Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books
e-f
h

Du Jardin au Muséum en 516 biographies

 | 
Philippe Jaussaud
, 
Édouard-Raoul Brygoo

Du Jardin au Muséum en 516 bibliographies

g

Texte intégral

GAGNEPAIN François

né le 23 septembre 1866 à Bois-de-Raveau près de la Charité-sur-Loire (Nièvre), mort le 25 janvier 1952 à Cannes (Alpes-Maritimes)
chaire de Botanique (classification et familles naturelles de Phanérogames), puis de Phanérogamie
Phanérogamie

1D’une famille humble de la campagne, Gagnepain sortit de l’école normale de la Nièvre en 1886 et fut nommé instituteur successivement à Nevers, à Garchuzy, puis à Cercy-la-Tour. Sa rencontre avec Xavier Gillot fut décisive pour sa carrière. En effet, ce médecin-botaniste d’Autun le recommanda à Bernard Renault*, alors assistant de la chaire de Botanique (classification et familles naturelles de Phanérogames) pour succéder à Adrien Franchet comme préparateur. Gagnepain entra donc au Muséum en qualité de préparateur de l’École des hautes études près l’Herbier (9 avril 1900) et fut nommé en 1907 préparateur scientifique de la chaire de Botanique (classification et familles naturelles de Phanérogames). H. Hua le guida dans la connaissance de l’Herbier national, Ernest Malinvaud lui apprit le latin pour les diagnoses d’espèces nouvelles et Achille Finet, travailleur libre du laboratoire, lui expliqua les dissections de plantes. Gagnepain, qui fut nommé sous-directeur en 1927, prit sa retraite le 23 septembre 1932. Vingt ans plus tard, en allant voir ses enfants, il tomba d’un train en marche et périt broyé sur la voie ferrée.

2Gagnepain fut dépeint par ses biographes comme profondément humain et épris de justice sociale. Marié vers 1888, il eut deux fils dont l’un mourut pendant la première guerre mondiale et dont l’autre travaillait dans les chemins de fer. Sa femme mourut en 1951.

3L'œuvre botanique de Gagnepain, qui compte plus de quatre cents titres, concerna en premier lieu la flore française et notamment le Nivernais, le Bourbonnais et le Berry, régions qu’il affectionnait. Le naturaliste publia ainsi en 1900 une Topographie botanique des environs de Cercy-la-Tour (Nièvre). Puis avec son entrée au Muséum en 1900, ses travaux se tournèrent résolument vers la flore exotique, notamment asiatique, selon trois axes. Le premier fut une révision mondiale de la famille des Zingibéracées sur la base des grands herbiers (Paris, Genève, Montpellier, Caen, etc.) ; le deuxième, avec Achille Finet, fut de contribuer à la connaissance de la flore de l’Asie orientale ; enfin, le troisième fut le travail gigantesque accompli pour la Flore d’Indochine – dirigée par Henri Lecomte* puis Henri Humbert* –, dont Gagnepain rédigea seul soixante-neuf familles. Lors de cette étude, il stimula et encouragea de nombreux collecteurs de plantes en Indochine, dont Eugène Poilane.

4Lactivité de Gagnepain au Muséum fut marquée par deux faits. D’une part, l’établissement acquit par son intermédiaire l’herbier Glaziou (plantes du Brésil), d’autre part son influence auprès des Américains permit la construction du nouveau bâtiment de botanique, financée par la Fondation Rockefeller.

Bibliographie

Chevalier (Auguste), “François Gagnepain (25 sept. 1866-25 janv. 1952)”, Revue internationale de Botanique appliquée et ([Agriculture tropicale, vol. 32, 1952, pp. 303-305.

Gagnepain (François), Notice sur les travaux botaniques, Macon : Protat Frères, 1908, 14 p.

Gagnepain (François), Titres et travaux botaniques, Villeneuve-Saint-Georges : impr. de l’Union typographique, 1930, 40 p.

Humbert (Henri), “François Gagnepain : In memoriam”, Notulae systematicae, vol. 4, no 4, 1952, pp. 221-229.

DL

GAILLARD Jean, Marie

né le 8 septembre 1925 à Pavillons-sous-Bois (Seine-Saint-Denis)
chaire de Malacologie, puis de Biologie des Invertébrés marins et Malacologie
Malacologie

5Bachelier ès sciences en 1943-1944, Gaillard fut affecté en 1946 au Muséum par le ministère du Travail dans le cadre du “Chantier des intellectuels”. Il intégra alors la chaire de Malacologie d'Édouard Fischer-Piette*, dans laquelle il participa à la réorganisation des collections. Boursier du Muséum en 1947-1948, Gaillard fut nommé préparateur du laboratoire de Biologie marine et malacologie de l’École pratique des hautes études en 1949. Il partagea son temps de 1949 à 1957 entre Paris et Dinard, devint assistant de la chaire de Malacologie en 1956, puis sous-directeur en 1965.

GAGNEPAIN F. – Planche d’herbier : Sambucus nigra L, récolté à Clamart (Hauts-de-seine), le 14 septembre 1919. Leg. Gagnepain, herbier du Muséum.

6Gaillard consacra son œuvre scientifique à la systématique, à l’anatomie et à la biologie des Mollusques marins. S’intéressant surtout aux Prosobranches, il étudia chez ces espèces les caractères de la radule – dont il souligna les applications taxonomiques– la croissance, la longévité, l’écologie, le parasitisme, la luminescence, ainsi que l’influence du milieu sur la morphologie. Des investigations sur les matériaux recueillis par diverses expéditions permirent également au malacologiste de procéder à des révisions systématiques de groupes. Citons, parmi les publications de Gaillard : Sur quelques points d’anatomie et de biologie de Gibbula umbilicalis da Costa (Mollusque Prosobranche) (1953), Note sur le genre Curvella et ses espèces d’Afrique occidentale (1954) et Valeur annuelle et rythme saisonnier, sous différentes latitudes, de la croissance chez Monodonta lineata da Costa (Mollusque Prosobranche) : longévité probable de cette espèce (1963).

Bibliographie

Gaillard (Jean), Titres et travaux, 1960, 20 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 8864).

Gaillard (Jean), Notice sur les travaux scientifiques, 1965, 15 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 8865).

PJ ERB

GASC Jean-Pierre

né le 19 janvier 1937 à Paris
chaire d’Anatomie comparée
Anatomie, Herpétologie

7Déclaré pupille de la nation en 1947, Gasc poursuivit des études secondaires à orientation littéraire. Il obtint son baccalauréat en 1955, sa licence ès sciences naturelles en 1959, puis fut chargé de dispenser de 1959 à 1960 à l’École de chimie de Paris un cours de physiologie et biochimie destiné aux techniciens de laboratoire. Titulaire en 1960 d’un certificat de paléontologie préparé avec Jean-Pierre Lehman*, Gasc soutint l’année suivante un diplôme d’études supérieures de sciences naturelles. Il entra en 1961 au Muséum comme assistant, dans la chaire d’Anatomie comparée. Docteur de troisième cycle en 1966, nommé maître-assistant en 1967, le naturaliste effectua des missions en Turquie, en Bulgarie, en Guyane et soutint sa thèse de doctorat ès sciences en 1971. Il parcourut de 1972 à 1976 la Guyane, l’Afrique du Sud, le Gabon, ainsi que l’Amazonie colombienne, puis fut nommé maître de conférences sous-directeur du laboratoire d’Anatomie comparée en 1976. Candidat malheureux, la même année, à la chaire de Zoologie (Reptiles et Amphibiens) du Muséum, Gasc effectua de 1977 à 1980 plusieurs missions en Guyane, ainsi qu’en Amazonie péruvienne. Dès 1993, il dirigea l’équipe mixte CNRS/Muséum “adaptations et évolutions des systèmes ostéomusculaires”.

8Œuvrant dans le domaine de l’anatomie (descriptive, comparée, fonctionnelle, évolutive), Gasc fut surtout un spécialiste des Reptiles. Il s’intéressa secondairement à d’autres groupes, comme les Amphibiens, les Oiseaux ou les Mammifères. Parmi plus de cent vingt-cinq publications dues à sa plume figurent L'Interprétation fonctionnelle de l’appareil musculo-squelettique de l'axe vertébral chez les serpents (Reptilia) (1971), Les Serpents venimeux... et quelques autres en Guyane (1981), Les Lézards de Guyane (1990), Adaptation évolution (1990) ainsi qu’Atlas of Amphibians and Reptiles in Europe (1997). Le naturaliste fut en 1981 co-commissaire de l’exposition “Voyages et découvertes” organisée au Muséum.

Bibliographie

Gasc (Jean-Pierre), Titres et travaux scientifiques, 1974, 21 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d'histoire naturelle, no ß 8892).

Gasc (Jean-Pierre), Titres et travaux scientifiques, 1985, 46 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 9236).

