Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cuvier’s History of the Natural Sciences

 | 
Georges Cuvier

3. Sixteenth-century Botanists, Mineralogists, and Chemists

9. Les premiers minéralogistes

Texte intégral

Ampullæ in catinis collocatæ… Plate from Agricola’s De re metallica libri XII (1556) Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.

1Messieurs,

2Vous vous rappelez que la période qui nous occupe comprend le seizième siècle et la première moitié du dix-septième, c’est-à-dire le temps qui s’est écoulé depuis la renaissance des lettres jusqu’à la fondation des académies des sciences. Nous avons déjà traité de l’histoire de l’anatomie, de celle de la zoologie et de celle de la botanique pendant cet intervalle ; il nous reste à tracer l’histoire de la minéralogie et de la chimie.

3La minéralogie a suivi à peu près la même marche que les autres sciences naturelles. Elle a commencé aussi par des commentaires et des explications des auteurs anciens ; ensuite des observations ont été faites sur les minéraux les plus voisins, puis sur ceux des pays étrangers. Mais comme les minéraux du globe diffèrent beaucoup moins entre eux que les productions animales et végétales, les observations de cette dernière nature n’ont pas eu, en minéralogie, la même importance qu’en zoologie et en botanique. Enfin, comme dans ces deux sciences, on est arrivé à former des méthodes systématiques, à établir des divisions et des subdivisions des minéraux pour faciliter leur étude ; ils ont même été classés beaucoup plus rapidement que les animaux et les plantes, parce qu’ils sont beaucoup moins nombreux que les corps organisés.

  • 1 [Torbern Olof Bergman (né le 20 mars 1735 à Katrineberg ; mort le 8 juillet 1784 à Medevi), chimis (...)
  • 2 [Baron Axel Frederik Cronstedt (né le 23 décembre 1722 à Turinge ; mort le 19 août 1765 à Säter), (...)

4Mais ces travaux étaient loin d’être parfaits ; ce n’est que beaucoup plus tard qu’ils ont commencé à présenter ces caractères précis sur lesquels repose aujourd’hui la classification des minéraux. Si cette distribution est aujourd’hui plus complète, plus parfaite, que celle des êtres organisés, c’est qu’elle repose sur la nature chimique et la forme mathématique des substances minérales, deux qualités appréciables d’une manière positive ; tandis que, pour la classification des êtres organisés, nous n’avons de moyens que la structure visible des organes et les phénomènes apparents de la vie, dont l’explication laisse beaucoup plus de doutes, en ce qu’elle relève moins des sciences de calcul et d’expérimentation. Nous verrons que ce furent Bergman1 et Cronstedt2 qui commencèrent, au milieu du dix-huitième siècle, à classer les minéraux d’après leur composition chimique, et que ce ne fut que vers la fin de ce même siècle qu’on fit sur la structure des cristaux, sur les molécules des minéraux et sur les formes résultant de leur rapprochement, des observations assez exactes pour pouvoir être l’objet d’une science.

5J’ai remarqué que la minéralogie avait commencé et s’était développée suivant le même ordre que la zoologie et la botanique : on peut dire aussi que sa marche géographique a été la même ; car c’est encore en Italie que nous trouvons les premiers commentateurs des ouvrages anciens sur la minéralogie, et les premiers auteurs de systèmes et de méthodes. Toutefois l’Italie n’a pas procuré à cette science autant de progrès que les autres nations, parce que son sol ne renferme pas un aussi grand nombre de mines, et que, d’ailleurs, celles qu’elle possède ne sont pas exploitées depuis aussi longtemps que celles de l’Allemagne, par exemple. Nous verrons que ce sont principalement les minéralogistes de ce dernier pays qui ont avancé la science pendant la période que nous parcourons.

  • 3 [Camillo Leonardi de Pesaro (ne a Pesaro, fl. 1502, mort après 1532), médecin, astronome, et astro (...)
  • 4 [Speculum lapidum clarissimi artium et medicine doctoris Camilli Leonardi pisaurensis. Valerii Sup (...)
  • 5 [César Borgia (né le 13 septembre 1475 ou avril 1476 à Rome ; mort le 12 mars 1507 à Viana dans le (...)
  • 6 [Pape Alexandre VI, voir Leçon 5, note 50.]
  • 7 [Philosophie péripatéticienne, école de philosophie de la Grèce Antique datant d’environ 335 avant (...)
  • 8 [Albert le Grand, voir Tome 1, Leçon 23.]

6Le premier auteur italien qui ait traité des minéraux est Camille Leonardi de Pesarro3 ; il fit imprimer à Venise, en 1502, un ouvrage intitulé : Speculum lapidum, le Miroir des pierres4. Ce livre est dédié au fameux César Borgia5, alors duc de la Romagne, et fils du pape Alexandre VI6. Il y est traité des minéraux d’après la philosophie péripatéticienne7. L’auteur, dans le premier livre, les examine sous un point de vue général ; il recherche quelle est leur matière et quelles sont les causes qui en déterminent la concrétion. Il désigne les lieux où se trouve chaque sorte de pierres, et, à ce sujet, raconte que de son temps il était tombé en Lombardie des aérolithes. Vous pouvez vous souvenir que ce phénomène a aussi été mentionné par des auteurs dans presque toutes les périodes de l’histoire, et que, dans le Moyen Âge, Albert-le-Grand chercha à en donner l’explication8.

  • 9 [Conrad Gessner, voir Leçon 4 ci-dessous.]
  • 10 [Le diamant, du mot grec adamas qui signifie incassable ou inchangeable, est l’une des pierres pré (...)

7Dans son second livre, Leonardi fait connaître assez exactement les moyens de reconnaître si les pierres précieuses sont naturelles ou artificielles. Il traite de chaque pierre en particulier, mais il le fait sans méthode systématique, adoptant l’ordre alphabétique, à peu près comme Gessner9 l’avait suivi pour les animaux, et la plupart des premiers botanistes pour les plantes. J’ai déjà eu occasion de vous faire remarquer que cette méthode est, pour ainsi dire, contre nature, puisqu’elle suppose qu’on connaît le nom des objets ; mais l’esprit humain arrive si lentement à la vérité, qu’il lui a fallu un temps assez long pour reconnaître cette erreur. Leonardi commence par le diamant adamas10, l’agathe, l’amétiste, etc. Cette partie de son ouvrage est absolument composée de compilations des anciens, comme tous les écrits du commencement de la même période.

  • 11 [Les pierres talismaniques, troisième partie du Speculum lapidum de Camillo Leonardi ; voir notes (...)
  • 12 [La cabale, doctrine ou science occulte ; système de philosophie ésotérique basée sur une méthode (...)
  • 13 Il existe dans ce livre [Speculum lapidum de Leonardi ; voir note 4 ci-dessus], page 213, une rece (...)
  • 14 [Sympathia septem metallorum ac septem selectorum lapidum ad planetas, D. Petri Arlensis de Scudal (...)
  • 15 [Petrus Arlensis de Scudalupi (fl. 1610), médecin, chimiste et écrivain français ; auteur de Sympa (...)
  • 16 [Erasme Stella (né en 1460 à Zwickau en Saxe ; mort le 2 avril 1521), médecin et historien alleman (...)
  • 17 [Le travail de Pline sur les pierres précieuses se trouve dans le livre 36 de Naturalis historia ; (...)

8Le troisième livre, intitulé : De la sculpture des pierres11, est tout-à-fait bizarre et rempli de superstitions. On attribuait alors aux différentes figures gravées sur les pierres des vertus très singulières, tirées de la cabale et de l’alchimie12, mais surtout de la cabale philosophique dont je vous ai parlé, et qui était formée d’un mélange du platonisme avec les idées superstitieuses des Juifs. Leonardi expose toutes les règles qu’il faut suivre pour faire ces gravures, et explique leurs différentes vertus ; il précise l’effet de la figure de telle ou telle planète, de telle ou telle figure de géométrie13. Bien qu’absurdes à tous les degrés, ces croyances avaient encore assez de vogue un siècle après Leonardi, pour que, en 1610, son ouvrage ait été réimprimé à Paris, et qu’il y ait été ajouté un appendice intitulé : Sympathia septem metallorum ac septem selectorum lapidum ad planetas, D. Petri Arlensis de Scudalupis presbyteri Hierosolymitani14. Vous savez que les alchimistes du Moyen Âge avaient établi des rapports entre les sept planètes et les sept métaux alors connus : le Soleil répondait à l’or, la Lune à l’argent, Saturne au plomb, Vénus au cuivre, Jupiter à l’étain, Mercure au vif-argent ; celui-ci porte même encore cet ancien nom, etc. Scudalupi15 établit des rapports analogues entre les planètes et un certain nombre de pierres précieuses. Mais tous ces livres sont écrits dans des vues cabalistiques ou alchimiques et n’appartiennent pas, par conséquent, à l’histoire naturelle, pas plus que le livre d’Érasme Stella, intitulé : Libellus de gemmis16, et imprimé à Strasbourg en 1530, qui n’est autre chose qu’une reproduction ou des commentaires de l’ouvrage de Pline sur les pierres précieuses17.

  • 18 [George Pawer, ou Bauer en allemand moderne, mieux connu sous le nom latinisé de Georgius Agricola (...)
  • 19 [De re metallica libri XII, voir note 18 ci-dessus.]
  • 20 Cette date [1556] est celle d’une réimpression, car l’édition primitive est de 1530 ; elle a pour (...)

