Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cuvier’s History of the Natural Sciences

 | 
Georges Cuvier

5. Seventeenth-century Advances in Chemistry, Physiology, and Anatomy

14. Anatomie & physiologie expérimentale au dix-septième siècle

Texte intégral

L’expérience de Boyle
« Une expérience sur un oiseau dans une pompe à air ». Huile sur toile de Joseph Wright (1768) Trustees of the British Museum.

1Messieurs,

  • 1 [Descartes, voir Tome 1, Leçon 6, note 7.]
  • 2 [Sylvius, voir Leçon 13, note 90.]

2Nous avons vu que c’est vers le milieu du dix-septième siècle que s’est introduite la méthode de l’observation et de l’expérience ; nous avons vu ensuite que, sous l’influence de cette méthode, la chimie a graduellement changé de marche et s’est enrichie d’un grand nombre d’expériences et de produits nouveaux ; nous avons parlé enfin des efforts que l’on avait faits pour appliquer, soit la physique générale, soit la chimie, à la physiologie des corps animés, et particulièrement des malheureuses tentatives mécaniques de Descartes1, et des tentatives également malheureuses, quoique chimiques, de Sylvius ou Leboë2.

3Maintenant nous allons passer à l’anatomie proprement dite, ainsi qu’à la physiologie purement expérimentale, et non pas hypothétique.

  • 3 [Harvey, voir Leçon 2.

4Vous vous rappelez qu’Harvey3 avait commencé à enseigner la circulation du sang dès 1619 ou 1620 ; qu’il l’avait produite publiquement en 1633, mais que cette doctrine fut assez longtemps un objet de discussion entre les anatomistes. Nous rappellerons en peu de mots les principaux auteurs qui ont écrit pour et contre.

  • 4 [Primerose, voir Leçon 2, note 94.]
  • 5 [Charles Ier, voir Leçon 2, note 101].
  • 6 [Riolan, voir Leçon 2, note 95.]
  • 7 [Exercitationes et animadversiones de motu cordis et circulatione sanguinis, voir Leçon 2, note 94 (...)

5Le premier antagoniste de Harvey fut Jacques Primerose4, qui était né à Bordeaux d’un ministre écossais, et qui fut médecin de Charles Ier5. Il avait été à Paris élève de Riolan6, et à peine les opinions de Harvey eurent-elles été rendues publiques, qu’il les combattit dans son livre intitulé : Exercitationes et animadversiones de motu cordis et circulatione sanguinis7 ; cet ouvrage est rempli de subtilités scolastiques et ne renferme pas d’expériences. Riolan même, en faveur duquel il avait été écrit, ne l’approuva pas.

  • 8 [George Ent et son ouvrage Apologia pro circulation sanguinis (Londres : Excudebat Gulielmus Iones (...)
  • 9 [Johannes Walaeus, Jan van de Wale ou Waal (né le 27 décembre 1604 à Koudekerke, sur l’Île de Seel (...)
  • 10 [Thomas Bartholin, voir Leçon 12, note 82.]

6Le premier défenseur de Harvey fut George Ent, médecin anglais, qui écrivit un ouvrage intitulé : Apologia pro circulatione sanguinis, et imprimé en 16418. L’année précédente, il avait déjà été soutenu à Leyde, par Jean Walœus9, professeur dans cette ville, une thèse en faveur de la circulation du sang, et le même auteur écrivit, en 1641, une lettre sur ce sujet à Thomas Bartholin10, dont je vous parlerai tout à l’heure.

7Willis a été aussi un des meilleurs défenseurs de la circulation. Il fit des expériences analogues à celles de Harvey, mais plus perfectionnées et plus exactes. Il lia des veines dans toutes les parties ; il fit même une ligature des veines du poumon, chose très difficile, sur un animal vivant. Il expliqua très bien le mouvement des ventricules et des oreillettes dans leur état naturel ; il mesura la vitesse du sang ; en un mot, il fut un de ceux qui concoururent le plus à faire adopter l’opinion de Harvey sur la circulation.

  • 11 [Traité de l’Homme de Descartes, voir Leçon 2, note 103.]

8Nous avons vu que Descartes l’adopta aussi dans son traité de l’homme11, et que sa philosophie ayant obtenu un assentiment presque universel, ayant dominé tous les esprits, la théorie de la circulation devint générale. Ce fut sous son empire que se firent la plupart des découvertes qui ont rempli la première moitié du dix-septième siècle ; car la seconde moitié peut être considérée comme le temps où l’anatomie a fait le plus de progrès.

  • 12 [Nicolaus Petreus Tulpius ou Nicolaes Tulp (né le 9 octobre 1593 à Amsterdam ; mort le 12 septembr (...)
  • 13 C’est lui [Tulpius] qui y a fondé le collège de médecine, où il donna longtemps des leçons d’anato (...)
  • 14 [Henri de la Tour d’Auvergne, Vicomte de Turenne, communément appelé Turenne (né le 11 septembre 1 (...)
  • 15 [Louis de Bourbon, Prince de Condé (né le 8 septembre 1621 à Paris ; mort le 11 décembre 1686 au P (...)

9Déjà, quelques années auparavant, il avait paru des ouvrages que nous devons ajouter à la liste de ceux dont nous avons parlé dans l’histoire de l’anatomie pendant l’époque précédente. Telles sont les Observations médicales de Tulp ou Tulpius, qui parurent en 164112. Tulpius13 était médecin à Amsterdam, et il s’y trouvait bourguemestre précisément à l’époque où les armées de Louis XIV, conduites par Turenne14 et par Condé15, vinrent tout près d’Amsterdam, à Narden. Ce fut lui qui, par son éloquence et par son courage, détermina les habitants d’Amsterdam à se défendre. Cette détermination obtint le succès le plus complet ; car les écluses de Muyden, situé à une lieue d’Amsterdam, ayant été ouvertes, l’armée ennemie fut obligée de s’arrêter, et ensuite différents événements la forcèrent de rétrograder.

  • 16 [Un singe fut brièvement décrit par Tulpius (Observationes medicae de 1641 ; voir note 12 ci-dessu (...)

10Tulpius est un des premiers qui aient fait des observations d’anatomie comparée. Il a décrit le pied de taupe, ainsi que l’orang-outang, non pas le chimpanzé, l’orang-outang des Indes orientales, mais celui du Congo16 : il l’a vu vivant et a décrit ses habitudes.

  • 17 [Bacon, voir Leçon 11, notes 19 et 30.]

11Il a vu aussi l’un des premiers les vaisseaux lactés de l’homme, en 1639. On ne connaissait pas alors le canal pancréatique, par lequel l’humeur du pancréas se rend dans l’intestin. Cette découverte fut faite en 1642, un peu avant l’époque où j’ai terminé, pour ainsi dire, l’ancienne période ; mais toutes ces découvertes furent faites suivant la méthode nouvelle indiquée par Bacon17, c’est-à-dire d’après des expériences.

  • 18 [Johann Georg Wirsung (né le 3 juillet 1589 à Augsbourg ; mort le 22 août 1643 à Padoue), anatomis (...)
  • 19 [Vesling, voir Leçon 12, note 43.]
  • 20 On rapporte qu’il [Wirsung] fut tué d’un coup de pistolet, dans son cabinet, par un médecin dalmat (...)

12Le canal du pancréas, dont je viens de parler, fut découvert par un Bavarois, nommé Wirsung18, qui était prosecteur de Vesling19, professeur à Padoue. Il communiqua sa découverte à quelques personnes ; mais il fut assassiné la même année20, et l’on dit, quoique sans aucun fondement, que c’est par jalousie de l’éclat que cette découverte jetait sur lui.

  • 21 [Maurice Hoffmann (né en 1622, mort en 1698), anatomiste allemand qui revendiqua la découverte du (...)

13Elle lui fut disputée : un professeur d’Altorf, nommé Maurice Hoffman21, qui demeurait à Padoue chez Wirsung et ne mourut qu’en 1698, prétendit avoir découvert ce canal dans les oiseaux, ce qui est très possible, et l’avoir montré à Wirsung, qui l’aurait ensuite découvert dans l’homme. Mais il en résulterait toujours que ce fut Wirsung qui, le premier, fit cette découverte dans l’espèce humaine. Néanmoins Maurice Hoffman s’en fit tant d’honneur, qu’on célébrait cette découverte tous les ans à Altorg, comme appartenant à un des professeurs de cette université. Il y avait une fête et un repas en l’honneur de la découverte du canal pancréatique dans l’homme, tant on attachait d’importance à cette découverte anatomique.

  • 22 [Erasistrate de Céos, voir Tome 1, Leçon 7 note 38.]
  • 23 [Gaspard Aselli ou Asellius, voir Leçon 2, note 82.]
  • 24 [Pecquet, voir Leçon 13, note 92.]

14La plus grande découverte de l’époque dont nous parlons, et qui se fit de 1650 à 1652, est celle des vaisseaux lymphatiques. On n’avait connu dans l’antiquité, je vous l’ai dit lorsque j’ai exposé l’histoire d’Érasistrate22, que les vaisseaux lactés, c’est-à-dire ceux qui portent le chyle dans la masse du sang, qui se trouvent remplis d’une matière blanche et opaque, formée immédiatement après le repas. On les avait observés dans les animaux herbivores, où le chyle a une couleur blanche et où il se voit très bien immédiatement après que l’animal a mangé ; mais ces vaisseaux lactés avaient été oubliés ou négligés par les modernes pendant quelque temps. Asellius23 les avait reproduits ; il avait fait connaître les glandes du mésentère, au travers desquelles ils passent ; mais il ne les conduisait que dans le foie : on avait toujours l’idée que c’était dans le foie que les vaisseaux qui portent le chyle entraient, et que c’était là que se faisait le sang. Dans tous les ouvrages des anciens et dans ceux des modernes jusqu’au moment dont nous parlons maintenant, on trouve cette opinion. La découverte contraire fut faite par un médecin de Dieppe, nommé Pecquet24.

  • 25 [Olaüs ou Olof Rudbeck l’Ancien (né le 13 septembre 1630 à Västerås en Suède ; mort le 17 septembr (...)
  • 26 [Bartholin, voir Leçon 12, note 82.]

15Ensuite la découverte des vaisseaux lymphatiques qui mènent la lymphe par tout le corps, et non pas seulement à l’intestin, comme les vaisseaux qui portent le chyle, fut faite par un chimiste suédois et par un chimiste danois, Olaüs Rudbeck25 et Th. Bartholin26, qui se la sont disputée, comme je vous le dirai tout à l’heure.

  • 27 [Nicolas Fouquet, Marquis de Belle-Île, Vicomte de Melun et Vaux (né le 27 janvier 1615 à Paris ; (...)
  • 28 [Marie de Rabutin-Chantal, Marquise de Sévigné (née le 5 février 1626 à Paris ; morte le 17 avril (...)

