Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cuvier’s History of the Natural Sciences

 | 
Georges Cuvier

3. Sixteenth-century Botanists, Mineralogists, and Chemists

10. Les premiers chimistes, mysticisme & alchimie

Texte intégral

L’alchimiste Dessin à l’encre de Philipp Galle d’après Brueghel l’Ancien (c. 1558) National Gallery of Art.

1Messieurs,

2Nous sommes arrivés à l’histoire de la cinquième branche des sciences naturelles, pendant la période qui comprend le seizième siècle et la première moitié du dix-septième.

  • 1 [Le néoplatonisme est une doctrine philosophique idéaliste et spirituelle, penchant vers le mystic (...)
  • 2 [Pau, dans la région du Béarn, une des provinces traditionnelles françaises situées dans les monta (...)

3L’anatomie, la botanique, la zoologie et la minéralogie avaient trouvé, jusqu’à un certain point, dans les ouvrages des anciens, un premier fond que, d’abord, on commenta, puis qu’on étendit et qu’on perfectionna. La chimie, au contraire, eut à sortir tout entière du génie des modernes ; les anciens n’en avaient pas parlé. Elle fut créée, soit parmi les Byzantins, soit parmi les Arabes. Ces derniers surtout ont été ses introducteurs dans l’Europe occidentale ; mais ils lui ont imprimé les caractères qui dominent dans leurs autres travaux, le mysticisme, le goût de l’extraordinaire, du merveilleux, et une grande rareté de logique et d’ensemble dans les raisonnements au moyen desquels ils cherchaient à expliquer leurs expériences ; tellement qu’ils en étaient arrivés à cette opinion, qu’il existait un moyen, et le même, de perfectionner les métaux et de corriger les vices du corps humain. Ils étaient persuadés que les métaux qui n’étaient pas de l’or étaient des métaux malades, et qu’il existait une substance, qu’à la vérité il fallait découvrir, qui pourrait purifier et guérir ces métaux, comme elle guérirait toutes les maladies de l’homme. Ces idées bizarres trouvèrent de l’appui dans les expériences ou dans les observations qui avaient été faites par les mineurs, et surtout par ceux de l’Allemagne. Ces hommes avaient observé les différentes propriétés de certains minerais, la manière dont ces substances, en apparence terreuses ou pierreuses, se transformaient ; au moyen du feu ou d’un autre agent, en un métal parfait. Cette métamorphose, ce phénomène, qui leur paraissait extraordinaire, n’était point expliqué par la physique des anciens. Les métallurgistes y virent une découverte importante et la firent servir de fondement à des espérances presque sans bornes. La philosophie qui dominait alors était d’ailleurs assez favorable à tout ce qui tenait au mysticisme et à la superstition ; c’était le platonisme modifié. Les nouveaux platoniciens1 avaient donné beaucoup d’importance à ces êtres qu’ils supposaient exister entre la divinité et l’homme, et qu’ils appelaient démons bienfaisants ou malfaisants ; ils leur supposaient une grande influence dans le gouvernement du monde ; ils admettaient la possibilité de les déterminer à l’action par certains procédés, les uns, tirés des puissances naturelles, les autres, de certaines paroles ; en un mot, au moyen de ce qu’on nommait la magie. Ces opinions étaient tellement dominantes, elles étaient si parfaitement en rapport avec l’esprit du siècle, qu’à aucune époque il ne fut aussi souvent question de sorcellerie et de sorciers. Une commission du parlement de Pau, dans le Béarn2, fit brûler plus de trois cents de ces malheureux dans un espace de temps assez court. La croyance aux sorciers était alors si générale, si profonde, que les accusés de sorcellerie la partageaient eux-mêmes ; ils ne niaient point les faits qu’on leur imputait, lorsqu’on les pressait un peu. L’imagination fortement préoccupée de cet état extraordinaire, plusieurs, soit dans leurs rêves, soit dans des moments qu’on appelait d’hallucination, avaient réellement cru se voir au sabbat, ou être les objets d’actes de sorcellerie.

  • 3 [La pharmacie galénique fait référence à la branche pharmaceutique préparant des remèdes à base d’ (...)

4Dans de pareils temps, sous la protection de telles idées, il n’est pas étonnant que les chimistes, ou ceux qui voulaient abuser des arcanes de la chimie, aient exercé tant d’empire sur les esprits. Ils avaient d’ailleurs de puissants auxiliaires : le premier était l’effet étonnant des remèdes chimiques. Jusque vers la fin du quinzième siècle la médecine n’avait guère employé que les anciens moyens thérapeutiques, c’est-à-dire la pharmacie galénique3, qui se composait de plantes et de substances tirées des autres corps organisés, dont on formait divers mélanges ; mais les remèdes héroïques, notamment les préparations de mercure et d’antimoine, ne furent bien connus et généralement employés qu’à une époque plus éloignée. Les succès tout-à-fait extraordinaires qu’on obtenait, soit du premier de ces minéraux contre la syphilis, soit du soufre contre les maladies cutanées, et même aussi de l’antimoine, qui a pour attribut une grande puissance sudorifique ; ces succès disons-nous, dont le principe resta longtemps un secret dans les mains de quelques chimistes, leur acquirent un grand ascendant sur les esprits, et leur crédit augmenta encore lorsqu’ils eurent adopté la langue inintelligible de la magie, au moyen de laquelle on prétendait conjurer les esprits supérieurs, et les contraindre à venir aider l’humanité.

  • 4 [La pierre philosophale est une substance alchimique légendaire capable, soit disant, de transform (...)
  • 5 [Hermès, dieu grec, mais également un personnage considéré par les premiers pères chrétiens comme (...)
  • 6 [Salomon (fl. xe siècle avant J. C. ; né et mort à Jérusalem), roi d’Israël, fils et successeur de (...)

5L’autre source du crédit des chimistes fut le désir qu’avaient les princes de s’enrichir, de se procurer des moyens de finances plus considérables que ceux dont ils avaient disposé jusque-là. Les gouvernements n’avaient pas encore eu besoin, pour ainsi dire, de ce grand nerf des états modernes, parce que les services militaires étaient faits par les possesseurs de fiefs ; mais lorsque les guerres du quinzième siècle, qui occupèrent toute l’Europe, éclatèrent et contraignirent les souverains à avoir des armées permanentes, le besoin d’or se fit sentir à la plupart des princes. Ceux qui n’avaient pas de vastes états se trouvèrent surtout fort gênés ; avides de ressources, quelques ’uns saisirent avec empressement l’idée qu’il n’était pas impossible de découvrir la pierre philosophale4 et d’en tirer parti, du moins pendant quelque temps. Ils firent de grandes dépenses pour arriver à ce résultat : or, du moment qu’on trouve du crédit pour une chose importante, il arrive tout naturellement que des charlatans qui sont hors d’état de la procurer, la promettent cependant, dans l’espoir de s’enrichir ou d’obtenir de la considération. Ce fut en effet ce qui eut lieu pour la transmutation des métaux ; le monde fut inondé de possesseurs de la pierre philosophale. On publia aussi une foule d’ouvrages pseudonymes, dans lesquels on cherchait à faire croire que la science de la chimie, qui enseignait les remèdes universels et l’art de transformer les métaux, avait existé de toute antiquité et avait seulement été tenue secrète. La découverte en fut attribuée à Hermès5, à Salomon6 et à d’autres sages. Tous ces ouvrages étaient rédigés dans des formes énigmatiques et métaphoriques, par cette raison bien simple, que si les auteurs s’étaient expliqués clairement, ils auraient été discrédités sur-le-champ, puisqu’ils n’avaient rien à dire. Ils étaient dans l’impossibilité d’indiquer la substance ou la combinaison d’éléments qui devait procurer de l’or ; à l’instant même, l’expérience les aurait démentis ; ils se réfugiaient donc, comme je le disais, dans des énigmes sous lesquelles presque tout le monde croyait que de grands secrets étaient cachés : par ce moyen, ils conservèrent quelque temps l’autorité que leur impudence leur avait acquise.

  • 7 [Antoine-Joseph Pernety, connu sous le nom de Dom Pernety (né le 23 février 1716 à Roanne ; mort l (...)
  • 8 [L’Iliade, poème épique grec classique en hexamètre dactylique, attribué à Homère ; cette histoire (...)

6La méthode de prétendre que l’alchimie avait été connue dès les temps les plus reculés fit tant de progrès, qu’on en vint à soutenir que les anciennes mythologies n’étaient que des emblèmes de l’alchimie. Cette doctrine fut même professée dans le dix-septième siècle, et presque de nos jours. Nous avons lu l’ouvrage d’un bénédictin, nommé Pernety7, qui prétend expliquer toute l’Iliade et l’Odyssée, comme des analogues du grand-œuvre8.

7Mais au milieu de toutes ces folies, plusieurs alchimistes faisaient réellement des expériences intéressantes, et, tout en se proposant un but imaginaire, découvrirent des vérités fort importantes pour la physique et la chimie.

  • 9 [Basile Valentin, qui est dit avoir été un alchimiste du quinzième siècle, et peut-être Canon du P (...)
  • 10 L’histoire n’y mentionne qu’un monastère de femmes ; mais Erfort ou Erfurth a eu une université, f (...)

8Les premiers ouvrages dans lesquels ces vérités sont exposées furent publiés sous des noms composés de manière à faire croire qu’ils appartenaient à la plus haute antiquité, comme, par exemple, les noms de Basile Valentin9, qui signifient roi puissant. On a cru qu’un homme de ce nom avait existé dans le quinzième siècle, et l’on a même articulé qu’il était bénédictin à Erfort ; c’est vraisemblablement une erreur, car il n’y a jamais eu de couvent de bénédictins à Erfort10.

