Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cuvier’s History of the Natural Sciences

 | 
Georges Cuvier

2. European Travelers and the Early Dutch Naturalists

6. Contributions des premiers naturalistes hollandais

Texte intégral

Éléphant de face
Planche extraite de l’Historia naturalis de quadrupedibus… de Jonston (1640) Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.

1Messieurs,

  • 1 [Hernandez, voir Leçon 5, note 78.]
  • 2 [Friedrich Wilhelm Heinrich Alexander von Humboldt, plus connu sous le nom d’Alexandre de Humboldt (...)
  • 3 [Bien évidemment Cuvier fait référence ici à la « Nouvelle Espagne », appelée officiellement Vice- (...)

2Dans la séance dernière, je vous ai présenté le tableau des découvertes de géographie et des premiers établissements des Européens dans les contrées éloignées ; je vous ai montré quelles richesses devaient en résulter pour l’histoire naturelle, et j’ai indiqué quelques-uns des principaux auteurs qui, dès ces premiers temps, avaient commencé à comprendre ces richesses dans leurs ouvrages. Nous avons vu d’abord les auteurs espagnols, puisque leurs établissements étaient les premiers en date, quant aux pays où ils dominaient. Le principal de ces auteurs est encore aujourd’hui Hernandez1, car il est le premier qui ait donné avec quelques détails les animaux et les plantes du Mexique, et qui, surtout, y ait joint des figures, auxiliaire presque indispensable dans ce temps, où les descriptions étaient tellement imparfaites qu’autrement elles auraient été presque inintelligibles. Hernandez est d’autant plus important que, deux siècles après la publication de son ouvrage, on n’avait encore rien pu obtenir de nouveau sur les contrées dont il parle ; ce n’est que dans ces derniers temps que M. de Humboldt2 et quelques autres voyageurs ont pénétré dans la Vieille-Espagne3, et nous ont donné des renseignements à son égard. Les autres parties de l’Amérique ne furent décrites que plus tard, les unes par des Français, les autres par des Hollandais.

  • 4 [Cuvier fait référence ici à l’année 1763, année de la signature du Traité de Paris connu égalemen (...)
  • 5 [L’Amiral de Coligny est Gaspard II de Coligny (né le 16 février 1519 à Châtillon-sur-Loing ; mort (...)
  • 6 [Persécution lors des seizième et dix-septième siècles des membres de l’Église Réformée Protestant (...)
  • 7 [Nicolas Durand, Sieur de Villegagnon (né en 1510 à Villegagnon, en Seine et Marne, France ; mort (...)
  • 8 [Fort de Coligny, une forteresse fondée par Nicolas Durand de Villegagnon (voir note 7 ci-dessus) (...)

3Les établissements français d’Amérique n’ont laissé que peu de traces, surtout dans l’Amérique méridionale ; dans l’Amérique septentrionale, ils durèrent plus longtemps, puisqu’ils n’ont cessé d’appartenir à la France qu’à la paix de 16634. Mais dès le seizième siècle on avait cherché à en former dans le Brésil ; c’est surtout l’amiral de Coligny5 qui en eut la première idée. Il désirait envoyer dans cette contrée plusieurs familles protestantes, pour les préserver des persécutions auxquelles ces religionnaires furent en butte pendant une partie du seizième siècle6. Un chevalier de Malte, nommé Villegagnon7, se chargea de les conduire ; il s’y mêla aussi plusieurs autres Français qui croyaient avoir besoin de faire des établissements dans des pays éloignés pour rétablir leur fortune. Leur départ eut lieu en 1555 ; ils abordèrent dans la partie du Brésil où est maintenant la ville de Rio-Janeiro, et y fondèrent un fort qui reçut le nom de Coligny8. Déjà ils avaient traité avec les sauvages du voisinage, établi une espèce de commerce, et commencé quelques cultures, lorsque la discorde se mit dans l’établissement. Villegagnon se fit catholique et renvoya ses compagnons protestants. Il y en eut même trois qui, dans leur voyage, firent naufrage, et qui, ayant été portés sur la côte par les flots, furent par ses ordres rejetés à la mer. Bref, au bout de peu de temps, tous les Français fugitifs qui étaient restés dans ce pays furent victimes, ou du climat, ou des sauvages, ou des Portugais, qui étaient bien aises de les éloigner de leurs propres établissements. Mais malgré sa courte existence, cette colonie française du Brésil a produit deux petits ouvrages qui ne laissent pas de tenir leur rang parmi les ouvrages d’histoire naturelle de ce temps.

  • 9 [André Thevet (né en 1516 à Angoulême ; mort le 23 1590 à Paris), prêtre, explorateur, cosmographe (...)
  • 10 [Gyllius est Pierre Gilles, connu également sous le nom de Pierre Alby ; voir Leçon 3, notes 15 et (...)
  • 11 [Les singularitez de la France Antarctique, autrement nommée Amérique : & de plusieurs terre & isl (...)
  • 12 [Laporte est Maurice de la Porte (né en 1531 à Paris ; mort le 23 avril 1571 à Paris), lexicograph (...)
  • 13 [La cosmographie universelle d’André Thevet, cosmographe du roy : illustrée de diverses figures de (...)
  • 14 [Jean de Léry (né en 1536 à Lamargelle, Côte d’Or, France ; mort en 1613) ; explorateur et écrivai (...)
  • 15 [Le titre exact du livre de Léry est Histoire d’un voyage fait en la terre du Brésil, autrement di (...)
  • 16 [Le Comte de Coligny est François de Coligny (né en 1557 ; mort en 1591), Général français protest (...)

4Le premier est d’André Thevet9, natif d’Angoulême, qui, avant d’aller au Brésil avec Villegagnon, avait déjà voyagé avec Gyllius10 dans la Grèce et le Levant. Il ne resta que trois mois en Amérique ; néanmoins ce peu de temps lui suffit pour recueillir les matériaux d’un petit ouvrage intitulé : Singularités de la France antarctique, et imprimé à Anvers, en 1558, in-8˚11. Il est accompagné de figures, en bois, de quelques-unes des plantes et de quelques-uns des animaux les plus remarquables du Brésil. Au nombre de ces figures se trouvent, pour la première fois, celles du paresseux et de l’ananas. Ce petit ouvrage a été fait par un homme assez ignorant, et qui peut-être même n’était pas en état de bien l’écrire lui-même en français, car il est rédigé par un nommé de Laporte12. Après avoir publié cet ouvrage, Thevet se fit cordelier. Il paraît que dans cet ordre il acquit quelques autres connaissances ; car en 1577, c’est-à-dire dix-neuf ans après son premier écrit, il publia une cosmographie générale, dans laquelle il parle fort mal de ses compagnons du Brésil13. La manière même dont il s’exprime sur leur compte obligea l’un d’entre eux à lui répondre : ce fut Jean de Léry14, né en 1534, dans le village de Lamargale, en Bourgogne, et l’un des ministres protestants que l’amiral de Coligny avait choisis pour sa colonisation, qui se chargea de cette tâche. Il était resté à peu près dix-huit mois en Amérique ; car, parti vers 1556, il n’était revenu qu’en 1558 ; mais son ouvrage ne parut que vingt ans après son retour, en 1578. C’est à Rouen qu’il fut imprimé ; son titre est : Voyage en Amérique, avec la description des animaux et plantes de ce pays15. Il est dédié au comte de Coligny16, le fils de l’amiral du même nom, qui était alors gouverneur de Montpellier. Léry ne paraît guère avoir eu plus de lumières que Thevet ; et si j’ai parlé de leurs ouvrages, c’est plutôt pour ne rien oublier, et parce qu’ils sont les seuls écrits par des Français à cette époque, que parce que la science en a retiré une grande utilité.

  • 17 [Philippe II, voir Leçon 2, note 1.]
  • 18 [Jean-Maurice de Nassau-Siegen (né le 17 juin 1604 à Dillenburg ; mort le 20 décembre 1679 à Clève (...)
  • 19 [La Compagnie Néerlandaise des Indes Occidentales, société de marchands néerlandais, (connue sous (...)
  • 20 [Johannes de Laet (né en 1581 à Anvers ; enterré à Leyde le 15 décembre 1649), géographe hollandai (...)
  • 21 [Willem Piso (né en 1611 à Leyde ; mort le 28 novembre 1678 à Amsterdam), médecin et naturaliste h (...)
  • 22 [Georg Marcgrave (né en 1610 ; mort en 1644 en Guinée), naturaliste et astronome allemand, expert (...)
  • 23 [Surnom venant de Liebstadt, une ville de la région de Sächsische Schweiz-Osterzgebirge, dans l’Ét (...)
  • 24 [Cranitz est Henri Cralitz, un jeune étudiant allemand qui fut envoyé avec Georg Marcgrave (voir n (...)
  • 25 [Jean-Maurice de Nassau-Siegen, voir note 18 ci-dessus.]
  • 26 [Frédéric Guillaume de Brandebourg (né le 16 février 1620 à Berlin ; mort le 29 avril 1688 à Postd (...)
  • 27 [La Bibliothèque Royale de Berlin est maintenant la Bibliothèque Publique de Berlin, l’une des plu (...)

5Il n’en est pas de même de ceux que firent les Hollandais dans le siècle suivant ; je dis le siècle qui suivit, car nous sommes obligés de passer plus de soixante années pour arriver à ces écrits des Hollandais sur l’Amérique. Vous avez vu comment, après l’insurrection des Provinces-Unies contre l’Espagne, le roi de ce dernier pays, Philippe II17, qui était devenu maître du Portugal, leur interdit le commerce du port de Lisbonne, et comment leurs négociants, privés par cette mesure des moyens qu’ils avaient de se procurer les marchandises des Indes et de l’Amérique, pour les transporter dans différentes contrées du nord, se décidèrent à faire des expéditions directes dans les deux Indes. Je vous ai rappelé aussi comment ils chassèrent, dès le commencement du dix-septième siècle, les Portugais de leurs établissements aux Indes orientales. Un peu plus tard, ils attaquèrent aussi les possessions portugaises situées en Amérique, et en 1629, s’emparèrent d’Olinde, capitale de la province de Fernambouc. La France, soixante années auparavant, s’était établie dans la partie méridionale de cette province. Les Hollandais s’établirent dans la partie septentrionale. Le gouvernement en fut confié, en 1637, à Jean-Maurice, comte de Nassau-Seigen18, par la compagnie qui avait fait l’expédition ; car en général toutes les conquêtes des Hollandais, des Anglais et des Français même furent faites par des compagnies particulières, et non point au nom de leur gouvernement, comme le furent celles des Espagnols et des Portugais. Aussi, encore aujourd’hui pour les Anglais et les Hollandais, ce sont les compagnies qui possèdent, et non point l’état. La compagnie des Indes occidentales19, car c’est ainsi qu’elle s’appelait, envoya donc, comme je l’ai dit, Jean-Maurice, comte de Nassau, dans la province de Fernambouc. Cette compagnie avait pour directeur en Europe Jean de Laët20, né à Anvers, vers 1590. C’était un homme fort éclairé, qui a écrit plusieurs ouvrages dont j’aurai à vous parler tout à l’heure. Il donna au comte de Nassau, pour médecin de la colonie dont le gouvernement lui était confié, Guillaume Pison de Leyde21, qui fut médecin à Amsterdam. Celui-ci reçut pour collaborateurs, aussi de la part de Laët (je le remarque, parce que c’est la première expédition d’histoire naturelle qui ait été faite avec un grand succès), deux Allemands, dont l’un s’appelait George Marggraf22, avec le surnom de Liebstaedt23 ; il était né à Meisten, en Saxe, en 1610. L’autre s’appelait Henri Cranitz24, et mourut de très bonne heure ; mais Marggraf resta au Brésil plusieurs années, et ne mourut que pendant le voyage qu’il fit en Guinée pour étendre ses connaissances et chercher les plantes et autres productions qui pouvaient être utiles à la nouvelle colonie. Le comte Maurice25 envoya ses travaux au gouvernement, qui s’occupa de leur publication. Dans cet envoi étaient deux recueils de peintures faites avec beaucoup de soin. Ces deux recueils, dont l’un est peint à l’huile, et l’autre à l’eau, furent vendus après avoir servi aux figures des ouvrages dans lesquels on publia les recherches de Marggraf et de Pison. Ils furent achetés par le comte Maurice, qui, ayant quitté en 1644 le gouvernement de la colonie hollandaise du Brésil, passa au service de l’électeur de Brandebourg26, fut gouverneur de Wesel, et plus tard gouverneur de Berlin, époque à laquelle il obtint le titre de prince. Il mourut dans son gouvernement de Berlin, en 1679. Les deux recueils de peintures qu’il avait achetés restèrent dans cette ville, et existent encore à la bibliothèque royale de Berlin, où on a pu les comparer avec les publications faites par les soins de Laët27. C’est une circonstance remarquable ; car il est assez rare de trouver parfaitement conservé un ouvrage aussi ancien et toujours précieux, tant il est supérieur aux gravures en bois de la même époque.

  • 28 [Historia naturalis Brasiliae, auspicio et beneficio illustriss. I. Mauritii com. Nassau illius pr (...)
  • 29 [Belon, Rondelet, Salviani, Aldrovandi et Gessner, zoologistes de la Renaissance ; voir Leçon 3 ci (...)
  • 30 [Georges-Louis Leclerc, Comte de Buffon, voir Tome 1, Leçon 7, note 39.]
  • 31 [De Indiae utriusque re naturali et medica libri quatuordecim, quorum contenta pagina sequens exhi (...)

