Version classiqueVersion mobile

Dans l’épaisseur du temps

 | 
Arnaud Hurel
, 
Noël Coye

Les théories de l’évolution & l’épaisseur du temps

Stéphane Tirard

Texte intégral

  • 1 Darwin (Charles), On the Origins of Species by Means of Natural Selection or the Preservation of F (...)

11859 est l’une des dates les plus importantes de l’histoire de la biologie. En effet, en novembre de cette année paraissait l’ouvrage maître du naturaliste anglais Charles Darwin (1808-1882), intitulé L’Origine des espèces au moyen de la sélection naturelle ou la préservation des races dans la lutte pour la vie1, dans lequel il proposait une théorie de « la descendance avec modifications ».

2Le développement de la pensée évolutionniste au xixe siècle peut être pensé au travers de cette belle notion de l’épaisseur du temps qui pourrait être entendue ici dans deux de ses sens. Le premier se rapporte à la géométrie et évoque une dimension, quant au second, il renvoie à une forme de matérialité qui confèrerait une certaine consistance au temps.

  • 2 Buffon (Georges-Louis Leclerc de), Histoire naturelle générale et particulière : avec la descripti (...)

3Dans le premier cas, l’épaisseur du temps serait donc une représentation de la distance séparant le présent des temps reculés de l’histoire de la Terre et donc également de ceux de l’histoire de la vie. C’est au long de cette dimension que s’étalent des changements dont les théories de l’évolution tenteront de comprendre les causes. Cette dimension du temps a fait son entrée dans les sciences de la vie dans l’œuvre de Georges-Louis Leclerc comte de Buffon (1707-1788) qui l’a placée au cœur de sa conception de l’espèce. Il s’agit du temps de la succession des générations, car selon lui « … ce n’est ni le nombre, ni la collection des individus qui fait l’espèce, c’est la succession constante et le renouvellement non interrompu de ces individus qui la constituent… »2

  • 3 Buffon (Georges-Louis Leclerc de), Histoire naturelle générale et particulière, Supplément. T. V, (...)

4L’espèce est donc pensée ici dans sa temporalité, mais elle reste fixe au-delà de certaines variations réversibles, et ce, même plus tard lorsque, dans son récit de l’histoire du globe, Les époques de la Nature3, le naturaliste abandonne le temps cyclique pour le temps sagittal. Avec Buffon l’épaisseur du temps reste transparente pour les espèces. En effet, chacune d’elles apparaît par génération spontanée et perdure en reproduisant le modèle extérieur et le moule intérieur de son prototype et si elle n’est pas disparue, elle reste aujourd’hui presqu’identique à ce qu’elle a toujours été.

5Le deuxième sens que nous retiendrons ici évoque une qualité de l’épaisseur du temps et se rapproche de l’idée de consistance. Le temps perd alors sa transparence et le passé nécessite d’être pénétré et exploré. Le fil du temps au long duquel l’évolution a lieu est donc porteur d’une propriété constituant l’obstacle majeur à l’étude du passé de la vie qui dépend alors de la recherche de traces, fondamentales pour la prise en compte de l’historicité du vivant.

6C’est donc en les confrontant à ces représentations de l’épaisseur du temps que nous analyserons quelques éléments originaux et caractéristiques des thèses de Jean-Baptiste Lamarck (1744-1829), Charles Darwin ou d’Ernst Haeckel (1834-1919).

Lamarck et la modification de l’organisation par le perfectionnement

  • 4 Corsi (Pietro), Lamarck, Genèse et enjeux du transformisme, Paris : CNRS Éditions, 2000, 434 p.
  • 5 Lamarck (Jean-Baptiste), Recherches sur l’organisation des corps vivans et particulièrement sur so (...)

7La carrière de Jean-Baptiste Lamarck présente cette particularité passionnante d’être marquée par une conversion théorique4. En effet, en 1802 le naturaliste a changé de cadre conceptuel et présenté un développement de ses nouvelles idées lors du discours d’ouverture de son cours de zoologie donné au Muséum national d’histoire naturelle. Il publia ce texte fondamental en tant que premier chapitre d’un ouvrage intitulé Recherches sur l’organisation des corps vivants5. Grâce à cette nouvelle théorie il explique comment les espèces ont pu se transformer au cours du temps. Ce changement de point de vue est des plus remarquables puisque Lamarck était fixiste avant cette date, mais également parce que ses conceptions antérieures sur la matière et la chimie avaient d’importantes conséquences que nous devons souligner. Lamarck considérait en effet que seuls les êtres vivants pouvaient réaliser des combinaisons conduisant à toute la matière complexe qui nous entoure. Une impossibilité s’imposait dès lors : comment les premiers êtres pouvaient-ils avoir existé, alors même que la matière sur laquelle ils reposaient ne pouvait quant à elle avoir existé, puisque précisément il aurait fallu des êtres vivants pour la produire ? En outre, notons qu’au-delà de cette impossibilité d’un commencement primordial, s’impose aussi l’impossibilité des générations spontanées.

