Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dans l’épaisseur du temps

 | 
Arnaud Hurel
, 
Noël Coye

Chronologiques : le tournant historiciste des sciences humaines

Claude Blanckaert

Texte intégral

  • 1 Geoffroy Saint-Hilaire (Isidore), Histoire naturelle générale des règnes organiques, principalemen (...)
  • 2 Pouchet (Georges), De la pluralité des races humaines. Essai anthropologique, Paris : J.-B. Bailli (...)
  • 3 Bieder (Robert E.), « Albert Gallatin and the survival of Enlightenment thought in nineteenth-cent (...)

1En dépit d’un mouvement d’institutionnalisation décisif, les sciences humaines, les sciences « humanitaires et sociales » comme les dénomme Isidore Geoffroy Saint-Hilaire (1805-1861) en 18541, peinent à s’individualiser dans le grand second quart du xixe siècle. Elles forment un bloc homogène, authentifié par l’objet, sinon par les méthodes. La faible professionnalisation du champ intellectuel n’est pas seule en cause. Nombre d’érudits partagent une même visée d’universalisme totalisant. On les voit circuler d’une société savante à une autre. À l’exemple de James Cowles Prichard (1786-1848), médecin aliéniste, philologue et leader incontesté de l’ethnologie anglaise pré-darwinienne ou d’Alfred Maury (1817-1892), également réputé comme géographe, linguiste, archéologue et psychologue, ils considèrent encore que l’homme réclame tout son savoir et que la division des spécialités n’est, dans son cas, qu’une commodité. En théorie comme en pratique, les sciences humaines s’enchaînent, s’emboîtent. Elles s’appellent réciproquement. Certes, remarque Georges Pouchet (1833-1894) en 1858, « il ne vient pas à la pensée qu’un homme puisse être jamais, qui possède même les seuls éléments de toutes les connaissances dont l’ensemble constitue la Science de l’homme »2. Mais le collectif y supplée et l’encyclopédisme reste un objectif de vivant héritage. La mutualisation des ressources tend même à confondre les études dites « spéciales ». Après la fondation de l’American Ethnological Society à New York en 1842, Albert Gallatin (1761-1849) reconnaît qu’elle marche de fait sur les brisées de l’Antiquarian Society, son aînée de trente ans : « Leur objet est le même »3.

  • 4 Jomard (Edme-François), Études géographiques et historiques sur l’Arabie, accompagnées d’une carte (...)
  • 5 Maury (Alfred), « Rapport sur les travaux de la Société de géographie, et sur les progrès des scie (...)
  • 6 Bertillon (Louis-Adolphe), Congrès international de statistique [extrait de la Gazette hebdomadair (...)
  • 7 Ou, selon d’autres textes, « géo-ethnographie », Dias (Nélia), « Une science nouvelle ? La géo-eth (...)

2La sémantique des termes va toutefois se préciser avec les collaborations internationales. Mais elle reste encore une source de malentendu et, plus encore, de rivalité. Il dépend d’une simple définition qu’une science extensive comme l’ethnologie soit assimilée tantôt à la philologie comparative, tantôt à l’anthropologie des races, tantôt au projet même, longtemps différé, de la géographie ou de l’histoire universelles. En 1839, le polymathe Edme-François Jomard (1777-1862), président de l’Académie des inscriptions, assure que l’ethnologie, comprise ici comme connaissance de l’homme et du degré de civilisation de tous les peuples, « est la science même de la géographie vue dans son ensemble et dans toute sa haute généralité ». Sous cette perspective, précise-t-il, la matière est « presque toute nouvelle »4. À une génération de là, l’espoir reste entier. Ainsi, prophétise Alfred Maury en 1859, lorsque la géographie aura percé les lois générales présidant à la répartition des terres, des eaux et des êtres vivants, lorsqu’elle aura expliqué le caractère physique et moral des habitants et fixé le rapport de leurs idiomes, son domaine agrandi « sera celui de la science de l’humanité »5. L’acte de nomination des sciences reste donc performatif. C’est une déclaration de priorité plus que d’autonomie. D’autres sciences nouvelles ou rénovées, l’anthropologie, l’ethnographie, voire même la statistique qui, de simple outil administratif qu’elle était, se représente désormais comme « la tenue des livres de l’humanité »6, élèveront au même moment d’égales prétentions à la législation du genre humain. En réalité, tout dépend de l’échelle choisie et de la matrice conceptuelle propre à éclairer quelques-unes des énigmes de la présence de l’homme au monde. Dans le cadre d’une biogéographie de style humboldtien, les questions de distribution des races, de leurs langues ou de leur industrie, favorisaient la pratique cartographique et des explications globales en termes de migrations, de densité de population, d’adaptation aux circonstances locales. L’empreinte des « climats », envisagée dans toute son amplitude, déterminait la « physionomie morale » des nations et c’est pourquoi, approfondissant son intuition, Jomard voudra dénommer « ethno-géographie » la science mixte qui étudie ce singulier rapport7. Cependant, le néologisme ne fut pas enregistré et l’on doit tenir la décennie 1850 pour une césure dans l’expression souveraine de la géographie.

  • 8 L’expression est de Edme-François Jomard, in Hamy (Ernest-Théodore), Les origines du Musée d’ethno (...)
  • 9 Palsky (Gilles), « Un monde fini, un monde couvert », in Poutrin (Isabelle) (sous la dir.), Le xix(...)
  • 10 Maury (Alfred), « Rapport sur les travaux de la Société de géographie… », op. cit., p. 189.
  • 11 Pictet (Adolphe), Les Origines indo-européennes et les Aryas primitifs. Essai de paléontologie lin (...)

3Avec la mort – presque emblématique – d’Alexandre de Humboldt (1769-1859) et de Karl Ritter (1779-1859) en 1859, le cycle des voyages d’exploration s’achève et il n’est plus temps d’affirmer, sur le mode hippocratique des années pionnières, que « les lieux et les hommes sont inséparables »8. De telles « vérités humanitaires » ne sont pas fausses. Mais elles perdent en attrait, ou en publicité, avec la fin prévisible des conquêtes stimulantes. La géographie ambitionnait de « remplir les blancs de la carte ». Or le monde, dit-on, sera bientôt « couvert » et comme « cerné par la connaissance »9. Comme le constate Maury, « la science du globe voit grossir incessamment ses richesses, et déjà les mines semblent s’épuiser »10. Il apparaît alors que la surface de la terre ne livre que l’écume des choses. Les gisements à ciel ouvert s’érodent, il faut maintenant, à la manière des géologues, creuser le sol profond pour mettre à jour d’autres trésors. Le philologue Adolphe Pictet (1799-1875), filant la métaphore, se compare au pionnier foulant des « régions inconnues », au « mineur » découvrant « les filons »11.

  • 12 Dettelbach (Michael), « Humboldtian science », in Jardine (Nicholas), Secord (James A.) & Spary (E (...)
  • 13 Latham (Robert Gordon), Man and his Migrations, Londres : John Van Voorst, 1851, pp. 70-75 (citati (...)
  • 14 Darwin (Charles), L’origine des espèces au moyen de la sélection naturelle ou la préservation des (...)

4D’autre manière, le modèle populaire du comparatisme humboldtien se fonde sur le principe d’uniformité, lequel associe terme à terme les principaux traits saillants de la diversité humaine à des configurations d’atmosphère et de topographie (altitude, chaleur, humidité, etc.) jugées déterminantes. Les grandes catégories anthropologiques leur sont indexées. Elles tombent sous la dépendance des variables physiques et restent « analogiques »12. Ce parallélisme sous-tend la classification des hommes. Doit-on pour autant, questionne le médecin et linguiste orthodoxe Robert Gordon Latham (1812-1888) en 1851, déduire de similitudes avérées qu’un même et unique type « nègre » se retrouve d’Afrique en Australie et, pourquoi pas, en Indonésie ? La géographie, l’anthropologie abusent de tels arrangements. Mais, poursuit Latham, est-il bien « naturel » de confondre les Polynésiens et les Européens au seul motif qu’ils ont la peau claire, une taille avantageuse et une égale perfectibilité, fût-elle réelle ou supposée ? Le soupçon perce sous l’unanimisme de façade. Parité n’est pas parenté. L’histoire conflictuelle des établissements humains est autrement compliquée et enchevêtrée. Ces ressemblances, conclut Latham, n’ont presque aucune signification pour quiconque s’inquiète du mode de peuplement d’une région du globe, de l’origine des Américains ou de la provenance des multiples envahisseurs des Iles britanniques. La logique des climats s’en trouve congédiée car « notre questionnement concerne maintenant le sang, l’ascendance, la généalogie et la connexité »13. Charles Darwin (1809-1882), en 1859, n’en jugera pas autrement. Si l’on pouvait prouver, remarque-t-il, que le Hottentot, si souvent comparé à la physionomie mongole malgré la distance des lieux, descend des Noirs, « je crois qu’il serait classé sous le groupe Nègre, quelles que soient les différences de couleur et d’autres caractères importants avec le Nègre »14. Ainsi, la centralité des processus historiques prend le pas sur la mise à plat et le maillage géographique de l’œkoumène humain.

FIGURE 1
« Géographie des plantes équinoxiales. Tableau physique des Andes et pays voisins, dressé d’après les observations et les mesures prises sur les lieux depuis le 10e degré de latitude boréale jusqu’au 10e de latitude australe en 1799, 1800, 1801, 1802, 1803 par Alexandre de Humboldt et Aimé Bonpland ». Estampe de Humboldt, Turpin & Schönberger (détail).

  • 15 Bertillon (Louis-Adolphe), Congrès international de statistique, op. cit., p. 3 ; Perrot (George), (...)
  • 16 Pictet (Adolphe), Les Origines indo-européennes…, op. cit., p. 13.

5Le réseau des coordonnées spatiales qui organisait la connaissance se soumet à la dynamique du changement et au « sombre abîme du temps ». L’heure est à l’histoire, nationale ou universelle, et à la réflexivité. Par ses ajustements trop harmoniques, la vision géographique fige dans l’intemporel une réalité évolutive. Il s’agit dorénavant de la fonder sur un récit suivi, de la mettre en mouvement et de remonter ainsi aux sources de la conscience et de l’action humaines. En vérité, chacun se persuade que la clef des phénomènes complexes et stabilisés qui caractérisent la vie des peuples, depuis leur habitat actuel jusqu’aux structures sociales (langage, institutions, régime économique, etc.), réside dans leurs conditions de formation puis de transformation. Tous ces éléments relèvent de la longue durée, comprise ici non comme simple séquence chronologique mais comme agent causal et, à son tour, explicatif. Aussi bien, l’examen des caractères externes suffit, dit Latham, au « minéralogiste ». Cependant, le géologue qui opère sur des empilements de couches remaniées s’inquiète au contraire de leur morphologie et de leur faciès. Mieux encore, l’anatomie fonctionnelle traverse le miroir des apparences. Par la vertu des corrélations, l’espace intérieur de l’organisation répond des dispositions visibles, et non l’inverse. Voilà le bon modèle. Sous ce rapport de représentation valorisée, la technique de l’ethnologue, du linguiste ou du démographe se calque sur l’analyse du zoologiste, lequel subordonne les phénomènes vitaux à l’architecture d’ensemble qui naît du jeu et de la hiérarchie des organes. L’image du « scalpel », souvent reprise, témoigne du fait que les sciences humaines opèrent, elles aussi, une « espèce de dissection » pour comprendre puis individualiser leur objet15. Et de même que l’anatomiste base ses classements sur le plan de composition interne sans se fier à des ressemblances superficielles, un philologue établit le degré d’affinité des langues par un ensemble de preuves qui embrasse leur « organisme entier »16.

FIGURE 2
Charles Darwin. Photographie de 1868 de Julia Margaret Cameron (1815-1879) publiée en 1926. Tirage à l’albumine d’après un négatif au collodion humide (255 x 211 mm) dont l’original est conservé à la Royal Photographic Society.

  • 17 Schwab (Raymond), La Renaissance orientale, Paris : Payot, 1950, pp. 320 sq.
  • 18 Schweber (Silvan S.), « Darwin and the political economists : Divergence of character », Journal o (...)
  • 19 Un premier état de ma recherche sur les « sciences palétiologiques » a été présenté lors d’un coll (...)
  • 20 Rudwick (Martin J. S.), Lyell and Darwin, geologists. Studies in the Earth Sciences in the Age of (...)
  • 21 Perrot (George), « Avant-propos », op. cit., p. xix.
  • 22 Pictet (Adolphe), Les Origines indo-européennes…, op. cit., pp. vi-vii.
  • 23 Müller (Max), La science du langage, op. cit., pp. 26-28.
  • 24 Pictet (Adolphe), Les Origines indo-européennes…, op. cit., pp. 7 et 4.
  • 25 Ibid., p. 10.
  • 26 Müller (Max), La science du langage, op. cit., pp. 26 et 452.

6D’un patronage revendiqué depuis Cuvier et la première génération des orientalistes17, les sciences de l’homme sont liées d’intérêt avec les sciences de la nature. Elles en partagent les méthodes descriptives et taxinomiques, les visées nomologiques et l’art combinatoire. Elles ont aussi pour trait commun d’être résolument tournées vers l’histoire. Dès les années 1830, l’économiste anglais Richard Jones (1790-1855) professait, par exemple, que pour comprendre la source et la distribution de la richesse, il convenait d’étudier l’« anatomie économique » des nations dans l’histoire passée et présente du monde18. S’appuyant sur le comparatisme pour appréhender les stades de développement des différentes sociétés, le rythme du changement qui les singularise ou leur différentiel de croissance, l’économiste procédait à la manière du géologue ou de l’embryologiste. Cette science des causes passées19 va influencer Charles Lyell (1797-1875)20, Charles Darwin, Ernest Renan (1823-1892) et tant d’autres « épigraphistes » d’un genre nouveau déchiffrant page après page le « livre perdu de l’histoire de notre espèce »21. Tous ces auteurs, finalement, enregistrent le double mouvement d’historicisation de la nature et de naturalisation du fait social qui marque le milieu du xixe siècle. Ils recherchent par quel agencement de forces sous-jacentes, d’intensité variable avec le temps, un équilibre d’optimisation peut émerger, se maintenir ou se rompre sous la pression d’une série d’événements concrets, locaux ou généralisés. Dans un style pleinement caractéristique de cette période, chacun se prétend archéologue des « couches de la civilisation » et bientôt en mesure de faire « revivre le passé dans des tableaux animés de l’esprit des anciens âges, de même que la paléontologie terrestre a cherché à nous retracer quelques-unes des scènes du monde antédiluvien »22. La référence à la paléontologie s’impose avec les succès soulignés de la philologie. Ces deux sciences ont d’abord suscité l’indifférence, s’étonne Max Müller (1823-1900). Mais elles touchent à des strates d’histoire bien antérieures aux hiéroglyphes23. Et si « les mots durent autant que les os », ajoute Adolphe Pictet, on peut, à leur témoignage, établir l’ethnographie « sur des principes certains ». Les procédés de la linguistique « peuvent se comparer, pour la sûreté, à ceux que la paléontologie a mis en œuvre pour retrouver l’histoire des révolutions du globe »24. Quel qu’en soit le chronomètre, la promesse de « reconstruire l’édifice d’une civilisation perdue », à l’aide de « débris épars »25 ou par l’investigation des « couches pétrifiées des littératures anciennes »26, rapproche toutes les sciences de la Terre, du vivant et de l’homme qui intègrent dans leur raisonnement la dimension constitutive du temps et de la généalogie. Elles s’étayent mutuellement.

  • 27 Ibid., p. 470.
  • 28 Pictet (Adolphe), Les Origines indo-européennes…, op. cit., p. v.

7C’est dans ce contexte de coopération et d’émulation fervente que le « règne du langage », selon le mot de Max Müller, nourrit toute une poétique des « origines ». Comme l’anatomie comparée en paléontologie, la philologie atteint au « granit de nos pensées »27 et l’espoir demeure de tirer parti des langues et des étymologies pour « remonter aux origines des choses humaines »28. Si donc la première partie du siècle soumettait les pérégrinations de nos lointains ancêtres au verdict de l’ethno-géographie, on pourrait dire, pour faire image, que l’archéogéologie devient l’ultime frontière intellectuelle des années 1850. Il s’agit, bien sûr, d’une simple tendance, mais elle s’alourdit d’épithètes enthousiastes avec l’empilement d’ouvrages traitant des « époques primitives » et du mouvement d’évolution des races de la terre. Imaginerait-on, écrit Émile Littré (1801-1881) en 1857, que nos vocables, « qu’on croirait une simple vibration de l’air sonore », ont « des racines qui s’enfoncent profondément dans le sol, et que des fouilles bien conduites poursuivent fort loin » ? Or,

  • 29 Littré (Émile), « De la civilisation et du monothéisme chez les peuples sémitiques » (1857), in Li (...)

par de là [sic] tous les livres, par de là tous les monuments, les langues signalent des consanguinités, des migrations, des origines sur lesquelles rien autre ne peut nous éclairer. Elles sont pour les âges préhistoriques, ce que sont les fossiles pour les âges anté-diluviens : les restes permanents des choses qui furent, des documents difficiles à interpréter, mais dont une critique sagace et sévère peut tirer des notions aussi certaines qu’inattendues29.

