Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cuvier’s History of the Natural Sciences

 | 
Georges Cuvier

Introduction

Theodore Wells Pietsch

Texte intégral

1Il a été beaucoup écrit au sujet de Jean Léopold Nicolas Frédéric Cuvier, né le 23 août 1769, mort le 13 mai 1832, et mieux connu sous son nom d’emprunt, Georges Cuvier.

  • 1 e.g. Coleman (William), Georges Cuvier, Zoologist, Cambridge (Mass.) : Harvard University Press, 1 (...)

2Les biographes1 ont été nombreux à retracer ses jeunes années à Montbéliard dans le Doubs, où il vit le jour, non loin de la frontière suisse ; son éducation à l’Académie de Stuttgart ; sa charge de tuteur auprès des fils du Comte d’Héricy, à Caen ; son ascension météorique, enfin, au Muséum national d’Histoire naturelle, à Paris, grâce au soutien initial d’Étienne Geoffroy Saint Hilaire (15 avril 1772-19 juin 1844).

  • 2 Voir Bourdon (Jean-Baptiste Isidore), Illustres médecins et naturalistes des temps modernes, Paris (...)
  • 3 Idem.
  • 4 Gregory (Jane), Georges Cuvier : Science, the State and the People, manuscrit inédit, 1987, 24 p.

3Son travail de conférencier et l’expertise qu’il développa en tant que tel, cependant, restent encore à explorer tout à fait. Bien avant d’avoir atteint le milieu de sa carrière, Cuvier était connu pour ses qualités oratoires, qu’il s’exprimât devant ses collègues du Jardin des plantes ou de l’Académie des sciences, ou bien au Collège de France. Il n’en alla pourtant pas toujours ainsi. Si l’on en croit Jean-Baptiste Isidore Bourdon (1796-1861), les premiers cours d’anatomie comparée dispensés au Jardin des plantes, à partir de décembre 1795, révélèrent un Cuvier certes consciencieux mais fort peu exaltant2. De fait, il s’avisa rapidement que son auditoire le délaissait au profit d’orateurs autrement divertissants quoique certainement moins scrupuleux. Confronté aux attractions qui lui faisaient concurrence, comme les analyses phrénologiques ou les démonstrations du magnétisme animal, Cuvier se résolut donc à améliorer sa prestation. De ses fréquentes sorties au théâtre, il avait gardé une grande admiration pour l’acteur François-Joseph Talma (15 janvier 1763-19 octobre 1826). Acteur vedette de la Comédie-Française et fondateur du Théâtre de la République, Talma avait révolutionné l’art théâtral français. Avant lui, le public devait se satisfaire de vers déclamés sans guère d’efforts scéniques, interprétés en habit de ville. Or Talma s’était fait une règle d’incarner avec une ferveur sans précédent des rôles à forte charge émotionnelle, dans un décor et des costumes appropriés ; ainsi fit-il scandale auprès de la bonne société parisienne en osant jouer Jules César vêtu d’une simple toge. Cuvier étudia attentivement la performance sonore de Talma, caractérisée par la puissance extraordinaire de sa voix et une irréprochable articulation. L’anatomiste, inspiré par cette passion débordante, s’évertua à donner ses cours dans le même style tout en intensité. Bourdon3, qui y assista, raconte que Cuvier parlait avec lenteur et solennité, et que chacun, dans la vaste salle, pouvait l’entendre distinctement. Il disposait d’une gamme de tonalités impressionnante et excellait à choisir la juste cadence pour souligner les points importants de son exposé, afin qu’ils fussent faciles à retenir. Sa gestuelle était économe mais à l’exemple de Talma ses effets de manche, soigneusement étudiés, tombaient toujours à point nommé. Il savait l’importance du contact visuel : le pouvoir pénétrant du regard de Cuvier a suscité de nombreux témoignages, même s’il s’agissait peut-être moins d’un dispositif destiné à intimider ses jeunes étudiants, qu’une séquelle de sa mauvaise vue4.

