Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cuvier’s History of the Natural Sciences

 | 
Georges Cuvier

4. The Scientific Method and Foundations of Societies and Academies

11. La méthode scientifique : Bacon, Galilée & Descartes

Texte intégral

Francis Bacon Portrait de John Vanderbank (1694-1739) d’après un artiste inconnu (c. 1618) National Portrait Gallery.

1Messieurs,

  • 1 [Valentin, voir Leçon 10, note 9.]
  • 2 [Paracelse, voir Leçon 4, note 72 ; et Leçon 10].
  • 3 [Van Helmont, voir Leçon 10, note 66].

2Dans la séance précédente, je vous ai tracé la marche de la chimie à partir de l’époque que l’on peut appeler celle de la renaissance des sciences, aussi bien que l’époque de la renaissance des lettres, jusqu’à la moitié du dix-septième siècle. Vous avez vu que cette science ne commença pas, comme les autres, par s’appuyer sur les anciens ; qu’elle débuta par des expériences, mais que ces expériences furent exposées en termes métaphoriques, qu’elles furent rattachées à une doctrine mystique dans laquelle on faisait intervenir des intelligences célestes, et qui touchait beaucoup plus à la charlatanerie qu’à cette netteté et à cette franchise avec lesquelles les vérités naturelles doivent être exprimées. Nous avons remarqué cependant plusieurs découvertes, plusieurs procédés nouveaux, et des produits fort importants, soit pour la science elle-même, soit pour les arts, et pour la médecine. Parmi les auteurs de ces travaux, nous avons surtout distingué Basile Valentin1, Paracelse2 et Van-Helmont3, les triumvirs de cette chimie alchimique et mystique qui ressuscitait, pour ainsi dire, au milieu du seizième siècle, l’état des autres sciences pendant ces temps que j’ai appelés l’époque religieuse.

  • 4 [Johann Rudolf Glauber (né le 10 mars 1604 à Karlstadt sur le Main ; mort le 16 mars 1670 à Amster (...)
  • 5 [Sel de Glauber, voir note 4 ci-dessus.]

3Je dois ajouter aux noms que je vous ai cités ceux de quelques hommes qui méritent de n’être pas totalement oubliés, quoique plusieurs d’entre eux soient encore des alchimistes plutôt que de véritables chimistes. Tel est, d’abord, Jean-Rodolphe Glauber4, qui appartient tout-à-fait à l’école alchimique, par le ton de ses ouvrages et leurs titres merveilleux. La science lui est redevable de quelques produits nouveaux. Tout le monde sait que le sulfate de soude porte encore le nom de sel de Glauber5, parce que c’est ce chimiste qui, le premier, en a fait la découverte.

  • 6 [Lord Digby est Sir Kenelm Digby (né le 11 juillet 1603 à Gayhurst, dans le Buckinghamshire ; mort (...)
  • 7 [La Conspiration des Poudres de 1605 fut une tentative infructueuse d’assassinat contre le roi Jac (...)
  • 8 D’autres historiens rapportent qu’il mourut à Londres, de la pierre [Fibrodysplasie ossifiante pro (...)
  • 9 Un motif tout à fait touchant l’anima dans ses travaux chimiques ; il désirait préserver de la mor (...)
  • 10 [La Poudre de sympathie, ou onguent d’arme, est une forme de thérapie sympathique commune dans l’E (...)

4On peut encore ajouter aux chimistes à moitié charlatans, le chevalier Digby6, Anglais, né d’un père qui fut exécuté à Londres pour avoir pris part à la conspiration des poudres contre Jacques Ier7. Digby le fils était né en 1603 ; il passa une grande partie de sa vie à Paris, où il mourut en 16658. Il se livrait à des expériences chimiques dans des vues de médecine9 ; c’est lui qui composa et répandit la poudre de sympathie, qui n’est autre chose qu’une poudre calcinée10. Il a émis, sur les substances organiques, sur la végétation des plantes, des opinions qu’il appuyait d’expériences fallacieuses.

5Il prétendait, par exemple, qu’on pouvait voir se former sur la glace des lessives de plantes, à mesure que les aiguilles de cette glace se disposaient sous différents angles, l’effigie des feuilles et des plantes dont les lessives avaient été tirées. Cette assertion est tout-à-fait fabuleuse.

  • 11 [Jean Rey (né c. 1583 au Bugue ; mort en 1645 au Bugue), médecin et chimiste français qui pratiqua (...)
  • 12 [Sieur de la Perotasse, frère aîné de Jean Rey du même nom, propriétaire de la forge à Rochebeauco (...)
  • 13 [Andreas Libavius ou Libau, connu également sous le nom de Basilius de Varna (né en 1555 à Halle e (...)
  • 14 [Épicure, voir Tome 1, Leçon 7, note 4.]
  • 15 [Lavoisier, voir Leçon 10, note 78.]
  • 16 [Essays sur la recherche de la cause pour laquelle l’estain et le plomb augmentent de poids quand (...)
  • 17 Voilà, pour la centième fois peut-être, une preuve de la grande utilité de l’histoire des sciences (...)

6Enfin nous mentionnerons Jean Rey11, médecin du Périgord, établi à Bague, où il mourut en 1645. Il est remarquable pour avoir établi une théorie qui ressemble singulièrement à la théorie actuelle de la combustion des métaux. Dirigeant la forge de Rochebeaurant, que possédait son frère12, il se proposa la question de savoir pourquoi l’étain et le plomb, lorsqu’on les calcine, augmentent de pesanteur. Ce fait avait déjà été observé par Libavius13, ainsi que je vous l’ai dit, et était en opposition avec les idées admises sur la calcination, dans laquelle on croyait que les métaux, loin d’augmenter, diminuaient de poids. Rey découvrit que la cause du phénomène qu’il étudiait était dans l’air, qui, dit-il, s’interpose, se tisse, s’accroche, dans les molécules minérales ; car il croyait, comme Épicure14, que les atomes de l’air et des métaux avaient des formes crochues, qui leur permettaient de former des corps. On n’avait encore aucune idée de la gravitation universelle, encore moins de l’attraction chimique. Mais si J. Rey expliquait mal le phénomène de l’augmentation du poids des métaux par la calcination, du moins en avait-il bien saisi la cause, et sa théorie, au fond, est la même que celle qui a été reproduite plus tard par le malheureux Lavoisier15. Aussi lorsque cet illustre chimiste publia sa découverte comme le fruit de son génie, les hommes qui voulaient diminuer sa gloire s’empressèrent-ils d’exhumer de la poussière des bibliothèques, et de faire réimprimer la petite brochure que Jean Rey avait écrite en 163016, et que Lavoisier n’avait jamais connue. Elle acquit à cette époque une certaine célébrité, car la découverte de J. Rey était incontestable17 ; mais nous verrons que d’autres que lui la trouvèrent bientôt après et la constatèrent bien plus parfaitement ; car les expériences pneumato-chimiques ne sont pas aussi modernes qu’on le croit. Nous en verrons la preuve dans l’histoire de l’époque où nous allons entrer.

  • 18 [Aristote, voir Tome 1, Leçons 7 et 8.]

7Je ne sache pas, messieurs, d’autres chimistes qui méritent d’être ajoutés à ceux que je vous ai fait connaître dans la séance précédente, en vous traçant l’histoire de la chimie. Vous voyez que ni cette science ni la minéralogie, ni les autres sciences naturelles, ne s’étaient encore débarrassées de l’autorité et de la philosophie scolastique. On s’occupait beaucoup plus de rassembler ce qui avait été dit antérieurement, ou, quand on voulait établir des théories, de les faire cadrer avec la philosophie d’Aristote18, que de pratiquer des expériences ou de faire des calculs réguliers.

  • 19 [Francis Bacon (né le 22 janvier 1561 à Londres ; mort le 9 avril 1626 à Highgate), philosophe ang (...)
  • 20 [Galilée, nom francisé de Galileo Galilei (né le 15 février 1564 à Pise ; mort le 8 janvier 1642 à (...)
  • 21 [Descartes, voir Tome 1, Leçon 6, note

8Enfin cependant on s’aperçut que cette marche n’était pas celle qui pouvait conduire à des progrès dans les sciences ; et, vers le milieu du dix-septième siècle, les travaux de plusieurs hommes célèbres, parmi lesquels on doit surtout compter Bacon19, Galilée20 et Descartes21, produisirent une révolution complète dans les idées, un changement radical dans la méthode d’étudier les sciences. Ceux qui n’en apprennent l’histoire que dans les conversations ou dans les journaux, se figurent que le dix-septième siècle n’a pas été le siècle des sciences ; qu’il fut principalement le siècle des lettres, et que c’est dans le dix-huitième que les sciences ont jeté le plus d’éclat. Cette idée est tout-à-fait fausse : le dix-septième siècle a produit les plus grandes découvertes qui aient été faites ; elles s’y sont accumulées, s’y sont succédé avec une rapidité plus grande qu’à aucune autre époque, surtout dans sa seconde moitié. C’est aux nouvelles méthodes qui furent établies, et à la révolte qui éclata contre les doctrines, contre les systèmes scolastiques dont on avait été empêtré jusque-là, que ces progrès doivent être attribués.

9Le premier homme qui culbuta le vieil échafaudage des sciences et posa de nouvelles règles pour leur étude, est incontestablement François Bacon ; mais il n’employa pas sa méthode heureusement ; quelquefois même il négligea de la suivre. Ce fut Galilée qui en fit les plus brillantes applications.

10Descartes n’est pas remarquable par de grandes découvertes physiques ; mais la popularité de ses hypothèses, et le mouvement qu’il imprima aux esprits, finirent par anéantir la scolastique, que, bien à tort, on appelait la philosophie d’Aristote, car elle en est fort éloignée. Libre alors de toutes entraves, l’esprit humain marcha rapidement, et fit les découvertes dont nous allons vous entretenir.

  • 22 [Elizabeth Ière, voir Leçon 3, note 104.]
  • 23 [Robert Devereux, Deuxième Compte d’Essex (né le 10 novembre 1565 à Herefordshire en Angleterre ; (...)
  • 24 [Plutôt que « George », il est fait ici référence à Guillaume Cecil, Premier Baron Burleigh (ou Bu (...)
  • 25 [Sir Robert Cécile, Premier Comte de Salisbury (né le 1er juin 1563 à Westminster, Salisbury ; mor (...)
  • 26 [Jacques Ier, voir Leçon 4, note 73.]
  • 27 [Edward Coke (né le 1er février 1552 à Mileham, Norfolk ; mort le 3 septembre 1634 à Godwick, Norf (...)
  • 28 [Georges Villiers, Premier Duc de Buckingham (ne le 28 aout 1592 à Brooksby, Leicestershire ; mort (...)
  • 29 [Phtisie, maladie se caractérisant par l’atrophie du corps ou d’une partie du corps, en particulie (...)