6De Laët employa, pour la publication de ce beau travail, le médecin en chef qui avait eu Marggraf pour collaborateur, Guillaume Pison. L’ouvrage parut d’abord sous le titre d’Historia naturalis Bresiliæ28, en 1648. Il forme un volume in-folio, qui se compose de deux parties. La première est relative à la médecine au Brésil, et renferme des observations d’hygiène que Pison avait écrites dans la vue d’être utile aux colons et à ceux qui dirigeraient la colonie dans la suite. La seconde partie contient l’histoire naturelle du Brésil, tout entière de Marggraf, avec des figures gravées sur bois d’après les originaux prêtés par le comte Maurice. Cet ouvrage est incontestablement, de tous ceux qui avaient paru jusque là, celui où les descriptions sont le plus soignées, où les objets sont nommés avec le plus de jugement, et où les figures sont le mieux dessinées. On le considère même encore comme un livre classique que l’on peut consulter avec une entière confiance pour tout ce qu’il renferme. Néanmoins, comme les naturalistes n’étaient pas encore arrivés à ce degré de détail qui met à même d’indiquer une foule de petits caractères, tels que les étamines et les pistils, dans les fleurs ; toutes les parties de la bouche, dans les insectes ; dans les poissons, les rayons des nageoires, on chercherait vainement ces observations délicates dans l’ouvrage de Marggraf ; mais, en revanche, tout ce qui regarde la grandeur, la forme, la couleur, surtout ce qui est relatif aux usages domestiques et même médicinaux, y est consigné avec une exactitude très remarquable et très consciencieuse. Marggraf n’était pas d’ailleurs sans posséder une assez grande instruction ; il connaissait très bien les ouvrages de Belon, de Rondelet, de Salviani, d’Aldrovande et de Gessner29 ; il paraît même qu’il les avait emportés dans son voyage. Il rapporte les espèces qu’il découvre, avec soin et jugement, aux genres auxquels elles appartiennent. En un mot, son histoire pouvait passer alors pour un chef-d’œuvre. Ce n’est que depuis quinze ans que des voyages très nombreux ont eu lieu aux frais des gouvernements, et qu’ainsi nous avons pu avoir des recueils plus importants. Jusque-là, c’était dans l’ouvrage de Marggraf que puisaient tous les naturalistes. Buffon30 le cite à chaque instant ; les botanistes eux-mêmes, quoique la partie qui les concerne soit la moins nécessaire, parce que les herbiers suppléent aux ouvrages, le citent plus souvent qu’Hernandez, pour l’histoire naturelle des plantes du Mexique. Marggraf était mort en Guinée, en 1644, comme je vous l’ai dit, et n’eut pas le plaisir de publier son ouvrage lui-même ; ce fut Pison qui se chargea de ce soin. Mais ce médecin, quelque temps après, en 1658, publia une nouvelle édition de son propre ouvrage intitulé : De Indiæ utriusque re naturali et medica31. Il y développa beaucoup la partie médicale de son premier recueil, et abrégea au contraire la partie de Marggraf. Il la distribua autrement ; tout ce que Marggraf avait donné sur les animaux et sur les plantes ne fut plus rangé, comme il l’avait fait, d’après un ordre de classes, mais d’après des considérations médicales : d’un côté, les substances alimentaires ; de l’autre, les substances vénéneuses ; dans une troisième partie, les substances médicamenteuses ; de sorte que quelques auteurs qui n’ont pas lu les deux éditions de Pison l’ont considéré comme plagiaire de Marggraf, ce qui n’est pas, car dans sa préface et dans toutes les parties de son ouvrage, il le loue comme son ancien collaborateur, et lui rend si pleine justice, qu’il est impossible de dire qu’il ait tenté de s’approprier ses travaux.

  • 32 [Passiflore, connue également sous le nom de fleur de la passion, genre de plantes à fleurs d’envi (...)
  • 33 [Anacardium est un genre de plantes à fleurs de la famille des Anacardiacées, natif des régions tr (...)
  • 34 [Manioc, appelé également cassave, est une espèce (Manihot esculenta) d’arbuste vivace de la famil (...)
  • 35 [L’ipecacuana est le nom vernaculaire du Carapichea ipecacuanha, une espèce d’arbrisseau à fleurs (...)
  • 36 [Le Toucan Toco (Ramphastos toco), est le plus grand et probablement le plus connu de la famille d (...)
  • 37 [Le Kamichi cornu (Anhima comuta) est un oiseau de grande taille d’Amérique du Sud caractérisé par (...)
  • 38 [Le cariama huppé (Cariama cristata) est un échassier de grande taille et aux longues pattes d’Amé (...)
  • 39 [Coendou ou coendous, porc-épics préhensiles du genre Coendou, se trouvant en Amérique Centrale et (...)
  • 40 [Le Cavia est un cochon d’Inde (Cavia procellus), genre de rongeur de la famille des Cavidés ; mal (...)
  • 41 [L’Agouti est une espèce de rongeur d’Amérique Centrale et d’Amérique du Sud dont la fourrure prés (...)
  • 42 [Les Alouates sont un genre de singes contenant les quinze espèces reconnues de singes hurleurs, l (...)
  • 43 [Le Tigre Royal du Bengale (Panthera tigris tigris), autrefois la sous-espèce la plus nombreuse de (...)
  • 44 [Allusion apparente à la théorie moderne des plaques tectoniques et du déplacement des continents, (...)

7Ces deux recueils ont fait connaître une foule de choses nouvelles. On y remarque une multitude de plantes curieuses, l’ananas, le cactus, la passiflore32, l’anacardium33, le manioc34, l’ipécacuanha35. Beaucoup de plantes de pays environnant le Brésil y sont aussi données avec des détails très suffisants pour les bien faire reconnaître ; mais nous ne devons pas nous en occuper encore : nous y reviendrons en traitant de l’histoire de la botanique. Nous remarquerons maintenant certaines espèces d’animaux de ces pays, qui paraissaient pour la première fois : parmi les oiseaux, le toco36, le kamichi, ce grand oiseau qui a des éperons aux ailes37 ; le cariama38, le toucan, dont le bec est énorme et qui dut paraître une grande singularité ; les colibris, si remarquables par l’éclat et le brillant de leur plumage ; parmi les mammifères, le paresseux, le fourmilier, les tatous, les tapirs, le cœndon, espèce de porc-épic à queue prenante39, le lama, le cabiai, le cochon d’Inde40, le jaguar, l’agouti41, les singes hurleurs, comme l’alouate42 qui a un tambour sous la gorge, et dont les cris se font entendre à une grande distance. L’ouvrage de Marggraf fait voir cette vérité si bien établie depuis, que les quadrupèdes de l’Amérique méridionale sont différents de ceux qui habitent dans les parties méridionales de l’ancien continent. En effet, les quadrupèdes du nord de l’Amérique ont bien pu traverser les mers sur la glace, et arriver en Europe et en Asie, par conséquent être communs au nord des deux continens. Le bison, le renne, l’élan, le loup, le renard et le chien même sont dans ce cas ; mais les animaux des pays chauds, comme l’éléphant, le rhinocéros, le tigre royal43, le lion, et bien d’autres, n’avaient pas les mêmes moyens d’émigration ; il leur aurait fallu traverser l’Océan, trajet qui dépasse de beaucoup leurs forces, et, d’un autre côté, ils n’auraient pu supporter le froid des régions polaires. Il est donc constant, comme nous l’avons dit, qu’aucun animal terrestre, et particulièrement aucun quadrupède de l’Amérique méridionale, n’appartient à l’ancien continent, et réciproquement ; d’où il résulte la certitude que la distribution des animaux sur le globe est postérieure à sa configuration actuelle, c’est-à-dire qu’elle a eu lieu depuis que les deux océans séparent le continent ancien du continent de l’Amérique44.

  • 45 [Sauvegarde, grand saurien du genre Tupinambis, comprenant septs espèces natives de l’Amérique du (...)
  • 46 [Les Tapuyas désignent un groupe de tribus très unies établies sur une grande étendue de l’Est du (...)
  • 47 [Les Topinamboux (ou Tupinambas) sont des peuples indigènes d’Amérique du Sud dont la langue était (...)
  • 48 [De Indiae utriusque re naturali et medica libri quatuordecim de William Piso, 1658 ; voir notes 2 (...)
  • 49 [Marcus Elieser Bloch (né en 1723 à Ansbach ; mort le 6 août 1799 à Carlsbad), médecin et naturali (...)
  • 50 [Martin Heinrich Carl Lichtenstein (né le 10 janvier 1790 à Hambourg ; mort le 2 septembre 1857 à (...)
  • 51 [Achille Valenciennes (né le 9 août 1794 à Paris ; mort le 13 avril 1865 à Paris), zoologiste fran (...)

8Les autres parties de l’histoire des animaux sont également riches dans Marggraf : on y remarque le sauve-garde45, grand lézard de six pieds de long, et l’iguane, autre grande espèce de lézard dont les habitants se nourrissaient, et qui paraît procurer encore aujourd’hui un mets agréable. Plus de cent espèces de poissons y sont très bien caractérisées au moyen de figures coloriées. On peut d’ailleurs connaître leur ancienne histoire et leurs noms dans les différentes langues du Brésil, car Marggraf a eu soin de rapporter les noms qu’ils avaient parmi les Tapuyas46, les Topinamboux47 et les autres habitants de cette partie de l’Amérique ; ce qui a quelquefois de l’intérêt. Les insectes sont aussi assez nombreux dans son ouvrage. L’édition donnée par Pison48 contient surtout plusieurs crustacés, et beaucoup d’autres figures qui ne font pas partie de celles de Marggraf, et ne se trouvent point non plus dans les deux recueils du comte de Nassau. Elles sont à la vérité moins bien faites, mais il y en a pourtant quelques-unes qui sont utiles à consulter aujourd’hui, parce qu’elles n’ont pas été reproduites ailleurs. Les figures du prince de Nassau, car vous savez qu’il fut fait prince, ont un intérêt indépendant de l’ouvrage de Marggraf et de Pison : je dois en dire un mot. Elles ont servi à Bloch pour son histoire des poissons49 ; il y a pris les modèles d’une cinquantaine de planches qu’il n’a pas pu donner d’après nature ; mais en comparant les originaux avec ses copies, on reconnaît l’infidélité de celles-ci. Pour qu’elles eussent toutes la même grandeur, il doubla et quelquefois tripla la dimension de celles données par Marggraf. Il en est résulté que de légères incorrections, qui ne se remarquent presque pas dans les petites figures de ce dernier, paraissent monstrueuses dans les siennes ; mais il ne s’en est pas tenu là, il a encore altéré sans scrupule les dessins du prince de Nassau, en y faisant de prétendues corrections. Lorsqu’il pensait qu’une espèce devait répondre à telle autre espèce qu’il imaginait, il y faisait des changements qui ne sont rien de moins que des falsifications scandaleuses. On trouve ainsi des figures qui ne représentent plus ce qu’elles avaient pour objet de représenter ; et il en résulte que les naturalistes croient souvent trouver au Brésil une espèce déterminée, tandis que dans la réalité on n’y trouve qu’une espèce voisine, altérée par Bloch pour la faire cadrer avec sa nomenclature. Ces vérifications n’ont été faites qu’après la mort de Bloch, d’abord par Lichstenstein50, professeur d’histoire naturelle au muséum de Berlin, et ensuite par M. Valencienne51, qui est allé à Berlin chercher une copie des figures du prince de Nassau, au moyen de laquelle nous avons constaté toutes les falsifications effectuées par Bloch. Ce fait est capital, et je le rappellerai lorsque j’en serai à l’histoire naturelle des poissons au dix-huitième siècle : j’en fais seulement mention maintenant, parce que l’ouvrage de Marggraf m’en a donné l’occasion.

  • 52 [De Indiae utriusque re naturali et medica de Piso, 1658 ; voire notes 21 et 31 ci-dessus.]
  • 53 [Jacob de Bondt (né en 1591 à Leyde ; mort le 30 novembre 1631 à Batavia, Java), médecin et pionni (...)
  • 54 Suivant quelques biographes modernes, il [Jacob de Bondt] mourut à Batavia même [actuelle Jakarta, (...)
  • 55 [Historiae naturalis et medicae Indiae orientalis, voir note 53 ci-dessus.]
  • 56 [Le rhinocéros fait référence à un groupe de cinq espèces existantes d’animaux ongulés à trois doi (...)
  • 57 [Alfred Duvaucel (né en 1793 à Évreux en France ; mort en 1824 à Madras en Inde), naturaliste et e (...)
  • 58 [Bontius, voir notes 53 et 54 ci-dessus.]
  • 59 [Tigre Royal, voir note 43 ci-dessus.]
  • 60 [Le babiroussa, Babyrousa babyrussal, est une espèce de cochon sauvage ou phacochère caractérisé p (...)
  • 61 [Chauve-souris, apparemment en référence à l’un des différents genres de chauve-souris se nourriss (...)
  • 62 [Les Casoars font partie de trois espèces d’oiseaux non-volants du genre Casuarius natifs des forê (...)
  • 63 [Le calao bicorne (Buceros bicornis) est l’un des membres les plus grands de la famille des calaos (...)
  • 64 [Le pangolin à longue queue (Manis tetradactyla), natif des forêts sub-sahariennes d’Afrique, prin (...)
  • 65 [Le Dronte de Maurice, plus connu sous le nom de Dodo (Raphus cucullatus) oiseau non-volant dispar (...)
  • 66 [L’Île de France et l’Île de Bourbon, ou Île Maurice et Île de la Réunion, sont des îles française (...)
  • 67 [Le Musée Ashmolean de l’Université d’Oxford contient la célèbre collection Tradescant, la plus an (...)
  • 68 [Le British Museum de Londres, appelé aujourd’hui le Musée d’Histoire Naturelle, dont l’origine re (...)
  • 69 [Bontius, voir notes 53 et 54 ci-dessus.]
  • 70 [Argonaute, du genre Argonauta, le seul genre encore existant de la famille des Argonautidae, grou (...)
  • 71 [Crabe des Moluques, également appelé crabe fer à cheval, est l’une des quatre espèces vivantes d’ (...)