PJ ERB

GAUDICHAUD (-BEAUPRÉ) Charles

né le 4 septembre 1789 à Angoulême (Charente), mort le 26 janvier 1854 à Paris galeries·de botanique
Anatomie végétale, Physiologie végétale

9Gaudichaud était le fils d’un propriétaire aisé, qui avait exercé la fonction d’huissier au Présidial d’Angoulême avant de se consacrer à l’exploitation de ses terres. Orphelin de père dès l’âge de neuf ans, le jeune Charles fut d’abord éduqué par l’abbé Sibillotte, curé de sa ville natale. Il fréquenta ensuite le lycée d’Angoulême, puis commença en 1805 l’apprentissage de la pharmacie dans l’officine de l’un de ses beaux-frères à Cognac. Revenu chez lui, Gaudichaud satisfit à la conscription et put acquérir des connaissances botaniques durant un stage chez le pharmacien Chauvin-Desroches. Il monta en 1808 achever ses études à Paris, où il fréquenta plusieurs de ses futurs confrères, tel Pierre Robiquet qui l’incita à suivre les cours de l’école de pharmacie, du Collège de France, ainsi que du Muséum. Durant cette période de sa vie, Gaudichaud herborisa avec Antoine-Laurent de Jussieu*, tout en recevant l’enseignement de René-Louiche Desfontaines* et de Louis Claude Richard. Il s’engagea en 1810 à Brest comme pharmacien auxiliaire de la Marine, puis reprit du service de 1811 à 1813 au grade de pharmacien de troisième classe à l’école de médecine navale d’Anvers. Ayant eu un poumon perforé au cours d’un duel, il fut affecté à Rochefort après une douloureuse convalescence.

10Jean Quoy choisit en 1817 Gaudichaud, pour accompagner comme pharmacien botaniste l’expédition scientifique de la corvette Uranie, commandée par Louis Claude de Saulces de Freycinet. Le naturaliste avait déjà effectué un long périple autour du monde, lorsqu’en 1820 son navire fit naufrage sur un récif des îles Malouines. Après avoir sauvé du désastre la moitié de ses collectes botaniques, Gaudichaud fut rapatrié au Havre en 1820 à bord de La Physicienne. Il se trouva promu pharmacien de deuxième classe en 1821, de première classe en 1824 et s’embarqua en 1830 sur L’Herminie du capitaine Henri de Villeneuve-Bargemont, à destination du Brésil. Ayant séjourné trois ans en Amérique du Sud, Gaudichaud rejoignit Toulon par ses propres moyens en 1833. Il réussit cette même année le concours de pharmacien professeur à Rochefort, avant d’être nommé en 1834 garde des galeries de botanique au Muséum. Malgré une santé affaiblie, le naturaliste débuta en 1836 un nouveau tour du monde à bord de La Bonite, commandée par le futur amiral Vaillant. Il fut élu membre de l’Académie des sciences au mois de janvier 1837, revint au pays dix mois plus tard et accéda en 1848 au grade de deuxième pharmacien en chef. Tombé malade en 1853, Gaudichaud mourut l’année suivante d’une affection cardiaque.

11Brun, de petite taille, il fut décrit comme un personnage généreux, aimable, mais irascible - ainsi qu'en témoignent les dix-sept duels auxquels il participa. Il réunissait chez lui, à l’occasion de célèbres soirées, des amis, tels Freycinet, Quoy, Alexander von Humboldt, Jacques Arago, ou les poètes Auguste Lacaussade et Charles Leconte de Lisle. Par ailleurs, l’œuvre du pharmacien fut citée dans le roman Le Lac salé de Pierre Benoît.

12Gaudichaud consacra l’essentiel de ses travaux scientifiques à l’organographie et à la physiologie végétale. Il fut un chaud partisan de la théorie selon laquelle une plante serait une colonie d’individus simples, correspondant chacun à une feuille ou “phyton”. Une telle conception amena Gaudichaud à postuler un mécanisme de croissance des végétaux opposé aux vues de Charles Brisseau de Mirbel*, d’où une longue et vigoureuse controverse entre les deux hommes. Le pharmacien s’intéressa également aux mouvements de la sève, aux sucs acides ou alcalins, à la chute des feuilles, à la chimie physiologique, à la multiplication des plantes bulbeuses, à diverses questions d’anatomie végétale ou de botanique descriptive, ainsi qu’à la “maladie des pommes de terre”. Parmi ses publications figurent la Flore des îles Malouines (1825), La Botanique du voyage autour du monde de LUranie (1826) et les Recherches générales sur l’organographie, la physiologie et l’organogénie des végétaux (1841).

13Les collections botaniques du Muséum bénéficièrent largement de ses missions autour du monde : trois mille espèces végétales, dont plus de deux cents inconnues, furent ainsi récoltées lors du périple de L’Uranie. Par ailleurs, Gaudichaud rapporta une série de Reptiles nouveaux du Brésil, des Poissons du Chili et au retour de La Bonite, sept grandes caisses de livres chinois, tartares ou coréens qui échurent au professeur de chinois du Collège de France.

Source

Dossier personnel (Archives nationales, AJ15, no 547).

Bibliographie

Bauchot (Marie-Louise), Daget (Jacques), Bauchot (Roland), “Llchtyologie en France au début du XIXème siècle, l’histoire naturelle des Poissons de Cuvier et Valenciennes”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, supplément, 4e série, vol. 12, 1990, p. 87.

Chassaigne (P.), “Un grand pharmacien méconnu : Charles Gaudichaud-Beaupré, botaniste, voyageur et protecteur des lettres”, Revue d’Histoire de la Pharmacie, vol. 11, 1953, pp. 1-5.

Léandri (Jacques), “Botanique et marine à voile : Charles Gaudichaud (1789-1854)”, Adansonia, 3e série, vol. 11, no 3, 1971, pp. 405-424.

PJ ERB

GAUDRY Albert, Jean

né le 15 septembre 1827 à Saint-Germain-en-Laye (Yvelines), mort le 27 novembre 1908 à Paris
chaire de Géologie, puis de Paléontologie
Paléontologie

14Gaudry, fils d’un bâtonnier des avocats de Paris amateur de géologie, perdit sa mère prématurément. Son père l’emmena très tôt visiter les gisements fossilifères de Montmartre, lui fit connaître des savants et sa sœur épousa le paléontologue Alcide d’Orbigny*. Tout prédisposait donc le jeune Albert à s’orienter, après de brillantes études secondaires au sein d’un collège catholique, vers les sciences de la Terre. Entré au Muséum en 1848, dans le laboratoire de Géologie de Louis Cordier*, Gaudry soutint sa thèse de doctorat ès sciences en 1852 et se vit confier une mission dans divers pays de la Méditerranée orientale (Chypre, Syrie, Égypte) en 1853. Il devint la même année aide-naturaliste de son beau-frère d’Orbigny, qui venait de prendre la direction de la chaire de Paléontologie nouvellement créée au Muséum. Lors de son retour d’Orient, Gaudry traversa la Grèce où il se rendit de nouveau en 1860, à la demande de l’Académie des sciences, pour faire durant six mois des fouilles dans l’Attique. Il assista en 1865 à un congrès de sa discipline en Angleterre, puis fut chargé trois ans après par Victor Duruy de dispenser à la Sorbonne un cours libre de paléontologie. Henri Milne-Edwards* supprima cet enseignement de sa propre autorité en 1871, après la chute du ministre de l’Instruction publique.

15S’étant vu préférer en 1869 Édouard Lartet*, pour succéder à Adolphe d’Archiac* retraité dans la chaire de Paléontologie du Muséum, Gaudry devint finalement professeur en 1872. Il entra à l’Académie des sciences dix ans plus tard, effectua des missions en Algérie et en Tunisie en 1890, puis présida le Congrès géologique international de Paris en 1900. Par ailleurs, il assura à diverses reprises – en 1893 et de 1897 à 1902 – les fonctions d’assesseur du directeur du Muséum. Il prit sa retraite après la célébration de son jubilé en 1902, mais il continua de fréquenter son laboratoire, jusqu’à ce que des douleurs physiques aiguës le retiennent chez lui. Gaudry mourut entouré de ses amis.

16Blond, portant moustache, mouche et favoris, de petite taille, il était d’apparence fragile. Il fut décrit comme aimable, doux et sans rancune envers ses collègues, dont certains lui avaient pourtant témoigné de l’hostilité au début de sa carrière. Plein de volonté et de courage, Gaudry, doué d’une grande sensibilité artistique, croyait en l’harmonie essentielle d’un monde régi par la loi de l’amour universel. Il prononçait dans une langue très pure des leçons minutieusement préparées, qui attiraient de nombreux auditeurs. Marié d’abord avec une demoiselle Hittorf, puis en 1882 avec Valérie Tyrbas de Chambéret, il fut deux fois veuf. Il ne s’était jamais remis du choc émotionnel que lui avait infligé le décès de sa mère.

17Auteur de près de deux cents publications, Gaudry fut l’initiateur de la paléontologie moderne. Ce transformiste convaincu développa en effet la paléontologie évolutive, dont Étienne Geoffroy Saint-Hilaire* avait jeté les bases, sans toutefois adhérer au darwinisme. Ses conceptions théoriques se trouvent exposées dans son Essai de paléontologie philosophique (1896). Gaudry explora des gisements fossilifères à Pikermi en Grèce et dans le Lubéron, décrivit les Reptiles des schistes permiens d’Autun, étudia les Mammifères tertiaires de Patagonie, la denture de l’Homme de Grimaldi et participa, grâce aux fouilles qu’il effectua à Saint-Acheul, à la fondation de l’archéologie préhistorique. Des ouvrages comme Animaux fossiles et géologie de l'Attique (1862-1867), Les Enchaînements du monde animal dans les temps géologiques – incluant Les Mammifères tertiaires (1878), Les Fossiles primaires (1883) et Les Fossiles secondaires (1890) – ou Matériaux pour l’histoire des temps quaternaires (1876-1892), rendent bien compte des travaux du paléontologue. Par ailleurs, celui-ci confirma la contemporanéité de l’Homme et des Mammifères éteints et soutint les idées de Boucher de Crève-cœur de Perthes devant l’Académie des sciences.

