Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dans l’épaisseur du temps

 | 
Arnaud Hurel
, 
Noël Coye

Les sociétés savantes & la question de l’antiquité de l’homme

Nathalie Richard

Texte intégral

  • 1 Chaline (Jean-Pierre), Sociabilité et érudition : les sociétés savantes en France, xixe-xxe siècle (...)
  • 2 Hurel (Arnaud), La France préhistorienne de 1789 à 1941, Paris : CNRS Éditions, 2007, pp. 187 et s (...)

1Les débuts de l’archéologie préhistorique gagnent, afin d’être compris dans toute leur spécificité, à être replacés dans un contexte intellectuel plus large, mais aussi dans un contexte historiquement mieux situé, d’ordre social et culturel, qui présente des spécificités nationales. Il n’est pas indifférent en effet que l’archéologie préhistorique se soit développée en France à un moment qui constitue ce que l’on peut appeler un âge d’or des sociétés savantes, ainsi que l’ont montré notamment les travaux de Jean-Pierre Chaline1. Ces sociétés ont contribué à structurer une communauté de savants, dans leur grande majorité provinciaux et amateurs ; elles ont joué également un rôle efficace de lobbies, ainsi que l’a montré par exemple Arnaud Hurel à propos de la tentative de réglementation de la pratique des fouilles archéologiques en 19102. Mais l’histoire croisée des sociétés savantes et de la préhistoire est également déterminante, dès les origines, pour comprendre la manière dont un nouveau champ de savoir a été légitimé, et pour saisir comment des modalités d’administration de la preuve s’y sont instaurées.

  • 3 Kalifa (Dominique), La Culture de masse en France, 1860-1930, Paris : La Découverte, 2001, 122 p.

2Afin de remplir pleinement le programme historien évoqué, il faudrait ajouter une analyse, encore à réaliser, du rôle de la presse dans le développement de la préhistoire. Les débuts de l’archéologie préhistorique en France sont en effet strictement contemporains d’un changement majeur dans le régime de la production et de la circulation de l’imprimé. 1863, la date de l’affaire de Moulin-Quignon, est aussi celle de la création du Petit journal, périodique dont l’apparition est souvent considérée comme la première étape d’un processus qui fait entrer la France dans l’ère de la culture de masse3. Or le Petit journal s’intéresse à l’archéologie et relaie, dès ses premiers numéros, la découverte de Moulin-Quignon et les débats qu’elle fait naître. Afin de restituer l’histoire de l’archéologie préhistorique dans toute sa spécificité, il serait intéressant de l’envisager comme un champ du savoir qui a dû, dès l’origine, s’adapter à de nouveaux régimes de communication. Ce trait la distingue, par exemple, de la paléontologie, qui informe un imaginaire largement répandu dans la première moitié du xixe siècle, mais qui ne peut être, au sens propre du terme, envisagée comme une « science populaire ».

  • 4 Léon (Aufrère), « Figure de préhistoriens, I : Boucher de Perthes », Préhistoire, T. 7, pp. 7-134  (...)

3Avant 1859 déjà, des sociétés locales abritent et diffusent les premières découvertes françaises. La Société d’émulation d’Abbeville, par exemple, offre un espace institutionnel et social où un fonctionnaire des douanes nouvellement nommé, Jacques Boucher de Perthes (1788-1868), peut jouer de son capital social (il est le fils de l’un des fondateurs de la société en 1797) et peut espérer satisfaire ses ambitions intellectuelles et philanthropiques. Cette association favorise en outre sa rencontre avec le jeune médecin Casimir Picard (1806-1841), qui lui transmet son intérêt pour les antiquités locales et ses idées sur l’interprétation des plus anciennes d’entre elles4. En 1859 toutefois, la prééminence revient à des sociétés savantes nationales. Outre l’Académie des sciences, ce sont des sociétés d’un genre nouveau, spécialisées dans un champ disciplinaire, qui jouent un rôle majeur. Il en va ainsi notamment de la Société géologique de France, fondée en 1830, et de Société d’anthropologie de Paris, nouvellement créée par Paul Broca (1824-1880).

