Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books
s
u-w

Du Jardin au Muséum en 516 biographies

 | 
Philippe Jaussaud
, 
Édouard-Raoul Brygoo

Du Jardin au Muséum en 516 bibliographies

t

Texte intégral

TAQUET Philippe, Robert

né le 25 avril 1940 à Saint-Quentin (Aisne)
chaire de Paléontologie
Paléoécologie, Paléontologie

1Fils d’industriel, Taquet vint au monde dans une famille protestante. Il obtint son baccalauréat en 1958, sa licence ès sciences naturelles en 1962, puis passa un doctorat de troisième cycle. Envoyé en 1965 au Niger par Jean-Pierre Lehman*, professeur titulaire de la chaire de Paléontologie du Muséum, le jeune homme sentit s’épanouir sa vocation de chercheur de fossiles. Cette première mission devait être suivie de beaucoup d’autres, dans des pays comme la Patagonie, Madagascar, le Brésil, le Laos ou le Maroc. Chercheur au CNRS de 1965 à 1982, Taquet prit en 1982 la succession de Lehman à la tête de la chaire de Paléontologie du Muséum, assura la direction de l’établissement de 1985 à 1990, fut nommé inspecteur des musées d’histoire naturelle de province en 1984 et entra à l’Académie des sciences comme membre correspondant en 1990. Il dirigea par ailleurs l’unité de recherche associée du CNRS Paléoanatomie, phylogénie et paléobiogéographie de 1981 à 1995. Marié en 1966 avec Hélène Refait, Taquet a eu trois enfants : deux filles et un fils.

2L’œuvre scientifique de Taquet a porté sur la paléontologie et la paléoécologie. Il s’intéressa à la faune, ainsi qu’à la flore de l’ère Secondaire, tout particulièrement aux Dinosaures dont il est devenu un spécialiste international. Il a découvert au cours de ses missions diverses espèces nouvelles de ces Reptiles disparus, comme l’Ouranosaurus nigeriensis, et les a étudiées sous les angles de la systématique descriptive, de la phylogénie et de l’évolution adaptative. Par ailleurs, les recherches du paléontologue sur les faunes éteintes ou la paléoécologie du Secondaire ont revêtu des conséquences paléogéographiques importantes, puisqu’elles ont permis de préciser la disposition des continents à l’époque étudiée. Citons, parmi les très nombreuses publications de Taquet : Géologie et paléontologie du gisement de Gadoufaoua (Aptiendu, Niger) (1976), Le Règne des dinosaures (1981), L’Empreinte des Dinosaures (1994) et Dinosaur Impressions (1998).

3Au Muséum, le paléontologue a mis en œuvre durant son mandat de directeur de vastes opérations de rénovation, obtenant la réhabilitation de la galerie de zoologie, qui est devenue en 1994 la Grande galerie de l’Évolution. Il faut ajouter à cela l’organisation d’une cinquantaine d’expositions temporaires, sur des thèmes très divers.

Bibliographie

Taquet (Philippe), L’Empreinte des Dinosaures, Paris : Odile Jacob, 1994, 363 p.

PJ

TAQUET P. – Dégagement d’un fossile (Protocerotops) dans le désert de Gobi (Mongolie, 1991).

TARDIEU-BLOT Marie-Laure

dates inconnues (XXème siècle)
chaire de Phanérogamie
Phanérogamie, Ptéridologie

4Titulaire du baccalauréat en 1920, Marie-Laure Tardieu-Blot obtint sa licence ès sciences naturelles cinq ans plus tard. Elle suivit parallèlement des études à la faculté de pharmacie de Paris, où elle fut monitrice et fréquenta le laboratoire de Matière médicale d’Émile Perrot. Diplômée en pharmacie en 1926, la jeune femme devint professeur de l’enseignement secondaire au Tonkin en 1926, avant d’être nommée pharmacienne-chef de l’hôpital indigène du protectorat de Hanoi en 1928. Marie-Laure Tardieu-Blot séjourna quatre années au Tonkin, fréquentant l’Institut Pasteur, ainsi que le laboratoire de Botanique de la faculté de Hanoï, récoltant des plantes avec le professeur Alfred Pételot et commençant des études médicales. Une fois de retour en Europe, la pharmacienne visita le Muséum de Berlin en 1931, puis entra l’année suivante au Muséum de Paris, comme assistante de la chaire de Phanérogamie. Elle soutint une thèse de doctorat ès sciences naturelles en 1932, une thèse de médecine en 1934 et un diplôme supérieur d’obstétrique en 1935. Nommée en 1942 sous-directrice du laboratoire de Phanérogamie, elle conserva ce poste jusqu’à la fin de sa carrière au Muséum.

5Tardieu-Blot consacra la majorité de ses travaux scientifiques à la botanique tropicale. Étudiant la flore d’Indochine, d’Afrique intertropicale ou de Madagascar, elle s’intéressa aux Ptéridophytes et aux Phanérogames (Diptérocarpées, Sterculiacées, Balsaminacées, Aquifoliacées, Célastracées, Hippocratéacées, Rhamnacées). La botaniste œuvra non seulement dans le domaine de la systématique, décrivant près de deux cents espèces nouvelles, mais aussi en phytogéographie, en anatomie végétale et en palynologie. Parmi plus d’une centaine de publications dues à sa plume, citons : Les Aspléniées du Tonkin (1932), Les Aquifoliacées d’Indochine, répartition, affinités et description d’espèces nouvelles (1945), Les Ptéridophytes de l’Afrique intertropicale française (1953), ainsi que Les Ptéridophytes (1954 et 1964). Tardieu-Blot, qui participa également à la rédaction de la Flore de Madagascar et des Comores – éditée sous la direction d’Henri Humbert* et de Jean-François Leroy* –, fut l’auteur principal de la Flore du Cambodge, du Laos et du Vietnam (1960) – éditée sous la direction d’André Aubréville*. Enfin, au Muséum, la botaniste consacra une partie non négligeable de son temps au classement de l’Herbier national.

Bibliographie

Tardieu-Blot (Marie-Laure), Titres et travaux scientifiques, 11p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 5701).

Tardieu-Blot (Marie-Laure), Titres et travaux scientifiques, Macon : impr. Protat Frères, 1957, 20 p. (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 7492).

PJ ERB

TCHERNIA Paul [TCHERNIAKOWSKY Paul dit]

né le 11 décembre 1905 à Paris, mort dans la nuit du 12 au 13 mars 1986 à Paris
chaire de Malacologie, puis d’Océanographie physique
Océanographie

6Licencié ès sciences, Tcherniakowsky entra au Muséum en juin 1927 comme préparateur de l’École pratique des hautes études, dans la chaire de Malacologie que dirigeait alors Louis Joubin*. Il devint moniteur au laboratoire d’Anatomie et d’histologie comparées de la faculté des sciences de Paris en novembre 1927, avant d’être nommé l’année suivante assistant de recherches au laboratoire de Chimie biologique de l’hôpital parisien Henri Rousselle. Chargé des fonctions d’assistant de la chaire de Zoologie et biologie générale de la faculté des sciences de Montpellier en 1929, Tcherniakowsky, qui participa à la croisière du Pourquoi-Pas ? sur la Baltique et la mer du Nord en 1930, partit effectuer son service militaire dans la Marine en 1931. Il fut, de 1932 à 1934, le naturaliste, ainsi que l’océanographe de l’expédition française de l’Année polaire internationale. Après un séjour de deux ans sur la côte est du Groenland, Tcherniakowsky réintégra son poste montpellierain, mais il fut détaché de 1934 à 1939 au laboratoire de Chimie de l’unité de biologie neuropsychiatrique de l’École pratique des hautes études basée à l’hôpital Henri Rousselle. C’est probablement à cette époque que le nom de Tcherniakowsky se mua en celui de Tchernia. Il fut mobilisé dans la Marine en 1939, accéda au corps des officiers de réserve et recouvra sa liberté définitive en 1941, après avoir été fait prisonnier en 1940. Élève, puis travailleur libre à l’Institut Pasteur de Paris en 1941, Tchernia fut détaché par l’Éducation nationale comme chef de laboratoire à l’Office scientifique et technique des pêches maritimes en 1942.

7Le naturaliste obtint sa remobilisation dans la Marine au mois d’août 1944, servit à l’état-major et fit partie du secrétariat permanent du Comité d’océanographie et d’études des côtes en 1946. Malgré sa démobilisation au mois de septembre 1947, Tchernia fut maintenu à l’état-major comme ingénieur contractuel des constructions et armes navales. Il navigua de 1948 à 1950 sur le navire polaire Commandant Charcot en qualité de membre de l’état-major militaire du bâtiment, ce qui lui permit d’effectuer deux campagnes en Terre Adélie. De plus, il dispensa à partir de 1949 des cours d’océanographie régionale à l’École d’application du Service hydrographique de la Marine. Tchernia, qui fut ingénieur contractuel à l’état-major de la Marine de 1950 à 1954, réalisa durant cette période à bord de l’Élie-Monnier, puis de La Calypso, des travaux en Méditerranée occidentale et fut délégué par l’Académie des sciences à l’Institut océanographique d’Indochine en 1953. Il devint sous-directeur de la chaire d’Océanographie physique nouvellement créée au Muséum pour Henri Lacombe* en 1955. Chargé d’effectuer des missions dans le détroit de Gibraltar (1960-1961), puis en Méditerranée sur le navire américain Atlantis (1961-1962), Tchernia enseigna l’océanographie régionale à l’ORSTOM en 1961-1962 et dispensa dès 1962 un troisième cycle dans sa discipline à la faculté de Paris. Il fut finalement nommé professeur sans chaire au Muséum en 1966. Il mourut à son domicile parisien, dans sa quatre-vingt-unième année.