  • 5 Coleman (William), Georges Cuvier, Zoologist, op. cit., p. 10.

4Tout au long de sa carrière, Cuvier consacra son énergie et son attention à trois activités principales : l’éducation, l’administration et la science. Cette dernière est d’une importance primordiale dans l’héritage qu’il nous a laissé, mais son œuvre d’alors, en matière éducative et administrative, fut elle aussi tout à fait remarquable. Il considérait notamment l’instruction publique comme « une occasion d’améliorer les qualités intellectuelles de la nation française tout en insufflant à des masses encore ignorantes l’idéal du respect de la loi, l’assentiment aux exigences des autorités constituées et l’exercice attentif des responsabilités sociales »5.

5Sur une période de quarante ans, alors qu’il rédigea plus de 300 articles scientifiques et participa, comme auteur principal, à au moins cinq monographies majeures (en plusieurs volumes), Cuvier continua d’enseigner les disciplines les plus variées, de l’anatomie comparée à la paléontologie, la physiologie, la classification végétale et animale, les origines et l’histoire géologique de la Terre…

  • 6 Cuvier (Georges), Le régne animal distribué d’après son organisation, pour servir de base à l’hist (...)
  • 7 Pietsch (Theodore W), « The manuscript materials for the Histoire Naturelle des Poissons, 1828-184 (...)
  • 8 Voir Outram (Dorinda), « The language of natural power : the “Éloges” of Georges Cuvier and the pu (...)
  • 9 Coleman (William), Georges Cuvier, Zoologist, op. cit. ; Appel (Toby A.), The Cuvier-Geoffroy Deba (...)

6En 1829, âgé de 60 ans, il se lança dans une dernière série de cours consacrés à l’histoire des sciences naturelles, à l’intention des étudiants et du grand public. Une telle initiative, à un moment de sa vie parmi les plus actifs, mérite d’être saluée. La deuxième édition de son Règne animal venait d’être imprimée en cinq volumes6. Le travail sur la monumentale Histoire naturelle des poissons, en collaboration avec son élève Achille Valenciennes (1794-1865), était bien avancé : deux premiers volumes (sur 22) déjà publiés en 1828, et deux autres à paraître ensuite chaque année7. L’Académie accueillait également la lecture régulière de ses communications scientifiques et éloges les plus divers — lesquels rempliront à eux seuls trois volumes publiés entre 1819 et 1827, et un quatrième, en préparation au moment de sa mort (1832), qui ne sera jamais imprimé8. Sur les épaules de Cuvier pesaient aussi de nombreuses responsabilités éducatives et administratives contractées auprès de l’Université et de l’État, sans oublier le débat l’opposant à Geoffroy Saint-Hilaire, une controverse alors furieuse à laquelle il sacrifia une part considérable de son temps et qui ne s’éteignit qu’après sa mort9.

  • 10 Smith (Jean Chandler), Georges Cuvier : An Annotated Bibliography of His Published Works, Washingt (...)

7À en juger d’après les dates des extraits publiés dans Le Temps et Le Globe10, cette série de cours débuta à la mi-décembre 1829 pour se prolonger, à un rythme plus ou moins hebdomadaire, jusqu’à juillet 1830, et reprendre à l’hiver et au printemps des années 1831 et 1832. Ces cours connurent dès le départ un immense succès. Il faut dire qu’à cette époque, assister, le soir, à une conférence scientifique relevait du meilleur chic parisien, surtout s’il s’agissait d’aller entendre une personnalité aussi célèbre que le baron Cuvier. Sarah Lee (précédemment Sarah Bowdich, née Wallis, qui deviendra Mme Robert Lee) décrit ainsi, dans sa biographie de Cuvier, les prestations du maître :

  • 11 Lee (Sarah), Mémoires sur M. Le Baron Georges Cuvier par Mistress Lee [traduits de l’anglais par M (...)