16Pecquet était né à Dieppe, vers 1620 ; il avait été reçu docteur à Montpellier, et s’établit à Paris, où même il avait assez de célébrité. Il fut médecin de Fouquet27, surintendant des finances, et il en est très souvent question dans les lettres de madame de Sévigné28. Lors de la formation de l’Académie des Sciences, en 1666, il fut nommé l’un de ses premiers membres ; mais il se retira à Dieppe, où il mourut en 1674.

  • 29 [Réceptacle du chyle, voir Leçon 13, note 92.]

17Il n’était encore qu’étudiant en 1647, lorsque, disséquant un chien, il aperçut le réservoir du chyle29, formé par une dilatation des vaisseaux lactés qui est très sensible chez les animaux, mais qui n’existe pas au même degré dans l’espèce humaine.

18Ensuite il aperçut le canal qui conduit au travers de la poitrine le chyle et la lymphe, dans le sang, dans la veine sous-clavière.

  • 30 [Experimenta nova anatomica, quibus incognitum hactenus chyli receptaculum, & ab eo per thoracem i (...)

19Il ne publia ces découvertes qu’en 1651, sous le titre d’Experimenta nova anatomica, etc. ou Nouvelles expériences anatomiques30, par lesquelles on découvre un réceptacle du chyle, inconnu jusqu’alors, et un vaisseau qui le conduit jusque dans la veine sous-clavière. Il crut même qu’il y avait deux canaux thorachiques ; qu’à cet égard il y avait la même symétrie que dans les autres vaisseaux ; qu’il y en avait un pour chaque sous-clavière. C’est une structure qui, dit-on, existe quelquefois, mais qui est extraordinairement rare.

  • 31 Dissertatio de circulatione sanguinis et chyli moti, Paris : Sebastianum & Gabrielem Cramoisy, 1652 (...)

20L’année suivante, en 1652, Pecquet publia un livre intitulé : Dissertatio de circulatione sanguinis et chyli motu, c’est-à-dire De la circulation du sang et de la marche du chyle31. Il se rattache, dans cet ouvrage, à la théorie de la circulation ; il y montre que toutes les idées qu’on avait sur la formation du sang dans le foie sont fausses ; que le chyle ne va pas au foie, mais bien au cœur, par la sous-clavière, et qu’ensuite il est conduit avec la masse du sang dans les poumons.

  • 32 [De thoracicis lacteis dissertatio, Paris : Cramosiana, 1654, [14] + 252 + [2] p., in-4°.]
  • 33 [Riolan, voir Leçon 2, note 95.]

21En 1654, il donna encore une dissertation De Thoracicis lacteis32, dirigée contre Riolan33. Nous avons vu que Riolan, vieux professeur d’anatomie, avait combattu la découverte de la circulation du sang ; il s’opposa également à celle du canal thorachique, toujours dans ses vieilles idées galéniques. Pecquet se défendit avec succès, mais il avait une idée très singulière, c’est qu’une portion du chyle allait directement aux reins. Cette opinion venait de ce qu’il avait aperçu une partie des vaisseaux lymphatiques qui se rendent vers les reins ou qui en viennent. Il s’expliquait ainsi le transport subit des liquides alimentaires et leurs effets sur l’urine ; cette erreur est fort excusable dans un homme qui venait de faire une grande découverte qu’il n’avait pu compléter.

  • 34 [Jean Van-Horn (né le 2 septembre 1621 à Amsterdam ; mort le 5 janvier 1670 à Leyde), anatomiste e (...)

22Un professeur d’Amsterdam, Jean Van-Horn, publia immédiatement après Pecquet un traité sur le même sujet, intitulé : Novus ductus chyliferus34. Cet ouvrage fut imprimé à Leyde, en 1652. Van-Horn avait fait aussitôt des observations sur le canal de Pecquet ; il l’avait fait dessiner et graver mieux qu’il ne l’avait été, si toutefois Pecquet en avait donné d’abord une figure. Il prouva par une ligature le sens de la marche du chyle et de la lymphe, et concourut à corroborer la découverte de Pecquet. Nous reverrons Van-Horn pour d’autres travaux anatomiques, lorsque le temps en sera arrivé.

  • 35 [Vésale, voir Leçon 1, notes 45 et 76.]

23Maintenant nous allons parler de la découverte des vaisseaux lymphatiques, c’est-à-dire de vaisseaux semblables à ceux du chyle, organisés de la même manière, formés aussi de tuniques minces et grêles, ayant des valvules très multipliées, traversant également des glandes conglobées, en un mot semblables en tout à ceux du chyle, si ce n’est qu’ils ne viennent pas des intestins, qu’ils ne portent pas, par conséquent, le premier extrait des aliments, et qu’ils rapportent, au contraire, de toutes les parties du corps, la lymphe, ou le résidu de la nutrition. Ce sont ces vaisseaux qui complètent le système lymphatique, système inconnu des anciens et même des modernes, à compter de Vesale35 jusqu’à Riolan.

  • 36 [Rudbeck, voir note 25 ci-dessus.]
  • 37 [Thomas Bartholin, voir Leçon 12, note 82.]
  • 38 [Gaspard Bartholin l’Ancien (né le 12 février 1585 à Malmö ; mort le 13 juillet 1629 à Sorø, Île d (...)
  • 39 [Fabricius d’Aquapendente, voir Leçon 1, note 66 ; et Tome 1, Leçon 9, note 38.]

24Cette découverte, comme je vous l’ai dit, fut disputée entre Olaüs Rudbeck36, suédois, et Th. Bartholin37, danois. La famille Bartholin est une famille anatomique qui a eu plusieurs membres dont je vous ferai connaître les principaux travaux, avant de traiter spécialement de celui-ci. Elle commence par Gaspard Bartholin38, né en 1585, à Malmoë, en Scanie. Dans ce temps-là Scanie, qui est une province de Suède, appartenait au Danemarck. Gaspard étudia à Padoue, sous Fabricius39, car toutes les découvertes du dix-septième siècle sont dues à des élèves de cette école. Fabricius lui-même a beaucoup enrichi la science dans le seizième et le dix-septième siècles, et si ses élèves ont fait encore plus que lui, c’est toujours en suivant sa méthode. La découverte de la circulation du sang est une suite des premières observations de Fabricius sur les valvules des veines.

  • 40 [Jasolinus, voir Leçon 2, note 88.]
  • 41 [Plater, voir Leçon 2, notes 61 et 65.]
  • 42 [Anatomica Institutiones, voir note 38 ci-dessus.]

25Gaspard Bartholin étudia ensuite à Naples, sous Jasolinus40, et à Bâle, sous Félix Plater41. Il devint professeur de médecine à Copenhague, puis professeur de théologie, et mourut en 1630. Son livre est intitulé : Anatomica Institutiones ; il fut imprimé à Vittemberg, en 161142. Comme de raison, il n’y est pas parlé de la circulation, puisqu’elle n’était pas encore découverte.

26On a de lui encore quelques observations sur le cerveau, et des opuscules dans lesquels il traite de différents animaux, tels, par exemple, que la licorne, et les pygmées dont il est question dans les anciens. Son ouvrage a été assez longtemps un livre classique ; son fils, Thomas Bartholin, en a donné plusieurs éditions, dans lesquelles il a inséré successivement les découvertes nouvelles ; de sorte qu’il se trouve au niveau de la science, quoiqu’il n’y fût pas lors de sa première apparition.

27Thomas Bartholin, troisième fils de Gaspard, est né à Copenhague, en 1619. Il a été l’un des hommes les plus actifs et les plus célèbres de son temps, par le grand nombre de ses ouvrages et de ses élèves, par la correspondance étendue qu’il avait avec tous les savants et par les voyages qu’il avait faits dans toutes les parties de l’Europe. Il était au courant de toutes les découvertes ; il les a recueillies avec beaucoup de disposition à les reconnaître ; c’était précisément la disposition contraire à celle de Riolan et de quelques autres qui les repoussaient presque toutes. Aussi est-il un des principaux partisans de la circulation.

  • 43 [De lacteis thoracicis in homine brutisque nuperrimè observatis, historia anatomica, Londres : Joh (...)

28Il a fait des ouvrages sur des sujets déjà traités par son père, par exemple, sur la licorne ; mais le travail principal dont nous ayons à nous occuper, et dans lequel il a exposé sa découverte, si toutefois elle est de lui, est intitulé : De lacteis thoracicis in homine, brutisque nuperrimè inventis historia anatomica43. On voit, par cet ouvrage, imprimé en 1652, qu’il a découvert des vaisseaux lactés dans la poitrine, et qu’il les a suivis dans le canal thorachique. Dès ce temps on connaissait des vaisseaux lactés qui ne sortaient pas des intestins, qui, par conséquent, n’étaient pas de véritables vaisseaux lactés, mais des vaisseaux lymphatiques.

  • 44 [Vasa lymphatica, nuper Hafniae in animantibus inventa et in homine, et hepatis exsequiae, Copenha (...)
  • 45 [Defensio vasorum lacteorum et lymphaticorum adversus Joannem Riolanum... Accedit... Guilielmi Har (...)
  • 46 [De bibliothecae incendio, dissertatio ad filios, Copenhague : Petri Haubold, 1670, 114 p.]

29L’année suivante Bartholin montra toutes les découvertes du canal thorachique, le chemin suivi par le chyle ; il le fit dans un ouvrage dont le titre est assez singulier et que voici : Vasa lymphatica nuper Hafniæ in animantibus inventa et in homine, et hepatis exequiæ44, c’est-à-dire que le foie était, dans ce livre, tout-à-fait dépouillé de sa fonction de faire le sang, puisque le chyle ne s’y rendait plus ; qu’il allait directement au cœur, et que du cœur, au moyen de la circulation, il passait par les poumons. Cette opinion fut attaquée vivement par Riolan, qui soutenait toujours le système de Galien ; de sorte que Thomas Bartholin, en 1655, fut obligé de défendre sa théorie, ses vaisseaux lactés, son canal thorachique et toute la marche de la lymphe et du chyle, contre Riolan, dans un livre intitulé : Defensio vasorum lacteorum et lymphaticorum, etc., et imprimé en 165545. On a fait la collection de ses dissertations et de quelques autres de ses écrits, à Copenhague, en 167046.

  • 47 [De pulmonum substantia et motu diatribe, Copenhague : Henrici Gödiani, 1663, [8] + 107 + [9] p., (...)
  • 48 [Historiarum anatomicarum et medicarum sex centuriae (« histoires de cas présentant des structures (...)

