Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cuvier’s History of the Natural Sciences

 | 
Georges Cuvier

1. Early Sixteenth-century Anatomists and Zoologists

3. Les premiers zoologistes : Belon, Salviani et Rondelet

Texte intégral

Squelette d’oiseau Planche anatomique extraite de L’histoire de la nature… de Belon (1555) Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.

1Messieurs,

  • 1 [William Harvey, voir Leçon 2.]
  • 2 [Fabricius d’Aquapendente, voir Leçon 1, note 66 ci-dessus ; et Tome 1, Leçon 9, note 38].

2Dans les deux dernières séances, nous avons vu comment l’anatomie, pendant le treizième siècle et la première moitié du dix-septième, était arrivée de cette espèce d’ébauche que les anciens nous avaient laissée, au point d’offrir une description très satisfaisante de presque toutes les parties du corps, du moins pour ce qui ne tient pas à leur structure la plus délicate. Nous avons vu même l’anatomie arriver, quant aux usages des organes, à la connaissance de la circulation du sang par les expériences et les travaux d’Harvey1, qui n’étaient que la continuation des premiers essais de l’école de Padoue, où Harvey avait étudié sous Fabricius2. Aujourd’hui, nous allons tracer l’histoire de la zoologie pendant le même espace de temps.

  • 3 [Aristote, voir Tome 1, Leçons 7 et 8.]
  • 4 [Élien de Préneste, voir Tome 1, Leçon 15]
  • 5 [Pline l’Ancien, voir Tome 1, Leçon 13].
  • 6 [Albert le Grand, voir Tome 1, Leçon 23.]
  • 7 [Vincent de Beauvais, voir Tome 1, Leçon 22, note 29.]

3Vous vous rappelez qu’après Aristote3 il ne s’était presque rien fait de véritablement général dans cette partie de l’histoire naturelle ; que pendant la domination romaine Élien4 et Pline5 avaient seulement ajouté quelques faits particuliers à ceux qui étaient déjà connus, et que le Moyen Âge n’avait non plus fait faire aucun progrès à la partie scientifique, à la disposition générale de la science. En effet, Albert-le-Grand6 et Vincent de Beauvais7, les deux seuls auteurs un peu importants qui aient écrit sur l’histoire naturelle pendant le Moyen Âge, n’offrent presque qu’une compilation, faite avec assez peu de critique, de ce qui existe dans les anciens.

4Ce qu’il y avait de plus naturel à faire au temps dont nous parlons, pour la zoologie comme pour les autres sciences, c’était de prendre les ouvrages des anciens, d’essayer de les commenter, de les expliquer les uns par les autres, et de les comparer avec la nature. C’est en effet ce qu’essayaient de faire les hommes qui s’occupaient de la science ; mais l’usage de cette méthode n’a pu arriver que lentement à une certaine étendue, à une certaine consistance. Les premiers essais sont extrêmement faibles, ou du moins extrêmement partiels.

  • 8 [L’auteur de cet essai sur les serpents intitulé De serpentibus opus singulare ac exactissimum (Bo (...)

5Dès 1519, un professeur de Bologne donna un petit livre sur les serpents, qui n’est pas très important, et est extrait de Nicandre8.

  • 9 [Paul Jove, en italien Paolo Giovio, ou Paulus Jovius en latin (né le 19 avril 1483 à Côme en Lomb (...)
  • 10 [Jules de Médicis (né le 26 mai 1478 à Florence ; mort le 25 septembre 1534 à Rome) fut le chef de (...)

6Peu de temps après, un autre Italien, Giovio Paolo ou Paul Jove9, né à Côme en 1483, et l’un des écrivains les plus élégants de son pays, s’occupa aussi quelque peu d’histoire naturelle. Il passa la plus grande partie de sa vie à Rome et en Toscane. En 1530, il fut fait évêque de Nocera par Clément VII10, et mourut à Florence en 1552. Je n’ai pas à vous entretenir de ses grands ouvrages d’histoire ni de celle de sa vie, qui cependant est très intéressante : ces écrits appartiennent pour peu de chose à la science dont nous traitons.

  • 11 [De Romanis piscibus libellus ad Ludouicum Borbonium Cardinalem amplissimum, Rome : Francisci Mini (...)
  • 12 [Louis de Bourbon de Vendôme (né le 2 janvier 1493 en Picardie, France ; mort le 13 mars 1557 à La (...)

7Je dirai un mot de son ouvrage intitulé : De romanis piscibus libellus11. C’est le premier qu’il ait composé, et un grand nombre des lecteurs de Jove ne se doutent pas de son existence. Il était dédié au cardinal Louis de Bourbon12, et fut imprimé à Rome en 1524, puis en 1527. Il fut traduit en italien, et imprimé à Venise en 1560. Toutes ces éditions sont généralement bonnes. Paul Jove y traite de quarante-deux poissons, qui sont à peu près ceux que l’on trouvait le plus communément aux marchés de Rome et des autres villes de l’Italie. Ils sont rangés par ordre de grandeur, et il en donne quelques légères descriptions. Il cite quelques passages des anciens qu’il tâche de leur adapter. Il donne leur nomenclature dans les différentes langues de l’Italie, mais principalement leurs noms romains. Ce petit livre est assez peu important sous le rapport scientifique, toutefois il renferme sur les usages des poissons, sur le cas qu’on en faisait, des choses assez intéressantes. On y rencontre des anecdotes quelque peu curieuses sur les différentes aventures de certains poissons d’une grandeur extraordinaire, qui avaient été servis dans des repas célèbres ; mais son utilité la plus réelle, c’est de faire connaître la nomenclature des poissons au seizième siècle, car les noms changent d’une époque à une autre.

  • 13 [Francesco Massari (premier tiers du seizième siècle), auteur de l’œuvre In nonum Plinii de natura (...)
  • 14 [Le neuvième livre de Pline intitulé Naturalis historia traite de l’histoire naturelle des poisson (...)

8Dans le même temps, Massaria13, médecin vénitien, s’occupait du même sujet en faisant un commentaire sur le neuvième livre de Pline14. Son livre fut imprimé à Bâle en 1537 et à Paris en 1542. Il est assez important comme commentaire de la partie de l’ouvrage de Pline où il est question des poissons. Il offre le même genre d’avantages que celui de Paul Jove, avec une érudition plus considérable, qui nous permet de déterminer les espèces de poissons que les anciens employaient.

  • 15 [Pierre Gilles, connu également sous le nom de Pierre Alby ; voir Tome 1, Leçon 15, note 20].
  • 16 [Lazare de Baïf (né en 1496 à La Flèche ; mort en 1547 à Paris) ; diplomate et humaniste français, (...)
  • 17 [François Ier, roi de France. Voir Tome 1, Leçon 15, note 21.]
  • 18 [Cardinal d’Armagnac, évêque de Rodez, de son nom civil Georges d’Armagnac (né vers 1501 en Avigno (...)
  • 19 Les d’Armagnac descendent de Clovis [voir Tome 1, Leçon 19, notes 18 à 20 et 23 à 24] par les ducs (...)
  • 20 [Georges d’Amboise, dit le Cardinal d’Amboise (né en 1460 à Chaumont-sur-Loire ; mort le 25 mai 15 (...)

9Des ouvrages beaucoup plus importants sont ceux de Pierre Gilles, en latin Gyllius. C’était un Français né à Alby en 149015. Dès sa jeunesse, il eut la passion des voyages et de l’histoire naturelle. En 1515, il alla en Italie, où il fut accueilli par Lazare Baïf16, ambassadeur de François Ier à Venise17. Il revint en France auprès du cardinal d’Armagnac, évêque de Rhodez18, appartenant à la célèbre famille de ce nom, qui remonte jusqu’à Clovis19. Vous devez remarquer que pendant ce siècle presque tous les hommes de lettres ont été sous le patronage des hommes d’église. Possesseurs de grandes richesses, ils étaient en état d’accorder des protections aux savants, et d’ailleurs ils avaient seuls le goût des sciences et des lettres, qui alors n’était presque pas répandu. Le cardinal d’Armagnac était un homme considérable dans le seizième siècle. Il eut différents emplois. Sa considération venait de ce qu’il avait été protégé par le cardinal d’Amboise, premier ministre de Louis XII20. Il engagea Gyllius à recueillir dans les manuscrits des anciens tout ce qui avait rapport aux animaux, et à le disposer méthodiquement. Gilles exécuta en effet ce travail.

  • 21 [Porphyre, voir Tome 1, Leçon 1, note 39 et Leçon 20, note 24.]
  • 22 [Oppien d’Anazarbe, voir Tome 1, Leçon 15.]
  • 23 [Hérodote, voir Tome 1, Leçon 7.]
  • 24 [Héliodore d’Émèse (iiie siècle après J.C.), auteur des Éthiopiques, le roman le plus long et le p (...)
  • 25 [Conrad Gessner, voir Leçon 4 ci-dessous.]
  • 26 [See Élien (Claude), Ex Aeliani Historia Per Petrvm Gyllivm Latini Facti, itemque ex Porphyrio, He (...)
  • 27 Soliman II (né le 15 avril 1642 au palais de Topkapi à Constantinople ; mort le 22/23 juin 1691 à (...)

10Je vous ai dit combien les ouvrages d’Élien étaient un modèle de désordre. Gilles y établit un certain enchainement. Il plaça dans le premier livre les quadrupèdes, ensuite il traita de tous les autres animaux, des mollusques, des insectes, des cétacés, des serpents, des poissons, des oiseaux. Il distribua cette matière en seize livres, dans chacun desquels il intercala des passages tirés d’autres auteurs qu’Élien, tels que Porphyre21, Oppien22, Hérodote23 et Héliodore24, auteur des Éthiopiques, ou les amours de Théagène et de Chariclée. Ce travail, qui parut en 1533, in-4°, forme une première base un peu exacte pour l’histoire naturelle des animaux. Pendant assez longtemps il tint lieu de celui d’Élien, qui n’existait qu’en manuscrit. Conrad Gessner25 compléta la traduction de Gyllius en rétablissant l’ordre des chapitres tel qu’il est dans Élien ; mais l’ouvrage de Gyllius étant plus méthodique, est plus facile à consulter et plus agréable à lire. Il a pour titre : Ex Æliani historia latini facti, itemque ex Porphyrio, Heliodoro, Oppiano, luculentis accessionibus aucti libri xvi  ; de vi et natura animalium ; liber unus de gallicis et latinis nominibus piscium. Lyon, Séb. Gryphe26. Il fut dédié à François Ier, qui se montrait déjà grand protecteur des lettres. Dans sa dédicace, qui est assez longue, Gyllius engageait ce prince à faire voyager des savants dans les pays étrangers, non seulement pour la recherche des manuscrits, comme il l’avait déjà fait, mais encore pour recueillir tous les faits propres à en faire mieux connaître les productions naturelles. François Ier accueillit cet avis, et fit choix de plusieurs savants, au nombre desquels était Gyllius. Celui-ci partit pour le Levant, en 1546. Mais en 1547 François Ier étant mort, tous ceux qu’il avait envoyés dans les pays étrangers furent en quelque sorte abandonnés. Gyllius, alors en Turquie, dans l’Asie-Mineure, fut réduit à une telle misère, qu’il s’engagea dans les troupes de Soliman II, pour pouvoir subsister27. Il y resta deux ou trois ans, attendant que ses amis, à qui il avait écrit sa position, pussent lui envoyer des secours et de quoi se racheter. Enfin, il revint en Europe par la Hongrie, fut à Rome, où il retrouva le cardinal d’Armagnac, et y cessa de vivre en 1555, âgé de soixante-cinq ans.