La vertu des analogies

  • 30 Voir Petitier (Paule), La géographie de Michelet. Territoire et modèles naturels dans les première (...)
  • 31 Cuvier (Georges), « Extrait d’un Mémoire sur un animal dont on trouve les ossements dans la pierre (...)
  • 32 Schnapp (Alain), La conquête du passé. Aux origines de l’archéologie, Paris : Carré-Le livre de po (...)
  • 33 Cuvier (Georges), Recherches sur les ossements fossiles de quadrupèdes. Discours préliminaire (181 (...)
  • 34 Cuvier (Georges), « Extrait d’un Mémoire sur un animal… », op. cit., pp. 286, 289-290.
  • 35 Flourens (Pierre), « Éloge historique de G. Cuvier » (1834), in Recueil des Éloges historiques lus (...)
  • 36 Le propos est d’Émile Littré, « Cuvier et les ossements fossiles » (1834), in Littré (Émile), La s (...)
  • 37 Balzac (Honoré de), La Peau de chagrin [éd. de 1845], Paris : Le Livre de poche, 1995, p. 86.

8Selon le mot de l’historien Jules Michelet (1798-1874), c’est en attestation de « l’accord du double monde, naturel et civil »30, qu’à l’ouverture du xixe siècle l’archéologie ajoute une note herméneutique précieuse aux métaphores classiques assimilant les fossiles et les couches terrestres à des « médailles » ou des « hiéroglyphes » des premiers âges. Alors que le naturaliste Johann Friedrich Blumenbach (1752-1840) présentait à Göttingen les rudiments d’une « archéologie de la nature », Georges Cuvier (1769-1832) réclamait dès 1798 que « les physiciens fassent pour l’histoire de la nature, ce que les antiquaires font pour l’histoire des arts et des mœurs des peuples »31. Au-delà d’une allusion convenue aux « archives » du monde et aux « monuments » en ruine surgis des déluges, les naturalistes rendaient ainsi un hommage appuyé au savoir-faire et à la sensibilité des archéologues. Ceux-là sont des intercesseurs. Ils ressuscitent des mondes enfouis et font marcher les morts. De ces « anatomistes du terrain », selon les mots expressifs d’Alain Schnapp32, Cuvier sera le continuateur. Comme il est bien connu, lui-même se déclarait « antiquaire d’une espèce nouvelle »33. Éclairé du « flambeau » de l’anatomie comparée, il affirmait très tôt savoir restaurer, à l’inspection d’un seul os fossile, la charpente des animaux éteints, leur système musculaire et, avec « quelques écarts à l’imagination », leur image vivante et bientôt une partie de leurs « habitudes ». Après tout, convenait-il, « ces conjectures ne serait [sic] peut-être guère plus hasardées, que celles que les Géologistes vont se trouver obligés de faire pour expliquer dans leurs systèmes comment les os d’un animal inconnu se trouvent dans un pays qui l’est tant »34. La face du globe en fut changée. Cuvier, selon ses mots, franchissait « les limites du temps » et concevait, pour la postérité, l’idée d’une « création entière détruite et perdue »35, antérieure au système actuel de la nature et qu’il devait, à son tour, « déchiffrer ». Son pouvoir de « divination du passé »36 n’était donc pas moindre que celui des archéologues. « Il réveille le néant », assure Balzac37. Le superlatif passerait à tort pour une licence littéraire. En 1836, Pierre Flourens (1794-1867), secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences, magnifiait par l’éloquence cette juridiction inédite du mémorial des siècles :

  • 38 Flourens (Pierre), « Éloge historique de G. Cuvier », op. cit., pp. 146-147.

Que l’on se représente ce mélange confus de débris mutilés et incomplets, recueillis par M. Cuvier ; que l’on se représente, sous sa main habile, chaque os, chaque portion d’os, allant reprendre sa place, allant se réunir à l’os, à la portion d’os à laquelle elle avait dû tenir ; et toutes ces espèces d’animaux, détruits depuis tant de siècles, renaissant ainsi avec leurs formes, leurs caractères, leurs attributs ; et l’on ne croira plus assister à une simple opération anatomique ; on croira assister à une sorte de résurrection ; et ce qui n’ôtera sans doute rien au prodige, à une résurrection qui s’opère à la voix de la science et du génie.38

FIGURE 3
Georges Cuvier, gravure de Simon-Charles Miger d’après un portrait peint par François-André Vincent. Planche extraite de Bultingaire (Léon), « Iconographie de Georges Cuvier », in Archives du Muséum national d’Histoire naturelle : centenaire de G. Cuvier, 6e série, T. IX, Paris : Masson & Cie, 1932, pl. II.

  • 39 Schlegel (Friedrich von), Essai sur la langue et la philosophie des Indiens [1808], [trad. par Maz (...)
  • 40 Mazure (Adolphe), « Préface du traducteur », dans ibid., pp. xvi-xvii.

9Voilà qui forge et l’idéal et la réputation. Une paléontologie désormais conquérante découvre le temps immanent aux accomplissements du monde. C’est à cette durée inhérente que s’attachent nombre de savants « spéciaux » [i. e. spécialisés] qui étudient la dérivation des langues et la genèse des phénomènes sociaux. En 1837, Adolphe Mazure (1799-1870), traducteur du célèbre essai de Friedrich von Schlegel (1772-1829) sur la philosophie des anciens Indiens, recourt au même parallélisme pour authentifier le premier tracé des aventures humaines. Quand elle veut établir les titres des nations ou leurs affinités, l’ethnographie doit prendre exemple sur la paléontologie et s’inspirer de ses principes. Il ne suffit plus de comparer les mots à ces « médailles » dont l’empreinte pallierait les silences de l’histoire. Schlegel le disait déjà : la généalogie des langues se tire de leur « structure interne » et non des étymologies douteuses et extrapolées. Telle est la leçon de l’anatomie comparée39. Mais on peut aller, avec semblable concours, beaucoup plus avant dans les ténèbres du passé et exhumer les racines littéralement pétrifiées du génie des races : « La vertu des analogies sera si grande que l’on pourra reconstruire à l’aide de quelques éléments une langue entière, de même que la découverte de races animales effacées de l’univers permettait au grand Cuvier de spécifier l’espèce à laquelle appartenait l’individu dont on ne lui montrait que le débris le plus simple et le plus indifférent »40. La grammaire équivaut à l’organisation.

  • 41 Pictet (Adolphe), Les Origines indo-européennes…, op. cit., pp. 535 et 15. On retrouve les mêmes r (...)
  • 42 Cuvier (Georges), Recherches sur les ossements fossiles de quadrupèdes…, op. cit., p. 45.
  • 43 Perrot (George), « Avant-propos », op. cit., p. xvii.
  • 44 Pictet (Adolphe), Les Origines indo-européennes…, op. cit., p. 6.

10L’image n’est pas ornementale et ce tribut d’admiration ne s’éteint pas à la mort de Cuvier en 1832. En 1859, le linguiste genevois Adolphe Pictet, spécialiste des Aryas, explique encore que les fragments de l’ancienne langue de cette race sont « comme les fossiles d’un monde disparu » et qu’il convient d’en peser la valeur et la part d’incertitude par un examen scrupuleux et aride, « nécessaire au même degré que celui de l’étude patiente des débris fossiles pour reconstruire les faunes antédiluviennes »41. Le système de la nature, celui même de la nature humaine prennent dorénavant une forme probabiliste, mais pleinement accordée à la difficulté du sujet. La référence sémiotique souligne le caractère contingent d’une restitution. Il y faut interpréter des vestiges équivoques ou des inscriptions ténues, effacées, recomposées pièce après pièce. Démêler cet écheveau de faits et d’hypothèses ajoute au tour de force. Cuvier disait qu’en ces matières le naturaliste sollicitait un « art presque inconnu »42. Ces mots s’appliquent également à la « magie » du philologue qui, mieux que l’archéologue, plonge dans le dédale des origines « où se dérobent les premiers vagissements et les premiers pas de l’humanité »43. La langue, en effet, renferme « comme en dépôt » les témoignages les plus certains de l’histoire « physique et morale » d’un peuple44.

  • 45 Gobineau (Arthur de), Essai sur l’inégalité des races humaines (1853-1855), Paris : Pierre Belfond (...)
  • 46 Roget de Belloguet (Dominique-François-Louis), Ethnogénie gauloise, ou mémoires critiques sur l’or (...)
  • 47 C’est le sous-titre choisi par Adolphe Pictet en 1859 pour son essai sur les Origines indo-europée (...)
  • 48 Baridon (Laurent), L’imaginaire scientifique de Viollet-le-Duc, Paris : L’Harmattan, 1996, pp. 171 (...)
  • 49 Schlegel (Friedrich von), Essai sur la langue et la philosophie des Indiens, op. cit., p. 169.

11Dans les domaines anthropologiques des années 1830-1860, la référence métaphorique aux sciences de la terre s’accentue décidément. On parle, par exemple, avec Arthur de Gobineau (1816-1882) et Hippolyte Taine (1828-1893) de « géologie morale »45. L’« ethnogénie », discours des origines ethniques et partie des sciences dites « noologiques » dans la célèbre classification d’Ampère de 1834, est rebaptisée « paléontologie de l’histoire », un terme associé ultérieurement au « préhistorique » de Gabriel de Mortillet (1821-1898)46. Des livres consacrés à la formation et la diffusion des grands groupes de langues sont publiés sous l’étiquette « paléontologie linguistique »47 et l’on peut dire que par la vulgarisation du thème, la problématique de l’histoire elle-même subit l’influence d’un « véritable imaginaire géologique »48 : « Dans ces divisions de peuples qui se succèdent aux temps primitifs, nous retrouvons, comme le minéralogiste dans les couches intérieures d’une montagne, une partie de l’histoire perdue »49.

  • 50 Gobineau (Arthur de), Essai sur l’inégalité des races humaines, op. cit., pp. 863 et 861-862.
  • 51 Littré (Émile), « Y a-t-il eu des hommes sur la terre avant la dernière époque géologique » (1858) (...)
  • 52 Littré (Émile), La science au point de vue philosophique, op. cit., p. 379.

12Les victoires assurées de la paléontologie fixent les représentations dominantes. « Il n’est plus permis de discuter ce qu’elle affirme », approuve ainsi Gobineau, et à son exemple, « il s’agit de faire entrer l’histoire dans la famille des sciences naturelles »50. Au ciel des connaissances humaines, Cuvier règne sans partage. En « réveillant la poudre des générations dissemblables », écrit encore Littré en 1858, il en a le premier « embrassé le système »51. D’où l’inversion des codes qui le proposent maintenant à l’admiration des archéologues et linguistes : « Champollion fut le Cuvier des hiéroglyphes égyptiens »52 ! Autrement dit, en déchiffrant les « étymologies » de la nature, selon le mot du temps, Cuvier s’est révélé plus qu’un initiateur, le démiurge d’une nouvelle création. C’est en tout cas de lui plus que de Jean-Baptiste de Lamarck (1744-1829) que se réclament les auteurs qui tentent de mettre en perspective l’histoire de la terre et le développement des sociétés. Témoin de la seconde génération, Paul Broca (1824-1880) tiendra chronique de ce demi-siècle stupéfiant, « incomparable », qui voyait la convergence objective de toutes les études historiques :

  • 53 Broca (Paul), « Histoire des travaux de la Société d’Anthropologie (1859-1863) », in Broca (Paul),(...)

Pendant que les archéologues et les paléontologistes ranimaient les débris matériels des temps passés, d’autres savants, remontant par une autre voie la chaîne des siècles, ressuscitaient les langues mortes, et retrouvaient dans ces organismes immatériels, dans ces fossiles de la pensée humaine, les annales préhistoriques des peuples, les preuves de leurs migrations oubliées, de leurs filiations méconnues, les débris de leurs premières croyances, l’empreinte des diverses phases de leur évolution intellectuelle, industrielle et sociale.53

Philologie et « géologie morale »

  • 54 Cuvier (Georges), Recherches sur les ossements fossiles de quadrupèdes…, op. cit., pp. 130 sq.

13Quoi qu’il paraisse d’une dette méthodologique contractée vis-à-vis du comparatisme ou des lois de recomposition des espèces perdues, la transposition n’est pas le seul fait des nouveaux théoriciens des sciences humaines cherchant audience et légitimité. Quand il veut établir la vérité de la dernière catastrophe diluviale, événement donc géohistorique, Cuvier se réfère avec grande érudition aux plus anciennes mythologies comme à l’état moral et politique des peuples car, dit-il, « la nature nous tient partout le même langage »54. Assurément, des « milliers de siècles » ont précédé l’apparition de l’homme. Ceci admis, l’antiquité des témoignages, même travestis par la corruption de l’âge, rapproche la démarche du géologue, du linguiste et de l’archéologue.

  • 55 Chateaubriand (François René de), Voyage en Amérique, Paris : Jean-Cyrille Godefroy, 1982, p. 40.
  • 56 Humboldt (Alexandre de), Sites des cordillères et monuments des peuples indigènes de l’Amérique [1 (...)

14En 1828, quand il préface son Voyage en Amérique, François-René de Chateaubriand (1768-1848) vante les travaux de la Société orientaliste de Calcutta et les révélations de l’Égyptologie : « Les momies ont déployé leurs passeports de la tombe, et on les a lus. La parole a été rendue à la pensée muette, qu’aucun homme vivant ne pouvait plus exprimer ». Les langues sacrées de l’Inde sont « divulguées », la « succession des patriarches de Bouddhah [sic] est aussi connue que la généalogie de nos familles »55. Échappant à l’héritage classique comme à la priorité des Hébreux, toutes ces découvertes bouleversantes ressortissent aux « temps héroïques ». D’ailleurs, d’autres civilisations d’Asie ou d’Amérique viendront au même moment contester aux quarante siècles des pyramides leur statut d’exception. Au jugement d’Alexandre de Humboldt, depuis la fin du xviiie siècle, « nous avons appris à connaître des nations dont les mœurs, les institutions et les arts diffèrent presque autant de ceux des Grecs et des Romains, que les formes primitives d’animaux détruits diffèrent de celles des espèces qui sont l’objet de l’histoire naturelle descriptive »56.

FIGURE 4
« Calendrier lunaire des Muyscas ». 1, Pierre intercalaire de pétrosilex en projection orthographique. 2, Idem, représentée en perspective et dans ses vraies dimensions. 3, Cycle de Muyscas de vingt années de trentesept sunos. 4, Hiéroglyphes numériques. Figures extraites de Humboldt (Alexander von), Sites des cordillères et monumens des peuples indigènes de l’Amérique - par Alexander de Humboldt, Paris : L. Guérin & Cie, 1869, pl. face p. 459.

FIGURE 5
« Relief en basalte représentant le calendrier mexicain », figure extraite de Humboldt (Alexander von), Sites des cordillères et monuments des peuples indigènes de l’Amérique - par Alexander de Humboldt, Paris : L. Guérin & Cie, 1869, pl. face p. 141.

  • 57 Schaffer (Simon), « Pairs et hors pairs : l’effet du génie », in Jean-François Champollion, no spé (...)
  • 58 Rignol (Loïc), Les hiéroglyphes de la Nature. Science de l’homme et science sociale dans la pensée (...)
  • 59 Sur le « verrouillage du passé », voir Olivier (Laurent), « Le sombre abîme du temps. Temps profon (...)
  • 60 Le concept de Buffon est repris par Humboldt (Alexandre de), Sites des cordillères…, op. cit., pp. (...)
  • 61 Broca (Paul), « Histoire des travaux de la Société d’Anthropologie (1859-1863) », op. cit., p. 417

15Les historiens romantiques ne se contentent pas de calculer la trajectoire des sociétés humaines selon le nouveau chronomètre géologique. Leur déférence envers les naturalistes semble incontestable. Cependant, le transfert des idées est un facteur d’induration et de mutuel renforcement. Cuvier fréquente les orientalistes et ceux-ci nourrissent, à son enseignement, l’allégorie des origines. Ainsi, la science brille de tous ses moyens. Une communauté d’inspiration marque l’esprit du temps. Le « génie » des savants, souvent noté, est affaire de « rapports », d’intuition et de langue « méthodique ». Suivant l’analyse de Simon Schaffer, « pour comprendre ce qu’ils font, il n’est de meilleure façon que de les voir comme des décrypteurs, car toute la nature et la civilisation doivent être conçues comme un immense texte, dont les significations sont enfermées au cœur du mystère et de la confusion. Les génies brisent ainsi le code des apparences en se soumettant au code de la raison »57. Autrement dit, le déchiffrement est la loi même de la connaissance58. Cette dramaturgie joue également du secret dévoilé et de la profanation. On a souvent considéré que cette histoire « fermée », qu’elle soit prise ou non dans les filets du texte révélé, avait fait obstacle à la reconnaissance du temps « profond » de la géologie puis de la préhistoire59. Cependant, cette échelle temporelle trop brève (à nos jugements rétrospectifs) a les mérites de son inexactitude. Elle a certainement favorisé, voire permis, le passage d’une histoire naturelle descriptive, synchronique, à une vision historisante, diachronique, des « époques de la nature »60. L’histoire des hommes, comme la science des géologues, va bientôt percer l’écorce des phénomènes. Si la paléontologie donne le ton, la philologie et l’archéologie ne sont jamais en reste. Le sphinx a livré ses mystères, remarque Broca, et « Ninive, Babylone, exhumées de leurs cercueils, parlent maintenant à leur tour ». Enfin, les strates de la terre « se sont ouvertes comme les feuillets d’un livre » et l’homme lui-même, dernier venu, y a déposé sa signature61.