  • 6 Pour une analyse de la place de la génération spontanée dans ce changement conceptuel voir Tirard (...)

8En 1802, un bouleversement total s’impose donc dans la pensée de Lamarck. Il abandonne la fixité des espèces pour une théorie qui sera plus tard qualifiée de transformiste et remarquons, comme preuve de l’importance de ce changement conceptuel, qu’il mobilise les générations spontanées, jusqu’alors radicalement proscrites, et qui deviennent alors un phénomène crucial du nouveau processus6.

9Le déroulement des premières transformations est en fait assez simple. La matière gélatineuse est présente dans le milieu liquide considéré et elle est amenée à subir des transformations sous l’effet des fluides qui l’entourent. Lamarck distingue des fluides incontenables, le calorique et l’électricité, et des fluides contenables, les liquides et les gaz. Les premiers sont responsables de l’installation de l’orgasme vital au sein de la matière gélatineuse, c’est à dire que les molécules qui composent celle-ci s’agitent et s’écartent sous l’effet du fluide incontenable. L’orgasme vital s’oppose ainsi à l’attraction universelle. Des petits espaces s’aménagent entre les molécules et les fluides contenables peuvent alors aisément circuler au sein de cette matière. Ils y déposent de nouvelles particules, ceci préfigurant l’alimentation de cet être élémentaire. Si le courant du fluide contenable, d’eau notamment, emploie toujours le même chemin, un canal aveugle à une extrémité s’aménagera et il s’ouvrira ensuite à ses deux extrémités. Ces premières étapes constituent l’animalisation de la matière et nous indiquent comment les animalcules les plus simples peuvent se former par des générations spontanées. Soulignons, car cela est tout à fait remarquable, que cette description des générations spontanées est un véritable modèle de toute la théorie lamarckienne. De fait, tous les éléments sont là : la matière du vivant, les fluides qui agissent sur elle, l’action du milieu et l’habitude, c’est à dire une action répétée pendant un très long temps. Ce modèle concerne ici un peu de matière gélatineuse qui s’animalise, mais le phénomène est le même chez les êtres les plus complexes. En effet, contraint par les conditions du milieu, l’organisme réalise des actions qui, se répétant de nombreuses fois, engendrent des transformations des organes sous l’effet des fluides internes.

10Dans la Philosophie zoologique, ouvrage qu’il publie en 1809, il explicite les deux lois qui selon lui décrivent les mécanismes fondant sa théorie, que nous pourrions nommer théorie de la modification de l’organisation par le perfectionnement.

Première loi
Dans tout animal qui n’a point dépassé le terme de ses développements, l’emploi plus fréquent et soutenu d’un organe quelconque, fortifie peu à peu cet organe, le développe, l’agrandit, et lui donne une puissance proportionnée à la durée de cet emploi ; tandis que le défaut constant d’usage de tel organe, l’affaiblit insensiblement le détériore, diminue progressivement ses facultés et finit par le faire disparaître.

  • 7 Lamarck (Jean-Baptiste), Philosophie zoologique, ou Exposition des considérations relatives à l’hi (...)

Deuxième loi
Tout ce que la nature a fait acquérir ou perdre aux individus par l’influence des circonstances où leur race se trouve depuis longtemps exposée, et, par conséquent, par l’influence de l’emploi prédominant de tel organe, ou par celle d’un défaut constant de l’usage de telle partie ; elle le conserve par la génération aux nouveaux individus qui en proviennent, pourvus que les changements acquis soient communs aux deux sexes, ou à ceux qui ont produit ces nouveaux individus.7

11Ainsi, Lamarck conçoit-il comment grâce à un long temps des modifications peuvent s’imposer progressivement à une espèce et se transmettre d’une génération à la suivante.