11Bacon, célèbre par ses travaux scientifiques et philosophiques, autant qu’il l’est malheureusement par sa conduite politique et par les tourmens qui en furent la conséquence, était le fils d’un homme de loi qui fut garde du grand-sceau et membre du conseil privé, sous Élisabeth22, depuis 1558 jusqu’en 1579. Il naquit à Londres en 1561, et montra de bonne heure une grande intelligence. Il fit ses études à Cambridge, et, dès l’âge de seize ans, avait tellement reconnu les vices de la philosophie scolastique qu’il écrivit contre elle une brochure. Après être sorti de l’université, il voyagea, et parcourut la France, comme c’était alors l’usage en Angleterre, dans les familles riches, et comme on le fait encore aujourd’hui. Il écrivit, à dix-neuf ans, un ouvrage politique sur l’État de l’Europe. Sa fortune était peu considérable ; il avait besoin d’appui et d’avancement : il eut pour premier protecteur le comte d’Essex23, favori de la reine Élisabeth. Georges Burleigh24, grand trésorier, et sir Robert Cecil25, principal secrétaire d’État, étaient bien ses alliés ; mais ils étaient ennemis d’Essex ; cette circonstance exerça une fâcheuse influence sur sa fortune. Ses idées philosophiques furent même une objection contre son avancement dans la magistrature, où cependant il montra dès son début une grande élasticité de caractère qui le perdit complètement dans l’opinion. D’Essex avait été son protecteur ; il lui avait même donné une terre considérable ; Bacon n’en parla pas moins contre lui, lorsque la reine voulut le faire condamner. C’était, il est vrai, une attribution de sa charge ; mais il n’était pas forcé de la remplir, et la facilité avec laquelle il s’y laissa entraîner justifia la censure publique. La reine ne fut pas reconnaissante de son ingrate faiblesse, car plusieurs fois elle le laissa arrêter pour dettes. Ce fut Jacques Ier26, qui se donnait pour un protecteur des sciences et des lettres, qui le retira de la pauvreté lors de son avènement au trône. Il le nomma d’abord chevalier, et l’éleva successivement à la place de solliciteur général, de garde des sceaux, et enfin de chancelier, en 1619 ; il fut fait lord et pair l’année suivante, avec le titre de baron de Vérulam, qu’il échangea en 1621 contre celui de vicomte de Saint-Alban. Mais il avait alors, outre les anciens partisans d’Essex, de très grands ennemis, comme on en a toujours quand on suit la carrière politique, dans un pays gouverné comme l’était alors l’Angleterre ; un des principaux était un célèbre jurisconsulte, nommé Edward Coke27. Bacon fut obligé de rechercher la protection du duc de Buckingham28, favori de Jacques Ier, et il paraît que dans cette position pénible il fut forcé d’avoir beaucoup de faiblesses pour son protecteur. On rapporte même que, dans l’intérieur de sa maison, lui et ses gens ne furent pas toujours à l’abri de la corruption ; que ses domestiques reçurent de l’argent, soit pour faire accélérer ses décisions, soit pour obtenir des actes purement gracieux, qui dépendaient de son autorité de chancelier. Cependant on ne l’a jamais accusé d’avoir été injuste dans ses jugements : bien loin de là, ses décisions servent encore de modèles, et sont considérées comme les actes d’un jurisconsulte savant et d’un homme plein de justice. Mais la corruption de ses gens, qu’il avait soufferte, ayant été dévoilée, il fut mis en jugement, condamné à une amende de 40 000 livres sterlings et à garder la prison aussi longtemps que le roi l’ordonnerait. À la vérité, ce prince lui fit grâce quelque temps après, mais il n’en passa pas moins sa vieillesse dans l’opprobre et dans la pauvreté, jusqu’en 1626, où il mourut âgé de soixante-six ans, c’est-à-dire une année après le roi Jacques Ier. Son zèle pour les sciences hâta sa mort ; car ce fut en travaillant à des expériences qu’il fut atteint de la fluxion de poitrine29 dont il ne guérit pas.

12Dans sa retraite, il avait mis la dernière main à ses ouvrages philosophiques, et légué sa mémoire à la postérité, et même, dit-il dans son testament, quelque temps après, à mes compatriotes. Il comprenait bien qu’au moment de sa mort cette mémoire ne serait pas honorée comme elle devait l’être un jour pour la marche entièrement nouvelle qu’il avait imprimée aux sciences.

  • 30 [Les principaux ouvrages de Bacon sont The Advancement of Learning (Londres : Henrie Tomes, 1605, (...)
  • 31 Encyclopédie, ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers était une encyclopédie (...)

13Ses deux ouvrages principaux, qui, à proprement parler, n’en font qu’un sous le titre d’Instauratio magna, sont : 1˚ son traité De dignitate et augmentis scientiarum, qui parut en Angleterre en 1606, et fut traduit en latin par lui-même en 1623 ; 2˚ son Novum organum scientiarum, qui parut en 162030. Le premier est un exposé de tout ce que les sciences embrassent, des rapports de chacune d’elles, de la manière dont les sciences particulières dépendent des sciences générales ; en un mot, c’est le détail de ce qu’on a appelé depuis l’arbre généalogique des sciences et des lettres, et dont on a donné une traduction, dans le préambule de la grande Encyclopédie française31.

  • 32 [Roger Bacon, voir Tome 1, Leçon 23.]

14Le Novum organum scientiarum, qui a pour second titre : Sive indicia vera de interpretatione naturæ, est un traité sur la méthode par laquelle on doit arriver à la connaissance de la vérité dans les sciences. Bacon y établit, comme moyen unique, l’induction par opposition au syllogisme et à l’autorité. En parlant d’un célèbre physicien du même nom, Roger Bacon32, qui appartient au Moyen Âge, nous avons vu que presque tous ses ouvrages étaient déjà dirigés contre l’autorité d’Aristote, et, en général, contre toute autorité perpétuelle d’après laquelle on aurait dû se guider. François Bacon établit les mêmes principes, mais d’une manière plus philosophique, plus détaillée et plus claire. Il montra que, dans les sciences positives, telles que les sciences naturelles, ce n’était que des faits qu’on pouvait partir ; que toutes les vérités générales n’y devaient être que le résultat de la comparaison des faits particuliers ; et, bien loin de renverser ainsi la philosophie d’Aristote, il rétablissait au contraire la véritable philosophie physique telle que ce grand homme l’avait produite ; il ne détruisait que l’abus qu’on avait fait de sa dialectique dans les ouvrages de philosophie scolastique : aussi bientôt cette méthode fut-elle adoptée universellement.

  • 33 [De historia vitae et mortis, sive titulus secundus in Historia naturali et experimentali ad conde (...)

15Mais si Bacon sut bien l’établir, il fut moins heureux dans son application. Il procéda encore par voie de compilation, et ne s’appuya pas toujours sur l’expérience. Ainsi, dans son histoire des vents, il pose convenablement toutes les questions relatives à ce sujet, mais il les résout d’après des opinions recueillies dans toutes sortes d’auteurs. Il agit de même dans son traité intitulé : De historia vitæ et mortis33 ; les faits qui se rapportent à la longévité de l’homme et des autres êtres, animaux ou plantes, y sont rassemblés de toutes parts ; il y en a peu qui lui soient propres ; encore une grande partie de ceux-ci est-elle gâtée et altérée par l’incertitude qui règne sur les témoignages dont il s’est servi.

16Son livre général donne une série de questions telles qu’on pouvait les faire pour chaque branche des sciences naturelles ; et, s’il les a médiocrement remplies par rapport aux vents, à la vie et à la mort, qui sont les objets principaux sur lesquels il a essayé sa méthode, la nature de ses questions, la manière dont il les a présentées, sont du moins fort importantes. Par exemple, il conseille, avant de donner une théorie de la chaleur, de l’examiner sous tous ses rapports, dans toutes les circonstances qui la font naître, qui la font cesser ou qui l’accompagnent. Il veut qu’on l’examine dans les rayons du soleil, lorsqu’ils sont et plus nombreux et plus intenses, c’est-à-dire en été et à midi ; dans les rayons concentrés par un mur ou par un miroir ; dans les météores ignés, dans la foudre, dans les volcans, dans toutes les espèces de flammes ; ensuite dans les solides échauffés, dans les eaux chaudes naturelles, dans les liquides bouillants, dans les vapeurs, dans les corps qui, sans être chauds par eux-mêmes, retiennent la chaleur, comme la laine, les fourrures ; dans les corps que l’on a approchés du feu, dans ceux qu’on a frottés ; dans les étincelles produites par les chocs, par exemple, par les briquets ; dans la fermentation des herbes humides accumulées ; dans les dissolutions, par exemple, dans celle du verre par l’acide vitriolique ; dans les animaux ; dans l’effet de l’esprit de vin ; dans les aromates et dans les sensations qu’ils produisent, comme, par exemple, celle du poivre, lorsqu’on le place sur la langue. Enfin, il n’est pas même jusqu’au froid, qui, lorsqu’il est excessif, produit une chaleur brûlante, où il ne veuille qu’on étudie cette propriété des corps. Ce ne sera, dit Bacon, qu’après avoir ainsi formé un tableau de toutes les circonstances dans lesquelles la chaleur se manifeste ou se modifie, de toutes les causes qui la produisent, de tous les effets qu’elle amène, qu’il sera possible d’en connaître la nature et les lois, ou du moins, d’en avoir des idées distinctes et incontestables.

17Que si, au contraire, l’on part d’un principe unique, pour en déduire des conséquences d’une manière syllogistique, jamais on n’obtiendra de son raisonnement que ce que renfermera le principe ; et si le principe est erroné, toutes les conséquences le seront également.

18Bacon a donné un grand nombre d’autres exemples de sa méthode ; mais je vous ai cité celui de la chaleur, parce qu’il est un des plus propres à faire comprendre quelle influence elle a eue sur les hommes qui sont venus étudier les sciences après lui.

  • 34 [Sylva sylvarum sive historia naturalis et Nova Atlantis, Londres : William Rawley, 1627, 2 part. (...)

19Outre les écrits dont je viens de vous entretenir, Bacon a laissé quelques autres ouvrages relatifs aux sciences naturelles, parmi lesquels est un livre intitulé : Sylva sylvarum sive historia naturalis34 ; il fut imprimé immédiatement après sa mort, en 1627, par les soins de son chapelain. C’est un recueil d’observations et d’expériences nombreuses sur toutes sortes de sujets, tirées, soit des ouvrages existants, soit des témoignages des voyageurs ou des hommes d’arts et de métiers avec lesquels il avait conversé, soit enfin de son propre fonds. Il paraît qu’il s’était proposé de coordonner cette multitude de faits, et d’en former des ouvrages analogues à son histoire des vents et à celle de la vie et de la mort.

20Plusieurs des observations qu’il rapporte sont curieuses ; il y en a même quelques-unes qui mériteraient d’être vérifiées, car toutes ne l’ont pas encore été ; on pourrait en tirer quelques conséquences nouvelles en faveur de certaines théories.

  • 35 [La Nouvelle Atlantide de François Bacon [tr. en françois, et continuée, avec des réflexions sur l (...)
  • 36 [Société Royale de Londres, voir Leçon 8, note 96.]

21À la fin du Sylva sylvarum est un petit écrit intitulé : Nova atlantis, ou modèle d’un collège pour l’interprétation de la nature et la recherche de productions utiles. Il avait nommé cet ouvrage, Maison de Salomon35. C’est en général le défaut de Bacon d’employer un style figuré qui n’est pas de très bon goût. Il se servait aussi de la nomenclature des philosophes scolastiques ; on en voit quelques traces dans ce dernier écrit, dont au reste, le titre seul peut paraître bizarre, car le corps de l’ouvrage renferme de grandes vues, qui ont été suivies pour l’établissement de la société royale de Londres36, et pour celui de toutes les Sociétés qui, depuis, se sont condacrées aux progrès des sciences. Cependant quelques sociétés avaient été fondées avant la publication de l’ouvrage de Bacon ; mais nous verrons que celles qui ont eu le plus de succès ont été formées d’après son plan.