4Les débats au sein de ces sociétés présentent plusieurs caractéristiques : la première est qu’ils rompent, mais de manière différente, avec la prudence et l’indécision qui avaient accueilli les découvertes réalisées depuis les années vingt. Ceci n’est toutefois pas le cas partout. La prudence est parfois plus grande ailleurs, où 1859 ne marque pas de rupture de ton radicale. Ainsi à la Société de l’histoire de France, le géologue et érudit Jules Desnoyers (1800-1887), secrétaire, fait part le 4 octobre d’observations réalisées principalement à Saint-Acheul. S’il admet avoir trouvé lui-même plusieurs silex taillés dans une couche contenant des ossements d’espèces disparues, ses conclusions restent très embarrassées.

  • 5 Gaudry (Albert), « Sur les résultats de fouilles géologiques entreprises aux environs d’Amiens. (E (...)
  • 6 Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences, vol. 49, 1859, p. 859.
  • 7 Ibid., p. 582.

5À l’Académie des sciences, le secrétaire Léonce Élie de Beaumont (1798-1874) tente de résister et, dans la version publiée des Comptes rendus des séances, sélectionne les passages du mémoire qu’Albert Gaudry (1827-1908) consacre aux recherches qu’il vient de mener à Amiens et qui est lu lors de la séance du 3 octobre 18595. Il est contraint peu après de reconnaître la manœuvre : « La nécessité d’abréger pour le Compte rendu l’extrait de ce Mémoire l’a fait réduire à ce qui se rapportait à son objet principal, c’est-à-dire aux fouilles faites près d’Amiens. Le paragraphe relatif aux haches d’Abbeville a été omis comme étant moins nouveau, en ce qu’il ne faisait que confirmer les faits annoncés il y a treize ans par M. Boucher de Perthes, faits bien connus de l’Académie, et mentionnés en même temps que son ouvrage De l’industrie primitive, ou Des antiquités celtiques et antédiluviennes, dans plusieurs endroits des Comptes rendus […]. Le retranchement du paragraphe relatif aux motifs qui avaient porté M. Gaudry à chercher dans le diluvium des produits de l’art humain, était au fond un hommage tacite rendu aux droits de priorité si notoires de M. Boucher de Perthes […]. »6 Élie de Beaumont ne peut toutefois masquer que la tonalité des débats est en train de changer. De septembre à décembre, huit naturalistes interviennent, et présentent une douzaine de communications sur la question de l’antiquité géologique de l’homme. Leurs présentations marquent la naissance d’un débat où le paléontologue Gaudry joue un rôle central. Quelques jours après lui, ses conclusions sont confirmées par une note du zoologiste Georges Pouchet (1833-1894), dépêché à Abbeville par le maire de Rouen afin d’enrichir les collections du Muséum local d’histoire naturelle. Le 24 octobre, est lue une lettre où Boucher de Perthes réclame reconnaissance de sa priorité dans les découvertes. Le 31 octobre, le Britannique Joseph Prestwich (1812-1896) transmet à Élie de Beaumont la traduction d’un mémoire lu à la Royal Society de Londres en mai 1859 sur les découvertes effectuées dans la grotte de Brixham. Si Élie de Beaumont a infléchi la version publiée du mémoire de Gaudry, il n’ose pas faire de même avec les textes de Prestwich, déjà parus à l’étranger. Dans une note lue le 28 novembre, ce dernier précise que lorsqu’il a conclu à l’ensevelissement de restes humains dans une formation géologique récente, il entendait signifier que ces vestiges remontaient à « un temps antérieur à l’état actuel des choses »7. Inspirée du discours prononcé le 15 septembre par le géologue britannique Charles Lyell (1797-1875) devant la British Society for the Advancement of Science, cette précision démontre qu’une mutation d’importance est en train de se produire. Mais la tonalité des débats reste relativement ouverte à l’Académie.

  • 8 Aymard (Auguste), « Des fossiles humains trouvés sur la Montagne de Denize [sic], près le Puy, des (...)

