Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cuvier’s History of the Natural Sciences

 | 
Georges Cuvier

1. Early Sixteenth-century Anatomists and Zoologists

2. Fallope, Eustache, Harvey et leurs contemporains

Texte intégral

Anatomie du cheval
Planche anatomique extraite de l’Anatomia del cauallo… de Carlo Ruini (1599) Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.

1Messieurs,

2Nous avons vu l’anatomie renaître, pour ainsi dire, pendant le Moyen Âge, dans les essais de Mundinus ; se perfectionner par degrés, et arriver enfin, par les travaux de Vésale, à former à peu près un corps de doctrine complet, du moins quant aux grandes masses qui forment la base de l’anatomie ; car il restait encore une foule de détails et de perfectionnements à y ajouter. L’ouvrage de Vésale pouvait facilement servir de point de départ, attendu que les diverses parties de l’anatomie y sont traitées ; que tout ce que l’auteur avait pu observer, y est décrit avec clarté et élégance, et accompagné de figures qui, pour ce qui n’exige pas le microscope ou des détails très finis, donnent une idée assez nette des objets.

3Les ouvrages qui ont paru après celui de Vésale n’en sont à vrai dire que des développements ou des perfectionnements.

4Pendant la vie même de Vésale, existèrent deux hommes de mérite, que l’on a coutume de considérer avec lui comme les triumvirs de l’anatomie ; car à eux trois ils ont réellement fondé cette science ; ces deux hommes sont G. Fallope et B. Eustache. Vésale n’était pas Italien, il a seulement fait ses principaux travaux en Italie ; mais les deux autres étaient originaires de ce pays.

  • 1 [Philippe II d’Espagne (né le 21 mai 1527 à Valladolid ; mort le 13 septembre 1598, El Escorial), (...)
  • 2 Cette opinion est admise par quelques auteurs ; d’autres, comme [George] Martine [médecin écossais (...)
  • 3 [Observationes anatomicae de Fallope est un commentaire critique détaillé de l’œuvre de Vésale int (...)
  • 4 Le nerf trijumeau est la cinquième paire des nerfs crâniens ; assurant un rôle moteur et sensitif, (...)
  • 5 Voici jusqu’où s’étendait la protection que lui accordait Le grand-duc de Toscane : Princeps jubet (...)
  • 6 [L’ouvrage de Fallope intitulé De principio enarum se trouve dans le recueil de ses œuvres, Opera (...)
  • 7 [Gabriellis Fallopii Mutensis physici praeclarissimi ac... expositio in librum Galeni de ossibus. (...)

5Gabriel Fallope était un noble de Modène, né en 1523. Il fut professeur à Ferrare, ensuite à Pise, puis à Padoue, où il succéda à Vésale, lorsque celui-ci ayant été nommé premier médecin du roi d’Espagne1, se rendit à Madrid. Il mourut à l’âge de quarante ans. On comprend ainsi que Vésale ait été appelé à lui succéder à son tour dans la chaire qu’il avait occupée avant lui. Pendant le peu de temps que Fallope put travailler, il fit des découvertes fort belles et très délicates. Les cadavres lui étaient fournis en assez grande abondance pour le temps. Il en avait jusqu’à sept ou huit par année. Il fut élève de Vésale2. Bien qu’il ait corrigé son maître, qu’il ait fait des observations sur les opinions que celui-ci avait exprimées relativement aux anciens, il l’a toujours traité avec égard et respect, ce que ses confrères n’ont pas fait. De son temps on avait une telle pitié pour les animaux, que l’on commençait à tuer avec de l’opium ceux qui étaient destinés à la dissection ; on évitait de leur faire subir une mort violente. Les principales observations de Fallope sont contenues dans un ouvrage qu’il publia à Venise en 1561, sous le titre de : Observationes anatomicæ3. L’ouvrage fut si bien accueilli, qu’on le réimprima l’année suivante à Paris (in-8o). Il est plein d’observations neuves. L’auteur y fait voir que le crâne du fœtus est composé d’un plus grand nombre de pièces que celui de l’adulte. Il montre aussi les différences du système vasculaire chez l’un et chez l’autre. L’os fort compliqué, qui a reçu le nom d’ethmoïde, y est mieux décrit que dans Vésale. C’est aussi à Fallope que nous devons la description du trou ovale du sphénoïde, par où passent les nerfs de la cinquième paire4 ; celle des sinus sphénoïdaux et pétreux. Il a encore décrit les alvéoles dans lesquelles sont enchâssées les dents ; les veines et les nerfs qui s’y rendent. Ce qu’il a surtout étudié, c’est la structure de l’oreille interne. Fallope a découvert le vestibule, les canaux semi-circulaires, le limaçon, sa lame spirale, le cadre et la corde du tympan, enfin le canal tortueux ou aqueduc qui porte encore son nom. Il a fait plusieurs remarques importantes sur différents muscles, particulièrement sur les muscles de l’oreille, soit intérieurs, soit extérieurs. J’aurais de la peine à vous expliquer cette partie de ses travaux, qui exigerait des détails et des figures ; mais ceux d’entre vous qui connaissent l’anatomie savent que le ptérigoïdien externe est l’un des muscles les plus difficiles à observer dans l’homme. Les muscles du voile du palais n’ont été bien décrits que par Fallope ; dans la description qu’il a faite de ceux de la face, il est aussi supérieur à Vésale. Il a distingué dans les tuniques des intestins, la veloutée, les valvules conniventes ou replis formés par les intestins. Pour tous ces petits détails, les additions au grand ouvrage de Vésale devaient se multiplier, car il avait produit une émulation générale. Fallope a passé près de vingt ans à recueillir ses observations, et il n’est pas étonnant que, travaillant avec attention et aidé des facilités que lui donnait le gouvernement de Venise5, qui favorisait beaucoup tous les savants, il ait fait à l’ouvrage de Vésale cette multitude d’additions intéressantes que nous venons de rapporter. Il a composé en outre, un traité intitulé : De principio venarum6, dans lequel on voit clairement que la circulation du sang lui était inconnue ; il y fait encore naître les veines du foie, comme les anciens. Son dernier ouvrage, intitulé : Expositio in Galeni librum de ossibus7, est une ostéologie où il cherche à faire voir que Galien ne s’est pas autant servi des animaux que Vésale le prétendait. Ses observations critiques sont toujours présentées avec modération.

  • 8 Suivant l’opinion la plus commune, c’est à San Severino, dans la Marche d’Ancône [province de la r (...)
  • 9 [Sylvius, voir Leçon 1, note 41.]
  • 10 [De renum structura est le premier ouvrage entièrement consacré aux reins ; voir Eustache (Barthol (...)
  • 11 [Taille-douce, mot français décrivant une méthode de gravure sur cuivre dont le dessin est constit (...)

6Cette qualité ne se rencontre pas chez le troisième des grands anatomistes dont nous avons parlé, Barthélemi Eustache de Saint-Séverin, ainsi appelé parce qu’il était né à San Severino, dans le royaume de Naples8. Il était professeur à Rome, où il mourut en 1570. Dans tous ses écrits, il défend les anciens contre Vésale avec une âcreté extraordinaire, qui approche presque de celle de Sylvius9. Le premier est un traité sur les reins, donné à Venise en 156310. Cet ouvrage présente pour la première fois de bonnes figures gravées en taille-douce11 ; il est aussi un des premiers dans lesquels on ait cherché les variétés de structure d’un même organe. Vésale avait eu beaucoup à faire pour donner une description générale, telle qu’elle se comporte ordinairement. Il avait été obligé de laisser à ses successeurs la recherche de ces variétés. Or, vous concevez pourquoi cette recherche importait aux antagonistes de Vésale : celui-ci avait toujours accusé Galien d’avoir décrit les animaux, et il y a des passages où cela est très évident ; pour le défendre, ses partisans, qui soutenaient que c’était l’homme, étaient obligés de chercher, dans les différents individus de l’espèce humaine, les anomalies qui pouvaient justifier les descriptions incorrectes de Galien ; aussi Eustache s’attache-t-il particulièrement à rechercher ces variétés, et il expliqua ainsi quelquefois les incohérences que l’on remarquait entre les descriptions de Galien et la structure ordinaire de l’homme.

  • 12 [Bartholomaei Eustachii sanctoseverinatis libellus de dentibus, Venise : imprimé par Vincentius Lu (...)
  • 13 [Bernhard Siegfried Albinus, voir Leçon 1, note 78.]

7Dans un autre ouvrage, qui parut en 1563 et est intitulé : De dentibus12, il donne un exemple analogue ; il commence l’étude des organes dans le fœtus, et en poursuit l’examen aux différents âges de l’espèce humaine. Vésale avait examiné l’adulte, et son travail, dans ces limites, avait déjà assez d’étendue. Mais nos organes varient avec l’âge ; il n’en est presque aucun qui ne change et de forme et de consistance et de proportion aux différentes époques de la vie : or il est évident que ces variations sont une des parties de l’anatomie et de la physiologie les plus importantes à bien connaître. Elles sont surtout très sensibles pour les dents, puisque celles-ci ne naissent point avec nous, comme nos autres parties, qu’elles ne sortent que successivement, que quelques-unes tombent, que d’autres leur succèdent, qu’enfin elles présentent des variations continuelles dépendant des âges. Eustache voulut étudier ces variations ; il les prit dès le principe ; il commença à les examiner dans le fœtus. Cette étude a été faite depuis, par Albinos et par d’autres13 ; mais c’est Eustache qui le premier s’est servi de cette méthode, que depuis on a généralement appliquée.

  • 14 [Ossium examen, voir note 10 ci-dessus.]

8Son troisième ouvrage, qui date de 1564, et est intitulé : Ossium examen14, contient une critique de Vésale. Il y suit la même marche que dans son livre sur les reins, c’est-à-dire que toutes les fois que Vésale applique une description de Galien aux animaux, particulièrement aux singes, Eustache cherche à démontrer d’abord que ce n’est pas le singe que Galien a décrit, ensuite que, si sa description ne se rapporte pas au plus grand nombre des squelettes humains, elle peut être conforme à des squelettes particuliers, dans certaines circonstances spéciales. Ce livre n’est pas de très bonne foi ; cependant il fit faire à l’auteur des observations qui enrichirent la science. Il en résulta une bonne ostéologie du singe, et des remarques intéressantes sur les variétés ostéologiques de l’espèce humaine.

  • 15 [La veine azygos est une veine située du côté droit du canal thoracique qui permet au sang d’empru (...)
  • 16 Jean Pecquet, dont il sera sans doute parlé dans la suite, est né [en 1622] à Dieppe [Seine-Mariti (...)

9Un autre traité d’Eustache est relatif à la veine azigos, vaisseau impair du thorax15 ; il y étend encore sa méthode comparative, et n’examine plus seulement une partie du corps aux différents âges, mais dans les divers animaux ; c’est un petit traité d’anatomie comparée : il y décrit le canal thoracique du cheval, qu’on a appelé ensuite canal de Pecquet16. Un grand nombre de découvertes anatomiques portent ainsi le nom de gens qui n’en sont pas les véritables auteurs, parce que ceux-ci ne leur ont point donné toute l’importance qu’elles méritaient. C’est l’homme qui, venu après eux, en a le mieux fait connaître l’usage et le jeu dans l’économie, qui a fini par lui donner son nom, ce qui, dans quelques circonstances, est extrêmement injuste.

  • 17 [De auditus organis, voir note 10 ci-dessus.]
  • 18 [Même dans l’ancien temps, on pensait qu’il existait un conduit ouvert entre l’oreille et le circu (...)
  • 19 [Sur la découverte de l’étrier, voir note 32 ci-dessous.]
  • 20 [Giovanni Filippo Ingrassia, voir Leçon 1, note 85.]
  • 21 [L’ensemble des traités sur l’anatomie écrits par Eustache en 1561 et 1562 sur les reins (De renum (...)
  • 22 [L’ouvrage d’Eustache intitulé Tabulae anatomicae ou « Gravures anatomiques » fut publié pour la p (...)
  • 23 Lancisi a été aidé dans cette utile entreprise par les conseils et même par la coopération de [Ant (...)
  • 24 [Albinus, voir note 22 ci-dessus ; voir également Leçon 1, note 78.]
  • 25 [Haller, voir Leçon 1, note 16.]
  • 26 [Guinther, voir Leçon 1, note 38].
  • 27 [Sylvius, voir Leçon 1, note 41.]