Le charme de sa voix flexible et sonore, qui se faisait entendre distinctement même dans ses tons les plus bas, la bienveillance et le jeu animé de sa physionomie, attiraient des auditeurs de tout sexe et de tout âge. Même dans la saison la plus rigoureuse, l’auditoire se réunissait une heure avant l’ouverture du cours, et beaucoup se montraient satisfaits de rester à l’entrée de la salle, pourvu qu’ils pussent saisir quelques-unes de ses éloquentes paroles. L’enthousiasme avec lequel il était toujours accueilli, s’il compromettait son confort personnel, n’en suscitait pas moins chez lui ce sourire bienveillant propre à encourager, plutôt qu’à réprimer, les marques d’admiration.11

8Le 8 mai 1832, Cuvier monta en chaire pour dispenser son ultime leçon, sur la Naturphilosophie, l’évolution et l’idée de l’unité du règne animal. Ce fut, dit-on, l’une de ses performances les plus impressionnantes :

  • 12 Ibid., p. 122.

Jamais il n’avait parlé avec plus de feu, et avec moins de fatigue. « J’aurais pu, disait-il, continuer encore pendant deux ou trois heures, si je n’avais craint de fatiguer mon auditoire. » Mais c’était la dernière fois que cet auditoire devait l’entendre.12

  • 13 Jardine (William), « Memoir of Cuvier », in Jardine (William) (sous la dir.), The Natural History (...)

9Peu après ce cours, Cuvier commença à ressentir une légère douleur et une raideur au bras droit. Deux jours plus tard ses deux bras étaient paralysés, et il perdait la capacité de déglutir. La paralysie se diffusa rapidement. Il mourut le 13 mai, sans avoir apparemment souffert, ni combattu13.

10Cuvier n’avait jamais prévu de publier ses leçons sur l’histoire des sciences naturelles. En fait, jamais il ne les retranscrivit dans leur totalité. Leur narration se déroulait oralement, sans notes et pour l’essentiel, de mémoire. Les comptes-rendus publiés dans la presse, composés d’extraits de ces cours, reposaient sur les notes prises par les journalistes ou par d’autres témoins intéressés, présents dans l’auditoire. Ils étaient, dès lors, truffés d’inexactitudes. Cuvier lui-même s’en inquiéta. Dans une lettre adressée au rédacteur en chef du Moniteur, il exigea la publication de la mise au point suivante :

  • 14 Le Moniteur, 22 avril 1830, no 112, p. 442.

La manière avec laquelle a été annoncée dans tous les journaux la publication de mes leçons au Collège de France m’impose de faire savoir au public que je ne prends part ni à l’édition ni à la révision de ces notes, et que je ne peux en aucune manière répondre des erreurs qu’une telle méthode de publication doit rendre inévitables…14

11Sur le même sujet, Sarah Lee écrivait :

  • 15 Lee (Sarah), Mémoires sur M. Le Baron Georges Cuvier par Mistress Lee, op. cit., p. 118.

On doit regretter à jamais que les dernières leçons faites par M. Cuvier, soient en quelque sorte perdues pour les amis des sciences et l’humanité en général. Ces brillants discours, dont a retenti l’enceinte du Collège de France, étaient improvisés sur de simples notes et n’existent plus maintenant que dans la mémoire de ceux qui les ont entendus. M. Cuvier éprouvait une aversion prononcée pour les notes prises à la hâte sur ses leçons, et les regardait comme tout à fait impropres à être publiées. Il n’avait pas le temps, disait-il, de les mettre en ordre lui-même, ni de surveiller la publication que d’autres en faisaient. Les fragments imparfaits donnés dans les feuilletons du Temps et dans les sténographies de M. Magdeleine de Saint-Agy ont été publiés sans son autorisation, et même sans qu’il eût connaissance des dernières ; mais tout tronqués qu’ils sont, ils peuvent donner une idée générale du plan qu’il avait suivi.15

12Pour sa défense, Magdeleine de Saint-Agy précisa explicitement, dans sa préface au premier volume de l’Histoire, qu’il s’était assuré l’autorisation de Cuvier avant la publication des leçons :

  • 16 Cuvier (Georges), Histoire des sciences naturelles, depuis leur origine jusqu’à nos jours, chez to (...)

