Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cuvier’s History of the Natural Sciences

 | 
Georges Cuvier

1. Early Sixteenth-century Anatomists and Zoologists

4. Les travaux de Conrad Gessner et d’Ulisse Aldrovandi

Texte intégral

Homme à tête de chien Planche extraite de Monstrorum historia d’Ulisse Androvandi (1642) Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.

1Messieurs,

2Dans la séance dernière, nous avons raconté l’histoire des premiers zoologistes du seizième siècle, Belon, Salviani et Rondelet ; nous avons vu qu’ils s’étaient appliqués plus rigoureusement encore que les anatomistes à la critique des ouvrages des anciens, à en recueillir les passages qui se rattachaient à leur sujet, et à composer ainsi leurs propres ouvrages d’une sorte de centon tiré des écrits de l’antiquité. Nous avons reconnu aussi que sur quelques points ils avaient fait des observations par eux-mêmes, qu’ils avaient surtout donné des figures qui n’existaient pas dans les anciens, mais qu’ils avaient rapporté arbitrairement les noms de ceux-ci aux différentes espèces.

  • 1 [La Bataille de Zoug, appelée également Deuxième Guerre de Kappel (Zeiter Kappelerkrieg) est une ba (...)
  • 2 [Johannes Frick (fl. 1520,) l’oncle maternel de Gessner et pasteur qui, percevant le génie de son n (...)
  • 3 [Jean ou Johannes Steiger (né en 1518, mort en 1581) de Berne.]
  • 4 [Rondelet, voir Leçon 3 ci-dessus.]
  • 5 [La Ligue Hanséatique était l’association commerciale et défensive des guildes marchandes et de leu (...)

3Nous allons maintenant examiner les écrits qui sont venus postérieurement. Le principal est l’Histoire des animaux, de Conrad Gessner. Gessner a été un de ces hommes extraordinaires qui réunissent, à une grande force de tête, une mémoire prodigieuse et une érudition immense ; il a écrit sur presque toutes les parties des connaissances humaines, et s’est montré dans tous ses ouvrages à la fois extrêmement savant, et assez original, au moins dans la disposition de ses matières. C’est à Zurich, où il est né le 26 mars 1516, qu’il a fait ses écrits. Son père était fourreur. Cette circonstance n’a peut-être pas été étrangère à son goût pour l’histoire naturelle, et aux connaissances plus étendues qu’il acquit sur les animaux du nord. Son père fut tué à la bataille de Zug, qui eut lieu entre les catholiques et les protestants au commencement de la réformation en Suisse1. Privé aussi d’un de ses oncles qui le forma dans les lettres2, il alla d’abord à Strasbourg ; ensuite, ayant obtenu quelques secours des chanoines de Zurich, il se rendit à Bourges pour étudier la médecine. À dix-huit ans, il eut occasion de venir à Paris, et s’y livra avec passion à tous les genres d’études. Jean Steiger3, jeune Bernois de famille patricienne, avec lequel il s’était lié d’amitié, secourait alors sa pauvreté. De Paris il fut une seconde fois à Strasbourg, d’où il fut rappelé à Zurich, en 1536, pour y occuper un petit emploi de régent de collège. Il passa ensuite à Montpellier, où il se lia avec le grand naturaliste Rondelet, dont nous avons parlé précédemment4. Enfin, en 1541, il fut reçu docteur à Bâle. Quelques années après, il fit un voyage à Venise et à Augsbourg, deux villes qui étaient alors en correspondance ; car le commerce des Indes n’avait pas encore pris d’une manière aussi complète qu’aujourd’hui la route du cap de Bonne-Espérance. Nous en verrons des traces à Venise, où arrivaient des voyageurs et des savants qui avaient traversé l’Égypte. De Venise ils allaient ensuite par terre en Angleterre, en Suède et dans toutes les contrées du nord. C’est à cette route que la ligue anséatique devait sa prospérité5.

4Quoique peu riche, puisqu’il avait souvent eu besoin des secours d’autrui, Gessner trouva cependant le moyen d’entretenir toute sa vie un dessinateur qui lui fit un grand nombre de bonnes figures. Il forma même un cabinet d’histoire naturelle, le premier peut-être qui ait existé pour la zoologie. Ce cabinet ne renfermait que des pièces desséchées, que les organes qui peuvent facilement être conservés dans cet état ; néanmoins, il en est résulté une grande perfection dans ses traités.

  • 6 .Gessner dédia son Histoire des Poissons à son empereur [Ferdinand Ier (né le 10 mars 1503 à Alcala (...)
  • 7 [Bibliotheca universalis sive catalogus omnium scriptorum locupletissimus in tribus linguis Latina, (...)

5En 1555, il fut nommé professeur d’histoire naturelle à Zurich. L’empereur Ferdinand Ier lui accorda des armoiries et autres signes d’honneur6. Mais une maladie pestilentielle s’étant répandue dans la Suisse, il finit par en être victime, après être parvenu à la traiter chez les autres d’une manière assez satisfaisante. Il mourut en 1565, âgé de quarante-neuf ans. Sa vie a été assez courte ; cependant le nombre de ses ouvrages est véritablement étonnant. Quelques-uns n’appartiennent pas au sujet de nos études, par exemple, sa Bibliothèque universelle, qui parut de 1545 à 1548, in-folio7. Il y donna pour la première fois le titre de tout ce que l’on connaissait d’ouvrages, soit manuscrits, soit imprimés. Depuis plus de cent quatre-vingts ans l’imprimerie était en pleine activité ; un assez grand nombre d’ouvrages étaient déjà répandus : ce fut une chose utile que d’en donner un catalogue complet.

  • 8 [Mithridates, de differentiis linguarum tum ueterum, tum quae hodie apud diuersas nationes in toto (...)
  • 9 [Jean-Christophe Adelung (né le 8 août 1732 à Spantekow, en Pomeranie du Nord ; mort le 10 septembr (...)

6Un autre ouvrage, très remarquable aussi, mais qui n’appartient pas non plus à l’objet de nos études, est son Mithridates, seu de differentiis linguarum8. Cet ouvrage est le premier dans lequel les différentes langues aient été comparées. On trouve, dans la première édition, un tableau qui contient l’oraison dominicale en vingt-deux idiomes : c’était beaucoup pour un premier essai. Vous comprenez qu’il a choisi l’oraison dominicale parce que c’est le morceau qui a été le plus généralement traduit, non seulement dans les langues des nations qui professaient la religion chrétienne, mais aussi dans les langues des pays où l’on voulait faire des conversions. Cet ouvrage de Gessner a servi de modèle à tous ceux qui ont paru depuis ; par exemple, au travail d’Adelung9, publié il y a trente ans, et qui a porté la connaissance comparative des langues à une grande perfection.

  • 10 [Thesaurus Euonymi Philiatri [pseud.] de remediis secretis : liber physicus, medicus, et partim eti (...)
  • 11 [Descriptio montis fracti sive Montis Pilati, ut vulgo nominant, iuxta Lucernam in Helvetia, publié (...)

7Gessner a encore donné un Traité des eaux minérales de Suisse et d’Allemagne10, une Description du mont Pilat11, près de Lucerne, et plusieurs traductions d’auteurs grecs et arabes, sur la botanique et sur la médecine. Mais nous allons passer à ceux de ses ouvrages qui nous intéressent plus spécialement.

  • 12 [De Scorpione, Kurtze Beschreybung dess Scorpions auss dess Weytberumpten Hochgelehrten Herrn D. Co (...)
  • 13 [Concernant l’ouvrage de Gessner sur les insectes, voir notes 70 et 71 ci-dessous.]

8Le premier est son histoire des animaux, en cinq volumes in-folio, que l’on relie ordinairement en trois. Dans le premier, imprimé à Zurich en 1551, il traite des quadrupèdes vivipares ; dans le deuxième, des quadrupèdes ovipares ; il parut en 1554. Dans le troisième, qui fut publié l’année suivante, il parle des oiseaux ; dans le quatrième, imprimé en 1556, il parle des poissons et autres animaux aquatiques. Le cinquième traite des serpents : celui-ci est posthume, et ne fut imprimé que longtemps après sa mort, en 1587. On y a joint un traité du scorpion12, également posthume. L’auteur avait encore préparé un sixième livre sur les insectes ; il n’en est resté que des notes et des figures en bois de quelques papillons inédits13 ; on les conserve dans la bibliothèque publique de Zurich. L’ouvrage de Gessner est fait sur un plan qui embrasse, sous tous les rapports, les différentes espèces dont il parle ; chacune d’elles fait le sujet d’un chapitre, et chaque chapitre est divisé en huit articles. Le premier contient la dénomination de l’animal dans les diverses langues anciennes et modernes. Ici Gessner profite de sa vaste érudition pour y mettre, non seulement les noms grecs, latins, français, allemands, italiens, anglais, mais même les noms des idiomes orientaux, tels que le grec moderne, l’esclavon, l’illyrien, etc. Dans le second article, il décrit l’animal, ses variétés et les pays qu’il habite. Ces descriptions sont tirées, non seulement de ce qu’il a vu lui-même, mais de tous les auteurs anciens et modernes, imprimés ou manuscrits. Il a agi de même pour les articles relatifs à la durée de la vie de l’animal, à son accroissement, à l’époque de sa fécondation et de la naissance de ses petits, au nombre de sa portée, aux maladies auxquelles il est sujet, à ses mœurs, à son instinct, à son utilité, enfin aux images qu’il a procurées à la poésie et à l’éloquence. Ce livre est un véritable magasin d’érudition : il a servi à tous les auteurs postérieurs, et plusieurs même y ont puisé sans s’en vanter. Il serait très facile de montrer que certains modernes, dans des discussions critiques sur les opinions des anciens, ou sur les noms qu’ils ont donnés aux animaux, ou bien encore sur ce qu’ils en ont rapporté, ont employé, non seulement les passages de Gessner, mais aussi ont ignoré précisément tout ce qui lui était resté inconnu. Sans doute, il est très permis de faire des emprunts à ses prédécesseurs, surtout lorsqu’ils ont dit de bonnes choses, mais à la charge toutefois de ne pas se les approprier.

  • 14 [Aristote, voir Tome 1, Leçons 7 et 8.]
  • 15 [Pline l’Ancien, voir Tome 1, Leçons 13.]
  • 16 [Élien de Préneste, voir Tome 1, Leçon 15.]

9Suivant l’usage de son temps, Gessner n’indique pas avec précision les endroits d’où il a tiré ses citations ; il nomme seulement Aristote14, Pline15 ou Élien16. Il en résulte que les vérifications en sont fort longues ; cependant, c’est déjà un grand avantage de savoir quels auteurs il faut lire pour trouver ce que les anciens ont écrit sur un objet déterminé. Gessner d’ailleurs ne s’est pas borné à compiler, il a ajouté à ce qu’il a puisé dans les ouvrages des autres, à la critique presque toujours juste qu’il a faite des opinions différentes rapportées par lui, une infinité d’observations qui lui sont propres ou qui lui ont été communiquées par ses correspondants ; car dans ses voyages il s’était procuré plusieurs amis qui lui faisaient parvenir, par ceux de ses compatriotes que le commerce conduisait dans les différentes parties de l’Europe, des notices et même des figures qu’il faisait graver aussitôt. Ces gravures sont sur bois, comme celles de ce temps-là ; mais elles sont assez bonnes, parce que les dessins qu’il avait reçus étaient eux-mêmes fort exacts. Vous savez qu’au seizième siècle tous les arts, et surtout le dessin, étaient très florissants.

  • 17 [Jean Caius, également épelé Kees, Keys, Kay ou Kaye (né le 6 octobre 1510 à Norwich, Norfolk en An (...)
  • 18 [Edouard VI, voir Leçon 3, note 101.]
  • 19 [Marie Tudor, voir Leçon 3, note 103.]
  • 20 [Elizabeth Ier, voir Leçon 3, note 104.]
  • 21 [De rariorum animalium et stirpium historia liber unus et De canibus britannicis sont en général re (...)

10Parmi les correspondants de Gessner, nous devons surtout citer Jean Caius, Key ou Kaye17, né à Norwich en 1510. Il fut médecin d’Édouard VI18 et des reines Marie19 et Élisabeth20. Cambridge lui doit la fondation d’un collège qui porte son nom. Il a publié un ouvrage intitulé : De rariorum animalium et stirpium historia, liber unus, Londres, 1570 ; et un autre livre ayant pour titre : De canibus britannicis, 1570. Ce dernier ouvrage offre encore de l’intérêt aujourd’hui21.