9La seconde édition de l’ouvrage de Pison52 contient un nouveau travail sur les Indes orientales. Les Hollandais s’étaient établis dans ces contrées comme ils l’avaient fait au Brésil ; ils y avaient adopté le même système de gouvernement. La compagnie avait chargé un médecin d’examiner le climat, et d’indiquer les précautions convenables à la santé des nouveaux colons. Ce médecin était Jacobus Bontius d’Amsterdam53 : il resta à Batavia, dans l’île de Java, pendant un certain nombre d’années, après quoi il revint dans son pays, où il mourut en 163154. Il avait composé un ouvrage de médecine, relatif à l’île de Java et aux îles environnantes, dans lequel étaient rassemblées plusieurs observations sur les productions naturelles des mêmes pays. C’est cet ouvrage qui fut imprimé à la suite de la seconde édition de celui de Pison, sous le titre de : Historiæ naturalis et medicæ Indiæ orientalis, libri sex55. Il présente pour la première fois une figure exacte des grands animaux des Indes orientales. Ainsi le rhinocéros, non pas le rhinocéros commun56, mais le rhinocéros de Java, qui est une espèce différente, y est très bien reproduit. On aurait pu déjà reconnaître, par cette figure, que le rhinocéros de Java n’est pas le même que le rhinocéros du continent de l’Inde ; il a une autre peau, d’autres plis, c’est enfin un autre animal. Ce n’est pourtant que dans ces derniers temps que MM. Duvaucel et Diard57 ont démontré cette différence qui, depuis longtemps, était indiquée dans Bontius58. On doit encore à cet auteur la connaissance du tigre royal à bandes transversales59 ; du babiroussa, espèce de cochon dont les cornes sont tournées en spirales60 ; du crocodile ; du chat-volant61, espèce de chauve-souris dont les pieds sont joints ensemble par une membrane qui se soutient en l’air pendant quelque temps, de sorte que lorsqu’il tombe sur une figure humaine, il peut s’y accrocher avec ses griffes, et y fait l’effet d’un chat ordinaire. Parmi les oiseaux, on remarque le casoar62, ce grand oiseau qui ne vole pas, et dont les plumes ressemblent presque à un poil grossier ; on y voit aussi le calao63, dont le bec, très grand, est surmonté d’une corne. On y trouve les phatagins64, quadrupèdes à sang chaud, couverts d’écailles dures et tranchantes. On y voit le dronte65, espèce d’oiseau qui, aujourd’hui, est perdue, et avait la taille du casoar : mais sa forme était autre ; son bec surtout était plus grand et terminé par un crochet. Le dronte n’habitait pas à Java, mais dans les petites îles que nous appelons aujourd’hui l’île de France et l’île de Bourbon : la première était alors connue sous le nom d’île Maurice66. Cette espèce d’oiseau aura été détruite par les premiers habitants de ces îles ; il n’en subsiste plus maintenant qu’une tête et une patte qui sont conservées, l’une à Oxford67, l’autre au Muséum britannique de Londres68. Bontius69 a fait paraître la première figure de l’orang-outang. Les naturalistes n’avaient connu jusqu’à lui que les singes de Barbarie et des côtes d’Afrique ; or, l’orangoutang, celui des singes qui ressemble le plus à l’homme, n’habite que dans la presqu’île de Malaca et à Bornéo. La figure qu’il en donne n’est cependant pas très exacte ; ce n’est guère qu’une femme couverte de poil. Il traite aussi des poissons et des mollusques ; parmi ces derniers, il en est plusieurs qui sont remarquables, par exemple, l’argonaute70, quoique déjà connu ; le crabe des Moluques71, grand crustacé qui se trouve dans ces contrées, et dont on voit aussi une espèce en Amérique. En botanique, ce même ouvrage offre plusieurs espèces rares : la noix muscade, le cannellier, le coco des Maldives. En résumé, le travail de Bontius est pour l’histoire naturelle des Indes orientales ce que celui de Marggraf est pour l’histoire naturelle de l’Amérique méridionale ; seulement il est moins parfait ; il y parle d’un moins grand nombre d’espèces, et ne les caractérise pas suffisamment. Bontius eût probablement fait un meilleur ouvrage, si ses fonctions de médecin de la colonie l’eussent moins occupé, ou s’il eût été, comme Marggraf, simple auxiliaire, chargé de l’histoire naturelle. Il n’a pas eu, d’ailleurs à sa disposition d’aussi bons dessinateurs que ce dernier. Néanmoins la compagnie des Indes orientales a rendu un très grand service à toutes les branches de l’histoire naturelle, en publiant son ouvrage. Ce fut encore par les soins de Laët que cette publication eut lieu.

  • 72 [Buffon, voir Tome 1, Leçon 7, note 39.]

10Mais il y a une observation capitale à faire à l’égard des figures de cet ouvrage. Elles étaient gravées sur bois, et par conséquent pouvaient fournir un nombre d’épreuves beaucoup plus considérable que si elles l’eussent été sur cuivre. Pour épargner une gravure nouvelle, lorsque le libraire croyait reconnaître que deux espèces étaient identiques, il les faisait représenter avec la même planche. Plusieurs naturalistes ont ainsi été induits en erreur pendant longtemps. Dans la partie de l’ouvrage de Bontius, relative aux Indes orientales, on voit aussi reproduites des figures de reptiles et de poissons, qui avaient déjà paru dans le travail de Marggraf sur le Brésil. C’est encore pour avoir voulu épargner une gravure que le libraire est tombé dans cette erreur ; car aucun animal des Indes orientales n’est commun aux deux mondes. C’est Buffon72 qui, le premier, a démontré que cette identité d’espèce n’était admissible ni pour les quadrupèdes ni pour les autres animaux terrestres : j’ose dire qu’elle ne l’est pas non plus pour les animaux marins ; car, quoique les poissons puissent côtoyer le continent et aller sans difficulté matérielle depuis la mer des Indes jusque dans l’Archipel, cependant ils ne l’ont pas fait, ou s’il y en a un ou deux exemples sur mille espèces, c’est tout ce qu’on en peut citer. Il paraît que les espèces des pays chauds ne peuvent pas doubler le cap de Bonne-Espérance, parce qu’elles trouvent des mers trop froides. L’Océan est d’ailleurs très difficilement traversable pour les poissons ; la plupart d’entre eux ne peuvent vivre que sur les côtes. Les grands poissons seuls, comme les dorades, les bonites et encore quelques cétacées, effectuent facilement ce trajet. À la même latitude, où le degré de chaleur n’est pas par conséquent un obstacle, les poissons des États-Unis ne sont pas non plus les mêmes que ceux de la côte d’Europe. Il y en a du moins très peu de communs aux deux côtes. Probablement il en est de même dans l’océan Pacifique, aux côtes de la Chine et aux côtes du Pérou ; mais nous n’avons encore que très peu d’informations sur les animaux de la mer Pacifique.

11Pendant que des naturalistes hollandais nous faisaient connaître le résultat de leurs recherches dans les colonies que ce peuple avait conquises sur les Portugais, d’autres naturalistes sédentaires s’occupaient aussi des productions extérieures. Ils recevaient par leurs correspondants des productions de pays étrangers, qui enrichissaient également l’histoire naturelle quoique d’une manière médiate.

  • 73 [Charles de L’Écluse ou Carolus Clusius (né le 19 février 1526 à Arras ; mort le 4 avril 1609 à Le (...)
  • 74 [Rondelet, voir Leçon 3 ci-dessus.]
  • 75 [Maximilien II (né le 31 juillet 1527 à Vienne ; mort le 12 octobre 1576 à Prague), roi de Bohême (...)
  • 76 [Rodolphe II (né le 18 juillet 1552 à Vienne ; mort le 20 janvier 1612 à Prague), empereur de l’Em (...)
  • 77 [Académie de Leyde, aujourd’hui l’Université de Leyde, est l’université la plus ancienne des Pays- (...)
  • 78 [Joseph Juste Scaliger (né le 5 août 1540 à Agen ; mort le 21 janvier 1609 à Leyde), chef religieu (...)
  • 79 Clusius mourut en 1609 [voir note 73 ci-dessus], peu de jours après Scaliger. [M. de St.-Agy].
  • 80 [Rariorum plantarum historia, Anvers : Johannes Moretum, 1601, [11] + 364 + cccxlviii + [11] p.]
  • 81 [Exoticorum libri decem, quibus animalium, plantarum, aromatum, aliorumque peregrinorum fructuum h (...)
  • 82 Cet animal [renard volant ou roussette, chauve-souris membre du genre Pteropus] a trois pieds d’en (...)
  • 83 [Manchot, groupe d’environ vingt espèces d’oiseaux non volants de la famille des Sphéniscidés, viv (...)
  • 84 [Calao, voir note 63 ci-dessus.]
  • 85 [Lithophytes, plantes qui poussent à la surface des roches et se nourrissent des éléments nutritif (...)
  • 86 [Les Madrepores sont des coraux durs formant souvent des récifs ou des îles dans les régions tropi (...)
  • 87 [Les Gorgones sont des coraux de l’ordre des cnidaires vivant sous forme de polypes coloniaux sess (...)
  • 88 [Alcyon, hirondelle de mer ou martinet, oiseau du genre du martin-pêcheur de la famille des Alcédi (...)
  • 89 [Le blanc de baleine, ou spermaceti, est une substance blanche cireuse constituée de différents es (...)
  • 90 [Chimère, genre de poisson cartilagineux de l’ordre des Chimaeriformes, connu sous le nom de chimè (...)
  • 91 [Tétrodon, genre de poissons osseux de la famille des poissons boule (Tetraodontidae) ; largement (...)
  • 92 [Diodon, genre de poissons osseux de la famille des Diodontidae, connu communément comme le poisso (...)
  • 93 [Coffre pintade, Ostracion meleagris, espèce courante de la famille Ostraciidae largement distribu (...)
  • 94 [Ostracion, genre de poissons de la famille des Ostraciidae, contenant environ huit espèces et car (...)

12Le plus savant des hommes qui ont ainsi décrit des productions étrangères, est Charles de Lécluse, en latin Clusius73, né à Arras, en 1526. L’Artois appartenait alors à la maison d’Autriche, comme tout le reste des Pays-Bas. Lécluse étudia le droit à Gand et à Louvain. Au bout de trois ans, il quitta cette ville pour voyager en Allemagne, et fit quelque séjour à Marbourg, puis à Wittemberg. En 1550, il visita Francfort, Strasbourg, la Suisse, Lyon, et alla se fixer à Montpellier, où, ayant fait connaissance de Rondelet74, le fameux auteur de l’histoire naturelle des poissons, il étudia la médecine et la botanique. Après avoir été reçu médecin, il revint, en 1555, par Genève, Bâle, Cologne et Anvers, dans son pays, où il passa six ans. Il séjourna ensuite deux ans à Paris, un an à Louvain, visita Augsbourg, en 1563, et se rendit l’année suivante en Espagne par l’ouest de la France. En 1571, il passa en Angleterre, et en revint la même année, sur l’invitation de l’empereur Maximilien II75, pour être directeur de ses jardins. Il occupa cette place pendant quatorze ans, sous ce dernier prince et sous Rodolphe II76, son successeur. Maximilien II était un grand protecteur des sciences ; mais Rodolphe II poussait beaucoup plus loin l’amour qu’il avait pour elles ; il leur sacrifia les soins du gouvernement, au point que sa négligence fut une des causes des guerres civiles qui éclatèrent après lui. Clusius, qu’il protégeait, quitta Vienne après sa mort pour aller se fixer à Francfort, où il passa six ans dans une solitude presque complète. En 1589, l’académie de Leyde77 l’invita à venir occuper la chaire de botanique. Il remplit cette place pendant seize années. L’université de Leyde avait été fondée peu de temps auparavant par les états de Hollande. Lécluse y eut pour collègues plusieurs hommes célèbres de ce temps, entre autres Joseph Scaliger78. Il mourut en 1609, peu de jours après lui79. Nous en reparlerons bientôt comme botaniste, en traitant de l’histoire de la botanique ; car il a donné un ouvrage intitulé : Rariorum plantarum historia, etc., qui est un des meilleurs ouvrages de ce temps80. Sous le rapport de la zoologie, on peut regarder aussi comme précieux son ouvrage intitulé : Exoticorum libri x, quibus animalium, etc81. C’est un recueil de plusieurs ouvrages concernant les productions des pays étrangers ; les uns sont d’auteurs espagnols, les autres d’auteurs portugais. Il y traite aussi de botanique ; mais nous ne pouvons voir aujourd’hui que la partie de cet ouvrage qui traite des animaux : ce sont les cinquième et sixième livres. Clusius y donne des figures et des descriptions parfaitement exactes de plusieurs espèces d’animaux provenus de différents points du globe. On y voit pour la première fois la roussette, cette chauve-souris grande comme une poule, qui vit aux Indes orientales82. On y remarque plusieurs espèces qui existent dans Bontius, telles que le dronte, le casoar ; mais cet ouvrage est inférieur au travail de ce dernier. Il fut publié à Anvers, en 1605. Nous mentionnerons encore, comme paraissant pour la première fois dans l’ouvrage de Clusius, le manchot, espèce d’oiseau qui appartient aux mers antarctiques, et ne peut ni voler ni marcher83 ; plusieurs autres oiseaux qui volent difficilement, tels que le macareux, le guillemot, le calao d’Afrique84. Clusius donne la figure du tatou à trois bandes, celle du serpent d’Amérique, connu sous le nom de boa constrictor, quoique le nom de boa lui convienne peu. Il présente des descriptions et des figures, nouvelles pour le temps, de diverses plantes pierreuses, de lithophytes85, de coraux, de madrépores86, de gorgones87, d’alcyons88, d’éponges. On y remarque différents cétacés, comme le cachalot et le lamantin, qui n’avaient encore paru nulle part. Le cachalot est l’immense animal dont la tête fournit le blanc de baleine89 ; le lamantin est une autre espèce de cétacé qui a deux mamelles sur la poitrine. Quand il allaite ses petits, il les soutient avec une de ses nageoires et se promeut dans une position assez verticale pour que leur tête et la sienne soient hors de l’eau. Observé alors d’une certaine distance, on a pu y trouver une certaine ressemblance avec l’espèce humaine ; et c’est de là qu’est venue la fable des syrènes et des femmes marines. La figure du poisson qui a été appelé chimère90 et offre une disposition de nageoires tout-à-fait extraordinaire, se trouve dans Clusius, avec un aspect encore plus singulier, parce qu’il l’a faite d’après un individu sec, tout-à-fait déformé. Les tétrodons91, espèce de poissons à mâchoires osseuses, sans dents ; les diodons92, poissons orbuleux, tout hérissés d’épines, qui viennent des mers des pays chauds, s’y montrent aussi pour la première fois. Enfin, on y remarque le coffre93, ce poisson dont la peau anguleuse est tellement ferme, et les écailles si bien soudées les unes avec les autres, que même quand sa chair a été détruite par la putréfaction, l’enveloppe subsiste encore et ressemble à une espèce de boîte ou de coffre. Nous l’appelons maintenant ostracion94.

