Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dans l’épaisseur du temps

 | 
Arnaud Hurel
, 
Noël Coye

1859 et la naissance de l’archéologie préhistorique en Normandie

Monique Remy-Watté

Texte intégral

1Souvent négligée par les études historiques sur les origines de la préhistoire, la Normandie a toutefois été très largement concernée par les débats fondateurs de 1859. Deux éléments ont en particulier contribué à son implication. Il s’agit tout d’abord de sa situation géographique : la région est voisine à la fois de la Somme, de l’Angleterre et de Paris, c’est-à-dire de l’ensemble des lieux-clés. Elle est par ailleurs caractérisée par une structuration précoce des recherches archéologiques, que ce soit sous l’impulsion de l’administration, dans le cadre, en Seine-Inférieure, de la Commission départementale des antiquités, créée dès 1818 par le préfet Joseph de Kergariou (1779-1849), ou dans celui de sociétés savantes. Ce contexte a favorisé le développement d’une activité archéologique assez intense et d’une série de relations tissées entre archéologues normands et collègues extérieurs.

2En 1859, au moment de la reconnaissance de la validité des théories de Jacques Boucher de Perthes (1788-1868), deux Normands apparaissent en situation de jouer un rôle par leur expérience et le statut qui leur est reconnu : Arcisse de Caumont (1801-1873) et l’abbé Jean Benoît Désiré Cochet (1812-1875). Un troisième, beaucoup plus jeune, naturaliste débutant et non archéologue, Georges Pouchet (1833-1894), s’y trouve alors aussi entraîné. Leurs réactions et actions, lors des premiers événements et dans les années suivantes, se révèlent différentes voire contradictoires. Elles sont liées à leurs attitudes et pratiques scientifiques respectives, à leurs positions plus ou moins établies et s’exercent plus précisément dans le cadre de leurs réseaux de relations – à la fois différents et se recoupant partiellement – d’où des effets souvent assez complexes. Ces conditions ont donc un impact sur leurs actes et, par voie de conséquence, sur les premiers développements de l’archéologie préhistorique en Normandie.

La situation à la veille de 1859

Arcisse de Caumont

  • 1 Juhel (Vincent) (sous la dir.), Arcisse de Caumont (1801-1873), érudit normand et fondateur de l’a (...)

3Caumont est souvent considéré comme le « fondateur de l’archéologie française »1 et en particulier de l’archéologie monumentale. En 1859 il apparaît comme un personnage-clé dont les réactions face à la question de la reconnaissance de la préhistoire seront loin d’être négligeable.

  • 2 Chaline (Jean-Pierre), « Arcisse de Caumont et les sociétés savantes françaises », in Juhel (Vince (...)
  • 3 Juhel (Vincent), « Arcisse de Caumont, un communicateur né ? », in Juhel (Vincent) (sous la dir.),(...)

4Ce noble normand a consacré très tôt l’essentiel de son temps à des activités érudites, comme bien des membres de son milieu social. S’il apparaît comme une « figure emblématique » du mouvement de création et de développement des sociétés savantes qui règne alors en Europe2, c’est à la fois par l’ampleur et la diversité de ses activités et par l’importance de son rôle d’organisateur, de « communicateur »3.

FIGURE 1
Arcisse de Caumont vers 1850 (photographie provenant du Recueil des portraits de membre de l’Académie des sciences, arts et belles-lettres de Caen). Cliché Bibliothèque de Caen (FN C 566/1).

  • 4 Elle devient Société linnéenne de Normandie en 1827.
  • 5 Guillet (François), « Arcisse de Caumont, un archéologue provincial », in Juhel (Vincent) (sous la (...)

5Il s’intéresse d’abord aux sciences naturelles, en particulier à la géologie : il participe à la fondation de la Société linnéenne du Calvados en 18234, dresse une carte géologique du Calvados en 1825 et figure, en 1830, parmi les 140 premiers membres de la Société géologique de France. Très rapidement toutefois, l’archéologie devient un de ses centres d’intérêt privilégiés : il est en 1824 l’un des quatre fondateurs de la Société des antiquaires de Normandie dont il est le secrétaire : c’est la première société d’antiquaires provinciale française, née longtemps après celle de Londres (1717) mais peu de temps après que l’Académie celtique est devenue la Société des antiquaires de France (1813-14). Centrée sur Caen, la SAN a cependant pour objectif de couvrir de ses études les cinq départements, dans une perspective de recherche d’une identité provinciale5.

  • 6 Il est un des fondateurs – certes ardent – auprès de collègues plus âgés, expérimentés et influent (...)

6Si le rôle de Caumont dans ces premières créations doit être relativisé6, son action devient primordiale au cours des années 1830, dans les nouvelles fondations comme dans les orientations qui leur sont données ensuite.

  • 7 1831 : Antiquaires de la Morinie (et Société archéologique du Midi de la France qui se reconnaît u (...)
  • 8 Cours publié ensuite entre 1830 et 1841.
  • 9 Régions visitées : Maine, Anjou, Saintonge, Touraine, Poitou, Bordelais.
  • 10 Huchet (Bernard), « Les origines de la Société française d’archéologie », in Juhel (Vincent) (sous (...)

7L’existence de la Société des antiquaires de Normandie a sans doute un effet d’entraînement sur la création d’autres sociétés d’antiquaires de province7, d’autant qu’en 1830 le ministre François Guizot (1787-1874) la donne en exemple dans une circulaire aux préfets où il présente les sociétés savantes comme un outil de préservation des monuments historiques. C’est justement à partir de 1830 que la notoriété de Caumont se développe, en liaison avec le cours public d’archéologie monumentale qu’il professe à Caen8 – une première en France – et avec le voyage entrepris dans l’ouest du pays, au printemps de la même année9, au cours duquel il noue des contacts avec des confrères extérieurs à la Normandie. C’est alors qu’il arrive à l’idée de la nécessité de réformer les sociétés savantes, en les rapprochant pour leur imprimer une plus grande efficacité, et sans doute aussi à celle de jouer lui-même un rôle dans ce processus grâce au réseau des relations qu’il a établi précédemment10.

  • 11 La société a changé de nom plusieurs fois ; le terme archéologie apparaît en 1857, la dénomination (...)

8Caumont se lance donc dans la fondation d’une série d’institutions à l’échelle nationale : congrès, sociétés et publications. Ce sont d’abord les Assises scientifiques, dont les premières se tiennent à Caen en 1833, devenues Congrès scientifique en 1837, ce qui donne finalement lieu, en 1839, à la création d’un Institut des provinces en charge de les organiser annuellement. En 1834, c’est la fondation de la Société française pour la conservation et la description des monuments historiques dont le siège social est à Caen mais dont le « conseil général » se tient dans une autre ville, ce qui donne lieu, à partir de 1837, aux Congrès archéologiques de France ; elle prendra ultérieurement le nom de Société française d’archéologie11. En 1850 enfin, c’est la mise en place d’une réunion annuelle des délégués des sociétés savantes de province à Paris, sous la direction de l’Institut des provinces.

FIGURE 2
Séance de la Société française pour la conservation des monuments (future Société française d’archéologie), à Bayeux, en février 1849 dans la galerie de l’évêché. Lithographie de Mercier (d’après un dessin de Bouet) extraite du T. XV du Bulletin Monumental (1849).

  • 12 Chaline (Jean-Pierre), op. cit., pp. 151-154.

9Au cours de ces années où Caumont entreprend de développer les contacts entre savants de province, de faire jouer un rôle-clé aux sociétés savantes, il se trouve confronté, à diverses reprises, à la volonté centralisatrice de l’État12. Par ailleurs, c’est aussi une rivalité entre institutions savantes provinciales et parisiennes – en particulier l’Institut – qui se développe : Caumont et son entourage opposent leur compétence d’hommes connaissant bien le terrain local à une volonté parisienne, ignorante des réalités régionales mais qui se considère comme compétente ès-qualité. Il se retrouve donc là sur la même position que Boucher de Perthes.

  • 13 Un de ses livrets de notes manuscrites, consacré « aux richesses minérales de la Manche », est réd (...)
  • 14 J. H. Parker, libraire et éditeur, est spécialiste d’architecture religieuse ; C. Roach Smith coll (...)
  • 15 Les quatre premiers numéros de l’Archaeological Journal émanaient de la BAA ; c’est donc l’Archaeo (...)
  • 16 Rowley-Conwy (Peter), From Genesis to Prehistory, the Archaeological Three Age System and its Cont (...)
  • 17 Bulletin Monumental, T. XXV, 1859, pp. 506-513.
  • 18 « M. Parker est arrivé de Londres avec une grande quantité d’estampes, prêtées par les sociétés ar (...)

10Ces actions ont mis Caumont en relation avec des savants étrangers. Parmi ceux-ci, on trouve bien évidemment des archéologues britanniques ; lui-même a une certaine familiarité avec la langue anglaise13 et s’est inspiré à ses débuts des recherches menées antérieurement par les Anglais sur les monuments français. Par la suite, il a des échanges plus spécifiques avec certains d’entre eux, en particulier avec John Henry Parker (1806-1884) et Charles Roach Smith (1806-1890)14. Ce dernier est un des fondateurs en 1843 de la British Archaeological Association, prenant modèle alors sur la Société des antiquaires de Normandie ; la BAA se divise ensuite, donnant naissance à l’Archaeological Institute qui publie l’Archaeological Journal15, sous la direction de Parker, tandis que la BAA publie un Journal à partir de 184616. Caumont est membre de ces deux associations ; comptes rendus et échanges d’ouvrages s’effectuent entre sociétés françaises et britanniques. Parker, membre de la Société française d’archéologie, est particulièrement présent au moment où les travaux de Boucher de Perthes sont reconnus : un de ses articles est publié dans le Bulletin Monumental en 185917, il assiste au Congrès scientifique de 1860 à Cherbourg. Il participe également au Congrès des délégués des sociétés savantes sous la direction de l’Institut des provinces en 1861 et Caumont présente alors son intervention comme celle d’un représentant des sociétés britanniques auprès du congrès de l’ensemble des sociétés françaises18.

  • 19 Verron (Guy), « Arcisse de Caumont et la naissance de l’archéologie moderne », in Juhel (Vincent) (...)
  • 20 Bulletin Monumental, T. XVIII, pp. 218-221.
  • 21 Le texte de Caumont de 1856 évoquant un voyage de Thomsen, 20 ans auparavant, ne semble pas autori (...)
  • 22 Caumont (Arcisse de), « Mort de M. Jacques Boucher de Crèvecœur de Perthes, de l’Institut des prov (...)

11Largement impliqué dans des actions d’impulsion, d’organisation et dans les questions d’archéologie monumentale, Caumont a toutefois effectué peu de fouilles : il ne veut pas y consacrer trop de temps et préfère, en ce domaine, soutenir les travaux conduits par d’autres19. Sur le plan de l’archéologie préhistorique, avant les événements de l’année 1859, il suivait de loin la question et entretenait des relations épisodiques avec Boucher de Perthes. Il connaissait le Système des trois âges depuis au moins 185220 puisque, dans son optique habituelle de vulgarisation, à l’occasion d’une visite en France de Jens Jacob Asmussen Worsaae (1821-1885), il l’expose dans un article, tout en le présentant comme spécifiquement danois21. Reçu en 1839 par la Société d’émulation d’Abbeville, il connaît Boucher de Perthes au moins depuis lors : il visite son « beau cabinet » en 1847, l’entend lui exposer ses hypothèses en 1849, à l’occasion du congrès archéologique de Bourges et, il le reconnaîtra en 1868, n’a alors « aucune confiance dans ces idées »22.

L’abbé Jean Benoît Désiré Cochet

12Cochet entreprend ses premières fouilles en 1835, alors qu’il est encore séminariste. En 1847, commencent celles de la nécropole franque de Londinières, la première d’une série qui va faire de lui, dans les années 1850, un des pionniers de l’archéologie mérovingienne.

