Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books
i-k
m

Du Jardin au Muséum en 516 biographies

 | 
Philippe Jaussaud
, 
Édouard-Raoul Brygoo

Du Jardin au Muséum en 516 bibliographies

l

Testo integrale

LA BROSSE Guy de

né en 1586 à Paris (?), mort dans la nuit du 30 au 31 août 1641 à Paris
premier intendant du Jardin du roi
Botanique, Chimie, Médecine

1La vie du premier intendant et véritable fondateur du Jardin du roi est fort mal connue. Fils d’un médecin versé en botanique, Isaïe Virebeau, sieur de La Brosse, il naquit probablement à Paris, en tout cas pas à Rouen comme on l’a souvent écrit. On ne sait pas où il acquit le doctorat en médecine. On n’a pu trancher le point de savoir s’il fut un temps militaire, ou non.

2Vers 1614, il herborisait près de Paris au mont Valérien et s’était attiré la protection du premier médecin du roi, Jean Héroard*, docteur de la faculté de Montpellier. En 1619, il était attaché à la personne du prince de Condé. Un peu plus tôt, vers 1614, il parait avoir conçu le projet de créer à Paris un jardin des plantes – à l’imitation de celui fondé en 1597 par Henri IV à Montpellier –, dont il voulait faire un établissement d’enseignement mais aussi de recherche, où la chimie devait jouer un rôle essentiel. Ce dessein ne pouvait que susciter l’hostilité de la faculté de médecine de Paris, qui y voyait une atteinte à ses privilèges et à sa doctrine. Cette hostilité, violente et permanente, incarnée en particulier par Guy Patin, perdura jusqu’après la mort de La Brosse.

3Celui-ci, cependant, appuyé par le premier médecin du roi, multipliait en faveur de son projet les brochures adressées au roi, à Richelieu, au garde des sceaux, au surintendant des Finances. Nommé, en 1626, médecin ordinaire du roi, il parvint à ses fins, à force de patiente obstination, en trois principales étapes : d’abord, le 6 janvier 1626, un édit de Louis XIII qui décidait en principe la création d’un “Jardin royal des plantes médicinales”, dont la surintendance était confiée au premier médecin Héroard et dont lui-même était bientôt nommé intendant ; sept ans plus tard, l’achat, par contrat du 21 février 1633, d’un terrain situé au faubourg Saint-Victor, le Clos Coypeaux, sur lequel il se mit aussitôt au travail ; enfin, en mai 1635, un nouvel édit royal qui constitua le véritable acte de naissance du Jardin.

4Dès 1628, La Brosse avait publié un gros livre, dédié à Richelieu, De la nature, vertu et utilité des plantes, où il défendait l’idée de l’unité du monde animal et du monde végétal, considérait la chimie comme un outil essentiel pour la compréhension de la nature et défendait l’expérimentation, base, selon lui, de toute connaissance véritable. Après les premiers travaux et ensemencements, il pouvait, en 1636, faire paraître une Description du Jardin royal des plantes médicinales estably par le roy Louis le Juste à Paris, contenant le catalogue des plantes qui y sont de présent cultivées, ensemble le plan du jardin. Enfin, en 1640, vint l’ouverture du Jardin aux premiers étudiants, consacrée par deux nouvelles publications : L’Ouverture du Jardin royal de Paris pour la démonstration des plantes médicinales (1640) et le Catalogue des plantes cultivées à présent au Jardin royal des plantes médicinales (1641).

5Le 27 août 1637, Guy de La Brosse était témoin, en l’église Saint-Médard, au mariage de sa nièce, Louise de La Brosse, avec Henry Fagon, commissaire des guerres, et le 11 mai 1638, il devenait le parrain de leur fils, Guy-Crescent Fagon*, né au Jardin du roi et l’une des plus grandes figures de l’établissement.

6Au moment où il touchait au but, La Brosse mourut subitement, au Jardin du roi (où il habitait depuis 1633) et y fut inhumé dans la chapelle attenant à l’ancien “château” acheté avec le terrain en 1633. Son cercueil, retrouvé en 1797, fut transporté dans l’un des sous-sols de l’ancien cabinet d’histoire naturelle ; en 1893, ses cendres furent solennellement transférées dans la nouvelle galerie de zoologie. Il avait pour devise : “De bien en mieux” et son blason se lit : “D’azur au soleil d’or en chef, au lion regardant le soleil, en pointe d’un mouton cabré ; le tout de même”.

7En vue de composer un magnifique ouvrage, La Brosse avait fait graver à l’eau-forte, par Abraham Bosse, près de quatre cents planches représentant les plantes les plus rares du Jardin royal. À sa mort, les cuivres furent vendus à un chaudronnier des mains duquel Guy-Crescent Fagon parvint à en retirer quarante-huit, dont les botanistes Sébastien Vaillant* et Antoine de Jussieu* firent tirer un petit nombre d’épreuves groupées sous le titre, sans lieu ni date, d’Icones posthumae.

Bibliographie

Anonyme, “Translation et inhumation des restes de Guy de La Brosse et de Victor Jacquemont, faite au Muséum d’histoire naturelle le 29 novembre 1893”, Nouvelles Archives du Muséum national d’Histoire naturelle, 3e série, vol. 6, 1894, pp. 3-16.

Arber (Agnès), “The Botanical Philosophy of Guy de La Brosse”, Isis, vol. 1, 1913, pp. 359-369.

Bidal (Anne-Marie), “Inventaire des archives du Muséum national d’histoire naturelle. Première partie. Série A : Archives du Jardin du roi”, Archives du Muséum national d’Histoire naturelle, 6e série, vol. 11, no 9-13, 1934, pp. 177-179 ; no 131-133 et 136, p. 189.

Brunet (Jacques-Charles), Manuel du libraire, Paris : Firmin Didot, 1862, t. 3, pp. 718-719.

Denise (Louis), Bibliographie historique et iconographique du Jardin des plantes, Jardin royal des plantes médicinales, et Muséum d’histoire naturelle. Paris : Henri Daragon, 1903, 268 p.

Hamy (Ernest-Théodore), “Quelques notes sur la mort et la succession de Guy de La Brosse”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, vol. 3, 1897, pp. 152-154.

Hamy (Ernest-Théodore), “La Famille de Guy de La Brosse”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, vol. 6, 1900, pp. 13-16.

Guerlac (Henry), “La Brosse (Guy de)”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1973, vol. 7, pp. 536-541. Howard (Rio), “Guy de La Brosse. Botanique et chimie au début de la révolution scientifique”, Revue d’Histoire des Sciences, vol. 31, 1978, pp. 301-326.

Howard (Rio), “Medical Politics and the Founding of the Jardin des Plantes in Paris”, Journal of the Society of Bibliography of Natural History, vol. 9, 1980, pp. 395-402. Howard (Rio), “La Bibliothèque et le laboratoire de Guy de La Brosse au Jardin des plantes à Paris”, Publications de la IVe section de l’École pratique des hautes Études. Histoire et Civilisation du Livre, Genève : Droz, 1983, t. 13, 133 p. Imbault-Huart (Marie-José), “La Brosse (Guy de)’’, in Bluche (François) (sous la dir.), Dictionnaire du Grand Siècle, Paris : Fayard, 1990, p. 810.

YL ERB

LACAZE-DUTHIERS Félix, Joseph, Henri de

né le 15 mai 1821 à Montpezat (Lot-et-Garonne), mort en mai 1901 à Las-Fonds (Lot-et-Garonne)
chaire d’Histoire naturelle des Mollusques, des Vers et des Zoophytes
Malacologie, Zoologie des Invertébrés

8Lacaze-Duthiers vit le jour au château de Stiguederne, dans le Lot-et-Garonne. Il était le second fils d’un baron autoritaire, lui-même issu d’une vieille famille gasconne appartenant à la noblesse de l’Ancien Régime. Le jeune Henri fit ses premières éludes au collège de Villeneuve-sur-Lot, devenant bachelier ès lettres en 1846 à Cahors, puis bachelier ès sciences physiques un an après à Toulouse. Il monta ensuite dans la capitale, malgré l’opposition paternelle, afin d’étudier la médecine. Ayant assisté aux cours d’Henri Ducrotay de Blainville* et d’Henri Milne-Edwards*, Lacaze-Duthiers désira s’adonner à l’histoire naturelle parallèlement à son cursus médical. Il acquit la licence ès sciences, fut préparateur de Milne-Edwards à la Sorbonne, interne d’Armand Trousseau à l’hôpital Necker en 1847, puis à la Salpêtrière en 1848, répétiteur de zootechnie à l’Institut agronomique de Versailles en 1850 et docteur en médecine une année plus tard. Lors du coup d’État de Louis-Napoléon, Lacaze-Duthiers refusa de prêter serment à l’Empire. Il fut donc révoqué de ses fonctions en 1852, mais ne se laissa pas abattre par la perte de ses ressources et soutint en 1853 sa thèse de doctorat ès sciences. Ensuite, il accompagna aux Baléares son ami Jules Haime, pour se consacrer à l’étude des animaux marins.

9Lacaze-Duthiers revint à Paris en 1854, obtenant alors grâce à Milne-Edwards le poste de professeur de zoologie à la faculté des sciences de Lille, un établissement nouvellement créé dont le doyen était Louis Pasteur. Au cours de cette période de sa vie, le naturaliste accomplit sur les côtes de la Méditerranée diverses missions scientifiques, notamment en Algérie, et il subit des deuils familiaux. Lacaze-Duthiers devint maître de conférences à l’École normale supérieure en 1863 sur la demande de Louis Pasteur. L'année suivante, il suppléa au Muséum Achille Valenciennes*, dont il prit la succession en 1865 comme professeur titulaire de la chaire d’Histoire naturelle des Mollusques, des Vers et des Zoophytes. Il trouva au Jardin des plantes des conditions de travail tellement déplorables, qu’il rejoignit en 1869 la Sorbonne pour y occuper la chaire de Zoologie, Anatomie et Physiologie comparées. Élu en 1871 à l’Académie des sciences, il mit accidentellement le feu en 1892 à son laboratoire, manquant ainsi périr. Il mourut dans sa propriété de Las-Fonds au retour d’une cure thermale à Neris et fut enterré provisoirement dans le cimetière de la commune d’Alles. Son corps fut finalement transporté le 8 mai 1902 à Banyuls-sur-Mer, le naturaliste ayant émis le souhait d’être inhumé dans l’enceinte du laboratoire maritime qu’il avait fondé.

LACAZE-DUTHIERS H. DE – Corail épanoui, issu de : Lacaze-Duthiers (Henri de), Histoire naturelle du corail : organisation, reproduction, pêche en Algérie, industrie et commerce, Paris : [s.n.], 1864, pl. 1.

10Lacaze-Duthiers portait la moustache et l’impériale. Il manquait, selon ses contemporains, de souplesse de caractère, un trait qui n’excluait chez lui ni la sensibilité, ni le sens de l’autocritique. Volontaire, désintéressé, travaillant beaucoup et se livrant peu, il se montrait exigeant envers ses élèves. Ce célibataire endurci devint méfiant sur ses vieux jours, se raidissant dans une amère solitude, provoquée par les luttes qu’il avait dû mener, ainsi que par la manie de la persécution.

11Lacaze-Duthiers, adoptant pour ses travaux des méthodes anatomiques semblables à celles de Georges Cuvier*, eut recours à la “loi des connexions” d’Étienne Geoffroy Saint-Hilaire* et énonça réciproquement la “loi de la régularisation secondaire des parties”. Il ne fut pas adepte du transformisme, considérant que les théories relatives à l’origine des espèces se situaient hors du champ de la science objective. Ce remarquable observateur resta d’ailleurs toujours très réticent vis-à-vis des considérations théoriques.

12Affirmant que la zoologie devait être abordée comme une science expérimentale (il réagissait ainsi aux critiques de Claude Bernard*, lequel qualifiait la discipline concernée de vieillissante), il insista sur l’importance d’étudier les animaux dans leur habitat naturel, ainsi que sous l’angle de leur développement embryonnaire. Ce dernier critère lui permit de classer des espèces apparemment aberrantes.

13Lacaze-Duthiers rédigea plus de deux cent cinquante publications. Au cours de la première partie de sa carrière, il se consacra – si l’on excepte de remarquables travaux de jeunesse sur les Insectes– aux Mollusques marins et aux Zoophytes, dont il décrivit avec précision l’anatomie, l’histologie, l’embryologie et la systématique. De nombreux mémoires et ouvrages rendent compte de cette activité, tels l’Histoire de l’organisation, du développement, des mœurs et des rapports zoologiques du dentale (1858) ou l’Histoire naturelle du corail (1864). Dans un second temps, il s’attacha à faire évoluer la zoologie, ainsi que son enseignement en France. Il organisa dans ce cadre un enseignement complet de sa discipline – sans oublier les travaux pratiques – à la faculté des sciences et fonda deux laboratoires de Zoologie marine : d’abord celui de Roscoff en 1876, puis le laboratoire Arago de Banyuls-sur-Mer en 1880. Enfin, Lacaze-Duthiers, qui créa en 1872 les Archives de Zoologie expérimentale et générale, figure parmi les trente membres “promoteurs” de l’AFAS.

Bibliographie

Anonyme, “Liste chronologique des publications de H. de Lacaze-Duthiers”, Archives de Zoologie expérimentale et générale, 3e série, vol. 10, 1902, pp. 64-78.

Anonyme, “Les Obsèques de Lacaze-Duthiers”, Revue scientifique de la France et de l’Étranger, 1902, 4e série, vol. 17, no 23, pp. 705-715.

Appel (Toby), “Lacaze-Duthiers, Félix Joseph Henri de”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1973, vol. 7, pp. 48-49.

Boutan (Louis), “Henri de Lacaze-Duthiers”, Revue scientifique, 4e série, vol. 17, no 2, 1902, pp. 33-40.

Guyon (Félix), “Mort de M. de Lacaze-Duthiers”, Bulletin de l’Académie de Médecine, 3e série, vol. 46,1901, pp. 220-223. Pruvot (Georges), “Henri de Lacaze-Duthiers”, Archives de Zoologie expérimentale et générale, 3e série, vol. 10, 1902, pp. 1-46.

Solais (Marinette), “Les Débuts de l’Association (1872-1882)”, in Gispert (Hélène) (sous la dir.), “Par la science, pour la patrie”, l’Association française pour l’avancement des sciences (1872-1914), un projet politique pour une société savante. Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2002, pp. 35-44.

Van Praët (Michel), “La Section zoologie, témoin des restructurations de la recherche et des relations Paris-Province”, ibidem, pp. 159-167.

14PJ

LACEPÈDE Bernard, Germain, Étienne de LA VILLESUR-ILLON comte de

né le 26 décembre 1756 à Agen (Lot-et-Garonne), mort le 6 octobre 1825 à Épinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis) garde du Cabinet d’histoire naturelle au Jardin du roi, puis chaire de Zoologie (Reptiles et Poissons)
Herpetologie, Ichtyologie

15Issu d’une famille noble de très vieille souche, fils unique d’un lieutenant général de la sénéchaussée, Lacepède avait hérité son titre de comte d’un oncle maternel. Le jeune garçon, qui était devenu prématurément orphelin de mère, fut éduqué par son père et son précepteur l’abbé Carrière, avec l’aide de monseigneur de Chabannes évêque d’Agen. Lacepède montra rapidement une forte prédilection pour la musique, ainsi que pour les sciences. Il s’imprégna de l’œuvre de Georges-Louis Buffon*, commença à composer un opéra et réalisa des expériences de physique. Ayant reçu pour ces travaux les compliments épistolaires de Buffon et de Christoph Willibald Glück, Lacepède fut accueilli à bras ouverts par les deux célébrités, lorsqu’il eut quitté en 1777 Agen pour Paris. Le jeune noble obtint, grâce à son origine sociale, le brevet de colonel d’un régiment allemand dont il ne fit que porter l’uniforme. Après deux ans passés dans des cours princières germaniques, il revint à Paris, composa des opéras et publia des ouvrages de physique qui furent rejetés par l’Académie des sciences. Lacepède fréquenta parallèlement, à partir de 1780, le Cabinet d’histoire naturelle du Jardin royal, devenant l’ami de Louis Daubenton*, ainsi que d’autres savants comme Antoine Portai*, André Thouin* ou les Jussieu*. Buffon offrit en 1784 la charge de garde et sous-démonstrateur du Cabinet à son admirateur, auquel il confia le soin de poursuivre la rédaction de l’Histoire naturelle.

16Lorsqu’éclata la Révolution, Lacepède adhéra aux idées nouvelles, devenant successivement député d’Agen à la Constituante en 1789, commandant de la section de la Garde nationale affectée au Jardin des plantes la même année, et député de Paris à l’Assemblée législative en 1791. Considéré comme suspect sous la Terreur, il démissionna au mois de mars 1793 de ses fonctions au Jardin des plantes, puis s’exila à la campagne jusqu’à la chute de Robespierre. Il résida alors à Leuville près de Monthléry avec un couple d’amis, les Gauthier. À son retour dans la capitale, Lacepède se vit confier en 1795 la chaire de Zoologie (Reptiles et Poissons) du Muséum, créée par dédoublement de celle de Zoologie (Quadrupèdes, Cétacés, Oiseaux, Reptiles, Poissons) initialement offerte à Étienne Geoffroy Saint-Hilaire*. Ce dernier ne conserva finalement que le domaine des Mammifères et des Oiseaux. Lacepède entra à l’Académie des sciences en 1795, puis au Sénat quatre ans plus tard. Après 1803, date de son élévation par Napoléon 1er à la dignité de grand chancelier de la Légion d’honneur, il abandonna son professorat au Muséum – où Constant Duméril* le suppléa – pour se consacrer à sa carrière politique. Il fut nommé comte d’Empire en 1808, ministre d’État en 1809, pair de France sous la première Restauration en 1814, Grand maître de l’Université lors des Cents-Jours et à nouveau membre de la Chambre des pairs en 1819. À partir de cette année, Lacepède abandonna définitivement la vie publique pour profiter d’une studieuse retraite dans sa demeure d’Épinay-sur-Seine. Il se rendait deux fois par semaine au cimetière et tous les lundis à l’Institut. Il mourut à l’âge de soixante-neuf ans de la variole, une maladie qu'il contracta dans la capitale au cours d’une épidémie. En expirant, il aurait dit : “Je vais retrouver Buffon”.

17Le front fuyant, les paupières lourdes, le nez busqué, le cheveu rare, Lacepède offrait des traits physiques fortement marqués. Il fut décrit comme un personnage généreux, d’une politesse exquise, sensible, doué d’une mémoire et d’une puissance de travail remarquables. Son style pompeux, ainsi que son extrême capacité d’adaptation à tous les régimes politiques, se trouvèrent souvent épinglés, entre autres par Chateaubriand dans les Mémoires d’outre-tombe ou par Adolphe Thiers dans l’Histoire du Consulat et de l’Empire. Lacepède menait une vie bien réglée, mangeant frugalement et dormant peu. Dans le cadre de son enseignement, il prononçait des leçons inaugurales remplies d’enthousiasme, afin d’insuffler ses convictions à l’assistance. Il s’était marié en 1795 avec la veuve de son ami François Gauthier, Anne-Huberte Charlotte Jubé, dont il avait adopté le fils. Il ne se remit jamais totalement du décès de sa femme, survenu en 1802.

18Sur le plan de ses travaux scientifiques, Lacepède fut le continuateur direct de l’œuvre de Buffon. Il compléta en effet l’Histoire naturelle par quatre ouvrages : une Histoire naturelle des Quadrupèdes ovipares et des Serpents (1788-1789) en deux volumes, une Histoire naturelle des Poissons (1798-1803) en cinq volumes, une Histoire naturelle des Cétacés (1804) et une brève Histoire naturelle de l’Homme (1821). À ces œuvres, il faut ajouter divers articles d’histoire naturelle publiés dans des revues ou des ouvrages collectifs. Lacepède se distingua surtout dans le domaine de l’ichtyologie : il étudia de manière détaillée l’anatomie, la systématique, la physiologie et l’élevage des Poissons, dont il décrivit plus de mille espèces nouvelles. La classification qu’il établit pour les animaux concernés nous paraît aujourd’hui peu rationnelle. Mais il considérait lui-même les divisions taxonomiques utilisées en zoologie comme totalement artificielles, un mal nécessaire en quelque sorte. Dans un autre ordre d’idées, il pensait que la nature était le siège de transformations lentes et progressives, une théorie – bien éloignée des Révolutions du globe de Georges Cuvier* - que Louis Roule* qualifiait d’“évolutionnisme transcendantal”. Il rédigea en dehors de ses travaux purement scientifiques divers ouvrages, comme Les Âges de la nature et l’histoire de l’espèce humaine (1830), une Poétique de la musique (1785), une Histoire générale, physique et civile de l’Europe, depuis les dernières années du Vème siècle jusque vers le milieu du XVIIIème en dix-huit volumes et quelques romans aux intrigues truffées de rebondissements. Malgré son bref séjour au Muséum, Lacepède se montra toujours attentif à la bonne marche de l’établissement, qu’il fit bénéficier de son influence politique. Il consacra enfin beaucoup d’énergie à organiser l’ordre de la Légion d’honneur, une tâche rendue difficile par la forte personnalité de Napoléon.

Bibliographie

Appel (Toby), “Lacepède, Bernard-Germain-Étienne de la Ville-sur-Illon, comte de”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1973, vol. 7, pp. 546-548.

Bertin (Léon), “Cent-cinquantenaire de la chaire d’ichtyologie et d’Herpétologie, leçon inaugurale faite au

Muséum, le 9 juin 1945”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 17, 1945, pp. 353-372. Cap (Paul-Antoine), Le Muséum d’histoire naturelle, Paris : Curmer, 1854, pp. 81-84.

Hahn (Roger), “Les Carrières de Fourcroy et de Lacepède”, in Blanckaert (Claude), Cohen (Claudine), Corsi (Pietro), Fischer (Jean-Louis) (sous la dir.), Le Muséum au premier siècle de son histoire, Paris : Muséum national d’histoire naturelle, 1997, pp. 31-41 (Archives). Roule (Louis), “La Vie et l’œuvre de Lacepède”, Mémoires de la Société zoologique de France, vol. 27, 1917, pp. 139-237.

PJ

LACOMBE Henri

né le 24 décembre 1913 à Nîmes (Gard), mort le 4 juin 2000 à Bourg-la-Reine (Hauts-de-Seine)
chaire d’Océanographie physique
Océanographie

19Fils d’officier, Lacombe suivit des études secondaires au lycée de Nice, puis au lycée Saint-Louis de Paris, avant d’entrer en 1933 à l’École polytechnique. La première partie de sa carrière, entamée en 1935, se déroula au Service hydrographique de la Marine. Effectuant de 1936 à 1938 des relevés bathymétriques dans diverses régions (Boulogne-Dieppe, côtes tunisiennes, parages de Groix-Belle-île), Lacombe fut orienté dès 1938 vers l’océanographie par l’ingénieur-en-chef Léon Pélissier. Il travailla durant la seconde guerre mondiale à Toulon, à Dakar, puis à Casablanca où il conduisit, après le débarquement des Alliés en 1942, des études de détection sous-marine acoustique ou électromagnétique. De retour en France, Lacombe fut affecté successivement à la section des missions du Service hydrographique, puis à celle des marées, avant de prendre de 1953 à 1954 la direction de la Mission hydrographique des côtes de France et d’Afrique du Nord. Il effectua à cette époque divers travaux sur les côtes françaises, tunisiennes ou marocaines. Devenu ingénieur-en-chef de première classe en 1954, Lacombe fut nommé l’année suivante professeur titulaire de la chaire d’Océanographie physique, créée au Muséum sur l’initiative de Louis Fage* et de Roger Heim*. Locéanographe présida la commission de recherche de l’établissement, entra à l’Académie des sciences en 1973, puis se retira en 1982 sans abandonner pour autant ses activités scientifiques. Il s’éteignit dans sa quatre-vingt-septième année.

20Lacombe laissa le souvenir d’un homme simple, discret, bienveillant et d’une rigoureuse objectivité. Marié avec Geneviève Geoffroy, il fut père de huit enfants : quatre fils, dont l’un mourut malheureusement à l’âge de huit ans, et quatre filles.

21L'œuvre de Lacombe s’inscrit dans le domaine de l’océanographie physique. Spécialiste de l’hydrographie dynamique marine, il analysa divers mouvements régnant à des profondeurs variables, comme la houle (dont il étudia la diffraction derrière un obstacle), le mascaret ou les courants de marée en Manche. Lacombe proposa par ailleurs des mécanismes hydrologiques d’ensemble pour l’océan Indien et surtout pour la Méditerranée. Il conduisit d’importantes investigations sur les échanges d'eau à Gibraltar, les mécanismes de formation des eaux profondes (impliquant des phénomènes de convection déclenchés par un refroidissement et une évaporation sur de petites surfaces), ainsi que les interactions océan-atmosphère (transferts d’énergie, météo-océanographie). À cela s’ajoutent des travaux relatifs à l’acoustique sous-marine ou à la bathymétrie. Lacombe fut le créateur de l’école française d’océanographie dynamique. Parmi plus de cent quatre-vingts publications dues à sa plume, citons : La Méditerranée, modèle réduit d’océan (1964), Les Énergies de la mer (1968), Les Transits et échanges d’énergie à travers la surface marine, moteurs essentiels des océans et des mers (1970), Le Détroit de Gibraltar, océanographie physique (1971), Les Mouvements de la mer : courants, vagues, houle, marées (1971) et Réflexions sur la formation des eaux profondes : cas de la Méditerranée nord-occidentale (1972). Lacombe, qui dirigea plusieurs expéditions scientifiques à bord de La Calypso ou du Jean Charcot, participa à de nombreuses opérations de coopération internationales (notamment dans le cadre de l’OTAN). Il prit part à la fondation du Comité central d’océanographie et d’étude des côtes en 1947, créa l’année suivante le premier enseignement d’océanographie physique en France, joua un rôle important au Comité “Exploitation des océans” de 1960 à 1966 et siégea durant huit ans au comité scientifique et technique du CNEXO. Enfin, Lacombe installa au Muséum un laboratoire bien structuré, où œuvrèrent de front plusieurs équipes. Il accepta de détacher une antenne de ce service au Centre océanologique de Bretagne en 1969.

