Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cuvier’s History of the Natural Sciences

 | 
Georges Cuvier

3. Sixteenth-century Botanists, Mineralogists, and Chemists

7. Botanistes du seizième siècle

Texte intégral

Olivo domestico Planche extraite des Commentarii in sex libros Pedaci Dioscoridis… de Mattioli (1565).

1Messieurs,

  • 1 [Jonston, voir Leçon 6, note 113.]

2Dans la séance précédente, j’ai cherché à faire voir quelle a été la marche de la zoologie, quels ont été ses progrès pendant le seizième siècle et la première moitié du dix-septième. Nous avons vu que, comme il était naturel à cette époque, elle commença par des recherches explicatives, par des commentaires, par des études sur les ouvrages des anciens ; qu’ensuite elle s’appliqua à l’observation et à l’étude des productions naturelles les plus voisines ; puis qu’elle parcourut les pays étrangers pour y recueillir les productions qui leur sont particulières, et enfin que des écrivains, embrassant la science sous un point de vue général, firent des systèmes et des résumés. Cette marche qui nous a conduits jusqu’à l’ouvrage de Jonston1, qui est, en quelque façon, la récapitulation de tous ceux qui avaient paru auparavant, et qui marque le milieu du dix-septième siècle, cette marche a été exactement celle de la botanique, et il en devait être ainsi. Il y existe pourtant cette différence que la botanique a fait des progrès plus rapides que la zoologie. La cause en est qu’elle paraissait être d’une utilité plus directe, plus immédiate, soit pour l’agriculture, soit surtout pour la médecine. Ensuite il était plus facile de l’étudier, car il est plus aisé de rassembler des plantes vivantes, de les nourrir et de les entretenir, d’en recueillir les dépouilles et de les conserver en herbier, qu’il ne l’est de rassembler et de conserver des animaux. La nourriture de ceux-ci est très coûteuse, ils exigent aussi un emplacement plus dispendieux que celui des plantes ; enfin, leur conservation après la mort est plus difficile. Aussi voyons-nous que les ouvrages de botanique sont plus nombreux et plus importans que ceux de zoologie.

  • 2 [Théodore Gaza (né c. 1400 à Thessalonique en Macédoine ; mort en 1475 en Calabre, dans le Royaume (...)
  • 3 Il [Gaza, voir note 2 ci-dessus) enseigna le grec à Ferrare avec tant d’éclat, que lorsqu’il quitt (...)
  • 4 [Aristote et Théophraste, voir Tome 1, Leçons 7, 8, et 9.]
  • 5 [Georges Valla (né en 1447 à Plaisance ; mort en 1499 ou 1500 à Venise) ; humaniste, écrivain et m (...)
  • 6 [De expetendis et fugiendis rebus opus in quo continetur De Arithmetica libri III... de Musica lib (...)

3Il y eut d’abord, comme nous l’avons dit, des commentateurs des anciens. Leurs travaux furent beaucoup facilités par ceux de plusieurs savants grecs qui, à la fin du quinzième siècle, étaient arrivés, soit de Constantinople, soit des provinces occupées par les Turcs, avant même la prise de cette capitale. L’un de ces savants, qui rendit le plus de services en Occident, est Théodore Gaza2, Grec de Thessalonique3, qui apporta les ouvrages d’Aristote et de Théophraste4, et, en les traduisant, les rendit accessibles à un beaucoup plus grand nombre de personnes ; car, à cette époque, le grec était peu étudié. Plusieurs médecins s’attachèrent immédiatement après lui à expliquer la partie botanique des auteurs grecs, et parmi eux on peut mettre au premier rang Georges Valla5, né à Plaisance, qui fut professeur à Venise, et appartient encore entièrement au quinzième siècle, puisqu’il mourut en 1499. Il fit une sorte d’encyclopédie des connaissances du quinzième siècle, intitulée : De expetendis et fugiendis rebus, Des choses qu’on doit rechercher et fuir6. On y trouve une liste alphabétique des différents simples dont les auteurs grecs avaient parlé. Elle ne fut imprimée qu’après sa mort, à Venise, en 1501, par les soins de son fils. Cet ouvrage n’a aucune importance aujourd’hui.

  • 7 [Pline, voir Tome 1, Leçon 13.]
  • 8 [Hermolaus Barbarus le Jeune, ou Hermolao Barbaro (né le 21 mai 1453/1454 à Venise ; mort de la pe (...)
  • 9 [Daniel Matteo Alvise Barbaro (né le 8 février 1514 à Venise ; mort le 13 avril 1570) ; traducteur (...)
  • 10 [Belon et ses publications, voir Leçon 3 ci-dessus.]
  • 11 [Le Patriarcat d’Aquilée était un centre du début de la Chrétienté, un état historique et un diocè (...)
  • 12 [Castigationes Plinianae et Pomponii Melæ, Rome : Eucharius Silber, 1494, 1 vol. ([348] p.), in-fo (...)
  • 13 [Pape Alexandre VI, voir Leçon 5, note 50.]
  • 14 [Dioscoride, voir Tome 1, Leçon 12, note 62.]

4Pline7, après les auteurs grecs, était celui qui offrait le plus de ressources pour la botanique, puisqu’une partie de ses ouvrages est consacrée à cette branche de l’histoire naturelle. Il dut donc devenir l’objet des études des botanistes de ce temps. Hermolaüs Barbaro ou Barbarus8, noble vénitien, fut celui qui s’occupa surtout de son interprétation. J’ai déjà eu occasion de vous parler de la famille Barbaro, qui a produit un grand nombre de savants dans différentes branches de l’histoire naturelle. Je vous ai nommé entre autres Daniel Barbaro9, l’un des protecteurs de Belon, qui lui fournit des figures de poissons pour son ouvrage10. Hermolaüs était son grand-oncle. Comme lui, il fut nommé par le pape patriarche d’Achilée11 ; mais la république de Venise n’ayant pas reconnu sa nomination, il ne jouit jamais de son archevêché, et fut obligé de rester à Rome. Il était né en 1454, et mourut en 1493, âgé de trente-neuf ans ; il appartient par conséquent encore au quinzième siècle. Il est un de ceux qui ont préparé les études du seizième siècle, objet de nos recherches actuelles. Un an avant de mourir, en 1492, Hermolaüs Barbaro fit paraître son travail sur Pline ; il est intitulé : Castigationes Plinianæ12, et fut dédié au pape Alexandre VI13. C’est un examen critique des manuscrits et des éditions de Pline, qui existaient alors. Il chercha à en corriger le texte, et prétendit y avoir fait plus de cinq mille corrections. Il fit aussi des remarques sur le fond même de l’ouvrage. C’est un travail dont on a profité pour rendre les éditions de Pline plus correctes, mais auquel on n’a plus besoin de recourir maintenant. Il est d’ailleurs imprimé en caractères gothiques, assez difficiles à lire. Barbaro fit aussi un commentaire sur Dioscoride14, qui, comme je vous l’ai dit dans l’histoire des naturalistes anciens, était celui de tous qui fournissait le plus d’éléments à la botanique.

  • 15 [Marcellus Vergilius (né en 1464, mort en 1521), homme d’érudition en grec et latin, connu pour sa (...)

5Marcellus Vergilio15, qui était Florentin, fit aussi de cet auteur une traduction dans laquelle il inséra les notes de Barbaro. Elle fut imprimée en 1518. Vergilio mourut peu de temps après, en 1521, c’est-à-dire à peine au commencement du seizième siècle.

  • 16 [Nicolas Léonicène, en italien Niccoló Leoniceno (né en 1428 à Venise ; mort en 1524 à Ferrare), m (...)
  • 17 [Galien ; voir Tome 1, Leçon 16.]
  • 18 [De Plinii & plurium alioru[m] medicorum in medicina erroribus opus primu[m]... : eiusdem Nicolai (...)
  • 19 [Livre de Léonicène sur les serpents, voir Leçon 3, note 8.]

6C’est à ce même temps qu’appartiennent les travaux de Leonicenus sur Pline. Tous ces noms, Leonicenus16, Vergilio, etc., sont presque oubliés aujourd’hui ; cependant il faut convenir que les hommes qui les portaient ont rendu de grands services à la science de la botanique. Nicolas Leonicenus a été le premier traducteur de Galien17. Ce nom Leonicenus n’est pas celui de sa famille ; outre que tous les noms à cette époque étaient latinisés ou grécisés, quelquefois encore les auteurs portaient le nom du lieu de leur naissance ou un dérivé de ce nom. C’est ainsi, que Leonicenus tire le sien de Lunigo, dans le Vicentin, où il était né en 1428. Il mourut en 1524, âgé de quatre-vingt-seize ans. Il appartient donc déjà au seizième siècle. Pendant plus de soixante ans, il professa à Padoue et à Ferrare. Sa traduction de Galien est un ouvrage immense, qui rendit dans son temps les plus grands services. On lui doit aussi une critique de Pline, intitulée : De Plinii aliorumque medicorum erroribus18. Cet auteur est le même que celui qui a fait un petit livre sur les serpents, et dont je vous ai dit quelques mots en traitant de la zoologie19.

7Les commentateurs qui viennent après lui sont encore italiens ; car il en est de la botanique comme nous avons vu qu’il en était de l’anatomie et de la zoologie. C’est en Italie qu’il faut aller pour découvrir les premiers travaux entrepris dans la vue de lui faire faire des progrès.

  • 20 [Giovanni Manardi, également connu sous les noms de Manardus et Mainardi (né en 1462 à Ferrare ; m (...)
  • 21 [Mésué, de son nom complet Yuhanna ibn Masawaih, ou Ibn Masawaih (né en 777 à Gundeshapur en Perse (...)
  • 22 [Marcello Vergilio Adriani (né en 1464 à Florence ; mort en 1521), professeur de sciences à l’univ (...)

8Jean Monardi ou Monardus20, l’un de ces commentateurs italiens, était né à Ferrare, en 1462. Il fut médecin des rois de Hongrie, et mourut en 1536. On a de lui un ouvrage intitulé : Epistolæ medicinales, dans lequel il commente, non seulement les anciens, mais encore les Arabes, et particulièrement Mésué21. Il y corrige en plusieurs endroits la traduction de Dioscoride que Vergilio venait de donner22. Il met en regard les ouvrages des Arabes et ceux des anciens, dans la vue d’établir que les ouvrages de ceux-ci sont beaucoup plus précieux, et de déterminer ainsi l’abandon des auteurs arabes qui avaient dominé pendant la presque totalité du Moyen Âge, pour obtenir le retour aux seules bonnes sources, les ouvrages des anciens.

  • 23 [Antoine Brassavole, en italien Antonio Brasavola ou Brasavoli (né le 16 janvier 1500 à Ferrare ; (...)
  • 24 [François Ier, Roi de France ; voir Leçon 1, note 39]
  • 25 Il [François Ier ] lui [Brassavole] donna ce surnom [Musa, nom arabe du prophète Moïse] à l’occasi (...)
  • 26 [Empereur du Saint Empire Romain Charles V ; voir Leçon 1, note 74.]
  • 27 [Henri VIII, roi d’Angleterre ; voir Leçon 3, note 99.]
  • 28 [Pape Léon X, voir Leçon 5, note 21.]
  • 29 [Cuvier mentionne Hercule IV mais il s’agit d’Hercule II, également appelé parfois Hercule, Prince (...)
  • 30 [Examen omnium simplicium medicamentorum, quorum in officinis usus est, Rome : Joannem et Francisc (...)
  • 31 [Platon, voir Tome 1, Leçon 5.]
  • 32 [Galilée, voir Leçon 11 ci-après.]
  • 33 [Léonicène, voir note 16 ci-dessus.]

9Un de ses élèves, qui fut aussi celui de Leonicenus, Antoine Brasavola23, travailla dans le même esprit, et devint un des plus célèbres botanistes de son temps. Né en 1500, d’une famille noble de Venise, il exerça la médecine, et s’attacha même au roi François Ier24, qui le surnomma Musa25 ; en sorte que dans ses ouvrages il s’appelle Antonius Musa. Il reçut l’ordre de Saint-Michel, et fut médecin de l’empereur Charles-Quint26, de Henri VIII, roi d’Angleterre27, et de Léon X28. C’était un homme qui jouissait de la plus grande considération dans toute l’Europe. Il s’attacha définitivement au duc de Ferrare, Hercule IV29, à qui il inspira le goût de la botanique, et avec lequel il fit plusieurs excursions dans les montagnes de l’Italie. Il le détermina à établir dans une presqu’île formée par le Pô, un jardin botanique où il rassembla les plantes remarquables qu’il avait découvertes dans ses excursions. Brasavola a été ainsi le fondateur et le possesseur du premier jardin de ce genre qui ait existé parmi les modernes. Ce n’était pas encore un jardin public ; il était la propriété particulière du duc de Ferrare ; néanmoins ce fut un établissement très précieux pour la botanique. Brasavola mourut en 1555. On a de lui un ouvrage, imprimé à Rome en 1536, qui a pour titre : Examen omnium simplicium medicamentorum30. Mais quoique Brasavola ait étudié les plantes sur nature, ce livre a pourtant encore le caractère d’un commentaire des anciens. Il est écrit en dialogues, comme plusieurs autres ouvrages scientifiques de ce temps. Je vous ai fait voir que l’académie platonicienne, établie à Florence, avait porté le zèle pour l’étude de Platon31 au dernier degré ; c’était par suite de l’admiration qu’on professait pour ce grand écrivain, que cette forme de dialogue avait été adoptée. Elle fut constamment suivie jusqu’à Galilée32, non-seulement par les auteurs italiens, mais par les auteurs allemands et français de l’époque dont nous parlons. Pourtant cette forme n’est pas la plus commode pour les ouvrages didactiques ; mais on lui trouvait quelque agrément, et d’ailleurs elle était de mode, ce qui est déjà un grand mérite pour un livre. Brasavola a été fort utile à la science, en faisant un Index détaillé pour la traduction latine des œuvres de Galien, donnée par Leonicenus33. Il fut imprimé à Venise, chez les Juntes, en cinq volumes in-folio, avec un caractère très menu. Il était difficile auparavant de se retrouver dans cet immense travail. On doit enfin à Brasavola une analyse qui indique à peu près tout le contenu des ouvrages de Galien.

10Nous avons fini, messieurs, la revue des premiers Italiens qui portèrent leurs recherches botaniques sur les ouvrages des anciens, qui travaillèrent à les répandre, à les interpréter, à corriger les fautes qui s’étaient glissées dans leurs copies, et même à rectifier les erreurs positives qui s’y rencontraient, autant que le petit nombre de leurs observations le leur permettait. En venant en France, nous allons y trouver des travaux du même genre.

