Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du Jardin au Muséum en 516 biographies

 | 
Philippe Jaussaud
, 
Édouard-Raoul Brygoo

Du Jardin au Muséum en 516 bibliographies

p

Texte intégral

PALES Léon

né le 20 février 1905 à Toulouse (Haute-Garonne), mort en 1988
chaire d’Ethnologie des Hommes actuels et des Hommes fossiles
Anthropologie, Paléopathologie, Préhistoire

1Titulaire d’un baccalauréat philosophie-sciences en 1922, Pales obtint l’année suivante le PCN, ainsi que les certificats de zoologie appliquée et d’archéologie préhistorique. Il fut de 1925 à 1929 élève de l’école principale du service de santé de la Marine de Bordeaux, où il devint aide d’anatomie en 1927. Ayant soutenu sa thèse de médecine deux ans plus tard, Pales accéda au grade de médecin-lieutenant en 1930, exerça la fonction de médecin résident et chirurgien de l’hôpital de Brazzaville en 1931-1933, puis celles de médecin-chef du département sanitaire de Baguirmi-Chari et de l’hôpital de Fort-Lamy en 1934-1936. Il fut assistant du laboratoire d’Anatomie de l’école d’application du service de santé des troupes coloniales à Marseille de 1937 à 1938, avant de réussir le concours de chirurgien des hôpitaux coloniaux et l’agrégation d’anatomie et clinique chirurgicale en 1938. Mobilisé de 1939 à 1940 comme chirurgien consultant du corps d’armée colonial, Pales, qui fut fait prisonnier en 1940, dut exercer son art dans des camps à Bourbonne-les-Bains, puis à Langres.

2Il fut libéré pour raisons sanitaires en 1941, remplissant ensuite plusieurs fonctions universitaires : professeur titulaire d’anatomie à titre militaire au Pharo en 1942-1943, il dispensa un cours d’anthropologie et d’ethnologie à la faculté de médecine et de pharmacie de Marseille en 1937-1938, ainsi qu’en 1941-1942. Pales fut délégué dans les fonctions de sous-directeur du Musée de l’Homme de 1943 à 1945, assura la direction de la mission anthropologique de l’AOF de 1945 à 1950 et accéda cette dernière année au grade de médecin-colonel. Nommé sous-directeur du laboratoire d’Ethnologie des Hommes actuels et des Hommes fossiles du Muséum en 1951, le médecin travailla au Musée de l’Homme, puis il démissionna en 1957 pour achever sa carrière au CNRS en tant que directeur de recherche. Il mourut à l’âge de quatre-vingt-trois ans.

3Pales aborda dans une œuvre fortement marquée par son expérience africaine des thèmes très divers : la paléopathologie, la paléontologie, la préhistoire, la pathologie humaine, l’ethnographie ou l’anthropologie biologique. Dans ce dernier domaine par exemple, il signala chez les Noirs d’Afrique équatoriale française l’existence d’une tache pigmentaire congénitale, une faible glycémie, ainsi que les conséquences pathologiques d’une structure spéciale de l’appendice. Sa charge de directeur de la mission anthropologique de l’AOF lui permit par ailleurs de recueillir un nombre considérable de données biopathologiques au Sénégal, au Soudan et en Guinée. Citons, parmi plus d’une centaine de publications dues à Pales : Maladie de Paget préhistorique (1929), Paléopathologie et pathologie comparative (1930), Découverte d’un important gisement préhistorique à Fort-Lamy (Tchad) (1937), Contribution à l’étude anthropologique des Babinga de l’A.E.F. (1938), Cancer et races (1946), L’Alimentation en AOF : milieux, enquêtes, techniques, rations (1955), Les Gravures de la Marche (1969), Les Empreintes de pieds humains dans les cavernes : les empreintes du réseau nord de la caverne de Niaux (Ariège) (1976), ainsi qu’un Atlas ostéologique pour servir à l’identification des mammifères du quaternaire (1971-1981). Une telle énumération rend bien compte de la pluridisciplinarité de l’œuvre du médecin. Enfin, Pales enrichit les collections du Musée de l’Homme grâce à de nombreuses pièces recueillies sur le terrain.

Bibliographie

Pales (Léon), Titres et travaux scientifiques, 34 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 5294).

Pales (Léon), Titres et travaux scientifiques, complément du 1er janvier 1950 au 1er avril 1951 (+ Rapport établi sur la candidature de monsieur Léon Pales, au poste de sous-directeur de laboratoire a la chaire d’Ethnologie des Hommes actuels et des Hommes fossiles, par monsieur le Professeur Henri Vallois), 7 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 7792).

PJ ERB

PARISET Antoine, Oscar [né DESFORGES]

né le 11 février 1812 à Paris, date de décès inconnue chaires de Chimie générale et des Arts chimiques
Chimie

4Oscar Desforges fut adopté en 1835 par Étienne Pariset, secrétaire perpétuel de l’Académie de médecine. Choisi en 1833 par Eugène Chevreul* pour être le préparateur de son cours d’Arts chimiques, il se trouva également cité parmi les aides-naturalistes et préparateurs de Joseph Gay-Lussac* dans la chaire de Chimie générale. Pariset devait initialement assurer ses fonctions durant un an, mais il ne quitta le Jardin des plantes qu’en décembre 1837, laissant son poste à Auguste Cahours.

Bibliographie

Plouvier (Victor), “Historique des chaires de Chimie, de Physique végétale et de Physiologie végétale du Muséum d’histoire naturelle”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 4e série Miscellanea, vol. 3, 1981, p. 137.

PJ ERB

PARRA François

né le 28 octobre 1918 à Oran (Algérie), mort le 8 juin 1985
chaire de Physique appliquée aux sciences naturelles
Optique physiologique

5Parra, qui était officier de réserve de l’armée de l’air, possédait le brevet d’observateur d’avion. Il entra en 1942 à l’Institut d’électrotechnique et d’optique de Toulouse, où il passa l’année suivante un certificat de mathématiques générales. Membre d’un réseau de Résistance à Montréjeau (Haute-Garonne), Parra fut contraint de se réfugier à Faverges (Haute-Savoie), avant que la fin de la guerre lui permette d’achever son cursus universitaire. Il obtint sa licence ès sciences physiques en 1947, occupa sept ans un poste de directeur de fabrication dans l’industrie, puis étudia durant deux années à l’Institut d’optique de Paris. Yves Le Grand*, qui professait dans ce dernier établissement, le fit entrer en 1956 à l’Institut océanographique comme assistant de la chaire d’Océanographie physique. Parra réussit un certificat d’optique appliquée en 1957, tout en travaillant au Muséum dans le laboratoire de Physique appliquée aux sciences naturelles de Le Grand. Il fit un stage de cinq mois au collège médical de Tokyo en 1962, passa un certificat d’astronomie en 1963, puis un certificat de méthodes mathématiques de la physique en 1964. Nommé assistant de la chaire de Physique appliquée aux sciences naturelles du Muséum en 1964, Parra soutint sa thèse de doctorat ès sciences physiques en 1966, devint maître-assistant en 1967 et maître de conférences sous-directeur en 1970. Il mourut à l’âge de soixante-sept ans des suites d’une longue maladie.

6Parra laissa le souvenir d’un personnage enthousiaste, ouvert, aimable, disponible et courageux. Doté d’une grande conviction intérieure, il fut un ardent défenseur des droits de l’Homme. Il avait eu trois enfants de son mariage.

7Parra consacra son œuvre à l’optique physiologique. Spécialiste de la vision des couleurs, il étudia notamment la question du seuil différentiel oculaire, l’adaptation colorée et les anomalies visuelles chromatiques. Citons, parmi ses travaux, Appareil pour la mesure des seuils différentiels de l’œil humain (1962), Quelques aspects de la perception des couleurs (1963), ainsi que Quelques aspects nouveaux du seuil différentiel des couleurs (1967). Au Muséum, il organisa le premier groupe informatique en 1968, créa le Centre français de la couleur en 1976 et lança la revue Information Couleur. Parra prépara enfin le cinquième congrès de l’Association internationale de la couleur – “Mondial Couleur” –, qui se tint à Monte-Carlo en 1985.

Bibliographie

Parra (François), Notice sur les titres et travaux, 1963, 14 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 8998).

Parra (François), Notice sur les titres et travaux, 1969, 14 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 9000).

Viennot (Françoise), Hommage à la mémoire de François Parra, 4 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 9039).

PJ ERB

PATOUILLARD Narcisse, Théophile

né le 2 juillet 1854 à Macornay (Jura), mort le 30 mars 1926 à Paris
chaire de Botanique (classification et familles naturelles de Cryptogames)
Mycologie

8Venu au monde dans une famille de cultivateurs franc-comtois, Patouillard manifesta dès l’enfance un goût prononcé pour la botanique. Le jeune garçon étudia au lycée de Lons-le-Saunier, un établissement dont ses parents le retirèrent avant qu’il ait pu obtenir le moindre diplôme, pour lui imposer une carrière agricole. Mais, Patouillard ne renonça pas à sa vocation de naturaliste. S’étant initié aux manipulations chimiques dans l’officine d’un vieil ami pharmacien à Bletterans, il travailla en 1870 comme télégraphiste à Lons-le-Saunier. Il fut affecté peu après dans un bureau parisien et compléta son cursus secondaire, sans toutefois passer le baccalauréat. Ayant décidé de s’orienter vers la pharmacie, Patouillard débuta en 1872 son stage préliminaire dans une officine de la capitale. Il remplit ses obligations militaires à Brest de 1874 à 1875, prit ses inscriptions à l’école de pharmacie de Paris en 1875 et entra la même année au Muséum, comme élève dans le laboratoire de l’École pratique des hautes études d’Édouard Bureau*. Ce dernier dirigeait alors la chaire de Botanique (Classification et familles naturelles).

9Dès ses études supérieures achevées, Patouillard fit transférer son dossier à Besançon où il obtint son diplôme de pharmacien de deuxième classe en 1879.Il exerça un an à Poligny, puis rejoignit la capitale pour y suivre un cursus de pharmacien de première classe, qui se trouva couronné par une thèse en 1884. Tenant ensuite des officines à Fontenay-sous-Bois (1884-1893), rue Gay-Lussac à Paris (1893-1898) et à Neuilly (1898-1922), Patouillard amorça de façon parallèle une carrière de chercheur : il fut nommé préparateur de la chaire de Cryptogamie de Léon Marchand à l’école de pharmacie de Paris en 1893, puis soutint un doctorat d’université – dans la spécialité pharmacie – en 1900. Le naturaliste démissionna en 1900 de sa fonction de préparateur pour fréquenter assidûment la chaire de Botanique (classification et familles naturelles de Cryptogames), créée en 1904, de Louis Mangin* au Muséum. De 1891 à 1895, Patouillard participa à l’exploration scientifique de la Tunisie comme mycologue. Il devint assistant délégué de la chaire de Botanique (classification et familles naturelles de Cryptogames) du Jardin des plantes en 1922, comme remplaçant de Fernand Camus*, mais ne put poursuivre longtemps sa nouvelle carrière : malgré une intervention chirurgicale, le pharmacien succomba dans sa soixante-douzième année à une douloureuse maladie.

10Arborant une imposante moustache, Patouillard fut décrit comme un personnage bon, modeste, d’une grande probité, indulgent mais supportant mal la vanité ou la médiocrité. Il possédait une étonnante mémoire, des dons d’orateur et cultivait le souvenir de ses maîtres. Par ailleurs, le pharmacien, qui s’était marié vers 1880, se montra toujours soucieux du bien-être des siens.

11Patouillard consacra son œuvre scientifique à la mycologie descriptive, systématique et évolutive. S’intéressant surtout aux Basidiomycètes supérieurs, il eut le mérite d’introduire l’étude des caractères microscopiques des carpophores, particulièrement des spores, dans la diagnose des espèces. Il étudia le rôle des cystides et dégagea l’importance de la baside, ainsi que du voile général, chez les Basidiomycètes. Ces investigations le conduisirent à proposer une nouvelle classification des Champignons concernés, en s’appuyant non seulement sur des caractères structuraux, mais aussi sur une connaissance étendue des espèces tropicales. De plus, Patouillard aborda diverses questions phyto pathologiques, comme les maladies du cacaoyer à San Thomé, et il étudia l’attaque des charpentes du château de Versailles par Phellinus cryptarum. Citons, parmi plus de deux cent trente publications dues à sa plume : Tabulae analyticae fungorum, ou Description analytique de Champignons nouveaux, rares ou critiques (1883-1889), Les Hyménomycètes d’Europe : anatomie générale et classification des Champignons supérieurs (1887), ainsi qu’une Énumération des Champignons observés en Tunisie (1892).

PATOUILLARD N. Cortinarius largus Fr. et C. cyanites Fr., 29 août 1901, dans un bois de chênes à Perrigny (Jura), récoltés par Narcisse Patouillard. Aquarelle originale de Narcisse Patouillard.