30Thomas Bartholin a publié plusieurs autres ouvrages remarquables, entre autres, un sur la substance des poumons et sur leur mouvement, qui parut à Copenhague, en 166347 ; puis un grand recueil intitulé : Historiarum anatomicarum et medicarum sex centuriæ48 ; c’est un recueil d’une foule d’observations, parmi lesquelles plusieurs très intéressantes, appartiennent à l’anatomie comparée et à différents animaux rares. On y voit pour la première fois l’anatomie de la main du lamantin, et plusieurs autres choses analogues. On consulte encore aujourd’hui ces ouvrages avec fruit pour quelques observations médicales et chirurgicales ; il a paru à Copenhague, de 1654 à 1661.

  • 49 [Acta medica et philosophica Hafniensa, Copenhague : Georgii Gödiani, 5 vol., in-4° ; le premier v (...)
  • 50 [Simon Paulli (né le 6 avril 1603 à Rostock ; mort le 25 avril 1680 à Copenhague), médecin et natu (...)
  • 51 [Stenon ; voir Leçon 12, note 81.]
  • 52 [Michel Leyser (né le 14 avril 1626 à Leipzig ; mort le 20 décembre 1660 à Nykøbing Falster), méde (...)
  • 53 [Culter anatomicus ; voir note 52 ci-dessus.]

31Th. Bartholin fut ensuite le promoteur d’une société qui publia à Copenhague cinq volumes in-4˚ de Mémoires intitulés : Acta medica et philosophica, Hafniensa (Mémoires médicaux et philosophiques de Copenhague) ; ils parurent depuis 1671 jusqu’à 167349. Ce recueil est également très précieux pour l’anatomie comparée ; il s’y trouve principalement une foule d’observations sur l’anatomie des animaux, qui sont dues à Bartholin et à ses collègues, entre autres, à Simon Paulli50, professeur d’anatomie au collège de Finck à Copenhague, et à Stenon51, dont je vous parlerai bientôt. Thomas Bartholin employait pour ses observations le scalpel de Michel Lyser52, de Leipsick, qui, lui-même, est auteur d’un petit ouvrage intitulé : Culter anatomicus, et imprimé à Copenhague, en 165353. C’est le premier ouvrage dans lequel on ait décrit des procédés, des instruments d’anatomie, et la manière de s’en servir. Mais il est très imparfait, très défectueux ; on n’y trouve rien sur les injections et tous les autres procédés découverts à la fin de la période qui nous occupe maintenant.

  • 54 [Gaspard Bartholin le Jeune (né le 10 septembre 1655 à Copenhague ; mort le 11 juin 1738 à Copenha (...)
  • 55 Diaphragmatis structura nova, accessit methodus praeparandi viscera per injectiones liquorum, et de (...)
  • 56 [De nervorum usu in motu musculorum epistola, Paris : Ludovicum Billaine, 1676, [16] + 108 + [4] p (...)

32Un troisième Bartholin, nommé Gaspard54, le deuxième de ce nom, et médecin du roi de Danemarck a laissé plusieurs petites dissertations, entre autres un traité sur la structure du diaphragme, imprimé à Paris en 167655, et un autre traité sur l’emploi des muscles56. Il y montre que les muscles agissent indépendamment du cerveau et de leur liaison avec la moelle épinière ; que dans les grenouilles, par exemple, lorsque le cerveau, le cœur et toute la moelle épinière ont été détruits, les muscles sont encore susceptibles de mouvement lorsqu’on les irrite.

  • 57 [Thomas Bartholin (voir Leçon 12, note 82), auteur de De vermibus in aceto et semine, Copenhague : (...)
  • 58 [Stenon, voir Leçon 12, note 81.]
  • 59 Pendant son séjour dans cette ville, [Jacques-Bénigne] Bossuet [évêque et théologien français conn (...)
  • 60 [Cuvier fait référence ici à Leyde, mais c’est pendant que Stenon vivait à Amsterdam, sous la tute (...)
  • 61 [Gérard (Gerhard ou Gerrit) Leenderts Blasius (né le 3 octobre 1627 à Amsterdam ; mort le 26 septe (...)
  • 62 [Thévenot, voir Leçon 12, note 104.]
  • 63 [Redi, voir Leçon 12, note 80.]
  • 64 [Académie del Cimento, voir Leçon 12, note 77].
  • 65 [Val d’Arno, une région riche en fossile de l’ère Pliocène située dans la province de Florence en (...)
  • 66 [Grand-Duc Côme III, voir Leçon 12, note 84.]
  • 67 [Johann Friedrich (né le 25 avril 1625 à Herzberg am Harz ; mort le 18 décembre 1679 à Augsbourg), (...)
  • 68 Il [Stenon] fut enseveli dans le tombeau de la maison régnante [M. de St.-Agy].

33Il y avait encore un Bartholin, nommé Thomas, le deuxième de ce nom, qui a écrit un ouvrage intitulé : De vermibus in aceto et semine57. C’est pour pouvoir distinguer ces différens auteurs que j’ai dû vous en tracer l’histoire. J’y joindrai celle de Nicolas Stenon58, fils d’un orfèvre et leur allié. Il fut élève de Thomas Bartholin, le premier de ce nom et le plus célèbre ; il résida à Paris59, à Padoue et à Leyde. Pendant qu’il était dans cette ville60, il découvrit le canal salivaire parotidien, qui porte le nom de Stenon, et qui lui fut disputé par Blasius61. Il travailla beaucoup sur le cerveau. En 1664, il lut sur la structure de cet organe et sur la direction de ses fibres intérieures, un mémoire dans l’assemblée tenue chez Thévenot62, assemblée dont je vous ai parlé comme de l’une de celles qui ont précédé l’Académie des Sciences. Il se rendit ensuite à Florence, où vivaient alors plusieurs grands hommes, entre autres, Redi63, dont il devint un des disciples. L’Académie del Cimento64 l’admit au nombre de ses membres, et il travailla avec zèle aux expériences qu’elle a faites. L’un des premiers, il a fait connaître les ossements fossiles, qui sont en si grande abondance dans le val d’Arno en Toscane65. Il se fit catholique, et après être resté longtemps à Florence, il retourna en 1672 à Copenhague, où il fut nommé professeur d’anatomie. Mais son changement de religion lui ayant attiré des désagréments, il repartit pour la Toscane, et y devint professeur des enfants du grand-duc Côme III66. Il fut même fait prêtre, évêque in partibus et vicaire apostolique dans les contrées du nord, où il remplit les fonctions d’un vêritable missionnaire. Il vint à Hanovre auprès d’un duc d’Hanovre67 de ce temps, qui se fit catholique ; mais en 1679, ce prince étant mort et son successeur n’étant pas de la même religion, il quitta ce pays, fut à Mecklembourg, puis à Schwerin, où il mourut le 25 novembre 1686. Il est fort difficile d’avoir une vie aussi aventureuse, surtout pour un anatomiste. Le grand-duc Côme, son élève, fit revenir son corps et enterrer convenablement dans l’église Saint-Laurent à Florence68.

  • 69 [Elementorum myologiae specimen, seu Musculi descriptio geometrica, cui accedunt canis carchariae (...)
  • 70 [Alphonse Borelli (voir Leçon 12, note 79, fondateur d’une école de médecins (des iatro-mathématic (...)

34On a de Stenon des observations anatomiques sur l’iris des yeux, sur les vaisseaux des narines, sur les glandes, sur les muscles, et des éléments de myologie dans lesquels il indique la manière dont les fibres sont distribuées dans les muscles. Il a essayé, dans ces Élémens69, de calculer les forces mécaniques des muscles ; c’est un premier essai du système de physiologie que nous verrons bientôt se perfectionner entre les mains d’Alphonse Borelli, l’auteur de ce système médical qu’on a appelé celui des Iatromathématiciens70 ou médecins-mathématiciens, parce qu’ils ont essayé d’appliquer le calcul des forces mécaniques à l’anatomie. Stenon a terminé sa vie par beaucoup d’ouvrages théologiques qui ne nous concernent pas.

  • 71 [Rudbeck, voir note 25 ci-dessus.]

35À l’histoire de la découverte des vaisseaux lymphatiques je dois ajouter Olaüs Rudbeck71, parce qu’elle lui appartient véritablement, quoiqu’il ne l’ait pas publiée le premier.

  • 72 [Johannes Rudbeck ou Rudbeckius (né en 1581 ; mort en 1646), évêque de Vasteras en Suède de 1619 j (...)
  • 73 [Gustave II Adolphe, voir Leçon 11, note 78]
  • 74 [Reine Christine de Suède, voir leçon 11, note 77.]
  • 75 [Cuvier fait ici référence à l’ouvrage de Rudbeck intitulé Nova exercitatio anatomica, exhibens du (...)
  • 76 [De lacteis thoracicis in homine, voir note 43 ci-dessus.]
  • 77 [Obsèques du foie fait partie du livre de Thomas Bartholin Vasa lymphatica ; voir note 44 ci-dessu (...)
  • 78 [Kurt Polykarp Joachim] Springel [botaniste, médecin et historien en médecine célèbre, professeur (...)

36Ruydbeck était né en 1630, à Westeras, ville épiscopale de la Suède propre. Son père était évêque de cette ville72. Gustave-Adolphe73 fut son parrain. Il voyagea pour son instruction aux frais de la reine Christine74. Il assure avoir découvert les vaisseaux lymphatiques du foie en 1649. Poursuivant son travail, il découvrit les vaisseaux lymphatiques du thorax et des lombes, en 1651, et trouva le réservoir du chyle vers 1652. Dès la fin de 1651, il le montra à la reine Christine. Au commencement de l’année 1652, ses découvertes sur les vaisseaux lymphatiques furent publiées dans une dissertation sur la circulation du sang75. Déjà dans cette dissertation il ôte au foie le pouvoir de produire le sang, comme le fit Bartholin la même année ; car vous avez pu remarquer que c’est de cette année que date la publication76 de Bartholin, relativement aux vaisseaux lymphatiques du thorax, et que c’est de 165377 que datent ses Obsèques du foie ; de sorte que ces deux auteurs écrivaient à peu près en même temps. Ils auraient pu avoir fait leurs découvertes séparément ; mais ce qui accuse Thomas Bartholin, c’est que Rudbeck prétendait avoir communiqué la sienne à des jeunes gens qui pouvaient l’avoir fait connaître à Bartholin. Au reste, quand on ôterait à Rudbeck la gloire d’avoir découvert les vaisseaux lymphatiques78, il lui en resterait encore beaucoup ; car c’est un des auteurs les plus féconds de cette époque.

  • 79 [Une grande partie des écrits de Rudbeck fut perdue lors d’un incendie qui détruisit presque la vi (...)
  • 80 [Charles Linné, voir Leçon 2, note 112 ; voir également Tome 1, leçon 7, note 34.]