9Le premier auteur qui ait véritablement observé la nature, et dont l’ouvrage a peut-être conservé le plus longtemps le crédit qu’il méritait, par la solidité de sa composition, est un Allemand, appelé Bauer, en latin Georgius Agricola18. Il était né à Gleuchen, en 1494, par conséquent à la fin du quinzième siècle ; il étudia à Leipsic, ensuite en Italie, et pratiqua la médecine à Joachimsthal, en Bohême, puis à Chemnitz, près des minières des électeurs de Saxe, les plus riches et les plus anciennes de l’Europe. Il était le médecin des ouvriers et des officiers de ces mines, et avait ainsi beaucoup de facilités pour s’instruire du mode de leur exploitation, des diverses espèces de minéraux et des lieux de leur gisement. Comme il était d’ailleurs très savant, qu’il avait étudié les diverses parties de la philosophie de ce temps, et s’était formé à l’école que nous appelons maintenant classique, l’ouvrage qu’il a publié sous le titre : De re metallica, de la Métallique19, est écrit avec beaucoup d’élégance. Il fut imprimé à Bâle en 154620, et réimprimé un grand nombre de fois, parce qu’il était considéré comme l’ouvrage principal sur la matière, et, par conséquent, suivi de tous les hommes qui s’occupaient de l’exploitation des mines. Le sujet y est divisé en douze livres. Le premier est une introduction fort élégante, où est exposée l’histoire des mines anciennes. Le second traite des moyens de découvrir l’existence des mines, et désigne la nature des montagnes qui recèlent ordinairement des veines métalliques. Déjà, du temps de l’auteur, certains individus avaient la prétention de découvrir les mines et les sources d’eau au moyen de la baguette divinatoire, appelée aussi hydroscope. Cet hydroscope était une branche de coudrier bifurquée, qu’on tenait entre ses doigts et qui devait tourner avec force, croyait-on dans ces temps, lorsqu’on passait sur un terrain recélant des amas d’eau ou des substances métalliques.

  • 21 Le grillage est une opération par laquelle on se propose de calciner ou de dégager des mines, avan (...)
  • 22 On appelle bocard un moulin à pilons dont on se sert pour broyer la mine, avant de la mettre au fe (...)
  • 23 [L’Agua regia ou eau régale est un mélange extrêmement corrosif d’acide nitrique et d’acide chlorh (...)
  • 24 [Geber est Abu Musa Jabir ibn Hayyan (fl. c. 721-c. 815), homme d’esprit universel perse ou arabe  (...)
  • 25 La coupelle est un petit vaisseau en forme de coupe, comme l’indique son nom, qui est fait de cend (...)

10Agricola rapporte avoir fait faire cette expérience devant lui, et déclare que lorsque la baguette divinatoire éprouve un mouvement de rotation, c’est toujours par suite d’un mouvement accidentel des mains qui la supportent ; que, par conséquent, si l’on a jamais découvert, en employant ce moyen, quelques sources ou quelques dépôts métalliques, c’est un pur effet du hasard. Dans son troisième livre, Agricola traite des filons, c’est-à-dire des cavités ou canaux qui traversent les grandes roches, et qui sont ordinairement le réceptacle des minerais ; il indique leur direction, les différences de leur puissance, et ce que le mineur peut augurer de leurs solutions. Son quatrième livre traite de la géométrie appliquée à la surface des mines, dans les cas de concessions ; le cinquième, des opérations nécessaires pour arriver jusqu’au minerai, c’est-à-dire de la manière dont on doit percer les puits, conduire les galeries, les soutenir, etc. Le sixième comprend le détail de tous les instruments qu’emploie le mineur, depuis le marteau jusqu’aux machines d’épuisement. Dans le septième livre sont décrits les creusets, les fourneaux d’essai, et les moyens de traiter le minerai en grandes masses. Le huitième a pour objets le lavage, le grillage21, le bocardage22 et la fonte. La description des soufflets occupe le neuvième livre. Le départ ou la séparation des métaux précieux que contient le minerai, tels que l’or ou l’argent, est le sujet du dixième livre. Agricola en parle en homme qui connaissait très bien cet art ; il décrit l’eau régale23, qui est une découverte du Moyen Âge, et dont la description existe aussi dans Géber24 ou Giaber, et d’autres chimistes arabes ou européens : elle servait à dissoudre l’or. Il décrit encore la coupelle25, qui est un autre moyen de séparer les métaux. Dans le onzième livre, l’auteur continue le même sujet. Enfin, dans le douzième il traite de la vitrification, et raconte l’histoire des pierres fameuses qui existaient de son temps. Cet ouvrage est plutôt un traité de l’art d’exploiter les mines qu’un traité de minéralogie.

  • 26 [De animantibus subterraneis liber, ab autore recognitus, cum indicibus diuersis, quicquid in oper (...)
  • 27 [Aristote, voir Tome 1, Leçons 7 et 8.]

11Agricola a laissé d’autres ouvrages, les uns sur la physique, les autres sur la minéralogie proprement dite ; mais les premiers ont encore pour objet la science des minéraux. Ainsi, dans celui qui a pour titre : De l’Origine et des Causes des substances souterraines26, il explique les phénomènes minéralogiques, suivant les principes d’Aristote27, c’est-à-dire d’une manière très imparfaite.

  • 28 [De natura eorum quae effluunt ex terra libri IIII, Bâle : Hieronymum Frobenium & Nicolaum Epicopi (...)

12Dans un autre livre, intitulé : De la Nature des choses qui sortent de la terre28, il décrit les différentes eaux minérales, les bitumes, en un mot, tout ce qui est susceptible de couler sur un plan incliné.

  • 29 [De natura fossilium libri X, Bâle : Hieronymum Frobenium & Nicolaum Epicopium, 1546, pp. 654-664. (...)

13Son troisième ouvrage est intitulé : De la Nature des fossiles29. Celui-ci est un véritable traité de minéralogie : il est divisé en dix livres, et fut imprimé à Bâle, en 1546, la même année que le traité de métallurgie, dont je vous ai parlé d’abord. Il offre la première méthode de distribution des minéraux ; et ce qui est remarquable, c’est qu’elle a été conservée presque jusqu’au moment où l’on s’est déterminé à diviser les minéraux d’après leur composition chimique. La première classe comprend les terres ; la seconde, les sucs concrets ; la troisième, les pierres ; la quatrième, les minerais, ou demi-métaux ; et la cinquième, les métaux purs. L’auteur ne réunit pas, comme vous voyez, les terres aux pierres, ainsi que le font les minéralogistes actuels, avec beaucoup de raison, puisque les terres ne diffèrent des pierres qu’en ce que celles-ci sont solides, tandis que les autres sont friables. Du temps d’Agricola, on ne considérait encore que la forme extérieure, la consistance et les usages. C’est d’après cette dernière considération qu’il divise les terres ; il distingue celles qu’emploie l’agriculture, celles qui servent à la poterie, au foulon, aux peintres et aux autres artistes, et enfin les terres dont se sert la médecine. Cette méthode est mauvaise ; elle est conçue à rebours, comme les méthodes de botanique que je vous ai exposées, puisqu’elle exige la connaissance de ce qu’on veut apprendre. Je ne suivrai pas les subdivisions des autres chapitres, qui sont également très peu méthodiques ; mais on y remarque déjà la connaissance particulière de beaucoup de substances. Ainsi, dans la classe des pierres, il est fait mention du spath fluor ou chaux fluatée, et de plusieurs autres minéraux à peu près semblables.

  • 30 [De re metallica, voir note 18 ci-dessus.]

14Dans son traité De re metallica30, Agricola fait connaître le molybdène, l’antimoine, la pyrite. L’antimoine devint très célèbre de son temps, par ses emplois chimiques et médicaux.

15Son traité des métaux mentionne le zinc, le bismuth et les divers métaux connus des anciens.

16Les livres De re metallica et De natura fossilium ont servi de guides à tous les minéralogistes subséquents, jusque vers le dix-huitième siècle.

17Agricola a écrit quelques autres ouvrages, mais il est inutile que je m’étende aujourd’hui à leur égard. Cet homme remarquable mourut en 1555.

  • 31 [Christophe Encelius (né en 1517 à Saalfeld en Allemagne ; mort le 15 mars 1583 à Osterburg), homm (...)

18Deux ans après sa mort, parut un ouvrage intitulé, comme le sien : De re metallica, et composé aussi par un Allemand, qui se nommait Christophe Encelius31, de Salfeld en Saxe. Ce travail est beaucoup moins considérable que celui d’Agricola ; il ne se compose que de trois livres, mais les principes chimiques de la métallurgie y sont déjà exposés. Du reste, l’auteur adopte les idées des chimistes du Moyen Âge et des alchimistes, sur la composition des minéraux. Selon lui, le soufre est le père des métaux, et le vif-argent la mère ; de leurs diverses combinaisons avec des sels résultent les différentes espèces de métaux. Ces idées étaient très favorables à l’alchimie ; car, tant qu’on croyait que les métaux ne différaient entre eux que par les proportions en plus ou en moins de telle ou telle substance fixe, on pouvait espérer de transformer les uns dans les autres, au moyen d’une soustraction ou d’une addition de cette substance. Aussi voyons-nous que l’alchimie a été la passion de ce temps : ce ne fut que vers la fin de l’époque dont nous parlons qu’on commença à s’en désabuser. Encelius divise les minéraux en quatre classes, car il avait aussi une espèce de système ; il traite d’abord des pierres ; puis des choses susceptibles d’être fondues, c’est-à-dire des métaux ; du soufre et des sels. Ces divisions approchent plus que les précédentes de celles d’aujourd’hui, uniquement basées sur les propriétés chimiques, car il réunit les terres aux pierres ; il considère celles-là comme des pierres pulvérisées. Son livre renferme d’ailleurs plusieurs observations qui aujourd’hui sont bien connues, mais qui étaient nouvelles alors. Les différents minerais y sont rapprochés de l’espèce de métal qu’ils produisent ; mais ce rapprochement n’est pas toujours exact : car la pyrite et la cadmie, par exemple, qui sont rapportées au cuivre, contiennent, l’une autant de fer que de cuivre, et l’autre du zinc et de la silice.

19Encelius est encore un peu commentateur des anciens ; il mêle de l’érudition à ses observations propres ; mais cette marche est naturelle ; c’est ainsi que vont toujours les choses humaines : elles ne se tranchent pas de manière à finir un certain jour et à commencer un autre ; elles se développent sans se diviser ; elles marchent et ne se brisent pas.