10Le cinquième ouvrage d’Eustache traite de l’organe de l’ouïe17 : il y donne la première figure de la lame du limaçon, déjà décrite par Fallope, mais qui n’avait pas été représentée. C’est aussi dans cet ouvrage qu’il fait connaître le canal qui va de l’oreille interne à l’arrière-bouche, et aujourd’hui encore porte le nom de trompe d’Eustache, quoique découvert longtemps avant lui18. Il décrit le petit osselet nommé l’étrier19 ; il en conteste la découverte à Ingrassias20 ; cependant Fallope l’attribue à ce dernier. Ces différents travaux d’Eustache ont été réunis et forment un volume in-4o ; ils ont été réimprimés plusieurs fois, notamment en Hollande21. Mais Eustache avait préparé un autre ouvrage qui aurait été plus important, s’il avait paru à temps ; ce sont ses planches anatomiques, qu’il avait fait dessiner sous ses yeux pour donner un traité complet d’anatomie, analogue à celui de Vésale, mais qui aurait été beaucoup plus parfait, puisqu’il y avait ajouté une infinité d’objets, et que les planches, bien que n’étant pas d’un dessinateur aussi habile que celui des figures de Vésale, sont cependant plus soignées pour les détails. Ce devait être un recueil in-folio, dont le texte eût été considérable ; il mourut avant de pouvoir terminer ce bel ouvrage. Les cuivres avaient été gravés en 1552, dix ans après l’ouvrage de Vésale. Ils représentaient beaucoup de découvertes pour leur temps, mais ils restèrent dans un magasin ou dans quelque succession pendant une partie du seizième et la totalité du dix-septième siècle. Ce n’est qu’en 1714 qu’elles ont été publiées par un médecin du pape, nommé Lancisi, avec des explications sommaires22. On juge quelle gloire en serait résultée pour Eustache si elles avaient paru pendant sa vie, puisque plusieurs découvertes qui furent faites pendant le siècle et demi qu’elles sont restées ignorées étaient déjà connues de lui. L’explication que Lancisi a donnée de ses planches n’est pas très exacte23 ; plusieurs choses y étaient encore trop nouvelles pour les anatomistes. Albinus en a donné, en 1744, une autre édition avec de meilleures explications24. Il y indique les découvertes qui avaient été faites dans l’intervalle ; mais cette édition n’est pas encore satisfaisante : du temps de Haller25, différentes parties des planches d’Eustache n’étaient pas même expliquées nettement, surtout la distribution des nerfs à la surface du corps. Tels sont les principaux travaux d’Eustache. Il mérite certainement un rang très élevé parmi les anatomistes, et rien ne manquerait à sa gloire s’il avait montré plus de modération dans la manière dont il a traité son prédécesseur et son condisciple à la fois ; car tous deux avaient été élèves de Gonthier26 et de Sylvius27.

  • 28 [Fabricius d’Aquapendente, voir Leçon 1, note 66 et Volume 1, Leçon 9, note 38.]

11Vésale, Fallope et Eustache sont, comme nous l’avons vu, messieurs, les trois grands fondateurs de l’anatomie moderne. Néanmoins, de leur temps, il y eut encore, soit en Italie, soit dans d’autres pays de l’Europe, des anatomistes qui ne laissent pas de mériter aussi la reconnaissance des amis de cette science. Nous allons parcourir leurs travaux un peu rapidement, montrer ce que chacun d’eux a fait, jusqu’à ce que nous puissions arriver à l’école de Fabricius d’Aquapendente, qui a produit une espèce de révolution dans l’anatomie28.

  • 29 [Jean-Baptiste Cannanus (également appelé Cannani ou Canano), né en 1515 à Ferrara ; mort en 1579  (...)

12Ainsi, dès le temps même de Vésale, mais plus âgé que lui, vivait Jean-Baptiste Cannanus29, professeur à Ferrare, qui mourut en 1543. Il a donné un traité sur les muscles, avec des figures, qui était destiné aux artistes.

  • 30 [Jean-Philippe Ingrassias, voir Leçon 1, note 85.]
  • 31 [L’ouvrage d’Ingrassius intitulé In Galeni librum de ossibus doctissima et expectatissima commenta (...)
  • 32 La découverte de l’étrier au milieu du seizième siècle reste un sujet de controverse dans la litté (...)
  • 33 Le nerf facial est le septième nerf faisant partie des douze pairs de nerfs crâniens ; il contrôle (...)

13Un anatomiste d’un ordre supérieur est Jean-Philippe Ingrassias30 ; il peut être mis à côté des hommes éminents dans la science dont nous avons parlé. Il était Sicilien, fut professeur à Naples, et premier médecin du royaume de Sicile et des îles adjacentes. En 1575, il délivra de la peste la ville de Palerme ; et c’est à lui que remonte l’institution des lazarets, destinés à empêcher la propagation des maladies du levant dans nos contrées. En mémoire de ses services, les Siciliens lui érigèrent une statue. Il eut plusieurs occasions de disséquer, et fit différentes découvertes ; elles sont pour la plupart exposées dans un commentaire sur le Traité des os, de Galien, qui n’a paru qu’après sa mort, en 160431. Ses découvertes avaient circulé avant la publication de son livre ; de sorte que Fallope crut devoir lui restituer la découverte de l’étrier, qu’il croyait lui-même avoir faite le premier. Il n’est pas non plus possible de la laisser à Eustache, quoiqu’il puisse l’avoir observé de son côté32. On lui doit la distinction de la partie molle et de la partie dure du nerf de la septième paire33, et la description de la lame cribleuse de l’ethmoïde. Les différences du bassin dans les deux sexes ont été observées par lui avec beaucoup plus de précision qu’elles ne l’avaient été auparavant.

  • 34 Selon l’abbé Gouget [voir Gouget (Claude-Pierre), Mémoire historique et littéraire sur le Collège (...)
  • 35 [François Ier, roi de France, voir Leçon 1, note 39.]
  • 36 [L’œuvre posthume de Vidius intitulée Anatome corporis humani libri VII, Venise : apud Juntas, 161 (...)

14Un autre anatomiste de ce temps, qui fut professeur au Collège de France, est Vidus-Vidius, aussi appelé Guido-Guidi34. Il était Florentin ; il fut premier médecin de François Ier35, et le premier professeur d’anatomie et de médecine au Collège de France, où il fut placé en 1542. À la mort de François Ier, en 1547, il se retira et devint professeur à Pise, sa patrie, où il mourut en 1569. Ce fut Sylvius qui lui succéda au Collège de France, en 1550. Sylvius était plus ancien que lui ; il enseignait à Paris comme professeur particulier ; il avait été même en partie le maître de Vidius ; néanmoins il ne fut appelé qu’à lui succéder. L’ouvrage de Vidius est posthume ; il ne parut qu’en 1611, à Venise ; il a pour titre : Corporis humani anatomia36. Sauf quelques additions, il est totalement emprunté à Vésale, qui était son contemporain. Les figures aussi sont presque copiées de Vésale.

  • 37 [Realdus Columbus ou Realdo Colombo (né vers 1516 à Crémone ; mort en 1559 à Rome), professeur d’a (...)
  • 38 [De re anatomica est la seule œuvre de Colombus qui ait été publiée (voir Realdi Colvmbi Cremonens (...)
  • 39 [Les bourses muqueuses des tendons se composent de deux couches de membranes entourant les tendons (...)
  • 40 [Michel Servet en français, Michael Servius en latin ou Miguel Serveto en espagnol (né en 1509 ou (...)

15Un autre de ses contemporains est Realdus Columbus, de Cremone, élève et successeur de Vésale à Padoue37. Après la mort de Fallope, Columbus ne se montra pas très reconnaissant envers son maître, dans son livre intitulé : De re anatomica38. Il l’y maltraite souvent ; cependant ce livre ne laisse pas que d’offrir une grande utilité. Il y décrit des expériences très intéressantes sur la respiration : c’était presque la première fois qu’on en faisait depuis Galien. Il y a fait des additions, par exemple, la description des bourses muqueuses des tendons39. Il y expose mieux que Servet la circulation pulmonaire40. Quant à la grande circulation, il n’en avait pas d’idée nette.

  • 41 [Léonard Botal ou Botalli, médecin et anatomiste italien né en 1530 à Asti dans le Piedmont ; mort (...)
  • 42 [Le trou de Botal dénommé également le foramen ovale, à ne pas confondre avec le foramen ovale du (...)

16Nous devons mettre parmi les anatomistes italiens que nous avons déjà cités, Léonard Botal d’Asti en Piémont41, qui était disciple de Fallope. Il a donné un petit ouvrage intitulé : Commentarioli duo, alter de medici, alter de ægroti munere, Lyon, 1565, où il décrit le trou qui depuis porte son nom, et qui fait communiquer entre elles les oreillettes du fœtus42. C’est encore un exemple de dénomination injustement attribuée, car ce trou de Botal est indiqué par Galien ; mais, comme parmi les modernes, il est le premier qui en ait démontré l’importance, son nom lui est resté. Nous verrons un grand nombre d’autres exemples de cette nature.

  • 43 [Julius César Arantius, Giulio Cesare Aranzio, également dénommé Aranti (né en 1529/1530 à Bologne (...)

17Un anatomiste, également disciple de Vésale, est Jules-César Arantius, professeur à Bologne, qui a donné à Rome, en 1564, un traité intitulé : De humano fœtu43. On y remarque des détails nouveaux sur les enveloppes du fœtus.

  • 44 [Constant Varole, en italien Constanzo Varolio et en latin Constantius Varolius (né en 1543 à Bolo (...)
  • 45 [Raymond Vieusseus ou Vieussens (né c. 1635, mort en 1715) professeur d’anatomie à Montpellier, au (...)
  • 46 [Franz Josef Gall (né le 9 mars 1758 à Baden ; mort le 22 août 1828 à Paris). Pionnier dans l’étud (...)

18Constant Varole, professeur à Bologne44, appartient également à cette époque, puisqu’il ne mourut qu’en 1578. Son livre : De resolutione corporis humani, n’a paru qu’en 1591, par conséquent, après sa mort, qui eut lieu à Francfort. Cet ouvrage est surtout remarquable par une manière toute nouvelle de disséquer le cerveau. Vésale et les autres auteurs d’anatomie générale qui ont écrit après lui, prenaient le cerveau par la partie supérieure, et en enlevaient successivement des tranches pour montrer ce qu’on y trouve aux différents étages, soit des ventricules, soit des parties placées au-dessous, ensuite, ils le retournaient. Varole s’y est pris d’une autre façon ; il a commencé par la base : prenant la moelle allongée, il en suit les fibres à travers la protubérance annulaire, jusqu’aux couches optiques et aux ventricules, dans lesquels elles lui paraissent s’épanouir. Cette méthode a été depuis perfectionnée par Vieusseus de Montpellier45, et surtout par Gall46 ; mais ce n’est point à ces anatomistes qu’appartient l’honneur de son invention. Varole a laissé son nom à cette protubérance qui, dans l’homme et dans les quadrupèdes, passe d’une jambe du cervelet à l’autre en croisant sur la moelle allongée.

  • 47 [André Césalpin, également connu sous le nom d’Andrea Cesalpino ou Andreas Caesalpinus (né en 1524 (...)
  • 48 [Pape Clément VIII (né le 24 février 1536 à Fano dans la région des Marches en Italie ; mort le 3 (...)

19Un célèbre botaniste de cette époque, André Césalpin47, professeur à Pise et premier médecin du pape Clément VIII48, doit être cité ici, parce que dans les questions péripatétiques il a décrit la circulation pulmonaire. La petite circulation, comme vous voyez, était presque généralement connue alors, puisqu’elle a été indiquée par Servet, et qu’elle a été décrite par Colombus et Césalpin : mais ce n’était pas la science tout entière ; la grande circulation n’était pas comprise, et, par une sorte de fatalité, personne n’y songeait encore.

  • 49 [Charles ou Carlo Ruini (né en 1530, mort en 1598), auteur de l’ouvrage Anatomia del cavallo, infe (...)
  • 50 [Gaspard de Saunier (né en 1663, mort le 10 août 1748), auteur de L’art de la cavalerie, ou La man (...)

20Un homme, le contemporain de tous ceux-là, Charles Ruini, sénateur de Bologne en 1598, donna alors une anatomie du cheval49 : c’est la meilleure monographie anatomique de ce temps. Elle a été pillée par la plupart de ceux qui ont écrit sur l’anatomie du cheval, pendant le dix-septième et le dix-huitième siècle. Un nommé Saulnier50, par exemple, a donné un traité sur l’hippiatrique, et sur l’anatomie du cheval, où il a copié Ruini et ses planches, sans en faire la moindre mention.

  • 51 [Ambroise Paré (né vers 1510 à Bourg-Hersent, dans le nord-ouest de la France ; mort le 20 décembr (...)
  • 52 [Henri II (né le 31 mars 1519 au Château de Saint-Germain-en-Laye, près de Paris ; mort le 10 juil (...)
  • 53 Ce roi [Charles IX, voir note 41 ci-dessus], dit Brantôme [seigneur Pierre de Bourdeille, né vers (...)
  • 54 [Le Massacre de la Saint Barthélémy désigne le massacre suivi d’une vague de violence des Catholiq (...)
  • 55 Son père, qui habitait Laval, l’avait cependant mis en pension chez un chapelain, nommé Orsoy ; ma (...)
  • 56 [Briefve collection de l’administration anatomique : Avec la manière de côioindre les os et d’extr (...)
  • 57 Henri IV (né le 13 décembre 1553 à Pau en Navarre ; mort le 14 mai 1610 à Paris), roi de Navarre ( (...)
  • 58 [André Dulaurens ou du Laurens (né en 1558 en Arles ; mort en 1609 ; médecin français, gérontologu (...)
  • 59 [Historia anatomica humani corporis, singularum ejus partium multis controversiis & observationibu (...)

21Tels ont été, non pas tous les anatomistes italiens, mais les principaux. Vous voyez que le nombre en est considérable, que leurs travaux se faisaient avec beaucoup de zèle et de finesse, et que chacun d’eux ajoutait quelque chose au corps de doctrine formé par Vésale. L’anatomie n’était pas aussi cultivée dans les autres pays. Cependant en France et en Allemagne il y eut des anatomistes remarquables ; mais en France c’étaient principalement des chirurgiens. À leur tête était Ambroise Paré51, chirurgien de Henri II52, qui prit toujours le titre de son barbier. Il demeura chirurgien de trois rois ses fils. Paré était fort habile dans le traitement des maladies chirurgicales. Il fut sauvé par Charles IX53 des massacres de la Saint-Barthélemy54, car il était protestant. Il ne savait pas le latin55. Dans ses œuvres est un traité de l’administration anatomique, publié en 154956, qui est assez estimable et dont toutes les figures sont tirées de Vésale. Il est le premier qui ait fait des comparaisons générales de la structure osseuse du squelette dans l’homme, dans le quadrupède et dans l’oiseau. Il montre que le squelette de l’oiseau, bien qu’il paraisse tout différent du squelette humain, a pourtant des parties qui répondent à peu près à celles du squelette de l’homme. C’était là une vue très ingénieuse et très juste qu’Ambroise Paré donnait pour la première fois. C’était un commencement d’ostéologie comparée. À la même époque vivait André Dulaurens, contemporain d’Henri IV57 et professeur à Montpellier58. Il a donné un traité de l’anatomie de l’homme, en grande partie tiré de Vésale et de ses successeurs immédiats, dans lequel il y a quelque mérite pour la clarté des descriptions59.