13Parallèlement, il entretient très tôt des relations avec le monde érudit et occupe des fonctions officielles à l’échelle départementale. Il est nommé membre correspondant de la Commission des antiquités de la Seine-Inférieure en 1834, est reçu à l’Académie de Rouen en 1842, devient correspondant du CTHS en 1843 et est nommé Inspecteur des monuments historiques pour le département en 1849.

  • 23 Cochet (Jean), La Normandie souterraine ou notice sur des cimetières francs et romains explorés en (...)
  • 24 Peu de temps passé relativement sur le terrain, pas de véritables plans d’ensemble, les objets ne (...)
  • 25 Coye (Noël), La préhistoire en parole et en acte, méthodes et enjeux de la pratique archéologique (...)

14À partir des années 1850, l’abbé se consacre largement à ses activités archéologiques. Deux ouvrages, bilans de ses fouilles de nécropoles antiques et médiévales, le font particulièrement connaître, y compris à l’extérieur de la Normandie et chez ses collègues étrangers23. Il y décrit sa méthode de fouilles qui peut certes être critiquée dans l’absolu24 mais manifeste, pour l’époque, un réel souci de rigueur et, ce qui est essentiel, il est considéré alors comme un spécialiste de l’archéologie de terrain et se perçoit lui-même comme tel, ce qui aura son importance en 1859-60 puisque Boucher de Perthes a alors nettement placé le débat dans ce domaine face à ses contradicteurs25.

FIGURE 3
L’abbé Cochet

  • 26 Titulaire de la chaire d’anatomie humaine et d’histoire naturelle au Muséum national d’Histoire na (...)
  • 27 Davis commence alors à publier le célèbre Crania britannica qui sera achevé (avec John Thurnam) en (...)

15Dans sa volonté de produire des travaux véritablement scientifiques, Cochet fait systématiquement appel à des spécialistes. Ils sont souvent régionaux, comme Jean-Pierre Louis Girardin (1803-1884) pour les analyses chimiques ou Félix Pouchet (1800-1872), le directeur du Muséum de Rouen, pour ce qui relève des sciences naturelles. Mais il s’adresse aussi régulièrement à des personnalités extérieures, des professionnels dont la compétence est largement reconnue comme, pour l’étude des crânes, Etienne Serres (1786-1868)26, puis le britannique Joseph Barnard Davis (1801-1881)27.

16Il entretient des relations épistolaires et souvent aussi directes, dans le cadre des sociétés savantes mais également à titre personnel, avec nombre de ses collègues et, bien évidemment, d’abord avec des Normands, comme Caumont qu’il rencontre dès 1834 : il est membre des sociétés fondées par celui-ci. Il appartient aussi à certaines associations des régions voisines, en particulier à la Société d’émulation d’Abbeville.

  • 28 Ludwig Lindenschmit : fondateur et directeur (à partir de 1852) du Römisch-germanische Zentralmuse (...)
  • 29 Baylé (Maylis), « Cochet Jean Benoît Désiré », in Sénéchal (Philippe) & Barbillon (Claire), Dictio (...)
  • 30 Cochet (Jean), Sépultures gauloises…, op. cit., pp. 215-216 ; Webster (Leslie), « The abbé Cochet (...)

17Il a aussi des échanges importants avec des confrères étrangers, ainsi avec l’Allemand Ludwig Lindenschmit (1809-1893), le Suisse Frédéric Louis Troyon (1815-1866)28, et surtout avec des Britanniques. Il est membre de la BAA, de l’IA ainsi que de la Société des antiquaires de Londres où il a été présenté par William Wylie (1811-1887) en 185129. Ce dernier, qui voyage fréquemment en Europe, lui rend visite à Dieppe à diverses reprises, traduit plusieurs de ses articles en anglais : c’est surtout par son intermédiaire que Cochet est connu dans les milieux archéologiques britanniques30.

  • 31 Kidd (Daffyd), « Charles Roach Smith and the abbé Cochet », in L’abbé Cochet et l’archéologie au x (...)
  • 32 Revue fondée à Londres en 1731, la première à porter le tire de « magazine » dans le sens de revue (...)

18Cochet entretient également, depuis au moins 1849, une correspondance importante avec Roach Smith31 et a de bonnes relations avec Parker. Il est un des correspondants réguliers du Gentleman’s magazine32 dont Parker devient l’éditeur en 1857.

19L’abbé Cochet, avant tout archéologue de terrain à l’échelle d’un département, ayant tissé une série de relations personnelles avec des collègues très divers, se trouve avoir des rapports bien différents de ceux de Caumont avec la préhistoire et Boucher de Perthes.

  • 33 Cahingt est un des responsables de fouilles de l’abbé et, ayant prospecté systématiquement depuis (...)
  • 34 Cochet (Jean), La Normandie souterraine…, op. cit., pp. 64-65, 191.

20En matière de silex taillés, il connaît bien les haches taillées néolithiques, en particulier grâce aux nombreux spécimens du site de Londinières que lui fournit dans les années 1850 Paul Henri Cahingt (1825-1904)33 Il est au fait du système des trois âges, peut-être depuis 1852 puisque Worsaae lui a rendu visite sur ses fouilles du Pollet lors de son voyage, en tout cas au moins en 1854 puisqu’il mentionne alors Worsaae et « la période qu’il appelle l’âge de pierre »34.

  • 35 Dans les développements ci-après, pour l’étude de cette correspondance, il est fait usage de : Aub (...)

21Toutefois, Cochet considère qu’il connaît mal le problème de l’ancienneté de l’homme et des premières industries et Boucher de Perthes lui apparaît comme le spécialiste de référence en ce domaine. Il l’a rencontré à Abbeville en 1851 et a vu sa collection. Les deux hommes entretiennent une importante correspondance dont on a conservé quelques lettres pour la période 1853-186635.

  • 36 Antiquités celtiques et antédiluviennes : le tome I en 1854 au moins et le tome II en 1857.

22Dans ces échanges, les deux hommes s’entretiennent de leurs recherches. Cochet a lu les ouvrages de Boucher de Perthes36. Il lui expédie, en fournissant des indications sur les conditions de découverte ou de stratigraphie, tous les silex qui lui posent problème et demande des explications à leur sujet, il semble accepter par ailleurs l’hypothèse des pierres-figures. Ainsi lui écrit-il : « Je me fais un devoir de vous adresser toutes les pierres taillées que je trouve ou que l’on me donne… Voici des pierres trouvées ces jours derniers sur la côte de Dieppe dite le Mont de Caux dans un terrain bouleversé rempli de charbons, poteries, ossements d’hommes et d’animaux. L’un présente une tête.

FIGURE 4
Haches néolithiques découvertes par Paul Henri Cahingt à Londinières (76) à partir de 1849. Collection du Musée départemental des Antiquités, Muséum d’histoire naturelle, Rouen (cliché Monique Remy-Watté).

  • 37 Lettre du 25 juin 1854, in Aubé (Pierre), op. cit.
  • 38 Lettre du 9 août 1855, ibid.

23Ainsi l’ont pensé les ouvriers eux-mêmes »37 ou encore : « Le marteau en silex que je vous ai procuré a été trouvé par des chercheurs de caillou, dans un terrain très vierge ; les silex y sont abondants et mêlés à du sable jaune rougeâtre, espèce d’argile. N’est-ce pas ce que vous appelez le diluvium ? »38

  • 39 Charles Lenormant (1802-1859) : numismate, spécialiste d’archéologie gréco-romaine et égyptienne. (...)
  • 40 Félicien Caignart de Saulcy (1807-1880) : polytechnicien, professeur de mécanique d’artillerie, nu (...)
  • 41 Lettre du 2 mars 1855, in Aubé (Pierre), op. cit.

24Tenu au courant par Boucher de Perthes des déboires que celui-ci rencontre auprès de l’Institut, il le soutient, rapprochant leurs situations : « Pourquoi donc tant vous inquiéter de l’Institut ? Est-ce que je m’occupe de l’opposition systématique de M. Lenormant39 à nos sépultures mérovingiennes ? Je le laisse dire. M. de Saulcy40 me disait cet été : mais que sait-on à l’Institut ? Il y a du vrai en cela pour votre affaire et pour la mienne. Nous sommes Français, nous, eux ils sont Assyriens, Perses, Phéniciens, Égyptiens, Indiens, Grecs, Pélasges, Carthaginois, de tout excepté Français. Je dis cela sans humeur mais par conviction »41 Voilà qui est proche de la position de Caumont : archéologie à la fois nationale et provinciale face à une archéologie méditerranéenne classique, menée par des « autorités » parisiennes.

  • 42 Ouvrage concernant la fouille de tombes anglo-saxonnes, publié en 1852. Lettre du 25 septembre 185 (...)
  • 43 Lettre du 2 février 1855, in Aubé (Pierre), op. cit.
  • 44 Lettre du 17 janvier 1859, in Aubé (Pierre), op. cit.

25L’abbé joue par ailleurs le rôle de relais entre l’Angleterre et Boucher de Perthes. Trois Britanniques sont mentionnés dans ses lettres : Davis, Wylie et Roach Smith. Certains passages évoquent directement ce rôle : « Un de mes amis de Londres, M. Wylie, vient de m’adresser un exemplaire de ses Fairford graves pour vous »42 ou « Depuis deux jours, j’ai une lettre pour vous de M. Davis »43 ou encore « J’ai reçu vos journaux d’Abbeville pour Roach-Smith »44.

  • 45 Lettres des 2 mars 1855 (où il propose à Boucher de Perthes d’en envoyer à divers journaux « car j (...)
  • 46 « Ce pauvre abbé Decorde a eu une polémique dans le Journal de Neufchâtel à propos de son compte r (...)

26Cochet tient aussi ce rôle à un autre niveau : à une époque où la presse quotidienne se développe largement, à la fois à l’échelle nationale et à celle des villes de province, il transmet des articles que Boucher de Perthes a fait paraître dans l’Abbevillois, soit directement à la Vigie de Dieppe et au Journal de Rouen, soit à des collègues d’autres parties du département pour qu’ils fassent de même, ainsi à l’abbé Jean-Eugène Decorde (1811-1881) pour le Journal de Neufchâtel45. Ce dernier, lui-même archéologue, y fait d’ailleurs paraître en septembre 1857 un compte rendu favorable du tome II des Antiquités celtiques et antédiluviennes qui déclenche une polémique46.

Georges Pouchet

  • 47 En 1858-59, débute une controverse entre F. Pouchet et Louis Pasteur (1822-1895), à propos de la g (...)
  • 48 Le contenu de son cahier de prise de notes révèle qu’il a suivi les cours de Geoffroy-Saint-Hilair (...)
  • 49 Cf. ses carnets de notes de cours : Archives (Muséum de Rouen, GPO 19), avec prise de notes en ang (...)

27Georges Pouchet est le fils de Félix Pouchet, directeur du Muséum de Rouen, correspondant de l’Institut et naturaliste renommé47. En 1859 c’est donc un homme jeune dont la formation scientifique est en cours : titulaire d’une licence de sciences naturelles en 1854, il occupe ensuite les fonctions de préparateur du cours municipal d’histoire naturelle professé par son père, puis est nommé en 1856 aide-naturaliste au Muséum. Il poursuit parallèlement sa formation : d’abord au Muséum national d’Histoire naturelle à Paris où il suit les cours, entre autres, d’Étienne Serres, Pierre Louis Antoine Cordier (1777-1861) et Isidore Geoffroy-Saint-Hilaire (1805-1861) en géologie et paléontologie48, puis en mars-avril 1855, à Londres, où il assiste à ceux du paléontologue Richard Owen (1804-1892)49. Fin 1856-début 1857, il participe, en tant que zoologiste-anthropologiste, à une expédition organisée pour rechercher les sources du Nil.