37Il a été le fondateur du jardin botanique d’Upsal et le premier professeur de botanique de cette ville. Ce fut en 1659 qu’il établit le jardin ; il y enseigna depuis cette époque jusqu’en 1702, époque de sa mort. Il mourut de chagrin de ce qu’un incendie avait dévoré un grand travail manuscrit qu’il avait fait sur les plantes79. Son fils lui succéda dans sa chaire, et à celui-ci Linnée80, le plus grand botaniste de son siècle et peut-être de tous les siècles.

  • 81 [Atlantica sive Manheim (Atland eller Manheim en suédois), Uppsala : Henricus Curio, 1675, 4 vol., (...)
  • 82 [Platon, voir Tome 1, Leçon 5.]
  • 83 Il [Rudbeck] prétendait aussi retrouver dans la langue suédoise tous les noms des anciens dieux de (...)
  • 84 [Buffon, voir Leçon 4, note 57 ; voir également Tome 1, Leçon 7, note 39.]
  • 85 [Jean-Sylvain Bailly (né le 15 septembre 1736 à Paris ; mort le 12 novembre 1793 à Paris), astrono (...)

38Rudbeck est célèbre par un ouvrage sur l’origine et sur l’espèce des hommes et des sociétés, par son Atlantide, composée de quatre volumes in-folio qui furent publiés à Upsal en 167581. Cet ouvrage n’est pas tout-à-fait étranger à nos recherches. L’auteur y prétend que l’origine de l’espèce humaine est dans le nord ; que la véritable Atlantide de Platon82 était dans la Suède. Il soutient que c’est de là que toutes les nations sont sorties, et fonde cette hypothèse sur une foule de recherches pleines d’érudition, quoiqu’au total la critique ait fini par la détruire. Il prétend encore faire dériver de la langue suédoise presque toutes les autres langues de la terre83. C’est probablement sur ce système de l’Atlantide que reposent d’autres systèmes analogues, entre autres, ceux de Buffon84 et de Bailly85, desquels il résulterait que tous les êtres créés, tous les hommes, tous les animaux, ont commencé à se montrer dans le nord et sont venus dans le midi à mesure que la terre s’est refroidie.

  • 86 [Asellius ou Aselli, voir Lecon 2, note 82.]
  • 87 [Pecquet, voir Leçon 13, note 92].
  • 88 [Louis ou Lodewijk de Bils, également connu sous le nom de Ludovicus Bilsius (né en 1624 ; mort en (...)
  • 89 Il [Bils, voir note 88 ci-dessus] prétendait aussi [dans un petit traité intitulé De anatomia incr (...)

39Les anciens ne connaissaient point le système lymphatique ; les vaisseaux lactés leur étaient seuls connus. Asellius n’avait fait que reproduire ces vaisseaux lactés et les glandes qu’ils traversent ; il avait montré que, dans les carnassiers, ces glandes sont réunies en un seul corps et forment le pancréas appelé depuis d’Asellius. Pecquet8687, en 1647, fit la découverte du canal thorachique, et montra que les vaisseaux lactés conduisent le chyle, non pas dans le foie, mais dans le système de la circulation veineuse. En 1649, à ce qu’il paraît, Rudbeck découvrit des vaisseaux lymphatiques qui ne venaient pas du canal intestinal, qui n’appartenaient pas par conséquent aux vaisseaux chylifères. Cette découverte fut faite aussi vers le même temps, par Thomas Bartholin, et étendue par Stenon et d’autres anatomistes qui s’attachèrent immédiatement à cette partie de la science, pour laquelle on éprouvait un grand attrait et un grand intérêt ; car on sentait qu’il était impossible qu’un système aussi généralement répandu dans toutes les parties du corps que le système lymphatique, composé d’organes aussi délicats et où la nature semblait s’être efforcée de produire tout ce qu’il y avait de plus fin et de plus subtil, n’eût pas d’influence sur l’économie. Il y eut à cet égard plusieurs systèmes, entre autres, un de Louis de Bils88, qui n’était pas médecin, mais simple amateur d’anatomie, et seigneur et bourguemestre d’une petite ville de Hollande. Possédant des richesses, il faisait pour son plaisir des collections d’anatomie ; il avait même découvert des moyens curieux d’embaumer les cadavres ; au moyen d’une liqueur, il conservait leur souplesse sans qu’ils se corrompissent, et ils pouvaient ainsi servir à la dissection après un long temps89. Il tenait cette découverte fort secrète, et voulait la vendre 120 000 florins. Pour montrer seulement ses corps embaumés, il prenait 20 florins. Ceux qui les ont vus prétendent qu’ils avaient une grande souplesse, que toutes les formes en étaient conservées. Il vendit sa collection 22 000 florins à l’université de Louvain.

40L’ardeur avec laquelle il travaillait sur les cadavres paraît avoir nui à sa santé ; il mourut assez jeune et sans donner son secret. Sa liqueur embaumante n’eut pas une propriété perpétuelle comme il l’avait prétendu, car la putréfaction atteignit ses cadavres quelque temps après sa mort, et il ne fut pas possible de conserver ces espèces de momies, qui avaient obtenu tant de célébrité de son vivant.

  • 90 [Epistolica dissertatio qua verus hepatis circa chylum et pariter ductus chiliferi hactenus dicti (...)
  • 91 François Magendie (né le 6 octobre 1783 à Bordeaux ; mort le 7 octobre 1855 à Sannois), physiologi (...)

41Je ne vous rapporte ces faits qu’en passant ; car ce qui nous intéresse réellement de Bils, c’est son petit livre intitulé : Epistolica dissertatio qua verus hepatis, etc.90 Il avait imaginé différents systèmes pour établir jusqu’à un certain point les idées des anciens sur les fonctions du foie. Il prétendait, par exemple, que les veines du mésentère absorbaient du chyle ; cette opinion fut rejetée dans le temps ; mais ce qui prouve qu’elle n’était pas si méprisable, c’est que nous la voyons reproduite de nos jours. Plusieurs auteurs, entre autres M. Magendie91, prétendent que l’absorption des liquides et des aliments se fait autant par les veines que par les vaisseaux lymphatiques. Si cette opinion était vraie, vous concevez qu’il en résulterait que l’action du foie serait plus étendue, puisque les veines du mésentère se rendent au foie par la veine-porte.

42Bils prétendait encore qu’il y avait au bas du cou une espèce d’anneau duquel partaient des vaisseaux qui se répandaient partout, pour porter la lymphe dans les glandes conglomérées, et y produire la sécrétion de toutes les humeurs que ces glandes séparent. Cette doctrine était tout à fait erronée, et l’on ne peut concevoir par quelle fausse direction Bils y était arrivé. Aussi fut-il bientôt réfuté par tous les anatomistes qui avaient recherché son espèce d’anneau et ne l’avaient point découvert. Il fut reconnu que la lymphe arrivant de toutes les parties du corps, et le chyle venant des intestins, étaient portés en entier, par le canal thorachique, dans le système veineux, dans la veine sous-clavière. La croyance à l’opinion que les veines concourent à l’absorption, exécutent une espèce d’absorption, est tout à fait moderne ; pendant près d’un siècle, elle n’avait pas prévalu parmi les anatomistes.

43Vers le milieu du dix-septième siècle, les anatomistes s’occupèrent aussi beaucoup du système nerveux. On ne l’avait jusqu’alors observé que d’une manière assez grossière ; il était naturel que les anatomistes s’occupassent d’abord des grandes parties du corps, du système osseux et des viscères. Ce qu’on connaissait du cerveau avait été observé au moyen de quelques coupes qui ne montraient pas la direction de ses fibres intérieures, ni toutes leurs liaisons avec les nerfs. À mesure que les observateurs se portèrent sur les parties les plus délicates de l’anatomie, ils durent donc s’attacher davantage au système nerveux, qui était le plus intéressant de tous, puisqu’il établit la liaison de l’âme avec le corps, et qu’il a une influence directe sur le mouvement des viscères et des muscles.

  • 92 [Galien, voir Tome 1, Leçon 16.]
  • 93 [Catarrhe, sécrétion excessive des muqueuses provenant du nez ou de la gorge liée à l’inflammation (...)
  • 94 [Rhume de cerveau, rhume accompagné de malaise, fatigue, et pensées confuses, effets qui peuvent ê (...)

44On avait toujours cru que les ventricules du cerveau communiquaient avec les narines, au moyen de la lame cribleuse ou cribliforme de l’ethmoïde ; c’était l’idée de Galien92, qui avait été conservée par tous ses successeurs, et vous pouvez vous rappeler que dans ce temps, ainsi que le prouvent les comédies d’alors, on croyait que le tabac aspiré dans le nez allait au cerveau, purgeait des catarrhes93, en un mot que toutes les humeurs qui sortaient par le nez venaient du cerveau. La fluxion des narines s’appelait, comme on l’appelle encore vulgairement rhume de cerveau94 ; cette fausse opinion fut renversée à l’époque qui nous occupe, époque si favorable aux sciences anatomiques et physiologiques. Ce furent quelques médecins allemands qui s’occupèrent de ces travaux.

  • 95 [Johann Jakob Wepfer (né le 23 décembre 1620 àsen ; mort le 26 janvier 1695), anatomiste, patholog (...)
  • 96 [Observationes anatomicae, ex cadaveribus eorum, quostulit apoplexia. Cum exercitatione de eius lo (...)
  • 97 [Riolan, voir Leçon 2, note 95.]
  • 98 [Samuel Thomas von Sommering (né le 28 janvier Torun en Pologne ; mort le 2 mars 1830 à Francfort) (...)

45L’un d’eux, Jean-Jacques Wepfer95, de Schaffouse en Suisse, était né en 1621, et mourut en 1695. Il a été un des grands praticiens de son époque ; nous avons de lui un livre de 165896, intitulé : Observationes anatomicæ ex cadaveribus eorum quos sustulit apoplexia. C’est proprement un traité sur le siège de l’apoplexie : l’auteur y donne beaucoup de détails sur l’anatomie du cerveau ; il y établit, entre autres vérités, que le crâne est fermé de toutes parts, qu’il n’existe pas de canal qui réunisse les ventricules du cerveau aux narines. Il réfute toutes les opinions émises par Riolan97, touchant les esprits animaux qui, selon ce dernier, auraient eu leur siège dans les ventricules. Très certainement cette opinion n’est pas soutenable ; cependant elle a été introduite de nos jours, par M. Sommering98. Cet anatomiste prétend que le fluide nerveux aboutit aux ventricules du cerveau, que tous les nerfs y conduisent leurs racines, que l’humeur qui remplit ces ventricules est le véritable siège de l’âme, et qu’enfin c’est là qu’arrivent les sensations et que réside la puissance qui commande l’action des muscles. Mais je dois dire que cette opinion de M. Sœmmering est présentée sous un point de vue nouveau, et est différente de ce que les anciens avaient pensé, et de ce qui avait été rejeté par Wepfer.

