Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cuvier’s History of the Natural Sciences

 | 
Georges Cuvier

3. Sixteenth-century Botanists, Mineralogists, and Chemists

8. Les premiers botanistes, suite

Texte intégral

Conrad Gessner
Page de titre du Lexicon graecolatinum… (1550), illustrée par Hans Holbein le jeune Trustees of the British Museum.

1Messieurs,

  • 1 [Gessner, voir Leçon 4.]

2Nous avons vu que Conrad Gessner1, le même qui s’est rendu si célèbre par ses travaux de zoologie, est aussi un de ceux qui ont fait faire les plus grands pas à la botanique, en établissant que c’est dans la fleur, dans le fruit, dans la graine, en un mot, dans les diverses parties de la fructification qu’on doit chercher les caractères essentiels d’après lesquels les plantes peuvent être classées. Cette idée si vraie ne fut cependant pas admise complètement aussitôt après son émission. Nous verrons plusieurs auteurs continuer de ranger les plantes d’après leurs usages, les lieux d’où elles sont originaires, l’ordre des lettres de leur nom, en un mot, de toutes sortes de manières impropres à les faire reconnaître facilement ; ce qui pourtant est le but de toute méthode.

  • 2 [Mathias de Lobel (né en 1538 à Lille, France ; mort le 3 mars 1616 à Highgate, Londres), médecin e (...)
  • 3 [Rondelet, voir Leçon 1, note 42.]
  • 4 [Guillaume Ier, Prince d’Orange, voir Leçon 5, note 60].
  • 5 [Jacques Ier, voir Leçon 4, note 73.]
  • 6 [Stirpium adversaria nova : perfacilis Vestigatio, luculentaqne [sic pour luculentaque] accessio ad (...)
  • 7 [Élizabeth Ier, voir Leçon 3, note 104].
  • 8 [Plantarum seu stirpium historia, cui annexum est adversariorum volumen. Reliqua sequens pagina ind (...)
  • 9 [Plantarum seu stirpium icones, Anvers : Christophori Plantini, 1581, 2 part. en 1 vol., fig. gr., (...)

3Le premier de ces auteurs que nous rencontrons, en suivant l’ordre chronologique, est Mathias de Lobel2, né à Lille, en 1538. Il étudia à Montpellier, sous Rondelet3, et fit beaucoup de voyages dans les Pyrénées, dans la Suisse et dans l’Allemagne. Il devint ensuite médecin du prince d’Orange4, Guillaume Ier, puis botaniste du roi d’Angleterre, Jacques Ier5, et enfin mourut à Highgate, près de Londres, en 1616. Il a publié un ouvrage intitulé : Stirpium adversaria nova, etc., ou Nouveaux mémoires sur les plantes6. Ce livre, dédié à la reine Élisabeth7, fut imprimé à Londres en 1570, et obtint plusieurs éditions. Il fut réimprimé à Anvers, en 1576, avec plus de détails, sous le titre de Plantarum seu stirpium historia, etc.8 Enfin, en 1581, on publia une édition qui ne contenait que des figures9. Le premier ouvrage de Lobel renferme la description d’environ douze à treize cents plantes. Dans la première édition, il n’y avait guère que deux à trois cents figures ; dans les éditions suivantes, le nombre en augmenta successivement, de telle sorte que l’Historia plantarum en renferme près de quinze cents, et l’édition de 1581 près de deux mille.

  • 10 [Les labiées (lamiaceae ou labiatae) sont une famille de plantes à fleurs comprenant la menthe et a (...)
  • 11 [Les personées sont des plantes de la famille des Scrophulariaceae, plantes herbacées vivaces ou pe (...)
  • 12 [Les ombellifères ou apiacées connues comme la famille de la carotte et du persil comprennent des p (...)

4Dans ces divers ouvrages, on aperçoit le sentiment des familles naturelles ; plusieurs même y sont assez bien distribuées : ainsi les gramens, les orchis, les palmiers, les mousses y sont déjà séparés et caractérisés, à peu près, comme ils le furent plus tard dans les ouvrages modernes. Les labiées10, les personnées11, les ombellifères12, y sont aussi rapprochées les unes des autres ; mais beaucoup d’autres plantes sont encore pêlemêle. Toutefois, le désordre y est beaucoup moindre que dans les ouvrages antérieurs, et l’on y voit clairement un certain progrès. Il est surtout remarquable que chaque section soit précédée d’un tableau synoptique des divisions des plantes. Ces divisions, quoique encore mal faites, pourraient conduire à la détermination des espèces et des genres. Enfin, c’est dans Lobel qu’on trouve pour la première fois la distinction tranchée des plantes monocotylédones et des plantes dicotylédones. Cette séparation est aujourd’hui fondamentale en botanique, et y tient le même rang qu’en zoologie la division des animaux en vertébrés et en non vertébrés.

  • 13 [Césalpin, voir Leçon 2, note 47.]
  • 14 [Aristote, voir Tome 1, Leçons 7 et 8.]
  • 15 [Quaestionum peripateticarum libri V, Florence : [s. n.], 1569, in-4° ; l’ouvrage philosophique le (...)
  • 16 [Pape Clément VIII, voir Leçon 2, note 48.]
  • 17 [De plantis, libri XVI. Andreæ Cæsalpini Aretini, medici clarissimi, doctissimiq[ue] atque philosop (...)

5Mais bientôt Césalpin13 fit faire un pas plus considérable à l’art d’étudier les plantes. Ce grand homme était né à Arezzo, en 1519 ; il s’appliqua de bonne heure à la philosophie d’Aristote14 ; il traita même de cette philosophie d’une manière très générale, dans un livre intitulé : Quæstiones peripateticæ, qu’il fit paraître à Florence en 156915. Il devint médecin du pape Clément VIII16, puis professeur à Rome, où il mourut en 1603, âgé de quatre-vingt-quatre ans. Celui de ses ouvrages qui nous intéresse a pour titre : De plantis, libri xvi ; il parut à Florence en 158317. On y voit des traces de l’étude profonde que l’auteur avait faite d’Aristote ; il est remarquable par la logique et la méthode : c’est, en un mot, une œuvre de génie. Césalpin y traite de la structure des plantes ; il compare leurs semences à l’œuf des animaux, et donne le nom de plantes mâles aux véritables mâles, c’est-à-dire à celles qui portent des étamines, et celui de femelles aux plantes qui portent des graines. Alors on pensait le contraire, et de nos jours encore les habitants de la campagne appellent tige mâle celle du chanvre qui fournit la graine. Césalpin crut que la force vitale des plantes résidait dans leur moelle ; que c’était de là que rayonnait la puissance qui entretient la vie du végétal ; mais ce qui lui mérite nos souvenirs, c’est d’avoir le premier établi parmi les plantes une division légitime, comme disent les botanistes, c’est-à-dire qui soit fondée sur des caractères pris dans les objets mêmes qu’ils doivent servir à faire reconnaître. Cette pensée était fort simple, et cependant il a fallu que la science essayât plusieurs générations pour trouver un homme qui la lui fournît.

6Qu’est-ce qu’une méthode, messieurs ? C’est d’abord une manière de disposer les choses qu’on étudie, de telle sorte que celles qui ont des rapports entre elles soient groupées ensemble ; mais par-dessus tout, ce doit être un moyen d’arriver à la connaissance du nom de ces choses. Les dictionnaires ont pour objet de faire connaître le sens des mots ; par conséquent il faut qu’on puisse y trouver ceux de ces mots dont on ignore le sens. La méthode la plus simple à employer pour rendre cette recherche facile, c’est d’adopter pour base de classification l’ordre même des lettres de chaque terme. Il faut suivre une autre méthode pour faire connaître une plante ; on ne pourrait y parvenir en employant l’ordre alphabétique, car cet ordre suppose précisément la connaissance de ce qu’on ignore. L’arrangement fondé sur les propriétés économiques et médicales a le même inconvénient ; il suppose la connaissance des vertus et des usages des plantes dont on cherche le nom. Il fallait tirer de l’organisation même des plantes et des parties qui les composent, les caractères propres à les faire connaître. C’est ce que fit Césalpin ; il divisa les plantes en arbres et en herbes. C’est une division assez mauvaise, mais du moins est-il facile de voir si une tige est ligneuse ou simplement herbacée : cette division est tirée de la nature même de la plante. Reprenant ensuite ces deux divisions, il les subdivise, et distribue les arbres d’après la direction du germe que renferment les semences. Cette division a l’inconvénient d’être difficile à appliquer ; cependant elle a été d’une grande utilité pour la détermination des familles naturelles. Quant aux herbes, qui sont bien plus nombreuses, il est obligé de recourir à d’autres moyens : il fait d’abord deux subdivisions de celles qui n’ont pas de semences et de celles qui en ont ; ensuite il subdivise les plantes qui ont des semences apparentes, selon que ces semences sont solitaires ou multiples. Les plantes qui n’ont qu’une semence donnent lieu à d’autres divisions, suivant que cette semence est nue dans le calice, ou qu’elle est enveloppée d’une capsule ou d’une baie. Il subdivise aussi celles qui ont deux semences, suivant qu’elles sont nues dans le calice, ou qu’elles sont enveloppées d’un péricarpe quelconque. Il procède de la même manière pour les espèces qui ont trois et quatre semences. Cette distribution présente quelque apparence de méthode naturelle ; mais elle est loin encore d’y atteindre entièrement : ainsi, par exemple, dans les espèces qui ont trois semences, Césalpin met d’un côté celles qui ont la racine fibreuse et d’un autre celles qui ont la racine bulbeuse. Quant à celles qui ont un grand nombre de semences, il les subdivise selon la distribution et la composition de leurs fleurs.

