Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Du Jardin au Muséum en 516 biographies

 | 
Philippe Jaussaud
, 
Édouard-Raoul Brygoo

Postface

Annexes

Full text

1Les annexes permettront au lecteur de suivre, grâce à l’examen de divers documents (surtout des tableaux chronologiques et des textes réglementaires) l’évolution structurelle du Jardin royal et du Muséum. Ainsi, les étapes de la fondation et de l’organisation initiale des établissements concernés se trouvent retracées dans les annexes 1, 2, 3, 7 et 8, tandis que les modifications statutaires les plus importantes relatives au Muséum apparaissent aux annexes 15 et 18. L’histoire de la direction (assurée par le tandem surintendant-intendant) du Jardin (annexes 4, 5, 6) et de celle du Muséum (annexe 11) est également évoquée. Quant à la complexité de l’évolution des chaires magistrales du Muséum, sans cesse divisées, remaniées, remplacées, rebaptisées, avant d’être finalement supprimées en 1985 (annexe 18), elle apparaît de façon très nette dans les annexes 9 et 10.

2Les annexes permettent également d’aborder des points plus précis de l’histoire du Muséum. Ces “instantanés” sont là pour donner de l’épaisseur aux longues lignes directrices des schémas chronologiques, en restituant l’ambiance de certaines époques. Dans cette perspective, le corps professoral du Muséum, dont les aspirations à la reconnaissance institutionnelle sont révélées à l’annexe 12, est présenté tantôt dans la solennité de son costume académique (annexe 13), tantôt à travers l’arborescence de ses liens familiaux (annexe 14). L’“appel aux travailleurs”, signé de Paul Rivet (annexe 17), illustre la volonté qu’eurent certains professeurs de s’engager dans la vie politique de leur pays. Enfin, le lecteur désireux de se familiariser avec le régime financier du Muséum au début du XXème siècle pourra consulter l’annexe 16. Soulignons pour terminer que certains faits historiques déjà évoqués dans l’avant-propos ou les biographies pourront être retrouvés à la lecture des annexes. Par exemple, les luttes procédurières qui affectèrent au XVIIème siècle la direction du Jardin apparaissent nettement à la lecture des annexes 1 et 6. Ces conflits d’intérêt résultaient en grande partie de l’union des charges de premier médecin du roi et de surintendant du Jardin, qui furent finalement dissociées (annexe 5). Dans le même esprit, le népotisme ayant affecté le recrutement des professeurs du Muséum se trouve bien illustré par l’arbre généalogique de l’annexe 14.

ANNEXE 1 – Chronologie de la création et de l'organisation administrative initiale du Jardin royal des plantes médicinales (sources : É.-R. Brygoo)

1626

6 janvier

Édit consacrant la création d’un Jardin royal des plantes médicinales dans un des faubourgs de la ville de Paris “ou autre tel lieu proche d’icelle” et accordant la surintendance à Jean Héroard* (cf. annexe 2).

6 juillet

Enregistrement de l’édit par le parlement.

7 août

Commission d’intendant donnée à Nantes par Héroard pour Guy de La Brosse*.

8 août

Confirmation royale de cette commission par lettres patentes.

1628

8 février

Mort d’Héroard, remplacé par Charles Bouvard* comme premier médecin de Louis XIII et comme surintendant du futur jardin.

1633

21 janvier

Achat du clos Coypeau.

1634

fin avril

Guy de La Brosse présente au roi, à Fontainebleau, un plan du nouveau Jardin du Faubourg Saint-Victor qui contenait déjà mille cinq cents espèces de plantes (à cette occasion on avait arrêté la nomination de trois docteurs en médecine “pour la démonstration des facultés de ces simples”.)

1635

15 mai

Édit du roi pour l’établissement d’un Jardin royal des plantes médicinales avec :
• confirmation du contrat d’acquisition du Jardin ;
• confirmation de la nomination du surintendant et de l’intendant ;
• création de trois offices de démonstrateurs et opérateurs pharmaceutiques pour faire la démonstration de l’intérieur des plantes pour Jacques Cousinot*, Urbain Baudineau* et Marin Cureau de La Chambre* (édit de Saint-Quentin : “en outre avons créé [...] en titre d’office, trois de nos conseiller médecins de la Faculté de Paris et non d’autres, qui auront la qualité de démonstrateurs et opérateurs pharmaceutiques pour la démonstration de l’intérieur des plantes et tous autres médicamens qui consistent en l’essence, propriété et usage d’icelles [...] et pour travailler eux-mêmes de la main en toutes opérations pharmaceutiques, tant ordinaires que chimiques, qui seront jugées nécessaires pour instruire les écoliers, de tout point, en la science et opération manuelle de pharmacie” (cf. annexe 3) ; la nomination de Cureau – qui n’était pas de Paris – n’était faite que par une dérogation formelle “pour cette fois seulement”) ;
• Création d’un office de sous-démonstrateur pour l’extérieur des plantes pour Vespasien Robin* (“pour aider au dit de La Brosse à faire la démonstration extérieure dans le jardin ; auquel office sera aussi pourvu par nous la personne de Vespasien Robin, notre arboriste”) ;
• La survivance de la charge de Guy de La Brosse était promise à Michel Bouvard*.

juin

Lettre patente ordonnant en particulier que l’un des trois docteurs institués pour faire les démonstrations au Jardin royal “seroit particulièrement employé pour faire la démonstration oculaire et manuelle de toutes et chacune, les opérations de chirurgie, de quelque nature qu’elles puissent être.”

1636

Description du Jardin royal des plantes médicinales estably par le roy Louis le Juste à Paris ; contenant le catalogue des plantes qui y sont de présent cultivées, ensemble le Plan du Jardin. Par Guy de La Brosse, médecin ordinaire du roy et intendant dudit Jardin (ce catalogue énumère mille huit cents plantes.)

11 décembre

Opposition de la Faculté de Médecine devant la Chambre des Comptes : la “Chymie” ne doit pas être enseignée dans Paris.

1638

12 octobre

Arrêt de vérification par la Chambre des Comptes de l’édit de mai 1635. Cet arrêt :
• enlevait au premier médecin, surintendant, le droit de nomination des officiers du Jardin pour le donner à la Faculté de Médecine ;
• spécifiait que l’administrateur ou intendant serait docteur de la Faculté de Paris, précisant que Michel Bouvard ne pourrait jouir de la survivance de Guy de La Brosse “qu’en cas qu’il fasse profession de médecin” ;
• attribuait les fonctions de receveur au trésorier des bâtiments (Bouvard rédigea un mémoire contre cet arrêt.)

1640

Concession de “vingt lignes” d’eau de Rongis.
Ouverture du Jardin royal des herbes médicinales.

1641

Publication d’un nouveau catalogue de deux mille trois cent soixante plantes.

1642

octobre

Un édit dispense Bouvard fils, ainsi que ses successeurs dans la place d’intendant, de faire profession de médecine pour être intendant.

octobre

Édit du roi portant union des charges de surintendant et intendant du Jardin médicinal établi au faubourg Saint-Victor lez Paris à celles de surintendant et intendant des bâtiments de Sa majesté ; avec confirmation des officiers dudit Jardin ; édit donné à Saint-Germainen-Laye (cf. annexe 4).

21 novembre

Vérification de ledit précédent par la Chambre des Comptes.

1643

4 mai

Mort de Louis XIII.

30 juillet

Lettres patentes nommant Charles Bouvard premier médecin consultant et le maintenant à la surintendance du Jardin.

18 décembre

Charles Bouvard obtient des lettres qui lui maintiennent les gages, droits et pouvoirs attribués au surintendant, à condition qu’après son décès la charge soit de nouveau mise à celle de premier médecin ordinaire occupée par Jacques Cousinot, son gendre.

1644

Un arrêt du Parlement fait défense aux médecins étrangers à la Faculté de Paris d’exercer dans la capitale, à moins d’être médecin du roi ou d’une personne de la famille royale.

1646

25 juin

Mort de Jacques Cousinot, premier médecin du Roi.

14 juillet

François Vautier*, devenu premier médecin de Louis XIV, obtient un arrêt du Conseil cassant les lettres de démembrement de 1643.

septembre

Lettres patentes le chargeant de la surintendance et lui demandant de nommer l’intendant.

1647

28 mars

Arrêt en faveur de Vautier ; opposition de Bouvard.

15 avril

Arrêt de maintenue du premier médecin du roy, en la surintendance du Jardin royal, et nomination à la charge d’intendant et autres officiers dudit Jardin de tels médecins et de telle Université qu’il jugera à propos. Par cet arrêt, le Conseil d’État :
• reconnaît les droits de Vautier contre les prétentions des Bouvard ;
• déboute la Faculté de Médecine.
Vautier nomme William Davisson* intendant du Jardin.

1648

3 mars

Dans un contexte politique agité, Michel Bouvard obtient des lettres d’opposition.
Deux charges de garçons de laboratoire servant au Jardin royal sont reconnues.

1649

17 décembre

Arrêt rétablissant Davisson.

1652

13 août

Arrêt du Conseil privé cassant ceux de la Cour et réintégrant Vautier.

1653

mai

Édit de Louis XIV confirmant la surintendance à Antoine Vallot* et supprimant l’intendant.

3 juillet

Arrêt d’enregistrement.

ANNEXE 2 – Édit du 6 janvier 1626 consacrant la création d’un Jardin royal des plantes médicinales dans un des faubourgs de la ville de Paris “ou autre tel lieu proche d’icelle”

Image 10000000000002B400000420DF5558076CAF75B7.jpg

Image 1000000000000271000004112FB6250E7563EEF9.jpg

Image 1000000000000270000004413D91712FB33EFB07.jpg

Image 100000000000026C00000259CED6FB1F0F94091D.jpg

ANNEXE 3 – Principales dispositions de l'édit royal du 15 mai 1635 instituant définitivement le Jardin royal des plantes médicinales

3Sur l’avis qui nous a été donné par le feu sieur Herouard et le sieur La Brosse... de Futilité et nécessité qu’il y a d’établir à Paris un jardin de plantes médicinales, tant pour l’instruction des écoliers en médecine que pour l’utilité publique... Attendu que l’on n’enseigne point à Paris, non plus qu’es autres écoles de médecine du royaume à faire les opérations de pharmacie, d’où procède une infinité d’erreurs des médecins en leur pratique et ordonnance, et d’abus ordinaires des apothicaires, leurs ministres en exécution d’icelles, à la ruine de la santé et de la vie de nos sujets...

