Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cuvier’s History of the Natural Sciences

 | 
Georges Cuvier

5. Seventeenth-century Advances in Chemistry, Physiology, and Anatomy

15. Les progrès de l’anatomie comparée

Texte intégral

Embryologie du poulet Planche (détail) extraite de Formatione pulli… de Marcello Malpighi (1687) Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.

1Messieurs,

  • 1 [Johann Jakob Wepfer (né le 23 décembre 1620 à Schaffhausen ; mort le 26 janvier 1695,) anatomiste (...)
  • 2 [Conrad Victor Schneider (né en 1614 à Bitterfeld en Saxe ; mort en 1680 à Wittenberg), médecin et (...)
  • 3 [Thomas Willis, voir Leçon 12, note 60].
  • 4 [Vésale, voir Leçon 1, note 45.]

2Nous avons montré dans la dernière séance comment l’anatomie avait pris une nouvelle vigueur dans la seconde moitié du dix-septième siècle. Nous avons indiqué quelques-uns des principaux anatomistes qui l’ont enrichie de leurs découvertes ; nous avons particulièrement traité des différents travaux qui ont eu pour objet les vaisseaux lymphatiques. Nous sommes passés ensuite aux découvertes relatives au cerveau ; nous avons spécialement parlé de celles de Wepfer1 et de Schneider2 ; des observations par lesquelles ils avaient changé entièrement les idées anciennes sur l’emploi des ventricules du cerveau, sur la nature du nerf olfactif et sur la prétendue communication du cerveau avec la cavité des narines. Nous avons aussi parlé des observations de Willis3, et de la manière dont il a disséqué le cerveau, dont il en a développé les différentes parties, pour les reconnaître plus commodément qu’au moyen de la méthode indiquée par Vésale4.

  • 5 [Raymond Vieussens (né c. 1635 au Vigan ; mort le 16 août 1715 à Montpellier), anatomiste français (...)

3Nous devons ajouter aux anatomistes qui se sont occupés de travaux de cette dernière nature, pendant la seconde moitié du dix-septième siècle, celui de tous qui a fait faire le plus de progrès à cette partie de nos connaissances ; c’est Raymond Vieussens5, médecin à Montpellier, où il est mort seulement en 1715, et qui a, par conséquent, vécu jusque dans le commencement du dix-huitième siècle.

  • 6 [François Sylvius, appelé également Franciscus, Frans, ou François, de le Boë, ou Lebois (né le 15 (...)

4Sous le rapport de la physiologie il était encore sectateur des idées de Sylvius6, des idées chimiques. C’étaient des sels, des acides, des alcalis, qu’il recherchait dans les humeurs du corps humain ; mais sous ce rapport il ne doit pas nous occuper beaucoup, car son système est tombé comme les autres.

  • 7 [Neurographia universalis, hoc est Omnium corporis humani nervorum, simul & cerebri, medullaeque s (...)
  • 8 [Malpighi, voir Leçon 14, note 121.]
  • 9 [Frédéric Ruysch, voir Leçon 6, note 123.]
  • 10 [Varole, voir Leçon 2, note 44.]

5Son mérite réel réside dans ses observations et ses discussions sur le système nerveux. Ses découvertes sont consignées dans un livre intitulé : Nevrographia universalis, qui parut à Lyon, en 16857. À la vérité il veut encore y défendre la structure glanduleuse du cerveau telle que Malpighi8 l’avait soutenue, et telle qu’elle avait été combattue par Ruysch9, opinion qui, en effet, n’est pas soutenable ; mais il eut le mérite de disséquer le cerveau d’après la méthode de Varole10.

  • 11 [Vieussens, voir note 5 ci-dessus.]
  • 12 [Gall, voir Leçon 2, note 46 et Leçon 14, note 105.]

6Toute la continuation des pyramides, avec les jambes du cerveau, des faisceaux fibreux de celles-ci avec les couches optiques, les corps cannelés, en un mot, toute la charpente intérieure du cerveau, autant qu’il est possible de la découvrir, de la juger à l’œil, avait déjà été représentée par Vieussens11 bien avant Gall12, ainsi que cet anatomiste a été obligé de le reconnaître lors de l’examen de ses travaux par l’académie des sciences. Mais Gall a beaucoup perfectionné la méthode de disséquer le cerveau par-dessous et par-dessus, en suivant la direction des fibres, et il en a tiré des conclusions particulières.

  • 13 Ce centre ovale n’existe pas réellement, car il n’est nullement distinct du reste de la substance (...)

7C’est Vieussens qui a donné le nom de centre ovale13 à cette partie blanche qu’on aperçoit lorsqu’on a enlevé toute la partie supérieure des hémisphères, jusqu’au niveau de la surface supérieure du corps calleux. Il a donné beaucoup de détails nouveaux sur toutes les parties de l’encéphale qui se trouvent entre le cerveau et le cervelet, et où sont ces différentes productions, ces différentes stries qui semblent être le résultat des diverses directions des fibres. Au surplus, la nature de ces fibres reste problématique, encore aujourd’hui même, après les dernières observations qui ont été faites sur le cerveau. Ce n’est qu’en ajoutant à ce que l’on voit, en faisant des hypothèses sur ce qui se passe dans l’intérieur de ces fibres, qu’on peut se rendre raison de leurs fonctions et de leurs effets. Il faut néanmoins connaître les faits ; la connaissance de la structure des organes est la base de toute bonne physiologie, et tous les progrès qu’on lui procure doivent être recueillis avec reconnaissance, surtout dans une science aussi difficile que celle-là ; car le cerveau, malgré les différents efforts que l’on a faits pendant le dix-huitième siècle pour parvenir à sa connaissance, est presque resté inconnu, est encore à peu près une lettre close.

8Willis offre un très grand mérite pour la distribution des nerfs ; mais le squelette nerveux de Vieussens est supérieur au sien ; il est fait d’après l’homme, tandis que Willis a mêlé différentes observations faites sur les animaux à celles qu’il avait prises sur l’espèce humaine. Il entre aussi dans beaucoup plus de détails ; toutefois sa méthode de disséquer les nerfs, ou plutôt de les représenter, est tout aussi fautive que celle de Willis et que celle de Vésale. Vieussens présente les nerfs comme un squelette à part de l’organe où ils se rendent, ce qui n’en donne pas une idée juste et nette.

9Aux découvertes importantes que nous venons de citer, Vieussens joignit d’autres observations qui étaient dignes d’être remarquées à cette époque.

10J’arrive maintenant à un troisième ordre de découvertes anatomiques, à celles qui concernent la structure intime des parties. On ne s’était encore occupé qu’en masse, pour ainsi dire, des viscères, des muscles et des os. On n’avait pas recherché quels étaient leurs éléments mécaniques, du moins on ne l’avait fait que d’une manière très superficielle. Cet examen exact des particules qui composent un organe était impraticable à l’égard du cerveau, il n’était applicable qu’à la substance corticale, au moyen des injections. C’est à l’époque dont nous parlons qu’on commença à examiner cette structure intime des parties dont la connaissance est nécessaire pour rendre compte de leurs fonctions. Il fut aisé d’apercevoir, dès qu’on voulut un peu approfondir l’anatomie du corps vivant, que chaque masse glanduleuse, chaque viscère n’exerçait pas ses fonctions par son ensemble seulement, mais que chacun des petits vaisseaux, des petites fibres, des petites glandes, des moindres éléments qui s’y trouvaient concourait à son action et qu’ainsi cette action était plus détaillée, plus profonde, plus délicate qu’on n’aurait pu l’imaginer d’abord.

  • 14 Antoine Philips van Leeuwenhoek (né le 24 octobre 1632 a Delft ; mort le 26 aout 1723 a Delft), co (...)

11Les hommes qui s’occupèrent de cette étude avec le plus de succès sont Malpighi, Ruysch et Leeuwenhoeck14.

  • 15 [Malpighi, voir Leçon 14, note 121.]
  • 16 [Innocent XII (né le 13 mars 1615 à Spinazzola, ville située dans les Pouilles d’aujourd’hui en It (...)

12Le premier de tous, Marcel Malpighi 15, est né en 1628, à Crevalcuore, pres de Bologne ; il fut d’abord professeur à Messine ; ensuite il revint à Bologne, ou il fut nommé professeur en 1666. Il fut aussi professeur à Pise, puis il devint médecin du pape Innocent XII16, en 1691, et mourut à Rome, en 1694, âgé de soixante-sept ans. C’est un des hommes qui se sont adonnes avec le plus de suite et le plus d’ardeur a toutes les parties les plus fines et les plus délicates de l’anatomie des animaux et des plantes ; il passait la plus grande partie de sa vie à la campagne, uniquement entoure de corps qu’il préparait de toutes les manières, pour tâcher de découvrir leur structure ; il faisait usage de la macération, de l’ébullition et quelquefois même de l’injection, quoiqu’il n’en possédât pas les procèdes au même degré que Ruysch.

13Malpighi est un des premiers qui aient applique le microscope a la découverte de la structure intime des parties ; il avait aussi adopte, physiologiquement parlant, un système chimique analogue à celui de Sylvius ; mais ce n’est pas sous ce rapport que nous le considérons. Ses travaux sur la structure intime des parties le conduisirent à composer presque toutes ces parties de petites glandes : la raison en était qu’il ne poussait pas les injections assez loin ; ensuite qu’il employait beaucoup trop l’ébullition : tous les parenchymes lui paraissaient ainsi se réduire en petits globules, et ces globules être de nature glanduleuse. Cette opinion domine dans presque tous ses ouvrages ; elle n’a pas de fondement réel, et il l’a beaucoup trop généralisée. Néanmoins, chacun de ses livres renferme des choses très précieuses et qui, encore aujourd’hui, appartiennent essentiellement l’ensemble de l’anatomie délicate, à l’anatomie de structure intime.

  • 17 [Borelli, voir Lecon 2, note 73.]
  • 18 [De pulmonis observationes anatomiae, ouvrage dans lequel Malpighi décrivit sa découverte de la ci (...)