Deux ou trois mois après l’ouverture du cours, on me parla de satisfaire ce désir ; des hommes célèbres par leurs travaux m’y engagèrent même fortement. J’en écrivis à M. le baron Cuvier. Le 10 avril 1830, il me fit l’honneur de me répondre : qu’il n’avait aucun motif personnel d’empêcher que je publiasse ses leçons ; mais qu’il faudrait éviter la foule d’anachronismes et d’altérations de noms d’auteurs qui s’était glissée dans les articles des journaux ; car autrement mon travail serait peu utile.16

13Dans le même temps, Magdeleine de Saint-Agy reconnaissait volontiers que certaines parties de l’Histoire en cinq volumes empruntaient au travail d’autres auteurs :

  • 17 Cuvier (Georges), Histoire des sciences naturelles, depuis leur origine jusqu’à nos jours, chez to (...)

Je crois devoir répéter que le premier volume de cet ouvrage, une partie du troisième, le quatrième et le cinquième, sont mon travail personnel. [Il veut dire que le texte est fondé sur son interprétation de première main du travail de Cuvier]. Des sténographes ont recueilli le deuxième et une partie du troisième ; mais ils les ont recueillis si inexactement, j’ai été obligé de les remanier si profondément, et il y est resté si peu des phrases prononcées par le célèbre professeur dont le nom est associé au mien sur le titre de cette histoire, que la loyauté m’oblige d’en prendre aussi toute la responsabilité vis-à-vis du monde savant.17

  • 18 Voir Eigen (Edward A.), « Overcoming first impressions : Georges Cuvier’s types », Journal of the (...)

14Qu’il s’agisse ou non des paroles exactes de Cuvier, la version de l’Histoire des sciences naturelles éditée par Magdeleine de Saint-Agy est tout ce qu’il nous reste de cet effort monumental : une étude chronologique détaillée des sciences naturelles couvrant plus de trois millénaires. Ce travail atteste des connaissances encyclopédiques de Cuvier, de sa parfaite maîtrise de la littérature scientifique et historique, ainsi que de sa mémoire incomparable (beaucoup pensaient alors qu’il jouissait de capacités mémorielles surnaturelles18).

  • 19 Cuvier (Georges), Rapport historique sur les progrès des sciences naturelles depuis 1789, et sur l (...)
  • 20 voir Smith (Jean Chandler), Georges Cuvier : An Annotated Bibliography of His Published Works, op. (...)

15Ces « leçons » sont également remarquables par les précieuses références qu’elles recèlent, et qui nous donnent accès à des textes très anciens, difficilement disponibles par ailleurs. Elles nous offrent aussi un éclairage sans pareil de l’idée que Cuvier se faisait des sciences naturelles, de leur importance et de leur mode d’évolution. Le titre du travail lui-même est édifiant : l’expression « sciences naturelles » —au lieu d’« histoire naturelle »— tranche avec les usages de l’époque. Elle rappelle le Rapport historique sur les progrès des sciences naturelles depuis 1789, et sur leur état actuel19 rédigé par Cuvier à la demande de Napoléon, qui souhaitait faire évaluer les progrès artistiques et scientifiques enregistrés depuis 1789 ; une mission dont l’auteur se plaindra plus tard qu’elle lui coûta une pleine année de labeur20.

  • 21 Daumas (Maurice) (sous la dir.), Histoire de la science, Paris : Gallimard, 1957, p. xv (Encyclopé (...)
  • 22 Ibid., p. xix.