13En somme, l’ouvrage de Lécluse est un de ceux qui ont le plus enrichi l’histoire naturelle dans la dernière moitié du seizième siècle et au commencement du dix-septième.

  • 95 [Novus Orbis seu descriptionis Indiae Occidentalis Libri XVIII authore Joanne de Laet Antverp, nov (...)
  • 96 Trichiure, Trichiurus, genre de poisson osseux de la famille des Trichiuridae, connu communément s (...)

14Jean de Laët, dont nous avons parlé comme directeur de la compagnie des Indes occidentales, et qui a concouru essentiellement à la publication des travaux de Pison et de Marggraf, était aussi, comme je vous l’ai annoncé, un homme fort instruit. Il a donné un écrit in-folio, intitulé : Novus orbis, seu descriptio Indiæ occidentalis, libri xviii, imprimé à Leyde chez les Elzevir95, en 1633, et auquel sont jointes des cartes aussi bonnes qu’on pouvait les faire avec le peu de documents qui subsistaient alors. Il fait connaître la constitution des contrées de l’Amérique qui étaient découvertes de son temps, les nations qui les habitaient, et les productions naturelles. Cet ouvrage, comme vous le voyez par sa date, est antérieur à ceux de Marggraf et de Pison, de sorte que Laët ne connaissait pas leurs matériaux lorsqu’il publia ses observations. Mais, comme directeur de la compagnie des Indes, il avait établi différentes correspondances avec le Brésil. Les divers voyageurs se faisaient d’ailleurs un plaisir de lui rapporter les faits curieux qu’ils avaient observés. C’est ainsi qu’il put donner avant Marggraf et Pison des descriptions d’animaux du Brésil. Il a même employé ses propres planches pour leurs ouvrages. C’est une remarque que je dois faire pour les jeunes naturalistes qui sont dans le cas de consulter ses écrits. Il ne faudrait pas croire que les figures de Marggraf sont rapportées à leur véritable description, ni qu’elles ont une origine commune ; car lorsque Laët croyait reconnaître un objet qu’il avait déjà fait graver, il employait sa gravure et l’appliquait à la description de Marggraf. Quatre ou cinq erreurs qu’on rencontre dans ce dernier auteur viennent de là. Elles ont conduit à se tromper tout-à-fait sur la nature de certains poissons ; et je citerai en passant l’espèce nommée trichiure96. On a cru presque jusqu’à nos jours que c’était un poisson d’eau douce. Cette erreur vient, comme je le disais, de ce que Laët en a rapproché la figure d’une description de Marggraf, qui se rapporte à une autre espèce. C’est là, messieurs, une des utilités principales de l’histoire des sciences naturelles, de faire connaître quelles sont les circonstances qui ont présidé, non-seulement à la composition, mais à la publication, à l’impression de chaque ouvrage, afin de pouvoir juger jusqu’à quel point on doit ajouter foi aux assertions qu’il renferme.

  • 97 [Jean Eusèbe Nieremberg ou Juan Eusebio Nieremberg (né en 1595 à Madrid ; mort le 7 avril 1658 à M (...)
  • 98 [Historia naturae, maxime peregrinae, libri XVI, distincta. In quibus rarissima naturae arcana, et (...)

15Un autre descripteur sédentaire des choses étrangères, mais moins instruit que Clusius, et même, jusqu’à un certain point inférieur à Laët, doit maintenant nous occuper : c’est Jean-Eusèbe Nieremberg97, qui naquit à Madrid, en 1590, de parents originaires du Tyrol (son nom montre qu’il est d’une famille allemande). Il se fit jésuite, et fut envoyé en mission dans les montagnes de l’Algarie. Il y étudia les productions naturelles, et acquit en ce genre des connaissances si étendues, qu’il fut rappelé à Madrid pour professer l’histoire naturelle dans le collège des jésuites de cette ville. Il mourut en 1658. Il a composé des ouvrages de théologie et des ouvrages ascétiques qui ne sont pas de notre ressort. Nous ne parlerons de lui que comme auteur d’un ouvrage intitulé : Historia naturæ maximè peregrinæ, libri xvi98. Il forme un volume in-folio, imprimé à Anvers, en 1635. Vous voyez, messieurs, que tous ces travaux sont contemporains : Laët parut en 1633, Nieremberg en 1635, et Marggraf en 1648, un peu plus tard.

  • 99 [Gaspar de Guzman y Pimentel Ribera y Velasco de Tovar, Comte d’Olivares et duc de San Lucar la Ma (...)
  • 100 [Philippe IV d’Espagne (né le 8 avril 1605 à Valladolid ; mort le 17 septembre 1665 à Madrid), roi (...)
  • 101 [Gil Blas, roman picaresque écrit par Alain René Lesage (romancier et auteur dramatique ; né le 6 (...)
  • 102 [Sarigue, genre de marsupiaux de la famille des Didelphidae comprenant six especes, connus comme o (...)
  • 103 [Viscache, rongeur du genre Lagidium et Lagostomus de la famille des Chnichillidae ; tres proches (...)
  • 104 [Pour coendou, voir note 39, ci-dessus.
  • 105 [Thomas Pennant (né le 14 juin 1726 a Flintshire, Pays de Galles ; mort le 16 décembre 1798 a Flin (...)
  • 106 [Reference, apparemment, à l’un des animaux domestiques favoris de Charles Linne, le ragondin (voi (...)
  • 107 [Raton laveur commun (Procyon lotor) connu pour son habitude de tremper sa nourriture ; on peut so (...)
  • 108 [Francisco Lopez de Gomara (ne c. 1511 à Gomara ; mort c. 1566, probablement à Séville), historien (...)
  • 109 [Vigogne (vicugna vicugna), genre contenant deux camélidés d’Amérique du Sud, la vigogne et l’alpa (...)
  • 110 110. [Ouistiti ou marmoset, nom couvrant vingt-deux espèces de singes du Nouveau Monde du genre Ca (...)
  • 111 [Aldrovandi, voir Lecon 4 ci-dessus.]
  • 112 [Ce cassoar sans casque doit être une espèce du genre Rhea, genre de struthioniformes (oiseaux ne (...)

16L’ouvrage de Nieremberg a été dédié au comte d’Olivarez99, ministre favori de Philippe IV100, si célèbre par le roman de Gil-Blas101. On y remarque beaucoup de superstition et peu de critique ; l’auteur y entre dans des discussions métaphysiques, qui tiennent aux idées du Moyen Âge, dominantes encore à cette époque, surtout dans les collèges des jésuites. Néanmoins, il y a dans son ouvrage des observations intéressantes sur des animaux et des plantes nouvelles. Ainsi, on y voit le sarigue102, animal qui porte ses petits dans une poche ; le viscache103, grand rongeur de la taille du lièvre, et qui est pourvu d’une queue longue comme celle d’un chat ; on y retrouve le coendou104, espèce de porc-épic à queue prenante. Le viscache, qui est déjà dans Nieremberg et qui ensuite reparut dans Pennant105, a été, jusqu’à ces derniers temps, presque inconnu aux naturalistes : ce n’est que depuis quelques années qu’on en a possédé la dépouille en Europe, presque en même temps que celle du chincilla, espèce plus petite du même genre, et dont le poil est plus délié. Cependant la figure gravée en bois qu’en a donnée Nieremberg est très reconnaissable. Il offre aussi la figure du raton, espèce voisine de l’ours. Ce raton est l’ursus lotor, l’ours laveur de Linnæus106, ainsi appelé parce qu’il ne mange rien sans l’avoir plongé dans de l’eau107. On y trouve encore le bison, ce grand bœuf à bosse, du continent de l’Amérique septentrionale, qui se trouve dans le nord du Mexique ; il est commun à la Louisiane et dans les États-Unis. Nieremberg n’a pu le connaître que par les Mexicains ; aussi l’a-t-il tiré de Gomara108, voyageur espagnol dont je ne vous ai pas parlé, parce qu’il n’a presque rien fait. On voit dans Nieremberg le paco ou vigogne109 ; l’ouistiti110, ce petit singe qui a des pinceaux de poil aux oreilles ; des oiseaux de paradis qu’Aldrovande111 et Clusius avaient déjà mentionnés ; enfin le casoar sans casque112 et le serpent à sonnettes. Nieremberg n’a pas seulement pris les figures des auteurs manuscrits, il a encore emprunté celles de Clusius ; mais je soupçonne que la plupart de ses figures sont tirées des manuscrits d’Hernandez.

17Tels sont, messieurs, les écrivains qui, vers le milieu du dix-septième siècle, ont donné des notions sur les animaux étrangers, soit qu’ils les eussent vus dans les pays d’où ils sont originaires, soit qu’ils les eussent reçus de leurs correspondants.

  • 113 [Jean Jonston ou Joannes Jonstonus (né le 15 septembre 1603 à Sambter en Pologne ; mort le 8 juin (...)

18Tous les travaux de ces écrivains forment la matière d’un grand ouvrage qui a été composé par Jean Jonston, et a paru depuis 1649 jusqu’en 1653113. L’histoire des animaux de cet auteur est le résumé de tout ce qui avait été fait antérieurement, soit par les critiques qui avaient recherché dans les ouvrages des anciens les documents qui pouvaient encore s’y trouver, soit par les voyageurs ou par les collecteurs. Il a été le livre classique, pour ainsi dire, en zoologie, jusqu’à Linnée et Buffon, quant à l’ensemble de la science : je dis quant à l’ensemble, parce que, pour chaque branche, il est arrivé successivement des ouvrages plus parfaits ; mais, je le répète, il n’en parut pas d’autres qui embrassassent la totalité de la science. Nous terminerons, par son examen, l’histoire de la zoologie pendant la période que nous parcourons.

  • 114 [Thaumatographia naturalis, in decem classes distincta, in quibus admiranda I. Coeli. II. Elemento (...)
  • 115 115. [Au contraire, le travail de Jonston fut publié en six volumes séparés, certains avec des tit (...)
  • 116 [Salviani, Belon, Gessner, Rondelet, et Aldrovandi, grands ichtyologistes de la Renaissance ; voir (...)

19Jonston était originaire d’une famille écossaise qui s’était fixée en Silésie ou en Pologne ; il était né en 1603, à Sambter, près de Lesnow, dans le palatinat de Posen, en Pologne. En 1632, il fut reçu docteur en médecine à Leyde. Il se retira ensuite dans une de ses propriétés, car il paraît qu’il avait de la fortune, appelée Ziebendorf et située près de Lignitz, en Silésie, où il mourut âgé de soixante-douze ans. Il avait formé dans ce lieu une bibliothèque assez considérable ; il y pratiquait la médecine et consacrait à écrire le temps qui lui restait. Le premier ouvrage qu’il composa est intitulé : Thaumatographia naturalis (description des miracles naturels)114. C’est une compilation de tout ce qu’il y a de curieux et d’extraordinaire dans le ciel, dans les météores, dans les fossiles, dans les animaux, dans les plantes et dans l’homme : c’est moins un livre de doctrine qu’un livre de pure curiosité. Il fut imprimé à Amsterdam, in-12, en 1632. Je n’en ai parlé que pour montrer le goût de Jonston à recueillir les choses extraordinaires. Mais cet auteur est important pour nous, par son histoire naturelle des animaux, composée de quatre volumes, qui parurent successivement115. Le premier traite des poissons et des animaux qui n’ont pas de sang, De piscibus et exsanguinibus ; il fut publié en 1649. Le second concerne les oiseaux, et parut en 1650. Le troisième est relatif aux quadrupèdes, et est de 1652. Le quatrième, qui parut en 1653, traite des insectes et des serpents. Le premier volume est un extrait fort bien fait, distribué avec assez d’ordre et écrit avec assez d’élégance, de tout ce qui existait dans les ichtyologistes précédents, Salviani, Belon, Gessner, Rondelet et Aldrovande116. Son travail était presque composé, lorsque parut celui de Marggraf, de sorte qu’il s’est borné à ajouter à la fin de son volume ce que celui-ci renferme sur les poissons.

  • 117 [Matthaus Merian l’Ancien (né le 22 septembre 1593 a Bale ; mort le 19 juin 1640 à Bad Schwalbach, (...)
  • 118 [Aristote, Pline, Elien ; voir Tome 1, chapitres 3 et 5.]
  • 119 [L’éale est un animal mythique présent and la mythologie et l’héraldique européenne ; la plupart d (...)
  • 120 [Le taureau carnivore, une race de taureau mythique et extrêmement féroce natif d’Ethiopie (Afriqu (...)
  • 121 [Cuvier fait ici référence au cachalot échoue sur les côtes de Hollande a la fin du seizième siècl (...)

20Dans le livre des oiseaux, il suit la même méthode ; il prend pour base les ouvrages de Gessner et d’Aldrovande, en fait des extraits, des résumés, dans un ordre plus commode, en abrège les chapitres, et les présente d’une manière plus élégante. Il suit aussi la même marche pour les quadrupèdes et les insectes. Ses planches ne sont plus en bois, comme dans les auteurs précédents ; elles sont en cuivre, et ont été gravées par un artiste habile, nommé Mérian117. Elles ont reproduit presque toutes les figures qui existent dans les auteurs que je viens de nommer. Mais il y en a beaucoup de nouvelles, notamment dans la partie des quadrupèdes. Les animaux fabuleux, mentionnés dans Pline, dans Élien et dans Aristote118, tels que l’éale119, le taureau carnivore120, la licorne, s’y trouvent encore ; et, comme beaucoup d’autres naturalistes, Jonston ne s’est pas fait scrupule de les confondre avec des animaux dont l’existence est constatée. Il faut distinguer, dans son ouvrage, les figures tirées de Gessner ; celles-ci, faites d’après nature, sont excellentes. Parmi les figures exactes, qui sont propres à Jonston, je citerai celle d’un cachalot, qui avait échoué sur les côtes de Hollande121.