  • 18 [Théophraste, voir Tome 1, Leçon 9.]
  • 19 [Dioscoride, voir Tome 1, Leçon 12, note 62.]
  • 20 [Pline l’Ancien, voir Tome 1, Leçon 13.]

7Avec ces différents moyens, il est arrivé à former quinze classes, dont chacune est tellement déterminée, que quand on tient une plante, il est impossible de ne pas reconnaître, avec un peu d’étude, à laquelle de ces quinze classes elle appartient. Il a ensuite établi un certain nombre de genres dans chaque classe : non pas des genres tels que les botanistes les veulent aujourd’hui, il s’en faut de beaucoup ; mais, après avoir décrit une plante appartenant à l’une de ses classes, il groupe assez bien auprès d’elle les plantes qui lui ressemblent le plus, celles qui ont à peu près une fleur et des fruits semblables. En définitive, Césalpin doit être considéré comme ayant fait faire à la botanique un second pas, égal peut-être à celui dont elle venait d’être redevable à Gessner. Ce grand naturaliste a posé le fondement de toute la science ; mais Césalpin a donné pour l’étudier une méthode qui a été, par la suite, de la plus haute importance. Cet auteur connaissait à peu près quinze cents plantes dont il donne les noms ; il en avait lui-même recueilli environ sept cent cinquante, et son herbier est encore conservé aujourd’hui à Florence. C’est avec ces faibles moyens qu’il a établi sa grande distribution ; mais il avait pour auxiliaire une excellente logique et les exemples de Théophraste18 et de Dioscoride19. Césalpin termine chacun des chapitres de son ouvrage par des dissertations savantes sur la synonymie et les ouvrages des anciens. Il explique Dioscoride, Théophraste et Pline20 aussi bien que les commentateurs précédents ; de sorte que, supérieur à eux à quelques égards, il est encore leur égal sous les autres rapports.

8Quoique vraies, les idées de Césalpin, comme celles de Gessner, ne furent pourtant pas adoptées généralement, et après lui on rencontre encore plusieurs botanistes qui suivent l’ancienne méthode.

  • 21 [Jacques Dalechamps (né en 1513 à Caen ; mort le 1er mars 1588 à Lyon), médecin, botaniste, philolo (...)
  • 22 [Athenaei Deipnosophistarum libri quindecim ex optimis codicibus nunc, Lyon : [s. n.], 1552.]
  • 23 [Caii Plinii Secundi Historiae mundi libri XXXVII, Lyon : Bartholomaeum Honoratum, 1587.]
  • 24 [Historia generalis plantarum, in libros XVIII per certas classes artificiose digesta (Lyon : Gulie (...)
  • 25 [Jean Bauhin (né le 12 décembre 1541 à Bâle ; mort le 26 octobre 1612 à Montbéliard), botaniste sui (...)
  • 26 [Jean Desmoulins ou Jean des Moulins (né en 1530 ; mort c. 1620), médecin et botaniste français.]
  • 27 [Lobel, voir note 2 ci-dessus.]
  • 28 [Rauwolf, voir Leçon 5, notes 4, 6 et 7].
  • 29 [Acosta, voir Leçon 5, note 76.]
  • 30 [Apiacées, voir note 12 ci-dessus.]

9Jacques Dalechamps21 est de ce nombre. Il est vrai qu’il était plus âgé que Césalpin, et que lorsque son ouvrage parut, quelques temps après celui de Césalpin, il était déjà mort ; de sorte qu’on ne peut pas dire qu’il ait résisté à un progrès qu’il avait connu. Jacques Dalechamps était né à Caen, en 1513, et s’était établi à Lyon comme médecin, où il mourut en 1588. Il a donné en 1552 une version latine d’Athénée22, et en 1587 une édition de Pline23, qui est une des meilleures de ce temps. Son grand ouvrage, qui est intitulé : Historia généralis plantarum, parut à Lyon au moment, pour ainsi dire, de sa mort, en 158724. Il forme deux volumes in-folio, résultat d’un travail immense auquel l’auteur s’était livré pendant plus de trente années, avec l’aide de Jean Bauhin père25. Un autre botaniste, Jean Desmoulins26, médecin à Lyon, y a aussi beaucoup contribué, et a même été le principal agent de sa publication. On y trouve deux mille six cents figures gravées sur bois, comme celles dont j’ai parlé jusqu’à présent. Elles représentent les plantes de Lobel27, celles recueillies en Orient par Rauwolf28, et celles des Indes, données par d’Acosta29. Plusieurs de ces espèces furent répétées sous des noms différens, dans la vue d’établir la concordance de tous les ouvrages antérieurs, et quelquefois aussi par ignorance. On y remarque d’ailleurs une centaine de plantes qui alors étaient tout-à-fait nouvelles ; mais cet ouvrage n’offre pas dans son exécution tout le jugement qu’on y pourrait désirer. La distribution de Dalechamps est vague ; sa base n’est pas prise dans la nature des végétaux ; elle n’est pas de nature à faire connaître une plante quelconque dont on ignorerait le nom. Dalechamps traite des arbres sauvages, des herbes et des arbres fruitiers ; ensuite du froment, des légumes, des herbes potagères, et puis des plantes ombellifères30. Ainsi, voilà tout d’un coup une famille qui est déterminée par ses caractères, et non plus par ses usages ; mais il revient aux usages, et fait un livre sur les plantes odorantes ; ensuite il traite des plantes des marais, de celles qui viennent dans les lieux secs et dans les lieux gras, puis des plantes marines, des plantes parasites ; mais toutes ces subdivisions sont encore établies sur des considérations extérieures aux plantes. Dalechamps fait une nouvelle division, fondée sur les caractères : elle comprend les plantes épineuses et les plantes bulbeuses. Il en fait une autre, tirée de leur action, de leurs effets, qui embrasse les plantes purgatives, les plantes vénéneuses ; enfin, il termine par les plantes étrangères. Cette dernière classification est la plus absurde de toutes ; car quand on tient une plante, on ne peut pas savoir de quel pays elle vient, et c’est pour le découvrir qu’on cherche à connaître son nom. Mais on ne se servait de ces ouvrages que pour leurs figures, qui, bien que grossières, comme la plupart des figures gravées sur bois, avaient cependant quelque ressemblance avec les objets, et étaient ainsi de quelque utilité. On feuilletait le livre jusqu’à ce qu’on trouvât la figure qui représentait la plante qu’on avait sous les yeux. Sans ces figures, ces livres n’auraient pu servir à rien.

  • 31 [Jacques-Théodore Tabernaemontanus (né en 1522 à Bergzabern, Rhénanie-Palatinat ; mort en août 1590 (...)
  • 32 [Ville des Deux-Ponts, voir Leçon 7, note 47.]
  • 33 [Hieronymus Bock, ou Jérôme Bock, voir Leçon 7, note 46.]
  • 34 [Marquard von Hattstein (né le 29 août 1529 à Usingen ; mort le 7 décembre 1581 à Udenheim), Prince (...)
  • 35 [Nicolaus Bassoeus (fl. 1574-1592), imprimeur et libraire allemand de Francfort.]

10On en doit dire autant de l’ouvrage de Jacques-Théodore Tabernæmontanus31, né vers 1520 à Bergzabern, petite ville du pays de Deux-Ponts32. Il fut disciple de Bock ou Tragus33, dont je vous ai parlé précédemment, et s’établit, en 1553, apothicaire à Weissembourg, en Alsace. Devenu ensuite médecin, il fut protégé par l’évêque prince de Spire34, qui le nomma son premier médecin. Mais cet évêque étant mort, il fut obligé de recourir à un nommé Bassœus35, libraire à Francfort, pour la publication de ses travaux. Il mourut en 1589, et par conséquent fut contemporain de Dalechamps, de Césalpin, de Lobel, de tous les botanistes enfin dont je vous ai parlé, et qui ont travaillé dans le même temps. Si la date de la publication de leurs ouvrages présente quelque différence, elle est peu considérable. Le travail de Tabernæmontanus commença de paraître en 1588. Les deux autres volumes ne parurent qu’en 1590, l’auteur étant mort dans l’intervalle. On porte à cinq mille huit cents le nombre des plantes énumérées dans Tabernæmontanus, et à deux mille cinq cents celui des plantes figurées. La plus grande partie de ces figures est copiée, de même que le plus grand nombre de celles de Césalpin, de Lobel et de Dalechamps l’avaient été ; trente seulement sont propres à Tabernæmontanus. Au surplus, le nombre de ses figures est beaucoup trop considérable, car la plupart sont imaginaires.

