Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books
p
s

Du Jardin au Muséum en 516 biographies

 | 
Philippe Jaussaud
, 
Édouard-Raoul Brygoo

Du Jardin au Muséum en 516 bibliographies

q-r

Testo integrale

QUATREFAGES DE BRÉAU Jean, Louis, Armand de

né le 10 février 1810 à Berthezène (Gard), mort le 12 janvier 1892 à Paris
chaire d’Anthropologie
Anthropologie, Zoologie des Invertébrés

1Né dans le Gard au sein d’une famille protestante, Quatrefages était le fils d’un agronome ayant servi comme officier. Le jeune garçon, qui reçut d’abord les leçons d’un pasteur, fréquenta de 1822 à 1826 le Collège royal de Tournon. Puis, il alla faire ses études supérieures à Strasbourg, obtenant en 1828 sa licence de sciences, avant de soutenir en 1830 une thèse de doctorat ès sciences mathématiques intitulée Théorie d’un coup de canon. Nommé aide-préparateur de chimie et physique à la faculté de médecine de Strasbourg en 1830, Quatrefages devint docteur en médecine au cours de l’année 1832. Il partit ensuite exercer l’art de guérir à Toulouse, où il suppléa en 1833 le professeur de chimie de la faculté des sciences et s’adonna avec ardeur à la zoologie. En 1838, Quatrefages fut chargé de l’intérim d’une nouvelle chaire de Zoologie à l’université toulousaine. Mais, rapidement déçu dans ses ambitions, il monta à Paris en 1840 et soutint la même année une thèse de doctorat ès sciences naturelles – sa troisième ! – consacrée aux Rongeurs.

2Quatrefages vécut dès lors de sa plume ou de son pinceau, écrivant des articles pour divers journaux ou mettant à profit ses talents de dessinateur. Parallèlement, il conduisit grâce au soutien d’Henri Milne-Edwards* des recherches zoologiques, effectua des voyages d’études sur le littoral de l’Atlantique en 1843 et participa à une mission sur les côtes de Sicile en 1844. Six ans après, Quatrefages fut nommé professeur d’histoire naturelle au lycée Henri IV. Il devint membre de l’Académie des sciences en 1852 puis, grâce à l’appui de Milne-Edwards, il succéda en 1855 à Antoine Serres* dans la chaire d’Anthropologie du Muséum. Durant le siège de Paris en 1871, il abrita les collections dont il était responsable dans des caves. Il remplit en 1884 la charge de directeur-adjoint du Muséum et fut maintenu en 1891 dans ses fonctions professorales malgré le nouveau règlement sur la limite d’âge. Tombé malade peu après, il mourut sans souffrance à la suite de deux semaines d’alitement.

3Grand, blond, les yeux clairs, le visage encadré d’un collier de barbe, Quatrefages laissa le souvenir d’un homme calme, courtois et bienveillant. Ainsi, malgré ses désaccords scientifiques avec Darwin, il témoigna publiquement son estime au savant anglais, dont il soutint la candidature à l’Académie des sciences. Quatrefages fut par ailleurs un brillant orateur et un bon écrivain. De son mariage en 1856 avec Emma Ubersaal, il avait eu un fils.

4Son œuvre fut consacrée successivement à la zoologie, puis – si l’on excepte des études sur les maladies du ver à soie – à l’anthropologie. Dans le premier domaine, Quatrefages consacra plus de quatre-vingts publications aux Invertébrés (Mollusques, Annélides, Échinodermes, etc.), décrivant de nombreuses espèces nouvelles. Citons dans ce cadre les Recherches sur le système nerveux, l’embryogénie, les organes des sens et la circulation des Annélides (1844-1850), ainsi que le mémoire Sur l’histoire naturelle des Tarets (1849). Les conceptions théoriques de Quatrefages furent proches de celles de son maître Henri Milne-Edwards. Il admettait que des “dégradations” organisationnelles se trouvaient liées à un affaiblissement de la division physiologique du travail. Dans une telle optique, Quatrefages émit sa théorie du “phlébentérisme”, basée sur son étude de certains Gastéropodes : chez ceux-ci, nommés par le zoologiste “phlébentérés”, une simplification de l’appareil circulatoire aurait été compensée par le tube digestif. De plus, Quatrefages pensait qu’il existait parfois des formes animales intermédiaires, assurant la transition d’un embranchement à l’autre : il inventa ainsi la classe des Géphyriens, marquant le passage des Rayonnés aux Articulés de Georges Cuvier*. Il fut également l’un des premiers à s’intéresser à l’histologie comparée et il souligna l’importance des caractères embryonnaires en systématique.

5Quatrefages aborda l’anthropologie surtout en zoologiste, bien qu’il reconnut le caractère très étendu de la discipline concernée. Il consacra ses principaux travaux à des questions générales, comme l’origine de l’Homme, sa place dans la nature, ou les lois présidant aux transformations des races humaines. Plus accessoirement, il étudia des races particulières, telle la polynésienne. Citons, parmi les publications anthropologiques de Quatrefages, L’Unité de l’espèce humaine (1861), Les Polynésiens et leurs migrations (1866), le Rapport sur les progrès de l’anthropologie (1867), ainsi que L'Espèce humaine (1877). Partisan de l’unité de l’espèce humaine, donc d’une théorie monogéniste de l’origine de l’Homme, il défendait parallèlement l’existence d’un “Règne humain” dans la nature. Il soutint Jacques Boucher de Perthes contre ses adversaires, car il était convaincu de l’existence d’hommes fossiles, s’opposa aux théories de Charles Darwin et s’éleva contre les applications de l’anthropologie à la politique.

6Au Muséum, Quatrefages tenta d’améliorer le fonctionnement du laboratoire d’Anthropologie. Il y avait trouvé à son arrivée des locaux et des ressources humaines tellement précaires qu’il avait été contraint de travailler un temps chez lui. Peu à peu la situation évolua, grâce à l’aide efficace de nouveaux collaborateurs. Les collections anthropologiques s’enrichirent considérablement sous le professorat de Quatrefages, qui dispensa au Muséum un enseignement de qualité. Enfin, il fut l’un des trente “promoteurs” de l’AFAS.

Source

Dossier personnel (Archives nationales, AJ15, no 551).

Bibliographie

Blanckaert (Claude), “Les Assises provinciales de la science de l’homme”, in Gispert (Hélène) (sous la dir.), “Par la science, pour la patrie”, l’Association française pour l’avancement des sciences (1872-1914), un projet politique pour une société savante, Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2002, pp. 149-157.

Boule (Marcellin), “M. de Quatrefages”, Le Naturaliste, 14e année, 2e série, no 118, 1er février 1892, pp. 29-31. Cartailhac (Émile), “Notice sur A. de Quatrefages”, L'Anthropologie, janvier-février 1892, pp. 3-20.

Hamy (Ernest), Hommage à la mémoire de Μ. A. Quatrefages de Bréau. Discours prononcé à l’ouverture du cours d’anthropologie du Muséum d’histoire naturelle, le 31 mai 1892, Paris : Leroux, 1892, 24 p.

Hamy (Ernest), “Vie et travaux de M. de Quatrefages”, in Quatrefages (Armand de) (sous la dir.), Les Émules de Darwin, Paris : Alcan, 1894, pp. 101-140.

Limoges (Camille), “Quatrefages de Bréau, Jean-LouisArmand de”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner's Sons, 1975, vol. 11, pp. 233-235.

Perrier (Edmond), “M. de Quatrefages. Préface”, in Quatrefages (Armand de) (sous la dir.), Les Émules de Darwin, Paris : Alcan, 1894, pp. 5-100.

Perrier (Edmond), “Notice sur les travaux de Jean-Louis-Armand de Quatrefages de Bréau”, Comptes Rendus hebdomadaires des Séances de l’Académie des Sciences, vol. 118, no 9, 1894, pp. 435-447.

Quatrefages (Armand de), Notice sur les travaux scientifiques et les titres académiques. Paris : Société anonyme des imprimeurs réunis, 1883, 12 p.

Ranvier (Louis), Milne-Edwards (Alphonse), Bertrand (Joseph), Levasseur (É.), Discours prononcés aux funérailles de M. de Quatrefages de Bréau, le samedi 16 janvier 1892, Institut de France. Académie des sciences, Paris : Firmin-Didot, 1892, 19 p.

Solais (Marinette), “Les Débuts de l’Association (1872-1882)”, in Gispert (Hélène) (sous la dir.), “Par la science, pour la patrie”, l’Association française pour l’avancement des sciences (1872-1914), un projet politique pour une société savante. Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2002, pp. 35-44.

Tort (Patrick), “Quatrefages de Bréau Jean-Louis-Armand de 1810-1892”, in Tort (Patrick) (sous la dir.), Dictionnaire du Darwinisme et de l’Évolution, Paris : PUF, 1996, vol. 3, pp. 3588-3592.

Vallois (Henri), “L'Évolution de la chaire d’Ethnologie du Muséum national d’histoire naturelle”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 16, no 1, 1944, pp. 38-55.

Verneau (René), “Nécrologie. M. de Quatrefages”, La France médicale et Paris médical, 39e année, no 4, 22 janvier 1892, pp. 61-63.

RABATÉ Jacques

né le 9 juillet 1907 à Agen (Lot-et-Garonne), mort le 2 juillet 1941 près de Qunitra (Syrie)
chaire de Physique végétale, puis de Physiologie générale
Phytochimie

7Bachelier ès sciences et ès lettres en 1924, puis interne en pharmacie des hôpitaux de Paris en 1927, Rabaté obtint cette dernière année les certificats de botanique, ainsi que de physiologie générale. Il fut délégué en 1928 dans les fonctions de sous-directeur de la chaire de Physique végétale de Marc Bridel* au Muséum, avant d’être à la fois diplômé pharmacien et nommé assistant en 1929. Ayant soutenu sa thèse de doctorat ès sciences au mois de février 1931, Rabaté succéda le 1er juillet à Émile Demoussy* comme sous-directeur. Il assura, après la mort de Bridel, la direction du laboratoire de Physique végétale, jusqu’à la suppression de celui-ci en 1934. Se trouvant alors transféré avec son équipe dans le laboratoire de Chimie appliquée aux corps organiques, il occupa un local indépendant, avant d’être détaché en 1936 à la chaire de Physiologie générale du Muséum. Rabaté fut mobilisé lors de la seconde guerre mondiale au laboratoire de la neuvième armée, puis il rejoignit Londres où il contribua à organiser un service de santé provisoire. Il acquit des compétences anesthésiologiques, prit part dans des ambulances chirurgicales à l’opération de Dakar en 1940, au débarquement du Gabon la même année et à la campagne d’Érythrée en 1941. Affecté comme pharmacien capitaine à l’ambulance Hadfield-Spears pour l’attaque de la Syrie, Rabaté mourut dans un accident en pays druse, au cours d’une mission de ravitaillement sanitaire entre Damas et Jérusalem.

8Rabaté, qui fut l’auteur de quarante-six publications, œuvra dans le domaine de la phytochimie.

9Il étudia les constituants glucidiques des Salicacées, de l’Amelanchier vulgaris, s’intéressa aux glucosides flavoniques extraits de diverses plantes et découvrit un nouvel hétéroside de Gaultheria procumbens, le gaulthérioside, dont il réalisa la synthèse biochimique.

Bibliographie

Jaussaud (Philippe), Pharmaciens au Muséum, Paris : Muséum national d’histoire naturelle, pp. 175-176 (Archives).

Plouvier (Victor), “Historique des chaires de Chimie, de Physique végétale et de Physiologie végétale du Muséum d’histoire naturelle”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 4e série Miscellanea, vol. 3, 1981, pp. 100 et 142.

Rabaté (Jacques), Exposé des titres et des travaux scientifiques, 1931, 5 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 7463).

PJ ERB

RAMOND-GONTAUD Hippolyte, Adrien, Georges

né le 22 août 1856 au Havre (Seine-Maritime), date de décès inconnue (XXème siècle)
chaire de Géologie
Géographie, Géologie, Paléontologie

10Licencié ès sciences physiques, ayant accompli son service militaire, Ramond-Gontaud exerça de 1876 à 1888 les fonctions de rédacteur principal au ministère des Finances (direction générale des Douanes). Il se mit en disponibilité de cet emploi en 1888 afin d’entrer au Muséum, où il fut attaché bénévole aux laboratoires de Chimie organique et de Paléontologie de 1888 à 1892. Nommé assistant de la chaire de Géologie en 1892, Ramond-Gontaud prit sa retraite du Muséum en 1921 avec l’honorariat de son grade. Sa santé s’était altérée sur la fin, le contraignant à s’absenter fréquemment de son poste. Marié avec Marie Chondieu, Ramond-Gontaud était père de deux garçons.

11Ramond-Gontaud étudia la géologie (stratigraphique), la géographie et la paléontologie de la France, principalement celles du Bassin de Paris. Il parcourut inlassablement à pied les voies des diverses compagnies françaises de chemins de fer (nanti des autorisations nécessaires), pour effectuer des observations sur le terrain. Par ailleurs, Ramond-Gontaud s’intéressa à la géologie de l’Inde, de l’Indochine, ainsi que des régions arctiques. Citons, parmi ses publications : Dérivation des sources de la Vigne et de Vereuil. Coupe et profil géologiques de l’acqueduc (1897) et Géologie des Indes anglaises (stratigraphie et tectonique) : d’après la nouvelle édition de “A Manual of the Geology of India” (2e éd. 1893), élaborée par M. R. D. Oldham (1895).

Sources

Dossier personnel (Archives nationales, AJ15, no 559).

PJ

RANSON Gilbert

né le 4 septembre 1899 à Arvert sur l'île d’OIéron (Charente-Maritime), mort le 19 août 1972 à Paris
chaire de Malacologie
Zoologie des Invertébrés

12Comme il était fils d’ostréiculteur, Ranson fut tout naturellement orienté vers la malacologie. Il obtint à Paris son PCN en 1921, sa licence ès sciences en 1923, puis entra cette dernière année au Muséum, comme préparateur – chargé des collections de Méduses – de la chaire de Malacologie de Louis Joubin*. D’avril à juillet 1924, le jeune homme participa à la croisière du navire La Tanche en Tunisie et en Algérie. Il effectua de 1925 à 1927 plusieurs missions sur les bancs d’huîtres bretons, soutint sa thèse de doctorat ès sciences en 1927 et obtint un congé de six mois pour raison de santé durant la période 1930-1931. Ranson, qui navigua le long des côtes françaises ou britanniques à bord du Président Théodore

RANSON G. Pinctada albina (Lamarck, 1919), provenant de Friday Island, Torres Strait (océan Pacifique), diamètre maximum : 75 mm, étudiée par Gilbert Ranson. (Photo Pierre Lozouet, MNHN).

13Tissier en 1934, fut nommé sous-directeur de la chaire de Malacologie du Muséum en 1938. Il prépara avec Raymond Decary un voyage à Madagascar en 1947, remplit une mission de six mois en Océanie en 1952-1953 et participa à un congrès à Brazzaville en 1956.

14Décrit comme un personnage dévoué à la science, Ranson s’attira des critiques par la sincérité avec laquelle il exprimait ses opinions.

15Le naturaliste, qui allia la biologie expérimentale à la systématique pour étudier la zoologie des Invertébrés, s’intéressa aux Méduses, aux Coraux et surtout aux Lamellibranches. Concernant ces derniers Mollusques, Ranson effectua de nombreux travaux sur les Ostréidés : il caractérisa les espèces d’Huîtres actuelles ou fossiles grâce aux charnières de leurs prodissoconques et envisagea divers aspects de leur physiologie (pigmentation, capacités d’absorption, reproduction, sécrétions calcaires), ainsi que leurs maladies. Parmi les deux cents publications dues à sa plume figurent : L'Absorption de matières organiques dissoutes par la surface extérieure du corps chez les animaux aquatiques (1927), Méduses provenant des campagnes du prince Albert 1er de Monaco (1936), La Vie des huîtres (1943), Méduses (1949), Les Huîtres ; biologie culture (1951), ainsi que Mollusques perliers et perles (1959). Ranson participa enfin au classement et à l’enrichissement des collections de la chaire de Malacologie du Muséum.

Bibliographie

Fischer-Piette (Édouard), “Nécrologie : Gilbert Ranson”, Journal de Conchyliologie, 4e série, vol. 110, no 63, 1972, p. 31.

Ranson (Gilbert), Note sur les titres et travaux scientifiques (+ Liste des travaux publiés en 1933 et 1936, 1935, 27 p. (+ 3 p.) dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 4547).

Ranson (Gilbert), Titres et travaux scientifiques, Paris : Masson, 1943, 88 p. (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 4660 et ß 4963).