  • 62 Pictet (Adolphe), De l’affinité des langues celtiques avec le sanskrit, Paris : Benjamin Duprat, 1 (...)
  • 63 Dans l’univers francophone, le néologisme préhistorique paraît donc à la même date que son équival (...)
  • 64 Pictet (Adolphe), Les Origines indo-européennes…, op. cit., p. 15.
  • 65 Pictet (Adolphe), De l’affinité des langues celtiques avec le sanskrit, op. cit., p. 175.

16En 1837, Adolphe Pictet publiait ses vues novatrices sur la parenté des langues celtiques avec le sanskrit. À la suite d’une savante exégèse, il concluait que la race celtique s’était établie « dès les temps les plus anciens » en Europe et il augurait de là tout le parti qu’on tirerait désormais du rapprochement des idiomes « pour la solution des problèmes obscurs de l’époque préhistorique »62. Outre cette invention conceptuelle de l’adjectif « préhistorique », qui figure ici en première occurrence repérée en langue française63 et impose une expérience du temps long, précédant tout enregistrement, la méthode de Pictet est caractéristique de l’effet d’enchaînement « du connu à l’inconnu ». Le système phonique, les formes grammaticales ont ici le statut de fossiles « analogues » dont les transformations ravivent encore les affinités de souche. Ultérieurement, Pictet parlera en ce sens d’un « vocabulaire préhistorique », dont « toute coïncidence verbale bien constatée implique nécessairement une communauté d’origine »64. Le principe en est posé dès 1837. Qu’un mot celtique rapproché d’une racine sanskrite évoque sensiblement la même notion de sainteté ou d’adoration suffirait à rendre irrécusable « l’existence d’un culte à cette époque préhistorique »65.

  • 66 Voir Schwab (Raymond), La Renaissance orientale, op. cit. ; Poliakov (Léon), Le Mythe Aryen. Essai (...)

17Auteur des mieux cités dans les années 1860, Pictet s’inscrit dans le mouvement d’intérêt des études indianistes. Avec la « renaissance orientale » et la redécouverte des textes sacrés perses ou sanskrits, œuvre internationale qui s’illustre entre xviiie et xixe siècles, la philologie a d’ores et déjà déchiré le rideau de l’histoire civile pour accéder au « tronc commun » supposé de la Civilisation. William Jones (1746-1794), Friedrich Schlegel et leurs émules verront dans l’Inde le pôle d’attraction et comme le berceau des races et des religions66. L’ambition n’est pas perdue d’accomplir, selon les mots de Broca, « cette pénible navigation contre le courant des siècles ». En rapprochant le sanskrit du grec, le zend du germain, le comparatisme a démontré la parenté d’idiomes dont la source commune, peut-être tarie, demeure insoupçonnée quoiqu’elle soit toujours lisible, à l’état vestigial, dans ses dérivations. La thèse d’une vague de migrations « aryennes » d’Orient vers l’Occident a pris forme et, avec elle, le postulat de l’unité historique des « Indo-Européens ». L’aryaque primitif, la langue-mère dont tous les groupes linguistiques procèdent d’Islande en Hindoustan, peut être reconstruit par le rapprochement des traits communs à ses nombreuses variétés. Cette « langue fossile » trouvera avec Pictet en 1859 son « nouveau Cuvier » et son « paléontologiste ».

  • 67 Humboldt (Alexandre de), Cosmos. Essai d’une description physique du monde [1845], [éd. par Grange (...)
  • 68 Schwab (Raymond), La Renaissance orientale, op. cit., p. 132.
  • 69 Perrot (Georges), « Avant-propos », op. cit., pp. xix-xx.

18Mais la philologie, par son pouvoir d’évocation, excède le simple répertoire ethnographique. En rappelant à la vie les archives du genre humain, elle donne accès aux mythes archaïques comme aux plus sublimes épopées. Elle fait donc preuve dans les sciences historiques et l’on peut dire qu’elle en fut la matrice autant que l’auxiliaire. Car si la langue tient de si près aux « premiers développements de l’esprit »67, en quoi elle figure communément le plus ancien monument d’un peuple, elle éclaire encore les migrations antéhistoriques des races et tous les faits actuels de distribution des nations de même souche. L’histoire est devenue, de la sorte, « domaine d’inouï »68, mais aussi bien d’évidences inquestionnées. « Mieux que l’anatomie et que toutes les sciences qui se contentent d’examiner la forme extérieure de l’homme, l’étude des langues concourt avec celle des religions, des philosophies et des littératures à nous fournir les moyens de définir ces dispositions héréditaires, ces diversités innées et persistantes qu’on appelle aujourd’hui la race »69.

  • 70 Whewell (William), History of the Inductive Sciences [3e éd. 1857], Londres : Frank Cass & Co, 196 (...)

19Comme l’affirmaient Guillaume de Humboldt (1767-1835), Jules Michelet, Renan et tant d’autres, la langue est un analyseur du « caractère » des peuples et l’histoire, à son tour, saisit dans la durée le processus d’actualisation des formes spirituelles à l’œuvre dans l’« organisme linguistique ». La philologie et les sciences naturelles avaient donc partie liée. En 1837, dans son ouvrage History of the Inductive Sciences, le philosophe et professeur de minéralogie de Cambridge William Whewell était alors fondé à grouper ensemble toutes les études dites « palétiologiques » qui ont rapport aux transformations du cosmos, de la terre, de l’homme et de ses manifestations. Il notait que, malgré leur diversité d’objets, elles mettaient en valeur des phénomènes du même ordre, procédant par stades successifs de complexité croissante. L’histoire du globe et celle de ses habitants sont « gouvernées par les mêmes principes […]. Les deux traitent d’événements qui ont rapport à la trame du temps et à la causalité »70. La métaphore des couches sédimentaires et des remaniements subséquents, par exemple, s’appliquait à l’analyse des langues. Whewell n’y voyait rien de superficiel. Pour lui, tant en géologie qu’en « glossologie », un même esprit et des buts similaires expliquaient l’unité de connexion des principes d’investigation :

  • 71 Ibid., p. 399.

Les figures analogiques par lesquelles nous sommes tentés d’exprimer cette relation sont philosophiquement vraies. C’est plus qu’une simple description fantaisiste de dire que dans les langues, les coutumes, les formes sociales ou les institutions politiques, nous voyons nombre de formations superposées l’une sur l’autre, chacune d’elles étant, pour sa plus grande part, un assemblage de fragments et le résultat de la condition antérieure.71

  • 72 Renan (Ernest), « Les sciences de la nature et les sciences historiques » [1863], in Renan (Ernest (...)
  • 73 Petit (Annie), « Étudier “l’embryogénie de l’esprit humain” », in Poutrin (Isabelle) (sous la dir. (...)

20Un assentiment partagé hors des cercles philosophiques, qu’on ne saurait réduire à l’imitation tactique de telle ou telle science rivale. Promoteur des « sciences de l’humanité » qui consacraient le temps comme « le facteur universel, le grand coefficient de l’éternel devenir »72, le philologue Renan ambitionnait de retracer « l’embryogénie de l’esprit humain »73. Pour communiquer avec les époques reculées, il convenait d’enregistrer les « produits mêmes de l’esprit humain à ses différents âges ». Certes, la plupart des traces avérées ne remontaient guère aux origines tant espérées. Mais, ajoutait Renan :

  • 74 Renan (Ernest), L’avenir de la science [1848, 1ère éd. 1890], [éd. par Petit Annie], Paris : Garni (...)

Il est un monument sur lequel sont écrites toutes les phases diverses de cette Genèse merveilleuse, qui par ses mille aspects représente chacun des états qu’a tour à tour esquissés l’humanité, monument qui n’est pas d’un seul âge, mais dont chaque partie, lors même qu’on peut lui assigner une date, renferme des matériaux de tous les siècles antérieurs et peut les rendre à l’analyse ; poème admirable qui est né et s’est développé avec l’homme, qui l’a accompagné à chaque pas et a reçu l’empreinte de chacune de ses manières de vivre et de sentir. Ce monument, ce poème, c’est le langage. L’étude approfondie de ses mécanismes et de son histoire sera toujours le moyen le plus efficace de la psychologie primitive.74

  • 75 Ibid., p. 227.
  • 76 Archives Serres, Muséum national d’Histoire naturelle, Paris, Ms 165 (1ère partie), dossier « Ling (...)

21Voici la géologie morale instituée dans l’objet : « l’histoire est la vraie forme de la science des langues »75. Le bénéfice de l’association est souligné de semblable manière par l’embryologiste Étienne Serres (1786-1868), professeur d’anthropologie au Muséum national d’Histoire naturelle depuis 1839. Dans certains de ses manuscrits relatifs à la linguistique, Serres souligne que le philosophe Gottfried Wilhelm Leibniz (1646-1716) a posé les principes de l’ethnologie quand il fit de l’analyse comparée des langues la base des recherches relatives à la généalogie du genre humain. « Conception sublime ! », commente-t-il, « qui en ranimant les débris fossilles des dialectes nous offrira bientôt le tableau d’une paléontologie psycologique »76. Serres est le propagandiste d’une idée-force : la géologie et la paléontologie représentent « l’embryogénie de la terre » et, réciproquement, l’ethnogénie équivaut à une « paléontologie » des périodes sociales.

  • 77 C’est la première occurrence connue du concept de « paléontologie humaine » (Esquiros (Alphonse), (...)

22La circulation des notions donne cohérence à une véritable vision du monde. C’est dans ce contexte de synthèse transcendante qu’un publiciste saint-simonien de la Revue des deux Mondes, Alphonse Esquiros (1812-1876), dénomme en 1848 « paléontologie humaine » l’examen des âges de la civilisation. Interprète de Serres et des thèses phrénologiques développées par l’abbé Antoine-Philippe Frère Colonna (1786-1858) dans ses Principes de la philosophie de l’histoire (1838), Esquiros juge que l’analyse des crânes arrachés aux cimetières parisiens, véritables « hiéroglyphes » des aptitudes propres aux développements humanitaires de la nation française, « répète pour l’histoire des sociétés ce que Cuvier a fait pour les antiquités du globe »77. À travers ces échanges, le temps n’apparaît plus comme une variable externe, indépendante ou absolue, mais comme la dimension intrinsèque, presque intime, d’un processus dynamique qui emporte toute la nature. De cette reconnaissance, les philologues eurent l’initiative. Ils fournirent, en sorte, la métathéorie du système de l’épigenèse appliqué aux faits humains. Mais l’ethnologie raciale, d’apparence plus fixiste, n’a pas trahi la souveraineté du modèle (paléo) étiologique. Dès lors qu’on considérait le peuplement de l’Europe historique comme le produit d’un flux migratoire discontinu des anciens Aryens orientaux, la stratification sociale parut en tous lieux exemplaire d’une « lutte de races » entre conquérants mieux doués et détenteurs du sol, colons de vieille extraction ou authentiques aborigènes.

FIGURE 6
Archives Serres, Muséum national d’Histoire naturelle, Paris, Ms 165 (1ère partie), dossier « Linguistique, philologie comparée », feuillet C.

23En France, en Italie ou dans les Îles britanniques, les conquêtes pacifiques ou les occupations militaires avaient de manière répétée remodelé le « faciès » anthropologique national, soit par dépôt soit par extermination. Elles apportaient autant d’« alluvions ethniques » dont on s’efforça d’établir la carte sédimentaire. Les « couches » ainsi empilées faisaient office de repères temporels et l’on admettait que les envahissements humains, à l’égal des déluges géologiques, défiguraient, ou même subvertissaient l’ordre des choses antérieur. Une seule illustration du schème géologique, prise du texte d’Esquiros de 1848, nous dispensera de multiplier les citations. Le thème reste en effet présent dans la littérature anthropologique jusqu’à la fin du xixe siècle.

  • 78 Esquiros (Alphonse), « Des études contemporaines sur l’histoire des races », op. cit., pp. 985-986

Pour analyser, par exemple, les élémens de la nation française, il serait nécessaire de grouper les familles qui présentent entre elles des caractères de communauté de race, de rapporter à des types constans la physionomie plus ou moins fugace des habitans de nos grandes villes et de nos provinces : on verrait alors reparaître, sous une population mêlée, les couches antédiluviennes de notre histoire. – Les déluges ici, ce sont les invasions. Il importe d’abord, si on veut arriver dans cette voie, à une détermination un peu exacte, de fixer l’ordre de succession et de superposition des races qui ont recouvert le sol des Gaules : sous toutes les autres couches on découvre la famille celtique. C’est là le fond, le roc primitif de la population française. L’ancienneté de cette première formation, les attaches et les affinités que les Celtes avaient contractées avec le sol, les firent regarder long-temps comme autochthones [sic]. On sait maintenant que l’existence de ce peuple remonte aux premières excursions en Europe de la race blanche ou caucasique.78

Le passage à l’histoire

  • 79 Cazeaux (Euryale), « Lettre du 20 mai 1839 », Bulletin de la Société ethnologique de Paris, T. I, (...)
  • 80 Vermeulen (Han F.), « Origins and institutionalization of ethnography and ethnology in Europe and (...)
  • 81 Pour la diffusion du terme dans le lexique français depuis Alexandre-César Chavannes (1787), voir (...)

24Au moment où Esquiros conclut à une loi de progrès, cette recherche des types élémentaires masqués sous les « couches de civilisation »79 est devenue une spécialité à part entière connue sous le nom d’ethnologie. Ce néologisme paraît en première attestation dès la fin du xviiie siècle dans les œuvres d’érudition de l’historien slovaque Adam František Kollár (1718-1783)80. Sa véritable popularité date pourtant des années 1830 avec la promotion de l’idée de race comme facteur-clé du mouvement historique81. Rénovateur des études ethniques, William Edwards (1777-1842) espérait ainsi cimenter « l’alliance nouvelle » entre la physiologie et l’histoire et fournir un étayage naturaliste aux enquêtes d’ethnogénie gauloise menées parallèlement par Augustin Thierry (1795-1856) et Amédée Thierry (1797-1873).

  • 82 Blanckaert (Claude), « On the Origins of French Ethnology. William Edwards and the Doctrine of Rac (...)

25Edwards, frère aîné du zoologiste Henri Milne-Edwards (1800-1885), était biologiste et linguiste. Il publia des recherches sur les langues celtiques distinguées par l’Institut. Il rédigea surtout une célèbre « lettre ouverte » à Amédée Thierry où l’analytique des races venait corroborer la persistance, au « physique » comme au « moral », des caractères ancestraux des deux souches principales de la nation gauloise peintes par l’historiographie, les Galls et les Kymris. La lettre d’Edwards, Des caractères physiologiques des races humaines considérés dans leurs rapports avec l’histoire, paraît en 1829. C’est un manifeste d’école82. Thierry, qui en eut l’hommage et la primeur, soulignait sa « haute importance » dès l’ouverture de sa monumentale Histoire des Gaulois de 1828 :

  • 83 Thierry (Amédée), Histoire des Gaulois, depuis les temps les plus reculés jusqu’à l’entière soumis (...)

Si véritablement, malgré toutes les diversités de temps, de lieux, de mélanges, les caractères physiques des races persévèrent et se conservent plus ou moins purs, suivant des lois que les sciences naturelles peuvent déterminer ; si pareillement les caractères moraux de ces races, résistant aux plus violentes révolutions sociales, se laissent bien modifier, mais jamais effacer ni par la puissance des institutions, ni par le développement progressif de l’intelligence ; si en un mot il existe une individualité permanente dans les grandes masses de l’espèce humaine, on conçoit quel rôle elle doit jouer dans les événemens de ce monde, quelle base nouvelle et solide son étude vient fournir aux travaux de l’archéologie, quelle immense carrière elle ouvre à la philosophie de l’histoire.83

  • 84 Ibid., p. iv.
  • 85 Cf. Rignol (Loïc), Les hiéroglyphes de la nature, op. cit.
  • 86 Périer (Jean-André-Napoléon), « Que les vrais Celtes sont les vrais Gaulois », Bulletins de la Soc (...)

26Les historiens libéraux, adversaires de la Restauration, voyaient dans l’opiniâtreté des traits « ethniques » le moyen de justifier par l’« antagonisme des races » les péripéties de la vie politique contemporaine : la nature n’a pas jeté les Francs et les Gaulois « dans le même moule »84 ! Mais outre le fait qu’après la Révolution de 1830, l’histoire de France se découvre plus fusionnelle qu’agonistique85, l’ouvrage d’Edwards va très vite s’émanciper des plaidoyers conjoncturels pour susciter un programme de recherche attractif pour les naturalistes comme pour les historiens. La Société ethnologique de Paris, fondée en 1839, s’inspire directement de ses principes. Le texte d’Edwards est d’ailleurs repris à l’ouverture des Mémoires de l’association en 1841 avant d’être réimprimé dans les pages du Dictionnaire d’Anthropologie de Louis-François Jéhan (1803-1871) [de Saint-Clavien] en 1853. L’héritage n’en sera pas perdu. En 1864, au temps fort de la querelle opposant les anthropologues aux linguistes sur le terrain d’expertise des origines indo-européennes, Jean-André-Napoléon Périer (1806 ou 1809-1880) soutenait encore les vues d’Edwards : « C’est ainsi que la science retrouve dans leurs représentants modernes les médailles enfouies des plus anciens peuples. – Pendant que le génie de Cuvier créait la détermination des animaux fossiles, Will. Edwards exhumait aussi les générations de nos aïeux, qu’il faisait revivre dans leur descendance actuelle »86.

  • 87 Edwards (William Frédéric), « Des caractères physiologiques des races humaines considérés dans leu (...)
  • 88 Petitier (Paule), La géographie de Michelet, op. cit., p. 109.
  • 89 Paru en 1860 : Morlot (Adolphe), Études géologico-archéologiques en Danemark et en Suisse, Lausann (...)
  • 90 Morlot (Adolphe), Études géologico-archéologiques, op. cit., pp. 264-265.

