Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dans l’épaisseur du temps

 | 
Arnaud Hurel
, 
Noël Coye

Paul Tournal, les grottes de Bize & la question de la haute antiquité de l’homme1

Arnaud Hurel

Texte intégral

  • 1 Cette recherche, dans son principe et dans sa réalisation, doit beaucoup à Marie-Rose Taussac (191 (...)
  • 2 Le Naturaliste ou l’homme fossile, Folie-vaudeville en un acte par MM. Théaulon, Simonnin et *** ( (...)

L’homme fossile !
je vais vite m’habiller pour aller à sa rencontre…
Il me tarde de le voir ce phénomène merveilleux…
Je l’attendais avec une impatience 2

  • 3 Mortillet (Gabriel de), Le Préhistorique. Antiquité de l’Homme, 2e ed, Paris : C. Reinwald, 1885, (...)
  • 4 Cartailhac (Émile), La France préhistorique, 2e éd., Paris : Félix Alcan éditeur, 1896, 336 p.

1Les premières grandes synthèses françaises de l’anthropologie et de l’archéologie préhistoriques, rédigées par Gabriel de Mortillet (1821-1898)3 ou Émile Cartailhac (1845-1921)4 dans les vingt dernières années du xixe siècle, ont en commun le souci d’ancrer les études sur les temps antéhistoriques dans leur propre histoire. À travers les pages de ces monographies, une marche cohérente (« ascendante ») parait se dessiner depuis l’Antiquité. Émergent ainsi quelques figures qui composent alors la lignée des illustres prédécesseurs qui marquèrent chacune des étapes fondatrices des sciences préhistoriques. Ce panthéon modern style permet de louer le progrès continu et inexorable de la science et de rappeler le souvenir de ces prédécesseurs qui, pour avoir su avant les autres, furent victimes de l’obscurantisme et tombèrent injustement dans l’oubli.

  • 5 Cartailhac (Émile), La France préhistorique, op. cit., p. 16.
  • 6 Cartailhac (Émile), « Les grottes de Bize et de la Crouzade (Aude) », Matériaux pour l’Histoire pr (...)
  • 7 Meunier (Victor), Les ancêtres d’Adam. Histoire de l’homme fossile, Paris : J. Rothschild, 1875, p (...)
  • 8 Blanquier (A.), « Paul Tournal et l’homme fossile », Bulletin de la Société scientifique de l’Aude (...)

2Dans ce glorieux martyrologe, le Narbonnais Paul Tournal (1805-1872) occupe une des premières places. Pourtant riche d’« idées tout à fait neuves »5, puisées dans l’étude des couches archéologiques des grottes de Bize (Aude) au cours de « fouilles prophétiques »6, ce pharmacien féru de géologie n’aurait jamais pu les faire reconnaître à leur juste valeur. Il aurait été victime de leur trop grande hardiesse (existence de l’homme fossile démontrée à travers la contemporanéité d’ossements humains et d’artéfacts avec des restes d’espèces animales disparues) et de l’ostracisme d’un Georges Cuvier (17691832), omniscient et omnipotent, dont l’opinion définitive « admise et propagée par les humbles et par les malins, acquit si bien la force de la chose jugée, que les meilleurs esprits devinrent incapables d’une saine appréciation des faits. »7 Le tout portant la marque d’une incontestable condescendance des milieux scientifiques parisiens à l’égard des naturalistes de province (qui attise un sentiment de révolte d’autant plus fort qu’il est porté par des accents régionaux8).

FIGURE 1
Paul Tournal

  • 9 Rouville (Paul de), « Notice biographique de M. Paul Tournal », Bulletin de la Commission archéolo (...)

3La renommée de Tournal, tout comme son implication directe dans la question de la haute antiquité de l’homme, a connu des phases distinctes. La première correspond à ces quelques années (1825-1833) au cours desquelles il fait connaître ses découvertes de Bize puis défend ses conceptions à ce sujet. Attiré par les idées nouvelles du siècle et peut-être las de ne pas être entendu, ses centres d’intérêt vont ensuite se déplacer. Il abandonne ses activités de terrain et, semble-t-il, son intérêt pour les disciplines naturalistes. Il voyage et se tourne un temps vers le journalisme. À compter de 1841, l’archéologie classique et la défense du patrimoine local, en particulier à travers le développement des activités de la Commission archéologique et littéraire de Narbonne et de son Musée archéologique, vont accaparer tout son temps9. Ce n’est que dans les années 1860, à l’occasion de la reconnaissance des travaux menés par Jacques Boucher de Perthes (1788-1868) à Abbeville, puis lors de la controverse autour de la mâchoire de Moulin Quignon, que le souvenir du pharmacien de Narbonne et de ses travaux antérieurs est souligné. Il se manifeste alors, arguant de sa priorité et de celle de ses collègues du Midi et laisse entendre que les milieux scientifiques parisiens avaient autrefois refusé a priori ce qu’il avait pourtant établi sans contestation :

  • 10 « Lettre du 22 octobre 1860 de Paul Tournal à la Société géologique de France », Bulletin de la So (...)

Je crois devoir rappeler à la Société géologique que j’ai signalé, depuis trente ans, avec plusieurs géologues du midi de la France, la présence, dans les cavernes, d’animaux d’espèces perdues ensevelis dans les mêmes couches avec des débris de l’industrie humaine. Cette observation fut à cette époque contestée par plusieurs naturalistes, et notamment par M. J. Desnoyers ; mais il fut constaté que les poteries grossières, les ossements et les coquilles marines portant l’empreinte d’instruments tranchants, les ustensiles en silex, etc., etc., étaient contemporains des animaux d’espèces perdues ensevelis dans le diluvium des cavernes à ossements de Bize (Aude). Tous les objets que je viens de mentionner sont conservés depuis un quart de siècle dans les collections du musée de Narbonne, et ils ont été vus par un très grand nombre de géologues ; j’en ai même adressé à celte époque plusieurs échantillons à Cuvier pour le Muséum.
Il est donc incontestable que la découverte dont on fait tant de bruit depuis deux ans n’est point nouvelle. Si on relit les premiers numéros du Bulletin, ainsi que les Annales de physique et de chimie (1832-1833), on demeurera convaincu que j’avais démontré, jusqu’à la dernière évidence, la contemporanéité des ossements travaillés, des instruments en silex, des poteries grossières et des ossements d’animaux appartenant à des espèces perdues.10

  • 11 Il s’agit de Desnoyers, même si celui-ci est élu à l’Académie des inscriptions et belles-lettres e (...)

4D’autres chercheurs de premier plan vont alors s’associer à ce rappel, comme Armand de Quatrefages (1810-1892), Paul Broca (1824-1880), ou Henri Milne-Edwards (1800-1885), ou faire amende honorable comme Jules Desnoyers (1800-1887). En 1864, en introduction à son Catalogue du Musée de Narbonne, Tournal insistera en indiquant que ses conclusions publiées trente ans plus tôt « furent accueillies par le monde savant avec une extrême réserve ; elles furent même réfutées par un membre de l’Académie des sciences qui les adopte aujourd’hui. »11

  • 12 Lumley (Henry de), « Le Paléolithique inférieur et moyen du Midi méditerranéen dans son cadre géol (...)
  • 13 Tavoso (André), « Le remplissage de la grotte Tournal… », op. cit., p. 23.
  • 14 Cartailhac (Émile), « Les grottes de Bize et de la Crouzade (Aude) », op. cit., p. 319.
  • 15 Lumley (Henry de), « Le Paléolithique inférieur et moyen du Midi méditerranéen… », op. cit., pp. 2 (...)

5Tout au long du xxe siècle, la richesse des couches archéologiques de Bize allant du Moustérien au Néolithique a attiré nombre de préhistoriens. Les derniers à avoir travaillé sur le site12 portent un jugement indulgent sur les travaux menés par Tournal (quelles que soient ses erreurs d’interprétation et de détermination), à l’avenant des maigres connaissances de son époque sur le phénomène complexe de remplissage des grottes. Cette question est centrale dans le débat qui nous intéresse ici. Or, à Bize, les travaux ultérieurs ont montré que la nature et les conditions de formation de ce remplissage y sont singulièrement complexes. Des phénomènes karstiques, ayant entraîné une forte érosion souterraine, associés à de nombreux facteurs (géologiques, anthropiques etc.) ont contribué à l’accumulation et à la déformation de dépôts très riches, très dissemblables et de compréhension très délicate (effondrements, mélanges de niveaux, etc.) Mais le regard actuel est également critique quant aux conditions dans lesquelles les fouilles furent longtemps menées : « Si elles n’ont guère laissé de traces dans la littérature, les recherches de nos prédécesseurs en ont laissé de spectaculaires dans le gisement ! »13 En 1877, Cartailhac indiquait déjà que « les silex et les fragments d’os » abondaient dans les vignes situées au-devant et au pied des ouvertures des grottes14. Au-delà de l’acte de fouille, la question du devenir ou plutôt de la dispersion, voire la disparition, des pièces mises au jour représente aujourd’hui une difficulté incontournable pour le chercheur. En 1965, dans sa thèse de doctorat, Henry de Lumley a mis en lumière l’impossibilité de reconstituer les collections princeps de la grande grotte de Bize15.

  • 16 « Les poteries et les ossements humains qui ont été trouvés dans les cavernes de Bise, ont été dép (...)
  • 17 Actuellement conservées par le département Histoire de la terre du Muséum.

6À plusieurs reprises entre 1829 et 1838, Tournal a adressé au Muséum national d’Histoire naturelle un nombre important de fossiles, de roches et de minéraux de Narbonne et de ses environs. Ces pièces sont aujourd’hui clairement inscrites aux inventaires de l’établissement et correspondent à 161 entrées originelles. Mais, en ce qui concerne les divers échantillons de Bize qu’il a envoyés (à au moins deux reprises) pour soutenir ses conclusions scientifiques, force est de constater que la situation est confuse. Les publications de Tournal, les procès-verbaux des séances de l’Académie des sciences ou de la Société géologique de France et sa correspondance offrent de nombreux indices qui permettent de savoir que des pièces ont bien été expédiées à titre de preuve16. Or, les registres et les archives des laboratoires n’en portent pas trace. Seules les pièces issues de fouilles ultérieures (faune, industrie lithique, dents humaines), en particulier celles menées à l’instigation de Paul Gervais (1816-1879), sont aujourd’hui accessibles17. Le sort fait ainsi aux pièces qui, comme nous allons le voir, tiendront une place considérable dans l’affaire Tournal, nous renvoie directement à la question globale des sources à disposition de l’historien du xxie siècle et à leur critique.

  • 18 Cet ensemble se compose de textes in extenso de la main de Tournal et de comptes-rendus présentant (...)

7Sur le plan bibliographique, outre les travaux de ses compatriotes du Languedoc Marcel Toussaint de Serres (1783-1862) et Jules de Christol (1802-1861), ce sont près d’une vingtaine de notes et mémoires de Tournal ayant directement trait à ses découvertes de Bize qui sont publiés entre 1827 et 183418. Dans leur contenu, nombre d’entre eux sont assez proches les uns des autres, certains éléments étant publiés plusieurs fois dans des périodiques différents, avec parfois quelques ajouts ou suppressions. Leur style est toujours simple, clair et, pour les productions initiales, essentiellement descriptif. Dans son esprit, il s’agit simplement de constater des faits, ce sont de quasi-prises de date. Plus tard, lorsqu’il se heurte à des oppositions, il se place à un niveau plus global, plus conceptuel, esquissant des synthèses dépassant ses propres travaux. Les textes sont alors plus longs et le ton plus polémique. À l’évidence, Tournal entend démontrer qu’il maîtrise son sujet et répondre aux objections ou silences de ses contradicteurs. Pourtant, de nombreux détails, qui auraient été fort utiles à l’appui de ses démonstrations, font encore défaut.

8Si la liste quasi exhaustive des publications de Tournal peut être établie, en revanche le destin réservé à ses archives personnelles apparaît aujourd’hui bien problématique. Mort sans descendance, c’est semble-t-il dans la famille de son neveu et continuateur Léonce Berthomieu (1825-1903) que les papiers Tournal auraient longtemps été conservés. L’« incommunicabilité » actuelle de ce fonds est un évident préjudice pour la science en raison de la diversité des centres d’intérêt de l’archéologue narbonnais, des nombreuses notes et croquis de terrain réalisés par lui et de l’abondante correspondance qu’il a entretenue avec des lettrés et scientifiques. Pénétrer dans les ressorts-mêmes de la démarche de Tournal ne peut donc s’accomplir qu’à travers les diverses lettres expédiées par lui et heureusement conservées par diverses institutions. Puisque l’affaire Tournal se passe au moins autant à Paris qu’à Bize, il s’agit au premier chef d’une partie de sa correspondance avec le juriste et géologue Montpelliérain de Serres, dont la municipalité de Narbonne a judicieusement acquis un ensemble de pièces, et des fonds d’institutions scientifiques majeures (archives de l’Académie des sciences, bibliothèque de l’Institut de France, Muséum national d’Histoire naturelle).

  • 19 Lyon (John), « The search for Fossil Man : Cinq personnages à la recherche du temps perdu », ISIS,(...)
  • 20 Roger (Jacques), Buffon, Paris, Fayard, 1989, p. 12.

9Sur le plan historiographique, Tournal est pris en compte dans les travaux consacrés à l’histoire de la géologie et de la préhistoire. L’apport de ses découvertes y est habituellement évoqué et discuté dans le cadre des productions des autres naturalistes du Midi qui se signalèrent en même temps que lui19. En complément de cette dimension collective de l’activité scientifique, il a semblé nécessaire de prendre en considération une perspective plus personnelle qui permette d’apprécier le parcours spécifique et le cheminement de la pensée de Tournal et d’intégrer des éléments extra-scientifiques, car le pharmacien de Narbonne ne se veut pas spectateur mais bien acteur de son temps. Nous faisons nôtre ainsi l’idée que « La psychologie d’un savant n’explique pas une théorie scientifique, mais un tempérament intellectuel s’exprime dans tous les actes de l’existence, dans la façon d’aimer, de conduire sa vie, d’écrire et de penser. »20 Le choix de cette approche nouvelle, plus individualisée, impose néanmoins de ne pas omettre que cette trajectoire prend son sens également dans un cadre plus global. Les références récurrentes à des mystifications antérieures qui polluent le débat déjà ancien sur l’homme fossile en font partie. Mais c’est aussi s’intéresser à la vraie nature de la réception des travaux de Tournal. Cette approche différente, nourrie par le recours aux sources archivistiques, s’astreint à suivre ce « long détour des faits » cher à André Leroi-Gourhan et à rétablir autant que faire se peut la chronologie des événements.

La prégnance de la question de l’homme fossile en France au début des années 1820

  • 21 Ellenberger (François), Histoire de la géologie, Paris : Tec-Doc Lavoisier, 1994, p. 294.

10L’annonce des travaux menés dans les grottes du Languedoc par Tournal et d’autres naturalistes du Midi intervient à un moment où s’opèrent de profonds bouleversements dans le domaine des sciences de la terre, à tel point que François Ellenberger a pu parler de révolution scientifique créatrice : « La géologie moderne, en tant que discipline organisée, tant sur le plan des concepts que comme pratique concertée d’une communauté, surgit avec une vitesse surprenante dans les années 1800 à 1825. »21 Trois facteurs essentiels orientent cette avancée : la détermination à compter du xviie siècle d’une profondeur insoupçonnée du temps, la prise en compte de modifications successives du monde vivant et l’élaboration de tentatives d’explication, la reconnaissance de la transformation des roches et d’un cycle orogénique. Mais ce qui va garantir le succès de ce foisonnement intellectuel relève de la dimension sociologique de ce mouvement : la capacité à passer du stade de la situation de fait à celui de structure régulée. Les scientifiques vont bénéficier du développement des sociétés savantes et d’une multiplication des périodiques qui vont assurer une véritable diffusion du savoir et la mise en place de réseaux d’échange qui dépassent les strictes limites régionales ou nationales.

  • 22 Desnoyers (Jules), « Observations sur un ensemble de dépôts marins plus récents que les terrains t (...)

11Dans ce cadre, les géologues et les terrains du Midi vont jouer un rôle très important. Il en est ainsi de l’étude des couches des sols les plus récentes qui devient l’une des grandes questions du début du xixe siècle. En 1829, Desnoyers, s’appuyant entre autres sur les travaux menés par de Serres, s’interrogera sur ces formations postérieures aux terrains tertiaires, alors communément appelées diluvium, et qui diffèrent par leurs sédiments et leurs fossiles de grands mammifères22 ; terrains distincts pour lesquels il hésita encore à imposer le nom de Quaternaire qu’il venait de forger.

FIGURE 2
« Andrias Scheuchzeri » gravure de E. Salle extraite de Figuier (Louis), La terre avant le déluge. Ouvrage contenant 25 vues idéales de paysages de l’ancien monde dessinées par Riou [3e éd.], Paris : Hachette, 1864, pl. p. 287.

  • 23 Cuvier (Georges), Discours sur les révolutions de la surface du globe et sur les changements qu’el (...)
  • 24 Guettard (Jean-Étienne), « Mémoire sur des Os fossiles, découverts le 28 janvier 1760, dans l’inté (...)
  • 25 Cuvier (Georges), Discours sur les révolutions de la surface du globe…, op. cit., pp. 136-140.

12Tournal n’est évidemment pas l’inventeur de l’idée d’un homme fossile. Lorsqu’il débute ses recherches, cette question de l’homme fossile préoccupait déjà les milieux scientifiques. De nombreuses pièces ont mainte fois été présentées comme des fossiles humains et, après un temps plus ou moins long, rejetées comme curiosités de la nature ou attribuées à d’autres espèces comme le célèbre Homo diluvii testis du naturaliste suisse Johann-Jacob Scheuchzer (1672-1733), curiosité rangée par Cuvier « à son véritable genre, qui est celui des salamandres »23. Rappelons également l’étude présentée le 22 mars 1760 à l’Académie royale des Sciences par Jean-Étienne Guettard (1715-1786) sur des restes mis au jour à proximité d’Aix-en-Provence ; découverte qui avait alors animé les gazettes celles-ci évoquant des corps pétrifiés et des têtes humaines... En préambule à son analyse, Guettard soulignait que « La découverte d’os humains, enfouis dans une terre qui n’aurait point encore été ouverte, & surtout mêlés avec des corps marins, serait une des plus importantes découvertes pour l’histoire des fossiles ». Mais, après examen, il concluait « qu’on doit rapporter ces ossements, quels qu’ils soient, à des squelettes de poissons, plutôt qu’à des squelettes humains. »24 Bref, l’ensemble des pièces soumises à la sagacité des naturalistes finirent par former un impressionnant corpus de preuves négatives. Cuvier put même en dresser la liste.25

FIGURE 3
« Parties du corps humain pétrifiées » gravure extraite de Dezallier d’Argenville (Antoine-Joseph), L’histoire naturelle éclaircie dans une de ses parties principales : l’oryctologie, qui traite des terres, des pierres..., Paris : de Bure l’aîné, 1742, pl. 17.

13Au début du xixe siècle, l’intérêt porté à l’homme fossile dépasse les seuls cénacles scientifiques, quitte à parfois prendre une tournure burlesque qui contribue à décrédibiliser les chercheurs et disqualifier par avance toute nouvelle découverte. Tel est le cas, juste trois ans avant que Tournal ne fasse connaître ses travaux à l’Académie des Sciences, avec l’affaire dite de l’homme fossile de Fontainebleau, laquelle représenta un véritable traumatisme pour tous les géologues français, au point que tous l’évoqueront pendant des années dans leurs publications ayant trait à la question de l’homme fossile. Vingt ans plus tard, Jules Desnoyers y fera encore allusion dans son célèbre article « cavernes » du Dictionnaire universel d’histoire naturelle (Paris, 1845).

  • 26 Selon Gaston Bonnier (La forêt de Fontainebleau, Paris : E. Orlhac, 1920, 59 p.) le bloc aurait ét (...)
  • 27 Barruel (Jean-Pierre), « Fossile Humain », Annales européennes, T. 5, 1824, p. 193.
  • 28 Barruel (Jean-Pierre), « Notice sur le fossile humain trouvé près de Moret, département de Seine-e (...)

14Tout débute en septembre 1823, lorsque des jeunes gens, enfants d’un certain colonel Le François, découvrent au lieu-dit le Long-Rocher, sur la commune de Montigny en forêt de Fontainebleau, un bloc de pierre qui leur semble former un homme renversé couché sur un cheval. La nouvelle fait rapidement le tour des environs et un certain colonel Juncker en compagnie d’un médecin de Moret (le docteur Ganot) annoncent la découverte au sous-préfet qui en informe le préfet de la Seine (qui en réfère au ministre de l’Intérieur). Dès lors, les curieux vont accourir pour observer les personnages pétrifiés et commenter à leur tour la trouvaille. Parmi eux se trouve Jean-Pierre Barruel (1780-1838), chimiste à la Faculté de médecine de Paris, qui réside à proximité et est averti par ses propres enfants, amis des Le François. Il se rend sur place et effectue des prélèvements au moment où le bloc de pierre s’apprête à être découpé pour être transporté et présenté au public parisien dans une salle du boulevard des Capucines26. Le monde savant va s’emparer de la découverte. En effet, soumettant à examens les échantillons prélevés sur le bloc de Fontainebleau et se fondant sur la quantité de phosphate de chaux, « un des éléments des os […] aussi ancien que le globe et indestructible comme lui », Barruel est arrivé à la conclusion qu’il s’agit de deux fossiles dont les restes d’« un fossile humain dont l’origine était très-antérieure à la dernière catastrophe qui a bouleversé la surface de nos contrées »27. Il en informe alors l’Académie des sciences (séance du 24 mai 1824)28. Dès lors, ce qui n’était qu’une aimable curiosité locale devient également une affaire scientifique d’envergure nationale.