  • 34 [Jean Ruel ou Ruelle, en latin Ruellius (né en 1474 à Soissons ; mort le 24 septembre 1537 à Paris (...)
  • 35 Il [Jean Ruel] y fut sollicité par Étienne [de] Poncher, évêque de Paris [prélat et diplomate fran (...)
  • 36 [Une traduction de l’ouvrage de Dioscoride intitulé De material medica ; voir Tome 1, Leçon 12, no (...)
  • 37 [Henri Estienne, également connu sous le nom de Henricus Stephanus (né en 1528 ou 1531 à Paris ; m (...)
  • 38 [Famille Estienne, voir Leçon 1, note 56.]
  • 39 [De dissectione partium corporis humani libri tres, un cum figuris, & incisionum declarationibus, (...)

11Ce fut Jean Ruel, en latin Ruellius34, qui, le premier se mit à l’œuvre. Il était né à Soissons, en 1479, et appartient, par conséquent, à la fin du quinzième siècle. Il se fit d’abord médecin, et se maria. Devenu veuf, il entra dans les ordres ecclésiastiques35, et devint chanoine de Notre-Dame de Paris, où il mourut en 1539. Nous lui devons la seconde traduction latine de Dioscoride36. Cet ouvrage fut édité, en 1516, par Henri Estienne37, homme très érudit et très instruit dans les sciences, et appartenant à la famille des Estienne, devenue célèbre par son habileté dans l’imprimerie, et par le grand nombre d’hommes savants qu’elle a renfermés38. Vous vous souvenez que nous avons déjà parlé de l’un d’eux, Charles Estienne, qui a fait un traité d’anatomie39.

  • 40 [De natura stripium libri tres, voir note 34 ci-dessus.]
  • 41 [Théophraste, Dioscoride et Pline ; voir Tome 1, Leçons 9, 12 et 13.]

12Ruel a fait un ouvrage intitulé : De natura stirpium40. C’est un des premiers grands ouvrages de botanique qui aient paru en France. Il fut pubié en 1536, réimprimé aussitôt à Bâle en 1537, et à Venise en 1538 ; ce qui prouve qu’il obtint rapidement l’estime de toute l’Europe. C’est une compilation de Théophraste, de Dioscoride et de Pline41, avec quelques extraits de Galien, qui présente en abrégé toute la masse de leur doctrine. C’est, en quelque façon, un résumé des recherches faites sur les auteurs anciens, faisant pendant au résumé des recherches faites sur les auteurs modernes. Cet ouvrage contient environ 300 noms de plantes, avec leurs noms vulgaires en français. Mais il y existe un genre d’erreur qui ne doit pas surprendre : c’est que Ruel, qui ne voyageait qu’autour de Paris et en Picardie, a confondu les plantes de Grèce et d’Italie décrites par Théophraste, Dioscoride et Pline, avec des plantes qui offrent bien quelques points de ressemblance avec elles, mais qui ne sont pas identiquement les mêmes. C’est le défaut de tous les auteurs de ce temps, de n’avoir pas fait attention aux différences des climats, et d’avoir ainsi commis des erreurs qui n’ont été reconnues que beaucoup plus tard.

13Pendant que ces travaux s’exécutaient en France, le zèle pour l’étude de la botanique naissait aussi en Allemagne. Il y prit même une meilleure direction : on s’attacha plus particulièrement à l’étude des plantes sur elles-mêmes ; et, ce qui le prouve, c’est que les ouvrages qui parurent en Allemagne pendant le seizième siècle furent enrichis de figures qui ne pouvaient être faites que d’après l’observation même de modèles vivants.

  • 42 [Otto Brunfels ou Brunsfeld, ou également Otho ou Othon Braunfels (né c. 1488 près de Mayence ; mo (...)
  • 43 [Herbarum vivae eicones ad naturae imitationem, summa cum diligentia et artificio effigiatae, una (...)
  • 44 En 1532[-1537], il en fut publié une édition allemande [intitulée Contrafayt Kreüterbüch nach rech (...)
  • 45 Les ouvrages de ce peintre [Lucas Cranach l’Ancien ; né c. 1472 à Kronach, en Haute-Franconie ; mo (...)
  • 46 On attribue à [Albrecht] Dürer [peintre, graveur, mathématicien et théoricien allemand ; né le 21 (...)

14Le premier des botanistes de ce pays est Othon Brunfels ou Brunsfeld42, de Mayence, qui fut maître d’école à Strasbourg, et plus tard devint médecin à Berne ; son ouvrage est intitulé : Herbarum vivæ icones43 ; il est de 1530, et se compose de deux volumes petit infolio44. Les plantes y sont sans ordre ; mais cet ouvrage est remarquable, parce qu’il est le premier où il y ait des figures passables. Elles sont encore en bois ; car ce n’est que vers la fin du dix-septième siècle qu’on a commencé ; en botanique comme en zoologie, à avoir des gravures sur cuivre ; mais elles sont faites d’après nature, et plusieurs sont très bien dessinées. Ce dernier fait n’a rien d’étonnant, puisque l’Allemagne, comme vous le savez, renfermait alors un grand nombre d’artistes distingués. Son école de peinture venait après celle d’Italie, ou, pour parler plus juste, il n’existait que ces deux écoles. Les Cranach45, les Albert Dürer46 étaient des artistes de la plus haute distinction. L’art de la gravure fut cultivé en Allemagne presque en même temps qu’en Italie, et le nombre des graveurs et dessinateurs y était très considérable ; de sorte que les différents naturalistes n’ont jamais manqué de moyens de faire représenter les objets qu’ils observaient.

  • 47 [Jérôme Bock ou Hieronymus Bock (à ne pas confondre avec Hieronymus Bosch), surnommé Tragus, (né e (...)
  • 48 [Deux-Ponts, nom en français de la ville de Zweibrücken située dans l’état de Rhénanie-Palatinat d (...)
  • 49 [New Kreuterbuch von Underscheidt, Würckung und Namen der Kreuter, so in teutschen Landen wachsen  (...)
  • 50 [La seconde édition du livre de Bock intitulé Kreuterbuch (voir note 49 ci-dessus) fut publiée à S (...)
  • 51 Son zèle le fit mourir phthisique [phthisis pulmonaire ou tuberculose, appelé également consomptio (...)
  • 52 [Aristote, voir Tome 1, Leçons 7 et 8.]
  • 53 [Théophraste, voir Tome 1, Leçon 9.]

15Le second botaniste de l’Allemagne est Jérôme Bock ou Tragus47, né à Heidesbach en 1498. Il fut d’abord maître d’école à Deux-Ponts48, ensuite ministre luthérien. Il mourut en 1554. Son livre, qui portait le titre de Nouvel Herbier49, New Krœutzer buch, fut imprimé à Strasbourg, en 1539, sans figures ; mais il en inséra dans sa seconde édition, qu’il avait empruntées à Fuchs50, dont je parlerai tout à l’heure. Tragus a été un des hommes les plus infatigables dans la recherche des plantes ; il passa presque toute sa vie à voyager dans les montagnes des Vosges51, qui étaient voisines de son lieu natal. Il recueillit presque toutes les plantes. Elles sont, dans son ouvrage, divisées en plantes sauvages, en fourrages, en arbres et en arbustes. Il n’y existe pas encore de véritable méthode. Aristote52 en avait donné une précise pour les animaux : elle était fondée sur leur organisation ; mais aucun botaniste ne fit de travail de cette nature pour les plantes. Nous avons vu que Théophraste53 les classe, les unes suivant leurs usages, les autres suivant les pays qui les produisent ; il n’offre rien de ce que les botanistes appellent maintenant une méthode légitime, c’est-à-dire fondée sur la structure même des plantes. Ses distributions ne sont faites que d’après des circonstances accidentelles et tout-à-fait extérieures aux plantes elles-mêmes. Nous verrons tout à l’heure que ce n’est que vers la fin du seizième siècle que la botanique a enfin possédé une méthode ; tandis que la zoologie, comme nous le disions, a fait son entrée dans les sciences avec la méthode d’Aristote, qui classe les animaux d’après des caractères pris sur eux-mêmes.

  • 54 [Euricius Cordus (à ne pas confondre avec son fils Valerius Cordus, également botaniste ; voir Leç (...)
  • 55 [Melanchthon, voir note 45 ci-dessus.]
  • 56 [Desiderius Erasmus Roterodamus, connu sous le nom d’Érasme de Rotterdam ou tout simplement Érasme (...)
  • 57 [Léonicène, voir note 16 ci-dessus.]
  • 58 [Botanologicon, sive colloguium de herbis, Cologne : Joannem Gymnicum, 1534, 183 + [11] p., in-8°  (...)
  • 59 [Nicandri poetae et medici antiquissimi Theriaca et AlexiAlexipharmaca ; in Latinos uersus redacta (...)

16Nous rencontrons en Allemagne, à la même époque, un troisième botaniste, nommé Euricius Cordus54 : c’est du moins le nom qu’il se donne en latin ; car la plupart des noms du seizième siècle sont ou latinisés ou grécisés. Les noms allemands surtout paraissaient trop barbares pour être mis dans un livre écrit en latin ; mais ces noms n’étaient pas même toujours la traduction du nom patronymique des auteurs, ou celui de leur pays, avec une terminaison grecque ou latine ; c’étaient quelquefois des noms de pure fantaisie, tel, par exemple, que celui de Mélanchton55, qui signifie terre noire. Euricius Cordus était un homme plus instruit que les deux précédents ; il était fort érudit, et possédait très bien la langue latine, qu’il enseigna à Erfurt. Il fut à ce sujet en correspondance avec le célèbre Érasme56. En 1512, il se rendit en Italie, où il étudia sous Leonicenus57. Il revint ensuite à Erfurt, où il donna des leçons de médecine et de botanique. Ce fut lui qui forma le premier jardin botanique qui ait existé en Allemagne ; mais ce n’était encore qu’un jardin privé. Sa mort eut lieu à Brême, en 1538. Nous possédons de lui un livre intitulé : Botanologicon, sive colloquium de herbis58, imprimé à Cologne, sous forme de dialogue, en 1534. Cette forme, si usitée alors, était assez amusante, mais peu instructive. Le plus bel ouvrage d’Euricius est sa traduction en vers latins des deux poèmes de Nicandre, intitulés : Alexi-pharmaca et Theriaca59. Cette traduction est encore la plus estimée aujourd’hui.

  • 60 [Fuchs, voir Leçon 2, note 60.]
  • 61 [Margrave Georges de Brandebourg-Ansbach (né le 4 mars 1484 à Ansbach ; mort le 27 décembre 1543 à (...)
  • 62 [Fuchs fut appelé à Tübingen par Ulrich, Duc de Württemberg (né le 8 février 1487 à Riquewihr en A (...)
  • 63 [De Historia stirpium commentarii insignes, maximis impensis et vigiliis elaborati, adjectis earun (...)
  • 64 [Ouvrage de Vésale sur l’anatomie humaine intitulé De humani corporis fabrica, publié par Jean Opo (...)
  • 65 [De historia stirpium commentarii insignes… Accessit ijs succincta vocum obscurarum in hoc opere o (...)

17Mais un homme qui fut supérieur à tous ceux que je viens de vous faire connaître, et, on peut le dire, le plus grand botaniste, proprement dit, du seizième siècle, le premier qui ait présenté les plantes d’une manière convenable, avec des figures suffisantes pour les bien faire reconnaître au premier aspect, c’est Léonard Fuchs60, né en 1501, à Wembdingen en Souabe. Il fut professeur à Ingolstadt, en 1526, ensuite médecin du margrave d’Anspach61. En 1528, il devint professeur à l’université de Tubingue62, qui était alors nouvelle, et dès 1531 il y enseigna la botanique et l’anatomie jusqu’à sa mort, qui eut lieu en 1566. Je vous ai déjà parlé de lui comme d’un anatomiste distingué ; il mérite encore plus d’éloges comme botaniste ; son ouvrage est intitulé : De historia stirpium commentarii insignes, etc63. Il fut imprimé à Bâle, en 1542, la même année où fut commencée l’impression de la grande anatomie de Vésale64. Bâle était alors une des villes d’Allemagne où l’imprimerie était cultivée de la manière la plus brillante. Bâle, Venise, Paris, Florence, Anvers, puis Lyon, étaient les villes où l’imprimerie avait acquis le plus de perfection. Un grand nombre d’ouvrages a été imprimé à Bâle pendant le seizième siècle, d’une manière très distinguée. L’ouvrage de Fuchs se fait remarquer surtout par ses figures, qui sont au nombre de plus de cinq cents. Les planches sont en bois, à la vérité, et au simple trait ; mais elles sont fort exactes et d’une grandeur convenable. Elles forment un petit in-folio, dont le dessin remplit presque toute la page, ce qui est rare, même dans les ouvrages qui ont été faits depuis. On n’y trouve pas encore de détails sur la fructification ; mais ceux qu’elles présentent sont suffisants pour faire reconnaître les plantes que l’auteur a eu dessein de représenter. Le texte se compose d’articles extraits de tous les auteurs anciens, et rapprochés de la plante à laquelle ils ont paru s’appliquer. C’est donc, jusqu’à un certain point, une compilation ; néanmoins, l’auteur y a ajouté une description qui lui est propre. Fuchs fut un grand ennemi des Arabes ; il chercha à les discréditer autant qu’il le put. Ces attaques étaient nécessaires à une époque où ils dominaient encore dans toutes les parties de la médecine. Il a donné plusieurs ouvrages de médecine estimés, qui n’appartiennent pas à notre sujet. Je n’ai dû vous le faire remarquer que comme ayant fourni un premier fonds à toutes ces figures que nous verrons successivement enrichir la botanique, dans les ouvrages qui parurent après le sien. On a donné à Lyon, en 155565, une petite édition de son histoire, in-12, et sans figures ; mais une grande partie du mérite de l’ouvrage a ainsi disparu, puisque le texte n’est presque qu’une compilation, remarquable seulement par des recherches de synonymie ancienne, dans lesquelles Fuchs passe pour avoir le mieux réussi.

  • 66 Val[erius] Cordus [voir note 54 ci-dessus, et Leçon 3, note 47] était dans l’usage de signer son n (...)
  • 67 [Euricius Cordus, voir note 54 ci-dessus.]
  • 68 [Historiae stirpium libri quatuor, posthumi, nunc primum in lucem editi, adjectis etiam stirpium i (...)
  • 69 [Conrad Gessner, voir Leçon 4 ci-dessus.]
  • 70 [Stirpium descriptionis liber quintus, qua in Italia sibi visas describit in praecendtibus vel omn (...)