27Malgré la spécialisation croissante, la culture classique des humanités exaltait visiblement les sciences de la nature. Toutefois, les emprunts réciproques brouillaient toute dépendance. Edwards voulait que l’histoire et la physiologie se « prêtassent des lumières mutuelles »87. Le géologue Léonce Élie de Beaumont (1798-1874), de son côté, cherchait dans la chronologie une « possibilité positive d’interpréter historiquement l’espace ». Autrement dit, la nature ne prenait sens que par l’histoire et la géologie constituait « une histoire antéhistorique »88. Cette expression paradoxale d’Élie de Beaumont se retrouve dans d’autres textes. L’un des vulgarisateurs de la méthode stratigraphique des antiquaires scandinaves et du système dit des « trois âges » (âges de la pierre, du bronze et du fer), Adolphe Morlot (1820-1867) s’en explique dans un article rédigé durant l’automne 185889. Pour étudier les premières stations humaines, remarque-t-il, l’histoire fait « complètement défaut » car l’humanité n’a pas conservé la mémoire de sa première enfance. Néanmoins, les peuples de la terre s’offrent à la comparaison archéologique puisque, sous le rapport des mœurs et de l’industrie, ils retracent tous les degrés de la civilisation. Si donc l’archéologie « s’occupe d’une échelle de développement à terme mobile », l’ethnographie en fournit une image approchante mais à « échelons fixes et contemporains »90.

  • 91 L’ouvrage est la seconde édition, entièrement refondue et augmentée, d’une brochure de 1848. Voir (...)
  • 92 Renan (Ernest), De l’origine du langage [1ère éd. 1858], 8e éd., Paris : Calmann-Lévy, [s. d.], pp (...)

28Ernest Renan l’indiquait déjà dans son Essai sur l’origine du langage, paru en mars 185891 : quoique l’état primitif de l’humanité ait disparu sans laisser de traces, « les phénomènes qui le caractérisaient ont encore chez nous leurs analogues ». C’est ainsi, par exemple, que les races sauvages, « non perfectibles », sont « restées comme des témoins de ce qui se passa aux premiers jours ». De manière générale, ajoutait Renan, il convient de noter que la marche progressive de l’humanité « n’est pas simultanée dans toutes ses parties ». « Telle est l’inégalité de son mouvement que l’on peut, à chaque moment, retrouver dans les différentes contrées habitées par l’homme, les âges divers que nous voyons échelonnés dans son histoire »92. L’équation fonctionnelle du temps et de l’espace lointain est de vieille facture dans la littérature anthropologique. Mais elle ne perd rien de son actualité lorsqu’il s’agit d’évoquer en pointillé certains linéaments de la société des hommes. Pour Morlot, c’est un premier moyen de convertir les éléments discrets, particularistes et statiques, du tableau des races dans les termes, cette fois dynamiques, d’une histoire universelle.

  • 93 Morlot (Adolphe), Études géologico-archéologiques, op. cit., p. 265.

29Le comparatisme ethnographique n’est pas à proprement parler une méthode mais une ressource, « un fil d’induction dans le labyrinthe du passé »93. Il permet en outre de combler les lacunes des anciennes annales par la considération du présent, à la manière dont la géographie physique guide la recherche « sur le passé inconnu de notre planète ». Ceci dit, les « archives de la création » ne se résument ni à la tradition immémoriale ni à la littérature des Anciens. L’histoire n’est pas muette :

  • 94 Ibid., p. 264.

Avant les commencements d’une histoire transmise jusqu’à nous, il y a eu une vie matérielle et une activité industrielle, dont il est resté des monuments divers et de nombreux débris enfouis dans le sol, comme le sont les dépouilles des créations anciennes dans les couches de l’écorce du globe. Les antiquités jouent ici le même rôle que les fossiles. C’est pourquoi, si Cuvier appelle le géologue un antiquaire d’un nouvel ordre, on peut en renversant cette parole remarquable, désigner l’archéologue comme un géologue, appliquant sa méthode à reconstruire le passé humain antérieur à tout souvenir, à faire l’histoire antéhistorique. Voilà ce qui constitue l’archéologie pure et proprement dite.94

  • 95 Je reprends la formule qu’Alexandre de Humboldt (Sites des cordillères…, op. cit., p. 5) appliquai (...)
  • 96 Voir Blanckaert (Claude), « L’indice céphalique et l’ethnogénie européenne : A. Retzius, P. Broca, (...)

30Un dernier facteur ajouta à la redondance des sources dès les années 1830. Les ethnologues européens étaient persuadés qu’un fonds ethnique homogène, véritable « couche primitive »95 de la population occidentale, préexistait de longue date aux envahissements aryens. Divers isolats, comme les Lapons au Nord ou les Basques de part et d’autre des Pyrénées, semblaient en attester par leurs traits distincts de mœurs, de langues ou de race et l’on commença à parler, à leur endroit, de « documents vivants » surgis de l’« époque paléontologique »96 !

  • 97 À titre d’exemple, Nilsson (Sven), « Sur les habitants primitifs de la Scandinavie », Nouvelles an (...)

31La doctrine du « fossile vivant », caractéristique de l’évolutionnisme vulgarisé, était appelée à un bel avenir. Dans l’immédiat, elle alimenta surtout une lecture « catastrophiste » de la chronique « préhistorique » européenne. L’« antagonisme des races », les guerres puis l’extermination de la vieille souche aborigène anté-aryenne, expliquaient suffisamment la substitution brutale des types dans les tombeaux ou la relégation dans les terres inhospitalières du Nord ou des montagnes des derniers rescapés. À l’échelle continentale, la distribution géographique des groupes humains dessinait en synchronie l’ordre de succession de chacun d’eux dans la carrière humaine. Interprète des archéologues scandinaves qui tenaient le même propos97, Morlot rend cette clause explicite :

Si les cas de survivance de la race humaine primitive sont de rares exceptions, c’est que l’introduction de la civilisation du bronze paraît s’être effectuée, moins par des relations purement pacifiques, que par le moyen d’un grand bouleversement social […].

  • 98 Morlot (Adolphe), Études géologico-archéologiques, op. cit., pp. 317-318.

Il se pourrait bien, qu’en Europe la succession des trois âges de la pierre, du bronze et du fer correspondît à la succession de trois races humaines distinctes, qui se seraient successivement supplantées sans se mêler ni se fondre, à peu près comme il en arrive de nos jours dans l’Amérique septentrionale, où la race blanche supplante la race cuivrée. Car, si la distance qui sépare ces deux races est plus grande que les distances qu’on peut supposer avoir existé entre les races qui se seraient succédé en Europe, cette circonstance aurait vraisemblablement été largement compensée par la plus grande férocité des mœurs dans l’antiquité, amenant des antagonismes de race suffisants pour expliquer l’extermination des populations anciennes par les envahisseurs.98

  • 99 Esquiros (Alphonse), « Du mouvement des races humaines. Cours de M. Serres », Revue des deux Monde (...)
  • 100 Ibid., p. 166.

32Dans le registre d’une « palétiologie morale », les causes agissantes de la lutte des races, causes actuelles et de tout temps, sont empruntées en vérité aux phénomènes de la colonisation moderne. Beaucoup d’ethnologistes romantiques, notons-le, regrettent cet état de fait et ce « crime de lèse-humanité ». Mais l’expansionnisme des forts est perçu comme un trait éternel de la nature humaine. Transposées dans la longue durée, et presque naturalisées par cette opération, la violence et l’oppression contemporaines amorcent le passage à l’histoire géologique du genre humain. Il en est des races « inférieures » comme des superstitions paysannes : ce sont des « survivances » immémoriales qui attendent leur interprète, avant que les « pages vivantes de cette histoire s’effacent ou disparaissent ». Leur témoignage est précieux et en même temps caduc. Elles s’offrent en contrepoint des archives du progrès, comme les « derniers traits de la naissance de l’humanité »99. D’où cette litanie d’Esquiros : « Il existe une histoire fossile du genre humain qui ne remonte pas au-delà des temps historiques : à mesure que l’on avance dans la terre, on retrouve les débris de races plus faibles et plus dégradées qui ont succombé. Ces couches superposées forment comme les âges successifs du genre humain »100.

Palimpseste

  • 101 Michelet (Jules), Histoire de France, cité par Petitier (Paule), La géographie de Michelet, op. ci (...)
  • 102 Prévost (Constant), art. « Terrain » du Dictionnaire classique d’Histoire naturelle (1830), cité p (...)

33Finalement, on mesure à ces échanges incessants de vocabulaire et de contenus notionnels le formidable appel de l’histoire au milieu du xixe siècle. À s’en tenir à la surface des mots, l’usage marqué des métaphores sédimentaires paraîtra sans doute plus désinvolte chez les ethnologues fixistes que chez les linguistes. Pourtant, loin de prendre en pitié les approximations stratigraphiques des uns ou des autres, les géologues se déclaraient eux-mêmes débiteurs des méthodes d’analyse en usage dans les sciences humaines. Vers 1830, alors que Michelet rapporte que dans le premier âge de la vie de la nation « les races sont venues se déposer l’une sur l’autre, et féconder le sol gaulois de leurs alluvions »101, Constant Prévost (1787-1856) explique qu’à l’exemple de l’historien et de l’archéologue, le géologue « essaie de combiner la connaissance de faits dont il est témoin, avec les traces des événements passés, pour en conclure quelle a été la nature et la série de ces événements »102.

  • 103 Whewell (William), The Philosophy of the Inductive Sciences founded upon their History [2e éd. 184 (...)

34Les naturalistes et les antiquaires poursuivent un seul but : donner accès, par l’archive, l’inscription ou la « statistique antique » (i. e. la description exhaustive de tous les témoignages qui « déposent pour l’histoire d’un pays ») à la compréhension des plus lointains établissements humains. La correspondance entre tous ces domaines de connaissances renforce le paradigme « indiciaire » et le champ notionnel qui les combinent en les circonstanciant. Emprunt, convergence ou généralisation, le mot est indifférent. Tous ces travaux font corps par leur répétition. William Whewell (1794-1866) avance qu’une économie globale organise le domaine composite des recherches historiques. Des catégories « nomades » se justifient par la demande d’histoire. Il y va d’une conscience collective dont le régime de vérité et l’efficacité créatrice dépendent de l’objet (la mesure du temps, le statut de l’archive, etc.) sans s’y réduire. S’il importe, en effet, d’« accéder à l’état passé, par la considération de l’état présent des choses et des causes du changement »103, les opérateurs d’origine gardent, sans conteste possible, une charge métaphysique ambivalente. La symbolique du temps qui passe parle au présent.

  • 104 Voir les remarques de Saminadayar-Perrin (Corinne), « Antiquité des races et naissance des nations (...)
  • 105 Prichard (James Cowles), « On the relations of ethnology to other branches of knowledge », Journal (...)

35Alors qu’en France l’ethnologie couronnait les études naturalistes et, par ses prolongements identitaires et politiques, rivalisait d’influence avec les sciences sociales naissantes104, les savants britanniques confessaient d’autres choix. Ne fallait-il pas entendre, sous le nom d’ethnologie, autre chose en réalité que l’histoire et la philosophie ? Le plus éloquent comparatiste du demi-siècle, James Cowles Prichard (1786-1848) n’hésitait guère à redessiner la carte des savoirs admis et leur mode de faire-valoir. Voulant exonérer la « science des races » de toute tutelle zoologique, il définissait en 1847 l’ethnologie comme une « science historique » distincte de l’histoire naturelle pour autant que l’une analyse « ce qui est » quand l’autre poursuit l’examen généalogique de « ce qui a été ». Sous ce rapport de conformité, c’est à l’archéologie, science d’interprétation, qu’allaient les préférences de Prichard : « L’ethnologie se rapporte au passé. Elle suit l’histoire des familles humaines depuis les âges les plus reculés auxquels on puisse atteindre, enquête sur leurs relations et s’efforce d’aboutir à des conclusions, soit probables soit certaines, à propos de leur parenté ou diversité d’origine »105.

  • 106 Sur la longue histoire de cette division disciplinaire, voir Duchet (Michèle), Le partage des savo (...)
  • 107 Stocking (George W. Jr), « From chronology to ethnology. James Cowles Prichard and British Anthrop (...)
  • 108 Prichard (James Cowles), « On the relations of ethnology… », op. cit., p. 304.
  • 109 Prichard (James Cowles), The Natural History of Man ; Comprising Inquiries into the Modifying Infl (...)

36L’équation historique de l’ethnologie pourrait aujourd’hui surprendre. Nous désignons a priori sous ce mot la science des cultures « froides » et des sociétés précisément « non-historifiables »106. Mais Prichard, comme beaucoup de savants anglais, professait de solides convictions religieuses et diffusionnistes107. L’ethnologie devait administrer la preuve de l’unité de souche et d’évolution de la grande famille humaine. Et de même que la géologie eût été incertaine dans ses reconstructions sans la mise à jour de fossiles directeurs, l’histoire humaine puisait dans la « glossologie », dans les « monuments » mythiques ou langagiers des civilisations vivantes ou mortes, sa principale source d’information108 : « Nos contemporains sont de plus en plus convaincus que l’histoire des nations, appelée ethnologie, doit être principalement fondée sur les relations de leurs langues. L’objet ultime de cette investigation n’est pas de retracer l’histoire des langues mais celles des tribus humaines dont elles démontrent l’affinité »109. Le projet d’une « géologie morale » n’est plus même analogique. Prichard refuse les classifications des sciences qui situaient l’ethnologie en position ancillaire de la géographie ou de l’histoire naturelle pour la réinscrire dans le groupe prestigieux des études palétiologiques défini par Whewell. Le statut de l’ethnologie s’en trouve changé et revalorisé.

  • 110 Prichard (James Cowles), « On the relations of ethnology… », op. cit., p. 303.

Celui qui étudie la géologie s’enquiert des processus actuellement à l’œuvre dans la Nature ; mais c’est avec l’intention d’appliquer le savoir ainsi acquis à l’investigation de ce qui est advenu dans les temps passés et de retrouver dans les diverses couches de la croûte terrestre, recelant comme il est avéré des reliques de différentes formes de la vie organique, la série des créations répétées qui ont eu lieu. Cette investigation appartient d’évidence à l’Histoire ou l’Archéologie plutôt qu’à ce qu’on appelle communément l’Histoire naturelle. Un éminent écrivain, dont le nom sera toujours associé à l’histoire de l’Association britannique [i. e. le rév. Dr Whewell], a excellemment appliqué le terme Paléontologie à l’ensemble des sciences qu’on pourrait regrouper sous le synonyme d’Archéologie Physique. La Paléontologie inclut à la fois la Géologie et l’Ethnologie. La Géologie est l’archéologie du globe, l’Ethnologie celle de ses habitants humains.110

  • 111 Par exemple Whewell (William), The Philosophy of the Inductive Sciences, op. cit., vol. 1, pp. 650 (...)

37Auteur à succès d’une grande synthèse anthropologique intitulée Researches into the Physical History of Man (3e éd. 1836-1847), Prichard soutenait de sa plume tout l’édifice monogéniste de la période pré-darwinienne. Quoique souvent oublié des historiens eux-mêmes, son nom était élogieusement cité par Charles Lyell, Robert Chambers ou Charles Darwin. Son œuvre était sans doute plus appréciée encore par William Whewell, lequel soulignait ses contributions majeures à la linguistique indo-européenne (et notamment celtique) et à l’interprétation des faits de civilisation111. La parité de leurs vues, nourries des mêmes perspectives traditionnelles sur la spiritualité et l’unité morale de la grande famille humaine, s’étend à toute la philosophie de l’histoire. Pour Whewell aussi, l’histoire naturelle descriptive et classificatoire était exclusive de tout aperçu historique et causal. La géologie et l’ethnologie avaient partie liée comme deux divisions complémentaires des savoirs palétiologiques, l’une « physique », l’autre « morale ». Dans les deux cas, la narration commande l’explication. Et si l’on veut percer la nuit noire des âges immémoriaux, il faut comprendre la suite des événements et les facteurs impliqués dans leurs transformations.

  • 112 Whewell (William), History of the Inductive Sciences, op. cit., T. III, p. 401.

Comme [ces principes] doivent être étudiés par le géologiste, de même manière les tendances, instincts, facultés, principes qui guident l’homme en architecture et sculpture, dans son gouvernement civil, son langage rationnel et grammatical, et qui ont déterminé les circonstances de son progrès dans ces matières, doivent être familiers au plus haut degré, respectivement, au Palétiologiste de l’Art, de la Société et du Langage, afin qu’il puisse spéculer sainement sur son sujet particulier.112

  • 113 Whewell (William), The Philosophy of the Inductive Sciences, op. cit., vol. 1, pp. 641-642.
  • 114 Ibid., p. 657.
  • 115 Prichard (James Cowles), « On the various methods of research which contribute to the advancement (...)
  • 116 Prichard (James Cowles), « On the relations of ethnology… », op. cit., p. 304. Cf. Burrow (John W. (...)