16Cet apport de Cuvier à l’histoire de la science peut aussi se contempler sous l’angle historiographique. En cette première partie du xixe siècle, l’histoire de la science venait tout juste d’être reconnue comme une discipline à part entière. Jusqu’alors les nécrologies d’académiciens disparus constituaient pratiquement la seule source d’information disponible sur l’histoire scientifique. Une exception notable : le travail de pionnier de Jean-Étienne Montucla (1725-1799), dédié à l’histoire des mathématiques et publié en 1758 ; une parution qui fit date et à laquelle se réfèrent souvent les spécialistes. Ainsi Maurice Daumas (1910-1984), dans la préface de son Histoire de la science21, assimile l’œuvre de Montucla au premier travail historique d’envergure consacré à la science. De la même manière, Daumas considère les « leçons » de Cuvier comme « la première grande histoire des sciences naturelles ».22

17Publié en cinq tomes entre 1841 et 1845, le premier volume de l’Histoire des sciences naturelles retrace le cheminement des sciences, depuis les origines accessibles à la mémoire humaine jusqu’à la fin du xvie siècle, à travers le Moyen Âge et les débuts de la Renaissance. Le deuxième volume traite des événements et découvertes des xvie et xviie siècles ; le troisième et le quatrième volumes se partagent, en deux moitiés, le xviiie siècle ; le cinquième enfin aborde le passage d’un siècle à l’autre et les prémices du xixe.

18Mais c’est le second volume de l’Histoire qui fait ici l’objet de notre intérêt. Ce volume consiste en dix-neuf leçons, lesquelles correspondent aux cours donnés par Cuvier pendant la deuxième moitié de l’année 1830. Bien que ces cours aient été présentés à l’origine sous la forme d’une série de chapitres numérotés en continu, ce volume présente chaque chapitre avec un titre descriptif, et l’ensemble est divisé en sept parties. Dans la première partie, Cuvier commence par une brève présentation des peuples et des événements qui conduisirent les sciences naturelles de l’Antiquité à la fin du xve siècle. Il explique également qu’après cette période, l’étendue des connaissances fut telle que le sujet ne pouvait guère continuer d’exister comme une science universelle unique et dut dès lors être divisée en sous-disciplines : l’anatomie, la zoologie, la botanique, la minéralogie et la chimie. Cuvier nous présente ensuite les anatomistes et les zoologistes du début du seizième siècle, notamment les anatomistes André Vésale, Gabriel Fallope, Barthélémy Eustache et William Harvey, ainsi que les zoologistes Pierre Belon, Hyppolyte Salviani, Guillaume Rondelet, terminant cette présentation avec le célèbre Conrad Gessner et Ulysse Aldrovandi.

19La deuxième partie décrit les contributions apportées par les explorateurs européens, principalement sur l’Orient et le Nouveau Monde, ainsi que les premiers naturalistes hollandais, dont parmi eux George Margrave et Willem Piso et leurs contributions sur le Brésil, et Jacques de Bondt sur Java.

20La troisième partie est consacrée à la botanique, la minéralogie et la chimie du xvie siècle. Parmi les botanistes de cette période, Cuvier porte une attention particulière sur Léonard Fuchs, Pietro Andrea Matthioli et Charles de l’Écluse ; en minéralogie, c’est sur Camille Léonard de Pessaro, Christophe Encelius et Bernard Palissy qu’il porte le plus son attention, sans oublier Gessner et Aldrovandi, peut-être mieux connus comme zoologistes. Dans sa description du début de l’histoire de la chimie, Cuvier explique que ses origines ne peuvent se trouver dans les travaux des anciens comme en est le cas pour la zoologie, la botanique et la minéralogie, mais qu’elle est issue du mysticisme et de la passion pour l’alchimie datant du Moyen Âge.

21La quatrième partie est consacrée à la formulation de la méthode scientifique, due principalement aux efforts et à l’influence de Francis Bacon, Galilée et René Descartes, et à la fondation des sociétés scientifiques et des académies des sciences.

