était la plus difficile, aussi est-ce celle où il s’est le moins approché d’un calcul exact : mais c’était un sujet curieux et important à présenter à l’esprit des physiciens.

55Borelli poursuit ses recherches dans les poissons ; il examine quels sont les mouvements au moyen desquels ils s’abaissent ou s’élèvent dans l’eau. Ces explications étaient plus faciles, parce que le poisson a moins besoin de moyens violents pour se maintenir dans l’eau que l’oiseau pour se soutenir dans l’atmosphère. Les poissons n’ont qu’à vaincre la résistance du fluide, car ce fluide suffit à les soutenir.

56Telles sont les parties de l’ouvrage de Borelli qui se rapportent aux mouvements extérieurs. Il a examiné aussi les mouvements intérieurs ; il a cherché à calculer les forces du cœur, à découvrir avec quelle puissance cet organe pousse le sang dans les artères et comment ce fluide revient au cœur par les veines. Il prétend que la force que les fibres musculaires du cœur exercent est prodigieuse.

57Il examine également la force qui se développe dans l’action du gésier des oiseaux, dans le mouvement péristaltique des intestins. Enfin il examine ce qui se passe dans les fibres lors de leur contraction. Ici il entre un peu dans des hypothèses ; il suppose que leur raccourcissement est produit par un gonflement résultant de l’afflux d’un fluide. Cette partie de son travail n’est pas aussi louable que la portion purement mathématique.

  • 84 [Iatro-mathématiciens, voir Leçon 14, note 70.]

58L’ouvrage de Borelli est un de ceux qui ont le plus excité à appliquer les mathématiques à la physiologie ; il a fait naître, en médecine et en physiologie, une secte particulière, appelée la secte des iatro-mathématiciens, ou médecins mathématiciens84. Cette secte, qui a été suivie en Italie et en partie aussi dans d’autres pays de l’Europe, avait pour objet le calcul rigoureux de toutes les forces qui s’exercent dans les corps animés, soit extérieurement, soit intérieurement ; elle cherchait à établir sur ce principe une physiologie nouvelle en opposition à la physiologie chimique dont je vous ai parlé, et qui a été en vogue pendant la première moitié du dix-septième siècle.

  • 85 [Laurent Bellini (né le 3 septembre 1643 à Florence ; mort le 8 janvier 1704 à Florence), médecin (...)
  • 86 [Archibald Pitcairne (né le 25 décembre 1652 à Edinburgh ; mort le 20 octobre 1713 à Édimbourg), m (...)
  • 87 L’estomac, suivant Pitcarne [voir note 86 ci-dessus), déploie sur les matières alimentaires une fo (...)

59Vers la fin de ce même siècle, les travaux de Borelli, de Laurent Bellini85, qui était son contemporain et son disciple, et ceux de Pitcarne86, médecin d’Édimbourg, avaient fait penser qu’il était possible de calculer toutes les forces du corps humain, comme on calcule celles des machines les plus simples. C’étaient cependant des moyens assez grossiers que ceux qu’on employait dans cette vue. Ainsi, pour calculer les forces de l’estomac des poissons, on y mettait divers corps qui y étaient désagrégés ; et l’on cherchait quel était le poids qui aurait été nécessaire pour produire l’écrasement de ces mêmes corps87. On oubliait la différence des forces vives avec les forces mortes qui ne résultent que de la masse. D’autres expériences étaient encore plus grossières : on calculait que, puisqu’un muscle de tel volume et de telle pesanteur exerçait telle force, un muscle double ou triple en volume et en pesanteur devait produire une force double ou triple ; ces conclusions n’étaient nullement fondées.

  • 88 [Stéphane Hales, voir Leçon 13, note 87.]

60La physiologie prit une direction meilleure dans le dix-huitième siècle. Nous verrons dans l’Hémastatique de Hales88 des expériences dirigées d’après des vues bien plus conformes à la physique et à la mécanique que toutes celles dont je viens de parler.

  • 89 [Bellini, voir note 85 ci-dessus.]
  • 90 [Gustus organum novissime deprehensum, praemissis ad faciliorem intelligentiam quibusdam de sapori (...)
  • 91 [Bellini, sur la structure et la fonction des reins, voir note 85 ci-dessus.]
  • 92 [Les vaisseaux de Bellini sont des vaisseaux excrétoires des reins, appelés également canaux papil (...)

61Le second médecin mathématicien que j’ai nommé plus haut, Laurent Bellini89, était né en 1643 ; il avait été professeur à Pise, et mourut en 1704. Nous avons de lui d’autres ouvrages que des ouvrages mathématiques ; il a laissé un traité sur l’organe du goût90, et un autre traité, sur la structure et la fonction des reins, qui est de 166291. Ces ouvrages sont dans le genre de ceux de Malpighi, dont les idées dominaient en Italie. L’auteur y a décrit les glandules ou follicules des reins ; les vaisseaux qui portent l’urine dans le bassin, et ces organes qui, depuis, ont été appelés vaisseaux de Bellini92.

62Ce médecin a donné, en outre, un traité sur l’urine et sur le pouls, dans lequel on retrouve davantage ses idées mathématiques. Il y prétend que le sang, poussé par le cœur dans les artères, va jusque dans les nerfs ; mais évidemment c’est une erreur. Il cherche aussi à donner une explication physique ou mécanique du gonflement de la fibre, analogue aux différentes explications que Borelli avait proposées.

  • 93 [Opuscula aliquot ad Archibaldum Pitcarnium… in quibus praecipue agitur, de motu cordis in & extra (...)