Bibliographie

Anonyme, Cérémonie de remise d’une épée. Le 10 janvier 1975 au grand amphithéâtre du Muséum national d’histoire naturelle, Gap : impr. Louis Jean, 1975, 46 p.

Collectif, Académie des sciences. Annuaire 2001, 84e éd., Paris, 2001, p. 96.

Lacombe (Henri), “L'Océanographie : travail d’équipe. Leçon inaugurale du cours d’océanographie physique prononcée le 7 novembre 1955”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 28, no 1, 1956, pp. 69-83.

Lacombe (Henri), Titres et travaux scientifiques, 1973, 29 p. (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 8924).

Lacombe (Henri), Titres et travaux scientifiques, supplément, 1968, 14 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 8923). Lacombe (Henri), “La Mer vivante”, in Dorst (Jean) (sous la dir.), Muséum national d’histoire naturelle : récits et découvertes, Paris : Nathan, 1980, pp. 82-95.

Laubier (Lucien), “La Vie et l’œuvre scientifique d’Henri Lacombe”, Académie des Sciences de l’Institut de France. Discours et Notices biographiques, vol. 4, 2001, pp. 123-131.

Le Grand (Yves), Rapport sur la candidature de Μ. H. Lacombe à la chaire d’Océanographie physique du Muséum, 4 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 7711).

PJ

LACROIX François, Antoine, Alfred

né le 4 février 1863 à Mâcon (Côte-d’Or), mort le 16 mars 1948 à Parisc
haire de Minéralogie
Géologie, Histoire des Sciences, Minéralogie, Volcanologie

22Fils et petit-fils de pharmacien, Lacroix vit le jour dans une famille cultivant l’histoire naturelle. Il se passionna précocement pour les sciences de la Terre en manipulant les échantillons de la collection géologique de son grand-père, qui avait été préparateur de Nicolas Vauquelin*. Élève au lycée de Mâcon de 1872 à 1881, Lacroix obtint son baccalauréat en 1881 et décida alors de suivre des études pharmaceutiques. Il fit son stage préparatoire de deux ans dans une officine de sa ville natale, puis entra à l’école de pharmacie de Paris en 1883. Dans la capitale, le jeune homme assista aux leçons que dispensaient Alfred Des Cloizeaux* au Muséum, Ferdinand Fouqué et Auguste Michel-Lévy au Collège de France, François-Ernest Mallard à l’École des mines et Charles Friedel à la Sorbonne. Il obtint, après un périple géologique à travers l’Europe, son diplôme de pharmacien de première classe en 1887, puis entra la même année dans le laboratoire de Fouqué comme préparateur du cours d’histoire naturelle des corps inorganiques.

23Lacroix collabora au Service de la carte géologique de France, fut licencié en 1888, soutint son doctorat ès sciences en 1889, et assura de 1890 à 1893 les fonctions de chargé de conférences pétrographiques à la Sorbonne, ainsi que de répétiteur au laboratoire de l’École pratique des hautes études dépendant du Collège de France. En 1893, il prit la succession de Des Cloizeaux comme professeur titulaire de la chaire de Minéralogie du Muséum. Lacroix sillonna les cinq continents au cours de sa carrière : il effectua des missions en Italie, en Sicile, en Grèce, en Asie Mineure, au Canada, aux États-Unis, en Afrique, à Madagascar, à La Réunion, en Chine, au Japon, en Corée, en Malaisie et en Indochine. Le minéralogiste, qui fut élu à l’Académie des sciences au début de l’année 1904, prit sa retraite en 1936 sans cesser de travailler. Triste et fatigué depuis son veuvage, survenu en 1944, Lacroix s’éteignit à l’âge de quatre-vingt-cinq ans, quatre jours après s’être rendu une dernière fois à son laboratoire.

24Lacroix était un homme grand, au front haut, portant une longue barbe, ainsi que des lorgnons. Décrit comme bienveillant, droit et de manières simples, cet enseignant au contact stimulant n’hésita pas, au cours de ses expéditions lointaines, à braver les phénomènes naturels les plus dangereux. Il avait épousé en 1889 l’aînée des filles de son maître, Catherine Fouqué, qui l’accompagna dans ses missions scientifiques.

25Lacroix édifia une œuvre importante dans les domaines de la minéralogie, de la géologie et de la physique du globe. Outre une cinquantaine de minéraux inconnus jusqu’à lui – comme la fouquéite-, il décrivit quatre-vingt-cinq types nouveaux de roches éruptives, dont il analysa la formation. Lacroix, qui s’intéressa aux mécanismes du métamorphisme de contact, de certains phénomènes de minéralisation naturelle et des éruptions, fut par ailleurs un pionnier de la volcanologie moderne : il eut l’occasion d’étudier sur place de nombreux volcans en activité, comme la Montagne Pelée (1902-1903), la Soufrière de Saint-Vincent (1903), le Vésuve (1906), le Piton de la Fournaise (1911) ou l’Etna (1908). Parmi environ sept cents publications dues à sa plume figurent Les Enclaves des roches volcaniques (1893), La Minéralogie de la France et de ses colonies (1893-1913) en cinq volumes, La Montagne Pelée et ses éruptions (1904), ainsi que Minéralogie de Madagascar (1922-1923) en trois volumes. Il faut ajouter à cela les biographies historiques de divers scientifiques français, comme Déodat de Dolomieu*, les Jussieu*, René-Just Haüy* ou Alphonse Milne-Edwards*.

LACROIX A. – La nuée ardente du 16 décembre 1902. Photographie issue de : Lacroix (Alfred), La Montagne Pelée et ses éruptions, Paris : Masson, 1904.

26Au Muséum, Lacroix enrichit de façon considérable les collections dépendant de sa chaire et réorganisa totalement la galerie de minéralogie. Il orienta enfin une grande partie de son activité vers les colonies, organisant dans ce cadre la participation minéralogique de l’établissement à l’exposition coloniale de Marseille en 1921.

Bibliographie

Chaigneau (Marcel), “Alfred Lacroix (1863-1948) : pharmacien, minéralogiste, volcanologue”, Revue d’Histoire de la Pharmacie, vol. 46, no 320, 1998, pp. 421-426.

Courrier (Robert), “Notice historique sur Alfred Lacroix”, Mémoires de l’Académie des Sciences, no 67, 1949, pp. 1-127.

Hooker (Marjorie) “Lacroix, Alfred”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1973, vol. 7, pp. 548-549.

Jaussaud (Philippe), Pharmaciens au Muséum, Paris : Muséum national d’histoire naturelle, 1998, pp. 209-216 (Archives).

Orcel (Jean), “Alfred Lacroix (1863-1948)”, Bulletin de la Société géologique de France, vol. 19, 1949, pp. 355-364. Stehlé (Henri), “Alfred Lacroix (1863-1948)”, in Hommes et Destins : Tome III, Paris : Académie des sciences d’Outre-Mer ; Centre universitaire méditerranéen, 1979, pp. 275-282.

Villat (Henri), “Notice nécrologique sur Alfred Lacroix”, Comptes Rendus hebdomadaires des Séances de l’Académie des Sciences, vol. 226, no 12, 1948, pp. 973-975.

Villat (Henri), “[s.t.]”, Comptes Rendus hebdomadaires des Séances de l’Académie des Sciences, vol. 226, no 24, 1948, pp. 1285-1286.

PJ

LAFFITTE Robert, Léon

né le 4 juin 1911 à Paris, mort le 24 avril 2003 à Toulouse (Haute-Garonne)
chaire de Géologie
Géologie

27Devenu bachelier en 1928, Laffitte obtint trois ans plus tard sa licence ès sciences. Il fut alors initié par Charles Jacob au travail géologique de terrain, grâce à un stage dans les Pyrénées. Laffitte fut choisi en 1932 par Paul Lemoine*, pour être son préparateur dans le laboratoire de Géologie du Muséum. Partageant dès lors son temps entre ses tâches au sein de l’établissement, son service militaire effectué dans la Marine (de 1936 à 1937) et une mission de collaboration au Service de la carte géologique de l’Algérie, il soutint sa thèse de doctorat ès sciences en 1939.

28Laffitte fut mobilisé au début de la seconde guerre mondiale, puis démobilisé en 1940 à Bizerte, Comme il ne pouvait plus poursuivre ses travaux au Muséum, il choisit de rester en Algérie, où il œuvra notamment pour le service des Mines. Il collabora avec le Service du génie de l’armée américaine lors du débarquement allié en Afrique du Nord, survenu à l’automne 1942. La même année, il devint sous-directeur du laboratoire de Stratigraphie de l’École pratique des hautes études, qui se trouvait rattaché à la chaire de Géologie du Muséum. Laffitte fut ensuite mobilisé sur sa demande dans les forces françaises, puis mis à la disposition du ministère des Affaires étrangères pour occuper en 1944 le poste de professeur de géologie à la faculté des sciences d’Alexandrie.

29Après la seconde guerre mondiale, le naturaliste franchit à la faculté des sciences d’Alger toutes les étapes d’un brillant cursus universitaire : maître de conférences de géologie et de paléontologie en 1945, professeur sans chaire dans la même discipline trois ans plus tard, professeur de géologie appliquée en 1950, assesseur du doyen en 1958 et finalement doyen en 1961. L'issue du conflit algérien l’ayant contraint à trouver un laboratoire d’accueil sur le territoire français, Laffitte prit en 1963 la tête de la chaire de Géologie du Muséum, devenue vacante à la suite du départ en retraite de René Abrard*. Le géologue s’entoura alors d’une équipe de chercheurs performante, afin d’explorer des thématiques nouvelles jusqu’en 1980, date de sa cessation officielle d’activité. En 1947, il avait épousé Renée Saquenet, dont il avait eu quatre fils.

30Laffitte réalisa d’importantes études stratigraphiques, tectoniques, morphologiques, ainsi que cartographiques en Algérie. Il s’intéressa par ailleurs à la géologie du Bassin de Paris, à la stratigraphie générale, à la genèse des formations sédimentaires et élabora une théorie nouvelle des bassins artésiens. Enfin, il inaugura au Muséum des voies de recherches originales concernant les dépôts évaporitiques ou les sédiments océaniques. Parmi ses publications, citons Étude géologique de l’Aurès (Algérie) (1939) et C’était l’Algérie (1994).

Bibliographie

Laffitte (Robert), Notice sur les titres et travaux scientifiques, 1962, 26 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, ss 8966).

PJ

LAMARCK Jean-Baptiste, Pierre, Antoine de MONET, chevalier de

né le 1er août 1744 à Bazentin-le-Petit (Somme), mort le 18 décembre 1829 à Paris
botaniste du roi, chargé des herbiers du Cabinet d’histoire naturelle au Jardin du roi, puis chaire de Zoologie (Insectes, Vers et Animaux microscopiques)
Botanique, Zoologie des Invertébrés

31Lamarck était le onzième enfant d’une famille noble mais pauvre. Destiné initialement à l’état ecclésiastique, il fit ses premières études au collège des jésuites d’Amiens, puis se lança à l’âge de dix-sept ans dans le métier des armes où il se distingua d’emblée. Il dut abandonner pour raisons de santé sa carrière d’officier en 1768, ce qui l’amena à commencer des études de médecine et à suivre les cours de botanique de Louis Le Monnier* au Jardin royal. À la suite d’un pari, Lamarck rédigea en six mois une Flore française fondée sur une méthode de classification différente de celle de Carl von Linné et destinée à permettre l’identification aisée de toute plante poussant dans le royaume. L'ouvrage plut beaucoup à Georges-Louis Buffon*, qui le fit imprimer aux frais de l’État en 1779. La même année, Lamarck entra à l’Académie royale des sciences comme adjoint-botaniste. Buffon lui confia en 1781 le poste de correspondant du Jardin et du Cabinet du roi, ainsi que la mission d’accompagner son fils dans une visite des jardins botaniques européens. De retour en 1782, Lamarck devint un an plus tard membre associé de l’Académie royale des sciences, puis fut nommé en 1788 garde des herbiers au Jardin du roi avec un maigre salaire. Les démonstrateurs de botanique de l’époque, René-Louiche Desfontaines* et Antoine-Laurent de Jussieu*, lui interdirent cependant l’accès aux collections dont il était censé s’occuper.

32Lamarck épousa avec enthousiasme les idées de la Révolution, adhérant au Club des jacobins et participant à la réforme des statuts du Jardin royal – où sa position était très précaire. Lors de la création du Muséum en 1793, il espérait devenir titulaire d’une chaire de Botanique mais, n’ayant pu choisir qu’en dernier, il dut se contenter de la seule restée disponible : celle de Zoologie des Insectes, Vers et Animaux microscopiques. Lamarck fut chargé en 1801 de la ménagerie du Jardin des plantes, qu’il restitua l’année suivante à Etienne Geoffroy Saint-Hilaire* de retour d’Égypte. Ayant commencé à perdre la vue avant sa soixante-dixième année, il devint totalement aveugle en 1818 et se trouva frappé d’hémiplégie. Ces infirmités le contraignirent à se faire suppléer pour son enseignement par Pierre-André Latreille*, puis par Jean-Victor Audouin*. Mort pauvre dans son logis du Muséum, Lamarck fut enterré dans la fosse commune du cimetière Montparnasse. Le texte de son éloge funèbre, rédigé par Georges Cuvier*, choqua tellement sa famille que les Académiciens durent se livrer à un travail de censure.

33Profondément attaché à son labeur, ignorant les mondanités, le naturaliste mena une vie d’une grande régularité. Lamarck eut malheureusement tendance à s’enfermer dans un rôle de génie méconnu, ce qui donna naissance à la légende du savant méprisé. Son enseignement au Muséum, suivi par un public nombreux et de qualité, marqua de façon durable les milieux scientifiques français ou étrangers. Il se maria trois fois, étant devenu veuf à deux reprises ; ses deux premières unions lui donnèrent huit enfants – trois filles et cinq fils–, dont trois moururent jeunes. Lamarck se fit peu d’amis au Muséum, bien qu’étant d’un naturel plutôt jovial, et sa vieillesse s’écoula dans un isolement confiné. Impécunieux, le naturaliste vit disparaître ses biens dans des placements hasardeux. Il essaya de gagner quelque argent grâce à la vente de ses collections personnelles de coquilles ou de plantes.

34L'œuvre de Lamarck est plurielle par excellence, puisqu’elle comporte des travaux botaniques, zoologiques, paléontologiques, météorologiques, chimiques, géologiques et philosophiques. En botanique le naturaliste, qui identifia entre 1784 et 1792 plusieurs nouveaux genres ou espèces de plantes, fut l’un des premiers auteurs français à employer la nomenclature linéenne – parallèlement à celle de Joseph Pitton de Tournefort* dans sa Flore française. Le “Discours préliminaire” de l’ouvrage, comportait une méthode “naturelle” de classification des végétaux. Lamarck rédigea également les trois premiers volumes (1783-1795) du Dictionnaire de botanique pour l’Encyclopédie méthodique de l’éditeur Charles Panckoucke. Il y accordait une importance taxonomique majeure aux classes, citées par ordre de complexité décroissante, et établissait un parallèle avec les grands groupes du règne animal.

35En zoologie, Lamarck lança l’étude des Invertébrés, des animaux jusque-là négligés. Il décrivit, classa et nomma sans relâche, établissant notamment cent vingt-six genres de Mollusques dans son Prodrome d’une nouvelle classification des coquilles (1799). Lamarck répartit les “animaux sans vertèbres” au sein de classes de plus en plus nombreuses, lesquelles atteignirent finalement la douzaine en 1816. Au moins trois de ces classes, celles des Radiaires, des Arachnides et des Annélides, émergèrent grâce au seul Lamarck, tandis que le mérite d’avoir individualisé les Crustacés doit être partagé avec Cuvier. Il faut ajouter à cela que Lamarck dressa le premier “arbre phylogénétique” du règne animal jamais conçu.

36Le naturaliste fonda la paléontologie des Invertébrés, en identifiant plus d’un millier d’espèces fossiles. Il faut préciser que ses études des faunes disparues de Mollusques lui apportèrent des éléments précieux pour l’élaboration de sa théorie de l’Évolution. Dans le domaine de la météorologie, Lamarck publia des Annuaires dont les observations nous paraissent aujourd’hui quelque peu fantaisistes, mais qui furent très populaires à l’époque ; il établit également une classification des nuages, dont certains noms sont encore utilisés.

37Les théories chimiques de Lamarck, exposées dans ses Recherches sur les causes des principaux faits physiques (1794), niaient la révolution lavoisienne pour revenir aux quatre éléments classiques – l’air, l’eau, la terre, le feu. Il expliquait par différents états du feu des phénomènes physicochimiques comme la couleur, l’électricité ou le magnétisme. Seuls les animaux et les végétaux pouvaient produire, à partir des éléments, des substances complexes qui se dégradaient progressivement lorsque la vie disparaissait. En géologie, Lamarck émit des théories basées sur la force active des eaux, exposées dans son Hydrogéologie (1802).

38Lamarck considérait la nature comme un tout, regroupant les êtres animés et les choses inertes. Selon Lamarck, des groupes d’espèces – classes, ordres, familles – se modifiaient peu à peu au cours du temps, grâce à leur tendance naturelle à s’engager dans un processus d’accroissement de la complexité à partir d’un état très simple. Ce dernier naissait par génération spontanée, à la suite d’actions physico–chimiques s’exerçant sur des matières inertes. Les facteurs gouvernant les changements anatomiques, que pérennisait l’hérédité des caractères acquis, étaient chimiques ou environnementaux. De plus, un “sentiment intérieur” intervenait chez les animaux supérieurs, tel l’homme. Son transformisme – qu’il appliqua aux végétaux seulement en 1803 dans son Introduction à la botanique – opposa durement Lamarck à Cuvier, créationniste et partisan du dogme de la fixité des espèces. Enfin, Lamarck créa le terme avec le concept même de “biologie”, dans son Hydrogéologie (1802).

39Son œuvre écrite comporte un nombre respectable de mémoires ou d’ouvrages dont les principaux, en dehors de ceux déjà cités, sont les suivants : Recherches sur l’organisation des corps vivants (1802), Philosophie zoologique (1809), Système analytique des connaissances positives de l’homme (1820) et Histoire naturelle des animaux sans vertèbres (1815-1822).

40Au Muséum, Lamarck enrichit de manière considérable les collections relevant de sa chaire.

LAMARCK J.-B. DE – Issu de : Lamarck (Jean-Baptiste de), Annuaire météorologique pour l’an XIII, Paris : chez l’auteur et Maillard, no 6, p. 18.

Bibliographie

Burlingame (Leslie), “Lamarck, Jean Baptiste Pierre Antoine de Monet de”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1973, vol. 7, pp. 584-594.

Corsi (Pietro), Lamarck, genèse et enjeux du transformisme. 1770-1830, Paris : CNRS, 2000, 434 p.

Dayrat (Benoît), “Jean-Baptiste, Pierre, Antoine de Monet (1744-1829), chevalier de Lamarck”, in Les Botanistes et la flore de France : trois siècles de découvertes, Paris : Muséum national d’histoire naturelle, 2003, pp. 82-100. (Archives).

Delange (Yves), Lamarck, sa vie, son œuvre, Arles : Actes Sud, 1984, 226 p.

Delaunay (Alain), “Lamarck et la naissance de la biologie”, Pour la Science, no 205, 1994, pp. 30-37.

Febvre (Michèle), “Histoire des sciences. Lamarck, genèse et enjeux du transformisme. 1770-1830”, Pour la Science, no 287, 2001, p. 108.

Landrieu (Marcel), “Lamarck, fondateur du transformisme, sa vie, son œuvre”, Mémoires de la Société zoologique de France, vol. 21, 1909, 478 p.

Laurent (Goulven), “Lamarck Jean-Baptiste Pierre Antoine de Monet, chevalier de (1744-1829)”, in Tort (Patrick) (sous la dir.), Dictionnaire du Darwinisme et de l’Évolution, Paris : PUF, 1996, vol. 2, pp. 2542-2558.

Laurent (Goulven) (sous la dir.), Jean-Baptiste Lamarck 1744-1829, Paris : Comité des travaux historiques et scientifiques, 1997, 757 p.

Laurent (Goulven), “Lamarck”, in Blay (Michel), Halleux (Robert) (sous la dir.), La Science classique, XVIème XVIIIème siècles. Dictionnaire critique, Paris : Flammarion, 1998, pp. 301-308.

Laurent (Goulven), La Naissance du transformisme : Lamarck entre Linné et Darwin, Paris : Vuibert, 2001,149 p, Mantoy (Bernard), Jean-Baptiste de Lamarck, créateur de la biologie, Paris : Seghers, 1968, 190 p. (Savants du monde entier).

PJ

LAMI Robert

né le 4 janvier 1889 à Paris, mort le 12 juin 1983 à Dinard (Côtes-d’Armor)
chaire de Botanique (classification et familles naturelles de Cryptogames), puis de Cryptogamie, puis station maritime du Muséum à Dinard
Photographie, Phycologie

41Le jeune Robert Lami s’intéressa très tôt aux choses de la nature par ses nombreuses visites au Jardin des plantes de Paris, seul ou guidé par Alphonse Milne-Edwards*, un ami de sa famille. Puis l’enseignement de Pierre-Augustin Dangeard pour les certificats de sciences physiques, chimiques et naturelles (1908-1909) l’amena vers les algues et la biologie marine, faisant des séjours dans les stations maritimes de Wimereux et de Roscoff. Licencié en sciences naturelles à Paris en 1910, Lami continua à déterminer les algues et à étudier leur biologie grâce aux conseils de l’abbé A. L. Letacq, de R Marais de Beauchamp et de Paul Hariot*. Durant la première guerre mondiale, il eut la bonne fortune d’entrer en relation avec G. Bultel, directeur des serres du domaine d’Armainvilliers, et ainsi de pouvoir expérimenter la culture des orchidées. De 1924 à 1929, il fut secrétaire de la section des riz au Comité d’encouragement aux recherches scientifiques coloniales et entra au Muséum comme préparateur à l’École des hautes études (1929-1932) dans la chaire de Botanique (classification et familles naturelles de Cryptogames) de Louis Mangin*. À la mort de ce dernier, Lami fut affecté au laboratoire de Cytologie végétale et recruté comme assistant par Pierre Allorge*, nouveau titulaire de la chaire de Cryptogamie (1933). Il fut nommé sous-directeur en 1945, au vu des services qu’il avait rendus, assurant seul la gestion de son laboratoire en 1944-1945 et sauvegardant les herbiers phycologiques (transférés pendant cette période au château de Saint-Malo). Pour des raisons relationnelles, Roger Heim* l’éloigna de Paris en le nommant sous-directeur de la Station maritime de Dinard, alors directement sous la responsabilité du directeur du Muséum. Lami prit sa retraite en 1969 et mourut paisiblement en 1983, après avoir perdu son épouse en 1970.

42Lami était doué d’une mémoire encyclopédique et d’une grande habileté manuelle. Il avait une curiosité incessante de l’esprit.

43Auteur de près de quatre-vingt-dix publications, le phycologue était plus intéressé par la bionomie des algues que par la systématique, s’attachant à étudier leur répartition géographique en fonction des conditions écologiques. Lami explora les côtes de France et effectua plusieurs missions en Camargue (1928), au Portugal (1931, 1932, 1934) et, avec Pierre Allorge, aux Antilles françaises en 1936. Il réalisa l’inventaire des espèces marines de la baie de Saint-Malo, étudia la bionomie intercotidale de l’île de Bréhat et de la côte basque française, ainsi que les microatolls et microrécifs frangeants de Lithophyllum.

44Au Muséum, l’activité de Lami fut surtout centrée sur le laboratoire maritime de Saint-Servan, où il assurait les excursions annuelles et s’occupait de la bibliothèque. Il remplit également cette fonction à Dinard, suite au déménagement entre les deux villes de la station. Lami suivit la remise en état de cette dernière, accueillit les visiteurs et encadra le personnel sur place. Par son activité incessante, il développa la fréquentation de la station de Dinard et assura la publication de la revue du laboratoire. Dans la chaire de Cryptogamie à Paris, il réorganisa les herbiers et la bibliothèque phycologiques. Lami essaya de mettre en place au printemps des expositions comprenant des algues vivantes en aquarium, mais l’expérience ne reprit pas après la guerre. Il dirigea longtemps, avec Pierre Bourrelly*, la Revue algologique fondée par Pierre Allorge et Gontran Hamel*.

45Ses aptitudes à la photographie et à la cinématographie conduisirent le phycologue à envisager un album de la végétation marine des côtes de France ; malheureusement ce projet ne connut que quelques photographies. Par ailleurs Lami s’intéressa à la peinture et se passionna pour l’ornithologie.

Source

Dossier de correspondance R. Lami et R. Heim (archives du fonds cryptogamie du Muséum national d’histoire naturelle).

Bibliographie

Meslin (Roger), “Robert Lami (1889-1983)”, Cryptogamie, Algologie, vol. 4, 1984, pp. 223-225.

Lami (Robert), Notice et travaux, 1945, 18 p. (fonds cryptogamie du Muséum national d’histoire naturelle).