  • 32 [De thermalibus aquis libri VII, de metallis et fossilibus libri duo, Venise : Ludovicum Avantium, (...)

20Au temps d’Encelius parut un petit ouvrage de Gabriel Fallope, intitulé : De thermalibus aquis, de metallis et de fossilibus (des eaux thermales, des métaux et des fossiles)32 ; mais nous n’en parlons que pour mémoire, car il ne renferme rien d’important.

  • 33 [Conrad Gessner, voir Leçon 4.]
  • 34 [De rerum fossilium, lapidum et gemmarum maxime, figuris & similitudinibus liber : non solum medic (...)
  • 35 [Les pierres figurées, pierres à images, ou pierres graphiques, représentent des pierres (en génér (...)
  • 36 Voltaire [nom de plume de François-Marie Arouet (auteur français du siècle des Lumières, historien (...)
  • 37 [Les célébrités sont des coraux pierreux de la famille des Faviidae, appelé corail cerveau en rais (...)
  • 38 [Les astroïtes sont des minéraux ou des fossiles en forme d’étoiles ; plus précisément les colonne (...)
  • 39 [Les crinoïdes ou lys de mer, sont des animaux marins de la classe des Crinoïdes de l’embranchemen (...)
  • 40 [Les bélemnites sont un ordre disparu de céphalopodes qui existaient pendant la période Mésozoïque (...)
  • 41 [Pierres judaïques ou Lapides Judaici sont des épines fossilisées de certains échinoïdes cidaroïde (...)
  • 42 [Les glossopètres sont de grandes dents fossilisées de requins de forme triangulaire que certains (...)

21Ici, messieurs, reparaît avec de nouveaux titres d’éloges un homme auquel nous avons dû en tant accorder dans l’histoire de la zoologie et de la botanique ; c’est Conrad Gessner33. Ce grand naturaliste nous a laissé un ouvrage intitulé : De rerum fossilium, lapidum et gemmarum figuris et similitudinibus ; il fut imprimé à Zurich en 1565, in-8˚34. La minéralogie n’y est pas traitée tout entière ; Gessner ne s’y occupe que de la figure des minéraux. Les auteurs précédents n’avaient considéré cette partie de leurs propriétés qu’assez légèrement ; Gessner en fait le sujet principal de son livre, et l’on peut considérer cet écrit comme le premier où il ait été traité de pierres figurées35. Il y examine la forme mathématique que prennent les substances minérales quand elles sont abandonnées à elles-mêmes dans leurs solutions. Il considère les stalactites et autres formations accidentelles. La plus importante de ses remarques est celle des pétrifications. Il ne sait pas encore si ces pétrifications ont été des objets vivants, ou si elles ne sont que des produits des forces naturelles, opinions qui ont longtemps partagé les savants, tellement même, qu’un siècle après la mort de Gessner, il y avait encore des gens qui prétendaient que la nature avait des forces suffisantes pour configurer ainsi la matière minérale, tout comme elle en a pour configurer la matière organique36. Mais ce qu’il y a d’important dans Gessner, c’est qu’il a parfaitement représenté les figures de plusieurs fossiles, par exemple, des cérébrites37, des astroïtes38, des entroques39, des bélemnites40, des pierres judaïques41, des glossopètres42. Ces derniers fossiles ont ainsi été désignés par le nom de glossopètres ou pierres de langues, parce qu’on croyait qu’ils étaient des langues de serpent pétrifiées.

  • 43 [Le grand-prêtre des juifs était le chef officiel de la religion Israélite et du Judaïsme classiqu (...)
  • 44 [Ruœus ou Larue est Charles de La Rue (né le 3 août 1643 ; mort le 27 mai 1725), connu en latin so (...)
  • 45 [André Bacci (né en 1524 à Sant’Elpidio a Mare ; mort le 24 octobre 1600 à Rome), philosophe, méde (...)
  • 46 [Épiphane de Salamine (né c. 310 ou 320 en Judée ; mort en mer en 403), évêque de Salamine à Chypr (...)
  • 47 [L’Apocalypse ou le Livre de la Révélation, est le dernier livre du Nouveau Testament qui relate u (...)

22Vers le même temps que le livre de Gessner parurent plusieurs ouvrages sur certaines pierres dont il est question dans divers auteurs anciens. Ces écrits sont de purs commentaires, particulièrement ceux qui ont pour objets les pierres précieuses mentionnées dans l’ancien et dans le nouveau Testament. Vous pouvez vous rappeler que le grand-prêtre des juifs43 portait sur la poitrine une plaque où étaient enchâssées douze pierres précieuses, qui sont mentionnées dans le Lévitique. La question de savoir quelles étaient ces pierres a beaucoup occupé. Ruœus ou Larue44 a écrit sur ce sujet ; André Bacci, de la Marche d’Ancône, a fait un traité exprès sur ces douze pierres précieuses45. Il existe encore un ouvrage d’Épiphane46, ancien archevêque grec, où il est parlé des pierres qui étaient sur le rational du grand-prêtre des juifs ; enfin nous avons un autre petit livre sur les pierres dont il est question dans l’Apocalypse47. Je n’ai fait mention de tous ces ouvrages que pour ne rien oublier d’un peu connu, car la science n’en a reçu aucune impulsion progressive.

  • 48 [Lazarre Erkern ou Ercker (né c. 1528 à Annaberg ; mort le 7 janvier 1594 à Prague), Maitre de la (...)
  • 49 [La Docimastique est la métallurgie, l’art de l’analyse des métaux ; l’art de séparer les métaux d (...)
  • 50 [Agricola, voir notes 18 et 20 ci-dessus.]
  • 51 [Beschreibung allerfürnemisten Mineralischen Ertzt, unnd Bergwercks arten, wie dieselbigen, unnd e (...)
  • 52 [Il existe plusieurs éditions de Francfort de l’ouvrage d’Ercker intitulé Aula subterranea, domina (...)

23L’ouvrage de Lazarre Erkern48, publié in-folio, en 1573, donne lieu à un jugement d’une nature plus distinguée. Cet auteur traite, dans un des livres de son ouvrage de la Docimastique49, ou de l’art de reconnaître la quantité de métal utile que contient chaque minerai. Les procédés de cet art capital pour tous les minéralogistes n’avaient été que superficiellement développés par Agricola50 ; Erkern, dont l’histoire est peu connue, remplit cette lacune de la science. Son livre fut imprimé en 1574, et est intitulé : Description des principales espèces de minerais et de la manière dont ils doivent être éprouvés dans les petits-feux, pour en connaître le métal51. On appelle petits-feux des essais faits antérieurement à la fonte en grand, qui a lieu dans de vastes fourneaux. Les réimpressions de cet ouvrage, qui eurent lieu à Francfort, en 1578 et 1590, portent ce titre singulier : Aula subterranea, etc., Cour souterraine, sans laquelle les princes ne peuvent gouverner, ni les sujets obéir52 ; c’est une allusion aux métaux précieux. Ce traité d’Erkern a été classique pendant un siècle, pour la partie de la métallurgie qu’on appelle docimastique, comme celui d’Agricola le fut pour la métallique ou la métallurgie générale. Ainsi, messieurs, vers la fin du seizième siècle, toutes les parties de la minéralogie et de la métallurgie avaient été traitées par les Allemands plus ou moins exactement.

  • 53 [Bernard Palissy (né c. 1510 ; mort c. 1590 à Paris), Huguenot français, potier, ingénieur hydraul (...)
  • 54 [Anne de Montmorency (né le 15 mars 1493 à Chantilly, dans l’Oise ; mort le 12 novembre 1567 à Par (...)
  • 55 [Château d’Écouen, château historique de la ville d’Écouen au nord de Paris, construit entre 1538 (...)
  • 56 [Henri II, voir Leçon 2, note 52.]
  • 57 Monsieur [Marie Alexandre] Lenoir [archéologue français ; né le 27 décembre 1761 à paris ; mort le (...)
  • 58 [Massacre de la Saint-Barthélemy, voir Leçon 2, note 54.]
  • 59 [Laroche Foucault est François VI, Duc de la Rochefoucauld, Prince de Marcillac (né le 15 septembr (...)
  • 60 [Henri IV, voir Leçon 2, note 57.]
  • 61 [Lorsque le roi Henri III (voir Leçon 2, note 41) dut quitter Paris le 12 mai 1588 lors des guerre (...)
  • 62 [Charles de Lorraine ou Charles de Guise, Duc de Mayenne (né le 26 mars 1554 à Alençon ; mort le 3 (...)
  • 63 Henri III [voir note 61 ci-dessus] fut le visiter dans sa prison, et lui dit : « Mon bonhomme, si (...)

