Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cuvier’s History of the Natural Sciences

 | 
Georges Cuvier

4. The Scientific Method and Foundations of Societies and Academies

12. Les fondations des sociétés & académies des sciences

Texte intégral

L’arche de Noé
L’embarquement des animaux. Gravure extraite de l’Arca Noé de Kircher (1675). Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.

1Messieurs,

  • 1 [Bacon, voir Leçon 11, notes 19 et 30].
  • 2 [Galilée, voir Leçon 11, notes 20, 42 et 46].
  • 3 [Descartes, voir Tome 1, Leçon 6, note 7.]
  • 4 En dépit des astronomes, on pourrait nier l’existence du vide, en s’appuyant sur la physique. Ains (...)

2Dans la dernière leçon, nous avons parlé principalement des trois hommes célèbres qui, dans la première moitié du dix-septième siècle, ont tracé de nouvelles règles pour l’étude des sciences. Nous avons vu que Bacon1 et Galilée2, le premier par ses préceptes, l’autre par ses exemples, renversèrent l’autorité employée jusqu’alors comme preuve, et rappelèrent tout à l’expérience et au calcul. Ensuite, nous avons remarqué Descartes3, pour la manière dont il attaqua la métaphysique et la logique des philosophes scolastiques, pour les systèmes brillants qu’il présenta, et pour la force, plus grande encore que celle de ses deux prédécesseurs, avec laquelle il saisit les esprits, quoiqu’il eût beaucoup moins de mérite qu’eux. En effet, tout ce que Descartes a donné en physique se réduit à de vaines hypothèses. Ainsi, après avoir établi, ce qui était parfaitement juste, que nous ne pouvions admettre pour principe que ce qui est évident, sensible à nos sens et à notre expérience, il supposa que le mouvement de la matière était tel que tous les phénomènes de la nature matérielle, soit inorganique, soit organisée, pouvaient être expliqués par ce mouvement. Or, chacun sait aujourd’hui que la première des explications de Descartes, celle de la pesanteur, fondée sur une matière subtile qui envelopperait tous les corps et les pousserait les uns vers les autres, est chimérique ; que ses explications particulières des actions chimiques, fondées sur la structure des atomes ou des corpuscules qui seraient aussi poussés les uns sur les autres par cette matière subtile, sont encore imaginaires ; que ses explications des phénomènes magnétiques, basées sur l’existence d’une matière cannelée ou formée en vis, sont de pures suppositions. Enfin, il est démontré que l’existence du vide, par exemple, qui est incompatible avec tous ses systèmes, est, au contraire, nécessaire à l’explication des faits réels4 ; de sorte que Descartes n’a émis d’idées justes ni en astronomie, ni en chimie, ni en physique ; il s’est lancé dans le champ de l’hypothèse, et, comme il arrive toujours, n’y a recueilli que des erreurs. Toutefois il a été utile, en ce qu’il a donné le dernier coup à la scolastique ; c’est lui, comme on dit, qui a fait place nette à cet égard, et il a ainsi donné aux physiciens et aux philosophes, dont la marche était plus solide que la sienne, la facilité de construire un nouvel édifice, non plus d’après les règles des scolastiques, encore moins suivant les chimères cartésiennes, mais selon la véritable méthode des péripatéticiens primitifs, c’est-à-dire d’après l’observation et les règles qui en découlent.

3Immédiatement après Bacon, Galilée et Descartes, la science s’enrichit de quelques autres hommes qui suivirent leur marche, et complétèrent, par leurs propres découvertes, ce qu’ils avaient commencé.

  • 5 [Johannes Kepler (né le 27 décembre 1571 à Weil der Stadt, Saint-Empire Romain ; mort le 15 novemb (...)
  • 6 [Nicolas Copernic, voir Leçon 11, note 48.]
  • 7 [Tycho Brahe (né le 14 décembre 1546 à Scanie, alors au Danemark, aujourd’hui en Suède ; mort le 2 (...)
  • 8 [Astronomia nova, seu physica coelestis, tradita commentariis de motibus stellæ Martis, ex observa (...)
  • 9 [Isaac Newton, voir Leçon 11, note 37.]

4Au premier rang nous placerons Jean Képler5, né à Weil, dans le duché de Wirtemberg, en 1571. Il s’adonna pendant toute sa vie à la géométrie ainsi qu’à l’astronomie et aux parties de la physique qui s’y rapportent. Bien que ces sciences n’entrent pas dans la collection de celles dont j’ai à vous tracer l’histoire, je parle néanmoins de Képler pour vous faire voir l’heureuse influence du calcul et de l’observation sur les sciences. Képler démontra non seulement la réalité du système de Copernic6, en ce qui concerne la marche des planètes autour du soleil ; mais il découvrit encore par des observations plus précises, qu’il combina avec celles de Tycho-Brahé7, quelles étaient les lois mathématiques de la course des planètes. Il prouva que ces corps marchent dans des ellipses dont le soleil occupe un des foyers, et que leur vitesse est d’autant plus grande qu’ils sont plus rapprochés du soleil. Il établit dans son Traité de l’étoile de Mars, ces lois que, depuis, on a appelées lois de Képler8. Elles étaient encore empiriques et déterminées uniquement d’après l’observation ; mais elles furent ensuite expliquées mécaniquement, et forment maintenant la base de l’astronomie et de la physique. Ce fut Newton9 qui démontra que de ces lois résultaient nécessairement deux principes sur lesquels il établit la gravitation universelle.

5Je dois ajouter que Képler n’était pas encore entièrement débarrassé des idées mystiques qui avaient dominé pendant une partie du Moyen Âge, et que ses ouvrages, tout admirables qu’ils soient dans leur résultat, sont cependant encore mêlés de plusieurs idées pythagoriciennes sur la vertu des nombres, et de beaucoup d’autres opinions semblables, qui lui restaient de cette impulsion générale qu’avait donnée la philosophie platonicienne.

  • 10 [La Guerre de Trente Ans, voir Leçon 11, note 66.]
  • 11 [Rodolphe II, voir Leçon 6, note 76.]

6La guerre de trente ans10 fut fatale à ce grand homme : il avait été nommé mathématicien de l’empereur Rodolphe II11, qui, comme je vous l’ai dit plusieurs fois, protégeait excessivement les savants ; cet empereur fut mis par les circonstances hors d’état de remplir les promesses qu’il leur avait faites ; Képler, épuisé de ressources, se rendit à Ratisbonne en 1630, pour tâcher d’obtenir quelques arrérages de son traitement ; il y mourut presque de misère, à l’âge de cinquante-neuf ans.

  • 12 [Torricelli, voir Leçon 11, note 41.]
  • 13 [Romagne, région historique italienne correspondant à la région actuelle du sud-est de l’Émilie-Ro (...)
  • 14 [Benedetto Castelli (né en 1578 à Brescia en Lombardie ; mort le 9 avril 1643 à Rome), mathématici (...)
  • 15 [La cycloïde est une courbe tracée par un point sur la circonférence d’un cercle qui roule.]

7Vers la même époque vivait un homme qui n’appartient pas proprement aux sciences dont j’ai à vous entretenir, mais que cependant je vous ferai connaître, pour vous montrer encore quelle impulsion les esprits avaient reçue dès ce temps, combien ils étaient solides et différents de ce qu’ils étaient auparavant. Cet homme est Évangéliste Toricelli12, né dans la Romagne13, en 1608. Il s’était lié avec un élève chéri de Galilée, nommé Castelli14, avait étudié et suivi toutes les découvertes de Galilée, et joignit, dans ses travaux particuliers, la géométrie à la physique et à l’observation. Ce fut lui qui, le premier, détermina exactement la courbe décrite par les projectiles. Il a produit aussi un travail estimé sur la cycloïde15 ; mais ce qui le fait remarquer surtout, c’est l’invention du baromètre. Galilée avait reconnu que l’eau ne s’élève dans les pompes que jusqu’à la hauteur de trente-deux pieds ; la question de savoir à quoi tenait cette limite de l’ascension de l’eau était assez sérieuse et assez importante. Pour la résoudre, Toricelli examina si les liquides de pesanteurs différentes s’élevaient à des hauteurs inégales. Il observa que le mercure ne dépassait pas vingt-huit pouces : or, en comparant la pesanteur spécifique de ce liquide à celle de l’eau, il reconnut qu’une colonne de mercure haute de vingt-huit pouces équivalait en poids à une colonne de trente-deux pieds d’eau. Il lui fut dès lors démontré que la suspension des liquides dans le vide était produite par une cause mécanique, puisque la différence de pesanteur de ces liquides influait sur leur élévation, et il supposa que cette cause était la pesanteur de l’air.

  • 16 [Blaise Pascal (né le 19 juin 1623 à Clermont Ferrand en Auvergne ; mort le 19 août 1662 à Paris), (...)
  • 17 [La Tour Saint-Jacques, monument situé dans le ive arrondissement de Paris, au croisement de la ru (...)
  • 18 [Pascal (voir note 16 ci-dessus) résolut le problème de l’aire des segments de la cycloïde et le c (...)

8Mais Blaise Pascal, si célèbre par ses Lettres Provinciales16, le démontra sans réplique, par une nouvelle expérience. Il porta un tube de Toricelli à des hauteurs différentes, et observa que le mercure s’abaissait à mesure qu’on élevait le tube, et qu’au contraire il s’élevait à mesure qu’on le descendait. L’expérience fut faite sur le clocher de Saint-Jacques-de-la-Boucherie17, l’un des plus élevés de Paris, et répétée sur les montagnes du Puy-de-Dôme, par le beau-frère de Pascal. On a aussi de Pascal un traité de la cycloïde, qui est un chef-d’œuvre18. La nature avait doué ce grand homme d’une organisation merveilleuse pour l’étude des mathématiques : dès son enfance il avait trouvé, pour ainsi dire seul, les premiers éléments de la géométrie. Si je vous parle de cet esprit puissant, qui n’appartient pas aux sciences naturelles, c’est toujours pour vous montrer la marche générale des esprits vers le milieu du dix-septième siècle, et vous prouver que ce siècle a été celui des sciences, autant au moins que ceux qui l’ont suivi.

  • 19 [Athanase Kircher (né le 2 mai 1601 ou 1602 à Geisa dans le Saint-Empire Romain ; mort le 27 ou le (...)
  • 20 [Gaspar Schott (né le 5 février 1608 à Bad Königshofen ; mort le 22 mai 1666 à Würzburg), jésuite (...)

9Mais à côté de ces hommes qui avaient jeté le joug de la scolastique, il s’en trouvait quelques autres qui la suivaient encore, et ne laissaient pas cependant d’avoir du mérite. Ils appartenaient à des corporations ; car c’est le propre de ces établissements, de s’attacher davantage à certaines règles. Parmi ces savants réfractaires au mouvement progressif de leur siècle, nous remarquerons deux jésuites allemands, Athanase Kircher19 et Gaspard Schott20.

  • 21 Kircher [voir note 19 ci-dessus] passe généralement, comme on sait, pour l’inventeur de la lantern (...)
  • 22 Kircher a mis des hiéroglyphes de son invention sur l’obélisque [Egyptienne de Domitien] de la fon (...)
  • 23 [Mundus subterraneus, in XII libros digestus ; quo divinum subterrestris mundi opificium, mira erg (...)
  • 24 Kircher, voulant connaître l’intérieur du [volcan du] Vésuve, se fit descendre dans le principal c (...)
  • 25 [Musaeum Kircherianum sive Musaeum a P. Athanasio Kirchero in Collegio Romano Societatis Jesu jam (...)
  • 26 [Filippo Bonanni (né en 1638 à Rome ; mort en 1723) ; érudit Jésuite italien et élève de Kircher q (...)

10Le premier21 était né à Fulda, en 1601, et a passé la plus grande partie de sa vie en Italie. Il fut professeur à Wurtzbourg jusqu’en 1631, époque où il se rendit à Rome, et fut professeur au collège romain. Il y mourut en 1691, âgé de quatre-vingt-neuf ans. Kircher s’était livré à des travaux qui embrassaient presque toutes les connaissances de son temps, mais il était très superficiel dans chacune d’elles. Il s’est beaucoup occupé de la langue copte, dont il a même fait un dictionnaire. Il se livrait à l’étude de cette langue dans le but de découvrir le sens des hiéroglyphes22, et aussi dans des vues d’alchimie, prétendue science à laquelle il était fort adonné. On a de lui, pour ce qui nous concerne, un livre intitulé : Mundus subterraneus, imprimé en 167823. C’est un système sur l’intérieur de la terre, une pure hypothèse, au reste, d’après laquelle il cherche à expliquer les volcans24, les sources, et tous les autres phénomènes dont la cause existe plus ou moins profondément dans l’intérieur du globe. Il est aussi un des hommes qui se sont les premiers occupés de former des cabinets. Sa collection d’histoire naturelle, pour la partie qui pouvait se conserver, existe encore à Rome, au collège romain. En 1709 il en parut une description, qui fut publiée sous le titre de Musæum Kircherianum25, par un autre jésuite du collège romain, nommé Philippe Buonanni26, dont nous aurons à reparler plus tard. On voit dans ce muséum la figure de plusieurs objets intéressants.