PJ ERB

RAYNAL Jean

né le 10 décembre 1933 à Rouen (Seine-Maritime), mort le 12 octobre 1979 au Niger
chaire de Phanérogamie
Ethnobotanique, Phanérogamie

16Fils d’instituteurs, Raynal vit s’éveiller dès l’âge de onze ans son intérêt pour la botanique. Il étudia au lycée Corneille de Rouen, obtint son baccalauréat de mathématiques en 1950 et suivit deux années de mathématiques supérieures et spéciales et une année de préparation à l’Institut national agronomique. Le jeune homme intégra en 1953 ce dernier établissement, où il suivit les cours de Georges Viennot-Bourgin avant de remplir en Tunisie ses obligations militaires de 1956 à 1957. Titulaire en 1957 d’un certificat de géologie passé à Tunis, Raynal effectua en 1958-1959 un stage d’agrostologie, botanique tropicale et phytosociologie à l’ORSTOM. Il fut affecté par cet organisme en Afrique, comme chargé de recherche de 1959 à 1962, obtint en 1960 le diplôme d’ingénieur agronome, en 1961 un certificat de botanique générale à Dakar, puis fut nommé assistant de la chaire de Phanérogamie d’André Aubréville* au Muséum en 1962. Complétant sa licence ès sciences par un certificat de botanique tropicale passé en 1964 à Orsay, Raynal effectua entre 1963 et 1965 plusieurs missions en Afrique, où il parcourut le Cameroun, le Bénin, le Sénégal, le Dahomey, ainsi que la Côte-d’Ivoire. Il fit un stage à l’Institut de programmation au cours de l’année 1968 et obtint un certificat d’informatique appliquée en 1969. Nommé maître de conférences sous-directeur de la chaire de Phanérogamie du Muséum en 1970, il participa ensuite à diverses expéditions, comme celles de la Royal Society ou du roi Baudouin de Belgique : il séjourna ainsi, durant la période 1971-1979, aux Nouvelles-Hébrides, en Nouvelle-Calédonie, en Polynésie, en Nouvelle-Guinée, sur les îles du Pacifique, en Tanzanie, au Rwanda, au Mali et au Niger. Raynal mourut prématurément dans un accident de voiture, alors qu’il se trouvait au Niger.

17Décrit comme un travailleur ardent, masquant un tempérament chaleureux sous une écorce rude, le naturaliste parlait couramment l’anglais et aimait la montagne. Il s’était marié avec Aline Roques*, dont il n’avait eu aucun enfant. Le couple travailla toujours en étroite collaboration.

18Botaniste de terrain et de collections, Raynal œuvra dans le domaine de la phanérogamie tropi cale. Ce spécialiste mondial des Cypéracées s'intéressa aussi à l’ethnobotanique africaine, à la biogéographie et à la taxonomie numérique. Citons, parmi les quatre-vingt-deux publications du botaniste, la trentaine de “Notes cypérologiques” parues entre 1964 et 1978 dans Adansonia, l’Étude botanique des pâturages du Centre de recherches zootechniques de Dahra-Djoloff (Sénégal) (1964), ainsi que Flore et médecine traditionnelle : mission d’étude 1978 au Rwanda. I : Observations floristiques (1979-1981). Au Muséum, Raynal fut nommé par Aubréville rédacteur de la Flore du Cameroun en 1964. Il assuma la responsabilité des éditions dans son laboratoire et créa un enseignement d’informatique avec Yves Le Grand* et François Parra*. Enfin, Raynal participa au fonctionnement de l’Herbier national, dont il prépara la gestion informatique.

Bibliographie

Leroy (Jean-François), “Jean Raynal (1933-1979)”, Adansonia, 2e série, vol. 19, no 3, 1980, pp. 251-256. Raynal (Jean), Titres et travaux scientifiques. 1970, 48 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 9071).

PJ ERB

RAYNAL-ROQUES Aline, Marie

née le 4 février 1937 à Paris
chaire de Phanérogamie
Phanérogamie

19Engagée dans la préparation d’une licence ès sciences naturelles en 1957 à Paris, Aline Raynal-Roques suivit, parallèlement aux enseignements menant aux diplômes, les cours de botanique tropicale dispensés par Raymond Schnell pendant l’année 1957-1958. La jeune femme partit en Afrique au mois de novembre 1959, se familiarisa avec la flore des savanes du Mali, puis rejoignit Dakar où l’université – encore de statut français – lui permit d’achever sa licence avec un certificat de géologie historique en 1960 et d’obtenir un diplôme d’études supérieures en 1961. Le 1er janvier 1962, Raynal-Roques entra au Muséum comme assistante dans la chaire de Phanérogamie d’André Aubréville*. Elle devint successivement maître-assistante en 1972, maître de conférences sous-directrice en 1981, docteur ès sciences cette même année, professeur de deuxième classe en 1992 et professeur de première classe en 1994.

20Œuvrant dans le domaine de la botanique tropicale, elle s’intéressa surtout aux phanérogames à biologie particulière, aquatique ou parasitaire. Ses recherches sur la morphologie, la biologie, la chorologie et la systématique des plantes parasites dans le Sahel la menèrent à des considérations générales relatives au phénomène du parasitisme chez les plantes à fleurs. La poursuite de telles investigations nécessita des prospections de terrain au sein de diverses régions tropicales, le plus souvent dans l’Afrique des savanes qui retint l’attention de la naturaliste de manière continue durant des décennies. Souhaitant maintenir un lien entre ses recherches fondamentales et la botanique appliquée, elle associa ses travaux concernant les plantes parasites à des études agronomiques sur la protection des cultures vivrières dans le Sahel. Elle participa également aux activités de plusieurs organismes représentant l’horticulture. Parmi plus d’une centaine de publications dues à la plume de la botaniste figurent : Contribution à la connaissance de la flore sénégalaise (1967), Contribution à l’étude biomorphologique des Angiospermes aquatiques tropicales. Essai d’analyse de l’évolution (1981), Répartition géographique et spéciation dans le genre Striga (Scrophulariaceae parasites) (1994), La Botanique redécouverte (1994), Biodiversité des Phanérogames parasites : leur place dans la classification systématique (1998), Vélins de fleurs (1998) et Neoteny in Biological Specialization of some Parasitic Scrophulariaceae (2001). Son goût pour la pédagogie l’amena à enseigner aussi bien dans des universités qu’au Muséum ou à l’Institut d’écologie et de médecine vétérinaire des pays tropicaux. Enfin, la botaniste participa à de nombreuses expositions au Jardin des plantes, prononça des conférences dans les cadres les plus divers et assura la direction éditoriale d’une collection d’ouvrages botaniques.

Source

Curriculum vitae et biographie dactylographiée fournis par l’intéressée.

PJ

REGLEY François, Théophile, Marie

né le 4 mai 1777 à Paris, mort en 1833
chaire de Géologie
Géologie

21Regley était le fils d’un avocat au Parlement et procureur au Châtelet. Élève d’Alexandre Brongniart*, il entra dans la chaire de Géologie où il prit en 1812 le titre d’aide-naturaliste. Jules Desnoyers* lui succéda après sa mort.

Source

Documents Muséum (d’après les archives d’É.-R. Brygoo).

PJ ERB

RÉMY Paul, Auguste

né le 7 novembre 1894 à Magny-Maubert (Haute-Saône), mort le 19 mars 1962 à Makokou (Gabon)
chaire d’Écologie générale
Écologie, Physiologie, Zoogéographie, Zoologie des Arthropodes

22Fils d’un modeste cultivateur franc-comtois, Rémy fréquenta l’école communale du Moisseaubeau, où son instituteur reconnut en lui un élève exceptionnel. Le jeune garçon poursuivit donc avec son frère ses études au lycée de Vesoul, obtenant son baccalauréat en 1913, puis il entra à la Sorbonne. Affecté en 1914 dans un régiment d’artillerie, Rémy fit partie du corps expéditionnaire des Dardanelles, avant de rejoindre les armées de Macédoine et de Hongrie. Il parcourut ainsi plusieurs milliers de kilomètres sur le front d’Orient, dans des régions dont il reconnut l’intérêt zoologique. Démobilisé après la guerre comme sous-lieutenant, le jeune homme décida de se fixer à Nancy. Il obtint sa licence ès sciences en 1920, devint la même année préparateur, puis assistant de Lucien Cuénot à la faculté des sciences, soutint son doctorat ès sciences naturelles en 1925 et se vit confier en 1926 les travaux pratiques de zoologie agricole, ainsi que la sous-direction du Musée de zoologie nancéen. À cette époque, Rémy débuta la longue série de ses voyages d’études à travers le monde. Il visita en 1926 à bord du Pourquoi-Pas ? les îles Féroé, l'île Jean Mayen, le Groenland, l’Islande, avant de partir plusieurs fois, de 1930 à 1936, dans les grottes des Balkans. Il devint en 1933 maître de conférences de zoologie à la faculté des sciences de Strasbourg, où il fut nommé en 1936 professeur sans chaire.

23De retour à la faculté des sciences de Nancy en 1937 comme professeur titulaire de zoologie générale, Rémy prit l’année suivante la direction du Musée de zoologie de la ville et effectua plusieurs missions à l’étranger entre 1946 et 1959 : l’Afrique septentrionale, Madagascar, La Réunion, l’île Maurice, les États-Unis, l’Inde, Ceylan, reçurent ainsi tour à tour sa visite. Il occupa en 1960 la chaire d’Écologie générale du Muséum, dans laquelle il succédait à Georges Kuhnholtz-Lordat* retraité. Rémy constitua au domaine de Brunoy une équipe de recherche comprenant plusieurs de ses élèves ou collaborateurs nancéens. Il se rendit en 1962 à Makokou au Gabon, dans le cadre de la Mission biologique du CNRS dirigée par Pierre-Paul Grassé. Victime d’un accident cardiaque le 25 février, il fut soigné pendant quelques jours à l’hôpital de Libreville. Il reprit ensuite ses activités à Makokou, rédigea son testament et s’éteignit dans la nuit du 18 au 19 mars.

24Rémy laissa le souvenir d’un homme simple, modeste, souriant, montrant de la générosité et aimant le travail bien fait. Marié en 1922 avec Marthe Grosjean, il avait eu de cette union cinq enfants.

25Rémy exerça son activité dans diverses branches de l’histoire naturelle. Il s’intéressa à des phénomènes physiologiques – comme les actes réflexes, les métamorphoses, la phagocytose ou surtout la respiration chez les Invertébrés –, ainsi qu'à la faunistique régionale ou à l’écologie de multiples groupes zoologiques. Par ailleurs, il étudia la faune du sol et des grottes, devenant un spécialiste mondial des micro-Arthropodes hôtes des milieux concernés. Il s’attacha essentiellement aux minuscules Myriapodes appartenant à l’ordre des Pauropodes, dont il décrivit de nombreuses espèces nouvelles. Parmi les deux cent trente publications dues à la plume de Rémy, citons la Contribution à l’étude de l’appareil respiratoire et de la respiration chez quelques Invertébrés (1925), les Pauropodes de France et des Balkans, avec description d’espèces nouvelles (1936) et la Description de grottes de Macédoine grecque (1952).

Bibliographie

Conde (Bruno), “Paul A. Rémy”, Bulletin de la Société entomologique de France, vol. 67, no 5-6,1962, pp. 93-95. Conde (Bruno), “Paul Rémy (1894-1962)”, Bulletin de l’Académie et de la Société lorraine des Sciences, vol. 3, no 1, 1963, pp. 40-47.

Lhoste (Jean), Les Entomologistes français, 1750-1950, Paris : INRA-OPIE, 1987, pp. 126 et 140-141.

Rémy (Paul), Notice sur les titres et travaux scientifiques, 1959, 58 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 9079).

PJ

RENAULT Bernard

né le 4 mars 1836 à Autun (Saône-et-Loire), mort le 14 octobre 1904 à Paris
chaire de Botanique, Organographie et Physiologie végétale, puis de Botanique (classification et familles naturelles)
Paléobotanique

26Renault, qui était l’aîné des deux fils d’un huissier, fut élève de la pension Alloys, avant de rejoindre en 1846 la classe de septième du collège. Bachelier ès sciences en 1854, ès lettres un an plus tard, le jeune homme exerça successivement les fonctions de professeur répétiteur à l’Institut Brenot de Dijon, puis de professeur de physique et chimie à l’école de chimie d’Alençon. Il soutint sa thèse de doctorat ès sciences physiques à Paris en 1867 et fut nommé la même année chef des travaux chimiques à l’École normale secondaire de Cluny. Chargé en 1870 par le comité lyonnais d’organiser la défense en Saône-et-Loire, Renault contracta au Creusot une variole grave dont il faillit mourir. Il entra au Muséum en 1872 comme préparateur d’Adolphe Brongniart* dans la chaire de Botanique et Physiologie végétale. Nommé en 1876 aide-naturaliste du service – rebaptisé entre-temps Botanique, Organographie et Physiologie végétale –, Renault soutint en 1879 une thèse de doctorat ès sciences naturelles. Il fut transféré sur sa demande dans la chaire de Botanique (classification et familles naturelles) en 1885, car il voulait suivre dans leur transfert les collections de paléontologie végétale. Renault enseigna au collège Chaptal et à l’Institution Duvignau jusqu’en 1896. Passé depuis 1891 dans le corps des assistants du Muséum, il ne put jamais obtenir une chaire professorale à cause de hasards malheureux : d’abord, le ministre de l’Instruction publique Léon Bourgeois, qui avait promis en 1892 de créer pour Renault une chaire de paléontologie végétale, dut démissionner avant l’aboutissement du projet. Ensuite, le naturaliste contracta une maladie oculaire, due à une intoxication par des vapeurs d’acide azotique, lors de ses essais sur un moteur électrique pour l’Exposition universelle de 1889. Les lésions rétiniennes ayant évolué – par un usage abusif du microscope – jusqu’au stade du décollement, Renault fut contraint de cesser ses travaux en 1902. Il mourut deux ans plus tard dans la pauvreté et son corps fut inhumé dans sa ville natale.

27L'aide-naturaliste portait des lunettes ovales, ainsi qu’une petite moustache. Décrit comme droit, bienveillant, modeste, travailleur et estimé de ses collègues, il ne vit pas ses mérites reconnus. Renault mena une vie aussi simple que régulière, prenant chaque année de brèves vacances à Autun.

28Le naturaliste conduisit des recherches sur la flore fossile cryptogamique et phanérogamique. Il adopta une démarche descriptive, sans négliger l’intérêt que présentait sa spécialité pour résoudre des problèmes de géologie ou de botanique. Lun des premiers dans le monde à décrire des spores et des pollens fossiles, Renault étudia aussi l’anatomie de nombreux végétaux houillers du Paléozoïque – comme les Botryopteris, les Annularia, les Zygopteris ou les Sphenophyllum. Il s’intéressa par ailleurs à la constitution des Bogheads (résultant de l’accumulation d’Algues gélatineuses microscopiques), des tourbes, des lignites, à la formation de la houille, ainsi qu’aux Bactéries fossiles. Citons, parmi les quelques trois cents publications dues à la plume de Renault : Étude sur les Stigmaria : rhizomes et racines de Sigillaires (1882), Les Plantes fossiles (1888), Le Bassin houiller et permien d’Autun et d'Épinac : flore fossile (1893-1896), ainsi que Les Microorganismes des combustibles fossiles (1900).

29Au Muséum, Renault fit venir d’Aix en 1898 la collection de Gaston de Saporta, qui comportait environ dix mille spécimens botaniques fossiles. Il prononça par ailleurs, de 1879 à 1885, des leçons de paléobotanique d’une grande qualité, publiées dans son Cours de botanique fossile (1879-1883). Enfin, Renault fonda en 1886 la Société d’histoire naturelle d’Autun.

Source

Dossier personnel (Archives nationales, AJ15, no 559).

Bibliographie

Costantin (Julien), “Le Rôle de Brongniart, de Renault et de Van Tieghem dans la chaire d’Organographie du Muséum”, Archives du Muséum, 6e série, vol. 12, 1935, pp. 319-324.

Gaudry (Albert), “Nécrologie. Bernard Renault”, La Nature, no 32, 1904, pp. 350-351.

Gaudry (Albert), Poisson (Jules), Roche (Auguste), “Obsèques de M. Bernard Renault”, Le Morvan républicain, 7e année, no 85, 23 octobre 1904, p. 2.

Gillot (Xavier), “Nécrologies”, Bulletin de la Société botanique de France, 4e série, vol. 4, 1904, pp. 430-432.

Roche (Auguste), Biographie de Bernard Renault, avec extrait de ses Notices scientifiques, Autun : impr. et librairie Dejussieu, 1905, 159 p. (extrait des Mémoires de la Société d’Histoire naturelle d’Autun, 1905, vol. 18). Zeiller (R.), “Nécrologie : Bernard Renault”, Revue générale des Sciences pures et appliquées, vol. 15, no 23, 1904, pp. 1057-1058.