24C’est à un homme à peu près le contemporain de ceux dont nous venons de parler qu’est due l’introduction en France des connaissances de cette nature ; il était, de plus, presque le seul à cette époque qui les possédât. Cet homme s’appelait Bernard Palissy53 ; il était né dans le diocèse d’Agen, en 1499, était fort pauvre et ne sut même jamais le latin. Son premier métier était celui d’arpenteur, de dessinateur et de peintre d’images ; il avait parcouru pour vivre presque toutes les provinces de France. Doué d’un esprit curieux, partout où il était allé il s’était occupé de rechercher les productions naturelles. Lorsqu’il en avait trouvé l’occasion, il s’était introduit chez les pharmaciens et chez les personnes qui s’occupaient de chimie ou mieux d’alchimie. Il avait ainsi acquis d’assez grandes connaissances, qu’il avait principalement dirigées sur l’art de fabriquer la faïence et sur la composition des émaux ; aussi établit-il une fabrique de ce genre, dont les produits sont encore aujourd’hui assez recherchés, bien que les couleurs en soient peu variées et que le bleu y domine trop. Il prit le titre d’ouvrier en terre et d’inventeur des rustiques figulines. Le connétable de Montmorency54 fut son premier protecteur ; il l’employa à faire les pavés et autres plaques de faïence qui garnissaient le château d’Écouen55 ; il en existe encore quelques-unes en place ; plusieurs autres ont été détachées, et sont conservées dans des cabinets. Il fit, pour le roi Henri II56 et quelques-uns de ses successeurs, des vases de diverses dimensions, des plats, et autres objets semblables, sur lesquels sont appliquées des figures en émail, au moyen des substances que de longues recherches lui avaient fait reconnaître propres à cet usage : ces figures ne sont plus remarquables aujourd’hui que pour le bon goût du dessin. Palissy, qui, dans ses voyages, avait été dessinateur, paraît avoir eu le sentiment de l’art et s’être attaché à reproduire les dessins des grands maîtres qui, pendant le seizième siècle, ont été plus nombreux et plus habiles peut-être qu’à aucune autre époque ; c’est déjà un mérite, pour un potier de terre, d’avoir choisi de pareils modèles57. Il lui fut accordé un brevet de potier de terre du roi, et en cette qualité il vint habiter aux Tuileries, où il continua sa fabrication. Ce fut pour lui un moyen d’échapper au massacre de la Saint-Barthélemi58 ; car déjà, en 1562, il avait été mis en prison comme protestant. Ce furent Larochefoucault59 et les autres seigneurs qui l’avaient employé qui le sauvèrent en l’envoyant se cacher dans sa fabrique des Tuileries. Mais il fut persécuté de nouveau lors du siège de Paris par Henri IV60, et pendant la domination des Seize61. Le duc de Mayenne62 ne parvint qu’à lui sauver la vie, et ne put empêcher qu’il ne fût enfermé à la Bastille63, où il mourut en 1589.

  • 64 Il était si convaincu de la vérité de ses opinions, qu’il fit afficher dans son école qu’il rendra (...)

25Palissy ne fabriquait pas seulement des poteries ; il donnait aussi des leçons publiques de minéralogie, pour lesquelles il avait recueilli un cabinet assez considérable64. Dans ses voyages il avait rassemblé tout ce qui lui avait paru singulier, et l’avait classé. D’après le catalogue qu’il a laissé de son cabinet, il paraît qu’il avait beaucoup de stalactites curieuses, de minerais, de métaux, de marcassites, mais surtout un grand nombre de pétrifications. Il s’était attaché de préférence à ces pierres figurées. C’est lui qui, le premier ou l’un des premiers, soutint que les coquilles fossiles que l’on trouvait sur les montagnes étaient des débris d’animaux marins ; il prouva même d’une manière très sensible par l’intégrité que présentent les parties les plus frêles et les plus délicates de ces coquilles, qu’elles n’avaient point été transportées par un déluge ou par une inondation, aux lieux où on les découvrait ; qu’elles avaient vécu sur ces lieux mêmes, et que, par conséquent, la mer avait autrefois reposé sur les continents qui les recélaient.

26C’est là, comme vous voyez, le commencement, l’embryon, pour ainsi dire, de la zoologie moderne. On avait bien antérieurement, dans différents ouvrages sur les pierres, soit anciens, soit du Moyen Âge, soit d’une époque plus récente, traité des questions de physique relatives à chaque masse pierreuse, à la formation des cristaux et à celle des cailloux ; mais la question générale de savoir comment se sont superposées ces immenses croûtes qui constituent aujourd’hui les parties solides du continent n’avait pas encore été agitée : elle ne commença à l’être que lorsque l’on se fut demandé d’où provenait cette quantité immense de corps organiques, et surtout ces milliards de coquilles qui existent dans quelques parties superficielles du globe. Des hommes prétendaient, dans le quinzième et le seizième siècles, que c’était un résultat des jeux de la nature, un produit de ses forces naturelles, des aberrations de sa puissance vivifiante : Palissy expulsa ces erreurs du domaine de la science.

  • 65 [Saintonge, une petite région et province historique sur la côte Atlantique française dans le dépa (...)
  • 66 [Recepte véritable par laquelle tous les hommes de la France peuvent apprendre à multiplier et aug (...)
  • 67 [Discours admirables, de la nature des eaux et fonteines, tant naturelles qu’artificielles, des me (...)
  • 68 [Le traité de Palissy sur la marne (carbonate de calcium ou roche sédimentaire riche en chaux), fa (...)
  • 69 [ Œuvres de Bernard Palissy, revues sur les exemplaires de la Bibliothèque du Roi, avec des notes (...)

27Cet homme remarquable est aussi un de ceux qui ont rendu le plus de services à l’agriculture, en recommandant l’emploi de la marne et du falun, autre espèce de marne, formée de débris coquilliers, qu’il avait eu l’occasion de connaître pendant ses voyages en Saintonge65 et dans d’autres provinces où ce falun était très abondant. L’ouvrage où il en parle est intitulé : Recepte véritable par laquelle tous les hommes de la France peuvent apprendre à multiplier et augmenter leurs trésors66. Il fut publié à la Rochelle en 1563. L’autre ouvrage important de cet auteur a pour titre : Discours admirables de la nature des eaux et fontaines, tant naturelles qu’artificielles, des métaux, des sels et salines, des pierres, des terres, du feu, des émaux, avec plusieurs autres excellens secrets des choses naturelles67. En 1580 il a publié aussi un traité de la marne68 ; enfin, quelques-uns de ses autres écrits ont été recueillis dans une édition nouvelle de ses ouvrages, qui fut publiée en 1777, par les soins de M. Faujas de Saint-Fond69.

28Bernard Palissy n’avait reçu aucune éducation classique ; il s’était formé lui-même, et n’en a pas moins été, comme vous l’avez vu, un des hommes les plus utiles de son temps, puisqu’il répandit en France le goût de la minéralogie, contribua aux progrès de l’agriculture, et éveilla le premier les idées sur les révolutions du globe.

  • 70 [André Césalpin ; voir Leçon 2, note 47.]
  • 71 [De metallicis libri tres, Rome : Aloysi Zannetti, 1596, [16] + 222 + [1] p., in-4° ; un livre d’u (...)
  • 72 [Le tabaxir est une substance translucide blanche composée principalement de silice et d’eau, ains (...)

29Les autres auteurs du temps sont des minéralogistes plus réguliers que ceux dont nous avons parlé. Leurs méthodes de distribution ne sont pas sans mérite, et se rapprochent beaucoup de celles qui furent employées vers la même époque pour la zoologie et surtout pour la botanique : le premier créateur de ces méthodes est même un de ceux qui ont fait faire des progrès à la botanique méthodique. Ce fut André Césalpin70, dont les beaux travaux sur les plantes vous ont été exposés, qui classa alors les minéraux de la manière la plus satisfaisante. Son ouvrage intitulé : De metallicis libritres, fut imprimé à Rome, en 159671. Par ce mot metallicis, l’auteur entendait, comme ses prédécesseurs, la totalité des minéraux, ainsi que le démontre son système. Il divise d’abord les minéraux en terres et en sels, ou en substances qui se dissolvent dans l’eau ; mais par ce mot dissoudre, il faut entendre aussi délayer ; car si les sels se dissolvent, les terres ne font que se délayer. À cette époque, les idées chimiques étaient trop peu développées pour qu’on pût faire cette distinction. Il traite ensuite des substances qui se dissolvent dans l’huile, et que quelques minéralogistes avaient appelées les soufres ; puis des corps qui ne sont pas fusibles, et ne se dissolvent pas dans l’eau, c’est-à-dire des pierres ; enfin des métaux ou des substances qui fondent au feu. Cette division est basée sur des caractères apparents, et, bien qu’il y ait des terres et des sels qui fondent au feu comme les métaux, est assez satisfaisante pour un premier essai ; aussi a-t-elle été conservée dans ses points principaux. Les subdivisions de Césalpin tiennent à des caractères moins importants ; il distingue des terres maigres et des terres grasses, des terres colorées et des terres médicales. Cette dernière subdivision sort un peu des règles de son système, puisqu’elle repose sur les usages ou les propriétés des substances, et non plus sur leurs qualités apparentes. Les pierres sont divisées en roches, en marbres, en pierres précieuses, et en pierres qui viennent dans les corps organisés ; car à cette époque on laissait dans la minéralogie tous les produits pierreux qui se trouvent dans ces derniers corps, tels que les calculs de la vessie et du foie ; les tabaxirs72 et autres produits pierreux des plantes.

30Il existe quelques autres systèmes à peu près du même genre que celui de Césalpin ; je vous en parlerai rapidement.

  • 73 [Gaspard ou Caspar Schwenckfeld von Ossig (né en 1489 ou 1490 à Ossig en Silésie ; mort le 10 déce (...)
  • 74 Stirpium et fossilium Silesiae catalogus, in quo praeter etymon, natales, tempus ; natura et vires (...)

31Le premier est celui de Gaspard de Schwenckfeld73, habitant de la Silésie, qui fit aussi plusieurs autres ouvrages sur les animaux de la Silésie, dont je vous entretiendrai plus tard. Celui de ses livres qui nous intéresse maintenant est un traité sur les plantes et les fossiles de Silésie, publié en 160074. Il y divise les minéraux en terres, pierres, sucs, métaux et minerais : chacune de ces classes est ensuite subdivisée. Ainsi il distribue les terres en simples et en composées ; parmi les terres composées, il range principalement les sables qui ont divers éléments, les terres qui sont imprégnées de sucs bitumineux, celles qui sont mélangées avec des parties salines ou métalliques. Quant aux pierres, il les divise en rudes et en nobles : les nobles sont celles qui peuvent être polies, et il les subdivise encore en pierres précieuses de second ordre, comme les marbres, les porphyres, les agates ; et en pierres précieuses véritables ou gemmes. Cette classification est bien un peu fondée sur l’usage des minéraux ; mais elle présente aussi des caractères qui sont tirés de leurs propriétés apparentes. Les autres subdivisions de l’ouvrage ne sont pas assez intéressantes pour que je vous y arrête.

  • 75 [Bernard Cesi (Bernardus Caesius) (né en 1580 ; mort en 1630), auteur de Mineralogia, sive natural (...)