11Caius est celui qui a le plus envoyé de minéraux à Gessner ; et pour cette branche des sciences naturelles, l’ouvrage de ce dernier est très précieux.

  • 22 [Rondelet, voir Leçon 3 ci-dessus.]
  • 23 [Nomenclator aquatilium animantium, Icones animalium aquatilum in mari et dulcibus aquis degentium, (...)

12Quant aux faits que l’on ne retrouverait pas ailleurs que dans son ouvrage, pour les animaux de la Suisse particulièrement, pour les poissons de la mer Adriatique, ceux de l’intérieur de l’Allemagne et de l’Angleterre, dont plusieurs n’existent ni dans Rondelet22, ni dans les autres ichtyologistes qui l’ont précédé, Gessner a observé par lui-même. Il offre également sur les oiseaux de la Suisse plusieurs faits nouveaux et intéressants. En résumé, son livre porte encore aujourd’hui un caractère d’utilité très remarquable pour un ouvrage aussi ancien. C’est une sorte d’encyclopédie pour tous les zoologistes, car il est impossible de ne pas y recourir pour traiter de l’histoire naturelle et des animaux qui y sont décrits. Les éditions en ont été très nombreuses. Je vous ai donné la date des premières ; mais on l’a réimprimé en Suisse à Bâle, à Francfort et en plusieurs autres villes. Il y en a même une édition en vieux français qui est devenue très rare. On en a fait encore des abrégés intitulés : Icones animalium ; Icones avium ; Nomenclator aquatilium, etc.23

13Comme les planches des figures de Gessner étaient en bois, et parfaitement bien gravées, il a été possible d’en tirer un plus grand nombre d’épreuves que si elles eussent été en cuivre. Aussi tous les abrégés dont nous venons de parler sont-ils accompagnés des mêmes figures qui sont jointes aux éditions complètes, et, sous ce rapport, ils peuvent en tenir lieu ; ce n’est que pour le texte, qu’il est indispensable de recourir au grand ouvrage.

  • 24 [Belon et Rondelet, voir Leçon 3 ci-dessus.]
  • 25 [Salviani, voir Leçon 3 ci-dessus.]

14Le volume consacré aux poissons diffère un peu des autres : au lieu d’y rassembler sous les huit titres que j’ai exprimés précédemment tous les passages des anciens et des modernes, Gessner y a fait usage des articles de ses deux amis et contemporains, Belon et Rondelet24, auxquels il a peu ajouté. Il a même pu profiter d’une partie de l’ouvrage de Salviani25 : mais, chose singulière ! les articles de ces ichtyologistes sont différents ; ils décrivent sous les mêmes noms des espèces qui ne sont pas semblables ; Gessner le remarque, et cependant il les réunit ; seulement il y ajoute ce qu’il appelle un corollaire.

15Du reste, son histoire des poissons est distribuée comme celles des oiseaux et des quadrupèdes ; mais, à mon avis, la méthode de ces deux dernières est la meilleure. Peut-être Gessner l’a-t-il abandonnée pour les poissons, parce qu’il habitait dans l’intérieur des terres, où il avait peu d’occasions d’observer ces animaux, et qu’alors il a cru ne pouvoir rien faire de mieux que de s’en rapporter aux auteurs placés plus favorablement que lui.

16Toutefois, nous le répétons, la grande zoologie de Gessner est l’ouvrage capital en cette science, non seulement pour le seizième siècle, mais même pour les siècles postérieurs. Les intercalations tirées de Rondelet et de Belon ne font qu’ajouter à ce caractère, et rendent Gessner l’auteur primitif pour l’histoire des animaux.

17Ce grand homme n’est pas moins remarquable comme botaniste ; et lorsque nous en serons à l’histoire de la botanique dans le seizième siècle, nous verrons que c’est lui qui a donné les meilleures figures des plantes ; que c’est à lui qu’on doit la véritable méthode d’après laquelle les végétaux sont classés suivant les organes de la fructification, et non d’après leurs autres parties, qui ne sont que secondaires. En un mot, toute la botanique moderne dérive des idées de Gessner, quoique ses ouvrages en ce genre aient été moins considérables que ses ouvrages de zoologie. Mais une singularité remarquable, c’est qu’il se soit très peu occupé de distribution en zoologie : il a pourtant bien indiqué des genres ; il n’a pas laissé de montrer que tel oiseau est voisin de tel autre ; mais il n’a pas indiqué pour cette matière des classifications aussi précises que celles qu’il a tracées pour la botanique.

  • 26 [De rerum fossilium, lapidum et gemmarum maxime, figuris et similitudinibus liber : non solum medic (...)

18Gessner a aussi fait, en 1565, un petit traité sur les figures des fossiles, des pierres et des gemmes26. J’en parlerai lorsque je serai arrivé à la minéralogie.

  • 27 [Élien de Préneste, voir Tome 1, Leçon 15.]
  • 28 [Pierre Gilles ou Gyllius, connu également sous le nom de Pierre Alby ; voir Leçon 3, notes 15 et 2 (...)

19Vous voyez, messieurs, comme je vous l’ai annoncé, que Gessner est également remarquable et original dans les trois branches de l’histoire naturelle. Il l’est encore dans plusieurs de celles de l’érudition ; car il avait donné dans sa jeunesse quelques éditions d’auteurs grecs, et plus tard, en 1556, il rendit un service important à la science en publiant une traduction complète des œuvres d’Élien27. Il n’existait de cet auteur, comme vous savez, que ce que Gyllius en avait donné, en 153528, dans un ordre tout différent de l’original, et de plus entremêlé d’intercalations étrangères.

  • 29 [Salomon Gessner (né le 1er avril 1730 à Zurich ; mort le 2 mars 1788 à Zurich), peintre et poète S (...)
  • 30 [Sur la Bataille de Zoug, ou Seconde Guerre de Kapel, voir note 1 ci-dessus.]

20Les Gessner qui se sont rendus illustres dans le dernier siècle, surtout Salomon Gessner, dont les poèmes et les idylles sont connus dans tous les pays29, descendaient d’un oncle de Conrad, nommé André Gessner. Celui-ci fut célèbre à Zurich, pour avoir reçu trentesix blessures à la bataille de Zug et avoir vécu ensuite précisément autant d’années, pendant lesquelles il parvint aux premières charges de sa ville30.

  • 31 [Ulysse Aldrovandi ou Aldrovandus (né le 11 septembre 1522 à Bologne ; mort le 4 mai 1605 à Bologne (...)
  • 32 [Les manuscrits d’Aldrovandi sont conservés aujourd’hui à la Bibliothèque Universitaire de Bologne, (...)

21À l’auteur des immenses travaux que nous venons d’analyser, succéda un naturaliste dont les ouvrages n’ont pas moins d’étendue, mais où l’on remarque moins de goût et même de science. Cet homme est Aldrovande31, né à Bologne en 1527, par conséquent plus jeune que Gessner de onze années. Il était d’une famille patricienne qui existe encore à Bologne. Cette ville, quoique soumise au pape, conservait alors et a conservé presque jusqu’à nos jours la forme des anciennes républiques d’Italie ; de sorte qu’à vrai dire elle était plutôt sous la protection du chef de l’église qu’elle ne lui était soumise. Les familles patriciennes y exerçaient une grande autorité ; mais Aldrovande ne se livra pas aux charges ni aux fonctions publiques, il s’attacha à l’histoire naturelle. L’ardeur qu’il mit à recueillir des matériaux amena la ruine de sa fortune. Du cabinet qu’il avait formé à l’imitation de Gessner, il ne reste plus que quelques squelettes de mammifères ; mais beaucoup de ses minéraux fossiles sont encore conservés à l’institut de Bologne. Pour le temps, ce cabinet était assez riche. On voit dans la bibliothèque publique de Bologne un nombre immense de manuscrits d’Aldrovande, beaucoup plus considérable que celui qui a été imprimé32. Ce zélé naturaliste était parvenu à former jusqu’à vingt volumes in-folio de figures d’animaux, toutes peintes en couleur par les hommes habiles de ce temps, qui, je le répète, était très fécond en bons artistes. Ces vingt volumes de peintures sont conservés à l’institut de Bologne. Pendant la révolution, ils avaient été transportés à Paris, au Muséum d’histoire naturelle ; ils y ont été repris en 1814. Ce sont les originaux des gravures de son ouvrage ; les planches sont gravées sur bois, plus grossièrement que celles de Gessner, tellement qu’on est obligé de remonter aux figures originales pour savoir ce qu’on y a voulu représenter. Tous ces travaux appauvrirent tellement Aldrovande, qu’on prétend qu’il finit par mourir à l’hôpital de Bologne, âgé de soixante-dix-huit ans et aveugle.

22On a contesté depuis peu cette circonstance de sa vie ; en effet, il n’est guère probable que le sénat de Bologne, à qui il légua son cabinet et ses manuscrits, et qui consacra des sommes considérables pour terminer, après sa mort, la publication de son ouvrage, l’ait laissé de son vivant sans moyens d’existence. Cependant il y a de telles inconséquences dans la conduite des hommes, qu’on n’en voit pas l’impossibilité.

23Aldrovande n’a publié lui-même que quatre volumes. Son plan est tellement vaste, que douze sont consacrés à la zoologie, un aux minéraux et un autre aux arbres ; en sorte que ses œuvres forment quatorze volumes in-folio. Les trois premiers, qui parurent en 1599, 1600 et 1603, traitent de l’ornithologie ; le quatrième, publié en 1602, est relatif aux insectes. Tous les autres ont paru après sa mort ; ainsi sa veuve publia en 1606 le cinquième volume, qui traite des mollusques et autres animaux à sang blanc.

  • 33 [Johannes Cornelius Uterverius (né à Delft de date inconnue ; mort en 1619 à Bologne) ; directeur d (...)
  • 34 [Les solipèdes sont des mammifères ongulés portant un sabot unique à chaque pied ; ils incluent les (...)
  • 35 [Thomas Demster (né le 23 août 1579 à Cliftbog, Aberdeenshire ; mort le 6 septembre 1625 à Bologne) (...)
  • 36 [Quadrupedum omnium bisulcorum historia, Bologne : Sebastianum Bonhommium, 1621 ; les animaux à sab (...)

24Corneille Uterverius33, natif de Delft en Hollande, et successeur d’Aldrovande, rédigea sur ses manuscrits le volume des solipèdes34 et celui des poissons et des cétacés. Ils parurent en 1613 et 1616. Thomas Demster35, gentilhomme écossais, également professeur à Bologne, et bien connu pour avoir composé un grand traité sur l’Étrurie ou ancienne Toscane, fit paraître le volume des animaux à pieds fourchus36.

  • 37 [Bartholomaeus Ambrosinus ou Bartolomeo Ambrosini (né en 1588 à Bologne ; mort en 1657 à Bologne), (...)
  • 38 [Cuvier donne la date de 1657, mais les œuvres d’Aldrovandi qui furent terminées par Bartholomaeus (...)
  • 39 [Ovidius Montalbanus (né en 1601, mort en 1671), docteur en philosophie et en médecine, professeur (...)

25Un autre des successeurs d’Aldrovande, Barthélemi Ambrosinus37, chef du jardin botanique de Bologne, remplit la même tâche pour les volumes des quadrupèdes digités, des serpents, des monstres et des minéraux. Ceux-ci ne parurent qu’en 165738. Enfin le dernier de tous, celui des arbres, fut publié par Montalbanus39, professeur de botanique à Bologne, en 1667 seulement, c’est-à-dire soixante ans après la mort de l’auteur. Il était important de distinguer les volumes posthumes, afin de ne pas confondre le travail d’Aldrovande avec celui de ses éditeurs, qui s’y trouve presque toujours mêlé. Cette immense compilation, recueillie par un seul homme, se compose, comme l’ouvrage de Gessner, qu’Aldrovande connaissait bien, et dont il a même suivi la marche, autant qu’il l’a pu, de passages extraits de tous les écrivains antérieurs. Il y a même beaucoup moins d’observations propres dans Aldrovande que dans l’ouvrage de Gessner.