63Enfin nous avons de Bellini un recueil intitulé : Opuscula aliquot ad Archibaldum Pitcarne ; il fut imprimé à Pistoïa, en 169593. C’est là qu’il expose les principes des iatro-mathématiciens de la manière la plus complète ; il fait connaître la force des mouvements du cœur, en fait le calcul, et représente le cœur comme l’organe général de tous les mouvements de l’animal.

  • 94 [Pitcairne, voir note 86 ci-dessus.]

64Le troisième des iatro-mathématiciens que j’ai cités, Pitcarne94, était né à Édimbourg, en 1652 ; il fut professeur à Leyde en 1692, et plus tard dans sa patrie, où il mourut en 1713.

  • 95 [Dissertatio de circulatione sanguinis in animalibus genitis et non genitis, Leyde : Abrahamum Elz (...)
  • 96 [De motu quo cibi digeruntur in stomacho, Leyde : Abraha-mum Elzevier, 1693.]

65Son ouvrage est intitulé : De circulatione sanguinis in animalibus genitis et non genitis ; il est de 169395, et imprimé à Leyde. Il en a publié un autre intitulé : De motu quo cibi digeruntur in stomacho96, etc., qui est aussi de 1693. Il cherche encore à tout expliquer par des actions mécaniques, et il attribue au cœur une force immense.

  • 97 [Elementa medicinae physico-mathematica, libris duobus ; quorum prior theoriam, posterior praxim e (...)
  • 98 [Les lemmes sont des propositions mathématiques résolues utilisées comme étape pour atteindre des (...)
  • 99 [Les scholies sont des commentaires grammaticaux, critiques ou explicatifs, soit originaux, soit e (...)

66Pitcarne a même tenté de faire une médecine entièrement mathématique ; son ouvrage sur ce sujet est intitulé : Elementa medicinæ physico-mathematica97, etc. Il n’a paru qu’après sa mort, à Londres, en 1717. Non seulement il y donne à la médecine des principes mathématiques, mais il lui assigne aussi des formes mathématiques ; tout y est présenté sous forme de théorèmes, de lemmes98, de problèmes, de scolies99.

67Mais ce n’est pas des noms que dépend la nature des choses ; des démonstrations rigoureuses pourraient seules donner un caractère mathématique à un ouvrage de physiologie. Or il s’en faut de beaucoup que Pitcarne soit arrivé à cette certitude qui pouvait justifier les titres qu’il a donnés à ses ouvrages.

  • 100 [Stahl, voir Leçon 9, note 90.]
  • 101 [Van Helmont et son archée, voir Leçon 10, notes 66 et 74.]

68Vers le même temps vivait Georges Ernest Stahl100, dont je vous ai déjà tant parlé en chimie, pour avoir fait de cette science une théorie toute nouvelle qui a régné dans le dix-huitième siècle pendant fort longtemps, et qui consistait à attribuer à l’âme humaine les fonctions que Van Helmont avait attribuées à l’Archée101.

69Stahl fait voir que la théorie chimique n’est pas applicable à beaucoup de phénomènes physiologiques, notamment à ceux des sens, à ceux de la volonté, et pas même aux mouvements intérieurs par lesquels la nature se subvient à elle-même en résistant à des actions délétères et en rétablissant quelquefois la santé de l’individu malgré l’influence funeste de ces actions.

70Il démontre que la théorie mathématique est également inapplicable à la physiologie, et il n’emploie, pour tout expliquer, que l’âme raisonnable ; l’archée de Van-Helmont qui ne lui servait à rendre compte que de ce qui, précisément, est inexplicable, ne paraissant à Stahl qu’un esprit secondaire difficile à établir dans le corps à côté de l’âme elle-même.

  • 102 [Theoria medica vera, physiologiam et pathologiam, Halle : Waisenhaus, 1708, 854 p., in-4°.]

71Partant de ce fait que nous exécutons beaucoup de mouvements sans nous en apercevoir, comme, par exemple, lorsque nous faisons un faux pas, et qu’aussitôt nous exécutons un mouvement contraire pour nous empêcher de tomber, il s’imagina que l’âme raisonnable pouvait ainsi opérer ce qui est nécessaire à notre conservation, sans s’en rendre compte, et sur ces idées il établit tout un système de physiologie et de médecine. Mais ce système, quoique Stahl, qui était né en 1660, l’eût enseigné longtemps, quoiqu’il eût aussi été soutenu dans les thèses de ses élèves, ne reçut sa forme complète que dans son ouvrage capital intitulé : Theoria medica vera, etc., et imprimé à Halle102 en 1708. Cette théorie de Stahl appartient, par conséquent, au dix-huitième siècle plutôt qu’au dix-septième, où ont régné les théories des physiologistes chimistes et mathématiciens.

  • 103 [Borelli, voir Leçon 12, note 79.]

72Dans le dix-septième siècle nous ne voyons que trois théories : d’abord celle des formes, c’est-à-dire celle des anciens ; ensuite celle des forces occultes, comme l’archée de Van Helmont ; et enfin celle des iatro-mathématiciens tels que Borelli103, Bellini et Pitcarne.

73Au commencement du dix-huitième siècle nous rencontrerons la physiologie psychologique, introduite par Stahl, et bientôt après celle de Boerhaave, qui fait abstraction des quatre ou cinq autres, et a été perfectionnée par Haller.

74Ces différents degrés qu’a parcourus la science physiologique, ces formes diverses qu’elle a revêtues, appartiennent à une époque postérieure à celle que j’examine. Je m’arrêterai donc ici pour l’histoire de l’anatomie et de la physiologie, pendant la seconde moitié du dix-septième siècle.

