Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books
g
i-k

Du Jardin au Muséum en 516 biographies

 | 
Philippe Jaussaud
, 
Édouard-Raoul Brygoo

Du Jardin au Muséum en 516 bibliographies

h

Texte intégral

HALLÉ Nicolas

né le 28 février 1927 à Paris
chaire d’Entomologie agricole coloniale, puis de Phanérogamie
Entomologie, Phanérogamie

1Fils d’ingénieur agronome, Halle fut rattaché en 1947 au laboratoire d’Entomologie agricole coloniale du Muséum, dirigé par Paul Vayssière*. Le jeune homme obtint un CES agronomique à l’École supérieure d’agriculture et de viticulture d’Angers en 1950, puis il effectua un stage à la station agronomique de Versailles d’octobre 1950 à juin 1951. Dessinateur contractuel à l’Institut français d’Afrique noire de Dakar entre 1951 et 1953, Hallé exerça les mêmes fonctions de 1954 à 1957 au laboratoire de Botanique d’Adiopodoumé en Côte-d’Ivoire. Il entra dans la section de biologie végétale du CNRS comme attaché de recherches stagiaire en 1957 et soutint sa thèse d’université en 1958. La même année, Hallé fut nommé attaché de recherche auprès d’Henri Humbert*, avant de devenir assistant de la chaire de Phanérogamie du Muséum en 1959. Son patron lui fit alors effectuer un stage de morphologie et structure florales à l’Institut de botanique de Montpellier. Nommé maître de conférences sous-directeur en 1966, Hallé effectua six missions au Gabon entre 1959 et 1968, une au Vanuatu et Nouvelle-Calédonie en 1971, trois aux îles Australes (Tubuai, 1979 ; Rurutu, 1981 ; Rapa, 1984) et une au Mexique en 1989. Il devint professeur sans chaire au Muséum en 1990, prit sa retraite un an plus tard, puis fut nommé archiviste à la Société nationale des sciences naturelles et mathématiques de Cherbourg.

2Hallé a eu quatre enfants de son mariage.

3Surtout botaniste, le chercheur étudia l'anatomie et la taxonomie des Phanérogames africains (Hippocratéacées, Rubiacées, Sterculiacées). Il effectua également quelques travaux entomologiques. Parmi les publications de Hallé figurent une Monographie des Hippocratéacées d’Afrique occidentale (1962), les Orchidaceae de la Nouvelle-Calédonie (1977), les Célastracées (Hippocratéoïdées) (1990), Araignées de l'île Rapa (îles Australes, Polynésie) (1995) – un ouvrage rédigé en collaboration avec J.-C. Ledoux–, ainsi que Le “Crocographe” (Phyllotaxie) (1995). Il faut ajouter à cela un Inventaire de la flore et de la faune de la Tapisserie de Bayeux (1987) et À la rencontre des Araignées littéraires (1998).

4Au Muséum, Hallé enrichit les collections en y déposant : pour la phanérogamie, huit mille sept cents échantillons d’herbier (surtout du Gabon) et dix volumes d’iconographie botanique (sur le vif ou après dissections) ; pour l’entomologie, sept mille sept cents Insectes (Lépidoptères et Hétérocères de France et d’Afrique occidentale, Microhémiptères Hétéroptères) ; pour la micropaléontologie, cinq cents lames (avec dessins) de microfossiles des silex. Le naturaliste effectua par ailleurs, avec l’aide de son collègue Jean Raynal*, un profond remaniement ainsi qu’une remise en ordre de tout l’Herbier national. Enfin, Hallé remplit les fonctions de secrétaire de rédaction à la Flore du Gabon (1961-1970), à la Flore de Nouvelle-Calédonie (1972-1983) et de membre du comité scientifique du Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle.

Source

Renseignements fournis par l’intéressé.

Bibliographie

Halle (Nicolas), Titres et travaux scientifiques, 1966, 21 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 8958).

PJ ERB

HAMEL Gontran, Georges, Henri

né le 20 novembre 1883 à Amiens (Pas-de-Calais), mort le 16 août 1944 à Dreux (Eure-et-Loir)
chaire de Botanique (classification et familles naturelles de Cryptogames), puis Cryptogamie
Phycologie

5Hamel était le fils d’un médecin-principal des armées, directeur du Service de santé d’Amiens. Bachelier ès lettres en 1902 à Lille, le jeune homme commença dans cette ville des études de droit, avant de préparer une licence ès sciences naturelles obtenue en 1912. Hamel fut mobilisé comme météorologiste durant la seconde guerre mondiale, puis intégra en 1919 le Muséum, au titre de boursier de doctorat dans la chaire de Botanique (classification et familles naturelles de Cryptogames) de Louis Mangin*. S’étant orienté vers la phycologie sous l’influence du docteur Leblond de Boulogne-sur-Mer, il effectua pour la Société océanographique de France une mission dans l’archipel des Glénans de juillet à août 1920 et participa à deux expéditions du Pourquoi-pas ? de 1921 à 1922. Hamel fut nommé en 1924 chef de travaux à la station maritime du Muséum nouvellement installée à Saint-Servan. Après une mission sur les côtes de Tunisie en 1926, il devint l’année suivante docteur ès sciences et assistant de la chaire de Botanique (classification et familles naturelles de Cryptogames) du Muséum. Hamel fit des voyages d’études en Espagne et au Portugal (1927-1928), aux Antilles françaises (1930) avec Pierre Allorge*, ainsi qu’en Grèce et au Maroc (1938). Par ailleurs, il conduisit jusqu’à la seconde guerre mondiale une exploration phycologique des côtes françaises. Hamel fut tué juste avant la Libération de deux balles dans la tête, alors qu’il essayait de rejoindre Paris à bicyclette depuis Dreux où il habitait. On retrouva son corps gisant sur le bord de la route, près de Chérisy.

6Le front dégarni, portant des lunettes rondes, Hamel affichait une allure bohème. Il laissa le souvenir d’un homme bon, intelligent, cultivé, ennemi des conventions sociales et dépourvu d’ambition – il resta assistant durant toute sa carrière au Muséum. Farouchement attaché à sa liberté, Hamel refusait de se soumettre à une quelconque discipline. Il s’absentait souvent de son laboratoire sans en avertir son chef de service. Hamel aimait la musique, collectionnait les faïences anciennes, pratiquait le naturisme et se présenta aux élections législatives comme candidat “féministe”. Veuf, il avait épousé en secondes noces mademoiselle Joukov, qui l’aida dans ses recherches.

7Hamel consacra la totalité de son œuvre scientifique à l’étude morphologique, taxonomique et biologique des Algues marines : Chlorophycées, Rhodophycées (ou Floridées), Phéophycées. Ses travaux sur les Rhodophycées restèrent malheureusement inachevés, mais ses notes relatives aux Corallinacées purent être complétées, puis publiées après sa mort (en 1953) par madame P. Lemoine (avec des photos de Robert Lami*). Parmi une quarantaine de publications dues à Hamel, citons Floridées de France (1924-1937), Contribution à la flore algologique des Antilles (1929), Chlorophycées des côtes françaises (1930-1931), Phéophycées de France (1931-1939), ainsi que l’exsiccata Algues de France (1927-1931) – établi en collaboration avec sa femme. Ce dernier travail fut poursuivi jusqu’en 1959 par sa veuve, malgré les difficultés rencontrées auprès de Roger Heim* pour obtenir les locaux nécessaires. Au Muséum, Hamel s’occupa de la collection algologique du laboratoire de Cryptogamie. Il assura, par ailleurs, le déménagement à Saint-Servan du laboratoire maritime de Tatihou et créa en 1924 la Revue algologique avec son ami Pierre Allorge. Plusieurs espèces et deux genres (Gontrania, Hamelella) de Phéophycées furent dédiés à Hamel.

Bibliographie

Feldmann (Jean), “Gontran Hamel (1883-1944). In memoriam”, Revue algologique, vol. 1, no 1, 1954-1955, pp. 3-10.

Lamy (Denis), Woelkerling (William), “[Gontran Hamel]”, in Woelkerling (William), Lamy (Denis) (sous la dir.), Non-Geniculate Coralline Algae (Rhodophyta) and the Paris Museum : Systematics and Scientific History, Paris : Muséum national d’histoire naturelle ; ADAC, 1998, 767 p.

PJ

HAMEL Jean-Louis, Étienne

né le 23 août 1916 à Saumur (Maine-et-Loire) chaire de Culture, puis de Biologie végétale appliquée
Cytologie végétale

8Fils du procureur de la République de Saumur, Hamel y commença ses études, qu’il continua à Cholet, puis à Paris. Il obtint en 1937 sa licence ès sciences, ainsi qu’un diplôme d’études supérieures préparé dans le laboratoire de Culture du Muséum. Attaché en 1938 à ce service, le jeune homme y remplaça André Eichhorn comme assistant en 1939. Il fut mobilisé au début de la seconde guerre mondiale avec le grade d’aspirant au dix-huitième régiment d’artillerie puis, fait prisonnier en 1940, il dispensa un enseignement universitaire à ses camarades de captivité. Ceux-ci purent ainsi passer avec succès les certificats de sciences physiques, chimiques et naturelles (SPCN) et de botanique, validés en 1945 par la faculté des sciences de Paris. Libéré par les Russes en 1945, Hamel fut nommé la même année sous-directeur de la chaire de Culture du Muséum, avant de soutenir sa thèse de doctorat ès sciences en 1953. Il se trouva chargé entre 1954 et 1959 de plusieurs missions, successivement au secrétariat d’État à la Recherche, au Conseil supérieur de la recherche scientifique et du progrès technique, ainsi qu’à la DGRST. Hamel devint en 1961 le premier titulaire de la chaire de Biologie végétale appliquée du Muséum, constituée par transformation de celle de Culture. Désigné par l’Assemblée des professeurs au printemps 1966, il prit la direction de la Station de biologie végétale et d’écologie alpine, créée par son prédécesseur Henri Humbert* au sein du Jardin botanique alpin La Jaÿsinia. Ce dernier avait été fondé en 1906 par madame Cognacq-Jaÿ, qui l’avait donné à sa commune natale de Samoëns (Haute-Savoie). Hamel exerça la fonction de second assesseur du directeur de l’établissement entre 1966 et 1970 et fut membre élu du Directoire du CNRS de 1970 à 1975. Succédant à Théodore Monod*, il devint inspecteur général des musées d’histoire naturelle de province de février 1974 à septembre 1981. Hamel prit sa retraite du Muséum en 1985 et se retira de la direction de la Station de biologie végétale et d’écologie alpine dès la nomination de son successeur en 1986. De son union avec Anne-Marie Jannin en 1945, étaient nés six enfants : trois garçons et trois filles.