  • 29 Rapport fait à la Société linnéenne de Paris sur le fossile trouvé au Long-Rocher dans la forêt de (...)
  • 30 Ibid., p. 17.

15La Société linnéenne de Paris, alertée par divers correspondants, finit par constituer une commission spéciale qui se rend boulevard des Capucines (20 juillet), prélève quelques échantillons puis se propose de reproduire les diverses analyses chimiques de Barruel. Après s’être également déplacée au Long-Rocher, elle présente des conclusions déconcertantes le 19 août29 : « Cette espèce d’Anthropomorphose est pour nous une simple curiosité, ou si vous aimez mieux, un monument singulier, et elle sera toujours telle à nos yeux tant que la science nous aura point révélé ce que renferme son intérieur. »30

  • 31 Ses idées sont également exposées dans une série de quatre articles, non signés, publiés dans son (...)
  • 32 Hardouin Michelin, « Notice lue à la Société géologique de France, le 16 juin 1845, à l’occasion d (...)
  • 33 Huot (Jean-Jacques-Nicolas), « Notice géologique sur le prétendu Fossile Humain trouvé près de Mor (...)

16Du côté de l’Académie, Jean-Jacques-Nicolas Huot (1790-1845) lors de la séance du 2 août s’est montré autrement plus catégorique31. Il intervient le jour-même où Étienne Geoffroy-Saint-Hillaire (1772-1844) devait faire, à la demande du ministre de l’Intérieur, un rapport sur ce sujet32. Huot estime que la quantité résiduelle de matière animale possiblement trouvée à l’analyse importe peu, d’autant que l’échantillon prélevé sur la surface extérieure de la pièce a pu être touché lors d’un contact avec un animal, mais, surtout, l’anatomie et la géologie suffisent à elles-seules pour comprendre que ce fameux cavalier couché doit être rangé « parmi ces configurations accidentelles que l’on désigne sous le nom de jeux de la nature ». Il ne s’agit ni d’un fossile, ni d’une pétrification, ni d’une incrustation.33

17Les propriétaires du fossile se prêtèrent dans un premier temps de bonne grâce aux demandes d’analyse. Même s’ils rappellent qu’ils n’ont pas réclamé la création d’une commission d’étude de leur « fossile », ils se déclarent prêts à fournir des échantillons aux commissaires de l’Académie qui le désireraient. Le 9 août 1824, Jean-Baptiste Chevalier (1793-1879), Anselme Payen (1795-1871) et Jean-Sébastien-Eugène Julia de Fontenelle (1790-1842) présentent à l’Académie leur propre appréciation des fragments pris à la surface du fossile. Cette note, lue par Cuvier, conclue que « ce fossile renferme depuis 17 cent millièmes jusqu’à 14 millièmes de matière azotée, mais aucun phosphate de chaux. » Dès lors, il s’agit bien d’un banal bloc de grès et non d’un homme fossile. Deux chimistes, Louis-Nicolas Vauquelin (1763-1829) et Louis Jacques Thénard (1777-1857), sont chargés d’examiner ce travail ainsi que celui présenté à la Société Linnéenne de Paris. Ils effectuent à leur tour dix analyses dont une seule leur donne des traces de phosphate de chaux en quantité infime.

  • 34 Barruel (Jean-Pierre), Réponse aux principaux écrits qui ont paru sur le fossile humain trouvé le (...)
  • 35 Le voyage du fameux « fossile » de Fontainebleau à Paris constituera la trame du Naturaliste ou l’ (...)

18Barruel ne peut se le tenir pour dit. Le 10 octobre, il publie un mémoire en réponse à ceux qui refusent de reconnaître la réalité de l’homme fossile de Fontainebleau34. Ce document est même mis en distribution en séance de l’Académie (24 octobre). Là, l’incident semble clos puisqu’il ne sera pas remis à l’ordre du jour. En revanche, cette controverse franchit les limites de Paris et rares sont alors ceux qui n’ont pas eu vent de cette affaire et du ridicule qui l’entoure. Car, celle-ci a rapidement fait le bonheur des chansonniers et du théâtre de boulevard. Chacun dans son registre raillant la crédulité des naturalistes et ces guerres picrocholines où sombrent si vite les savants.35

L’entrée de Tournal dans le débat sur les cavernes à ossements

19À compter de son retour de Paris (1825), où il était allé compléter ses études de pharmacie, Tournal succède à son père dans la petite pharmacie familiale, tout en entreprenant de nombreuses excursions géologiques aux alentours de Narbonne :

  • 36 Tournal lettre à de Serres, 4 août 1832, Archives de Narbonne.

Il y a deux manières d’observer en géologie par soi-même, ou bien avec les yeux des autres. La première est sans contre dit la meilleure. Mais comme il est impossible de tout voir, et qu’en général les géologues ne sont pas des juifs errants, il faut bien user du 2e moyen que j’ai signalé.36

20Au cours de celles-ci, le jeune homme parfait son goût pour l’observation naturaliste. Malgré son jeune âge, il s’insère rapidement dans un réseau de sociabilité savante, sans doute le bénéfice des contacts établis lors de son premier séjour de deux ans à la capitale. Il compense son éloignement des lieux du pouvoir académique par une correspondance abondante avec des membres du Muséum national d’histoire naturelle et de l’Académie des sciences. Adolphe Brongniart (1801-1876), par exemple, est l’un de ceux auxquels il fournit des échantillons paléobotaniques (1828). Il essaye également de se tenir au courant des dernières avancées de la science, en lisant les travaux parus récemment dans les périodiques scientifiques ou à travers les comptes rendus publiés par la grande presse. Les rencontres avec des géologues français et étrangers sont fréquentes dès des premiers travaux. Léonce Élie de Beaumont (1798-1874), William Buckland (1784-1856), Ami Boué (1794-1881) feront le voyage du Midi pour visiter les terrains et découvrir en sa compagnie les fameuses cavernes à ossements et sa collection géologique et paléontologique.

  • 37 Tournal lettre à de Serres, 30 mars 1830, Archives de Narbonne.

21Pour ses prospections et collectes de pièces, Tournal opère ordinairement lors de longues journées de marche. Celles-ci prennent parfois un tour pittoresque. Parti ainsi de bon matin un jour de mars 1830, il chemine d’un bon pas et remonte les gorges de la Cesse, affluent de l’Aude qui coule au pied des grottes de Bize. Arrivé à la tombée de la nuit au sauvage village de Minerve, après plus de 30 kilomètres d’un chemin difficile, il se met en quête d’un repas et d’un endroit où dormir. Là, se méfiant de cet « étranger », personne n’accepta de lui vendre un repas ni même de lui louer un coin de paille pour la nuit. Il dut rebrousser chemin, quitter cette région inhospitalière pour trouver un autre village où la population se montra plus accueillante.37

  • 38 Procès-verbaux de l’Académie des Sciences, année 1827, T. 8, p. 585.

22Sur le plan de ce qui deviendra la préhistoire, c’est lors de la séance du 3 septembre 1827 de l’Académie des Sciences qu’il se fait connaître. Ce jour-là, il est annoncé que « M. Tournal fils, pharmacien à Narbonne, annonce avoir découvert aux environs de Bise [sic] plusieurs cavernes à ossements. »38 C’est par une lettre du 26 août 1827 adressée à « Monsieur le secrétaire général de l’Académie des sciences à Paris », en l’occurrence Cuvier qui fait fonction de Secrétaire perpétuel de l’Académie, que Tournal expose ses travaux. Cette lettre en quelques sorte fondatrice mérite d’être présentée car si les précisions manquent, en revanche tous les termes de la future controverse y figurent déjà :

Dans un voyage géologique aux environs de Bize près Narbonne, j’ai découvert plusieurs grottes à ossements qui me paraissent du plus haut intérêt par les fossiles qu’elles renferment. Je doute qu’on en ait encore découvert où les fossiles fussent en aussi grande quantité, et aussi bien conservés – il existe surtout dans le sol d’une des grottes un limon meuble qui permet de les enlever avec la plus grande facilité. On y remarque en général des ossements d’ours des cavernes, des sangliers, des chevaux, des ruminants des genres cerfs et bœuf. Comme tous les autres ossements du même genre, ceux-ci jouissent de la propriété de rappe [sic] à la langue, phénomène dû sans doute à la perte de la matière animale qui n’a pas été remplacée par une matière pierreuse. Ces grottes sont percées dans le calcaire jurassique, et leur remplissage ne s’est pas opéré par une fente verticale comme on l’a plusieurs fois observé mais bien par l’ouverture. J’ai remarqué à la voûte et sur les parois d’une des cavernes, des ossements empalés dans un limon rougeâtre et mêlés à des cailloux roulés de différente nature, des fragments de quartz pyromaque à angles très vifs, et quelques [mot illisible] ; mais la dureté de cette espèce de brèche ne permet d’enlever les ossements que par éclats. Devant visiter cette grotte avec monsieur Marcel de Serres je vous donnerai dans une seconde lettre des détails sur les ossements que nous y aurons recueillis, sur la composition du terrain environnant, sur la direction de l’ouverture des grottes etc. etc.

  • 39 Tournal lettre au Secrétaire général de l’Académie des sciences, 26 août 1827, Archives de l’Acadé (...)

Considérant d’ailleurs ces formations, et leur rapport géologique avec les terrains d’alluvions anciens sous un point de vue particulier, j’attendrai pour aviser l’académie, d’avoir fait des observations plus fréquentes afin de ne pas abuser de ses moments. Si quelque membre désirait un envoi d’ossements, ou bien voulait me charger de faire quelques observations je m’en acquitterais avec plaisir. Ma position favorable auprès de la caverne et le désir de bien faire sont les seuls garants que je puisse leur donner.39

FIGURE 4
Lettre de Paul Tournal à Georges Cuvier, 26 août 1827, Archives de l’Académie des Sciences, pochette de la séance du 3 septembre 1827.

23Tournal se contente pour le moment de décrire les deux grottes qu’il a visitées et de présenter succinctement le dépôt fossilifère composé d’une faune récente mais fossile. Il n’est encore question ni de restes humains, ni de l’échelonnement dans le temps du remplissage. De même, il ne s’attarde pas sur l’intérêt « des fragments de quartz pyromaque à angles très vifs ». Le 20 septembre Cuvier accuse réception de cette lettre de manière fort amène tout en insistant naturellement sur la nécessité de continuer à informer l’Académie et sur celle d’expédier des spécimens pour corroborer ses observations :

L’Académie, Monsieur, a reçu la lettre où vous lui annoncez avoir découvert aux environs de Bize, près Narbonne, plusieurs grottes à ossements qui vous ont paru offrir le plus grand intérêt pour les fossiles qu’elles renferment. J’ai l’honneur de vous remercier, au nom de l’Académie, de lui avoir fait part de cette découverte.

  • 40 Delbecq-Alibert (Chantal), Les reflets du passé : Narbonne, les Narbonnais et leur patrimoine hist (...)

L’Académie recevra avec reconnaissance les observations que vos recherches ultérieures vous mettront à portée de faire au sujet de ces ossements, et lorsqu’elle en aura acquis une connaissance plus positive, je vous prierai de m’adresser les échantillons qui pourraient contribuer à enrichir les collections que possède le Muséum d’histoire naturelle.40

  • 41 Procès-verbaux de l’Académie des Sciences, année 1827, T. 8, p. 595.

24Les découvertes de Tournal sont de nouveau évoquées le 24 septembre41 et, le 8 octobre, lecture est donnée d’une nouvelle lettre en même temps qu’un mémoire géologique de Marcel de Serres. Ces deux documents sont renvoyés pour examen à une commission composée de Cuvier, Alexandre Brongniart (1770-1847) et François-Sulpice Beudant (1787-1850). Remarquons dès à présent que ni cette commission ni celles qui seront composées ultérieurement pour étudier la question de l’homme fossile rendront leurs conclusions. Ce que confirment les procès-verbaux des séances et l’examen du registre des « Mise à l’étude 1822-1838 » conservé par l’Académie des sciences. Ce dernier porte bien mention de la création de ces comités mais rien ne sera indiqué dans la colonne « Date de décision des académies ». Bien évidemment, l’histoire des séances de l’Académie recèle bien d’autres mésaventures identiques. Cependant, la réitération qui frappera Tournal n’a sans doute que de rares équivalents.

FIGURE 5
Georges Cuvier, portrait de Mathieu-Ignace Van Bree peint en 1798.

  • 42 Tournal (Paul), « Note sur deux cavernes à ossements, découvertes à Bize, dans les environs de Nar (...)

25Dès septembre, Tournal publie ce second courrier dans la jeune revue des Annales des sciences naturelles.42 Sur de nombreux points il complète utilement la lettre d’août. Sans doute parce que son opinion n’est pas encore totalement formée, Tournal se montre consensuel ; pour preuve sa profession de foi catastrophiste lorsqu’il rappelle l’importance des fossiles mis au jour dans les grottes qui « permettent d’expliquer d’une manière plus vraisemblable l’une des dernières catastrophes qui ont bouleversé le globe, et en ont fait disparaître plusieurs genres d’animaux. »

26Or, les deux grottes que Tournal a découvertes à Bize renferment une importante faune fossile. Pour en établir la détermination, le Narbonnais s’est tourné vers de Serres. Dans la première, deux couches forment le remplissage : une couche inférieure d’« argile calcarifère rouge » selon lui déposée par un courant d’eau puis remaniée par un second courant qui aurait déposé dessus une couche de limon noir. Les ossements reposent indifféremment dans les deux couches, ce qui contrarie l’étude du rapport entre couche et espèces, et sont mêlés à des galets et aux fameux « fragments de quartz pyromaque à angles très-vifs ». Ces mêmes observations s’appliquent à la seconde grotte dans laquelle la voûte est revêtue d’une brèche osseuse renfermant les coquilles de plusieurs espèces terrestres. Tournal mène diverses expériences physico-chimiques (chauffage de l’argile calcarifère et du limon et distillations) qui laissent apparaître la présence de gélatine et de matière animale.

27La compréhension de la singularité du mode de formation et de nature du remplissage des grottes de Bize devient dès à présent la préoccupation première de Tournal. Or, en l’occurrence, il écarte les solutions universelles car il a le sentiment que chaque situation est unique et doit donc être traitée comme telle.

  • 43 Christol (Jules de) & Bravard (Auguste), « Mémoire sur de nouvelles espèces d’hyènes fossiles, déc (...)
  • 44 Grottes situées sur la route de Montpellier à Nîmes. Découvertes en 1800 et explorées à partir de  (...)

28Le dynamisme des naturalistes du Midi va se confirmer lorsque Christol publie avec l’ingénieur des mines Auguste Bravard (1803-1861) un mémoire sur les restes fossiles d’hyène43 mis au jour dans les cavernes de Lunel-Viel (Hérault)44. Ce travail va rapidement attirer l’attention des plus grands géologues européens, dont Buckland qui considère que la grande quantité de faune mise au jour dans les niveaux récents des cavernes s’explique par le fait qu’elles servaient de lieux d’habitation aux hyènes qui y déposaient les os et carcasses des animaux composant leurs repas. Christol dit avoir découvert un repaire d’une nouvelle espèce d’hyènes fossiles ; ce qui aurait été confirmé lors d’une visite de Buckland, de passage dans le Midi. Quant à la disparition de ce carnivore, Christol y voit une conséquence de la « vaste inondation » produite par la « dernière révolution du globe » ce qui lui permet de conclure que :

  • 45 Christol (Jules de) & Bravard (Auguste), « Mémoire sur de nouvelles espèces d’hyènes fossiles… », (...)

Le point important est de considérer les brèches et les cavernes comme comblées à la même époque par une cause générale, et sur ce fait, nous n’avons pas d’autre opinion [que celle de De Serres] ; mais nous différons en ceci, que lui suppose que les animaux dont on trouve les débris dans nos cavernes y ont été tous emmenés par le fait d’un courant seulement, tandis que nous, nous supposons au contraire que l’étrange rassemblement de ces animaux dans un même lieu est dû principalement aux diverses générations d’Hyènes qui ont habité ces cavernes, mais pensant néanmoins que dans le nombre il peut y avoir des ossements qui y auront été entraînés lors de l’inondation qui remplit de limon et de galets ces mêmes cavernes.45

  • 46 Serres (Marcel de), Dubreuil (Joseph-Marie) & Ménard (Alphonse), « Recherche sur les ossements fos (...)
  • 47 Serres (Marcel de), Dubreuil (Joseph-Marie) & Ménard (Alphonse), « Mémoire sur les diverses espèce (...)
  • 48 Archives BCM, MS 627 pièce 96.

29Ce document de Christol intervient peu de temps avant que de Serres ne publie lui-même ses propres travaux sur ces grottes46 et les restes d’hyène47 mis au jour. En réalité, après deux années de travail en confiance (Christol ayant accès aux collections et aux sites, dont Lunel-Viel, où il prend notes et dessins), une véritable concurrence s’est instaurée entre les deux hommes au point que de Serres s’en émeuve auprès du baron Cuvier48.

Présenter, interpréter, affirmer et… s’exposer

  • 49 Tournal (Paul), Mémoire sur la constitution géognostique du bassin et des environs de Narbonne, Mo (...)

30De son côté, Tournal, après ses premiers écrits spécifiquement consacrés à Bize, va s’attacher à placer ces grottes dans une perspective plus vaste, celle de la formation des terrains du bas Languedoc. Le 18 février 1828, il présente à l’Académie la première partie d’un Mémoire sur la constitution géognostique du bassin et des environs de Narbonne49. L’étude du manuscrit est renvoyée à l’examen d’une commission composée de deux géologues, Louis Cordier (1777-1861) et François-Sulpice Beudant (1787-1850), qui prendront connaissance le 7 juillet, d’une seconde partie à ce travail. Selon Tournal, si des terrains paraissent similaires dans le Nord et le Midi de la France cela n’implique pas pour autant qu’ils aient été « déposés simultanément et universellement », allusion implicite aux travaux de Cuvier et Brongniart.

31Tournal évoque la division des terrains opérée par Buckland (alluvium, terrains de transport de l’époque historique c’est-à-dire post-diluviens, et diluvium, terrains de transport ou alluvions déplacés lors du Déluge), dont il reconnaît l’influence sur ses propres réflexions, et adoptée par « presque tous les géologues ». Cependant, il la critique, la trouve « vicieuse » :

d’abord, en ce qu’il est impossible d’indiquer où finissent les terrains d’alluvion anciens et où commencent les terrains d’alluvion modernes, ensuite en ce qu’il ne s’est pas écoulé, comme cette division semble l’indiquer, un espace de temps considérable entre le dépôt de ces deux terrains, et qu’enfin le diluvium n’est pas le résultat d’une cause unique et générale.

32Pour lui, le simple examen des terrains permet de voir que les dépôts se sont succédé de la même manière que les alluvions actuellement ; les cavernes à ossements de Bize en formant un « exemple frappant ». Ainsi, qu’il s’agisse de terrains du Tertiaire ou de dépôts plus récents, l’ensemble serait soumis à des causes naturelles et locales. Tournal et de Serres se retrouvent dans cette analyse en se rangeant aux côtés de Constant Prévost (1787-1856) et en acceptant les principes de continuité de Georges-Louis Leclerc de Buffon (1707-1788) :

  • 50 Buffon (Georges-Louis Leclerc de), « Histoire naturelle. Second discours : Histoire et théorie de (...)

[…] d’ailleurs des causes dont l’effet est rare, violent et subit, ne doivent pas nous toucher, elles ne se trouvent pas dans la marche ordinaire de la nature, mais des effets qui arrivent tous les jours, des mouvements qui se succèdent et se renouvellent sans interruption, des opérations constantes et toujours réitérées, ce sont là nos causes et nos raisons.50

  • 51 Cuvier (Georges), Discours sur les révolutions du globe, Paris : Firmin Didot, 1864, p. 79.
  • 52 Laurent (Goulven), Paléontologie et évolution en France 1800-1860, Paris, Éd. du CTHS, 1987, 553 p

33Avec la publication de cet article, Tournal rallie le camp opposé à la doctrine catastrophiste dont Cuvier, pour qui « le fil des opérations est rompu »51, se pose en chef de file. Sur les conséquences de ce positionnement, en ce qui concerne l’accueil futur fait à ses travaux, il convient d’être nuancé. En effet, en se posant en non catastrophiste, Tournal ne rejoint pas pour autant des parias. À cet égard, partant des travaux de chercheurs de premier plan comme Prévost, Boué ou Férussac, Goulven Laurent a pleinement démontré qu’à cette époque il n’était pas si révolutionnaire que cela de ne pas être catastrophiste, y compris lorsque Cuvier dominait le milieu scientifique français52. Le débat entre conceptions opposées existait que ce soit à l’Académie, à la Société géologique ou au travers des revues savantes.

  • 53 « Mémoire sur la constitution géognostique du bassin et des environs de Narbonne par Tournal fils, (...)
  • 54 « Mémoire sur la simultanéité de formation des terrains tertiaires par Marcel de Serres », Bulleti (...)

34André de Férussac (1786-1836), favorable à une « conception continuiste de l’Histoire de la Terre et de la Vie », va faire siens les travaux de Tournal. Il publie dans son Bulletin des sciences naturelles et de géologie un long compte-rendu du « Mémoire sur la constitution géognostique… »53. Il y voit la confirmation d’une voie ouverte par d’autres savants, comme Aleksyei Razoumovski (1748-1822) ou Robert de Lamanon (1752-1787). Tournal arrive à point nommé pour affirmer qu’il n’y a pas eu de crise, que des causes naturelles et locales sont à l’origine de faits géologiques identiques quelles que soient les époques. Une nouvelle vigueur est donnée au débat au point que Férussac n’hésite pas à écrire que « la théorie des cataclysmes, des retours successifs de la mer, n’est plus soutenue par personne » et que celle-ci est « hors de concours depuis long-temps »54.

