Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books
l
n-o

Du Jardin au Muséum en 516 biographies

 | 
Philippe Jaussaud
, 
Édouard-Raoul Brygoo

Du Jardin au Muséum en 516 bibliographies

m

Texte intégral

MACQUER Pierre-Joseph

né le 9 octobre 1718 à Paris, mort le 15 février 1784 à Paris
démonstrateur et opérateur pharmaceutique au Jardin du roi
Chimie

1Macquer était déjà un homme d’âge mûr et un scientifique de grande réputation lorsqu’il devint enseignant au Jardin du roi. Docteur en médecine de la faculté de Paris (1742), membre de l’Académie royale des sciences à vingt-sept ans (1745), il fut l’élève de Guillaume-François Rouelle*. Ses premières recherches importantes (1746-1748) portèrent sur l’arsenic et le conduisirent à la découverte des arséniates : l’arséniate neutre de potassium fut désormais désigné sous le nom de “sel de Macquer”. En 1749, alors que le pastel et l’indigo étaient encore seuls utilisés pour teindre en bleu, il découvrit une nouvelle méthode utilisant le bleu de Prusse (dont, toutefois, il ne devait pas réussir à faire l’analyse). Après ce succès, il fut appointé pour seconder Jean Hellot, inspecteur des teintures, et il publia en 1763 L’Art de la teinture en soie dans la collection entreprise par l’Académie royale des sciences, Description des arts et métiers. De 1751 à 1766, Hellot fut conseiller scientifique à la Manufacture royale de porcelaine de Sèvres ; Macquer le secondait et fit des recherches sur de très nombreux matériaux jusqu’en 1765, date à laquelle l’indispensable kaolin, découvert près de Limoges, permit la fabrication de porcelaines aussi fines que celles de la Chine. Lorsque Hellot mourut, en 1766, Macquer lui succéda comme inspecteur des teintures et conseiller à la manufacture de Sèvres ; son rôle y fut considérable.

2Le premier livre important de Macquer, les Elémens de chymie théorique, avait paru en 1749, bientôt suivi, en 1751, des Elémens de chymie pratique ; les deux titres, réunis en 1756 pour former un seul ouvrage en trois volumes, connut une deuxième édition en 1764 ; il fut traduit en anglais, allemand, néerlandais et russe. Macquer, devenu professeur de pharmacie à la faculté de médecine de Paris (1752), ouvrit en 1757, avec l’apothicaire Antoine Baumé, un cours de chimie et pharmacie. Dans leur laboratoire commun de la rue Saint-Denis, les deux chimistes étudièrent le platine (1758), sur un des premiers spécimens apportés en France ; Macquer y fit des recherches sur la solubilité du caoutchouc dans l’éther (1763). Après quelques années, les cours qui s’y étaient d’abord donnés furent transférés rue Coquillière et durèrent jusqu’en 1773.

3La première édition du Dictionnaire de Chymie, qui fit de Macquer un homme célèbre, parut en 1766 sans nom d’auteur. L’ouvrage, qui clarifiait nombre de notions et systématisait le vocabulaire de la chimie, connut un grand succès. Une seconde édition, révisée et complétée, portant le nom de Macquer, parut en 1778 ; le Dictionnaire fut traduit en allemand, anglais, danois et italien.

4En 1770, Macquer créa avec Baumé une fabrique d’ammoniaque qui préfigurait l’essor de l’industrie chimique française. En 1772, il réalisait devant Lavoisier et Darcet la combustion du diamant, prouvant que celui-ci est composé de carbone pur.

5Le 1er janvier 1771, Macquer avait obtenu des lettres de provisions en survivance de Louis-Claude Bourdelin*, professeur de chimie au Jardin du roi. Il lui succéda dès lors, mais ne devint titulaire de la charge qu’en 1777, à la mort de Bourdelin. Sa carrière se poursuivit, toujours aussi chargée d’activité. Il fut directeur de l’Académie royale des sciences en 1774. Censeur royal depuis 1750, il fut aussi, à partir de 1768, l’un des rédacteurs du Journal des Savons.

6Macquer, disciple de Rouelle et adepte de la théorie du phlogistique, s’en tenait encore à l’affirmation des quatre éléments – eau, air, terre, feu : en 1778, dans son Dictionnaire, il affirmait que l’eau n’était pas décomposable. Vers la fin de sa carrière, il nuança sa pensée, sans aller jusqu’à adopter les thèses de Lavoisier. De ce fait, son œuvre théorique, au moment où elle s’achevait, était déjà périmée. Mais il eut le mérite de rendre la chimie claire, simple, basée sur l’expérience. Reste aussi tout ce qu’il apporta dans le domaine des applications de la chimie.

7Modeste, doux, bienveillant, aimant la tranquillité, Macquer, marié en 1748, eut deux filles. Une partie de son œuvre fut rédigée dans sa belle maison de campagne de Gressy-en-France (Seine-et-Marne). Il mourut subitement d’un accident cardiovasculaire.

Bibliographie

Ahlers (Willem C.), Un chimiste du XVIIIème siècle : Pierre-Joseph Macquer (1718-1784). Aspects de sa vie et de son œuvre, Paris : École pratique des hautes études, 6e section, 1969, 294 p.

Bidal (Anne-Marie), “Inventaire des archives du Muséum national d’histoire naturelle. Première partie. Série A : Archives du Jardin du roi”, Archives du Muséum national d’Histoire naturelle, 6e série, vol. 11, no 261-262, 1934, p. 198.

Brown (Éric), Des chimistes de A à Z, Paris : Ellipses, 2002, pp. 226-227.

Contant (Jean-Paul), L’Enseignement de la chimie au Jardin royal des plantes de Paris, Cahors : impr. A. Coueslant, 1932, pp. 65-74, portrait.

McKie (Douglas), “Macquer, the First Lexicographer of Chemistry”, Endeavour, vol. 16, juillet 1957, pp. 133-136.

Partington (James), A History of Chemistry, Londres : McMillan, vol. 3, 1962, pp. 80-90.

Plouvier (Victor), “Historique des chaires de Chimie, de Physique végétale et de Physiologie végétale du Muséum d’histoire naturelle”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 4e série Miscellanea, vol. 3, 1981, pp. 124, 126 et 140.

Smeaton (William A.), “Macquer (Pierre-Joseph)”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1973, vol. 8, pp. 618-624.

Vicq d’Azyr (Félix), “Éloge de M. Macquer”, in Histoire de la Société royale de médecine, année 1782-1783, Paris : [s.n.], 1787, pp. 69-94.

Viel (Claude), “Pierre-Joseph Macquer”, Janus, vol. 73, 1990, p. 73.

YL ERB

MALOUIN Paul-Jacques

né le 29 juin 1701 à Caen (Normandie), mort le 31 décembre 1777 à Versailles (Yvelines)
professeur en chimie suppléant au Jardin du roi
Chimie, Médecine, Pharmacie

8Né dans une famille de médecins et de magistrats, Malouin fut d’abord envoyé par son père à Paris, afin d’y suivre des cours de droit. Mais, le jeune homme se découvrit une forte vocation pour la médecine. Il étudia donc cet art dès 1724 à la Sorbonne, sans tenir ses parents au courant de sa nouvelle orientation. Ayant dû interrompre la préparation de sa licence pour des raisons fortuites, Malouin reprit son cursus en 1726, au début du décanat de son ami Étienne-François Geoffroy*. Il obtint le doctorat en 1729, puis rejoignit sa famille avant que Fontenelle ne le fasse revenir à Paris en 1734. Exerçant alors la médecine au sein des milieux intellectuels de la capitale, Malouin entra à l’Académie royale des sciences comme adjoint chimiste en 1742. Il devint associé en 1744, pensionnaire en 1766 et président en 1772. Élu membre de la Royal Society en 1753, il exerça la fonction de professeur de médecine au Collège royal de 1766 à 1774. Malouin suppléa souvent Étienne-François Geoffroy, Louis Lémery* ou Louis-Claude Bourdelin* comme professeur de chimie au Jardin royal, un établissement où le médecin n’occupa cependant jamais de poste en titre. Il jouit d’une belle aisance financière à la fin de sa vie, si bien qu’il put acheter une charge de médecin ordinaire de la reine et du commun. Partageant dès lors son temps entre Paris et Versailles, il mourut dans cette seconde ville d’une attaque d’apoplexie.

9Malouin laissa le souvenir d'un homme austère, érudit, travailleur, économe mais désintéressé. Témoignant une rude franchise, ainsi qu’une grande honnêteté intellectuelle, il était profondément respectueux de la dignité médicale. Le médecin, qui mena sur ses vieux jours une existence soigneusement réglée, fut l’ami de Voltaire.

10Malouin œuvra en chimie, en pharmacie et en médecine. Dans le premier domaine cité, il effectua des travaux sur le zinc, l’étain, le sel de chaux, les amalgames ou la composition des eaux savonneuses de Plombières. Il s’intéressa par ailleurs à diverses applications professionnelles de la chimie, d’ordre pharmaceutique ou alimentaire. En art médical, Malouin souligna l’importance de l’hygiène et de la médecine préventive. La diversité de ses centres d’intérêt apparaît à l’examen de ses publications, parmi lesquelles : Traité de l’usage des langues vivantes dans les sciences (1718), Traité de chimie, contenant la manière de préparer les remèdes qui sont les plus en usage dans la pratique de la médecine (1734), Histoire des maladies épidémiques observées à Paris en même temps que les différentes températures de l’air, depuis 1746 jusqu’en 1754 (1746-1754) et Description et détails des arts du meunier, du vermicelier et du boulanger, avec une histoire abrégée de la boulangerie et un dictionnaire de ces arts (1767). Enfin, Malouin rédigea des articles de chimie pour l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert.

Bibliographie

Cap (Paul-Antoine), Le Muséum d’histoire naturelle, Paris : Curmer, 1854, p. 26.

Contant (Jean-Paul), Contribution à l’histoire de l’enseignement de la pharmacie : l’enseignement de la chimie au Jardin royal des plantes de Paris, thèse de doctorat en pharmacie, Strasbourg : université de Strasbourg, 1952, pp. 63-65.

Fichman (Martin), “Malouin, Paul-Jacques”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1974, vol. 9, p. 62.

Lardy (G.), L'Enseignement des sciences pharmaceutiques au Collège royal de Paris avant la Révolution, thèse de doctorat en Pharmacie, Strasbourg : université de Strasbourg, 1946, pp. 87-90.

Partington (James), A History of Chemistry, Londres : Mc Millan, 1962, vol. 3, p. 72.

PJ

MANGIN Louis, Alexandre

né le 8 septembre 1852 à Paris, mort le 27 janvier 1937 à Grignon (Yvelines)
chaire de Botanique (classification et familles naturelles de Cryptogames)
Anatomie végétale, Mycologie, Phycologie, Physiologie végétale, Phytopathologie

11Fils de cordonnier, Mangin était né dans une modeste famille d’origine lorraine. Il fut élève boursier de l’École normale de Cluny, dont il sortit agréger de l’enseignement spécial en 1873, puis débuta sa carrière comme professeur d’histoire naturelle au lycée de Nancy, tout en suivant dans cette ville les cours de la faculté des sciences. Après avoir réussi en 1881 l’agrégation de l’enseignement classique, le jeune homme fut nommé en 1882 professeur au lycée Louisle-Grand, où il resta plus de vingt ans en poste. Il effectua durant cette période des recherches dans le laboratoire de Botanique, Organographie et Physiologie végétale de Philippe Van Tieghem* au Muséum, soutenant sa thèse de doctorat ès sciences en 1882. Lorsqu’une chaire de Botanique (classification et familles naturelles de Cryptogames) remplaça en 1904 celle de Physiologie végétale appliquée à l’agriculture, Mangin en devint le premier titulaire. Il fut élu membre de l’Académie des sciences en 1909, assura la direction du Muséum de 1920 à 1931 et dut prendre sa retraite en 1932. Resté jusque-là en pleine possession de ses moyens, il déclina ensuite peu à peu. Il mourut dans la clinique du château à Grignon d’une longue et pénible maladie, qui l’avait tenu éloigné des séances académiques durant les trois dernières années de son existence.

12De belle prestance, portant barbiche et moustaches, Mangin fut décrit comme un personnage énergique, grand travailleur, autoritaire, ambitieux et combatif. Ce chef-né avait l’habitude d’aller droit au but, n’hésitant pas à interrompre, lorsqu’il présidait une réunion, un orateur hésitant ou verbeux. Il dispensait par ailleurs un enseignement limpide et rigoureux : ses élèves Léon Daudet et Édouard Herriot en témoignèrent. Jusqu’à sa mort, Mangin conserva son logement de fonction dans la maison de Buffon au Jardin des plantes. Il avait eu un fils de son mariage.

13Mangin aborda dans son œuvre plusieurs domaines de la botanique. En anatomie, il étudia le système vasculaire des Monocotylédones, ainsi que le méristème des racines adventices. Il apporta par ailleurs une forte contribution à l’histochimie, puisqu’il élucida, grâce à l’emploi de colorants organiques sélectifs, la composition ternaire des membranes végétales, y découvrant au passage la callose. En physiologie, il s’intéressa – seul ou en collaboration avec Gaston Bonnier – à divers phénomènes, comme la respiration, la transpiration, l’assimilation chlorophylienne ou la perméabilité épidermique. En mycologie, Mangin se distingua surtout par ses travaux sur les Atichiales et les Penicillium. Il fut aussi l’un des fondateurs de la phytopathologie, grâce à ses investigations sur des Champignons micromycètes responsables de maladies des plantes, comme l’encre des châtaigniers, la phtyriose de la vigne, le piétin du blé ou la maladie du rouge du sapin. En phycologie, le naturaliste s’intéressa surtout aux Algues planctoniques, Péridiniens ou Diatomées, exploitant les récoltes du Pourquoi-pas ? dans l’Antarctique et celles du Scotia dans la mer du Nord. Citons, parmi ses publications, La Fonction respiratoire chez les végétaux (1885) – un article publié avec Bonnier –, Sur la callose, nouvelle substance fondamentale existant dans les membranes (1890), ainsi qu’un ouvrage didactique intitulé Anatomie et physiologie végétales (1895).