9Hamel consacra son œuvre scientifique à la caryotaxonomie végétale. Il étudia sous cet angle diverses familles de plantes, comme les Bégoniacées, les Loasacées ou surtout les Saxifragacées. Parmi ses publications figurent Les Rapports entre la caryologie et la systématique (1939), ainsi qu’une Contribution à l’étude cytotaxinomique des Saxifragacées (1953). Enfin, il organisa diverses expositions pour le Muséum et obtint le reclassement indiciaire du personnel jardinier de l’établissement dans le corps du personnel technique de l’enseignement supérieur.

Sources

Renseignements fournis par l’intéressé.

Bibliographie

Hamel (Jean-Louis), Titres et travaux scientifiques. Paris : Copies-Circulaires S. Vaillant, 1960, 24 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 8959).

PJ

HAMY Théodore, Jules, Ernest

né le 22 juin 1842 à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), mort le 18 novembre 1908 à Paris
chaire d’Anthropologie
Anthropologie, Histoire des Sciences

10Né du second mariage d’un pharmacien de Boulogne-sur-Mer, Ernest Hamy – qui avait un demi-frère, une demi-sœur et une sœur – perdit sa mère en 1850. Il accomplit ses études primaires à l’institution de Louis Blériot, entra en 1851 au collège dirigé par l’abbé Haffreingue, puis alla passer les baccalauréats ès lettres et ès sciences à Paris. En 1861, le jeune homme entama des études de médecine, qu’il devait conduire de front avec ses premiers travaux scientifiques. Il fut nommé au début de l’année 1864 externes dans le service de Jean-Martin Charcot à la Salpêtrière, où il fit la connaissance de Paul Broca. Celui-ci prit Hamy, devenu docteur en médecine en 1868, comme préparateur au laboratoire d’Anthropologie de l’École pratique des hautes études. Le nouveau membre du corps médical obtint alors de Victor Duruy l’autorisation de professer, à partir de 1869, un cours libre d’anthropologie salle Gerson et il suivit les leçons de paléontologie d’Édouard Lartet* au Muséum. En 1869, Hamy fit partie avec Armand de Quatrefages* et François Lenormand du groupe de scientifiques invités par Isma'il Pacha, Khédive d’Égypte, à l’inauguration du canal de Suez. Son périple égyptien lui laissa des souvenirs mémorables, mais la guerre franco-prussienne était proche. Le médecin fut mobilisé dans le Pas-de-Calais, comme chirurgien aide-major des gardes nationaux.

HAMY E. – Projet de règlement, issu de : Collectif, Centenaire de la fondation du Muséum d'histoire naturelle 10 juin 1793-10 juin 1893. Volume commémoratif publié par les professeurs du Muséum, Paris : impr. nationale, 1893, p. 146.

11Une fois de retour dans la capitale, Hamy fut recruté en 1872 par Quatrefages, pour remplacer temporairement Henri Jacquart*, aide-naturaliste de la chaire d’Anthropologie du Muséum. Le jeune homme, pérennisé dans son poste un an après, devait suppléer son maître à quatre reprises pour l’enseignement. Il se vit confier en 1879, par Jules Ferry, la mission de visiter les musées d’ethnographie existant dans diverses capitales européennes. Devenu docteur ès sciences en 1880, il fut nommé la même année conservateur “chargé du classement scientifique et de l’installation des collections” du nouveau Musée ethnographique du Trocadéro. Hamy entra à l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1890, devint assistant au Muséum en 1891, puis succéda en 1892 à Quatrefages décédé, comme titulaire de la chaire d’Anthropologie. Désigné en 1893 par Alphonse Milne-Edwards* pour être archiviste du Muséum, Hamy ne se fit remplacer que deux fois au cours de son professorat par son assistant, René Verneau*. Il succomba à une congestion pulmonaire foudroyante : quatre jours avant sa mort, il était encore installé à sa table de travail, dans la maison de Buffon qu’il occupait au Jardin des plantes.

12Hamy portait la moustache, ainsi qu’une longue barbiche à deux pointes. Fort apprécié de ses élèves, il laissa le souvenir d’un homme bon, dévoué et plein de verve. Ce professeur d’une immense érudition prononça au Muséum des cours qu’il sut rendre attractifs en les émaillant d’anecdotes. De son union en 1869 avec Marguerite Butor-Blamont naquirent trois garçons et une fille ; ses trois fils moururent malheureusement tous de la diphtérie.

13L'œuvre d’Ernest Hamy, dévolue à l’anthropologie, regroupe plus de mille deux cents publications. Au début de sa carrière, il considéra sa discipline sous l’angle anatomique et paléontologique, rédigeant notamment un Précis de paléontologie humaine (1869), ainsi que les Crania ethni ca (1882) en collaboration avec Quatrefages. Après 1878, il envisagea plutôt les aspects ethnographiques de l’anthropologie et s’intéressa tout spécialement à l’Amérique, comme en témoignent ses Decades Americanae (1896-1899) ou la Galerie américaine du Musée d’ethnographie du Trocadéro (1897). Hamy rédigea également de nombreuses publications sur l’histoire des voyages scientifiques, de la cartographie et de la géographie et du Muséum.

14Au Muséum, en dehors de ses cours consacrés surtout aux races humaines, l’anthropologue participa à l’enseignement spécial pour les voyageurs-naturalistes et à l’enseignement colonial. Il fit transférer en 1898 les collections du laboratoire d’Anthropologie dans une nouvelle galerie, construite près de la place Valhubert. Par ailleurs, Hamy obtint en 1877 la création par arrêté ministériel du Musée ethnographique du Trocadéro, où il assura avec énergie la constitution d’importantes collections – atteignant à sa mort plus de soixante-dix mille pièces. Enfin, il créa la Revue d’Ethnographie en 1889.

Source

Dossier personnel (Archives nationales, AJ15, no 556).

Bibliographie

Anonyme, “Nécrologie”, Journal de la Société des Américanistes de Paris, vol. 5, 1908, pp. 141-156.

Chantre (Ernest), “Le Docteur E. Hamy, sa vie et ses travaux (1842-1908)”, Bulletin de la Société d’Anthropologie de Lyon, vol. 28, 1909, pp. 13-28.

Cordier (Henri), “Le Docteur E.-T. Hamy”, La Géographie, vol. 19, 1909, pp. 1-14.

Houzé (Émile), “Ernest-T. Hamy”, Bulletin de la Société d’Anthropologie de Bruxelles, vol. 28, 1909, pp. 43-56. Sauvage (H.), “Le Professeur Ernest Hamy”, Bulletin de la Société académique de Boulogne-sur-Mer, vol. 8,1908-1909, pp. 417-442.

Verneau (René), “Le Professeur E.-T. Hamy et ses prédécesseurs au Jardin des plantes”, L'Anthropologie, vol. 19, 1910, pp. 257-279.

PJ

HARIOT Paul

né en 1854 à Méry-sur-Seine (Aube), mort en 1917 à Paris
chaire de Botanique, Organographie et Physiologie végétale, puis de Botanique (classification et familles naturelles de Cryptogames)
Mycologie, Phycologie, Phytopathologie

15Fils d’un pharmacien d’officine féru de botanique, Hariot étudia au lycée de Troyes, avant de suivre les cours de l’École supérieure de pharmacie de Paris où il herborisa sous la direction d’Adolphe Chatin, Il devint interne des hôpitaux en 1876, préparateur de botanique dans le service de Chatin en 1877, puis soutint sa thèse de pharmacien de première classe en 1882. Ne désirant pas pratiquer l’officine ni embrasser une carrière universitaire, Hariot accepta alors un poste de préparateur temporaire au Muséum, afin de satisfaire son goût pour la biologie végétale. Il participa en 1883 à une mission au Cap Horn qui l’amena à se spécialiser dans le domaine cryptogamique et obtint sa licence ès sciences en 1888. Devenu au Muséum préparateur titulaire de la chaire de Botanique, Organographie et Physiologie végétale de Philippe Van Tieghem* en 1892, Hariot fut nommé assistant du nouveau service de Botanique (classification et familles naturelles de Cryptogames) dirigé par Louis Mangin* en 1908. Ses dernières années se trouvèrent assombries par la perte de sa compagne et par une implacable affection chronique. Il lutta contre le mal en travaillant, jusqu’à ce qu’une brusque aggravation de son état n’entraîne sa mort en quelques semaines.