26Cette prédominance de compilation est surtout sensible dans les volumes qui n’ont pas paru de son vivant, et pour lesquels ses éditeurs n’ont presque employé que les notes qu’il avait laissées. Mais ce qui est souvent précieux, ce sont ses figures ; elles se composent de toutes celles de Gessner, de Rondelet et de Belon, et d’un très grand nombre de dessins nouveaux, tirés des vingt volumes de peinture dont je vous ai parlé. Placé plus favorablement que Rondelet et Gessner pour recevoir les productions du midi de l’Europe, il en recueillit plusieurs qui avaient échappé à ces deux grands naturalistes ; il en reçut aussi des Indes, qu’ils ne connaissaient pas. L’Amérique, d’ailleurs, et l’intérieur de l’Afrique lui fournirent différentes espèces qui n’étaient pas encore arrivées en Europe au commencement du seizième siècle ; car ce ne fut que plus tard que les voyages se multiplièrent vers ces contrées. Mais ces figures mises à part, il faut avouer que l’ouvrage d’Aldrovande ne contient presque rien qui ne soit déjà dans Gessner. Aldrovande ne paraît pas non plus avoir eu le même esprit de critique et la même judiciaire que Gessner ; car il a laissé introduire dans ses notes, ou peut-être ses éditeurs en ont tiré plusieurs choses qui auraient dû être repoussées, ou au moins accompagnées de commentaires. Cet ouvrage a donc besoin d’être lu avec beaucoup de précaution.

  • 40 [Monstrorum historia cum Paralipomenis historiae omnium animalium, Bologne : Nicolai Tebaldini, 164 (...)

27Outre les figures dont j’ai parlé, il en existe de très grossières qui représentent des monstres ; elles sont jointes au volume publié sur ce sujet par Ambrosinus40. Non seulement on a rassemblé dans ce volume des figures de monstres réels, mais on y a inséré aussi des figures imaginaires, ou faites d’après de vieilles descriptions ; car lorsqu’on trouvait dans les anciens des relations de quelques faits extraordinaires d’organisation, on cherchait à en retracer la figure : or, jamais on n’arrive ainsi qu’à des résultats très peu exacts. Les figures tracées sur des monstres véritables ne sont pas elles-mêmes irréprochables ; ces monstres, bien que morts en naissant, y sont représentés comme s’ils fussent parvenus à l’âge adulte. On a encore besoin de beaucoup de précaution pour employer cette partie de l’histoire d’Aldrovande.

28Quant à ce qui concerne les minéraux, nous y reviendrons en traitant de la minéralogie. Je dirai seulement, dès à présent, qu’il y a plusieurs fossiles et plusieurs pétrifications intéressantes, copiées d’après nature, dont j’ai vu des originaux à Bologne.

29Telle est l’idée que nous pouvons prendre de ces énormes quatorze volumes : ils sont composés avec très peu de méthode ; les divisions n’y sont données que d’une manière générale. L’auteur traite d’abord des quadrupèdes vivipares, puis des quadrupèdes ovipares, des serpents, des oiseaux, des poissons, des mollusques, des vers, des insectes ; en un mot, il suit à peu près la division d’Aristote. Ce n’est guère que pour la partie des insectes qu’il a essayé d’une sorte de méthode. Il a fait une espèce de dichotomie ; mais elle est encore un peu empruntée à Aristote. Ainsi, il divise les insectes en terrestres et en aquatiques ; il met à part ceux qui ont des pieds et ceux qui n’en ont pas. Par insectes sans pieds, il entend les vers, les larves. Il fait une nouvelle division de ceux qui ont des pieds, suivant qu’ils ont des ailes, ou qu’ils en sont dépourvus ; il divise encore les premiers d’après le nombre de leurs ailes, d’après celui de leurs épines ou de leurs écailles farineuses. Cette partie est la seule dans laquelle il donne une espèce de conspectus, de synopsis des divisions qu’il établit ; pour le reste, il agit comme ses prédécesseurs. L’ordre des animaux dans chaque classe est entièrement arbitraire, et il est fort difficile de les y trouver. Gessner au moins les avait rangés par ordre alphabétique. Les ouvrages de ces deux hommes ont servi de base aux travaux ultérieurs en histoire naturelle jusque vers la fin du dix-septième siècle ; et, même pour les quadrupèdes, le dix-huitième siècle a été obligé de les adopter presque complètement. Au moyen de Gessner et d’Aldrovande, on avait un corps de doctrine assez riche sur toute l’histoire naturelle des animaux.

30Or, du moment qu’on a, dans une science quelconque, une masse pareille de faits disposés d’une manière assez nette et faciles à étudier, la science se répand promptement ; c’est en effet ce qui arriva. Le goût de la zoologie se propagea, et nous allons voir que, pendant la fin du seizième siècle et le commencement du dix-septième, il y eut un grand nombre d’hommes, les uns qui étudièrent dans leurs villes natales des objets particuliers de zoologie, d’autres qui se rendirent dans des pays éloignés, pour des études analogues. Il en résulta une telle masse d’accessions nouvelles, qu’au bout de cinquante années ces travaux avaient atteint toute la perfection dont ils étaient susceptibles dans la forme qu’on leur avait imposée, et exigèrent qu’on en exécutât de nouveaux sur un plan différent. Nous allons examiner ces derniers ; mais auparavant nous pensons qu’il convient de rappeler les principaux observateurs dont les recherches fournirent des matériaux à ces nouveaux ouvrages. Nous parlerons d’abord de quelques-uns de ceux qui ont pris des sujets d’études rapprochés ; ensuite nous mentionnerons les différents voyageurs qui sont allés explorer la nature dans des pays éloignés.

  • 41 [Fabio Colonna ou Fabius Columna (né en 1567 à Naples ; mort le 25 juillet 1640 à Naples), naturali (...)
  • 42 [Giovanni Pietro Olina (né en 1585, mort en 1645), ornithologue italien, auteur de l’ouvrage intitu (...)
  • 43 [Thomas Moufet, également épelé Mouffet et Moffet (né en 1553 à Londres ; mort le 5 juin 1604 à Wil (...)

31Parmi ceux qui ont traité d’objets spéciaux d’étude, nous distinguerons particulièrement Fabio Colonna, plus généralement connu sous le nom latin Fabius Columna41, Olina42 et Moufet43.

  • 44 [La devise de Columna en latin : His destituta fortiori, qui veut dire (la colonne est) « plus fort (...)
  • 45 [Phu, phukus, phykos, ou fucus, mot grec désignant les algues ; concernant Dioscorides, voir Tome 1 (...)
  • 46 [Valériane, nom commun donné aux deux cents espèces de plantes herbacées de la famille des Valerian (...)

32Fabius Columna surtout est un de ceux qui méritent le plus l’estime des naturalistes comme observateur ; il était d’une famille illustre de Naples, mais d’une branche bâtarde. Il avait pris pour devise une colonne sans chapiteau et sans base, qui portait ces mots : His destituta fortior44. Médecin à Naples, où il était né en 1567, il mourut vers 1650. L’étude qu’il fit de la médecine et de l’histoire naturelle fut déterminée par l’épilepsie dont il eut des attaques dès sa jeunesse. Il s’imagina qu’en découvrant la plante vantée contre cette maladie par les anciens, il pourrait arriver à une guérison complète. Dans cette idée, il fit beaucoup d’études critiques pour déterminer les espèces dont les anciens ont parlé ; car c’est un de leurs défauts de n’avoir pas décrit les caractères des plantes qui pouvaient les faire reconnaître. Fabius Columna dirigea surtout ses recherches sur la plante nommée phu, citée par Dioscoride45 ; il crut la retrouver dans la valériane46, et en fit usage. Sa maladie eut d’assez longues intermittences, et ce ne fut guère que dans sa vieillesse qu’elle reprit une intensité à laquelle il succomba ; mais on doit observer qu’alors aussi il était dans un âge où il devait naturellement mourir.

  • 47 [Phytobasanos sive plantarus aliquot historia : in qva describvntvr diversi generis plantæ veriores (...)
  • 48 [Ecphrasis ou Ekphrasis : Fabii Columnae Lyncei minus cognitarum rariorumque nostro cœlo orientium (...)

33Il forma de toutes ses recherches un ouvrage qui a pour titre : Futozasanoς47. Il publia aussi un autre livre, sous le titre d’Ecphrasis48. Nous parlerons de ces ouvrages lorsque nous serons arrivés à la botanique ; ici, nous ne traiterons que de ses travaux de zoologie, qui sont très intéressants.

  • 49 [De aquatilibus conchis, aliisque animalibus paucis libellus cum figuris, Rome : Jacobum Mascardum, (...)
  • 50 [La Janthine, ou Janthina janthina, est une espèce d’escargot de mer flottant de couleur violette, (...)
  • 51 [Sécrétion de couleur violette foncée produite par les membres du genre Purpura, mollusques gastéro (...)
  • 52 [Hoc est de Purpurea ab animali testaceo fusa, de hoc ipso animali aliisque rarioribus testaceis qu (...)
  • 53 Federico Zerenghi (fl. première décennie du dix-septième siècle), médecin-chirurgien et voyageur it (...)
  • 54 [L’hippopotame est maintenant confiné à l’Afrique Centrale et l’Afrique du Sud, mais dans les temps (...)
  • 55 [Prosper Alpin ou Prosper Alpini (né le 23 novembre 1553 à Marostica dans la République de Venise ; (...)
  • 56 [Colonel Gordon fait référence à Charles Georges Gordon (né le 28 janvier 1833 à Woolwich ; mort le (...)
  • 57 [Georges-Louis Leclerc, Comte de Buffon (né le 7 septembre 1707 à Montbard en France ; mort le 16 a (...)
  • 58 [La vélelle est un genre de cnidaire hydrozoaire flottant à la surface des océans ; ce genre ne con (...)
  • 59 [Thetis, genre de mollusque bivalve considéré de nos jours comme l’équivalent du Gouldia appartenan (...)
  • 60 [Nous n’avons pu identifier cette « limace de mer ».]
  • 61 [L’Académie des Lynx ou Accademia dei Lincei est une académie des sciences italienne située dans le (...)

34Son premier ouvrage est intitulé : De aquatilibus conchis, aliisque animalibus libellus ; il fut imprimé en 161649, avec des figures qu’il avait lui-même dessinées et gravées à l’eau-forte. Ces figures, très fines, très délicates, représentent des objets qui n’avaient pas encore paru dans les ichtyologistes et naturalistes précédents. Plusieurs même sont fort curieux ; par exemple, l’espèce de coquillage qui répand une liqueur d’un violet foncé, et qu’on appelle maintenant la Janthine50. Cet animal a été très bien étudié par Fabius Columna, dans un ouvrage qu’il a publié sur la pourpre en 161651, et dont le titre est : De purpurea, ab animali testaceo fusa, de hoc ipso animali aliisque varioribus testaceis quibusdam tractatus52. La première figure d’hippopotame, faite d’après nature, est aussi de Columna. Un chirurgien de Bologne, nommé Zerenghi53, à son retour d’Égypte, avait apporté une peau d’hippopotame salée54 ; ce fut cette peau qui servit à faire les figures de Fabius Columna et de Prosper Alpin55, les seules bonnes qu’on ait eues jusqu’au moment où le colonel Gordon56 en envoya une qui fut insérée dans le supplément de Buffon57. Outre la janthine, plusieurs autres mollusques, plusieurs autres petits animaux, tels que la velelle58, le thétis59, le doris60, sont aussi déjà très bien représentés par Columna. Il se distingua de tous les auteurs qui l’avaient précédé en abandonnant la compilation et la critique des ouvrages des anciens ; il observa, dessina et grava lui-même. Quoique sans élégance, ses figures ont de la finesse ; aussi appartenait-il à l’académie des lynchées61, ainsi appelée parce qu’elle avait pris pour emblème le lynx, dont la vue, d’après les anciens, était si perçante, qu’il voyait à travers les murailles. La prétention des membres de cette académie n’était pas de voir avec la même puissance ; mais ils avaient celle d’observer avec beaucoup d’exactitude. C’est à eux qu’il faut remonter pour trouver la première académie d’observation qui ait existé ; et quand j’arriverai vers le milieu du dix-septième siècle, où toutes les académies des sciences d’observation furent établies, je rappellerai les premiers essais de celle des lynchées.

  • 62 [Purpura, voir note 51 ci-dessus.]
  • 63 [La cochenille (Dactylopius coccus), est un insecte du sousordre Sternorrhyncha dont est tirée la t (...)

