Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books
q-r
t

Du Jardin au Muséum en 516 biographies

 | 
Philippe Jaussaud
, 
Édouard-Raoul Brygoo

Du Jardin au Muséum en 516 bibliographies

s

Texte intégral

SABAN Roger, Victor, Pascal

né le 30 décembre 1920 à Paris
chaire d’Anatomie comparée
Anatomie, Histoire des sciences, Paléontologie

1Saban exerça de 1943 à 1952 la fonction d’assistant au département des cartes et plans de la Bibliothèque nationale. Encouragé par une collègue conservatrice à reprendre des études qu’il avait prématurément abandonnées, il obtint une licence ès sciences en 1950 et un diplôme d’études supérieures d’anatomie comparée – préparé avec Jean Piveteau – en 1952. Il fréquenta en 1951-1952, comme travailleur libre, la chaire d’Anatomie comparée de Jacques Millot* au Muséum, un service où il exerça de 1952 à 1954 les fonctions d’assistant stagiaire, puis d’attaché de recherches du CNRS. Nommé en 1954 assistant dans le laboratoire du Jardin des plantes qui l’avait accueilli, Saban accéda au grade de maître de conférences sous-directeur en 1962. Il soutint sa thèse de doctorat ès sciences naturelles en 1963 et devint professeur sans chaire au Muséum en 1981. Durant sa carrière, il dispensa plusieurs enseignements à Paris, dans les facultés de chirurgie dentaire, de médecine ou des sciences. Deux enfants étaient nés de son mariage.

2Œuvrant dans le domaine de l’anatomie comparée et de la paléontologie évolutive des Mammifères, Saban étudia principalement les os du crâne, ainsi que la vascularisation méningée, chez les Primates. Ce dernier thème le conduisit à des investigations sur les empreintes vasculaires endocrâniennes des Hominidés fossiles, dont il établit la relation avec l’origine du langage. Par ailleurs, il réalisa avec Jean Rinjard* et E. A. Cabanis un programme “Taxonomie et évolution des Mammifères”, basé sur l’examen tomodensitométrique de la tête des animaux vivants. Les recherches de Saban s’orientèrent, dès les années 1980, vers l’histoire de l’anatomie comparée, ainsi que de l’anatomie humaine (aboutissant à de nombreuses publications au Muséum). Parmi les quelque cent cinquante publications dues à sa plume figurent : Contribution à l’étude de Vos temporal des Primates : description chez l’Homme et les Prosimiens, anatomie comparée et phylogénie (1963), La Musculature peaucière de la tête chez un jeune Lamantin du Sénégal (Trichechus senegalensis Link 1795 Mammifère, Sirénien) (1975), Anatomie et évolution des veines méningées chez les Hommes fossiles (1984), Aux sources du langage articulé (1993) et La Dissection au Muséum du Rhinocéros de la ménagerie de Versailles en 1793 (1983). Saban participa également au grand Traité de zoologie de Pierre-Paul Grassé : il collabora avec Jacques Lessertisseur* pour les généralités sur le squelette des Mammifères (1966), puis rédigea seul le chapitre “Musculature de la tête” (1968). Par ailleurs, sa spécialisation en histoire de l’anatomie lui fit accepter, en octobre 1997, la charge bénévole des Musées d’anatomie Delmas-Orfila-Rouvière, annexe de l’Institut d’anatomie de l’unité de formation et de recherche des Saints Pères (gestion et visites). Il s’agit d’une collection unique au monde de six mille pièces inscrites au Patrimoine en 1992, représentant deux siècles de préparations humaines destinées à l’enseignement de l’anatomie en médecine, qui s’est complétée en 1997 de la collection Spitzner datant de la seconde moitié du XIXème siècle. Cette dernière comprend des cires d’anatomie, de morphogénèse de l’embryon humain, de médecine clinique, d’obstétrique et de pathologie, avec une rubrique particulière d’hygiène sociale consacrée à la prévention contre la syphilis.

SABAN R. – Coupe frontale de la tête par Jacques Gautier d’Agoty (1770), issue de : “L’Homme devant son image”, La Médecine, l'Homme et la Technologie, 19 décembre 1989, p. 12.

Source

Renseignements fournis par l’intéressé.

Bibliographie

Saban (Roger), Notice sur les titres et travaux scientifiques, 1961, 23 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß9098).

Saban (Roger), Titres et travaux scientifiques, 1985, 36 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß8857).

PJ ERB

SADRON Charles, Louis

né le 12 mai 1902 à Cluis (Indre), mort le 5 septembre 1993 à Orléans (Loiret)
chaire de Physique végétale, puis de Biophysique
Biologie moléculaire, Biophysique, Physique

3Fils d’instituteur, Charles Sadron fréquenta le lycée de Châteauroux et le lycée Saint-Louis à Paris. Il obtint son baccalauréat en 1920, puis il étudia aux universités de Poitiers, ainsi que de Strasbourg, réussissant la licence ès sciences en 1924, avant de décrocher l’agrégation de sciences physiques en 1926. Le jeune enseignant exerça comme professeur de lycée successivement à Troyes, de 1927 à 1928, et à Strasbourg, de 1928 à 1931. Mettant à profit cette dernière affectation, Sadron prépara dans le laboratoire de Pierre Weiss sa thèse de doctorat ès sciences, soutenue en 1932. Sadron se passionna ensuite pour l’aéronautique, ce qui l’amena à travailler dix-huit mois comme boursier à l’Institut de technologie de Pasadena (le célèbre “Caltech”), chez Theodor von Karmann. De retour à Strasbourg en 1934, il exerça jusqu’en 1937 les fonctions de chargé de recherche à la Caisse nationale de la recherche scientifique. Il fut nommé maître de conférences à la faculté des sciences de sa ville d’adoption en 1937, puis dut se replier en 1940 avec son université à Clermont-Ferrand, où il se perfectionna en physique théorique grâce à l’aide du professeur Edmond Bauer. Sadron acquit le grade de professeur sans chaire en 1943. Après être entré dans la Résistance, il fut déporté à Buchenwald et ensuite à Dora, où il se trouva contraint de collaborer avec Werner von Braun sur les missiles balistiques.

4Sadron devint titulaire de la chaire de Physique générale de l’université de Strasbourg en 1945. Deux ans plus tard, il constitua une équipe pluridisciplinaire dans le cadre du Centre d’étude de physique macromoléculaire du CNRS, avant de diriger en 1954 le Centre de recherches sur les macromolécules, un laboratoire également rattaché au CNRS. Sadron fut nommé en 1955 professeur titulaire de la chaire de Physico-Chimie macromoléculaire à la faculté des sciences de Strasbourg, puis il quitta la métropole alsacienne en 1961 pour occuper au Muséum la chaire de Physique végétale, rebaptisée Biophysique en 1962. En 1967, il prit la direction du nouveau Centre de biophysique moléculaire d’Orléans qui était né de la scission du Centre de recherches sur les macromolécules. Il continua à y travailler bien après sa mise à la retraite du Muséum en 1975 et mourut à l’âge de quatre-vingt-onze ans.

5Sadron était un homme de belle prestance, au visage marqué par les épreuves, aux yeux bleus et à la voix grave. Il fut décrit comme un chercheur enthousiaste, qui forma de nombreux élèves. Devenu veuf de Marie-Louise Eck, épousée en première noce en 1931, il avait épousé en 1959 Geneviève Aubel. Une fille, qui décéda avant lui, était née de son premier mariage.