PJ DL ERB

REPÉRANT Jacques

né le 3 novembre 1937
chaire d’Anatomie comparée
Anatomie

30Licencié ès sciences naturelles en 1964, Repérant travailla de 1964 à 1967 comme instructeur de travaux pratiques dans le laboratoire de Psychophysiologie de André Soulairac à la faculté des sciences de Paris. Il obtint en 1966 un diplôme d’études approfondies de paléontologie des Vertébrés et de paléontologie humaine, puis exerça au Muséum les fonctions d’assistant dans la chaire d’Anatomie comparée de Jean Anthony* de 1967 à 1970. Durant cette période, Repérant soutint une attestation d’études approfondies de neurophysiologie (1968) et une thèse de doctorat de troisième cycle en paléoneurologie (1969). Il devint au Muséum assistant titulaire en 1970, maître-assistant en 1976, puis maître de conférences sous-directeur en 1979. Dès 1970, Jean Anthony l’encouragea à multiplier les stages de formation dans divers laboratoires français ou étrangers (Grande-Bretagne, Pays-Bas, Espagne, Canada, États-Unis, URSS). Repérant, qui obtint son doctorat ès sciences (neurobiologie) en 1978, dirigea de 1978 à 1985 des équipes de neuro-anatomie expérimentale et comparée, à l’Institut des neurosciences de l’université Paris VI et à l’unité 106 de l’INSERM. Il fut élu pour prendre la succession d’Anthony à la tête du service d’Anatomie comparée en 1984.

REPÉRANT J. Vipera aspis (Linnaeus, 1758). Ultrastructure de Neuropile. Matériel normal. Image destinée à montrer notamment les synapses en série axo-dendro-dendritique (x 40000).

31Grâce à l’influence intellectuelle de certains savants éminents, comme Charles Devillers, Jean Piveteau, Yves Galifret ou Constantino Sotelo, Repérant orienta très tôt ses recherches vers la neuromorphologie évolutive. Il s’intéressa dans un premier temps (1967-1970) à la paléoneurologie, conduisant sous la direction de Colette Dechaseaux et Tilly Edinger, des investigations sur l’évolution morphologique de l’encéphale dans la lignée des Camélidés. Dès 1970, Repérant se réorienta vers la néoneurologie comparée, une discipline qui connaissait alors un regain d’intérêt sans précédent grâce au développement de nouvelles méthodes d’analyse des réseaux neuronaux. Il entreprit en 1971 une recherche à long terme sur l’évolution morpho-fonctionnelle du système visuel des Vertébrés, en utilisant différentes méthodes d’investigation (traceurs axonaux, ultramicroscopie, histochimie, immunocytochimie et électrophysiologie). Dès 1978, Repérant montra l’existence d’un plan général d’organisation du système visuel primaire commun à tous les Vertébrés actuels (Agnathes compris). Ce plan, mis en place vraisemblablement très tôt au cours de l’histoire des Vertébrés, aurait évolué dans le temps à des vitesses variables selon les lignées, conduisant à la parcellisation des centres visuels et à la complexification de leurs réseaux neuronaux. De telles découvertes permirent, pour la première fois, de remettre fortement en question la théorie classique de l’évolution des systèmes sensoriels par paliers – due à des auteurs comme Ludwig Edinger (1908), Ariens, Kappers (1936), McLean (1970) ou Anthony (1972). La théorie du “patron primordial” de Repérant (1978,1990) se trouva ultérieurement confortée au travers de diverses approches moléculaires (Puelles 2003). Lanatomiste travailla aussi sur la régénération axonale, les perturbations génétiques du système visuel et la télencéphalisation des fonctions sensorielles. Parmi près de trois cent cinquante publications dues à la plume de Repérant figurent : Les Grandes lignes de l’histoire de la gyrencéphalisation chez les Camélidés (1969), Nouvelles données sur les projections visuelles chez le Pigeon (1973), L'Organisation anatomique du système visuel des Vertébrés, approche évolutive (1978), Nouvelles données sur l’organisation des projections rétiniennes chez le Requin Scyliorhinus canicula : étude radioautographique (1984), The Centrifugal Visual System of Vertebrates. A Century-Old Search Reviewed (1989), Modem Concepts of Structural Evolution of the Nervous System as Revealed by Studies on the Visual System in Vertebrates (1990), Sequential Events of Degeneration and Synaptic Remodeling in the Viper Optic Tectum Following Retinal Ablation. A Degeneration, Radioautographic and Immunocytochemical Study (1991), A Short History of the History of the Brain (1994), ainsi que Functional Anatomy of the Avian Visual Centrifugal System (1999). Repérant entretint enfin une longue coopération scientifique avec différents instituts ou laboratoires de recherche russes.

Sources

Données fournies par l’intéressé.

Bibliographie

Repérant (Jacques), Titres et travaux scientifiques, 1986, 67 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 9257).

Sakka (Michel), Histoire de l’anatomie humaine, Paris : PUF, 1997, p. 112 (Que sais-je ? ; 1582).

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/​PubMed (consulté le 9 septembre 2004).

PJ ERB

RESPLANDY Albert

né le 31 janvier 1920 à Canohès (Pyrénées-Orientales) chaire de Chimie appliquée aux corps organisés
Chimie

32Originaire des Pyrénées-Orientales, Resplandy fut admis au concours de l’école de physique et chimie de Paris en 1938, il fut mobilisé de juin 1940 à fin janvier 1941 aux quatre cent vingtième dépôts de DCA, puis au trente-septième chantier de jeunesse. Il obtint son diplôme d’ingénieur et passa sa licence ès sciences en 1942 avant d’être recruté la même année par l’Institut français du caoutchouc pour l’Afrique occidentale française. Se trouvant bloqué en métropole à cause du débarquement d’Afrique du Nord, réfractaire au Service du travail obligatoire, Resplandy partit en 1943 pour l’Espagne où il resta cinq mois captif. Il s’évada, acheva la guerre comme élève officié de réserve de l’aéronautique navale en Afrique du Nord et fut démobilisé au mois de décembre 1945 avec le grade d’aspirant de marine, pilote d’avion. De retour à l’Institut du caoutchouc, Resplandy travailla en Côte-d’Ivoire où il dirigea de 1946 à 1948 le laboratoire de Chimie agricole de Bingerville. Il exerça la fonction d’expert chimiste privé de 1949 à 1951, avant d’assurer de 1952 à 1954 la direction du laboratoire officiel d’analyses de la Côte-d’Ivoire. En 1954, Resplandy fit un stage au Muséum dans le service de Chimie appliqué aux corps organisés de Charles Sannié*. Il désirait préparer une thèse de docteur ingénieur, mais son patron le fit changer d’orientation en le prenant comme assistant. Titulaire d’un certificat de géologie générale en 1956, Resplandy soutint deux ans plus tard sa thèse de doctorat ès sciences physiques et fut nommé sous-directeur en 1964. Il exerça parallèlement la fonction d’inspecteur des établissements classés de la préfecture de police à partir de 1955, devenant inspecteur général en 1978.

33Resplandy, qui œuvra dans les domaines de la chimie organique et analytique, avait signé une vingtaine de publications en 1969. Il étudia la chromatographie des alcaloïdes, des substances phénoliques, des glucosides cardiotoniques, et réalisa la synthèse de divers composés, comme des méthylènedioxyflavones, des naphtoxy-alkylamines ou des acides phénanthridone-carboxyliques. Par ailleurs, il s’intéressa à la composition chimique des micromycètes, à l’action des acides N-arylphtalamiques sur le géotropisme des végétaux, ainsi qu’aux effets de l’ammoniac sur l’environnement. Citons, parmi ses publications : Préparation des bases “nor” (1962) et Modifications du géotropisme des végétaux par des facteurs chimiques (1967).

Bibliographie

Plouvier (Victor), “Historique des chaires de Chimie, de Physique végétale et de Physiologie végétale du Muséum d’histoire naturelle”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 4e série Miscellanea, vol. 3, 1981, p. 143.

Resplandy (Albert), Notice sur les titres et travaux scentifiques, 1953, 12 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle,

RETIÈRE Christian

né en 1940
chaire de Biologie des Invertébrés marins et Malacologie
Biologie des Populations, Écologie

34Nommé au Muséum maître de conférences sous-directeur de la chaire de Biologie des Invertébrés marins et Malacologie vers 1981, Retière soutint une thèse de doctorat ès sciences et une habilitation à diriger les recherches. Il devint ensuite professeur, ainsi que directeur de la station marine de Dinard.

35Retière consacra ses travaux aux Invertébrés marins, notamment ceux vivant le long des côtes. Dans ce cadre, il conduisit des études éco-éthologiques et de biologie des populations. Citons, parmi ses publications : Biotechnologies marines : séminaire de l’Institut océanographique, 7 novembre 1996, organisé par Christian Retière (1999).

Source

Document fourni par le fonds malacologie du Muséum national d’histoire naturelle.

PJ

REVAULT D’ALLONES Maxence

né le 16 mars 1945
chaire d'Océanographie physique
Océanographie

36Titulaire d’une licence de mécanique et mathématiques appliquées, Revault d’Allones devint boursier de formation du CNEXO, avant d’obtenir un diplôme d’études approfondies d’océanographie physique. Il entra au Muséum comme assistant de la chaire d’Océanographie physique dirigée par Henri Lacombe*. Ayant soutenu une thèse de troisième cycle en 1970, le jeune homme remplit ses obligations militaires de 1970 à 1971 au service hydrographique de la Marine, avec le grade d’élève officier de réserve. Revault fut nommé dans le cadre du Muséum maître-assistant du service d’Océanographie physique en 1976, puis maître de conférences sous-directeur en 1977. Par ailleurs, il soutint sa thèse de doctorat ès sciences en 1978 et exerça la fonction de maître de conférences à l’ENSTA. Revault d’Allones accéda quelques années plus tard au grade de professeur, directeur du laboratoire d’Océanographie physique du Muséum.

37Revault d’Allones consacra ses travaux scientifiques à l’océanographie physique. Parmi ses publications figurent une Contribution à l’étude de la micro-turbulence naturelle au voisinage de l’interface air-mer (1978), des Éléments de mécanique marine (1987), L’Océanographie physique (1992) et Les Océans (1995).

Source

Documents Muséum (d’après les archives d’É.-R. Brygoo).

PJ ERB

REYMOND André

né le 12 décembre 1902 à Nikitowka (Russie), date de décès inconnue
chaire d’Entomologie, puis d'Écologie et protection de la nature
Écologie, Entomologie

38Petit-fils du préfet Lépine, Reymond naquit par hasard en Russie. Il fut élevé dans une famille nourrie de traditions provinciales et médicales, jouant ou chassant les insectes avec son frère François. Celui-ci devait mourir prématurément, noyé lors d’une excursion consacrée à l’histoire naturelle. Reymond fit de brillantes études secondaires, obtint son PCN à Paris en 1921, suivit une première année de médecine à Nancy en 1922, puis passa un certificat de géologie en 1923. Ayant effectué son service militaire de 1923 à 1925, le jeune homme devint licencié ès sciences dans la capitale en 1930. Reymond fut le naturaliste de la mission Citroën Centre-Asie (la “Croisière jaune”) en 1931-1932, entra au laboratoire d’Entomologie du Muséum en 1932, obtint un certificat de minéralogie en 1934 et soutint sa thèse de doctorat ès sciences naturelles en 1938. Mobilisé l’année suivante comme infirmier de groupe dans l’artillerie, il demanda sa mutation au sein d’une unité combattante, avant d’être fait prisonnier le 22 juin 1940. Reymond s’évada le mois suivant, puis reprit ses études de médecine à Montpellier, où il fréquenta régulièrement de 1941 à 1943 le laboratoire de Hervé Harant et obtint un diplôme d’hygiène en 1944. Engagé dans la Résistance, le naturaliste fut interné par le régime de Vichy à Saint-Paul-d’Eyjeaux (Haute-Vienne) de 1942 à 1943. Il organisa ensuite avec son épouse un hôpital clandestin du maquis et fit partie comme médecin auxiliaire du vingt-quatrième bataillon Force française de l’intérieur de la Loire de 1944 à 1945.

39Nommé chargé de recherche du CNRS le 1er octobre 1945, Reymond, qui fut affecté au Centre de recherche de Beni Abbés (section de biologie animale saharienne) remplit diverses missions : au Sahara de 1946 à 1948, puis au Maroc Moyen-Atlas en 1949. Il entra en 1950 comme directeur du laboratoire d’Entomologie à l’Institut scientifique chérifien de Rabat, où il devait dispenser des cours jusqu’en 1957 et soutint sa thèse de médecine à Montpellier en 1951. Reymond effectua durant cette période de sa vie de nombreux voyages d’études au Maroc ou au Sahara occidental. À la demande de Georges Kuhnholtz-Lordat*, il retrouva la France en 1957, pour devenir le sous-directeur de la chaire d’Écologie et protection de la nature nouvellement créée au Muséum. Reymond, qui fut candidat malheureux à la succession de son chef de service en 1958, conserva son poste de second sous Paul Rémy*, de 1960 à 1962, puis sous Claude Delamare-Deboutteville* de 1963 à 1969. Les circonstances dans lesquelles il quitta la chaire d’Écologie et protection de la nature de Brunoy à l’âge de soixante-sept ans restèrent obscures.

40Reymond laissa le souvenir d’un personnage gai, bien que sa jeunesse ait été brutalement assombrie par le décès de son frère. Il contracta des engagements politiques opposés aux idées royalistes de certains membres de sa famille, fut l’ami de Jean Lhoste et se passionna pour les courses cyclistes.

41Entomologiste, écologiste et biogéographe, Reymond étudia tout particulièrement la faune d’insectes désertique. Citons, parmi plus de soixante-quinze publications à son actif : Sur le peuplement entomologique de l’Asie centrale (1938), Résultats scientifiques d'un voyage en Asie centrale (Mission Haardt-Audoin-Dubreuil). 1931 (1938), Les Biotopes principaux du Sahara Nord (1949), Deux nouveaux Cérambicides parasites du Cèdre marocain (1953), Écologie et protection de la nature (1959), ainsi qu’Esquisse d’analyse physiographique de la France d’après l’atlas de la plus grande France d’Onésime Reclus (1914) dans l’esprit d’une étude écologique d’ensemble et d’un plan national de protection de la nature (1960). Enfin, Reymond enrichit les collections du Muséum de nombreux spécimens de plantes ou d’animaux originaires d’Asie centrale.

Bibliographie

Anonyme, “Nécrologie”, Bulletin de la Société entomologique de France, vol. 92, no 9-10, 1988, p. 321.

Lhoste (Jean), Les Entomologistes français : 1750-1950, Paris : INRA-OPIE, 1987, p. 204.

Reymond (André), Notice sur les titres et travaux scientifiques, 1956, 15 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 9154). Reymond (André), Notice sur les titres et travaux scientifiques, 1959, 26 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 9155).

PJ ERB PJ ERB

RICHARD Achille

né le 17, le 23 ou le 27 avril 1794 à Paris, mort le 5 octobre 1852 à Paris
chaire de Botanique dans le Muséum
Botanique

42Richard appartenait à une grande lignée de jardiniers ou botanistes. Ce benjamin des quatre fils de Louis Claude Richard, professeur d’histoire naturelle médicale à la faculté de médecine de Paris, fut un enfant de santé délicate. Attaché en 1814, pour échapper à la conscription, à l’hôpital de Strasbourg, Achille y contracta le typhus. Il suivit à partir de 1817 un cursus médical dans la capitale, tout en exerçant la fonction d’aide-démonstrateur de botanique à la faculté de médecine, et soutint sa thèse en 1820. D’abord chargé du soin des collections de Benjamin Delessert, Richard remplaça en 1826 Sébastien Gérardin* au Muséum, comme aide-naturaliste de botanique. Il démissionna en 1831 de son poste – qui revint à Adolphe Brongniart* – car, enseignant depuis plusieurs années la botanique à la faculté de médecine, il désirait préparer sa candidature à la chaire autrefois occupée par son père. Nommé après concours professeur de botanique médicale dès 1831, Richard entra à l’Académie des sciences en 1834, se fit suppléer par Charles Robin en 1849 et mourut trois ans plus tard. Il avait supporté avec sérénité les souffrances de sa dernière maladie.

43De santé fragile, Richard fut décrit comme un personnage au caractère agréable, courtois mais ferme sur ses opinions, de goûts simples, travailleur et aimant la famille. Ce professeur réputé pour la clarté et le brio de ses leçons eut comme élève Paul Broca, qui suivit ses herborisations vers 1843. Il avait épousé la fille du chirurgien Antoine Dubois, union dont étaient nés trois enfants : une fille et deux fils.

RICHARD A. Salacia senegalensis (Lam.) DC., issu de : Richard (Achille), Guillemin (Jean-Baptiste), Florae Senegambiae Tentamen..., Paris : [s.n.], 1830-1833, t. 1, pl. 27.