  • 11 [Stibium, nom obsolète de l’antimoine ; utilisé comme cosmétique dans l’ancienne Égypte et à Rome.

9Quoi qu’il en soit, c’est à Basile Valentin qu’on attribue la dénomination d’antimoine, que porte maintenant le stibium11 des anciens. On prétend qu’il avait donné de cette substance à des cochons, et qu’ayant remarqué que ceux-ci étaient ensuite devenus très gras, il en avait fait prendre à ses moines, exténués de jeûnes et de mortifications ; mais la plupart étant morts, au lieu d’engraisser, il nomma anti-moine la substance qu’il leur avait administrée.

  • 12 On appelait ainsi la syphilis [voir Leçon 1, note 26], parce que les Français avaient contracté ce (...)
  • 13 [Jacques Bérenger de Carpi, voir Leçon 1, note 25.]

10La date des ouvrages de Valentin n’est pas connue plus que sa personne ; mais elle n’est pas aussi reculée qu’on l’a dit, car il mentionne le mal de Naples12, qui ne parut qu’en 1495, et il indique aussi l’utilité de l’emploi du mercure en thérapeutique, qui ne fut connue qu’au commencement du seizième siècle, par les expériences de Bérenger de Carpi13. Il y a même des critiques modernes qui croient que ces ouvrages appartiennent au dix-septième siècle : ce qu’il y a de certain, c’est qu’ils n’ont été publiés que dans ce siècle. Pour leur donner plus de crédit, on leur créa une origine extraordinaire : on répandit qu’ils avaient été découverts dans le milieu d’une colonne de l’église d’Erfort, qui avait été brisée par le tonnerre.

  • 14 [Der Triumph-Wagen Antimonii, Fratris Basilii Valentini, Benedicter Ordens : allen, so den grund s (...)
  • 15 [Hippocrate, voir Tome 1, Leçon 5, note 36.]
  • 16 [Galien, voir Tome 1, Leçon 16.]
  • 17 [Raymond Lulle, voir Leçon 9, note 87.]
  • 18 [Arnauld de Villeneuve, voir Leçon 9, note 88.]

11Le principal de ces ouvrages est intitulé : Currus triumphalis Antimonii, Le char triomphal de l’Antimoine14. La première édition parut à Leipsic, en 1624 ; elle est en partie théorique et en partie pratique. La partie théorique est écrite en style mystique, mêlée de beaucoup d’injures contre les médecins du temps, et contre Hippocrate15 et Galien16. Cependant on distingue à travers ce fatras une espèce de théorie ; on y voit pour la première fois le développement de la doctrine des trois principes du mercure, du soufre et du sel, qui existait chez les Arabes et se trouvait déjà dans Raymond Lulle17 et dans Arnaud de Villeneuve18, leur élève, mais y était exposée avec moins de soin et d’une manière moins générale. Par sel, on y entend le principe de toute dissolubilité ; par le soufre, le principe de la combustibilité ; et par le mercure, le principe de la métalléité, ou des substances qu’on rapportait à la métalléité ; car on reconnaissait aussi du soufre, du sel et du mercure dans les plantes et dans les animaux. L’ensemble de tout ce système est établi au moyen de comparaisons entre certaines actions ; ainsi Valentin compare très souvent l’action médicinale du mercure à l’action du feu et de l’esprit de vin ; celui-ci, à l’état pur, lui paraît contenir une espèce de mercure, ou du moins de principe mercuriel. Mais toutes ces idées sont extrêmement vagues, et l’addition de métaphores et d’idées mystiques, empruntées aux alchimistes précédents, ne contribue pas du tout à les éclaircir.

  • 19 [Le beurre d’antimoine est le nom donné par les alchimistes au trichlorure d’antimoine, un solide (...)
  • 20 [Escarotique, substance favorisant la production de croûtes, de morceaux de chair morte qui sont é (...)
  • 21 [L’alcalin volatile est l’ammoniaque, un gaz alcalin sans couleur à l’odeur forte et au goût âpre (...)
  • 22 [Eau régale, ou aqua regia, voir Leçon 9, note 23.]
  • 23 [Le sucre de Saturne, connu également comme le sel de Saturne, sucre de plomb, diacétate de plomb (...)
  • 24 [Boerhaave, voir Leçon 1, note 78.]

12Ce qu’il y a de positif dans Valentin, ce sont les préparations de diverses substances médicinales, la description des procédés nécessaires pour les obtenir et l’indication de plusieurs de leurs usages dans les arts. Ainsi il décrit très bien le régule et le beurre d’antimoine19, puissant escarotique20, qu’on appelle encore de ce nom dans la pharmacie vulgaire ; le précipité rouge de mercure, l’alcali volatil21, le foie de soufre, l’eau régale22, le sucre de Saturne23, les acides vitriolique, nitrique et muriatique. En résumé, on peut dire que, sauf les procédés pneumato-chimiques, ceux qui ont pour objet la décomposition des airs et leur analyse, tous les moyens employés par la chimie jusqu’à Boerhaave24 sont exposés dans les ouvrages de Valentin. Boerhaave l’a reconnu lui-même au commencement du dix-septième siècle, et le déclare dans ses écrits.

13Valentin a fait une application de la chimie à l’organisme ; il a cherché à établir que le corps humain présentait en petit exactement les mêmes phénomènes que le monde présentait en grand, et c’est ainsi qu’il a créé les dénominations de microcosme et de macrocosme, qu’il affecte, la première au corps humain, et l’autre au grand corps de la nature. Ses écrits contiennent plusieurs autres choses qui seraient assez remarquables si elles n’étaient pas mêlées d’une foule d’idées bizarres et d’expressions extraordinaires qui en rendent la lecture fastidieuse. Mais à cette époque le génie et le talent ne pouvaient être purs de superstition ; l’esprit humain n’est pas doué de la faculté d’écarter d’un seul coup toutes les erreurs qui l’ont précédé : Cardan, dont nous allons parler maintenant, nous en fournit la preuve.

  • 25 C’est [Jérôme Cardan, ou Girolamo Cardano, mathématicien italien, médecin, astrologue et joueur qu (...)
  • 26 [De vita propria liber (Le livre de ma vie) en 1576 ; bien plus tard, une autre édition fut égalem (...)

14Jérôme Cardan25 naquit à Pavie en 1501, d’un médecin jurisconsulte. Il devint très profond mathématicien, et est un de ceux qui ont le plus perfectionné l’algèbre. On lui doit la découverte de la solution des équations du troisième degré. Malgré l’étendue de sa science, il fut d’une singularité et d’une superstition extraordinaires ; il soutenait la cabale, la magie, toutes les idées de l’alchimie, à l’exception de celles qui concernaient la transmutation des métaux. Il eut aussi la vie la plus aventureuse et la plus extraordinaire. À sa mort, en 1576, on trouva un ouvrage intitulé : De vita propria26, espèce de confession dans laquelle il révèle ses vices, ses superstitions et ses crimes.

15Tous ces ouvrages de Cardan et de Valentin contribuèrent à exciter les esprits, à leur donner le goût des superstitions et des secrètes expériences ; ils entretinrent l’espoir qu’on arriverait à découvrir ainsi de grandes vérités et une foule de choses utiles.

  • 27 [Paracelse le Grand, voir Leçon 4, note 72.]
  • 28 [L’Ordre Teutonique, ou Ordre des Chevaliers Teutoniques était un ordre militaire allemand du Moye (...)
  • 29 [L’abbé Tritheim est Johannes Heidengerg, connu également sous le nom de Johannes Tritheim ou Trit (...)
  • 30 [La Souabe est une région culturelle, historique et linguistique du sud-ouest de l’Allemagne, l’un (...)
  • 31 [Fugger de Schwaz est Jacques Fugger (né le 6 mars 1459 à Augsbourg ; mort le 30 décembre 1525 à A (...)
  • 32 À son retour de Tunis, Charles-Quint passant à Augsbourg, logea chez les Fugger, et, entre autres (...)
  • 33 [La Maison des Médicis est une dynastie politique, famille de banquiers, et maison royale qui comm (...)

16Un des hommes qui ont le plus exalté cette disposition des esprits est le grand Philibert-Auréole-Théophraste-Paracelse-Bombast de Hohenheim27, car il s’était affublé de tous ces noms. Il paraît qu’il était le fils d’un médecin, enfant naturel d’un grand-maître de l’ordre teutonique28 : du moins le nom de Bombast est celui d’une famille qui a eu une grande existence dans cet ordre. On a contesté à Paracelse cette descendance ; mais, vraie ou non, il n’en est pas moins certain que c’est de là qu’il a tiré le nom de Bombast qui, ensuite, est devenu en anglais le synonyme d’enflure, de jactance, parce qu’en effet personne n’en a montré autant que Paracelse. Il était né en Suisse, en 1463, à Einsiedeln, petit bourg situé près de Zurich, et fut élève d’un homme célèbre d’ailleurs par son érudition, mais qui était aussi un grand partisan de l’alchimie, l’abbé Tritheim29, bien connu des érudits. Ce goût que les grands seigneurs d’alors avaient pour la transmutation des métaux le fit appeler auprès d’un personnage de Souabe30, nommé Fugger de Schwatz31. La famille de ce nom était très célèbre en Allemagne par les richesses immenses qu’elle avait acquises dans le commerce32, comme celle des Médicis en Italie33 ; elle parvint même à former une famille de princes qui subsiste encore aujourd’hui. Paracelse s’attacha à un membre de cette famille, pour travailler à des recherches alchimiques ; il voyagea dans toute l’Europe, consultant partout où il espérait apprendre quelque secret, et interrogeant même les vieilles femmes et les vieux magiciens. Dans son voyage en Pologne, il fut pris par les Tartares et conduit dans la petite Tartarie ; il prétend que c’est dans ce pays qu’il connut la pierre philosophale.

