Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Du Jardin au Muséum en 516 biographies

 | 
Philippe Jaussaud
, 
Édouard-Raoul Brygoo

Du Jardin au Muséum en 516 bibliographies

u-w

Volltext

URBAIN Achille, Joseph

né le 9 mai 1884 au Havre (Seine-Maritime), mort le 5 décembre 1957 à Paris
chaire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux), puis d’Éthologie des Animaux sauvages
Éthologie, Immunologie, Microbiologie

1Né dans une famille d’origine lorraine, Urbain était le fils d’un brigadier de gendarmerie retraité. Il poursuivit des études secondaires à Angoulême avant d’entrer en 1902 à l’école vétérinaire de Lyon, sortit diplômer de cet établissement en 1906, puis décida d’embrasser la carrière militaire. Mais, le jeune homme était avant tout passionné de biologie. Il profita donc d’une affectation à Clermont-Ferrand pour s’inscrire à la faculté des sciences, y passer sa licence en 1912 et y remplir un an après la fonction de préparateur de botanique. Durant la première guerre mondiale, Urbain servit comme vétérinaire lieutenant, puis vétérinaire aide-major dans l’artillerie. Il devint docteur ès sciences en 1920, travailla quelque temps au laboratoire d’Alexandre Mikhailovich Besredka à l’Institut Pasteur, avant d’être détaché au laboratoire vétérinaire de recherches, dont il prit la direction en 1927. La même année, Urbain avait obtenu le titre de docteur vétérinaire.

2Il entra au Muséum en 1931, comme sous-directeur de la chaire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux) chargé, sous l’autorité d’Édouard Bourdelle*, de la ménagerie du Jardin des plantes. Nommé directeur du Parc zoologique de Paris à Vincennes en 1933, il devint l’année suivante le premier titulaire de la chaire d’Éthologie des animaux sauvages, spécialement créée pour lui. Il effectua en 1935 une mission au Tchad et au Cameroun pour ramener des animaux à Vincennes, prit en 1936 la direction de la ménagerie du Jardin des plantes et en 1937 celle d’un laboratoire de l’École pratique des hautes études. Mobilisé comme vétérinaire lieutenant-colonel au début de la seconde guerre mondiale, Urbain dirigea le Muséum de 1942 à 1949. Il fut nommé inspecteur général des musées d’histoire naturelle de province en 1947, gérant du Musée de l’Homme en 1948, gérant de la chaire des Pêches et productions coloniales d’origine animale en 1954-1955, puis se retira en 1955. Deux ans plus tard, Urbain mourut au Val-de-Grâce des suites d’une longue et douloureuse maladie.

3Il laissa le souvenir d’un homme affable mais peu loquace, doué aussi bien pour la recherche au laboratoire que pour l’action. Marié en 1910 à Jeanne Besson, il avait eu quatre enfants : trois filles et un fils.

4Urbain consacra ses premiers travaux à la microbiologie et l’immunologie de diverses maladies infectieuses, comme la morve, la salmonellose équine, la gourme, le charbon bactéridien ou les teignes du Cheval. Il publia sur ce thème La Réaction de fixation appliquée au diagnostic de certaines maladies microbiennes ou parasitaires communes à l’homme et aux animaux (1927). Au Muséum, le vétérinaire s’attacha à l’étude de la pathologie, ainsi que de l’éthologie des espèces sauvages. Il travailla sur des maladies affectant des animaux en captivité, telle la tuberculose des Singes ou le typhus des Carnivores, rédigeant à cette époque La Réaction de fixation dans les tuberculoses humaines et animales (1938). Quant à l’intérêt que porta Urbain au comportement animal, il se traduisit notamment par la publication d’un ouvrage intitulé Psychologie des animaux sauvages : instinct, intelligence (1940). Le vétérinaire aida son confrère Édouard Bourdelle à concevoir l’installation du Parc zoologique de Vincennes, inauguré en 1934 et dont il assura ensuite seul la gestion.

Bibliographie

Debré (Robert), “Nécrologie. Décès de MM. Urbain et Martel”, Bulletin de l’Académie nationale de Médecine, vol. 141, no 34, 1957, p. 771.

Jacotot (Henri), “Achille Urbain, 1884-1957”, Bulletin de l’Académie vétérinaire de France, nouvelle série, vol. 31, 1958, pp. 26-28.

PJ

VACHON Maxime, Auguste [dit Max]

né le 4 janvier 1908 à Dijon (Côte-d’Or), mort le 3 novembre 1991 à Paris
chaire de Zoologie (Vers et Crustacés), puis de Zoologie (Arthropodes)
Arachnologie, Zoologie des Myriapodes

5Vachon acquit dès l’enfance le goût de la nature, dans sa Bourgogne natale. Sa vocation de zoologiste devait se préciser par la suite, grâce à ses maîtres de la faculté des sciences de Dijon. Ayant obtenu entre 1927 et 1931 cinq certificats de licence ès sciences, le jeune homme exerça de 1931 à 1935 la fonction de répétiteur de lycée à Chaumont, puis à Dijon. Il s’était familiarisé dès 1931 avec la chaire de Zoologie (Vers et Crustacés) du Muséum, au sein de laquelle il avait trouvé l’un de ses maîtres de thèse en la personne du sous-directeur Louis Fage*. Titulaire d’un diplôme d’études supérieures en 1932, Vachon travailla de 1935 à 1938 comme boursier de la Caisse nationale des sciences, dans le laboratoire de Zoologie de la faculté des sciences de Dijon, effectuant des stages fréquents à Paris ou au laboratoire Arago de Banyuls-sur-Mer. Il devint docteur ès sciences en 1938, date à laquelle Fage le choisit pour être son assistant.

6Son modeste poste au Muséum, Vachon dut l’occuper durant dix-sept ans, faute de possibilités d’avancement. Il eut heureusement l’opportunité de faire parallèlement carrière au CNRS, où il devint chargé de recherche en 1939, puis maître de recherches neuf ans plus tard. En 1955, il succéda à son maître Fage comme professeur de zoologie (Vers et Crustacés), une chaire dont il préconisa en 1960 le dédoublement : il conserva la Zoologie (Arthropodes), tandis que la Zoologie (Vers) revenait à Alain Chabaud*. À partir de 1960, il adjoignit à ses fonctions au Muséum la direction du Laboratoire d’études et de recherches sur les Animaux irradiés (LERAI). Il fut victime d’un accident de la circulation en 1964, prit sa retraite en 1978 et mourut treize ans plus tard à l’hôpital Bichat. Marié en 1932 à Hélène Quenisset, Vachon avait eu quatre enfants – deux filles et deux fils – de cette union.

7Auteur de près de trois cents publications, le naturaliste se considérait lui-même comme un biosystématicien. Il consacra la majeure partie de ses recherches aux Arachnides – Scorpions, Pseudoscorpions, Araignées, Solifuges –, qu’il étudia sous les angles de l’anatomie, de la physiologie, de l’embryologie de la taxonomie et de la biogéographie. Il s’intéressa par ailleurs aux Myriapodes, ainsi qu’aux Limules. Ses recherches relatives au développement embryonnaire et postembryonnaire des espèces concernées, permirent à Vachon d’introduire une intéressante dimension temporelle dans l’étude morphologique des Arthropodes.

Bibliographie

Millot (Jacques), Rapport établi sur la candidature de M. Max Vachon à la chaire de zoologie (Vers et Crustacés), 4 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 7692).

Vachon (Max), “Leçon d’ouverture du cours de zoologie faite au Muséum national d’histoire naturelle le 23 avril 1956”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 28, no 4, 1956, pp. 343-368.

Vachon (Max), Notice sur les titres et travaux scientifiques, Abbeville : impr. Paillart, 1977, 95 p. (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no 4 α 1294).

PJ

VAILLANT Léon, Louis

né le 11 novembre 1834 à Paris, mort le 24 novembre 1914 à Paris
chaire de Zoologie (Reptiles et Poissons)
Herpetologie, Ichtyologie, Zoologie des Invertébrés

8Fils d’un négociant, orphelin de père dès l’âge de trois ans, Vaillant fut élevé – en raison du remariage de sa mère – par ses deux grands-pères dans le Nord de la France. Le jeune garçon fréquenta le collège d’Arras, où il obtint son baccalauréat en 1854, puis commença des études de médecine. Il acheva celles-ci dans la capitale tout en suivant un cursus parallèle à la faculté des sciences, car il se passionna pour la zoologie qu’enseignait alors Henri Milne-Edwards*. Licencié ès sciences naturelles en 1860, docteur en médecine un an plus tard, Vaillant suivit les leçons d’Auguste Duméril* au Muséum en 1862. Il fut agrégé de la faculté de médecine pour l’histoire naturelle en 1863, effectua une mission zoologique à Suez en 1864 et devint docteur ès sciences en 1865. Nommé la même année préparateur d’Edwards dans la chaire d’Anatomie comparée et physiologie de la Sorbonne, le naturaliste se vit attribuer en 1866 un cours d’helminthologie à la faculté de médecine de Paris. Il occupa le poste de chargé de l’enseignement de zoologie à la faculté des sciences de Montpellier en 1867, avant de revenir en 1869 à Paris, comme répétiteur au laboratoire de Zoologie comparative de l’École pratique des hautes études. Ayant bénéficié d’une formation médicale, il se vit attribuer un service hospitalier à Saint-Malo durant la guerre de 1870.

9De 1872 à 1874, Vaillant classa au Muséum des collections ichtyologiques et herpétologiques sous la direction d’Émile Blanchard*, qui assurait l’intérim de la chaire de Zoologie (Reptiles et Poissons). Il fut nommé en 1875 professeur titulaire de cette même chaire, puis il prit part de 1880 à 1883 aux expéditions océanographiques du Travailleur et du Talisman, dirigées par Alphonse Milne-Edwards*. Après deux essais infructueux, en 1886 et 1887, Vaillant renonça à se faire élire à l’Académie des sciences. Il fut délégué dans les fonctions de directeur de la ménagerie du Jardin des plantes en 1900, assesseur du directeur du Muséum de 1903 à 1909, avant de se retirer en 1910. Au début de la Grande Guerre, il mourut sans avoir jamais cessé de travailler.

10Vaillant portait la barbe en éventail. Il fut décrit par ses contemporains comme un personnage droit, bienveillant malgré son abord un peu froid, travailleur et méthodique. Marié en 1866 avec Henriette Hovius, il avait eu cinq enfants : trois filles et deux fils, dont l’un fut tué au début de la première guerre mondiale. Vaillant fut logé au Muséum à partir de 1884. Il s’intéressait à la philatélie.

11Si l’on excepte quelques travaux concernant des Invertébrés marins, Vaillant s’attacha essentiellement à l’ichtyologie, ainsi qu’à l’herpétologie. Il aborda ces thèmes selon une approche pluridisciplinaire, intégrant l’anatomie, la physiologie, l’histologie et l’éthologie. Ichtyologiste réputé, il étudia les spécimens rapportés par diverses expéditions lointaines, comme celle de la frégate La Manche dans l’Arctique, décrivant notamment des Poissons des grandes profondeurs. Il manifesta, dans le domaine herpétologique, une prédilection pour les Crocodiles, ainsi que les Tortues. De plus, ce descripteur minutieux s’intéressa à la biogéographie et à la faunistique historique. Vaillant fut l’auteur de près de deux cents publications, parmi lesquelles Recherches sur la famille des Tridacnidés (1865), Recherches sur les poissons des eaux douces de l’Amérique septentrionale, désignés par M. L. Agassiz sous le nom d’Etheostomatidae (1873), ainsi que Mission G. Révoil aux pays Somalis, faune et flore, reptiles et batraciens (1882). Au Muséum, il remit en ordre après la guerre franco-prussienne les collections dépendant de sa chaire, qu’il disposa avec art dans les nouvelles galeries zoologiques inaugurées en 1889. Il classa les récoltes des expéditions du Travailleur et du Talisman et accrut les effectifs de la ménagerie des Reptiles en y acclimatant de grandes espèces, comme Crocodiles, Tortues ou Pythons. Enfin, Vaillant fut chargé dès 1874-1875 – alors qu’il n’était pas encore professeur – de dispenser au Muséum des cours sur la zoologie des Reptiles et des Poissons.

Source

Dossier personnel (Archives nationales, AJ 15, no 560).

Bibliographie

Pellegrin (Jacques), “La Chaire de Zoologie (Reptiles et Poissons) du Muséum national d’histoire naturelle”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 10, no 4, 1938, pp. 314-327.

Roule (Louis), “Allocution prononcée aux obsèques de M. Léon Vaillant, professeur honoraire au Muséum national d’histoire naturelle”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, vol. 20, no 7, 1914, pp. 374-375.

Roule (Louis), “Le Professeur Léon-Louis Vaillant (1834-1914)”, Nouvelles Archives du Muséum, vol. 4, 1929, pp. 1-14.

Weiner (Dora), “Vaillant, Léon-Louis”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionaty of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1976, vol. 13, pp. 551-552 :

PJ

VAILLANT Sébastien

né le 26 mai 1669 à Vigny (Val-d’Oise), mort le 20 mai 1722 à Paris
garçon servant au laboratoire du Jardin du roi, puis professeur et sous-démonstrateur de l’extérieur des plantes du Jardin du roi et garde du Cabinet des drogues du Jardin du roi
Botanique

12Vaillant, qui était le quatrième des six enfants d’un cultivateur, montra dès son plus jeune âge une véritable passion pour la botanique. D’abord placé en pension à Pontoise chez un prêtre nommé Subtil, il apprit ensuite la musique sous la direction d’un organiste. Vaillant remplaça son second maître décédé en 1680 et occupa la charge d’organiste auprès des religieuses de Pontoise. Se sentant alors attiré par les disciplines médicales, le jeune garçon étudia comme élève de l’hospice municipal la chirurgie, un art qu’il alla pratiquer à Évreux en 1688. Vaillant remplit à l’hôpital de cette ville les fonctions de garçon chirurgien, puis il obtint en 1690, sur la recommandation du marquis de Goville, une place de chirurgien militaire. Après avoir combattu avec son régiment à Fleurus et perdu son protecteur sur le champ de bataille, le jeune homme regagna Évreux pour peu de temps. Il monta dès 1691 à Paris, où il travailla comme externe à l’Hôtel-Dieu, tout en exerçant la chirurgie à Neuilly.