6Après des travaux de jeunesse sur le magnétisme et la mécanique des fluides, Sadron se consacra totalement à la physico-chimie des macromolécules. Il étudia les propriétés physiques des solutions contenant ce type de composés, notamment l’effet Maxwell en utilisant un appareil qu’il avait mis au point pour mesurer la biréfringence d’écoulement. De plus, Sadron s’attacha à déterminer la masse, les dimensions et la conformation des macromolécules, grâce à une méthode nommée par lui “analyse homogène” ou à l'élaboration de modèles statistiques. Le chercheur concentra ensuite ses travaux sur la biophysique moléculaire, décrivant la structure, les propriétés physiques (électroniques, mécaniques, optiques) et certains rôles biologiques de l’ADN en utilisant diverses méthodes physiques ou de dégradations enzymatiques. Par ailleurs, Sadron conduisit des investigations sur les copolymères organisés. Il participa à la construction de la biologie moléculaire et entretint de nombreuses relations avec l’industrie. Parmi environ cent soixante-dix publications dues à la plume de Sadron, citons Les Moments ferromagnétiques des éléments et le système périodique (1932), Sur les propriétés dynamo-optiques des solutions colloïdales (1937), ainsi que La Physico-chimie macromoléculaire (1962).

Bibliographie

Benoit (Henri), “Charles Sadron (1902-1993)”, L'Actualité chimique, no 6, 1993, p. 86.

Collectif, The International Who’s Who : 1987-1988, Londres : Europa Publications Limited, 1987, p. 1295. Douzou (Pierre), Vous cherchez quoi au juste ?, Paris : Odile Jacob, 1994, pp. 134-140.

Hélène (Claude), “Préface”, in Hélène (Claude) (sous la dir.), Structure, Dynamics, Interactions and Evolution of Biological Macromolecules. Proceedings of a Colloquium held at Orléans, France, on July 5-9, 1982, to Celebrate the 80th Birthday of Professor Charles Sadron, Dordrecht ; Boston ; London : D. Reidel, 1983, pp. XI-XII (XIII-415 p.)

Sadron (Charles), Curriculum vitae. Esquisse des travaux scientifiques. Liste des publications, 1962, 23 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß9095).

Sadron (Charles), “La Biophysique moléculaire : leçon inaugurale du cours de biophysique, prononcée le 18 décembre 1963”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 36, 1964, pp. 541-569.

Sadron (Charles), “Notice sur les titres et travaux”, 1970, 42 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß9096).

Sadron (Charles), “Notice sur les titres et travaux scientifiques”, 1971, 32 p. (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß9097).

PJ

SAINTARD Pierre

date de naissance inconnue (XVIIème siècle), mort le 1er janvier 1721
jardinier en chef au Jardin du roi
Culture

7Saintard se trouve mentionné en 1697 pour la première fois dans les Comptes des bâtiments du roi, comme voiturier et fournisseur de fumier et terreau “pour couvrir les plantes et faire les couches au Jardin royal”. En 1702, le modeste artisan succéda à Jean Brément* dans la charge de jardinier en chef. Saintard bénéficia ultérieurement de l’aide d’un apprenti et conserva son poste jusqu’à sa mort en 1721.

Bibliographie

Crestois (Paul), Contribution à l’enseignement de la botanique au Jardin royal des plantes de Paris, thèse de doctorat en pharmacie, Strasbourg : université de Strasbourg, 1953, pp. 105-106.

PJ

SAINT-ΥOΝ Antoine de

date de naissance inconnue (XVIIème siècle), mort en 1715
suppléant de Fagon pour le cours de chimie au Jardin du roi
Chimie, Médecine

8Médecin de la faculté de Paris en 1672, puis “médecin du roi par quartiers” en 1682, Saint-Yon fut emprisonné à la Bastille pour athéisme en 1685. Il fut rapidement libéré et devint doyen de la faculté de médecine en 1704. Suppléant de Guy-Crescent Fagon* au Jardin royal pour le cours de chimie entre 1695 et 1707, Saint-Yon dut se retirer cette dernière année à cause de ses infirmités. Le médecin ne laissa, après sa mort, aucun écrit concernant la chimie.

Bibliographie

Contant (Jean-Paul), Contribution à l’histoire de l’enseignement de la pharmacie : l'enseignement de la chimie au Jardin royal des plantes de Paris, thèse de doctorat en pharmacie, Strasbourg : université de Strasbourg, 1952, pp. 42 et 52-55.

PJ

SAKKA Michel

né le 10 mai 1923 à Paris
chaire d’Anatomie comparée, puis d’Anthropologie
Anatomie, Anthropologie

9Comme sa mère était passionnée de préhistoire, Sakka bénéficia durant ses jeunes années d’excursions en Dordogne, aux Eyzies et dévora l’ouvrage de Georges Goury intitulé Origine et évolution de l’Homme. Le jeune homme s’engagea ensuite dans des études médicales, faisant fonction d’assistant au laboratoire d’Anatomie pathologique de la faculté de médecine de Paris de 1943 à 1946. Engagé dans la Résistance durant la seconde guerre mondiale, Sakka s’engagea comme volontaire pour la période 1944-1945. Il fut reçu externe des hôpitaux de Paris en 1946, interne en 1949, obtint l’adjuvat d’anatomie en 1953 et soutint l’année suivante sa thèse de doctorat en médecine. Chef de clinique chirurgicale de 1954 à 1957, Sakka, qui fut admissible au prosectorat en 1956, occupa la position d’assistant de chirurgie de 1955 à 1960. Il exerça ensuite quelque temps dans le secteur privé, devint assistant d’anatomie à l’université Paris-Sud en 1968, puis fut délégué dans les fonctions de chef de travaux pratiques en 1969. C’est alors que le chirurgien entra comme chercheur associé dans la chaire d’Anatomie comparée de Jean Anthony* au Muséum.

10Sakka obtint un certificat d’études supérieures d’Anatomie générale et organogénèse en 1970, fut nommé la même année assistant hospitalo-universitaire à Paris XI-Centre hospitalier universitaire (CHU) Bicêtre et soutint un doctorat de troisième cycle en 1972. Devenu chef de travaux pratiques à l’université René Descartes, de même qu’assistant au CHU Cochin en 1973, il accéda au grade de docteur ès sciences en 1974. Il occupa ensuite, de 1979 à 1981, un poste de chercheur au Centre de recherches anthropologiques de Robert Gessain* au Musée de l’Homme, comme directeur du laboratoire de Morphologie évolutive, primatologie et anthropogénèse. Nommé maître de conférences sous-directeur de la chaire d’Anthropologie du Muséum en 1981, Sakka devint l’année suivante responsable du projet de recherche coopérative sur programme numéro 688 du CNRS. Il eut l’occasion, durant sa carrière, d’enseigner l’anatomie humaine, la biomécanique et l’anthropologie dans des facultés de médecine ou des sciences parisiennes. De son mariage étaient nés quatre enfants.

11Le naturaliste consacra ses travaux scientifiques à l’anatomie comparée des Primates supérieurs (Homme, grands Singes, Australopithèques) et à l’anthropologie. Après des recherches sur la vascularisation de la main, il s’intéressa aux structures ostéo-musculaires céphaliques, ce qui le conduisit à développer la morphologie évolutive du crâne. Sakka effectua également divers travaux de paléoanthropologie ou d’anthropologie. Citons, parmi ses publications : Artères de la main chez les Primates supérieurs (1972), Anatomie comparée et fonctionnelle de l’ensemble anatomique de la nuque et de la voûte du crâne chez les Hominidés et les Pongidés (1974), Morphologie évolutive de la tête et du cou chez l’Homme et les grands singes actuels : application aux Hominidés fossiles (1985), Les Origines de l’Homme : un autre regard (1991), Histoire de l’anatomie humaine (1997) et Homme, société, évolution (1999). Au Musée de l’Homme, Sakka fit rénover les vitrines d’exposition de la partie paléo-anthropologique.

Bibliographie

Sakka (Michel), Notice des titres, travaux et publications, 1989, 108 p. (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 9210).