  • 28 [Gilles (Pierre), De Bosporo Thracio libri III, Lyon : Guillaume Rouillé, 1561, [4 fol.] + 263 p., (...)
  • 29 [Gilles (Pierre), De topographia Constantinopoleos et de illius antiquitatibus libri quatuor, Lyon (...)
  • 30 [Gilles (Pierre), Descriptio nova elephanti, Lyon : Guillaume Rouillé, 1561, 38 p.]
  • 31 [Démétrios Pépagomenos (fl. xiiie siècle), était un savant, médecin, vétérinaire et naturaliste by (...)
  • 32 [Edward Wotton (né en 1492 à Oxford ; mort le 5 octobre 1555 à Londres), médecin anglais et fondat (...)
  • 33 [Thomas Moufet, voir Leçon 4, notes 43 et 71 ci-dessous.]
  • 34 [Insectorum sive minimorum animalium theatrum or insectorum sive minimorum animalium theatrum, Lon (...)

11Indépendamment des ouvrages faits avant son départ, il en a écrit plusieurs autres qui n’ont paru qu’après sa mort, notamment une description du Bosphore de Thrace28, une topographie de Constantinople29, une description de l’éléphant30. C’est lui qui, le premier parmi les modernes, a décrit l’éléphant d’après nature ; il en avait vu un à Constantinople, à la ménagerie du grand-seigneur. On lui doit encore la traduction d’un petit ouvrage de Démétrius Pépagomène31, sur les oiseaux qu’on emploie à la chasse, et sur le soin qu’on doit donner aux chiens destinés au même usage ; mais ce sont de petits écrits qui n’ont pas la même importance que l’histoire naturelle des animaux, extraite d’Élien. Celle-ci a servi de base à tous les travaux ultérieurs, notamment à ceux de l’homme qui est venu immédiatement après Gyllius pour écrire sur ce sujet. Cet homme est Edward Wotton32, Anglais né à Oxford en 1449, et mort en 1555, c’est-à-dire exactement la même année que Gyllius. Il publia en 1552 un ouvrage intitulé : De differentiis animalium, qu’il dédia à Edward VI, mais qui fut imprimé à Paris, chez Vascosan. C’est un petit in-folio très remarquable, eu égard au temps, pour la beauté de l’impression. Il forme un traité complet de zoologie, autant qu’il était possible de le faire à cette époque. L’auteur y traite des animaux sous des points de vue généraux et sous des points de vue particuliers. Ainsi, dans le premier livre, il décrit en général les parties intérieures et extérieures des animaux ; dans le second livre, il indique les différences des animaux et les caractères d’après lesquels on peut les déterminer, mais c’est encore d’une manière générale ; dans le troisième livre, il traite des différences plus spéciales que l’on remarque entre les animaux qui ont du sang. Le quatrième renferme la description des différences de l’homme. Par différences, il entend toutes les variétés de grandeur, de couleur, de structure, de force, d’instinct, en un mot, toutes les qualités diverses que les hommes peuvent présenter. Il traite donc dans ce livre la question des races de l’espèce humaine, et tout ce qui se rattache à l’âge, au sexe, aux circonstances hygiéniques dans lesquelles l’homme peut se trouver. Le cinquième livre est relatif aux quadrupèdes vivipares, dont il fait plusieurs divisions ; le sixième est consacré aux quadrupèdes ovipares et aux serpents ; le septième aux oiseaux ; le huitième aux poissons ; le neuvième et le dixième, aux animaux qui n’ont pas de sang, aux mollusques, aux crustacés, aux insectes. Ce livre est à peu près, comme celui de Gyllius, un centon ; mais l’auteur n’y a pas pris pour base Élien. C’est principalement d’Aristote que sont tirés les divers passages intercalés dans chacun de ses articles. À l’époque où il parut, cet ouvrage fut très utile. Il l’eût été bien davantage, si Wotton avait indiqué avec précision les sources où il a puisé. Malheureusement ce n’était pas alors l’usage : on se bornait à dire, d’une manière générale, Aristote a dit telle chose, sans indiquer ni le passage ni le livre dans lequel la citation se trouvait. Wotton avait commencé un autre ouvrage qui devait traiter des insectes, et a été terminé par Moufet33. Il a paru sous le titre de Minimorum animalium theatrum34.

12Vous voyez, messieurs, qu’en France et en Angleterre des zoologies générales commençaient à se faire, aussi bien qu’on le pouvait avec les moyens de ce temps ; car, bien que l’Amérique fût découverte, on ne faisait pas encore de grands voyages, et l’on ne possédait aucun cabinet.

  • 35 [Adam Lonicer ou Lonicerus (né le 10 octobre 1528 à Marbourg ; mort le 29 mai 1586 à Francfort), b (...)
  • 36 L’exemplaire que nous connaissons a deux volumes in-folio, y compris les figures [voir Lonicer (Ad (...)

13Il y eut en Allemagne, vers la même époque, un ouvrage plus général, celui d’Adam Lonicerus ou Lonicer35, qui parut en 1551, une année avant celui de Wotton. Adam Lonicerus était né à Marpurg, d’un professeur de médecine. Il fut lui-même médecin à Francfort, où il mourut en 1586. Son ouvrage est intitulé : Naturalis historiæ opus novum plantarum, animalium et metallorum. Il forme un volume in-folio36. Il traite de toutes les parties de l’histoire naturelle, comme l’annonce son titre, mais d’une manière très abrégée et bien inférieure à celle des deux auteurs précédents. Son livre n’a sur ceux de Gyllius et de Wotton que l’avantage des figures, bien qu’elles y soient très petites, très imparfaites et enluminées d’une manière grossière. Quand Lonicer n’avait pas d’objet à copier, il ne se faisait même pas faute de donner des figures imaginaires.

  • 37 [Guillaume Rondelet, voir Leçon 1, note 42 ci-dessus.]

14Des auteurs d’un mérite réel sont les trois grands ichtyologistes, Belon, Salviani et Rondelet37. Ces naturalistes observèrent personnellement et donnèrent des figures exactes au lieu de dessins imaginés et d’emprunts faits aux anciens.

  • 38 [Cuvier voulait certainement dire « juste après 1550 ».]

15Rondelet et Belon étaient Français, Salviani était Romain. Tous trois, par un hasard extraordinaire, ont publié leurs ouvrages presque en même temps, peu après 156038. Tous trois aussi se connaissaient, avaient eu des rapports ensemble.

  • 39 [Il [Belon] naquit à la Souletière, hameau de la paroisse d’Oisé [M. de St.-Agy].
  • 40 [René du Bellay de Langey (né en 1500 ; mort en 1546 à Paris), théologien français issu d’une viei (...)
  • 41 [Guillaume Duprat (né en 1507 à Issoire ; mort en 1560 à Beauregard), évêque français. Fils du car (...)
  • 42 [François de Tournon (né en 1489 à Tournon-sur-Rhône ; mort en 1562 à Saint-Germain-en-Laye), homm (...)
  • 43 . [La Bataille de Pavie, combattue le matin du 24 février 1525 fut l’engagement décisif de la Guerr (...)
  • 44 [Henri II, voir Leçon 2, note 52 ci-dessus.]
  • 45 [Charles IX, voir Leçon 2, note 41 ci-dessus.]
  • 46 [Le Colloque de Poissy est une conférence religieuse qui eut lieu à Poissy en France en 1561 dans (...)

16Le premier, Pierre Belon, était du Maine. Dans ses ouvrages mêmes il s’appelle Belon du Mans. Ce n’était pourtant pas précisément au Mans qu’il était né ; c’était dans un village voisin de cette ville qu’il avait reçu le jour, en 151739. Il fut protégé dans ses premières études par René Du Bellay, évêque du Mans40 ; par Guillaume Duprat41, chancelier de France, fondateur du collège Louis-le-Grand ; et par le cardinal de Tournon, dont nous aurons occasion de connaître l’histoire plus en détail42. Ce cardinal était un des hommes les plus considérables de l’époque. Né à Tournon, en 1489, il devint archevêque d’Embrun. Il fut envoyé en Espagne pour la délivrance de François Ier, qui avait été pris à la bataille de Pavie43. Depuis ce temps, il obtint la faveur du roi, devint son ministre principal, et conserva ce poste presque toute sa vie. Il abusa un peu de sa position en se faisant un des persécuteurs les plus violents des protestants, qui commençaient alors à professer leurs opinions. Tombé dans la disgrâce de Henri II44, il reprit faveur sous Charles IX45, et on le trouve parmi les fauteurs les plus acharnés de la Saint-Barthélemi : il assista au colloque de Poissy46. Pour nous, nous avons à le considérer comme grand protecteur des sciences et des lettres à l’époque dont nous parlons. C’est à ce titre qu’il mérite notre reconnaissance, et qu’il reçut la dédicace de beaucoup d’ouvrages dont quelques-uns étaient faits par des naturalistes aidés de ses secours.

  • 47 [Valerius Cordes ou Cordus (né le 18 février 1515 à Kassel ; mort le 25 septembre 1544 à Rome), bo (...)

17En 1540, il envoya Belon faire un premier voyage en Allemagne. Celui-ci se rendit à Wirtemberg, où était un célèbre professeur de botanique, nommé Valerius Cordus47, dont il reçut des leçons.

  • 48 [Pape Paul III, Alexandre Farnèse (né le 29 février 1468 à Canino, Latium, faisant partie à l’époq (...)
  • 49 [Marcello Cervini (né le 6 mai 1501 à Montefano dans les Marches ; mort le 1er mai 1555 à Rome). C (...)

18En 1546, il fit des voyages plus étendus ; il alla en Italie, en Turquie, en Grèce, en Égypte, et fit presque tout le tour de la Méditerranée. Il revint en 1549, et se rendit à Rome chez le cardinal de Tournon, qui se trouvait dans cette ville pour le conclave occasionné par la mort du pape Paul III48. C’est à Rome qu’il rencontra Rondelet, autre grand zoologiste, et qu’il vit sa prodigieuse collection de figures de poissons, dont nous aurons dans un moment l’occasion de faire l’éloge. Il y trouva aussi Salviani, qui avait fait faire également un grand nombre de dessins de poissons. Ce dernier était médecin du cardinal Cervini, qui depuis fut pape, sous le nom de Marcel II49.

19La communication que ces trois grands ichtyologistes se firent de leurs ouvrages sur le même sujet engendra de la jalousie, et, par suite, des accusations de plagiat. Il est cependant facile de voir que ces accusations sont dénuées de fondement.

  • 50 [Daniel Matteo Alvise Barbaro (également connu sous le nom de Barbarus) (né le 8 février 1514 à Ve (...)
  • 51 [Thionville, commune du département de la Moselle en Lorraine, dans le nord-est de la France, situ (...)
  • 52 [Nous n’avons pu identifier ce dénommé Dehamme.]
  • 53 [Pierre de Ronsard (né le 11 septembre 1524 à Couture-sur-Loir, dans le Vendômois qui est le Loir (...)

20Belon termina assez vite son voyage ; il se rendit, en 1550, en Angleterre, où il rencontra Daniel Barbaro, noble vénitien, ambassadeur de la république de Venise près le roi d’Angleterre, et qui fut aussi patriarche d’Aquilée50. Barbaro avait fait peindre trois cents poissons ; il permit à Belon de les copier. Celui-ci eut ainsi des dessins considérables. Il vint à Paris pour s’y occuper de la publication de ses ouvrages, et se fit recevoir, avec beaucoup de peine, docteur en médecine. Quelques temps après, en 1554, il fut arrêté à Thionville51 par un parti d’Espagnols. Il ne put que difficilement se racheter, car il n’avait pas les fonds nécessaires à sa rançon. Ils lui furent avancés par un gentilhomme, nommé Dehamme52, par cela seul que lui, Belon, était compatriote du poète Ronsard53.

21Henri II lui fit délivrer, en 1556, pour récompense de ses travaux, un brevet de pension, qui ne lui procura jamais rien, de sorte qu’il fut pauvre toute sa vie.