  • 36 [Dioscoride, voir Tome 1, Leçon 12, note 62.]
  • 37 [Pline l’Ancien, voir Tome 1, Leçon 13.]
  • 38 [Nouvel Herbier Complet publié en deux volumes : Neuw Kreuterbuch, mit schönen, künstlichen vnd leb (...)

11Nous avons vu jusqu’à quel point Dioscoride36, surtout, avait abusé de la facilité d’attribuer des vertus aux végétaux. Pline37 également donne à chaque plante des vertus imaginaires. Comme eux, Tabernæmontanus a rassemblé, sans aucune critique, tout ce qu’il a pu trouver à cet égard dans les anciens. Néanmoins à l’époque dont nous parlons, temps où l’on avait très peu de moyens de se procurer des idées plus saines, cette abondante indication de vertus fit en grande partie la fortune de l’ouvrage. Il fut réimprimé un grand nombre de fois, toujours en allemand, sous le titre de New volkommen kreuter buch (Nouvel herbier complet)38.

  • 39 [Fabius Columna, voir Leçon 4, notes 41 et 44].
  • 40 [Phytobasanos sive plantarus aliquot historia : in qva describvntvr diversi generis plantæ veriores (...)
  • 41 Voir Leçon 4 [notes 41 et 44] [M. de St.-Agy].

12Parmi tous ces hommes qui travaillaient ainsi à l’envi les uns des autres, suivant des méthodes imparfaites ; qui s’occupaient plus de copier des figures que d’examiner la structure des plantes ; qui négligeaient surtout presque entièrement ce que Gessner leur avait indiqué touchant la manière de les observer, il s’en trouva cependant un qui ne se laissa pas entraîner par la routine, et suivit une méthode originale ; c’est ce même Fabius Columna, dont je vous ai déjà parlé en traitant de la zoologie39. Il était médecin à Naples, et de la branche bâtarde de l’illustre maison de Colonne, comme vous savez. Je vous ai dit aussi sa naissance et sa mort : l’une eut lieu en 1567, l’autre en 1650. Nous avons de lui deux ouvrages dont le premier est intitulé : Φυτoζασανoζ40. Il parut à Naples, en 1592, et fut réimprimé deux fois dans le dix-huitième siècle. Le titre de cet ouvrage signifie torture des plantes, et fut employé par Columna, parce que son objet principal était, à force de recherches, de déterminer quelles étaient les plantes des anciens. Comme nous l’avons déjà dit, il avait été sollicité à l’étude de la botanique par le désir de se guérir de l’épilepsie41. Ses recherches se dirigèrent donc sur les plantes indiquées par les anciens contre cette maladie ; il lui fallut comparer tous les ouvrages de ces auteurs, et rechercher les diverses plantes auxquelles ils pouvaient se rapporter, sur les lieux mêmes où les anciens indiquaient les avoir observées. C’était un travail qui exigeait de l’érudition, de la sagacité, et Fabius Columna, qui s’y livra avec tout le zèle d’un malade désireux de se guérir, n’a pas laissé d’y obtenir assez de succès.

  • 42 [Ecphrasis par Fabius Columna, voir Leçon 4, note 48]

13L’autre ouvrage de cet auteur est intitulé : Ecphrasis, et partit à Rome en 161642. C’est un supplément du premier. Columna y observe les plantes avec autant de soins que Gessner, et de la même manière ; il s’attache à examiner la fructification dans ses détails, et représente séparément, à côté de la figure générale de la plante, les organes de la reproduction. Il est le premier qui ait introduit dans la botanique le mot pétale, pour désigner les feuilles colorées qui entourent la fleur. Auparavant on donnait aux divisions de la corolle le nom de feuilles comme aux frondes. Du reste, ce mot pétale n’est qu’une conversion en français du mot grec qui signifie feuille.

14Fabius Columna fut encore le premier qui donna des figures de botanique gravées sur cuivre ; il les avait en partie dessinées et gravées lui-même : elles sont assez bien faites et beaucoup plus fines, comme vous le pensez, que des figures gravées sur bois.

15Ainsi, Columna fait époque dans la science de deux manières : par l’exactitude de ses observations sur les organes de la fructification et par la finesse de ses figures.

  • 43 [Fuchs, voir Leçon 7 et Leçon 2, note 60].
  • 44 [Basile Besler et Hortus Eystettensis, voir Leçon 7, notes 148 et 149]

16Vers le même temps, en 1613, parut un ouvrage qui, aussi, est remarquable en botanique, mais pour une qualité différente, pour sa magnificence. Jusqu’à présent, nous n’avons vu que de petites figures gravées sur bois ; les plus grandes sont celles de Fuchs43, qui couvrent une page in-folio, et sont gravées au trait seulement. C’est à un évêque d’Aichstaedt qu’est dû celui dont nous parlons. Basile Besler le publia sous ses auspices, avec ce titre : Hortus æstetensis44 ; il consiste en un atlas in-folio, composé de deux volumes, et parut à Nuremberg en 1613. Les figures occupent toute l’étendue de la feuille, et ont été gravées sur cuivre avec une grande perfection.

  • 45 [Jérôme Besler (fl. 16001630), frère de Basile Besler ; voir Leçon 7, note 149.]
  • 46 [Louis Jungermann, voir Leçon 7, note 147.]
  • 47 [Besleria, genre d’environ deux cents espèces de grandes herbes et de buissons aux tiges grêles de (...)
  • 48 [Jungermannia, ancien genre regroupant environ soixante espèces d’hépatiques dont les membres appar (...)
  • 49 [Lobelia, genre comprenant environ quatre cents espèces de plantes à fleurs distribuées principalem (...)
  • 50 [Johann Conrad von Gemmingen, voir Leçon 7, note 142.]
  • 51 [Lucas Cranach l’Ancien, voir Leçon 7, note 44.]
  • 52 [Albert Dürer, voir Leçon 7, note 45.]
  • 53 [Georges Wolfgang Knorr (né le 30 décembre 1705 à Nuremberg ; mort le 17 septembre 1761 à Nuremberg (...)
  • 54 [Jacob Christian Schaeffer (né le 30 mai 1718 à Querfurt ; mort le 5 janvier 1790), botaniste, myco (...)
  • 55 [Hortus Eystettensis sive diligens et accurata omnium plantarum, florum stirpium... quae in celeber (...)

17Si les ouvrages des modernes sont plus précieux, c’est parce que la structure des parties délicates des plantes y est représentée avec plus de détail ; car pour l’ensemble ils n’offrent rien de mieux. Basile Besler était apothicaire à Nuremberg, où il était né en 1561, et où il mourut en 1629. Je vous ai déjà dit qu’il ne savait pas le latin ; mais il fut aidé dans la composition de son ouvrage par son frère Jérôme Besler45, et par Louis Jungermann46, professeur à Giessen. La plupart de ces noms peuvent vous frapper, parce que les auteurs postérieurs les ont donnés par reconnaissance à un grand nombre de plantes : telles sont, par exemple, les Besleria47, les Jungermania48, les Lobelia49, etc. Les deux Besler travaillèrent à leur ouvrage, aux frais et sous les auspices de Jean Conrard de Gemmingen50, qui était prince et évêque d’Aichstaedt. Le nombre des planches qu’il renferme est de trois cent soixante-cinq, format atlas, et celui des figures, de mille quatre-vingt-six ; il n’y manque absolument que des détails sur les parties de la fructification. L’état brillant des arts, en Allemagne, nous explique la création d’un si bel ouvrage dans cette partie de l’Europe. Les écoles de Cranach51 et d’Albert Dürer52 y avaient formé un grand nombre d’artistes. Dürer demeurait à Nuremberg ; il avait formé dans cette ville un assez grand nombre de graveurs ; car en même temps qu’il était un grand peintre, il excellait aussi dans la gravure. Nuremberg renfermait d’ailleurs beaucoup d’amateurs, de sorte que, pendant longtemps, cette ville a été le lieu d’un grand commerce de gravures. On y a constamment fait des figures d’histoire naturelle. Cet art, peu à peu, y a dégénéré : on a employé les artistes à graver des images et des figures pour les enfants ; mais pendant le dix-huitième siècle, il en est sorti des ouvrages assez remarquables, tels que ceux de Knorr53, de Scheffer54. Après la Hollande, Nuremberg était le pays où l’on faisait le plus de belles gravures ; mais la Hollande n’est venue qu’après Nuremberg. L’Hortus, le Jardin de Besler55, n’est pas un livre scientifique ; il est composé sans méthode. Les plantes y sont rangées suivant les saisons dans lesquelles elles naissent : d’abord, les plantes du printemps, puis celles de l’été, de l’automne, de l’hiver. Cette division est toutefois assez naturelle pour un homme qui n’avait aucune instruction.