  • 34 [Jean Froben (né c. 1460 à Hamelbourg en Franconie ; mort le 27 octobre 1527 à Bâle), imprimeur et (...)
  • 35 [Le fait que Paracelse ait dû quitter Bâle en 1528 à cause d’une querelle concernant le prix d’une (...)
  • 36 [Jean Oporin, ou Johannes Oporinus (né en 1507 ; mort en 1568), savant suisse, introduit au monde (...)
  • 37 [Mathusalem, selon la Bible, est considéré comme la personne ayant vécue le plus longtemps ; la tr (...)

17Il revint enfin à Bâle, où ayant guéri avec des remèdes chimiques le célèbre imprimeur Froben34, il fut fait professeur de médecine chimique, en 1529. C’est à peu près la première chaire de cette nature qui ait été créée. Il l’occupait depuis quelque temps, lorsqu’un désagrément lui fit quitter la ville de Bâle. Un chanoine de cette ville, nommé Lichtenfeld35, éprouvait de grandes douleurs, pour la guérison desquelles il avait promis cent écus à Paracelse. Celui-ci le guérit au moyen seulement de deux pilules antimoniales : le chanoine trouva que ce qu’il avait promis dépassait la valeur d’un si petit remède, et il en résulta un procès dans lequel Paracelse fut condamné. C’est à ce sujet qu’il dit adieu à la ville de Bâle. Il parcourut l’Alsace, la Souabe, s’arrêtant de cabaret en cabaret, y recevant les gens qui venaient le consulter, s’enivrant avec les paysans et ne couchant pas même dans un lit. Il oublia dans cette vie abrutissante ce qu’il savait de latin. Un de ses disciples, nommé Opporinus36, qu’il avait emmené, le quitta, lassé de le suivre, à propos d’un blasphème qu’il lui avait entendu proférer. Enfin, en 1541, ses désordres cessèrent. Il mourut à Saltzbourg, âgé de quarante-sept ans, quoiqu’il eût prétendu posséder un élixir qui prolongerait sa vie aussi longtemps que celle de Mathusalem37. Chose singulière ! nous verrons que tous les médecins-chimistes ont ainsi mené une vie assez aventureuse, et que la plupart sont morts avant le terme ordinaire.

  • 38 C’est, suivant nous, une excellente innovation. Le plus sûr moyen de détruire l’erreur ou de faire (...)
  • 39 [Auto da fe ou « acte de foi » rituel de pénitence publique des hérétiques et apostats après avoir (...)
  • 40 [Valentin, voir note 9 ci-dessus.]

18Paracelse n’avait aucune connaissance de la philosophie, de la dialectique, de la logique, ni des autres sciences fondamentales : il paraît qu’il ne recherchait que la faveur populaire. Il est même le premier professeur connu dans l’Europe moderne qui ait fait ses cours en langue vulgaire38 : jusqu’à lui on n’avait professé qu’en latin. Il était tellement acharné contre les anciens, qu’un jour il fit, devant ses élèves, un autodafé des ouvrages d’Hippocrate et de Galien39. Sa grande vogue, comme médecin, fut le résultat des remèdes extraordinaires qu’il employa ; il avait des recettes du genre de celles de Basile Valentin40, et administrait l’antimoine, le mercure et l’opium avec une hardiesse extrême. Il guérissait ainsi, quand il ne tuait pas ses malades, des lèpres, des ulcères, de légères hydropisies, qui avaient été réfractaires aux traitements des autres médecins.

  • 41 Il paraît qu’il [Paracelse] n’aurait pas pu employer d’autres moyens : ses historiens rapportent q (...)
  • 42 [Ouvrages de Paracelse, De gradibus, de compositionibus et dosibus receptorum ac naturalium libri (...)

19La célébrité de Paracelse devint telle, qu’il n’y eut pas de merveilles qu’on ne lui attribuât, surtout dans les pays éloignés : on fut jusqu’à dire qu’il avait fait des enfants avec l’alambic41, en y plaçant certaines drogues. Quant à ses ouvrages, ils sont aussi écrits de manière à séduire les ignorants, le peuple ; ils sont remplis d’emphase et d’interpellations mystiques ; il blâme avec une orgueilleuse audace tout ce qui l’a précédé. Du reste, il n’était pas sans science : s’il a pratiqué les procédés déjà décrits par Basile Valentin et par les autres chimistes antérieurs, il en est aussi plusieurs qui lui appartiennent. On trouve déjà dans ses ouvrages beaucoup d’observations sur le vitriol, sur le zinc. On y voit aussi des idées théoriques : ainsi, il admet dans l’air un feu caché ; c’est de ce fluide qu’il fait dériver la chaleur et la flamme, comme dans la théorie actuelle de la combustion. Mais ces idées sont tellement mêlées de cabale, de magie et de mots barbares créés exprès pour être inintelligibles ; de superstitions sur la vertu des talismans, des figures et des lettres qu’on gravait sur les pierres, qu’elles forment en quelque sorte un assemblage monstrueux de faits appartenant à la chimie et d’absurdités honteuses. Les livres de Paracelse furent publiés de son vivant. Le principal de tous est intitulé : De gradibus et compositionibus receptorum ac naturalium ; un autre est intitulé : Archidoxorum ; et un troisième : De natura rerum42. Mais, en général, ils sont tous aujourd’hui absolument inutiles, encore plus que ceux de Basile Valentin, et ne peuvent plus nous servir que comme des exemples de tous les égarements dont l’esprit est capable, et aussi de la facilité avec laquelle d’indignes charlatans, pour peu qu’ils paraissent posséder quelque chose d’utile, acquièrent du crédit dans l’opinion des peuples.

20La vogue de Paracelse multiplia les médecins-chimistes, et presque tous prirent, pour inspirer de la confiance, le titre de paracelsistes. Ils prétendaient pouvoir guérir les maladies sans avoir étudié la pathologie, sans s’occuper d’aucun des détails de la médecine et sans avoir recours aux observations consignées dans les anciens. Les succès, inouïs alors, qu’ils obtenaient de temps en temps, rendaient ces prétentions incontestables aux yeux du vulgaire.

  • 43 [Léonard Thurneysser (né le 22 juillet 1531 à Bâle ; mort en 1595 ou 1596 à Cologne), érudit suiss (...)
  • 44 [Jean Georges, Électeur de Brandebourg (né le 11 septembre 1525 à Cologne ; mort le 8 janvier 1598 (...)
  • 45 [Petrus Severinus (à ne pas confondre avec Marcus Aurelius Severino ; voir Leçon 2, note 87) ou Pe (...)
  • 46 [Frédéric II (né le 1er juillet 1534 à Haderslev au Danemark ; mort le 4 avril 1588 à Antvorskov a (...)
  • 47 [Gunther Andernach, voir Leçon 1, note 38.]
  • 48 [Vésale, voir Leçon 1, note 45.]

21Parmi les médecins paracelsistes, quelques-uns sont assez remarquables encore. Ainsi, on pourrait citer, parmi les Allemands, Thurneissers43, médecin de l’électeur de Brandebourg44, et Severin45, médecin du roi de Danemarck46, car la plupart trouvaient à se placer auprès des princes ; mais chacun d’eux avait une manière différente d’exprimer ses idées. Comme il arrive toujours quand on ne connaît pas un sujet à fond, ils entassaient métaphore sur métaphore, et en formaient un tout énigmatique. Gonthier d’Andernach47, le professeur d’anatomie de Vésale48, ne fut pas à l’abri des bombasts de Paracelse ; à la fin de sa vie, il s’adonna à la médecine de ce novateur ambulant.

  • 49 On peut voir sur cette société [les Roses-Croix] Gabriel Naudé [bibliothécaire et érudit français (...)
  • 50 [Oswald Croll ou Oswaldus Crollius (né c. 1563 ; mort en décembre 1609), alchimiste allemand et pr (...)
  • 51 [Rodolphe II (né le 18 juillet 1552 à Vienne ; mort le 20 janvier 1612 à Prague), empereur saint r (...)
  • 52 Les travaux de Croll (voir note 50 ci-dessus) furent publiés pour la première fois à Francfort en  (...)

22Enfin, l’Allemagne vit naître, au commencement du seizième siècle, une société secrète qu’on nomma la société des roses-croix49, et qui pratiqua, non-seulement des expériences de chimie dans le genre de celles de Valentin et de Paracelse, mais qui exagéra encore ce qu’il y avait de superstitieux, de théosophique dans leurs écrits. Dès 1610, cette société avait des statuts qui furent divulgués, et qui prescrivaient à ses membres de garder le secret sur tout ce qui se passait entre eux. En 1614, elle s’annonça comme devant régénérer le monde en s’emparant des princes au moyen des trésors qu’elle leur procurerait par la pierre philosophale. Oswald Croll50, médecin de l’empereur Rodolphe II51, sur la fin du seizième siècle, donna un livre intitulé : Basilica chimica continens philosophicam descriptionem etc., avec un traité intitulé : Tractatus novus de signaturis rerum internis52, dans lequel il expose un système où il lie l’astrologie avec la chimie et avec la cabale. Selon lui, ce sont des astres qui forment les vertus des plantes et des minéraux ; chaque astre a sa plante, ou plutôt chaque plante a un astre qui lui correspond. Il attachait de l’importance aux lettres gravées sur les pierres, qu’on employait comme amulettes, comme talismans. En somme, ses ouvrages présentent un amas de métaphores telles que nous en verrons renaître dans quelques sectes philosophiques de l’Allemagne, lorsque nous en serons à l’histoire des sciences naturelles pendant le dix-huitième siècle.

  • 53 Jean Reuchlin (né le 29 janvier 1455 à Pforzheim dans la Forêt Noire ; mort le 30 juin 1522 à Stut (...)