35Columna n’était pas seulement observateur, il était aussi un bon critique, et il possédait les anciens tout aussi exactement que les autres auteurs dont j’ai parlé jusqu’à présent. En général, à cette époque, on n’aurait pas été reçu à écrire, si l’on n’eût inséré dans ses ouvrages un commentaire de ce que les anciens contenaient sur le sujet dont on s’occupait. Ce temps était plutôt celui de l’érudition et de la critique, que l’époque de l’observation. Fabius Columna, qui mourut en 1650, peut être considéré comme un auteur de transition ; il présente à la fois ces deux caractères d’érudition et d’observation. Ils sont surtout remarquables dans son traité de la pourpre62, où il fait la critique de tous les passages des anciens relatifs à ce sujet, et où il cherche, par ses propres observations, à reconnaître quels sont les animaux qui ont pu fournir cette substance. Les anciens ont assez mal décrit l’animal producteur de la pourpre ; il serait difficile de le retrouver avec leurs seules descriptions : mais il est certain maintenant que plusieurs coquillages univalves donnent une liqueur semblable. Fabius Columna en a fait connaître quatre ou cinq ; celui qui la donne le plus abondamment est cette janthine que j’ai déjà nommée ; la pourpre qu’elle produit est d’un violet si foncé, qu’avec ce que peut donner un seul individu on colore fortement plusieurs pintes de liquide. La pluralité d’animaux producteurs de la pourpre nous en explique toutes les variétés chez les anciens ; elle nous fait comprendre aussi comment ils pouvaient satisfaire à l’immense consommation qui s’en faisait alors pour les costumes des magistrats et des princes, et même pour les tentures de spectacle, pour des couvertures et des voiles. Maintenant personne ne songe à teindre en pourpre avec la matière qu’employaient les anciens ; la cochenille63 combinée avec d’autres substances donne toutes les nuances désirables.

  • 64 [Pierre Olina est Giovanni Pietro Olina, voir note 42 ci-dessus.]
  • 65 [Concernant le livre d’Olina sur les oiseaux, voir note 42 ci
  • 66 [Cassiano dal Pozzo (né en 1588 à Turin ; mort le 22 octobre 1657 à Rome), érudit italien et protec (...)
  • 67 [Buffon (Georges-Louis Leclerc de), Histoire naturelle des oiseaux, Paris : Imprimerie Royale, 1770 (...)

36Un autre Italien qui, après Columna, peut être considéré comme un monographe, un observateur particulier, est Pierre Olina64, d’Orta près de Novaro, docteur en droit, établi à Milan. Il a donné en 1622 un ouvrage intitulé : Uccellagione (oisellerie)65, qu’il a composé dans la maison d’Alpozzo66, l’une des plus illustres du Piémont, et où il était reçu familièrement. Il traite dans ce livre de toutes les espèces d’oiseaux, et principalement des oiseaux chanteurs, dont il donne quarante-six figures ; quoique peu nombreuses, elles peuvent être mises, pour l’exécution, à côté et peut-être au-dessus des figures de poissons de Salviani. Elles sont du petit nombre de celles qui furent gravées sur cuivre dans ces temps. Pierre Olina est un auteur capital en ornithologie. Plusieurs des faits qu’il indique sont exacts ; c’était un fort bon observateur, et Buffon y a souvent eu recours pour son histoire des oiseaux67.

  • 68 [Livre d’Aldrovandi sur les insectes : De animalibus insectis libri septem cum singulorum iconibus (...)
  • 69 [Thomas Moufet, voir note 43 ci-dessus.]
  • 70 [Moffet (Thomas) & Wotton (Edward), Insectorum sive minimorum animalium theatrum or insectorum sive (...)
  • 71 [L’ouvrage Insectorum theatrum a une histoire compliquée. Il fut créé d’après une étude inachevée d (...)
  • 72 [Théodore Turquet de Mayerne (né le 28 septembre 1573 à Genève en Suisse ; mort le 22 mars 1654 ou (...)
  • 73 Il [Mayerne ; voir note 72 ci-dessus] avait été auparavant médecin de Jacques Ier [Charles James St (...)
  • 74 [Henri IV, voir Leçon 2, note 57.]

37Les insectes n’avaient encore été l’objet d’aucun ouvrage spécial, car Gessner n’avait pas eu le temps de rédiger ce qu’il avait recueilli sur ce sujet, et le traité d’Aldrovande, publié en 160268, était fort imparfait. Thomas Moufet69, médecin anglais, composa sur cette branche de la zoologie un ouvrage intitulé : Insectorum theatrum70 ; et il ajouta à ce titre que l’ouvrage avait été commencé par Wotton et plusieurs autres naturalistes71. Mais Thomas Moufet ne parvint pas à le publier ; il mourut avant son exécution. Ce ne fut qu’après sa mort, qui eut lieu à Chelsea en 1655, vers la fin de la période que nous parcourons, que cet ouvrage fut publié par les soins de Théodore Mayerne72, médecin français au service de Charles Ier73, roi d’Angleterre. Ce Mayerne avait aussi été médecin d’Henri IV, et avait quitté la France après son assassinat74.

  • 75 [Les forficules sont des perce-oreilles, insectes de la famille des Forficulidae.]
  • 76 [Les siponcles (sipuncula) connus sous le nom vernaculaire de bibi ou tite, regroupent plusieurs ce (...)
  • 77 [Les pneumoras sont des sauterelles ; insectes de la famille des Pneumoridae de l’ordre des Orthopt (...)
  • 78 [Hydrophilus, genre de punaise d’eau appartenant à la famille des Hydrophilidae.]
  • 79 Les phryganes sont des genres de de la famille des Phryganei

38Moufet est pour les insectes ce que Gessner est pour les quadrupèdes et Rondelet pour les poissons. Son livre est le premier traité un peu complet, fait ex professo, qui ait été publié sur cette branche de la zoologie. La division des insectes y est, à la vérité, encore assez imparfaite ; néanmoins ils sont déjà rapprochés par genres, par familles, à peu près au même degré que Rondelet avait rapproché les poissons. Ainsi, dans son premier livre, il traite des abeilles, des guêpes et de tout ce qui s’en rapproche ; il y joint pourtant plusieurs espèces qui ne sont pas de la même famille, comme des cigales, des scarabées, des forficules75, des papillons ; mais il paraît que son dessein a été de rassembler, dans ce premier livre, tous les petits animaux ailés. Dans le deuxième livre il a réuni tous ceux qui n’ont pas d’ailes. On était assez peu instruit alors de la métamorphose des insectes ; on savait seulement que les chenilles se changent en chrysalides et celles-ci en papillons ; mais cette doctrine n’était pas encore étendue à toutes les classes et à tous les genres, de sorte que Moufet donne beaucoup de larves, d’insectes imparfaits, sans savoir quelle est la forme qu’ils obtiendront définitivement. Sous ce rapport, son ouvrage n’est donc encore qu’un travail assez incomplet, mais il est remarquable par le nombre des espèces qui y sont représentées. On y compte cinq cents figures en bois, toutes dessinées d’après nature, et la plupart assez exactes. À la vérité, il donne pour insectes beaucoup d’animaux qui aujourd’hui ne sont plus considérés comme tels, et qui alors étaient rangés dans cette classe, parce qu’ils ont quelque apparence d’articulations. Il a même mis avec les insectes des vers qui n’ont pas d’articulation. Malgré cette imperfection de distribution, l’ouvrage de Moufet est précieux pour des renseignements exacts et des formes bien rendues sur beaucoup d’insectes dont l’observation n’est pas très commune. Ainsi il représente d’une manière satisfaisante les abeilles, les guêpes, les bourdons, les siponcles76, les éphémères, les demoiselles, les pneumores77, les polypes. Il donne de bonnes figures de papillons, soit de nuit, soit de jour. Il a aussi très bien rendu, pour des figures de bois, les insectes aquatiques, comme les hydrophiles78, les friganes79 ; en un mot, cet ouvrage est encore une base excellente pour une partie de l’histoire naturelle qui aujourd’hui l’emporte infiniment sur toutes les autres par le nombre des espèces. Elles n’étaient pas alors prises en autant de considération, parce qu’on s’attachait naturellement davantage aux objets qui avaient le plus de grandeur.

39Tels sont, messieurs, les principaux auteurs qui ont traité des branches spéciales de zoologie sous l’influence des deux grands ouvrages de Gessner et d’Aldrovande. Mais, sous cette même influence, d’autres hommes zélés pour les sciences se sont répandus dans divers pays de l’Europe, ou dans les contrées récemment découvertes par les navigateurs, pour y découvrir de nouvelles productions. Je ne dois parler ici que de ceux qui se sont attachés à la zoologie ; je vais les suivre dans les différentes contrées qu’ils ont parcourues. Je prendrai d’abord, comme je l’ai dit, les voyageurs qui se sont rendus dans les pays du nord ; ensuite nous verrons ceux qui ont été dans le Levant, dans l’Égypte, dans l’Asie-Mineure et la Syrie ; puis nous nous occuperons de ceux qui voyagèrent en Afrique ; après eux nous passerons aux voyageurs qui sont allés aux Indes orientales et à la Chine ; enfin, nous terminerons par les auteurs qui ont décrit les productions de l’Amérique.

  • 80 [Rurik ou Riurik (né c. 830 ; mort c. 879,) chef qui pris le pouvoir de Ladoga en 862, construisit (...)
  • 81 [Vladimir Sviatoslavich le Grand (né c. 958 ; mort le 15 juillet 1015), Prince de Novgorod, Grand P (...)
  • 82 [Schisme de Photius, un schisme de quatre ans (863 à 867) entre les églises de Rome et de Constanti (...)
  • 83 [Henri Ier (né le 4 mai 1008 à Reims ; mort le 4 août 1060 à Vitry-aux-Loges), Roi des Francs de 10 (...)
  • 84 [Hughes Capet (né c. 941 à Paris ; mort le 24 octobre 996 à Paris), Hughes le Grand, premier Roi de (...)
  • 85 [Ivan III Vassiliévitch (né le 22 janvier 1440 à Moscou ; mort le 27 octobre 1505 à Moscou) connu é (...)
  • 86 [Ivan IV Vassiliévitch (né le 25 août 1530 ; mort le 28 mars 1584) connu comme Ivan le Terrible, Gr (...)

40Dans le nord, nous nous occuperons particulièrement de la Russie. Pendant le seizième siècle et la première moitié du dix-septième, ce pays était considéré, pour ainsi dire, comme un pays sauvage ; non pas que ses habitants n’appartinssent à la même famille d’hommes que ceux des autres pays de l’Europe, c’est-à-dire à la race caucasique, et qu’ils n’eussent été aussi chrétiens de très bonne heure, mais parce qu’ils avaient été fort longtemps esclaves des Tartares. L’empire russe ne fut fondé qu’à la fin du dixième siècle, par Rurik80, et dès le commencement du onzième siècle, il était déjà considérable ; il s’étendait depuis la mer Baltique jusqu’à la mer Noire, et possédait presque tous les pays qui le composent aujourd’hui en Europe, excepté ceux qui étaient sous la puissance de Vladimir81. Celui-ci avait été converti par les chrétiens grecs de Constantinople, et s’était fait baptiser en 988. Depuis lors, ce pays est resté atttaché à l’église grecque : déjà auparavant ses relations avec l’église latine avaient diminué, surtout après le schisme de Photius82. Mais ces faits ne rendent pas compte de la cessation de ses rapports avec l’Europe ; car ce fut une princesse russe qui devint la femme de Henri Ier83, petit-fils de Hugues-Capet84. Cette explication est donnée par la guerre civile qui éclata en Russie à la suite du partage que la femme de Henri Ier fit de son royaume entre ses enfants. Cette guerre finit dans le treizième siècle, par la soumission de la Russie et de toutes ses provinces au vasselage des Tartares. Vladimir fut pris et tué dans une bataille qui eut lieu en 1224. Pendant les treizième, quatorzième et quinzième siècles, les Tartares furent ainsi les seigneurs suzerains des différentes provinces de la Russie ; ce furent les khans des Tartares qui choisirent, parmi les différens princes, celui qui était placé au-dessus des autres et portait le titre de grand-duc de Russie. Cette puissance, obligée de faire une cour basse et vile à ce peuple sauvage, pour obtenir sa protection, tomba dans la barbarie. Mais des divisions s’élevèrent parmi les Tartares, et les princes russes en prirent occasion de secouer le joug. Ces évènements ne s’accomplirent que dans le seizième siècle. Jean III fut un des premiers qui commencèrent à s’affranchir de l’esclavage des Tartares ; il mourut en 150585. Son petitfils, Jean IV86, conquit les royaumes situés près de la mer Caspienne, Cazan, Astrakhan, Azov. Il est le premier qui ait pris le titre de czar, mot qui vient du tartare.