FIGURE 6
« Coupe verticale de la grotte de Gailenreuth en Franconie, d ‘ après des croquis réalisés par le professeur Buckland en 1816 et 1822 ». Planche extraite de Buckland (William), Reliquiae diluvinnae or Observations on the organic remains... attesting the action of the universal deluge..., London : J. Murrau, 1824, pl. 14 entre pp. 268-269.

35Pour authentifier ses analyses, Tournal expédie le 25 octobre 1828 aux administrateurs du Muséum de Paris une lettre accompagnée de « quelques fossiles et quelques brèches osseuses des cavernes de Bize ». Là, ses conclusions scientifiques se révèlent encore plus audacieuses.

  • 55 Brongniart (Alexandre), « Sur les caractères zoologiques des formations, avec application de ces c (...)
  • 56 « Lettre écrite aux administrateurs du Muséum d’histoire naturelle de Paris par M. Tournal fils »,(...)

36La différence fondamentale des cavernes de Bize avec celles précédemment découvertes, en particulier à Lunel-Viel (Hérault), est que les fossiles mis au jour y sont plus modernes que ceux connus à ce jour et semblent par conséquent « lier la période géologique actuelle avec l’époque antérieure aux temps historiques ». Argument que Tournal reprendra régulièrement. À cette constatation il applique le principe de paléontologie stratigraphique fondé sur les caractères et l’analogie zoologique développé par Brongniart55. Les faunes mises au jour deviennent alors autant de repères pour établir la chronologie relative des terrains. Or, à Bize, les restes sont suffisamment anciens pour s’être fossilisés et révèlent des faunes éteintes ou disparues de nos régions, tout en recelant dans les mêmes couches des ossements humains. « Ces informations peuvent faire mettre en question l’existence de l’homme à l’état fossile » de manière autrement plus certaine qu’avec la mystification grossière du « bloc informe de grès trouvé à Fontainebleau » ou d’autres. Il s’agit bien de faits nouveaux : « La proposition généralement admise, qu’il n’existe pas sur nos continents actuels d’os humain à l’état fossile, peut donc être mise en doute, ou du moins ne peut être résolue »56.

  • 57 Jules de Christol a confié la diagnose des restes humains à Dubreuil, qui a déterminé « un sujet a (...)
  • 58 Tournal lettre à de Serres, circa 1829, Archives de Narbonne.
  • 59 Coye (Noël), La préhistoire en parole et en acte, op. cit., p. 67.

37Sur les restes humains, remarquons que, contrairement à Christol qui se montre précis57, Tournal n’en définit jamais la nature exacte. Tout juste pouvons-nous relever dans une lettre à de Serres une allusion à « une vertèbre humaine qui est dans un état d’altération extrême »58. Cette attitude montre que le débat est tout de suite orienté non « sur le vestige anthropologique mais se déplace et se centre sur le document archéologique »59 et les arguments stratigraphiques. L’idée d’une diagnose des restes humains ne vient à l’esprit de quiconque ; il est vrai que pour tous les protagonistes les restes d’un homme fossile ne peuvent être que conformes à ceux d’un homme actuel. Leur seule valeur intrinsèque réside dans l’association avec la faune et des productions humaines. Le fait pour Tournal de ne pas explicitement expédier à Paris d’échantillons de ce type, alors que Cuvier aurait évidemment aimé pouvoir vérifier par lui-même cette détermination humaine et le caractère fossile, en est une illustration.

  • 60 Ibid., p. 69.

38Même si la proposition reste mesurée dans sa formulation, la doctrine de Tournal est établie : l’homme fossile existe, l’homme a été contemporain d’espèces disparues. Cependant, il n’entend pas heurter de front ceux qui attendent toujours des preuves ou qui refusent a priori cette idée. Par précaution, il va même jusqu’à envisager que certaines pièces puissent avoir été déposées postérieurement et se soient introduites dans des couches plus anciennes. En l’occurrence, il s’agit de celles qui fondent sa démonstration : ossements humains, coquilles marines modernes et… poteries, la présence de ces dernières dans le remplissage n’étant pas en l’espèce « un argument de son caractère récent mais de l’existence ancienne de l’homme »60. Mais, à peine esquissée, il rejette cette supposition car elle présumerait que les remaniements aient eu lieu à trois époques différentes en raison de la présence de trois couches clairement distinctes. Parce qu’il lui est encore difficile d’élaborer une théorie précise des conditions du remplissage des grottes, en particulier en ce qui concerne le rôle des grands carnivores (dont il a remarqué l’absence de restes tout comme le fait que les os ne soient pas rongés), il s’engage à entreprendre un travail plus approfondi qu’il adressera ultérieurement au Muséum.

  • 61 « Lettre de M. Tournal fils à M. de Férussac, sur les mêmes cavernes », Bulletin des sciences natu (...)
  • 62 Ce chevreuil d’une taille supérieure a été nommé Capreolus Tournalii par Jules de Christol. Les au (...)

39Flatté et encouragé par l’intérêt que manifeste l’influent baron Férussac, Tournal lui fait part (21 décembre 1828) des progrès de ses recherches qui lui ont permis de recueillir dans « la brèche qui revêt une partie de la voûte » un fragment de vase en poterie noire qui lui semble similaire aux vases étrusques. Ce morceau, très concrétionné, réuni des « cailloux roulés, des ossements et des fragments d’autres vases »61. Ce document permet de se rendre compte que Tournal se rend aussi souvent que possible à Bize où des ouvriers travaillent pour lui et ouvrent de « nombreuses fouilles » qui ont permis de mettre au jour une grande quantité d’ossements parmi lesquels ceux de plusieurs espèces de Bœuf dont l’Aurochs et du Cerf dont « trois au moins, du sous genre Anoglochis62, n’ont de représentant ni parmi les animaux vivants, ni dans les animaux fossiles ». La quantité de restes étant visiblement très importante et Tournal n’ayant pas de connaissances précises en anatomie comparée, il s’est associé à Jules de Christol et surtout Marcel de Serres pour mener les opérations de détermination et « décrire en commun tout ce que les cavernes de Bize offrent de remarquable. »

  • 63 Procès-verbaux des séances de l’Académie des sciences, T. 9, 1829, p. 191.
  • 64 Une erreur du rédacteur du Globe situe les grottes de Bize dans la partie orientale des Landes… Ce (...)

40La question des restes humains est directement abordée à l’Académie lors de la séance du 9 février 1829 à l’occasion de la lecture par Cordier d’une nouvelle lettre de Tournal63. Les procès-verbaux tout comme les archives des séances n’ont laissé que peu d’informations sur cette séance pourtant décisive. Toutefois, la presse nous permet d’en avoir des échos provenant du camp des sceptiques. Le Globe, dans son édition du 14 février 1829, publie un résumé de cette réunion sous le titre « Découverte d’une nouvelle caverne à ossements renfermant des débris humains mêlés à des débris d’animaux antédiluviens » et marque pour le moins une certaine retenue à l’égard des découvertes annoncées64. Le journal, qui sous peu deviendra une tribune pour les saint-simoniens, évoque tout d’abord le commentaire de Cordier :

Si ces faits sont exacts, comme on doit le présumer d’après les connaissances géologiques de M. Tournal et les secours que d’habiles professeurs de Montpellier lui ont donnés pour la détermination des espèces, on aurait enfin la preuve physique que l’espèce humaine a été, pendant la période géologique antérieure à celle où nous vivons, contemporaine des animaux perdus. En d’autres termes et pour nous servir d’expressions plus conformes aux idées vulgaires, on aurait enfin découvert de véritables débris d’hommes antédiluviens. Pour apprécier au reste l’annonce d’une découverte aussi importante, il faut attendre que M. Tournal ait publié la description qu’il va donner de la caverne dont il s’agit, de concert avec M. Marcel de Serres.

41Assurément, le professeur de géologie du Muséum outrepasse la pensée de Tournal, qui ne parle pas d’homme antédiluvien. Le rédacteur du Globe s’émeut de l’évocation de la haute antiquité de l’homme, rappelant que toutes les tentatives menées à ce jour pour retrouver des « hommes fossiles » n’ont pas été concluantes et ne peuvent qu’inciter à être prudent face à de nouveaux faits : « M. Tournal a-t-il été plus heureux que ses prédécesseurs ? Nous ne pouvons-nous défendre de quelques doutes à cet égard : tant de circonstances peuvent induire en erreur. » Seule la publication d’éléments inédits permettrait de lever les doutes.

42Dès le lendemain de cette séance importante de l’Académie, Cordier se tourne vers Tournal. Il lui annonce avoir pris grand intérêt à son courrier au point d’en avoir d’ailleurs donné lecture la veille. C’est avec grande attention que les académiciens l’ont écouté et réclamé « quelques détails circonstanciés » que des échantillons pourraient valablement éclairer :

  • 65 Cordier lettre à Tournal, 10 février 1829, Archives de Narbonne.

Ainsi par exemple, quels sont les principaux animaux dont on trouve des débris dans la brèche et quels sont les limons noirs ? Y-a-t-il des squelettes entiers ou non ? Quelles sont les pièces osseuses qui sont humaines ? Comment sont-elles mélangées avec les précédentes ? Et avec les débris de poteries ? Comment écartez-vous l’objection que les débris humains ont pu être introduits depuis les temps actuels et enfouis comme dans un cimetière et que peut-être ensuite des carnassiers modernes en ont déterré et dispersé les lambeaux ?65

  • 66 Bulletin des travaux de la Société de pharmacie de Paris, mars 1829, p. 190. Les Procès-verbaux de (...)
  • 67 Les Procès-verbaux des séances de l’Académie des sciences n’ont pas gardé trace de cette présentat (...)

43L’intervention de Tournal a redonné une actualité à la question de l’homme fossile. Le 16 février, Julia de Fontenelle rappelle par lettre que, quatre ans auparavant (22 août 1825), de retour d’un voyage dans les Pyrénées, il avait lu dans cette assemblée une note sur un banc de « soufre natif hydraté » découvert par lui et qu’il avait remis, en même temps que des échantillons de ce soufre, « aux commissaires chargés de l’examen de sa note, un os fossile qu’il crut être un humérus humain, et qui avait été trouvé à peu de distance de la caverne où M. Tournal a rencontré ceux dont on a entretenu l’Académie dans sa dernière séance. »66 Au-delà, ces diverses présentations et l’écho que leur donne la presse attisent les recherches sur le terrain. Dans le Midi, les découvertes de « grottes à ossements » continuent de se produire. Le 2 mars, à l’Académie, Cordier donne lecture d’une lettre de Renaud de Vilbac, directeur des mines de houille de Cavailhac, qui annonce avoir découvert dans une brèche osseuse sur le versant septentrional du Causse de la Tessonne près du Vigan (Gard), des fossiles « appartenant à des mammifères antédiluviens ». Plusieurs échantillons encore enchâssés dans leur gangue accompagnent cette lettre. Examinés par Cuvier, ils lui semblent pouvoir être rattachés à « une espèce d’ours à front bombé ». Cordier entend suggérer à l’Académie « d’affecter une somme à l’exploration de cette caverne » car il estime qu’il serait de grand intérêt d’y mener des fouilles.67

  • 68 « Extrait d’une autre lettre adressée à M. L. Cordier, le 15 février 1829, sur les ossements humai (...)
  • 69 « Extrait d’une lettre adressée à M. L. Cordier, le 15 février 1829, sur les ossements humains mêl (...)
  • 70 Procès-verbaux des séances de l’Académie des sciences, T. 9, 1829, p. 207.
  • 71 « Caverne de Bize. Fossiles d’animaux antédiluviens mêlés à des débris humains », Le Globe, 26 mar (...)

44Le 16 mars, c’est ce même Cordier qui donne lecture d’extraits de deux lettres reçues de Paul Tournal68 et de Marcel de Serres69, qui préparent de concert une publication sur les grottes de Bize. L’assemblée renvoie l’examen de ces missives à Cuvier, Brongniart et Cordier, à charge pour eux d’en faire rapport70. Dans son compte-rendu, Le Globe71 se montre de nouveau dubitatif considérant même, « jusqu’à plus ample examen », les arguments développés par les deux savants méridionaux comme « douteux » et préférant attendre avec intérêt le jugement que porteront les commissionnaires nommés. Or, ces lettres sont d’un intérêt majeur et méritent donc que l’on s’y arrête dans la mesure où elles constituent une espèce de bilan général des découvertes et des conclusions respectives des deux naturalistes.

45La lettre que de Serres a adressée est en quelque sorte une réponse aux doutes qu’il a sentis poindre dans le compte-rendu des travaux de Tournal tel qu’il avait été publié par Le Globe. Lors de sa première visite dans les grottes de Bize en compagnie de Tournal, de Serres y avait constaté la présence d’« ossements humains fixés au rocher avec d’autres os de divers animaux et de coquilles de terre ; le tout était adhérent et lié ensemble par un ciment stalagmitique calcaire, plus ou moins pierreux. » Il avait alors le sentiment « qu’ils pouvaient y avoir été entraînés d’une manière accidentelle et n’être pas de la même date que les autres débris d’animaux avec lesquels ils étaient mêlés. » Ces conclusions initiales constituent l’ossature d’un mémoire sur les cavernes préparé par lui et qui, depuis plus d’un an, attend d’être publié par les rédacteurs des Mémoires de la Société d’histoire naturelle de Paris. Depuis cette visite, Tournal a découvert, dans les concrétions calcaires mais également dans la couche supérieure du remplissage de la grotte (limon noir), d’autres ossements humains, des dents (premières molaires) qui « conservent encore leur émail, quoique leurs racines soient altérées et happent fortement la langue » et des fragments de poteries « liés aux ossements humains et à des débris de mammifères terrestres d’espèces perdues » et dont certaines semblent « d’après leur nature et l’élégance de leurs contours, se rapporter aux genres des poteries dites étrusques ». Les angles vifs de ces morceaux de poteries laissent penser à de Serres que celles-ci ont sans doute été fracturées par l’action violente des eaux mais qu’elles n’ont pas été transportées, roulées, par l’eau. À cet ensemble sont associés : des coquilles marines et terrestres se rapportant toutes à des espèces semblables aux espèces actuelles (coquilles Saint-Jacques, moules, divers gastéropodes…) et des restes d’« espèces perdues de mammifères terrestres et d’autres qui ne vivent plus aujourd’hui dans nos contrées » comme « plusieurs espèces de cerfs du sous-genre anoglochis » et « l’aurochs (Bos urus), dont la race est dans ce moment presque éteinte en Europe ».

  • 72 « Extrait d’une lettre adressée à M. L. Cordier, le 15 février 1829, sur les ossements humains mêl (...)
  • 73 Ibid.

46Pour autant faut-il en conclure que « nous avons enfin la preuve physique que l’espèce humaine a été, pendant la période géologique antérieure à celle où nous vivons, contemporaine des animaux perdus, ou, en d’autres termes, et pour nous servir d’expressions plus conformes aux idées vulgaires, que nous avons découvert de véritables débris d’hommes antédiluviens ? »72 Avant de répondre à cette question, de Serres souligne que l’observation des terrains lui a permis de constater qu’il est parfois fort délicat de distinguer l’âge des dépôts, les couches ayant parfois tendance à s’entremêler. Or, un tel doute rend épineuse l’idée d’arriver à « distinguer ce qui est antédiluvien de ce qui est postdiluvien, ou ce qui est fossile de ce qui ne l’est pas. » De ce point de vue, l’analyse physico-chimique n’est pour de Serres d’aucun secours véritable pour attester de l’âge d’une pièce. La « pétrification » n’étant pas une preuve suffisante car « les faits les plus positifs » démontrent que « la matière inorganique se substitue dans les temps présents à la matière organique, et que les coquilles vivantes se pétrifient, dans le sein de la Méditerranée, de la même manière que les coquilles fossiles se sont pétrifiées dans le sein de l’ancienne mer ; en sorte que si l’état pierreux est un caractère de l’état fossile, cet état n’a jamais cessé de se produire. » La coïncidence dans les mêmes dépôts d’ossements humains et d’espèces animales disparues de nos contrées n’apporte en l’état actuel des connaissances qu’une seule démonstration : « depuis les temps historiques ou depuis l’apparition de l’homme sur la terre, certaines races d’animaux ont été entièrement détruite ». Or, ce phénomène est toujours en action puisque, en raison de « causes, toutes simples et toutes naturelles », des espèces animales continuent de disparaître ou de migrer, y compris dans des parties du globe non encore explorées73. Sur le plan de la dynamique écologique, de Serres se place donc dans une approche actualiste.

  • 74 Ibid.

47L’ensemble des faits qu’il a recueillis l’amène à établir deux constats principaux dans lesquels le Déluge biblique trouve toute sa place : « 1 ° que les temps géologiques se lient en quelque sorte et sans interruption aux temps historiques, 2 ° que les dépôts tertiaires produits après la retraite des mers dans leurs bassins respectifs ont eu lieu à une époque bien peu éloignée de la période actuelle, puisqu’ils renferment un si grand nombre d’espèces semblables ou du moins analogues à celles qui vivent encore. »74

48De son côté, Tournal reprend chacune des observations qu’il a faites et a déjà communiquées à l’Académie :

  • 75 « Extrait d’une autre lettre adressée à M. L. Cordier, le 15 février 1829, sur les ossements humai (...)

1 ° Tous les objets renfermés dans le limon et les brèches sont de la même date.
2 ° À une certaine époque, la première caverne a été entièrement comblée ; ce qu’indique assez la brèche qui revêt la voûte. Dans la deuxième caverne, la voûte étant beaucoup plus élevée, le limon n’a pu y atteindre ; mais tout indique que le limon a été plus élevé qu’il ne l’est actuellement.
3 ° Les cavernes ont été comblées pendant l’époque intermédiaire entre les temps géologiques et les temps historiques.
4 ° Le limon qui les a comblées et les ossements qu’il renferme sont beaucoup plus modernes que ceux ensevelis dans les cavernes de Lunel-Viel, département de l’Hérault, et dans les principales cavernes connues jusqu’aujourd’hui.
5 ° Pendant le temps écoulé entre le dépôt du limon des cavernes de Lunel-Viel, et de celui qui a comblé les cavernes de Bize, les animaux qui habitaient la France avaient éprouvé de grands changements.
6 ° Quelques animaux ont disparu de la surface du globe dans les temps historiques.
7 ° L’homme a été contemporain des phénomènes qui ont comblé les cavernes de Bize.
8 ° Les ossements ont été surpris et brisés dans la caverne par le courant qui a apporté le limon et le gravier.75

Des naturalistes du Midi particulièrement actifs

49La réception initiale des travaux de Tournal a été dans l’ensemble bienveillante, mais les critiques vont poindre et croître à proportion de l’originalité de plus en plus affirmée de ses conclusions. Le 11 mai 1829, Cordier donne lecture à l’Académie d’une note sur Les cavernes à ossements de Bize rédigée par Destrem, ingénieur des Ponts et Chaussées de Carcassonne. Celle-ci va fragiliser les résultats de Tournal. Renvoyé à la commission précédemment constituée pour étudier l’affaire de Bize, ses conclusions semblent sans appel :

  • 76 « Cavernes à ossements fossiles de Bire [sic] ; note communiquée à l’Institut par M. Destrem, ingé (...)

Ce mélange [de restes humains et d’espèces disparues], dont l’histoire de la science ne présente jusqu’ici aucun exemple authentique, n’a point été reconnu par M. Destrem ; cet ingénieur a bien rencontré quelques ossements humains dans les cavernes de Bire [sic], mais ils étaient renfermés dans des couches évidemment différentes de celles qui contiennent les véritables fossiles.76

  • 77 Revue encyclopédique, T. 43, juillet-septembre 1829, pp. 56-57. Sur les brèches osseuses de Nice : (...)

50De plus, les restes humains ne sont pas recouverts « de la croûte ferrugineuse qu’on voit autour des os vraiment fossiles. Selon lui, des malfaiteurs ou des curieux ont très bien pu trouver la mort dans ces cavernes et « partager ainsi la sépulture de diverses espèces d’animaux qui s’y retiraient autrefois ». Cuvier ne laisse pas passer l’occasion. Pour lui, ces faits « n’ont rien que d’ordinaire » et sont une confirmation d’éléments acquis par ailleurs. Des générations nombreuses d’animaux ont pu trouver refuge dans ces grottes et, en raison de la « stalagmite qui s’y dépose journellement », leur restes peuvent être « encroûtés avec les premiers ». Dans la grotte de Paviland, Buckland n’a-t-il pas ainsi trouvé « jusqu’à un squelette entier de femme, avec des aiguilles d’os, ce qui montre qu’elle y reposait depuis bien long-tems » ? Cuvier lui-même se souvient avoir remarqué dans une brèche osseuse de Nice un maxillaire supérieur humain « déjà enduit d’une couche mince de stalagmite. »77 Le Globe quant à lui (16 mai 1829) est sans appel. Évoquant le mélange de restes humains et d’espèces disparues qu’« ont cru découvrir » Tournal et de Serres, il indique que « ce mélange dont l’histoire de la science ne présente jusqu’ici aucun exemple authentique n’a point été reconnu par M. Destrem ».