MANGIN L. – Phytoplancton de l'Antarctique, issu de : Deuxième expédition antarctique française (1908-1910) commandée par le Dr Jean Charcot (Paris : Masson, 1915), pré-tirage de la planche I. Lithographie de Marcel Bry, dessin de Louis Mangin.

14Au Muséum, Mangin instaura une exposition annuelle de Champignons, ouverte au public. Il accomplit comme directeur de l’établissement une œuvre administrative importante, obtenant les crédits nécessaires à l’édification d’une singerie, d’une orangerie, d’une graineterie, d’un vivarium, ainsi qu’à la construction d’une galerie pour les chaires de Botanique. Par ailleurs, le Muséum bénéficia, grâce à l’action du naturaliste, du rattachement de la ferme de Chèvreloup – où fut installé un Arboretum –, de l’Harmas de Fabre et du Musée d’ethnographie du Trocadéro. Mangin fit transférer en 1923 à Saint-Servan le laboratoire maritime du Muséum, qu’Edmond Perrier* avait installé à Tatihou. Enfin, il créa en 1914 la Société de pathologie végétale.

Bibliographie

Colin (Henri), Notice sur la vie et les travaux de Louis Mangin, 1852-1937, présentée en la séance du 8 août 1938, Paris : Institut de France, Académie des sciences, 1938, 26 p.

Gruvel (Abel), Allorge (Pierre), A Louis Mangin. Dinard, le 19 juin 1938, Rouen : impr. Wolf, 1938, 12 p. (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 8477).

Heim (Roger), “Louis Mangin, président d’honneur de la Société (1852-1937)”, Revue de Pathologie végétale et d’Entomologie agricole de France, vol. 24, no 2, 1937, pp. 91-97.

Heim (Roger), “Louis Mangin (1852-1937)”, Bulletin de la Société mycologique de France, vol. 54, vol. 1, 1938, pp. 1-22.

Heim (Roger), “Louis Mangin et Pierre Allorge. Premiers titulaires de la chaire de Cryptogamie du Muséum. Leçon inaugurale du cours de cryptogamie prononcée le 26 mars 1946”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 18, no 3, 1946, pp. 226-252.

Hitier (Henri), “Louis Mangin”, Comptes Rendus des Séances de l’Académie d’Agriculture de France, vol. 61, no 240, 1937, pp. 130-132.

Hocquette (Maurice), “Mangin, Louis, Alexandre”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1974, vol. 9, pp. 78-79.

Leclainche (Emmanuel), “Décès de M. Mangin”, Comptes Rendus hebdomadaires des Séances de l’Académie des Sciences, vol. 204, no 5, 1937, pp. 305-307.

PJ

MAQUENNE Léon, Marie, Gervais

né le 2 décembre 1853 à Paris, mort le 19 janvier 1925 à Paris
chaire de Physique végétale
Chimie, Physiologie végétale

15Maquenne était d’origine fort modeste, puisque son père – mort prématurément – exerçait le métier d’ouvrier tourneur et sa mère celui de dentelière. Boursier au collège Chaptal, le jeune garçon y fut remarqué par Pierre-Paul Dehérain*, qui le prit en 1871 comme préparareur dans son laboratoire de Chimie agricole de l’école d’agriculture de Grignon. Maquenne venait alors tout juste d’obtenir son baccalauréat. Il remplaça sept ans plus tard son maître au poste de professeur de chimie à l’école Monge, puis soutint son doctorat ès sciences en 1880. Cette même année, Dehérain était devenu professeur de physiologie végétale appliquée à l’agriculture au Muséum. Il avait aussitôt fait venir dans son laboratoire son protégé pour lui permettre d’achever sa thèse, avant de le faire nommer préparateur en 1880, professeur au collège Chaptal en 1881 et aide-naturaliste en 1883. De 1896 à 1897, Maquenne fut professeur intérimaire de physique végétale au Muséum. Il se vit offrir en 1897 la maîtrise de conférences de chimie organique à la Sorbonne, mais il démissionna de ce poste seulement un an plus tard, ayant été désigné en 1898 pour succéder à Georges Ville* dans la chaire de Physique végétale. Élu en 1904 à l’Académie des sciences, Maquenne fut nommé cinq ans après professeur de chimie générale à l’École centrale. Il enseigna dans l’enceinte du Muséum jusqu’en 1920, se faisant alors suppléer par Émile Demoussy*, puis cessa en 1923 de fréquenter son laboratoire, qui venait pourtant d’être reconstruit. Il était devenu peu à peu sourd et neurasthénique. Au début de 1925, il voulut se rendre à l’Assemblée des professeurs du Muséum, malgré sa santé chancelante. Il mourut trois jours après, victime d’un refroidissement.

16Maquenne portait une épaisse moustache. Il fut décrit comme un personnage à l’abord froid, grand travailleur, rigoureux et exigeant pour lui-même comme pour les autres. Doté d’une vaste érudition, fin observateur, habile expérimentateur, cet esprit ouvert accueillait volontiers les visiteurs dans son laboratoire. Maquenne était aussi un excellent pédagogue : bénéficiant d’une grande facilité d’élocution, il faisait sans notes des cours qu’il avait auparavant préparés avec soin. Il avait eu un fils de son mariage.

17Maquenne rédigea près de deux cents publications et plusieurs ouvrages, parmi lesquels Les Sucres et leurs principaux dérivés (1900), ainsi qu’un Précis de physiologie végétale (1921). Son œuvre relève à la fois de la chimie et de la physiologie végétale, la première se trouvant mise au service de la seconde. Dans le domaine chimique, il conduisit des investigations sur les glucides : il démontra le caractère cyclique de la structure de l’inositol, un polyol dont il prépara le racémique, donna la formule exacte du tréhalose, découvrit le premier polyol à sept carbones, décrit le perséitol et étudia la composition de l’amidon. En physiologie des plantes, Maquenne s’intéressa au rôle des oligoéléments, aux phénomènes de germination, de respiration, de pression osmotique et de synthèse chlorophyllienne. Il infirma, concernant ce dernier point, la théorie de Baeyer en s’appuyant sur les propriétés colloïdales de la chlorophylle. Enfin, cet habile manipulateur conçut divers appareils de laboratoire, comme le célèbre “bloc Maquenne” pour la mesure des points de fusion.

Source

Dossier personnel (Archives nationales, AJ15, no 558).

Bibliographie

Bouvier (Louis), “Décès de M. Maquenne”, Comptes Rendus hebdomadaires des Séances de l’Académie des Sciences, 1925, vol. 180, no 3, pp. 177-178.

Bridel (Marc), “Léon Maquenne (1853-1925)”, Bulletin de la Société de Chimie biologique, vol. 9, 1927, pp. 624-628. Bridel (Marc), “Leçon inaugurale du cours de physique végétale du Muséum national d’histoire naturelle, faite le 11 mars 1927”, Journal de Pharmacie et de Chimie, 8e série, vol. 5, 1927, pp. 398-424.

Demoussy (E.), “Notice sur la vie et les travaux de Léon Maquenne”, Archives du Muséum national d’Histoire naturelle, 6e série, vol. 1, 1926, pp. 59-72.

Mangin (Louis), Demoussy (E.), “Discours prononcés aux obsèques de M. L. Maquenne, professeur au Muséum (23 janvier 1925)”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, vol. 31, no 2, 1925, pp. 133-136.

Moureu (Charles), “Décès de Léon Maquenne”, Bulletin de la Société chimique de France, 4e série, vol. 37, 1925, pp. 358-360.

MARCHANT Jean

né vers 1650, mort le 11 novembre 1738 à Paris
concierge et directeur de la culture
Botanique

18Fils de Nicolas Marchant*, il succéda en 1678 à son père, au Jardin du roi, dans la charge de concierge et directeur de la culture, et à l’Académie royale des sciences. Mais sa carrière fut semée d’obstacles : son emploi au Jardin du roi, qui doublait en fait celui du jardinier, fut supprimé en 1694 ; la même année, l’Académie abandonna le projet d’Histoire des plantes, ce qui entraîna pour Marchant la perte de la pension qu’il touchait au titre de ce travail. Privé des subsides du roi et de l’appui officiel de l’Académie, mais non découragé, Marchant reprit l’ouvrage à son compte et prépara un grand nombre de descriptions de plantes, restées inédites. En 1719, il fit retoucher les cuivres conservés depuis 1692 à l’Imprimerie royale, pour tenir compte des progrès de la botanique dus en particulier à Joseph Pitton de Tournefort* et Sébastien Vaillant*. Il mourut sans avoir pu mener à bien l’entreprise à laquelle, après son père, il avait voué tous ses efforts pendant près de soixante années. Marchant publia une dizaine de notices botaniques dans les recueils annuels de l’Académie royale des sciences.

Bibliographie

Laissus (Yves), Monseigny (Anne-Marie), “Les Plantes du roi. Note sur un grand ouvrage de botanique préparé au XVIIème siècle par l’Académie des sciences”, Revue d’Histoire des Sciences, vol. 22, 1969, pp. 203-209 et 214-217.

Laissus (Yves), “Marchant, Jean... Marchant, Nicolas...”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1974, vol. 9, pp. 92-93.

YL ERB

MARCHANT Nicolas

date de naissance inconnue, mort en juin 1678 à Paris
concierge et directeur de la culture
Botanique

19Docteur en médecine de l’université de Padoue, Nicolas Marchant fut l’apothicaire de Gaston d’Orléans jusqu’à la mort de celui-ci en 1660. Il entra ensuite au service du roi, fut en 1666 l’un des membres fondateurs de l’Académie royale des sciences (le seul botaniste jusqu’à l’élection de Dodart en 1673) et, comme tel, participa à la préparation de l’Histoire des plantes dont Claude Perrault avait pris l'initiative.

20Au Jardin du roi, il fut nommé le 9 novembre 1674 “concierge et directeur de la culture”, charge nouvelle dans laquelle son fils Jean Marchant* lui succéda à sa mort.

Bibliographie

Bidal (Anne-Marie), “Inventaire des archives du Muséum national d’histoire naturelle. Première partie. Série A : Archives du Jardin du roi”, Archives du Muséum national d’Histoire naturelle, 6e série, vol. 11, no 341, 1934, p. 204. Bonnet (Edmond), “Gaston de France, duc d’Orléans, considéré comme botaniste”, in Comptes rendus de l’Association française pour l’avancement des sciences, 19e session, Limoges, 1890, Paris : [s.n.], 1891, pp. 416-421.

Laissus (Yves), Monseigny (Anne-Marie), “Les Plantes du roi. Note sur un grand ouvrage de botanique préparé au XVIIème siècle par l’Académie des sciences”, Revue d’Histoire des Sciences, vol. 22, 1969, pp. 203-208.

Laissus (Yves), “Marchant, Jean... Marchant, Nicolas...”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1974, vol. 9, pp. 92-93.

YL ERB

MARTIGNOLE Jacques

né le 11 octobre 1939 à Carcassonne (Aude)
chaire de Minéralogie
Géologie, Minéralogie

21Martignole débuta ses études universitaires à la faculté de Toulouse, où il obtint une licence ès sciences en 1961 et un doctorat de troisième cycle, préparé sous la direction du professeur Maurice Lelubre, en 1964. Le jeune homme poursuivit alors son cursus au sein du département de géologie de l’université de Montréal, grâce à une bourse d’études post-doctorale canadienne : chargé de travaux pratiques en 1965, chargé d’enseignement de 1966 à 1968, il fut nommé professeur assistant en 1968, puis professeur agrégé en 1973. Martignole revint soutenir à Toulouse sa thèse de doctorat d’université en 1968 et sa thèse de doctorat ès sciences en 1975. Il entra au Muséum en 1976, comme maître de conférences sous-directeur de la chaire de Minéralogie que dirigeait Jacques Fabriès*. Puis Martignole partit au Canada. Il n’avait, en 1976, aucun enfant de son mariage.

22Œuvrant dans le domaine des sciences de la Terre, Martignole réalisa des investigations géologiques, pétrographiques et cartographiques. Il s’intéressa sous ces angles particulièrement à la région d’Ax-les-Thermes dans les Pyrénées, ainsi qu’à la province tectonique de Grenville située au nord de Montréal. Étudiant les phénomènes physiques mis en jeu dans les zones métamorphiques profondes, Martignole élabora des modèles originaux, permettant de comprendre la dynamique et la pétrogénèse des parties inférieures de la croûte terrestre. Il appliqua également des données thermodynamiques ou expérimentales aux équilibres minéralogiques de la catazone. Citons, parmi les publications de Martignole : Recherches pétrographiques et structurales dans la région d’Ax-les-Thermes (1964), Le Chimisme du complexe de Morin et son apport au problème des anorthosites (1974) et Le Précambrien dans le sud de la province tectonique de Grenville (bouclier canadien) : étude des formations catazonales et des complexes anorthositiques (1975).