6Il en va à la Société géologique de France à peu près comme à l’Académie des sciences. Au sein de ces deux institutions, le débat n’est pas une nouveauté radicale. Mais les conclusions portées en 1859 sont plus claires que celles qui avaient été auparavant avancées. En 1847 par exemple, Auguste Aymard (1808-1889), archiviste et conservateur du musée du Puy, avait fait part à la Société géologique de la découverte de vestiges humains dans les terrains volcaniques de la montagne de Denise (Haute-Loire). Mais il avait laissé planer une part de doute dans ses conclusions. Il semblait possible à ses yeux que l’homme et les animaux disparus n’eussent été que « très rapprochés » dans le temps et non strictement contemporains. Par ailleurs les vestiges ne remontaient pas selon lui « à des temps bien reculés »8. Ces conclusions avaient été acceptées et, jusqu’en 1859, les découvertes qui sont discutées au sein de l’association des géologues français sont interprétées avec une identique prudence.

FIGURE 1.
Crâne et vertèbre de l’homme de la Denise découvert en 1844 par Auguste Aymard. Musée Crozatier, le Puy-en-Velay.

  • 9 Gaudry (Albert), « Haches découvertes dans le diluvium d’Abbeville », Bulletin de la Société géolo (...)

7À l’automne 1859, le ton se modifie, les positions se font plus claires et les oppositions plus tranchées. Albert Gaudry présente le 7 novembre 1859 les silex découverts à Abbeville9. Il dépose devant l’assemblée neuf haches, et souligne qu’il a personnellement exhumé ces vestiges qui étaient « parfaitement en place » et « presque en contact » avec quelques ossements d’animaux fossiles. Ces précisions ont pour fonction de répondre par avance aux arguments qui avaient été opposés antérieurement aux découvertes et, tout particulièrement à celles d’Abbeville. En précisant qu’il a lui-même effectué la découverte, Gaudry met son autorité savante dans la balance, là où était souvent avancée la qualité d’amateur de Boucher de Perthes et la possibilité d’une fraude. Il souligne également que les terrains dans lesquels se trouvent les vestiges ne portent pas de trace de bouleversement récent et que les haches, contrairement à d’autres artefacts, portent à ses yeux des traces indubitables de travail humain. Dans la discussion qui suit, certains maintiennent toutefois des arguments antérieurement opposés aux découvertes.

  • 10 Ibid., p. 17.
  • 11 Ibid., p. 18.
  • 12 Ibid.

8Porté par des géologues, le débat tourne alors principalement autour du gisement des vestiges. Deux camps se dessinent : l’un défend que les terrains présentent des traces de remaniement et que la présence dans une même couche géologique d’ossements et de silex taillés ne permet pas de conclure à leur contemporanéité ; l’autre tient le terrain pour un sédiment fluvial non remanié et aboutit à la conclusion inverse. Afin de clarifier cette question, plusieurs précisions sont demandées à Gaudry. Le géologue Adolphe d’Archiac (1802-1868) souhaite savoir si les haches découvertes par son collègue étaient placées horizontalement et très proches les unes des autres. Gaudry lui répond que certaines étaient légèrement inclinées, ce qui suggère que ces vestiges n’ont pas été violemment déplacés avant d’être enfouis dans les sédiments10. Dans la même perspective Claude Jourdan (1803-1873), du Muséum d’histoire naturelle de Lyon, réclame des précisions sur l’état des ossements. Il a lui-même découvert dans le Rhône des vestiges d’éléphants à ce point roulés qu’il se refuse à en admettre la contemporanéité avec les terrains de transport dans lesquels ils gisent. Gaudry répond que les traces sont minimes sur les ossements découverts dans la Somme11. Ces précisions faites, le botaniste et géologue Charles d’Orbigny (1806-1876), éditeur d’un célèbre dictionnaire de sciences naturelles, défend toujours l’hypothèse du remaniement : s’appuyant sur des observations faites dans la région parisienne, il soutient que le terrain appelé diluvium est fréquemment remanié12.

