Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cuvier’s History of the Natural Sciences

 | 
Georges Cuvier

2. European Travelers and the Early Dutch Naturalists

5. Voyageurs européens en Orient et en Occident

Texte intégral

Ô caput elleboro dignum
Le monde dans une tête de fou. Mappemonde attribuée à Oronce Fine (c. 1580-1590). Bibliothèque nationale de France

1Messieurs,

2Dans la dernière séance, nous avons commencé à parler des voyages entrepris dans des pays éloignés, pour les progrès des sciences naturelles ; nous avons particulièrement fait connaître les voyageurs qui se sont rendus dans les contrées septentrionales, ou qui les ont décrites.

  • 1 [Bernard de Breydenbach (Bernhard von Breydenbach) (né c. 1440 ; mort en 1497 à Mayence), prêtre n (...)
  • 2 On y voit une girafe qui est fort reconnaissable, une licorne, une salamandre, etc. [M. de St.-Agy (...)
  • 3 [Hoppius (Christianus Emmanuel), « Anthropomorpha » in Linnaeus (Carolus) (sous la dir.), Amoenita (...)

3Les pays qui entourent la Méditerranée ont aussi été, à la même époque, l’objet de quelques voyages dans l’intérêt de l’histoire naturelle. La Terre-Sainte et l’Égypte, alors le centre du commerce de Venise, ont surtout été le but de ces différentes translations. Parmi les personnes ou les auteurs qui y ont recueilli des renseignements utiles, je citerai d’abord un chanoine de Mayence, qui appartient encore au quinzième siècle, mais qui est un des premiers voyageurs imprimés où l’on trouve des renseignements sur l’histoire naturelle. Ce chanoine est Bernard de Breydenbach1 ; son ouvrage est intitulé : Opusculum sanctarum peregrinationum ; il a été imprimé à Mayence en 1486, et réimprimé plusieurs fois. Je ne le cite que parce qu’il renferme quelques figures en bois, assez grossières, d’animaux étrangers2, particulièrement une figure de singe, qui, elle-même, n’aurait pas eu d’importance, si elle n’avait été reproduite jusque dans la dissertation de Linnée sur les anthropomorphes ou animaux semblables à l’homme3. Il considère cette ancienne figure comme celle d’un orang-outang, ou femme sauvage. C’est tout simplement la copie d’une guenon : au surplus, cet auteur a très peu d’importance.

  • 4 [Leonhard Rauwolf ou Leonhart Rauwolff (né le 21 juin 1535 à Augsbourg ; mort le 15 septembre 1596 (...)
  • 5 Brucker, Koestner, etc. placent l’époque de sa mort à 1606 ; mais Tob[ias] Cober[us] [l’auteur de (...)
  • 6 [Les observations et les impressions de Rauwolf sur les peuples, coutumes et paysages de la région (...)
  • 7 Cet herbier, fort riche, éprouva bien des vicissitudes. Après la mort de Rauwolf, il passa dans la (...)

4Un auteur plus capable, et dont les ouvrages sont restés, est Léonard Rauwolf, médecin d’Augsbourg4. Il avait été reçu docteur en médecine à Valence en Dauphiné. Il partit pour le Levant en 1573, visita la Syrie, le Curdistan, la Terre-Sainte et diverses parties de l’Égypte. Il revint en 1576 ; mais comme il ne voulut point abjurer le catholicisme pour la religion réformée, il fut obligé de quitter la ville d’Augsbourg. Reçu en qualité de médecin dans les troupes de Hongrie, il mourut en ce pays en 15875. On a de lui un ouvrage intitulé : Relation d’un voyage fait dans les pays de l’Orient, notamment en Syrie, Judée, Arabie, Mésopotamie, Babylonie, Assyrie. Ce livre est écrit en allemand, et parut à Augsbourg en 1581, c’est-à-dire cinq ans après son retour6. Il renferme jusqu’à quarante-deux figures de plantes curieuses, de sorte que Rauwolf est un ancien botaniste assez distingué. Ses figures en bois sont, pour la plupart, aussi reconnaissables que la nature de cette gravure le comporte ; mais ce qu’il présente de plus curieux, c’est la description donnée pour la première fois de la préparation du café. Cette fève, alors entièrement inconnue en Occident, était depuis longtemps employée en Arabie et dans les pays circonvoisins. Rauwolf a laissé un herbier qui a passé dans divers pays et qui est conservé aujourd’hui à la bibliothèque de Leyde7.

  • 8 [Prosper Alpin, voir Leçon 4, note 55.]
  • 9 [George Emo (ou Hemi), consul de la République de Venise en Égypte.]
  • 10 [Les sultans d’Égypte de cette époque furent Massih Pacha, au pouvoir de 1575 à 1580, et Hassan Pa (...)
  • 11 [Le Baume de la Mecque (également appelé baume de Galaad) est une résine de l’arbre Commiphora gil (...)
  • 12 [Andrea Doria ou D’Oria (né le 30 novembre 1466 à Oneglia dans le nord de l’Italie ; mort le 25 no (...)
  • 13 [De medicina Aegyptiorum libri quatuor : in quibus multa cum de vario mittendi sanguinis usu per v (...)
  • 14 [Baume de la Mecque, voir note 11 ci-dessus.]
  • 15 [De balsamo dialogus, in quo verissima balsami plante, opobalsami, carpobalsami, & xilobalsami cog (...)
  • 16 [De Plantis Aegypti liber. In quo non pauci, qui circa herbarum materiam irrepserunt, errores, dep (...)
  • 17 [De Plantis Exoticis libri duo, Venise : Joannem Guerilium, 1627, 360 p., ill. ; publié de manière (...)
  • 18 [Historiae Aegypti naturalis pars prima : qua continentur rerum Aegyptiarum libri quatuor. Opus po (...)

5Un troisième voyageur, plus savant que Rauwolf, est Prosper Alpin8, né en 1553, à Marostica, petite ville de l’état de Venise, et médecin dans cette dernière ville. Il avait étudié à Padoue, et y fut reçu docteur en 1578. Deux ans après, il se rendit en Égypte avec le consul Georges Ems9. La république de Venise avait alors à Alexandrie une espèce d’établissement protégé par le soudan d’Égypte, le chef des Mamelucks10. Un grand nombre de Vénitiens habitaient ce pays, et la république y entretenait un médecin. Alpin y remplit cet office pendant trois ans. C’est alors qu’il vit au Caire, dans le jardin d’un bey, un arbre à café ; et si L. Rauwolf a fait connaître le premier la préparation de son fruit, c’est Alpin qui, avant tout autre, a décrit tous les détails de la fructification de cette plante, de sa nature et de sa culture. Le premier aussi il a fait connaître l’arbrisseau qui produit le fameux balsamum des anciens, nommé actuellement baume de la Mecque11. Enfin, on lui doit plusieurs autres détails sur différentes parties de l’histoire naturelle. Appelé en Italie, il fut, en 1584, médecin de la flotte d’Espagne, commandée par Jean-André Doria, prince d’Amalfi12. Il fut ensuite nommé professeur de botanique à Padoue, où il mourut à soixante-trois ans, en 1617. Ses ouvrages sont tous écrits en latin. Le premier est intitulé : De medicina Ægyptiorum, libri iv, Venetiis, 1591 (de la médecine des Égyptiens)13. Le second traite du baume de la Mecque et de la plante qui le fournit14 ; il a pour titre : De balsamo dialogus, Venetiis, 159115. Le troisième concerne les plantes de l’Égypte, et parut l’année suivante16. Le quatrième traite des plantes exotiques, mais ne fut publié qu’après sa mort, par les soins de son fils17. Enfin, le cinquième parut en 1735, à Leyde, c’est-à-dire plus d’un siècle après la mort d’Alpin. Il se compose de deux volumes in-4˚, et a pour titre : Historia naturalis Ægypti, libri iv ; un cinquième est resté manuscrit18. Dans cet ouvrage sont réunis à ceux dont nous avons parlé, plusieurs écrits où il est question d’animaux de l’Égypte, tels que le crocodile, le caméléon, plusieurs espèces de singes et l’hippopotame. Si ce dernier livre d’Alpin avait paru de son temps, il aurait concouru plus promptement qu’il ne l’a fait aux progrès de la science, car dès lors on aurait pu en tirer un parti utile.

  • 19 Selim II (né le 28 mai 1524 à Constantinople ; mort entre le 12 et le 15 décembre 1574 au Palace d (...)

6Les auteurs que je viens de vous faire connaître sont les seuls qui, pendant le seizième siècle, aient enrichi l’histoire naturelle de productions du Levant. Dans le commencement du dix-septième siècle, il y eut peu d’ouvrages sur ce sujet, parce que la conquête de l’Égypte par Sélim II19 interrompit les relations qui existaient avec Alexandrie. Le commerce prit la route de l’Amérique ou du cap de Bonne-Espérance ; celui d’Alexandrie diminua, et Venise perdit aussi beaucoup à ce changement, dont je vous parlerai tout à l’heure, après avoir terminé l’histoire des explorateurs de l’Afrique et des côtes de la Méditerranée.

  • 20 [Joannes Leo Africanus (né c. 1494 à Grenade ; mort c. 1554) dit Léon l’Africain, était un diploma (...)
  • 21 [Pape Léon X, de son nom de naissance Giovanni di Lorenzo de Medicis (Jean de Médicis) (né le 11 d (...)
  • 22 [Ramusio, voir note 20 ci-dessus.]
  • 23 [Royaume de Bornou, royaume africain dans la région du Niger de 1380 à 1893.]

7Jean Léon, surnommé l’Africain20, est un de ces explorateurs. Il était né à Grenade, d’une des familles maures qui occupaient alors le royaume de ce nom. En 1491, lors du siège et de la prise de Grenade, toute la domination des Maures étant détruite, il fut forcé, encore enfant, de quitter cette ville, et fut emmené en Afrique. Il fit ses études à Fez, dans les écoles arabes. Il voyagea ensuite dans plusieurs parties de l’Afrique, en Égypte, en Arabie, dans l’Arménie, dans la Perse. Monté sur une flûte arabe, il fut pris par les chrétiens sur la côte de Tripoli, et amené à Rome en 1517. Comme il était savant dans les connaissances des Arabes, il fut bien accueilli par le pape Léon X21 ; il se convertit, et enseigna l’arabe assez longtemps dans la ville de Rome ; mais au bout de quelque temps il fut pris d’un remords et retourna en Afrique, où il mourut. On a de lui une description de ce pays, qu’il avait composée en arabe, et qu’il traduisit en mauvais italien. Elle ne fut imprimée qu’en 1550, dans la collection des voyages de Ramusio22. On la traduisit alors en latin, en français, et c’est encore aujourd’hui un des livres les plus précieux sur l’intérieur de l’Afrique ; car vous savez combien peu cette partie du globe nous est connue. Les moyens d’y pénétrer nous ont longtemps manqué, et ce n’est qu’il y a deux ou trois ans qu’on a pu arriver jusqu’à Bornou23, Tombouctou et plusieurs autres villes, et reconnaître des rivières, des lacs, qui sont décrits dans l’ouvrage de Léon, soit parce qu’il les avait vus, soit parce qu’il en avait entendu parler d’une manière détaillée aux innombrables caravanes qui parcourent ces pays, et qui en rendent l’accès si dangereux pour les Européens. La haine des caravanes maures contre les Européens est engendrée par la crainte où elles sont que ceux-ci ne leur enlèvent les bénéfices du commerce qu’elles font exclusivement dans l’intérieur de l’Afrique ; aussi presque tous ceux qui ont essayé d’y pénétrer ont été victimes de leur zèle.