  • 87 [Le Grand-Duc Basile IV est Vassili II Vassiliévitch Tomitch (né le 10 mars 1415 ; mort le 27 mars (...)
  • 88 [Maximilien Ier (né le 22 mars 1459 à Wiener Neustadt en Autriche ; mort le 12 janvier 1519 à Wiene (...)
  • 89 [Baron Sigmund de Herberstein, appelé également Siegmund Freiherr von Herberstein (né le 23 aout 14 (...)
  • 90 [Rerum moscovitarum commentarii, Bale : Joannis Steelsii, 1556, [12] + 205 + [1] + [9] p.]
  • 91 [Ferdinand Ier (né le 10 mars 1503 a Alcala de Henares en Espagne ; mort le 25 juillet 1564 à Vienn (...)

41De nouvelles divisions survinrent. Des princes de différentes familles furent choisis pour régner jusqu’au commencement du dix-septième siècle, époque à laquelle la maison de Romanof, d’où les princes actuels tirent par les femmes leurs titres et leur origine, devint définitivement maîtresse de ce pays. L’Europe commença à établir des liaisons avec la Russie dès qu’elle eut secoué le joug des Tartares. On eut alors quelques connaissances des mœurs de cette nation, qui jusque là était demeurée presque étrangère à l’Europe. Les guerres qu’elle eut avec les Polonais furent pour les empereurs d’Allemagne une occasion de lier des correspondances avec elle. Le premier ouvrage qui parut sur la Russie fut celui d’un ambassadeur qui avait été envoyé au grand-duc Basile IV87, père de Jean IV, par l’empereur Maximilien Ier88. Cet ambassadeur se nommait Sigismond de Herberstein89 ; il était de Styrie, et mourut en 1565, âgé de soixante-dix-huit ans. Avant sa mort, il avait publié à Bâle, en 1556, un ouvrage intitulé : Rerum moscovitarum commentarii90. Il était revenu de Russie en 1526 ; il employa donc trente ans à composer son ouvrage. La dédicace, adressée à l’empereur Ferdinand Ier 91, est datée de 1549. Il donne des détails non seulement sur l’histoire de la Russie, qui était presque nouvelle pour l’Europe, comme l’est aujourd’hui l’histoire de la Chine, mais aussi sur les mœurs et la religion du pays, sur sa force, sa puissance, sa vaste étendue. Il en donne même une carte ; il y ajoute des détails nouveaux sur ses productions. C’est dans cet ouvrage que l’on trouve la première figure du bison ou bœuf sauvage qui habite les forêts de la Lithuanie ; on y trouve aussi la figure d’une autre espèce de bœuf sauvage qui a disparu complètement. Le bison est le bœuf à bosse et à crinière qui existe dans quelques forêts de la Russie méridionale. L’autre espèce de bœuf est celle qui a produit notre bœuf actuel domestique. L’ouvrage de Herberstein est donc précieux, en ce qu’il donne des figures d’espèces qui n’existent plus à l’état sauvage. Cette époque produisit encore plusieurs autres ouvrages sur la Russie, qui alors était non seulement un pays important pour la politique des peuples européens, mais intéressait encore les nations appartenant à la communion de l’église romaine.

  • 92 [Clément VII, voir Leçon 3, note 10.]
  • 93 [Grégoire XIII, voir Leçon 2, note 44.]
  • 94 [Paul Jove, voir Leçon 3, note 9.]
  • 95 [De romanis piscibus libellus ad Ludouicum Borboniumcardinalem amplissimum, [Bale] : In officina Fr (...)
  • 96 [De legatione Basilii Magni Principis Moschoviae ad Clementem VII, Rome : Francisci Minitii Calui, (...)

42Le même Jean IV, que j’ai cité plus haut, ayant des guerres malheureuses avec les Polonais, envoya un ambassadeur à Clément VII92, et un autre à Grégoire XIII93. Paul Jove, dont nous avons aussi parlé94, comme ayant décrit les poissons de Rome95, donna un petit traité sur la Russie, d’après ce que lui avaient raconté ces ambassadeurs96.

  • 97 [Antonio Possevino, ou Antonius Possevinus (né le 10 juillet 1533 a Mantua ; mort le 26 février 161 (...)

43Enfin un jésuite, appelé Antoine Possevin, envoyé par Grégoire XIII à Jean IV, donna, en 1586, un livre intitulé : Moscovia, seu de rebus moscovitis97.

  • 98 [Olaus Magnus (né en octobre 1490 à Linkoping, Ostergotland ; mort le 1er aout 1557, probablement à (...)
  • 99 [Johannes Magnus (né le 19 mars 1488 à Linkoping; mort le 22 mars 1544 a Rome), théologien, généalo (...)
  • 100 [Gustav I, ne Gustav Eriksson de la noble famille Vasa, connu plus tard sous le nom de Gustav Vasa (...)
  • 101 [Santa Brigida, église d’un couvent dédié à Sainte Brigitte de Suède ainsi que l’église nationale s (...)
  • 102 [Voir note 98 ci-dessus.]
  • 103 [Herberstein, voir note 89 ci-dessus.]
  • 104 [Kraken, légendaire monstre marin de proportions géantes que l’on dit vivre au large des côtes de N (...)

44Tels furent les différents auteurs qui traitèrent des productions naturelles de la Russie pendant le seizième siècle. Ceux qui ne s’y étaient rendus que par terre l’avaient si peu fait connaître, qu’au dix-septième siècle, lorsque des Anglais arrivèrent à Archangel, ils crurent presque avoir fait une découverte, ainsi que nous le verrons lorsque nous en serons aux voyageurs qui ont parlé de la Suède et de plusieurs parties du nord de l’Asie. Je citerai dans le nombre Olaüs Magnus98, qui fut archevêque d’Upsal, et s’est rendu célèbre par son histoire des peuples septentrionaux. Bien qu’archevêque d’Upsal, Olaüs Magnus n’en a pourtant jamais rempli les fonctions. Son frère, Jean Magnus99, occupait cet archevêché, lorsque Gustave-Wasa100entreprit d’introduire la réforme en Suède. Jean suscita de grands obstacles aux projets de Gustave ; mais ne pouvant triompher d’un monarque aussi ferme et aussi prudent, il s’en fut à Rome. Olaüs, qui était alors archidiacre de la cathédrale de Strengnès, en Suède, résigna aussi sa place, et suivit son frère à Rome. Ce ne fut qu’à la mort de celui-ci que le pape lui conféra l’archevêché d’Upsal ; mais la même cause qui lui avait fait quitter la Suède subsistait ; il ne prit point possession de cette dignité, il continua de vivre à Rome, dans un couvent fondé par les Suédois, et nommé le couvent de Sainte-Brigitte101. La célébrité qu’il a acquise fut plutôt le résultat des fables que renferme son livre que le prix d’un mérite réel. Ce livre est intitulé : Historia de gentibus septentrionalibus102. Il fut publié à Rome en 1555, et réimprimé un assez grand nombre de fois. Olaüs y décrit non seulement la Suède et la Norvège, mais même l’Islande, la Laponie, la Finlande, la Russie même, et toutes les contrées, peu connues alors, qui appartiennent à cette partie de l’Europe. Ce qui regarde la géographie proprement dite et l’histoire n’est pas de notre sujet ; nous ne considérerons que les détails d’histoire naturelle que renferme cet ouvrage. Ils sont plus nombreux que ceux que donne Herberstein dans son livre sur la Russie103. Mais ils n’ont pas toujours la même exactitude, parce que l’auteur travaillait de mémoire ; aussi, comme je l’ai dit, a-t-il consigné dans son livre beaucoup de fables qu’il pouvait avoir tirées des opinions vulgaires répandues en Suède, ou qui peut-être lui avaient été rapportées par les Suédois qui abondaient en Italie ; car tous ceux qui n’avaient pas voulu accepter la réformation s’étaient réfugiés dans ce pays. C’est à Olaüs, par exemple, qu’on doit l’histoire du glouton qui, lorsqu’il a l’estomac rempli d’aliments, va se comprimer entre deux arbres, pour hâter le moment où il pourra dévorer de nouvelles substances ; c’est à lui aussi que l’on doit l’histoire du kraken104, de ce grand poulpe, tellement énorme que quelquefois des navigateurs l’ont pris pour une île, y ont jeté l’ancre, et y ont séjourné jusqu’au moment où, s’enfonçant dans l’eau, il révélait sa qualité d’animal. Olaüs raconte même que quelquefois des vaisseaux ont été avalés par ce poulpe. Il a rapporté encore l’histoire de ce serpent de mer d’une longueur prodigieuse, long d’une lieue et demie, par exemple. C’est principalement pour détruire ces fables que j’ai parlé d’Olaüs Magnus ; car au reste, ce qu’il a dit sur les rennes, l’élan, les baleines, dont les mâchoires servent à faire des poutres pour les habitations du nord, quoique assez vrai, n’est pas assez important pour recommander son livre. Beaucoup d’auteurs ont recopié ses histoires ; il était nécessaire que l’on sût qu’elles n’avaient de fondement que le récit de ces réfugiés suédois qui écrivaient à Rome et mettaient dans leurs ouvrages toutes les fables qui étaient vulgaires dans leur pays.

  • 105 [Tabula terrarum septentrionalium et rerum mirabilium, perhaps better known as Carta marina et desc (...)

45Olaüs a représenté ensemble ces fables et les pays d’où elles viennent, dans une carte qui parut à Venise en 1539 et est intitulée : Tabula terrarum septentrionalium et rerum mirabilium in iis, ac in oceano vicino105. C’est dans la mer du Nord qui entoure la Laponie, qu’il a placé presque toutes ces merveilles ; mais plusieurs sont copiées dans l’ouvrage de Gessner, dans celui d’Aldrovande, et même dans des ouvrages plus récents ; c’est ce dernier fait surtout qui m’a engagé à vous signaler cet écrit.

46Les auteurs du nord que je viens de rappeler n’ont pas donné à cette époque de grands résultats. Les plus grandes accessions à l’histoire naturelle ont eu lieu au seizième siècle et pendant la première moitié du dix-septième siècle, à la suite des voyages entrepris par les Hollandais. Je consacrerai une partie de ma prochaine leçon à l’histoire de ces différents voyages.

Notes

1 [La Bataille de Zoug, appelée également Deuxième Guerre de Kappel (Zeiter Kappelerkrieg) est une bataille armée qui eut lieu en 1531 entre les cantons protestant et catholique de l’Ancienne Confédération Suisse dans la région de la ville de Zoug pendant la Réforme Protestante. Les tensions entre les deux groupes n’avaient pas été résolues par la paix qui avait clos la Première Guerre de Kappel deux ans plus tôt, et les provocations de la part des deux partis étaient incessantes. Le 11 octobre 1531, une armée d’environ sept mille soldats appartenant aux cinq cantons catholiques fit face à une armée de seulement deux mille hommes venant de Zurich. Les soldats venant de Zurich arrivèrent sur le champ de bataille en groupes détachés, épuisés par une marche forcée. Les forces catholiques attaquèrent et après une courte résistance, l’armée protestante fut vaincue laissant derrière elle cinq cents protestants morts.]

2 [Johannes Frick (fl. 1520,) l’oncle maternel de Gessner et pasteur qui, percevant le génie de son neveu, l’aida à compléter son éducation en l’instruisant en littérature et en botanique.]

3 [Jean ou Johannes Steiger (né en 1518, mort en 1581) de Berne.]

4 [Rondelet, voir Leçon 3 ci-dessus.]

5 [La Ligue Hanséatique était l’association commerciale et défensive des guildes marchandes et de leurs villes marchandes qui dominaient le commerce le long des côtes du nord de l’Europe. Elle s’étendait de la Mer Baltique à la Mer du Nord ainsi que dans les terres, du Moyen Âge Tardif jusqu’au début de la période moderne (c. du xiiie au xviie siècle).]

6 .Gessner dédia son Histoire des Poissons à son empereur [Ferdinand Ier (né le 10 mars 1503 à Alcala de Henares en Espagne ; mort le 25 juillet 1564 à Vienne), Empereur de l’Empire Saint Romain à partir de 1558, roi de Bohème et de Hongrie à partir de 1526, et roi de Croatie de 1527 jusqu’à sa mort. Avant son accession au trône, il régna sur les terres autrichiennes ancestrales des Habsbourg au nom de son frère aîné Charles V, Empereur de l’Empire Saint Romain (voir Leçon 1, note 74 ci-dessus).] [M. de St.-Agy].