  • 54 [En 1526, le roi François Ier (voir Tome 1, Leçon 15, note 21) commença la construction d’une rési (...)
  • 55 [Pedanius Dioscoride, voir Tome 1, Leçon 12, note 62.]
  • 56 [Théophraste, voir Tome 1, Leçon 9.]
  • 57 Il paraît que c’est dans le Bois de Boulogne même qu’il fut assassiné par cinq hommes [voir note 5 (...)
  • 58 [Malarmat, nom commun français du Peristedion cataphractum, poisson marin du nord-est de l’océan A (...)
  • 59 [Cuvier fait référence à « l’Aiguille de Cléopâtre », nom célèbre donné à l’obélisque égyptien off (...)

22Cependant il fit quelques voyages dans l’intérieur de la France, et en Savoie. Sous Charles IX, il obtint un logement au bois de Boulogne, dans le petit château de Madrid54. Il y travaillait à une traduction de Dioscoride55 et de Théophraste56, lorsqu’un soir il fut assassiné sur la route de Paris à Boulogne57. Nous avons ainsi été privés de beaucoup de travaux qu’il aurait pu encore exécuter ; car, il n’avait alors que quarante-sept ans. Néanmoins, il a laissé quelques ouvrages, qui sont des preuves marquantes de la puissance de ses facultés et des connaissances qu’il avait acquises. Le premier est l’Histoire naturelle des étranges poissons marins, avec leurs portraits, et la Vraie peinture du dauphin. C’est un essai qui forme un petit in-4 ° très mince, imprimé à Paris en 1551, avec des figures gravées sur bois. Il n’en avait pas encore paru d’aussi exactes. On y voit l’esturgeon, le thon, le malarmat58. On y trouve même la première figure de l’hippopotame ; il l’avait fait copier sur la plinthe de la statue du Nil, que nous avons aujourd’hui à Paris59, et sur laquelle sont représentés des hippopotames et des crocodiles. Les anciens n’en avaient pas profité, car leurs descriptions de ces animaux sont très inexactes.

  • 60 [Le Cardinal de Châtillon se nomme Odet de Coligny (né le 10 juillet 1517 à Châtillon-Coligny ; mo (...)
  • 61 La lecture de quelques ouvrages de Calvin, mais surtout l’ascendant de Dandelot [François D’Andelo (...)
  • 62 Il y fit très bien [lors de la Bataille de St Denis en 1567,] dit Brantôme [Pierre de Bourdeille, (...)
  • 63 [François Rabelais (né c. 1494 à Chinon ; mort le 9 avril 1553 à Paris), écrivain de grand renom f (...)

23Le livre de Belon procura encore une connaissance très vraie du dauphin, ou delphinus des anciens ; espèce de cétacé, dont la tête, considérablement distendue par un appareil particulier, se termine en bec d’oie. Cette question tenait à la héraldique ; car on mettait à cette époque des figures de dauphin dans beaucoup d’armoiries et d’écussons. Ce fut donc un objet de curiosité pour le public, beaucoup plus que pour les naturalistes. La seconde partie de l’ouvrage dont nous parlons est dédiée au cardinal de Chastillon60, un des principaux prélats de cette époque, et dont la vie a été plus extraordinaire que celles des cardinaux de Tournon et d’Armagnac. Il était né en 1515 ; le pape Clément VII l’avait fait cardinal à l’âge de dix-huit ans, par déférence pour François Ier. Il s’en serait sans doute bien gardé, s’il eût pu prévoir sa conduite future. Le cardinal de Chastillon se fit protestant, et se maria61 ; néanmoins il conserva ses bénéfices. On appelait sa femme à la cour madame la cardinale ou madame la comtesse de Beauvais ; car il était comte et pair de France. Il assista comme acteur à la bataille de Saint-Denis, qui eut lieu en 156762. Il fut obligé de se retirer en Angleterre, où il mourut empoisonné par un de ses valets de chambre. Ce cardinal a été, comme les autres cardinaux italiens, un très grand protecteur des gens de lettres. C’est à lui que Rabelais dédia une partie de son grand ouvrage63 ; nous verrons aussi que quelques naturalistes lui ont présenté les leurs.

  • 64 [Petri Bellonii Cenomani De aquatilibus, libri duo cum conibus ad viuam ipsorum effigiem, quoad ei (...)
  • 65 [Transverse : de nos jours les termes format rectangulaire ou format paysage seraient utilisés pou (...)
  • 66 [Gymnetrus est le poisson ruban connu aujourd’hui sous le nom de Regalecus glesne, le poisson osse (...)

24En 1553, Belon donna un autre livre intitulé : De aquatilibus (des animaux aquatiques)64 ; c’est un in-12 transverse65, qui renferme cent dix figures de poissons. Ces figures ont été faites d’après nature ; toutefois elles ne sont pas toutes très exactes pour les détails, mais pour l’ensemble elles sont satisfaisantes. Le plus grand nombre a été copié sur celles que Daniel Barbaro avait fait faire sur la mer Adriatique ; elles représentent quelques espèces qui, aujourd’hui, sont encore très rares, et n’ont bien été déterminées que depuis très peu d’années ; par exemple, le gymnètre66. Belon donne le nom de chaque espèce en latin, en grec, en français, en italien, quelquefois même aussi en illyrien, en grec moderne, en arabe, en turc ; il y ajoute une légère description, car en général la partie descriptive était à cette époque la plus négligée. Les termes imaginés depuis, pour exprimer les variétés de couleur et de formes, n’existaient pas encore ; les auteurs espéraient y suppléer par des figures. Belon donne quelques détails sur les mœurs et les usages des poissons ; ce n’est qu’une compilation des articles des anciens qui peuvent se rapporter aux espèces qu’il a sous les yeux. À cet égard, il est, comme les autres auteurs, souvent dans l’erreur ; car la détermination des espèces connues des anciens est rarement facile à faire. Ce travail ne put s’exécuter que lorsqu’on eut recueilli tous les poissons de la Méditerranée ; encore présente-t-il beaucoup de lacunes, car il est un si grand nombre de poissons dont les anciens n’ont parlé qu’en quelques mots, que plusieurs sont restés sans pouvoir être reconnus.

  • 67 [Belon (Pierre), La Nature et diversité des poissons, avec leurs portraits, représentés au plus pr (...)

25Cependant je trouve que parmi les trois zoologistes dont je viens de parler, c’est Belon qui a mis le plus de critique, d’intelligence, dans l’application des noms qu’il a tirés des anciens. L’édition latine de son livre a été publiée par lui, en 1553 ; il en a paru une édition française en 1555 ; elle est intitulée : De la nature et diversité des poissons67, et est dédiée au cardinal de Chastillon. C’est un in-12 transverse ; on y trouve les mêmes planches et à peu près le même texte que dans l’édition latine, sauf quelques légères différences : pour l’exactitude des recherches, on est obligé d’avoir les deux éditions.

  • 68 [Belon (Pierre), Les observations de plusieurs singularités et choses mémorables trouvées en Grèce (...)

26En 1553, Belon publia aussi la relation de ses voyages, intitulée : Les observations de plusieurs singularités et choses mémorables trouvées en Grèce, Asie, Judée, Égypte, Arabie et autres pays étranges68. Un grand nombre de ces observations est excentrique au plan de mon Cours ; je ne parlerai que de celles qui ont rapport à l’histoire naturelle.

  • 69 [Le mouflon est un ovin sauvage (Ovis aries orientalis) considéré comme l’ancêtre de toutes les ra (...)
  • 70 [Tartarin ou babouin hamadryas est une espèce de babouin, singes de l’Ancien Monde d’Afrique et d’ (...)
  • 71 Les modernes, d’après les Anciens, ont cru que ce poisson avait la faculté de ruminer [Aristote, p (...)

27Belon y donne des figures de plusieurs espèces d’oiseaux, de quadrupèdes, d’éléphants ; il y représente la civette, l’ichneumon, le caméléon, le mouflon69, etc., et un singe appelé tartarin, espèce de papion70. Ces figures, gravées sur bois, ne sont pas mauvaises ; elles sont suffisamment caractéristiques : mais l’une d’elles représente un poisson nommé le scare, dont les caractères n’ont pu être retrouvés. Belon pensait que c’était le scare des anciens71 ; on croit que c’est une erreur.

  • 72 [Belon (Pierre), L’histoire de la nature des oiseaux, avec leurs descriptions et naïfs portraits r (...)
  • 73 [Lonicer, voir note 35 ci-dessus.]

28En 1555, il donna un nouvel ouvrage, intitulé : l’Histoire de la nature des oiseaux, avec leur description et naïfs pourtraicts, retirés du naturel72. C’est un petit in-folio, qui fut imprimé à Paris et dédié au roi Henri II. Les figures des oiseaux représentent pour la première fois un grand nombre d’espèces ; elles avaient été gravées sur bois, comme celles de Lonicerus73 : on y désirerait un peu plus de délicatesse. Quelques-unes aussi sont assez mal enluminées ; néanmoins elles sont assez exactes, et cet ouvrage est le premier livre d’ornithologie un peu positif qui ait été publié. Dans le premier volume, l’auteur traite des généralités ; dans le second, des oiseaux de proie ; dans le troisième, des oiseaux nageurs ; dans le quatrième, des oiseaux de rivages ; dans le cinquième, des gallinacées ; dans le sixième, des corbeaux et autres oiseaux semblables ; dans le septième, enfin, des petits oiseaux chanteurs. Il agit, à l’égard de ces différents sujets, à peu près comme à l’égard des poissons, c’est-à-dire qu’il en rapporte les différents noms et la synonymie chez les anciens ; il en déduit une espèce d’histoire naturelle de chaque espèce.

  • 74 [Frédéric II (né le 26 décembre 1194 à Marche en Italie ; mort le 13 décembre 1250 à Apulie, en It (...)

29Les oiseaux de proie ou de chasse sont le sujet de quelques additions. La chasse à ces oiseaux était alors à la mode. Imaginée dans les pays orientaux, et principalement mise en pratique par les Persans et les Arabes, dans le Moyen Âge, elle avait été apportée en Occident par les croisés. Frédéric II en a publié un traité74. Elle exigeait un exercice très violent, en ce qu’il fallait suivre, à cheval, l’oiseau poursuivi et l’oiseau chasseur pour se trouver au moment de la prise. Elle obligeait de plus à traverser de vastes plaines, ce qui ne pouvait se faire qu’à une époque où beaucoup de terres étaient incultes. Presque aucun prince n’entretient maintenant d’oiseaux de proie.

  • 75 [Le faucon Gerfaut ou Falco rusticolus, est l’une des 37 espèces de faucon reconnues.]

30Du reste, cette chasse ne laissait pas d’être intéressante ; il était assez difficile de dresser de grands oiseaux à poursuivre le gibier, et à revenir après l’avoir atteint. On était obligé d’étudier les habitudes des faucons et des différents gibiers ; cette étude a concouru aux progrès de l’histoire naturelle des oiseaux ; et Belon s’était aidé des connaissances des principaux fauconniers, sur les gerfauts75 et quelques autres oiseaux de proie. Nous verrons d’autres ouvrages de vénerie où ces faits ont été consignés.

  • 76 [Belon (Pierre), Portraicts d’oyseaux, animaux, serpens, herbes, arbres, hommes et femmes d’Arabie (...)

31Les planches de Belon lui ont servi ensuite pour un autre ouvrage intitulé : Pourtraicts d’oiseaux, animaux, serpens, herbes, arbres, hommes et femme d’Arabie et d’Égypte76, avec une carte du mont Athos et du mont Sinaï. Il parut en 1557. L’ornithologie y domine ; l’auteur y a joint seulement quelques figures des quadrupèdes, des hommes, et des différents costumes qu’il avait remarqués dans ses voyages. Tout le texte de l’ouvrage se compose de quatre mauvais vers inscrits sous chaque oiseau. Ils expriment ce qu’il y a de plus particulier dans son caractère et dans ses mœurs. Cet ouvrage, qui fut le dernier écrit de Belon, est loin d’offrir la même utilité que son histoire naturelle des oiseaux. Tout le reste de sa vie avait été consacré à la traduction de Théophraste et de Dioscoride, les deux botanistes les plus fondamentaux de l’antiquité. Il ne paraît pas que sa traduction se soit trouvée en assez bon ordre, après son assassinat, pour être livrée à l’impression car il ne nous est rien resté.