22La cinquième partie décrit les avancées en chimie, en physiologie expérimentale et en anatomie comparée du xviie siècle, et la sixième partie, les avancées en zoologie et en botanique pendant la même période. Enfin, la septième partie décrit les contributions des voyageurs du xviie siècle, et donne une place prédominante au botaniste français Charles Plumier. Cette septième partie couvre également les avancées en minéralogie faites au xviie siècle, et résume tous les points importants couverts dans les chapitres précédents.

23Cette traduction, dont Béatrice Marx en a assuré l’entière responsabilité, a été faite avec le souci de représenter Cuvier, (tel que perçu par Magdeleine de St-Agy) aussi proche de la réalité que possible. Il s’est avéré cependant nécessaire d’établir un équilibre entre le style souvent alambiqué, parfois fleuri de l’œuvre originale et un style plus adapté aux goûts modernes, tout en gardant l’intégralité du contenu original sans ajout ni changement de fond volontaire.

24Pour en faciliter la lecture, des titres ont été ajoutés aux différents chapitres et parties de ce volume. À l’exception de ces titres ajoutés au texte original et de quelques insertions mineures, lesquelles ne changent ou n’ajoutent au contenu ou au sens du texte de Cuvier, toutes les annotations supplémentaires ont été ajoutées entre parenthèses. Les corrections mineures — telles que fautes d’orthographe, dates erronées, références de volume ou de pages incorrectes — ont été faites directement sans annotation particulière.

25Dans le but de mettre en contexte le contenu de ce volume et de lui donner une plus grande envergure, les cent quinze notes de fin de page écrites par Magdeleine de St-Agy (indiquées dans le texte par son nom entre parenthèses) ont été étoffées de mille neuf cent quarante-cinq notes supplémentaires, rassemblées en fin de chaque chapitre. Les références ajoutées à ce volume comprennent les ouvrages cités, les sources des illustrations, et un index.

Notes

1 e.g. Coleman (William), Georges Cuvier, Zoologist, Cambridge (Mass.) : Harvard University Press, 1964, 212 p. ; Appel (Toby A.), The Cuvier-Geoffroy Debate : French Biology in the Decades before Darwin, New York ; Oxford : Oxford University Press, 1987, 305 p. ; Bauchot (Marie-Louise), Daget (Jacques) & Bauchot (Roland), « L’ichtyologie en France au début du xixe siècle : L’Histoire Naturelle des Poissons de Cuvier et Valenciennes », Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 4e série, section A, Zoologie, Biologie et Écologie animales, Paris, suppl. no 1, 1990, 142 p. ; Bauchot (Marie-Louise), Daget (Jacques) & Bauchot (Roland), « Ichthyology in France in the beginning of the 19th century : the Histoire Naturelle des Poissons of Cuvier (1769-1832) and Valenciennes (1794-1865) », in Pietsch (Theodore W.) & Anderson (William D. Jr.) (sous la dir.), « Collection Building in Ichthyology and Herpetology », American Society of Ichthyologists and Herpetologists, Special Publication, no 3, 1997, pp. 27-80 ; Taquet (Philippe), « Georges Cuvier, ses liens scientifiques européens », in Montbéliard sans Frontières, colloque International de Montbéliard (France), 8 et 9 Octobre 1993, Montbéliard : Société d’Émulation de Montbéliard, 1993, pp. 287-309 ; Taquet (Philippe), Georges Cuvier : naissance d’un génie, Paris : Odile Jacob, 2006, 539 p.

2 Voir Bourdon (Jean-Baptiste Isidore), Illustres médecins et naturalistes des temps modernes, Paris : Au comptoir des Imprimeurs-Unis, 1844, ij + [v]-ix + 467 + [1] p.

3 Idem.

4 Gregory (Jane), Georges Cuvier : Science, the State and the People, manuscrit inédit, 1987, 24 p.

5 Coleman (William), Georges Cuvier, Zoologist, op. cit., p. 10.

6 Cuvier (Georges), Le régne animal distribué d’après son organisation, pour servir de base à l’histoire naturelle des animaux et d’introduction à l’anatomie comparée [Nouvelle édition, revue et augmentée], Paris : Déterville, 1829, 5 vols.