PJ ERB

SANNIÉ Charles, Noël, Eugène

né le 28 décembre 1896 à Janville (Eure-et-Loire), mort le 29 mars 1957 à Paris
chaire de Chimie appliquée aux corps organisés
Chimie, Toxicologie

12Sannié était le fils d’un receveur de l’enregistrement. À la suite d’un brillant cursus secondaire, il fit à Paris des études de médecine qu’interrompit la première guerre mondiale. Le jeune homme fut alors mobilisé comme médecin auxiliaire, d’abord dans un bataillon de tirailleurs sénégalais puis, pour peu de temps, au Maroc. En 1919, il reprit sa formation médicale, suivant parallèlement les cours de la faculté des sciences, si bien que trois ans plus tard il obtint à la fois son doctorat en médecine et sa licence. Sannié était entré dès 1921 dans le laboratoire de Chimie biologique d’Alexandre Desgrez, à la faculté de médecine. Nommé préparateur en 1926, il devint la même année professeur agrégé de chimie biologique et médicale à la faculté de médecine de Nancy. Il se fit muter en 1930 dans la capitale comme professeur sans chaire, se voyant simultanément confier par Gustave Roussy le poste de chef du service de chimie et de chimie physique au nouvel Institut du cancer de Villejuif. Toujours en 1930, Sannié fut nommé directeur des Services de l’identité judiciaire de la Préfecture de police de Paris. Il devint huit ans plus tard professeur sans chaire à la faculté de médecine et occupa de 1941 jusqu’à sa mort la chaire de Chimie appliquée aux corps organisés du Muséum, laissée vacante par la disparition de Richard Fosse*. Le décès de Sannié mit un terme à une longue maladie.

13Sannié fut décrit sous les traits d’un homme courtois, bienveillant, dynamique, fidèle en amitié et possédant un sens profond du devoir. Marié en 1930 à Marie Poudenx, il avait eu quatre enfants : trois filles et un fils.

14Auteur de près de deux cents publications, dont plusieurs ouvrages, Sannié s’intéressa avant son entrée au Muséum à la chimie biologique, ainsi qu’à la cancérogénèse chimique. Il réalisa dans ce cadre des études sur la synthèse des acides aminés, de leurs anhydrides, des peptides simples, sur les propriétés physico-chimiques – explorées par spectroscopie Raman – des solutions d’acides aminés, sur la toxicité chez les animaux des amino-nitriles, sur les variations de certains paramètres biochimiques au cours des évolutions tumorales malignes et sur les hydrocarbures aromatiques polycycliques cancérogènes.

15Au Muséum, il sut s’entourer de collaborateurs performants, tout en introduisant dans son laboratoire des équipements modernes pour l’extraction ou l’analyse des substances naturelles. Il conduisit alors des investigations phytochimiques relatives à divers stérols, particulièrement aux saponosides, prépara des glucosides d’amines, effectua une synthèse partielle du cholestérol, s’intéressa aux pigments végétaux et à la composition chimique de certaines plantes. Enfin, Sannié fit bénéficier de ses compétences d’analyste la police scientifique, un domaine dans lequel il rédigea de nombreuses publications, notamment un ouvrage intitulé La Recherche scientifique du criminel (1954).

Bibliographie

Frèrejacque (Marcel), “Charles Sannié (1896-1957)”, Journal d’Agriculture tropicale et de Botanique appliquée, vol. 3, 1956 [publié en 1957], pp. 909-911.

Truhaut (René), “Notice sur Charles Sannié”, Bulletin de la Société chimique de France, Mémoires des Présidents d’Honneur et des Membres d’Honneur à l’Occasion du Centenaire, 5e série, 1958, pp. 1041-1047.

PJ

SANTUS René

16né le 7 décembre 1941 à Creil (Oise)
chaire de Biophysique, puis de Physico-chimie de l’adaptation biologique
Biophysique, Photobiologie

17Dispensé de service militaire, Santus entra au Muséum dès 1962 comme collaborateur technique de la chaire de Biophysique dirigée par Charles Sadron*. Il obtint une licence ès sciences physiques en 1964, fut chargé d’études du CNRS de 1964 à 1965 dans le laboratoire qui l’avait accueilli et devint assistant du même service en 1965. Jusqu’en 1969, Santus partagea son activité entre le Muséum et le Centre de biophysique moléculaire du CNRS. Il soutint sa thèse de doctorat ès sciences physiques en 1968, accéda l’année suivante au grade de maître de conférences sous-directeur du laboratoire de Biophysique, puis fut transféré dans la chaire de Physico-chimie de l’adaptation biologique en 1977. De 1996 à 2002, Santus a été directeur du laboratoire de Photobiologie associé à une unité de dermatologie de l’INSERM. Il a eu deux enfants de son mariage.

18Santus œuvra dans le domaine de la biophysique moléculaire et de la photobiologie. Il a utilisé diverses méthodes spectrales (spectroscopie d’absorption et de fluorescence, résonance paramagnétique électronique et micro-spectrofluorimétrie), afin de préciser les interactions moléculaires et macromoléculaires, ainsi que les mécanismes des lésions photochimiques au sein de la cellule et de l’organisme vivant. Dans ce cadre, Santus s’est intéressé plus particulièrement aux effets des radiations ultraviolettes ou visibles solaires et des xénobiotiques, sur les constituants cellulaires. Citons, parmi plus de deux cent cinquante publications ou ouvrages dus à la plume de Santus, les deux monographies suivantes : Photobiology (1995) et Fluorescence Probes in Oncology (2002) – rédigé en collaboration avec Elli Kohen et Joseph Hirschberg.

Source

19Renseignements fournis par l’intéressé.

Bibliographie

Santus (René), Notice sur les titres et travaux scientifiques, 9 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 9089).

PJ ERB

SASTRE Claude

né le 12 mars 1938 à Paris
chaire de Phanérogamie
Écologie, Phanérogamie

20Titulaire d’un certificat d’aptitude professionnel d’horticulteur en 1958, Sastre réussit l’année suivante un baccalauréat de sciences expérimentales et fut recruté comme instituteur par l’académie de Seine-et-Oise. Il effectua son service militaire de 1959 à 1962 dans le Train, à Monthléry, à Paris, puis à Alger. Ayant obtenu une licence d’enseignement de sciences naturelles en 1964, le jeune homme fut chargé des travaux pratiques de biologie générale du SPCN de 1964 à 1965, compléta sa licence de doctorat en 1965 et occupa un poste d’assistant suppléant de biologie végétale au SPCN de 1965 à 1966. Il passa un certificat de génétique en 1966, année au cours de laquelle il entra au Muséum comme assistant de la chaire de Phanérogamie. Sastre obtint un diplôme d’études approfondies de paléobotanique en 1967, un certificat d’informatique appliquée en 1969 et soutint sa thèse de doctorat ès sciences en 1973. Entre-temps, il avait effectué des missions en Guyane (1968), en Colombie (1969 et 1971), ainsi qu’au Brésil (1971). Sastre, qui fut nommé au Muséum maître-assistant de la chaire de Phanérogamie en 1973, puis maître de conférences sous-directeur dans le même laboratoire en 1982, voyagea chaque année en Guyane ou aux Antilles françaises durant la période 1972-1985. Par ailleurs, il effectua deux missions en Colombie en 1973 et 1974 et une à Haïti en 1980. Il avait eu deux enfants de son mariage.

21Œuvrant dans le domaine botanique, Sastre s’intéressa à la phanérogamie tropicale. Il étudia la flore de la Guyane et des Antilles sous les angles de la systématique, de la biogéographie et de la protection des écosystèmes. La famille des Ochracées, ainsi que celle des Apocynacées, retinrent particulièrement l’attention du botaniste. De plus, celui-ci conduisit des investigations concernant la culture sur brûlis en Amazonie. Citons, parmi les publications de Sastre : Monographie du genre Sauvagesia : son évolution (1973), Considérations phytogéographiques sur les formations ouvertes guyanaises (1976), Plantes menacées de Guadeloupe et de Martinique (1978) et Plantes fabuleuses des Antilles (1985).

Bibliographie

Sastre (Claude), Titres et travaux, 1979, 21 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 9088).