22De l’examen que nous venons de faire des travaux de ce grand homme, il ressort que son influence sur la postérité est beaucoup moins le résultat de ses découvertes que celui de sa méthode d’étudier les sciences.

  • 37 [Sir Isaac Newton (né le 25 décembre 1642 à Woolsthorpe-by-Colsterworth, Lincolnshire ; mort le 20 (...)

23Galilée présente un phénomène plus complet, pour ainsi dire ; il a trouvé sa méthode dans son propre génie, et l’a appliquée presque immédiatement avec un tel succès, qu’on peut dire qu’avant Newton37, il est celui qui a fait faire le plus de progrès aux sciences naturelles, à la géométrie et à la physique.

  • 38 Son père était très versé dans la musique théorique et pratique, et c’est à lui qu’il dut cet agré (...)
  • 39 [Tourne broche, machine tournant la viande embrochée pour la faire rôtir. Les premiers tournes bro (...)
  • 40 [Christiaan Huygens (né le 14 avril 1629 à La Haye aux Pays-Bas ; mort le 8 juillet 1695 à La Haye (...)

24Galilée était né à Pise, en 1564 ; ainsi il n’avait que trois ans de moins que François Bacon, et il était par conséquent rigoureusement et complètement son contemporain. Galilée était d’une famille noble, mais peu aisée ; il étudia à Florence, et dès l’enfance montra du goût pour la mécanique. Il devint très fort en littérature et même en musique38. Ses parents le déterminèrent, contre son goût, à étudier la médecine. Il n’avait pas davantage de penchant pour la philosophie scolastique, qui était alors la seule à la mode, et il fut taxé d’opiniâtreté, pour l’avoir combattue étant encore étudiant. À dix-huit ans il fit une découverte très importante, celle des propriétés du pendule. Étant dans l’église de Pise, il avait remarqué qu’une lampe suspendue à une chaîne, et mise en mouvement par quelque accident, avait conservé des oscillations isochrones pendant un grand espace de temps ; ce phénomène le fit réfléchir, et de ses réflexions sortit toute la théorie du pendule. Ce ne fut cependant que cinquante ans après que Galilée fit du pendule le régulateur des horloges, qu’on avait conduites jusque-là au moyen de balanciers à peu près semblables à ceux du tourne-broche39. En 1658, Huygens40 perfectionna ce pendule au moyen de la cycloïde, comme nous le verrons.

  • 41 [Evangelista Torricelli (né le 15 octobre 1608 à Faenza, États Pontificaux ; mort le 25 octobre 16 (...)

25Déterminé par ses premiers essais, Galilée abandonna entièrement la médecine pour les mathématiques, et inventa, peu de temps après sa découverte des propriétés du pendule, la balance hydrostatique. Il fit ensuite une découverte qui en a produit plusieurs autres, celle que l’eau ne monte dans les pompes qu’à trente-deux pieds. Ayant voulu faire faire une pompe d’une élévation supérieure à trente-deux pieds, ce fut d’un ouvrier qu’il apprit que l’eau ne dépasserait pas cette hauteur. Je vous ai dit que, d’après la théorie d’Aristote, c’était l’horreur de la nature pour le vide qui causait l’ascension de l’eau dans les pompes. Galilée conclut de ce que l’horreur du vide cessait à trente-deux pieds, que cette horreur n’était pas un principe universel. Nous verrons qu’un de ses disciples, Toricelli41, raisonna de même à l’égard de la suspension du mercure dans les tubes, et que de leurs découvertes sortirent la connaissance de la pesanteur de l’atmosphère, et tout ce qui a rapport au baromètre.

  • 42 [Dialogo sopra I due massimi sistemi del mondo, livre publié en italien en 1632 par Galilée (Flore (...)

26Galilée n’avait pas encore vingt-cinq ans, lorsqu’il fit la dernière de ses trois grandes découvertes. Il porta ensuite ses recherches sur le mouvement en général, et publia ses Dialogues sur le mouvement uniforme et le mouvement accéléré, qui sont la base de la mécanique moderne42. Le mouvement accéléré surtout est évidemment le principe de la théorie de la gravitation et de tout ce qui a rapport à son action dans le système du monde.

  • 43 [Roger Bacon et son Opus Magnum, voir Tome 1, Leçon 23, note 13.]
  • 44 [Cornelis Jacobszoon Drebbel (né en 1572 à Alkmaar ; mort le 7 novembre 1633 à Londres), inventeur (...)

27Les découvertes de Galilée étaient trop contraires aux idées de la scolastique pour ne pas exciter de réclamations ; aussi éprouva-t-il des désagréments qui lui firent quitter Pise en 1592. Il fut nommé professeur à Padoue pour six ans ; c’était alors l’usage, et il eut l’honneur d’être renommé deux fois de suite. C’est dans cette ville qu’il fit deux autres inventions ; celle du thermomètre, en 1597, et celle du compas de proportion, instrument si utile dans les arts du dessin. Il inventa encore le télescope, l’un des instruments qui ont été le plus utiles à l’astronomie. Déjà depuis longtemps on se servait de verres convexes pour les lunettes ordinaires ; Roger Bacon, dès le treizième siècle, en avait parlé dans son Opus magnum43, et j’ai eu soin de vous le faire remarquer ; mais vers le milieu du dix-septième siècle, l’idée n’était encore venue à personne de combiner des verres de différentes manières pour en augmenter la puissance. Néanmoins on ne sait pas précisément si Galilée fit le premier télescope ; un Hollandais, nommé Jacques Drebbel44, cultivateur, en construisit un aussi dans le même temps ; mais si l’invention de Drebbel précéda celle de Galilée, ce qui est douteux, ce ne fut que de très peu de temps. Quoi qu’il en soit, on ne peut contester à Galilée la formation d’un télescope qu’il fit de toutes pièces en 1609, sans aucune communication antérieure. Cet instrument, composé d’un tube de bois garni de verres aux deux bouts, existe à Florence, quoiqu’il ait été construit à Padoue. Galilée s’en servit aussitôt pour observer le ciel, où il fit les découvertes les plus curieuses. Les montagnes, les bords de la lune, en un mot, tout ce qu’on aperçoit à sa surface, furent les premiers objets qu’il découvrit. Il porta ensuite son télescope sur Vénus, et remarqua qu’elle avait des phases comme la lune, d’où il conclut que sa lumière était empruntée du soleil, et que, comme la lune, elle tournait dans des positions directes par rapport au soleil. Plus tard il découvrit les satellites de Jupiter, qui servirent d’argument en faveur du système de Copernic ; car la rotation de la lune autour de la terre ne prouvait rien ; mais Jupiter tournant autour du soleil, et ayant des satellites qui tournaient aussi autour de lui, appuyait le système de cet astronome, que, du reste, on avait déjà exposé. Après les satellites de Jupiter, Galilée découvrit les taches du soleil. Il remarqua que ces taches marchaient, qu’elles tournaient ; d’où il conclut que le soleil lui-même tournait sur son axe dans un nombre de jours déterminé : la rotation du soleil fut donc encore une de ses découvertes.

  • 45 Dominique Cassini [mathématicien, astronome, ingénieur et astrologue d’origine franco-italienne ; (...)
  • 46 [Siderevs nvncivs magna, longeqve admirabilia spectacula pandens, suspiciendaque proponens vnicuiq (...)

28Enfin, il observa la libration de la lune45, c’est-à-dire ce mouvement par lequel elle nous montre une partie de ses bords, sans tout-à-fait changer la face qu’elle nous présente. Ces découvertes, qui étonnaient toute l’Europe, étaient publiées dans un journal scientifique, que Galilée avait intitulé : Nuntius Sidereus, ou Le Courrier des Astres46. Il a été imprimé en totalité à Florence, en 1614. C’étaient réellement des nouvelles du ciel qu’il donnait ainsi à la terre, car avant l’invention du télescope rien de pareil n’avait pu être soupçonné par les hommes.

  • 47 [Grand-Duc de Toscane, voir Leçon 7, note 89.]

29Arrivé à un très haut degré de gloire, Galilée retourna à Florence pour y être mathématicien du grand-duc de Toscane47, place qui a été conservée depuis dans cette ville, et qui, on doit le remarquer, a toujours été occupée par des hommes très capables.

  • 48 . [Nicolas Copernic (né le 19 février 1473 en Prusse Royale, Royaume de Pologne ; mort le 24 mai 15 (...)
  • 49 [En astronomie, le système Ptolémaïque, connu également sous le nom de système géocentrique ou géo (...)
  • 50 [De revolutionibus orbium coelestium (Des Révolutions et des Sphères Célestes), ouvrage phare sur (...)

30En publiant ses découvertes, Galilée n’avait pas écrit précisément en faveur du système de Copernic48 ; cependant il l’enseignait déjà dans ses leçons, il en parlait très librement dans les sociétés et à ses amis. Copernic, dont je ne vous ai pas parlé, parce qu’il appartient exclusivement à l’astronomie, était né en 1473, à Thorn, ville dépendant de la Prusse polonaise. Il étudia la médecine, et fut chanoine dans le lieu de sa naissance. Il eut beaucoup de goût pour l’astronomie, et, d’après les observations qu’il fit sur la marche de Vénus et de Mercure, sur les apparences de la marche rétrograde des planètes, et surtout par ses propres réflexions, il comprit que le système de Ptolémée49 n’était pas admissible. Les comètes lui firent voir aussi qu’il était impossible d’admettre le ciel de cristal de cet astronome. Il reconnut qu’en plaçant le soleil au centre du monde, c’est-à-dire de notre système planétaire, qu’en faisant tourner les planètes autour de lui, et en admettant pour la terre une rotation diurne sur son axe, on se rendait compte des phénomènes de l’astronomie, d’une manière plus simple qu’avec le système de Ptolémée. Il écrivit un ouvrage intitulé : De revolutionibus orbium celestium50, dans lequel il exposa ce système ; mais il n’eut pas le plaisir, ou plutôt le chagrin, de le voir paraître ; il ne put en corriger que les épreuves, et mourut au moment même où le premier exemplaire lui était apporté, en 1543.

  • 51 [Michael Maestlinus ou Maestlin (né le 30 septembre 1550 à Göppingen, Allemagne ; mort le 20 octob (...)
  • 52 On peut voir, à ce sujet, [Joseph-Jérôme Lefrançois] Delalande [astronome et écrivain français, né (...)
  • 53 [Christine de Lorraine ou Chrétienne de Lorraine (née le 16 août 1565 à Nancy ; morte le 19 décemb (...)
  • 54 [Dialogues, voir note 42 ci-dessus.]
  • 55 [Grand-Duc de Toscane, voir Leçon 7, note 89.]
  • 56 Le Père [Hyppolyte Mary] Lancio, le commissaire du saint-office, qui conduisit poliment Galilée da (...)
  • 57 [François de Noailles (né le 10 juin 1584 ; mort le 15 décembre 1645), ancien élève de Galilée à P (...)
  • 58 [Écrit dans un style semblable à celui de son ouvrage Dialogue (voir note 42 ci-dessus), Discorsi (...)
  • 59 [Marin Mersenne (né le 8 septembre 1588 à Oizé dans la Sarthe, France ; mort le 1er septembre 1648 (...)
  • 60 [L’ordre des Feuillants était une congrégation catholique qui fut créée dans les années 1570 en ré (...)
  • 61 [Les Méchaniques de Galilée : mathématicien et ingénieur du Duc de Florence (Paris : Henry Guénon, (...)