44Botaniste, Richard étudia diverses flores exotiques (Abyssinie, Cuba, Nouvelle-Zélande, Sénégambie) dans des herbiers et rédigea des monographies sur plusieurs familles de plantes, comme les Élaeagnées, les Orchidées ou les Rubiacées. De plus, il s’intéressa aux applications médicales de sa discipline. Citons, parmi ses nombreuses publications, la Botanique médicale, ou Histoire naturelle et médicale des médicaments, des poisons et des aliments tirés du règne végétal (1823), la Monographie des Orchidées recueillies dans la chaîne des Nil-Gherries (Indes-Orientales) par M. Perrottet (1841) et le Tentamen florae abyssinicae, seu Enumeratio plantarum hucusque in plerisque Abyssiniae provinciis detectarum et praecipue a beatis doctoribus Richard Quartin Dillon et Antonio Petit (annis 1838-1843) lectarum (1847-1851). Il fut également l’auteur des Nouveaux éléments de botanique appliquée à la médecine (1819) qui furent réédités onze fois et traduits en anglais et en allemand. Enfin, Richard participa à la fondation de la Société d’histoire naturelle de Paris.

Bibliographie

Brongniart (Adolphe), Duméril (Constant), Payen (Anselme), Decaisne (Joseph), Funérailles de M. Achille Richard, Institut national de France, Académie des sciences, Paris : Finnin Didot, 1852, 15 p.

Dubois (Frédéric), Éloge de M. A. Richard, prononcé dans la séance annuelle de l’Académie impériale de médecine du 11 décembre 1860, [extr. des Mémoires de l’Académie impériale de Médecine, vol. 25], Paris : Baillière, 1861, 26 p.

PJ

RICHÉ François, Joseph

né en 1765, mort en 1838 à Paris
Jardin
Horticulture

45Riché, qui occupait vers 1800 la place d’aide-cultivateur chef du service des serres au Muséum, succéda à Jean Thouin* comme jardinier chef, avant d’être nommé premier jardinier du roi en 1827. Il mourut veuf à Paris. Riché inventa en 1800 le bouturage et le greffage “à l’étouffée”.

Source

Documents Muséum (d’après les archives d’É.-R. Brygoo).

PJ ERB

RINJARD Jean

né le 26 juin 1921 à Maisons-Alfort (Val-de-Marne), mort le 3 novembre 1995
chaire d’Éthologie des Animaux sauvages, puis d’Éthologie et conservation des espèces animales
Gestion des parcs zoologiques, Pathologie animale

46Jean Rinjard était l’un des deux fils du vétérinaire microbiologiste et immunologiste Paul Rinjard. Comme son père dirigeait le laboratoire central de recherches vétérinaires, le jeune homme fréquenta ce service tout en préparant un baccalauréat latin-grec-philosophie qu’il obtint en 1940. Rinjard intégra ensuite l’école vétérinaire d’Alfort, où il remplit les fonctions d’élève préparateur du laboratoire de Chimie en 1941 et du laboratoire de Pathologie du bétail et des oiseaux en 1943. Diplômé deux ans plus tard, il effectua alors son service militaire avec le grade d’élève officié de réserve vétérinaire dans la vingt-deuxième section d’infirmiers militaires, puis au laboratoire de Microbiologie de l’Inspection technique des subsistances de l’armée. Rinjard soutint sa thèse de doctorat vétérinaire en 1947 et fut recruté la même année au Muséum comme assistant pour le Zoo de Vincennes de la chaire d’Éthologie des Animaux sauvages d’Achille Urbain*. Nommé maître de conférences sous-directeur en 1957, le vétérinaire effectua des missions dans les grands parcs zoologiques des États-Unis en 1959 – convoyant notamment à Washington un éléphant offert par la république du Congo au Président Eisenhower –, puis enseigna à l’Institut d’élevage et de médecine vétérinaire des pays tropicaux à partir de 1963. Rinjard, qui visita le Zoo de Pékin en 1973 et celui de Rabat en 1974, obtint au Muséum le titre de professeur sans chaire en 1980. Il mourut à l’âge de soixante-quatorze ans.

47Rinjard se consacra à l’étude de la pathologie (infectieuse ou parasitaire), de la reproduction, de l’éthologie, de la nutrition et de l’acclimatation des animaux sauvages (Mammifères ou Oiseaux) en captivité. Il effectua notamment de nombreux travaux de mycologie médicale – sur l’aspergillose, la candidose, la cryptococcose – en collaboration avec le docteur Jean Saëz. Le vétérinaire s’efforça aussi d’améliorer ce qu’il nommait la “technique des parcs zoologiques”, préconisant l’emploi de méthodes modernes de contention ou d’anesthésie. Citons, parmi ses publications : Mensurations d’un céphalophe bleu du Cameroun – Philantomba caerula schultzei Schwartz né au Parc zoologique (1956), L'Aspergillose aviaire en vie captive : résultats de dix années d’observations au Parc zoologique de Paris (1973) et Quelques aspects de la pathologie des animaux sauvages en captivité (1976). Enfin, le vétérinaire dévolut une part importante de son activité à la gestion des collections vivantes du Muséum, principalement le Parc zoologique de Paris à Vincennes.

Bibliographie

Anonyme, “Nécrologie : Paul Rinjard. 1882-1943”, Bulletin de l’Académie vétérinaire de France, 1943, vol. 16, pp. 34-36.

Rinjard (Jean), Titres et travaux scientifiques, 1956, 28 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 6658).

Rinjard (Paul), Titres et travaux scientifiques, 1978, 57 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 9122).

Thiéry (J.-R), “Nécrologie. Paul Rinjard, directeur du laboratoire national de recherche : 25 novembre 1882-12 janvier 1943”, Recueil de Médecine vétérinaire, vol. 119, 1943, pp. 31-32.

PJ

RIVET Paul, Antoine

né le 7 mai 1876 à Wassigny (Aisne), mort le 21 mars 1958 à Paris
chaire d'Anthropologie, puis d’Ethnologie des Hommes actuels et des Hommes fossiles
Administration, Ethnologie

48Originaire des Ardennes, Paul Rivet vit le jour dans une modeste famille comptant six enfants. Il fit ses études secondaires au lycée de Nancy, avant de passer un an à la faculté de médecine de Lille, puis d’intégrer en 1894 l’école de santé militaire de Lyon. Devenu docteur en médecine en 1897, le jeune homme, ayant été affecté comme aide-major au Service géographique de l’armée, partit en 1901 pour l’Équateur : il accompagna comme médecin et naturaliste la Mission géodésique française dirigée par le général Robert Bourgeois et chargée de mesurer un arc de méridien terrestre. Les cinq années que Rivet passa ainsi dans les Andes éveillèrent sa vocation d’anthropologue. Dès son retour en 1906, il se fit détacher hors-cadres au Muséum par le Service géographique de l’armée, afin d’inventorier les collections rapportées de son voyage en Amérique latine. Le médecin-capitaine Rivet quitta l’état militaire à la fin de son congé et fut nommé assistant du laboratoire d’Anthropologie du Muséum en 1909. Mobilisé au début de la première guerre mondiale comme médecin-major de première classe, il prit part à la bataille de la Marne, se trouva missionné auprès de l’armée serbe en 1916, puis devint chef du bureau d’hygiène et du service d’épidémiologie des armées alliées en Orient au cours de l’année 1918.

49Il fut nommé professeur titulaire de la chaire d’Anthropologie du Muséum en 1928, occupant onze ans plus tard le poste de directeur du Musée de l’Homme nouvellement inauguré. Sa chaire se trouva rebaptisée – à sa demande – en 1937 Ethnologie des Hommes actuels et des Hommes fossiles. Élu membre du Conseil municipal de la ville de Paris en 1935, Rivet effectua une mission en Colombie au cours de l’année 1939. Il organisa sous le régime de Vichy le réseau de résistance du Musée de l’Homme, fut révoqué de l’Université en 1940 et mis à la retraite l’année suivante. Accueilli en 1941 par le président Eduardo Santos en Colombie, il créa l’Institut ethnographique de Bogota, avant que le général De Gaulle ne le nomme en 1943 attaché culturel de la France combattante à Mexico. Rivet retourna en 1944 dans son pays, se trouva réintégré au Muséum et au Musée de l’Homme dans ses fonctions – assumées durant son absence par son collègue Henri Vallois* – et conduisit parallèlement à ses activités scientifiques une carrière d’homme public : membre de l’Assemblée constituante en 1945, du Conseil de l’enseignement supérieur en 1946, de l’Assemblée nationale en 1947, il présida le Conseil supérieur de la radio-télévision française, ainsi que la Commission des programmes du même organisme. Il fut mis définitivement à la retraite du Muséum en 1949, puis il accepta en 1957, bien que sa santé fût chancelante, une dernière mission : celle d’aller défendre dans divers pays la politique française conduite en Afrique du Nord. Revenu épuisé, il mourut après un an de maladie au Palais de Chaillot.

50Rivet fut décrit comme un homme énergique, combatif, souvent très tranché dans ses opinions qu’il défendait avec vigueur. Ce patriote ardent possédait l’étoffe d’un chef et déployait des talents d’orateur. Ami de diverses personnalités, comme Léon Blum ou Paul Langevin, il avait épousé en 1922 une veuve déjà mère de trois enfants, Maria-Mercedes Andrade.

51Rivet explora les aspects ethnologiques et linguistiques de l’anthropologie, se consacrant à l’étude des peuples d’Amérique latine. Il publia de nombreux articles, tel “Les Langues américaines” (1924) – rédigé pour Les Langues du Monde d’Antoine Meillet et Marcel Cohen–, ainsi que des ouvrages comme l’Ethnographie ancienne de l’Équateur (1912), Les Origines de l’Homme américain (1943) ou une Bibliographie des langues aymara et kichua (1951-1956) en quatre volumes. De 1925 jusqu’à la fin de sa carrière, il accumula les preuves en faveur d’une participation océanienne au peuplement de l’Amérique. Il s’intéressa également à l’archéologie précolombienne.

52Rivet modernisa le Musée ethnographique du Trocadéro avant d’obtenir, à la faveur de l’Exposition internationale de 1937, le transfert des collections que renfermait l’édifice dans une aile du nouveau Palais de Chaillot : ainsi naquit le Musée de l’Homme, inauguré en 1938. Enfin, il contribua activement à la fondation de divers instituts ou sociétés concernant l’Amérique latine.

Bibliographie

Anonyme, “Paul Rivet, 1876-1958”, Journal de la Société des Océanistes, vol. 14, no 14, 1958, pp. 5-8.

Champion (Pierre), “Paul Rivet (1876-1958)”, Science et Nature, no 31, 1959, pp. 45-46.

Ronze (Raymond), Paul Rivet (7 mai 1876-21 mars 1958). Son rôle dans le développement des sciences américanistes, Paris : Groupement des universités et grandes écoles de France pour les relations avec l’Amérique latine, 1958, 21p.

53PJ

RIVIÈRE Alphonse, Auguste

né en 1805 à Paris, mort en 1877 à Paris
chaire de Minéralogie
Géologie

54Rivière occupa au début des années 1830 les postes de professeur de sciences physiques et naturelles à l’École royale de Bourbon-Vendée, puis de professeur d’histoire naturelle à l’Athénée de Paris. Recommandé par l’aide-naturaliste Gabriel Delafosse*, il remplaça celui-ci en 1842, avec le grade de préparateur, dans la chaire de Minéralogie du Muséum. Rivière, qui fut nommé aide-naturaliste en 1843, soutint sa thèse de doctorat ès sciences en 1848. À partir de l’année suivante, il entra en conflit avec l’Assemblée des professeurs du Muséum, distribuant un pamphlet, émettant des propos jugés malveillants et rédigeant un projet de réorganisation de l’établissement. La situation ne se trouva résolue que lorsque Rivière prit au mois de mars 1852 un congé sans traitement, d’abord pour six mois, puis pour une durée illimitée. Remplacé par Jean Hugard* dès 1852, l’ancien aide-naturaliste se vit refuser ultérieurement la prérogative de conserver son titre. Il effectua malgré tout un voyage au Japon avec une subvention du Muséum en 1873 et mourut quelques années plus tard.

55Rivière, qui conduisit des investigations géologiques dans l’Ouest de la France, fut considéré sur le territoire vendéen comme un pionnier en la matière. Parmi ses publications figurent des Études géologiques faites aux environs de Quimper, et sur quelques autres points de la France occidentale (1838), des Éléments de géologie pure et appliquée, ou Résumé d’un cours de géologie descriptive, spéculative, industrielle et comparative (1839), et une Notice géologique sur les environs de Saint-Maixent (département des Deux-Sèvres) (1839).

Source

Documents Muséum (d’après les archives d’É.-R. Brygoo).

Bibliographie

Godard (G.), “Auguste Rivière (1805-1877). Pionnier de la géologie vendéenne”, Bulletin de la Société de Sciences naturelles de l’Ouest de la France, vol. 6, no 1, 1984, pp. 57-62.

Rivière (Auguste), Travaux, 1849, 5 p. (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 2269)

Rivière (Auguste), Travaux, 1861, 15 p. (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 2270).

PJ ERB

RIVIÈRE Georges-Henri [Georges, Henri, Léon, Benjamin dit]

né le 5 juin 1897 à Paris, mort le 24 mars 1985 à Louveciennes (Yvelines)
chaire d'Anthropologie
Ethnologie, Muséologie

56Fils d’un sous-directeur du service des Promenades et plantations de la ville de Paris, Rivière avait une sœur cadette. Il possédait une ascendance bourgeoise et citadine du côté paternel, modeste et rurale du côté de sa mère. Le jeune garçon passa toute son enfance à Montmartre, où il fréquenta le collège Rollin jusqu’au baccalauréat. Mais, ses vacances estivales se déroulaient à la campagne, dans la ferme de ses grands-parents maternels. Après la mort prématurée de son père, Rivière se consacra essentiellement à la musique. Il apprit le piano et l’orgue, grâce à des cours particuliers de professeurs du conservatoire payés par sa grand-mère paternelle, puis exerça la fonction d’organiste de l’église Saint-Louisen-l’île à Paris. De plus, le jeune homme fréquenta jusqu’en 1920 son oncle Henri Rivière, un artiste qui participait au succès du cabaret le “Chat noir”, collectionnait les objets d’art précieux et réunissait chez lui un cénacle d’experts en la matière. Rivière fit son service militaire dans l’artillerie de 1917 à 1919, puis travailla un temps comme employé aux écritures chez un industriel de la capitale, tout en poursuivant ses activités musicales. Il composa une petite cantate et se lia d’amitié avec de prestigieux artistes, comme Darius Milhaud ou Francis Poulenc. Vers 1920, Rivière se fit prénommer “Georges-Henri” par admiration pour son oncle, avec lequel il se brouilla presque aussitôt. Le jeune homme devint ensuite critique de jazz, anima le cabaret “Le Bœuf sur le toit” et écrivit des chansons pour les music-halls à la mode. Il participa notamment à la création de la “Revue nègre” de Joséphine Baker. Durant cette période de sa vie, Rivière côtoya les personnalités les plus diverses du milieu culturel parisien, comme Pablo Picasso, Raymond Radiguet, Jean Cocteau, André Breton, Louis Aragon, Paul Valéry, Léon-Paul Fargue, Arthur Honegger, Erik Satie, Duke Ellington, Sydney Bechet, Marie Laurencin, Fernand Léger ou Jean Lurçat. Il suivit aussi les cours de l’École du Louvre après 1924.

57L'existence de Rivière prit un tour nouveau en 1928, année au cours de laquelle il organisa une exposition d’art précolombien au Musée des arts décoratifs. Ayant apprécié son initiative, Paul Rivet* lui offrit au mois de juin le poste de sous-directeur de la chaire d’Anthropologie du Muséum. Rivière devint alors un disciple de Marcel Mauss, tout en manifestant une activité intense dans le cadre de ses nouvelles fonctions. Il aida Rivet à réorganiser le Musée ethnographique du Trocadéro et à transférer cet établissement au Palais de Chaillot pour créer le Musée de l’Homme. De plus, Rivière fonda en 1937 le Musée national des arts et traditions populaires, dont il prit la direction. Il aida durant la seconde guerre mondiale de nombreuses personnes en difficulté : prisonniers évadés, réfractaires au Service du travail obligatoire, juifs, ou opposants politiques. Suspendu de ses fonctions de conservateur du Musée national des arts et traditions populaires en 1944, à la suite d’une accusation calomnieuse de collaboration, Rivière fut heureusement disculpé, puis réintégré. Il s’attira à la fin de sa carrière officielle l’inimitié de son ministre de tutelle, André Malraux. De ce fait, Rivière fut brutalement mis à la retraite en 1967. Il poursuivit néanmoins ses activités, présidant la Cinémathèque française de 1973 à 1975, puis de 1976 à 1979, et dispensant un cours de “muséologie générale contemporaine” à l’université Paris I de 1971 à 1982. Lorsque la maladie l’atteignit en 1983, Rivière perdit toute possibilité de travailler. Il mourut âgé de quatre-vingt-sept ans dans une clinique de Louveciennes.