16Blond, haut en couleurs, robuste, la moustache relevée en crocs, Hariot portait des lorgnons. Il fut décrit comme modeste, aimable et érudit. Sachant manier l’ironie dans la conversation, le naturaliste s’exprimait bien en public, avec un léger blèsement. Il laissa également le souvenir d’un habile écrivain.

17Hariot fut à la fois mycologue, algologue et phytopathologiste. Dans le domaine mycologique, il détermina diverses espèces de Champignons français ou exotiques, tout en manifestant une prédilection pour les Urédinées. En algologie, Hariot opéra des modifications systématiques et nomenclaturales, rédigea une monographie sur le genre Trentepohlia et étudia la végétation de la région de Saint-Vaast-la-Hougue, ainsi que la croissance des Fucus. Il s’intéressa par ailleurs à diverses maladies fongiques des végétaux, comme l’oïdium du Chêne, le chancre du Laurier rose, la maladie du rouge du sapin – en collaboration avec Mangin – ou les maladies du Bananier. Parmi une centaine de publications dues à la plume de Hariot figurent : “Champignons, Algues” in Mission scientifique du Cap Horn, vol. V : Botanique (1888-1889), Atlas des Algues marines les plus répandues des côtes de France (1892), Les Urédinées (rouilles des plantes) (1908), ainsi que Flore algologique de la Hougue et de Tatihou (1912). Il faut ajouter à cela divers ouvrages de vulgarisation botanique, comme l'Atlas colorié des plantes médicinales indigènes (1900) ou l’Atlas de poche des fleurs de jardin les plus faciles à cultiver (1912). Au Muséum, le pharmacien accorda un souci constant à l’enrichissement des collections de Cryptogames, dont il coordonna le classement. Il était aussi responsable de l’accueil des visiteurs et des réponses aux nombreuses demandes de prêt. Son rôle d’interlocuteur privilégié de la chaire de Cryptogamie s’accrut après l’accession de Mangin à la direction du Muséum. Enfin, Hariot exerça la fonction de bibliothécaire-adjoint de la Société nationale d’horticulture, ce qui l’amena à fréquenter les expositions.

Source

Dossier personnel (Archives nationales, AJ15, no 556).

Bibliographie

Biers (P.), “Le Souvenir de Paul Hariot”, Annales de Cryptogamie exotique, vol. 1, no 1, 1928, pp. 313-318. Jaussaud (Philippe), Lamy (Denis), “Deux pharmaciens cryptogamistes au Muséum”, Actualités pharmaceutiques vol. 402, 2001, pp. 20-22.

Jovet-Ast (Suzanne), “La Mycologie au Jardin du roy et au Muséum national d’histoire naturelle”, Bulletin de la Société mycologique de France, vol. 100, no 3, 1984, pp. CLXII-CCVI.

Lamy (Denis), Woelkerling (William), “The Paris Museum and the non-geniculate coralline systematics”, in Woelkerling (William), Lamy (Denis) (sous la dir.), Non-Geniculate Coralline Algae (Rhodophyta) and the Paris Museum : Systematics and Scientific History, Paris : Muséum national d’histoire naturelle ; ADAC, 1998, pp. 54-60 et 112-114.

Mangin (Louis), “Paul Hariot (1854-1917) : notice nécrologique”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, vol. 24, no 7, 1918, pp. 465-476.

Mangin (Louis), “Paul Hariot (1854-1917)”, Bulletin de la Société mycologique de France, vol. 35, no 1 et 2, 1919, pp. 4-11.

18PJ

HASENFRATZ Victor, Émile

né le 26 mars 1879 à Paris, mort en 1956
chaire de Chimie appliquée aux corps organiques
Phytochimie

19Hasenfratz succéda en 1900 à Gabriel Bertrand, comme préparateur de la chaire de Chimie appliquée aux corps organiques du Muséum. Effectuant toute sa carrière dans le même laboratoire, il travailla sous les directions successives d’Albert Arnaud*, de Louis-Jacques Simon*, de Richard Fosse*, puis de Charles Sannié*. Hasenfratz fut nommé assistant en 1920, sous-directeur sept ans plus tard et il poursuivit ses travaux même après sa retraite.

20Le chimiste laissa le souvenir d’un chercheur habile, honnête, qui aimait la précision.

21Auteur d’une trentaine de publications, Hasenfratz consacra son activité scientifique au domaine phytochimique. Il étudia notamment l’harmine, l’harmaline, des dérivés de ces deux alcaloïdes, la composition chimique de divers végétaux – comme Gelsemium sempervirens –, des lactones d’oses, ainsi que les acides stéarolique, taririque et cétostéarique. Par ailleurs, il conduisit avec Marcel Frèrejacque* des recherches sur les glucosides digitaliques extraits de Tanghinia venenifera ou d’Adenium honghel. Les deux hommes rédigèrent ensemble le chapitre “Oses et holosides” pour le grand Traité de chimie organique de Victor Grignard.

Bibliographie

Plouvier (Victor), “Historique des chaires de Chimie, de Physique végétale et de Physiologie végétale du Muséum d’histoire naturelle”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 4e série Miscellanea, vol. 3, 1981, p. 138.

PJ

HAÜY René-Just

né le 28 février 1743 à Saint-Just-en-Chaussée (Oise), mort le 1er juin 1822 à Paris
chaire de Minéralogie
Cristallographie, Minéralogie

22Fils cadet d’un modeste tisserand, Haüy étudia chez les moines de l’abbaye des Prémontrés de sa ville natale, puis au collège de Navarre à Paris, où il devint régent de quatrième en 1764. Ordonné prêtre six ans plus tard, Haüy alla exercer les fonctions de régent de seconde au collège Cardinal Lemoine, un établissement dans lequel il se lia d’amitié avec le latiniste Charles Lhomond. Ce dernier sut faire apprécier la botanique à son camarade et les deux religieux fréquentèrent presque quotidiennement le Jardin des plantes. Haüy eut ainsi l’occasion d’assister aux leçons de minéralogie de Louis Daubenton*, lesquelles éveillèrent en lui une vocation si puissante, qu’en 1783 les premiers travaux de l’abbé lui permirent d’entrer à l’Académie des sciences comme associé-botaniste. D’éminents savants, tels Pierre Laplace, Joseph Lagrange, Antoine Lavoisier, Claude Berthollet ou Antoine-François de Fourcroy*, vinrent même assister à des démonstrations faites par le prêtre dans sa petite chambre du collège Cardinal Lemoine. Haüy prit sa retraite de l’Université dès 1784, ayant effectué les vingt ans de service nécessaires à l’obtention d’une pension d’éméritat. Au cours de la Révolution, comme il avait refusé de prêter serment à la Constitution civile du clergé, il se trouva privé de ses maigres revenus. On l’arrêta au mois d’août 1792 sous le motif qu’il était un prêtre réfractaire et on le jeta en prison au séminaire Saint-Firmin. Son élève, Étienne Geoffroy Saint-Hilaire*, mobilisa alors l’Académie, le Jardin des plantes, obtint un ordre de remise en liberté, puis poussa presque de force hors de sa geôle le prisonnier, qui s’était accoutumé à sa situation. Quelques jours plus tard eurent lieu les massacres de septembre.

HAÜY R.-J. – Issu de : Haüy (Abbé), Traité de cristallographie. Atlas, tome 1 : Partie synthétique, Paris : Bachelier et Huzard, 1822, pl. 5. Les figures 70 et 75 montrent l’empilement régulier (tridimensionnel) des “molécules intégrantes” dans les cristeaux.

23Il se vit confier ultérieurement des fonctions importantes par la Convention, puis le Directoire : membre de la Commission temporaire des poids et mesures et du Système métrique en 1793, il fut nommé professeur de physique à l’école normale de l’an II en 1794, conservateur des collections et professeur de cristallographie à l’École des mines, ainsi que membre de l’Institut, en 1795. De 1800 à 1801, Haüy assura la suppléance de Déodat de Dolomieu*, captif, dans la chaire de Minéralogie du Muséum, avant d’y remplacer son collègue décédé comme professeur en 1802. Il devint examinateur à l’École polytechnique en 1805, puis professeur à l’École normale supérieure en 1808. L'abbé bénéficia de la confiance de Napoléon, qui le nomma chanoine honoraire de Notre-Dame de Paris et lui offrit, en 1809, la chaire de Minéralogie nouvellement créée à la Sorbonne. Dans cette dernière place, le cristallographe délégua officiellement à son adjoint, Alexandre Brongniart*, la quasitotalité de ses cours. Haüy eut quelques difficultés financières à la fin de son existence, la Restauration lui ayant retiré une partie des faveurs qui lui avaient été accordées par le précédent régime. Il reçut en compensation la visite de nombreux souverains étrangers, remplis d’admiration à son égard. Ayant fait une mauvaise chute dans sa chambre, Haüy mourut le 1er juin 1822 des complications septiques d’une fracture fémorale.

24De santé très fragile, il menait une existence scrupuleusement réglée. Il fut dépeint par ses biographes comme un homme bon, modeste, doux, serviable, désintéressé, fidèle à ses convictions et d’une grande droiture morale. Ainsi, il n’hésita jamais à intercéder pour ses collègues en difficulté, même au péril de sa propre position, voire de sa vie. Il écrivait avec facilité, aussi bien en vers qu’en prose, et se trouvait être un bon musicien. Quant à ses leçons, leur clarté attirait un public varié au Muséum.