75Vous voyez, messieurs, que cette histoire est très riche en faits ; qu’à cet égard les anatomistes excités, en quelque sorte, par les découvertes de Harvey, et par celles qui en ont été la conséquence, ont à peu près découvert tout ce qui concerne l’économie animale. On n’y a ajouté, dans le dix-huitième siècle, que des détails minutieux.

76Quant à la théorie, on n’a eu que des systèmes qui n’ont considéré les choses que sous un point de vue, et qui n’ont pu, par conséquent, subsister longtemps.

77Il ne me reste qu’à tracer l’histoire de la zoologie, de la botanique et de la minéralogie, pendant le même espace de temps que je viens de parcourir. Dans la séance prochaine, je traiterai de la zoologie, et j’arriverai probablement jusqu’à la botanique.

Notes

1 [Redi, voir leçon 12, note 80.]

2 [Perrault, voir Leçon 12, note 113.]

3 [Duverney, voir Leçon 12, note 114.]

4 [Jardin du Roi renommé Jardin des plantes après la Révolution française ; voir Leçon 7, note 151, ainsi que la Leçon 13, note 17.]

5 [Traité de l’organe de l’ouie, contenant la structure, les usages et les maladies de toutes les parties de l’oreille, Paris : Estienne Michallet, 1683, [24] + 210 p. + XVI f. de pl. dépl., in-12 ; ouvrage sur l’anatomie, la physiologie, et les maladies liées aux oreilles.]

6 [Les glandes cérumen sont des glandes sébacées situées à l’intérieur du canal auditif de l’homme et autres mammifères, lesquelles produisent une substance cireuse de couleur jaune connue sous le nom de cire ou cérumen.]

7 [La corde du tympan est une branche nerveuse du nerf facial qui joue un rôle dans la gustation au niveau des deux-tiers antérieurs de la langue et permet l’innervation parasympathique des glandes salivaires en dessous du canal facial.]

8 [Memoires de l’Académie des Sciences de Paris, journal scientifique de l’Académie Française des Sciences fondée en 1666 par Louis XIV (voir Leçon 8, note 86.]

9 [Académie Française des Sciences ou Académie Royale des Sciences, voir Leçon 12, note 101.]

10 [Perrault et Lahire, voir Leçon 12, notes 77 et 115.]

11 [Mémoires pour servir à l’histoire naturelle des animaux, comprenant le volume 3, parties 1 à 3 des Mémoires de l’Académie Royale des Sciences, Paris : La Compagnie des Libraires, 1733-1734, 3 vol. (XXVI + 231 p., 294 p., IV + 215 p.), pl. en dépl., in-4°.]

12 [Jean Méry (né le 6 janvier 1645 à Vatan ; mort le 3 novembre 1722 à Paris), médecin et anatomiste français connu pour sa recherche sur la circulation sanguine chez le fœtus ; il est l’auteur de l’ouvrage intitulé Observations sur la manière de tailler dans les deux sexes pour l’extraction de la pierre, pratiquée par frère Jacques. Nouveau système de la circulation du sang par le trou ovale dans le fœtus humain, avec les réponses aux objections qui ont été faites contre cette hypothèse par Jean Méry, Paris : Jean Boudot, 1700, 2 part. ([28] + 90 p. ; [4] + IX + [5] + 187 + [1] p.), 6 p. de pl., ill., in-12.]

13 Il [Duverney] passait les nuits dans le Jardin du Roi [voir note 4 ci-dessus), couché sur le ventre pour observer les allures de ces animaux [limaçons] [M. de St.-Agy].

14 [Observations sur la circulation du sang dans le foetus et description du cœur de la tortue et de quelques autres animaux : du cœur de la grenouille, de la vipère, de la carpe (1699, pp. 227-266) ; et Mémoire sur la circulation du sang des poissons qui ont des ouyes et sur respiration (1701, pp. 224-239) ; textes publiés par Duverney (voir Leçon 12, note 113) dans les Mémoires de l’Académie royales des Sciences de Paris qui montrent une connaissance du système de la circulation sanguine surpassant toute recherche du dix-septième siècle.]

15 [Méry, voir note 12 ci-dessus.]

16 [Marie-Thérèse d’Espagne (née le 10 septembre 1638 à l’Escorial ; morte le 30 juillet 1683 à Versailles), Reine de France et de Navarre, comme première épouse du Roi Louis XIV ; célèbre pour sa vertu et sa piété, elle fut à peine capable d’assumer son rôle de reine en donnant un fils héritier au trône, cinq de ses six enfants étant mort dans leur tendre enfance. Elle est souvent considérée avec pitié dans les récits historiques sur le règne de son mari, pour avoir dû accepter les nombreuses relations amoureuses illicites de celui-ci.]

17 [Louis XIV, voir Leçon 8, note 86.]

18 [Cuvier attribue correctement l’ouvrage Description exacte de l’oreille de l’homme (Paris : Lambert Roulland, 1681, in-12) à Jean Méry (voir note 12 ci-dessus), mais Explication mechanique et physique des fonctions de l’âme sensitive, ou des sens, des passions et du mouvement volontaire, avec un discours sur la génération du lait, une dissertat. contre la nouvelle opinion qui prétend que tous les animaux sont engendrés d’un œuf, et réponse au sieur Galatheau, etc. est un ouvrage de Guillaume Lamy (né en 1644 ; mort en 1683 ; médecin français qui attira critiques et louanges de la part de ses confrères médecins pour avoir essayé de donner à la médecine de nouvelles directions basées sur la philosophie épicurienne), imprimé en 1677 également par Lambert Roulland à Paris (316 p., in-12) ; une seconde édition fut publiée en 1681.]