38L’histoire pourvoit au sens des choses, dans le monde « matériel » comme dans le monde « immatériel ». Toute vue sérieuse concernant la nature de la Vérité dans les sciences physiques et la manière de la mettre à jour, concluait Whewell, « doit nous être profitable dans les recherches morales, politiques et philologiques »113. Quand Prichard cherchait à promouvoir l’ethnologie comme l’une des sciences historiques, il y allait donc d’une conviction et d’une stratégie. Conviction d’abord, partagée par Whewell, que l’homme commence là où finit l’animal. Celui-ci reste à jamais stationnaire dans la suite des temps. Au contraire, l’homme progresse d’âge en âge et il transforme sa langue, ses pensées et ses ouvrages114. Stratégie ensuite d’homologation d’une science nouvelle qui, au grand regret de Prichard, ne trouvait pas au sein de la British Association for the Advancement of Science, instance légitimante recherchée, l’audience et l’estime qu’elle méritait115. Certes, Prichard s’intéressait à la biologie humaine. Mais son ethnologie reposait surtout sur l’examen des migrations et affinités des peuples prouvées par la philologie, les œuvres monumentales et l’univers symbolique qui les singularisaient116. En ralliant la perspective de Whewell, il proposait une alternative globale. Profitant de la formidable faveur publique de la géologie, il reproduisait à l’identique son mouvement d’émancipation. Les questions d’origine passionnaient savants et profanes. Prichard pouvait, sans brusquer la religion, redéfinir techniquement l’ethnologie comme une archéologie morale ou une histoire « antéhistorique ». Il augmentait la surface d’érudition du pôle des sciences palétiologiques, apportant à Whewell un appui appréciable, et dans le même temps tirait le meilleur soutien de leur épistémologie. Ce fut donc une rencontre objective, de connivence et d’utilité bien comprise.

FIGURE 7
« Abbas Gregorius et un habitant de Hausa », figure extraite de Prichard (James), The natural history of man : comprising inquiries into the modifying influence of physical and moral agencies on the different tribes of the human family, London ; New York : H. Baillière, 1855, vol. 1, pl. face p. 324.

  • 117 Stocking (George W. Jr), « What’s in a Name ? The Origins of the Royal Anthropological Institute ( (...)

39La démarche de Prichard n’est pas isolée. Elle répond d’un collège de pensée. À l’exemple français, mais avec d’autres desseins, une société ethnologique fut créée à Londres en 1832117. Prichard en devint la figure de proue jusqu’à sa mort en décembre 1848. À son instigation, ses émules espéraient dégager l’étude historique de l’homme de ses adhérences naturalistes immédiates. La méthode philologique, tant vantée par Whewell et Prichard, pondérait opportunément la pseudo-métaphysique de la race des polygénistes français et américains. Dans la première livraison du bulletin de la Société londonienne, Ernest Dieffenbach (1811-1855) précisait les contours de la nouvelle discipline. Sans négliger l’apport du géographe ou du physiologiste, il affirmait que le langage était, par excellence, l’objet que l’ethnologue réclamait pour sien, comme « le plus important et le plus indispensable » :

  • 118 Dieffenbach (Ernest), « The study of Ethnology », Journal of the Ethnological Society of London, v (...)

Dans la langue, les changements et les révolutions que l’esprit d’une nation a éprouvés ont laissé des traces indélébiles. Sa structure, à elle seule, nous permet d’approfondir le caractère d’un peuple et éclaire le labyrinthe obscur de son histoire quand aucune trace écrite ou monumentale, pas même une tradition, n’en serait conservée. […] Grâce au langage, nous devons découvrir la relation d’une race, d’une nation, d’une tribu à une autre ; grâce au langage seul, nous pouvons retracer leurs migrations et les poursuivre, étape après étape, jusqu’à leur source. Le langage nous ramène dans ces temps où l’humanité était dans l’enfance et il nous met au fait des lois qui ont guidé son développement graduel, depuis un état plus primitif jusqu’à sa condition présente. Si quelque chose peut confirmer l’unité de l’humanité et peut la rétablir dans l’esprit des plus sceptiques, ce sera quand nous pourrons prouver, par une étude minutieuse, que toutes les langues du globe ne sont que des dialectes et dérivations d’une seule et même source. Mais nous sommes actuellement loin d’un semblable résultat.118

  • 119 Whewell (William), The Philosophy of the Inductive Sciences, op. cit., vol. 1, pp. 643-644.

40L’enjeu survalorisé de la philologie n’échappait à personne. Il y allait du trait le plus caractéristique du genre humain, la parole participant du verbe divin, mais aussi bien d’un espoir, longtemps caressé, de ramener à l’unité des peuples égarés sur toutes les routes du globe. La première origine du langage appartenait à la sphère des influences surnaturelles. Mais aussitôt posé cet acte du pouvoir créateur, il convenait d’étudier le mode d’altération et la distribution des grands systèmes linguistiques en fonction de l’état social, des conquêtes et métissages, de l’apparition de l’écriture, etc. Comme le voulait Whewell, l’« étiologie » et la « phénoménologie » marchaient de concert119.

  • 120 Renan (Ernest), De l’origine du langage, op. cit., p. 203.
  • 121 Burrow (John W.), « The uses of philology in Victorian England », op. cit., p. 193 sq. ; Bunsen (C (...)

41Beaucoup de linguistes continentaux, notons-le, s’étaient lassés des étymologies douteuses et des rapprochements aventureux qui voulaient prouver la parenté primitive des groupes d’idiomes les mieux individualisés. C’est ainsi que Renan opposait au monogénisme doctrinaire les règles irréductibles des grammaires comparées indo-européenne et sémitique. Les origines étaient à tout jamais inaccessibles. Toutefois, il lui paraissait évident que « le principe de l’ancienne école : “toutes les langues sont des dialectes d’une seule” doit être abandonné à jamais »120. La création par le baron Christian Karl Josias von Bunsen (1791-1860) et son protégé Max Müller d’une nouvelle entité « touranienne », censée témoigner – d’Asie dravidienne en Turquie – de l’existence d’une unique formation ethnique « tartaro-finnoise », cristallisa les oppositions. Elle fut dénoncée comme un artefact. Mais l’Angleterre fondamentaliste, accusant son insularité, accueillit complaisamment ces reconstructions. Diplomate prussien établi à Londres, Bunsen était proche des milieux anglicans libéraux et sa philosophie de l’histoire, basée sur la continuité du christianisme et des anciennes religions de l’Inde et de l’Égypte, recentrait sur quelques moments choisis l’épiphanie de la Révélation121.

  • 122 Burrow (John W.), « The uses of philology in Victorian England », op. cit., p. 196.
  • 123 Latham (Robert Gordon), The Natural History of the Varieties of Man, Londres : John Van Voorst, 18 (...)

42Mais toutes ces déductions étaient bien dans la façon de Prichard qui, dès ses premières publications, étendait le réseau des correspondances mythologiques d’un bout à l’autre du globe pour démontrer, sinon la réalité, du moins la plausibilité d’une vaste radiation humaine cheminant dans toutes les directions, depuis le premier foyer de la civilisation entre Gange et Nil. En ce sens, et comprise au plus large, la philologie romantique était appelée à servir non seulement de guide pour la préhistoire naissante, mais encore de « substitut pour elle »122. Les Researches de Prichard restaient un phare et le mieux cité vers 1850 des « monuments » de l’ethnologie classique. Au jugement de son digne successeur Robert Gordon Latham, auteur d’ouvrages sur les migrations humaines et la classification des langues, le travail de Prichard gardait son éminence inégalée tant en Angleterre que dans d’autres pays, « même pour ceux qui inclinent à déférer aux réalisations, supposées supérieures, des chercheurs continentaux »123. Le programme était sauf.

  • 124 Ibid., pp. 559-560. On notera que chez les ethnologues le mot « paléontologie » est préféré systém (...)

43En 1850, Latham divisait l’« histoire naturelle de l’homme » selon deux plans d’objet. L’anthropologie, d’orientation zoologiste, interrogeait la place de l’homme parmi les autres mammifères. Mais l’ethnologie, focalisée sur les groupes humains, s’apparentait à l’histoire. Elle en différait pourtant par la méthode inductive, méthode « scientifique » donc par opposition au paradigme littéraire, ce qui la rapprochait de la géologie. Elle s’en éloignait plus encore par la durée des temps assignée à l’expérience humaine : « l’ethnologie traite de problèmes sur lesquels l’histoire est silencieuse ». Elle se projette en amont, de l’effet vers la cause. « Cela reporte le domaine de l’ethnologue dans une période de l’histoire du monde antérieure à celle qu’étudie l’historien proprement dit ». Elle rentre ainsi dans la catégorie des sciences « paléontologiques », telle qu’elle fut mise en lumière par Whewell124. Par son objet, sa méthode et son ambition, l’ethnologie de Latham n’était pas destinée à servir d’introduction à l’histoire érudite. Elle valait pour elle-même. Son champ s’étendait à la philosophie conjecturale de l’histoire universelle, interrogeant le faisceau des preuves relatives à l’unité et l’origine géographique du groupe humain, son antiquité et sa « destinée future sur la terre ». Tout ceci lui appartenait en propre. Encore fallait-il faire provision de traits significatifs.

  • 125 Ibid., p. 562.
  • 126 Ibid.
  • 127 Ibid., p. 565. Latham espérait en fait qu’on pût évaluer le temps minimum nécessaire pour produire (...)

44Les faits « physiques », couleur de la peau ou forme des têtes, les faits « moraux non langagiers » eux-mêmes n’étaient guère pertinents en matière taxinomique. La classification ethnographique devait reposer sur des éléments stables, de transmission indiscutée. Or, pour Latham comme pour Prichard auparavant, le faciès des races et les institutions communes se transformaient incessamment au gré des circonstances. Des peuples très éloignés adoptant un mode de vie similaire présenteraient sous ces deux aspects un profil analogue, selon le canon newtonien classique : aux mêmes causes, les mêmes effets125. Cette clause du principe d’uniformité, accordée aux fondements actualistes récurrents de la thèse monogéniste, brouillait les pistes. Pour éclairer les phénomènes migratoires complexes et les relations directes de descendance, but unique de la classification ethnologique selon Latham, les caractères linguistiques bénéficiaient d’un privilège immédiat : « Rien ne peut déterminer l’usage de combinaisons semblables de sons articulés dans divers idiomes sinon l’imitation »126. Telle l’image d’un palimpseste, la ressemblance, dans ce cas, signe l’héritage culturel venu du plus lointain des âges. Autrement dit, deux peuples de même famille linguistique, tout dissemblables qu’ils soient aujourd’hui dans leur apparence physique ou leur niveau d’élévation sociale, ont des ancêtres communs. Il en résulte enfin que l’antiquité de l’espèce humaine trouve sa solution unique dans l’examen croisé des mécanismes d’évolution et de diffusion des langues. Quand elle sera réglée, annonce Latham, on pourra préciser la « période récente des géologues » et convertir une époque relative en chronomètre absolu, au sens paléontologique, conventionnel, du mot127.

  • 128 Cf. la préface de Knox (Robert), The races of Men : A fragment, Londres : H. Renshaw, 1850, p. V.

45Cette « période anthropique », comme on l’appelle parfois, devait combler le hiatus toujours existant entre l’histoire de la terre et l’histoire civile et coordonner les divers aspects d’une « histoire naturelle de la Civilisation ». La réalisation compte finalement moins que l’affirmation du postulat. Elle fut d’ailleurs fragilisée après 1855, en Angleterre même, quand une nouvelle génération d’ethnologues formés à l’anatomie se libéra du moule bibliste des connexions historiques pour déclarer haut et fort, avec Robert Knox, que la race commande toutes les affaires humaines et, qu’en un mot, la « civilisation » ne connaît pas d’autre ressort128.

La domestication du temps

46La culture scientifique a longtemps ignoré le cloisonnement disciplinaire tel que nous l’objectivons depuis la fin du xixe siècle. En dépit du spécialisme croissant des études, la plupart des savants romantiques se persuadaient encore que le monde passé ou présent représentait un grand livre allégorique et que l’investigation des origines livrerait le sens caché de la Création. L’imaginaire primitiviste a donné corps et visibilité au groupe des sciences palétiologiques, le mot « science » impliquant ici un ordre de causalité sérielle, par opposition à l’histoire littéraire, jugée anecdotique ou contingente. Mais la temporalité des processus analysés tient plus à l’enchaînement conséquent des événements qu’à l’approfondissement réel des durées en cause.

  • 129 Renan (Ernest), De l’origine du langage, op. cit., p. 46.

47Les travaux sur la construction des langues inspiraient, par exemple, l’idée d’une séquence évolutive menant de la grossièreté initiale des racines monosyllabiques, presque juxtaposées, jusqu’aux langues flexionnelles et analytiques. Cette théorie du développement différenciateur en « trois époques » trouvait son équivalent ethnographique. La langue chinoise devint ainsi le modèle d’un premier âge de simplicité. Puis venait l’âge de l’agglutination, caractéristique des langues d’Australie et d’Amérique, auquel succèderait la formation des flexions grammaticales chez les peuples sémites et aryens. Élaborée initialement par le philologue Jacob Grimm (1785-1863), cette théorie allait connaître une grande popularité européenne avec Karl Josias von Bunsen (1791-1860) et Max Müller. Elle permettait, en effet, de réconcilier la disparate irréductible des idiomes connus avec la marche même de l’esprit humain et servit d’étayage au monogénisme. En France, Alfred Maury, Edgar Quinet (1803-1875), Émile Littré, puis les évolutionnistes, lui firent bon accueil. Ce parallélisme fut réfuté ou amendé par certains auteurs qui, comme Renan, n’admettaient guère que les langues marchent en file indienne. D’ailleurs, objectait ce dernier, pour que les Hindous, les ancêtres des Grecs, les Slaves ou les Germains aient emprunté à la même source « aryaque » avant leur dispersion, il fallait que leur langue primitive fut créée d’emblée, « sans longs tâtonnements ». Or les évolutions que supposerait la métamorphose d’un idiome monosyllabique parcourant toutes les étapes aboutissant à l’organisation flexionnelle exigeraient, au contraire, « des siècles, que dis-je ? des milliers d’années »129.

FIGURE 8
« Une famille de pêcheurs coréens », igure extraite de Prichard (James), The natural history of man..., London ; New York : H. Baillière, 1855, vol. 1, pl. face p. 230.

  • 130 Prichard (James Cowles), « On the various methods of research… », op. cit., p. 231.
  • 131 Trautmann (Thomas R.), « The revolution in ethnological time », Man, T. 27, 1992, p. 388 ; cf. Pic (...)

48L’exemple de Renan est révélateur de toutes les ambiguïtés des sciences dites « paléontologiques » de la période pré-darwinienne. La promotion de l’histoire, sous tous ses aspects, s’accorde sans vraie difficulté avec une chronologie courte. Elle s’offusque par contre des durées indéfinies. Voulant se prémunir contre les obscurités d’une « douteuse spéculation », la plupart des auteurs romantiques admettaient que l’humanité était apparue tardivement, quand les conditions physiques du globe se trouvaient providentiellement préparées pour l’ordre actuel de la création130. Finalement, la dynamique des changements humanitaires s’inscrivait tout entière dans la brève période suivant la dernière révolution du globe. C’est à cette condition que le temps figurait le lien interne entre les variations phénoménales et que la philologie put passer pour une rationalisation de la généalogie mosaïque131.

  • 132 Voir Coye (Noël), La préhistoire en parole et en acte. Méthodes et enjeux de la pratique archéolog (...)
  • 133 Voir Blanckaert (Claude), « Les Gaulois au Muséum… », op. cit.
  • 134 Pictet (Adolphe), Les Origines indo-européennes. Première partie, op. cit., pp. vi et 1, et Les Or (...)

49Tel était l’enjeu d’orthodoxie des représentations scientifiques dominantes du passé et cette circonstance explique suffisamment la faible audience des travaux « préhistoriques » tendant à prouver, dès les années 1830, la contemporanéité des outils de pierre taillée et des faunes fossiles dites « antédiluviennes ». La « discordance » des temps archéologique et géologique est très bien mise en lumière par la fin de non-recevoir que les cuviéristes opposèrent aux résultats stratigraphiques obtenus dans les grottes du midi de la France par Paul Tournal (1805-1872) ou Jules de Christol (1802-1861)132. Les vues novatrices des premiers préhistoriens sur l’« altérité » réelle du passé ne doivent pas masquer la généralité du fait. Au temps fort du magistère de Cuvier ou des prichardiens, la longue durée paraissait incompatible avec les chronologies reçues. Peut-être perdait-elle d’ailleurs en intérêt à proportion des distances considérées car l’histoire, et singulièrement l’ethnogenèse nationale, avait une valeur idéologique et émotionnelle recherchée pour elle-même. En sorte qu’un palétiologiste pouvait sans restriction justifier son art par l’immanence de l’homme moderne à sa nature originaire. La paléontologie « gauloise » d’Étienne Serres ou d’Amédée Thierry offrait ainsi l’exemple d’un caractère moral déjà réalisé dans la souche ancestrale des Celtes et dont le temps, si l’on peut dire, déployait les vertus133. La « paléontologie arienne » de Pictet remplissait le même office providentiel dans le cadre, cette fois élargi, d’une civilisation universelle134.

  • 135 Cf. la lettre de Samuel George Morton de janvier 1850 (reproduite in Nott (Josiah Clark) & Gliddon (...)
  • 136 Usher (William), « Geology and Palaeontology, in Connection with Human Origins », in Nott (Josiah (...)
  • 137 Voir Blanckaert (Claude), « Avant Adam. Les représentations analogiques de l’homme fossile dans la (...)
  • 138 Pautrat (Jean-Yves), « L’homme antédiluvien : anthropologie et géologie », in Histoire de l’Anthro (...)
  • 139 Filippi (Filippo de), Le déluge de Noé [1855], [trad. par Pommier Armand], Paris : Librairie centr (...)