DL

LANDAU Irène

née le 26 juin 1936 à Boulogne-Billancourt (Essone)
chaire de Zoologie (Vers)
Parasitologie, Protozoologie

46Bachelière de la section sciences expérimentales en 1954, Irène Landau effectua ensuite un cursus médical et fut reçue externe des hôpitaux de Paris en 1958. Elle soutint sa thèse de doctorat en médecine à la faculté de Paris en 1963, obtenant la même année les certificats d’études spéciales de parasitologie médicale et technique, ainsi que celui de médecine tropicale. Après un premier stage au laboratoire d’Évolution des êtres organisés du professeur A. Hollande en 1963, Irène Landau en fit un second l’année suivante, dans le service du professeur Percy Cyril Garnham à la London School of Hygiene and Tropical Medicine. Elle occupa de 1964 à 1965 un poste d’attachée assistante en parasitologie, dans le laboratoire de Lucien Brumpt à la faculté de médecine de Paris, et rejoignit en 1965 le Muséum comme assistante de la chaire de Zoologie (Vers) que dirigeait alors Alain Chabaud*. Nommée maître de conférences sous-directeur en 1966, Irène Landau soutint une thèse de doctorat de l’université Paris Sud (centre d’Orsay) en 1972, puis remplit les fonctions de co-directrice du laboratoire associé URA 114 du CNRS de 1987 à 1996. Entre-temps, elle avait passé une thèse de doctorat d’établissement au Muséum en 1992.

47Irène Landau devint professeur sans chaire au sein de l’établissement en 1992 et fut directrice non apppointée du laboratoire de Protozoologie et parasitologie comparée de l’École pratique des hautes études de 1989 à 1994. Cette dernière année, Irène Landau fut nommée professeur au Muséum, ainsi que directrice d’études à l’École pratique des hautes études. Elle est également, depuis 2001, directrice de l’équipe “Parasitologie comparée et modèles expérimentaux” associée à l’INSERM (U 445). Durant sa carrière au Muséum, Irène Laundau a eu l'occasion d’effectuer des missions sur le terrain dans le monde entier : République Centrafricaine (Station expérimentale de La Maboké), Congo-Brazzaville, Gabon, Madagascar, Guyane, Guadeloupe, Brésil, Malaisie, Australie, Thaïlande, Sri Lanka, Chine, États-Unis, Canada, etc.

48Irène Landau, qui œuvra dans le domaine de la protozoologie, s’était spécialisée dès 1965 dans l’étude des Sporozoaires Coccidiomorphes des Vertébrés (Rongeurs, Sciuridés, Primates, Chiroptères, Batraciens, Reptiles, Oiseaux). Ses principaux sujets dans ce domaine étaient : les Plasmodiidés agents des paludismes animaux (surtout Rongeurs et Primates), les Hémosporidies autres que les Plasmodiidés (Haemoprotéidés, Leuco-cytozoïdés, Garniidés) et les cycles biologiques des Coccidies de Vertébrés (Isosporidés, Hépatozoïdés). Les recherches d’Irène Landau se sont effectuées selon une double orientation : parasitologie fondamentale (épidémiologie, zoogéographie, systématique, cycles biologiques) d’une part, mise au point de modèles expérimentaux (cultures cellulaires permettant des études immunologiques, chimiothérapiques ou de chimiorésistance) d’autre part. La protozoologiste a découvert de nombreux parasites nouveaux (dont le Plasmodium chabaudi Landau, 1965, isolé à partir du sang du Rongeur Thamnomys rutilans). De plus, Irène Landau a réalisé sur la Chronobiologie des agents de malarias des travaux dégageant les concepts de “niche horaire”, ainsi que de “chronothérapie”. Elle a mis en évidence la grande variabilité du cycle biologique des Isosporidés parasites des Oiseaux passériformes, explicable par la notion de “trophozoites d’attente” et a permis (grâce à son étude d’Hepatozoon domerguei parasite d’un serpent malgache) de progresser dans la connaissance des cycles d’Apicomplexa basés sur la relation proie-prédateur. Parmi plus de deux cent cinquante publications dues à la plume d’Irène Landau figurent : Infection naturelle par deux Plasmodium du Rongeur Thamnomys rutilans en République Centre Africaine (1965) – en collaboration avec Chabaud–, Schizogonie hépatique secondaire dans le paludisme spontané des Rongeurs (1968), Mise en évidence d’un double mode de transmission chez un Hepatozoon de reptiles malgaches (1970) – en collaboration –, Diversité des mécanismes assurant la pérennité de l’infection chez les Sporozoaires coccidiomorphes (1973), Hypothèses sur la phylogénie des cycles et spectres d’hôtes des Coccidiomorphes (1982), The Culture of Plasmodium Schizonts in Hepatocyte, in Primaquine : Pharmacokinetics, Metabolism, Toxicity and Activity (1987), Plasmodium Species Infecting Thamnomys rutilans : a Zoological Study (1994) – avec Chabaud – et Development of Irreversible Lesions in the Brain, Heart and Kidney, Following Acute and Chronic Murine Malaria Infections (1999) – en collaboration. Irène Landau assura au Muséum la conservation de collections nationales de Protozoaires, notamment de Plasmodium placés en congélation (deux mille tubes). Enfin, la parasitologiste était personnellement responsable des précieuses collections d’Émile Brumpt et de Percy Cyril Garnham.

Bibliographie

49Anonyme, “Professor Irène Landau”, Allocution à l’occasion de l’élection comme Honorary member de la Society of Pmtozoologists, 2 p. dactylographiées.

50Curriculum vitae de Irène Landau, 2002, 2 p. dactylographiées

51Euzéby (Jacques), “Remise du prix Émile Brumpt 1999 à M. le Professeur Alain Chabaud et à Mme le Docteur Irène Landau. Allocution de M. le Professeur J. Euzéby”, in Hommage à la mémoire du professeur Lucien C. Brumpt 1910-1999, Paris : Collection de la Société de pathologie exotique, 1999 [publié en 2000], pp. 21-22.

52Landau (Irène), Titres et travaux scientifiques, 1966, 19 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 8921).

53Landau (Irène), Titres et travaux, 1988, 52 p. dactylographiées.

54PJ ERB

LANGANEY André

né le 3 décembre 1942 à Paris
chaire d'Ethnologie des Hommes actuels et des Hommes fossiles, puis d’Anthropologie et Ethnologie, puis d’Anthropologie
Anthropologie, Génétique

55Titulaire d’un baccalauréat de mathématiques et technique en 1959, Langaney fut admissible à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm en 1962. Il intégra cet établissement l’année suivante, obtint une licence ès sciences naturelles en 1965, un diplôme d’études approfondies de génétique en 1966, l’agrégation de sciences naturelles en 1967, une maîtrise de biologie axée sur l’anthropologie en 1968 et un doctorat d’État de biologie humaine en 1972. Pour ce qui est des étapes de sa carrière universitaire, Langaney devint assistant dans la chaire d’Ethnologie des Hommes actuels et des Hommes fossiles du Muséum en 1967, maître-assistant en 1970, puis maître de conférences sous-directeur, ainsi que professeur associé à l’Institut d’anthropologie de l’université de Genève en 1976. Éanthropologue dispensa durant cette période de sa vie divers enseignements, relatifs aux statistiques, à la génétique, à l’évolution, à la biologie du comportement ou à l’anthropologie. Par ailleurs, il effectua entre 1968 et 1991 des missions au Sénégal oriental, à l’est du Groënland et à l’université de Hawaï. Langaney enseigna de 1983 à 1984 à la faculté des sciences de Tunis. Après le changement de statut du Muséum survenu en 1985, il prit en 1987 la succession d’Yves Coppens* à la tête d’un laboratoire rebaptisé Anthropologie biologique. Marié en 1970, Langaney a eu un enfant puis deux autres après son divorce.

56Anthropologue, Langaney conduisit des recherches sur la différenciation génétique des populations humaines. Il adopta pour cela une approche pluridisciplinaire, combinant la démographie, la généalogie, l’ethnographie, la génétique, la biométrie, l’immunologie et l’analyse informatique. Dans ce cadre, il étudia diverses populations du Sénégal oriental (les Bedik, les Mandenka du Niokholo, les Peul Bande), de Centrafrique (les Sara), du Groenland ou des Grisons. Langaney s’intéressa également à l’analyse biologique des comportements humains, comme la sexualité, ainsi qu’aux mécanismes de l’évolution. Parmi ses nombreuses publications peuvent être cités Structures génétiques des Bedik (Sénégal oriental) (1974), Histoire naturelle de la sexualité (1977), Le Sexe et l’innovation (1979), Les Hommes (1988), Le Sauvage central (1991), Tous parents, tous différents (1995), La plus belle histoire de l’homme (1998), La Philosophie biologique (1999) et L'Injustice racontée à ma fille (2001). Langaney organisa enfin diverses expositions au Musée de l’Homme – dont il développa la galerie d’anthropologie – ou au Jardin des plantes.

Source

Renseignements fournis par l’intéressé.

Bibliographie

Langaney (André), Titres et travaux, 1974, 17 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 8971).

Langaney (André), Titres et travaux, 1979, 46 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 8972).

PJ ERB

LA PEYRONIE François GIGOT DE

né le 15 janvier 1678 à Montpellier (Hérault), mort le 25 avril 1747 à Versailles (Yvelines)
démonstrateur et opérateur suppléant de l’intérieur des plantes au Jardin du roi
Anatomie, Chirurgie

57Fils de chirurgien, La Peyronie, qui fit ses études au collège des Jésuites de Montpellier, décida de pratiquer le même métier que son père. Il fut reçu maître en chirurgie à Montpellier en 1695, alla ensuite se perfectionner à Paris, puis revint dans sa ville natale où il fut nommé chirurgien-major de l’Hôtel-Dieu. Par ailleurs, La Peyronie exerça la fonction de démonstrateur d’anatomie et de chirurgie à la faculté de médecine montpelliéraine. Devenu chirurgien-major de l’armée du maréchal de Villars dans les Cévennes en 1704, La Peyronie intégra la Société royale des sciences de Montpellier lors de sa création en 1706. Il monta en 1714 à Paris, pour soigner le maréchal de Chaulnes et suppléa Joseph-Guichard Du Verney* comme démonstrateur d’anatomie et chirurgie au Jardin royal à partir de 1716. Nommé à cette époque chirurgien-major de l’hôpital de la Charité, La Peyronie obtint la confiance de Louis XV qui lui conféra la survivance de la charge de premier chirurgien royal en 1719, avant de l’anoblir deux ans plus tard. La Peyronie devint maître d’hôtel ordinaire de la reine vers 1731, alors qu’il se relevait d’une grave maladie, et entra la même année à l’Académie royale des sciences comme associé libre. Ayant succédé à Georges Mareschal décédé dans la place de premier chirurgien du roi en 1733, il obtint une charge de gentilhomme ordinaire de la chambre en 1738, puis fut nommé médecin du roi en 1745. La Peyronie accompagna Louis XV à l’armée des Flandres et se distingua à la bataille de Fontenoy. Au titre de chef de la chirurgie du Royaume, il suivit son souverain dans tous ses déplacements, soignant les blessés et réformant le Service de santé militaire. La Peyronie mourut à l’âge de soixante-neuf ans, après avoir souffert durant deux mois de fièvre et de douleurs aiguës.

LA PEYRONIE F. DE – Page de titre de : La Peyronie (François de), Myologie complète en couleur et grandeur naturelle, composée de l'essai et de la suite de l'essai d'anatomie, en tableaux imprimés, Paris : chez Gautier, Quillau père, Quillau fils & Lamesle, 1746.

58Bien que Saint-Simon l'ait qualifié de courtisan ambitieux, La Peyronie laissa le souvenir d’un personnage aimable, plein d’esprit et obligeant. Cet habile praticien fut aussi un homme charitable : il fonda sur sa terre de Marigny un hospice ouvert aux indigents et légua son importante fortune à des établissements où l’on enseignait la chirurgie. Ami de Pierre Chirac*, La Peyronie fut consulté par de nombreux souverains d’Europe.

59La Peyronie œuvra dans les domaines de l’anatomie et de la chirurgie. Ses études sur les lésions du cerveau le conduisirent à postuler des localisations fonctionnelles, ainsi qu’à situer le siège de l’âme dans le corps calleux. Par ailleurs, il décrivit la sclérose du corps caverneux. Citons, parmi plusieurs mémoires ou observations dus à La Peyronie : Mémoire contenant plusieurs observations sur les maladies du cerveau, par lesquelles on tâche de découvrir le véritable lieu du cerveau dans lequel l’âme exerce ses fonctions (1708 et 1741), Description anatomique de l’animal qui porte le musc (1731), Observation d’un étranglement de l’intestin, causé intérieurement par l’adhérence de l’épiploon au-dessus de l’anneau (1743) et Mémoire sur quelques maladies qui s’opposent à l’éjaculation naturelle de la semence (1743). Grâce à la faveur de Louis XV, La Peyronie organisa en France un enseignement chirurgical de qualité. Il fonda avec Mareschal l’Académie de chirurgie et fit accorder aux chirurgiens parisiens les mêmes privilèges que ceux des docteurs de l'Université.

Bibliographie

Hoefer (Ferdinand), Nouvelle biographie universelle, depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, Paris : Finnin Didot, 1866, vol. 29, pp. 522-523.

Michaud (Louis-Gabriel), Biographie universelle ancienne et moderne [nouvelle éd. reprod. en fac-similé], Bad Feilnbach : Schmidt, 1998, vol. 23, pp. 646-647.

Tribout de Morembert (Henri), Willemot (J.), “La Peyronie”, in Prevost (Michel), Roman d’Amat (Jean-Charles), Tribout de Morembert (Henri), Lobies (Jean-Pierre) (sous la dir.), Dictionnaire de biographie française, Paris : Letouzey et Ané, vol. 19, fasc. 112, 1999, pp. 852-853.

PJ

LAPICQUE Louis, Édouard

né le 1er août 1866 à Épinal (Vosges), mort le 6 décembre 1952 à Paris
chaire de Physiologie générale
Anthropologie, Physiologie

60Fils de vétérinaire, Lapicque se trouva de ce fait initié très jeune à l’histoire naturelle. Il étudia la médecine à la faculté de Paris, tout en manifestant un vif intérêt pour les disciplines physico-chimiques. Licencié ès sciences naturelles en 1886, il devint préparateur l’année suivante, puis chef-adjoint du laboratoire de Clinique de Germain Sée à l’Hôtel-Dieu, où il prépara sa thèse de doctorat en médecine. Le jeune homme interrompit ses travaux en 1892, car il eut alors l’opportunité d’effectuer à bord du yacht Sémiramis une croisière autour du monde. Il profita de son voyage pour s’adonner à l’anthropologie. Docteur en médecine en 1895, docteur ès sciences deux ans plus tard, maître de conférences à la Sorbonne en 1899, Lapicque suivit en 1904 le cours de mathématiques générales de Paul Appell. Il fut nommé en 1911 professeur titulaire de la chaire de Physiologie générale du Muséum, succédant ainsi à Nestor Gréhant* décédé. Mobilisé comme médecin-major dans l’infanterie lorsqu’éclata la première guerre mondiale, il mit ensuite au point, comme attaché au cabinet de Paul Painlevé, un système de protection contre les gaz toxiques. Il se préoccupa également de questions d’approvisionnement alimentaire durant le conflit. En 1919, il quitta sa chaire du Muséum pour devenir professeur de physiologie générale à la Sorbonne. Il entra à l’Académie des sciences en 1930, prit sa retraite universitaire en 1936, aida les organismes chargés du ravitaillement pendant l’Occupation et fit partie du groupe Patriam recuperare de la Résistance, ce qui lui valut d’être emprisonné deux mois à Fresnes en 1942. Lapicque s’éteignit doucement dans son sommeil une dizaine d’années plus tard, ayant conservé jusqu’au bout toutes ses facultés intellectuelles.

61Il laissa le souvenir d’un homme alerte, bienveillant, courageux, dont la probité rigide et l’abrupte franchise ne toléraient ni la malhonnêteté ni l’injustice. Ce libre penseur athée, anticlérical, dreyfusard actif, s’engagea politiquement. Il fut en 1898 l’un des premiers secrétaires de la Ligue des droits de l’Homme. Excellent marin, Lapicque, qui possédait une propriété à l’Arcouest, emmenait souvent ses élèves en excursion à bord de son voilier, baptisé Axone. Il avait épousé en 1902 Marcelle de Heredia, qui l’aida fidèlement dans ses travaux scientifiques et lui donna un fils.

62L'œuvre importante de Lapicque ressortit à la physiologie et plus accessoirement de l’anthropologie. Dans le premier domaine, il étudia chez les Vertébrés la mutation du fer dans l’organisme, la relation entre le poids de l’encéphale et celui du corps ou l’intelligence, ainsi que le fonctionnement général du système nerveux. Il caractérisa l’excitabilité électrique des nerfs et des muscles par deux paramètres nouveaux, la “chronaxie” et la “rhéobase”. Malgré les travaux de Loewi et Dale (1921), Lapicque défendit une théorie électrique de la transmission neuromusculaire. Il conduisit par ailleurs diverses investigations sur les besoins nutritionnels, ainsi que sur la thermorégulation chez les Vertébrés à sang chaud. À la faveur de ses études de la physiologie des algues marines, Lapicque découvrit un processus d’échange ionique cellulaire actif nommé par lui “épictèse”.

63En anthropologie, il s’intéressa aux Négritos de l’océan Indien et du Pacifique : il montra que ceux-ci étaient les témoins d’un peuplement ancien par une race noire unique, s’étendant de l’Afrique à l’Océanie. Enfin, Lapicque tira souvent des conséquences pratiques de ses découvertes : il envisagea par exemple la possibilité de substituer des algues marines à l’avoine dans la ration des chevaux. Il fut l’auteur de nombreuses publications scientifiques, parmi lesquelles La Chronaxie et ses applications physiologiques (1938) et La Machine nerveuse (1942). Au Muséum, Lapicque hérita du laboratoire de Claude Bernard*, avant de pouvoir occuper celui mieux équipé d’Auguste Chauveau*. Il fit une partie de ses cours le soir, orientant son enseignement vers la vulgarisation.

Bibliographie

Caquot (Albert), “[s.t.]”, Comptes Rendus hebdomadaires des Séances de l’Académie des Sciences, vol. 235, no 23, 1952, pp. 648-649.

Chatelet (Albert), “Louis Lapicque. Professeur honoraire à la faculté des sciences (1er août 1866-7 décembre 1952)”, Annales de l’Université de Paris, vol. 23, no 1, 1953, pp. 96-100.

Chauchard (Paul), “Louis Lapicque et la machine nerveuse”, Revue scientifique, vol. 91, fasc. 2, no 3322, 1953 [publié en 1854], pp. 116-126.

Chauchard (Paul), “À propos du cinquantenaire de la chronaxie : l’importance de l’œuvre de Louis Lapicque en neurophysiologie”, Revue d’Histoire des Sciences et de leurs Applications, vol. 13, no 3, 1960, pp. 247-258.

Dupont (Jean-Claude), Histoire de la neurotransmission, Paris : PUF, 1999, 305 p.

Lemierre (André), “Décès de MM. Lapicque et Mériel”, Bulletin de l’Académie nationale de Médecine, 3e série, vol. 136, no 35 et 36, 1952, pp. 648-649.

Monnier (A.), “Lapicque, Louis”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1973, vol. 8, pp. 28-30. Pieron (Henri), “L'Œuvre de Louis Lapicque”, Les Cahiers rationalistes, 1953, pp. 3-16.

Veil (Catherine), “Louis Lapicque (1866-1952)”, Revue générale des Sciences pures et appliquées, vol. 60, no 5-6, 1953, pp. 135-138.

PJ

LARIVIÈRE François

dates inconnues (XIXème siècle)
chaire de Chimie générale
Chimie

64Recruté en 1843 par Joseph Gay-Lussac* comme aide-naturaliste de la chaire de Chimie générale, dans laquelle il remplaça J. A. Bourson, Larivière démissionna avant le 3 mars 1851. Il effectua peut-être une expertise d’aéromètre dix ans plus tard.

Source

Documents Muséum (d’après les archives d’É.-R. Brygoo).

PJ ERB

LARTET Édouard, Armand, Isidore, Hippolyte

né le 15 avril 1801 à Saint-Guiraud (Hérault), mort le 28 janvier 1871 à Seissan (Gers)
chaire de Paléontologie
Paléontologie, Préhistoire

65Issu d’une vieille lignée de propriétaires terriens enracinée depuis plusieurs siècles dans le Gers, Lartet était le benjamin de cinq garçons. Il passa son enfance dans le domaine familial d’En-Poucouron, avant de suivre au collège d’Auch un brillant cursus, qui lui permit de recevoir des mains mêmes de Napoléon 1er l’une des médailles d’honneur destinées aux élèves les plus méritants. Bachelier en 1819, le jeune homme étudia le droit à la faculté de Toulouse, obtenant en 1820 sa licence signée du conseiller d’État Georges Cuvier*. Lartet s’était toujours senti attiré par les sciences naturelles. Aussi, lorsque son père l’envoya en 1821 faire son stage d’avocat à Paris, il suivit les cours du Collège de France et visita le Muséum. Il revint ensuite vivre dans le Gers où il exerça sa profession jusqu’en 1834, administrant ses biens tout en se consacrant à la paléontologie, ainsi qu’à l’archéologie préhistorique. Les paysans le remerciaient de ses conseils juridiques gracieux en lui apportant des fossiles ou des objets antiques découverts dans les champs. Rapidement, le ministère de l’Instruction publique le chargea de faire parvenir des spécimens au Muséum, dont il fut nommé correspondant “archéologue et préhistorien” en 1838. Lartet abandonna alors définitivement le droit pour la science.

66En 1851, il s’installa à Toulouse, une ville qu’il quitta deux ans plus tard pour gagner Paris, afin de mener ses recherches dans les meilleures conditions possibles. Il se trouva cordialement accueilli dans la capitale par des naturalistes comme Étienne Geoffroy Saint-Hilaire*, Louis Duvernoy*, Pierre Gratiolet* ou Achille Valenciennes* et installa un petit laboratoire rue Guy-de-La-Brosse. Lartet présida en 1867 à Paris le Congrès international d’archéologie et d’anthropologie préhistoriques, puis fut nommé en 1869 professeur titulaire de la chaire de Paléontologie du Muséum, succédant ainsi à Adolphe d’Archiac* décédé. Mais, il ne put commencer son cours : atteint de douloureuses névralgies, il dut se retirer par ordre du médecin dans sa propriété du Gers, où il mourut deux ans plus tard d’une attaque d’apoplexie.

67De petite taille, le front haut, Lartet portait de minces favoris et des lunettes ovales. Il laissa à ses contemporains le souvenir d’un homme généreux, serviable et accueillant, dont la timidité naturelle contrastait avec la hardiesse des idées. Lartet organisait tous les mercredis des réunions dans son modeste laboratoire parisien, où les questions scientifiques à l’ordre du jour se trouvaient discutées. De son union avec Bertrande Barrère de Castelnau-Magnoac en 1839, il avait eu un fils, Louis. Ce dernier fut préparateur au Muséum, puis devint un géologue distingué.

68Lartet, auteur d’une quarantaine de publications, œuvra dans les domaines de la paléontologie et de l’archéologie préhistorique. En pratiquant à ses frais des fouilles dans le Gers, il exhuma de nombreux Vertébrés fossiles, parmi lesquels le premier Singe anthropomorphe jamais trouvé, le “Protopithèque”. Cette découverte, contradictoire avec les théories de Georges Cuvier, orienta Lartet vers la recherche de vestiges humains préhistoriques. Il démontra la contemporanéité de l’Homme et d’espèces animales éteintes, établit la première chronologie paléontologique de l’Homme fossile et étudia avec Albert Gaudry* des restes de Vertébrés trouvés dans l’Attique. Principal fondateur de la paléontologie humaine, Lartet créa également la paléontologie de la durée de vie, ainsi que de l’intelligence. Dans le domaine de l’archéologie préhistorique, ses explorations des grottes du Périgord avec le riche collectionneur anglais Henry Christy le conduisirent à mettre à jour de nombreux objets d’art. Disparu trop tôt, il n’eut pas le temps d’imprimer sa marque à la chaire de Paléontologie du Muséum. Cependant, il enrichit les collections de l’établissement, ainsi que le fonds du Musée des antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye. Parmi les publications de Lartet, citons La Notice sur la colline de Sansan (1851), l’article “Sur l’ancienneté géologique de l’espèce humaine dans l’Europe occidentale” (1860) et les Reliquiae Aquitanicae Being Contribution to the Archeology and Paleobotany of Perigord and Adjoining Provinces of Southern France (1865-1875) rédigées en collaboration avec Christy.

Bibliographie

Dupuy (D.), Notice biographique sur Édouard Lartet, Paris : Savi, 1873, 30 p. (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 6944).

Hamy (Ernest-Théodore), “Édouard Lartet : sa vie et ses travaux”, in Congrès international d’anthropologie et d’archéologie préhistorique, Bruxelles : Weissenbruch, 1872, pp. 59-74.

Monseigny (A.), Cailleux (A.), “Lartet, Édouard Armand Isidore Hippolyte”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1973, vol. 8, pp. 43-44.

Mortillet (Gabriel de), “Edouard Lartet”, La Revue scientifique, 2e série, 1ère année, no 13, 1871, pp. 307-308.