  • 27 [Schott, voir note 20 ci-dessus.]
  • 28 [Physica curiosa, sive Mirabilia naturae et artis libris XII. comprehensa, quibus pleraq[ue], quae (...)
  • 29 [Technica curiosa, sive Mirabilia artis, libri XII. comprecomprehensa ; quibus varia experimenta, (...)
  • 30 [Magia universalis naturae et artis : sive, Recondita naturalium & artificialium rerum scientia, c (...)
  • 31 [Otto von Guericke (né le 30 novembre 1602 à Magdebourg ; mort le 21 mai 1686 à Hambourg), scienti (...)
  • 32 [Robert Boyle (né le 25 janvier 1627 à Lismore en Irlande ; mort le 31 décembre 1691 à Londres), p (...)

11Le second des jésuites retardataires que je vous ai cités plus haut, Gaspard Schott27, était né à Wurtzbourg, en 1608. Il professa à Palerme, et revint à Wurtzbourg ; car en général les membres des congrégations n’étaient pas attachés à un pays particulier ; suivant qu’ils étaient célèbres, et que leur général l’ordonnait, ils se transportaient d’un pays à un autre. Vous avez même vu que les jésuites, d’après leurs statuts, pouvaient être envoyés en mission sur les points les plus éloignés de la terre. On doit à G. Schott plusieurs ouvrages intitulés, l’un : Physica curiosa, imprimé en 166228 ; l’autre : Technica curiosa, de 166429 ; et un troisième : Magia naturalis, qui ne parut qu’après sa mort30. Ce sont des recueils de secrets et d’expériences extraordinaires. Mais leur auteur nous intéresse pour avoir publié le premier les expériences d’Otto de Guerike, bourgmestre de Magdebourg31. Dans le système de Descartes, tout devait être plein, il n’y avait pas de vide ; c’était le contraire des systèmes précédents. Cette question, fort agitée à cette époque, de savoir si le vide pouvait ou ne pouvait pas exister, donna lieu à beaucoup d’expériences, parmi lesquelles sont celles d’Otto de Guerike. Il avait réuni deux cloches avec un lut, et avait enlevé, au moyen d’une pompe, une partie de l’air qu’elles renfermaient ; leur adhérence fut telle alors que deux chevaux ne purent les séparer. Aujourd’hui nous obtenons des effets bien plus considérables avec la machine pneumatique ; mais c’est ce premier essai de Guerike qui a conduit à l’invention de cette machine, telle qu’elle a été perfectionnée par Boyle32, ainsi que nous le verrons tout à l’heure. Tout le monde sait maintenant que c’est la pression de l’atmosphère qui tient unis les hémisphères de Magdebourg ; dans ce temps on s’en doutait à peine.

  • 33 Sans aucun doute les corporations savantes présentent de grands avantages ; elles peuvent faire ce (...)

12Mais si quelques-uns des professeurs de physique appartenant aux congrégations ou aux universités restèrent attachés à l’ancienne philosophie scolastique, et n’admirent que très lentement la philosophie cartésienne qui, elle-même, une fois adoptée, et après avoir été reconnue fausse et illusoire, ne fut bannie des écoles qu’avec infiniment de peine, car c’est là un des inconvénients attachés aux corporations, qui présentent cependant des avantages33, d’être difficilement pénétrables aux révolutions subites que de nouvelles lumières occasionnent dans les connaissances humaines ; si, dis-je, ces corporations conservèrent trop longtemps la philosophie scolastique, en revanche il s’éleva des sociétés d’une autre nature qui, tout d’un coup, produisirent dans les sciences des découvertes et des expériences remarquables. C’est dans le dix-septième siècle que furent établies ces sociétés.

  • 34 [Bacon, voir Leçon 11, note 19.]
  • 35 [La Nouvelle Atlantide de François Bacon [tr. en françois, et continuée, avec des réflexions sur l (...)
  • 36 [L’Académie des Lyncées (ou Académie des Lynx ou Accademia dei Lincei) est une académie des scienc (...)
  • 37 Il [Bacon] avait voulu qu’ils portassent un anneau d’or où était sertie une grosse émeraude, sur l (...)
  • 38 [Prince Cesi, voir Leçon 4, note 61.]
  • 39 [Fabius Columna, voir Leçon 4, note 41.]
  • 40 [Giambattista della Porta (né en 1535 à Vico Equense en Italie ; mort le 4 février 1615 à Naples), (...)
  • 41 [Francesco Stelluti (né le 12 janvier 1577 à Fabriano ; mort en novembre 1652 à Fabriano), esprit (...)
  • 42 [Séverin, voir Leçon 10, note 45.]
  • 43 [Johann Vesling (né en 1598 à Minden, Westphalie ; mort le 30 août 1649 à Padoue) était un anatomi (...)
  • 44 [Spiegel ou Spigelius, voir Leçon 2, note 77.]
  • 45 [Terrentius, voir Leçon 5, note 86.]
  • 46 [Faber, voir Leçon 5, note 87.]
  • 47 [Pape Urbain VIII, voir Leçon 5, note 88.]
  • 48 [Hernandez, voir Leçon 5, note 78.]
  • 49 Il [Cési, voir Leçon 4, note 61] eut de vives discussions à ce sujet avec son père, qui était loin (...)
  • 50 [Philippe II, voir Leçon 2, note 1.]
  • 51 [Sforza, famille régnante de l’Italie de la Renaissance basée à Milan ; cette famille obtint le du (...)
  • 52 [Francesco Barberini (né le 23 septembre 1597 à Florence ; mort le 10 décembre 1679 à Rome), cardi (...)
  • 53 [Nova Atlantis, voir Leçon 11, note 35.]
  • 54 [Janus Plancus ou Jano Placo était le pseudonyme de Giovanni Paolo Simone Bianchi (né le 3 janvier (...)
  • 55 [Feliciano Scarpellini (né le 20 octobre 1762 à Foligno ; mort le 29 novembre 1840 à Rome), abbé e (...)

13En faisant l’histoire du treizième siècle, j’ai beaucoup insisté sur l’établissement des universités, qui n’étaient destinées qu’à l’enseignement, où chaque maître n’avait pas pour devoir de chercher à ajouter aux connaissances acquises, mais avait suffisamment rempli ses obligations lorsqu’il avait transmis ces connaissances. Le but des sociétés académiques était totalement opposé : elles n’avaient point à s’occuper d’enseigner ce qui était connu ; leurs membres devaient uniquement appliquer leurs efforts communs aux observations, aux expériences, aux inductions, en un mot, aux progrès des sciences. Bacon34, comme je vous l’ai fait connaître, avait tracé le plan de ces sociétés, dans son ouvrage intitulé : Nouvelle Atlantide35. Par nouvelle Atlantide, il entendait une maison destinée à recueillir les personnes ainsi dévouées à l’avancement des connaissances, et à leur fournir tous les instruments et tous les autres moyens nécessaires pour atteindre leur but. Mais bien avant que le plan de Bacon eût paru, il existait en Italie une académie instituée dans des vues tout à fait semblables. Cette corporation portait le nom d’Académie des Lyncées36, parce que l’objet des membres37 de cette société était d’observer par eux-mêmes la nature sous toutes ses faces. Ils avaient pris pour emblème le lynx, qui, selon les anciennes opinions, est, de tous les animaux, celui qui voit le mieux, puisque les anciens prétendaient qu’il voyait même à travers les murailles. Cette académie fut fondée par le prince Cési38, membre d’une famille très illustre et très puissante, qui possédait de vastes propriétés, soit dans l’État romain, soit dans le royaume de Naples. Cési n’avait que dix-huit ans lorsqu’il conçut l’idée de cette institution, à laquelle il consacra la plus grande partie de sa fortune. Il forma pour elle un cabinet d’histoire naturelle, un jardin botanique, et tint à sa disposition plusieurs peintres. Il lui acheta de tous côtés des manuscrits utiles, et recevait dans son palais tous les hommes qui voulaient s’occuper de ses idées, tous ceux qui, abandonnant l’autorité, l’aveugle confiance aux anciens, observaient la nature elle-même. Les principaux membres de cette société furent : Fabius Columna39, dont j’ai eu occasion de vous parler dans l’histoire de la botanique pendant le seizième siècle (il est même le premier qui ait pris le titre de lyncée dans ses ouvrages), Galilée, Porta40, Stelluti41, Severinus42, dont je vous ai parlé aussi dans l’histoire de l’anatomie ; Vesling43, Belge, professeur d’anatomie à Padoue, après Spigel44 ; Térentius45 et Faber46, tous deux médecins allemands, mais qui étaient établis à Rome ; car il y avait alors entre l’Allemagne et l’Italie beaucoup plus de liaisons qu’il n’en exista depuis. Térentius fut à la Chine, comme missionnaire ; Faber resta à Rome, en qualité de botaniste du pape Urbain VIII47. Ce sont eux qui furent chargés, avec Fabius Columna, de la publication de l’ouvrage de Hernandez sur le Mexique48, dont le prince Cési avait fait l’acquisition. Ce prince fit tenir les premières réunions de la société qu’il avait fondée, dans son hôtel à Rome49 ; il établit une ramification à Naples, et avait le projet de former ainsi diverses sociétés correspondantes dans les principales villes. Ce projet ne réussit pas : le roi d’Espagne Philippe II50, qui était alors maître du royaume de Naples, conçut des craintes de cette institution, et en ordonna la suppression dans ce pays. À Rome même elle ne survécut pas longtemps à son fondateur, qui mourut en 1630, âgé seulement de quarante-cinq ans. Cési ne laissait qu’une fille, mariée à un Sforce51 ; il n’avait pas doté l’académie lyncéenne : privés de sa munificence, les membres finirent par se disperser. Cette académie fut, il est vrai, protégée quelque temps par le cardinal Barberini52, neveu du pape Urbain VIII ; mais après la mort de Barberini, sa destruction fut complète. Elle n’a pas produit d’ouvrages collectifs, mais elle a été très utile en encourageant les publications particulières de ses membres, et en leur fournissant les moyens de les améliorer. La science lui est d’ailleurs redevable du perfectionnement de plusieurs instruments. Le prince Cési lui-même travailla beaucoup à celui du télescope ; mais c’est surtout dans les changements qu’il apporta au microscope qu’il obtint de grands succès. C’est lui qui donna à ces deux puissants auxiliaires de notre vue les noms par lesquels nous les désignons. Il faisait fabriquer de ces instruments, en faisait cadeau aux savants qu’il savait pouvoir s’en servir utilement ; en un mot, il n’est rien de ce qui se peut faire avec de la fortune, pour concourir aux progrès des sciences, que ce prince trop rare ne se soit empressé d’effectuer. On peut trouver l’histoire de son académie, qui fut la première de toutes, car sa fondation remonte à 1603, époque bien antérieure à l’apparition de la Nouvelle Atlantide de Bacon53 ; on peut en trouver, dis-je, l’histoire dans le Phytobasanos de Fabius Columna, donné par Alexis Plancus, en 166454. De nos jours, un professeur de physique de Rome, l’abbé Scarpellini55, avait essayé de rétablir l’Académie des Lyncées ; des réunions eurent lieu à Rome ; mais j’ignore quelle suite elles ont eue ; je n’en ai plus entendu parler.

  • 56 [Société Royale de Londres pour l’Amélioration du Savoir Naturel, voir Leçon 8, note 96.]
  • 57 [Charles Ier, voir Leçon 2, note 101.]
  • 58 [Boyle, voir note 32 ci-dessus.]
  • 59 [John Willis (années 1660), physicien anglais et ardent disciple de l’Eglise d’Angleterre, connu p (...)
  • 60 [Thomas Willis (né le 27 janvier 1621 à Great Bedwyn, Wiltshire ; mort le 11 novembre 1675 à Londr (...)
  • 61 [John Wilkins (né le 14 février 1614 à Fawsley, Northamptonshire ; mort le 19 novembre 1672 à Lond (...)
  • 62 [Cromwell, voir Leçon 8, note 93.]

14La seconde académie qui ait été fondée pour le progrès des sciences est la Société royale de Londres56, qui est en pleine vigueur, et est organisée de manière à faire espérer qu’elle subsistera autant que les sciences elles-mêmes. Elle doit sa naissance aux chagrins et aux dégoûts que plusieurs hommes d’esprit éprouvèrent des querelles théologiques qui ensanglantaient alors l’Angleterre. Ce fut à l’époque des plus grands troubles du règne de Charles Ier57 que quelques-uns des membres qui l’établirent s’assemblèrent pour la première fois. Robert Boyle58, homme illustre, originaire d’une grande famille d’Irlande, Jean Wallis59 et Thomas Willis60, étaient du nombre de ces premiers membres ; ils se réunissaient sous les auspices de Wilkins, évêque de Chester61. D’abord ils s’assemblèrent à Londres, ensuite à Oxford, lorsque les troubles forcèrent à sortir de Londres tout ce qui tenait en quelque manière au parti royaliste. En 1688, sous le midi de la domination de Cromwell62, ils se disséminèrent, et ne reparurent qu’à l’époque de la restauration.

  • 63 [Edward Hyde, Premier Comte de Clarendon (né le 18 février 1609 à Wiltshire ; mort le 9 décembre 1 (...)
  • 64 [Charles II, voir Leçon 8, note 96.]
  • 65 [Philosophical Transactions (Transactions Philosophiques), journal scientifique publié par la Soci (...)

15Un collège de Londres, fondé par un orfèvre de cette ville, leur servit de lieu d’assemblée. Ils obtinrent, en 1660, par l’entremise de Clarendon63, des lettres-patentes du roi Charles II64. Depuis cette époque, ils n’ont pas cessé de travailler au progrès des sciences et de composer cette grande collection de mémoires, connue sous le nom de Transactions philosophiques65. Elle commença par paraître en cahier, tous les trois mois, ensuite elle fut publiée par demi-volume et par volume ; mais, en définitive, elle a été disposée de manière que le nombre des volumes est égal à celui des années écoulées depuis la fondation légale de la société.