14Son premier ouvrage est un écrit sur les poumons, qu’il adressa a Borelli 17et qui est de 1661 18Dans les animaux à sang chaud, comme les mammifères et les oiseaux, ou la quantité de sang qui se rend dans les poumons est immense, et ou les cellules dont les parois doivent loger les vaisseaux qui contiennent ce sang sont infiniment petites, il est assez difficile de les découvrir clairement. Mais dans les animaux a sang-froid, comme les grenouilles, les serpents, ou il n’y a qu’une petite partie de sang, à chacune des pulsations du cœur, qui se rend dans les poumons, et ou les cellules sont beaucoup plus larges et moins nombreuses, puisqu’il n’était pas besoin de parois aussi étendues pour loger les petits vaisseaux sanguins, la structure cellulaire des poumons est plus facile à distinguer ; aussi est-ce d’après la grenouille que Malpighi a décrit la structure des poumons, sur laquelle on n’avait encore que des idées un peu vagues ; il en a appliqué la théorie aux animaux à sang chaud.

  • 19 [Tetras anatomicarum epistolarum. De lingua et cerebro…, Bologne : Vincenzo Benati, 1665, [20] + 4 (...)
  • 20 [De cerebro epistola, in Malpighi (Marcello), Tetras anatomicarum epistolarum. De lingua et cerebr (...)

15Un autre de ses traites est intitule : Tetra Epistola 19, etc. La première de ces épitres traite du cerveau 20, et il y examine les fibres de la moelle et les vaisseaux de la matière corticale. Il considère encore cette dernière substance comme composée d’un tissu glanduleux.

  • 21 [Xiphias, genre de poisson faisant partie des Téléostéens qui ne comporte que le Xiphias gladius, (...)
  • 22 [Descartes, voir Tome 1, Leçon 6, note 7.]

16Il fait connaître dans la même épître une structure très singulière du nerf optique d’un certain poisson. On a reconnu que le nerf optique a des structures différentes : dans divers animaux il ne consiste qu’en un certain nombre de canaux remplis de moelle, de sorte que, quand on a ôté cette moelle, le névrilème n’est plus qu’un crible. Mais il y a des poissons dans lesquels le nerf optique est un ruban assez large, plié sur lui-même, et enveloppé de la dure-mère ; c’est ce que l’on voit dans le xiphias21, par exemple. Malpighi, en faisant connaître le premier cette singularité, renversa la théorie de Descartes22 sur le passage des rayons lumineux au travers du nerf optique, pour arriver au cerveau ; car il n’y a absolument rien ici qui ressemble à un tube. C’est par des moyens différents que le nerf optique porte les images de la vision jusque dans le cerveau ; la preuve en est dans cette structure si extraordinaire et si peu concevable, a priori, qu’on observe dans quelques poissons.

  • 23 [De lingua epistola, in Malpighi (Marcello), Tetras anatomicarum epistolarum. De lingua et cerebro (...)
  • 24 [Marie-François Xavier Bichat (né le 14 novembre 1771 à Thoirette, France ; mort le 22 juillet 180 (...)

17La seconde épître de Malpighi traite de la langue23. Non seulement il décrit ses nerfs, ses vaisseaux, mais il observe aussi ses téguments ; il considère la langue en tant qu’organe du goût et comme une partie du sens général du tact : c’est là qu’il a analysé tout ce qui constitue la peau, l’épiderme, le tissu cellulaire, le réseau de Malpighi, qui porte encore ce nom, et le derme proprement dit. Il a découvert toutes ces parties non seulement dans la langue de l’homme, mais aussi dans celle des animaux, surtout de ceux où l’organisation de la langue est plus développée que dans l’homme. Malpighi a employé principalement la macération et l’ébullition pour diviser toutes les parties de l’enveloppe générale, que les anatomistes précédents ne considéraient que comme une simple tunique. Des expériences de même nature ont été reproduites dans ces derniers temps et perfectionnées par Bichat24 ; mais le principe, comme vous voyez, en existe déjà dans les auteurs de la période que je parcours.

  • 25 [De omento, pinguedine, et adiposis ductibus, in Malpighi (Marcello), Tetras anatomicarum epistola (...)

18Le troisième des petits traités de Malpighi est relatif à l’Epiploon ou à l’Omentum et aux différents dépôts de graisse25. Il y examine la manière dont la graisse se dépose dans le tissu cellulaire ; et l’analyse de ce tissu, en tant qu’il compose des membranes légères, comme l’épiploon, y paraît pour la première fois ; mais dans cet ouvrage il a peut-être encore trop généralisé.

  • 26 [De externo tactus organo, in Malpighi (Marcello), Tetras anatomicarum epistolarum. De lingua et c (...)
  • 27 [Albinus, voir Leçon 1, note 78.]

19La quatrième épître de Malpighi est consacrée à l’organe extérieur du tact26 ; il y montre les analogies de l’enveloppe de la langue avec l’enveloppe générale du corps. Il fait voir ce qu’Albinus27 a démontré ensuite, que la couleur des nègres ne réside pas dans leur épiderme proprement dit, qui est tout aussi blanc que le nôtre, mais dans la sécrétion du tissu muqueux, qui est au-dessus de la peau et au-dessous de l’épiderme. Il en est de même pour tous les animaux colorés ; c’est d’une mucosité analogue que tout ce qui paraît à leur peau ou la recouvre, comme les écailles et les poils, tire sa couleur.

20Malpighi a suivi son tissu muqueux sous les écailles des pieds des oiseaux, du dindon, par exemple, et jusque sous le sabot des quadrupèdes, entre autres, sous les ongles du cochon. Il traite aussi, dans le même ouvrage, de beaucoup de petites glandes de la peau, auxquelles il attribue la sueur. Il montre encore le tissu des parties cornées dont la nature tient de près à celle de l’épiderme.

21Ces ouvrages de Malpighi sont de 1665 ; vous voyez que nous avançons toujours dans l’histoire du dix-septième siècle, et qu’à chaque pas nous rencontrons de grandes découvertes ; car, comme je vous l’ai dit plusieurs fois, le dix-septième siècle a été le plus fécond pour les sciences.

  • 28 [De viscerum structura exercitatio anatomica, Bologna : Jacobi Montii, 1666, [4] + 172 p., in-4°.]

22En 1666, Malpighi donna un petit traité intitulé : De la structure des Viscères28. Il y applique sa théorie des glandules aux glandes conglomérées, particulièrement au foie ; ainsi le foie lui paraît être un tissu composé définitivement de petites glandes dont chacune aurait son canal excréteur ; le canal hépatique serait le canal excréteur général. Mais une vérité qu’il établit, c’est que la bile ne se forme pas dans la vésicule du foie, comme le disait Sylvius, mais dans le tissu même du foie. Il revient dans cet ouvrage à la structure de l’enveloppe du cerveau ; il soutient de nouveau qu’elle se compose de petites glandes. La rate lui paraît être formée de petites cellules dans lesquelles le sang se répand, et qui contiendraient aussi de petites glandes.

  • 29 [De structura glandularum conglobatarum consimiliumque partium : epistola, Regiae Societati Londin (...)

23Cette idée de glandes est une sorte d’idée fixe que Malpighi n’a jamais abandonnée ; il a même, en 1689, donné encore un petit traité intitulé : De glandulis conglobatis29, dans lequel il expose peut-être plus d’hypothèses que d’observations réelles ; il y mentionne des cellules, des fibres, des muscles ; il prétendait même alors avoir trouvé un canal excréteur aux glandes surrénales, qui bien certainement n’en ont pas ; mais c’est déjà un ouvrage de sa vieillesse.

  • 30 [De viscerum structura exercitatio anatomica, voir note 28 ci-dessus.]
  • 31 [Dissertatio epistolica de bombyce (Londres : Joannem Martyn & Jacobum Allestry, 1669, 1 vol. ([10 (...)
  • 32 [Cuvier fait ici référence à l’ouvrage de Willis intitulé De anima brutorum quae hominis vitalis a (...)

24Trois ans après la publication du Traité des Viscères30, Malpighi donna l’anatomie du ver à soie et du papillon de ce ver31. C’est le premier essai d’une anatomie d’insectes, car il a précédé l’ouvrage du même genre dont je vous ai parlé dans la séance dernière32. Tout y parut en quelque sorte nouveau ; ce fut alors qu’on apprit que les insectes respirent par des trous ou stygmates existant aux deux côtés de leur corps ; que chacun de ces orifices, divisé extrêmement, aboutit à des vaisseaux élastiques, contournés en spirales, qu’on a appelés trachées des insectes ; et que ces trachées, au lieu de se rendre dans un organe particulier, comme les poumons, se distribuent dans toutes les parties du corps. On y vit aussi mentionné pour la première fois, le prétendu cœur des insectes, ce canal qui règne tout le long de leur dos, qui effectue des contractions et des dilatations, à peu près comme un véritable cœur, mais d’où l’on s’est convaincu qu’il ne sort pas de vaisseaux. On y trouva encore, pour la première fois, le double cordon nerveux, les petits ganglions, le cerveau, le tissu de l’œsophage ou le collier qui l’entoure, et les cordons qui règnent dans le fœtus et qui, d’espace en espace, ont des ganglions renflés qui se rapprochent de l’endroit d’où sortent les nerfs allant aux parties de la vie animale.

  • 33 [Le vers à soie est la chenille du Bombyx mori, insecte domestiqué pour son importance économique (...)

25Malpighi fit connaître les vaisseaux qui servent à la sécrétion de la soie, dans le ver à soie33. Il donna une idée assez exacte de l’anatomie de ces singuliers animaux ; il alla plus loin, il les suivit jusque dans leur transformation en papillons. Il montra les organes nouveaux qui existent dans cet état, comme les ovaires, les vésicules séminales, et il fit voir les changements qu’éprouvent les organes qui ne sont pas nouveaux, tels que le système nerveux et le système digestif. En disant organes nouveaux tout à l’heure, j’ai voulu dire qui se montrent pour la première fois, car ces organes ont existé en germe dans les chenilles.

  • 34 [Fabrice d’Aquapendente, voir Leçon 1, note 66 ; et Tome 1, Leçon 9, note 38.]
  • 35 [Harvey, voir Leçon 2, note 72.]
  • 36 [Traité de 1669 de Malpighi sur le Bombyx mori, voir Leçon 14, note 12.]
  • 37 [Dissertationes Epistolicae duae, una de Formatione pulli in ovo, altera de Bombyce utraque regiae (...)