8Océanographe, Tchernia s’intéressa surtout aux aspects physiques de sa discipline. Il éclaira, grâce à ses études en Méditerranée occidentale, les mécanismes hivernaux de formation des eaux profondes par intense refroidissement des couches superficielles. De plus, il fit poser avec les expéditions polaires françaises des balises émettrices sur des icebergs antarctiques, dont la dérive put ainsi être suivie par satellite sur plusieurs années. Il faut ajouter à cela des travaux divers, concernant notamment la faune arctique, les groupes sanguins chez les Esquimaux, la créatinurie pathologique, le problème de la “couche réfléchissante profonde” des océans ou la détection ultrasonique des bancs de poissons. Citons, parmi les publications de Tchernia : Quelques considérations sur l’état actuel du problème de la couche diffusante profonde (DSL) (1952), Quelques traits généraux de l’hydrologie méditerranéenne (1960) – en collaboration avec Lacombe –, De l’Antarctique à la Méditerranée (1974), Océanographie régionale : description physique des océans et des mers (1978) et Quelques aspects de la circulation océanique antarctique révélés par l’observation de la dérive d’icebergs (1983) – rédigé en collaboration avec P. F. Jeannin. Enfin, l’océanographe rapporta des expéditions auxquelles il participa des collections d’animaux marins.

Bibliographie

Fage (Louis), Rapport sur la candidature de monsieur Tchernia à la chaire d’Océanographie physique du Muséum, 4 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 7461).

Lot (Fernand), “Paul Tchernia, océanographe et naturaliste”, Revue du Palais de la Découverte, vol. 14, no 139, 1986, p. 8.

Tchernia (Paul), Curriculum vitae et travaux scientifiques, 1954, 27 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 7461).

Tchernia (Paul), Curriculum vitae et travaux scientifiques, 1966, 21 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 9061).

PJ ERB

TENDRON Georges, Marcel, Eugène

né le 4 mars 1919 à Alger
chaire d’Ethnologie des Hommes actuels et des Hommes fossiles
Écologie, Ethnologie, Préhistoire, Protection de la nature

9Bachelier en philosophie, Tendron passa une licence de sciences humaines, puis il effectua en 1944 un stage de Préhistoire au laboratoire du Dr Henri Martin à La Quina dans la Charente. Il exerça la fonction d’assistant suppléant chargé de la photothèque du Musée de l’Homme de 1945 à 1947, remplissant durant l’été 1946 une mission scientifique en Algérie pour le CNRS. De 1947 à 1950, Tendron travailla comme aide-technique et attaché de recherches du CNRS au Musée de l’Homme, avant d’être nommé à l’automne 1950 assistant au Muséum, ainsi que professeur au Centre de formation ethnologique. Il organisa en 1954, sur la demande du directeur Roger Heim*, une exposition “L’Homme contre la nature” – qui adopta un caractère itinérant en 1956 –, devint responsable des relations extérieures du Muséum en 1957, puis sous-directeur chargé de la conservation de la nature en 1962. Tendron avait eu trois enfants de son mariage.

10Après s’être intéressé à la Préhistoire africaine, puis à diverses applications des techniques physiques en muséologie, Tendron travailla sur les problèmes de pollution – notamment celle des milieux marins par les hydrocarbures –, ainsi que de protection de la nature. Citons, parmi ses publications : Problèmes écologiques posés par la pollution du Rhin (1974) et Établissement d’une méthodologie concernant l’évaluation de l’impact écologique de la pollution sur l’environnement (1978). Enfin, Tendron fonda la revue Science et Nature en 1954.

Source

Documents Muséum (d’après les archives d’É.-R. Brygoo).

PJ ERB

TERREIL Clair-Auguste

né le 9 mai 1828 à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), mort en 1899
chaire de Chimie appliquée aux corps inorganiques
Chimie

11Fils d’un fruitier, Terreil entra au Muséum en 1850 comme préparateur de chimie, puis devint en 1852 aide-naturaliste de la chaire de Chimie appliquée aux corps inorganiques d’Edmond Frémy*. Il conserva ce dernier poste jusqu’à sa retraite, prise en 1893. Terreil, qui avait épousé en 1852 Marie Collon, mourut septuagénaire.

12Œuvrant dans le domaine chimique, il étudia le dosage de métaux comme le nickel, le cobalt, le cuivre ou le manganèse. Il s’intéressa par ailleurs à l’analyse de roches, de scories métalliques ou d’alliages, aux propriétés des dérivés de l’anti moine, à l’action des solutions salines sur les minéraux, à l’analyse immédiate des tissus végétaux, ainsi qu’au dosage du tanin. Parmi les publications du chimiste figurent divers ouvrages, tels un Atlas de chimie analytique minérale renfermant les premières notions indispensables aux personnes qui commencent la chimie et dix-sept tableaux parfaitement imprimés en couleur des précipités donnés par les réactifs et des colorations obtenues au chalumeau (1861), un Traité pratique des essais au chalumeau (1875) et un Questionnaire de chimie à l’usage des écoles (1866).

Bibliographie

Terreil (Clair-Auguste), Notice, 1892, 23 p. (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 3191 et ß 7094).

Plouvier (Victor), “Historique des chaires de Chimie, de Physique végétale et de Physiologie végétale du Muséum d’Histoire naturelle”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 4e série Miscellanea, vol. 3, 1981, pp. 144-145.

PJ ERB

THEVENIN Armand

né le 15 février 1870 à Nancy (Meurthe-et-Moselle), mort en mars 1918
chaire de Paléontologie
Paléontologie

13Thevenin était fils de polytechnicien. Son père ayant pris la direction de la Manufacture des tabacs d’Orléans, le jeune garçon dut quitter à l’âge de treize ans sa Lorraine natale. Il montra dès cette époque une forte vocation pour la géologie et la paléontologie, manifestant même l’ambition d’entrer un jour au Muséum. Après une année de mathématiques spéciales, effectuée pour obéir à la volonté paternelle, Thevenin put fréquenter la Sorbonne, afin d’y satisfaire son goût des sciences naturelles. Il obtint sa licence ès sciences physiques en deux ans et sa licence ès sciences naturelles un an plus tard. Après avoir conduit ses premières recherches dans le laboratoire d’Ernest Munier-Chalmas, Thevenin entra au Muséum comme préparateur de la chaire de Paléontologie d’Albert Gaudry*. Il assura le secrétariat du Congrès de géologie en 1900, puis soutint sa thèse de doctorat ès sciences en 1903. Cette dernière année, Thevenin succéda à Marcellin Boule* comme assistant de la chaire de Paléontologie et fut chargé de conférences à l’École normale supérieure de Saint-Cloud. Il obtint le poste de maître de conférences de paléontologie à la Sorbonne en 1913, mais la guerre vint interrompre ses travaux un an plus tard. Mobilisé, sur sa demande, comme inspecteur des centres médicaux de la cinquième région, Thevenin reprit ses cours à l’université au mois de novembre 1914, sans abandonner ses fonctions militaires. Il entra en 1917 dans le laboratoire de Louis Lapicque* au Muséum, où il effectua des recherches sur la protection contre les gaz toxiques. Nommé membre de la Commission supérieure des inventions intéressant la défense nationale en septembre 1917, Thevenin travailla jusqu’à l’épuisement. Très fatigué à la fin de l’année 1917, il dut s’aliter peu après et mourut.

14Thevenin laissa le souvenir d’un homme affable, modeste et dévoué. Marié jeune, il avait eu plusieurs enfants de son union.

15Thevenin œuvra surtout dans le domaine de la paléontologie, plus accessoirement dans celui de la géologie. En paléontologie, il conduisit des investigations sur des fossiles d’invertébrés (Céphalopodes de Madagascar, Arachnides houillers de Commentry), ou de Vertébrés (Reptiles et Amphibiens du Primaire ou du Secondaire), sans négliger les aspects stratigraphiques de ses recherches. En géologie, Thevenin s’intéressa surtout à la bordure sud-ouest du Massif central et participa au tracé des feuilles de Rodez et Figeac pour la carte géologique de France. Citons, parmi une cinquantaine de publications dues à la plume du naturaliste : Étude géologique de la bordure sud-ouest du Massif central (1903), Amphibiens et Reptiles du terrain houiller de France (1906), Paléontologie de Madagascar, V : Fossiles basiques (1908), ainsi que Les Plus anciens quadrupèdes de France (1910).