25Haüy fut, avec Romé de l’Isle, l’un des deux fondateurs de la cristallographie géométrique : il considéra que tout cristal est constitué d’un empilement régulier de “molécules intégrantes” – aujourd’hui appelées “mailles”–, elles-mêmes divisibles jusqu’à l’obtention des “molécules élémentaires” – c’est-à-dire des molécules chimiques – de la substance. Haüy put, grâce à ses théories, définir l’“espèce minéralogique”, classer les minéraux selon des critères purement cristallographiques – excluant la chimie – et fournir implicitement l’une des toutes premières preuves de la nature discontinue de la matière. Ses conceptions, d’abord présentées sous la forme d’articles, furent ensuite rassemblées par le minéralogiste dans la première édition de son Traité de minéralogie (1801), qui inaugura la phase moderne de la discipline concernée. Sur un plan plus pratique, Haüy définit, nomma et classa un grand nombre de minéraux essentiels, ce qui le fit qualifier par Georges Cuvier* de “législateur de la minéralogie”. Il rédigea durant son professorat au Muséum plus de soixante articles, un Tableau comparatif des résultats de la cristallographie et de l’analyse chimique relativement à la classification des minéraux (1809), un Traité des caractères physiques des pierres précieuses (1817), le premier volume de la seconde édition de son Traité de minéralogie (1822), ainsi que trois autres ouvrages, dont un Traité de cristallographie (1822). Il faut ajouter à cela un Traité de physique (1803), commandé par Bonaparte et destiné aux élèves de la classe de mathématiques des lycées nationaux. Enfin, Haüy découvrit, dans divers minéraux comme le spath d’Islande, le phénomène de pièzo-électricité qui devait être ultérieurement étudié par Antoine-César Becquerel*.

26Pour le Muséum, comme cela avait été auparavant le cas pour l’École des mines, la présence du cristallographe constitua une véritable chance. Eabbé négocia d’abord, tandis qu’il assurait l’intérim de Dolomieu, l’achat de la collection Weiss. Puis, grâce à sa réputation, de nombreux minéraux envoyés par des savants ou des souverains étrangers vinrent enrichir le contenu des vitrines de l’établissement. La collection personnelle de Haüy, acquise après sa mort par un anglais, fut rachetée par le Muséum en 1848.

Source

Dossier personnel (Archives nationales, AJ15, no 547).

Bibliographie

Cuvier (Georges), “Éloge historique de M. Haüy”, Mémoires du Muséum national d’Histoire naturelle, vol. 10, 1823, pp. 1-34.

Hoykaas (R.), “Haüy, René-Just”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, vol. 6, 1972, pp. 178-183. Lacroix (Alfred), “La Vie et l’œuvre de l’abbé René-Just Haüy”, Bulletin de la Société française de Minéralogie, vol. 67, 1944, pp. 15-226.

Metzger (Hélène), La Genèse de la science des cristaux, Paris : Blanchard, 1969, 248 p.

Orcel (Jean), “Histoire de la chaire de Minéralogie du Muséum national d’histoire naturelle’’, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 10, 1938, pp. 328-354.

Orcel (Jean), “Haüy et la notion d’espèce en minéralogie”, Bulletin de la Société française de Minéralogie, vol. 67, 1944, pp. 265-337.

PJ

HEIM Jean-Louis, Claude

né le 29 décembre 1937 à Paris
chaire d'Ethnologie des Hommes actuels et des Hommes fossiles, puis d’Anthropologie
Anthropologie, Paléoanthropologie

27Fils de Roger Heim*, Jean-Louis étudia au collège Sainte-Barbe de Paris, obtint son baccalauréat de philosophie en 1956, puis une licence ès sciences en 1961. Il fut nommé stagiaire de recherche au CNRS en 1962, attaché de recherche en 1963 et soutint cette dernière année un diplôme d’études supérieures d’anthropologie. Recruté au Muséum en 1963 comme assistant de la chaire d’Ethnologie des Hommes actuels et des Hommes fossiles, Heim suivit des cours à la faculté de médecine de Paris durant la période 1962-1964. Il effectua son service militaire de 1965 à 1966, se trouvant affecté d’abord à Toul, puis à la base aérienne de Paris. Ayant soutenu sa thèse de doctorat ès sciences en 1972, Heim devint la même année maître-assistant de la chaire d’Anthropologie du Muséum et fut chargé de cours à l’université Paris V. Il prit en 1974 la succession d’Henri Vallois* comme professeur d’anthropologie préhistorique à l’Institut de paléontologie humaine, puis se vit confier dès 1980 un enseignement dans le cadre des DEA du Muséum. En 1985, Heim fut nommé sous-directeur du laboratoire d’Anthropologie biologique du Muséum. Outre ses cours à Paris, il fut invité à enseigner dans plusieurs universités : Austin, Texas (1981), Tübingen (1985), Tarapaca, Chili (1986), etc.

28Marié, Heim est père de deux enfants.

29Heim consacra ses travaux à l’anthropologie anatomique et à la paléontologie humaine. Il étudia notamment des restes de Néandertaliens trouvés à La Ferrassie en Dordogne, ainsi que les squelettes de la sépulture familiale de Georges-Louis Buffon* à Montbard. Dès 1986, Heim s’intéressa à l’anthropologie des nécropoles de l’Égypte romaine où il effectua de nombreuses missions, ainsi qu’à l’étude du peuplement ancien de l’Amérique du Sud. Ses recherches anatomiques le conduisirent à étudier, en collaboration avec l’Institut de la communication parlée de Grenoble, la reconstitution du conduit vocal chez les Hommes fossiles. Parmi ses nombreuses publications figurent : Les Hommes fossiles de La Ferrassie (1976), Les Enfants néandertaliens de La Ferrassie : étude anthropologique et analyse ontogénique des hommes de Néandertal (1982), De l’animal à l’homme (1988) et La Nécropole de Douch, Égypte (Mémoires de l’IFAO) (1992).

Bibliographie

Heim (Jean-Louis), Titres et travaux, 1976, 24 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 8962).

PJ ERB

HEIM Roger, Jean

né le 12 février 1900 à Paris, mort le 17 septembre 1979 à Paris
chaire de Botanique (classification et familles naturelles de Cryptogames), puis de Cryptogamie
Mycologie, Phytopathologie, Protection de la nature

30Roger Heim, fils d’un ingénieur des chemins de fer, suivit des études secondaires classiques au lycée Chaptal avant d’intégrer en 1920 l’École centrale des arts et métiers. Sentant dès cette époque s’épanouir une vocation de naturaliste qui datait de son enfance, le jeune homme fréquenta le laboratoire de Botanique (classification et familles naturelles de Cryptogames) du Muséum, alors dirigé par Louis Mangin*. Heim obtint son diplôme d’ingénieur en 1923, devint la même année conservateur du Jardin alpin du Lautaret, réussit sa licence ès sciences naturelles en 1924, puis travailla dans le service de Gabriel Bertrand à l’Institut Pasteur de Paris en 1925. Une année de service militaire, consacrée à l’étude des gaz de combat dans le laboratoire de Chimie du Jardin des plantes, avait interrompu cette période de formation. Entré dans la chaire de Botanique (classification et familles naturelles de Cryptogames) du Muséum comme préparateur de laboratoire à l’École pratique des hautes études en 1927, Heim fut nommé assistant en 1929 et sous-directeur en 1933, deux ans après avoir soutenu sa thèse de doctorat ès sciences sur les Inocybes. Il devait occuper en 1941 les postes de professeur à l’École nationale des eaux et forêts, ainsi que de directeur du laboratoire de Mycologie et Phytopathologie.

31Dès cette période de sa vie, il effectua des missions scientifiques à l’étranger, notamment à Madagascar et en Afrique occidentale française. Heim s’engagea dans le réseau Vélite-Thermopyles de la Résistance en 1942, fut arrêté à son domicile en 1943, incarcéré à Fresne, déporté à Buchenwald, puis à Mauthausen, torturé à Gusen et enfin libéré par les Américains en 1945. Il succéda la même année à Pierre Allorge* décédé, comme professeur titulaire de la chaire de Cryptogamie du Muséum. Cette dernière dénomination avait remplacé en 1933 l’intitulé Botanique (classification et familles naturelles de Cryptogames). Élu membre de l’Académie des sciences en 1946, il recommença après la guerre ses voyages scientifiques à travers le monde. Il dirigea le Muséum de 1951 à 1965, assura la gérance des chaires de Phanérogamie et de Culture en 1958, prit sa retraite en 1973 et assista régulièrement aux séances de l’Institut jusqu’à son décès, dû à la maladie.

32Heim laissa le souvenir d’un homme de cœur, d’action et de conviction. Scrupuleusement honnête, dissimulant son affabilité naturelle sous un masque parfois redoutable, cet humaniste de la science possédait des dons pour la peinture, l’expression orale et l’écriture. Il fut un chef d’école reconnu et n’hésitait pas à emmener sur le terrain les élèves dont il guidait les travaux au laboratoire. Marié en 1935 à Panca Eftimiu, il eut un fils, Jean-Louis*.

33Mycologue de réputation internationale, Heim étudia sous différents aspects – anatomie, systématique, biologie, toxicologie, chimie – les Champignons des cinq continents, avec une prédilection pour les Macromycètes (Polypores, Bolets, Inocybes, Lactaires, Agarics, Russules). Il conduisit des investigations sur les espèces phytopathogènes tropicales, les Basidiomycètes symbiotes des termitières africaines, les espèces luminescentes du Pacifique, identifia les Champignons hallucinogènes du Mexique (Psilocybe et Stropharia), dont il réussit la culture et testa les effets, et introduisit des critères biochimiques dans la taxonomie fongique. Parmi plus de quatre cents publications dues à sa plume, citons : Les Champignons d’Europe (1957), Les Champignons toxiques et hallucinogènes du Mexique (1958), ainsi que Termites et Champignons (1977). Heim se passionna également pour la protection de la nature, une préoccupation exprimée dans Destruction et protection de la nature (1952), Équilibres de la nature et déséquilibre du monde (1961) ou L'Angoisse de l’an 2000 (1973). Par ailleurs, le mycologue fonda en 1928 les Annales de Cryptogamie exotique, transformées huit ans après en Revue de Mycologie.