  • 13 Desnoyers (Jules), « Grottes ou cavernes », in Orbigny (Charles d’), Dictionnaire universel d’hist (...)
  • 14 Ibid., p. 18.
  • 15 Ibid., p. 19.

9Mais d’autres, parmi ses collègues, abandonnent leurs réserves et opèrent une conversion parfois spectaculaire. Il en va ainsi de Jules Desnoyers, sur l’autorité duquel s’étaient jusqu’alors fondées les suspicions liées à la stratigraphie des grottes ossifères, et qui avait renouvelé l’appel à la prudence devant la Société de l’histoire de France en octobre. En 1845, son article « Grottes ou cavernes » du Dictionnaire universel d’histoire naturelle (1841-1849) de Charles d’Orbigny avaient résumé tous les arguments opposés aux découvertes de vestiges humains réalisées dans des grottes. Il y soutenait que le sol des cavernes était toujours constitué d’éléments arrachés à des terrains plus anciens par des eaux de ruissellement, et concluait à la nécessité de faire montre de la plus grande prudence dans l’interprétation des découvertes réalisées dans les grottes13. Jusqu’en 1859, ces arguments avaient servi à disqualifier les découvertes de vestiges humains réalisées dans les cavernes du sud de la France. Comme le fait encore d’Orbigny en 1859, ils avaient fréquemment été étendus aux terrains sédimentaires des environs d’Abbeville. Après l’intervention de Gaudry, Desnoyers avoue pourtant être désormais convaincu par les sites de la Somme. Il a pris la peine, rappelle-t-il, de se rendre sur place. Les terrains lui paraissent le résultat de la seule sédimentation fluviale et les haches qu’il y a découvertes ne sont pas roulées14. Cette position est plus longuement développée par Edmond Hébert (1812-1890), détenteur de la chaire de géologie de la Sorbonne. Ce spécialiste des terrains sédimentaires du Bassin parisien, défenseur d’une géologie actualiste, s’appuie sur l’autorité de Lyell et sur les conclusions de Prestwich, pour affirmer que les silex sont enfouis dans un terrain non remanié. Il conclut ainsi, sans ambiguïté, que l’on « arrivera forcément à cette conclusion que l’existence de l’homme dans le nord de la France doit être reportée à une époque déjà fort ancienne de la période quaternaire »15. Dans le Bulletin de la Société géologique de France de 1859, la transcription de cette première discussion s’achève sur ces lignes. Le ton résolument affirmatif de cette conclusion marque clairement une rupture. Les débats ne sont toutefois pas clos dès le mois de novembre 1859 et l’argument de remaniement est repris par la suite. Les discussions se développent de manière technique, et la question de la préhistoire y est insérée dans celle, plus vaste, de la défense ou du rejet de l’actualisme.

FIGURE 2. Albert Gaudry (cliché de Pierre Petit en 1893).

  • 16 Par exemple, Élie de Beaumont (Léonce), « Remarques sur le gisement de Moulin-Quignon, à l’occasio (...)
  • 17 Voir par exemple le débat entre Melleville et Hébert lors de la séance du 15 décembre 1862, Bullet (...)