26L’observation des développements qui font voir quels sont les degrés par lesquels la nature conduit le ver à soie d’une première forme à sa forme définitive, et qui paraîtraient incroyables, si l’on ne les avait pas suivis pas à pas, car il n’y a rien de plus différent que la chenille et le papillon ; cette observation, dis-je, conduisit Malpighi, à peu près dans le même temps, à examiner de la même manière les animaux vertébrés. Il fit sur le poulet des observations analogues à celles de Fabricius34 et de Harvey35. Son ouvrage sur le ver à soie est de 166936, et celui qui a trait au poulet est de 167337.

  • 38 [Aristote, voir Tome 1, Leçons 7 et 8.]

27Ni Aristote38, ni Fabricius, ni même Harvey, n’avaient appliqué le microscope à l’observation du développement du poulet. Malpighi se servit beaucoup de cet instrument ; aussi ses représentations du fœtus du poulet dans ses différentes phases sont-elles plus exactes que celles de ses prédécesseurs ; ses figures sont seulement encore un peu grossières.

  • 39 [Haller, voir Leçon 1, note 16.]
  • 40 [Gaspard Wolf, voir Leçon 7, note 159.]

28On ne pourrait comparer son travail avec ceux qui ont été faits dans ces derniers temps ; mais l’ouvrage de Malpighi a été, pour ainsi dire, le type de ceux qui l’ont suivi, et l’ouvrage classique dans son genre, jusqu’à celui de Haller39. Haller a fait des observations plus précises, plus détaillées que Malpighi, mais n’ayant pas pu y joindre des figures, son ouvrage est très difficile à lire. Wolf40 a ensuite fait d’autres expériences ; mais elles appartiennent au milieu du dix-huitième siècle, et ne doivent pas, par conséquent, nous occuper encore.

  • 41 [Opera omnia Malpighi/figuris elegantissimis in aes incisis illustrata ; tomis duobus comprehensa (...)

29Le traité de Malpighi peut être considéré, après ceux de Harvey et de Fabricius, et après les premières observations d’Aristote, comme faisant date pour presque tout le dix-septième siècle. Les ouvrages de Malpighi dont je viens de parler, et quelques autres encore, sont réunis en deux volumes in-folio, qui furent publiés à Londres, en 1686, sous le titre de : Opera omnia Malpighi41.

  • 42 . [Opera posthuma, figuris aeneis illustrate, quibus praefixa est ejusdem vita a seipso scripta [éd (...)

30Il existe en outre un volume d’œuvres posthumes, publié par Regis, à Londres, en 169742. On y trouve, entre autres choses, la vie de Malpighi écrite par lui-même, ouvrage très curieux parce qu’il y indique les progrès de ses idées et de ses découvertes ; de quelle manière il est arrivé à chaque pensée, comment il l’a suivie, et les cas où ses expériences n’ont pas toujours répondu à ce qu’il avait auguré. C’est une espèce de traité de psychologie expérimentale qui, écrit par un homme du mérite de Malpighi, en offre aussi beaucoup.

  • 43 [Ruysch, voir Leçon 6, note 123.]

31Ruysch43, le contradicteur de Malpighi presque en toutes choses, et dont les travaux ont singulièrement concouru aux progrès de cette partie de l’anatomie qui s’occupe de la structure intime des parties, lui a survécu longtemps, quoiqu’il fût moins jeune que lui.

  • 44 [Pierre le Grand, voir Leçon 12, note 129.]

32Ruysch était né à la Haye, en 1638. Il fut d’abord garçon apothicaire et s’établit même en cette qualité ; mais son goût pour les injections, pour toutes les préparations anatomiques l’emporta ; il se livra à la médecine et à la chirurgie, et fut nommé professeur d’anatomie à Amsterdam, en 1665, dans l’établissement qu’on appelle le Collège des Chirurgiens. Il demeura dans ce collège uniquement occupé à faire des préparations anatomiques et à en publier les résultats jusqu’en 1731, époque à laquelle il mourut, âgé de quatre-vingt-treize ans. Il était aidé surtout dans ses injections et dans l’arrangement de ses préparations par sa femme et par ses filles, qui avaient toutes le même goût que lui. Il formait ainsi des collections très curieuses qu’il vendait à différents établissements ou à des souverains ; mais à peine en avait-il placé une, qu’il en reformait aussitôt de nouvelles. Chacune de ces collections était publiée dans un petit traité à part, qu’il appelait trésor. Toutes les fois qu’il obtenait quelque chose de nouveau, il en consignait la description dans ces trésors ou catalogues raisonnés, et y joignait des figures fort bien gravées. Il a aussi continuellement enrichi l’anatomie de ses découvertes. On sait que Pierre-le-Grand44, empereur de Russie, acheta à haut prix une des collections de Ruysch, qu’il envoya à Pétersbourg, mais qui n’y existe plus aujourd’hui. On conserve cependant encore avec le plus grand soin, dans plusieurs cabinets d’Europe, des préparations de Ruysch : Leyde et Amsterdam, par exemple, en possèdent de très précieuses ; toutes en général sont admirables pour leur finesse.

  • 45 En 1666, [Frederik] Ruysch [voir Leçon 6, note 123] entreprit, par l’ordre des États-Généraux, d’i (...)

33À force de pratiquer ce genre de travail, il paraît que Ruysch avait découvert des secrets qu’aucun de ses successeurs n’a possédés ; il paraît aussi qu’il les cachait à ses contemporains, et que personne n’a pu les retrouver, car certaines préparations de Ruysch n’ont jamais été imitées. Ses injections, par exemple, avaient le mérite de remplir exactement tous les vaisseaux qui, dans l’état naturel, contiennent un fluide coloré, comme le sang, et en même temps de ne les exagérer aucunement ; de sorte qu’il donnait aux cadavres la couleur de la nature, et la leur conservait pendant un temps très long45.

34Le résultat des recherches de Ruysch a été tout contraire à celui de Malpighi ; il pensait que jamais les organes n’avaient de glandes ; tout, suivant lui, se résolvait en vaisseaux. Ses injections étaient telles, que les dernières parcelles solides du corps animal en étaient pénétrées, et qu’on voyait les dernières ramifications des vaisseaux comme terminant pour ainsi dire tout, jusqu’au point où les artères reviennent sous forme de veines et de vaisseaux sécrétoires ; de sorte que ces petites glandules que Malpighi avait supposé former les derniers tissus, les derniers aboutissants des vaisseaux sanguins dans les glandes conglomérées et dans beaucoup d’autres organes, sont pour Ruysch des êtres de raison.

  • 46 [Boerhaave, voir Leçon 1, note 78.]
  • 47 [Haller, voir Leçon 1, note 16.]

35Ruysch a soutenu sa thèse avec succès malgré les antagonistes les plus habiles, qui, sous tous les autres rapports, lui auraient été bien supérieurs, car il avait peu de lettres. Il avait commencé, comme je l’ai dit, par être simple garçon apothicaire ; il n’avait pas fait d’études et employait même des plumes étrangères pour écrire ses observations, pour rédiger en latin ses ouvrages. Souvent il eut de grandes discussions avec Boerhaave46, l’homme le plus lettré et le plus éloquent de son temps, l’un de ceux qui ont montré le plus de génie dans toutes les discussions relatives à la physiologie. Cependant Boerhaave a souvent été obligé de céder à Ruysch. Haller47 qui, sans contredit, est le juge le plus compétent sur presque toutes choses, a donné raison à Ruysch dans un grand nombre de cas. Haller était plus jeune de beaucoup que Ruysch et que Boerhaave ; il avait été leur élève et avait été témoin des expériences de Ruysch, et l’auditeur des raisonnements de Boerhaave ; de sorte qu’il possédait tous les éléments nécessaires pour les bien juger.

36Les différents écrits de Ruysch, qui équivalent à deux volumes in-4˚, ont paru par petites dissertations, de même que ceux de Malpighi ; mais les dissertations de Ruysch sont moins relatives à un objet concentré ; elles se composent principalement de questions isolées et des conclusions qu’il en tirait immédiatement.

  • 48 [Dilucidatio valvularum in vasis lymphaticis et lacteis : Cum figuris aeneis : Accesserunt quaedam (...)

37Le premier de tous ses ouvrages est de 1665 ; vous voyez que tous les grands anatomistes dont je vous parle étaient, pour ainsi dire, contemporains. C’est l’époque peut-être où toutes les parties de l’anatomie ont été cultivées avec la plus grande émulation : de tous les points de l’Europe on correspondait à ce sujet, et aussitôt qu’un auteur avait fait une découverte, il la consignait dans un écrit qu’il envoyait à toutes les universités, et auquel celles-ci faisaient une réponse. L’étude de l’anatomie excitait absolument la même émulation que nous avons vue il y a quarante ans parmi les chimistes ; c’était l’époque où la science croissait à vue d’œil et où les travaux s’exécutaient avec le plus de zèle. Le premier traité de Ruysch, disais-je, est de 1665 ; il est relatif aux valvules des vaisseaux lymphatiques, qui étaient alors un objet d’études, et il est intitulé : Dilucidatio Valvularum in vasis lymphaticis et lacteis48.

38Ensuite parut un premier catalogue de son cabinet. Ruysch avait alors un grand nombre de squelettes de fœtus qu’il avait rassemblés pour étudier l’ostéogénie, l’une des parties les plus intéressantes de l’anatomie.

  • 49 [Govert Bidloo ou Goverd Bidloo (né le 12 mars 1649 à Amsterdam ; mort le 30 mars 1713 à Leyde), m (...)

39Bidloo49, qui était professeur d’anatomie à Leyde, mais qui n’était pas autant anatomiste praticien que Ruysch, attaqua ses travaux. Bidloo avait des systèmes plutôt que des connaissances positives, et souvent ses élèves adressaient à Ruysch des questions auxquelles il répondait ; cette circonstance a donné lieu à seize épîtres ou réponses de Ruysch aux élèves de Bidloo, dans lesquelles il le traite assez légèrement. Presque toutes ces épîtres, du reste, sont remplies de choses intéressantes pour l’anatomie.

