Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books
h
l

Du Jardin au Muséum en 516 biographies

 | 
Philippe Jaussaud
, 
Édouard-Raoul Brygoo

Du Jardin au Muséum en 516 bibliographies

i-k

Texte intégral

IVANOFF Alexandre

né en 1917
chaire de Physique appliquée aux sciences naturelles
Océanographie, Optique physiologique

1Ivanoff, qui sortit major de l’École supérieure de physique et chimie industrielle en 1939, fut mobilisé de 1939 à 1940 comme enseigne de vaisseau de réserve. Travailleur libre à l’Institut du radium de 1941 à 1942, il obtint sa licence ès sciences en 1942, puis exerça les fonctions d’ingénieur à la Société française radioélectrique de 1942 à 1943. Ivanoff devint assistant du cours de physique générale de la faculté des sciences de Paris en 1943, soutint sa thèse de doctorat ès sciences en 1946 et fut chargé de recherche au CNRS de 1946 à 1947. Nommé professeur d’optique et d’acoustique à l’École supérieure de physique et chimie industrielle en 1947, il remplaça en 1950 Yves Le Grand* au Muséum, comme sous-directeur de la chaire de Physique appliquée aux sciences naturelles.

2Le physicien œuvra dans les domaines de l’optique physiologique et de l’océanographie physique. Étudiant certains mécanismes de la vision oculaire, il s’intéressa aussi à la photographie sous-marine, pour laquelle il construisit différents appareils. Citons parmi les publications d’Ivanoff Les Aberrations de l’œil : leur rôle dans l'accomodation (1953) et une Introduction à l’océanographie ; propriétés physiques et chimiques des eaux de mer (1972).

Bibliographie

Ivanoff (Alexandre), Titres et travaux scientifiques, 1954, 18 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 6595).

PJ ERB

JACQUART Henri

né le 9 juin 1809 à Paris, mort après 1873
chaire d’Anatomie et histoire naturelle de l’Homme, puis d’Anthropologie
Anatomie

3Fils d’un orfèvre parisien, Jacquart devint chirurgien interne des hôpitaux en 1839, avant de soutenir sa thèse de médecine en 1845. Cet élève de Pierre Rayer exerça alors dans la capitale les fonctions de médecin de l’assistance publique à domicile du VIe arrondissement, puis il entra en 1842 au Muséum comme dessinateur et anatomiste, dans la chaire d’Anatomie et histoire naturelle de l’Homme d’Antoine Serres*. Devenu en 1843 aide-préparateur, Jacquart fut nommé en 1847 aide d’anthropologie, bien que le laboratoire où il travaillait n’eut pas encore changé de dénomination. Il suppléa Serres en 1852, mais ne put obtenir la succession de celui-ci en 1855 et resta aide-préparateur de la chaire désormais désignée sous l’intitulé d’Anthropologie. Entretemps, Jacquart avait intégré la garde nationale de Paris en 1852, comme chirurgien aide-major. Il devint aide-naturaliste en 1860, ne put obtenir la chaire d’Anatomie comparée de l’école des beaux-arts en 1863, puis essuya un second échec au Muséum contre Paul Gervais* en 1868. Jacquart, dont la santé s’était altérée, fut admis à prendre sa retraite en 1873.

4Auteur d’une thèse intitulée De l’amnios chez les Oiseaux (1845), l’anatomiste assista durant douze ans Serres dans ses travaux. Il conçut par ailleurs un instrument pour mesurer l’angle facial.

Source

Documents Muséum (d’après les archives d’É.-R. Brygoo).

PJ ERB

JANNETTAZ Pierre, Michel, Édouard

né le 5 mai 1832 à Paris, mort le 21 mai 1899 à Paris
chaire de Minéralogie
Minéralogie

5Jannettaz, qui était le fils d’un charron, entra en 1858 au Muséum comme préparateur bénévole de Charles d’Orbigny*, dans la chaire de Géologie de Louis Cordier*. Ayant acquis une licence ès sciences, le jeune homme suppléa en 1859 Jean Hugard* au laboratoire de Minéralogie de Gabriel Delafosse*, fut titularisé aide-naturaliste en 1861, puis effectua un voyage à l’île d’Elbe. Jannettaz remplit les fonctions de répétiteur à l’École pratique des hautes études, remplaça en 1863 le préparateur de Delafosse à la faculté des sciences et participa en 1870 à l'enseignement agronomique du Muséum. Devenu docteur ès sciences physiques en 1873, il ne put succéder en 1876 à son chef de service dans la chaire de Minéralogie, mais entra comme maître de conférences à la faculté des sciences en 1878. Jannettaz occupa également les postes de directeur-adjoint du laboratoire d’Enseignement de l’École des mines, ainsi que de professeur de minéralogie et géologie à l’École spéciale d’architecture. Lorsqu’Alfred Des Cloizeaux* se retira en 1892, l’aide-naturaliste se trouva autorisé à faire un cours public de minéralogie dans le cadre du Muséum. Il fut en 1893 une seconde fois candidat malheureux – contre Alfred Lacroix* – à la chaire de Minéralogie. Passé dans le corps des assistants en 1891, Jannettaz y resta jusqu’à sa mort.

6Les cheveux blonds, le teint clair, il laissa le souvenir d’un homme doux, courtois, modeste et consciencieux. Il avait épousé en 1863 la petite-fille d’Emmanuel Rousseau*, Pauline Blondel, qui lui avait donné un fils.

7Consacrant son activité scientifique à la minéralogie, Jannettaz s’intéressa notamment à la bauxite de la Guyane, à la dioptase du Congo, à l’uranite de Madagascar, à diverses roches de Nouvelle-Calédonie et aux pierres précieuses. Il étudia la propagation de la chaleur dans les minéraux ou les roches, ainsi que les propriétés physiques du gypse. Parmi ses publications figurent Sur la propagation de la chaleur dans les corps cristallisés (1873), Le Chalumeau : analyses qualitatives et quantitatives, guide pratique (1876) et Les Roches ; description et analyse au microscope de leurs éléments minéralogiques et de leur structure, gisements, emplois (1884). Membre de la Commission d’expertise des diamants de la couronne, Jannettaz, qui présida en 1875 la Société géologique de France, organisa comme secrétaire général le premier Congrès géologique international en 1878.

Bibliographie

Gaudry (Albert), “Discours”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, vol. 5, no 5, 1899, pp. 197-198.

Lacroix (Alfred), “Discours”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, vol. 5, no 5, 1899, pp. 199-200.

PJ

JEANNEL René, Gabriel, Marie

né le 22 mars 1879 à Paris, mort le 20 février 1965 à Paris
chaire d’Entomologie, puis d’Entomologie générale et appliquée
Biogéographie, Biospéléologie, Entomologie

8Fils d’un professeur de chirurgie à Toulouse nanti de neuf enfants, petit-fils d’un pharmacien général divisionnaire, Jeannel perdit sa mère à l’âge de quinze ans. Il fit, sur les conseils paternels, des études de médecine incluant l’internat en 1903 et conclues en 1907 par une thèse chirurgicale. Cependant, le jeune homme, qui se sentait attiré depuis son enfance par les Insectes, avait subi dès 1903 l’influence d’Alfred Giard à la Société entomologique de France. Il obtint sa licence ès sciences naturelles en 1908, avant de commencer à préparer son doctorat à la Sorbonne chez Georges Pruvot. Là, Jeannel fit la connaissance d’Émile Racovitza, avec lequel il travailla au laboratoire Arago de Banyuls-sur-mer de 1908 à 1912. Devenu docteur ès sciences en 1911, le naturaliste fit une expédition scientifique de huit mois en Afrique orientale et à Madagascar, avec son ami Charles Alluaud. Il bénéficia ensuite, grâce à Eugène-Louis Bouvier*, d’une bourse de l’Institut Pasteur lui permettant de travailler au Muséum de 1912 à 1914. Jeannel fut ensuite mobilisé comme médecin-capitaine durant la première guerre mondiale et fut promu major en récompense de sa conduite courageuse. Nommé maître de conférences de zoologie à la faculté des sciences de Toulouse en 1919, il partit l’année suivante pour la Roumanie, où il fut détaché de 1920 à 1931 à l'université de Cluj. Le naturaliste occupa là-bas les postes de professeur de biologie générale et de sous-directeur de l’Institut international de spéléologie créé par Racovitza. S’étant lié d’amitié avec le zoologiste suisse Pierre-Alfred Chappuis, Jeannel visita avec lui les régions karstiques, emmenant également diverses personnalités du monde scientifique comme l’abbé Breuil.

9Il se vit confier en 1927 la direction du vivarium du Jardin des plantes, une fonction qui ne l’empêcha pas de retourner régulièrement à l’Institut spéléologique de Cluj. Il parcourut l’Amérique du Nord en 1928, le Sahara algérien en 1929 avec Charles Alluaud, puis devint deux ans plus tard professeur titulaire de la chaire d’Entomologie du Muséum. Son élection à ce dernier poste marqua le terme d’une rude compétition avec Pierre Lesne*, lui-même soutenu par Bouvier. Le nouveau professeur montra une activité remarquable, insufflant beaucoup de dynamisme à son laboratoire et voyageant à travers le monde. Il participa en 1932 à la mission de Camille Arambourg* à l’Omo, embarqua en 1938 sur le Bougainville pour une croisière dans les mers australes, puis se rendit à Madagascar en 1939. Cette même année, Jeannel fit modifier l’intitulé de sa chaire en Entomologie générale et appliquée. Il mit les collections entomologiques de son service à l’abri dans des caves pendant la seconde guerre mondiale et devint directeur de l’Office de la recherche scientifique coloniale en 1941. Ayant occupé de janvier à septembre 1950 le poste de directeur du Muséum, il prit sa retraite dès la fin de son mandat, mais continua de fréquenter presque jusqu’à son décès le laboratoire d’Entomologie de la rue Buffon. Il succomba dans une clinique des suites d’une intervention chirurgicale.