50En vérité, la « révolution du temps ethnologique », comme toute révolution, fut longuement préparée. Les monogénistes, notamment, réclameront bientôt des périodes plus longues pour réconcilier l’unité de l’homme et la différenciation puis la fixation sans doute irréversible des types raciaux. Cette concession, Prichard lui-même s’y résout dans la dernière édition de ses Researches (1847) lorsqu’il estime devoir dater dorénavant l’apparition de l’homme de plusieurs milliers d’années avant la division des tribus. Ses adversaires polygénistes ironiseront sur ces « milliers de siècles [sic] » destinés à sauver la théorie unitaire. C’était pour eux l’occasion de rappeler que la chronologie à échelle variable était une complaisance135. Ceux-là, cependant, n’étaient pas en retrait. Aux États-Unis, notamment, l’école ethnographique polygéniste va s’efforcer d’appuyer sur la géologie l’antiquité de race et l’autochtonie de l’Indien américain. L’idée d’un homme fossile véritablement aborigène favorisa ici, et mieux qu’ailleurs, une réception enthousiaste des écrits de Jacques Boucher de Perthes (1788-1868)136. Elle fit néanmoins cause commune avec l’hérésie « préadamique » qui suggérait diverses époques de création humaine correspondant à l’échelle ascendante présumée des races actuelles, depuis les Noirs dégradés et tous les peuples « sauvages » jusqu’aux Blancs les plus civilisés137. Tous ces accommodements sont pourtant de faible incidence. La dilatation du temps esquive en fait ce qui paraîtrait un vrai scandale logique : non pas une paléontologie de l’histoire, une histoire d’avant l’histoire écrite, mais l’idée absolument contradictoire d’une humanité antérieure à l’humanité présente et probablement engloutie tout entière lors des précédentes révolutions de la terre. Cette idée, on le sait, fut soutenue initialement par Boucher de Perthes en 1847 sans aucun succès138. Elle resurgit, juste avant 1859, dans des écrits d’orientation matérialiste et chez leurs détracteurs139.

  • 140 Wilson (Daniel), The Archaeology and Prehistoric Annals of Scotland, Édimbourg ; Londres : Sutherl (...)
  • 141 Ibid., p. xii-xiii.

51De manière générale, les auteurs des années 1840-1860 ont préféré s’en remettre à la chronologie égyptienne ou faire fond sur la doctrine scandinave des trois stades de la pierre, du bronze et du fer qui renouait la trame narrative distendue du récit national. S’appuyant sur les conceptions progressionnistes de Prichard et Chambers, le préhistorien écossais Daniel Wilson (1816-1892) pensait que le matériel archéologique des Îles britanniques dessinait clairement une « étape transitionnelle entre les périodes de la pierre et du bronze », laquelle semblait inconciliable avec l’idée d’une extermination brutale de la race aborigène140. Nonobstant la grande migration aryenne, la continuité du peuplement se trouvait rétablie. Archéologue réputé, Wilson ne croyait pas déroger à la logique professionnelle en recourant à des codes rhétoriques démontrant l’unité d’ensemble des sciences « paléontologiques ». Il dénonçait avec Prichard la duplicité de l’Association britannique qui, d’un côté, reconnaissait l’« archéologie physique » (c’est-à-dire la géologie) et, de l’autre, ne prodiguait aucun encouragement aux recherches fascinantes portant sur les races nationales141. Fallait-il gratter le sol en écartant délibérément les couches de surface ? Pour Wilson, l’ethnologie, l’archéologie et la géologie étaient des « sciences-sœurs » et les savants suédois et danois avaient bien compris l’avantage de les associer.

  • 142 Ibid., pp. 2-5 (citation p. 5).

52Toutes les récentes découvertes faisaient éclater les précédentes chronologies reprises de l’archevêque James Ussher (1580-1656) ou de Jacques-Bénigne Bossuet (1627-1704) qui assignaient la création du monde à quelques milliers d’années avant l’ère chrétienne. Pour comprendre les périodes immenses séparant le « commencement » du premier verset de la Genèse et la création de l’homme, le géologue s’était initié au déchiffrement des archives de la terre. Il avait maîtrisé les « caractères », « paginé » les strates disloquées, enregistré les « palimpsestes » et mis de l’ordre dans les annales du chaos. Or la chronique des actes humains, pour n’être pas l’objet d’une stérile curiosité, attendait son géologue : « les déchiffrer et les mettre à profit comme les éléments d’un nouveau chronomètre historique sont les buts légitimes de l’Archéologie »142. De là cette comparaison reprise de Hugh Miller (1802-1856) :

Les antiquités s’unissent à la géologie par une séquence naturelle ; et il semble rationnel d’avoir les mêmes égards de traitement en ce qui les concerne. Ce sont les fossiles d’un ordre aboli des choses plus récent que l’âge tertiaire ; d’une race éteinte, d’une religion éteinte, d’un état social et d’une classe d’entreprises dont le monde fut un jour témoin mais qu’il ne reverra plus. Et sans presque aucune aide du témoignage direct de l’histoire, chacun doit avancer à tâtons dans cette formation – moderne par contraste – en se guidant principalement, comme dans les dépôts plus anciens, sur les indices offerts par les circonstances.

  • 143 Ibid., pp. 6-7. Sur Wilson, consulter Kehoe (Alice B.), « The Invention of Prehistory », Current A (...)

53En conséquence, finit Wilson, l’archéologie, comme les grammaires des langues qui ont la faveur des ethnologues, est l’une des branches de la paléontologie et la plus importante de toutes143.

  • 144 Bossuet (Jacques-Bénigne), Discours sur l’histoire universelle, Tours : Cattier, 1874, p. 4.
  • 145 Cf. Conry (Yvette), « Le concept de “développement” modèle du discours renanien », Revue philosoph (...)
  • 146 Cité in Nott (Josiah Clark), Gliddon (George Robins) (sous la dir.), Types of Mankind, op. cit., p (...)

54Longue ou courte, le plus souvent indéterminée, la durée n’était qu’une condition d’actualisation d’un processus. Ce que l’histoire devait produire s’apparente plutôt à l’épopée. Elle en garde le rythme. Il y faut surtout distinguer des « époques », un mot repris du grec et dont Bossuet précisait qu’il signifie « s’arrêter, parce qu’on s’arrête là, pour considérer comme d’un lieu de repos tout ce qui est arrivé devant ou après, et éviter par ce moyen les anachronismes, c’est-à-dire cette sorte d’erreur qui fait confondre les temps »144. D’où la généralisation de la méthode stratigraphique qui confirme cet étalonnage. Il serait donc à propos d’interroger, sur l’ensemble des savoirs » « paléontologiques » concernés, quels contenus temporels dénotent pour les contemporains des expressions comme « antiquité reculée », « temps immémorial », « enfance » (de la terre, de l’humanité, du langage, etc.) ou même « développement »145. En 1843, l’égyptologue Karl Richard Lepsius (1810-1884) évoque ses fouilles des pyramides de Memphis qui levaient le voile sur une époque de civilisation florissante antérieure de quatre mille ans à la naissance du Christ. Le chiffre, avoue-t-il, provoquera l’incrédulité ou la critique rageuse. « Nous ne pouvons pas même graver en nous » semblables dates jusque-là incroyables et moins encore en convaincre autrui146.

  • 147 Schlanger (Judith), Les métaphores de l’organisme [1ère éd. 1971], Paris : L’Harmattan, 1995, p. 4 (...)
  • 148 Comte (Auguste), Discours sur l’esprit positif. Ordre et progrès [1844], Paris : Vrin, 1974, p. 2.(...)

55L’archéologie a finalement contribué autant que la géologie à détrôner le fondamentalisme biblique. Mais il lui fallait suppléer elle-même au mythe ou satisfaire à son usage social. « Tous les cauchemars plutôt que l’insignifiance »147. On sait que dans l’imaginaire romantique, le temps n’est pas perçu comme un vecteur abstrait ou une forme vide. Il fait sens par son souffle moral. Il est la mesure du progrès ou de la décadence et, sous ce rapport, l’humanité ressemble à l’individu. L’ontogenèse ne procède pas d’un mouvement uniforme. Elle connaît des périodes critiques, naissance ou mort, des phases d’accélération et toute une série de ponctuations, organiques ou rituelles, qui tendent soit à dilater le temps soit à le contracter. Or, dans la période pré-darwinienne, les analogons historiques sont couramment repris des âges ontogéniques, à la manière de la « loi des trois états » dont Auguste Comte (1798-1857) explique qu’elle domine l’évolution intellectuelle de l’humanité « soit chez l’individu, soit chez l’espèce »148. La métaphore organiciste suggère autant de jugements de valeur tranchés sur la jeunesse, la vitalité ou la sénescence de telle ou telle institution, ou de tel ou tel peuple. En 1857, l’aliéniste Bénédict-Augustin Morel (1809-1873), spécialiste des dégénérescences et grand admirateur de Prichard, rapporte le propos récent du docteur Yvan sur le devenir des races de la terre :

  • 149 Morel (Bénédict-Augustin), Traité des dégénérescences physiques, intellectuelles et morales de l’e (...)

Les phases sociales par lesquelles passe l’humanité sont pour l’homme ce que les révolutions du globe ont été pour les animaux dont nous trouvons les restes dans nos terrains stratifiés ; les populations barbares ou sauvages s’éteignent dans l’atmosphère sociale que crée la civilisation, de même que les anoplothérium et les ichtyosaurus de l’ancien monde, ont péri en changeant de milieu.149

56Il est donc permis de les situer dans le temps, par antériorité ou consécution logique. L’histoire serait-elle écrite avant d’être vécue ? En tout cas, le document philologique, archéologique, etc., vient éclairer une thèse. Il se règle sur une épigenèse. Il doit illustrer ses scansions significatives pour les rendre visibles et cohérentes.

  • 150 Blanckaert (Claude), « “Les deux parties du problème”. Renan et l’ethnographie », Études Renanienn (...)

57La périodisation couramment acceptée des « origines » puis des degrés de raffinement de la civilisation planétaire se profile sur l’axe du « progrès » sans souscrire au déroulement avéré des « faits » mesurés par les chronologies locales. L’homme moral perfectible (i. e. occidental) fournit une norme abstraite à quoi l’on rapporte les « arrêts de développement », la marche « stationnaire » ou « avancée » des peuples étudiés. En prenant forme universelle, le comparatisme ethnographique démontrait suffisamment que des nations de vieille civilisation cohabitaient avec des « sauvages » vivant, au présent, à l’âge de la pierre. Semblables hétérochronies s’observaient en linguistique entre monosyllabisme et langues flexionnelles ou dans les folklores. La coexistence de strates temporelles différenciées relevait-elle alors de la race, facteur organique, ou des trajectoires nationales, de la nature ou de la culture ? Telles étaient, en 1859, les « deux parties du problème » qui, dorénavant, divisait les sciences qui ont l’homme pour objet150. Langue ou race, « paléontologie » ou « ontologie », il fallait choisir. L’hégémonie du modèle philologique, variable d’un pays à l’autre, était en tout cas ouvertement contestée :

  • 151 Bérard (Pierre), Cours de physiologie, fait à la Faculté de médecine de Paris, Paris : Labé, 1848, (...)

Je compare les ethnologistes qui, par l’étude des monuments anciens, se flatteraient de nous faire assister aux premières phases de l’humanité, à des géologues qui voudraient juger de la structure du centre de la terre par l’examen des excavations microscopiques que la main du mineur pratique dans la couche corticale du globe. […] Les uns nous racontent les événements d’hier, les autres ne dissèquent que l’épiderme de notre planète151.

FIGURE 9
« Racloirs, racloir esquimau, hache danoise, hache de la Nouvelle-Zélande ». 74, Racloir pour préparer les peaux trouvé à Bourdeilles dans le sud de la France. - Grandeur naturelle. Trouvée [sic] par moi ; 75, Le même, côté inférieur ; 76-78, Racloir pour préparer les peaux employé par les Esquimaux modernes du bassin polaire près du détroit de Behring. - Grandeur naturelle. Ce racloir était fixé à un manche d’ivoire fossile. (Dans la collection de M. H. Christy) ; 79, Doloire de silex trouvée dans l’amas coquillier de Meilgaard (Jutland) - Grandeur naturelle. Surface supérieure (Dans ma collection) ; 80, La même, surface inférieure ; 81, La même, vue de côté ; 82, Doloire moderne de la Nouvelle Zélande. - Grandeur naturelle, surface supérieure (Au British Museum) ; 83, La même, surface inférieure ; 84, La même, vue de côté. - La doloire de Nouvelle-Zélande est polie en partie ; il n’en est pas de même de la doloire danoise, parce que la cassure du silex offre naturellement une surface unie. La projection a, dans la figure 81, est accidentelle et produite par quelque défaut dans le silex. Les doloires danoises ont ordinairement le côté inférieur aussi plat que celui de la figure 83. Figures d’après Lubbock (John), L’homme avant l’histoire : étudié d’après les monuments et les costumes retrouvés dans les différents pays de l’Europe, Paris : Baillière, 1867, pp. 72-73 (légendes pp. IX-XI).

*

  • 152 Voir Richard (Nathalie), L’invention de la préhistoire. Anthologie, Paris : Presses Pocket, 1992, (...)

58Dès 1859, la reconnaissance officielle de l’antiquité géologique de l’homme, au congrès d’Aberdeen de l’Association britannique et à l’Académie des Sciences de Paris, bouleversait tout le panorama des sciences humaines152. La préhistoire freina l’expression magistrale des philologues qui se recalèrent dorénavant sur l’ethnogénie nationale. Les « trois glorieuses de 1859 », incarnées par Boucher de Perthes, Paul Broca et Charles Darwin, ont certainement changé les termes traditionnels du récit des origines et sa chronologie resserrée. Il fallut faire droit au transformisme, à l’ancêtre singe et oublier la main invisible de Dieu guidant les pas de l’homme hors du Jardin d’Éden. Toutefois, l’odyssée de l’espèce a pris à son tour forme légendaire. La palétiologie « positive », rénovée par l’évolutionnisme, pouvait congédier l’ethnologie prichardienne sans abolir l’investissement symbolique qui s’attache communément aux recherches identitaires, à la filiation et au sens de l’histoire.

  • 153 Le mot est de Gabriel de Mortillet (Le préhistorique. Antiquité de l’homme, Paris : C. Reinwald, 1 (...)
  • 154 Lubbock (John), L’homme avant l’histoire étudié d’après les monuments et les costumes retrouvés da (...)

59Les premiers préhistoriens professionnels des années 1860-1880 s’inscrivaient couramment dans la veine critique du rationalisme des Lumières et de la libre pensée. Leur combat d’engagement désignait l’adversaire : « l’ardent bibliste » Cuvier153 ou quelque autre figure traditionaliste. Malgré ce revirement des esprits, on doit convenir qu’ils ont souvent actualisé, fond et forme, le canevas antérieur des sciences palétiologiques. Dans l’un des premiers manuels de la nouvelle école, L’Homme avant l’histoire [Pré-Historic Times, 1865], l’archéologue John Lubbock (1834-1913) citait avec approbation, et presque en première ligne, les noms de Prichard et Bunsen au nombre des partisans de l’antiquité géologique de l’homme154. Contexte britannique assurément.

  • 155 Mortillet (Gabriel de), « Promenades préhistoriques à l’exposition universelle », Matériaux pour l (...)
  • 156 Lubbock (John), L’homme avant l’histoire, op. cit., p. 337.

60Mais au-delà, à la recherche des effectuations matérielles d’une « loi du progrès » et, qui plus est, d’une loi du « développement similaire de l’humanité »155, les préhistoriens confirmaient le schéma linéaire et contraint de l’histoire universelle d’ancienne facture. Toute une partie du livre pionnier de Lubbock porte sur les « sauvages modernes » dont le degré d’abaissement, l’« abjection » dit l’auteur, nous reporte aux premiers temps de la pierre taillée. L’archéologue, explique Lubbock à ce propos, est dans la situation d’un paléontologiste comparant les marsupiaux de l’ère secondaire à leurs survivants actuels d’Australie ou d’Amérique du Sud. « En réalité, le naturel de l’île de Van Diemen et l’Américain du Sud sont, pour l’antiquaire, ce que l’opossum et le paresseux sont pour le géologue »156 ! Par un retournement exemplaire, l’émergence de l’Humanité se voit gagée sur l’authenticité d’un « fossile vivant », curieusement oublié par l’histoire.

  • 157 Mortillet (Gabriel de), Le préhistorique, op. cit., pp. 1-2.
  • 158 Revue d’Anthropologie, T. V, 1876, p. 677.
  • 159 Matériaux pour l’histoire primitive et naturelle de l’homme, 2e série, T. VIII, 1873, p. 156.

61Malgré donc la révolution du temps archéologique, l’inertie des mentalités prouverait si nécessaire que cette science « toute nouvelle » n’a guère modifié ses procédés. Comme ce fut le cas pour l’ethnologie des années 1830-1855, la préhistoire ajoutait une détermination supplémentaire au groupe initial des sciences palétiologiques. En 1865, on proposa pour l’individualiser le mot « paléoethnologie », l’étude des temps préhistoriques ou l’ethnologie des temps anciens157. Le livre cardinal du matérialiste Gabriel de Mortillet, Le Préhistorique, parut en 1883. Longtemps différé, il changea souvent de titre. On annonça une Origine de l’homme, une Paléoethnologie158, etc. Dix ans plus tôt, des lecteurs impatients et non moins fascinés par le mystère des origines humaines eussent souscrit à la publication d’une Paléontologie de l’histoire159.