  • 24 [Luis del Marmol Carvajal (né en 1520 à Grenade ; mort en 1600 à Velez Malaga, Espagne), chronique (...)
  • 25 [Description générale de l’Afrique et origine du nom du continent selon Léon l’Africain et Luis de (...)
  • 26 [Léon l’Africain, voir notes 20 et 25 ci-dessus.]

8Louis Marmol Carvajal24, né à Grenade en 1520, voyagea aussi en Afrique. Il fut à Tunis en 1536, lors de l’expédition de Charles-Quint à Alger. Il passa vingt ans dans les garnisons espagnoles de la côte d’Afrique, et mourut vers 1600. Il avait été captif pendant sept ans dans le royaume de Maroc, à Turudan, Trémessen, Fez et Tunis. Il avait traversé les déserts de la Lybie jusqu’à la Guinée. Nous possédons de lui une Description générale de l’Afrique, en un volume in-folio25 ; elle fut imprimée à Grenade en 1573, et réimprimée et traduite depuis. Marmol Carvajal a beaucoup emprunté à Léon l’Africain26.

  • 27 [Voir Tome 1, Chapitre 7.]
  • 28 [Edouardo Lopez, commerçant portugais avec le Congo et l’Angola qui écrivit l’une des premières de (...)
  • 29 Ce roi [Philippe II d’Espagne (né le 21 mai 1527 à Valladolid en Espagne ; mort le 13 septembre 15 (...)
  • 30 [Pape Sixte V, de son nom de naissance Felice Peretti di Montalto (né le 13 décembre 1521 à Grotta (...)
  • 31 [Voir note 30 ci-dessus.]
  • 32 [Pigafetta, voir note 28 ci-dessus.]
  • 33 [Relatione del Reame di Congo e della circonvicine contrade. Tratta dalli Scritti & ragionamente d (...)

9Mais les Portugais, ainsi que j’ai eu occasion de vous le faire connaître à la fin de mes leçons sur le progrès des sciences pendant le Moyen Âge27, avaient commencé dès le quatorzième siècle à suivre les côtes de l’Afrique. Ils s’étaient même établis au Congo ou basse Guinée, et en avaient converti les souverains. Ils y avaient formé des établissements religieux ; plusieurs missionnaires s’y étaient fixés ; il y avait aussi des évêques, en un mot, un établissement religieux complet, qui subsista beaucoup plus tard et qui, même aujourd’hui, est pour ainsi dire plutôt abrogé par l’ignorance et la grossièreté des mœurs du pays, que par une opposition formelle. Les Portugais purent donc avoir de grands rapports avec la côte de Guinée, et il en résulta un ouvrage dont les matériaux ont été recueillis par Édouard Lopez28. Ce voyageur s’était embarqué pour le Congo en 1578. En 1587, il en revint comme ambassadeur du roi de ce pays, pour informer Philippe II29 et le pape30 du triste état de la religion chrétienne dans le Congo. Faiblement accueilli par Philippe II, il prit le parti de renoncer au monde, entra dans un ordre religieux, et se hâta d’aller auprès du pape, pour répondre aux pieuses intentions du roi de Congo, qui était mort depuis son départ. Mais il ne fut pas plus heureux à Rome qu’à Madrid ; Sixte V31 ne voulant pas se brouiller avec Philippe II de qui dépendait le Congo, lui renvoya l’affaire. Cependant Lopez intéressa en sa faveur Antoine Migliore, évêque de San-Marco. Ce prélat donna ordre à Philippe Pigafetta32 de recueillir ce que Lopez lui remettrait par écrit ou lui dirait de vive voix sur le Congo. Pigafetta traduisit le tout en italien, et le fit paraître en 159133. Cet ouvrage a été réimprimé plusieurs fois, et traduit en différentes langues. En général, à cette époque, où l’on avait peu de détails d’histoire naturelle, où les grands voyages étaient rares et où l’on était avide de connaître les pays nouvellement découverts, aussitôt qu’il paraissait un ouvrage sur ces matières, il était réimprimé et traduit dans les divers idiomes de l’Europe. Cette curiosité pour les pays étrangers devint encore plus vive, à mesure qu’on s’établit en Amérique et dans les Indes orientales. Alors un théâtre absolument nouveau, une nature toute différente, s’offrit aux recherches des naturalistes. Pour bien concevoir quelle fut leur position, quels moyens ils employèrent pour faire leurs recherches, et pouvoir ainsi apprécier le degré de confiance qui doit leur être accordé, il est nécessaire que je vous rappelle en peu de mots quelle fut la marche des découvertes.

  • 34 [Voir Tome 1, Chapitre 7.]
  • 35 [Christophe Colomb, voir Tome 1, Leçon 23, note 29.]
  • 36 [Bartholomeu Dias (né c. 1451 à Algarve, dans le Royaume du Portugal ; mort le 29 mai 1500 au Cap (...)
  • 37 [Jean II du Portugal (né le 3 mars 1455 à Lisbonne ; mort le 25 octobre 1495 à Alvor, Portimão, Ro (...)

10Vous vous souvenez que je vous ai dit en terminant l’histoire des progrès des sciences pendant le Moyen Âge34, que Christophe Colomb35 découvrit l’Amérique en 1492 ; que l’année suivante, 1493, les Portugais, qui avaient continué de longer les côtes occidentales de l’Afrique, arrivèrent enfin au cap de Bonne-Espérance, nommé par Barthélemi Diaz36 le cap des Tempêtes, et par Jean II, roi de Portugal37, cap de Bonne-Espérance, parce qu’il en conçut l’espoir de découvrir une nouvelle route pour les Indes. Colomb, comme vous le savez encore, fit plusieurs voyages en Amérique ; il découvrit successivement quelques petites îles, ensuite celle de Cuba, celle de Saint-Domingue ; il vit la côte de Honduras, de Portobelo, Veragua, et par conséquent toute la partie méridionale du Mexique.

  • 38 M. Cuvier sait mieux que moi que [Juan de] Grijalva [conquistador espagnol, né c. 1489 à Cuellar e (...)
  • 39 [Fernando Cortez, dont le nom complet est Hernán Cortés de Monroy y Pizarro, premier Marquis de la (...)
  • 40 [Francisco Pizarro González, également appelé François Pizarre en français (né c. 1471 ou 1476 à T (...)
  • 41 [Diego de Almagro (né c. 1475 à Almagro en Castille ; mort le 8 juillet 1538 à Cuzco, en Nouvelle (...)
  • 42 [Potosi, ville et capitale du département de Potosi en Bolivie qui fut la principale source du min (...)

11En 1517, un Espagnol, nommé Jean de Grijalva, découvrit l’Iucatan38. Les Espagnols avaient eu dans l’intervalle des facilités pour s’établir dans l’Atlantique ; ils avaient complètement subjugué l’île de Saint-Domingue, qui était leur principal établissement à cette époque. Fernand Cortez39 apprit, en 1518, l’existence de l’empire du Mexique ; il chercha à y pénétrer, et y réussit si bien, qu’en 1521 ce pays était soumis à l’Espagne. Trois ans après, en 1524, deux autres Espagnols, Pizarre40 et Diégo d’Almagro41, entreprirent la conquête du Pérou. Quoique peu secondés par les autres agents du gouvernement d’Espagne, ils y retournèrent en 1528, et le subjuguèrent presque entièrement. En 1531, ils firent la découverte des mines du Potosi42, et en 1535 celle du Chili ; de sorte qu’en 1541, lorsque Pizarre fut assassiné à Lima par ses peuples opprimés et persécutés, presque toute l’Amérique espagnole actuelle était soumise au roi d’Espagne. Sans doute cette possession n’était pas générale ; les Espagnols n’occupaient que quelques points, et excepté les empires à demi civilisés, comme le Mexique et le Pérou, tout le reste était encore dans les mains des sauvages ; mais enfin il était possible, avec des escortes ou quelques autres moyens analogues, de voyager dans ces pays et d’y faire toutes les observations désirables. Aussi verrons-nous que, bientôt après, des détails d’histoire naturelle, formant une sorte de corps de doctrine sur les objets de ce pays, parvinrent en Europe et furent mis à la disposition de ceux qui étudiaient la nature sous un point de vue général.

  • 43 Elle fut ainsi nommée parce qu’elle fut découverte le jour de Pâques fleurie [Pascua florida signi (...)
  • 44 [Vasco de Gama, Premier Comte de Vidigueira (né c. 1460 ou 1469 à Alentejo au Portugal ; mort le 2 (...)

12En 1534, les Espagnols découvrirent la Floride43, et en 1539 ils s’y étaient déjà fixés. Depuis ce temps, l’établissement des Espagnols a été exposé à quelques attaques légères, mais jamais il n’a été entamé d’une manière sérieuse ; de sorte que leur possession s’est maintenue jusqu’à la révolution française, époque vers laquelle les colonies se sont révoltées contre la mère-patrie. Nous verrons plus tard les efforts des naturalistes espagnols, qui n’ont pas été très considérables ; il est nécessaire maintenant que nous suivions les Portugais dans leurs conquêtes. Ce peuple se dirigea vers l’orient, comme les Espagnols avaient marché vers l’occident ; ils finirent par faire le tour du globe, et se rencontrèrent aux îles Philippines, dans l’archipel des Indes. Vasco de Gama44 avait doublé le cap de Bonne-Espérance en 1497 ; l’année suivante, 1498, il se rendit à Mozambique, à Melinde et à Calicut. Arrivés là, les Portugais étaient en état de s’emparer du commerce des Indes orientales. Pour y parvenir, ils eurent beaucoup de guerres à soutenir ; il leur fallut livrer de fréquents combats aux Arabes, qui faisaient le commerce de ces contrées et se rendaient en Égypte par la mer Rouge. Ils eurent alors pour allié l’empereur d’Abyssinie ; mais les vicissitudes de leur établissement ne sont pas utiles à nos recherches.

  • 45 [Alphonse d’Albuquerque (né c. 1453 à Alhandra au Portugal ; mort le 16 décembre 1515 en mer) conn (...)

13En 1510, Alphonse d’Albuquerque45 s’établit à Goa, qui devint la forteresse principale, la capitale des établissemens portugais dans les Indes ; mais dès 1506 il avait vu l’île de Ceylan ; en 1511, il découvrit la presqu’île de Malaca, il s’était même déjà établi aux Moluques. La côte de Coromandel fut aperçue en 1512 ; en 1518, on arriva au Bengale, en 1525 à Célèbes ; enfin, les Portugais découvrirent le chemin de la Chine en 1526. Le Japon leur fut ouvert en 1532 ; de sorte que tout le tour du continent de la Chine, des Indes et de l’Afrique jusqu’au Congo, était connu des Européens vers le milieu du seizième siècle ; une très grande partie de l’archipel des Indes l’était également. Il avait été établi des comptoirs ou de petites forteresses sur les points principaux des différentes îles, et le commerce des épiceries tout entier, ainsi que d’une multitude d’autres marchandises, se trouvait alors dans les mains des Portugais.