18Un de ses compatriotes et de ses contemporains, qui serait devenu un grand botaniste, si la mort ne l’eût enlevé à la fleur de l’âge, est Valerius Cordus66, fils d’Euricius Cordus67, et né à Simsthausen, dans la Hesse, en 1515. Il mourut à Rome, en 1544, âgé de vingt-neuf ans. Il avait déjà, comme son père, commenté Dioscoride, et laissa un ouvrage intitulé : Historiæ stirpium, libri quatuor68, que sa mort prématurée l’empêcha de publier. Conrad Gessner69 le fit imprimer à Strasbourg, en 1562. Il renferme une foule de plantes belles et nouvelles. Déjà Fuchs en avait donné beaucoup ; mais V. Cordus dans ses voyages en Italie en avait recueilli un grand nombre qui étaient restées inconnues à ce célèbre botaniste. Le cinquième livre de son ouvrage, qui contient les plantes d’Italie, parut en 156370. Un sixième est resté manuscrit.

  • 71 [Pietro Andrea Mattioli, connu également sous le nom de Matthiole (né le 23 mars 1501 à Sienne ; m (...)
  • 72 [Ferdinand Ier, voir Leçon 1, note 40.]
  • 73 [Archiduc Ferdinand d’Autriche, Ferdinand II (né le 14 juin 1529 à Linz ; mort le 24 janvier 1595 (...)
  • 74 [Maximilien II, voir Leçon 6, note 75.]

19Nous rencontrons après ces auteurs des premiers essais sur l’histoire des plantes au seizième siècle, un homme qui a eu plus de réputation qu’eux, et dont les ouvrages se sont infiniment plus multipliés, bien qu’il soit loin d’avoir eu leur mérite. Cet homme est Pierre-André Mattioli, connu sous le nom de Matthiole71. Il était né à Sienne, en 1500, juste avec le siècle dont nous donnons l’histoire. Son titre de docteur lui fut conféré à Padoue, où était alors l’école de médecine la plus célèbre de l’Europe. Celle de Montpellier pouvait du moins seule rivaliser avec elle. Matthiole exerça la médecine à Sienne et à Rome, avec peu de succès. Il finit par s’établir dans le val Anania, près de Trente, en 1527, et y séjourna jusqu’en 1540. De là il fut à Gorice, ville autrichienne de l’Italie ; puis en 1552, à Pragues, où il avait été appelé par Ferdinand Ier72, pour être le médecin de son fils, l’archiduc Ferdinand73. Il entra plus tard au service de Maximilien II74, en qualité de premier médecin ; enfin il se retira à Trente, où il mourut de la peste en 1577.

  • 75 [Voir note 71 ci-dessus ; et Tome 1, Leçon 12, note 62.]
  • 76 [Ogier Ghiselin de Busbecq (né en 1522 à Comines ; mort le 28 octobre 1592), écrivain, herboriste (...)
  • 77 Il est impossible de parcourir ces temps sans être heurté d’une profusion de bâtards. Les abbayes, (...)
  • 78 Au nombre de ces plantes était le lilas, une des plus jolies conquêtes de la botanique en orient [ (...)
  • 79 [Giacomo Antonio Cortusi, également épelé Cortuso ou Cartusi (né en 1513 à Padoue ; mort le 21 jui (...)
  • 80 [Luca Ghini (né en 1490 à Casalfiumanese ; mort le 4 mai 1556 à Bologne), médecin et botaniste ita (...)
  • 81 Il [Mattioli] avait choisi cette langue [l’italien ; voir note 71 ci-dessus], parce que la plupart (...)
  • 82 [Commentarii in sex libros Pedaci Dioscoridis Anazerbei de medica materia iam denuo ab ipso autore (...)
  • 83 [Vincent Vaugris (Vincenzo Valgrisi) (fl. 1540-1572), imprimeur réputé de livres illustrés, il pub (...)
  • 84 [Pape Pie IV, voir Leçon 3, note 61.]
  • 85 [Ferdinand Ier, voir Leçon 1, note 40.]
  • 86 [Charles IX, voir Leçon 2, note 41.]
  • 87 [Cosme ou Côme de Médicis, Grand-Duc de Toscane (à ne pas confondre avec Cosme de Médicis, fondate (...)

20Son livre avait paru en 1544 : c’est une traduction italienne de Dioscoride75, qui fut faite avec des moyens nouveaux, et que les auteurs précédents n’avaient pas pu employer. On était déjà en rapport avec la Turquie ; le roi de France, l’empereur d’Allemagne, y envoyaient des ambassadeurs. L’un d’eux, nommé Augier Ghislen de Busbecq76, bâtard du seigneur de ce nom77, était fort savant. Pendant le temps assez long qu’il passa en Turquie, il envoya à Matthiole un grand nombre de plantes de la Grèce et de l’Asie-Mineure78, qu’il avait recueillies lui-même ; car il était connaisseur en botanique. Sur chaque plante, il avait écrit le nom du pays où il l’avait trouvée. Ce soin fut fort utile à Matthiole pour commenter Dioscoride, sous le rapport de la nomenclature. D’un autre côté, il eut des rapports avec tous les botanistes d’Italie, avec ceux qui avaient ces beaux jardins dans lesquels on apportait de toutes parts des plantes étrangères, notamment avec Cortusi79 et Luc Ghini80. D’abord ses commentaires parurent en italien81, mais il en donna ensuite des éditions latines, qui s’élevèrent à plus de trente. Un des grands mérites de cet auteur est d’avoir donné de bonnes figures ; mais il faut dire aussi que disposant des peintres et des graveurs italiens et allemands, il eut plus de moyens qu’aucun autre de perfectionner son ouvrage. La meilleure édition, celle qui est un véritable chef-d’œuvre, parut à Venise, en 156582. C’est l’édition de Valgrisi83, accompagnée des privilèges de Pie IV84, Ferdinand Ier85, Charles IX86 et Cosme de Médicis87. On y compte près de mille figures ; quoique gravées sur bois, la finesse s’y trouve réunie à la correction du dessin. Ce ne sont plus des figures au simple trait, comme celles de Fuchs ; elles sont parfaitement ombrées, et il est difficile d’imaginer, aux détails botaniques près, qui ne peuvent pas y exister à cette époque, qu’on puisse mieux faire avec les moyens de la gravure en bois ; en un mot, l’élégance y est complète et la perfection relative atteinte. Aussi cette édition conserve-t-elle, même aujourd’hui, une assez grande valeur, quoiqu’on ait des ouvrages qui lui soient supérieurs sous tous les rapports. Les détails de botanique, par exemple, n’y sont pas marqués, ainsi que je l’ai dit ; car personne n’y songeait encore. On ne voyait alors les plantes qu’en masse ; les fleurs même n’étaient pas analysées comme aujourd’hui ; on ne pensait ni à compter les étamines ni à examiner l’intérieur des capsules, et encore moins les graines : mais, je le répète, l’ensemble de la plante y est fort bien représenté.

  • 88 [Rembert Dodonée (ou Rembert Dodoens) (né le 29 juin 1517 à Malines ; mort le 10 mars 1585 à Leyde (...)
  • 89 [La région wallonne, communément appelée Wallonie est la 102. région sud de la Belgique où la lang (...)
  • 90 [Voir note 88 ci-dessus.]
  • 91 [Belon, voir Leçon 3.]
  • 92 [Rauwolf, voir Leçon 5, note 4.]
  • 93 [Prosper Alpin, voir Leçon 4, note 55.]
  • 94 [Melchior Guilandinus (ou Guilandin), connu également sous le nom de Melchior Wieland (né en 1520  (...)
  • 95 Ces barbaresques le [Guilandinus] dépouillèrent des plantes qu’il avait recueillies et des notes q (...)
  • 96 [Fallope, voir Leçon 2.]
  • 97 [Vésale, voir Leçon 1.]
  • 98 [Luigi Anguillara (né c. 1512 ; mort en 1570), premier directeur du jardin botanique de Padoue et (...)
  • 99 [Bernard de Trèves, ou Bernard le Trévisan, en référence à un ou plusieurs alchimistes italiens ay (...)
  • 100 [Papyrus, hoc est commentarius in tria Caii Plinii majoris de papyro capita : accessit Hieronymi M (...)

21Un contemporain de Matthiole, tout en travaillant à peu près de la même manière que lui, ne se borna pourtant pas au rôle de simple commentateur de Dioscoride, et fit un ouvrage qui porte le cachet d’une certaine originalité. Ce botaniste est Dodonée ou, plus exactement, Dodoens Rembert88. Il était né en Frise89, en 1517, et se fixa à Anvers. Il fut ensuite professeur à Leyde, où il mourut en 1585. À différentes reprises, il publia des fragments d’ouvrages qui contiennent beaucoup de figures gravées sur bois. Comme il les faisait imprimer à Anvers, où l’on imprimait aussi celles de Clusius, des figures de l’un parurent dans l’ouvrage de l’autre, et réciproquement. L’ouvrage de Dodonée est intitulé : Stirpium historiæ, pemptades VI, sive libri XXX90. Il forme un volume in-folio, imprimé à Anvers, en 1563, dans lequel l’auteur traite de plus de treize cents plantes ; mais les figures n’en sont pas à beaucoup près aussi belles que celles de Matthiole, ni aussi grandes et aussi bien dessinées que celles de Fuchs. Bien que médiocre sous ces deux rapports, cet ouvrage contient pourtant quelque chose de nouveau, parce que, dans l’intervalle qui le sépare des publications antérieures, il avait été fait pour la botanique, comme pour la zoologie, de nouveaux voyages dans les pays étrangers. Nous avons déjà parlé, à l’occasion de la zoologie, de ceux que firent dans le Levant Belon91, Rauwolf92, Prosper Alpin93 ; nous devons y ajouter celui de Melchior Guilandinus94, né en Prusse. Il visita l’Égypte et la Syrie ; mais en revenant il fut pris par des pirates algériens95, qui le tinrent dans un dur esclavage jusqu’à ce que l’illustre Fallope96, dont je vous ai parlé après Vésale97, eût brisé ses chaînes en payant sa rançon. Pénétré de reconnaissance, il vint à Padoue auprès de son libérateur, qui ajouta encore à ses bienfaits en le faisant nommer, en 1561, directeur du jardin botanique, à la place d’Anguillara98. Il remplit si bien cet emploi, qu’à la mort de Fallope sa chaire de botanique lui fut confiée, après avoir été occupée peu de temps par Bernard-Trévisan99. On a de lui un traité très célèbre sur le papyrus. Il contient pour la première fois l’explication de la fabrication de ce papier des anciens, et l’histoire de la plante qui en fournit la matière. Ce livre parut à Venise, en 1572 ; il est intitulé : Papyrus, hoc est commentarius in tria Caii Plinii majoris de papyro capita100.

  • 101 Garcia de Orto (ou Garcie du Jardin ou Garcia de Orta) (né en 1501 ou 1502 à Castelo de Vide dans (...)
  • 102 Bombay, appelée aujourd’hui Mumbai, est située sur ce qui était autrefois un archipel de sept îles (...)
  • 103 [Dialogues ou conversations sur la médecine et les remèdes d’Inde ; voir note 101 ci-dessus.]
  • 104 Charles de l’Écluse et son Exotica ou Exoticorum libri decem, quibus animalium, plantarum, aromatu (...)
  • 105 L’ase est une résine séchée extraite du rhizome ou de la racine de plusieurs espèces du genre Feru (...)
  • 106 [Le benjoin est la résine balsamique obtenue à partir de l’écorce de plusieurs espèces d’arbres du (...)

22La curiosité humaine est heureusement sans bornes, et l’on devait, par conséquent, désirer de parcourir les pays situés au-delà des régions déjà explorées. Aussi à peine les Portugais furent-ils maîtres d’établissements dans les Indes, que leurs médecins s’occupèrent de la recherche des productions végétales de ces contrées. Comme déjà les plantes médicinales et les aromates en étaient usités depuis plusieurs siècles, les premières investigations eurent naturellement pour objet ces plantes et ces aromates, ou, du moins, les végétaux qui les fournissaient. Ce fut Garcias ab Horto, ou du Jardin101, né en 1500, et professeur à Lisbonne, qui commença cette étude. Il se rendit aux Indes avec le vice-roi, en qualité de médecin des établissements portugais. Dans l’île où est aujourd’hui Bombay102, capitale des établissements anglais, qui appartenait alors aux Portugais, il forma un jardin botanique, où il rassembla toutes les plantes de l’Inde, utiles en médecine. Il en fit le sujet d’un ouvrage qui fut imprimé à Goa, en 1563, et qui a pour titre : Dialogues sur les simples et les drogues de l’Inde103. Clusius en a donné, sous une autre forme, une traduction latine dans ses Exotica104. Il a été, depuis, réimprimé un grand nombre de fois. Ce fut par cet ouvrage que les médecins apprirent quelles étaient les plantes qui leur fournissaient les drogues dont ils se servaient depuis longtemps, sans en connaître l’origine. Il contient la description de l’aloès, de l’assa-fœtida105, du benjoin106, de la laque, du camphre, du bétel, du macis, de la cannelle, du girofle, de la muscade, en un mot, d’une foule de productions précieuses qui, jusque-là, n’avaient pas été étudiées à leur source même.

  • 107 [Cristobal Acosta (né en 1515, peut-être à Tanger ; mort en considéré comme un pionnier de l’étude (...)
  • 108 [Tractado de las drogas y medicinas de las Indias orientales con sus plantas debuxadas al biuo por (...)
  • 109 Le ou sensitive est une plante vivace rampante souvent cultivée pour sa curieuse particularité : l (...)
  • 110 On sait que M. [René Joachim Henri] Dutrochet [médecin, botaniste et physiologiste français, surto (...)

23Un des élèves de Garcias, nommé Christophe Acosta107, Espagnol et chirurgien à Burgos, publia plus tard un ouvrage sur le même sujet, intitulé : Tratado de las drogas y medicinas de las Indias orientales con sus plantas108. Il y fit connaître la sentitive109, cette espèce de mimosa dont les feuilles se replient quand on les touche110.

  • 111 [Nicolas Bautista Monardes (né en 1493 ; mort le 10 octobre 1588) était un médecin et botaniste es (...)
  • 112 [Le copal est une résine d’arbre ressemblant à l’ambre faisant partie des résines aromatiques util (...)
  • 113 [La ricine est une lectine (protéine se fixant à certains glucides) naturelle très toxique produit (...)
  • 114 [Baume est un terme utilisé pour nommer certains produits naturels végétaux à l’odeur agréable et (...)
  • 115 [Le Baume de Tolu est une sécrétion résineuse produite par un arbre d’Amérique du Sud appelé Myrox (...)
  • 116 Rien ne prouve mieux la bizarrerie des choses humaines que’ histoire du tabac. Une herbe ignorée d (...)
  • 117 [Le gaïac est un petit arbrisseau du genre Guaiacum Sanctum que l’on trouve dans les tropiques du (...)
  • 118 [La salsepareille (Smilax aspera) est une espèce de plante vivace grimpante ou d’arbrisseau appart (...)
  • 119 [Clusius, voir Lecon 6, note 73.]
  • 120 [Maximilien II, voir Lecon 6, note 75.]
  • 121 [Rodolphe II, voir Lecon 6, note 76.]
  • 122 [L’ensemble des ouvrages de Charles de l’Ecluse (voir Lecon 6, note 73) fut publié en deux parties (...)