32Le traité que nous rencontrons ensuite est d’un jésuite de Médine, nommé Bernard Cesius75 ; il fut imprimé à Lyon, en 1636. Les minéraux y sont divisés en terres et en sucs concrets, en pierres et en métaux, par conséquent l’auteur n’innove en rien ; mais je mentionne cet ouvrage, parce qu’il est encore rempli d’idées superstitieuses, tirées de la cabale ou de l’alchimie, sur les vertus des pierres.

  • 76 [Nous n’avons pu identifier ce « Georgius » (à ne pas confondre avec Georges Agricola ; voir note (...)

33La Suède, qui a produit un si grand nombre de minéralogistes, en a donné un des plus anciens, c’est Georgius, dont le livre parut à Stockholm, en 164376. Les minéraux y sont divisés en terres, en minerais, qui comprennent les sels et les soufres ; en métaux, en mines ou substances qui tiennent aux métaux, et ne sont autre chose que des combinaisons de leurs parties ; enfin en pierres. Ce sont à peu près les subdivisions connues alors, sauf quelques changements dans l’ordre.

  • 77 [Ulysse Aldrovande, voir Leçon 4, note 31.]
  • 78 [Musaeum metallicum in libros IV distributum Bartholomaeus Ambrosinus… labore et studio composuit (...)

34Ulysse Aldrovande77, professeur de Bologne, dont je vous ai cité l’ouvrage, avait consacré un de ses volumes à l’histoire des minéraux ; ce volume est intitulé : Musœm metallicum, et fut publié à Bologne, en 1648, par Ambrosinus78. La division y est faite, comme dans Cesius, en terres, sucs concrets, pierres et métaux. Il est seulement plus remarquable à cause de la grande quantité de pétrifications ou de fossiles qu’il fait connaître. Je vous en ai déjà dit quelques mots, en vous analysant les autres ouvrages de ce grand naturaliste. Vous vous souvenez sans doute que ces fossiles étaient des dents d’éléphant, d’hippopotame, de cheval, des coquillages en grand nombre, et d’autres objets semblables. Ils avaient alors un grand intérêt, et l’ont même conservé longtemps ; car les dents d’hippopotame ne furent guère mentionnées que dans Aldrovande, jusqu’à ces derniers temps, où l’on a retrouvé en quelques endroits de l’Italie une grande quantité de ce genre de fossiles.

  • 79 [Notitia regni mineralis : seu subterraneorum catalogus, cum praecipuis differentiis, Leipzig : Vi (...)
  • 80 [Jonston, voir Leçon 6, note 113.]

35Enfin, messieurs, nous trouvons un homme qui, après avoir terminé l’histoire de la zoologie pendant la période que nous parcourons, pourrait être considéré aussi comme ayant posé la borne de la minéralogie, pendant la même période, par un livre intitulé : Notitia regni mineralis, et imprimé à Leipsic en 166179. Cet homme est Jonston80. Il classe les minéraux de la même manière que les trois ou quatre auteurs dont je viens de vous parler, c’est-à-dire qu’il traite d’abord des terres, des sucs concrets, puis des substances combustibles ou bitumineuses, des pierres, et enfin des métaux. Vous voyez qu’il ne diffère de ses prédécesseurs que par l’ordre, et que ses divisions sont absolument identiques aux leurs. Ses subdivisions sont d’une autre nature ; elles offrent des différences considérables. Quelques auteurs avaient distribué les pierres, suivant qu’elles sont polissables ou ne le sont pas ; Jonston les a classées selon qu’elles sont ou ne sont pas figurées. Il les subdivise ensuite suivant qu’elles sont transparentes, colorées ou opaques ; enfin il les range d’après l’espèce de leur couleur ; toutes propriétés apparentes dont le choix était assez convenable à un système de minéralogie, mais qui ont été remplacées par des caractères plus importants et plus solides.

  • 81 [Agricola, voir note 18 ci-dessus.]

36Je n’insisterai pas davantage sur toutes ces méthodes, dont je vous ai cité les auteurs dans un ordre chronologique. Ils n’ont pas procuré de grands progrès à la minéralogie, car presque tous se sont répétés ou imités. Quelques-uns seulement se sont distingués des autres, par la découverte de quelques gemmes ou d’un plus grand nombre de pierres figurées ; mais pour de nouveaux principes, aucun n’a surgi dans la science depuis Agricola81, qui en a été le dominateur pour la minéralogie vraie, comme Gessner, le modèle d’Aldrovande, l’a été pour les pétrifications, et Césalpin pour la méthode de distribution.

37Suivant le plan que nous vous avons exposé en commençant, nous allons maintenant présenter l’histoire de la chimie pendant la période que nous venons de parcourir dans un intérêt minéralogique.

  • 82 [Galien, voir Tome 1, Leçon 16.]
  • 83 [Dioscoride, voir Tome 1, Leçon 12, note 62.]
  • 84 [Théophraste, voir Tome 1, Leçon 9.]
  • 85 [Aristote, voir Tome 1, Leçon 7 et 8.]
  • 86 [Pline, voir Tome 1, Leçon 13.]

38La chimie a joué un rôle plus considérable que la minéralogie. Son origine est aussi différente de celle des autres sciences dont nous avons parlé. L’anatomie avait été cultivée par les anciens, et même avec beaucoup de succès, car elle était arrivée à une grande perfection par les travaux de Galien82 ; la botanique avait également été le sujet des études des anciens, et l’on ne saurait parler avec dédain des efforts que Dioscoride83 et Théophraste84 surtout ont faits pour son perfectionnement. On doit toujours parler avec admiration de la zoologie d’Aristote85. Enfin, quant à la minéralogie, Théophraste, Pline86, Dioscoride même, avaient laissé des notions assez précieuses pour que ceux qui, à la renaissance des lettres, commencèrent à traiter des matières scientifiques, eussent le devoir de rechercher leurs ouvrages.

39Mais la chimie était inconnue de l’Antiquité ; les Égyptiens avaient seulement quelques pratiques pour produire des couleurs, des émaux, et pour exploiter les mines. Il y a bien là des effets des forces chimiques ; mais autre chose est d’obtenir des effets et de posséder des théories : or, de théories, les anciens n’en ont pas eu, ou du moins il n’en reste aucune trace.

  • 87 [Raymond Lulle ou Ramon Llull, également appelé Lully (né c. 1232 à Palma dans le Royaume de Major (...)

40La chimie est née, d’une part, à Constantinople, sous le Bas-Empire ; de l’autre, chez les Arabes, qui ont cultivé les sciences, et particulièrement la médecine. Elle fut transportée dans l’Europe occidentale et septentrionale, à la suite des croisades, et principalement par les études qu’on fut en faire chez les Arabes d’Espagne ; car nous voyons que l’un des premiers chimistes du Moyen Âge est Raymond Lulle87, de Majorque, qui avait pu avoir beaucoup de communications avec ces Arabes.

  • 88 [Arnaud de Villeneuve (né c. 1235 en Aragon ; mort en mer en 1311, au large de la côte de Gênes), (...)
  • 89 [Johann Joachim Becker ou Becher (né le 6 mai 1635 à Spire, Saint-Empire Romain ; mort en octobre (...)
  • 90 [Georg Ernst Stahl (né le 22 octobre 1660 à Ansbach ; mort le 24 mai 1734 à Berlin), chimiste, méd (...)

41Un autre chimiste de cette époque, Arnaud de Villeneuve88, qui était de l’Arragon, avait eu aussi des communications avec les Arabes d’Espagne ; mais les connaissances chimiques furent alors exposées avec des formes mystérieuses, sous des emblèmes, et en termes énigmatiques. Ainsi transportées en Italie et en Allemagne, elles germèrent surtout dans ce dernier pays, parce que l’exploitation des mines y était alors dans la plus grande activité. Elles y reçurent d’assez grands développements, y excitèrent beaucoup d’enthousiasme, mais elles n’y perdirent rien de leurs formes mystérieuses et énigmatiques, soit par suite de la disposition des esprits, soit par l’influence des principes philosophiques et des idées religieuses qui dominaient alors. Ces différentes causes ont besoin d’être développées avec plus de détails ; en vous les exposant, nous vous montrerons qu’au travers d’une foule d’idées bizarres et superstitieuses, les alchimistes découvrirent de temps en temps des phénomènes très précieux, qui ont donné un commencement à la chimie et ont produit, un siècle après, dans les mains de Becker89 et de Stahl90, une doctrine véritablement scientifique. Ce sera dans la leçon prochaine que je vous ferai connaître avec détail le transport des idées chimiques ou plutôt alchimiques en Allemagne, les formes qu’elles y prirent, les causes de ces formes, les moyens par lesquels elles se développèrent et les principaux auteurs qui ont écrit sur cette matière.

Notes

1 [Torbern Olof Bergman (né le 20 mars 1735 à Katrineberg ; mort le 8 juillet 1784 à Medevi), chimiste et minéralogiste suédois connu pour son ouvrage daté de 1775 intitulé Disquisitio de attractionibus electivis (dissertation sur les affinités électives) publié dans le volume 2 de Nova Acta Regiae Societatis Scientiarum Upsaliensis (pp. 161-250 [ou dans certains exemplaire pp. 159248),] et contenant les tables d’affinités chimiques les plus développées qui aient été publiées.]

2 [Baron Axel Frederik Cronstedt (né le 23 décembre 1722 à Turinge ; mort le 19 août 1765 à Säter), minéralogiste et chimiste suédois qui découvrit le nickel en 1751 ; il est considéré comme l’un des fondateurs de la minéralogie moderne.]

3 [Camillo Leonardi de Pesaro (ne a Pesaro, fl. 1502, mort après 1532), médecin, astronome, et astrologue qui entreprit de nombreux voyages dans les pays arabes, s’enrichissant de la connaissance arabe des pierres précieuses ; il écrivit plus tard un traite important sur la minéralogie et la gemmologie (voir note 4 ci-dessous) dans lequel il développa l’idée que les pierres avaient de mysterieux pouvoirs de guerison.]