10À la Société géologique de France comme à l’Académie des sciences, les disciples de Cuvier sont encore influents. S’ils ont pour la plupart abandonné le catastrophisme radical de leur maître, ils lui restent fidèles, ou invoquent son nom, dans le refus des causes actuelles et dans l’affirmation de l’apparition relativement récente de l’homme sur terre, c’est-à-dire après la disparition des phénomènes propres aux périodes géologiques passées. Élie de Beaumont, principal chef de file de ceux qui se désignent comme des cuviéristes, intervient en ce sens16. Il continue de contester la stratigraphie des sites des environs d’Abbeville, telle qu’elle a été établie par les géologues qui se sont rendus sur les lieux. Il nie notamment la superposition de deux formations dites diluviennes, noire et rouge, et affirme qu’elles s’entremêlent dans une seule couche géologique. Il affirme en outre que ce terrain a été faussement identifié comme diluvium. Ce dernier ne se trouve que sur les plateaux, et jamais sur les versants des vallées qui ont été creusées après sa formation. Or, d’après Élie de Beaumont, les sites d’Abbeville sont situés sur les coteaux. Le terrain que Boucher de Perthes appelle diluvium est donc tout autre chose : il s’agit d’un « terrain meuble sur les pentes » plus récent, composé d’éléments arrachés par l’érosion à des couches plus anciennes et déposé sur les flancs des vallées. Ce terrain de formation moderne mélange des vestiges d’époques diverses et la présence en son sein de silex taillés ne vient donc pas appuyer la thèse de l’antiquité géologique de l’homme. A la Société géologique, ces positions sont exposées par exemple par Maximilien Melleville (1807-1872)17. Edmond Hébert (1812-1890) est leur principal opposant, et après 1865 ses positions l’emportent nettement au sein de la Société géologique de France.

11À la Société d’anthropologie de Paris, les premières interrogations portent principalement sur le point suivant : doit-on voir dans les silex taillés découverts à Abbeville et à Brixham, en Angleterre, des outils fabriqués par l’homme ? Les débats prennent ainsi une autre direction : ils sont menés par des médecins et des voyageurs ethnographes, portent sur les outils et sur leurs concepteurs, mais pas sur la nature des stratigraphies. Par ailleurs, si l’on en croit tout du moins les publications officielles de la société, le débat est tranché plus rapidement.

  • 18 Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, T. 1, 1860, pp. 42-53.
  • 19 Ibid., p. 49.
  • 20 « Reprise de la discussion sur l’antiquité de l’homme », Bulletins de la Société d’anthropologie d (...)
  • 21 « Reprise de la discussion sur les débris de l’industrie primitive », Bulletins de la Société d’an (...)

12La discussion s’engage le 5 novembre 1859, avec un mémoire de Georges Pouchet18. Il rappelle les découvertes réalisées par Boucher de Perthes, les doutes qui ont longtemps pesé sur elles et les « vérifications rigoureuses » dont elles ont fait l’objet depuis quelques mois. Il y raconte son propre voyage dans la Somme au mois d’août 1859, la mise au jour d’une hache en silex et l’examen des collections réunies par l’auteur des Antiquités celtiques et antédiluviennes. Isidore Geoffroy Saint-Hilaire (1805-1861) prend à sa suite la parole pour donner plus de détails sur les recherches faites par Boucher de Perthes. Il rappelle également que d’autres découvertes ont été effectuées ailleurs, et cite celles de la grotte de Massat qu’il avait présentées à l’Académie des sciences en 1858. Il reste encore prudent dans ses opinions, mais le ton est moins incertain que dans son intervention de 1858 à l’Académie : « quoique habituellement peu téméraire dans mes conclusions », avoue-t-il, « je crois que cette question ne tardera pas à être résolue par l’affirmative »19. La discussion se poursuit le 17 novembre20 et le 15 décembre21.

FIGURE 3.
Première page du premier fascicule des Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, T. 1, 1859-1860 (séance d’ouverture du 19 mai 1859).

  • 22 « Reprise de la discussion sur l’antiquité de l’homme », Bulletins de la Société d’anthropologie d (...)
  • 23 Ibid., p. 65.
  • 24 Ibid., pp. 67-68.