  • 46 [Fernand de Magellan (né c. 1480 à Sabrosa au Portugal ; mort le 27 avril 1521 sur l’île de Mactan (...)

14Pendant que ce peuple explorait ainsi les mers vers l’orient, les Espagnols essayaient de poursuivre de l’autre côté la série de leurs découvertes. Ce fut un Portugais au service d’Espagne, nommé Magellan46, qui eut l’idée hardie de faire définitivement le tour du monde. On avait parcouru le globe de tous côtés, on pouvait presque en faire une carte ; cependant il n’était pas arrivé qu’un vaisseau partant d’un point, et se dirigeant à l’occident, fût revenu à ce même point par la route de l’orient. Magellan tenta le premier ce voyage en 1519 ; en 1520, il découvrit le pays des Patagons et le détroit qui porte encore son nom. Il arriva en 1521 aux îles des Larrons, aux Philippines, aux Moluques, à Bornéo, dans ces mêmes archipels où les Portugais avaient paru, mais en suivant une route directement contraire.

  • 47 [Pierre Alvares Cabral (né en 1467 ou 1468 à Belmonte au Portugal ; mort c. 1520 à Santarem au Por (...)
  • 48 [Vincent Pinzon (Vincente Yanez Pinzón) (né c. 1462 à Palos de la Frontera en Espagne ; mort après (...)
  • 49 [Amerigo Vespucci (né le 9 mars 1454 à Florence ; mort le 22 février 1512 à Séville), explorateur (...)
  • 50 [Pape Alexandre VI, né Roderic Llançol i de Borja (né le 1er janvier 1431 à Xàtiva en Espagne ; mo (...)

15Dès 1500, un Portugais, nommé Cabral47, avait découvert le Brésil en voulant se rendre aux Indes : le vent d’orient l’avait considérablement rejeté sur la droite de sa route. Cette même côte avait été vue quelques mois auparavant par un compagnon de Colomb, Vincent Yanez Pinzon48, et par Améric Vespuce49 : néanmoins les Portugais prétendirent que la découverte leur appartenait ; ils eurent, à ce sujet, une grande dispute avec les Espagnols. Le pape Alexandre VI50 la termina en faisant tracer une ligne de démarcation. Ce partage n’a pas été observé depuis ; mais alors il y eut dans l’Amérique méridionale deux nations européennes, les Portugais d’un côté et les Espagnols de l’autre. Quant aux Indes, les Portugais y étaient arrivés les premiers, ils y avaient formé les premiers établissements ; mais les Espagnols, qui y arrivèrent par l’occident, s’y fixèrent aussi. Les Philippines devinrent le lieu de leur principal établissement, comme les Moluques l’étaient de celui des Portugais.

16En 1535, les jésuites avaient été institués dans la vue d’arrêter les progrès de la réformation, et parmi les différents objets de leur société, il en était un qui pouvait éminemment concourir aux découvertes scientifiques, c’était l’obligation qu’ils prenaient, par leur quatrième vœu, d’obéir au pape pour toutes les missions qu’il leur donnerait dans le but de convertir les peuples non chrétiens. Ils furent, en conséquence, envoyés aux Indes, et une partie de l’ordre fut ainsi destinée dès son origine à ce qu’on a depuis appelé les missions étrangères.

  • 51 [Saint Ignace de Loyola (né c. 27 octobre 1491 à Loyola ; mort le 31 juillet 1556 à Rome), chevali (...)
  • 52 [Saint François Xavier (né le 7 avril 1506 à Xavier en Espagne ; mort le 3 décembre 1552 dans l’Îl (...)

17Les premiers compagnons de saint Ignace51, parmi lesquels se trouvait François Xavier52, mirent un tel zèle à remplir leur mission, qu’en 1537 ils étaient arrivés au Japon. Ils y formèrent de grandes chrétientés qui produisirent des guerres civiles, et occasionnèrent en partie le bannissement des jésuites et de tous les chrétiens, en 1640. Mais, dans l’intervalle de leur entrée à leur départ, ils avaient fait un grand nombre d’observations et recueilli beaucoup de productions qui étaient absolument différentes des nôtres.

  • 53 [Mathieu ou Matteo Ricci (né le 6 octobre 1552 à Macerata dans les États Pontificaux ; mort le 11 (...)
  • 54 [L’Empereur Wanli, Zhu Yijun (né le 4 septembre 1563 ; mort le 18 août 1620 à Beijing) fut le trei (...)
  • 55 Il [Mathieu Ricci] lui [Empereur Wanli] fit plusieurs présents qu’il regarda avec une grande curio (...)
  • 56 [Khangxi ou Kang-si (né le 4 mai 1654 à Beijing ; mort le 20 décembre 1722 à Beijing), quatrième e (...)

18Ils ne réussirent pas si vite à s’établir à la Chine ; ce ne fut que quarante ans après leur expulsion du Japon qu’ils parvinrent à s’y introduire, c’est-à-dire en 1583. François Xavier était entré au Japon comme missionnaire ; dans la Chine, il fallut revêtir une autre forme et envelopper son but du plus grand secret. Ce fut comme astronome que Mathieu Ricci53 fut admis auprès de l’empereur de la Chine54 ; il lui apporta ses instruments d’astronomie et les lui fit voir55. Comme les astronomes chinois étaient très ignorants, qu’ils n’avaient que des règles tracées par les mahométans, que souvent même on était obligé de faire venir de Smyrne, de Bagdad ou de Samarcand, des mahométans pour régler le calendrier, il fut fort bien accueilli. Depuis lors, les jésuites firent beaucoup de conversions en Chine ; ils obtinrent, en 1692, de l’empereur Khang-Hi56, un édit qui permettait le christianisme dans l’empire de la Chine. Mais les successeurs de Khang-Hi prirent des mesures contraires, et les jésuites finirent par éprouver les mêmes persécutions qu’ils avaient subies au Japon. En 1722, le christianisme fut interdit dans l’empire de Chine ; un grand nombre de jésuites en furent expulsés : on en garda seulement quelques-uns à Pékin, pour servir d’astronomes au tribunal des mathématiques. Ce petit nombre fut renouvelé jusqu’à la révolution française seulement. Nous avons eu, par les jésuites, beaucoup de renseignements sur l’histoire naturelle de la Chine, qu’il était impossible d’obtenir autrement, puisque aucun étranger ne peut s’introduire dans cet empire, et que les ambassadeurs même sont escortés de manière à ne pouvoir s’éloigner de la route qu’ils doivent suivre. Les missionnaires jésuites avaient été d’une égale utilité au Japon ; mais ces différents pays devinrent bientôt le théâtre d’assez grandes révolutions, à la suite de la conquête du Portugal par les Espagnols.

  • 57 [Cochenille ; voir Leçon 4, note 63 ci-dessus.]

19Le commerce des Indes étant concentré à Lisbonne, les épiceries, les toiles, toutes les productions précieuses que l’Europe tirait de l’Inde (et l’on en tirait un très grand nombre, parce que ses manufactures étaient plus perfectionnées que les nôtres), arrivaient dans cette ville sur des vaisseaux portugais. Le commerce de l’Amérique n’était pas alors, à beaucoup près, aussi avantageux, parce que les peuples qui habitaient cette vaste contrée, étant encore sauvages, ne pouvaient rien produire, soit par l’agriculture, soit par l’industrie. Le cacao, la cochenille57, n’y devinrent abondants que lorsque les Européens s’y furent établis en assez grand nombre, et y eurent transporté des esclaves pour y cultiver ces plantes sur une échelle étendue. Aux Indes, au contraire, existait un peuple immense, exercé à l’industrie et à l’agriculture, possédant de belles fabriques. Le commerce, que les Arabes y avaient fait par Alexandrie et Venise, le fut, comme nous venons de le dire, presque pendant tout le seizième siècle par les Portugais, qui revenaient des Moluques à Lisbonne par le cap de Bonne-Espérance. La révolte des Hollandais contre les Espagnols, et la conquête du Portugal par ce dernier peuple, changèrent cet état des choses.

  • 58 [Le Duc d’Albe, nommé Fernando Alvarez de Toledo y Pimentel, connu également sous le nom de Ferdin (...)
  • 59 [Philippe II, voir Leçon 2, note 1.]
  • 60 [Guillaume Ier, Prince d’Orange, connu également sous le nom de Guillaume le Taciturne (né le 24 a (...)
  • 61 D’autres historiens disent trois semaines. L’armée était commandée, comme on sait, par ce violent (...)
  • 62 [La Deuxième Maison de Bragance, dite Sérénissime Maison de Bragance, était une Maison noble royal (...)

20La réformation avait pénétré dans les Pays-Bas. Le duc d’Albe58, envoyé comme gouverneur par Philippe II59, exerçait, contre tous ceux qui s’étaient déclarés protestants, une persécution violente. Deux hommes très puissants avaient été mis à mort d’une manière éclatante. Une insurrection s’organisa et se manifesta d’une manière imposante en 1572, lorsque Guillaume de Nassau ou Guillaume Ier, surnommé le Taciturne60, en fut déclaré le chef, avec la qualité de stathouder, et les mêmes pouvoirs que les gouverneurs nommés par le roi d’Espagne. En 1576, les provinces de Hollande et de Zélande formèrent une confédération pour résister à l’Espagne. En 1579, les sept Provinces-Unies, la Gueldre, la Hollande, la Zélande, le comté de Zutphen, la Frise, les seigneuries d’Over-Issel et d’Utrecht, adoptèrent le fameux traité connu sous le nom de l’Union d’Utrecht ; c’est à partir de cette époque qu’elles portèrent le nom de Provinces-Unies. Enfin, le 26 juillet 1581, elles déclarèrent le roi d’Espagne déchu de la souveraineté de ce pays. Dans la même année, ce roi, après la mort du dernier souverain de Portugal, s’était emparé en cinquante-huit jours de ce pays61, au préjudice de la branche de Bragance62, qui en était l’héritière naturelle, ou du moins, qui a paru l’être depuis par les évènements. Maître de Lisbonne, et dépouillé de la souveraineté en Hollande, le roi d’Espagne interdit l’entrée de ses ports aux Hollandais. Or, cette mesure nuisait singulièrement à leurs intérêts. Leur première fortune, dès le treizième siècle, venait de la pêche de la baleine et de la salaison des harengs. Les capitaux qu’ils avaient obtenus par ces moyens leur avaient permis de donner à leur commerce une extension considérable ; c’étaient eux principalement qui allaient chercher à Lisbonne les marchandises des Indes, pour les répandre dans les autres pays de l’Europe : ne pouvant plus les recevoir des mains des Portugais, ils se déterminèrent à aller les chercher directement aux Indes. D’abord ils imaginèrent qu’il serait possible de faire le tour du continent par le nord ; et en effet on conçoit a priori la possibilité de longer les côtes de la Sibérie, de se rendre ensuite dans la mer de la Chine, par le détroit de Behring, et d’arriver ainsi au même but que les Portugais par un chemin qui est tout-à-fait l’inverse de celui du cap de Bonne-Espérance ; mais le continent au nord s’avance beaucoup plus près du pôle qu’il ne le fait au sud. On est ainsi obligé d’entrer dans une mer couverte de glaces. Les Hollandais firent deux ou trois tentatives pour la traverser, sans pouvoir y réussir ; mais ces efforts d’un peuple rendu hardi par ses malheurs produisirent la découverte de la Nouvelle-Zemble et du Spitsberg. Obligés de passer un hiver entier sous la neige, dans ces climats affreux, ils purent aussi faire des observations sur les animaux qui les habitent. C’est dans la relation de ce voyage qu’on trouve l’histoire effroyable d’ours blancs qui cherchaient à pénétrer dans leurs cabanes par les cheminées. Ces voyages sont si extraordinaires, qu’ils paraissent presque romanesques, bien que très réels. C’étaient des particuliers hollandais qui faisaient ces expéditions, car les gouvernements ne marchent jamais qu’à la suite des peuples. Leurs découvertes ne furent presque que géographiques, et n’enrichirent qu’extrêmement peu l’histoire naturelle ; mais elles leur procurèrent des points de repaire plus commodes pour la pêche de la baleine.