31Un astronome très célèbre, nommé Mæstlinus (Michel)51, et qui était professeur à Tubingue, chercha à réfuter le système de Copernic ; cependant on assure qu’il était convaincu de sa vérité, et qu’il lui paraissait seulement dangereux de le publier. On rapporte même que ce fut lui qui en persuada Galilée52. Ce grand homme fut plus courageux que Mæstlinus ; il écrivit dans une lettre à la grande-duchesse de Toscane53, la première défense du système de Copernic. L’examen en fut renvoyé à une commission de théologiens, qui le déclara absurde en philosophie et hérétique en théologie. Cette commission démontra comme elle put l’absurdité en philosophie ; quant à l’hérésie, elle la fonda sur quelques passages de la Bible, desquels il résulte que le soleil se meut dans l’espace, et que la terre est immobile au centre du monde. Mais la Bible est écrite en langage populaire, comme il était naturel de le faire dans un livre où il ne s’agissait pas d’enseigner l’astronomie ; nous-mêmes nous disons encore le soleil se lève, le soleil se couche, bien que nous sachions que les choses ne se passent pas ainsi. Cependant ce fut d’après les expressions de la Bible que les théologiens qui jugèrent Galilée prononcèrent leur jugement. Ils lui défendirent d’enseigner le système de Copernic. De retour de Rome, où il était allé pour se défendre, il composa à Florence, en 1617, ses fameux Dialogues54, dans lesquels il établit de nouveau son système réprouvé par les théologiens ; mais pour s’assurer d’une entière sécurité, il présenta son livre au maître du sacré palais, qui était un dominicain employé à la censure des ouvrages. Ce dominicain, après avoir lu les Dialogues de Galilée, leur donna son approbation ; mais l’orage s’étant reformé, il chercha et trouva le moyen de retirer son approbation, de sorte que Galilée ne put imprimer son ouvrage qu’avec une approbation du censeur de Florence. Comme il lui avait été défendu d’enseigner le système de Copernic, il fut mandé à Rome, en 1633, pour répondre de son infraction devant le tribunal de l’inquisition. Le grand-duc55 chercha à lui éviter ce désagrément ; mais il ne put y parvenir. Galilée fut forcé d’abjurer sa doctrine sur le système du monde56 ; On le condamna à la prison et à réciter pendant trois ans une fois par semaine les sept psaumes de la pénitence. Cette sentence fut adoucie autant qu’on le put et qu’on le devait envers un si grand homme, déjà vieux ; on ne lui donna pour prison que le palais de l’inquisition, qui n’était pas un cachot, comme on le dit communément. Il avait été condamné au mois de février, et au mois de décembre suivant, on lui permit de retourner dans une campagne qu’il possédait près de Florence, et même d’aller dans cette ville toutes les fois que ses affaires ou ses infirmités l’exigeraient. Ce fut pendant la durée de ce ban mémorable qu’il donna au comte de Noailles57, ambassadeur de France à Rome, ses dialogues sur le mouvement et sur la résistance des solides58, dans lesquels il exposait des découvertes d’une haute importance pour plusieurs arts utiles. Le comte de Noailles les emporta en France et les fit imprimer à Leyde en 1638. Le père Mersenne59, ami de Descartes, et feuillant60 ou minime très attaché aux sciences, fit imprimer à Paris la Mécanique61 de Galilée, où il traite du plan incliné et du principe des vitesses virtuelles, qui est encore le fondement de toute la mécanique.

32Ainsi, c’est à Galilée qu’on doit les plus belles découvertes en astronomie, en physique et en mécanique. Elles se succédèrent toutes avec une grande rapidité, et attestent en leur auteur un génie infini, qui le rendra à jamais immortel, malgré les persécutions qu’on lui a fait éprouver dans les derniers instants de sa vie.

  • 62 [Newton, voir note 37 ci-dessus.]

33Tout le monde sait qu’après avoir abjuré, Galilée dit entre ses dents ces mots si connus, e pur si muove, et pourtant elle se meut ; car c’était évidemment contraint qu’il avait fait son abjuration. Il n’avait pas besoin d’être martyr de vérités de la nature de celles qu’il avait professées, il savait bien qu’elles se défendraient d’elles-mêmes ; ainsi cette abjuration ne peut nuire en rien à la pureté de son caractère. Galilée perdit la vue à soixante-quatorze ans, et mourut en 1642, âgé de soixante-dix-huit ans, l’année même où naquit Newton62. C’est une singularité remarquable, et dont la nature est avare, que cette succession de deux hommes de génie, dont les travaux ont créé toute l’astronomie et la physique modernes.

  • 63 [Pierre Descartes (né le 19 octobre 1591 à La Haye ; mort en avril 1660 à Saumur), conseiller du P (...)
  • 64 [Comte Maurice de Nassau (Johann Moritz), voir Leçon 3, note 95.]
  • 65 [Henri de la Tour d’Auvergne, Vicomte de Turenne, souvent appelé Turenne tout simplement (né le 11 (...)
  • 66 [Musicae compendium, traité sur la théorie musicale et l’esthétique de la musique, écrit en 1618 m (...)
  • 67 [La Guerre de Trente Ans (1618-1648), une série de guerres qui eurent lieu principalement en Europ (...)
  • 68 [Maximilien Ier, Duc de Bavière (né le 17 avril 1573 à Munich ; mort le 27 septembre 1651 à Ingols (...)
  • 69 [Johann Tserclaes, Comte de Tilly (né en février 1559, Wallon Brabant, Hollande Espagnole, Belgiqu (...)
  • 70 [La Bataille de Prague, entre le 25 juillet et le 1er novembre 1648, dernière action de la Guerre (...)
  • 71 [Frédéric V (né le 26 aôut 1596 à Deinschwang, en Haut Palatinat ; mort le 29 novembre 1632 à Maye (...)
  • 72 [Université de Franeker (1585-1811), une université située à Franeker, Friesland, faisant aujourd’ (...)
  • 73 [La dioptrique est l’étude de la réfraction de la lumière, en particulier à l’aide de lentilles ; (...)

34Le troisième des hommes extraordinaires qui, dans le dix-septième siècle, ont été contemporains et ont contribué à établir un mur entre l’ancienne science et la science moderne, entre la philosophie scolastique et la philosophie expérimentale, telle que nous la possédons maintenant, est René Descartes. Il ne fut pas grand expérimentateur, mais il n’en a pas moins agi d’une manière très efficace sur la postérité. Descartes était né à la Haye en Tourraine, en 1596, par conséquent environ trente ans après les deux grands hommes dont je viens de vous parler. Sa famille était noble comme la leur, quoiqu’elle fût dans la robe car, en Bretagne, il était reçu que la noblesse pouvait entrer dans la judicature. Un frère de Descartes63, qui était conseiller au parlement de Rennes, croyait que sa famille avait dégénéré parce qu’elle avait produit un auteur ; il est cependant probable que cet auteur a fait plus d’honneur à sa famille que le conseiller breton. Descartes fut élevé chez les jésuites de La Flèche, et dans ses études ne goûta que les mathématiques ; cependant il s’occupa de littérature, et écrivait même très bien en latin ; mais, je le répète, il n’estima que les mathématiques, et conçut des doutes sur toutes les autres connaissances humaines. Ce doute fut tel qu’il renonça aux livres, et que pour apprendre il voulut parcourir le monde. Afin de voyager comme il convenait à sa classe, il entra en qualité de volontaire, en 1616, au service des Hollandais. Les Provinces-Unies faisaient alors avec la plus grande activité leur guerre contre l’Espagne, sous un des généraux les plus habiles de cette époque, le prince Maurice64, qui avait le titre de second stathouder, et qui servit de maître à un grand nombre des capitaines d’alors, entre autres à Turenne65. Étant en garnison à Breda, Descartes remarqua un problème affiché sur un mur, comme c’était alors l’usage ; il commença aussitôt à se livrer à la géométrie active, à chercher des découvertes. Il composa à Breda son traité sur la musique66. La guerre de trente ans67 ne venait que d’éclater en Allemagne ; elle avait commencé en 1618 par la révolte de la Bohême contre l’empereur : la Bohême était secondée par le duc de Bavière68, qui avait pour général le fameux Tilli69. Descartes quitta alors la Hollande et entra comme volontaire dans l’armée bavaroise ; il assista à la bataille de Prague70, où le nouveau roi, Frédéric V71, fut complètement défait, ce qui permit à la maison d’Autriche de reprendre un ascendant qu’elle conserva longtemps. Descartes fut témoin, dans les guerres d’Allemagne, des scènes de la plus affreuse désolation ; car aucune guerre n’a été plus cruelle que celle qui eut lieu, dans ce pays, entre les catholiques et les protestants. Après avoir combattu ainsi dans diverses circonstances, il quitta l’état militaire, dégoûté de ce métier par les guerres auxquelles il venait de prendre part, et fit de nouveaux voyages dans divers pays. J’ai vu son nom inscrit sur les registres de l’université de Franeker72, comme étudiant. Il se fixa en Hollande, et y demeura jusqu’en 1644 et même plus tard. Il publia dans ce pays ses différents écrits sur la philosophie, sur la géométrie, sur la dioptrique73 ; ses différentes hypothèses sur la physique, dont j’aurai tout à l’heure à vous donner l’analyse ; et c’est pendant le séjour qu’il fit ainsi obscur, sans emploi et avec très peu de fortune, dans différentes villes de la Hollande, qu’il publia ses plus grands ouvrages. En très peu de temps il devint, pour ainsi dire, célèbre dans toute l’Europe. Peu à peu on commença à admettre sa philosophie et à rejeter la philosophie scolastique qui dominait partout. Mais vers 1640 commencèrent des querelles qui lui rendirent le séjour de la Hollande désagréable.

  • 74 [Henricus Regius ou Hendrik de Roy (né le 29 juillet 1598 à Utrecht ; mort le 19 février 1679 à Ut (...)
  • 75 [Harvey, voir Leçon 2.]
  • 76 [Gisbertus Voetius (né le 3 mars 1589 à Heusden ; mort le 1er novembre 1676 à Utrecht), théologien (...)
  • 77 [Meditationes de prima philosophia, in qua Dei existentia et animae immortalitas demonstrator (Méd (...)
  • 78 [Christina ou Kristina Augusta (née le 18 décembre 1626 à Stockholm ; morte le 19 avril 1689 à Rom (...)
  • 79 [Gustave II Adolphe (né le 9 décembre 1594 au Château Tre Kronor en Suède ; mort le 6 novembre 163 (...)
  • 80 [Axel Gustafsson Oxenstierna af Södermöre (né le 16 juin 1583, Fånö, Uppland en Suède ; mort le 28 (...)
  • 81 [Claude Saumaise ou Claudius Salmasius (né le 15 avril 1588 à Semur-en-Auxois, en Bourgogne ; mort (...)
  • 82 [Hugo Grotius ou Hugo de Groot (né le 10 avril 1583 à Delft ; mort le 28 août 1645 à Rostock), phi (...)