PJ

SAUVAGE Louis, César, Henry-Émile

né le 22 septembre 1842 à Boulogne-sur-Mer (Pasde-Calais), mort le 3 janvier 1917 à Boulogne-sur-Mer
chaire de Zoologie (Reptiles et Poissons)
Anthropologie, Herpétoiogie, Ichtyologie, Paléontologie

22Fils de notaire, Sauvage avait une sœur cadette. Il fut le condisciple d’Ernest Hamy* à l’école maternelle de sa ville natale, puis à l’Institution Haffreingue en 1855. C’est à Montpellier que Sauvage passa ses deux baccalauréats en 1862, avant de se lancer dans des études de médecine. Il rejoignit Hamy à Paris en 1868, soutint sa thèse l’année suivante et les deux camarades furent ensemble médecins aide-majors dans un régiment du Pas-de-Calais en 1870-1871. Entré au Muséum en 1872 dans la chaire de Zoologie (Reptiles et Poissons), Sauvage classa les collections du service avec Léon Vaillant*. Il devint aide-naturaliste en 1875, accomplit des voyages scientifiques aux Pays-Bas, ainsi qu’en Angleterre et démissionna de son poste du Jardin des plantes en 1884. Ayant fondé en 1883 à Boulogne une station aquicole, il dirigea celle-ci jusqu’en 1896. Il assuma parallèlement la fonction de conservateur des musées de sa ville natale jusqu’en 1915 et mourut dans sa soixante-quatorzième année.

23Le front haut, portant toute sa barbe, Sauvage fut décrit comme un naturaliste original et méticuleux. Il était aussi un numismate averti. Ayant épousé Aline Lepers en 1870, il devint veuf trois ans plus tard, puis se remaria avec Emma Florack en 1897. Il eut deux filles de sa première union et un fils de sa seconde.

SAUVAGE H.-É. Megalosaurus superbus Sauvage, issu de : Sauvage (Henri-Émile), Mémoire de la Société géologique de France, no 4, pl. 1 et 3e sér., t. 2, pl. 24, Dessin de Formant, imprimé par Becquet.

24Sauvage œuvra dans différents domaines de l’histoire naturelle : l’herpétologie, l’ichtyologie, la paléontologie et l’anthropologie. Il étudia notamment des Poissons d’Extrême-Orient ou d’Afrique, des Reptiles disparus de Boulogne-sur-Mer, du Bassin de Paris, de l’Yonne ou de Fumel, ainsi que des Poissons fossiles d’Autun, d’Oran, de Licata ou du Portugal. Par ailleurs, Sauvage s’intéressa aux races humaines. Citons parmi ses nombreuses publications La Grande pêche (les Poissons) (1883), l’Histoire naturelle des Poissons de Madagascar (1891), Les Reptiles et les Poissons des terrains mésozoïques du Portugal (1898) et les Reptiles jurassiques du Boulonnais (1902).

Source

Dossier personnel (Archives nationales, AJ15, no 559).

Bibliographie

Roule (Louis), “Notice nécrologique sur le Dr H.-H. Sauvage”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, vol. 23, no 3, 1917, p. 138.

PJ ERB

SAUVINET Léon, Ernest

né le 30 novembre 1861 à Vincennes (Val-de-Marne), mort le 26 septembre 1922
chaire d’Histoire naturelle des Crustacés, des Arachnides et des Insectes ou des Animaux articulés, puis de Zoologie (Mammifères et Oiseaux)
Ornithologie

25Sauvinet participa à la mission scientifique du Cap Horn comme naturaliste-adjoint en 1882-1883. Il entra au Muséum en 1888, remplaçant d’abord Boulard décédé comme préparateur de la chaire d’Histoire naturelle des Crustacés, des Arachnides et des Insectes ou des Animaux articulés, puis suppléant en 1889 Joseph Huet* dans le poste d’aide-naturaliste chargé de la ménagerie. Finalement, Sauvinet fut nommé assistant de la chaire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux) en 1890. Il avait eu trois enfants de son mariage et fut logé gratuitement au Muséum à partir de 1901.

26Ornitologue, Sauvinet publia notamment Souvenirs d’enfance (Fauvettes et Serins) (1905), Liste des ouvrages et mémoires publiés par Μ. E. Oustalet* (1906) – rédigé en collaboration avec Joseph Deniker* – et Ménagerie du Muséum (Oiseaux) (1914-1915).

Source

Dossier personnel (Archives nationales, AJ15, no 559).

Bibliographie

Ronsil (René), Bibliographie ornithologique française, Paris : Lechevalier, 1948, p. 444.

PJ

SÉGUY Eugène

né le 21 avril 1890 à Paris, mort le 1er juin 1985 à Villejuif (Val-de-Marne)
chaire d’Entomologie
Entomologie (Diptères)

27Séguy était l’aîné des trois enfants d’un mathématicien de renom. À l’âge de dix ans le jeune garçon perdit son père, mort d’une congestion cérébrale, puis il vit peu après sa mère, frappée d’une attaque, rester paralysée à vie. Séguy se trouva en conséquence nanti de deux tuteurs et inscrit au collège Fénelon de Vaujours, où il acquit une solide culture classique. Il s’initia également aux arts graphiques, dans lesquels il excella, ainsi qu’à l’histoire naturelle. Dès l’âge de quinze ans, le jeune garçon travailla afin d’aider sa famille, créant des modèles pour des ateliers de dentelle réputés et se faisant probablement embaucher par un artisan. Il commença à s’intéresser aux Diptères en 1908, sur les conseils de l’entomologiste Antoine Boucomont. À partir de 1910, Séguy fréquenta un cercle d’amis dont faisaient partie Charles de Gaulle, Jacques Surcouf, membre du laboratoire colonial du Muséum, et l’abbé Brongniart. Le jeune homme accomplit son service militaire de 1911 à 1912 puis, ayant été réformé pour cause de santé au début de la première guerre mondiale, il demanda à servir son pays au sein d’une unité non combattante. Il fut alors affecté à une section d’infirmiers militaires, avant d’être nommé en 1917 sous-chef d’un service de Bactériologie à Rambouillet.

28En 1918, Séguy entra comme préparateur dans le laboratoire d’Entomologie de Louis Bouvier* au Muséum. Son patron lui ayant refusé un jour des crédits pour aller étudier en Corse les moustiques vecteurs du paludisme, le naturaliste décida de ne plus jamais solliciter de mission. Ceci explique que Séguy resta toute sa vie un chercheur de cabinet : tout au plus assura-t-il des cours à la faculté de médecine de Paris et récolta-t-il des Insectes en Île-de-France. Promu en 1950 sous-directeur au Muséum, il fut mis à la retraite de son corps en 1955, puis fut élu l’année suivante professeur titulaire de la chaire d’Entomologie, succédant chaque fois à Lucien Chopard*. Séguy se retira définitivement en 1961, fréquenta quelque temps encore son ancien laboratoire et consacra ses derniers jours à la peinture.

29Bel homme au regard perçant, portant une cape noire et coiffé d’un chapeau d’artiste, il intimidait par son aspect austère ceux qui ne le connaissaient pas. Il fut décrit comme un bourreau de travail, sensible et très susceptible. Malgré son goût du labeur solitaire, Séguy sut former des élèves pour assurer la continuité des collections entomologiques nationales. Il avait épousé en 1917 Jeanne Graillot, secrétaire à l’École de guerre, qui lui donna trois enfants : deux garçons, dont l’un mourut à l’âge d’un mois, et une fille.

30Séguy rédigea au cours de sa vie professionnelle plus de quatre cents articles, ainsi que de nombreux ouvrages. Il fut un spécialiste mondialement reconnu des Diptères, s’attachant principalement à l’étude des Culicidés, des Muscidés et des Calliphoridés. Créateur du périodique Diptera, il étudia aussi bien la systématique que la biologie de ses Insectes de prédilection, dont nombre de spécimens exotiques étaient apportés au Muséum par des naturalistes voyageurs. Il s’impliqua par ailleurs dans la diffusion du savoir naturaliste, comme le montrent ses travaux didactiques consacrés aux Insectes parasites des Vertébrés, agents d’infestations imaginales ou larvaires. Séguy s’intéressa aussi aux Coléoptères Lucanidés, dont il établit en 1953 un catalogue. Parmi ses publications figurent l’Histoire naturelle des Moustiques de France (1923), La Vie des Mouches et des Moustiques (1933,1947), les Insectes ectoparasites (1944) et un Code universel des couleurs (1936) utile aux artistes ou aux naturalistes. Il consacra enfin une part non négligeable de son temps au classement, ainsi qu’à l’enrichissement de la collection de Diptères du Muséum.