58Grand, mince, glabre, l’œil bleu, vêtu avec élégance, Rivière marchait difficilement à la fin de sa vie, car il avait été renversé par une voiture. Il laissa le souvenir d’un homme d’action infatigable, enthousiaste, gai, spirituel, détestant l’injustice, curieux de tout et désirant vivre avec son temps. Ce leader était exigeant envers les autres comme envers lui-même, ce qui pouvait le conduire à une certaine dureté. Il savait aussi bien aimer que détester. Toute sa vie, Rivière fut marqué par la très forte autorité de sa grand-mère paternelle. Il avait épousé en 1926, la riche américaine Nina Spalding Stevens, qui désirait connaître le monde parisien. Mais, ce mariage blanc se trouva rapidement rompu. Rivière vécut, en fait, dans une grande solitude sentimentale. Heureusement, il eut de bons amis, comme André Leroi-Gourhan* ou Claude Lévi-Strauss*. Rivière habitait un petit appartement meublé du strict minimum, car il donnait tout à ses musées.

59Rivière œuvra en ethnologie et en muséologie. Dans le premier domaine, il participa au développement de l’ethnologie de la France, grâce à une recherche et une sauvegarde systématique des témoins d’une civilisation agro-artisanale menacée par les révolutions technologiques du XXème siècle. Il rassembla ainsi près de quatre-vingt mille pièces – objets ou documents – dans les salles du Musée des arts et traditions populaires. De 1964 à 1966, Rivière dirigea une enquête interdisciplinaire (ethnologique, linguistique, agronomique et économique) de l’Aubrac. Cette entreprise, qui réunit une quarantaine de chercheurs, préfigura la création, dans le cadre du Musée national des arts et traditions populaires, d’un laboratoire associé au CNRS : le Centre d’ethnologie française.

60Dans le domaine de la muséologie, Rivière fut un précurseur, ainsi qu’un théoricien à visage humain. Il fit partie d’une école d’avant-garde, désireuse de mettre en valeur la signification profonde des objets, sans se limiter aux considérations d’esthétiques ou de rareté. Assurant la liaison entre les “américanistes”, les “océanistes” et les “africanistes” qui gravitaient autour du Musée du Trocadéro, Rivière encouragea les missions ethnographiques d’explorateurs, comme le Dakar-Djibouti de Marcel Griaule*. Par ailleurs, Rivière se trouva avec Hugues de Varinne à l’origine des écomusées, dans les années 1969-1970. Il participa enfin à la création du Conseil international des musées de l’UNESCO (ICOM), dont il assura la direction de 1948 à 1965, fut cofondateur de la Société d’ethnologie française et organisa de très nombreuses expositions (Sahara, île de Pâques, mission Dakar-Djibouti). Parmi les publications de Rivière figurent : Habitat rural et tradition paysanne (1944), Théâtres populaires de marionnettes : guide catalogue de la 4e exposition temporaire du Musée des arts et traditions populaires (1952) – en collaboration avec Pierre Soulier –, Objets domestiques des provinces de France dans la vie familiale et les arts ménagers – en collaboration avec Suzanne Tardieu (1953), ainsi que Arts populaires des pays de France (1975) – en collaboration avec André Desvallées et Denise Glück. Le “cours de muséologie” professé par Rivière fut édité à titre posthume en 1989.

Bibliographie

Barbier Bouvet (Jean-François), Bellaigue-Scalbert (Mathilde), Bran-Ricci (Josiane) et al, La Muséologie selon Georges Henri Rivière : cours de muséologie/Textes et témoignages, Paris : Dunod, 1989, 402 p.

Vallerant (Jacques), “Georges-Henri Rivière : 1897-1985”, in Universalia 1986, Paris : Encyclopaedia Universalis, 1986, pp. 595-596.

PJ

ROBERT Nicolas

né le 18 avril 1614 à Langres (Haute-Marne), mort le 25 mars 1685 à Paris
peintre ordinaire du roi pour la miniature
Peinture

61Robert naquit cette année 1614 où Marie de Médicis, régente de France, fit proclamer la majorité de son fils Louis XIII et convoqua à Paris les états généraux. Il était le fils d’un hôtelier. Vers 1638, il partit pour l’Italie afin de s’y perfectionner dans le métier de graveur et de peintre et publia à Rome, en 1640, son premier ouvrage connu : Fiori diversi... intagliati da Nicolo Robert, Francese, recueil de vingt-cinq planches gravées, de petit format, dans le goût mis à la mode par les “fleuristes” du premier tiers du XVIIème siècle.

62Revenu en France, Robert peignit la fameuse Guirlande de Julie, offerte le 22 mai 1641, pour sa fête, à Julie d’Angennes, fille de la marquise de Rambouillet, par le duc de Montausier, noble gentilhomme au parler un peu trop abrupt, qu’on reconnut plus tard dans l’Alceste de Molière. Ce cadeau princier fit grand bruit chez les beaux esprits de la capitale. Du coup, Robert atteignit à la célébrité et, vers 1645 sans doute, fut engagé par le frère du roi, Gaston d’Orléans. Depuis son retour d’Italie, il avait habité à Paris, rue Saint-Martin (paroisse Saint-Nicolas-des-Champs), puis quai de la Mégisserie ; passé au service de Monsieur, il dut s’installer à Blois, près du château dont le jardin botanique et les volières lui offraient des modèles en grand nombre.

63Après la mort de son protecteur, en 1660, Robert suivit le sort de la naissante collection des Vélins, léguée à Louis XIV : il fut, à partir de 1666, le premier titulaire de la charge de peintre ordinaire du roi pour la miniature. Prenant dès lors ses modèles au Jardin royal de Paris pour les plantes et à la ménagerie de Versailles pour les oiseaux, Robert travailla encore de nombreuses années. Installé de nouveau à Paris, rue de l’Arbre-Sec et plus tard rue Traversière, il dessinait et peignait sous le contrôle des naturalistes du Jardin du roi qui lui désignaient les espèces à reproduire, puis vérifiaient l’exactitude et la valeur scientifique de ses peintures. Autant qu’on en puisse juger par les documents comptables qui nous sont parvenus, il semble que sa charge l’obligeait à peindre au moins vingt-quatre Vélins par an, pour lesquels il recevait six cents livres.

64Robert enrichit la collection des Vélins d’au moins sept cents planches de fleurs et d’oiseaux, sans qu’on puisse d’ailleurs fixer exactement le nombre de celles-ci. La signature “N. Rob.”, en effet, qui figure sur les Vélins du Muséum, pose un problème d’authenticité plusieurs fois abordé et sans doute de nombreuses planches portant le nom de Robert sont dues aux élèves de celui-ci : N. Le Roy, Jaques Bailly et Nicolas Villemont, que Colbert employait aussi à copier les Vélins du maître pour enrichir sa propre collection (les Vélins de Colbert sont aujourd’hui conservés à la Bibliothèque nationale de Vienne).

65Après la mort de Gaston d’Orléans, Robert réalisa de nombreuses peintures en dehors de la collection des Vélins. Il fut aussi un excellent graveur en taille-douce, genre dans lequel il donna plusieurs recueils : Diverses fleurs gravées d’après le naturel... (1665), Plusieurs espèces de fleurs dessinées et gravées d’après le naturel... (1676), Recueil d’oyseaux les plus rares, tirez de la ménagerie de Versailles (1676). On doit encore signaler la part importante qu’il prit, comme dessinateur et graveur, à l’illustration du recueil dit Les Plantes du roi, conçu en 1667 et patronné par l’Académie royale des sciences, auquel collaborèrent également Abraham Bosse et Louis de Chatillon.

66À la fin de sa vie, Robert jouissait d’une grande réputation qui ne s’est plus, depuis, démentie. Il mourut, apparemment sans postérité, dans son dernier domicile parisien rue des Fossés-Saint-Germain-l’Auxerrois.

Bibliographie

Balis (Jan), “Nicolas Robert”, in Vélins du Muséum, Peintures sur vélin de la collection du Muséum national d’histoire naturelle de Paris : Catalogue de l’exposition organisée à la Bibliothèque royale Albert 1er de Bruxelles, du 28 septembre au 31 octobre 1974, Bruxelles : Bibliothèque royale Albert 1er, 1974, p. 3.

Bonnet (Edmond), “Documents pour servir à l’histoire de la collection de miniatures d’histoire naturelle connue sous la dénomination de Vélins du Muséum”, Association française pour l’Avancement des Sciences, compte rendu de la 31e session, Montauban 1902, seconde partie : Notes et mémoires, 1903, pp. 660-672.

Bultingaire (Léon), “Les Origines de la collection des Vélins du Muséum et ses premiers peintres”, Archives du Muséum national d’Histoire naturelle, 6e série, vol. 1,1926, pp. 135-141.

Bultingaire (Léon), “Les Vélins de Colbert à la Bibliothèque nationale de Vienne”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 2, 1930, pp. 592-600 ; vol. 3, 1931, pp. 70-75.

Chabouillet (Anatole), “Robert, peintre”, Nouvelles Archives de l’Art français, vol. 1, 1873, pp. 313-325.

Jal (Augustin), “Robert (Nicolas)”, in Dictionnaire critique de Biographie et d’Histoire, 2e éd., Paris : Plon, 1872, pp. 1067-1068.

Laissus (Yves), Nicolas Robert et les Vélins du Muséum national d’histoire naturelle, Paris : Screpel, 1980, non paginé.

Pomme de Mirimonde (A.), “Un peintre de la réalité : Nicolas Robert”, Revue des Arts, vol. 8, 1958, pp. 82-84.

Vanuxem (Jacques), “Fleurs sur vélin”, L'Œil, no 171, mars 1969, pp. 2-7 et 76. ERB

ROBIN Vespasien

né le 22 juillet 1579 à Paris, mort le 15 août 1662 à Paris
sous-démonstrateur pour l’extérieur des plantes au Jardin du roi
Botanique, Culture

67Fils aîné du célèbre botaniste Jean Robin, Vespasien fut très tôt associé aux travaux paternels. Le jeune homme voyagea pour cette raison en France, en Angleterre, en Flandre, en Allemagne, en Italie, en Espagne et se rendit jusqu’en Guinée portugaise. Ayant pris la succession de son père comme arboriste et simpliciste du roi, ainsi que curateur du jardin médicinal de la Faculté en 1629, Robin devint sous-démonstrateur de l’extérieur des plantes au Jardin royal en 1635. Il assura dans ce dernier établissement la totalité des leçons de botanique après la mort de Guy de La Brosse*, survenue en 1641. Robin mourut à l’âge de quatre-vingt-trois ans.

ROBIN V. Robinia pseudoacacia L, robinier planté par Robin en 1635-1636 au Jardin royal des plantes médicinales. Décrit par Cornuti en hommage à Robin père et fils. (Photo Patrick Lafaite, MNHN).

68Botaniste, Robin eut le mérite d’acclimater en France divers végétaux exotiques, comme certaines espèces américaines. Il rédigea une Histoire des plantes nouvellement trouvées en l’isle Virgine et autres lieux (1620) et – en collaboration avec son père – un catalogue répertoriant plus de mille cinq cents végétaux intitulé Enchiridion Isagogicum ad facilem notitiam stirpium, tam indigenarum quam exoticarum : hae coluntur in horto DD.Joannis et Vespasiani Robi (1623-1624). Avant même de se trouver officiellement nommé au Jardin royal, Robin fournit une aide précieuse à Guy de La Brosse pour organiser les plantations de l’établissement. Il eut sous ses ordres trois principaux jardiniers dès 1635. La même année, Robin transplanta au Jardin du roi le premier pied de robinier semé par son père en 1600 ; ce fameux Robinia pseudoacacia, nommé d’après le botaniste et dont naquirent tous les faux acacias d’Europe, fut le doyen des arbres de Paris. Enfin, Robin fit creuser un grand bassin et construire la première serre au Jardin royal.

Bibliographie

Bouvet (Maurice), “Les Anciens jardins botaniques médicaux de Paris”, Revue d’Histoire de la Pharmacie, no 119, 1947, pp. 221-228.

Cap (Paul-Antoine), Le Muséum d’histoire naturelle, Paris : Curmer, 1854, p. 6.

Crestois (Paul), Contribution à l’enseignement de la botanique au Jardin royal des plantes de Paris, thèse de doctorat en pharmacie, Strasbourg : université de Strasbourg, 1953, pp. 105-106.

Hamy (Ernest-Théodore), “Vespasien Robin, arboriste du roy, premier sous-démonstrateur du Jardin royal des plantes (1635-1662)”, Nouvelles Archives du Muséum, 3e série, vol. 8, 1896, pp. 1-24.

PJ

ROCHEBRUNE Alphonse, Amédée TRÉMEAU DE

né le 18 septembre 1836 à Saint-Savin (Vienne), mort le 23 avril 1912 à Paris
chaire d'Anthropologie, puis d’Histoire naturelle des Mollusques, des Vers et des Zoophytes
Anthropologie, Botanique, Ethnobotanique, Géologie, Malacologie, Paléontologie, Zoologie des Invertébrés, Zoologie des Vertébrés

69Trémeau de Rochebrune était le fils d’un botaniste conservateur du musée d’Angoulême. Il suivit des études médicales, devint interne des hospices et hôpitaux militaires d’Angoulême, puis en 1870-1871 chirurgien aide-major. Ayant soutenu sa thèse de doctorat en médecine en 1874, il séjourna de 1875 à 1877 en Sénégambie, où il aurait exercé la fonction de médecin-chef à l’hôpital de Saint-Louis. Rochebrune entra au Muséum en 1878 comme préparateur auxiliaire du laboratoire d’Anthropologie et fut nommé aide-naturaliste de la chaire d’Histoire naturelle des Mollusques, des Vers et des Zoophytes pour remplacer Victor Bertin* en 1881. Dans cette dernière place, Rochebrune manifesta une activité inégale qui fut critiquée par les professeurs, notamment par son chef de service Louis Joubin*. Admis à la retraite en 1911, le naturaliste mourut dans sa soixante-seizième année.

70Rochebrune fut décrit comme un esprit original, mais réfractaire à toute discipline et se complaisant dans les querelles de coteries. Très rigoureux pour les autres, il montra beaucoup de violence dans ses controverses. Il s’était marié, mais il perdit son épouse avant son propre décès.

71Véritable polygraphe, Rochebrune aborda toutes les branches des sciences naturelles, dans une œuvre dont la valeur scientifique se trouva fortement discutée. Il fut par exemple reproché à l’aide-naturaliste d’avoir méconnu, dans le domaine zoologique, l’intérêt de la conservation et de la mise en valeur des spécimens types. Rochebrune manifesta une nette préférence pour la botanique, mais s’intéressa également à la zoologie des Vertébrés ou des Invertébrés, à l’anthropologie, à la géologie et à la paléontologie. En malacologie, il étudia les faunes de diverses contrées, telles la Sénégambie, l’archipel du cap Vert, la Cochinchine, le Cambodge, la Patagonie ou la Californie. À cela s’ajoutent des travaux sur les Chitonidae, les Unionidae ou autres Lamellibranches fluviatiles, les genres Monetaria, Ceratosoma, Ostrea et diverses familles de Céphalopodes. Citons, parmi les quelques cent cinquante publications de Rochebrune : les Recherches d’ethnographie botanique sur la flore des sépultures péruviennes d’Ancon (1879), De l’emploi des Mollusques chez les peuples anciens et modernes (1883), la Faune de la Sénégambie (1883-1884), ainsi que Toxicologie africaine : étude botanique, historique, ethnographique, chimique, physiologique, thérapeutique, pharmacologique, posologique, etc., sur les végétaux toxiques et suspects propres au continent Africain et aux îles adjacentes (1897-1898). Enfin, Rochebrune ramena de Rochefort en 1884 plus de trois mille coquilles, choisies pour le Muséum dans la collection de René-Primevère Lesson.

Source

Dossier personnel (Archives nationales, AJ15, no 559).

Bibliographie

Lamy (Édouard), “A. T. de Rochebrune”, Journal de Conchyliologie, vol. 60, 1913, pp. 361-364.