12Au Muséum, Patouillard – qui aida Paul Hariot* dans sa tâche de classement des collections – fit affluer grâce à ses correspondants des spécimens mycologiques du monde entier. Pourtant, seule une petite partie de son herbier échut à l’établissement. Le reste, constitué des récoltes exotiques du pharmacien, fut acheté par le “Farlow Herbarium” de l’université d’Harvard. De plus, la chaire de Cryptogamie du Muséum acheta une collection de trois mille neuf cent cinquante-quatre planches de Champignons que Patouillard avait peintes lui-même à l’aquarelle. Ces documents, accompagnés de notes et d’analyses microscopiques, constituent toujours une précieuse source de renseignements pour les mycologues. Enfin, Patouillard joua, aux côtés de Mangin, un rôle important dans l’organisation du Salon du Champignon.

Bibliographie

Dillemann (Georges), “Deux pharmaciens d’officine illustres mycologues : Boudier et Patouillard”, Bulletin de l’Ordre des Pharmaciens, no 199, 1977, pp. 457-465.

Heim (Roger), “N. Patouillard (1854-1926)”, Annales de Cryptogamie exotique, 1928, vol. 1, no 1, pp. 25-36.

Heim (Roger), “N. Patouillard (1854-1926)”, Bulletin des Naturalistes parisiens, vol. 13, 1928, pp. 7-16.

Heim (Roger), “In memoriam N. Patouillard (1854-1926)”, Revue de Mycologie, vol. 36, fasc. 2, 1971, pp. 1-15.

Jovet-Ast (Suzanne), “La Mycologie au Jardin du Roy et au Muséum national d’histoire naturelle”, Bulletin de la Société mycologique de France, vol. 100, fasc. 3, 1984, pp. CLXII-CCVI.

Lutz (Louis), “Narcisse Patouillard : 1854-1926”, Bulletin des Sciences pharmacologiques, vol. 33, no 11, 1926, pp. 633-650.

Mangin (Louis), “N. Patouillard (1854-1926)”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, vol. 33, 1927, pp. 48-51.

PJ

PAULIAN Renaud

né le 28 mai 1913 à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), mort le 16 août 2003 à Bordeaux (Gironde)
chaire d’Entomologie, puis de Biogéographie
Entomologie (Coléoptères), Zoogéographie

13Issu d’une famille de juristes, Paulian était le deuxième des quatre enfants d’un fonctionnaire à la chambre des députés. Sa mère l’initia très tôt à la botanique, mais il se sentait attiré par les Insectes. Paulian fit des études supérieures de biologie à l’université de Paris, effectuant des stages aux laboratoires maritimes de Roscoff, de Tamaris et de Banyuls-sur-Mer. Boursier de la Caisse nationale des sciences en 1937, il débuta alors sa carrière de chercheur au Muséum, dans la chaire d’Entomologie de René Jeannel*. Paulian accomplit une mission au Maroc en 1938, puis une autre, au Cameroun, l’année suivante. Il soutint en 1941 sa thèse de doctorat ès sciences. Celle-ci, qui portait sur un sujet de systématique, ne plut guère au professeur de zoologie Charles Perez, dans le laboratoire duquel elle avait été préparée à la Sorbonne. Paulian prit donc la succession de Maurice Fontaine* comme assistant de Jacques Millot* au certificat de physique, chimie et biologie de la faculté des sciences de Paris. Il obtint en 1943 une bourse de stage du Muséum lui permettant de poursuivre ses travaux dans le service de Jeannel, où il exerça 1943 à 1946 les fonctions de sous-directeur de laboratoire de l’École pratique des hautes études. Réformé au début de la seconde guerre mondiale, Paulian s’engagea en 1940 aux côtés de son père dans la garde civile de Neuilly. Il devint assistant stagiaire au Muséum en 1945 et participa cette même année à une expédition en Côte-d’Ivoire. Mis à la disposition du Musée des colonies pour un an en 1945, Paulian fut titularisé dans son grade et nommé directeur du stage d’enseignement de l’entomologie systématique de l’Office de la recherche scientifique coloniale, en 1946. Une longue carrière de tropicaliste l’attendait.

14Détaché pour cinq ans au ministère de la France d’Outre-Mer en 1947, Paulian rejoignit alors Tananarive où il occupa les fonctions de directeur adjoint de l’Institut de la recherche scientifique de Madagascar jusqu’en 1961. Il avait échoué entre-temps dans sa candidature au poste de sous-directeur de la chaire d’Entomologie du Muséum en 1949 et démissionné l’année suivante de son poste d’assistant. Paulian quitta la Grande île en 1961, fut directeur de l’Institut de recherches scientifiques du Congo à Brazzaville de 1961 à 1966, puis recteur de l’académie d’Abidjan de 1966 à 1969. De retour en France, il occupa successivement les postes de recteur des académies d’Amiens (de 1970 à 1972), puis de Bordeaux (de 1972 à 1979), tout en étant responsable de la Recherche coopérative sur programme (RCP 225) du CNRS à Madagascar. L’entomologiste s’était vu préférer en 1962 Alfred Balachowsky*, lorsque la chaire d’Entomologie du Muséum s’était trouvée vacante à la suite du départ d’Eugène Séguy*. L’intervention de Pierre-Paul Grassé avait alors été déterminante. En 1978, le ministre des Universités fit créer pour Paulian une chaire de Biogéographie : le décret de nomination du naturaliste (titulaire d’un doctorat de l’université de Paris en géographie) ne fut pas signé, mais l’établissement garda la chaire. Ayant prit sa retraite en 1982, sans abandonner pour autant ses travaux, Paulian s’éteignit à l’âge de quatre-vingt-dix ans.

15Grand, mince, Paulian laissa le souvenir d’un homme cultivé, courtois, animé du désir d’aller de l’avant, doté d’une forte capacité de travail, de grandes qualités morales et du sens de l’organisation. Ce scientifique d’envergure internationale fut un chef d’école reconnu, qui savait encourager ses collaborateurs. Appartenant à la religion protestante, Paulian épousa une fille d’un pasteur, Liane de Félice, elle-même titulaire d’une bourse d’études au Muséum (dans la chaire de Zoologie (Vers et Crustacés). Le couple eut plusieurs enfants.

16Entomologiste de terrain, Paulian consacra la majeure partie de son œuvre scientifique aux Coléoptères (en particulier aux Scarabéidés), dont il étudia la systématique, la biologie et la biogéographie. Il décrivit de nombreuses espèces nouvelles exotiques, s’attachant tout particulièrement à la faune malgache. Par ailleurs, Paulian conduisit des investigations sur divers sujets entomologiques, comme les larves fouisseuses des Odonates, les Lépidoptères de Madagascar, ou les insectes de Tahiti. Il s’intéressa également à la zoogéographie malgache, aux animaux protégés de la Grande Ile, ainsi qu’à l’écologie (en particulier la canopée) de la forêt tropicale de Côte-d’Ivoire. Parmi les quelque cinq cents publications de Paulian, citons : Le Polymorphisme des mâles de Coléoptères (1935), Les Coléoptères ; formes, mœurs, rôle (1943), Observations écologiques en forêt de basse Côte-d’Ivoire (1947), Papillons communs de Madagascar (1951), Atlas des larves d’insectes de France : vers blancs, chenilles, asticots (1956), Faune de Madagascar. La zoogéographie de Madagascar et des îles voisines (1961), Faune de Madagascar Insectes, Coléoptères (1979-1994), Biologie des Coléoptères (1988), Les Coléoptères Scarabaeoidea de Nouvelle-Calédonie (1991), Les Coléoptères à la conquête de la terre (1993) et Les Insectes de Tahiti (1998). Paulian rédigea aussi une grande partie du chapitre “Coléoptères” du grand Traité de zoologie de Pierre-Paul Grassé. Il fonda la revue L’Entomologiste en 1944, puis la collection Faune de Madagascar, dont il publia quatre-vingt-neuf volumes. Enfin, Paulian rapporta de ses expéditions entomologiques (parfois périlleuses) un grand nombre de spécimens de valeur et créa le CIRAD, un organisme qu’il fut le premier à présider.

Sources

Notice nécrologique rédigée et diffusée au Muséum par Jean Legrand, d’après des renseignements communiqués par Pierre Viette.

Bibliographie

Aberlenc (Henri-Pierre), Hommage à Renaud Paulian, obsèques à Bordeaux, le lundi 25 août 2003, au Temple de la rue du Ha, 2003, Montpellier : [s.n.], 1 p. dactylographiée.

Lhoste (Jean), Les Entomologistes français : 1750-1950, Paris : INRA-OPIE, 1987, p. 234.

Paulian (Renaud), Un naturaliste ordinaire. Souvenirs, Paris : Boubée, 2003, 238 p.

PJ ERB

PELLEGRIN François

né le 25 septembre 1881 à Paris, mort le 9 avril 1965 à Paris
chaire de Botanique (classification et familles naturelles de Phanérogames), puis de Phanérogamie
Phanérogamie

17Boursier du Muséum (1905-1907), Pellegrin, qui fut élève d’Édouard Bureau* et Philippe Van Tieghem*, soutint sa thèse de doctorat ès sciences en 1908 (Recherches anatomique sur la classification des Genêts et des Cytises). Il entra comme stagiaire dans le laboratoire de Botanique (classification et familles naturelles de Phanérogames) dirigé par Henri Lecomte* (1910-1912), devint préparateur délégué en suppléance de René Viguier (laboratoire de Botanique, Organographie et Physiologie végétale [1912-1914]), puis préparateur titulaire en 1914 dans le laboratoire d’Henri Lecomte. Grièvement blessé pendant la première guerre mondiale, Pellegrin fut fait prisonnier à Varennes (Argonne). “Rendu” par l’Allemagne et interné en Suisse comme blessé et malade de 1917 à 1918, il mit à profit son séjour pour travailler avec les professeurs Robert Chodat et John Briquet. Démobilisé en 1919, il fut nommé inspecteur du Service phytopathologique, le 21 février 1920, puis le 1er mars 1929 sous-directeur du laboratoire de Botanique (classification et familles naturelles de Phanérogames).

18Pellegrin fut dépeint comme un homme sympathique, à la figure aimable et souriante, toujours à la disposition de tous. Marié, il eut deux enfants.

19Auteur de plus de deux cents titres, qu’il publia de 1908 à 1963, Pellegrin étudia essentiellement les flores tropicales d’Indochine, d’Afrique (notamment d’Afrique occidentale en collaboration avec André Aubréville*). Rédacteur principal de la Flore du Gabon publiée par le laboratoire de Phanérogamie, il participa aussi à la Flore d’Indochine (dirigée par Henri Lecomte), en signant les Meliolaceae, Dichapetalaceae, Orobanchaceae, Lentibulariaceae, Gesneraceae.

20Pellegrin, qui fut secrétaire de la Société botanique de France pendant trente ans, s’intéressa à la géographie botanique, aux plantes utilitaires et aux plantes vénéneuses. Soucieux de vulgarisation il fut l’auteur de notices pour le Musée pédagogique de Paris.

21Son activité au Muséum fut essentiellement marquée par le classement de l’herbier du laboratoire de Phanérogamie. Avec François Gagnepain*, Pellegrin fut chargé du cours de botanique tropicale destinée aux officiers des eaux et forêts ; il eut parmi ses élèves André Aubréville, alors Inspecteur des eaux et forêts de Côte-d’Ivoire.

Bibliographie

Aubréville (André), “François Pellegrin (25 septembre 1881-9 avril 1965)”, Adansonia, 2e série, vol. 5, no 3, 1965, pp. 285-287.

Hallé (Nicolas), “Notice sur les travaux de François Pellegrin”, Adansonia, 2e série, vol. 5, no 3,1965, pp. 288-296.

Léandri (Jacques), “François Pellegrin (1881-1965)”, Bulletin de la Société botanique de France, vol. 112, no 3-4, 1965, pp. 182-184.

Léandri (Jacques), “François Pellegrin (1881-1965)”, Bulletin de l’Association pour l’Étude taxonomique de la Flore d’Afrique tropicale, vol. 17, 1966, pp. 11-12.

Léandri (Jacques), “François Pellegrin, 25 septembre 1881-9 avril 1965”, Taxon, vol. 14, 1966, pp. 249-250.

DL

PELLEGRIN Jacques

né le 12 juin 1873 à Paris, mort le 12 août 1944 à Paris chaire de Zoologie (Reptiles et Poissons)
Herpétologie, Ichtyologie

22Fils d’un diplomate, Pellegrin fut dès son plus jeune âge passionné de sciences naturelles et en particulier d’ichtyologie. Il effectua ses études secondaires au lycée Condorcet, obtint sa licence ès sciences naturelles en 1894, puis entra dans la chaire de Zoologie (Reptiles et Poissons) du Muséum comme préparateur de Léon Vaillant* en 1897. Avant son service militaire, il avait eu l’occasion de faire deux voyages d’études en Grèce, où son père était alors consul de France. Pellegrin soutint son doctorat en médecine en 1899, son doctorat ès sciences en 1904 et fut nommé assistant de la chaire de Zoologie (Reptiles et Poissons) en 1908. Durant la première guerre mondiale, il fut mobilisé comme médecin aide-major, loin de Paris. Il effectua à partir des années 1920 presque une mission par an à l’étranger, sur la demande du ministère de l’Agriculture, de celui de l’Éducation nationale ou du Muséum. Devenu en 1927 sous-directeur, puis en 1937 successeur de Louis Roule* à la tête de la chaire de Zoologie (Reptiles et Poissons), il ne quitta son laboratoire qu’en 1943 pour prendre sa retraite et mourut un an plus tard d’une crise cardiaque dans la maison de Buffon.