Bibliographie

Fabriès (Jacques), Rapport sur la candidature de Monsieur Jacques Martignole à un poste de maître de conférences sous-directeur au laboratoire de Minéralogie du Muséum, 1976, 3 p. dactylographiées (fonds minéralogie du Muséum national d’Histoire naturelle).

Martignole (Jacques), Titres et travaux, 1976, 14 p. dactylographiées (fonds minéralogie du Muséum national d'histoire naturelle).

PJ

MARTIN Jean, Paul

né en 1788 à Chazac (Tarn), date de décès inconnue (XIXème siècle)
chaire d’Anatomie humaine
Anatomie

23Entré au Muséum en 1809 dans la chaire d’Anatomie humaine d’Antoine Portai*, Martin était considéré en 1823 comme un aide-naturaliste. Cet employé supplémentaire, rétribué mensuellement, effectua les préparations destinées aux cours que dispensait son chef de service dans le cadre du Jardin des plantes et du Collège royal de France. Après la mort de Portai, survenue en 1832, Martin cessa selon toute vraisemblance ses activités au Muséum.

Source

Documents Muséum (d’après les archives d’É.-R. Brygoo).

PJ ERB

MATILE Loïc, Henri, Marcel

né le 26 juin 1938 à Nantes (Vendée), mort le 10 juin 2000 à Paris
chaire d’Entomologie, puis d’Entomologie générale et appliquée
Entomologie (Diptères)

24Né dans une famille de la bourgeoisie nantaise, Matile fit ses premières études chez les frères des écoles chrétiennes. Le jeune garçon consacrait ses loisirs au scoutisme. Ayant obtenu en 1954 un baccalauréat de sciences expérimentales, Matile valida de 1955 à 1957 à Nantes le PCB, puis une première année de médecine. Il possédait initialement la double nationalité française et suisse, mais il opta pour la première en 1958. À cette date, Matile monta à Paris, obtint une équivalence du certificat de sciences physiques, chimiques et naturelles et suivit en auditeur libre les cours de géologie générale. Il réussit en 1959 les certificats de biologie générale, zoologie générale, ainsi que de géologie générale, tout en suivant l’enseignement de botanique générale. Titulaire en 1960 d’un diplôme d’études supérieures de zoologie et de trois certificats supplémentaires d’histoire naturelle, Matile entra au Muséum en 1961, dans le laboratoire d’Entomologie d’Eugène Séguy*. Il fut alors nommé stagiaire de recherches du CNRS, avec Pierre Paul Grassé pour parrain. Devenu attaché de recherches en 1963, Matile occupa au Muséum un poste d’assistant dans la chaire d’Entomologie générale et appliquée, dont Alfred Balachowsky* venait de prendre la direction. Il exerça en 1965, au titre de la coopération, la fonction de professeur d’entomologie à la faculté agronomique iranienne de Tabriz. Appelé le premier septembre 1965 dans l’arme du train comme conducteur de deuxième classe, Matile fut élève officier de réserve, puis revint à la vie active en 1966 avec le grade de sous-lieutenant. Il retrouva son poste d’assistant au Muséum en 1967, devint maître-assistant en 1974 et présenta sa candidature au poste de sous-directeur diptérologiste du laboratoire d’Entomologie en 1983. Ayant pris en 1999 la succession de Claude Caussannel à la tête du service, Matile mourut d’un cancer à l’âge de soixante et un ans.

25Matile laissa le souvenir d’un chercheur dynamique, rigoureux et dévoué. Il était marié.

26Matile consacra son œuvre entomologique à l’étude de la morphologie, de la phylogénie, ainsi que de la biogéographie des Diptères. Il s’intéressa tout spécialement aux Mycetophiloidea et aux Keroplatidae. Par ailleurs, Matile eut le mérite d’introduire au Muséum la systématique phylogénique de Hennig. Citons, parmi quelque cent quatre-vingts publications dues à sa plume : Faune entomologique de l’archipel des Comores (1978), les Recherches sur la systématique et l’évolution des Keroplatidae (Diptera, Mycetophiloidea) (1986) et Les Diptères d’Europe occidentale (1993). Au Muséum, Matile enrichit la collection diptérologique de dizaines de milliers de spécimens. Il fonda la Société française de systématique, fut un membre actif de la Société entomologique de France, dont il dirigea dès 1983 la rédaction du Bulletin, et participa en 1978 à la fondation de l’Association des amis du laboratoire d’Entomologie du Muséum.

MATILE L. Seguyola variegata Matile, 1990, issu de : Matile (Loïc), “Les Lygistorrhinideae de la région afrotropicale (Diptera : Mycetophytoidea)”, Annales de la Société entomologique de France, vol, 26, no 3, 1990, pp. 359-370, fig. 1.

Bibliographie

AALEM, “[s.t.]”, Revue française d’Entomologie, vol. 22, no 4, 2000, p. 133.

Pierre (Jacques), Dupuis (Claude), “In memoriam : Loïc Matile (26 juin 1938-10 juin 2000)”, Bulletin de la Société entomologique de France, vol. 106, no 4, 2001, pp. 326-327.

PJ ERB

MATOUT Louis

né en 1869, mort en 1944
chaire de Physique appliquée aux sciences naturelles
Physique

27Matout travailla avec Henri Deslandres à l’Observatoire d’astronomie physique de Meudon, avant d’entrer en 1898 au Muséum, comme préparateur d’Henri Becquerel* dans la chaire de Physique appliquée aux sciences naturelles. Nommé assistant en 1909, il devint ultérieurement sous-directeur de Jean Becquerel*.

28Le physicien fut chargé à Meudon d’une partie des travaux sur l’effet Zeeman dans le spectre du fer. Au Muséum il aida Henri Becquerel à identifier les “rayons uraniques”, apportant ainsi une large contribution à l’étude de la radioactivité naturelle. Matout conduisit par ailleurs des investigations concernant l’action du radium sur la germination des graines, la phosphorescence, la thermoluminescence et la coloration des fluorines. Auteur de plusieurs notes dans les Comptes rendus hebdomadaires de l’Académie des Sciences, il fut collaborateur de la revue Le Radium, ainsi que de journaux de vulgarisation scientifique.

Bibliographie

Bodo (Bernard), “Le Muséum et la découverte de la radioactivité naturelle”, in Schubnel (Henri-Jean) (sous la dir.), “Histoire naturelle de la radioactivité”, Revue de Gemmologie, numéro hors-série, 1996, pp. 42-50.

MATTE [dit LA FAVEUR] Sébastien

né en 1621 à Montpellier (Hérault), mort le 27 juillet 1714 à Montpellier (Hérault)

chargé du cours de chimie au Jardin du roi
Chimie, Pharmacie

29Issu d’une vieille famille montpelliéraine, Matte était le fils d’un maître verrier. Il exerça d’abord cette profession, avant de rencontrer Antoine d’Aquin* et de s’intéresser à la chimie. S’étant mis à vendre dans sa boutique des médicaments qu’il préparait lui-même, Matte subit un procès contre les apothicaires de 1662 à 1678. Il obtint de d’Aquin le droit d’enseigner la chimie à la faculté de médecine de Montpellier en 1670 et il occupa, à la grande indignation de l’Université, une charge de démonstrateur en 1673. Comme il ne parlait pas le latin, Matte devait faire ses cours en présence d’Armand Fonsorbe, afin que les préséances académiques soient respectées. On créa finalement en 1679 à la faculté de Montpellier une chaire de Chimie, dont le titulaire fut Fonsorbe et le démonstrateur Matte. Celui-ci avait installé entre-temps une boutique à Paris, puis obtenu en 1675 de d’Aquin la charge de démonstrateur de chimie au Jardin royal. De 1675 à 1684, Matte enseigna probablement la chimie tantôt dans la capitale, tantôt à Montpellier, avant que son âge ne lui interdise de voyager. Certains auteurs soulignent l’absence de preuves formelles du passage du chimiste au Jardin du roi, d’autres le donnent comme successeur de Moïse Charas* après 1680. Selon toute vraisemblance, Matte abandonna ses charges universitaires en 1684.

30Le chimiste s’était marié deux fois à Montpellier : d’abord avec Marie Coulet en 1656, puis avec Claire Rivière en 1689. Un fils était né de sa première union et au moins deux fils de sa seconde.

31Matte introduisit à Paris et à la cour l’eau de la reine de Hongrie, dont il obtint de d’Aquin l’exclusivité de fabrication. Par ailleurs, il publia une Pratique de chymie (1671).

Bibliographie

Contant (Jean-Paul), Contribution ä l'histoire de l’enseignement de la pharmacie : l’enseignement de la chimie au Jardin royal des plantes de Paris, thèse de doctorat en pharmacie, Strasbourg : université de Strasbourg, 1952, pp. 44 et 98-101.

PJ ERB

MAUGÉ René

né à Cély (Seine-et-Marne), mort le 21 février 1802 à l’île Maria (Tasmanie)
chaire de Zoologie (Reptiles et Poissons)
Zoologie

32Choisi par Antoine-Laurent de Jussieu*, alors directeur du Muséum, le zoologiste Maugé participa de 1796 à 1798 à l’expédition du capitaine Nicolas Baudin sur La Belle Angélique. Il se trouva attaché dès son retour à la chaire de Zoologie (Reptiles et Poissons) d’Étienne de Lacepède* comme aide-naturaliste. Reparti en 1800 à bord du Géographe pour un nouveau voyage sous les ordres de Baudin, Maugé collecta avec zèle de nombreux spécimens d’animaux – dont plus de quatre cents oiseaux – destinés au Muséum. Il succomba à la dysenterie en Tasmanie et son corps fut enterré sur l’île Maria au pied d’un grand Eucalyptus. Le Muséum doit à l’aide-naturaliste, qui rapporta notamment Rana mandata de Porto Rico, diverses collections intéressantes.

Source

Documents Muséum (d’après les archives d’É.-R. Brygoo).

PJ ERB

MAUVILLAIN Jean-Armand de

dates inconnues (XVIIème siècle) sous-démonstrateur de l'extérieur des plantes au Jardin du roi
Botanique

33Reçu docteur en médecine de la faculté de Paris en 1676, Mauvillain remplaça Guy-Crescent Fagon* comme sous-démonstrateur de botanique au Jardin royal. Cette suppléance dura de 1680 à 1683 et Joseph Pitton de Tournefort* prit ensuite le relais. Par ailleurs, Mauvillain fut le médecin de Molière.

Bibliographie

Crestois (Paul), Contribution à l’enseignement de la botanique au Jardin royal des plantes de Paris, thèse de doctorat en pharmacie, Strasbourg : université de Strasbourg, 1953, p. 107.

PJ

MENEGAUX Henri, Auguste

né le 17 mai 1857 à Audincourt (Doubs), mort en 1937 chaire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux)
Ornithologie

34Agrégé de sciences naturelles, Menegaux débuta sa carrière dans l’enseignement secondaire. Il soutint à la Sorbonne une thèse de doctorat ès sciences sur la circulation des Lamellibranches marins en 1889, puis il intégra en 1901 le Muséum, comme assistant de la chaire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux) d’Émile Oustalet*, succédant ainsi à Eugène de Pousargues* décédé. Travaillant à partir de 1906 sous la direction d’Édouard Trouessart*, il devint sous-directeur, puis il prit sa retraite en 1926, sans interrompre pour autant ses recherches. Mais sa santé, jusque-là excellente, s’altéra rapidement et la mort le surprit en plein travail. Menegaux avait eu plusieurs enfants de son mariage.

35Après s’être intéressé aux Mammifères jusqu’en 1906, Menegaux se consacra uniquement à l’ornithologie. Il dévolut principalement ses travaux à la systématique des Oiseaux, étudiant l’abondant matériel constitué par les collections du Muséum. Mais, Menegaux ne négligea pas cependant le domaine de l’ornithologie pratique, puisqu’il se préoccupa de la protection des Oiseaux dits “utiles”. Citons, parmi environ cent cinquante publications dues au naturaliste : Étude des Oiseaux de l’Équateur rapportés par le Dr Rivet (1911), Catalogue des Oiseaux de la collection Marmottan du Muséum d’histoire naturelle de Paris (1912), L'Élevage de l’Autruche, récolte et commerce des plumes (1913), Les Oiseaux de France (1932-1939) en quatre volumes et Les Mammifères [s.d. ] en deux volumes. Enfin, Menegaux fonda avec Louis Denise la Revue française d’Ornithologie en 1909.

Bibliographie

Le Comité de rédaction, “H. A. Menegaux (1857-1937)”, L'Oiseau et la Revue française d’Omithologie, vol. 8, 1938, pp. 144-145.

Hitier (Henri), “Mort d’un correspondant national”, Comptes rendus des Séances de l’Académie d'Agriculture de France, 1937, p. 763.

Ronsil (René), Bibliographie ornithologique française, Paris : Lechevalier, 1948, pp. 332-339.