  • 66 [Robert Hooke (né le 28 juillet 1635 à Freshwater, Île de Wight ; mort le 3 mars 1703 à Londres), (...)
  • 67 [Thomas Willis, voir note 60 ci-dessus.]
  • 68 [John Mayow (né le 24 mai 1641 ; mort en octobre 1679 à Londres), chimiste, physicien et physiolog (...)
  • 69 [George Ent (né le 6 novembre 1604 à Sandwich, Kent ; mort le 13 octobre 1689 à St. Gilles-in-the- (...)
  • 70 [Kenelm Digby (né le 11 juillet 1603 à Gayhurst, Buckinghamshire ; mort le 11 juin 1665), courtisa (...)
  • 71 [William Petty (né le 26 mai 1623 à Romsey ; mort le 16 décembre 1687 à Londres), économiste, phil (...)
  • 72 [Isaac Barrow (né en octobre 1630 à Londres ; mort le 4 mai 1677 à Londres), théologien chrétien e (...)
  • 73 [Sir Isaac Newton (né le 25 décembre 1642 à Woolsthorpe-by-Colsterworth, Lincolnshire ; mort le 20 (...)

16Les premiers membres, et les plus illustres d’alors, furent Robert Boyle, qui perfectionna et appliqua le plus la machine pneumatique ; Robert Hooke66, inventeur des montres de poche, qui perfectionna le microscope, et donna le premier de belles figures des objets qu’il avait observés avec cet instrument ; Thomas Willis67, célèbre médecin, qui appliqua les premières découvertes de la chimie pneumatique à la physiologie ; Jean Mayow68, qui, comme nous allons le voir tout à l’heure, découvrit, pour ainsi dire, la chimie pneumatique, telle que nous l’avons vue renaître de notre temps. Ces hommes et quelques autres, tels que Ent69, Digby70, Petty71, etc., donnèrent une impulsion extraordinaire aux sciences en Angleterre, et firent tomber, pour ainsi dire, dans le discrédit toutes les querelles qui l’avaient troublée pendant si longtemps dans le dernier siècle. À côté de ces hommes célèbres vinrent les grands géomètres, comme Barrow72 et l’immortel Newton73, dont nous n’aurons à parler qu’en commençant notre nouvelle période scientifique.

  • 74 [Henry Oldenburg (né c. 1619 à Brême ; mort le 5 septembre 1677 à Londres), théologien allemand co (...)
  • 75 [Mémoires de l’Académie des Sciences de Paris, journal scientifique de l’Académie Française des Sc (...)

17Robert Boyle fit surtout sur la chimie des travaux qui donnèrent à cette science un caractère original. Hook publia le premier des tables d’observations météorologiques, telles qu’on les fait encore depuis lui. Hook donna aussi des modèles d’observations astronomiques ; enfin, la société établit des correspondances avec les savants des autres pays. L’instrument principal du succès de cette académie fut son premier secrétaire, l’Allemand Henri Oldemburg74, qui fut chargé de la publication des premiers cahiers des Transactions philosophiques. La publication en commença en 1665, et depuis ce temps elle n’a pas éprouvé d’interruption remarquable. Aucune collection n’est aussi riche, soit en ouvrages de mathématiques, soit en observations d’histoire naturelle, de physique et de chimie ; c’est, avec la collection des Mémoires de l’Académie des Sciences de Paris75, la publication qui a le plus enrichi les connaissances humaines, sur la nature et ses divers phénomènes.

  • 76 [L’Académie des Lyncées (ou Académie des Lynx ou Accademia dei Lincei) est une académie des scienc (...)
  • 77 [L’Accademia de Cimento était une organisation scientifique fondée à Florence en 1657 par les étud (...)
  • 78 [Ferdinand II de Médicis (né le 14 juillet 1610 à Florence ; mort le 23 mai 1670 à Florence), Gran (...)
  • 79 [Giovanni Alfonso Borelli (né le 28 janvier 1608 à Naples ; mort le 31 décembre 1679 à Rome), phys (...)
  • 80 [Francesco Redi (né le 19 février 1626 à Arezzo ; mort le 1er mars 1697 à Pise), médecin, naturali (...)
  • 81 [Nicolas Sténon ou Niels Stensen (né le 11 janvier 1638 à Copenhague ; mort le 5 décembre 1686 à S (...)
  • 82 [Thomas Bartholin (né le 20 octobre 1616 à Malmö ; mort le 4 décembre 1680 à Copenhague), médecin, (...)
  • 83 [Léopold de Médicis (né le 6 novembre 1617 à Florence ; mort le 16 novembre 1675 à Florence), card (...)
  • 84 [Grand-Duché de Toscane, monarchie du centre de l’Italie qui exista sans interruption de 1569 à 18 (...)
  • 85 [Côme de Médicis, connu également sous le nom de Côme l’Ancien (né le 27 septembre 1389 à Florence (...)
  • 86 [Laurent de Médicis (né le 1er janvier 1449 à Florence ; mort le 9 avril 1492 à Careggi), homme d’ (...)
  • 87 [Lorenzo l’Ancien (né c. 1395 à Florence ; mort le 23 septembre 1440 à Careggi), banquier italien (...)

18L’Italie nous offre une troisième académie ; mais, comme celle des lyncées76, elle subsista peu de temps. Elle était nommée l’Académie del Cimento, ou de l’Expérience77, et avait été fondée à Florence, sous Ferdinand II78, en 1651, par des élèves de Galilée, tels que Borelli79, l’auteur du traité sur le mouvement des animaux ; Reddi80, à qui l’on doit tant d’observations microscopiques sur les animaux et sur la chimie, et d’autres hommes semblables. Quelques Danois, comme Stenon81, Bartholin82, qui avaient été attirés par la protection que les Médicis accordaient aux sciences, firent aussi partie de cette académie. Elle avait pour protecteur spécial le cardinal Léopold de Médicis83, frère du grand-duc Ferdinand II. La branche des Médicis qui a régné à Florence sous le titre de grand-duc84, et qui a fini en 1737, était une branche collatérale, cadette de celle qui, pendant le seizième siècle, a tant fait pour les sciences ; elle ne descendait ni de Côme85, surnommé le père de la patrie, ni de Laurent de Médicis86, mais du frère de Côme87 ; cependant elle s’est fait gloire aussi pendant toute son existence de protéger les sciences, et a laissé de beaux établissements.

  • 88 Cette traduction [Tentamina Experimentorum Naturalium in Accademia del Cimento : sub auspiciis ser (...)

19La Société de l’Expérience montra un très grand zèle au premier moment, et fit des travaux précieux qui ont été déposés dans un recueil in-4˚, que Musschenbroek88, vers la fin du dix-septième siècle, a traduit en latin. Ces travaux sont relatifs surtout à la chimie et à la physique ; quelques expériences semblent avoir pour but de prouver que les liquides ne sont pas élastiques. Ce recueil est le seul qu’ait publié l’Académie de l’Expérience.

  • 89 [Cardinal Léopold de Médicis (mort le 16 novembre 1675) ; voir note 83 ci-dessus.]
  • 90 Il paraît que leur dispersion fut aussi le résultat de quelques discordes [M. de St.-Agy].

20Après la mort du cardinal Léopold de Médicis, qui eut lieu en 166589, cette académie se trouva dans le cas de celle des lyncées, et n’eut plus, comme elle, qu’une faible existence. En 1667, ses membres cessèrent complètement de s’assembler90. On a cherché à rétablir cette société dans ces derniers temps, mais il n’en est pas résulté de nouvelles publications.

  • 91 [Académie Impériale des Curieux de la Nature ou Academia Naturae Curiosorum, est l’académie nation (...)

21La quatrième société scientifique, qui fut aussi fondée vers le milieu du dix-septième siècle, est l’Académie impériale des Curieux de la nature91. Les académies dont je viens de vous parler avaient un lieu assuré et déterminé de réunion ; ainsi, celle des lyncées avait son siège à Rome, et avait établi une société correspondante à Naples, qui ne dura que peu de temps ; celle d’Angleterre, la Société royale de Londres, se réunissait dans cette ville ; enfin celle del Cimento, s’assemblait à Florence. En Allemagne, une pareille concentration était difficile, parce que ce pays était divisé en un nombre de principautés plus considérables encore qu’il ne l’est aujourd’hui. Les savants, et surtout ceux qui exerçaient la médecine (car ces derniers ont toujours fourni le plus de membres aux sociétés qui s’occupaient des sciences physiques), étaient trop disséminés ; il n’aurait pas été facile d’en rassembler un grand nombre dans un même lieu ; cette société ne se forma donc que par correspondance, et n’eut jamais d’assemblées à Vienne, qui, du reste, n’a dans aucun temps été pour l’Allemagne le centre des sciences, et où, aujourd’hui même, il n’a pas encore été possible de former d’académie.

  • 92 [Johann Lorenz Bausch, voir note 91 ci-dessus.]

22La fondation de la Société des Curieux de la nature fut conçue par Bausch92, médecin d’une petite ville de Franconie, nommée Schweinfurt. C’était en 1652, quatre ans après la paix de Westphalie, à la suite de l’affreuse guerre qui avait dévasté toute l’Allemagne, ruiné ses villes et plongé toutes ses provinces dans un état très malheureux. La tranquillité avait reparu ; on en profita pour reprendre l’étude des sciences, qui avaient fait des progrès dans les autres pays, favorisés d’une situation un peu plus calme ; car peu d’entre eux avaient joui d’une paix entière.

  • 93 [Johann Michael Fehr, voir note 91 ci-dessus.]
  • 94 [Académie des Arcadiens, Accademia degli Arcadi, or Accademia dell’Arcadia, académie littéraire it (...)
  • 95 [Les Argonautes, groupe de héros dans la mythologie grecque qui, dans les années qui précédèrent l (...)
  • 96 [Philipp Jakob Sachs von Lewenhaimb (né le 26 août 1627 à Breslau ; mort le 7 janvier 1672 à Bresl (...)

23Bausch s’adressa à tous les médecins de l’Allemagne ; il eut pour adjoint un nommé Fehr93, qui ensuite lui succéda à la présidence de la société. Cet usage de l’Académie des Arcades94, de donner à chaque membre un nom grec, tiré de l’ancienne histoire littéraire, fut aussi adopté par les membres de l’Académie des Curieux de la nature : les associés prirent les noms des Argonautes95, et leurs successeurs ont continué d’adopter des noms particuliers. Ils commencèrent par publier séparément quelques ouvrages de plusieurs d’entre eux, comme l’avait fait l’Académie des Lyncées. Le premier qu’ils livrèrent au public parut en 1661 ; c’est le Vitis vinifera de Saxe96, composé par un médecin de Breslaw. En 1662, ils publièrent leurs statuts, et adressèrent une épître invitatoire à tous les savants, pour les prier de prendre part à leurs travaux.

  • 97 [Empereur Léopold Ier, voir Leçon 8, note 86.]
  • 98 [Miscellanea Academiae naturae Curiosorum, seu Ephemerides medico-physicae, voir note 96 ci-dessus (...)

24Le fondateur et le premier président de cette société, Bausch, mourut en 1665 ; son adjoint, Fehr, qui lui succéda, publia un nouveau programme pour ranimer le zèle des correspondants. Il établit un certain nombre de collecteurs, chargés de rassembler les mémoires que ces correspondants pourraient envoyer. Je vous prie de remarquer qu’ils ne demandèrent la protection de personne : l’empereur Léopold Ier97 leur accorda seulement la permission de prendre le titre de société impériale, et ordonna qu’on leur communiquât les curiosités que pouvaient renfermer ses cabinets. Le premier volume de leurs Mémoires parut en 1670, et est intitulé : Miscellanea Academiæ naturæ Curiosorum, seu Ephemerides medico-physicæ (annus primus)98. Le recueil de ces mélanges est connu sous le nom d’Éphémérides des Curieux de la nature ; il en paraissait un volume chaque année : dix années faisaient une décurie. On commençait ensuite une seconde décurie ; il en a paru trente-sept volumes sous cette forme. Plus tard ces mémoires ont été continués sous le nom de Nova acta Academiæ Curiosorum ; il en a été publié neuf volumes sous cette dernière forme. Puis, tout à coup, l’académie s’est éclipsée. Elle subsista beaucoup plus de temps que les académies d’Italie, parce qu’elle n’avait pas eu recours, comme je vous l’ai dit, à la protection des princes dans son origine. Ses membres étaient d’ailleurs éloignés les uns des autres ; chacun faisait ses observations séparément. Il en résultait sans doute beaucoup moins de force et de rapidité dans les progrès, mais en revanche il y avait beaucoup d’indépendance.

  • 99 [Leibnitz, voir Tome 1, Leçon 6, note 22.]
  • 100 [Lagographia curiosa, seu leporis descriptio juxto methodum & leges Augustae ac Imperialis Academi (...)