4Le sieur Bouvard nous aurait supplié que trois docteurs par lui choisis dans la Faculté de Paris, soient par nous pourvus pour faire aux écoliers la démonstration de l’intérieur des plantes, et de tous les médicaments, et pour travailler à la préparation et composition de toute sorte de drogues, par voie simple et chimique...

5À ces causes, confirmons ledit Bouvard et ses successeurs nos premiers médecins en la surintendance dudit jardin, et, sous lui, la nomination et provision dudit La Brosse en l’ontendance d’icelui... En outre, avons créé, à titre d’office, trois de nos conseillers-médecins tic la Faculté de Paris, qui auront la qualité de démonstrateurs et opérateurs pharmaceutiques en notre jardin, pour faire la démonstration de l’intérieur des plantes, et pour travailler à toutes les opérations pharmaceutiques nécessaires pour instruire les écoliers : auxquels offices il sera par nous pourvu des personnes de MM. Jacques Cousinot, Urbain Baudineau et Cureau de la Chambre...

6Si voulons (pie, dans un cabinet de ladite maison, il soit gardé un échantillon de toutes les drogues, tant simples que composées, ensemble toutes les choses rares en la nature qui s’y rencontreront ; pour servir de règle et y avoir recours en cas de besoin ; duquel cabinet le dit La Brosse aura la clef et régie, pour en faire l’ouverture aux jours de démonstration...

7Et d’autant que ledit La Brosse, qui aura tout le fait de la direction et culture du jardin, ne pourra pas toujours vaquer à faire la démonstration extérieure des plantes, avons aussi créé, en litre d’office, un sous-démonstrateur, pour l’aider à faire la démonstration extérieure dans le Jardin, duquel office sera pourvu par nous Vespasien Robin, notre arboriste. Chacun desquels officiers vaquera à l’exercice de sa charge, aux jours et heures qui lui seront désignés par notre surintendant... À tous lesquels avons attribué les gages qui suivent, savoir : à notre premier médecin, surintendant de toute l’œuvre, 3.000 livres ; à chacun des trois démonstrateurs, 1.500 livres ; à La Brosse et à ses successeurs intendants, 6.000 livres ; au sous-démonstrateur, 1.200 livres.

8Voulons aussi que le dit La Brosse dispose des logements, à la réserve de ce qui sera bâti pour l’instruction, le laboratoire et le cabinet pour la conservation des échantillons et raretés ; il choisira les jardiniers, portiers, etc., pour l’entretien duquel Jardin... Nous avons ordonné à l’intendant une somme de 4.000 livres par an, outre ses gages... Donnons aux démonstrateurs et opérateurs pharmaceutiques 400 livres pour l’achat des drogues, et 400 livres pour le salaire des garçons servant au laboratoire.

9Pour le payement desquelles sommes sera par nous fait un fonds de 21.000 livres, etc.

10Donné à Saint-Quentin, au mois de mai 1635 ; registre le 15 mai.

ANNEXE 4 – Édit d'octobre 1642 sur la liaison des postes de surintendant et intendant

Image 100000000000020A000003CB8F5881B4024AF97A.jpg

Image 100000000000018E000002C46565BF942CCDBA97.jpg

Image 1000000000000332000002CE36B24393494A90F0.jpg

Image 100000000000032B000002B5DBF8C8FFA5F28DD0.jpg

Image 1000000000000325000002CC87ACCBE15E4C0ED9.jpg

Image 1000000000000328000002C661B55A68EE1A9BF1.jpg

Image 1000000000000321000002D2164542CBA5A7F373.jpg

ANNEXE 5 – Édit de 1718 dissociant la charge de premier médecin du roi de la charge de surintendant

Image 1000000000000207000002FE2AD156F83258BE7C.jpg

Image 10000000000001FF00000307729280F959AA417A.jpg

Image 10000000000001FC000003059F54B049588DCEC5.jpg

Image 10000000000001F30000030DFB82E2D14E03E8CE.jpg

ANNEXE 6 – Chronologie des surintendants et intendants du Jardin du roi (1626-1793), d’après Laissus (Yves), “Le Jardin du roi”, in Taton (René) (sous la dir.), Enseignement et diffusion des sciences en France au XVIIIème siècle, [2e éd.], Paris : Hermann, 1986, pp. 287-341

11SURINTENDANTS La charge de surintendant fut créée par l’édit du 6 janvier 1626 et demeura sans titulaire à partir de la déclaration royale de mars 1718. Elle fut supprimée en 1732.

1626-1628

Jean Héroard

1628-1646

Charles Bouvard

1646-1652

François Vautier

1653

Vacance

1654-1671

Antoine Vallot

1671-1699

Retrait de la charge

1699-1718

Guy-Crescent Fagon

1718

Louis Poirier

12INTENDANTS La charge d’intendant fut créée par l’édit du 6 janvier 1626 et fut définitivement supprimée par le décret de la Convention du 10 juin 1793.

1626-1641

Guy de La Brosse

1642-1647

Michel Bouvard

1648-1651

William Davisson

13Restée sans titulaire après le départ de Davisson, l’intendance fut supprimée en mai 1653 par édit royal, puis rétablie pour Antoine d’Aquin en 1672.

1672-1693

Antoine d’Aquin

1693-1718

Guy-Crescent Fagon*

1718-1732

Pierre Chirac

1732-1739

Charles-François du Cisternay du Fay

1739-1788

Georges-Louis Buffon

1788-1791

Auguste de Flahault de La Billarderie

1792-1793

Jacques-Henri Bernardin de Saint-Pierre

* En 1699, la surintendance fut rétablie au profit de Guy-Crescent Fagon qui ne fit pas nommer d’intendant et exerça seul la direction du Jardin.

ANNEXE 7 – Chronologie des événements et des actes précédant la publication du décret du 10 juin 1793 relatif à la création du Muséum national d’histoire naturelle (sources : É.-R. Brygoo, d'après Hamy (Ernest-Théodore), “Les Derniers jours du Jardin du roi et la fondation du Muséum d’histoire naturelle”, in Collectif, Centenaire de la fondation du Muséum d'histoire naturelle 10 juin 1793-10 juin 1893. Volume commémoratif publié par les professeurs du Muséum, Paris : impr. nationale, 1893, pp. 1-162)

1788

16 avril

Mort de Georges-Louis Leclerc de Buffon*.

18 avril

Auguste de Flahault, marquis de La Billarderie*, est nommé intendant du Jardin et du Cabinet du roi.

1790

29 janvier

L’Assemblée constituante est saisie d’un “Aperçu général des réductions sur les dépenses publiques” dans lequel le budget du Jardin est ramené de cent vingt-neuf mille livres en 1789 à soixante-douze mille.

26 février

L’Assemblée constituante se réserve de statuer définitivement et en détails sur les états contenus en annexe dont, sous le numéro 29, celui du Jardin royal des plantes et du Cabinet d’histoire naturelle.

11 mars

La Billarderie écrit à Condorcet, à qui il a promis sa survivance, pour lui demander d’intervenir et de faire intervenir ses amis afin d’obtenir pour son budget un minimum de quatre-vingt-dix-sept mille livres.

1790

20 août

Au nom du Comité des finances, Le Brun présente un rapport, imprimé et distribué quelques jours avant, qui conclut que la somme de quatre-vingt-douze mille et deux cent vingt-deux livres “si on la compare à l’importance de l’objet, elle ne paroîtra point exagérée”. Dans ce premier projet la place de Barthélémy Faujas de Saint-Fond* est conservée mais non celle de Jean-Baptiste de Lamarck*.
Le Brun présente ensuite un projet de décret, où, entre autres, les appointements de l’intendant sont ramenés de douze mille à huit mille livres, et où les places de Faujas et de Lamarck sont supprimées.
Le député Régnault de Saint Jean d’Angely prend la défense des deux fonctionnaires sacrifiés par le comité, et Dupont (de Nemours) fait lire à ses collègues l’adresse qu’il vient de recevoir des officiers du Jardin.
L’assemblée “adoptant les vues sages énoncées dans le manifeste qui lui était présenté par les officiers du Jardin et du Cabinet” décide le renvoi au Comité des finances avec ajournement à un mois “pendant lequel tous les dits officiers présenteront un projet de réglement pour fixer l’organisation d’un si utile établissement”.
Faujas adresse à l’Assemblée nationale un libelle proposant la suppression de la charge d’intendant.
Lamarck adresse deux libelles à l’Assemblée nationale :
• Mémoire sur le projet du Comité des finances de l’Assemblée constituante relatif à la suppression de la place de botaniste au Cabinet d’histoire naturelle ;
• Projet de règlement en douze articles.
Jacques-Antoine Creuzé-Latouche, de Châtellerault, publie son Opinion sur la question concluant à la suppression de l’intendant.

22 août

La Billarderie appelle à son secours Condorcet : “Nos intérêts sont communs à cet égard et je le prie de s’en occuper”. Il charge Lamarck et Faujas : la place du premier “peut être utile mais pas indispensable” quand au second il “est inutile en tous points”.

23 août

Un lundi, les officiers, sans attendre, se réunissent en Assemblée délibérative pour s’occuper des règlements et, malgré la présence de l’intendant, nomment Louis Daubenton* à la présidence ; seconde séance le lendemain dans les mêmes conditions ; à la troisième, le vendredi 27 août, l’intendant se porte malade.

1790

27 août

Antoine-François de Fourcroy* et André Thouin* sont chargés d’une lettre remerciant Dupont (de Nemours) ; Louis Daubenton et René-Louiche Desfontaines* colligent les propositions de réforme ; Fourcroy, Étienne de Lacepède* et Antoine Portai* préparent un projet de règlement.

30 août

Discussion du projet : Antoine Petit* et Louis Le Monnier*, anciens professeurs, y adhèrent et demandent à le signer.

5 septembre

La Billarderie écrit à Condorcet, lui demandant de défendre la place d’intendant.