34Au Muséum, Heim modernisa l’équipement de son laboratoire, où il constitua une mycothèque avec Roger Cailleux*. Il accomplit en tant que directeur une œuvre de premier plan, redonnant un vigoureux essor à l’établissement qui avait vécu au ralenti durant la seconde guerre mondiale. Rénovation ou construction de bâtiments, édification d’une bibliothèque centrale moderne, création de cinq nouvelles chaires, implantation en République Centrafricaine de la station de La Maboké pour l’étude et la protection du milieu équatorial en 1962, modernisation de l'Arboretum de Chèvreloup, acquisition d’un domaine à Menton, relance du laboratoire maritime de Dinard – dont il prit lui-même la direction en 1954 – : telles furent ses principales réalisations administratives.

Bibliographie

Chadefaud (Marius), “Roger Heim (1900-1979)”, Revue de Mycologie, vol. 43, no 4, 1979, pp. 323-328.

Dorst (Jean), “Notice nécrologique sur Roger Heim, membre de la section de Biologie animale et végétale”, Compte s Rendus hebdomadaires des Séances de l’Académie des Sciences, Vie académique, vol. 299, 1980, pp. 120-127.

Dorst (Jean), “Réception du professeur Jean Dorst”, Mondes et Cultures, vol. 42, no 2, 1982, pp. 248-257.

Joly (R), “Roger Heim (1900-1979)”, Bulletin de la Société botanique de France, Lettres botaniques, vol. 127, no 2, 1980, pp. 201-204.

Jovet-Ast (Suzanne), “Histoire de la chaire de Cryptogamie”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 4e série Miscellanea, vol. 1, 1979, pp. 105-116.

Malzy (Irène), “Roger Heim (1900-1979)”, Bulletin d’information, Muséum national d’Histoire naturelle, no 16, 1979, pp. 47-51.

Romagnesi (Henri), “Professeur Roger Heim (1900-1979)”, Bulletin de la Société mycologique de France, vol. 96, no 2, 1980, pp. 117-123.

Viennot-Bourgin (Georges), “Roger Heim (1900-1979)”, Comptes Rendus des Séances de l’Académie d’Agriculture de France, vol. 65, no 18, 1979, pp. 1476-1481.

PJ

HÉLÈNE Claude, Michel

né le 29 janvier 1938 à Chauvigny (Vienne), mort le 11 février 2003 à Paris
chaire de Biophysique
Biologie moléculaire, Biophysique

35Fils d’un ouvrier céramiste, Hélène suivit les cours de l’école normale de Poitiers, puis de l’École normale supérieure de Saint-Cloud de 1958 à 1962. Il obtint une licence ès sciences physiques en 1960, un diplôme d'études supérieures l’année suivante et l’agrégation de sciences physiques en 1962. Hélène franchit alors les étapes successives d’une carrière de chercheur au CNRS, dans le cadre de la chaire de Biophysique du Muséum : stagiaire de recherche en 1962, attaché de recherche en 1963, docteur ès sciences (avec une thèse dirigée par Charles Sadron* et supervisée par Pierre Douzou*), ainsi que chargé de recherche et sous-directeur du laboratoire de Biophysique en 1966, maître de conférences en 1969 et finalement directeur de recherche en 1974. Succédant doublement à son maître Sadron, Hélène, qui assura dès 1974 (pour huit ans) la direction du Centre de biophysique moléculaire d’Orléans, devint en 1976 professeur titulaire de la chaire de Biophysique du Muséum. Il assura par ailleurs les fonctions de directeur d’une unité de recherche de l’INSERM de 1980 à 2001, de conseiller scientifique chez Rhône-Poulenc de 1983 à 1990 et de directeur scientifique de cette même firme de 1990 à 1999. En 1988, Hélène entra à l’Académie des sciences. Il mourut trois jours après la tenue d’un colloque international (“Acides nucléiques : des bases à la génomique”), organisé au Muséum pour lui rendre hommage, à l’occasion de son soixante-cinquième anniversaire.

36Hélène laissa le souvenir d’un homme attachant et respecté de tous. Il s’était marié en 1960 avec Jeanne Lebon, dont il avait eu deux enfants : un fils et une fille. Le couple divorça en 1990.

37Situant ses travaux à l’interface chimie-biologie et utilisant des techniques physiques d’analyse structurale, Hélène œuvra surtout dans le domaine de la biologie moléculaire. Il s’attacha initialement à l’étude spectroscopique des variations d’énergie ou des réactions photochimiques se déroulant au sein des acides nucléiques (en particulier sur les nucléobases). Puis, Hélène effectua des recherches sur les interactions entre les acides nucléiques et les protéines, ce qui le conduisit à s’intéresser à la régulation sélective de l’expression des gènes. Afin de contrôler cette dernière, il mit au point avec son équipe de nouveaux agents à visée thérapeutique, comme des oligonucléotides, des oligopeptides ou des nucléases artificielles, capables de se fixer spécifiquement sur l’ADN. Hélène identifia par ailleurs des molécules aptes à reconnaître les télomères chromosomiques, lesquels conditionnent la longévité des cellules. Citons, parmi les publications du biophysicien, les travaux de synthèse intitulés Spectroscopie et photochimie des constituants des acides nucléiques, rôle des interactions moléculaires (1966), Structure, Dynamics, Interactions and Evolution of Biological Macromolecules (1983) – avec Charles Sadron–, Chimie et modulation sélective de l’expression des gènes (1987), Acides nucléiques, agents de contrôle sélectif de l’expression des gènes : de la chimie à la clinique (1997), Le Contrôle spécifique de l’expression des gènes par les oligonucléotides : de la chimie à la clinique (1997), Innovations scientifiques et technologiques dans la recherche de nouveaux médicaments (1999) et The Future of Nucleic Acids at the National Museum of Natural History (2003). Enfin, Hélène eut l’occasion de diriger le programme “Molécules thérapeutiques et cibles” du ministère de la Recherche et de la Technologie.

Bibliographie

Anonyme, “Claude Hélène”, La Vie des Sciences, Comptes Rendus de l’Académie des Sciences, Série générale, vol. V, no 6, 1988, pp. 416-417.

Anonyme, “Carnet”, Le Monde, 59e année, no 18058, vendredi 14 février 2003, p. 12.

Anonyme, “In memoriam. Claude Hélène (29 janvier 1938-11 février 2003)”, in http://www.academie-sciences.fr/​Membres/​H/​Helene_Claude.htm (consulté le 26 février 2003).

Duguet (Michel), “Claude Hélène (1938-2003), in Universalia 2004, Paris : Encyclopaedia Universalia, 2004, p. 445.

Galey (B. P.), “Synopsis of the scientific career of Professor Claude Hélène”, in Potier (Pierre), Dervan (Peter), Felsenfeld (Gary), Lehn (Jean-Marie), Norden (Bengt), Yaniv (Moshe), Sun (Jian-Sheng), Debey (MariePascale), Giovannangeli (Carine), Saison-Behmoaras (Tula Ester), Travers (Franck) (eds), International Symposium on Nucleic Acids : from Bases to Genomics, Paris : Muséum national d’histoire naturelle, 6-8 février 2003, pp. 2-3.

Hélène (Claude), Notice sur les titres et travaux, 1976, 30 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 8963).

PJ

HENRY Louis, Armand

né le 4 février 1854 à Montigny-le-Roi (Haute-Marne), mort le 11 janvier 1913 à Barges (Haute-Saône)
chaire de Culture
Horticulture

38Fils d’un coutelier, Henry étudia à l’école communale avant d’obtenir au premier rang son brevet supérieur à l’école normale de Haute-Marne. Il suivit ensuite, à partir de 1875, les cours de l’École nationale d’horticulture de Versailles, dont il sortit major. De 1879 à 1884, Henry occupa la place de jardinier-chef, faisant fonction de professeur d’horticulture et d’arboriculture, à l’école Mathieu de Dombasle – située à Tombelaine près de Nancy. Il fut recruté au Muséum en 1884 par le titulaire de la chaire de Culture, Maxime Cornu*, comme surveillant des cultures de plein-air faisant fonction de jardinier-chef. Parallèlement à ses fonctions au Jardin des plantes, Henry exerça celle de professeur à l’école d’horticulture de Versailles. Il prit sa retraite pour raison de santé en 1903, année à la fin de laquelle il fut nommé correspondant du Muséum. Retiré d’abord à Montigny-le-Roi, Henry s’y livra à des expériences de culture ou d’acclimatation de plantes, tout en dispensant son cours à Versailles. Il résida ensuite à Barges, où il mourut avant d’atteindre ses soixante ans.

39Henry laissa le souvenir d’un naturaliste affable, consciencieux, méthodique, avide de savoir et d’une grande probité scientifique. Ce travailleur modeste savait faire profiter avec bienveillance ses élèves des connaissances étendues qu’il possédait. Il avait épousé Marie-Laure Giffey.