18Au Muséum, Gaudry ne put disposer des séries d’ossements fossiles en possession de l’établissement avant 1879, année de la mort de Paul Gervais* qui régnait sur la collection de paléontologie des Vertébrés. Il installa d’abord en 1885 une galerie provisoire, pour mettre en valeur le fonds enfin confié à ses soins, puis il obtint la construction d’un nouveau pavillon de paléontologie inauguré en 1898. Mais ce bâtiment ne représentait qu’une partie du projet dont il avait dressé les plans.

Source

Dossier personnel (Archives nationales, AJ15, no 556).

Bibliographie

Boule (Marcellin), “La Paléontologie au Muséum et l’œuvre de M. Albert Gaudry”, Revue scientifique, 5e série, vol. 1, no 22, 1904, pp. 676-684.

Boule (Marcellin), “Albert Gaudry”, L’Anthropologie, vol. 19, no 5-6, 1908, pp. 604-611.

Bourdier (Franck), “Gaudry, Albert Jean”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1972, vol. 5, pp. 295-297.

Laurent (Goulven), “Gaudry Albert Jean 1827-1908”, in Tort Patrick (sous la dir.), Dictionnaire du Darwinisme et de l’Évolution, Paris : PUF, 1996, vol. 2, pp. 1802-1805. Laurent (Goulven), “Albert Gaudry et la paléontologie évolutive”, in Blanckaert (Claude), Cohen (Claudine), Corsi (Pietro), Fischer (Jean-Louis) (sous la dir.), Le Muséum au premier siècle de son histoire, Paris : Muséum national d’histoire naturelle, 1997, pp. 295-311 (Archives).

Thevenin (Armand), “Albert Gaudry notice nécrologique”, Bulletin de la Société géologique de France, 4e série, vol. 10, 1910, pp. 351-373.

PJ

GAUTHIER [ou GAUTIER ou GAULTIER]

né en 1730
galeries
Ethnologie, Muséologie

19Gauthier, qui partit pour la Guyane en 1760, revint en France vers 1792 avec de fort belles collections d’histoire naturelle et d’ethnographie. Devenu membre du comité révolutionnaire de la section Guillaume Tell en 1794, il fut nommé au mois de juin de la même année par le Comité de salut public aide-naturaliste des galeries du Muséum. La nomination de Gauthier fut annulée en octobre 1794, à la suite de la protestation de l’Assemblée des professeurs de l’établissement. Une seconde candidature du naturaliste, présentée au mois de décembre 1794, échoua.

Source

Documents Muséum (d’après les archives d’É.-R. Brygoo).

PJ ERB

GAY-LUSSAC Louis, Joseph

né le 6 décembre 1778 à Saint-Léonard-de-Noblat (Haute-Vienne), mort le 9 mai 1850 à Paris
chaire de Chimie générale
Chimie

20Fils d’un procureur royal de Saint-Léonard, Gay-Lussac était le premier fils d’une famille de cinq enfants. Son père, Antoine Gay, avait ajouté à son nom celui de Lussac, désignant le hameau où se trouvait implantée une propriété familiale. Il se trouva appauvri au moment de la Révolution et fut même emprisonné pour “aristocratisme” en 1793. L'année suivante, le jeune Joseph, qui jusque-là avait bénéficié des leçons particulières de l’abbé Bourdeix, partit étudier à la pension Savouré de Paris, puis à la pension Sensier de Nanterre. Il fut ensuite, de 1797 à 1800, élève de l’École polytechnique avant de poursuivre sa formation à l’École des ponts et chaussées.

21Remarqué par Claude-Louis Berthollet, qui le prit comme assistant dans sa maison d’Arcueil en 1801, Gay-Lussac occupa successivement plusieurs fonctions au laboratoire de Chimie de l’École polytechnique : adjoint en 1802, répétiteur en 1804, puis professeur de chimie pratique à titre honorifique en 1809, il succéda finalement à Antoine-François de Fourcroy* comme professeur en 1810. Le jeune homme, précisons-le, était entré à l’Académie des sciences dès l’année 1806. Nommé professeur de physique lors de la création, en 1808, d’une faculté des sciences à Paris, il fut chargé de cours à l’École normale supérieure en 1812, obtint le poste de maître de l’essayage au Bureau de garantie de la monnaie en 1829 et abandonna en 1832 sa chaire de l’université pour occuper celle de Chimie générale au Muséum – laissée vacante par le décès d’André Laugier*. Gay-Lussac exerça en outre le mandat de député de Limoges durant la période 1831-1838, devint pair de France en 1839, puis directeur du Muséum de 1839 à 1840. Il démissionna en 1840 de sa chaire à l’École polytechnique, se faisant remplacer peu après par Edmond Frémy* dans ses leçons au Muséum, où une explosion de laboratoire le blessa en 1844. Au cours de l’hiver 1849 il travaillait dans sa propriété de Lussac, lorsqu’une maladie de cœur le terrassa. Il fut ramené, à la faveur d’une amélioration passagère de son état, dans son domicile du Jardin des plantes, mais il mourut presque aussitôt après.

22Grand, mince, Gay-Lussac portait les favoris, ainsi que de petites lunettes ovales. Il fut décrit par ses contemporains comme un homme droit, réservé, ponctuel, d’une froide résolution et adepte d’une vie simple. Gay-Lussac fut l’ami d’Alexander von Humboldt, avec lequel il effectua un voyage scientifique en Europe. Ses cours, d’une grande qualité tant pédagogique que scientifique, attirèrent de très nombreux auditeurs. En 1809, Gay-Lussac s’était marié à Geneviève Rojot, une jeune vendeuse qu’il avait vu lire en cachette un livre de chimie. Le couple habita longtemps un logement de fonction au Muséum et eut cinq enfants, dont trois garçons.

GAY-LUSSAC J. – Affiche annonçant les cours de chimie générale de Joseph Gay-Lussac au Muséum (1844).

23Auteur de plus de cent quatre-vingts mémoires, dont une trentaine écrits en collaboration, Gay-Lussac représente une figure majeure de l’histoire des sciences. Il fut notamment l’un des pionniers de la chimie physique, de la chimie analytique et de la chimie industrielle. Ses études sur la dilatation uniforme des gaz en fonction de la température conduisirent à l’énoncé de la loi de Charles Gay-Lussac. Par ailleurs, il découvrit une seconde loi portant son nom, relative à la combinaison des volumes gazeux dans des rapports simples et traça les premières courbes de solubilité des sels. Il étudia les variations du magnétisme terrestre, de même que diverses propriétés de l’atmosphère, grâce à une célèbre ascension aérostatique, effectuée à quatre mille pieds de hauteur en compagnie de Jean-Baptiste Biot.

24Gay-Lussac développa l’analyse volumétrique – appliquée par lui-même au titrage de l’argent ou du chlore utilisé pour le blanchiment des textiles–, ainsi que, en collaboration avec Jacques Thénard, l’analyse élémentaire des composés organiques. Il découvrit le cyanogène, isola le bore avec Thénard, étudia l’acide cyanhydrique, les cyanures, décrivit concurremment avec Humphry Davy les propriétés de l’iode – qu’il nomma “ione” – et de ses composés, s’intéressa aux fermentations, contribua à la découverte de l’isomérie et proposa une théorie de l’acidité. Des publications comme les Recherches sur la dilatation des gaz et des vapeurs (1802), le Mémoire sur l’iode (1814), les Recherches sur l’acide prussique (1815) ou l’Instruction sur l’essai du chlorure de chaux (1824) rendent bien compte du caractère éclectique de son œuvre.

25Gay-Lussac conçut de nombreux appareils, comme une burette, un alcoomètre, une tour destinée à absorber les oxydes d’azote lors de la fabrication industrielle de l’acide sulfurique, ou une pile électrique géante. Grâce à cette dernière – installée à l’École polytechnique–, il put réaliser avec Thénard diverses expériences, comme la production de certains composés minéraux. Il mit ses compétences scientifiques au service de l’État, dans des fonctions assurées à la Monnaie, au Service des poudres ou à Saint-Gobain. De plus, dans le cadre de ses activités industrielles, il breveta avec Eugène Chevreul* la bougie stéarique. Gay-Lussac fut l’un des membres fondateurs de la “Société d’Arcueil”, qui influença profondément en France l’évolution des sciences physiques. Enfin, au Muséum où il publia une vingtaine de travaux, il enseigna selon une alternance annuelle la chimie organique et la chimie minérale.

Bibliographie

Blanc (Edmond), Delhoume (Léon), La Vie émouvante et noble de Gay-Lussac, Paris : Gauthier-Villars, 1950, 275 p. Bram (Georges), Trongh Anh (Nguyen), “Gay-Lussac et ses accidents. Chimie, la science de tous les dangers ?”, L’Actualité chimique, no 5, 1993, pp. 85-86.

Brown (Éric), Des chimistes de A à Z, Paris : Ellipses, 2002, pp. 121-127.

Crosland (Maurice), “Gay-Lussac, Joseph Louis”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1972, vol. 5, pp. 317-327.

Crosland (Maurice), “Gay-Lussac : une étape dans la professionnalisation de la science”, La Recherche, vol. 9, no 91, 1978, pp. 625-633.

Crosland (Maurice), Gay-Lussac, savant et bourgeois, Paris : Belin, 1991, 430 p.