9 septembre

À neuf heures du matin, lecture par Fourcroy du texte définitif du “Projet de règlements pour le Jardin des plantes et le Cabinet d’histoire naturelle” : douze chaires, un directeur élu, plus d'intendant. Le texte est adopté en son entier et unanimement avec remerciements au rédacteur. Thouin et Faujas sont chargés de le faire imprimer dans une brochure avec l’adresse du 20 août et le décret du même jour. Ils doivent demander au président de l’Assemblée nationale de permettre aux officiers de se présenter à la barre de l’Assemblée le jeudi soir 16 septembre. L’imprimé fut probablement distribué ce jour-là.

1er octobre

Condorcet, dans la Chronique de Paris, analyse le projet et l’approuve en tous points. Il a dans le même journal, le 29 août, émis des accusations fort graves contre d’Angiviller, le frère de l’intendant, à l’occasion de sa gestion de la forêt de Rambouillet. Le dernier espoir pour La Billarderie de voir défendre l’intendance s’envole.

1791

25 décembre

La Billarderie démissionne ; il a été obligé d’avouer un déficit de vingt-trois mille livres pour l’exercice 1790, mais rien n’a été décidé par l’Assemblée nationale pas plus que par l’Assemblée législative qui crée cependant le 14 octobre 1791 un Comité d’instruction publique.

1792

L’intendant a disparu sans donner les signatures nécessaires. L’administration exige le visa des pièces de comptabilité par quatre fonctionnaires : Daubenton, Thouin, Lacepède, Desfontaines. Le budget pour 1792 a été réévalué à cent mille livres, attribuées par quartier. Les efforts de Thouin pour faire nommer Daubenton directeur échouent.

1er juillet

Terrier-Monciel, ministre de l’Intérieur depuis le 18 juin 1791, nomme Bernardin de Saint-Pierre* “intendant du Jardin royal des plantes et des Cabinets d’histoire naturelle”. Ce dernier en est informé le 3 juillet et le 15 prie Daubenton d’en instruire les officiers du Jardin.

6 août

Bernardin de Saint-Pierre fait enlever les fleurs “de lis” de l’écusson de France, au-dessus de la porte du Jardin.

30 septembre

Roland, revenu aux affaires, soumet à la critique de Thouin le premier dossier rédigé par Bernardin de Saint-Pierre. Thouin défend Bernardin de Saint-Pierre mais demeure l’interlocuteur privilégié de Roland et essaie d’accélérer la réforme. Roland répond qu’il faut attendre que la Convention organise elle-même l’instruction publique.

1793

16 février

Sur proposition de Lakanal, la Convention décrète : “Les commissions d’instruction publique et des finances feront incessamment un rapport sur la nouvelle organisation du Jardin des plantes”.

11 mai

La Commission autorise le ministre de l’Intérieur à faire transporter au Cabinet national tous les objets d’histoire naturelle et les armoires dans lesquelles ces objets sont conservés, après “estimation contradictoire avec les créanciers du ci-devant prince de Condé”.

26 mai

Lakanal fait prendre par la Convention un décret qui charge le ministre de l’Intérieur de mettre le second étage du bâtiment national, situé au Jardin des plantes, en état de recevoir la collection d’histoire naturelle de Chantilly, ainsi que les diverses productions de la nature “accumulées sans ordre au Cabinet du dit bâtiment national”. Le ministre est autorisé à faire servir dans la galerie que Buffon a laissée inachevée “les parquets qui pourroient être retirés du ci-devant Val de Grâce et ceux de tous les autres bâtiments nationaux qui n’ont encore aucune destination”. Un crédit de quinze mille francs est ouvert pour les frais de réparation.

9 juin

Lakanal se rend au Jardin pour y étudier les conditions de transfert de Chantilly, il demande à voir Daubenton, et non l’intendant, et est introduit par Geoffroy. Daubenton lui soumet le projet de 1790. Une lettre de Daubenton à Lakanal du 9 juin 1793 (Bibliothèque centrale du Muséum, MS 2753/28) nous apprend qu’il s’est rendu à neuf heures trente place Saint-Michel au domicile de Lakanal mais que, ne l’y ayant pas trouvé, il a l’intention d’y être “demain avant huit heures [... ] j’ai quelques observations à vous faire au sujet des renseignements que vous avez désirés sur l’établissement du Jardin des plantes et du Cabinet d’histoire naturelle”.
On peut supposer que la visite de Lakanal à Daubenton le 9 est, au moins en partie, la conséquence de cette lettre, la question du transfert n’étant qu’un prétexte. Cette lettre montre aussi que Lakanal n’a cessé de s’intéresser à l’avenir du futur Muséum. Lakanal remanie le projet et s’entend avec ses collègues du Comité d’instruction publique.

10 juin

Lakanal lit à la tribune de la Convention un court rapport et un projet de décret que l’Assemblée adopte sous le numéro 1020 sans la moindre discussion ; elle a, il est vrai, la tête ailleurs (cf. annexe 8).

1793

14 juin

Sans attendre notification, les officiers du Jardin et du Cabinet se réunissent et nomme un bureau provisoire : Daubenton président, Desfontaines secrétaire, Fourcroy vice-secrétaire ; ce dernier lit le décret et propose de faire mettre sur l’entrée du Jardin l’inscription :
Muséum d’Histoire naturelle décrété par la
Convention nationale le 10 juin 1793
Fourcroy, Lamarck, Faujas et Thouin sont chargés de se rendre au Comité d’instruction publique pour le remercier.

17 juin

Fourcroy, Thouin et Antoine-Laurent de Jussieu* doivent préparer le règlement intérieur que Jussieu rédige.

21 juin

Fourcroy rapporte sur le projet qui est adopté après quelques remaniements proposés par Faujas.

9 juillet

L’Assemblée reçoit la lettre du 3 juillet du ministre de l’Intérieur Garat l’informant du décret de la Convention ; les dépenses sont fixées provisoirement à cent mille livres. L’Assemblée nomme son bureau définitif : Daubenton président, Thouin trésorier, Desfontaines secrétaire.

7 août

Bernardin de Saint-Pierre quitte le Jardin et le Muséum.

ANNEXE 8 – Décret du 10 juin 1793 relatif à l’organisation du Jardin national des plantes et du Cabinet d’histoire naturelle, sous le nom du Muséum d'histoire naturelle (pages 1 à 6)

Image 100000000000031000000225F0AFDE2077051040.jpg

Image 100000000000031D0000044EB93B939B35DFF793.jpg

ANNEXE 9 – Évolution chronologique du nombre des chaires au Muséum national d'histoire naturelle, de 1793 à 1985 (sources : É.-R. Brygoo)

1793

10 juin

Convention
Création de douze chaires par le décret de la Convention du 10 juin 1793……….12

1794

11 décembre

Création de la chaire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux)……….13

1822

24 juillet

Restauration
Ordonnance supprimant la chaire d’iconographie naturelle ou de l’art de dessiner et de peindre toutes les choses de la nature, deux emplois de maltrès de dessin lui sont substitués……….12

1830

7 février

À la suite d’une délibération de l’Assemblée du 29 décembre 1829, une ordonnance de Charles X sépare en deux la chaire de Zoologie (Insectes, Vers et Animaux microscopiques) de Lamarck……….13

1837

24 décembre

Monarchie de juillet
Création de la chaire de Physiologie comparée……….14

1838

24 juillet

Création de la chaire de Physique appliquée aux sciences naturelles 15

1853

5 juillet

Second Empire
Transformation de la chaire de Botanique dans la campagne en chaire de Paléontologie……….15

1857

4 mars

Création de la chaire de Physique végétale……….16

1868

12 décembre

La chaire de Physiologie comparée passe à la Sorbonne en échange de celle de Physiologie générale qui vient au Muséum (avec Claude Bernard) ……….16

1874

23 janvier

Troisième République
Restauration de la chaire de Botanique dans la campagne sous le nom de Botanique (classification et familles naturelles) ……….17

1879

31 décembre

Création de la chaire de Pathologie comparée……….18

1880

10 janvier

Création d’une chaire de Physiologie végétale appliquée à l’agriculture……….19

1892

26 janvier

Suppression de la chaire de Chimie appliquée aux corps inorganiques……….18

1917

23 juin

Après avis de l’Assemblée en date du 31 mai, un décret transforme la chaire de Pathologie comparée en chaire de Zoologie (Vers et Crustacés) et remanie les compétences des deux chaires existantes d’invertébrés……….18

1920

1er mai

Décret du 13 juillet 1920, avec effet rétroactif, créant une chaire des Pêches et productions coloniales d’origine animale, sur fonds de concours des Colonies……….19

1929

14 juin

Décret créant, sur fonds de concours des Colonies, une chaire des productions coloniales d’origine végétale……….20

1933

8 décembre

Décret-loi transformant la chaire de Botanique, Organographie et Physiologie végétale en chaire d’Anatomie comparée des végétaux actuels et fossiles……….20

1934

1er janvier

Création de la chaire d’Éthologie des Animaux sauvages, sur fonds de concours de la Ville de Paris……….21

6 juillet

Décret-loi supprimant la chaire d’Anatomie comparée des végétaux actuels et fossiles et celle de Physique végétale……….19

1937

21 octobre

Restauration de la chaire d’Anatomie comparée des végétaux actuels et fossiles……….20

1939

29 avril

Un décret rattache la chaire d’Éthologie des Animaux sauvages au budget de l’Enseignement supérieur……….20

1842

1er janvier

État français
Création, par le Secrétariat d’État de la France d’Outre-Mer, d’une chaire d’Entomologie agricole coloniale pour remplacer celle, de même spécialité, supprimée en 1940 à l’Institut national d’agronomie de la FOM……….21

1954

Quatrième République
La loi de finances pour 1954 crée deux chaires avec effet du 1er octobre. Celle d’Océanographie physique est créée par arrêté du 23 novembre 1954, celle d’Écologie et protection de la nature par arrêté du 29 mars 1955……….23

1959

2 mai

Cinquième République
Arrêté transformant la chaire de Culture en chaire de Biologie végétale et appliquée et celle d’Anatomie comparée des végétaux actuels et fossiles en chaire de Physique végétale……….23

1960

décembre

Partition de la chaire de Zoologie (Vers et Crustacés) en Zoologie (Arthropodes) et Zoologie (Vers) 24