19 [Nouveau systeme de la circulation du sang par le trou ovale dans le fœtus humain ; voir note 12, ci-dessus.]

20 [Trou ovale, ou foramen ovale, est une ouverture présente lors du développement fœtal permettant le passage du sang de l’oreillette gauche à l’oreillette droite du cœur, contournant les poumons fœtaux non-fonctionnels, alors que le fœtus obtient son oxygène du placenta. Une cloison appelée le septum primum a une fonction de valve sur le foramen ovale pendant cette étape du développement. Après la naissance, l’introduction d’air dans les poumons pousse le septum primum contre l’atrial septum, fermant ainsi le foramen. Le septum primum et l’atrial septum finissent par se fusionner, laissant une dépression appelée fossa ovalis.]

21 [Par « monstres » et « monstruosités », Cuvier fait référence à ce que nous appellerions de nos jours des « anomalies génétiques ». Mery (voir note 12 ci-dessus) publia plusieurs textes sur ce sujet dans les Mémoires de l’Académie royales des Sciences de Paris (voir note 8 ci-dessus) : Sur une exomphale monstrueuse, 1716, pp. 17-20 ; Description de deux exomphales monstrueuses, 1716, pp. 136-178 ; Observations faites sur un foetus humain monstrueux, & proposées à l’Academie, 1720, pp. 8-9 ; Description d’une main devenue monstrueuse par accident, 1720, pp. 447-582.]

22 [« Remarques sur la moule des estangs », Mémoires de l’Académie royales des Sciences de Paris, 1710, pp. 408-426.]

23 [Nehemiah Grew (né le 26 septembre 1641 à Warwickshire ; mort le 25 mars 1712 à Londres), botaniste et physiologiste, considéré comme le père de l’anatomie des végétaux (les dates de naissance et de décès de Grew indiquées par Cuvier sont incorrectes).]

24 [Transactions Philosophiques, voir Leçon 12, note 65.]

25 [Anatomy of Plants, with an idea of a philosophical history of plants, and several other lectures, read before the Royal Society, Londres : William Rawlins, pour l’auteur, 1682, [21] + 24 + [10] + 304 + [19] p., 83 pl., in-folio ; un ouvrage in folio volumineux en quatre parties : Anatomie des légumes, Anatomie des racines, Anatomie des troncs, et Anatomie des feuilles, fleurs, fruits et graines, illustré de quatre-vingtdeux plaques ; sept dissertations, principalement de nature chimique, y sont annexées. Cet ouvrage est particulièrement remarquable pour ses descriptions détaillées de la morphologie interne et de la fonction des structures des plantes, descriptions reposant sur ses observations au microscope. Grew décrivit presque tous les différents points clé entre la morphologie des tiges et celle des racines, il montra que les fleurs des Asteraceae sont composées de multiples éléments, et émit l’hypothèse correcte que les étamines sont des organes mâles. Anatomy of Plants contient également la première description microscopique connue du pollen.]

26 [Musaeum Regalis Societatis, or a catalogue & description of the natural and artificial rarities belonging to the Royal Society and preserved at Gresham College with 31 large and curious copperplates, Londres : William Rawlins, pour les auteurs, 1681, portr. grav., xii + 386 + [2] + [4] + 43 + [3] p., 31 pl., in-folio. Gresham College est un établissement d’enseignement supérieur fondé en 1597 selon les souhaits testamentaires de Sir Thomas Gresham (né en 1518 à Londres ; mort le 21 novembre 1579 à Londres) ; il est situé dans les locaux de Barnard’s Inn dans le quartier d’Holborn, dans le centre de Londres ; le succès immédiat du collège le fit s’incorporer à la Royal Society de Londres en 1660 (voir Leçon 8, note 96), laquelle continua d’exercer ses activités au collège de Bishopsgate avant de s’installer dans ses propres locaux à Crane Court en 1710.]

27 [Étienne Lorenzini (né c. 1652 à Florence ; date de décès inconnue), médecin italien et ichtyologiste renommé dont les observations sur les élasmobranches, publiées à Florence en 1678 (voir note 28 ci-dessous), sont l’une des études les plus détaillées d’anatomie et de physiologie animale du dix-septième siècle ; il est célèbre en particulier pour sa découverte des ampoules de Lorenzini, organes sensitifs électro-récepteurs spécialisés que l’on trouve chez les requins et les raies, situés sur leur tête et formant un réseau de canaux remplis de gelée.]

28 [Osservazioni intorno alle torpedini, Florence : l’Onofri, 1678, [8] + 136 p., ill., pl., in-4°.]

29 [Redi, voir Leçon 12, note 80.]

30 [Jean Caldesi (Giovanni Battista) Caldesi (né en 1650 à Arezzo ; mort c. 1732 à Florence), médecin et anatomiste italien de la cour des Médicis à Florence (voir Leçon 10, note 33) ; son livre sur l’anatomie des tortues et tortues de mer (voir note 32 cidessous) est son seul ouvrage publié.]

31 [René Antoine Ferchault de Réaumur (né le 28 février 1683 à La Rochelle ; mort le 17 octobre 1757 à Saint-Julien-du-Terroux, dans le nord-ouest de la France), scientifique français qui contribua dans de nombreux domaines mais est particulièrement renommé pour son étude des insectes ; il est également connu pour un thermomètre, l’échelle Réaumur, qu’il définit en prenant le point de congélation de l’eau à zéro degré.]