12L’histoire a-t-elle sa place dans la théorie de Lamarck ? Cette question des plus délicates touche aux limites de la conception de l’auteur et révèle certaines de ses contradictions. Notons pour commencer que selon Lamarck les générations spontanées s’exercent continuellement dans la nature, il considère donc qu’il y a un recommencement permanent des premières étapes de la vie et des lignées, ainsi la diversité des espèces que l’on observe dans la nature est le résultat de ce recommencement permanent et de l’exercice des lois que nous venons de rappeler. Chaque série observée au présent est en fait une collection d’espèces, dont chacune correspond à un des états successifs dans lesquels elles se présentent au fil du temps. La transformation des espèces se déroule suivant une certaine linéarité ne laissant aucune part à la contingence. L’histoire, si on peut la nommer ainsi, se limite donc à un déroulement continuellement recommencé. En outre, Lamarck ne sera jamais très explicite quant au commencement primordial et ne donnera pas de description précise des premières générations spontanées. La persistance de ses conceptions chimiques qui rendaient impossibles ce mode d’apparition de la vie constitua probablement pour lui un obstacle conceptuel infranchissable.

FIGURE 1
Tableau extrait de Lamarck (Jean-Baptiste), Philosophie Zoologique, ou Exposition des considérations relatives à l’histoire naturelle des animaux, Paris : Dentu & l’Auteur, 1809, vol. 2, p. 463.

13La pensée de Lamarck ne saisit pas l’historicité du vivant, les modifications de l’organisation semblent traverser le temps linéairement et se projeter dans le présent sous la forme de la diversité actuelle des êtres vivants.

Darwin et l’historicité du vivant

14Franchissant un demi-siècle, nous en venons à l’année 1859. Présentons certains points fondamentaux de la théorie de Darwin grâce à quelques lignes d’un résumé qu’il donne lui-même à la fin du chapitre IV de son Origine des espèces… :

  • 8 Darwin (Charles), L’origine des espèces, op. cit., pp. 183-184.

Si, au milieu des conditions changeantes de l’existence, les êtres organisés présentent des différences individuelles dans presque toutes les parties de leur structure, et ce point n’est pas contestable ; s’il se produit, entre les espèces, en raison de la progression géométrique de l’augmentation des individus, une lutte sérieuse pour l’existence à un certain âge, à une certaine saison, ou pendant une période quelconque de leur vie, et ce point n’est certainement pas contestable ; alors, en tenant compte de l’infinie complexité des rapports mutuels de tous les êtres organisés et de leurs rapports avec les conditions de leur existence, ce qui cause une diversité infinie et avantageuse des structures, des constitutions et des habitudes, il serait très extraordinaire qu’il ne se soit jamais produit des variations utiles à la prospérité de chaque individu, de la même façon qu’il s’est produit tant de variations utiles à l’homme. Mais, si des variations utiles à un être organisé quelconque se présentent quelquefois, assurément les individus qui en sont l’objet ont la meilleure chance de l’emporter dans la lutte pour l’existence ; puis, en vertu du principe si puissant de l’hérédité, ces individus tendent à laisser des descendants ayant le même caractère qu’eux. J’ai donné le nom de sélection naturelle à ce principe de préservation.8

15Contingence, diversité et sélection naturelle sont donc au cœur de l’explication de l’histoire du vivant proposée par Darwin. Cette histoire peut être représentée par un arbre du vivant, mais Darwin a conscience que la base de cet arbre échappe à l’investigation scientifique, il sait qu’un problème important réside dans le temps profond. Les archives géologiques et paléontologiques sont en effet nécessaires pour parler d’évolution, Darwin le souligne explicitement dans son ouvrage et insiste sur le fait que les archives manquent pour les périodes les plus anciennes. De ce fait, dans L’Origine des espèces, Darwin parle très peu des origines de la vie, le premier être est succinctement présenté dans les dernières lignes de l’ouvrage, mais l’absence de faits le concernant contraint Darwin à beaucoup de retenue.

16Pourtant, le commencement de la vie est le point crucial auquel se rejoignent histoire de la Terre et histoire de la vie. C’est dans une lettre à son ami le botaniste Joseph Dalton Hooker (1817-1911) que Darwin apporte, en 1871, des précisions sur cette question :

  • 9 Lettre de Darwin à Hooker, 1 février 1871, in Calvin (Melvin), Chemical Evolution. Molecular Evolu (...)

