Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Cuvier’s History of the Natural Sciences

 | 
Georges Cuvier

Préface

Jean-Pierre Gasc

Volltext

1Georges Cuvier a 60 ans lorsqu’en 1829 il débute une série de cours au Collège de France traitant de l’Histoire des sciences naturelles. Selon son habitude, il n’écrit pas son propos. Il a dû utiliser des petits carnets où sont seulement notées des idées générales, des noms et des dates, jalons pour sa prodigieuse mémoire. Comme ses « leçons d’anatomie comparée » avaient été dès le début de sa carrière publiées sur la base des notes prises par Constant Duméril, les cours d’Histoire des sciences l’ont été à partir d’une rédaction faite par Magdeleine de Saint-Agy. Cuvier donne un dernier cours le 8 mai 1832, consacré à la Naturphilosophie. Il meurt le 13 mai. Il n’a donc pu en revoir la copie. Néanmoins, et même en l’absence d’une analyse stylistique rigoureuse, on trouve dans cette rédaction la clarté d’expression, le ton parfois sévère ou teinté d’ironie qui caractérise le style de Cuvier. Une certaine familiarité reflète la présence d’un auditoire. On pourrait penser que, parvenu au sommet de sa carrière de savant et d’homme public, Cuvier ait choisi de se tourner vers un travail d’historien. En réalité, Cuvier depuis sa jeunesse, comme en témoigne sa correspondance, a toujours cherché à insérer les connaissances de son temps dans la progression historique des idées. Il fut à la fois un acteur et un témoin attentif et perspicace dans la véritable explosion des connaissances qui marqua le début du xixe siècle et mena à la constitution des sciences au sens actuel. Dès le « rapport historique sur les progrès des sciences naturelles depuis 1789 et sur leur état actuel » qu’il présenta en 1810 à la demande de l’Empereur Napoléon Bonaparte, en tant que secrétaire perpétuel de la classe des sciences physiques et mathématiques de l’Institut, il écrivait : « les deux derniers siècles ont plus fait pour elles (les sciences) que tous les précédents, et que les trente dernières années ont peut-être à elles seules égalé les deux derniers siècles ». Mais ce qui mérite d’être remarqué est l’approche particulière que Cuvier pratique de l’histoire des sciences. Dès les premières pages de ce volume, où il expose son programme, il trace l’histoire de l’Europe entre les xvie et le début du xviiie siècle, associant le mouvement des religions, des régimes politiques, des contacts et des échanges entre peuples et l’incidence des techniques sur les découvertes. Il annonce ainsi à ses auditeurs que son propos sera de suivre la lente marche qui, grâce à « la liberté de penser et d’écrire, qui fut le résultat des luttes religieuses », conduit les esprits de l’usage exclusif de l’érudition à l’observation, l’expérience et l’induction. « C’est ainsi que vont toujours les choses humaines : elles ne se tranchent pas de manière à finir certains jours et à commencer un autre : elles se développent sans se diviser : elles marchent et ne se brisent pas ». Cuvier est donc bien loin des « ruptures épistémologiques » ou des « changements de paradigme » chers aux historiens du xxe siècle. Pourtant, il signale des changements de rythme, des blocages et des éblouissements. Il est par ailleurs sensible au rôle de l’utilité sociale comme facteur d’avancée des connaissances, mais aussi au cosmopolitisme des savants. C’est ainsi qu’à propos de l’anatomie dont il attribue le meilleur maintien au cours de l’histoire à son utilité aux sciences de la santé, il dit : « les princes chrétiens avaient des médecins juifs qui avaient étudié dans les écoles des Arabes d’Espagne ». C’est au xvie siècle qu’il situe un premier palier, siècle pendant lequel des figures éminentes jettent les bases de sciences qui vont se diviser tandis que les savants se spécialisent. Mais ceux-ci sont à cette période étroitement dépendants de souverains, princes ou cardinaux. Ils font figure d’errants jetés dans le tourbillon du siècle. « Un homme de Bruxelles pouvait enseigner à Padoue, et réciproquement un homme de Padoue à Bruxelles, sans la moindre difficulté. Cet enseignement serait fort difficile aujourd’hui, où presque partout on est dans l’usage d’enseigner en langue nationale ».

2Ces savants sont confrontés aux contraintes de leur société, des types de pouvoir, des idées dominantes et des luttes religieuses, comme du niveau des techniques. Des luttes religieuses, Cuvier ne retient que les effets libérateurs. Il évite d’évoquer les évènements où la défense des dogmes s’est opposée avec violence à la raison, condamnation de Galilée par la Rome catholique en 1633 et mise à mort de Michel Servet par la Genève réformée en 1553. Il insiste sur le rôle très important joué par l’imprimerie et la gravure dans la circulation des découvertes et les débats qui en résultent. Les artistes eux-mêmes, tels Cranach et Dürer, prennent leur part à ce mouvement. C’est aussi la période où les européens se lancent à la découverte de contrées lointaines. Selon Cuvier, la diffusion des ouvrages de compilation écrits par Conrad Gessner et Aldrovandi ont exercé une stimulation pour les voyageurs, sans compter que des souverains, comme François premier, envoyaient au loin des savants pour recueillir toutes sortes de renseignements, y compris politiques et militaires ! Cuvier, à ce propos, ne manque pas de faire des digressions de nature géopolitique. Ainsi établit-il le lien entre la politique militaire conduite sous le règne de Sélim II, qui anéantit le monopole commercial de Venise avec l’Orient, et la course du Portugal et de l’Espagne sur les routes maritimes des océans atlantique et indien. Les Pays Bas, dès qu’ils sont libérés du joug espagnol participent ensuite à la course en direction des « Indes orientales », de la Chine et du Japon, qui ouvre un champ immense aux sciences de la nature. Les guerres et Ies troubles qui eurent lieu dans la première moitié du xviie siècle ayant ruiné la plupart des souverains les artistes et savants se retrouvèrent sans soutien. Cuvier y voit une cause de la réunion des esprits dans le cercle de sociétés. En Angleterre, le mystérieux « Invisible College » aurait ainsi constitué un refuge pour les esprits vers 1647, pendant la période où Cromwell était au pouvoir. La Société royale de Londres reçoit ensuite ses lettres patentes de Charles II en 1660. En revanche, à Paris l’Académie est créée en 1666 directement par le pouvoir royal. Il paraît important aux yeux de Cuvier que ces sociétés s’opposent dans leur esprit aux Universités créées au xiiie siècle, car il ne s’agit pas d’enseigner ce qui est connu, mais de s’appliquer à augmenter les connaissances.