PJ

MENTZER Charles

né le 27 mai 1911 à Lampertheim (Bas-Rhin), mort le 28 avril 1967 à Paris
chaire de Chimie appliquée aux corps organisés
Chimie, Pharmacie

36Charles Mentzer, qui était le fils d’un cultivateur du Bas-Rhin, obtint son baccalauréat en 1928, après un brillant cursus au lycée Fustel de Coulanges de Strasbourg. Dans cette même ville, le jeune homme suivit de 1930 à 1932 des études de pharmacie tout en fréquentant la faculté des sciences. Il eut alors l’occasion de s’initier chez Émile Terroine à la chimie biologique, obtenant un certificat dans cette discipline en 1932. La même année, Mentzer se fit transférer à la faculté de pharmacie de Paris afin de pouvoir préparer l’internat, un concours auquel il fut reçu en 1933. Il travailla de 1933 à 1939 comme interne dans le service du toxicologue René Fabre à l’hôpital Necker, se liant d’amitié avec Paul Meunier, accomplissant ses obligations militaires, obtenant son diplôme de pharmacien en 1935, le certificat de physiologie générale de la Sorbonne en 1936 et complétant de 1935 à 1936 sa formation dans le laboratoire de Biologie du professeur Jean Gautrelet à l’École pratique des hautes études. Chargé de conférences à l’École pratique des hautes études de 1935 à 1936, puis titulaire du diplôme de pharmacien supérieur en 1940, Mentzer se perfectionna de 1940 à 1942 en chimie organique chez le professeur Georges Darzens à l’École polytechnique. Il créa en 1942, à la demande de la firme Roussel, un laboratoire de recherches dans lequel il réalisa pendant six ans des travaux de chimie thérapeutique et de pharmacodynamie.

37En 1945, Mentzer effectua un stage chez le professeur lan Heilbronn, à l’Imperial College of Science and Technology de Londres. Il soutint deux ans plus tard sa thèse de doctorat ès sciences, avant de travailler de 1947 à 1950 comme chargé de recherche au CNRS dans le laboratoire lyonnais de son ami Meunier. Mentzer choisit alors d’embrasser une carrière universitaire à la faculté des sciences de Lyon : chef de travaux pratiques de 1949 à 1950, puis maître de conférences de chimie biologique, ainsi que professeur à l’École supérieure de chimie de 1950 à 1953, il exerça la fonction de professeur de chimie biologique de 1953 à 1957. Il avait remplacé à ce dernier poste Meunier décédé. En 1958, Mentzer quitta Lyon pour prendre la succession de Charles Sannié* au Muséum, comme titulaire de la chaire de Chimie appliquée aux corps organisés. Un cancer du foie l’éloigna de son laboratoire quelques années après, mais il continua de travailler jusqu’à ce que la souffrance soit finalement la plus forte.

38Mentzer laissa le souvenir d’un homme cultivé, généreux, délicat et bienveillant. Ce chercheur enthousiaste fut très apprécié de ses collaborateurs, dont certains le suivirent lors de son départ de Lyon pour le Muséum. Marié en 1935 à Marie Jesel, il avait adopté un fils.

39Mentzer œuvra dans les domaines de la chimie thérapeutique, de la synthèse organique, ainsi que de la phytochimie. Il réalisa des investigations fondamentales sur les relations structure-activité et l’antagonisme compétitif par analogie structurale, préparant de nombreux antimétabolites (antiphytohormones, antisérotonines, inhibiteurs de biosynthèses). Son succès majeur dans le domaine concerné fut la découverte, avec Meunier, de médicaments anticoagulants de synthèse dotés d’activité antivitaminique K. Le pharmacien étudia par ailleurs la chimie, la biochimie comparée, la biogénèse et la chimiotaxonomie de diverses substances végétales, tels les flavonoïdes, les lignanes ou les terpènes. À tout cela s’ajoutent des travaux concernant des produits particuliers (acide ascorbique, choline, coumarines estrogéniques), l’élaboration de méthodes originales de synthèse donnant accès à de nombreux dérivés hétérocycliques azotés ou oxygénés (coumarines, chromones, flavones, indoles), ainsi que la mise au point d’une technique d’analyse structurale des chaînes carbonées. Mentzer fut l’auteur de plus de deux cent cinquante publications, parmi lesquelles, citons : Contribution à l’étude biochimique de l’acide ascorbique (1940), Recherches chimiques sur quelques nouvelles substances capables de modifier le taux de prothrombine (1947), Ressemblance chimique et action synergique des molécules organiques (1950), La Théorie biogénétique et son application au classement des substances organiques d’origine végétale (1960), Sur une nouvelle méthode générale de synthèse des xanthones naturelles (1965) – rédigé en collaboration avec Michèle Guyot – et Actualités de phytochimie fondamentale (1964-1968) – rédigées avec plusieurs de ses collaborateurs.

40Au Muséum, Mentzer rénova le laboratoire de Chimie appliquée aux corps organisés, dont il étendit les locaux, modernisa l’appareillage et renforça l’équipe. Le résultat de ces transformations fut une structure de recherche performante, qui devint en 1967 associée au CNRS. Il assura par ailleurs au Muséum un enseignement public de la chimie, invitant de grandes personnalités à y participer. Membre du Comité national de la recherche scientifique de 1950 à 1957, Mentzer intégra dès 1956 le Conseil supérieur de la recherche scientifique.

Bibliographie

Aymonin (Gérard), “Le Professeur Charles Mentzer”, Bulletin de la Société botanique de France, vol. 114, no 5-6, 1967, pp. 225-226.

Deschamps-Vallet (Colette), “Avant-propos”, in Mentzer (Charles), Fatianoff (Olga), Deschamps-Vallet (Colette) (sous la dir.), Actualités de Phytochimie fondamentale, 3e série, 1968, pp. 4-6.

Jaussaud (Philippe), Pharmaciens au Muséum, Paris : Muséum national d’histoire naturelle, 1997, pp. 151-156 (Archives).

Kersaint (Georges), Molho (Darius), Billet (Denise), “Charles Mentzer (1911-1967)”, Bulletin de la Société chimique de France, no 1, 1968, pp. 1-11.

Kirkiacharian (Serge), “Grands pharmaciens : Charles Mentzer (1911-1967)’’, Revue d’Histoire de la Pharmacie, vol. 49, no 332, 2001, pp. 571-577.

Mentzer (Charles), Titres et travaux scientifiques, Lyon : Bosc Frères, 1957, 77 p.

Resplandy (Albert), “Le Professeur Charles Mentzer”, Produits et Problèmes pharmaceutiques, vol. 22, no 6,1967, pp. 258-259.

41PJ

MERTRUD Antoine, Louis

né à Langres (Haute-Marne), mort en 1767 démonstrateur en anatomie et chirurgie au Jardin du roi
Anatomie

42Chirurgien du roi, Antoine Mertrud fut au Jardin royal le prosecteur de Christophe Du Verney*, auquel il succéda comme démonstrateur en anatomie et chirurgie en 1749. Mertrud servit sous les professorats de Jacques-Bénigne Winslow*, puis d’Antoine Ferrein*. En 1767, son neveu Jean-Claude Mertrud* lui fut adjoint comme assistant, avant de le remplacer après sa mort survenue la même année.

Bibliographie

Cap (Paul-Antoine), Le Muséum d’histoire naturelle, Paris : Curmer, 1854, p. 75.

Laissus (Yves), “Le Jardin du roi”, in Taton (René) (sous la dir.), Enseignement et diffusion des sciences en France au XVIIIème siècle, Paris : Hermann, 1964, pp. 287-341.

PJ ERB

MERTRUD Jean-Claude

né en 1728, mort le 7 octobre 1802
démonstrateur en anatomie et en chirurgie au Jardin du roi, puis chaire d'Anatomie des animaux
Anatomie

43Ancien prévôt des écoles de chirurgie, Jean-Claude Mertrud fut l’adjoint de son oncle Antoine Mertrud*, avant de lui succéder en 1767 comme démonstrateur d’anatomie et chirurgie au Jardin royal. Ayant peut-être refusé vers 1770 des postes de premier chirurgien auprès des rois de Naples et d’Espagne, Mertrud travailla avec Antoine Petit*, ainsi que Louis Daubenton*. Il devint en 1793 le premier titulaire de la chaire d’Anatomie des animaux du Muséum nouvellement instituée. Mertrud adhéra aux idées de la Convention, mais il se trouva en butte à des dénonciations dont il s’inquiéta auprès du Comité d’instruction publique. En 1795, il accepta comme adjoint et remplaçant le jeune Georges Cuvier*. Celui-ci assura de fait la totalité des cours jusqu’à la mort du professeur en titre. Mertrud céda même à son brillant suppléant – contre dédommagement – son logement du Jardin des plantes.

44Marié avec Marthe Françoise Biberon, Mertrud était père d’au moins un fils et d’une fille. Son œuvre scientifique n’a guère laissé de traces dans l’histoire : tout au plus aurait-il inventé des procédés ingénieux relatifs aux préparations anatomiques. Son fils Antoine Louis François Mertrud avait reçu dès 1787 des lettres de nomination pour lui succéder, mais il mourut le 1er janvier 1788 à vingt-cinq ans et huit mois.

Source

Documents Muséum (d’après les archives d’É.-R. Brygoo). Dossier personnel (Archives nationales, AJ15, no 549).

Bibliographie

Bourdon (Isidore), Illustres médecins et naturalistes des temps modernes, Paris : Comptoir des imprimeurs unis, 1844, 467 p.

Pouchet (Georges), “Les Collections allemandes et la galerie d’anatomie comparée du Muséum”, La Revue scientifique, 2e série, vol. 18, no 30, 1880, pp. 699-708.

PJ ERB

MEUNIER Stanislas-Étienne

né le 18 juillet 1843 à Paris, mort le 23 avril 1925 à Paris
chaire de Géologie
Géologie

45Meunier était le fils aîné d’un journaliste et vulgarisateur scientifique. Après des études classiques, puis des licences acquises en Sorbonne, il devint en 1865 préparateur bénévole d’Edmond Frémy* à l’École polytechnique. Il entra l’année suivante au Muséum, dans le laboratoire de Géologie où il fut nommé aide-naturaliste d’Auguste Daubrée* en 1867. Meunier soutint sa thèse de doctorat ès sciences en 1869 et suppléa très souvent son chef de service, de 1873 à 1890, dans les leçons dépendant de la chaire qui l’avait accueilli. Celle-ci lui échut en 1892, lorsque Daubrée prit sa retraite. Parallèlement, Meunier professa à l’École nationale d’agriculture de Grignon et à l’École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses. Il fut assesseur du directeur au Muséum de 1910 à 1919, prit sa retraite en 1919, puis décéda six ans plus tard sans jamais avoir cessé de travailler. Sur son lit de mort, il corrigeait encore des épreuves d’imprimeur.

46Meunier fut décrit comme un homme affable, d’une grande jeunesse d’esprit, un animateur, ainsi qu’un maître attentif et cordial avec ses étudiants. Son enseignement, très didactique, laissa chez ceux qui le suivirent des souvenirs agréables. Il avait eu une fille de son mariage avec une romancière, mademoiselle Levallois.

47Écrivain prolixe, Meunier rédigea plus de cinq cent soixante-dix publications, dont une trentaine d’ouvrages. Nombre de ses œuvres avaient surtout un caractère philosophique, voire fantaisiste, comme la Géologie biologique (1918). Quoi qu’il en soit, Meunier poursuivit les recherches de Daubrée concernant les météorites, qu’il examina sur le plan non seulement de leurs propriétés physico-chimiques mais aussi de leurs caractères géologiques. Les observations ainsi recueillies furent consignées dans un Cours de géologie comparée (1874). Toujours dans le prolongement de l’œuvre de son maître, Meunier pratiqua la géologie expérimentale : il reproduisit au laboratoire des roches ou des minéraux par synthèse et tenta d’appliquer la méthode expérimentale à l’ensemble des branches de sa discipline. Citons dans ce cadre ses Méthodes de synthèse en minéralogie (1891).

48Meunier fut un adepte de l’“actualisme” de Charles Lyell et Constant Prévost, une théorie selon laquelle les événements géologiques anciens s’expliqueraient à la lumière de phénomènes actuels. Il postula également l’existence d’une activité intense et ininterrompue au sein du globe terrestre, un point de vue qu’il baptisa “activisme”. Meunier fut le premier à publier une étude géophysique synthétique consacrée au Bassin de Paris. Au Muséum, il enrichit les collections de son laboratoire, installa une galerie de géologie expérimentale et dispensa des leçons, assorties d’excursions sur le terrain, qui eurent beaucoup de succès. Meunier participa très activement aux Cours des voyageurs-naturalistes, créés en 1893 par Alphonse Milne-Edwards*. Enfin, il fut nommé membre du Conseil technique de l’agriculture coloniale en 1902, pour cinq ans.

Source

Dossier personnel (Archives nationales, AJ15, no 558).

Bibliographie

Abrard (René), “L'Évolution de la chaire de Géologie du Muséum national d’histoire naturelle. Leçon inaugurale faite au Muséum le 21 janvier 1943”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 15, no 1, 1943, pp. 32-55.

Ramond (Georges), “Stanislas Meunier. Notice biographique et bibliographique”, Archives du Muséum national d’Histoire naturelle, 6e série, vol. 2, 1927, pp. 49-54.

PJ

MILDERE Bénédictin

date de naissance inconnue, mort en 1812
chaire de Géologie et galeries de zoologie et d’anatomie
Minéralogie, Zoologie

49Alors qu’il vivait à Joinville en Champagne, Millière examina en 1791 le cabinet minéralogique d’un aristocrate à Brienne. Il donna dans cette même ville un cours de chimie en 1793, puis entra quelques années plus tard au Muséum. Mentionné comme aide-naturaliste de géologie en 1802, Millière fut nommé garde des galeries de zoologie en 1806. Il se trouva remplacé dans la seconde fonction après sa mort par Charles Laurillard*.

Source

Documents Muséum (d’après les archives d’É.-R. Brygoo).