Jacques PELLEGRIN

23Pellegrin fut décrit par ses contemporains comme un homme accueillant, aimable, qui noua des liens d’amitiés avec divers médecins ou vétérinaires coloniaux. Fréquentant beaucoup les congrès scientifiques, il présida de nombreuses associations ou sociétés savantes. Il s’était marié en 1910 avec Amélie Guilly.

24Auteur de plus de six cents publications scientifiques, il s’intéressa à la zoologie des Reptiles, des Amphibiens, et surtout des Poissons. Il étudia ces animaux – dont il décrivit trois cent quarante-six espèces nouvelles – sous les angles anatomique, biologique, éthologique, ainsi que pratique. Ce spécialiste des Poissons d’eau douce africains ou coloniaux, en particulier de ceux du lac Tchad qu’il fit connaître le premier, préconisa l’introduction en France d’espèces exotiques ornementales. Pellegrin s’intéressa également aux Poissons indigènes, à la pisciculture ou à la pêche. Citons, parmi ses très nombreuses publications, Les Poissons vénéneux (1899), Contribution à l’étude anatomique, biologique et taxinomique des Poissons de la famille des Cichlidés (1904), ainsi que Les Poissons des eaux douces de l’Afrique occidentale : du Sénégal au Niger (1923). Au Muséum, il fit affluer, grâce à ses collègues étrangers, de nombreuses collections ichtyologiques. Il prononça dès 1911 dans l’établissement une dizaine de cours par an, relatifs aux Poissons de toutes origines.

Bibliographie

Hitier (Henri), “Jacques Pellegrin (1873-1944)”, Comptes Rendus des Séances de l’Académie d’Agriculture de France, vol. 61, no 240, pp. 399.

Pellegrin (Jacques), “La Chaire de Zoologie (Reptiles et Poissons) du Muséum national d’histoire naturelle”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 10, no 4, 1938, pp. 314-327.

Urbain (Achille), “Allocution prononcée aux obsèques de M. le Professeur J. Pellegrin, Paris 17 août 1944”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 16, no 5, 1944, pp. 257-258.

PJ

PÉPIN Pierre, Denis

né le 2 mai 1802 à Paris, mort le 8 février 1876 à Paris
Jardin

Horticulture

25Entré à l’âge de dix ans comme élève au Jardin des plantes. Pépin y devint chef de carré en 1825, jardinier chef de l’école de botanique en 1838 et co-jardinier chef deux ans plus tard. Il remplaça en 1858 Joseph Neumann* décédé au poste de jardinier chef, puis représenta en 1866 le Muséum à l’exposition horticole et botanique de Londres. S’étant retiré au cours de l’année 1872 en Normandie, Pépin administra pour le compte de la Société d’agriculture l’Arboretum d’Harcourt, dont il s’occupait déjà depuis 1836. L’ancien jardinier chef du Muséum mourut subitement durant un séjour à Paris.

26Œuvrant dans le domaine de l’horticulture, Pépin rédigea sur le sujet de nombreux articles, qui furent publiés par des revues spécialisées. Un genre de Broméliacées baptisé Pepinia lui fut dédié.

Source

Documents Muséum (d’après les archives d’E.-R. Brygoo).

PJ ERB

PÉRÈS Léon, Joseph, Jean-Marie

né le 8 octobre 1915 à Montpellier (Hérault) chaire des Pêches et productions coloniales d’origine animale, puis de Malacologie
Ichtyologie, Océanographie, Zoologie des Invertébrés

27Titulaire d’un baccalauréat mathématiques-philosophie en 1932, Pérès monta peu après avec sa famille à Paris. Il commença en 1933 dans la capitale la préparation d’une licence ès sciences qu’il acheva à Strasbourg en 1936, puis voyagea cette dernière année le long des côtes occidentales de l’Afrique à bord du Président Théodore Tissier. Ayant obtenu un diplôme d’études supérieures de zoologie à Paris en 1937, le jeune homme remplit en 1937-1938 une mission au Maroc pour le Muséum et travailla dans l’établissement de 1938 à 1939 comme boursier de doctorat, au sein du laboratoire des Pêches et productions coloniales d’origine animale d’Abel Gruvel*. Pérès dispensa des cours de zoologie aux futurs agents coloniaux des eaux et forêts en 1939, avant d’effectuer de 1939 à 1940 son service militaire à l’école d’application de l’artillerie de Fontainebleau, puis dans la Marine. Démobilisé avec le grade d’aspirant de réserve en 1940, il occupa alors un poste de préparateur à la faculté des sciences de Marseille, ainsi qu’à l’aquarium d’Endoume.

28Le naturaliste fut boursier de la Caisse nationale des sciences en 1941, fut chargé d’un cours de zoologie à l’école des gardes chasse de Cadarache en 1942, soutint sa thèse de doctorat ès sciences en 1943 et devint cette même année – grâce à l’appui de Louis Fage* – sous-directeur adjoint du Musée océanographique de Monaco. Pérès fut nommé en 1944 sous-directeur de la chaire de Malacologie du Muséum d’Édouard Fischer-Piette*. Il remplit également les fonctions de directeur-adjoint du laboratoire maritime de Dinard, jusqu’à ce qu’il entre en 1947 comme maître de conférences à la faculté des sciences de Marseille. Là, il devint successivement directeur de la station marine d’Endoume en 1948, professeur titulaire d’océanographie, ainsi que directeur du Centre d’océanographie en 1954, vice-doyen - pour quatre ans – de la faculté en 1964 et enfin directeur de l’Unité d’enseignement et de recherche des sciences de la mer et de l’environnement de l’université d’Aix-Marseille en 1970.

29Pérès explora d’abord divers aspects de la zoologie des Invertébrés aquatiques, puis il se consacra – après la seconde guerre mondiale – à l’océanographie biologique, ainsi qu’à la biologie marine. Dans le premier domaine, il conduisit des travaux sur l’anatomie et la physiologie des Tuniciers, effectuant par ailleurs des recherches plus ponctuelles concernant d’autres groupes (Mollusques, Crustacés, Annélides Polychètes, Alcyonaires, Oursins). Dans le second domaine, Pérès conduisit des investigations sur le benthos marin, le peuplement des mers profondes, la bionomie des récifs coralliens, les problèmes de pollutions et l’aquaculture des espèces marines. Citons, parmi les quelque deux cents publications dues à sa plume : Recherches sur le sang et les organes neuraux des Tuniciers (1943), Recherches sur les pédicellaires venimeux de Sphaerechinus granularis (1950), Aperçu bionomique sur les communautés benthiques des côtes sud du Portugal (1959), Océanographie biologique et biologie marine (1961-1963), La Vie dans les mers (1965), La Vie dans l’océan (1966), ainsi qu’un Précis d’océanographie biologique (1976). Enfin, Pérès fit partie de nombreuses instances scientifiques ou administratives, comme la Commission de biologie animale du CNRS, le Comité technique d’océanographie de l’ORSTOM, le Comité scientifique et technique du CNEXO, le Comité de direction de La Calypso ou le conseil d’administration de l’Institut scientifique et technique des pêches maritimes.

Bibliographie

Fischer (Édouard), Rapport sur la candidature de M. Jean-Marie Pérès à la sous-direction du laboratoire de Malacologie, 2 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no β 4971).

Pérès (Jean-Marie), Titres et travaux scientifiques, 1944,10 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 4884).

Pérès (Jean-Marie), Curriculum vitae, 1942, 3 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 4976).

Pérès (Jean-Marie), Notice sur les titres et travaux scientifiques, Gap : impr. Louis Jean, 1972, 61 p. (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 9003).

PJ ERB

PERRIER Jean, Octave, Edmond

né le 9 mai 1844 à Tulle (Corrèze), mort le 31 juillet 1921 à Paris
chaire d’Histoire naturelle des Mollusques, des Vers et des Zoophytes, puis d’Anatomie comparée
Histoire des sciences, Zoologie des Invertébrés

PERRIER E. – Navire Le Talisman, issu de : L’Illustration, 9 février 1883.

30Fils d’un directeur d’école, Edmond Perrier avait une sœur et trois frères. Il effectua un brillant cursus scolaire à Tulle, puis au lycée Bonaparte de Paris, réussissant son baccalauréat ès sciences en 1860. Reçu en 1864 à la fois à l’École polytechnique et à l’École normale supérieure, il entra sur le conseil de Louis Pasteur dans le second établissement, où il eut Henri de Lacaze-Duthiers* comme enseignant de zoologie. Le jeune homme obtint la licence ès sciences mathématiques et physiques en 1866, l’agrégation de sciences physiques un an plus tard et fut nommé professeur de sciences physiques au lycée d’Agen. Il fut rappelé à Paris trois mois après par Lacaze-Duthiers qui lui confia en 1868 le poste d’aide-naturaliste dans sa chaire d’Histoire naturelle des Mollusques, des Vers et des Zoophytes du Muséum. Devenu la même année licencié ès sciences naturelles, puis docteur ès sciences en 1869, Perrier remplaça en 1872 son patron comme maître de conférences de zoologie à l’École normale supérieure.

31Il fut nommé en 1876 professeur titulaire de la chaire d’Histoire naturelle des Mollusques, des Vers et des Zoophytes au Muséum. De 1880 à 1885, il participa aux expéditions scientifiques du Travailleur, ainsi que du Talisman. Perrier fut élu à l’Académie des sciences en 1892 et changea de chaire au Muséum en 1903, devenant alors professeur d’Anatomie comparée à la place d’Henri Filhol* décédé. En 1900, le naturaliste avait pris la succession d’Alphonse Milne-Edwards* comme directeur du Muséum et assuma cette dernière fonction jusqu’en 1919, presque jusqu’à sa mort. Il succomba en quarante-huit heures à une affection cardiaque, dans la maison de Buffon.

32De belle prestance, la moustache élégamment retroussée, Perrier fut décrit par ses collègues comme un personnage gai, vif, séduisant, qui resta étonnamment jeune toute sa vie. Ce grand travailleur à la plume alerte fut un chef de service souvent autoritaire, un enseignant brillant capable de susciter les vocations. Il avait eu deux fils de son mariage avec Anna Lemercier et comptait de nombreux amis.

33L’essentiel de l’œuvre de Perrier fut consacrée à la zoologie des Invertébrés. Dans ce domaine, il s’intéressa presque exclusivement aux Échinodermes et aux Annélides oligochètes, deux groupes matérialisant chacun l’une des deux possibilités fondamentales de disposition des segments chez les animaux : rayonnée ou linéaire.

34Par ailleurs, il apporta diverses contributions à la zoologie théorique. Il fut en France l’un des principaux défenseurs de l’évolutionnisme, adhérant prudemment aux idées de Charles Darwin et relançant celles de Jean-Baptiste de Lamarck*. Dans son ouvrage intitulé Les Colonies animales et la formation des organismes (1881), Perrier tenta de prouver que le point de départ de l’évolution organique résidait dans la propriété, commune à tous les animaux inférieurs, de se reproduire par bourgeonnement. Cette division aurait engendré d’abord des associations d’individus nommées colonies, lesquelles seraient devenues graduellement, par solidarisation et spécialisation de leurs membres, des organismes unitaires complexes. En 1902, Perrier fonda avec Charles Gravier* la théorie de la “tachygénèse”, destinée à éclairer la loi biogénétique en introduisant des phénomènes d’adaptation et d’accélération au cours de l’embryogénèse. Un organisme est alors censé se développer d’autant plus rapidement qu’il se situe à un niveau plus élevé de l’échelle de complexité – c’est-à-dire d’intégration des éléments de la colonie.

35Perrier s’intéressa également à l’histoire, ainsi qu’à la diffusion de sa discipline. Il écrivit une biographie de Lamarck, La Philosophie zoologique avant Darwin (1884), un monumental traité de zoologie (1893-1932), de près de trois mille pages, pratiquement achevé, et de nombreux articles de vulgarisation dans la Revue scientifique ou le journal Le Temps.

36Au Muséum, Perrier participa de 1893 à 1897 à l’enseignement des voyageurs-naturalistes. Son directorat marqua fortement l’établissement : préservation de l’indépendance face à l’Université, renforcement de l’orientation coloniale, acquisition de l’autonomie financière, disparition de deux chaires sans collections (Physiologie végétale appliquée à l’agriculture et Pathologie comparée). Par ailleurs, Perrier créa 1881 un laboratoire de Biologie marine à l’île de Tatihou, près de Saint-Vaast-la-Hougue et fonda la Société des amis du Muséum, telles furent les principales réformes administratives dues au zoologiste.

Bibliographie

Anthony (Raoul), “Edmond Perrier, 1844-1921”, Archives du Muséum national d’Histoire naturelle, 6e série, vol. 1, 1926, pp. 1-14.

Henneguy (Félix), Bouvier (Eugène-Louis), Gravier (Charles), “Discours prononcés aux obsèques de M. Edmond Perrier, Directeur honoraire du Muséum d’histoire naturelle”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, vol. 27, no 7, 1921, pp. 492-504.