  • 99 [Cicutae aquaticae historia et noxae. Commentariotrata, a Joh. Jacobo Wepfero…, Bâle : J. R. König (...)

46Ce dernier auteur a donné à Bâle, en 1679, un ouvrage sur la ciguë, intitulé : Cicutæ aquaticæ historia et noxæ99, et beaucoup d’observations anatomiques qui n’appartiennent pas précisément à l’histoire du système nerveux, mais qui sont importantes pour celle des intestins. Le mouvement péristaltique de ceux-ci, leurs glandes, les valvules du pylore, la possibilité de rétablir les mouvements du cœur par l’insufflation des poumons, bien d’autres faits, qui sont d’une grande importance en anatomie et en physiologie, sont rapportés dans ce travail.

  • 100 [Archée, voir Leçon 10, note 74.]
  • 101 Joseph Barthez (né le 11 décembre 1734 à Montpellier ; encyclopédiste français qui développa une v (...)
  • 102 Stahl, voir Leçon 90.]

47Wepfer établit aussi une espèce de dominateur du système nerveux, assez analogue à l’archée100 de Van-Helmont. La difficulté de ramener les phénomènes physiologiques aux lois de la physique a fait chercher quelque principe immatériel par les auteurs qui ont voulu pénétrer jusqu’aux forces fondamentales des corps animés ; l’archée de Van-Helmont est une espèce d’âme, différente de l’âme raisonnable, qui a été reproduite sous des formes différentes ; car le principe vital de Barthez de Montpellier101, l’âme de Stahl102, sont, jusqu’à un certain point, dans les ouvrages de Wepfer.

  • 103 [Conrad Victor Schneider (né en 1614 à Bitterfeld en Saxe ; mort en 1680 à Wittenberg), médecin et (...)
  • 104 [Liber de osse cribiforme, et sensu ac organo odoratus, et morbis ad utrumque spectantibus, de cor (...)
  • 105 Gall [voir Leçon 2, note 46] ne doute pas que le nerf olfactif ne soit aussi creux chez l’homme. S (...)

48Un autre médecin allemand qui a travaillé absolument avec les mêmes idées et dans le même genre que Wepfer, est Conrad-Victor Schneider103, professeur à Wittemberg. Le premier germe de ses idées est consigné dans un petit traité qu’il publia à Wittemberg sous le titre de Osse cribliformi et sensu ac organo adoratus, etc., c’est-à-dire : De l’os cribleux, du sens de l’odorat et de son organe104. Cette multitude de petits trous qui existe dans la partie de l’os ethmoïde qui fait le sommet de la voûte des narines, et qui est au-dessous de la partie antérieure du cerveau, était considérée des anciens, ainsi que je vous l’ai déjà dit, comme une véritable communication du cerveau avec les narines. Schneider commença par démontrer qu’il n’existait pas de communication au travers de l’os cribliforme ; que la dure-mère, sauf les ouvertures par lesquelles passent les filets du nerf olfactif, enveloppait complètement le cerveau. Il démontra aussi que le nerf olfactif n’était pas creux dans l’homme, comme le croyaient les anciens. Cette erreur de leur part venait de ce qu’ils ne disséquaient que des animaux, et que dans les animaux herbivores et même dans les carnivores, il n’existe pas de nerf olfactif semblable à celui de l’homme, mais une grosse protubérance d’où partent les filets olfactifs, laquelle protubérance est creuse, et communique avec le ventricule supérieur du cerveau105.

  • 106 [De catarrhis, quo agitur de speciebus catarrharum, et de osse cuneiformi, per quod catarrhi decur (...)

49Schneider développe ses idées, ses découvertes et ses nouvelles vues dans un ouvrage en quatre volumes in-4˚ intitulé : De catarrhis, etc.106 Il y examine tout ce qui a rapport à la membrane pituitaire ; c’est même lui qui lui a donné ce nom. Il démontre sa liaison avec le canal intestinal et avec la trachée artère, et fait voir que la glande pituitaire n’a pas de communication avec la gorge. Vous savez qu’au-dessous du cerveau, derrière la commissure du nerf optique, il y a une petite protubérance creuse qui communique avec les ventricules et que tous les anatomistes connaissent sous le nom d’infundibulum ou petit entonnoir ; elle se termine par un globule de matière grise, qu’on appelle glande pituitaire, et elle occupe la cavité de l’os sphénoïde, qu’on appelle la selle pituitaire. Les anciens croyaient, comme je l’ai dit, que l’humeur des ventricules qui, suivant eux, sortait déjà en partie par l’os cribleux et les narines, avait passé aussi par cet entonnoir, et par la glande pituitaire, bien qu’elle n’ait pas de trous pour conduire la pituite dans la gorge.

  • 107 [De catarrhis, voir note 106 ci-dessus.]
  • 108 [Les amygdales sont les deux masses de tissu lymphatique situées de chaque côté de la gorge de l’ê (...)
  • 109 [Liber de catarrhis specialissimus…, Wittenberg : Tobiae Mevii, 1664, [28] + 948 p. ; voir note 10 (...)

50Schneider parle, dans son Traité des catarrhes107, de beaucoup d’autres sujets anatomiques, particulièrement de toutes les glandes qui existent dans la gorge. Il décrivit l’un des premiers les amygdales108. Le premier volume de son ouvrage parut en 1660 ; le second est de la même année ; le troisième et le quatrième sont de 1661. Il en a donné un résumé en 1664, qui est intitulé : De catarrhis liber specialissimus109. Les découvertes anatomiques qui y sont exposées auraient pu être renfermées dans un très petit volume ; mais il y déploie une érudition prodigieuse et décrit avec diffusion. Ce livre est très fatigant à lire, à cause de sa grande étendue ; néanmoins il mérite une place distinguée, malgré ses défauts, parmi les ouvrages dont nous avons à parler maintenant, puisqu’il contient une réfutation complète d’erreurs qui avaient dominé pendant longtemps et qui changeaient la véritable fonction du cerveau.

  • 110 [Thomas Willis, voir Leçon 12, note 60.]
  • 111 [Boyle, voir Leçon 12, note 32.]
  • 112 [Mayow, voir Leçon 12, note 68.]
  • 113 [Cerebri anatome, cui accessit nervorum descriptio et usus, Londres : John Martyn & James Allestry (...)
  • 114 [Gall, voir Leçon 2, note 46.]
  • 115 [Giovanni Domenico Santorini (né le 6 juin 1681 à Venise ; mort le 7 mai 1737 à Venise), anatomist (...)
  • 116 [Rete mirabile, voir Leçon 1, note 29.]
  • 117 [Vésale, voir Leçon 1, note 45.]

51Un auteur de la même époque, qui ne s’est pas seulement occupé du cerveau, mais a dirigé ses travaux sur le système des nerfs, est Thomas Willis110, le même dont je vous ai parlé à l’occasion de l’application de la chimie à la physiologie. Vous avez vu qu’il est un de ceux qui ont adopté la chimie pneumatique, le système de Boyle111 et de Mayow112 sur l’influence de l’air sur la respiration, sur ce principe de l’atmosphère qu’ils appelaient nitro-aérien, et qui, comme je vous l’ai dit, est l’oxigène dans la chimie conçue comme elle l’est aujourd’hui. Willis doit être cité en anatomie, à cause de son livre intitulé : Cerebri anatome, cui accessit nervorum descriptio et usus, qui parut à Londres en 1664113. Il place les facultés animales dans le cerveau, d’après le système qu’on se croyait toujours obligé de présenter à cette époque dans les ouvrages. Il met l’imagination dans le corps calleux, la mémoire dans les replis des hémisphères. C’est, comme vous voyez, le premier germe du système de Gall114 ; car ce dernier représente d’abord les hémisphères comme étant les replis d’une grande membrane qu’on peut étendre, et place dans les diverses régions de cette membrane les différentes facultés de l’homme ; mais il n’explique pas rationnellement la possibilité de localiser ces facultés. Il ne l’explique qu’en supposant que la mémoire a différents ordres de sensations et produit différens effets, émanés du sang qui est lui-même localisé dans le cerveau. Cette proposition de Willis, que c’est dans les replis du cerveau qu’existe la mémoire, est, comme je le disais, un premier germe duquel on pourrait faire sortir le système de Gall tout entier. Willis place la perception dans le corps strié ; mais ce qu’il a fait de mieux que tout cela, ce sont ses découvertes sur la structure des mêmes parties dont j’ai parlé. Ainsi il a décrit le premier d’une manière nette ce qu’on a nommé le centre nerveux, les éminences pyramidales, qui sont la communication, d’après le système de Gall, du cerveau avec la moelle épinière, et dont le croisement, décrit par Santorini115, fournit l’explication de l’action d’une partie du cerveau sur les nerfs du côté opposé. Willis a démontré que le rete mirabile116, observé par les anciens dans les animaux ruminants, n’existe pas dans l’homme. Il a décrit les différentes paires de nerfs avec plus de soin que ses prédécesseurs ; c’est même sa manière de les compter qui est employée aujourd’hui. Il nomme les nerfs olfactifs la première paire ; on ne les comptait pas de son temps pour une paire. Les nerfs optiques, qu’on comptait pour la première paire, il les compte pour la deuxième. Il a ajouté la sixième et la neuvième paires, que les anatomistes qui l’ont précédé ne comptaient pas. Willis a fait beaucoup de recherches sur les différents ganglions ; il les a suivis dans tous les endroits où on les trouve ; il a donné une figure générale du squelette nerveux, pour ainsi dire, bien supérieure à celle que Vesale117 avait laissée : car celle-ci était un peu grossière, et il s’en fallait de beaucoup que tous les nerfs y fussent représentés avec exactitude. Plus tard, on a donné des figures représentant aussi les parties où se rendent les nerfs.

  • 118 [Félix Vicq d’Azyr (né le 23 avril 1746 à Valognes en Normandie ; mort le 20 juin 1794 à Paris), m (...)
  • 119 [Varole, voir Leçon 2, note 44.]