FIGURE 5
Georges Pouchet à 21 ans, en 1854. D’après une photographie faite au Muséum par son père, figurant dans Pennetier (G.), Georges Pouchet (1833-1894), Actes du Muséum d’histoire naturelle de Rouen, fasc. VI, Rouen : Lecerf, 1897, pp. 27-58.

FIGURE 6
Page de titre du carnet de notes de cours prises par Georges Pouchet au Muséum national d’Histoire naturelle en novembre-décembre 1854 (cliché Monique Remy-Watté).

  • 50 Blanckaert (Claude), « Monogénisme et polygénisme », in Tort (Patrick) (sous la direction), Dictio (...)
  • 51 Il s’agit d’Étienne Geoffroy-Saint-Hilaire (1772-1844), père d’Isidore dont Georges Pouchet a suiv (...)
  • 52 Pouchet (Georges), De la pluralité des races humaines ; essai anthropologique, Paris : Masson & fi (...)

28En 1858, il publie De la pluralité des races humaines ; essai anthropologique, prenant ainsi part au débat, actif chez les anthropologues depuis les années 1840, entre polygénistes et monogénistes50. Dans cet ouvrage, portant en épigraphe la phrase « Nous avons appris à douter. E. Geoffroy »51 et dédié à Richard Owen qui l’a reçu en Angleterre et conseillé52, G. Pouchet se prononce au nom de la science qui doit selon lui se séparer du poids de la religion, science dont les progrès l’amènent par ailleurs à une remise en cause du tableau dressé depuis Cuvier. Ses réflexions anthropologiques le conduisent directement à s’intéresser à la question des origines de l’Homme.

  • 53 Le Progrès, 20 mai 1859.
  • 54 En 1864, dans la préface de la seconde édition de son ouvrage, il notera : « Dénoncé aux plus haut (...)

29Cet ouvrage est accueilli de manière contradictoire. D’un côté, il est lourdement critiqué voire attaqué, essentiellement à cause de son attitude face à la religion. Pouchet publie alors un article Science et Religion53 où il développe l’idée qu’il n’y a : « Rien de commun entre la Science et la Foi, rien de commun entre les Religions et la Science »54.

  • 55 Bulletin de la Société d’Anthropologie de Paris, T. I, 1859 [1860], pp. 4-39.

30Le livre est en revanche bien accueilli dans certains milieux scientifiques et contribue à le faire connaître à Paris, notamment dans la toute nouvelle Société d’anthropologie de Paris, créée en mai 1859 à l’initiative de Paul Broca (1824-1880) en particulier. Pouchet est accepté comme membre associé, dès la troisième séance, le 7 juillet, alors que la SAP regroupe encore peu de monde : les fondateurs et quelques personnages connus, en général parisiens. Il participe activement aux séances suivantes du mois d’août : ainsi le 4, il prend part à la discussion faisant suite au mémoire présenté alors par Broca : Recherches sur l’ethnologie de la France55.

FIGURE 7
Laboratoire de campagne de l’expédition en Nubie, croquis de Georges Pouchet, 1856-1857. Carnet de notes et de croquis. Archives Muséum de Rouen (GPO 19), (cliché Monique Remy-Watté).

  • 56 « … mon savant maître et ami, l’abbé Cochet… » : Pouchet (Georges), « Excursion aux carrières de S (...)
  • 57 Lettre du 27 décembre 1860, in Aubé (Pierre), op. cit.

31À cette époque, Georges Pouchet connaît l’abbé Cochet, apprécie en lui l’homme et l’archéologue56. Leurs relations sont d’abord sans doute liées aux échanges scientifiques noués entre ce dernier et son père, échanges qui doivent remonter au moins au milieu des années 1840, et donc à l’enfance de Georges Pouchet. En effet dans une de ses lettres à Boucher de Perthes, l’abbé note : « M. Geoffroy-Saint-Hilaire m’a connu comme aumônier du Lycée de Rouen et m’a vu avec M. Pouchet quand il était inspecteur »57. Cette remarque témoigne d’une rencontre sans doute isolée de Cochet avec Isidore Geoffroy-Saint-Hilaire mais aussi de relations visiblement plus régulières avec le directeur du Muséum de Rouen et permet de dater les faits : Geoffroy-Saint-Hilaire est inspecteur général des Universités entre 1844 et 1850, Cochet aumônier du lycée entre 1842 et 1846.

  • 58 Caumont a fait des études supérieures de droit (thèse à l’Université de Caen en 1824) ; Cochet est (...)

32Le jeune Pouchet a certes moins d’expérience que ses deux ainés, Caumont et Cochet. C’est par ailleurs un naturaliste et non un historien, autre différence : il a déjà reçu une formation supérieure correspondant à ses domaines d’étude58. Une chose toutefois rapproche alors les trois hommes : cette énergie manifestée par tous, à la fois dans leurs activités scientifiques proprement dites et dans leurs relations sociales.

1859-1860 : réactions et actions normandes

33Les choses commencent vite après les deux expéditions dans la Somme, au printemps 1859, des savants britanniques.

34En effet, après son premier séjour, du 25 au 27 avril, Joseph Prestwich (1812-1896) a fait savoir à Boucher de Perthes, par une lettre en date du 14 mai, qu’il est convaincu de la validité de ses travaux ajoutant : « Vous pouvez, Monsieur, faire l’usage qu’il vous plaira de cette lettre ». Après l’expédition des 28 et 29 mai, il lui en a adressé une seconde, le 8 juin, où il conclut ; « nous sommes tous d’accord au sujet de la vérité si importante, dont vous le premier avez fait l’annonce… »

Cochet et Pouchet : une participation directe

  • 59 Effectivement, alors que la revue publie habituellement les comptes rendus des séances de la Socié (...)

35Dès le 11 juin, Boucher de Perthes relate de manière précise ces événements à l’abbé Cochet. Le 13 juillet, celui-ci lui annonce qu’il va essayer de faire reproduire dans la Vigie de Dieppe l’article paru dans l’Abbevillois du 7 juillet. Il lui signale ensuite « une longue analyse qui [le] concerne » parue dans le Gentleman’s magazine et lui en indique les références précises : il s’agit d’un compte rendu de l’intervention de John Evans (1823-1908) du 2 juin59.

  • 60 Pouchet (Georges), « Excursion aux carrières… », op. cit., p. 33 ; Lyell (Charles), The geological (...)

36Les débats se poursuivant en Angleterre dans les sociétés savantes et la presse, de nouveaux voyageurs britanniques viennent à Saint-Acheul et Abbeville. C’est le tour, fin juillet, de Charles Lyell (1797-1875) qui est convaincu à son tour. Le 23 août, il passe au Muséum de Rouen, y rencontre les deux Pouchet et persuade Georges d’aller dans la Somme : « Il m’engagea à me rendre à mon tour dans les mêmes localités, et surtout à tâcher de faire ce qu’il n’avait pu trouver l’occasion d’accomplir : extraire de mes mains une hache »60. Dès le lendemain, F. Pouchet obtient du maire de Rouen la décision d’envoyer son fils en Picardie, afin de rapporter pour le Muséum municipal, des exemplaires de ces objets qui deviennent célèbres. G. Pouchet y part immédiatement et en revient, à l’issue d’un séjour d’une semaine, entre le 25 et le 31 août, avec une vingtaine de bifaces.

37Il avertit Lyell de ses résultats ; ce dernier les mentionne donc le 15 septembre, lorsqu’il annonce sa « conversion » à l’idée de l’ancienneté de l’homme, lors du 29e congrès de la British Society for Advancement of Science, à Aberdeen. Le texte de cette intervention est publié dans la presse locale le 16 puis dans le Times du 19, ce qui donne alors un retentissement international à la question.

FIGURE 8
Un des bifaces rapportés de Saint-Acheul par Georges Pouchet en août 1859. Coll. Muséum de Rouen (cliché Monique Remy-Watté).

FIGURE 9
Prélèvements rapportés de Saint-Acheul par Georges Pouchet en août 1859. Coll. Muséum de Rouen (cliché Monique Remy-Watté).

  • 61 Gaudry (Albert), « Os de cheval et de bœuf appartenant à des espèces perdues, trouvés dans la même (...)
  • 62 Pouchet (Georges), « Hache de pierre trouvée dans le diluvium ; extrait d’une note », Comptes rend (...)

38Peu de temps après, la publication à Paris, dans les Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences, de la lettre du 26 septembre puis du mémoire d’Albert Gaudry (1827-1908) où celui-ci expose son action en Picardie, affirmant avoir « désiré définitivement résoudre la question »61, entraîne une vive réaction de Georges Pouchet. Ce dernier écrit à son tour, le 7 octobre, pour revendiquer l’antériorité de la découverte : « j’ai moi-même [et le premier en France] extrait de mes mains une hache encore engagée aux trois-quarts dans le terrain »62. Il ignore alors que Gaudry l’a en fait précédé dans la Somme puisqu’il y a effectué ses travaux du 7 au 9 août.

  • 63 Ceci sous l’influence d’Élie de Beaumont.
  • 64 Pouchet (Georges), « Sur les débris de l’industrie humaine, attestant l’existence d’une race d’hom (...)
  • 65 Ibid., pp. 47-53.

39Les textes de Gaudry ayant été, lors de leur publication, amputés des passages où il évoquait le rôle antérieur de Boucher de Perthes63 et Pouchet lui-même ne l’ayant pas mentionné, celui-ci envoie donc à son tour, le 24 octobre, une lettre où il rappelle ses découvertes et la reconnaissance récente qu’elles ont reçue de naturalistes français et anglais. Lorsque, une semaine plus tard, Pouchet expose, cette fois en personne, à la Société d’anthropologie de Paris, les résultats de son voyage à Saint-Acheul, il rétablit donc un véritable historique des événements, mentionnant les recherches de Boucher de Perthes et le refus de reconnaissance auquel celui-ci s’est heurté64. Après cette présentation, son ancien professeur, Isidore Geoffroy-Saint-Hilaire, intervient et lui reproche tout de même de ne pas avoir rendu suffisamment hommage aux travaux de Boucher de Perthes ; il développe sa réflexion sur le sujet et sur les éléments exposés par Pouchet, Broca intervenant également dans la discussion65.

  • 66 On a tenté effectivement de lui fournir des faux. Il note aussi que quand on demande aux ouvriers (...)
  • 67 Ibid., p. 44.
  • 68 Hurel (Arnaud), op. cit., pp. 140-141.

40Lorsque, l’année suivante, Georges Pouchet publie dans les Actes du Muséum de Rouen un article sur son « excursion aux carrières de Saint-Acheul », il tient compte de tout cela, reconnaissant à la fois sa précipitation et ses erreurs. Par ailleurs, il décrit les conditions de gisement en insistant sur les aspects géologiques, sur ses actions, développant les précautions qu’il a prises pour éviter les faux, montrant qu’il a bien pris la mesure de ce problème66. Outre 21 bifaces, il a rapporté une série de prélèvements et des os d’animaux, notant : « une molaire d’éléphant m’est ultérieurement parvenue, envoyée par les ouvriers de Saint-Acheul. Il n’est pas rare en effet qu’ils en trouvent mais ils les jettent parce qu’elles sont sans prix à Amiens »67. On a là un bon exemple du peu de valeur marchande accordée alors aux ossements, considérés essentiellement comme des marqueurs chronologiques68.

  • 69 Coye (Noël), op. cit., pp. 28-9, 80, 119-120.
  • 70 Pouchet (Georges), « Excursion… », op. cit., p. 44.
  • 71 Ibid, p. 47.