32 [Osservazioni anatomiche intorno alle tartarughe marittime, d’Acqua dolce, e terrestri. Scritte in una lettera all’illustriss. Sig. Francesco Redi…, Florence : Piero Matini, all’insegna del Leon d’Oro, 1687, [4] + 91 + [1] p., 9 pl. grav., in-4°.]

33 [Haller, voir Leçon 1, note 16.]

34 [Edward Tyson (né le 20 janvier 1651 à Clevedon, Somerset ; mort le 1er août 1708 à Londres), médecin et anatomiste anglais considéré comme le fondateur de l’anatomie moderne comparative ; nommé médecin et directeur de l’hôpital Bethlem (Bedlam : la première institution ayant offert des services de soins psychiatriques en Grande-Bretagne, et la seconde en Europe) à Londres en 1684, on lui doit d’avoir entièrement modernisé cette institution.]

35 [« Vipera caudi-sona Americana, ou l’anatomie d’un serpent à sonnettes disséqué à la Royal Society de Londres en Janvier 1682/1683 », Transactions Philosophiques, no 13, 1683, pp. 25-58.]

36 [Phocaena, or the anatomy of a porpess, dissected at Gresham College : with a praeliminary discourse concerning anatomy, and a natural history of animals (Londres : Benjamin Tooke, 1680, [3] + 48 + [4] p. + [2] f. de pl., ill., in-4°) dans lequel Tyson (voir note 34 ci-dessus) montra clairement que le marsouin est un mammifère et non pas un poisson.]

37 [« Carigueya, seu marsupiale Americanum, or the anatomy of an opossum. Dissected at Gresham-College by Edw. Tyson, M.D. Fellow of the College of Physicians, and of the Royal Society, and Reader of Anatomy at the Chyrurgeons-Hall, in London », Philosophical Transactions, no 20, 1698, pp. 105-164.]

38 [Orang-outang, sive Homo Sylvestris : or, the anatomy of a pygmie compared with that of a monkey, an ape, and a man, to which is added, a philological essay concerning the pygmies, the cynocephali, the satyrs and sphinges of the Ancients, wherein it will appear that they are all either apes or monkeys, and not men, as formerly pretended, Londres : Thomas Bennet & Daniel Brown, 1699, 2 part. ([12] + 108 + [2] + 58 + [2] p., 8 f. de pl. en dépl.), in-folio. ; étude anatomique la plus importante d’Edward Tyson (voir note 34 ci-dessus) dans laquelle il conclut que le chimpanzé a plus en commun avec les humains qu’avec les singes, en particulier en ce qui concerne le cerveau.]

39 [Buffon différenciait les chimpanzés et les orang-outangs en les appelant « jocko » et « pongo », mais dans un premier temps (1766), il les considéra comme membres de la même espèce mais de taille différente. Quelques années plus tard, muni de plus d’information et apportant plus d’attention à la biogéographie, Buffon reconnut qu’il s’agissait d’espèces différentes. Pour plus d’information sur Buffon, voir Leçon 4, note 57 ; voir également Tome 1, Leçon 7, note 39.]

40 [Vicq d’Azir, voir Leçon 14, note 118.]

41 [Gall, voir Leçon 2, note 46.]

42 [Jean Muralt, ou Johannes von Muralt (né le 18 février 1645 à Zurich ; mort le 12 janvier 1733 à Zurich), chirurgien et anatomiste suisse, considéré comme le fondateur de l’enseignement anatomique à Zurich, dont le succès fut largement dû à son extraordinaire talent en chirurgie pratique ; il publia plus de vingt-et-un ouvrages sur l’anatomie, la médecine et la physiologie ; et treize autres sur la minéralogie, la zoologie et la botanique, ainsi que plus d’une centaine d’essais sur l’anatomie de divers animaux.]

43 [Günther Christoph Schelhammer (né en 1649 à Iéna ; mort en 1716 à Kiel), professeur allemand de botanique à Helmstadt, et ensuite professeur d’anatomie, de chirurgie et de botanique à Iéna ; il est l’auteur de plusieurs ouvrages d’histoire naturelle dont Anatomes xiphiae piscis oceani incolae cultro anatomico, Hambourg : Sumptibus Reumannianis, 1707, 24 p. + [2] p., ill., in-4° ; et Phocae maris anatome in Academia Kiloniensi suscepta, mense Decembri 1699, Hambourg : Sumptibus Reumannianis, 1707, 24 p., in-4°.]

44 [Académie Impériale des Curieux de la Nature ou Academia Naturae Curiosorum, voir Leçon 12, note 91.]

45 [Samuel Collins (né en 1618 à Londres ; mort le 11 avril 1710 à Londres), médecin et anatomiste anglais, médecin personnel du roi Charles II d’Angleterre (voir Leçon 8, note 96), chercheur (1668) et ensuite président (1695) du Royal College of Physicians ; Il est surtout connu pour son ouvrage intitulé A systeme of anatomy, treating of the body of man, beasts, birds, fish, insects and plants. Illustrated with may schemes, consisting of variety of elegant figures, drawn from the life, and engraven in seventy four folio cooper-plates. And after every part of man’s body hath be anatomically described, its diseases, case, and cures are concisely exhibited. The firth volume containing the Parts of lowest apartiment of the body of man and other animals,&., Londres : Thomas Newcomb, 1685, 2 vol., 73 p. de pl., ill., in-folio.]

46 [Vicq d’Azir, voir Leçon 14, note 118.]