23Au temps des roses-croix, la cabale jouissait d’un grand crédit ; elle avait été formée d’une partie de la philosophie néo-platonicienne, altérée par son mélange avec les superstitions des rabbins qui attribuaient aux lettres et à leurs combinaisons un grand pouvoir sur les êtres intermédiaires, sur les intelligences supérieures à l’homme. Toutes ces idées sur les sorciers et la cabale étaient répandues parmi les catholiques et parmi les protestants ; mais peut-être l’étaient-elles davantage parmi les protestants, parce que, comme leur principe était de remonter au texte des livres sacrés, ils avaient dû s’attacher surtout à l’étude de la langue hébraïque. Ce furent même eux qui, un peu avant la réformation, firent renaître l’étude de cette langue, que pendant le Moyen Âge on avait complètement négligée. La nécessité où ils étaient, pour la connaître dans ses détails, d’étudier les livres des rabbins, où toute leur philosophie est présentée avec le plus d’éclat, contribua encore à enraciner cette philosophie dans leur esprit. Aussi des hommes illustres par leur érudition, entre autres Reuchlin53, d’ailleurs l’un des hommes les plus spirituels du seizième siècle, se sont-ils fort adonnés à la cabale et y ont-ils ajouté pleine croyance.

  • 54 [Henning Scheunemann (né en 1570 à Halberstadt ; mort c. 1615), médecin, alchimiste et membre des (...)

24Le plus fameux des roses-croix, Hen. Schevnemann, médecin à Bamberg54, avait réduit toute la physiologie à la chimie ; il prétendait que tout ce qui s’effectuait dans l’homme était chimique, et qu’on y trouvait aussi toutes les matières connues de la chimie. Il attribuait un rôle à chacune d’elles. Selon lui, la nature de l’homme éprouve sept variations ou degrés, qui sont : la combustion, la sublimation, la dissolution, la putréfaction, la distillation, la coagulation et la teinture ; toutes ces différentes opérations s’exercent sur les trois principes établis dans la chimie générale, le sel, le soufre et le mercure. Mais chacun de ces principes y présente des variétés particulières ; ainsi, il y a un mercure pneumosus, qui est la chaleur innée, ou ce qui donne la force ; il y a un mercure cremosus, c’est le liquide radical ; puis un mercure sublimatus, qui est l’esprit subtil ou nerveux ; enfin un mercure præcipitatus, qui est l’esprit acide, destructeur de toutes les parties. Le soufre a aussi des formes diverses ; il est tantôt coagulé, tantôt dissous : c’est lui qui produit les graisses, les huiles, et donne à toutes leurs parties leur mobilité. Le sel prend également différentes formes ; il est calciné, dissous ou réverbéré, et chacun de ces états répond à quelques-unes des humeurs ou à quelques-uns des phénomènes de l’homme. Tout cela est à peu près inintelligible, comme vous voyez, et ne pouvait être soutenu qu’avec des raisonnements théosophiques ou métaphoriques, comme ceux de Paracelse.

  • 55 [Comte Alexandre de Cagliostro (né le 2 juin 1743 à Palerme ; mort le 26 août 1795 à Rome), pseudo (...)

25L’Italie se livra beaucoup moins à ce genre d’erreurs ; elle n’eut que quelques charlatans qui vendaient des secrets, comme nous avons vu Cagliostro55 le faire de nos jours.

26Lorsque ces idées s’introduisirent en France, on chercha à leur donner une forme plus scientifique, parce que le mysticisme y était moins répandu qu’en Allemagne. On essaya de les allier à la philosophie des anciens, qui y était étudiée plus sévèrement, et où le système des néo-platoniciens avait eu moins d’influence que dans les autres pays de l’Europe, qu’en Allemagne surtout.

  • 56 [Joseph Duchesne ou du Chesne (en latin Josephus Quercetanus) (né c. 1544 à Armagnac ; mort en 160 (...)
  • 57 [Henri IV, voir Leçon 2, note 57.]
  • 58 [Jean Riolan, voir Leçon 2, note 95.]
  • 59 [Vésale, voir Leçon 1, note 45.]
  • 60 [Théodore de Mayenne est Théodore Turquet de Mayerne (né le 28 septembre1573 à Genève ; mort le 22 (...)
  • 61 [Charles Ier, voir Leçon 2, note 101.]
  • 62 [Gui Patin (né en 1601 à Hodenc-en-Bray dans l’Oise ; mort le 20 août 1672 à Paris), médecin et ho (...)

27Un grand promoteur de cette médecine ou chimie paracelsiste, fut un nommé Joseph Duchesne, en latin Quercetanus56, qui était médecin d’Henri IV57. Il avait appris à Bâle la médecine chimique de Paracelse ; il lui ressemblait même beaucoup par le genre d’esprit : il était charlatan comme lui, possédait de même l’art de faire de l’or, et la panacée universelle ; enfin, il était de son âge ; mais il avait beaucoup plus d’instruction que lui ; il connaissait même les anciens, il savait le grec et le latin. Malgré cette connaissance, il n’en était pas moins leur plus zélé adversaire ; comme Paracelse, et les roses-croix, il les accablait d’injures. La faculté de médecine de Paris ne se laissa pas entamer par ce genre de doctrine ; elle se jeta, au contraire, dans l’excès opposé. Ce fut Jean Riolan58, dont je vous ai entretenus dans l’histoire de l’anatomie, qui, surtout, défendit l’ancienne médecine, la pharmacie galénique. Il n’était pas ami des choses nouvelles, même quand elles étaient vraies, car c’est lui qui s’opposa le plus à quelques-unes des nouveautés de Vésale, et surtout à la découverte de la circulation du sang59. Il apporta un zèle fanatique à la défense de l’ancienne médecine ; il proclama que tous les chimistes étaient des empoisonneurs, et obtint, en 1603, un décret de la faculté de médecine, qui déclara que l’antimoine était un poison dans tous les cas. Le parlement de Paris, provoqué par cette déclaration de la faculté, interdit l’usage de l’antimoine sous des peines corporelles, ce qui n’empêcha pas, comme il guérissait souvent, qu’on n’en fît un fréquent usage. Néanmoins les médecins-chimistes étaient considérés comme des charlatans, comme des médecins hétérodoxes ; on en vint même jusqu’à chasser de la faculté un nommé Théodore de Mayerne60, parce qu’il avait soutenu que ce n’était pas d’une manière générale et par des arrêts de justice qu’on pouvait résoudre des vérités chimiques, mais qu’il fallait examiner les expériences, et les juger d’après des règles de philosophie raisonnable. Mayerne se retira en Angleterre, où il devint le premier médecin du roi Charles Ier61. On a plusieurs preuves que, dans cette position, il fut fort utile aux savants. Les médecins de son temps étaient si fanatiquement opposés à la médecine nouvelle, que toutes les fois qu’il mourait quelque personnage remarquable, on prétendait qu’il avait été tué par l’antimoine. Tout le monde connaît sans doute les lettres de Gui-Patin62 sur ce sujet ; elles prouvent qu’à cette époque il y avait des factions dans ce pays, comme il y en a toujours à propos des questions les moins importantes.

28Les choses finirent pourtant par s’éclaircir : on reconnut que la chimie présentait des phénomènes qui exerçaient une grande influence dans la nature, et qu’il était utile de se livrer à des expériences pour la perfectionner. On s’aperçut aussi que les remèdes chimiques avaient une action énergique sur le corps humain ; que quelquefois ils pouvaient être mal employés, mais que ce n’était pas en les rejetant d’une manière absolue qu’on arriverait à les apprécier exactement ; qu’il fallait en faire des essais, afin de déterminer à quelle dose et de quelle manière ils devaient être employés. La théosophie, l’astrologie, la pierre philosophale, et tout ce qu’il y avait de superstitieux, furent alors rejetés ; cependant nous verrons que cette invasion d’une chimie grossière dans la physiologie qui ne l’était pas moins, exerça pendant tout le dix-septième siècle une influence fâcheuse ; car on substitua des idées erronées qui avaient une apparence scientifique, à des opinions qui n’étaient que ridiculement superstitieuses. Presque tous les phénomènes physiologiques de l’économie animale furent considérés comme des phénomènes chimiques : il y en a bien, en effet, quelques-uns, mais on en élevait beaucoup trop le nombre.

  • 63 [Andreas Libavius, ou Libau (né en 1555 à Halle ; mort le 25 juillet 1616 à Cobourg), médecin et c (...)
  • 64 [Riolan, voir Leçon 2, note 95.]

29Parmi les hommes qui défendirent la chimie d’une manière raisonnable, nous devons remarquer Libavius de Halle, en Saxe63, qui fut professeur à Jéna, en 1588, et ensuite devint recteur du gymnase de Cobourg. Il a écrit une critique un peu sévère, mais très judicieuse et très savante, de la censure que Riolan64 avait provoquée de la faculté de médecine de Paris, contre les remèdes chimiques.

  • 65 C’est [célèbre préparation de Libavius, voir note 63 ci-dessus], comme on sait, du muriate sur-oxi (...)

30Libavius fit beaucoup d’expériences, et, entre autres découvertes, procura à la science celle de la liqueur fumante qui porte encore son nom65. Il rejeta toutes les superstititions, et combattit à la fois les deux partis : les galénistes, pour leur pharmacie incomplète, et les paracelsistes, pour leurs idées de cabale et les invocations des esprits supérieurs. Mais comme la vérité s’atteint rarement d’une manière complète, Libavius continua de croire à la transmutation des métaux. Au reste, pendant tout le dix-septième siècle, et même une partie du dix-huitième, il s’est trouvé des hommes d’un certain mérite qui ont cru également qu’elle n’était pas impossible. Cette opinion devait subsister jusqu’à ce qu’on eût acquis la conviction que les métaux sont des substances simples.