  • 50 [Thesaurus anatomicus, série de petits traités numérotés publiés à Amsterdam de 1701 à 1715, se te (...)
  • 51 [Curae posteriores seu thesaurus anatomicus omnium praecedentium maximus. Cum figuris aeneis…, Ams (...)
  • 52 [Curae renovatae seu thesaurus anatomicus, post curas postiores, novus, Amsterdam : Janssonio Waes (...)

40Nous rencontrons maintenant les Trésors de Ruysch : il en a paru une douzaine environ, depuis 1701 jusqu’à 171550. Il continua de donner de nouveaux catalogues, entre autres un sous le titre de Curæ posteriores seu Thesaurus anatomicus, qui parut en 172451, et un autre sous le titre de Curæ renovatæ, seu Thesaurus anatomicus novus, qui est de 172852. Dans chacun de ces catalogues raisonnés, Ruysch donne des représentations de préparations anatomiques d’une délicatesse extrême, et qui toutes font naître des idées infiniment supérieures à celles qu’on avait pu se former auparavant sur l’admirable structure intime des parties du corps. Aucun ouvrage ne donne une idée aussi complète que ces travaux de Ruysch, de cette analyse qui va jusqu’à l’infini, qui poursuit, pour ainsi dire, les corps jusqu’à leurs atomes, et qui trouve toujours tout organisé en petits vaisseaux, en vaisseaux microscopiques, de sorte que ni l’imagination ni la vue ne s’arrêtent jamais.

  • 53 [Opusculum anatomicum de fabrica glandularum in corpore humano. Continens binas epistolas quarum p (...)

41Dans son traité particulier sur la structure des glandes du corps humain, Ruysch combat à la fois et les idées de Malpighi et celles de Boerhaave ; c’est à ce dernier lui-même que son écrit est adressé, mais sans aucune espèce d’aigreur ; il parut en 172253.

  • 54 De son [Ruysch] temps [voir Leçon 6, note 123], les sagesfemmes étaient fort ignorantes ; elles n’ (...)

42Son dernier ouvrage, qui est de 1726, est moins satisfaisant que les autres : il y prétend avoir découvert un muscle dans le fond de l’utérus54.

  • 55 [Johann Friedrich Schreiber (né le 25 mai 1705 à Konigsberg ; mort le 28 janvier 1760 à Saint-Péte (...)
  • 56 [Bils, voir Leçon 14, note 88.]

43En 1732, un médecin d’Amsterdam, nommé Schreiberg55 Jean-Frédéric, publia sa vie en un petit volume in-4˚, dans lequel il existe une analyse fort soignée des découvertes dont Ruysch a enrichi la science. Cet ouvrage est fort instructif, quoiqu’il le soit beaucoup moins que l’ouvrage analogue de Malpighi sur lui-même, puisqu’il est bien plus aisé de faire connaître ses propres pensées que de donner celles d’autrui. Schreiberg ne trouve de remarquable dans les travaux de Ruysch que son ostéogénie suivie jusque dans les plus petits fœtus ; puis tout ce qui regarde la structure proprement dite des vaisseaux lymphatiques et de leurs valvules ; enfin la réfutation de toutes les erreurs de Bils, dont je vous ai parlé dans ma dernière séance56.

  • 57 [Galen, voir Tome 1, Leçon 16.]

44Chose assez singulière ! Ruysch est le premier qui ait bien fait connaître la distribution de l’aorte dans l’homme, qui est destiné à marcher debout. Dans les mammifères, qui sont destinés à marcher d’une manière différente, l’aorte est autrement disposée, tant il est vrai qu’il y a un rapport intime entre le rôle que doit jouer un animal et son anatomie ; cependant presque tous les anatomistes avaient décrit l’aorte de l’homme d’après les animaux, et c’est de là qu’était venue, depuis Galien57, la distinction d’aorte ascendante et d’aorte descendante.

45Je ne crois pas que personne ait poussé l’injection plus loin que Ruysch, sans enfler les vaisseaux les plus ténus, sans les distendre, sans changer leurs rapports apparents. Il a fait voir, au moyen de l’injection, les vaisseaux de l’arachnoïde et jusqu’à ceux des petits osselets de l’oreille. Il a montré aussi la diversité qui existe dans la terminaison des vaisseaux, dans la communication mutuelle des artères et des veines, suivant les organes dans lesquels elle a lieu et les sécrétions qui doivent s’opérer dans ces organes.

46Ruysch a démontré que la substance corticale du cerveau était presque entièrement composée de vaisseaux, et que le parenchyme de Malpighi était, comme ses glandules, un être de raison.

47C’est lui qui a donné le motif de la division formée par Boerhaave en cryptes, lacunes, utricules, qui existent bien réellement, quoiqu’ils ne composent pas le tissu des glandes conglomérées.

48Dans l’œil, Ruysch a découvert une glande particulière, dont le nom est tiré du sien et qu’on appelle la Ruyschienne ; cette glande est plus sensible dans les animaux que dans l’homme. Ruysch a fait plusieurs autres découvertes qu’il serait beaucoup trop long de développer ici ; qu’il me suffise de vous dire qu’il est, avec Malpighi, et même avant Malpighi, l’auteur qui, le premier, a bien fait connaître toutes les merveilles de l’anatomie, qui a bien fait comprendre jusqu’à quel point le corps de l’animal et celui de l’homme sont compliqués dans leur structure, comment d’admirables dispositions y existent jusque dans les plus petits espaces, jusque dans ceux qui sont imperceptibles à la vue et qui exigent, pour être aperçus, les plus forts microscopes.

  • 58 [Leeuwenhoek, voir note 13 ci-dessus.]
  • 59 [Royal Society of London, voir Leçon 8, note 96.]

49Un autre Hollandais, contemporain de Ruysch, s’est adonné également à différentes questions d’anatomie, et a porté ses recherches plus loin, toujours par l’emploi du microscope. Ce Hollandais est Antoine Leeuwenhoeck58, habitant de Delft, ville de Hollande. Il n’était ni médecin ni professeur d’aucune science ; il avait très peu d’instruction et était encore moins lettré que Ruysch. Il était né en 1633 ; Ruysch avait reçu le jour en 1638 : vous voyez qu’ils étaient presque contemporains. Leeuwenhoeck a vécu aussi fort longtemps, car il n’est mort qu’en 1723, c’est-à-dire à l’âge de quatre-vingt-dix ans. Il s’occupa, à titre d’amusement, à polir des verres, et à force de se perfectionner dans ce genre de travail, il parvint à faire des lentilles plus parfaites qu’aucune de celles qui avaient été employées jusqu’à lui. Pendant les cinquante années qu’il employa à ce travail, il se servit de ses lentilles avec une patience admirable pour faire des observations microscopiques sur toutes sortes de corps. Il envoyait ses observations à la Société royale de Londres59, à mesure qu’il les faisait. La Société royale de Londres, comme je l’ai déjà dit, excitait dès ce temps une sorte d’émulation parmi tous ceux qui, dans les différentes parties de l’Europe, pouvaient agrandir le domaine des sciences naturelles. Plusieurs écrits de Malpighi lui furent adressés, et les œuvres de Malpighi ont même été publiées en totalité à Londres, parce que, dans cette ville, on trouvait plus facilement qu’en Italie les moyens nécessaires à cette publication. Cependant plusieurs des traités de Malpighi ont paru en Italie séparément.

  • 60 [Transactions Philosophiques, voir Leçon 12, note 65.]

50Les premiers ouvrages de Leeuwenhoeck, composés de cinquante ou soixante lettres, ont donc tous été adressés à la Société royale de Londres ; la plupart de ces lettres sont insérées dans les Transactions Philosophiques60. On les a recueillies en latin et mises ensemble ; elles forment ainsi 4 volumes in-4˚, auxquels ont été ajoutés plusieurs autres travaux qui n’étaient pas compris dans ces lettres. Ce recueil n’est pas complet ; des lettres existant dans les Transactions philosophiques ne s’y trouvent pas ; mais on y remarque plusieurs travaux relatifs à l’histoire naturelle proprement dite, et à cette structure intime des parties qui était alors l’objet de l’étude générale. Ainsi c’est Leeuwenhoeck qui, le premier, a fait connaître les globules des fluides qui appartiennent essentiellement à toute la physiologie animale. C’est aussi lui qui a fait voir le premier les animalcules spermatiques ; en un mot, tous les animalcules ont été découverts par le microscope de Leeuwenhoeck : c’est un règne tout entier, pour ainsi dire, qu’il a révélé au monde savant.

51C’est à Leeuwenhoeck qu’on doit encore la connaissance de la structure des poils, des fibres musculaires et des lames et des fibres du cristallin qui jusque là avait été considéré comme une substance homogène, gélatineuse ou cartilagineuse, tandis qu’en réalité il est composé de lames s’enveloppant les unes les autres, et dont chacune est formée de fibres disposées en rayons.

52Leeuwenhoeck a fait aussi des recherches sur le fœtus ; il prétend avoir découvert des formes de quadrupèdes dans un germe de brebis huit fois plus petit qu’un pois. Il paraît que dans ce cas il s’est tout à fait laissé entraîner par son imagination, car ce fait n’a pas été retrouvé par les modernes.

53Leeuwenhoeck a découvert les pores de l’épiderme, qui ne laissaient pas que d’offrir une certaine importance pour les physiologistes. Il a aussi observé le premier, au moyen du microscope, la circulation du sang dans les animaux transparents. C’est sur des tétards qu’il a fait ses observations. Il a soumis au microscope la queue de tétards de grenouilles et des branchies de tétards de salamandres, et il a vu distinctement les globules de sang, entraînés par le mouvement rapide de la circulation, passer des artères dans les veines ; en un mot, tous les détails de la circulation et ses dernières preuves ont été fournis par les observations microscopiques de Leeuwenhoeck.

  • 61 [Abraham Trembley (né le 3 septembre 1710 à Genève ; mort le 12 mai 1784 à Genève), naturaliste su (...)