21On a longtemps cru, malgré l’insuccès des navigateurs hollandais, qu’il existait un passage au pôle nord pour se rendre dans la mer Pacifique, et que c’étaient les Russes qui cachaient ce passage aux Européens ; mais les voyages des Anglais ont levé tous les doutes à cet égard.

22Arrêtés dans le nord, les Hollandais revinrent vers le midi, et par cette route ils réussirent dans leurs projets. En 1595, 1596, 1598, 1599 ; en 1600, 1603, 1605 et 1608, ils firent des expéditions dans l’orient. Ce furent d’abord des particuliers qui les firent, comme celles du nord : c’étaient des compagnies de négociants qui expédiaient un certain nombre de navires. Leur commerce prospérait ; ils sentirent le besoin de former des établissements dans le pays. Ce fut pour eux une nécessité lorsque les Portugais et les Espagnols, qui étaient alors ensemble, leur déclarèrent la guerre. Presque partout où ils arrivaient, ils rencontraient des Portugais qui les attaquaient, et auxquels ils étaient obligés eux-mêmes de livrer des combats. Ils furent très souvent heureux, et successivement ils réussirent à débusquer les Portugais de presque tous leurs établissements, à l’exception de Goa et de quelques autres peu importants. Ils y envoyèrent des observateurs intelligents, et c’est ainsi qu’il est arrivé que la plupart des découvertes faites par des Portugais ont été décrites par des Hollandais.

23En 1605, ils jetèrent les fondements de la ville de Batavia, qui, depuis, a été la capitale de tous leurs établissements dans les Indes ; dès 1609, ils réussirent à s’introduire dans le Japon. Il paraîtrait même que leurs différends avec les Portugais, l’opposition de leurs intérêts commerciaux, ne furent pas absolument étrangers à l’expulsion des missionnaires de cette île. Quoi qu’il en soit, depuis que les jésuites ont été renvoyés du Japon, en 1640, les Hollandais seuls sont maîtres du commerce de ce pays ; ils sont seuls admis à y envoyer, tous les trois ans, une flotte qui porte des marchandises européennes et qui prend en retour des marchandises du pays. Aucune autre nation étrangère n’est admise au Japon ; aussi est-ce par elle, ou par des étrangers qui s’y sont rendus sur ses vaisseaux, que nous avons obtenu toutes les connaissances que nous possédons sur ce pays. Cependant, depuis 1609, les jésuites portugais nous avaient appris beaucoup de choses de cette contrée.

  • 63 [Jacob le Maire (né c. 1585 à Anvers ou Amsterdam ; mort le 22 décembre 1616 en mer), marin hollan (...)

24Enfin, les Hollandais se rendirent aux Moluques par le détroit de Magellan ; et même un de leurs navigateurs, Jacques Lemaire63, découvrit, en 1617, le détroit qui porte son nom. En 1616, ils avaient commencé à découvrir la Nouvelle-Hollande, cet immense continent dont la connaissance détaillée a été due ensuite aux voyageurs anglais. Les Hollandais firent encore plusieurs autres voyages, jusqu’en 1658, qui est à peu près l’époque où nous devons nous arrêter.

25Vous voyez, messieurs, que depuis la fin du quinzième siècle, depuis 1492, l’année principale de ce siècle, à cause de la découverte de l’Amérique, jusqu’en 1650, les parties les plus importantes du continent de l’Amérique et des Indes étaient connues ; car il faut ajouter à toutes ces découvertes, celles des Anglais, qui ne furent pas aussi considérables, mais qui ont bien été compensées depuis.

  • 64 [Sir Francis Drake, vice-amiral (né c. 1540 à Tavistock, Devon, Angleterre ; mort le 27 janvier 15 (...)
  • 65 [Nouvelle Albion, connue également sous le nom de Nova Albion, désigne toute l’étendue de l’Amériq (...)

26En 1578, Francis Drake64, dans un voyage très remarquable, visita toute la côte occidentale de l’Amérique, jusqu’à la Californie, dont la partie septentrionale reçut le nom de Nouvelle-Albion65.

  • 66 [Sir Walter] Raleigh [(né c. 1554 à Hayes Barton, Devonshire, Angleterre ; mort le 29 octobre 1618 (...)
  • 67 [Jacques Ier, voir Leçon 4, note 73.]
  • 68 L’opinion de M. [Baron Charles Athanase] Walckenaer [fonctionnaire et scientifique français ; né e (...)
  • 69 Quelques historiens rapportent qu’une conformation vicieuse lui faisait du célibat une loi impérie (...)

27En 1584, Walter Ralegh66, l’amiral d’Élisabeth et de Jacques Ier67, celui dont la tête tomba sous la hache du bourreau, par suite des exactions qu’il avait commises sur les Espagnols, découvrit la côte de l’Amérique septentrionale, à laquelle il donna le nom de Virginie68, d’après la prétention qu’avait la reine Élisabeth d’avoir conservé sa virginité69. Cette contrée fut le point central des établissements d’où sont résultés les États-Unis. Ainsi, à cette époque, on connaissait à peu près les généralités de toutes les parties du globe ; et, bien qu’il restât encore beaucoup à faire pour en tirer une géographie complète, bien que la partie chorographique fût presque toute à faire, cependant les géographes avaient déjà le dessin extérieur et la charpente, pour ainsi dire, de tous leurs travaux. Les productions de ces pays étaient aussi, jusqu’à un certain point, à la disposition des naturalistes.

28Nous allons maintenant voir successivement quels sont les voyageurs qui ont décrit ces productions naturelles, et ont, par conséquent, fourni des matériaux aux sciences dont nous nous occupons.

29Le nombre de ces voyageurs est si considérable qu’il me faudrait plusieurs heures pour vous les faire connaître tous. Je ne vous entretiendrai donc que de ceux qui ont fait faire des progrès sensibles à l’histoire naturelle.

30Aujourd’hui je m’occuperai des voyageurs espagnols, et dans les séances suivantes j’examinerai ceux des autres nations. Les Espagnols dont j’ai à parler sont au nombre de trois seulement ; car, en général, ils ont conservé beaucoup plus de secret qu’ils ne l’auraient dû peut-être sur leurs établissemens étrangers.

  • 70 [Gonzalo Fernandez de Oviedo y Valdes (né en août 1479 à Madrid ; mort en 1557 à Valladolid), hist (...)
  • 71 [Le Roi Ferdinand II d’Aragon (né le 10 mars 1452 à Sos del Rey Católico ; mort le 23 janvier 1516 (...)
  • 72 Cette cause n’est pas en effet bien curieuse à connaître ; c’était l’affection connue maintenant e (...)
  • 73 [Cuvier indique l’année 1525 mais l’ouvrage d’Oviedo Sumario de la Natural Historia de las Indias (...)
  • 74 [Guatacum officinale, connu sous le nom de Gaïac, ainsi que sous le nom de Bois de Vie (Lignum-vit (...)
  • 75 [Nous n’avons pu identifier le Marquis de Trujillo ni cette édition de 1783 de La historia general (...)

31Le premier est Jean Gonsalve d’Oviédo, en espagnol Gonçalo Hernandez de Oviedo y Valdez70 ; il naquit à Madrid, vers 1478, et fut élevé parmi les pages de Ferdinand et d’Isabelle71. Aussitôt après la découverte de l’Amérique, il chercha les moyens de se rendre dans ce nouveau pays, pressé, dit-on, d’y aller, par une cause qu’il est inutile que je vous dise ici72. Il fut nommé, en 1513, gouverneur de l’île d’Haïti, appelée par Colomb Española, puis Saint-Domingue. Ce fut lui qui imagina le premier de contraindre les habitants à travailler aux mines de cette île. Une grande partie y périrent par suite de ses mauvais traitements. Le livre qu’il publia est intitulé : La historia general y natural de las Indias occidentales. Il en avait publié, en 1525, un sommaire à Tolède73. Les vingt premiers livres de son histoire générale ne parurent qu’en 1535. Il y parle de plusieurs plantes et de plusieurs animaux : ceux-ci sont l’objet de quelques détails. Oviédo est très célèbre en médecine, pour avoir découvert la vertu antisyphilitique du gayac74. L’ouvrage entier n’a paru qu’en 1783, par les soins du marquis de Truxillo75, c’est-à-dire plus de deux cents ans après la première partie ; mais la science n’y perdit rien, car c’est cette partie seule qui pouvait l’enrichir.

  • 76 [José de Acosta (né en septembre/octobre 1540 à Medina del Campo en Espagne ; mort le 15 février 1 (...)
  • 77 [Ordre des Mendiants, un mouvement dans l’histoire de l’Église qui eut lieu principalement au trei (...)

32Après Oviédo, nous remarquerons Joseph d’Acosta76, né à Médina-del-Campo, en 1539. Il entra à quatorze ans dans l’ordre des jésuites, qui excitait alors une ferveur égale à celle des ordres mendiants77 au treizième siècle. Envoyé au Pérou comme missionnaire, en 1571, il en revint en 1588, et fut fait par la suite recteur du collège des jésuites de Salamanque, où il mourut en 1600. On a de lui un ouvrage dont le titre est presque le même que celui d’Oviédo : il est intitulé : Historia natural y moral de las Indias, Séville, 1590. Cet ouvrage obtint alors une grande réputation et fut promptement traduit en diverses langues ; cependant la partie relative à l’histoire naturelle y est assez superficielle, sauf quelques faits curieux sur les animaux et les plantes du Pérou, où l’auteur s’était établi. On y voit, pour la première fois, les grands fossiles de l’Amérique, qu’il considère comme des os de géant, suivant la tradition du pays.