3Le panorama que Cuvier dresse des différentes sciences naturelles lui permet de distinguer trois phases dans leur développement : une première phase consacrée aux critiques et commentaires sur les auteurs anciens, une seconde où s’exerce l’observation des productions exotiques et enfin une phase où s’élaborent des méthodes de classification. Bacon, Galilée et Descartes ouvrent le passage à la troisième phase. Il donne une place de choix au chancelier Francis Bacon parce qu’il a restitué la véritable pensée d’Aristote, dénaturée selon lui par la scholastique. On voit là combien Cuvier admirait Aristote qui lui a en partie inspiré sa règle des corrélations organiques, mais aussi combien il apprécie chez Bacon l’emploi de l ‘induction pour parvenir à des lois générales et le courant empiriste qu’il inaugure. À propos de la chimie qu’il considère en retard, il emploie le terme « d’époque religieuse » pour qualifier ses débuts imprégnés d’ésotérisme. On est surpris par une certaine ressemblance entre les phases énoncées par Cuvier et la conception positiviste des « trois états » développée par Auguste Comte à la même époque dans ses cours. Stuart Mill, dans sa biographie de Comte, ne voyait-il pas toute sa pensée déjà dans « Bacon, Descartes et Galilée » ? Il est probable qu’on ait négligé ce rapprochement entre Cuvier et les débuts du positivisme.

4La manière dont la chimie fait irruption parmi les sciences laisse Cuvier perplexe. C’est en effet par le succès thérapeutique de substances minérales que cette discipline entre peu à peu dans le cercle des sciences reconnues. Or, ceci relève de pratiques datées en apparence d’un autre âge, car aucune explication raisonnable ne pouvait soutenir ce succès. « C’est ainsi que, de nos jours, on s’abandonne aux charlatans quand on a épuisé tous les secours de la médecine rationnelle ». Voilà qui heurte l’esprit rationnel de Cuvier. Toutefois, en bon historien, il évite le piège des anachronismes. Il se garde de juger des connaissances à la mesure de celles de son époque. Il ne prend pas parti dans les débats qui s’annoncent, système ou méthodes, préformation ou épigénèse. Il s’interroge cependant sur certains blocages dressés sur le chemin des découvertes. La diffusion d’ouvrages illustrés n’a-t-elle pas conduit parfois à des plagiats et à la reconduction d’erreurs, à l’absence d’innovations, au retour à un esprit de compilation ? Robert Boyle avait tous les éléments expérimentaux pour parvenir aux conclusions de Lavoisier sur la respiration et le rôle d’un gaz contenu dans l’air. Pourquoi n’y est-il pas parvenu ? En revanche, Descartes, qui à ses yeux a faux sur toute la ligne dans le domaine de la physiologie, doit être signalé pour avoir définitivement éliminé la scolastique et ouvert la voie au raisonnement scientifique. On peut remarquer que la perspicacité de Cuvier ne s’est pas appliquée à son propre cas. Il a en effet lui-même créé un blocage vis-à-vis des idées transformistes alors qu’en jetant les bases positives de l’anatomie comparée, il avait apporté beaucoup de faits en leur faveur. C’est bien une explosion intellectuelle qu’il décèle dans la seconde moitié du xviie siècle, mais une explosion dont il a suivi les prémisses dès la fin du Moyen Âge, et qu’il associe à l’évolution des sociétés européennes qui s’ouvrent sur le monde, mais aussi aux techniques permettant la diffusion des idées dont la libre circulation a été facilitée par la Réforme. « J’espère que je fonderai d’une manière plus rigoureuse cette conclusion, que les seules véritables connaissances ne sont données que par les faits » adresse-t-il à ses auditeurs pour clore cette série de cours, phrase qui résonne comme un écho à la fameuse controverse de 1830 avec Étienne Geoffroy Saint-Hilaire.

5La manière dont certains savants ont eux-mêmes voulu traiter de l’histoire des sciences a souvent été critiquée par les historiens. Ici, Cuvier, qui ne prétend pas théoriser, nous offre pourtant autre chose qu’une galerie de portraits ou une énumération de travaux laissés sur le chemin de l’histoire. Il met son indéniable érudition au service d’une reconstruction des étapes qui ont conduit avec beaucoup d’hésitations les esprits européens à fonder une pensée scientifique. Cette réédition, remarquablement enrichie par l’appareil de notes ajoutées par Theodore W. Pietsch à celles de Magdeleine de Saint-Agy, devrait attirer l’attention des historiens à qui cet aspect de l’œuvre de Cuvier aurait échappé.

© Publications scientifiques du Muséum, 2015

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540