13Parallèlement à ses activités médicales, Vaillant suivit au Jardin royal le cours de botanique de Joseph Pitton de Tournefort*, dont il gagna l’amitié. Le jeune homme devint le secrétaire du père de Valois, puis celui de Guy-Crescent Fagon*, qui lui fit donner en 1702 le brevet de “garçon servant au laboratoire du Jardin royal”. Vaillant assura sous ce titre modeste la direction des cultures. En 1708, Fagon démissionna de son poste de professeur et sous-démonstrateur de botanique, à condition de survivance, au bénéfice de son protégé. Ce dernier occupa de surcroît l’office de garde du Cabinet des drogues au Jardin royal en 1709 et entra à l’Académie royale des sciences – sans avoir sollicité pareil honneur – en 1716. L’année suivante, Vaillant remplaça le professeur de botanique en titre pour le cours d’ouverture au Jardin. Mais, la santé du botaniste se trouva peu à peu altérée sous l’effet d’une activité professionnelle intense. Vaillant devint asthmatique, dépérit quelque temps, puis mourut à l’âge de cinquante-trois ans d’une maladie pulmonaire.

14Vaillant laissa le souvenir d’un personnage robuste, excellent marcheur et doté d’une vue perçante. Son don de l’observation fut loué par Carl von Linné. Accusé quelquefois d’ingratitude vis-à-vis de son maître Tournefort, Vaillant fut apprécié de Fagon pour son honnêteté et sa discrétion.

15Le botaniste établit le premier, sur des preuves irrécusables, l’existence d’une reproduction sexuée chez les plantes. Critiquant le système de classification végétale de Tournefort, il conçut avant Linné une méthode taxonomique basée sur l’étude des organes de la fructification. Vaillant inventoria également la flore de la région parisienne et s’intéressa aux Composées, aux Mousses, aux Lichens, ainsi qu’aux Champignons. Parmi les publications dues à sa plume, citons : Caractères de quatorze genres de plantes, dénombrement de leurs espèces, descriptions et figures (1710), Discours prononcé le 10juin 1717, à l’ouverture du Jardin royal des plantes, sur la structure des fleurs, leurs différences et l’usage de leurs parties (1718) et Botanicon parisiense, ou Dénombrement par ordre alphabétique des plantes qui se trouvent dans les environs de Paris (1727) – publié par Boërhaave.

16Au Jardin royal, Vaillant fit construire deux grandes serres et un amphithéâtre, et développa le Cabinet des drogues, dont il fit les honneurs au tsar Pierre le Grand. Son herbier, qui fut acheté après sa mort par le roi, enrichit les collections du Muséum. Quant à ses manuscrits et aux dessins de son Botanicon parisiense, ils furent acquis par Boërhaave, puis transférés à l’université de Leyde. Il dispensa dans le cadre du Jardin royal un enseignement théorique, ainsi que des herborisations à la campagne très suivis. Enfin, le genre Vaillantia (Tournefort), ainsi que les espèces Galium vaillantii et Bulliardia vaillantii, rappellent le souvenir du botaniste.

Bibliographie

Cap (Paul-Antoine), Le Muséum d’histoire naturelle, Paris : Curmer, 1854, pp. 12-13 et 110-112.

Jovet (P.), Mallet (J.), “Vaillant, Sébastien’’, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1976, vol. 13, pp. 553-554.

Leroy (Jean-François), “La Botanique au Jardin des plantes (1626-1670)”, Adansonia, 2e série, vol. 11, no 2, 1971, pp. 225-250.

PJ

VALENCIENNES Achille

né le 9 août 1794 à Paris, mort le 13 avril 1865 à Paris
chaire de Zoologie (Reptiles et Poissons), puis d’Histoire naturelle des Mollusques, des Vers et des Zoophytes
Ichtyologie, Malacologie

17Fils de Jean-Baptiste Valenciennes*, un aide-naturaliste de Louis Daubenton*, Valenciennes naquit dans l’enceinte même du Muséum. Après des études comme boursier au collège de Rouen, il voulut préparer le concours d’entrée de l’École polytechnique, mais la mort de son père le contraignit à travailler pour subvenir aux besoins de sa mère et de ses quatre sœurs. Le jeune homme entra donc en 1812 au Muséum, grâce à l’appui d’Étienne de Lacepède*, afin d’occuper un modeste emploi de préparateur affecté aux collections zoologiques. Devenu rapidement aide-naturaliste pour la zoologie, Valenciennes fut le collaborateur de Jean-Baptiste de Lamarck* et d’Étienne Geoffroy Saint-Hilaire*, avant de se trouver rattaché à la chaire de Zoologie (Reptiles et Poissons) de Constant Duméril* en 1826. Il avait commencé à travailler dès 1815 sous la direction de Georges Cuvier*, désormais son principal patron, qui le fit nommer professeur de sciences naturelles au collège Rollin en 1828, puis maître de conférences de zoologie à l’École normale supérieure en 1831.

18L’année suivante, Valenciennes se trouva de justesse préféré à Jean Quoy pour occuper au Muséum la chaire d’Histoire naturelle des Mollusques, des Vers et des Zoophytes, libérée par le transfert d’Henri Ducrotay de Blainville*. Valenciennes, qui survécut en 1832 à une atteinte du choléra, chercha désormais à occuper le plus grand nombre possible de postes universitaires ou administratifs, échouant souvent dans cette ambition. Avec le soutien de son ami Humboldt, il entra à l’Académie des sciences en 1844, après une élection âprement disputée. Valenciennes occupa au mois de juillet 1856 la chaire de Zoologie nouvellement créée à l’École supérieure de pharmacie de Paris et – bien que légalement dispensé de cette formalité comme membre de l’Institut – il soutint en 1861 les thèses nécessaires à l’obtention du titre de pharmacien de première classe. Après le début des années 1860, une affection cardiaque le contraignit à se faire suppléer dans les établissements où il enseignait : il fut remplacé à l’école de pharmacie par l’agrégé Alphonse Milne-Edwards* et au Muséum, en 1864, par Henri de Lacaze-Duthiers*. Achille Valenciennes mourut au Jardin des plantes après de cruelles souffrances.

19Il est difficile de se faire une idée exacte du caractère de ce personnage corpulent, au visage empâté, vêtu avec négligence. En effet, certains témoignages des contemporains de Valenciennes, entachés de malveillance, sont sujets à caution. La bonté et la simplicité semblent pourtant incontestables, tempérées d’une brusquerie inhérente à l’ardeur du tempérament. Valenciennes fut par ailleurs créditées d’une grande érudition, ainsi que d’une mémoire prodigieuse. Détail savoureux, cet homme capable d’abattre un travail de bénédictin usait parfois de stratagèmes dignes d’un collégien, pour échapper à la vigilance de Cuvier et aller faire un tour hors du laboratoire. Valenciennes mena l’existence d’un bourgeois très attaché à sa famille. Il avait eu quatre enfants d’Alphonsine Gottis, épousée en 1831.

20Son œuvre, volontairement produite en dehors du champ des théories, fut de nature surtout descriptive et taxonomique. Valenciennes n’en eut pas moins l’idée de souligner les relations existant entre les espèces fossiles et actuelles, dans les séries conchyliologiques. Il conduisit des investigations concernant les Éponges, les Coelentérés, les Gorgones, les Mollusques – Lamellibranches, Panopées, Nautiles –, les helminthes parasites et la reproduction du homard. Tous ces travaux firent l’objet de divers mémoires. Mais, son magnum opus fut une monumentale Histoire naturelle des Poissons (1828-1850) en vingt-deux volumes, dont les huit premiers furent écrits en collaboration avec Cuvier, l’initiateur du projet. Cette œuvre, restée malheureusement inachevée, fut rendue possible grâce à l’étude sur place des collections de Londres, Berlin et Leyde.

21Dans ses travaux taxonomiques, Valenciennes retint notamment comme critère de classification la constitution chimique des pièces du squelette. Il étudia aussi avec Edmond Frémy* la composition de divers tissus ou productions animales, tels le sang, les cristallins, les muscles ou les œufs. Il enrichit enfin considérablement les collections du Muséum, surtout pour ce qui concerne la malacologie.

Bibliographie

Appel (Toby), “Valenciennes, Achille”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1976, vol. 13, pp. 554-555.

VALENCIENNES A. – Muge capiton, Muge doré, Mugil capito nob. et Mugil auratus Risso, issu de : Valenciennes (Achille), Cuvier (Georges), Histoire naturelle des poissons, Paris : [s.n.], 1826, vol. 11, pl. 308. Dessin de A. Prevos, gravure de Pierre, imprimé par Langlois.

Bauchot (Marie-Louise), Daget (Jacques), Bauchot (Roland), “L’Ichtyologie en France au début du XIXème siècle : l’histoire naturelle des Poissons de Cuvier et Valenciennes”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 4e série, vol. 12 (supplément), 1990, 139 p. Milne-Edwards (Alphonse), “Éloge de M. Valenciennes”, Journal de Pharmacie et de Chimie, 4e série, vol. 5, 1867, pp. 5-17.

Monod (Théodore), “Achille Valenciennes et l’Histoire naturelle des Poissons”, Mémoires de l’Institut fondamental d’Afrique Noire, no 68, 1963, pp. 9-45.

PJ

VALENCIENNES Jean-Baptiste

né le 29 juillet 1754 à Toulouse (Haute-Garonne), mort le 4 mai 1812 à Paris
cabinets du Jardin du roi, puis chaire de Minéralogie
Muséologie, Taxidermie

22Fils cadet d’un maître perruquier, Valenciennes fut recruté vers 1782 comme garçon de cabinet au Jardin du roi. Il seconda alors Fattory*, devint en 1790 huissier des cabinets, chargé des préparations, puis succéda à Fattory retraité en 1792. Aidant à cette époque Jean-François Lucas* dans son service, Valenciennes se trouvait chargé de diverses tâches, comme des distillations, des naturalisations d’animaux ou des étiquetages. Il fut le premier nommé de tous les aides-naturalistes du Muséum en 1793, année au cours de laquelle il assista Jean-Baptiste de Lamarck* pour le récolement des collections du château de Chantilly. Après avoir travaillé dans la chaire de Minéralogie sous les directions successives de Louis Daubenton*, Déodat de Dolomieu*, puis René-Just Haüy*, Valenciennes mourut au cours de sa cinquante-septième année. Il s’était marié le 16 ventôse an V (6 mars 1797) avec Marie-Louise Pain-Derval, qui avait donné naissance à cinq enfants : un garçon prénommé Achille* – qui devait occuper plus tard une chaire au Jardin des plantes – et quatre filles. Se trouvant sans ressources après la mort de son mari, madame veuve Valenciennes obtint l’aide du Muséum.

Source

Documents Muséum (d’après les archives d’É.-R. Brygoo). Dossier Olivier Marat (Archives nationales, AJ15, no 549)·

PJ ERB

VALLOIS Henri, Marie, Victor

né le 11 avril 1889 à Nancy (Meurthe-et-Moselle), mort le 27 août 1981 à Paris
chaire d’Ethnologie des Hommes actuels et des Hommes fossiles
Anatomie, Anthropologie, Paléoanthropologie

23Né dans une famille d’origine lorraine, Vallois avait un frère et deux sœurs. Il passa sa jeunesse à Montpellier, où son père avait été nommé professeur d’obstétrique. Une fois son baccalauréat ès lettres obtenu à l’âge de seize ans, le jeune homme abandonna les humanités pour entrer à la faculté des sciences de sa ville d’adoption. Il commença deux années plus tard des études à la faculté de médecine, devenant successivement aide, préparateur, puis prosecteur durant la période 1909-1914. Vallois fit, lors de son service militaire, un séjour à Toulouse en 1910. Il obtint la même année sa licence ès sciences, puis son doctorat en médecine en 1914. À cette époque, il fit la connaissance de Raoul Anthony*, alors assistant de la chaire d’Anatomie comparée du Muséum. Vallois fut mobilisé au début de la Grande Guerre comme aide-major, opérant des blessés sous les balles avant de subir deux ans d’emprisonnement dans la forteresse d’Ingolstadt en Bavière. De retour à Montpellier, il fut affecté à un hôpital de fortune et devint en 1919 chef de travaux d’anatomie à la faculté de médecine. Vallois effectua ensuite un brillant parcours universitaire : agrégé d’anatomie en 1920, il fut nommé à la faculté de médecine de Toulouse, puis soutint son doctorat ès sciences en 1922, année au cours de laquelle il prit la tête de la chaire d’Anatomie toulousaine comme remplaçant de l’ancien titulaire décédé.

24Dans la métropole languedocienne, il disposa d’un laboratoire bien équipé par ses soins et exerça la fonction de directeur du Musée d’histoire naturelle. Ceci ne l’empêcha pas, comme il s’orientait vers l’anthropologie, d’effectuer de fréquents voyages dans la capitale, où il rencontra notamment Marcellin Boule* à l’Institut de paléontologie humaine, ainsi que René Verneau* au Muséum. Vallois devint deux fois directeur d’un laboratoire d’Anthropologie de l’École pratique des hautes études : d’abord à Toulouse en 1933, puis à Paris en 1937. Nommé en 1938 professeur d’anthropologie préhistorique à l’Institut de paléontologie humaine lors du décès de Verneau, il fut mobilisé durant la seconde guerre mondiale au poste de médecin-chef d’un hôpital complémentaire toulousain. Vallois remplaça en 1941 Paul Rivet* exilé comme titulaire de la chaire d’Ethnologie des Hommes actuels et des Hommes fossiles du Muséum, ainsi que comme directeur du Musée de l’Homme. Il devint directeur de l’Institut de paléontologie humaine en 1942, assurant par la suite des enseignements d’anthropologie dans diverses institutions, telle la faculté des sciences de Paris. En 1945, il rendit à Rivet la direction du Musée de l’Homme et de la chaire d’Ethnologie des Hommes actuels et des Hommes fossiles, deux responsabilités qu’il assuma de nouveau cinq années plus tard. Il vit sonner l’heure de sa retraite en 1959. C’est à l’âge de quatre-vingt-douze ans qu’Henri Vallois s’éteignit discrètement dans la maison de Chevreul, ayant progressivement perdu la vue et la possibilité de se mouvoir.