  • 66 [Jean-Baptiste Van Helmont (né le 12 janvier 1580 à Bruxelles ; mort le 30 décembre 1644 à Vilvoor (...)
  • 67 [Martin Antonio del Río (né le 17 mai 1551 à Anvers ; mort le 19 octobre 1608 à Leuven), théologie (...)
  • 68 [Jean Bodin (né en 1530 à Angers ; mort en 1596 à Laon), juriste et philosophe politique français, (...)

31Parmi les médecins-chimistes nous distinguerons encore Van-Helmont (J. Bapt.)66, qui, bien que partageant les idées bizarres de son temps, ne laissa pas de faire de belles expériences et d’avancer des propositions qui produisirent des effets fort utiles à la science. Van-Helmont était né à Bruxelles, d’une famille noble, en 1577. Il perdit son père étant encore enfant, et étudia sous les jésuites à Louvain, où il eut, entre autres, pour professeur, le jésuite Del Rio67, bien connu par un ouvrage sur les sorciers. Dans le même temps, Bodin68 fit aussi un livre sur le même sujet, car alors la science des sorciers était générale.

  • 69 [Marie de Stassard ou Maria (van) Stassaert, fl. 1567.] En général, les femmes ont plus de préjugé (...)
  • 70 D’autres biographes disent à sa sœur [sœur de Van Helmont ; voir note 66 ci-dessus] ; mais c’est c (...)
  • 71 [Électeur de Cologne : parmi les nombreux individus qui portèrent ce titre au seizième siècle, il (...)
  • 72 [Rodolphe II, voir Leçon 76.]
  • 73 [Vilvoorde, une municipalité belge dans la province flamande de Brabant.]
  • 74 [L’Archée, terme utilisé en général pour désigner l’aspect du plan astral le plus bas et le moins (...)

32Van-Helmont se livra à la médecine, malgré l’usage de sa classe et la volonté de ses parents, surtout de sa mère, Marie de Stassard69. Il étudia avec une ardeur extraordinaire, et de très bonne heure connut les livres des anciens. En 1599, âgé seulement de vingt-deux ans, il fut reçu docteur en médecine ; mais ayant essayé sans succès, contre une gale dont il était affecté, les remèdes enseignés alors par les galénistes, il abandonna la médecine avec mépris, jeta ses livres et donna tout son bien à ses frères70. Pendant dix ans, il voyagea comme Paracelse, pour apprendre des secrets pour savoir si, parmi les connaissances merveilleuses que quelques hommes prétendaient posséder, il y en avait réellement qui fussent utiles. Un charlatan lui ayant administré du soufre et du mercure qui le guérirent de sa gale, toujours exalté il prit goût aussitôt pour la science chimique, et surtout pour les remèdes secrets. Il se retira à Vilvorde, près de Bruxelles, où il épousa une femme noble et riche. Il passa le reste de sa vie dans ce lieu, uniquement occupé de recherches chimiques et de pratiques médicales. Tous les malades qui se présentaient recevaient ses soins gratuitement, et il prétend en avoir guéri plusieurs milliers. Les expériences auxquelles il consacra toute sa fortune exposèrent souvent sa vie : mauvais préparateur, il ne savait pas prévenir les explosions, les expansions de gaz. Son dévouement à la science, quoique égaré par des idées superstitieuses, lui attira l’estime de ses contemporains. L’électeur de Cologne71, par exemple, en fit grand cas ; Rodolphe II72, qui était alors trop grand protecteur des sciences, comme vous l’avez vu, l’appela pour être auprès de lui ; mais il préféra sa retraite à la cour de cet empereur. Malgré sa prétention de posséder des remèdes infaillibles, il perdit presque toute sa famille à Vilvorde73. Sa fille mourut de la gale, son fils d’une lèpre ; sa femme rendit aussi le dernier soupir entre ses mains ; enfin lui-même ne put se guérir d’un empoisonnement qui l’affaiblit pendant toute sa vie, et auquel il succomba en 1644. Cependant il vécut beaucoup plus que Paracelse, car il ne mourut qu’à soixante-sept ans. Il avait adopté la plupart des idées théosophiques de ce médecin ambulant. L’archée74, par exemple, c’est-à-dire le prince, le supérieur, le principe qui, selon Paracelse, domine dans les êtres, fut admis par Van-Helmont ; seulement il lui donna une nature plus matérielle. Il supposa que tous les phénomènes de l’organisme étaient subordonnés à cette cause, qu’il se représentait comme un esprit subtil et qu’il appelait aura vitalis. Suivant lui, la fermentation est l’instrument à l’aide duquel cet archée produit les différents phénomènes vitaux. Par le moyen de la fermentation et de l’eau, il produit aussi tous les corps. Du reste Van-Helmont rejette toutes les qualités que les péripatéticiens attribuaient aux éléments. Il appelle gas, la vapeur qui résulte de l’eau soumise à l’action de la chaleur. Je vous fais remarquer ce mot gas, parce qu’il est resté dans la science ; nous nous en servons aujourd’hui pour exprimer un corps aériforme qui, dès qu’il est produit, n’est plus susceptible de passer à l’état liquide en se refroidissant : tel est, par exemple, le gaz hydrogène, qui demeure élastique sous la pression de notre atmosphère. Van-Helmont est le premier qui ait distingué les gaz ; selon lui, tous les corps en produisent, qu’il faut bien distinguer de l’air ordinaire ; il fait connaître particulièrement le gaz acide carbonique, auquel il donne le nom de gaz sylvestre, et dont il connaît très bien les propriétés d’asphyxier les êtres et d’éteindre la lumière. Le gaz inflammable, que nous avons appelé gaz hydrogène, lui est également connu. Il n’ignorait pas non plus ce fait sur lequel repose en partie la belle théorie de la combustion, que l’air dans lequel on brûle des corps diminue de volume. Enfin il admet plusieurs autres principes auxquels il donne des noms barbares à l’imitation de Paracelse ; mais celui-ci l’avait souvent fait dans l’intention de n’être pas compris. Van-Helmont n’était pas dirigé par le même motif, il n’était nullement charlatan : s’il donnait des noms bizarres à ses découvertes, c’était seulement pour ne pas avoir la peine d’en chercher dans les langues anciennes ; car le mot gaz, dont je viens de vous parler, est un mot tout-à-fait barbare, qui n’a d’origine que son imagination.

  • 75 [René Descartes est né le 31 mars 1596 à La Haye en Touraine (aujourd’hui La Haye-Descartes) ; il (...)

33Van-Helmont appelait Blas, le principe qu’il admettait pour le système des astres, et où l’on reconnaît l’idée mère des tourbillons de Descartes75. Il appelait Leffus un principe qui aurait produit des plantes sans semence, et Bur le principe de la métallisation. Toutes ses idées pratiques n’ont eu aucune influence sur les progrès de la science.

  • 76 [Opuscula medica inaudita : I. De Lithiasi, II. De Febribus, III. De Humoribus Galeni, IV. De Pest (...)

34La plupart des écrits de Van-Helmont ne parurent qu’après sa mort, par les soins de son fils. Parmi ceux qui parurent de son temps, est un livre sur les eaux de Spa, intitulé : Opuscula modica inaudita76. Ce fut en 1648, quatre ans après sa mort, que son fils publia le recueil de ses ouvrages, qui se compose de différents petits traités dans lesquels ses diverses doctrines sont exposées.

35Nous verrons que les travaux de Van-Helmont ; ceux qui parurent sous le nom de Basile Valentin ; les expériences de Paracelse, de Libavius, de différents roses-croix et autres chimistes allemands, tout en conservant encore le langage mystique, et en rapportant les divers phénomènes observés alors à des principes cachés et abstraits, furent de la plus grande utilité aux arts et à la médecine, et portèrent vivement les esprits vers ce genre d’études.

  • 77 [Henry Cavendish (né le 10 octobre 1731 à Nice ; mort le 24 février 1810 à Londres), philosophe na (...)
  • 78 [Antoine Laurent de Lavoisier (né le 26 août 1743 à Paris ; mort guillotiné le 8 mai 1794 à Paris) (...)
  • 79 [Stahl, voir Leçon 9, note 89.]

36Van-Helmont clôt l’histoire de la chimie vers le milieu du dix-septième siècle, à peu près à la même époque où nous avons vu se terminer l’histoire de l’anatomie, de la botanique, de la zoologie et de la minéralogie. Le nouveau cours que la chimie prit après lui fut en partie dirigé par ses idées ; car la chimie pneumatique, la chimie des airs, celle qui a produit des découvertes si remarquables de notre temps dans les mains de Cavendish77, de Lavoisier78 et autres, avait déjà été trouvée dans le dix-septième siècle, par suite des idées, des expériences et des découvertes de Van-Helmont ; elle avait seulement été écartée momentanément par le système de Stahl79. Mais cette partie de l’histoire des sciences appartient à une autre période que celle dont nous nous occupons.

37Dans la prochaine leçon, je traiterai des causes qui, vers le milieu du dix-septième siècle, changèrent la marche des sciences ; qui firent abandonner l’attachement aveugle qu’on professait pour les idées des anciens, et pour les idées superstitieuses que les nouveaux philosophes avaient introduites, et dirigèrent enfin les savants dans la véritable voie, celle du calcul et des expériences.

38Je prendrai ensuite l’histoire de la période suivante, en tant qu’elle dure pendant le dix-septième siècle, car je ne crois pas que cette année le temps me permette d’aller au-delà.