4 [Speculum lapidum clarissimi artium et medicine doctoris Camilli Leonardi pisaurensis. Valerii Superchii Pisaurensis physici Epigrammata. Quicquid in humanos gemmarum parturit usus terra parens: uasti quicquid & unda maris. Quamlibet exiguo Claudis Leonarde libello mirandum & seræ posteritatis opus. Quod positis Cæsar interdum perlegat armis: seruarique suas imperet inter opes et tibi pro meritis quos decernat honores : consulat & famæ tempus in omnetuæ, Venise : Joannem Baptistam Sessa, 116 p., in-4°.]

5 [César Borgia (né le 13 septembre 1475 ou avril 1476 à Rome ; mort le 12 mars 1507 à Viana dans le Royaume de Navarre), noble italien, politicien et cardinal ; fils du pape Alexandre VI (voir Lecon 5, note 50), duc de la Romagne et capitaine général des armées de l’Eglise, il développa la puissance politique du pontificat de son père.]

6 [Pape Alexandre VI, voir Leçon 5, note 50.]

7 [Philosophie péripatéticienne, école de philosophie de la Grèce Antique datant d’environ 335 avant J. C. dont les enseignements remontent à son fondateur, le philosophe grec Aristote (voir Tome 1, Leçons 7 et 8). Les disciples de cette philosophie sont appelés péripatéticiens en référence à la définition du mot « péripatéticien » ; utilisé comme adjectif, le mot péripatéticien est souvent utilisé pour décrire un promeneur, une personne qui marche, se balade au hasard. Après la mort d’Aristote, une légende se répandit, décrivant Aristote comme un conférencier péripatéticien, pour indiquer qu’il se promenait en même temps qu’il enseignait.]

8 [Albert le Grand, voir Tome 1, Leçon 23.]

9 [Conrad Gessner, voir Leçon 4 ci-dessous.]

10 [Le diamant, du mot grec adamas qui signifie incassable ou inchangeable, est l’une des pierres précieuses les plus connues et les plus recherchées.]

11 [Les pierres talismaniques, troisième partie du Speculum lapidum de Camillo Leonardi ; voir notes 3 et 4 ci-dessus.]

12 [La cabale, doctrine ou science occulte ; système de philosophie ésotérique basée sur une méthode mystique d’interprétation des Écritures et développée par les rabbis ; cette doctrine fut à son apogée au Moyen Âge.]

13 Il existe dans ce livre [Speculum lapidum de Leonardi ; voir note 4 ci-dessus], page 213, une recette pour devenir invisible à volonté. Tout le reste est à peu près aussi curieux [M. de St.-Agy].

14 [Sympathia septem metallorum ac septem selectorum lapidum ad planetas, D. Petri Arlensis de Scudalupis presbyteri Hierosolymitani, seconde partie de l’édition de 1610 de Speculum lapidum Camilli Leonardi (voir note 4 ci-dessus), publié à Paris par Carolum Seuestre, Davidem Gillium & Joannem Petitpas, [2] p. + pp. 245-499 + [137] p., ill., in-8.]

15 [Petrus Arlensis de Scudalupi (fl. 1610), médecin, chimiste et écrivain français ; auteur de Sympathia septem metallorum ac septem selectorum lapidum ad planetas ; voir note 14 ci-dessus.]

16 [Erasme Stella (né en 1460 à Zwickau en Saxe ; mort le 2 avril 1521), médecin et historien allemand, auteur de De gemmis libellus unicus, Plinius secundus de gemmis, Strasbourg : Henricum Sybold, 1530, [64] p., in-8°.]

17 [Le travail de Pline sur les pierres précieuses se trouve dans le livre 36 de Naturalis historia ; voir Tome 1, Leçon 13.]

18 [George Pawer, ou Bauer en allemand moderne, mieux connu sous le nom latinisé de Georgius Agricola, ou George Agricola (né le 24 mars 1494 à Glauchau ; mort le 21 novembre 1555 à Chemnitz), savant et scientifique allemand, considéré comme le père de la minéralogie ; il est surtout connu pour son œuvre De re metallica libri XII quibus officia, instrumenta, machinæ, ac omnia deniq[ue] ad metallicam spectantia, non modo luculentissimè describuntur, sed & per effigies, suis locis insertas, adjunctis latinis, germanicisq[ue] appellationibus ita ob oculos ponuntur, ut clarius tradi non possint. Ejusdem De animantibus subterraneis liber, ab autore recognitus : cum indicibus diversis, quicqiuid in opere tractatum est, pulchrè demonstrantibus, ouvrage de référence sur les techniques minières et le travail de raffinerie et de fonte des métaux ; il fut publié à titre posthume en 1556 (Bâle : [s. n.], 1556, [10] + 502 + [74] p. + [2] f. de pl., ill., gr. sur bois, infolio), dû, semble-t-il, à un retard dans la préparation des blocs de bois du texte. Ce livre resta l’ouvrage de référence sur les arts miniers pendant les cent quatre-vingts ans qui suivirent.]

19 [De re metallica libri XII, voir note 18 ci-dessus.]

20 Cette date [1556] est celle d’une réimpression, car l’édition primitive est de 1530 ; elle a pour titre : Dialogues de re metallica excusus [id est Bermannus, sive de re metallica dialogus ; ce livre n’était pas la première édition de De re metallica, mais plutôt une première tentative par Agricola d’organiser ce qui était connu jusqu’alors en extraction minière et en métallurgie]. Basileœ, apud [Hieronymum] Frobernium [M. de St.-Agy].

21 Le grillage est une opération par laquelle on se propose de calciner ou de dégager des mines, avant de les fondre ; les parties sulfureuses, arsenicales, antimoniales et volatiles qui sont combinées avec le métal [M. de St.-Agy].

22 On appelle bocard un moulin à pilons dont on se sert pour broyer la mine, avant de la mettre au feu. Les personnes qui n’ont pas visité de forges conçoivent maintenant ce que c’est que le bocardage [M. de St-Agy].

23 [L’Agua regia ou eau régale est un mélange extrêmement corrosif d’acide nitrique et d’acide chlorhydrique, utilisé pour dissoudre les métaux nobles que sont l’or et le platine.]

24 [Geber est Abu Musa Jabir ibn Hayyan (fl. c. 721-c. 815), homme d’esprit universel perse ou arabe ; chimiste et alchimiste, astronome et astrologue, ingénieur, géographe, philosophe, physicien, pharmacien et médecin ; il est considéré comme le premier alchimiste pratique.]

25 La coupelle est un petit vaisseau en forme de coupe, comme l’indique son nom, qui est fait de cendres de végétaux ou d’os calcinés. Les chimistes s’en servent pour purifier l’or et l’argent [M. de St.-Agy].

26 [De animantibus subterraneis liber, ab autore recognitus, cum indicibus diuersis, quicquid in opere tractatum est, pulchre demonstrantibus, Bâle : Hieronymum Frobenium & Nicolaum Epicopium, 1549, 79 + [10] + [16, index] + [3] p. ; compilation de tous les écrits des auteurs grecs, latins, et médiévaux sur les animaux connus existants sur la terre, complémenté par les observations d’Agricola (voir note 18 ci-dessus) et la question de l’existence de certaines des bêtes fantastiques décrites par ses prédécesseurs.]

27 [Aristote, voir Tome 1, Leçons 7 et 8.]

28 [De natura eorum quae effluunt ex terra libri IIII, Bâle : Hieronymum Frobenium & Nicolaum Epicopium, 1546, pp. 556-566.]

29 [De natura fossilium libri X, Bâle : Hieronymum Frobenium & Nicolaum Epicopium, 1546, pp. 654-664.] Il est inutile de dire que tous ces livres sont en latin, chacun le sait. M. Cuvier exprime souvent en français les titres des ouvrages qu’il analyse, parce qu’il y a des dames parmi ses auditeurs [M. de St.-Agy].

30 [De re metallica, voir note 18 ci-dessus.]

31 [Christophe Encelius (né en 1517 à Saalfeld en Allemagne ; mort le 15 mars 1583 à Osterburg), homme d’église allemand, historien et naturaliste, auteur de De re metallica, hoc est, de origine, varietate, et natura corporum metallicorum, lapidum, gemmarum atque aliarum quae ex fodinis euuntur, rerum, ad medicinae usum deservientium, libri III, Francfort : Christian Egenolph, 1557, 7 pl. + 271 p., ill., tabl.]

32 [De thermalibus aquis libri VII, de metallis et fossilibus libri duo, Venise : Ludovicum Avantium, 1564 ; Fallope, voir Leçon 2.]

33 [Conrad Gessner, voir Leçon 4.]

34 [De rerum fossilium, lapidum et gemmarum maxime, figuris & similitudinibus liber : non solum medicis, sed omnibus rerum naturae ac philologiae studiosis, utilis & iucundus futurus, Zurich : Jacob Gessner, 1565, [7] + 169 p., in-8°.]

35 [Les pierres figurées, pierres à images, ou pierres graphiques, représentent des pierres (en général du marbre, du jaspe, de l’agate ou du silex, ainsi que des concrétions et nodules) à l’apparence de vraies œuvres d’art (paysages, formes, ou lettres) représentatives ou abstraites, mais toujours issues de processus naturel.]