32Dans le même temps que Belon, vivait en Italie un homme qui a aussi écrit sur les poissons, Hippolyte Salviani, né à Citta di Castello dans l’Ombrie, en 1514.

  • 77 [Cervini, voir note 49 ci-dessus.]
  • 78 On a dit qu’il avait été empoisonné, mais sans en apporter aucune preuve [M. de St.-Agy].
  • 79 [Pape Jules III, Giovanni Maria Ciocchi del Monte (né le 10 septembre 1487 à Rome ; mort le 23 mar (...)
  • 80 [Pape Paul IV, Gian Pietro Carafa (né le 28 juin 1476 à Capriglia Irpina près d’Avellino ; mort le (...)

33Salviani devint médecin de Marcel Cervini77, cardinal du titre de Sainte-Croix, et qui fut pape trois semaines, sous le nom de Marcel II78. Mais ce cardinal, avant d’arriver à la papauté, lui avait procuré la place de médecin du pape Jules III79, son prédécesseur, et Salviani la conserva sous Paul IV80, Caraffa, successeur de Marcel II. Il fut ainsi dans une position très favorable pour s’occuper d’ichtyologie, car la mer Méditerranée est infiniment plus riche en poissons que toutes nos mers du nord. Les marchés de Rome en offrent d’ailleurs une quantité considérable, et il lui suffisait, pour ainsi dire, de les envoyer acheter et de les peindre pour avoir une première base à ses travaux. C’est, en effet, ce que fit Salviani.

  • 81 [Aquatilium animalium historia libri primus [illustré par Lafréry Antoine (né en 1512 ; mort en 15 (...)
  • 82 [La Grémille (Gymnocephalus cernua) est un poisson d’eau douce que l’on trouve dans les régions te (...)
  • 83 [Pierre Artedi, voir Tome 1, Leçon 13, note 17.]
  • 84 [Salviani (Ippolito), La Ruffiana [« La Maquerelle »], Rome : Per Valerio & Luigi Dorici fratelli (...)

34Son livre est intitulé : Aquatilium animalium historia81. Il fut imprimé dans sa propre maison, à Rome, et parut de 1554 à 1558. La totalité forme un volume in-folio qui est devenu un peu rare. Les planches qui l’accompagnent sont les premières qui furent gravées sur cuivre, avec quelque élégance. Les artistes romains étaient alors très nombreux. C’est, pour ainsi dire, l’époque où les arts ont le plus fleuri, mais la gravure surtout, qui n’est venue qu’après la peinture. Si les caractères des poissons y étaient suffisamment exprimés, l’ouvrage de Salviani ne laisserait rien à désirer. Mais, pour qu’un peintre applique parfaitement son talent à l’histoire naturelle, il est nécessaire qu’il sache luimême ce qu’il faut mettre en saillie ; autrement, il est indispensable que le naturaliste qui l’emploie porte son attention sur les détails qu’il doit faire ressortir. À l’époque dont nous parlons, personne ne pensait qu’il deviendrait important un jour de compter les rayons des nageoires des poissons, les petites dentelures ou épines qui peuvent exister aux dos de leur tête ; aussi ces particularités ne sont-elles pas représentées suffisamment dans les figures de Salviani. Du reste, l’ensemble en est parfait, et ce sont les meilleurs dessins qu’on ait eus jusqu’à notre temps ; ils sont au nombre de quatrevingt-dix-neuf. Comme les figures de Belon et de Rondelet, qui sont plus nombreuses, ils ont souvent été copiés. Ils représentent les poissons de Rome, quelques-uns d’Illyrie et de l’Archipel, quelques mollusques, quelques ruffes ou posts82. Le texte est le même que celui de Belon et de Rondelet, pour les espèces figurées. On y trouve leur nom en langue vulgaire, et des synonymes tirés des ouvrages des anciens. Mais cette synonymie est très difficile à établir ; ainsi nous voyons Belon appeler certains poissons d’un autre nom que Rondelet, et Salviani leur en donner un troisième. Il est résulté de là une grande confusion, qui n’a pu être dissipée que lorsqu’on a eu des caractères précis. C’est Artedi83 qui, le premier, a apporté quelque ordre, quelque clarté dans cette confusion de nomenclatures. Cependant Salviani était plus qu’un autre capable de bien faire le travail d’érudition qu’il avait entrepris : c’était un homme de lettres fort instruit, qui a composé d’autres ouvrages que ceux dont j’ai parlé. Il a écrit une comédie intitulée : la Ruffiana, dans laquelle il peint les vices de son temps, et qui a été réimprimée un grand nombre de fois en Italie84.

35Mais un homme supérieur à Salviani et à Belon, qui fut leur contemporain, et dont l’ouvrage a paru presque en même temps que les leurs, c’est Guillaume Rondelet, né à Montpellier en 1507. Son père exerçait l’état de droguiste. Comme Guillaume était d’une mauvaise santé, il ne lui laissa que cent écus pour payer sa réception dans un couvent, et distribua le reste de sa fortune à ses autres enfants.

  • 85 [Gonthier d’Andernach, mieux connu sous le nom de Johannes Winter von Andernach (né c. 1505 à Ande (...)

36Mais Rondelet ne se sentant pas de vocation pour l’état monastique, le quitta à dix-huit ans, et continua ses études avec persévérance. Aidé de son frère aîné, il vint à Paris finir ses humanités. Il s’y lia avec Gonthier d’Andernach85, dont il fut prosecteur, et retourna à Montpellier en 1529. Anatomiste très habile en même temps que grand naturaliste, il enseigna, le premier, l’anatomie dans cette ville avec beaucoup de succès. Il ne fut cependant reçu docteur qu’en 1537, c’est-à-dire à trente ans. C’est une remarque à faire, que la dignité, le titre de docteur n’était donné alors qu’après de longues études et à un âge comparativement assez avancé.

  • 86 [Guillaume Pellicier, évêque de Montpellier ; voir Leçon 1, note 42 ci-dessus.]
  • 87 [Rondelet (Guillaume), Libri de piscibus marinis : in quibus verae piscium effigies expressae sunt (...)

37Rondelet trouva à Montpellier un grand protecteur dans l’évêque de cette ville, Guillaume Pellicier86, qui était un homme très savant, et avait étudié jusqu’à un certain point l’histoire naturelle, surtout celle des poissons. Pellicier avait été ambassadeur à Venise. Les secours qu’il procura à Rondelet furent tels, que des auteurs ont prétendu que Pellicier était le véritable auteur de l’ouvrage intitulé : De piscibus marinis, libri xviii, in quibus vivæ piscium imagines expositæ sunt, 155487. Mais il est évident, par l’ensemble de l’ouvrage qui a paru du temps de Pellicier, et par la manière dont Rondelet parle des secours qu’il a reçus de Pellicier, que celui-ci n’a concouru à la composition de son ouvrage que d’une manière indirecte.

38Rondelet fut nommé professeur à Montpellier en 1545. Depuis quelques temps, il était déjà attaché au cardinal de Tournon en qualité de médecin. Il le suivit dans ses ambassades en Italie et dans les Pays-Bas, et y acquit de nouvelles connaissances en histoire naturelle. Après un séjour de plus d’une année à Rome, il obtint du cardinal la permission de revenir en France pour y remplir ses devoirs de professeur ; mais auparavant il visita Venise, Parme, Plaisance, Padoue et Bologne.

  • 88 [Nous n’avons pu trouver confirmation de cette référence concernant la fondation de l’Académie d’A (...)
  • 89 Jean Coras [également appelé Corasius ; né en 1515 à Réalmont ; mort en 1572 à Toulouse] était un (...)
  • 90 [Rabelais, voir note 63 ci-dessus.]

39Le cardinal de Tournon, pendant son séjour en Italie, avait fondé la célèbre académie des Arcades88. Rondelet, de retour à Montpellier en 1551, y établit un amphithéâtre d’anatomie. Chaque jour il y faisait plusieurs leçons que suivait un grand nombre d’élèves. Il mourut en 1556, dans un voyage qu’il fit à Réalmont, pour visiter la femme de Jean Coras, alors malade89. Rondelet fut le camarade de Rabelais90, qui lui-même fut reçu docteur médecin à Montpellier. On conserve même dans cette ville la robe qu’on prétend avoir été la sienne. Rabelais parle de Rondelet dans son grand ouvrage sous le nom de Rondibilis. Il l’estimait sans doute, car tous les discours qu’il lui attribue sont pleins de bon sens et de sagesse.

40L’ouvrage principal de Rondelet, celui qui lui donne une autorité très grande en ichtyologie et en histoire naturelle, est son livre intitulé : De piscibus marinis, libri xviii, in quibus vivæ piscium imagines expositæ sunt, Lyon, 1554 ; — universæ aquatilium historiæ, pars altera, cum veris ipsorum imaginibus, ibid., 1555, in-folio. Comme vous le voyez, cet ouvrage est divisé en deux parties : la première comprend dix-huit livres, et l’autre sept. Vous pouvez remarquer aussi que les trois ichtyologies du seizième siècle parurent presque en même temps.

41La première, qui forme un volume in-12, de forme italienne, est celle de Belon ; elle fut publiée en 1553.

42La seconde est celle de Salviani, in-folio, commencée en 1554 et terminée en 1558.

  • 91 [L’artiste de Rondelet était Georges Reverdi, un « graveur préféré des publieurs » de Lyon, né dan (...)

43L’ichtyologie de Rondelet parut de 1554 à 1555. C’est la plus parfaite, sans comparaison ; les dessins sont meilleurs et les espèces plus nombreuses que dans les deux autres. L’exactitude de ses figures est même étonnante, quoique gravées sur bois, et par conséquent manquant un peu de finesse. Tous les petits détails, les épines, les petites dentelures, la forme des écailles, celle des nageoires, y sont représentées beaucoup mieux que dans l’ouvrage de Salviani, qui a employé la gravure. Les figures de poissons de mer y sont au nombre de cent quatre-vingt-dix-sept ; celles de poissons d’eau douce, au nombre de cent quarante-sept. À ces figures en sont jointes plusieurs autres représentant des coquillages, des mollusques et des vers, ainsi que quelques reptiles et quelques cétacés. Elles sont toutes tellement exactes, qu’il n’en est pas une dont on ne puisse reconnaître aujourd’hui le modèle. Dans le nombre des espèces dessinées, il y en a de tellement rares, qu’elles n’ont été retrouvées que de nos jours, je pourrais dire que l’année dernière, que cette année même. Plus on étudie les poissons de la Méditerranée, plus on retrouve de types des dessins de Rondelet, qui étaient inconnus aux ichtyologistes du nord. On ignore le nom du peintre qui a produit ces figures d’une exactitude si parfaite. Il méritait bien cependant d’être célèbre, car il a surpassé, non seulement tous les dessinateurs qui étaient venus avant lui, mais encore ceux qui l’ont suivi pendant plus d’un siècle91. Le texte que ces figures accompagnent est aussi plus savant ; il repose mieux sur l’observation que celui des deux émules de Rondelet. Les observations anatomiques de ce dernier sont aussi plus nombreuses que celles de Belon et de Salviani. Ce fait n’a rien de surprenant, puisque Rondelet était professeur d’anatomie ; mais les extraits qu’il tire des anciens sont encore traduits avec une élégance supérieure : ils sont disposés de manière à former un ensemble ; seulement il y manque cette vérité de synonymie qui est presque impossible à atteindre.

44Comme je vous l’ai fait observer, les poissons de la Méditerranée ont été mieux décrits par Rondelet que par la plupart des modernes, si l’on met de côté les détails techniques des descriptions, qui ne pouvaient pas être connus alors comme ils le sont aujourd’hui.