Notes

1 [Le néoplatonisme est une doctrine philosophique idéaliste et spirituelle, penchant vers le mysticisme, qui fut très populaire dans le monde païen de la Grèce et de Rome pendant les premiers siècles de l’ère chrétienne. Cette philosophie est importante, non seulement parce qu’elle fut la dernière tentative de restauration de la vitalité que la pensée grecque avait perdue, en ayant recours à des idées religieuses orientales, mais aussi parce qu’elle entrait dans le cadre du polythéisme païen et fut utilisée contre la Chrétienté. Son nom provient du fait que ses premiers représentants tirèrent leur inspiration des doctrines de Platon.]

2 [Pau, dans la région du Béarn, une des provinces traditionnelles françaises situées dans les montagnes des Pyrénées dans le sud-ouest de la France, près de la frontière espagnole.]

3 [La pharmacie galénique fait référence à la branche pharmaceutique préparant des remèdes à base d’infusion et de décoction, etc. en comparaison avec la branche pharmaceutique préparant des remèdes de manière chimique.]

4 [La pierre philosophale est une substance alchimique légendaire capable, soit disant, de transformer les métaux simples tels que le plomb, en or ou argent. Elle était aussi considérée comme un élixir de jouvence, utile non seulement pour retrouver la jeunesse, mais peut-être aussi pour atteindre l’immortalité. Pendant de nombreux siècles, cette pierre philosophale fut l’objet de toutes les recherches en alchimie. Elle fut également le symbole majeur de la terminologie mystique de l’alchimie, symbolisant la perfection a l’état pur, la connaissance spirituelle, et la béatitude céleste. Les efforts pour découvrir la pierre philosophale sont connus sous le nom de Magnum Opus, le « Grand Œuvre ».

5 [Hermès, dieu grec, mais également un personnage considéré par les premiers pères chrétiens comme un grand sage qui vécut avant Moïse, un homme pieux et sage qui reçut la révélation de Dieu, laquelle fut révélée plus tard au monde chrétien ; mais son identité réelle, et ce qui peut être rapporté sur cette philosophie ou religion liées à cet homme est enveloppé de mystère.]

6 [Salomon (fl. xe siècle avant J. C. ; né et mort à Jérusalem), roi d’Israël, fils et successeur de David qui régna de 970 environ jusqu’en 931 avant J. C. ; considéré comme le plus grand roi d’Israël, sa sagesse légendaire se retrouve dans le Livre des Proverbes.]

7 [Antoine-Joseph Pernety, connu sous le nom de Dom Pernety (né le 23 février 1716 à Roanne ; mort le 16 octobre 1796 en Avignon), écrivain français, moine Bénédictin de la Congrégation de Saint-Maure, Abbé de Bürgel en Thuringe, et bibliothécaire de Frédéric le Grand de Prusse ; il est l’auteur d’une œuvre classique sur l’alchimie remarquable par sa clarté encyclopédique et considérée pour ainsi dire comme l’unique source d’information des auteurs modernes d’alchimie ; cette œuvre est intitulée Les fables Égyptiennes et Grecques dévoilées et réduites au même principe, avec une explication des hiéroglyphes, et de la guerre de Troye, Paris : Jean-Baptiste-Claude Bauche, 1758, 2 vol., in-8°.]

8 [L’Iliade, poème épique grec classique en hexamètre dactylique, attribué à Homère ; cette histoire, qui se passe pendant la Guerre de Troie, siège de la ville de Troie par une coalition d’états grecs qui dura dix ans, raconte les batailles et les événements qui se produisirent lors des semaines que dura la querelle entre le Roi Agamemnon et le guerrier Achille ; avec l’Odyssée, attribuée également à Homère, ces deux œuvres font partie des ouvrages de littérature occidentale les plus anciens qui existent, datant environ du huitième siècle avant J. C. (voir Homère, Iliade - Odyssée [trad. par Bérard Victor & Flacelière Robert ; éd. par Bérard Jean & Flacelière Robert], Paris : Gallimard, 1955, 1152 p. (Bibliothèque de la Pléiade ; 115) ; Magnum Opus, voir note 4 ci-dessus.]

9 [Basile Valentin, qui est dit avoir été un alchimiste du quinzième siècle, et peut-être Canon du Prieuré Bénédictin de Saint Pierre à Erfurt en Allemagne, bien qu’il n’y ait aucune évidence de ce nom sur les registres d’Allemagne ou de Rome et aucune mention de ce nom avant 1600 ; son histoire putative semble être postérieure aux écrits. Quel qu’il fût, il était doté d’une connaissance considérable en chimie. Il prouva notamment que l’ammoniaque pouvait être obtenu par l’action de l’alcalin sur le chlorure d’ammonium, il décrivit la production d’acide hydrochlorique par acidification du chlorure de sodium et il créa du vitriol (acide sulfurique).]

10 L’histoire n’y mentionne qu’un monastère de femmes ; mais Erfort ou Erfurth a eu une université, fondée par Dagobert [né c. 603 ; mort le 19 janvier 639 à Paris), roi d’Austrasie (623-634), roi des Francs (629-634), et roi de Neustrie et de Bourgogne (629-639) ; il fut le dernier roi de la dynastie des Mérovingiens à bénéficier d’un réel pouvoir royal et le premier roi des Francs à être enterré dans les tombes royales de la Basilique Saint Denis à Paris] ; il se pourrait que ce fût un de ses professeurs qui aurait publié l’ouvrage [voir note 14 ci-dessous] dont il s’agit. Il parut d’abord en allemand et ensuite en langue latine [M. de St.-Agy].

11 [Stibium, nom obsolète de l’antimoine ; utilisé comme cosmétique dans l’ancienne Égypte et à Rome.]

12 On appelait ainsi la syphilis [voir Leçon 1, note 26], parce que les Français avaient contracté cette maladie à Naples, lors de l’expédition [invasion de l’Italie] de Charles VIII [né le 30 juin 1470 au Château d’Amboise ; monarque de la Maison des Valois qui régna comme roi de France de 1483 jusqu’à sa mort en 1498], en 1495 [M. de St.-Agy].

13 [Jacques Bérenger de Carpi, voir Leçon 1, note 25.]

14 [Der Triumph-Wagen Antimonii, Fratris Basilii Valentini, Benedicter Ordens : allen, so den grund suchen der uhralten Medicin, auch zu der Hermetischen Philosophy beliebnis tragen. Zu gut publiciret und an Tag geben Durch Johann Thölden Hessum, Leipzig : Jacob Apels, 1604, [40] + 622 + [32] p., in-8 ° ; une seconde édition fut publiée en latin 4 décennies plus tard : Currus triumphalis antimoantimonii : opus antiquioris medicinae et philosophiae hermeticae studiosis dicatum. É germanico in latinum versum operâ, studio & sumptibus Petri Joannis Fabri doctoris medici Monspeliensis. Et notis perpetuis ad marginem appositis ab eodem illustratum, Toulouse : Petrum Bosc, 1646, [25] + 398 p., in-8°.]

15 [Hippocrate, voir Tome 1, Leçon 5, note 36.]

16 [Galien, voir Tome 1, Leçon 16.]

17 [Raymond Lulle, voir Leçon 9, note 87.]

18 [Arnauld de Villeneuve, voir Leçon 9, note 88.]

19 [Le beurre d’antimoine est le nom donné par les alchimistes au trichlorure d’antimoine, un solide mou sans couleur à l’odeur forte utilisé principalement pour colorer les métaux, comme catalyseur et comme mordant.]

20 [Escarotique, substance favorisant la production de croûtes, de morceaux de chair morte qui sont éliminés de la surface de la peau, en particulier après une brûlure, mais également dans la gangrène, les ulcères, les infections mycosiques, les plaies nécrosantes de piqûres d’araignées, et l’anthrax cutané.]

21 [L’alcalin volatile est l’ammoniaque, un gaz alcalin sans couleur à l’odeur forte et au goût âpre utilisé pour fabriquer une grande variété de produits chimiques organiques et inorganiques contenant du nitrogène.]

22 [Eau régale, ou aqua regia, voir Leçon 9, note 23.]

23 [Le sucre de Saturne, connu également comme le sel de Saturne, sucre de plomb, diacétate de plomb ou acétate de plomb, est un composé chimique blanc cristallin au goût douceâtre utilisé comme réactif pour former d’autres composés de plomb ou comme fixateur dans certaines teintures.]

24 [Boerhaave, voir Leçon 1, note 78.]

25 C’est [Jérôme Cardan, ou Girolamo Cardano, mathématicien italien, médecin, astrologue et joueur qui écrivit plus de deux cents ouvrages sur la médecine, les mathématiques, la physique, la philosophie, la religion et la musique ; né le 24 septembre 1501 à Pavie ; mort le 21 septembre 1576 à Rome] encore un bâtard, et il fait lui-même le singulier aveu qu’il a appris que sa mère avait employé des emménagogues (herbes stimulant le flux sanguin dans la région du pelvis et de l’utérus causant la menstruation] pendant sa grossesse. Il passe pour avoir eu des accès de folie ; il disait avoir un démon familier, dont il recevait des avertissements, et se croyait aussi quelquefois en présence de son bon ange. Souvent il tira l’horoscope de sa mort, et attribuait la fausseté de ses prédictions a l’ignorance de l’artiste et jamais à l’incertitude de l’art. Enfin il tira l’horoscope de Jésus-Christ ; c’est le véritable chef-d’œuvre de l’extravagance [pour lequel il fut condamne à la prison pour hérésie par l’Inquisition] [M. de St.-Agy].

26 [De vita propria liber (Le livre de ma vie) en 1576 ; bien plus tard, une autre édition fut également publiée (voir Cardano (Girolamo), De propria vita liber : Ex Bibliotheca Gab. Navdæi. Adjecto hac secunda editione de Præceptis ad filios libello, Amsterdam : Joannes Ravestein, 1654, [72] + 288 p., in-12.)]

27 [Paracelse le Grand, voir Leçon 4, note 72.]