La Vergata (Antonello), “Perrier Jean Octave Edmond 1844-1921”, in Tort (Patrick) (sous la dir.), Dictionnaire du Darwinisme et de l’Évolution, Paris : PUF, 1996, vol. 3, pp. 3403-3405.

Lemoine (Georges), Comptes rendus hebdomadaires des Séances de l’Académie des Sciences, vol. 173, no 5, 1921, pp. 265-267.

Limoges (Camille), “Perrier, Edmond”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1974, vol. 20, pp. 522-523.

PJ

PETIT Antoine

né le 23 juillet 1722 à Orléans (Loiret), mort le 21 octobre 1794 à Olivet (Loiret)
professeur royal en anatomie au Jardin du roi
Anatomie, Médecine

37Quoique fils d’un modeste tailleur, Petit put faire de bonnes humanités, avant de s’engager dans un cursus médical. Il compléta ensuite sa formation à Paris, où il fut reçu docteur de la faculté de médecine en 1746 et donna des cours privés remarqués. Devenu dans la capitale le premier titulaire de la chaire d’anatomie et chirurgie de la faculté de médecine en 1748, Petit entra à l’Académie royale des sciences comme adjoint d’anatomie en 1760. Il fut nommé inspecteur des hôpitaux militaires du royaume en 1768 et succéda l’année suivante à Antoine Ferrein* comme professeur d’anatomie au Jardin royal. Tombé malade en 1775, il se fit dès lors suppléer dans son enseignement du Jardin par son élève Félix Vicq d’Azyr*, qui ne put lui succéder : Antoine Portai* obtint la charge professorale en 1778. Petit devint membre associé de l’Académie royale des sciences en 1773 et pensionnaire vétéran en 1784. S’étant retiré de ses fonctions universitaires en 1777 pour aller se reposer dans sa province natale, Petit résida d’abord à Fontenay-aux-Roses, puis au village d’Olivet. Il mourut à l’âge de soixante-douze ans.

38Décrit comme un grand amateur du beau sexe, voire un débauché, Petit était resté célibataire. Certains lui reprochèrent de témoigner peu d’estime pour les femmes. Il entretint des polémiques avec des collègues, mais il fut aussi un chef d’école, qui forma de grands médecins. Praticien réputé, Petit compta notamment Georges-Louis Buffon* dans sa clientèle. Il fit bon usage de sa fortune considérable, puisqu’il fonda deux chaires – l’une de Médecine, l’autre de Chirurgie – à la faculté de médecine, affecta une maison de Fontenay au logement des officiers de santé et créa pour les nécessiteux un établissement de consultations gratuites à Orléans. Dans ce dernier hospice, le poste de concierge devait être réservé à un pauvre tailleur, en souvenir du père de Petit.

39Anatomiste et médecin, il élabora une œuvre scientifique controversée. Parmi ses rares écrits figurent Anatomie chirurgicale de Palfyn (1753), ainsi que Recueil de pièces concernant les naissances tardives (1766). Petit dispensa enfin au Jardin royal un enseignement très suivi.

Bibliographie

Cap (Paul-Antoine), Le Muséum d’histoire Naturelle, Paris : Curmer, 1854, pp. 75-76.

PJ ERB

PETIT Georges, Jean, Jacques

né le 4 octobre 1891 à Bergerac (Dordogne), mort le 29 novembre 1973 à Montpellier (Hérault)
chaire des Pêches et productions coloniales d’origine animale, puis de Malacologie
Anatomie, Hydrobiologie

40Petit, qui était le fils d’un professeur d’histoire, obtint à Bordeaux une licence ès sciences naturelles en 1913, puis un diplôme d’études supérieures d’anatomie l’année suivante. Mobilisé en août 1914, le jeune homme servit dans l’infanterie où il acquit le grade de lieutenant, avant de devenir en 1918 l’adjoint du service antipaludique de la dix-huitième région et de passer son certificat du PCN. Il fut démobilisé en août 1919, entra alors au Muséum comme préparateur du laboratoire des Productions coloniales d’origine animale de l’École pratique des hautes études. Nommé assistant de la chaire des Pêches et productions coloniales d’origine animale d’Abel Gruvel* en 1920, Petit effectua un voyage d’études à Madagascar de 1920 à 1922. Il soutint sa thèse de doctorat ès sciences naturelles en 1925, repartit à Madagascar de 1925 à 1927 et remplit deux missions sur le territoire albanais en 1928-1929. Délégué du Muséum en 1932 à la conférence internationale de Londres pour la protection de la nature en Afrique, puis chargé de recherche par la Caisse nationale des sciences de 1932 à 1933, il fit un troisième voyage sur la Grande île en 1932.

41Petit fut nommé sous-directeur de la chaire de Malacologie du Muséum en 1933 et détaché trois ans plus tard au service des Pêches et productions coloniales d’origine animale. Candidat malheureux à la chaire de Zoologie (Reptiles et Poissons) en 1937, il devint l’année suivante maître de conférences à la faculté des sciences de Marseille. Là, il fut chargé d’un cours de biologie marine, obtint le titre de professeur sans chaire en 1942, dirigea de 1941 à 1948 le Muséum d’histoire naturelle de la ville et présida de 1944 à 1946 la section locale de la Société de biologie. Il fut nommé en 1950 professeur de biologie marine à la Sorbonne, ainsi que directeur du laboratoire Arago de Banyuls-sur-Mer – dont il suppléait déjà le responsable, Édouard Chatton, depuis 1947. À l’âge de quatre-vingt-deux ans, Petit succomba des suites d’une douloureuse intervention chirurgicale.

42Le nez chaussé de lunettes rondes, portant une petite moustache, le naturaliste fut décrit comme un homme érudit et doué de talent oratoire.

43Petit consacra l’essentiel de son œuvre aux animaux aquatiques, qu’il étudia sous les angles de l’anatomie comparée, de la systématique, de l’écologie, de la biologie et de la biogéographie. Il s’intéressa notamment à l’anatomie des Siréniens, à l’ichtyofaune, ainsi qu’à divers Invertébrés marins (Échinodermes, Crustacés, Mollusques). De plus, il manifesta un grand intérêt pour l’histoire des sciences de la vie, un domaine dans lequel il réalisa divers travaux. Citons, parmi ses nombreuses publications : les Recherches anatomiques sur l’appareil génito-urinaire mâle des Siréniens (1925), L’Industrie des pêches à Madagascar (1930), les Remarques sur la distribution géographique des Poissons d’eau douce des Balkans (1930), La Zoologie de Madagascar (1931) – rédigée avec Guillaume Grandidier – et l’Histoire de la zoologie, des origines à Linné (1962) – en collaboration avec Jean Théodoridès. Petit s’attacha à la protection de la flore et de la faune coloniales, notamment des Tortues, ainsi que des Dugongs. Par ailleurs, il rajeunit, lors de son séjour marseillais, le laboratoire Marion, dont il fit la station d’Endoume, et il créa en 1940 – grâce à une subvention du CNRS – le laboratoire pour l’étude biologique de la Camargue.

Bibliographie

Anonyme, “M. Georges Petit, Professeur de biologie marine à la faculté des sciences de Paris : notice biographique”. Annales de l’Université de Paris, vol. 18, no 3, 1948, pp. 281-286.

Théodoridès (Jean), “Nécrologie : Georges Petit (1892-1973)”, Revue d’Histoire des Sciences, vol. 27, no 1, 1974, pp. 83-85.

PJ ERB

PETTER Francis

né le 28 juillet 1923 à Paris
chaire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux)
Mammalogie

44Frère de Jean-Jacques Petter*, Francis vint au monde dans une famille qui favorisa son intérêt précoce pour les sciences naturelles. Il fréquenta très tôt le Muséum et fit notamment bénéficier le vivarium du Jardin des plantes de ses récoltes de petits animaux durant la guerre. Grâce à son frère Jean-Jacques, il rencontra au laboratoire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux) Édouard Bourdelle*, ainsi que Jacques Berlioz*. Petter obtint un baccalauréat de philosophie, puis intégra l’École vétérinaire d’Alfort, dont il sortit diplômé en 1949. Il passa également une licence ès sciences, avant d’entrer au Muséum à la fin de 1949, comme assistant de la chaire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux) alors dirigée par le professeur Berlioz. Le jeune naturaliste remplaçait Paul Rode* décédé. Ayant soutenu en 1950 sa thèse de doctorat vétérinaire, Petter effectua entre 1950 et 1960 des missions en Algérie, au Maroc, en Iran, en Irak, ainsi qu’à Madagascar. Il obtint son doctorat ès sciences en 1961 et fut nommé la même année sous-directeur de laboratoire au Muséum à titre personnel. Dès lors, Petter remplit de nombreuses missions : pour son établissement, il partit plusieurs fois successivement à la Station de La Maboké en République Centrafricaine, et pour l’ORSTOM et le CNRS il alla en Côte-d’Ivoire, au Sénégal, en Mauritanie et au Maroc. Il se rendit enfin à diverses reprises en Angleterre et en Amérique du Nord, notamment afin de préparer la future Grande galerie de l’évolution du Muséum.

45Petter se trouva décrit par ses collègues comme un personnage affable et d’humeur égale. Il épousa une paléontologue prénommée Germaine.

46Mammalogiste, Petter s’intéressa tout spécialement aux Rongeurs, dont il étudia la systématique, la physiologie, l’écologie, l’éthologie, l’élevage en captivité, ainsi que le rôle épidémiologique (en particulier dans la peste et la leishmaniose) et dont il décrivit plusieurs espèces nouvelles. Il collabora avec le cytotaxonomiste suisse Robert Matthey, introduisant ainsi la systématique moderne au sein du laboratoire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux) du Muséum. Dans le même ordre d’idées, Petter participa à la révision de la classification des Rongeurs. Ce spécialiste incontesté des petits Mammifères tropicaux ou désertiques s’intéressa également à la paléontologie des Rongeurs et des Léporidés. De ses missions, Petter rapporta d’importantes collections d’invertébrés, de Poissons (actuels ou fossiles), de Batraciens, de Reptiles, d’Oiseaux et de Mammifères. Citons, parmi plus de cent cinquante publications scientifiques dues à la plume du mammalogiste : Répartition géographique et écologie des Rongeurs désertiques (du Sahara occidental à l’Iran oriental) (1961), Nouveaux éléments d’une révision des lièvres africains (1963), Les Rongeurs du Maroc (1965), Un Muridé quaternaire nouveau d’Algérie, Paraethomys filfilae. Ses rapports avec les Muridés actuels (1968), Nouvelles méthodes en systématique des Mammifères. Cytotaxonomie et élevage (1971), Une nouvelle espèce de rat d’eau de Guyane française, Nectomys parvipes sp. nov. (Rongeurs, Cricetidae) (1979), Les Principales particularités du comportement des Rongeurs de la famille des Gerbilidés (1984), et Les Rongeurs et la peste en Iran et au Brésil. Nouvelles données (1999). Il faut ajouter à cela divers ouvrages de vulgarisation, comme Les Mammifères (1963 et 1975) ou Les Animaux domestiques et leurs ancêtres (1973). Au Muséum, Petter participa à la remise en ordre des collections de Mammifères (accrues de trente mille spécimens en quarante ans) et s’intéressa à leur conservation, ainsi qu’à leur présentation au public. Il fut chargé dans ce cadre de suivre la réalisation de la Zoothèque, puis celle de la Grande galerie de l’évolution. Commissaire scientifique des expositions “De Lascaux à Picasso” et “D’ours en ours”, le naturaliste fut directeur de la revue Mammalia, ainsi que consultant au Service des expositions du Muséum.

Sources

Données fournies par l’intéressé.

Bibliographie

Petter (Francis), Titres et travaux scientifiques, Paris : Dactylo-Sorbonne, 1963, 39 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 8991).

Tranier (Michel), “Hommage à Francis Petter”, in Denys (Christiane), Granjon (Laurent), Poulet (Alain) (sous la dir.), African Small Mammals, Communications présentées au 8e Symposium international sur les petits Mammifères africains, Paris, Juin 1999, Paris : IRD, 2001, pp. 25-30.

PJ ERB

PETTER Jean-Jacques

né le 3 juillet 1927 à Paris, mort le 26 mai 2002 à Paris chaire d’Écologie et protection de la nature, puis d’Écologie générale, puis d’Éthologie des Animaux sauvages
Écologie, Mammalogie, Ornithologie

47Frère de Francis Petter*, Jean-Jacques Petter obtint le baccalauréat de la série mathématiques, puis prépara durant un an le concours d’entrée à l’Institut national agronomique, avant de passer une licence ès sciences à la faculté de Paris. Le jeune homme, qui se passionnait pour l’histoire naturelle, fréquenta assidûment durant sa période de formation plusieurs services du Muséum : le laboratoire d’Entomologie, celui de Zoologie (Reptiles et Poissons), le vivarium, puis le laboratoire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux). Il fit ainsi la connaissance d’Édouard Bourdelle*, Jacques Berlioz*, Jean Dorst* et Robert Etchecopar. Par ailleurs, le jeune homme s’imprégna de l’enseignement de Pierre-Paul Grasse, effectua des stages dans les laboratoires de Biologie marine de Roscoff, de Banyuls-sur-Mer, ainsi que dans celui de Fauré-Frémiet au Collège de France.