1962

3 janvier

Création d’une chaire de Préhistoire, en remplacement numérique de la chaire d’Entomologie agricole tropicale……….24

8 mai

La chaire de Physique végétale devient chaire de Biophysique……….24

1966

3 août

Création de la chaire de Biologie des Invertébrés marins……….25

1970

3 décembre

Absorption de la chaire de Malacologie par celle de Biologie des Invertébrés marins et création d’une chaire d’Ethnologie……….25

1974

21 février

L’Assemblée modifie l'intitulé de la chaire des Pêches Outre-Mer en Dynamique des populations aquatiques……….25

1975

18 décembre

L’Assemblée décide la partition de la chaire de Zoologie (Reptiles et Poissons) ; la chaire de Dynamique des populations aquatiques reçoit les Poissons et devient Ichtyologie générale et appliquée, la première chaire devient Zoologie (Reptiles et Amphibiens) ……….25

1976

18 mars

Création de la chaire de Physico-chimie de l’adaptation biologique en remplacement numérique de la chaire d’Ethnobotanique……….25

1978

14 décembre

Création d’une chaire de Biogéographie ; le titulaire ne sera pas nommé avant la réforme des statuts……….26

1979

2 février

Absorption de la chaire de Physique appliquée aux sciences naturelles par celle de Physico-chimie de l’adaptation biologique et création d’une chaire d’Évolution des systèmes naturels et modifiés……….26

ANNEXE 10 – Les chaires du Muséum national d’histoire naturelle de Paris de 1793 à 1985, par ordre alphabétique. En capitales : intitulé des chaires encore existantes en 1985 ; en gras : chaires créées par le décret de la Convention du 10 juin 1793 ; en italiques : autres appellations ; Image 100000000000000E0000000D484CAACF32FCAF63.jpg : vacance de poste. Les dates qui suivent le titre des chaires sont celles de création et de fin d’activité de la chaire ; (1985) indique que la chaire a poursuivi son activité après 1985 (sources : É.-R. Brygoo).

a

Agronomie coloniale 1933-1958

14Par transformation de l’appellation “Productions coloniales d’origine végétale” en 1933.

15Devient “Agronomie tropicale” en novembre 1958.

1933-1946 Auguste Chevalier

1947 Image 100000000000000E0000000D484CAACF32FCAF63.jpg

1948-1958 Roland Portères

Agronomie tropicale 1958-1963

16Par transformation de l’appellation “Agronomie coloniale” en novembre 1958.

17Devient “Ethnobotanique” en 1963.

181958-1963 Roland Portères

ANATOMIE COMPARÉE 1832-(1985)

19Par transformation de l’appellation “Anatomie des Animaux” en 1832.

1832-1850 Henri de Blainville

1850-1855 Louis Duvernoy

1855-1868 Antoine Serres

1868-1879 Paul Gervais

1879-1894 Georges Pouchet

1894-1902 Henri Filhol

1903-1921 Edmond Perrier

1922-1941 Raoul Anthony

1942 Image 100000000000000E0000000D484CAACF32FCAF63.jpg

1943-1960 Jacques Millot

1961 Image 100000000000000E0000000D484CAACF32FCAF63.jpg

1962-1984 Jean Anthony

1984-(1985) Image 100000000000000E0000000D484CAACF32FCAF63.jpg

Anatomie comparée des végétaux actuels et fossiles 1933-1959

20Par transformation de l’appellation “Botanique, Organographie et Physiologie végétale”, en 1933.

21Suppression de la chaire par décret-loi en 1934.

22Restauration de la chaire par décret-loi en 1937.

23Transformée en “Physique végétale” le 2 mai 1959.

1938-1944 Paul Bertrand

1945-1958 Auguste Loubière

Anatomie des Animaux 1793-1832

24Transformée en “Anatomie comparée” en 1832.

1793-1802 Jean-Claude Mertrud

1802-1832 Georges Cuvier

Anatomie et histoire naturelle de l'Homme 1838-1855

25Par transformation de l’appellation “Anatomie humaine” le 3 décembre 1838.

26Transformée en “Anthropologie” en 1855.

271839-1855 Antoine Serres

Anatomie humaine 1793-1838

28Transformée en “Anatomie et histoire naturelle de l’Homme” en 1838.

1793-1832 Antoine Portal

1832-1838 Pierre Flourens

ANTHROPOLOGIE 1855-1936 et 1970-1985

29Par transformation, en 1855, de la chaire d’Anatomie et histoire naturelle de l’Homme.

30L’appellation devient, en 1937, “Ethnologie des Hommes actuels et des Hommes fossiles”.

31En 1970, l’appellation “Anthropologie” renaît à l'occasion de la partition de la chaire d’Anthropologie et Ethnologie.

1855-1892 A. de Quatrefages

1892-1908 Ernest Hamy

1909-1927 RenéVerneau

1928-1936 Paul Rivet

1970-1979 Robert Gessain

1980-1983 Yves Coppens

1983-1985 Image 100000000000000E0000000D484CAACF32FCAF63.jpg

Anthropologie et Ethnologie 1968-1970

32Nouvelle appellation de la chaire d’Ethnologie des Hommes actuels et des Hommes fossiles.

33À la suite de la création de la chaire d'Ethnologie en 1970, l’Assemblée réduit l’appellation à “Anthropologie”.

341968-1970 Robert Gessain

Arts chimiques 1793-1850

35Chimie appliquée aux Arts ; Chimie des Arts : in Pujoulx 1804 Devient “Chimie appliquée aux corps organiques” par décret du 11 septembre 1850.

1793-1804 A.-L. Brongniart

1804-1827 Nicolas Vauquelin

1828-1829 Image 100000000000000E0000000D484CAACF32FCAF63.jpg

1830-1850 Eugène Chevreul

b

Biogéographie 1978-1983

36Chaire créée le 14 décembre 1978, mais dont le titulaire n’a pas été nommé. En 1983, l’intitulé fut modifié en “Ethnobiologie-Biogéographie”.

Biologie des Invertébrés marins 1966-1970

37Chaire créée le 3 août 1966.

38Le 3 décembre 1970, l’appellation est modifiée par l’adjonction de “Malacologie”.

391966-1970 Claude Lévi

BIOLOGIE DES INVERTÉBRÉS MARINS ET MALACOLOGIE 1970-(1985)

40Provient de la réunion de la chaire de Biologie des Invertébrés marins et de celle de Malacologie le 3 décembre 1970.

411970-(1985) Claude Lévi

BIOLOGIE VÉGÉTALE ET APPLIQUÉE 1959-(1985)

42Par transformation de la chaire de Culture le 2 mai 1959.

431961-1985 Jean-Louis Hamel

BIOPHYSIQUE 1962-(1985)

44Par transformation de la chaire de Physique végétale le 8 mai 1962.

1962-1975 Charles Sadron

1976-(1985) Claude Hélène

Botanique (classification et familles naturelles) 1874-1906

45Chaire créée le 23 janvier 1874.

46En 1906, après la retraite de Bureau et la création de la chaire de Botanique (classification et familles naturelles de Cryptogames), le domaine de la chaire est réduit aux Phanérogames.

471874-1905 Édouard Bureau

Botanique (classification et familles naturelles de Cryptogames) 1904-1933

48Par transformation de la chaire de Physiologie végétale appliquée à l’agriculture le 30 juin 1904.

49En 1933, le nom est simplifié en “Cryptogamie”.

1904-1931 Louis Mangin

1932-1933 Pierre Allorge

Botanique (classification et familles naturelles de Phanérogames) 1906-1933

50Par modification de l’appellation “Botanique (Classification des familles naturelles)” en 1906.

51En 1933, le nom est simplifié en “Phanérogamie”.

1906-1931 Henri Lecomte

1931-1933 Henri Humbert

Botanique dans la campagne 1793-1853

52Botanique (cours à la campagne) : utilisée dans l'Almanach impérial de 1853 ; Botanique rurale.

53Le 5 juillet 1853, la chaire est supprimée, une chaire de Paléontologie lui est substituée.

1793-1826 A.-L. de Jussieu

1826-1853 Adrien de Jussieu

Botanique dans le Muséum 1793-1857

54Botanique (cours au Muséum) : utilisée dans l’Almanach impérial de 1853 ; Botanique : utilisée dans l’Almanach impérial de 1855 ; Botanique au Muséum.

55Le 28 février 1857, par décret impérial, l’appellation devient “Botanique et Physiologie végétale”.

1793-1833 R.-L. Desfontaines

1833-1857 Adolphe Brongniart

Botanique et Physiologie végétale 1857-1874

56Par modification de l’appellation “Botanique dans le Muséum” le 28 février 1857, par décret impérial.

57Le 23 janvier 1874, nouveau changement d’appellation sans changement de titulaire, le nom de la chaire devient “Botanique, Organographie et Physiologie végétale”.

581857-1874 Adolphe Brongniart

Botanique, Organographie et Physiologie végétale 1874-1933

59Par modification de l’appellation “Botanique et Physiologie végétale” le 23 janvier 1874.

60Organographie et Physiologie végétale ; Anatomie et Physiologie végétales : utilisée dans la liste des chaires qui se trouve en tête des rapports imprimés de 1879 à 1881. Le chapitre correspondant porte en titre Botanique (Organographie et Physiologie) ; la correction interviendra dans la liste en tête du rapport pour 1883.

61L’appellation est transformée en “Anatomie comparée des végétaux actuels et fossiles” par décret du 8 décembre 1933.

1874-1876 Adolphe Brongniart

1914-1918 Image 100000000000000E0000000D484CAACF32FCAF63.jpg

1876-1879 Image 100000000000000E0000000D484CAACF32FCAF63.jpg

1919-1932 Julien Costantin

1879-1914 Philippe Van Tieghem

1933 Image 100000000000000E0000000D484CAACF32FCAF63.jpg

c

Chimie appliquée aux corps inorganiques 1850-1892

62Par transformation de l’appellation de la chaire de Chimie générale par décret du 11 septembre 1850.

63Chimie minérale

64Chaire supprimée à la retraite de Frémy le 26 janvier 1892.

651850-1892 Edmond Frémy

Chimie appliquée aux corps organiques 1850-1936

66Par modification de l’appellation “Arts chimiques” par décret du 11 septembre 1850.