Bibliographie

Beaucournu (Jean-Claude), “Le Professeur Séguy, parasitologiste”, Annales de la Société entomologique de France, vol. 26, no 3, 1990, pp. 317-321.

Carayon (Jacques), Caussannel (Claude), “Le Laboratoire d’Entomologie du Muséum au temps d’Eugène Séguy”, Annales de la Société entomologique de France, vol. 26, no 3, 1990, pp. 301-314.

Dupuis (Claude), Matile (Loïc), “La Vie et l’œuvre du diptériste Eugène Séguy (1890-1985)”, Annales de la Société entomologique de France, vol. 26, no 3, 1990, pp. 269-300.

Lhoste (Jean), Les Entomologistes français (1750-1950), Paris : INRA-OPIE, 1987, pp. 174-176.

PJ

SÉNÉCHAL Louis, Pierre

né le 23 août 1817 à Paris, mort le 17 juillet 1877 à Paris
chaire d'Anatomie comparée, puis galeries d’anatomie comparée et d’anthropologie
Anatomie, Pathologie animale

31Entré en 1835 comme préparateur dans la chaire d’Anatomie comparée du Muséum, Sénéchal soutint dix ans plus tard sa thèse de doctorat en médecine. Il devint ensuite membre de la commission d’hygiène et du bureau de bienfaisance du XIIIème arrondissement de Paris. Présenté par Antoine Serres* en 1865, pour la succession de l’aide-naturaliste d’Anatomie comparée Pierre Gratiolet*, Sénéchal se vit préférer Georges Pouchet*. Le candidat malheureux participa aux travaux du Musée municipal de la capitale, tout en assurant ses fonctions de préparateur, puis il obtint en 1869 le poste de garde des galeries d’anatomie comparée et d’anthropologie, que la mort d’Emmanuel Rousseau* venait de libérer. Particulièrement dévoué aux intérêts du Muséum durant la Commune, Sénéchal mourut veuf et presque septuagénaire. Il s’était marié en 1838 avec Lucie François qui lui avait donné un fils. Celui-ci, prénommé Charles, exerça de 1867 à 1869 pendant dix-huit mois la fonction de préparateur de la chaire d’Anatomie comparée du Muséum. Citons parmi les publications de Sénéchal, portant sur l’anatomie ou la pathologie, la Notice sur l’armure ou le dermatosquelette et le système dentaire du Glyptodon clavipes et particularités biologiques de cet animal déduites d’après l’étude de ses restes fossiles (1865) et la Notice sur quelques points de pathologie comparée d’après des observations recueillies sur les animaux de la ménagerie du Muséum de Paris (1865).

Source

Documents Muséum (d’après les archives d’É.-R. Brygoo).

PJ ERB

SERRES Antoine ou Augustin [Étienne, Renaud dit]

né le 12 septembre 1786 à Clairac (Lot-et-Garonne), mort le 22 janvier 1868 à Paris
chaire d'Anatomie et histoire naturelle de l’Homme, puis d’Anatomie comparée
Anatomie, Embryologie, Médecine, Tératologie

32Fils cadet du médecin de l’hospice de Clairac, dans le Lot-et-Garonne, Serres monta très jeune dans la capitale. Il réussit le concours de l’internat des hôpitaux de Paris en 1808, devenant l’élève de Marc Antoine Petit à l’Hôtel-Dieu. Reçu docteur en médecine deux ans après, Serres fut nommé médecin surveillant de l’Hôtel-Dieu en 1812, médecin attaché aux épidémies du département de la Seine, puis chef des travaux anatomiques à l’amphithéâtre central des hôpitaux en 1814. Chargé la même année de recueillir des blessés sur le champ de bataille, lors de l’invasion de la France, il reçut dans la jambe une balle qui lui laissa une impotence définitive. Serres se lia à cette époque avec Étienne Geoffroy Saint-Hilaire*, mais refusa de devenir un disciple de Georges Cuvier*. Il quitta en 1822 l’Hôtel-Dieu pour exercer la fonction de médecin chef de l’hôpital de la Pitié. Élu à l’Académie des sciences en 1823, Serres occupa en 1839 la chaire d’Anatomie et histoire naturelle de l’Homme au Muséum, prenant ainsi la succession de Pierre Flourens*. Il demanda en 1855 son transfert en Anatomie comparée, une chaire rendue vacante à la suite du décès de Louis Duvernoy* et dont il devait rester le titulaire jusqu’à sa mort. Ses dernières années se trouvèrent assombries par un conflit avec son aide-naturaliste, Georges Pouchet*, ainsi que par la maladie. Serres, qui dut confier en 1867 son enseignement à Paul Gervais*, légua des sommes importantes au Muséum.

33Massif quant au physique, Serres fut décrit comme un personnage à l’abord froid, mais généreux, romantique et courageux. Ce dernier trait de caractère apparaît bien lors des événements de guerre relatés plus haut. Il faudrait également citer une lutte sans merci contre le typhus à la Pitié, ainsi que le sauvetage, en 1830, de l’archevêque de Paris menacé par une émeute. Dans le cadre du Muséum, il prononça avec verve des leçons pittoresques. Il jouissait d’une belle fortune.

34Serres, qui reconnut le premier en 1819 l’hémorragie méningée, fut un spécialiste de l’anatomie, de la physiologie et de la pathologie du système nerveux central. De cette triple approche témoignent les Recherches physiologiques et pathologiques sur le cervelet de l’homme et des animaux (1823), ainsi que l’Anatomie comparée du cerveau, dans les quatre classes d’animaux vertébrés (1824-1827). Le médecin conduisit par ailleurs des investigations embryologiques, étudiant l’ostéogénèse, la formation des dents, l’apparition des organes au cours du développement et la tératogénèse.

35En anatomie, les conceptions théoriques de Serres furent proches de celles des Geoffroy Saint-Hilaire*. Pour justifier la survenue des malformations chez l’embryon, il proposa une explication épigénétique et émit la “théorie du développement centripète”. Il adhéra également, avec Johann Meckel, au concept de “répétition” d’Étienne Geoffroy Saint-Hilaire. En effet, Serres postula l’existence d’un plan d’organisation commun à tous les animaux, les organes des espèces supérieures prenant au cours de leur développement l’aspect des formations anatomiques équivalentes chez les espèces inférieures. Cette loi, dite de “Meckel-Serres”, suscita l’opposition d’Henri Milne-Edwards*. Elle fut exposée dans diverses publications, telles Des lois de l’embryogénie, ou Des règles de formation des animaux et de l’homme (1839) ou dans l'Anatomie comparative transcendantale : principes d'embryogénie, de zoogénie et de tératogénie (1859). De ce fait, Serres est souvent considéré comme l’un des anatomistes ayant mis en place les éléments précurseurs de la “loi biogénétique fondamentale” ou “loi de la récapitulation” de Ernst Haeckel. Il fut un partisan de l'“anatomie transcendante” d’Étienne Geoffroy Saint-Hilaire, reposant sur une conception unitaire de l’organisation anatomique, de l’embryologie et de la physiologie des organismes vivants.

36Serres identifia en 1813, avec son maître Petit, la fièvre typhoïde. Le Traité de la fièvre entéromésentérique (1813) que publièrent alors les deux hommes, inaugurant la recherche anatomoclinique orientée, marqua une étape décisive dans l’histoire de la médecine scientifique. Pour la partie anthropologique de son œuvre, Serres participa à l’émergence de l’ethnologie raciale et de la “paléontologie humaine” une dénomination qu’il créa – grâce à des travaux peu nombreux mais originaux. Enfin, il favorisa au Muséum le développement des collections d’anthropologie, qu’il ouvrit au public.