16Au Muséum, Thevenin aida son maître Gaudry dans l’installation de nouvelles galeries de paléontologie et participa à l’entretien des collections relevant de sa discipline. Il décrivit, dans le même ordre d’idées, Les Types du Prodrome de paléontologie de d’Orbigny* (1906-1911).

Bibliographie

Gentil (Louis), “Armand Thevenin : notice nécrologique”, Bulletin de la Société géologique de France, 4e série, vol. 19, 1920, pp. 129-147.

PJ

THIBAUD Jean-Marc

né le 19 mai 1937 à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis)
chaire d’Écologie générale, puis d’Entomologie générale et appliquée
Biospéléologie, Écologie, Entomologie (Collemboles)

17Bachelier en 1956, Thibaud, qui fut ensuite élève professeur à l’Institut de préparation à l’enseignement secondaire de la faculté des sciences de Paris, obtint une licence ès sciences naturelles en 1959. Il soutint un diplôme d’études approfondies de zoologie en 1961 et occupa un poste d’assistant de zoologie dans le laboratoire de Claude Delamare-Deboutteville* à la faculté des sciences de Nancy jusqu’en 1963. De 1963 à 1964, Thibaud effectua son service militaire : il fut assistant-professeur coopérant au centre d’enseignement supérieur de Brazzaville, avant de servir dans le premier régiment du Train. Le naturaliste entra au Muséum en 1965 comme assistant de la chaire d’Écologie générale, dont son ancien patron Delamare-Deboutteville assurait alors la direction. De 1962 à 1969, dans le cadre de la préparation de sa thèse, il effectua de nombreuses missions au laboratoire souterrain du CNRS, à Moulis en Ariège. Ce laboratoire était alors dirigé par Albert Vandel. Nommé maître-assistant en janvier 1970, Thibaud soutint le 9 juin de la même année sa thèse de doctorat ès sciences, puis il partit en voyage d’études à Madagascar au mois d’octobre. Il effectua ultérieurement plus de cent missions à l’étranger pour ses recherches, parcourant ainsi le Maroc (1972, 1974, 2001), la Roumanie (1972, 1990), la Tchécoslovaquie (1973, 1991), la Yougoslavie (1975), les Petites Antilles (quinze séjours entre 1977 et 1997), le Japon (1975), la Bulgarie (1980, 1981), l’Autriche (vingt séjours entre 1983 et 2002), la Hongrie (1987,1989), l’Albanie (1990, 1996), la Corée du Sud (1991, 1992), la Pologne (1993), Cuba (1993, 1995, 1997), l’Inde (1994), la Nouvelle-Calédonie (1995), la Mauritanie (1995, 2002), l’Ukraine (1995,1996), le Venezuela (1996), le Brésil (1997), le Mexique (1998, 1999, 2000), la Russie (1999), le Vietnam (2000) et l’Égypte (2000). Devenu en 1981 maître de conférences sous-directeur de la chaire d’Écologie générale du Muséum, Thibaud fut nommé en 1992 professeur de la chaire d’Entomologie générale et appliquée qu’il avait rejointe en 1989.

THIBAUD J.-Μ. Dicranocentrus chimborazoensis Najt, Thibaud & Mari Mutt, 1988, espèce de Collemboles décrite de la Province de Chimborazo (Équateur), issu de : Najt (Judith), Thibaud (Jean-Marc), Mari Mutt (José A.), “Collemboles (Insecta) de l’Équateur III. Entomobryidae : Orchesellinae”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 4e sér., vol, 10, section A, no 3, 1988, p. 555.

18Le naturaliste, qui consacra son œuvre aux microarthropodes du sol, fut un spécialiste de l’histoire naturelle des Insectes Collemboles édaphiques ou cavernicoles et étudia ensuite les espèces interstitielles peuplant les sables littoraux ou continentaux. Citons, parmi près de cent cinquante publications dues à la plume de Thibaud : Biologie et écologie des Collemboles Hypogastruridae édaphiques et cavernicoles (1970), Structure et régression de l’appareil oculaire chez les Insectes Collemboles (1976), Relations chronologiques entre les cycles du tube digestif et de l’appareil génital lors de l’intermue des Insectes Collemboles (1976), Intermue et températures léthales chez les Insectes Collemboles Arthropléones (1977), Croissances pondérale et linéaire chez les Insectes Collemboles (1980), Microarthropodes du sol et groupements végétaux de l’île de la Guadeloupe (1983), Essai sur une classification biologique et écophysiologique des Collemboles cavernicoles (1986), Les Collemboles des Petites Antilles I-VII (1988-2002), Collemboles Poduromorphes de Guyane française (1990), Isotogastruridae, a new family of terrestrial interstitial Collembola from the Lesser Antilles (1992), Les Collemboles de l’Archipel des Galapagos, I-II (1991-1994), Collemboles interstitiels des sables de NouvelleCalédonie (1997), New family Gulgastruridae of Collembola based on morphological, ecobiological and molecular data (1998), Mise au point sur la vie entomologique dans les déserts africains, spécialement sur les Insectes Collemboles (2000), Essai sur la biogéographie des Insectes Collemboles de Nouvelle-Calédonie (2001), New Data on Biodiversity of Interstitial Collembola in Sand (2003), ainsi que Synopses on Palaearctic Collembola. Vol. 4 : Hypogastruridae (2004).

19Au Muséum, Thibaud fut chargé de la gestion du laboratoire d’Écologie générale de Brunoy, de l’organisation des “Missions Muséum-Antilles” et exerça les fonctions de membre élu du Conseil d’administration de l’établissement de 1994 à 1998. Il fut par ailleurs le créateur, ainsi que le responsable, des collections d’insectes “Aptérygotes” au laboratoire d’Entomologie. Enfin, Thibaud est depuis 1987 le rédacteur des Feuilles d’informations aptérygotologiques et a été, de 1988 à 1990, le président de la Société de biospéléologie.

Bibliographie

Thibaud (Jean-Marc), Titres et travaux scientifiques, 1974, 32 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 9047).

Thibaud (Jean-Marc), Notice de titres et travaux, Brunoy : laboratoire d’Écologie du Muséum national d’histoire naturelle, 1980, 71 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 9048).

Thibaud (Jean-Marc), Titres et travaux, Paris : laboratoire d’Entomologie du Muséum national d’histoire naturelle, 2003, 24 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle).

PJ ERB

THIERRY Solange

dates inconnues (XXème siècle)
chaire d’Anthropologie et Ethnologie, puis d’Ethnologie
Ethnologie

20Nommée maître-assistante au Musée de l’Homme en 1966, Solange Thierry devint maître de conférences sous-directrice de la chaire d’Anthropologie et Ethnologie du Muséum pour remplacer Robert Gessain* en 1969. Elle passa en 1970 dans la chaire d’Ethnologie, où elle accéda ensuite au grade de professeur sans chaire.

21Ethnologue, Thierry s’intéressa tout particulièrement à la civilisation des peuples du Cambodge, dont elle étudia les rituels, ainsi que les contes traditionnels. Citons, parmi ses publications Les Khmers (1964), Le Bétel : Inde et Asie du Sud Est (1969), Madagascar (1969), De la rizière à la forêt : contes khmers (1988), Regards sur le Japon : collections du Musée de l’Homme, laboratoire d’Ethnologie (1981) et Nourritures, sociétés et religions : commensalités (1990).

Source

Documents Muséum (d’après les archives d’É.-R. Brygoo).

PJ ERB

THIREAU Michel, Pierre, Gabriel

né le 13 février 1943 à Chartres (Eure-et-Loire)
chaire de Zoologie (Reptiles et Poissons), puis de Zoologie (Reptiles et Amphibiens)
Batrachologie

22Titulaire d’un baccalauréat de sciences expérimentales en 1961, Thireau obtint une licence d’enseignement, ainsi qu’un diplôme d’études supérieures de zoologie, en 1965. Il devint assistant de biologie animale au PCB en 1965 et entra la même année au Muséum comme assistant de la chaire de Zoologie (Reptiles et Poissons). Ayant passé un diplôme d’études approfondies de zoologie expérimentale en 1966, le jeune naturaliste effectua son service militaire de 1967 à 1969, puis obtint un diplôme d’études supérieures d’histologie animale en 1970. Thireau fut nommé maître-assistant de la chaire de Zoologie (Reptiles et Poissons) en 1977, soutint cette même année sa thèse de doctorat ès sciences naturelles et remplit une mission auprès de diverses formations scientifiques des États-Unis en 1978. Promu maître de conférences sous-directeur en 1981, il devint par transformation d’intitulé professeur de deuxième classe en 1992. Marié en 1971, il avait eu deux enfants : une fille et un garçon.