54Cet observateur infatigable a remarqué que les pucerons se reproduisent sans accouplement ; il a vu le polype à bras se multiplier par bourgeons ; mais ce qui prouve jusqu’à quel point il y a du hasard dans les découvertes, c’est que ce même homme qui a observé avec tant d’attention les objets microscopiques, qui a connu le polype à bras, et a remarqué les petits polypes qui naissent sur les côtés de son corps comme des branches sur un arbre, n’a pas eu l’idée de couper cet animal, et qu’ainsi sa multiplication par section lui est restée inconnue. Ce n’est que vingt-huit ou trente ans après qu’elle a été découverte par Abraham Trembley61, comme nous le verrons au dix-huitième siècle.

55La texture de la rate, la cellulosité qui enveloppe la fibre musculaire, en un mot, tout ce qui, dans le corps animal, ne peut être bien vu qu’au moyen du microscope, a presque été découvert et introduit dans la science physiologique par les observations de Leeuwenhoeck : cet auteur mérite donc d’être placé à un très haut rang parmi ceux qui ont enrichi l’anatomie, quoiqu’il ne fût pas précisément anatomiste, quoique la science générale, la connaissance de l’ensemble des parties du corps, lui fût assez peu connue, à raison de son défaut d’études préliminaires.

56Après avoir exposé les découvertes essentielles en anatomie des trois grands auteurs qui ont illustré le dix-septième siècle, nous allons parler de quelques autres recherches qui appartiennent à l’anatomie humaine proprement dite ; puis nous indiquerons les travaux d’anatomie comparée par lesquels on a cherché à éclaircir l’anatomie de l’homme ; enfin nous verrons les conclusions qu’on en a tirées pour la physiologie.

  • 62 [Thomas Warton (né le 31 août 1614 à Winston, dans le Comté de Durham ; mort le 15 novembre 1673 à (...)
  • 63 [Adenographia : sive glandularum totius corporis descriptio, Londres : typis J. G. impensis author (...)

57Parmi les recherches qui ne concernent que certains organes, on doit placer surtout celles de Warton sur les glandes. Thomas Warton62 était un médecin anglais qui, le premier, s’occupa de la structure des glandes dans toutes les parties du corps et sous tous les rapports. Son livre est intitulé : Adenographia, etc., et parut à Londres en 165663.

  • 64 [Antoine Nuck (né en 1650, mort en 1692,) médecin et anatomiste hollandaise, il fut le premier à f (...)
  • 65 [Paolo Mascagni (né le 25 janvier 1755 à Pomarance en Italie ; mort le 19 octobre 1815 à Chiusdino (...)

58Beaucoup plus tard il fut publié un ouvrage sur le même sujet, par Antoine Nuck, Allemand et professeur à Leyde64. Nuck est aussi un de ceux qui se sont occupés de l’injection des vaisseaux lymphatiques au mercure. Il paraît qu’il avait dessiné toutes ses injections, et qu’ainsi il avait devancé Mascagni65 d’un siècle. Boerhaave prétend avoir vu les figures de Nuck : elles n’ont pas été publiées, et l’on ignore ce qu’elles sont devenues.

  • 66 [Adenographia curiosa et uteri foeminei anatome nova. Cum epistola ad amicum, de inventis novis, L (...)

59Nous possédons de Nuck un autre traité sur les glandes, intitulé : Adenographia curiosa, etc., qui a paru à Leyde en 169166.

  • 67 [Walter Needham (né c. 1631, mort le 5 avril 1691), médecin et anatomiste anglais, surtout connu p (...)

60Nous avons sur les enveloppes du fœtus un excellent ouvrage de Needham67 Gautier, médecin de Londres, qui est intitulé : Disquisitio anatomica de formato fœtu, et qui porte la date de 1667.

61Needham appartient tout à fait à ces savants qui composèrent dans l’origine la Société royale de Londres et apportaient une ardeur extrême à tous les genres de recherches. L’ouvrage de Needham contient déjà, peut-être avec un peu moins de détails, presque toutes les découvertes faites sur le même sujet dans ces derniers temps. Les différentes variétés de structure des enveloppes du fœtus, l’allantoïde, les vésicules ombilicales, la détermination des animaux dans lesquels l’allantoïde enveloppe les vésicules ou ceux dans lesquels les vésicules enveloppent l’allantoïde ; tous ces faits, qui ont paru étonnants à des anatomistes des derniers temps, sont dans l’ouvrage dont je parle. Needham y traite aussi de la respiration du fœtus.

  • 68 [La « flamme de la vie » doit faire référence au chapitre 6 (De biolychno et ingressu aeris in san (...)
  • 69 [Stahl, voir Leçon 9, note 90.]

62Il a laissé un autre traité intitulé : La flamme de la vie68, où sont répétées toutes les théories qui dominaient alors, qui avaient déjà été mises en honneur et qui ont presque été étouffées par les travaux et le système de Stahl69.

  • 70 On est redevable à [Régnier] de Graaf [médecin et anatomiste hollandais qui fit des découvertes cl (...)
  • 71 [Charles Drelincourt (né en 1633, mort en 1697), médecin, obstétricien français et professeur à l’ (...)
  • 72 [Bidloo, voir note 46 ci-dessus.]

63Enfin nous avons sur le même sujet des ouvrages de Reiner de Graaf70, de Charles Drelincourt71, qui était un Français réfugié en Hollande et professait à Leyde, et de Bidloo72 Godefroi, professeur à la même université de Leyde.

64Tous ces écrits, qui ont paru sous forme de dissertation, forment douze petits volumes in-12, et constituent une masse de connaissances qui a laissé peu à faire sur tout ce qui a rapport aux organes particuliers.

  • 73 [Vésale, voir Leçon 1, notes 45 et 76]
  • 74 [Eustache, voir Leçon 2, note 32 ; voir également Tome 1, Leçon 5, note 17.]
  • 75 [Johannes Wesling ou Vesling (né en 1598 à Minden ; mort le 30 août 1649 à Padoue), médecin, anato (...)
  • 76 [Spigel, voir Leçon 2, note 77]
  • 77 [Guillaume III, voir Leçon 8, note 86]

65Je ne vous parlerai pas de différents traités généraux d’anatomie qui parurent à cette époque. Chacun des auteurs qui les écrivaient ne les publiait que pour les élèves ; il y consignait l’état dans lequel se trouvait la science, et ce n’était pas là que se rencontraient les grandes découvertes. Cependant parmi ces ouvrages je dois nommer celui de Bidloo. Nous avons vu les grands ouvrages de Vésale73, d’Eustache74, de Wesling75, de Spigel76 et d’autres, qui parurent à la fin du seizième siècle et au commencement du dix-septième. À l’époque dont nous parlons, l’ouvrage de Bidloo fut le seul qui offrît quelque importance. Godefroi Bidloo, professeur à Leyde, qui a écrit quelques dissertations contre Ruysch, était né à Amsterdam, en 1649. Il devint médecin de Guillaume III77, qui était alors stathouder, et qui, depuis, devint roi d’Angleterre. Il retourna ensuite à Leyde, où il mourut en 1713.

  • 78 [Anatomia humani corporis, centum & quinque tabulis, per artificiosiss. G. de Lairesse ad vivum de (...)
  • 79 [Gérard de Lairesse (né le 11 septembre 1640 ou 1641 à Liège ; mort en juin 1711 à Amsterdam), pei (...)
  • 80 [Albinus, voir Leçon 1, note 78.]
  • 81 [Guillaume Cowper (né le 26 novembre 1731 à Berkhamsted, Herfordshire, Angleterre ; mort le 25 avr (...)

66Son ouvrage est intitulé : Anatomica corporis humani, etc.78 ; il est orné de cent cinq planches dessinées par un peintre célèbre, Guillaume de Lairesse79, connu par beaucoup d’autres ouvrages. Ces planches sont très élégantes, la gravure en est très belle ; elles surpassent de beaucoup toutes celles données précédemment. Cependant elles ne sont peut-être pas d’un goût convenable à un ouvrage scientifique ; les muscles y sont trop déjetés, trop déplacés. Lairesse n’a pas suivi cette méthode rigoureuse de se rapprocher des objets autant que possible ; de sorte que, malgré l’excellence de la gravure et la beauté du dessin, l’ouvrage de Bidloo est inférieur à celui d’Albinus80, dont nous aurons à parler dans l’histoire du dix-huitième siècle. Je l’ai nommé seulement parce qu’il est le principal ouvrage accompagné de figures qui ait paru à l’époque dont je m’occupe. Il fut l’objet d’un singulier plagiat : les cuivres qui avaient servi à en faire les figures furent employés par un médecin anglais nommé Guillaume Cowper81, pour un autre traité d’anatomie qui parut en Angleterre, également in-folio, sans que Bidloo fût cité, sans qu’il fût fait mention que les planches étaient celles de son ouvrage. Aussi celui-ci fit-il un écrit dans lequel il réclama avec violence contre Cowper. Il le cita comme plagiaire devant le tribunal du public. Cowper répondit que les planches dont il avait fait usage n’appartenaient pas plus à Bidloo qu’à un autre ; qu’elles étaient l’ouvrage d’un artiste ; mais tout le monde sait que, quel que soit le talent de l’artiste, le principal mérite de ce genre de travail appartient au savant qui l’a dirigé, et il fut jugé que les planches étaient la propriété de Bidloo, puisqu’il en avait dirigé le dessin.

67Voilà, messieurs, pour ce qui concerne l’anatomie humaine ; mais dans ce siècle les corps humains n’étaient pas assez communs pour que la science fît de grands progrès. On avait senti que l’économie animale présente une série de phénomènes qui n’est pas restreinte au corps humain ; que pour bien comprendre les lois qui y président, pour y appliquer les lois générales de la physique ou de la chimie, il fallait considérer les phénomènes dans leur totalité. La vie est un phénomène dont le corps humain n’est qu’un cas particulier. Beaucoup d’auteurs, soit par nécessité, soit par l’influence d’une meilleure philosophie, consacrèrent donc leur temps à combiner l’anatomie humaine avec l’anatomie des animaux, et à en tirer des explications générales. Ces auteurs sont très nombreux, je ne vous les nommerai pas tous ; je citerai seulement ceux qui méritent le plus d’être consultés, à cause de la foule de faits importants d’anatomie comparative et de vues diverses qu’ils contiennent et qu’on est exposé à reproduire comme nouvelles ; car il n’est pas de science où l’on présente plus souvent comme inédites, des choses qui se trouvent depuis plus d’un siècle dans différents auteurs, que dans l’anatomie et la physiologie. La raison en est dans la difficulté de lire et de suivre les nombreuses observations dont se composent les corps de doctrines de ces sciences.