40Œuvrant dans le domaine horticole, Henry réalisa notamment des croisements de Lilas, de Deutzia ou de Paeonia, qui conduisirent à l’obtention d’hybrides intéressants. Il publia de nombreux articles, des Éléments d’arboriculture fruitière (1883) et un Agenda horticole (1896-1910). Par ailleurs, il fonda à Jussey une école ménagère de jeunes filles.

Bibliographie

Bois (Désiré), “Nécrologie : Louis Henry”, Revue horticole, 1913, p. 52-53.

PJ

HERINCQ Clair, François

né le 4 juin 1820 à Villejuif (Val-de-Marne), mort le 15 juin 1891 à Paris
galeries de botanique
Horticulture

41Fils d’instituteur, Herincq était déjà préparateur de botanique au Muséum en 1847. Il devint garde des galeries de botanique en 1879, remplit ses fonctions avec zèle dans l’établissement et mourut à l’âge de soixante et onze ans. Marié en 1841 à Geneviève Lescuyer, Herincq épousa en secondes noces Berthe Bergeron.

HERINCQ F. – Racines alimentaires, issues de : Herincq (François), Gérard (Frédéric), Le Règne végétal : Horticulture, jardin potager et jardin fruitier. Atlas, Paris : [s.n.], 1864-1871, pl. 1.

42Le naturaliste, qui s’intéressa essentiellement à l’horticulture, fut le rédacteur principal de la Société d’horticulture de la Seine. Il publia une Flore des jardins de l’Europe, manuel général des plantes, arbres et arbustes, comprenant leur origine, description, culture ; leur application aux jardins d’agrément, à l’agriculture, aux forêts, aux usages domestiques, aux arts et à l’industrie, et classés selon la méthode de Decandolle (1845-1857) avec Antoine Jacques, Horticulture. Végétaux d’ornement (s.d.) avec Aristide Dupuis et le Règne végétal (1870-1871) avec Aristide Dupuis, Frédéric Gérard et Pierre Oscar Réveil. Au Muséum, Herincq représenta seul à l’Herbier le service annexe de cryptogamie. Il aida en 1879 au déménagement de la collection des bois, rangea en 1883 les fruits de Conifères, puis révisa de 1885 à 1886 la collection carpologique conservée dans des vitrines ou des tiroirs de la galerie des herbiers. Par ailleurs, Herincq s’occupa avec Bonard des échantillons de bois reçus de l’exposition de 1889 et réalisa l’installation, ainsi que l’étiquetage, des fruits moulés par Stahl. Il aida Pierre Lavallée dans la mise en place de son Arboretum de Segrez, et enfin il fonda l’Horticulteur français en 1851.

Source

Documents Muséum (d’après les archives d’É.-R. Brygoo).

Bibliographie

Lamy (Denis), “Lavallée (Pierre-Alphonse-Martin)”, in Dictionnaire de Biographie française, vol. 20, no 115, Paris : Letouzey et Ané, 2003, pp. 5-6.

PJ ERB

HÉROARD Jean

né vers 1550 à Montpellier (Hérault), mort le 8 février 1628 à Aytré (Charente-Maritime)

surintendant du Jardin du roi
Médecine

43La famille Héroard, originaire de Normandie, était installée à Montpellier depuis deux générations lorsque naquit Jean, vers 1550. Son père et son grand-père exerçaient tous deux la profession de chirurgien et c’est cette même voie que choisit le jeune Héroard au retour de la campagne de la troisième guerre de religion : il s’inscrivit à la faculté de médecine de sa ville natale le 17 août 1571 et en sortit docteur en 1575. Contrairement à ses ancêtres, sa carrière ne devait pas se dérouler sous le soleil du Midi : ses études terminées, il décida de se rendre à Paris où il devint chirurgien à l’Hôtel-Dieu. Par ailleurs, grâce à l’intervention d’un de ses collègues montpelliérains, Jacques Guillemeau, il s’attacha à Anne de Joyeuse et se rapprocha ainsi du pouvoir, jusqu’à devenir médecin par quartier de Charles IX, puis de Henri III. Cette carrière déjà honorable devait prendre un développement supplémentaire à partir de 1601 : le 21 septembre de cette année, Henri IV, suivant les conseils du duc de Bellegarde, le nomma médecin du Dauphin à naître, le futur Louis XIII. Ayant su gagner la confiance de la reine Marie de Médicis, il était, à la veille de l’assassinat d’Henri IV conseiller notaire, secrétaire du roi et premier médecin du Dauphin. L’accession au trône de Louis XIII lui permit d’obtenir, le 25 mai 1610, la charge de premier médecin du roi. Malgré l’opposition de Charles Guillemeau, le propre fils de celui qui avait le premier introduit auprès de la cour Jean Héroard, ce dernier conserva jusqu’à la fin l’entière confiance du roi qui lui confirma certaines prérogatives données par Henri IV à son premier médecin et lui donna, le 13 mars 1625, l’intendance générale des bains, eaux et fontaines minérales pour les provinces de Bourbonnais, d’Auvergne, de Bourgogne et de Forez. Moins d’un an plus tard, en janvier 1626, Louis XIII lui confia la surintendance du Jardin royal des plantes médicinales qu’il venait de créer ; Héroard ne devait pas l’exercer longtemps car dès l’année suivante, il suivit le roi au siège de La Rochelle, tomba malade à Aytré en janvier 1628 et mourut le 8 février de cette même année. Il fut enterré à Vaugrigneuse, près de Limours, dont il était devenu seigneur par suite de son mariage, à l’église catholique, avec Anne du Val.

44La seule publication scientifique d’Héroard fut une Hippostéologie, ou Discours sur les os du cheval, dédiée à Henri IV et publiée en 1599. Quant à ses capacités médicales, elles furent diversement estimées par ses contemporains, bien que chacun s’accordât à lui reconnaître un grand dévouement pour son maître : c’est sans doute ce qui le conduisit à publier un traité d’éducation princière et à rédiger un journal sur l’enfance et la jeunesse de Louis XIII. Dans ce dernier document, il n’est nulle part question de la fondation du Jardin royal des plantes médicinales. Pourtant, c’est à la proximité de Louis XIII et de son médecin que l’on doit la liaison entre la surintendance du Jardin et la charge de premier médecin du roi. Sachant la confiance accordée par Louis XIII à Héroard, Guy de La Brosse*, véritable instigateur du projet, suggéra lui-même au roi dans son Dessein d’un Jardin royal... de se reposer non seulement pour le contrôle du jardin (il prévoyait deux visites annuelles d’inspection) mais aussi pour le choix de l’intendant, sur son premier médecin. D’où la commission et présentation écrite à Nantes par Héroard, le 7 août 1627 de Guy de La Brosse, conseiller et médecin du roi, comme intendant du Jardin royal nouvellement créé. D’où également la transmission de la charge de surintendant à Charles Bouvard*, son successeur comme premier médecin du roi.

Bibliographie

Hamy (Ernest-Théodore), “Jean Héroard, premier intendant du Jardin royal des plantes médicinales (1626-1628) : notice iconographique”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, vol. 2, no 5, 1896, pp. 171-176.

Jussieu (Antoine-Laurent de), “Notice historique sur le Muséum d’histoire naturelle”, Annales du Muséum national d’Histoire naturelle, tome 1er, 1802, pp. 1-14.

La Brosse (Guy de), Dessein d’un Jardin royal pour la culture des plantes médicinales..., Paris : chez Roolin Baraigne, 1628, pp. 681-852.

Soulié (Eudoxe), Barthélemy (Édouard de), Journal de Jean Héroard sur l’enfance et la jeunesse de Louis XIII (1601-1628), extrait des manuscrits originaux, Paris : Firmin Didot frères, fils et Cie, 1868, 456 p.

PH

HUET Joseph

né le 30 septembre 1827 à Paris, mort le 23 février 1903 à Vacherie-les-Andelys (Eure)
chaire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux)
Mammalogie

45Fils de graveur, Huet entra au Muséum dès 1844 comme travailleur à la journée. Il démissionna en 1854, fut réengagé comme second préparateur de taxidermie en 1857, puis remplaça Portmann* décédé en 1864 au poste de sous-chef des travaux de taxidermie en mammalogie. Candidat malheureux à la place de garde des galeries en 1874, Huet devint aide-naturaliste de la chaire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux) en 1876 : il succédait ainsi à Alphonse Milne-Edwards*, se trouvant plus spécialement chargé de la surveillance de la ménagerie. Retraité en 1890, le naturaliste mourut dans le village où il avait choisi de passer ses derniers jours. Il avait eu au moins un fils de son mariage.

46Au Muséum, Huet consacra la plus grande partie de son temps à l’installation et à l’entretien des animaux de la ménagerie. Il pratiqua cependant des observations sur des Mammifères vivants ou naturalisés, ce qui lui permit de décrire plusieurs espèces nouvelles. Parmi ses publications figurent des articles concernant aussi bien la Thylacine à tête de chien, que l’Élan, l’Antilope Kob du Sénégal, les Sangliers des Philippines ou un Singe du Brésil.

Bibliographie

Oustalet (Émile), “Note sur M. J. Huet, assistant honoraire au Muséum”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, vol. 9, no 7, 1903, pp. 312-313.