  • 56 [Linné, voir Leçon 2, note ; voir également Tome 1, Leçon 7, note 34.]
  • 57 [Jean Bauhin, voir note 25 ci-dessus.]
  • 58 [Gessner, voir Leçon 4.]
  • 59 [Fuchs, voir Leçon 2, note 60 ; et Leçon 7, note 59.]
  • 60 C’est tout à fait l’histoire des chapitres de [Michel de] Montaigne [l’un des auteurs les plus infl (...)
  • 61 [Frédéric Ier, Duc de Wurtemberg-Montbéliard (né le 19 août 1557 à Montbéliard ; mort le 29 janvier (...)
  • 62 [Historia novi et admirabilis fontis balneique Bollensis in Ducatu Wirtembergico ad acidulas Goepin (...)
  • 63 [Jean-Henri Cherler (né c. 1570 ; mort c. 1610), botaniste allemand, gendre de Jean Bauhin (voir no (...)
  • 64 [Historiae plantarum generalis novae et absolutiss., quinquaginta annis elaboratae, iam prelo commi (...)
  • 65 [François-Louis de Graffenried (fl. 1650), éditeur et imprimeur suisse, sénateur de Berne.]
  • 66 [Dominique Chabrey (né en 1610 à Genève ; mort en 1669,) médecin qui pratiqua la médecine à Montbél (...)
  • 67 [Historia plantarum universalis, nova et absolutissima, cum consensu et dissensu circa eas. Auctori (...)
  • 68 [Jean Ray, voir Leçon 3, note 94.]
  • 69 [Césalpin, voir Leçon 2, note 47.]
  • 70 [Cucurbitacés, famille de plantes parfois appelée famille des gourdes comprenant environ cent vingt (...)
  • 71 [Le gendre de Jean Bauhin était Jean-Henri Cherler, voir note 63 ci-dessus.]
  • 72 [Félix Plater, voir Leçon 2, notes 61 et 65.]

18La botanique a dû le dernier degré qu’elle ait atteint, dans le seizième siècle et au commencement du dix-septième, aux deux frères Bauhin ; Linnœus56 seul peut être regardé comme les ayant surpassés. L’aîné de ces deux frères, Jean Bauhin57, était né en 1541, à Bâle, où son père s’était retiré. Dès l’âge de dix-huit ans, il correspondait avec Conrad Gessner58. Il fut, en 1560, étudier à l’université de Tubingue, sous Léonard Fuchs59, dont je vous ai parlé dans l’avant-dernière séance, comme de l’un des botanistes qui ont publié l’ouvrage le plus utile pour cette époque, surtout à cause de ses figures. Bauhin parcourut ensuite l’Helvétie avec Gessner ; puis il alla à Padoue et à Montpellier, où étaient alors les deux écoles les plus célèbres de médecine et des sciences accessoires. S’étant lié à Lyon avec Dalechamps, celui-ci l’aida à la publication de son histoire des plantes. Bien que spécialement appliqué aux sciences, il fut nommé professeur de rhétorique à Bâle, parce qu’alors l’université de cette ville avait le singulier usage de tirer les chaires au sort entre les divers professeurs ; de sorte que souvent plusieurs d’entre eux recevaient la mission d’enseigner ce qu’ils savaient le moins. Ils corrigeaient ce résultat du sort, en faisant des cours autres que ceux indiqués par le titre de leur chaire60. Bauhin fut appelé, en 1570, par Ulric, duc de Wirtemberg-Montbelliard61, pour être son médecin. Il resta près de lui jusqu’à sa mort, qui eut lieu en 1613. Ce prince était très ami des sciences ; il avait un génie propre à toutes les grandes choses : il forma un jardin botanique assez riche dont Bauhin eut la direction. Ce dernier a publié, soit à Montbelliard, soit à Bâle, un grand nombre d’ouvrages dont quelques-uns concernent la médecine, quelques autres des questions d’antiquité, d’autres encore la zoologie ; enfin, il en fit un qui renferme la description de la fontaine de Boll62, découverte dans le duché de Wirtemberg : c’est le premier ouvrage où l’on ait décrit avec soin les eaux thermales médicinales. Cette description ne fait pas seulement connaître la vertu des eaux de Boll, elle indique aussi les animaux et les productions qui l’environnent. Ainsi, Bauhin décrit diverses espèces de fruits, et a même fait graver diverses variétés de pommes et de poires qui se trouvent dans le pays. Cet ouvrage est le premier de cette nature que la science ait possédé. Celui des ouvrages de Bauhin qui mérite le plus de nous occuper est son histoire naturelle générale des plantes. Il y travaillait avec Jean-Henri Cherler63, son gendre. Le programme seul, intitulé : Historiœ plantarum prodromus64, parut de son vivant, en 1619. Le manuscrit tout entier resta dans les mains de ses héritiers, et ne fut publié que trente-huit ans après sa mort, aux frais d’un sénateur de Berne, nommé François-Louis de Graffenried65, bailli d’Yverdun, et par les soins de Chabrée66, médecin de la même ville, qui était né à Genève. Ce livre est intitulé : Historia plantarum universalis, etc.67 Il forme trois volumes in-folio ; on y trouve la description de plus de cinq mille plantes ; il y a trois mille cinq cent soixante-dix-sept figures ; aucun autre n’en contenait autant. Ces figures, à la vérité, sont petites, mal exécutées, quelquefois même transposées par l’incurie des éditeurs ; mais le texte est de beaucoup supérieur à tout ce qui avait paru jusque-là : il est écrit avec goût, avec élégance ; les plantes y sont bien décrites ; on les reconnaît facilement, et par les figures et par les descriptions qui y sont jointes. Tout ce qui a rapport à la critique des articles des anciens y est traité avec une ample érudition et avec toute la sagacité nécessaire. On peut dire que cet ouvrage a servi de base à tout ce qui a été écrit en détail sur les plantes. Ray68, notamment, un des auteurs systématiques qui ont le mieux divisé les végétaux et ont le plus servi de modèles aux auteurs suivants, a souvent profité de l’ouvrage de Bauhin. Cependant les plantes n’y sont pas distribuées d’après une méthode précise comme celle de Césalpin69. L’auteur commence par les arbres, et il les divise en arbres à fruits, en arbres à noix, en arbres à baies, à glands et à gousses. Ce sont des divisions basées sur les fruits seulement. Puis ensuite viennent les herbes, qu’il divise en grimpantes, en cucurbitacées70, en bulbeuses, en légumineuses, en froment, en gramen, etc. Ce sont des commencements de familles naturelles ; les plantes sont rapprochées d’une manière générale d’après l’ensemble de leur structure ; mais ce n’est pas là cette division précise qui fait qu’on peut arriver, comme par degrés, à la détermination certaine d’une espèce. Plusieurs plantes recueillies par Bauhin ou par son gendre71, ou même par Félix Plater72, dont je vous ai parlé dans l’histoire de l’anatomie, paraissent pour la première fois dans son histoire. Quoique plus parfait que tous ceux qui l’avaient précédé, quoique les plantes y soient rapprochées jusqu’à un certain point d’après leurs rapports naturels, bien qu’il y ait aussi de la critique, que le style en soit bon, et qu’un grand nombre de plantes s’y rencontrent, cet ouvrage est pourtant encore exécuté sur le modèle des auteurs précédents, et n’en est, à vrai dire, qu’un perfectionnement.

  • 73 [Gaspard Bauhin, voir Leçon 2, note 112.]
  • 74 [Félix Plater, voir Leçon 2, notes 61 et 65.]
  • 75 [Fabrice d’Aquapendente, voir Leçon 1, note 66 ; et Tome 1, Leçon 9, note 38.]
  • 76 [Melchior Guilandin, voir Leçon 7, note 94.]
  • 77 [Pinax theatri botanici, sive index in Theophrasti Dioscoridis, Plinii et Botanicorum qui a saeculo (...)
  • 78 [Cet ouvrage devait à l’origine comporter douze parties in-folio ; Gaspard Bauhin n’en termina que (...)
  • 79 [Pinax de Bauhin, voir note 77 ci-dessus.]
  • 80 [Linné, voir Leçon 2, note 112.]