48Ayant achevé son service militaire avec le grade de sous-lieutenant d’artillerie, Petter fut chargé, de 1953 à 1957, d’effectuer des recherches sur les Mammifères protégés à l’Union internationale pour la conservation de la nature. Cette mission avait été confiée au jeune naturaliste grâce à l’appui de Berlioz et de Roger Heim*. Petter accepta en 1955 d’étudier l’installation d’un vivarium au Palais Berlitz, un travail qui le conduisit à visiter les plus grands jardins zoologiques européens. Ayant abandonné ce projet en 1956, il débuta la préparation de sa thèse de doctorat ès sciences et partit un an à Madagascar grâce à une bourse du Muséum. Petter entra en 1957 dans l’établissement, comme assistant de la chaire d’Écologie et protection de la nature de Georges Kuhnholtz-Lordat*. Il suivit également un cursus médical, effectuant son stage interné à l’Institut de gérontologie de Paris. Reçu docteur ès sciences en 1962, Petter devint maître de conférences sous-directeur au sein du laboratoire d’Écologie du Muséum en 1963, avant d’être nommé professeur d’éthologie en 1990. Il avait obtenu entre-temps le diplôme de docteur en médecine en 1986. Par ailleurs, Petter enseigna à l’Institut de démographie de Paris de 1962 à 1972 et à l’université Paris VI après 1972. Le naturaliste avait eu deux enfants de son mariage.

49Petter œuvra dans les domaines de la mammalogie, de l’écologie et de l’ornithologie. Spécialiste des Lémuriens Malgaches, il étudia ces Primates sur le plan de la systématique, de l’éthologie, de l’écologie, de l’écophysiologie, de la pathologie, ainsi que de la conservation des espèces. Le naturaliste retrouva également dans les forêts de Madagascar le Aye-Aye (Daubentonia madagascariensis) que l’on croyait éteint depuis longtemps. De plus, Petter s’intéressa aux Carnivores et aux Oiseaux de la Grande île. Citons, parmi ses publications : Recherches sur l’écologie et l’éthologie des Lémuriens malgaches (1962), Faune de Madagascar – Oiseaux (1973), Faune de Madagascar Mammifères Lémuriens (Primates, Prosimiens) (1977) en collaboration , ainsi que Le Propre du singe (1984). Petter dirigea les parcs zoologiques du Muséum de 1990 à 1993. Enfin, il rassembla au laboratoire de Brunoy une importante collection vivante de Lémuriens et réalisa plusieurs films scientifiques.

Jean-Jacques PETTER

Bibliographie

Petter (Jean-Jacques), Titres et travaux scientifiques, 1977, 45 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 8989).

PJ

PHILIPEAUX Jean-Marie, Alix, Constant

né le 18 novembre 1809 à Paris, mort en 1892 chaire de Physiologie comparée, puis de Physiologie générale
Anatomie, Physiologie

50Entré en 1843 au Muséum comme préparateur dans la chaire de Physiologie comparée de Pierre Flourens*, Philipeaux soutint sa thèse de doctorat en médecine au mois de mai 1847. Il fut nommé l’année suivante aide-naturaliste pour remplacer Auguste Duméril* et collabora ultérieurement avec Alfred Vulpian. La carrière de Philipeaux se trouva perturbée par l’arrivée, en 1868 dans la chaire de Physiologie générale, de Claude Bernard* accompagné de son aide-naturaliste Nestor Gréhant*. Conservant ses fonctions sous le professorat de Charles Rouget*, qui se préoccupa de son avancement, il prit sa retraite en 1891 et mourut quelques mois plus tard.

51Philipeaux conduisit avec Vulpian des recherches sur l’encéphale des Poissons et l’origine des nerfs crâniens. Ces travaux donnèrent naissance aux publications intitulées Essai sur l’origine de plusieurs paires des nerfs crâniens (3°, 4°, 5°, 6°, 7°, 8°, 9° et 10°) (1853), ainsi que Recherches expérimentales sur la régénération des nerfs séparés des centres nerveux (1860).

Source

Documents Muséum (d’après les archives d’É.-R. Brygoo).

PJ ERB

PHISALIX Auguste, Césaire

né le 8 octobre 1852 à Mouthier-Hautepierre (Doubs), mort le 16 mars 1906 à Paris
chaire de Pathologie comparée
Anatomie, Embryologie, Immunologie, Microbiologie, Pathologie, Physiologie

52Phisalix était le fils de modestes vignerons cultivateurs du Doubs. Ses parents ayant reconnu sa santé fragile et ses capacités intellectuelles, le jeune garçon échappa aux travaux des champs : d’abord placé en pension chez l’instituteur du village de Lods, il poursuivit ses études au petit séminaire d’Ornans, puis au collège catholique de Besançon, dont les élèves se trouvèrent chassés en 1870 par l’invasion allemande. Phisalix obtint ses baccalauréats ès lettres en 1871 et ès sciences en 1872, avant de s’inscrire comme élève du Service de santé militaire à l’école préparatoire de médecine de Besançon. Il acheva en 1876 son cursus médical au Val-de-Grâce, où il suivit avec son condisciple Émile Roux les cours d’Alphonse Laveran. Ayant soutenu sa thèse de doctorat en médecine en 1877, Phisalix fut attaché à l’hôpital de la Charité de Lyon, puis il alla servir comme médecin aide-major du quatrième régiment d’artillerie de Besançon en 1879. Il compléta alors ses connaissances scientifiques à l’université de la cité franc-comtoise et manifesta, semble-t-il, peu d’intérêt pour les aspects purement militaires de ses fonctions. Membre de l’expédition de Tunisie déclenchée en avril 1881, Phisalix parcourut la Kroumirie avant d’être atteint d’une entérocolite qui nécessita son hospitalisation à Bône. Il fut rapatrié sanitaire au mois de juin 1881, travailla durant sa convalescence au laboratoire maritime de Roscoff, puis reprit ses fonctions militaires à Besançon. En 1882, le médecin obtint sa licence ès sciences à Paris, où il rencontra sa future femme dans la cours de la Sorbonne. Il fut envoyé à Amélie-les-Bains en 1883, accéda la même année au grade de médecin aide-major de première classe et poursuivit des recherches au laboratoire d’Henri de Lacaze-Duthiers* à Banyuls-sur-Mer.

53Devenu docteur ès sciences en 1884, Phisalix obtint alors sa mise en non-activité pour raison de santé. Il fut nommé préparateur, puis chef de travaux de zoologie et botanique à la faculté des sciences de Besançon et occupa ensuite, après concours, un poste de professeur suppléant d’histoire naturelle à l’école de médecine et pharmacie du chef-lieu franc-comtois. Réformé pour entérite chronique, il fut mis à la retraite prématurément en 1887, avec le grade de médecin major de deuxième classe. Il entra en 1888 au Muséum, dans la chaire de Pathologie comparée d’Auguste Chauveau*, où il remplaça d’abord l’aide-naturaliste Paul Gibier* en congé. L’absence de ce dernier étant devenue définitive, Phisalix fut nommé assistant titulaire en 1892. Il avait suivi en 1889, comme auditeur libre, le premier cours de “microbie technique” professé par Émile Roux et Alexandre Yersin à l’Institut Pasteur de Paris. Nommé professeur intérimaire pour la moitié des cours de la chaire de Pathologie comparée du Muséum en 1897, Phisalix mourut à l’âge de cinquante-trois ans d’une ultime maladie intestinale. Il fut inhumé dans son village natal.

54De taille moyenne, les yeux bleus, les cheveux châtains, Phisalix portait une épaisse moustache. Il fut décrit comme un personnage bon, modeste, serviable et sensible sous une apparence un peu froide. Durant toute sa vie, il conserva l’amour de son village. Il avait épousé en 1895 Marie Félicie Picot, qui fut d’abord son élève, puis sa collaboratrice dévouée.

55Habile expérimentateur, Phisalix œuvra dans divers domaines de la biologie animale : l’anatomie, la physiologie, l’embryologie, la microbiologie, la pathologie, ainsi que l’immunologie. Il s’intéressa notamment à la cyclopie chez les Mammifères, à la rate des Poissons et des Batraciens, au fonctionnement des chromatophores des Céphalopodes, au charbon bactéridien et aux pasteurelloses (septicémie du Cobaye, maladie du jeune âge du Chien). Mais, la célébrité de Phisalix est surtout due à ses recherches sur les venins. Il étudia la composition chimique, la physiologie de la production, les effets pathologiques et l’immunologie des sécrétions toxiques de divers animaux (Serpents, Batraciens, Arthropodes). Sur ce thème, il inaugura avec Gabriel Bertrand en 1893 une collaboration qui conduisit les deux biologistes à découvrir au début de l’année suivante en même temps qu’Albert Calmette à l’Institut Pasteur la sérothérapie antivenimeuse. Citons, parmi les cent quarante-quatre publications dues à la plume de Phisalix : Recherches sur l’anatomie et la physiologie de la rate chez les Ichthyopsidés (1885), Contribution à la pathologie de l’embryon humain (1890), Nouvelles recherches sur la maladie charbonneuse ; production expérimentale du charbon chronique (1890), Recherches physiologiques sur les chromatophores des Céphalopodes (1892), Sur la propriété antitoxique du sang des animaux vaccinés contre le venin de vipère (1894) en collaboration avec Bertrand et Venins et animaux venimeux dans la série animale (1897).

Bibliographie

Brygoo (Édouard-Raoul), “La Découverte de la sérothérapie antivenimeuse en 1894 : Phisalix et Bertrand ou Calmette ?”, Mémoires de l’Institut Butantan, vol. 46, 1982, pp. 59-77.

Desgrez (A.), “Notices biographiques. 18 : Césaire Phisalix”, Archives de Parasitologie, vol. 14, 1910, pp. 54-153.

Perrier (Edmond), Gley (Eugène), Langlois (J.-P.), Desgrez (A.), “Obsèques du Dr Phisalix”, Le Progrès médical, 3e série, vol. 22, no 15, 1906, pp. 233-235.

PJ ERB

PIÉGU

dates inconnues (XIXème siècle)
chaire d’Anatomie et histoire naturelle de l’Homme
Anatomie

56Piégu a laissé très peu de traces de son existence. Nommé à la fin de l’année 1841 aide-préparateur dans la chaire d’Anatomie et histoire naturelle de l’Homme d’Antoine Serres*, il démissionna de son poste en 1843. Piégu réalisa probablement diverses pièces anatomiques pour les travaux de son chef de service.

Source

Procès-verbaux de l’Assemblée des professeurs du Muséum (1841, 1843).

PJ ERB

PLESSIS Yves [PLESSIS-FRAISSARD Yves, Bernard dit]

né le 26 juin 1921 à Caen (Calvados)
chaire des Pêches et productions coloniales d’origine animale, puis des Pêches Outre-Mer
Agronomie, Aquariologie, Biologie marine, Écologie

57Plessis montra dès l’enfance un goût prononcé qu’encouragèrent ses parents pour les sciences naturelles. Réfractaire au Service du travail obligatoire en 1943, le jeune homme servit durant la bataille de Normandie comme électricien attaché aux services hospitaliers de Fleury-sur-Orne en 1944. Il obtint une licence ès sciences naturelles en 1949 à l’université de Caen, fut chargé de recherche en agronomie au laboratoire d’Hygiène du Calvados en 1949-1950, puis passa cette dernière année un certificat de chimie microbienne et bactériologie. Délégué en 1950 dans les fonctions d’assistant de la chaire des Pêches et productions coloniales d’origine animale de Théodore Monod* au Muséum, Plessis assura ainsi la suppléance de Charles Roux*. Il participa à la campagne du Président Théodore Tissier sur les côtes atlantiques françaises en 1951 et l’année suivante fut membre de la mission envoyée par le roi Léopold III de Belgique aux sources de l’Orénoque. Nommé assistant titulaire au Muséum en 1955, le naturaliste soutint sa thèse de doctorat ès sciences en 1961, avant d’effectuer des voyages d’études en Nouvelle-Calédonie (1961) et en Polynésie française (1965). Plessis devint maître-assistant de la chaire des Pêches Outre-Mer de Monod en 1966, maître de conférences sous-directeur du même service en 1967, puis il participa à de nombreuses missions dans les DOMTOM de 1966 à 1977. Secrétaire général de la Société de biogéographie de 1973 à 1976, il fut vice-président du Centre d’études et de réflexions des sciences écologiques et socio-écologiques en 1977. Il avait eu trois enfants de son mariage.

58Après quelques travaux d’histoire naturelle normande et d’agronomie, Plessis se consacra à la biologie, ainsi qu’à l’écologie marine. Il étudia ainsi divers biotopes, tels les côtes des environs de Cherbourg, celles de plusieurs pays du Pacifique ou les récifs coralliens de Nouvelle-Calédonie. De plus, il réalisa des milieux artificiels marins et se préoccupa de la protection contre les pollutions atomiques. Citons, parmi ses publications : L’Aquarium marin du laboratoire des Pêches coloniales du Muséum (1952) en collaboration avec Maurice Blanc* , Écologie de l’estran rocheux du Calvados ; étude des biocoenoses et recherches expérimentales (1961), Marine Aquarium, Procedures and Techniques (1964), ainsi qu’Ichtyologie corallienne : écologie et exploitation (1972). Enfin, Plessis participa à l’implantation de l’image scientifique du Muséum en Océanie.