Bibliographie

Blanckaert (Claude), “La Création de la chaire d’Anthropologie du Muséum dans son contexte institutionnel et intellectuel (1832-1855)”, in Blanckaert (Claude), Cohen (Claudine), Corsi (Pietro), Fischer (Jean-Louis) (sous la dir.), Le Muséum au premier siècle de son histoire, Paris : Muséum national d’Histoire naturelle, 1997, pp. 85-123 (Archives).

Chevreul (Eugène), Discours prononcé aux funérailles de Mr Serres au nom du Muséum le samedi 25 janvier 1868, Institut impérial de France, Paris : Firmin-Didot, 1868, 8 p.

Coury (Charles), Rullière (Roger), “Deux grands initiateurs de la recherche clinique moderne : Petit et Serres, leur étude de la fièvre ‘entéro-mésentérique’ (1811-1813)”, La Presse médicale, vol. 72, no 42,1964, pp. 2487-2490.

Devillers (Charles), “Loi biogénétique fondamentale (Étapes historiques de la formulation de la), ou Loi de récapitulation. Bigenetische Grundgesetz (Ernst Haeckel, 1866)”, in Tort (Patrick) (sous la dir.), Dictionnaire du Darwinisme et de l’Évolution, Paris : PUF, 1996, vol. 2, pp. 2674-2676.

Fisher (Jean-Louis), “L'Anatomie transcendante et le concept de ‘récapitulation’ chez Étienne Geoffroy Saint-Hilaire”, in Mengal (Paul) (sous la dir.), Histoire du concept de récapitulation. Ontogénèse et phylogénèse en biologie et sciences humaines, Paris : Masson, 1993, pp. 55-68. Gasking (Elizabeth), “Serres, Antoine Étienne Reynaud Augustin”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1975, vol. 12, pp. 315-316.

Moquin-Tandon (Alfred), Un naturaliste à Pads : 1834, Sens : Chilly-Mazarin, 1999, pp. 51-54.

Ghiselin (Michael), “Loi biogénétique fondamentale. Fundamental Biogenetic Law”, in Tort (Patrick) (sous la dir.), Dictionnaire du Darwinisme et de l’Évolution, Paris : PUF, 1996, vol. 2, pp. 2672-2674.

Tort (Patrick), “Serres Antoine Étienne Renaud Augustin”, in Tort (Patrick) (sous la dir.), Dictionnaire du Darwinisme et de l’Évolution, Paris : PUF, 1996, vol. 3, pp. 3962-3963.

PJ

SIMON Louis-Jacques

né le 30 décembre 1867 à Rio de Janeiro (Brésil), mort le 3 décembre 1925 à Paris
chaire de Chimie appliquée aux corps organiques
Chimie

37Fils de négociant, Simon naquit au Brésil de parents français. Il poursuivit des études secondaires comme boursier au collège Chaptal de Paris, puis réussit les concours d’entrée à l’École polytechnique et à l’École normale supérieure. Élève de ce second établissement de 1887 à 1890, Simon fut boursier de doctorat de 1890 à 1894. Il mena ensuite sa carrière à la faculté des sciences, devenant successivement préparateur du SPCN en 1894, docteur ès sciences en 1895, chef de travaux en 1907 et maître de conférences adjoint en 1917. Simon exerça également la fonction de sous-directeur du laboratoire d’Études chimiques de l’École pratique des hautes études à l’École normale supérieure, ainsi que celle de professeur de chimie à l’École normale de Saint-Cloud. De 1915 à 1919, il dirigea une petite équipe de chercheurs, mise au service de l’effort de guerre français. Il devint en 1919 professeur titulaire de la chaire de Chimie appliquée aux corps organiques au Muséum, succédant ainsi à Albert Arnaud* décédé. À partir de 1921, il remplit les fonctions de directeur du laboratoire de Chimie organique de la deuxième section de l’École pratique des hautes études, rattaché à sa chaire. Mais, sa santé fut rapidement minée par une cruelle maladie et il mourut des suites d’une intervention chirurgicale dont il avait accepté de courir le risque.

38Simon fut décrit comme un animateur d’équipe, un bon organisateur, qui souffrit de voir ses mérites trop longtemps méconnus par les pouvoirs publics. Il était resté célibataire.

39Simon rédigea, seul ou en collaboration, cent trente publications relatives aux domaines de la chimie organique ou analytique. Avant son entrée au Muséum, il s’intéressa aux acides α-cétoniques et α-aldéhydiques, à la synthèse des hétérocycles azotés, aux uréides, aux réactions colorées d’identification, au dosage de l’hydroxylamine, aux toxiques de guerre, à l’analyse des essences de pétrole, aux sucres, et découvrit une nouvelle préparation de l’acide monochloracétique. Il poursuivit dans le cadre du Muséum ses recherches sur les sucres et l’acide pyruvique, étudiant de surcroît l’oxydation sulfochromique des substances organiques, l’effet tampon des acides tartrique et phosphorique, la réactivité de certains composés, comme le sulfate diméthylique, ainsi que les relations entre la viscosité d’une part, et la neutralisation ou l’isomorphisme d’autre part. Enfin, Simon consacra beaucoup d’efforts à la réorganisation du laboratoire de Chimie appliquée aux corps organiques.

Source

Dossier personnel (Archives nationales, AJ15, no 560).

Bibliographie

Mauguin (Charles), “Notice sur les travaux scientifiques de Louis-Jacques Simon”, Bulletin de la Société chimique de France, 4e série, vol. 39, 1926, pp. 1653-1674.

Moureu (Charles), “Décès de M. Simon”, Bulletin de la Société chimique de France, 4e série, vol. 39, 1926, pp. 18-19.

PJ

SIMONI-ABBAT Mireille

née le 12 décembre 1932, morte en 1994
chaire d’Ethnologie
Ethnologie

40Titulaire en 1957 de quatre certificats – sociologie, histoire des religions, psychologie sociale, ethnologie – obtenus à la Sorbonne, Mireille Simoni-Abbat devint en 1958 stagiaire du CNRS. Elle fut attachée de recherches du même organisme de 1959 à 1965, puis entra au Muséum en 1965, comme assistante de la chaire d’Ethnologie. Chargée du département d’Amérique du Musée de l’Homme en 1969, elle effectua des missions au Mexique (six entre 1967 et 1978), au Guatemala (1967), ainsi qu’au Honduras, au Pérou et en Colombie (1968). Elle devint maître-assistante en 1974, puis maître de conférences sous-directrice du laboratoire d’Ethnologie en 1980.

41Œuvrant dans le domaine de l’ethnologie, Simoni-Abbat fut une spécialiste des civilisations d’Amérique latine. Elle étudia l’art, la magie et la religion dans le Mexique ancien, s’attachant notamment à la “conception esthétique du monde divin chez les Aztèques après les réformes religieuses du XVème siècle”. Citons, parmi ses publications : Les Collections Huichol du Musée de l’Homme (1962), Le Mexique (1965), Civilisations de l’Amérique latine (1971) – rédigé en collaboration avec Frédéric Mauro–, ainsi que Les Aztèques (1976). Grâce à ses voyages au Mexique, elle dota les collections du Musée de l’Homme – un établissement dont elle restructura le département d’Amérique – de diverses pièces d’art et d’artisanat. Elle participa enfin à l’organisation de nombreuses expositions au Musée de l’Homme (ethnographie américaine) ou au Muséum (coquillages, pierres précieuses, voyageurs-naturalistes).

Bibliographie

Simoni-Abbat (Mireille), Travaux et publications, 15 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no 4 α 1402).