36 Voltaire [nom de plume de François-Marie Arouet (auteur français du siècle des Lumières, historien et philosophe célèbre pour sa présence d’esprit, ses attaques contre l’Église Catholique et son soutien de la liberté de religion, liberté d’expression et la séparation de l’Église et de l’état ; né le 21 novembre 1694 à Paris ; mort le 30 mai 1778 à Paris] partageait tout à fait cette opinion ; il rapporte avec complaisance, dans son Dictionnaire Philosophique [dictionnaire encyclopédique publié pour la première fois en 1764 à Genève (VIII + 344 p., in-8°) de manière anonyme par Gabriel Grasset], article Coquilles, une observation de M. [Monsieur Félix François Le Royer] de la Sauvagère [ingénieur militaire français, antiquaire ; né en 1707 à Strasbourg ; mort le 9 mars 1782 à Savigny-en-Véron], ingénieur en chef, de laquelle il résulterait qu’en Touraine, auprès de Chinon, une partie du sol se serait métamorphosée deux fois en un lit de pierres tendres dans l’espace de quatre-vingts ans, et que chaque fois il s’y serait formé des coquilles qui, d’abord, ne se distinguaient qu’avec le microscope, et qui croissaient avec la pierre. Ces coquilles, poursuit Voltaire, étaient de différentes espèces ; il y avait des ostracites, des gryphites, qui ne se trouvent dans aucune de nos mers ; des cames, des télines, des cœurs, dont les germes se développaient insensiblement et s’étendaient jusqu’à six lignes d’épaisseur. Voltaire était très faible dans les sciences naturelles, et l’on ne saurait l’accepter comme autorité à cet égard. Pour avoir des idées positives sur les fossiles, il faut lire l’admirable traité de M. Cuvier [Recherches sur les ossemens fossiles de quadrupèdes, où l’on rétablit les caractères de plusieurs espèces d’animaux que les révolutions du globe paroissent avoir détruites, Paris : Deterville, 4 vol., 1812, ill. en coul.] [M. de St.-Agy].

37 [Les célébrités sont des coraux pierreux de la famille des Faviidae, appelé corail cerveau en raison de leur forme sphérique et leur surface striée ressemblant au cerveau ; élément de formation important des barrières de corail que l’on trouve dans les eaux peu profondes des mers chaudes autour du monde et bien représenté dans les registres des fossiles.]

38 [Les astroïtes sont des minéraux ou des fossiles en forme d’étoiles ; plus précisément les colonnes fossilisées des crinoïdes (voir note 39 ci-dessous).]

39 [Les crinoïdes ou lys de mer, sont des animaux marins de la classe des Crinoïdes de l’embranchement des Échinodermes ; on les trouve à la fois dans les eaux peu profondes et à des profondeurs allant jusqu’à six mille mètres ; il existe plus de six-cents espèces crinoïdes mais elles étaient beaucoup plus nombreuses et variées dans le passe géologique.]

40 [Les bélemnites sont un ordre disparu de céphalopodes qui existaient pendant la période Mésozoïque, du Bas Jurassique au Crétacé Supérieur, et qui survécurent vraisemblablement jusqu’à l’époque Éocène du Paléogène ; ressemblant à la seiche, ils possédaient dix tentacules d’égale longueur constellées de petits crochets recourbés vers l’intérieur servant à attraper les proies.]

41 [Pierres judaïques ou Lapides Judaici sont des épines fossilisées de certains échinoïdes cidaroïdes, soit d’oursins de mer, appartenant souvent au genre Balanocidaris.]

42 [Les glossopètres sont de grandes dents fossilisées de requins de forme triangulaire que certains pensaient autrefois être des langues de dragons et de serpents pétrifiées d’où le nom de « langue de pierre » ou « glossopètre » ; considérées comme remède contre certains poisons et toxines, elles étaient utilisées pour traiter les morsures de serpents et les membres de la royauté les portaient souvent comme pendentifs ou dans leur poche comme porte-bonheur.]

43 [Le grand-prêtre des juifs était le chef officiel de la religion Israélite et du Judaïsme classique, depuis l’ascension de la nation d’Israël jusqu’à la destruction du Deuxième Temple de Jérusalem ; le grand-prêtre appartenait aux familles sacerdotales juives qui descendaient d’Aaron, le premier grand-prêtre et frère aîné de Moïse.]

44 [Ruœus ou Larue est Charles de La Rue (né le 3 août 1643 ; mort le 27 mai 1725), connu en latin sous le nom de Carolus Ruaeus, l’un des grands orateurs de la Compagnie de Jésus en France au dix-septième siècle.]

45 [André Bacci (né en 1524 à Sant’Elpidio a Mare ; mort le 24 octobre 1600 à Rome), philosophe, médecin et écrivain italien ; auteur de l’ouvrage intitulé Delle dodici pietre preziose, che risplendevano nella vesle sacra del Sommo Sacerdote, Rome : [Giorgio Martinelli], 1581, in-4°.]

46 [Épiphane de Salamine (né c. 310 ou 320 en Judée ; mort en mer en 403), évêque de Salamine à Chypre à la fin du quatrième siècle ; considéré comme un saint et un Père de l’Église par l’Église Orthodoxe Orientale et l’Église Catholique. Son ouvrage De Gemmis (Le Traité des Douze Gemmes) a survécu de façon fragmentaire.]

47 [L’Apocalypse ou le Livre de la Révélation, est le dernier livre du Nouveau Testament qui relate une partie importante de la pensée chrétienne concernant l’ultime destinée de l’humanité, la « fin du monde » ou « la fin des temps ».]

48 [Lazarre Erkern ou Ercker (né c. 1528 à Annaberg ; mort le 7 janvier 1594 à Prague), Maitre de la Monnaie de Bohême et de Saxe (à Kutna Hora, aujourd’hui en République Tchèque), maître de la monnaie (Münsguardein) à Dresde) et auteur d’une description détaillée d’un processus permettant d’obtenir les métaux des minerais, ainsi que la détection du contenu en métal et la composition des alliages (voir note 51 ci-dessous).]

49 [La Docimastique est la métallurgie, l’art de l’analyse des métaux ; l’art de séparer les métaux des matières étrangères et de déterminer la nature et la quantité des substances métalliques contenues dans un minerai ou minéral.]

50 [Agricola, voir notes 18 et 20 ci-dessus.]

51 [Beschreibung allerfürnemisten Mineralischen Ertzt, unnd Bergwercks arten, wie dieselbigen, unnd eine jede insonderheit, der Natur und Eigenschafft nach, auff alle Metale Probirt… in fünff Bücher verfast, Prague : Georg Schwartz, 1574, [4] + CXXXX + [5] p., ill.]

52 [Il existe plusieurs éditions de Francfort de l’ouvrage d’Ercker intitulé Aula subterranea, domina dominantium, subdita subditorum publiées en 1672, 1684, 1703 et 1736, mais nous n’avons pu vérifier les éditions antérieures datées de 1578 et 1590 (Ercker (Lazarus), Aula subterranea, domina dominantium, subdita subditorum, das ist untererdische Hofhaltung... oder gründliche Beschreibung derjenigen Sachen so in der Tieffe der Erden wachsen als aller Ertzen der königlichen und gemeinen Metallen auch fürnehmster Mineralien... vormals durch..., Francfort : J. D. Zunner, 1672, 1 vol. (XII + 334 p.), fig., in-folio ; Aula subterranea, domina dominantium, subdita subditorum : Das ist : Untererdische Hofhaltung, ohne welche weder die Herren regiren noch die Unterthanen gehorchen konnen, oder, Bründliche Beschreibung der jenigen Sachen, so in der Tieffe der Erden wachsen als aller Ertzen der Koniglichen und gemeinen Metallen, auch furnehinster Mineralien... Francfort : In Verlagung J. D. Zunner, Druckts J. Haass, 1684, [7] + 220 + 123 + [5] + 68 p., ill. ; Aula subterranea domina dominantium subdita subditorum : Das ist : Untererdische Hoffhaltung, Ohne welche weder die Herren regieren, noch die Unterthanen gehorchen können : oder Gründliche Beschreibung der jenigen Sachen, so in der tieffe der Erden wachsen, als aller Ertzen der Königlichen und gemeinen Metallen, auch fürnehmster Mineralien... : Vormals durch... Herrn Lazarum Ercker... beschrieben : anjetzo aber, Wegen Abgang der Exemplarien, auffs neue mit vielen... Stücken und Secreten... und andern Notis... vermehret... : ein sehr nützlich und nöthig Werck für die Herren der Bergwercke... ausgefertiget, durch einige hochverständige Bergwercks-erfahrne und Liebhabere, Francfort-sur-le-Main : Zunner, 1703, 1 vol. ([5] + 196 + [2] p., in-folio ; Aula subterranea domina dominantium subdita subditorum, das ist : untererdische Hofhaltung ohne welche weder die Herren regieren noch die Unterthanen gehorchen sonnen. Oder gründliche Beschreibung derjenigen Sachen so in der Tieffe der Erden wachsen als aller Ertzen der königlichen und gemeinen Metallen auch fürnehmster Mineralien... Vormals durch den Weitberuhmten und ganz Teutschland zierenden Herrn Lazarum Ercker,... Nach möglichstem fleiß und Sorgfalt vermehrt und verbessert durch J. E. C. Einem des Berg und hütten Wercts nebst dem Münkwesen und der Metallurgie erfahrnen Liebhaber. Fünffte Auflage, Francfortsur-le-Main : Verlegt von Johann David Jung, 1736, [12] + 208 + [4] + 36 p., fig., frontisp., in-folio).]

53 [Bernard Palissy (né c. 1510 ; mort c. 1590 à Paris), Huguenot français, potier, ingénieur hydraulique et artisan, connu pour avoir passé seize ans de sa vie à essayer d’imiter la porcelaine chinoise ; il est également connu pour ses contributions en sciences naturelles, en particulier pour avoir découvert des principes de géologie, d’hydrologie et de la formation des fossiles.]

54 [Anne de Montmorency (né le 15 mars 1493 à Chantilly, dans l’Oise ; mort le 12 novembre 1567 à Paris), soldat, homme d’état et diplomate français, Chevalier Honoraire de l’Ordre de la Jarretière, Maréchal de France et Connétable de France.]

55 [Château d’Écouen, château historique de la ville d’Écouen au nord de Paris, construit entre 1538 et 1550 par Jean Bullant (architecte et sculpteur français ; né en 1515 ; mort en 1578) pour Anne de Montmorency (voir note 54 ci-dessus).]

56 [Henri II, voir Leçon 2, note 52.]