PJ ERB

MILLOT Jacques, Henri, Marie, Clément

né le 9 juillet 1897 à Beauvais (Oise), mort le 23 janvier 1980 à Paris
chaire d'Anatomie comparée, puis d'Ethnologie des Hommes actuels et des Hommes fossiles
Anatomie, Ethnologie, Histologie

50Natif de Beauvais où son père était officier, Millot fit ses études secondaires au lycée parisien Janson-de-Sailly, dont il sortit incertain de son orientation future. Il fréquenta ensuite la faculté de médecine de Paris, simplement pour acquérir une culture biologique de base, car il n’avait pas l’intention de pratiquer l’art de guérir son prochain. Dès sa licence ès sciences obtenue à la Sorbonne en 1916, le jeune homme partit sur le front comme engagé volontaire. Il reprit ses études en 1919, soutint trois ans plus tard sa thèse de doctorat en médecine, effectua une mission à Madagascar et fut nommé en 1923 préparateur de l’histologiste Auguste Prenant à la faculté de médecine de Paris. Millot fréquenta également le laboratoire d’Histophysiologie de Justin Jolly au Collège de France, ainsi que le Muséum. Il devint docteur ès sciences en 1926, puis professeur agrégé d’histologie à la faculté de médecine en 1929. Entré à la Sorbonne comme maître de conférences de biologie générale et zoologie pour le certificat de sciences physiques, chimiques et biologiques en 1931, Millot débuta la même année un professorat d’anthropologie physiologique à l’Institut d’ethnologie et acquit en 1933 le titre de professeur sans chaire à la faculté des sciences.

51Chargé en 1937 d’une mission en Afrique occidentale française, mobilisé en 1939-1940 dans l’armée d’Alsace, Millot fut nommé en 1943 professeur titulaire de la chaire d’Anatomie comparée du Muséum. Il succédait ainsi à Raoul Anthony* décédé en 1941. Puis, s’étant vu confier après la Libération la mission d’organiser la recherche à Madagascar, il se partagea désormais entre son laboratoire de la rue Buffon et la Grande île. Lorsqu’Henri Vallois* se retira en 1960, Millot se fit transférer dans la chaire d’Ethnologie des Hommes actuels et des Hommes fossiles, devenant du même coup directeur du Musée de l’Homme. Il fut élu à l’Académie des sciences en 1963, prit sa retraite quatre années plus tard et continua de travailler jusqu’à ce qu’une pénible maladie l’oblige à interrompre ses activités. Il s’éteignit chez lui dans son sommeil, à l’âge de quatre-vingt-trois ans.

52Millot laissa le souvenir d’un gentilhomme de la science et d’un chef d’équipe possédant des qualités d’administrateur. Cet humaniste à la culture raffinée était un bibliophile averti. Professant avec clarté, il fut très apprécié comme enseignant : ses élèves du certificat de sciences physiques, chimiques et biologiques manifestèrent d’ailleurs leur déception lorsqu’il quitta la faculté pour le Muséum. Marié en 1919 à Henriette Alvin, il avait eu une fille.

53Auteur de deux cents publications environ, Millot conduisit des recherches zoologiques et anthropologiques. Les premières se trouvèrent surtout axées sur l’anatomie, ainsi que sur l’histophysiologie. Grand spécialiste des Aranéides, il rédigea sur ce sujet une vaste mise au point pour le Traité de zoologie de Pierre Paul Grassé. Il fut par ailleurs le premier à décrire précisément, avec son collaborateur Jean Anthony*, l’anatomie du Coelacanthe : de ces travaux naquit un monumental ouvrage en trois volumes, intitulé Anatomie de Latimeria chalumnae (1958-1978). Citons, parmi ses autres travaux de biologie animale, des études concernant la coloration des Vertébrés inférieurs, le métabolisme de l’eau chez divers Invertébrés, la cicatrisation et la régénération, les échanges graisseux dans les cellules hépatiques, l’action des parasites sur leurs hôtes et la biogéographie. Dans ce dernier domaine Millot, qui étudia la faune et la flore malgaches, contesta la théorie du continent de Gondwana.

54En anthropologie, il fut un pionnier de l’étude de la biologie et de la pathologie comparées des races humaines. Il conduisit notamment des investigations sur les caractères de la peau chez les mélanodermes, sur les croisements, ainsi que sur les variations sanguines ou pathologiques d’origine ethnique. Son ouvrage Biologie des races humaines (1952) témoigne de cette orientation. Millot s’intéressa aussi à diverses activités de l’homme, comme l’art africain ou la sorcellerie, ses nombreux voyages à travers le monde favorisant ses investigations ethnographiques.

55Au Muséum, Millot obtint qu’en 1946 un laboratoire de l’École pratique des hautes études soit rattaché à son service. Il contribua personnellement à enrichir les collections du Musée de l’Homme, où il organisa une équipe de recherches sur l’Asie associée au CNRS et fonda la revue Objets et Mondes. Enfin, Millot créa en 1947 l’Institut de recherche scientifique de Madagascar, un pays qu’il dota de deux périodiques nouveaux : Le Naturaliste malgache et les Mémoires de l’Institut scientifique de Madagascar.

Bibliographie

Anthony (Jean), “Jacques Millot. 1897-1980”, Bulletin d’information, Muséum national d’Histoire naturelle, no 18, 1980, pp. 55-58 (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 8614).

Anthony (Jean), Robineau (Daniel), “Le Coelacanthe et son témoignage”, in Dorst (Jean) (sous la dir.), Muséum national d’histoire naturelle. Récits et découvertes, Paris : Nathan, 1980, pp. 96-109.

Arambourg (Camille), “Rapport sur les titres de M. Jacques Millot, candidat à la chaire d’Anthropologie du Muséum national d’histoire naturelle”, 5 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 7611).

Dorst (Jean), “Notice nécrologique sur Jacques Millot, membre de la section de biologie animale et végétale”, Comptes Rendus hebdomadaires des Séances de l’Académie des Sciences, Vie académique, vol. 291, 1980, pp. 14-21.

Guiart (Jean), “Jacques Millot (1897-1980)”, Objets et Mondes, vol. 20, fasc. 1, 1980, pp. 3-4.

Legendre (Roland), “Jacques Millot (1897-1980)”, Bulletin de la Société zoologique de France, vol. 105, no 4, 1980, pp. 473-480.

Millot (Jacques), Titres et travaux scientifiques de Jacques Millot, 1963, 48 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 9068).

56PJ

MILNE-EDWARDS Alphonse

né le 13 octobre 1835 à Paris, mort le 21 avril 1900 à Paris
chaire d’Histoire naturelle des Crustacés, des Arachnides et des Insectes ou des Animaux articulés, puis de Zoologie (Mammifères et Oiseaux)
Mammalogie, Ornithologie, Zoologie des Crustacés

57Fils d’Henri Milne-Edwards*, Alphonse fut très tôt orphelin de mère. Il évolua dans une atmosphère stimulante sur le plan intellectuel, puisqu’il habita au Muséum dès l’âge de six ans, et reçut une formation initiale complète : lettres, arts, sciences, sports, travaux manuels, rien ne fut négligé dans son éducation à l’anglaise. Le jeune homme enchaîna ensuite les succès universitaires : docteur en médecine en 1860, puis docteur ès sciences l’année suivante, il devint pharmacien de première classe en 1864, avant d’être nommé en 1865 agrégé de zoologie de l’école de pharmacie de Paris. Milne-Edwards, qui avait été en 1856 le préparateur de son père à la faculté des sciences, entra six ans plus tard au Muséum comme aide-naturaliste dans la chaire d’Histoire naturelle des Crustacés, des Arachnides et des Insectes ou des Animaux articulés.

58Il succéda en 1865 à Achille Valenciennes* – dont il avait assuré un temps la suppléance – comme professeur de zoologie à l’école de pharmacie et rejoignit quatre années après la chaire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux) du Muséum. Là, Milne-Edwards fut d’abord l’aide-naturaliste de son père, qu’il remplaça en 1876 comme professeur titulaire. Il devint membre de l’Académie des sciences en 1879, puis fut élu deux fois directeur du Muséum, en 1891 et 1896, restant à la tête de l’établissement jusqu’à son décès. Il présida par ailleurs la Société de géographie, diverses commissions scientifiques du ministère de l’Instruction publique et dirigea le laboratoire de Zoologie anatomique de l’École pratique des hautes études. Très affecté par le décès de sa femme, survenu en 1887, Milne-Edwards succomba à une douloureuse maladie du foie et de l’estomac, compliquée d’une congestion pulmonaire.

MILNE-EDWARDS A. Pteromys xanthipes Milne-Edwards, 1867, individu mâle, “très adulte”, issu de : MilneEdwards (Alphonse), Milne-Edwards (Henri), Recherches pour servir à l'histoire naturelle des mammifères, Paris : [s.n.], 1864-1874, atlas pl. 14.

59Petit, le cheveu rare, portant moustaches et côtelettes, il était, en dépit de sa chétive apparence, un sportif accompli. Cette qualité lui fut précieuse au cours de ses explorations scientifiques. Milne-Edwards laissa le souvenir d’un homme droit, autoritaire, tenace dans ses desseins, qui dissimulait sous un abord froid de grandes qualités de cœur. Par ailleurs, il était un excellent pédagogue, cultivant la clarté et la simplicité à l’amphithéâtre. Le zoologiste avait épousé la fille d’un bibliothécaire du Muséum, Aglaé Desnoyers, qui resta sans enfant.

60Alphonse Milne-Edwards rédigea plus de deux cents livres ou articles. Si l’on excepte trois publications de botanique, les cinq thèmes essentiels de son œuvre furent les animaux des grands fonds marins, les Crustacés, les Oiseaux, les Mammifères et la faunistique générale. Il put étudier dans sa jeunesse, à la suite de la rupture fortuite d’un câble sous-marin, des Invertébrés vivant à des profondeurs de plus de deux mille mètres. Il dirigea ultérieurement les campagnes d’exploration océanographiques du Travailleur et du Talisman, se passionna pour les Crustacés actuels ou fossiles et conduisit des investigations originales sur l’anatomie des Limules. Dans le domaine ornithologique, ses Recherches anatomiques et paléontologiques pour servir à l'histoire des Oiseaux fossiles de la France (1867-1871) constituèrent un ouvrage de référence, auquel il faut ajouter des études sur l’appareil respiratoire aviaire. Pour ce qui concerne la mammalogie, il se distingua notamment grâce à des Recherches anatomiques, zoologiques et paléontologiques sur la famille des Chevrotains (1864) ou des investigations concernant les Mammifères de la Chine, ainsi que les Lémuriens malgaches. Quant aux études faunistiques, signalons la publication de divers mémoires relatifs aux animaux des régions australes, de Madagascar, des îles Mascareignes ou d’autres contrées lointaines.

61Milne-Edwards dirigea pendant près de vingt-cinq ans la ménagerie du Muséum, y faisant affluer les espèces rares. Comme directeur de l’établissement, il rétablit la domination des “naturalistes” sur les “expérimentalistes”, s’intéressa aux problèmes coloniaux et contribua à la réorganisation des collections. Il légua sa bibliothèque personnelle au Muséum, afin qu’elle fût vendue au profit de la chaire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux).

Bibliographie

Anonyme, “Alphonse Milne-Edwards”, Revue scientifique, 4e série, vol. 13, no 18, 1900, pp. 545-548.

Coutière (Henri), “M. le Docteur A. Milne-Edwards, professeur à l’École supérieure de pharmacie de Paris, Bulletin des Sciences pharmacologiques, vol. 2, 1899-1900, pp. 161-176.

Coutière (Henri), “A. Milne-Edwards”, in Guignard (Léon) (sous la dir.), Centenaire de l’École supérieure de pharmacie de l'université de Paris, 1803-1903 : volume commémoratif, Paris : Joanin et Cie, 1904, pp. 339-343.

Lacroix (Alfred), Notice historique sur Alphonse Milne-Edwards : lecture faite dans la séance publique annuelle du 22 décembre 1924, Institut de France, Paris : Gauthiers-Villars, 1924, 74 p.

Valette (Guillaume), “Alphonse Milne-Edwards”, in Bedel (Charles) (sous la dir.), Figures pharmaceutiques françaises : notes historiques et portraits, 1803-1953, Paris : Masson, 1953, pp. 167-172.

Tort (Patrick), “Milne-Edwards Alphonse 1835-1900”, in Tort (Patrick) (sous la dir.), Dictionnaire du Darwinisme et de l’Évolution, Paris : PUF, 1996, vol. 2, pp. 2956-2957.