Bibliographie

Plessis (Yves), Titres et travaux, 1967, 8 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 8525).

Plessis (Yves), Titres et travaux, 1979, 16 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 8994).

PJ ERB

POIRIER Justin, Nicolas

né le 23 juillet 1849 à Faulquemont (Moselle), mort le 28 janvier 1912 à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) chaire d’Histoire naturelle des Mollusques, des Vers et des Zoophytes
Helminthologie, Malacologie

59Poirier, qui était le fils d’un boulanger mosellan, entama dès l’âge de neuf ans des études au lycée Bonaparte de Paris, avant de devenir pensionnaire du lycée de Nancy. Une fois son baccalauréat ès sciences obtenu, le jeune homme entra en mathématiques spéciales à Louis-le-Grand, réussit à dix-sept ans le concours d’entrée de Saint-Cyr, mais se désista aussitôt. Poirier fut admissible l’année suivante à l’École polytechnique, s’engagea dans un bataillon de volontaires pendant la guerre de 1870, puis intégra la section scientifique de l’École normale supérieure en 1872. Ayant acquis de 1872 à 1875 les licences de mathématiques, de physique et de sciences naturelles, il occupa le poste de professeur d’histoire naturelle au lycée du Puy, où il resta durant moins d’une année scolaire. Poirier échoua ensuite à l’agrégation, entra sur la demande d’Edmond Perrier* dans le laboratoire d’Histoire naturelle des Mollusques, des Vers et des Zoophytes du Muséum et devint aide-naturaliste en 1877. Nanti du doctorat ès sciences en 1885, il fut nommé professeur titulaire d’histoire naturelle à la faculté des sciences de Clermont-Ferrand en 1888. Il accéda au décanat en 1894, conserva cette charge durant seize ans et mourut plus tard dans sa ville d’adoption, après trois mois de maladie.

60Poirier souffrit de l’annexion de son pays par la Prusse. Marié en 1884 avec sa cousine mademoiselle Estre, il avait eu deux enfants : un fils et une fille.

61Il œuvra dans les domaines de la systématique, ainsi que de l’anatomie des Invertébrés. S’intéressant aux Mollusques et aux Trématodes, plus accessoirement aux Astéries avec Edmond Perrier et aux Hirudinées, il décrivit plusieurs espèces nouvelles ou mal connues. Parmi les publications de Poirier figurent une Révision des Murex du Muséum (1882), Sur un nouveau type de la classe des Hirudinées (1884), une Contribution à l’histoire des Trématodes (1885) et des Recherches anatomiques sur l’Halia priamus (1885).

Bibliographie

Anonyme, “Poirier Justin, membre fondateur”, Bulletin biographique de la Société malacologique de France, vol. 2, 1886, pp. 29-38.

PJ

POIRIER Louis

date de naissance inconnue (XVIIème siècle), mort le 30 mars 1718 à Paris
surintendant du Jardin du roi
Médecine

62Louis Poirier fut d’abord médecin de Saint-Cyr, puis des enfants de France. À l’avènement de Louis XV, en 1715, il fut choisi pour devenir premier médecin du roi. Or, cette charge était liée depuis 1626 à celle de surintendant du Jardin royal : après une interruption de vingt-huit ans, entre 1671 et 1699, pendant laquelle il avait semblé plus sage à Colbert de joindre la surintendance du jardin à celle des bâtiments royaux, afin de préserver l’établissement des mauvaises gestions successives des médecins du roi, la surintendance avait été rendue à Guy-Crescent Fagon*, premier médecin de Louis XIV, en 1699. Descendant du fondateur du jardin, Guy de La Brosse*, Fagon, d’une réputation sans faille, tenait trop à l’établissement pour ne pas en prendre le plus grand soin. C’est ce qu’il fit jusqu’à sa mort, consacrant même les trois dernières années de sa vie à cette tâche unique : à la mort de Louis XIV, en 1715, il abandonna sa charge de premier médecin et le roi lui accorda de conserver celle de surintendant du jardin. Loin de se lancer dans de longs procès comme François Vautier* et Antoine Vallot*, ses prédécesseurs, Louis Poirier, habilité en qualité de premier médecin à récupérer la direction du jardin, préféra en laisser la paisible jouissance à Fagon. La mort de ce dernier le 11 mars 1718 lui aurait permis de bénéficier enfin de la charge de surintendant, selon les arrangements pris en 1715, si Louis XV n’avait publié quelques jours après une déclaration par laquelle il séparait la charge de premier médecin et celle de surintendant. La mort de Poirier, le 30 mars de la même année, régla définitivement le problème des surintendants. Séparée de celle de premier médecin, la charge resta vacante jusqu’en 1732, date à laquelle elle fut supprimée.

63De l’homme et du savant, nous n’avons aucune trace. Pour l’histoire, Poirier restera le dernier surintendant – un surintendant virtuel du Jardin royal.

Bibliographie

Dulieu (Louis), La Médecine à Montpellier, [Avignon] : Presses universelles, 1975-[1990], 8 volumes.

Jussieu (Antoine-Laurent de), “Quatrième notice historique sur le Muséum d’histoire naturelle”, Annales du Muséum national d’Histoire naturelle, vol. 4,1804, pp. 1-19.

PH

POISSON Jules

né le 29 avril 1833 à Paris, mort le 29 avril 1919 à Paris
chaire de Botanique, Organographie et Physiologie végétale, puis de Botanique (classification et familles naturelles, puis de Botanique (classification et familles naturelles de Phanérogames)
Botanique

64Fils d’un bijoutier, Poisson entra au Muséum à l’âge de douze ans comme élève jardinier. Il fut ensuite attaché au laboratoire de Botanique, où il bénéficia d’une formation scientifique dispensée par Adolphe Brongniart* et devint préparateur en 1864. Ayant remplacé en 1873 Édouard Bureau* au poste d’aide-naturaliste de la chaire de Botanique, Organographie et Physiologie végétale, Poisson se trouva transféré en 1874 dans le service de Botanique (classification et familles naturelles). Il suppléa Bureau dès 1880 pour les herborisations, fut répétiteur, puis sous-directeur à l’École pratique des hautes études et prononça à partir de 1885 des conférences destinées aux voyageurs-naturalistes. Passé dans le corps des assistants en 1891, Poisson prit sa retraite en 1908, année à la fin de laquelle ses collègues fêtèrent son jubilé. Il mourut âgé de quatre-vingt-six ans.

65Poisson laissa le souvenir d’un homme alerte, obligeant et d’une bonhomie souriante. Il organisa au Muséum des réunions d’aides-naturalistes, puis d’assistants, afin de maintenir l’esprit de corps. Marié, il avait eu un fils qu’il perdit après l’avoir orienté vers une carrière coloniale.

66Œuvrant dans le domaine botanique, Poisson s’attacha peu aux aspects taxonomiques de sa discipline, pour privilégier deux thèmes : la morphologie et la biologie de la graine d’une part, l’étude des produits tirés des plantes d’autre part. Il conduisit ainsi des recherches sur la localisation des matières colorées dans la graine, de même que sur la vitalité de celle-ci. Par ailleurs, il constitua au Muséum une vaste collection de drogues et de produits végétaux d’intérêt industriel, provenant de toutes les régions du globe.

Bibliographie

Anonyme, Jubilé de M. Jules Poisson, Paris : Meitsch, 1908, pp. 1-10.

Lecomte (Henri), “Notice sur M. Jules Poisson”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, vol. 25, no 7, 1919, pp. 539-541.

PJ

PORTAL Antoine

né le 5 janvier 1742 à Gaillac (Tarn), mort le 23 juillet 1832 à Paris
chaire d’Anatomie humaine
Anatomie, Médecine

67Antoine Portai était l’aîné des douze enfants d’un apothicaire. Il fréquenta d’abord le collège des jésuites d’Albi, puis acheva ses humanités au collège des doctrinaires de l’Esquille à Toulouse, y devenant maître ès arts. Le jeune homme étudia ensuite la médecine à Montpellier, où il enseigna l’anatomie à ses camarades de faculté, et soutint sa thèse de doctorat en 1765. Venu à Paris l’année suivante, grâce à une recommandation du cardinal de Bernis pour les médecins du roi Jean-Baptiste Sénac et Joseph Lieutaud, Portai fut nommé en 1766 professeur d’anatomie du Dauphin. Il put alors ouvrir un cours privé d’anatomie et pratiquer avec un vif succès la médecine dans la capitale. En 1768, il suppléa Antoine Ferrein* dans son enseignement anatomique du Collège royal, un an avant d’entrer à l’Académie royale des sciences. Il succéda en 1770 à Ferrein comme titulaire de la chaire de Médecine du Collège royal et fut nommé en 1776 par Georges-Louis Buffon* professeur d’anatomie au Jardin royal. Dans ce dernier établissement, Portai succédait à un personnage dont il s’était attiré l’inimitié quelques années auparavant : il s’agissait d’Antoine Petit*, qui aurait préféré voir confier sa chaire à son suppléant Félix Vicq d’Azyr*. Portai fut nommé en 1777 médecin du comte de Provence, avant d’être anobli en 1785 par Louis XVI, obtenant le titre héréditaire de chevalier.

68Malgré ses relations de cour, le médecin put poursuivre sa carrière durant la Révolution. Il devint en 1793 le premier titulaire de la chaire d’Anatomie humaine du Muséum, joua un rôle actif comme membre du Comité d’instruction publique et entra en 1795 au nouvel Institut de France. Chevalier d’Empire sous Napoléon, Portai se trouva également honoré par la Restauration : il fut nommé en 1818 premier médecin du roi Louis XVIII, une place dont il rêvait depuis longtemps, puis accéda en 1829 à la baronnie sous Charles X. Portai avait fondé entre-temps l’Académie de médecine en 1820. Il mourut dans son hôtel d’un calcul vésical, à l’âge de quatre-vingt-dix ans passés, et fut enterré en grande pompe au cimetière Montmartre.

69Mince, élancé, ressemblant à Voltaire, Portai fut un homme d’Ancien Régime, qui toute sa vie resta fidèle à la perruque et à l’habit à la française. Il fut décrit comme un personnage érudit, travailleur, à l’esprit pénétrant, mais il n’hésita pas à recourir au charlatanisme pour assurer les débuts de sa carrière. Ses leçons, dans lesquelles il ménageait une large place à l’anatomie pathologique et à l’expérimentation, furent très populaires. Marié en 1774 avec Anne Barrafort, le médecin avait eu deux filles.

70Portai ne fit aucune découverte importante en anatomie. Il publia cependant une intéressante Histoire de l’anatomie et de la chirurgie (1770-1773) en sept volumes, ainsi qu’un Cours d’anatomie médicale, ou Éléments de l’anatomie de l’Homme (1803-1804) en cinq volumes. De plus, le médecin s’intéressa à l’anatomie pathologique, rééditant l’Historia anatomica medica (1767) de Joseph Lieutaud et fut l’un des premiers à affirmer l’existence d’une relation entre les lésions organiques et les symptômes des maladies. Portai œuvra enfin dans le domaine de la pathologie clinique, médicale ou chirurgicale. Inventeur d’un appareil pour réduire les luxations, rédacteur d’Instructions destinées à protéger la santé publique, il s’intéressa à diverses affections, comme la tuberculose ou les maladies du foie. Il publia notamment des Observations sur la nature et sur le traitement de la phtisie pulmonaire (1792) traduites en plusieurs langues, ainsi que des Mémoires sur la nature et le traitement de plusieurs maladies (1800-1825) en cinq volumes.

Bibliographie

Busquet (Paul), “Antoine Portai (Baron), 5 janvier 1742-23 juillet 1832”, Les Biographies médicales, vol. 1, no 17, 1928, pp. 261-274 et no 18, 1928, pp. 277-290.

Chabbert (Pierre), “Portai, Antoine”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1975, vol. 11, pp. 99-100.

Pariset (Étienne), “Discours prononcé aux obsèques de M. le baron Portai, le 25 juillet 1832”, Revue médicale française et étrangère, vol. 3, 1832, pp. 152-155.

PJ

PORTÈRES Roland, Roger, Raoul, Raymond

né le 7 avril 1906 à Villiers-sur-Marne (Seine-et-Oise), mort le 20 mars 1974 à Paris
chaire d’Agronomie coloniale, puis d’Agronomie tropicale, puis d’Ethnobotanique
Agronomie, Botanique, Ethnobotanique

71Portères était le fils d’un employé d’assurances. Diplômé ingénieur de l’Institut national agronomique de Grignon en 1925, il obtint sa licence ès sciences, puis accomplit son service militaire au Maroc. Le jeune homme effectua durant sa période de formation plusieurs stages au laboratoire d’Agronomie coloniale du Muséum. De 1928 à 1945, Portères fit carrière en Afrique occidentale française comme ingénieur des travaux des services de l’agriculture Outre-Mer, dirigeant à cette occasion la station de Bingerville, ainsi que les stations du Caféier et du Quinquina à Sérédou en Guinée et à Man en Côte-d’Ivoire. Nommé ingénieur en chef en 1947, il prit l’année suivante la succession d’Auguste Chevalier* retraité, à la tête de la chaire d’Agronomie coloniale du Muséum. Ce service, qui fut rebaptisé Agronomie tropicale en 1958, devait finalement s’intituler - à la demande de Portères – Ethnobotanique en 1963. Soigné pour une tuberculose de 1954 à 1955, le naturaliste fut chargé de la gérance des chaires de Phanérogamie et de Culture en 1958. Il effectua un séjour en sanatorium de 1963 à 1964, puis se trouva hospitalisé peu après, ayant été renversé par une motocyclette. Au mois de mars 1974, Portères dut entrer à l’hôpital du Kremlin-Bicêtre, où il continua de travailler jusqu’à son dernier jour. Il mourut des suites d’une intervention chirurgicale.