67Chimie organique

68En 1936, après fusion avec la chaire de Physique végétale, devient “Chimie organique et Physique végétale”.

1850-1889 Eugène Chevreul

1919-1925 Louis-Jacques Simon

1890-1915 Albert Arnaud

1926-1927 Image 100000000000000E0000000D484CAACF32FCAF63.jpg

1915-1919 Image 100000000000000E0000000D484CAACF32FCAF63.jpg

1928-1936 Richard Fosse

CHIMIE APPLIQUÉE AUX CORPS ORGANISÉS 1941-(1985)

69Par modification de l’appellation “Chimie organique et Physique végétale” en 1941.

1941-1957 Charles Sannié

1958-1967 Charles Mentzer

1968 Image 100000000000000E0000000D484CAACF32FCAF63.jpg

1963 (1985) Darius Molho

Chimie générale 1793-1850

70Le décret du 11 septembre 1850 transforme l’appellation en “Chimie appliquée aux corps inorganiques”.

1793-1809 A.-F. de Fourcroy

18109-1811 André Laugier

1811-1832 André Laugier

1832-1850 Joseph Gay-Lussac

Chimie organique et Physique végétale 1936-1941

71Par transformation de l’appellation “Chimie appliquée aux corps organiques”, après fusion avec la chaire de Physique végétale en 1936.

72En 1941, l’appellation devient “Chimie appliquée aux corps organisés”.

1936-1940 Richard Fosse

1941 Image 100000000000000E0000000D484CAACF32FCAF63.jpg

CRYPTOGAMIE 1933-(1985)

73Par simplification, en 1933, de l’appellation “Botanique (classification et familles naturelles de Cryptogames)”.

1933-1944 Pierre Allorge

1945-1973 Roger Heim

1974 Image 100000000000000E0000000D484CAACF32FCAF63.jpg

1975-1982 Suzanne Jovet-Ast

1982-(1985) Image 100000000000000E0000000D484CAACF32FCAF63.jpg

Culture 1793-1959

74Agriculture et culture des jardins, des arbres fruitiers et des bois : figure dans le décret de la Convention de 1793, mais ne fut pratiquement utilisée que sous sa forme abrégée.

75Culture et Naturalisation des végétaux étrangers : in Pujoulx 1804 et dans des documents officiels en 1824 et 1828.

76Devient “Biologie végétale appliquée” le 2 mai 1959.

1793-1824 André Thouin

1825-1828 Louis Bosc d'Antic

1828-1850 C. de Mirbel

1850-1882 Joseph Decaisne

1883 Image 100000000000000E0000000D484CAACF32FCAF63.jpg

1884-1901 Maxime Cornu

1901-1919 Julien Costantin

1920-1932 Désiré Bois

1932-1956 André Guillaumin

1956-1959 Image 100000000000000E0000000D484CAACF32FCAF63.jpg

d

Dynamique des populations aquatiques 1974-1975

77Nouvelle appellation pour les “Pêches Outre-Mer” le 21 février 1974.

78Après rattachement à la chaire d’une partie des collections de celle de “Zoologie (Reptiles et Poissons)” elle prend, en 1975, le nom d’ichtyologie générale et appliquée.

791975 Jacques Daget

e

Écologie et protection de la nature 1955-1959

80Chaire créée par arrêté du 29 mars 1955.

81En 1959, l’appellation est modifiée en “Écologie générale”.

821955-1958 Georges Kuhnholtz-Lordat

ÉCOLOGIE GÉNÉRALE 1959-(1985)

83Par transformation de l’appellation “Écologie et protection de la nature” en 1959.

1960-1962 Paul Rémy

1963-(1985) Claude Delamare Deboutteville

Entomologie 1917-1963

84Appellation modifiée le 23 juin 1917 à la suite d’une nouvelle répartition des attributions de la chaire d’Histoire naturelle des Crustacés, des Arachnides et des Insectes ou des Animaux articulés.

85Entomologie générale.

86En 1963, devient “Entomologie générale et appliquée”.

1917-1931 Louis Bouvier

1931-1950 René-Jeannel

1951-1955 Lucien Chopard

1956-1960 Eugène Séguy

1961 Image 100000000000000E0000000D484CAACF32FCAF63.jpg

1962-1963 Alfred Balachowsky

Entomologie agricole coloniale 1942-1958

87Chaire créée le 1er janvier 1942.

88Entomologie appliquée.

89En novembre 1958, l’appellation est modifiée en “Entomologie agricole tropicale”.

901942-1958 Paul Vayssière

Entomologie agricole tropicale 1958-1960

91Par modification de l’appellation “Entomologie agricole coloniale” en 1958.

92Entomologie appliquée.

93En 1960, la chaire est supprimée et en janvier 1962 est remplacée numériquement par la chaire de Préhistoire.

941958-1960 Paul Vayssière

ENTOMOLOGIE GÉNÉRALE ET APPLIQUÉE 1963-(1985)

95Par transformation de l’appellation “Entomologie” en 1963.

1963-1974 Alfred Balachowsky

1975-1985 Jacques Carayon

ETHNOBIOLOGIE - BIOGÉOGRAPHIE 1983-(1985)

96Par transformation, par l’Assemblée du 10 février 1983, de l’appellation de la chaire de Biogéographie. Le premier titulaire de cette chaire ne fut élu qu’après publication des nouveaux statuts du Muséum.

Ethnobotanique 1963-1976

97Par transformation de l’appellation “Agronomie tropicale” par arrêté du 3 juillet 1963.

98Le 18 mars 1976, la chaire est supprimée tandis qu’est créée une chaire de Physico-chimie de l’adaptation biologique.

1963-1974 Roland Portères

1975-1976

ETHNOLOGIE 1970-(1985)

99Chaire créée en décembre 1970, en remplacement numérique de la chaire de Malacologie.

1970-1972 Image 100000000000000E0000000D484CAACF32FCAF63.jpg

1972 (1985) Jean Guiart

Ethnologie des Hommes actuels et des Hommes fossiles 1937-1968

100Nouvelle appellation de la chaire d’Anthropologie, adoptée en 1937, à la création du Musée de l’Homme.

101La chaire change d’appellation en 1968 et devient “Anthropologie et Ethnologie”.

1937-1940 Paul Rivet

1941-1944 Henri Vallois

1945-1949 Paul Rivet

1949-1950 Image 100000000000000E0000000D484CAACF32FCAF63.jpg

1950-1959 Henri Vallois

1960-1967 Jacques Millot

Éthologie des Animaux sauvages 1934-1978

102Chaire créée le 1er janvier 1934.

103En 1978, l’appellation devient “Éthologie et conservation des espèces animales”.

1934-1955 Achille Urbain

1956-1978 Jacques Nouvel

ÉTHOLOGIE ET CONSERVATION DES ESPÈCES ANIMALES 1978-(1985)

104Par transformation de l’appellation “Éthologie des Animaux sauvages” en 1978.

1051979-(1985) François Doumenge

ÉVOLUTIONS DES SYSTÈMES NATURELS ET MODIFIÉS 1979-(1985)

106Chaire créée en 1979 en remplacement numérique de celle de Physique appliquée aux sciences naturelles.

1071979-(1985) Jean-Claude Lefeuvre

g

GÉOLOGIE 1793-(1985)

108Histoire naturelle du Globe : in Pujoulx 1804.

1793-1819 B. Faujas de St-Fond

1819-1861 Louis Cordier

1861-1891 Auguste Daubrée

1892-1919 S.-É. Meunier

1920 Image 100000000000000E0000000D484CAACF32FCAF63.jpg

1921-1940 Paul Lemoine

1941-1962 René Abrard

1963-1980 Robert Laffitte

1980-(1985) Lucien Leclaire

h

Histoire naturelle des Crustacés, des Arachnides et des Insectes ou des Animaux articulés 1830-1917

109Chaire née, à la mort de Lamarck, du dédoublement de celle de “Zoologie (Insectes, Vers et Animaux microscopiques)”, le 7 février 1830.

110Le 23 juin 1917, le domaine de la chaire est restreint aux Insectes et son intitulé modifié en “Entomologie”.

111Animaux non articulés ; Entomologie ; Zoologie (Insectes et Crustacés) ; Zoologie. Animaux sans vertèbres articulés : titre donné en 1835 au verso de la page de titre des Nouvelles Archives du Muséum ; Zoologie (Insectes, Arachnides et Crustacés) : utilisée par É. Blanchard pour présenter les rapports imprimés de 1878 et 1879, alors que le tableau récapitulatif des chaires porte Zoologie (Insectes et Crustacés) ; Zoologie (Animaux articulés, Insectes, Myriapodes, Arachnides, Crustacés) : utilisée par É. Blanchard pour présenter les rapports imprimés de 1880 à 1889, alors que le tableau récapitulatif des chaires porte Zoologie (Insectes et Crustacés).

1830-1833 André Latreille

1833-1841 Jean-Victor Audouin

1841-1862 Henri Milne-Edwards

1862-1894 Émile Blanchard

1895-1917 Louis Bouvier

Histoire naturelle des Mollusques, des Vers et des Zoophytes 1830-1917

112Chaire née, à la mort de Lamarck, du dédoublement de celle de “Zoologie (Insectes, Vers et Animaux microscopiques)”, le 7 février 1830.

113Animaux à sang blanc ; Conchyologie, Conchyliologie ; Zoologie (Mollusques et Zoophytes) : in Almanach royal (1831, publié en 1834) ; Zoologie (Annélides, Mollusques et Zoophytes) : utilisée par E. Perrier pour présenter les rapports imprimés de 1878 à 1889 ; Zoologie (Animaux inarticulés) ; Zoologie. Animaux sans vertèbres inarticulés ; Zoologie. Animaux sans vertèbres articulés : titre donnée en 1835 au verso de la page de titre des Nouvelles Archives du Muséum.

114Le 23 mars 1917, le domaine de la chaire est restreint aux Mollusques et Zoophytes, son appellation est modifiée en “Malacologie”.

1830-1832 Henri de Blainville

1832-1865 Achille Valenciennes

1865-1869 H. de Lacaze-Duthiers

1869-1875 Paul Deshayes

1876-1903 Edmond Perrier

1903-1917 Louis Joubin

i

ICHTYOLOGIE GÉNÉRALE ET APPLIQUÉE 1975-(1985)

115Par transformation de l’appellation “Dynamique des populations aquatiques” et après adjonction d’une partie des collections de Zoologie (Reptiles et Poissons) en 1975.