52Willis s’est fait sur la méthode de disséquer le cerveau des principes différents de ceux qui étaient connus ; ils ont servi à Gall. Les anatomistes antérieurs avaient fait des coupes du cerveau, comme Vicq d’Azir118 et Vesale119. Varole avait pris le cerveau par sa base et avait cherché à en écarter les parties qui enveloppent les jambes, les productions qui vont de la moelle allongée à l’intérieur du cerveau et du cervelet. Il avait dégagé les parties enveloppées, et avait montré ainsi bien mieux que Vesale la continuation des jambes de la moelle allongée au travers de la protubérance annulaire, qu’on a nommée depuis le pont de Varole, et jusque dans les corps cannelés et les autres parties du cerveau auxquelles ces jambes aboutissent. Willis prit le cerveau autrement ; il souleva les hémisphères, les écarta de dessus le cervelet et détacha toute la partie supérieure du cerveau de la partie inférieure, qui comprend les couches optiques, le cervelet et ce qui est sous la moelle. Il montra ainsi avec avantage le dessous du corps calleux, la voûte des hémisphères et la manière dont toutes ces parties se joignent ensemble. Ses méthodes de démonstration ne sont pas à mépriser ; car dans un organe aussi compliqué que le cerveau, composé de parties tellement repliées et enroulées, jointes ensemble par tant de petits liens, chaque méthode de développement est utile pour arriver à une plus profonde connaissance de sa structure.

53On doit savoir gré à Willis des différents efforts qu’il a faits encore pour montrer la connexion des parties du cerveau, bien qu’ils ne puissent pas être comparés avec ceux qu’on a faits depuis. Vicq d’Azir a porté plus loin que lui la méthode des coupes. Gall a porté plus loin encore la méthode de Willis et celle de Varole.

54Malgré tous ces travaux sur le cerveau, nous sommes loin d’avoir une connaissance parfaite de cet admirable organe.

  • 120 [De anima brutorum quae hominis vitalis ac sentitiva est, exercitationes duae : prior physiologica (...)
  • 121 [Marcello Malpighi (né le 10 mars 1628 à Crevalcore près de Bologne ; mort le 29 novembre 1694 à R (...)

55Willis a fait un traité intitulé : De anima brutorum120, dans lequel il applique la théorie chimique de Mayow. Vous avez vu que l’âme des bêtes, le principe de la faculté sensitive et de la faculté locomotive, ainsi que le principe des mouvements intérieurs qui concourent à la nutrition y sont attachés à cette partie de l’air qu’il nomme principe nitroaérien, c’est-à-dire à l’oxigène. Son livre doit encore être noté comme utile à l’anatomie, en ce qu’il reproduit les différentes méthodes selon lesquelles il a examiné le cerveau, et surtout en ce qu’il offre l’anatomie de quelques animaux à sang blanc. Il est le premier dans lequel il ait été question de l’anatomie de ces animaux ; car celui de Malpighi121 sur les vers à soie était le seul où l’on eût traité l’anatomie d’un animal sans vertèbres. Le premier est de 1672, et le second de 1669. Willis donne l’anatomie de l’huître, de l’écrevisse et du lombric ; son livre est beaucoup plus considérable que celui de Malpighi, puisque ce dernier n’avait parlé que d’un seul animal. Du reste, nous verrons bientôt les différents travaux de Malpighi, parmi lesquels nous traiterons particulièrement de l’ouvrage dont je viens de parler. Les anatomies de Willis ne sont pas complètes ; ainsi, pour l’huître, il ne montre que le cœur, il ne montre pas le cerveau. Quant à l’écrevisse, il montre bien son cœur, son système nerveux et son système circulatoire. Il donne beaucoup de choses sur les systèmes musculaire et nerveux du lombric.

56Il était nécessaire de prendre date de ces premiers essais ; nous verrons que dans ce siècle même ils ont été suivis de beaucoup d’autres observations bien plus précieuses. Je m’aperçois que le temps de la leçon est écoulé, et je remets la suite de ces découvertes anatomiques à la séance prochaine. Nous verrons encore plusieurs autres observations qui ne sont pas moins importantes que celles dont je vous ai parlé aujourd’hui, et qui prouveront ce que j’ai avancé, que c’est pendant la seconde moitié du dix-septième siècle que l’anatomie a reçu, peut-être, le plus d’accroissements et le plus de richesses.

Notes

1 [Descartes, voir Tome 1, Leçon 6, note 7.]

2 [Sylvius, voir Leçon 13, note 90.]

3 [Harvey, voir Leçon 2.

4 [Primerose, voir Leçon 2, note 94.]

5 [Charles Ier, voir Leçon 2, note 101].

6 [Riolan, voir Leçon 2, note 95.]

7 [Exercitationes et animadversiones de motu cordis et circulatione sanguinis, voir Leçon 2, note 94.]

8 [George Ent et son ouvrage Apologia pro circulation sanguinis (Londres : Excudebat Gulielmus Iones, pro Nicolao Bourne, 1630, 6 + 108 p.), voir Leçon 2, note 99].

9 [Johannes Walaeus, Jan van de Wale ou Waal (né le 27 décembre 1604 à Koudekerke, sur l’Île de Seeland ; mort en 1649 à Leyde), médecin hollandais et professeur à la faculté de médecine de l’Université de Leyde ; il fit des découvertes concernant la circulation du sang, enseigna le système de la circulation d’Harvey, sans manquer d’essayer de lui enlever l’honneur d’en avoir été le premier à découvrir ce système ; son œuvre majeure est Epistolae duae, de motu chyli et sanguinis, ad Thomas Bartholinum, Leyde : Gasyaris Jilium, 1641].

10 [Thomas Bartholin, voir Leçon 12, note 82.]

11 [Traité de l’Homme de Descartes, voir Leçon 2, note 103.]

12 [Nicolaus Petreus Tulpius ou Nicolaes Tulp (né le 9 octobre 1593 à Amsterdam ; mort le 12 septembre 1674 à La Hague), anatomiste, pathologiste, médecin et maire d’Amsterdam, auteur de Observationes medicae, Amsterdam : Elzevier, 1641, 279 p., 14 pl., in-8° ; connu principalement de nos jours pour sa représentation centrale dans le portrait de groupe peint par Rembrandt en 1632 de la Guilde d’Amsterdam des Chirurgiens, qui commémore sa nomination de Professeur d’Anatomie en 1628.]

13 C’est lui [Tulpius] qui y a fondé le collège de médecine, où il donna longtemps des leçons d’anatomie [M. de St.-Agy].

14 [Henri de la Tour d’Auvergne, Vicomte de Turenne, communément appelé Turenne (né le 11 septembre 1611 à Sedan dans les Ardennes ; mort le 27 juillet 1675 à Salzbach). Membre le plus connu de la famille de La Tour d’Auvergne, il atteint la célébrité militaire et devint Maréchal de France ; il fut l’un des six uniques maréchaux à devenir Maréchal Général de France.]

15 [Louis de Bourbon, Prince de Condé (né le 8 septembre 1621 à Paris ; mort le 11 décembre 1686 au Palais de Fontainebleau), général français et membre le plus célèbre de la branche Condé de la Maison des Bourbons. Avant la mort de son père en 1646, il fut nommé Duc d’Enghien ; il fut célèbre sous le nom de Grand Condé pour ses prouesses militaires.]

16 [Un singe fut brièvement décrit par Tulpius (Observationes medicae de 1641 ; voir note 12 ci-dessus) mais sa description est tellement confuse qu’il est difficile de savoir s’il s’agit d’un chimpanzé ou d’un orang-outan ; l’illustration qui accompagne cette description semble être plus celle d’un orangoutan qu’autre chose, mais il dit que le spécimen vient, non pas des Indes Orientales, mais d’Angola.]

17 [Bacon, voir Leçon 11, notes 19 et 30.]

18 [Johann Georg Wirsung (né le 3 juillet 1589 à Augsbourg ; mort le 22 août 1643 à Padoue), anatomiste allemand, prosecteur à Padoue, connu pour sa découverte du canal pancréatique (« canal de Wirsung ») lors de la dissection d’un homme qui avait été pendu peu de temps auparavant pour meurtre. Au lieu de publier les résultats de sa découverte, il grava le dessin du canal sur une plaque en cuivre à partir de laquelle il fit plusieurs impressions qu’il envoya ensuite aux anatomistes renommés d’Europe. Wirsung fut assassiné en 1643 par un étudiant nommé Giacomo Cambier, apparemment à la suite d’une dispute concernant la paternité de la découverte du canal pancréatique. Cinq ans après la mort de Wirsung, un de ses anciens étudiants, Maurice Hoffmann (voir note 21 ci-dessous) revendiqua être le découvreur de ce canal, et non pas Wirsung.]

19 [Vesling, voir Leçon 12, note 43.]

20 On rapporte qu’il [Wirsung] fut tué d’un coup de pistolet, dans son cabinet, par un médecin dalmate [voir note 18 ci-dessus] qu’il avait réduit au silence dans une discussion publique [M. de St.-Agy].

21 [Maurice Hoffmann (né en 1622, mort en 1698), anatomiste allemand qui revendiqua la découverte du canal pancréatique (voir note 18 ci-dessus.]

22 [Erasistrate de Céos, voir Tome 1, Leçon 7 note 38.]

23 [Gaspard Aselli ou Asellius, voir Leçon 2, note 82.]

24 [Pecquet, voir Leçon 13, note 92.]

25 [Olaüs ou Olof Rudbeck l’Ancien (né le 13 septembre 1630 à Västerås en Suède ; mort le 17 septembre 1702 à Uppsala), médecin, anatomiste, historien et linguiste suédois, professeur de médecine à l’Université d’Uppsala, et recteur de cette même université pendant plusieurs années ; il est l’un de ceux qui découvrirent le système lymphatique de l’homme.]

26 [Bartholin, voir Leçon 12, note 82.]

27 [Nicolas Fouquet, Marquis de Belle-Île, Vicomte de Melun et Vaux (né le 27 janvier 1615 à Paris ; mort le 23 mars 1680 à Pignerol), Surintendant des Finances en France de 1653 à 1661 sous le règne de Louis XIV (voir Leçon 8, note 86) ; il tomba en défaveur du jeune roi, probablement à cause de ses démonstrations extravagantes de richesse ; le roi le fit emprisonner en 1661 jusqu’à sa mort en 1680.]

28 [Marie de Rabutin-Chantal, Marquise de Sévigné (née le 5 février 1626 à Paris ; morte le 17 avril 1696 à Grignan), aristocrate française connue pour les lettres qu’elle écrivit. La plupart de ses lettres, appréciées pour leur esprit et leurs vivantes descriptions, étaient adressées à sa fille Françoise-Marguerite de Sévigné, Comtesse de Grignan (née le 10 octobre 1646 à Paris ; morte le 13 août 1705 à Marseille). La Marquise de Sévigné fait partie des grands noms de la littérature française.]

29 [Réceptacle du chyle, voir Leçon 13, note 92.]

30 [Experimenta nova anatomica, quibus incognitum hactenus chyli receptaculum, & ab eo per thoracem in ramos usque subclavios vasa lactea deteguntur…, Paris : Sebastianum & Gabrielem Cramoisy, 1651, 108 p., in-4°.]

31 Dissertatio de circulatione sanguinis et chyli moti, Paris : Sebastianum & Gabrielem Cramoisy, 1652, xii + 108 p., in-4°.]