25Grand et mince quant au physique, il fut décrit comme un personnage au caractère aimable bien que réservé, qui savait manier l’humour. Il dispensait à l’amphithéâtre des cours d’une grande clarté. Ajoutons que ce sportif à la vaste culture aimait la montagne et la musique. Vallois protégea, durant les heures sombres de l’Occupation, le personnel du Musée de l’Homme. Il avait épousé en 1918 Amélie Dautheville, qui mourut avant lui.

26Vallois, qui fut l’un des grands maîtres de l’anthropologie française, publia entre 1908 et 1980 quatre cent trente-neuf articles ou ouvrages. Parmi ces derniers, citons Les Races humaines (1944) et Les Hommes fossiles (1946) – écrit en collaboration avec Boule. Sa vocation initiale d’anatomiste le conduisit à traiter des sujets comme la musculature spinale, la ceinture scapulaire ou l’articulation du genou chez les Vertébrés, en particulier chez les Primates. Pour Vallois, qui étudia aussi diverses anomalies organiques, l’anatomie humaine devait intégrer des aspects comparatifs et fonctionnels. Il élargit ensuite le champ de l’anthropologie physique en y introduisant d’autres disciplines, telles l’hématologie géographique, la physiologie ou la statistique. Responsable de nombreux perfectionnements apportés aux techniques anthropométriques, il étudia la biométrie de diverses populations actuelles : les Pygmées, les Bédouins Taamré, les Français. Vallois donna aussi une définition claire de la race et établit une classification des groupes humains.

27En paléoanthropologie, un domaine qui occupa la seconde moitié de sa vie scientifique, il démontra l’origine monophylétique du genre humain. Il étudia différents fossiles originaux d’Hominidés, établit la première synthèse sur le Mésolithique et contribua largement à dresser un tableau cohérent de l’évolution hominienne. Vallois fut, par ailleurs, l’un des pionniers de la paléopathologie, comme en témoignent ses travaux sur les maladies ou la durée de vie de nos ancêtres. Enfin, durant ses vingt années de directorat au Musée de l’Homme, l’anthropologue consacra tous ses efforts à enrichir le fonds dont il était responsable, y intégrant notamment la prestigieuse collection Broca.

Bibliographie

Anonyme, Jubilé de M. Henri Vallois, Paris : Masson, 1961, 61 p. [extr. de L’Anthropologie, vol. 65, no 1-2,1961, pp. 117-178] (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 7562).

Anonyme, “Henri Vallois (1889-1981)”, Mondes et Cultures, vol. 41, no 4, 1981, p. 653.

Anonyme, “Le Professeur H. V. Vallois”, Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, 13e série, vol. 9, no 2, 1982, pp. 85-156.

Bourdelle (Édouard), Rapport sur les titres et travaux scientifiques du Professeur H. Vallois, candidat à la chaire d’Ethnologie des Hommes actuels et des Hommes fossiles du Muséum national d’histoire naturelle, 1941, 10 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 7615).

Henri-Martin (Germaine), Bouteiller (Marcelle), “Jubilé du professeur H.-V Vallois”, Science et Nature, no 44, 1961, pp. 37-38.

Schwidetzky (Ilse), “L’Œuvre de H. V Vallois à la lumière des citations dans les journaux anthropologiques”, Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, 13e série, vol. 9, no 3, pp, 227-231.

Tort (Patrick), “Vallois Henri Victor 1889-1981”, in Tort (Patrick) (sous la dir.), Dictionnaire du Darwinisme et de l’Évolution, Paris : PUF, 1996, vol. 3, pp, 4399-4400.

PJ

VALLOT Antoine

né en 1595 ou 1596 à Clairac (Lot-et-Garonne), mort le 9 août 1671 à Paris
surintendant du Jardin du roi
Médecine

28Après des études de médecine à Reims, Antoine Vallot entra dans la mouvance de la cour en devenant premier médecin de la régente Anne d’Autriche puis, en 1652, de Louis XIV Il prit donc la suite de François Vautier* non seulement auprès du monarque mais aussi dans le procès intenté par ce dernier depuis 1646 contre Charles Bouvard*, afin de récupérer la surintendance du Jardin royal des plantes, attachée depuis 1626 à la charge de premier médecin. Plus heureux en justice que son prédécesseur, il semble avoir profité dès 1653 de la jouissance paisible de la surintendance et des vingt et un mille livres annuelles qui en dépendaient. L’usage qu’il en fit fut assez bénéfique pour le jardin où – bien que son passage à la faculté de Montpellier ait été calamiteux pour l’établissement – le trafic des charges n’eut vite plus cours. Un temps influencé par l’exemple de Vautier qui avait laissé le Jardin royal dans un état d’incurie totale, Vallot prit conscience de l’importance de cette institution encore fragile. Sans être très scrupuleux sur la gestion des subsides qui lui étaient confiés, il sut s’entourer de personnes remarquables. Devenu seul maître du jardin suite à la vacance de l’intendance (aucun intendant ne fut nommé en 1651, après le départ en Pologne de William Davisson*), il fit appel à Moïse Charas* en 1658 puis à Denis Joncquet*. Ce dernier venait de publier un catalogue des plantes cultivées sous sa direction dans les jardins de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés, sur le modèle de l’ouvrage de Robert Morison, l’Hortus regius Blesensis, paru en 1655, et qui recensait les plantes cultivées à Blois par l’oncle du roi, Gaston d’Orléans. Souhaitant donner un prestige au moins équivalent au Jardin du roi, Vallot fit publier par Denis Joncquet un Hortus regius dans lequel sont recensées quatre mille plantes. Pour les réunir, Vallot avait aussi fait appel au petit-neveu de Guy de La Brosse*, fondateur du jardin, Guy-Crescent Fagon* : pendant que le surintendant cherchait à faire venir de l’étranger des plantes rares, Fagon parcourait la France pour ramener à Paris des spécimens intéressants. Par ailleurs, c’est sous l’autorité de Vallot que fut décidée la continuation de la collection des Vélins, donnée au roi par Gaston d’Orléans. Un bilan assez positif donc pour le jardin, mais une gestion hasardeuse : à la mort de Vallot, en 1671, Colbert fit placer l’institution sous la tutelle directe des bâtiments du roi avec suppression de la surintendance et maintien de la seule intendance.

29De ce fait, Vallot fut le dernier “premier médecin du roi” à avoir eu la haute main sur le jardin. En réalité, cette liaison entre les deux charges, habilement prévue par Guy de La Brosse en 1626 afin de s’attirer les bonnes grâces du puissant médecin de Louis XIII, Jean Héroard*, n’aida pas dans les premières années au développement de la jeune institution, bien au contraire. Car la tâche principale des surintendants était de soigner la royale personne. C’est ce que fit Vallot à Calais, en 1658. Adepte comme son prédécesseur Vautier des théories chimiques, il guérit Louis XIV grâce à une cure de vin émétique. L’efficacité apparente de ce remède fit beaucoup pour la réputation de Vallot mais ne put évidemment convaincre Guy Patin, farouche adversaire de la “chimiâtrie”. D’après ce dernier, dont l’objectivité ne semble pas avoir été la qualité première, Vallot, cet “âne parmi les singes”, serait responsable de la mort d’Henriette d’Angleterre...

30Malgré ses sept enfants, Vallot ne laissa derrière lui aucune descendance lorsqu’il mourut d’une crise d’asthme, au Jardin du roi, le 9 août 1671.

Bibliographie

Astruc (Jean), Mémoires pour servir à l’histoire de la faculté de médecine de Montpellier, Paris : P. G. Cavelier, 1767, 432 p.

Joncquet (Denis), Hortus ; sive, Index onomasticus plantarum, quas excolebat Parisii annis 1658 & 1659..., Paris : Apud Franciscum Clousier, 1659, 140 p.

Joncquet (Denis), Hortus regius. Pars prior, Paris : Apud D. Langlois, 1665, 188 p.

Jussieu (Antoine de), Discours sur le progrès de la botanique au Jardin royal de Paris..., Paris : Étienne Ganeau, 1718, 24 p.

Jussieu (Antoine-Laurent de), “Seconde notice historique sur le Muséum d’histoire naturelle”, Annales du Muséum national d’Histoire naturelle, vol. 2, 1803, pp. 1-16. Morison (Robert), Hortus regius Blesensis..., Londres : Typis T. Roycroft, 1669, 499 p.

Patin (Guy), Lettres..., nouvelle édition augmentée de lettres inédites... par Reveillé-Parise, Paris : chez J.-B. Baillière, 1846, 3 vols.

PH

VALMONT DE BOMARE Jacques, Christophe

né le 17 septembre 1731 à Rouen (Seine-Maritime), mort le 24 août 1807 à Paris
démonstrateur d’histoire naturelle au Cabinet du roi
Histoire naturelle

31Fils d’un avocat au parlement de Normandie, Valmont de Bomare fit de brillantes études classiques chez les jésuites de Rouen, avant de se destiner aux sciences. Il monta en 1750 dans la capitale, où il suivit les cours d’anatomie de Claude Le Cat et s’initia à la pharmacie. Breveté ensuite naturaliste-voyageur grâce au ministre d’Argenson, Valmont de Bomare parcourut les Alpes, les Pyrénées, la Suisse, l’Italie, l’Allemagne, l’Angleterre, la Suède, la Laponie, l’Islande, visitant les musées, les mines, les ateliers métallurgiques, rencontrant des savants et recueillant des échantillons minéraux. Le jeune naturaliste rejoignit la France en 1756. Il constitua alors un cabinet d’histoire naturelle, enseigna cette discipline avec succès jusqu’en 1788, fut reçu maître apothicaire en 1764 – il tint deux ans officine à Paris – et accepta en 1769 la direction du cabinet de physique et d’histoire naturelle du prince de Condé à Chantilly. De plus, l’almanach royal signalait Valmont comme démonstrateur d’histoire naturelle au cabinet du Jardin royal de 1766 à 1787. Lorsque le régime révolutionnaire de la Terreur s’installa en France, la crainte d’être compromis incita le naturaliste à brûler ses relations de voyage, ainsi que sa correspondance. Valmont de Bomare reprit ses cours en 1795, mais il dut les arrêter définitivement en 1806, car ses forces s’étaient épuisées. Professeur à l’école centrale de la rue Saint-Antoine et membre associé de l’Institut depuis 1796, il fut nommé censeur des études au lycée Charlemagne de Paris en 1806. Valmont de Bomare mourut dans sa soixante-seizième année.

32Valmont de Bomare fut décrit comme un personnage bienveillant, droit, charitable, qui montrait des dons pour l’enseignement. Sollicité par diverses cours royales d’Europe, il correspondit notamment avec Carl von Linné et Jean-Jacques Rousseau.

33Davantage vulgarisateur que scientifique, Valmont de Bomare eut le mérite de participer activement à la circulation des connaissances en histoire naturelle. Il diffusa notamment les systèmes de nomenclature minéralogique de Wallerius et Linné. Par ailleurs, Valmont, qui décrivit les volcans d’Islande, découvrit une mine de plomb riche en argent à Châtelaudren (Bretagne). Citons, parmi les publications du naturaliste : Catalogue d’un cabinet d’histoire naturelle (1758), Traité de minéralogie, ou Nouvelle exposition du règne minéral, avec un dictionnaire nomenclateur et des tables synoptiques (1762) et un monumental Dictionnaire raisonné universel d’histoire naturelle (1764) plusieurs fois réédité.

Bibliographie

Anonyme, “Les Délibérations de la Compagnie des marchands apothicaires-épiciers de Paris”, Bulletin de la Société d’Histoire de la Pharmacie, 17e année, vol. 5, no 66, 1929, pp. 429-430.

Hoefer (Ferdinand), Nouvelle biographie générale, depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, Paris : Firmin Didot, 1866, vol. 45, pp. 894-895.

Michaud (Louis-Gabriel), Biographie universelle ancienne et moderne, Bad Feilnbach : Schmidt, 1998, vol. 42, pp. 513-514.

PJ

VAN SPAENDONCK Gérard

né le 22 mars 1746 à Tilburg (Belgique), mort le 11 mai 1822 à Paris
peintre en miniature du roi au Jardin du roi, puis chaire d’iconographie
Peinture

34Issu d’une famille de peintres flamands, Gérard Van Spaendonck reçut sa première formation, à partir de l’âge de dix ans environ, à Anvers chez le peintre de fleurs J. Herreyns qui jouissait alors d’une belle notoriété. Après un séjour de six ans à Anvers, il partit à Bréda où il participa à la décoration prévue pour les festivités organisées en l’honneur de Guillaume V Largent gagné à Bréda lui permit de se rendre en 1770 à Paris, où il se fit rapidement apprécier en peignant des bouquets à la manière hollandaise ou en décorant de miniatures des étuis ou coffrets. La protection de Georges-Louis Buffon* et du comte d’Angiviller, surintendant des bâtiments du roi, lui valut, par brevet du 1er juillet 1774, la survivance de la charge de peintre du roi pour la miniature qu’occupait alors Madeleine-Françoise Basseporte*, âgée de soixante-treize ans. À la mort de celle-ci, en septembre 1780, VanSpaendonck lui succéda et fut dès lors logé au Jardin du roi. Il fut reçu à l’Académie royale en 1781.

35Gérard Van Spaendonck n’a enrichi la collection des Vélins que de cinquante-cinq peintures de fleurs, exécutées entre 1781 et 1785 avec une grande élégance et une parfaite maîtrise de l’aquarelle sur vélin. Au début de 1786, il demanda un congé pour faire un voyage dans son pays natal et à partir de ce moment se fit suppléer par le plus doué de ses élèves : Pierre-Joseph Redouté.

36Le décret du 10 juin 1793 qui transformait le Jardin du roi en Muséum national d’Histoire naturelle fit de Van Spaendonck le premier titulaire de la chaire d’iconographie et l’un des douze professeurs-administrateurs du nouvel établissement. Il en dessina alors la vignette emblématique, dite “la ruche”. Il contribua à l’élaboration d’un plan pour développer la collection des Vélins. Van Spaendonck exposa pour la dernière fois en 1795. Membre de la troisième classe (littérature et beaux-arts) de l’Institut national en 1795, il reçut la légion d’honneur dès 1804.