1976-1984 Jacques Daget

1985 Image 100000000000000E0000000D484CAACF32FCAF63.jpg

Iconographie naturelle ou de l’art de dessiner et de peindre toutes les choses de la nature 1793-1822

116Chaire supprimée le 24 juillet 1822.

1171793-1822 Gérard Van Spaendonck

m

Malacologie 1917-1970

118Appellation adoptée le 23 juin 1917, à la suite de la restriction nominale du domaine de la chaire d’Histoire naturelle des Mollusques, des Vers et des Zoophytes aux Mollusques. Zoologie (Spongiaires, Coelentérés, Mollusques).

119En 1970, la chaire est rattachée à celle de Biologie des Invertébrés marins, tandis que, par remplacement numérique, est créée une chaire d’Ethnologie.

1917-1935 Louis Joubin

1935-1942 Louis Germain

1943-1970 É. Fischer-Piette

MINÉRALOGIE 1793-(1985)

1793-1800 Louis Daubenton

1800-1802 Déodat de Dolomieu

1802-1822 René-Just Haüy

1822-1847 Alexandre Brongniart

1847-1857 Armand Dufrénoy

1857-1876 Gabriel Delafosse

1876-1892 Alfred Des Cloizeaux

1893-1936 Alfred Lacroix

1937-1967 Jean Orcel

1968-(1985) Jacques Fabriès

o

OCÉANOGRAPHIE PHYSIQUE 1954-(1985)

120Chaire créée par arrêté du 23 novembre 1954.

1955-1982 Henri Lacombe

1983-(1985) Joseph Gonella

p

PALÉONTOLOGIE 1853-(1985)

121Chaire créée en juillet 1853, par remplacement numérique de la “Botanique dans la campagne”.

1853-1857 Alcide d’Orbigny

1857-1861 Image 100000000000000E0000000D484CAACF32FCAF63.jpg

1861-1868 Adolphe d’Archiac

1869-1871 Édouard Lartet

1872-1902 Albert Gaudry

1903-1936 Marcellin Boule

1936-1955 Camille Arambourg

1956-1981 Jean-Pierre Lehman

1982-(1985) Philippe Taquet

Pathologie comparée 1879-1917

122Chaire créée le 31 décembre 1879.

123Chaire transformée le 23 juin 1917 en Zoologie (Vers et Crustacés).

1880-1885 Henri Bouley

1886-1914 Auguste Chauveau

1914-1917 Image 100000000000000E0000000D484CAACF32FCAF63.jpg

Pêches et productions coloniales d’origine animale 1920-1958

124Chaire créée le 1er mai 1920.

125En 1958, le nom est modifié en “Pêches Outre-Mer”.

1920-1940 Abel Gruvel

1940-1942 Image 100000000000000E0000000D484CAACF32FCAF63.jpg

1942-1958 Théodore Monod

Pêches Outre-Mer 1958-1974

126Par transformation de l’appellation “Pêches et productions coloniales d’origine animale” en 1958.

127Le 21 février 1974, l’appellation est modifiée en “Dynamique des populations aquatiques”.

1281958-1974 Théodore Monod

PHANÉROGAMIE 1933-(1985)

129Nouvelle appellation, en 1933, par simplification de “Botanique (classification et familles naturelles de Phanérogames)”.

130Herbiers de Phanérogamie.

1933-1957 Henri Humbert

1958-1968 André Aubréville

1969-1983 Jean-François Leroy

1983-(1985) Image 100000000000000E0000000D484CAACF32FCAF63.jpg

PHYSICO-CHIMIE DE L’ADAPTATION BIOLOGIQUE 1976-(1985)

131Chaire créée le 18 mars 1976 par remplacement numérique de celle d’Ethnobotanique.

132Le 2 février 1979, cette chaire absorbe celle de Physique appliquée aux sciences naturelles.

1331977-(1985) Pierre Douzou

Physiologie comparée 1837-1867

134Chaire créée le 24 décembre 1837.

135Devient “Physiologie générale” le 12 décembre 1868.

1837-1838 Frédéric Cuvier

1838-1867 Pierre Flourens

Physiologie générale 1868-1919 & 1933-1963

136Par transformation de l’appellation “Physiologie comparée” le 12 décembre 1868.

137En 1919, l’appellation est transformée en “Physiologie générale et comparée”.

138L’Assemblée du 8 décembre 1933 décide de revenir à “Physiologie générale”.

139En 1963, l’appellation est à nouveau transformée et redevient “Physiologie générale et comparée”.

1868-1879 Claude Bernard

1880-1892 Charles Rouget

1893-1911 Nestor Gréhant

1911-1919 Louis Lapicque

1933-1940 Jules Tissot

1941-1942 André Tournade

1943-1963 Maurice Fontaine

PHYSIOLOGIE GÉNÉRALE ET COMPARÉE 1919-1933 & 1963-(1985)

140Par modification de l’appellation “Physiologie générale” en 1919.

141Le 8 décembre 1933, un décret présidentiel sanctionna le retour à l’appellation “Physiologie générale”.

142L'arrêté ministériel du 3 juillet 1963 restaura le nom de “Physiologie générale et comparée”.

1920-1933 Jules Tissot

1963-1975 Maurice Fontaine

1976-(1985) Yves-Alain Fontaine

Physiologie végétale appliquée à l’agriculture 1880-1904

143Chaire créée le 10 janvier 1880.

144Physique appliquée ; Physiologie végétale.

145Le 30 juin 1904, la chaire est supprimée, elle est remplacée numériquement par celle de “Botanique (classification et familles naturelles de Cryptogames)”.

1880-1902 Pierre-Paul Dehérain

1902-1904 Image 100000000000000E0000000D484CAACF32FCAF63.jpg

Physique appliquée aux sciences naturelles 1838-1978

146Chaire créée le 24 juillet 1838.

147Le 2 février 1979, la chaire est fusionnée avec celle de Physico-chimie de l’adaptation biologique.

1838-1877 Antoine-C. Bécquerel

1878-1891 Edmond Becquerel

1892-1908 Henri Becquerel

1909-1948 Jean Becquerel

1949-1977 Yves Le Grand

Physique végétale 1857-1934 & 1959-1962

148La chaire est créée le 4 mars 1857.

149La chaire est supprimée le 6 juillet 1934. Elle fusionne avec la chaire de Chimie appliquée aux corps organiques en 1936.

150La chaire est restaurée le 2 mai 1959 après transformation de la chaire d’Anatomie comparée des végétaux actuels et fossiles.

151Le 8 mai 1962, l’appellation est transformée en “Biophysique“.

1857-1897 Georges Ville

1898-1925 Léon Maquenne

1926-1931 Marc Bridel

1931-1934 Image 100000000000000E0000000D484CAACF32FCAF63.jpg

1959-1960 Pierre Donzelot

1961-1962 Charles Sadron

PRÉHISTOIRE 1962-(1985)

152Créée le 3 janvier 1962, en remplacement numérique de la chaire d’Entomologie agricole tropicale.

1962-1978 Lionel Balout

1979 Image 100000000000000E0000000D484CAACF32FCAF63.jpg

1980-(1985) Henry de Lumley

Productions coloniales d'origine végétale 1929-1933

153Chaire créée le 14 juin 1929.

154Appellation transformée, n “Agronomie tropicale” en 1933.

1551929-1933 Auguste Jhevalier

z

ZOOLOGIE (ARTHROPODES) 1960-(1985)

156Chaire issue, en 1960, de la partition de celle de Zoologie (Vers et Crustacés). L’appellation complète de la chaire aurait dû être “Zoologie (Arthropodes, Insectes exclus)”.

1960-1978 Max Vachon

1979 (1985) Yves Coineau

Zoologie (Insectes, Vers et Animaux microscopiques) 1793-1829

157Zoologie (Animaux sans vertèbres) : in Almanach royal (1830 : 7). À la mort du titulaire, la chaire est subdivisée en deux chaires de Zoologie sous l’intitulé “Histoire naturelle des Crustacés, des Arachnides et des Insectes ou des Animaux articulés”, et “Histoire naturelle des Mollusques, des Vers et des Zoophytes”.

1581793-1829 Jean-Baptiste de Lamarck

ZOOLOGIE (MAMMIFÈRES ET OISEAUX) 1794-(1985)

159Chaire créée le 11 décembre 1794 par partition de celle de Zoologie (Quadrupèdes, Cétacés, Oiseaux, Reptiles, Poissons).

160Mammalogie, Mammalogie et Ornithologie ; Histoire naturelle des Mammifères et des Oiseaux.

1794-1841 É. Geoffroy St-Hilaire

1841-1861 I. Geoffroy St-Hilaire

1862-1876 Henri-Milne Edwards

1876-1900 A. Milne-Edwards

1900-1906 Émile Oustalet

1906-1926 Édouard Trouessart

1926-1947 Édouard Bourdelle

1948 Image 100000000000000E0000000D484CAACF32FCAF63.jpg

1949-1962 Jacques Berlioz

1963 Image 100000000000000E0000000D484CAACF32FCAF63.jpg

1964-(1985) Jean Dorst

Zoologie (Quadrupèdes. Cétacés, Oiseaux, Reptiles, Poissons) 1793-1794

161Le 11 décembre 1794 (2 frimaire an III) la chaire est séparée en deux : Zoologie (Mammifères et Oiseaux) et Zoologie (Reptiles et Poissons).

1621793-1794 É. Geoffroy St-Hilaire

ZOOLOGIE (REPTILES ET AMPHIBIENS) 1975-(1985)

163Par transformation de l’appellation “Zoologie (Reptiles et Poissons)” en 1975.