47 [Martin Lister (né le 12 avril 1639 à Radcliffe, Buckinghamshire ; mort le 2 février 1712 à Epsom, Surrey), médecin et naturaliste anglais qui écrivit de nombreux articles sur l’histoire naturelle, la médecine et les antiquités pour les Transactions Philosophiques (voir Leçon 12, note 65). Il était tenu en grande estime comme conchyliologue, mais bien qu’il reconnût la similarité des mollusques fossiles avec des structures vivantes, il les considérait comme des imitations inorganiques produites sur les roches.]

48 [Reine Anne (née le 6 février 1665 à St James Palace à Londres) devint reine d’Angleterre, d’Écosse et d’Irlande le 8 mars 1702. Le 1er mai 1707, sous les Actes d’Union, deux de ses royaumes, l’Angleterre et l’Écosse, furent unis sous un même état souverain, le Royaume de Grande-Bretagne. Elle continua de régner comme reine de Grande-Bretagne et d’Irlande jusqu’à sa mort.]

49 [Exercitatio Anatomica, in qua de cochleis, maximè terrestribus & limacibus, agitur, omnium dissectiones tabulis œneis, ad ipsas res affabrè incisis, illustrantur, Londres : Sam. Smith & Benj. Walford, 1694, [3] + xi + [3] + 208 p. + [7] pl. (qques dépl.), ill., in-8°.]

50 [Jan Swammerdam (né le 12 février 1637 à Amsterdam ; mort le 17 février 1680 à Amsterdam), biologiste et microscopiste hollandais dont la recherche sur les insectes montra que les différentes phases de la vie d’un insecte (œuf, larve, chrysalide, et insecte adulte) représentent différentes formes d’un même animal. Dans le cadre de sa recherche anatomique, il entreprit des expériences sur la contraction musculaire. En 1658, il fut le premier à observer et à décrire les globules rouges. Il fut également l’un des premiers à utiliser le microscope pour les dissections, et ses techniques restèrent utiles pendant des centaines d’années.]

51 [Antoinette Bourignon de la Porte (née le 13 janvier 1616 à Lille ; morte le 30 octobre 1680 à Franeker, Friesland), mystique et aventurière Franco-flamande qui clamait que la fin du monde et le Jugement dernier étaient proches. Croyant qu’elle avait été choisie par Dieu pour restaurer la vraie chrétienté sur terre, elle devint le personnage central d’un groupe spirituel qui s’étendait au-delà de la République de Hollande, jusqu’en Holstein et en Écosse.]

52 [Historia insectorum generalis, ofte, Algemeene verhandeling van de bloedeloose dierkens : waar in, de waaragtige gronden van haare langsaame aangroeingen in leedemaaten, klaarelijk werden voorgestelt : kragtiglijk, van de gemeene dwaaling der vervorming, anders metamorphosis genoemt, gesuyvert : ende beknoptelijk, in vier onderscheide orderen van veranderingen, ofte natuurelijke uytbottingen in leeden, begreepen, Utrecht : Meinardus van Dreunen, 1669, xxiv + 168 + [48] p., XIII f. de pl. (qques dépl.), ill., in-4° ; ouvrage incorporé par la suite dans Biblia Naturae (voir note 56 ci-dessous).]

53 [L’éphémère est un insecte aquatique dont le stade immature (appelé « naïade » ou « nymphe ») dure en général une année en eau douce. Les adultes, cependant, ne vivent que très peu de temps, de quelques minutes à quelques jours, selon les espèces, que l’on compte aux alentours de 2 500 connues dans le monde entier.]

54 [Thévenot, voir Leçon 12, note 104.]

55 [The book of nature ; or, the history of insects reduced to distinct classes, confirmed by particular instances, displayed in the anatomical analysis of many species, and illustrated with copper-plates, including the generation of the frog, the history of the Ephemerus, the changes of flies, butterflies, and beetles ; with the original discovery of the milk-vessels of the cuttle-fish, and many other curious particulars. By John Swammerdam, M.D. With the life of the author, by Herman Boerhaave, M.D. Translated from the Dutch and Latin original edition, by Thomas Flloyd. Revised and improved by notes from Reaumur and others, by John Hill, M. D., Londres : C. G. Seyffert, 1758, 2 part. ([6] + XX + [6] + 236 p. ; 153 + [1] + LXIII + [1] p., LIII f. de pl., [12] p.), in-folio ; sur Boerhaave, voir Leçon 1, note 78.]

56 [Biblia naturae ; sive, Historia insectorum, in classes certas redacta, nec non exemplis, et anatomico variorum animalculorum examine, aeneisque tabulis illustrata. Insertis numerosis rariorum naturae observationibus. Omnia lingua Batava, auctori vernacula, conscripta. Accedit praefatio, in qua vitam auctoris descripsit Hermannus Boerhaave, medicinae professor & c. & c. Latinam versionem adscripsit Hieronimus David Gaubius, medicinae & chemiae professor, Leyde : Isaak Severinus, Boudewyn van der Aa & Pieter van der Aa, 1737-1738, 2 vol. ([50] + 362 p. + [XVI] f. de pl. gr. s. cuivre ; [19] + pp. 368-910 + [36] + 124 p. + [XVII-LII] f. de pl. gr. s. cuivre), ill. grav. s. cuivre, in-folio.]

57 Cet ouvrage existe aussi en anglais, [publié en] 1758 [voir note 55 ci-dessus], et même en français, dans les tomes IV et V de la Collection académique de Dijon, partie étrangère [Collection académique composée des mémoires, actes ou journaux des plus célèbres académies et sociétés littéraires étrangères... Tome V de la partie étrangère et le 2e volume de l’histoire naturelle séparée, contenant les observations de Jan Swammerdam sur les insectes, avec des notes, & trente-six planches en taille-douce, Dijon : François Desventes ; Paris : Jean Dessaint, 1758, [4] + XL + 673 p., XXXVI f. de pl. dépl., ill., in-4°] [M. de St.-Agy].