25Depuis un certain nombre d’années, cette société a repris ses travaux sous une nouvelle forme. Son siège principal est à Bonn. Elle a publié, depuis sa réapparition, plusieurs volumes plus intéressants et plus précieux que les premiers, parce qu’ils sont faits par des hommes plus instruits. Cependant on trouve dans ceux-ci des observations médicales assez importantes, mais surtout beaucoup d’expériences de chimie qui ont trait à l’alchimie. On y voit aussi des observations sur un grand nombre de monstres ; mais comme les mémoires n’étaient pas examinés dans le sein de la société, que chacun les envoyait simplement au président, ils ne subissaient pas cet examen et cette critique qu’éprouvent les mémoires des académies qui ont des réunions : aussi y remarque-t-on des choses qui n’ont pas toute l’authenticité que présentent les faits consignés dans les collections des autres académies. Les dix ou douze derniers volumes, quoique faits de la même manière que les premiers, leur sont de beaucoup supérieurs, parce qu’alors les lumières étaient plus répandues, la critique plus générale. Ils sont presque exclusivement relatifs à l’histoire naturelle ; les travaux mathématiques y sont rares. Plusieurs hommes de mérite se montrèrent dans cette société vers le dix-huitième siècle ; nous y verrons l’admirable Leibnitz99, dont nous aurons à nous occuper, quand nous en serons arrivés à cette révolution qui marque le commencement du dix-huitième siècle. Les membres ajoutaient le mot curieux à tous leurs ouvrages particuliers ; ainsi ils firent paraître, pendant la seconde moitié du dix-septième siècle, plusieurs petits traités intitulés : Lagographia curiosa, Elephantographia curiosa, Salamandrologia curiosa, Astrologia curiosa100 ; en général, il entrait dans leur plan de composer ainsi des traités sur différents sujets que chacun d’eux se proposait. Mais ces traités sont encore empreints des habitudes des temps antérieurs ; ils sont mêlés de beaucoup de compilations, d’idées mystiques ; en un mot, les travaux des curieux de la nature, pendant le dix-septième siècle, et même pendant le dix-huitième, n’approchent pas, pour la perfection, de ceux des autres sociétés.

  • 101 [L’Académie Française des Sciences également appelée Académie Royale des Sciences, est une organis (...)
  • 102 [Cardinal de Richelieu, voir Leçon 7, note 153.]
  • 103 [Pierre Rémond de Montmort (né le 27 octobre 1678 à Paris ; mort le 7 octobre 1719 à Paris), mathé (...)
  • 104 [Melchisédech ou Melchisédec Thévenot (né c. 1620 ; mort le 29 octobre 1692 à Issy), auteur, homme (...)
  • 105 [Pierre Michon Bourdelot (né le 2 février 1610 à Senlis ; mort le 9 février 1685 à Paris), médecin (...)
  • 106 [Sténon, voir note 81 ci-dessus.]
  • 107 [Paolo Silvio Boccone (né le 24 avril 1633 à Palerme ; mort le 22 décembre 1704 à Altofonte), bota (...)
  • 108 [Colbert, voir note 75 ci-dessus.]
  • 109 [Louis XIV, voir Leçon 8, note 86.]

26L’Académie des Sciences de Paris101, quoique très ancienne, n’est cependant que la cinquième, si l’on considère la date de sa fondation légale ; car cette date ne remonte qu’à 1666 ; mais de même que la Société royale de Londres, dont les lettres-patentes institutives ne sont que de 1660, bien qu’elle existât quinze ans auparavant, c’est-à-dire en 1645, l’Académie des Sciences de Paris a une origine de beaucoup antérieure à 1666. L’Académie française avait été fondée par le cardinal de Richelieu102, en 1633, d’éléments préexistants, c’est-à-dire d’hommes de lettres qui se réunissaient pour s’occuper de littérature, bien avant que leur réunion reçût une sanction légale ; il en a été ainsi de l’Académie des Sciences. À côté de ces littérateurs, de ces poètes, de ces historiens, de ces philosophes, qui ont fini par former l’Académie française, il se réunissait des médecins, des physiciens, des chimistes, qui se communiquaient mutuellement leurs observations. Il y avait des assemblées de cette nature chez un maître des requêtes nommé Montmort103, chez un autre homme assez fameux par ses voyages, Thévenot104, et chez un médecin célèbre de ce temps, appelé Bourdelot105. On y lisait des mémoires, et lorsque des savants étrangers arrivaient à Paris, ils s’y présentaient pour communiquer leurs expériences. Je vous ai parlé de quelques Danois qui finirent par s’établir à Florence, par exemple de Sténon106. Avant d’aller à Florence, où il se fit catholique, et où il devint professeur des fils du grand-duc, il avait passé à Paris, et avait démontré dans ces sociétés l’anatomie du cerveau d’après une méthode nouvelle. Un nommé Boccone107, moine sicilien, qui avait fait beaucoup d’observations sur les coraux, sur les coquillages et sur les poissons de la Sicile, les communiqua à ces mêmes assemblées. Ainsi lorsque Colbert108 suggéra à Louis XIV109 de composer une compagnie des différents hommes qui s’occupaient, soit des mathématiques, soit de l’astronomie, sciences que l’on croyait uniquement se rapporter à la médecine, à la botanique et à la chimie, les éléments, comme je l’ai dit, en étaient tous préexistants, et se composaient en grande partie d’hommes très distingués.

  • 110 [Jean-Baptiste Duhamel (né le 11 juin 1624 à Vire en Normandie ; mort le 6 août 1706 à Paris), hom (...)
  • 111 [Dominique Cassini (né le 8 juin 1625 à Perinaldo ; mort le 14 septembre 1712 à Paris), mathématic (...)
  • 112 [Memoirs for a natural history of animals, containing the anatomical descriptions of several creat (...)
  • 113 [Claude Perrault (né le 25 septembre 1613 à Paris ; mort le 9 octobre 1688 à Paris), architecte fr (...)
  • 114 [Joseph Guichard Duverney (né le 5 août 1648 à Feurs ; mort le 10 septembre 1730 à Paris), anatomi (...)
  • 115 [Philippe de Lahire ou de la Hire (né le 18 mars 1640 à Paris ; mort le 21 avril 1718 à Paris), ma (...)
  • 116 [L’Observatoire de Paris, observatoire astronomique de France et l’un des plus grands centres d’as (...)

27Les premières séances de l’Académie des Sciences se tinrent à la bibliothèque du roi, qui avait aussi reçu de Colbert un nouveau local et une nouvelle étendue. Le roi abandonna à l’académie les animaux de la ménagerie qu’il avait établie à Versailles, pour que ses membres pussent faire des observations anatomiques. Ils nommèrent pour leur secrétaire Duhamel110, qui a écrit un volume de leur histoire en latin. Leurs travaux ne furent pas recueillis sous forme de mémoires ; ils les composaient et les publiaient séparément. Ainsi les uns, c’étaient les astronomes, s’occupaient de la méridienne, opération qui a donné lieu à la carte de France, connue sous le nom de carte de Cassini111 ; d’autres s’occupaient de l’anatomie humaine ou comparée : ceux-ci ont publié trois volumes in-4˚ de discussions sur les animaux, et qui ont pour titre : Mémoires pour servir à l’histoire des animaux112. Perrault113, habile architecte, est un des auteurs de ces mémoires ; Joseph Guichard Duverney114, fameux anatomiste, y travailla aussi. Les dessins furent faits par le géomètre Lahire115, membre de l’académie. Tous ces savants se transportèrent sur les côtes de France et y firent beaucoup d’observations sur l’anatomie des poissons ; leurs manuscrits et leurs dessins existent encore. Ce fut sous leurs auspices, et d’après les dessins de Claude Perrault, l’un d’eux, qu’on éleva l’Observatoire116.

  • 117 [Cassini, voir note 111 ci-dessus.]
  • 118 [Ole Christensen Roemer ou Rømer (né le 25 septembre 1644 à Århus ; mort le 19 septembre 1710 à Co (...)
  • 119 [Wilhelm Homberg (né le 8 janvier 1652 à Batavia, Jakarta d’aujourd’hui ; mort le 24 septembre 171 (...)
  • 120 [Denis Dodart (né en 1634 ; mort le 5 novembre 1707 à Paris), médecin, naturaliste, et botaniste f (...)
  • 121 [Claude Bourdelin (né en 1621 près de Lyon ; mort le 15 octobre 1699 à Paris), apothicaire et chim (...)
  • 122 [Samuel Cottereau Duclos ou du Clos (né en 1598 à Paris ; mort en 1685 à Paris), chimiste français (...)
  • 123 [Recueil des plantes dessinées et gravées par ordre du roi Louis XIV (Collection de plantes dessin (...)

28Le roi, excité toujours par Colbert, attira aussi en France des savants étrangers, tels que Dominique Cassini117, célèbre astronome italien, natif du pays de Nice ; Reœmer118, de Hambourg, également astronome, et à qui l’on doit la découverte des mouvements de la lumière. Pour Cassini, ses découvertes en astronomie d’observation sont innombrables. Homberg119, chimiste allemand, fut également retenu en France par les bienfaits de Louis XIV, et il était un des premiers chimistes de l’académie. Des Français, comme Dodart120, Bourdelin121 et Duclos122, s’appliquèrent à l’observation des plantes et à l’analyse des eaux minérales : c’est par leurs travaux que se forma le recueil des Plantes du roi, qui furent gravées d’après les dessins de Robert123, dont je vous parlerai quand nous serons à l’histoire de la botanique. Ces premiers académiciens de 1666 montrèrent un grand zèle, mais ils travaillèrent à des ouvrages collectifs, qui portaient sur différents sujets, et ils ne formèrent pas un recueil de mémoires, comme ceux de l’Académie royale de Londres.

  • 124 [Jean-Paul Bignon (né le 19 septembre 1662 à Paris ; mort le 14 mars 1743 à Île Belle), abbé, homm (...)
  • 125 [Louis Phélypeaux (né en 1643 ; mort en 1717), Marquis de Phélypeaux (1667), Comte de Maurepas (16 (...)
  • 126 [Bernard Le Bovier ou Le Bouyer de Fontenelle (né le 11 février 1657 à Rouen ; mort le 9 janvier 1 (...)

29Vers la fin du dix-septième siècle, Louis XIV, sur la proposition de l’abbé Bignon124, conseiller d’état fort en crédit, parce qu’il était neveu du chancelier de Ponchartrain125, donna une nouvelle forme à l’académie ; il la divisa en un certain nombre de classes, dont chacune devait s’appliquer à une science particulière. Il lui donna pour secrétaire le célèbre Fontenelle126, qui, par la manière claire, lucide, dont il exposait les travaux de l’académie, concourut à répandre le goût des sciences plus peut-être qu’aucun de ceux qui en traitèrent à cette époque.

  • 127 [Souverain de la Marche de Brandebourg, voir Leçon 6, note 26.]
  • 128 [Leibnitz, voir Tome 1, Leçon 6, note 22.]

30Depuis cette nouvelle disposition, c’est-à-dire depuis 1699, l’académie a publié chaque année, jusqu’en 1792, un volume de mémoires. Ils renferment tous des travaux très précieux sur les diverses parties des mathématiques, de l’anatomie, de la chimie, de la botanique et de l’histoire naturelle. C’est certainement, de toutes les collections, celle qui est la plus digne d’être mise à côté des Transactions philosophiques : on peut dire même qu’aucune ne l’a surpassée. Il est vrai que l’académie a toujours joui de la protection du gouvernement français, et que les divers établissements groupés autour d’elle, tels que le Jardin des plantes, l’Observatoire, et autres semblables, qui se sont formés successivement, ont encore ajouté aux moyens d’étude de ses membres. Quoi qu’il en soit, la grande réputation qu’elle acquit promptement, surtout par l’élégance et la clarté des analyses que Fontenelle donnait de ses travaux, fit qu’il n’y eut, pour ainsi dire, pas d’état un peu considérable qui ne voulût avoir son académie des sciences. En 1700, dès que l’électeur de Brandebourg prit le titre de roi de Prusse, sous le nom de Frédéric Ier127, ce prince conçut le projet de former l’académie de Berlin, qui, depuis le commencement du dix-septième siècle, s’est mise à côté des plus grandes sociétés de ce genre. Elle fut fondée sur un plan donné par Leibnitz128 lui-même, et qui, ensuite, fut consulté lors de la composition de l’Institut ; il consistait surtout dans la réunion de compagnies différentes, destinées, les unes aux sciences mathématiques, physiques et historiques, les autres, à la littérature, à la philosophie et aux sciences politiques. Mais cette académie appartient tout entière au dix-huitième siècle : j’en parlerai plus tard.

  • 129 [Pierre le Grand ou Pyotr Alexeyevich (né le 9 juin 1672 à Moscou ; mort le 8 février 1725 à Saint (...)
  • 130 [Catherine Ière ou Marfa Samuilovna Skavronskaya (née le 15 avril 1684 ; morte le 17 mai 1727 a Sa (...)
  • 131 [Pierre II Alekseyevich (né le 23 octobre 1715 à Saint-Petersbourg ; mort le 30 janvier 1730 à Mos (...)
  • 132 [Anne de Russie ou Anna Ioannovna (née le 7 février 1693 a Moscou ; morte le 28 octobre 1740 à Sai (...)

31Celle de Pétersbourg est dans le même cas ; elle fut projetée par Pierre Ier129, qui était membre de l’Académie des Sciences de Paris ; mais elle ne put pas être établie de son vivant, ni même pendant le règne de Catherine130, sa veuve, qui lui succéda. Ce ne fut que sous le règne de Pierre II131, qui mourut presque enfant, qu’elle commença à se former. On fut obligé de faire venir des savants de presque toutes les parties de l’Europe, principalement de l’Allemagne. Protégée depuis par l’impératrice Anne132, elle s’est mise au niveau de toutes les grandes académies, et l’on peut dire que la Société royale de Londres, les Académies des Sciences de Paris, de Berlin, de Pétersbourg et de Stockholm, sont celles qui, pendant le plus de temps, et par les efforts les plus soutenus, ont concouru aux progrès des sciences d’observation ; mais l’académie de Stockholm fut la plus tardive.