  • 78 Aujourd’hui grotte de la Caune de l’Arago, commune de Tautavel.
  • 79 Serres (Marcel de), Farines (Joseph), « Note sur les cavernes à ossements d’Argou (Pyrénées-Orient (...)

51Cordier présente le 8 juin 1829, au nom de De Serres et du pharmacien perpignanais Joseph Farines (1792-1864), une notice sur la caverne d’Argou (Pyrénées-Orientales)78. Cette pièce doit être remise à la Commission « précédemment nommée pour l’examen de ce genre d’observations », c’est-à-dire celle qui n’a toujours pas rendu ses conclusions. En préambule, ce texte rappelle la nouvelle lecture du remplissage des grottes proposée par de Serres : « Les cavernes à ossements, considérées d’abord comme des sortes d’accidents ou des phénomènes locaux, ont pris une tout autre importance depuis que l’un de nous a établi, par des faits nombreux, que la dispersion des ossements dans les cavités souterraines avait été produite par des causes analogues à celles qui ont disséminé dans nos terrains d’alluvion les ossements que l’on y découvre. »79 Dans ce contexte, les auteurs expliquent avoir découvert des restes d’animaux antédiluviens (comme le Rhinoceros tichorhinus) mêlés avec ceux d’animaux actuels sans avoir pu constater la présence de restes de carnivores. Selon eux, cette constatation remet en cause l’idée que ce sont les habitudes alimentaires des carnivores, en particulier le charognage des hyènes, qui seraient à l’origine de l’introduction dans les grottes de restes d’animaux. Deux hypothèses pourraient alors expliquer ce phénomène : soit les animaux dont on trouve les débris auraient vécu dans les cavernes-mêmes, soit leurs ossements y auraient été transportés postérieurement à leur mort.

FIGURE 7
« Coupe verticale de la grotte de Goat Hole à Paviland ». Planche extraite de Buckland (William), Reliquiae diluvinnae or Observations on the organic178 remains... attesting the action of the universal deluge..., London : J. Murrau, 1824, pl. 21 entre pp. 272-273.

  • 80 Christol (Jules de), « Notice sur les ossemens humains fossiles des cavernes du département du Gar (...)

52Ces développements sont présentés à l’Académie peu de jours avant que Cordier n’y donne lecture (29 juin 1829) d’une lettre de Christol annonçant la découverte opérée en 1827 des deux premières cavernes à ossements fossiles signalées dans le Gard (près de Sommières à Pondres et à Souvignargues). Son ami Émilien Dumas (1804-1870) assisté du docteur Bonnaure en sont les inventeurs. Le mémoire descriptif qui accompagne la lettre est confié à la commission Cordier, Brongniart.80

  • 81 Tournal lettre à de Serres, 1er août 1829, Archives de Narbonne.
  • 82 Christol (Jules de), Notice sur les ossements humains fossiles des cavernes du département du Gard (...)

53Courant août 1829, de Serres se rend chez Tournal pour mener avec lui quelques excursions géologiques et travailler sur leur projet de mémoire commun consacré à Bize. Tournal ne lui a pas caché son souhait de voir ses travaux valablement reconnus par le monde académique. Dans l’immédiat, il s’agit de s’armer de patience dans l’attente du temps où « la fureur des mots passe et les sciences sont telles qu’elles doivent être »81. Il est vrai que Le Globe a, récemment (8 juillet 1829), laissé entendre que les conclusions de Christol étaient, de l’avis de Cuvier, plus concluantes que celles de Tournal sur Bize. De fait, bien des éléments doivent séduire Cuvier. Dans son mémoire, Christol insistait sur le fait, qu’en ce qui concerne les ossements humains « M. Tournal est parvenu à constater qu’ils sont effectivement dans les mêmes circonstances géologiques que les autres ossements, qui les accompagnent, et dont un assez grand nombre se rapporte à des cerfs d’espèces disparues », mais que ces faits n’apportent pas la preuve formelle de la contemporanéité de l’ensemble de ces restes. Tout juste permettent-ils d’avancer l’opinion que « de grands quadrupèdes » ont pu disparaître « au moins depuis l’établissement de l’homme dans nos contrées. »82 De plus, le caractère antédiluvien ou fossile de ces ossements est sujet à caution. En effet, la faune découverte à Bize se distingue par trop de celle communément trouvée dans les autres cavernes (hyènes, rhinocéros, lions) et qui est caractéristique de la période antédiluvienne. Bref, sauf éléments nouveaux, les restes humains et la faune de Bize doivent être regardés comme postdiluviens :

  • 83 Ibid., pp. 6-7.

En observant que, jusqu’à ce jour, on n’a encore découvert aucune espèce évidemment antédiluvienne dans la caverne de Bise, je suis loin de prétendre qu’on ne puisse y en découvrir dans la suite ; il serait bien difficile, pour ne pas dire impossible, de prédire les résultats auxquels on pourra parvenir. C’est pour ce motif, qu’en attendant que de plus amples documents viennent porter un nouveau jour dans cette matière, j’ai dû, au lieu de substituer des hypothèses à la réalité, me borner à déduire les conséquences que j’énonce de l’état présent des choses, en évitant de me prononcer sur les faits inconnus que des recherches ultérieures pourront peut-être ajouter à ceux qui sont déjà dans le domaine de la science.83

FIGURE 8
Exemplaire d’Émile Cartailhac conservé à la bibliothèque de l’Institut de Paléontologie Humaine.

  • 84 Christol lettre à Cuvier, Montpellier 9 mai 1829, Bibliothèque de l’Institut de France, Fonds Pier (...)
  • 85 Christol (Jules de), Notice sur les ossements humains fossiles, op. cit., p. 25.
  • 86 Ibid., p. 15.

54D’autant plus prudent qu’il s’inquiétait de l’accueil qui serait fait à ce travail84, Christol suggère que Tournal aurait quant à lui tendance à émettre des conclusions un peu hâtives alors que la réalité du terrain ne l’y autorise pas. Ce sont donc bien ses qualités propres de géologue qui sont ici mises en cause, alors que Christol met en avant son désir d’établir une démonstration rigoureuse. L’opinion de la non-existence de l’homme à l’état fossile qui n’était jusque-là fondée que sur des faits négatifs, « dont on a pu quelques fois exagérer la valeur »85, est maintenant contestée par des faits positifs attestés à Pondres : absence de remaniement des couches, présence de faunes antédiluviennes tellement mêlés aux restes humains – molaire supérieure, plusieurs phalanges de la main, un métatarsien – que ces derniers n’ont été remarqués que lorsqu’il a fallu procéder à la détermination des pièces, découverte de poteries dans les couches supérieures et dans les plus profondes qui doivent être considérés comme autant de « véritables équivalents géognostiques des ossements humains »86.

FIGURE 9
« Ossemens humains fossiles ». 1, Extrémité carpienne du Radius. (Caverne de Souvignargues) ; 2, Troisième vertèbre lombaire vue par sa face supérieure. (Caverne de Souvignargues) ; 3, Radius vu en pronation. (Caverne de Souvignargnes) ; 4, Extrémité humérale du Radius. (Caverne de Souvignargues) ; 5, Troisième vertèbre lombaire vue latéralement ; 6, Première phalange de l’annulaire de la main gauche. (Caverne de Pondres) ; 7, Fragment de molaire d’Ours. (Caverne de Souvignargues.) – On a représenté au trait le reste de la dent. Lithographie de Moquin extraite de Christol (Jules de), Notice sur les ossemens humains fossiles des cavernes du département du Gard, Montpellier : J. Martel Aîné imprimeur, 1829, 25 p., pl. hors texte.

  • 87 Revue médicale française et étrangère, T. 3, 1829, pp. 500-503.
  • 88 Tournal (Paul), « Considérations théoriques sur les cavernes à ossements de Bize, près Narbonne (A (...)

55À la fin de l’été 1829, Tournal reprend l’initiative car l’indulgence dont bénéficie Christol pourrait estomper son propre rôle, sachant que l’Académie demeure dans une fin de non recevoir à son égard, et diffuse un mémoire important : « Considérations théoriques sur les cavernes à ossements de Bise ». Ce document est présenté une première fois sous la forme d’une lettre sur les ossements humains trouvés dans les cavernes de Bize et ailleurs à Julia de Fontenelle qui le communique à l’Académie (17 août)87, qui le renvoie à la commission chargée depuis des mois de faire un rapport sur les différentes études adressées à ce sujet. Enfin, lors de la séance du lundi 28 septembre, Cordier présente au nom de Tournal un mémoire qui reprend quasiment les mêmes termes que ceux de la lettre à Fontenelle et qui, cette fois encore, est renvoyé à la même commission88.

  • 89 Tournal lettre à de Serres, circa septembre 1829, Archives de Narbonne.
  • 90 Tournal regrette particulièrement que de Serres ne lui ait pas encore renvoyé « deux bois de cerf (...)

56Tournal, qui vient de lire dans L’universel un compte-rendu de cette séance du 28 septembre, écrit à de Serres et lui expédie une caisse de fossiles de Bize89 qui vient compléter ceux qu’il lui a précédemment confiés pour détermination. Il espère que ce travail sera vite effectué car il souhaite récupérer ces pièces pour s’initier lui-même à l’anatomie comparée et parce qu’il estime légitime de les conserver à proximité de l’endroit où elles ont été mises au jour, pour pouvoir ainsi être offertes aux yeux des visiteurs90. En ce qui concerne leur publication commune consacrée à Bize, Tournal s’inquiète du temps très long que prend de Serres pour boucler sa partie. De Serres est un homme très occupé mais ce retard traduit sans doute un malaise plus profond, des divergences sur l’analyse de remplissage de Bize. Déjà, il avait adressé à Tournal « une critique peut-être un peu trop amère » d’une note de Tournal à paraître dans les Annales des sciences naturelles.

  • 91 Tournal, « Considérations théoriques… », Annales des Sciences naturelles, op. cit., p. 243.
  • 92 Ibid., p. 244.

57Dans ses « Considérations théoriques », Tournal évoque avec nuance l’attitude de la communauté des naturalistes et l’« accueil favorable qu’ils ont bien voulu faire à [ses] premières observations », et salue l’importance des recherches menées par Christol qui viennent confirmer « ce que nous avions dit depuis longtemps, que l’existence de l’homme n’avait pas été séparée de l’existence des animaux d’espèces disparues, c’est-à-dire qu’ils avaient été contemporains » et prouvent également que « l’homme a aussi vécu avec quelques espèces d’animaux beaucoup plus anciens, et qui caractérisent la population antédiluvienne. »91 À Bize, cette double contemporanéité est attestée par trois faits majeurs : restes humains, animaux et poteries sont confondus dans les dépôts et brèches, des « ossements d’espèces perdues portent l’empreinte bien caractérisée d’instruments tranchants », enfin on peut même d’envisager que « quelques espèces ont réellement subi l’influence de la domesticité ».92

  • 93 Ibid., p. 254.

58Pour le reste, Tournal demeure fidèle à ses arguments précédemment développés, mais il a bien conscience que la question de l’existence de l’homme fossile est celle qui fait obstacle. Espérant dépasser cette difficulté, et conscient que la bataille en cours passe aussi par les mots, il se lance dans de longs développements sur la définition de fossile que d’aucuns voudraient limiter aux seuls corps organisés trouvés « dans les couches régulières du globe ». Or, cette explication ne tient plus dès lors que les couches régulières se confondent, comme il a pu le constater, avec les dépôts plus modernes. Son raisonnement est le suivant : élaborer une définition du caractère fossile et vérifier que les restes humains découverts à Bize entrent dans ce cadre, même s’ils ont été mis au jour dans un terrain récent. Pour cela, il retient un certain nombre de caractères cumulatifs : « altération chimique », « position géognostique », « contemporanéité avec des espèces perdues et caractéristiques de la période antédiluvienne ». Ces éléments se retrouvent dans les cavernes du Gard mais Tournal doit concéder que ce n’est pas le cas à Bize où le dépôt relève du diluvium. Mais il n’est pas sans insister sur la nature particulière des assemblages que ses fouilles ont révélés. Le remplissage est un phénomène complexe, dans lequel de multiples facteurs interviennent (conditions particulières du remplissage, remaniements ultérieurs éventuels, etc.), et « ce sera aux géologues qui visiteront les cavernes à examiner minutieusement toutes les circonstances, afin d’arriver, par l’examen des faits, à la bonne théorie. »93 Dans l’immédiat, ce qu’il constate à Bize c’est un remplissage très lent provoqué par les eaux pluviales qui, par les anfractuosités, se sont infiltrées et ont charrié et accumulé l’ensemble hétéroclite de pièces mises au jour (coquilles, ossements, poteries). D’ailleurs, chaque jour, ces infiltrations continuent d’entraîner dans la caverne des éléments du « limon rouge ».

  • 94 Bertrand-Geslin (Charles), « Caverne à ossements, d’Adelsberg en Carniole », Annales des sciences (...)

59Cette approche conforme aux travaux antérieurs de Charles Bertrand-Geslin (1796-1863)94, qui établissent la possibilité d’un remplissage hors l’action de carnivores, permettrait d’expliquer la nature singulière de ce dépôt et le parfait état des pièces mises au jour. Il exclut aussi l’hypothèse d’un remplissage opéré par l’entrée de la grotte sous l’action des flots impétueux de la Cesse à l’occasion d’une grande catastrophe. Bref, pour Tournal c’est bien toute la question des phénomènes de remplissage des grottes qui est en jeu avec l’étude de celles de Bize et au-delà celle de l’âge de l’apparition de l’homme. En effet, l’archéologie ne pouvant résoudre seule cette question, c’est donc bien la géologie qui doit prendre sa suite :

  • 95 Tournal, « Considérations théoriques… », op. cit., p. 258.

On concevra d’ailleurs tout l’intérêt que nous attachons à la connaissance des phénomènes dont nous venons de nous occuper, lorsque l’on sera, comme nous, convaincu que la géologie commence là où l’archéologie s’arrête, et que, lorsque celle-ci aura épuisé ces recherches et rencontré le voile mystérieux et impénétrable qui couvre l’origine des nations, la géologie donnant un supplément à nos courtes Annales, viendra réveiller l’orgueil humain, en lui montrant l’antiquité de sa race ; car la géologie seule peut désormais nous donner quelques notions sur l’époque de la première apparition de l’homme sur le globe terrestre.95

60Ainsi, fondamentalement, la question de l’apparition de l’homme est avant tout du domaine des naturalistes avant d’être celui des archéologues, tant en raison de la nature des indices à analyser que de l’époque très lointaine de cette apparition.

  • 96 Journal de chimie médicale, T. 6, 1830, p. 21.
  • 97 Serres (Marcel de), « Lettre adressée à M. Cordier, membre de l’Académie royale des sciences, sur (...)

61De son côté, Christol continue d’informer l’Académie de ses dernières avancées. Le 23 novembre 1829, Cordier annonce avoir reçu de lui « des ossements fossiles, qualifiés ossements humains »96 et avise l’assemblée que de Serres l’a prévenu de la découverte effectuée par Jean-Baptiste Pitorre, jeune médecin à Azille dans le Minervois et co-concessionnaire des mines de houille de Cesseras, de cinq nouvelles cavernes à ossements à Fauzan (commune de Cesseras, Hérault), à une vingtaine de kilomètres au nord-ouest de Bize97. Les ossements sont très nombreux et appartiennent en général à des espèces perdues. Les plus communs proviennent de l’Ursus spaeleus et de l’Ursus actoideus. Ils sont intimement mêlés avec des débris de poteries grossières et confondus dans un limon rougeâtre analogue à celui qui, dans les cavernes de plusieurs parties de l’Europe, renferme des animaux d’espèces perdues.

Une correspondance privée qui trahit des tensions

62Dans le même temps, les échanges entre Tournal et Serres semblent plus crispés, même si l’estime que se portent les deux hommes demeure intacte. Une longue lettre permet d’esquisser un bilan des débats qui les animent. Leur publication commune consacrée à Bize et annoncée depuis longtemps aurait dû paraître. Or, de Serres fait preuve d’une grande inertie. Tournal désireux d’avancer et constatant que leurs désaccords ne pourront être résolus, en vient à ce que leurs contributions personnelles soient bien distinctes : à de Serres les déterminations, à Tournal « la description des cavernes et des considérations générales » :

  • 98 Tournal lettre à de Serres, 28 novembre 1829, Archives de Narbonne.

Par ce moyen il me sera facile de développer ma manière de voir et je me propose de le faire avec toute la sagesse et toute la prudence possibles. Que nous importe ensuite qu’il y ait des erreurs dans un travail auquel vous n’aurez pas coopéré, et dans lequel tous les faits dont la connaissance vous est due, vous seront attribués avec toute la bonne foi scrupuleuse que vous me connaissez.98

63Il est vrai que de Serres ne s’est pas privé de critiquer le manuscrit de Tournal, allant jusqu’à lui reprocher des erreurs de jugement. Vexé, le Narbonnais profite de cette lettre pour reprendre ses arguments. S’il a dit que la faune de Bize lui semble plus moderne c’est, en l’état actuel des fouilles, en raison de l’absence de quelques espèces caractéristiques de la « population antédiluvienne » parmi lesquelles les « grands carnassiers ».

  • 99 Ibid.

Ces espèces existeront-elles dans les couches les plus inférieures, que je n’ai fait qu’effleurer, je l’ignore. Quoi qu’il en soit de la présence ou de l’absence des grands carnassiers dans les couches inférieures, les idées que j’ai jetées en avant ne changeront pas, et leur présence ne fera qu’accroître l’intérêt qui s’attache à ces cavernes. Intérêt qui augmente à mesure qu’on les étudie davantage.99

64Dans ses remarques, de Serres est allé jusqu’à juger grotesque d’envisager comme antédiluviens des fossiles d’animaux associés à des poteries. Pour Tournal, cette idée est loin d’être ridicule puisque « l’absence des matériaux modernes dans le diluvium ne repose que sur des faits négatifs », encore faut-il que tout le monde s’accorde sur le contenu du terme de diluvium. Or, « c’est là une des règles de la géologie positive », il suffit d’un fait positif pour valablement tout remettre en cause :

  • 100 Ibid.

Croyez-moi, le temple de la science n’est pas assis sur des bases assez solides pour que l’on puisse assurer qu’il n’y a rien à changer. D’ailleurs vous n’ignorez pas que dans ma manière de voir, plusieurs espèces ensevelies dans les cavernes de Bize, quoique disparues de la surface du globe, ne mériteraient pas pour cela d’être appelées anté-diluviennes.100

  • 101 Tournal lettre à de Serres, décembre 1829, Archives de Narbonne.
  • 102 Au-delà de leur caractère dérisoire, ces reproches démontrent que les deux hommes puisent à de mul (...)
  • 103 Souligné par Tournal.
  • 104 Tournal lettre à de Serres, décembre 1829, Archives de Narbonne.

65Loin d’apaiser de Serres, leurs échanges de lettres alimentent leur différend et prennent parfois une tournure mesquine. Il en est ainsi, en décembre 1829, lorsque de Serres en vient à reprocher à Tournal d’avoir copié dans un de ses livres l’expression « l’aurochs ou bison autrefois commun dans les forêts de Germanie »101. Celui-ci lui concède cet emprunt mais lui fait remarquer que de Serres avait lui-même pris ce passage, et plusieurs autres avec lui, dans un livre du géologue Constant Prévost (1787-1856) et sans même le citer… De plus de Serres aurait lui-même plagié Tournal dans sa description des lignites de la Caunette qu’il n’a jamais visitées.102 Mais c’est bien la question de l’âge des faunes qui est la pierre d’achoppement entre eux, de Serres commentant le travail de Tournal en usant de qualificatifs (« faux, inexact, absolument faux, etc. etc. »103) que ce dernier goûte peu. De même, le Montpelliérain n’admet toujours pas l’idée que plusieurs causes puissent être à l’origine de l’accumulation des ossements dans les cavernes estimant que « tout le monde s’accorde sur la constance, la généralité et l’uniformité des phénomènes qui ont accumulé les ossements dans les cavernes »104. Or, selon Tournal, Buckland, Bertrand-Geslin, Rebout et Christol ne sont pas de cet avis.

FIGURE 10
Lettre de Paul Tournal à Marcel de Serre, décembre 1829 (« Monsieur et cher ami, je reçois à l’instant même la lettre et le mémoire... »), Archives municipales de Narbonne.

  • 105 Ibid.
  • 106 Ibid.
  • 107 Ibid.

66À l’évidence, ce sont deux représentations antithétiques de la profondeur du temps et de l’antiquité de l’espèce humaine qui les séparent. De Serres reproche particulièrement à Tournal de faire relever de la géologie et non de l’histoire l’époque de la venue de l’homme alors que « la géologie ne donne jamais de dates et l’histoire nous donne celle de l’apparition de l’homme sur la terre. »105 Pour Tournal, la géologie ne donne certes pas de date, mais elle permet de préciser une époque et en l’occurrence celle où l’homme était contemporain des phénomènes observés par lui à Bize. De plus, il ne serait pas ridicule de mettre une date car quelques « auteurs d’un grand mérite ont taché, à l’aide de certains chronomètres géologiques, de remonter jusqu’à l’époque de la première apparition de l’homme. » Enfin, les phénomènes que décrit Tournal sont plus anciens que l’histoire car les premiers hommes « ont dû demeurer longtemps avant de se créer un langage, avant de se réunir en société, avant de pouvoir conserver par des signes quelconques la succession des événements, l’histoire là-dessus ne peut rien nous apprendre. L’homme peut avoir demeuré un temps infini dans cet état d’enfance, dans cet état de simplicité primitive. »106 Les chercheurs sont « réduits à de simples conjectures » que seule la géologie peut envisager de lever. Revenant sur les termes employés par de Serres, Tournal s’indigne qu’il ne puisse envisager l’apparition de l’homme que depuis les premières traditions écrites. Les « traditions sacrées » se voyant ainsi octroyer une vérité, celle de témoignage diachronique authentique. Il ne peut l’accepter : « Je dois m’arrêter, ma foi n’est pas assez robuste, mon orthodoxie ne va pas jusque-là ; et je ne vois dans cette histoire qu’une énigme sublime, digne de mon respect. »107 Pour la première fois, nous le voyons ouvertement évoquer des considérations religieuses. Désormais, celles-ci vont s’immiscer dans ce qui n’était alors qu’une discussion entre géologues. Elles vont également amener Tournal à poursuivre sa révision du vocabulaire géologique.