Crosland (Maurice), “A Practical Chemist”, Chemistry in Britain, vol. 36, no 5, 2000, pp. 41-42.

Dehérain (Pierre-Paul), “L'Œuvre de Gay-Lussac”, Revue scientifique, vol. 46, no 7, 1890, pp. 193-197.

Dehérain (Pierre-Paul), “Gay-Lussac”, Revue générale des Sciences, vol. 1, no 15, 1890, pp. 477-480.

Fauque (Danielle), “Louis-Joseph Gay-Lussac (1778-1850)”, LActualité chimique, no 1, 2000, pp. 29-30.

Partington (James Riddick), A History of Chemistry, Londres : Mc Millan, 1962, vol. 3. pp. 77-90.

Szabadvary (Ferenc), History of Analytical Chemistry, Oxford : Pergamon Press, 1966, pp. 197-283.

PJ

GAY-LUSSAC Louis, Frédéric

né le 18 septembre 1813, mort en 1903 à Bas-Soleil, Saint-Léonard-de-Noblat (Haute-Vienne)
chaire de Chimie générale
Chimie

26Fils de Joseph Gay-Lussac*, Louis travailla en 1834 dans le laboratoire de Théophile Pelouze à l’École polytechnique. Il entra en 1835 au Muséum comme “aide de chimie” dans la chaire de Chimie générale de son père, puis il obtint en 1836 un congé, à la suite duquel il ne reprit plus ses fonctions. Nommé en 1838 agent de la manufacture de Saint-Gobain aux États-Unis, Gay-Lussac qui habita successivement New York et la Nouvelle-Orléans, devint après son retour en France directeur-adjoint des usines de Saint-Gobain, ainsi que de Chauny. Il se retira ultérieurement à Saint-Léonard, où il mena jusqu’à son décès l’existence d’un gentilhomme campagnard. De son mariage avec Adelma Trudeau en 1839, Gay-Lussac avait eu un fils.

Bibliographie

Crosland (Maurice), Gay-Lussac, savant et bourgeois, Paris : Belin, 1991, p. 351.

PJ

GEOFFROY Étienne-François

né le 13 février 1672 à Paris, mort le 6 janvier 1731 à Paris
démonstrateur de l’intérieur des plantes et professeur en chimie et pharmacie au Jardin du roi
Chimie, Pharmacie

27Appartenant à la cinquième génération d’une famille d’apothicaires, Étienne-François Geoffroy était l’aîné de six enfants. Il bénéficia dans sa jeunesse d’une excellente éducation scientifique, grâce aux leçons des savants qui fréquentaient la maison de son père : le chimiste Guillaume Homberg, l’anatomiste Joseph-Guichard Du Verney* ou l’astronome Jean Cassini, par exemple. Reçu maître ès arts en 1689, Geoffroy apprit également la pharmacie dans l’officine paternelle et donna des cours particuliers de sciences. Il alla parfaire ses connaissances en 1692 chez l’apothicaire Pierre Sanche à Montpellier, où il fréquenta probablement la faculté de médecine. De retour à Paris en 1694, le jeune homme obtint la même année sa maîtrise d’apothicairerie sous la conduite de Simon Boulduc*. Il partit en 1698 sur le sol anglais comme médecin du comte de Tallart, entra à la Royal Society et devint fellow de Gresham College. Ayant ensuite regagné Paris via la Hollande, Geoffroy fut nommé élève-chimiste de Homberg à l’Académie royale des sciences au mois de janvier 1699, puis associé-chimiste à la place de Nicolas Lémery onze mois plus tard. Lapothicaire accompagna en 1700 l’abbé de Louvois en Italie, où il étudia diverses curiosités naturelles et décida d’embrasser la profession médicale. Dès son retour, Geoffroy abandonna donc l’officine paternelle à son frère cadet Claude-Joseph, pour suivre des études à la faculté de médecine de Paris : reçu bachelier en 1702, puis licencié, il acquit le grade de docteur en 1704, après la soutenance de trois thèses.

28Geoffroy, qui jouissait d’une fortune personnelle, ne pratiqua ultérieurement que de façon limitée l’art de guérir son prochain. Il remplaça en 1707 Guy-Crescent Fagon* dans son enseignement de chimie au Jardin royal et alterna ensuite cette suppléance avec Louis Lémery* et Claude Berger*. Par ailleurs, l’apothicaire succéda en 1709 à Joseph Pitton de Tournefort* dans la chaire de Médecine du Collège royal. Il recueillit en 1712, à la mort de Berger, la charge professorale de Fagon. Successeur de Homberg décédé comme pensionnaire chimiste à l’Académie royale des sciences en 1715, Geoffroy occupa de 1726 à 1729 les fonctions de doyen de la faculté de médecine de Paris. Mais, sa santé s’altéra rapidement sous le poids de ses lourdes responsabilités pédagogiques ou administratives. Il démissionna de son poste au Jardin royal en 1730 et mourut de la tuberculose l’année suivante.

29Sur ses portraits, Geoffroy montre un visage souriant, soigneusement rasé, qu’encadre une grande perruque bouclée d’époque Louis XIV. Il laissa le souvenir d’un homme modeste, sensible, doux et un peu timide. Manifestant une grande compassion pour les souffrances des malades, il bénéficia de l’estime de ses contemporains.

30L'apothicaire s’était marié avec Barbe Angélique Lizier, dont il avait eu un fils.

31Geoffroy bâtit son œuvre scientifique dans les domaines de la chimie et de la matière médicale. Adversaire déclaré de l’alchimie, il fut l’un des premiers scientifiques français à adopter – sous le nom de “principe huileux” ou “soufre principe” – le phlogistique de Georg Stahl, élabora une théorie corpusculaire de la matière et étudia les lois gouvernant les combinaisons des substances entre elles. Ce dernier axe de recherches le conduisit à dresser une “table des rapports” ou “table des affinités”, restée célèbre dans l’histoire de la chimie. Geoffroy fut moins heureux en théorie, quand il émit l’hypothèse erronée d’une production du fer par le feu, lors de la calcination des végétaux. Par ailleurs, il développa l’usage des indicateurs colorés, reconnut le caractère alcalin des oxydes métalliques, fut l’un des premiers à employer le thermomètre dans le domaine chimique, mit au point une méthode gravimétrique pour déterminer la densité des solutions d’acides et étudia avec Homberg la fusion des métaux sous l’effet d’une lentille ardente. Il faut ajouter à cela divers travaux, comme l’analyse du soufre, celle du salpêtre ou la préparation du bleu de Prusse à partir de substances d’origine animale. Pour ce qui concerne la matière médicale, Geoffroy dégagea les aspects botaniques et chimiques de cette discipline dans son enseignement – resté malheureusement inachevé – du Collège royal. Citons, parmi une quinzaine de publications dues à la plume de Geoffroy : Éclaircissements sur la production artificielle du fer et sur la composition des autres métaux (1707), Table des différents rapports observés en chimie entre différentes substances (1719), Des supercheries concernant la pierre philosophale (1722), ainsi qu’Observations sur la préparation du bleu de Prusse (1723). Enfin, Geoffroy fut le principal auteur de la pharmacopée parisienne de 1732 (Codex medicamentarius seupharmacopoeia parisiensis) et ses leçons au Collège royal se trouvèrent éditées après sa mort sous l’intitulé Tractatus de materia medica, sive de medicamentorum simplicium historia, virtute, delectu et usu (1741). Un genre de Légumineuses exotiques (Geoffraea : Geoffrée) lui fut dédié.

Bibliographie

Brown (Éric), Des chimistes de A à Z, Paris : Ellipses, 2002, pp. 127-128.

Cap (Paul-Antoine), Le Muséum d’histoire naturelle, Paris : Curmer, 1854, pp. 19-20.

Contant (Jean-Paul), Contribution à l’histoire de l’enseignement de la pharmacie : l’enseignement de la chimie au Jardin royal des plantes de Paris, thèse de doctorat en pharmacie, Strasbourg : université de Strasbourg, 1952, pp. 55-57.

Dillemann (Georges), “Les Portraits des Geoffroy à la Salle des Actes de la faculté de pharmacie de Paris”, Revue d’Histoire de la Pharmacie, no 201, 1969, pp. 351-352.

Dorveaux (Paul), “Journal de Mathieu-François Geoffroy, maître-apothicaire de Paris (1644-1708)”, Bulletin des Sciences pharmacologiques, vol. 13, 1906, pp. 505-516 et 568-577.

Dorveaux (Paul), “Apothicaires membres de l’Académie royale des sciences. 5 : Étienne-François Geoffroy”, Revue d’Histoire de la Pharmacie, no 8, 1931, pp. 118-126.

Fontenelle (Bernard Le Bovier de), “Éloge de Geoffroy”, Histoire de l’Académie royale des Sciences, 1731, pp. 93-100. Jaussaud (Philippe), Pharmaciens au Muséum, Paris : Muséum national d’histoire naturelle, 1998, pp. 71-81 (Archives).

Lafont (Olivier), “D’Aristote à Lavoisier : Geoffroy et les affinités”, Moniteur des Pharmacies et des Laboratoires, no 39, 1985, pp. 1608-1610.

Lafont (Olivier), D’Aristote d Lavoisier : les étapes de la naissance d’une science, Paris : Marketing ; Ellipses, 1994,144 p. Lardy (Georges), L'Enseignement des sciences pharmaceutiques au Collège royal de Paris avant la Révolution, thèse de doctorat en pharmacie, Strasbourg : université de Strasbourg, 1946, pp. 45-51.