28 [L’Ordre Teutonique, ou Ordre des Chevaliers Teutoniques était un ordre militaire allemand du Moyen Âge formé à la fin du douzième siècle qui devint, dans les temps modernes, un ordre purement catholique ; il fut créé pour aider les chrétiens lors de leurs pèlerinages en Terre Sainte et pour établir des hôpitaux.]

29 [L’abbé Tritheim est Johannes Heidengerg, connu également sous le nom de Johannes Tritheim ou Trithemius (né le 1er février 1462 à Trittenheim ; mort le 13 décembre 1516 à Wurzburg), abbé et historien allemand connu pour son œuvre intitulée Steganographia, ars per occultam Scripturam animi sui voluntatem absentibus aperiendi certu, étrange ouvrage en trois volumes où il explique comment communiquer sur de longues distances avec les esprits ; il fut écrit aux alentours de 1499 mais ne fut publié qu’en 1606 à Francfort par Joannis Berneri.]

30 [La Souabe est une région culturelle, historique et linguistique du sud-ouest de l’Allemagne, l’un des dix Cercles Impériaux de l’Empire Saint Romain de 1500 jusqu’à la dissolution de l’Empire en 1806.]

31 [Fugger de Schwaz est Jacques Fugger (né le 6 mars 1459 à Augsbourg ; mort le 30 décembre 1525 à Augsbourg), membre de la famille Fugger de banquiers et marchands d’Augsbourg (ayant également d’autres centres de commerce au Tyrol, à Venise, Rome et plus tard à Innsbruck et Hall ainsi qu’à Schwatz), qui devint très riche comme banquier de la dynastie des Habsbourg.]

32 À son retour de Tunis, Charles-Quint passant à Augsbourg, logea chez les Fugger, et, entre autres magnificences dont ils le régalèrent, ils firent mettre dans la cheminée de sa chambre un fagot de cannelle, qu’ils allumèrent avec la reconnaissance d’une somme très considérable que leur devait l’empereur [M. de St-Agy].

33 [La Maison des Médicis est une dynastie politique, famille de banquiers, et maison royale qui commença son ascension en puissance sous Côme de Médicis dans la République de Florence à la fin du quatorzième siècle. La famille, originaire de la région de Mugelle dans la campagne de Toscane, gagna graduellement en puissance jusqu’à ce qu’elle puisse financer la Banque de Médicis. La banque fut la plus grande d’Europe au quinzième siècle, et bien que les Médicis exercèrent un pouvoir politique considérable à Florence, ils restèrent citoyens plutôt que monarques.]

34 [Jean Froben (né c. 1460 à Hamelbourg en Franconie ; mort le 27 octobre 1527 à Bâle), imprimeur et éditeur connu de Bâle dont le travail fit de cette ville le centre principal du commerce du livre suisse au seizième siècle.]

35 [Le fait que Paracelse ait dû quitter Bâle en 1528 à cause d’une querelle concernant le prix d’une visite chez un médecin est bien connu mais nous n’avons pu identifier ce Lichtenfeld, chanoine de cette ville.]

36 [Jean Oporin, ou Johannes Oporinus (né en 1507 ; mort en 1568), savant suisse, introduit au monde de la médecine très tôt dans sa carrière par Paracelse (voir Leçon 4, note 72) dont il fut l’assistant pendant un certain temps. Oporin devint plus tard l’un des imprimeurs les plus importants du seizième siècle, apportant une contribution considérable à cette période florissante de la publication à Bâle ; sa publication la plus importante fut Andreae Vesalii Bruxellensis, Scholae medicorum Patavinae Professoris De humani corporis fabrica libri septem, Basileae : [ex officina Johann Oporinus], 1543, [663] p. + [37] p., ill., in-folio.]

37 [Mathusalem, selon la Bible, est considéré comme la personne ayant vécue le plus longtemps ; la tradition veut qu’il soit mort le 11 Chesvhvan de l’an 1656 (après la création d’Adam, à l’âge de 969 ans, sept jours avant le début du Déluge.]

38 C’est, suivant nous, une excellente innovation. Le plus sûr moyen de détruire l’erreur ou de faire triompher la vérité, c’est de les rendre intelligibles au plus grand nombre d’esprits possible [M. de St.-Agy].

39 [Auto da fe ou « acte de foi » rituel de pénitence publique des hérétiques et apostats après avoir été condamnés par l’Inquisition Espagnole ou Portugaise, suivi par l’exécution de la sentence ; le châtiment le plus sévère était la condamnation à être brûlé au bûcher. Dans le cas qui nous intéresse, Paracelse dit avoir brûlé les copies des ouvrages d’Hippocrate et de Galien (voir Tome 1, Leçons 5 et 16.]

40 [Valentin, voir note 9 ci-dessus.]

41 Il paraît qu’il [Paracelse] n’aurait pas pu employer d’autres moyens : ses historiens rapportent qu’à trois ans un cochon l’assimila au célèbre amant d’Héloïse [Héloïse d’Argenteuil (née c. 1100 ; morte le 16 mai 1164), nonne, écrivain, érudite et abesse française, mieux connue pour son histoire d’amour et sa correspondance avec Abélard (né en 1079 ; mort le 21 avril 1142), philosophe scholastique français et logicien prééminent]. Ce qui est certain, c’est qu’il n’avait pas de barbe et détestait les femmes autant que Boileau [Nicolas Boileau-Despréaux, poète et critique français ; ne le 1er novembre 1636 ; mort le 13 mars 1711] qui, comme on sait, avait aussi été profondément blesse par un coq, dans sa jeunesse. On a même prétendu que c’était là l’origine des satires de ce dernier contre les femmes ; nous n’élèverons pas de contestation a cet égard [M. de St.-Agy].

42 [Ouvrages de Paracelse, De gradibus, de compositionibus et dosibus receptorum ac naturalium libri septem, Myloecii : Petrus Fabricius, 1562, [22] + 67 + [1] p., in-4° ; Archidoxorum Aureoli Philippi Theophrasti Paracelsi De secretis naturae mysteriis libri decem, quo rum tenorem versa pagella dabit, Bâle : Petrus Pernam, 1570, 460 p., in-8° ; and De natura rerum libri septem : Opuscula verè aurea ; Ex Germanica lingua in Latinam translata per M. Georgium Forbergium Mysium philosophiae ac medicinae studiosum. De natura hominis libri duo, Bâle : Per Petrum Pernam, 1573, 137 p., in-8°.]

43 [Léonard Thurneysser (né le 22 juillet 1531 à Bâle ; mort en 1595 ou 1596 à Cologne), érudit suisse qui fit un certain nombre de contributions en pharmacie, chimie, métallurgie, botanique, mathématiques, astronomie, et médecine. Il est surtout connu pour son ouvrage intitulé Archidoxa, dorin der recht war Motus, Lauff und Gang, auch Heymlikait, Wirkung und Krafft der Planeten, Getirns und gantzen Firmaments Mutierung, etc., Berlin : Im Grawen Closter, 1575, [11] + 156 + [1] p., ill., in-folio ; un grand livre en forme d’astrolabe avec des tables des planètes ; si utilisé correctement, il paraît qu’il pouvait permettre à l’utilisateur de prédire son futur ou les désastres naturels.]

44 [Jean Georges, Électeur de Brandebourg (né le 11 septembre 1525 à Cologne ; mort le 8 janvier 1598 à Cologne), Prince-Électeur de la Marche de Brandebourg (1571-1598) et Duc de Prusse.]

45 [Petrus Severinus (à ne pas confondre avec Marcus Aurelius Severino ; voir Leçon 2, note 87) ou Peder Sørensen (né en 1540 ou 1542 à Ribe au Danemark ; mort en 1602), médecin danois, l’un des plus importants adeptes de Paracelse (voir Leçon 4, note 72) et membre de l’élite intellectuelle du Danemark. Ses ouvrages comprennent un traité important intitulé Idea medicinae philosophicae, fundamenta continens totius doctrinae Paracelsicae, Hippocraticae et Galenicae (Bâle : Sixti Henricpetri, 1571, [16] + 416 + [16] p., in-4°) qui affirmait la supériorité des idées de Paracelse sur celles de Galien ; son éducation était supportée par la couronne danoise (voir note 46 ci-dessous) et sa nomination comme médecin royal conféra statut et autorité à son travail et ses opinions.]

46 [Frédéric II (né le 1er juillet 1534 à Haderslev au Danemark ; mort le 4 avril 1588 à Antvorskov au Danemark), roi du Danemark et de Norvège et duc du Schleswig de 1559 jusqu’à sa mort.]

47 [Gunther Andernach, voir Leçon 1, note 38.]

48 [Vésale, voir Leçon 1, note 45.]

49 On peut voir sur cette société [les Roses-Croix] Gabriel Naudé [bibliothécaire et érudit français qui produisit des ouvrages sur de nombreux sujets, notamment la politique, la religion, l’histoire et le surnaturel ; né le 2 février 1600 à Paris ; mort le 10 juillet 1653 à Abbeville] et [Nicolas] Lengleu Dufresnoy [historien, géographe, philosophe, et bibliographe en alchimie ; né le 5 octobre 1674 à Beauvais ; mort le 16 janvier 1755 à Paris] [M. de St. Agy].

50 [Oswald Croll ou Oswaldus Crollius (né c. 1563 ; mort en décembre 1609), alchimiste allemand et professeur de médecine à l’université de Marbourg à Hesse en Allemagne ; opposant ardent de l’alchimie et de l’utilisation de la chimie en médecine, il se consacra à écrire des livres et influencer les penseurs de son temps dans l’idée que la chimie et l’alchimie sont deux sujets proches mais distincts, comme le sont la chimie organique et inorganique.]