Notes

1 Geoffroy Saint-Hilaire (Isidore), Histoire naturelle générale des règnes organiques, principalement étudiée chez l’homme et les animaux, Paris : Victor Masson, T. 1, 1854, pp. 243.

2 Pouchet (Georges), De la pluralité des races humaines. Essai anthropologique, Paris : J.-B. Baillière & Fils, 1858, p. ii.

3 Bieder (Robert E.), « Albert Gallatin and the survival of Enlightenment thought in nineteenth-century American anthropology », in Thoresen (Timothy H.) (sous la dir.), Toward a Science of Man. Essays in the History of Anthropology, La Haye ; Paris : Mouton, 1975, pp. 94-95.

4 Jomard (Edme-François), Études géographiques et historiques sur l’Arabie, accompagnées d’une carte de l’Asyr et d’une carte générale de l’Arabie, Paris : Firmin Didot Frères, 1839, pp. 163-164.

5 Maury (Alfred), « Rapport sur les travaux de la Société de géographie, et sur les progrès des sciences géographiques pendant l’année 1859 », Bulletin de la Société de géographie, 4e série, T. xix, 1860, p. 190 ; cf. Blais (Hélène), « Alfred Maury et la géographie, ou comment fonder une “science de l’humanité” », in Carroy (Jacqueline) & Richard (Nathalie) (sous la dir.), Alfred Maury, érudit et rêveur. Les sciences de l’homme au milieu du xixe siècle, Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2007, pp. 55-71.

6 Bertillon (Louis-Adolphe), Congrès international de statistique [extrait de la Gazette hebdomadaire de médecine et de chirurgie], Paris : imp. de L. Martinet, 1855, p. 3.

7 Ou, selon d’autres textes, « géo-ethnographie », Dias (Nélia), « Une science nouvelle ? La géo-ethnographie de JoJomard», in Bourguet (Marie-Noëlle), Lepetit (Bernard), Nordman (Daniel) & Sinarellis (Maroula) (sous la dir.), L’invention scientifique de la Méditerranée. Égypte, Morée, Algérie, Paris : Éditions de l’EHESS, 1998, pp. 159-183 ; voir aussi Laissus (Yves), Jomard le dernier Égyptien 1777-1862, Paris : Fayard, 2004, notamment 4e partie.

8 L’expression est de Edme-François Jomard, in Hamy (Ernest-Théodore), Les origines du Musée d’ethnographie. Histoire et documents, Paris : Ernest Leroux, 1890, p. 99.

9 Palsky (Gilles), « Un monde fini, un monde couvert », in Poutrin (Isabelle) (sous la dir.), Le xixe siècle. Science, politique et tradition, Paris : Berger-Levrault, 1995, pp. 131-144.

10 Maury (Alfred), « Rapport sur les travaux de la Société de géographie… », op. cit., p. 189.

11 Pictet (Adolphe), Les Origines indo-européennes et les Aryas primitifs. Essai de paléontologie linguistique, Première partie, Paris ; Genève : Joël Cherbuliez, 1859, pp. vi et 538.

12 Dettelbach (Michael), « Humboldtian science », in Jardine (Nicholas), Secord (James A.) & Spary (Emma C.) (sous la dir.), Cultures of Natural History, Cambridge : Cambridge University Press, 1996, pp. 297 et 299.

13 Latham (Robert Gordon), Man and his Migrations, Londres : John Van Voorst, 1851, pp. 70-75 (citation p. 74). Voir aussi p. 150.

14 Darwin (Charles), L’origine des espèces au moyen de la sélection naturelle ou la préservation des races favorisées dans la lutte pour la vie (1859), [éd. par Becquemont Daniel & Drouin Jean-Marc], Paris : GF-Flammarion, 1992, p. 481.

15 Bertillon (Louis-Adolphe), Congrès international de statistique, op. cit., p. 3 ; Perrot (George), « Avant-propos », in Müller (Max), La science du langage. Cours professé à l’Institution royale de la Grande-Bretagne en l’année 1861, [trad. par Harris George et Perrot George], 3e éd., Paris : A. Durand & Pedone Lauriel, 1876, pp. xxii-xxiii.

16 Pictet (Adolphe), Les Origines indo-européennes…, op. cit., p. 13.

17 Schwab (Raymond), La Renaissance orientale, Paris : Payot, 1950, pp. 320 sq.

18 Schweber (Silvan S.), « Darwin and the political economists : Divergence of character », Journal of the History of Biology, vol. 13, no 2, 1980, pp. 195-289 (en part. pp. 280-284).

19 Un premier état de ma recherche sur les « sciences palétiologiques » a été présenté lors d’un colloque organisé à Nantes en 2003 par Gabriel Gohau & Stéphane Tirard. Voir, sous leur direction, le numéro spécial des Cahiers François Viète (no 9-10, 2005) consacré aux « sciences des causes passées ».

20 Rudwick (Martin J. S.), Lyell and Darwin, geologists. Studies in the Earth Sciences in the Age of Reform, Aldershot ; Burlington : Ashgate, 2005, en part. chap. V, « Historical analogies in the geological work of Charles Lyell ».

21 Perrot (George), « Avant-propos », op. cit., p. xix.

22 Pictet (Adolphe), Les Origines indo-européennes…, op. cit., pp. vi-vii.

23 Müller (Max), La science du langage, op. cit., pp. 26-28.

24 Pictet (Adolphe), Les Origines indo-européennes…, op. cit., pp. 7 et 4.

25 Ibid., p. 10.

26 Müller (Max), La science du langage, op. cit., pp. 26 et 452.

27 Ibid., p. 470.

28 Pictet (Adolphe), Les Origines indo-européennes…, op. cit., p. v.

29 Littré (Émile), « De la civilisation et du monothéisme chez les peuples sémitiques » (1857), in Littré (Émile), La science au point de vue philosophique, Paris : Didier & Cie, 1873, p. 441.

30 Voir Petitier (Paule), La géographie de Michelet. Territoire et modèles naturels dans les premières œuvres de Michelet, Paris : L’Harmattan, 1997, deuxième partie, « L’histoire comme science naturelle » (cit. p. 116).

31 Cuvier (Georges), « Extrait d’un Mémoire sur un animal dont on trouve les ossements dans la pierre à plâtre des environs de Paris, & qui paraît ne plus exister vivant aujourd’hui », reproduit in Rudwick (Martin J. S.), Georges Cuvier, Fossil Bones, and Geological Catastrophes, Chicago : The University of Chicago Press, 1997, p. 286.

32 Schnapp (Alain), La conquête du passé. Aux origines de l’archéologie, Paris : Carré-Le livre de poche, 1993, en part. chap. 3 et 4.

33 Cuvier (Georges), Recherches sur les ossements fossiles de quadrupèdes. Discours préliminaire (1812), [éd. par Pellegrin Pierre], Paris : G. F.-Flammarion, 1992, p. 45.

34 Cuvier (Georges), « Extrait d’un Mémoire sur un animal… », op. cit., pp. 286, 289-290.

35 Flourens (Pierre), « Éloge historique de G. Cuvier » (1834), in Recueil des Éloges historiques lus dans les séances publiques de l’Académie des sciences, 1ère série, Paris : Garnier Frères, 1856, p. 145.

36 Le propos est d’Émile Littré, « Cuvier et les ossements fossiles » (1834), in Littré (Émile), La science au point de vue philosophique, op. cit., p. 131.

37 Balzac (Honoré de), La Peau de chagrin [éd. de 1845], Paris : Le Livre de poche, 1995, p. 86.

38 Flourens (Pierre), « Éloge historique de G. Cuvier », op. cit., pp. 146-147.

39 Schlegel (Friedrich von), Essai sur la langue et la philosophie des Indiens [1808], [trad. par Mazure Adolphe], Paris : Parent-Desbarres, 1837, p. 35.

40 Mazure (Adolphe), « Préface du traducteur », dans ibid., pp. xvi-xvii.

41 Pictet (Adolphe), Les Origines indo-européennes…, op. cit., pp. 535 et 15. On retrouve les mêmes remarques dans l’ouvrage ultérieur de Quinet (Edgar), La Création, 2e éd., Paris ; Bruxelles : Librairie internationale, A. Lacroix-Verboeckhoven & Cie, 1870, T. I, p. 83.

42 Cuvier (Georges), Recherches sur les ossements fossiles de quadrupèdes…, op. cit., p. 45.

43 Perrot (George), « Avant-propos », op. cit., p. xvii.

44 Pictet (Adolphe), Les Origines indo-européennes…, op. cit., p. 6.

45 Gobineau (Arthur de), Essai sur l’inégalité des races humaines (1853-1855), Paris : Pierre Belfond, 1967, p. 30 ; Taine (Hippolyte), Philosophie de l’art [1865], Paris : Fayard, 1985, pp. 390, 397.

46 Roget de Belloguet (Dominique-François-Louis), Ethnogénie gauloise, ou mémoires critiques sur l’origine et la parenté des Cimmériens, des Cimbres, des Ombres, des Belges, des Ligures et des anciens Celtes, Paris : B. Duprat & A. Frank, T. I, 1858, p. 5.

47 C’est le sous-titre choisi par Adolphe Pictet en 1859 pour son essai sur les Origines indo-européennes et les Aryas primitifs (op. cit.). On évoque aussi la « littérature fossile » ou l’« archéologie » du langage.

48 Baridon (Laurent), L’imaginaire scientifique de Viollet-le-Duc, Paris : L’Harmattan, 1996, pp. 171-177.

49 Schlegel (Friedrich von), Essai sur la langue et la philosophie des Indiens, op. cit., p. 169.

50 Gobineau (Arthur de), Essai sur l’inégalité des races humaines, op. cit., pp. 863 et 861-862.

51 Littré (Émile), « Y a-t-il eu des hommes sur la terre avant la dernière époque géologique » (1858), in Littré (Émile), La science au point de vue philosophique, op. cit., p. 171.

52 Littré (Émile), La science au point de vue philosophique, op. cit., p. 379.

53 Broca (Paul), « Histoire des travaux de la Société d’Anthropologie (1859-1863) », in Broca (Paul), Mémoires d’Anthropologie, Paris : Reinwald, T. II, 1874, p. 417.

54 Cuvier (Georges), Recherches sur les ossements fossiles de quadrupèdes…, op. cit., pp. 130 sq.

55 Chateaubriand (François René de), Voyage en Amérique, Paris : Jean-Cyrille Godefroy, 1982, p. 40.

56 Humboldt (Alexandre de), Sites des cordillères et monuments des peuples indigènes de l’Amérique [1813], Paris : Jean Michel Place, 1989, p. 2.

57 Schaffer (Simon), « Pairs et hors pairs : l’effet du génie », in Jean-François Champollion, no spécial des Cahiers de Science & Vie, no 40, 1997, p. 14.

58 Rignol (Loïc), Les hiéroglyphes de la Nature. Science de l’homme et science sociale dans la pensée socialiste en France. 1830-1851, Thèse de doctorat, Paris : Université Paris VIII-Vincennes-Saint-Denis, 2003, p. 700.

59 Sur le « verrouillage du passé », voir Olivier (Laurent), « Le sombre abîme du temps. Temps profond et identités collectives aux commencements de l’archéologie du passé pré-classique », in Ducros (Albert), Ducros (Jaqueline) & Joulian (Frédéric) (sous la dir.), La culture est-elle naturelle ? Histoire, épistémologie et applications récentes du concept de culture, Paris : Errance, 1998, pp. 99-112.

60 Le concept de Buffon est repris par Humboldt (Alexandre de), Sites des cordillères…, op. cit., pp. 311 sq.

61 Broca (Paul), « Histoire des travaux de la Société d’Anthropologie (1859-1863) », op. cit., p. 417.

62 Pictet (Adolphe), De l’affinité des langues celtiques avec le sanskrit, Paris : Benjamin Duprat, 1837, p. 176 [je souligne].

63 Dans l’univers francophone, le néologisme préhistorique paraît donc à la même date que son équivalent danois forhistorisk et il est presque sûr que l’ethnologue Gustave d’Eichthal, qu’on tenait jusqu’ici pour l’inventeur du terme en 1845, n’ignora pas le texte de Pictet, couronné par l’Institut. Pour ces questions lexicographiques, voir Clermont (Norman) & Smith (Philip. E. L.), « Prehistoric, prehistory, prehistorian. Who invented the terms ? », Antiquity, vol. 64, 1990, pp. 97-102 ; Welinder (Stig), « The word förhistorisk, “prehistoric”, in Swedish », Antiquity, vol. 65, 1991, pp. 295-296.

64 Pictet (Adolphe), Les Origines indo-européennes…, op. cit., p. 15.

65 Pictet (Adolphe), De l’affinité des langues celtiques avec le sanskrit, op. cit., p. 175.

66 Voir Schwab (Raymond), La Renaissance orientale, op. cit. ; Poliakov (Léon), Le Mythe Aryen. Essai sur les sources du racisme et des nationalismes, Paris : Calmann-Lévy, 1971, 354 p. ; Rabault-Feuerhahn (Pascale), L’archive des origines. Sanskrit, philologie, anthropologie dans l’Allemagne du xixe siècle, Paris : Cerf, 2008, 484 p.

67 Humboldt (Alexandre de), Cosmos. Essai d’une description physique du monde [1845], [éd. par Grange Juliette], Paris ; Thizy : Éditions Utz, 2000, T. I, p. 341.

68 Schwab (Raymond), La Renaissance orientale, op. cit., p. 132.

69 Perrot (Georges), « Avant-propos », op. cit., pp. xix-xx.

70 Whewell (William), History of the Inductive Sciences [3e éd. 1857], Londres : Frank Cass & Co, 1967, T. 3, p. 402.

71 Ibid., p. 399.

72 Renan (Ernest), « Les sciences de la nature et les sciences historiques » [1863], in Renan (Ernest), Dialogues et fragments philosophiques, Œuvres complètes, [éd. par Psichari Henriette], Paris : Calmann-Lévy, T. I, 1947, p. 634.

73 Petit (Annie), « Étudier “l’embryogénie de l’esprit humain” », in Poutrin (Isabelle) (sous la dir.), Le xixe siècle. Science, politique et tradition, Paris : Berger Levrault, 1995, pp. 277-293.

74 Renan (Ernest), L’avenir de la science [1848, 1ère éd. 1890], [éd. par Petit Annie], Paris : Garnier-Flammarion, 1995, p. 215.

75 Ibid., p. 227.

76 Archives Serres, Muséum national d’Histoire naturelle, Paris, Ms 165 (1ère partie), dossier « Linguistique, philologie comparée », feuillet C. [orthographe conservée].

77 C’est la première occurrence connue du concept de « paléontologie humaine » (Esquiros (Alphonse), « Des études contemporaines sur l’histoire des races », Revue des deux Mondes, T. 21, livraison du 15 mars 1848, p. 990). Voir l’analyse de ces textes et de ce contexte dans Blanckaert (Claude), « Les Gaulois au Muséum. Savoirs naturalistes et principe des nationalités à l’époque romantique », Revue d’histoire des sciences, T. 51, no 4, 1998, pp. 457-505 [citation complète d’Esquiros pp. 485-486].

78 Esquiros (Alphonse), « Des études contemporaines sur l’histoire des races », op. cit., pp. 985-986.

79 Cazeaux (Euryale), « Lettre du 20 mai 1839 », Bulletin de la Société ethnologique de Paris, T. I, 1846, p. 18.

80 Vermeulen (Han F.), « Origins and institutionalization of ethnography and ethnology in Europe and the USA, 1771-1845 », in Vermeulen (Han F.) & Roldán (Arturo Alvarez) (sous la dir.), Fieldwork and Footnotes. Studies in the History of European Anthropology, Londres ; New York : Routledge, 1995, pp. 39-59, en particulier pp. 46-47.

81 Pour la diffusion du terme dans le lexique français depuis Alexandre-César Chavannes (1787), voir Blanckaert (Claude), « “Story” et “History” de l’ethnologie », Revue de synthèse, 4e série, T. CIX, no 3-4, 1988, pp. 451-467.

82 Blanckaert (Claude), « On the Origins of French Ethnology. William Edwards and the Doctrine of Race », in Stocking (George W.) (sous la dir.), Bones, Bodies, Behavior. Essays on Biological Anthropology, Madison : The University of Wisconsin Press, 1988, pp. 18-55.

83 Thierry (Amédée), Histoire des Gaulois, depuis les temps les plus reculés jusqu’à l’entière soumission de la Gaule à la domination romaine, Paris : A. Sautelet & Cie : A. Mesnier, 1828, T. I, p. lxxi.

84 Ibid., p. iv.

85 Cf. Rignol (Loïc), Les hiéroglyphes de la nature, op. cit.

86 Périer (Jean-André-Napoléon), « Que les vrais Celtes sont les vrais Gaulois », Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris, T. V, 1864, p. 610.

87 Edwards (William Frédéric), « Des caractères physiologiques des races humaines considérés dans leurs rapports avec l’histoire » (1829), Mémoires de la Société ethnologique de Paris, T. I, 1841, p. 2.

88 Petitier (Paule), La géographie de Michelet, op. cit., p. 109.

89 Paru en 1860 : Morlot (Adolphe), Études géologico-archéologiques en Danemark et en Suisse, Lausanne : Société vaudoise des Sciences naturelles, 1860, extrait paginé pp. 259-329 (Bulletin, T. VI, n ° 46). Adolphe Morlot est professeur de géologie à l’université de Lausanne.