23Zoologiste, Thireau fut un spécialiste de l’anatomie et de la systématique des Batraciens. Il s’intéressa par ailleurs à la chorologie évolutive des Vertébrés, ainsi qu’à l’histoire du Muséum. Citons, parmi plus d’une centaine des publications dues à sa plume : Monographie de deux Batraciens anoures de l’Ouest africain, Bufo regularis et Rana occipitalis (1965), Morphologie externe et interne du crapaud africain Bufo regularis Reuss, 1834 (1968)-rédigé avec Elisabeth Marolle-, Analyse volumétrique comparée de l’encéphale, et en particulier du télencéphale, des Amphibiens Urodèles (1977) et Catalogue des types d’Urodèles du Muséum national d’histoire naturelle. Revue critique (1986). Enfin, Thireau, qui dispensa dès 1983 un enseignement dans le cadre du “Groupe animaux venimeux” du Muséum, participa de manière active à de nombreux organismes ou associations.

Bibliographie

Thireau (Michel), Titres et travaux (1965-1995), Paris : laboratoire de Zoologie (Reptiles et Amphibiens) du Muséum national d’histoire naturelle, 1995, 41 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 9299).

PJ ERB

THOUIN André

né le 10 février 1747 à Paris, mort le 27 octobre 1824 à Paris
jardinier en chef au Jardin du roi, puis chaire de Culture
Agriculture, Botanique, Horticulture

24Fils aîné du jardinier en chef du Jardin royal, Thouin apprit la botanique sous la direction de Bernard de Jussieu*. Il se vit confier à l’âge de dix-sept ans par Georges-Louis Buffon* le poste de son père Jean-André*, décédé, ce qui lui permit de subvenir aux besoins de sa mère, de ses deux sœurs et de ses trois frères, tout en dirigeant les plantations du Jardin royal. Collaborateur de l’Encyclopédie, Thouin entra comme associé-botaniste à l’Académie royale des sciences en 1786. Il adhéra avec enthousiasme aux idées de la Révolution, assumant de 1789 à 1792 des responsabilités au sein de diverses institutions républicaines, comme le Conseil général de la Seine. En 1792, Thouin établit avec René-Louiche Desfontaines*, sur ordre de la Convention, un inventaire des jardins botaniques de la région parisienne, dont beaucoup avaient appartenu aux dignitaires déchus de l’Ancien Régime. Il devint en 1793 le premier titulaire de la chaire de Culture du Muséum nouvellement créé. Chargé en 1794 – avec Barthélémy Faujas de Saint-Fond* – d’aller recueillir, au titre de commissaire des armées, des collections scientifiques aux Pays-Bas, il remplit la même mission en Italie deux ans après, mais refusa de participer à l’expédition de Bonaparte en Égypte. Thouin assura la direction du Muséum de 1814 à 1817. Tombé gravement malade la dernière année de son existence et sentant sa mort venir, il consacra ses dernières forces à compléter ses manuscrits.

25Il fut décrit comme une personne modeste, généreuse, au maintien noble et à la conversation enrichissante. Bien que chargé d’honneurs, il répugnait à exhiber costumes officiels ou décorations, prononçant par ailleurs des leçons substantielles avec une éloquence simple. Thouin, qui resta célibataire, habitait avec sa famille un petit logement contigu à d’anciennes serres du Jardin des plantes. Ami de La Revellière-Lépeaux, il recevait régulièrement chez lui diverses personnalités, comme Chrétien de Malesherbes, Jean-Jacques Rousseau, Bernardin de Saint-Pierre* ou Desfontaines.

26Thouin consacra la totalité de son œuvre à la culture des plantes, marquant profondément l’agronomie française de la première moitié du XIXème siècle. Ce spécialiste des greffes prôna le triage des semis pour améliorer les végétaux, les acclimater et obtenir de nouvelles variétés. Tl s’agissait là d’une doctrine relevant de l’hérédité des caractères acquis, donc du lamarckisme. De plus, il étudia l’action de la lumière sur les plantes, en collaboration avec Augustin-Pyramus de Candolle. Thouin publia de nombreux articles et des ouvrages parmi lesquels il faut citer la Description de l’école d’agriculture pratique du Muséum d’histoire naturelle (1814), la Monographie des greffes, ou Description technique des diverses sortes de greffes employées pour la multiplication des végétaux (1821) et le Cours de culture et de naturalisation des végétaux (1827) en trois volumes.

THOUIN A. – Dessin d’échelles, issu de : Thouin (André), Cours de culture et de naturalisation des végétaux. Atlas, Paris : Huzard, 1827, pl. 11. Gravé par Ambroise Tardieu.

27Il aida Bernard de Jussieu à réorganiser le Jardin du roi, notamment à replanter l’école de botanique, puis il enrichit les collections vivantes de l’établissement – de serre ou de plein air. Durant la Révolution, il réalisa un important travail de collecte, tant en France qu’à l’étranger. Thouin eut le mérite d’établir un vaste réseau d’échanges et d’achats, qui lui permit d’importer des végétaux exotiques ou d’implanter de nouvelles cultures dans les colonies françaises. Par ailleurs, il enseigna avec succès l’agriculture et l’horticulture au Muséum : bien que ses leçons, théoriquement destinées aux jardiniers, eussent lieu à six heures du matin, un public nombreux s’y pressait. Il dota enfin l’établissement d’une collection comportant une soixantaine de modèles réduits d’instruments agricoles ou horticoles, qu’il fit exécuter par le menuisier Claude Lasseigne.

Bibliographie

Cap (Paul-Antoine), Le Muséum d’histoire naturelle, Paris : Curmer, 1854, pp. 60-61 et 118-119.

Gayon (Jean), “Le Muséum national d’histoire naturelle et l’amélioration des plantes au XIXème siècle”, in Blanckaert (Claude), Cohen (Claudine), Corsi (Pietro), Fischer (Jean-Louis) (sous la dir.), Le Muséum au premier siècle de son histoire, Paris : Muséum national d’Histoire naturelle, 1997, pp. 375-402 (Archives).

Guillaumin (André), Chaudun (V), “La Collection de modèles réduits d’instruments agricoles et horticoles du Muséum à propos d’une lettre inédite de A. Thouin”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 16, no 2, 1944, pp. 137-141.

Guillaumin (André), “André Thouin et l’enrichissement des collections de plantes vivantes du Muséum aux dépens des jardins de la liste civile, des émigrés et condamnés. D’après ses notes manuscrites”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 16, no 6, 1944, pp. 483-489.

Jovet (P), Mallet (M.), “Thouin, André”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1975, vol. 13, p. 390. Letouzey (Yvonne), Le Jardin des plantes à la croisée des chemins avec André Thouin : 1747-1824, Paris : Muséum national d’histoire naturelle, 1989, 679 p.

Spary (Emma), Utopia’s Garden. French Natural History from Old Regime to Revolution, Chicago : University of Chicago Press, 2000, 321 p.

Tort (Patrick), “Thouin André 1747-1824”, in Tort (Patrick) (sous la dir.), Dictionnaire du Darwinisme et de l’Évolution, Paris : PUF, 1996, vol. 3, p. 4283.

PJ

THOUIN Jacques

né en 1751 à Paris, mort en 1836 à Paris
administration, puis galeries de zoologie et de minéralogie
Administration

28Né au Jardin du roi, Jacques Thouin était le troisième des six enfants survivants du jardinier chef Jean-André Thouin*. Il exerça la fonction de “commis dans les fermes du Roy au Département du plat pays”, puis devint le comptable des Orléans au Palais-Royal. Après l’emprisonnement de sa femme – arrêtée avec la duchesse d’Orléans qu’elle servait – et l’inculpation de Philippe-Égalité, Jacques se réfugia au Jardin des plantes où son frère André Thouin* l’attacha à l’administration de l’établissement. Le rescapé de la Révolution fut nommé en 1795 “commis-secrétaire de l’administration du Muséum”, cumulant les fonctions d’un secrétaire général et d’un agent comptable. Devenu en 1825 garde des galeries de zoologie et de minéralogie, Jacques Thouin conserva cette place jusqu’à son décès, survenu à l’âge de quatre-vingt-cinq ans.

Source

Documents Muséum (d’après les archives d’É.-R. Brygoo).

PJ ERB

THOUIN Jean

né le 4 octobre 1756 à Paris, mort le 31 janvier 1827 à Paris
jardin
Horticulture

29Jean Thouin, qui vit le jour au Jardin du roi, était le cinquième des six enfants survivants du jardinier chef Jean-André Thouin*. Éduqué après la mort de son père chez son frère André Thouin*, le jeune homme devint élève du Jardin en 1779. Il bénéficia ultérieurement du produit de la location des chaises de l’établissement, un privilège familial, et portait en 1792 le titre de “premier jardinier, citoyen grenadier”. Lors de la création du Muséum en 1793, Jean fut choisi comme jardinier chef par son frère André, devenu professeur de Culture. Il occupa ce poste jusqu’en 1824, date à laquelle François Riché* le remplaça. Jean Thouin mourut célibataire dans sa soixante et onzième année.