51 [Rodolphe II (né le 18 juillet 1552 à Vienne ; mort le 20 janvier 1612 à Prague), empereur saint romain (1576-1612), roi de Hongrie et de Croatie (comme Rodolphe Ier, 1572-1608), roi de Bohême (1575-1608/1611) et archiduc d’Autriche (1576-1608).]

52 Les travaux de Croll (voir note 50 ci-dessus) furent publiés pour la première fois à Francfort en 1608 par Godefrisi Tampachii : Basilica chymica : continens philosophicam propria laborum experiential confirmatam descriptionem [et] usum remediorum chymicorum selectissimorum è lumine gratiae [et] naturae desumptorum ; and Tractatus novus de signaturis rerum internis rerum seu de vera et viva anatomia majoris & minoris mundi.]

53 Jean Reuchlin (né le 29 janvier 1455 à Pforzheim dans la Forêt Noire ; mort le 30 juin 1522 à Stuttgart), humaniste allemand, érudit en grec et en hébreu, et magicien cabaliste ; il fut, la plupart de sa vie, au centre des enseignements grec et hébreu en Allemagne.]

54 [Henning Scheunemann (né en 1570 à Halberstadt ; mort c. 1615), médecin, alchimiste et membre des Rose-Croix allemand ; professeur de physique au Lycée Ernestine de Bamberg].

55 [Comte Alexandre de Cagliostro (né le 2 juin 1743 à Palerme ; mort le 26 août 1795 à Rome), pseudonyme de l’occultiste Giuseppe Balsamo (ou Joseph Balsamo), aventurier italien et étudiant en alchimie, cabale et magie ; escroc et faussaire, on raconte qu’il contrefit une lettre de Casanova, bien qu’il ne fut pas capable de la comprendre.]

56 [Joseph Duchesne ou du Chesne (en latin Josephus Quercetanus) (né c. 1544 à Armagnac ; mort en 1609), médecin français et adepte de Paracelse (voir Leçon 4, note 72), mieux connu pour ses importantes theories d’objets transitionnels en alchimie.]

57 [Henri IV, voir Leçon 2, note 57.]

58 [Jean Riolan, voir Leçon 2, note 95.]

59 [Vésale, voir Leçon 1, note 45.]

60 [Théodore de Mayenne est Théodore Turquet de Mayerne (né le 28 septembre1573 à Genève ; mort le 22 mars 1654 ou 1655 à Chelsea en Angleterre) médecin et chimiste suisse qui avança les théories de Paracelse ; chimiste, il travailla sur le développement de nouveaux pigments, mais sa contribution la plus importante fut son influence sur l’administration de la médecine, dont la standardisation des remèdes chimiques et la suggestion, pour la première fois, d’une médecine socialisée en Angleterre.]

61 [Charles Ier, voir Leçon 2, note 101.]

62 [Gui Patin (né en 1601 à Hodenc-en-Bray dans l’Oise ; mort le 20 août 1672 à Paris), médecin et homme de lettres français, doyen de la faculté de médecine (1650-1652) et professeur au Collège de France à partir de 1655 ; mieux connu pour sa nombreuse correspondance, laquelle représente aujourd’hui d’importants documents pour les historiens en médecine.]

63 [Andreas Libavius, ou Libau (né en 1555 à Halle ; mort le 25 juillet 1616 à Cobourg), médecin et chimiste allemand, connu pour avoir produit le premier livre d’études de chimie, intitulé Alchemia. Opera e dispersis passim optimorum autorum veterum & recentium exemplis... collecta... explicata, & in integrum corpus redacta. Accesserunt tractatus nonnulli physici chymici... Sunt etiam in chymicis ejusdem D. Libavii epistolis... multa huic operi lucem allatura (Francfort : Johannes Saurius, 1597, 424 p., in-4°.) lequel regroupait les principaux achèvements du moyen-âge en alchimie et comprenait entre autres les instructions pour la préparation de plusieurs acides forts.]

64 [Riolan, voir Leçon 2, note 95.]

65 C’est [célèbre préparation de Libavius, voir note 63 ci-dessus], comme on sait, du muriate sur-oxigéné d’étain [préparé pour la première fois par Libavius en chauffant de l’étain avec du chlorure de mercure et utilisé de nos jours comme enduit et en céramique]. Libavius est le premier qui ait parlé de la transfusion du sang. On prétend que ce fut la fable du rajeunissement d’Éson [dans la mythologie grecque, Éson (père de Jason, chef des Argonautes, commandant la recherche de la Toison d’Or) est ramené à la vie par Médée — celle-ci lui ouvrit la gorge à l’aide d’une épée et le vida de son sang, puis lui remplit les veines avec le jus de certaines herbes qu’elle avait réunis à cette fin — lui restituant ainsi une durée de vie de 40 années] qui lui en donna l’idée. Du reste, c’est une idée assez inutile [M. de St.-Agy].

66 [Jean-Baptiste Van Helmont (né le 12 janvier 1580 à Bruxelles ; mort le 30 décembre 1644 à Vilvoorde), chimiste, physiologiste et médecin flamand, considéré comme le « fondateur de la chimie pneumatique ». Il est particulièrement connu aujourd’hui pour ses idées sur la génération spontanée et son introduction du mot « gaz » (du mot grec chaos) dans le vocabulaire des scientifiques.]

67 [Martin Antonio del Río (né le 17 mai 1551 à Anvers ; mort le 19 octobre 1608 à Leuven), théologien jésuite d’origine espagnole, auteur de l’ouvrage intitulé Disquisitionum magicarum libri sex, in tres tomos partiti. Auctore Martino Del Rio, Societatis Jesu Presbytero (Leuven : Gerardus Rivius, [18] + 102 + [15] + 374 +[20] p. ; [14] + 373 + [24] p. + [1] pl. sur bois gr. ; [10] + 340 + [16] p. ; in-4°), un livre sur la magie et l’occultisme, publié pour la première fois en trois parties de 1599 à 1600 et republié au moins vingt fois, faisant de cet ouvrage l’un des livres les plus populaires jamais produit sur l’occultisme.]

68 [Jean Bodin (né en 1530 à Angers ; mort en 1596 à Laon), juriste et philosophe politique français, membre du Parlement de Paris et professeur de droit à Toulouse ; il est surtout connu pour sa théorie sur la souveraineté et ses travaux sur la démonologie].

69 [Marie de Stassard ou Maria (van) Stassaert, fl. 1567.] En général, les femmes ont plus de préjugés que les hommes, parce qu’elles sont moins éclairées [M. de St.-Agy].

70 D’autres biographes disent à sa sœur [sœur de Van Helmont ; voir note 66 ci-dessus] ; mais c’est chose peu importante [M. de St.-Agy].

71 [Électeur de Cologne : parmi les nombreux individus qui portèrent ce titre au seizième siècle, il est difficile de dire à qui Monsieur Cuvier fait référence.]

72 [Rodolphe II, voir Leçon 76.]

73 [Vilvoorde, une municipalité belge dans la province flamande de Brabant.]

74 [L’Archée, terme utilisé en général pour désigner l’aspect du plan astral le plus bas et le moins dense qui dirige la croissance et la continuation de tous les êtres vivants ; Paracelse y fait souvent référence (voir Leçon 4, note 72) ainsi que d’autres érudits qui vinrent après lui, tel que Jean-Baptiste van Helmont (voir note 66 ci-dessus.]

75 [René Descartes est né le 31 mars 1596 à La Haye en Touraine (aujourd’hui La Haye-Descartes) ; il est mort le 11 février 1650 à Stockholm (Suède). Descartes est connu comme le père de la philosophie moderne. Mathématicien, homme de science et philosophe du xviie, il fut l’un des premiers à s’opposer à la scolastique aristotélicienne. Il commença par mettre en doute, de façon méthodique, toute connaissance fondée sur l’autorité, les sens et la raison. Il forgea ensuite sa conviction sur une intuition simple : au moment où il pense, il existe. Certitude exprimée dans sa célèbre formule, « Je pense, donc je suis ». Il développa un système dualiste au sein duquel il établit une distinction radicale entre l’esprit, dont l’essence est la pensée, et la matière, dont l’essence est son étendue en trois dimensions. Le système métaphysique de Descartes est intuitionniste — la raison le construit à partir de connaissances innées — mais sa physique et sa physiologie, basées sur l’expérience des sens, sont en revanche mécanistes et empiriques.]

76 [Opuscula medica inaudita : I. De Lithiasi, II. De Febribus, III. De Humoribus Galeni, IV. De Peste, l’un des nombreux traités recueillis et édités par le fils de van Helmont, François Mercure van Helmont (né en octobre 1614 a Vilvoorde, flamand ; mort en décembre 1698), et publié ensembles sous le nom de Ortus medicinae, vel opera et opuscula omnia, Amsterdam : Ludovicus Elsevir, 1648, 3 vol. ([4] + 110 + [2] p. ; 116 + [1] p. ; 88 p.), in-4°.]

77 [Henry Cavendish (né le 10 octobre 1731 à Nice ; mort le 24 février 1810 à Londres), philosophe naturel anglais, scientifique, et un important chimiste et physiciste théoricien ; on le connait surtout pour sa découverte de l’hydrogène, ou ce qu’il nomma « l’air inflammable », décrivant sa densité et la formation de l’eau après sa combustion.]

78 [Antoine Laurent de Lavoisier (né le 26 août 1743 à Paris ; mort guillotiné le 8 mai 1794 à Paris), noble français et chimiste important de la révolution chimique du dix-huitième siècle qui eut une forte influence sur l’histoire de la chimie et de la biologie ; il est reconnu par tous comme le « père de la chimie moderne. »]

79 [Stahl, voir Leçon 9, note 89.]

Table des illustrations

Légende L’alchimiste Dessin à l’encre de Philipp Galle d’après Brueghel l’Ancien (c. 1558) National Gallery of Art.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2866/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

© Publications scientifiques du Muséum, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540