  • 122 [Concernant la première et la deuxième Edition de Historiae naturalis de Jonston, voir note 113 ci (...)
  • 123 [Theatrum universale omnium animalium, piscium, avium, quadrupedum, exanguium aquaticorum, insecto (...)
  • 124 [Hendrik Ruysch, voir note 123 ci-dessus.]
  • 125 [François Valentin (né le 17 avril 1666 a Dordrecht ; mort en 1727 à La Hague), naturaliste et pas (...)
  • 126 [Louis Renard (né en 1678 ou 1679 à Charlemont en France ; mort en 1746 à Amsterdam), libraire, éd (...)

21Je ferai remarquer que l’ouvrage de Jonston, comme celui de Gessner et plusieurs autres, a été traduit et réimprimé un grand nombre de fois. La première édition, qui est de Francfort, est mal imprimée ; il en existe une bonne, qui a été faite à Amsterdam. Une autre, d’Heidelberg, de 1755 à 1767, est moins belle122. Il en existe une en deux volumes in-folio, imprimée à Amsterdam, qui paraît d’abord être un ouvrage différent, car elle porte ce titre : Theatrum animalium cura Henrici Ruyschi (ce nom est celui du fils du fameux naturaliste, dont j’aurai occasion de vous parler dans la suite de l’histoire de l’anatomie123). Ce n’est que dans la préface qu’on apprend que c’est l’ouvrage de Jonston. Ce sont les mêmes planches et le même texte, seulement Ruysch124 a ajouté au commencement quelques figures de poissons des Indes, qui ont été copiées sur des recueils dessinés par des naturels de ce pays. J’aurai occasion de revenir sur ces recueils, qui ont servi à des ouvrages où ils sont mieux rendus, ceux de Valentin125 et de Renard126 ; de sorte que je ne les cite que pour mémoire. Pour terminer ce que j’ai à dire sur l’ouvrage de Jonston, je rappellerai que ses différentes éditions ont dominé en zoologie, jusque vers le milieu du dix-huitième siècle, c’est-à-dire pendant près d’un siècle.

  • 127 [Dendographias sive historiae naturalis de arboribus et fructicibus, tam nostri quam peregrini orb (...)
  • 128 [Notitia regni vegetabilis, seu Plantarum a veteribus observatarum, in suas classes redacta series(...)
  • 129 [Notitia regni mineralis, seu Subterraneorum catalogus, cum praecipuis differentiis, Leipzig: Viti (...)
  • 130 [Le titre complet de « l’Histoire Universelle » de Jonston (un livre de référence destine a permet (...)
  • 131 [Polyhistor seu rerum ab exortu universi ad nostra usque tempora, per Asiam, Africam, Europa et Am (...)

22Le même Jonston a donné quelques autres écrits ; il a fait paraître, en 1662, une Dendographia127, ou description de tous les arbres ; c’est une compilation du même genre que celle des animaux. Il y donne des figures assez bien gravées, mais qui sont trop petites ; on a besoin, pour la botanique, de figures plus développées. On a aussi de lui un livre intitulé : Notitia regni vegetabilis128, et une autre Notitia regni mineralis129 ; toutes deux ont été publiées à Leipsic en 1661. On a même de lui une histoire universelle, imprimée à Leyde, en 1663130, et un autre ouvrage intitulé : Polyhistor, publié en 1660 à Iéna131. Mais tous ces ouvrages de compilation, étrangers à notre sujet, ne méritent pas de nous occuper. L’histoire de la zoologie, pendant la période que nous parcourons, se termine à l’ouvrage de Jonston, qui est, en quelque sorte le résumé de tout ce qui avait été composé jusqu’à lui, depuis la renaissance des lettres.

23Dans la séance prochaine, je commencerai l’histoire de la botanique, pendant le même espace de temps pour lequel je vous ai tracé l’histoire de la zoologie.

Notes

1 [Hernandez, voir Leçon 5, note 78.]

2 [Friedrich Wilhelm Heinrich Alexander von Humboldt, plus connu sous le nom d’Alexandre de Humboldt (né le 14 septembre 1769 à Berlin ; mort le 6 mai 1859 à Berlin), géographe, naturaliste et explorateur prussien dont la recherche quantitative en géographie botanique posa les fondations de la biogéographie.]

3 [Bien évidemment Cuvier fait référence ici à la « Nouvelle Espagne », appelée officiellement Vice-Royaume de la Nouvelle Espagne, un vice-royaume de la couronne de Castille appartenant à l’empire espagnol et formé en 1535 ; ce vice-royaume comprenait les territoires allant de l’Amérique du Nord et des Caraïbes jusqu’aux Philippines. Établie après la conquête espagnole de l’Empire Aztèque en 1521, la Nouvelle-Espagne couvrait la plupart de l’Amérique du Nord au sud du Canada, tout le territoire couvrant le Mexique et l’Amérique Centrale d’aujourd’hui à l’exception du Panama, la plupart des territoires des États-Unis à l’Ouest de la rivière Mississippi ainsi que la Floride.]

4 [Cuvier fait référence ici à l’année 1763, année de la signature du Traité de Paris connu également sous le nom de Paix de Paris et Traité de 1763, signé le 10 février 1763 par les royaumes de la Grande-Bretagne, de la France, et de l’Espagne, avec l’accord du Portugal, après la victoire de l’Angleterre sur la France et l’Espagne lors de la guerre de Sept Ans. La signature de ce traité mit officiellement fin à la guerre de Sept Ans, connue comme la guerre Franco-Indienne sur le territoire d’Amérique du Nord qui marqua le début de la prédominance britannique à l’extérieur de l’Europe.]

5 [L’Amiral de Coligny est Gaspard II de Coligny (né le 16 février 1519 à Châtillon-sur-Loing ; mort le 24 août 1572 à Paris), noble et amiral français, dont on se souvient surtout aujourd’hui pour son rôle de chef de guerre Huguenot lors des guerres françaises de religion.]

6 [Persécution lors des seizième et dix-septième siècles des membres de l’Église Réformée Protestante ; les Protestants français, inspirés par les écrits de Jean Calvin (théologien et pasteur français de grande influence lors de la Réforme Protestante ; né le 10 juillet 1509 ; mort le 27 mai 1564) dans les années 1530, s’appelaient dans les années 1560 les Huguenots. A la fin du dix-septième siècle et au début du dix-huitième siècle, environ 500 000 Huguenots fuirent la France lors de différentes persécutions religieuses, et s’établirent dans de nombreux pays Protestants situes partout dans le monde, y compris les colonies anglaises d’Amérique du Nord.]

7 [Nicolas Durand, Sieur de Villegagnon (né en 1510 à Villegagnon, en Seine et Marne, France ; mort le 9 janvier 1571 à Beauvais, en Picardie, France), Commandant des Chevaliers de l’Ordre de Malte, et plus tard officier naval français (vice-amiral de Bretagne) qui essaya d’aider les Huguenots de France à fuir la persécution. Personnage illustre de son temps, il était à la fois soldat, scientifique, explorateur, aventurier et entrepreneur ; il combattit des pirates en Méditerranée et participa à plusieurs guerres.]

8 [Fort de Coligny, une forteresse fondée par Nicolas Durand de Villegagnon (voir note 7 ci-dessus) à Rio de Janeiro au Brésil en 1555, lors de l’épisode historique appelé France Antarctique]

9 [André Thevet (né en 1516 à Angoulême ; mort le 23 1590 à Paris), prêtre, explorateur, cosmographe et écrivain français qui visita le Brésil au seizième siècle. Il décrivit le pays, ses habitants aborigènes, et les épisodes historiques de la France Antarctique, une colonie française établie à Rio de Janeiro, dans son livre Singularitez de la France Antarctique (voir note 11 ci-dessous).]

10 [Gyllius est Pierre Gilles, connu également sous le nom de Pierre Alby ; voir Leçon 3, notes 15 et 26 ci-dessus ; et Tome 1, Leçon 15, note 20.]

11 [Les singularitez de la France Antarctique, autrement nommée Amérique : & de plusieurs terre & isles découuerte de nostre temps, À Paris : chez les héritiers de Maurice de la Porte, 1558, [8] + 166 + [2] p., ill. ; in-4° ; ce texte fut publié en 1557 mais porte la date de 1558 ; une traduction anglaise par Thomas Hacket parut à Londres en 1568.]

12 [Laporte est Maurice de la Porte (né en 1531 à Paris ; mort le 23 avril 1571 à Paris), lexicographe français.]

13 [La cosmographie universelle d’André Thevet, cosmographe du roy : illustrée de diverses figures des choses plus remarquables veues par l’auteur, & incogneuës de noz anciens & modernes, Paris : Guillaume Chandière, 1575, 2 vol. (vol. 1 : [20] + 467 + [12] f. + [2] f. de pl. ; vol. 2 : [8] + 469-914 + 912-936 + [1]+ 903-1025 + [18] f. + [2] f. de pl.), ill., cartes, in-folio.]

14 [Jean de Léry (né en 1536 à Lamargelle, Côte d’Or, France ; mort en 1613) ; explorateur et écrivain français, et pasteur de l’Église Réformée qui serait resté inconnu s’il n’avait accompagné un groupe de Protestants dans leur nouvelle colonie sur une île de la Baie de Rio de Janeiro au Brésil ; la colonie, appelée France Antarctique, fut fondée par le Chevalier de Villegagnon (voir note 7 ci-dessus) avec comme promesse la liberté de religion, mais à leur arrivée, le Chevalier contesta les croyances des Protestants et les persécuta. Huit mois plus tard, les Protestants quittèrent leur colonie et s’établirent sur le continent auprès des Indiens Tupinamba. Ces événements furent relatés dans le livre de Léry intitulé Histoire d’un Voyage Fait en la Terre du Brésil, publié en 1578.]

15 [Le titre exact du livre de Léry est Histoire d’un voyage fait en la terre du Brésil, autrement dite Amérique (voir note 14 ci-dessus), La Rochelle : Antoine Chuppin, 1578, [48] + 424 + [13] p., 9 ill. ; une autre édition parut également la même année à Rouen.]

16 [Le Comte de Coligny est François de Coligny (né en 1557 ; mort en 1591), Général français protestant lors des guerres de Religion, fils de Gaspard II de Coligny (voir note 5 ci-dessus), Amiral de Coligny.]

17 [Philippe II, voir Leçon 2, note 1.]

18 [Jean-Maurice de Nassau-Siegen (né le 17 juin 1604 à Dillenburg ; mort le 20 décembre 1679 à Clèves), Comte, et à partir de 1674, Prince de Nassau-Siegen et Grand-Maître de l’Ordre de Saint-Jean (Bailiwick de Brandenbourg) ; nommé gouverneur des possessions hollandaises au Brésil à partir de 1636 par la Compagnie Néerlandaise des Indes Occidentales, il débarqua en janvier 1637 à Récife, port de l’état de Pernambouc et place forte principale des hollandais, où sa politique et ses qualités de leader permirent à la colonie de s’épanouir. La résidence qu’il construisit à La Haye appelée aujourd’hui Mauritshuis (Maison de Maurice), abrite le Cabinet Royal des Peintures, un musée important d’anciennes peintures hollandaises.]

19 [La Compagnie Néerlandaise des Indes Occidentales, société de marchands néerlandais, (connue sous les initiales WGC en hollandais). Le 3 juin 1621, la République des Provinces Unies lui octroya par une charte le monopole du commerce avec les Antilles (Caraïbes) et lui donna pleine juridiction sur le marché atlantique des esclaves, le Brésil, les Caraïbes, et l’Amérique du Nord. La région ou la Compagnie avait le monopole du commerce couvrait l’Afrique de l’Ouest (entre le Tropique du Cancer et le Cap de Bonne Esperance) et les Amériques, dont l’Océan Pacifique et la partie orientale de la Nouvelle-Guinée. Le but de cette charte était d’éliminer la concurrence, en particulier espagnole et portugaise, entre les différents comptoirs de commerce implantes par les marchands. La Compagnie fut instrumentale dans la colonisation hollandaise des Amériques.]

20 [Johannes de Laet (né en 1581 à Anvers ; enterré à Leyde le 15 décembre 1649), géographe hollandais, directeur de la Compagnie Néerlandaise des Indes Occidentales (voir note 19 cidessus) et auteur de l’ouvrage intitulé Histoire du Nouveau Monde, probablement la meilleure description des Amériques à être publiée au dix-septième siècle. Produite sous plusieurs éditions par les éditeurs Bonaventure et Abrahan Elseviers, Leyde, la première édition parut en hollandais en 1625 sous le titre de Nieuwe Wereldt ofte Beschrijvinghe van West-Indien, uit veelerhande Schriften ende Aen-teekeningen van verscheyden Natien, Leyde : In de druckerye van Isaack Elzevier, 1625, [54] + 510 + [16] p. ; une seconde édition, également en hollandais, parut en 1630 sous le titre de Beschrijvinghe van West-Indien door Joannes de Laet. Tweede druk : in ontallycke placesen verbetert, vermeerdert, met eenige nieuwe caerten, beelden van verscheijden dieren ende planten verciert, Leyde : Bij de Elzeviers, 1630, [14] + 622+ [17] p. ; ill., 14 cartes. Une édition en latin préparée par De Laet en personne parut en 1633 sous le titre de Novus Orbis seu descriptionis Indiae Occidentalis Libri XVIII authore Joanne de Laet Antverp, novis talulis geographicis et variis animantium, plantarum fructuumque iconibus illustrata, Lugduni Batauorum : apud Elzevirios, 1633, 690 p., ill., in-folio. En 1640, il publia une édition française avec sa propre traduction, sous le titre de L’Histoire du Nouveau Monde ou description des Indes Occidentales, contenant dix-huict livres, enrichi de nouvelles tables geographiqiues & figures des animaux, plantes & fruicts, À Leyde : Chez B. & A. Elseuiers, 1640, 4 + 632 + [12] p., ill., 14 carte. Chaque édition successive présenta des cartes mises à jour de façon significative ; son édition fut la première à inclure les noms de Manhattan, New Amsterdam (maintenant New York), et Massachusetts.]