  • 108 Annales des sciences naturelles, T. 18, 1829, p. 155.

67L’Académie continue de se préoccuper de la question de l’homme fossile. Le 30 novembre 1829, Ami Boué (1794-1881) communique des observations sur des ossements humains trouvés en diverses régions de l’Allemagne. Là encore, l’affaire est renvoyée à la commission qui doit examiner les mémoires de Christol, de Serres et Tournal. Elle est de nouveau chargée, le 28 décembre, de l’étude d’un autre mémoire du Montpelliérain de Serres, présenté par Cordier, qui apporte des précisions sur les découvertes faites dans la caverne de Fauzan. Cuvier fait alors remarquer, sans citer explicitement Tournal et Bize, que la commission aurait déjà rendu son rapport si ceux qui écrivent à l’Académie avaient pris le soin de transmettre « des échantillons des ossements et des roches ». Christol serait le seul à avoir joint à son manuscrit quelques spécimens des ossements humains qu’il a trouvés « mêlés à ceux des espèces perdues »108. Le Globe du 2 janvier 1830 s’empresse de donner un écho aux remarques de Cuvier.

  • 109 Marcel de Serres va accomplir une démarche similaire mais publique en confiant des pièces à Franço (...)
  • 110 Tournal lettre à Cuvier, 3 janvier 1830, Bibliothèque de l’Institut de France, papiers Cuvier MSS (...)
  • 111 Ibid.

68Dès qu’il a connaissance de cette objection, Tournal adresse à Cuvier une lettre privée très déférente mais ferme avec l’espoir de pouvoir se faire entendre (3 janvier 1830)109. Il comprend la nécessité pour les membres de l’Académie de juger sur pièces mais tient à objecter que « c’est dans cette intention que je vous ai adressé il y a déjà près de 2 ans, c’est-à-dire à l’époque où j’ai découvert les cavernes de Bize, une caisse d’ossements et de brèches osseuses provenant de ces cavernes. Pensant que cette caisse ne vous a pas été remise, je vais aujourd’hui même remettre à la diligence un 2e envoi d’ossements »110. Il déclare joindre à cette nouvelle expédition le dessin de quelques pièces qu’il préfère conserver chez lui. Ce courrier nous apprend qu’à cette époque de Serres a entre les mains la majeure partie des pièces mises au jour à Bize à des fins de détermination. Tournal laisse d’ailleurs pointer une once d’agacement à son égard : « Je me repends déjà de m’être associé avec ce professeur de Montpellier, parce qu’il cumule toutes les descriptions présentes et futures, et que ce monopole l’empêche de décrire avec soin des phénomènes qu’il ne voit très souvent qu’en passant, et que souvent même il ne voit pas du tout. »111

69Mais cette lettre est également l’occasion pour Tournal de tenter d’intéresser Cuvier à ses découvertes, de lui présenter la réalité de la totalité de ses observations (morphologie et conditions toujours en œuvre du remplissage de la grotte de Bize, différences avec Lunel-Viel, état physico-chimique des ossements mis au jour) que la presse a selon lui dénaturées, ce qui a nui à la bonne acceptation de ses travaux. La conclusion trahit une lassitude certaine :

  • 112 Ibid.

Il est malheureux que la question de la contemporanéité des ossements humains et des ossements d’animaux appartenant à des espèces perdues que j’ai été le premier à observer dans les cavernes de Bize, et qui me paraît rigoureusement établie, ait absorbé toutes les autres questions secondaires qui naissent en foule dans ces cavernes. J’espère monsieur que si j’ai le malheur de ne pas pouvoir vous convaincre de la vérité de cette nouvelle observation, parce que votre position ne vous permet pas de vous prononcer légèrement, vous examinerez au moins attentivement tous les autres faits qu’ont offert les cavernes de Bize et qui bien que d’un intérêt secondaire, n’en méritent pas moins de fixer l’attention des savants. […] Les lettres d’un débutant en géologie vous offriront sans doute peu d’intérêt mais votre approbation étant pour moi la plus belle des récompenses et celle que j’ambitionne le plus, je ferai tous mes efforts pour la mériter.112

  • 113 Tournal lettre à Cuvier, 13 juin 1830, BCM, Papiers Cuvier MS 627 pièce 104.
  • 114 « Revue bibliographique », Annales des sciences naturelles, T. 21, 1830, p. 76.
  • 115 Ibid.

70Au printemps 1830, Tournal profite des premiers beaux jours pour mener des explorations le long de la Cesse et visiter les grottes découvertes par Pirrote dans le Minervois. C’est à cette époque également (mai 1830) qu’il se rend à Paris où il rencontre de nombreux naturalistes. De son passage par la capitale il revient enthousiaste : Cuvier a bien voulu le recevoir et surtout lui promettre de rendre le rapport dont l’a chargé l’Académie des Sciences, ce que Tournal tient à lui rappeler dès son retour à Narbonne dans une lettre au ton parfois un peu obséquieux.113 En réalité, Cuvier n’envisage nullement de rendre ses conclusions. Pour lui, les travaux des naturalistes du Midi n’apportent strictement rien de neuf sur la question de l’homme fossile. Lors de la séance du 3 mai, qui précède la venue de Tournal à Paris, il annonce que la commission est prête à faire son rapport mais qu’elle a tardé « parce qu’elle attendait des échantillons qui, à ce qu’il parait, n’arriveront point »114. Il revient ensuite sur l’importance accordée à la découverte d’os humains enfouis dans le sol des cavernes pour mieux dénier son intérêt : « Il ne s’agissait pas de savoir si l’on pouvait trouver des os humains dans des formations accidentelles, dans des limons durcis, etc. ; on avait assez d’exemples de cas semblables, pour ne laisser lieu à aucun doute ; mais, quant aux véritables Anthropolithes, c’est-à-dire aux ossements humains qui existent dans des roches de formation régulière, on n’en a pas encore un seul exemple. »115

FIGURE 11
Lettre de Paul Tournal à Georges Cuvier, 13 juin 1830 : « Il m’a été impossible de me présenter à vous, pour vous remercier de toutes les bontés... ». Bibliothèque centrale du MNHN, Ms 627, pièce 104 (verso en page suivante).

« D’une œuvre scientifique, on a fait une œuvre de controverse ». Le tournant de 1831

  • 116 Delbecq-Alibert (Chantal), Les reflets du passé : Narbonne, les Narbonnais et leur patrimoine hist (...)

71Les centres d’intérêt de Tournal sont très tôt nombreux et la modeste pharmacie familiale de Narbonne, sise dans l’étroite rue Droite, forme un univers bien étriqué pour assouvir ses ardeurs et sa curiosité. L’idéal politique d’inspiration libérale et sociale qu’il s’est forgé l’encourage très tôt à se rapprocher du journalisme d’opinion. Il est ainsi tout de suite associé au lancement (1828) du journal toulousain La France méridionale auquel il adresse de nombreux articles. Son attrait pour les idées nouvelles l’amènera d’ailleurs à profiter d’un séjour parisien en 1838 pour entrer en contact avec les milieux saint-simoniens et entretenir une correspondance suivie avec Michel Chevalier (1806-1879)116. Cette époque est celle de sa collaboration avec le Journal des Débats et des quelques mois qu’il va passer à la direction du journal lillois Le Nord (1839). Ces années-là sont également celles où se déploie en France un mouvement général en faveur d’une protection du patrimoine monumental. C’est à partir de 1831 qu’il délaisse un peu les sciences naturelles pour se tourner vers l’archéologie ; commençant à rêver à ce que pourrait être un musée d’inspiration régionale. Dès lors, il va œuvrer pour faire de sa ville de Narbonne et de sa région un pôle archéologique majeur. La création de la Commission archéologique et littéraire (1833), dont il restera secrétaire jusqu’à sa mort, en est l’acte fondateur.

  • 117 Tournal (Paul), « Observations sur les ossements humains et les objets de fabrication humaine conf (...)

72Quoi qu’il en soit, après son voyage à Paris de 1830, Tournal n’entend pas abandonner son combat pour faire reconnaître ses travaux géologiques. L’Académie (4 avril 1831) puis la Société géologique (16 mai) présentent un nouveau mémoire qu’il vient de leur adresser. Le ton y est tout à fait différent et le titre-même est particulièrement éloquent (« Observations sur les ossements humains et les objets de fabrication humaine confondus avec des ossements de mammifères appartenant à des espèces disparues »117). Tournal s’est véritablement investi dans la rédaction de ce texte. La rédaction est soignée, les développements structurés, l’argumentation claire. Navré du peu d’écho accordé en définitive à ses travaux antérieurs, voire de la déloyauté qui s’est manifestée à son égard, et dans le même temps de plus en plus convaincu de l’intérêt de ses recherches, à l’image du titre choisi pour son article, il n’utilise plus de biais pour affirmer ses idées et pousser la logique de ses démonstrations :

  • 118 Ibid., p. 195.

La découverte des cavernes à ossements de Bize, près Narbonne (Aude), ne date que depuis quelques années seulement. Les faits nouveaux qu’elles m’ont présentés contrariant les idées généralement reçues, j’ai dû m’attendre à une forte opposition de la part des naturalistes, mais principalement de la part de ceux qui avaient des idées contraires.118

73Reprenant l’ensemble des faits qu’il a pu observer à Bize, en les confrontant à d’autres découvertes et en argumentant, il réaffirme ses conclusions majeures : « la contemporanéité de l’homme et de quelques espèces considérées jusqu’à présent comme fossiles » et « l’existence de l’homme à l’état fossile ». C’est en partant de faits positifs, ceux dont il a régulièrement entretenu la communauté scientifique, qu’il a pu arriver à de telles conclusions. Il n’a cure qu’elles puissent heurter des idées bien établies et au premier chef le catastrophisme.

74Pour asseoir sa démonstration, Tournal estime nécessaire de reprendre la terminologie en usage pour en fixer les définitions. Diluvium et ses déclinaisons ou fossile sont deux mots qui portent à confusion de par leurs définitions fluctuantes, leur réalité in situ contestable et l’ambiguïté qui naît de leur polysémie.

75L’opinion générale est que le diluvium correspond aux terrains les plus récents. Ceux-ci ne sont recouverts que par les « alluvions des fleuves et les produits volcaniques modernes » et les remplissages des grottes, où les ossements se retrouvent en si grand nombre, font également partie de ces dépôts diluviens. Pour nombre de géologues, le diluvium correspondrait également à l’époque de la destruction de nombreuses espèces de mammifères, certains y voyant la marque du Déluge expression de la colère divine :

  • 119 Ibid., p. 196.

Les géologues qui veulent soutenir le déluge de Moïse, regardent le diluvium comme l’effet d’un déluge universel, et pensent que les terrains diluviens ont été déposés d’une manière brusque, et par un cataclysme universel : suivant eux, ce terrain ne renferme jamais des vestiges qui puissent indiquer l’existence de l’homme à cette époque (…)119

76Or, ses recherches lui ont permis de constater que ce diluvium n’est pas spécifiquement caractérisé par des fossiles d’origine marine et apparaît singulièrement hétérogène. Il est le résultat de phénomènes locaux, parfois brusques mais le plus souvent lents, et dont témoigne l’intrication des couches stratigraphiques qui est le résultat naturel de phénomènes toujours en action. Le « passage insensible entre l’époque actuelle (historique) et l’époque ancienne (géologique) » exclut donc toute idée de rupture, de catastrophe, et complique d’autant le travail de différenciation des niveaux.

  • 120 Serres (Marcel de), « Lettre adressée au président de l’Académie des sciences de Paris », Bulletin (...)

77Est communément considéré comme fossile « tout corps organisé enseveli dans les couches régulières du globe », mais le diluvium n’étant pas un « terrain de transport », l’avis de Tournal est donc qu’il fait partie, au même titre que les terrains anciens, des couches régulières. Par conséquent, les corps organisés qu’on y trouve méritent le nom de fossile. Sur ce point, Tournal s’oppose à de Serres, qui estime qu’il conviendrait d’user d’un autre mot que fossile pour les espèces trouvées dans le diluvium et pour lesquelles il créera le terme d’humatile, et juge qu’il convient de considérer comme fossiles « les corps organisés ensevelis dans les entrailles de la terre, antérieurement à l’existence de l’homme […] et que l’homme, le dernier des êtres produits, a couronné l’œuvre de la création »120 Tournal conteste également les définitions du terme fossile qui se fondent sur des considérations strictement physico-chimiques.

  • 121 Tournal (Paul), « Observations sur les ossements humains… », op. cit., p. 200.

78Il propose donc une nouvelle définition, plus souple que celle exposée en 1829 : la présence dans un même dépôt non remanié des restes d’espèces animales bien caractéristiques et unanimement considérées comme fossiles fait que l’ensemble des corps organisés trouvés dans les mêmes niveaux peuvent à leur tour être considérés comme fossiles car contemporains des premiers. Il est possible de découvrir un homme fossile hors du contexte particulier défini par Cuvier et auquel adhère de Serres (couches régulières qui marquent les révolutions successives et où sont enfouis éléphants et rhinocéros) dès lors que les restes sont mis au jour dans ces conditions. Christol et lui ayant découvert « des ossements humains, des poteries, des bois de cerf et d’autres ossements travaillés confondus avec différentes espèces d’animaux, dont plusieurs appartiennent à des espèces perdues, et parmi lesquels on remarque des cerfs, des chamois, des chevreuils, des antilopes, des ours, etc. » dans les mêmes couches, l’ensemble est donc fossile et très ancien. La présence de vestiges d’origine anthropique laisse même augurer qu’à l’époque où l’homme cohabitait avec des espèces aujourd’hui disparues (comme l’aurochs, l’antilope ou le chamois) il avait atteint « un état de civilisation avancé ».121

  • 122 Du Mège (Alexandre), Statistique générale des départemens pyrénéens, ou des provinces de Guyenne e (...)
  • 123 Tournal (Paul), « Observations sur les ossements humains et les objets de fabrication humaine conf (...)

79Le style de ce mémoire démontre que Tournal a changé d’état d’esprit. Convaincu, à proportion de l’isolement qu’il ressent, de la justesse de ses vues, il s’exprime librement. Cette même année 1831, prenant le prétexte de contribuer au travail d’Alexandre Du Mège (1780-1862) sur les Pyrénées122, il fait le choix de republier ce mémoire dans les Annales de l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Clermont-Ferrand123, mais avec quelques ajouts d’autant plus significatifs qu’ils sont polémiques. Ceux-ci concernent essentiellement les critères peu scientifiques qui sous-tendraient les oppositions à ses idées.

FIGURE 12
Une preuve négative de l’existence de l’homme fossile : l’Anthropolithe de la Guadeloupe. « Anthropolithe du Port du Moule (Guadeloupe). Galerie de paléontologie du Muséum. Arm. I », figure d’après Faguet extraite de Hamy (Ernest), Précis de paléontologie humaine, Paris : J. B. Baillière & fils, 1870, p. 32.

  • 124 Tournal évoque même des « observations sur l’existence sociale de l’homme pendant la période […] d (...)
  • 125 Tournal (Paul), « Observations sur les ossements humains et les objets de fabrication humaine... » (...)

80Ses observations sur l’existence de l’homme fossile124 « pendant la période que l’on est convenu d’appeler, sans bien s’entendre peut-être, diluvienne » relèvent de constations « en harmonie avec la science », loin des mystifications passées. À ces faits avérés, il oppose le vain recours aux traditions : « Lorsque nous sommes arrivés à un certain point de l’histoire de l’homme, les traditions ne peuvent plus nous être d’un quelconque secours ; l’archéologie est alors muette, la géologie peut donc seule nous éclairer sur l’histoire primitive du genre humain ».125

  • 126 Ibid.

81Il construit son argumentation autour de l’opposition entre faits de science et vues de l’esprit. À cet égard, ses difficultés à faire accepter ses travaux lui paraissent édifiés sur des considérations plus métaphysiques que scientifiques. La question du catastrophisme est certes d’essence géologique mais en rejetant le terme de diluvien et en se rangeant en faveur d’une forme d’actualisme, Tournal a senti chez certains de ses détracteurs que l’enjeu se situe sur un plan spirituel en raison d’« un respect mal entendu pour les livres sacrés »126 ; et la Bible n’est pas un manuel de sciences naturelles :

  • 127 Ibid.

C’est par un respect mal entendu pour les livres sacrés, et pour se montrer orthodoxes, que quelques personnes ont contesté et contestent encore l’existence des ossements humains dans les terrains diluviens ; cependant il devrait en être tout autrement, puisque le déluge ayant eu lieu pour anéantir la presque totalité de l’espèce humaine, l’on devrait trouver dans les sédiments que l’on suppose avoir été déposés pendant cette époque de tourmente, les ossements de ceux qui en furent victimes. Il est vrai cependant que plusieurs espèces animales que l’on trouve ensevelies dans les terrains diluviens n’existent plus maintenant, ce qui pourrait faire douter qu’elles aient pu être produites par les couples d’animaux que Noé, d’après le récit de Moïse, avait renfermés dans l’arche ; car s’il en avait été ainsi, et qu’une violente catastrophe eût fait périr tous les animaux que l’on trouve ensevelis dans les dépôts diluviens, à l’exception des individus privilégiés qui furent destinés à propager leurs espèces, la population actuelle devrait être la même que celle observée dans les terrains diluviens. Or cela est complètement faux. Que l’on cesse donc de s’appuyer directement ou indirectement sur l’autorité des écritures saintes, pour soutenir des doctrines scientifiques opposées aux faits les mieux observés, et que l’on veuille bien surtout être convaincu que le caractère sacré de ces écritures est ailleurs que dans les traditions sur la création du monde, le déluge universel, les phénomènes astronomiques, etc.127

  • 128 Jean-Baptiste Guillemin (1796-1842) publie en septembre 1831 un compte-rendu de l’article paru dan (...)
  • 129 Son sous-titre est : « recueil périodique destiné à faire connaître tout ce que les sciences humai (...)
  • 130 Yvan (M.), « Lettre critique sur les ossements trouvés dans les cavernes de Bize, par M. Tournal d (...)
  • 131 Ibid., p. 347.
  • 132 Ibid., pp. 350-351.

82Lorsque Tournal écrit ces lignes, il n’est alors pas particulièrement l’objet d’attaques publiques émanant de la communauté scientifique explicitement inspirées par une lecture religieuse de l’histoire de la terre128. Les remarques en la matière sont indirectes car l’adoption de la théorie catastrophiste représente pour certains un modus vivendi permettant d’accorder géologie et récit mosaïque. En revanche, ce que nous pourrions appeler des lectures spiritualistes des recherches de Tournal relèvent d’une presse plus généraliste comme Le Globe (à tout le moins jusqu’en 1830, année où il passe dans l’orbite saint-simonienne) ou directement d’inspiration chrétienne comme les Annales de philosophie chrétienne. Cette revue, qui se préoccupe beaucoup des progrès des sciences naturelles (en particulier la géologie) et de leur concordance avec les Écritures saintes129, les travaux de Tournal sont abordés dans un article en novembre 1831130. Celui-ci fait suite à la publication par le Narbonnais au mois d’août de ses Observations sur les ossements humains dans le Mémorial encyclopédique et progressif des connaissances humaines. Arguant de la confusion qu’entretiendrait Tournal autour du terme « diluvien », l’auteur précise entendre comme antédiluvien « tout le système géologique qui a précédé les temps historiques, ou l’apparition de l’homme sur la terre »131. Pour autant il concède une réelle difficulté à bien distinguer ce diluvium de l’alluvium (« terrain de transport ») post-diluvien ; les caractères n’en étant pas aussi distincts que ce que Cuvier a pu dire. Avec des terrains meubles la distinction serait tout aussi délicate entre le diluvium et des dépôts antédiluviens. Quoi qu’il en soit, l’homme aurait été témoin (et victime) du Déluge en même temps que nombre d’espèces mises au jour à Bize, dont le remplissage attesterait de la réalité de cette grande catastrophe. En mettant en doute ces faits, Tournal, « très-jeune encore et habitant la province », serait « infatué du préjugé si funeste que le savoir est incompatible avec les idées religieuses ». Pire, il chercherait « à renverser un fait sur lequel reposent nos croyances » participant ainsi aux nombreuses attaques portées à la foi.132

83En réalité, c’est en quelque sorte à son corps défendant que Tournal se trouve dans cette situation. Les tensions qui sont apparues entre de Serres et lui, mais également l’évolution de ses propres idées à l’égard des questions religieuses ont joué sans doute un rôle. Tout aussi sûrement, ses propres réflexions l’ont amené à chercher plus avant les raisons de l’échec à faire reconnaître ses travaux. Sur cette question épineuse des liaisons entre savoir naturaliste et respect du récit mosaïque, Tournal n’est évidemment pas le seul à se montrer méfiant.

  • 133 Tournal en est nommé membre correspondant en 1831 au titre de la Classe des sciences, 2e section « (...)
  • 134 Rapport publié en 1834 : « Géologie. Cavernes à ossements. M. Tournal fils 1831 », Histoire et Mém (...)
  • 135 Ibid., p. 56.