  • 60 [Leonhard ou Leonhart Fuchs (né en 1501 à Wemding, dans le Duché de Bavière ; mort le 10 mai 1566 (...)
  • 61 [Felix Plater ou Platter (né le 28 octobre 1536 à Bâle ; mort le 28 juillet 1614 à Bâle). Médecin (...)
  • 62 [De corporis humani structura et usu Felicis Plateri Bas. medici antecessoris libri III. Tabulis m (...)
  • 63 [Camera obscura (terme latin pour chambre noire) est un instrument optique permettant la projectio (...)
  • 64 [L’astragale fait partie du tarse, un groupe de sept os du Le tarse se situe au niveau de la chevi (...)
  • 65 [En 1557, d’énormes os furent mis à jour lors du déracinement d’un grand chêne près du cloître de (...)

22Parmi les anatomistes qui existaient en Allemagne, je citerai Fuchs Léonard, professeur à Tubingue, qui a donné une anatomie en 1551, tirée en grande partie de Vésale et comparée à celle de Galien60. Je citerai encore un professeur de Bâle, Félix Plater61, qui fut pendant cinquante ans le professeur d’anatomie de presque toute l’Europe pour ceux qui n’allaient pas en Italie. Plater a donné aussi un traité des parties du corps humain, qui n’a paru qu’en 1583, et a été réimprimé en 160362. Dans ce qu’il ajouta à Vésale, on remarque un article sur l’usage du cristallin, dont les autres anatomistes ne s’étaient pas bien occupés : il le compare aux verres convexes et l’œil entier à la chambre obscure63. On doit compter parmi ses travaux l’examen de certains os fossiles, trouvés près de Lucerne. C’étaient des os d’éléphant ; mais comme il n’avait pas de squelette de cet animal, il ne put le vérifier. De ce que l’astragale et le calcanéum64 avaient une certaine ressemblance avec les os de l’homme, ressemblance grossière, qui existe en effet plus dans les éléphants que dans le cheval et dans les ruminants, il conclut que les os fossiles qu’il examinait provenaient d’un squelette de géant. D’après la grandeur du tibia ou de tout autre os, il calcula même que ce géant devait avoir eu dix-sept pieds de hauteur. Il en fit une figure de cette proportion, qui est restée longtemps à l’hôtel-de-ville de Lucerne, et que les Lucernois ont prise pour support de leurs armoiries. Ce prétendu géant n’était pourtant qu’un éléphant65.

  • 66 [Volcher Coiter (s’écrit aussi Coyter et Koyter) (né en 1534 à Groningen ; mort le 2 juin 1576 à B (...)
  • 67 [Rondelet, voir Leçon 1, note 42.]
  • 68 [Les œuvres publiées de Coiter comprennent, Externarum et internarum principalium humani corporis (...)

23Un homme qui aurait été probablement plus habile dans cette explication, c’est Volcher Coiter de Groningue66. Il avait été élève de Fallope, et ensuite à Montpellier disciple de Rondelet67. Il a donné des planches sur l’anatomie de l’homme et sur les squelettes d’un assez grand nombre d’animaux : toutes ont paru à Nuremberg, de 1573 à 157568. Il est le premier qui ait donné de bonnes figures d’ostéologie ; elles sont gravées sur cuivre et assez nombreuses. La ville de Nuremberg était un lieu où beaucoup d’artistes se trouvaient réunis. Coiter en profita pour publier ses figures de squelettes. Ce fut la première collection un peu considérable en ce genre produite par la gravure.

  • 69 [Fabrizio est Fabricius d’Aquapendente ; voir Leçon 1, note 66.]
  • 70 [L’État de l’Église ou Stato della Chiesa (également appelé État pontifical) fait référence aux Ét (...)

24Tels sont, messieurs, les anatomistes étrangers à l’Italie, qu’on peut considérer comme ayant travaillé dans l’esprit de Vésale. Mais sa méthode de comparaison et de généralisation prit plus d’importance dans l’école de Padoue, lorsque Jérôme Fabrice ou Fabrizio en fut nommé professeur69. Fabrice était d’Aquapendente, dans l’état de l’église70. C’est de là que lui vient son surnom d’Aquapendente. Disciple de Fallope à Padoue, il fut lui-même nommé professeur à Padoue en 1565 ; il y enseigna pendant cinquante ans, et acquit une grande réputation.

  • 71 [Paolo ou Pietro Sarpi (né le 14 août 1552 à Venise ; mort le 15 janvier 1623 à Venise), était un (...)

25À cette époque, vivait un homme très célèbre dans l’histoire ecclésiastique, frère Paul Sarpi ou Fra-Paolo Sarpi71. Dans la discussion que Venise eut, avec Rome, il écrivit des mémoires en faveur de la république, et se fit des ennemis qui le poignardèrent lorsqu’il sortait de son couvent. Le soin de sa guérison fut confié à Fabrice, et pour récompense la république de Venise fit celui-ci chevalier. Il acquit une grande fortune, et mourut de chagrin pour s’être donné un héritier ingrat.

  • 72 [William Harvey (né le 1er avril 1578 à Folkestone ; mort le 3 juin 1657 à Roehampton), médecin an (...)

26Malgré cette circonstance, sa vie a été du plus grand intérêt pour l’anatomie, considérée surtout physiologiquement. Les différents écrits qu’il a publiés sont composés d’après une méthode qui alors était nouvelle. Elle ne consistait pas à prendre les organes des animaux pour suppléer à ce qu’on ne pouvait observer sut des cadavres humains, comme ont fait Galien et Vésale lui-même, qui avait critiqué Galien à ce sujet, mais à examiner à la fois l’organe correspondant dans l’homme et dans les divers animaux, afin de déterminer ce qu’il y avait de commun dans toutes les espèces, et les différences qui les distinguaient. Il cherchait ensuite quelles étaient les conséquences de ces rapports ou de ces différences. Vous concevez que cette méthode devait être très lumineuse pour la description des fonctions de chaque organe, et même de chaque partie d’organe. C’est ainsi que Fabricius a traité de la vue, de la voix et de l’ouïe ; qu’il a donné une description du larynx, un traité sur le fœtus, un autre traité sur l’intérieur des veines, sur l’œsophage, l’estomac, les intestins, les mouvements des différents animaux, enfin un traité sur l’œuf et sur son développement. Ce sont des dissertations dont l’ensemble ne forme qu’un bon volume in-folio, y compris les planches, mais où l’on rencontre des observations nouvelles et riches en conséquences. Dans son traité sur les veines, il décrit une disposition de leur intérieur qui n’avait pas été remarquée avant lui, et pouvait le conduire à la découverte de la circulation du sang. Il avait observé que les valvules des veines, dont Sylvius avait découvert l’existence, sont toutes dirigées vers le cœur. Rapprochant cette disposition de celle des valvules du cœur et de l’état des artères qui n’ont pas de valvules, il lui aurait été possible d’arriver à la conclusion que le sang a une marche différente dans les artères et dans les veines, et par conséquent de découvrir la circulation ; mais cette gloire était réservée à Guillaume Harvey72, tant il est vrai qu’on est souvent à la veille d’une découverte sans la pressentir le moins du monde.

27Il existe une tradition de laquelle il résulterait que Fra-Paolo aurait le premier parlé de la direction des valvules ; mais il ne serait pas impossible qu’étant chez Fabricius pour le traitement de ses blessures, il eût appris de ce dernier la découverte qu’il avait faite ; au surplus, la tradition que nous venons de rapporter n’est appuyée d’aucune preuve. Dans le traité de l’oreille, Fabricius ne connaît pas encore la réduction des canaux semi-circulaires à trois : il suppose qu’il y en a un grand nombre.

28Dans le traité du larynx, il décrit l’expérience de la production de la voix en soufflant dans les bronches et la trachée-artère.

29Son traité du fœtus renferme des détails sur les enveloppes du fœtus dans les animaux, qui ne sont pas toujours les mêmes que dans l’homme.

  • 73 [Giovanni Alfonso Borelli (né le 28 janvier 1608 à Naples ; mort le 31 décembre 1679 à Rome) était (...)

30Il est le premier qui ait examiné les différences de mouvements partiels dont se compose le mouvement général, et qu’on nomme, suivant les espèces, course, vol, saut, natation ou reptation. Il a ainsi devancé Borelli, élève de Galilée, qui a fait au dix-septième siècle un traité spécial sur cette matière : il l’a fait même avec plus de succès, parce qu’il était soutenu par de très vastes connaissances mathématiques73.

  • 74 [De formatione ovi et pulli, que l’on trouva parmi les notes de conférence de Fabricius après sa m (...)
  • 75 [La Bourse de Fabrice (en latin bursa cloacalis ou Bursa fabricii), que l’on trouve dans le cloaqu (...)

31Son traité sur l’œuf et le poulet est très précieux74. On y trouve pour la première fois des figures représentant le développement du poulet depuis ses commencements à peine sensibles jusqu’au moment où il brise sa coque. Il donna encore un traité des organes de la poule, et depuis lors une partie de cet oiseau porte le nom de bourse de Fabricius75. Il avait préparé trois cents planches pour un ouvrage qui aurait été intitulé : Totius fabricæ animalis theatrum. Ce traité général devait être conçu dans le même esprit que ses traités particuliers, et aurait peut-être hâté de beaucoup le développement de l’anatomie comparée ; mais ses planches ont été plus malheureuses que celles d’Eustache : elles ont été perdues après sa mort, sans qu’on ait encore pu les retrouver.

  • 76 [Jules ou Julius Casserius, également appelé Giulio Casserio (né en 1561 à Plaisance dans la Provi (...)
  • 77 [Adrien Spigel, Adriann van den Spiegel, ou Adrianus Spigelius (né en 1578 à Bruxelles ; mort le 7 (...)
  • 78 [Casserius mourut en fait le 8 mars 1616.]

32Son élève et son successeur, Jules Casserius de Plaisance, qui fut nommé après lui professeur à Padoue, en 1609, où il vécut jusqu’en 1616, a composé deux ouvrages76. L’un, intitulé : Des organes de la voix et de l’ouïe, a été imprimé à Ferrare, en 1600. Cet ouvrage est remarquable par un grand nombre de figures anatomiques copiées sur l’homme et les animaux. On y remarque cependant quelques erreurs de névrologie, comme on devait s’y attendre. Son autre traité, intitulé : Des cinq sens, fait connaître quelques découvertes. Il est riche en détails d’anatomie comparée. La méthode de Fabricius était alors devenue générale en Italie ; un grand nombre d’autres anatomistes travaillaient dans le même esprit, et cherchaient à généraliser les principes de l’anatomie, à ne plus considérer les problèmes particuliers de l’anatomie de l’homme, mais à saisir les modifications que des organes composés des mêmes principes et seulement différents par leurs proportions, peuvent produire dans les différents êtres. Il avait aussi préparé un grand nombre de planches anatomiques. Soixante-dix-huit furent gravées : celles-ci ne furent pas entièrement perdues ; elles parurent avec les œuvres de Spigelius, son successeur, qui les accompagna d’explications77. Les fibres y sont bien dessinées. On y remarque des connaissances nouvelles, particulièrement sur les muscles du dos, qui sont plus détaillés que dans Vésale. Casserius mourut en 162778.

  • 79 [Concernant Spigelius, voir note 77 ci-dessus.]

33Vous voyez, messieurs, comment l’anatomie avançait par degrés, surtout dans l’école de Padoue, que protégeait puissamment la république de Venise. C’est à Padoue que parut Adrien Spigel de Bruxelles79. La division des nations n’était pas distincte alors comme elle l’est aujourd’hui. Les savans étant rares, tous les pays se faisaient une émulation de se procurer les plus illustres ; chacun renchérissait sur le traitement qu’on leur offrait. L’inconvénient de la diversité des langues n’existait pas, parce que toutes les leçons et les ouvrages se faisaient en latin. Il y avait ainsi pour les savants une langue commune. Un homme de Bruxelles pouvait enseigner à Padoue, et réciproquement un homme de Padoue à Bruxelles, sans la moindre difficulté. Cet enseignement serait fort difficile aujourd’hui, où presque partout on est dans l’usage d’enseigner en langue nationale. À la vérité, on peut arriver à posséder assez bien une langue étrangère, mais il est moins facile de ne pas avoir cet accent qui contribue toujours plus ou moins à éloigner les auditeurs. Au moyen de la pratique générale de la langue latine, on explique comment Vésale et Spigelius ont pu être professeurs à Padoue.

  • 80 [Concernant l’œuvre de Spigelius De humani corporis fabrica, voire note 77 ci-dessus.]

34Spigelius succéda à Casserius ; il professa depuis 1616 jusqu’en 1625. Ses œuvres ne parurent qu’après sa mort, ainsi qu’il est arrivé à beaucoup d’autres anatomistes. Cela s’explique aisément ; car, quelque soin que les gouvernements prissent de leur procurer des sujets, il leur était impossible cependant d’en avoir autant que leurs travaux l’auraient exigé pour avancer rapidement. Je vous ai dit, par exemple, que l’un d’eux en avait eu sept dans une année : avec un si faible nombre, les anatomistes ne pouvaient compléter leurs découvertes et leurs descriptions, comme nous le faisons aujourd’hui. Les observations restaient donc longtemps en portefeuille ; aussi les ouvrages ne finissaient-ils qu’avec une lenteur extrême. Tel fut le sort de celui de Spigelius, intitulé : De humani corporis fabrica, qui ne parut à Venise qu’en 162780 ; les figures que Casserius avait laissées y sont insérées. L’ouvrage est remarquable par l’élégance du style : on n’y rencontre pas un grand nombre de faits nouveaux, pas même le petit lobe du foie, appelé lobe de Spigel ; car nous avons vu qu’il avait été décrit dans deux auteurs antérieurs à Spigel ; c’est seulement parce que cet anatomiste y a donné plus d’importance, en a fait une description plus soignée, qu’on l’a désigné par son nom.