PJ

RODE Paul

né le 8 février 1901 à Saint-Ovenne (Deux-Sèvres), mort en 1948 à Paris
chaire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux)
Mammalogie

72Né dans un petit village des Deux-Sèvres, Rode était fils d’instituteur. Il fréquenta le lycée de Niort, passa son baccalauréat, puis occupa de 1921 à 1925 des postes de maître d’internat ou de répétiteur dans divers établissements d’enseignement secondaire. Titulaire d’une licence ès sciences de la Sorbonne en 1925, Rode soutint la même année un diplôme d’études supérieures de biologie. Il exerça la fonction de répétiteur au lycée Louis-le-Grand de 1925 à 1927 et fut préparateur bénévole dans le laboratoire de Biologie de l’École pratique des hautes études de Étienne Rabaud de 1925 à 1932, tout en effectuant des stages à la faculté de médecine de Paris chez Auguste Prenant (1926), ainsi que chez Jean Gautrelet (1927). Faisant fonction de chef des travaux pratiques de zoologie à l’Institut national de recherche agronomique de Versailles de 1927 à 1929, Rode, qui soutint sa thèse de doctorat ès sciences en 1929, suivit la même année le cours de microbiologie de l’Institut Pasteur. Il occupa le poste de préparateur chargé des travaux pratiques de zoologie à l’Institut agronomique de 1929 à 1931, puis succéda à Paul Mathias au Muséum en 1931, comme assistant de la chaire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux). Rode assura à la faculté des lettres de Paris des cours de sciences naturelles pour la préparation au professorat des écoles normales de 1930 à 1932. Après avoir effectué en 1935-1936 une mission conjointe du Muséum et de l’Institut Pasteur en Afrique occidentale française – Guinée, Soudan, Sénégal-, le naturaliste fut candidat au poste de sous-directeur en 1936. Il partit ensuite au British Museum, à Berkeley (Californie) en 1938 et fut nommé chef du Service national de muséologie d’histoire naturelle en 1946. Terrassé par une crise cardiaque, Rode mourut à l’âge de quarante-sept ans.

73Le zoologiste laissa le souvenir d’un homme simple, cordial, serviable et d’une grande valeur morale. Il s’acquit de nombreuses sympathies en France comme à l’étranger.

74Zoologiste des Vertébrés, Rode s’intéressa principalement aux Mammifères, dont il étudia la morphologie, la biologie, la biogéographie, la systématique et la sérologie taxonomique. Citons, parmi ses publications : les Recherches sur l’organe sensoriel latéral des Téléostéens (1929), un Catalogue systématique des Mammifères de France (1935) – rédigé en collaboration avec Robert Didier –, Les Primates de l’Afrique (1937), les Mammifères Ongulés de l’Afrique noire (1943-1944), un Atlas des Mammifères de France (1946), ainsi que Les Chauves-souris de France (1947). Au Muséum, Rode organisa un laboratoire de Sérologie, assura en 1939-1940 la sous-direction de la ménagerie et effectua de 1938 à 1943 le catalogage des types de Mammifères présents au sein des collections de l’établissement. Rode fit partie de nombreuses sociétés scientifiques, comme l’Association des conservateurs de collections publiques de France, ou l’Association internationale des musées. Enfin, il fut rédacteur de la revue Mammalia à partir de 1936.

Bibliographie

Comité de Rédaction, “Nécrologie : Paul Rode (1901-1948)”, Mammalia, vol. 12, 1948, pp. 51-53.

Rode (Paul), Titres et travaux scientifiques, 1936, 20 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 6649).

Rode (Paul), Titres et travaux scientifiques, 1948, 30 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 9119).

PJ ERB

ROGER Jean

né le 4 septembre 1909 à Tours (Indre-et-Loire), mort en 1996 à Orléans (Loiret)
chaire de Paléontologie
Paléontologie

75De 1925 à 1928, Roger fut élève-instituteur à l’école normale d’Indre-et-Loire de Loches, où il obtint son brevet supérieur en 1928. Il suivit une quatrième année d’études à l’école normale de Versailles en 1928-1929, réussissant la première partie de son certificat d’aptitude au professorat des écoles normales et des EPS, puis il occupa un poste d’instituteur à Tours. Nanti en 1930 de la seconde partie du certificat d’aptitude, le jeune homme fut professeur à l’école primaire supérieure de Montceau-les-Mines de 1930 à 1931, avant d’exercer le même métier à Nevers de 1931 à 1934. Il obtint sa licence ès sciences à Dijon en 1933, professa à l’école primaire supérieure des Minimes à Lyon en 1934-1935 et réussit l’agrégation d’histoire naturelle au premier rang en 1935. Professeur agrégé de classe préparatoire à l’Institut national agronomique au lycée du Parc de Lyon de 1936 à 1941, Roger soutint une thèse de doctorat ès sciences dans la capitale des Gaules en 1939. Il entra au Muséum en 1942, comme sous-directeur de la chaire de Paléontologie de Camille Arambourg*, où il remplaça Jean Cottreau*, retraité. Roger, qui tint régulièrement son chef de service au courant des activités du laboratoire pendant l’Occupation, effectua une mission en Turquie au cours de l’année 1954, puis organisa avec Othmar Kühn un congrès sur le Néogène méditerranéen en 1958. En 1957, le naturaliste quitta le Muséum pour entrer au Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), où il fonda et dirigea le Service d’information géologique – qui devint le Département information. Roger, à la suite de la création des universités nouvelles au début des années 1960, occupa le poste de professeur de paléontologie à l’université Paris-Sud (centre d’Orsay). Il se retira en 1978 à Orléans, près du BRGM où il maintint quelques activités. Roger s’éteignit à l’âge de quatre-vingt-six ans.

RODE P. – Portrait issu de : Le Comité de rédaction, “Nécrologie : Paul Rode (1901-1948)”, Mammalia, vol. 12, no 3, 1948, p. 50.

76Roger laissa le souvenir d’un homme à la forte personnalité, grand travailleur, opiniâtre dans la défense de sa discipline et sachant faire partager ses convictions. Ayant acquis une impressionnante culture bibliographique dans tous les domaines (par exemple, il lisait le russe), il dispensait un enseignement aussi riche qu’original.

77Roger œuvra dans le domaine de la paléontologie des Invertébrés, avec une démarche basée sur les principes suivants : rationalisation des observations par la quantification, étude des fossiles à toutes les échelles (y compris aux niveaux des microstructures et de la composition chimique), établissement de relations entre le passé et le présent, développement de la paléobiologie. Il s’intéressa surtout à la période du Néogène, étudiant en particulier les faluns d’Europe. Par ailleurs, Roger, qui fit autorité en matière de taxonomie numérique, fut un pionnier de la paléoécologie. Citons, parmi ses publications : Le Genre Chlamys dans les formations néogènes de l’Europe et régions voisines : conclusions générales sur la répartition géographique et stratigraphique des Pectinidés du Tertiaire récent (1939), Paléontologie générale (1974), Paléontologie évolutive (1976) et Paléoécologie (1977). Roger participa également à la rédaction du Lexique stratigraphique international, ainsi que du fichier Palaeontologica universalis, présentés au Congrès géologique de Mexico en 1957. Au Muséum, il s’attacha à faire occuper à la paléontologie des Invertébrés une place comparable à celle des Vertébrés.

Bibliographie

Anonyme, “Jean Roger”, Géochronique, no 58, mai 1996, p. 25.

Roger (Jean), Notice sur les titres et travaux scientifiques, Lyon : [s.n.], 1941, 5 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 4663).

Roux (M.), Vénec-Peyré (Marie-Thérèse), “In memoriam. Jean Roger, 1909-1996”, Journal APF, no 32, mai 1996, p. 29

PJ ALR ERB

ROQUEBERT Marie-France, Elisabeth [née HUBERT]

née le 23 avril 1940 à Caudéran (Gironde)
chaire de Cryptogamie
Mycologie

78Après des études secondaires au lycée Camille Julien de Bordeaux, Marie-France Roquebert obtint son baccalauréat en 1958 et sa licence en sciences naturelles (mention sciences biologiques) en 1963 à la faculté des sciences de Bordeaux. Suite à un diplôme d’études approfondies de biologie végétale, option cryptogamie, elle soutint en 1967 devant la faculté des sciences de Toulouse sa thèse de troisième cycle intitulée Recherches sur le développement en culture pure de Leptosphaeria microscopica, Leptosphaeria eustomoides et Leptosphaeria arundinacea. Le rôle de la lumière et de la température dans le déterminisme de leur fructification. La jeune femme entra au laboratoire de Cryptogamie du Muséum comme technicienne du CNRS en 1970. Peu après, elle fut intégrée au corps des assistants du Muséum et collabora avec Jacqueline Nicot* sur l’étude des champignons imparfaits. Marie-France Roquebert soutint sa thèse de doctorat d’état en 1980 sur le sujet Analyse des phénomènes pariétaux au cours de la conidiogénèse chez quelques champignons microscopiques. Nommée en 1982 maître de conférences sous-directrice du laboratoire de Cryptogamie, elle y devint professeur en 1992.

79Marie-France Hubert, qui épousa Michel Roquebert le 14 février 1970, eut un garçon et une fille.

80Elle entretint et augmenta la mycothèque du laboratoire de Cryptogamie, publiant le Catalogue des souches fongiques LCP (nouvelle éd., Paris, 1991). Par ailleurs, Marie-France Roquebert s’occupa beaucoup de vulgarisation, notamment à propos des moisissures, tant lors de stages destinés aux professionnels que pour le grand public. Elle mettait ainsi en pratique sa maxime : “connaître les organismes pour mieux les comprendre, mieux les comprendre pour mieux s’en prémunir”. Auteur de Moisissures : nuisances et biotechnologie Monaco 1986, madame Roquebert fut l’éditeur scientifique de Les Contaminants biologiques des biens culturels (2002).

Source

Documents du fonds cryptogamie du Muséum national d’histoire naturelle.

DL

ROUBET Colette

née le 6 janvier 1939 à Tunis (Tunisie)
chaire de Préhistoire
Préhistoire

81Colette Roubet se consacra très tôt à la préhistoire. Dès 1957, trois ans avant d’obtenir à Alger son baccalauréat de philosophie, elle avait entrepris aux côtés de son époux des recherches sur l’Atérien littoral de l’Algérie. La jeune femme obtint une licence ès lettres et sciences humaines à l’université de Bordeaux en 1963 et fut alors nommée stagiaire de recherches au CRAPE d’Alger – au titre de la coopération francoalgérienne. Dans le laboratoire de Préhistoire du Maghreb, elle prit en charge la section technotypologie des industries. Colette Roubet, qui conduisit à partir de 1966, comme attachée de recherches au CNRS, des travaux sur le terrain, soutint en 1967 un diplôme d’études supérieures devant la faculté d’Aix-en-Provence puis, en 1976, un doctorat d’État au Muséum et devant la faculté des lettres et sciences humaines de Paris X. Elle fut aussi invitée à collaborer à des missions internationales en Afrique orientale : Éthiopie, Erythrée, Kenya et Tanzanie. Promue dès 1974 chargée de recherche au CNRS, Colette Roubet rejoignit au Muséum l'équipe de préhistoriens que dirigeait alors Lionel Balout*. Elle fut nommée dans l’établissement maître de conférences sous-directrice de la chaire de Préhistoire et professeur de préhistoire nord-africaine en 1992.

82Colette Roubet a épousé Frank-Étienne Roubet, préhistorien, administrateur civil au ministère des Finances. Devenue veuve en 1974, elle était mère d’un enfant.

83Colette Roubet est une spécialiste de la préhistoire africaine et méditerranéenne. Entre 1968 et 1975, elle s’est consacrée à des recherches portant sur la néolithisation du Maghreb oriental. Elle a co-dirigé au Musée de l’Homme avec Balout, dès 1976, les travaux relatifs au sauvetage de la momie du pharaon Ramsès II. Après la parution de toutes ces études, Colette Roubet a été invitée à co-diriger en Grèce (Épire) des recherches sur le Paléolithique supérieur entre 1983 et 1995. Elle a formé de nombreux étudiants et dirigé les travaux de thèse de plusieurs chercheurs du Maghreb, contribuant grâce à l’habilitation à diriger des recherches à la reconnaissance, ainsi qu’au renouveau d’une élite scientifique spécialisée. Certains de ses travaux en collaboration avec des collègues algériens ont porté sur les cultures et les comportements de l’Homme moderne qui, durant les vingt derniers millénaires, annoncent et favorisent au Maghreb l’émergence du monde berbère actuel. Dirigeant plusieurs fouilles en grottes, sous abris et en escargotières, Colette Roubet a recueilli contextuellement une riche documentation archéologique (outillages, faunes, récipients, parures, art mobilier et rupestre). D’autres travaux ont été conduits en collaboration, en Afrique orientale et en Grèce septentrionale. Citons, parmi les publications de Colette Roubet : Le Gisement du Damous el Ahmar et sa place dans le Néolithique de tradition capsienne en Afrique du Nord (1968), Économie pastorale pré-agricole en Algérie orientale : le Néolithique de tradition capsienne. La grotte Capéletti au Khanguet Si Mohamed Tahar : exemple, l'Aurès (1979), Préhistoire africaine. Hommage au doyen Lionel Balout (1981), Préhistoire de la Conte de l’Afrique, Territoire français des Afars et des Issas (TFAI-Djibouti-Obock) (1982-1983), La Momie de Ramsès IL Contribution scientifique à l’égyptologie (1985), The Lithic Domain at Klithi. Technology of Production and the “Chaîne opératoire”, in Klithi Palaeolithic Seulement and Quaternary Landscapes in Northern Greece. Vol. 1 : Excavation and Intra-Site Analysis at Klithi (1997), Les Figurines du Paléolithique supérieur en matière minérale plastique, cuite d’Afalou-Bou-Rhummel, Algérie (2001), Le “Statut de berger” au Néolithique de tradition capsienne en Algérie atlasique (2002-2003).

84Appartenant à plusieurs sociétés savantes, Colette Roubet fut également experte et conseillère scientifique auprès de revues ou d’instituts en Afrique. Elle a été nommée membre du Dictionary of International Biography en 1998.

Source

Renseignements fournis par l’intéressée.

Bibliographie

Roubet (Colette), Titres et travaux scientifiques, 1979, 27 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 9143).

PJ ERB

ROUELLE Guillaume-François [dit Rouelle l’aîné]

né le 15 septembre 1703 à Mathieu (Calvados), mort le 3 août 1770 à Passy (Paris)
démonstrateur en chimie au Jardin du roi, sous le titre de professeur en chimie
Chimie, Géologie, Minéralogie, Physique

85Guillaume-François Rouelle vint au monde dans une famille de cultivateurs normands aisés. Après l’obtention d’une maîtrise ès arts au collège Du Bois de Caen, le jeune garçon, qui se passionnait pour l’histoire naturelle, entama un cursus médical. Mais, il abandonna rapidement son projet initial pour se consacrer à la chimie et conduisit des expériences avec ses frères cadets. Monté à Paris vers 1730, Rouelle apprit la pharmacie durant sept ans dans l’officine de Spitzley, tout en suivant les cours de botanique des frères Jussieu* au Jardin royal. Le chimiste installa rue Maubert un laboratoire où il donna des leçons publiques, avant de se voir confier en 1743 par Georges-Louis Buffon* la succession de GillesFrançois Boulduc* comme démonstrateur de chimie au Jardin du roi. Bénéficiant également du titre de professeur. Rouelle put dispenser son propre enseignement et supplanta très vite son collègue Louis-Claude Bourdelin*. Il devint adjoint-chimiste à l’Académie des sciences en 1744, puis transféra rue Jacob son laboratoire, auquel il adjoignit une officine après avoir obtenu sa maîtrise d’apothicairerie en 1750. Nommé membre associé de l’Académie royale des sciences comme remplaçant de Bourdelin en 1752, Rouelle exerça de 1753 à 1756 la fonction d’inspecteur général de la pharmacie de l’Hôtel-Dieu. Il fut chargé entre 1754 et 1755 de deux missions qui altérèrent sa santé et fut élu premier garde de la compagnie des apothicaires parisiens en 1762. Atteint d’une grave maladie nerveuse, il se démit en 1768 de son poste du Jardin royal au profit de son frère Hilaire-Marin Rouelle*. Il souffrit à la fin de sa vie de violentes douleurs, devint paraplégique, puis aphasique et mourut juste avant d’atteindre sa soixante-septième année.

86De taille moyenne, les cheveux roux et les yeux vifs, l’apothicaire était nanti d’une personnalité haute en couleurs. Il poussait des vertus, comme la probité, le désintéressement, le goût du travail ou l’honnêteté scientifique, jusqu’à l’intransigeance, ce qui le rendait souvent exagérément dur à l’égard d’autrui. Par contraste, Rouelle affichait des ridicules : sa manie du secret, sa crainte du plagiat, sa distraction, son inconsciente naïveté, son patriotisme exacerbé, ses excentricités à l’amphithéâtre réjouissaient ses contemporains. Ce pédagogue aussi enthousiaste qu’éloquent était capable de subjuguer son auditoire. Il eut pour élèves Pierre Bayen, Jean Darcet, Antoine de Lavoisier, Pierre-Joseph Macquer*, Gabriel Venel, Jean-Jacques Rousseau, Melchior Grimm, Anne Turgot et Denis Diderot. Du mariage de Rouelle avec Anne Mondon naquirent douze enfants, dont deux seulement survécurent à leur père.