  • 133 [Comte Luigi Ferdinando Marsigli (ou Marsili) (né le 10 juillet 1658 a Bologne ; mort en 1730), so (...)

32L’Institut de Bologne qui, pendant un certain temps, a tenu un rang distingué parmi les sociétés savantes, appartient encore au dix-huitième siècle ; il ne date que de 1703. Il fut fondé par le comte Marsigli133.

  • 134 [Homberg, voir note 119 ci-dessus.]
  • 135 [Duclos, voir note 122 ci-dessus.]
  • 136 [Bourdelin, voir note 121 ci-dessus.]
  • 137 [Nouvelle Atlantis de Bacon, voir Lecon 11, note 35.]

33Ces diverses sociétés, quoique peu nombreuses, donnèrent aux sciences d’observation et d’expérience une impulsion prodigieuse. Toutefois l’Académie des Sciences de Paris conserva encore pendant trente ans les explications cartésiennes, surtout en chimie. Sous ce rapport, elle n’a pas marché aussi vite que la Société royale de Londres, qui suivit toujours la voie de l’observation. Néanmoins les Homberg134, les Duclos135, les Bourdelin136 et leurs successeurs n’ont pas laissé d’enrichir la science de la chimie de beaucoup d’observations, de découvertes et de procédés nouveaux. La Société royale de Londres avait eu un modèle si parfait dans la Nouvelle Atlantide137 du chancelier Bacon, et avait trouvé pour exécuter ce plan un homme d’un génie si élevé, dans Robert Boyle, que la chimie prit sur le champ un tour particulier, propre à l’Angleterre, qui n’a produit tout son effet que de nos jours, mais qui, dès lors, s’il n’avait été éclipsé momentanément par le système de chimie des écoles allemandes, aurait changé la face entière des sciences.

  • 138 [Paracelse, voir Lecon 4, note 72.]
  • 139 [Roses-Croix, voir Lecon 1, note 6.]
  • 140 [Academie des Curieux de la Nature, voir note 91 ci-dessus.]
  • 141 [Théodore Turquet de Mayerne, voir Leçon 10, note 60.]
  • 142 Voir Leçon 4, note 73 [M. de St.-Agy].
  • 143 [Van Helmont, voir Leçon 10, note 66.]
  • 144 [Ubique terrarium, locution latine signifiant « partout » ou « de toute la terre ».]
  • 145 [Joseph Duchesne ou du Chesne, en latin Josephus Quercetanus (né c. 1544 en Armagnac ; mort en 160 (...)
  • 146 [Henri IV, voir Leçon 2, note 57.]
  • 147 [Jean Beguin (né en 1550 ; mort en 1620) ; médecin et chimiste français connu pour ses notes de co (...)
  • 148 [Christophe Glaser (né en 1615 à Bâle ; mort entre 1670 et 1678), pharmacien et démonstrateur de c (...)
  • 149 [Nicolas Lémery (né le 17 novembre 1645 à Rouen ; mort le 19 juin 1715 à Paris), chimiste français (...)

34En Allemagne, c’étaient les idées de Paracelse138 qui dominaient, ses cinq principes chimiques du sel, du soufre, de l’esprit, de la terre et de l’eau. Très longtemps les sociétés secrètes des roses-croix139 subsistèrent dans ce pays à côté de celle des Curieux de la nature140, et il est très probable que plusieurs membres de celle-ci appartenaient également aux premières. Les idées de Paracelse furent importées en France par ceux qui y apportèrent la chimie ; et vous pouvez vous rappeler ce que je vous ai dit dans une dernière séance, que cette science, dans ses applications à la médecine, fut repoussée avec une violence ridicule et fanatique par la Faculté de médecine de Paris. Nous avons vu que Turquet de Mayerne141, par exemple, fut expulsé de cette Faculté, par un décret qui interdisait à tous les médecins de Paris de jamais consulter avec lui142, parce qu’il avait adopté des remèdes de Paracelse et de Van-Helmont143. J’ai relu depuis ce décret ; on y invite non seulement les médecins de Paris, mais ceux de toute la terre, ubique terrarum144, à repousser un pareil monstre. Cependant, les gens qui voulaient être guéris, ou qui se trouvaient bien de ses remèdes, ne laissaient pas de s’en servir. Nous voyons des chimistes même parmi les médecins des rois de France. Duchêne, en Latin Quercetanus145, était médecin d’Henri IV146, et les premiers éléments de chimie ont été écrits par un nommé Beguin147, médecin de ce même roi. Mais les chimistes français étaient tellement en butte aux tracasseries de la Faculté de médecine, que ceux qui introduisirent la chimie à Paris étaient des Allemands. Un des premiers démonstrateurs de cette science au Jardin-du-Roi, fut Glaser148, qui a donné des éléments de chimie, mais toujours d’après les cinq principes. Celui qui écrivit après lui sur ce sujet est Nicolas Lemery149 ; et pendant tout le dix-septième siècle les chimistes de Paris suivirent les mêmes systèmes que ceux d’Allemagne, c’est-à-dire les idées de Paracelse modifiées par celles de Van-Helmont.

  • 150 [Becker, voir Leçon 9, note 89.]

35On peut diviser la chimie en trois espèces : la chimie anglaise, la chimie allemande et la chimie française. Cette dernière était un mélange de la chimie allemande et du système de Becker150, et elle n’est pas la partie la moins curieuse de l’histoire de cette science ; c’est par elle que je commencerai la leçon prochaine.

36La chimie ayant eu assez d’influence sur la physiologie et sur l’anatomie, je suivrai un ordre inverse de celui que j’ai adopté jusqu’à présent. Je commencerai par la chimie et par l’anatomie, et j’arriverai ensuite à la minéralogie, à la botanique et à la zoologie, par laquelle je terminerai ce cours cette année ; car je compte le finir avec le dix-septième siècle, et remettre à l’année prochaine l’histoire du dix-huitième.

Notes

1 [Bacon, voir Leçon 11, notes 19 et 30].

2 [Galilée, voir Leçon 11, notes 20, 42 et 46].

3 [Descartes, voir Tome 1, Leçon 6, note 7.]

4 En dépit des astronomes, on pourrait nier l’existence du vide, en s’appuyant sur la physique. Ainsi tout homme qui a quelques notions de cette science sait, par exemple, que si l’on retire par un coup de piston, une partie de l’air contenu dans la cloche d’une machine pneumatique, ce qui y reste se raréfie de manière à ce que la cloche continue d’être pleine. Que si l’on donne un second coup de piston, l’expansion de l’air augmente ; et si l’on continue de faire agir la pompe, jusqu’à ce que la cloche ne contienne plus que la cent-millionième partie, je suppose, de l’air primitif, cette cent-millionième partie suffira encore pour remplir la cloche ; enfin, jamais et nulle part il n’y aura de vide absolu, les gaz étant doués d’une expansibilité indéfinie. Eh bien, ne pourrait-on pas soutenir que l’espace est une grande cloche, ou il serait impossible qu’il existât un vide parfait, sans qu’aussitôt l’atmosphère ne se raréfiât pour le remplir ? Si l’on n’admettait pas ce raisonnement, il resterait toujours la lumière, pour prouver l’absence du vide, soit qu’on adoptât la théorie de Newton ou de l’émission, soit qu’on admit celle des vibrations. [M. de St.-Agy].

5 [Johannes Kepler (né le 27 décembre 1571 à Weil der Stadt, Saint-Empire Romain ; mort le 15 novembre 1630 à Ratisbonne, Saint-Empire Romain), mathématicien, astronome et astrologue ; personnage clé de la révolution scientifique du dix-septième siècle, principalement connu pour ses lois sur le mouvement des planètes. Ses travaux firent partie des fondations de la théorie de la gravitation universelle de Newton (voir Leçon 11, note 37.]

6 [Nicolas Copernic, voir Leçon 11, note 48.]

7 [Tycho Brahe (né le 14 décembre 1546 à Scanie, alors au Danemark, aujourd’hui en Suède ; mort le 24 octobre 1601 à Prague), noble, astronome et alchimiste danois dont les observations en astronomie contribuèrent de façon importante à la révolution scientifique. Outre ses contributions en astronomie, il fut également célèbre en son temps pour ses contributions en médecine ; ses herbes médicinales furent utilisées jusque dans les années 1900.]

8 [Astronomia nova, seu physica coelestis, tradita commentariis de motibus stellæ Martis, ex observationibus G. V. Tychonis Brahe, jussu & sumptibus Rudolphi II... plurium annorum pertinaci studio elaborata Pragæ..., l’un des plus grands ouvrages d’astronomie à avoir été publié, reposant sur les dix ans de recherche de Kepler sur le mouvement de la planète Mars ; bien que cet ouvrage fut terminé fin 1605, il ne fut publié qu’en 1609 par Gotthard Voegelin à Heidelberg ([38] + 337 p. + [1] f. de pl., ill., in-folio). Les lois du mouvement des planètes de Kepler consistent en trois principes qui décrivent le mouvement des planètes autour du soleil : (1) l’orbite de chaque planète est en ellipse avec le soleil, lequel occupe toujours l’un des deux foyers ; (2) l’aire balayée par un segment entre une planète et le soleil est égale à la durée qui sépare ces deux positions ; et (3) le carré de la période orbitale d’une planète est proportionnel au cube du demi grand axe de son orbite.]

9 [Isaac Newton, voir Leçon 11, note 37.]

10 [La Guerre de Trente Ans, voir Leçon 11, note 66.]

11 [Rodolphe II, voir Leçon 6, note 76.]

12 [Torricelli, voir Leçon 11, note 41.]

13 [Romagne, région historique italienne correspondant à la région actuelle du sud-est de l’Émilie-Romagne, région administrative du nord de l’Italie ; Bologne en est la capitale.]

14 [Benedetto Castelli (né en 1578 à Brescia en Lombardie ; mort le 9 avril 1643 à Rome), mathématicien italien qui aida Galilée dans son étude des tâches solaires et participa à l’étude des théories de Copernic ; de nom de naissance Antonio, il prit le nom de Benedetto lorsqu’il rejoint l’ordre des Bénédictins en 1595.]

15 [La cycloïde est une courbe tracée par un point sur la circonférence d’un cercle qui roule.]

16 [Blaise Pascal (né le 19 juin 1623 à Clermont Ferrand en Auvergne ; mort le 19 août 1662 à Paris), mathématicien, physicien, inventeur, écrivain et philosophe chrétien français ; ses premiers travaux traitèrent des sciences naturelles et des sciences appliquées dans lesquels il fit d’importantes contributions à l’étude des fluides et clarifia les concepts de la pression et du vide en disséminant la recherche d’Evangelista Torricelli (voir Leçon 11, note 41). Il supporta également la méthode scientifique.]

17 [La Tour Saint-Jacques, monument situé dans le ive arrondissement de Paris, au croisement de la rue de Rivoli et de la rue Nicolas Flamel ; tour gothique flamboyante de 52 mètres de haut, ce monument est tout ce qui reste de l’ancienne église du seizième siècle de Saint-Jacques de la Boucherie, laquelle fut rasée peu de temps après la Révolution Française.]

18 [Pascal (voir note 16 ci-dessus) résolut le problème de l’aire des segments de la cycloïde et le centre de gravité des segments ; il résolut également le problème de dimension du solide formé par la rotation de la cycloïde autour de l’axe x.]

19 [Athanase Kircher (né le 2 mai 1601 ou 1602 à Geisa dans le Saint-Empire Romain ; mort le 27 ou le 28 novembre 1680 à Rome), érudit Jésuite allemand et esprit universel qui publia environ quarante ouvrages importants, principalement dans les domaines des études orientales, de la géologie et de la médecine ; on dit de lui qu’il fut le premier érudit à atteindre une réputation mondiale.]

20 [Gaspar Schott (né le 5 février 1608 à Bad Königshofen ; mort le 22 mai 1666 à Würzburg), jésuite et scientifique allemand, connu pour ses contributions dans les domaines de la physique, des mathématiques, et de la philosophie naturelle, et plus particulièrement pour sa recherche sur les instruments hydrauliques et mécaniques.]

21 Kircher [voir note 19 ci-dessus] passe généralement, comme on sait, pour l’inventeur de la lanterne magique [ou Laterna magica, ancien projecteur d’images qui fut peut-être développé par Kircher mais dont l’invention est attribuée à Christiaan Huygens (voir Leçon 11, note 40) dans les années 1650] [M. de St.-Agy].

22 Kircher a mis des hiéroglyphes de son invention sur l’obélisque [Egyptienne de Domitien] de la fontaine [des Quatre Rivières] de la place Navone [Piazza Navona, Rome], aux endroits où les anciennes figures étaient entièrement effacées. Heureusement on en a conservé le souvenir [M. de St.-Agy].

23 [Mundus subterraneus, in XII libros digestus ; quo divinum subterrestris mundi opificium, mira ergasteriorum naturae in eo distributio, vergo pantamorphon protei regnum, universae denique naturae majestas & divitiae, summa rerum varietate exponuntur. Abditorum effectuum causae acri indagine inquisitae demonstrantur ; cognitae per artis & naturae conjugium ad humanae vitae necessarium usum vario experimentorum apparatu, necnon novo modo, & ratione applicantur, imprimé pour la première fois en 1665 by Joannem Janssonium & Waesberge, Amsterdam (2 t. en 1 vol. ([34] + 346 + [6] ; [12] + 487 + [9]), ill., infolio) ; une autre édition parut en 1678 par la même maison d’édition.]