41Au-delà de la description, il présente aussi ses interprétations ethnologiques, anthropologiques et géologiques. Il propose ainsi sa restitution du mode d’utilisation des bifaces : tenus à la main « comme une sorte de houe [...] les pointus destinés au combat, les arrondis plus propres à fouir la terre ». Pour lui, la forme implique l’usage : c’est là une typologie fonctionnelle développée par certains auteurs depuis le xviiie siècle69. « Le pouce n’aurait alors joué dans leur maniement qu’un rôle secondaire, ce qui est bien en rapport avec le caractère inférieur des premiers habitants connus de notre Europe occidentale, puisque partout leurs crânes exhumés ont offert les signes non équivoques de l’infériorité la plus marquée »70 Il reprend là, transposées dans le passé, les conceptions anthropologiques exprimées pour le présent dans son ouvrage de 1858. Dans le domaine de la géologie et de la paléontologie, il développe des considérations apparentées à l’actualisme de Lyell : « Il est certain cependant que les causes peu actives mais continues… ont dû jouer un bien plus grand rôle dans l’histoire de notre planète, que les cataclysmes qu’on a pris l’habitude de voir partout ». Insistant sur la stratigraphie, il évoque les durées nécessaires aux dépôts des sédiments pour conclure : « calculons tout cela et nous trouverons que pour l’âge encore inconnu des silex taillés de Saint-Acheul, il faudra compter par milliers d’années… De siècles peut-être ! »71

  • 72 Lettres du 08 septembre 1859 et du 29 novembre 1859, in Aubé (Pierre), op. cit.

42Après le retour de Pouchet, l’abbé Cochet, au courant de son voyage, envisage de se rendre à son tour dans la Somme dès septembre ou octobre. Il obtient du préfet le financement d’une mission destinée à rapporter des « hachettes diluviennes » pour le Musée départemental des Antiquités72. Il doit repousser ce déplacement à plusieurs reprises et, c’est finalement seulement en septembre 1860 qu’il peut aller en Picardie.

  • 73 Cochet (Jean), « Archéogéologie : hachettes diluviennes du bassin de la Somme : rapport adressé à (...)

43Dès son retour, il entreprend la rédaction d’un rapport au préfet73 dans lequel il se prononce sur le fond de la question scientifique en s’appuyant nettement sur ce qu’il considère comme sa compétence d’archéologue de terrain et en reprenant le terme d’archéogéologie de Boucher de Perthes. Il y énonce trois certitudes et pose une double question.

FIGURE 10
Première page du rapport de Cochet au préfet : Cochet y mentionne, dès l’abord, des recherches menées depuis 20 ans, leur validité et leur célébrité récente.

  • 74 Cette dernière formulation n’est pas sous sa plume une simple formule de style : à diverses repris (...)
  • 75 Il insiste sur ce point : un biface qu’il voit dégager « venait d’un terrain qui n’avait pas bougé (...)
  • 76 Ainsi dans sa lettre à Boucher de Perthes en date du 29 novembre 1859 : « Quelqu’un m’a demandé si (...)
  • 77 L’un des arguments persistants des adversaires des idées de Boucher de Perthes était que le diluvi (...)

44Ses deux premières certitudes sont essentielles : les « hachettes diluviennes » sont bien des outils et elles sont en place. Il affirme en effet : « il est évident que sur tous ces instruments, si informes qu’ils soient, une main humaine a passé. Nul homme de bonne foi ne saurait le méconnaître. D’un autre côté, il n’est pas moins certain que le terrain d’où ils proviennent est entièrement vierge de tout travail humain et qu’il est aujourd’hui tel qu’il a été laissé par les eaux ». Par contre, il ne prend position ni sur leur datation ni sur le processus ayant présidé au dépôt sédimentaire : « Reste à savoir à quelle époque remonte sa formation, et par quelle sorte d’eaux il a été déposé ici. Question importante que le temps résoudra sans doute »74. Donc, s’il écarte tout remaniement75, ce que son expérience, pense-t-il, lui permet, il ne prend pas position sur la nature du diluvium : la géologie n’est pas de son domaine de compétence, comme il l’a affirmé à diverses reprises76. Il n’aborde donc pas la question de la contemporanéité des outils et des restes de faune disparue77.

  • 78 Coye (Noël), op. cit., pp. 96-97.
  • 79 Dans les années suivantes, il différenciera d’ailleurs nettement bifaces et haches taillées, même (...)

45Sa troisième certitude – « pour fabriquer ces deux ou trois hachettes, une journée suffirait à peine et il faudrait à ces hommes des outils qu’ils ne possèdent pas » – montre à la fois qu’il est au courant de l’argument de l’existence de faux, avancé par les adversaires de Boucher de Perthes78, et qu’il n’y croit pas, mais aussi que, s’il a quelques connaissances de la typologie du silex79, la technologie de la taille lui échappe. Il conserve par ailleurs, à ce moment, l’idée que les haches taillées sont en fait des ébauches de haches polies : « chose étrange, aucune n’est achevée, aucune n’est polie ».

  • 80 Goze : médecin, correspondant des comités historiques ; Dusevel : inspecteur des monuments histori (...)

46Notons enfin qu’il souligne les rôles, comme preuves de la validité des découvertes, du témoignage et de l’intervention directe de personnalités scientifiques reconnues : le docteur Antoine Goze, Hyacinthe Dusevel (1796-1881) et l’abbé Jules Corblet (1819-1886)80 ont été « témoins de la découverte [d’une “hache” en place] et leur témoignage viendrait au besoin corroborer le mien […] Nous [Dusevel et Cochet] l’avons avec nos mains déchaussée du gravier qui l’enveloppait et l’avons soulevée du sol auquel elle adhérait par le talon. »

  • 81 Lettres du 22 décembre et du 27 décembre 1860. « Je ne veux pas de querelle théologique. Science e (...)
  • 82 Même si, en fait, ils conservent des a priori.

47Ce rapport, daté du 12 novembre 1860, est ensuite rapidement édité par la Société d’émulation d’Abbeville. Le travail lié à cette publication donne lieu à des échanges épistolaires avec Boucher de Perthes qui montrent un abbé n’échappant pas au problème religieux qu’il pensait pourtant éviter : une discussion s’engage en effet autour de l’utilisation des termes « diluvien » – qui a pour Cochet une valeur essentiellement géologique, signifiant « découvert dans le diluvium » et est donc acceptable – et « antédiluvien » qui, par contre, porte l’idée d’« antérieur au déluge » et qu’il voudrait par conséquent proscrire à cause de sa connotation religieuse. Il cède, face à la réaction vigoureuse de Boucher de Perthes, mais insiste sur la nécessité pour lui de séparer les deux domaines, foi et science81, comme Pouchet donc. Ceci peut paraître paradoxal, vu leurs rapports à la religion au départ, mais ce qui les rapproche, c’est la même volonté d’effectuer des recherches selon une méthode inductive82, des pratiques qu’ils pensent rigoureuses et leur confiance, régulièrement réaffirmée, dans les progrès de la science au cours du temps.

  • 83 Gentleman’s Magazine, n ° 210, janvier-juin 1861, Londres : John Henry & James Parker, pp. 253-265
  • 84 Aubé (Pierre), « Un dialogue… », op. cit., pp. 650-651 : lettres de Boucher de Perthes à Cochet de (...)

48Durant les premiers mois de 1861, Boucher de Perthes et Cochet diffusent largement, en France et en Angleterre, les tirés à part du rapport qui bénéficie par ailleurs de comptes rendus ou est reproduit dans diverses publications régionales, nationales – comme La France Littéraire, Le Bulletin du Bouquiniste ou La Revue de l’art chrétien. Cochet joue à nouveau un rôle de relais, cette fois entre Parker et Boucher de Perthes, et obtient la publication dans le Gentleman’s Magazine, en mars, de son rapport illustré de documents fournis en partie par Boucher de Perthes : la coupe de Menchecourt et des dessins de pièces83. Plus tard, ce dernier ayant constaté dans la publication une « grosse faute », dans la légende des « haches », demande à Cochet de la faire rectifier84.

  • 85 Lettres de Cochet à Boucher de Perthes des 14 mars et 25 août 1862 ; lettres de Mortillet à Cochet (...)
  • 86 L’abbé Bourgeois sera quelques années plus tard un des défenseurs de l’idée d’un homme tertiaire : (...)
  • 87 Lettre de cochet à Boucher de Perthes du 4 février 1863.

49Cette diffusion du rapport de Cochet le fait reconnaître parmi un public cultivé – déjà largement informé des faits par la presse depuis la fin de 1859 – comme étant un de ceux qui peuvent apporter une caution archéologique à ces découvertes, d’où de nouvelles relations avec ce qui va devenir le monde des préhistoriens, dont certains prennent au départ conseil auprès de lui. Ainsi, Gabriel de Mortillet (1821-1897), avec qui il entre en relation en 1862, lui demande son avis sur les mégalithes en 186385, l’abbé Louis-Alexis Bourgeois (1819-1872)86 le consulte sur les « hachettes de Saint-Acheul »87.

  • 88 Séance du 18 juillet 1863, Procès-verbaux de la Commission départementale des Antiquités de la Sei (...)
  • 89 Richard (Nathalie), Inventer la préhistoire, les débuts de l’archéologie préhistorique en France, (...)
  • 90 J.-B. Mathon : archéologue de la région de Neufchâtel-en-Bray, ami de Cochet. Les deux hommes écha (...)
  • 91 Flavigny (Laurence), « Jacques Boucher de Perthes (1788-1868) », La Normandie souterraine…, op. ci (...)

50Dans les années suivantes, Cochet répercute systématiquement, en particulier dans le cadre de la Commission des antiquités, les découvertes qui lui sont signalées dans le département. En juillet 1863, il y évoque ainsi la première découverte effectuée en connaissance de cause en Seine-Inférieure, « d’un silex taillé, ayant la plus parfaite analogie avec les hachettes de Saint-Acheul, et trouvé comme elles dans des terrains diluviens ou de transports », ajoutant : « C’est là un fait nouveau qui va intéresser notre département lui-même à la solution du problème qui agite le monde scientifique »88… On est alors en pleine controverse autour de la mâchoire de Moulin-Quignon89. On peut noter toutefois à ce propos la prudence de l’abbé qui écrit à Jean-Baptiste Mathon (1786-1867)90 en 1863 : « Quant à l’affaire de la mâchoire fossile, je crois que le bruit est prématuré. Il y a là plus de fumée que de feu. Il faut attendre pour se prononcer »91.

  • 92 Cochet (Jean), La Seine-Inférieure historique et archéologique, Paris : Derache, 1864, 552 p. ;(...)
  • 93 pp. 15-16, fig.
  • 94 pp. 502, 248.
  • 95 Lubbock (John), L’Homme avant l’histoire, étudié d’après les monuments et les coutumes retrouvées (...)
  • 96 Table alphabétique des matières, Col. 624 : à propos des « haches ».

51En 1864 puis 1871, Cochet inventorie l’ensemble des découvertes archéologiques régionales dans deux grands ouvrages de synthèse : la Seine Inférieure historique et archéologique, puis le Répertoire archéologique de la Seine Inférieure édité sous la direction du CTHS92. Dans le premier, il aborde la période « anté-historique » et évoque les « hachettes diluviennes »93 ; il y utilise aussi les termes de « préhistoire » et de « préhistorique »94 pour la phase la plus ancienne, dont il compare les rares découvertes à celles d’Abbeville et d’Amiens. La préhistoire plus récente demeure encore pour lui la période « celtique » : il rattache haches polies, taillées ou en bronze, à « l’époque gauloise » et parle toujours de « monuments druidiques ». C’est seulement en 1865 que John Lubbock (1834-1913), dans un ouvrage, traduit en français en 1867, propose de nouvelles divisions de l’Âge de pierre : la période archéolithique, plus tard renommée paléolithique, et le néolithique95. Dans son livre de 1871, Cochet distingue donc cette fois trois périodes96 : « préhistorique ou archéolithique », néolithique et gauloise. Dans le détail de l’inventaire, se révèle toutefois un certain flottement au niveau du vocabulaire et des attributions.