84Jean-François d’Aubuisson de Voisins (1762-1841) offre alors, sur le plan régional, une similitude d’approche. Chargé, en tant que géologue et secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences, inscriptions et belles-lettres de Toulouse133, de faire rapport sur deux envois de Tournal (sa « Note sur les cavernes à ossements de la vallée de la Cesse » et ses « Observations sur les ossements humains… »134) il va déplorer la tournure qu’a prise le débat autour des travaux de Tournal : « D’une œuvre scientifique, on a fait une œuvre de controverse »135 Dans une lettre privée, il lui fait part de son intérêt pour ses analyses, qui constituent à ses yeux des avancées majeures :

  • 136 D’Aubuisson lettre à Tournal, 28 avril 1831, Archives de Narbonne.

Votre description sur la fossilité des ossements est très bien, il est impossible de ne pas admettre votre caractère, la coexistence naturelle dans un même dépôt ; et les conséquences que vous en avez tirées. Vous m’avez pleinement convaincu et je pense comme vous : Oui l’homme aussi se trouve à l’état fossile. […] Je condamne ces expressions de diluvium et de terrain diluvien. Je n’aime pas qu’on fasse intervenir en aucune manière l’autorité des choses religieuses dans nos définitions scientifiques. Il faut élever un mur de séparation entre deux choses de différente espèce. Respectons les livres Saints, et suivons, en pleine liberté, le fil de nos observations et de nos inductions.136

FIGURE 13
« Note géologique sur l’Aude et sur les cavernes... », 30 mars 1830, folios 1 et 3 du document manuscrit avec dessin, croquis de la vallée de la Cesse (page suivante), Archives municipales de Narbonne.

  • 137 Le 16 janvier 1832, un nouveau manuscrit de De Serres et Tournal sur les cavernes à ossements de B (...)
  • 138 Desnoyers (Jules), « Considérations sur les ossements humains des cavernes », Bulletin de la Socié (...)
  • 139 Ibid., p. 131.
  • 140 Ibid., p. 127.

85Sur le terrain strictement scientifique également, les travaux de Tournal sont sources de controverse directe et publique. Le 6 février 1832 à l’Académie des sciences137, est donnée lecture d’une lettre de Desnoyers qui, reprenant un précédent mémoire communiqué à la Société géologique138, vise très directement les découvertes opérées par Tournal et Christol. Il entend démontrer, fort de sources historiques, que les artéfacts mis au jour dans les grottes du Sud-Ouest y ont été déposés postérieurement aux dernières révolutions du globe et ne peuvent pas être contemporains des restes d’espèces de mammifères fossiles qui y ont été découverts. Les restes humains eux-mêmes « lui paraissent être au plus loin d’origine gauloise ou celtique, quelques fois même bien plus récents et n’être, pas plus que les monuments druidiques, antérieurs aux dernières grandes catastrophe du globe. »139 Il s’appuie entre autres éléments sur le témoignage d’historiens antiques selon lesquels les habitants de certaines parties de la Gaule (Périgord, Midi de la France) avaient coutume, en temps de guerre, de se retirer avec leurs animaux dans les cavernes ou d’y chercher un abri contre le froid. César les y aurait même fait enfermer plusieurs fois. : « Ces malheureux Aquitains auront en partie péri dans ces grottes, et des cours d’eau y pénétrant postérieurement, auront confondu leurs ossements avec les limons, graviers, et dès les débris d’animaux qui déjà étaient enfouis dans quelques-unes, peut-être bien longtemps avant eux. »140

  • 141 Ibid., pp. 132-133.

86Émaillant son propos de multiples références historiques, Desnoyers relie même cette question des cavernes aux usages encore en cours d’habitat troglodytique des bords de la Loire. Quant à la question de la « grossièreté des produits d’industrie » mis au jour, il faut y voir une manifestation conforme aux usages des premiers habitants de la Gaule et « non point une industrie antédiluvienne ». Au-delà, Desnoyers considère que « la réunion sur le même sol souterrain de ces différents corps n’[est] que le résultat de plusieurs causes fortuites non simultanées et distinctes du phénomène général des cavernes à ossements. » Ainsi le problème fondamental que posent les grottes, et qui s’impose à Tournal, est celui du remaniement. Le sol des cavernes étant « exposé à l’action réitérée des cours d’eau souterrains, [il] peut avoir subi des remaniements postérieurs à un dépôt primitif. »141 Cette lettre est, elle aussi, renvoyée à la Commission chargée de rendre compte des mémoires de Christol, de Serres et Tournal sur le même sujet.

  • 142 Tournal (Paul), « Rapport des terrains tertiaires de Paris, Pézenas et Narbonne », Bulletin de la (...)
  • 143 « Cavernes à ossements de Bize (Aude) », pp. 380-382.
  • 144 Ibid., p. 382.

87Tournal va répondre à ces objections lors de la séance du 16 avril 1832 de la Société géologique par deux courtes notes, auxquelles sont joints plusieurs dizaines d’échantillons. Elles lui permettent de fixer le cadre méthodologique de ses travaux géologiques (« le concours des caractères géologiques et paléontologiques est encore nécessaire pour la détermination géognostique des dépôts »142) et de revenir sur la question particulière de Bize143. Sur ce dernier point, Tournal considère que rejeter a priori les artéfacts trouvés dans les grottes en les rattachant systématiquement aux périodes historiques « serait une véritable fin de non-recevoir ». De plus, il estime que Desnoyers a négligé bien des faits : le comblement parfois très long de certaines cavernes en raison de « fissures verticales » et non par l’action brusque d’un cours d’eau, la similitude des degrés d’altération d’ossements et leur situation commune à la base des dépôts permet de conclure à leur contemporanéité. Nérée Boubée (1806-1862), qui s’est rendu à Bize en compagnie de Tournal, ne s’estime pas convaincu par la démonstration. Sur place, il a fait observer au Narbonnais que les pièces qu’il a mises au jour lui paraissent sorties de terrains alluviens et que le creusement de la vallée de la Cesse lui semble récent et que les grottes qui la bordent « ont dû toujours être exposées aux grandes inondations ».144

  • 145 Tournal lettre à de Serres, mai 1832, Archives de Narbonne.

En mai 1832, Tournal écrit à de Serres. La lettre est longue, le ton amical. Sa lecture permet de constater que Tournal a conforté son intégration au sein de divers réseaux de sociabilités savantes et que la géologie continue d’occuper une partie de son temps. À l’évidence, les tensions entre eux ne sont pas apaisées ; Tournal ayant le sentiment que de Serres est favorable à « une concession aux idées reçues en n’appelant pas les ossements humains ossements fossiles, et surtout parce que [son] opinion sur la dispersion des ossements n’est pas conforme à la [sienne]. »145

88Quelques années plus tard, leurs discussions sur les preuves du travail de l’homme à Bize continueront d’agiter leur correspondance :

  • 146 Tournal lettre à de Serres, 14 décembre 1855, Archives de Narbonne.

Je ne doute en aucune manière, mon cher monsieur Marcel de Serres, que l’on ne trouve, sur notre plage, des coquilles marines percées par des foraminifères. Mais il est évident que celles de Bize ont été percées par la main des hommes. Cela est incontestable et incontesté. Il faudrait fermer les yeux à l’évidence pour admettre une autre supposition. – Observez d’abord, que toutes les coquilles marines trouvées dans la caverne de Bize sont percées (il y en a 4). Observez surtout qu’une de ces coquilles (Nautile) offre une fente transversale, faite à l’aide d’un instrument grossier et que le trou se trouve au centre de cette fente. Observez qu’une autre coquille a été limée afin de diminuer l’épaisseur du lest, et que le trou a été percé au centre de la partie limée. Si les foraminifères sont coupables de tout ce travail, je ne vois pas pourquoi on ne les accuserait pas également d’avoir limé, scié et travaillé les bois de cerf qui se trouvent dans ma collection (aujourd’hui au musée) et pourquoi surtout on ne les accuserait pas d’avoir fait ce travail à l’aide des petits instruments en silex que nous avons découverts l’année dernière dans les cavernes de Bize.146

  • 147 Tournal (Paul), « Considérations générales sur le phénomène des cavernes à ossements », Annales de (...)
  • 148 Grayson (Donald K.), « The provision of time depth for paléoanthropologie », op. cit., p. 7.

89Un ultime mémoire de Tournal sur Bize, « Considérations sur le phénomène des cavernes à ossements »147, paraît l’année suivant le décès de Cuvier. Cet article lui aurait été commandé en septembre 1832 par François Arago (1786-1853), son compatriote d’Estagel (Pyrénées-Orientales) qui avait également eu maille à partir avec Cuvier, pour ses Annales de physique et de chimie148. Ce travail lui permet de tirer une espèce de bilan mais également de tenter une synthèse des progrès et controverses enregistrés ces dernières années.

90En préambule, il constate que le sujet des cavernes à ossements est devenu très compliqué, à la fois en raison de la multiplication des données nouvelles mais également par le fait que celui-ci a dépassé les cénacles strictement scientifiques pour toucher un plus large public. De fait, c’est bien la nature-même du débat qui a été affectée.

91Quel qu’ait été son apport personnel, Tournal tient à inscrire son œuvre dans la voie ouverte par des chercheurs comme Buckland, auquel il reproche néanmoins le choix de Reliquiae diluvianae comme titre de son ouvrage majeur, ou Bertrand-Geslin et Prévost. Les cavernes des massifs calcaires ont de tous temps fasciné les curieux et les naturalistes qui ont tenté d’en expliquer la formation. Mais ce sont les questions ayant trait aux modes, à la nature et à l’âge de leur remplissage qui ont suscité les plus grands débats. Après des années de recherche et de discussion, Tournal estime qu’il est impossible d’établir une loi générale sur ce problème, car les explications varient à l’infini selon les localités. Il en est ainsi de la façon dont les ossements d’animaux ont été introduits dans les grottes.

FIGURE 14
Grotte de Bize, photographie du porche double. Cliché Dominique Sacchi.

92Seul l’examen attentif des faits, mené sur le terrain, permet d’élaborer des hypothèses spécifiques qui satisfassent les naturalistes. En revanche, la question sédimentaire s’est révélée beaucoup plus complexe à résoudre car impliquant des considérations liées à une lecture plus globale de l’histoire de la terre. Sur ce plan, l’approche catastrophiste n’est selon lui plus crédible. Elle l’est d’autant moins lorsqu’il ne s’agit plus d’une théorie ou de « romans » géologiques mais d’une profession de foi déguisée :

  • 149 Tournal (Paul), « Considérations générales… », op. cit., pp. 168-169.

J’aurais bien désiré éviter de parler du déluge de la Genèse parce qu’il m’a toujours semblé qu’on devrait éviter de faire intervenir l’autorité des traditions religieuses dans les discussions scientifiques ; mais puisqu’on a voulu franchir le mur de séparation et placer la question sur ce terrain, il doit nous être permis de poursuivre en toute liberté le fil de nos observations et de nos inductions ; je ferai donc remarquer que les naturalistes qui ont voulu appuyer de leurs observations la tradition de Moïse ont commis de graves hérésies tout en voulant demeurer orthodoxes. Je n’en signalerai qu’une : ils disent qu’on ne rencontre pas d’ossements humains dans les dépôts diluviens, et cependant le déluge ayant été fait, selon la Genèse, pour détruire la presque universalité de l’espèce humaine, on devrait de toute nécessité trouver dans les dépôts qu’on dit avoir été déposés pendant cette époque, les restes des individus qui en furent victimes.149

  • 150 Ibid., p. 172.

93Dans cette perspective, après avoir affirmé que les cavernes avaient été comblées « pendant une période de temps très longue et sous l’influence de circonstances très variées », son acharnement à faire accepter la présence de restes humains et de poteries à des niveaux contemporains d’ossements fossiles, c’est-à-dire l’origine géologique et non historique de l’homme, ne pouvait qu’être un sujet de controverse. La discussion pouvait être d’autant plus vive que Tournal découvrait, en proclamant l’existence de l’homme à l’état fossile, s’opposer aux « chefs de la science [dont] l’opinion avait la valeur d’une chose jugée »150.

94L’espoir entretenu par certains, en créant des sub-fossiles et des demi-fossiles ou en parlant comme de Serres d’humatiles, de pouvoir continuer à concilier deux ordres de connaissance différent est intrinsèquement vain :

  • 151 Ibid., p. 174.

Il vaut donc mieux laisser les choses telles qu’on les adopte généralement, convenir qu’on ne peut pas poser de limites, ne pas essayer d’établir une division là où il est encore impossible d’en créer une, et convenir franchement que puisque l’homme est contemporain d’espèces animales regardées par tous les naturalistes comme fossiles, l’existence de l’homme fossile ne peut être révoquée en doute.151

  • 152 Ibid., p. 175.
  • 153 Henri Reboul (1763-1839), compatriote de Pézenas de Tournal, lui donnera le nom de quaternaire for (...)
  • 154 Tournal (Paul), « Considérations générales… », op. cit., p. 179.

95Par conséquent c’est à une révision-laïcisation complète de l’histoire de la terre qu’appelle Tournal. Au moment où se diffuse la classification archéologique des trois âges de l’humanité (pierre, bronze, fer) développée par Christian Jürgensen Thomsen (1788-1865), Tournal propose un découpage d’essence naturaliste selon deux époques : une période géologique ancienne, qui « renferme l’espace immense de temps qui a précédé l’apparition de l’homme à la surface du globe »152, et une « période géologique moderne ou période antropaeïenne caractérisée par la présence de l’homme »153, cette dernière étant partagée entre une période antéhistorique qui « a commencé avec l’apparition de l’homme à la surface du globe, et s’étend jusqu’au commencement des traditions les plus anciennes » et une période historique qui « ne remonte guère au-delà de sept mille ans, c’est-à-dire à l’époque de la construction de Thèbes, pendant la 19e dynastie égyptienne (Josèphe cite mois par mois et jour par jour les rois de cette dynastie). » Cette division des temps se veut un acte positif qui se fonde sur les faits seuls et affranchie de toute connotation religieuse, « loin des vieilles chroniques » car « il faut ici plus que partout ailleurs employer le doute philosophique, ne rien adopter à la légère, comme aussi ne rien rejeter qu’après un examen sévère et impartial. »154

  • 155 Ibid.
  • 156 Rudwick (Martin J. S.), Worlds before Adam, op. cit., p. 411.
  • 157 Peyrusse (Louis), « Paul Tournal créateur des congrès méridionaux », Bulletin de la Commission arc (...)

96Ce mémoire clôt un processus. Tournal donne le sentiment d’avoir pris la complète mesure des enjeux des questions soulevées par ses découvertes. Son esprit a évolué, ses convictions se sont formées et il les affirme sans détour et, revenant sur les ossements humains qui ont été mis au jour à Bize et ailleurs en Europe, se permet même d’évoquer l’idée que « nos contrées ont pu successivement être habitées par différentes races d’hommes »155. Une page se tourne dans sa vie scientifique. Même s’il continuera à l’occasion de fréquenter le site, l’année 1834, avec le rapport d’Aubuisson, va marquer la fin de ses interventions officielles sur les grottes de Bize. On peut d’ailleurs s’étonner, comme le fait Martin J. S. Rudwick156, de ce revirement. Les années suivantes, il publiera quelques rares travaux strictement géologiques, mais son grand œuvre sera désormais la Commission archéologique et littéraire de Narbonne et son musée. En 1834, il est nommé conservateur des monuments historiques de l’Aude et fonde les Congrès méridionaux estimant que, face à la centralisation parisienne et au défi de la construction d’un monde nouveau, « le Midi ne doit pas rester en arrière dans le grand mouvement qui s’accomplit aujourd’hui : c’est l’avenir de la société nouvelle qui se prépare ; nous devons tous y contribuer par nos efforts. »157 Au-delà des accents régionalistes et positivistes, Tournal se rapproche du modèle que représente alors Arcisse de Caumont (1801-1873) pour la défense décentralisée du patrimoine mais aussi la création d’institutions indépendantes.

Conclusion. « Je suis un renégat, un transfuge de la géologie »

97Sur le plan factuel, l’accueil réservé aux travaux de Tournal apparaît finalement plus contrasté que ce que sa légende posthume laissait présager. Les oppositions ont certes été marquées mais Tournal n’a pas été dénué de tout soutien, quels qu’en soient les ressorts réels. De ce point de vue, la diversité éditoriale des périodiques qui accueillent ses travaux est assez symptomatique d’une réelle circulation des idées : aux Annales des sciences naturelles du catastrophiste Brongniart répond le Bulletin des sciences naturelles et de géologie de l’anti-catastrophiste Férussac. Indubitablement, Tournal peut aisément faire entendre sa voix, même si elle apparaît discordante à certains.

  • 158 Cuvier (Georges), Discours sur les révolutions de la surface du globe, op. cit., pp. 135-136.
  • 159 Ibid., p. 141
  • 160 Mortillet (Gabriel de), Le Préhistorique…, op. cit., p. 11.
  • 161 Gervais (Paul), « Remarques sur l’ancienneté de l’homme tirées de l’observation des cavernes à oss (...)
  • 162 Avec l’aide d’étudiants de la faculté des sciences de Montpellier (J. Brinckmann et Jules Jullien) (...)
  • 163 Gervais (Paul), Recherches sur l’ancienneté de l’homme et la période quaternaire, Paris : Arthus B (...)
  • 164 Cartailhac (Émile), « Georges Cuvier et l’ancienneté de l’homme », Matériaux pour l’Histoire primi (...)

98L’attitude ambivalente de Cuvier dans cette affaire demeure néanmoins une énigme. Son opinion sur la question de l’homme fossile ne peut être résumée à une récusation pure et simple. Son refus est argumenté : « on n’a jamais trouvé d’os humains parmi les fossiles, bien entendu parmi les fossiles proprement dits, ou, en d’autres termes, dans les couches régulières de la surface du globe »158 Prenant en considération les découvertes de Tournal et autres, cet avis lui permet d’écrire qu’« On a fait grand bruit il y quelques mois de certains fragments humains, trouvés dans des cavernes à ossements de nos provinces méridionales ; mais il suffit qu’ils aient été trouvés dans des cavernes pour qu’ils rentrent dans la règle. »159 Pour certains, Mortillet par exemple, ce veto était logique pour un défenseur de « l’ordre moral » car « chez Georges Cuvier, à côté du savant de premier ordre, à côté de l’homme de génie dont la France et le monde entier s’honorent, il y avait l’ardent bibliste. »160 Cartailhac et Gervais paraissent nettement plus modérés dans leurs jugements, préférant opter pour un partage des torts : Tournal apportait-il suffisamment d’éléments probants pour permettre à Cuvier de réviser sa position ? Selon Gervais, « Cuvier n’a pas ignoré les principaux faits signalés par MM. Tournal et Jules de Christol ; mais il ne leur a pas reconnu assez de certitude pour le déterminer à changer d’opinion. »161 De plus, les nouvelles découvertes et les rectifications apportées plus tard par les chercheurs au travail de Tournal, dont Gervais sur une partie de la détermination de la faune de Bize162, « montrent bien que ces réserves n’étaient que prudentes ».163 Pour Cartailhac, le professeur du Muséum avait en réalité fait preuve d’une grande modération plus que d’une hostilité de principe. Ce comportement était d’autant plus logique que Cuvier s’appuyait sur la multitude de cas litigieux dont il avait eu auparavant connaissance. De plus, dans leur attitude, Tournal et ses collègues du Midi, n’auraient pas su faire preuve de la rigueur méthodologique souhaitée par Cuvier, en particulier dans l’administration de leurs démonstrations (conclusions abruptes, inexactitudes, retards dans l’expéditions d’échantillons représentatifs).164

FIGURE 15
Portrait d’Émile Cartailhac : dessin à la sanguine réalisé par sa fille Madeleine Cartailhac, extrait de L’Anthropologie, T. 31, 1921, pp. 587-608, pl. hors texte.

  • 165 Paul Tournal lettre à de Serres, 15 février 1858, Archives de Narbonne.

99Cette remarque pose directement la question des pièces envoyées par Tournal à Cuvier. L’absence de traces dans les collections actuelles ne permet pas de juger de la valeur réelle de l’argument selon lequel les Méridionaux tardaient à communiquer leurs échantillons, bloquant de facto le travail de l’Académie des sciences. Tout juste pouvons-nous souligner l’importance que Tournal accorde aux débris de poterie qu’il a mis au jour à Bize et dont il rappelle à plusieurs reprises avoir fait l’envoi, dont « surtout un fragment de poterie avec des ornements qui constataient un degré de civilisation assez avancé »165, pièces qui constituent pour lui un facteur décisif de sa démonstration en tant que marqueurs chronologiques, équivalents géognostiques. Or, si pour lui elles attestent de la présence et de l’action de l’homme, pour Cuvier elles n’apportent rien de nouveau puisqu’elles ne peuvent avoir été produites que par des populations post-diluviennes.

  • 166 Ibid.
  • 167 Tournal (Paul), « Considérations théoriques sur les cavernes à ossements de Bize… », Bulletin des (...)