24 Kircher, voulant connaître l’intérieur du [volcan du] Vésuve, se fit descendre dans le principal cratère par un homme vigoureux, qui l’y tint suspendu au moyen d’une corde, jusqu’à ce qu’il eût pleinement satisfait sa curiosité [M. de St.-Agy].

25 [Musaeum Kircherianum sive Musaeum a P. Athanasio Kirchero in Collegio Romano Societatis Jesu jam pridem incoetum nuper restitutum, et auctum, descriptum, et iconibus illustratum, Rome : Georgius Plachus, 1709, 6 f. + 522 + [7] p., pl.]

26 [Filippo Bonanni (né en 1638 à Rome ; mort en 1723) ; érudit Jésuite italien et élève de Kircher qui entreprit la fabrication de lentilles microscopiques qu’il utilisa pour développer l’étude des insectes et autres petits animaux dont la puce ; ses ouvrages couvrent des domaines allant de l’anatomie à la musique. Après la mort de Kircher en 1698, Bonanni fut nommé conservateur du célèbre cabinet de curiosités de Kircher ; il publia en 1709 un catalogue de cette collection sous le titre de Museaem Kircherianum sive Musaeum a P. Athanasio Kirchero in Collegio Romano Societatis Jesu… (voir note 25 ci-dessus.]

27 [Schott, voir note 20 ci-dessus.]

28 [Physica curiosa, sive Mirabilia naturae et artis libris XII. comprehensa, quibus pleraq[ue], quae de angelis, daemonibus, hominibus, spectris, energumenis, monstris, portentis, animalibus, meteoris, & c., Würzburg : Jobus Hertz, 1662, [51] + 770 p. + XXII f. de pl., in-4°.]

29 [Technica curiosa, sive Mirabilia artis, libri XII. comprecomprehensa ; quibus varia experimenta, variaque technasmata pneumatica, hydraulica, hydrotechnica, mechanica, graphica, cyclometrica, chronometrica, automatica, cabalistica, aliaque artis arcana ac miracula, rara, curiosa, ingeniosa, magnamque partem nova & antehac inaudita, eruditi orbis utilitati, delectationi, disceptationique proponuntur, Nuremberg : Jobus Hertz, 1664, [22] + 1044 + [16-84] p., 17 f. de pl., ill., in-4°.]

30 [Magia universalis naturae et artis : sive, Recondita naturalium & artificialium rerum scientia, cujus ope per variam applicationem activorum cum passivis, admirandorum effectuum spectacula, abditarumque inventionum miracula, ad varios human vit usus, eruuntur en quatre volumes, publié non pas après la mort de Schott (voir note 20 ci-dessus), mais de 1657 à 1659 à Würtzburg par Joannis Godefridi Schönwetteri (ill., in-folio) ; cet ouvrage contient de nombreux problèmes mathématiques et expériences physiques, principalement dans les domaines de l’optique et de l’acoustique.]

31 [Otto von Guericke (né le 30 novembre 1602 à Magdebourg ; mort le 21 mai 1686 à Hambourg), scientifique, inventeur et politicien allemand dont les principales contributions scientifiques concernent la physique du vide, la découverte d’une méthode expérimentale servant à prouver la production électrostatique, et son soutien de l’existence de « l’action à distance » et de « l’espace absolu ».]

32 [Robert Boyle (né le 25 janvier 1627 à Lismore en Irlande ; mort le 31 décembre 1691 à Londres), philosophe naturel irlandais, chimiste, physicien et inventeur, connu également pour ses écrits en théologie. Bien que sa recherche trouve ses origines dans la tradition alchimique, Boyle est considéré comme le premier chimiste moderne, l’un des fondateurs de la chimie moderne, et l’un des pionniers de la méthode scientifique expérimentale moderne. Il est connu pour le principe qu’il développa, appelé loi de Boyle, qui décrit la relation inversement proportionnelle entre la pression absolue et le volume d’un gaz si la température est conservée constante dans un système clos.]

33 Sans aucun doute les corporations savantes présentent de grands avantages ; elles peuvent faire ce que des hommes isolés sont hors d’état d’accomplir. Mais il faut qu’elles puissent se multiplier indéfiniment, qu’elles soient complètement libres de leur direction, et exemptes de tout patronage, de toute protection gouvernementale ; car l’administration n’entend ordinairement rien aux sciences ; ce qu’elle a de mieux à faire, c’est de consulter ceux qui les possèdent [M. de St.-Agy].

34 [Bacon, voir Leçon 11, note 19.]

35 [La Nouvelle Atlantide de François Bacon [tr. en françois, et continuée, avec des réflexions sur l’institution et les occupations des académies françoise, des sciences et des inscriptions par Raguet M. R.], Paris : J. Musier, 1702, XII + XIV + 256 p., in-12, voir Leçon 11, notes 34 et 35.]

36 [L’Académie des Lyncées (ou Académie des Lynx ou Accademia dei Lincei) est une académie des sciences italienne située dans le Palais Corsini sur la Via della Lungara à Rome, voir Leçon 4, note 61.]

37 Il [Bacon] avait voulu qu’ils portassent un anneau d’or où était sertie une grosse émeraude, sur laquelle avait été gravée la figure d’un sphinx. Une médaille eût mieux valu pour des savans, s’il leur faut absolument quelque signe de distinction [M. de St.-Agy].

38 [Prince Cesi, voir Leçon 4, note 61.]

39 [Fabius Columna, voir Leçon 4, note 41.]

40 [Giambattista della Porta (né en 1535 à Vico Equense en Italie ; mort le 4 février 1615 à Naples), érudit, esprit universel, et auteur de pièces de théâtre italien qui apporta d’importantes contributions à la philosophie occulte, l’astrologie, l’alchimie, les mathématiques, la météorologie et la philosophie naturelle.]

41 [Francesco Stelluti (né le 12 janvier 1577 à Fabriano ; mort en novembre 1652 à Fabriano), esprit universel italien qui fit des recherches dans les domaines des mathématiques, de l’étude microscopique, de la littérature et de l’astronomie.]

42 [Séverin, voir Leçon 10, note 45.]

43 [Johann Vesling (né en 1598 à Minden, Westphalie ; mort le 30 août 1649 à Padoue) était un anatomiste et botaniste allemand (non Belge) qui, en sa qualité de professeur d’anatomie et de chirurgie à Padoue, entreprit d’importantes études concernant la circulation sanguine et fut l’un des premiers médecins a décrire le cercle artériel du cerveau de Willis (anastomose artérielle permettant l’apport de sang au cerveau et à ses structures environnantes, nomme d’après John Willis ; voir note 59 ci-dessous).]

44 [Spiegel ou Spigelius, voir Leçon 2, note 77.]

45 [Terrentius, voir Leçon 5, note 86.]

46 [Faber, voir Leçon 5, note 87.]

47 [Pape Urbain VIII, voir Leçon 5, note 88.]

48 [Hernandez, voir Leçon 5, note 78.]

49 Il [Cési, voir Leçon 4, note 61] eut de vives discussions à ce sujet avec son père, qui était loin d’éprouver pour ses projets un enthousiasme égal au sien. On rapporte même que Cési le père voulut faire assassiner Jean Eckius [connu également sous le nom de Johannes van Heeck, né en 1574 à Deventer ; mort en 1616 à Rome], médecin hollandais, qui avait donné à Cési fils le goût de l’histoire naturelle. Par suite de cette intention, Eckius s’absenta de l’Italie pendant plusieurs années [M. de St.-Agy].

50 [Philippe II, voir Leçon 2, note 1.]

51 [Sforza, famille régnante de l’Italie de la Renaissance basée à Milan ; cette famille obtint le duché de Milan de la précédente famille régnante des Visconti au milieu du quinzième siècle et le perdit au profit de la famille espagnole des Habsbourg environ un siècle plus tard.]

52 [Francesco Barberini (né le 23 septembre 1597 à Florence ; mort le 10 décembre 1679 à Rome), cardinal catholique italien, neveu du Pape Urbain VIII (voir Leçon 5, note 88) ; il bénéficia fortement du népotisme pratiqué par son oncle et obtint différents postes au sein de l’administration du Vatican, mais ses intérêts culturels personnels, en particulier en littérature et en arts, fit de lui un mécène de grande importance.]

53 [Nova Atlantis, voir Leçon 11, note 35.]

54 [Janus Plancus ou Jano Placo était le pseudonyme de Giovanni Paolo Simone Bianchi (né le 3 janvier 1693 à Rimini ; mort le 3 décembre 1775 à Rimini), anatomiste, archéologue et zoologue italien qui écrivit de nombreux textes médicaux mais qui est principalement connu pour son ouvrage intitulé De Conchis minus notis liber cui accessit specimen aestus reciproci maris superi ad littus portumque Arimini (Venise : Joannis Baptistae Pasquali, 1739, 88 p. + 5 pl., grav. sur cuivre, ill., in-4°) ; son histoire de l’Académie des Lyncées de Rome parut dans une édition de 1744 (et non pas de 1664) de Phytobasanos cui accessit vita Fabi et Lynceorum notitia adnotationesque in phytobasanon Jano Planco Ariminensi auctore... de Fabius Columna, Milan : I. P. Aere & Petri Caietani Viviani, LII + 134 + [2] p. + XXXVIII f. de pl., grav. sur cuivre, in-4° (voir Leçon 4, note 47).]

55 [Feliciano Scarpellini (né le 20 octobre 1762 à Foligno ; mort le 29 novembre 1840 à Rome), abbé et astronome italien dont les efforts menés pour raviver l’Académie des Lyncees au debut du dix-neuvième siècle furent infructueux ; un renouveau d’activités ne se produisit qu’en 1847 lorsque le Pape Pie IX (né le 13 mai 1792 à Senigallia ; mort le 7 février 1878 au Vatican) recréa une Académie Pontificale des Sciences, académie qui existe toujours aujourd’hui.]

56 [Société Royale de Londres pour l’Amélioration du Savoir Naturel, voir Leçon 8, note 96.]

57 [Charles Ier, voir Leçon 2, note 101.]

58 [Boyle, voir note 32 ci-dessus.]

59 [John Willis (années 1660), physicien anglais et ardent disciple de l’Eglise d’Angleterre, connu pour sa foi et ses organisations caritatives basées sur la foi, qui aida à l’instauration de la Société Royale de Londres.]

60 [Thomas Willis (né le 27 janvier 1621 à Great Bedwyn, Wiltshire ; mort le 11 novembre 1675 à Londres), médecin anglais qui joua un rôle important dans l’histoire de l’anatomie, de la neurologie et de la psychiatrie ; il fut l’un des membres fondateurs de la Société Royale de Londres.]

61 [John Wilkins (né le 14 février 1614 à Fawsley, Northamptonshire ; mort le 19 novembre 1672 à Londres), homme d’église anglais, philosophe naturel et écrivain, il fut également l’un des fondateurs de la Société Royale de Londres ; il fut Évêque de Chester de 1668 jusqu’à sa mort.]

62 [Cromwell, voir Leçon 8, note 93.]

63 [Edward Hyde, Premier Comte de Clarendon (né le 18 février 1609 à Wiltshire ; mort le 9 décembre 1674 à Rouen), homme d’état et historien anglais, il fut également l’un des conseillers les plus importants du roi Charles II.]

64 [Charles II, voir Leçon 8, note 96.]

65 [Philosophical Transactions (Transactions Philosophiques), journal scientifique publié par la Société Royale de Londres (voir Leçon 8, note 96). Établi en 1665, ce journal est le premier journal au monde exclusivement réservé à la science, et il a la réputation d’être le journal scientifique le plus ancien au monde. Le Journal des savans, qui le précéda légèrement, peut aussi se vanter d’être le premier journal de sciences au monde bien qu’il contint également une grande variété de sujets non-scientifiques. L’utilisation du mot « philosophique » dans le titre fait référence à la « philosophie naturelle » qui était l’équivalent de ce que nous appellerions aujourd’hui la « science ».

66 [Robert Hooke (né le 28 juillet 1635 à Freshwater, Île de Wight ; mort le 3 mars 1703 à Londres), philosophe naturel, architecte et esprit universel anglais, il fut le premier à étudier et noter les cellules à l’aide d’un microscope.]

67 [Thomas Willis, voir note 60 ci-dessus.]

68 [John Mayow (né le 24 mai 1641 ; mort en octobre 1679 à Londres), chimiste, physicien et physiologiste connu pour sa recherche sur la respiration et la nature de l’air, un domaine connu parfois sous le nom de chimie pneumatique.]

69 [George Ent (né le 6 novembre 1604 à Sandwich, Kent ; mort le 13 octobre 1689 à St. Gilles-in-the-Fields), scientifique anglais principalement spécialisé en anatomie ; membre de la Société Royale de Londres et du Collège Royal des Médecins, il est surtout connu pour ses relations avec William Harvey (voir Leçon 2, note 72) et son livre Apologia pro circulatione sanguinis qua respondetur Aemilio Parisano medico Veneto (Londres : excud. Robert Young et venales extant apud Guillaume Hope, 1641, 284 p., in-8°), ouvrage soutenant la recherche d’Harvey.]

70 [Kenelm Digby (né le 11 juillet 1603 à Gayhurst, Buckinghamshire ; mort le 11 juin 1665), courtisan et diplomate anglais ; philosophe naturel de grand renom connu également comme leader intellectuel de l’Église Catholique, il fut l’un des membres fondateurs de la Société Royale et membre du conseil d’administration de cette organisation de 1662 à 1663.]