PJ ERB

SORNAY Jacques

né le 19 septembre 1907 à Lyon (Rhône), mort le 30 septembre 1993 à Tain-l'Hermitage (Drôme)
chaire de Paléontologie
Paléontologie, Stratigraphie

42Licencié ès sciences de l’université de Grenoble, puis titulaire d’un diplôme d’études supérieures de géologie, Sornay débuta ses travaux de thèse sous la direction de Maurice Gignoux. Le jeune homme alla ensuite exercer, de 1943 à 1945, la fonction de préparateur temporaire au laboratoire de Géologie de la faculté des sciences de Lyon, où il rencontra Frédéric Roman qui l’orienta vers la paléontologie. Il fut attaché de recherches du CNRS de 1945 à 1953, soutint sa thèse de doctorat ès sciences en 1950 à Grenoble, devint chargé de recherche en 1953 et effectua une mission dans un laboratoire de Paléontologie d’Ankara en 1955. Nommé maître assistant de la chaire de Paléontologie du Muséum, ainsi que maître de recherches du CNRS en 1957, Sornay accéda au poste de sous-directeur en 1958, puis à celui de professeur sans chaire en 1970 et prit sa retraite dans la Drôme (près du lieu de sa thèse) en 1977.

43Sornay se trouva décrit comme un personnage modeste, courtois et obligeant. Il possédait parfaitement l’allemand, ainsi que le russe.

44Sornay consacra d’abord ses travaux à la stratigraphie, avant de s’orienter vers la paléontologie pure. Dans le premier domaine cité, il étudia entre Valence et Avignon divers affleurements de la vallée du Rhône et collabora au Service de la carte géologique. Sornay fut amené par ces recherches à s’intéresser à trois groupes de Mollusques fossiles : il devint le spécialiste incontesté des Inocérames (notamment de Madagascar), réputé des Ammonites du Crétacé et un bon connaisseur des Rudistes. Parmi ses publications figurent Étude stratigraphique sur le Crétacé supérieur de la Vallée du Rhône entre Valence et Avignon et des régions voisines (1950), Ammonites nouvelles du Crétacé de la région des Monts du Mellègue (Constantine) (1955), le volume “Aptien” des Termes stratigraphiques majeurs du Lexique stratigraphique international (1968) et Barrémien (1977). Sornay dirigea par ailleurs la rédaction du fascicule dévolu au Crétacé pour le Lexique stratigraphique international. Au Muséum, il dispensa un cours synthétique sur les Céphalopodes, puis légua sa bibliothèque au laboratoire de Paléontologie.

Bibliographie

Anonyme, “Jacques Sornay”, Géochronique, no 52, novembre 1994, p. 28.

Roman (Jean), “In memoriam. Jacques Sornay (1907-1993)”, Journal APF, no 28, mai 1994, pp. 36-37.

Sornay (Jacques), Notice sur les titres et les travaux scientifiques, 1957, 12 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 7495).

PJ ALR ERB

SOUSTELLE Jacques

né en 1912 à Montpellier (Hérault), mort en 1990
chaire d'Ethnologie des Hommes actuels et des Hommes fossiles
Administration, Ethnologie

45Fils d’ouvrier métallurgiste, Soustelle poursuivit comme boursier de brillantes études secondaires à Lyon. Il intégra en tête de sa promotion l’École normale supérieure de la rue d’Ulm à dix-sept ans et fut reçu premier à l’agrégation de philosophie à l’âge de vingt ans. Ayant fait la connaissance de Paul Rivet* en préparant le certificat d’ethnologie de l’université de Paris, Soustelle devint attaché d’anthropologie au Musée du Trocadéro, puis il obtint une bourse qui lui permit de séjourner au Mexique de 1932 à 1934. Le jeune homme exerça après son retour la fonction de professeur de sociologie à l’École pratique des hautes études, ainsi que celle de sous-directeur du Musée de l’Homme en 1938. Le directeur de ce dernier établissement était alors Rivet, titulaire de la chaire d’Ethnologie des Hommes actuels et des Hommes fossiles au Muséum. Membre du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes, collaborateur au journal L'Humanité, Soustelle prononça en 1939 une série de conférences au Collège de France. Il fut envoyé en Amérique par le gouvernement français peu avant l’armistice, comme attaché militaire adjoint avec le grade de lieutenant. En 1940, Soustelle rejoignit De Gaulle à Londres, où il devint en 1942 commissaire à l’information, puis il accomplit diverses missions de renseignement en Amérique centrale. Il fut nommé successivement directeur général des services spéciaux à Alger en 1943, commissaire de la république à Bordeaux en 1944, ministre de l’Information en 1945 et ministre des Colonies la même année.

46Toujours en 1945 l’ethnologue, qui avait été élu député de la Mayenne, fut officiellement désigné comme sous-directeur du Musée de l’Homme. Il devint secrétaire général du Rassemblement du peuple français (RPF) en 1947, député du Rhône en 1951, puis gouverneur général de l’Algérie en 1955. Entre-temps, Soustelle avait démissionné de son poste au Musée de l’Homme en 1951. Il fut rappelé d’Algérie par Guy Mollet en 1956, contribua de manière décisive à la chute de la quatrième République et milita pour le retour au pouvoir du général De Gaulle en 1958. Nommé cette même année ministre de l’Information dans le premier gouvernement de la cinquième République, Soustelle devint ensuite ministre délégué pour les départements sahariens, mais se vit retirer cette dernière fonction en 1960. Il s’opposa alors nettement à la politique algérienne de De Gaulle, puis choisit de s’exiler après qu’un mandat d’arrêt a été lancé contre lui en 1962. Soustelle voyagea durant sept ans sous des pseudonymes en Italie, en Belgique, en Autriche, au Portugal, écrivant de nombreux ouvrages. Il bénéficia d’un non-lieu en 1968, ce qui lui permit de retrouver son pays et de reprendre ses différentes carrères : professeur à l’Ecole pratique des hautes études en 1969, député du Rhône en 1973, il entra à l’Académie française en 1982.

47Soustelle fut décrit comme un personnage brillant au caractère contrasté, tantôt froid, tantôt passionné. Fidèle à ses convictions, maniant une plume redoutable contre ses ennemis, cet homme d'action mena de front plusieurs vies. De son mariage avec une universitaire nommée Georgette Fagot, il n’avait eu aucun enfant.

48Ethnologue de terrain, Soustelle adopta une démarche transdisciplinaire alliant l’archéologie à la linguistique. Il fut un spécialiste des civilisations précolombiennes, dont il souligna la grandeur, ainsi que la pérennité historique qu’il rattacha à un phénomène de résistance culturelle. Citons, parmi les nombreux ouvrages dus à sa plume : Mexique, terre indienne (1936), L'Art du Mexique ancien (1966), Les Quatre soleils (1967), Les Olmèques (1979) et Les Mayas (1982). À cela s’ajoutent des œuvres politiques, comme Aimée et souffrante Algérie (1956), L’Espérance trahie (1962) ou Vingt-huit ans de gaullisme (1968).

Bibliographie

Collectif, “Soustelle (Jacques)”, in Grand Larousse universel en quinze volumes, Paris : Librairie Larousse, 1982, vol. 4, p. 9733.

Deniau (Jean-François), “L'Académie française a reçu M. Jean-François Deniau : le discours du récipiendaire - Trois soleils pour trois vies”, Le Monde, 13-14 décembre 1992, pp. 9-10.

Duverger (Christian), “Jacques Soustelle, 1912-1990”, in Universalia 1991, Paris : Encyclopaedia Universalis France, 1991, pp. 625-626.

Mourre (Michel), Dictionnaire d’histoire universelle en un volume, Paris : Jean-Pierre Delarge ; Bordas, 1981, pp. 1466-1467.