Partington (James), A History of Chemistry, Londres : Mc Millan, 1962, vol. 3, pp. 49-55.

Planchon (Gustave), “La Dynastie des Geoffroy, apothicaires de Paris”, Journal de Pharmacie et de Chimie, 6e série, vol. 8, 1898, pp. 289-293 et 337-345.

Smeaton (William), “Geoffroy, Étienne François”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionnary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1972, vol. 5, pp. 352-354.

PJ

GEOFFROY SAINT-HILAIRE Étienne [SAINT-HILAIRE Geoffroy, Étienne dit]

né le 15 avril 1772 à Étampes (Essonne), mort le 19 juin 1844 à Paris
sous-garde et sous-démonstrateur au Cabinet d'histoire naturelle du roi, chaire de Zoologie (Quadrupèdes, Cétacés, Oiseaux, Reptiles, Poissons) puis chaire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux)
Anatomie, Embryologie, Tératologie, Zoologie

GEOFFROY SAINT-HILAIRE É. – Planche de podencéphale issue de : Geoffroy Saint-Hilaire (Étienne), Philosophie anatomique. Des monstruosités..., Paris : Méquignon-Marvis, 1822, pl. VI. Dessin de Huet, gravure de De Plée père.

32Étienne Geoffroy était le septième des quatorze enfants d’un procureur du roi qui, ayant acquis une maison au village de Saint-Hilaire, donna à son fils le surnom correspondant. Destiné à une carrière ecclésiastique, le jeune garçon reçut à l’âge de quinze ans le canonicat. Il entra en 1788 comme boursier au collège de Navarre à Paris, fut reçu bachelier en droit deux années plus tard et put convaincre son père de le laisser poursuivre ses études dans la capitale. Résidant alors comme pensionnaire au collège Cardinal Lemoine, Geoffroy y fit la connaissance, décisive pour son avenir, de l’abbé René-Just Haüy*. Il suivit par ailleurs les enseignements de l’école de droit, d’Antoine-François de Fourcroy* au Jardin royal et de Louis Daubenton* au Collège de France. Le jeune homme devint rapidement l’élève préféré d’Haüy, qu’il réussit à faire sortir de prison sous la Terreur. Grâce à la recommandation de ses maîtres Haüy et Daubenton, Geoffroy fut nommé en 1793 sous-garde et sous-démonstrateur au Cabinet d’histoire naturelle du Jardin royal, comme remplaçant d’Étienne de Lacepède* réfugié en province. Il se vit attribuer en 1793, contre l’avis de Fourcroy, l’une des douze chaires initiales du nouveau Muséum, dénommée Zoologie (Quadrupèdes, Cétacés, Oiseaux, Reptiles, Poissons). Celle-ci fut dédoublée quand Étienne Lacepède revint d’exil, Geoffroy prenant en 1794 la tête d’une chaire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux), tandis que son collègue héritait des Reptiles et des Poissons. Tannée suivante, le jeune professeur accueillit au Muséum Georges Cuvier*, qui lui avait été recommandé par l’abbé Alexandre Teissier et avec lequel il noua des liens d’amitié.

33Geoffroy Saint-Hilaire accompagna en 1798 l’expédition de Bonaparte en Égypte, un pays où il resta trois ans. Durant cette période, il conçut les grandes lignes de son œuvre, malgré des conditions sanitaires très dures : il souffrit de la dysenterie et perdit plusieurs jours la vue à cause d’une ophtalmie. Geoffroy Saint-Hilaire obtint des Anglais, lors du retour de la mission égyptienne, que les savants français pussent conserver la majeure partie de leurs collections recueillies sur place. Devenu membre de l’Académie des sciences en 1807, il effectua un an plus tard avec Pierre-Antoine Delalande*, sur la demande de Napoléon, une périlleuse visite des musées portugais. Il fut nommé professeur de zoologie à la faculté des sciences de Paris en 1809, puis fut élu membre de la Chambre des représentants en 1815. Ayant perdu la vue en 1840, Geoffroy Saint-Hilaire abandonna l’année suivante sa chaire du Muséum au bénéfice de son fils. Le naturaliste se trouva paralysé en 1842 et mourut paisiblement parmi les siens à l’âge de soixante-douze ans. Il eut droit à des funérailles grandioses.

34Geoffroy Saint-Hilaire fut dépeint comme un personnage sensible, enthousiaste généreux, respectueux de prérogatives hiérarchiques et soucieuses de ses devoirs. Son caractère cyclothymique, ainsi que son ardeur à exposer ses travaux, engendraient parfois des conflits avec ses collègues. Ami de Georges Cuvier – avant d’être son rival scientifique–, d’Edgar Quinet, d’Antoine Serres*, Geoffroy Saint-Hilaire exerça une forte influence sur divers intellectuels de son temps, tels des saint-simoniens, George Sand ou Honoré de Balzac. Ce dernier évoqua plusieurs fois dans sa Comédie humaine les théories du naturaliste, auquel il dédia Le Père Goriot. À l’amphithéâtre, Saint-Hilaire dispensait un enseignement érudit. Marié en 1804 à Pauline Brière de Mondétour, il avait eu trois enfants : un fils, Isidore*, qui lui succéda dans sa chaire du Muséum et deux filles jumelles.

35Œuvre considérable de Geoffroy Saint-Hilaire, riche d’environ trois cents publications, fut consacrée à la zoologie, à l’anatomie, à la physiologie, à l’embryologie, ainsi qu’à la tératologie. Il étudia la faune de l’Égypte, décrivant de nombreuses espèces nouvelles, tel le Polyptère du Nil et devenant un spécialiste des Crocodiles. Par ailleurs, il fonda la tératologie scientifique avec son Essai de classification des monstres (1821). Toujours dans le cadre de la zoologie descriptive et classificatoire, Geoffroy Saint-Hilaire s’intéressa à de nombreux groupes, comme les Poissons, les Primates, les Chéiroptères, les Rongeurs, les Pachydermes, les Marsupiaux, les Rapaces, les Échassiers ou les Palmipèdes. Le Système dentaire des Mammifères et des Oiseaux (1824), ainsi que le Cours d’histoire naturelle des Mammifères (1829) témoignent de ces recherches. Par ailleurs, le chercheur aborda diverses questions de physiologie générale, comme la nature de l’influx nerveux ou l’électricité et la respiration animales.

36Il faut insister sur les aspects théoriques de son œuvre, dont les idées étaient souvent en contradiction avec celles de Georges Cuvier. Une retentissante controverse publique, la “querelle des analogues”, née de divergences à propos de Crocodiles fossiles, opposa même les deux naturalistes au cours de l’année 1830. En anatomie comparée, Saint-Hilaire dégagea plusieurs principes, qui se trouvent exposés dans sa Philosophie anatomique (1818-1822) et ses Principes de philosophie zoologique (1830) : le “principe des connexions”, celui du “balancement des organes” et celui de l’“unité de composition organique”, admettant un plan d’organisation unique pour tous les animaux, Vertébrés ou Invertébrés. En embryologie, il forgea le concept de “répétition”, basé sur des comparaisons morphologiques entre les embryons et les formes adultes des différentes classes animales. Ceci fut parfois considéré abusivement comme les prémisses de la “loi biogénétique fondamentale” ou “loi de la récapitulation” de Ernst Haeckel. Par ailleurs, Antoine Serres approuva et développa la loi de “répétition”. Geoffroy Saint-Hilaire, qui était opposé au fixisme de Cuvier, prépara la naissance de la paléontologie évolutive grâce à ses travaux sur les Crocodiles fossiles. Il croyait en une évolution des espèces, due à des variations physico-chimiques de l’environnement susceptibles d’influer sur le développement embryonnaire au cours des temps géologiques. Enfin, ce partisan de l’“anatomie transcendante” – basée sur les unités de plan d’organisation anatomique, embryologique et physiologique des êtres vivants – énonça à la fin de sa vie une loi universelle de l’“attraction de soi pour soi” d’inspiration newtonienne.

37Au Muséum, Étienne Geoffroy Saint-Hilaire enrichit considérablement les collections, tant mammalogiques qu’ornithologiques, dépendant de sa chaire. Il rapporta de son voyage en Égypte de nombreux spécimens, dont une série de momies animales et rédigea un Catalogue des Mammifères du Muséum national d’histoire naturelle (1803) resté inachevé. De plus, il dirigea la ménagerie du Jardin des plantes, dès qu’elle fut officiellement instituée en 1794 ; c’est à ce titre qu’il alla réceptionner en 1827 à Marseille la fameuse Girafe offerte par Méhémet-Ali, vice-roi d’Égypte, au roi Charles X. En 1838, Geoffroy Saint-Hilaire se vit retirer la direction de la ménagerie au profit de Frédéric Cuvier*. Mais, ce dernier étant mort la même année, la charge revint immédiatement à son premier titulaire.

Bibliographie

Appel (Toby), The Cuvier-Geoffroy Debate : French Biology in the Decades before Darwin, New York : Oxford University Press, 1987, 305 p.

Bourdelle (Édouard), Leçon d’ouverture du cours de zoologie des Mammifères et des Oiseaux (Muséum national d’histoire naturelle), 25 mai 1927, [extr. de la Revue d’Histoire naturelle appliquée, 1e partie, vol. 8, no 8-9, 1927], Châteauroux : impr. Langlois, 1928, 30 p.