10De taille moyenne, tout en rondeurs et jouissant d’une bonne santé, Jeannel était vêtu avec élégance. Il fut dépeint comme un interlocuteur jovial, parfois autoritaire ou colérique, souvent bourru. Ses talents d’orateur rendaient attractifs les cours qu'il donnait dans un petit amphithéâtre du Muséum. Marié en 1908 à Delphine Peyrebesse, Jeannel avait eu trois enfants.

11Jeannel édifia une œuvre entomologique considérable. Il accorda beaucoup d’importance, en systématique, à l’analyse précise des caractères destinés à l’identification des espèces. Par ailleurs, Jeannel fut un grand spécialiste des insectes cavernicoles, qu’il qualifiait de “fossiles vivants” et utilisait pour des investigations de zoogéographie historique. Il visita avec Racovitza, en Europe, en Amérique du Nord ou en Afrique, plus d’un millier de grottes, où les deux hommes prélevèrent des spécimens grâce à un matériel spécifique qu’ils avaient inventé. Enfin, bien au-delà de l’entomologie, Jeannel conduisit des études de zoogéographie l’amenant à étayer la théorie d’Alfred Wegener. Il rédigea plus de cinq cents publications, parmi lesquelles figurent les ouvrages suivants : Faune cavernicole de la France, avec une étude des conditions d’existence dans le domaine souterrain (1926), Coléoptères carabiques (1941-1949), La Genèse des faunes terrestres : éléments de biogéographie (1942) et Biogéographie des terres australes de l’océan Indien (1965).

12Au Muséum, Jeannel enrichit les collections entomologiques par l’entremise d’amateurs compétents ou de voyageurs-naturalistes.

Bibliographie

Anonyme, “À la mémoire de René Jeannel. Allocutions prononcées le 9 octobre 1969 lors de l’inauguration du buste de René Jeannel”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, no 6, 1970, pp. 1145-1160.

Delamare-Deboutteville (Claude), “Le Professeur René Jeannel, entomologiste, écologiste et biogéographe”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 37, no 2, 1965, pp. 203-207.

Delamare Deboutteville (Claude), Paulian (Renaud), “Le Professeur René Jeannel”, Annales de la Société entomologique de France, 1966, vol. 2, no 1, pp. 3-37.

Lhoste (Jean), Les Entomologistes français (1750-1930), Paris : INRA-OPIE, 1987, pp. 160-170.

Paulian (Renaud), “René Jeannel (1879-1965)”, in Hommes et Destins : Tome II, Paris : Académie des sciences d’Outre-mer, 1977, pp. 389-391.

PJ

JONCQUET [ou JONQUET] Denis

date de naissance inconnue, mort le 6 septembre 1671 sous-démonstrateur de l’extérieur des plantes au Jardin du roi
Botanique

13Joncquet, qui était originaire d’Aquitaine, obtint le grade de docteur en médecine en 1639. Il exerça ensuite la fonction de botaniste de Saint-Germain-des-Prés. En 1663, Antoine Vallot* se montra soucieux de remettre en état le Jardin royal, trop négligé à son goût : il recruta alors Joncquet et l’envoya se former à Montpellier auprès de Pierre Magnol, afin qu’il puisse prendre la succession de Vespasien Robin* comme sous-démonstrateur de botanique. À partir de 1665, le médecin fut reconnu par la faculté de Paris comme “Horti regii botanicus professor”.

14Joncquet laissa le souvenir d’un personnage ne manquant ni d’humour, ni d’esprit de répartie.

15Botaniste, Joncquet fut un bon herborisateur. Il rédigea, en collaboration avec Gavois, Guy-Crescent Fagon* et peut-être Louis Morin de Saint-Victor*, un catalogue des plantes du Jardin royal intitulé Hortus regius, dans lequel quatre mille végétaux se trouvaient mentionnés. Par ailleurs, il publia un Index onomasticus plantarum (1659) et une Histoire des plantes de Provence.

Bibliographie

Crestois (Paul), Contribution à l’enseignement de la botanique au Jardin royal des plantes de Paris, thèse de doctorat en pharmacie, Strasbourg : université de Strasbourg, 1953, p. 106.

PJ ERB

JOSSON Antoine

date de naissance inconnue, mort le 16 octobre 1690
chargé des cours de chimie au Jardin du roi
Chimie

16Apothicaire-épicier, Josson fut reçu maître en 1669 et exerça la fonction de garde de sa corporation de 1686 à 1690. Il aurait dispensé des cours de chimie comme démonstrateur au Jardin royal vers 1680, mais aucune preuve formelle de cette activité n’existe. Sur le plan de ses travaux scientifiques, Josson étudia surtout la composition saline des eaux minérales.

Bibliographie

Contant (Jean-Paul), Contribution à l’histoire de l’enseignement de la pharmacie : l’enseignement de la chimie au Jardin royal des plantes de Paris, thèse de doctorat en pharmacie, Strasbourg : université de Strasbourg, 1952, pp. 44 et 97-98.

Jaussaud (Philippe), Pharmaciens au Muséum, Paris : Muséum national d’histoire naturelle, 1998, pp. 57 (Archives).

PJ

JOST Alfred, Daniel

né le 27 juillet 1916 à Strasbourg (Bas-Rhin)
chaire de Physiologie générale
Physiologie

17Jost suivit des études universitaires à la faculté des sciences de Strasbourg, où il obtint le certificat du PCB en 1935. Reçu l’année suivante à l’École normale supérieure dans la section sciences naturelles, il fut élève de Robert Courrier au Collège de France et passa divers certificats de 1937 à 1938 : chimie générale, géologie, botanique, zoologie et physiologie générale. Jost fut mobilisé en 1939-1940, puis il réussit en 1941 un diplôme d’études supérieures de physiologie, ainsi que le concours d’agrégation de sciences naturelles. Exerçant la fonction d’assistant délégué au PCB de 1942 à 1945, il bénéficia durant cette période d’une bourse du CNRS et poursuivit ses travaux avec Courrier. Jost remplaça en 1945 Jacques Rabaté* au Muséum, comme sous-directeur de la chaire de Physiologie générale de Maurice Fontaine*. Devenu docteur ès sciences en 1947, il quitta deux ans plus tard le Jardin des plantes pour occuper un poste de maître de conférences à la faculté des sciences de Paris, où il fut nommé professeur de biologie animale au PCB en 1954, puis professeur de physiologie comparée en 1956. Jost succéda finalement en 1973 à Jacques Monod au Collège de France, dans une chaire de Physiologie du développement résultant de la transformation de celle de Biologie moléculaire. En 1978, il fut élu membre correspondant de l’Académie des sciences.

18Jost consacra son œuvre scientifique à l’endocrinologie du développement. Dans ce cadre, il étudia chez les Mammifères l’effet des stéroïdes sur la gestation, les mécanismes de la différenciation sexuelle, l’endocrinologie fœtale et l’action tératogène de certaines hormones. Citons, parmi ses quelque trois cents publications, Sur l’endocrinologie de la gestation chez la Lapine (1939), Le Contrôle hormonal de la différentiation du sexe (1948), La Physiologie de l’hypophyse fœtale (1951), ainsi qu’Hormones et tératogénèse (1963).

Bibliographie

Jost (Alfred), Titres et travaux scientifiques, 1945, 13 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 4942).

Jost (Alfred), Titres et travaux scientifiques, Argenton-sur-Creuse : impr. de l’Indre, 1973, 36 p. (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 8968).

Jost (Alfred), Complément à la notice de 1973, 1977, 7 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle).

PJ ERB

JOUBERT Jean

né en 1643, mort le 11 mai 1707 à Bourbon l’Archambault (Allier)
peintre ordinaire du roi pour la miniature
Peinture

19De tous les peintres qui enrichirent la collection des Vélins, Joubert est le plus abondant et le moins connu. On ne sait rien de sa biographie avant 1685, année au cours de laquelle il succéda à Nicolas Robert* dans la charge de peintre ordinaire du roi pour la miniature (le 22 novembre). Celle-ci l’obligeait à peindre chaque année vingt-quatre vélins, payés chacun vingt-cinq livres, soit six cents livres au total, les peintures supplémentaires étant payées au même tarif. Deux cent neuf vélins, représentant des plantes, sont signés du nom ou des initiales de Jean Joubert, mais Léon Bultingaire*, au vu des “Comptes des bâtiments du roi”, lui en attribue au moins mille six cent quatre-vingt-neuf, pour l’exécution desquels le peintre se fit évidemment aider par des élèves parmi lesquels le plus doué était Claude Aubriet*.

20Le talent de miniaturiste de Joubert a été diversement apprécié. Antoine-Laurent de Jussieu* le jugeait “plus habile à peindre des paysages qu’à représenter des plantes” et il faut convenir que plusieurs des planches qui sont attribuées à lui-même ou à ses élèves, très gouachées, de style un peu lourd, sont loin d’atteindre à l’impeccable maîtrise dont avait fait preuve Nicolas Robert.

21En dehors de la collection des Vélins, Joubert qui, en 1669, s’intitulait lui-même “peintre ordinaire de la chambre du roi”, a exécuté de nombreuses œuvres pour Louis XIV. En 1683, par exemple, il reçut six cents livres “pour son payement d’un tableau représentant la Vertu héroïque victorieuse des vices, accompagnée des autres vertus et couronnée par les mains de la Gloire, d’après celui du Corrège, pour le cabinet du Roy” ; en 1692, encore, il décora “un clavessin posé dans le cabinet du Conseil de Sa Majesté”.

22Frappé d’une hémiplégie droite, Joubert céda la survivance de sa charge à Claude Aubriet qui acquit celle-ci par brevet du 23 janvier 1700. Joubert, célibataire, était logé au Jardin du roi ; il mourut pourtant loin de Paris, à Bourbon-l’Archambault où il était allé prendre les eaux. Il laissait de nombreux dessins et peintures recensés dans l’inventaire de ses biens dressé après son décès ; ce document a été analysé par Mireille Rambaud.

Source

Brevet de peintre pour la miniature, 22 novembre 1685 (Archives nationales 0 1 129, fol. 511).