87Rouelle, qui œuvra dans les domaines de la chimie, de la physique et de l’histoire naturelle, joignit les qualités de l’expérimentateur à celles du théoricien. Il étudia notamment les propriétés des sels, l’inflammation des huiles essentielles, la composition de l’eau minérale de Passy, la cannelle de Ceylan et les techniques d’embaumement des Égyptiens. Auteur d’une célèbre définition de la chimie – présentée comme la science de l’analyse et de la synthèse –, il répandit dans son pays la théorie du phlogistique de Stahl. Il émit en physique des idées prémonitoires sur la chaleur, la dilatation, les propriétés de l’air et les radiations. Par ailleurs, Rouelle, qui conçut une théorie à la fois neptuniste et plutonniene de la physique du globe, s’intéressa au volcanisme, à l’érosion, aux fossiles, ainsi qu’à la cristallisation des minéraux. Il donna enfin une forte impulsion à la phytochimie et nourrit une conception mécaniste des êtres vivants. Ayant peu écrit, Rouelle diffusa ses idées, comme ses découvertes expérimentales, surtout à travers son enseignement. Ses cours nous sont parvenus sous la forme de manuscrits que rédigèrent ses élèves. Parmi les cinq mémoires scientifiques dus à sa plume figurent : Mémoire sur les sels neutres, dans lequel on propose une division méthodique de ces sels, qui facilite les moyens pour parvenir à la théorie de leur cristallisation (1744) et Sur l'inflammation de l’huile de térébenthine par l’acide nitreux pur, suivant le procédé de Borrichius, et sur l’inflammation de plusieurs huiles essentielles et par expression avec le même acide, et conjointement avec l’acide vitriolique (1747). Le chimiste manifesta enfin de l’intérêt pour les applications pratiques de son art.

Bibliographie

Cap (Paul-Antoine), “Rouelle (Guillaume-François)”, Journal de Pharmacie et de Chimie, 3e série, vol. 2, 1842, pp. 218-241.

Cap (Paul-Antoine), Le Muséum d’histoire naturelle, Paris : Curmer, 1854, pp. 27-32.

Contant Jean-Paul, Contribution à l’histoire de l’enseignement de la pharmacie : l’enseignement de la chimie au Jardin royal des plantes de Paris, thèse de doctorat en pharmacie, Strasbourg : université de Strasbourg, 1952, pp. 103-113.

Dorveaux (Paul), “Apothicaires membres de l’Académie royale des Sciences 9 : Guillaume-François Rouelle”, Revue d’Histoire de la Pharmacie, no 18, 1933, pp. 169-186. Grandjean de Fouchy (Jean-Paul), “Éloge de M. Rouelle”, Histoire de l’Académie royale des Sciences, 1770, pp. 137-149.

Jaussaud (Philippe), Pharmaciens au Muséum, Paris : Muséum national d’histoire naturelle, 1998, pp. 88-103 (Archives).

Lemay (Pierre), “Les Cours de Guillaume-François Rouelle”, Revue d’Histoire de la Pharmacie, no 123, 1949, pp. 434-442.

Mayer (Jean), “Portrait d’un chimiste : Guillaume-François Rouelle”, Revue d’Histoire des Sciences et de leurs Applications, vol. 23, 1970, pp. 305-332.

Partington (James), A History of Chemistry, Londres : McMillan, 1962, vol. 3, pp. 73-76.

Rappaport (Rhoda), “Rouelle, Guillaume-François”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1975, vol. 11, pp. 562-564.

PJ

ROUELLE H.-M. – Dessin de Fredou, gravure de N. L. Miré.

ROUELLE Hilaire-Marin [dit Rouelle le cadet]

né le 13 février 1718 à Mathieu (Calvados), mort le 7 avril 1779 à Paris
démonstrateur en chimie au Jardin du roi
Chimie

88Hilaire-Marin Rouelle était l’un des frères cadets de Guillaume-François Rouelle*. Il apprit la chimie sous la tutelle de son aîné, puis obtint en 1762 l’une des charges d’apothicaire royal du duc d’Orléans, dont il devait démissionner en 1775 au profit de son neveu Jean. Ayant loué trois fois son privilège de tenir boutique entre 1764 et 1775, Rouelle reprit l’officine de son frère décédé en 1770, pour aider financièrement sa belle-sœur. Il succéda en 1768 à Guillaume-François comme démonstrateur de chimie au Jardin. De plus, l’apothicaire donna des leçons particulière dans son officine, que sa veuve tint jusqu’en 1784. Rouelle fut membre de la Royal Society, mais ne put jamais entrer à l’Académie royale des sciences. Il mourut d’une affection aiguë à l’âge de soixante et un ans.

89Rouelle le cadet fut décrit comme réservé, méthodique, précis et habile. Il dispensa des cours très suivis, auxquels assista notamment Louis-Joseph Proust.

90Chimiste, Rouelle participa à des expériences sur la combustion du diamant. Il isola l’urée à partir de l’urine des Mammifères, étudia le dioxyde de carbone et analysa de nombreuses matières minérales ou organiques. En 1774, l’apothicaire publia un Tableau de l’analyse chimique, ou Procédés du cours de chimie de M. Rouelle, où il décrivait des procédés expérimentaux mis en œuvre dans son cours ou celui de son frère.

Bibliographie

Bouvet (Maurice), “Les Apothicaires royaux”, Bulletin d’Histoire de la Pharmacie, no 64, 1929, pp. 308-320 et no 74, 1931, pp. 139-141.

Cap (Paul-Antoine), Le Muséum d'histoire naturelle, Paris : Curmer, 1854, pp. 62.

Contant (Jean-Paul), Contribution à l'histoire de l’enseignement de la pharmacie : l’enseignement de la chimie au Jardin royal des plantes de Paris, thèse de doctorat en pharmacie, Strasbourg : université de Strasbourg, 1952, pp. 113-117.

Jaussaud (Philippe), Pharmaciens au Muséum, Paris : Muséum national d’histoire naturelle, 1998, pp. 104-105 (Archives).

Partington (James), A History of Chemistry, Londres : McMillan, 1962, vol. 3, pp. 76-78.

Rappaport (Rhoda), “Rouelle, Hilaire-Marin”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1975, vol. 11, pp. 564.

91PJ

ROUGÉE Michel

né le 13 février 1933 à Huby-Saint-Leu (Pas-de-Calais)
chaire de Biophysique
Chimie, Physique

92Natif du Pas-de-Calais, Rougée fut élève de l’école normale d'instituteurs d’Arras de 1948 à 1950, puis de celle de Douai en 1950-1951. Il obtint son baccalauréat de mathématiques en 1951 et suivit un an de préparation au lycée Faidherbe de Lille, avant d’intégrer en 1952 l’École normale supérieure de Saint-Cloud. Licencié ès sciences physiques en 1954, le jeune homme, qui soutint un diplôme d’études supérieures en 1955, réussit l’année suivante l’agrégation de sciences physiques. Il occupa un poste de préparateur-agrégé à Saint-Cloud de 1956 à 1963, effectuant au cours de cette période son service militaire de 1960 à 1962. Devenu docteur ès sciences en 1963, Rougée entra au Muséum en 1966, comme maître de conférences sous-directeur de la chaire de Biophysique dirigée par Charles Sadron*. Il eut trois enfants de son mariage.

93Spécialisé en physico-chimie macromoléculaire, Rougée s’intéressa d’abord aux modifications structurales induites par l’action des rayonnements gamma sur le chlorure de polyvinyle. Il étudia ensuite la synthèse et les propriétés physiques de polymères semi-conducteurs de type “polychélates”, les polyphtalocyanines. Ces derniers composés ressemblent aux molécules d’intérêt biologique que sont les porphyrines. Parmi ses publications figurent : Contribution à l’étude de l’irradiation, par les rayons gamma du cobalt 60, des solutions de chlorure de polyvinyle dans le tétrahydrofurane (1963) et Étude des complexes polymères dérivés du tétracyanoéthylène (1965).

Bibliographie

Rougée (Michel), Notice individuelle, 10 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 9123).

PJ ERB

ROUGET Charles, Marie, Benjamin

né le 19 août 1824 à Gisors (Eure), mort le 9 avril 1904 à Paris ou à Saint-Jean-de-Beaulieu (Alpes-Maritimes)
chaire de Physiologie générale
Histologie, Physiologie

94Fils d’un chirurgien-major des armées de Napoléon, Rouget suivit les cours du collège parisien Sainte-Barbe, avant de faire sa médecine dans la capitale. Il fut successivement interne de l’Hôtel-Dieu, aide d’anatomie en 1853, prosecteur de la faculté de médecine en 1855, docteur en médecine en 1856 et agrégé d’anatomie et physiologie. Nommé professeur de physiologie à la faculté des sciences de Montpellier en 1860, puis directeur d’un laboratoire de l’École pratique des hautes études en 1868, il devint titulaire de la chaire de Physiologie générale du Muséum en 1880, comme remplaçant de Claude Bernard* décédé. Il s’était vu préférer pour occuper ce poste – bien que présenté en seconde ligne – à Henri Bouley*. Rouget s’intégra mal au corps enseignant du Muséum, multipliant les absences et les suppléances assurées par Nestor Gréhant*. Il prit sa retraite en 1892.

95Rouget fut décrit comme très habile dans l’art de disséquer, ainsi que de préparer des coupes histologiques. Il eut comme ami Gérard Balbiani, avec lequel il avait étudié au collège, Charles Brown-Séquard, Jean Charcot, Henri de Lacaze-Duthiers*, Étienne-Jules Marey et Alfred Vulpian.

96Originale et très diversifiée, son œuvre est difficile à résumer. Rouget explora en effet, avec un regard d’histologiste et de physiologiste, des thèmes aussi variés que les substances amyloïdes dans les tissus animaux, le diabète sucré, les fonctions des organes génitaux chez les Mammifères, la vision, les mouvements érectiles, les mécanismes de la contraction musculaire ou la structure des terminaisons nerveuses. Au cours de ses investigations sur les jonctions neuro-musculaires, il inventa le terme de “plaque motrice” et fut amené à étudier les organes électriques de certains Poissons. Rouget démontra enfin l’existence d’une tunique contractile dans la paroi des capillaires sanguins. Parmi ses publications, citons les Recherches sur le type des organes génitaux et de leurs appareils musculaires (1855), le Mémoire sur la contraction musculaire (1867), La Rétine et la choroïde, théorie nouvelle de la vision (1872) et les Notes sur la structure de l’organe électrique de la Torpille (1876 et 1877).

Bibliographie

Anonyme, “Prix L. La Caze”, Comptes Rendus hebdomadaires des Séances de l’Académie des Sciences, vol. 105, 1887, pp. 1372-1375.

Best (A.), “Rouget, Charles Marie Benjamin”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1975, vol. 11, pp. 565-567.

Grehant (Nestor), “Charles Rouget, notice nécrologique”, Nouvelles Archives du Muséum d’Histoire naturelle, vol. 6, 1904, pp. 3-12.

PJ

ROULE Louis

né le 20 décembre 1861 à Marseille (Bouches-du-Rhône), mort le 30 juillet 1942 à Versailles (Yvelines) chaire de Zoologie (Reptiles et Poissons)
Ichtyologie

97Roule était fils de menuisier. Vite attiré par la biologie, il gravit avec une rapidité exceptionnelle tous les échelons de la carrière universitaire. Le jeune homme passa une licence ès sciences en 1881 à Marseille, où il devint chef de travaux pratiques de l’école de médecine à l’âge de vingt ans. Ayant soutenu sa thèse de doctorat ès sciences à Paris en 1884, Roule fut nommé l’année suivante maître de conférences à la faculté des sciences de Toulouse, puis il accéda au professorat en 1892. Il assura en 1886 un cours complémentaire d'histologie à l’école de médecine de Toulouse, devint en 1891 docteur en médecine à Paris, prit en 1902 la direction de la station de pisciculture et d’hydrobiologie créée par lui à l’université de Toulouse et occupa en 1903 le poste de conservateur du Musée d’histoire naturelle de sa ville d’adoption. En 1910, Roule succéda à Léon Vaillant* retiré comme professeur titulaire de la chaire de Zoologie (Reptiles et Poissons) du Muséum. Il exerça également les fonctions de directeur du laboratoire d’ichtyologie générale et appliquée de l’École des hautes études rattaché à son service, ainsi que de maître de conférences de pisciculture à l’Institut national agronomique. En 1914, il organisa avec Marie-Félicie Phisalix un service de vaccination au Muséum, où il géra en 1926 la chaire de Zoologie (Reptiles et Poissons). Il prit sa retraite en 1936 et mourut subitement à son domicile six ans plus tard.

98Portant pince-nez et moustaches, Roule laissa le souvenir d’un homme simple, aimable, serviable, ainsi que d’un bon orateur. De son mariage en 1897 avec Marie Laurat, il avait eu un fils et trois filles.

99Son œuvre, si l’on excepte des travaux de jeunesse sur les Vers et les Tuniciers, ou des traités généraux d’embryologie et d’anatomie comparée, fut entièrement consacrée à l’ichtyologie. Roule étudia les spécimens rapportés par le prince Albert 1er de Monaco, le commandant Jean Charcot et le danois Johannes Schmidt, décrivant à cette occasion des Poissons abyssaux. Par ailleurs, il s’intéressa à l’embryologie, aux espèces migratrices, comme le Saumon, l’Esturgeon ou l’Alose, ainsi qu’à la pisciculture et à la pêche. Citons, parmi ses nombreux ouvrages, L'Anatomie comparée des animaux basée sur rembryologie (1898) en deux volumes, Les Poissons et le monde vivant des eaux (1926-1937) en dix volumes, et un Traité raisonné de la pisciculture et des pêches (1914). Roule rédigea également les biographies de six grands naturalistes – dont Étienne de Lacepède* – ayant appartenu au Muséum. Dans ce même établissement, où il abandonna à ses collaborateurs tout ce qui concernait la batrachologie ou l’herpétologie, il accrut et modernisa la section des Poissons de la ménagerie rattachée à sa chaire. Il effectua enfin plusieurs croisières scientifiques avec le commandant Charcot.

Bibliographie

Pellegrin (Jacques), “La Chaire de Zoologie (Reptiles et Poissons) du Muséum national d’histoire naturelle”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 10, no 4, 1938, pp. 314-327.

Pellegrin (Jacques), “Allocution prononcée aux obsèques de M. le professeur L. Roule, professeur honoraire au Muséum. Paris : 3 août 1942”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 14, no 5, 1942, pp. 299-300. Pellegrin (Jacques), “Le Professeur Louis Roule”, Bulletin français de la Pêche et de la Pisciculture, vol. 15, no 126, 1942, pp. 10-12.

PJ

ROUSSEAU Louis, François, Emmanuel

né le 25 décembre 1788 à Belleville (près de Paris), mort le 18 septembre 1868 à Paris
chaire d'Anatomie des animaux, puis d'Anatomie comparée, puis galeries d’anatomie comparée et d'anthropologie
Anatomie

100Fils de Pierre Rousseau*, Emmanuel suivit les cours de l’école d’anatomie artificielle de Rouen, avant d’entrer au Muséum en brumaire de l’an XI (octobre-novembre 1802) comme préparateur de la chaire d’Anatomie des animaux de Georges Cuvier*. Le jeune homme devint chirurgien militaire de troisième classe en 1811, puis aide-major du deuxième régiment de cuirassiers et fut fait prisonnier en Russie. De retour dans sa patrie en 1815, Rousseau reprit son poste au Muséum sur la demande de Cuvier. Il soutint sa thèse de doctorat en médecine en 1820 et fut envoyé deux ans plus tard à Rochefort, afin d’organiser le transport des animaux envoyés du Sénégal par Jules-César de Savigny. Ayant succédé en 1836 à Charles Laurillard* comme aide-naturaliste de la chaire d’Anatomie comparée, Rousseau assuma les fonctions de chef des travaux anatomiques du Muséum sous les directions successives d’Henri Ducrotay de Blainville*, puis de Louis Duvernoy*. Il fut remplacé par Pierre Gratiolet* en 1853, devenant alors garde des galeries d’anatomie comparée et d’anthropologie. Mort presque octogénaire, le naturaliste s’était marié en 1815 avec Marie-Jeanne Kiener, qui lui avait donné une fille.

ROUSSEAU L – Houx, issu de : Rousseau (Louis François), De l’efficacité des feuilles de houx dans le traitement des fièvres, Paris : [s.n.], 1831.