57 Monsieur [Marie Alexandre] Lenoir [archéologue français ; né le 27 décembre 1761 à paris ; mort le 11 juin 1839 à Paris] conjecture que Palissy [voir note 53 ci-dessus] a peint, d’après les dessins de Raphaël [Raffaello Sanzio, peintre et architecte italien de la Renaissance ; né le 6 avril ou le 28 mars 1483 à Urbino ; mort le 6 avril 1620 à Rome], les vitraux du château d’Écouen [voir note 55 ci-dessus] qui représentent l’histoire de Psyché ; il [Lenoir] en a publié quarante-cinq estampes [de la collection de Raphaël] dans le tome VI du [journal du] Musée des Monuments français [Histoire de la peinture sur verre, et description des vitraux anciens et modernes, pour servir à l’histoire de l’art, relativement à la France ; ornée de gravures, et notamment de celles de la fable de Cupidon et Psyché, d’après les dessins de Raphaël, Paris : Guilleminet, 1803, vol. 6, XXXII + 130 p. + [10] + 45 f. de pl., in-8°.] [M. de St.-Agy].

58 [Massacre de la Saint-Barthélemy, voir Leçon 2, note 54.]

59 [Laroche Foucault est François VI, Duc de la Rochefoucauld, Prince de Marcillac (né le 15 septembre 1613 à Paris ; mort le 17 mars 1680 à Paris), auteur connu français de maximes et de mémoires, considéré comme un modèle d’homme noble accompli du dix-septième siècle.]

60 [Henri IV, voir Leçon 2, note 57.]

61 [Lorsque le roi Henri III (voir Leçon 2, note 41) dut quitter Paris le 12 mai 1588 lors des guerres françaises de religion (1562-1598), une alliance délicate fut formée avec une faction de la Ligue catholique parisienne connue sous le nom des Seize ; composée d’hommes d’Église, de marchands, de commerçants, d’officiers du gouvernement, et d’hommes de droit, cette ligue joua un rôle important dans la politique du royaume et de la ville jusqu’à la reddition de Paris au roi Henri IV en 1594 (voir Leçon 2, note 57).]

62 [Charles de Lorraine ou Charles de Guise, Duc de Mayenne (né le 26 mars 1554 à Alençon ; mort le 3 octobre 1611 à Soissons), noble français de la maison des Guise et leader militaire de la Ligue Catholique, laquelle il dirigea lors des guerres de religion françaises (voir note 61 ci-dessus).]

63 Henri III [voir note 61 ci-dessus] fut le visiter dans sa prison, et lui dit : « Mon bonhomme, si vous ne vous accommodez sur le fait de la religion, je suis contraint de vous laisser entre les mains de mes ennemis. — Sire, répondit Palissy [voir note 53 ci-dessus], ceux qui vous contraignent ne pourront rien sur moi : je saurai mourir [M. de St.-Agy].

64 Il était si convaincu de la vérité de ses opinions, qu’il fit afficher dans son école qu’il rendrait l’argent à ceux qui lui en démontreraient la fausseté. Il y a bien quelques professeurs qui courraient de grands risques en faisant mettre une pareille affiche au-dessus de leur chaire [M. de St.-Agy].

65 [Saintonge, une petite région et province historique sur la côte Atlantique française dans le département de Charente-Maritime.]

66 [Recepte véritable par laquelle tous les hommes de la France peuvent apprendre à multiplier et augmenter leurs thresors. Item, ceux qui n’ont jamais eu cognoissance des lettres, pourront apprendre une philosophie necessaire à tous les habitans de la terre. Item, en ce livre est contenu le dessein d’un jardin autant delectable & d’utile invention, qu’il en fut onques veu. Item, le dessein & ordonnance d’une ville de forteresse, la plus imprenable qu’homme ouyt jamais parler, compose par maistre Bernard Palissy…, La Rochelle : Barthelemy Berton, 1563, 132 p., in-4°.]

67 [Discours admirables, de la nature des eaux et fonteines, tant naturelles qu’artificielles, des metaux, des sels & salines, des pierres, des terres, du feu & des emaux. Avec plusieurs autres excellens secrets des choses naturelles. Plus un traité de la marne, fort utile & necessaire, pour ceux qui se mellent de l’agriculture. Le tout dressé par dialogues, esquels sont introduits la theorique & la practique. Par M. Bernard Palissy, inventeur des rustiques figulines du Roy, & de la Royne sa mere. A treshaut, et trespuissant sieur le sire Anthoine de Ponts, chevalier des ordres du Roy, capitaine des cents gentils-hommes, & conseiller tresfidele de Sa Majesté, Paris : chez Martin le Jeune, à l’enseigne du Serpent, 1580, [16] + 361 + [23] p., in-8°.]

68 [Le traité de Palissy sur la marne (carbonate de calcium ou roche sédimentaire riche en chaux), faisant partie de son Discours admirables de 1580 (voir note 66 ci-dessus), insiste sur les propriétés fertilisantes du sel, soutenant que la marne, ainsi que le fumier, augmente le rendement des productions agricoles lorsqu’ils sont répandus sur les champs grâce au sel qui en est rejeté au travers de la pluie et des processus climatiques normaux.]

69 [ Œuvres de Bernard Palissy, revues sur les exemplaires de la Bibliothèque du Roi, avec des notes par MM. Faujas de Saint Fond, et Gobet, Paris : Ruault, 1777, XXVI + 734 p. ; édité par Barthélemy Faujas de Saint-Fond (géologue et voyageur français ; né le 17 mai 1741 à Montélimar ; mort le 18 juillet 1819.]

70 [André Césalpin ; voir Leçon 2, note 47.]

71 [De metallicis libri tres, Rome : Aloysi Zannetti, 1596, [16] + 222 + [1] p., in-4° ; un livre d’une grande valeur pour la minéralogie et la géologie de cette époque, présentant une bonne compréhension des fossiles.]

72 [Le tabaxir est une substance translucide blanche composée principalement de silice et d’eau, ainsi que de quelques traces de chaux et de potasse, que l’on trouve dans les nœuds de certaines espèces de bambous ; ingrédient de nombreuses médecines traditionnelles chinoises.]

73 [Gaspard ou Caspar Schwenckfeld von Ossig (né en 1489 ou 1490 à Ossig en Silésie ; mort le 10 décembre 1561 à Ulm), théologien, écrivain et prêcheur allemand qui devint Réformateur protestant et spiritualiste ; il fut l’un des premiers promoteurs de la Réforme protestante en Silésie.]

74 Stirpium et fossilium Silesiae catalogus, in quo praeter etymon, natales, tempus ; natura et vires cum variis experimentis assignantur, Leipzig : Davidis Alberti, 1600, [40] + 407 + [16] p.]

75 [Bernard Cesi (Bernardus Caesius) (né en 1580 ; mort en 1630), auteur de Mineralogia, sive naturalis philosophiae thesauri, in quibus metallicae concretionis medicatorúmque fossilium miracula, terrarum pretium, colorum & pigmentorum apparatus concretorum succorum virtus lapidum atque gemmarum dignitas continentur, Lyon : Jacobi & Petri Prost, 1636, [viii] + 626 + [lxix] p.]

76 [Nous n’avons pu identifier ce « Georgius » (à ne pas confondre avec Georges Agricola ; voir note 18 ci-dessus) et pensons que Cuvier voulait dire Forsius, c’est-à-dire Sigfridus Aronus Forsius (né en 1560 à Helsinki ; mort en 1624 à Tammisaari), prêtre finlandais, astronome et philosophe naturel, auteur de Minerographia, thet är mineralers, åthskillighe jordeslags, metallers eller malmars och edle steenars beskrifwelse ; aff förnemlige authoribus sammanhämptat, och medh flijt disponerat vthi treo böker, Stockholm : Ignatius Meurer, 1643, 190 p., in-8°.]

77 [Ulysse Aldrovande, voir Leçon 4, note 31.]

78 [Musaeum metallicum in libros IV distributum Bartholomaeus Ambrosinus… labore et studio composuit cum indice copiosissimo Marcus Antonius Bernia propriis impensis in lucem edidit, Bologne : Giovanni Baptista Ferroni, 1648, [6] + 979 + [12] p., ill.]

79 [Notitia regni mineralis : seu subterraneorum catalogus, cum praecipuis differentiis, Leipzig : Viti Jacobi Trescheri, 1661, 101 p., in-12.]

80 [Jonston, voir Leçon 6, note 113.]

81 [Agricola, voir note 18 ci-dessus.]

82 [Galien, voir Tome 1, Leçon 16.]

83 [Dioscoride, voir Tome 1, Leçon 12, note 62.]

84 [Théophraste, voir Tome 1, Leçon 9.]

85 [Aristote, voir Tome 1, Leçon 7 et 8.]

86 [Pline, voir Tome 1, Leçon 13.]

87 [Raymond Lulle ou Ramon Llull, également appelé Lully (né c. 1232 à Palma dans le Royaume de Majorque ; mort le 29 juin 1315 à Tunis, lapidé à mort par les Sarrasins), philosophe, poète et théologien, on lui attribue la première œuvre importante de la littérature catalane ; extrêmement prolifique, il écrivit plus de 250 œuvres durant sa vie, en catalan, latin et arabe.]

88 [Arnaud de Villeneuve (né c. 1235 en Aragon ; mort en mer en 1311, au large de la côte de Gênes), alchimiste, astrologue et médecin, on lui attribue la traduction de nombreux textes médicaux à partir de l’arabe.]

89 [Johann Joachim Becker ou Becher (né le 6 mai 1635 à Spire, Saint-Empire Romain ; mort en octobre 1682 à Londres), médecin, et alchimiste allemand, précurseur en chimie, savant et aventurier, surtout connu pour son développement de la théorie phlogistique sur la combustion.]

90 [Georg Ernst Stahl (né le 22 octobre 1660 à Ansbach ; mort le 24 mai 1734 à Berlin), chimiste, médecin et philosophe allemand ; défenseur du vitalisme, ses travaux sur la théorie phlogistique furent acceptés jusqu’à la fin du dix-huitième siècle comme explication de processus chimiques.]

Table des illustrations

Légende Ampullæ in catinis collocatæ… Plate from Agricola’s De re metallica libri XII (1556) Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2860/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 993k

© Publications scientifiques du Muséum, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540