21 [Willem Piso (né en 1611 à Leyde ; mort le 28 novembre 1678 à Amsterdam), médecin et naturaliste hollandais qui travailla au Brésil Hollandais de 1637 à 1644 lors d’une expédition financée par Jean-Maurice de Nassau-Siegen et la Compagnie Néerlandaise des Indes Occidentales (voir notes 18 et 19 ci-dessus). De par ses études des maladies tropicales et des remèdes indigènes, il est considéré comme l’un des fondateurs de la médecine tropicale. En collaboration avec Georg Marcgrave (voir note 22 ci-dessous), Piso écrivit Historia Naturalis Brasiliae (1648 ; voir note 28 ci-dessous) qui fut publié pour la première fois par Joanne de Laet (voir note 20 ci-dessus) ; cet ouvrage donne un premier aperçu de grande importance de la flore et de la faune du Brésil.]

22 [Georg Marcgrave (né en 1610 ; mort en 1644 en Guinée), naturaliste et astronome allemand, expert en botanique, en mathématiques, et en médecine. Il fut nommé en 1637 astronome d’une expédition de la colonie hollandaise au Brésil à laquelle il participa avec Willem Piso, médecin et nouveau gouverneur des possessions hollandaises dans ce pays (voir note 21 ci-dessus). Marcgrave entra ensuite au service du Compte Jean-Maurice de Nassau-Siegen (voir note 18 ci-dessus) dont la générosité lui procura les moyens d’explorer une partie considérable du Brésil. Il arriva au Brésil au début de l’année 1638 et y entreprit la première expédition zoologique, botanique et astronomique, explorant différentes régions de la colonie pour y étudier leur histoire naturelle et leur géographie. Il voyagea plus tard sur la côte de Guinée où il fut victime du climat.]

23 [Surnom venant de Liebstadt, une ville de la région de Sächsische Schweiz-Osterzgebirge, dans l’État Libre de Saxe en Allemagne, où Marcgrave serait né.]

24 [Cranitz est Henri Cralitz, un jeune étudiant allemand qui fut envoyé avec Georg Marcgrave (voir note 22 ci-dessus) à la colonie hollandaise du Brésil, mais mourut peu de temps après son arrivée.]

25 [Jean-Maurice de Nassau-Siegen, voir note 18 ci-dessus.]

26 [Frédéric Guillaume de Brandebourg (né le 16 février 1620 à Berlin ; mort le 29 avril 1688 à Postdam), Grand Électeur de Brandebourg et Duc de Prusse de 1640 jusqu’à sa mort. Membre de la Maison de Hohenzollern, il est connu comme « Grand Électeur » pour ses prouesses militaires et politiques ; pilier loyal de la foi Calviniste, membre de la classe commerciale en pleine ascension, il comprit l’importance du commerce et le promut vigoureusement.]

27 [La Bibliothèque Royale de Berlin est maintenant la Bibliothèque Publique de Berlin, l’une des plus grandes bibliothèques d’Europe et l’une des plus grandes bibliothèques de recherche académique du monde de langue allemande. Les deux collections de peintures qui comprenaient environ huit cent représentations de plantes et d’animaux du Brésil furent retirées de la Preussische Staatsbibliotek (Bibliothèque Publique Prusse) de Berlin pendant la seconde guerre mondiale et sont maintenant hébergées à la Bibliothèque Jagellone de Cracovie en Pologne.]

28 [Historia naturalis Brasiliae, auspicio et beneficio illustriss. I. Mauritii com. Nassau illius provinciæ et maris summi præfecti adornata : in qua non tantum plantæ et animalia, sed et indigenarum morbi, ingenia et mores describuntur et iconibus supra quingentas illustrantur, le premier livre scientifique sur le Brésil, publié à l’origine en Latin par Franciscus Hackius et Lodewijk Elzevir a Leyde et Amsterdam en 1648 (2 parties : [8] + 122 + [2] p. ; [4] + 293 + [7] p.), ill., in-folio).]

29 [Belon, Rondelet, Salviani, Aldrovandi et Gessner, zoologistes de la Renaissance ; voir Leçon 3 ci-dessus.]

30 [Georges-Louis Leclerc, Comte de Buffon, voir Tome 1, Leçon 7, note 39.]

31 [De Indiae utriusque re naturali et medica libri quatuordecim, quorum contenta pagina sequens exhibet, Amsterdam : Ludovicum & Danielem Elzevirios, 1658, [24] + 327 + [5] + 39 + 226 + [2] p., ill., in-folio.]

32 [Passiflore, connue également sous le nom de fleur de la passion, genre de plantes à fleurs d’environ cinq cents espèces ; les passiflores sont principalement des plantes grimpantes mais certaines poussent sous forme d’arbuste et quelques-unes sont des plantes herbacées.]

33 [Anacardium est un genre de plantes à fleurs de la famille des Anacardiacées, natif des régions tropicales d’Amérique.]

34 [Manioc, appelé également cassave, est une espèce (Manihot esculenta) d’arbuste vivace de la famille des Euphorbiacées, native d’Amérique du Sud ; largement cultivé et récolté comme plante annuelle dans les régions tropicales et subtropicales pour sa racine comestible, tubéreux et riche en amidon, le manioc est une source importante d’hydrate de carbone.]

35 [L’ipecacuana est le nom vernaculaire du Carapichea ipecacuanha, une espèce d’arbrisseau à fleurs de la famille des Rubiacées, native du Brésil ; la racine est utilisée pour faire du sirop d’ipéca, pour ses propriétés vomitives.]

36 [Le Toucan Toco (Ramphastos toco), est le plus grand et probablement le plus connu de la famille des Toucans, que l’on trouve dans des habitats semi-ouverts de vastes régions du centre et de l’est de l’Amérique du Sud.]

37 [Le Kamichi cornu (Anhima comuta) est un oiseau de grande taille d’Amérique du Sud caractérisé par un long et mince ornement sur la tête ressemblant à une corne, et deux griffes pointues ou éperons sur chaque aile ; bien que son bec, ses pieds et ses pattes ressemblent aux gallinacés, son anatomie est de la même famille que celle des canards et des oies ; il est souvent domestiqué et laissé en compagnie de la volaille qu’il défend contre les oiseaux de proie.]

38 [Le cariama huppé (Cariama cristata) est un échassier de grande taille et aux longues pattes d’Amérique du Sud, ressemblant à la grue.]

39 [Coendou ou coendous, porc-épics préhensiles du genre Coendou, se trouvant en Amérique Centrale et en Amérique du Sud, remarquables par une queue préhensile et des pouces opposables aux pieds et aux mains. Grimpeurs habiles, ils sont bien adaptés à la vie dans les arbres où ils passent la plus grande partie de leur temps ; ils sont surtout connus par leur cri distinctif (proche de l’enfant nouveau-né) qu’ils utilisent pour communiquer en milieu sauvage.]

40 [Le Cavia est un cochon d’Inde (Cavia procellus), genre de rongeur de la famille des Cavidés ; malgré son nom, cet animal ne fait pas partie de la famille des cochons et ne vient pas d’Inde. Il vient des Andes.]

41 [L’Agouti est une espèce de rongeur d’Amérique Centrale et d’Amérique du Sud dont la fourrure présente un motif coloré où les poils individuels forment des bandes de nuances claires et foncées avec des pointes noires.]

42 [Les Alouates sont un genre de singes contenant les quinze espèces reconnues de singes hurleurs, lesquels sont parmi les plus grands des singes du Nouveau-Monde, natifs des forêts d’Amérique du Sud et d’Amérique Centrale ; célèbres pour leurs hurlements qui peuvent porter jusqu’à cinq kilomètres au travers de la forêt dense.]

43 [Le Tigre Royal du Bengale (Panthera tigris tigris), autrefois la sous-espèce la plus nombreuse de tigres, dont la population a dramatiquement diminué ; il est estimé qu’il en reste entre 1706 et 1909 en Inde, 440 au Bengladesh, entre 163 et 253 au Népal, et entre 67 et 81 au Bhutan. Depuis 2010, il a été classé par l’Union Internationale pour la Protection de la Nature comme espèce menacée d’extinction. La population globale est estimée à un peu moins de 2 500 individus avec une tendance à la baisse, et il n’existe aucune région dans les zones d’habitat du tigre royal qui soit de taille suffisante pour assurer la survie d’une population de 250 adultes.]

44 [Allusion apparente à la théorie moderne des plaques tectoniques et du déplacement des continents, qui ne fut acceptée que vers les années 1950 à la suite des travaux innovateurs du géophysicien et météorologue allemand Alfred Wegener (né le 1er novembre 1880 à Berlin ; mort en novembre 1930 à Clarinetania au Groenland), lequel fut le premier à émettre l’hypothèse du déplacement des continents (Kontinentalvershiebung) en 1912.] On ignore si l’état de choses actuel a été produit par un mouvement astronomique ou par une énorme boursouflure du globe, qui aurait rejeté les eaux dans le lit qu’elles occupent maintenant. Mais, quelle qu’en soit la cause, il est certain que les climats ont été depuis considérablement altérés ; car on a trouvé à Montmartre, près Paris, des ossements de tapirs et de didelphes américains [du genre Didelphus], qui attestent que ces animaux y ont vécu. En général, même tous les fossiles appartiennent à des espèces de la zone torride. [M. de St.-Agy].

45 [Sauvegarde, grand saurien du genre Tupinambis, comprenant septs espèces natives de l’Amérique du Sud et de Panama. Bien qu’il soit un grand reptile, atteignant une longueur totale d’environ 1.20 m et un poids de 6.8 kg, la mesure donnée par Cuvier (6 pieds) est exagérée.]

46 [Les Tapuyas désignent un groupe de tribus très unies établies sur une grande étendue de l’Est du Brésil, dont l’existence semble remonter à des temps plus anciens que toutes les tribus avoisinantes. Leur territoire s’étend de 5 à 20 degrés sud de latitude, et de la côte atlantique jusqu’à la rivière Xingu. Ils sont connus également sous le nom de Crcu ou Gucrcn, « le peuple ancien ».]

47 [Les Topinamboux (ou Tupinambas) sont des peuples indigènes d’Amérique du Sud dont la langue était le Tupian et qui habitaient la côte est du Brésil de Ceara au nord jusqu’à Porto Alegre au sud. Les différents groupes de ces tribus portaient le nom de Potiguara, Caeté, Tupinamba, Tupinikin, et Guarani, mais sont connus sous le nom collectif de Tupinamba. Les Tupinambas vivaient dans des villages patrilinéaires exceptionnellement grands pouvant abriter de 400 à 1 600 personnes. Ils vivaient de l’agriculture et de la pêche en mer. La cassave et le maïs étaient parmi leur nourriture de base. Leur organisation sociale est peu connue.]

48 [De Indiae utriusque re naturali et medica libri quatuordecim de William Piso, 1658 ; voir notes 21 et 31 ci-dessus.]

49 [Marcus Elieser Bloch (né en 1723 à Ansbach ; mort le 6 août 1799 à Carlsbad), médecin et naturaliste allemand, auteur d’un bel ouvrage illustré sur les poissons intitulé Allgemeine Naturgeschichte der Fische, Berlin : Realschule, 1782-1795, 12 vol. ; il est reconnu comme l’un des ichtyologistes les plus importants du dix-huitième siècle (voir Tome 1, Leçon 8, note 17).]

50 [Martin Heinrich Carl Lichtenstein (né le 10 janvier 1790 à Hambourg ; mort le 2 septembre 1857 à Kiel), médecin, explorateur, botaniste, zoologiste et erpétologiste allemand, on lui doit la création en 1841 des Jardins Botaniques de Berlin et la description de nombreuses nouvelles espèces d’amphibiens et de reptiles en sa qualité d’erpétologiste.]

51 [Achille Valenciennes (né le 9 août 1794 à Paris ; mort le 13 avril 1865 à Paris), zoologiste français qui étudia sous Georges Cuvier ; son étude des vers parasites chez l’homme représenta une contribution importante en parasitologie. Il entreprit également différentes classifications systématiques, établissant des liens entre des fossiles et des espèces existantes. Il travailla avec Cuvier sur l’Histoire Naturelle des Poissons en vingt-deux volumes (Paris ; Strasbourg : Levrault, 1828-1849, 22 vol. + 4 vol. de pl., ill. en coul.) et continua seul cet ouvrage après la mort de Cuvier en 1832. En 1832, il succéda à Henri Marie Ducrotay de Blainville (né en 1777 ; mort en 1950) comme directeur de la chair des mollusques, vers et zoophytes au Musée d’Histoire Naturelle de Paris.]

52 [De Indiae utriusque re naturali et medica de Piso, 1658 ; voire notes 21 et 31 ci-dessus.]

53 [Jacob de Bondt (né en 1591 à Leyde ; mort le 30 novembre 1631 à Batavia, Java), médecin et pionnier en médecine tropicale d’origine hollandaise, mieux connu pour son ouvrage Historiae naturalis et medicae Indiae orientalis libri sex, Amsterdam : Ludovicum & Danielum Elzevirios, 1658, 226 + [4] p.]

54 Suivant quelques biographes modernes, il [Jacob de Bondt] mourut à Batavia même [actuelle Jakarta, capitale de la République d’Indonésie], la même année qu’indique M. Cuvier. [M. de St.-Agy].

55 [Historiae naturalis et medicae Indiae orientalis, voir note 53 ci-dessus.]

56 [Le rhinocéros fait référence à un groupe de cinq espèces existantes d’animaux ongulés à trois doigts de la famille des Rhinocerotidae, dont deux sont natifs d’Afrique et trois d’Asie du Sud ; les deux espèces d’Afrique et le rhinocéros de Sumatra ont deux cornes alors que le rhinocéros d’Inde et celui de Java n’en ont qu’une seule.]