32 [De thoracicis lacteis dissertatio, Paris : Cramosiana, 1654, [14] + 252 + [2] p., in-4°.]

33 [Riolan, voir Leçon 2, note 95.]

34 [Jean Van-Horn (né le 2 septembre 1621 à Amsterdam ; mort le 5 janvier 1670 à Leyde), anatomiste et chirurgien flamand, auteur de Novus ductus chyliferus, nunc primum delineatus, descriptus et eruditorum examini expositus, Leyde : Francisci Hackii, 1652, [38] p., ill., in-4°.]

35 [Vésale, voir Leçon 1, notes 45 et 76.]

36 [Rudbeck, voir note 25 ci-dessus.]

37 [Thomas Bartholin, voir Leçon 12, note 82.]

38 [Gaspard Bartholin l’Ancien (né le 12 février 1585 à Malmö ; mort le 13 juillet 1629 à Sorø, Île de Seeland, Danemark), danois, professeur en médecine et ensuite en théologie à l’Université de Copenhague ; connu pour son ouvrage Anatomicae institutiones corporis humani utriusque sexus historiam & declarationem exhibentes cum plurimis novis observationibus & opinionibus nec non illustriorum quae in anthropologia occurrunt, controversiarum decisionibus (Wittenberge : Berhtoldus Raab, 1611, 603 + [68] p., in-8°.), qui fut pendant de nombreuses années un manuel scolaire standard en anatomie ; il fut le premier à décrire le fonctionnement du nerf olfactif.]

39 [Fabricius d’Aquapendente, voir Leçon 1, note 66 ; et Tome 1, Leçon 9, note 38.]

40 [Jasolinus, voir Leçon 2, note 88.]

41 [Plater, voir Leçon 2, notes 61 et 65.]

42 [Anatomica Institutiones, voir note 38 ci-dessus.]

43 [De lacteis thoracicis in homine brutisque nuperrimè observatis, historia anatomica, Londres : Johannis Grismond, 1652, 103 p., pl. en dépl., in-12.]

44 [Vasa lymphatica, nuper Hafniae in animantibus inventa et in homine, et hepatis exsequiae, Copenhague : Petrus Hakius, 1653, [6] + 58 + [2] p., 2 f. de pl. grav., in-4°.]

45 [Defensio vasorum lacteorum et lymphaticorum adversus Joannem Riolanum... Accedit... Guilielmi Harvei de venis lacteis sententia expensa..., Copenhague : Melchioris Martzanis & Georgii Holst, 1655, [VI] + 195 p., in-4°.]

46 [De bibliothecae incendio, dissertatio ad filios, Copenhague : Petri Haubold, 1670, 114 p.]

47 [De pulmonum substantia et motu diatribe, Copenhague : Henrici Gödiani, 1663, [8] + 107 + [9] p., 2 f. de pl., ill., in-12.]

48 [Historiarum anatomicarum et medicarum sex centuriae (« histoires de cas présentant des structures cliniques et anatomiques inhabituelles, accompagnées de descriptions et d’illustrations d’anomalies et de structures normales ») : Centuria I et II, Amsterdam : Joannem Henrici, 1654, [16] + 326 + [10] p. + [9] pl., ill., in-8° ; Centuria III et IV, La Haye : Adriani Vlacq, 1657, [8] + 430 + [8] p., 45 + [3] p. + [5] f. de pl., ill., in-8° ; Centuria V et VI, Copenhague : Petrus Hauboldt, 1661, 2 part. ([16] + 386 + [14] p. + [8] f. de pl. ; 32 p.), fig., in-8°.]

49 [Acta medica et philosophica Hafniensa, Copenhague : Georgii Gödiani, 5 vol., in-4° ; le premier volume décrit les expériences réalisées pendant les années 1671 et 1672, mais il fut en fait publié en 1673 ; le dernier volume a paru en 1680.]

50 [Simon Paulli (né le 6 avril 1603 à Rostock ; mort le 25 avril 1680 à Copenhague), médecin et naturaliste danois, professeur d’anatomie, de chirurgie et de botanique à l’Université de Copenhague ; il publia plusieurs traités en médecine et en botanique, en particulier Quadripartitum botanicum, de simplicium medicamentorum facultatibus, Rostock : [s. n.], 1639, in-4°.]

51 [Stenon ; voir Leçon 12, note 81.]

52 [Michel Leyser (né le 14 avril 1626 à Leipzig ; mort le 20 décembre 1660 à Nykøbing Falster), médecin et anatomiste allemand, auteur de Culter anatomicus. Hoc est : methodus brecis, facilis ac perspicua artificose et compendiose humana incidendi cadavera, cum nonnullorum instrumentorum iconibus (« règles et lois médicales reconnues comme méthode établie d’enseignement d’anatomie »), Copenhague : Georg Lamprecht, 1653, 217 p., fig., in-8°.]

53 [Culter anatomicus ; voir note 52 ci-dessus.]

54 [Gaspard Bartholin le Jeune (né le 10 septembre 1655 à Copenhague ; mort le 11 juin 1738 à Copenhague), anatomiste danois, petit-fils de l’anatomiste Caspar Bartholin l’Ancien (voir note 38 ci-dessus) et fils de Thomas Bartholin (voir Leçon 12, note 82), connu pour sa découverte des « glandes de Bartholin ».]

55 Diaphragmatis structura nova, accessit methodus praeparandi viscera per injectiones liquorum, et descriptio instrumenti, quo mediante peraguntur, Paris : Ludovicum Billaine, 1676, [16] p. + 1 f. de pl. gr. s. cuivre + 138 + [2] p. + [5] f. de pl. gr. s. cuivre dépl., in-8°.]

56 [De nervorum usu in motu musculorum epistola, Paris : Ludovicum Billaine, 1676, [16] + 108 + [4] p., 3 f. de pl. gr. s. cuivre dépl., in-8°.]

57 [Thomas Bartholin (voir Leçon 12, note 82), auteur de De vermibus in aceto et semine, Copenhague : [s. n.], 1671, in-12.]

58 [Stenon, voir Leçon 12, note 81.]

59 Pendant son séjour dans cette ville, [Jacques-Bénigne] Bossuet [évêque et théologien français connu pour ses brillants discours ; né le 27 septembre 1627 à Dijon ; mort le 12 avril 1704 à Paris] essaya de le convertir à la religion catholique. Stenon résista, mais en conservant des doutes qui germèrent bientôt dans son esprit, puisque en 1669 il abjura la religion de ses pères [M. de St.-Agy].

60 [Cuvier fait référence ici à Leyde, mais c’est pendant que Stenon vivait à Amsterdam, sous la tutelle d’apprentissage de Gérard Blasius (voir note 61 ci-dessous) qu’il découvrit le canal salivaire parotide qui n’avait jusqu’alors encore jamais été décrit et qui porte maintenant son nom : canal de Stensen ou ducus stenoniamus.]

61 [Gérard (Gerhard ou Gerrit) Leenderts Blasius (né le 3 octobre 1627 à Amsterdam ; mort le 26 septembre 1682 à Amsterdam), médecin et anatomiste hollandais à qui l’on doit d’avoir apporté la médecine clinique à Amsterdam, en tant que premier professeur de médecine de cette ville.]

62 [Thévenot, voir Leçon 12, note 104.]

63 [Redi, voir Leçon 12, note 80.]

64 [Académie del Cimento, voir Leçon 12, note 77].

65 [Val d’Arno, une région riche en fossile de l’ère Pliocène située dans la province de Florence en Toscane, à environ 20 kilomètres au sud-est de Florence.]

66 [Grand-Duc Côme III, voir Leçon 12, note 84.]

67 [Johann Friedrich (né le 25 avril 1625 à Herzberg am Harz ; mort le 18 décembre 1679 à Augsbourg), Duc de Brunswick-Lunebourg qui régna sur la Principauté de Calenberg, une sous-division du duché, de 1665 jusqu’à sa mort.]

68 Il [Stenon] fut enseveli dans le tombeau de la maison régnante [M. de St.-Agy].

69 [Elementorum myologiae specimen, seu Musculi descriptio geometrica, cui accedunt canis carchariae dissectum caput et dissectus piscis ex canum genere, Florence : Giuseppe Cocchini all’Insegna della Stella, 1667, [8] + 123 p., ill., 7 pl.]

70 [Alphonse Borelli (voir Leçon 12, note 79, fondateur d’une école de médecins (des iatro-mathématiciens) qui tentèrent d’utiliser les lois mathématiques et mécaniques pour comprendre le fonctionnement du corps humain, pensant que le fonctionnement du corps humain pouvait être mesuré quantitativement avec chiffres, poids, et mesures.]

71 [Rudbeck, voir note 25 ci-dessus.]

72 [Johannes Rudbeck ou Rudbeckius (né en 1581 ; mort en 1646), évêque de Vasteras en Suède de 1619 jusqu’à sa mort, et chapelain personnel du roi Gustave II Adolphe.]

73 [Gustave II Adolphe, voir Leçon 11, note 78]

74 [Reine Christine de Suède, voir leçon 11, note 77.]

75 [Cuvier fait ici référence à l’ouvrage de Rudbeck intitulé Nova exercitatio anatomica, exhibens ductus hepaticos aquoso, et vasa glandularum serosa. Cui accessere aliæ ejusdem observationes anatomicæ, etc.(Västerås : Eucharius Lauringerus, 1653, [24] p. + 2 tabl., ill., in-4°) ; cependant, ce livre fut publié non pas début 1652, mais en 1653, quelques mois après la publication de Bartholin (voir note 43 ci-dessus).]

76 [De lacteis thoracicis in homine, voir note 43 ci-dessus.]

77 [Obsèques du foie fait partie du livre de Thomas Bartholin Vasa lymphatica ; voir note 44 ci-dessus.]

78 [Kurt Polykarp Joachim] Springel [botaniste, médecin et historien en médecine célèbre, professeur à l’université de Halle ; né le 3 août 1766 à Boldekow, en Poméranie ; mort le 15 mars 1833 à Halle] a très bien éclairci cette question. La découverte des vaisseaux lymphatiques appartient indubitablement à Rudbeck [M. de St.-Agy].

79 [Une grande partie des écrits de Rudbeck fut perdue lors d’un incendie qui détruisit presque la ville entière d’Uppsala en 1702, y compris le manuscrit d’un livre illustré dont l’objectif était de décrire toutes les plantes connues, livre intitulé Campus Elysius qu’il avait commencé en 1670. Avec l’aide de ses enfants et de ses étudiants, il avait fait 3 200 gravures sur bois, dont nombre d’entre eux furent également détruits.]

80 [Charles Linné, voir Leçon 2, note 112 ; voir également Tome 1, leçon 7, note 34.]