Bibliographie

Blemont (Henri), “Joubert (Jean)”, in Prévost (Michel), Tribout de Morembert (Henri), Roman d’Amat (Jean-Charles) (sous la dir.), Dictionnaire de biographie française, Paris : Letouzey et Ané, 1982, vol. 15, pp. 818-819.

Bultingaire (Léon), “Les Origines de la collection des vélins du Muséum et ses premiers peintres”, Archives du Muséum national d’Histoire naturelle, 6e série, vol. 1, 1926, pp. 142-145.

Jal (Augustin), “Joubert (Jean)”, in Dictionnaire critique de biographie et d’histoire, 2e éd., Paris : Plon, 1872, p. 709.

Rambaud (Mireille), “Documents nouveau sur Jean Joubert, peintre miniaturiste du roi”, Bulletin de la Société d’Histoire de l’Art français, 1957, pp. 257-272.

Vanuxem (Jacques), “Fleurs sur vélin”, L’Œil, no 171, mars 1969, pp. 2-7 et 76.

YL ERB

JOUBIN L. – Caricature, issue de : Helbronner (Paul), Cent cinquante premiers profils de confrères, 1928-1930, Paris : [s.n.], 1930, pl. 81 (datée du 9 décembre 1929).

JOUBIN Louis, Marie, Adolphe, Olivier, Édouard

né le 27 janvier 1861 à Épinal (Vosges), mort le 24 avril 1935 à Paris
chaire d’Histoire naturelle des Mollusques, des Vers et des Zoophytes, puis de Malacologie
Biogéographie, Malacologie, Zoologie des Invertébrés

23Joubin, issu d’une famille d’universitaires angevins, fut le préparateur d’Henri de Lacaze-Duthiers* à la Sorbonne. Il se trouva chargé par son maître de diriger les laboratoires maritimes de Banyuls-sur-Mer en 1882 et de Roscoff deux ans plus tard. Docteur ès sciences en 1885, puis en médecine en 1888, Joubin fut nommé maître de conférences de zoologie à la faculté des sciences de Rennes, où il devint professeur en 1896, avant d’accéder au décanat en 1902. Il quitta son poste universitaire l’année suivante, pour occuper au Muséum la chaire d’Histoire naturelle des Mollusques, des Vers et des Zoophytes, libérée du fait de la mutation d’Edmond Perrier*. En 1906, il se vit confier l’enseignement de l’océanographie biologique par le Prince Albert 1er de Monaco, qui venait de créer son Institut océanographique. Joubin devait diriger ce dernier établissement en 1930. Sa chaire du Muséum ayant été divisée en 1917, il devint alors professeur de Malacologie, fut chargé de diriger l’Office scientifique et technique des pêches maritimes en 1920 et entra l’année suivante à l’Académie des sciences. Joubin accepta d’être l’assesseur du directeur du Muséum en 1932, puis, souhaitant que son élève Louis Germain* lui succède, il prit sa retraite en 1935, alors qu’il était déjà très malade. Sa mort survint immédiatement après.

24De haute stature, Joubin laissa le souvenir d’un personnage imposant, extraverti, à la voix et au regard pleins d’autorité. Ce père de plusieurs enfants se distingua à maintes reprises par des actes de bonté.

25Dans son œuvre purement zoologique, Joubin concentra ses efforts sur quatre groupes d’invertébrés : les Chaetognathes, les Némertiens, les Brachiopodes et surtout les Mollusques Céphalopodes. Il décrivit chez ces derniers de nombreuses particularités anatomiques, notamment des organes photogènes tégumentaires dont il élucida la structure et le fonctionnement. Par ailleurs, il pratiqua la biogéographie océanographique, surtout sous forme de dressage de cartes, et cartographia ainsi les gisements de Mollusques comestibles des côtes de France, les récifs coralligènes du monde entier et la répartition des végétaux marins en Bretagne. Parmi les nombreuses publications de Joubin figurent Contribution à l’étude des Céphalopodes de l’Atlantique Nord (1895-1924), La Vie dans les océans (1924), ainsi que Les Métamorphoses des animaux marins (1926). Il fut enfin directeur des Annales de l’Institut océanographique de 1909 à 1917.

Bibliographie

Bouvier (Louis), “Décès de M. Joubin”, Comptes Rendus hebdomadaires des Séances de l’Académie des Sciences, vol. 200, no 17, 1935, pp. 1445-1447.

Fischer-Piette (Édouard), “Histoire de la chaire de Malacologie : leçon inaugurale faite au Muséum le 22 novembre 1944”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 16, no 6, 1944, pp. 385-404.

Germain (Louis), “Le Professeur Louis Joubin”, Revue générale des Sciences, vol. 46, no 21, 1935, pp. 581-582.

PJ

JOVET Paul, Albert

né le 18 août 1896 à Paris, mort le 28 avril 1991 à Athis-Mons (Essonne)
chaire de Phanérogamie
Écologie, Histoire de la Botanique, Phanérogamie

26D’une famille modeste récemment installée à Paris, Paul Jovet développa grâce à son père un grand attrait pour l’entomologie et la botanique. Il était instituteur quand se déclara la première guerre mondiale. Mobilisé en 1916, il fut évacué de la cote 304 le 11 septembre 1917 et versé au Service auxiliaire jusqu’au 22 avril 1919. Dès lors et jusqu’en 1933, Jovet exerça à nouveau la profession d’instituteur à Saint-Denis, puis à Aubervilliers où il fit la connaissance de Jules Arènes, et enfin à Paris. Il passa entre-temps et avec succès le certificat d’aptitude pédagogique (1919), le baccalauréat (1920) et se mit à fréquenter le laboratoire de Biologie végétale de Fontainebleau, dirigée par Gaston Bonnier. Sur les conseils de ce dernier, il suivit les cours de la Sorbonne pour obtenir les différents certificats constituant la licence de sciences naturelles (1921-1923). Jovet vint régulièrement, dès 1921, dans la chaire de Phanérogamie du Muséum et il suivit les excursions botaniques dirigées par Raymond Benoist* et Paul Danguy*. À l’été 1933, il pouvait quitter l’enseignement primaire grâce à une bourse de la Caisse nationale des sciences (futur CNRS en 1939) et intégrer définitivement le Muséum par sa nomination comme assistant de la chaire de Phanérogamie le 1er décembre 1934. Jovet entretint aussi des liens étroits avec Pierre Allorge*, directeur de la chaire de Cryptogamie, qui l’intéressa à l’étude de la flore du Pays Basque et des Muscinées. En 1939-1940, il fut “affecté spécial” au laboratoire militaire de Géologie. Puis, durant l’Occupation de Paris, Jovet participa activement au déménagement des collections dans la grande banlieue. Il demanda, après la guerre, sa mutation dans la chaire de Cryptogamie. Accepté le 16 mars 1945, ce transfert fut refusé le 20 septembre 1945 par Roger Heim*, récemment nommé professeur titulaire de la chaire de Cryptogamie. Jovet demeura donc en Phanérogamie. Le 22 novembre 1949, il soutint sa thèse de doctorat ès sciences à la Sorbonne, avec pour sujet Le Valois. Phytosociologie et phytogéographie. Il créa, au sein du Centre d’études et de recherches scientifiques de la ville de Biarritz, le laboratoire du Muséum à Biarritz, dont les installations et le projet de recherches avaient été approuvés par Roger Heim – directeur du Muséum – et dont il devint le premier directeur à partir du 21 octobre 1954. En mars 1957, Jovet fut nommé sous-directeur du laboratoire de Phanérogamie.

27Sur sa proposition, le Muséum créa en 1958-1959 (sous l’égide du CNRS) un service consacré à la flore de France, le Centre national de la floristique. Jovet en fut le directeur à partir d’octobre 1960, tout en étant nommé directeur de recherches au CNRS. Ses principaux collaborateurs furent Heino Heine et Henriette D. Schotsmann.

28Bien qu’admis à la retraite en août 1966, le botaniste revint régulièrement travailler au laboratoire. Il obtint l’honorariat au CNRS et au Muséum en 1968.

29“Dans son bureau en encorbellement, R J. recevait inlassablement ses visiteurs, parmi des montagnes de documents, livres, planches d’herbier, dans lesquelles il savait trouver l’indispensable référence du moment. Émerveillé par la diversité de ses intérêts et l’étendue de ses connaissances, on se trouvait aussi conquis par son indépendance d’esprit et son hostilité aux idées reçues”, racontent Marcel Bournérias et Gérard Aymonin*. Ils décrivent aussi le botaniste comme un “savant simple et passionné, aimé par ceux qui eurent la chance de le connaître”, un “exemple de l’enthousiasme et d’une persévérance vivifiante dans la recherche inlassable de la vérité scientifique”. Jovet épousa en décembre 1939 Suzanne Ast*, qui devint directrice du laboratoire de Cryptogamie en 1974. D’un premier mariage il avait eu une fille, prénommée Cécile.

30L’œuvre botanique de Jovet, qui comporte quatre cent trente articles, notes et préfaces, couvre de nombreux domaines : systématique, floristique, phytosociologie. Son domaine de prédilection fut l’étude des plantes adventices des terrains dits “vagues” et, d’une façon générale, de la flore des milieux urbanisés, notamment Paris et sa banlieue (une cinquantaine de titres). Jovet accordait une place importante au facteur historique dans l’analyse de la végétation. Dans les années 1970, il mit en place avec Roger de Vilmorin une révision de la flore française ; le Premier supplément à la flore descriptive et illustrée de France parut en 1972, six autres suppléments suivirent jusqu’en 1990. Jovet participa aussi à la Carte de la végétation de la France publiée par le CNRS, en produisant plusieurs “feuilles”. Il s’intéressa enfin aux Muscinées et à l’histoire de la botanique.

31Au laboratoire de Phanérogamie, Jovet encadra régulièrement des excursions dans le Bassin parisien, mais aussi dans les Landes et le Pays Basque. Il entreprit, avec Alicia Lourteig, une recherche documentaire et historique sur les herbiers anciens du laboratoire. Lors du huitième Congrès international de botanique à Paris et à Nice en 1954, Jovet fut l’organisateur principal des excursions dans la France métropolitaine.