57 [Alfred Duvaucel (né en 1793 à Évreux en France ; mort en 1824 à Madras en Inde), naturaliste et explorateur français qui, en décembre 1817, quitta la France pour les Indes Britanniques et arriva à Calcutta en mai 1818 où il rencontra le naturaliste et explorateur Pierre-Médard Diard (né en 1794 ; mort en 1863). Ensemble ils s’installèrent à Chandernagor au Bengale Occidental, à l’époque un comptoir commercial de la Compagnie Française des Indes Orientales, et commencèrent à rassembler des animaux et des plantes pour le Muséum d’Histoire Naturelle de Paris. Ils embauchèrent des chasseurs qui les fournissaient chaque jour en spécimens morts et vivants, qu’ils ont décrits, dessinés et placés dans la classification. En juin 1818, ils expédièrent leur premier envoi à Paris, lequel incluait le squelette d’un dauphin de la rivière du Ganges, la tête d’un bœuf Tibétain, différentes espèces d’oiseaux peu connus, quelques minéraux, et le dessin d’un tapir de Sumatra. D’autres envois inclurent une chèvre vivante de Cashmere, des faisans à crête, et différents oiseaux.]

58 [Bontius, voir notes 53 et 54 ci-dessus.]

59 [Tigre Royal, voir note 43 ci-dessus.]

60 [Le babiroussa, Babyrousa babyrussal, est une espèce de cochon sauvage ou phacochère caractérisé par ses cornes recourbées de grande taille, que l’on trouve uniquement sur les îles de Célèbes, de Toga et des Moluques dans l’archipel indonésien ; ils vivent dans les forêts tropicales, les buissons de joncs, près des rivières, et dans les forêts de basse terre.]

61 [Chauve-souris, apparemment en référence à l’un des différents genres de chauve-souris se nourrissant de poissons qui utilisent l’écholocation dans le but de détecter de faibles ondulations à la surface de l’eau et localiser les poissons ; une fois localisé, la chauve-souris descend en piqué à quelques centimètres de l’eau et utilise les larges griffes de ses pattes arrières pour attraper le poisson hors de l’eau.]

62 [Les Casoars font partie de trois espèces d’oiseaux non-volants du genre Casuarius natifs des forêts tropicales de Nouvelle-Guinée, des îles avoisinantes, et du nord-est de l’Australie ; le plus commun de ces oiseaux est le Casoar du Sud, le troisième plus grand (après l’autruche et l’émeu), et le deuxième plus lourd oiseau du monde actuel.]

63 [Le calao bicorne (Buceros bicornis) est l’un des membres les plus grands de la famille des calaos. On le trouve dans les forêts du Népal, en Inde, en Asie du Sud-Est et a Sumatra ; il se nourrit essentiellement de fruits bien qu’il complète parfois sa nourriture de petits mammifères, reptiles et oiseaux.]

64 [Le pangolin à longue queue (Manis tetradactyla), natif des forêts sub-sahariennes d’Afrique, principalement des forêts tropicales, largement distribué du Sénégal à l’Ouganda et au sud jusqu’à l’Angola dans le sud-ouest.]

65 [Le Dronte de Maurice, plus connu sous le nom de Dodo (Raphus cucullatus) oiseau non-volant disparu qui était endémique de l’Île Maurice, à l’est de Madagascar dans l’Océan Indien. Le Dodo fut mentionné pour la première fois par des marins hollandais en 1598. Dans les années qui suivirent, le Dodo fut chassé par les marins, par leurs animaux domestiques et par des espèces invasives qui furent introduites à cette époque. La dernière fois qu’un Dodo fut aperçu remonte à 1662.]

66 [L’Île de France et l’Île de Bourbon, ou Île Maurice et Île de la Réunion, sont des îles françaises qui, avec Rodrigues, constituent les Mascareignes (ou l’Archipel des Mascareignes) dans l’Océan Indien de l’Ouest, à l’est du Madagascar. Le nom de cet archipel vient de l’explorateur et administrateur colonial Pedro Mascarenhas (né en 1470 ; mort le 16 juin 1555) qui visita ces îles pour la première fois au début du seizième siècle.]

67 [Le Musée Ashmolean de l’Université d’Oxford contient la célèbre collection Tradescant, la plus ancienne collection d’histoire naturelle en Angleterre, laquelle contient les restes les plus complets au monde du célèbre Dodo (voir note 65 ci-dessus).]

68 [Le British Museum de Londres, appelé aujourd’hui le Musée d’Histoire Naturelle, dont l’origine remonte à 1753 lorsque Sir Hans Sloane (né le 16 avril 1660 à Killyleagh, dans le Comté de Down, Irlande ; mort le 11 janvier 1753 à Chelsea, Angleterre) laissa sa large collection de curiosités à son pays ; le dodo abrité par ce musée est une reconstruction faite à partie des os de plusieurs dodos individuels différents.]

69 [Bontius, voir notes 53 et 54 ci-dessus.]

70 [Argonaute, du genre Argonauta, le seul genre encore existant de la famille des Argonautidae, groupe de poulpes pélagiques appelés aussi nautiles, dont les femelles secrètent une coquille fine comme du papier destinée à abriter leur ponte et à retenir l’air capturé de la surface afin d’assurer leur flottabilité.]

71 [Crabe des Moluques, également appelé crabe fer à cheval, est l’une des quatre espèces vivantes d’arthropodes marins de la famille des Limulidae, qui l’on trouve principalement dans les eaux marines peu profondes, sur les fonds sableux ou boueux, en Asie de l’Est et du Sud-Est, le long de la côte américaine de l’Atlantique et dans le Golfe du Mexique.]

72 [Buffon, voir Tome 1, Leçon 7, note 39.]

73 [Charles de L’Écluse ou Carolus Clusius (né le 19 février 1526 à Arras ; mort le 4 avril 1609 à Leyde), docteur et botaniste innovateur flamand, probablement le plus influent de tous les horticulteurs scientifiques du seizième siècle.]

74 [Rondelet, voir Leçon 3 ci-dessus.]

75 [Maximilien II (né le 31 juillet 1527 à Vienne ; mort le 12 octobre 1576 à Prague), roi de Bohême et d’Allemagne à partir de 1562, roi de Hongrie et de Croatie à partir de 1563, et empereur de l’Empire Saint Romain de la Nation Germanique de 1564 jusqu’à sa mort.]

76 [Rodolphe II (né le 18 juillet 1552 à Vienne ; mort le 20 janvier 1612 à Prague), empereur de l’Empire Saint Romain de 1576 à 1612, roi de Hongrie et de Croatie (sous le nom de Rodolphe I de 1572 à 1608), roi de Bohême de 1575 à 1608/1611, et archiduc d’Autriche de 1576 à 1608) ; dirigeant inefficace dont les erreurs menèrent à la guerre de Trente Ans, grand protecteur et personnage influent du Maniérisme Nordique, et adepte des arts occultes et de leur enseignement, ce qui contribua au lancement de la révolution scientifique.]

77 [Académie de Leyde, aujourd’hui l’Université de Leyde, est l’université la plus ancienne des Pays-Bas, fondée par Guillaume Ier, Prince d’Orange (né le 24 avril 1533 ; mort le 10 juillet 1584).]

78 [Joseph Juste Scaliger (né le 5 août 1540 à Agen ; mort le 21 janvier 1609 à Leyde), chef religieux et érudit hollandais, connu pour avoir développé la notion d’histoire classique de l’histoire ancienne grecque et romaine en y incluant l’histoire perse, babylonienne, juive et de l’ancienne Égypte.]

79 Clusius mourut en 1609 [voir note 73 ci-dessus], peu de jours après Scaliger. [M. de St.-Agy].

80 [Rariorum plantarum historia, Anvers : Johannes Moretum, 1601, [11] + 364 + cccxlviii + [11] p.]

81 [Exoticorum libri decem, quibus animalium, plantarum, aromatum, aliorumque peregrinorum fructuum historiae describuntur, Leyde : Raphelengii, 1605, [16] + 378 + [8] + 52 + [27] p. ; une suite de l’ouvrage de Clusius intitulé Rariorum plantarum historia de 1601 (voir notes 73 et 80 ci-dessus), ouvrage important pour le nombre de nouvelles descriptions de plantes (et quelques animaux) non Européens parmi lesquels la première description et représentation d’une plante d’Afrique du Sud.]

82 Cet animal [renard volant ou roussette, chauve-souris membre du genre Pteropus] a trois pieds d’envergure, lorsque les membranes qui lui servent d’ailes sont étendues. Il est vraisemblable que c’est d’après cette création bizarre de la nature que l’imagination des anciens a dessiné les Harpies [en mythologie grecque, une harpie est l’un des esprits ailés connus pour constamment voler de la nourriture de Phinée ; la traduction littérale de ce mot semble être « ce qui arrache »] ; car les ailes, les dents, les griffes, la voracité, la saleté, en un mot, tous les attributs difformes et les facultés nuisibles des Harpies, conviennent assez aux roussettes. [M. de St.-Agy].

83 [Manchot, groupe d’environ vingt espèces d’oiseaux non volants de la famille des Sphéniscidés, vivant presque unique uniquement dans l’hémisphère sud, en particulier en Antarctique ; le fait que Cuvier les décrive comme incapables de marcher reflète le peu de connaissance de l’époque sur ces animaux.]

84 [Calao, voir note 63 ci-dessus.]

85 [Lithophytes, plantes qui poussent à la surface des roches et se nourrissent des éléments nutritifs provenant de la pluie et des plantes avoisinantes en décomposition, ainsi que de leurs propres déchets organiques.]

86 [Les Madrepores sont des coraux durs formant souvent des récifs ou des îles dans les régions tropicales.]

87 [Les Gorgones sont des coraux de l’ordre des cnidaires vivant sous forme de polypes coloniaux sessiles que l’on trouve dans les océans du monde, en particulier dans les tropiques et les sous-tropiques, connus également sous le nom d’éventail de mer.]

88 [Alcyon, hirondelle de mer ou martinet, oiseau du genre du martin-pêcheur de la famille des Alcédinidés.]

89 [Le blanc de baleine, ou spermaceti, est une substance blanche cireuse constituée de différents esters d’acides gras situés le plus souvent dans les cavités de la tête du cachalot (mais présent également en petite quantités dans les graisses des autres baleines) ; le rôle du spermaceti semble être de contrôler la flottabilité ou d’aider le sens d’écholocation de la baleine ; il est utilisé principalement dans la préparation de cosmétiques et de bougies, et comme lubrifiant.]

90 [Chimère, genre de poisson cartilagineux de l’ordre des Chimaeriformes, connu sous le nom de chimère commune ; l’un des groupes de poissons existants les plus anciens et les plus énigmatiques ; leur famille la plus proche est celle des requins et des raies.]

91 [Tétrodon, genre de poissons osseux de la famille des poissons boule (Tetraodontidae) ; largement distribués de l’Afrique à l’Asie du Sud-Est, ce groupe inclut des espèces d’eau salée, d’eau douce, et d’eau saumâtre.]

92 [Diodon, genre de poissons osseux de la famille des Diodontidae, connu communément comme le poisson porc-épic ; comme les poissons boule (voir note 91 ci-dessus), ils peuvent se gonfler, positionnant ainsi leurs épines perpendiculaire à leur peau, posant ainsi une grande difficulté pour leurs prédateurs]

93 [Coffre pintade, Ostracion meleagris, espèce courante de la famille Ostraciidae largement distribuée dans le Bassin Indo-Pacifique et le Pacifique Oriental.]

94 [Ostracion, genre de poissons de la famille des Ostraciidae, contenant environ huit espèces et caractérisé par le corps couvert de plaques osseuses solides.]

95 [Novus Orbis seu descriptionis Indiae Occidentalis Libri XVIII authore Joanne de Laet Antverp, novis talulis geographicis et variis animantium, plantarum fructuumque iconibus illustrata, Lugduni Batauorum : apud Elzevirios, 1633, 690 p., ill., in-folio.]

96 Trichiure, Trichiurus, genre de poisson osseux de la famille des Trichiuridae, connu communément sous le nom de sabre, poisson au long corps mince et à la couleur bleu acier ou argenté, caractéristiques expliquant son nom ; connu également comme sabre noir, ils sont distribués dans les mers tropicales et tempérées du monde.]

97 [Jean Eusèbe Nieremberg ou Juan Eusebio Nieremberg (né en 1595 à Madrid ; mort le 7 avril 1658 à Madrid), Jésuite et mystique espagnol qui entra dans la Société de Jésus (les Jésuites) en 1614 et devint par la suite conférencier sur les saintes écritures au séminaire Jésuite de Madrid, un poste qu’il conserva jusqu’à sa mort.]

98 [Historia naturae, maxime peregrinae, libri XVI, distincta. In quibus rarissima naturae arcana, etiam astronomica, & ignota indiarum animalia, quadrupedes, aves, pisces, reptilian, insect, zoophyte, plantae, metalla, lapides, & alia mine-ralia, fluviorumque & elementorum conditions, etiam cum proprietatibus medicinalibus, describuntur ; novae & curiosissimae quaestiones disputantur, ac plura sacrae Scriptu-rae loca erudite enodantur. Accedunt de miris & miraculosis naturis in Europâ libri duo : item de iisdem in terrâ Hebraeis promissâ liber unus, Anvers : Balthasaris Moreti, 1635, [4] + 502 + [104] p.]

99 [Gaspar de Guzman y Pimentel Ribera y Velasco de Tovar, Comte d’Olivares et duc de San Lucar la Mayor, Grand d’Espagne (né le 6 janvier 1587 ; mort le 22 juillet 1645), favori du roi Philippe IV d’origine espagnol et premier ministre de 1621 à 1643. Il affaiblit l’Espagne dans la conduite des affaires étrangères et échoua dans ses tentatives de réformes intérieures. Sa politique vouée à reprendre la Hollande conduisit l’Espagne à être fortement impliquée dans la guerre de Trente Ans (1618-1648) et ses tentatives de centraliser le pouvoir et d’augmenter les taxes de guerre conduisirent aux révoltes de Catalogne et du Portugal lesquelles le menèrent à sa chute.]