On dit souvent que les conditions nécessaires à l’apparition des premiers organismes vivants sont réunies à présent et qu’elles l’ont toujours été. Mais si (et quel grand si) on peut imaginer que dans quelques mares chaudes contenant toutes sortes de sels ammoniacaux et phosphoriques, en présence de chaleur de lumière et d’électricité etc. il ait pu se former chimiquement un composé protéique capable de subir des modifications complexes, un tel composé serait de nos jours dévoré ou absorbé, ce qui n’a pu être le cas avant la formation des êtres vivants.9

17Selon Darwin, les générations spontanées ne peuvent plus se dérouler dans la nature actuelle, il est donc en accord avec l’affirmation de Louis Pasteur (1822-1895), mais son point de vue s’appuie en fait sur l’historicité du vivant. Si la complexification de la matière organique avait encore lieu aujourd’hui dans une quelconque mare chaude sous l’effet d’une source d’énergie, cette matière organique serait consommée par les êtres vivants présents dans ce milieu, ce qui veut dire que la vie elle-même empêche le recommencement de la vie.

  • 10 Terme que nous introduisons ici, non utilisé par Darwin.

18Nous touchons là à des points cruciaux de l’épistémologie de l’histoire, qui sont en fait complètement maîtrisés dans la pensée de Darwin, et qu’il convient de ne pas limiter à la seule question des origines de la vie, même si celle-ci les révèle parfaitement. C’est en effet l’ensemble de l’explication évolutionniste qui est concernée. En premier lieu, elle repose sur le rôle fondamental de l’archive, Darwin ne spécule pas sans preuves paléontologiques, ceci est vrai autant pour les origines de la vie que pour toutes périodes anciennes représentés par des couches sans fossiles. Par ailleurs, la contingence s’exprime dans tous les facteurs intervenant dans la variation et dans la sélection. La conséquence en est que si le biologiste peut proposer une explication rétrospective au déroulement d’un événement évolutif, il reste incapable de prévoir les étapes de l’évolution, ceci précisément en raison du fait de l’historicité du phénomène. Enfin, dans cet exemple fameux de la mare chaude, Darwin signale « l’irrépétabilité »10 des processus évolutifs : en générant eux-mêmes des conditions initiales nouvelles à l’issue de chaque étape, ils imposent qu’aucune d’elles ne peut ensuite se reproduire.

19Ainsi, Darwin nous révèle que, dans cette épaisseur du temps biologique, c’est l’historicité du vivant qui a généré toute la complexité que nous lui constatons aujourd’hui.

20L’impact de la théorie de Darwin fut, on le sait, considérable. Certes sa thèse fut loin de faire immédiatement l’unanimité et de convaincre tous les biologistes, mais elle ouvrit un des débats les plus riches et les plus stimulants de l’histoire de la biologie.

21Les théories de Lamarck et Darwin avaient en commun de s’appuyer sur un temps long autorisant soit l’action du milieu et l’exercice de l’habitude, comme le concevait le premier, soit l’accumulation des multiples épisodes contingents de variation et de sélection, comme le pensait le second. L’idée d’une épaisseur du temps est alors celle d’une simple dimension qui confère du temps disponible.

22En revanche, quant à l’autre sens que l’on peut donner à l’épaisseur du temps, celui évoquant la densité et la consistance, les thèses des deux naturalistes résonnent différemment. Lamarck semble annuler cette épaisseur. Le perpétuel recommencement des lignées par des générations spontanées révèle dans le présent les étapes passées de la transformation des espèces. Pour Darwin, il en va tout autrement. L’épaisseur du temps est assumée, incontournable, d’une certaine façon elle est l’objet d’étude, tant c’est elle qui masque le passé. Elle rend intangible la matérialité des stades passés de l’évolution, sinon au travers de rares archives fossiles. Avec Darwin, le temps de la géologie et le temps de la biologie se superposent, traversent cette même épaisseur et supportent un récit commun de l’évolution du globe et des êtres vivants.

Diversité des théories et complexité des débats

  • 11 Darwin (Charles), The Variation of Animals and Plantes and Animals under Domestications, London : (...)

23L’Origine des espèces invitait donc à penser les changements du vivant au cours du temps et proposait des mécanismes explicatifs. Parmi eux, il lui fallait une conception de l’hérédité, c’est à dire du principe assurant le lien entre les générations et autorisant la transmission des variations autant que celles des caractères constants. L’hérédité des caractères acquis, alors largement admis par les biologistes, fut pour Darwin le support de sa théorie des gemmules11. Ces particules vivantes étaient le support de l’hérédité lors de la reproduction et permettaient la transmission des caractères parentaux, cette explication de l’hérédité s’appliquant également aux caractères acquis.