19Nous avons mieux à dire de Gaspard Bauhin73, frère de celui dont nous venons de terminer l’histoire. Gaspard était de dix-neuf ans plus jeune que celui-ci ; il avait reçu le jour à Bâle, en 1560. Félix Plater74, très savant botaniste qui, pendant plus de soixante ans, servit de maître à tout le nord de l’Europe, fut d’abord son maître. Il étudia ensuite à Padoue, sous Fabricius d’Aquapendente75, dont je vous ai beaucoup parlé à propos d’anatomie. Après avoir parcouru toute l’Italie avec Guilandinus76, il vint à Montpellier, où il était nécessaire de passer pour devenir un médecin célèbre ; il y étudia une année, puis il vint à Paris en 1579, et à Bâle en 1581. En 1588, il fut professeur de grec. Bien que cette langue n’eût pas été précisément son étude principale, il la savait pourtant très bien ; mais il trouva le moyen d’échanger sa chaire contre celle de botanique et d’anatomie. Il succéda à Plater en 1614 : par suite de l’arrangement des choses, il ne put enseigner que pendant dix ans, d’une manière officielle, les sciences auxquelles il s’était réellement appliqué. Son ouvrage est intitulé : Pinax Theatri botanici, ou : Tableau du Théâtre botanique77. Par Theatri botanici78 il désignait un ouvrage qu’il projetait de publier, et qui aurait renfermé une histoire complète des plantes ; il ne parut qu’une très petite partie de cette histoire : mais la table est plus précieuse que l’ouvrage peut-être ne l’aurait été ; elle offre une concordance des noms employés par tous les botanistes précédents. Dans le désordre où la nomenclature était alors, dans l’impossibilité qui en résultait de déterminer d’une manière certaine le nom des plantes indiquées par les anciens, il était arrivé que chacun des trente ou quarante botanistes dont je vous ai parlé, et plusieurs autres dont je ne vous ai rien dit parce qu’ils ne sont pas assez importants, avaient donné à la même plante des noms différents. Bauhin appelait d’un nom une espèce que Lobel ou Mathiole désignait autrement. C’était un véritable chaos, une confusion générale où il était impossible de se reconnaître. Gaspard Bauhin voulut y remédier, et dans ce but étudia, autant qu’il le put, tous les auteurs qui l’avaient précédé ; il s’efforça de comparer leurs figures, leurs descriptions, examina des herbiers toutes les fois qu’il le put, et dès qu’il était parvenu à reconnaître que différents noms appartenaient à une même plante, il les inscrivait les uns au-dessous des autres, et formait ainsi ce qu’on nomme une synonymie. Il plaça, en outre, près de chaque espèce, une petite phrase énonçant ses caractères, autant qu’il put les déterminer ; enfin il rangea toutes les espèces sous certains genres, peu déterminés, à la vérité, mais qui constituent pourtant un certain ordre. Ce travail de Bauhin parut alors fort précieux ; jusqu’à Linnée, quand on voulait désigner une plante, on employait seulement le nom et la petite phrase caractéristique de Gaspard Bauhin, et l’on renvoyait à son Pinax79. C’est cet ouvrage qui lui a valu sa grande illustration. Linnœus80 met toujours en tête de ses synonymes ceux de Gaspard Bauhin, et laisse dans l’oubli tous les livres antérieurs ; il n’y ajoute que ceux qui avaient paru après le Pinax.

20Bauhin avait consacré plus de quarante ans à son ouvrage, et il y donne près de six mille plantes. L’impression en fut faite à Bâle, en 1623, en un volume in-4˚.

  • 81 [Liliacées, famille du lys comprenant environ deux cent quatre-vingt genres et plus de quatre mille (...)

21La distribution de quelques-uns des livres de cet ouvrage n’est pas toujours parfaite. Dans le premier, l’auteur traite des gramens ; dans le second, des plantes bulbeuses ou liliacées81 ; mais dans le troisième, il s’occupe des légumes, des plantes potagères, sans égard aux familles ; pour le quatrième, il n’est même plus possible de lui assigner un titre. Il divise bien chaque livre en un certain nombre de sections, dans lesquelles il rapproche les plantes suivant leurs rapports naturels, mais les genres n’ont pas de nom, de sorte qu’à ces divers égards il est presque aussi imparfait que ses prédécesseurs. Dans le dixième livre, il mêle aux plantes les lithophytes, les coraux : tout le monde alors les considérait comme des plantes marines ; on ne soupçonnait pas qu’ils fussent des productions animales.

  • 82 [Jean-Gaspard Bauhin (né le 12 mars 1606 à Bâle ; mort le 14 juillet 1685) ; médecin et botaniste s (...)
  • 83 [Charles Plumier (né le 20 avril 1646 à Marseille ; mort le 20 novembre 1704 au couvent des Minimes (...)
  • 84 [Bauhinia, genre de plus de deux cents espèces de plantes à fleurs de la sous-famille des Caesalpin (...)
  • 85 [Charles Linné (voir Leçon 2, note 112) Species plantarum, exhibentes plantas rite cognitas ad gene (...)

22Bauhin présente un grand défaut, c’est de ne pas citer les pages des ouvrages auxquels il emprunte ; de sorte qu’il faut employer beaucoup de temps pour vérifier ce qu’il rapporte. Une grande partie de l’ouvrage dont le Pinax n’est que la table, était écrite lorsqu’il mourut, en 1624. Son fils, Jean-Gaspard Bauhin82, en fit paraître un premier livre de 1658 à 1663 ; il ne contient que les plantes qui se rapportent aux deux premiers livres du Pinax, les graminées et les liliacées ; elles n’y sont même pas toutes. Le nombre des figures qui s’y trouvent s’élève à deux cent trente ; mais quelques-unes avaient déjà paru dans Matthiole. Le père Plumier83 a consacré aux deux frères Bauhin, en souvenir de l’union qui avait toujours régné entre eux, un genre de plantes remarquables par leurs feuilles qui n’ont que deux folioles accouplées ou subjuguées84. Parmi ses emblèmes, Linnée a eu soin de conserver celui-là85.

  • 86 [La Guerre de Neuf-Ans (16881697), - souvent appelée la Guerre de la Grande Alliance, la Guerre de (...)
  • 87 [Henri IV, voir Leçon 2, note 57.]
  • 88 [Louis XIII, voir Leçon 2, note 110.]
  • 89 [La Fronde est une série de guerres civiles qui eurent lieu en France entre 1648 et 1653, au milieu (...)
  • 90 [Louis XIV, voir note 86 ci-dessus.]

23Après la mort de Gaspard Bauhin, la marche de la botanique, de même que celle de la zoologie, fut interrompue dans toute l’Europe. La cause et l’explication s’en découvrent dans les guerres qui tourmentèrent presque toutes les nations, jusqu’après le milieu du dix-septième siècle. Ainsi, dans ces temps, avait commencé en France la guerre de la ligue86, qui arrêta les progrès des sciences. Elles furent encore interrompues quelques temps pendant le règne orageux d’Henri IV87. Après la mort de ce roi, survinrent les guerres civiles de la minorité de Louis XIII88, les guerres contre les protestants, puis celles de la fronde89 qui signalèrent la minorité de Louis XIV90.

  • 91 [Roi Jacques Ier, voir Leçon 4, note 73.]
  • 92 [Charles Ier, voir Leçon 2, note 101.]
  • 93 [Le Protectorat était une nouvelle forme de gouvernement fondé principalement par Oliver Cromwell ( (...)

24En Angleterre, après la mort de Jacques Ier91, commencèrent les querelles de Charles92 avec le parlement, qui finirent par se résoudre en une guerre civile dont le résultat fut la mort de cet infortuné roi. Enfin s’établit le protectorat de Cromwell93, et ce ne fut qu’en 1660, époque à laquelle eut lieu la restauration, que le repos parut dans ce pays.

25En Allemagne, une guerre plus affreuse que toutes celles dont je viens de parler éclata entre les états protestants et les états catholiques : durant trente ans, on s’y égorgea pour des opinions. Cette guerre ruina tellement les principautés de cet empire, qu’aucun des souverains ne put continuer aux sciences la protection qu’il leur avait accordée auparavant.

  • 94 [Les guerres de Lombardie furent une série de conflits entre la République de Venise et le Duché de (...)

26L’Italie, comme par une sorte de compensation de ses grands bouleversements passés, fut un peu plus calme ; cependant elle eut à souffrir les guerres de la Lombardie94.

27L’Espagne fut le théâtre de grandes agitations ; elle eut surtout à combattre les Provinces-Unies, qui s’étaient déclarées républiques indépendantes en 1648. Entre elle et le Portugal s’engagea aussi une lutte sanglante, dont le résultat fut l’indépendance de ce dernier État : mais à la fin de cette guerre, ces deux pays étaient épuisés d’efforts ; leurs relations avec les Indes orientales et l’Amérique avaient été interrompues, et cette interruption réagit d’une manière fâcheuse sur l’Europe. Ce ne fut qu’après l’affermissement des Hollandais dans leurs possessions qu’on commença à en faire connaître les productions naturelles.

  • 95 [Marggraf, voir Leçon 3, note 95.]
  • 96 [La Société Royale de Londres pour l’Enrichissement du Savoir Naturel, connue comme la Société Roya (...)
  • 97 [Cromwell, voir note 93 ci-dessus.]

28Je vous ai parlé de Marggraf95, un de ceux qui ont décrit les richesses naturelles du Brésil ; son ouvrage est précisément de la fin de cette époque de trouble. Ce ne fut qu’alors que de nouveaux ouvrages commencèrent à paraître, et que s’ouvre aussi pour nous une nouvelle époque ; car c’est pendant ces troubles, et peut-être même par leur influence, que se formèrent ces diverses sociétés, où les hommes travaillèrent en commun à l’étude et aux progrès des sciences humaines. Ainsi la Société royale de Londres96 fut fondée sous Cromwell97 ; et plusieurs autres sociétés se formèrent dans le cours de ces mêmes troubles, comme pour servir d’asile aux savants, qui ont toujours besoin de tranquillité.