PJ

LATREILLE Pierre-André

né le 29 novembre 1762 à Brives-la-Gaillarde (Corrèze), mort le 6 février 1833 à Paris
chaire de Zoologie (Insectes, Vers et Animaux microscopiques), puis d’Histoire naturelle des Crustacés, des Arachnides et des Insectes ou des Animaux articulés
Zoologie des Arthropodes

69La treille était le fils adultérin du général Sahuguet d’Amarzit, baron d’Espagnac, et d’une jeune noble bressane restée inconnue. Sa mère l’ayant mis au monde sous un pont avec l’aide du docteur Laroche, celui-ci confia le bébé à de braves paysans. Pierre André porta d’abord en surnom le nom de Latreille (ou La Treille), qui se trouva inscrit à l’état-civil seulement en 1813. Laroche, ainsi qu’un négociant nommé Malepeyre, donnèrent le goût des sciences naturelles au jeune garçon, dont la santé fragile ne pouvait que bénéficier des herborisations en pleine campagne. Le véritable père de Latreille pourvut à son éducation, lui permettant de fréquenter le collège des doctrinaires, puis d’aller étudier en 1778 au collège Cardinal Lemoine. Devenu maître ès arts de l’université de Paris, le jeune homme fut orienté à la mort du baron d’Espagnac, en 1783, vers une carrière ecclésiastique. Il entra au séminaire de Limoges, fut ordonné prêtre en 1786 et se retira à Brives, où il se consacra à l’étude des Insectes tout en exerçant son ministère. Revenu à Paris en 1788, Latreille ne put pas prêter serment à la Révolution lorsque celle-ci eût éclaté. Il fut arrêté en 1793 comme prêtre réfractaire, emprisonné à Tulle, Brives, puis Bordeaux et condamné à la déportation. Il découvrit alors dans sa cellule un petit Coléoptère jusque-là inconnu, la nécrobie à col roux (Necrobia nificollis). Comme le détenu avait exprimé son désir de sauver le précieux spécimen devant le médecin des prisons de Bordeaux, celui-ci s’empressa de rapporter l’anecdote au naturaliste Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent qui, avec Raymond Dargelas, réussit à faire libérer le condamné en 1795, avant son embarquement pour la Guyane. Un mois plus tard, le navire convoyant les déportés sombra au sortir de la Gironde. Latreille devait encore subir en 1797 une proscription comme émigré et, à cette occasion, se trouver sauvé par l’intervention du général Antoine Marbot d’Altillac.

70Le naturaliste suivit les cours de l’École normale supérieure en 1795 puis, malgré la reconnaissance acquise de sa valeur scientifique, il occupa longtemps des postes subalternes et mal rétribués. Il bénéficia par bonheur de la protection de Jean-Baptiste de Lamarck*, qui le fit entrer au Muséum pour classer les collections d’insectes en 1798. Latreille devint sept ans plus tard aide-naturaliste, entra à l’Académie des sciences en 1814 et remplaça de 1814 à 1815 son ami Guillaume Olivier dans la chaire d’Histoire naturelle de l’école vétérinaire d’Alfort. Ayant suppléé Lamarck dans son enseignement de 1818 à 1825, il sollicita en 1826 des congés pour raisons de santé, abandonnant une partie de son traitement, ainsi que son logement du Muséum, à son adjoint Jean-Victor Audouin*. Latreille, qui reprit ses fonctions dès 1827, devint en 1830 le premier titulaire de la chaire d’Histoire naturelle des Crustacés, des Arachnides et des Insectes ou des Animaux articulés, née du dédoublement de la chaire de Lamarck. Peu après, sa mauvaise santé contraignit le nouveau professeur à se faire suppléer par son aide-naturaliste, Audouin, et à se retirer dans sa petite propriété d’Aunay-sur-Serrain, près de Tonnerre dans l’Yonne. Latreille réintégra le Muséum en novembre 1832, succombant l’année suivante à une douloureuse affection vésicale. Ses amis lui firent élever un splendide monument funéraire, sur lequel fut gravée l’image de la fameuse nécrobie à col roux.

71Le front précocement dégarni, le nez aquilin, le zoologiste était affligé d’une malformation mandibulaire qui rendait sa parole difficile en public. Il fut décrit comme modeste, simple et bienveillant. S’étant fait relever de ses vœux de prêtre à la faveur du Concordat, il avait épousé Louise-Françoise Séguin. Celle-ci, dont la mort survint en 1830, légua à son mari la propriété de campagne précédemment évoquée. Latreille fut mis en scène par Honoré de Balzac dans La Peau de chagrin, sous le nom de “Latrille”.

LATREILLE P. – Salamandre, issue de : Latreille (André), Histoire naturelle des salamandres de France, précédée d'un tableau méthodique des autres reptiles, Paris : [s.n.], an VIII (1800), pl. 1.

72Il écrivit de nombreux mémoires et plusieurs ouvrages. Bien que son épitaphe le qualifiât de Princeps Entomologiae, il ne conduisit pas uniquement des travaux sur les Insectes, comme en témoignent ses publications sur les Salamandres de France, les Reptiles, les Singes, ou même sur l’Histoire antique. En systématique, il eut le mérite d’appliquer la “méthode naturelle” à la classification des animaux articulés et de séparer les Batraciens des Reptiles. Latreille réalisa un travail taxonomique fondamental, combinant des critères retenus par Linné et Fabricius dans son Précis des caractères génériques des Insectes disposés dans un ordre naturel (1796). Citons également l'Histoire naturelle, générale et particulière des Crustacés et des Insectes (1802-1805), le Genera crustaceorum et insectorum secundum ordinem naturalem in familias disposita (1806-1809), la partie du Règne animal (1817) de Georges Cuvier* consacrée aux Crustacés, Arachnides et Insectes, ainsi que le Cours d’entomologie ou de l’histoire naturelle des Crustacés, des Arachnides, des Myriapodes et des Insectes (1831).

73Latreille, qui n’adhéra pas aux conceptions transformistes de son maître Lamarck, fut un pionnier de la biogéographie et se montra favorable à la théorie d’un plan d’organisation unique chez les animaux. Il participa largement à l’enrichissement des collections d’insectes du Muséum et présida en 1832 la Société entomologique de France fondée par ses disciples.

Bibliographie

Burkhardt (Richard), “Latreille, Pierre-André”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1973, vol. 7, pp. 48-49.

Cap (Paul-Antoine), Le Muséum d’histoire naturelle, Paris : Curmer, 1853, pp. 164-165.

Dupuis (Claude), “Latreille (Pierre-André)”, in Prévost (Michel), Roman d’Amat (Jean Charles), Tribout de Morembert (Henri), Balteau (Jules), Lobies (Jean-Pierre) (sous la dir.), Dictionnaire de biographie française, vol. 19, Paris : Letouzey et Ané, 2000-2001, pp. 1280-1283.

Lhoste (Jean), Les Entomologistes français (1750-1950), Paris : INRA-OPIE, 1987, pp. 48-51.

Nussac (Louis de), “Le Centenaire de Pierre-André Latreille”, Archives du Muséum national d’Histoire naturelle, 6e série, vol. 11, 1934, pp. 1-12.

LAUBY Antoine, Marie, Jean-Baptiste

né le 2 septembre 1872 à Saint-Flour (Cantal), mort le 26 septembre 1919 à Saint-Flour
chaire de Paléontologie
Anthropologie, Bibliographie, Paléobotanique

74Né dans une famille de négociant, Lauby obtint sa licence en sciences naturelles (1903), et fut nommé “préparateur scientifique” à la faculté des sciences de Clermont-Ferrand, dans le laboratoire de Paul Girod. Il collabora au Service de la carte géologique de la France, pour lequel il révisa les feuilles concernant le Massif central. Le 1er octobre 1913, Lauby fut nommé assistant du Muséum dans la chaire de Paléontologie, dont le titulaire était alors Marcellin Boule*, autre Cantalien. Malgré ses occupations universitaires, il revint régulièrement à Saint-Flour. Lauby fut mobilisé à Aurillac en 1914, comme directeur du Service de la désinfection du Cantal ; il était convalescent à Saint-Flour quand il mourut d’une crise cardiaque en 1919.

75Son activité scientifique se rapporta essentiellement à l’étude des végétaux fossiles et à l’anthropologie. En paléobotanique, il publia une vingtaine d’articles de 1902 à 1911. Dans sa thèse de doctorat en sciences qu’il soutint à la Sorbonne en 1910, Recherches paléophytologiques du Massif central, Lauby aborda à la fois la géologie et la paléobotanique de cette région, focalisant son étude sur la diversité des Diatomées et leur intérêt dans la détermination des couches géologiques. Ses publications anthropologiques concernèrent les sites archéologiques du Massif central (une dizaine d’articles de 1902 à 1911). Ensemble de ses travaux s’appuya sur un important corpus bibliographique, autre domaine d’excellence de Lauby : Botanique du Cantal - biobibliographique analytique suivie d’une liste des végétaux vivants et fossiles nouveaux pour cette région (1903), Catalogue des collections botaniques du Massif Central (avec S. E. Lassimone ; Moulins, 1905) et Essai de bibliographie analytique des travaux paléophytographiques relatifs aux districts de l’Aubrac, du Cantal, du Cézalier et du Mont-Dore (1910). Lauby légua ses collections et notes au musée de Saint-Flour.

Bibliographie

Anonyme, “M. Antoine Lauby”, Le Courrier d’Auvergne, 1er octobre 1919.

Boureau (Édouard), “Paléobotanique”, in Davy de Virville (Adrien), Histoire de la botanique en France, Paris : SEDES, 1954, p. 240 (Diatomées fossiles du Cantal) ; par Feldmann (Jean), “Phycologie”, idem 1954, p. 212 (Diatomées fossiles) et par Jovet (Paul), “Flore et phytogéographie de la France”, idem, 1954, p. 264 (Massif central).

Lamy (Denis), “Lauby (Antoine)”, in Prévost (Michel), Roman d’Amat (Jean Charles), Tribout de Morembert (Henri), Balteau (Jules), Lobies (Jean-Pierre) (sous la dir.), Dictionnaire de Biographie française, vol. 19, Paris : Letouzey et Ané, fasc. 114, 2001, pp. 1318-1319.

DL

LAUGIER André

né le 1er août 1770 à Lisieux (Calvados) ou Paris, mort le 19 avril 1832 à Paris
chaire de Chimie générale
Chimie

76Fils d’un trésorier de l’hospice des Quinze-Vingt qui se trouva ruiné à cause d’une perfidie du cardinal Louis de Rohan, Laugier était cousin d’Antoine-François de Fourcroy*. Le jeune garçon fréquenta l’établissement Picpus, puis le collège Lisieux à Paris. Ayant achevé ses études en 1788, Laugier alla étudier la chimie dans le laboratoire de Fourcroy, où il côtoya Louis-Nicolas Vauquelin* avec lequel il s’était lié d’amitié chez le pharmacien Jean Chéradame. Le jeune homme s’engagea volontairement en 1792 dans les armées de la Révolution. Revenu à Paris après une peu exaltante campagne de six mois, il fut chargé de récupérer les cloches des églises des départements de l’ouest, destinées à être transformées en monnaie ou en canons. Laugier rejoignit en 1794 la capitale, où il fut nommé sur la recommandation de Fourcroy, chef du bureau des poudres et salpêtres au Comité de salut public. Il occupa cet emploi dix-huit mois et, ayant décidé de faire des études de pharmacie, il obtint sa maîtrise dans cette discipline en 1797.

77Après avoir géré quelque temps l’officine de Chéradame, Laugier s’enrôla en 1798 comme pharmacien de deuxième classe dans l’armée d’Égypte, mais il ne put partir avec l’expédition de Bonaparte, car il tomba malade à Toulon. Il resta alors dans cette ville, où il fit des cours de chimie et de botanique à l’hôpital d’instruction militaire, tout en occupant la chaire de Chimie de l’école centrale du Var. De 1799 à 1802 Laugier, nommé pharmacien de première classe, professa à Lille. Son cousin Fourcroy, qui était directeur de l’Instruction publique, le ramena avec lui dans la capitale en 1803, pour lui confier au Muséum le poste d’aide-naturaliste, ainsi que sa suppléance dans la chaire de Chimie générale. Toujours en 1803, Laugier devint le premier titulaire de la chaire d’Histoire naturelle des médicaments à l’école de pharmacie de Paris. Il prit en 1811 la succession de Fourcroy décédé comme professeur de chimie générale au Muséum, dirigea l’établissement durant les périodes 1812-1813 et 1818-1819, puis remplaça Vauquelin à la tête de l’école de pharmacie en 1829. Pour des raisons financières, le pharmacien dut cumuler avec ses charges universitaires des emplois administratifs : il fut secrétaire de Fourcroy tant que celui-ci resta directeur de l’Instruction publique, exerçant ensuite les fonctions de chef de bureau au ministère de l’Intérieur, où il se trouva spécialement chargé des collèges impériaux. Laugier, soupçonné de libéralisme, fut finalement mis à la retraite de l’administration sous le ministère Corbières en 1822. Il mourut dix ans plus tard du choléra.

78Selon ses biographes, le pharmacien était un homme simple, honnête, sensible, très attaché à sa famille. Il fit au Muséum des leçons aisées à comprendre, précises et méthodiques. Ayant épousé sa cousine Pauline Chéradame, Laugier avait eu plusieurs enfants. Son grand ami fut le pharmacien Pierre Robiquet.

79Habile analyste, il étudia la composition chimique de nombreux minéraux, des concrétions calculeuses humaines ou animales, ainsi que des météorites, devenant un spécialiste reconnu dans ce dernier domaine. Il inventa par ailleurs des procédés de séparation ou de purification de certains métaux, comme le fer, le titane, ou l’osmium. Dans le domaine de la chimie organique, Laugier s’intéressa aux produits de la fermentation du sucre des carottes et aux propriétés de l’acide mucique. Enfin, il rédigea un Cours de chimie générale (1828) en trois volumes.

Bibliographie

Anonyme, “Nécrologie, Laugier (1770-1832)”, Journal de Pharmacie et de Chimie, 2e série, vol. 18, 1832, pp. 259-260.

Chaigneau (Marcel), Les Médaillons de la faculté de pharmacie de Paris, Paris : Louis Pariente, 1986, 165 p.

Dillemann (Georges), “André Laugier (1770-1832)’’, Produits et Problèmes pharmaceutiques, vol. 25, no 1, 1970, pp. 50-51.

Jaussaud (Philippe), Pharmaciens au Muséum, Paris : Muséum national d’histoire naturelle, 1997, pp. 132-138 (Archives).

Robiquet (Pierre), “Notice historique sur André Laugier”, in Séance publique de l’École et de la Société de pharmacie réunies, Paris : impr. de Fain, 1833, pp. 8-20.

PJ

LAURENT

date de naissance inconnue (XVIIIème siècle), mort en 1815
chaire de Zoologie (Insectes, Vers et Animaux microscopiques)
Entomologie, Muséologie

80Laurent fut recruté au Muséum le 16 pluviôse an II (4 février 1794), sur la demande du Comité d’instruction publique. D’abord employé comme collecteur d’insectes pour les galeries, il se trouva affecté le 24 messidor an IV (12 juillet 1796) à la chaire de Zoologie (Insectes, Vers et Animaux microscopiques) de Jean-Baptiste de Lamarck* où il arrangea les collections. Laurent devint en 1801 aide-naturaliste en supplément de budget, dut entrer au mois de septembre ou d’octobre 1815 à la clinique de la Charité et mourut peu après dans un âge avancé. Jugé comme un employé zélé par les professeurs du Muséum, il offrit en 1809 un coffret d’insectes à l’établissement.

Source

Documents Muséum (d’après les archives d’É.-R. Brygoo).

PJ ERB

LAURILLARD Charles, Léopold

né le 21 janvier 1783 à Montbéliard (Doubs), mort le 27 janvier 1853 à Paris
chaire d’Anatomie des animaux, puis d’Anatomie comparée
Anatomie

81Laurillard était le deuxième des huit enfants d’un faiseur de bas au métier, qui éduquait aussi de jeunes élèves. Très tôt orphelin de père, Charles fréquenta l’“Institut privé” de Montbéliard, où il apprit le dessin avant de l’enseigner et de devenir précepteur. Il se rendit à l’âge de vingt ans dans la capitale pour suivre les leçons du peintre Jean-Baptiste Regnault, recevant alors l’aide de ses compatriotes Louis Duvernoy* et Frédéric Cuvier*. Ce dernier présenta Laurillard à son frère Georges*, qui chargea le jeune homme d’exécuter des dessins anatomiques. Hébergé par Georges Cuvier, Laurillard devint paléontologiste, apprit de lui-même plusieurs langues et entra vers 1812 au Muséum comme employé supplémentaire de la chaire d’Anatomie des animaux. Il fut sans doute nommé ultérieurement aide-naturaliste et garde du cabinet d’anatomie, des titres qu’on lui attribuait dès 1822. Compagnon de voyage de Georges Cuvier à travers l’Europe, il travailla deux mois à Nice auprès d’Antoine Risso, puis il effectua de 1850 à 1852 dans le Gers plusieurs missions scientifiques – incluant des fouilles à Sansan et des expertises de collections. Laurillard, qui refusa peut-être une chaire à Strasbourg, mourut dans son logis du Muséum.

82De petite taille, Laurillard était resté célibataire, mais il adopta pratiquement ses neveux et nièces. Il était protestant comme son maître Cuvier, dont il soutint la veuve en 1832.

83Laurillard assista Georges Cuvier dans ses travaux, dessinant de très nombreuses planches anatomiques. Co-auteur de divers ouvrages, comme le Catalogue des préparations anatomiques laissées dans le cabinet d’anatomie comparée du Muséum d’histoire naturelle par G. Cuvier (1833), la réédition des Leçons d’anatomie comparée (1835-1846), ou L'Anatomie comparée, recueil de planches de myologie dessinées par Georges Cuvier ou exécutées sous ses yeux par M. Laurillard (1850), le naturaliste publia un Éloge de M. le baron Cuvier (1833), ainsi que Les Mammifères et les races humaines (1849).

Bibliographie

Duvernoy (Marcel), “Un oublié ! Charles-Léopold Laurillard (1783-1853)”, Franche Comté, Monts Jura, vol. 20 (222), 1938, pp. 37-39.

Valenciennes (Achille), [s.t.], in Michaud (Louis-Gabriel) (sous la dir.), Biographie universelle ancienne et moderne, [Nouvelle édition revue, corrigée et considérablement augmentée], Paris : Delagrave, 1858, t. 23, p. 374.

PJ ERB

LÉANDRI Jacques

né le 12 juillet 1903 à Sartène (Corse), mort le 10 mai 1982 à Paris
chaire de Phanérogamie
Histoire des sciences, Phanérogamie

84Corse par sa naissance, Léandri fut de 1912 à 1919 élève à Paris au lycée Carnot, où il obtint son baccalauréat. Il étudia ensuite de 1919 à 1923 à la Sorbonne, passant les certificats de botanique, de zoologie, de géologie et de chimie générale. Dès 1921, le jeune homme fréquenta la chaire de Phanérogamie du Muséum, un établissement dont il fut boursier de doctorat de 1923 à 1925 et où il s’engagea dans l’étude des plantes sous la direction de savants chevronnés, comme Henri Lecomte* ou Julien Costantin*. Léandri soutint un diplôme d’études supérieures de botanique en 1924, effectua son service militaire de 1926 à 1927 et fut pensionnaire de la fondation Thiers de 1927 à 1929. Recruté au Muséum en 1929 comme préparateur du laboratoire de Phanérogamie de l’École pratique des hautes études, il fut parallèlement chargé d’un enseignement destiné aux agents coloniaux des eaux et forêts.

85Léandri soutint sa thèse de doctorat ès sciences en 1930, puis devint assistant de la chaire de Phanérogamie du Jardin des plantes en 1932. Durant cette période de sa vie, le naturaliste effectua de nombreuses missions : il se rendit successivement au Conservatoire botanique de Genève (1931), au Maroc (1931), au Liban (1932), à Madagascar (1932-1933), à Aden, Djibouti, Mombasa, Dar-es-Salam (1933), en Tunisie (1934) à l’Institut botanique de Florence (1934), à Kew et au British Museum. Léandri fut mobilisé de 1939 à 1940, avant d’être mis en disponibilité durant six mois pour infirmités. Nommé sous-directeur de la chaire de Phanérogamie comme remplaçant de Raymond Benoist* en 1942, il obtint un diplôme de malgache à l’École nationale des langues orientales vivantes en 1944, remplit de 1945 à 1947 trois missions en Corse et séjourna à Madagascar en 1952-1953. Léandri ne put prendre en 1958 la succession d’Henri Humbert* à la tête de la chaire de Phanérogamie du Muséum, mais il accéda en 1966 au grade de professeur sans chaire. Admis à la retraite en 1968, il poursuivit ses travaux dans son ancien laboratoire presque jusqu’à l’hospitalisation précédant sa mort. Il avait eu un enfant de son mariage.

86Léandri, qui laissa le souvenir d’un homme très cultivé dans tous les domaines, pratiquait l’anglais, l’allemand et l’italien. Il faisait volontiers bénéficier ses collègues de son savoir.

87Botaniste, Léandri consacra l’essentiel de ses travaux anatomiques ou systématiques aux Phanérogames tropicaux. Il s’intéressa tout particulièrement à la flore malgache, devenant un spécialiste des Euphorbiacées de l’île (Phyllanthées, Euphorbes succulentes coralliformes, espèces du genre Croton) et découvrant des populations sauvages du Flamboyant (Poinciana regia), ainsi qu’un Brookesia rebaptisé ultérieurement Leandria perarmata. De plus, il étudia diverses familles d’Angiospermes, telles les Thyméléacées ou les Urticacées. Il faut ajouter à cela plusieurs études concernant l’histoire de la botanique, abordant des thèmes comme la géobotanique soviétique ou les recherches floristiques à Madagascar. Citons, parmi près de deux cents publications dues à sa plume : les Chenopodiaceae (1934), les Thymelaeceae (1934), la Flore de Madagascar et des Comores. Euphorbiacées (111e famille) (1958) et Aimé Bonpland, voyageur et botaniste français (1773-1858) (1965). Grâce à ses voyages, Léandri apporta une contribution importante aux collections du Muséum, puisqu’il avait déjà fourni en 1958 deux mille cinq cents numéros d’herbier. Enfin, il dispensa en 1950-1951 un enseignement dans le cadre de la chaire de Phanérogamie et s’intéressa à des projets de réserves naturelles en Corse.

Bibliographie

Aymonin (Gérard), “Le Professeur Jacques Léandri (1903-1982)”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, section B, Adansonia, 4e série, vol. 5, no 1,1983, pp. 3-10.

PJ ERB

LE CERF Ferdinand, Louis

né en 1881, mort en 1945
chaire d’Histoire naturelle des Crustacés, des Arachnides et des Insectes ou des Animaux articulés, puis d’Entomologie
Entomologie (Lépidoptères)

88Le Cerf entra en 1905 au Muséum, comme assistant, dans la chaire d’Histoire naturelle des Crustacés, des Arachnides et des Insectes ou des Animaux articulés de Louis Bouvier*. Il avait été recommandé par le lépidoptériste rennais Charles Oberthür. D’abord chargé d’une mission en Algérie, il travailla de 1906 à 1910 à l’école d’agriculture de Maison-Carrée, puis il parcourut le Maroc à la demande de l’Institut chérifien de Rabat. Il ne put jamais accéder au poste de sous-directeur du laboratoire d’Entomologie du Muséum et prit sa retraite en 1941. Durement commotionné lors d’un bombardement des voies ferrées de Juvisy, Le Cerf mourut des complications pulmonaires de son traumatisme.

89Imberbe, les cheveux coupés court, les yeux bleus et le teint basané, Le Cerf était un gros fumeur. Cet excellent dessinateur maniait avec adresse la plume trempée dans l’encre de Chine. Il avait eu une fille de son mariage.

90Le Cerf dévolut la totalité de ses travaux entomologiques aux Lépidoptères, dont il décrivil plusieurs espèces nouvelles. Il fut notamment un spécialiste des Sesiidés. Parmi ses publications figurent des contributions à la partie Lepidoptera, de l'Encyclopédie entomologique de P. Lechevalier pour la partie Lepidoptera et rédigea notamment un Atlas des Lépidoptères de France (1944-1949), ainsi que Sur la nymphe des Eriocraniidae (1936). Le naturaliste, qui rapporta de ses voyages un grand nombre de spécimens d’insectes pour le Muséum, délaissa à la fin de sa carrière la collection de Lépidoptères.

Bibliographie

Lhoste (Jean). Les Entomologistes français, 1750-1950. Paris : INRA-OPIE, 1987, pp. 176-181.

Viette (Pierre) “In memoriam : Jean Bourgogne (1903-1999)”, Annales de la Société entomologique de France, nouvelle série, vol. 35, no 3-4, 1999, pp. 231-240.

PJ

LECLAIRE Lucien, Jean, Marie

né le 7 août 1937 à Rennes (Ille-et-Vilaine), mort le 8 avril 1991 à Arpajon (Essonne)
chaire de Géologie
Géologie

91Leclaire était fils de menuisier. Bachelier en 1956, il passa successivement dans sa ville natale une licence ès sciences en 1958, ainsi qu’une licence d’enseignement en 1959, avant de réussir le concours du CAPES en 1959, d’obtenir un doctorat de troisième cycle à Alger en 1962 et enfin un doctorat ès sciences à Paris en 1970. Il exerça diverses fonctions, pédagogiques ou de recherche, que l’on peut résumer de la façon suivante : professeur de l’enseignement secondaire à Alger de 1959 à 1961, assistant, puis maître-assistant en géologie à la faculté des sciences de la même ville de 1961 à 1963, assistant au laboratoire de Géologie historique de la Sorbonne de 1963 à 1966, Leclaire entra au CNRS en 1966, devenant finalement en 1976 maître de recherche au laboratoire de Géologie du Muséum. Il occupa en 1980 la chaire correspondante, dont il fut le dernier titulaire jusqu’en 1985. Cette même année, il se trouva nommé inspecteur général des musées d’histoire naturelle de province. Il mourut brusquement d’une crise cardiaque à son domicile au début de la décennie 1990. Marié en 1967 à Héloïse Perez, Leclaire était père d’une fille.