101Rousseau s’intéressa à des questions anatomiques ou médicales, comme en témoignent ses publications. Citons la Dissertation sur la première et la seconde dentition (1820), l’Anatomie comparée du système dentaire : chez l’homme et chez les principaux animaux (1827) et De l’efficacité des feuilles du houx (Ilex aquifolium) dans le traitement des fièvres intermittentes (1831). Au Muséum, l’aide-naturaliste exécuta pour les galeries d’histoire naturelle diverses préparations anatomiques, ainsi que des modèles malacologiques en cire. Il présenta en 1854 devant l’Assemblée des professeurs une note sur la conservation des pièces de dissection dans l’eau créosotée et critiqua – oralement comme par écrit – en 1856 une erreur commise dans le montage d’une baleine. Enfin, Rousseau soigna en 1837 un gardien qui avait été victime d’une grave morsure de zèbre.

Source

Documents Muséum, Ms 2196-98 (d’après les archives d’É.-R. Brygoo).

PJ ERB

ROUSSEAU Louis, Pierre

né le 23 février 1811 à Paris, mort le 15 octobre 1874 à Paris
chaire d’Histoire naturelle des Mollusques, des Vers et des Zoophytes, puis galeries de zoologie et de minéralogie
Herpétologie, Malacologie, Muséologie, Photographie

102Né au Muséum, Louis Rousseau était le fils d’un employé de la ménagerie prénommé Louis Magloire. Il fut chargé dès 1826 de s’occuper des insectes de zoologie, puis il entra en 1828 comme élève au laboratoire de Zoologie où Henri Ducrotay de Blainville* le remarqua. Nommé préparateur en 1831, Rousseau remplaça en 1834 Louis Dufresne* décédé au poste d’aide-naturaliste de la chaire d'Histoire naturelle des Mollusques, des Vers et des Zoophytes. Celle-ci était alors occupée par Achille Valenciennes*, auquel Blainville avait recommandé son protégé. Rousseau effectua ensuite coup sur coup deux missions lointaines : l’une en Crimée avec Anatole Demidoff en 1837, l’autre dans l’océan Indien – via La Réunion – sur les corvettes La Prévoyante, puis La Dordogne de 1839 à 1841. Compagnon de voyage du prince Roland-Napoléon Bonaparte en Islande et au Groenland à bord de la Reine Hortense en 1856, l’aide-naturaliste devint en 1873 garde des galeries de zoologie et de minéralogie du Muséum, pour remplacer Louis Kiener* décédé. Rousseau mourut d’une maladie récurrente, dont il avait contracté le germe sous les tropiques. Il s’éteignit sereinement dans son logis de la rue Cuvier.

103Laide-naturaliste fut décrit comme honnête, soigneux, serviable et dévoué aux intérêts du Muséum. Parent de Gabriel Bibron*, il fut l’ami de Valenciennes. Rousseau s’était d’abord marié avec Hortense Ladoubée, avant d’épouser en secondes noces Marie de Longueil. Il fut maire de Bagneux, près de Fontenay-aux-Roses dans le Valde-Marne.

104Laide-naturaliste, qui effectua la description de divers Mollusques, consacra l’essentiel de son activité aux collections du Muséum. Il ramena de son voyage sur La Prévoyante une vingtaine d’espèces inconnues appartenant à la faune herpétologique, acquit en 1846 des Mollusques en Angleterre, fut chargé en 1858 avec Albert Gaudry* du catalogage, ainsi que du collage, des spécimens de dix-huit cartons du fonds Alcide d’Orbigny*, alla acheter en 1862 à Marseille des échantillons d’histoire naturelle et conditionna en 1870 la collection de M. de Saint Marceau. S’étant découvert vers 1854 une passion pour la photographie, Rousseau travailla à l’atelier du Jardin des plantes, puis il prit des clichés lors de sa mission dans les pays nordiques. Il photographia également au Muséum les animaux rares des collections zoologiques. Parmi les rares publications du naturaliste figurent les Promenades au Jardin des plantes (1837) – rédigées avec Céran Lemonnier –, le Mémoire concernant plusieurs nouvelles espèces d’animaux appartenant principalement aux régions intertropicales (1841) et le Voyage au pôle Sud et dans l’Océanie sous le commandement de Dumont d’Urville, Mollusques et Zoophytes (1854).

Source

Dossier personnel (Archives nationales, AJ15, no 551). Dossier personnel de Chevreul (Archives nationales, AJ15, no 544).

Bibliographie

Gervais (Paul), “Discours prononcé aux funérailles de M. Louis Rousseau”, Nouvelles Archives du Muséum, vol. 10, 1874, pp. 107-110.

PJ ERB

ROUSSEAU Simon, Pierre

né en 1756 à Belleville (près de Paris), mort en décembre 1829 à Paris
chaire d’Anatomie des animaux, puis d’Anatomie comparée
Anatomie

105Habile fabricant de boutons en os, Rousseau fut choisi par l’anatomiste Antoine Petit* pour être son aide au Jardin royal. Il devint ensuite prosecteur, conservant la même fonction sous les professorats de Jean-Claude Mertrud*, puis de Georges Cuvier*. Déjà aide-anatomiste supplétif au Muséum en 1796, Rousseau portait le titre d’aide-naturaliste en l’an X (1801-1802). Il avait eu au moins un fils – prénommé Emmanuel* – de son mariage.

106Au Muséum, Rousseau remplit les fonctions de chef des travaux anatomiques. Il participa à l’entretien des collections et prépara diverses pièces, comme le squelette d’un chat sacré ramené d’Égypte par Étienne Geoffroy Saint-Hilaire*.

Source

Documents Muséum (d’après les archives d’É.-R. Brygoo).

PJ ERB

ROUX Charles

né le 16 novembre 1920 à Téhéran (Iran)
chaire des Pêches et productions coloniales d'origine animale, puis des Pêches Outre-Mer, puis de Zoologie (Reptiles et Poissons), puis de Dynamique des populations aquatiques
Hydrobiologie, Ichtyologie

107Licencié ès sciences naturelles en 1943, Roux devint la même année assistant de l’Office scientifique et technique des pêches maritimes à La Rochelle. Les bouleversements de la seconde guerre mondiale le firent affecter à Paris, où il suivit en Sorbonne les cours de la série technique supérieure de cytologie et d’histologie, avant d’entrer au Muséum en 1946, comme assistant dans la chaire des Pêches et productions coloniales d’origine animale de Théodore Monod*. Roux effectua de 1947 à 1949 une mission d’études en Afrique équatoriale française et fut détaché en 1950 sur un poste de maître de recherche à l’ORSTOM, pour créer un laboratoire de Biologie marine à Pointe-Noire au Gabon. Devenu chef du Centre d’océanographie de Pointe-Noire, il séjourna au cap Lopez à la SOPECOBA (Société de pêche à la baleine du Gabon), puis il fit des campagnes de prospection à bord du chalutier La Gaillarde. Le naturaliste étudia la création d’un laboratoire d’Hydrobiologie au Tchad en 1951, réintégra son poste d’assistant au Muséum en 1959, fut chargé d’une mission sur le territoire iranien en 1961 et partit l’année suivante avec La Calypso le long des côtes de l’Amérique du Sud. Promu sous-directeur de la chaire des Pêches Outre-Mer en 1964, Roux fut également nommé chef des travaux pratiques du laboratoire de Biologie des Cétacés et autres Mammifères marins de l’École pratique des hautes études. Il obtint en 1969 son transfert dans la chaire de Zoologie (Reptiles et Poissons) du Muséum, qu’il abandonna en 1975 pour la Dynamique des populations aquatiques.

108Roux œuvra dans les domaines de l’hydrobiologie, ainsi que de l’ichtyologie. Il conduisit outremer des investigations systématiques, anatomiques et biologiques sur diverses espèces de Poissons marins, ou plus accessoirement d’eau douce, tout en s’intéressant au développement des pêches. Par ailleurs, le naturaliste étudia la structure du système excréteur rénal chez les Téléostéens. Nous citerons, parmi les publications de Roux : Considérations pratiques sur la pêche le long du littoral de l’AEF (1950), Description de deux espèces nouvelles de Poissons des côtes d’AEF, Dentex polli et Scorpaena Gaillardae (1954), La Faune des poissons du Niari (Moyen-Congo) ; étude du milieu et comparaison avec les bassins voisins (1960) et Poissons Téléostéens du plateau continental brésilien (1973).

Bibliographie

Roux (Charles), Notice sur les titres et travaux scientifiques, 1957, 10 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 9145).

Roux (Charles), Exposé des titres et travaux, 1964, 12 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 9146).

PJ ERB

ROUX Eugène

né en 1863, mort le 9 mars 1948
chaire de Physique végétale
Agronomie, Biochimie végétale, Chimie

109Après avoir étudié à l’école Turgot, Roux choisit de s’orienter vers la chimie. Il débuta sa carrière au laboratoire municipal de la ville de Paris, où il s’initia aux méthodes d’analyses des aliments. En 1893, il fut nommé assistant de la chaire de Physique végétale du Muséum, que dirigeait alors Georges Ville*. Roux travailla à cette époque avec l’aide d’un préparateur chargé des analyses et de trois garçons de laboratoire mis à la disposition du service par l’armée. Après que Léon Maquenne* ait succédé à Ville, Roux conquit rapidement tous ses grades universitaires, soutenant en 1903 sa thèse de doctorat ès sciences. Il fut nommé inspecteur général des laboratoires du ministère de l’Agriculture en 1906, puis chef du Service de la répression des fraudes l’année suivante. En 1908, Roux démissionna de son poste d’assistant au Muséum et fut remplacé par Émile Demoussy*. Il devint directeur des Services sanitaires et scientifiques de la répression des fraudes en 1911, puis directeur de l’Institut national agronomique lors de la création de cet établissement en 1921. Roux prit sa retraite en 1930 – avec le titre de conseiller d’État – sans abandonner pour autant ses travaux.

110Roux portait la moustache, ainsi que la barbe. Gros travailleur, bon observateur, il possédait un sens aigu des responsabilités. Cet homme affable et souriant ne manquait pas d’humour, comme en témoignent ses savoureux Souvenirs sur Georges Ville (1944).

111Roux œuvra dans les domaines de la biochimie végétale, de l’agronomie et de la chimie analytique. Au début de sa carrière, il participa à la mise au point d’une méthode d’analyse de la terre d’après la couleur des feuilles de plantes, puis conduisit des recherches sur les oses aminés, les substances amylacées et les engrais chimiques. Roux se consacra ensuite à la chimie des aliments – notamment celle des boissons alcoolisées et du lait–, ainsi qu’à diverses questions d’agronomie – engrais, phytopharmacie, analyse des sols, productions animales. Parmi ses nombreuses publications, citons : Sur quelques dérivés de la glucamine (1902), Sur des bases nouvelles dérivées des sucres (1903), Sur la rétrogradation et la composition des amidons naturels autres que la fécule (1906), Note sur la fabrication et la composition des kirschs de cerises et de merises de la région de Fougerolles (1908) – avec Bonis–, Traité théorique et pratique des fraudes et falsifications (1909) – en collaboration avec F. Monier et E Chesney–, Vin de goutte et vin de marc (1913), L'Industrie mondiale de la potasse (1927), La question du contrôle laitier (1929), Action des fortes doses d’engrais azotés sur la teneur des blés en matières protéiques (1929), L'Organisation des recherches agronomiques en France (1939) et La Normalisation des produits agricoles (1945). Chargé de mettre en application la loi du 1er août 1905 sur la répression des fraudes, Roux uniformisa les techniques analytiques destinées à détecter les falsifications et créa des centres régionaux de contrôle, ainsi qu’un laboratoire de référence à Paris. Il fonda les Annales des Falsifications et des Fraudes en 1908, puis le Service des produits chimiques agricoles en 1917. Par ailleurs, Roux s’attacha au développement de l’agriculture, prit une part très active à la création de l’industrie de l’azote française et se soucia des problèmes de ravitaillement qu’il jugeait essentiels au maintien de la paix entre les peuples.

Bibliographie

Hitier (Henri), “M. Eugène Roux”, Comptes Rendus des Séances de l’Académie d’Agriculture de France, vol. 34, 1948, pp. 254-257.

Plouvier (Victor), “Historique des chaires de Chimie, de Physique végétale et de Physiologie végétale du Muséum d’histoire naturelle”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 4e série, Miscellanea vol. 3, 1981, p. 143.

Queuille (Henri), “Eugène Roux”, Annales des Falsifications et des Fraudes, 41e année, no 472-474, 1948, pp. 139-140.

Roux (Eugène), “Souvenirs sur Georges Ville : communication présentée à la séance du 26 janvier 1944 à la Société française d’histoire de l’agriculture”, 1944, 16 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 7199).

Toubeau (Maxime), “Notre deuil”, Annales des Falsifications et des Fraudes, 41e année, no 472-474, 1948, pp. 137-138.

PJ

ROUX Francis

né le 8 juin 1930 à Paris
chaire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux)
Ornithologie

112Titulaire d’un baccalauréat de la série philosophie en 1948, Roux commença à l’Institut d’ethnologie du Musée de l’Homme des études qu’il dut abandonner pour des raisons personnelles. Il fréquenta de 1952 à 1958, en qualité de travailleur libre, le laboratoire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux) du Muséum, où Robert Etchecopar le recruta en 1956 comme assistant pour le Centre de recherche sur les migrations des Mammifères et des Oiseaux (CRMMO). Dès 1958, Roux débuta la longue série de ses missions à l’étranger, qui devaient le conduire au Sénégal (1958-1978), en Mauritanie (1960-1961), en Laponie (1962), en Roumanie (1965), en Éthiopie (1968), au Mali (1972-1979), au Tchad (1984-1987), aux îles Salvages, ainsi qu’à Madère (1963-1992). Il devint au Muséum assistant de la chaire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux) en 1964, maître-assistant en 1971 et remplaça Etchecopar à la tête du CRMMO en 1976. Roux réorganisa ce service en un Centre de recherches sur la biologie des populations d’oiseaux (CRBPO), dont il assura la direction jusqu’en 1987. Il fut nommé sous-directeur du laboratoire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux) du Muséum en 1980.

113Spécialiste de la systématique, ainsi que de l’écologie des Oiseaux, Roux conduisit des recherches sur les espèces migratrices paléarctiques en Afrique occidentale tropicale. Il s’intéressa également aux oiseaux d’eau migrateurs hivernant en France (composition, effectifs, distribution des populations) et à la démographie du Puffin cendré des îles Salvages (Atlantique subtropical). Les travaux de Roux donnèrent lieu à plus de cent publications. Citons, parmi celles-ci : Quelques données sur les Anatidés et Charadriidés paléarctiques hivernant dans la basse vallée du Sénégal et sur leur écologie (1959), Coup d’œil sur les migrations des Oies sauvages en France (1962), Les Oiseaux chasseurs (1965) et Les Oiseaux d’Europe de John Could (2000). Au Muséum, l’ornithologue publia les bulletins du CRMMO.

Bibliographie

Roux (Francis), Notice sur les titres et travaux, 1964,10 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 9147).

PJ ERB

Indice delle illustrazioni

Legenda RANSON G. Pinctada albina (Lamarck, 1919), provenant de Friday Island, Torres Strait (océan Pacifique), diamètre maximum : 75 mm, étudiée par Gilbert Ranson. (Photo Pierre Lozouet, MNHN).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2122/img-1.jpg
File image/jpeg, 115k
Legenda REPÉRANT J. Vipera aspis (Linnaeus, 1758). Ultrastructure de Neuropile. Matériel normal. Image destinée à montrer notamment les synapses en série axo-dendro-dendritique (x 40000).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2122/img-2.jpg
File image/jpeg, 318k
Legenda RICHARD A. Salacia senegalensis (Lam.) DC., issu de : Richard (Achille), Guillemin (Jean-Baptiste), Florae Senegambiae Tentamen..., Paris : [s.n.], 1830-1833, t. 1, pl. 27.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2122/img-3.jpg
File image/jpeg, 1019k
Legenda ROBIN V. Robinia pseudoacacia L, robinier planté par Robin en 1635-1636 au Jardin royal des plantes médicinales. Décrit par Cornuti en hommage à Robin père et fils. (Photo Patrick Lafaite, MNHN).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2122/img-4.jpg
File image/jpeg, 1,2M
Legenda RODE P. – Portrait issu de : Le Comité de rédaction, “Nécrologie : Paul Rode (1901-1948)”, Mammalia, vol. 12, no 3, 1948, p. 50.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2122/img-5.jpg
File image/jpeg, 231k
Legenda ROUELLE H.-M. – Dessin de Fredou, gravure de N. L. Miré.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2122/img-6.jpg
File image/jpeg, 337k
Legenda ROUSSEAU L – Houx, issu de : Rousseau (Louis François), De l’efficacité des feuilles de houx dans le traitement des fièvres, Paris : [s.n.], 1831.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2122/img-7.jpg
File image/jpeg, 139k

© Publications scientifiques du Muséum, 2004

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

p
 
s