7 [Bibliotheca universalis sive catalogus omnium scriptorum locupletissimus in tribus linguis Latina, Graeca et Hebraica : extantium & non extantium, veterum & recentiorum, publié en quatre volumes par Christopher Froschauer à Zurich de 1545 à 1549 ; cet ouvrage est la première liste complète « universelle » de tous les livres du premier siècle de l’imprimerie. La première édition comprenait trois parties ; la première partie était une liste des œuvres de chaque période classée par ordre alphabétique, contenant environ mille huit cents auteurs et dix mille titres ; la deuxième partie était une description systématique de toutes les aires de connaissance traitées en littérature et comprenant des traités complets individuels ; la troisième partie était un dictionnaire des arts et des sciences. Cet ensemble offrit au monde académique un index complet des auteurs et de détails biographiques de 1264 pages folio. Grace à cette œuvre, Gessner est souvent appelé le père de la bibliographie.]

8 [Mithridates, de differentiis linguarum tum ueterum, tum quae hodie apud diuersas nationes in toto orbe terrarum usu sunt, Zurich : Christoph Froschover, 1555, 21 vol. ; Gessner créa cet ouvrage avec pour but de créer une revue complète de toutes les langues du monde.]

9 [Jean-Christophe Adelung (né le 8 août 1732 à Spantekow, en Pomeranie du Nord ; mort le 10 septembre 1806 à Dresde en Allemagne), grammairien et philologue allemand important dans l’histoire de la linguistique générale de par son œuvre Mithridates oder allgemeine Sprachenkunde, qui est une compilation d’information (y compris des versions du Notre Père) sur toutes les langues connues dans l’érudition européenne de l’époque. Cette œuvre qui fut publiée par Adelung et Jean Séverin Vater en quatre volumes (de 1806 à 1817) et dont le contenu est organisé géographiquement fut le dernier ouvrage du genre datant de la période qui précéda le triomphe de la linguistique comparée.]

10 [Thesaurus Euonymi Philiatri [pseud.] de remediis secretis : liber physicus, medicus, et partim etiam chymicus, & oconomicus in vinorum diversi saporis apparatu, medicis & pharmacopolis omnibus praecipuè necessarius, nunc primum in lucem editus..., Zurich : Per Andream Gessner & Rodolphum Wyssenbachium, 1552, 580 + [48] p., ill. ; cet ouvrage est l’une des œuvres les plus importantes du seizième siècle concernant la chimie et la distillerie. Il traite de la distillerie et de l’extraction des huiles essentielles des plantes, des huiles minérales et leurs essence, et des teintures pour leur usage en pharmacie ainsi que pour la fabrication du vin, etc. Une traduction anglaise fut publiée à Londres en 1559 par John Day intitule The treasure of Euonymus, conteyninge the wonderful hid secrets of nature, touchinge the most apte formes to prepare and destyl medicines, for the conservation of helth. (Le trésor d’Euonymus, contenant les merveilleux secrets cachés de la Nature concernant la préparation et la distillation des médicaments).]

11 [Descriptio montis fracti sive Montis Pilati, ut vulgo nominant, iuxta Lucernam in Helvetia, publié dans l’ouvrage de Gessner intitulé De raris et admirandis herbis, quae sive quod noctu luceant, sive alias ob causas, Lunariae nominantur, Commentariolus, Zurich : Andreas & Jakob Gessner, 1555, [2] + 87 + [9] p., ill.]

12 [De Scorpione, Kurtze Beschreybung dess Scorpions auss dess Weytberumpten Hochgelehrten Herrn D. Conradi Gessners S. History vom Ungeziffer zusamen getragen gemehrt und verfertigt durch den Hochgelehrten Herrn D. Caspar Wolphen, Zurich : Froschow, 1589, [4] + 72 feuillets, ill.]

13 [Concernant l’ouvrage de Gessner sur les insectes, voir notes 70 et 71 ci-dessous.]

14 [Aristote, voir Tome 1, Leçons 7 et 8.]

15 [Pline l’Ancien, voir Tome 1, Leçons 13.]

16 [Élien de Préneste, voir Tome 1, Leçon 15.]

17 [Jean Caius, également épelé Kees, Keys, Kay ou Kaye (né le 6 octobre 1510 à Norwich, Norfolk en Angleterre ; mort le 29 juillet 1573 à Londres), humaniste et médecin éminent dont le récit de la suette est considéré comme l’un des plus anciens récits d’une épidémie.]

18 [Edouard VI, voir Leçon 3, note 101.]

19 [Marie Tudor, voir Leçon 3, note 103.]

20 [Elizabeth Ier, voir Leçon 3, note 104.]

21 [De rariorum animalium et stirpium historia liber unus et De canibus britannicis sont en général reliés ensemble avec un troisième livre de Caius (voir note 17 ci-dessus), intitulé De libris propriis liber unis, Londres : William Seres, 1570, in-8°]

22 [Rondelet, voir Leçon 3 ci-dessus.]

23 [Nomenclator aquatilium animantium, Icones animalium aquatilum in mari et dulcibus aquis degentium, plusquam DCC cum, Zurich : Christoph Froschover, 1560, [xxiii] + 374 + [2] p., ill.]

24 [Belon et Rondelet, voir Leçon 3 ci-dessus.]

25 [Salviani, voir Leçon 3 ci-dessus.]

26 [De rerum fossilium, lapidum et gemmarum maxime, figuris et similitudinibus liber : non solum medicis, sed omnibus rerum naturae ac philogiae studiosis, utilis et juncundus futurus, Zurich : Jakob Gessner, 1565, [7] + 169 fol., in-8°.]

27 [Élien de Préneste, voir Tome 1, Leçon 15.]

28 [Pierre Gilles ou Gyllius, connu également sous le nom de Pierre Alby ; voir Leçon 3, notes 15 et 26 ci-dessus, et Tome 1, Leçon 15, note 20.]

29 [Salomon Gessner (né le 1er avril 1730 à Zurich ; mort le 2 mars 1788 à Zurich), peintre et poète Suisse. Son style était au goût de son époque, mais selon de plus récents standards, il est considéré comme puérile et d’une mélodie monotone ; ses peintures représentaient des paysages bucoliques classiques.]

30 [Sur la Bataille de Zoug, ou Seconde Guerre de Kapel, voir note 1 ci-dessus.]

31 [Ulysse Aldrovandi ou Aldrovandus (né le 11 septembre 1522 à Bologne ; mort le 4 mai 1605 à Bologne), naturaliste italien reconnu par Charles Linné (né en 1707 ; mort en 1778 ; voir Tome 1, Leçon 7, note 34) et Georges-Louis Leclerc, Comte de Buffon (né en 1707 ; mort en 1788 ; voir Tome 1, Leçon 7, note 39) comme le père des études d’histoire naturelle. Il consacra sa vie et sa fortune à rassembler le matériel de recherche pour sa grande histoire naturelle, laquelle fut publiée à Bologne entre 1599 et 1688 en treize volumes in folio et dont il ne publia lui-même que trois volumes sur les oiseaux (de 1599 à 1603) et un sur les insectes en 1602. Le volume sur les poissons et les cétacées, tiré en partie sur les notes d’Aldrovandi données par son successeur à Bologne (Johannes Cornelius Uterverius, voir note 33 ci-dessous) ne fut publié qu’en 1613, mais il fut réimprimé à Bologne en 1638 et 1644 ainsi qu’à Francfort en 1623, 1629 et 1640.]

32 [Les manuscrits d’Aldrovandi sont conservés aujourd’hui à la Bibliothèque Universitaire de Bologne, dans une salle spéciale connue sous le nom du Musée d’Aldrovande. La collection dont les dessins sont l’élément le plus important, fut probablement commencée par Aldrovandi vers 1549 après son séjour a Rome et s’étoffa régulièrement jusqu’a sa mort en 1605. Les dessins furent faits dans l’intention d’illustrer ses publications mais une grande partie d’entre eux ne furent jamais utilises. Les 3454 dessins restants représentent une collection unique au monde pour son ancienneté et sa qualité exceptionnelle.]

33 [Johannes Cornelius Uterverius (né à Delft de date inconnue ; mort en 1619 à Bologne) ; directeur du jardin botanique de Bologne de 1605 à 1619 et disciple d’Ulysse Aldrovandi ; il est enterré dans l’église de la Madonna di Galliera.]

34 [Les solipèdes sont des mammifères ongulés portant un sabot unique à chaque pied ; ils incluent les chevaux, ânes et mules.]

35 [Thomas Demster (né le 23 août 1579 à Cliftbog, Aberdeenshire ; mort le 6 septembre 1625 à Bologne) ; érudit et historien écossais, auteur de l’ouvrage De Etruria regali libri VII, nunc primum editi curante Thoma Coke Magnae Britanniae armigero, Florence : Joannem Cajetanum Tartinium, 1723-1724, 464 p., 80 pl. ; publié de manière posthume par Thomas Coke, Comte de Leicester (né en 1697 ; mort en 1759). La famille Demspter était catholique dans un pays de plus en plus protestant, et réputée pour être querelleuse. James, le frère de Thomas, fut mis hors la loi pour avoir attaqué son père, fut pirate dans les îles Nordiques pendant quelques années, s’échappa en s’enrôlant dans l’armée des Pays Bas, où il fut incarcéré pour insubordination. Le père de Thomas perdit la fortune familiale lors d’hostilités entre clans, et fut décapité pour contrefaçon.]

36 [Quadrupedum omnium bisulcorum historia, Bologne : Sebastianum Bonhommium, 1621 ; les animaux à sabots fendus sont des mammifères ongulés à deux doigts, correspondant au troisième et au quatrième doigt de la main, et incluent le cerf et le mouton.]

37 [Bartholomaeus Ambrosinus ou Bartolomeo Ambrosini (né en 1588 à Bologne ; mort en 1657 à Bologne), professeur de médecine à l’Université de Bologne et directeur du musée d’histoire naturelle et du jardin botanique ; à ne pas confondre avec son frère le botaniste italien Hyacinthus Ambrosinus ou Giacinto Ambrosini (né en 1605, mort en 1671) qui succéda à Bartholomaeus comme praefectus horti du jardin botanique de Bologne et qui servit à ce poste de 1657 à 1665.]

38 [Cuvier donne la date de 1657, mais les œuvres d’Aldrovandi qui furent terminées par Bartholomaeus Ambrosinus (voir note 37 ci-dessus) furent toutes publiées dans les années 1630 et 1640 : De quadrupedib’digitatis viviparis libri tres et de quadrupedib’digitatis oviparis libri duo, Bologne : Nicolai Tebaldini, 1637, [8] + 492, 495-718 + [16] p. ; Serpentum et draconum libri duo, Bologne : Clementem Ferronium, 1640, [10] + 427 + [31] p., ill. ; in-folio ; Monstrorum historia cum Paralipomenis historiae omnium animalium, Bologne : Nicolai Tebaldini, 1642, [947] p., ill., in-folio ; Musaeum metallicum in libros IV distributum Bartholomaeus Ambrosinus, Bologne : Marcus Antonius Bernia, 1648, 979 p. + index rerum.]

39 [Ovidius Montalbanus (né en 1601, mort en 1671), docteur en philosophie et en médecine, professeur de botanique et de mathématiques à l’université de Bologne ; son œuvre Dendrologiae naturalis silicet Arborum historiae libri duo fut publiée en 1668 par Giovanni Battista Ferroni à Bologne ([5]+ 660 + [26] p. ; in-folio).]

40 [Monstrorum historia cum Paralipomenis historiae omnium animalium, Bologne : Nicolai Tebaldini, 1642, [947] p., ill. ; voir note 38 ci-dessus.]

41 [Fabio Colonna ou Fabius Columna (né en 1567 à Naples ; mort le 25 juillet 1640 à Naples), naturaliste italien connu principalement pour son travail en botanique, en particulier l’étude des plantes médicinales. Encore jeune, il devint expert en Latin et en Grec avant d’entrer à l’université de Naples où il obtint son diplôme en droit en 1589. Il souffrait de crises d’épilepsie, ce qui l’empêcha de pratiquer le droit ; il se tourna donc vers l’étude des anciens auteurs de médecine, de botanique et d’histoire naturelle. Columna fut le premier à démontrer que les glossopètres (langues de pierre) sont des fossiles de dents de requins, et grâce à la publication de son texte De glossopetris dissertatio, Rome, 1616, in-4°, la paléontologie devint une discipline indépendante des sciences naturelles.]