72Bénéficiant d’une bonne résistance physique, qui lui permit d’être très actif sous les tropiques, Portères fut dépeint comme attentif à autrui, dédaigneux des honneurs et des fastes. Il refusa d’instaurer dans son laboratoire une hiérarchie formelle, désirant que chacun puisse travailler en toute liberté. De son mariage, en 1932 avec Hélène Develay, étaient nés huit enfants.

73Son œuvre fut consacrée à la flore et à l’agronomie tropicale, ainsi qu’à l’ethnobotanique. Pionnier en France de cette dernière discipline, dont il étendit le champ jusqu’à l’ethnozoologie, Portères s’entoura de spécialistes des sciences humaines : ethnologues, archéologues, linguistes ou philosophes. Parmi plus de deux cents publications dues à sa plume, figurent Rapport de mission sur le quinquina et le caféier arabica au Cameroun français : septembre et octobre 1943, les appellations des céréales en Afrique (1960), Lexique et bribes concernant l’ethnobotanique du Baoulé Sud à Lamto (1962-1963). Enfin, Portères implanta dans son laboratoire du Muséum une recherche coopérative sur programme du CNRS et développa l’enseignement de l’ethnobiologie à l’université de Paris.

Bibliographie

Anonyme, “Roland Portères (1906-1974)”, Supplément au Journal d’Agriculture tropicale et de Botanique appliquée, 1974, 7 p.

Guedes (Michel), “Roland Portères (1906-1974)”, Histoire et Nature, nouvelle série, no 2, 1974, pp. 3-4.

PJ

PORTMANN

date de naissance inconnue, mort en 1864
chaire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux)
Taxidermie

74En 1836, la candidature de Portmann fut proposée sans succès par Étienne Geoffroy Saint-Hilaire* à l’Assemblée des professeurs du Muséum. Il s’agissait alors de remplacer Louis Kiener*, nommé garde des galeries. Une phase de négociations s’ensuivit, au terme de laquelle le candidat fut nommé en 1839 préparateur de zoologie. Devenu ultérieurement sous-chef des travaux de taxidermie dans la chaire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux), Portmann se trouva remplacé après sa mort par Joseph Huet*.

Source

Documents Muséum (d’après les archives d’É.-R. Brygoo).

PJ ERB

POUCHET Charles, Henri, Georges

né le 26 février 1833 à Rouen (Seine-Maritime), mort le 29 mars 1894 à Paris
chaire d’Anatomie comparée
Anatomie, Anthropologie, Embryologie, Histologie, Physiologie

75Fils cadet d’un professeur d’histoire naturelle à l’université de Rouen, Pouchet fut dirigé dans ses études par son père. Ce dernier, prénommé Félix Archimède, resta surtout célèbre pour sa controverse avec Louis Pasteur sur la génération spontanée. Exerçant depuis 1851 les fonctions de préparateur auprès de son père, Georges Pouchet obtint sa licence ès sciences naturelles en 1854 et fut nommé aide-naturaliste bénévole du cabinet d’histoire naturelle de sa ville natale en 1856. Il partit la même année, comme anthropologiste et chirurgien adjoint, à la recherche des sources du Nil avec l’expédition du comte d’Estayrac de Lauture. Après son retour en 1857, le jeune homme suivit des études médicales à Rouen, où il devint interne des hôpitaux en 1860, puis docteur en médecine quatre ans plus tard. Il ouvrit en 1864 à Paris un cours d’histologie normale et pathologique et remplaça en 1865 Pierre Gratiolet* comme aide-naturaliste de la chaire d’Anatomie comparée du Muséum. Au sein de cet établissement, Pouchet entra en conflit ouvert avec son chef de service Antoine Serres*, qu’il attaqua dans la presse. D’autres professeurs du Muséum se trouvaient du même coup accusés de négligence professionnelle. Paul Gervais* ayant pris la succession de Serres en 1868, Pouchet publia l’année suivante dans l’Avenir national un article très critique envers la politique gouvernementale relative au Muséum. L’aide-naturaliste fut alors destitué de ses fonctions en 1869 par Victor Duruy.

76Pouchet, malgré son titre de docteur ès sciences acquis en 1867, se trouvait désormais sans ressources, si l’on excepte la rétribution des cours d’histologie qu’il donnait depuis 1868 salle Gerson. Durant la guerre franco-prussienne, il se chargea d’organiser le service de santé au sein de diverses compagnies du génie, exerça les fonctions de secrétaire général de la Préfecture et fut nommé chirurgien aide-major dans la garde nationale. Il se vit confier vers 1872, par Charles Robin, le poste de directeur adjoint du laboratoire d’Histologie zoologique de l’École pratique des hautes études. Ensuite, il effectua une mission au laboratoire maritime de Concarneau, où il s’était déjà rendu juste avant la guerre de 1870 et dont il partagea désormais la direction avec Robin. Pouchet devint professeur suppléant de la chaire de Physiologie de Paul Bert à la Sorbonne en 1875, puis il remplaça l’année suivante Edmond Perrier* à l’École normale supérieure comme maître de conférences d’histoire naturelle. En 1879, il réintégra le Muséum avec le titre de professeur d’anatomie comparée, succédant ainsi à son ancien patron Paul Gervais décédé. Il entretint dans l’établissement des relations conflictuelles avec ses collègues, ce qui ne l’empêcha pas d’être très actif. Pouchet fit de nombreux voyages d’études – en Allemagne, aux Açores, en Laponie, au Spitzberg, au Groenland–, et délivra à partir de 1889, dans le cadre de l’enseignement populaire supérieur, un cours de biologie à l’Hôtel de Ville de Paris. Ayant présenté deux fois en vain sa candidature à l’Académie des sciences, il abandonna l’espoir d’être un jour membre de l’Institut. Il tomba malade à la fin du mois de février 1894 et mourut cinq semaines plus tard d’une infection purulente généralisée d’origine pulmonaire. Selon ses dernières volontés, son corps fut incinéré après des obsèques civiles, pour lesquelles il avait refusé la présence des professeurs du Muséum.

77Pouchet manifestait, grâce à une robuste santé, une activité débordante. Ses contemporains dressèrent de lui un portrait moral contrasté, dans lequel la loyauté, la franchise, l’indépendance d’esprit, la crainte du dogmatisme, côtoyaient la combativité et la rudesse. Pouchet fréquenta l’élite intellectuelle de son temps : mentionné dans le Journal des Goncourt, il renseigna son ami Gustave Flaubert pour l’écriture de Bouvard et Pécuchet, se lia avec Guy de Maupassant, Émile Zola et rendit souvent visite à Richard Owen. Au Muséum, il entretint des conflits avec plusieurs de ses collègues ou de ses subordonnés. Pouchet était dénué d’éloquence, mais il dispensait un enseignement aussi clair qu’original, s’appuyant sur des pièces anatomiques explicatives.

78Il aborda en positiviste convaincu diverses branches de la biologie animale : l’histologie, l’anatomie, la physiologie, l’anthropologie et l’embryologie. Nous ne pourrons donner ici qu’un bref aperçu de cette œuvre aux multiples facettes. Pouchet découvrit à Saint-Acheul la première hache préhistorique, aborda l’ethnologie humaine, étudia l’anatomie des Édentés, celle des Cétacés, s’intéressa aux Protozoaires, aux changements de coloration chez les animaux, à l’influence du chimisme ambiant sur le développement embryonnaire de l’Oursin, à la biologie de la Sardine et à bien d’autres sujets encore. Enfin, il se préoccupa également d’histoire des sciences. Citons, parmi près de trois cents publications, De la pluralité des races humaines : essai anthropologique (1858), les Mémoires sur le Grand Fourmilier (Myrmecophaga jubata, L.) (1874), le Précis d’histologie humaine et d’histogénèse (1877), La Biologie aristotélique (1885) et un Traité d’ostéologie comparée (1889) – rédigé en collaboration avec Henri Beauregard*.

79Au Muséum, Pouchet installa dans la chaire d’Anatomie comparée son laboratoire d’Histologie de l’École pratique des hautes études. Il enrichit, grâce à ses voyages, les collections dont il était responsable, supervisa la rédaction d’un catalogue raisonné des pièces anatomiques et se battit pour améliorer ses conditions de travail. Il aurait aimé consacrer un bâtiment spécial aux Cétacés – à l’occasion de l’ouverture de la galerie de zoologie en 1889-, mais le projet ne put aboutir. Par ailleurs, Pouchet manifesta un curieux dédoublement dans son activité professorale au Muséum : lorsqu’il enseignait l’anatomie comparée il ignorait délibérément l’histologie, qu’il développait a contrario dans des conférences spéciales prononcées au sein de son laboratoire.

80Pouchet fut un membre actif de la section de zoologie (section 10) de l’AFAS.

Bibliographie

Beauregard (Henri), “Georges Pouchet (1833-1894)”, Journal de l’Anatomie et de la Physiologie normale et pathologique de l’Homme et des Animaux, vol. 31, 1895, pp. 1-37.

Fischer (Jean-Louis), “Georges Pouchet (1833-1894) : le mouvement, la forme et la vie”, in Blanckaert (Claude), Cohen (Claudine), Corsi (Pietro), Fischer (Jean-Louis) (sous la dir.), Le Muséum au premier siècle de son histoire, Paris : Muséum national d’histoire naturelle, 1997, pp. 363-373 (Archives).

Millot (Jacques), “Leçon inaugurale du cours d’anatomie comparée du Professeur Jacques Millot”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 16, no 5, 1944, pp. 260-286.

Tort (Patrick), “Pouchet Georges, 1833-1894”, in Tort (Patrick) (sous la dir.), Dictionnaire du Darwinisme et de l’Évolution, Paris : PUF, 1996, vol. 3, p. 3522.

Van Praët (Michel), “La section Zoologie, témoin des restructurations de la recherche et des relations ParisProvince”, in Gispert (Hélène) (sous la dir.), “Par la science, pour la patrie”, l’Association française pour l’avancement des sciences (1872-1914), un projet politique pour une société savante, Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2002, pp. 159-167.

PJ

POUSARGUES Eugène de

date de naissance inconnue, mort en 1901
chaire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux)
Mammalogie, Ornithologie

81Pousargues entra en 1900 au Muséum, comme assistant de la chaire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux). Il mourut de façon prématurée un an plus tard. Œuvrant dans les domaines de l’ornithologie et de la mammalogie, le naturaliste publia notamment Le Balaeniceps rex (1891), ainsi qu’une Étude sur les Mammifères du Congo français (1897).

Bibliographie

Ronsil (René), Bibliographie ornithologique française, Paris : Lechevalier, 1948, p. 405.

PJ

PRÉVOST Jean

né le 27 décembre 1926 à Limoges (Haute-Vienne) chaire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux)
Biologie animale, Écologie, Ornithologie, Zoogéographie

82Prévost, qui obtint son diplôme d’ingénieur de l’École nationale supérieure d’agronomie de Toulouse en 1949, passa l’année suivante une licence ès sciences naturelles. Nommé biologiste des expéditions polaires françaises, il effectua entre 1951 et 1957 deux missions en Terre Adélie. Le naturaliste devint attaché de recherches du CNRS en 1958, séjourna une troisième fois en Terre Adélie entre 1960 et 1961 et se rendit successivement à Cambridge, Amsterdam et Wellington entre 1960 et 1962. Ayant soutenu sa thèse de doctorat ès sciences en 1961, Prévost fut nommé cette même année chargé de recherche du CNRS, adjoint de discipline à la section de biologie du Comité national français des recherches antarctiques (CNFRA), ainsi que délégué français pour les disciplines biologiques auprès du Scientific Committee on Antarctic Research (SCAR). Il organisa le premier symposium de biologie antarctique à Paris en 1962, puis devint sous-directeur de la chaire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux) du Muséum en 1965.