45Mais Rondelet connaissait moins bien les poissons du nord, des côtes de l’Océan, de la Manche. Il n’en est pas de même de Belon, qui n’a vécu qu’à Paris et dans le nord.

  • 92 Les Labridae, poissons osseux de la famille des Labridae, représentent la deuxième plus grande fam (...)
  • 93 [La famille des Triglidae, poissons osseux communément appelés rougets ou grondins, se compose de (...)
  • 94 [Francis Willughby (né le 22 novembre 1635 à Middleton Hall dans le Warwickshire ; mort le 3 juill (...)
  • 95 Georg Marcgrave ou Marcgraf (né en 1610 à Liebstadt, en Saxe ; mort en 1644 en Guinée), naturalist (...)

46Bien qu’il n’y ait encore dans Rondelet ni ordre, ni genre, ni disposition d’espèces, rien en un mot de cet échafaudage qui nous est si nécessaire aujourd’hui pour nous retrouver dans l’immense multitude d’êtres que l’histoire naturelle embrasse, on y voit cependant le sentiment de la méthode ; il est facile de reconnaître qu’il avait aperçu des rapports entre les espèces. Celles dont il parle sont à peu près groupées d’après l’ordre des genres. Ainsi, il met ensemble les diverses espèces de labres92. Les trigles93, sans avoir été déterminés comme nous le faisons aujourd’hui, ont cependant été très bien sentis par Rondelet, de sorte que les vrais auteurs des genres, Willughby, etc., n’ont eu qu’à donner une forme plus scientifique aux indications de l’auteur dont nous parlons. Son ouvrage, joint à ceux de Salviani et de Belon, a été la base de tous les travaux ultérieurs sur l’ichtyologie, non seulement pendant le seizième siècle, mais aussi pendant le dix-septième et la première moitié du dix-huitième. Si l’on prend, par exemple, Willughby qui a fait un ouvrage sur les poissons à la fin du dix-septième siècle94, on voit que, excepté les espèces apportées d’Amérique par Marggraf95, et celles prises aux Indes par quelques autres voyageurs, il n’a presque fait que copier les figures de Rondelet. Il n’y a ajouté aucune espèce : au contraire, plusieurs des espèces de Rondelet n’ont pas été vues par Willughby, qui n’en a parlé que d’après lui. Rien ne fait mieux l’éloge d’un ouvrage que d’être resté complet et capital pendant cent cinquante ans. C’est une sorte de phénomène dans les sciences naturelles, où les progrès sont si rapides, qu’elles changent de face presque tous les dix ans.

47Aux trois naturalistes dont nous venons de parler, on n’avait qu’à joindre l’ouvrage de Gilbert Longolius, pour former une bibliothèque de zoologie. Nous ne parlons pas de deux ou trois autres petits écrits sur la même matière.

  • 96 [Gilbert Longolius ou Gilbert de Longueil (né en 1507 à Utrecht ; mort en 1543 à Cologne), médecin (...)
  • 97 [Longueil (Gilbert de), Dialogus de avibus et earum nominibus graecis, latinis et germanicis, non (...)

48Gilbert Longolius96 était né à Utrecht, en 1507. Il mourut à Cologne, en 1543. On a de lui un ouvrage intitulé : Dialogus de avibus et earum nominibus græcis, latinis et germanicis, etc.97 ; Dialogue sur les oiseaux et sur leurs noms grecs, latins et allemands. C’est une compilation qui a peu d’importance.

  • 98 [William Turner (né c. 1508 à Morpeth, Northumberland, Angleterre ; mort le 13 juillet 1568 à Lond (...)
  • 99 [Henri VIII (né le 28 juin 1491 à Greenwich ; mort le 28 janvier 1547 à Londres), roi d’Angleterre (...)
  • 100 [Lucrèce de Médicis, Duchesse de Ferrara (née le 14 février 1545 à Florence ; morte le 21 avril 15 (...)
  • 101 [Édouard VI (né le 12 octobre 1537 au Palais d’Hampton Court, Middlesex ; mort le 6 juillet 1553 a (...)
  • 102 [Édouard Seymour, Comte d’Hertford et premier Duc de Somerset (ne c. 1500, mort décapité le 22 jan (...)
  • 103 Marie Tudor (née le 18 mars 1496 au Palais de Richmond, Surrey ; morte le 25 juin 1533 à Westhorpe (...)
  • 104 [Élizabeth Ière (née le 7 septembre 1533, Palais de Placentia, Greenwich ; morte le 24 mars 1603, (...)
  • 105 [Turner (William), Avium praecipuarum, quarum apud Plinium et Aristotelem mentio est, brevis et su (...)
  • 106 [Paul Jove, voir note 9 ci-dessus.]

49Un autre ouvrage sur les oiseaux fut donné par Guillaume Turner98, Anglais, né à Morpeth, vers 1500. Turner fut obligé de quitter l’Angleterre sous Henri VIII99, à cause des persécutions qui commençaient à éclater contre les protestants. Il se réfugia à Ferrare, où ces religionnaires obtenaient alors quelque protection, parce que la duchesse de Ferrare100 partageait leurs sentiments. Il revint dans sa patrie lors du règne d’Édouard VI101, et fut le médecin du protecteur d’alors, Hartfort, duc de Sommerset102. Sous Marie103, il fut obligé de quitter de nouveau l’Angleterre ; il y revint sous Élisabeth104. Il mourut à Cologne, en 1568. Son livre est intitulé : Avium præcipuarum, quarum apud Plinium et Aristotelem mentio fit, brevis et succincta historia ; Courte histoire des principaux oiseaux dont il est parlé dans Aristote et dans Pline105. Il parut à Cologne, en 1554, in-8°. C’est une compilation à peu près comparable à celle de Paolo Giovio106, sur les poissons. Ces deux petits livres sont composés comme des centons, avec des passages tirés des anciens et des intercalations d’auteurs nouveaux. Mais Paul Jove éprouva moins de difficulté dans ses recherches, puisqu’il les faisait en Italie, tandis que Turner faisait les siennes dans le nord.

  • 107 [Conrad Gessner, voir Leçon 4 ci-dessous.]

50Tels sont, messieurs, les ouvrages de Turner, qui avaient paru dans la première moitié du seizième siècle, lorsque Conrad Gessner107 entreprit la tâche immense de faire une grande encyclopédie zoologique, où toutes les espèces seraient comprises ; où serait rassemblé avec critique tout ce qui aurait été dit par les anciens, par les auteurs du Moyen Âge et par les modernes ; enfin où tous ces matériaux seraient classés méthodiquement, et accompagnés des observations qu’il aurait été possible de recueillir dans toutes les contrées de l’Europe. Cet ouvrage a été pendant deux siècles l’ouvrage capital pour tous les zoologistes ; c’est de là que presque tous les auteurs postérieurs ont tiré ce qu’ils ont montré d’érudition. Cette histoire mérite plus de nous occuper que celle des précédents auteurs : nous l’examinerons dans la séance prochaine.

Notes

1 [William Harvey, voir Leçon 2.]

2 [Fabricius d’Aquapendente, voir Leçon 1, note 66 ci-dessus ; et Tome 1, Leçon 9, note 38].

3 [Aristote, voir Tome 1, Leçons 7 et 8.]

4 [Élien de Préneste, voir Tome 1, Leçon 15]

5 [Pline l’Ancien, voir Tome 1, Leçon 13].

6 [Albert le Grand, voir Tome 1, Leçon 23.]

7 [Vincent de Beauvais, voir Tome 1, Leçon 22, note 29.]

8 [L’auteur de cet essai sur les serpents intitulé De serpentibus opus singulare ac exactissimum (Bologne : Joannem Antonium juniorem de Benedictis, [1518,] [108] p.) est Nicolas Léonicène (voir Leçon 7, note 15 ci-dessous ; sur Nicandre, voir Tome 1, Leçon 10 note 16]

9 [Paul Jove, en italien Paolo Giovio, ou Paulus Jovius en latin (né le 19 avril 1483 à Côme en Lombardie ; mort le 11 décembre 1552 à Florence) était un médecin, historien et biographe italien, ainsi que l’auteur d’une collection de biographies d’hommes célèbres dont Vitae virorum illustrium (1549-1557), d’un ouvrage renommé d’histoire contemporaine intitulé Historiarum sui temporis libri XLV (1550-1552), et d’Elogia virorum bellica virtute illustrium (1554). On le connait également pour ses chroniques des Guerres Italiennes. Son témoignage personnel de nombreuses batailles représente l’une des principales sources d’information primaires sur cette période. Voir Giovo (Paolo), Nouocomensis opera quotquot extant omnia, a mendis accuratè repurgata, vivisatque imaginibus eleganter & opportunè suis locis illustrata (vol. I, Historiarum sui temporis, libri XLV. Regionum et Insularum atque locorum descriptiones... ; vol. II, Vitae illustrium virorum... : t. 1., Elogia virorum literis illustrium... & Vitarum illustrium aliquot virorum, t. II., Elogia virorum bellica virtute illustrium...), Bâle : typ. P. Pernae, 1575-1578, 2 vol. ([12] + 408 + [22] + 617 + [29] + 156 + [6] p. ; [12 + 427 + 231 + [8] + 225 + [8] + 391 + [14 p.), ill., in-folio.]

10 [Jules de Médicis (né le 26 mai 1478 à Florence ; mort le 25 septembre 1534 à Rome) fut le chef de l’Église catholique du 19 novembre 1523 jusqu’à sa mort sous le nom de Pape Clément VII.]

11 [De Romanis piscibus libellus ad Ludouicum Borbonium Cardinalem amplissimum, Rome : Francisci Minitii Calui, 1524. Trois autres éditions parurent du vivant de Paul Jove, et furent imprimées à Rome en 1527 et 1528, et en 1531, la dernière édition fut publiée à Bâle par Hieronymum Frobenium. Huit ans après la mort de Paul Jove, son œuvre fut traduite en italien par Carlo Zancaruolo et imprimée à Venise en 1560 par Gualtieri sous le titre de Paolo Giovio de’pesci romani (Histoire Des Poissons Romains par Paul Jove). Voir Giovo (Paolo), De romanis piscibus libellus ad Ludouicum Borbonium cardinalem amplissimum, [Bâle] : In officina Frobeniana, 1531, 144 + [6] p., in-12 ; Libro di Mons. Paolo Giovio de’pesci romani tradotto in volgare da Carlo Zancaruolo (tr. en italien par Zancaruolo Carlo), Venise : appresso il Gualtieri, 1560, 198 p., in-4°.]

12 [Louis de Bourbon de Vendôme (né le 2 janvier 1493 en Picardie, France ; mort le 13 mars 1557 à Laon), fils de François, comte de Vendôme (né en 1470 ; mort le 30 octobre 1495) et de Marie de Luxembourg (morte le 1er avril 1547). Il fut élu archevêque de Laon en 1510, et fut sacré en juin 1517 en présence du roi François Ier ; il devint cardinal en juillet 1517].

13 [Francesco Massari (premier tiers du seizième siècle), auteur de l’œuvre In nonum Plinii de naturali historia librum castigationes et annotationes. Quisquis de natura aquatilium ac remotiore piscium cognitione edoceri cupis, hunc Massarii commentarium eme & lege. Admiraberis laborem ac ingenium hominis candidissimi, qui longè maximam operam in hiis indagandis, ut studiosi juvarentur, insumpsit, Bâle : Hieronymus Froben, 1537, 367 + [17] p. ; in-4°.]

14 [Le neuvième livre de Pline intitulé Naturalis historia traite de l’histoire naturelle des poissons ; sur Pline, voir Tome 1, Leçon 13.]

15 [Pierre Gilles, connu également sous le nom de Pierre Alby ; voir Tome 1, Leçon 15, note 20].