42 [Giovanni Pietro Olina (né en 1585, mort en 1645), ornithologue italien, auteur de l’ouvrage intitulé Uccelliera overdo discorso della natura e proprieta di diversi uccelli, Rome : Andrea Fei, 1622, [6] + 81 + [6] p. ; cet ouvrage est un livre sur les oiseaux d’Italie, leurs habitudes et leurs chansons, les façons de les attraper et de les garder en captivité, et leurs maladies ; l’un des premiers ouvrages contenant des gravures représentant des oiseaux.]

43 [Thomas Moufet, également épelé Mouffet et Moffet (né en 1553 à Londres ; mort le 5 juin 1604 à Wilton, Wiltshire, Angleterre), naturaliste et médecin anglais, connu pour son Puritanisme, son étude des insectes appliquée à la médecine (en particulier les araignées ; voir note 71 ci-dessous), son soutien du système de médecine de Paracelse, et son emphase sur l’importance des expériences plutôt que sur la réputation dans le domaine de la médecine.]

44 [La devise de Columna en latin : His destituta fortiori, qui veut dire (la colonne est) « plus forte lorsqu’elle en est dépourvue (du chapiteau et de la base) », fait allusion à la bataille qu’il mena toute sa vie avec l’épilepsie (voir note 41 ci-dessus).]

45 [Phu, phukus, phykos, ou fucus, mot grec désignant les algues ; concernant Dioscorides, voir Tome 1, Leçon 12, note 62.]

46 [Valériane, nom commun donné aux deux cents espèces de plantes herbacées de la famille des Valerianaceae, principalement du genre Valeriana, considérée depuis la nuit des temps comme une plante magique, en particulier comme un puissant philtre d’amour ; la cataire appartient à cette famille.]

47 [Phytobasanos sive plantarus aliquot historia : in qva describvntvr diversi generis plantæ veriores, ac magis facie, viribúsque respondentes antiquorum Theophrasti, Diocoridis, Plinij, Galeni, aliorúmque delineationibus, ab alijs hucusque non animaduersæ, Naples: Horatii Saluiani, 1592, 8 +120 + 32 + [8] p., ill.] Columna [voir note 41 ci-dessus) avait donné a son livre ce titre grec, qui signifie torture des plantes, parce qu’il comparait ses recherches sur chacune d’elles a la question que l’on fait subir aux criminels [M. de St.-Agy].

48 [Ecphrasis ou Ekphrasis : Fabii Columnae Lyncei minus cognitarum rariorumque nostro cœlo orientium stirpium ekphrasis, Rome : Jacobum Mascardum, 1616, 2 part. (340 + LXXIII + [7] p. ; [12] + 99 p.), ill. ; in-4°].

49 [De aquatilibus conchis, aliisque animalibus paucis libellus cum figuris, Rome : Jacobum Mascardum, 1616, 161 fig., in-4°.]

50 [La Janthine, ou Janthina janthina, est une espèce d’escargot de mer flottant de couleur violette, un mollusque gastéropode marin appartenant à la famille des Janthinidae désignant les escargots violets.]

51 [Sécrétion de couleur violette foncée produite par les membres du genre Purpura, mollusques gastéropodes de la famille des Muricidae, escargots de roche.]

52 [Hoc est de Purpurea ab animali testaceo fusa, de hoc ipso animali aliisque rarioribus testaceis quibusdam tractatus, Rome : Jacobum Mascardum, 1616.]

53 Federico Zerenghi (fl. première décennie du dix-septième siècle), médecin-chirurgien et voyageur italien ; on raconte qu’il tua deux hippopotames des deux sexes à Damiette en Égypte et qu’il en rapporta les peaux en Italie ; il publia une bonne description de l’espèce avec une illustration de la femelle : Hippopotamo : la vera descrizzione dell’Hipopotamo, autore Federico Zerenghi de Narni, dans Breve compendio de cirurgia, Naples : Costantino Vitale, 1603, in-4°.]

54 [L’hippopotame est maintenant confiné à l’Afrique Centrale et l’Afrique du Sud, mais dans les temps anciens, il était commun en Basse Égypte.]

55 [Prosper Alpin ou Prosper Alpini (né le 23 novembre 1553 à Marostica dans la République de Venise ; mort le 6 février 1617 à Padoue), médecin et botaniste vénitien ; il fut parmi l’un des premiers à comprendre la sexualité des plantes qui fut adoptée plus tard par Linné comme base de la taxonomie des plantes. Plus d’un siècle avant Linné (voir Tome 1, Leçon 7, note 34), Alpin nota que les palmiers femelles ne portaient pas de fruit sauf si les branches du plant mâle et celles du plant femelle se trouvaient mélangés, ou, comme cela est le cas en général, lorsque la semence se trouvant dans la gaine male ou les fleurs mâles se trouvaient saupoudrées sur les fleurs femelles. Son œuvre la plus connue est intitulée De Plantis Aegypti liber (Venise : Apud Franciscum de Franciscis, 1592, [4] + 80 + [8] p., ill. ; in-4°) laquelle présenta un certain nombre d’espèces de plantes inconnues jusqu’alors aux botanistes européens.]

56 [Colonel Gordon fait référence à Charles Georges Gordon (né le 28 janvier 1833 à Woolwich ; mort le 26 janvier 1885 à Khartoum, officier de l’armée britannique et administrateur.]

57 [Georges-Louis Leclerc, Comte de Buffon (né le 7 septembre 1707 à Montbard en France ; mort le 16 avril 1788 à Paris) ; voir Tome 1, Leçon 7, note 39.]

58 [La vélelle est un genre de cnidaire hydrozoaire flottant à la surface des océans ; ce genre ne contient qu’une seule espèce, la velella velella, communément appelée barque de la Saint-Jean, barque de la Saint-Pierre, méduse violette, ou tout simplement vélelle.]

59 [Thetis, genre de mollusque bivalve considéré de nos jours comme l’équivalent du Gouldia appartenant à la famille des Veneridae, ou clams Vénus.]

60 [Nous n’avons pu identifier cette « limace de mer ».]

61 [L’Académie des Lynx ou Accademia dei Lincei est une académie des sciences italienne située dans le Palais Corsini sur la Via della Lungara à Rome. Fondée en 1603 par Federico Cesi (né en 1585 ; mort en 1630,) ce fut la première académie des sciences en Italie. Appelée Académie des Lynx en référence à la vision très sensible de cet animal, symbolisant l’habileté d’observation que la science requiert, cette académie ne survécut que de très peu la mort de son fondateur et protecteur, Cési, en 1630. Toutefois elle connut un regain dans les années 1870 lorsqu’elle devint l’Académie Nationale d’Italie avec comme domaines d’intérêt la science et la littérature.]

62 [Purpura, voir note 51 ci-dessus.]

63 [La cochenille (Dactylopius coccus), est un insecte du sousordre Sternorrhyncha dont est tirée la teinture couleur carmin. Cet insecte est un parasite sessile que l’on trouve dans les régions tropicales et sous-tropicales d’Amérique du Sud et du Mexique ; il vit sur les cactus du genre Opuntia, se nourrissant de l’humidité et des nutriments du cactus. La cochenille produit de l’acide carminique qui le protège des insectes prédateurs. L’acide carminique, dont le poids représente environ 17 à 24 % du poids de l’insecte, est extrait du corps et des œufs de l’insecte et mélangé à de l’aluminium ou des sels de calcium pour obtenir la teinture carmin (connue également sous le nom de carmin de cochenille). La teinture était utilisée en Amérique Centrale au quinzième siècle pour teindre les tissus et devint un article d’exportation très important pendant la période coloniale. De nos jours, le carmin est principalement utilisé comme colorant alimentaire et pour les produits de beauté, notamment les rouges à lèvres.]

64 [Pierre Olina est Giovanni Pietro Olina, voir note 42 ci-dessus.]

65 [Concernant le livre d’Olina sur les oiseaux, voir note 42 ci

66 [Cassiano dal Pozzo (né en 1588 à Turin ; mort le 22 octobre 1657 à Rome), érudit italien et protecteur des arts ; intéressé par la proto-science qu’était l’alchimie, correspondent avec de nombreux hommes illustres tels que Galilée, collectionneur de livres et de peintures de maîtres, dal Pozzo joua un rôle très important dans le réseau des personnages scientifiques européens.]

67 [Buffon (Georges-Louis Leclerc de), Histoire naturelle des oiseaux, Paris : Imprimerie Royale, 1770-1783, 9 vol., in-4° ; sur Buffon, voir Tome 1, Leçon 7, note 39.]

68 [Livre d’Aldrovandi sur les insectes : De animalibus insectis libri septem cum singulorum iconibus ad viuum expressis, Bologne : Joannem Baptistam Bellagambam, 1602, [12] + 767 + [45] p., ill., grav. sur bois.]

69 [Thomas Moufet, voir note 43 ci-dessus.]

70 [Moffet (Thomas) & Wotton (Edward), Insectorum sive minimorum animalium theatrum or insectorum sive minimorum animalium theatrum, Londres : Thomas Cotes, 1634, 10 pl. + 326 [ i.e. 316] + [4] p. ; voir note 71 ci-dessous.]

71 [L’ouvrage Insectorum theatrum a une histoire compliquée. Il fut créé d’après une étude inachevée de Gessner après la mort duquel son assistant Thomas Penny (né en 1532, mort en 1589) l’étoffa avec ses propres observations et des notes d’Edouard Wotton (voir Leçon 3, note 32). Mais comme Gessner, Penny mourut avant la parution de son ouvrage. Thomas Moufet (voir note 43 ci-dessus), voisin et ami proche de Penny, fit l’acquisition du manuscrit et y ajouta ne nouvelles informations, mais là encore la mort intervint et ce ne fut que lorsque Théodore Mayerne (voir note 72 ci-dessous) l’acheta de l’échoppe d’apothicaire de Moufet que cet ouvrage vit enfin le jour.]

72 [Théodore Turquet de Mayerne (né le 28 septembre 1573 à Genève en Suisse ; mort le 22 mars 1654 ou 1655 à Chelsea), médecin d’origine suisse qui soigna les rois de France et d’Angleterre et avança les théories de Paracelse (né Philippus Aureolus Theophrastus Bombastus von Hohenheim le 11 novembre ou le 17 décembre 1493 ; mort le 24 septembre 1541 ; médecin, botaniste, alchimiste, astrologue et occultiste général de nationalité suisse-allemande, fondateur de la discipline de la toxicologie) ; il est reconnu pour son influence sur l’administration de la médecine, dont la suggestion pour la première fois d’une médecine socialisée en Angleterre et la standardisation de remèdes chimiques.]

73 Il [Mayerne ; voir note 72 ci-dessus] avait été auparavant médecin de Jacques Ier [Charles James Stuart (né le 19 juin 1566 ; mort le 27 mars 1625), Roi d’Angleterre et d’Irlande de 1603 jusqu’à sa mort ; le premier à se donner le nom de Roi de Grande Bretagne] pour avoir guéri un lord anglais d’une maladie très dangereuse. Il ne fit que continuer d’exercer sa charge sous l’infortuné Charles Ier [voir Leçon 2, note 101.] Mayerne fit dans sa pratique un grand usage des remèdes et des préparations chimiques, que la faculté réprouvait comme de dangereuses innovations. On le traitait de charlatan ; la faculté porta même contre lui un décret rendu dans les termes les plus injurieux, et ses confrères décidèrent qu’il ne serait plus appelé à aucune consultation. [M. de St.-Agy].

74 [Henri IV, voir Leçon 2, note 57.]

75 [Les forficules sont des perce-oreilles, insectes de la famille des Forficulidae.]

76 [Les siponcles (sipuncula) connus sous le nom vernaculaire de bibi ou tite, regroupent plusieurs centaines d’espèces de vers marins non-segmentés, symétriques latéralement. Considéré comme un embranchement en systématique, certains les classent comme un sous-groupe de l’embranchement Annelida, et ce, basé sur de récentes recherches moléculaires.]

77 [Les pneumoras sont des sauterelles ; insectes de la famille des Pneumoridae de l’ordre des Orthoptera dont il existe environ vingt espèces situées en Afrique du Sud.]

78 [Hydrophilus, genre de punaise d’eau appartenant à la famille des Hydrophilidae.]