Bourdier (Franck), “Geoffroy Saint-Hilaire, Étienne”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1972, vol. 5, pp. 355-358.

Cahn (Théophile), La Vie et l’œuvre d’Étienne Geoffroy Saint-Hilaire, Paris : PUF, 1962, 318 p.

Cap (Paul-Antoine), Le Muséum d’histoire naturelle, Paris : Curmer, 1854, pp. 107-115.

Fischer (Jean-Louis), “L'Anatomie transcendante et le concept de ‘récapitulation’ chez Étienne Geoffroy Saint-Hilaire”, in Mengal (Paul) (sous la dir.), Histoire du con cept de récapitulation. Ontogénèse et phylogénèse en biologie et sciences humaines, Paris : Masson, 1993, pp. 55-68. Fischer (Jean-Louis), “Les Manuscrits égyptiens d’Étienne Geoffroy Saint-Hilaire”, in Bret (Patrice) (sous la dir.), L’Expédition d’Égypte, une entreprise des Lumières (1798-1801), Paris : Académie des Sciences/Tec et Doc, 1999, pp. 243-259.

Le Guyader (Hervé), “Geoffroy Saint-Hilaire Étienne 1772-1844, et Cuvier Georges 1769-1832. Débat”, in Tort (Patrick) (sous la dir.), Dictionnaire du Darwinisme et de l’Évolution, Paris : PUF, 1996, vol. 2, pp. 1867-1883.

Le Guyader (Hervé), Geoffroy Saint-Hilaire : un naturaliste visionnaire, Paris : Belin, 1998, 352 p. (Un savant, une époque).

PJ

GEOFFROY SAINT-HILAIRE Isidore

né le 16 décembre 1805 à Paris, mort le 10 novembre 1861 à Paris
chaire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux)A
natomie, Histoire des sciences, Mammalogie, Tératologie

38Fils d’Étienne*, Isidore Geoffroy Saint-Hilaire vit le jour au Muséum où devait se dérouler la plus grande partie de sa carrière. Le jeune homme aurait voulu devenir mathématicien, mais son père, voyant en lui le continuateur de son œuvre, le prit en 1824 comme aide-naturaliste au laboratoire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux). Devenu docteur en médecine en 1829, Isidore suppléa la même année Étienne au Muséum. Il entra à l’Académie des sciences en 1833, enseigna à l’Athénée en 1834, assura la suppléance son père à la Sorbonne en 1837, puis fut nommé professeur de zoologie et doyen à la faculté des sciences de Bordeaux en 1838. Chargé des fonctions d’inspecteur général de l’université en 1840, Geoffroy Saint-Hilaire succéda à son père comme titulaire de la chaire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux) en 1841. Il recueillit en 1850 la chaire d’Henri Ducrotay de Blainville* à la Sorbonne et prit la direction du Muséum en 1860. À cette époque, il contracta une maladie non identifiée, dont il mourut un an plus tard dans l’établissement même où il était né. Son corps fut inhumé au pied de la tombe d’Étienne Geoffroy Saint-Hilaire, au cimetière du Père-Lachaise.

39Le front haut, portant de longs favoris, il était d’un caractère très différent de celui de son père, puisqu’il laissa le souvenir d’un homme calme, froid, réfléchi, exposant ses idées avec clarté et élégance. Il organisa des banquets hippophagiques, afin d’encourager la consommation de la viande de cheval. De son mariage en 1830 avec Louise Blacque-Delair, Geoffroy Saint-Hilaire avait eu deux enfants, un fils et une fille.

40Il fut anatomiste, zoologiste et tératologue. Bien que souvent considéré comme le simple continuateur de l’œuvre de son père, cet observateur minutieux émit des idées originales. Geoffroy Saint-Hilaire fut ainsi l’adepte d’un transformisme “limité”, dressa une classification “parallèle” des êtres vivants, reconnut la persistance de caractères infantiles chez les Primates, pressentit le phénomène de néoténie avant Ludwig Bolk et améliora la systématique mammalienne. Il s’intéressa par ailleurs à la domestication des animaux, à la variabilité héréditaire, ainsi qu’à l’hybridation des Mammifères et des Oiseaux. Recréateur en 1830 du terme de “tératologie”, il donna un vigoureux essor à la discipline concernée par l’établissement de la première classification exhaustive des monstres, encore utilisée de nos jours. Geoffroy Saint-Hilaire fut le premier à utiliser, en 1854, le terme d’“éthologie” pour désigner l’étude du comportement animal. Il publia notamment une Histoire générale et particulière des anomalies de l’organisation chez l’Homme et les animaux, ou Traité de tératologie (1832-1836), une Description des Mammifères de la famille des Singes (1839), la Domestication et naturalisation des animaux utiles (1854) et une Histoire naturelle générale des règnes organiques (1854-1862) restée inachevée. À cette œuvre non négligeable, il faut ajouter des travaux historiques, comme la biographie intitulée Vie, travaux et doctrine scientifique d’Étienne Geoffroy Saint-Hilaire (1847).

41Au Muséum, il dirigea comme son père la ménagerie, pour l’extension de laquelle il obtint en 1860 un terrain à Vincennes. Il fit partie en 1849 d’une commission chargée d’étudier les problèmes de l’établissement et fut l’un des fondateurs de la Société zoologique d’acclimatation, ainsi que de la Société d’anthropologie. Enfin, Isidore Geoffroy Saint-Hilaire créa le jardin d’acclimatation du Bois de Boulogne.

Bibliographie

Bourdier (Franck), “Geoffroy Saint-Hilaire, Isidore”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1972, vol. 5, pp. 358-360.

Laurent (Goulven), “Geoffroy Saint-Hilaire Isidore”, in Tort (Patrick) (sous la dir.), Dictionnaire du Darwinisme et de l’Évolution, Paris : PUF, 1996, vol. 2, pp. 1884-1888.

PJ

GÉRARDIN Sébastien

né le 9 mars 1751 à Mirecourt (Vosges), mort le 17 juillet 1816 à Paris
Chaire de Botanique dans le Muséum et Botanique dans la campagne
Botanique, Zoologie

42Fils d’un maître luthier, Gérardin entra dans les ordres et devint abbé, ce qui ne l’empêcha pas de se consacrer aux sciences de la nature. Il fut nommé chanoine de Poussay en 1790, curé de Vincey l’année suivante, bibliothécaire du district de Mirecourt le 1er prairial an II (20 mai 1794), puis professeur d’histoire naturelle à l’école centrale des Vosges d’Épinal le 17 nivôse an IV (7 janvier 1796). Recruté au Muséum le 24 vendémiaire an XII (17 octobre 1803), Gérardin s’occupa des Vélins avant de travailler à partir de 1810 aux chaires de Botanique comme aide-naturaliste en second. Il laissa en mourant une sœur sans moyen d’existence, qui fut employée à la galerie de botanique de l’établissement.

43Gérardin s’intéressa aux Insectes, aux Oiseaux, au magnétisme animal, ainsi qu’à la botanique générale. Parmi ses publications figurent une Nouvelle ornithologie, ou Histoire abrégée des Oiseaux (1790), un Tableau élémentaire de botanique (1805) et un Essai de physiologie végétale (1810). Le naturaliste recensa par ailleurs les Vélins du Muséum et rédigea en 1812 le catalogue de l’herbier de Joseph Pitton de Tournefort*.

Source

Documents Muséum (d’après les archives d’É.-R. Brygoo).

PJ ERB

GERMAIN Alfred, Louis, Pierre

né le 8 janvier 1878 à Niort (Deux-Sèvres), mort le 18 octobre 1942 à Angers (Maine-et-Loire)
chaire de Malacologie
Ethnologie, Malacologie, Zoogéographie

44Fils de professeur, Louis Germain débuta à Angers des études qu’il poursuivit à Paris au lycée Saint-Louis, tout en exerçant comme instituteur. Il fréquenta dès 1903 le laboratoire d’Histoire naturelle des Mollusques, des Vers et des Zoophytes du Muséum, alors dirigé par Louis Joubin* et où devait se dérouler toute sa carrière. Le jeune homme avait été remarqué, tandis qu’il œuvrait en Anjou, par son futur patron. Licencié ès sciences en 1904, docteur ès sciences cinq ans plus tard, Germain occupa successivement dans la chaire de Malacologie les postes de préparateur remplaçant en 1908, de préparateur titulaire en 1913, d’assistant en 1917 et enfin de professeur en 1935, après le décès de Louis Joubin. Élu directeur du Muséum en 1936, il garda avec constance les rênes de l’établissement au cours des périodes difficiles de l’exode, puis de l’occupation, jusqu’en 1942. Il mourut cette année-là d’une affection incurable, dans la maison d’Angers où il avait projeté de se retirer.

45Petit, frêle, d’apparence timide, parlant d’une voix douce, Germain laissa le souvenir d’un homme introverti et modeste. Il s’agissait également d’un érudit, passionné aussi bien par l’art que par l’histoire ou la littérature. Resté célibataire, il partagea le legs de ses biens entre la ville d’Angers et des parents.