FIGURE 11
« Hachettes en silex diluviennes ou anté-historiques », figure extraite de Cochet (Jean), La Seine Inférieure historique et archéologique, 2e éd., Paris : Derache, 1866, p. 16.

Caumont : de longues réticences

  • 97 Bulletin Monumental, XXVI, 1860 (1861), pp. 602-604.
  • 98 Boucher de Perthes (Jacques), Sous dix rois, T. VII, Paris : Jung-Treuttel, Derache, Dumoulin & Di (...)

52Le compte rendu du Congrès archéologique tenu à Dunkerque en août 1860, publié dans le Bulletin Monumental97, ne comporte aucune allusion aux découvertes de Boucher de Perthes et à la discussion en cours entre scientifiques. Mais ce dernier, qui fait partie, avec Caumont et deux autres congressistes du Calvados, des 12 qui, parmi les 475 inscrits, ont assisté régulièrement aux séances, note « à chaud », dans une lettre du 25 août : « La question de l’antiquité de l’homme a été vivement discutée à Dunkerque. M. de Caumont n’en veut pas »98. Cette remarque révèle, outre la position de Caumont, le fait que le silence assez général de certaines publications sur le sujet ne correspond pas à une réalité du vécu des archéologues. En Normandie, comme partout en France et en Angleterre, les progrès de l’archéologie préhistorique et la reconnaissance opérée in situ à Abbeville et Amiens en 1859 sont connues. Ces découvertes donnent lieu à force discussions qui n’ont laissé que de rares traces imprimées en Normandie, notamment parce que Caumont lui-même, en tant que rédacteur de la chronique du Bulletin Monumental, a fait le choix de garder le silence sur ces événements.

  • 99 Cochet (Jean), « Extrait d’une lettre adressée à M. Charma », Bulletin de la Société des Antiquair (...)
  • 100 Ibid., p. 275 : « Tout d’abord, j’ai salué le vénérable inventeur de ces modestes monuments, longt (...)

53En revanche, à l’issue de sa visite dans la Somme, la position de Cochet favorable à Boucher de Perthes est présentée dès la fin de 1860 dans le bulletin de la Société des antiquaires de Normandie où est publiée une lettre, adressée au secrétaire Antoine Charma (1801-1869)99, où l’abbé expose l’importance que revêt la question dans le monde scientifique, puis rend un hommage appuyé à Boucher de Perthes100, avant d’évoquer la mission que lui a confiée le préfet et son résultat. Par ailleurs, comme des extraits des Procès Verbaux de la Commission des antiquités de la Seine Inférieure sont régulièrement publiés par la SAN, le paragraphe de la séance tenue le 20 décembre 1860, au cours de laquelle Cochet a lu son rapport au préfet, figure dans ce même bulletin, toujours sans aucun commentaire toutefois.

  • 101 Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie, T. XII, 1840 [1841], pp. XXXIV-XXXV. Il est d (...)
  • 102 La ville de Reims choisie pour la session du Congrès archéologique de France en 1861, Bulletin Mon (...)

54À cette époque, Caumont apparaît en retrait de la Société des antiquaires : secrétaire pendant de longues années, il a démissionné en 1841101 et, durant les années 1850 et 1860, il se consacre aux activités très nombreuses liées à ses nouvelles fondations et donc, dans le domaine archéologique, à la Société française où il est très influent. Il n’y est en outre pas le seul à être opposé aux idées de Boucher de Perthes. Ces réticences peuvent être repérées une nouvelle fois par les silences du Bulletin Monumental. Lors de sa réunion du 6 novembre 1860, le conseil général administratif discute sur le choix de la ville devant accueillir la session du Congrès archéologique en 1861102, choix visiblement complexe puisque 13 villes sont évoquées et que le compte rendu détaillé occupe une douzaine de pages. Or, pour Abbeville, on lit simplement d’abord : est proposée « Abbeville où le cabinet de M. Boucher de Perthes excite vivement l’attention » puis : « Abbeville pourra un jour obtenir le congrès archéologique ». Il est bien clair, malgré cette brièveté, que c’est autour de la question préhistorique que tout s’est joué… et négativement.

  • 103 Cochet (Jean), « Une visite aux sablières de Saint-Acheul, par M. l’abbé Cochet, membre de la Soci (...)

55Cependant, dans cette phase où le silence est le trait caractéristique de l’attitude de Caumont et des responsables du Bulletin Monumental, le rapport de Cochet y est tout de même partiellement publié103. Le rapprochement entre ce texte et le document originel laisse toutefois voir une différence importante : la première partie, consacrée à l’historique de l’affaire, et en particulier aux efforts de Boucher de Perthes, a disparu, d’où la nécessité de donner quelques explications en note, alors que le passage consacré à l’Antiquité et au haut Moyen Âge est repris in extenso. Cela correspond certes aux préoccupations prioritaires des membres de la société mais est bien secondaire par rapport au sujet.

  • 104 Caumont (Arcisse de), « L’âge de pierre et l’âge de bronze », Annuaire des cinq départements norma (...)

56Les réticences de Caumont face à l’ancienneté de l’homme et au système des trois Ages persistent durant les années suivantes. Ainsi, tout en présentant, en 1864, un exposé sur les trois périodes des « temps anté-historiques », il note : « Nous n’avons pas à discuter ici la valeur de ces hypothèses, il suffit d’avoir indiqué ce qu’on appelle l’âge de pierre, l’âge de bronze et l’âge de fer ; car ces expressions sont rentrées depuis peu dans le langage et il faut absolument en bien connaître la signification »104.

  • 105 Caumont (Arcisse de), « Arrivée de l’homme sur le globe terrestre », Bulletin Monumental, T. XXXII (...)
  • 106 Son billet commence par : « D’où vient l’humanité ? Ma foi je n’en sais rien. Où va l’humanité ? J (...)
  • 107 L. M. S., « Nouvelles de l’exposition », Bulletin Monumental, T. XXXIII, 1867, pp. 718-722. Il s’a (...)

57En 1867, Caumont publie un article ambigu dans le Bulletin Monumental105 où, tout en résumant l’ouvrage de Lubbock qui vient d’être traduit en français, il insiste sur un mode ironique106 sur les incertitudes et les oppositions entre les hypothèses proposées, réaffirmant au passage une position religieuse : « On peut donc dire que l’on ne connaît pas encore le moment de l’arrivée de l’homme sur la terre, et quand il a plu à Dieu de le créer et de l’installer sur notre globe ». Il y rend toutefois un certain hommage à Boucher de Perthes : « La science qui recherche tous les faits pré-historiques, n’en est pas moins très intéressante, et M. Boucher de Perthes qui a, le premier de tous, exploré ces grandes questions, doit être satisfait de voir les progrès qu’elles ont faits ». À la fin de ce même bulletin, est publié un « extrait d’une lettre adressée à M. de Caumont », intitulée Nouvelles de l’exposition107, qui manifeste clairement des réticences à l’égard de la préhistoire : « Vous savez que j’ai peu de goût pour les silex taillés et que je ne crois pas beaucoup à la mâchoire de Moulin-Quignon », lettre signée L. M. S., c’est-à-dire Arcisse de Caumont.

FIGURE 12
Première page de l’extrait du rapport de Cochet, publié sous le titre « une visite aux sablières de Saint-Acheul » dans le Bulletin Monumental, T. XXVII, pp. 65-70.

  • 108 Bulletin de la Société linnéenne de Normandie, 2e série, 3e vol. 1868, pp. 225-227, 1 pl. h. t.
  • 109 Bulletin Monumental, T. XXXIV, pp. 693-694.

58C’est en 1868 que l’auteur effectue brusquement un virage. Lors d’une séance de la Société linnéenne de Normandie, « M. de Caumont témoigne de son étonnement de ce que le diluvium du Calvados ait encore fourni si peu d’objets appartenant au premier âge de l’homme » et propose à ses collègues une série de coupes de terrain comparables à ceux d’Amiens108. En cette même année, qui voit la mort de Boucher de Perthes, il rédige sa notice nécrologique pour le Bulletin Monumental, y reconnaissant la validité de ses travaux et le fait que lui-même n’y croyait pas au départ109.

Quelles conséquences pour les débuts de la préhistoire normande ?

  • 110 Vesly (Léon de), Carte préhistorique et protohistorique du département de la Seine-Inférieure, dre (...)

59Pour mesurer l’impact de ces premiers temps et de ces premières réactions, l’année 1877 peut constituer un bon « observatoire ». En effet, Léon de Vesly (1844-1920) publie alors une carte préhistorique du département de la Seine-Inférieure, dressée d’après le Répertoire de l’abbé Cochet110. Il s’agit donc de cartographier les acquis d’une science nouvelle, en s’appuyant sur le travail de l’abbé, mort en 1875.

FIGURE 13 Coupes du Calvados proposées par Caumont en 1868 pour inciter ses collègues de la Société linnéenne à rechercher des « haches » du « premier âge de l’homme », d’après Bulletin de la Société Linnéenne de Normandie, 2e série, 3e vol., 1868, pp. 225-227, pl. h. t.

  • 111 Géologie, paléontologie et préhistoire.

60Mais ces résultats sont déjà dépassés : les années 1870 ont vu un développement des recherches et prospections, comme le montre l’exposition111 réalisée, en cette même année 1877, par la Société géologique de Normandie, au Havre, à l’occasion de la tenue du Congrès de l’Association française pour l’avancement des sciences dans cette ville.

  • 112 Les pièces qui en étaient issues « à elles seules remplissaient aux trois-quarts les deux grandes (...)
  • 113 Au total, on repère 72 sites représentés par du matériel à l’exposition : 56 de Seine-Maritime, 10 (...)
  • 114 En dehors du musée cantonal de Lisieux.
  • 115 Muséum et Musée des Antiquités (qui envoie en particulier deux bifaces découverts dans les sablièr (...)

61La répartition des sites figurant à cette exposition révèle plusieurs points intéressants : d’abord l’importance des prospections concernant le Néolithique en Seine-Inférieure112 et, globalement, une distribution géographique bien inégale. On les trouve en effet dans une zone allant du nord-est de la Haute-Normandie – strictement au nord de la Seine de ce côté – jusqu’à la région de la Dives au sud-ouest, donc nettement à l’est de Caen : l’ouest et le sud de la Normandie sont totalement absents113. Cette différence est en partie liée aux conditions de terrain de l’Orne et de la Manche où les prairies occupent une grande place ; par ailleurs, dans le Calvados, un prospecteur important, Charles Costard (1822-1903), a choisi d’envoyer une grosse série mais en provenance uniquement d’Olendon alors qu’en Seine-Inférieure, apparaissent à la fois un nombre plus important de chercheurs et un souci d’échantillonnage des sites. Mais on constate aussi l’absence des institutions bas-normandes114 : ni la Société des antiquaires de Normandie, ni les musées des principales villes ne sont présents. Par contre, en Seine Inférieure, à côté des nombreux collectionneurs privés, on peut noter la part essentielle prises par quelques musées : ceux de Rouen115 et surtout de Neufchâtel-en-Bray.

  • 116 C’est, entre autres, l’époque de la découverte du site du Campigny.
  • 117 À noter que tous les ouvrages de Boucher de Perthes sont alors à la bibliothèque de Dieppe : la vé (...)
  • 118 La correspondance entre Mathon et Cochet, où ils évoquent leurs découvertes, est d’autant plus imp (...)
  • 119 Michel Hardy : archiviste-bibliothécaire à Dieppe (1869-1873) ; s’installe plus tard dans le Périg (...)
  • 120 La première découverte est celle de 1863 annoncée à la Commission des antiquités par Cochet (cf. c (...)
  • 121 Lettre du 6 juin 1866, in Aubé (Pierre), op. cit.