35Un jeune professeur d’Utrech, appelé Regius74, avait essayé le premier d’enseigner publiquement sa philosophie, où il admettait le système de Copernic pour l’astronomie et la circulation du sang pour la physiologie. Ces découvertes n’étaient pas nouvelles, puisque le système de Copernic, mis hors de doute par Galilée, datait de 1543, et que Harvey75 avait publié ses belles expériences en 1619. Cependant une ordonnance des magistrats d’Utrech, rendue vers 1640, défendit au professeur d’astronomie de Leyde de continuer d’enseigner la circulation du sang : tant il est vrai que les vérités les plus simples et les plus palpables ne parviennent jamais à se faire jour qu’avec de grandes difficultés, surtout lorsque l’autorité, qui ordinairement n’est pas au fait des découvertes récentes, se mêle de prescrire celles qu’on doit enseigner et celles qu’on doit repousser. Regius excita donc par son enseignement une grande animosité parmi les partisans des anciennes doctrines. Un théologien appelé Gilbert Voët ou Voëtius76, d’un caractère très ardent et l’un des plus renommés de l’université d’Utrech, attaqua ce jeune cartésien ; il chercha même à établir, dans ses thèses et dans ses autres écrits, que la philosophie de Descartes conduisait nécessairement à l’athéisme, et en accusa formellement cet homme célèbre. Descartes crut devoir se défendre, et il en résulta un échange d’ouvrages polémiques qui troubla beaucoup sa tranquillité. L’accusation d’athéisme dirigée contre Descartes était d’autant plus extraordinaire, que dans ses Méditations77 il avait donné de nouvelles preuves de l’existence de Dieu, et il était cruel pour lui de se voir accuser d’une erreur qu’il s’était efforcé de combattre. Ces désagréments, comme je l’ai dit, le dégoûtèrent du séjour de la Hollande. En 1647, on lui avait offert une pension pour revenir en France ; mais il craignit d’y éprouver des persécutions semblables ; sa philosophie n’y était pas généralement admise ; si elle comptait des partisans célèbres, elle avait aussi des adversaires fameux : il accepta l’offre que lui fit la reine Christine78, de venir auprès d’elle. Cette reine, qui avait succédé à Gustave-Adolphe79, avait été longtemps sous la tutelle du chancelier Oxenstiern80 ; mais à peine avait-elle pris le gouvernement qu’elle avait montré une grande disposition à favoriser les sciences et les lettres ; elle avait appelé plusieurs savants, entre autres, Saumaise81, et Grotius82 qui fut son ambassadeur à Paris. Descartes arriva à Stockholm en 1649 ; mais lorsqu’on s’aperçut que la reine faisait grand cas de lui, qu’elle ne se bornait pas à l’entretenir de matières scientifiques, et qu’elle le consultait aussi sur des affaires de gouvernement, il devint l’objet de jalousies de plusieurs ordres ; il s’en affligea, et ces chagrins, réunis à la rigueur du climat, le firent mourir en 1650, âgé seulement de cinquante-quatre ans.

  • 83 [Dioptrique, voir note 73 ci-dessus.]
  • 84 [Discours de la méthode pour bien conduire sa raison, & chercher la vérité dans les sciences. Plus (...)
  • 85 [Meditationes de prima philosophia, voir note 77 ci-dessus.]
  • 86 [Principia philosophiae, Amsterdam : Ludovicum Elzevirium, 1644, [22] + 310 p., ill., in-4°.]

36Descartes doit être considéré, sous trois rapports : comme géomètre, comme métaphysicien et comme physicien. En Géométrie, il est un des hommes les plus remarquables, puisqu’il n’a pas seulement fait des découvertes dans cette science, mais qu’il a encore donné des règles pour y appliquer l’algèbre et pour la rendre utile en physique. Ses applications de la Géométrie à la dioptrique83 et à la mécanique sont au-dessus de toute contestation et dignes d’être admirées ; ce n’est pas cependant ce qu’il estimait le plus ; il leur préférait sa métaphysique. Il est inutile que j’entre dans beaucoup de détails sur ces divers travaux, qui ne concernent pas du tout la matière de mes leçons. Je rappellerai que la métaphysique de Descartes est comprise dans sa Méthode84, ses Méditations85 et ses Principes86. Je rappellerai encore que sa Méthode fut utile, en ce qu’elle rejeta l’autorité, et établit le doute comme le premier point dont l’homme soit obligé de partir. Descartes ne considérait comme évidentes que les choses dont nous avons la conscience, la perception intime. Appuyé sur ce principe, il tira du sentiment de sa pensée, la certitude de son existence, et ensuite toute sa métaphysique et sa physique. Descartes a concouru, par son doute sur toutes choses, à détruire le joug de la scolastique et à faire triompher ainsi la méthode expérimentale recommandée par Bacon ; mais comme physicien, comme physiologiste et comme astronome, il n’a fait que des hypothèses sans fondement. Néanmoins ces hypothèses mêmes n’ont pas été sans utilité ; elles ont excité un grand mouvement dans les esprits, et ont concouru à renverser les anciennes idées.

  • 87 [Glande pinéale, petite glande endocrinienne située dans le cerveau des vertébrés produisant la mé (...)

37Suivant Descartes, dans le monde tout dépend du mouvement donné à la matière, tous les phénomènes doivent s’expliquer par ce mouvement. En joignant à ce principe d’autres idées plus métaphysiques sur l’impossibilité du vide ou sur l’identité de l’espace et de la matière, il considère la création du monde comme le mouvement imprimé à la matière. Celle-ci s’est mue, suivant lui, immédiatement après sa création, et en se mouvant, s’est divisée et a été réduite en parcelles très petites. Descartes suppose ensuite que ces parcelles sont de différentes formes, qu’il y en a d’anguleuses, de rondes, de branchues, de cannelées comme de petites vis, et de la réunion, de la pénétration de ces divers éléments, il fait résulter tous les corps. Appliquant son système à l’astronomie, il suppose une matière subtile qui enlève les planètes, et les fait circuler autour du soleil. Ces mêmes tourbillons produisent la pesanteur, parce qu’en circulant autour de la terre, ils entraînent les corps sur sa surface. Enfin, poursuivant ses hypothèses jusque dans les corps organisés, Descartes admet la circulation comme un principe de la physiologie humaine ; mais cette circulation échauffant le sang, les poumons, loin d’être des organes de chaleur, se trouvent être uniquement destinés à rafraîchir le sang. Le mouvement et la chaleur du sang propagés dans le cerveau produisent les esprits animaux qui, redescendant par les nerfs, produisent le mouvement volontaire, et en remontant produisent la sensation. L’âme, principe indivisible, doit occuper le centre du cerveau. Or, il existe dans ce centre un petit corpuscule appelé glande pinéale87 ; c’est cette glande qui est le siège de l’âme.

  • 88 [Archimède, voir Tome 1, Leçon 18, note 1.]
  • 89 [Théorie des Tourbillons de Descartes dans laquelle il prétend que l’univers est rempli de matière (...)
  • 90 [Joseph-Aignan Sigaud de la Fond (né le 5 janvier 1730 à Bourges ; mort le 26 janvier 1810 à Bourg (...)

38Tout ce système s’enchaîne avec beaucoup d’esprit ; mais, comme vous le voyez, n’a pas le moindre fondement. Descartes a fait comme Archimède88, qui n’avait demandé qu’un point d’appui pour soulever la terre ; il a dit : donnez-moi de la matière et du mouvement, je créerai le monde et ce qu’il contient ; mais aucune partie de son système n’a pu subsister. Cependant sa physique est tombée assez lentement ; car, après avoir été repoussée par toutes les écoles de France pendant peut-être quarante ou cinquante ans, elle s’y était si bien enracinée, qu’on eut ensuite beaucoup de peine à la renverser ; tellement même qu’en 1750 on soutenait encore dans l’université de Paris des thèses sur les tourbillons89, et que moi, par exemple, j’ai connu des étudiants en philosophie qui ont soutenu des thèses de cette nature. Celui qui, le premier, enseigna une doctrine contraire dans l’université de Paris, est Sigaud de la Fond90, qui n’est mort que depuis très peu de temps. Ainsi, messieurs, nous rencontrons à chaque instant de nouveaux exemples de la marche malheureusement trop lente de la vérité.

39Les découvertes de Descartes en géométrie sont, comme je l’ai dit, de la plus grande importance ; ses idées métaphysiques sont susceptibles de beaucoup de contestation. Quant à son système de physique, il ne repose que sur des suppositions ; il n’est point établi d’après cette méthode d’induction que son contemporain Bacon avait recommandée, ni d’après cette expérience sévère et ce calcul rigoureux dont Galilée avait donné de si beaux exemples. Mais les ouvrages de Descartes ont été, en quelque sorte, le véhicule au moyen duquel deux vérités importantes, qui ne sont pas de lui, ont pénétré dans les esprits. Ces deux grandes vérités sont le système de Copernic et la circulation du sang. L’une est véritablement la base du système du monde, et le principe des connaissances qu’on a acquises à cet égard ; l’autre est le fondement et l’origine de toutes les connaissances physiologiques. Toutes deux étaient proscrites par les magistrats ; la première, surtout, que l’on considérait comme contraire à la religion. C’est, sans aucun doute, par l’espèce de mode qu’obtint la philosophie de Descartes, que ces deux vérités sont entrées dans tous les esprits : sous ce rapport, je le répète, on ne peut nier qu’il n’ait été très utile aux progrès des sciences.

  • 91 [Johannes Kepler, voir Leçon 12, note 2.]
  • 92 [Torricelli, voir note 41 ci-dessus.]
  • 93 [Blaise Pascal (né le 19 juin 1623 à Clermont-Ferrand en Auvergne ; mort le 19 août 1662 à Paris), (...)

40Les travaux des trois grands hommes dont je viens de vous entretenir ont produit d’autres découvertes qui furent faites par quelques-uns de leurs disciples immédiats, tels que Képler91, Toricelli92, Pascal93 et les premiers élèves de Bacon, ou du moins ceux qui adoptèrent les premiers sa méthode. Mais un des effets les plus durables de tous ces travaux, et qui lui-même en a produit bien d’autres, c’est la fondation des académies des sciences. Les plus considérables, celles dont les ouvrages ont concouru le plus à étendre les connaissances de l’esprit humain sur les sujets dont nous nous occupons, ont été créées vers le milieu du dix-septième siècle. Dans la prochaine séance, j’en tracerai l’histoire, et j’indiquerai les hommes célèbres qui les composèrent dans leur origine, ainsi que les découvertes qui s’accumulèrent sous leurs efforts et ont composé toutes les sciences modernes.

Notes

1 [Valentin, voir Leçon 10, note 9.]

2 [Paracelse, voir Leçon 4, note 72 ; et Leçon 10].

3 [Van Helmont, voir Leçon 10, note 66].