30Décrit comme un bel homme, doté d’une voix agréable, le jardinier publia un Mémoire sur l’emploi du mâchefer dans le jardinage (1810).

Bibliographie

Regnard (E.), [s.t.], in Hoefer (Ferdinand) (sous la dir.), Nouvelle biographie générale, Paris : Firmin-Didot, 1866, vol. 45, pp. 265-266.

PJ ERB

THOUIN Jean-André

date de naissance inconnue, mort le 26 janvier 1764 à Paris
jardinier en chef au Jardin du roi
Culture

31Jean-André Thouin exerça d’abord la fonction de jardinier-pépiniériste à Stord, près de l’Isle Adam. Découvert par Georges-Louis Buffon*, il fut appelé en 1745 à prendre la succession de Bertamboise* décédé comme jardinier en chef du Jardin royal. Thouin logea dès 1746 dans l’établissement et mourut dix-huit ans plus tard. Sur six de ses enfants qui survécurent, trois occupèrent des charges au Jardin royal ou au Muséum : Jean*, Jacques* et André*.

Bibliographie

Crestois (Paul), Contribution à l’enseignement de la botanique au Jardin royal des plantes de Paris, thèse de doctorat en pharmacie, Strasbourg : université de Strasbourg, 1953, p. 118.

Laissus (Yves), “Le Jardin du roi”, in Taton (René) (sous la dir.), Enseignement et diffusion des sciences en France au XVIIIème siècle, Paris : Hermann, 1964, p. 335.

TISSOT Jules

né le 17 février 1870 à Besançon (Doubs), mort le 17 juin 1950 à Paris
chaire de Pathologie comparée, puis de Physiologie générale et comparée, puis de Physiologie générale
Hygiène, Microbiologie, Physiologie

32Fils de gendarme, Tissot obtint sa licence ès sciences en 1890. Il devint en 1893 boursier de doctorat dans le laboratoire de Pathologie générale d’Auguste Chauveau* au Muséum, soutint sa thèse de sciences en 1895 et sa thèse de médecine deux ans plus tard. Nommé préparateur d’Auguste Chauveau en 1898, puis assistant en 1906, Tissot exerça la fonction de professeur intérimaire en 1909. Il s’entendit ensuite très mal avec son nouveau patron Louis Lapicque*, ce qui l’amena à travailler quelque temps dans le laboratoire de Zoologie (Vers et Crustacés). Pendant la première guerre mondiale, il fut affecté comme aide-major de la territoriale au Service de santé, avant d’être rattaché à la Marine. Il prit en 1920 la succession de Lapicque à la tête de la chaire de Physiologie générale et comparée du Muséum, fit don en 1922 d’une somme d’argent conséquente à l’établissement et rebaptisa en 1933 son service Physiologie générale. Victime d’un accident d’automobile en 1939, Tissot prit sa retraite en 1940 sans abandonner pour autant ses travaux, car il avait installé un laboratoire à son domicile. Il mourut chez lui à l’âge de quatre-vingts ans, après une longue et épuisante maladie.

33Il avait épousé en 1914 Félicie Brun, dont il n’avait pas eu d’enfant. Il bénéficia de l’aisance financière grâce à l’invention d’un masque de protection évoqué ci-dessous.

34Tissot montra dans son œuvre un souci constant de perfectionner les moyens techniques de l’expérimentation. Ses recherches sur la respiration le conduisirent à inventer un spiromètre à compensation automatique, un masque protecteur contre les gaz asphyxiants, ainsi qu’un procédé de purification de l’air dans les sous-marins. Par ailleurs, il s’intéressa à la coagulation du sang, aux réactions de l’organisme envers les injections de substances albuminoïdes et à la nature des tissus cancéreux et nerveux. Tissot se préoccupa enfin de microbiologie : il développa une théorie selon laquelle les germes seraient naturellement présents à l’intérieur des cellules de l’organisme et pourraient devenir pathogènes en se transformant. Cette conception du caractère autogène des maladies infectieuses, comme la tuberculose, suscita une vigoureuse opposition de la part des pastoriens. Elle amena Tissot à fonder une ligue “Santé et Liberté”, dont les membres déniaient l’efficacité des vaccinations et refusaient leur caractère obligatoire. Son ouvrage principal fut un traité en trois volumes, intitulé Constitution des organismes animaux et végétaux, causes des maladies qui les atteignent (1926-1946).

Bibliographie

Anonyme, “On se bat au Muséum”, La Dépêche coloniale, 27 février 1937.

Anonyme, “Décès du professeur Tissot”, La Vie claire, juin 1950.

Fontaine (Maurice), “La Chaire de Physiologie générale du Muséum national d’histoire naturelle (leçon inaugurale faite au Muséum le 8 mai 1944)”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 16, no 6, 1944, pp. 204-222.

Roy (Joseph), “Ligue ‘Santé et Liberté’, Hommage à la mémoire du professeur Jules Tissot”, La Libre Santé, octobre 1950.

PJ

TIXIER-DURIVAULT Andrée, Emma [née DURIVAULT]

dates inconnues (XXème siècle)
chaire de Malacologie
Zoologie des Invertébrés

35Titulaire en 1933 d’une licence ès sciences, ainsi que d’un diplôme d’études supérieures de zoologie, Andrée Durivault entra en 1936 comme boursière de doctorat dans la chaire de Malacologie du Muséum. Elle fut boursière du CNRS au sein du même laboratoire de 1938 à 1944 et fut chargée des travaux pratiques de biologie animale à la faculté des sciences de Poitiers de 1939 à 1940. Ayant soutenu sa thèse de doctorat ès sciences en 1940 à Paris, elle assuma dans cette ville la responsabilité des travaux pratiques de biologie animale en 1942 (au PCB), puis en 1944-1945. Elle fut nommée chargée de recherche au CNRS en 1944, devint sous-directrice du laboratoire de Malacologie en 1960 et prit sa retraite du Muséum vers 1975. Après avoir épousé René Tixier, la naturaliste porta le nom de Tixier-Durivault.

36Tixier-Durivault consacra l’essentiel de son œuvre à la zoologie des Invertébrés marins, si l’on excepte un travail anatomique de jeunesse sur l’innervation du cœur des Oiseaux. Orientée par Louis Germain* vers les Octocoralliaires, elle devint une spécialiste des Alcyonaires, dont elle étudia la systématique, l’anatomie, ainsi que la pigmentation. Citons, parmi ses publications : Contribution à l’étude du métabolisme du calcium et du fer chez Alcyonium palmatum Pallas (1940), Le Pigment du polypier d’un Octocoralliaire : Heliopora caerulea (Pall.) (1942-1943) – en collaboration avec René Tixier –, Alcyonaires atlantiques intertropicaux (1955) et Révision de la famille des Alcyoniidae : les genres Sarcophytum et Lobophytum (1958).

Bibliographie

Fischer (Édouard), Rapport sur la candidature de madame Tixier-Durivault à la sous-direction du laboratoire de Malacologie, 2 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 4958).

Tixier-Durivault (Andrée), Notice des titres et travaux scientifiques, 32 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 9082).

PJ ERB

TONDI Matteo

né en 1762 à Sansevero (Italie), mort le 16 novembre 1835 à Naples (Italie)
chaire de Minéralogie
Géologie, Minéralogie

37Tondi était d’origine italienne. Devenu médecin à Naples en 1783, il parcourut ensuite l’Autriche, la Suisse, l’Allemagne, la Transylvanie, l’Angleterre, l’Irlande et l’Islande. Il poursuivit après son retour des recherches en Calabre, puis se trouva chassé de son pays par la révolution de 1799. Ayant émigré à Paris, Tondi entra en floréal an IX (avril 1801) dans la chaire de Minéralogie du Muséum, grâce à René-Just Haüy* qui assurait alors la suppléance de Déodat de Dolomieu*. Il remplaça en 1806 Jean-Baptiste Valenciennes* comme aide-naturaliste et fut chargé du classement des collections. Parti pour l’Espagne au mois de janvier 1808, Tondi en revint un an plus tard, chassé par la révolution, puis il obtint en 1812 un congé de six mois, afin d’aller exercer à Naples la fonction d’inspecteur des eaux et forêts. Mais, le naturaliste ne retourna pas en France : il acheva sa carrière comme professeur de l’université de Naples et directeur du Musée minéralogique de la même ville.

38Tondi, qui défendit en Italie les théories d’Antoine de Lavoisier au cours des années 1780, œuvra dans les domaines de la minéralogie, ainsi que de la géologie. Il découvrit notamment la cordiérite en Espagne et publia un Tableau synoptique d’oreognosie, ou Connaissance des montagnes ou roches, donné par M. Tondi dans son dernier cours particulier, en 1811 (1811), puis une Enciclopedia montana-metallurgica en quarante volumes. Au Muséum, Tondi rédigea le catalogue des mille six cent soixante-sept pièces de la collection Weiss.

Source

Documents Muséum (d’après les archives d’É.-R. Brygoo).