16 [Lazare de Baïf (né en 1496 à La Flèche ; mort en 1547 à Paris) ; diplomate et humaniste français, auteur élégant de vers latins et ambassadeur de France à Venise ; il publia une traduction d’Électre de Sophocle en 1537 et plus tard, une version d’Hécube.]

17 [François Ier, roi de France. Voir Tome 1, Leçon 15, note 21.]

18 [Cardinal d’Armagnac, évêque de Rodez, de son nom civil Georges d’Armagnac (né vers 1501 en Avignon ; mort en juillet 1585 en Avignon), était un humaniste Français protecteur des arts et diplomate qui fut profondément impliqué dans les guerres Italiennes et les guerres de religion en France ; il fut nommé évêque du diocèse catholique romain de Rodez en 1529 et cardinal en décembre 1544 (voir Tome 1, Leçon 15, note 20.]

19 Les d’Armagnac descendent de Clovis [voir Tome 1, Leçon 19, notes 18 à 20 et 23 à 24] par les ducs d’Aquitaine [chefs de l’ancienne région d’Aquitaine sous la suprématie des Francs, des Anglais, et ensuite des rois Français] et les ducs de Gascogne [chefs de Gascogne, région située au sud-ouest du Duché d’Aquitaine et bordant la région nord-est de l’Espagne] [M. de St.-Agy].

20 [Georges d’Amboise, dit le Cardinal d’Amboise (né en 1460 à Chaumont-sur-Loire ; mort le 25 mai 1510 à Lyon), cardinal catholique français et ministre d’état ; il devint cardinal en septembre 1498 et fut nommé premier ministre auprès de Louis XII en décembre 1498.]

21 [Porphyre, voir Tome 1, Leçon 1, note 39 et Leçon 20, note 24.]

22 [Oppien d’Anazarbe, voir Tome 1, Leçon 15.]

23 [Hérodote, voir Tome 1, Leçon 7.]

24 [Héliodore d’Émèse (iiie siècle après J.C.), auteur des Éthiopiques, le roman le plus long et le plus lisible parmi les nombreux romans de la Grèce Ancienne. Ce roman raconte l’histoire d’une princesse éthiopienne et d’un prince Thessalien qui entreprennent une série d’aventures périlleuses et finissent par se marier dans le pays natal de l’héroïne. Voir Héliodore d’Émèse, Les Éthiopiques. Théagène et Chariclée [Texte établi par Rattenbury R. M. et Lumb T. W., texte grec trad. en français par Maillon J.], Paris : Les Belles Lettres, 1960, 3 tomes (Collection des universités de France).]

25 [Conrad Gessner, voir Leçon 4 ci-dessous.]

26 [See Élien (Claude), Ex Aeliani Historia Per Petrvm Gyllivm Latini Facti, itemque ex Porphyrio, Heliodoro, Oppiano, tum eodem Gyllio luculentis accessionibus aucti libri XVI. De ui [et] natura animalium, Eiusdem Gyllij Liber unus, De Gallicis [et] Latinis nominibus piscium [texte édité sous la direction de Gilles Pierre], Lyon : Seb. Gryphius, 1533, (24) + 598 + (7) p., in-4°.]

27 Soliman II (né le 15 avril 1642 au palais de Topkapi à Constantinople ; mort le 22/23 juin 1691 à Edirne, en Thrace Orientale), sultan de l’Empire Ottoman de 1687 à 1691.]

28 [Gilles (Pierre), De Bosporo Thracio libri III, Lyon : Guillaume Rouillé, 1561, [4 fol.] + 263 p., in-4°.]

29 [Gilles (Pierre), De topographia Constantinopoleos et de illius antiquitatibus libri quatuor, Lyon : Guillaume Rouillé, 1561, [4 fol.] + 245 p., in-4°.]

30 [Gilles (Pierre), Descriptio nova elephanti, Lyon : Guillaume Rouillé, 1561, 38 p.]

31 [Démétrios Pépagomenos (fl. xiiie siècle), était un savant, médecin, vétérinaire et naturaliste byzantin qui vivait à Constantinople. On lui attribue une description générale de la goutte ; de par sa qualité de vétérinaire, il écrivit des traités sur les soins et traitements des faucons et des chiens.]

32 [Edward Wotton (né en 1492 à Oxford ; mort le 5 octobre 1555 à Londres), médecin anglais et fondateur de la zoologie moderne, un titre qui lui fut attribué principalement pour avoir rejeté entièrement les mythes et le folklore qui au fil du temps avaient été acceptés comme faisant partie du corpus de connaissance en zoologie.]

33 [Thomas Moufet, voir Leçon 4, notes 43 et 71 ci-dessous.]

34 [Insectorum sive minimorum animalium theatrum or insectorum sive minimorum animalium theatrum, Londres : Thomas Cotes, 1634, 10 pl., + 326 [i. e. 316] + [4] p. Voir Leçon 4, notes 70 et 71 ci-dessous.]

35 [Adam Lonicer ou Lonicerus (né le 10 octobre 1528 à Marbourg ; mort le 29 mai 1586 à Francfort), botaniste allemand, fils d’un théologien et philologue, il étudia à Marbourg et à l’université de Mayence où il obtint un magister à l’âge de seize ans ; il devint plus tard professeur de mathématiques à l’université de Marbourg en 1553, docteur en médecine en 1554, et plus tard, médecin de ville à Francfort sur Mayence. On le connait principalement pour son livre sur les plantes —pour lequel il fut commémoré plus tard par Linné (voir Tome 1, Leçon 7, note 34), lequel nomma le chèvrefeuille Lonicera en son honneur—, livre intitule Krauterbuch qui fut publié en quatre éditions entre 1557 et 1577. Voir Lonicer (Adam), Kreuterbuch. Kunstliche Conterfeytunge der Bäume, Stauden, Hecken, Kreuter, Getreyde, Gewürtze : Sampt künstlichem und artlichem Bericht desz Distillierens. Item von fürnembsten Gethieren der Erden, Vögeln, und Fischen, Deszgleichen von Metallen, Ertze, Edelgesteinen, Gummi, und gestandenen Säfften. Jetzo auffs fleissigst zum sechsten Mal von neuwem ersehen ..., Francfort : Getruckt bey Martin Lechlern, 1577, 16 + ccclviii + [1] p.]

36 L’exemplaire que nous connaissons a deux volumes in-folio, y compris les figures [voir Lonicer (Adam), Naturalis historiae opus novum : in quo tractatur de natura et virbus arborum, fruticum, herbarum, Animantiumque terrestrium, uolatilium & aquatilium... Francfort : Christian Egenolph, 1551, [18] + 352 + [1] p. ; Naturalis historiae. Tomus II, De plantarum earumque potissimum quae locis nostris rariores sunt, descriptione, natura et viribus, jam recens summo studio et diligentia congestus : accessit onomasticon, continens varias plantarum nomenclaturas, utpote graecas, latinas, italicas, gallicas, germanicas : vocunque, quarum in plantarum descriptionibus frequens est usus, explicationem, cum indice multiplici..., Francfort : Christian Egenolph, 1555, 83 p., in fol.] [M. de St.-Agy].

37 [Guillaume Rondelet, voir Leçon 1, note 42 ci-dessus.]

38 [Cuvier voulait certainement dire « juste après 1550 ».]

39 [Il [Belon] naquit à la Souletière, hameau de la paroisse d’Oisé [M. de St.-Agy].

40 [René du Bellay de Langey (né en 1500 ; mort en 1546 à Paris), théologien français issu d’une vieille famille noble d’Anjou dont les origines remontent au douzième siècle ; il fut nommé abbé commendataire de Saint-Méen en 1532 et évêque du Mans à partir de 1535. Il résigna son abbaye en 1539.]

41 [Guillaume Duprat (né en 1507 à Issoire ; mort en 1560 à Beauregard), évêque français. Fils du cardinal Antoine Duprat, il fut nommé évêque de Clermont en 1529 ; il participa aux dernières sessions du Concile de Trent. Il était protecteur des Jésuites — non seulement il les recevait dans son diocèse où ils étaient en charge des collèges de Billom et de Mauriac, mais il les aidait également financièrement et par d’autres moyens, en particulier en établissant le Collège de Clermont.]

42 [François de Tournon (né en 1489 à Tournon-sur-Rhône ; mort en 1562 à Saint-Germain-en-Laye), homme d’église de l’ordre de Saint-Augustin devenu cardinal et diplomate français. En 1536, il devint également chef militaire des forces françaises qui opéraient en Provence, en Savoie et dans le Piémont ; la même année, il fonda le Collège de Tournon, et pendant un certain temps, il fut également le ministre des affaires étrangères de la France.]

43 . [La Bataille de Pavie, combattue le matin du 24 février 1525 fut l’engagement décisif de la Guerre Italienne de 1521-1526. L’armée impériale espagnole sous le commandement de Charles de Lannoy (né c. 1487 ; mort le 23 septembre 1527) attaqua l’armée française, laquelle était sous le commandement de François Ier (voir Tome 1, Leçon 15, note 21) dans le grand domaine de chasse de Mirabelle à l’extérieur des murs de la ville. Lors de cette bataille qui dura quatre heures, l’armée française fut divisée et défaite, et subit de nombreuses pertes humaines dont un grand nombre de nobles importants de France. François Ier lui-même fut capturé par les troupes espagnoles, emprisonné par Charles V (voir Leçon 1, note 69 ci-dessus) et forcé de signer l’humiliant Traité de Madrid par lequel il céda un large territoire à son ravisseur. Cette bataille concrétisa l’ascendance des Habsbourg d’Espagne sur l’Italie.]

44 [Henri II, voir Leçon 2, note 52 ci-dessus.]

45 [Charles IX, voir Leçon 2, note 41 ci-dessus.]

46 [Le Colloque de Poissy est une conférence religieuse qui eut lieu à Poissy en France en 1561 dans l’espoir de réconcilier les Catholiques et les Protestants (Huguenots) de France. Ce colloque commença le 9 septembre dans le réfectoire du convent de Poissy en présence du roi de France (âgé de 11 ans) ; il se termina sans succès un mois plus tard, le 9 octobre, au point que la division entre les deux doctrines fut sans appel.]

47 [Valerius Cordes ou Cordus (né le 18 février 1515 à Kassel ; mort le 25 septembre 1544 à Rome), botaniste, artiste, pharmacologue et naturaliste allemand connu pour ses études sur les plantes du centre et du sud de l’Allemagne, dans lesquelles il décrivit de nombreuses espèces de plantes rares et nouvelles.]

48 [Pape Paul III, Alexandre Farnèse (né le 29 février 1468 à Canino, Latium, faisant partie à l’époque des États Pontificaux ; mort le 10 novembre 1549 à Rome), fut chef de l’Église catholique du 13 octobre 1534 jusqu’à sa mort.]

49 [Marcello Cervini (né le 6 mai 1501 à Montefano dans les Marches ; mort le 1er mai 1555 à Rome). Cardinal en titre de la Basilique Sainte-Croix de Jérusalem, élu pape de l’Église catholique le 10 avril 1555 sous le nom de Marcel II, il ne remplit sa fonction de pape que pendant vingt jours après son accession au pontificat.]

50 [Daniel Matteo Alvise Barbaro (également connu sous le nom de Barbarus) (né le 8 février 1514 à Venise ; mort le 13 avril 1570 à Venise), humaniste italien connu pour ses nombreuses contributions dans les arts, les lettres et les mathématiques, et ses traductions des œuvres du célèbre ingénieur romain Marcus Vitruvius (ne c. 80-70 avant J.C. ; mort après c. 15 avant J.C.) ; il eut également une carrière ecclésiastique importante puisqu’il atteint le rang de cardinal.]

51 [Thionville, commune du département de la Moselle en Lorraine, dans le nord-est de la France, situé sur la rive gauche de la Moselle.]

52 [Nous n’avons pu identifier ce dénommé Dehamme.]