92Il orienta son activité surtout vers la géologie sédimentaire océanique, reconstituant des paléo-environnements – notamment extrêmes – et étudiant les modes de sédimentation. Parmi les publications de Leclaire figurent Note de présentation de l’esquisse géomorphologique du golfe du Morbihan, Iles Kerguelen (1967), ainsi que La Sédimentation holocène sur le versant méridional du bassin Algéro-Baléares (précontinent algérien) (1972). Il enrichit les collections de la chaire de Géologie du Muséum, stockant sédiments ou roches marines dans des lithothèques froides et il effectua diverses missions d’exploration du fond de l’océan Indien. Enfin, il rédigea Collections publiques et musées d’histoire naturelle en France : premier répertoire du patrimoine (1989) avec son collègue M. Blanc.

Bibliographie

Leclaire (Lucien), Curriculum vitae, 2 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 8973).

PJ

LECLERC(-THOUIN) Oscar

né le 18 mars 1798 à Paris, mort le 5 janvier 1845 à Angers (Maine-et-Loire)
chaire de Culture
Horticulture

93Neveu d’André Thouin*, dont il devait ajouter le nom au sien, Leclerc était le fils d’un député qui avait dû s’exiler à Lièges après avoir fait partie de trois assemblées révolutionnaires. Le jeune garçon fut d’abord élevé dans le foyer de son

94Oncle – lieu de sa naissance–, puis il rejoignit son père revenu en France à Chalonnes-sur-Loire. Après des études au collège de cette ville, Leclerc vint se former chez Thouin au Muséum. Il devint en 1818 aide de culture dans l’établissement, travailla à partir de 1825 sous la direction de Louis Bosc d’Antic*, qu’il suppléa pour le cours d’horticulture et fut nommé aide-naturaliste de la chaire de Culture en 1827. Lorsque Charles du Brisseau de Mirbel* remplaça Bosc décédé en 1828, Leclerc se trouvant alors réduit à des fonctions subalternes démissionna. Le naturaliste occupa la chaire d’Agronomie nouvellement créée au Conservatoire royal des métiers en 1836, ressentit quelques années plus tard les symptômes d’une grave affection cardiaque, se rendit en 1844 à Charonnes et mourut peu après chez André Leroi à Angers.

95Ayant reçu en 1822 de son oncle André Thouin le château de Sadroc, Leclerc géra par ailleurs une quinzaine de fermes en Maine-et-Loire, en Loire-Inférieure ou en Corrèze. Il fut membre du Conseil général du Maine-et-Loire, du Conseil général d’agriculture et du Comité consultatif d’agriculture au ministère de l’Intérieur. Marié en 1824 avec Marie Gayot, le naturaliste eut deux filles de son union. Il publia notamment un mémoire intitulé Question de bestiaux : rapport fait au Conseil général d’agriculture, dans sa séance du mardi 11 janvier 1842 (1842).

Source

Bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle (no ß 1614 à ß 1619).

Bibliographie

Bauchot (Marie-Louise), Daget (Jacques), Bauchot (Roland), “L'Ichtyologie en France au début du XIXème siècle : l’histoire naturelle des Poissons de Cuvier et Valenciennes”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 4e série, vol. 12 (supplément), 1990, p. 100.

PJ ERB

LECLERC DU SABLON Albert, Mathieu

né le 25 mars 1859 à Bagnols-sur-Cèze (Gard), mort le 18 mars 1944 à Vénéjan (Gard)
chaire de Botanique, Organographie et Physiologie végétale
Anatomie végétale, Physiologie végétale

96Fils de propriétaire, Leclerc du Sablon entra à l’École normale supérieure en 1879. Il obtint les licences ès sciences physiques et ès sciences mathématiques en 1881, puis la licence et l’agrégation de sciences naturelles en 1882. Ayant enseigné l’histoire naturelle au lycée de Toulouse en 1882, Leclerc du Sablon fut nommé agrégé préparateur rue d’Ulm avant de soutenir son doctorat ès sciences en 1884. Il entra en 1887 au Muséum comme aide-naturaliste, dans la chaire de Botanique, Organographie et Physiologie végétale de son beau-père Philippe Van Tieghem*. Remplaçant ainsi Julien Costantin*, Leclerc du Sablon ne resta en poste que deux ans : il partit ensuite à la faculté de Toulouse, où il devint successivement chargé de cours en 1890, professeur de botanique en 1891 et doyen de 1893 à 1905. Il mourut dans le Gard peu avant la fin de la seconde guerre mondiale.

97Botaniste, Leclerc du Sablon œuvra en anatomie et en physiologie végétales. Il s’intéressa à divers sujets, comme l’ouverture des sacs polliniques, celle des fruits à parois sèches, les flux de substances de réserve, les mouvements des vrilles ou le mécanisme de la transpiration. Parmi ses publications figurent les Recherches sur la déhiscence des fruits à péricarpe sec (1884), un Traité de physiologie végétale et agricole (1911), ainsi que Le Rôle de l’osmose en biologie. Essai de physique végétale (1920). Leclerc du Sablon fut également l’auteur d’ouvrages généraux, telles Les Incertitudes de la biologie (1912) et d’un cours de botanique rédigé de 1900 à 1914 avec Gaston Bonnier.

Source

Documents Muséum (d’après les archives d’É.-R. Brygoo).

Bibliographie

Leclerc du Sablon (Mathieu), “Travaux”, 1906 (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 3208).

Maurain (Charles), “[s.t.]”, Discours de l’Institut, vol. 16, 1944, p. 10.

PJ ERB

LECOMTE Henri [Paul, Henry]

né le 8 janvier 1856 à Saint-Nabord (Vosges), mort le 12 juin 1934 à Paris
chaire de Botanique (classification et familles naturelles de Phanérogames)
Phanérogamie

98Originaire des Vosges, Lecomte était le fils d’un cultivateur instruit. Il entra en 1872 à l’école normale de son département, dont il sortit instituteur adjoint en 1876, puis enseigna dans plusieurs communes – Xertigny, Epinal, Bruyères – jusqu’en 1877. Après avoir été reçu bachelier, le jeune homme devint en 1879 répétiteur aux lycées de Chaumont et de Nancy, obtint la licence ès sciences naturelles en 1881, la licence ès sciences physiques deux ans plus tard et réussit l’agrégation de sciences naturelles en 1884. Lecomte fut alors nommé directement professeur au lycée Saint-Louis de Paris. Malgré cette charge de travail non négligeable, il poursuivit au Muséum des recherches personnelles dans le laboratoire de Philippe Van Tieghem* et soutint en 1889 sa thèse de doctorat ès sciences. Il devait accomplir ultérieurement de nombreux voyages d’études ou missions à travers le monde, parcourant le Congo, le Gabon, l’Algérie, la Tunisie, l’Égypte, les Antilles, la Guyane, le Japon, Java, ainsi que l’Indochine. De 1902 à 1904, Lecomte assura au Muséum l’intérim du laboratoire colonial de l’École pratique des hautes études, en l’absence d’Auguste Chevalier*. Il fut chargé en 1904 d’enseigner aux lycées Saint-Louis et Henri IV dans les classes préparant à l’Institut agronomique, ce qui ne l’empêcha pas de continuer à fréquenter le Jardin des plantes comme travailleur bénévole. Titulaire en 1906 de la chaire de Botanique (classification et familles naturelles de Phanérogames) du Muséum, dans laquelle il succéda à Édouard Bureau* retraité, Lecomte fut élu en 1917 à l’Académie des sciences. Il se retira en 1931 et mourut trois ans plus tard d’une longue et pénible maladie.

99Portant la royale, ainsi qu’une petite moustache, Lecomte fut décrit comme un personnage modeste, affable, indépendant et travailleur. Cet homme aux habitudes régulières pouvait passionner son auditoire à l’amphithéâtre. Lecomte était resté célibataire.

100Il œuvra dans les domaines de la phanérogamie systématique, anatomique, physiologique ou appliquée, orientant sa chaire du Muséum vers l’étude des flores tropicales. Il fournit notamment une importante contribution à la connaissance des tubes criblés du liber, des articulations des pédicelles floraux, de la distribution des laticifères chez les plantes à caoutchouc et de l’anatomie des bois coloniaux. À cela s’ajoutent diverses études physiologiques, concernant par exemple l’absorption de l’eau par les racines de certains arbres, la composition chimique des graines, les processus de coagulation du latex ou les enzymes du Vanillier. Lecomte rapporta de ses voyages de nombreux spécimens végétaux – plus de deux mille d’Indochine –, qui vinrent enrichir les collections du Muséum. Il accorda un souci constant aux herbiers de l’établissement, les accroissant à la faveur de nombreux legs et fit accepter l’offre de la Fondation Rockefeller de subventionner la construction d’une nouvelle galerie de botanique. Par ailleurs, il contribua au développement, dans les colonies françaises, de diverses cultures tropicales, comme le caoutchouc, le coton, le café ou la vanille. Parmi les publications de Lecomte, mentionnons la Contribution à l’étude du liber des Angiospermes (1889), Le Café : culture, manipulation, production (1899), Les Bois coloniaux (1923), ainsi que Sapotaceae (1932). Enfin, le botaniste dirigea une monumentale Flore générale de l’Indochine (1907-1950) en sept volumes et neuf fascicules et créa en 1909 les Notulae systematica, destinées à la publication des diagnoses d’espèces nouvelles.

Bibliographie

Aubreville (André), “La Vocation particulière de la chaire de Phanérogamie à l’étude de la systématique et de la biogéographie des flores tropicales. Leçon inaugurale du cours de phanérogamie prononcée le 6 mai 1959”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 31, no 4, 1959, pp. 303-321.

Borel (Émile), [s.t.], Comptes Rendus hebdomadaires de l'Académie des Sciences, vol. 198, no 25, 1934, pp. 2129-2131.

Chevalier (Auguste), “Professeur Henri Lecomte (1856-1934)”, Revue de Botanique appliquée, 14e année, no 160, 1934, pp. 1070-1076.

Guilliermond (Alexandre), “Notice sur la vie et les travaux de Henri Lecomte (1856-1934)”, in Institut de France, Académie des sciences (sous la dir.), Notices et discours, t. 1 : 1924-1936, Paris : Gauthier-Villars, 1937, pp. 634-672.

Lacroix (Alfred), Notice historique sur quatre botanistes, membres ou correspondants de l’Académie des sciences, ayant travaillé pour la France d’outre-mer de la fin du siècle dernier à nos jours, lue en la séance publique annuelle du 19 décembre 1938, Institut de France, Académie des sciences, Paris : Gauthier-Villars, 1938, vol. 33, 55 p.

Lacroix (Alfred), “Un grand botaniste français : Henri Lecomte (1856-1934)”, Revue internationale de l’Enseignement, 59e année, no 2, 1939, pp. 83-97.

PJ

LE FEBVRE Nicolas [LE FEBVRE Nicaise dit]

né vers 1610 à Sedan (Ardennes), mort en 1669 à Londres
chargé du cours de chimie au Jardin du roi
Chimie, Pharmacie

101Né dans une famille protestante, Le Febvre était le fils d’un apothicaire établi depuis la fin des guerres de religion à Sedan. Il suivit les cours de l’Académie protestante de sa cité natale, puis entra comme apprenti dans l’officine de son père, qu’il reprit après la mort de celui-ci. Ayant approfondi ses connaissances pharmaceutiques grâce aux leçons du docteur Abraham Durhan, Le Febvre monta à Paris où il travailla d’abord sous la direction de son coreligionnaire Samuel Du Clos, médecin ordinaire du roi. Il donna dès 1647 des leçons de chimie, que suivit notamment Charles II d’Angleterre alors en exil dans la capitale. Passé sous la protection d’Antoine Vallot*, il fut nommé apothicaire ordinaire du roi, puis en 1652 sous-démonstrateur de chimie au Jardin royal pour remplacer William Davisson*. Le Febvre exerça également à la cour la charge d’apothicaire d’Henri de Bourbon, évêque de Metz. Redoutant les persécutions contre les protestants, il rejoignit en 1660 l’Angleterre, sur la demande de son ancien élève le roi Charles II, dont il fut nommé apothicaire ordinaire en 1663. Le Febvre devint cette même année membre de la Royal Society nouvellement créée. Il dirigea de 1664 à 1666 le laboratoire de Chimie du palais de Saint-James avec de faibles moyens financiers et mourut au printemps 1669 dans la paroisse de Saint-Martin-in-the-Fields.

102Sur ses rares portraits, l’apothicaire porte les cheveux courts, ainsi qu’une petite barbe soigneusement taillée. Il laissa le souvenir d’un homme honnête, estimé de ses contemporains, mais montra une obséquiosité excessive vis-à-vis des médecins. Le Febvre avait épousé une demoiselle Philibert.

103Apothicaire chimiste, compilateur et praticien, Le Febvre se situe sur le plan de son œuvre à la charnière entre l’alchimie et la chimie. Cet adepte des théories de Paracelse, de Jan Baptist Van Helmont, ainsi que de Johann Rudolph Glauber, prôna une renaissance pharmaceutique basée sur la “chimiâtrie”. Il définit la saturation des solutions et s’intéressa à la calcination de l’antimoine. Auteur d’un Traité de la chimie (1660) plusieurs fois réédité dans diverses langues jusqu’en 1676, Le Febvre publia également un Discours sur le grand cordial de Sir Walter Raleigh (1664) et établit en 1668 la traduction française de la Religio medici de Thomas Browne.

Bibliographie

Contant (Jean-Paul), Contribution à l’histoire de l’enseignement de la pharmacie : l’enseignement de la chimie au Jardin royal des plantes de Paris, thèse de doctorat en pharmacie, Strasbourg : université de Strasbourg, 1952, pp. 88-91.

De Milt (Clara), “Early Chemistry at Le Jardin du Roi”, Journal of Chemical Education, vol. 18,1941, pp. 503-509. Dorveaux (Paul), Les Grands pharmaciens. 17 : l’apothicaire Le Febvre Nicaise, dit Nicolas”, Bulletin de la Société d’Histoire de la Pharmacie, no 42, 1924, pp. 345-356.

Jaussaud (Philippe), Pharmaciens au Muséum, Paris : Muséum national d’histoire naturelle, 1998, pp. 32-38 (Archives).

Lafont (Olivier), D’Aristote à Lavoisier : les étapes de la naissance d’une science, Paris : Marketing, Ellipses, 1994, pp. 59-60.

Partington (James), A History of Chemistry, Londres : Mc Millan, 1962, vol. 3, pp. 17-24.

PJ

LEFEUVRE Jean-Claude, Félix

né le 18 mars 1935 à La-Chapelle-Chaussée (Ille-et-Vilaine)
chaire d'Évolution des systèmes naturels et modifiés
Écologie, Entomologie

104Fils d’un boulanger d’Ille-et-Vilaine, Lefeuvre obtint son baccalauréat en 1953, puis sa licence en 1956, avant de faire carrière à l’université de Rennes. Il y fut nommé successivement assistant en 1958, maître-assistant en 1961, maître de conférences et professeur sans chaire en 1972. Entretemps, Lefeuvre avait passé un diplôme d’études supérieures en 1959, puis soutenu sa thèse de doctorat ès sciences dix ans plus tard. Il devint en 1979 le premier titulaire de la chaire d’Évolution des systèmes naturels et modifiés nouvellement créée au Muséum. Responsable du laboratoire d’Ethnobotanique et Ethnozoologie en 1981, il associa celui-ci à l’université de Rennes en 1985.

105Après des investigations de biologie expérimentale sur le polymorphisme alaire des Blattaria, Lefeuvre s’intéressa à l’écologie, étudiant la dynamique de peuplement de divers milieux naturels, comme les landes armoricaines, les marais de l’ouest de la France, la baie du mont Saint-Michel, les Landes ou la lagune de Venise. Parmi ses publications figurent Biocénose animale du bocage. Rapport de synthèse (1976), Écoéthologie (1978), Aménagement intégré du littoral européen : cas particulier de la lagune de Venise (1982), Action concertée de recherches pluridisciplinaires sur les marais de l’ouest de la France : rapport de synthèse (1981-1982) (1982) et Regards sur le littoral : contributions scientifiques à la protection du littoral (1995).

Bibliographie

Lefeuvre (Jean-Claude), Titres et travaux, 1979, 77 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 8977).

PJ

LE GRAND Yves, Jacques

né le 31 mars 1908 à Paris, mort le 20 janvier 1986 à Paris
chaire de Physique appliquée aux sciences naturelles
Optique, Physiologie

106Après des études à Rouen, ce fils de chirurgien intégra en 1926 l’École polytechnique, où il fut le préparateur de Charles Fabry en 1929. Le jeune homme se trouva recruté par Jean Becquerel*, en 1935, comme sous-directeur de la chaire de Physique appliquée aux sciences naturelles du Muséum, puis il soutint sa thèse de doctorat ès sciences en 1937. Fait prisonnier durant la seconde guerre mondiale, Le Grand fut chargé dès son retour en 1942 d’enseigner l’optique physiologique à l’École supérieure d’optique. Il devait remplir ces fonctions pédagogiques durant plus d’un quart de siècle. Détaché en 1947 à l’université de Rio de Janeiro, il succéda au cours de l’année 1949 à son patron Jean Becquerel dans la chaire de Physique appliquée aux sciences naturelles du Muséum. Le Grand prononça à l’Institut océanographique des conférences sur la diffusion de la lumière dans l’eau de mer de 1950 à 1966 et assura la direction du Muséum de 1971 à 1975, avant de prendre sa retraite deux ans plus tard. De son mariage, célébré en 1939 avec Françoise Sayet, il avait eu deux filles.

LE GRAND Y. – Page de titre de : Le Grand (Yves), Optique physiologique : la dioptrique de l’œil et sa correction, Paris : éditions de la “Revue d’optique”, vol. 1, 1946,356 p.

107Le Grand consacra la quasi-totalité de son œuvre scientifique à l’étude des mécanismes de la vision, chez l’Homme et les animaux. Ses premières recherches portèrent sur la vision binoculaire, la photométrie, l’éblouissement, les aberrations de l’œil humain, ainsi que la diffusion de la lumière dans cet organe. Puis, dans son laboratoire du Muséum, il poursuivit des travaux sur divers sujets d’optique physiologique, comme le phénomène de papillotement en vision latérale, la photométrie des sources ponctuelles, la vision des couleurs, la colorimétrie, la fluorescence du cristallin, la myopie de nuit, la rationnalisation de l’éclairage ou la photobiologie. Le Grand rédigea au total plus de soixante-dix publications, dont un célèbre traité d’Optique physiologique (1946-1956) en trois volumes, plusieurs fois réédité et traduit en anglais. Mentionnons également Vision, lumière et éclairage (1958), Les Yeux et la vision (1960), ainsi que Lumière et vie animale (1967). Enfin, le physicien fit progresser l’ergonomie et la sécurité routière, en contribuant à l’amélioration des techniques d’éclairage.

Bibliographie

Le Grand (Yves), Curriculum vitae, 1974, 6 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 9035).

Le Grand (Yves), Curriculum vitae, 1986, 4 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 9036).

Le Grand (Yves), “La Tradition des Becquerel. Leçon inaugurale du cours de physique appliquée aux sciences naturelles, prononcée le 8 novembre 1949”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 21, 1949, pp. 648-662.

LEHMAN Jean-Pierre

né le 10 août 1914 à Caen (Calvados), mort le 26 février 1981 à Paris
chaire de Paléontologie
Paléontologie

108Fils de propriétaire, Lehman obtint sa licence ès sciences à Grenoble en 1936. Il acheva ses études supérieures sous le triple patronage du laboratoire de Géologie de la Sorbonne, de la chaire de Paléontologie du Muséum et du laboratoire de Paléontologie du Ricksmuseet de Stockholm. Dans ce dernier, alors dirigé par le professeur Erik Stensiö, le jeune homme prépara durant neuf mois, de 1937 à 1938, un diplôme d’études supérieures. Lehman, qui obtint l’agrégation de sciences naturelles en 1939, fut mobilisé comme sous-lieutenant au début de la seconde guerre mondiale. Après avoir exercé la fonction de professeur au lycée Masséna de Nice entre 1940 et 1945, il partit à Stockholm au titre de boursier des relations culturelles, restant dans la capitale suédoise jusqu’en 1949. Lehman avait débuté entre-temps sa carrière au CNRS : nommé attaché de recherche en 1947, il devint chargé de recherche en 1949, année de soutenance de sa thèse de doctorat ès sciences.

109À la Sorbonne, où il fut responsable d’un cours dès 1951, il occupa successivement les postes d’assistant, puis de chef de travaux de géologie, avant d’être nommé en 1956 maître de conférences adjoint. Il séjourna chaque année comme invité, de 1951 à 1955, chez Stensiö, effectuant parallèlement des missions en Afrique ou dans les îles britanniques. En 1956, Lehman succéda à Camille Arambourg* à la tête de la chaire de Paléontologie du Muséum. Il poursuivit son enseignement à l’université, participa à diverses expéditions – dont deux au Spitzberg dans les années 1960 – et devint membre de l’Académie des sciences en 1979. À l’âge de soixante-six ans, il mourut brutalement dans la maison de Chevreul qu’il occupait au Jardin des plantes.

110Lehman laissa le souvenir d’un homme d’humeur égale, calme, courtois, souriant, montrant une grande disponibilité pour tous ses collaborateurs. Par ailleurs, il maniait avec subtilité l’humour à froid durant ses cours au Muséum. De son mariage avec Ingegärd Ernestrom en 1935, il avait eu un fils et deux filles.

111Paléontologue spécialiste des Poissons et des Amphibiens du Dévonien et du Trias, il étudia en particulier les Arthrodires (Poissons cuirassés) africains, les Dipneustes du Groënland, les Actinoptérygiens de diverses origines, ainsi que les Stégocéphales malgaches. Malgré ces investigations portant sur un domaine restreint, Lehman sut adopter une vue très ouverte de la paléontologie, qui le conduisit à s’intéresser à l’évolution des Vertébrés. Il envisagea ainsi d’un œil critique les diverses théories explicatives proposées et étudia le passage du milieu aquatique au milieu terrestre. Citons parmi ses nombreuses publications Les Arthrodires du Dévonien supérieur du Tafilalet (Sud marocain) (1956), L'Évolution des vertébrés inférieurs ; quelques problèmes (1959), ainsi que Les Stégocéphales du trias de Madagascar (1961). Au Muséum, il fit de son laboratoire en 1966 une unité associée au CNRS : celle de Paléo-anatomie et de Paléo-biogéographie, où plus de cent personnes travaillèrent en permanence. Enfin, Lehman réalisa l’extension vers le sud de la galerie de paléontologie – que son prédécesseur Camille Arambourg n’avait pas eu le temps d’effectuer-, achevant ainsi dans une certaine mesure le projet d’Albert Gaudry*.

Bibliographie

Anonyme, Hommage à Jean-Pierre Lehman à l’occasion de la remise de son épée d’Académicien par monsieur le Professeur Jean Piveteau, Membre de l’Institut, Gap : impr.

Louis Jean, 1981, 31p.

Lehman (Jean-Pierre), Titres et travaux scientifiques, Paris : Centre de documentation universitaire ; SEDES, 1955, 37 p. (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 7511).

Lot (Fernand), “Jean-Pierre Lehman explorateur du Dévonien et du Trias”, Revue du Palais de la Découverte, vol. 9, no 89, 1981, pp. 11-12.

Piveteau (Jean), “Jean-Pierre Lehman (1914-1981)”, Annales de Paléontologie (Vertébrés), vol. 67, no 2, 1981, pp. 59-60.

Piveteau (Jean), “Notice nécrologique sur Jean-Pierre Lehman”, Comptes Rendus hebdomadaires des Séances de l’Académie des Sciences, Vie Académique, vol. 294, 1982, pp. 91-94.

Taquet (Philippe), L'Empreinte des Dinosaures, Paris : Odile Jacob, 1994, pp. 15-16.

PJ

LEHMANN Henri

né le 14 mars 1905 à Charlottenbourg (Allemagne), mort le 3 août 1991
chaire d’Anthropologie
Anthropologie, Ethnologie

112D’origine allemande, Lehmann possédait le titre de docteur ès lettres de l’université de Francfort-sur-le-Main. Il se réfugia sur le territoire français en 1933, fut rattaché au département d’Amérique du Musée d’ethnographie du Trocadéro et assura en 1934 le déménagement de l’établissement qui l’avait accueilli vers le palais de Chaillot. Naturalisé Français en 1938, Lehmann devint titulaire d’une bourse de recherche du CNRS pour 1938-1939, avant d’être mobilisé de 1939 à 1940 comme sapeur mineur du génie. Il effectua en 1941, grâce à l’aide de la Fondation Rockefeller, une mission en Colombie, où il fonda et dirigea de 1942 à 1945 le Musée archéologique de l’université du Cauca à Popayan. Professeur à l’Institut français d’Amérique latine de Mexico en 1945-1946, Lehmann fut nommé aide-technique au Musée de l’Homme en 1945, remplit l’année suivante une mission au Mexique, puis devint assistant au palais de Chaillot en 1947. Il obtint un certificat d’ethnologie de l’université de Paris, assura deux missions au Guatemala comme attaché de recherches du CNRS entre 1953 et 1957 et exerça la fonction de professeur associé à l’université de Bruxelles en 1957-1958. Nommé maître de conférences sous-directeur à titre personnel du laboratoire d’Anthropologie au Musée de l’Homme en 1959, il obtint peu après le titre de professeur sans chaire.