PJ ERB

TOSCAN G.

dates inconnues (XIXème siècle)
chaire de Botanique dans la campagne
Botanique

39Toscan a laissé très peu de traces de son passage au Muséum. Ce fils du bibliothécaire de l’établissement Georges Toscan* travaillait probablement déjà au laboratoire de Botanique en 1820. Recruté à la mort de son père en 1826 comme aide-naturaliste, il démissionna en 1831 pour entrer dans la cavalerie et fut alors remplacé par Jacques Cambessèdes*.

Source

Documents Muséum (d’après les archives d’É.-R. Brygoo).

PJ ERB

TOSCAN Georges

né le 1er juillet 1756 à Grenoble (Isère), mort le 9 décembre 1826 à Paris
bibliothèque
Bibliographie, Histoire des sciences

40Fils d’un notaire conseiller du roi, Toscan accompagna les médecins Villars et Liottard durant leurs excursions botaniques dans les montagnes du Dauphiné. Il fut envoyé à l’âge de vingt-neuf ans comme second secrétaire de l’ambassade de France à Constantinople, d’où il adressa vers 1780 à André Thouin* des plantes du Levant. Ayant prôné dans un mémoire en 1793 l’implantation d’une bibliothèque au Jardin des plantes, Toscan devint la même année le premier bibliothécaire du Muséum nouvellement institué. Il occupa son poste jusqu’à sa mort, survenue à l’âge de soixante-dix ans.

41Toscan parlait plusieurs langues. Ami de la famille Thouin*, il fut également invité à la fête organisée par Arsène Thiébaut de Berneaud dans la résidence de ce dernier, baptisée la “Linnéide”. Le bibliothécaire s’était marié avec Marie Deville, qui avait donné naissance à un fils et trois filles.

42Toscan publia divers articles ou mémoires relevant des sciences humaines, parmi lesquels figurent une Histoire du lion de la ménagerie du Muséum d’histoire naturelle et de son chien (1794-1795) et L’Ami de la nature ou choix d’observations sur divers objets de la nature et de l’art (1800). Il traduisit par ailleurs les Voyages dans les deux Siciles et dans quelques parties des Apennins (1799-1800) de Lazzaro Spallanzani. Au Muséum, Toscan fit affluer les ouvrages dans la bibliothèque de l’établissement, qui comptait environ quinze mille volumes imprimés en 1823. Achille Valenciennes* et Pierre Deville l’aidèrent à ranger ce fonds en 1816. De plus, Toscan participa en 1794 à la création de La Décade philosophique, littéraire et politique.

Source

Documents Muséum (d’après les archives d’É.-R. Brygoo).

PJ ERB

TOURNADE André

né le 12 janvier 1881 à La Rochelle (Charente-Maritime), mort le 21 septembre 1942 à Paris
chaire de Physiologie générale
Pharmacologie, Physiologie

43Fils de négociant, Tournade intégra l’école de santé militaire de Lyon en 1900. Il se forma tout particulièrement à l’histologie durant ses études, devenant même en 1902 moniteur de la discipline concernée à la faculté. Son doctorat en médecine une fois obtenu en 1903, le jeune homme décida de se diriger, malgré ses fonctions dans l’armée, vers l’enseignement et la recherche. Il travailla quatre ans à Paris dans le laboratoire de Georges Henri Roger, fut affecté de 1908-1911 au Maroc, devint professeur suppléant d’anatomie et de physiologie à l’école de médecine de Reims en 1909, puis répétiteur de physiologie à l’école de santé militaire, ainsi que préparateur à la faculté de médecine de Lyon en 1911. Tournade passa un certificat de physiologie en 1911, un de botanique en 1912 et accéda au poste de chef de travaux de physiologie à la faculté de médecine de Lyon en 1913, avant d’être reçu la même année agrégé de physiologie à la faculté de médecine de Toulouse. Durant la première guerre mondiale, il servit comme médecin-chef d’ambulance, puis comme médecin-major d’un bataillon de chasseurs à pied sur le front de Champagne. Il fut nommé professeur de physiologie à la faculté de médecine de Marseille en 1919 et occupa l’année suivante une chaire de la même discipline à Alger. C’est dans cette dernière ville, où il put disposer d’un laboratoire capable d’accueillir des élèves, que se déroula l’essentiel de sa carrière scientifique. Ayant succédé en 1941 à Jules Tissot*, comme titulaire de la chaire de Physiologie générale du Muséum, Tournade mourut brusquement l’année suivante.

44Il laissa le souvenir d’un homme à la forte personnalité, combatif, tenace, dévoué à ses amis et à sa famille. Chef d’école reconnu, il forma de nombreux jeunes scientifiques. Tournade était par ailleurs un brillant conférencier, dont l’enseignement était fort apprécié. De son mariage avec Marie Savatier, il avait eu trois enfants.

45Il rédigea plus de trois cents publications, consacrées à la physiologie ou à la pharmacologie. Il explora de nombreux domaines, parmi lesquels la fonction adrénalinogène des surrénales, la régulation de la pression artérielle, l’innervation vasomotrice de certains organes, le fonctionnement des centres végétatifs spinaux et médullaires, les syncopes toxiques, le tabagisme expérimental, la rachi-anesthésie et la pharmacodynamie de divers composés. Tournade rédigea notamment le chapitre intitulé “Les Glandes surrénales” pour le Traité de physiologie normale et pathologique (1939) de Georges Henri Roger et Léon Binet.

Bibliographie

Courrier (Robert), “Notice nécrologique sur M. Tournade (1881-1942)”, Bulletin de l’Académie de Médecine, 3e série, no 31-33, vol. 126, 1942, pp. 449-450.

Roger (Henri), “A. Tournade (1881-1942)”, La Presse médicale, no 47, 1942, p. 670.

Urbain (Achille), “Allocution prononcée aux obsèques de M. le Professeur A. Tournade. Paris : 25 septembre 1942”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 14, no 5, 1942, pp. 301-302.

PJ

TOURNEFORT Joseph PITTON DE

né le 3 juin 1656 à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), mort le 28 décembre 1708 à Paris
démonstrateur et professeur de l’intérieur et de l’extérieur des plantes au Jardin du roi
Botanique

46Tournefort était issu d’une famille bourgeoise installée en Provence au XVIème siècle et anoblie depuis peu, dont les armes se lisaient : “D’azur à une tour d’argent donjonnée de même et maçonnée de sable, et supportée par deux lions d’or lampassés et armés de gueule”. D’abord destiné, comme cadet de famille, à l’état écclésiastique, il put, après la mort de son père en 1677, quitter le séminaire et se vouer à la botanique, sa vraie vocation.

47Encouragé par deux apothicaires d’Aix, Jacques Daumas et Pierre Garidel, il se mit à herboriser en Provence, en Dauphiné et en Savoie notamment avec le père Charles Plumier que ses voyages devaient rendre célèbre. De 1679 à 1680, Tournefort séjourna à Montpellier et y suivit les cours du botaniste Pierre Magnol à la faculté de médecine. En 1681, il partit pour l’Espagne et y fit un voyage de plusieurs mois. De retour à Montpellier en 1682, il acheva sa médecine (sans aller jusqu’au doctorat), poursuivit ses études chimiques et anatomiques et revint à Aix pour classer son herbier.

48En 1683, Tournefort fut, sur la recommandation de madame de Venelle, originaire d’Aix et sous-gouvernante des Enfants de France, appelé à Paris par Guy-Crescent Fagon* qui lui confia la suppléance de sa charge de sous-démonstrateur de l’extérieur des plantes au Jardin du roi. Ce fut le début d’une brillante carrière, dès lors partagée entre les voyages et le Jardin royal. Entre 1685 et 1691, Tournefort parcourut le Midi de la France et se rendit même en Angleterre (1687), en Espagne et au Portugal (1688-1689). En 1688, il fut reçu docteur en médecine de la faculté d’Orange. En 1691, il entra à l’Académie des sciences. Lorsque Fagon, nommé premier médecin du roi en 1693, dut suivre la cour, il se fit désormais entièrement suppléer par Tournefort. Celui-ci publia en 1694 ses Élémens de botanique, ou Méthode pour connaître les plantes, traduits en latin, en 1700, sous le titre Institutiones rei herbariae, et replanta suivant son propre système de classification l’école de botanique du Jardin du roi. Docteur d’université provinciale, il fut admis à la licence par la faculté de médecine de Paris le 29 novembre 1695 et le 7 décembre 1696 fut reçu docteur de cette même faculté, ce qui lui permettait d’exercer désormais dans la capitale. Son Histoire des plantes qui naissent aux environs de Paris avec leur usage dans la médecine parut en 1698.

TOURNEFORT J. PITTON DE – Granadilla, Fleur de la Passion, issu de : Tournefort (Joseph Pitton de), Institutiones rei herbariae, Paris : [s.n.l, 1700, t. 2, pl. 124.