PJ ERB

HUGARD Jean, Antoine

né le 6 mars 1819 à Paris, mort en 1861
chaire de Minéralogie
Géologie, Minéralogie

47Fils d’un bonnetier, Hugard entra au Muséum en 1841 dans la chaire de Minéralogie d’Alexandre Brongniart*. Il obtint son baccalauréat ès sciences en 1846, fut nommé préparateur en 1851, remplaça Auguste Rivière* en 1852, puis accéda l’année suivante au grade d'aide-naturaliste suppléant. Parti pour un voyage d’études dans les Alpes et le Tyrol en 1854, Hugard se trouva titularisé dans son poste au Muséum en 1858. Il fut frappé d’aliénation mentale en 1859, ce qui entraîna sa mise en demi-solde, puis en congé, le Muséum assurant le versement d’un secours financier à son épouse. L’aide matérielle de l’établissement fut prolongée après le décès de Hugard.

48Le naturaliste s’intéressa aux sciences de la Terre, publiant à compte d’auteur un guide intitulé Galerie de minéralogie et de géologie : description des collections, classement et distribution des minéraux, roches, terrains et fossiles, indication des objets les plus précieux (1855). Par ailleurs, Hugard ramena de son voyage dans les Alpes cinq cents échantillons minéraux, qui vinrent enrichir les collections du Muséum.

Source

Documents Muséum (d’après les archives d’É.-R. Brygoo).

PJ ERB

HUGOT Henri, Jean

né le 5 décembre 1916 à Paris
chaire de Préhistoire
Préhistoire

49Hugot se trouva très tôt associé aux recherches préhistoriques conduites par sa famille. Titulaire en 1935 d’un baccalauréat de philosophie obtenu à Aix-en-Provence, il partit en janvier 1937 effectuer son service militaire au 10e régiment d’artillerie coloniale de Rueil-Malmaison. Le jeune homme participa à la campagne de 1939-1940, fut démobilisé avec le grade de maréchal-des-logis et porta à la Libération l’uniforme de capitaine dans le groupe franc du détachement colonial de Toulouse. Instituteur de 1948 à 1949 en Kabylie, puis au Sahara, Hugot exerça de 1949 à 1954 la fonction de directeur d’école au Sahara. Il obtint son CAP de l’enseignement primaire en 1950 et passa en 1952 avec succès un certificat d’ethnologie et d’archéologie préhistorique de l’Afrique du Nord préparé sous la direction de Lionel Balout*. Admis au CNRS d’Alger comme stagiaire en 1954, Hugot devint attaché de recherche en 1956, avant d’être recruté en 1963 par Théodore Monod* comme assistant à l’IFAN de Dakar. Il soutint à Bordeaux un doctorat de troisième cycle en 1964, fut nommé maître-assistant dans la capitale sénégalaise en 1966, puis obtint l’équivalence d’une licence ès lettres en 1967. Durant la période 1950-1965, Hugot effectua une quinzaine de missions au Sahara, une aux États-Unis et conduisit des fouilles subventionnées par l’Institut de recherches sahariennes à Méniet. Il quitta en 1970 ses fonctions de maître-assistant titulaire à Dakar, pour occuper le poste de maître de conférences sous-directeur de la chaire de Préhistoire du Muséum. Désormais, Hugot travailla au Musée de l’Homme où il prépara une thèse de doctorat ès sciences. Il s’était marié en 1940 avec Simone Auriaudo et le couple avait eu cinq enfants.

50Spécialiste de la préhistoire africaine, en particulier de celle du Sahara, Hugot rédigea sur le sujet de nombreuses publications, comme Recherches préhistoriques dans l’Ahaggar nord-occidental, 1950-1957 (1963), Le Sahara avant le désert (1974), Manuel de Préhistoire africaine (1974), Le Néolithique saharien (1979), Maroc millénaire (1979) ou Essai sur les armatures de pointes de flèches du Sahara (1991).

Bibliographie

Hugot (Henri), Titres et travaux scientifiques, 1979, 21 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no 4 α 1408).

PJ ERB

HUMBERT Jean, Henri

né le 24 janvier 1887 à Paris, mort le 20 octobre 1967 à Bazemont (Yvelines)
chaire de Botanique (classification et familles naturelles de Phanérogames), puis de Phanérogamie
Phartérogamie, Phytogéographie

51Humbert, dont le père était officier, poursuivit presque toutes ses études à Rennes. Titulaire d’un baccalauréat classique en 1904, du certificat de sciences physiques, chimiques et naturelles l’année suivante, il effectua de 1905 à 1906 son service militaire dans un régiment d’infanterie où il acquit les galons de lieutenant de réserve. Le jeune homme débuta ensuite à Rennes la préparation de sa licence ès sciences naturelles, qu’il acheva à Paris en 1909 et il obtint en 1910 un diplôme d’études supérieures de botanique. En 1912, Humbert effectua un voyage à Madagascar comme boursier de doctorat du Muséum. Il fut délégué à son retour, en 1913, dans les fonctions d’assistant de botanique à la faculté de Clermont-Ferrand, nommé à ce poste en 1914, puis mobilisé lors du premier conflit mondial, durant lequel il subit plusieurs blessures mais herborisa avec obstination. La paix une fois revenue, Humbert se trouva brièvement chargé en 1919 d’assurer l’intérim de la chaire de Botanique de Clermont-Ferrand. Il enseigna de 1920 à 1922 sa discipline à l’Institut de chimie et de technologie industrielle, ainsi qu’à l’école de médecine et de pharmacie clermontois.

52Il fut nommé chef des travaux de botanique à la faculté des sciences d’Alger en 1922 et soutint sa thèse de doctorat ès sciences à Paris un an après. Poursuivant dans la métropole d’Afrique du Nord une carrière universitaire jalonnée de missions à Madagascar ou en Afrique équatoriale, Humbert occupa finalement un poste de maître de conférences en 1928. Il succéda à Henri Lecomte* retraité comme professeur titulaire de la chaire de Botanique (classification et familles naturelles de Phanérogames) du Muséum en 1931. Désormais, le naturaliste alterna les voyages d’études en Afrique, à Madagascar, en Amérique du Sud ou en France avec les travaux de laboratoire, ainsi que les tâches administratives. Humbert entra à l’Académie des sciences en 1951, prit sa retraite du Muséum en 1957, accomplit sa dernière mission sur la Grande-Île en 1959-1960 et se rendit aux Canaries en 1962. Il mourut à quatre-vingt-un ans d’une longue et douloureuse maladie, qui lui interdisait presque tout déplacement depuis 1963.

53Mince, le regard bleu, la moustache bien taillée, il était d’une grande résistance physique. Il laissa à ses proches le souvenir d’un personnage indulgent, enthousiaste, courageux, de manières simples et travaillant avec une grande rigueur. Ce voyageur intrépide, meilleur chercheur ou écrivain que pédagogue, racontait avec beaucoup de verve ses expéditions lointaines. Les malgaches le surnommaient dans leur langue “le blanc souhaitant avoir beaucoup de fleurs d’arbres”. Par ailleurs, un “pic Humbert” commémore le passage du naturaliste en Afrique orientale. Le naturaliste avait épousé en 1945 Madeleine-Marie Delabroise.

54Humbert fut un botaniste de terrain spécialiste de la flore tropicale, principalement malgache. Il étudia les Phanérogames, dont il découvrit de nombreuses espèces nouvelles, sous les angles de la systématique, ainsi que de la biogéographie. Son attention se porta tout spécialement sur la famille des Composées et il se préoccupa de la destruction de la couverture végétale primitive de la Grande-Île. Parmi ses publications, citons La Flore de Madagascar et des Comores (1937-1967), monumental ouvrage collectif sous sa direction, Les Composées de Madagascar (1923), Une merveille de la nature à Madagascar, première exploration botanique du massif du Marojejy et de ses satellites (1955) et l’Histoire de l’exploration botanique de Madagascar (1962). Le naturaliste-voyageur rapporta au Muséum plus de quarante mille spécimens de plantes tropicales, françaises ou originaires du bassin méditerranéen. En 1935, il supervisa l’installation des herbiers de l’établissement dans des bâtiments neufs, pour la construction desquels son prédécesseur Henri Lecomte avait acquis l’aide de la Fondation Rockefeller. Humbert déplaça les collections en 1939, pour les mettre en sûreté au château de Sainte-Mesme. Enfin, il dirigea le jardin botanique de La Jaÿsinia à Samoëns, une station alpine du Muséum.

Bibliographie

Anonyme, “Notice sur le professeur Henri Humbert”, Adansonia, vol. 7, no 4, 1967, pp. 427-441.

Aubreville (André), Aymonin (Gérard), “Henri Humbert 1887-1967”, Taxon, vol. 17, no 2, 1968, pp. 186-189.

Aymonin (Gérard), “Le Professeur Henri Humbert : l’homme, l’explorateur, le savant”, Bulletin de la Société botanique de France, vol. 114, no 9, pp. 453-462.

Basse de Ménorval (Éliane), “Henri, Jean Humbert”, in Hommes et destins : Tome I, Paris : Académie des sciences d’Outre-Mer, 1975, pp. 293-297.

Heim (Roger), “Notice nécrologique sur M. Henri Humbert, membre de la section de botanique”, Comptes Rendus hebdomadaires des Séances de l’Académie des Sciences, Vie académique, vol. 266, 1968, pp. 35-39.

Keraudren-Aymonin (Monique), Aymonin (Gérard), “Les Explorations et les collections botaniques du professeur Henri Humbert”, Travaux du Laboratoire de “La Jaÿsinia” à Samoêns, no 3, 1969, pp. 11-33.

Keraudren-Aymonin (Monique), Aymonin (Gérard), “Le Professeur Henri Humbert, héritier de la très grande tradition des voyageurs-naturalistes”, Candollea, vol. 37, no 1, 1982, pp. 129-156.