79 Les phryganes sont des genres de de la famille des Phryganei

80 [Rurik ou Riurik (né c. 830 ; mort c. 879,) chef qui pris le pouvoir de Ladoga en 862, construisit la colonie d’Holmgard près de Novgorod, et fonda la Dynastie Rurik, laquelle gouverna la Russie de Kiev (état slave médiéval précurseur de la Russie moderne ; centralisée autour de la ville de Kiev, la Russie de Kiev comprenait presque la totalité de l’Ukraine d’aujourd’hui et de la Biélorussie, ainsi qu’une partie du nord-ouest de la Russie) — et plus tard le Grand-Duché de Moscou et l’Empire de Russie — jusqu’au dix-septième siècle.]

81 [Vladimir Sviatoslavich le Grand (né c. 958 ; mort le 15 juillet 1015), Prince de Novgorod, Grand Prince de Kiev, et gouverneur de la Russie de Kiev de 980 à 1015.]

82 [Schisme de Photius, un schisme de quatre ans (863 à 867) entre les églises de Rome et de Constantinople. L’origine de ce schisme ne reposait pas sur des accusations d’hérésie mais sur la revendication du pape à la juridiction orientale. Le schisme était donc largement dû à une bataille pour le contrôle de l’église dans les Balkans du Sud ainsi qu’à une incompatibilité de personnalité entre les chefs des deux Églises, lesquels furent élus la même année (858) et dont le règne se termina également pour tous deux en 867, par décès pour le pape et par la première de deux dépositions pour le Patriarche. Le Schisme de Photius était donc différent du schisme qui se produisit au onzième siècle, lorsque l’autorité du pape fut remise en question pour avoir perdu son autorité au travers de l’hérésie.]

83 [Henri Ier (né le 4 mai 1008 à Reims ; mort le 4 août 1060 à Vitry-aux-Loges), Roi des Francs de 1031 jusqu’à sa mort. Les possessions royales de France atteignirent sa plus faible taille pendant son règne, et pour cette raison il est souvent considéré comme l’emblème de la faiblesse des premiers Capétiens (voir note 84 ci-dessous). Cet avis n’est cependant pas partagé par tous et certains historiens le considèrent comme un roi puissant et réaliste qui fut forcé de conduire sa politique, conscient des limites de la monarchie française.]

84 [Hughes Capet (né c. 941 à Paris ; mort le 24 octobre 996 à Paris), Hughes le Grand, premier Roi des Francs sous la dynastie des Capétiens de par son élection à la succession du Carolingien Louis V (ne c. 967 ; mort le 21 mai 987 ; Roi de la France de l’Ouest de 986 jusqu’à sa mort prématurée ; il mourut sans enfant et fut le dernier des rois de la dynastie des Carolingiens) en 987 jusqu’à sa mort.]

85 [Ivan III Vassiliévitch (né le 22 janvier 1440 à Moscou ; mort le 27 octobre 1505 à Moscou) connu également comme Ivan le Grand, Grand Prince de Moscou et Grand Prince de toutes les Russies. Parfois surnommé unificateur des territoires russes, il tripla la taille de ses territoires, mit fin à la domination de la Horde D’Or sur la Russie, rénova le Kremlin et créa les fondations de l’état russe. Il fut l’un des souverains russes dont le règne fut le plus long.]

86 [Ivan IV Vassiliévitch (né le 25 août 1530 ; mort le 28 mars 1584) connu comme Ivan le Terrible, Grand Prince de Moscou de 1533 à 1547 et Tsar de toutes les Russies de 1547 jusqu’à sa mort. Son long règne vit la conquête des Khanates de Kazan, d’Astrakhan et de Sibérie, transformant la Russie en un état multi-ethnique et de diverses religions d’une étendue couvrant presque un milliard d’hectares, soit environ 4 046 856 kilomètres carrés. Ivan fut à l’origine d’innombrables changements dans la progression d’un état médiéval en un empire et une puissance régionale émergente, et il devint le premier souverain à être couronné Tsar de toutes les Russies. Les sources historiques offrent des récits variés sur la personnalité complexe d’Ivan ; il était décrit comme un homme intelligent et pieux cependant sujet à des excès de colère et des poussées épisodiques de maladie mentale. Ce fut lors d’un de ces excès de colère qu’il tua son héritier Ivan Ivanovitch, ce qui laissa la succession au jeune fils d’Ivan, le faible et intellectuellement déficient Feodor Ivanovitch (né le 31 mai 1557 ; mort le 16/17 janvier 1597, dernier Tsar Rurikid de Russie (de 1584 à 1598), fils d’Ivan IV Le Terrible et d’Anastasia Romanovna). Diplomate capable et protecteur des arts et du commerce, il est cependant connu également pour son apparente paranoïa et son traitement très dur de la noblesse.]

87 [Le Grand-Duc Basile IV est Vassili II Vassiliévitch Tomitch (né le 10 mars 1415 ; mort le 27 mars 1462 à Moscou) ; Grand-Prince de Moscou dont le long règne, de 1425 jusqu’à sa mort, fut marqué par la plus grande guerre civile de l’histoire de la Russie Ancienne. Dans les dernières années de sa vie, il fut beaucoup aidé par Ivan III (voir note 85 ci-dessus) lequel était co-souverain depuis la fin des années 1450. À la mort de Vassili en 1462, Ivan III lui succéda comme Grand-Prince de Moscou. Sa fille Anna était mariée à un Prince de Ryazan.]

88 [Maximilien Ier (né le 22 mars 1459 à Wiener Neustadt en Autriche ; mort le 12 janvier 1519 à Wiener Neustadt), fils de Frédéric III, Empereur de l’Empire Saint Romain, et d’Éléonore du Portugal, fut Roi des Romains (connu également comme roi des Germains) à partir de 1486 et Empereur de l’Empire Saint Romain de 1493 jusqu’à sa mort, bien qu’il n’ait jamais été couronné par le pape, le voyage à Rome étant toujours trop dangereux. Il régna avec son père pendant les dix dernières années du règne de son père, à partir de 1483 environ. Par le mariage de son fils Philippe le Beau a la future reine Jeanne de Castille en 1498, Maximilien établit la dynastie des Habsbourg en Espagne et permit à son petit-fils Charles de régner sur les régions de León-Castille et d’Aragon, faisant de lui le premier Roi d’Espagne de jure.]

89 [Baron Sigmund de Herberstein, appelé également Siegmund Freiherr von Herberstein (né le 23 aout 1486 ; mort le 28 mars 1566), diplomate, écrivain, historien, et membre du Conseil Imperial de l’Empire Saint Romain ; on le connait principalement pour ses nombreux écrits en géographie, histoire et sur les coutumes de la Russie. Le meilleur exemple en est Rerum Moscoviticarum Commentarii (Vienne : [s. n.], 1549, [175] p.) lequel devint la premiere source d’information sur la Russie en Europe de l’Ouest.]

90 [Rerum moscovitarum commentarii, Bale : Joannis Steelsii, 1556, [12] + 205 + [1] + [9] p.]

91 [Ferdinand Ier (né le 10 mars 1503 a Alcala de Henares en Espagne ; mort le 25 juillet 1564 à Vienne en Autriche), Empereur de l’Empire Saint Romain à partir de 1558, Roi de Bohème et de Hongrie à partir de 1526, et roi de Croatie de 1527 jusqu’à sa mort. Avant d’accéder au trône, il régna sur les terres ancestrales d’Autriche des Habsbourg au nom de son frère aîné Charles V, Empereur de l’Empire Saint Romain. Les évènements principaux de son règne furent la lutte avec l’Empire Ottoman dont l’avancée en Europe Centrale commença dans les années 1520, et la Réforme Protestante qui résulta en plusieurs guerres de religion.]

92 [Clément VII, voir Leçon 3, note 10.]

93 [Grégoire XIII, voir Leçon 2, note 44.]

94 [Paul Jove, voir Leçon 3, note 9.]

95 [De romanis piscibus libellus ad Ludouicum Borboniumcardinalem amplissimum, [Bale] : In officina Frobeniana, 1531, 144 + [6] p., in-12, voir Leçon 3, note 11.]

96 [De legatione Basilii Magni Principis Moschoviae ad Clementem VII, Rome : Francisci Minitii Calui, 1525, [37] p.]

97 [Antonio Possevino, ou Antonius Possevinus (né le 10 juillet 1533 a Mantua ; mort le 26 février 1611 a Ferrara), théologien, envoyé du pape et protagoniste Jésuite de la Contre-Réforme, il fut le premier Jésuite à se rendre à Moscou. Son livre intitule Moscovia, seu de rebus Moscoviticis et acta in conuentu legatorum regis Poloniae et Magni Ducis Moscouiae anno 1581, un récit descriptif de la Cour du Tsar Ivan IV dans le Moscou du seizieme siècle, tel que perçu par Possevin, fut publié par Joannem Velicensem à Vilna en 1586.]

98 [Olaus Magnus (né en octobre 1490 à Linkoping, Ostergotland ; mort le 1er aout 1557, probablement à Rome). Patriote suisse, ecclésiaste catholique et écrivain, il effectua des recherches innovatrices dans l’intérêt des peuples nordiques. On le connait pour son œuvre intitulée Historia de Gentibus Septentrionalibus (Histoire des Peuples Nordiques), Rome : imprime par Giovanni Maria Viotti, 1555, [84] + 815 p., un livre patriotique de folklore et d’histoire qui fut pendant très longtemps la ressource de référence sur la Suède pour le reste de l’Europe.]

99 [Johannes Magnus (né le 19 mars 1488 à Linkoping; mort le 22 mars 1544 a Rome), théologien, généalogiste et historien, il fut le dernier archevêque catholique en fonction en Suède ; auteur de Historia de omnibus gothorum sueonumque regibus (Histoire de tous les Rois des Goths et des Suédois), Rome : imprime par Giovanni Maria Viotti, 1554, [58] + 787 p., un ouvrage sur l’histoire de la Suède qui fut imprime de manière posthume par son frère Olaus Magnus (voir note 98 ci-dessus.]

100 [Gustav I, ne Gustav Eriksson de la noble famille Vasa, connu plus tard sous le nom de Gustav Vasa (né le 12 mai 1496 au Château de Rydboholm au nord-est de Stockholm ; mort le 29 septembre 1560 a Stockholm), Roi de Suède de 1523 jusqu’à sa mort, connu auparavant comme Protecteur du Royaume (Rikshovitsman) à partir de 1521, pendant la Guerre de Libération Suédoise contre le Roi Christian II du Danemark, la Norvège, et la Suède. D’origine sociale de bas statut, il s’éleva jusqu’a devenir le chef du mouvement rebelle qui se développa à la suite du Bain de Sang de Stockholm lors duquel son père mourut. L’élection de Gustav comme roi le 6 juin 1523 et son entrée triomphante à Stockholm onze jours plus tard marquèrent la fin de la monarchie élective médiévale suédoise.

101 [Santa Brigida, église d’un couvent dédié à Sainte Brigitte de Suède ainsi que l’église nationale suédoise à Rome, connue également sous le nom de Santa Brigida a Campo de’Fiori pour avoir été construite sur ce qui faisait alors partie du Campo de Fiori ; pendant la Réforme au seizième siècle, le couvent devint un refuge pour les catholiques suédois qui choisirent l’exile plutôt que la conversion. Parmi ceux qui vécurent pendant cette période se trouve Johannes Magnus (voir note 99 ci-dessus), le dernier archevêque de Suède.]

102 [Voir note 98 ci-dessus.]

103 [Herberstein, voir note 89 ci-dessus.]

104 [Kraken, légendaire monstre marin de proportions géantes que l’on dit vivre au large des côtes de Norvège et de Grœnland. Il se peut que la légende tienne son origine à la vue d’une pieuvre géante dont la taille est estimée à 15 mètres de long, tentacules comprises. La simple taille et l’apparence terrifiante attribuées au kraken peuvent en avoir fait le personnage courant d’un monstre habitant les océans dans de nombreux ouvrages de fictions.]

105 [Tabula terrarum septentrionalium et rerum mirabilium, perhaps better known as Carta marina et descriptio septemtrionalium terrarum mirabilium rerum in eis contentarum diligcntissime elaborata anno Domini 1539, ou tout simplement Carta marina or Carta Gothica, ouvrage étrange de par sa taille ambitieuse (1 m 70 x 1 m 25) divise en neuf pages de cartes.]

Table des illustrations

Légende Homme à tête de chien Planche extraite de Monstrorum historia d’Ulisse Androvandi (1642) Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2821/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 350k

© Publications scientifiques du Muséum, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540