24Un autre Espagnol, appelé Nicolas Monardès111, et médecin à Séville, s’appliqua à l’étude des drogues qui venaient de l’Amérique. Il parle, dans son ouvrage, de la copale112, du ricin113, du baume114 de tolu115 et du tabac, dont il donne l’histoire pour la première fois116. Il rapporte que les jongleurs indiens employaient cette plante pour se donner, au moyen de sa fumée, une espèce d’ivresse, et que c’était dans cet état qu’ils faisaient des prédictions et exerçaient leurs charlataneries. Il parle aussi du tabac comme d’une chose très usitée en Europe. On s’en servait en effet pour les fumigations et pour fumer ; mais je ne vois pas qu’on en fît encore usage en poudre. Plusieurs autres plantes, aujourd’hui très communes, telles que le gaïac117, la salsepareille118, etc., se trouvent encore dans Monardès ; mais le haricot ordinaire, dont il fait également mention, était un légume nouveau de son temps ; les anciens ne le connaissaient pas. Enfin, il parle de quelques drogues tirées des animaux ; mais je n’ai pas remarqué qu’il traitât de la pomme de terre. Nous verrons que ce tubercule, qui est le plus beau présent de l’Amérique à l’Europe, n’y parut qu’à la fin du seizième siècle. C’est dans Clusius119 qu’on en trouve les premières notions. Clusius était né en 1526, comme vous savez, et mourut en 1609 : je vous en ai parlé dans l’histoire de la zoologie comme d’un homme très distingué ; il est encore plus remarquable comme botaniste. Il voyagea beaucoup en France, en Italie, en Allemagne, et finit par devenir directeur du jardin botanique de Vienne, sous les empereurs Maximilien II120 et Rodolphe II121. Il voyagea ensuite en Hongrie, en sorte qu’il eut toutes les occasions possibles de connaître les plantes de l’Europe, même les plantes étrangères qu’on y avait déjà introduites. D’abord il publia plusieurs petits ouvrages ; l’un sur les plantes rares d’Espagne, l’autre sur celles de Hongrie et d’Autriche ; ensuite il fit paraître un ouvrage plus général et qui contient tous ses travaux antérieurs ; il est intitulé : Rariorum plantarum historia, et fut imprimé à Anvers, chez les Plantin, en 1601122. Il appartient bien déjà au dix-septième siècle par sa date, mais dans la réalité c’est une production du seizième, puisqu’il n’est qu’une réunion des ouvrages que Clusius avait fait paraître depuis 1576.

  • 123 [Walter Raleigh, voir Leçon 5, note 66.]
  • 124 [Francisco López de Gómara, voir Leçon 6, note 108.]
  • 125 On peut voir ce qu’a dit à cet égard [sur la pomme de terre] M. [Jean-Jacques] Virey [pharmacien e (...)

25Cet ouvrage a placé son auteur au rang des plus grands botanistes de son siècle. Clusius était d’ailleurs d’une érudition extrême ; il savait bien toutes les langues et connaissait parfaitement les auteurs. Son style est très clair et très élégant, et c’est lui qui présente les descriptions les plus satisfaisantes sous ces deux rapports. Ses figures sont en bois, et médiocrement gravées ; néanmoins elles suffisent pour faire reconnaître les espèces. Je ne puis entrer dans le détail de toutes celles qui n’avaient pas encore paru : le nombre en est beaucoup trop considérable ; il s’élève à plus de six cents. Je mentionnerai seulement celle de la pomme de terre, parce qu’on croit communément que cette plante vient de Virginie, et qu’elle a été importée en Europe par le fameux et malheureux Walter Ralegh123, amiral anglais dont je vous ai parlé dans ma précédente leçon. Cette opinion est erronée : on peut se convaincre, par l’ouvrage de Clusius, qu’en 1586 la pomme de terre était déjà répandue en Italie, et tellement répandue, que non-seulement elle y était un mets ordinaire, mais qu’on l’y donnait pour nourriture aux animaux. Cette grande multiplication suppose certainement plusieurs années de culture ; or, Ralegh ne revint de son expédition qu’en 1585, c’est-à-dire une année seulement avant l’époque où la pomme de terre était déjà employée avec profusion en Italie. Il est donc évidemment impossible que ce soit cet amiral qui l’ait importée en Europe. Clusius nous fournit encore la preuve qu’elle n’est pas originaire de la Virginie. On trouve dans ses recueils un article qui en donne une description fort claire, et Gomara124 la mentionne aussi, comme servant d’aliment ordinaire aux habitants de Quito et des environs des montagnes du Pérou septentrional, qui la désignaient par le nom de papas. Toutes ses propriétés sont d’ailleurs si bien déterminées, qu’il est impossible de douter qu’elle ne soit originaire du Pérou, et que son introduction en Europe ne soit due aux Espagnols, qui la répandirent d’abord en Italie. C’est donc une opinion à rectifier, que celle qu’on a communément sur l’origine de la pomme de terre et de son introduction en Europe125.

  • 126 126. [Famille Este ; voir note 29 ci-dessus.]
  • 127 [Conrad Gessner, voir Leçon 4.]

26On ne doit pas s’étonner de ce que Clusius contienne les documents que nous venons de rapporter ; car ce célèbre botaniste ne s’était pas borné à recueillir les plantes d’Europe ; il avait rassemblé aussi plusieurs écrits sur celles des pays les plus éloignés. Il avait même formé un jardin botanique ; on sentait déjà fort bien la nécessité d’étudier les plantes sur elles-mêmes. On reconnaissait bien aussi cette nécessité pour les animaux ; mais l’étude de ceux-ci est plus difficile, et l’utilité d’ailleurs n’en était pas aussi évidente. Les ménageries et les collections de dépouilles d’animaux furent donc établies moins promptement que les jardins botaniques. Les premiers jardins de cette nature appartinrent à des particuliers, à des princes ou à des professeurs. La maison d’Este en possédait un près de Ferrare126 ; il en existait un autre près de Leipsic. Conrad Gessner127, dont je vous ai déjà parlé comme d’un savant zoologiste, possédait un jardin botanique à Zurich. Les Belges, et les Hollandais surtout, étaient alors particulièrement adonnés à la culture des belles fleurs ; dès qu’il en arrivait de remarquables des pays étrangers, ils s’empressaient de les introduire dans leurs jardins et de les y multiplier.

27La mode qui, au seizième siècle, consistait principalement à porter de très belles broderies, imprima une activité singulière à la recherche des fleurs nouvelles. Les nombreux brodeurs de ce temps, car une grande consommation multiplie toujours les producteurs, s’ingéniaient de toutes manières pour obtenir les plus beaux modèles, et ils avaient ainsi déterminé l’établissement de jardins exclusivement destinés à remplir leurs besoins.

  • 128 [Jean Robin (né en 1550, mort en 1629), horticulteur français, jardinier en chef pendant le règne (...)
  • 129 Un motif particulier excita son [Robin] ardeur : la reine [Marie de Médicis ; née le 26 avril 1575 (...)
  • 130 [Le Robinier faux-acacia (Robinia pseudocacia) communément appelé robinier, est un arbre du genre (...)
  • 131 [Grand-Duc Come Ier, voir Leçon 3, note 100.]
  • 132 [Luca Ghini, voir note 80 ci-dessus.]
  • 133 [Andre Cesalpin, voir Leçon 2, note 47.]
  • 134 [Anguillara, voir note 98 ci-dessus.]
  • 135 [Guilandin, voir notes 94 et 95 ci-dessus.]
  • 136 [Giacomo Antonio Cortusi (né en 1513 à Padoue ; mort le 21 juin 1603), professeur de botanique a P (...)
  • 137 Comme l’a déjà fait remarquer M. Cuvier, presque tous les noms de ce temps sont altères. Le vrai n (...)
  • 138 [Aldrovandi, voir Leçon 4, notes 31 et 32.]
  • 139 [Michel Mercatus (né en 1541, mort en 1593), médecin et naturaliste italien qui fonda le jardin bo (...)

28Le plus remarquable de ces jardins était celui de Jean Robin128, qui vivait sous Henri IV129. C’est de son nom qu’on a tiré la dénomination d’acacia Robinia130, donnée au faux acacia, parce que ce fut lui qui, le premier, l’introduisit en Europe, ou du moins l’y multiplia. Mais tous ces jardins ne servaient guère à la science : il fallait des établissements publics où les étudiants pussent être introduits par leurs professeurs pour y étudier les plantes. Le premier de cet ordre fut établi à Pise, en 1543, par les ordres du grand-duc Côme Ier131. La direction en fut confiée d’abord à Luc Ghini132, botaniste très savant ; ensuite elle échut à Césalpin133, l’inventeur du premier système de botanique. Le second jardin public fut établi à Padoue, en 1545, par les ordres de la république de Venise, qui protégeait alors beaucoup cette université, ainsi que je vous l’ai dit en traitant de l’histoire de l’anatomie ; son premier directeur s’appelait Anguillara134. Guilandinus135, ce Prussien dont je vous ai parlé il y a quelques instants, lui succéda et remplit cette place pendant un temps assez long. Enfin, le troisième directeur fut Cortusus136. Le jardin botanique que nous remarquons ensuite est celui de Florence, qui fut créé en 1556. Ce fut Luc Ghini, le même dont nous venons de parler qui l’établit après avoir fondé celui de Pise ; il eut pour successeur Benin-Casa137. Le quatrième jardin, dans l’ordre chronologique, fut celui de l’université de Bologne. Cette université ne voulut pas céder ce genre d’ornement à celles de Padoue et de Pise. Ce fut en 1568 qu’elle fonda son jardin botanique. Le premier directeur en fut le célèbre Aldrovande138, déjà connu par l’analyse que j’ai faite de ses travaux zoologiques. Rome eut le cinquième jardin botanique, dans le Vatican même ; il fut aussi fondé en 1568. Comme ces deux dernières villes se trouvent dans les états de l’église, il est possible que leurs jardins aient été établis par les ordres du même pape, sous l’influence d’Aldrovande. Quoi qu’il en soit, Mercatus139 fut le premier directeur du jardin du Vatican.

  • 140 [Roi Philippe II d’Espagne, voir Leçon 2, note 1 ; et Leçon 5, note 29.]
  • 141 [Jacob van der Does (né c. 1500, mort en 1577) officier municipal de Leyde pendant le siège de cet (...)
  • 142 [Dirck Outgaertszoon Cluyt, Clutius en latin (né en 1546 ; mort en 1598 à Leyde), pharmacien et bo (...)
  • 143 Néanmoins ils étaient parents, et aussi très liés d’amitié [voir note 142 ci-dessus] ; Clutius ded (...)
  • 144 Auparavant les étudiants étaient obligés d’aller en Italie pour apprendre la botanique [M. de St.- (...)
  • 145 [Pierre Richer de Belleval (né en 1564 à Châlons-en-Champagne ; mort le 17 novembre 1632 à Montpel (...)
  • 146 [Louis XIII, voir Leçon 2, note 110.]
  • 147 [Ludwig Jungermann (né le 4 juillet 1572 à Leipzig ; mort le 7 juin 1653), médecin et botaniste al (...)
  • 148 [Johann Konrad von Gemmingen (né le 23 octobre 1561 à Tiefenbronn ; mort le 7 novembre 1612 à Eich (...)
  • 149 [Basil Besler (né en 1561 à Nuremberg ; mort le 13 mars 1629 à Nuremberg), apothicaire et botanist (...)
  • 150 [Besler fut aidé par son frère Jérôme Besler (voir Leçon 8, note 45 ci-dessous) et Ludwig Jungerma (...)

29L’Europe, en 1568, ne renfermait pas d’autres jardins que ceux que je viens d’énumérer. La ville de Leyde fut la première, dans le nord, qui suivit l’exemple de l’Italie. Son université avait été fondée, deux ans auparavant, par la nouvelle république des Pays-Bas, au nom de Philippe II140, parce que, bien qu’en pleine insurrection contre ce roi, sa déchéance n’était pourtant pas encore déclarée. En établissant cette université, on voulut reconnaître le courage de la ville de Leyde, pendant le siège qu’elle avait eu à soutenir contre les troupes de Philippe II. Elle s’était dévouée à la famine la plus terrible, sous les ordres de J. Dousa ou Van-der Does141, qui fut ensuite un des premiers curateurs de cette même université. Son jardin botanique fut établi en 1577 ; le premier directeur en fut Cluyt, en latin Clutius142, qu’il ne faut pas confondre avec Clusius143. Un peu plus tard, en 1580, fut créé le jardin de Leipsic. Ce ne fut qu’en 1597 que la France eut un jardin botanique : il fut établi à l’université de Montpellier, par les ordres d’Henri IV144. Le premier directeur en fut Richer de Belleval145, qui était alors professeur de botanique, et concourut de ses propres fonds à l’entretenir. Mais après la mort d’Henri IV, sous la minorité de Louis XIII146, les secours qui lui avaient été accordés ayant cessé de l’être, le jardin de Montpellier fut presque réduit à rien ; tellement que lorsqu’on proposa d’en établir un à Paris, en 1626, parmi les motifs qu’on exposa, on fit surtout valoir la destruction de celui de Montpellier. Il s’en forma ensuite plusieurs en Allemagne, à Giessen, dans la Hesse, sous Jungermann147 ; à Aichstaedt, par les soins de l’évêque de ce temps, Jean Conrard de Gemmingen148, qui protégeait les sciences et donna lieu au premier ouvrage de luxe sur la botanique. La ville de Nuremberg, qui était alors en république, et avait fondé l’université d’Alfort, y créa un jardin botanique, en 1625. Ces trois jardins ont été établis par le même directeur, Basile Besler149, simple apothicaire. Ne sachant pas le latin, il fut obligé d’emprunter la plume d’autrui pour écrire son ouvrage150, qui est d’une grande magnificence.

  • 151 [Guy de la Brosse (né en 1586 ; mort en 1641 à Paris), botaniste français, pharmacien, et médecin (...)
  • 152 Suivant M. [François] Chaussier [anatomiste français ; né le 2 juillet 1746 à Dijon ; mort le 19 j (...)
  • 153 [Le Cardinal de Richelieu est Armand Jean du Plessis, Cardinal-Duc de Richelieu et de Fronsac (né (...)
  • 154 [Jean Robin, voir notes 128 et 129 ci-dessus.]
  • 155 Ce jardin n’occupait que le petit triangle connu maintenant sous le nom de place Dauphine [place p (...)
  • 156 C’est encore, comme tout le monde sait, ce que fait aujourd’hui M. [Adrien-Henri] de Jussieu [bota (...)