29Il nous reste à suivre, pendant la période que nous venons de parcourir, l’histoire de la minéralogie et celle de la chimie. Nous verrons que la minéralogie a tenu la même marche que la zoologie et la botanique ; que d’abord elle s’est occupée aussi de recherches critiques et de commentaires sur les anciens ; qu’ensuite elle s’est appliquée à l’observation des productions indigènes et étrangères ; enfin, qu’elle a créé des méthodes de distribution.

30Quant à la chimie, sa source est tout-à-fait différente. On ne pouvait en prendre les bases dans les ouvrages des anciens ; c’était dans ceux du Moyen Âge, où elle a un caractère mystérieux, une langue à part, qu’il fallait l’aller puiser. Nous verrons que cette science s’est longtemps tenue à l’écart, et que ce n’est que vers le milieu du dix-septième siècle, par la force des hommes réunis en sociétés, et par la direction des grands génies qui conduisirent ces sociétés, qu’elle est venue former une branche de l’arbre des connaissances humaines.

31Après avoir exposé dans les deux prochaines leçons l’histoire de la chimie et de la minéralogie, nous verrons toutes les révolutions scientifiques amenées par les conseils de quelques grands hommes, et les efforts des différentes sociétés dont j’ai à vous tracer l’histoire.

Notes

1 [Gessner, voir Leçon 4.]

2 [Mathias de Lobel (né en 1538 à Lille, France ; mort le 3 mars 1616 à Highgate, Londres), médecin et botaniste flamand dont l’ouvrage Stirpium adversaria nova (1570) fut une étape majeure pour la botanique moderne ; Lobel affirma que la botanique et la médecine devaient reposer sur l’observation approfondie et exacte.]

3 [Rondelet, voir Leçon 1, note 42.]

4 [Guillaume Ier, Prince d’Orange, voir Leçon 5, note 60].

5 [Jacques Ier, voir Leçon 4, note 73.]

6 [Stirpium adversaria nova : perfacilis Vestigatio, luculentaqne [sic pour luculentaque] accessio ad Priscorum, pr[a] esertim Dioscoridis & Recentiorum, Materiam Medicam ; Qvibus Propediem Accedet Altera Pars. Qua conjectaneorum de plantis appendix, de succis medicatis et metallicis sectio, qntique & novatae medicine lectiorum remediorum thesaurus opulentissimus, de succedaneis libellus continentur Authoribus Petro Pena. & Mathia de Lobel, Medicis (un nouveau catalogue de plantes plus facile à consulter et enrichi de informations supplémentaires tirées de la materia medica des premiers enseignants, en particulier Dioscoride, et d’autres savants plus récents…), Londres : Thomae Purfaetii, 1570, 1 + [9] + 455 + [3] p., fig., in-4° ; voir note 2 ci-dessus.]

7 [Élizabeth Ier, voir Leçon 3, note 104].

8 [Plantarum seu stirpium historia, cui annexum est adversariorum volumen. Reliqua sequens pagina indicabit, Anvers : Christophori Plantini, 1576, 2 t. en 1 vol. (671 + [1] p. ; [4] + 471 + [1] + 24 + [12] p.), ill., in-folio.]

9 [Plantarum seu stirpium icones, Anvers : Christophori Plantini, 1581, 2 part. en 1 vol., fig. gr., in-4 oblong ; ce livre fut publié de nouveau en 1591 sous un titre légèrement différent : Icones Stirpium seu Plantarum tam exoticarum, quam indigenarum in gratiam rei herbariae studiosorum in duas partes digestae, Anvers : Christophori Plantini, 2 vol. en 1, ill.]

10 [Les labiées (lamiaceae ou labiatae) sont une famille de plantes à fleurs comprenant la menthe et autres plantes de la même famille, lesquelles sont très souvent aromatiques et comprennent de nombreuses herbes aromatiques culinaires telles que le basilic, le romarin, la sauge, la marjolaine, l’origan, le thym, l’hysope, la sarriette, la lavande, et la pérille.]

11 [Les personées sont des plantes de la famille des Scrophulariaceae, plantes herbacées vivaces ou petits buissons dont les fleurs ont une symétrie bilatérale et rarement radiale ; elles comprennent la digitale, la gueule-de-loup, le lin, la castilléjie ou pinceau indien, la Scoparia dulcis, et la scrofulaire noueuse, etc.]

12 [Les ombellifères ou apiacées connues comme la famille de la carotte et du persil comprennent des plantes aromatiques aux tiges creuses, dont de nombreuses espèces connues telles que l’angélique, l’anis, la carotte, le céleri, la coriandre, le cumin, l’aneth, le fenouil, la cigüe, la carotte sauvage, le persil, le navet et la criste marine.]

13 [Césalpin, voir Leçon 2, note 47.]

14 [Aristote, voir Tome 1, Leçons 7 et 8.]

15 [Quaestionum peripateticarum libri V, Florence : [s. n.], 1569, in-4° ; l’ouvrage philosophique le plus important de Césalpin.]

16 [Pape Clément VIII, voir Leçon 2, note 48.]

17 [De plantis, libri XVI. Andreæ Cæsalpini Aretini, medici clarissimi, doctissimiq[ue] atque philosophi celeberrimi, ac subtilissimi, Florence : Georgium Marescottum, 1583, [40] + 621 + [11] p., in-4°.]

18 [Théophraste, voir Tome 1, Leçon 9.]

19 [Dioscoride, voir Tome 1, Leçon 12, note 62.]

20 [Pline l’Ancien, voir Tome 1, Leçon 13.]

21 [Jacques Dalechamps (né en 1513 à Caen ; mort le 1er mars 1588 à Lyon), médecin, botaniste, philologue et naturaliste français, connu pour avoir édité et traduit d’anciens écrits scientifiques et médicaux, et pour avoir contribué, entre autres, aux éditions des œuvres de Pline l’Ancien (voir Tome 1, Leçon 13), les deux Sénèques (voir Tome 1, Leçon 12, note 47), Dioscoride (voir Tome 1, Leçon 12, note 62), Paul d’Égine (médecin byzantin grec connu pour avoir écrit une encyclopédie médicale intitulée De Re Medica Libri Septem ; né c. 625 à Égine ; mort c. 690), et Raymond Chalmel de Viviers (médecin français d’Avignon ; fl. 13721388.])

22 [Athenaei Deipnosophistarum libri quindecim ex optimis codicibus nunc, Lyon : [s. n.], 1552.]

23 [Caii Plinii Secundi Historiae mundi libri XXXVII, Lyon : Bartholomaeum Honoratum, 1587.]

24 [Historia generalis plantarum, in libros XVIII per certas classes artificiose digesta (Lyon : Gulielmum Rovillium, 1586-1587, 2 vol.), la compilation de botanique la plus complète de son temps et la première à décrire de nombreuses espèces de la flore appartenant à la région de Lyon en France.]

25 [Jean Bauhin (né le 12 décembre 1541 à Bâle ; mort le 26 octobre 1612 à Montbéliard), botaniste suisse, frère du médecin et botaniste Gaspard Bauhin (voir Leçon 2, note 112) ; il étudia la botanique à Tübingen sous Léonard Fuchs (voir Leçon 2, note 60.]

26 [Jean Desmoulins ou Jean des Moulins (né en 1530 ; mort c. 1620), médecin et botaniste français.]

27 [Lobel, voir note 2 ci-dessus.]

28 [Rauwolf, voir Leçon 5, notes 4, 6 et 7].

29 [Acosta, voir Leçon 5, note 76.]

30 [Apiacées, voir note 12 ci-dessus.]

31 [Jacques-Théodore Tabernaemontanus (né en 1522 à Bergzabern, Rhénanie-Palatinat ; mort en août 1590 à Heidelberg), médecin et herboriste, appelé le « père de la botanique allemande ».]

32 [Ville des Deux-Ponts, voir Leçon 7, note 47.]

33 [Hieronymus Bock, ou Jérôme Bock, voir Leçon 7, note 46.]

34 [Marquard von Hattstein (né le 29 août 1529 à Usingen ; mort le 7 décembre 1581 à Udenheim), Prince Evêque de Spire de 1560 à 1581 ; l’Évêché de Spire (Speyer en allemand) était une principauté ecclésiastique où se trouvent aujourd’hui les états fédérés allemands de Rhénanie-Palatinat et de Bade-Wurtemberg.]

35 [Nicolaus Bassoeus (fl. 1574-1592), imprimeur et libraire allemand de Francfort.]

36 [Dioscoride, voir Tome 1, Leçon 12, note 62.]

37 [Pline l’Ancien, voir Tome 1, Leçon 13.]