24C’est précisément autour de cette question de l’hérédité des caractères acquis que se déclencha une rupture conceptuelle qui marqua la suite de la réflexion sur l’évolution. En effet, en 1883 August Weismann (1834-1914) suggéra de séparer le soma et le germen et affirma que seules les modifications touchant les cellules de la lignée germinale, produisant les gamètes, seront transmises à la descendance. La proposition de Weismann imposera un clivage irrémédiable dans la communauté des biologistes entre les néodarwiniens et les néolamarckiens, ainsi qu’ils s’interpelleront entre eux, en ajoutant ce préfixe néo aux noms de leurs courants respectifs. Les premiers accepteront d’abandonner l’hérédité des caractères acquis, alors que les seconds s’y attacheront. Mais, leur opposition portera également sur l’existence de la variation, celle-ci étant fondamentale pour les néodarwiniens et presque inconcevable pour les néolamarckiens.

25Il convient de souligner la place considérable qu’occupa le courant néolamarckien dans le paysage scientifique de la deuxième partie du xixe siècle, et particulièrement en France, et que ce cadre théorique était lui-même empreint d’une grande hétérogénéité de points de vue conceptuels qui, s’ajoutant à l’opposition au néodarwinisme, augmentait la complexité des débats sur l’évolution.

  • 12 Haeckel (Ernst), Le monisme lien entre la religion et la science, Profession de foi d’un naturalis (...)

26L’allemand Ernst Haeckel illustre l’hétérogénéité du champ théorique de l’évolution à la fin du xixe siècle. Le biologiste allemand joua un rôle majeur dans la diffusion de la pensée évolutionniste et ses ouvrages connurent un très grand succès durant le dernier tiers du xixe siècle et ce fut parfois par eux que la pensée de Darwin se répandit à cette époque, il en fut ainsi en Espagne, par exemple. Haeckel ne fut pourtant pas un darwinien strict et il maintint des conceptions lamarckiennes au sein de sa théorie personnelle, cependant c’est grâce aux conclusions établies par Darwin qu’il pense pouvoir affirmer : « Nous savons maintenant avec certitude que le monde organique s’est développé sur notre Terre de façon continue. »12 Cette affirmation sous-tend toute son œuvre qui embrassa rapidement une dimension philosophique pour s’identifier à une forme de monisme. Haeckel s’attacha donc à dresser un tableau complet de l’évolution des êtres vivants des premiers grumeaux de plasma jusqu’aux hommes.

FIGURE 2
Tableau extrait de Haeckel (Ernst), Histoire de la Création des êtres organisés d’après les lois naturelles... [2e éd.], Paris : Reinwald, 1877, p. 588.

FIGURE 3
Arbre généalogique extrait de Haeckel (Ernst), Histoire de la Création des êtres organisés d’après les lois naturelles... [2e éd.], Paris : Reinwald, 1877, pl. 14 placée entre les pp. 524-525.

  • 13 Haeckel (Ernst), Histoire de la création des êtres organisés d’après les lois naturelles : confére (...)

27Les tables qu’il livre dans son ouvrage L’Histoire de la Création13 s’adressaient à un large public qui y trouva une vision synthétique de l’histoire de la Terre et de la vie. Son arbre généalogique unitaire ou monophylétique de la classe des vertébrés montre comment se répartissent et se développent ces groupes au cours des temps géologiques et il suffit de tourner quelques pages de son ouvrage pour découvrir sa série des ancêtres de l’homme et son arbre des « douze espèces humaines », ancrées dans l’histoire de la vie.

28Haeckel, en naturaliste, s’est donc emparé de toute l’épaisseur du temps biologique, il a l’ambition en s’appuyant sur sa propre conception de l’évolution de décrire les étapes d’une long processus progressif allant des monères, présents dans des temps antérieurs à la période laurentienne aux hommes doués de parole apparus à l’âge quaternaire, ceux qui seront l’objet de la préhistoire naissante.

De la monade à la pierre taillée

29Au xixe siècle, les théories de l’évolution fournirent le moyen de penser l’histoire du vivant contenue dans l’épaisseur du temps. Ce passé complexe s’avérait embrasser l’histoire de la Terre et celle de vie, de ses premières étapes jusqu’aux plus récentes. Les théories de l’évolution, en tant que conceptions de cette histoire de la vie, donnèrent une place et un sens nouveau à l’homme. Celui-ci étant dès lors définitivement relié au passé de la nature dont, avec certitude, il avait émergé.