32À Athis-Mons, Suzanne et Paul Jovet semèrent, plantèrent ou laissèrent pousser de nombreuses plantes dans leur jardin de 1000 m2 ; celui-ci fut non seulement un site de reproduction de végétaux, mais aussi un lieu de savoir et de transmission de ce savoir.

Bibliographie

Anonyme, “In Memoriam Paul Jovet (1896-1991)”, Bulletin du Centre d’Études et de Recherches scientifiques de Biarritz, vol. 15, 1991, pp. 175.

Bournérias (Marcel), “Paul Jovet (1896-1991)”, Bulletin de la Société botanique du Centre Ouest, nouvelle série, vol. 22, 1991, p. 58.

Bournérias (Marcel), Aymonin (Gérard), “Paul Jovet, ses amis, ses disciples. Hommage au grand naturaliste”, in Lizet (Bernadette), Wolf (Anne-Elizabeth), Celecia (John), Sauvages dans la Ville. De l’inventaire à l’écologie urbaine. Hommage à Paul Jovet (1896-1991), Paris : JATBA ; Muséum national d’histoire naturelle, 1999, pp. 16-34.

Drouin (Jean-Marc), “Paul Jovet, les concepts de l’écologie végétale à l’épreuve de la ville”, in Lizet (Bernadette), Wolf (Anne-Elizabeth), Celecia (John), Sauvages dans la Ville. De l’inventaire à l’écologie urbaine. Hommage à Paul Jovet (1896-1991), Paris : JATBA ; Muséum national d’histoire naturelle, 1999, pp. 75-90.

Haym-Jovet (Cécile), “Naissance d’une vocation naturaliste”, in Lizet (Bernadette), Wolf (Anne-Elizabeth), Celecia (John), Sauvages dans la Ville. De l’inventaire a l’écologie urbaine. Hommage à Paul Jovet (1896-1991), Paris : JATBA ; Muséum national d’histoire naturelle, 1999, pp. 53-74.

Jovet (Paul), [Titres et travaux], 1942, 10 p.

Jovet (Paul), Titres et Travaux scientifiques, Paris, 1955, 7 + 15 + 12 + 8 p.

Lazare (J. J.), “Le Botaniste Paul Jovet (1896-1991). Son œuvre landaise”, Bulletin de la Société de Borda, vol. 245, 1992, pp. 103-106.

Lizet (Bernadette), “Au jardin d’Athis. Portrait de Paul Jovet”, in Lizet (Bernadette), Wolf (Anne-Elizabeth), Celecia (John), Sauvages dans la Ville. De l’inventaire à l’écologie urbaine. Hommage à Paul Jovet (1896-1991), Paris : JATBA ; Muséum national d’histoire naturelle, 1999, pp. 131-156.

Wolf (Anne-Elizabeth), “L'Herbier parisien de Paul Jovet. Première analyse”, in Lizet (Bernadette), Wolf (AnneElizabeth), Celecia (John), Sauvages dans la Ville. De l’inventaire à l’écologie urbaine. Hommage à Paul Jovet (1896-1991), Paris : JATBA ; Muséum national d’histoire naturelle, 1999, pp. 35-52.

Wolf (Anne-Elizabeth), Jovet (Paul), “Bibliographie exhaustive de Paul Jovet”, in Lizet (Bernadette), Wolf (Anne-Elizabeth), Celecia (John), Sauvages dans la Ville. De l’inventaire à l’écologie urbaine. Hommage à Paul Jovet (1896-1991), Paris : JATBA ; Muséum national d’histoire naturelle, 1999, pp. 477-504.

Wolf (Anne-Elizabeth), “Hommage à Paul Jovet”, Journal de Botanique, Société botanique de France, vol. 2,1998, pp. 7-8.

DL

JOVET-AST Suzanne

née le 8 février 1914 à Paris
chaire de Cryptogamie
Bryologie, Phanérogamie

33Suzanne Ast, fille d’un industriel, poursuivit ses études secondaires au lycée Voltaire à Paris, obtenant son baccalauréat en 1931-1932. Une fois sa licence ès sciences naturelles achevée en 1934, la jeune fille entra au Muséum comme travailleuse libre en 1935, restant attachée à l’établissement par une bourse de doctorat de 1937 à 1938, puis par une bourse de voyage de 1939 à 1940. Elle se maria entre-temps et prit de ce fait le nom de Jovet-Ast. Institutrice chargée d’un cours complémentaire de 1940 à 1941, la jeune femme fut déléguée en 1941 dans les fonctions de préparatrice au laboratoire d’Écologie des Cryptogames de l’École pratique des hautes études. Suzanne Jovet-Ast soutint en 1943 son doctorat ès sciences, préparé dans la chaire de Phanérogamie du Muséum et fut recrutée par l’établissement comme assistante en 1945. Nommée sous-directrice de la chaire de Cryptogamie en 1957, elle remplaça Roger Heim* à la tête du service en 1975, devenant Punique femme professeur-administrateur de toute l’histoire du Muséum. C’est sous son mandat qu’elle obtint, avec la collaboration de Patrick Joly, directeur de recherche au CNRS, que la chaire de Cryptogamie devint un laboratoire associé du CNRS. Madame Jovet-Ast prit sa retraite en 1982. Elle n’avait pas eu d’enfant de son mariage, contracté en 1939 avec Paul Jovet*.

34Si l’on excepte quelques travaux concernant les Phanérogames (Annonacées d’Indochine et Lemnacées africaines ou américaines), Suzanne Jovet-Ast consacra la totalité de son œuvre aux Bryophytes. Elle étudia ces Cryptogames sous les angles de la taxonomie, de la morphologie, ainsi que de l’écologie, rédigeant diverses monographies, notamment des Riccia, et constituant une équipe attachée aux espèces de la région méditerranéenne. Parmi environ deux cents publications dues à sa plume peuvent être cités, à titre d’exemple, Les Groupements de Muscinées epiphytes aux Antilles françaises (1949) – en collaboration avec Hélène Bischler–, Les Hépatiques de Sardaigne, énumération, notes écologiques et biogéographiques (1971-1972), ou Les Riccia de la région méditerranéenne (1986). Enfin, Suzanne Jovet-Ast contribua à l’entretien et à l’enrichissement de l’herbier de Bryophytes du Muséum.

Bibliographie

Jovet-Ast (Suzanne), Titres et travaux scientifiques, Paris : Centre de documentation universitaire ; SEDES Réunis, 1973, 30 p. (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 8480).

Jovet-Ast (Suzanne), “Histoire de la chaire de Cryptogamie”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 4e série Miscellanea, vol. 1, 1979, pp. 105-116.

PJ

JUSSIEU Adrien, Henri, Laurent de

né le 23 décembre 1797 à Paris, mort le 29 juin 1853 à Paris
chaire de Botanique dans la campagne
Phanérogamie

35Membre d’une célèbre dynastie de botanistes, dont il représentait la troisième génération, Adrien était le fils d’Antoine-Laurent de Jussieu*. Il débuta ses études dans sa famille à cause d’une santé délicate, puis fut un brillant élève du lycée Napoléon. Lauréat en 1814 du prix d’honneur de la classe de rhétorique au concours général, le jeune homme se serait volontiers tourné vers la littérature. Mais, la tradition familiale l’incita à suivre des études de médecine, couronnées en 1824 par une magistrale thèse de doctorat, soutenue dans la langue latine. Jussieu prit en 1826 la succession de son père au Muséum, comme titulaire de la chaire de Botanique dans la campagne. Élu membre de l’Académie des sciences en 1831, il fut nommé directeur de l’herbier du Muséum à la mort de René Desfontaines*, survenue deux ans plus tard. Il devait ultérieurement partager cette dernière fonction avec son ami Adolphe Brongniart*. Jussieu, qui devint en 1840 agrégé de la faculté des sciences, occupa en 1850 comme professeur d’organographie végétale la chaire de Charles du Brisseau de Mirbel*, où il avait suppléé Auguste de Saint-Hilaire depuis 1845. Par ailleurs, il fut trois fois directeur du Muséum, de 1834 à 1835, de 1842 à 1843 puis de 1848 à 1849. C’est au Jardin des plantes, où il était né, qu’Adrien de Jussieu mourut à l’âge de cinquante-cinq ans, victime d’une cruelle et douloureuse maladie digestive.

36Les traits assez figés, il possédait de petits yeux qui lui donnaient un regard étrange. Il laissa le souvenir d’un homme calme mais ferme, encourageant, voire paternel, avec ses élèves. Cet apôtre de la science pure, qui raillait les ambitieux, fut un brillant enseignant : il prononçait avec simplicité, concision et méthode des leçons suivies par de nombreux étudiants. Jussieu s’était marié en 1827 avec sa cousine Félicie (ou Madeleine) de Jussieu, dont il avait eu deux filles. Sa femme serait morte deux jours après la naissance de son second enfant. Jussieu fut notamment l’ami de Stendhal, de Mérimée et de Joseph Decaisne*.

37Il apporta par son œuvre une forte contribution à la systématique, à l’anatomie, ainsi qu’à l’embryologie végétale. Il décrivit certains genres nouveaux, rédigea des monographies exhaustives sur de grandes familles de plantes et conduisit des recherches concernant les embryons de Monocotylédones. Parmi plus de quarante-cinq mémoires ou articles dus à sa plume, citons la Monographie des Malpighiacées, ou Exposition des caractères de cette famille de plantes, des genres et espèces qui la composent (1843), les Mémoires sur les embryons monocotylédonés (1844), ainsi que Taxonomie : coup d’œil sur l’histoire et les principes des classifications botaniques (1848). Il faut ajouter à cela la publication d’un ouvrage intitulé Botanique, cours élémentaire d’histoire naturelle à l’usage des collèges (1842), qui connut douze éditions jusqu’en 1884.

38Au Muséum, Jussieu consacra une attention vigilante à l’herbier dont il était responsable. Il créa un grand herbier de la flore française à partir de celui légué par Augustin-Pyramus de Candolle à l’établissement, ainsi qu’une collection d’espèces végétales européennes. En 1857, après la mort d’Adrien, le patrimoine familial, connu sous le nom d’herbier Jussieu, revint au Muséum. Mais la riche bibliothèque du botaniste fut malheureusement dispersée aux enchères publiques.