  • 78 [Francisco Hernandez de Tolède (né en 1514 à La Puebla de Montalbán, Tolède ; mort le 28 janvier 1 (...)
  • 79 [Philippe II, voir Leçon 2, note 1.]
  • 80 [Cuvier fait apparemment erreur ici ; au lieu de Charles IV, il voulait certainement dire Philippe (...)
  • 81 [Nardo, ou Leonardo Antonio Recchi (né en 1540 ; mort en 1595), médecin archiâtre de Naples.]
  • 82 [Federico Angelo Cesi (né le 26 février 1585 à Rome ; mort le 1er août 1630 à Acquasparta), scient (...)
  • 83 [Cuvier donne la date de 1551, mais la date réelle de la publication est 1651.]
  • 84 [Publié à l’origine sous le titre de Rerum medicarum Novae Hispaniae thesaurus, seu, Plantarum ani (...)
  • 85 [Recchi, voir notes 81 et 84 ci-dessus.]
  • 86 [Johann Terrentius, également appelé Johann Schreck, Terrentius Constantiensis, Deng Yuhan Hanpo, (...)
  • 87 [Johannes, Jean, ou Giovanni Faber (né en 1574 à Bamberg ; mort en 1629) médecin du pape, botanist (...)
  • 88 [Pape Urbain VIII, de son nom Maffeo Barberini (baptisé le 5 avril 1568 à Florence ; mort le 29 ju (...)
  • 89 [Fabius Columna, voir Leçon 4, notes 41 et 44.]
  • 90 [Père Grégoire de Bolivar (fl. premier tiers du dix-septième siècle), missionnaire Franciscain esp (...)
  • 91 [Historia animalium et mineralium Nouae Hispaniae liber unicus, paginé séparément de 1 à 90 suit l (...)
  • 92 [Cuvier date à nouveau cette publication à 1551 mais la date réelle est en fait 1651 (voir notes 8 (...)

33Enfin, le troisième Espagnol qui ait écrit sur l’histoire naturelle de l’Amérique, pendant la période où nous nous sommes enfermés, est François Hernandez78, premier médecin de Philippe II79. Il mérite de nous arrêter plus que les précédents, parce que son ouvrage est plus scientifique que les leurs. Malheureusement, il n’a pas été publié par lui et au temps où il l’avait fait. Philippe II l’avait chargé de faire un recueil de toutes les productions du Mexique, animales, végétales et minérales. Il avait consacré beaucoup de temps à ce travail, et avait fait peindre douze cents figures d’animaux, de plantes et autres objets naturels. Ce recueil avait coûté soixante mille ducats. Mais il advient souvent qu’après la mort de l’auteur d’un ouvrage, ou du roi qui l’a commandé, ou même de son premier ministre, cet ouvrage est abandonné. Ce fut précisément ce qui arriva pour celui d’Hernandez. Il renferme des figures d’une grande beauté, qui ont été faites par les ordres du roi Charles IV80, et honoreraient la nation espagnole si elles étaient publiées. Celles d’Hernandez furent transportées, à ce qu’il paraît, en Espagne, et un médecin napolitain, nommé Nardo Antonio Recchi, en fit un extrait en dix livres81, qui est lui-même resté en partie manuscrit pendant un assez long temps. Mais enfin il fut acheté par le prince de Cési82, savant naturaliste dont j’aurai à vous parler par la suite, et qui fut un des membres les plus actifs de l’académie lyncéenne ; il le fit imprimer à Rome, en 155183, avec ce titre : Nova plantarum, animalium et mineralium mexicanorum historia, etc84. On le trouve à présent dans les bibliothèques de tous les naturalistes qui ont pu se le procurer ; car c’est presque le seul ouvrage sur l’histoire naturelle du Mexique qui ait paru jusqu’à présent, tant il a été difficile d’y pénétrer jusqu’à la révolution qui a détaché ce pays de l’Espagne. Pour faire l’histoire de cet ouvrage, il faut savoir comment il a été divisé. D’abord on a fait une partie des extraits de Recchi85 ; mais ces extraits ont été commentés par trois membres de l’académie de Rome, qui n’avaient jamais été au Mexique : ce sont Jean Terentius86, médecin de Constance ; Jean Faber87, né à Bamberg, et médecin du pape Urbain VIII88, et Fabius Columna, dont je vous ai déjà parlé89. Recchi avait laissé un assez grand nombre de figures sans explication, dont on composa une autre partie. Tout le texte de cette partie est un commentaire des trois éditeurs que je viens de citer ; c’est une immense compilation, tirée des auteurs anciens, à propos d’animaux et de plantes d’Amérique que les anciens n’avaient pas connus. À cette époque, on n’avait pas encore fait de distinction entre les productions des deux continents : on croyait pouvoir appliquer aux plantes et aux divers animaux de l’Amérique et de l’Inde, ce qu’avaient dit les anciens sur les animaux et les plantes de la Grèce, de l’Italie et des côtes d’Afrique. Néanmoins les trois commentateurs se firent aider d’un capucin, appelé Grégoire de Bolivar90, qui avait été, non pas au Mexique, mais dans l’Amérique méridionale, et qui leur donna des descriptions de différents animaux, qu’il croyait les mêmes que ceux peints par Hernandez. Il résulta de ces différents travaux un commentaire très indigeste, qui oblige à distinguer ce qui appartient au texte de Recchi, ce qui fait partie des figures d’Hernandez, ce qui compose les récits de Bolivar, enfin ce qui appartient au commentaire tout-à-fait étranger de ces trois médecins qui n’étaient jamais allés au Mexique. Les personnes qui n’ont pas fait ces distinctions avec soin ont attribué à Hernandez des choses qui n’appartiennent qu’à ses trois éditeurs, et ont cru pouvoir trouver au Mexique des objets qui n’y existent point. Les trois éditeurs ont même fait entrer dans leur travail des figures qui ne proviennent pas du Mexique. On en trouve qui ont des noms anglais, tant ils avaient ramassé partout toutes sortes de dessins. Le livre se termine par une petite partie, plus courte que les autres, où il n’y a pas de commentaires, et qui a l’air d’être d’un autre auteur, quoique ce ne soit pas. Son titre est : Historiæ animalium et mineralium novæ Hispaniæ, liber unicus, Francisco Fernandez auctore91. Ce Fernandez est le même qu’Hernandez, parce qu’il arrive souvent que dans la langue espagnole on emploie l’F pour l’H. Depuis l’époque de sa publication, c’est-à-dire depuis 155192, ce livre a été l’ouvrage principal sur le Mexique, et il n’existe pas encore de travail qui surpasse son utilité.

34Dans la séance prochaine, je continuerai l’histoire des auteurs qui ont décrit les productions étrangères ; mais je traiterai principalement de ceux qui ont appartenu à la Hollande. Leurs travaux ont été plus utiles, d’abord, parce qu’ils sont venus plus tard ; ensuite, parce qu’ils avaient plus de moyens d’instruction.

Notes

1 [Bernard de Breydenbach (Bernhard von Breydenbach) (né c. 1440 ; mort en 1497 à Mayence), prêtre noble et riche de la cathédrale de Mayence, il séjourna en Terre Sainte d’avril 1483 à janvier 1484 ; il fit le récit de ses voyages dans son recueil intitulé Peregrinatio in Terram Sanctam ou Sanctae Peregrinationes(Pérégrinations en Terre Sainte), Mayence : Erhard Reuwich, 1486, 1 vol., ill. bois grav. ; le premier livre de voyages avec illustrations à être imprimé. Ce livre innova également avec l’insertion d’une carte de la Terre Sainte en quatre grandes vues, celles-ci étant les premières plaques pliantes à paraître dans un livre imprimé.]

2 On y voit une girafe qui est fort reconnaissable, une licorne, une salamandre, etc. [M. de St.-Agy].

3 [Hoppius (Christianus Emmanuel), « Anthropomorpha » in Linnaeus (Carolus) (sous la dir.), Amoenitates academicæ, seu, Dissertationes variae physicæ, medicæ, botanicæ : antehac seorsim editæ : nunc collectæ et auctæ : cum tabulis æneis, volumen sextum, Holmiæ : Laurentii Salvii, 1763, pp. 63-76, écrit sous la direction de Charles Linné (voir Leçon 2, note 112 ; voir également Tome 1, Leçon 7, note 34,) et défendu par le naturaliste russe Christian Emmanuel Hoppé (né en 1736) lequel semble avoir été l’auteur de la célèbre plaque des quatre « anthropomorphes » qui illustre son ouvrage.]

4 [Leonhard Rauwolf ou Leonhart Rauwolff (né le 21 juin 1535 à Augsbourg ; mort le 15 septembre 1596 à Waitzen en Hongrie), médecin, botaniste et voyageur allemand, connu principalement pour ses voyages au Levant et en Mésopotamie de 1573 à 1575, dans le but de découvrir des remèdes à base de plantes ; voir note 6 ci-dessous.]

5 Brucker, Koestner, etc. placent l’époque de sa mort à 1606 ; mais Tob[ias] Cober[us] [l’auteur de Observationu castrensium et ungaricarum, Francfort : Collegio Palthemiono, 1606, 1 vol. (124 p.), in8°] qui le soigna dans sa dernière maladie, donne positivement 1596 pour date de sa mort [M. de St.-Agy].

6 [Les observations et les impressions de Rauwolf sur les peuples, coutumes et paysages de la région du Levant (voir note 4 cidessus) furent rapportées dans Aigentliche Beschreibung der Raiß, so er vor dieser zeit gegen Auffgang in die Morgenländer, fürnemlich Syriam, Iudaeam, Arabiam, Mesopotamiam, Babyloniam, Assyriam, Armeniam, etc., nicht ohne geringe mühe und grosse gefahr selbs volbracht, Lauingen : Leonhart Reinmichel, 1582, 487 p.]

7 Cet herbier, fort riche, éprouva bien des vicissitudes. Après la mort de Rauwolf, il passa dans la bibliothèque de l’électeur de Bavière. La guerre de trente ans le fit aller à Stockholm, parce que les Suédois s’emparaient des curiosités littéraires des pays qu’ils conquéraient. Christine l’ayant donné à Isaac Vossius, celui-ci le porta en Angleterre, où Ray, Morisson, Plukenet et autres savants botanistes le consultèrent. Après la mort de Vossius, il revint en Hollande avec la bibliothèque de ce savant ; et l’un et l’autre y furent achetés pour la bibliothèque de Leyde, où ils sont maintenant [M. de St.-Agy].

8 [Prosper Alpin, voir Leçon 4, note 55.]

9 [George Emo (ou Hemi), consul de la République de Venise en Égypte.]

10 [Les sultans d’Égypte de cette époque furent Massih Pacha, au pouvoir de 1575 à 1580, et Hassan Pacha, de 1580 à 1583.]

11 [Le Baume de la Mecque (également appelé baume de Galaad) est une résine de l’arbre Commiphora gileadensis, natif d’Arabie du sud et introduit en Judée dans les temps anciens, et de nouveau dans les temps modernes. Le lieu de production du baume le plus connu dans la région était la ville juive d’Ein Gedi. La résine était très prisée en médecine et en parfumerie dans la Grèce Ancienne et dans l’Empire Romain.]