4 [Johann Rudolf Glauber (né le 10 mars 1604 à Karlstadt sur le Main ; mort le 16 mars 1670 à Amsterdam), chimiste, alchimiste et pharmacien allemand, connu pour le Sel de Glauber, sulfate de sodium qu’il découvrit en 1625. Il le nomma sal mirabilis (sel miraculeux) en raison de ses propriétés médicinales ; les cristaux étaient utilisés comme laxatif jusqu’à ce que d’autres remèdes plus sophistiqués apparaissent dans les années 1900.]

5 [Sel de Glauber, voir note 4 ci-dessus.]

6 [Lord Digby est Sir Kenelm Digby (né le 11 juillet 1603 à Gayhurst, dans le Buckinghamshire ; mort le 11 juin 1665 à Paris), courtier, diplomate, philosophe naturel de grand prestige, et leader intellectuel de l’Église Romaine Catholique, cet homme d’origine anglaise est peut-être mieux connu pour avoir été le premier à faire remarquer l’importance de « l’air vital », ou oxygène, dans l’alimentation des plantes.]

7 [La Conspiration des Poudres de 1605 fut une tentative infructueuse d’assassinat contre le roi Jacques Ier d’Angleterre, également roi d’Écosse sous le nom de Jacques VI, par un groupe de catholiques provinciaux anglais dirigé par Robert Catesby (né c. 1572, probablement à Warwickshire près d’Oxford ; mort le 8 novembre 1605 à Warwick).]

8 D’autres historiens rapportent qu’il mourut à Londres, de la pierre [Fibrodysplasie ossifiante progressive, une maladie très rare des tissus conjonctifs ; une mutation du mécanisme de réparation du corps causant les tissus fibreux (dont les muscles, tendons et ligaments) à s’ossifier de façon spontanée ou lorsqu’ils se trouvent endommagés]. En 1661 il était retourné en Angleterre, et il y avait publié la même année un Discours sur la végétation des plantes [Paris : Augustin Courbé & Pierre Moet, 1658, xvi + 89 p.], basé sur un cours qu’il avait prononcé au collège de Gresham. Il était d’ailleurs membre de la Société royale de Londres [voir Leçon 8, note 96] qui venait d’être instituée, et aux assemblées de laquelle il fut toujours très assidu. Il n’est pas à notre connaissance qu’il ait quitté Londres depuis 1661 [M. de St.-Agy].

9 Un motif tout à fait touchant l’anima dans ses travaux chimiques ; il désirait préserver de la mort sa femme Vénétia Anastasia [née en décembre 1600 ; morte le 1er mai 1633 ; beauté vénérée de l’Ére Stuart, renommée pour ses atouts physiques et sa mort mystérieuse], fille [de Sir] Edward Stanley [né c. 1563 ; mort en 1632], célèbre par son étonnante beauté. Il avait même engagé Descartes [voir Tome 1, Leçon 6, note 7] à le seconder dans sa recherche d’un moyen de prolonger la vie indéfiniment. Pour conserver les charmes de Vénétia, il inventa un grand nombre de cosmétiques. Dans le même but, il essaya plusieurs expériences bizarres, et, entre autres, celle de ne lui laisser manger pendant un certain temps que des chapons nourris uniquement avec des vipères. Vénétia Anastasia n’en mourut pas moins à la fleur de l’âge, et l’on conserve encore en Angleterre plusieurs portraits sculptés ou peints de ce prodige de beauté [M. de St.-Agy].

10 [La Poudre de sympathie, ou onguent d’arme, est une forme de thérapie sympathique commune dans l’Europe du dix-septième siècle ; ce remède consistait à appliquer une poudre ou onguent sur l’arme qui avait causé une blessure dans l’espoir de guérir la blessure que cette arme avait provoquée]. C’était du vitriol bleu, ou sulfate de cuivre, préparé d’une manière particulière. On peut voir des détails à cet égard dans James [James Howell (né en 1594 ; mort en 1666) historien angloécossais, écrivain et fournisseur de poudre de sympathie dont Kenelm Digby (voir note 6 ci-dessus) en raconte l’histoire dans Discours fait en une célèbre assemblée, par le chevalier Digby, chancelier de la Reine de la Grande Bretagne &. touchant la guérison des playes par la poudre de sympathie où sa composition est enseignée, & plusieurs autres merveilles de la Nature sont développées, Paris : chez A. Courbé & Pierre Moet, 1658, 195 p., in-8°.] [M. de St.-Agy].

11 [Jean Rey (né c. 1583 au Bugue ; mort en 1645 au Bugue), médecin et chimiste français qui pratiqua la médecine dans sa ville natale et entretint une correspondance avec Descartes et Mersenne (voir note 59 ci-dessous).]

12 [Sieur de la Perotasse, frère aîné de Jean Rey du même nom, propriétaire de la forge à Rochebeaucourt dans le département de la Dordogne en Aquitaine, dans le sud-ouest de la France.]

13 [Andreas Libavius ou Libau, connu également sous le nom de Basilius de Varna (né en 1555 à Halle en Allemagne ; mort le 25 juillet 1616 à Cobourg), médecin et chimiste allemand qui écrivit le premier ouvrage d’études de chimie, intitulé Alchemia. Opera e dispersis passim optimorum autorum veterum & recentium exemplis... collecta... explicata, & in integrum corpus redacta. Accesserunt tractatus nonnulli physici chymici... Sunt etiam in chymicis ejusdem D. Libavii epistolis... multa huic operi lucem allatura (Francfort : Johannes Saurius, 1597, 424 p., in-4°), lequel comporte les instructions pour la préparation de plusieurs acides forts.]

14 [Épicure, voir Tome 1, Leçon 7, note 4.]

15 [Lavoisier, voir Leçon 10, note 78.]

16 [Essays sur la recherche de la cause pour laquelle l’estain et le plomb augmentent de poids quand on les calcine, Bazas : Guillaume Millanges, 1630, 144 p., fig., in-4°.]

17 Voilà, pour la centième fois peut-être, une preuve de la grande utilité de l’histoire des sciences. Non-seulement sa connaissance évite le désagrément de présenter comme inédits des faits connus depuis longtemps, et seulement négligés ; mais encore elle hâte le développement des idées qui peuvent conduire à des découvertes ou à des perfectionnemens. Nul doute que si Lavoisier [voir Leçon 10, note 78] eût connu la brochure de Jean Rey [Essays sur la recherche de la cause pour laquelle l’estain…, 1630 ; voir note 16 ci-dessus], il n’eût établi beaucoup plus tôt sa théorie. Pline [l’Ancien, voir Tome 1, Leçon 13] disait qu’il n’y avait pas de livre si mauvais qu’il n’offrît quelque chose de bon ; il ne faut pas contredire la maxime de ce grand homme [M. de St.-Agy].

18 [Aristote, voir Tome 1, Leçons 7 et 8.]

19 [Francis Bacon (né le 22 janvier 1561 à Londres ; mort le 9 avril 1626 à Highgate), philosophe anglais, homme d’état et de science, juriste, orateur, essayiste et écrivain, il fut à la fois procureur général et Lord Chancelier d’Angleterre. Après sa mort, il continua à exercer une très forte influence au travers de ses œuvres, en particulier comme promoteur philosophique et comme praticien de la méthode scientifique lors de la révolution scientifique. Bacon est considéré comme le créateur de l’empirisme. Ses ouvrages établirent et popularisèrent la méthode d’induction dans la démarche scientifique, souvent appelée la méthode Baconienne, ou tout simplement la méthode scientifique. Sa demande d’un procédé organisé de recherche de toutes choses naturelles marqua un nouveau tournant dans le cadre rhétorique et théorique de l’étude scientifique, dont les idées principales font toujours partie de nos jours des concepts de méthodologie correcte.]

20 [Galilée, nom francisé de Galileo Galilei (né le 15 février 1564 à Pise ; mort le 8 janvier 1642 à Arcetri, dans le Grand-Duché de Toscane), physicien, mathématicien, astronome et philosophe italien qui joua un rôle majeur dans la révolution scientifique ; ses grands exploits incluent les améliorations qu’il apporta au télescope et les observations astronomiques qui en découlèrent, ainsi que son soutien du Copernicanisme. On l’appelle le « père de l’astronomie d’observation moderne », le « père de la physique moderne », et le « père de la science ». Ses contributions en astronomie d’observation incluent la confirmation grâce au télescope des phases de Venus, la découverte des quatre grands satellites de Jupiter (nomme les lunes Galiléennes en son honneur), et l’observation et l’analyse des taches solaires. Galilée fit également des recherches en sciences appliquées et en technologie ; il inventa une boussole militaire améliorée et d’autres instruments. Le soutien de l’héliocentrisme par Galilée fut controverse de son vivant, alors que la majorité supportait soit le système géocentrique soit le système tychonien.]

21 [Descartes, voir Tome 1, Leçon 6, note

22 [Elizabeth Ière, voir Leçon 3, note 104.]

23 [Robert Devereux, Deuxième Compte d’Essex (né le 10 novembre 1565 à Herefordshire en Angleterre ; mort le 25 février 1601 à Londres), noble d’origine anglaise et favori de la reine Elizabeth Ière. Ambitieux en politique et général dévoue, il fut arrête et assigne à résidence à la suite d’une campagne déplorable en Irlande lors de la Guerre de Neuf Ans en 1599. En 1601, il mena sans succès un coup d’état contre le gouvernement et fut exécuté pour trahison.]

24 [Plutôt que « George », il est fait ici référence à Guillaume Cecil, Premier Baron Burleigh (ou Burghley) (né le 13 septembre 1520 à Bourne, dans le Lincolnshire ; mort le 4 aout 1598 à Londres), homme d’état anglais, premier conseiller de la Reine Elizabeth Ière pendant la plus grande partie de son règne, deux fois Secrétaire d’Etat (1550-1553 et 1558-1572), et Lord Haut Trésorier à partir de 1572.]

25 [Sir Robert Cécile, Premier Comte de Salisbury (né le 1er juin 1563 à Westminster, Salisbury ; mort le 24 mai 1612 a Marlborough), administrateur et politicien anglais sous les règnes de Reine Elizabeth (voir Leçon 3, note 104) et Jacques Ier (voir Leçon 4, note 73) comme Secrétaire d’Etat.]

26 [Jacques Ier, voir Leçon 4, note 73.]

27 [Edward Coke (né le 1er février 1552 à Mileham, Norfolk ; mort le 3 septembre 1634 à Godwick, Norfolk), avocat anglais, juge, et plus tard politicien de l’opposition ; il est considère comme le plus grand juriste des ères Elizabetaine et Jacobienne.]

28 [Georges Villiers, Premier Duc de Buckingham (ne le 28 aout 1592 à Brooksby, Leicestershire ; mort le 23 aout 1628 à Portsmouth), favori de Jacques Ier, considère par certains comme son amant ; malgré un parcours politique et militaire très fragmente, il resta au plus haut niveau des faveurs royales pendant les trois premières années du règne de Charles Ier, jusqu’à ce qu’il fut assassine.]

29 [Phtisie, maladie se caractérisant par l’atrophie du corps ou d’une partie du corps, en particulier la tuberculose pulmonaire.]