Bibliographie

Cap (Paul-Antoine), Le Muséum d’histoire naturelle, Paris : Curmer, 1853, pp. 145-147.

Decaisne (Joseph), “Notice historique sur M. Adrien de Jussieu”, Bulletin de la Société botanique de France, vol. 1, 1854, pp. 386-400.

Jolinon (Jean-Claude), “Le Grand herbier du Muséum”, in De la graine à la plante, dossier hors série de Pour la Science, 2000, pp. 10-15.

Jolinon (Jean-Claude), “L'Herbier national du Muséum”, Hommes et Plantes, no 32, 2000, pp. 5-23.

Lacroix (Alfred), “Notice historique sur les cinq de Jussieu, membres de l’Académie des sciences (1712-1853) : leur rôle d’animateurs des recherches d’histoire naturelle dans les colonies françaises, leurs principaux correspondants”. Mémoires de l’Académie des Sciences de l’Institut de France, 2e série, vol. 63, 1941, pp. 59-62.

Stafleu (Frans), “Jussieu, Adrien Henri Laurent de”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1973, vol. 7, pp. 196-197.

PJ

JUSSIEU Antoine de

né le 6 juillet 1686 à Lyon (Rhône), mort le 22 avril 1758 à Paris
démonstrateur de l’intérieur des plantes sous le titre de professeur en botanique au Jardin du roi
Phanérogamie

39Laurent de Jussieu, apothicaire à Lyon, eut de sa femme Lucie Cousin seize enfants. Le quatrième, dénommé Antoine, était destiné à la vie ecclésiastique et faisait ses études au collège des jésuites lorsqu’à l’occasion d’herborisations dans la campagne lyonnaise avec le docteur Goiffon, il découvrit les Élémens de botanique de Joseph Pitton de Tournefort*. Sa vocation devint alors définitive et il partit en 1704 faire des études de médecine à Montpellier. Trois ans plus tard, en 1707, il était docteur de la faculté de cette ville. Mais si son séjour à Montpellier ne lui avait pas rapporté qu’un diplôme, il y avait aussi rencontré d’éminents botanistes et sut s’en faire apprécier : Pierre Chirac*, futur intendant du Jardin royal, François Chicoyneau (1672-1752), qui devait devenir premier médecin du roi et Pierre Magnol (1638-1715), auteur d’une classification “naturelle” des plantes par famille. Autant de personnages qu’il allait être amené à croiser de nouveau au fil de sa carrière. Son objectif à ce moment-là était d’aller à Lyon s’installer comme médecin : pour obtenir, selon les règles alors en vigueur, le titre d’agrégé du collège de médecine de Lyon, il lui fallait aller exercer son art deux ans dans une autre ville. Mais Trévoux, où il s’était fixé, ne lui convenait pas : il décida d’aller à Paris suivre les enseignements de Tournefort. Quand il arriva, en 1708, le célèbre professeur était mourant. Pendant cette agonie, Antoine de Jussieu rencontra le surintendant du jardin, Guy-Crescent Fagon*, qui lui proposa l’année suivante, en 1709, la chaire de Tournefort. Il devint donc à vingt-quatre ans professeur de botanique au Jardin du roi. Continuant ses périples botaniques, son intérêt était désormais double : améliorer ses connaissances et ramener de quoi enrichir le jardin où il dispensait des cours à un public toujours plus nombreux. C’est ainsi qu’il se fit octroyer, en 1716, une mission officielle afin d’aller étudier la flore de la péninsule ibérique. Il y partit en compagnie du peintre Charles-Louis Simmoneau et de son jeune frère Bernard de Jussieu*.

40Deux éléments importants de sa carrière figurent dans ce voyage : son rôle de formateur auprès de son frère Bernard, véritable théoricien de la famille, et le souci d’étudier et de tenter d’acclimater au Jardin du roi ou dans les colonies françaises des productions végétales étrangères, entretenant pour ce faire une active politique d’échange et de correspondance. C’est lui qui remit en 1720 à l’enseigne de vaisseau Gabriel Desclieux un pied de caféier afin qu’il en tentât l’implantation à La Martinique. On ne peut faire grief à Jussieu d’avoir négligé le jardin : il fut soucieux de son entretien, comme le montrait son Discours sur les progrès de la botanique au Jardin royal... de 1718 et comme en attestaient ses relations difficiles avec l’intendant Chirac, dont la botanique en général et l’entretien du jardin en particulier, ne semblent pas avoir été les principales préoccupations. Mais, très absorbé par la pratique médicale, à laquelle il s’adonnait avec succès et charité, Jussieu ne se trouva pas à l’origine de progrès significatifs dans sa discipline. Il s’éteignit le 22 avril 1758, terrassé par une crise d’apoplexie.

Bibliographie

Audelin (Louise), Les Jussieu, une dynastie de botanistes au XVIIème siècle (1680-1789), thèse en vue de l’obtention du diplôme d’archiviste paléographe, Paris : École nationale des chartes, 1989, 584 p.

Dulieu (Louis), La Médecine à Montpellier, [Avignon] : Presses universelles, 1975-11990], 8 volumes.

Jussieu (Antoine de), Discours sur le progrès de la botanique au Jardin royal de Paris..., Paris : chez Étienne Ganeau, 1718, 24 p.

Jussieu (Antoine-Laurent de), “Quatrième notice historique sur le Muséum d’histoire naturelle”, Annales du Muséum national d’Histoire naturelle, vol. 4, 1804, pp. 1-19.

Lacroix (Alfred), Notice historique sur les cinq de Jussieu, membres de l’Académie des sciences (1712-1853)... lue en la séance publique annuelle du 21 décembre 1936, Paris : Gauthier-Villars, 1936, 97 p.

PH

JUSSIEU A. DE – Affiche annonçant les cours d’Antoine de Jussieu au Jardin du roi (1711).

JUSSIEU Antoine-Laurent de

né le 12 avril 1748 à Lyon (Rhône), mort le 17 septembre 1836 à Paris
sous-démonstrateur de l’extérieur des plantes au Jardin du roi, puis chaire de Botanique dans la campagne
Phanérogamie

41Fils aîné du riche apothicaire Christophe de Jussieu et neveu des célèbres botanistes Antoine*, Bernard* et Joseph de Jussieu, Antoine-Laurent fit à Lyon des études classiques. Il alla ensuite rejoindre en 1765 son oncle Bernard dans la capitale, pour y devenir médecin. Les deux hommes habitèrent ensemble, le plus âgé formant le plus jeune, tandis que celui-ci s’occupait des affaires domestiques et de la santé de son aîné. Déjà devenu docteur en médecine de l’université de Reims, Antoine-Laurent obtint, grâce à la soutenance entre 1770 et 1772 de plusieurs thèses, le même titre à Paris. Il suppléa de 1770 à 1785 Louis Le Monnier*, démonstrateur et opérateur pharmaceutique pour l’intérieur des plantes, au Jardin royal, remplaçant aussi son oncle Bernard devenu aveugle, auquel il devait succéder officiellement en 1778 comme sous-démonstrateur et opérateur pharmaceutique pour l’extérieur des plantes. Jussieu, qui entra à l’Académie royale des sciences au mois de mars 1773, fut élu pendant la Révolution membre de la municipalité parisienne, avec la responsabilité de l’administration des hôpitaux. En 1793, il devint le premier titulaire de la chaire de Botanique dans la campagne du Muséum nouvellement créé. Il fut alors chargé par la Convention de choisir, dans les biens confisqués aux communautés religieuses, des ouvrages scientifiques destinés aux bibliothèques des établissements publics.

JUSSIEU A.-L. DE – Liseron, issu de : Jussieu (AntoineLaurent de), Barreliero (Jacobo), Plantae per Gallima, Hispanam et Italiam observatae..., Paris : [s.n.], 1714, pl. 1.

42Jussieu exerça la fonction de directeur du Muséum de 1794 à 1795, ainsi que de 1798 à 1800. En 1800, il refusa le poste d’administrateur unique que lui proposait le ministre de l’Intérieur Lucien Bonaparte, craignant le retour des intendants de l’Ancien Régime et désirant maintenir la gestion collégiale de l’établissement. Élu membre du nouvel Institut en 1795, puis nommé professeur-adjoint de matière médicale à la faculté de médecine de Paris en 1804, il fut désigné quatre ans plus tard comme membre du Conseil de l’Université. Il succéda en 1809 à Georges Cuvier* au poste de vice-recteur et en 1822, sous la Restauration, il fut mis à la retraite de la faculté de médecine avec plusieurs autres professeurs, dont Nicolas Vauquelin*. Sa vue s’étant fortement affaiblie, il abandonna en 1826 sa chaire du Muséum à son fils Adrien de Jussieu*, puis refusa en 1830 la restitution de son poste à la faculté de médecine, pour passer le reste de ses jours en famille. Il vécut alors une partie de l’année à la campagne et s’éteignit sans souffrance mais presque totalement aveugle, à l’âge de quatre-vingt-huit ans.

43Antoine-Laurent de Jussieu était d’une taille élevée, que la vieillesse courba à l’excès. Il fut décrit comme un homme aimable et bienveillant, refusant toute polémique. D’habitudes simples, il respectait des règles de vie très strictes. Il se maria deux fois : d’abord avec Marie-Sophie Bellot dont il eut deux fils, puis en 1791 avec Adrienne-Thérèse Boisneuf, qui donna naissance à une fille, ainsi qu’à Adrien. Jussieu s’occupa par ailleurs de ses neveux et nièces.