30En 1626, l’ordre d’établir un jardin botanique à Paris fut donné de nouveau. Le projet en avait été présenté par un médecin de Louis XIII, nommé Gui de la Brosse151, qui y intéressa le premier médecin de ce prince, appelé Hérouard152. Ce fut ce dernier qui obtint du roi un édit par lequel il était ordonné qu’un jardin botanique serait établi dans un des faubourgs de Paris ; mais entre l’ordre et l’exécution il s’écoula encore plus de huit ans. Gui de la Brosse prit dans cet intervalle tous les soins imaginables ; il écrivit plusieurs fois au roi, au cardinal Richelieu153, au surintendant et au chancelier. Il avait demandé cinquante arpents de terre dans un faubourg de Paris, et une somme de 200,000 francs : on ne lui en donna pas même la moitié. Ce fut le principe de l’établissement connu aujourd’hui sous le nom de Muséum d’Histoire naturelle. Gui de la Brosse commença à y faire des leçons en 1634. Auparavant il n’y avait à Paris de jardin botanique que celui de J. Robin154, qui contenait à peine deux cents plantes155 ; c’était tout ce que possédait l’université pour enseigner la botanique. Elle était obligée d’y suppléer par des excursions dans les campagnes, où elle faisait voir aux étudiants les plantes sur leur sol natal156.

31Un jardin botanique avait aussi été établi à Iéna, en 1629. Messine posséda également un jardin de cette nature en 1638. L’Angleterre fut plus tardive, celui d’Oxford ne fut créé qu’en 1640. Copenhague en eut un la même année, et Groningue l’année suivante. L’université de cette dernière ville ne fut fondée, comme celle de Leyde, qu’après l’insurrection des provinces des Pays-Bas, et elle n’appartenait qu’à la province de Groningue, comme celle de Leyde n’appartenait qu’aux provinces de Hollande et de Zélande.

  • 157 [Linné, voir Leçon 2, note 112.]

32Le jardin d’Upsal, qui est devenu si célèbre, et qui a été un des grands foyers des progrès de la botanique du temps de Linnæus157, fut fondé en 1657 ; et celui d’Amsterdam, où on a rassemblé peut-être le plus de plantes étrangères, le fut en 1684. On en forma encore plusieurs dans le dix-huitième siècle. Enfin, nous en possédons aujourd’hui autant que la science l’exige ; car il n’est pas d’école, si petite que soit son importance, qui n’ait le sien.

  • 158 [Conrad Gessner, voir Leçon 4 ci-dessus.]
  • 159 [Gaspard Wolf (mort en 1601), élève, ami, et successeur de Gessner à la chaire de physique de Zuri (...)
  • 160 [Joachim Camerarius le Jeune (né le 6 novembre 1534 à Nuremberg ; mort le 11 octobre 1598 à Nuremb (...)
  • 161 [La famille des Barbaro est une famille patricienne riche et influente de Venise qui possédait de (...)
  • 162 [La famille des Bernouilli est une famille patricienne de marchands et d’intellectuels originaire (...)
  • 163 [Joachim Camerarius le Jeune, voir note 160 ci-dessus.]
  • 164 [Une version très populaire des commentaires de Dioscoride par Mattioli (voir notes 71 et 82 ci-de (...)
  • 165 [Albrecht von Haller, voir Leçon 1, note 16.]
  • 166 [Traduction de Materia medica de Dioscoride par Mattioli ; voir notes 71, 82 et 164 ci-dessus.]
  • 167 [Opera botanica, per duo saecula desiderata, vitam auctorisnibus Gesneri in totum opus ut et Wolph (...)

33Les derniers de tous ont été ceux des Espagnols et des Portugais, qui cependant pouvaient en former avant les autres peuples, puisque ce sont eux qui ont fait les premières découvertes. Le jardin de Madrid ne fut établi qu’en 1753, et celui de Coïmbre, qui est le principal jardin botanique du Portugal, n’est que de 1773. Ainsi, c’est de nos jours seulement qu’on a commencé à employer ce moyen d’instruction dans ces deux pays. Avant l’établissement de tous ces jardins, nous n’avions eu que des commentaires des ouvrages des anciens, puis des figures et des descriptions de plantes indigènes et exotiques ; mais ces descriptions étaient faites sans méthode, en termes vagues, sans terminologie émanée de l’étude particulière des organes de la fructification ; on y trouvait encore moins de distribution, de système proprement dit. Au moyen des matériaux que procurèrent les jardins botaniques dans la deuxième moitié du seizième siècle, la science commença à faire quelques progrès. Le premier problème à résoudre était de savoir dans quelle partie de la plante on devait chercher les caractères de distribution, la base de la méthode. Cette découverte fut faite par Conrad Gessner158. Je vous ai raconté la vie de cet homme célèbre avec assez de détails pour n’avoir pas besoin d’y revenir ; je vous ai dit qu’elle était son érudition, quels avaient été ses voyages, quelles nombreuses correspondances il avait entretenues pour s’instruire dans toutes les sciences naturelles, car il reparaîtra en minéralogie. Je vous ai fait voir qu’il fut le plus grand zoologiste de son siècle. Il en a été aussi le plus grand botaniste. Il parcourut, pour recueillir des plantes, la Suisse, le Piémont, l’Alsace, la Lombardie et la France méridionale ; il parvint à en déterminer plus de huit cents espèces nouvelles. Dans plusieurs petits ouvrages, il s’attacha surtout à démontrer que les plantes ne doivent pas être distribuées d’après toutes leurs parties, sans distinction, mais que c’est dans les organes de la fructification, c’est-à-dire dans la fleur et dans le fruit, qu’on doit chercher leurs caractères génériques, et par conséquent aussi leur caractère de supériorité ; car il est évident que plus une partie est importante, plus elle appartient à un degré supérieur de la méthode, à ses divisions les plus générales. Il fit voir encore que toutes les plantes qui ont des fleurs et des fruits semblables se ressemblent par leurs autres formes et souvent aussi par leurs propriétés, et que quand on rapproche ces plantes, on obtient ainsi une classification naturelle. Ces principes ont été la première base de toute la botanique méthodique. Si Gessner avait eu le temps de terminer ses travaux, il est probable qu’il serait devenu un auteur classique en botanique, comme il l’a été en zoologie. Son projet était de publier une histoire des plantes, qui aurait fait suite à son histoire des animaux ; elle aurait contenu quinze cents figures, et des extraits de cent soixante auteurs. Cet ouvrage existait en manuscrit au moment de sa mort ; il passa dans les mains de son élève, Gaspard Wolf159, qui devait le publier, mais qui, n’en ayant pas eu le temps, le vendit à un médecin de Nuremberg, nommé Joachim Camerarius160. La famille de ce nom était alors une des plus savantes de cette ville, comme la famille des Barbaro161 à Venise, comme le fut plus tard celle des Bernouilli162 à Bâle, et plusieurs autres familles qui eurent ces privilèges en différens pays. Le premier Camerarius, qui était né à Bamberg en 1500, était un savant presque universel. Il est un de ceux qui ont organisé le plus d’écoles en Allemagne, et y ont le plus répandu le goût de l’ancienne littérature romaine. Celui dont je parle, Joachim Camerarius163, fut médecin et grand botaniste. Il dirigea le jardin botanique d’Altorf, établi par la république de Nuremberg. Il a employé les planches que Gessner avait fait graver, dans un abrégé de Mathioli qu’il publia en 1586164. Ces planches sont si élégamment dessinées, si correctes, quoique gravées sur bois, que Haller165, qui était un grand connaisseur, non-seulement sous le rapport de la science, mais aussi sous tous les autres rapports, disait qu’à cause d’elles seules l’abrégé de Mathioli166, qui n’a pas d’ailleurs un grand mérite, était un livre où l’on pouvait le plus agréablement apprendre la botanique, c’est-à-dire la connaissance d’un grand nombre de plantes. Indépendamment du talent avec lequel ces planches sont dessinées, elles offrent l’avantage de présenter à côté de la plante, sa fleur et son fruit, gravés avec beaucoup de soin. Gessner insistait singulièrement sur ces parties ; il y attachait beaucoup d’importance, puisque nous avons vu que c’est sur elles qu’il fonda la botanique scientifique. Le texte de Gessner ayant passé dans plusieurs mains, la publication si incomplète qui en fut faite sous le titre de Gessnerii opera botanica167, n’eut lieu que deux cents ans après sa mort. À cette époque, la botanique avait fait tant de progrès, que Gessner n’offrit plus d’intérêt que pour l’histoire de la science. Mais il est bon aujourd’hui de connaître ce livre, pour savoir jusqu’à quel point Gessner avait porté ses découvertes en botanique.

34Je m’arrêterai ici aujourd’hui, à cette espèce de pas fait dans la science, et après lequel elle marcha, non point avec toute la rapidité qu’on aurait pu désirer, mais d’une manière assez régulière, ainsi que nous le verrons en suivant cette histoire dans la leçon prochaine.

Notes

1 [Jonston, voir Leçon 6, note 113.]

2 [Théodore Gaza (né c. 1400 à Thessalonique en Macédoine ; mort en 1475 en Calabre, dans le Royaume de Naples), également surnommé Thessalonicensis (en latin) et Thessalonikeus (en grec). Humaniste et traducteur d’Aristote, il fut un personnage important du renouveau de l’enseignement au quinzième siècle.]

3 Il [Gaza, voir note 2 ci-dessus) enseigna le grec à Ferrare avec tant d’éclat, que lorsqu’il quitta cette ville pour aller à Rome, où l’appelait le pape Nicolas V [chef de l’Église Catholique du 6 mars 1447 jusqu’à sa mort ; né le 15 novembre 1397 ; mort le 24 mars 1455)], l’usage s’établit, dit-on, parmi les amateurs des lettres savantes, de ne point passer sans se découvrir devant la maison qu’il avait occupée ; et cet usage subsista longtemps même après sa mort [M. de St.-Agy].

4 [Aristote et Théophraste, voir Tome 1, Leçons 7, 8, et 9.]

5 [Georges Valla (né en 1447 à Plaisance ; mort en 1499 ou 1500 à Venise) ; humaniste, écrivain et mathématicien italien ; principalement connu pour son encyclopédie (voir note 6 ci-dessous).]

6 [De expetendis et fugiendis rebus opus in quo continetur De Arithmetica libri III... de Musica libri V... de Geometrica libri VI..., Venise : Aldo Manutius, 1501, 2 vol., in-folio ; encyclopédie couvrant une grande variété de sujets dont, entre autres, les mathématiques, la musique, l’astrologie, la physiologie, la médecine, la grammaire, la dialectique, la poésie, la rhétorique, la philosophie morale, ainsi que l’économie domestique.]

7 [Pline, voir Tome 1, Leçon 13.]

8 [Hermolaus Barbarus le Jeune, ou Hermolao Barbaro (né le 21 mai 1453/1454 à Venise ; mort de la peste à Rome le 14 juin 1493), humaniste italien de la Renaissance qui fut reconnu de son vivant comme une autorité dans le domaine des œuvres grecques et latines de l’Antiquité.]

9 [Daniel Matteo Alvise Barbaro (né le 8 février 1514 à Venise ; mort le 13 avril 1570) ; traducteur italien et commentateur de Marcus Vitruvius (Vitruve, voir Leçon 3, note 50). Il est connu principalement pour ses contributions dans le domaine des arts, des lettres, et des mathématiques. Il eut également une carrière ecclésiastique importante, atteignant le rang de cardinal.]

10 [Belon et ses publications, voir Leçon 3 ci-dessus.]

11 [Le Patriarcat d’Aquilée était un centre du début de la Chrétienté, un état historique et un diocèse épiscopal catholique, et est aujourd’hui un diocèse de l’église catholique du nord-est de l’Italie, situé sur l’ancienne ville d’Aquilée à la pointe de l’Adriatique, sur ce qui est aujourd’hui la côte italienne, à la confluence de l’Anse et de la Torre. Pendant de nombreux siècles, il eut un rôle historique important, et de nombreux conciles y furent tenus.]

12 [Castigationes Plinianae et Pomponii Melæ, Rome : Eucharius Silber, 1494, 1 vol. ([348] p.), in-folio ; l’œuvre la plus importante d’Hermolao Barbaro (voir note 8 ci-dessus).]

13 [Pape Alexandre VI, voir Leçon 5, note 50.]

14 [Dioscoride, voir Tome 1, Leçon 12, note 62.]

15 [Marcellus Vergilius (né en 1464, mort en 1521), homme d’érudition en grec et latin, connu pour sa traduction en latin et ses commentaires de l’œuvre de Dioscoride intitulée Pedacii Dioscoridae Anazarbei De medica materia libri sex. Interprete Marcello Uirgilio Secretario Flore[n] tino : Cu[m] eiusde[m] annotationibus : nuperq[uam] dilige[n] tissime excusi : Addito indice eoru[m] q [ue] digna notatu visa sunt, Florence : haeredes Philippi luntae, 1518, [6] + 352 +[12] p., in-folio.]

16 [Nicolas Léonicène, en italien Niccoló Leoniceno (né en 1428 à Venise ; mort en 1524 à Ferrare), médecin et humaniste italien, pionnier de la traduction en latin d’anciens textes grecs et arabes sur la médecine écrits par des auteurs tels que Galien et Hippocrate ; il écrivit également le premier article scientifique sur la syphilis. Sa traduction de Galien intitulée Nicolai Leoniceni in libros Galeni e Graeca in Latinum linguam a se translatos praefatio communis. Ejusdem in artem medicinalem Galeni ... praefatio ... Galeni ars medicinalis, quae et ars parva dicitur, Nicolo Leo fut publiée pour la première fois à Ferrare: [Joannem Macciochium Bondenum], 1509, XXXVIII + [8] + LXXVIII p., in-folio.]

17 [Galien ; voir Tome 1, Leçon 16.]

18 [De Plinii & plurium alioru[m] medicorum in medicina erroribus opus primu[m]... : eiusdem Nicolai Epistola ad Hermolaum Barbarum in primi operis defensionem : eiusde[m] Nicolai De Plinii & plurium aliorum medicorum erroribus novum opus... : eiusdem Nicolai Ad Hieronymum Menocchium epistola : in qua eade[m] materia de multis simplicibus medicame[n] tis pertractatur & quaedam Plinii atq[ue] aliorum medicorum errata continentur, [Ferrare] : [Giovanni Mazzochi], 1509, [4] + 95 + [3] p., in-4°.]

19 [Livre de Léonicène sur les serpents, voir Leçon 3, note 8.]

20 [Giovanni Manardi, également connu sous les noms de Manardus et Mainardi (né en 1462 à Ferrare ; mort en 1536,) médecin, astrologue, et professeur italien ; auteur de Epistolarum medicinalium libri XX, eiusdem in Ioan Mesue Simplicia et composita annotations, Strasbourg : Joannem Schottum, 1529, [20] + 469 + [2], in-folio.]