71 [William Petty (né le 26 mai 1623 à Romsey ; mort le 16 décembre 1687 à Londres), économiste, philosophe, scientifique, inventeur, et entrepreneur anglais ; membre fondateur de la Société Royale de Londres.]

72 [Isaac Barrow (né en octobre 1630 à Londres ; mort le 4 mai 1677 à Londres), théologien chrétien et mathématicien anglais de renom, connu pour son rôle dans le développement du calcul infinitésimal, en particulier pour sa découverte du théorème fondamental de l’analyse.]

73 [Sir Isaac Newton (né le 25 décembre 1642 à Woolsthorpe-by-Colsterworth, Lincolnshire ; mort le 20 mars 1727 à Kensington), physiciste et mathématicien anglais, considéré comme l’un des hommes de science les plus influents de tous les temps, voir Leçon 11, note 37.]

74 [Henry Oldenburg (né c. 1619 à Brême ; mort le 5 septembre 1677 à Londres), théologien allemand connu comme diplomate et philosophe naturel. Lors de la fondation de la Société Royale de Londres, il fut en charge de la correspondance étrangère ; comme premier secrétaire et éditeur fondateur des Philosophical Transactions (Transactions Philosophiques), il prit l’habitude d’envoyer les manuscrits à des experts pour qu’ils puissent juger de leur qualité avant leur publication, commençant ainsi le processus de revue des manuscrits par des pairs, processus devenu une pratique standard de nos jours.]

75 [Mémoires de l’Académie des Sciences de Paris, journal scientifique de l’Académie Française des Sciences, fondée en 1666 par Louis XIV (voir Leçon 8, note 86) à la suggestion de Jean-Baptiste Colbert (politicien français qui fut ministre des finances en France de 1665 à 1683 sous le règne du roi Louis XIV ; né le 29 août 1619 à Reims ; mort le 6 septembre 1683 à Paris) pour encourager et protéger l’esprit de la recherche scientifique française. Cette Académie fut au premier plan des développements scientifiques en Europe au dix-septième et dix-huitième siècle et l’une des premières académies des sciences.]

76 [L’Académie des Lyncées (ou Académie des Lynx ou Accademia dei Lincei) est une académie des sciences italienne située dans le Palais Corsini sur la Via della Lungara à Rome, voir Leçon 4, note 61.]

77 [L’Accademia de Cimento était une organisation scientifique fondée à Florence en 1657 par les étudiants de Galilée, Borelli (voir note 79 ci-dessous) et Vincenzo Viviani.]

78 [Ferdinand II de Médicis (né le 14 juillet 1610 à Florence ; mort le 23 mai 1670 à Florence), Grand-Duc de Toscane de 1621 à 1670 ; son règne, qui dura 49 ans, fut marqué par la fin de la banque des Médicis et le début du long déclin économique de Toscane.]

79 [Giovanni Alfonso Borelli (né le 28 janvier 1608 à Naples ; mort le 31 décembre 1679 à Rome), physiologiste, médecin et mathématicien italien qui contribua au principe moderne de la recherche scientifique en perpétuant l’usage instauré par Galilée de vérification des hypothèses par l’observation. Mathématicien de formation, Borelli fit également des recherches sur les satellites de Jupiter, la mécanique du mouvement animal et, au microscope, de la composition du sang. Il utilisa également l’étude au microscope dans sa recherche du mouvement de l’estomac des plantes et entreprit des études en médecine et en géologie.]

80 [Francesco Redi (né le 19 février 1626 à Arezzo ; mort le 1er mars 1697 à Pise), médecin, naturaliste et poète italien ; il fut le premier scientifique à remettre en question la doctrine de la génération spontanée en prouvant que les asticots proviennent des œufs des mouches. Il fut également le premier à identifier et à décrire de façon correcte les détails de nombreux parasites importants, ce qui lui vaut d’être considéré à juste titre par de nombreux historiens et scientifiques comme le père de la parasitologie moderne et le fondateur de la biologie expérimentale.]

81 [Nicolas Sténon ou Niels Stensen (né le 11 janvier 1638 à Copenhague ; mort le 5 décembre 1686 à Schwerin dans le Duché de Mecklenburg-Schwerin), évêque et scientifique danois, il fut un pionnier en anatomie, paléontologie, géologie, stratigraphie, et cristallographie ; nombre de ses observations et découvertes sont toujours reconnues aujourd’hui. Sa recherche et les principes qu’il formula sur les fossiles et la formation des roches font de lui l’un des fondateurs de la stratigraphie et de la géologie moderne.]

82 [Thomas Bartholin (né le 20 octobre 1616 à Malmö ; mort le 4 décembre 1680 à Copenhague), médecin, mathématicien et théologien danois, connu pour sa contribution dans la découverte du système lymphatique chez les humains et les avancées qu’il apporta à la théorie d’anesthésie par réfrigération ; il fut en effet le premier à décrire cette théorie de façon scientifique.]

83 [Léopold de Médicis (né le 6 novembre 1617 à Florence ; mort le 16 novembre 1675 à Florence), cardinal et érudit italien, protecteur des arts et gouverneur de Sienne ; frère de Ferdinand II de Médicis, Grand-Duc de Toscane (voir note 78 ci-dessus).]

84 [Grand-Duché de Toscane, monarchie du centre de l’Italie qui exista sans interruption de 1569 à 1859. La Toscane fut tout d’abord gouvernée par la Maison des Médicis (voir Leçon 10, note 33) jusqu’à l’extinction de sa branche supérieure en 1717. Bien qu’il ne fut pas aussi renommé que l’ancienne république, le Grand-Duché prospéra sous les Médicis et fut l’objet d’un succès sans précédent en matière économique et militaire sous le règne de Côme Ier (voir Leçon 7, note 87) et ses fils, jusqu’au règne de Ferdinand II (voir note 78 ci-dessus) dont le règne vit le début du long déclin économique de l’état. Le Grand-Duché atteint son apogée sous Côme III (né le 14 août 1642 à Florence ; mort le 31 octobre 1723 à Florence ; fils aîné du Grand-Duc Ferdinand II et avant-dernier Grand-Duc de Toscane de la branche des Médicis, au pouvoir de 1670 à 1723.)]

85 [Côme de Médicis, connu également sous le nom de Côme l’Ancien (né le 27 septembre 1389 à Florence ; mort le 1er août 1464 à Careggi), le premier membre de la dynastie politique des Médicis, souverains de facto de Florence pendant presque toute durée de la Renaissance Italienne ; son pouvoir provenait de sa grande richesse comme banquier ; il fut un grand protecteur de l’enseignement, des arts, et de l’architecte.]

86 [Laurent de Médicis (né le 1er janvier 1449 à Florence ; mort le 9 avril 1492 à Careggi), homme d’état italien et gouverneur de facto de la République de Florence lors de la Renaissance Italienne. Connu sous le nom de Laurent le Magnifique par les Florentins contemporains, il était un diplomate, un politicien, et un protecteur des hommes de lettres, artistes et poètes. Peut-être est-il mieux connu pour ses contributions dans le monde artistique, donnant de grandes sommes d’argent aux artistes et les encourageant à créer des œuvres d’art.]

87 [Lorenzo l’Ancien (né c. 1395 à Florence ; mort le 23 septembre 1440 à Careggi), banquier italien de la Maison des Médicis à Florence, frère cadet de Côme de Médicis l’Ancien (voir note 85 ci-dessus) et fondateur de la lignée familiale Popolani.]

88 Cette traduction [Tentamina Experimentorum Naturalium in Accademia del Cimento : sub auspiciis serenissimi principis Leopoldi, Magni Etruriæ ducis et ab ejus academiæ secretario conscriptorum : ex italico in latinum sermonem conversa. Quibus commentarios, nova experimenta, et orationem de methodo instituendi experimenta physica addidit Petrus van Musschenbroek, Leyde : Johannes Verbeek, 1731, [16] + XLVIII + [12] + 193 + [1] + 192 + [14] p. + [33] f. de pl. dépl., ill., in-4°] vaut beaucoup mieux que l’original, à cause des notes que [Pieter van] Musschenbroek [né le 14 mars 1692 à Leyde ; mort le 19 septembre 1761 à Leiden ; scientifique hollandais et professeur à Duisburg, Utrecht, et Leide, où il occupa des postes en mathématiques, philosophie, médecine et astrologie] y a jointes et des nombreuses additions qu’il y a faites. Dans une de ces additions, Musschenbroek a décrit un pyromètre [genre de thermomètre utilise pour mesurer les fortes températures] de son invention : c’est le premier instrument de cette nature qui ait paru [M. de St.-Agy].

89 [Cardinal Léopold de Médicis (mort le 16 novembre 1675) ; voir note 83 ci-dessus.]

90 Il paraît que leur dispersion fut aussi le résultat de quelques discordes [M. de St.-Agy].

91 [Académie Impériale des Curieux de la Nature ou Academia Naturae Curiosorum, est l’académie nationale allemande connue sous le nom de Deutsche Akademie der Naturforscher Leopoldina jusqu’en 2007, lorsque cette académie fut renommée l’Académie Nationale d’Allemagne. Appelée Leopoldina, cette académie fut créée dans la ville de Schweinfurt le 1er janvier 1652 par quatre membres fondateurs, tous médecins : Johann Lorenz Bausch (né le 30 septembre 1605 à Schweinfurt ; mort le 17 novembre 1665 à Schweinfurt), premier président de la société ; Johann Michael Fehr (né le 9 mai 1610 à Kitzingen ; mort le 15 novembre 1688 à Schweinfurt) ; Georg Balthasar Metzger (né le 23 septembre 1623 à Schweinfurt ; mort le 9 octobre 1687 à Tübingen) et Georg Balthasar Wohlfarth (né le 11 juin 1607 ; mort le 31 janvier 1674).]

92 [Johann Lorenz Bausch, voir note 91 ci-dessus.]

93 [Johann Michael Fehr, voir note 91 ci-dessus.]

94 [Académie des Arcadiens, Accademia degli Arcadi, or Accademia dell’Arcadia, académie littéraire italienne fondée à Rome en 1690 ; son nom officiel complet était Pontificia Accademia degli Arcadi.]

95 [Les Argonautes, groupe de héros dans la mythologie grecque qui, dans les années qui précédèrent la Guerre de Troie, accompagnèrent Jason à Colchis lors de sa quête de la Toison d’Or. Leur nom vient de leur bateau, l’Argo, appelé ainsi d’après son constructeur, Argus ; « Argonautes » signifie « les marins d’Argo. »]

96 [Philipp Jakob Sachs von Lewenhaimb (né le 26 août 1627 à Breslau ; mort le 7 janvier 1672 à Breslau), médecin et naturaliste allemand ; éditeur du premier journal scientifique dans le domaine de la médecine et de l’histoire naturelle, Miscellanea Academiae naturae Curiosorum, et auteur de Ampelographia sive Vitis viniferae ejusque partium consideratio, Leipzig : Christiani Michaelis, 1661, [54] + 670 + 70 + [34] + 1 f. de pl. dépl., in-8°.]

97 [Empereur Léopold Ier, voir Leçon 8, note 86.]

98 [Miscellanea Academiae naturae Curiosorum, seu Ephemerides medico-physicae, voir note 96 ci-dessus.]

99 [Leibnitz, voir Tome 1, Leçon 6, note 22.]

100 [Lagographia curiosa, seu leporis descriptio juxto methodum & leges Augustae ac Imperialis Academiae Leopoldinae nat. curios. adornata, Selectisque observationibus & curiositatibus conspersa..., Augsburg : Johann Jacob Schönigii, 1691, [30] + 408 + [4] p. + 1 f. de pl., gr., in-8° ; Elephantographia curiosa, seu elephanti descriptio, juxta methodum et leges imperialis academiae Leopoldino-Carolinae naturae curiosorum adornata, multisqve selectis observationibus physicis, medicis et jucundis historiis referta, cum figuris aeneis..., Erfurt : Johann Heinrich Grosch, 1715, 15 + 284 + 1 p., ill., 27 pl. ; Salamandrologia curiosa, descriptio historico-philologico- philosophico-medica salamandrae quae vulgò in igne vivere creditur, Nuremberg : Johannis Michaelis Sporlini, 1683, [6] + 133 + [14] p. + 5 pl., in-4° ; Astrologia curiosa: malgre une recherche approfondie des sources litteraires, nous n’avons pu identifier une publication portant ce titre.]

101 [L’Académie Française des Sciences également appelée Académie Royale des Sciences, est une organisation de gens lettrés fondée en 1666 par Louis XIV (voir Leçon 8, note 86) à la suggestion de Jean-Baptiste Colbert (voir note 75 ci-dessus) pour encourager et protéger l’esprit scientifique français. Elle était à l’avant-garde des développements scientifiques en Europe du dix-septième et du dix-huitième siècle, et est l’une des plus anciennes Académies des Sciences.]

102 [Cardinal de Richelieu, voir Leçon 7, note 153.]

103 [Pierre Rémond de Montmort (né le 27 octobre 1678 à Paris ; mort le 7 octobre 1719 à Paris), mathématicien français connu principalement pour son livre sur les probabilités intitulé Essay d’analyse sur les jeux de hazard, Paris : Jacque Quillau, 1713, xlii + 415 p. + [3] f. dépl., ill.]