100La désinvolture avec laquelle Tournal traite les ossements humains peut sembler paradoxale eu égard au soin qu’il apporte aux pièces qui, comme ces poteries, attesteraient de l’existence de l’homme fossile. Même tardivement, il continuera à privilégier ces objets. Ainsi, en 1858, alors qu’il expédie à de Serres diverses pièces dont quelques coquilles, des fragments de poterie, des silex, des « ustensiles en os » et des bois travaillés, il tient à préciser qu’« Il est évident que les ossements de la caverne de Bize n’ont pas été roulés, ils n’ont pas été rongés par des animaux carnassiers, ils sont seulement fracturés, et fracturés de main d’homme. » Tous les restes d’animaux ont servi de nourriture « aux peuplades troglodytes » et on trouve encore les « débris de leur cuisine » (vases, cendres et fragments de charbon de bois). « Les coquilles marines percées d’un petit trou témoignent que la coquetterie des filles d’Ève est aussi vieille que le monde. Ces coquilles servaient de parure, cela est évident. »166 À aucun moment, il n’esquisse de réflexion sur l’impact de sa chronologie longue sur l’espèce humaine. Il évoque les temps nécessaires à la formation des terrains, le mouvement qui lie les êtres vivants « par une chaîne non-interrompue aux générations passées »167 mais n’envisage pas l’influence de ce phénomène sur l’homme dont il situe très loin l’époque d’apparition. Le principe d’évolution est d’autant plus absent que la question qui le préoccupe n’est pas celle de l’origine de l’homme.

101Entre 1827 et 1833, la pensée de Tournal n’a fait que s’affiner. Peu à peu, il se libère des modèles géologiques et paléontologiques pour affirmer ses propres idées, quitte à se démarquer de son mentor Marcel de Serres. La jeunesse de Tournal (rappelons que lorsque paraît son premier article sur Bize il n’a que 22 ans) est sans doute un facteur important de cette « émancipation ». Il ne s’interdit pas de penser et de dire ce qu’il croit vrai, quitte à bouleverser des idées installées, et cette quête de vérité nourrit son zèle sans tabou apparent. Il est à l’image de ces jeunes intellectuels, qu’il a dû côtoyer pendant deux ans à Paris, qui depuis 1825 contestent et mènent l’agitation, qui conduira aux Trois glorieuses de 1830, contre la politique de réaction sociale et religieuse des ultras et de Charles X.

  • 168 Évoquant les découvertes du Gard : « Je dois ici faire remarquer que ces observations s’accordent (...)

102Tournal a d’abord considéré le catastrophisme comme une théorie géologique comme une autre. L’adoptant lui-même dans un premier temps. Mais sa découverte et sa lecture des terrains de l’Aude l’amènent à émettre une opinion différente. De même, jusqu’à ses publications de 1829, il use encore des termes diluvien et antédiluvien dans leur pleine acception, scientifique et religieuse.168 À partir de 1832, il ne transige plus et expose même publiquement des réflexions qu’il réservait à sa correspondance privée. Il s’affirme non catastrophiste et partisan de l’existence d’un homme fossile de nature antéhistorique et non antédiluvienne. Les réactions qu’il suscite le font tout naturellement s’interroger sur les motivations de ses opposants. Même s’il ne cherche pas à rédiger et à promouvoir une nouvelle cosmogonie, il est comme happé par un débat qui le dépasse, lui et ses démonstrations scientifiques.

  • 169 Stoczkowski (Wiktor), « La préhistoire : les origines du concept », op. cit.

103La lecture de ses « Considérations générales » de 1833 nous montre qu’en cinq ans la pensée de Tournal a pris une totale autonomie. Bien plus, il a élaboré tout un cadre conceptuel nouveau pour les périodes les plus récentes de l’histoire de la terre, a exprimé la nécessité de se dégager d’un vocabulaire géologique insatisfaisant, car vague et connoté, et a formulé en termes séculiers une pré-histoire dégagée de considérations bibliques. Plus globalement, souligne à juste titre Wiktor Stoczkowski169, Tournal se démarque en ne pensant pas que la mémoire écrite humaine puisse avoir la capacité d’offrir la connaissance des temps antéhistoriques. En effet, il inscrit l’histoire de la terre, de la vie et des êtres dans une profondeur temporelle totale : un temps long, un mouvement continu :

  • 170 Tournal (Paul), « Considérations générales sur le phénomène des cavernes à ossements », op. cit., (...)

Ce n’est donc pas en compulsant les vieilles chroniques ou bien en étudiant l’écriture mystérieuse des peuples les plus anciens que nous pourrons espérer de découvrir l’histoire primitive du genre humain ; la géologie seule peut renouer la chaîne des temps ; mais cette science est encore entière.170

  • 171 « Lettre du 22 octobre 1860 de Paul Tournal à la Société géologique de France », Bulletin de la So (...)
  • 172 Tournal lettre à Lartet, 3 décembre 1860, Toulouse SICD. Tournal accompagne cette lettre de l’envo (...)
  • 173 Tournal lettre à Lartet, 1er juin 1863, Toulouse SICD ; voir également Tournal lettre à de Serres, (...)
  • 174 Boucher de Perthes (Jacques), Antiquités celtiques et antédiluviennes. Mémoire sur l’industrie pri (...)

104Cette approche restrictive va l’empêcher d’apprécier parfaitement les bouleversements conceptuels qui permirent la reconnaissance en 1859 des travaux de Boucher de Perthes et de ses prédécesseurs de la Société d’émulation d’Abbeville. Lorsque Tournal se manifeste de nouveau en 1860, pour rappeler ce qu’il estime être sa priorité sur la question de la contemporanéité de l’homme avec des espèces disparues, il le fait devant la Société géologique de France171. Or, la situation a changé : « Il est évident que mes observations sur la contemporanéité de l’homme et des animaux ensevelis dans les cavernes de Bize, rentrent aujourd’hui dans le domaine de l’archéologie, et j’aurais dû m’abstenir d’en parler à la société géologique. »172 Les concepts, mais surtout la méthodologie dont usait celui qui se présentera à plusieurs reprises comme « un renégat, un transfuge de la géologie »173 relèvent d’une époque révolue. Face aux coupes des terrasses de la Somme, une convergence s’est opérée depuis plusieurs années déjà entre la pièce et son contexte géologique : l’archéologie est devenue stratigraphique et avec Boucher de Perthes les objets mis au jour « deviennent alors bien moins significatifs par eux-mêmes que par leur entourage et par la manière dont ils sont enfouis et groupés ; aussi [a-t-il] compris que c’est en réunissant ces indices qu’on pouvait arriver à un résultat, et ce rapprochement, [il l’a] fait avec une attention minutieuse. »174

Remerciements

105L’auteur remercie ceux qui ont bien voulu l’aider à s’orienter dans le dédale des collections et des archives et particulièrement : les gestionnaires des collections de géologie, anatomie comparée, minéralogie et paléontologie du Muséum national d’Histoire naturelle (Claire Sagne, Christine Argot, Christine Lefèvre, Jean-Yves Reynaud), mais également Paul-Henri Viala (archives municipales de Narbonne), Pascale Heurtel et Alice Lemaire (archives de la Bibliothèque centrale du Muséum), Florence Greffe et Claudine Pouret (archives de l’Académie des Sciences), Philippe Taquet, Christian de Muizon, Amélie Vialet, Dominique Sacchi, Henry de Lumley.

Notes

1 Cette recherche, dans son principe et dans sa réalisation, doit beaucoup à Marie-Rose Taussac (1913-2008), historienne du pays de Narbonne et bibliothécaire de la Commission archéologique et littéraire pendant de nombreuses années.

2 Le Naturaliste ou l’homme fossile, Folie-vaudeville en un acte par MM. Théaulon, Simonnin et *** (23 août 1824).

3 Mortillet (Gabriel de), Le Préhistorique. Antiquité de l’Homme, 2e ed, Paris : C. Reinwald, 1885, 658 p.

4 Cartailhac (Émile), La France préhistorique, 2e éd., Paris : Félix Alcan éditeur, 1896, 336 p.

5 Cartailhac (Émile), La France préhistorique, op. cit., p. 16.

6 Cartailhac (Émile), « Les grottes de Bize et de la Crouzade (Aude) », Matériaux pour l’Histoire primitive et naturelle de l’homme, T. 10, 1877, pp. 319-326.

7 Meunier (Victor), Les ancêtres d’Adam. Histoire de l’homme fossile, Paris : J. Rothschild, 1875, p. 120.

8 Blanquier (A.), « Paul Tournal et l’homme fossile », Bulletin de la Société scientifique de l’Aude, T. 32, 1928, pp. 235-242.

9 Rouville (Paul de), « Notice biographique de M. Paul Tournal », Bulletin de la Commission archéologique et littéraire de Narbonne, T. 1, 1876-1877, pp. 5-52.

10 « Lettre du 22 octobre 1860 de Paul Tournal à la Société géologique de France », Bulletin de la Société géologique de France, T. 18, 1860-1861, p. 16.

11 Il s’agit de Desnoyers, même si celui-ci est élu à l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1862 et non à l’Académie des sciences. Paul Tournal, Catalogue du Musée de Narbonne, Narbonne, Caillard imprimeur-libraire, 1864, pp. XX-XXI.

12 Lumley (Henry de), « Le Paléolithique inférieur et moyen du Midi méditerranéen dans son cadre géologique », Ve supplément à Gallia Préhistoire, Paris, Éditions du CNRS, 1971, T. 2 : « Bas-Languedoc-Roussillon-Catalogne », 445 p. ; Sacchi (Dominique), « Le Paléolithique supérieur du Languedoc occidental et du Roussillon », XXIe supplément à Gallia Préhistoire, Paris : Éditions du CNRS, 1986, 284 p. ; Tavoso (André), « Le remplissage de la grotte Tournal à Bize-Minervois (Aude) », Cypsela, vol. VI, 1987, pp. 23-35 ; Patou-Mathis (Marylène), « Archéozoologie des niveaux moustériens et aurignaciens de la grotte Tournal à Bize (Aude) », Gallia Préhistoire, vol. 36, 1994, pp. 1-64.

13 Tavoso (André), « Le remplissage de la grotte Tournal… », op. cit., p. 23.

14 Cartailhac (Émile), « Les grottes de Bize et de la Crouzade (Aude) », op. cit., p. 319.

15 Lumley (Henry de), « Le Paléolithique inférieur et moyen du Midi méditerranéen… », op. cit., pp. 238-240. Une collection Tournal de Bize est évidemment conservée au Musée archéologique de Narbonne et des pièces des collections de Serres sont conservées à la faculté des sciences de Montpellier.

16 « Les poteries et les ossements humains qui ont été trouvés dans les cavernes de Bise, ont été déposés en partie dans les galeries d’anatomie du muséum de Paris ; le reste existe dans la collection de M. Marcel de Serres, et dans ma collection particulière. » Tournal (Paul), « Observations sur les ossements humains et les objets de fabrication humaine confondus avec des ossements de mammifères appartenant à des espèces perdues ; par M. Tournal fils, de Narbonne ; Pour servir à l’Archéologie pyrénéenne de M. Alexandre du Mège », Annales scientifiques, littéraires et industrielles de l’Auvergne, T. 4, 1831, pp. 220-221 ; « Il existe à Bize des poteries confectionnées à la main et d’autres qui ont été fabriquées à l’aide de tours. Vous trouverez même au Muséum, en cherchant bien, des tiroirs de poteries de Bize offrant des ornements, et qui furent envoyées par moi avant 1830. J’ai une lettre de Cuvier dans laquelle il me dit que les poteries avaient été égarées, mais qu’on les a retrouvées. » (Tournal lettre à Édouard Lartet, 15 juillet 1865, Toulouse SICD)

17 Actuellement conservées par le département Histoire de la terre du Muséum.

18 Cet ensemble se compose de textes in extenso de la main de Tournal et de comptes-rendus présentant ses travaux.

19 Lyon (John), « The search for Fossil Man : Cinq personnages à la recherche du temps perdu », ISIS, no 61, 1970, pp. 68-94 ; Grayson (Donald K.), « The provision of time depth for paléoanthropologie », Geological Society of America, Special Paper, 1990, 242, pp. 1-13 ; Stoczkowski (Wiktor), « La préhistoire : les origines du concept », Bulletin de la Société Préhistorique française, 1993, T. 90, p. 13-21 ; Rudwick (Martin J. S.), Worlds before Adam, Chicago-London : University of Chicago press, 2008, 614 p. ; Coye (Noël), La préhistoire en parole et en acte. Méthodes et enjeux de la pratique archéologique (1830-1950), Paris : L’Harmattan, 1997, pp. 66-73.

20 Roger (Jacques), Buffon, Paris, Fayard, 1989, p. 12.

21 Ellenberger (François), Histoire de la géologie, Paris : Tec-Doc Lavoisier, 1994, p. 294.

22 Desnoyers (Jules), « Observations sur un ensemble de dépôts marins plus récents que les terrains tertiaires du bassin de la Seine, et constituant une Formation géologique distincte, précédées d’un aperçu de la non simultanéité des bassins tertiaires », Annales des sciences naturelles, 1829, T. 16, pp. 171-214 ; « Observations sur un ensemble de dépôts marins plus récents que les terrains tertiaires du bassin de la Seine, et pouvant constituer une formation géologique distincte (suite) », Annales des sciences naturelles, 1829, T. 16, pp. 402-491.

23 Cuvier (Georges), Discours sur les révolutions de la surface du globe et sur les changements qu’elles ont produits sur le règne animal, 6e éd., Paris : Edmond d’Ocagne, 1830, p. 137.

24 Guettard (Jean-Étienne), « Mémoire sur des Os fossiles, découverts le 28 janvier 1760, dans l’intérieur d’un rocher auprès de la ville d’Aix en Provence », Mémoires de l’Académie royale des sciences, 1766, pp. 209-228.

25 Cuvier (Georges), Discours sur les révolutions de la surface du globe…, op. cit., pp. 136-140.

26 Selon Gaston Bonnier (La forêt de Fontainebleau, Paris : E. Orlhac, 1920, 59 p.) le bloc aurait été acheté 10 000 francs et peu de temps après Hugh Percy (1785-1847) duc de Northumberland en aurait offert en vain 300 000 francs.

27 Barruel (Jean-Pierre), « Fossile Humain », Annales européennes, T. 5, 1824, p. 193.

28 Barruel (Jean-Pierre), « Notice sur le fossile humain trouvé près de Moret, département de Seine-et-Marne », Paris : J. Pinard, 17 mai 1824, 8 p.

29 Rapport fait à la Société linnéenne de Paris sur le fossile trouvé au Long-Rocher dans la forêt de Fontainebleau, Paris, Imprimerie Lebel, 1824, 20 p.

30 Ibid., p. 17.

31 Ses idées sont également exposées dans une série de quatre articles, non signés, publiés dans son journal, Le Corsaire. Ils furent, selon Huot fils, attribués à Cuvier et entraînèrent une querelle entre les propriétaires du fossile et Huot. Dezos de la Roquette (Alexandre), « Huot (Jean-Jacques-Nicolas) », Biographie universelle, ancienne et moderne…, T. 20, Paris : Desplaces, 1858, pp. 185-188.

32 Hardouin Michelin, « Notice lue à la Société géologique de France, le 16 juin 1845, à l’occasion du décès de M. Huot (Jean-Jacques-Nicolas), l’un des membres fondateurs », Bulletin de la Société géologique de France, 1845, 2e série, T. 2, 4 p.

33 Huot (Jean-Jacques-Nicolas), « Notice géologique sur le prétendu Fossile Humain trouvé près de Moret, département de Seine-et-Marne », Annales des sciences naturelles, T. 3, 1824, pp. 138-148.

34 Barruel (Jean-Pierre), Réponse aux principaux écrits qui ont paru sur le fossile humain trouvé le mois de septembre 1823 au Long-Rocher de Montigny, près Moret, département de Seine-et-Marne, Paris : Imprimerie J. Pinard, 1824, 40 p.

35 Le voyage du fameux « fossile » de Fontainebleau à Paris constituera la trame du Naturaliste ou l’homme fossile, Folievaudeville en un acte par MM. Théaulon, Simonnin et ***, représentée pour la première fois sur le théâtre du Gymnase dramatique le 23 août 1824. De son côté le célèbre acteur burlesque Odry (1781-1853) aurait chanté l’aventure sur la scène du théâtre des Variétés.

36 Tournal lettre à de Serres, 4 août 1832, Archives de Narbonne.

37 Tournal lettre à de Serres, 30 mars 1830, Archives de Narbonne.

38 Procès-verbaux de l’Académie des Sciences, année 1827, T. 8, p. 585.

39 Tournal lettre au Secrétaire général de l’Académie des sciences, 26 août 1827, Archives de l’Académie des sciences, pochette de la séance du 3 septembre 1827.

40 Delbecq-Alibert (Chantal), Les reflets du passé : Narbonne, les Narbonnais et leur patrimoine historique de 1789 à 1939, Thèse de doctorat [Carbonell Charles-Olivier, dir.], Montpellier : université de Montpellier 3, 2000, Annexe no 3.

41 Procès-verbaux de l’Académie des Sciences, année 1827, T. 8, p. 595.

42 Tournal (Paul), « Note sur deux cavernes à ossements, découvertes à Bize, dans les environs de Narbonne », Annales des Sciences naturelles, T. 12, 1827, pp. 78-82.

43 Christol (Jules de) & Bravard (Auguste), « Mémoire sur de nouvelles espèces d’hyènes fossiles, découvertes dans la caverne de Lunel-Viel, près Montpellier. Lu à la Société d’histoire naturelle le 8 février 1828 », Mémoires de la Société d’histoire naturelle de Paris, T. 4, sept. 1828, pp. 368-378.

44 Grottes situées sur la route de Montpellier à Nîmes. Découvertes en 1800 et explorées à partir de 1824, elles sont alors fouillées par une commission désignée à cet effet et financée par l’État, à charge pour elle de remettre les pièces mises au jour à disposition de la faculté des sciences de Montpellier. Présidée par Joseph Diaz Gergonne (1771-1859), mathématicien et doyen de la faculté des sciences de Montpellier, cette commission est composée de, outre Marcel de Serres, Joseph Anglada (1775-1833) chimiste, Jean-Michel Provençal (1781-1845) médecin et zoologiste, Pierre Flourens (1794-1867) physiologiste, Alphonse Ménard de Lunel (médecin), Joseph-Marie Dubreuil (1790-1852) professeur d’anatomie, B. Jeanjean conservateur et préparateur de zoologie et d’anatomie comparée.

45 Christol (Jules de) & Bravard (Auguste), « Mémoire sur de nouvelles espèces d’hyènes fossiles… », op. cit., p. 378.

46 Serres (Marcel de), Dubreuil (Joseph-Marie) & Ménard (Alphonse), « Recherche sur les ossements fossiles des cavernes de Lunel-Viel (Hérault) », Mémoires du Muséum d’histoire naturelle, T. 17, 1828, pp. 381-463.

47 Serres (Marcel de), Dubreuil (Joseph-Marie) & Ménard (Alphonse), « Mémoire sur les diverses espèces d’hyènes fossiles découvertes dans les cavernes de Lunel-Viel (Hérault) », Mémoires du Muséum d’histoire naturelle, T. 17, 1828, pp. 269-312.

48 Archives BCM, MS 627 pièce 96.

49 Tournal (Paul), Mémoire sur la constitution géognostique du bassin et des environs de Narbonne, Montpellier : imprimerie de Martel, 1828, 16 p.

50 Buffon (Georges-Louis Leclerc de), « Histoire naturelle. Second discours : Histoire et théorie de la terre », Œuvres complètes de Buffon, T. 1, Paris : Garnier, 1853, p. 51.

51 Cuvier (Georges), Discours sur les révolutions du globe, Paris : Firmin Didot, 1864, p. 79.

52 Laurent (Goulven), Paléontologie et évolution en France 1800-1860, Paris, Éd. du CTHS, 1987, 553 p.

53 « Mémoire sur la constitution géognostique du bassin et des environs de Narbonne par Tournal fils, pharmacien », Bulletin des sciences naturelles et de géologie, T. 14, 1828, pp. 183-189.

54 « Mémoire sur la simultanéité de formation des terrains tertiaires par Marcel de Serres », Bulletin des sciences naturelles et de géologie, T. 14, 1828, pp. 176-183, p. 178

55 Brongniart (Alexandre), « Sur les caractères zoologiques des formations, avec application de ces caractères à la détermination de quelques terrains de craie », Annales des Mines, T. 6, 1821, pp. 537-572.

56 « Lettre écrite aux administrateurs du Muséum d’histoire naturelle de Paris par M. Tournal fils », Bulletin des sciences naturelles et de géologie, T. 16, 1829, pp. 20-22. Document également publié sous une forme très légèrement abrégée : Tournal (Paul), « Note sur la caverne de Bize près Narbonne », Annales des sciences naturelles, T. 15, 1828, pp. 348-350.

57 Jules de Christol a confié la diagnose des restes humains à Dubreuil, qui a déterminé « un sujet adulte, mais très-grêle et d’une petite stature, peut-être d’une femme ». Christol (Jules de), Notice sur les ossements humains fossiles des cavernes du département du Gard…, op. cit., pp. 24-25.

58 Tournal lettre à de Serres, circa 1829, Archives de Narbonne.

59 Coye (Noël), La préhistoire en parole et en acte, op. cit., p. 67.

60 Ibid., p. 69.

61 « Lettre de M. Tournal fils à M. de Férussac, sur les mêmes cavernes », Bulletin des sciences naturelles et de géologie, T. 16, 1829, pp. 22-24.

62 Ce chevreuil d’une taille supérieure a été nommé Capreolus Tournalii par Jules de Christol. Les autres spécimens étant selon lui Capreolus Leufroyi et Cervus Reboulii.

63 Procès-verbaux des séances de l’Académie des sciences, T. 9, 1829, p. 191.

64 Une erreur du rédacteur du Globe situe les grottes de Bize dans la partie orientale des Landes… Cette présentation a été reprise, amputée des commentaires de Cordier, dans les Annales des sciences d’observation, T. 1, 1829, « Bulletin analytique et bibliographique », pp. 333-334.