13Après lecture d’une lettre de Jacques Boucher de Perthes, plusieurs silex taillés et polis sont déposés sur une table et sont « examinés attentivement par plusieurs membres de la Société »22, de même que des planches des Antiquités celtiques et antédiluviennes représentant d’autres objets et des coupes stratigraphiques de leurs gisements. Le naturaliste et voyageur, Francis de Castelnau (1812-1880) engage le débat, en s’avouant prêt à abandonner ce qu’il désigne comme « les idées de Cuvier » et à se convertir aux thèses défendues par Boucher de Perthes. Mais il réclame à cette fin des preuves rigoureuses que les objets présentés ne lui paraissent pas fournir. Leurs formes grossières, leurs contours irréguliers, leur surface rugueuse peuvent être attribués autant aux chocs de silex voisins roulés dans le cours d’un torrent qu’à la main de l’homme. Sa position est appuyée par Jules Baillarger (1809-1890) mieux connu pour ses travaux d’aliéniste. Broca se charge de leur répondre. Il admet que le doute est permis au seul examen des quelques pièces présentées lors de la séance, mais il affirme que ces incertitudes tombent dès qu’est pris en considération l’ensemble des séries réunies par Boucher de Perthes. La répétition de la même forme sur plusieurs centaines de silex, conclut Broca, est une preuve indubitable de la fabrication de ces objets par l’homme23. Cet argument proprement typologique avait déjà été utilisé par le numismate John Evans (1823-1908) lors de la première présentation qu’il avait faite des découvertes de Brixham à la London Society of Antiquaries en juin 1859. Il est en outre affiné par le docteur Louis-Adolphe Bertillon (1821-1883). Ce dernier soutient, contre Castelnau, que les silex présentés durant la séance ne sont pas aussi grossiers qu’un examen superficiel peut le faire penser. Une observation plus attentive révèle par exemple la volonté de dégager un tranchant régulier, affiné par des retouches latérales, et de produire une symétrie afin de rendre l’instrument maniable et équilibré24.

  • 25 Ibid., pp. 73-74.
  • 26 Ibid., pp. 77-78.

14Durant ces premiers débats, Broca développe également l’idée, suggérée déjà par Castelnau, que le caractère très frustre des objets taillés indique nécessairement une race humaine « inférieure » aux races actuelles les moins développées. Il en avance pour preuve quelques crânes fossiles découverts en Europe, notamment en 1844 dans les environs de Namur, et engage, à partir de ces vestiges, une analyse craniologique dont il reprendra par la suite les grands points, à propos des nouveaux fossiles humains qui sont découverts25. Il attribue ces vestiges à une race disparue, hypothèse que Baillarger souligne comme stimulante et digne d’être explorée plus avant26. Broca fait ainsi, dès les premières phases du débat, le lien entre archéologie et paléoanthropologie.

FIGURE 4.
Silex taillés : 1, Hache diluvienne elliptique (elle est tranchante sur toute sa circonférence) ; 2, Hache celtique cunéiforme (elle est tranchante sur toute sa circonférence et a été trouvée dans une sépulture celtique) ; 3, Couteau diluvien (il est tranchant sur ses deux bords) ; 4, Couteau diluvien (il est tranchant sur ses deux bords) ; 5, Couteau celtique (il est très semblable aux deux précédents et a été trouvé dans une sépulture celtique) ; 6, Flèche en bois de cerf trouvée par M. Alfred Fontan, avec d’autres objets travaillés et divers ossements fossiles dans les grottes de Massat (Ariège). Figures d’après les planches 2 et 3 des Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, T. 1, 1859-1860, pl. hors texte.

  • 27 Geoffroy Saint-Hilaire (Isidore), « Sur l’homme fossile », Bulletins de la Société d’anthropologie (...)
  • 28 Broca (Paul), « Histoire des travaux de la Société d’anthropologie (1859-1863) », Mémoires de la S (...)

15À la Société d’anthropologie de Paris le ton affirmatif des conclusions est rapidement manifeste. Dès le début de l’année 1860, Geoffroy Saint-Hilaire peut ainsi affirmer que les discussions de l’hiver ont abouti à une reconnaissance générale des silex taillés de la Somme au sein de l’association27. En 1863, dans un bilan des activités de la Société, Broca fait de sa rapide conversion à la préhistoire l’un de ses titres de gloire28. À la lecture de ces textes, on peut penser que, pour cette société récemment fondée, les thèses nouvelles sur l’antiquité de l’homme constituent une aubaine. De fait, la Société d’anthropologie de Paris devient, en l’absence de société nationale spécialisée, le principal lieu d’accueil de la préhistoire française.