PJ

MILNE-EDWARDS Henri [EDWARDS Henri-Milne dit]

né le 23 octobre 1800 à Bruges (Belgique), mort le 29 juillet 1885 à Paris
chaire d’Histoire naturelle des Crustacés, des Arachnides et des Insectes ou des Animaux articulés, puis de Zoologie (Mammifères et Oiseaux)
Mammalogie, Zoologie des Invertébrés

62Henri Milne-Edwards était né du second mariage de l’anglais William Edwards, un planteur colonel de milice à la Jamaïque qui avait eu vingt-sept enfants de sa première union. Filleul de l’une de ses demi-sœurs, madame Milne, le jeune garçon fut élevé par son demi-frère aîné William, jusqu’à ce que son père vienne s’installer à Paris en 1814. Henri choisit alors la nationalité française, à laquelle le lieu de sa naissance lui donnait droit. Il suivit des études de médecine, se faisant recevoir docteur en 1823, puis mena une existence de dilettante en compagnie de médecins et d’artistes, jusqu’à ce qu’un revers de fortune le contraigne à gagner sa vie. Milne-Edwards publia des ouvrages de vulgarisation médicale, avant de se lancer dans l’enseignement, ainsi que dans l’étude des sciences de la vie. Il fut nommé au cours de l’année 1832 professeur d’histoire naturelle à l’École centrale des arts et manufactures et au lycée Henri IV

63Docteur ès sciences en 1836, membre de l’Institut en 1838, Milne-Edwards devint la même année au Muséum aide-naturaliste de la chaire d’Histoire naturelle des Crustacés, des Arachnides et des Insectes ou des Animaux articulés, un service à la tête duquel il remplaça en 1841 Jean-Victor Audouin* décédé. Il fut nommé en 1844 professeur de zoologie et de physiologie comparée à la faculté des sciences de Paris. Toujours en 1844, Milne-Edwards effectua un voyage d’étude en Sicile avec Armand de Quatrefages* et Émile Blanchard*. Il demanda en 1861 son transfert dans la chaire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux) du Muséum, rendue vacante par le décès d’Isidore Geoffroy Saint-Hilaire*, puis il quitta l’établissement en 1876, afin de consacrer totalement à ses fonctions au sein de la faculté des sciences dont il était devenu en 1873 le doyen.

64Henri Milne-Edwards était un homme de petite taille, d’une santé délicate qu’il soutenait à force de travail. Nanti d’un réel courage physique, il affronta indifféremment les chutes d’obus en 1870 ou de périlleuses plongées effectuées avec un scaphandre rudimentaire. Il était compétent aussi bien en sciences qu’en administration. Il aimait la vie mondaine et tenait salon, pour les savants comme pour les artistes. D’une voix chargée d’un accent caractéristique, il dispensait à la Sorbonne un enseignement attractif, s’appuyant sur des démonstrations pratiques. Sa femme Laure Trézel, qu’il avait épousée en 1823, lui donna neuf enfants, dont plusieurs moururent malheureusement en bas âge : seuls survécurent un fils, Alphonse*, et trois filles.

65Chef de file incontesté des naturalistes français à son époque, Milne-Edwards innova en mariant l’anatomie comparée de Georges Cuvier* avec la physiologie. Il fonda par ailleurs – sans adhérer au transformisme lamarckien – la théorie de la “division du travail physiologique” : les animaux dits “inférieurs”, comme les Coelentérés, sont constitués d’un seul type de tissu, capable de remplir toutes les fonctions vitales et dont un fragment peut régénérer l’individu entier. Tandis que, chez les espèces dites “supérieures”, chaque tissu se trouvant spécialisé dans l’accomplissement d’un travail précis – nutrition, respiration, vie de relation, reproduction – aucune régénération n’est possible. Il développa ces principes dans son Introduction à la zoologie générale, ou Considérations sur les tendances de la nature dans la constitution du règne animal (1851).

66L'application de ses théories, alliée à une étude minutieuse des Invertébrés marins dans leur habitat naturel, conduisit Milne-Edwards à écrire des ouvrages majeurs, telles l’Histoire naturelle des Crustacés (1834-1840) ou l’Histoire naturelle des Coralliaires ou Polypes proprement dits (1858-1860). Il faut ajouter à cela une œuvre mammalogique non négligeable, dont témoignent les Recherches pour servir à l’histoire naturelle des Mammifères (1868-1874), ainsi que les monumentales Leçons sur la physiologie et l’anatomie comparées de l’Homme et des animaux (1857-1881) en quatorze volumes. Il fut en 1832 l’un des trente-cinq membres fondateurs de la Société entomologique de France. Enfin, il participa à diverses commissions officielles, comme celle chargée d’organiser les écoles de pharmacie.

Source

Dossier personnel (Archives nationales, AJ15, no 549).

Bibliographie

Anonyme, “Discours prononcés aux obsèques de M. Henri Milne-Edwards le 31 juillet 1885”, Comptes Rendus hebdomadaires des Séances de l’Académie des Sciences, vol. 101, no 5, 1885, pp. 333-353.

Anthony (Jean), “Milne-Edwards, Henri”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1974, vol. 9, pp. 407-409.

Berthelot (Marcelin), Notice historique sur Henri MilneEdwards, lue dans la séance publique annuelle de l’Académie des sciences du 21 décembre 1891, Paris : Firmin-Didot, 1891, 39 p. et Revue scientifique, 3e série, vol. 49, no 1, 1892, pp. 1-11.

Bourdelle (Édouard), Leçon d’ouverture du cours de zoologie des Mammifères et des Oiseaux (Muséum national d’histoire naturelle), 25 mai 1927, (extr. de la Revue d’Histoire naturelle appliquée, 1ère partie, vol. 8, no 8-9, 1927], Chateauroux : impr. Langlois, 1928, 30 p.

Quatrefages (Armand de), “H. Milne Edwards”, Revue scientifique, 3e série, vol. 36, no 6, 1885, pp. 161-169.

Tort (Patrick) “Milne-Edwards Henri 1800-1885”, in Tort (Patrick) (sous la dir.), Dictionnaire du Darwinisme et de l’Évolution, Paris : PUF, 1996, vol. 2, pp. 2957-2960.

PJ

MIMEUR Jean, Marie

né le 13 janvier 1898 à Dole (Jura), mort le 8 décembre 1945 à Paris
chaire d’Entomologie agricole coloniale
Entomologie (Hémiptères)

67Membre de l’Institut chérifien de Rabat en 1938, Mimeur fut nommé sous-directeur de la chaire d’Entomologie agricole coloniale du Muséum en 1942. Il mourut âgé de quarante-sept ans seulement, à l’hôpital de l’Institut Pasteur de Paris.

68Entomologiste, Mimeur s’intéressa principalement aux pucerons du Maroc. Citons, parmi ses publications : Les Insectes nuisibles au cotonnier en Afrique occidentale française (1926) et Contribution à l’étude des zoocécidies du Maroc (1949).

Bibliographie

Lhoste (Jean), Les Entomologistes français : 1750-1950, Paris : INRA-OPIE, 1987, p. 281.

PJ ERB

MIRBEL Charles, François BRISSEAU DE

né le 26 mars 1776 à Paris, mort le 12 septembre 1854 à Champerret (Paris)
chaire de Culture
Anatomie végétale, Physiologie végétale

69Fils d’un jurisconsulte adepte du jansénisme, Mirbel suivit au pensionnat de Picpus des études qui se trouvèrent interrompues par la Révolution. Le jeune homme se réfugia d’abord avec ses parents à Versailles, puis migra à Toulouse durant la Terreur pour échapper à la conscription. De retour en 1794 dans la capitale, Mirbel fut affecté par Lazare Carnot au bureau de topographie du Comité de salut public, où il devint en 1795 le secrétaire du général Henri Clarke, ainsi que le collègue de Bonaparte. Sa situation changea lorsqu’il prévint de son arrestation prochaine un royaliste, ce qui le contraignit à fuir dans les Pyrénées. Mirbel étudia alors la physique, la minéralogie et la botanique, effectuant à l’école centrale de Tarbes ses premières recherches scientifiques avec Louis Ramond de Carbonnières. Mirbel revint en 1798, à Paris, où il fut attaché au Muséum comme aide-naturaliste de René-Louiche Desfontaines*. Il obtint grâce à sa femme le poste d’intendant des jardins de la Malmaison en 1803, entra au service du roi de Hollande Louis Bonaparte en 1806, retourna peu après dans la capitale, puis fut élu à l’Académie des sciences en 1808. Cette même année, il fut nommé professeur adjoint de botanique à la faculté des sciences où il cotoya Joseph Gay-Lussac* et Siméon Poisson.

70Mirbel occupa sous la Restauration, à la demande de son ami Élie Decazes, les places de secrétaire général au ministère de la Police générale en 1817 et de directeur du bureau d’agriculture, des sciences et des arts au ministère de l’Intérieur en 1818. Ayant démissionné de ses fonctions officielles lors de la disgrâce de Decazes en 1820, il rejoignit outre-Manche son protecteur, qui était devenu ambassadeur en Angleterre. Mirbel succéda finalement - après un échec en 1824 – à Louis Bosc d’Antic* en 1828, comme titulaire de la chaire de Culture du Muséum. Il effectua pour l’établissement des missions en Angleterre en 1833, puis en Algérie en 1839. Très affecté par le décès de sa seconde femme, il abandonna ses professorats en 1850 pour cause de maladie, puis déclina peu à peu, perdant la mémoire et s’éteignit paisiblement à l’âge de soixante-dix-huit ans.

71Mirbel apparaît sur ses portraits avec des cheveux et des favoris bruns savamment bouclés. Marié deux fois, il fut deux fois veuf : il épousa en 1802 une jeune veuve nommée Marie-Hélène Soulpe, puis se remaria vers 1820 avec la miniaturiste Lizinska Rue, décédée du choléra en 1849. Il eut plusieurs enfants, dont une fille qui prit soin de lui sur ses vieux jours.

72Premier naturaliste français à pratiquer l’histologie végétale, Mirbel étudia la structure, la formation et l’évolution des tissus constituant les différentes parties des plantes. Il conduisit dans cette perspective des travaux sur le phloème, le bois, le cambium, l’embryon, l’ovule, ainsi que les racines ou les tiges des Monocotylédones – dont il expliqua le mode de croissance. Il s’intéressa au rôle physiologique du cambium et jeta les bases d’une classification des plantes fondée sur les caractères de l’embryon. De plus, il se révéla comme un pionnier de la cytochimie végétale par ses investigations concernant la formation de la cuticule ou la lignification des vaisseaux du bois. Citons, parmi ses nombreuses publications, le Traité d’anatomie et de physiologie végétales (1802) en deux volumes, l'Histoire naturelle des végétaux (1803) en quinze volumes dont les trois premiers furent rédigés par Jean-Baptiste de Lamarck*, l’Exposition de la théorie de l’organisation végétale (1809), ainsi qu’un mémoire intitulé Observations sur l’origine et le développement des vaisseaux propres et du liber (1809).

MIRBEL C. BRISSEAU DE – Hépatique, épreuve d'auteur, issue de : Mirbel (Charles Brisseau de), Des recherches anatomiques et physiologiques sur le Marchantia polymorpha..., 1831.

73Mirbel fit construire à la Malmaison une magnifique serre chaude, remplie d’arbres ou d’arbustes exotiques provenant du Muséum. Enfin, il mit à profit ses fonctions administratives pour favoriser le développement de l’agriculture française.

Source

Dossier personnel (Archives nationales, AJ15, no 543).

Bibliographie

Bois (Désiré), “La Chaire de Culture du Muséum national d’histoire naturelle”, Revue d’Histoire naturelle appliquée, 1ère partie, 1921, pp. 341-356 et 365-375.

Guillaumin (André), “La Chaire de Culture du Muséum national d’histoire naturelle de Paris”, Revue scientifique, 71e année, no 12, 1933, pp. 353-361.

74Nougarede (A.), “Mirbel, Charles François Brisseau de”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1974, vol. 9, pp. 418-419.

MOCQUARD François

né le 27 octobre 1834 à Leffond (Haute-Saône), mort le 19 mars 1917 à Leffond
chaire de Zoologie (Reptiles et Poissons)
Herpetologie, Pisciculture

75Fils de manouvrier, Mocquard naquit dans un village de la Haute-Saône. Il obtint un brevet d’enseignement à l’école normale de Vesoul en 1855, devint répétiteur au lycée de Besançon, réussit le baccalauréat en 1860, la licence ès sciences physiques en 1862 et la licence ès sciences mathématiques en 1865. Le jeune homme avait été nommé par ailleurs en 1860 préparateur de physique à la faculté des sciences de Besançon. S’étant lancé dans des études médicales, Mocquard fut affecté en 1870 comme aide-major chirurgien à l’ambulance de l’hôpital Chifflet de Besançon. Il soutint sa thèse de doctorat en médecine au début de l’année 1873, fut chargé du cours de sciences physiques et naturelles au lycée de Vesoul de 1873 à 1877, puis devint élève de l’École pratique des hautes études chez Alphonse Milne-Edwards* au Muséum. Licencié ès sciences naturelles en 1879, Mocquard soutint sa thèse de doctorat en 1884. Il remplaça la même année Henry-Émile Sauvage* au poste d’aide-naturaliste de la chaire de Zoologie (Reptiles et Poissons) de Léon Vaillant*, avant de passer en 1891 au sein du corps des assistants. Admis à la retraite en 1908, il mourut neuf ans plus tard dans son village natal. Mocquard avait eu une fille de son mariage avec Léontine Bay.

76Auteur de près de quatre-vingts publications, il œuvra essentiellement dans le domaine herpétologique, son chef de service Léon Vaillant se chargeant de l’ichtyologie. Mocquard étudia des Reptiles et des Batraciens provenant de Madagascar, du Mexique, d’Amérique centrale, de Bornéo ou du Tonkin. Par ailleurs, il travailla avec Alphonse Milne-Edwards sur les Crustacés et s’intéressa toute sa vie à la pisciculture. Citons parmi ses publications le Synopsis des familles, genres et espèces des Reptiles écailleux et des Batraciens de Madagascar (1909). Enfin, Mocquard fut chargé au Muséum de prononcer des conférences pratiques dans le cadre de l’enseignement destiné aux voyageurs-naturalistes.

Source

Dossier personnel (Archives nationales, AJ15, no 558).

Bibliographie

Roule (Louis), “Notice nécrologique sur M. le Dr François Mocquard, assistant honoraire au Muséum”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, vol. 23, no 5, 1917, pp. 315-317.