7 Pietsch (Theodore W), « The manuscript materials for the Histoire Naturelle des Poissons, 1828-1849 : Sources for understanding the fishes described by Cuvier and Valenciennes », Archives of Natural History, vol. 12, no 1, 1985, pp. 59-108 ; Bauchot (Marie-Louise), Daget (Jacques) & Bauchot (Roland), « L’ichtyologie en France au début du xixe siècle... », op. cit. ; Bauchot (Marie-Louise), Daget (Jacques) & Bauchot (Roland), « Ichthyology in France in the beginning of the 19th century :... », op. cit.

8 Voir Outram (Dorinda), « The language of natural power : the “Éloges” of Georges Cuvier and the public language of nineteenth century science », History of sciences, vol. 16, 1978, pp. 153-178.

9 Coleman (William), Georges Cuvier, Zoologist, op. cit. ; Appel (Toby A.), The Cuvier-Geoffroy Debate..., op. cit.

10 Smith (Jean Chandler), Georges Cuvier : An Annotated Bibliography of His Published Works, Washington ; Londres : Smithsonian Institution Press, 1993, xx + 251 p.

11 Lee (Sarah), Mémoires sur M. Le Baron Georges Cuvier par Mistress Lee [traduits de l’anglais par M. Théodore Lacordaire], Paris : Fournier, 1833, 369 p. [pp. 118-119].

12 Ibid., p. 122.

13 Jardine (William), « Memoir of Cuvier », in Jardine (William) (sous la dir.), The Natural History of the Felidae [illustré par trente-huit planches en couleur et de nombreuses gravures sur bois ; avec une biographie de Cuvier], Édimbourg : W.H. Lizars, Stirling & Kenny, 1834, pp. 17-58.

14 Le Moniteur, 22 avril 1830, no 112, p. 442.

15 Lee (Sarah), Mémoires sur M. Le Baron Georges Cuvier par Mistress Lee, op. cit., p. 118.

16 Cuvier (Georges), Histoire des sciences naturelles, depuis leur origine jusqu’à nos jours, chez tous les peuples connus, professée au Collège de France, par Georges Cuvier [complétée, rédigée, annotée et publiée par M. Magdeleine de Saint-Agy], Paris : Fortin, Masson & Cie, 1841, vol. 1, 441 p. [p. i].

17 Cuvier (Georges), Histoire des sciences naturelles, depuis leur origine jusqu’à nos jours, chez tous les peuples connus, commencée au Collège de France par Georges Cuvier [complétée par M. Magdeleine de Saint-Agy], Paris : Fortin, Masson & Cie, 1845, vol. 5, 440 p. [p. 434].

18 Voir Eigen (Edward A.), « Overcoming first impressions : Georges Cuvier’s types », Journal of the History of Biology, vol. 30, 1997, pp. 179-209.

19 Cuvier (Georges), Rapport historique sur les progrès des sciences naturelles depuis 1789, et sur leur état actuel, présenté à Sa Majesté l’Empereur et Roi, en son Conseil d’État, le 6 Février 1808, par la Classe des Sciences physiques et mathématiques de l’Institut, conformément à l’arrêté du gouvernement du 13 Ventôse an X. Rédigé par M. Cuvier [Imprimé par ordre de sa Malesté], Paris : L’Imprimerie Impériale, 1810, vi + 395 pp.

20 voir Smith (Jean Chandler), Georges Cuvier : An Annotated Bibliography of His Published Works, op. cit. ; Drouin (Jean-Marc), « Un espace “aussi vaste que fertile” : les sciences naturelles dans le rapport de Cuvier », Annales historiques de la Révolution française, vol. 320, 2000, pp. 21-31.

21 Daumas (Maurice) (sous la dir.), Histoire de la science, Paris : Gallimard, 1957, p. xv (Encyclopédie de la Pléiade ; 5).

22 Ibid., p. xix.

© Publications scientifiques du Muséum, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540