30 [Les principaux ouvrages de Bacon sont The Advancement of Learning (Londres : Henrie Tomes, 1605, 2 part. en 1 vol. [45 p. ; 118 p.], in-4o) et sa version latine De dignitate et augmentis scientiarum libri IX (Londres : Joannis Haviland, 1623 , [17] + 493 + [1] p. ; in-folio) dans lequel il discute l’art de la communication ; et Novum organum scientiarum (Londres : Joannem Billium, 1620, [12] + 360 + 36 + [2] p., in-folio) dans lequel il décrit un nouveau système de logique qui devint plus tard la méthode Baconienne. Ces deux œuvres devaient faire partie d’un ouvrage beaucoup plus important intitule Instauratio magna (La Grande Restauration), lequel resta inachevé.]

31 Encyclopédie, ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers était une encyclopédie générale qui fut publiée en France entre 1571 et 1772 (17 vol. + 11 vol. de pl.), suivie de suppléments, éditions révisées et traductions. Elle fut éditée par Denis Diderot (philosophe français, critique d’art et écrivain ; né le 5 octobre 1713 a Langres ; mort le 31 juillet 1784 à Paris) et, jusqu’en 1759, co-éditée par Jean le Rond d’Alembert (mathématicien, mécanicien, physicien, philosophe, et théoricien de la musique ; né le 16 novembre 1717 à Paris ; mort le 29 octobre 1783 à Paris.)]

32 [Roger Bacon, voir Tome 1, Leçon 23.]

33 [De historia vitae et mortis, sive titulus secundus in Historia naturali et experimentali ad condendam philosophiam…, Londres : Matthaei Lownes, 1623, [6] + 454 p., in-8°.]

34 [Sylva sylvarum sive historia naturalis et Nova Atlantis, Londres : William Rawley, 1627, 2 part. en 1 vol. (266 p. ; [4] + 47 p. + [2] f. de pl. grav. s. cuivre), in-folio.]

35 [La Nouvelle Atlantide de François Bacon [tr. en françois, et continuée, avec des réflexions sur l’institution et les occupations des académies françoise, des sciences et des inscriptions par Raguet M. R.], Paris : J. Musier, 1702, XII + XIV + 256 p., in-12 (voir note 34 ci-dessus), nouvelle utopique par Francis Bacon, publiée en latin en 1624 et en anglais en 1627 (Chriswell, Londres), dans laquelle il décrit une vision du futur de la découverte et de la connaissance humaine, exprimant ses aspirations et idéaux pour l’humanité. Cet ouvrage décrit la création d’une terre utopique où « la générosité, la Révélation, la dignité et la magnificence », sont les qualités communes des habitants de cette terre mythique appelé Bensalem. Le plan et l’organisation de son centre d’instruction idéal, la Maison de Salomon, était à l’image des universités de recherche modernes en sciences pures et sciences appliquées.]

36 [Société Royale de Londres, voir Leçon 8, note 96.]

37 [Sir Isaac Newton (né le 25 décembre 1642 à Woolsthorpe-by-Colsterworth, Lincolnshire ; mort le 20 mars 1727 à Kensington), physiciste et mathématicien anglais, considéré comme l’un des hommes de science les plus influents de tous les temps et comme un personnage principal de la révolution scientifique. Son ouvrage Philosophiae naturalis principia mathemathematica (Principes mathématiques de philosophie naturelle), publie pour la première fois à Londres (Josephi Streater, 1687, [xi] p. + 510 + [1] p.), posa les principes fondateurs de la mecanique classique.]

38 Son père était très versé dans la musique théorique et pratique, et c’est à lui qu’il dut cet agréable talent, qui fut son délassement favori au milieu d’études plus sérieuses. Il excellait aussi à dessiner, et d’habiles peintres de son temps n’hésitèrent point à reconnaître qu’ils devaient beaucoup à ses conseils [M. de St.-Agy].

39 [Tourne broche, machine tournant la viande embrochée pour la faire rôtir. Les premiers tournes broches, qui datent au moins du Ier siècle avant J. C. étaient activés manuellement. En Grande-Bretagne, dès l’ère Tudor, des tournes broches activés par des chiens étaient utilisés ; le chien courait sur un tapis de course relié au tourne broche par des courroies et des poulies. D’autres formes de tournes broches incluent le tourne broche à vapeur, activé à l’aide de la vapeur, le tourne broche à fumée, activé par les vapeurs chaudes émanant du feu, et le tourne broche à contre poids, activé par des poids ou des ressorts.]

40 [Christiaan Huygens (né le 14 avril 1629 à La Haye aux Pays-Bas ; mort le 8 juillet 1695 à La Haye), mathématicien et homme de science proéminent hollandais, connu en particulier comme astronome, physicien, et scientifique de premier plan de son époque. Sa recherche inclut des études au télescope des anneaux de Saturne et la découverte de sa lune Titan, l’invention de l’horloge à pendule, et autres recherches liées au suivi du temps. Il publia d’importantes études en mécanique et en optique, et un ouvrage innovateur sur les jeux de hasard.]

41 [Evangelista Torricelli (né le 15 octobre 1608 à Faenza, États Pontificaux ; mort le 25 octobre 1647 à Florence), physiciste et mathématicien italien, surtout connu pour son invention du baromètre.]

42 [Dialogo sopra I due massimi sistemi del mondo, livre publié en italien en 1632 par Galilée (Florence : Per Gio Batista Landini, [5] + 458 + [32] p.) qui compare le système Copernicien au système Ptolémaïque traditionnel. Il obtint rapidement un très grand succès et fut traduit en latin en 1635 par Matthias Bernegger (philologue et astronome allemand, professeur d’université et auteur d’œuvres latines ; né le 8 février 1582 à Hallstatt ; mort le 5 février 1640 à Strasbourg) sous le nom de Systema cosmicum : In quo Quatuor Dialogis, De Duobus Maximis Mundi Systematibus, Ptolemaico & Copernicano, Utriusq[ue] rationibus Philosophicis ac Naturalibus indefinite propositis, disseritur…(Leyde : Elzevir ; Strasbourg : Auguste Treboc., [8] + 495 + [12] p., ill., in-4°) ; il fut ensuite traduit en anglais en 1638 sous le titre Dialogues concerning two new sciences (New York : Macmillan & Company, 1914, xxi + [5] + 300 p.) Pour une édition française, voir Dialogue sur les deux grands systèmes du monde [tr. De l’italien par Fréreux René ; avec le concours de Gandt François de], Paris : Seuil, 1999, 444 p. (Source du savoir).]

43 [Roger Bacon et son Opus Magnum, voir Tome 1, Leçon 23, note 13.]

44 [Cornelis Jacobszoon Drebbel (né en 1572 à Alkmaar ; mort le 7 novembre 1633 à Londres), inventeur et innovateur hollandais qui contribua au développement de l’optique et de la chimie ; il construisit également le premier sous-marin navigable en 1620.]

45 Dominique Cassini [mathématicien, astronome, ingénieur et astrologue d’origine franco-italienne ; né le 8 juin 1625 à Perinaldo, République de Gênes ; mort le 14 septembre 1712 à Paris] a fait connaître depuis, comme on sait, les lois exactes de cette espèce d’oscillation périodique [M. de St.-Agy].

46 [Siderevs nvncivs magna, longeqve admirabilia spectacula pandens, suspiciendaque proponens vnicuique, præsertim verò philosophis, atq[ue] astronomis, quæ à Galileo Galileo patritio Florentino Patuini Gymnasij Publico Mathematico perspicilli nuper à se reperti beneficio sunt obseruata in lvnæ facie, fixis innvmeris, lacteo circvlo, stellis nebvlosis, apprime verò in qvatvor planetis circa Iovis stellam disparibus interuallis, atque periodis, celeritate mirabili circumuolutis ; quos, nemini in hanc vsque diem cognitos, nouissimè author depræhendit primus ; atque medicea sidera nuncupandos decrevit (le Messager des étoiles), court traité d’astronomie écrit par Galilée en Mars 1610 (Venise : Thomas Baglioni, 16 + [2] + 17-28 p., ill., in-4°). Ce traité est le premier ouvrage scientifique reposant sur des observations faites grâce au télescope. Il contient les résultats des premières observations de Galilée de la lune imparfaite et montagneuse, les centaines d’étoiles qui ne pouvaient être vues à l’œil nu ni dans la voie lactée ni dans d’autres constellations, et les étoiles de Médicis qui semblaient orbiter autour de Jupiter.]

47 [Grand-Duc de Toscane, voir Leçon 7, note 89.]

48 . [Nicolas Copernic (né le 19 février 1473 en Prusse Royale, Royaume de Pologne ; mort le 24 mai 1543 en Prusse Royale, Royaume de Pologne), mathématicien et astronome de la Renaissance qui proposa un modèle héliocentrique de l’univers, plaçant le soleil, plutôt que la terre, au centre de l’univers. La publication de l’ouvrage de Copernic, De revolutionibus orbium coelestium (Des Révolutions et des Sphères Célestes) Nuremberg : Johannes Petreius, 1543, [7] + 196 f. + [1] f. de pl., ill., in-folio, juste avant sa mort en 1543, est considérée comme un événement majeur de l’histoire des sciences ; cette publication marqua le début de la Révolution Copernicienne et contribua de façon importante à la révolution scientifique.]

49 [En astronomie, le système Ptolémaïque, connu également sous le nom de système géocentrique ou géocentrisme, est une description de l’univers plaçant la terre au centre de tous les corps célestes.]

50 [De revolutionibus orbium coelestium (Des Révolutions et des Sphères Célestes), ouvrage phare sur la théorie héliocentrique de l’astronome de la Renaissance Nicolas Copernic, imprimé pour la première fois en 1543 à Nuremberg par Johannes Petreius.]

51 [Michael Maestlinus ou Maestlin (né le 30 septembre 1550 à Göppingen, Allemagne ; mort le 20 octobre 1631 à Tübingen, Allemagne), astronome et mathématicien allemand, principalement connu pour son rôle de mentor auprès de Johannes Kepler (voir Leçon 12, note 2).]

52 On peut voir, à ce sujet, [Joseph-Jérôme Lefrançois] Delalande [astronome et écrivain français, né le 11 juillet 1732 à Bourgen-Bresse ; mort le 4 avril 1807 à Paris], [Traité d’Astronomie, dont la première édition, publiée en 1764, est composée de deux volumes (Paris : Desaint & Saillant, pl. grav., in-4°), et la seconde édition, publiée entre 1771 et 1781, de quatre volumes ; une troisième édition comprenant trois volumes fut publiée en 1792] livre II, page 190 [M. de St.-Agy].

53 [Christine de Lorraine ou Chrétienne de Lorraine (née le 16 août 1565 à Nancy ; morte le 19 décembre 1637 à Florence), membre de la Maison de Lorraine et Grande Duchesse de Toscane par mariage ; Galilée écrivit sa lettre à Christine en 1615, y exposant la relation entre la science et la révélation.]

54 [Dialogues, voir note 42 ci-dessus.]

55 [Grand-Duc de Toscane, voir Leçon 7, note 89.]

56 Le Père [Hyppolyte Mary] Lancio, le commissaire du saint-office, qui conduisit poliment Galilée dans son carrosse, repoussait toutes les raisons mathématiques de ce grand homme par le miracle de Josué, et par ces paroles de l’écriture : Terra, autem, in æternum stabit, quia in æternum stat [« la terre restera immobile pour l’éternité puisque la terre est immobile pour l’éternité »]. Galilée abjura sa doctrine en ces termes : « Moi, Galilée, dans la soixante-dixième année de mon âge, étant constitué prisonnier, et à genoux devant vos éminences, ayant devant mes yeux les saints évangiles que je touche de mes propres mains, j’abjure, je maudis et je déteste l’erreur et l’hérésie du mouvement de la terre, etc. » [M. de St.-Agy].