VAN SPAENDONCK G. – Cachet du Muséum dessiné sous la Révolution par Gérard Van Spaendonck. Issu d’une lettre de Thouin à Delahaye, datée du 4 frimaire an XII.

37Gérard Van Spaendonck forma de nombreux élèves : Pierre-Joseph Redouté, mais aussi d’autres peintres de fleurs comme Adèle Riché et sans doute Pancrace Bessa, ainsi que des animaliers comme Nicolas Maréchal, Paul-Louis Oudart, Émile Blanchard*, Antoine Chazal.

38Son frère, Corneille Van Spaendonck (1756-1840), venu également à Paris, travailla pour la manufacture de Sèvres. Peintre de fleurs lui aussi, sa production se rapproche beaucoup de celle de son aîné.

Bibliographie

Balis (Jan), “Gérard Van Spaendonck”, in Vélins du Muséum, peintures sur vélin de la collection du Muséum national d’histoire naturelle : catalogue de l’exposition organisée à la Bibliothèque royale Albert 1er de Bruxelles, du 28 septembre au 31 octobre 1974, Bruxelles : Bibliothèque royale Albert 1er, 1974, pp. 8-10.

Bidal (Anne-Marie), “Inventaire des archives du Muséum national d’histoire naturelle. Première partie. Série A : Archives du Jardin du roi”, Archives du Muséum national d’Histoire naturelle, 6e série, vol. Il, no 334-337, 1934, pp. 203-204.

Bultingaire (Léon), “Les Peintres du Jardin du roi au XVIIIème siècle”, Archives du Muséum national d’Histoire naturelle, 6e série, vol. 3, 1928, pp. 29-32.

Van Spaendonck (Albert), “Theatrum Florae” et les peintres Van Spaendonck : premier essai de monographie des peintres Gérard et Corneille Van Spaendonck, Bruxelles, 1981, 27 p. multigraphiées.

VAN TIEGHEM Philippe, Édouard, Léon

né le 19 avril 1839 à Bai Heul (Nord), mort le 28 avril 1914 à Paris
chaire de Botanique, Organographie et Physiologie végétale
Anatomie végétale, Cryptogamie, Microbiologie, Physiologie végétale

39Dernier-né d’une famille de cinq enfants – trois filles et deux garçons–, Van Tieghem était le fils d’un négociant en textiles d’origine hollandaise. Le jeune garçon, dont le père mourut de la fièvre jaune avant sa naissance, devint très tôt orphelin de mère. Élevé, jusqu’à ce que ses sœurs puissent s’occuper de lui, par son oncle et sa tante maternels, Van Tieghem ne connut pas une jeunesse heureuse, car l’austérité puritaine gouvernait la vie de sa famille. Il se réfugia dans l’étude, entrant au collège de Bailleul où il obtint en 1856 son baccalauréat dès la fin de la classe de seconde. Ce brillant élève prépara ensuite au lycée de Douai, grâce à une bourse, les concours des écoles polytechnique et normale supérieure. Reçu dans le second établissement en 1858, Van Tieghem fut distingué par ses maîtres, obtint l’agrégation de sciences physiques et naturelles en 1861, puis fut immédiatement nommé rue d’Ulm agrégé-préparateur de botanique et de minéralogie. Le jeune scientifique suppléa dès 1862 Joseph-Charles d’Almeida, comme professeur de physique et mécanique au lycée Napoléon. Par ailleurs, il élabora sous la direction de Louis Pasteur une thèse de doctorat sur la fermentation ammoniacale, qu’il soutint en 1864. Son travail ayant été jugé de nature essentiellement chimique, Van Tieghem obtint le grade de docteur ès sciences physiques. Or, il désirait devenir botaniste, une vocation que concrétisa sa nomination en 1864 au poste de maître de conférences de botanique à l’École normale supérieure. Il prépara donc une seconde thèse, inspirée par Joseph Decaisne*, devenant docteur ès sciences naturelles en 1867.

40Professeur de biologie à l’École des arts et métiers de 1873 à 1886, élu à l’Académie des sciences en 1877, Van Tieghem succéda en 1879 à Adolphe Brongniart* comme titulaire de la chaire de Botanique, Organographie et Physiologie végétales du Muséum. Il démissionna alors de son poste à l’École normale supérieure. Van Tieghem exerça également des professorats à l’école normale de jeunes filles de Sèvres, de 1885 à 1912, ainsi qu’à l’Institut agronomique, de 1899 à 1914. Cette dernière année, il comptait demander sa retraite du Muséum conformément à la règle. Mais, son état de santé défaillant depuis plusieurs mois ne lui en laissa pas le temps : il mourut à l’âge de soixante-quinze ans, un jour après s’être alité.

41De taille élevée, se tenant bien droit, portant longues les moustaches ainsi que l’impériale, Van Tieghem arborait une allure un peu militaire. Ses contemporains le décrivirent comme réservé, affable, épris de vérité et sachant manifester de la fermeté si nécessaire. Ce naturaliste cultivé, ce bénédictin minutieux qui attirait de nombreux élèves, dispensait avec clarté des cours très méthodiques. Marié en 1862 avec Hélène Sarchi, Van Tieghem avait eu de cette union quatre filles et un fils.

42Van Tieghem, qui fut l’auteur de plus de trois cents publications, bâtit une œuvre importante, relative à la microbiologie, à la cryptogamie, à la physiologie végétale et surtout à l’anatomie des Phanérogames. Ses investigations sur les Bactéries le conduisirent à étudier l’agent de la fermentation butyrique, Bacillus amylobacter. Concernant les Champignons, il s’intéressa à des espèces microscopiques appartenant à diverses familles, comme celle des Mucorinées, montra l’implication de moisissures dans la fermentation gallique et inventa la “cellule de Van Tieghem”, qui permet d’observer le développement d’un organisme fongique à partir d’une seule spore. Le naturaliste explora un autre domaine de la cryptogamie avec l’étude des Algues bleues, dont il souligna la parenté avec les Bactéries. En physiologie végétale, il réalisa de nombreux travaux, étudiant notamment les effets du froid sur la graine, la germination du pollen, le rôle nutritif de l’albumen pour les jeunes embryons, la fermentation alcoolique ou la vie de certains microorganismes dans l’huile.

43Van Tieghem fut le “Cuvier* des végétaux”, fondant une anatomie raisonnée et comparative qu’il appliqua à la systématique. Il définit les différents organes par leur structure, leur origine embryologique, ainsi que leurs caractères histologiques. De plus, il découvrit grâce à ses connaissances mathématiques les lois de symétrie existant chez les plantes, se trouva à l’origine d’une nouvelle classification des Phanérogames basée sur l’ovule et la graine, et conduisit des recherches sur les végétaux parasites. Van Tieghem fut l’un des rares botanistes français à accepter les théories darwiniennes dans sa discipline. Parmi ses très nombreux écrits scientifiques, citons les Recherches sur la structure du pistil et l’anatomie comparée de la fleur, avec un atlas de 16 planches (1871), les Recherches sur la symétrie de structure des plantes vasculaires (1871), les Recherches physiologiques sur la germination (1873), Sur le Bacillus amylobacter et son rôle dans la putréfaction des tissus végétaux (1877), ainsi qu’un précieux Traité de botanique (1884). Enfin, au Muséum, le naturaliste constitua une collection phytoanatomique comportant environ vingt mille coupes.

Source

Dossier personnel (Archives nationales, AJ15, no 560).

Bibliographie

Appell (Paul), [s.t.], Comptes Rendus hebdomadaires des Séances de l’Académie des Sciences, vol. 158, no 18, 1914, pp. 1229-1235.

Bertrand (Paul), “Leçon inaugurale faite au Muséum national d’histoire naturelle, le 12 juin 1941”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 13, no 5, 1941, pp. 369-391.

Bonnier (Gaston), “L’Œuvre de Philippe Van Tieghem”, Revue générale de Botanique, vol. 26, 1914, pp. 352-441. Costantin (Julien), “Philippe Van Tieghem”, Annales des Sciences naturelles, Botanique, 9e série, vol. 19, 1914, pp. 1-8.

Costantin (Julien), “Philippe Van Tieghem”, La Nature, 42e année, no 2137, 1914, pp. 394-396.

Costantin (Julien), “Philippe Van Tieghem, 1839-1914”, Nouvelles Archives du Muséum, 6e série, vol. 2, 1927, pp. 1-19.

Costantin (Julien), “Le Rôle de Brongniart, de Renault et de Van Tieghem dans la chaire d’Organographie du Muséum”, Nouvelles Archives du Muséum, 6e série, vol. 12, 1935, pp. 319-324.

Nougarede (A.), “Van Tieghem, Philippe”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1976, vol. 13, pp. 405-406.

Tort (Patrick), “Van Tieghem Philippe Édouard Léon. 1839-1914”, in Tort (Patrick) (sous la dir.), Dictionnaire du Darwinisme et de l’Évolution, 1996, Paris : PUF, 1996, vol. 3, p. 4403.

Van Tieghem (Philippe), Notice sur les travaux scientifiques, Paris : impr. de E. Martinet, 1876, 40 p.

PJ

VAUQUELIN Nicolas, Louis

né le 16 mai 1763 à Saint-André-d’Hébertot (Calvados), mort le 14 novembre 1829 à Saint-André-d’Hébertot
chaire des Arts chimiques
Chimie

44Troisième des sept enfants d’un journalier agricole, Vauquelin montra très tôt des dispositions pour les études. Il bénéficia d’une bonne formation initiale grâce à la protection de la famille d’Aguesseau, qui employait son père. Puis, passionné par la chimie, Nicolas entra à l’âge de quatorze ans comme garçon de laboratoire chez un pharmacien de Rouen. Celui-ci traita fort mal son brillant apprenti, lequel revint dans son village natal où des amis le réconfortèrent et l’aidèrent à gagner la capitale. De 1778 à 1783, le jeune homme travailla successivement chez divers apothicaires parisiens, dont le dernier en date, Jean Chéradame, était cousin d’Antoine-François de Fourcroy*. Ce grand chimiste prit en 1783 Vauquelin comme élève dans son laboratoire, l’installa chez ses sœurs et l’incita à poursuivre des études universitaires jusqu’à l’obtention d’une maîtrise ès arts en 1788. De plus, Fourcroy introduisit dans les milieux scientifiques son protégé, qu’il fit enseigner au lycée. Vauquelin quitta son mentor en 1791, tint l’année suivante une officine à Paris, fut envoyé en 1793 comme pharmacien militaire à Meaux, puis se trouva chargé par le Comité de salut public d’organiser la production de salpêtre en Touraine.

45En 1794, il revint dans la capitale comme inspecteur des mines, avant de parcourir du Directoire à la Restauration un prodigieux cursus honorum : professeur à l’École des mines (1794), à l’École polytechnique (1795), agrégé au collège de pharmacie (1795), professeur à l’école gratuite de pharmacie de Paris (1796), premier membre élu de la nouvelle Académie des sciences (1795), professeur au Collège de France (1801), essayeur à la Monnaie (1802), directeur de l’école de pharmacie de Paris (1803), titulaire de la chaire des Arts chimiques au Muséum (1804), chevalier d’Empire (1808), docteur en médecine (1811), professeur à la faculté de médecine (1812) et membre de l’Académie de médecine (1820). Vauquelin fut, pour des raisons politiques, brutalement mis à la retraite de son poste à la faculté de médecine en 1822. Cinq ans après il se fit élire député du Calvados, quittant sa chaire du Muséum. Sa santé, qui s’était trouvée plusieurs fois gravement compromise dans sa jeunesse, ne cessa dès lors de se dégrader. En proie à une affection chronique du tube digestif, il mourut dans son pays natal, des suites d’un refroidissement contracté après une course à cheval.

VAUQUELIN N. – Gravure issue de : Bedel (Charles) (sous la dir.), Figures pharmaceutiques françaises : notes historiques et portraits, 1803-1953, Paris : Masson, 1953.

46De haute taille, bien qu’un peu courbé, Vauquelin fut décrit comme un homme simple, bon, sensible, courageux, fidèle à ses amis et à ses idées. S’il fut un orateur médiocre en raison de sa timidité, il se distingua néanmoins à l’amphithéâtre par la valeur intrinsèque de ses cours. De plus, cet expérimentateur habile forma de nombreux élèves de valeur, comme Eugène Chevreul*. Vauquelin ne se maria jamais, son ménage étant tenu par les deux sœurs de son ami Fourcroy, avec lesquelles il habita longtemps au Muséum. Le cumul de ses postes universitaires procura l’aisance financière à cet autodidacte, mis en scène sous son vrai nom dans le César Birotteau d’Honoré de Balzac.

47Vauquelin publia plus de trois cents mémoires, ainsi qu’un utile Manuel de l’essayeur (1799). Son œuvre, marquée par une longue collaboration avec Fourcroy, fut essentiellement du domaine de la chimie minérale et analytique. Il étudia la composition d’un nombre impressionnant de minéraux (aluns, leucite, topazes, rubis spinelle, stéatite, cérite, béryl de Saxe, aragonite, Chrysolithe, wolfram, titanite, aérolithes, etc.), de plantes ou de substances végétales (tabac, riz, ipécacuanha, joubarbe, tamarin, belladone, quinquinas, pomme de terre, carottes, sève, pollens, sucre, gommes, tanins, colorants, etc.) et, pour une grande part avec Fourcroy, de productions d’origine animale (urine, sang, bile, salive, lait, sueur, sperme, os, nerfs, phanères, ivoire, calculs, foie, laine, suint, œufs de poissons, excréments d’oiseaux, etc.) Ces recherches amenèrent Vauquelin à découvrir plusieurs éléments ou composés nouveaux : le chrome, l’oxyde de béryllium (ou “glucine”), l’iridium et l’osmium dans la mine de platine (avec Fourcroy), l’urée (idem), l’asparagine, l’allantoïne et la matière colorante des cheveux. Avec Fourcroy, il isola l’urée et l’acide benzoïque de l’urine des herbivores, l’acide urique du guano, et réalisa la synthèse de l’eau pure. Vauquelin conduisit par ailleurs, sur la respiration des Invertébrés, des travaux annonçant la chimie physiologique moderne.