21 [Mésué, de son nom complet Yuhanna ibn Masawaih, ou Ibn Masawaih (né en 777 à Gundeshapur en Perse ; mort en 857 à Samarra) était un médecin syriaque qui devint directeur d’un hôpital de Bagdad ; il est l’auteur de nombreux traités de médecine sur des sujets variés dont l’ophtalmologie, les fièvres, les maux de tête, la mélancolie, la diététique, les tests qualifiants pour médecins, et les aphorismes médicaux.]

22 [Marcello Vergilio Adriani (né en 1464 à Florence ; mort en 1521), professeur de sciences à l’université de Florence, il fut appelé le Dioscoride Florentin en raison de sa belle traduction et de ses commentaires de Dioscoride (voir Tome 1, Leçon 12, note 62), lesquels parurent à Florence pour la première fois en 1518, et ensuite en 1523 et 1538 sous le titre Pedacii Dioscoridae Anazarbei de medica materia libri sex.]

23 [Antoine Brassavole, en italien Antonio Brasavola ou Brasavoli (né le 16 janvier 1500 à Ferrare ; mort en 1555 à Ferrare), médecin, philosophe et botaniste italien ; on rapporte qu’il fut le premier à effectuer une trachéotomie avec succès.]

24 [François Ier, Roi de France ; voir Leçon 1, note 39]

25 Il [François Ier ] lui [Brassavole] donna ce surnom [Musa, nom arabe du prophète Moïse] à l’occasion d’une thèse, De omni scibili [De toutes choses connaissables] qu’il soutint à Paris [M. de St.-Agy].

26 [Empereur du Saint Empire Romain Charles V ; voir Leçon 1, note 74.]

27 [Henri VIII, roi d’Angleterre ; voir Leçon 3, note 99.]

28 [Pape Léon X, voir Leçon 5, note 21.]

29 [Cuvier mentionne Hercule IV mais il s’agit d’Hercule II, également appelé parfois Hercule, Prince d’Este (né le 5 avril 1508 à Ferrare ; mort le 3 octobre 1559 à Ferrare), Duc de Ferrare, Modène et Reggio de 1534 à 1559.]

30 [Examen omnium simplicium medicamentorum, quorum in officinis usus est, Rome : Joannem et Franciscum Frellaeos, 1536, [12] + 120 + [2] p., in-folio.]

31 [Platon, voir Tome 1, Leçon 5.]

32 [Galilée, voir Leçon 11 ci-après.]

33 [Léonicène, voir note 16 ci-dessus.]

34 [Jean Ruel ou Ruelle, en latin Ruellius (né en 1474 à Soissons ; mort le 24 septembre 1537 à Paris), médecin et botaniste français connu pour son traité de la Renaissance sur la botanique intitulé De natura stirpium libri tres, Paris : Simon de Colines, 1536, [10] + 884 + [124] p., in-folio.]

35 Il [Jean Ruel] y fut sollicité par Étienne [de] Poncher, évêque de Paris [prélat et diplomate français ; né en 1446 ; mort le 24 février 1524 à Lyon], zélé protecteur des sciences, afin qu’il eût plus de temps à leur consacrer [M. de St.-Agy].

36 [Une traduction de l’ouvrage de Dioscoride intitulé De material medica ; voir Tome 1, Leçon 12, note 62.]

37 [Henri Estienne, également connu sous le nom de Henricus Stephanus (né en 1528 ou 1531 à Paris ; mort en 1598 à Lyon), imprimeur et érudit français du seizième siècle.]

38 [Famille Estienne, voir Leçon 1, note 56.]

39 [De dissectione partium corporis humani libri tres, un cum figuris, & incisionum declarationibus, stephano riverio chirurgo compositis, Paris : Simon de Colines, 1545, [23] + 375 p., ill., in-folio, voir Leçon 1, notes 56.]

40 [De natura stripium libri tres, voir note 34 ci-dessus.]

41 [Théophraste, Dioscoride et Pline ; voir Tome 1, Leçons 9, 12 et 13.]

42 [Otto Brunfels ou Brunsfeld, ou également Otho ou Othon Braunfels (né c. 1488 près de Mayence ; mort le 25 novembre 1534 à Berne) théologien et botaniste allemand considéré comme l’un des pères de la botanique allemande.]

43 [Herbarum vivae eicones ad naturae imitationem, summa cum diligentia et artificio effigiatae, una cum effectibus earundem, in gratiam veteris illius, et jamjam renascentis herbariae medicinae, Strasbourg : Joannem Schottum, 1530 [6] + 266 + [4] + [57] p., in-folio ; ouvrage sur les herbes médicinales qui, grâce à ses illustrations nouvelles et exactes, contrasta fortement avec les textes antérieurs dont les auteurs ne faisaient que copier d’anciens manuscrits.]

44 En 1532[-1537], il en fut publié une édition allemande [intitulée Contrafayt Kreüterbüch nach rechter vollkommener Art : unud [sic] beschreibungen der Alten, besstberümpten ärtzt, vormals in Teütscher sprach, der masszen nye gesehen noch im Truck auszgangen… Strasbourg : Hans Schotten, 2 vol. en 1, ill., pl.] [M. de St.-Agy].

45 Les ouvrages de ce peintre [Lucas Cranach l’Ancien ; né c. 1472 à Kronach, en Haute-Franconie ; mort le 16 octobre1553 à Weimar], et même son nom, ont été inconnus en France jusqu’à ces derniers temps. Le Musée du Louvre possédait douze de ses tableaux. Dans celui de la prédication de saint Jean dans le désert, le peintre a représenté son ami [Philippe] Mélanchton [réformateur religieux allemand, l’un des principaux fondateurs du Luthérianisme ; né le 16 février 1497 à Bretten, près de Karlsruhe ; mort le 19 avril 1560 à Wittenberg] sous la figure de saint Jean. L’électeur de Saxe [Frédéric III, qui fut très tôt un puissant protecteur de Martin Luther ; né le 17 janvier 1463 à Torgau ; mort le 5 mai 1525 à Langau] et [Martin] Luther [moine, prêtre, et professeur de théologie allemand, personnage principal de la Réforme Protestante du seizième siècle ; né le 10 novembre 1483 à Eisleben, Saxe ; mort le 18 février 1546 à Eisleben, Saxe] sont au nombre des spectateurs. Le tableau d’Hercule filant près d’Omphale offre le portrait du même électeur au milieu de ses maîtresses. Dans presque tous ses tableaux, Cranach a voulu prouver son aversion pour le catholicisme [M. de St.-Agy].

46 On attribue à [Albrecht] Dürer [peintre, graveur, mathématicien et théoricien allemand ; né le 21 mai 1471 à Nuremberg ; mort le 6 avril 1528 à Nuremberg] l’invention de la gravure à l’eau-forte. Comme Cranach [voir note 45 ci-dessus], il s’est peint dans plusieurs de ses tableaux. Dans celui d’un crucifiement, par exemple, avec plusieurs martyrs, dans le lointain, il a placé le portrait de son ami Bilibald Pirkheymer [homme de droit, écrivain et humaniste de la Renaissance allemand, personnage riche et important de Nuremberg du seizième siècle ; né le 5 décembre 1470 à Eichstätt ; mort le 22 décembre 1530 à Nuremberg], et il s’est peint lui-même, sous la figure du porte-enseigne. Ce tableau est dans la galerie de Vienne [Kunsthistorisches Museum, Vienne, Autriche] [M. de St.-Agy].

47 [Jérôme Bock ou Hieronymus Bock (à ne pas confondre avec Hieronymus Bosch), surnommé Tragus, (né en 1498 à Heidesbach ; mort le 21 février 1554 à Hornbach), botaniste, médecin et pasteur luthérien allemand. Il innova en organisant les plantes selon les rapports qui existent entre elles ou leurs ressemblances, ouvrant ainsi le passage de la botanique médiévale vers une approche scientifique moderne.]

48 [Deux-Ponts, nom en français de la ville de Zweibrücken située dans l’état de Rhénanie-Palatinat dans le sud-ouest de l’Allemagne, au bord de la rivière Schwarzbach.]

49 [New Kreuterbuch von Underscheidt, Würckung und Namen der Kreuter, so in teutschen Landen wachsen : auch der selbigen eygentlichem vnd wolgegründtem gebrauch in der Artznei, zu behalten vnd zu fürdern leibsgesuntheyt fast nutz und tröstlichen, vorab gemeynem verstand : wie das auss dreien Registern hienach verzeychnet ordentlich zufinden, Strasbourg : Wendel Rihel, 1539, [10] + clxxiiii + lxxxviij p., in-folio ; la première édition de ce Kreutterbuch (“livre sur les plantes”) parut sans illustration ; son objectif était de décrire les plantes allemandes et d’en donner leurs noms, caractéristiques, et usages médicaux, mais au lieu de suivre Dioscoride comme il en était la coutume, il développa son propre système pour classer 700 plantes.]

50 [La seconde édition du livre de Bock intitulé Kreuterbuch (voir note 49 ci-dessus) fut publiée à Strasbourg par Wendel Rihel en 1546 ([19] + cccliii + [6] + lxxi p., ill.) ; concernant Fuchs, voir Leçon 2, note 60.]

51 Son zèle le fit mourir phthisique [phthisis pulmonaire ou tuberculose, appelé également consomption.] [M. de St.-Agy].

52 [Aristote, voir Tome 1, Leçons 7 et 8.]

53 [Théophraste, voir Tome 1, Leçon 9.]

54 [Euricius Cordus (à ne pas confondre avec son fils Valerius Cordus, également botaniste ; voir Leçon 3, note 47), parfois appelé Eberwein (né en 1486 à Simtshausen ; mort le 24 décembre 1535 à Brême), humaniste, poète, médecin et botaniste allemand ; principalement connu pour son ouvrage Botanologicon paru en 1534 (voir note 58 ci-dessous).]

55 [Melanchthon, voir note 45 ci-dessus.]

56 [Desiderius Erasmus Roterodamus, connu sous le nom d’Érasme de Rotterdam ou tout simplement Érasme (né le 27 octobre 1466 à Rotterdam ; mort le 12 juillet 1536 à Bâle), humaniste hollandais de la Renaissance, prêtre catholique, critique social, enseignant et théologien.]

57 [Léonicène, voir note 16 ci-dessus.]

58 [Botanologicon, sive colloguium de herbis, Cologne : Joannem Gymnicum, 1534, 183 + [11] p., in-8° ; « une conversation sur les plantes » ; ce livre est présenté sous la forme d’un dialogue entre cinq personnes qui passent ensemble une journée d’étude dans un jardin et en reviennent le soir pour discuter ce qu’ils y ont vu ; son fils Valerius Cordus (voir note 54 ci-dessus ; et Leçon 3, note 47) en a publié une seconde édition à Paris : Guillaume Morel, 1551, [8] + 193 + 38 + 395 + [36] p., in-16.]

59 [Nicandri poetae et medici antiquissimi Theriaca et AlexiAlexipharmaca ; in Latinos uersus redacta, per Euricium Cordum, Medicum, Francfort : Christian Egenolph, 1532, 1 vol., in-8°.]

60 [Fuchs, voir Leçon 2, note 60.]

61 [Margrave Georges de Brandebourg-Ansbach (né le 4 mars 1484 à Ansbach ; mort le 27 décembre 1543 à Ansbach), défenseur loyal et l’un des principaux acteurs de la Réforme protestante allemande]

62 [Fuchs fut appelé à Tübingen par Ulrich, Duc de Württemberg (né le 8 février 1487 à Riquewihr en Alsace ; mort le 6 novembre 1550 à Tübingen), en 1533 pour participer à la réforme de l’Université de Tübingen dans l’esprit humaniste. Il y créa son premier jardin médicinal en 1535 et occupa la charge de président de l’université sept fois consécutives ; il passa les trente dernières années de sa vie comme professeur de médecine. Fuchs mourut à Tübingen en 1566.]

63 [De Historia stirpium commentarii insignes, maximis impensis et vigiliis elaborati, adjectis earundem vivis plusquam quingentis imaginibus, nunquam antea ad naturae imitationem artificiosus effictis & expressis, Bâle : in officina Isingriniana, 1542, [26] + 896 + [4] p.), ill., infolio ; agrémenté de 511 gravures sur bois, toutes originales et créées d’après nature, cet ouvrage est considéré comme l’un des meilleurs ouvrages illustrés de tous les temps et un chef d’œuvre de la Renaissance allemande.]

64 [Ouvrage de Vésale sur l’anatomie humaine intitulé De humani corporis fabrica, publié par Jean Oporin (ou Johannes Oporinus) à Bâle en 1543 ; voir Leçon 1, notes 45 et 76.]

65 [De historia stirpium commentarii insignes… Accessit ijs succincta vocum obscurarum in hoc opere occurrentium explicatio, vnà cum quintuplici indice, graecas, latinas, herbarijs seu officinis vsitatas gallicas & italicas nomenclaturas continente, Lyon : Jean de Tournes & Guillaume Gazeau, 1555, 24 + 979 + [12] p. ; Fuchs, voir Leçon 2, note 60.]

66 Val[erius] Cordus [voir note 54 ci-dessus, et Leçon 3, note 47] était dans l’usage de signer son nom, dans ses manuscrits, par une sorte de rébus [puzzle dans lequel les mots sont représentés par une suite de dessins et de lettres individuelles], en faisant l’image d’un cœur, en latin cor, auquel il ajoutait la terminaison dus. Un érudit a pris cette figure de cœur pour un o, et nous a gratifiés d’un nouveau botaniste appelé Odus ! [M. de St.-Agy].

67 [Euricius Cordus, voir note 54 ci-dessus.]

68 [Historiae stirpium libri quatuor, posthumi, nunc primum in lucem editi, adjectis etiam stirpium iconibus, et brevissimus annotatiunculis, Strasbourg : Josias Rihelius, 1562.]

69 [Conrad Gessner, voir Leçon 4 ci-dessus.]

70 [Stirpium descriptionis liber quintus, qua in Italia sibi visas describit in praecendtibus vel omnino intactas vel parcius descriptas hunc autem morte praeventus perficere non potuit. De morbo et obitu Valerii Cordi, epistola Hieronymi Schreberi... In ejusdem obitum Casparis Crucigeri elegia. Emendationes quaedam et additiones in Opera Valerii Cordi..., Strasbourg : Josias Rihelius, 1563, 1 vol., in-folio.]

71 [Pietro Andrea Mattioli, connu également sous le nom de Matthiole (né le 23 mars 1501 à Sienne ; mort en 1577 à Trente), médecin et naturaliste italien qui décrivit plus d’une centaine de nouvelles espèces de plantes et rassembla tout ce qui était connu en botanique médicinale dans sa traduction de Materia medica de Dioscoride (voir Tome 1, Leçon 12, note 62), dont la première édition fut publiée en 1544 en italien ; plusieurs éditions italiennes suivirent ainsi que des traductions en latin (Venise, 1554), en tchèque (Prague, 1562), en allemand (Prague, 1563), et en français (Lyon, 1572.]