PJ

MOLHO Darius

né le 7 juin 1920 à Comotini (Grèce), mort le 4 novembre 2004
chaire de Chimie appliquée aux corps organisés
Chimie

77Molho était à l’origine citoyen hellénique. Titulaire du baccalauréat en 1938, il fit des études supérieures à l’Institut national agronomique de Paris-Grignon, dont il sortit ingénieur en 1940. Il obtint sa licence ès sciences trois ans plus tard, puis travailla de 1944 à 1947 comme ingénieur de recherches dans le laboratoire de Chimie thérapeutique qu’avait créé Charles Mentzer* pour la firme Roussel-Uclaf. Ensuite, Molho intégra le CNRS, rejoignant en 1948 au titre d’attaché de recherches le laboratoire de Chimie biologique de la faculté des sciences de Lyon. Ce dernier était alors dirigé par Mentzer, qui devait prendre en 1958 la tête de la chaire de Chimie appliquée aux corps organisés du Muséum. Molho acquit la nationalité française en 1953. Devenu la même année docteur ès sciences, chargé de recherche en 1954 et maître de recherche en 1957, il suivit son maître au Jardin des plantes. Il fut nommé maître de conférences et sous-directeur du laboratoire de Chimie appliquée aux corps organisés en 1959, puis professeur titulaire de la chaire correspondante en 1969, comme remplaçant de Mentzer décédé. Molho se retira en 1988.

78Il laissa le souvenir d’un homme d’une grande gentillesse. Il s’était marié en 1948 avec Lucie Lacroix, dont il avait eu cinq enfants.

79Molho travailla, au début de sa carrière, en étroite collaboration avec Mentzer. Il réalisa la synthèse de substances naturelles flavonoïdiques ou coumariniques, ainsi que de composés à action phytohormonale. De plus, le chimiste conduisit des investigations sur les relations structure-activité, les anticoagulants, la chimiotaxonomie végétale ou fongique et isola à partir de plantes diverses molécules nouvelles dont il établit la structure. Citons, parmi ses publications, Préparations synthétiques et mode d’action de quelques hypoprothrombinémiants : relations entre la structure chimique et l’activité pharmacologique (1953).

Bibliographie

Exposé des titres et travaux scientifiques de Darius Molho, maître de recherche au CNRS, 1959, 31 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 7186).

Titres et travaux scientifiques de Darius Molho, maître de conférences au Muséum national d’histoire naturelle, Paris : impr. N.P.R, 1968, 124 p. (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no 4 α 1249).

Plouvier (Victor), “Historique des chaires de Chimie, de Physique végétale et de Physiologie végétale du Muséum d’histoire naturelle”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 4e série Miscellanea, vol. 3, 1981, p. 142.

PJ

MONGOUR Jacques

né le 10 juillet 1930 à Bois-Colombe (Hauts-de-Seine)
chaire de Biologie végétale et appliquée
Horticulture

80Ingénieur horticole de l’École nationale supérieure horticole de Versailles, Mongour fut successivement directeur des cultures du Fief de Buda à Grisy-Suisnes, directeur-adjoint du Service des promenades et jardins de la ville de Lille (au grade d’ingénieur subdivisionnaire), puis conservateur en chef des jardins de la ville d’Hyères. Il exerça ensuite pendant trois années, dans le secteur privé, la profession d’ingénieur-conseil et expert près les tribunaux à Hyères, avant de réintégrer l’Administration pour y occuper le poste d’ingénieur principal-directeur du Service des espaces verts de la ville de Nîmes. Nommé en 1981 (après concours sur titres) maître de conférences sous-directeur de la chaire de Biologie végétale et appliquée au Muséum, Mongour prit sa retraite en 1991.

81Le naturaliste était un grand amateur d’opéra. Il avait épousé en 1954 Edith Chariot, qui lui avait donné un enfant.

82Au Muséum, Mongour eut sous son autorité l’ensemble des collections végétales de l’établissement, tant dans le domaine horticole (parterres, Arboretum de Chèvreloup) que dans celui de la botanique (serres tropicales, graineterie, Jardin exotique de Val Rahmeh à Menton). Il participa à la rénovation du labyrinthe, conçut et réalisa une roseraie au Jardin des plantes, s’investit dans la construction d’un groupe de serres tropicales au domaine de Chèvreloup et réalisa plusieurs expositions (notamment de Fuchsias). À travers le développement des collections, dont il organisa l’informatisation, Mongour milita activement pour la création d’une banque de gènes végétaux. Il fut enfin chroniqueur horticole.

Source

Curriculum vitae de Jacques Mongour. Données fournies par l’intéressé.

PJ

ΜOΝΝΙOΤ Claude

né le 9 octobre 1936 à Fontenay-sous-Bois (Val-de-Marne)
chaire d'Écologie générale, puis de Biologie des Invertébrés marins et Malacologie
Écologie, Zoologie des Invertébrés

83Claude Monniot acquit une vocation précoce pour la biologie marine, grâce à la lecture d’un ouvrage de vulgarisation. Élève-maître à l’école normale d’instituteurs de Paris de 1952 à 1956, il obtint son baccalauréat de mathématiques élémentaires en 1955, le certificat d’aptitude pédagogique en 1956, puis une licence ès sciences naturelles en 1959. Ses vacances étaient consacrées à la récolte d’algues et d’animaux marins sur les côtes bretonnes, ou à des stages dans les laboratoires de Roscoff et de Banyuls-sur-Mer. Dans cette dernière station, le jeune homme fit la connaissance de Claude Delamare-Deboutteville*, qui l’accepta dès 1958 comme travailleur libre. Monniot passa en 1960 un diplôme d’études approfondies d’océanographie biologique et soutint une thèse de doctorat de troisième cycle dans sa discipline en 1961. Devenu cette dernière année stagiaire du CNRS, le naturaliste rejoignit en 1962 la faculté des sciences de Nancy pour y occuper un poste de maître-assistant de zoologie.

84Monniot effectua de septembre 1963 à décembre 1964 son service militaire au centre universitaire de Brazzaville comme maître-assistant, avant d’entrer avec le même grade au Muséum en 1965, dans la chaire d’Écologie générale de Delamare-Deboutteville. Il soutint en 1965 une thèse de doctorat d’État. Nommé sous-directeur du laboratoire de Biologie des Invertébrés marins et Malacologie en 1969, Monniot accéda au professorat en 1992 et prit sa retraite en 1999. Il a rempli à partir de 1960 de nombreuses missions océanographiques, surtout dans le golfe de Gascogne, mais également aux Açores, au Cap, aux Kerguélen, en Polynésie, aux Bermudes, dans l’océan Indien, en Nouvelle-Calédonie ou à Madère. Par ailleurs, Monniot s’est rendu dans divers laboratoires français ou étrangers. Bien que retraité, il a continué à travailler et à publier au Muséum. Il a eu un enfant de son mariage.

85Monniot a étudié d’une part la zoologie systématique ou descriptive des Ascidies – dont il est un grand spécialiste – et des Copépodes ascidicoles, d’autre part l’écologie des zones benthiques abyssales – privilégiant dans ce cadre les Tuniciers. Parmi ses cent cinquante-sept publications figurent Étude systématique et évolutive de la famille des Pyuridae (Ascidiacea) (1965), Essai sur les parasites des Ascidies (1965), Les Ascidies de grandes profondeurs récoltées par le navire océanographique américain Atlantis II (1968), Ascidies antarctiques et subantarctiques : morphologie et biogéographie (1983), Les Ascidies de Polynésie française (1987), Peuplements d’ascidies profondes en Nouvelle-Calédonie. Diversité des stratégies adaptatives (1991), Ascidians from the Tropical Western Pacific (2001), South African Ascidians (2001) et Stolidobranch Ascidians from the Tropical Indian Ocean (2002). Travaillant toujours en étroite collaboration avec son épouse Françoise Monniot, chercheur au CNRS, il a considérablement enrichi la collection d’Ascidies de l’établissement, dont l’effectif est passé de quelques échantillons à plus de quatre mille – sans compter quelque cent mille préparations sur lames. Ses dernières recherches ont été consacrées plus particulièrement aux animaux des océans Pacifique et Indien, en collaboration avec des équipes américaines. Enfin, le Muséum est pourvu, grâce aux campagnes des Monniot, de la plus importante collection mondiale d’ascidies abyssales.

MONNIOT C. Rhopalaea circula Monniot, 2001 et Rhopalaea respiciens Monniot, 2001 issus de : Monniot (Françoise), Monniot (Claude), “Ascidians from the tropical western Alantic”, Zoosystema, vol. 23, no 2, 2001, figs 124C et 124F, p. 366.

Source

Renseignements personnels fournis par l'intéressé.

Bibliographie

Monniot (Claude), Rapport d’activité de 1992 à 1998, 4 p. dactylographiées (fonds malacologie du Muséum national d’histoire naturelle).

Monniot (Claude), Titres et travaux scientifiques, 1989, 66 p. dactylographiées (fonds malacologie du Muséum national d’histoire naturelle).

PJ

MONOD André, Théodore

né le 9 avril 1902 à Rouen (Seine-Maritime), mort le 22 novembre 2000 à Versailles (Yvelines)
chaire des Pêches et productions coloniales d’origine animale, puis des Pêches Outre-Mer
Biogéographie, Botanique, Géologie, ichtyologie, Paléontologie

86Troisième fils du pasteur Wilfred Monod, Théodore Monod vit le jour dans une famille comptant de nombreux ecclésiastiques protestants. Cet enfant doué fréquenta dès sa petite enfance le Jardin des plantes, montrant un goût précoce pour les choses de la nature et la défense des animaux. Après avoir suivi les cours de l’école alsacienne jusqu’au baccalauréat, Monod, qui se disposait à devenir pasteur à l’exemple de ses ancêtres, passa brillamment sa licence ès sciences naturelles en 1920. Il changea alors d’orientation professionnelle, entra en 1921 comme boursier au Muséum, où il devint préparateur de la chaire des Pêches et productions coloniales d’origine animale en 1922, et soutint sa thèse de doctorat ès sciences en 1926. Dès 1922, le jeune homme avait entamé par la Mauritanie la longue série de voyages – surtout africains – qui devaient jalonner sa carrière. Il effectua son service militaire de 1928 à 1929 comme chamelier dans la compagnie saharienne Tidikelt-Hoggar, puis fut nommé en 1930 assistant de la chaire des Pêches et productions coloniales d’origine animale. En 1938, Monod obtint son détachement pour cinq ans à l’IFAN de Dakar, assumant la fonction de secrétaire général. Il fut chargé d’une mission de renseignement sur la frontière libyenne pendant la “drôle de guerre”, ce qui lui permit d’explorer le Tibesti.

87Nommé en 1942 professeur titulaire de la chaire des Pêches et productions coloniales d’origine animale du Muséum, comme successeur d’Abel Gruvel*, il fut retenu de 1942 à 1944 à Dakar, où il accueillit le général De Gaulle au sein d’une Afrique de l’Ouest ralliée à la France libre.

88Monod consacra, depuis la fin du conflit mondial jusqu’à son rapatriement définitif en 1965, trois mois de l’année à ses activités au Muséum, passant le reste du temps sur le territoire africain. Il fut détaché en 1957 à Dakar pour deux ans, comme professeur, ainsi que doyen de la faculté des sciences, devint directeur de l’IFAN en 1962 et entra à l’Académie des sciences en 1963. Entretemps, l’intitulé de sa chaire du Muséum s’était trouvé converti en celui de Pêches Outre-Mer, en 1958. Le naturaliste fut nommé inspecteur général des musées d’histoire naturelle de province en 1969 et prit sa retraite en 1973, sans abandonner pour autant ses voyages ou ses activités scientifiques. Devenu sourd et presque aveugle à la fin de sa vie, Monod fut victime d’une attaque d’hémiplégie la nuit précédant son départ pour Nouakchott. Il passa ses derniers mois à la clinique des diaconesses de Versailles et mourut dans sa quatre-vingt-dix-neuvième année.

89Monod, dont les médias popularisèrent sur ses vieux jours la silhouette barbue, était un homme de petite taille, mince, au teint mat et au front précocement dégarni. Ascétique, solitaire, ardent travailleur, il fut un protestant convaincu qui détestait l’immoralité. Ce naturaliste engagé milita avec passion pour diverses causes, comme la défense des droits de l’homme, des animaux, ou la protection de l’environnement, n’hésitant ni à participer à des manifestations, ni à signer des pétitions. Il fut, pour cette raison, un personnage très médiatisé au cours de ses dernières années. De son union, célébrée en 1930 avec Olga Pickova, étaient nés deux garçons et une fille. Monod fut notamment l’ami de Pierre Teilhard de Chardin, de Jean Bruller (dit Vercors) et de Jean Rostand.

90L'œuvre de Monod, fort diversifiée, fut celle d’un grand naturaliste pluridisciplinaire de terrain, fasciné par le Sahara. En zoologie, il s’intéressa aux aspects surtout morphologiques et taxonomiques de l’ichtyologie et de la carcinologie. Ses recherches sur l’anatomie des Crustacés Isopodes ou Décapodes, ainsi que sur celle des Poissons Téléostéens, doivent être mentionnées à ce propos. En botanique, Monod consacra de nombreuses investigations aux plantes africaines, récoltant plus de cinq mille spécimens d’herbier. Il faut ajouter à cela des travaux relatifs à la géologie, à la paléontologie et à la préhistoire sahariennes, ainsi que diverses études historiques. Enfin, Monod plongea plusieurs fois, entre 1948 et 1954, dans le bathyscaphe d’Auguste Piccard, et il établit le record du trajet sans point d’eau (mille trois cents kilomètres) en 1955. Citons, parmi environ huit cents publications dues à sa plume : Les Gnathiidae. Essai monographique (1926), L'Industrie des pêches au Cameroun (1928), Hippidea et Brachyura ouest-africains (1956), Le Complexe urophore des Poissons Téléostéens (1968), Fruits et graines de Mauritanie (1974-1979) et Méharées (1989). La dénomination latine de plus d’une centaine d’espèces animales ou végétales rappelle le nom de Monod.