  • 14 L’œuvre est visible, dans sa version de 1887, au Musée des Beaux-Arts de Nantes. La version de 185 (...)

30Cette nouvelle appartenance, cette proximité, généra des questionnements et parfois des inquiétudes, cadre d’une discipline naissante, la préhistoire. L’art lui-même su s’emparer de certaines interrogations, ainsi, le sculpteur Emmanuel Fremiet (1824-1910) traduisit cette ambiguïté dans certaines de ses œuvres et notamment dans Le Gorille enlevant une femme (première version en 1859 et seconde en 1887)14. La proximité des espèces est ici au cœur de ce drame dans une tribu d’Afrique, dont l’interprétation est ouverte. L’œuvre choqua d’abord, puis fut mieux admise ensuite, mais on ne peut oublier que c’est dans ce contexte nouvellement sensibilisé à l’évolution qu’elle est reçue. Dans les écrits de Lamarck comme dans ceux de Darwin, les grands singes sont les espèces qui interrogent le plus directement l’homme sur son propre passé. La zoologie appelle des éclaircissements sur la généalogie et la science se heurte de nouveau à l’épaisseur du temps, mais dans sa partie la plus superficielle, celle qui concerne l’origine de l’homme.

31C’est donc par l’observation d’un détail de cette statue que nous terminerons, en remarquant que l’improbable pierre taillée que l’animal monstrueux et violent tient dans sa main gauche, n’est autre que le symbole des temps qui précèdent le temps de l’histoire traditionnelle, là où commence l’épaisseur du temps de la préhistoire.

FIGURE 4
« Le gorille enlevant une femme », statue de Emmanuel Fremiet (1887) conservée au Musée des Beaux-arts de Nantes. Cliché extrait de Akeley (Carl E.), Natural history : The Journal of the American Museum... New York : American Museum of Natural History, 1923, p. 430.

Notes

1 Darwin (Charles), On the Origins of Species by Means of Natural Selection or the Preservation of Favoured Races in the Struggle for Life, London : John Murray, 1859. Notons qu’en langue française nous disposons de Darwin (Charles), L’origine des espèces [éd. par Becquemont Daniel & Drouin Jean-Marc], Paris : GF-Flammarion, 2009, 621 p.

2 Buffon (Georges-Louis Leclerc de), Histoire naturelle générale et particulière : avec la description du Cabinet du roi. T. IV, Paris : impr. royale, 1753, p. 215.

3 Buffon (Georges-Louis Leclerc de), Histoire naturelle générale et particulière, Supplément. T. V, Paris : impr. royale, 1878. Voir également cette édition : Buffon (Georges-Louis Leclerc de), « Les époques de la nature » [éd. par Roger Jacques], [1ère éd. 1962], Paris : Muséum national d’Histoire naturelle, 1988, 343 p. (Mémoires du Muséum national d’Histoire naturelle, Sciences de la Terre ; 10).

4 Corsi (Pietro), Lamarck, Genèse et enjeux du transformisme, Paris : CNRS Éditions, 2000, 434 p.

5 Lamarck (Jean-Baptiste), Recherches sur l’organisation des corps vivans et particulièrement sur son origine, sur la cause de ses développemens et des progrès de sa composition, et sur celle qui, tendant continuellement à la détruire dans chaque individu, amène nécessairement sa mort ; précédé du Discours d’ouverture du cours de zoologie, donné dans le Muséum national d’Histoire naturelle, Paris : Maillard, 1802, 216 p. Concernant Lamarck nous choisissons de donner ici les références des ouvrages originaux. Notons que le lecteur pourra aisément les parcourir grâce au site : http://www.lamarck.cnrs.fr/. Soulignons cependant que les Recherches… ont fait l’objet d’une réédition : Lamarck (Jean-Baptiste), Recherches sur l’organisation des corps vivants… [éd. par Drouin Jean-Marc], Paris : Fayard, 1986, 150 p. (Corpus en Langue Française).