49Sur la proposition de l’abbé Bignon, président de l’Académie royale des sciences, Tournefort fut désigné par Louis XIV, en 1700, pour entreprendre un voyage au Levant afin d’y faire des observations sur l’histoire naturelle, la géographie ancienne et moderne, le commerce, la religion et les mœurs. Parti de Paris le 9 mars 1700, accompagné d’Andreas Gundelsheimer, jeune médecin allemand, et de Claude Aubriet*, dessinateur qui avait illustré ses Élémens de botanique, il embarqua à Marseille en avril. Les principales étapes du voyage furent : la Crète (mai-juillet 1700), Constantinople (avril 1701), Tiflis (juillet 1701), le mont Ararat (août 1701), Smyrne (décembre 1701). Les voyageurs étaient de retour à Marseille en juin 1702.

50Rentré à Paris, Tournefort refusa la charge de médecin de Philippe V, le jeune roi d’Espagne petit-fils de Louis XIV, et reprit son enseignement et ses travaux. Célibataire, il vivait seul dans une maison de la rue Saint-Victor, toute proche du Jardin du roi. Le 1er juin 1706, il fut nommé professeur de médecine au Collège royal et vers la même époque l’abbé Bignon le choisit comme médecin personnel. Enfin, le 16 avril 1798, Tournefort fut nommé à la succession de Pierre d’Aquin*, démissionnaire, démonstrateur et professeur de l’intérieur et de l’extérieur des plantes au Jardin du roi. Mais, alors qu’il terminait la rédaction de son Voyage du Levant, il mourut inopinément des suites d’un accident sur la voie publique et fut inhumé dans le “petit cimetière” de l’église Saint-Étienne-du-Mont, sa paroisse. Par testament, il avait légué au roi son herbier de six mille spécimens, ses trois mille coquilles et ses autres collections ; à l’abbé Bignon, il laissait ses livres de botanique. Ouvrage posthume, sa Relation d’un voyage du Levant parut en 1717, par les soins de l’Imprimerie royale, en deux volumes in-quarto.

51L’œuvre de Tournefort marque une étape importante dans l’histoire de la botanique. Esprit positif et pratique, le naturaliste se proposait avant tout de faciliter l’identification des plantes et pour ce faire de présenter, en français, une classification aussi exhaustive et claire que possible, à cinq degrés : classe, section, genre, espèce, variété. Il contribua surtout à définir la notion de genre : de ceux qu’il établit, le plus grand nombre subsista jusqu’à nos jours. Cependant, Tournefort n’intègrait pas à son système certaines acquisitions contemporaines, par exemple le rejet, par Joachim Jung, de la division des végétaux en arbres et herbes, ou la reconnaissance, par John Ray, des Monocotylédones et Dicotylédones ; de même, il n’admit pas la sexualité des plantes. Cependant, son système connut un immense succès et plusieurs botanistes français lui restèrent fidèles même après Linné.

Bibliographie

Becker (G.) et al, Tournefort, Paris : Muséum national d’histoire naturelle, 1957, 321 p. (Les Grands naturalistes français).

Bidal (Anne-Marie), “Inventaire des archives du Muséum national d’histoire naturelle. Première partie. Série A : Archives du Jardin du roi”, Archives du Muséum national d’Histoire naturelle, 6e série, vol. 11, no 191,1934, p. 193 ; no 280-283, p. 200 et no 386, p. 207.

Bonnet (Edmond), “Un document inédit, relatif au voyage de Tournefort en Orient”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, vol. 16, 1910, pp. 247-249.

Denise (Louis), Bibliographie historique et iconographique du Jardin des plantes, Jardin royal des plantes médicinales, et Muséum d’histoire naturelle, Paris : Henri Daragon, 1903, 268 p.

Hamy (Ernest-Théodore), “Note sur la thèse de Tournefort”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, vol. 5, 1895, pp. 76-78.

YL ERB

TROUESSART Édouard, Louis

né le 25 août 1842 à Angers (Maine-et-Loire), mort le 30 juin 1927 à Paris
chaire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux)
Acarologie, Mammalogie, Ornithologie

52Fils d’un professeur de physique de la faculté de Poitiers, Trouessart poursuivit des études classiques aux lycées d’Angers et de Poitiers. Il fut admis à l’école du service de santé militaire de Strasbourg, mais une grave maladie le contraignit à abandonner cet établissement, ainsi qu’à interrompre son cursus médical. Devenu en 1864 préparateur de physique à la faculté des sciences de Poitiers, le jeune homme se consacra à l’histoire naturelle – dont il était féru depuis son plus jeune âge –, puis reprit ses études de médecine et soutint son doctorat en 1870. Il s’engagea dès le début du conflit franco-prussien, durant lequel il servit comme médecin aide-major aux avant-postes de Paris. Trouessart occupa ensuite la place de médecin de l’hospice et du bureau de bienfaisance de Villévêque, près d’Angers, tout en cultivant les sciences biologiques. Ayant rempli de 1882 à 1884 les fonctions de directeur du Muséum d’histoire naturelle d’Angers, ainsi que de professeur de sciences naturelles au lycée de la ville, il monta s’installer à Paris en 1885. Il exerça alors la médecine et fréquenta assidûment le Jardin des plantes, où il collabora avec Alphonse Milne-Edwards* au titre d’assistant bénévole. Trouessart succéda en 1906 à Émile Oustalet* décédé, comme professeur titulaire de la chaire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux). Maintenu dans ses fonctions au-delà de la limite d’âge, il fut mis à la retraite en 1926 et mourut l’année suivante.

53Le cheveu rare, portant moustaches et royale, le naturaliste fut décrit comme un personnage sévère, prompt à la critique et emporté. Certains de ses contemporains distinguèrent pourtant, sous cette rude apparence, des traits de caractère plus sympathiques. À la fin de sa vie, Trouessart était obsédé par la crainte d’être assassiné. Il fut logé par le Muséum, à partir de 1906, au deuxième étage du pavillon Chevreul (61 rue Cuvier).

54Trouessart, qui fut l’auteur de trois cents publications environ, consacra l’essentiel de son œuvre zoologique aux Mammifères, aux Acariens et plus secondairement aux Oiseaux. Systématicien avant tout, il ne négligea pas pour autant les aspects anatomiques, paléontologiques, biologiques ou biogéographiques relatifs aux animaux qu’il étudia : Simiens, Chiroptères, Rongeurs, Équidés, Carnivores, Moas de Nouvelle-Zélande, Acariens marins ou parasites des plumes d’Oiseaux, par exemple. Ses travaux donnèrent naissance à des ouvrages importants, tels le Catalogus mammalium tarn viventium quamfossilium (1897-1899) en deux volumes, la Faune des Mammifères d’Europe (1910) ou le Catalogue des Oiseaux d’Europe pour servir de complément à l’Ornithologie européenne de Degland et Gerbe (1912), ainsi qu’à de nombreux articles originaux, parmi lesquels Les Sarcoptidés plumicoles ou Analgésinés (1884-1885) – écrit en collaboration avec Pierre Mégnin. Trouessart rédigea également diverses publications médicales, relevant de la thérapeutique, de l’hygiène, de la microbiologie ou de la parasitologie, comme un Guide pratique du diagnostic bactériologique des maladies microbiennes à l’usage des médecins praticiens (1896). Il dirigea au cours de son professorat la ménagerie du Jardin des plantes. Enfin, Trouessart légua au Muséum par testament sa collection de préparations microscopiques d’Acariens et d’Acariens non préparés.

Source

Dossier personnel (Archives nationales, AJ15, no 560).

Bibliographie

Anonyme, “Trouessart (Édouard-Louis)”, Les Archives biographiques contemporaines, 7e série, c. 1917, pp. 431-432.

Bourdelle (Édouard), “Édouard-Louis Trouessart. 1842-1927”, Archives du Muséum national d’Histoire naturelle, 6e série, vol. 3, 1928, pp. 1-18.

Bourdelle (Édouard), “Leçon d’ouverture du cours de Zoologie des Mammifères et des Oiseaux (Muséum national d’histoire naturelle). 25 mai 1927”, [extr. de la Revue d’Histoire naturelle appliquée, lère partie, vol. 8, no 8-9, 1927], Chateauroux : impr. Langlois, 1928, 30 p.

PJ

TULASNE E. – Gravure issue de : Tulasne (Edmond), Tulasne (Charles), Reginald Buller (A. H.), Selecta fungorum carpologia..., Paris : [s.n.], 1861-1865, vol. 2, pl. 31, tirage avant la lettre.