113Lehmann consacra l’essentiel de ses travaux à l’ethnologie des peuples d’Amérique latine. Parmi ses publications figurent Lombardische Plastik im letzten Drittel des XV Jahrhunderts (1928), Les Civilisations précolombiennes (1953), Les Céramiques précolombiennes (1959), L'Art précolombien (1960), ainsi que Aire mésoaméricaine (1965). Lanthropologue se trouva enfin à l’origine de la création de la Société des américanistes de Paris.

Source

Documents Muséum (d’après les archives d’É.-R. Brygoo).

PJ ERB

LELOUP Jacques

né le 21 novembre 1922 à Dreux (Eure)
chaire de Physiologie générale, puis de Physiologie générale et comparée
Physiologie

114Leloup, qui assura l’intérim d’un professeur de sciences naturelles de l’enseignement secondaire entre 1939 et 1940, obtint son baccalauréat de mathématiques en 1940. Licencié ès sciences de la faculté de Paris en 1943, le jeune homme entra au Muséum en 1944 comme boursier, dans le laboratoire de Physiologie générale de Maurice Fontaine*. Il compléta sa formation par des études pharmaceutiques, devint stagiaire du CNRS en 1946, attaché de recherches en 1947, puis pharmacien diplômé, ainsi qu’assistant au Jardin des plantes, en 1950. Candidat malheureux au poste de sous-directeur de la chaire de Physiologie générale en 1959, Leloup fut nommé maître-assistant en 1965 et soutint sa thèse de doctorat ès sciences en 1969. Il remplaça cette dernière année Odette Callamand* comme sous-directeur, avant d’assurer la gestion du laboratoire de Biarritz lors du départ de Paul Jovet*. En 1976, Leloup ne put prendre la succession de Fontaine à la tête de la chaire de Physiologie générale et comparée.

115Œuvrant dans le domaine de l’endocrinologie, il consacra ses travaux à la fonction thyroïdienne et au métabolisme de l’iode chez les Cyclostomes et les Poissons. Il étudia ainsi le fonctionnement de la thyroïde, la régulation de l’iodurémie en eau douce, les corrélations thyréo-neuroendocriniennes, l’influence des facteurs écologiques ou éthologiques – comme la migration – sur la fonction glandulaire concernée, l’origine phylogénétique de celle-ci, son influence sur la cuprémie, ainsi que son adaptation à la carence en iode. Parmi les publications de Leloup figurent Métabolisme de l’iode et fonctionnement endostylaire chez l’Ammocoete de Lampetra planeri (1955), Influence de la température sur le fonctionnement thyroïdien de l’Anguille normale (1958), Les Mécanismes de régulation de l’iodurémie et leur contrôle endocrinien chez les Téléostéens en eau douce (1970) et Hormones thyroïdiennes circulantes chez un Cyclostome et des Poissons (1975).

Bibliographie

Leloup (Jacques), Notice sur les titres et travaux scientifiques, 1976, 48 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 9007).

PJ ERB

LÉMERY Louis

né le 25 janvier 1677 à Paris, mort le 9 juin 1743 à Paris
professeur de chimie et pharmacie au Jardin du roi
Anatomie, Chimie, Médecine, Physiologie

116Né dans une famille d’origine rouennaise, qui compta de nombreux magistrats parmi ses membres, Louis Lémery était le fils du célèbre chimiste Nicolas Lémery. Le jeune garçon étudia au collège d’Harcourt et s’orienta d’abord vers le barreau, avant de suivre, sur les conseils de son père, les cours de la faculté de médecine de Paris. Reçu docteur en 1698, Lémery entra à l’Académie royale des sciences comme élève-botaniste en 1700. Il devint élève-chimiste en 1702, occupa un poste de professeur de pharmacie à la faculté de médecine durant l’année 1705 et suppléa Guy-Crescent Fagon* plusieurs fois pour le cours de chimie au Jardin royal entre 1707 et 1710. Lémery remplit cette dernière fonction en alternance avec Étienne-François Geoffroy* et Claude Berger*, mais il se vit préférer le premier de ses collègues, lorsque le surintendant abandonna en 1712 sa charge professorale. Nommé médecin de l’Hôtel-Dieu en 1710, membre associé de l’Académie royale des sciences en 1712, puis académicien pensionnaire à la place de son père en 1715, il acheta une charge de médecin du roi en 1722. Il fut également médecin de la princesse de Conti, une cousine de Louis XV. En 1730, Lémery prit la succession de Geoffroy au Jardin royal comme professeur de chimie. Il enseigna sous l’intendance de Pierre Chirac*, sans cesser d’exercer son art à l’Hôtel-Dieu, et mourut de la gangrène.

117Décrit comme un personnage distingué, un brillant orateur, Lémery s’exprimait dans un style clair et élégant. Il laissa par ailleurs le souvenir d’un praticien au pronostic sûr. Marié en 1706 avec Catherine Chapotot (ou Chapelot), il fut père de trois enfants, dont seule une fille survécut.

118Lémery œuvra dans les domaines de la chimie, de la physique, de la médecine, de la physiologie, ainsi que de l’anatomie. En chimie, il s’attacha surtout à l’analyse des échantillons organiques, préconisant un usage contrôlé de la distillation, contestant une théorie erronée de Geoffroy sur l’origine du fer et étudiant les constituants salins des êtres vivants. Lémery s’intéressa par ailleurs à d’autres sujets, comme les huiles essentielles, la formation du nitre, les sels ammoniacaux, la contraction des solutions salines aqueuses ou les précipités. En physique, le chimiste, qui donna une théorie de la phosphorescence différente de celle de son père, s’opposa aux conceptions cartésiennes de la nature du feu et de la lumière. Il faut ajouter à cela des travaux physiologiques concernant la nutrition et des études anatomiques relatives à la circulation sanguine foetale ou à l’origine des monstres. Sur ce dernier thème, Lémery contredit les théories de Jacques-Bénigne Winslow* et Joseph-Guichard Du Verney* en évoquant l’intervention de facteurs accidentels capables d’affecter le développement embryonnaire. Citons, parmi ses publications : Traité des aliments où l’on trouve par ordre, et séparément la différence et le choix qu’on doit faire de chacun d’eux en particulier (1702), Dissertation sur la nourriture des os : où l’on explique la nature et l’usage de la moelle, avec trois lettres sur le livre de la génération des vers dans le corps de l’homme (1704), ainsi qu’une quarantaine de mémoires communiqués à l’Académie des sciences. Enfin, au Jardin royal Lémery sépara dans son enseignement la chimie de la matière médicale.

Bibliographie

Cap (Paul-Antoine), Le Muséum d’histoire naturelle, Paris : Curmer, 1854, p. 20.

Contant (Jean-Paul), Contribution à l’histoire de l’enseignement de la pharmacie : l’enseignement de la chimie au Jardin royal des plantes de Paris, thèse de doctorat en pharmacie, Strasbourg : université de Strasbourg, 1952, pp. 57-60.

Hannaway (Owen), “Lémery, Louis”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionnary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1973, vol. 8, pp. 171-172.

Partington (James), A History of Chemistry, Londres : Mc Millan, 1962, vol. 3, pp. 41-42.

PJ

LEMIRE Michel

né le 2 mars 1943 à Mouy-sur-Seine (Seine et Marne), mort le 8 février 1995
chaire d’Anatomie comparée
Anatomie, Embryologie, Histoire des sciences

119Élève de l’école normale d’instituteurs de Melun en 1957, de celle de Paris en 1960, puis de l’Institut de préparation à l’enseignement secondaire (section sciences) de Paris en 1961, Lemire obtint une licence ès sciences naturelles en 1963. Il acquit un diplôme d’études supérieures de zoologie en 1964 et fut admis l’année suivante au CAPES de sciences naturelles. Au mois de décembre 1965, Lemire entra au Muséum comme assistant de la chaire d’Anatomie comparée, que dirigeait alors Jean Anthony*. Le jeune homme fut admissible à l’agrégation de sciences naturelles trois fois successivement : en 1965,1966 et 1967. Titulaire d’un diplôme d’études approfondies d’histologie en 1966, il devint maître-assistant au Muséum en 1974, soutint une thèse de doctorat de troisième cycle d’anatomo-histologie en 1975, puis une thèse de doctorat ès sciences en 1983. Lemire fut nommé maître de conférences sous-directeur de la chaire d’Anatomie comparée en 1987. Ses travaux l’avaient conduit à effectuer de 1970 à 1979 diverses missions, au laboratoire du Collège de France de Concarneau, aux Comores, dans le Sud-algérien ou le Sud-tunisien. Il mourut prématurément, laissant une veuve avec trois enfants à charge.

120Ses qualités humaines firent apprécier Lemire de tout le personnel du Muséum.

121Il œuvra dans les domaines de l’anatomie, de l'histologie et de la physiologie des Vertébrés. Les recherches de Lemire portèrent essentiellement sur la “glande à sel” des lézards déserticoles. Dans ce cadre, il conduisit des investigations morphologiques, écophysiologiques et de relations structure-fonction chez des Sauriens appartenant à diverses familles (Agamidés, Varanidés, Lacertidés, Gekkonidés, Iguanidés, Téidés, Cordylidés, Scindidés). Lemire étudia également chez Uromastix acanthinurus la variabilité de l’excrétion nasale, son contrôle endocrinien, ainsi que la physiologie hydro-électrolytique.

122Par ailleurs, le naturaliste s’intéressa à la neuroanatomie : il effectua l’analyse architectonique du rhombencéphale du Coelacanthe et celle des projections visuelles primaires chez les Téléostéens et les Sauriens. À cela s’ajoutent divers travaux sur la myologie fonctionnelle ou l’organogénèse des Mammifères, concernant le palais secondaire, la musculature masticatoire, ainsi que les germes dentaires. Citons, parmi les publications de Lemire, La Musculature masticatrice d’un petit muridé africain, Deomys ferrugineus (1964), Étude anatomo-histologique de l’organe nasal du Lézard saharien Uromastix acanthinurus Bell 1825 (Sauria, Agamidae) : problèmes posés par l’adaptation au milieu (1973), Contribution à l’étude des fosses nasales des Sauriens : anatomie fonctionnelle de la “glande à sel” des lézards déserticoles (1983) et un ouvrage consacré à l’histoire de la céroplastie, Artistes et mortels (1990).

123Au Muséum, Lemire prit dès 1967 dans son laboratoire la responsabilité du service d’Histologie, dont il assura le développement. Il participa aussi au classement et à l’enrichissement des collections ostéologiques, formolées ou histologiques de la chaire d’Anatomie comparée. Enfin, Lemire enseigna au sein de l’UER d’odontologie de Paris et de l’Institut de stomatologie et de chirurgie maxillo-faciale, ainsi que dans le cadre du diplôme d’études approfondies d’évolution des Vertébrés et d'écologie.

LEMIRE M. – Cire anatomique de A. P. Pinson, issue de : Lemire (Michel), Artistes et mortels, Paris : Chabaud, 1990, 1ère de couverture. Femme assise ayant la poitrine ouverte, représentant la frayeur. Modèle en cire provenant du Cabinet du duc d’Orléans.

Bibliographie

Lemire (Michel), Notice sur les titres et travaux scientifiques, 1979, 51 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no 4 α 1404).

PJ

LEMOINE Paul, Victor, Antoine

né le 28 mars 1878 à Paris, mort en mars 1940 à Paris
chaire de Géologie
Géologie

124Lemoine était l’aîné des quatre enfants d'un professeur de chimie à l’École polytechnique. Très jeune, il acquit des connaissances géologiques au cours de fréquentes sorties dans le Tonnerrois, ou en suivant les excursions organisées par le Muséum ou la Sorbonne. Lemoine obtint les baccalauréats ès sciences et ès lettres en 1895, la licence ès sciences naturelles quatre ans plus tard et la licence ès sciences physiques en 1900. Puis, il partit sur le conseil d’Alfred Lacroix* à Madagascar où il effectua, de 1902 à 1903, une mission qui lui avait été confiée par le ministère de l’Instruction publique et celui des Colonies. Lemoine fut chargé dès 1904 d’un second voyage d’étude géologique par le Comité du Maroc, parcourant à cette occasion des contrées jusque-là inconnues des Européens. De retour dans la métropole en 1905, Lemoine devint préparateur du cours de géologie à la faculté des sciences de Paris, une fonction qu’il assura jusqu’en 1908. Il fut chargé durant cette période de prononcer des conférences préparatoires à la licence – comme remplaçant de Louis Gentil parti en mission – et il soutint sa thèse de doctorat ès sciences en 1906. Ensuite, Lemoine occupa de 1908 à 1919 le poste de chef de travaux de géologie au laboratoire colonial du Muséum, tout en assurant d’autres tâches : celles de professeur de géologie à l’École spéciale d’architecture (1909) et de chef de travaux de géologie appliquée à l’École des mines (1912).

125Lorsque survint la première guerre mondiale, il fut affecté au Service géographique de l’Armée comme lieutenant d’infanterie territoriale du Service d’État. Il ne put obtenir, malgré ses demandes réitérées, l’autorisation de rejoindre une unité combattante. Envoyé par la suite à la brigade géodésique de la septième armée en Alsace, Lemoine y acquit le grade de capitaine, avant d’être nommé à Beyrouth chef du bureau topographique du corps expéditionnaire de Palestine et de Syrie. Il fut chargé en 1919, comme remplaçant de Charles Jacob, du cours de géologie à la faculté des sciences de Toulouse, puis devint deux ans plus tard professeur titulaire de la chaire de Géologie au Muséum. Dans ce dernier établissement, Lemoine exerça la responsabilité de directeur entre 1932 et 1936, date à laquelle il démissionna après avoir été mis en minorité par l’Assemblée des professeurs. Il participa en 1939 à l’effort de guerre français, mettant son laboratoire à la disposition des autorités militaires, après quoi sa santé s’altéra rapidement. Malgré la maladie, il fréquenta son service avec assiduité jusqu’à son décès, survenu dans la maison de Chevreul où il vivait.

126Lemoine fut décrit comme un homme dynamique, doué d’un esprit original, ouvert à toutes les innovations et exprimant ses opinions avec une abrupte franchise. Détestant par ailleurs les spéculations fumeuses, il dispensa un enseignement d’une grande clarté. Il possédait également des dons d’administrateur et même d’homme d’affaires. Il s’était marié en 1907 avec Marie Dujardin-Beaumetz, spécialiste des corallines, dont il avait eu deux fils et une fille.

127Lemoine réalisa de nombreux travaux géologiques, en particulier dans les domaines de la stratigraphie de la paléogéographie et de la cartographie, dans une perspective surtout appliquée. Le nombre de ses publications, évalué à cent trente uniquement pour la période 1907-1918, témoigne d’une intense activité scientifique. En effet, il s’intéressa, sous l’angle de sa spécialité, à Madagascar, au Maroc, au Bassin de Paris, aux fonds marins, aux couches terrestres profondes, à l’évolution du globe et à l’hydrologie. Ces axes de recherches donnèrent naissance à d’importants ouvrages, tels que les Études géologiques dans le nord de Madagascar (1906), le Traité pratique de géologie (1910) ou la Géologie du Bassin de Paris (1911). Lemoine se trouva même entraîné à énoncer une théorie de l’apparition des êtres vivants qui suscita de vives polémiques.

LEMOINE P. – Assemblée des professeurs de 1932. Au premier rang (de gauche à droite) : Jean Becquerel, Alfred Lacroix, Eugène Bouvier, René Verneau, Paul Lemoine, Louis Mangin, Henri Lecomte, Désiré Bois, Charles Gravier ; au deuxième rang (de gauche à droite) : René Jeannel, Henri Humbert, Auguste Chevalier, Louis Joubin, Louis Roule, Jules Tissot, Richard Fosse, Abel Gruvel, Édouard Bourdelle, Raoul Anthony.

128Il partagea les travaux du Service de la carte géologique de la France, comme collaborateur auxiliaire (1904), puis collaborateur adjoint (1906) et enfin collaborateur principal (1920). Il orienta sa chaire du Muséum vers la géologie pure, restituant au laboratoire de Minéralogie la collection de météorites que l’un de ses prédécesseurs, Auguste Daubrée*, avait annexée. Par ailleurs, Lemoine effectua un énorme travail de classement, ainsi que de mise en valeur des collections confiées à ses soins, et organisa des excursions géologiques publiques dans le cadre de son enseignement. Grâce au dynamisme qu’il lui insuffla, sa chaire devint le siège du laboratoire de Géologie stratigraphique de l’École pratique des hautes études. Il déploya également une intense activité administrative pendant son directorat au Muséum : il créa le Zoo de Vincennes, transféra le laboratoire maritime de Saint-Servan à Dinard, développa le Jardin de Jussieu, le Musée ethnographique du Trocadéro et fit construire au Jardin des plantes une fauverie, ainsi qu’un jardin d’hiver.

Bibliographie

Anonyme, A la mémoire de Paul Lemoine : 1878-1940, Saintes : impr. Delavaud, 1958, 115 p. (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 8515). Abrard (René), “L'Évolution de la chaire de Géologie du Muséum national d’histoire naturelle. Leçon inaugurale faite au Muséum le 21 janvier 1943”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 1943, 2e série, vol. 15, no 1, pp. 32-55.

Gignoux (Maurice), “Paul Lemoine : 1878-1940”, Bulletin de la Société géologique de France, 5e série, vol. 11, 1941, pp. 155-182.

Imbert (Nath), Dictionnaire national des contemporains, 3e éd., Paris : Lajeunesse, 1939, vol. 1, p. 339.

Lemoine (Paul), “La Chaire et les collections de géologie du Muséum. Leur histoire. Leur avenir”, Revue scientifique, no 9, 1921, pp. 225-233.

Vayssière (Paul), “Paul Lemoine (1878-1940)”, in Hommes et Destins : Tome IV, Paris : Académie des sciences d’Outre-Mer, 1981, pp. 445-450.

PJ

LE MONNIER Louis, Guillaume

né le 27 juin 1717 à Paris, mort le 7 septembre 1799 à Montreuil (Seine-Saint-Denis)
professeur en botanique au Jardin du roi
Botanique, Physique

129Troisième fils d’un astronome professeur de philosophie au collège d’Harcourt et membre de l’Académie des sciences, Le Monnier appartenait à une célèbre famille d’érudits. Son frère Pierre Charles fut un grand astronome. Le jeune homme accompagna en 1739 César François Cassini de Thury et l’abbé Nicolas Louis Lacaille dans le Midi de la France, afin d’y prolonger le méridien de l’Observatoire de Paris. Profitant de cette mission géodésique. Le Monnier effectua des observations sur des phénomènes physiques, des exploitations minières, des sources d’eau minérale, sans omettre d’herboriser. Il devint docteur de la faculté de médecine de Paris en 1740 et fut attaché à l’hôpital de Saint-Germain-en-Laye où le jardinier Claude Richard l’initia à la botanique. Ayant acquis peu après la protection du duc d’Ayen, favori de Louis XV, Le Monnier se vit confier par le roi la charge de botaniste du jardin de Trianon. Le jeune homme suivit assidûment au Jardin royal les leçons de Bernard de Jussieu*. Entré à l’Académie royale des sciences comme adjoint botaniste en 1743, il passa associé l’année suivante, fut nommé médecin en chef des armées d’Allemagne en 1756 et acheta la charge de premier médecin ordinaire du roi vers 1757. Par ailleurs, Le Monnier recommanda à Louis XV Bernard de Jussieu pour prendre soin de Trianon durant ses absences.

130Le Monnier prit la succession d’Antoine de Jussieu* comme professeur de botanique au Jardin royal en 1759. Participant alors à la campagne de Hollande, il fut provisoirement remplacé par Nicolas Gervaise* dans l’établissement. Il voulut ensuite céder son poste professoral à son maître Bernard de Jussieu, mais celui-ci refusa d’abandonner sa place de démonstrateur. Le Monnier se fit suppléer au Jardin royal par Antoine-Laurent de Jussieu* à partir de 1770, abandonna son poste de professeur à René-Louiche Desfontaines* en 1786, puis devint premier médecin de Louis XVI en 1788. Parallèlement, il avait poursuivi sa carrière à l’Académie royale des sciences : nommé pensionnaire en 1777, il était passé deux ans plus tard pensionnaire vétéran. La Révolution dépouilla Le Monnier de ses places et de sa fortune. Au cours de l’attaque des Tuileries survenue le 10 août 1792, il fut sauvé de la mort par un admirateur inconnu. Le botaniste se retira ensuite à Montreuil, où il ouvrit une herboristerie et vécut pauvre mais heureux, entouré de ses amis, ainsi que de ses nièces. Nommé en 1796 membre associé de la première classe du nouvel Institut, Le Monnier mourut à l’âge de quatre-vingt-deux ans, après dix mois d’une douloureuse maladie.

131Il laissa le souvenir d’un personnage à l’apparence vénérable, gai, affectueux, étranger aux intrigues et charitable. Il n’acceptait pas d’honoraires pour les soins qu’il donnait aux hommes du peuple. Ami de la comtesse de Marsan, dont il acquit la propriété de Montreuil, Le Monnier herborisa avec des célébrités de son temps, comme les Jussieu, Carl Linné ou Jean-Jacques Rousseau. Il avait épousé en 1773 Marie Demonville, femme de chambre de madame Victoire de France. Devenu veuf en 1793, il se remaria peu avant de mourir avec sa plus jeune nièce, Renée-Françoise, fille de Pierre Charles Le Monnier.

132L’essentiel de l’œuvre de Le Monnier fut consacrée à la physique et à la botanique. Dans le premier domaine, il étudia la pression atmosphérique en altitude, la densité des liquides, ainsi que la conduction de l’électricité. Il écrivit très peu sur la botanique, mais servit fidèlement cette discipline : il inventoria la flore de diverses régions françaises, conduisit des observations d’écologie végétale, organisa le Parc des Noailles, s’occupa du jardin de Trianon et préconisa l’emploi d’humus pour cultiver les plantes des sols acides. Par ailleurs, Le Monnier fit envoyer des naturalistes voyageurs dans le monde entier, afin de recueillir des espèces végétales exotiques susceptibles d’être acclimatées en France. Les horticulteurs doivent ainsi au botaniste l'introduction de la belle de nuit à longues fleurs (Mirabilis longiflora), du cornouiller américain (Cornus florida), du robinier à fleurs rose (Robinia hispida), de l’amandier à feuilles satinées et de nombreux rhododendrons. De plus, Le Monnier fit planter des cèdres du Liban dans le Roussillon, des pins de Weymouth à Fontainebleau, des pins maritimes ou du nord dans les environs de Rouen et du Mans. Il analysa enfin les eaux minérales du Mont d’Or et de Barège. Parmi ses publications figurent : Sur le rapport des différents degrés de fluidité des liquides (1741), Recherches sur la communication de l’électricité (1746), Examen de quelques fontaines minérales de la France (1747), Sur les pernicieux effets d’une espèce de champignons, appelée par les botanistes Fungus mediae magnitudinis totus albus Vaillant no 17 (1749), ainsi que Lettre sur la culture du café (1773). Nous signalerons également les articles “Aiguille aimantée” et “Aimants”, rédigés sur la demande de Denis Diderot pour l'Encyclopédie. Lherbier de Le Monnier, l’un des plus riches de France, fut acheté en 1803 par Benjamin Delessert qui emporta la précieuse collection à Genève.

Bibliographie

Cap (Paul-Antoine), Le Muséum d’Histoire naturelle, Paris : Curmer, 1854, pp. 32-34 et 114-116.

Crestois (Paul), Contribution à l’enseignement de la botanique au Jardin royal des plantes de Paris, thèse de doctorat en pharmacie, Strasbourg : université de Strasbourg, 1953, pp. 101-102.

Plantefol (Lucien), “Le Monnier, Louis-Guillaume”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionnary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1973, vol. 8, pp. 176-177.

PJ ERB

LEROI-GOURHAN André

né le 25 août 1911 à Paris, mort le 19 février 1986 à Paris
chaire d’Ethnologie des Hommes actuels et des Hommes fossiles
Anthropologie, Préhistoire

133Né dans une famille d’origine bretonne, Leroi-Gourhan était le fils d'un officier de marine. Il perdit son père à l’âge de quatre ans, fut élevé par ses grands-parents et suivit un cursus irrégulier à l’école municipale Arago. Ayant quitté cet établissement à quatorze ans pour travailler dans une librairie, Leroi-Gourhan reprit seul ses études. Il fréquenta alors la communauté russe immigrée, ainsi que le marché aux puces où il se procurait des objets ethnographiques originaires de pays lointains. De 1927 à 1929, le jeune homme suivit les cours de Raoul Anthony* et de Georges Papillault à l’École d’anthropologie de Paris, dont il obtint le diplôme de fin d’études. Leroi-Gourhan, devenu bachelier, assimila conjointement deux langues sous la direction de Paul Boyer à l’École des langues orientales et de Marcel Granet à l’École pratique des hautes études : il fut titulaire des certificats de russe en 1931, puis de chinois en 1933. Durant cette période de sa vie, Leroi-Gourhan fréquenta les orientalistes du Musée Guimet. Il compléta, grâce à un certificat d’ethnologie préparé avec Marcel Mauss, sa licence ès lettres en 1933 et se vit confier la même année par Paul Rivet* la réorganisation de la section arctique du Musée du Trocadéro, sous la direction effective de Georges-Henri Rivière*. Leroi-Gourhan effectua de 1937 à 1939 une mission au Japon, occupant un poste de professeur à l’Institut franco-japonais de Kyoto. Chargé de recherche du CNRS de 1940 à 1944, il assura à cette époque l’intérim du conservateur Philippe Stern au Musée Guimet, puis travailla au Musée Cernuschi. Leroi-Gourhan, qui soutint sa thèse de doctorat ès lettres en 1944, devint la même année professeur d’ethnologie et préhistoire à la faculté de lettres de Lyon. Ayant été envoyé au dépôt des musées nationaux de Valençay en juillet 1944, il passa deux mois dans le maquis comme lieutenant des forces françaises de l’intérieur, avant de rejoindre son poste lyonnais. Leroi-Gourhan fut nommé en 1945, sur la demande de Rivet, délégué dans les fonctions de sous-directeur au Musée de l’Homme. Il remplaçait ainsi Jacques Soustelle* devenu ministre.