72 [Ferdinand Ier, voir Leçon 1, note 40.]

73 [Archiduc Ferdinand d’Autriche, Ferdinand II (né le 14 juin 1529 à Linz ; mort le 24 janvier 1595 à Innsbruck), deuxième fils de l’Empereur Saint Romain Ferdinand Ier (voir Leçon 1, note 40)].

74 [Maximilien II, voir Leçon 6, note 75.]

75 [Voir note 71 ci-dessus ; et Tome 1, Leçon 12, note 62.]

76 [Ogier Ghiselin de Busbecq (né en 1522 à Comines ; mort le 28 octobre 1592), écrivain, herboriste flamand et diplomate au service de trois générations de monarques autrichiens ; il fut ambassadeur dans l’Empire Ottoman à Constantinople et publia un livre sur le séjour qu’il y fit intitulé Itinera Constantinopolitanum et Amasianum. Ab Augerio Gislenio Busbequij, & c. d. ad Solimannum Turcarum Imperatorem C. M. oratore confecta. Eiusdem Busbequij De acie contra Turcam instruenda consilium, Anvers : Christophori Plantini, 1581, 167 + [1] p., ill., carte, in-8°.]

77 Il est impossible de parcourir ces temps sans être heurté d’une profusion de bâtards. Les abbayes, les couvents, les évêchés, la diplomatie, les universités, tout en était peuplé. Quelles mœurs, bon Dieu ! que celles de nos ancêtres ! [M. de St.-Agy].

78 Au nombre de ces plantes était le lilas, une des plus jolies conquêtes de la botanique en orient [M. de St.-Agy].

79 [Giacomo Antonio Cortusi, également épelé Cortuso ou Cartusi (né en 1513 à Padoue ; mort le 21 juin 1603), médecin et botaniste italien, directeur du jardin botanique de Padoue, le plus ancien jardin botanique au monde, fondé en 1545.]

80 [Luca Ghini (né en 1490 à Casalfiumanese ; mort le 4 mai 1556 à Bologne), médecin et botaniste italien, connu pour avoir créé le premier herbier ainsi que le premier jardin botanique en Europe.]

81 Il [Mattioli] avait choisi cette langue [l’italien ; voir note 71 ci-dessus], parce que la plupart des pharmaciens, ou plutôt des apothicaires, auxquels il avait principalement destiné son ouvrage, n’entendaient pas le latin. Nos pharmaciens actuels auraient peine à croire cela [M. de St.-Agy].

82 [Commentarii in sex libros Pedaci Dioscoridis Anazerbei de medica materia iam denuo ab ipso autore recogniti, et locis plus mille aucti : adiectis magnis, ac nouis plantarum, ac animalium iconibus, supra priores editiones long`e pluribus, ad viuum delineatis : accesserunt quoque ad margines Graeci contextus qu`am plurimi, ex antiquissimis codicibus desumptu, qui Dioscoridis ipsius deprauatam sectionem restituunt..., edité par Pietro Andrea Mattioli (voir note 71 ci-dessus), Venise : Vincenzo Valgrisi, 1565, [172] + 1459 + [13] p.]

83 [Vincent Vaugris (Vincenzo Valgrisi) (fl. 1540-1572), imprimeur réputé de livres illustrés, il publia de nombreuses éditions de la version de Dioscoride par Mattioli dès 1558 ; l’édition de 1565 ajouta trois cent nouvelles illustrations de plantes, dont les gravures sur bois continuèrent à être utilisées dans les éditions qui suivirent jusqu’en 1604.]

84 [Pape Pie IV, voir Leçon 3, note 61.]

85 [Ferdinand Ier, voir Leçon 1, note 40.]

86 [Charles IX, voir Leçon 2, note 41.]

87 [Cosme ou Côme de Médicis, Grand-Duc de Toscane (à ne pas confondre avec Cosme de Médicis, fondateur de la dynastie des Médicis ; né en 1389, mort en 1464) (né le 12 juin 1519 à Florence ; mort le 21 avril 1574 a Florence), deuxième Duc de Florence de 1537 à 1569, année ou il devint le premier Grand- Duc de Toscane ; protecteur des arts, principalement connu peut-être pour sa création de la Galerie des Offices (Galleria degli Uffizi) a Florence.]

88 [Rembert Dodonée (ou Rembert Dodoens) (né le 29 juin 1517 à Malines ; mort le 10 mars 1585 à Leyde), médecin et botaniste flamand connu pour son œuvre intitulée Stirpium histo-riae pemptades sex, sive libri XXX, varie ab auctore, paullo ante mortem, aucti et emendati, Anvers : Christophe Plantin, 1583, 1 vol. ([20] + 860 + [25] p.), ill., bois grav.]

89 [La région wallonne, communément appelée Wallonie est la 102. région sud de la Belgique où la langue parlée est le français.]

90 [Voir note 88 ci-dessus.]

91 [Belon, voir Leçon 3.]

92 [Rauwolf, voir Leçon 5, note 4.]

93 [Prosper Alpin, voir Leçon 4, note 55.]

94 [Melchior Guilandinus (ou Guilandin), connu également sous le nom de Melchior Wieland (né en 1520 ; mort le 25 décembre 1589 à Padoue), médecin et botaniste allemand, connu pour son ouvrage Hortus Patavinus : Cui accessere... conjectanea 105. synonimica plantarum eruditissima, Francfort : Mathaeus Becker, Johann Theodor & Johann Israel de Bry, 1600, [10] + 93 p., pl.].

95 Ces barbaresques le [Guilandinus] dépouillèrent des plantes qu’il avait recueillies et des notes qu’il avait rédigées. Sans cet accident, ses ouvrages auraient sans doute été beaucoup plus 106. remarquables [M. de St.-Agy].

96 [Fallope, voir Leçon 2.]

97 [Vésale, voir Leçon 1.]

98 [Luigi Anguillara (né c. 1512 ; mort en 1570), premier directeur du jardin botanique de Padoue et herboriste du duc de Ferrare (voir note 29 ci-dessus), remplacé par Melchior Guilandinus (voir note 94 ci-dessus) en 1561 ; auteur de Semplici dell’eccellente M. Luigi Anguillara, liquali in piu Pareri a diversi nobili huomini scritti appaiono, et nuovamente da M. Giovanni Marinello mandati in luce, Venise : Vincenzo 108. Valgrisi, 1561, 304 + [32] p., ill., in-8°.]

99 [Bernard de Trèves, ou Bernard le Trévisan, en référence à un ou plusieurs alchimistes italiens ayant vécus entre 1406 et 1490 ; né d’une famille noble de Padoue, on raconte qu’il passa sa vie entière à dilapider la fortune familiale à la recherche de la pierre philosophale, essayant de la reproduire à partir d’écailles d’œuf de poules et de jaunes d’œuf purifiés dans le purin de cheval.]

100 [Papyrus, hoc est commentarius in tria Caii Plinii majoris de papyro capita : accessit Hieronymi Mercurialis Repugnantia, qua pro Galeno strenuè pugnatur : item Melchioris Guilandini assertio sententiae in Galenum â sepronunciatae, Venise : Marcantonio Olmo, 1572, [16] + 280 p., in-4°.]

101 Garcia de Orto (ou Garcie du Jardin ou Garcia de Orta) (né en 1501 ou 1502 à Castelo de Vide dans le Royaume du Portugal ; mort en 1568 à Goa, Inde Portugaise), médecin et naturaliste portugais, pionnier de la médecine tropicale ; sa connaissance extraordinaire des épices et médecines orientales se retrouve dans son unique ouvrage intitulé Colóquios dos simples e drogas he cousas medicinais da Índia e assi dalgu[m] as frutas : mediçina, practica, e outras cousas boas pera saber, publié achadas nella onde se tratam algu[m] as cousas tocantes a par la première presse à imprimer en Inde installée au Collège St Paul de Goa en 1563 par João de Endem ([8] + 217 [i.e. 258] p., in-4°).]

102 Bombay, appelée aujourd’hui Mumbai, est située sur ce qui était autrefois un archipel de sept îles : Bombay, Parel, Mazagaon, Mahim, Colaba, Worli, et la petite Colaba.]

103 [Dialogues ou conversations sur la médecine et les remèdes d’Inde ; voir note 101 ci-dessus.]

104 Charles de l’Écluse et son Exotica ou Exoticorum libri decem, quibus animalium, plantarum, aromatum, aliorumque peregrinorum fructuum historiae describuntur, Leyde : Raphelengii, 1605, [16] + 378 + [8] + 52 + [27] p. ; voir Leçon 6, notes 73.]

105 L’ase est une résine séchée extraite du rhizome ou de la racine de plusieurs espèces du genre Ferula, plantes herbacées vivaces natives des montagnes d’Afghanistan et cultivées principalement dans l’Inde avoisinante. Comme son nom le suggère, l’ase fétide a une odeur fétide, mais cuisinée, elle développe une odeur douce ressemblant à celle des poireaux.]

106 [Le benjoin est la résine balsamique obtenue à partir de l’écorce de plusieurs espèces d’arbres du genre Styrax. Il est utilisé dans les parfums, certains encens, comme arôme et dans la médecine.]

107 [Cristobal Acosta (né en 1515, peut-être à Tanger ; mort en considéré comme un pionnier de l’étude des plantes orientales, en particulier dans leur utilisation en pharmacologie ; avec Garcia de Orta (voir note 101 ci-dessus), il est l’un des principaux fondateurs de la médecine indo-portugaise.]

108 [Tractado de las drogas y medicinas de las Indias orientales con sus plantas debuxadas al biuo por Christoual Acosta medico y cirujano que las vio ocularmente en el qual se verifica mucho de lo que escriuio el doctor Garcia de Orta, Burgos : Martin de Victoria, 1578, [24] + 448 + 38 p., [2] pl., ill., portr., in-4° ; ce livre est basé principalement sur le livre de Garcia de Orta intitulé Colóquios dos simples e drogas he cousas medicinais da Índia (voir note 101 ci-dessus.]

109 Le ou sensitive est une plante vivace rampante souvent cultivée pour sa curieuse particularité : léchées ou secouées, comme protection contre les prédateurs, et feuilles composées se replient sur elles-mêmes dès que tout est native d’Amérique du Sud et d’Amérique Centrale, mais s’ouvrent à nouveau quelques minutes plus tard ; cette espèce est maintenant devenue une herbe répandue dans les tropiques, poussant principalement dans des zones ombragées, sous les arbres ou les buissons.]

110 On sait que M. [René Joachim Henri] Dutrochet [médecin, botaniste et physiologiste français, surtout connu pour ses études sur l’osmose ; né le 14 novembre 1776 dans le Poitou ; mort le 4 février 1847 à Paris] prétend avoir découvert dans cette plante [mimosa pudique] des ganglions nerveux, qu’il suffit de couper ou d’altérer, pour détruire ou modifier la sensibilité de ses feuilles, comme on détruit et comme on modifie la sensibilité animale par une opération semblable [M. de St.-Agy].

111 [Nicolas Bautista Monardes (né en 1493 ; mort le 10 octobre 1588) était un médecin et botaniste espagnol, connu pour son ouvrage intitulé Historia medicinal de las cosas que se traen de nuestras Indias Occidentales, publié en trois parties sous des titres différents en 1565, et 1569, et terminé en 1574 (Primera y segunda y tercera partes de la historia medicinal de las cosas que se traen de nuestras Indias Occidentales que siruen en medicina ; Tratado de la piedra bezaar, y dela yerua escuerçonera ; Dialogo de las grandezas del hierro, y de sus virtudes medicinales ; Tratado de la nieue y del beuer frio hechos por el doctor Monardes medico de Seuilla..., Séville : Alonso Escriuano, 1574, [6] + 206 + [2] p., ill., in-4°) ; une reproduction à l’identique fut publiée en 1580 à Séville par Fernando Diaz (Primera y segunda y tercera partes de la historia medicinal de las cosas que se traen de nuestras Indias Occidentales que sirven en medicina. Tratado de la piedra Bezaar, y dela yerva Escuerçonera. Dialogo de las grandezas del hierro, y de sus virtudes medicinales. Tratado de la nieve, y del bever frio...Van en esta impression la tercera parte y el dialogo del hierro nuevamente hechos, que no han sido impressos hasta agora, Séville : Fernando Diaz, 1580, [8] + 162 [i. e. 165] + [1] p., ill. (portr. bois grav.), in-4°).]

112 [Le copal est une résine d’arbre ressemblant à l’ambre faisant partie des résines aromatiques utilisées par les cultures précolombiennes de Mésoamérique comme encens lors de cérémonies et pour d’autres usages.]

113 [La ricine est une lectine (protéine se fixant à certains glucides) naturelle très toxique produite par les graines de l’arbrisseau appelé ricin commun (Ricinus communis).]

114 [Baume est un terme utilisé pour nommer certains produits naturels végétaux à l’odeur agréable et les plantes qui les produisent ; les baumes sont oléorésineux ou huileux, et en général riches en esters benzoïques et cinnamiques issus de l’exsudation provenant de différents arbres et arbrisseaux ; ils servent de base à certains remèdes en phytothérapie.]

115 [Le Baume de Tolu est une sécrétion résineuse produite par un arbre d’Amérique du Sud appelé Myroxylon balsamum, utilisé dans certains sirops pour la toux et en parfumerie.]

116 Rien ne prouve mieux la bizarrerie des choses humaines que’ histoire du tabac. Une herbe ignorée du monde entier, si ce n’est de quelques sauvages de l’Amérique, est apportée en Europe, et elle finit par changer les mœurs des habitants de cette partie du globe ; elle crée une jouissance de plus, un besoin de première nécessite, pour un grand nombre de personnes qui pouvaient s’en passer. Les gouvernements, habiles a profiter de ce qui est propre à augmenter leurs ressources, assoient sur ce faible végétal un de leurs plus fermes revenus, et l’univers devient, pour ainsi dire, tributaire d’une herbe acre, puante et sale [M. de St.-Agy].

117 [Le gaïac est un petit arbrisseau du genre Guaiacum Sanctum que l’on trouve dans les tropiques du nouveau monde dont est extraite une essence boisée et aromatique unique, utilisée en parfumerie.]

118 [La salsepareille (Smilax aspera) est une espèce de plante vivace grimpante ou d’arbrisseau appartenant à la famille des smilax à feuilles rondes, les smilacacées, communément appelée liseron épineux ou salsepareille.]

119 [Clusius, voir Lecon 6, note 73.]

120 [Maximilien II, voir Lecon 6, note 75.]

121 [Rodolphe II, voir Lecon 6, note 76.]