53 [Pierre de Ronsard (né le 11 septembre 1524 à Couture-sur-Loir, dans le Vendômois qui est le Loir et Cher de nos jours ; mort le 27 décembre 1585 à La Riche), poète français connu appelé le « prince des poètes » par sa génération en France.]

54 [En 1526, le roi François Ier (voir Tome 1, Leçon 15, note 21) commença la construction d’une résidence royale, le Château de Madrid, dans la forêt du Bois de Boulogne où se situe Neuilly aujourd’hui. Utilisé pour la chasse et les festivités, ce château fut nommé d’après un palais semblable à Madrid ou François Ier avait été gardé prisonnier pendant plusieurs mois. Malgré son statut royal, la forêt était dangereuse pour les voyageurs et le château fut rarement utilisé par les rois qui lui succédèrent ; il tomba en ruines au dix-huitième siècle et fut démoli après la révolution française.]

55 [Pedanius Dioscoride, voir Tome 1, Leçon 12, note 62.]

56 [Théophraste, voir Tome 1, Leçon 9.]

57 Il paraît que c’est dans le Bois de Boulogne même qu’il fut assassiné par cinq hommes [voir note 54 ci-dessus] [M. de St.-Agy.]

58 [Malarmat, nom commun français du Peristedion cataphractum, poisson marin du nord-est de l’océan Atlantique et de la Méditerranée.]

59 [Cuvier fait référence à « l’Aiguille de Cléopâtre », nom célèbre donné à l’obélisque égyptien offert à la France en 1826 par le chef de l’Égypte et du Soudan de l’époque, Mohamed Ali (né le 4 mars 1769, mort le 2 août 1849). Le roi Louis Philippe (né le 6 octobre 1773, mort le 26 août 1850) le fit installer au centre de la place de la Concorde en 1833 près de l’endroit où Louis XVI (né le 23 août 1754, mort le 21 janvier 1793) et Marie-Antoinette (née le 2 novembre 1755, morte le 16 octobre 1793) furent guillotinés en 1793.]

60 [Le Cardinal de Châtillon se nomme Odet de Coligny (né le 10 juillet 1517 à Châtillon-Coligny ; mort le 14 février 1571 à Canterbury en Angleterre) ; cardinal français de Châtillon, évêque de Beauvais et fils de Gaspard Ier de Coligny (né en 1465/1570, mort en 1522) et de Louise de Montmorency (née en 1496, morte en 1547).]

61 La lecture de quelques ouvrages de Calvin, mais surtout l’ascendant de Dandelot [François D’Andelot de Coligny (né le 18 avril 1521 à Châtillon-sur-Loing ; mort le 27 mai 1569 aux Saintes en Charente-Maritime), l’un des chefs du protestantisme français pendant les guerres de religion en France], son frère, colonel-général de l’infanterie, commencèrent à ébranler la foi du cardinal ; des conférences qu’il eut ensuite avec les chefs de la réforme achevèrent de le déterminer pour leurs principes ; mais il n’en fit une profession ouverte qu’a l’époque de la première guerre civile. Pie IV [Jean-Ange de Médicis (né le 31 mars 1499 à Milan ; mort le 9 décembre 1565 à Rome), pape de 1559 a 1565], informe de sa conduite, le raya de la liste des cardinaux : alors il ne garda plus de ménagements. Il épousa publiquement Élisabeth de Hauteville [sa maitresse, connue également sous le nom d’Elizabeth de Kanteville ou Madame la Cardinale], qui fut présentée à la cour. Il parut même avec elle en habit de cardinal, à la cérémonie de la majorité de Charles IX [M. de St.-Agy].

62 Il y fit très bien [lors de la Bataille de St Denis en 1567,] dit Brantôme [Pierre de Bourdeille, seigneur de Brantôme, historien, soldat et biographe français, né c. 1540, mort le 15 juillet 1614], et montra au monde qu’un noble et généreux cœur ne peut mentir ni faillir, en quelque lieu qu’il se trouve, ni en quelque habit qu’il soit. À la suite de cette journée, il fut décrété de prise de corps, et c’est pour cela qu’il passa en Angleterre [M. de St.-Agy].

63 [François Rabelais (né c. 1494 à Chinon ; mort le 9 avril 1553 à Paris), écrivain de grand renom français de la Renaissance, médecin, humaniste, moine, et érudit de l’antiquité grecque ; il produisit des contes, parodies, satires et autres écrits paillards ; il est considéré comme l’un des plus grands auteurs de littérature au monde et parmi les créateurs du roman moderne en Europe.]

64 [Petri Bellonii Cenomani De aquatilibus, libri duo cum conibus ad viuam ipsorum effigiem, quoad eius fieri potuit, expressis, Paris : Charles Estienne, 1553, [32] + 448 p., ill., in-8 ; considéré comme la plus grande avancée dans l’étude scientifique et la classification des poissons depuis Aristote. Ce fut un ouvrage de référence en ichthyologie jusqu’au dix-septième siècle lorsqu’il fut supplanté.]

65 [Transverse : de nos jours les termes format rectangulaire ou format paysage seraient utilisés pour décrire le format d’un livre.]

66 [Gymnetrus est le poisson ruban connu aujourd’hui sous le nom de Regalecus glesne, le poisson osseux le plus long au monde ; ce poisson qui ressemble à un ruban et dont le corps est compressé latéralement peut atteindre une longueur record de 11 mètres ; il semblerait, bien que ce ne soit pas confirmé, que certains spécimens atteignent une longueur de 17 mètres. Voir Roberts (Tyson R.), Systematics, Biology, and Distribution of the Species of the Oceanic Oarfish Genus Regalecus (Teleostei, Lampridiformes, Regalecidae), Paris : Muséum national d’Histoire naturelle, 2012, 268 p. (Mémoires du Muséum national d’Histoire naturelle ; 202).]

67 [Belon (Pierre), La Nature et diversité des poissons, avec leurs portraits, représentés au plus près du naturel, Paris : Charles Estienne, 1555, [40] + 448 p., fig., in-8°.]

68 [Belon (Pierre), Les observations de plusieurs singularités et choses mémorables trouvées en Grèce, Asie, Judée, Égypte, Arabie et autres pays étrangers, rédigées en trois livres, Paris : Guillaume Cavellat, 1553, [30] + 210 [i. e. 422] p., ill., in-8 ; une seconde édition publiée par Jean Steelsius à Anvers parut en 1555, et plus tard, une édition en Latin traduite par Charles de l’Écluse fut publiée en 1589.]

69 [Le mouflon est un ovin sauvage (Ovis aries orientalis) considéré comme l’ancêtre de toutes les races de moutons domestiques modernes.]

70 [Tartarin ou babouin hamadryas est une espèce de babouin, singes de l’Ancien Monde d’Afrique et d’Arabie appartenant au genre Papio : les cinq espèces connues (dont les hamadryas, Papio hamadryas) font partie des plus grands membres non-hominoïdes de l’ordre des primates ; seuls le mandrill et le drill les dépassent en taille.]

71 Les modernes, d’après les Anciens, ont cru que ce poisson avait la faculté de ruminer [Aristote, par exemple, déclara que ce poisson était le seul poisson qui pouvait ruminer] ; Ovide s’exprime ainsi à son égard : At contra herbosa pisces laxantur arena, / Ut scaurus, spastas solus qui ruminat escas [« Les autres préfèrent le sable et les herbes / comme le scare, seul poisson ruminant », trad. par Mangeart M. J.] Selon [Francis] Willughby [voir note 94 ci-dessous], [tel qu’il le décrit dans son De Historia piscium de 1686], le scare (poisson perroquet) a les dents obtuses, et se sert des antérieures, qui ont beaucoup de ressemblance avec celles de l’homme, pour arracher les herbes [algues] attachées aux rochers. Il ajoute que la partie la plus recherchée de ce poisson, du genre labre, est l’estomac, à cause des herbes succulentes dont il est rempli ; on l’assaisonne ainsi sans le vider, et l’on y ajoute le foie, qui est d’un volume considérable ; autrement, le scare ne serait qu’un mets insipide. Horace [Quintus Horatius Flaccus (né le 8 décembre 65 avant J.C. ; mort le 27 novembre 8 avant J.C.), poète lyrique Romain le plus connu du temps d’Auguste ; voir Tome 1, Leçon 11, notes 17 et 20] parle aussi du scare comme d’un mets très délicat [M. de St.-Agy.]

72 [Belon (Pierre), L’histoire de la nature des oiseaux, avec leurs descriptions et naïfs portraits retirés du naturel, écrite en sept livres, Paris : Gilles Corrozet, 1555, [28] + 281 + 1 p., in-folio ; cette œuvre contient la célèbre comparaison de Belon entre un squelette humain et un squelette d’oiseau, marquant les débuts de l’étude d’anatomie comparée.]

73 [Lonicer, voir note 35 ci-dessus.]

74 [Frédéric II (né le 26 décembre 1194 à Marche en Italie ; mort le 13 décembre 1250 à Apulie, en Italie), fut l’un des empereurs les plus puissants de l’Empire Saint Romain du Moyen Âge ; ses ambitions politiques et culturelles, depuis la Sicile jusqu’à l’Italie, l’Allemagne, et même Jérusalem, étaient sans bornes ; cependant, ses ennemis, en particulier les papes, l’emportèrent et sa dynastie s’effondra peu de temps après sa mort. Il est l’auteur du premier traite sur la fauconnerie, De arte venandi cum avibus (L’art de chasser avec des oiseaux), qu’il écrivit vers 1240 et fut imprime pour la première fois en 1596. Voir Frederick II, De arte venandi cum avibus, cum Manfredi regis additionibus ex membranis vetustis nunc primum edita. Albertus Magnus de falconibus, asturibus et accipitribus, Augsbourg: apud J. Praetorium, 1596, 415 p., pl., in-8°.]

75 [Le faucon Gerfaut ou Falco rusticolus, est l’une des 37 espèces de faucon reconnues.]

76 [Belon (Pierre), Portraicts d’oyseaux, animaux, serpens, herbes, arbres, hommes et femmes d’Arabie et d’Égypte observez par P. Belon du Mans, le tout enrichi de quatrains pour la plus facile cognoissance des Oyseaux et autres portraicts, plus y est adjousté la Carte du Mont Attos et du Mont Sinay pour l’intelligence de leur religion, Paris : Guillaume Cavellat, 1557, [10] + 122 + [2] p., ill., in-8°.]

77 [Cervini, voir note 49 ci-dessus.]

78 On a dit qu’il avait été empoisonné, mais sans en apporter aucune preuve [M. de St.-Agy].

79 [Pape Jules III, Giovanni Maria Ciocchi del Monte (né le 10 septembre 1487 à Rome ; mort le 23 mars 1555 à Rome), chef de l’Église Catholique du 7 février 1550 jusqu’à sa mort. Reconnu comme un diplomate efficace, il fut élu pape par compromis ; pendant son pontificat, il ne fit que quelques tentatives de réforme et dédia la plupart de son temps à une vie de plaisir personnel.]

80 [Pape Paul IV, Gian Pietro Carafa (né le 28 juin 1476 à Capriglia Irpina près d’Avellino ; mort le 18 août 1559 à Rome), membre d’une famille noble importante de Naples ; Chef de l’Église Catholique du 23 mai 1555 jusqu’à sa mort. Il fut instrumentalisé dans l’établissement de l’inquisition romaine et s’opposa à tout dialogue avec les groupes protestants qui se développaient en Europe à l’époque. Sa position contre le pouvoir hispanique marqua son pontificat et mena les États pontificaux à de grandes défaites militaires.]

81 [Aquatilium animalium historia libri primus [illustré par Lafréry Antoine (né en 1512 ; mort en 1577) et Beatrizet Nicolas (né c. 1520 ; mort après 1560)], Rome : Ippolito Salviani, 1554, [viii] + 256 p. ; ce livre est le premier à utiliser la technique de gravure sur cuivre pour représenter les poissons.]