134Après avoir accédé au grade de professeur sans chaire à Lyon en 1951, Leroi-Gourhan voulut réintégrer le CNRS pour se consacrer à ses recherches. Mais, ce changement lui fut refusé à la suite d’un rapport trop laconique du nouveau directeur du Musée de l'Homme, Henri Vallois*, qui ne partageait pas ses approches scientifiques. Leroi-Gourhan obtint son doctorat ès sciences en 1955, occupa l’année suivante une chaire d’Ethnologie générale et préhistoire en Sorbonne, fut nommé en 1962 co-directeur de l’Institut d’ethnologie avec Claude Lévi-Strauss* et entra finalement au Collège de France comme professeur en 1969. Dans ce dernier établissement, il prit la tête de la chaire de Préhistoire autrefois créée pour l’abbé Breuil. Leroi-Gourhan fut élu à l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1980. Il dut vivre avec la maladie pendant vingt ans, jusqu’à son décès.

135Leroi-Gourhan fut décrit comme un chercheur audacieux, brillant, attachant par son humour – voire son excentricité – et sa simplicité. Ce chef d’école partageait sur les terrains de fouilles une sympathique vie de camp avec ses stagiaires. À l’amphithéâtre, Leroi-Gourhan dispensait des cours originaux, durant lesquels il faisait participer l’auditoire à sa réflexion. Il avait épousé en 1936 Arlette Royer, rencontrée au cours de Mauss.

136Leroi-Gourhan construisit une œuvre originale, relevant à la fois de l’ethnologie, de l’anthropologie biologique, de la préhistoire, de la linguistique et de l’histoire de l’art. Auteur de travaux ethnographiques relatifs aux peuples du Grand Nord, ainsi que du Pacifique nord, Leroi-Gourhan introduisit une nouvelle doctrine de fouilles – à caractère “horizontal” – en archéologie préhistorique. Ses investigations réalisées à la grotte des Furtins, puis à Arcy-sur-Cure et à Pincevent, lui permirent de ressusciter, grâce à des considérations technologiques, la vie de l’homme des âges anciens. Il s’intéressa également à l’anthropologie anatomique, réalisant des travaux sur les os du crâne et de la face. Enfin, il effectua d’importantes recherches relatives à l’art, considéré comme l’expression d’une pensée mythique, symbolique ou religieuse. L'ethnologue recensa notamment les représentations pariétales de la plupart des grottes de France, pour aboutir à un système explicatif cohérent, introduisant une interprétation sexuelle. Les lignes directrices de cette œuvre transdisciplinaire, que l’on peut considérer comme un anthropologie globale, apparaissent à travers des thèmes récurrents, tels l’homme et l’animal, les techniques, ou les mythes et leur expression artistique. Parmi ses nombreuses publications figurent L'Art animalier dans les bronzes chinois (1935), La Civilisation du renne (1936), Zoologie mythique des Esquimaux (1937), Évolution et techniques (1943 et 1945) en deux volumes, Archéologie du Pacifique nord (1945), Esquisse d’une classification crâniologique des Esquimaux (1947), Les Tracés d’équilibre mécanique du crâne des vertébrés terrestres (1954), Préhistoire de l’art occidental (1965), Le Geste et la parole (1964-1965), Fouilles de Pincevent, essai d’analyse ethnographique d’un habitat magdalénien (1972) ainsi que Mécanique vivante. Le crâne des vertébrés du poisson à l’homme (1983).

137Leroi-Gourhan fonda entre 1945 et 1948 plusieurs structures de recherche : le Centre de recherches préhistoriques et protohistoriques, rattaché en 1960 à la Sorbonne, – qui devint le laboratoire associé au CNRS d’Ethnologie préhistorique en 1977-, le Centre de formation aux recherches ethnologiques et le Centre de documentation des recherches préhistoriques.

Bibliographie

Anonyme, “Leroi-Gourhan (André)”, in Grand Larousse universel en quinze volumes, Paris : Librairie Larousse, 1982, vol. 9, p. 6235.

Anonyme, “1972, André Leroi-Gourhan, les Hommes préhistoriques et la religion”, in 30 ans de science et de recherche, n° spécial de La Recherche, no 331, 1999, pp. 42-43.

Brézillon (Michel), “André Leroi-Gourhan. 1911-1986”, in Universalia 1987, les événements, les hommes, les problèmes en 1986, Paris : Encyclopaedia Universalis, 1987, pp. 585-586.

Garanger (José), “Leroi-Gourhan (André) 1911-1986”, in Encyclopaedia Universalis, Corpus, Paris : Encyclopaedia Universalis, 1989, vol. 13, pp. 641-643.

Groenen (Marc), Leroi-Gourhan : essence et contingence dans la destinée humaine, Bruxelles : De Boeck-Wesmael, 1996, 185 p. (Le Point philosophique).

Soulier (Philippe), “André Leroi-Gourhan, 25 août 1911-19 février 1986”, La Revue pour l’Histoire du CNRS, no 8, mai 2003, pp. 54-67.

PJ

LEROY Jean-François, Pierre

né le 25 février 1915 à Athis-de-l’Orne (Orne), mort le 8 février 1999 à Sèvres (Hauts-de-Seine)
chaire d’Agronomie coloniale, puis de Phanérogamie
Histoire des sciences, Phanérogamie

138Fils d’instituteur, pupille de la Nation, Leroy vint au monde dans une famille qui manifestait du goût pour les activités intellectuelles. Il devint surveillant d’internat au lycée de Mâcon en 1934, puis occupa la même fonction deux ans plus tard à Lyon où il fut nommé maître d’internat stagiaire et obtint une licence de lettres en 1938. Maître d’internat la même année au lycée Saint-Louis de Paris, le jeune homme accomplit de 1939 à 1940 son service militaire dans l’aviation avec le grade d’aspirant. Il fut accueilli en 1941 au Muséum, comme assistant à titre provisoire de la chaire d’Agronomie coloniale, par Auguste Chevalier* - dont la famille se trouvait lointainement alliée à la sienne. Ayant obtenu le certificat de sciences physiques, chimiques et biologiques en 1941, puis la licence ès sciences naturelles en 1944, Leroy devint assistant titulaire en 1946 et sous-directeur en 1948. Il faut préciser qu’au cours de cette dernière année, Roland Portères* succéda à Chevalier à la tête de la chaire d’Agronomie coloniale. Leroy enseigna dès 1950 l’histologie végétale à l’École supérieure du bois, soutint son doctorat ès sciences à Paris en 1954, fut nommé professeur sans chaire d’ethnobotanique en 1965 et succéda à André Aubréville* comme professeur titulaire de la chaire de Phanérogamie en 1969. Directeur du laboratoire de Phytomorphologie générale et expérimentale de l’École pratique des hautes études à partir de 1971, il prit sa retraite en 1983 et mourut à l’âge de quatre-vingt-quatre ans. Il s’était marié en 1945 avec Suzanne Daon, dont il avait eu deux filles.

139Auteur d’environ deux cents articles et de plusieurs ouvrages, Leroy œuvra dans le domaine de la phanérogamie tropicale. Il conduisit des investigations sur la systématique, l’anatomie la biologie et la biogéographie de nombreuses familles botaniques, telles les Ulmacées, les Moracées, les Salicacées, les Juglandacées ou les Rubiacées, décrivant au passage de nouvelles espèces. Par ailleurs, il s’intéressa aux plantes tropicales comestibles, comme les papayers, la canne à sucre, les manguiers, les piments, et réalisa sur les caféiers d’importantes recherches, riches d’applications pratiques. Citons parmi ses publications Les Fruits coloniaux (1946) – rédigé en collaboration avec Chevalier-, Étude sur les Juglandacées, à la recherche d’une conception morphologique de la fleur femelle et du fruit (1955), un Cours d’ethnobotanique du Muséum (1969-1970) sur l’origine des plantes cultivées, ainsi qu’Origine et évolution des plantes à fleurs, les Nymphéas et le génie de la nature (1993). Enfin, Leroy écrivit beaucoup sur l’histoire de la botanique ou des botanistes : il fonda même en 1965, avec Joseph Schiller et Jean Théodoridès, le Cercle d’études historiques des sciences de la vie implanté au laboratoire d’Ethnobotanique du Muséum.

Bibliographie

Leroy (Jean-François), Notice sur les titres et travaux scientifiques, Le Mans : impr. Monnoyer, 1960, 59 p. (bibliothèque centrale du Muséum national d'histoire naturelle, no ß 8407 [1]).

Leroy (Jean-François), Notice sur les titres et travaux scientifiques, Le Mans : impr. Monnoyer, 1968, 38 p. (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 8407[2]).

Pujol (Raymond), “Le Professeur Jean-François Leroy, botaniste, nous a quittés”, Les Amis du Muséum national d’Histoire naturelle, no 197, 1999, p. 10.

PJ

LESNE Pierre

né le 9 avril 1871 à Landrecies (Nord), mort le 10 novembre 1949
chaire d’Histoire naturelle des Crustacés, des Arachnides et des Insectes ou des Animaux articulés, puis d’Entomologie
Entomologie (Coléoptères)

140Issu d’une famille d’origine bourguignonne, Lesne dut à un grand-père agronome son intérêt pour l’entomologie appliquée. Le jeune garçon suivit quelque temps les cours du collège Chaptal, avant d’entrer en 1889 au Muséum comme préparateur d’Émile Blanchard* au sein de la chaire d’Histoire naturelle des Crustacés, des Arachnides et des Insectes ou des Animaux articulés. Collaborateur de Eugène-Louis Bouvier* à partir de 1895, Lesne fut nommé sous-directeur en 1899. Il effectua plusieurs voyages à l’étranger, partant successivement en Algérie (1892-1893), aux Canaries pour raison de santé (1903), de nouveau en Algérie (1907-1908), puis au Mozambique (1928-1929). Candidat – avec le soutien de Bouvier – à la chaire d’Entomologie en 1931, Lesne se vit préférer René Jeannel* et termina sa carrière au Muséum comme sous-directeur. Il ne se remit pas de son échec, demeurant isolé dans son bureau jusqu’à sa retraite.

141De petite taille, Lesne portait moustaches et barbiche. Il fut décrit comme un naturaliste à l’esprit pénétrant, réfléchi, ainsi que minutieux. Bien que peu loquace, cet aimable érudit faisait volontiers profiter autrui de ses connaissances.

142Lesne consacra son œuvre scientifique à l’entomologie systématique, biologique et appliquée. Spécialiste reconnu des Coléoptères, il réalisa une étude exhaustive des Bostrychidés, sans négliger pour autant d’autres familles, comme les Ténébrionidés ou les Élatéridés. Il s’intéressa également à divers Insectes parasites, tels des Hyménoptères, la Mouche de l’Asperge, l’Eurytome des Amandes ou les Glossines du Mozambique. Par ailleurs, Lesne définit et baptisa “phorésie” le comportement – non parasitaire – d’insectes ou d’Arachnides se faisant transporter par des hôtes souvent spécifiques. Citons, parmi les quelque deux cent quatre-vingts publications dues à sa plume : Révision des Coléoptères de la famille des Bostrychides (six mémoires de 1896 à 1909), Cicindélides et Carabides Indochinois recueillis par M. Pavie. Diagnoses des espèces nouvelles et d’un genre nouveau (1896), Mœurs du Limosina sacra Meig. Phénomènes de transport mutuel chez les animaux Articulés : origine du parasitisme chez les Insectes Diptères (1896) et Les Coléoptères Bostrychides de l’Afrique tropicale française (1924).

Bibliographie

Berland (Lucien), “Pierre Lesne (1871-1949)”, Anna les de la Société entomologique de France, vol. 120,1951, pp. 1-16. Lhoste (Jean), Les Entomologistes français : 1750-1950, Paris : INRA-OPIE, 1987, pp. 159-161.

PJ

LESSERTISSEUR Jacques, Auguste, Arsène

né le 24 mai 1921 à Clichy (Seine-Saint-Denis), mort le 10 juillet 1978 à Paris
chaire d’Anatomie comparée
Anatomie, Paléontologie

143Lessertisseur, qui passa en 1939 un baccalauréat de philosophie, obtint en 1943 une licence ès lettres, ainsi qu’un diplôme d’études supérieures de philosophie. La guerre eut, semble-t-il, peu d’influence sur son cursus. Ayant à la fois occupé des postes d’enseignant dans divers collèges et préparé une licence ès sciences naturelles, de même qu’un diplôme d’études supérieures durant la période 1944-1956, Lessertisseur se trouva détaché au Muséum comme stagiaire du CNRS en 1956. Il travailla alors dans le laboratoire d’Anatomie comparée de Jacques Millot*, où il devint assistant en 1957, puis maître de conférences sous-directeur en 1963. À l’âge de cinquante-sept ans, il mourut brusquement dans un autobus qui le ramenait au Muséum.

144Lessertisseur se trouva décrit comme un personnage calme, aimable et d’une grande droiture. Marié en 1943, il avait eu deux enfants – une fille et un garçon.

145Œuvrant surtout dans le domaine de l’anatomie comparée, le naturaliste étudia les caractéristiques générales de la posture et de la marche bipèdes chez Vertébrés, surtout chez les Primates. Il en tira des conclusions sur le mode d’acquisition de la station verticale humaine. Par ailleurs, Lessertisseur s’intéressa aux traces fossiles d’activité animale, ainsi qu’à l’histoire des sciences. Citons, parmi ses publications : Traces fossiles d’activité animale et leur signification paléobiologique (1956), Signification de l’épine iliaque antéro inférieure chez les Primates (1959), l’Aspect causal et l’aspect formel de la pensée évolutionniste (1960) et une contribution au grand Traité de zoologie de Pierre-Paul Grasse pour la partie concernant le squelette des Mammifères.

Bibliographie

Anthony (Jean), “Jacques Lessertisseur (1921-1978)”, Bulletin d’information du Muséum, no 12, 1978, pp. 69-70. Lessertisseur (Jacques), Titres et travaux, 1961, 20 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 8916).

PJ

LESTER Paul

date de naissance inconnue, mort le 1er octobre 1948
chaire d'Anthropologie, puis d'Ethnologie des Hommes actuels et des Hommes fossiles
Anthropologie

146Titulaire d’un baccalauréat de philosophie en 1908, puis du certificat du PCN l’année suivante. Lester obtint une licence ès sciences en 1912. Il accomplit de 1912 à 1919 sept années consécutives de service militaire, dont cinq de guerre, et fut démobilisé avec le grade de lieutenant d’artillerie de réserve. Ayant passé des certificats d’études supérieures de chimie générale, ainsi que d’ethnologie en 1920, Lester prépara l’agrégation de sciences naturelles à l’École normale supérieure en 1921. Il effectua la même année un stage pédagogique au lycée Janson-de-Sailly, avant d’être recruté en 1924 au Muséum, comme préparateur du laboratoire d’Anthropologie. Devenu assistant dans ce service en 1925, puis responsable des travaux pratiques d’anthropologie à l’Institut d’ethnologie de l’université de Paris en 1928-1929, il fut nommé sous-directeur en 1929. Il fut mobilisé d’août 1939 à juillet 1940 et assura à partir de novembre 1940 la gestion de la chaire d’Ethnologie des Hommes actuels et des Hommes fossiles du Muséum, ainsi que la conservation du Musée de l’Homme. Par ailleurs, Lester remplaça de 1940 à 1942 Paul Rivet*, pour enseigner l’anthropologie à l’Institut d’ethnologie.

147Anthropologue, il étudia sous l’angle des caractères biologiques – notamment crâniologiques – divers peuples d’Afrique, comme les Éthiopiens, les Somalis ou les Dogons. Citons, parmi ses publications : Contribution à l’anthropologie des Somalis (1927), Étude anthropologique des populations de l’Éthiopie : les Gallas (1928), L’Anthropologie physique du Marocain (1934), ainsi que Les Races humaines – en collaboration avec Jacques Millot* (1936). Lester aménagea les collections d’Éthiopie au Musée ethnographique du Trocadéro, puis les salles d’anthropologie au Musée de l’Homme. Enfin, il assura pendant neuf ans la direction de la Société des africanistes, qu’il avait fondée sous l’impulsion de Paul Rivet.

Bibliographie

Lester (Paul), Titres et travaux scientifiques, 1941, 2 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 4540).

Lester (Paul), Titres et travaux scientifiques, 1941, 9 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 7614).

PJ ERB

LÉVI Claude

né le 20 décembre 1922 à Paris chaire de Biologie des Invertébrés marins, puis de

Biologie des Invertébrés marins et Malacologie
Zoologie des Invertébrés

148Fils d’un ingénieur polytechnicien, neveu des biologistes Georges Teissier et Jacques Monod, Lévi fit ses études secondaires aux lycées Montaigne et Henri IV, obtint son baccalauréat en 1940 et sa licence ès sciences naturelles six ans plus tard à l’issue d’un cursus perturbé par la politique anti-juive du gouvernement de Vichy. Recruté par Teissier à la station biologique de Roscoff comme assistant de la faculté des sciences de Paris de 1947 à 1954, il soutint sa thèse de doctorat ès sciences en 1954, puis devint chef de travaux la même année. Lévi poursuivit sa carrière universitaire à la faculté des sciences de Strasbourg, où il occupa successivement les postes de maître de conférences en 1956, de professeur sans chaire en 1959 et de professeur à titre personnel en 1961. Son enseignement concerna alors l’embryologie, la cytologie, ainsi que la zoologie des Invertébrés. Nommé professeur titulaire de la chaire de Biologie des Invertébrés marins au Muséum en 1966, il fut détaché auprès du CNRS comme premier directeur scientifique des Sciences de la vie de 1966 à 1975, puis auprès de l’ORSTOM en Nouvelle-Calédonie de 1977 à 1978. Le terme de Malacologie s’était ajouté en 1970, date de la retraite d’Édouard Fischer-Piette*, à l’intitulé de la chaire occupée par Lévi, qui prit sa retraite en 1989. Marié en 1949 à Pierrette Guichard, le naturaliste a eu deux fils et une fille.

149Par sa droiture intellectuelle et ses qualités humaines, Lévi joua toujours un rôle important dans l’Assemblée des professeurs du Muséum.

150Élève de Georges Teissier, Lévi consacra la quasi-totalité de son œuvre aux Spongiaires, dont il étudia le développement, la morphogénèse (normale ou expérimentale) et la systématique. Il faut ajouter à cela des travaux relatifs à la faune marine mésopsammique, à la cytologie de divers Invertébrés, ainsi qu'une participation à l’étude génétique du polychromatisme chez le Crustacé Sphaeroma serratum. Parmi ses publications figurent : L'Oviparité chez les Spongiaires (1951), Étude des Halisarca de Roscoff ; embryologie et systématique des Démosponges (1956), Ontogeny and Systematic in Sponges (1961), Scléroblastes et spiculogénèse chez une éponge siliceuse (1963), Métamorphose artificielle des larves d’Éponges après dissociation et réaggrégation de cellules larvaires (1964) – en collaboration avec Radovan Borojevic–, Spongiaires des zones bathyales, abyssales et hadales (Galathea Report) (1964), Les Cellules des Éponges (1970), Lithistid Sponges from the Norfolk Rise. Recent and Mesozoic Genera (1991) et Sponges of the New Caledonian Lagoon (1998). Lévi rédigea par ailleurs le chapitre “Systématique de la Classe des Demospongiaria (Demosponges)” (1973) du grand Traité de Zoologie de Pierre-Paul Grassé.

Bibliographie

Lévi (Claude), Titres et travaux, Schiltigheim : impr. Zetzner, 1962, 16 p. (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 8914).

PJ

LÉVI-STRAUSS Claude

né la 28 novembre 1908 à Bruxelles chaire d’Ethnologie des Hommes actuels et des Hommes fossiles
Anthropologie

LÉVI-STRAUSS C. – Couverture de la revue L’Homme, janvier-mars 2004, no 169.

151Né à Bruxelles de parents français, Lévi-Strauss était le fils d’un peintre spécialisé dans les portraits. Le jeune homme étudia à Paris, où sa famille s’était installée, fréquentant le lycée Janson-de-Sailly, la Sorbonne et la faculté de droit. Après avoir passé en 1931 l’agrégation de philosophie, Lévi-Strauss évolua rapidement à partir de sa discipline initiale pour se consacrer à la sociologie, ainsi qu’à l’ethnographie. Il séjourna de 1934 à 1939 au Brésil, où il exerça la fonction de professeur de sociologie à l’université de São Paulo, tout en effectuant plusieurs missions dans la forêt amazonienne. Une fois de retour en France, il fut mobilisé à Montpellier, à Perpignan, puis révoqué en 1940 par les lois de Vichy. Il s’engagea alors dans les Forces françaises libres, fut affecté en 1941 à la mission française aux États-Unis et s’installa à New York. Chargé d’enseignement à la New School of Research, Lévi-Strauss fonda l’École libre des hautes études avec d’autres intellectuels, comme Henri Focillon ou Jacques Maritain. Il rencontra par ailleurs le linguiste Roman Jakobson, qui devait influencer profondément son œuvre. En 1944, il fut rappelé par le ministère des Affaires culturelles, avant de séjourner de nouveau à New York comme conseiller culturel auprès de l’ambassade de France. Il retrouva définitivement son pays en 1948, soutint sa thèse de doctorat ès lettres en 1949, puis devint la même année sous-directeur de laboratoire au Musée de l’Homme. Après une mission au Pakistan oriental, il fut nommé en 1950 directeur d’études dans la chaire des Religions comparées des peuples sans écriture de l’École pratique des hautes études. Lévi-Strauss occupa la chaire d’Anthropologie sociale de Marcel Mauss au Collège de France en 1959 et entra à l’Académie française en 1973.

152Continuateur de l’œuvre de Marcel Mauss en anthropologie, Lévi-Strauss s’inspira du modèle de la linguistique structurale pour donner de 1945 à 1958 son statut théorique au “structuralisme”. Il étudia, en s’appuyant sur cette dernière méthode, la parenté et l’alliance, la pensée sauvage, ainsi que la science des mythes. D’autres intellectuels, comme Michel Foucault, Jacques Lacan, Roland Barthes ou Louis Althusser, collaborèrent avec lui au développement du “structuralisme” dans les années 1960-1970. Parmi les nombreux ouvrages de Lévi-Strauss figurent Les Structures élémentaires de la parenté (1949), Tristes tropiques (1955), Anthropologie structurale (1958), La Pensée sauvage (1962), et les Mythologiques (1964-1971) en quatre volumes.

Bibliographie

Anonyme, “La Vague structuraliste”, in 1900-2000 : un siècle de sciences humaines, n° spécial de Sciences humaines, no 30, septembre 2000, pp. 80-81.

Clément (Catherine), Lévi-Strauss ou la structure et le malheur, Paris : Seghers, 1985, 157 p.

Clément (Catherine), Claude Lévi-Strauss, Paris : PUF, 2002, 127 p. (Que sais-je ? no 3651).

Cressant (Pierre), Lévi-Strauss, Paris : Éditions universitaires, 1970, 155 p. (Psychothèque).

Eribon (Didier), Claude Lévi-Strauss, Paris : ministère des Affaires étrangères, Direction générale des relations culturelles, scientifiques et techniques, Sous-direction de la politique du livre et des bibliothèques, 1995, 59 p. Hénaff (Marcel), Claude Lévi-Strauss, Paris : Pierre Belfond, 1991, 435 p. (Les Dossiers Belfond).

Paz (Octavio), Deux transparents : Marcel Duchamp et Lévi-Strauss, Paris : Gallimard, 1970, pp. 78-188.

Simonis (Yvan), Claude Lévi-Strauss, ou “La Passion de l’inceste” : introduction au structuralisme, Paris : Flammarion, 1980, 395 p.

Smith (Pierre), “Lévi-Strauss (Claude)”, in Encyclopaedia Universalis, Corpus, vol. 13, Paris : Encyclopaedia Universalis, 1989, pp. 662-663.

PJ

LOPEZ Évelyne

née le 1er novembre 1938
chaire de Physiologie générale et comparée
Histologie, Physiologie

153Titulaire d’un baccalauréat sciences-philosophie en 1958, puis d’un certificat du PCB en 1959, Evelyne Lopez enseigna de 1959 à 1962 l’histoire naturelle au lycée de La Charité-sur-Loire dans la Nièvre. Elle obtint l’équivalence du SPCN en 1960 et la licence ès sciences naturelles trois ans plus tard. Entrée au Muséum à l’automne 1963, comme collaboratrice technique de la chaire de Physiologie générale et comparée, la jeune femme travailla de no 1964 à 1965 dans le laboratoire d’Anatomie comparée de la faculté des sciences de Paris, où elle acquit un diplôme d’études approfondies en histologie-cytologie-histochimie. Lopez gravit les échelons d’une carrière classique au Muséum : assistante en 1964, maître-assistante en 1970, puis docteur ès sciences en 1972, elle devint maître de conférences sous-directeur en 1977. Par ailleurs, elle effectua des stages annuels au laboratoire de Morphologie de la faculté de médecine de Genève de 1967 à 1974, ainsi qu’un séjour dans l’unité d’endocrinologie de l’hôpital Hammersmith de Londres en 1976. Elle avait eu un enfant de son mariage.