1641977-11985) Édouard-Raoul Brygoo

ZOOLOGIE (REPTILES ET POISSONS) 1794-1975

165Chaire créée le 11 décembre 1794 par la partition de celle de Zoologie (Quadrupèdes, Cétacés, Oiseaux, Reptiles, Poissons). Erpétologie ; Herpétologie, Herpétologie et Ichtyologie ; Zoologie (Herpétologie et Ichtyologie) : utilisée par Léon Vaillant dans les rapports imprimés de 1887 à 1889 ; Histoire naturelle des Quadrupèdes ovipares, des Reptiles et des Poissons ; Histoire naturelle des Reptiles et des Poissons ; Icthyologie : utilisée, à plusieurs reprises et à tort. On trouve aussi mentionné le “professeur d’ichtyologie” dans les Procès-Verbaux de l’Assemblée pour 1850 ; Zoologie (Reptiles, Batraciens et Poissons) : utilisée par A. Duméril pour le rapport imprimé de 1867, dans les procès-verbaux de l’Assemblée en 1878 et par L. Vaillant pour présenter les rapports imprimés de 1880 à 1889.

166La chaire est partagée en 1975 : la chaire de Dynamique des populations aquatiques reçoit les poissons et devient Ichtyologie générale et appliquée, et la chaire de Zoologie (Reptiles et Poissons) devient Zoologie (Reptiles et Amphibiens).

1795-1825 Étienne de Lacepède

1857-1870 Auguste Duméril

1825-1857 Constant Duméril

1871-1875 Image 100000000000000E0000000D484CAACF32FCAF63.jpg

1875-1909 Léon Vaillant

1910-1937 Louis Roule

1937-1943 Jacques Pellegrin

1944-1956 Léon Bertin

1957-1975 Jean Guibé

ZOOLOGIE (VERS) 1960-(1985)

167Chaire créée en décembre 1960.

168Vers.

1691960-(1985) Alain Chabaud

Zoologie (Vers et Crustacés) 1917-1960

170Chaire créée le 23 juin 1917, par transformation de la chaire de Pathologie comparée.

171En décembre 1960, les Vers sont séparés des Arthropodes et la chaire de Zoologie (Arthropodes) est créée.

1917-1937 Charles Gravier

1938-1954 Louis Fage

1955-1960 Max Vachon

ANNEXE 11 – Chronologie des directeurs élus du Muséum national d'histoire naturelle de Paris (sources : É.-R. Brygoo).

1721793-1799 Une certaine incertitude subsiste – en partie du fait de la coexistence, pendant cette période, de deux calendriers ayant des points de départ différents pour l’année – quant aux dates précises limitant le pouvoir des premiers directeurs du Muséum, élus pour un an.

173Daubenton fut le premier directeur pour la période 1793-1794. Antoine-Laurent de Jussieu (1794-1795) puis Lacepède (1795-1796) lui succédèrent. Ensuite Daubenton, puis Antoine-Laurent de Jussieu furent, semble-t-il, l’un puis l’autre, élus pour deux mandats consécutifs.

1741809-1863 Se rendant compte des inconvénients du changement annuel de directeur, les professeurs-administrateurs usèrent du droit qui leur avait été reconnu de porter à leur tête deux fois de suite le même collègue.

1800-1801

Antoine-François de Fourcroy

1802-1803

René-L. Desfontaines

1804-1805

Antoine-François de Fourcroy

1806-1807

René-L. Desfontaines

1808-1809

Georges Cuvier

1810-1811

René-L. Desfontaines

1812-1813

André Laugier

1814-1815

André Thouin

1816-1817

André Thouin

1818-1819

André Laugier

1820-1821

René-L. Desfontaines

1822-1823

Georges Cuvier

1824-1825

Louis Cordier

1826-1827

Georges Cuvier

1828-1829

René-L. Desfontaines

1830-1831

Georges Cuvier

1832-1833

Louis Cordier

1834-1835

Adrien de Jussieu

1836-1837

Eugène Chevreul

1838-1839

Louis Cordier

1840-1841

Eugène Chevreul

1842-1843

Adrien de Jussieu

1844-1845

Eugène Chevreul

1846-1847

Adolphe Brongniart

1848-1849

Adrien de Jussieu

1850-1851

Eugène Chevreul

1852-1853

Constant Duméril

1854-1855

Eugène Chevreul

1856-1857

Pierre Flourens

1858-1859

Eugène Chevreul

1860-1861

Isidore Geoffroy St-Hilaire

1862-1863

Eugène Chevreul

1751864-1985 Le décret du 29 décembre 1863 instaura la nomination pour cinq ans.

1864-1879

Eugène Chevreul

1879-1891

Edmond Frémy

1892-1900

Alphonse Milne-Edwards

1900-1919

Edmond Perrier

1920-1931

Louis Mangin

1932-1936

Paul Lemoine

1936-1942

Louis Germain

1942-1949

Achille Urbain

1950

René Jeanne !

1951-1965

Roger Fleim

1966-1970

Maurice Fontaine

1971-1975

Yves Le Grand

1976-1985

Jean Dorst

ANNEXE 12 – Les professeurs luttent pour la défense du nom de leur établissement et pour la reconnaissance de leur place parmi les corps constitués (sources : É.-R. Brygoo).

176Après la Restauration, les professeurs eurent à défendre le nom même de leur établissement. L’Almanach royal ne connaissait plus que le Jardin du roi. L’Assemblée engagea le ministre de l’Intérieur à faire ajouter le titre de Muséum d’histoire naturelle ; Georges Cuvier*, de son côté, écrivit au prote de l’Almanach en ce sens (Bibliothèque centrale du Muséum, MS 1937, Procès-verbaux de l’Assemblée des professeurs du 6 janvier 1819). Ils furent entendus.

177Alors que le Premier Empire les avait, semble-t-il, oubliés dans sa généreuse attribution d’uniformes variés, les professeurs-administrateurs du Muséum s’en virent doter d’un par Napoléon 111 (cf. annexe 13). Il comprenait un frac bordé de soie violette et or, un chapeau à plumes noires et une épée à poignée de nacre (décret du 24 décembre 1852, publié au Moniteur du 26). L’Assemblée du 12 février 1853 reçut “une lettre du chef de la division de la comptabilité au ministère de l’Instruction publique transmettant un exemplaire du décret qui règle le costume officiel des Professeurs du Muséum et les modèles de dessins qui ont été adoptés”. Défini en 1852, cet uniforme fut oublié pendant quarante ans (mais fut-il jamais confectionné puis porté ?)

178En 1894, plusieurs professeurs ayant constaté que la délégation du Muséum s’était trouvée perdue au milieu de la foule des délégations les plus diverses lors des obsèques du Président Carnot se demandèrent s’il ne serait pas opportun de remettre en usage l’uniforme jadis attribué à leur établissement. Lorsque cette question fut évoquée à l’Assemblée, le président, Alphonse Milne-Edwards*, après avoir rappelé que le décret de 1852 était toujours en vigueur ajouta : “Si un certain nombre de nos collègues voulaient s’entendre pour faire le nécessaire, M. le Directeur se mettrait à leur disposition pour acheter le même costume et pour habiller un appariteur qui accompagnerait la délégation.” (Procès-verbaux de l’Assemblée des professeurs du 20 novembre 1894).

179Cette proposition n’eut, apparemment, pas de suite.

180En 1901, le Directeur annonça à l’Assemblée que, sur sa demande, les professeurs titulaires et leur famille seraient invités aux bals de l’Élysée (Procès-verbaux de l’Assemblée des professeurs du 22 janvier 1901).

181Edmond Perrier* protesta en 1919 (Procès-verbaux de l’Assemblée des professeurs du 6 novembre 1919) contre “l’isolement du Muséum” et le fait qu’il ne fut pas représenté au Comité consultatif de l’Enseignement supérieur.

ANNEXE 13 – Extrait du Journal officiel (26-27 décembre 1852) relatif à l'uniforme dévolu aux professeurs du Muséum (sources : É.-R. Brygoo, illustration : P. Jaussaud)

182Napoléon, par la grâce de Dieu (...) À tous, présents et à venir salut : avons décrété ce qui suit :

183Disposition générale : des fonctionnaires dépendant du ministère de l’Instruction publique.

  • habit de drap noir, coupé droit sur le devant en forme de frac, avec un cran au collet, le devant garni de neuf boutons,

  • gilet blanc, coupé droit, garni de six boutons,

  • pantalon noir,

  • broderies de palmes entrelacées de branches d’oliviers,

  • chapeau français en feutre noir avec ganse,

  • épée.

184Dispositions particulières aux doyens et professeurs de facultés, professeurs au Collège de France, du Muséum d’histoire naturelle, de l’École des Chartes, de l’École d’Athènes, de l’École des langues orientales vivantes, membres du Bureau des longitudes et Conservateurs de bibliothèques.

  • broderies en soie violette et or au collet, parement, taille,

  • bande brochée en soie violette sur fond noir au pantalon,

  • chapeau à plumes noires,

  • épée à poignée de nacre, garde dorée.

185Art. 4. Le ministre de l’Instruction publique et des Cultes est chargé de l’exécution de ce décret.

186signé Fortoul

Image 10000000000002C600000333E7D849A1ABC6A151.jpg

ANNEXE 14 – Relations familiales de Audouin, Cornu, Fourcroy, Laugier, Vaillant avec les Brongniart. * épouse successivement deux filles du professeur-administrateur Henri-Milne Edwards, ** épouse une petite-fille de Henri-Milne Edwards et obtient de relever le nom (sources : É.-R. Brygoo)

Image 100000000000030E000001F2581632CD1776B84C.jpg

ANNEXE 15 – Décret du 12 décembre 1891 réorganisant le Muséum. Les fonctions des professeurs et de leur Assemblée sont définies. Le corps des sous-directeurs est créé

DÉCRET DU 12 DÉCEMBRE 1891 (modifié par les décrets du 21 février 1908, 28 septembre 1908, 10 février 1911, 10 juillet 1917, 26 avril 1927)1

  • 1 Les modifications apportées par ces décrets sont imprimées en caractère gras.

187PORTANT RÉORGANISATION DU MUSÉUM NATIONAL D’HISTOIRE NATURELLE

188Le Président de la République Française,

189Sur le rapport du Ministre de l’Instruction publique el des Beaux-Arts,
Vu le décret du 10 juin 1793,
Vu le décret du 9 mars 1852,
Vu le décret du 29 décembre 1863,

190Décrète :

TITRE I.

DU DIRECTEUR

191Article premier. – Le Muséum (l’Histoire Naturelle est administré, sous l’autorité du Ministre de l’Instruction publique, par un Directeur, pris parmi les Professeurs du Muséum.