  • 81 [La Quatrième Guerre Vénéto-Ottomane, également appelé la Guerre de Chypre eut lieu entre 1570 et (...)

35Après Spigelius, l’école de Padoue tomba en décadence. Les troubles occasionnés par la guerre de la république de Venise contre la Turquie81 empêchèrent qu’on ne pût lui continuer les mêmes encouragements ; l’anatomie et la botanique déchurent considérablement.

  • 82 [Gaspare Aselli ou Asellio (ne vers 1581 a Cremone ; mort le 14 avril 1626 a Milan) etait un medec (...)
  • 83 [Spigelius, mort le 7 avril 1625 ; voir note 77 ci-dessus.]
  • 84 [Erasistrate de Ceos ; voir Volume 1, Lecon 7, note 38.] [Erasistrate de Ceos ; voir Volume 1, Lec (...)
  • 85 [Ptolemee II Philadelphe ; voir Volume 1, Lecon 1, note 21 et p. 236.]
  • 86 [Le titre correct du livre d’Asellius est De lactibus sive Lacteis venis, quarto vasorum mesaraico (...)

36Mais pendant l’espace de temps que je viens de parcourir, il existait dans d’autres parties de l’Italie et de l’Allemagne des hommes dont il est utile que nous prenions connaissance. L’un d’eux, Gaspard Aselli, de Cremone, était professeur à Pavie82; il mourut la même année que Spigelius83, en 1626. On lui doit un traite sur les vaisseaux lactés. Nous avons vu que ces vaisseaux avaient été découverts par Erasistrate84, dans l’antiquite, du temps de Ptolémée85. Aselli ou Asellius est le premier qui y ait fait attention ; il les a décrits dans un traite intitule : De venis lacteis, cum figuris elegantissimis, imprime à Milan en 1627, par conséquent après sa mort86. Cet ouvrage est remarquable, en ce qu’il est le premier ou l’on ait donne des figures anatomiques coloriées. Les artères et les veines sont représentées en rouge, les vaisseaux lactés en noir, etc.

  • 87 Marcus Aurelius Severino (né en novembre 1580 a Tarse en Calabre ; mort de la peste le 12 juillet (...)
  • 88 [Julius Jasolinus ou Giulio Jasolino (né en 1538, mort en 1622) auteur de Collegium anatomicum cla (...)
  • 89 [Zootomia Democritea, idest anatome generalis totius animantium opificii : libris quinque distinct (...)
  • 90 [Democrite d’Abdere, voir Volume 1, Lecon 5, note 33.]
  • 91 [Johann Georg Wolckammer ou Wolchamer (né en 1616 à Nuremberg; mort en 1693 à Nuremberg) ; physici (...)

37Un autre anatomiste est Marc-Aurèle Severino87, qui était professeur à Naples. Il naquit à Tarsia, ville de la Calabre, en 1580 ; il était élève de Jasolinus88, qui l’avait été lui-même d’Ingrassias. Il est remarquable par son ouvrage intitulé : Zootomia democritea, id est anatome generalis totius animantium opificii, publié en 164589. C’est le premier ouvrage ex professo d’anatomie comparée ; son titre tient à ce que l’on savait des recherches faites par le philosophe Démocrite, dont je vous ai entretenu dans le commencement de mon Cours90, et qui, l’un des premiers, compara les animaux à l’homme. Cet ouvrage n’a pas été publié par Severino ; il l’a été en Allemagne par Wolckammer, anatomiste allemand, qui avait été l’un de ses élèves91. Les figures répandues çà et là dans l’ouvrage sont grossières. Cet ouvrage lui-même avait sans doute été recueilli aux leçons de Severino, qui ne paraît pas l’avoir destiné à l’impression ; on y remarque cependant des généralités très précieuses, qui ont servi de point de départ à l’anatomie comparée, et ont de l’analogie avec celles qu’Aristote avait déjà exprimées. Il y parle de plusieurs animaux qui n’avaient pas encore été disséqués, particulièrement du poulpe et de la sèche.

  • 92 Il est né le 2 avril [en fait le 1er avril] 1578 [M. de St.-Agy].

38Mais, le plus célèbre de tous les anatomistes du seizième siècle et du commencement du dix-septième, celui qui peut, en quelque façon, clore cette période, c’est Guillaume Harvey. Il était né en 157792, à Folkstone, dans le comté de Kent ; il étudia d’abord à Cambridge ; il fut ensuite à Padoue, où la célébrité de Fabrice d’Aquapendente attirait de toutes parts ceux qui désiraient s’instruire dans l’anatomie et la physiologie. C’est dans cette ville qu’excité par la découverte des valvules des veines, que son maître venait de faire, et que réfléchissant à la direction des valvules qui sont à l’entrée des veines et à la sortie des artères, il eut l’idée de faire des expériences pour déterminer quelle est la marche du sang dans les vaisseaux. Il lia les artères de différents animaux, et il remarqua qu’elles se gonflaient au-dessus de la ligature, dans la partie qui est plus voisine du cœur que la ligature ; il fit des ligatures semblables sur des veines, et il observa que les veines se gonflaient, non plus au-dessus, mais au-dessous de la ligature, dans la partie la plus éloignée du cœur que la ligature. Rapprochant ces faits de la direction des valvules, il arriva à cette conclusion, que le sang est poussé par le cœur gauche dans les artères jusqu’aux extrémités, d’où il revient par les veines dans le cœur droit. Il rattacha à la structure anatomique du système vasculaire le phénomène du pouls et ceux qui se manifestent quand on ouvre les vaisseaux. Enfin il démontra, non seulement qu’il existe une circulation dans les vaisseaux du cœur, mais qu’elle se croise avec la circulation des poumons. Ainsi fut établie la double circulation. De là on arriva bientôt à la découverte de la véritable fonction de l’organe respiratoire, et par conséquent un pas immense fut fait dans la physiologie ; car les conséquences de cette découverte eurent la plus grande influence sur toutes les autres parties de la physiologie animale.

  • 93 [Exercitatio anatomica de motu cordis et sanguinis in animalibus, Francfort : Guilielmi Fitzeri, 1 (...)

39Harvey enseigna sa découverte en 1619 ; mais ses expériences avaient été faites en 1616 et 1618 ; ce ne fut qu’en 1628 qu’il les publia dans son livre intitulé : Prima exercitatio anatomica de motu cordis et sanguinis in animalibus93.

  • 94 [Jacques Primerose (né à Saint-Jean-d’Angély, situé de nos jours en Charente-Maritime, en France ; (...)
  • 95 [Jean Riolan (le Jeune) né le 15 février 1577 ou 1580 ; mort le 19 février 1657) fut un anatomiste (...)
  • 96 [Johannes Antonides van der Linden (né le 13 janvier 1609 à Enkhuizen ; mort le 5 mars 1664 à Leyd (...)
  • 97 [Johannes Hartmann (né en 1568 à Amberg ; mort en décembre 1631 à Kassel) était un chimiste allema (...)
  • 98 [Theodoor Jansson van Almeloveen (né le 24 juillet 1657 à fut un médecin et éditeur de plusieurs o (...)

40Ce que ses prédécesseurs avaient dit n’avait fait aucune impression pendant plus de cinquante ans. Son livre produisit d’abord une grande opposition, comme il est naturel que cela arrive toutes les fois qu’une découverte importante apparaît dans une science cultivée par un grand nombre d’hommes et liée à plusieurs autres sciences. Un médecin écossais, nommé Primerose94, fut le premier contradicteur d’Harvey. Ensuite se leva Riolan95, qui était professeur au Collège de France. Ces deux hommes écrivirent à peu près en même temps. Quelques autres, tels que Vanderlinden96, Hartmann97, Almeloveen98, etc., voulurent attribuer la découverte de la circulation à Hippocrate ; mais toutes ces contestations n’étaient qu’un effet de l’envie, ou plutôt de cette inertie naturelle à l’esprit humain, qui n’aime pas à changer et à renverser toutes ses connaissances.

  • 99 [George Ent né le 6 novembre 1604 à Sandwich dans le Kent ; anatomiste anglais, membre de la Socié (...)
  • 100 [Primerose, voir note 94 ci-dessus.]

41Harvey fut défendu par un de ses élèves, G. Ent99, qui principalement répondit à Primerose100.

  • 101 [Charles Ier (né le 19 novembre 1600 à Dumfermline en Ecosse ; mort le 30 janvier 1649 à Londres), (...)
  • 102 [voir Harvey (William), Exercitationes de generatione animalium, quibus accedunt quaedam de partii (...)
  • 103 [René Descartes, voir Volume 1, Leçon 6, note7 ; la version la plus ancienne de son Traité sur l’H (...)

42Harvey devint premier médecin de Charles Ier, roi d’Angleterre101 ; il se défendit avec assez de modestie dans ses deuxième et troisième Exercitationes102. Mais ses découvertes furent bientôt adoptées presque généralement, parce qu’il était facile de répéter ses expériences et de vérifier ses observations. Riolan finit par se réduire à nier la circulation dans les petits vaisseaux ; cette opinion est même encore soutenue par plusieurs physiologistes de nos jours. C’est sur elle qu’est fondé l’usage des saignées locales, qui sont devenues si générales. La découverte d’Harvey devint tout à fait populaire, lorsque Descartes la prit pour base de la physiologie, professée dans son Traité de l’homme103. Dans cet ouvrage, il soutient la découverte d’Harvey avec beaucoup de franchise et de courage ; il la développe même par des figures à retombes. Harvey eut ainsi le rare bonheur de voir sa découverte adoptée de son vivant.

43Plus tard, il donna un ouvrage qui ne l’a guère rendu moins célèbre, bien que les découvertes qui s’y trouvent exposées soient d’une importance moins générale, et susceptibles de beaucoup d’objections ; ce sont ses Exercitationes de generatione animalium, publiées à Londres en 1651.

  • 104 Il perdit encore un ouvrage que son titre seul fait regretter : A practice of Physic, conformable (...)

44Charles Ier lui avait fourni tous les moyens de faire les expériences nécessaires à la composition de cet ouvrage. Il lui avait sacrifié un grand nombre de biches du parc de Windsor en état de gestation ; mais il examina surtout la fécondation des œufs, les développements successifs du poulet, en un mot, il répéta et perfectionna ce que Fabricius avait déjà observé. Son ouvrage était beaucoup plus considérable que nous ne le voyons aujourd’hui. Dans les troubles qui suivirent la mort de Charles Ier, la maison de Harvey fut pillée ; il perdit toute la partie de son ouvrage qui traitait de la génération des insectes104. Comme il était déjà âgé, il ne put pas le refaire ; d’ailleurs, dans la révolution qui était survenue, il avait perdu toutes ses faveurs et sa fortune. Néanmoins il publia, en 1651, deux ans après la mort de Charles Ier, ce qui lui était resté de son ouvrage, quoique un peu mutilé.

45L’ouvrage de Harvey est en quelque sorte un développement des premières vues de Fabricius ; mais il y décrit l’évolution du poulet avec beaucoup plus de détail et de perfection que ce célèbre anatomiste ; cependant il n’a pas employé de figures, car les troubles du temps ne lui permettaient pas d’en faire graver. Harvey traite aussi du fœtus des quadrupèdes ; il le suit dans ses développements. Ces observations sont plus difficiles à faire, car on ne peut pas avoir chaque jour des fœtus de cette espèce. Cependant son ouvrage renferme des choses très importantes. Harvey mourut en 1657, âgé de quatre-vingts ans.

  • 105 [Jean Riolan, voir note 95 ci-dessus.]
  • 106 [Riolan (Jean), Schola anatomica nouis et raris obseruationibus illustrata. Cui adiuncta est accur (...)
  • 107 [Riolan (Jean), Osteologia ex veterum et recentiorum praeceptis descripta. In qua continentur Isag (...)
  • 108 [Riolan (Jean), Anthropographia. Ex propriis, & novis observationibus collecta, concinnata. In qua (...)
  • 109 [Gui ou Guy Patin (né en 1601 à Hodenc-en-Bray, Oise ; mort le 30 aout 1672 à Paris) fut un médeci (...)
  • 110 110. [Louis XIII (né le 27 septembre 1601 au Château de Fontainebleau ; mort le 14 mai 1643 a Pari (...)
  • 111 [Riolan (Jean), Enchiridion anatomicum et pathologicum,in quo ex naturali constitutione partium, r (...)

46L’homme le plus célèbre de France en histoire naturelle était alors Jean Riolan105, qui fut professeur à Paris pendant cinquante ans. Son père avait été aussi professeur de médecine ; il naquit en 1580. Dans ses défenses des anciens, il fut presque aussi âcre que Sylvius et Eustache : il déprima beaucoup les modernes, et affectait même de mépriser les figures qui faisaient, selon lui, le seul mérite de Vésale. Ce fut un nouveau tort de sa part. À vingt-sept ans, en 1608, il publia un ouvrage intitulé : Schola anatomica novis et raris observationibus illustrata106. C’est une ébauche du grand ouvrage qui l’a immortalisé. Il donna plus tard, en 1614, un traité d’ostéologie humaine d’après les connaissances que nous ont transmises les anciens107. On y trouve une bonne ostéologie du singe, comme dans les ouvrages d’Eustache. Son anthropographie parut en 1618108. Gui Patin109 fit paraître cet ouvrage pendant que Riolan était à Cologne, où il avait suivi Marie de Médicis, mère de Louis XIII110. Il y combat la découverte d’Harvey pour les petits vaisseaux. Il établit que la circulation du sang n’est pas aussi rapide que Harvey le prétendait. Sur la fin de sa vie, en 1648, il donna son Enchiridion anatomicum et pathologicum, espèce d’abrégé de tout ce qui lui est propre, et qui n’est pas très remarquable111. Il mourut en 1657, âgé de soixante-dix-sept ans.