58 [Pierre Lyonnet ou Lyonet (né le 22 juillet 1708 à Maastricht ; mort le 10 octobre 1789 à La Haye), artiste et graveur qui devint naturaliste, se spécialisant dans l’illustration d’ouvrages d’histoire naturelle ; il produisit par la suite ses propres monographies sur l’anatomie des insectes, dont la plus importante est intitulée TTraité anatomique de la chenille qui rouge le bois de saule, augmente… d’une description de l’instrument et des outils dont l’auteur s’est servi pour anatomiser à la loupe et au microscope, La Haye : Pierre de Hondt, 1750, XXII + [2] + 587 + [3] p., XVIII f. de pl. dépl. grav. s. cuivre, in-4° ; cet ouvrage est considéré comme l’un des plus beaux ouvrages illustrés d’anatomie à avoir été publié.]

59 [Buffon, voir Leçon 4, note 57 ; voir également Tome 1, Leçon 7, note 39.]

60 [Tractatus physico-anatomico-medicus de respiratione usuque pulmonum. In quo, præter primam respirationis in foetu inchoationem, aëris per circulum propulsio statuminatur, attractio exploditur ; experimentaque ad explicandum sanguinis in corde tam auctum quam diminutum motum in medium producuntur, Leyde : Danielem Abraham & Adrian à Gaasbeeck, 1667, [16] + 121 + [22] p., fig. et front., in-8°.]

61 [Blasius, voir Leçon 14, note 60.]

62 [Anatome compilatitia animalium terrestrium variorum, volatilium, aquatilium, serpentum, insectorum, ovorumque structuram naturalem proponens, Amsterdam : Sumptibus viduae Joannis a Someren, Henrici & viduae Theodori Boom, 1681, [8] + 494 + [2] p., ill., LX pl., in-4°.]

63 [Severinus, voir Leçon 10, note 45.]

64 [Harvey, voir Leçon 2.]

65 [Thomas Bartholin, voir Leçon 12, note 82.]

66 [Malpighi, voir Leçon 14, note 121.]

67 [Michael Bernhard Valentini ou Valentin (né le 26 novembre 1657 à Giessen ; mort le 18 mars 1729 à Giessen), médecin allemand, collectionneur et professeur de médecine à l’Université de Giessen, connu pour son imposant cabinet de curiosités qu’il catalogua et décrivit dans Museum museorum, oder vollständige schau-bühne aller materialien und specereyen, nebst deren natürlichen beschreibung… aus andern material-kunst-und naturalien-kammern, Oost-und West-Indischen reiss-beschreibungen, Francfort : Johann David Zunners, 1704, 3 part. en 1 vol. ([26] + 520 + [4] + 76 + [4] + 119 + [13] + [24] p. + [4] f. de pl. en dépl.), fig., in-folio ; une seconde édition fut publiée en 1714.]

68 [Amphitheatrum anatomicum, tabulis æneis quamplurimis exhibens historiam animalium anatomicam, Francfort : Johannis Mulleri, 1720, 3 part. ([20] + 231 p. ; 231 + 114 + [4] p. ; I-CV f. de pl.), in-folio.]

69 [Observationes anatomicae selectiones Collegii Privati Amstelodamensis figuris aliquot illustratae, Amsterdam : Casparum Commelinum, 1667-1673, 2 vol. en 1, in-8°.]

70 [L’appendice pancréatique ou cœca-pylorique, faisant partie du système digestif des poissons osseux, est une poche allongée en forme de doigt située près de la jonction entre l’estomac et l’intestin, et dont la fonction est de sécréter des enzymes digestives et d’absorber des éléments nutritifs.]

71 [François Glisson (né c. 1599 à Bristol ; mort le 14 octobre 1677 à Londres), médecin et anatomiste anglais, auteur d’ouvrages médicaux, il fit d’importantes recherches sur l’anatomie du foie (voir note 72 ci-dessous) ; l’une de ses expériences permit de briser la théorie du gonflement du muscle lors de sa contraction en immergeant son bras dans l’eau et prouvant que lorsqu’un muscle est contracté sous l’eau, le niveau d’eau ne monte pas, et que donc, aucun air ou liquide ne peut pénétrer le muscle.]

72 [Anatomia hepatis, cui praemittuntur quaedam ad rem anatomicam universe spectantia, et ad calcem operis subjiciuntur nonnulla de lymphae-ductibus nuper repertis, Londres : Octavian Pulleyn, 1654, [46] + 458 + [13] p., 1 f. de pl. dépl., ill., in-8°]

73 [La capsule de Glisson est une membrane de collagène couvrant la surface externe du foie ; une douleur abdominale en haut du côté droit est souvent ressentie dans les maladies du foie, douleur provenant de l’étirement ou de l’irritation de la capsule de Glisson, riche en terminaisons nerveuses.]

74 [Tractatus de ventriculo et intestinis, cui praemittitur alius, de partibus continentibus in genere ; & in specie de iis abdominis (Amsterdam : Jacobum Juniorem, 1677, [8] + 509 + [27] p., ill., pl., portr., in-4°), ouvrage important sur l’estomac et les intestins contenant le concept original de l’« irritabilité » émis par Glisson (voir note 71 ci-dessus) qui affirme que cette « irritabilité » est non seulement la cause première des contractions musculaires, mais qu’elle est aussi une propriété de tous les tissus humains. La présentation était matérielle et mécanique, et, comme toutes les hypothèses de Glisson, montre comment un penseur réfléchi peut expliquer d’importants phénomènes physiologiques.]