16Le détail des arguments invoqués montre comment s’élaborent, aux seins des deux sociétés savantes examinées, des procédures fines d’examen des vestiges et d’administration de la preuve. Le débat des géologues est l’occasion d’affirmer l’importance de la stratigraphie en matière de préhistoire. L’accent est mis sur l’observation de terrain, et la superposition des couches y est établie en grand détail. L’analyse géologique implique aussi une observation soigneuse de la position des vestiges. La coloration des ossements fossiles et des silex taillés, les traces de transport violent ou de chocs sont prises en considération. Les premières discussions à la Société d’anthropologie de Paris sont, quant à elles, l’occasion de préciser les démarches d’une typologie proprement préhistorique. Ne pouvant s’appuyer sur des témoignages écrits indiquant les usages et les techniques de fabrication des objets, les observateurs des outils taillés doivent inventer des démarches rigoureuses portant sur les seuls objets. Celles-ci incluent un examen très attentif de la taille du silex, notamment des retouches qui viennent en affiner la forme ; elles impliquent aussi de ne pas s’en tenir aux objets isolés, mais de les considérer de manière sérielle, en les replaçant dans l’ensemble des outils découverts dans un site donné. Ces procédures sont érigées en étapes indispensables de l’interprétation archéologique. Elles seront par la suite mises en œuvre dans toutes les polémiques du xixe siècle, telle celle qui se développe en 1863 autour de la découverte de la mandibule humaine de Moulin-Quignon.

  • 29 Voir par exemple le sort qui lui a été réservé au CNRS, cf. Audouze (Françoise), « La préhistoire (...)

17Mais ce qui frappe également, c’est que les deux débats ne se recoupent pas. Ils ne relèvent pas des mêmes praticiens, n’intéressent pas les mêmes groupes, ne se déroulent pas dans les mêmes lieux. Ce fait suggère que la préhistoire n’a pas véritablement réussi à devenir une « archéo-géologie », ainsi que le souhaitait Boucher de Perthes, et que les deux champs, celui de l’archéologie d’un côté, celui de la géologie de l’autre, y cohabitent plus qu’ils ne s’associent. Entre les deux s’établit une relation qui nous paraît relever plus de la tension, voire de la concurrence, que de la synthèse. En France, pour des raisons liées à l’histoire des sociétés savantes, la préhistoire devient tout d’abord un cheval de bataille d’anthropologues soucieux de délimiter un terrain pour leur expertise, alors qu’elle ne constitue, pour les géologues, qu’un argument parmi d’autres dans un débat plus large et plus ancien sur les causes actuelles. C’est pourquoi la préhistoire française a penché alors du côté de l’anthropologie et de l’ethnographie. Mais elle a par la suite souvent oscillé, sur le plan institutionnel notamment, entre les deux pôles des sciences humaines et des sciences naturelles29.

Notes

1 Chaline (Jean-Pierre), Sociabilité et érudition : les sociétés savantes en France, xixe-xxe siècles, Paris : Éd. du CTHS, 1998, XII + 479 p.

2 Hurel (Arnaud), La France préhistorienne de 1789 à 1941, Paris : CNRS Éditions, 2007, pp. 187 et ss.

3 Kalifa (Dominique), La Culture de masse en France, 1860-1930, Paris : La Découverte, 2001, 122 p.

4 Léon (Aufrère), « Figure de préhistoriens, I : Boucher de Perthes », Préhistoire, T. 7, pp. 7-134 ; Cohen (Claudine), Hublin (Jean-Jacques), Jacques Boucher de Perthes. Les origines romantiques de la préhistoire, Paris : Belin, 1989, pp. 95-106 ; Coye (Noël), La Préhistoire en parole et en acte. Méthodes et enjeux de la pratique préhistorique (1830-1950), Paris : L’Harmattan, 1997, pp. 77-92 ; Aufrère (Léon), Le Cercle d’Abbeville, paléontologie et préhistoire dans la France romantique, édition établie par Marie-Françoise Aufrère, Turnhout (Belgique) : Brepols, 396 p.