  • 82 [Redi, voir Leçon 12, note 80.]
  • 83 [Ferdinand II, voir Leçon 12, note 78.]
  • 84 [Côme III, voir Leçon 12, note 84.]
  • 85 [Galilée, voir Leçon 11, note 20.]
  • 86 [Académie del Cimento, voir Leçon 12, note 77.]

68Un des principaux auteurs que je dois vous faire connaître est François Redi82, né à Arrezzo, en 1626, et qui mourut en 1697. Il fut premier médecin du grand-duc de Toscane Ferdinand II83 et de Côme III84. Il n’était pas seulement médecin, il était encore poète, physicien, naturaliste ; il appartenait à l’école de Galilée85 et était inspiré de l’esprit de l’académie del Cimento86, dont il faisait partie. Il s’est attaché à examiner l’histoire et l’anatomie d’un grand nombre d’animaux, pour en tirer des conclusions générales.

  • 87 [Osservazioni intorno alle vipere, Florence : All’Insegna della Stella, 1664, 91 + [1] + [2] p., i (...)

69On a de lui, à la date de 166487, de belles recherches sur les vipères et leurs venins, et, ce qui est fort étonnant pour cette époque, c’est qu’on trouve dans son ouvrage non-seulement une description de la glande qui produit le venin et de la dent qui introduit ce venin dans la plaie, mais aussi des expériences sur le venin lui-même, particulièrement celle-ci, que le venin peut être avalé sans danger, pourvu qu’il ne soit pas introduit dans le sang par une blessure, expérience qui a été répétée par d’autres auteurs.

70Ce livre de Redi renferme encore des expériences sur la génération spontanée des insectes. C’était une question fort agitée parmi les physiologistes de ce temps, que celle de savoir si la génération spontanée par le concours d’éléments divers pouvait avoir lieu ; si elle était réelle, ou s’il n’y avait que transmission de vie d’un individu vivant à un autre. Beaucoup d’auteurs soutenaient à cet égard la doctrine péripatétique ; c’était dans les petits animaux qu’ils allaient en chercher les fondements. Ils prétendaient que la corruption engendrait des insectes, des vers ; voyant des matières putréfiées se couvrir de petits vers, ils croyaient que ces êtres étaient sortis de la substance corrompue elle-même. Il n’y avait que des expériences fort exactes qui pussent résoudre ce problème. Parmi les auteurs qui ont le plus concouru à sa solution, on doit compter Redi. Ses expériences sont de 1668 ; elles ont entraîné l’opinion générale, et ont détruit presque toutes les hypothèses qu’on avait adoptées touchant la génération spontanée.

  • 88 [Esperienze intorno a diverse cose naturali e particolarmente a quelle, che ci son portate dall’In (...)
  • 89 [La torpille ocellée (torpedo torpedo) est une espèce de poissons marins de la famille des raies é (...)

71Dans un autre petit ouvrage intitulé : Expériences sur diverses choses naturelles, et qui est de 167188, Redi fait connaître l’anatomie de la torpille89 ; on attribuait alors les effets qu’elle produit à une impulsion mécanique.

  • 90 [Osservazioni intorno agli animali viventi che si trovano negli animali viventi, Florence : Piero (...)

72En 1684, Redi fit un autre ouvrage, le pendant de ses expériences sur la génération des insectes, intitulé : Observations sur les animaux vivans dans les autres animaux vivans90 ; il est particulièrement relatif aux vers qui vivent dans le canal intestinal. Les hommes qui soutenaient le système de la génération spontanée s’appuyaient de l’existence de ces vers ; voyant des animaux naître dans le canal intestinal d’un homme ou d’un quadrupède, ils n’imaginaient pas la possibilité que leurs parens y eussent porté leurs œufs ou leurs germes, et ils admettaient qu’ils naissaient de la putréfaction, de la réunion d’éléments qui se trouvaient dans les matières alimentaires. Redi a montré que, parmi ces animaux, il y en avait de mâles et de femelles et qu’ils avaient aussi des œufs pour principes.

73On a encore du même auteur des épîtres sur différents sujets intéressants d’anatomie, particulièrement sur le gésier des oiseaux, sur la vessie qui remplit leur corps et dans laquelle l’air se répand après avoir traversé les poumons, enfin sur la manière de respirer des poissons.

74Vous voyez, messieurs, l’esprit de Redi : sa manière est, en général, de traiter les questions de physiologie sous un point de vue général, et de comparer à cet effet les différentes classes d’animaux.

  • 91 [Perrault, voir Leçon 12, note 77.]
  • 92 [Mémoires pour servir à l’histoire naturelle des animaux dressez par M. Perrault de l’Académie Roy (...)
  • 93 [Lahire, voir Leçon 12, note 115.]

75Le même esprit se montre, mais sous d’autres formes, dans les ouvrages de Claude Perrault91. Perrault, né en 1613, est très célèbre comme architecte ; tout le monde sait qu’il fut médecin d’abord, et qu’il abandonna presque cette profession pour l’architecture. Son talent comme artiste est encore évident ; nous en voyons les preuves dans les deux grands monuments qu’il a élevés, l’Observatoire et la colonnade du Louvre. Mais il fit pourtant des observations d’anatomie, tout en se livrant à l’architecture. Il fut un des collaborateurs de l’Académie des Sciences, dans ses Recherches sur l’anatomie des animaux de la Ménagerie92. Perrault a été, avec Lahire93, un de ceux qui ont dessiné presque toutes les planches de ce célèbre ouvrage ; il fut même victime de son zèle pour l’anatomie comparée, car il mourut en 1688, des suites d’une maladie qu’il avait contractée en disséquant un chameau attaqué de la gale.

  • 94 [Essais de physique ou Recueil de plusieurs traitez touchant les choses naturelles, Paris : Jean-B (...)

76Nous avons de lui un ouvrage en deux volumes in4˚, - intitulé : Essais de Physique94, dans lequel il examine toutes les parties du corps de l’homme ou des animaux, dont le jeu peut être expliqué d’une manière simple par la mécanique ordinaire, en admettant quelques forces particulières dans les fibres et dans les autres éléments vivants.

77Le premier livre de ces Essais traite du mouvement péristaltique des intestins, des valvules des veines, et de la contraction des fibres, comme cause du mouvement général des animaux.

78Le second est consacré tout entier à l’ouïe : l’auteur y donne de bonnes figures ; il fait connaître la lame spirale du limaçon, qu’il présente comme devant être l’organe propre de l’ouïe, à cause de ses fibres de diverses longueurs, qu’il suppose analogues aux cordes des instruments de musique.

  • 95 [Stahl, voir Leçon 9, note 90.]

79Le troisième livre tout entier a rapport à la mécanique des animaux ; il est rempli de choses sur les dents et sur les divers organes de la respiration. Déjà l’on y trouve l’emploi de l’âme pour agir sur les muscles, même à leur insu. C’est la base de tout le système des animistes, de toute la théorie de Stahl95, dont le principe se trouve déjà dans ce livre de Perrault qui est de 1680, tandis que Stahl n’a donné son système qu’à la fin du dix-septième siècle et au commencement du dix-huitième.

80Le quatrième livre des Essais traite des sens ; il est de 1688, de l’année même de la mort de l’auteur. Dans ce livre, Perrault conçoit l’âme comme habitant le corps tout entier. Nous avons encore plusieurs auteurs à citer avant d’arriver aux physiologistes proprement dits, à ces hommes qui ont cherché à employer les règles générales de la philosophie, pour expliquer tous les faits recueillis par les anatomistes dont j’ai parlé jusqu’à présent. Mais l’heure est passée ; je suis obligé de réserver cette suite pour la séance prochaine, après quoi je traiterai de l’histoire de la zoologie.

Notes

1 [Johann Jakob Wepfer (né le 23 décembre 1620 à Schaffhausen ; mort le 26 janvier 1695,) anatomiste, pathologiste et pharmacologiste suisse, connu pour sa recherche sur l’anatomie vasculaire du cerveau et l’étude des maladies cérébro-vasculaires. Il fut le premier médecin à émettre l’hypothèse que les effets d’un accident vasculaire cérébral étaient causés par une hémorragie dans le cerveau. Il mentionna également que ces symptômes pouvaient être également dûs à un blocage d’une des artères principales alimentant le cerveau en sang.]

2 [Conrad Victor Schneider (né en 1614 à Bitterfeld en Saxe ; mort en 1680 à Wittenberg), médecin et anatomiste allemand qui décrivit les muqueuses sino-nasales qui tapissent l’intérieur du nez appelées membranes de Schneider.]

3 [Thomas Willis, voir Leçon 12, note 60].

4 [Vésale, voir Leçon 1, note 45.]

5 [Raymond Vieussens (né c. 1635 au Vigan ; mort le 16 août 1715 à Montpellier), anatomiste français connu pour sa recherche innovatrice dans le domaine de la cardiologie, et sa recherche sur l’anatomie du cerveau et de la colonne vertébrale.]

6 [François Sylvius, appelé également Franciscus, Frans, ou François, de le Boë, ou Lebois (né le 15 mars 1614 à Hanau ; mort le 15 novembre 1672 à Leyde), médecin, physiologiste, anatomiste et chimiste considère comme le fondateur de l’école de médecine iatrochimique du dix-septième siècle, qui prétendait que tous les phénomènes de la vie et les maladies reposaient sur des actions chimiques. Sa recherche permit de faire évoluer la médecine d’une spéculation mystique vers une application rationnelle des lois universelles de la physique et de la chimie.]

7 [Neurographia universalis, hoc est Omnium corporis humani nervorum, simul & cerebri, medullaeque spinalis descriptio anatomica : eaque integra et accurata, variis iconibus fideliter & ad vivum delineatis, aeréque incisis illustrata, cum ipsorum actione et usu, physico discursu explicates, Lyon : Apud Joannem Certe, 1684, [8] + 252 + [2] p., 24 pl., ill., in-4°.]