62La zone la plus représentée est en effet sans conteste celle de l’est de la Seine-Inférieure : Dieppe, Pays de Bray, région de la Bresle116, où une tradition de recherche s’est précocement installée et ceci en partie en relation avec l’abbé Cochet qui a résidé à Dieppe de 1846 à 1867117. On pense à P. -H. Cahingt bien sûr, à J. -B. Mathon, fondateur du musée de Neufchâtel118, mais aussi Michel Hardy (1840-1893)119. Ce dernier, appartient à la nouvelle génération, il a été formé par l’abbé et a effectué des fouilles pour lui. Il a énormément prospecté dans la région dans les années 1860 et 1870, réunissant ainsi une collection très importante et Cochet a systématiquement relayé ses premières découvertes en particulier celles concernant le Paléolithique120. L’abbé a eu en effet des « élèves » en archéologie à Dieppe, c’est ainsi qu’il écrit à Boucher de Perthes en 1866 : « Je dois entreprendre une petite excursion à Abbeville et à Boulogne avec un jeune habitant de Dieppe, qui est un peu mon élève en archéologie et que sa famille veut bien me confier. Tout naturellement vous serez un des meilleurs buts de notre pèlerinage. Non seulement nous nous proposons de vous visiter vous et votre collection ; mais encore je serais bien heureux si vous pouviez me faire assister à la découverte de quelques ossements humains dans les cailloutières du Moulin Quignon »121.

63S’il convient de ne pas exagérer le poids de l’abbé Cochet dans les débuts de la préhistoire normande, il reste indéniable que le rôle qu’il a joué au moment de la reconnaissance de l’ancienneté de l’Homme a largement contribué au démarrage de cette science dans la région. Lui-même n’étudie pas la préhistoire, mais les nombreuses interventions de celui qui apparaît comme l’image-même de l’archéologue de terrain ont contribué, dans le contexte d’une évolution plus générale, au développement des recherches préhistoriennes à la fin des années 1860 et dans les années 1870.

  • 122 Il convient de noter toutefois que 61 pages y sont consacrées à l’archéologie préhistorique sur un (...)
  • 123 Hamy (Ernest-Théodore), « Notes d’anthropologie… », op. cit.
  • 124 Bourdet (Désiré), « L’archéologie préhistorique… », op. cit.
  • 125 Coye (Noël), op. cit., pp. 136-149.
  • 126 Il utilise en particulier deux articles de celui-ci : Mortillet (Gabriel de), « Essai d’une classi (...)
  • 127 « Type de Saint-Acheul » et « type du Moustiers ».
  • 128 Cet ajout a pu être fait sur le conseil d’Hamy qui a visiblement discuté avec les chercheurs locau (...)

64Le succès remporté par l’exposition du Havre donne lieu à la publication, en 1880, d’un ouvrage122 auquel participent Ernest-Théodore Hamy (1842-1908)123, le tout nouveau conservateur du Musée ethnographique du Trocadéro, et des chercheurs locaux. Des collaborations se sont alors établies : c’est ainsi que Hamy s’appuie sur une coupe dressée par Arcade Noury. Désiré Bourdet, de la Société géologique de Normandie, entreprend par ailleurs de réaliser une synthèse124. Celle-ci révèle les recherches et les incertitudes théoriques coexistant chez les préhistoriens normands à une époque où les discussions sur la signification des documents archéologiques et sur la chronologie se développent à l’échelle nationale125. En effet, l’auteur présente d’abord, assez précisément, dans des « préliminaires », la « classification de l’industrie quaternaire » de Mortillet126, avant d’aborder la présentation du paléolithique régional à partir de l’exposition. Là, il distingue deux périodes qu’il ne définit pas – « la période quaternaire et la période dite du diluvium des plateaux » – puis évoque les silex, en se plaçant dans une perspective strictement typologique127, ajoutant parfois, de façon floue, les mots « quaternaire » ou « diluvium ». On perçoit un décalage, une rupture, entre les deux parties de son propos, comme s’il s’était senti obligé d’ajouter cette introduction qu’il ne met pas vraiment en œuvre ensuite dans sa réflexion portant sur les objets et les sites128.

FIGURE 14 Coupe des sablières de Saint-Aubin, établie par Arcade Noury, membre de la Société Géologique de Normandie. A, Sables fins. B, Gros graviers, cailloux roulés, blocs erratiques de grès tertiaires, roches anciennes de transport. C, Sables et graviers. D, Niveau à ossements, sables noirâtres. E, Sables et graviers. F-I, Sables et graviers de composition variable. J, Sol superficiel où se trouvent des Silex néolithiques que les labours ramènent à la surface. Figure d’après Hamy (Ernest-Théodore), « Notes d’anthropologie paléontologique prises à l’exposition du Havre », in Exposition Géologique et Paléontologique du Havre, Le Havre : Société Géologique de Normandie, 1880, p. 794.

  • 129 On peut penser par exemple à l’abbé Henri Albert Deshayes (1844-1910), de Manneville-sur-Risle, qu (...)
  • 130 Avant la Société préhistorique de France fondée en 1904.

65Le succès de l’exposition provoque aussi la mise en route de nouvelles recherches129. Ce second démarrage aboutit à la fondation, en 1893, de la Société normande d’études préhistoriques, première société savante en France centrant ses études sur la préhistoire130. Après des réunions préparatoires à Rouen puis Evreux, la première séance d’ouverture a lieu à Elbeuf, dans la banlieue de Rouen, sous la présidence de Mortillet, en présence de 27 membres de l’École d’Anthropologie. Un décalage géographique persiste, mais une nouvelle période commence.

Notes

1 Juhel (Vincent) (sous la dir.), Arcisse de Caumont (1801-1873), érudit normand et fondateur de l’archéologie française : Actes du colloque international organisé à Caen du 14 au 16 juin 2001, Caen : Société des Antiquaires de Normandie, 2004, 527 p. (Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie ; XL).

2 Chaline (Jean-Pierre), « Arcisse de Caumont et les sociétés savantes françaises », in Juhel (Vincent) (sous la dir.), op. cit., pp. 147-163.

3 Juhel (Vincent), « Arcisse de Caumont, un communicateur né ? », in Juhel (Vincent) (sous la dir.), op. cit, pp. 219-251.

4 Elle devient Société linnéenne de Normandie en 1827.

5 Guillet (François), « Arcisse de Caumont, un archéologue provincial », in Juhel (Vincent) (sous la dir.), op. cit., pp. 81-93.

6 Il est un des fondateurs – certes ardent – auprès de collègues plus âgés, expérimentés et influents : on a eu tendance à amplifier son rôle a posteriori.

7 1831 : Antiquaires de la Morinie (et Société archéologique du Midi de la France qui se reconnaît une filiation avec la Société des Antiquaires de Normandie), 1834 : Antiquaires de l’Ouest, 1836 : Antiquaires de Picardie. Bercé (Françoise), « Arcisse de Caumont et les sociétés savantes », in Nora (Pierre), Les lieux de mémoire, Paris : Gallimard, 1997, T. I, pp. 1545-1573, p. 1553 (coll. Quarto).

8 Cours publié ensuite entre 1830 et 1841.

9 Régions visitées : Maine, Anjou, Saintonge, Touraine, Poitou, Bordelais.

10 Huchet (Bernard), « Les origines de la Société française d’archéologie », in Juhel (Vincent) (sous la dir.), op. cit, pp. 165-180. Hurel (Arnaud), La France préhistorienne, Paris : CNRS éditions, 2007, pp. 38-42.

11 La société a changé de nom plusieurs fois ; le terme archéologie apparaît en 1857, la dénomination Société française d’archéologie remonte à 1905 ; nous la conserverons cependant ici par commodité.

12 Chaline (Jean-Pierre), op. cit., pp. 151-154.

13 Un de ses livrets de notes manuscrites, consacré « aux richesses minérales de la Manche », est rédigé en anglais (1825) : Legré-Zaidline (Françoise), « Arcisse de Caumont, un regard de géologue », in Juhel (Vincent) (sous la dir.), op. cit, p. 61.

14 J. H. Parker, libraire et éditeur, est spécialiste d’architecture religieuse ; C. Roach Smith collecte quantité d’objets romains et médiévaux à Londres et publie lui-même, à partir de 1846, ses découvertes dans Collectanea Antiqua. Il est par ailleurs membre de l’Académie de Caen.

15 Les quatre premiers numéros de l’Archaeological Journal émanaient de la BAA ; c’est donc l’Archaeological Institute qui conserve le titre pour sa revue.

16 Rowley-Conwy (Peter), From Genesis to Prehistory, the Archaeological Three Age System and its Contested Reception in Denmark, Great Britain, and Ireland, Oxford ; New York : Oxford University press, 2007, 362 p., pp. 99-108.

17 Bulletin Monumental, T. XXV, 1859, pp. 506-513.

18 « M. Parker est arrivé de Londres avec une grande quantité d’estampes, prêtées par les sociétés archéologiques d’Angleterre, et a fait de très intéressantes communications » : Bulletin Monumental, T. XXVII, 1861, Chronique, congrès des délégués des sociétés savantes, sous la direction de l’Institut des Provinces, session 1861, signé « LMS » (c’est-à-dire Caumont), pp. 431-435.

19 Verron (Guy), « Arcisse de Caumont et la naissance de l’archéologie moderne », in Juhel (Vincent) (sous la dir.), op. cit, pp. 127-145.

20 Bulletin Monumental, T. XVIII, pp. 218-221.

21 Le texte de Caumont de 1856 évoquant un voyage de Thomsen, 20 ans auparavant, ne semble pas autoriser à penser qu’il connaissait ce système dés 1836 : les remarques émises paraissent bien toutes émaner de la lettre que Thomsen lui adresse en 1856 et non de Caumont : Bulletin Monumental, T. XXII, 1856, pp. 538-539.

22 Caumont (Arcisse de), « Mort de M. Jacques Boucher de Crèvecœur de Perthes, de l’Institut des provinces », Bulletin Monumental, T. XXXIV, pp. 693-694.

23 Cochet (Jean), La Normandie souterraine ou notice sur des cimetières francs et romains explorés en Normandie, Rouen : Lebrument, 1854, 406 p., fig. ; Sépultures gauloises, romaines et franques, faisant suite à la Normandie souterraine, Paris : Derache & Didron, 1857, 452 p.

24 Peu de temps passé relativement sur le terrain, pas de véritables plans d’ensemble, les objets ne sont pas toujours rattachés à une tombe précise…

25 Coye (Noël), La préhistoire en parole et en acte, méthodes et enjeux de la pratique archéologique (1830-1950), Paris : L’Harmattan, 1997, p. 95.

26 Titulaire de la chaire d’anatomie humaine et d’histoire naturelle au Muséum national d’Histoire naturelle.

27 Davis commence alors à publier le célèbre Crania britannica qui sera achevé (avec John Thurnam) en 1865 (2 vol.) : Rowley-Conwy (Peter), op. cit., p. 253.

28 Ludwig Lindenschmit : fondateur et directeur (à partir de 1852) du Römisch-germanische Zentralmuseum de Mayence. Fréderic Troyon : conservateur du Musée de Lausanne. Pionniers de l’archéologie du haut Moyen Age dans leurs pays.

29 Baylé (Maylis), « Cochet Jean Benoît Désiré », in Sénéchal (Philippe) & Barbillon (Claire), Dictionnaire critique des historiens d’art actifs en France de la Révolution à la Première Guerre mondiale, Paris : http://www.inha.fr/spip.php?article2248, 23 octobre 2008.

30 Cochet (Jean), Sépultures gauloises…, op. cit., pp. 215-216 ; Webster (Leslie), « The abbé Cochet and W. M. Wylie », in L’abbé Cochet et l’archéologie au xixe siècle, Actes du colloque international d’archéologie, Rouen, 3-4-5 juillet 1975. Rouen : Musée départemental des Antiquités et Circonscription des Antiquités historiques de Haute-Normandie, 1978, pp. 155-159.

31 Kidd (Daffyd), « Charles Roach Smith and the abbé Cochet », in L’abbé Cochet et l’archéologie au xixe siècle, Actes du colloque international…, op. cit., pp. 63-77.