PJ ERB

SOYER Robert, Albert, Louis

né le 15 août 1901 à Paris, date de décès inconnue
chaire de Géologie
Géologie

49Devenu orphelin de père à l’âge de sept ans, Soyer fit comme boursier des études qu’il dut abandonner en 1917. Il obtint les diplômes de l’école primaire supérieure Colbert à Paris, le BE, le BEPS, puis, passionné de géologie, il compléta ses connaissances dans cette discipline en suivant des cours. Soyer rencontra en 1919 Paul Rivet* qui l’introduisit auprès de Paul Lemoine* et Marcellin Boule*. Grâce à ces deux maîtres, le jeune homme s’initia à la paléontologie avant d’être incorporé au vingt et unième régiment d’infanterie de Langres en 1921. Soyer fut rapidement détaché dans la section de géodésie du Service géographique de l’armée et partit en mission sur le territoire Syrien (1921-1922), ainsi qu’au Sahara (1922-1923). Libéré de ses obligations militaires en 1923, il occupa divers emplois dans l’industrie, passant les diplômes de technicien sanitaire breveté et d’études supérieures de technique sanitaire. Il devint en 1930 géologue attaché au Service technique du département de la Seine, ce qui permit à Lemoine de le désigner pour effectuer les relevés géologiques des souterrains du métropolitain.

50Recruté en 1933 au sein de la chaire de Géologie du Muséum sur un poste externe d’assistant, Soyer fut également nommé collaborateur auxiliaire du Service de la carte géologique de France. Il fut mobilisé en 1939 comme interprète auxiliaire au camp d’internement de Meslay-du-Maine dans la Mayenne, retrouva la vie civile en 1940, devint chargé de recherche du CNRS en 1945, puis exerça de 1945 à 1949 la fonction de chef des travaux intérimaire au laboratoire d’Hydrologie générale de l’Institut d’hydrologie et de climatologie. Chargé de conférences à l’Institut des techniques sanitaires en 1948, Soyer occupa la même année le poste d’assistant titulaire du laboratoire de Géologie du Muséum, où il accéda au grade de sous-directeur à titre personnel en 1962. Il avait été nommé entre-temps collaborateur adjoint (1943), puis collaborateur principal (1952), au Service de la carte géologique.

51Membre du conseil de la Société géologique de France de 1961 à 1963, Soyer prit sa retraite du Muséum en 1966.

52Soyer fut un spécialiste de la stratigraphie du Bassin de Paris. Il contribua également à dresser plusieurs feuilles de la carte géologique de France et s’intéressa à diverses applications pratiques de sa discipline, comme l’hydrogéologie. Citons parmi ses publications : Le Quaternaire de Champigny (Seine) (1931), Florule du Lutétien supérieur de Champigny (Seine) (1942), Géologie de Paris (1953), Le Rôle des sciences géologiques en technique sanitaire (1954), Géologie de la région parisienne (1960) – rédigé en collaboration avec André Cailleux-, ainsi que Profils géologiques des lignes du réseau du chemin de fer métropolitain urbain et suburbain établis par R. Soyer (1962). Au Muséum, Soyer enrichit les collections du laboratoire de Géologie, grâce à de nombreux échantillons ou carottes de sondages recueillis sur les chantiers.

Bibliographie

Soyer (Robert), Titres et travaux scientifiques, 1961, 19 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d'histoire naturelle, no ß 9099).

PJ ERB

SPACH Édouard

né le 23 novembre 1801 à Strasbourg (Bas-Rhin), mort le 18 mai 1879 à Paris
chaire de Culture, puis Herbier
Phanérogamie

53Spach, qui était l'un des trois fils d’un négociant alsacien, suivit des études au lycée, puis à la faculté des sciences de Strasbourg, avant de rejoindre en 1824 son frère aîné dans la capitale. Féru de botanique, le jeune homme assista aux cours de René-Louiche Desfontaines*, d’Antoine-Laurent de Jussieu* et devint le secrétaire de Charles Brisseau de Mirbel*. Ce dernier ayant été nom-mé en 1828 professeur titulaire de la chaire de Culture du Muséum, il obtint pour son employé le poste d’aide-naturaliste libéré par la démission d’Oscar Leclerc(-Thouin)*. Spach déploya alors une intense activité scientifique, qu’il poursuivit lorsque Joseph Decaisne* succéda en 1849 à Mirbel. À la mort de Charles Gaudichaud* en 1854, il occupa la place de conservateur des collections de botanique du Muséum. Il s’éteignit doucement dans sa soixante-dixième année, après une courte maladie.

54Décrit comme simple, discret, modeste et consciencieux, Spach mena une existence totalement consacrée au labeur. Sa compagne, habile dessinatrice, l’aida dans ses travaux.

55Œuvrant dans le domaine de la botanique descriptive et systématique, il rédigea près de cinquante monographies, comme celles des Grossulariées, des Hypéricinées, des Cistacées ou des Onagrariées. Il s’intéressa par ailleurs à l’embryogénie végétale. Parmi les publications de Spach doivent être citées l’Histoire naturelle des végétaux Phanérogames (1834-1848) en quatorze volumes et les Illustrationes plantarum orientalum (1842-1856) éditées en collaboration avec le comte Hippolyte François Jaubert. Il s’appliqua enfin, durant vingt-cinq ans, à déterminer, ainsi qu’à classer les échantillons contenus dans les huit mille paquets de plantes composant l’herbier du Muséum.

Bibliographie

Bonnet (Edmond), Notice sur la vie et les travaux de M. Edouard Spach, [extr. de Le Naturaliste], Saint-Ouen : impr. Jules Boyer, 1879, 7 p.

Bureau (Édouard), “Discours de M. Bureau sur la tombe de M. Spach”, Bulletin de la Société botanique de France, vol. 26, 1879, pp. 194-196.

PJ ERB

STEFFAN Jean-Renaud

né le 5 février 1921 à Mulhouse (Haut-Rhin), mort le 15 janvier 2003 à Marseille (Bouches-du-Rhône)
chaire d’Entomologie agricole coloniale, puis d’Entomologie générale et appliquée
Entomologie (Hyménoptères)

56Steffan suivit des études secondaires aux lycées Montaigne et Saint-Louis à Paris, puis obtint son baccalauréat scientifique en 1939. Engagé l’année suivante à l’Institut national agronomique par Paul Vayssière* sur un poste d’aide-technique, le jeune homme exerça les mêmes fonctions au Centre de recherche scientifique coloniale, tout en passant sa licence ès sciences. Il entra en 1942 au Muséum comme assistant de Vayssière, qui venait d’être nommé professeur titulaire de la chaire d’Entomologie agricole coloniale. Après avoir assuré de 1946 à 1947 des travaux pratiques relevant de sa discipline à l’ORSTOM, ainsi qu’un cours sur la lutte biologique, Steffan dispensa de 1952 à 1956 un enseignement pratique à l’École supérieure appliquée d’agronomie tropicale. Le naturaliste devint sous-directeur de la chaire d’Entomologie générale et appliquée au Muséum en 1964. Il s’éteignit à l'âge de quatre-vingt-un ans.

57Steffan fut décrit comme un personnage modeste, un peu distrait, consciencieux, serviable et fidèle en amitié.

58Entomologiste, il consacra ses travaux essentiellement aux Hyménopères Chalcidiens (genres Micropion ou Hovachalcis, Haltichellinae, Brachymeriinae) et aux Insectes se nourrissant des grains stockés. Citons parmi ses publications l’adaptation française d'insectes d’Europe et Arachnides et Myriapodes, d’après les originaux de G. Gaspari et K. Grossmann, rédigée avec plusieurs collaborateurs. Enfin, Steffan assura le secrétariat du Groupe de liaison sur la conservation des grains et graines.

Bibliographie

Lhoste (Jean), Les Entomologistes français : 1750-1950, Paris : INRA-OPIE, 1987, pp. 313-314.

PJ ERB

Table des illustrations

Légende SABAN R. – Coupe frontale de la tête par Jacques Gautier d’Agoty (1770), issue de : “L’Homme devant son image”, La Médecine, l'Homme et la Technologie, 19 décembre 1989, p. 12.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2128/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende SAUVAGE H.-É. Megalosaurus superbus Sauvage, issu de : Sauvage (Henri-Émile), Mémoire de la Société géologique de France, no 4, pl. 1 et 3e sér., t. 2, pl. 24, Dessin de Formant, imprimé par Becquet.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2128/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 863k

© Publications scientifiques du Muséum, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

q-r
 
t