8 [Malpighi, voir Leçon 14, note 121.]

9 [Frédéric Ruysch, voir Leçon 6, note 123.]

10 [Varole, voir Leçon 2, note 44.]

11 [Vieussens, voir note 5 ci-dessus.]

12 [Gall, voir Leçon 2, note 46 et Leçon 14, note 105.]

13 Ce centre ovale n’existe pas réellement, car il n’est nullement distinct du reste de la substance médullaire du cerveau [M. de St.-Agy].

14 Antoine Philips van Leeuwenhoek (né le 24 octobre 1632 a Delft ; mort le 26 aout 1723 a Delft), commerçant et scientifique hollandais ; considère comme le premier microbiologiste et reconnu en général comme le père de la microbiologie ; il est connu en particulier pour son travail sur l’amélioration du microscope et ses contributions dans l’établissement de la science de la microbiologie.]

15 [Malpighi, voir Leçon 14, note 121.]

16 [Innocent XII (né le 13 mars 1615 à Spinazzola, ville située dans les Pouilles d’aujourd’hui en Italie ; mort le 27 septembre 1700), ne Antonio Pignatelli, il fut Pape du 12 juillet 1691 jusqu’à sa mort.]

17 [Borelli, voir Lecon 2, note 73.]

18 [De pulmonis observationes anatomiae, ouvrage dans lequel Malpighi décrivit sa découverte de la circulation du sang et des capillaires, sous la forme de deux lettres adressées a Borelli (voir Leçon 2, note 73) ; il fut imprime en 1661 (Bologne : B. Ferronius) et réimprimé a Leyde et dans d’autres villes dans les années qui suivirent. Ces lettres contenaient également une présentation pour la première fois de la structure vésiculaire du poumon humain, et elles offrirent une théorie potentielle sur la respiration également pour la premières fois.]

19 [Tetras anatomicarum epistolarum. De lingua et cerebro…, Bologne : Vincenzo Benati, 1665, [20] + 429 + [3] p., 3 p. de pl. pliées, ill., in-12.]

20 [De cerebro epistola, in Malpighi (Marcello), Tetras anatomicarum epistolarum. De lingua et cerebro… ; voir note 19 ci-dessus.]

21 [Xiphias, genre de poisson faisant partie des Téléostéens qui ne comporte que le Xiphias gladius, ou espadon.]

22 [Descartes, voir Tome 1, Leçon 6, note 7.]

23 [De lingua epistola, in Malpighi (Marcello), Tetras anatomicarum epistolarum. De lingua et cerebro… ; voir note 19 ci-dessus.]

24 [Marie-François Xavier Bichat (né le 14 novembre 1771 à Thoirette, France ; mort le 22 juillet 1802 à Paris), anatomiste et physiologiste français connu comme le père de l’histologie moderne et de l’anatomie descriptive ; bien qu’il n’ait pas utilisé le microscope pour ses travaux, il fut le premier à introduire la notion de tissus cellulaires comme entités distinctes, et il soutint que les maladies agressent les tissus cellulaires plutôt que les organes entiers ou le corps entier, causant ainsi une révolution dans la pathologie anatomique.]

25 [De omento, pinguedine, et adiposis ductibus, in Malpighi (Marcello), Tetras anatomicarum epistolarum. De lingua et cerebro… ; voir note 19 ci-dessus.]

26 [De externo tactus organo, in Malpighi (Marcello), Tetras anatomicarum epistolarum. De lingua et cerebro… ; voir note 19 ci-dessus.]

27 [Albinus, voir Leçon 1, note 78.]

28 [De viscerum structura exercitatio anatomica, Bologna : Jacobi Montii, 1666, [4] + 172 p., in-4°.]

29 [De structura glandularum conglobatarum consimiliumque partium : epistola, Regiae Societati Londini ad scientiam naturalem promovendam, institutæ, dicata…, Londres : Richard Chiswell, 1689, [3] + 36 + [1] p., in-4°.]

30 [De viscerum structura exercitatio anatomica, voir note 28 ci-dessus.]

31 [Dissertatio epistolica de bombyce (Londres : Joannem Martyn & Jacobum Allestry, 1669, 1 vol. ([10] + 100 p. + [12] f. de dépl. gr. s. cuivre), ill. gr. s. cuivre, in-4°), traité de Malpighi sur le papillon du vers à soie ; voir Leçon 14, note 121.]

32 [Cuvier fait ici référence à l’ouvrage de Willis intitulé De anima brutorum quae hominis vitalis ac sentitiva est, exercitationes duae : prior physiologica ejussdem naturam, partes, potentias, & affectiones tradit... (Londres : Richard Davis, 1672, [48], 400 + [16] p., ill., in-8°) dans lequel Willis décrit l’anatomie d’une l’huître, d’une écrevisse et d’un vers de terre ; voir Leçon 14, note 120.]

33 [Le vers à soie est la chenille du Bombyx mori, insecte domestiqué pour son importance économique comme producteur de soie.]

34 [Fabrice d’Aquapendente, voir Leçon 1, note 66 ; et Tome 1, Leçon 9, note 38.]

35 [Harvey, voir Leçon 2, note 72.]

36 [Traité de 1669 de Malpighi sur le Bombyx mori, voir Leçon 14, note 12.]

37 [Dissertationes Epistolicae duae, una de Formatione pulli in ovo, altera de Bombyce utraque regiae societati Londini... dicata, Londres : John Martyn, 1673, 42 p., 4 pl. depl. h. t., ill., in-4°.]

38 [Aristote, voir Tome 1, Leçons 7 et 8.]

39 [Haller, voir Leçon 1, note 16.]

40 [Gaspard Wolf, voir Leçon 7, note 159.]

41 [Opera omnia Malpighi/figuris elegantissimis in aes incisis illustrata ; tomis duobus comprehensa quorum catalogum sequens pagina exhibet, Londres : R. Littlebury, R. Scott, Th. Sawbridge & G. Wells, 1686-1687, 2 t. en 1 vol. ([6] + 15 + [5] + 78 + [2] + 35 p. + [1] f. de pl. ; [8] + 72 + [4] + 44 + [4] + 20 + 144 p., [121] f. de pl.), ill., in-folio.]

42 . [Opera posthuma, figuris aeneis illustrate, quibus praefixa est ejusdem vita a seipso scripta [éd. par Petrus Regis, professeur à Montpellier), Londres : Awnsham Churchill & John Churchill, 1697, [2] + 110 + 187 p., [21] f. de pl. dont front. et portrait, ill., in-folio ; une seconde édition, imprimée par Joannis Antonii Huguetan, fut publiée à Amsterdam en 1698.]

43 [Ruysch, voir Leçon 6, note 123.]

44 [Pierre le Grand, voir Leçon 12, note 129.]

45 En 1666, [Frederik] Ruysch [voir Leçon 6, note 123] entreprit, par l’ordre des États-Généraux, d’injecter le corps de l’amiral anglais [William] Bercley [officier de la Marine Royale qui porta les armes lors de la Deuxième Guerre Anglo-Hollandaise, et fut élevé au rang de Vice-amiral ; né en 1639 ; mort le 1er juin 1666 en mer], qui avait été tué dans une action entre les flottes anglaise et hollandaise. Ce corps, quoiqu’en fort mauvais état lorsqu’on le remit à Ruysch, fut renvoyé en Angleterre aussi habilement préparé que si c’eût été le cadavre d’un enfant. Les États-Généraux récompensèrent convenablement l’habileté de l’artiste. Lorsque Pierre-le-Grand visita le cabinet de Ruysch, il remarqua surtout un petit enfant, auquel sa grâce naïve était si bien conservée, qu’il ne put s’empêcher de lui donner un baiser [M. de St.-Agy].

46 [Boerhaave, voir Leçon 1, note 78.]

47 [Haller, voir Leçon 1, note 16.]

48 [Dilucidatio valvularum in vasis lymphaticis et lacteis : Cum figuris aeneis : Accesserunt quaedam observationes anatomicae rariores, La Haye : Harmani Gael, 1665, [xviii] + 94 p. + 7 p. de dépl., in-8°.]

49 [Govert Bidloo ou Goverd Bidloo (né le 12 mars 1649 à Amsterdam ; mort le 30 mars 1713 à Leyde), médecin, anatomiste, poète et dramaturge hollandais, médecin personnel de Guillaume III d’Orange-Nassau, stadholder hollandais et roi d’Angleterre (voir Leçon 8, note 86.]

50 [Thesaurus anatomicus, série de petits traités numérotés publiés à Amsterdam de 1701 à 1715, se terminant par Thesaurus magnus et regius qui est decimus thesaurum anatomicorum, het groote en koninclyke cabinet zynde het tiende der anatomische cabinetten, 1715.]

51 [Curae posteriores seu thesaurus anatomicus omnium praecedentium maximus. Cum figuris aeneis…, Amsterdam : Janssonio Waesbergios, 1724, [10] + 31 + [1] p., 3 f. de pl., ill., in-4°.]

52 [Curae renovatae seu thesaurus anatomicus, post curas postiores, novus, Amsterdam : Janssonio Waesbergios, 1728, [10] + 22 p., 3 f. de pl., ill., in-4°.]

53 [Opusculum anatomicum de fabrica glandularum in corpore humano. Continens binas epistolas quarum prior est Hermanni Boerhaave... super hac re, ad Fredericum Ruyschium ; altera Frederici Ruyschii ad Hermannum Boerhaave, qua priori respondetur, Leyde : Petri van der Aa, 1722, 81 p., fig. gr., in-4°.]

54 De son [Ruysch] temps [voir Leçon 6, note 123], les sagesfemmes étaient fort ignorantes ; elles n’attendaient pas que le placenta sortît naturellement, elles l’arrachaient presque immédiatement après l’accouchement, et les femmes en mouraient très souvent. Ruysch leur prescrivit de discontinuer cette pratique [dans son ouvrage intitulé Tractatio anatomica, de musculo, in fundo uteri observato, antehac a nemine detecto, cui, accedit depulsionis secundinarum, parturientium feminarum, instructio, Amsterdam : Janssonio Waesbergios, 1726, [4] + 20 p. + [1] f. de pl., ill., in-4°], parce que, disait-il, il existait au fond de l’utérus un muscle orbiculaire destiné à expulser le placenta. L’existence de ce muscle n’est pas démontrée et ne le sera probablement jamais, car on ne comprend pas que la nature ait placé un muscle dans un organe qui, lui-même, n’est qu’un muscle [M. de St.-Agy].