57 [François de Noailles (né le 10 juin 1584 ; mort le 15 décembre 1645), ancien élève de Galilée à Padoue, à la fois à l’université et de façon privée, et ambassadeur de France à Rome à partir de 1634, cet homme fit beaucoup pour apaiser les conséquences bouleversantes du jugement de Galilée.]

58 [Écrit dans un style semblable à celui de son ouvrage Dialogue (voir note 42 ci-dessus), Discorsi e dimostrazioni sopra due nuove scienze (Discours et démonstrations concernant deux nouvelles sciences) fut publié par Ludovico Elveziro à Leyde en 1638 (306 p., in-4°).]

59 [Marin Mersenne (né le 8 septembre 1588 à Oizé dans la Sarthe, France ; mort le 1er septembre 1648 à Paris), théologien, philosophe, mathématicien et théoricien de la musique français, souvent considéré comme le « père de l’acoustique » ; on dit de lui qu’il fut le centre du monde scientifique et mathématique de la première moitié du dix-septième siècle.]

60 [L’ordre des Feuillants était une congrégation catholique qui fut créée dans les années 1570 en réforme à la vie Cistercienne de l’abbaye de Feuillant en France, et déclarée peu après un ordre indépendant. Cet ordre se divisa en 1630 entre la branche française (Congrégation de Notre-Dame des Feuillants) et la branche italienne (les Bernardins réformés). L’ordre français fut supprimé en 1791 lors de la Révolution Française. L’ordre italien rejoignit plus tard l’ordre des Cisterciens.]

61 [Les Méchaniques de Galilée : mathématicien et ingénieur du Duc de Florence (Paris : Henry Guénon, 1634, [18] + 88 p., ill., gr. s. b., in-8°), dans lequel Galilée présenta les trois lois de la chute des corps qui réfutait la thèse du mouvement d’Aristote et qui servit de base à la loi du mouvement de Newton.]

62 [Newton, voir note 37 ci-dessus.]

63 [Pierre Descartes (né le 19 octobre 1591 à La Haye ; mort en avril 1660 à Saumur), conseiller du Parlement de Bretagne à partir du 10 avril 1618.]

64 [Comte Maurice de Nassau (Johann Moritz), voir Leçon 3, note 95.]

65 [Henri de la Tour d’Auvergne, Vicomte de Turenne, souvent appelé Turenne tout simplement (né le 11 septembre 1611 à Sedan, dans les Ardennes ; mort le 27 juillet 1675 à Sasbach en Allemagne), membre le plus connu de la famille de la Tour d’Auvergne qui obtint la célébrité militaire et devint Maréchal de France.]

66 [Musicae compendium, traité sur la théorie musicale et l’esthétique de la musique, écrit en 1618 mais seulement publié à Utrecht en 1650 par Gesberti a Zÿll & Theodori ab Ackersdÿck (58 p., in-4°).]

67 [La Guerre de Trente Ans (1618-1648), une série de guerres qui eurent lieu principalement en Europe Centrale et qui impliquèrent la plupart des pays d’Europe. Ce fut l’un des conflits les plus destructeurs de l’Histoire de l’Europe et l’une des guerres ininterrompues les plus longues de l’histoire moderne.]

68 [Maximilien Ier, Duc de Bavière (né le 17 avril 1573 à Munich ; mort le 27 septembre 1651 à Ingolstadt), gouverneur Wittelsbach de Bavière et prince-électeur de l’Empire Saint Romain. Son règne fut marqué par la Guerre de Trente Ans (1618-1648).]

69 [Johann Tserclaes, Comte de Tilly (né en février 1559, Wallon Brabant, Hollande Espagnole, Belgique actuelle ; mort le 30 avril 1632 à Ingolstadt), il commanda les forces de la Ligue Catholique lors de la Guerre de Trente Ans.]

70 [La Bataille de Prague, entre le 25 juillet et le 1er novembre 1648, dernière action de la Guerre de Trente Ans.]

71 [Frédéric V (né le 26 aôut 1596 à Deinschwang, en Haut Palatinat ; mort le 29 novembre 1632 à Mayence), Roi de Bohême de 1619 à 1620 ; son court règne se termina par la défaite de la Bataille de la Montagne Blanche le 8 novembre 1620. Il mourut en 1632, donc Cuvier voulait certainement faire référence à Ferdinand III (né le 13 juillet 1608 à Graz ; mort le 2 avril 1657 à Vienne), Empereur Saint Romain du 15 février 1637 jusqu’à sa mort, ainsi que Roi de Hongrie et de Croatie (1625-1657), Roi de Bohême (1627-1657), et Archiduc d’Autriche (1637-1657).]

72 [Université de Franeker (1585-1811), une université située à Franeker, Friesland, faisant aujourd’hui partie des Pays-Bas ; seconde plus ancienne université des Pays-Bas, fondée peu après l’université de Leyde.]

73 [La dioptrique est l’étude de la réfraction de la lumière, en particulier à l’aide de lentilles ; les télescopes qui créent leur image avec comme objectif une lentille convexe (réfracteur) sont appelés télescopes dioptriques.]

74 [Henricus Regius ou Hendrik de Roy (né le 29 juillet 1598 à Utrecht ; mort le 19 février 1679 à Utrecht), philosophe, physicien hollandais, et professeur de médecine à l’université d’Utrecht à partir de 1638 ; il fut un ardent défenseur du Cartésianisme et entretint une correspondance fréquente avec René Descartes.]

75 [Harvey, voir Leçon 2.]

76 [Gisbertus Voetius (né le 3 mars 1589 à Heusden ; mort le 1er novembre 1676 à Utrecht), théologien calviniste hollandais, défenseur d’une forme de calvinisme appelée Gomarisme, qui prétendait que la raison humaine est entourée d’erreur et de pêchés, ce qui rendait la connaissance parfaite impossible à l’homme.]

77 [Meditationes de prima philosophia, in qua Dei existentia et animae immortalitas demonstrator (Méditations sur la Philosophie Première, où sont démontrées l’existence de Dieu et l’immortalité de l’âme) est un traité philosophique écrit par Descartes, publié pour la première fois en 1641 (Paris : Michaelem Soly,, [22] + 602 + [2] p., in-8°).]

78 [Christina ou Kristina Augusta (née le 18 décembre 1626 à Stockholm ; morte le 19 avril 1689 à Rome), qui pris plus tard le nom de Christina Alexandra, fut Reine de Suède de 1633 à 1654. Fille du Roi Gustave II Adolphe (voir note 79 ci-dessous), vainqueur protestant de la Guerre de Trente Ans, elle créa un scandale lorsqu’elle abdiqua de son trône et se convertit au catholicisme de Rome en 1654. Elle passa les dernières années de sa vie à Rome, où elle devint un personnage important de la vie théâtrale et musicale. Reine apatride, elle protégea de nombreux artistes et projets.]

79 [Gustave II Adolphe (né le 9 décembre 1594 au Château Tre Kronor en Suède ; mort le 6 novembre 1632 à Lützen, dans l’Électorat de Saxe), connu en anglais sous son nom latin Gustavus Adolphus ; il fut roi de Suède de 1611 à 1632 et on lui attribue d’avoir fait de la Suède une Grande Puissance. Il mena la Suède à la suprématie militaire lors de la Guerre de Trente Ans, permettant ainsi d’établir l’équilibre des forces, tant politique que religieux, en Europe.]

80 [Axel Gustafsson Oxenstierna af Södermöre (né le 16 juin 1583, Fånö, Uppland en Suède ; mort le 28 août 1654 à Stockholm), Comte de Södermöre, homme d’état suédois qui devint membre du Conseil de la Couronne de Suède en 1609 et remplit le poste de Haut Chancelier de Suède de 1612 jusqu’à sa mort. Il fut confident de Gustave II Adolphe (voir note 79 ci-dessus) et ensuite de la Reine Christina (voir note 78 ci-dessus).

81 [Claude Saumaise ou Claudius Salmasius (né le 15 avril 1588 à Semur-en-Auxois, en Bourgogne ; mort le 3 septembre 1653 à Spa), homme de lettres classiques français connu comme auteur prolifique et critique de textes.]

82 [Hugo Grotius ou Hugo de Groot (né le 10 avril 1583 à Delft ; mort le 28 août 1645 à Rostock), philosophe, théologien, apologue Chrétien, historiographe, poète, homme d’état, diplomate, et juriste de la République Hollandaise qui aida à établir les fondations de la loi internationale.]

83 [Dioptrique, voir note 73 ci-dessus.]

84 [Discours de la méthode pour bien conduire sa raison, & chercher la vérité dans les sciences. Plus la Dioptrique. Les Météores. Et la géomètrie. Qui sont des essais de cete méthode, Leyde : Jan Maire, 1637, 78 + [2] + 413 + [35] p., ill., in-4° ; traité philosophique et autobiographique écrit par Descartes contenant la célèbre citation : « Je pense, donc je suis. »]

85 [Meditationes de prima philosophia, voir note 77 ci-dessus.]

86 [Principia philosophiae, Amsterdam : Ludovicum Elzevirium, 1644, [22] + 310 p., ill., in-4°.]

87 [Glande pinéale, petite glande endocrinienne située dans le cerveau des vertébrés produisant la mélatonine à partir de la sérotonine, une hormone affectant la régulation des rythmes circadiens entre la veille et le sommeil, et les saisons.]

88 [Archimède, voir Tome 1, Leçon 18, note 1.]

89 [Théorie des Tourbillons de Descartes dans laquelle il prétend que l’univers est rempli de matière qui, en raison d’un mouvement initial, s’est établie dans un système de tourbillons qui porte le soleil, les étoiles, les planètes, et les comètes dans leur trajectoire. Malgré les problèmes que la théorie des tourbillons présentait, elle fut soutenue en France pendant presque cent ans, même après que Newton ait montré l’impossibilité d’un tel système dynamique.]

90 [Joseph-Aignan Sigaud de la Fond (né le 5 janvier 1730 à Bourges ; mort le 26 janvier 1810 à Bourges), physiciste français et promoteur de la physique et de l’enseignement expérimentaux ; on lui attribue la création des premiers laboratoires de physique.]

91 [Johannes Kepler, voir Leçon 12, note 2.]

92 [Torricelli, voir note 41 ci-dessus.]

93 [Blaise Pascal (né le 19 juin 1623 à Clermont-Ferrand en Auvergne ; mort le 19 août 1662 à Paris), mathématicien, physicien, inventeur, écrivain, et philosophe chrétien qui écrivit en faveur de la défense de la méthode scientifique ; son premier ouvrage portait sur les sciences naturelles et appliquées dans lequel il apporta d’importantes contributions à l’étude des fluides, et apporta des éclaircissement sur les concepts de pression et de vide en généralisant la recherche d’Evangelista Torricelli (voir note 41 ci-dessus.)]

Table des illustrations

Légende Francis Bacon Portrait de John Vanderbank (1694-1739) d’après un artiste inconnu (c. 1618) National Portrait Gallery.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2875/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 525k

© Publications scientifiques du Muséum, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540