44Son principal mérite fut d’être le fondateur de la taxonomie botanique moderne. Selon les principes de la “méthode naturelle” adoptée par son oncle Bernard, Jussieu établit une classification des plantes reposant sur la subordination des caractères. Il constitua ainsi une centaine de familles, au sein desquelles il rangea vingt mille espèces végétales selon mille sept cent cinquante-quatre genres. Ce travail se trouve exposé dans l’œuvre majeure du naturaliste, intitulée Genera plantarum secundum ordines naturales disposita juxta methodum in Horto Regio Parisiensi exaratam, anno 1774 (1789). Jussieu replanta en effet, de 1773 à 1774, l’école de botanique du Jardin royal d’après ses propres critères systématiques qui remplacèrent ceux de Joseph Pitton de Tournefort*. Par ailleurs, il rédigea de nombreux mémoires, comme l’Examen de la famille des Renoncules (1773) ou l'Introductio in historiam plantarum (1838) publiée à titre posthume. Il faut souligner qu’il ne limitait pas la botanique à la taxonomie, intégrant sa discipline à une vision plus globale du vivant.

45Au Muséum, l’enseignement de Jussieu dépassait la simple énumération d’espèces, pour comparer entre eux des groupes de végétaux. Certaines des excursions botaniques effectuées sous sa houlette duraient plusieurs jours. Jussieu enrichit considérablement l’herbier du Muséum, car il correspondit avec de nombreux naturalistes voyageurs, comme Philibert de Commerson, qui lui expédièrent des récoltes provenant du monde entier. Enfin, il dirigea la bibliothèque de l’établissement et planta des essences d’arbres rares au domaine de Chèvreloup.

Bibliographie

Brongniart (Adolphe), “Notice historique sur Antoine-Laurent de Jussieu”, Annales des Sciences naturelles, 2e série Botanique, vol. 7, 1837, pp. 5-24.

Busquet (Paul), “Antoine-Laurent de Jussieu, 12 avril 1748-15 septembre 1836”, Les Biographies médicales, no 19, 1928, pp. 293-304.

Drouin (Jean-Marc), “Antoine-Laurent de Jussieu, promoteur de la botanique moderne”, La Recherche, vol. 20, no 212, 1989, pp. 964-965.

Duris (Pascal), “L’Enseignement d’Antoine-Laurent de Jussieu au Muséum face au renouveau des doctrines de Linné sous la Restauration et la monarchie de Juillet”, in Blanckaert (Claude), Cohen (Claudine), Corsi (Pietro), Fischer (Jean-Louis) (sous la dir.), Le Muséum au premier siècle de son histoire, Paris : Muséum national d’histoire naturelle, 1997, pp. 43-63 (Archives).

Lacroix (Alfred), “Notice historique sur les cinq de Jussieu, membres de l’Académie des sciences (1712-1853) : leur rôle d’animateurs des recherches d’histoire naturelle dans les colonies françaises, leurs principaux correspondants, Mémoires de l’Académie des Sciences de l'Institut de France, 2e série, vol. 63, 1941, pp. 34-47. Stafleu (Frans), “Jussieu, Antoine-Laurent de”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1973, vol. 7, pp. 198-199.

Stevens (Peter), The Development of Biological Systematics : Antoine-Laurent de Jussieu, Nature, and the Natural System, New York : Columbia University Press, 1994, 616 p.

Stevens (Peter), “Antoine-Laurent de Jussieu et le système naturel : comment subdiviser une nature sans articulations”, in Blanckaert (Claude), Cohen (Claudine), Corsi (Pietro), Fischer (Jéan-Louis) (sous la dir.), Le Muséum au premier siècle de son histoire, Paris : Muséum national d'histoire naturelle, 1997, pp. 241-262 (Archives).

PJ

JUSSIEU Bernard de

né le 17 août 1699 à Lyon (Rhône), mort, le 6 février 1777 à Paris
sous-démonstrateur de l’extérieur des plantes, puis garde du Cabinet des drogues au Jardin du roi
Phanérogamie

46Le destin de Bernard de Jussieu est indissociable de celui de son frère, Antoine de Jussieu*, de treize ans son aîné. Suivant l’exemple de ce dernier, il décida de s’orienter vers l’étude de la médecine et obtint son diplôme de la faculté de Montpellier en 1720. Selon les règles en vigueur à cette époque, il se rendit alors à Saint-Chamond afin de pratiquer l’art de guérir et d’obtenir ainsi le titre d’agrégé de médecine du collège de Lyon, où il souhaitait exercer. Mais, étudier la médecine n’était pas la pratiquer : étudiant brillant, Bernard de Jussieu se révèla incapable d’être médecin, du fait de sa sensibilité excessive ; il se décida donc à rejoindre son frère Antoine à Paris et à s’adonner à la botanique. Cette science n’était pas tout à fait nouvelle pour lui : en 1714, il avait déjà fait un séjour auprès de son aîné, qu’il avait accompagné en Espagne et au Portugal pour récolter et décrire des plantes. Il avait montré à cette occasion d’excellentes dispositions pour la botanique, qu’il avait par ailleurs approfondie pendant ses études de médecine.

47Devenu docteur en médecine de la faculté de Paris, il obtint en 1722 la survivance de la charge de sous-démonstrateur de l’extérieur des plantes, occupée jusque-là par Sébastien Vaillant*. Son travail principal était de mener les excursions botaniques. Il devait en outre participer activement au développement du jardin, dont il soignait les cultures. C’est ainsi qu’il rapporta d’Angleterre en 1734 un plant de cèdre du Liban qu’il fit planter dans le labyrinthe du jardin. Soucieux des collections vivantes, il l’était également des collections d’objets et il se fit confier par Charles-François du Cisternay du Fay* en 1732 la garde de ce qui devint bientôt, grâce à l’activité des deux hommes, un véritable cabinet d’histoire naturelle. Cette activité brillante devait être remarquée par Louis XV : désireux de faire planter au Trianon une collection de tous les végétaux cultivés en France, il en confia le soin à Bernard de Jussieu, lui offrant ainsi de mettre en pratique sa nouvelle classification, envisagée depuis longtemps mais jamais théorisée. L’école de botanique du Trianon devint alors le creuset d’une “méthode naturelle” qui permit au botaniste de classer les familles de plantes en tenant compte de la subordination des caractères. Mais, ces recherches ne furent pas publiées, pas plus que les autres travaux botaniques de Jussieu. À part trois mémoires, non négligeables mais fort disproportionnés par rapport à son activité, il ne reste pas de trace imprimée des travaux du naturaliste. Grâce néanmoins à ses manuscrits, aux témoignages d’estime ou d’admiration que lui prodiguaient des personnages aussi éminents que Carl von Linné et grâce enfin aux travaux de ses élèves, en particulier ceux de son neveu – Antoine-Laurent de Jussieu* – qu’il fit venir auprès de lui en 1765, la preuve nous est restée de l’étendue de son savoir.

48Le portrait que nous en brossent ses correspondances est celui d’un homme bon, acharné au travail, modeste (à la mort d’Antoine de Jussieu, on lui proposa vainement de prendre la place de professeur de botanique) et austère, surtout après la disparition de son frère, en 1758. Sujet à des crises d’apoplexie et perdant peu à peu la vue, il ne quittait presque plus son domicile de la rue des Bernardins, où il finit par mourir le 6 février 1777.

Bibliographie

Audelin (Louise), Les Jussieu, une dynastie de botanistes au XVIIIème siècle (1680-1789), thèse en vue de l’obtention du diplôme d’archiviste paléographe, Paris : École nationale des chartes, 1989, 584 p.

Dulieu (Louis), La Médecine à Montpellier, [Avignon] : Presses universelles, 1975-[1990], 8 volumes.

Jussieu (Antoine-Laurent de), “Troisième notice historique sur le Muséum d’histoire naturelle”, Annales du Muséum national d’Histoire naturelle, vol. 3, 1804, pp. 1-17.

Jussieu (Antoine-Laurent de), “Quatrième notice historique sur le Muséum d’histoire naturelle”, Annales du Muséum national d’Histoire naturelle, vol. 4, 1804, pp. 1-19.

Lacroix (Alfred), Notice historique sur les cinq de Jussieu, membres de l’Académie des sciences (1712-1853)... lue en la séance publique annuelle du 21 décembre 1936, Paris : Gauthier-Villars, 1936, 97 p.

PH

JUSSIEU Laurent-Pierre de

né le 7 février 1792 à Villeurbanne-les-Lyon (Rhône), mort le 24 février 1866 à Passy (Paris)
chaire de Minéralogie
Éducation

49Laurent-Pierre de Jussieu était l’aîné des trois fils du banquier Bernard-Pierre de Jussieu, ainsi que le neveu et filleul d’Antoine-Laurent de Jussieu*. Ce dernier éleva le jeune garçon, puis le fit attacher en 1811 au Muséum comme aide non rémunéré dans la chaire de Minéralogie de René-Just Haüy*. Après avoir évité la conscription grâce à l’intervention des professeurs de l’établissement, Jussieu fut nommé au début de l’année 1813 aide-naturaliste en remplacement de Matteo Tondi*. Il perdit semble-t-il assez vite sa vocation pour les sciences naturelles et démissionna en 1818 de son poste, qui échut à Gabriel Delafosse*. Devenu successivement secrétaire général de la préfecture de la Seine en 1830, maître des requêtes au Conseil d’État en 1832, puis député du Xe arrondissement de Paris de 1834 à 1842, Jussieu se retira à Passy vers 1860. Il séjourna un temps en Italie et revint à Passy où il mourut.

50Landen aide-naturaliste du Muséum fréquenta la marquise de Raigecourt, François de Chateaubriand, ainsi qu’Alphonse de Lamartine. De son mariage avec Louise Huillard naquirent un fils et une fille.

51Jussieu, qui s’attacha à la propagation de l’instruction primaire, publia de nombreux ouvrages d’éducation, comme Simon de Nantua, ou Le marchand forain (1818), Le Village de Valdoré, ou Sagesse et prospérité (1820), Antoine et Maurice (1821) ou Histoires et causeries (1856). Par ailleurs, il exerça plusieurs années au ministère de l’Intérieur, puis de l’Instruction publique, la fonction de secrétaire d’une commission chargée de réviser les ouvrages destinés à l’éducation. Jussieu dispensa enfin, durant quatre ans, un cours de morale à la Société des bonnes-lettres.

Bibliographie

Jarry de Mancy (Adrien), Famille de Jussieu aux XVIIIème et XIXème siècles, 1889, pp. 223-227 (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 1449).