122 [L’ensemble des ouvrages de Charles de l’Ecluse (voir Lecon 6, note 73) fut publié en deux parties : Rariorum plantarum historia, Anvers : Joannem Moretum, 1601, [11] + 364 + cccxlviii + [11] p. ; et Exoticorum libri decem, quibus animalium, plantarum, aromatum, aliorumque peregrinorum fructuum historiae describuntur, Leyde : Raphelengii, 1605, [16] + 378 + [8] + 52 + [27] p.]

123 [Walter Raleigh, voir Leçon 5, note 66.]

124 [Francisco López de Gómara, voir Leçon 6, note 108.]

125 On peut voir ce qu’a dit à cet égard [sur la pomme de terre] M. [Jean-Jacques] Virey [pharmacien et naturaliste français ; né en 1775, mort en 1846], dans le Journal de Pharmacie [et des Sciences Accessoires, vol. 4, pp. 74-84] d’avril 1818 [« Recherches historiques sur l’origine et les applications de la chimie a la médecine, et considérations sur son emploi dans la thérapeutique »], et aussi le bel éloge de [Antoine-Augustin] Parmentier [agronome français connu pour son action de promotion en faveur de la consommation de la pomme de terre, comme source alimentaire pour les humains en France et en Europe ; né le 12 aout 1737 a Montdidier ; mort le 13 décembre 1813 à Paris] par M. Cuvier [M. de St.-Agy].

126 126. [Famille Este ; voir note 29 ci-dessus.]

127 [Conrad Gessner, voir Leçon 4.]

128 [Jean Robin (né en 1550, mort en 1629), horticulteur français, jardinier en chef pendant le règne des rois Henri III, Henri IV et Louis XIII ; il planta un robinier en 1602 qui existe toujours aujourd’hui ; cet arbre est considère l’arbre le plus ancien de Paris.]

129 Un motif particulier excita son [Robin] ardeur : la reine [Marie de Médicis ; née le 26 avril 1575 a Florence ; morte le 3 juillet 1642 à Cologne] et les femmes qui ornaient la cour d’Henri IV [voir Leçon 2, note 57] s’étaient fait un passe-temps de la broderie, et leur gout les avait portées à imiter les fleurs. Apres avoir brode les plus communes, elles en cherchèrent de nouvelles, et en ayant trouvé dans le jardin de Robin, celui-ci fut charge de continuer de leur en procurer. Cet horticulteur, ou botaniste si l’on veut, était si jaloux de ses fleurs, qu’il aimait mieux détruire ses caïeux que de les communiquer. A ce sujet, [Guy] Patin [médecin et homme de lettres français ; né en 1601 à Hodencen- Bray, Oise ; mort en 1672 à Paris] l’appela l’eunuque des Hespérides, erat eunuchus Hesperidum. Ce qu’il y a de plaisant, c’est que Vigneul Marville [pseudonyme adopte par Bonaventure d’Argonne ; écrivain français, né en 1634 à Paris ; mort en 1704 a Gaillon], ou plutôt dom d’Argone, a pris à la lettre, dans ses Melanges [Mélanges d’histoire et de littérature recueillis, Rouen ; Paris : Augustin Besoigne, 1700-1701, 3 vol., in-12.], l’expression erat eunuchus. Cette opinion serait contredite par ceux qui regardent Vespasien Robin [botaniste français ; né en 1579, mort en 1662], qu’il s’était associe, comme son propre fils ; mais d’autres auteurs pensent qu’il n’était que son neveu. Ainsi, cette grande question nous échappe indécise... [M. de St.-Agy].

130 [Le Robinier faux-acacia (Robinia pseudocacia) communément appelé robinier, est un arbre du genre Robinia dans la sous-famille des Faboideae de la famille des Fabaceae, natif du sud-est des Etats-Unis mais largement plante et distribue dans toutes les zones tempérées d’Amérique du Nord, d’Europe, d’Afrique du Sud et d’Asie.]

131 [Grand-Duc Come Ier, voir Leçon 3, note 100.]

132 [Luca Ghini, voir note 80 ci-dessus.]

133 [Andre Cesalpin, voir Leçon 2, note 47.]

134 [Anguillara, voir note 98 ci-dessus.]

135 [Guilandin, voir notes 94 et 95 ci-dessus.]

136 [Giacomo Antonio Cortusi (né en 1513 à Padoue ; mort le 21 juin 1603), professeur de botanique a Padoue ; il découvrit la plante connue aujourd’hui comme la Cortusa matthioli, membre de la famille Primulaceae des primevères.]

137 Comme l’a déjà fait remarquer M. Cuvier, presque tous les noms de ce temps sont altères. Le vrai nom de Benin-Casa est Casabona [Giuseppe Casabona (né en 1535 ; mort en 1595), botaniste flamand a la Cour des Medicis, directeur du jardin botanique de Florence et ensuite de Pise] [M. de St.-Agy].

138 [Aldrovandi, voir Leçon 4, notes 31 et 32.]

139 [Michel Mercatus (né en 1541, mort en 1593), médecin et naturaliste italien qui fonda le jardin botanique du Vatican et devint célèbre par sa collection de minéraux, fossiles, et objets anciens archéologiques.]

140 [Roi Philippe II d’Espagne, voir Leçon 2, note 1 ; et Leçon 5, note 29.]

141 [Jacob van der Does (né c. 1500, mort en 1577) officier municipal de Leyde pendant le siège de cette ville en 1573 et 1574, lors de la Guerre de Quatre-Vingts Ans aux Pays-Bas et la Guerre Anglo-Espagnole.]

142 [Dirck Outgaertszoon Cluyt, Clutius en latin (né en 1546 ; mort en 1598 à Leyde), pharmacien et botaniste hollandais qui assista Charles l’Ecluse (voir Leçon 6, note 73) a la création du nouveau jardin de l’université de Leyde ; expert des herbes médicinales, Cluyt est également l’auteur du premier livre hollandais sur l’apiculture (voir note 143 ci-dessous).]

143 Néanmoins ils étaient parents, et aussi très liés d’amitié [voir note 142 ci-dessus] ; Clutius dedia a Clusius le seul ouvrage qu’il ait publie. C’est un livre sur les abeilles, qui renferme des observationsneuves et precieuses pour le temps ; il est intitule : Van de Byen, haer wonderlich oorsprong, natur, eygenschap, etc.[Leyde : J. C. van Dorp, 1597] [M. de St.-Agy].

144 Auparavant les étudiants étaient obligés d’aller en Italie pour apprendre la botanique [M. de St.-Agy].

145 [Pierre Richer de Belleval (né en 1564 à Châlons-en-Champagne ; mort le 17 novembre 1632 à Montpellier) ; botaniste français reconnu comme le père de la botanique scientifique.]

146 [Louis XIII, voir Leçon 2, note 110.]

147 [Ludwig Jungermann (né le 4 juillet 1572 à Leipzig ; mort le 7 juin 1653), médecin et botaniste allemand qui conçu le jardin botanique de Giessen, le jardin botanique le plus ancien d’Allemagne.]

148 [Johann Konrad von Gemmingen (né le 23 octobre 1561 à Tiefenbronn ; mort le 7 novembre 1612 à Eichstätt), mécène des arts, célèbre pour le magnifique jardin qu’il créa et entretint à Eichstätt. Le jardin fut catalogué et décrit par Basil Besler (voir note 149 ci-dessous) dans l’ouvrage Hortus Eystettensis sive diligens et accurata omnium plantarum, florum stirpium... quae in celeberrimis viridariis arcem episcopalem ibidem cingentibus, hoc tempore conspiciuntur, delineatis et ad vivum repraesentatio..., Altdorf : Konrad Bauer, 1613, 4 part. en 1 vol., in-folio, avec le soutien financier de Von Gemmingen ; il est dit que cet ouvrage est la plus belle publication botanique et la plus fournie qui ait jamais été produite.]

149 [Basil Besler (né en 1561 à Nuremberg ; mort le 13 mars 1629 à Nuremberg), apothicaire et botaniste allemand, connu pour son œuvre monumentale intitulée Hortus Eystettensis. Il fut le conservateur du jardin de Johann Konrad von Gemmingen (voir note 148 ci-dessus), et archevêque de la ville d’Eichstätt en Bavière. L’évêque était un botaniste enthousiaste qui prenait beaucoup de plaisir à l’entretien de son jardin, lequel rivalisa avec le Hortus Botanicus de Leyde parmi les premiers jardins botaniques européens hors de l’Italie.]

150 [Besler fut aidé par son frère Jérôme Besler (voir Leçon 8, note 45 ci-dessous) et Ludwig Jungermann (voir note 147 ci-dessus).]

151 [Guy de la Brosse (né en 1586 ; mort en 1641 à Paris), botaniste français, pharmacien, et médecin du roi Louis XIII de France (voir Leçon 2, note 110) ; il est également connu pour la création d’un jardin botanique d’herbes médicinales important — le Jardin des plantes (appelé à l’origine Jardin du -Roi), le premier jardin botanique de Paris, et le deuxième en France (après le jardin de Montpellier créé en 1593).]

152 Suivant M. [François] Chaussier [anatomiste français ; né le 2 juillet 1746 à Dijon ; mort le 19 juin 1828] et M. [Nicolas Philibert] Adelon [médecin français ; né le 20 aout 1782 à Dijon ; mort le 19 juillet 1862 a Paris], ce médecin se nommait Charles Bouvard [chimiste et médecin français, connu pour sa connaissance des plantes servant à la création de remèdes à base de fleurs ordinaires ; né en 1572 a Montoire-sur-le-Loir ; mort le 22 octobre 1658]. Il serait possible que ce ne fut que par un de ces lapsus linguæ que tout le monde commet dans l’improvisation, que M. Cuvier eut prononce Herouard au lieu de Bouvard. Bouvard peut, à juste titre, être surnomme le plus grand purgeur qui ait jamais existe. Dans une seule année, il fit prendre à Louis XIII [voir Leçon 2, note 110] deux cents médecines, auxquelles il ajouta quarante-sept saignées. On ne saurait s’étonner, d’après cela, que ce roi ait manque de la vigueur de caractère et du courage d’esprit qui font les grands hommes et les vrais héros [M. de St.-Agy].

153 [Le Cardinal de Richelieu est Armand Jean du Plessis, Cardinal-Duc de Richelieu et de Fronsac (né le 9 septembre 1585 à Paris ; mort le 4 décembre 1642 à Paris), homme d’église français, noble et homme d’état ; célèbre protecteur des arts.]

154 [Jean Robin, voir notes 128 et 129 ci-dessus.]

155 Ce jardin n’occupait que le petit triangle connu maintenant sous le nom de place Dauphine [place publique située du côté ouest de l’Île de la Cité dans le premier arrondissement de Paris], où l’on a élevé un chétif monument à la mémoire de l’illustre [Louis Charles Antoine] Desaix [général français et chef militaire ; né le 17 août 1768 en Auvergne ; mort le 14 juin 1800 à Rivalte en Italie] [M. de St.-Agy].

156 C’est encore, comme tout le monde sait, ce que fait aujourd’hui M. [Adrien-Henri] de Jussieu [botaniste français (né le 23 décembre 1797 à Paris ; mort le 29 juin 1853 à Paris), fils du plus célèbre encore Antoine Laurent de Jussieu (né le 12 avril 1748 à Lyon ; mort le 17 septembre 1836) lequel publia la première classification naturelle des plantes à fleurs dont la plus grande partie est encore utilisée de nos jours], que nous avons quelquefois eu le plaisir d’accompagner ; car les jardins botaniques, quoique fort utiles, n’offrent pas tous les avantages de ces promenades [M. de St.-Agy].

157 [Linné, voir Leçon 2, note 112.]

158 [Conrad Gessner, voir Leçon 4 ci-dessus.]

159 [Gaspard Wolf (mort en 1601), élève, ami, et successeur de Gessner à la chaire de physique de Zurich ; il publia un volume des lettres de Gessner intitulé Epistolarum medicina-lium Conradi Gesneri philosophi et medici Tigurini libri III : his accesserunt eiusdem aconiti primi Dioscoridis asseueratio & de oxymelitis elleborati vtriusq[ue] descriptione & vsu libellus, Zurich: Christoph Froschover, 1577, [8] + 140 + 28 p.]

160 [Joachim Camerarius le Jeune (né le 6 novembre 1534 à Nuremberg ; mort le 11 octobre 1598 à Nuremberg), médecin, botaniste, zoologiste et humaniste allemand, fils du célèbre philosophe classique Joachim Camerarius l’Ancien (né le 12 avril 1500 à Bamberg en Bavière ; mort le 17 avril 1574 à Leipzig.]

161 [La famille des Barbaro est une famille patricienne riche et influente de Venise qui possédait de grands patrimoines en Vénétie au nord de Trévise ; plusieurs membres de cette famille furent chefs d’église, diplomates, mécènes des arts, commandants militaires, philosophes, érudits, et scientifiques.]

162 [La famille des Bernouilli est une famille patricienne de marchands et d’intellectuels originaire d’Anvers mais qui s’établit a Bale en Suisse]

163 [Joachim Camerarius le Jeune, voir note 160 ci-dessus.]

164 [Une version très populaire des commentaires de Dioscoride par Mattioli (voir notes 71 et 82 ci-dessus ; sur Dioscoride, voir Tome 1, Leçon 12, note 62) intitulée De plantis epitome utilissima, Petri Andreae Matthioli Senensis,... Novis plane, et ad vivum expressis iconibus, descriptionibusque longe & pluribus & accuratiorib. nunc primum diligenter aucta, & locupletata, a d. Ioachimo Camerario,... Accessit,... liber singularis de itinere ab urbe Verona in Baldum montem plan-tarum ad rem medicam facientium feracissimum, auctore Francisco Calceolario..., Francfort : Johann Feyrabend, 1586, [12] + 1003 + [29] p., ill., in-4°.]

165 [Albrecht von Haller, voir Leçon 1, note 16.]

166 [Traduction de Materia medica de Dioscoride par Mattioli ; voir notes 71, 82 et 164 ci-dessus.]

167 [Opera botanica, per duo saecula desiderata, vitam auctorisnibus Gesneri in totum opus ut et Wolphii fragmentum his-et operis historiam Cordi librum quintum cum adnotatio-toriae plantarum Gesnerianae adiunctis, indicibus iconum tam olim editarum quam nunc prodeuntium cum figuris ultra CCCC. minoris formae, partim ligno excisis partim aeri insculptis complectentia, quae ex bibliotheca D. Christophori D. Casimirus Christophorus Schmiedel, Nuremberg : Johann Iacobi Trew... nunc primum in lucem edidit et praefatus est Michael Seligmann, 1754, [4] + lvi + 130 p., 43 pl.]

Table des illustrations

Légende Olivo domestico Planche extraite des Commentarii in sex libros Pedaci Dioscoridis… de Mattioli (1565).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2845/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 416k

© Publications scientifiques du Muséum, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540