46L’œuvre zoologique de Germain comprend près de deux cent cinquante publications. Si l’on excepte quelques études concernant les Chaetognathes, elle fut consacrée essentiellement aux Mollusques, avec une prédilection pour les espèces terrestres ou fluviatiles – abordées faune par faune. Il envisagea la malacologie sous ses aspects à la fois systématique, anatomique, biologique, paléontologique et biogéographique. Ceci se traduisit par la publication de nombreux mémoires, parmi lesquels Recherches sur la faune malacologique de l’Afrique équatoriale (1909), La Faune malacologique terrestre et fluviale des îles Mascareignes (1921), Les Hélicidae de la faune française (1929) et Faune de France. Mollusques terrestres et fluviatiles (1930-1931) en deux volumes. De plus, Germain s’intéressa à des sujets de zoologie générale, tels la vie animale à la surface des continents, l’influence de l’Homme sur les déplacements des animaux, les phénomènes migratoires et d’acclimatation, l’histoire faunistique de diverses régions – comme l’Afrique équatoriale ou les terres insulaires du Pacifique – et les faunes lacustres. Son ouvrage La Vie des animaux à la surface des continents (1924) témoigne de ce type de préoccupations. Il faut ajouter à tout cela la rédaction d’un précis de biogéographie, ainsi que des travaux relatifs aux climats des temps quaternaires, à la mer des Sargasses, aux animaux d’après les textes et les monuments anciens, à la civilisation précolombienne dans ses rapports avec l’Ancien Monde, de même que diverses études concernant l’ethnographie ou la préhistoire. Au Muséum, Germain s’attacha à réorganiser les collections, assurant par ailleurs la direction du laboratoire maritime de Dinard.

Bibliographie

Fischer-Piette (Édouard), “Histoire de la chaire de Malacologie : leçon inaugurale faite au Muséum le 22 novembre 1944”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 16, no 6, 1944, pp. 385-404.

Fischer-Piette (Édouard), “Nécrologie : Louis Germain, 1878-1942”, Journal de Conchyliologie, vol. 87, no 3, 1947, pp. 85-95.

Urbain (Achille), “Allocution prononcée aux obsèques de M. le Professeur Louis Germain, directeur du Muséum”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 14, no 6, 1942, pp. 370-372.

PJ

GERVAIS Henri, Frédéric, Paul

né le 24 novembre 1845 à Paris, mort le 12 janvier 1915 à Larchaut (Seine-et-Marne)
chaire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux), puis d’Anatomie comparée
Anatomie

47Henri Gervais était le fils de Paul Gervais*. Il fut pendant deux ans le préparateur d’Henri Milne-Edwards* dans la chaire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux) du Muséum, avant d’être transféré en 1869 dans la chaire d’Anatomie comparée de son père. Nommé aide-naturaliste au poste libéré par Jean-Baptiste Bastien* en 1877, Gervais obtint la même année son doctorat en médecine. Il travailla sous les directions successives de Georges Pouchet*, Henri Filhol* et Edmond Perrier*, obtenant l’autorisation de donner plusieurs leçons d’anatomie entre 1885 et 1901. Mis à la retraite au début de l’année 1912, l’aide-naturaliste mourut peu après. Il avait épousé Marie Duguet.

48Gervais fut coauteur des ouvrages intitulés Les Mammifères fossiles de l’Amérique du Sud (1880) – rédigé avec Florentino Ameghino – et Les Poissons : synonymie, description, mœurs, frai, pêche, iconographie des espèces composant plus particulièrement la faune française (1876-1877) – avec Raoul Boulard et Paul Gervais. Au Muséum, le naturaliste participa à la surveillance des collections anatomiques en 1870, ainsi qu’à leur catalogage avec Henri Beauregard* en 1879.

Source

Documents Muséum (d’après les archives d’É.-R. Brygoo).

PJ ERB

GERVAIS François, Louis, Paul

né le 26 septembre 1816 à Paris, mort le 11 février 1879 à Paris
chaire d’Anatomie comparée
Anatomie, Paléontologie, Zoologie

49Doté initialement de modestes ressources, Gervais conquit ses premiers grades universitaires par un travail acharné. Il suivit en 1833 les cours de Constant Duméril* au Muséum, où il entra un an après dans la chaire d’Anatomie comparée occupée par Henri Ducrotay de Blainville*. D’abord aide-préparateur suppléant, remplaçant Botta, le jeune homme fut nommé préparateur titulaire en 1841. Il soutint sa thèse de doctorat ès sciences en 1844, puis quitta le Muséum l’année suivante pour enseigner à la faculté des sciences de Montpellier, dans laquelle il devint en 1847 professeur de zoologie et d’anatomie comparée. Élu doyen de son établissement en 1856, Gervais obtint la même année le doctorat en médecine. Il se montrait néanmoins insatisfait de sa position universitaire, qu’il essaya de modifier à plusieurs reprises, mais sans succès. En 1865, la chance tourna : il se vit offrir après la mort de Pierre Gratiolet* un poste de professeur à la Sorbonne, puis il prit en 1868 la succession d’Antoine Serres* décédé à la tête de la chaire d’Anatomie comparée du Muséum et entra à l’Académie des sciences en 1874. Gervais, qui était resté fidèlement à son poste durant le siège de Paris, mourut quelques années plus tard des suites d’une longue et douloureuse maladie.

50D’aspect massif, le visage glabre, Gervais laissa le souvenir d’un travailleur consciencieux, au caractère ferme. Il avait eu deux enfants, un fils et une fille, de son mariage avec Claire Françoise Adélaïde Dupuis.

51Ne s’intéressant qu’à la partie ostéologique de l’anatomie, Gervais fut surtout un zoologiste et un paléontologiste. Essentiel de son œuvre se trouve représenté par des études sur les Vertébrés fossiles, principalement des Mammifères du Tertiaire provenant de France ou d’Amérique du Sud. Il conduisit aussi des investigations sur les Myriapodes, les Polypes, les Arachnides, les Insectes aptères et la pisciculture. Par ailleurs, il fut le premier à faire réaliser des coupes histologiques d'œufs de Dinosaures pour les étudier. Gervais rédigea de nombreuses publications, dont plusieurs ouvrages généraux, comme Zoologie et paléontologie françaises (1848-1852), Histoire naturelle des Mammifères (1854-1855), Éléments des sciences naturelles : zoologie comprenant l’anatomie, la physiologie, la classification et l’histoire naturelle des animaux (1866) ou Zoologie et paléontologie générales (1867-1869). D'abord hostile au transformisme et adepte d’une création progressive des êtres vivants, niant toute filiation mais parlant de “sériation”, il admit à la fin de sa vie – seulement à titre d’hypothèse – une certaine forme d’évolution lente des espèces. Gervais entreprit au Muséum le classement des collections d’anatomie comparée de Georges Cuvier*, se voyant confier par ailleurs la responsabilité de l’ensemble des fossiles de Vertébrés de l’établissement. Enfin, il fut l’un des trente “promoteurs” de l’AFAS.

Bibliographie

Laurent (Goulven), “Gervais Paul, 1816-1879”, in Tort (Patrick) (sous la dir.), Dictionnaire du Darwinisme et de l’Évolution, Paris : PUF, 1996, vol. 2, pp. 1904-1909.

Millot (Jacques), “Leçon inaugurale du cours d’anatomie comparée du Professeur Jacques Millot”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 16, no 5, 1944, pp. 260-286.

Pouchet (Georges), “Muséum d’histoire naturelle de Paris. Cours de M. G. Pouchet. La chaire d’Anatomie comparée”, La Revue scientifique, 2e série, vol. 18, no 42, 1880, pp. 982-988.

Solais (Marinette), “Les Débuts de l’Association (1872-1882)”, in Gispert (Hélène) (sous la dir.), “Par la science, pour la patrie”, l’Association française pour l’avancement des sciences (1872-1914), un projet politique pour me société savante, Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2002, pp. 35-44

Taquet (Philippe), “Philippe Matheron et Paul Gervais : deux pionniers de la découverte et de l’étude des os et des œufs de dinosaures de Provence (France)”, Geodiversitas, vol. 23, no 4, 2001, pp. 611-623.

PJ

GERVAISE Nicolas

dates inconnues (XVIIIème siècle)
démonstrateur et opérateur pharmaceutique pour l’intérieur des plantes au Jardin du roi
Botanique

52Médecin ordinaire du roi, Gervaise fut peut-être bibliothécaire de la faculté de médecine de Paris de 1765 à 1768. Il remplaça durant l’année 1759 Louis Le Monnier* au Jardin royal, lorsque ce dernier prit la succession d’Antoine de Jussieu*. À cette occasion, Gervaise prononça un “Discours pour l’ouverture du cours de botanique” consistant en un éloge de Jussieu.

Bibliographie

Crestois (Paul), Contribution à l’enseignement de la botanique au Jardin royal des plantes de Paris, thèse de doctorat en Pharmacie, Strasbourg : université de Strasbourg, 1953, pp. 51-53 et 101.

PJ

GESSAIN Robert, Henri, Jean

né le 11 avril 1907 à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), mort le 8 avril 1986 à Paris
chaire d’Anthropologie et Ethnologie, puis d’Anthropologie
Anthropologie, Ethnologie

53Fils de magistrat, Gessain étudia au lycée du Parc à Lyon, obtenant en 1924 son baccalauréat classique. Il parcourut ensuite un cursus médical à la faculté de Paris, devint externe des hôpitaux en 1926, docteur en médecine en 1932, puis effectua son service militaire comme médecin-chef de poste au Maroc. Dès son retour en 1933, Gessain fréquenta l’Institut d’ethnologie, le Musée ethnographique du Trocadéro, ainsi que le laboratoire d’Anthropologie du Muséum. Il travailla à partir de 1937 comme aide-technique au Musée de l’Homme, occupant simultanément un poste de maître de conférences de l’École pratique des hautes études aux laboratoires d’Ethnologie et d’Anthropologie. Mobilisé dans le corps médical de l’armée de l’air à Vitry-le-François de 1939 à 1940, Gessain obtint sa licence ès sciences en 1942, puis son doctorat ès sciences en 1957. Il effectua durant cette période de sa vie des voyages d’étude dans l’Arctique, au Mexique et en Afrique, tout en remplissant ses fonctions universitaires.