32 Revue fondée à Londres en 1731, la première à porter le tire de « magazine » dans le sens de revue ; elle traite de sujets variés en direction d’un public cultivé.

33 Cahingt est un des responsables de fouilles de l’abbé et, ayant prospecté systématiquement depuis 1849 Les Marettes à Londinières, il peut être considéré comme le premier des préhistoriens du département.

34 Cochet (Jean), La Normandie souterraine…, op. cit., pp. 64-65, 191.

35 Dans les développements ci-après, pour l’étude de cette correspondance, il est fait usage de : Aubé (Pierre), « J. B. Cochet et Jacques Boucher de Perthes, correspondance ». Transcription des lettres de Cochet conservées à la Bibliothèque municipale d’Abbeville (52 lettres de Cochet et 5 de Boucher de Perthes). Version photocopiée consultée à la Bibliothèque municipale de Rouen. Pour aller plus loin : Aubé (Pierre), « Un dialogue de précurseurs, l’abbé J. B. D. Cochet et Jacques Boucher de Perthes à travers leur correspondance », Bulletin de la Société d’Émulation d’Abbeville, T. XXIV, fasc. 5, 1979, pp. 629-660.

36 Antiquités celtiques et antédiluviennes : le tome I en 1854 au moins et le tome II en 1857.

37 Lettre du 25 juin 1854, in Aubé (Pierre), op. cit.

38 Lettre du 9 août 1855, ibid.

39 Charles Lenormant (1802-1859) : numismate, spécialiste d’archéologie gréco-romaine et égyptienne. Il a accompagné, en 1828, Champollion au début de son expédition en Égypte. Membre de l’Institut en 1839, conservateur du Cabinet des médailles en 1840, professeur d’archéologie au Collège de France en 1848.

40 Félicien Caignart de Saulcy (1807-1880) : polytechnicien, professeur de mécanique d’artillerie, numismate. 1841 : conservateur du Musée de l’artillerie de Paris, musée que fréquente régulièrement l’abbé Cochet.

41 Lettre du 2 mars 1855, in Aubé (Pierre), op. cit.

42 Ouvrage concernant la fouille de tombes anglo-saxonnes, publié en 1852. Lettre du 25 septembre 1853.

43 Lettre du 2 février 1855, in Aubé (Pierre), op. cit.

44 Lettre du 17 janvier 1859, in Aubé (Pierre), op. cit.

45 Lettres des 2 mars 1855 (où il propose à Boucher de Perthes d’en envoyer à divers journaux « car je connais beaucoup. de journalistes dans la Seine-Inférieure »), 27 septembre 1857, 5 décembre 1857, in Aubé (Pierre), op. cit.

46 « Ce pauvre abbé Decorde a eu une polémique dans le Journal de Neufchâtel à propos de son compte rendu de votre livre. Il vous aura sans doute tenu au courant de cela. » (Lettre du 5 décembre 1857, in Aubé (Pierre), op. cit.). Une des traces du tissu de relations complexes entre archéologues normands et picards.

47 En 1858-59, débute une controverse entre F. Pouchet et Louis Pasteur (1822-1895), à propos de la génération spontanée, qui a un fort retentissement dans les milieux scientifiques pendant plusieurs années. Pour une bibliographie consacrée à Georges Pouchet voir Jaussaud (Philippe) & Brygoo (Édouard-Raoul), Du jardin au Muséum en 516 biographies, Paris : Muséum national d’Histoire naturelle, 2004, pp. 426-427 (Archives ; 7).

48 Le contenu de son cahier de prise de notes révèle qu’il a suivi les cours de Geoffroy-Saint-Hilaire également en anthropologie. Archives (Muséum de Rouen, GPO 19).

49 Cf. ses carnets de notes de cours : Archives (Muséum de Rouen, GPO 19), avec prise de notes en anglais dans le carnet correspondant au séjour londonien.

50 Blanckaert (Claude), « Monogénisme et polygénisme », in Tort (Patrick) (sous la direction), Dictionnaire du darwinisme et de l’évolution, Paris : PUF, 1996, pp. 3021-3037.

51 Il s’agit d’Étienne Geoffroy-Saint-Hilaire (1772-1844), père d’Isidore dont Georges Pouchet a suivi les cours en 1855.

52 Pouchet (Georges), De la pluralité des races humaines ; essai anthropologique, Paris : Masson & fils, 1858 et 1864 (deux éditions, dédiées toutes deux à Owen) 235 p. (2e éd : il remercie Owen « en souvenir de l’hospitalité tout affable que j’ai reçue autrefois au cottage de Mort Lake, et de ces longues conversations où vous me prodiguiez vos conseils » (1864). Cela peut correspondre au séjour de 1855 ou à un second, effectué en 1858, où il a en particulier travaillé à la bibliothèque du Muséum sur une série d’ouvrages d’anthropologie. Archives (Muséum de Rouen, GPO 19).

53 Le Progrès, 20 mai 1859.

54 En 1864, dans la préface de la seconde édition de son ouvrage, il notera : « Dénoncé aux plus hauts représentants de l’autorité universitaire dont je dépendais, je ne dus qu’à l’équité d’un des savants qui honorent le plus l’Institut, d’échapper aux tracas que pouvaient m’attirer, il paraît, une opinion scientifique en désaccord avec les livres attribués au prophète Moïse ».

55 Bulletin de la Société d’Anthropologie de Paris, T. I, 1859 [1860], pp. 4-39.

56 « … mon savant maître et ami, l’abbé Cochet… » : Pouchet (Georges), « Excursion aux carrières de Saint-Acheul », Actes du Muséum d’Histoire Naturelle de Rouen, 1860, p. 34.

57 Lettre du 27 décembre 1860, in Aubé (Pierre), op. cit.

58 Caumont a fait des études supérieures de droit (thèse à l’Université de Caen en 1824) ; Cochet est entré au petit séminaire en 1825, au grand séminaire en 1831, il est ordonné prêtre en 1836.

59 Effectivement, alors que la revue publie habituellement les comptes rendus des séances de la Société des antiquaires de Londres en quelques lignes, figure dans ce volume, sur trois bonnes pages, l’essentiel du récit des événements, avec mention du rôle de Boucher de Perthes. Gentleman’s magazine, juillet 1859, pp. 45-48.

60 Pouchet (Georges), « Excursion aux carrières… », op. cit., p. 33 ; Lyell (Charles), The geological evidences of the antiquity of man, with remarcks on theories of the origin of species by variation, Philadelphie : George W. Childs, 1863, p. 104.

61 Gaudry (Albert), « Os de cheval et de bœuf appartenant à des espèces perdues, trouvés dans la même couche de diluvium d’où l’on a tiré des haches en pierre, extrait d’une lettre de M. A. Gaudry à M. Flourens », Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences, vol. 49, juillet-décembre 1859, pp. 453-454 et Gaudry (Albert), « Sur les résultats de fouilles géologiques entreprises aux environs d’Amiens par M. A. Gaudry, extrait », id., pp. 465-467.

62 Pouchet (Georges), « Hache de pierre trouvée dans le diluvium ; extrait d’une note », Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences, vol. 49, juillet-décembre 1859, pp. 501-502. L’expression entre crochets a été omise dans le compte rendu de l’Académie ; elle figure par contre dans le texte de sa lettre que Pouchet publie en 1860.

63 Ceci sous l’influence d’Élie de Beaumont.

64 Pouchet (Georges), « Sur les débris de l’industrie humaine, attestant l’existence d’une race d’hommes contemporaine des animaux perdus... », Bulletin de la Société d’Anthropologie de Paris, 1e série, T. I, vol. 1, 1859, pp. 42-47.

65 Ibid., pp. 47-53.

66 On a tenté effectivement de lui fournir des faux. Il note aussi que quand on demande aux ouvriers à quelle hauteur précise ils ont trouvé les silex taillés, ils désignent toujours « la région la plus inférieure du diluvium au contact de la craie. Cela vient de ce que cette question leur a toujours été adressée et de ce qu’ils ont vu l’étonnement ou le triomphe des chercheurs grandir en raison de la profondeur qu’ils indiquaient », Pouchet (Georges), « Excursion aux carrières… », op. cit., pp. 37-38.

67 Ibid., p. 44.

68 Hurel (Arnaud), op. cit., pp. 140-141.

69 Coye (Noël), op. cit., pp. 28-9, 80, 119-120.

70 Pouchet (Georges), « Excursion… », op. cit., p. 44.

71 Ibid, p. 47.

72 Lettres du 08 septembre 1859 et du 29 novembre 1859, in Aubé (Pierre), op. cit.

73 Cochet (Jean), « Archéogéologie : hachettes diluviennes du bassin de la Somme : rapport adressé à M. Le sénateur-préfet de la Seine-Inférieure », Mémoires de la Société d’Émulation d’Abbeville, 2e série, vol. 9, 1857-1860 (1861), pp. 607-623.

74 Cette dernière formulation n’est pas sous sa plume une simple formule de style : à diverses reprises, il a souligné la confiance qu’il place dans le temps pour faire progresser la science.

75 Il insiste sur ce point : un biface qu’il voit dégager « venait d’un terrain qui n’avait pas bougé depuis sa formation par l’eau ».

76 Ainsi dans sa lettre à Boucher de Perthes en date du 29 novembre 1859 : « Quelqu’un m’a demandé si vos hachettes de Saint-Acheul n’étaient pas composées avec du silex provenant du diluvium lui-même. Moi je ne sais quoi répondre à cela n’étant pas géologue. Les géologues anglais qui ont vu sont fort compétents pour répondre à cela. » Et dans le rapport lui-même : « Voici le gisement tel que peut l’établir un homme étranger à toute notion géologique ».

77 L’un des arguments persistants des adversaires des idées de Boucher de Perthes était que le diluvium est en fait un terrain remanié.

78 Coye (Noël), op. cit., pp. 96-97.

79 Dans les années suivantes, il différenciera d’ailleurs nettement bifaces et haches taillées, même si son vocabulaire reste fluctuant.

80 Goze : médecin, correspondant des comités historiques ; Dusevel : inspecteur des monuments historiques de la Somme ; abbé Corblet : directeur de la revue l’Art chrétien.

81 Lettres du 22 décembre et du 27 décembre 1860. « Je ne veux pas de querelle théologique. Science et foi sont deux choses. La foi guide [ma vie : barré par Cochet] mes mœurs, la science règle mes études. À chaque chose son but » (22 décembre) « Agissez pour le mieux mais de grâce évitez tout ce qui sent la Bible et la théologie. Je veux rester purement scientifique, purement lapidaire et archéologique » (27 décembre).

82 Même si, en fait, ils conservent des a priori.

83 Gentleman’s Magazine, n ° 210, janvier-juin 1861, Londres : John Henry & James Parker, pp. 253-265.

84 Aubé (Pierre), « Un dialogue… », op. cit., pp. 650-651 : lettres de Boucher de Perthes à Cochet des 21 mars et 29 avril 1861 et lettre de Cochet du 26 avril : il a été noté alluvian au lieu de diluvian « faute qui ferait rire de moi tous les géologues qui connaissent ces bancs… » ; « le terrain diluvien et le terrain alluvien sont aussi différents que les terrains primitifs et les terrains secondaires ». En fait, on peut percevoir là une différence portant sur le fond : les actualistes préfèrent parler d’alluvions anciennes plutôt que de diluvium – terme évoquant une vision catastrophiste –, alors que Boucher de Perthes y reste justement attaché. Coye (Noël), op. cit., pp. 92-95.

85 Lettres de Cochet à Boucher de Perthes des 14 mars et 25 août 1862 ; lettres de Mortillet à Cochet des 28 novembre 1863 et 16 avril 1864 : Flavigny (Laurence), « Gabriel de Mortillet », La Normandie souterraine, fasc. 1 : l’abbé Cochet et l’archéologie au xixe siècle, op. cit., p. 63.