12 [Andrea Doria ou D’Oria (né le 30 novembre 1466 à Oneglia dans le nord de l’Italie ; mort le 25 novembre 1560 à Gêne), soldat mercenaire italien, homme d’état et amiral ; intrépide et infatigable, il était doté de talents tactiques et stratégiques extraordinaires. Sincèrement dévoué à sa ville natale de Gêne, il protégea sa souveraineté des puissances étrangères et il réorganisa son gouvernement en une oligarchie efficace et stable ; il fut le meilleur général de la marine de son époque.]

13 [De medicina Aegyptiorum libri quatuor : in quibus multa cum de vario mittendi sanguinis usu per venas, arterias, cucurbitulas, ac scarificationes nostris inusitatas, deque inustionibus, & aliis chyrurgicis operationibus, tum de quamplurimis medicamentis apud Aegyptios frequentioribus, elucescunt, Venise : Francesco dei Franceschi, 1591, [8] + 150 + [25] p., ill. ; l’une des études européennes les plus anciennes sur la médecine non-occidentale, se concentrant principalement sur les pratiques contemporaines (telles que turques) qu’il observa lors d’un séjour de trois jours en Égypte ; le café est mentionné pour la première fois dans ce livre.]

14 [Baume de la Mecque, voir note 11 ci-dessus.]

15 [De balsamo dialogus, in quo verissima balsami plante, opobalsami, carpobalsami, & xilobalsami cognitio plerisque antiquorum atque iuniorum medicorum occulta nunc elucescit, Venise : Signum Leonis, 1591, 65 p.]

16 [De Plantis Aegypti liber. In quo non pauci, qui circa herbarum materiam irrepserunt, errores, deprehenduntur, quorum causa hactenus multa medicamenta ad usum medicine admodum expetenda, plerisque medicorum, non sine artis iactura, occulta, atque obsoleta iacuerunt..., Venise : Apud Franciscum de Franciscis, 1592, [4] + 80 + [8] p., ill. ; in-4° ; voir Leçon 4, note 55.]

17 [De Plantis Exoticis libri duo, Venise : Joannem Guerilium, 1627, 360 p., ill. ; publié de manière posthume par le fils de Prosper Alpin, Alpinio Alpinus (mort en 1637.]

18 [Historiae Aegypti naturalis pars prima : qua continentur rerum Aegyptiarum libri quatuor. Opus postumum / nunc primum ex auctoris autographo, diligentissime recognito, editum ; atque ex eodem tabellis aeneis XXV illustratum et uberrimo indice auctum, Leyde : Gérard Potuliet, 1735, [18] + 248 p. + [12] p., ill.]

19 Selim II (né le 28 mai 1524 à Constantinople ; mort entre le 12 et le 15 décembre 1574 au Palace de Topkapi à Constantinople) connu également sous le nom de Selim le Blond, Selim le Sot, et Selim l’Ivrogne ; il fut Sultan de l’Empire Ottoman de 1566 jusqu’à sa mort.]

20 [Joannes Leo Africanus (né c. 1494 à Grenade ; mort c. 1554) dit Léon l’Africain, était un diplomate et écrivain d’Afrique du Nord, connu pour sa description de cette région. Son ouvrage intitulé Della descrittione dell’Africa et delle cose notabili che iui sono fut publié en 1550 par Giovanni Battista Ramusio (géographe et chroniqueur de voyages italien ; né le 20 juillet 1485 à Trévise ; mort le 10 juillet 1557 à Padoue). Ce livre fut extrêmement populaire et fut réimprimé cinq fois. It fut également traduit en plusieurs langues. Les éditions française et latine furent publiées en 1556 (Léon l’Africain, Historiale. Description de l’Afrique, tierce partie du monde... escrite de notre temps par Jean Léon Africain, premièrement en langue arabesque, puis en toscane et à présent mise en françois plus cinq navigations au païs des noirs..., Lyon : J. Temporal, 1556, 2 vol., fig., cartes, in-folio.) et une version anglaise fut publiée en 1600 par George Bishop à Londres, sous le titre de A geographical Historie of Africa, [written in Arabicke and Italian] (Une Histoire Géographique de l’Afrique [écrite en arabe et en italien]).]

21 [Pape Léon X, de son nom de naissance Giovanni di Lorenzo de Medicis (Jean de Médicis) (né le 11 décembre 1475 à Florence ; mort le 1er décembre 1521 à Rome), chef de l’Église Catholique du 9 mars 1513 jusqu’à sa mort.]

22 [Ramusio, voir note 20 ci-dessus.]

23 [Royaume de Bornou, royaume africain dans la région du Niger de 1380 à 1893.]

24 [Luis del Marmol Carvajal (né en 1520 à Grenade ; mort en 1600 à Velez Malaga, Espagne), chroniqueur espagnol connu pour son ouvrage Description générale d’Afrique, ses guerres et vicissitudes, depuis la fondation du mahométisme jusqu’en 1571, publié par René Rabut à Grenade en 1573.]

25 [Description générale de l’Afrique et origine du nom du continent selon Léon l’Africain et Luis del Marmol, Grenade : René Rabut, 1573 : source primaire d’information sur l’Afrique du Nord ainsi qu’une étude préliminaire sur la vie, le travail et la littérature de Léon l’Africain (voir note 20 ci-dessus]

26 [Léon l’Africain, voir notes 20 et 25 ci-dessus.]

27 [Voir Tome 1, Chapitre 7.]

28 [Edouardo Lopez, commerçant portugais avec le Congo et l’Angola qui écrivit l’une des premières descriptions d’Afrique Centrale ; il quitta le Portugal pour le Congo en avril 1578, navigant sur le bateau de commerce de son oncle ; il transmit plus tard tout ce qu’il avait appris sur le Congo a Filippo Pigafetta (mathématicien et explorateur italien ; né en 1533 ; mort en 1604) a qui avait été confiée la responsabilité de rassembler des informations sur la région. Le livre qui en résulta fut publié par Pigafetta en 1591 (voir notes 28 et 33 ci-dessous), bien que la plupart de son contenu soit à la limite du fabuleux.]

29 Ce roi [Philippe II d’Espagne (né le 21 mai 1527 à Valladolid en Espagne ; mort le 13 septembre 1598 à l’Escurial en Espagne)] était alors tout occupé de ses projets [la guerre anglo espagnole de 1585 à 1604] contre l’Angleterre [M. de St.-Agy].

30 [Pape Sixte V, de son nom de naissance Felice Peretti di Montalto (né le 13 décembre 1521 à Grottammare, États Pontificaux ; mort le 27 août 1590 à Rome), chef de l’Église Catholique du 24 avril 1585 jusqu’à sa mort ; il fut le dernier pape à prendre le nom de Sixte lors de son élection comme pape.]

31 [Voir note 30 ci-dessus.]

32 [Pigafetta, voir note 28 ci-dessus.]

33 [Relatione del Reame di Congo e della circonvicine contrade. Tratta dalli Scritti & ragionamente di Odoardo Lopez Portoghese per Filippos Pigafetta. Con dissegni vari de Geografia, di piante, d’habiti, d’animali, & altro, Rome : Bartolomeo Grassi, 1591, [8] + 82 p. ; une traduction anglaise fut publiée par John Wolfe à Londres en 1797] Lopez retourna ensuite au Congo, en promettant de revenir à Rome le plus tôt qu’il pourrait ; mais on n’entendit jamais reparler de lui [M. de St.-Agy].

34 [Voir Tome 1, Chapitre 7.]

35 [Christophe Colomb, voir Tome 1, Leçon 23, note 29.]

36 [Bartholomeu Dias (né c. 1451 à Algarve, dans le Royaume du Portugal ; mort le 29 mai 1500 au Cap de Bonne Espérance), noble de la maison royale du Portugal et explorateur portugais ; il fut le premier occidental à doubler le cap au sud de l’Afrique en 1488.]

37 [Jean II du Portugal (né le 3 mars 1455 à Lisbonne ; mort le 25 octobre 1495 à Alvor, Portimão, Royaume d’Algarve), surnommé le Prince Parfait (Príncipe Perfeito), Roi du Portugal et des Algarves de 1481 jusqu’à sa mort en 1495 ; il est connu pour avoir restauré la puissance du trône portugais, renforcé son économie et reconduit ses explorations de l’Afrique et de l’Orient.]

38 M. Cuvier sait mieux que moi que [Juan de] Grijalva [conquistador espagnol, né c. 1489 à Cuellar en Espagne ; mort le 21 janvier 1527] fut seulement chargé d’aller reconnaître l’Iucatan, qui avait été découvert par [Francisco] Hernandez de Cordoue [conquistador espagnol ; mort en 1517 à Cuba ; principalement connu pour l’expédition malheureuse de 1517 qu’il dirigea pendant laquelle les premiers récits européens sur la péninsule du Yucatán furent rassemblés] ; mais il me permettra de le rappeler pour ceux de ses lecteurs qui l’auraient oublié. On prétend que lorsque les Espagnols abordèrent dans l’Iucatan, les hommes y portaient généralement des miroirs d’une pierre brillante, dans lesquels ils se contemplaient sans cesse, tandis que les femmes ne s’en servaient point ! L’origine du nom de leur pays n’est pas moins singulière. Lorsque Hernandez de Cordoue demanda aux Indiens comment s’appelait leur pays, ils lui répondirent Iucatan, c’est-à-dire Que dites-vous ? et ce nom est reste au pays. [M. de St-Agy].

39 [Fernando Cortez, dont le nom complet est Hernán Cortés de Monroy y Pizarro, premier Marquis de la Vallée d’Oaxaca (né en 1485 à Medellin en Espagne ; mort le 2 décembre 1547 à Castilleja de la Cuesta en Castille), conquistador espagnol à la tête de l’expédition qui causa la chute de l’Empire Aztèque et conduisit de grandes portions du Mexique sous la domination du Roi de Castille au début du seizième siècle ; il fit partie de la génération des colonisateurs espagnols qui entreprirent la première phase de la colonisation espagnole des Amériques.]

40 [Francisco Pizarro González, également appelé François Pizarre en français (né c. 1471 ou 1476 à Trujillo en Castille ; mort le 26 juin 1541 à Lima), conquistador espagnol qui conquit l’Empire Inca.]

41 [Diego de Almagro (né c. 1475 à Almagro en Castille ; mort le 8 juillet 1538 à Cuzco, en Nouvelle Castille, dans l’Empire Espagnol) connu également sous le nom de Almagro l’Ancien, conquistador espagnol, compagnon et plus tard rival de Francisco Pizarro (voir note 40 ci-dessus) ; il participa à la conquête espagnole du Pérou et il est dit être le premier européen à avoir découvert le Chili.]

42 [Potosi, ville et capitale du département de Potosi en Bolivie qui fut la principale source du minerai d’argent pour l’Espagne pendant la période de l’Empire du Nouveau Monde Espagnol.]

43 Elle fut ainsi nommée parce qu’elle fut découverte le jour de Pâques fleurie [Pascua florida signifie festival fleuri ou fête des fleurs en espagnol, un terme faisant habituellement référence à la période de Pâques] par Ferdinand de Soto [né c. 1496/1497, en Estrémadure, Espagne ; mort le 21 mai 1542 dans l’état d’Arkansas d’aujourd’hui), explorateur et conquistador espagnol dont il est prouvé qu’il fut le premier européen à traverser la rivière du Mississippi lors de la première expédition européenne qu’il dirigeait sur le territoire des actuels États-Unis d’Amérique.] [M. de St.-Agy].