100 [Philippe IV d’Espagne (né le 8 avril 1605 à Valladolid ; mort le 17 septembre 1665 à Madrid), roi d’Espagne (sous le nom de Philippe IV en Castille et de Philippe III en Aragon) et du Portugal sous le nom de Philippe III. Il devint roi en 1621 et régna sur l’Espagne jusqu’à sa mort, et sur le Portugal jusqu’en 1640 ; on se souvient surtout de lui comme protecteur des arts et de certains artistes tels que Diego Velasquez, et pour avoir régner pendant la difficile période de la guerre de Trente Ans.] Il ne mérita pas le titre de Grand, qu’Olivarez lui fit prendre dès son avènement au trône. Aussi des plaisants lui donnèrent-ils pour devise un fossé avec ces mots : Plus on lui ôte, plus il est grand. [M. de St.-Agy].

101 [Gil Blas, roman picaresque écrit par Alain René Lesage (romancier et auteur dramatique ; né le 6 mai 1668 ; mort le 17 novembre 1747) et publié entre 1715 et 1735, considéré comme le dernier chef d’œuvre du genre picaresque.]

102 [Sarigue, genre de marsupiaux de la famille des Didelphidae comprenant six especes, connus comme opossums parmi lesquels deux se trouvent deux especes americaines, l’opossum d’Amerique du Sud, Didelphis marsupialis, et l’opossum d’Amerique du Nord, Didelphis virginiana.]

103 [Viscache, rongeur du genre Lagidium et Lagostomus de la famille des Chnichillidae ; tres proches des chinchillas, ils ressemblent aux lapins excepte pour leur longue queue.]

104 [Pour coendou, voir note 39, ci-dessus.

105 [Thomas Pennant (né le 14 juin 1726 a Flintshire, Pays de Galles ; mort le 16 décembre 1798 a Flintshire), naturaliste, voyageur, écrivain et antiquaire gallois. Comme naturaliste il était doué d’une grande curiosité, observant la géographie, la géologie, les plantes, les animaux, les oiseaux, les reptiles, les amphibiens et les poissons autour de lui et notant tout ce qu’il voyait et entendait. Il écrivit des ouvrages célèbres tels que British Zoology (Londres : Benjamin White, 1776-1777, 4 vol., 6 tomes), History of Quadrupeds (Londres : John Monk, 1781, [xxiv] + 566 + [xii] p.), Artic Zoology (Londres : Henry Hughs, 1784-1787, 2 vol., 4 tomes) et Indian Zoology (Londres : Robert Faulder, 1790, [2] + viii + [2] +161 p., pl., in-4°). Bien qu’il n’ait jamais voyage au-delà de l’Europe continentale, il connaissait et entretenait une correspondance avec de nombreux personnages scientifiques de son temps. Comme antiquaire, il collectionna une collection d’art considérable, et d’autres objets, choisis principalement pour leur intérêt scientifique. Nombre de ces ouvrages sont maintenant conserves a la Bibliothèque Nationale du Pays de Galles.

106 [Reference, apparemment, à l’un des animaux domestiques favoris de Charles Linne, le ragondin (voir note 107 ci-dessous) qu’il appela Sjupp, et apres sa mort, qu’il disséqua et décrivit en détail en 1747 dans son ouvrage Proceedings of the Royal Academy of Sciences ; voir Leçon 2, note 112 ; voir également Tome 1, Leçon 7, note 34.]

107 [Raton laveur commun (Procyon lotor) connu pour son habitude de tremper sa nourriture ; on peut souvent les voir ramasser leur nourriture avec leurs pattes de devant, l’observer et la frotter ; parfois ils enlèvent les morceaux non désires, ce qui donne l’apparence du raton « lavant » sa nourriture. Les ratons laveurs trempent leur nourriture plus souvent lorsqu’une source d’eau dont la disposition est semblable à un ruisseau se trouve à moins de trois mètres de distance. La théorie la plus acceptée est que l’activité de trempage des ratons en captivité est similaire à leur barbotage lorsqu’ils sont à la recherche de nourriture aquatique sur les rivages. Cette théorie repose sur l’observation que les aliments aquatiques sont trempes plus fréquemment. Le nettoyage d’aliments sales ne semble pas être une raison pour ce « lavage ».]

108 [Francisco Lopez de Gomara (ne c. 1511 à Gomara ; mort c. 1566, probablement à Séville), historien espagnol qui travailla à Séville, connu principalement pour sa description de l’expédition du seizième siècle menée par Hernan Cortes lors de la Conquête Espagnole du Nouveau Monde. Bien que Gomara n’ait pas accompagne Cortes, et en fait, ne soit jamais allé aux Amériques, il eut comme source d’information pour son récit les sources primaires directes de Cortes et d’autres conquista dors à leur retour.]

109 [Vigogne (vicugna vicugna), genre contenant deux camélidés d’Amérique du Sud, la vigogne et l’alpaga.]

110 110. [Ouistiti ou marmoset, nom couvrant vingt-deux espèces de singes du Nouveau Monde du genre Callithrix, Cebuella, Callibella et Mico ; ces quatre genres font partie de la famille des singes Callitrichidae. Le nom marmoset est utilisé également pour le marmoset de Goeldi, Callimico goeldii.]

111 [Aldrovandi, voir Lecon 4 ci-dessus.]

112 [Ce cassoar sans casque doit être une espèce du genre Rhea, genre de struthioniformes (oiseaux ne pouvant pas voler) natifs d’Amerique du Sud et comprenant deux especes vivantes : le nandou d’Amérique (Rhea americana) et le nandou de Darwin (Rhea pennata).]

113 [Jean Jonston ou Joannes Jonstonus (né le 15 septembre 1603 à Sambter en Pologne ; mort le 8 juin 1675 à Lignitz en Pologne), naturaliste et médecin polonais, connu pour son encyclopédie du royaume animal publie pour la première fois à Francfort par Matthaeus Merian (voir note 117 ci-dessous) de 1649 à 1653 et considère comme l’encyclopédie zoologique de référence de son époque, laquelle inclut des recherches sur les quadrupèdes, les oiseaux, la vie aquatique et les reptiles. Cet ouvrage est compose de 1504 pages imprimées, 324 tables et environ 3 000 dessins, organises en six livres sépares, chacun ayant sa propre page de titre et sa propre pagination : Historiae naturalis de piscibus et cetis libri V, 1649 ; Historiae naturalis de avibus libri VI, 1650 ; Historiae naturalis de exanguibus aquaticis libri IV, 1650 ; Historiae naturalis dequadrupedibus libri, 1652 ; Historiae naturalis de serpentibus libri II, 1653 ; Historiae naturalis de insectis libri III, 1653. Une seconde edition, regroupant les six parties en un seul grand volume, fut produit par Johann Jacob Schipper a Amsterdam en 1657.]

114 [Thaumatographia naturalis, in decem classes distincta, in quibus admiranda I. Coeli. II. Elementorum. III. Meteororum. IV. Fossilium. V. Plantarum. VI. Avium. VII. Quadrupedum. VIII. Exanguium. IX. Piscium. X. Hominis, Amsterdam : Guiliemum Blaeu, 1632, [12] + 501 + [3] p., in-12.]

115 115. [Au contraire, le travail de Jonston fut publié en six volumes séparés, certains avec des titres et des contenus différents de ceux présentes ici par Cuvier ; voir note 113 ci-dessus.]

116 [Salviani, Belon, Gessner, Rondelet, et Aldrovandi, grands ichtyologistes de la Renaissance ; voir Leçon 3 ci-dessus.]

117 [Matthaus Merian l’Ancien (né le 22 septembre 1593 a Bale ; mort le 19 juin 1640 à Bad Schwalbach, près de Wiesbaden), graveur ne en Suisse qui travailla à Francfort la plupart de sa carrière ou il opérait également une maison d’Edition ; il était le père de la célèbre naturaliste et peintre Anna Maria Sibylla Merian (née le 2 avril 1647 à Francfort ; morte le 13 janvier 1717 à Amsterdam.]

118 [Aristote, Pline, Elien ; voir Tome 1, chapitres 3 et 5.]

119 [L’éale est un animal mythique présent and la mythologie et l’héraldique européenne ; la plupart des descriptions le présente comme une créature ressemblant à une antilope ou une chèvre, possédant quatre pattes et de larges cornes pouvant tourner dans n’importe quelle direction. Mentionnée pour la première fois par Pline l’Ancien dans son Histoire Naturelle (voir Tome 1, Leçon 13), la créature fut ensuite représentée dans les bestiaires et héraldiques médiévaux.]

120 [Le taureau carnivore, une race de taureau mythique et extrêmement féroce natif d’Ethiopie (Afrique au Sud du Sahara) dont les peaux rouges passaient pour être résistantes aux armes, une histoire venant probablement d’histoires tirées du bison Africain ; il fut décrit pour la première fois par Pline l’Ancien et plus tard par Elien (voir Tome 1, Leçons 13 et 15.]

121 [Cuvier fait ici référence au cachalot échoue sur les côtes de Hollande a la fin du seizième siècle ; l’inscription qui accompagne cette célèbre gravure dit : « un grand cachalot, rejeté de la mer bleue (que cela ne soit pas de mauvais augure) s’échoua sur la plage près de Katwijk. Quelle terreur du profond Océan est une baleine, lorsqu’elle est dirigée par le vent et sa propre puissance et s’échoue sur le rivage, devenant captive du sable sec. Nous immortalisons cette créature sur le papier et la rendons célèbre afin que les gens puissent en parler. »]

122 [Concernant la première et la deuxième Edition de Historiae naturalis de Jonston, voir note 113 ci-dessus ; l’Edition de Heidelberg fut publiée de 1755 à 1767 par Franciscus Joesphus Eckebrecht sous un titre différent : Ioannis Ionstoni Theatrum universale omnium animalium.]

123 [Theatrum universale omnium animalium, piscium, avium, quadrupedum, exanguium aquaticorum, insectorum et angium, Amsterdam : Rudolph & Gerard Wetstein, 1718, 2 vol. en 6 parties, in-folio, édité par Hendrik Ruysch (ne c. 1663 ; mort en 1727), fils du célèbre médecin et anatomiste Frederik Ruysch (ne le 23 mars 1638 a La Hague ; mort le 22 février 1731 à Amsterdam).]

124 [Hendrik Ruysch, voir note 123 ci-dessus.]

125 [François Valentin (né le 17 avril 1666 a Dordrecht ; mort en 1727 à La Hague), naturaliste et pasteur hollandais, auteur d’un excellent ouvrage en cinq volumes in folio, imprime a Dordrecht par Joannes van Braam et à Rotterdam par Gerard Onder de Linden, de 1724 à 1726, intitule Oud en nieuw Oost-Indien : vervattende een naaukeurige en uitvoerige verhandelinge van Nederlands mogentheyd in die gewesten, benevens eene wydluftige beschryvinge der Moluccos, Amboina, Banda, Timor, en Solor, Java, en alle de eylanden onder dezelve landbestieringen behoorende : het Nederlands comptoir op Suratte, en de levens der Groote Mogols...]

126 [Louis Renard (né en 1678 ou 1679 à Charlemont en France ; mort en 1746 à Amsterdam), libraire, éditeur, et agent de la Couronne Britannique a Amsterdam, auteur de Poissons, écrevisses et crabes, de diverses couleurs et figures extraordinaires, que l’on trouve des isles Moluques, et sur les côtes des Terres Australes, Amsterdam : Louis Renard, 1719, 2 tomes en 1 vol., 100 pl., in-folio.]

127 [Dendographias sive historiae naturalis de arboribus et fructicibus, tam nostri quam peregrini orbis, libri decem, figuris aeneis adornati, Francfort: Matthaeus Merian, 1662, [20] + 477 + [31] p., ill. grav. ; un ouvrage de 528 pages comprenant les descriptions d’environ deux mille arbres, organises en dix groupes.]

128 [Notitia regni vegetabilis, seu Plantarum a veteribus observatarum, in suas classes redacta series, Leipzig : Viti Jacob Trescher, 1661, [22] + 331 +[1] p. ; un catalogue de plantes.]

129 [Notitia regni mineralis, seu Subterraneorum catalogus, cum praecipuis differentiis, Leipzig: Viti Jacob Trescher, 1661 101 p., index, in-duodecimo ; un ouvrage sur la minéralogie dont la première partie traite des gaz et de l’eau ainsi que des tremblements de terre ; la seconde partie traite des substances minérales que l’auteur divise en cinq groupes ; les terres, les jus solidifies (halite, salpêtre, alun, vitriole et sulfure), les bitumes (kerosene, asphalte, et ambre), les pierres, et les minerais.]

130 [Le titre complet de « l’Histoire Universelle » de Jonston (un livre de référence destine a permettre l’enseignement de l’histoire des pays les plus importants, depuis le debut du monde jusqu’à l’année 1633) est Historiae universalis civilis et ecclesiasticae, res praecipuas ab orbe condito ad annum MDCXXXIII gestas brevissime exhibens, Leiden : Concinnatum in usum gymnasii comitatu Lesnesis, 1633 ; mais nous n’avons pu trouver une Edition datee de 1663 comme Cuvier l’indique. Une seconde edition (Editio secunda, aucta & emendata) fut publiée par Georgius van der Marse, a Leyde en 1638 ; les éditions suivantes furent publiées en 1641, 1644 et 1667.]

131 [Polyhistor seu rerum ab exortu universi ad nostra usque tempora, per Asiam, Africam, Europa et Americam in sacris et profanis gestarum succincta et methodica series, Jena: Viti Jacob Trescher, 1660, [8] + 814 + [2] p. ; revision tres elargie en cinq volumes de son Historiae universalis (voir note 130 ci-dessus.)]

Table des illustrations

Légende Éléphant de facePlanche extraite de l’Historia naturalis de quadrupedibus… de Jonston (1640) Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2836/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 872k

© Publications scientifiques du Muséum, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540