48Au Muséum, le chimiste dispensa son cours en deux parties, sur des cycles biennaux. Il eut notamment l’occasion d’analyser le gaz présent dans l’abdomen d’un éléphant mort à la ménagerie. Enfin, Vauquelin fonda en 1802 avec Fourcroy et Félix Desserres une manufacture de produits chimiques et organisa l’installation de l’école de pharmacie créée par la loi du 21 germinal an XI (11 avril 1803) à Paris.

Bibliographie

Brown (Éric), Des chimistes de A & Z, Paris : Ellipses, 2002, pp. 349-350.

Collectif, “200ème anniversaire de la naissance de Vauquelin et 50ème anniversaire de la fondation de la Société d’histoire de la pharmacie”, Revue d’Histoire de la Pharmacie, no spécial 177, 1963, pp. 79-116.

Collectif, “Bicentenaire de la naissance de Nicolas-Louis Vauquelin”, Moniteur des Pharmacies et des Laboratoires, no spécial 569 bis, 1963, 78 p.

Jaussaud (Philippe), Pharmaciens au Muséum, Paris : Muséum national d’histoire naturelle, 1997, pp. 118-132 (Archives).

Perearnau (Philippe), Nicolas Louis Vauquelin (1763-1829), thèse de doctorat en pharmacie, Caen : faculté de pharmacie, 1995, 246 p.

Queruel (Alain), Vauquelin et son temps (1763-1829), Paris : L’Harmattan, 1994, 253 p.

VAUTIER François

né vers 1589 à Arles (Bouches-du-Rhône), mort en 1652 à Paris
surintendant du Jardin du roi
Médecine

49Depuis la création du Jardin royal en 1626, la faculté de médecine de Paris avait cherché par tous les moyens à contrecarrer le développement d’une institution qu’elle jugeait concurrente. Ces mauvaises relations furent encore envenimées par le choix de médecins diplômés de la faculté de Montpellier pour le diriger. Tel fut le cas de Vautier. Reçu docteur en 1612, il vint à Paris où il devint le premier médecin de la reine Marie de Médicis. L’ascendant qu’il sut prendre sur la reine était tel que le duc de Richelieu en prit ombrage et s’occupa de l’éloigner : il le fit enfermer à Senlis en 1631, puis à la Bastille en 1634, et l’infortuné médecin ne dut sa libération qu’à la disparition du puissant ministre en 1642. Il réapparut à la cour et sut s’attirer les faveurs du nouveau roi : Louis XIV le nomma premier médecin à la mort de Jacques Cousinot*, en 1646. Vautier réclama alors que lui soit également confiée la surintendance du Jardin royal des plantes médicinales, comme le prévoyait l’édit de 1626 qui posait les fondements de l’institution. C’était sans compter les intrigues de Charles Bouvard*, l’ancien premier médecin de Louis XIII, qui avait eu soin de se faire confier jusqu a sa mort la charge de surintendant par l’édit de 1635 (donnant au jardin sa première organisation). Vautier ne devait plus sortir de cet embroglio juridique jusqu’à sa mort, en 1652. Ayant opté pour une vie religieuse, il reçut du roi l’abbaye Saint-Taurin d’Évreux en 1649, ce qui ne le détourna pas de son but : récupérer la surintendance à son profit et l’intendance pour William Davisson*, qu’il avait lui-même nommé.

50Homme d’esprit, courtisan habile, Vautier semble avoir été un bon médecin. C’est du moins le jugement de Jean Astruc et d’Antoine-Laurent de Jussieu*, dont les témoignages sont plus fiables que ceux de Guy Patin. Ce dernier, hostile aux médecins montpelliérains, adversaire des doctrines chimiâtriques professées par Vautier, se plaisait à dire qu’il était à la fois le premier médecin du roi et le dernier du royaume. Il est indéniable que le surintendant n’œuvra pas pour le jardin comme il l’aurait dû : les fonds destinés à l’entretien de l’établissement furent détournés et les cultures délaissées. Vautier ouvrait ainsi la voie à son successeur, Antoine Vallot*.

Bibliographie

Astruc (Jean), Mémoires pour servir à l’histoire de la faculté de médecine de Montpellier, Paris : P. G. Cavelier, 1767, 432 p.

Jussieu (Antoine de), Discours sur le progrès de la botanique au Jardin royal de Paris..., Paris : Étienne Ganeau, 1718, 24 p.

Jussieu (Antoine-Laurent de), “Seconde notice historique sur le Muséum d’histoire naturelle”, Annales du Muséum national d’Histoire naturelle, vol. 2, 1803, pp. 1-16.

Patin (Guy), Lettres..., nouvelle édition augmentée de lettres médites... par Reveillé-Parise, Paris : chez J.-B. Baillière, 1846, 3 vols.

PH

VAYSSIÈRE Paul, Étienne, Louis

né le 24 juillet 1889 à Marseille (Bouches-du-Rhône), mort le 5 novembre 1984 à Paris
chaire d’Entomologie agricole coloniale, puis d’Entomologie agricole tropicale
Entomologie (Hémiptères, Orthoptères)

51Vayssière était le cadet des trois fils d’un professeur de zoologie agricole à la faculté des sciences de Marseille. Initié dès son plus jeune âge par son père à l’histoire naturelle, il fut élève du lycée de Digne, du lycée Henri IV à Paris, puis de l’Institut national agronomique, où il eut comme professeur Paul Marchai. Celui-ci, qui dirigeait la Station entomologique de Paris, y fit entrer en 1911 comme chargé de mission son élève fraîchement nanti du diplôme d’ingénieur. Vayssière fut nommé inspecteur du Service phytopathologique en 1913 et obtint l’année suivante sa licence ès sciences. Réformé lors de la Grande Guerre pour cause de santé fragile, il s’engagea néanmoins comme agent de liaison motocycliste, se trouvant rendu à la vie civile en 1917, après avoir été victime des gaz de combat. Vayssière devint au cours de l’année 1919 directeur-adjoint de la Station entomologique de Paris, chef des travaux suppléant de la chaire de Zoologie de l’Institut national agronomique, ainsi qu’attaché phytopathologique au Jardin colonial. Ensuite, il alla en Algérie où il acquit des compétences qui lui permirent de professer dès 1920 comme vacataire à l’École nationale supérieure d’agriculture coloniale de Nogent-sur-Marne. Sa charge d’enseignement dans ce dernier établissement devait être transformée en une chaire magistrale de Zoologie agricole douze ans plus tard.

52Vayssière soutint son doctorat ès sciences en 1926, puis assura de 1931 à 1932 l’intérim du cours de zoologie agricole à l’Institut national agronomique, comme remplaçant de Marchai parti à la retraite. Au début des années 1930, il obtint de René Jeannel* l’autorisation d’installer dans des locaux du laboratoire d’Entomologie du Muséum le Comité d’étude de la biologie acridienne qu’il venait de fonder. Vayssière fut nommé en 1937 directeur du laboratoire d’Entomologie coloniale de l’École pratique des hautes études, puis il assura, en raison du décès de François Picard, un second intérim à l’Institut agronomique de 1939 à 1941. Chargé de la direction du Service de contrôle des denrées en magasin durant la seconde guerre mondiale, il devint en 1942 le premier titulaire de la chaire d’Entomologie agricole coloniale nouvellement créée au Muséum. Vayssière, qui remplit jusqu’en 1947 une mission auprès de l’Inspection générale du ravitaillement au ministère de l’Agriculture, fut nommé directeur de l’Harmas de Jean-Henri Fabre en 1950. Il tomba malade en 1955, dut remplacer dans l’intitulé de son laboratoire le mot “coloniale” par “tropicale” en 1958 et fut mis à la retraite en 1960. Vayssière mourut à l’âge de quatre-vingt-quinze ans.

53Mince, apparemment fragile, Vayssière laissa le souvenir d’un homme bon, dynamique, enseignant avec un style simple et vivant. Marié en 1917 à Germaine Hermans, il avait eu quatre enfants (deux fils et deux filles). Il était devenu veuf en 1983.

54Vayssière fut un spécialiste de la systématique des Cochenilles, dont il détermina différentes espèces. Il s’intéressa également aux Insectes ravageurs des cultures tropicales – tel le caféier–, et aux Insectes xylophages ou de la farine. Ce pionnier de l’entomologie agricole tropicale rédigea plus de trois cent cinquante publications, parmi lesquelles la Contribution à l’étude biologique et systématique des Coccidae (1926), les Principes de zoologie agricole (1940), ainsi qu’un intéressant témoignage intitulé L’Entomologie agricole coloniale, 1921-1935 : travaux et souvenirs (1980). Par ailleurs, Vayssière effectua de nombreuses missions à l’étranger, contribua à la lutte antiacridienne, à la vulgarisation de la lutte biologique, ainsi qu’à la protection de la nature, et créa des enseignements d’entomologie au sein de divers établissements techniques. Quarante promotions de l’École nationale supérieure d’agriculture tropicale de Nogent lui doivent une partie de leur formation. Enfin, Vayssière légua au Muséum son importante collection de Cochenilles, ainsi que sa bibliothèque spécialisée.

Bibliographie

Levacher (François), “Annonce de décès”, Comptes Rendus des Séances de l’Académie d’Agriculture de France, vol. 70, no 11, 1984, pp. 1314-1315.

Lhoste (Jean), Les Entomologistes français. 1750-1950, Paris : 1NRA-OP1E, 1987, pp. 275-278.

Pesson (Paul), “Paul Vayssière, 1889-1984”, Comptes Rendus des Séances de l’Académie d’Agriculture de France, vol. 71, no 5, 1985, pp. 435-442.

Vayssière (Paul), “Leçon inaugurale faite au Muséum national d’histoire naturelle, le 21 février 1943 (chaire d’Entomologie coloniale)”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 15, no 2, 1943, pp. 58-74.

PJ

VERDIER Jacques, Armand, Henri

né le 1er novembre 1919 à Paris
chaire de Biologie végétale et appliquée
Horticulture

55Ingénieur horticole, Verdier effectua son service national de 1940 à 1941, avant de participer à des campagnes de 1943 à 1945. Il occupa successivement les postes municipaux d’adjoint technique au Service des plantations et promenades de la ville de Tunis (1942-1948) et d’ingénieur principal, directeur du Service des jardins, plantations et espaces verts de la ville de Bordeaux (1948-1959). Entré au Muséum en 1959 comme maître de conférences sous-directeur, chef de la chaire de Biologie végétale et appliquée, il prit sa retraite en 1980. De son mariage en 1945 avec Marie Suzanne Naymeh, Verdier a eu trois enfants : deux filles et un fils.

56Spécialiste d’horticulture ornementale, Verdier fut l’auteur de nombreux articles de vulgarisation dans diverses revues. Citons, parmi ses publications : Les Arbres du Midi (1968), Les Iris au Jardin des plantes de Paris (1968), Les Hortensias grimpants (1970), L’Arboretum de Chèvreloup (1970) et Le Jardin de plantes du parc de la Défense (1977). Par ailleurs, Verdier exerça les activités d’expert près la Cour d’appel de Paris, ainsi que de Secrétaire général de la Société nationale d’horticulture de France.

Source

Documents Muséum (chaire de Biologie végétale et appliquée).

VERNEAU René, Pierre

né le 23 avril 1852 à la Chapelle-sur-Loire (Indre-et-Loire), mort le 7 janvier 1938 à Paris
chaire d’Anthropologie
Anthropologie

57D’origine tourangelle, Verneau était fils de cultivateur. Il fit une scolarité exceptionnellement brillante au collège de Saumur, où il obtint ses baccalauréats ès lettres en 1869 et ès sciences en 1871, puis il commença à Paris des études de médecine, tout en suivant le cours libre d’anthropologie préhistorique que professait Ernest Hamy* à la Sorbonne. Verneau fréquenta également le laboratoire de Paul Broca et fut un auditeur assidu des leçons d’Armand de Quatrefages* au Muséum. Devenu externe des hôpitaux en 1870, le jeune homme se disposait à passer le concours d’internat, lorsqu’il changea brusquement de direction : il accepta, au cours de l’année 1873, la proposition que lui fit Quatrefages de devenir son préparateur. Désormais, Verneau, reçu docteur en médecine en 1875, ne devait plus quitter la chaire d’Anthropologie du Muséum : il y fut nommé assistant en 1892 et y suppléa à deux reprises – en 1904 et en 1908 – Hamy, auquel il succéda finalement en 1909 comme professeur. Verneau exerça parallèlement beaucoup d’autres fonctions : nommé professeur d’anthropologie à l’Association polytechnique en 1879, puis à l’enseignement populaire supérieur de Paris et à l’école coloniale en 1892, il fut chargé treize ans après de prononcer des conférences sur la paléontologie humaine à l’école d’anthropologie de Paris, devint conservateur du Musée ethnographique du Trocadéro en 1907 et professeur à l’Institut de paléontologie humaine en 1922. Verneau prit sa retraite du Muséum à l’âge de soixante-quinze ans, sans cesser pour autant de travailler. Trois jours avant son décès, qui mit fin à une longue maladie, il rédigeait encore un mémoire scientifique.

58Verneau laissa le souvenir d’un homme droit et dévoué. Aimant soulager la souffrance des autres, il exerça la médecine au Muséum, soignant gratuitement de nombreux malades indigents. Par ailleurs, il s’engagea en 1870 comme aide-chirurgien volontaire et remplit durant la première guerre mondiale les fonctions de médecin-chef dans une gare régulatrice. Cet érudit était un professeur captivant : l’auditoire de son cours d’enseignement populaire supérieur dépassa parfois deux mille personnes. Il avait épousé une demoiselle Rondet.

59Auteur de plus de trois cents publications, Verneau se consacra à l’anthropologie, avec une nette préférence pour l’anthropologie physique. Il réalisa, à la faveur de plusieurs voyages aux Canaries, d’importants travaux sur la population de ces îles, démontrant la parenté des premiers Guanches avec les Hommes de Cro-Magnon. Par ailleurs, il étudia les Hommes fossiles des grottes de Menton et décrivit une nouvelle race humaine préhistorique, celle de Grimaldi. Il faut ajouter à l’énumération précédente divers travaux, tels ceux concernant les races néolithiques de la France ou les anciens Patagons. Citons parmi les ouvrages de Verneau, Cinq années de séjour aux îles Canaries (1891), LHomme de la Barma Grande, Baoussé Roussé (1899), ainsi que L’Homme, races et coutumes (1931). Au Muséum, il aida Hamy à réorganiser les collections de la chaire d’Anthropologie. Il s’attacha à accroître celles-ci durant son professorat, mais rencontra souvent des obstacles lorsqu’il voulut poursuivre la même tâche au Musée du Trocadéro.