81 [Atlantica sive Manheim (Atland eller Manheim en suédois), Uppsala : Henricus Curio, 1675, 4 vol., ill. + 1 atlas ([1] + 43 + [2] f. de pl.) ; traité de trois mille pages qui essaie de prouver que la Suède était Atlantis, le berceau de la civilisation, et le suédois, la langue originelle d’Adam dont descendent le Latin et l’Hébreu.]

82 [Platon, voir Tome 1, Leçon 5.]

83 Il [Rudbeck] prétendait aussi retrouver dans la langue suédoise tous les noms des anciens dieux de la Grèce et de Rome, d’où il concluait que la mythologie et la théologie y avaient été apportées de sa patrie. L’Atlantide de Rudbeck [voir note 81 ci-dessus] est un prodige d’érudition ; mais en revanche il serait assez difficile de citer un ouvrage qui renfermât un plus grand nombre de paradoxes étranges [M. de St.-Agy].

84 [Buffon, voir Leçon 4, note 57 ; voir également Tome 1, Leçon 7, note 39.]

85 [Jean-Sylvain Bailly (né le 15 septembre 1736 à Paris ; mort le 12 novembre 1793 à Paris), astronome, mathématicien et franc-maçon français, leader politique du début de la Révolution Française.]

86 [Asellius ou Aselli, voir Lecon 2, note 82.]

87 [Pecquet, voir Leçon 13, note 92].

88 [Louis ou Lodewijk de Bils, également connu sous le nom de Ludovicus Bilsius (né en 1624 ; mort en 1669), noble flamand et anatomiste autodidacte (mais non qualifié) qui provoqua une grande controverse lorsqu’il affirma avoir découvert des méthodes de conservation des corps pouvant durer de nombreuses années, et de dissection d’animaux sans effusion de sang. Il publia également des théories fantastiques sur les vaisseaux lymphatiques et sur le chyle, lesquelles créèrent une forte opposition.]

89 Il [Bils, voir note 88 ci-dessus] prétendait aussi [dans un petit traité intitulé De anatomia incruenta ou anatomie sans effusion de sang] avoir découvert une méthode de disséquer les animaux vivans sans effusion de sang [M. de St.-Agy].

90 [Epistolica dissertatio qua verus hepatis circa chylum et pariter ductus chiliferi hactenus dicti usus docetur, Rotterdam : Joannes Naerani, 1659, 6 + [2] p., ill., in-4°.]

91 François Magendie (né le 6 octobre 1783 à Bordeaux ; mort le 7 octobre 1855 à Sannois), physiologiste français considéré comme un pionnier de la physiologie expérimentale.]

92 [Galien, voir Tome 1, Leçon 16.]

93 [Catarrhe, sécrétion excessive des muqueuses provenant du nez ou de la gorge liée à l’inflammation de la membrane muqueuse.]

94 [Rhume de cerveau, rhume accompagné de malaise, fatigue, et pensées confuses, effets qui peuvent être dus à des changements à l’intérieur du cerveau plutôt qu’aux symptômes du rhume même ; la recherche a prouvé qu’un simple rhume peut affecter l’attention, le comportement et les fonctions cognitives, même lorsqu’il n’y a pas de symptômes.]

95 [Johann Jakob Wepfer (né le 23 décembre 1620 àsen ; mort le 26 janvier 1695), anatomiste, pathologiste et pharmacologiste suisse, connu pour sa recherche sur l’anatomie vasculaire du cerveau et l’étude des maladies cérébro-vasculaires. Il fut le premier médecin à émettre l’hypothèse que les effets d’un accident vasculaire cérébral étaient causés par une hémorragie dans le cerveau. Il mentionna également que ces symptômes pouvaient être également dûs à un blocage d’une des artères principales alimentant le cerveau en sang.]

96 [Observationes anatomicae, ex cadaveribus eorum, quostulit apoplexia. Cum exercitatione de eius loco affecto, Schaffhausen : Johann Kaspar Suter, 1658, [16] + 304 p., in-8°.]

97 [Riolan, voir Leçon 2, note 95.]

98 [Samuel Thomas von Sommering (né le 28 janvier Torun en Pologne ; mort le 2 mars 1830 à Francfort), médecin,mand ; il découvrit la macula dans la rétine de l’œil humain. anatomiste, anthropologue, paléontologue et inventeur alle-Sa recherche sur le cerveau, le système nerveux, les organes des sens, l’embryon et ses malformations, et la structure des plus importants de son temps.] poumons en firent de lui l’un des anatomistes allemands les plus importants de son temps.]

99 [Cicutae aquaticae historia et noxae. Commentariotrata, a Joh. Jacobo Wepfero…, Bâle : J. R. König, 1679, [16] + 336 + [6] p. + 4 f. de pl., in-4°.]

100 [Archée, voir Leçon 10, note 74.]

101 Joseph Barthez (né le 11 décembre 1734 à Montpellier ; encyclopédiste français qui développa une version de la théorie mort le 15 octobre 1806 à Paris), médecin, physiologiste, et biologique connue sous le nom de « vitalisme » ; il utilisa l’expression « principe vital » comme terme pratique pour définir la cause du phénomène de la vie, sans y impliquer aucune notion spirituelle ou matérialiste.]

102 Stahl, voir Leçon 90.]

103 [Conrad Victor Schneider (né en 1614 à Bitterfeld en Saxe ; mort en 1680 à Wittenberg), médecin et anatomiste allemand qui décrivit les muqueuses sino-nasales qui tapissent l’intérieur du nez appelées membranes de Schneider.]

104 [Liber de osse cribiforme, et sensu ac organo odoratus, et morbis ad utrumque spectantibus, de coryza, hemmorrhagia narium, polypo, sternutatione, admissione odoratus, Wittenberg : D. Tobiæ Mevij & Elardi Schumacheri, 1655, [18] + 531 + [4] p., in-12.]

105 Gall [voir Leçon 2, note 46] ne doute pas que le nerf olfactif ne soit aussi creux chez l’homme. Sœmmering [voir note 98 ci-dessus] dit que dans les embryons de trois mois le nerf olfactif cerveau. Cette expérience réussit aussi, suivant Gall, mais très est creux, et que l’air, soufflé par cette cavité, pénètre dans le Système nerveux, par Gall, Ier volume, page 86) [M. de St.-Agy]. rarement, dans des sujets adultes (Anatomie et Physiologie du Système nerveux, par Gall, Ier volume, page 86) |M. de St-Agy].

106 [De catarrhis, quo agitur de speciebus catarrharum, et de osse cuneiformi, per quod catarrhi decurrere finguntur/Quo gelenici catarrhorum meatus, perspicue falsi revincuntur/Quo novi catarrhorum meatus demonstrantur/Quo generalis catarrhorum curatio ad novitia dogmata et inventa paratur/Liber quintus et ultimus de catarrhosorum diaeta, et de speciebus catarrhorum…/Liber de catarrhis specialissimus, quo juxta Hippocratem libro « de Gland. » et « de Locis in homine »..., Wittenberg : Tobiae Mevii & Elerdi Schumacheri, 1660-1661, 6 tomes en 5 vol. ([32] + 257 + [7] p. ; [20] + 464 + [12] p. ; [24] + 600 + [16] p. ; [34] + 723 + [13] p. ; [22] + 323 + 346 + [14] p. ; [28] + 948 p.), portr., in-4°.]

107 [De catarrhis, voir note 106 ci-dessus.]

108 [Les amygdales sont les deux masses de tissu lymphatique situées de chaque côté de la gorge de l’être humain. Elles atteignent leur taille la plus grande vers la puberté et rapetissent graduellement après cela ; elles sont cependant à leur plus grande taille relativement à la taille de la gorge chez les jeunes enfants. Elles servent comme barrière de protection du système immunitaire contre tout pathogène avalé ou inhalé, mais le rôle fondamental immunologique des amygdales n’est toujours pas complètement compris.]

109 [Liber de catarrhis specialissimus…, Wittenberg : Tobiae Mevii, 1664, [28] + 948 p. ; voir note 106, ci-dessus.]

110 [Thomas Willis, voir Leçon 12, note 60.]

111 [Boyle, voir Leçon 12, note 32.]

112 [Mayow, voir Leçon 12, note 68.]

113 [Cerebri anatome, cui accessit nervorum descriptio et usus, Londres : John Martyn & James Allestry, 1664, [28] + 56 + [2] p.+ pp. 57-240 + 13 f. de pl. + [2] f. de pl. gr. s. cuivre, ill., in-8°.]

114 [Gall, voir Leçon 2, note 46.]

115 [Giovanni Domenico Santorini (né le 6 juin 1681 à Venise ; mort le 7 mai 1737 à Venise), anatomiste italien connu pourvanni Battista Recurti, 1724, [12] + 250 p. + 3 f. de pl. dépl., son ouvrage intitulé Observationes anatomicae (Venise : Gio-in-4°), ouvrage détaillé sur les aspects anatomiques du corps anatomiques.] humain ; on lui doit la description de nombreuses structures anatomiques]

116 [Rete mirabile, voir Leçon 1, note 29.]

117 [Vésale, voir Leçon 1, note 45.]

118 [Félix Vicq d’Azyr (né le 23 avril 1746 à Valognes en Normandie ; mort le 20 juin 1794 à Paris), médecin et anatomiste français, il découvrit la théorie de l’homologie en biologie et est considéré par certains comme le créateur de l’anatomie comparative.]

119 [Varole, voir Leçon 2, note 44.]

120 [De anima brutorum quae hominis vitalis ac sentitiva est, exercitationes duae : prior physiologica ejussdem naturam, partes, potentias, & affectiones tradit..., Londres : Richard Davis, 1672, [48] + 400 + [16] p., ill., in-8°.]

121 [Marcello Malpighi (né le 10 mars 1628 à Crevalcore près de Bologne ; mort le 29 novembre 1694 à Rome), médecin et biologiste italien considéré comme le père de l’anatomie microscopique et de l’histologie. Bien qu’il ait effectué certaines de ses recherches en utilisant la vivisection et la dissection de corps, ses efforts les plus importants semblent avoir été basés sur l’utilisation du microscope. Son ouvrage intitulé Dissertatio epistolica de bombyce (Londres : Joannem Martyn & Jacobum Allestry, 1669, 1 vol. ([10] + 100 p. + [12] f. de dépl. gr. s. cuivre), ill. gr. s. cuivre, in-4°) sur le papillon du ver à soie, est la première description détaillée de la structure d’un animal invertébré.]

Table des illustrations

Légende L’expérience de Boyle« Une expérience sur un oiseau dans une pompe à air ». Huile sur toile de Joseph Wright (1768) Trustees of the British Museum.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2899/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 666k

© Publications scientifiques du Muséum, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540