PJ

KERAUDREN-AYMONIN Monique, Rose [née KERAUDREN]

née le 8 décembre 1928 à Camaret-sur-Mer (Finistère), morte le 25 mai 1981 à Paris
chaire de Phanérogamie
Phanérogamie

52Monique Keraudren, qui était la troisième des six enfants d’un directeur de chantier de construction maritime, fréquenta d’abord l’école communale de Camaret. Ayant perdu sa mère en 1937, elle dut entrer comme pensionnaire à la retraite de Quimper, puis à celle de Brest. La jeune fille montrait alors des dispositions pour la géographie, les sciences, la musique et les arts. Sur les conseils de son oncle, un chanoine professeur de mathématiques, Keraudren-Aymonin se lança dans des études supérieures : elle suivit les cours de l’université catholique d’Angers, puis des facultés des sciences de Rennes et de Paris-Sorbonne. Titulaire de huit certificats de licence, elle achevait un diplôme d’études supérieures de géologie sous la direction de Pierre Pruvost, lorsqu’elle fut remarquée par Henri Humbert*. Celui-ci dirigeait alors la chaire de Phanérogamie au Muséum. Humbert lui confia en 1955 un travail d’analyse florale et d’illustration botanique et la recruta la même année comme assistante dans son service. Après deux missions à Madagascar, en 1960 et 1962, la jeune femme soutint sa thèse de doctorat ès sciences à l’École normale supérieure en 1966. Elle poursuivit ultérieurement ses travaux dans le cadre de la chaire de Phanérogamie et fut élue en 1971 maître de conférences sous-directrice à titre personnel au Muséum. Durant sa carrière, elle eut l’occasion d’effectuer de nombreuses missions sur le terrain ou dans les grands instituts scientifiques d’Europe. Elle mourut dans sa cinquante-troisième année, après quelques jours d’hospitalisation.

53Pratiquant le ski, les courses en montagne et dotée d’une solide expérience de la brousse, Monique Keraudren-Aymonin fut une naturaliste de terrain. Cette excellente dessinatrice, dotée d’un sens aigu de l’esthétique, s’intéressait à la photographie botanique, ainsi qu’à la conservation du patrimoine. Elle laissa le souvenir d’une personne sérieuse, généreuse, altruiste, bonne organisatrice et fervente catholique. Elle avait épousé Gérard Aymonin*.

54Keraudren-Aymonin consacra l’essentiel de ses travaux scientifiques à la flore malgache, qu’elle étudia sous les angles de la systématique, de la phytogéographie, de la biologie et de l’écologie. Spécialiste des Cucurbitacées de la Grande île, elle travailla aussi sur d’autres familles de plantes, comme les Annonacées ou les Bégoniacées. Elle préconisa une utilisation rationnelle des ressources naturelles et donna – avec la dessinatrice Jacqueline Saussotte-Guérel – une nouvelle vie au Carporama de Louis Robillard d’Argentelle. Parmi une centaine de publications dues à la botaniste figurent : Recherches sur les Cucurbitacées de Madagascar (1966), Types biologiques et types de succulence chez quelques végétaux des fourrés du sud-ouest de Madagascar (1966), Les Flores sèches de l’Ancien Monde (1966) et Cucurbitacées (1967). Il faut ajouter qu’elle participa largement à la publication de la Flore de Madagascar et des Comores d’Henri Humbert et Jean-François Leroy*, rédigeant seule sept monographies.

KERAUDREN-AYMONIN M. – Transect, flore de Madagascar, issu de : Keraudren-Aymonin (Monique), “Quelques aspects des formations xérophiles dans le sud de la République malgache”, Bulletin de la Société botanique de France, vol. 108, no 1-2, 1961, pp. 73-79, pl. 31.

55Au Muséum, la botaniste assura la direction du personnel du laboratoire de Phanérogamie et collabora au fonctionnement de l’Herbier national. Elle rapporta de Madagascar près de trois mille cinq cents spécimens végétaux, auxquels s’ajoutèrent d’autres échantillons provenant de ses voyages en Scandinavie, au Portugal ou en Italie. Enfin, elle participa à des conférences internationales sur la protection de la nature et s’impliqua fortement dans la vie de la Société botanique de France.

Bibliographie

Deysson (Guy), “Monique Keraudren-Aymonin (1928-1981)”, Bulletin de la Société botanique de France, vol. 129, Lettres botaniques, no 1, 1982, pp. 77-84.

Leroy (Jean-François), “Monique Keraudren-Aymonin (1928-1981)”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, sect. B Adansonia, 4e série, vol. 3, no 4, 1981, pp. 363-371.

Leroy (Jean-François), “Avant-Propos”, in Leroy (Jean-François) (sous la dir.), Flore de Madagascar et des Comores, Bégoniacées (famille 144), Paris : Muséum national d’histoire naturelle, 1983, pp. 4-6.

PJ GA

KERSAINT Georges [dit KRAVTZOFF]

né le 1er août 1900, mort en 1971
chaire de Chimie appliquée aux corps organisés
Chimie, Histoire des sciences

56Pharmacien et ingénieur chimiste, Kersaint fut nommé en 1954 sous-directeur de la chaire de Chimie appliquée aux corps organisés du Muséum. Il soutint une thèse de doctorat ès lettres en 1962, fut la même année réintégré comme sous-directeur, puis obtint le titre de maître de conférences sous-directeur honoraire en 1967.

57Kersaint consacra son œuvre scientifique à l’électrochimie et à la nomenclature chimique. Il s’intéressa également à l’histoire de sa discipline, conduisant des recherches sur des personnalités du Muséum, comme Nicolas Vauquelin*, Edmond Frémy* ou surtout Antoine de Fourcroy*. Citons, parmi ses publications, Sur l’électrolyse des sels organiques de cuivre (1934), Essai de nomenclature des composés hétéroacycliques et hétérocycliques (1939), L'École de chimie de Frémy (1963), Antoine-François de Fourcroy (1755-1809) : sa vie et son œuvre (1966). Enfin, Kersaint assuma les fonctions de rédacteur-en-chef du Bulletin de la Société chimique de France et du Journal de Chimie physique.

Bibliographie

Plouvier (Victor), “Historique des chaires de Chimie, de Physique végétale et de Physiologie végétale du Muséum d’histoire naturelle”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 4e série Miscellanea, vol. 3, 1981, p. 139.

PJ ERB

KIENER Louis, Charles

né le 31 juillet 1799 à Paris, mort le 24 juillet 1881 à Paris
chaire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux), puis galeries
Muséologie

58Kiener était l’un des trois enfants du chef de l’atelier de peinture et vitrerie du Muséum. Son père ayant fait une chute mortelle du toit de l’amphithéâtre, le jeune garçon travailla dès l’âge de douze ans au laboratoire de Zoologie. Il accompagna en 1820 le duc de Rivoli dans un voyage au Brésil, devint en 1832 l’un des six préparateurs de la chaire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux), puis remplaça en 1836 Jacques Thouin* décédé comme garde des galeries. Tombé malade en 1872, Kiener obtint un congé de trois mois avant de prendre sa retraite à la fin de la même année. Il bénéficiait alors du titre d’aide-naturaliste, garde des galeries. Mort rentier, Kiener avait eu au moins un fils de son mariage célébré en 1826 avec Emilie Rousseau.

Source

Documents Muséum (d’après les archives d’É.-R. Brygoo).

PJ ERB

KRAUT François

né le 8 février 1907 à Pinkafeld (Autriche), mort le 28 août 1983
chaire de Minéralogie
Minéralogie

59Né sur le territoire autrichien, mais de nationalité hongroise, Kraut fut élève du lycée d’Ujpest. Il étudia ensuite à la Montanische Hochschule de Leoben en Autriche, obtenant des certificats de minéralogie, mathématiques supérieures, physique, mécanique générale, mécanique appliquée-résistance des matériaux et géométrie descriptive. Recruté en 1933 par le CNRS, Kraut entra au Muséum dans la chaire de Minéralogie de Jean Orcel*. Il fut naturalisé Français en 1938, puis mobilisé de 1939 à 1945. Devenu chef de travaux à l’École des mines, Kraut professa dans cet établissement et accéda au poste de sous-directeur du laboratoire de Minéralogie du Muséum en 1963. Il prit sa retraite en 1972, avant d’être nommé à l’honorariat de son grade quatre ans plus tard.

60Minéralogiste expert dans l’examen microscopique en lumière transmise ou réfléchie, Kraut étudia tout particulièrement l’orientation des minéraux au sein des roches et les minerais de fer oolithiques. Il révisa par ailleurs plusieurs feuilles de la carte géologique de France avec Simone Caillère*. Citons parmi les publications de Kraut : Sur l’orientation du quartz dans quelques roches métamorphiques des environs de Rochechouart (Haute-Vienne) : application de la méthode de Bruno Sander-Walter Schmidt (1947), une Table des constantes des minéraux (1957), ainsi que Sur les constituants phosphatés des minerais de fer oolithiques de France (1962).

Bibliographie

Kraut (François), Notice sur les titres et travaux scientifiques, 1962, 26 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 8926).