VERNIQUET E. chirurgien volontaire et rem – Plan du Jardin royal des plantes et de son agrandissement, dessin en couleurs par E. Verniquet (1783).

Bibliographie

Vallois (Henri), “René Vemeau”, L’Anthropologie, vol. 48, 1938, pp. 381-389.

Vallois (Henri), L’Évolution de la chaire d’Ethnologie du Muséum national d’Histoire naturelle”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 16, no 1, 1944, pp. 38-55.

PJ

VERNIQUET Edme

né le 9 octobre 1727 à Châtillon-sur-Seine (Côtes-d’Or), mort le 26 novembre 1804 à Paris
architecte du Jardin du roi
Architecture

60Verniquet exerça le métier d’architecte successivement en Bourgogne, au Poitou et dans le Maine, avant de s’installer à Paris. Il acheta une charge de commissaire voyer en 1774 et fut nommé quelques années plus tard architecte du Jardin royal.

61Verniquet reconstruisit le prieuré des bénédictins à Marcigny-sur-Loire, ainsi que les hôtels d’Avrincourt et de la Quenille à Paris. Mais, l’œuvre majeure de l’architecte fut un plan de Paris relevé à l’échelle d’une ligne pour pied l/144e et réduit par la gravure à une ligne pour toise l/864e. Ce travail, qui dura près de trente ans, requit une soixantaine de dessinateurs ou géomètres.

62Au Muséum, Verniquet exécuta sur l’ordre de Georges-Louis Buffon* d’importants travaux. Il agrandit le bâtiment abritant le Cabinet du roi en 1780, aménagea le labyrinthe avec son belvédère en 1786 et commença l’année suivante la construction de l’amphithéâtre d’anatomie.

Bibliographie

Collectif, La Grande encyclopédie : inventaire raisonné des lettres et des arts par une société de savants et de gens de lettre, Paris : Société anonyme de la Grande Encyclopédie, 1901, vol. 31, p. 859.

Roger (Jacques), Buffon : un philosophe au Jardin du roi, Paris : Fayard, 1989, pp. 486-488.

VERREAUX Jules, Pierre

né le 24 août 1807 probablement à Paris, mort le 7 septembre 1873 à Paris.
chaire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux)
Ornithologie

63Fils d’un marchand parisien d’objets d’histoire naturelle, Jules Verreaux avait trois frères puînés : Édouard, Alexis et Auguste. Il accompagna de 1818 à 1820 son oncle Pierre-Antoine Delalande*, voyageur-naturaliste, en Afrique du Sud, puis il fut nommé dès son retour en France préparateur au laboratoire de Zoologie du Muséum. Reparti au Cap à l’âge de dix-huit ans, Jules devint l’associé du surintendant du Musée de Cape Town, le Dr Andrew Smith. Édouard rejoignit en 1829 son frère, qui retrouva la France en 1831 et exposa ses récoltes chez Benjamin Delessert, avant de s’embarquer de nouveau pour l’Afrique du Sud avec Alexis. Les trois fils Verreaux rassemblèrent sur place de nombreuses collections zoologiques, puis Jules et Édouard voyagèrent aux Philippines, ainsi qu’en Cochinchine, de 1832 à 1837. Définitivement revenu d’Afrique du Sud en 1838, Jules Verreaux eut le malheur de perdre ses collections dans le naufrage du Lucullus transportant tous ses bagages. Il fut envoyé au cours de l’année 1842 par le Muséum en Australie et en Tasmanie, où il resta jusqu’en 1846, puis il réorganisa les magasins de son frère Édouard après 1848. Nommé aide-naturaliste de zoologie en 1867 pour remplacer Jacques Pucheran*, Verreaux se trouvait en province lors du siège de Paris.

64Décrit comme un personnage aimable, fier, conscient de sa valeur et entreprenant, l’aidenaturaliste montra beaucoup de zèle pour la science. Il s’acquit l’estime du prince Bonaparte.

65Verreaux fut un ornithologiste réputé, qui élabora une volumineuse synonymie aviaire. Par ailleurs, il découvrit chez les Oiseaux d’Afrique australe la ptilose ou métachromatisme. Il publia avec son frère Édouard Les Oiseaux nouveaux du Gabon [s.d.], ainsi que LOcéanie en estampes, ou Description géographique et historique de toutes les îles du Grand Océan et du continent de la Nouvelle Hollande, Notasie, Polynésie, Australie (1832) et collabora à divers ouvrages, comme la partie ornithologique de l’Encyclopédie d’histoire naturelle de Jean-Charles Chenu. Verreaux rédigea également des mémoires disséminés dans plusieurs revues, mais une grande partie de son œuvre resta à l’état de manuscrits ou de peintures.

66Au Muséum, il occupa une position un peu ambiguë : s’il fut employé en titre, travaillant par exemple avec le prince Charles Bonaparte sur les collections d’Oiseaux ou effectuant des envois intéressants durant ses voyages, il joua parfois aussi le rôle d’un négociant, vendant à l’établissement les spécimens d’histoire naturelle de la maison Édouard Verreaux. Par ailleurs, il fit don de diverses pièces, comme des têtes des îles Andamans ou des minéraux. En 1856, Verreaux conçut un vaste projet de jardin botanique, jardin zoologique et ferme modèle à Passy, que la préfecture de la Seine refusa.

Source

Dossier personnel (Archives nationales, AJ 15, no 553).

Bibliographie

Bauchot (Marie-Louise), Daget (Jacques), Bauchot (Roland), “L’Ichtyologie en France au début du XIXème siècle. L’Histoire naturelle des Poissons de Cuvier et Valenciennes”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 4e série, vol. 12 (supplément), 1990, pp. 134-135.

Des Murs (Œillet), “Notice nécrologique sur Jules Verreaux”, Bulletin de la Société d’Acclimatation, vol. 1, no 3, 1874, pp. 37-47.

Gervais (Paul), “Verreaux (Jules-Pierre)”, Journal de Zoologie, vol. 2, 1873, p. 431.

Iredale (Tom), “Jules Verreaux”, The Australian Zoologist, vol. 11, no 1, 1945, pp. 71-72.

PJ

VESQUE Julien, Josephs, Sancta-Maria

né le 8 avril 1848 à Luxembourg, mort le 25 juillet 1895 à Paris
chaire de Culture
Anatomie végétale, Phanérogamie, Physiologie végétale

67Vesque était le fils d’un employé de l’administration du cadastre luxembourgeoise. Ce brillant élève de l’Athénée grand-ducal étudia comme boursier la botanique à Berlin, sous la direction d’Alexandre Braun et de Leopold Kny. Il joignit Paris en 1868, pour se préparer à occuper un poste de professeur de physique dans le lycée de sa ville natale, mais il s’orienta rapidement vers l’étude des sciences naturelles. Accueilli en 1869 au Muséum chez Adolphe Brongniart* et Joseph Decaisne*, Vesque fut ensuite mobilisé dans l’armée luxembourgeoise et ne revint à Paris - où il tomba gravement malade – qu’en 1871. Il reçut alors l’autorisation de résider sur le territoire français, passa une licence ès sciences naturelles en 1872, puis fut recruté en 1874 au Muséum comme préparateur temporaire de la chaire de Culture de Decaisne. Ayant soutenu sa thèse de doctorat ès sciences en 1876, Vesque obtint cette même année la nationalité française et devint maître de conférences à la Sorbonne, ainsi que chef des travaux pratiques de physiologie végétale à l’Institut national agronomique. Il succéda en 1880 à Pierre-Paul Dehérain* comme aide-naturaliste de la chaire de Culture, suppléant Decaisne de 1880 à 1881. Dès sa titularisation à la Sorbonne acquise en 1884, Vesque quitta le Muséum où il n’avait pu prendre la succession de son chef de service. Il se lança alors dans des travaux qui le vieillirent prématurément, dut se reposer en 1891 et mourut à l’âge de quarante-sept ans, après deux jours de maladie.

68Vesque fut décrit comme un homme modeste, grand travailleur, brillant professeur et d’une grande élévation morale, menant une vie simple. Excellent musicien, maniant trois langues européennes, dessinateur et mécanicien habile, il fut dans sa jeunesse l’ami d’Henri Moissan. Le naturaliste s’était marié en 1878 avec sa cousine Maria Vesque, qui lui avait donné deux filles.

69Vesque jeta les bases de ce qu’il appelait une “botanique de l’avenir” en conduisant des recherches dans les domaines de l’anatomie, de la physiologie et de la systématique végétales. En anatomie, il s’intéressa notamment aux tissus corticaux, ainsi qu’à la gaine protectrice des Dicotylédones et aux laticifères de l’Hartigsea spectabilis. En physiologie, il étudia les mouvements d’eau – absorption, circulation vasculaire, transpiration – dans les plantes, repérant les différents types de réservoirs aqueux tissulaires. Il reproduisit par ailleurs artificiellement les diverses formes cristallines de l’oxalate de calcium présentes au sein des cellules. En taxonomie, Vesque précisa la notion d’espèce végétale grâce à un examen minutieux des caractères anatomiques : il distingua ceux attribuables à l’hérédité de ceux qui résultent d’une adaptation au milieu inerte – nommée par lui “épharmonisme”. Il étudia par exemple la systématique des Ranales, des Pariétales, des Polygalinées, des Caryophyllinées, des Capparées et des Guttifères. Parmi les soixante-sept publications du botaniste figurent un Mémoire sur l’anatomie comparée de l’écorce (1876), un Traité de botanique agricole et industrielle (1885), des Recherches microphysiologiques sur les réservoirs d’eau (1886), De l’emploi des caractères anatomiques dans la classification (1889), ainsi que l’Epharmosis sive materiae ad instruendam anatomiam systematis naturalis (1889-1892) en trois volumes.

Bibliographie

Bertrand (E.), “L’Œuvre botanique de M. Julien Vesque, maître de conférences à la faculté des sciences de Paris et à l’Institut agronomique”, Annales agronomiques, vol. 21, 1895, pp. 401-420 et 473-489.

Lebeau (Paul), “Notice sur la vie et les travaux de Henri Moissan”, Bulletin de la Société chimique de France, 4e série, vol. 3, 1908, pp. 1-38.

PJ

VICQ D’AZYR Félix

né le 23 avril 1748 à Valognes (Manche), mort le 20 juin 1794 à Paris
démonstrateur suppléant en anatomie au Jardin du roi
Anatomie, Médecine

70Fils de médecin, Vicq d’Azyr effectua ses humanités dans sa ville natale, puis sa philosophie à Caen où il eut Laplace pour condisciple. Le jeune homme voulait initialement embrasser une carrière ecclésiastique, mais sur les conseils de son père il alla suivre en 1765 un cursus médical à Paris. Élève assidu des cours d’anatomie que professait au Jardin royal Antoine Petit*, Vicq d’Azyr devint le disciple et l’ami de ce dernier. Il passa sa licence en 1772, puis dispensa l’année suivante un cours libre d’anatomie comparée à l’école de médecine. Mais, les professeurs de la faculté, jaloux du succès de leur jeune confrère, lui interdirent l’accès des amphithéâtres. Vicq d’Azyr fut alors choisi par son maître Petit comme sous-démonstrateur pour l’enseignement de l’anatomie au Jardin royal. Il se lia d’amitié avec Louis Daubenton*, obtint le grade de docteur en médecine en 1774 et suppléa Petit au Jardin du roi dès le mois de mars 1775. Le jeune homme fut par ailleurs autorisé à reprendre ses cours publics sur la demande de la faculté en 1774-1775. Cependant, son activité incessante l’avait épuisé : atteint d’une grave hémoptysie, Vicq d’Azyr dut aller se reposer à Valognes. Il profita de sa convalescence pour étudier l’anatomie des Poissons, revint à Paris en 1775 et entra la même année comme adjoint à l’Académie royale des sciences. Chargé sur la demande de Turgot d’étudier les causes d’une épizootie de peste bovine survenue dans le Midi en 1775, Vicq d’Azyr parvint à enrayer le fléau.

71Le médecin, qui fut évincé en 1776 du Jardin royal au profit d’Antoine Portai*, ouvrit des cours particuliers avant d’enseigner l’anatomie aux écoles de médecine. Il devint en 1778 secrétaire perpétuel de la Société royale de médecine récemment créée, dut soutenir des luttes pénibles contre la faculté et enseigna l’anatomie comparée à l’école vétérinaire d’Alfort en 1779. Passé, au sein de l’Académie royale des sciences, de la position d’adjoint à celle d’associé en 1784, il occupa le fauteuil de Georges-Louis Buffon* à l’Académie française en 1788. Vicq d’Azyr fut nommé l’année suivante médecin de la reine et obtint du même coup la survivance de la charge de premier médecin du roi. Durant la Révolution, il continua d’abord à servir la famille royale, avant de se convertir aux doctrines de la République par crainte de la guillotine. Il fut suspect sous la Terreur et quitta quelque temps Paris pour Asnières, où Riche de Prony l’hébergea. Heureusement placé sous la protection de Robespierre, Vicq d’Azyr put regagner la capitale après son admission dans la Société des amis des arts. Il fut aussi membre de la Commission des salpêtres. Vicq d’Azyr, dont la santé avait décliné depuis le début de l’année 1794, tomba sérieusement malade au cours de la célébration de la fête de l’Être suprême du 20 prairial an II (8 juin 1894). Souffrant d’une atteinte pulmonaire aiguë accompagnée de fièvre, il dut s’aliter le lendemain de la cérémonie. Il mourut peu après, âgé de quarante-six ans.

72Vicq d’Azyr laissa le souvenir d’un homme doux, un peu triste, sensible aux contrariétés, aimant les louanges, jouissant d’une excellente mémoire, capable de s’adapter aux circonstances sans se compromettre, ordonné et économe. De goûts simples, il possédait pourtant de luxueux instruments d’études, ainsi qu’une belle bibliothèque. Vicq d’Azyr avait conservé de son enfance une phobie de l’obscurité. Cet habile écrivain et ce bon orateur fut l’ami de diverses personnalités de son temps, comme Antoine de Lavoisier, Jean Bailly, La Rochefoucault, Malesherbes ou Benjamin Franklin. Ayant épousé une nièce de Louis Daubenton, mademoiselle Lenoir, il perdit dix-huit mois seulement après son mariage sa femme avec l’enfant qu’elle avait mis au monde.