TULASNE Edmond [Louis, René, Étienne dit]

né le 12 septembre 1815 à Azay-le-Rideau (Indre-et-Loire), mort le 22 décembre 1885 à Hyères (Var)
chaire de Botanique dans le Muséum, puis de Botanique et physiologie végétale
Mycologie, Phanérogamie

55Edmond Tulasne, qui était l’aîné des deux fils d’un greffier, vint au monde dans une famille appartenant à la bourgeoisie tourangelle. Très tôt orphelin de mère, il fréquenta le lycée de Poitiers, une ville où il suivit un cursus juridique tout en assistant aux leçons de botanique professées par Charles Delastre à la faculté des sciences. Lejeune homme obtint sa licence de droit en 1835, puis devint deuxième clerc de notaire à Poitiers. Son père étant décédé en 1839, il rejoignit dans la capitale son frère cadet Charles, étudiant en médecine et décida de se consacrer à l’histoire naturelle des plantes. Tulasne, qui fut l’auditeur attentif des leçons d’Adolphe Brongniart*, d’Adrien de Jussieu* et de Joseph Léveillé, collabora quelque temps avec Auguste de Saint-Hilaire, avant d’entrer en 1842 comme aide-naturaliste dans la chaire de Botanique dans le Muséum. Il prenait ainsi, auprès d’Adolphe Brongniart, la succession d’Antoine Guillemin* décédé. À plusieurs reprises, il dut solliciter des autorisations de congés pour raison de santé. Il entra à l’Académie des sciences en 1854 puis, ayant obtenu sa retraite du Muséum pour cause de maladie en 1872, il se retira à Hyères avec son frère dans une spacieuse propriété rurale. Désormais, Tulasne se consacra à des œuvres charitables, à la religion ou à la méditation philosophique. Il mourut usé par la maladie, seize mois seulement après son frère Charles.

56De santé fragile, il laissa le souvenir d’un personnage doux, timide, charitable, pieux et dénué d’aptitudes oratoires. Il resta toute sa vie très attaché à son frère Charles. Les deux hommes, qui conservèrent le célibat, parcoururent ensemble les provinces françaises, collaborèrent étroitement sur le plan scientifique et s’engagèrent dans divers mouvements ou institutions catholiques.

57L’œuvre d’Edmond Tulasne, qui compte cinquante-sept publications – dont quinze cosignées par Charles – fut avant tout de nature mycologique. Il mit en évidence le polymorphisme des champignons et des Gastéromycètes souterrains, ainsi que la reproduction des Urédinales et des Ustilaginales phytopathogènes. Ces dernières investigations le conduisirent à la description des différentes phases du cycle biologique de l’ergot des céréales. Toujours dans le domaine cryptogamique, Tulasne étudia la physiologie et la reproduction des lichens. Il accomplit enfin des recherches sur les Phanérogames, décrivant diverses flores exotiques comme des Légumineuses américaines ou observant la formation de l’embryon. Parmi les publications du botaniste figurent des Études d’embryogénie végétale (1849), les Fungi hypogaei : histoire et monographie des champignons hypogés (1851), ainsi que les Selecta fungorum carpologia (1861-1865). Les deux derniers ouvrages cités, d’une grande importance pour la mycologie moderne, furent édités en collaboration avec Charles Tulasne.

58Au Muséum, Edmond remplit la fonction de conservateur de l’Herbier national. Il légua à l’établissement sa collection mycologique et fut en 1854 l’un des fondateurs de la Société botanique de France.

Bibliographie

Bornet (Édouard), “Notice sur M. L.-R. Tulasne”, Comptes Rendus hebdomadaires des Séances de l’Académie des Sciences, vol. 103, no 21, 1886, pp. 957-966.

Bornet (Édouard), Notice sur L.-R. Tulasne, Paris : Gauthier-Villars, 1887, 18 p.

Duchartre (P), “Notice sur M. L.-R. Tulasne et sur son œuvre botanique”, Comptes Rendus hebdomadaires des Séances de l’Académie des Sciences, vol. 101, no 26, 1885, pp. 1437-1444.

Dufresne (Édouard), Edmond et Charles Tulasne, Lyon : Vitte, 1892, 88 p.

Jovet-Ast (Suzanne), “La Mycologie au Jardin du roy et au Muséum national d’histoire naturelle”, Bulletin de la Société mycologique de France, vol. 100, no 3, 1984, pp. 163-206.

Viennot-Bourgin (Georges), “Tulasne, Louis-René”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1976, vol. 13, pp. 489-490.

PJ

TURMEL Jean-Marie

né le 29 février 1920 à Agon (Manche)
chaire de Culture, puis de Biologie végétale et appliquée
Phanérogamie

59Après un baccalauréat philosophie et mathématiques élémentaires en 1937, Turmel passa le certificat de botanique en 1939, celui de physique générale en 1940 et celui de géologie en 1941. Il se trouva mobilisé du 9 juin à septembre 1940, séjourna aux chantiers de jeunesse jusqu’en février 1941, puis obtint le 23 janvier 1942 son diplôme d’études supérieures d’histoire naturelle Variations des pièces appendiculaires de la partie aérienne de l’Eryngium maritimum L. Boursier Commercy (Sorbonne) pour 1942-1944, Turmel travailla d’octobre 1941 à juillet 1943 au laboratoire du professeur Louis Blaringhem à la Sorbonne, puis d’octobre 1942 à juillet 1943 au laboratoire de Chimie biologique de l’Institut catholique de Paris de Henri Colin.

60Il bénéficia d’une bourse de doctorat du Muséum pour 1944-1945 et fut, d’octobre 1943 à décembre 1945, attaché au laboratoire de Phanérogamie dirigé par Henri Humbert*, tout en étant stagiaire de recherches du CNRS de 1944 à 1947. À la mort de Robert Franquet* en 1945, Turmel échoua au poste de sous-directeur du laboratoire de Culture. Attaché de recherches du CNRS en 1947, il fut nommé stagiaire puis assistant de la chaire de Culture à partir du 1er janvier 1948. Turmel soutint le 23 novembre 1948 sa thèse d’histoire naturelle intitulée Morphologie, répartition géographique et phylogénie du genre Eryngium. Mais, il ne publia pas cette monographie qui lui avait valu le Prix Coincy de la Société botanique de France en 1944. En 1952, Turmel visita l’Afrique du Nord et le Sahara, séjournant au laboratoire de Recherches sahariennes de Beni-Abbès, dans le Sudoranais. Il fut nommé sous-directeur du laboratoire de Biologie végétale appliquée du Muséum au mois d’octobre 1961.

61Turmel entreprit de nombreux voyages d’études en Bretagne, sur les côtes atlantique et normande, dans les Alpes, les Pyrénées et en Afrique du Nord (Beni-Abbès). Il s’intéressa à l’introduction dans les régions du Cotentin du Spartina towensondii, ainsi qu’au rôle de cette Graminée dans la construction ou le rétablissement des dunes et des prés salés. Turmel conduisit des recherches en écologie, d’une part au sein du service de Culture, dans lequel il avait installé un laboratoire spécialisé, d’autre part au laboratoire d’Écologie alpine de la Jaÿsinia à Samoëns (Haute-Savoie). Citons, parmi ses publications : Le Pic de Midi d’Ossau ; écologie et végétation (1955) une note complète sur Le Jardin alpin du Muséum national d’histoire naturelle de Paris (1959) – rédigée pour la Société des amateurs de jardins alpins – et Les Eryngium, panicauts, chardons bleus (1962).

Bibliographie

Turmel (Jean-Marie), Notice sur Jean-Marie Turmel, 6 p. dactylographiées (fonds cryptogamie du Muséum national d’histoire naturelle).

Turmel (Jean-Marie), Titres et travaux scientifiques, Paris, août 1956, 25 p. (fonds cryptogamie du Muséum national d’histoire naturelle).

Turmel (Jean-Marie), Supplément de notice, Paris, décembre 1958, 7 p. (fonds cryptogamie du Muséum national d’histoire naturelle).

Turmel (Jean-Marie), Supplément, Paris, octobre 1959, 11 p. (fonds cryptogamie du Muséum national d’histoire naturelle).

DL ERB

Table des illustrations

Légende TAQUET P. – Dégagement d’un fossile (Protocerotops) dans le désert de Gobi (Mongolie, 1991).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2131/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Légende THIBAUD J.-Μ. Dicranocentrus chimborazoensis Najt, Thibaud & Mari Mutt, 1988, espèce de Collemboles décrite de la Province de Chimborazo (Équateur), issu de : Najt (Judith), Thibaud (Jean-Marc), Mari Mutt (José A.), “Collemboles (Insecta) de l’Équateur III. Entomobryidae : Orchesellinae”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 4e sér., vol, 10, section A, no 3, 1988, p. 555.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2131/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Légende THOUIN A. – Dessin d’échelles, issu de : Thouin (André), Cours de culture et de naturalisation des végétaux. Atlas, Paris : Huzard, 1827, pl. 11. Gravé par Ambroise Tardieu.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2131/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Légende TOURNEFORT J. PITTON DE – Granadilla, Fleur de la Passion, issu de : Tournefort (Joseph Pitton de), Institutiones rei herbariae, Paris : [s.n.l, 1700, t. 2, pl. 124.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2131/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende TULASNE E. – Gravure issue de : Tulasne (Edmond), Tulasne (Charles), Reginald Buller (A. H.), Selecta fungorum carpologia..., Paris : [s.n.], 1861-1865, vol. 2, pl. 31, tirage avant la lettre.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2131/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 669k

© Publications scientifiques du Muséum, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

s
 
u-w