83Œuvrant dans le domaine de l’anatomie, de la physiologie et de l’écologie de la faune antarctique, Prévost fut un spécialiste des Oiseaux vivant dans les régions concernées, comme le Manchot empereur ou les Procellariens (Pétrel des neiges, Fulmar antarctique, Damier du Cap, Pétrel géant). Il s’intéressa également aux Pinnipèdes, ainsi qu’aux animaux réputés disparus d’Éthiopie (au terme d’un séjour de neuf mois dans ce pays). Citons, parmi ses publications : Notes sur l’écologie des pétrels de Terre Adélie (1953), Écologie du Manchot empereur Aptenodytes forsteri Gray (1961) – premier livre au monde sur le sujet traité –, Histologie de la sécrétion œsophagienne du Manchot empereur (1963), Quelques aspects du cycle thyroïdien chez le Manchot Adélie (1964), Observations complémentaires sur les Pinnipèdes de l’archipel de Pointe Géologie (1964), Écologie des Oiseaux antarctiques (1970) et Guide des Oiseaux et Mammifères des Terres australes et antarctiques françaises (1971) – en collaboration avec Jean-Louis Mougin. Au Muséum, Prévost enrichit les collections ornithologiques grâce au don de nombreuses espèces antarctiques récoltées durant ses expéditions. C’est enfin sur sa demande que fut édifiée par Paul-Émile Victor, en 1951-1952, la Station de Pointe-Géologie pour l’étude de la biologie du manchot empereur.

PRÉVOST J. – Manchot. © Expéditions polaires françaises. (Photo Jean Prévost).

Bibliographie

Prévost (Jean), Notice sur les titres et travaux scientifiques, 32 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 9090).

PJ ERB

PRIOU Marie-Louise, Laure

née le 23 août 1916 à Lorient (Morbihan)
chaire de Cryptogamie, puis de Biologie des Invertébrés marins et Malacologie
Phycologie

84Après des études au collège moderne de Nantes, Marie-Louise Priou passa successivement le PCB à Rennes en 1937, le certificat de sciences physiques, chimiques et naturelles en 1938, de botanique générale en 1939, de physique générale en 1940 à Paris et le certificat de chimie générale en 1942 à Rennes, tout en étant d’octobre 1939 à juin 1940 professeur stagiaire au collège moderne de garçon d’Ancenis. Priou fut professeur licencié de sciences naturelles au lycée de jeunes filles de Dinard de février 1942 à septembre 1945. En 1946, elle passa à Rennes un diplôme d’études supérieures avec un mémoire intitulé Répartition des Algues de la Rance. En octobre 1955, Priou fut nommée attachée de recherches du CNRS, affectée au laboratoire maritime du Muséum à Dinard. Elle avait pour parrain scientifique Marius Chadefaud et pour directeur de thèse Roger Heim*. Le 12 juin 1962, elle soutint à Rennes ses thèses de sciences : Recherches sur la structure et la composition des membranes de quelques Rhodophycées et Étude expérimentale et écologique des fluctuations de la teneur en eau chez quelques Fucacées. Le mois suivant, Priou fut nommée chargée de recherche au CNRS. Elle intégra le premier avril 1964 le corps du Muséum, en étant nommée maître de conférences sous-directrice du laboratoire maritime dans la chaire de Cryptogamie. Priou prit sa retraite en 1981 et fut nommée sous-directrice honoraire l’année suivante. Elle demeura célibataire.

85Priou étudia la flore algologique de l’estuaire de la Rance, en liaison avec la construction du barrage. Dans ses études phycologiques, elle aborda les problèmes liés à la chimie et à la physiologie des algues (notamment les relations entre le métabolisme et la perte d’eau des algues soumises à l’exondation), ainsi que l’impact de la construction du barrage hydro-électrique de la Rance sur la diversité des algues de l’estuaire.

86À la station maritime, Priou fut chargée de l’encadrement des stages, des excursions et de l’accueil des visiteurs. Elle réorganisa l’herbier phycologique du laboratoire et assura la bonne tenue des expositions temporaires qui s’y tenaient pendant l’été.

Sources

Procès-verbaux de l’Assemblée des professeurs (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle) ; fonds cryptogamie du Muséum national d’histoire naturelle, dossier personnel.

Bibliographie

Priou (Marie-Louise), Titres et travaux, [1963], 28 p. non numérotées, dactylographiées (fonds cryptogamie du Muséum national d’histoire naturelle).

PTAK Marius

né le 7 février 1933 à Glogow (Pologne)
chaire de Biophysique
Biophysique, Physique

87Ptak étudia de 1944 à 1951 au collège moderne et technique de Hirson dans l’Aisne, obtint son baccalauréat de mathématiques en 1951 et fréquenta de 1951 à 1953 le lycée Faidherbe de Lille. Admis à l’École normale supérieure de Saint-Cloud au mois de juin 1953, le jeune homme réussit une licence ès sciences physiques en 1955, puis un diplôme d’études supérieures en 1956. Il fut reçu à l’agrégation de sciences physiques en 1957, exerça la fonction de professeur au lycée mixte de Meaux de 1957 à 1958 et effectua son service militaire en Algérie comme officier des armes spéciales de 1958 à 1960. Dès son retour sur le territoire français en 1960, Ptak fut affecté à l’École de Saint-Cloud, où il enseigna jusqu’en 1965 au titre d’assistant agrégé, puis de maître-assistant. Il commença à travailler au Muséum dès 1961 dans le laboratoire de Biophysique de Charles Sadron*, où Pierre Douzou* dirigea ses recherches. Ayant soutenu sa thèse de doctorat ès sciences physiques en 1965, Ptak accéda l’année suivante au poste de maître de conférences sous-directeur. Il avait eu deux enfants – un fils et une fille – de son mariage.

88Ptak œuvra dans le domaine de la physique moléculaire et de la biophysique. Spécialiste de la résonance paramagnétique électronique, il appliqua cette méthode à l’étude des propriétés de diverses biomolécules, comme les acides aminés ou les acides nucléiques. Citons, parmi les publications de Ptak : Les Colloïdes (1957), Les Applications physico-chimiques de la résonance paramagnétique électronique (1961) – en collaboration avec Roch – et Étude par voie optique et par résonance paramagnétique électronique de quelques acides aminés aromatiques (1965).

Bibliographie

Ptak (Marius), Notice individuelle, 13 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no 4 α 1283).

PJ ERB

PUCHERAN Jacques

né le 8 juin 1817 à Clairac (Lot-et-Garonne), mort le 13 janvier 1895 à Bouillousse (Pyrénées-Orientales)
chaire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux)
Mammalogie, Ornithologie

89Pucheran, fils d’un marchand tanneur et neveu par sa mère d’Antoine Serres*, fit ses études secondaires à l’institution Royer-Missé de Bordeaux. Bachelier à seize ans, il rejoignit son oncle dans la capitale où il suivit un cursus médical passant par l’internat puis achevé par la thèse en 1841. Serres avait pris entre-temps la direction de la chaire d’Anatomie et histoire naturelle de l’Homme au Muséum. Il fit entrer son neveu en 1842 dans l’établissement, comme préparateur de la chaire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux) d’Isidore Geoffroy Saint-Hilaire*. Pucheran fut chargé en 1854 d’aller choisir à Rome des spécimens d’animaux donnés par Charles Bonaparte au Muséum et fut nommé aide-naturaliste en 1856. Candidat malheureux en 1862 – contre Alphonse Milne-Edwards* – à la direction de la chaire qui l’avait accueilli, il perdit tout espoir de carrière avec la mort de ses protecteurs Isidore Geoffroy Saint-Hilaire et Charles Bonaparte. Il démissionna donc du Muséum en 1865, pour se retirer dans sa propriété de Bouillousse où il mourut une trentaine d’années plus tard. Le naturaliste avait épousé Joséphine Forsan.

90Pucheran œuvra surtout dans le domaine de la mammalogie, plus accessoirement dans celui de l’ornithologie et de l’anthropologie. Parmi ses publications figurent les Considérations sur les formes de la tête osseuse dans les races humaines (1841), Sur les caractères zoologiques des Mammifères aquatiques (1851), l’Essai de détermination des caractères généraux de la faune de la Nouvelle-Guinée (Oiseaux) (1862), ainsi que des Notices mammalogiques (1856-1857).

91Au Muséum, Pucheran détermina les spécimens des collections de Mammifères et d’Oiseaux, dont il publia avec Florent Prevost un catalogue en 1851. Il recensa, puis répartit de 1858 à 1859 entre le Jardin des plantes et les musées d’histoire naturelle de province, mille six cent trente-six oiseaux achetés par l’État. Enfin, le naturaliste dressa les catalogues des collections Loche et Baraquin.

Source

Documents Muséum (d’après les archives d’É.-R. Brygoo).

PJ ERB

PUJOL Raymond

né le 11 avril 1927 à Paris
chaire d’Entomologie agricole coloniale, puis de Cryptogamie, puis d’Ethnobotanique
Ethnobotanique, Ethnozoologie

92Entré à l’École nationale supérieure agronomique et des industries alimentaires de Nancy en 1946, Pujol fut diplômé ingénieur en 1948. Il exerça la fonction d’agent des services de l’Agriculture en Guinée française de 1949 à 1951, travaillant successivement au jardin d’essais de Camayenne-Conakry, puis dans la circonscription agricole de Kissidougou et Guéckédou, où il remplaça Roland Portères*. Durant la période 1951-1952, le jeune homme passa les diplômes de l’École supérieure d’agriculture tropicale, ainsi que de l’Institut de recherches pour les huiles et oléagineux, section agronomie. Pujol fit en 1952 un stage dans le laboratoire d’Entomologie agricole coloniale de Paul Vayssière* au Muséum, avant d’occuper divers postes en Guinée française de 1952 à 1953. Nommé assistant chez Vayssière en 1953, il fut détaché de 1963 à 1965, comme entomologiste de l’Institut français du café et du cacao, au Centre de recherches agronomiques de Boukoko (République Centrafricaine). Pujol, qui fut chargé durant cette période de sa vie de plusieurs enseignements pratiques, professa la biologie générale et l’entomologie agricole tropicale à l’Institut d’études agronomiques d’Afrique centrale de 1963 à 1965. Il surveilla également, sur la demande de Roger Heim*, la station expérimentale de La Maboké, dont il prit officiellement la responsabilité lors de son accession en 1965 au poste de maître de conférences sous-directeur de la chaire de Cryptogamie du Muséum. Transféré dix mois plus tard dans le service d’Ethnobotanique de Roland Portères, il fut chargé de créer une section d’ethnozoologie. Les missions lointaines se succédèrent ensuite de 1967 à 1972, en République Centrafricaine, en Bolivie ou au Brésil. Après 1969, Pujol enseigna l’ethnozoologie à l’Institut d’ethnologie de Paris, puis à l’université René Descartes, où il devint responsable du certificat d’ethnobotanique et ethnozoologie en 1975. Il fut nommé professeur à l’institut d’élevage et de médecine vétérinaire des pays tropicaux en 1980. De son mariage, en 1955, étaient nés six enfants.

93Pujol œuvra de 1953 à 1966 dans le domaine de l’entomologie agricole, étudiant les Insectes ennemis des plantes tropicales stimulantes, comme le Colatier, le Caféier, le Cacaoyer, le Théier ou le Poivrier. Il conduisit également des travaux taxonomiques, biologiques et iconographiques sur les chenilles. Après 1966, il se consacra à l’ethnozoologie, étudiant les savoirs zoologiques traditionnels par territoire géographique (l’Oie du Poitou, l’ethnoécosystème landais), par animal (relations Homme-Batraciens, Homme-Abeille) et se préoccupant des races d’animaux domestiques en voie de disparition. Pujol s’intéressa plus accessoirement à l’ethnobotanique. Parmi plus d’une centaine de publications dues à sa plume, citons : Étude préliminaire des principaux Insectes nuisibles aux Colatiers (1957), Les Chenilles marteau ou chenilles queue-de-rat (1960), L’Agriculture et l’ethnozoologie (1974), Ethnozoologie du Lapin (1981), Le Baudet du Poitou et les races domestiques en péril (1984), Vers une étude ethnobotanique de la Pomme (1981-1982) – en collaboration avec M. Gascoin –, La Symbolique des animaux en Afrique noire (1996), ainsi que La Poule et l’œuf : journée d’étude de la Société d’ethnozootechnie (1998).

94Au Muséum, où il fut élu par ses collègues à la Commission de protection de la nature, il organisa des colloques d’ethnozoologie, d’ethnoentomologie ou d’ethnosciences. Il conseilla sur le plan scientifique certains écomusées français, se trouva à l’origine d’émissions de timbres-poste et participa au fonctionnement de nombreuses sociétés, comme la Fédération française des sociétés de sciences naturelles ou l’Office français de protection de la faune et de la flore.

Bibliographie

Pujol (Raymond), Exposé succinct de titres et travaux, Paris : Muséum national d’histoire naturelle, 1985, 50 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 8856).

PJ ERB

Table des illustrations

Légende PATOUILLARD N. Cortinarius largus Fr. et C. cyanites Fr., 29 août 1901, dans un bois de chênes à Perrigny (Jura), récoltés par Narcisse Patouillard. Aquarelle originale de Narcisse Patouillard.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2119/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 954k
Légende Jacques PELLEGRIN
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2119/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Légende PERRIER E. – Navire Le Talisman, issu de : L’Illustration, 9 février 1883.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2119/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 762k
Légende Jean-Jacques PETTER
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2119/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Légende Roland PORTÈRES
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2119/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende PRÉVOST J. – Manchot. © Expéditions polaires françaises. (Photo Jean Prévost).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2119/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 204k

© Publications scientifiques du Muséum, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540