55 [Johann Friedrich Schreiber (né le 25 mai 1705 à Konigsberg ; mort le 28 janvier 1760 à Saint-Pétersbourg), médecin, botaniste et mathématicien allemand, auteur de Historia vitae et meritorum Frederici Ruysch, Amsterdam : Janssonio Waesbergios, 1732, [8] + 80 p. + 1 f. de pl., ill., in-4°.]

56 [Bils, voir Leçon 14, note 88.]

57 [Galen, voir Tome 1, Leçon 16.]

58 [Leeuwenhoek, voir note 13 ci-dessus.]

59 [Royal Society of London, voir Leçon 8, note 96.]

60 [Transactions Philosophiques, voir Leçon 12, note 65.]

61 [Abraham Trembley (né le 3 septembre 1710 à Genève ; mort le 12 mai 1784 à Genève), naturaliste suisse, connu pour avoir été le premier à étudier les polypes d’eau douce appelées Hydra (hydre) et le premier à développer la zoologie expérimentale ; sa maîtrise de la méthode expérimentale ont conduit certains historiens à le considérer comme le père de la biologie.]

62 [Thomas Warton (né le 31 août 1614 à Winston, dans le Comté de Durham ; mort le 15 novembre 1673 à Londres), médecin et anatomiste anglais surtout connu pour sa description du canal sous-mandibulaire (l’un des canaux salivaires) et de la gelée de Wharton, substance gélatineuse que l’on trouve à l’intérieur du cordon ombilical ainsi que dans l’humeur vitreuse du globe de l’œil, substance composée principalement de mucopolysaccharides.]

63 [Adenographia : sive glandularum totius corporis descriptio, Londres : typis J. G. impensis authoris, 1656, [16] + 287 + [1] + 5 f. de pl., in-8°.]

64 [Antoine Nuck (né en 1650, mort en 1692,) médecin et anatomiste hollandaise, il fut le premier à faire un grand usage d’injection en anatomie. Il injectait de la cire colorée rouge et autres substances colorées mélangées avec de l’huile pour les rendre suffisamment liquides et leur permettre d’atteindre les capillaires les plus fins. Son médium principal, cependant, fut le mercure, qu’il utilisa pour explorer en grand détail la structure des glandes sécrétrices et lymphatiques du système lymphatique. Son ouvrage De ductu salivali novo, saliva, ductibus oculorum aquosis, et humore oculi aqueo fut publié en 1685 (Leyde : apud Petrum van der Aa, [Le frontisp. porte la date : 1686,] 75 p. + 3 pl., in-12).]

65 [Paolo Mascagni (né le 25 janvier 1755 à Pomarance en Italie ; mort le 19 octobre 1815 à Chiusdino en Italie), médecin et anatomiste italien connu pour avoir donné la première description complète du système lymphatique.]

66 [Adenographia curiosa et uteri foeminei anatome nova. Cum epistola ad amicum, de inventis novis, Leyde : Jordanus Luchtmans, 1691, [16] + 152 + [27] p., [9] f. de pl. dépl., in-8°.]

67 [Walter Needham (né c. 1631, mort le 5 avril 1691), médecin et anatomiste anglais, surtout connu pour sa recherche sur la structure et la fonction du placenta humain, qu’il décrivit dans son ouvrage intitulé Disquisitio anatomica de formato foetu, Londres : William Godbid, 1667, 205 p., pl., in-8°.]

68 [La « flamme de la vie » doit faire référence au chapitre 6 (De biolychno et ingressu aeris in sanguinem) issu de l’ouvrage Disquisitio anatomica de formato foetu de Needham (voir note 67 ci-dessus) dans lequel il rejeta dans sa totalité l’idée d’une flamme dans le cœur, idée ancienne qui avait été proposée par Démocrite et Platon (voir Tome 1, Leçon 5) lesquels déclaraient que le sang est la « source du feu » et le feu et l’esprit (air) sont le siège de la vie.]

69 [Stahl, voir Leçon 9, note 90.]

70 On est redevable à [Régnier] de Graaf [médecin et anatomiste hollandais qui fit des découvertes clés dans le domaine de la biologie reproductive ; né le 30 juillet 1641 à Schoonhoven ; mort le 17 août 1673] d’une invention de la plus grande importance en anatomie, c’est celle de la seringue à injection [décrite dans son ouvrage Alle de Wercken, so in de ontleed-kunde, als andere deelen der medicine, Amsterdam : Abraham Abrahamse, 1686, [32] + 671 p., ill., pl., in-8°] [M. de St. -Agy].

71 [Charles Drelincourt (né en 1633, mort en 1697), médecin, obstétricien français et professeur à l’université de Leyde, fils du théologien Huguenot du même nom (né le 10 juillet 1595 ; mort le 3 novembre 1669.]

72 [Bidloo, voir note 46 ci-dessus.]

73 [Vésale, voir Leçon 1, notes 45 et 76]

74 [Eustache, voir Leçon 2, note 32 ; voir également Tome 1, Leçon 5, note 17.]

75 [Johannes Wesling ou Vesling (né en 1598 à Minden ; mort le 30 août 1649 à Padoue), médecin, anatomiste, pharmacien et botaniste allemand, connu pour son ouvrage intitulé Syntagma anatomicum, publicis dissectionibus, in auditorum usum, diligenter aptatum (Padua : Pauli Frambotti, 1641, 194 p., in-8°), ouvrage scolaire célèbre basé sur ses dissections anatomiques de Padoue.]

76 [Spigel, voir Leçon 2, note 77]

77 [Guillaume III, voir Leçon 8, note 86]

78 [Anatomia humani corporis, centum & quinque tabulis, per artificiosiss. G. de Lairesse ad vivum delineatis, demonstrata, veterum recentiorumque inventis explicata plurimusque, hactenus non detectis, illustrata, Amsterdam : Joannis van Someren, 1685, [68] + [2] + 105 f. de pl. gr. s. cuivre, in-folio.]

79 [Gérard de Lairesse (né le 11 septembre 1640 ou 1641 à Liège ; mort en juin 1711 à Amsterdam), peintre hollandais et théoricien artistique, également talentueux en musique, en poésie et au théâtre ; il fut peut-être le peintre hollandais le plus connu de la période qui suivit la mort de Rembrandt.]

80 [Albinus, voir Leçon 1, note 78.]

81 [Guillaume Cowper (né le 26 novembre 1731 à Berkhamsted, Herfordshire, Angleterre ; mort le 25 avril 1800 à East Dereham, Norfolk, Angleterre), poète et composeur d’hymnes anglais ; l’un des poètes les plus connus de son temps, Cowper changea le cours de la poésie de la nature en écrivant des scènes de la vie quotidienne dans la campagne anglaise.]

82 [Redi, voir Leçon 12, note 80.]

83 [Ferdinand II, voir Leçon 12, note 78.]

84 [Côme III, voir Leçon 12, note 84.]

85 [Galilée, voir Leçon 11, note 20.]

86 [Académie del Cimento, voir Leçon 12, note 77.]

87 [Osservazioni intorno alle vipere, Florence : All’Insegna della Stella, 1664, 91 + [1] + [2] p., in-4° ; ouvrage monumental dans lequel Redi (voir Leçon 12, note 80) rejeta de nombreux mythes tels que ceux qui racontent que les vipères boivent du vin et font éclater les verres, le venin est toxique s’il est avalé, la tête d’une vipère morte est un antidote, le venin de la vipère provient de la vésicule biliaire, etc. Il effectua une série d’expériences sur les effets des morsures de serpents, et prouva que le venin est toxique uniquement lorsqu’il pénètre le sang par le biais d’une morsure et que les crochets du serpent contiennent le venin sous la forme d’un liquide jaune. Il montra même que le passage du venin dans le cœur pouvait être évité en effectuant une ligature serrée au-dessus de la blessure. Sa recherche marqua le début de la toxicologie expérimentale.]

88 [Esperienze intorno a diverse cose naturali e particolarmente a quelle, che ci son portate dall’Indie, Florence : All’Insegna della Nave, 1671, [6] + 152 p., 6 p. de pl., fig., in-4°.]

89 [La torpille ocellée (torpedo torpedo) est une espèce de poissons marins de la famille des raies électriques Torpedinadae que l’on trouve en Méditerranée et dans l’Océan Atlantique, de la Baie de Biscaye jusqu’en Angola. Ce poisson benthique que l’on trouve principalement sur les fonds sableux des eaux côtières peu profondes est capable de donner une décharge électrique pouvant aller jusqu’à 220 volts, ceci lui servant à attaquer ses proies et éloigner les prédateurs.]

90 [Osservazioni intorno agli animali viventi che si trovano negli animali viventi, Florence : Piero Matini, 1684, [8] + 253 p., [26] f. de pl., ill. gr. s. cuivre, in-4° ; ce livre contient les descriptions et illustrations de plus de cent parasites internes.]

91 [Perrault, voir Leçon 12, note 77.]

92 [Mémoires pour servir à l’histoire naturelle des animaux dressez par M. Perrault de l’Académie Royale des Sciences & médecin de la Faculté de Paris, Paris : Imprimerie Royale, 1676, [14] + 205 + [3] p. + [30] p. de pl., ill., in-folio ; une collection de descriptions basées sur les dissections faites sur des animaux morts provenant de la ménagerie du Roi Louis XVI à Versailles.]

93 [Lahire, voir Leçon 12, note 115.]

94 [Essais de physique ou Recueil de plusieurs traitez touchant les choses naturelles, Paris : Jean-Baptiste Coignard, 1680-1688, 4 vol., ill., in-12.]

95 [Stahl, voir Leçon 9, note 90.]

Table des illustrations

Légende Embryologie du poulet Planche (détail) extraite de Formatione pulli… de Marcello Malpighi (1687) Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2908/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 819k

© Publications scientifiques du Muséum, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540