90 Morlot (Adolphe), Études géologico-archéologiques, op. cit., pp. 264-265.

91 L’ouvrage est la seconde édition, entièrement refondue et augmentée, d’une brochure de 1848. Voir Bourdier (Franck), « Les recherches de Renan sur l’origine de l’homme et de la parole (1841-1858) », Cahiers du cercle Ernest-Renan, no 107, 1978, pp. 147-149.

92 Renan (Ernest), De l’origine du langage [1ère éd. 1858], 8e éd., Paris : Calmann-Lévy, [s. d.], pp. 66-67.

93 Morlot (Adolphe), Études géologico-archéologiques, op. cit., p. 265.

94 Ibid., p. 264.

95 Je reprends la formule qu’Alexandre de Humboldt (Sites des cordillères…, op. cit., p. 5) appliquait aux premiers occupants du Nouveau Monde.

96 Voir Blanckaert (Claude), « L’indice céphalique et l’ethnogénie européenne : A. Retzius, P. Broca, F. Pruner-Bey (1840-1870) », in Histoire de l’Anthropologie : Hommes, Idées, Moments, no spécial des Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, nelle série, T. I, no 3-4, 1989, pp. 182 sq. (en part. p. 189). La première population indigène, prétendait-on, était brachycéphale (crânes arrondis) quand l’émigration aryenne se distinguait par des têtes plus longues que larges (dolichocéphalie). Cette partition commode n’est remise en cause qu’après 1865 mais l’origine de l’idiome basque restera mystérieuse.

97 À titre d’exemple, Nilsson (Sven), « Sur les habitants primitifs de la Scandinavie », Nouvelles annales des voyages et des sciences géographiques, nelle série, T. 4, 1848, pp. 242-246.

98 Morlot (Adolphe), Études géologico-archéologiques, op. cit., pp. 317-318.

99 Esquiros (Alphonse), « Du mouvement des races humaines. Cours de M. Serres », Revue des deux Mondes, T. X, livraison du 1er avril 1845, p. 161.

100 Ibid., p. 166.

101 Michelet (Jules), Histoire de France, cité par Petitier (Paule), La géographie de Michelet, op. cit., p. 137 ; cf. aussi pp. 142-143.

102 Prévost (Constant), art. « Terrain » du Dictionnaire classique d’Histoire naturelle (1830), cité par Laurent (Goulven), Paléontologie et évolution en France de 1800 à 1860. Une histoire des idées de Cuvier et Lamarck à Darwin, Paris : Éditions du CTHS, 1987, p. 257. Le mot « exemple » est de Prévost.

103 Whewell (William), The Philosophy of the Inductive Sciences founded upon their History [2e éd. 1847], [éd. par Herivel John], New York ; Londres : Johnson Reprint Corporation, 1967, vol. 1, 10e livre, p. 638.

104 Voir les remarques de Saminadayar-Perrin (Corinne), « Antiquité des races et naissance des nations : modèles scientifiques et logiques discursives », in Moussa (Sarga) (sous la dir.), L’idée de « race » dans les sciences humaines et la littérature ( xviiie-xixe siècles), Paris : L’Harmattan, 2003, pp. 385-407.

105 Prichard (James Cowles), « On the relations of ethnology to other branches of knowledge », Journal of the Ethnological Society of London, vol. 1, 1848, p. 302.

106 Sur la longue histoire de cette division disciplinaire, voir Duchet (Michèle), Le partage des savoirs. Discours historique et discours ethnologique, Paris : La Découverte, 1985, 231 p.

107 Stocking (George W. Jr), « From chronology to ethnology. James Cowles Prichard and British Anthropology 1800-1850 », introduction dans Prichard (James Cowles), Researches into the physical history of man (1813), [éd. par Stocking G. W.], Chicago ; Londres : The University of Chicago Press, 1973, pp. ix-cxliv ; Augstein (Hannah Franziska), James Cowles Prichard’s Anthropology : Remaking the Science of Man in early nineteenth-century Britain, Amsterdam ; Atlanta : Rodopi, 1999, 294 p.

108 Prichard (James Cowles), « On the relations of ethnology… », op. cit., p. 304.

109 Prichard (James Cowles), The Natural History of Man ; Comprising Inquiries into the Modifying Influence of Physical and Moral Agencies on the Different Tribes of the Human Family, 3e éd., Londres : H. Baillière, 1848, pp. 132-133.

110 Prichard (James Cowles), « On the relations of ethnology… », op. cit., p. 303.

111 Par exemple Whewell (William), The Philosophy of the Inductive Sciences, op. cit., vol. 1, pp. 650, 662, 678-679.

112 Whewell (William), History of the Inductive Sciences, op. cit., T. III, p. 401.

113 Whewell (William), The Philosophy of the Inductive Sciences, op. cit., vol. 1, pp. 641-642.

114 Ibid., p. 657.

115 Prichard (James Cowles), « On the various methods of research which contribute to the advancement of ethnology, and of the relations of that science to other branches of knowledge », in Report of the seventeenth Meeting of the British Association for the Advancement of Science ; held at Oxford in June 1847, Londres : J. Murray, 1848, pp. 230-253.

116 Prichard (James Cowles), « On the relations of ethnology… », op. cit., p. 304. Cf. Burrow (John W.), « The uses of philology in Victorian England », in Robson (Robert) (sous la dir.), Ideas and Institutions of Victorian Britain. Essays in honour of George Kitson Clark, Londres : Bells and sons, 1967, pp. 189-190 ; Stocking (George W. Jr), « From chronology to ethnology », op. cit., p. lviii.

117 Stocking (George W. Jr), « What’s in a Name ? The Origins of the Royal Anthropological Institute (1837-1871) », Man, vol. VI, 1971, en particulier pp. 369-375.

118 Dieffenbach (Ernest), « The study of Ethnology », Journal of the Ethnological Society of London, vol. 1, 1848, pp. 20-21.

119 Whewell (William), The Philosophy of the Inductive Sciences, op. cit., vol. 1, pp. 643-644.

120 Renan (Ernest), De l’origine du langage, op. cit., p. 203.

121 Burrow (John W.), « The uses of philology in Victorian England », op. cit., p. 193 sq. ; Bunsen (Christian Karl Josias von), « On the results of the recent Egyptian researches in reference to Asiatic and African Ethnology, and the classification of languages », in Report of the seventeenth Meeting of the British Association for the Advancement of Science ; held at Oxford in June 1847, Londres : J. Murray, 1848, pp. 254-299.

122 Burrow (John W.), « The uses of philology in Victorian England », op. cit., p. 196.

123 Latham (Robert Gordon), The Natural History of the Varieties of Man, Londres : John Van Voorst, 1850, p. vii.

124 Ibid., pp. 559-560. On notera que chez les ethnologues le mot « paléontologie » est préféré systématiquement à celui de « palétiologie ». Mais il est pris dans le même sens.

125 Ibid., p. 562.

126 Ibid.

127 Ibid., p. 565. Latham espérait en fait qu’on pût évaluer le temps minimum nécessaire pour produire des changements significatifs dans les langues et inférer, de là, la durée de la dernière période et le rythme évolutif à venir des variétés humaines.

128 Cf. la préface de Knox (Robert), The races of Men : A fragment, Londres : H. Renshaw, 1850, p. V.

129 Renan (Ernest), De l’origine du langage, op. cit., p. 46.

130 Prichard (James Cowles), « On the various methods of research… », op. cit., p. 231.

131 Trautmann (Thomas R.), « The revolution in ethnological time », Man, T. 27, 1992, p. 388 ; cf. Pictet (Adolphe), Les Origines indo-européennes…, op. cit., pp. 2-3.

132 Voir Coye (Noël), La préhistoire en parole et en acte. Méthodes et enjeux de la pratique archéologique (1830-1950), Paris : L’Harmattan, 1997, pp. 66-72.

133 Voir Blanckaert (Claude), « Les Gaulois au Muséum… », op. cit.

134 Pictet (Adolphe), Les Origines indo-européennes. Première partie, op. cit., pp. vi et 1, et Les Origines indo-européennes et les Aryas primitifs. Essai de paléontologie linguistique. Seconde partie. Paris ; Genève : Joël Cherbuliez, 1863, pp. 752-755.

135 Cf. la lettre de Samuel George Morton de janvier 1850 (reproduite in Nott (Josiah Clark) & Gliddon (George R.) (sous la dir.), Types of Mankind : Or, Ethnological Researches based upon ancient monuments, paintings, sculptures and crania of Races, 6e éd., Philadelphie ; Londres : Lippincott : Grambo & Co-Trübner & Co, 1854, p. l) et le commentaire de Nott et Gliddon (pp. 54 sq.). Sur le développement de la perspective chronologique de Prichard, voir Stocking (George W. Jr), « From chronology to ethnology », op. cit., pp. xcv-xcviii ; Augstein (Hannah Franziska), James Cowles Prichard’s Anthropology…, op. cit., pp. 204-206.

136 Usher (William), « Geology and Palaeontology, in Connection with Human Origins », in Nott (Josiah Clark), Gliddon (George Robins) (sous la dir.), Types of Mankind, 6e éd., Philadelphie ; Londres, Lippincott : Grambo-Trübner & Co, 1854, pp. 327-372.

137 Voir Blanckaert (Claude), « Avant Adam. Les représentations analogiques de l’homme fossile dans la première moitié du xixe siècle », in Ducros (Albert), Ducros (Jaqueline) (sous la dir.), L’homme préhistorique. Images et imaginaire, Paris : L’Harmattan, 2000, pp. 23-61.

138 Pautrat (Jean-Yves), « L’homme antédiluvien : anthropologie et géologie », in Histoire de l’Anthropologie : Hommes, Idées, Moments, no spécial des Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, nelle série, T. I, no 3-4, 1989, pp. 131-151.

139 Filippi (Filippo de), Le déluge de Noé [1855], [trad. par Pommier Armand], Paris : Librairie centrale des Sciences de Heiber & Commelin, 1858, en part. pp. 48-57 et 61-62.

140 Wilson (Daniel), The Archaeology and Prehistoric Annals of Scotland, Édimbourg ; Londres : Sutherland and Knox-Simpkin : Marshall and Co : J. H. Parker, 1851, p. 161.

141 Ibid., p. xii-xiii.

142 Ibid., pp. 2-5 (citation p. 5).

143 Ibid., pp. 6-7. Sur Wilson, consulter Kehoe (Alice B.), « The Invention of Prehistory », Current Anthropology, vol. 32, no 4, 1991, pp. 467-476.

144 Bossuet (Jacques-Bénigne), Discours sur l’histoire universelle, Tours : Cattier, 1874, p. 4.

145 Cf. Conry (Yvette), « Le concept de “développement” modèle du discours renanien », Revue philosophique, no 2, 1978, pp. 129-144.

146 Cité in Nott (Josiah Clark), Gliddon (George Robins) (sous la dir.), Types of Mankind, op. cit., p. 60.

147 Schlanger (Judith), Les métaphores de l’organisme [1ère éd. 1971], Paris : L’Harmattan, 1995, p. 42. Voir le développement pp. 42-45.

148 Comte (Auguste), Discours sur l’esprit positif. Ordre et progrès [1844], Paris : Vrin, 1974, p. 2. Cf. Canguilhem (Georges), Lapassade (Georges), Piquemal (Jacques) & Ulmann (Jacques), Du développement à l’évolution au xixe siècle (1962), Paris : PUF, 1985, pp. 22-24.

149 Morel (Bénédict-Augustin), Traité des dégénérescences physiques, intellectuelles et morales de l’espèce humaine et des causes qui produisent ces variétés maladives, Paris : J. B. Baillière, 1857, p. 410, note 1.

150 Blanckaert (Claude), « “Les deux parties du problème”. Renan et l’ethnographie », Études Renaniennes, no 102, 1996, pp. 62-89 ; « Un fil d’Ariane dans le labyrinthe des origines… Langues, races et classification ethnologique au xixe siècle », Revue d’histoire des sciences humaines, no 17, 2007, pp. 137-171.

151 Bérard (Pierre), Cours de physiologie, fait à la Faculté de médecine de Paris, Paris : Labé, 1848, T. I, p. 476.

152 Voir Richard (Nathalie), L’invention de la préhistoire. Anthologie, Paris : Presses Pocket, 1992, p. 83 et sq.

153 Le mot est de Gabriel de Mortillet (Le préhistorique. Antiquité de l’homme, Paris : C. Reinwald, 1883, p. 11).

154 Lubbock (John), L’homme avant l’histoire étudié d’après les monuments et les costumes retrouvés dans les différents pays de l’Europe suivi d’une description comparée des mœurs des sauvages modernes [1ère éd. 1865], [trad. par Barbier Edmond), Paris : Germer Baillière, 1867, pp. 314-315.

155 Mortillet (Gabriel de), « Promenades préhistoriques à l’exposition universelle », Matériaux pour l’histoire positive et philosophique de l’homme, T. III, 1867, p. 368.

156 Lubbock (John), L’homme avant l’histoire, op. cit., p. 337.

157 Mortillet (Gabriel de), Le préhistorique, op. cit., pp. 1-2.

158 Revue d’Anthropologie, T. V, 1876, p. 677.

159 Matériaux pour l’histoire primitive et naturelle de l’homme, 2e série, T. VIII, 1873, p. 156.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2641/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende FIGURE 1« Géographie des plantes équinoxiales. Tableau physique des Andes et pays voisins, dressé d’après les observations et les mesures prises sur les lieux depuis le 10e degré de latitude boréale jusqu’au 10e de latitude australe en 1799, 1800, 1801, 1802, 1803 par Alexandre de Humboldt et Aimé Bonpland ». Estampe de Humboldt, Turpin & Schönberger (détail).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2641/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Légende FIGURE 2Charles Darwin. Photographie de 1868 de Julia Margaret Cameron (1815-1879) publiée en 1926. Tirage à l’albumine d’après un négatif au collodion humide (255 x 211 mm) dont l’original est conservé à la Royal Photographic Society.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2641/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 403k
Légende FIGURE 3Georges Cuvier, gravure de Simon-Charles Miger d’après un portrait peint par François-André Vincent. Planche extraite de Bultingaire (Léon), « Iconographie de Georges Cuvier », in Archives du Muséum national d’Histoire naturelle : centenaire de G. Cuvier, 6e série, T. IX, Paris : Masson & Cie, 1932, pl. II.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2641/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende FIGURE 4« Calendrier lunaire des Muyscas ». 1, Pierre intercalaire de pétrosilex en projection orthographique. 2, Idem, représentée en perspective et dans ses vraies dimensions. 3, Cycle de Muyscas de vingt années de trentesept sunos. 4, Hiéroglyphes numériques. Figures extraites de Humboldt (Alexander von), Sites des cordillères et monumens des peuples indigènes de l’Amérique - par Alexander de Humboldt, Paris : L. Guérin & Cie, 1869, pl. face p. 459.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2641/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende FIGURE 5« Relief en basalte représentant le calendrier mexicain », figure extraite de Humboldt (Alexander von), Sites des cordillères et monuments des peuples indigènes de l’Amérique - par Alexander de Humboldt, Paris : L. Guérin & Cie, 1869, pl. face p. 141.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2641/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 503k
Légende FIGURE 6Archives Serres, Muséum national d’Histoire naturelle, Paris, Ms 165 (1ère partie), dossier « Linguistique, philologie comparée », feuillet C.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2641/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 649k
Légende FIGURE 7« Abbas Gregorius et un habitant de Hausa », figure extraite de Prichard (James), The natural history of man : comprising inquiries into the modifying influence of physical and moral agencies on the different tribes of the human family, London ; New York : H. Baillière, 1855, vol. 1, pl. face p. 324.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2641/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Légende FIGURE 8« Une famille de pêcheurs coréens », igure extraite de Prichard (James), The natural history of man..., London ; New York : H. Baillière, 1855, vol. 1, pl. face p. 230.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2641/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 848k
Légende FIGURE 9« Racloirs, racloir esquimau, hache danoise, hache de la Nouvelle-Zélande ». 74, Racloir pour préparer les peaux trouvé à Bourdeilles dans le sud de la France. - Grandeur naturelle. Trouvée [sic] par moi ; 75, Le même, côté inférieur ; 76-78, Racloir pour préparer les peaux employé par les Esquimaux modernes du bassin polaire près du détroit de Behring. - Grandeur naturelle. Ce racloir était fixé à un manche d’ivoire fossile. (Dans la collection de M. H. Christy) ; 79, Doloire de silex trouvée dans l’amas coquillier de Meilgaard (Jutland) - Grandeur naturelle. Surface supérieure (Dans ma collection) ; 80, La même, surface inférieure ; 81, La même, vue de côté ; 82, Doloire moderne de la Nouvelle Zélande. - Grandeur naturelle, surface supérieure (Au British Museum) ; 83, La même, surface inférieure ; 84, La même, vue de côté. - La doloire de Nouvelle-Zélande est polie en partie ; il n’en est pas de même de la doloire danoise, parce que la cassure du silex offre naturellement une surface unie. La projection a, dans la figure 81, est accidentelle et produite par quelque défaut dans le silex. Les doloires danoises ont ordinairement le côté inférieur aussi plat que celui de la figure 83. Figures d’après Lubbock (John), L’homme avant l’histoire : étudié d’après les monuments et les costumes retrouvés dans les différents pays de l’Europe, Paris : Baillière, 1867, pp. 72-73 (légendes pp. IX-XI).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2641/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 610k

© Publications scientifiques du Muséum, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540