75 [Tractatus de natura substantiae energetica, seu de vita naturae, Londres : Henry Brome & N. Hooke, 1672, [27] f. + 534 p. +[1] f., in-4°.]

76 [Johannes de Gorter (né le 19 février 1689 ; mort le 11 septembre 1762 à Wijk bij Duurstede), médecin hollandais peutêtre surtout connu pour son ouvrage en sept volumes intitulé Medicina Hippocratica exponens Aphorismos Hippocratis (Amsterdam : Johannis Ratelband, 1739-1742, 7 vol. en 1 (906 + [52] p.), in-4°), une vue d’ensemble de la médecine pratique de son temps.]

77 [Haller, voir Leçon 1, note 16.]

78 [Borelli, voir Leçon 12, note 79.]

79 [Malpighi, voir Leçon 14, note 121.]

80 [De motu animalium, voir Leçon 2, note 73.]

81 [Reine Christine de Suède, voir Leçon 11, note 77.]

82 [Steno, voir Leçon 12, note 81.]

83 [Richard Lower (né en 1631 à St Tudy en Cornouailles ; mort le 17 janvier 1691 à Londres), médecin anglais qui influença fortement le développement de la science médicale par sa recherche sur la transfusion et les fonctions du système cardiopulmonaire.]

84 [Iatro-mathématiciens, voir Leçon 14, note 70.]

85 [Laurent Bellini (né le 3 septembre 1643 à Florence ; mort le 8 janvier 1704 à Florence), médecin et anatomiste italien qui se consacra principalement à l’étude des reins, qu’il décrivit dans deux ouvrages importants dont le premier fut publié alors qu’il était un étudiant de dix-neuf ans à l’Université de Pise : Exercitatio anatomica de structure et usu renum, Florence : Stellae, 1662, 28 p., 3 pls, in-4° ; le second deux décennies après : De urinis et pulsibus, de missione sanguinis, de febribus, de morbis capitis et pectoris, Bologne : Antonio Pisarrio, 1683, [20] + 606 p., in-4°.]

86 [Archibald Pitcairne (né le 25 décembre 1652 à Edinburgh ; mort le 20 octobre 1713 à Édimbourg), médecin, anatomiste et intellectuel classique écossais, on lui attribue d’avoir fondé la grande école de médecine d’Édimbourg ; il porta surtout sa recherche en anatomie sur la circulation du sang, les mouvements impliqués dans la digestion de la nourriture, les ques-tions concernant les premières découvertes en médecine — il rejeta l’idée que certaines découvertes médicales modernes aient été connues par les Anciens, soutenant particulièrement Harvey (voir Leçon 2) pour sa découverte de la circulation sanguine, et rejetant l’idée que la circulation sanguine ait été connue par Hippocrate (voir Tome 1, Leçon 5, note 36) — le traitement des fièvres par les médicaments purgatifs, et les effets des acides et alcalins en médecine.]

87 L’estomac, suivant Pitcarne [voir note 86 ci-dessus), déploie sur les matières alimentaires une force équivalente à douze mille neuf-cent-cinquante-une livres [M. de St.-Agy].

88 [Stéphane Hales, voir Leçon 13, note 87.]

89 [Bellini, voir note 85 ci-dessus.]

90 [Gustus organum novissime deprehensum, praemissis ad faciliorem intelligentiam quibusdam de saporibus, Bologne : Antonio Pisarrio, 1665, XVI + 248 p., in-12.]

91 [Bellini, sur la structure et la fonction des reins, voir note 85 ci-dessus.]

92 [Les vaisseaux de Bellini sont des vaisseaux excrétoires des reins, appelés également canaux papillaires.]

93 [Opuscula aliquot ad Archibaldum Pitcarnium… in quibus praecipue agitur, de motu cordis in & extra uterum, ovo, oviaere & respiratione, de motu bilis et liquidorum omnium per corpora animalium, de fermentis & glandulis, Pistoia : Stephani Gatti, 1695, [20] + 215 + [3] p. + [3] f. de pls, in-4°.]

94 [Pitcairne, voir note 86 ci-dessus.]

95 [Dissertatio de circulatione sanguinis in animalibus genitis et non genitis, Leyde : Abrahamum Elzevier, 1693, [32] p., in-4°.]

96 [De motu quo cibi digeruntur in stomacho, Leyde : Abraha-mum Elzevier, 1693.]

97 [Elementa medicinae physico-mathematica, libris duobus ; quorum prior theoriam, posterior praxim exhibet ; in medicinæ studiosorum gratiam delineata. Nunc primum in lucem edita, Londres : William Innys, 1717, [42] + 285 + [19] p., in-8°.]

98 [Les lemmes sont des propositions mathématiques résolues utilisées comme étape pour atteindre des résultats d’un degré supérieur.]

99 [Les scholies sont des commentaires grammaticaux, critiques ou explicatifs, soit originaux, soit extraits de commentaires pré-existants, insérés dans la marge d’un manuscrit d’un ancien auteur.]

100 [Stahl, voir Leçon 9, note 90.]

101 [Van Helmont et son archée, voir Leçon 10, notes 66 et 74.]

102 [Theoria medica vera, physiologiam et pathologiam, Halle : Waisenhaus, 1708, 854 p., in-4°.]

103 [Borelli, voir Leçon 12, note 79.]

Table des illustrations

Légende Chimpanzé de dosPlanche extraite de Orang-outang, sive Homo Sylvestris… de Tyson (1699) Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2914/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 943k

© Publications scientifiques du Muséum, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540