  • 112 [Gaspard ou Caspar Bauhin (né le 17 janvier 1560 a Bale ; mort le 5 decembre 1624 a Bale), etait u (...)
  • 113 [Constant Varole, voir note 44 ci-dessus.]
  • 114 [Franz Joseph Gall, voir note 46 ci-dessus.]
  • 115 [Bauhin (Gaspard), De hermaphroditorum monstrosorumque partuum natura, Openheim : Johann Theodor d (...)

47J’ajouterai aux anatomistes qui terminent l’époque dont je parle, et où la critique dominait encore, où l’observation propre ne faisait que de poindre, le fameux botaniste Garspard Bauhin. Il était élève de Fabricius, et a donné un Theatrum anatomicum112. C’est un très bon résumé de ce qui était connu alors. Il y donne aux muscles des noms qui ont été conservés jusqu’à nos jours. On y remarque surtout une description du cerveau d’après la méthode de Varole113, qui avait été négligée par presque tous les anatomistes, jusqu’à la publication de l’ouvrage du docteur Gall114. Il a encore produit un ouvrage sur les monstres115.

48Telle est, messieurs, l’analyse des écrits des principaux restaurateurs de l’anatomie dans le seizième et au commencement du dix-septième siècle. Ils ne laissent pas de l’avoir portée très loin. Nous verrons cependant qu’il restait beaucoup à faire dans les détails, qui exigeaient une méthode d’expérimentation et d’observation plus précise que celle de ces auteurs. Ceux-ci d’ailleurs ont perdu beaucoup de temps à discuter les ouvrages des anciens, et à en donner des explications et des commentaires.

49Nous allons maintenant examiner les autres sciences pendant le même espace de temps. Nous verrons que les savants qui en ont traité ont aussi employé plus de temps et d’efforts à commenter les ouvrages des anciens, qu’à faire des observations par eux-mêmes. Dans la prochaine leçon, nous parlerons principalement de la zoologie et des auteurs qui l’ont fait fleurir pendant la période pour laquelle nous venons de tracer l’histoire de l’anatomie.

Notes

1 [Philippe II d’Espagne (né le 21 mai 1527 à Valladolid ; mort le 13 septembre 1598, El Escorial), roi d’Espagne sous le nom de Philippe II (en Castille et Aragon) et roi du Portugal sous le nom de Philippe Ier. Pendant la période de son mariage avec la reine Marie Ière d’Angleterre, il fut roi d’Angleterre et d’Irlande et prétendant au royaume de France ; héritier du Duché de Bourgogne, il fut seigneur des Dix-Sept Provinces des Pays-Bas. Sous son règne, l’Espagne atteint le sommet de son influence et de son pouvoir, lançant des explorations autour du monde et établissant des colonies dans des territoires situés sur tous les continents connus d’alors, notamment les Philippines, nommées ainsi en son honneur. On lui doit l’expression « L’Empire où le soleil ne se couche jamais ». Il fut cependant responsable du sort désastreux de l’invasion d’Angleterre en 1588.]

2 Cette opinion est admise par quelques auteurs ; d’autres, comme [George] Martine [médecin écossais né en 1702 et mort en 1741] et Haller [voir Leçon 1, note 16], attestent qu’il ne fut pas disciple de Vésale [M. de St.-Agy].

3 [Observationes anatomicae de Fallope est un commentaire critique détaillé de l’œuvre de Vésale intitulée De humani corporis fabrica (voir Leçon 1, note 83) ; il fut publié pour la première fois par Marco Antonio Ulmo et Gratioso Perchachino à Venise en 1561.]

4 Le nerf trijumeau est la cinquième paire des nerfs crâniens ; assurant un rôle moteur et sensitif, il est responsable des sensations de la face et permet l’innervation des muscles de la mastication.]

5 Voici jusqu’où s’étendait la protection que lui accordait Le grand-duc de Toscane : Princeps jubet ut nobis dent hominem quem nostrao modo interficimus, et illum anatomisamus [le Prince ordonne que nous soit remis l’homme tué de notre propre façon et qu’il soit disséqué]. Ces hommes, à la vérité, étaient des criminels ; cependant il est difficile de ne pas frissonner à la lecture de cette phrase [M. de St.-Agy].

6 [L’ouvrage de Fallope intitulé De principio enarum se trouve dans le recueil de ses œuvres, Opera genuine omnia, voir Fallope (Gabriel), Gabrielis Falloppij Mutinensis, physici ac chirurgici praeclarissimi... Opera quae adhuc extant omnia : in vnum congesta, & in medicinae studiosorum gratiam nunc primum tali ordine excusa... omnia multo accuratius nunc edita, & praeter indicem capitum in limine positum, altero etiam indice alphabetico adaucta, Francofurti : apud haeredes Andreae Wecheli, 1584, [12] + 848 + [32] p., ill., in-folio.]

7 [Gabriellis Fallopii Mutensis physici praeclarissimi ac... expositio in librum Galeni de ossibus. Huic accesserunt observationes anatomicae eiusdem authoris. Atque haec omnia a Francisco Michino de Sancto Arcangelo eius discipulo ex fidelisimo codice, dum ille ea publice profiteretur descripta fuerunt, ac nunc primum in lucem edita... Venetiis : apud Simonem Galignanum de Karera, 1570, [4] + 76 p., ill., in-4°.]

8 Suivant l’opinion la plus commune, c’est à San Severino, dans la Marche d’Ancône [province de la région du centre de l’Italie]. [Nicolo] Toppi, [Lionardo] Nicodemo [auteurs de l’ouvrage intitulé Biblioteca napoletana, Naples, 1678] partagent l’opinion de M. Cuvier [voir Toppi (Nicolò), Biblioteca napoletana, et apparato a gli huomini illustri in lettere di Napoli, e del regno delle famiglie, terre, citta, e religioni, che sono nello stesso regno. Dalle loro origini, per tutto l’anno 1678. Opera del dottor Nicolò Toppi, patritio di Chieti, archivario per S.M. Cattolica nel Grande Archivio della Regia Camera della Summaria. Divisa in due parti. Nelle quali vengono molte famiglie forastiere lodate, e varij autori illustrati, & emendati, Napoli : Antonio Bulifon, 1678, [8] + XVIII + 400 + [56] p.] [M. de St.-Agy].

9 [Sylvius, voir Leçon 1, note 41.]

10 [De renum structura est le premier ouvrage entièrement consacré aux reins ; voir Eustache (Bartholomée), Bartholomaei Eustachii,... Opuscula anatomica... [De Renum structura... De Auditu organis. Ossium examen. De motu capitis. De Vena quae Graecis dicitur... De Dentibus. Annotationes horum opusculorum ex Hippocrate, Aristotele, Galeno, aliisque authoribus collectae], Venise : Vincentius Luchinus excud, 1563, 3 part. en 1 vol. ([48] + 323 p. ; [8] + 96 p. ; [164] p.), in-4°.]

11 [Taille-douce, mot français décrivant une méthode de gravure sur cuivre dont le dessin est constitué d’une série de lignes ; cette méthode de gravure était communément utilisée dans la fabrication de timbres postaux et de papier-monnaie.]

12 [Bartholomaei Eustachii sanctoseverinatis libellus de dentibus, Venise : imprimé par Vincentius Luchinus, 1563, 95 + [1] p., in-4°.]

13 [Bernhard Siegfried Albinus, voir Leçon 1, note 78.]

14 [Ossium examen, voir note 10 ci-dessus.]

15 [La veine azygos est une veine située du côté droit du canal thoracique qui permet au sang d’emprunter une voie alternative et de circuler ainsi entre les veines caves lorsque l’une des veines caves est bloquée ; sa description est publiée dans l’ouvrage d’Eustache intitulé De vena quae azygos graecis dicitur, voir note 10 ci-dessus.]

16 Jean Pecquet, dont il sera sans doute parlé dans la suite, est né [en 1622] à Dieppe [Seine-Maritime ; mort en 1674]. [Anatomiste français à qui nous devons la découverte du circuit lymphatique, le receptaculum chyli, ou citerne de Pecquet, et le canal lymphatique aboutissant dans la veine sous-clavier gauche. Il a aussi disséqué l’œil et mesuré ses dimensions, affirmant que la rétine et non la choroïde est l’organe principal de la vision]. La découverte du canal thoracique, qu’on lui attribue à tort, comme on voit, confirma de son temps la grande loi de la circulation du sang, découverte par Harvey. Il était très recherché dans le grand monde, où l’avait introduit le ministre Fouquet, dont il était le médecin et l’ami. Le surintendant prenait plaisir à se faire expliquer par lui les plus importantes lois de la physiologie et de la physique. Madame de Sévigné l’appelait amicalement le petit Pecquet. Elle parle de son dévouement au surintendant Fouquet, dans sa lettre du 19 décembre 1664 [M. de St.-Agy].

17 [De auditus organis, voir note 10 ci-dessus.]

18 [Même dans l’ancien temps, on pensait qu’il existait un conduit ouvert entre l’oreille et le circuit respiratoire, mais Eustache fut le premier à donner une description anatomique du tube auditif dans son ouvrage Opuscula anatomica (voir note 21 ci-dessous). Eustache, cependant, considérait la trompe uniquement comme un conduit de drainage pour la substance issue de la cavité du tympan ; il ne réalisa pas qu’en fait sa fonction principale était d’ajuster la pression de l’air dans la cavité tympanique.]

19 [Sur la découverte de l’étrier, voir note 32 ci-dessous.]

20 [Giovanni Filippo Ingrassia, voir Leçon 1, note 85.]

21 [L’ensemble des traités sur l’anatomie écrits par Eustache en 1561 et 1562 sur les reins (De renum structura), l’organe de l’ouïe (De auditus organis), le système veineux (De vena quae azygos graecis dicitur) et les dents (De dentibus) parut sous le titre Opuscula anatomica et fut publié pour la première fois par Vincentius Luchinus, voir note 10 ci-dessus.]

22 [L’ouvrage d’Eustache intitulé Tabulae anatomicae ou « Gravures anatomiques » fut publié pour la première fois en 1714 par Giovanni Maria Lancisi (né le 26 octobre 1654 à Rome ; mort le 20 janvier 1720 à Rome ; médecin, épidémiologiste, et anatomiste qui fit la corrélation entre la présence des moustiques et la prévalence de la malaria) ; il fut ensuite publié par Cajetan Petrioli en 1744 et par Bernhard Siegfried Albinus en 1744 ainsi qu’à Bonn en 1790. Les gravures publiées dans cet ouvrage montrent avec quelle attention et quelle diligence Eustache conduisit ses dissections et tous les efforts qu’il prit pour donner des informations correctes quant à la forme, la taille, et l’emplacement des organes dans le corps humain (voir Eustache (Bartholomée), Tabulæ anatomicæ clarissimi viri Bartholomæi Eustachii quas è tenebris tandem vindicatas et sanctisissimi domini Clementis XI. Pont. Max. Munificentiâ dono acceptas. Praefatione, notisque illustravit, ac ipso suae Bibliothecae dedicationis die publici juris fecit Jo. Maria Lancisius Intimus Cubilarius, & Archiater pontificius, Rome : ex officina typographica F. Gonzagæ, 1714, xliv + 115 p., 47 pl.) Le fait que son livre devint un best-seller plus d’un siècle après sa mort montre l’étendue de la répression religieuse dont souffrirent les anatomistes de la Renaissance.]

23 Lancisi a été aidé dans cette utile entreprise par les conseils et même par la coopération de [Antonio] Pacchioni [né en 1665, mort en 1726, qui travailla principalement sur la structure de l’enveloppe externe des méninges du cerveau appelée dure mère], de [Francesco] Soldati [dates inconnues], de [Giovanni Battista] Morgagni [né en 1682, mort en 1771 ; appelé le père de la pathologie anatomique] et de [Giovanni] Fantoni [né en 1675, date de décès inconnue ; natif de Turin où il devint professeur d’anatomie et médecin du Prince de Piedmont] [M. de St.-Agy].

24 [Albinus, voir note 22 ci-dessus ; voir également Leçon 1, note 78.]

25 [Haller, voir Leçon 1, note 16.]

26 [Guinther, voir Leçon 1, note 38].

27 [Sylvius, voir Leçon 1, note 41.]

28 [Fabricius d’Aquapendente, voir Leçon 1, note 66 et Volume 1, Leçon 9, note 38.]

29 [Jean-Baptiste Cannanus (également appelé Cannani ou Canano), né en 1515 à Ferrara ; mort en 1579 ; professeur d’anatomie à l’Université de Ferrara et médecin du Duc Alphonse II et du Pape Jules III.]

30 [Jean-Philippe Ingrassias, voir Leçon 1, note 85.]