104 [Melchisédech ou Melchisédec Thévenot (né c. 1620 ; mort le 29 octobre 1692 à Issy), auteur, homme de sciences, voyageur, cartographe, orientaliste, inventeur et diplomate français. Riche protecteur de nombreux hommes de sciences et mathématiciens, il eut également une influence sur la création de l’Académie Royale des Sciences (voir note 101 ci-dessus).

105 [Pierre Michon Bourdelot (né le 2 février 1610 à Senlis ; mort le 9 février 1685 à Paris), médecin, anatomiste, libertin et libre penseur français ; il participa à l’établissement de l’Académie Française des Sciences et fonda en 1640 l’Académie Bourdelot, un cercle réservé aux scientifiques, philosophes, et auteurs qui se rencontraient deux fois par mois.]

106 [Sténon, voir note 81 ci-dessus.]

107 [Paolo Silvio Boccone (né le 24 avril 1633 à Palerme ; mort le 22 décembre 1704 à Altofonte), botaniste et moine italien de Sicile dont l’intérêt pour les plantes commença à un très jeune âge ; né d’une famille riche, il put dédier la plus grande partie de sa vie à l’étude de l’histoire naturelle.]

108 [Colbert, voir note 75 ci-dessus.]

109 [Louis XIV, voir Leçon 8, note 86.]

110 [Jean-Baptiste Duhamel (né le 11 juin 1624 à Vire en Normandie ; mort le 6 août 1706 à Paris), homme du clergé français, philosophe naturel et premier secrétaire de l’Académie Royale des Sciences. En tant que premier secrétaire de cette académie, l’Académie, mais n’ayant eu que très peu ou aucune influence sur les affaires administratives et l’organisation de cette Académie, sa renommée et son influence sur l’Académie et l’évolution de la science en France en souffrirent.]

111 [Dominique Cassini (né le 8 juin 1625 à Perinaldo ; mort le 14 septembre 1712 à Paris), mathématicien, astronome, ingénieur et astrologue franco-italien, surtout connu pour sa découverte des quatre satellites de Saturne et la division des anneaux de Saturne. Il fut également le premier de sa famille à commencer à travailler sur le projet de création d’une carte topographique de la France.]

112 [Memoirs for a natural history of animals, containing the anatomical descriptions of several creatures dissected by the Académie Royale des Sciences at Paris, œuvre contenant les descriptions anatomiques de plusieurs créatures disséquées par l’Académie Royale des Sciences, imprimé par Joseph Streater, Londres : 1688, [18] + 267 + [17] + 40 p. + [35] pl., ill. ; voir également Mémoires pour servir à l’histoire naturelle des animaux [Fragments de l’édition de 1688], [Paris] : [Imprimerie royale], [1688], 124 p. + [20] f. de pl. gr. s. c., in-folio.]

113 [Claude Perrault (né le 25 septembre 1613 à Paris ; mort le 9 octobre 1688 à Paris), architecte français connu pour avoir conçu l’aile est du Palais du Louvre à Paris, appelée Colonnade de Perrault. Il fut également renommé comme médecin, anatomiste, et auteur ; il écrivit des traités sur la physique et l’histoire naturelle.]

114 [Joseph Guichard Duverney (né le 5 août 1648 à Feurs ; mort le 10 septembre 1730 à Paris), anatomiste français qui publia l’un des premiers ouvrages complets sur l’otologie : Traité de l’organe de l’ouïe, contenant la structure, les usages et les maladies de toutes les parties de l’oreille, Paris : Estienne Michallet, 1683, [24] + 210 p. + XVI f. de pl. dépl., in-12.]

115 [Philippe de Lahire ou de la Hire (né le 18 mars 1640 à Paris ; mort le 21 avril 1718 à Paris), mathématicien et astronome français dont la recherche couvrait également les domaines de la zoologie descriptive, l’étude de la respiration et l’optique physiologique.]

116 [L’Observatoire de Paris, observatoire astronomique de France et l’un des plus grands centres d’astronomie du monde. Ses locaux historiques sont situés sur la Rive Gauche de la Seine dans le centre de Paris. On doit sa fondation aux ambitions de Jean-Baptiste Colbert (voir note 75 ci-dessus) qui souhaitait étendre le pouvoir maritime et le commerce international français au dix-septième siècle. Louis XIV en promut la construction qui commença en 1667 et se termina en 1671. Il est donc antérieur de quelques années à l’Observatoire Royal de Greenwich en Angleterre qui fut fondé en 1675.]

117 [Cassini, voir note 111 ci-dessus.]

118 [Ole Christensen Roemer ou Rømer (né le 25 septembre 1644 à Århus ; mort le 19 septembre 1710 à Copenhague, astronome danois qui, en 1676, prit les premières mesures quantitatives de la vitesse de la lumière.]

119 [Wilhelm Homberg (né le 8 janvier 1652 à Batavia, Jakarta d’aujourd’hui ; mort le 24 septembre 1715 à Paris), philosophe naturel hollandais qui apporta d’importantes contributions à la chimie et la physique.]

120 [Denis Dodart (né en 1634 ; mort le 5 novembre 1707 à Paris), médecin, naturaliste, et botaniste français, peut-être mieux connu pour sa recherche sur la respiration des plantes et leur croissance. Il collabora avec le graveur français Nicolas Robert (né le 18 avril 1614 à Langres ; mort le 25 mars 1685 à Paris ; miniaturiste et graveur de Louis XIV) sur plusieurs œuvres illustrées dont Mémoires pour servir à l’Histoire des Plantes (Paris : Imprimerie Royale, 1679, [16] + 329 + [3] p., in-12) et Estampes pour servir à l’histoire des plantes (Paris : Imprimerie Royale, 1701, 2 vol., in-folio).]

121 [Claude Bourdelin (né en 1621 près de Lyon ; mort le 15 octobre 1699 à Paris), apothicaire et chimiste français dont l’importance réside dans le message qu’il apporta à certains de ses contemporains et ses successeurs, déclarant clairement que le progrès en connaissance chimique nécessitait moins l’usage d’anciennes méthodes expérimentales que l’élaboration d’hypothèses servant de base pour la recherche.]

122 [Samuel Cottereau Duclos ou du Clos (né en 1598 à Paris ; mort en 1685 à Paris), chimiste français, membre de l’Académie Royale des Sciences depuis sa fondation jusqu’en 1666, et auteur de l’ouvrage Observations sur les eaux minérales de plusieurs provinces de France faites en l’Académie Royale des Sciences en l’année 1670 & 1671, Paris : Imprimerie Royale, 1675, 203 + [7] p., ill., gr. s. c., in-8°).]

123 [Recueil des plantes dessinées et gravées par ordre du roi Louis XIV (Collection de plantes dessinée et gravée sur ordre du Roi Louis XIV), 319 plaques en trois volumes, par Denis Dodart et Nicolas Roberts, Paris : Imprimerie Royale, 1701 (voir note 120 ci-dessus).]

124 [Jean-Paul Bignon (né le 19 septembre 1662 à Paris ; mort le 14 mars 1743 à Île Belle), abbé, homme d’état, écrivain, prêcheur, et bibliothécaire du Roi Louis XIV.]

125 [Louis Phélypeaux (né en 1643 ; mort en 1717), Marquis de Phélypeaux (1667), Comte de Maurepas (1687), Comte de Pontchartrain (1699), connu sous le titre de Chancelier de Pontchartrain, homme politique qui occupa le poste de Secrétaire d’État de la Marine, Secrétaire d’État de la Maison du Roi, Contrôleur Général des Finances, et Chancelier de France.]

126 [Bernard Le Bovier ou Le Bouyer de Fontenelle (né le 11 février 1657 à Rouen ; mort le 9 janvier 1757 à Paris), auteur et personnage populaire des cercles instruits de l’époque en France, il occupa une position d’estime uniquement comparable à celle de Voltaire (voir Leçon 9, note 36). Mais contrairement à Voltaire, Fontenelle évita de se faire des ennemis. Il compensa son penchant pour la critique universelle par la flatterie et la révérence envers les individus cibles de la société aristocratique.]

127 [Souverain de la Marche de Brandebourg, voir Leçon 6, note 26.]

128 [Leibnitz, voir Tome 1, Leçon 6, note 22.]

129 [Pierre le Grand ou Pyotr Alexeyevich (né le 9 juin 1672 à Moscou ; mort le 8 février 1725 à Saint-Pétersbourg), Tsar et Grand Prince de Russie de 1682 à 1721, et Empereur de Russie de 1721 jusqu’à sa mort. Il co-regna jusqu’en 1696 avec son jeune demi-frère Ivan V Alekseyevich (né le 6 septembre 1666 à Moscou ; mort le 8 février 1696 a Moscou). Grace à de nombreuses guerres qu’il remporta, il étendit son Empire et en fit une grande puissance européenne, menant une révolution culturelle qui remplaça un système social et politique, médiéval et traditionnel, par un système rationaliste et scientifique, oriente vers l’Europe.]

130 [Catherine Ière ou Marfa Samuilovna Skavronskaya (née le 15 avril 1684 ; morte le 17 mai 1727 a Saint-Petersbourg), deuxième femme de Pierre Ier de Russie (voir note 129 ci-dessus) qui régna comme Impératrice de Russie de 1725 jusqu’à sa mort.]

131 [Pierre II Alekseyevich (né le 23 octobre 1715 à Saint-Petersbourg ; mort le 30 janvier 1730 à Moscou), Empereur de Russie de 1727 jusqu’à sa mort ; fils unique du tsarevitch Alexis Petrovitch (né le 28 février 1715 a Moscou ; mort le 7 juillet 1718 à Saint-Pétersbourg ; fils de Pierre Ier de Russie (voir note 129 ci-dessus) ne de sa première femme Eudoxie Lopoukhine (née le 9 aout 1669 à Moscou ; morte le 7 septembre 1731 à Moscou) et de la Princesse Charlotte (née le 28 aout 1694 à Wolfenbuttel ; morte le 2 novembre 1715 à Saint-Pétersbourg).]

132 [Anne de Russie ou Anna Ioannovna (née le 7 février 1693 a Moscou ; morte le 28 octobre 1740 à Saint-Petersbourg) regna comme Duchesse de Courland de 1711 à 1730 et comme Impératrice de Russie de 1730 à 1740.]

133 [Comte Luigi Ferdinando Marsigli (ou Marsili) (né le 10 juillet 1658 a Bologne ; mort en 1730), soldat et naturaliste italien connu pour son ouvrage en six volumes richement illustre contenant de nombreuses informations historiques et scientifiques de valeur sur la riviere du Danube : Danubius Pannonico-Mysicus: observationibus geographicis, astronomicis, hydrographicis, historicis, physicis perlustrarus…, La Haye : Pierre Gosse, Rutgert Christophle Alberts & Pierre de Hondt, 1726, 3 tomes en 6 vol., ill., 33 cartes (dépliants), plans, 255 pl.]

134 [Homberg, voir note 119 ci-dessus.]

135 [Duclos, voir note 122 ci-dessus.]

136 [Bourdelin, voir note 121 ci-dessus.]

137 [Nouvelle Atlantis de Bacon, voir Lecon 11, note 35.]

138 [Paracelse, voir Lecon 4, note 72.]

139 [Roses-Croix, voir Lecon 1, note 6.]

140 [Academie des Curieux de la Nature, voir note 91 ci-dessus.]

141 [Théodore Turquet de Mayerne, voir Leçon 10, note 60.]

142 Voir Leçon 4, note 73 [M. de St.-Agy].

143 [Van Helmont, voir Leçon 10, note 66.]

144 [Ubique terrarium, locution latine signifiant « partout » ou « de toute la terre ».]

145 [Joseph Duchesne ou du Chesne, en latin Josephus Quercetanus (né c. 1544 en Armagnac ; mort en 1609), médecin et chimiste français, médecin ordinaire du roi de France Henri IV ; partisan de Paracelse, il est connu pour ses théories en alchimie.]

146 [Henri IV, voir Leçon 2, note 57.]

147 [Jean Beguin (né en 1550 ; mort en 1620) ; médecin et chimiste français connu pour ses notes de conférence publiées sous le titre de Tyrocinium chymicum e naturae fonte et manuali experientia depromptum… (Chimie pour Débutants), Paris : [s. n.], 1610, 70 p., in-8°), considéré par beaucoup comme le premier manuel scolaire de chimie (en opposition a l’alchimie) ; une édition postérieure datée de 1615 (Cologne : Antomium Boetzerum, 90 p., portr. sur bois grav., in-12) contient la première équation chimique et les premiers diagrammes de réactions rudimentaires montrant les résultats de réactions avec deux agents réactifs ou plus.]

148 [Christophe Glaser (né en 1615 à Bâle ; mort entre 1670 et 1678), pharmacien et démonstrateur de chimie au Jardin du Roi à Paris, connu pour son Traité de la chymie enseignant par une briève et facile méthode toutes ses plus nécessaires préparations (Paris : [s. n.], 1663, [16] + 378 + [3] p., ill.), ouvrage qui connut quelques dix éditions en vingt-cinq ans environ, et fut traduit en allemand et en anglais.]

149 [Nicolas Lémery (né le 17 novembre 1645 à Rouen ; mort le 19 juin 1715 à Paris), chimiste français qui fut l’un des premiers à développer des théories sur la chimie acide.]

150 [Becker, voir Leçon 9, note 89.]

Table des illustrations

Légende L’arche de NoéL’embarquement des animaux. Gravure extraite de l’Arca Noé de Kircher (1675). Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2881/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M

© Publications scientifiques du Muséum, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540