65 Cordier lettre à Tournal, 10 février 1829, Archives de Narbonne.

66 Bulletin des travaux de la Société de pharmacie de Paris, mars 1829, p. 190. Les Procès-verbaux des séances de l’Académie des sciences de l’année 1825, tout comme diverses revues savantes relatant alors cette communication, ne font pas état d’un humérus. Tout juste est-il fait mention d’« ossements fossiles dont le canal médullaire est cristallisé » (Revue médicale française et étrangère, T. 3, septembre 1825, p. 465).

67 Les Procès-verbaux des séances de l’Académie des sciences n’ont pas gardé trace de cette présentation. Bulletin des travaux de la Société de pharmacie de Paris, mars 1829, pp. 134-135.

68 « Extrait d’une autre lettre adressée à M. L. Cordier, le 15 février 1829, sur les ossements humains mêlés, dans les cavernes de Bize, à des débris de mammifères terrestres d’espèces perdues ; par M. Tournal fils, de Narbonne », Annales des mines, T. 5, 1829, pp. 515-517.

69 « Extrait d’une lettre adressée à M. L. Cordier, le 15 février 1829, sur les ossements humains mêlés, dans les cavernes de Bize, département de l’Aude, à des débris de mammifères terrestres d’espèces perdues ; par M. Marcel de Serres », Annales des mines, T. 5, 1829, pp. 507-514.

70 Procès-verbaux des séances de l’Académie des sciences, T. 9, 1829, p. 207.

71 « Caverne de Bize. Fossiles d’animaux antédiluviens mêlés à des débris humains », Le Globe, 26 mars 1829, T. 7, no 24, p. 192

72 « Extrait d’une lettre adressée à M. L. Cordier, le 15 février 1829, sur les ossements humains mêlés, dans les cavernes de Bize, département de l’Aude, à des débris de mammifères terrestres d’espèces perdues ; par M. Marcel de Serres », op. cit.

73 Ibid.

74 Ibid.

75 « Extrait d’une autre lettre adressée à M. L. Cordier, le 15 février 1829, sur les ossements humains mêlés, dans les cavernes de Bize, à des débris de mammifères terrestres d’espèces perdues ; par M. Tournal fils, de Narbonne », op. cit.

76 « Cavernes à ossements fossiles de Bire [sic] ; note communiquée à l’Institut par M. Destrem, ingénieur des ponts et chaussées, à Carcassonne, et lue par M. Cordier, le 11 mai 1829 », Bulletin des sciences naturelles et de géologie, T. 18, 1829, p. 100.

77 Revue encyclopédique, T. 43, juillet-septembre 1829, pp. 56-57. Sur les brèches osseuses de Nice : Cuvier (Georges), Recherches sur les ossements fossiles, Paris, G. Dufour & Ed. d’Ocagne, 1823, pp. 182-194.

78 Aujourd’hui grotte de la Caune de l’Arago, commune de Tautavel.

79 Serres (Marcel de), Farines (Joseph), « Note sur les cavernes à ossements d’Argou (Pyrénées-Orientales) », Annales des sciences naturelles, T. 17, 1829, pp. 276-301.

80 Christol (Jules de), « Notice sur les ossemens humains fossiles des cavernes du département du Gard ; par M. de Christol, secrétaire de la Société d’histoire naturelle de Montpellier », Annales des mines, T. 5, 1829, pp. 517-530 ; « Extrait d’un mémoire de M. de Christol, secrét. de la Société d’hist. natur. de Montpellier, sur deux nouvelles cavernes à ossements, situées dans le département du Gard ; lu à l’Acad. roy. des Sciences, le 29 juin 1829 », Bulletin des sciences naturelles et de géologie, T. 19, 1829, pp. 28-29. Les développements ci-après s’appuient sur la version la plus complète de ce travail (quelques légers ajouts et publication de planches ostéologiques) : Christol (Jules de), Notice sur les ossements humains fossiles des cavernes du département du Gard présenté à l’Académie des Sciences le 29 juin 1829 par M. de Christol, secrétaire de la Société d’histoire naturelle de Montpellier, Montpellier : J. Martel Aîné imprimeur, 1829, 25 p.

81 Tournal lettre à de Serres, 1er août 1829, Archives de Narbonne.

82 Christol (Jules de), Notice sur les ossements humains fossiles des cavernes du département du Gard…, op. cit., p. 4.

83 Ibid., pp. 6-7.

84 Christol lettre à Cuvier, Montpellier 9 mai 1829, Bibliothèque de l’Institut de France, Fonds Pierre-Louis Cordier, Ms 2722.

85 Christol (Jules de), Notice sur les ossements humains fossiles, op. cit., p. 25.

86 Ibid., p. 15.

87 Revue médicale française et étrangère, T. 3, 1829, pp. 500-503.

88 Tournal (Paul), « Considérations théoriques sur les cavernes à ossements de Bize, près Narbonne (Aude), et sur les ossements humains confondus avec des restes d’animaux appartenant à des espèces perdues », Annales des Sciences naturelles, T. 18, 1829, pp. 242-258 ; Tournal (Paul), « “Considérations théoriques sur les cavernes à ossements de Bize, près Narbonne (Aude), et sur les ossements humains confondus avec des restes d’animaux appartenant à des espèces perdues”, Lettre adressée à M. le baron de Férussac », Bulletin des sciences naturelles et de géologie, T. 19, 1829, pp. 18-28.

89 Tournal lettre à de Serres, circa septembre 1829, Archives de Narbonne.

90 Tournal regrette particulièrement que de Serres ne lui ait pas encore renvoyé « deux bois de cerf fendus longitudinalement et ayant à leur base deux coupures faites par un instrument tranchant ».

91 Tournal, « Considérations théoriques… », Annales des Sciences naturelles, op. cit., p. 243.

92 Ibid., p. 244.

93 Ibid., p. 254.

94 Bertrand-Geslin (Charles), « Caverne à ossements, d’Adelsberg en Carniole », Annales des sciences naturelles, T. 8, 1826, pp. 458-464 ; Bertrand-Geslin (Charles), « Note sur la caverne à ossements de Bauwell (Somersetshire) », Annales des sciences naturelles, T. 9, 1826, pp. 196-200.

95 Tournal, « Considérations théoriques… », op. cit., p. 258.

96 Journal de chimie médicale, T. 6, 1830, p. 21.

97 Serres (Marcel de), « Lettre adressée à M. Cordier, membre de l’Académie royale des sciences, sur de nouvelles cavernes à ossements », Annales des Mines, T. 7, 1830, pp. 367-374 ; Serres (Marcel de), « Lettre adressée à M. de Férussac sur de nouvelles cavernes à ossements (5 novembre 1829) », Bulletin des sciences naturelles, T. 19, 1829, pp. 170-175.

98 Tournal lettre à de Serres, 28 novembre 1829, Archives de Narbonne.

99 Ibid.

100 Ibid.

101 Tournal lettre à de Serres, décembre 1829, Archives de Narbonne.

102 Au-delà de leur caractère dérisoire, ces reproches démontrent que les deux hommes puisent à de multiples sources les matériaux, tant factuels que conceptuels, qui nourrissent leur propre réflexion.

103 Souligné par Tournal.

104 Tournal lettre à de Serres, décembre 1829, Archives de Narbonne.

105 Ibid.

106 Ibid.

107 Ibid.

108 Annales des sciences naturelles, T. 18, 1829, p. 155.

109 Marcel de Serres va accomplir une démarche similaire mais publique en confiant des pièces à François-Joseph Delcros (1777-1865), qui connaît personnellement les sites en question, pour qu’il les remette à l’Académie (« Lettre adressée au président de l’Académie des sciences de Paris par M. Marcel de Serres », Bulletin des sciences naturelles et de géologie, T. 22, 1830, pp. 33-36).

110 Tournal lettre à Cuvier, 3 janvier 1830, Bibliothèque de l’Institut de France, papiers Cuvier MSS 3252-80.

111 Ibid.

112 Ibid.

113 Tournal lettre à Cuvier, 13 juin 1830, BCM, Papiers Cuvier MS 627 pièce 104.

114 « Revue bibliographique », Annales des sciences naturelles, T. 21, 1830, p. 76.

115 Ibid.

116 Delbecq-Alibert (Chantal), Les reflets du passé : Narbonne, les Narbonnais et leur patrimoine historique..., op. cit., pp. 206-207.

117 Tournal (Paul), « Observations sur les ossements humains et les objets de fabrication humaine confondus avec des ossements de mammifères appartenant à des espèces disparues », Bulletin de la Société géologique de France, T. 1, 1830-1831, pp. 195-201.

118 Ibid., p. 195.

119 Ibid., p. 196.

120 Serres (Marcel de), « Lettre adressée au président de l’Académie des sciences de Paris », Bulletin des sciences naturelles et de géologie, T. 22, 1830, p. 33.

121 Tournal (Paul), « Observations sur les ossements humains… », op. cit., p. 200.

122 Du Mège (Alexandre), Statistique générale des départemens pyrénéens, ou des provinces de Guyenne et de Languedoc, Paris : Treuttel & Wurtz, 1828-1829, 2 vol. (400 p., 579 p.).

123 Tournal (Paul), « Observations sur les ossements humains et les objets de fabrication humaine confondus avec des ossements de mammifères appartenant à des espèces perdues ; par M. Tournal fils, de Narbonne ; Pour servir à l’Archéologie pyrénéenne de M. Alexandre du Mège », Annales scientifiques, littéraires et industrielles de l’Auvergne, T. 4, 1831, pp. 209-221.

124 Tournal évoque même des « observations sur l’existence sociale de l’homme pendant la période […] diluvienne » voulant souligner ainsi sa découverte de restes d’un homme fossile mais également ses œuvres.

125 Tournal (Paul), « Observations sur les ossements humains et les objets de fabrication humaine... », op. cit., pp. 211-212.

126 Ibid.

127 Ibid.

128 Jean-Baptiste Guillemin (1796-1842) publie en septembre 1831 un compte-rendu de l’article paru dans les Annales de l’Auvergne dans lequel il se montre peu critique ; faisant juste remarquer que Tournal soutient « contre l’opinion contraire de la plupart des géologues modernes » l’existence d’ossements humains fossiles et que « contrairement à l’opinion la plus généralement adoptée » il se montre convaincu que « les terrains diluviens se lient et se marient aux dépôts actuels » (Bulletin des sciences naturelles et de géologie, T. 26, 1831, pp. 250-251).

129 Son sous-titre est : « recueil périodique destiné à faire connaître tout ce que les sciences humaines renferment de preuves et de découvertes en faveur du christianisme ».

130 Yvan (M.), « Lettre critique sur les ossements trouvés dans les cavernes de Bize, par M. Tournal de Narbonne », Annales de philosophie chrétienne, n ° 17, 1831, pp. 345-351.

131 Ibid., p. 347.

132 Ibid., pp. 350-351.

133 Tournal en est nommé membre correspondant en 1831 au titre de la Classe des sciences, 2e section « Histoire naturelle ».

134 Rapport publié en 1834 : « Géologie. Cavernes à ossements. M. Tournal fils 1831 », Histoire et Mémoires de l’Académie des sciences, inscriptions et belles-lettres de Toulouse, 1834, Série 2, T. 3, pp. 52-63.

135 Ibid., p. 56.

136 D’Aubuisson lettre à Tournal, 28 avril 1831, Archives de Narbonne.

137 Le 16 janvier 1832, un nouveau manuscrit de De Serres et Tournal sur les cavernes à ossements de Bize est renvoyé à l’examen de Cuvier, Brongniart et Cordier. Il ne nous a pas été possible d’identifier ce document.

138 Desnoyers (Jules), « Considérations sur les ossements humains des cavernes », Bulletin de la Société géologique de France, T. 2, 1831, pp. 126-133.

139 Ibid., p. 131.

140 Ibid., p. 127.

141 Ibid., pp. 132-133.

142 Tournal (Paul), « Rapport des terrains tertiaires de Paris, Pézenas et Narbonne », Bulletin de la Société géologique de France, T. 3, 1832, pp. 579-580.

143 « Cavernes à ossements de Bize (Aude) », pp. 380-382.

144 Ibid., p. 382.

145 Tournal lettre à de Serres, mai 1832, Archives de Narbonne.

146 Tournal lettre à de Serres, 14 décembre 1855, Archives de Narbonne.

147 Tournal (Paul), « Considérations générales sur le phénomène des cavernes à ossements », Annales de physique et de chimie, T. 52, 1833, pp. 161-181.

148 Grayson (Donald K.), « The provision of time depth for paléoanthropologie », op. cit., p. 7.

149 Tournal (Paul), « Considérations générales… », op. cit., pp. 168-169.

150 Ibid., p. 172.

151 Ibid., p. 174.

152 Ibid., p. 175.

153 Henri Reboul (1763-1839), compatriote de Pézenas de Tournal, lui donnera le nom de quaternaire forgé par Desnoyers : « on a dû appeler quaternaire la période subséquente, dont les terrains sont caractérisés par des espèces animales et végétales, semblables aux êtres actuellement vivants dans les mêmes lieux. Les noms de néomastonienne et anthropéïenne conviennent aussi à cette période, puisqu’elle est principalement signalée par l’apparition de nouveaux mammifères, et surtout des quadrumanes et de l’homme. » Reboul (Henri), Géologie de la période quaternaire et introduction à l’histoire ancienne, Paris, Levrault libraire, 1833, pp. 1-2.

154 Tournal (Paul), « Considérations générales… », op. cit., p. 179.

155 Ibid.

156 Rudwick (Martin J. S.), Worlds before Adam, op. cit., p. 411.

157 Peyrusse (Louis), « Paul Tournal créateur des congrès méridionaux », Bulletin de la Commission archéologique et littéraire de Narbonne, T. 41, 1980-1981, p. 157.

158 Cuvier (Georges), Discours sur les révolutions de la surface du globe, op. cit., pp. 135-136.

159 Ibid., p. 141

160 Mortillet (Gabriel de), Le Préhistorique…, op. cit., p. 11.

161 Gervais (Paul), « Remarques sur l’ancienneté de l’homme tirées de l’observation des cavernes à ossements du bas Languedoc », Comptes-rendus de l’Académie des sciences, T. 58, 1864, p. 231. séance du 1er février 1864.

162 Avec l’aide d’étudiants de la faculté des sciences de Montpellier (J. Brinckmann et Jules Jullien), auxquels il a suggéré de reprendre des fouilles à Bize (1860). Il s’agit, entre autres, de l’Antilope christolii qui serait du Chamois, et des espèces distinctes de Cerf qui correspondraient en réalité à du Renne dont, dans les deux cas, les os auraient été fracturés par les Préhistoriques. Ces nouvelles recherches permirent également de constater l’abondance de l’industrie lithique, non reconnue comme telle par Tournal. Gervais (Paul), « Remarques sur l’ancienneté de l’homme tirées de l’observation des cavernes à ossements du bas Languedoc », Comptes-rendus de l’Académie des sciences, 1864, T. 58, pp. 230-238 ; Gervais (Paul), Brinckmann (J.), « La caverne de Bize et les espèces animales dont les débris y sont associés à ceux de l’Homme », Annales des sciences naturelles, Zoologie et paléontologie, T. 3, 1865, pp. 62-92.

163 Gervais (Paul), Recherches sur l’ancienneté de l’homme et la période quaternaire, Paris : Arthus Bertrand, 1867, p. 33.

164 Cartailhac (Émile), « Georges Cuvier et l’ancienneté de l’homme », Matériaux pour l’Histoire primitive et naturelle de l’homme, T. 18, 1884, pp. 27-35.

165 Paul Tournal lettre à de Serres, 15 février 1858, Archives de Narbonne.

166 Ibid.

167 Tournal (Paul), « Considérations théoriques sur les cavernes à ossements de Bize… », Bulletin des sciences naturelles, op. cit., pp. 20-21.

168 Évoquant les découvertes du Gard : « Je dois ici faire remarquer que ces observations s’accordent avec le livre qui fait la base des croyances de l’Europe civilisée, puisque l’homme vivait réellement avant l’événement auquel on a fait allusion en se servant des mots anté ou post diluvien, événement avec lequel quelques géologues font coïncider l’anéantissement de plusieurs races d’animaux. » Tournal (Paul), « Considérations théoriques sur les cavernes à ossements de Bize… », Annales des Sciences naturelles, op. cit., p. 251.

169 Stoczkowski (Wiktor), « La préhistoire : les origines du concept », op. cit.

170 Tournal (Paul), « Considérations générales sur le phénomène des cavernes à ossements », op. cit., pp. 178-179.

171 « Lettre du 22 octobre 1860 de Paul Tournal à la Société géologique de France », Bulletin de la Société géologique de France, T. 18, 1860-1861, p. 16.

172 Tournal lettre à Lartet, 3 décembre 1860, Toulouse SICD. Tournal accompagne cette lettre de l’envoi de diverses pièces de Bize.

173 Tournal lettre à Lartet, 1er juin 1863, Toulouse SICD ; voir également Tournal lettre à de Serres, 15 février 1858, Archives de Narbonne.

174 Boucher de Perthes (Jacques), Antiquités celtiques et antédiluviennes. Mémoire sur l’industrie primitive et les arts à leur origine, Paris : Treuttel & Wurtz [etc.], 1847, p. 7.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2650/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende FIGURE 1Paul Tournal
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2650/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Légende FIGURE 2« Andrias Scheuchzeri » gravure de E. Salle extraite de Figuier (Louis), La terre avant le déluge. Ouvrage contenant 25 vues idéales de paysages de l’ancien monde dessinées par Riou [3e éd.], Paris : Hachette, 1864, pl. p. 287.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2650/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 539k
Légende FIGURE 3« Parties du corps humain pétrifiées » gravure extraite de Dezallier d’Argenville (Antoine-Joseph), L’histoire naturelle éclaircie dans une de ses parties principales : l’oryctologie, qui traite des terres, des pierres..., Paris : de Bure l’aîné, 1742, pl. 17.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2650/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende FIGURE 4Lettre de Paul Tournal à Georges Cuvier, 26 août 1827, Archives de l’Académie des Sciences, pochette de la séance du 3 septembre 1827.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2650/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende FIGURE 5Georges Cuvier, portrait de Mathieu-Ignace Van Bree peint en 1798.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2650/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende FIGURE 6« Coupe verticale de la grotte de Gailenreuth en Franconie, d ‘ après des croquis réalisés par le professeur Buckland en 1816 et 1822 ». Planche extraite de Buckland (William), Reliquiae diluvinnae or Observations on the organic remains... attesting the action of the universal deluge..., London : J. Murrau, 1824, pl. 14 entre pp. 268-269.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2650/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Légende FIGURE 7« Coupe verticale de la grotte de Goat Hole à Paviland ». Planche extraite de Buckland (William), Reliquiae diluvinnae or Observations on the organic178 remains... attesting the action of the universal deluge..., London : J. Murrau, 1824, pl. 21 entre pp. 272-273.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2650/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 3,9M
Légende FIGURE 8Exemplaire d’Émile Cartailhac conservé à la bibliothèque de l’Institut de Paléontologie Humaine.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2650/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Légende FIGURE 9« Ossemens humains fossiles ». 1, Extrémité carpienne du Radius. (Caverne de Souvignargues) ; 2, Troisième vertèbre lombaire vue par sa face supérieure. (Caverne de Souvignargues) ; 3, Radius vu en pronation. (Caverne de Souvignargnes) ; 4, Extrémité humérale du Radius. (Caverne de Souvignargues) ; 5, Troisième vertèbre lombaire vue latéralement ; 6, Première phalange de l’annulaire de la main gauche. (Caverne de Pondres) ; 7, Fragment de molaire d’Ours. (Caverne de Souvignargues.) – On a représenté au trait le reste de la dent. Lithographie de Moquin extraite de Christol (Jules de), Notice sur les ossemens humains fossiles des cavernes du département du Gard, Montpellier : J. Martel Aîné imprimeur, 1829, 25 p., pl. hors texte.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2650/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 719k
Légende FIGURE 10Lettre de Paul Tournal à Marcel de Serre, décembre 1829 (« Monsieur et cher ami, je reçois à l’instant même la lettre et le mémoire... »), Archives municipales de Narbonne.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2650/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 868k
Légende FIGURE 11Lettre de Paul Tournal à Georges Cuvier, 13 juin 1830 : « Il m’a été impossible de me présenter à vous, pour vous remercier de toutes les bontés... ». Bibliothèque centrale du MNHN, Ms 627, pièce 104 (verso en page suivante).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2650/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2650/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 586k
Légende FIGURE 12Une preuve négative de l’existence de l’homme fossile : l’Anthropolithe de la Guadeloupe. « Anthropolithe du Port du Moule (Guadeloupe). Galerie de paléontologie du Muséum. Arm. I », figure d’après Faguet extraite de Hamy (Ernest), Précis de paléontologie humaine, Paris : J. B. Baillière & fils, 1870, p. 32.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2650/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende FIGURE 13« Note géologique sur l’Aude et sur les cavernes... », 30 mars 1830, folios 1 et 3 du document manuscrit avec dessin, croquis de la vallée de la Cesse (page suivante), Archives municipales de Narbonne.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2650/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 849k
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2650/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 654k
Légende FIGURE 14Grotte de Bize, photographie du porche double. Cliché Dominique Sacchi.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2650/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 297k
Légende FIGURE 15Portrait d’Émile Cartailhac : dessin à la sanguine réalisé par sa fille Madeleine Cartailhac, extrait de L’Anthropologie, T. 31, 1921, pp. 587-608, pl. hors texte.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2650/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

© Publications scientifiques du Muséum, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540