86 L’abbé Bourgeois sera quelques années plus tard un des défenseurs de l’idée d’un homme tertiaire : publication en 1867 du gisement de Thenay, Pontlevoy (Loir-et-Cher).

87 Lettre de cochet à Boucher de Perthes du 4 février 1863.

88 Séance du 18 juillet 1863, Procès-verbaux de la Commission départementale des Antiquités de la Seine-Inférieure, T. II, 1849-1866 (1867), p. 240.

89 Richard (Nathalie), Inventer la préhistoire, les débuts de l’archéologie préhistorique en France, Paris : Vuibert-Snes-Adapt, 2008, pp. 80-87 ; Coye (Noël), op. cit., pp. 102-104.

90 J.-B. Mathon : archéologue de la région de Neufchâtel-en-Bray, ami de Cochet. Les deux hommes échangent une correspondance abondante.

91 Flavigny (Laurence), « Jacques Boucher de Perthes (1788-1868) », La Normandie souterraine…, op. cit., 1975, p. 65.

92 Cochet (Jean), La Seine-Inférieure historique et archéologique, Paris : Derache, 1864, 552 p. ; Répertoire archéologique de la Seine-Inférieure, Paris : Imprimerie nationale, 1871, 652 p.

93 pp. 15-16, fig.

94 pp. 502, 248.

95 Lubbock (John), L’Homme avant l’histoire, étudié d’après les monuments et les coutumes retrouvées dans les pays de l’Europe, suivi d’une description comparée des mœurs des sauvages modernes, Paris : Germer Baullière, 1867, p. 61. Le terme archéolithique y est encore utilisé.

96 Table alphabétique des matières, Col. 624 : à propos des « haches ».

97 Bulletin Monumental, XXVI, 1860 (1861), pp. 602-604.

98 Boucher de Perthes (Jacques), Sous dix rois, T. VII, Paris : Jung-Treuttel, Derache, Dumoulin & Didron, 1868, lettre MCXCI, 25 août 1860, p. 447.

99 Cochet (Jean), « Extrait d’une lettre adressée à M. Charma », Bulletin de la Société des Antiquaires de Normandie, T. I, 4e trimestre 1860 (1861), pp. 275-276.

100 Ibid., p. 275 : « Tout d’abord, j’ai salué le vénérable inventeur de ces modestes monuments, longtemps inaperçus et à présent si renommés. J’ai revu avec un vif plaisir M. Boucher de Perthes, tant de fois repoussé du domaine scientifique et dont le nom parcourt à présent le monde civilisé sur les lèvres de la science et sur les ailes de la renommée ».

101 Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie, T. XII, 1840 [1841], pp. XXXIV-XXXV. Il est désigné alors comme secrétaire perpétuel honoraire.

102 La ville de Reims choisie pour la session du Congrès archéologique de France en 1861, Bulletin Monumental, T. XXVII, 1861, pp. 5-17.

103 Cochet (Jean), « Une visite aux sablières de Saint-Acheul, par M. l’abbé Cochet, membre de la Société française d’Archéologie », Bulletin Monumental, T. XXVII, 1861, pp. 65-70.

104 Caumont (Arcisse de), « L’âge de pierre et l’âge de bronze », Annuaire des cinq départements normands, 1864, pp. 622-625, 2 fig.

105 Caumont (Arcisse de), « Arrivée de l’homme sur le globe terrestre », Bulletin Monumental, T. XXXIII, 1867, pp. 171-175.

106 Son billet commence par : « D’où vient l’humanité ? Ma foi je n’en sais rien. Où va l’humanité ? Je n’en sais pas davantage. »

107 L. M. S., « Nouvelles de l’exposition », Bulletin Monumental, T. XXXIII, 1867, pp. 718-722. Il s’agit de l’exposition universelle de Paris.

108 Bulletin de la Société linnéenne de Normandie, 2e série, 3e vol. 1868, pp. 225-227, 1 pl. h. t.

109 Bulletin Monumental, T. XXXIV, pp. 693-694.

110 Vesly (Léon de), Carte préhistorique et protohistorique du département de la Seine-Inférieure, dressée d’après le Répertoire archéologique de l’abbé Cochet et accompagnée d’un mémoire... Présentée au XVe Congrès des Sociétés Savantes, à la Sorbonne. (Séance du 4 avril 1877), Paris : Ducher & Cie, 1877, 32 p.

111 Géologie, paléontologie et préhistoire.

112 Les pièces qui en étaient issues « à elles seules remplissaient aux trois-quarts les deux grandes salles que la Société Géologique avait mises à notre disposition », Bourdet (Désiré), « L’archéologie préhistorique à l’exposition du Havre », in Exposition Géologique et Paléontologique du Havre, Le Havre : Société Géologique de Normandie, 1880, p. 841.

113 Au total, on repère 72 sites représentés par du matériel à l’exposition : 56 de Seine-Maritime, 10 de L’Eure, 4 du Calvados, 2 de l’Orne et aucun de la Manche.

114 En dehors du musée cantonal de Lisieux.

115 Muséum et Musée des Antiquités (qui envoie en particulier deux bifaces découverts dans les sablières de Sotteville-lès-Rouen, dès 1858 : lettre de Cochet à Boucher de Perthes du 29 novembre 1860, Cochet (Jean), « Répertoire… », op. cit., col. 340 ; Hamy (Ernest-Théodore), « Notes d’anthropologie paléontologique prises à l’exposition du Havre », in Exposition Géologique…, op. cit., p. 795.)

116 C’est, entre autres, l’époque de la découverte du site du Campigny.

117 À noter que tous les ouvrages de Boucher de Perthes sont alors à la bibliothèque de Dieppe : la vérification a été effectuée par Cochet (lettre du 30 janvier 1865, in Aubé (Pierre), op. cit.)

118 La correspondance entre Mathon et Cochet, où ils évoquent leurs découvertes, est d’autant plus importante que le musée de Neufchâtel a brûlé en juin 1940.

119 Michel Hardy : archiviste-bibliothécaire à Dieppe (1869-1873) ; s’installe plus tard dans le Périgord où il devient conservateur du Musée archéologique de la Dordogne, à Périgueux, en 1887.

120 La première découverte est celle de 1863 annoncée à la Commission des antiquités par Cochet (cf. ci-dessus).

121 Lettre du 6 juin 1866, in Aubé (Pierre), op. cit.

122 Il convient de noter toutefois que 61 pages y sont consacrées à l’archéologie préhistorique sur un total de 864 ; le reste concerne la géologie et la paléontologie.

123 Hamy (Ernest-Théodore), « Notes d’anthropologie… », op. cit.

124 Bourdet (Désiré), « L’archéologie préhistorique… », op. cit.

125 Coye (Noël), op. cit., pp. 136-149.

126 Il utilise en particulier deux articles de celui-ci : Mortillet (Gabriel de), « Essai d’une classification des cavernes et stations sous abri fondée sur les produits de l’industrie humaine », Matériaux pour l’histoire de l’homme, 1868, pp. 172-179 et « Rapport sur la paléoethnologie-Temps géologiques », Revue d’Anthropologie, 2e série, vol. I, 1878, pp. 722-734.

127 « Type de Saint-Acheul » et « type du Moustiers ».

128 Cet ajout a pu être fait sur le conseil d’Hamy qui a visiblement discuté avec les chercheurs locaux et a, au moins partiellement, lu l’article de Bourdet lorsqu’il rédige le sien : Hamy (Ernest-Théodore), « Notes d’anthropologie… », op. cit., p. 797. Par ailleurs, Bourdet, qui est un des trois commissaires de la partie préhistorique de l’exposition, a eu des contacts avec Mortillet qui a envoyé « un certain nombre de photographies préhistoriques [sic] pour orner les murs de la salle ».

129 On peut penser par exemple à l’abbé Henri Albert Deshayes (1844-1910), de Manneville-sur-Risle, qui, le premier, se lance dans l’étude systématique d’un canton.

130 Avant la Société préhistorique de France fondée en 1904.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2653/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 806k
Légende FIGURE 1Arcisse de Caumont vers 1850 (photographie provenant du Recueil des portraits de membre de l’Académie des sciences, arts et belles-lettres de Caen). Cliché Bibliothèque de Caen (FN C 566/1).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2653/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Légende FIGURE 2Séance de la Société française pour la conservation des monuments (future Société française d’archéologie), à Bayeux, en février 1849 dans la galerie de l’évêché. Lithographie de Mercier (d’après un dessin de Bouet) extraite du T. XV du Bulletin Monumental (1849).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2653/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Légende FIGURE 3L’abbé Cochet
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2653/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Légende FIGURE 4Haches néolithiques découvertes par Paul Henri Cahingt à Londinières (76) à partir de 1849. Collection du Musée départemental des Antiquités, Muséum d’histoire naturelle, Rouen (cliché Monique Remy-Watté).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2653/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Légende FIGURE 5Georges Pouchet à 21 ans, en 1854. D’après une photographie faite au Muséum par son père, figurant dans Pennetier (G.), Georges Pouchet (1833-1894), Actes du Muséum d’histoire naturelle de Rouen, fasc. VI, Rouen : Lecerf, 1897, pp. 27-58.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2653/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Légende FIGURE 6Page de titre du carnet de notes de cours prises par Georges Pouchet au Muséum national d’Histoire naturelle en novembre-décembre 1854 (cliché Monique Remy-Watté).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2653/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 357k
Légende FIGURE 7Laboratoire de campagne de l’expédition en Nubie, croquis de Georges Pouchet, 1856-1857. Carnet de notes et de croquis. Archives Muséum de Rouen (GPO 19), (cliché Monique Remy-Watté).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2653/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 814k
Légende FIGURE 8Un des bifaces rapportés de Saint-Acheul par Georges Pouchet en août 1859. Coll. Muséum de Rouen (cliché Monique Remy-Watté).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2653/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende FIGURE 9Prélèvements rapportés de Saint-Acheul par Georges Pouchet en août 1859. Coll. Muséum de Rouen (cliché Monique Remy-Watté).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2653/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 972k
Légende FIGURE 10Première page du rapport de Cochet au préfet : Cochet y mentionne, dès l’abord, des recherches menées depuis 20 ans, leur validité et leur célébrité récente.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2653/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 399k
Légende FIGURE 11« Hachettes en silex diluviennes ou anté-historiques », figure extraite de Cochet (Jean), La Seine Inférieure historique et archéologique, 2e éd., Paris : Derache, 1866, p. 16.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2653/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 335k
Légende FIGURE 12Première page de l’extrait du rapport de Cochet, publié sous le titre « une visite aux sablières de Saint-Acheul » dans le Bulletin Monumental, T. XXVII, pp. 65-70.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2653/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende FIGURE 13 Coupes du Calvados proposées par Caumont en 1868 pour inciter ses collègues de la Société linnéenne à rechercher des « haches » du « premier âge de l’homme », d’après Bulletin de la Société Linnéenne de Normandie, 2e série, 3e vol., 1868, pp. 225-227, pl. h. t.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2653/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Légende FIGURE 14 Coupe des sablières de Saint-Aubin, établie par Arcade Noury, membre de la Société Géologique de Normandie. A, Sables fins. B, Gros graviers, cailloux roulés, blocs erratiques de grès tertiaires, roches anciennes de transport. C, Sables et graviers. D, Niveau à ossements, sables noirâtres. E, Sables et graviers. F-I, Sables et graviers de composition variable. J, Sol superficiel où se trouvent des Silex néolithiques que les labours ramènent à la surface. Figure d’après Hamy (Ernest-Théodore), « Notes d’anthropologie paléontologique prises à l’exposition du Havre », in Exposition Géologique et Paléontologique du Havre, Le Havre : Société Géologique de Normandie, 1880, p. 794.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2653/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 464k

© Publications scientifiques du Muséum, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540