31 [L’ouvrage d’Ingrassius intitulé In Galeni librum de ossibus doctissima et expectatissima commentaria, fut publié par Baptiste Maringhi à Panorme en Sicile, en 1603. Dans cet ouvrage, il corrigea de nombreuses erreurs et donna entre autres une description correcte de la structure des os ethmoïdes et sphénoïdes du crâne. Voir Ingrassia (Johanne Philippo), In Galeni librum de ossibus doctissima et expectatissima commentaria, fut publié par Baptiste Maringhi a Panorme en Sicile, en 1603. Dans cet ouvrage, il corrigea de nombreuses erreurs et donna entre autres une description correcte de la structure des os ethmoides et sphenoides du crâne. Voir Ingrassia (Johanne Philippo), In Galeni librum de ossibus doctissima et expectatissima commentaria, nunc primum sedulo in lucem edita,... quibus appositus est Graecus Galeni contextus, una cum nova & fideli ejusdem Ingrassiae in latinum versione, Panormi (Sicile) : ex Typographia Io. Baptistae Maringhi, 1603, [6] + 276 + [10] p., ill., in-4°.]

32 La découverte de l’étrier au milieu du seizième siècle reste un sujet de controverse dans la littérature médicale, même si la plupart des historiens attribuent cette découverte à l’italien Ingrassius en 1546. Entre 1546 et 1564, de nombreux anatomistes dont Jimeno, Collado, Valverde, Colombo, Lusitano, Paré, Fallope, Eustache, et Vésale décrivirent cet os dans leurs publications respectives, ainsi qu’Ingrassius dans son ouvrage posthume en 1603. Une chronologie détaillée des mentions orales et publications prouve qu’Ingrassius ne pouvait être que le premier à avoir découvert l’étrier et l’avoir mentionné lors de conférences publiques en 1546, mais Pedro Jimeno (médecin et anatomiste espagnol de la moitié du seizième siècle, disciple de Vésale à Padoue et Directeur de la Chaire d’Anatomie à l’Université de Valence) fut le premier à le publier en 1549 (voir Mudry (Albert), « Disputes surrounding the discovery of the stapes in the mid-16th century », Otology and Neurotology, avril 2013, vol. 34, no 3, pp. 588-592).]

33 Le nerf facial est le septième nerf faisant partie des douze pairs de nerfs crâniens ; il contrôle les muscles de l’expression faciale et transmet les sensations du goût des deux tiers antérieurs de la langue et de la cavité buccale.]

34 Selon l’abbé Gouget [voir Gouget (Claude-Pierre), Mémoire historique et littéraire sur le Collège Royale de France, Paris : Chez Augustin-Martin Lottin, l’aîné, 1758, 3 vol. (XII + 621 + [3] p. ; 477 + [3] p. ; 614 + [2] p.), in-duodecimo.] et Éloi, son véritable nom serait Vital-Viduro [M. de St.-Agy].

35 [François Ier, roi de France, voir Leçon 1, note 39.]

36 [L’œuvre posthume de Vidius intitulée Anatome corporis humani libri VII, Venise : apud Juntas, 1611, [14] + 342 + [8] + 12 p., ill.]

37 [Realdus Columbus ou Realdo Colombo (né vers 1516 à Crémone ; mort en 1559 à Rome), professeur d’anatomie italien et chirurgien à l’Université de Padoue entre 1544 et 1559 ; il contribua largement au progrès de l’anatomie avec sa découverte du circuit pulmonaire laquelle ouvrit la voie à William Harvey pour sa découverte de la circulation sanguine quelques années plus tard.]

38 [De re anatomica est la seule œuvre de Colombus qui ait été publiée (voir Realdi Colvmbi Cremonensis, in almo Gymnasio Romano anatomici celeberrimi, De re anatomica libri XV, [s. l.], Italie : Nicolò Bevilacqua libraire-imprimeur, 1559, [269] + [3] p., in-folio) ; elle parut peu de temps avant sa mort en 1559. Un grand nombre des contributions publiées dans cet ouvrage chevauchent les découvertes de Fallope (voir Leçon 1), notamment leurs revendications d’avoir découvert le clitoris.]

39 [Les bourses muqueuses des tendons se composent de deux couches de membranes entourant les tendons et facilitant leurs mouvements ; elles sont constituées de capsules synoviales et d’une gaine fibreuse.]

40 [Michel Servet en français, Michael Servius en latin ou Miguel Serveto en espagnol (né en 1509 ou 1511 à Villanueva, Aragon ; mort au bûcher en 1553 à Genève) est un théologien et médecin espagnol de renom ; il comprit le fonctionnement de la circulation pulmonaire ce qui amena certains écrivains à lui attribuer la découverte de la circulation sanguine.]

41 [Léonard Botal ou Botalli, médecin et anatomiste italien né en 1530 à Asti dans le Piedmont ; mort après 1571.] Il fut médecin des rois Charles IX [de France, né le 27 juin 1550, mort le 30 mai 1574 ; monarque de la Maison des Valois qui régna de 1560 jusqu’à sa mort] et Henri III de France [né le 19 septembre 1551, mort le 2 août 1589 ; monarque appartenant également à la Maison des Valois qui régna de 1574 jusqu’à sa mort] ; il voyagea dans les Pays-Bas et en Angleterre, où il suivit [François] le Duc d’Alençon [né le 18 mars 1555, mort le 19 juin 1584 ; le plus jeune fils du roi Henri II de France et de Catherine de Médicis] [M. de St.-Agy].

42 [Le trou de Botal dénommé également le foramen ovale, à ne pas confondre avec le foramen ovale du crâne, est un orifice qui permet au sang de communiquer entre les deux oreillettes du cœur ; c’est l’un des deux détournements cardiaques du fœtus qui se referment à la naissance ; le second de ces détournements est le canal artériel qui permet au sang de détourner la circulation pulmonaire.]

43 [Julius César Arantius, Giulio Cesare Aranzio, également dénommé Aranti (né en 1529/1530 à Bologne ; mort le 7 avril 1589 à Bologne). Il fournit la première description exacte des particularités du fœtus, et fut le premier à démontrer que les muscles de l’œil ne proviennent pas de la dure-mère ainsi qu’il était pensé auparavant, mais du bord externe du foramen optique. Il confirma également l’opinion de Colombus (voir note 37 ci-dessus) concernant le sens de la circulation du sang allant du côté droit vers le côté gauche du cœur, ceci après avoir étudier les relations anatomiques des cavités du cœur, les valves et les vaisseaux sanguins.]

44 [Constant Varole, en italien Constanzo Varolio et en latin Constantius Varolius (né en 1543 à Bologne ; mort en 1575 à Rome) était un anatomiste italien et fut médecin du Pape Grégoire XIII (né le 7 janvier 1502 à Bologne ; mort le 10 avril 1585 à Rome ; chef de l’Église Catholique du 13 mai 1572 jusqu’à sa mort ; connu pour voir inventé le calendrier grégorien qui porte son nom, lequel reste toujours de nos jours le calendrier adopté mondialement). Il est surtout reconnu pour sa recherche sur les nerfs crâniens, décrits dans son ouvrage De nervis opticis nonnullisque aliis praeter communem opinionem in humano capite observatis, Padoue : apud Antonium & Paulum Meiettos fratres, 1573, [81] p., ill.]

45 [Raymond Vieusseus ou Vieussens (né c. 1635, mort en 1715) professeur d’anatomie à Montpellier, auteur de Neurographia universalis (publié par Jean Certe à Lyon en 1684), ouvrage qui a beaucoup contribué à la connaissance du cerveau et des nerfs crâniens et périphériques. On lui doit, entre autres, la première description des pyramides, de l’olive, du centre ovale et du ganglion semi-lunaire du cerveau ; il nomma également un grand nombre des parties du cerveau, lesquels noms sont toujours utilisés de nos jours. Voir Vieussens (Raimond), Neurographia universalis. Hoc est, omnium corporis humani nervorum, simul & cerebri, medullaeque spinalis descriptio anatomica... Lyon : Apud Joannem Certe, 1684, [8] + 252 + [2] p., 24 pl., ill., in-4°.]

46 [Franz Josef Gall (né le 9 mars 1758 à Baden ; mort le 22 août 1828 à Paris). Pionnier dans l’étude de l’anatomie du tronc cérébral, il fut le premier à décrire l’origine de plusieurs nerfs crâniens ; il est principalement connu de nos jours pour sa recherche en morphologie cranio-faciale qui évolua graduellement en pseudoscience de la phrénologie.]

47 [André Césalpin, également connu sous le nom d’Andrea Cesalpino ou Andreas Caesalpinus (né en 1524 ou 1525, mort le 23 février 1603), fut un médecin, physiologiste, philosophe et botaniste italien qui classa les plantes selon leurs fruits et leurs graines, plutôt que par ordre alphabétique ou selon leurs propriétés médicinales. En physiologie, il créa une théorie sur la circulation du sang ; cependant sa théorie décrivait un genre de « circulation chimique » qui consistait en une action répétée d’évaporation et de condensation du sang, plutôt que le concept d’une « circulation physique » tel qu’Harvey le décrivit plus tard.]

48 [Pape Clément VIII (né le 24 février 1536 à Fano dans la région des Marches en Italie ; mort le 3 mars 1605 à Rome), chef de l’Église Catholique du 30 janvier 1592 jusqu’à sa mort.]

49 [Charles ou Carlo Ruini (né en 1530, mort en 1598), auteur de l’ouvrage Anatomia del cavallo, infermità, et suoi rimedii : Opera nuova, degna di qualsiuoglia prencipe... Venise : Appresso Gasparo Bindoni, 1599, 2 vol., ill.]

50 [Gaspard de Saunier (né en 1663, mort le 10 août 1748), auteur de L’art de la cavalerie, ou La manière de devenir bon écuyer par des règles aisées et propres à dresser les chevaux à tous les usages, que l’utilité et le plaisir de l’homme exigent ; tant pour le manège, que pour la guerre,... le tournois, ou carousel,... Accompagné de principes certains pour le choix des chevaux,... Avec une idée générale de leurs maladies, des remarques curieuses sur les haras,... et des observations sur tout ce qui peut blesser ou gêner les chevaux, Amsterdam ; Berlin : Jean Neaulme, 1756, 216 p., ill., in-folio.]

51 [Ambroise Paré (né vers 1510 à Bourg-Hersent, dans le nord-ouest de la France ; mort le 20 décembre 1590 à Paris) ; anatomiste et chirurgien français considéré comme l’un des fondateurs de la chirurgie et de la pathologie médico-légale moderne ; il fut également pionnier en techniques de chirurgie et médecine du front, particulièrement dans le traitement des blessures ; il inventa plusieurs instruments chirurgicaux.]

52 [Henri II (né le 31 mars 1519 au Château de Saint-Germain-en-Laye, près de Paris ; mort le 10 juillet 1559, Place des Vosges à Paris), monarque de la Maison des Valois qui régna comme roi de France du 31 mars 1547 jusqu’à sa mort tragique lors d’un tournoi de joute organisé pour célébrer la Paix de Cateau-Cambrésis mettant fin aux guerres d’Italie. Ambroise Paré (voir note 51 ci-dessus), chirurgien du roi, ne parvint pas à soigner la plaie infectée que lui infligea Gabriel de Montgomery (né le 5 mai 1530, décapité le 26 juin 1574,) capitaine de la Garde Ecossaise.

53 Ce roi [Charles IX, voir note 41 ci-dessus], dit Brantôme [seigneur Pierre de Bourdeille, né vers 1540 dans le Périgord en Aquitaine ; mort le 15 juillet 1614 ; historien, soldat et biographe français], l’envoya quérir et fit venir le soir dans sa chambre et garde-robe, lui commandant de n’en bouger, et disant qu’il n’était pas raisonnable qu’un qui pouvait servir à tout un petit monde, fût ainsi massacré [M. de St.-Agy.]

54 [Le Massacre de la Saint Barthélémy désigne le massacre suivi d’une vague de violence des Catholiques contre les Huguenots (Protestants calvinistes français) pendant les guerres de religion en France. Le massacre commença le 23 août 1572 (la veille de la fête de la Saint-Barthélemy) deux jours après la tentative d’assassinat de l’Amiral Gaspard de Coligny, chef militaire et politique des Huguenots. Le roi ordonna l’assassinat d’un groupe de chefs Huguenot, dont Coligny, et le massacre s’étendit sur tout Paris. Le massacre dura plusieurs semaines et s’étendit au-delà de Paris vers d’autres villes et dans la campagne. Les estimations modernes concernant le nombre de morts varient beaucoup et vont de cinq mille à trente mille morts.]

55 Son père, qui habitait Laval, l’avait cependant mis en pension chez un chapelain, nommé Orsoy ; mais comme celui-ci ne recevait qu’une somme très modique pour enseigner le latin à Ambroise, il tâchait de se dédommager en le faisant travailler à son jardin, en lui donnant sa mule à soigner, et en l’employant à d’autres corvées semblables ; de sorte qu’en sortant de la maison du chapelain, Paré ne savait presque rien [M. de St.-Agy].

56 [Briefve collection de l’administration anatomique : Avec la manière de côioindre les os et d’extraire les enfans tât mors que vivans du ventre de la mère, lors que la nature de soy ne peult venir à son effect. Composée par Ambroise Paré..., Paris : en la boutique de Guillaume Cavellat, libraire juré, à l’enseigne de la Poulle grasse, devant le collège de Cambray, 1549, [8] + 96 + [1] p., in-8°.]

57 Henri IV (né le 13 décembre 1553 à Pau en Navarre ; mort le 14 mai 1610 à Paris), roi de Navarre (comme Henri III) de 1572 à 1610 et roi de France de 1589 à 1610 ; il fut le premier roi de la maison des Bourbons. Considéré comme un usurpateur par les Catholiques et comme traitre par les Protestants, Henry n’était pas accepté par la majorité de la population et échappa à au moins douze tentatives d’assassinat ; mais sa chance le quitta le 14 mai 1610 à Paris lorsqu’il fut poignardé par un fanatique catholique rue de la Ferronnerie.]