PJ

HUNAULD François, Joseph

né le 24 février 1701 à Châteaubriand (Loire-Atlantique), mort le 15 décembre 1742 à Paris
démonstrateur-opérateur de l’intérieur des plantes sous le titre de professeur en anatomie et chirurgie au Jardin du roi
Anatomie, Médecine

55Fils d’un médecin de Saint-Malo, Hunauld était issu d’une famille dont tous les membres masculins appartenaient au corps médical. Le jeune homme ne dérogea pas à cette tradition : après ses humanités à Rennes, il suivit des études de médecine à Angers, Paris, puis Reims où il obtint son doctorat. Une fois de retour dans la capitale, Hunauld étudia l’anatomie – malgré sa répugnance pour les dissections – et se lia d’amitié avec Joseph-Guichard Du Verney* et Jacques-Bénigne Winslow*. Ceux-ci firent entrer leur collègue à l’Académie royale des sciences comme adjoint chimiste en 1725. Devenu la même année médecin du duc de Richelieu, Hunauld accompagna le noble diplomate dans son ambassade à Vienne entre 1725 et 1728. Il passa adjoint anatomiste à l’Académie royale des sciences en 1727, puis il prit en 1730 la succession de Du Verney décédé comme professeur d’anatomie au Jardin royal. Reçu docteur de la faculté de médecine de Paris, Hunauld fut nommé médecin expectant de l’Hôtel-Dieu. Il effectua un voyage d’études en Hollande, où il se lia avec Herman Boërhaave et en Angleterre où il devint membre de la Royal Society. Hunauld mourut prématurément à l’âge de quarante et un ans.

56Il laissa le souvenir d’un homme s’exprimant avec élégance et netteté sur les sujets scientifiques. Il fut par ailleurs charitable envers sa famille, qu’il soutint financièrement. Compétent, outre sa spécialité, en physique, et versé dans les belles-lettres, ce célibataire résidait à l’hôtel de Richelieu, dans un appartement dont la description nous fut transmise par Ernest Hamy*.

57Hunauld œuvra dans les domaines de l’anatomie – surtout de l’ostéologie – et de la médecine. Il étudia les os du crâne humain, s’intéressa à la tératologie, ainsi qu’à diverses questions de pathologie médicale ou chirurgicale. Parmi ses publications figurent : Discours sur les fièvres qui ont régné les années dernières (1696), Recherches anatomiques sur les os du crâne de l’homme (1730), Recherches sur les causes de la structure singulière qu’on rencontre quelquefois dans différentes parties du corps humain (1740) et Nouveau traité de physique sur toute la nature (1742). Hunauld laissa à sa mort de belles pièces anatomiques, dont la majorité revint au Jardin royal. Par ailleurs, il avait rassemblé chez lui plus d’un millier d’ouvrages relatifs à sa discipline. Cette bibliothèque fut vendue après son décès et son père hérita de la somme ainsi obtenue.

Bibliographie

Cap (Paul-Antoine), Le Muséum d'histoire naturelle, Paris : Curmer, 1854, pp. 18-19.

Hamy (Ernest-Théodore), “Un intérieur de savant parisien anatomiste et médecin au milieu du XVIIIème siècle”. Bulletin de la Société française d’Histoire de la Médecine, vol. 5, 1906, pp. 199-209.

PJ

HUREAU Jean-Claude

né le 8 juin 1936 à Bray-sur-Seine (Seine-et-Marne) chaire de Zoologie (Reptiles et Poissons), puis des Pêches Outre-Mer, puis de Dynamique des populations aquatiques, puis d'ichtyologie générale et appliquée
Biologie marine, Ichtyologie

58Hureau, qui fut élève du collège Carnot de Fontainebleau, obtint son baccalauréat de mathématiques en 1954, le certificat de SPCN en 1956, puis une licence ès sciences en 1960. De 1960 à 1962, il exerça les fonctions de biologiste des expéditions polaires françaises, avant d’intégrer en 1962 le CNRS comme attaché de recherches affecté à la chaire de Zoologie (Reptiles et Poissons) du Muséum. Hureau fit de 1963 à 1964 trois mois de campagne aux îles Kerguelen et remplit ensuite ses obligations militaires dans la marine. Il devint membre du Comité national français des recherches antarctiques, retourna quatre mois aux Kerguelen en 1965-1966, puis soutint sa thèse de doctorat ès sciences en 1966. Chargé de cours à la faculté des sciences de Paris à partir de 1967, Hureau participa entre 1968 et 1977 à cinq expéditions sur le Jean Charcot, avant d’être nommé en 1970 sous-directeur de la chaire des Pêches Outre-Mer de Théodore Monod* au Muséum. Le zoologiste, qui effectua entre 1971 et 1972 plusieurs voyages à l’étranger, se vit confier en 1973 un cours à l’Institut national agronomique de Paris-Grignon. Il dirigea l’expédition aux îles australes françaises du Marion Dufresne au printemps 1974 et fut transféré l’année suivante dans la chaire de Dynamique des populations aquatiques de Jacques Daget*. De 1975 à 2001, il participa à dix-neuf campagnes en Antarctique ou à des missions lointaines, conservant au Muséum les fonctions de sous-directeur dans un service rebaptisé en 1976 Ichtyologie générale et appliquée où il fut nommé professeur en 1992. De 1985 à 1993, il exerça des fonctions de responsabilité au Conseil scientifique du Muséum où il présida la section Collections et banques de données. Nommé président du Comité national français des recherches antarctiques de l’Académie des sciences, en 1994, il représenta la France à toutes les réunions des instances scientifiques antarctiques internationales (Scientific Committee on Antarctic Research ou SCAR, Commission pour la conservation de la flore et de la faune marine antarctique ou CCAMLR, et grands programmes scientifiques internationaux [BIOMASS, EPOS, EASIZ, EVOLANTA, etc.]). Marié, il a eu trois enfants.

Jean-Claude HUREAU

59Hureau consacra son œuvre scientifique essentiellement à l’ichtyologie et à la biologie marine, s’attachant en particulier aux biotopes polaires et surtout aux biotopes antarctiques. Dès 1980, il développa des travaux sur l’évolution des espèces de poissons antarctiques. Parallèlement, à partir de 1968, Hureau élabora, en coopération internationale, et fut le rédacteur de plusieurs catalogues régionaux de poissons en collaboration avec l’UNESCO et la FAO (nord-est Atlantique, Atlantique tropical oriental, Antarctique). Il consacra dès 1979 la majeure partie de son temps à la création de bases de données informatisées sur les poissons, tout d’abord la base de gestion des collections de poissons du Muséum national et des principaux muséums d’histoire naturelle en région (GICIM), puis de l’immense et complète base de données sur l’ensemble des poissons de mer et d’eau douce du monde (Fishbase), accessible sur internet (http://ichtyonbl.mnhn.fr/​). Parmi les deux cent douze (à la date du 31 décembre 2002) publications d’Hureau figurent : Poissons antarctiques récoltés au cours de la XIe expédition française en Terre Adélie (1962), Biologie de Chaenichthys rhinoceratus Richardson et problème du sang incolore des Chaenichthyidae, poissons des mers australes (1966), Utilisation des statistiques d’ordre en taxonomie numérique (1968), Biologie comparée de quelques poissons antarctiques (Nototheniidae) (1970), La Faune ichtyologique du secteur indien de l’océan Antarctique et estimation du stock de poissons autour des îles Kerguelen (1979), Biology and Status of Exploited Atarctic Fish Stocks (1985), Fiches FAO d’identification des espèces pour les besoins de la pêche. Océan austral (1987), Catalogue des poissons de l’Atlantique tropical oriental (Clofeta) (1990), Ostéologie céphalique de deux poissons perroquets (Scaridae : Teleostei) (1994), Les Banques de données sur les collections du Muséum national d’histoire naturelle : historique, structure, état actuel, intérêt pour la recherche et les relations internationales (1995), Molecular Evidence for the Origins of Antarctic Fishes : Paraphyly of the Bovichtidae and no Indication for the Monophyly of the Notothenioidei (Teleostei) (1997), Ecological Data on Trematomus hansoni, a coastal Fish from Terre Adélie (Antarctica) (2000), ainsi qu’Evolutionary Biology of Antarctic Organisms (2000). À cela s’ajoutent des études historiques, comme Antoine Risso 1777-1845, volume publié à l’occasion du centenaire de sa naissance (1978) ou Le Siècle de Théodore Monod (2002).

Sources

Documents Muséum (d’après les archives d’É.-R. Brygoo et le site intranet du Muséum www.mnhn.fr). Renseignements fournis par l’intéressé.

PJ ERB

Table des illustrations

Légende HAMY E. – Projet de règlement, issu de : Collectif, Centenaire de la fondation du Muséum d'histoire naturelle 10 juin 1793-10 juin 1893. Volume commémoratif publié par les professeurs du Muséum, Paris : impr. nationale, 1893, p. 146.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2104/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 371k
Légende HAÜY R.-J. – Issu de : Haüy (Abbé), Traité de cristallographie. Atlas, tome 1 : Partie synthétique, Paris : Bachelier et Huzard, 1822, pl. 5. Les figures 70 et 75 montrent l’empilement régulier (tridimensionnel) des “molécules intégrantes” dans les cristeaux.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2104/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Légende HERINCQ F. – Racines alimentaires, issues de : Herincq (François), Gérard (Frédéric), Le Règne végétal : Horticulture, jardin potager et jardin fruitier. Atlas, Paris : [s.n.], 1864-1871, pl. 1.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2104/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Légende Jean-Claude HUREAU
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2104/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 142k

© Publications scientifiques du Muséum, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

g
 
i-k