VICQ D’AZYR F. – Planche du cerveau de l’homme, issue de : Vicq d’Azyr (Félix), Traité d’anatomie et de physiologie, avec des planches coloriées représentant au naturel les divers organes de l’homme et des animaux, Tome 1er, Paris : impr. de Franç. Amb. Didot l’aîné, 1786, pl. XXVII. Dessin et gravure de Briceau.

73Vicq d’Azyr s’illustra surtout en anatomie comparée des Vertébrés et en médecine. Dans le premier domaine, il effectua une étude raisonnée des variations morphologiques ou fonctionnelles chez les différentes espèces, en se basant sur des éléments significatifs : muscles des membres, ceintures osseuses, posture ou denture, par exemple. Il conduisit également des investigations neuro-anatomiques : il étudia la morphologie, ainsi que la structure, du cerveau des Mammifères, soulignant le premier le caractère constant des circonvolutions cérébrales et découvrant la scissure décrite plus tard par Louis Rolando. Il démontra aussi la véritable origine des nerfs crâniens, dont il dressa une nomenclature. À cela s’ajoutent des travaux sur l’anatomie des Poissons et des Oiseaux, sur l’organe de la voix chez les Singes et sur la respiration. En médecine vétérinaire, Vicq d’Azyr étudia les maladies infectieuses épizootiques des Ruminants, ainsi que leur prophylaxie sanitaire. Ce pionnier en matière de santé publique installa un réseau d’épidémio-surveillance, grâce à des médecins correspondants installés en province et émit des recommandations sur l’hygiène. Enfin, Vicq d’Azyr conçut un projet de réforme des études médicales, dont Antoine-François de Fourcroy* obtint en 1794 l’adoption presque intégrale par la Convention. Parmi ses publications figurent : La Médecine des bêtes à cornes (1781), Éloges lus dans la Société royale de médecine (1778-1788), Traité d’anatomie et de physiologie (1786), Système anatomique : Quadru pèdes (1792), ainsi que Traité de l’anatomie du cerveau (1813). N’omettons pas de citer les célèbres et flamboyants éloges académiques dus à la plume de Vicq d’Azyr, comme ceux de Buffon ou de Franklin. Au Jardin des plantes, il autopsia en 1793 un rhinocéros avec Jean-Claude Mertrud*.

Bibliographie

Broca (Paul), “Note sur la topographie cérébrale et sur quelques points de l’histoire des circonvolutions”, Bulletin de l’Académie de Médecine, 2e série, 1876, vol. 5, pp. 824-834.

Cap (Paul-Antoine), Le Muséum d’histoire naturelle, Paris : Curmer, 1854, pp. 76-78.

Cuvier (Georges), Histoire des sciences naturelles depuis leur origine jusqu’à nos jours, Paris : Fortin, Masson et Cie, vol. 4, 1843, pp. 297-304.

Huard (Pierre), Imbault-Huart (Marie-Josée), “Vicq d’Azyr, Félix”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1976, vol. 14, pp. 14-17.

Noir (J.), “Un savant, un innovateur et un réalisateur : Félix Vicq d’Azyr”, Concours médical, vol. 49, no 15, 1927, pp. 927-929.

Noir (J.), “Une Page instructive de l’histoire médicale”, Concours médical, vol. 49, no 18bis, 1927, pp. 1241-1245. Tort (Patrick), “Vicq d’Azyr Félix (1748-1794)”, in Tort Patrick (sous la dir.), Dictionnaire du Darwinisme et de l’Evolution, Paris : PUF, 1996, vol. 3, pp. 4464-4465.

PJ

VIETTE Pierre

né le 29 juin 1921
chaire d’Entomologie
Entomologie (Lépidoptères)

74Dès sa licence ès sciences obtenue en 1945, Viette entra comme stagiaire de recherches du CNRS dans la chaire d’Entomologie du Muséum. Il suivit des périodes de formation au laboratoire de Zoologie du professeur Robert Denis à la faculté des sciences de Dijon, ainsi qu’à la Station de biologie terrestre Grimaldi à Saint-Jean-de-Losne, puis fut nommé assistant en 1947. Envoyé à Madagascar en 1951, le naturaliste devait retourner plusieurs fois sur la Grande île. Il soutint sa thèse de doctorat ès sciences en 1962, visita la Grande Comore, les îles du golfe de Guinée et poursuivit sa carrière au Muséum jusque dans les années quatre-vingt.

75Entomologiste, Viette consacra ses travaux aux Lépidoptères. Il étudia notamment l’appareil reproducteur mâle de ces Insectes, s’intéressa aux microlépidoptères français, aux papillons des terres de l’océan Pacifique, ainsi qu’au phénomène de brachyptérisme. Parmi ses nombreuses publications figurent : Lépidoptères Homoneures de France (1948), Lépidoptères Rhopalocères de l’Océanie française (1950), Noctuelles trifides de Madagascar, écologie, biogéographie, morphologie et taxonomie (Lep.) (1962), Liste récapitulative des Lépidoptères Hétérocères de Madagascar (1990) et Lépidoptères Hétérocères de La Réunion (= Bourbon) (1996) – rédigé en collaboration avec Christian Villermet.

Bibliographie

Lhoste (Jean). Les Entomologistes français : 1750-1950, Paris : 1NRA-OP1E, 1987, p. 236-237.

Viette (Pierre), Titres et travaux scientifiques, 1951, 63 p. dactylographiées (fonds cryptogamie du Muséum national d’Histoire naturelle).

Viette (Pierre), Notices sur les titres et travaux scientifiques, 1962, 40 p. dactylographiées (fonds cryptogamie du Muséum national d’Histoire naturelle).

PJ

VILLE Georges [Guillaume dit]

né le 24 mars 1824 à Pont-Saint-Esprit (Gard), mort le 22 février 1897 à Paris
chaire de Physique végétale
Agronomie, Physiologie végétale

76Né dans une famille modeste, Georges Ville était le fils d’un orfèvre, bien que la rumeur publique lui ait attribué la qualité de demi-frère illégitime de Napoléon III. Il entra d’abord en apprentissage chez un horloger, puis quitta son pays d’origine à l’âge de treize ans, pour aller travailler dans une officine lyonnaise. Tout en gagnant durement sa vie, le jeune homme fit ses études de pharmacie, devenant en 1843 interne de l’Hôtel-Dieu de Paris. Il entama ensuite sa carrière scientifique sous la protection du futur Napoléon III, ainsi que du duc de Morny. Ville approfondit ses connaissances grâce à des stages effectués chez Henri Regnault et Jean-Baptiste Boussingault, acquérant une passion de l’agronomie suffisante pour le pousser à installer son propre laboratoire de recherches. Il fut nommé professeur à l’Institut agronomique de Versailles en 1851, six ans avant de devenir le premier titulaire de la chaire de Physique végétale au Muséum. Cette chaire ayant été créée spécialement par l’Empereur pour son protégé, la nomination du nouveau professeur déclencha dans l’établissement une véritable levée de boucliers.

77À peine entré en fonctions, Ville participa en 1858 aux travaux de la commission Allard, dont il accepta de signer le rapport final, hostile au Muséum ; une telle attitude l’isola encore davantage de ses collègues. Dans le but d’étendre ses recherches culturales, il obtint en 1860 de l’Empereur que soit créé à Vincennes un champ d’expériences agronomiques, où il prononça désormais des conférences chaque dimanche estival. Ville partit en 1864 pour l’Égypte, afin de diriger des cultures sur les propriétés du Khédive, puis il effectua entre 1866 et 1883 une tournée de conférences à la Sorbonne, Lyon, Arras, Rouen, Lille et Bruxelles. Atteint d’une maladie de cœur, il se fit suppléer après 1894 pour son enseignement au Muséum, d’abord par Charles-Ernest Guignet, puis par Léon Maquenne*, ne s’occupant plus que du champ d’expériences de Vincennes et de ses conférences annuelles. Ville partit se reposer à Nice en décembre 1896, mais revint très fatigué dans la capitale, où il s’éteignit quelques mois après dans la maison de Chevreul.

78Assez grand de taille, il ressemblait beaucoup par sa physionomie à Napoléon III. Il portait d’ailleurs comme l’Empereur les moustaches effilées aux extrémités. Décrit par ses contemporains comme un personnage colérique, vaniteux et théâtral, il fut aussi un professeur enthousiaste, sachant capter son auditoire grâce à une exubérance toute méridionale. Il s’était marié, grâce à Louis-Napoléon, avec une jeune fille fortunée nommée Cécile Roche, qui avait donné naissance à une fille. Madame Ville fit des dons importants au Muséum après la mort de son mari.

79Georges Ville écrivit une cinquantaine de publications et d’ouvrages, consacrés à la physiologie végétale ou à l’agronomie. Sa contribution scientifique la plus importante fut certainement la découverte de la fixation de l’azote de l’air par les Légumineuses, qui le conduisit à entretenir une longue controverse scientifique avec Boussaingault. Marcelin Berthelot, en montrant le rôle des bactéries dans le phénomène physiologique concerné, donna finalement raison en 1887 à Ville. Celui-ci étudia l’action sur les plantes des engrais artificiels, nitrates ou phosphates, d’abord grâce à des cultures en sable calciné au laboratoire, puis à la faveur d’essais en champs. Promouvant l’utilisation des fertilisants chimiques, il instaura aussi l’application raisonnée des engrais verts, selon sa théorie de la “sidération” et fut à l’origine d’une méthode d’analyse du sol par les essais de culture. Il faut ajouter à cela diverses investigations de chimie végétale, comprenant notamment la mise au point d’une nouvelle technique de dosage de l’azote nitrique.

80Au Muséum, Ville construisit son laboratoire grâce à ses propres moyens financiers. Il obtint pour Isidore Geoffroy Saint-Hilaire* que seize hectares du Bois de Vincennes soient réservés à l’établissement. Enfin, l’agronome se trouva chargé par le ministre Victor Duruy d’organiser des champs d’expériences scolaires, afin d’initier les enfants de cultivateurs aux techniques modernes. Mille champs de ce type existaient déjà depuis 1868, lorsque la guerre franco-prussienne éclata, interrompant le projet. Celui-ci fut repris en 1890, avant d’être définitivement abandonné quatre ans après pour des raisons économiques.

Bibliographie

Bridel (Marc), “Leçon inaugurale du cours de physique végétale du Muséum national d’histoire naturelle, faite le 11 mars 1927”, Journal de Pharmacie et de Chimie, 8e série, vol. 5, 1927, pp. 398-424.

Maquenne (Léon), “Georges Ville. Notice nécrologique”, Nouvelles Archives du Muséum national d’Histoire naturelle, 3e série, vol. 9, 1897, pp. 1-12.

Portères (Roland), “Georges Ville (1824-1897)”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 29, no 3, 1957, pp. 295-296.

Roux (Eugène), Souvenirs sur Georges Ville : communication présentée à la séance du 26 janvier 1944 à la Société française d’histoire de l’agriculture, 1944, 16 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 7199).

PJ

VILLIERS André

né le 9 avril 1915 au Perreux (Loire), mort le 8 juin 1983 au Perreux
chaire d’Entomologie
Entomologie (Coléoptères, Hémiptères)

81Né dans une famille modeste, Villiers se passionna très tôt pour l’histoire naturelle. Il fréquenta dès l’âge de treize ans plusieurs services du Muséum, parmi lesquels le laboratoire d’Entomologie de René Jeannel*, fut membre du clan naturaliste de H. Lhote et participa aux sorties des “Coléoptéristes de la Seine”. Ayant effectué son service militaire en 1936-1937 au neuvième régiment de zouaves d’Alger, Villiers entra en 1937 au Muséum, comme aide-technique du CNRS chez Jeannel. Il voyagea au Pays Basque, ainsi que dans l’Atlas marocain, de 1937 à 1938, puis partit avec la mission du géologue Bernard Gèze au mont Cameroun en 1939. Le naturaliste travailla ensuite comme boursier du CNRS dans la chaire d’Entomologie du Muséum, avant de soutenir une thèse d’université en 1943 et d’être nommé un an plus tard attaché de recherches. Appelé en 1945 par Théodore Monod* à Dakar pour y créer la section d’entomologie de l’Institut français d’Afrique Noire, Villiers effectua des déplacements dans toute l’Afrique occidentale à la recherche d’insectes, de Batraciens ou de Reptiles. Il remplaça également Monod durant ses absences, jusqu’à ce qu’il retrouve en 1956 le Muséum sur la demande d’Eugène Séguy*, afin de succéder à ce dernier comme sous-directeur de la chaire d’Entomologie. Après des missions sur le territoire iranien en 1964-1965 et à Madagascar en 1970, Villiers ne put remplacer Alfred Balachowsky* à la tête de la chaire d’Entomologie en 1975. Il fut nommé professeur sans chaire l’année suivante, voyagea aux Antilles en 1977, puis se retira en 1980. À l’âge de soixante-huit ans, il mourut d’une redoutable et pénible maladie, dans sa commune natale.

82Villiers était de taille moyenne, mais bien bâti. Il fut décrit comme un personnage sensible sous une apparence parfois bourrue, doué du sens de l’humour, enthousiaste et possédant une énorme capacité de travail. De son mariage avec mademoiselle Sommier étaient nés trois fils, dont deux embrassèrent une carrière de naturaliste.