Bibliographie

Billard (Laurent), Jarry (Isabelle), Hommage à Théodore Monod, naturaliste d’exception, Paris : Muséum national d’histoire naturelle, 1997, 181 p. (Archives).

Cans (Roger) Théodore Monod. Savant tous terrains, Paris : Sang de la Terre, 2001, 297 p.

Dorst (Jean), “Théodore Monod. 1902-2000”, in Universalia 2001, Paris : Encyclopaedia Universalis France, 2001, pp. 453-454.

Jarry (Isabelle), Théodore Monod, Paris : Plon, 1990, 239 p.

Monod (Théodore), “Leçon inaugurale du cours de Pêches et Productions coloniales d’origine animale, prononcée le 15 mars 1945”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 17, no 3, 1945, pp. 180-200.

Vray (Nicole), Monsieur Monod, scientifique, voyageur et protestant, Arles : Actes Sud, 2000, 632 p. (Babel).

91PJ

MONTENAY-GARESTIER Thérèse

née le 11 août 1941 à Tours (Indre-et-Loire)
chaire de Biophysique
Biologie moléculaire, Biophysique

92Thérèse Garestier prit le nom de Montenay-Garestier après son mariage. Élève du lycée Descartes de Tours, elle fut bachelière dans la section mathématiques en 1958, choisit d’intégrer l’École normale supérieure de Sèvres en 1961, obtint une licence ès sciences physiques en 1963, un diplôme d’études supérieures de sciences physiques en 1964 et l’agrégation de sciences physiques en 1966. Montenay-Garestier fut mise à la disposition de l’Enseignement supérieur de 1966 à 1970, pour exercer les fonctions d’assistante dans la chaire de Biophysique du Muséum, où elle fut ensuite maître assistante de 1971 à 1975. Elle soutint en 1972 à l’université d’Orléans sa thèse de doctorat ès sciences, préparée sous la direction de Claude Hélène*, au laboratoire de Biophysique et au Centre de biophysique moléculaire d’Orléans. Détachée au ministère de l’Agriculture en 1975, Montenay-Garestier exerça les fonctions de maître assistante (1975-1977), puis de maître de conférences (1977-1979) de physique appliquée à l’École nationale supérieure des industries agricoles et alimentaires. Elle revint au Muséum en 1979 comme professeur. De son mariage étaient nés deux enfants.

93Montenay-Garestier œuvra dans le domaine de la biophysique moléculaire. Grâce à l’emploi de techniques spectrales, elle conduisit des recherches sur les interactions entre les protéines et les acides nucléiques, sur les agrégats de constituants d'acides nucléiques et sur la conformation dynamique des protéines. Citons, parmi ses nombreuses publications : Contribution à l’étude des interactions entre les acides aminés aromatiques et les acides nucléiques (1972), ainsi que Aggregate Fonnation, Excited State Interactions and Photochemical Reactions in Frozen Aqueous Solutions of Nucleic Acid Constituents (1976).

Bibliographie

Montenay-Garestier (Thérèse), Notice de titres et travaux, 1979, 22 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no 4° α 1406).

PJ

MORIN DE SAINT-VICTOR Louis [MORIN Louis dit]

né le 11 août 1635 au Mans (Sarthe), mort le 1er mars 1715 à Paris
sous-démonstrateur de l’extérieur des plantes au Jardin du roi
Botanique

94Fils d’un contrôleur du grenier à sel, Morin était l’aîné des seize enfants d’une famille très pieuse. Le jeune garçon fit ses humanités au Mans, tout en s’initiant à la diagnose des plantes médicinales sous la conduite d’un paysan collecteur. Puis, Morin étudia dans des conditions de vie forte austère la médecine à Paris et fut reçu docteur vers 1666. Il fréquenta ensuite le Jardin royal, où il acquit l’estime de Guy-Crescent Fagon*, puis il obtint grâce à la protection de l’intendant une place de médecin à l’Hôtel-Dieu. Dans cet établissement, Morin eut l’occasion de soigner Racine et Boileau. Il entra à l’Académie royale des sciences comme associé botaniste en 1699 et succéda dans la suppléance de Fagon à Joseph Pitton de Tournefort* – parti pour le Levant – au Jardin royal de 1700 à 1702. Devenu ensuite le médecin de la duchesse de Guise, Morin se retira après la mort de sa patiente au couvent de Saint-Victor, une institution dont le nom se trouva désormais accolé au sien. Il fut nommé en 1707 pensionnaire de l’Académie royale des sciences, cessa de fréquenter cette société l’année suivante à cause de ses infirmités et mourut presque octogénaire.

95De constitution fragile en apparence, Morin de Saint-Victor laissa le souvenir d’un homme désintéressé, charitable, menant une vie simple et parfaitement réglée. Il versait la totalité de son traitement de médecin de l’Hôtel-Dieu dans le tronc de l’hospice. Par ailleurs, Morin fut l’ami de Dodart.

96Il œuvra dans les domaines de l’histoire naturelle et de la médecine et écrivit quelques mémoires pour l’Académie des sciences, comme Projet d’un système touchant les passages de la boisson et des urines (1701) Observations sur la guérison faite à l'Hôtel-Dieu de plusieurs scorbutiques (1708) ou Examen des eaux de Forges (1708). Par ailleurs, Morin rédigea un Index d’Hippocrate et un journal des variations du baromètre et du thermomètre pendant plus de quarante ans, qui ne furent jamais publiés. Tournefort baptisa Morinia orientalis une nouvelle espèce végétale en l’honneur de son suppléant au Jardin royal. Enfin, Morin laissa après son décès une bibliothèque valant près de vingt mille écus, un médailler et un herbier.

Bibliographie

Crestois (Paul), Contribution à l’enseignement de la botanique au Jardin royal des plantes de Paris, thèse de doctorat en pharmacie, Strasbourg : université de Strasbourg, 1953, pp. 107-108.

PJ ERB

M0R0T Louis, René, Marie, François

né le 6 décembre 1854 à Paris, mort le 11 mars 1915 à Paris
chaire de Botanique, Organographie et Physiologie végétale
Anatomie végétale, Mycologie, Phanérogamie

97Fils d’un agrégé-préparateur de botanique à l’École normale supérieure, Morot entra au Muséum comme préparateur de l’École pratique des hautes études, dans la chaire de Botanique, Organographie et Physiologie végétales de Philippe Van Tieghem*. Il soutint sa thèse de doctorat ès sciences en 1885, devint aide-naturaliste en 1889 et assistant en 1891. Vers 1910, la santé de Morot se mit à décliner. Il dut donner sa démission de capitaine de réserve, ce qui ne l’empêcha pas de se mettre au service des ambulances au début de la première guerre mondiale. Le naturaliste mourut brusquement à l’âge de soixante ans, après un trajet en voiture vers son jardin de Gif.

98Morot fut décrit comme un personnage à la physionomie ouverte, jeune, un peu naïve. Apprécié de ses collègues du Muséum pour sa droiture, sa sincérité et sa conscience professionnelle, il fut un ardent patriote. Ce capitaine de réserve accomplissait presque chaque année à Autun une période d’instruction. Morot avait eu plusieurs enfants de son mariage.

99Botaniste, Morot œuvra surtout dans le domaine de l’anatomie végétale. Il étudia notamment le péricycle des Phanérogames, la tige des Stylidium à feuilles espacées et des Cycadées, l’Adoxa moschatelline, une forme à grandes fleurs de l’Anémone Sylvie, les affinités anatomiques du genre Podoon et les Dobinea. Par ailleurs, Morot s’intéressa à la mycologie : il conduisit des investigations sur l’identité spécifique du Polyporus abiietinus et de l'Irpex fusco-violaceus, ainsi que sur la vitalité du stroma des Champignons. Citons, parmi les publications du naturaliste les Recherches sur le péricycle ou couche périphérique du cylindre central chez les Phanérogames (1885). Enfin, Morot fonda en 1887 le Journal de Botanique, dont il dut renoncer à poursuivre l’édition en 1909.

Source

Dossier personnel (Archives nationales, AJ15, no 558).

Bibliographie

Gagnepain (François), Costantin (Julien), Perrier (Edmond),’’Discours prononcés aux obsèques de M. Louis Morot”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, vol. 21, no 3, 1915, pp. 78-84.

PJ

MOUQUET Alfred, Étienne

né le 20 janvier 1859 à Lille (Nord), mort le 8 mai 1935 à Paris
chaire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux)
Pathologie animale

100Titulaire du baccalauréat ès sciences à l’âge de dix-sept ans, Mouquet intégra ensuite l’École nationale vétérinaire d’Alfort, dont il sortit diplômer en 1880. Il choisit dans un premier temps une carrière militaire, servant comme vétérinaire aide-major jusqu’à sa démission de l’armée en 1887. Puis, Mouquet exerça dans le cadre de la clientèle libérale à Paris durant une trentaine d’années. Il entra en 1918 au Muséum, comme assistant de la chaire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux) attaché à la ménagerie du Jardin des plantes. En 1925, Mouquet soutint à l’âge de soixante-six ans sa thèse de doctorat vétérinaire – un diplôme nouvellement créé. Il fut nommé sous-directeur de la ménagerie du Jardin des plantes et prit sa retraite en 1931. Mouquet succomba à la maladie au cours de sa soixante-seizième année.

101Décrit comme un personnage droit, modeste et bon, le vétérinaire cultivait les lettres et les arts. Il était marié.

102Mouquet œuvra dans le domaine de la pathologie animale et comparée. Il étudia les affections oculaires du Cheval, ainsi que les maladies des Oiseaux de volière, avant de se consacrer à la pathologie des animaux sauvages en captivité. Auteur de nombreuses investigations sur les maladies aviaires, Mouquet s’intéressa par ailleurs à l’alimentation humaine ou animale (hygiène, pathologie nutritionnelle). Citons, parmi ses nombreuses publications : Sur les maladies des yeux des Oiseaux (1894), Lait de Chèvre et alimentation des enfants (1922), Notions sur les carences alimentaires (1923), Phénomènes constatés chez une Buse féroce ayant des lésions des canaux semi-circulaires (1924) – rédigé en collaboration avec Girard –, Animaux de ménagerie : notes de pathologie (1925), Maladie à allure grippale chez les Chimpanzés (1926), Hydropisie des sacs aériens des Oiseaux (1929) et Entérite cachectisante des Lions (1932). Par ailleurs, Mouquet fut l’auteur d’un ouvrage intitulé Tigridia (1932), qui regroupait trois contes.

Bibliographie

Anonyme, “Société nationale d’acclimatation : récompenses”, Recueil de Médecine vétérinaire, vol. 107, no 8, 1931, p. 510.

Anonyme, “Tigridia”, Recueil de Médecine vétérinaire, vol. 108, no 4, 1932 [encart publicitaire inséré entre les pp. 242 et 243].

Bourdelle (Édouard), “Allocution de M. Bourdelle, Président”, Bulletin de l’Académie vétérinaire de France, vol. 89 (vol. 9 nouvelle série), 1936, pp. 38-43.

Césari (É.), “Alfred-Étienne Mouquet”, Bulletin de l’Académie vétérinaire de France, vol. 88 (vol. 8 nouvelle série), 1935, pp. 267-268.

Ronsil (René), Bibliographie ornithologique française, Paris : Lechevalier, 1948, p. 356.

PJ

Table des illustrations

Légende MANGIN L. – Phytoplancton de l'Antarctique, issu de : Deuxième expédition antarctique française (1908-1910) commandée par le Dr Jean Charcot (Paris : Masson, 1915), pré-tirage de la planche I. Lithographie de Marcel Bry, dessin de Louis Mangin.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2113/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Légende MATILE L. Seguyola variegata Matile, 1990, issu de : Matile (Loïc), “Les Lygistorrhinideae de la région afrotropicale (Diptera : Mycetophytoidea)”, Annales de la Société entomologique de France, vol, 26, no 3, 1990, pp. 359-370, fig. 1.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2113/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende MILNE-EDWARDS A. Pteromys xanthipes Milne-Edwards, 1867, individu mâle, “très adulte”, issu de : MilneEdwards (Alphonse), Milne-Edwards (Henri), Recherches pour servir à l'histoire naturelle des mammifères, Paris : [s.n.], 1864-1874, atlas pl. 14.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2113/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende MIRBEL C. BRISSEAU DE – Hépatique, épreuve d'auteur, issue de : Mirbel (Charles Brisseau de), Des recherches anatomiques et physiologiques sur le Marchantia polymorpha..., 1831.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2113/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 489k
Légende MONNIOT C. Rhopalaea circula Monniot, 2001 et Rhopalaea respiciens Monniot, 2001 issus de : Monniot (Françoise), Monniot (Claude), “Ascidians from the tropical western Alantic”, Zoosystema, vol. 23, no 2, 2001, figs 124C et 124F, p. 366.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2113/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 384k

© Publications scientifiques du Muséum, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

l
 
n-o