38 [Nouvel Herbier Complet publié en deux volumes : Neuw Kreuterbuch, mit schönen, künstlichen vnd leblichen Figuren vnnd Conterfeyten, aller Gewächß der Kreuter, wurtzeln, blumen, frücht, getreyd, Gewürtz, der Bäume, stauden vnd hecken, so in Teutschen vnd Weltschen Landen, auch deren so im Gelobten Lande auff dem Berg Synai, inn Hispanien, ost vnnd West Indien, oder in der neuwen Welt wachsen, vnd zu vnser Zeit gepflantzt werden, mit eygentlicher Beschreibung derselben, auch deren Underscheidt, Krafft vnd Wirckung, sampt ihren rechten Namen in mancherley Sprachen, darinn auff 3000 Gewächß beschrieben vnd angezeigt werden, dergleichen vormals in seiner Sprach nie ans Liecht oder in Druck kommen. Darinn viel vnd mancherley heylsamer Artzeney, vor allerley innerlichen vnd eusserlichen Kranckheiten vnnd Gebrechen, beyde der Menschen vnd deß Viehes, beschrieben werden, sampt ihrem nützlichen Gebrauch : Als da seindt Tränck, Säfft, Syrupen, conseruen, gedistillierte Wässer, latwergen, puluer, künstliche Extracten, gemeine vnd gedistillierte Oele, confect, saltz, salben, wundtsalben/pflaster vnd dergleichen : Darinnen auch vber tausendt Experimenten vnd heimliche Künst angezeigt werden... Allen Artzten, Apoteckern, Wundtärtzten, Marställern, Huffschmidten, Rossztäuschern, Gärtnern, Hofmeyern, Köchen, Weinkellern, Hebamen, Haußvättern, Haußmüttern, vnd allen andern Liebhabern der Artzeney vnd guter Künst dienstlich vnd nützlich : Auß langwiriger vnd gewisser erfahrung, vnserm geliebten Vatterlandt zu Ehren/mit sonderm Fleiß treuwlich beschrieben, Durch Iacobum Theodorum Tabernaemontanum, der Artzeney Doctorem, vnd Churfürstlicher Pfaltz bestellten Medicum zu Neuwhausen, Francfort : Nicolaus Bassoeus, 1588, [44] + 818 p., ill., gr. sur bois, in-folio ; Neuw vnd volkommenlich Kreuterbuch, mit schönen, künstlichen vnd leblichen Figuren vnnd Conterfeyten, allerhandt frembder vnd einheymischer Gewächß, kreuter, blumen, stauden, hecken, bäume, auch köstlicher außländischer Wurtzeln, rinden, früchten, u. Sampt jren rechten Namen in mancherley Sprachen, dergleichen vormals nie ans Liecht oder in Truck kommen. Das Ander Theyl. Darinn von ihrer gestalt, unterscheidt, complexion, natur, eygenschafften vnd tugenden, auch wie sie inner vnd auffer Leibs zugebrauchen, ordentlich vnd fleissig gehandelt wirdt. Beneben den säfften, syrupen, conseruen, lattwergen, extracten, träncken, wassern, saltz, oelen, salben, u. Wie die von einem jedern Gewächß künstlich bereyt vnd eingemacht werden sollen, Alles digerirt [redigirt] vnd vollbracht durch Nicolavm Bravn Medicinae doctorem Marpurgensem, Francfort : Nicolaus Bassoeus, 1591, [11] + 822 + [39] p., ill., gr. sur bois, infolio. Première édition de ce célèbre ouvrage sur lequel repose la réputation posthume de Tabernaemontanus (voir note 31 ci-dessus.]

39 [Fabius Columna, voir Leçon 4, notes 41 et 44].

40 [Phytobasanos sive plantarus aliquot historia : in qva describvntvr diversi generis plantæ veriores, ac magis facie, viribúsque respondentes antiquorum Theophrasti, Diocoridis, Plinij, Galeni, aliorúmque delineationibus, ab alijs hucusque non animaduersæ, Naples : Horatii Saluiani, 1592, 8 + 120 + 32 + [8] p., ill. ; voir Leçon 4, note 47]

41 Voir Leçon 4 [notes 41 et 44] [M. de St.-Agy].

42 [Ecphrasis par Fabius Columna, voir Leçon 4, note 48]

43 [Fuchs, voir Leçon 7 et Leçon 2, note 60].

44 [Basile Besler et Hortus Eystettensis, voir Leçon 7, notes 148 et 149]

45 [Jérôme Besler (fl. 16001630), frère de Basile Besler ; voir Leçon 7, note 149.]

46 [Louis Jungermann, voir Leçon 7, note 147.]

47 [Besleria, genre d’environ deux cents espèces de grandes herbes et de buissons aux tiges grêles de la famille des plantes à fleurs Gesneriaceae, que l’on trouve en Amérique Centrale et Amérique du Sud, ainsi qu’aux Antilles.]

48 [Jungermannia, ancien genre regroupant environ soixante espèces d’hépatiques dont les membres appartiennent désormais à plusieurs genres de la famille des Jungermanniacées.]

49 [Lobelia, genre comprenant environ quatre cents espèces de plantes à fleurs distribuées principalement dans les régions tropicales et chaudes du monde, et quelques espèces dans des régions tempérées un peu plus fraiches.]

50 [Johann Conrad von Gemmingen, voir Leçon 7, note 142.]

51 [Lucas Cranach l’Ancien, voir Leçon 7, note 44.]

52 [Albert Dürer, voir Leçon 7, note 45.]

53 [Georges Wolfgang Knorr (né le 30 décembre 1705 à Nuremberg ; mort le 17 septembre 1761 à Nuremberg), graveur et naturaliste allemand, auteur de Deliciae naturae selectae oder auserlefenes naturalien cabinet (« Délices choisis de la nature, ou l’exquis cabinet du collectionneur »), Nuremberg : publié par les héritiers de Georges Wolfgang Knorr, 1766-1767.]

54 [Jacob Christian Schaeffer (né le 30 mai 1718 à Querfurt ; mort le 5 janvier 1790), botaniste, mycologue, entomologiste, ornithologue, inventeur, et professeur allemand ; auteur de quatre volumes somptueusement illustres sur la mycologie intitule Natürlich ausgemahlten Abbildungen baierischer und pfälzischer Schwämme, welche um Regensburg wachsen, Regensburg: Heinrich Gottfried Zunkel, 1762-1764.]

55 [Hortus Eystettensis sive diligens et accurata omnium plantarum, florum stirpium... quae in celeberrimis viridariis arcem episcopalem ibidem cingentibus, hoc tempore conspiciuntur, delineatis et ad vivum repraesentatio..., Altdorf : Konrad Bauer, 1613, 4 part. en 1 vol., in-folio, voir Leçon 7, note 149.]

56 [Linné, voir Leçon 2, note ; voir également Tome 1, Leçon 7, note 34.]

57 [Jean Bauhin, voir note 25 ci-dessus.]

58 [Gessner, voir Leçon 4.]

59 [Fuchs, voir Leçon 2, note 60 ; et Leçon 7, note 59.]

60 C’est tout à fait l’histoire des chapitres de [Michel de] Montaigne [l’un des auteurs les plus influents de la Renaissance française, connu pour avoir popularisé l’essai comme genre littéraire, il est également considéré comme le père du scepticisme moderne ; né le 28 février 1533 au Château de Montaigne près de Bordeaux ; mort le 13 septembre 1592 au Château de Montaigne], qui ne contiennent rien de ce qu’ils annoncent [M. de St.-Agy].

61 [Frédéric Ier, Duc de Wurtemberg-Montbéliard (né le 19 août 1557 à Montbéliard ; mort le 29 janvier 1608 à Stuttgart), chef d’état talentueux et compétent qui essaya d’améliorer le sort de ses sujets ; Shakespeare y fait souvent référence dans son œuvre intitulée Les Joyeuses Commères de Windsor.]

62 [Historia novi et admirabilis fontis balneique Bollensis in Ducatu Wirtembergico ad acidulas Goepingenses : mandato illustris, principis ac D.D. Frid. Ducis Vvirtemberg et Teccensis. Comitis Montisbelig. & c. ac Equ. Ord. Reg. Gall. ad subditorum omniumque vicinorum & exterorum emolumentum ob vires insignes adornati, Montéliard : Jacobum Foilletum, 1598, [23] + 291 + [35] + 222 p.. Bad Boll est une municipalité du district de Göppingen dans l’état de Bade-Wurtemberg dans le sud de l’Allemagne ; un centre thermal y existe depuis le Moyen Âge, et la cabine de chasse des Ducs de Wurtemberg s’y trouvait également pendant un certain temps.]

63 [Jean-Henri Cherler (né c. 1570 ; mort c. 1610), botaniste allemand, gendre de Jean Bauhin (voir note 25 ci-dessus) et co-auteur du grand ouvrage Historia plantarum universalis (voir note 67 ci-dessous).]

64 [Historiae plantarum generalis novae et absolutiss., quinquaginta annis elaboratae, iam prelo commissae prodromus, Yverdon : Societatis Caldorianae, 1619, [5] + 124 p., in-4°.]