58 [André Dulaurens ou du Laurens (né en 1558 en Arles ; mort en 1609 ; médecin français, gérontologue, recteur de l’école de médecine de Montpellier, et médecin du roi Henri IV (voir note 57 ci-dessus).]

59 [Historia anatomica humani corporis, singularum ejus partium multis controversiis & observationibus novis illustrata, authore Andrea Laurentio..., Paris : apud Marcum Orry, 1600, [16] + 602 + [36] p.]

60 [Leonhard ou Leonhart Fuchs (né en 1501 à Wemding, dans le Duché de Bavière ; mort le 10 mai 1566 à Tübingen), médecin et botaniste allemand, auteur de De humani corpris fabrica epitomes pars prima, publié en 1551. Il est cependant mieux connu pour son ouvrage De historia stirpium commentarii insignes, un livre sur les plantes et leurs usages en médecine publié pour la première fois à Bâle en 1542 et contenant environ 500 dessins corrects et détaillés de plantes, imprimés à partir de gravures sur bois. Ces dessins représentent l’avancée la plus considérable depuis les ouvrages de ses prédécesseurs. Bien que les dessins fussent utilisés dans les ouvrages antérieurs sur les plantes, la contribution de Fuchs prouva et démontra que les représentations de grande qualité étaient la meilleure façon de décrire ce que signifiait le nom d’une plante. Voir Fuchs (Leonhart), De Humani Corporis fabrica Epitomes Pars Prima [...] Duos, unum de oßibus, alterum de muscilis, libros complectens, Lyon : Excudebat Ioannes Frellonius, 1551, 338 p., in-8°; De Historia stirpium commentarii insignes, maximis impensis et vigiliis elaborati, adjectis earundem vivis plusquam quingentis imaginibus, nunquam antea ad naturae imitationem artificiosus effictis & expressis, Bâle : in officina Isingriniana, 1542, [26] + 896 + [4] p.), ill., in-folio.]

61 [Felix Plater ou Platter (né le 28 octobre 1536 à Bâle ; mort le 28 juillet 1614 à Bâle). Médecin suisse connu pour sa classification des maladies psychiatriques, il fut le premier à décrire la tumeur extra axiale (méningiome). On rapporte qu’il fut le premier à disséquer un corps humain dans un pays de langue allemande.]

62 [De corporis humani structura et usu Felicis Plateri Bas. medici antecessoris libri III. Tabulis methodicè explicati, iconibus accuratè illustrati, Bâle : ex officina Frobeniana per Ambrosium Frob, 1583, [8] + 197 + [6] p., 50 pl., ill., in-folio, premier ouvrage publié dans lequel la rétine et non pas le cristallin est identifié comme étant le capteur de lumière de l’œil ; ce livre fut publié de nouveau en 1603, voir Plater (Felix), De Corporis humani structura et usu libri III. Tabulis methodice explicati, iconibus accurate illustrati... [In Fel. Plateri opus anatomicum Petrus Monavius medicus Vratislaviensis ; Bartholomaeus Hubneru Erford. med. ; Thomas Moufetus anglus medicus ; Jo. Spondanus Mauleenensis gallus ; Petrus Castaneus ad Fel. Platerum medicum], Bâle : apud Ludevicum König, 1603, 2 part. en 1 vol., [V] + 197 + [96] p., ill., in-folio.]

63 [Camera obscura (terme latin pour chambre noire) est un instrument optique permettant la projection d’une image de tous ses objets alentours sur un écran. Utilisé en dessin et comme outil de divertissement, ce fut l’une des inventions qui menèrent à la photographie et à l’appareil photographique].

64 [L’astragale fait partie du tarse, un groupe de sept os du Le tarse se situe au niveau de la cheville et forme l’articulation entre les deux os inférieurs de la jambe, le tibia et le péroné. L’astragale s’articule avec le calcaneum qui se trouve en-dessous et l’os naviculaire sur le devant, au sein de l’articulation calcanéenne. Au travers de ces articulations, le poids entier du corps est supporté par le pied.]

65 [En 1557, d’énormes os furent mis à jour lors du déracinement d’un grand chêne près du cloître de Reyden dans le canton de Lucerne en Suisse ; le célèbre médecin Félix Plater (voir note 61 ci-dessus) déclara que ces os appartenaient à un géant haut de dix-neuf pieds. Il entreprit d’assembler le squelette et l’envoya au Concile de Lucerne avec un dessin explicatif. L’anatomiste Johann Friedrich Blumenbach (né le 11 mai 1752, mort le 22 janvier 1840 ; médecin, naturaliste, physiologiste et anthropologiste allemand) reconnut plus tard que ces os étaient ceux d’un éléphant. Mais entretemps, les habitants de Lucerne avaient adopté l’image de ce prétendu géant comme le support des armes de la ville.]

66 [Volcher Coiter (s’écrit aussi Coyter et Koyter) (né en 1534 à Groningen ; mort le 2 juin 1576 à Brienne-le-Château dans le nord de la France), anatomiste et ornithologue hollandais qui établit l’étude d’ostéologie comparative et décrit pour la première fois la méningite cérébrospinale ; il effectua également des études d’anatomie détaillées des oiseaux et établit une classification des oiseaux basée sur leur structure et leurs habitudes, ainsi qu’une clé dichotomique servant à l’identification des oiseaux.]

67 [Rondelet, voir Leçon 1, note 42.]

68 [Les œuvres publiées de Coiter comprennent, Externarum et internarum principalium humani corporis partium tabulæ, atque anatomicæ exercitationes observationesque variæ, novis, diversis, ac artificiosissimis figuris illustratæ, philosophis, medicis, in primis autem anatomico studio addictis summè utiles, Nuremberg : in officina Theodorici Gerlatzeni, 1573, [16] + 133 + [1] p., tabl. et pl., in-folio ; et le traité « De avium sceletis et praecipius musculis », in Lectiones Gabrielis Fallopii de partibus similaribus humani corporis ex diversis exemplaribus a Volchero Coiter... collectae... auctore eodem Volchero Coiter, Nuremberg : in officina Theodorici Gerlatzeni, 1575, 2 part. en 1 vol., pl., in-folio.]

69 [Fabrizio est Fabricius d’Aquapendente ; voir Leçon 1, note 66.]

70 [L’État de l’Église ou Stato della Chiesa (également appelé État pontifical) fait référence aux États pontificaux, territoires de la péninsule Italienne sous l’autorité directe du Pape depuis les années 500 jusqu’en 1870. Ils faisaient partie des principaux états d’Italie depuis le sixième siècle environ jusqu’à ce que la péninsule italienne s’unifie avec le Royaume de Piedmont-Sardaigne en 1861. Après 1861, les États pontificaux continuèrent d’exister jusqu’en 1870, mais avec une étendue territoriale beaucoup plus réduite.]

71 [Paolo ou Pietro Sarpi (né le 14 août 1552 à Venise ; mort le 15 janvier 1623 à Venise), était un patriote, érudit, scientifique et réformateur de l’église originaire de Venise, mais principalement un homme de loi et historien ecclésiastique, agissant pour le compte de la République de Venise.]

72 [William Harvey (né le 1er avril 1578 à Folkestone ; mort le 3 juin 1657 à Roehampton), médecin anglais qui fut le premier à décrire dans sa totalité et en détail la circulation systémique et les propriétés du sang étant pompé par le cœur dans le corps, bien que des écrivains plus anciens avaient fournis des éléments précurseurs à cette théorie (voir notes 37 et 40 ci-dessus).]

73 [Giovanni Alfonso Borelli (né le 28 janvier 1608 à Naples ; mort le 31 décembre 1679 à Rome) était un physiologiste, physicien, et mathématicien italien qui contribua au principe moderne de la recherche scientifique en continuant à suivre l’approche de Galilée qui consistait à tester des hypothèses en les comparant avec l’observation. De formation mathématique, Borelli fit également des études approfondies des lunes de Jupiter, des mécaniques de mouvement chez les animaux, et en microscopie, de la constitution du sang. Il utilisa également le microscope pour étudier le mouvement des pores chez les plantes ; il étudia également la médecine et la géologie. Les principaux succès scientifiques de Borelli résident dans ses recherches en biomécanique qui commencèrent lors de ses études des animaux. Ses publications —intitulées De motu animalium I & II. Alphonsi Borelli neapolitani matheseos professoris : Opus posthumum (Rome : ex typographia Angeli Bernabò, 1680-1681, 2 vol., in-4°)— font le rapprochement entre les animaux et les machines et s’appuient sur les mathématiques pour prouver ses théories.]

74 [De formatione ovi et pulli, que l’on trouva parmi les notes de conférence de Fabricius après sa mort, furent publiées de manière posthume. Voir Aquapendente (Fabrice d’), Hieronymi Fabrici ab Aquapendente olim anatomici patavini celeberrimi de formatione ovi, et pulli tractatus accuratissimus, Padoue : Ex officina Aloysii Bencii, [1621], [4] + 68 p. + 4 pl., ill., in-folio.]

75 [La Bourse de Fabrice (en latin bursa cloacalis ou Bursa fabricii), que l’on trouve dans le cloaque des oiseaux et nommé ainsi en l’honneur de Hieronymus Fabricius qui la décrivit en 1621 (voir leçon 1, note 66) est l’endroit où se situe l’hématopoïèse, un organe spécialisé nécessaire au développement de la cellule B (laquelle fait partie du système immunitaire).]

76 [Jules ou Julius Casserius, également appelé Giulio Casserio (né en 1561 à Plaisance dans la Province de Plaisance ; mort le 8 mars 1616 à Padoue) fut l’élève de Fabricius à Padoue et par la suite son servant, assistant et finalement son remplaçant ; Casserio signa le doctorat de William Harvey à Padoue en 1602 en sa qualité de professeur d’anatomie, de physique et de chirurgie. Il contribua largement à la connaissance de l’anatomie humaine, en particulier en affinant la connaissance de l’anatomie des organes du sens et le larynx. Ses contributions sont recueillies dans trois ouvrages sur l’anatomie : De vocis auditusque organis historia anatomica... tractatibus duobus explicata ac variis iconibus... Ferrare : excud. Victorius Baldinus, 1600-[1601], 2 part. en 1 vol., in-folio ; Pentaestheseion, hoc est de quinque sensibus liber, Venise : apud N. Misserinum, 1609, VIII + 363 p., in-folio ; Tabulae anatomicae LXXIIX, omnes nec ante hac visae, Venise : apud Evangelistam Deuchinum, 1627, [2 + 198] p., ill., in-folio.]

77 [Adrien Spigel, Adriann van den Spiegel, ou Adrianus Spigelius (né en 1578 à Bruxelles ; mort le 7 avril 1625 à Padoue), anatomiste flamand qui pratiqua la médecine à Padoue pendant presque toute sa carrière et considéré comme l’un des grands médecins de cette ville. Son meilleur ouvrage sur l’anatomie est De humani corporis fabrica libri decem, tabulis XCIIX aeri incisis elegantissimis, nec ante hac visis exornati... Opus posthumum (Venise : [Apud Euangelistam Deuchinum], 1627, 2 part. : [330 + 12 p. ; 97 f.], in-folio). Il emprunta le titre De humani corporis fabrica à son compatriote Vésale qui avait également étudié à Padoue. L’objectif de cet ouvrage était d’apporter une mise à jour sur la pensée médicale en anatomie (un siècle plus tard). Dans son traité De semitertiana libri quatuor (Francfort : apud haered J. T. de Bry, 1624, [14] + 160 p., in-4°), il donna la première description complète de la malaria.]

78 [Casserius mourut en fait le 8 mars 1616.]

79 [Concernant Spigelius, voir note 77 ci-dessus.]

80 [Concernant l’œuvre de Spigelius De humani corporis fabrica, voire note 77 ci-dessus.]

81 [La Quatrième Guerre Vénéto-Ottomane, également appelé la Guerre de Chypre eut lieu entre 1570 et 1573 entre l’Empire Ottoman et la République de Venise, laquelle était alliée à la Ligue Chrétienne, une coalition des états Chrétiens formée sous les auspices du Pape et constituée de l’Espagne (avec Naples et la Sicile), la République de Gênes, le Duché de Savoie, l’Ordre Hospitalier, le Grand-Duché de Toscane, et d’autres états italiens.]

82 [Gaspare Aselli ou Asellio (ne vers 1581 a Cremone ; mort le 14 avril 1626 a Milan) etait un medecin italien, professeur d’anatomie et de chirurgie a l’universite de Pavie, connu pour sa decouverte des vaisseaux lactes du systeme lymphatique. Sa description des vaisseaux parut dans son ouvrage De lactibus, sive lacteis venis, quarto vasorum mesaraicorum genere novo invento ..., Milan : Apud Jo Baptistam Bidellium, 1627, [14] + 79 + [8] p., 4 pl. coul.]

83 [Spigelius, mort le 7 avril 1625 ; voir note 77 ci-dessus.]

84 [Erasistrate de Ceos ; voir Volume 1, Lecon 7, note 38.] [Erasistrate de Ceos ; voir Volume 1, Lecon 7, note 38.]

85 [Ptolemee II Philadelphe ; voir Volume 1, Lecon 1, note 21 et p. 236.]

86 [Le titre correct du livre d’Asellius est De lactibus sive Lacteis venis, quarto vasorum mesaraicorum genere, genere, novo invento ; voir note 82 ci-dessus.]

87 Marcus Aurelius Severino (né en novembre 1580 a Tarse en Calabre ; mort de la peste le 12 juillet 1656 a Naples) était un chirurgien et anatomiste italien ; malgré une carrière brillante, ses ouvrages présentent certaines spéculations mystiques ambiguës.

88 [Julius Jasolinus ou Giulio Jasolino (né en 1538, mort en 1622) auteur de Collegium anatomicum clarissimorum virorum, Francfort : Hermann a Sande, 1668, 3 part. en 1 vol., in-4°.]