192Art.– 2. Le Directeur est nommé par décret, sur la proposition du Ministre de l’Instruction publique, après présentations de l’Assemblée des Professeurs et des Membres du Conseil du Muséum nommés en exécution de l’article II.

193Chaque liste de présentation doit comprendre deux noms.

194Art. – 3. Les pouvoirs du Directeur ont une durée de cinq ans.

195Art. – 4. Le Directeur a autorité sur tous les services. Il y fait exécuter les réglements et les décisions ministérielles.

196Il correspond seul avec le Ministre.

197Il préside l’Assemblée des Professeurs.

198Il représente le Muséum.

199Il accepte les dons et legs.

200Il passe les marchés el les adjudications dans les formes prescrites par les lois et règlements.

201Il vise toutes les pièces de comptabilité dans la limite des crédits ouverts par le Ministre, après s’être assuré que les dépenses répondent à la spécialité de ces crédits.

  • 2 Par décision ministérielle en date du 27 février 1942 le Directeur peut accorder directement aux fo (...)

202Il est tenu de porter sans délai à la connaissance du Ministre, toute infraction aux règlements et décisions ministérielles2

203Art. 5. – Il est directement chargé des services suivants :

204Secrétariat.

205Bibliothèque.

206Garde des collections.

207Garde et entretien des parties du Muséum ouvertes au public.

208Police de l’établissement.

209Art 6. – En cas d’absence ou d’empêchement du Directeur, ses fonctions sont remplies par un assesseur nommé, chaque année, par le Ministre, après présentation de l’Assemblée, ou par un Professeur, délégué par le Directeur, après l’approbation du Ministre. Décret du 13 novembre 1933).

TITRE II

DE L’ASSEMBLÉE

210Art. 7. – L’Assemblée comprend tous les Professeurs. Elle nomme chaque année son Secrétariat.

211Art. 8. – Elle se réunit sur la convocation du Directeur.

212Le Directeur est tenu de la convoquer sur la demande écrite et motivée de ses membres.

213Art. 9. – L’Assemblée délibère :

214Sur les programmes des cours et toutes les questions d’ordre scientifique concernant le Muséum.

215Sur les règlements intérieurs de l’établissement.

216Sur les missions de voyageurs-naturalistes.

217Sur les demandes de concessions et d’échanges de tout objet d’une valeur supérieure à 500 francs.

218Sur le maintien, la transformation ou la suppression des chaires vacantes.

219Sur les propositions de promotions ou d’augmentations de traitement.

220Sur l’acceptation des dons et legs.

221Sur le projet de budget et sur le compte administratif de chaque exercice.

222Et sur toutes les questions qui lui sont renvoyées par le Ministre.

223Art. 10. – Les délibérations de l’Assemblée sont transmises au Ministre avec l'avis du Directeur.

224Elles ne sont exécutoires qu’après avoir reçu l’approbation du Ministre.

TITRE III

DU CONSEIL DU MUSÉUM

225Art. 11. – Il est institué auprès du Ministre de l’Instruction publique, un Conseil du Muséum.

226Ce Conseil se compose de cinq membres nommés par décret, pour une durée de six ans. Le Directeur de l’Enseignement supérieur et le Directeur du Muséum sont membres de droit (Décret du 10 février 1911).

227Art. 12. – Le Conseil se réunit sur la convocation du Ministre.

228Il donne son avis

229Sur le maintien, la transformation ou la suppression des chaires vacantes.

230Sur les créations d’emploi.

231Sur les demandes d’augmentation de crédits ou de crédits extraordinaires.

232Sur la désignation des Professeurs intérimaires.

233Sur les aliénations de rentes ou d’immeubles (article 29 du règlement du 28 septembre 1908).

234Sur les emprunts (article 2i) du règlement du 28 septembre l !)08).

235Sur le budget du Muséum (article 6 du décret du 28 septembre 1908).

236Sur les comptes du Muséum (article 21 du décret du 28 septembre 1908).

237Sur le maintien en fonction des Professeurs après l'âge de 70 ans (Loi du 18 août 1936).

238Et sur toutes les questions qui lui sont soumises par le Ministre.

239Art. 13. – Les membres du Conseil ont droit d’entrée dans tous les services du Muséum.

TITRE IV

DES PROFESSEURS

240Art. 14. – Les Professeurs ont pour fonctions :

  1. L’enseignement.

  2. La conservation des collections.

  3. La direction des travaux de laboratoire.

241Art. 15. – Leur service est annuel.

242Toutefois, ils peuvent s’absenter trois mois chaque année, après qu’ils ont satisfait à leurs obligations relatives à l’enseignement et à la condition d’en prévenir le Directeur.

243Toute autre absence doit être autorisée par le Ministre.

244Art. 16. – Les Professeurs peuvent obtenir, pour cause de maladie, ou à raison d’un service public temporaire, des congés d’un an ou de six mois, portant, soit sur tool leur service, soit sur la totalité ou la moitié de leur enseignement.

245Art. 17. – Pendant la durée de ces congés, des Professeurs intérimaires sont chargés, soit de la totalité du service, soit de l’enseignement.

246Les Professeurs intérimaires chargés complètement d’un service, font partie de l’Assemblée durant la durée de l’intérim.

247Art. 18. – Les Professeurs intérimaires sont nommés par le Ministre, après avis de l’Assemblée et du Conseil du Muséum.

248Ils sont choisis, soit parmi les sous-Directeurs de Laboratoire, soit parmi les docteurs ès-sciences, soit parmi les lauréats de l’Académie des Sciences.

249Art. 19. – Les Professeurs en congé abandonnent au profit des Professeurs intérimaires :

250La moitié do leur traitement, quand le congé porte sur le service entier.

251Le tiers, soit pendant une année, soit pendant six mois, selon que le congé porte sur la totalité ou la moitié de l’enseignement.

252Art. 20. – En dehors des cas prévus par le paragraphe 5 de l’article 5 de la loi du 9 juin 1853, les professeurs sont mis de plein droit à la retraite à l’âge de soixante-dix-ans accomplis (Loi du 18 août 1936).

253Au-delà de cette limite d’âge, ils ne peuvent être exceptionnellement maintenus en fonctions que par décision spéciale du Ministre, après avis du Conseil du Muséum.

254Art. 21. – Les Professeurs admis à la retraite peut être nommés Professeurs honoraires.

255Ils conservent l’usage d’un laboratoire et des collections.

TITRE V

DES SOUS-DIRECTEURS DE LABORATOIRE

256Art. 22. – Il est adjoint aux Professeurs, pour toutes les parties de leur service, et au directeur pour le service de la ménagerie (décret du 10 juillet 1917), des fonctionnaires qui prennent le nom de Sous-Directeurs de laboratoire (Décret du 26 avril 1927).

257Les Sous-Directeurs des Chaires sans collections sont chargés de diriger les travaux pratiques des élèves, sous l’autorité du Professeur.

258Art. 23. – Les Sous-Directeurs de laboratoire sont nommés par arrêté ministériel, sur la proposition de l’Assemblée des Professeurs.

259Art. 24. – Un règlement spécial déterminera leurs traitements et les conditions de leur avancement.

260Art. 25. – Les Sous-Directeurs de Laboratoire peuvent s’absenter deux mois chaque année soit en une, soit en plusieurs périodes, suivant les besoins du service, après entente avec les Professeurs et à des dates agréées par le Directeur.

261Art. 26. – Les Sous-Directeurs de laboratoire peuvent être appelés, avec voix consultative, aux séances de l’Assemblée des Professeurs.

262Art. 27. – Les assistants sont nommés par le Ministre, après avis de l'Assemblée des Professeurs et du Directeur (Décret du 26 avril 1927). Ils doivent accomplir un stage d’un an minimum (Décret du 21 février 1908).

TITRE VI

DE L’ENSEIGNEMENT

263Art. 28. – L’enseignement du Muséum est public.

264Il est donné entre le 1er novembre et le 31 juillet.

265Art. 29. – Chaque Professeur est tenu de faire chaque année, quarante leçons au moins, à raison de trois au plus par semaine.

266Art. 30. – L’affiche générale publiée par les soins du Directeur au plus tard le 1er novembre de chaque année, porte la date d’ouverture, les jours, heures et lieu de chaque cours.

267Art. 31. – Les Sous-Directeurs de Laboratoire peuvent être autorisés par le Ministre, après avis de l’Assemblée, à faire des leçons publiques par série de dix leçons au moins.

268Art. 32. – Chaque année, il est rendu compte au Ministre des travaux du Muséum.

269Art. 33. – Sont abrogées toutes les disciplines des règlements antérieurs contraires au présent décret.

270Fait à Paris, le 12 décembre 1891.

271Carnot.

272Par le Président de la République,

273Le Ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts,

274Léon Bourgeois.

ANNEXE 16 – Copie du décret du 28 septembre 1908 portant règlement d’administration publique sur le régime financier et la comptabilité du matériel du Muséum national d’histoire naturelle (articles 1 et 2 du chapitre premier relatif aux recettes et dépenses)

Image 10000000000002BE00000400E732FACA747CFADF.jpg

Image 10000000000002C800000406081A5FE0527E0086.jpg

ANNEXE 17 - Document préparatoire à l’Appel aux travailleurs de Paul Rivet, Paul Langevin et du philosophe Alain, suite aux émeutes du 6 février 1934 à Paris

Image 1000000000000232000002D196FF50754131D8D7.jpg

ANNEXE 18 – Décret n° 85-176 du 4 février 1985 relatif au changement de statuts de l’établissement (Journal officiel du 8 février 1985)

Image 10000000000002C1000000F2BAB4FB4ADFAB747C.jpg

Image 10000000000002BF0000043473D5B62EDCA6DFD5.jpg

Image 10000000000002C40000043EAA620BC97593B2B1.jpg

Image 10000000000002C00000020F019D0F731406AE89.jpg

Endnotes

1 Les modifications apportées par ces décrets sont imprimées en caractère gras.

2 Par décision ministérielle en date du 27 février 1942 le Directeur peut accorder directement aux fonctionnaires du Muséum une autorisation d’absence de quinze jours au maximum. Il en rend compte au Ministre.

© Publications scientifiques du Muséum, 2004

Terms of use: http://www.openedition.org/6540