154S’intéressant à la structure et à la physiologie du tissu osseux des Poissons, la naturaliste conduisit dans ce cadre des travaux sur l’os cellulaire des Téléostéens. De plus, elle participa à l’étude de deux glandes régulatrices du métabolisme calcique : les corpuscules de Stannius et le corps ultimo-branchial. Citons, parmi ses publications : Étude histophysiologique des corpuscules de Stannius de Salmo salar L. au cours des diverses étapes de son cycle vital (1969), Étude morphologique et physiologique de l’os cellulaire des Poissons Téléostéens (1973) et Variations du degré de minéralisation de la substance osseuse intercellulaire chez certains Poissons Téléostéens, régulation hormonale (1973).

Bibliographie

Lopez (Evelyne), Titres et travaux scientifiques, 1974, 28 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 8895).

PJ ERB

LOUBIÈRE Marie, Louis, Auguste

né le 6 mai 1888 à Espalion (Aveyron), mort le 22 décembre 1963 à Paris
chaire de Botanique, Organographie et Physiologie végétale, puis de Géologie, puis d’Anatomie comparée des Végétaux actuels et fossiles
Mycologie, Paléobotanique

155Fils d’un tapissier, Loubière poursuivit ses études secondaires au lycée de Rodez, avant d’occuper de 1912 à 1920 des postes de répétiteur ou de surveillant d’internat dans divers établissements. Il passa durant cette période de sa vie le certificat de sciences physiques, chimiques et naturelles, six certificats de licence et un diplôme d’études supérieures de botanique. Nommé professeur au collège de Carpentras en 1920, puis censeur au lycée de Saint-Omer un an plus tard, Loubière devint chargé de cours de sciences au lycée Ampère de Lyon en 1923. Il se fit alors mettre en congé, car le Muséum lui avait accordé en 1922 une bourse de doctorat dans le laboratoire de Botanique (classification et familles naturelles de Cryptogames) de Louis Mangin*. Ayant soutenu sa thèse de sciences en 1924, Loubière fut alors nommé préparateur de la chaire de Botanique, Organographie et Physiologie végétale. Il occupa en 1928 le poste de sous-directeur de la section de paléobotanique du laboratoire de Géologie, puis prit en 1945 la tête de la chaire d’Anatomie comparée des végétaux actuels et fossiles, laissée vacante par le décès de Paul Bertrand*. Bien qu’atteint d’une maladie pernicieuse, Loubière assura ses fonctions au Muséum jusqu’à sa retraite en 1958. Il mourut brusquement à l’âge de soixante-quinze ans. De son mariage en 1931 avec Suzanne Ruault, était né un fils.

156Loubière réalisa des travaux de jeunesse mycologiques sur les Mucédinées caséicoles. Ensuite, il se consacra exclusivement à la paléobotanique, s’orientant vers l’anatomie comparée des végétaux vivants et éteints, ainsi que la stratigraphie. Il s’intéressa à divers groupes de plantes fossiles, étudiant des Ptéridospermes, des Ptéridophytes, des Gymnospermes ou des Angiospermes. En botanique stratigraphique, il conduisit notamment des recherches sur les flores carbonifères du Tarn et de l’Aveyron, ainsi que sur des végétaux silicifiés du Permien de l’Autunois. Citons, parmi les publications de Loubière, les Recherches sur les Mucédinées caséicoles (1924), les Recherches sur l’anatomie comparée des graines de Ptéridospermes (1938) et la Distribution stratigraphique des Lépidodendrées (1944). Au Muséum, il s’attacha à la mise en valeur des collections de paléobotanique, qu’il enrichit de nombreux spécimens nouveaux.

Bibliographie

Heim (Roger), “Auguste Loubière”, Archives du Muséum national d’Histoire naturelle, 7e série, vol. 9, 1965-1966 [publié 1967], pp. 1-7.

Loubière (Auguste), Notice sur les titres et travaux scientifiques, Paris : Masson, 1937, 70 p. (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 5509). Loubière (Auguste), Supplément à la notice de 1937 sur les travaux scientifiques, Paris : Centre de documentation universitaire, 1945, 15 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d'histoire naturelle, no ß 6641).

PJ

LUCAS Jean, André, Henry

né le 15 janvier 1780 à Paris, mort le 6 février 1825 à Paris
galeries d’histoire naturelle du Muséum
Minéralogie

157Né au Jardin royal, Henry Lucas était le fils de Jean-François Lucas*, qui exerçait les fonctions d’huissier au Cabinet d’histoire naturelle et à l’Académie des sciences. Le jeune garçon devint dès l’âge de treize ans l’adjoint de son père à l’Académie, mais il ne dédaigna pas pour cela de s’instruire, puisqu’il suivit de 1794 à 1820 les cours de minéralogie de Louis Daubenton*, puis de René-Just Haüy* au Muséum. Dans cet établissement, Lucas fut autorisé à assister son père en 1797, se trouva adjoint de manière officieuse à la garde des galeries d’histoire naturelle en 1799 et obtint finalement le poste de garde adjoint des galeries en 1804. Le jeune homme devint deux ans après agent de l’Institut : il gravita donc dans l’ombre paternelle, à l’Académie des sciences comme au Jardin des plantes. Lors de l’entrée des Alliés dans Paris en 1814, Lucas commanda avec le grade de capitaine le peloton de la Garde nationale chargé de protéger le Muséum. Il visita en 1819-1820 les principaux gisements minéralogiques d’Italie, fut trois fois candidat malheureux à l’Académie des sciences – en 1815, 1816 et 1822 – et mourut subitement au Jardin des plantes deux mois avant son père.

158Lucas fut décrit par ses contemporains comme un personnage émotif, un fils soumis, un époux attentionné, ainsi qu’un ami fidèle. Malgré ses fonctions modestes, il gravita dans un milieu riche et brillant. L'impératrice Josephine elle-même arrangea le mariage de la belle-fille de son couturier, Adélaïde Bonneau, avec le garde des galeries. De cette union naquirent plusieurs enfants, dont un fils prénommé Eugène Joseph. Le couple Lucas acheta à Franconville, près de Montmorency, la demeure du pharmacien chimiste Antoine Cadet de Vaux.

159Dans le domaine minéralogique, Lucas s’inspira de l’œuvre de Haüy, ainsi que des collections du Muséum, pour publier un Tableau méthodique des espèces minérales en deux volumes (1806 et 1813). Il découvrit par ailleurs la présence de l’acide borique dans les fumerolles de Vulcano. Au Muséum, le naturaliste aida officieusement Haüy à enrichir et classer la collection minéralogique, puis il rapporta de son voyage en Italie une série de plus de mille cinq cents roches ou minéraux. Enfin, il s’impliqua dans la vulgarisation de sa discipline : il participa à la deuxième édition du Nouveau dictionnaire d’histoire naturelle et au Dictionnaire classique d’histoire naturelle de Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent.

Bibliographie

Lacroix (Alfred), “Une famille de bons serviteurs de l'Académie des sciences et du Jardin des plantes : les Lucas”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 10, no 5, 1938, pp. 446-471.

PJ ERB

LUCAS Pierre, Hippolyte

né le 18 janvier 1814 à Paris, mort le 5 juillet 1899 à Chêne-Bougeries (Suisse)
chaire d’Histoire naturelle des Crustacés, des Arachnides et des Insectes ou des Animaux articulés
Zoologie des Arthropodes

160Fils du préparateur Jacques Lucas*, Hippolyte vit le jour au Muséum. Il entra dans l’établissement dès l’âge de treize ans, comme apprenti préparateur de la chaire d’Histoire naturelle des Crustacés, des Arachnides et des Insectes ou des Animaux articulés d’André Latreille*. Nommé préparateur titulaire en 1832, il assuma cette fonction sous Jean-Victor Audouin*, puis sous Henri Milne-Edwards*. Lucas participa à la mission scientifique de Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent en Algérie de 1839 à 1842, suivant les colonnes militaires afin d’explorer le pays. En 1850, il retourna sur le territoire algérien, où il prolongea ses investigations zoologiques de terrain jusqu’aux confins du Sahara. Il fut nommé aide-naturaliste d’Henri Milne-Edwards en 1856, puis il se vit préférer en 1862 Émile Blanchard* pour occuper la chaire d’Histoire naturelle des Crustacés, des Arachnides et des Insectes. Suppléant d’Armand de Quatrefages* comme professeur de zoologie au lycée Napoléon, Lucas fit en 1872 un dernier voyage en Algérie. Il prit sa retraite d’aide-naturaliste en 1892, mais continua de fréquenter son ancien laboratoire et d’habiter au Muséum. À la suite d’un incendie survenu dans son domicile, il se rendit en Suisse chez son fils, puis il mourut un jour sans souffrance.

161Lucas, qui était de haute taille, portait une épaisse moustache tombante. Il fut décrit comme un homme modeste, affable et menant une vie régulière. De son mariage avec Fortunée Blève en 1872, il avait eu un fils unique.

162Lucas consacra son œuvre scientifique à la zoologie des Arthropodes. Il conduisit des recherches sur les Lépidoptères, étudiant par ailleurs les Crustacés avec Henri Milne-Edwards, ainsi que les animaux articulés de l’Algérie ou du Brésil. Parmi ses nombreuses publications figurent l’Histoire naturelle des Lépidoptères exotiques (1835), l’Histoire naturelle des animaux articulés de l’Algérie (1846-1849) en quatre volumes – incluse dans l'Exploration scientifique de l’Algérie pendant les années 1840, 1841, 1842 – et le volume consacré aux Papillons de l’Encyclopédie d’histoire naturelle (1857). Au Muséum, Lucas consacra un temps considérable au classement des collections entomologiques. Il rapporta enfin de ses voyages de nombreux spécimens d’Arthropodes.

LUCAS H. – “Histoire naturelle des animaux articulés’’, in Exploration scientifique de l’Algérie pendant les années 1840, 1841, 1842..., Sciences physiques, Zoologie IV, Paris : impr. nationale, 1849, pl. 15 (Arachnides). Dessin et peinture de Nicolet, gravure de Clergé.

Bibliographie

Lacroix (Alfred), “Une famille de bons serviteurs de l’Académie des sciences et du Jardin des plantes, les Lucas”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 10, no 5, 1938, pp. 446-471.

Lesne (P.), Notice nécrologique sur Hippolyte Lucas, [extr. des Annales de la Société entomologique de France], Paris : Firmin-Didot, 1901, 5 p.

Milne-Edwards (Alphonse), “[s.t.]”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, vol. 5, no 7, 1899, pp. 321-322.

PJ

LUCAS Jean, Jacques

né en 1762, date de décès inconnue (XIXème siècle) chaire de Zoologie (Insectes, Vers et Animaux microscopiques)
Zoologie des Invertébrés

163Jacques Lucas, fils d’un modeste employé du Jardin royal, était le petit fils de François Lucas, ainsi que le neveu et le cousin respectivement des gardes des galeries Jean-François* et Henry Lucas*. Recruté en l’an XI (1802-1803) comme aide-naturaliste à la place de René Maugé*, il assura de 1802 à 1827 la fonction de préparateur de Jean-Baptiste de Lamarck* dans la chaire de Zoologie (Insectes, Vers et Animaux microscopiques). Du mariage de Lucas avec Marie Jeoffrey était né au moins un fils, prénommé Hippolyte*. L'aide-naturaliste semble s’être uniquement préoccupé de questions matérielles au Muséum, car il n’a pas été trouvé trace de publications signées de son nom.

Bibliographie

Lacroix (Alfred), “Une famille de bons serviteurs de l’Académie des sciences et du Jardin des plantes, les Lucas”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 10, no 5, 1938, pp. 446-471.

PJ

LUCAS Jean-François

né le 26 mars 1747 à Paris, mort le 22 avril 1825 à Paris
Cabinet d’histoire naturelle du Jardin du roi, puis galeries d'histoire naturelle du Muséum
Administration, Armurerie, Peinture

164Né au Jardin du roi Jean-François Lucas était le fils de François Lucas, un huissier de l’Académie royale des sciences également attaché au Cabinet d’histoire naturelle. Le jeune homme reçut en 1763 de Georges-Louis Buffon* – qui fut soupçonné d’être son véritable géniteur – la succession paternelle à l’Académie, puis il devint rapidement l’homme de confiance du surintendant. Chargé des affaires financières ou familiales de son maître à Paris, Lucas régla les frais d’autopsie et d’obsèques de Buffon en 1788. Il obtint à la fin de la même année le titre d’“huissier du Cabinet d’histoire naturelle”, ainsi que – conjointement et en survivance de sa mère – la jouissance d’un logement au Jardin, avec la permission d’y tenir un café. En 1793, Lucas fut nommé “huissier-concierge des galeries d’histoire naturelle” du Muséum nouvellement créé. Il conserva sa place à l’Académie des sciences et devint en 1795 “agent” de l’Institut national où il surveilla le public des séances, le mobilier, la bonne tenue des salles, ainsi que la caisse de la commission des fonds. Lorsque son traitement du Muséum se trouva réduit de moitié en 1821, conformément à un texte régissant le cumul des salaires, Lucas obtint l’appui de Georges Cuvier*, Louis Cordier*, René-Louiche Desfontaines*, René-Just Haüy* et Antoine-Laurent de Jussieu*. Le garde des galeries se tua en manipulant une paire de pistolets, dans des circonstances dont la nature exacte est inconnue.

165Décrit sous les traits d’un bel homme, de taille élevée, d’une tournure distinguée, Lucas laissa au Muséum comme à l’Institut le souvenir d’un serviteur dévoué, travailleur et courageux. Il cacha Lavoisier poursuivi par la Convention, avant que le chimiste ne se constitue prisonnier. Par la suite, Napoléon 1er abandonna à l’agent de l’Institut ses indemnités académiques en témoignage d’estime. Lucas, qui était passionné de chasse, possédait chez lui une vaste collection d’armes précieuses. Comme récompense de ses services, le garde des galeries hérita de trois mille livres à la mort de Buffon. Il s’était marié deux fois, épousant en secondes noces Henriette Gasser qui lui donna un fils, Henry Lucas*.

166Lucas réalisa une partie de l’illustration de l'Histoire naturelle des Oiseaux de Buffon. Au Muséum, dans les galeries dont il avait la charge, il était responsable de l’accueil du public, de la conservation non scientifique des collections et de la direction du personnel de garde ou d’entretien.

Bibliographie

Lacroix (Alfred), “Une famille de bons serviteurs de l’Académie des sciences et du Jardin des plantes : les Lucas”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 10, no 5, 1938, pp. 446-471.

Saban (Roger), “Le Testament de Buffon”, in Gayon (Jean) (sous la dir.), Buffon 88, Paris : Vrin, 1992.

PJ ERB

LUCET Adrien

né le 27 octobre 1852 à Courtenay (Loiret), mort le 6 décembre 1916 à Paris
chaire de Pathologie comparée
Pathologie animale

167Lucet était le fils d’un marchand de bétail. Après des études classiques, il entra en 1876 à l’École nationale vétérinaire d’Alfort, dont il sortit diplômé en 1880. Lucet exerça ensuite durant vingt-cinq ans comme praticien rural à Courtenay, tout en conduisant des travaux de recherche personnels. Après avoir construit et installé son propre laboratoire en 1886, Lucet devint une personnalité reconnue dans le monde médical de sa région natale. Il entra en 1907 au Muséum, pour remplacer Césaire Phisalix* décédé comme assistant de la chaire de Pathologie comparée d’Augustin Chauveau*, puis il fut élu en 1910 à l’Académie de médecine. Chargé d’une mission de logistique sanitaire au Chili en 1911, le vétérinaire suppléa Chauveau la même année et exerça en 1912 la fonction de professeur suppléant dans l’établissement qui l’avait accueilli. Il mourut à l’âge de soixante-quatre ans d’un cancer du tube digestif, sans avoir cessé de travailler malgré de cruelles souffrances.

168Les cheveux taillés en brosse, la moustache relevée en crocs, Lucet laissa le souvenir d’un homme franc, vif, cordial, modeste et serviable. Ce travailleur acharné joignait le souci du détail à une incontestable ampleur de vue. Marié à sa cousine germaine, Lucet n’eut pas d’enfant.

169Le vétérinaire œuvra dans différents domaines de la pathologie animale, en s’appuyant sur les techniques microbiologiques. Il étudia ainsi diverses maladies infectieuses (mammites, septicémies, tuberculose, tétanos, coryza gangreneux des bovins, dysenterie épizootique des volailles), parasitaires (helminthiases, coccidioses, hématozooses, aspergilloses), obstétricales, toxiques (intoxications par la nielle des blés, la ciguë, les vesces, les dérivés mercuriels) ou d’autres natures (hémoglobinurie paroxystique a frigore du Cheval). Par ailleurs, Lucet s’intéressa à certaines affections fongiques humaines, constata le premier un cas d’actinomycose chez l’homme et débuta au Muséum une série de travaux sur la tuberculose, que la maladie vint interrompre. Citons, parmi ses publications : Congestion des mamelles et mammites (1891), Tuberculose des centres nerveux chez la vache (1896), De l’Aspergillus fumigatus chez les animaux domestiques et dans les œufs en incubation : étude clinique et expérimentale (1897), Étiologie et pathogénie de la langue noire pileuse (1901) et – en collaboration avec Alphonse Lavéran – Deux hématozoaires de la perdrix et du dindon (1905).

170Au Muséum, Lucet dispensa en 1912 des leçons consacrées aux pseudo-tuberculoses mycosiques, ainsi qu’à l’action pathogène des zoo-parasites chez les Vertébrés. Il fut par ailleurs chargé du service vétérinaire de la ménagerie du Jardin des plantes en 1914. Enfin, Lucet s’intéressa à divers sujet d’ordre administratif, comme la réforme des études vétérinaires ou la réglementation du commerce des substances vénéneuses.

Source

Dossier personnel (Archives nationales, AJ15, no 557).

Bibliographie

Anonyme, “Chaire de Pathologie comparée du Muséum : assistant vétérinaire”, Recueil de Médecine vétérinaire, vol. 84, no 11, 1907, pp. 408.

Anonyme, “Mission vétérinaire au Chili”, Recueil de Médecine vétérinaire, vol. 88, no 7 et 15, 1911, pp. 263-264 et 522.

Anonyme, “Muséum d’histoire naturelle : cours de pathologie comparée”, Recueil de Médecine vétérinaire, vol. 89, n°21, 1912, p. 744.

Anonyme, “Muséum d’histoire naturelle”, Recueil de Médecine vétérinaire, vol. 91, no 13, 1914, p. 478.

Bourdelle (Édouard), “Allocution de M. Bourdelle, Président”, Bulletin de l’Académie vétérinaire de France, vol. 89 (vol. 9 nouvelle série), 1936, pp. 38-43.

Desoubry (G.), “Discours prononcé aux obsèques de M. A. Lucet”, Bulletin de la Société centrale de Médecine vétérinaire, vol. 69, 1916, pp. 393-395.

Kaufmann (Maurice), “Décès de M. Lucet”, Bulletin de l’Académie de Médecine, 3e série, vol. 76, 1916, pp. 523-526.

Loussert (Marcel), Adrien Lucet, vétérinaire praticien et savant, thèse de doctorat vétérinaire, Paris : faculté de médecine, 1962, 45 p.

PJ

LUMLEY-WOODYEAR H. DE – Portrait réalisé à la Caune de l’Arago, à Tautavel, le 19 septembre 2001. (Photo Brigitte et Gilles Delluc).

LUMLEY-WOODYEAR Henry, Joseph, Élie, Marie, Lionel de

né le 14 août 1934 à Marseille (Bouches-du-Rhône)
chaire de Préhistoire
Paléoanthropologie, Préhistoire

171Fils d’un gérant immobilier, Lumley fit ses études secondaires au collège du Sacré-Cœur de Marseille. Il obtint son baccalauréat de philosophie en 1952, sa licence ès sciences naturelles en 1955 puis, encouragé par son maître Jean Piveteau, il entama une carrière au CNRS. Stagiaire de recherches en 1955, titulaire d’un diplôme d’études supérieures de sciences naturelles en 1956, attaché de recherches en 1957, docteur ès sciences en 1965, chargé de recherches la même année, maître de recherches en 1969, Lumley fut finalement nommé directeur de recherches en 1977. Il dirigea le laboratoire de Paléontologie humaine et de Préhistoire associé au CNRS de l’université d’Aix-Marseille et succéda en 1980 à Lionel Balout* comme professeur titulaire de la chaire de Préhistoire du Muséum. Nommé coordinateur des services communs du Musée de l’Homme en 1982, puis directeur de l’Institut de paléontologie humaine en 1987, il assura la direction du Muséum de 1995 à 1998. Marié en 1961 à Marie-Antoinette Reyher, il eut quatre enfants : trois garçons et une fille.

172L’œuvre de Lumley concerne la paléontologie humaine, ainsi que la préhistoire. Il étudia plus particulièrement les civilisations préhistoriques qui s’établirent au sud-est de la France, durant le Quaternaire et le Paléolithique. À la faveur de nombreuses campagnes de fouilles dans des grottes, il mit au jour de multiples restes humains accompagnés d’objets ou de peintures rupestres. Lumley découvrit ainsi en 1971, dans la grotte de l’Arago à Tautavel, le crâne âgé de quatre cent cinquante mille ans du plus ancien européen d’alors : l’Homme de Tautavel. Parmi les nombreuses publications du préhistorien figurent La Grotte de l’Hortus (Valflaunès, Hérault) : les chasseurs néanderthaliens et leur milieu de vie (1972), Les Civilisations du Paléolithique moyen en Provence (1976) et L'Homme premier : préhistoire, évolution, culture (1998). Enfin, Lumley, qui participa à l’organisation de diverses structures muséologiques (Musée de préhistoire d’Avignon, salle de préhistoire du Muséum d’histoire naturelle de Marseille, musées de Tautavel, du Tende), créa des enseignements universitaires spécifiques relevant de sa discipline (anthropologie et morphologie quantitative, préhistoire, écologie humaine).

Bibliographie

Lumley-Woodyear (Henry de), Titres et travaux scientifiques, 1978,67 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 8982).

PJ

Indice delle illustrazioni

Legenda LACAZE-DUTHIERS H. DE – Corail épanoui, issu de : Lacaze-Duthiers (Henri de), Histoire naturelle du corail : organisation, reproduction, pêche en Algérie, industrie et commerce, Paris : [s.n.], 1864, pl. 1.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2110/img-1.jpg
File image/jpeg, 354k
Legenda LACROIX A. – La nuée ardente du 16 décembre 1902. Photographie issue de : Lacroix (Alfred), La Montagne Pelée et ses éruptions, Paris : Masson, 1904.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2110/img-2.jpg
File image/jpeg, 276k
Legenda LAMARCK J.-B. DE – Issu de : Lamarck (Jean-Baptiste de), Annuaire météorologique pour l’an XIII, Paris : chez l’auteur et Maillard, no 6, p. 18.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2110/img-3.jpg
File image/jpeg, 281k
Legenda LA PEYRONIE F. DE – Page de titre de : La Peyronie (François de), Myologie complète en couleur et grandeur naturelle, composée de l'essai et de la suite de l'essai d'anatomie, en tableaux imprimés, Paris : chez Gautier, Quillau père, Quillau fils & Lamesle, 1746.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2110/img-4.jpg
File image/jpeg, 259k
Legenda LATREILLE P. – Salamandre, issue de : Latreille (André), Histoire naturelle des salamandres de France, précédée d'un tableau méthodique des autres reptiles, Paris : [s.n.], an VIII (1800), pl. 1.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2110/img-5.jpg
File image/jpeg, 90k
Legenda Lucien LECLAIRE
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2110/img-6.jpg
File image/jpeg, 351k
Legenda LE GRAND Y. – Page de titre de : Le Grand (Yves), Optique physiologique : la dioptrique de l’œil et sa correction, Paris : éditions de la “Revue d’optique”, vol. 1, 1946,356 p.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2110/img-7.jpg
File image/jpeg, 282k
Legenda LEMIRE M. – Cire anatomique de A. P. Pinson, issue de : Lemire (Michel), Artistes et mortels, Paris : Chabaud, 1990, 1ère de couverture. Femme assise ayant la poitrine ouverte, représentant la frayeur. Modèle en cire provenant du Cabinet du duc d’Orléans.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2110/img-8.jpg
File image/jpeg, 610k
Legenda LEMOINE P. – Assemblée des professeurs de 1932. Au premier rang (de gauche à droite) : Jean Becquerel, Alfred Lacroix, Eugène Bouvier, René Verneau, Paul Lemoine, Louis Mangin, Henri Lecomte, Désiré Bois, Charles Gravier ; au deuxième rang (de gauche à droite) : René Jeannel, Henri Humbert, Auguste Chevalier, Louis Joubin, Louis Roule, Jules Tissot, Richard Fosse, Abel Gruvel, Édouard Bourdelle, Raoul Anthony.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2110/img-9.jpg
File image/jpeg, 665k
Legenda LÉVI-STRAUSS C. – Couverture de la revue L’Homme, janvier-mars 2004, no 169.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2110/img-10.jpg
File image/jpeg, 289k
Legenda LUCAS H. – “Histoire naturelle des animaux articulés’’, in Exploration scientifique de l’Algérie pendant les années 1840, 1841, 1842..., Sciences physiques, Zoologie IV, Paris : impr. nationale, 1849, pl. 15 (Arachnides). Dessin et peinture de Nicolet, gravure de Clergé.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2110/img-11.jpg
File image/jpeg, 899k
Legenda LUMLEY-WOODYEAR H. DE – Portrait réalisé à la Caune de l’Arago, à Tautavel, le 19 septembre 2001. (Photo Brigitte et Gilles Delluc).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2110/img-12.jpg
File image/jpeg, 232k

© Publications scientifiques du Muséum, 2004

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

i-k
 
m