PJ ERB

KUHNHOLTZ-LORDAT Marie, Ernest, Frédéric, Georges

né le 8 janvier 1888 à Montpellier (Hérault), mort le 6 mars 1965 à Montpellier
chaire d'Écologie et protection de la nature
Botanique, Écologie, Phytogéographie, Phytopathologie

61Kuhnholtz-Lordat était fils de propriétaire. Il commença au lycée de Montpellier des études secondaires qu’il acheva dans la capitale. Bachelier de la section mathématique élémentaire en 1905, il fut reçu en 1907 à l’Institut national agronomique après une préparation au lycée Henri IV, obtenant son diplôme d’ingénieur en 1909. Son service militaire effectué de 1909 à 1911, le jeune homme devint en 1913 chef de travaux à l’École nationale d’agriculture de Montpellier, ainsi que préparateur à la Station de physiologie et pathologie végétales annexée à l’établissement. Il obtint sa licence ès sciences naturelles (zoologie, géologie, botanique) en 1914. Mobilisé cette même année comme sous-lieutenant de réserve, Kuhnholtz-Lordat se battit courageusement en première ligne. Il accéda au grade de capitaine en 1915 et acheva la guerre dans les fonctions d’officier d’État-Major. Nommé à la faculté des sciences de Montpellier successivement préparateur en 1919, puis chef de travaux de botanique en 1921, Kuhnholtz-Lordat soutint sa thèse de doctorat ès sciences en 1923, avant de prendre deux ans plus tard la tête de la chaire de Botanique et sylviculture de l’École nationale d’agriculture de Montpellier. Il fut aussi chargé en 1926 d’un cours semestriel de botanique à la faculté de pharmacie. Lassé par des difficultés administratives, il avait demandé sa retraite anticipée en 1953, lorsque Roger Heim* le sollicita pour occuper la chaire d’Écologie et protection de la nature nouvellement créée au Muséum. Kuhnholtz-Lordat devint donc professeur de l’établissement en 1955 et installa son service au domaine de Brunoy, exerçant là ses fonctions. Atteint par l’âge de la retraite en 1958, il revint à Montpellier, où il mourut sept ans plus tard chez son fils.

62Kuhnholtz-Lordat possédait une forte personnalité. Entier, indépendant, susceptible, passionné, il laissa aussi le souvenir d’un homme original, désintéressé, plein d’humour et cultivant l’amitié. Ce grand admirateur de la civilisation grecque antique resta toujours très attaché à sa région natale, ainsi qu’au contact avec le terrain. Marié en 1922 à Raymonde de Roquefeuil, il avait eu une fille et un fils, avant de divorcer en 1946.

63Kuhnholtz-Lordat œuvra dans les domaines de la phytogéographie, de l’écologie végétale, de la botanique et de la phytopathologie. Il étudia la géographie botanique du littoral atlantique, ainsi que celle du golfe du Lion. Par ailleurs, si son intérêt pour la pratique agricole en région méditerranéenne l’orienta vers une écologie parcellaire, il sut élargir son champ d’investigations aux ressources végétales planétaires, dont il envisagea la protection. À cela s’ajoutèrent divers travaux relatifs aux maladies des plantes, comme la galle verruqueuse de la pomme de terre, la rouille noire du muflier ou la fonte bactérienne des semis de tomates. Kuhnholtz-Lordat considéra enfin la floristique botanique d’un œil original, prenant en compte les champignons parasites des plantes pour la détermination de ces dernières. Citons, parmi plus de cent quatre-vingts publications dues à sa plume : Les Dunes du golfe du Lion, essai de géographie botanique (1923), La Terre incendiée, essai d’agronomie comparée (1938), Notes de pathologie végétale (1942-1946), Essai de biologie des sores du diplonte chez les Urédinées (1943), Flore des environs immédiats de Montpellier (1948) – en collaboration avec Georges Blanchet –, La cartographie parcellaire de la végétation (1949), Le tapis végétal dans ses rapports avec les phénomènes de surface (1952), Problèmes généraux de phytopathologie dans le cadre de la parasitologie générale (1957), L'Écran vert (1958) et La Genèse des appellations d’origine des vins (1963). À cela s’ajoutent quelques travaux historiques ou philosophiques, ainsi qu’un Curriculum vitae (1963) plein d’humour.

Bibliographie

Delamare-Deboutteville (Claude), Reymond (A.), “Le Professeur Georges Kuhnholtz-Lordat, 8 janvier 1888-6 mars 1965”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, vol. 37, no 5, 1965, pp. 731-746.

Heim (Roger), “Georges Kuhnholtz-Lordat (1888-1965), un esprit, un caractère”, Comptes Rendus hebdomadaires des Séances de l’Académie d’Agriculture de France, vol. 51, 1965, pp. 505-517.

Kuhnholtz-Lordat (Georges), Curriculum vitae, Montpellier : impr. de la Charité, 1963, 45 p.

PJ

KÜNCKEL D'HERCULAIS Philippe, Alexandre, Jules

né le 10 février 1843 à Paris, mort le 19 décembre 1918 à Conflans-sur-l’Oise (Yvelines)
chaire d’Histoire naturelle des Crustacés, des Arachnides et des Insectes ou des Animaux articulés
Entomologie (Diptères, Hémiptères, Orthoptères)

64Künckel, qui était fils de médecin et neveu du chimiste Théophile Pelouze, perdit son père à l’âge de deux ans. Élevé par sa mère et son oncle, le comte d’Herculais, entouré de scientifiques, le jeune garçon poursuivit des études secondaires au collège Rollin, devenant bachelier ès sciences en 1860. Künckel se trouva d’abord orienté vers une carrière dans l’industrie. Élève libre de l’École des mines de 1861 à 1863, il séjourna ensuite dans le laboratoire de Théophile Pelouze avant de se tourner vers l’entomologie. Künckel devint en 1864 le disciple d’Émile Blanchard* au Muséum, où il occupa en 1869 la place d’aide–naturaliste de la chaire d’Histoire naturelle des Crustacés, des Arachnides et des Insectes ou des Animaux articulés. Nommé maître de conférences de zoologie agricole au sein de l’Institut national agronomique nouvellement créé en 1876, il remplit une mission de lutte anti-acridienne en Argentine de 1882 à 1885. Il fut chargé d’effectuer le même travail en 1888 sur le territoire algérien – où il mit en place un service d’étude et de destruction des Acridiens et revint plusieurs fois jusqu’en 1894-, puis en Corse au cours de l’année 1896. Certains auteurs situent la mission en Argentine de Künckel de 1898 à 1900 : il aurait alors dirigé une section entomologique. Passé dans le corps des assistants du Muséum en 1891, candidat malheureux à la succession de Blanchard en 1895 – il se vit préférer Eugène-Louis Bouvier*-, Künckel prit sa retraite en 1917 et mourut un an plus tard.

65Künckel, qui laissa le souvenir d’un naturaliste érudit et habile, s’attira par son attitude autoritaire en Algérie de nombreuses inimitiés. Héritier de la fortune de son oncle d’Herculais, il mena une existence aisée avant de subir des déboires financiers. Ses longs séjours à l’étranger lui firent en effet négliger ses intérêts matériels et professionnels. Marié une première fois à Marie Du Lau d’Allemans, dont il divorça, Künckel eut un fils. Il épousa en secondes noces Marie-Cécile Mouilleron.

66Entomologiste de renom, Künckel étudia surtout l’anatomie et la physiologie des Insectes, s’intéressant de plus en plus, à partir de 1887, aux aspects agricoles de sa discipline. Il fut ainsi amené à développer des méthodes de lutte contre les ravageurs des cultures, en s’appuyant sur la connaissance de leurs métamorphoses, ainsi que de leurs parasites. Les recherches de Künckel concernèrent notamment le système nerveux des Insectes, les métamorphoses des Sitaris, l’anatomie des Volucelles, les migrations des Acridiens, les parasites des Criquets, la nature exacte de la Punaise des lits et la capture des Insectes par les fleurs. L’entomologiste conduisit également des investigations sur les mœurs d’un Myriapode, le Scutigère. Parmi les publications de Künckel, citons : Recherches sur les organes de sécrétion chez les insectes de l’ordre des Hémiptères (1866), Recherches sur l’organisation et le développement des Volucelles, Insectes Diptères de la famille des Syrphides (1875-1881), Histoire naturelle des Coléoptères (1887) et Invasions des Acridiens vulgo Sauterelles en Algérie (1893-1905). L’entomologiste, qui rédigea par ailleurs les deux volumes consacrés aux Insectes dans l’édition française de La Vie des animaux (1880-1883), fonda en 1884 la revue Science et Nature – qui cessa de paraître au bout de deux ans. L’engagement de Künckel dans des recherches privilégiant l’expérimentation, la physiologie et les études de terrain aux dépens de la systématique et de la biogéographie, eurent deux conséquences. D’une part, le blocage de sa carrière au Muséum : ses orientations ne correspondaient pas à celles que donna, au cours de son mandat directorial, Alphonse Milne-Edwards* à l’établissement. D’autre part, l’activité importante de Künckel à l’AFAS : l’entomologiste participa vingt-deux fois à son congré – et fut même président en 1890 – dans la section de zoologie de cette institution, qui soutenait les recherches expérimentales.

Source

Dossier personnel (Archives nationales, AJ15, no 557).

Bibliographie

Lhoste (Jean), Les Entomologistes français : 1750-1950, Paris : INRA-OPIE, 1987, pp. 270-271.

Perrier (Edmond), Bouvier (Louis), “Discours prononcés aux obsèques de M. J. Künckel d’Herculais”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, vol. 25, no 1, 1919, pp. 11-16.

Van Praët (Michel), “La Section zoologie, témoin des restructurations de la recherche et des relations Paris-Province”, in Gispert (Hélène) (sous la dir.), “Par la science, pour la patrie”, l’Association française pour l’avancement des sciences (1872-1914), un projet politique pour une société savante, Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2002, pp. 159-167.

PJ ERB

Table des illustrations

Légende René JEANNEL
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2107/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende JOUBIN L. – Caricature, issue de : Helbronner (Paul), Cent cinquante premiers profils de confrères, 1928-1930, Paris : [s.n.], 1930, pl. 81 (datée du 9 décembre 1929).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2107/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende JUSSIEU A. DE – Affiche annonçant les cours d’Antoine de Jussieu au Jardin du roi (1711).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2107/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende JUSSIEU A.-L. DE – Liseron, issu de : Jussieu (AntoineLaurent de), Barreliero (Jacobo), Plantae per Gallima, Hispanam et Italiam observatae..., Paris : [s.n.], 1714, pl. 1.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2107/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende KERAUDREN-AYMONIN M. – Transect, flore de Madagascar, issu de : Keraudren-Aymonin (Monique), “Quelques aspects des formations xérophiles dans le sud de la République malgache”, Bulletin de la Société botanique de France, vol. 108, no 1-2, 1961, pp. 73-79, pl. 31.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2107/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 169k

© Publications scientifiques du Muséum, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

h
 
l