6 Pour une analyse de la place de la génération spontanée dans ce changement conceptuel voir Tirard (Stéphane), « Génération spontanée », in Corsi (Pietro), Gayon (Jean), Gohau (Gabriel) & Tirard (Stéphane) (sous la dir.), Lamarck : Philosophe de la nature, Paris : Presses Universitaires de France, 2006, pp. 65-104. Ce chapitre comporte notamment une analyse des textes antérieurs de Lamarck et donne des détails sur ses conceptions sur les formes les plus simples de vie qu’il présente dans Lamarck (Jean-Baptiste), Système des Animaux sans vertèbres, ou Tableau général des classes, des ordres et des genres de ces animaux ; présentant leurs caractères essentiels et leur distribution d’après les considérations de leurs rapports naturels et de leur organisation, et suivant l’arrangement établi dans les galeries du Muséum d’Histoire naturelle, parmi leurs dépouilles conservées ; précédé du Discours d’ouverture de l’an VIII de la République, Paris : Deterville, 1801, pp. 386-387.

7 Lamarck (Jean-Baptiste), Philosophie zoologique, ou Exposition des considérations relatives à l’histoire naturelle des animaux ; à la diversité de leur organisation et des facultés qu’ils on obtiennent ; aux causes physiques qui maintiennent en eux la vie et donnent lieu aux mouvemens qu’ils exécutent ; enfin, à celles qui produisent les unes le sentiment et les autres l’intelligence de ceux qui en sont doués, Paris : Dentu, 1809, vol. 1, p. 235.

8 Darwin (Charles), L’origine des espèces, op. cit., pp. 183-184.

9 Lettre de Darwin à Hooker, 1 février 1871, in Calvin (Melvin), Chemical Evolution. Molecular Evolution towards the Origin of Living Systems on Earth and Elsewhere, Oxford : Clarendon Press, 1969, p. 4.

10 Terme que nous introduisons ici, non utilisé par Darwin.

11 Darwin (Charles), The Variation of Animals and Plantes and Animals under Domestications, London : John Murray, 1868, 2 vols. Traduction française par Moulinié la même année. Une seconde édition parut en 1875 et une traduction française par Edmond Barbier en 1879-1880. Le chapitre XXVII : « Hypothèse provisoire de la pangenèse » est donné dans Lenay (Charles), La découverte des lois de l’hérédité. Une anthologie, Paris : Press Pocket, 1990, pp. 105-161.

12 Haeckel (Ernst), Le monisme lien entre la religion et la science, Profession de foi d’un naturaliste, Paris : Schleicher frères, 1897, p. 20.

13 Haeckel (Ernst), Histoire de la création des êtres organisés d’après les lois naturelles : conférences scientifiques sur la doctrine de l’évolution en général et celle de Darwin, Goethe et Lamarck en particulier [tr. de l’allemand par le Letourneau Charles et précédées d’une introduction biographique par Martins Charles], Paris : C. Reinwald & Cie, 1874, XXXII-680 p.

14 L’œuvre est visible, dans sa version de 1887, au Musée des Beaux-Arts de Nantes. La version de 1859 a été détruite. Voir : Ducros (Albert) & Ducros (Jacqueline), « “Gare au gorille” : l’audace de Frémiet », Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, T. 4, 1992, n ° 3-4, pp. 269-272.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2635/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Légende FIGURE 1Tableau extrait de Lamarck (Jean-Baptiste), Philosophie Zoologique, ou Exposition des considérations relatives à l’histoire naturelle des animaux, Paris : Dentu & l’Auteur, 1809, vol. 2, p. 463.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2635/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Légende FIGURE 2Tableau extrait de Haeckel (Ernst), Histoire de la Création des êtres organisés d’après les lois naturelles... [2e éd.], Paris : Reinwald, 1877, p. 588.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2635/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 514k
Légende FIGURE 3Arbre généalogique extrait de Haeckel (Ernst), Histoire de la Création des êtres organisés d’après les lois naturelles... [2e éd.], Paris : Reinwald, 1877, pl. 14 placée entre les pp. 524-525.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2635/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2635/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende FIGURE 4« Le gorille enlevant une femme », statue de Emmanuel Fremiet (1887) conservée au Musée des Beaux-arts de Nantes. Cliché extrait de Akeley (Carl E.), Natural history : The Journal of the American Museum... New York : American Museum of Natural History, 1923, p. 430.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2635/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 715k

Auteur

Centre François Viète – Épistémologie & Histoire des Sciences et des Techniques Université de Nantes.
Stephane.Tirard@univ-nantes.fr

© Publications scientifiques du Muséum, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search