44 [Vasco de Gama, Premier Comte de Vidigueira (né c. 1460 ou 1469 à Alentejo au Portugal ; mort le 23 décembre 1524 à Cochin en Inde), explorateur portugais, l’un des explorateurs les plus connus et réputés de l’Âge des Découvertes, il fut le premier européen à atteindre l’Inde par mer, une découverte qui ouvrit la voie aux portugais pour l’établissement d’un empire colonial durable en Asie ; cette route signifiait que les Portugais n’auraient plus à traverser la Méditerranée si contestée, ni l’Arabie, si dangereuse, et que la totalité du voyage pouvait maintenant être fait par mer.]

45 [Alphonse d’Albuquerque (né c. 1453 à Alhandra au Portugal ; mort le 16 décembre 1515 en mer) connu sous le nom d’Albuquerque le Grand, général, politicien portugais, et grande figure de l’expansion portugaise ; il fut le premier européen à entrer dans le Golfe Persique et il mena le premier voyage d’une flotte européenne en Mer Rouge.]

46 [Fernand de Magellan (né c. 1480 à Sabrosa au Portugal ; mort le 27 avril 1521 sur l’île de Mactan aux Philippines), explorateur portugais connu pour avoir organisé la première circumnavigation de la Terre, au service du roi Charles Ier d’Espagne (né le 24 février 1500 ; mort le 21 septembre 1558 ; souverain de l’Empire Saint Romain à partir de 1519, et, sous le nom de Charles Ier, de l’Empire Espagnol de 1516 jusqu’à sa retraite volontaire en 1556) à la recherche d’une route vers l’ouest vers les Îles aux Épices, connues de nos jours sous le nom des Îles Moluques en Indonésie.]

47 [Pierre Alvares Cabral (né en 1467 ou 1468 à Belmonte au Portugal ; mort c. 1520 à Santarem au Portugal), noble portugais, commandant militaire, navigateur et explorateur, on lui attribue la découverte du Brésil.]

48 [Vincent Pinzon (Vincente Yanez Pinzón) (né c. 1462 à Palos de la Frontera en Espagne ; mort après 1514 à Triana, Séville), navigateur espagnol, explorateur et conquistador, le plus jeune des frères Pinzón. Avec son frère aîné Martin Alonso Pinzón (né c. 1441 à Palos de la Frontera en Espagne ; mort c. 1493 à Palos de la Frontera) lequel était le capitaine du Pinta, il navigua avec Christophe Colomb (voir Tome 1, Leçon 23, note 29) lors de son premier voyage au Nouveau Monde en 1492 comme capitaine de la Niña. Son expédition fut la première à explorer les côtes du Brésil et à donner une description de l’embouchure de l’Amazone.]

49 [Amerigo Vespucci (né le 9 mars 1454 à Florence ; mort le 22 février 1512 à Séville), explorateur italien, financier, navigateur et cartographe qui fut le premier à démontrer que le Brésil et les Antilles n’étaient pas les côtes orientales de l’Asie ainsi que les voyages de Christophe Colomb l’avaient laissé penser initialement, mais qu’il s’agissait en fait de terres complètement distinctes et inconnues jusqu’alors des Afro-Eurasiens. Appelé communément le Nouveau Monde, ce deuxième énorme continent finit par s’appeler « America » probablement en référence au féminin du prénom en latin de Vespucci.]

50 [Pape Alexandre VI, né Roderic Llançol i de Borja (né le 1er janvier 1431 à Xàtiva en Espagne ; mort le 18 août 1503 à Rome), chef de l’Eglise Catholique du 11 août 1492 jusqu’à sa mort ; l’un des Papes de la Renaissance les plus controversés, son surnom italianisé de Borgia devint synonyme de libertinage et de népotisme, caractéristiques qui symbolisèrent sa papauté.]

51 [Saint Ignace de Loyola (né c. 27 octobre 1491 à Loyola ; mort le 31 juillet 1556 à Rome), chevalier espagnol issu d’une noble famille Basque, ermite, prêtre à partir de 1537 et théologien, il fonda la Société de Jésus (les Jésuites), et le 19 avril 1541 en devint le premier Supérieur General. Il émergea comme chef religieux pendant la Contre-Réforme ; sa dévotion à l’Eglise Catholique fut caractérisée par une obéissance absolue au Pape.]

52 [Saint François Xavier (né le 7 avril 1506 à Xavier en Espagne ; mort le 3 décembre 1552 dans l’Île de Sao Joao, aujourd’hui en Chine), né d’une famille riche du nord de l’Espagne, il abandonna sa fortune après avoir rencontré Saint Ignace de Loyola (voir note 51 ci-dessus) ; il fut ordonné en 1537. Saint François travailla dans de nombreuses missions étrangères en Afrique et en Inde. Il fonda la première mission chrétienne au Japon et il mourut lors de son voyage en route pour la Chine. On lui attribue d’avoir baptisé plus de 30 000 personnes et il est le saint patron de toutes les missions catholiques.]

53 [Mathieu ou Matteo Ricci (né le 6 octobre 1552 à Macerata dans les États Pontificaux ; mort le 11 mai 1610 à Beijing dans l’Empire Ming), prêtre Jésuite italien et l’un des fondateurs de la mission des Jésuites en Chine telle qu’elle exista aux dix-septième et dix-huitième siècles.]

54 [L’Empereur Wanli, Zhu Yijun (né le 4 septembre 1563 ; mort le 18 août 1620 à Beijing) fut le treizième empereur de la Dynastie Ming en Chine ; son règne de quarante-huit ans (1572 à 1620) fut le plus long de la dynastie Ming et vit le déclin constant de la dynastie.]

55 Il [Mathieu Ricci] lui [Empereur Wanli] fit plusieurs présents qu’il regarda avec une grande curiosité, notamment une horloge et une montre à sonnerie, deux objets encore nouveaux à la Chine dans ce temps-là. [M. de St.-Agy].

56 [Khangxi ou Kang-si (né le 4 mai 1654 à Beijing ; mort le 20 décembre 1722 à Beijing), quatrième empereur de la dynastie Qing, le premier à naître sur le sol chinois au sud du Col de Beijing et le second empereur Qing à régner sur la Chine, de 1661 à 1722.]

57 [Cochenille ; voir Leçon 4, note 63 ci-dessus.]

58 [Le Duc d’Albe, nommé Fernando Alvarez de Toledo y Pimentel, connu également sous le nom de Ferdinandus Toletanus Dux Albanus (né le 29 octobre 1507 à Piedrahita en Espagne ; mort le 11 décembre 1582 à Lisbonne), noble, soldat et diplomate espagnol, troisième Duc d’Albe de Tormes dont la vie fut marquée par une longue série de succès militaires qui contribuèrent à l’apogée de l’Espagne au seizième siècle.]

59 [Philippe II, voir Leçon 2, note 1.]

60 [Guillaume Ier, Prince d’Orange, connu également sous le nom de Guillaume le Taciturne (né le 24 avril 1533 à Dillenburg dans l’Empire Saint Romain, aujourd’hui l’Allemagne ; mort le 10 juillet 1584 à Delft), chef principal de la révolte hollandaise contre l’Espagne qui déclencha la Guerre de Huit Ans et se conclut avec l’indépendance officielle des Provinces Unies en 1648.]

61 D’autres historiens disent trois semaines. L’armée était commandée, comme on sait, par ce violent duc D’Albe, dont Mr. Cuvier a parlé il n’y a qu’un instant [M. de St.-Agy].

62 [La Deuxième Maison de Bragance, dite Sérénissime Maison de Bragance, était une Maison noble royale et impériale d’origine portugaise, branche de la Maison d’Aviz, la faisant donc Maison descendante de la Maison de Bourgogne Portugaise. Les Bragance furent d’abord de puissants ducs de la noblesse portugaise avant de régner comme monarques sur le Portugal et les Algarves de 1640 à 1910, et comme monarques du Brésil de 1815 à 1889.]

63 [Jacob le Maire (né c. 1585 à Anvers ou Amsterdam ; mort le 22 décembre 1616 en mer), marin hollandais qui fit la circumnavigation de la Terre en 1615 et 1616 ; le détroit entre la Terre de Feu et l’Île des États fut nommée le Détroit de Le Maire en son honneur, bien qu’avec quelque controverse.]

64 [Sir Francis Drake, vice-amiral (né c. 1540 à Tavistock, Devon, Angleterre ; mort le 27 janvier 1596 à Portobello, Colon, Panama), capitaine maritime anglais, corsaire, navigateur, marchand d’esclaves et politicien de l’époque Élisabéthaine. Drake entrepris la deuxième circumnavigation de la Terre de 1577 à 1580. Élizabeth Ier d’Angleterre (voir Leçon 3, note 104) fit Drake chevalier en 1581. Il fut deuxième en commande de la flotte anglaise contre l’Armada espagnole en 1588. Il mourut de dysenterie après avoir attaqué sans succès San Juan, Porto Rico. Ses exploits sont légendaires, les anglais le considérant un héros, les espagnols, un pirate.]

65 [Nouvelle Albion, connue également sous le nom de Nova Albion, désigne toute l’étendue de l’Amérique du Nord au nord de la Nouvelle Espagne, « de la mer à la mer », revendiquée par Sir Francis Drake (voir note 64 ci-dessus) au nom de l’Angleterre en 1579 ; l’étendue de la Nouvelle Albion et l’endroit où Drake débarqua ont longtemps été débattu par les historiens, mais la plupart pensent qu’il débarqua quelque part sur la côte du nord de la Californie.]

66 [Sir Walter] Raleigh [(né c. 1554 à Hayes Barton, Devonshire, Angleterre ; mort le 29 octobre 1618 à Londres), aristocrate, écrivain, poète, soldat, courtisan, espion et explorateur anglais, connu également pour avoir rendu le tabac populaire en Angleterre] Ralegh était un superbe homme de guerre ; il avait près de six pieds. Il vint en France comme simple volontaire, avec son parent Henri Champernon, qui était envoyé par Élisabeth [voir Leçon 3, note 104] pour secourir les protestants persécutés. Échappé à l’horrible massacre de la Saint-Barthélemy [massacre suivi d’une vague de violence des Catholiques dirigés contre les Huguenots (protestants calvinistes français) pendant les guerres françaises de religion qui eurent lieu en 1572], il se trouvait encore en France après la mort de Charles IX [voir note 80 ci-dessous]. Il y recueillit des renseignements qui lui furent d’une grande utilité auprès de sa souveraine.
Une aventure frivole augmenta beaucoup la faveur dont il commençait à jouir auprès d’Élisabeth. Dans une de ses promenades, cette reine si coquette fut tout à coup arrêtée par un peu de boue qui était sur son passage. Elle hésitait, et semblait vouloir détourner sa marche, lorsque Ralegh se dépouilla subitement du riche manteau pluché dont il était revêtu, et l’étendit aux pieds de sa souveraine. Surprise, mais charmée de cette galanterie, elle franchit aussitôt sur ce moelleux tapis le sol fangeux qui avait arrêté ses pas.
On attribue l’introduction du tabac en Angleterre aux expéditions de Ralegh, et surtout à l’usage fréquent qu’il en faisait. On rapporte, à ce sujet, qu’il dit à un de ses domestiques, à son service depuis quelques jours seulement, de lui aller chercher de la bière. Tandis que celui-ci était sorti pour exécuter cet ordre, Ralegh alluma une pipe et se mit à fumer. Lorsque le domestique fut de retour, il aperçut avec un étonnement mêlé de frayeur qu’une fumée épaisse sortait de la bouche de son maître. Il crut que le feu avait pris à son corps, et pour l’éteindre il n’imagina rien de mieux que de lui jeter au visage la bière qu’il apportait. [M. de St.-Agy].