83Villiers fut un entomologiste de terrain, qui pratiqua une systématique intégrant des données biogéographiques, écologiques ou biologiques. Spécialiste des Coléoptères (Cérambycidés, Languriidés) et des Hémiptères (Réduviidés, Hénicocéphalidés), il décrivit de nouvelles espèces, élabora des tableaux de détermination, effectua de grandes révisions, rédigea des monographies de groupes. Villiers s’intéressa par ailleurs à divers sujets, comme les Reptiles africains, les Oiseaux de Mauritanie ou le folklore animalier chez les Bakwiris. Parmi les six cent soixante et une publications dues à sa plume figurent : Étude morphologique et biologique des Languriidae (Coléoptères Erotylidae) (1943), Initiations africaines. II. Les Serpents de l’Ouest africain (1950), Révision des Hémiptères Henicocephalidae d’Afrique et de Madagascar (1969), ainsi qu’un Atlas des Hémiptères (1977). Villiers créa avec Renaud Paulian et Guy Colas la revue L’Entomologiste, assura l’édition des travaux de l’IFAN et participa à la rédaction de plusieurs périodiques consacrés aux Insectes. Il consacra une part non négligeable de son activité au rangement des collections entomologiques du Muséum, qu’il enrichit de cinq cent mille spécimens. Enfin, il amassa au cours de ses missions plus d’un million d’échantillons animaux (Vertébrés ou Invertébrés).

Bibliographie

Carayon (Jacques), “In memoriam : André Villiers (1915-1983)”, Annales de la Société entomologique de France, nouvelle série, vol. 19, no 4, 1983, pp. 355-356.

Letouzey (René), “André Villiers (1915-1983)”, in Hommes et Destins (Dictionnaire biographique d’OutreMer), vol. 9, Afrique Noire, Paris : Académie des sciences d’Outre-Mer, 1989, pp. 475-479.

Lhoste (Jean), Les Entomologistes français : 1750-1950, Paris : INRA-OPIE, 1987, p. 235.

Paulian (Renaud), Descarpentries (André), Quentin (René), “André Villiers : 9 avril 1915-8 juin 1983”, L’Entomologiste, vol. 39, no 4, 1983, pp. 155-208.

VIOVY Roger

né le 24 juillet 1925 à Tournon Saint-Martin (Indre)
chaire de Biophysique
Biophysique, Chimie

84Après des études à l’école normale d’instituteurs de Châteauroux, Viovy intégra en 1946 l’École normale supérieure de Saint-Cloud. Il obtint une licence ès sciences en 1948, le certificat d’aptitude à l’enseignement secondaire en 1949 et un diplôme d’études supérieures de physique en 1950. Nommé cette dernière année assistant à Saint-Cloud, Viovy fut reçu à l’agrégation de sciences physiques en 1952. Il s’occupa de l’installation des laboratoires de Physique et Chimie dans son établissement d’accueil, puis s’adonna à l’enseignement et à la recherche. Nommé chef de travaux à Saint-Cloud en 1957, Viovy rencontra vers cette date Charles Sadron*, qui fut son directeur de thèse. Le jeune scientifique devint maître-assistant en 1960, docteur ès sciences physiques à Strasbourg en 1962 et il poursuivit ses recherches à l’École normale supérieure, ainsi qu’au laboratoire de Biophysique du Muséum. Dans ce dernier laboratoire, alors dirigé par Sadron, Viovy fut nommé sous-directeur en 1965.

85Œuvrant dans le domaine de la physico-chimie moléculaire, Viovy s’intéressa aux propriétés des polyphosphates, qui sont des polymères proches des acides nucléiques. Il réalisa également des mesures électriques sur diverses molécules polymériques. Participant aux débuts de l’aventure physico-chimique de l’ADN, il dirigea des travaux axés sur les propriétés électriques de ce composé, ainsi que sur ses interactions avec des ions de métaux lourds. Citons, parmi les publications de Viovy : Masse moléculaire et structure des polyphosphates à longue chaîne (1959), Préparation de polyphosphates d’ammonium quaternaire par échange direct d’un sel de Kurroll : solutions organiques obtenues (1961) et Contribution à l’étude de la polycondensation de l’orthophosphate monopotassique (1962).

Bibliographie

Viovy (Roger), Exposé de titres et travaux, 3 p. dactylographiées (fonds cryptogamie du Muséum national d’histoire naturelle).

PJ

WEDDELL Hugh d’ALGERNON

né le 22 juin 1819 à Birches House (Angleterre), mort le 22 juillet 1877 à Poitiers (Vienne)
chaire de Botanique dans la campagne, puis galeries de botanique
Botanique

86Né dans le Gloucestershire, Hugh d’Algernon Weddell descendait d’une vieille famille d’origine saxonne depuis longtemps fixée en Angleterre.

87Son père étant d’humeur vagabonde, il accomplit ses études dans divers établissements : il lut mis en pension à l’âge de cinq ans à Boulogne-sur-Mer, devint ultérieurement élève du lycée Henri IV à Paris, obtint son baccalauréat en 1835, puis assista aux herborisations d’Adrien de Jussieu*. Ce dernier convainquit Weddell de faire des études de médecine, lesquelles furent guidées par un chef de clinique de l’hôpital Cochin nommé Noël Gueneau de Mussy. Ayant soutenu sa thèse en 1842, le jeune docteur participa sur la demande d’Adrien de Jussieu à l’expédition de Francis de La Porte, comte de Castelnau, en Amérique du Sud : Weddell s’embarqua comme voyageur-naturaliste du Muséum et médecin sur le Du Petit Thouars en 1843, accompagna le chef de la mission durant deux ans, puis parcourut seul le Brésil, la Bolivie, ainsi que le Pérou, pour étudier les quinquinas. De retour au Jardin des plantes en 1848, il fut nommé en 1850 aide-naturaliste aux herbiers dans la chaire de Botanique à la campagne de Jussieu. Il fit un voyage d’un an au Pérou en 1851, avant qu’un changement de sa position ne survienne en 1853. À cette date en effet, la chaire de Jussieu fut supprimée et Weddell passa sous les ordres d’Adolphe Brongniart* comme aide-naturaliste aux galeries de botanique. Il se rendit à Oran en 1857, puis abandonna la même année ses fonctions au Muséum, afin de suivre son père dans les Pyrénées. Les deux hommes s’établirent finalement à Poitiers, où Weddell travailla avec Georges Mandon sur la taxonomie végétale. Durant la guerre de 1870, l’ancien aide-naturaliste transforma sa maison en hôpital et y accueillit pendant la Commune Adolphe Brongiart avec sa famille. Weddell mourut des suites d’une crise d’angine de poitrine, qui l’avait terrassé dans le cabinet du préfet de la Vienne. Son père, qui lui survécut, atteignit l’âge de cent ans. Marié en 1847 avec Juana Bolognesi, Weddell avait eu plusieurs enfants de cette union.

88Weddell œuvra dans le domaine botanique. Il étudia la flore d’Amérique du Sud, s’intéressant notamment aux quinquinas – dont il permit la culture aux Indes néerlandaises–, à l’Ipecacuanha et à la Coca – dont il souligna l’intérêt médical. Par ailleurs Weddell travailla sur d’autres espèces, comme les lichens des environs de Poitiers, d’Agde ou de l’île d’Yeu. Citons parmi ses publications une Histoire naturelle des quinquinas, ou Monographie du genre Cinchona, suivie d’une description du genre Cascarilla et de quelques autres plantes de la même tribu (1849), une Notice sur la coca, sa culture, sa préparation, son emploi et ses propriétés (1853) et une Chloris andina : essai d’une flore de la région alpine des Cordillières de l’Amérique du Sud (1855-1857). Weddell ramena de ses voyages en Amérique du Sud non seulement des plantes, mais aussi des Oiseaux, des Mammifères et des minéraux, qui vinrent enrichir les collections du Muséum. Par ailleurs, en 1888-1889, sa veuve fit don à l’établissement de son herbier et de sa bibliothèque lichénologiques.

Source

Documents Muséum (d’après les archives d’É.-R. Brygoo). Dossier personnel (Archives nationales, AJ15, no 553).

PJ ERB

WINSLOW Jacques-Bénigne [ou Jacob]

né en avril 1669 à Odensee (Danemark), mort le 3 avril [ou septembre] 1760 à Paris
démonstrateur-opérateur de l’intérieur des plantes sous le titre de professeur en anatomie et chirurgie au Jardin du roi
Anatomie, Chirurgie

89Issu d’une famille protestante d’origine suédoise, Winslow était le treizième enfant du doyen de l’église luthérienne Notre-Dame d’Odensee et le petit-neveu du célèbre anatomiste Nicolas Sténon. Le jeune homme étudia d’abord sous la direction de son père, puis il fréquenta l’école secondaire de sa ville natale, avant de débuter en 1687 un cursus théologique à l’université de Copenhague. Sous l’influence d’Oliger Jacobaeus et de Caspar Bartholin le jeune, Winslow s’orienta ensuite vers les sciences naturelles. Il étudia au collège d’Olaf Borrichius de 1691 à 1696 et fut durant cette période l’élève du meilleur chirurgien-barbier de Copenhague, nommé Johannes de Buchwald. Le jeune homme se trouvait davantage attiré par l’anatomie que par la chirurgie, car il craignait la vue du sang. Devenu le prosecteur de Bartholin, il se vit bientôt confier le poste d’anatomiste régent qu’avait autrefois occupé son grand-oncle maternel Sténon. Winslow obtint une bourse royale en 1697 et accompagna alors Buchwald en Hollande, où il reçut durant plus d’un an une formation complète dans diverses disciplines : l’anatomie, la médecine clinique, la chirurgie et même l’obstétrique.

90En 1698, Winslow alla étudier à Paris sous la direction de Joseph-Guichard Du Verney*. Il se convertit en 1699 au catholicisme après avoir subi l’influence de Bossuet, adopta le prénom du célèbre évêque Jacques-Bénigne et perdit sa bourse danoise à cause de son évolution spirituelle. Pris en charge financièrement par l’Aigle de Meaux, le jeune homme poursuivit avec zèle son cursus à la faculté de médecine de Paris – où il s’était inscrit en 1702 – jusqu’à la mort de son bienfaiteur, survenue en 1704. L’Université accepta alors d’accorder une dispense de frais d’études et Winslow put être reçu docteur en 1705. Entré deux ans plus tard à l’Académie des sciences comme élève anatomiste, il exerça en 1709 la fonction de médecin à l’Hôpital général, ainsi qu’à Bicêtre. Il devint en 1716 à l’Académie adjoint anatomiste, puis associé anatomiste, suppléa Du Verney au Jardin royal à partir de 1718, occupa quelque temps un poste d’interprète des langues germaniques à la Bibliothèque du roi et accéda au grade de pensionnaire académique en 1722. Winslow, qui fut nommé docteur-régent de la faculté de médecine de Paris en 1728, prit en 1743 la succession de François Hunauld* comme professeur d’anatomie et chirurgie au Jardin royal. Il avait longtemps attendu cette place, que ses infirmités l’obligèrent à abandonner en 1751. Entre-temps, Winslow s’était vu conférer l’honneur d’inaugurer le nouvel amphithéâtre anatomique de la faculté de médecine en 1745. Il mourut sourd à l’âge de quatre-vingt-onze ans, sans jamais être retourné au Danemark.

91Le nez droit et un peu fort, le menton carré, les joues tombantes, Winslow laissa le souvenir d’un homme à l’esprit très rigoureux. Ce chef d’école célèbre dans toute l’Europe compta Albrecht von Haller parmi ses nombreux élèves. Il s’était marié en 1711 avec Marie-Catherine Gilles, dont il avait eu un fils et une fille.

92Winslow fut un spécialiste de l’anatomie humaine. Il fonda la branche descriptive de sa discipline dans son Exposition anatomique de la structure du corps humain (1732), un ouvrage rassemblant pour la première fois avec ordre, clarté et précision des observations débarrassées de tout détail physiologique superflu. Par ailleurs, il étudia l’association fonctionnelle des groupes musculaires, détermina le rôle exact des articulations intervertébrales, précisa l’intérêt du muscle digastrique pour l’ouverture de la bouche, découvrit le foramen épiploïque portant son nom, s’intéressa à la genèse des malformations embryonnaires et introduisit plusieurs termes de nomenclature, comme le “nerf grand sympathique”. Il faut ajouter à cela divers travaux chirurgicaux ou médicaux. Parmi les nombreuses publications de Winslow figurent, outre le traité déjà cité : Lettres à Morand sur l’opération de la taille au haut appareil (1728), An ad servandam prae foetu matrem, obstetricium humatile minus anceps et aeque insons, quam ad servandum cum maire faetum sectio caesarea (1744) et Remarques sur le mémoire de Ferrein, concernant le mouvement de la mâchoire inférieure (1755).

Bibliographie

Cap (Paul-Antoine), Le Muséum d’histoire naturelle, Paris : Curmer, 1854, pp. 34-35.

Hamy (Ernest-Théodore), “Le Buste de Winslow au Muséum d’histoire naturelle”, Bulletin de la Société d’Histoire de la Médecine, vol. 4, 1905, pp. 49-51.

Snorrason (Egill), “Winslow, Jacob (or Jacques-Bénigne)”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1976, vol. 14, pp. 449-451.

PJ

Abbildungsverzeichnis

Bildunterschrift VALENCIENNES A. – Muge capiton, Muge doré, Mugil capito nob. et Mugil auratus Risso, issu de : Valenciennes (Achille), Cuvier (Georges), Histoire naturelle des poissons, Paris : [s.n.], 1826, vol. 11, pl. 308. Dessin de A. Prevos, gravure de Pierre, imprimé par Langlois.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2134/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 598k
Bildunterschrift VAN SPAENDONCK G. – Cachet du Muséum dessiné sous la Révolution par Gérard Van Spaendonck. Issu d’une lettre de Thouin à Delahaye, datée du 4 frimaire an XII.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2134/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 214k
Bildunterschrift VAUQUELIN N. – Gravure issue de : Bedel (Charles) (sous la dir.), Figures pharmaceutiques françaises : notes historiques et portraits, 1803-1953, Paris : Masson, 1953.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2134/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 208k
Bildunterschrift VERNIQUET E. chirurgien volontaire et rem – Plan du Jardin royal des plantes et de son agrandissement, dessin en couleurs par E. Verniquet (1783).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2134/img-4.jpg
Datei image/jpeg, 1006k
Bildunterschrift VICQ D’AZYR F. – Planche du cerveau de l’homme, issue de : Vicq d’Azyr (Félix), Traité d’anatomie et de physiologie, avec des planches coloriées représentant au naturel les divers organes de l’homme et des animaux, Tome 1er, Paris : impr. de Franç. Amb. Didot l’aîné, 1786, pl. XXVII. Dessin et gravure de Briceau.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2134/img-5.jpg
Datei image/jpeg, 961k

© Publications scientifiques du Muséum, 2004

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540