82 [La Grémille (Gymnocephalus cernua) est un poisson d’eau douce que l’on trouve dans les régions tempérées d’Europe et d’Asie du Nord ; le nom de ce poisson peut se rapporter à toute espèce appartenant au genre Gymnocephalus, natif d’Eurasie.]

83 [Pierre Artedi, voir Tome 1, Leçon 13, note 17.]

84 [Salviani (Ippolito), La Ruffiana [« La Maquerelle »], Rome : Per Valerio & Luigi Dorici fratelli Bressani, 1554, 120 p.]

85 [Gonthier d’Andernach, mieux connu sous le nom de Johannes Winter von Andernach (né c. 1505 à Andernach ; mort le 4 octobre 1774 a Strasbourg), médecin allemand, l’un des médecins humanistes les plus en vue de son temps.]

86 [Guillaume Pellicier, évêque de Montpellier ; voir Leçon 1, note 42 ci-dessus.]

87 [Rondelet (Guillaume), Libri de piscibus marinis : in quibus verae piscium effigies expressae sunt : quae in tota piscium historia contineantur, indicat elenchus pagina nona et decima : postremo accesserunt indices necesarij, Lyon : Matthias Bonhomme, 1554-1555, 2 vol. ([16] + 583 + [25] p. ; [12] + 242 + [10] p.)]

88 [Nous n’avons pu trouver confirmation de cette référence concernant la fondation de l’Académie d’Arcadie. L’Accademia degli Arcadi ou Accademia dell’Arcadia était une académie littéraire italienne très connue, fondée à Rome en 1690, plus d’un siècle après la mort du Cardinal de Tournon (voir note 38 ci-dessus).]

89 Jean Coras [également appelé Corasius ; né en 1515 à Réalmont ; mort en 1572 à Toulouse] était un jurisconsulte célèbre [et conseiller à la cour du roi] du seizième siècle [M. de St.-Agy].

90 [Rabelais, voir note 63 ci-dessus.]

91 [L’artiste de Rondelet était Georges Reverdi, un « graveur préféré des publieurs » de Lyon, né dans la région de la Dombes dans l’Est de la France. Il commença à travailler vers 1529 en Italie jusqu’en 1560 à Lyon. On raconte que pour créer les gravures sur bois qui illustrèrent l’œuvre de Rondelet, Reverdi travailla directement d’après les dessins de l’auteur.]

92 Les Labridae, poissons osseux de la famille des Labridae, représentent la deuxième plus grande famille de poissons marins avec 68 genres et environ 453 espèces, connus communément sous le nom de labre ; la famille des Labridae est largement distribuée dans les mers tropicales et tempérées des océans Atlantique, Pacifique, et Indien.]

93 [La famille des Triglidae, poissons osseux communément appelés rougets ou grondins, se compose de dix genres et d’environ 105 espèces et est largement distribuée dans les eaux tropicales et tempérées.]

94 [Francis Willughby (né le 22 novembre 1635 à Middleton Hall dans le Warwickshire ; mort le 3 juillet 1672 à Middleton), naturaliste anglais, issu d’une ancienne lignée d’Angleterre dont plusieurs de ses branches incluaient des pairies ; il collabora avec John Ray (théologien anglais et l’un des plus grands naturalistes du dix-septième siècle ; né en 1637, mort en 1705), son professeur et ami, pour travailler sur l’histoire naturelle des animaux. Voir Willughby (Francis), De Historia piscium libri quatuor jussu et sumptibus Societatis regiae Londinensis editi, in quibus non tantum de piscibus in genere agitur, sed et species omnes... Oxford : Teatro Sheldoniano, 1686, 344 + 30 p. + 188 pl. gravées [1 vol., in folio, avec un jeu de 188 planches gravées datant de 1685] ; les frais de gravures furent pris en charge par les membres de la Société Royale de Londres dont le président Samuel Pepys (né en 1633, mort en 1703) en fit imprimer soixante à lui seul.]

95 Georg Marcgrave ou Marcgraf (né en 1610 à Liebstadt, en Saxe ; mort en 1644 en Guinée), naturaliste et astronome allemand. Après avoir étudié la botanique, les mathématiques et la médecine en Allemagne et en Suisse, il fut nommé en 1637 [astronome de la compagnie qui fut créée pour explorer les colonies hollandaises au Brésil, accompagnant Guillaume Piso (médecin et naturaliste hollandais ; né en 1611, mort en 1678), le nouveau gouverneur général des possessions hollandaises dans ce pays. Il entra plus tard au service du Comte Maurice de Nassau (Johann Moritz ; né le 17 juin 1604, mort le 20 décembre 1679), dont la générosité le pourvut des ressources nécessaires pour explorer ce vaste territoire du Brésil. Il y entreprit la première expédition zoologique, botanique et astronomique et explora les différentes régions de la colonie dans le but d’y étudier son histoire naturelle et sa géographie ; il se rendit plus tard sur la côte de Guinée où il succomba au climat.]

96 [Gilbert Longolius ou Gilbert de Longueil (né en 1507 à Utrecht ; mort en 1543 à Cologne), médecin hollandais qui produisit un certain nombre de traductions et commentaires d’œuvres grecques et romaines.]

97 [Longueil (Gilbert de), Dialogus de avibus et earum nominibus graecis, latinis et germanicis, non minús festiuus, quàm eruditus, et omnibus studiosis ad intelligendos Poëtas maximè utilis, Cologne : Joannes Gymnicus, 1544, 118 p.]

98 [William Turner (né c. 1508 à Morpeth, Northumberland, Angleterre ; mort le 13 juillet 1568 à Londres). Théologien, médecin et naturaliste anglais, il étudia la médecine en Italie et se lia d’amitié au grand naturaliste suisse Conrad Gessner (voir Leçon 4 ci-dessous). Il est connu aujourd’hui comme un ancien herboriste et ornithologue.]

99 [Henri VIII (né le 28 juin 1491 à Greenwich ; mort le 28 janvier 1547 à Londres), roi d’Angleterre du 21 avril 1509 jusqu’à sa mort. Il fut seigneur, et ensuite roi d’Irlande, et poursuivit la réclamation de la couronne de France au nom de la monarchie anglaise. Henri était le second roi de la dynastie des Tudor, succédant à son père Henri VII (roi d’Angleterre et Seigneur d’Irlande du 22 août 1485, jour de son couronnement, jusqu’à sa mort ; né le 28 janvier 1457, mort le 21 avril 1509). Considéré dans sa jeunesse par ses contemporains comme un roi séduisant, éduqué et accompli, il a été décrit depuis comme « l’un des gouvernants du trône anglais les plus charismatiques. » Non seulement il géra son pays avec un pouvoir considérable, mais il fut également auteur et compositeur. Son désir de donner à l’Angleterre un héritier mâle — pour deux raisons, l’une par vanité personnelle, et l’autre parce qu’il pensait qu’une fille ne serait pas capable de consolider la dynastie des Tudor et la paix fragile qui régnait depuis la Guerre des Roses — le conduisit à deux évènements pour lesquels Henri est le plus connu : ses six mariages et la Reforme Anglaise. Henri devint obese, sa sante se détériora et il mourut en 1547. Il est souvent représente vers la fin de sa vie comme un roi libidineux, égoïste, tyrannique et peu sûr de lui.]

100 [Lucrèce de Médicis, Duchesse de Ferrara (née le 14 février 1545 à Florence ; morte le 21 avril 1561 a Ferrara), fille de Cosme de Médicis, Grand-Duc de Toscane (né en 1519, mort en 1574) et d’Éléonore de Tolède (née en 1522, morte en 1562).]

101 [Édouard VI (né le 12 octobre 1537 au Palais d’Hampton Court, Middlesex ; mort le 6 juillet 1553 au Palais de Greenwich, Kent), couronne le 20 février à l’âge de neuf ans, il fut roi d’Angleterre et d’Irlande du 28 janvier 1547 jusqu’à sa mort. Fils d’Henri VIII et de Jeanne Seymour, Edouard fut le troisième monarque de la dynastie des Tudor et le premier roi d’Angleterre élevé protestant. Pendant le règne d’Edouard, le royaume fut gouverne par un Conseil de Régence car il mourut avant sa majorité.]

102 [Édouard Seymour, Comte d’Hertford et premier Duc de Somerset (ne c. 1500, mort décapité le 22 janvier 1552 a la Tour de Londres), fut Lord Protecteur d’Angleterre durant la minorité de son neveu le roi Edouard VI (voir note 101 ci-dessus) pendant la période entre la mort du roi Henri VIII (voir note 99 ci-dessus) en 1547 et sa propre inculpation en 1549.]

103 Marie Tudor (née le 18 mars 1496 au Palais de Richmond, Surrey ; morte le 25 juin 1533 à Westhorpe Hall, Suffolk), est la plus jeune des deux filles survivant le roi Henri VII d’Angleterre et Elizabeth d’York, et la plus jeune sœur du roi Henri VIII d’Angleterre (voir note 99 ci-dessus). Elle fut également reine consort de France par son mariage avec le roi Louis XII (né le 27 juin 1462, mort le 1er janvier 1515). Apres la mort de Louis XII qui se produisit deux mois après son couronnement comme troisième femme du roi, elle épousa Charles Brandon, premier Duc de Suffolk (ne c. 1484, mort le 22 aout 1545). Leur mariage, célèbre secrètement en France, eut lieu sans l’approbation de son frère Henri, ce qui nécessita l’intervention de Thomas Wolsey (ne c. mars 1473, mort le 29 novembre 1530) ; le couple fut finalement pardonne par le roi. Marie eut quatre enfants de son second mariage ; par sa fille ainée Frances, Marie était la grand-mère maternelle de Lady Jeanne Grey qui fut reine de facto d’Angleterre pendant un peu plus d’une semaine en juillet 1553.]

104 [Élizabeth Ière (née le 7 septembre 1533, Palais de Placentia, Greenwich ; morte le 24 mars 1603, Palais de Richmond, Surrey), reine d’Angleterre et d’Irlande du 17 novembre 1558 jusqu’à sa mort. Parfois surnommée « La Reine Vierge », « Gloriana » ou « Bonne Reine Bess », Elizabeth fut la cinquième et dernière monarque de la dynastie des Tudor. Fille d’Henri VIII (voir note 99 ci-dessus), elle faisait partie de la succession au trône, mais sa mère Anne Boleyn fut exécutée deux ans et demi après sa naissance et Élizabeth fut déclarée illégitime. À sa mort en 1553, son demi-frère Édouard VI (voir note 101 ci-dessus) promit la couronne a Lady Jeanne Grey, écartant du trône ses deux demi-sœurs Elizabeth et Marie, laquelle était catholique, et ce malgré une loi l’en interdisant. Son testament fut ignoré, Marie devint reine et Lady Jeanne Grey fut exécutée. En 1558, Elizabeth succéda à sa demi-sœur pendant le règne de laquelle elle avait été emprisonnée près d’un an en raison de son soutien aux rebelles protestants.]

105 [Turner (William), Avium praecipuarum, quarum apud Plinium et Aristotelem mentio est, brevis et succincta historia, Cologne: Joannes Gymnicus, 1544, 76 p., in-8° ; cette œuvre est le premier livre imprime entièrement consacre aux oiseaux ; non seulement il traite des principaux oiseaux et des noms d’oiseaux mentionnes par Aristote et Pline l’Ancien, mais il donne également des descriptions exactes et des histoires de la vie des oiseaux basées sur la vaste connaissance en ornithologie de Turner ; voir note 98 ci-dessus).]

106 [Paul Jove, voir note 9 ci-dessus.]

107 [Conrad Gessner, voir Leçon 4 ci-dessous.]

Table des illustrations

Légende Squelette d’oiseau Planche anatomique extraite de L’histoire de la nature… de Belon (1555) Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2812/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 298k

© Publications scientifiques du Muséum, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540