67 [Jacques Ier, voir Leçon 4, note 73.]

68 L’opinion de M. [Baron Charles Athanase] Walckenaer [fonctionnaire et scientifique français ; né en 1771 à Paris ; mort en 1852 à Paris] diffère un peu de celle de M. Cuvier. Selon celui-là, le pays découvert par Ralegh était nommé par les indigènes Wingandacoa, et le roi qu’ils avaient alors portait le nom de Wingina. Élisabeth, à laquelle son amiral fit hommage de la relation qui lui avait été adressée par ses deux capitaines, nomma alors elle-même cette contrée Virginie [M. de St.-Agy].

69 Quelques historiens rapportent qu’une conformation vicieuse lui faisait du célibat une loi impérieuse qu’elle n’eût pu violer sans perdre la vie. L’ordre qu’elle donna, et qui fut strictement exécuté, que son corps ne fût pas ouvert, ni même examiné, après sa mort, porterait à adopter cette opinion. C’était, du reste, la femme la plus coquette, la plus infatuée de sa personne qu’on ait jamais vue. Elle défendit, par un édit exprès, qu’on gravât son portrait, jusqu’à ce qu’un peintre habile en eût fait un dont elle fût parfaitement satisfaite, et qui pût servir de modèle à tous les autres, « Ne voulant pas, disait-elle, que, par des copies infidèles, je puisse être représentée avec des imperfections dont, par la grâce de Dieu, je suis exempte. » [M. de St.-Agy].

70 [Gonzalo Fernandez de Oviedo y Valdes (né en août 1479 à Madrid ; mort en 1557 à Valladolid), historien et écrivain espagnol ; il est mieux connu sous le nom d’Oviedo bien que son nom de famille soit Fernandez. Il participa à la colonisation espagnole des Caraïbes et écrivit une longue chronique sur cet événement qui est l’une des rares sources primaires sur ce sujet. Pendant trois siècles, seule une infime partie de cet ouvrage fut publié mais cette version abrégée fut largement lue au seizième siècle dans ses éditions espagnole, anglaise, et française.]

71 [Le Roi Ferdinand II d’Aragon (né le 10 mars 1452 à Sos del Rey Católico ; mort le 23 janvier 1516 à Madrigaleja en Extrémadure, Espagne) et la Reine Isabelle I de Castille (née le 22 avril 1451 à Madrigal de las Altas Torres, Espagne ; morte le 26 novembre 1504 à Medina del Campo, Espagne), les Rois Catholiques, l’un des couples royaux les plus connus de l’histoire, connu pour avoir financé les conquistadors dans le but d’étendre leur empire d’outremer et pour avoir uni des royaumes séparés en ce qui devint plus tard l’Espagne moderne.]

72 Cette cause n’est pas en effet bien curieuse à connaître ; c’était l’affection connue maintenant en médecine sous le nom de syphilis [M. de St.-Agy].

73 [Cuvier indique l’année 1525 mais l’ouvrage d’Oviedo Sumario de la Natural Historia de las Indias fut publié en 1526 à Tolède par Ramon Petras ; la version complète de son œuvre La historia general y natural de las Indias Occidentales, islas y tierra-firme del mar oceano fut publié à Séville en 1535.]

74 [Guatacum officinale, connu sous le nom de Gaïac, ainsi que sous le nom de Bois de Vie (Lignum-vitae), est une espèce d’arbres de la famille des Zygophyllaceae, natifs des Caraïbes et de la côte nord de l’Amérique du Sud, utilisés dans le traitement de plusieurs maladies contagieuses.]

75 [Nous n’avons pu identifier le Marquis de Trujillo ni cette édition de 1783 de La historia general y natural de las Indias Occidentales.]

76 [José de Acosta (né en septembre/octobre 1540 à Medina del Campo en Espagne ; mort le 15 février 1600), missionnaire Jésuite espagnol et naturaliste en Amérique Latine, auteur de Historia natural y moral de las Indias, Séville : Juan de Leon, 1590 ; cet ouvrage décrit les coutumes et l’histoire des Incas et des Aztèques, et fournit des informations concernant les vents et marées, lacs, rivières, plantes, animaux et ressources minérales du Nouveau Monde.]

77 [Ordre des Mendiants, un mouvement dans l’histoire de l’Église qui eut lieu principalement au treizième siècle en Europe Occidentale. Les ordres des Mendiants chrétiens étaient des ordres religieux qui ne vivaient que de la charité ; en principe ils ne possédaient aucune propriété, ni individuelle, ni collective, pensant qu’ainsi ils reproduisaient le mode de vie de Jésus, occupant tout leur temps et leur énergie à leur travail religieux.]

78 [Francisco Hernandez de Tolède (né en 1514 à La Puebla de Montalbán, Tolède ; mort le 28 janvier 1587 à Madrid), naturaliste et médecin à la cour du Roi d’Espagne. Hernandez fut parmi les premiers médecins de la Renaissance espagnole à pratiquer la médecine selon les principes établis par Hippocrate, Galien et Avicenne (voir Tome 1, Leçons 5, 16 et 21). En 1570, il fut ordonné d’embarquer pour la première mission scientifique au Nouveau Monde, pour étudier les plantes médicinales de la région. Accompagné par son fils Jean, il voyagea pendant sept ans au Mexique, collectant et organisant les plantes et les animaux, interrogeant les indigènes avec l’aide de traducteurs, et conduisant des études médicales.]

79 [Philippe II, voir Leçon 2, note 1.]

80 [Cuvier fait apparemment erreur ici ; au lieu de Charles IV, il voulait certainement dire Philippe II ; voir Leçon 2, note 1.]

81 [Nardo, ou Leonardo Antonio Recchi (né en 1540 ; mort en 1595), médecin archiâtre de Naples.]

82 [Federico Angelo Cesi (né le 26 février 1585 à Rome ; mort le 1er août 1630 à Acquasparta), scientifique et naturaliste italien, fondateur de l’Académie des Lynx (voir Leçon 4, note 61 ci-dessus), et auteur de Theatrum totius naturae, un « théâtre universel de la nature » qu’il commença vers 1615 et ne termina jamais ; son projet était de créer une encyclopédie complète sur l’histoire naturelle. À la mort de son père en 1630, il devint Lord d’Acquasparta.]

83 [Cuvier donne la date de 1551, mais la date réelle de la publication est 1651.]

84 [Publié à l’origine sous le titre de Rerum medicarum Novae Hispaniae thesaurus, seu, Plantarum animalium mineralium Mexicanorum historia, certaines copies de réimpression parurent sous le titre de Nova plantarum, animalium et mineralium mexicanorum historia a Francisco Hernandez medico in indiis praestantissimo primum compilata, dein a Nardo Antonio Reccho in volumen digesta. Il fut édité par Nardo Antonio Recchi, et annoté par Johann Terretius, Johann Faber, Fabius Columna et Federico Cesi ; Rome : Vitale Mascardi pour Biagio Deversini & Zenobio Masotti, 1651, 950 + 90 p. ; l’histoire naturelle du Mexique la plus ancienne, cet ouvrage est le premier à donner le récit de la première expédition scientifique au Nouveau Monde.]

85 [Recchi, voir notes 81 et 84 ci-dessus.]

86 [Johann Terrentius, également appelé Johann Schreck, Terrentius Constantiensis, Deng Yuhan Hanpo, et Deng Zhen Lohan (né en 1576 à Bingen, Baden-Württemberg ou Constance ; mort le 11 mai 1630 à Beijing), Jésuite allemand, missionnaire en Chine, esprit universel et médecin estimé, affilié à l’Académie des Lynx (voir Leçon 4, note 61 ci-dessus).]

87 [Johannes, Jean, ou Giovanni Faber (né en 1574 à Bamberg ; mort en 1629) médecin du pape, botaniste et collectionneur d’art allemand ; né à Bamberg en Bavière, il vécut à Rome à partir de 1598. Il était curateur du jardin botanique du Vatican, membre et secrétaire de l’Académie des Lynx (voir Leçon 4, note 61 ci-dessus) ; on lui attribue l’invention du mot « microscope » qu’il tira des mots grecs micron, qui signifie « petit » et skopein qui signifie « regarder » ; le mot était supposé avoir la même signification que le mot télescope.]

88 [Pape Urbain VIII, de son nom Maffeo Barberini (baptisé le 5 avril 1568 à Florence ; mort le 29 juillet 1644 à Rome), chef de l’Église Catholique du 6 août 1623 jusqu’à sa mort. Il fut le dernier pape à étendre les territoires pontificaux par la force des armes ; il fut également un grand protecteur des arts et réformateur des missions de l’Église ; cependant, l’endettement massif qu’il fit subir à la papauté affaiblit terriblement ses successeurs, lesquels furent incapables de maintenir l’influence politique et militaire de la papauté. Il fut également impliqué dans la fameuse controverse concernant Galilée et sa théorie sur l’héliocentrisme.]

89 [Fabius Columna, voir Leçon 4, notes 41 et 44.]

90 [Père Grégoire de Bolivar (fl. premier tiers du dix-septième siècle), missionnaire Franciscain espagnol dont le récit sur les animaux du Mexique parut dans Nova plantarum animalium et mineralium mexicanorum historia (voir note 84 ci-dessus) ; malheureusement, après son arrivée à Rome en 1625, il détruisit ses notes, cartes et dessins de plantes et animaux par peur des attaques de la Sacrée Congrégation (Sacra Congregatio de Propaganda Fide), le département de l’administration pontificale fondée au début du dix-septième siècle, chargée de promouvoir le Catholicisme et de réglementer les affaires ecclésiastiques dans les pays non-catholiques.]

91 [Historia animalium et mineralium Nouae Hispaniae liber unicus, paginé séparément de 1 à 90 suit le texte principal de Rerum medicarum Novae Hispaniae thesaurus, seu, Plantarum animalium mineralium Mexicanorum historia (voir note 84 ci-dessus).]

92 [Cuvier date à nouveau cette publication à 1551 mais la date réelle est en fait 1651 (voir notes 83 et 84 ci-dessus).]

Table des illustrations

Légende Ô caput elleboro dignumLe monde dans une tête de fou. Mappemonde attribuée à Oronce Fine (c. 1580-1590). Bibliothèque nationale de France
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2830/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

© Publications scientifiques du Muséum, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540