89 [Zootomia Democritea, idest anatome generalis totius animantium opificii : libris quinque distincta, quorum seriem sequens facies delineabit : opus, quod omnes omnium bonarium artium studios, nedum professores anatomicos decet, Nuremberg : Literis Endterianis, 1645, [24] + 408 p., ill., in-4°] Cet ouvrage contient le germe de plusieurs decouvertes modernes, telles que les glandes de Poyer, les deux tubercules de l’uretre de Graaf, et le trigone de Lieutaud [considere par certains comme le traite complet sur l’anatomie comparative le plus ancien. Severino (voir note 87 ci-dessus) insista tout au long de son traite sur la relation entre l’anatomie humaine et celle d’autres animaux.] [M. de St.-Agy].

90 [Democrite d’Abdere, voir Volume 1, Lecon 5, note 33.]

91 [Johann Georg Wolckammer ou Wolchamer (né en 1616 à Nuremberg; mort en 1693 à Nuremberg) ; physicien et botaniste ; auteur de Flora Noribergensis, sive, Catalogus plantarum in agro Noribergensi : tam sponte nascentium, quam exoticarium, & in philoboutanicon viridariis ac medico praecipuè horto aliquot abhinc annis enutritarum, cum denominatione locorum in genere, ubi proveniunt ac mensium quibus vigent florentque : addita singulis exoticis cultura propagandique ratione, cum generum & specierum ..., Nuremberg : Sumtibus Michaellianis, 1700, [22] + 407 + [3] p., [24] pl.]

92 Il est né le 2 avril [en fait le 1er avril] 1578 [M. de St.-Agy].

93 [Exercitatio anatomica de motu cordis et sanguinis in animalibus, Francfort : Guilielmi Fitzeri, 1628, 72 p. ; cette œuvre introduisant en biologie la doctrine de la circulation complète du sang est largement reconnue comme l’une des contributions les plus importantes et les plus célèbres pour laphysiologie.]

94 [Jacques Primerose (né à Saint-Jean-d’Angély, situé de nos jours en Charente-Maritime, en France ; mort en décembre 1659 à Hull), médecin anglais dont l’ouvrage Exercitationes et Animadversiones in Librum Gulielmi Harvaei de Motu Cordis et Circulatione Sanguinis (Londres : Excudebat Gulielmus Iones, pro Nicolao Bourne, 1630, 6 + 108 p.) essaie de réfuter la théorie de la circulation du sang d’Harvey. Les ouvrages qu’il publia par la suite, dont Animadversiones In Iohannis Wallæi, Medicinæ apud Leydenses Professoris, disputationem Medicam, quam pro circulatione sanguinis Harveanâ proposuit : Cui addita est, Ejusdem de usu Lienis adversus Medicos recentiores sententia (Amsterdam : Apud Ioannem Ianssonivm, [1640], 56 p., in-4°) ; Animadversiones In Iohannis Wallæi, Medicinæ apud Leydenses Professoris, disputationem Medicam, quam pro circulatione sanguinis Harveanâ proposuit : Cui addita est, Ejusdem de usu Lienis adversus Medicos recentiores sententia (Amsterdam : Apud Ioannem Ianssonivm, [1640], 56 p., in-4°) et Antidotum Adversus Henrici Regii ultraiectensis Medicinae Professoris venetam spongiam sive Vindiciae Animadversionum (Leyde : ex officina Joannis Maire, 1644, 2 part. en 1 vol., 51 + 104 p., in-4°) sont d’autres arguments sur le même sujet. Harvey n’y répondit pas.]

95 [Jean Riolan (le Jeune) né le 15 février 1577 ou 1580 ; mort le 19 février 1657) fut un anatomiste et membre influent de la Faculté de Médecine de Paris, connu notamment pour ses vues traditionnelles en médecine et pour son soutien des enseignements de Galien. Dans sa théorie qu’il opposa à celle d’Harvey concernant la circulation du sang et qu’il publia dans son œuvre Opuscula anatomica nova. Quæ nunc primùm in lucem prodeunt. Instauratio magna Physicæ & Medicinæ, per novam Doctrinam De motu circulatorio sanguinis in corde. Accessere Notæ in Joannis Wallæi duas Epistolas de Circulatione sanguinis (Londres : typis Milonis Flesher, [1649], [4] + 536 p., in-4°), il calcula que le sang ne circule dans les vaisseaux sanguins jusqu’aux extrémités du corps et retourne vers le cœur que deux ou trois fois par jour. Il posa comme principe que le sang fluctuait dans les veines et qu’il était absorbé par certaines parties du corps comme élément de nutrition. Riolan ne croyait pas que le cœur propulsait le sang ; il pensait que le sang permettait au coeur de fonctionner, comme le flot d’un ruisseau propulsant la roue d’un moulin à eau.]

96 [Johannes Antonides van der Linden (né le 13 janvier 1609 à Enkhuizen ; mort le 5 mars 1664 à Leyde) était un médecin était un médecin et botaniste hollandais et l’auteur de Hippocrates De circuitu sanguinis exercitatio X, Leyde : Johannem Elsevirius,1660, [12] p.]

97 [Johannes Hartmann (né en 1568 à Amberg ; mort en décembre 1631 à Kassel) était un chimiste allemand et fut le pre-mier professeur de chimie à l’Université de Marburg (1609) et l’auteur de Praxis chymiatrica, recognita et emendata præ omnibus hactenus editionibus [edité par Johannes Antonides van der Linden (voir note 96, ci-dessus)], Leyde : apud J. Voorn, 1663, 366 p., in-duodecimo.]

98 [Theodoor Jansson van Almeloveen (né le 24 juillet 1657 à fut un médecin et éditeur de plusieurs ouvrages classiques et Mijdrecht près d’Utrecht ; mort le 28 juillet 1712 à Amsterdam) de médecine. Dans son livre intitulé Inventa nov-antiqua Id est brevis enarratio ortus & progressus artis medicae ac praecipue de inventis vulgo novis, aut nuperrime in ea repertis. Subjicitur ejusdem rerum inventarum onomasticon... Amsterdam : Apud Janssonio-Waesbergios, 1684, [32] + 249 prévu les découvertes contemporaines en médecine, ceci avec + [7] p., il exposa dans quelle mesure les Anciens avaient grand détail et parti pris en faveur de l’Antiquité.

99 [George Ent né le 6 novembre 1604 à Sandwich dans le Kent ; anatomiste anglais, membre de la Société Royale et du Collègetion avec William Harvey, en particulier son œuvre intitulée Royal des Médecins, principalement connu pour son associa-Apologia pro circulatione sanguinis, qua respondetur Aemilio Parisano... (Londres : Guillaume Hope, 1641, 284 p., in-8°) qui prend la défense des recherches d’Harvey.]

100 [Primerose, voir note 94 ci-dessus.]

101 [Charles Ier (né le 19 novembre 1600 à Dumfermline en Ecosse ; mort le 30 janvier 1649 à Londres), roi des trois royaumes d’Angleterre, d’Ecosse et d’Irlande du 27 mars 1625 jusqu’a son exécution en 1649. Charles s’opposa au Parlement d’Angleterre dans le but d’obtenir des fonds alors que le Parlement essayait de réduire ses prérogatives royales, lesquelles Charles considérait comme une prérogative d’ordre divin. Nombre de ses sujets s’opposèrent a ses tentatives d’opposition de l’autorité parlementaire, notamment concernant son ingérence dans l’Eglise d’Angleterre et l’Eglise d’Ecosse et la perception de taxes sans l’approbation du Parlement qui considérait ces taxes comme celle d’un monarque tyrannique absolu. Il fut arrête et décapite d’un seul coup de couperet le 30 janvier 1649. Ce matin-là, il demanda qu’on lui apporte deux chemises pour le protéger du froid afin que d’éventuels frissons dus au froid ne soient pas considères par la foule comme des sanglots de peur ou de faiblesse.]

102 [voir Harvey (William), Exercitationes de generatione animalium, quibus accedunt quaedam de partii : de membranis ac humoribus uteri & de conceptione, Londres : Typis Du-Gardianis, 1651, [28] + 301 + [1] p., ill.]

103 [René Descartes, voir Volume 1, Leçon 6, note7 ; la version la plus ancienne de son Traité sur l’Homme a être publiée fut la traduction en latin De homine [trad. latine par Schuyl Florent], Leyde : apud Petrum Leffen & Franciscum Moyardum, 1662, [36] + 121 + [10] pl., ill., in-4° ; la seconde Edition, qui est la version française la mieux connue de nos jours (Traité de l’Homme), fut éditée par Claude Clerselier (né en 1614 à Paris ; mort en 1684 à Paris), l’exécuteur testamentaire littéraire que Descartes lui-même avait mandaté, et publiée en 1664. Voir Descartes (René), L’homme ; Et un Traitté de la formation du foetus/du mesme autheur ; Avec les remarques de Louys de La Forge... sur le Traitté de l’Homme de René Descartes ; & sur les figures par luy inventées [edité par Clerselier Claude], Paris : Charles Angot, 1664, [70] + 448 + [8] p., ill., in-4°.]

104 Il perdit encore un ouvrage que son titre seul fait regretter : A practice of Physic, conformable to the doctrine of the circulation [M. de St.-Agy].

105 [Jean Riolan, voir note 95 ci-dessus.]

106 [Riolan (Jean), Schola anatomica nouis et raris obseruationibus illustrata. Cui adiuncta est accurata foetus humani historia, Paris : Apud Adrianum Perier, 1608, [6] + 369 + [1] p., in-8°.]

107 [Riolan (Jean), Osteologia ex veterum et recentiorum praeceptis descripta. In qua continentur Isagogica de ossibus tractatio, cum osteologia infantium usque ad septennium, per Ioannem Riolanum, Paris : ex officina Adriani Perier, [1614], [8] + 574 p., in-8°.]

108 [Riolan (Jean), Anthropographia. Ex propriis, & novis observationibus collecta, concinnata. In qua facilis, ac fidelis, & accurata manductio. Ad anatomem traditur, prout ab ipso quotannis publicè, & privatim, docetur, administratur, & demonstratur. In celeberrima Parisiensi academia, Paris : Apud Hadrianum Perier, 1618, 2 part. en 1 vol., in-8°.]

109 [Gui ou Guy Patin (né en 1601 à Hodenc-en-Bray, Oise ; mort le 30 aout 1672 à Paris) fut un médecin et homme de lettres français, doyen de la Faculté de Médecine de Paris (1650-1652) et professeur au Collège de France depuis 1655. Ses ouvrages en science et médecine ne sont pas considérés comme particulièrement érudits par les savants en medecine modernes. Il est mieux connu de nos jours pour sa nombreuse correspondance, ses lettres etant reconnues comme des documents importants pour les historiens en medecine. Il entreprit la publication de l’ouvrage de Jean Riolan intitule Opera anatomica vetera, recognita, & auctiora, quam-plura nova, Paris : Sumptibus Gaspari Meturas, 1650, [28] + 872 + 56 p., in-folio.]

110 110. [Louis XIII (né le 27 septembre 1601 au Château de Fontainebleau ; mort le 14 mai 1643 a Paris), monarque de la Maison des Bourbons qui régna comme roi de France de 1610 a 1643 et comme roi de Navarre sous le nom de Louis II de 1610 à 1620, lorsque la Couronne de Navarre fut rattachée a la Couronne de France. Louis succéda a son père Henri IV comme roi de France quelques mois avant son neuvième anniversaire. Sa mère, Marie de Médicis (née le 26 avril 1575 à Florence ; morte le 4 juillet 1642 a Cologne), assura la régence pendant la minorité de son fils Louis. La mauvaise gestion du royaume et les intrigues politiques incessantes de Marie de Médicis et de ses favoris italiens conduisirent le jeune roi a prendre le pouvoir en 1617, a envoyer sa mère en exil et exécuter ses favoris.]

111 [Riolan (Jean), Enchiridion anatomicum et pathologicum,in quo ex naturali constitutione partium, recessus a naturali statu demonstratur, ad usum Theatri Anatomici adornatum, a Ioanne Riolani filio, Paris : Apud Gasparus Meturas, 1648, [28] + 618 + [18] p., in-duodecimo.]

112 [Gaspard ou Caspar Bauhin (né le 17 janvier 1560 a Bale ; mort le 5 decembre 1624 a Bale), etait un botaniste suisse qui ecrivit Pinax theatri botanici (Bale : Sumptibus et typis Ludovici Regis, 1623, [24] + 522 + [24] p., in-4°) dans lequel il decrivit des milliers de plantes et les classa d’une manière comparable à la future nomenclature binomiale de Carl Linne (né le 23 mai 1707 à Smaland dans le sud de la Suede ; mort le 10 janvier 1778 à Hammarby pres d’Uppsala ; voir Tome 1, Lecon 7, note 34). Son principal ouvrage sur l’anatomie est intitule Theatrum anatomicum infinitis locis auctum, ad morbos accomodatum & ab erroribus ab Authore repurgatum, observationibus & figuris aliquot novis aeneis illustratum, [Francfort] : Theodori De Bry, [1621], [16] + 664 + [18] p., ill., in-4°.]

113 [Constant Varole, voir note 44 ci-dessus.]

114 [Franz Joseph Gall, voir note 46 ci-dessus.]

115 [Bauhin (Gaspard), De hermaphroditorum monstrosorumque partuum natura, Openheim : Johann Theodor de Bry, 1614, 594 p., in-8°.]

Table des illustrations

Légende Anatomie du chevalPlanche anatomique extraite de l’Anatomia del cauallo… de Carlo Ruini (1599) Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2806/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 782k

© Publications scientifiques du Muséum, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540