65 [François-Louis de Graffenried (fl. 1650), éditeur et imprimeur suisse, sénateur de Berne.]

66 [Dominique Chabrey (né en 1610 à Genève ; mort en 1669,) médecin qui pratiqua la médecine à Montbéliard et ensuite à Yverdon.]

67 [Historia plantarum universalis, nova et absolutissima, cum consensu et dissensu circa eas. Auctoribus Joh. Bauhino et Joh. Henr. Cherlero philos. et med. doctoribus Basiliensibus ; Quam recensuit et auxit Dominicus Chabraeus, med. doct. Genevensis ; Juris vero publici fecit Franciscus Lud. a Graffenried, Yverdon : Societa Helvetica Caldoriana, 1650-1651, 3 vol.]

68 [Jean Ray, voir Leçon 3, note 94.]

69 [Césalpin, voir Leçon 2, note 47.]

70 [Cucurbitacés, famille de plantes parfois appelée famille des gourdes comprenant environ cent vingt-cinq genres et neuf cent soixante espèces ; les membres de cette famille les plus importants sont la courge, la citrouille, la courgette, certaines gourdes, la pastèque, le concombre et plusieurs melons.]

71 [Le gendre de Jean Bauhin était Jean-Henri Cherler, voir note 63 ci-dessus.]

72 [Félix Plater, voir Leçon 2, notes 61 et 65.]

73 [Gaspard Bauhin, voir Leçon 2, note 112.]

74 [Félix Plater, voir Leçon 2, notes 61 et 65.]

75 [Fabrice d’Aquapendente, voir Leçon 1, note 66 ; et Tome 1, Leçon 9, note 38.]

76 [Melchior Guilandin, voir Leçon 7, note 94.]

77 [Pinax theatri botanici, sive index in Theophrasti Dioscoridis, Plinii et Botanicorum qui a saeculo scripserunt opera, Bâle : Ludovici Regis, 1623, [24] + 522 + [24] p., in-4°.]

78 [Cet ouvrage devait à l’origine comporter douze parties in-folio ; Gaspard Bauhin n’en termina que trois dont un seulement fut publié en 1658, longtemps après sa mort : Theatrum botanicum sive historia plantarum ex veterum et recentiorum placitis propriaque observatione concinnata, Bâle : Joannes Konig, 1658, [6] + 684 + [18] p., ill.]

79 [Pinax de Bauhin, voir note 77 ci-dessus.]

80 [Linné, voir Leçon 2, note 112.]

81 [Liliacées, famille du lys comprenant environ deux cent quatre-vingt genres et plus de quatre mille deux-cents espèces d’herbes florissantes et de buissons ; nombre d’entre eux sont des plantes ornementales, cultivées pour leurs fleurs attrayantes.]

82 [Jean-Gaspard Bauhin (né le 12 mars 1606 à Bâle ; mort le 14 juillet 1685) ; médecin et botaniste suisse, professeur d’anatomie et de botanique à l’université de Bâle.]

83 [Charles Plumier (né le 20 avril 1646 à Marseille ; mort le 20 novembre 1704 au couvent des Minimes à Sainte-Marie près de Cadix en Espagne), moine de l’ordre des Minimes français, artisan, illustrateur et graveur, principalement connu pour son travail comme botaniste. Il dévoua la plupart de sa vie à collectionner et à illustrer les plantes et les animaux ; il fut le premier à revitaliser l’ancienne coutume grecque qui consistait à nommer les plantes en commémoration de personnes.]

84 [Bauhinia, genre de plus de deux cents espèces de plantes à fleurs de la sous-famille des Caesalpinioideae appartenant à la grande famille de plantes à fleurs des Fabaceae, que l’on trouve dans les régions sous-tropicales.]

85 [Charles Linné (voir Leçon 2, note 112) Species plantarum, exhibentes plantas rite cognitas ad genera relatas, cum differentiis specificis, nominibus trivialibus, synonymis selectis, locis natalibus, secundum systema sexuale digestas, Holmiae : Laurentii Salvii, 1753, 2 vol. ([12] + 560 p. ; [1] + pp. 561-1200 +[31] p.), ouvrage aujourd’hui mondialement considéré comme le point de départ de la nomenclature botanique moderne.]

86 [La Guerre de Neuf-Ans (16881697), - souvent appelée la Guerre de la Grande Alliance, la Guerre de la Succession Palatine, ou encore la Guerre de la Ligue des Augsbourg, fut une guerre majeure du XVIIe siècle entre le roi Louis XIV du royaume de France (encore appelé Louis le Grand ou « le Roi-Soleil », né le 5 septembre 1638, monarque de la Maison des Bourbons qui gouverna comme Roi de France et de Navarre de 1643 jusqu’à sa mort le 1er septembre 1715) et une coalition européenne appelée la Grande Alliance, dirigée par le Stathouder anglo-hollandais Guillaume III (né le 4 novembre 1650 à La Hague ; mort le 8 mars 1702 à Londres), l’Empereur Saint Romain Léopold Ier (né le 9 juin 1640 à Vienne ; mort le 5 mai 1705 à Vienne), le roi Charles II d’Espagne (né le 6 novembre 1661 à Madrid ; mort le 1er novembre 1700 à Madrid), Victor Amédée II de Savoie (né le 14 mai 1666 à Turin ; mort le 31 octobre 1732 à Turin), et de nombreux princes du Saint Empire Romain.]

87 [Henri IV, voir Leçon 2, note 57.]

88 [Louis XIII, voir Leçon 2, note 110.]

89 [La Fronde est une série de guerres civiles qui eurent lieu en France entre 1648 et 1653, au milieu de la guerre Franco-Espagnole qui avait débuté en 1635. Le nom « Fronde » fait référence à la fronde utilisée par les foules parisiennes pour briser les fenêtres des supporters de l’autorité royale.]

90 [Louis XIV, voir note 86 ci-dessus.]

91 [Roi Jacques Ier, voir Leçon 4, note 73.]

92 [Charles Ier, voir Leçon 2, note 101.]

93 [Le Protectorat était une nouvelle forme de gouvernement fondé principalement par Oliver Cromwell (chef militaire et politique anglais, et plus tard Lord Protecteur du Commonwealth d’Angleterre, d’Écosse et d’Irlande ; né le 25 avril 1599 à Huntingdon, Huntingdonshire ; mort le 3 septembre 1658 à Londres) le 16 décembre 1653 à la suite du jugement et de l’exécution du roi Charles Ier ; il s’avéra être le régime le plus durable et le plus stable de toute la période républicaine ou période du Commonwealth (1649-1660). Au niveau national, ce régime apporta la stabilité et l’ordre civil, restaura de nombreuses formes traditionnelles de gouvernement, et grâce à une approche de paix et d’insertion, initia le processus de réconciliation après les divisions des années de guerre ; il permit aussi de développer d’autres réformes dans l’espoir de faire avancer la reforme religieuse et d’atteindre une société plus juste, pure et sans pèche. A l’étranger, le régime était puissant et interventionniste, et gagna le respect international.]

94 [Les guerres de Lombardie furent une série de conflits entre la République de Venise et le Duché de Milan et leurs alliés respectifs qui eurent lieu lors de quatre campagnes menées dans le but d’atteindre une hégémonie en Italie du Nord et qui ravagèrent l’économie de Lombardie et affaiblirent le pouvoir de Venise. Elles durèrent de 1423 jusqu’à la signature du Traité de Lodi en 1454. Pendant cette période, la structure politique de l’Italie fut transformée ; d’un amas de communes et de cités-états concurrentielles émergèrent les cinq puissances territoriales principales italiennes, lesquelles constituèrent l’Italie de la moitié du quinzième siècle jusqu’au début des Guerres Italiennes au début du seizième siècle : Venise, Milan, Florence, les États-Pontificaux, et Naples.]

95 [Marggraf, voir Leçon 3, note 95.]

96 [La Société Royale de Londres pour l’Enrichissement du Savoir Naturel, connue comme la Société Royale, est une institution savante pour la science et probablement la plus ancienne organisation de ce genre qui existe encore de nos jours. Fondée en novembre 1660, elle obtint le statut de « charte royale » en tant que « Société Royale de Londres » par le roi Charles II (roi des trois royaumes d’Angleterre, d’Écosse et d’Irlande de 1660 jusqu’à sa mort ; né le 29 mai 1630 à Londres ; mort le 6 février 1685 à Londres). La Société joue de nos jours le rôle de conseiller scientifique près du gouvernement britannique et reçoit une subvention du parlement. La Société Royale est l’Académie des Sciences du Royaume-Uni et subventionne des bourses de recherche et des fonds de lancement pour entreprises scientifiques.]

97 [Cromwell, voir note 93 ci-dessus.]

Table des illustrations

Légende Conrad GessnerPage de titre du Lexicon graecolatinum… (1550), illustrée par Hans Holbein le jeune Trustees of the British Museum.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2854/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M

© Publications scientifiques du Muséum, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540