5 Gaudry (Albert), « Sur les résultats de fouilles géologiques entreprises aux environs d’Amiens. (Extrait) », Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences, vol. 49, 1859, pp. 465-467.

6 Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences, vol. 49, 1859, p. 859.

7 Ibid., p. 582.

8 Aymard (Auguste), « Des fossiles humains trouvés sur la Montagne de Denize [sic], près le Puy, des ossements de mammifère signalés dans les divers dépôts de la Haute-Loire, et de l’époque probable de leur enfouissement », Bulletin de la Société géologique de France, 1847, 2e série, T. V, p. 52.

9 Gaudry (Albert), « Haches découvertes dans le diluvium d’Abbeville », Bulletin de la Société géologique de France, 2e série, T. 17, 1859-1860, pp. 17-20.

10 Ibid., p. 17.

11 Ibid., p. 18.

12 Ibid.

13 Desnoyers (Jules), « Grottes ou cavernes », in Orbigny (Charles d’), Dictionnaire universel d’histoire naturelle, Paris : Renard, T. 6, 1845, pp. 343-407.

14 Ibid., p. 18.

15 Ibid., p. 19.

16 Par exemple, Élie de Beaumont (Léonce), « Remarques sur le gisement de Moulin-Quignon, à l’occasion de la lettre de M. Boucher de Perthes », Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences, vol. 57, 1863, pp. 336-339.

17 Voir par exemple le débat entre Melleville et Hébert lors de la séance du 15 décembre 1862, Bulletin de la Société géologique de France, 2e série, T. 20, 1862-1863, pp. 108-112.

18 Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, T. 1, 1860, pp. 42-53.

19 Ibid., p. 49.

20 « Reprise de la discussion sur l’antiquité de l’homme », Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, T. 1, 1860, pp. 58-78.

21 « Reprise de la discussion sur les débris de l’industrie primitive », Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, T. 1, 1860, pp. 84-98.

22 « Reprise de la discussion sur l’antiquité de l’homme », Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, T. 1, 1859-1860, p. 62.

23 Ibid., p. 65.

24 Ibid., pp. 67-68.

25 Ibid., pp. 73-74.

26 Ibid., pp. 77-78.

27 Geoffroy Saint-Hilaire (Isidore), « Sur l’homme fossile », Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, T. 1, 1859-1860, p. 271.

28 Broca (Paul), « Histoire des travaux de la Société d’anthropologie (1859-1863) », Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, T. 2, 1863-1865, p. xliv.

29 Voir par exemple le sort qui lui a été réservé au CNRS, cf. Audouze (Françoise), « La préhistoire et le CNRS », Revue pour l’histoire du CNRS, no 8, mai 2003, pp. 16-29.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2665/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende FIGURE 1.Crâne et vertèbre de l’homme de la Denise découvert en 1844 par Auguste Aymard. Musée Crozatier, le Puy-en-Velay.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2665/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 797k
Légende FIGURE 2. Albert Gaudry (cliché de Pierre Petit en 1893).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2665/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Légende FIGURE 3.Première page du premier fascicule des Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, T. 1, 1859-1860 (séance d’ouverture du 19 mai 1859).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2665/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 812k
Légende FIGURE 4.Silex taillés : 1, Hache diluvienne elliptique (elle est tranchante sur toute sa circonférence) ; 2, Hache celtique cunéiforme (elle est tranchante sur toute sa circonférence et a été trouvée dans une sépulture celtique) ; 3, Couteau diluvien (il est tranchant sur ses deux bords) ; 4, Couteau diluvien (il est tranchant sur ses deux bords) ; 5, Couteau celtique (il est très semblable aux deux précédents et a été trouvé dans une sépulture celtique) ; 6, Flèche en bois de cerf trouvée par M. Alfred Fontan, avec d’autres objets travaillés et divers ossements fossiles dans les grottes de Massat (Ariège). Figures d’après les planches 2 et 3 des Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, T. 1, 1859-1860, pl. hors texte.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2665/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 221k

© Publications scientifiques du Muséum, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540