54Il fut chargé de mission de 1942 à 1945 à la Fondation française pour l’étude des problèmes humains d’Alexis Carrel, avant d’occuper de 1945 à 1946 le poste de chef de service à l’Institut national d’études démographiques d’Albert Sauvry. Employé en 1948 à l’Office de l’immigration de Turin, Gessain se lança de 1948 à 1957 dans l’étude et l’enseignement de la psychologie analytique, un domaine vers lequel il s’était senti attiré dès la fin de ses études médicales. Il fut nommé en 1958 sous-directeur du laboratoire d’Ethnologie au Musée de l’Homme, puis devint en 1966 professeur sans chaire au Muséum, où il prit en 1968 la tête de la chaire d’Anthropologie et Ethnologie – dénommée jusque-là Ethnologie des Hommes actuels et des Hommes fossiles. Gessain succédait ainsi à Jacques Millot* retraité, occupant du même coup le poste de directeur du Musée de l’Homme. Il vit sa chaire dédoublée en 1970 : Jean Guiart* prit l’Ethnologie, tandis que lui-même conservait l’Anthropologie, jusqu’à son départ à la retraite du Muséum en 1979. Sept années plus tard, Gessain mourut brusquement.

55Gessain laissa le souvenir d’un homme chaleureux, d’un humaniste à l’esprit ouvert qui restait fidèle à ses convictions. Par ailleurs, cet agréable conteur savait charmer son auditoire. Gessain, d’abord marié en 1937 avec Simone Saunders, avait divorcé en 1955. De sa seconde union, en 1956 avec l’anthropologue Monique de Lestrange, deux enfants étaient nés.

56Il se consacra à l’anthropologie physique ou biologique, ainsi qu’à l’ethnographie. Adoptant une approche pluridisciplinaire, il s’appuya sur des données hémotypologiques, chimiques, démographiques, sociologiques, génétiques et généalogiques, pour analyser diverses populations. Gessain s’intéressa beaucoup aux Esquimaux, effectuant plusieurs missions dans l’Arctique, dont une (de 1934 à 1935) en compagnie de Paul-Émile Victor. Des ouvrages comme Les Esquimaux du Groenland à l’Alaska (1947) ou Angmassalik, ou La civilisation obligatoire (1969) illustrent bien cette orientation. Il s’attacha par ailleurs à l’étude de quelques ethnies du Sénégal, des Indiens Tepehua du Mexique et de certaines populations françaises. Signalons aussi la rédaction par Gessain d’une étude synthétique alliant la zoologie à l’ethnologie : Ovibos : la grande aventure des hommes et des bœufs musqués (1981).

57Gessain enrichit considérablement les collections ethnographiques du Musée de l’Homme, grâce aux objets ramenés de ses voyages. L’établissement devint ainsi un conservatoire privilégié de l’art et de la culture esquimaux. Enfin, il créa en 1959 le Centre de recherches anthropologiques (CRA), une structure qui se trouva associée sept ans plus tard au CNRS.

Bibliographie

Dorst (Jean), “Robert Gessain, 1907-1986”, Procès-verbal de l’Assemblée des professeurs du Muséum du 17 avril 1986, Annexe 2, 1986, 5 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 9038). Ferembach (Denise), “Robert Gessain (1907-1986)” Bulletins et Mémoires de la Société anthropologique de Paris, vol. 4, no 2, 1986, pp. 69-70.

Gessain (Robert), Titres et travaux de Robert Gessain, 1968, 46 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 8889).

Vallois (Henri), Rapport établi sur la candidature de M. Robert Gessain, au poste de sous-directeur de laboratoire d la chaire d’Ethnologie des Hommes actuels et des Hommes fossiles, par Monsieur le Professeur H. V. Vallois, 1958, 1 p. dactylographiée (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 7252).

PJ

GIBIER Paul

né en 1851, mort le 12 juin 1900 aux États-Unis
chaire de Pathologie comparée
Pathologie animale, Psychologie

58Gibier, qui fut interne des hôpitaux de Paris, entra au Muséum en 1882, comme aide-naturaliste de la chaire de Pathologie comparée d’Henri Bouley*. Il donna des leçons publiques de 1883 à 1884 et suivit la construction du laboratoire de Pathologie comparée. Après un séjour préparatoire sur le territoire allemand, Gibier partit en 1887 étudier la fièvre jaune au Brésil. Une mésentente avec son nouveau chef de service, Auguste Chauveau*, l’amena à prendre un congé d’inactivité de 1890 à 1891, puis à démissionner de son poste au mois de novembre 1891. Gibier s’exila ensuite aux États-Unis, où il prit la tête de l’Institut Pasteur de New York et mourut d’une chute de cheval avant d’avoir atteint la cinquantaine.

59Anti-catholique et prônant une religion laïque, Gibier s’intéressa à l’histoire comparée des religions. Il bénéficia d’une fortune non négligeable après la création de l’Institut Pasteur de New York. Marié en France, Gibier aurait été l’ami d’Eugène Chevreul* et de Louis Pasteur.

60Gibier s’intéressa à la pathologie infectieuse, particulièrement à la rage, à la fièvre jaune et au choléra. Attiré aussi par les sciences humaines, il favorisa financièrement la fondation d’un Institut psychique. Il publia des Recherches expérimentales sur la rage et son traitement (1884), Le Spiritisme (fakirisme occidental) (1887) et Physiologie transcendental, analyse des choses, essai sur la science future, son influence certaine sur les religions, les philosophies, les sciences et les arts (1889).

Bibliographie

Anonyme, “Nécrologie”, Revue spirite, août 1900, pp. 506-508.

Laurant (Jean-Pierre), “Gibier (Paul)”, in Roman d’Amat (Jean-Charles) (sous la dir.), Dictionnaire de biographie française, Paris : Letouzey et Ané, 1980, t. 15, p. 1458.

Papus, “Mort de Paul Gibier”, L'Initiation, juin 1900, pp. 286-287.

PJ ERB

GILLET Hubert

né le 9 mai 1924 à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine) chaire d'Agronomie coloniale, puis d'Agronomie tropicale, puis d’Ethnobotanique
Botanique, Bromatologie, Ethnobotanique, Protection de la faune

61Gillet, dont la jeunesse se déroula sous l’Occupation, montra une vocation précoce pour l’histoire naturelle. Il fréquenta le lycée Pasteur de Neuilly, obtint le baccalauréat de la section philosophie-mathématiques, puis prépara au lycée Jeanson de Sailly l’entrée à l’Institut national agronomique. Ayant intégré cet établissement en 1945, Gillet bénéficia d’une bourse qui lui permit de s’initier, durant sa deuxième année d’études, à la diagnose microscopique des matières premières végétales utilisées dans les aliments du bétail. Il passa le premier trimestre de sa troisième année d’études à l’École nationale des eaux et forêts de Nancy, avant de parachever son cursus dans la section chimie de l’Institut national agronomique. Nanti en 1948 du diplôme d’ingénieur, Gillet entra la même année – sur la recommandation de son ancien directeur d’études – au Muséum comme assistant de la chaire d’Agronomie coloniale de Roland Portères*. Il succédait ainsi à Jean-François Leroy*, passé sous-directeur. En 1950, Gillet obtint une licence ès sciences et inaugura la longue série de missions qui devait le conduire à sillonner l’Afrique : Togo et Bénin (1950), Congo et Gabon (1950), Algérie, Niger, Tchad et Cameroun (1953-1954), Niger et Sahara (1955). Il effectua, durant la période 1957-1964, cinq campagnes de trois mois chacune dans le massif de l’Ennedi au Tchad, pour préparer sa thèse de doctorat ès sciences. Au cours de ces voyages, Gillet foula des contrées jusque-là inconnues et vécut en marge de toute civilisation. Il accomplit par ailleurs d’autres missions au Soudan (1957), au Tchad (1960, 1961 et 1963), ainsi qu’en République Centrafricaine (1964). En 1967, Gillet soutint sa thèse de doctorat ès sciences à la faculté d’Orsay et fut nommé maître de conférences sous-directeur de la chaire d’Ethnobotanique du Muséum. Les missions lointaines se poursuivirent entre 1968 et 1990, conduisant le naturaliste au Tchad, en République Centrafricaine, au Sénégal, à Madagascar, à Djibouti, au Niger, au Burkina Faso, en Éthiopie, en Libye et en Arabie Saoudite. Gillet acheva sa carrière au Muséum comme professeur. Il prit sa retraite officielle en 1989, abandonnant ses voyages pour se consacrer désormais à des questions concernant les aliments du bétail.

62Appréciant la musique classique – celle de Haydn et de Mozart en particulier – et les épagneuls bretons, Gillet fut aussi un radio-amateur chevronné. Il resta célibataire. À partir de 1975, il séjourna au domaine de La Belette qu’il avait acheté dans la forêt de Dourdan.

63Gillet œuvra dans les domaines de la botanique, de l’ethnobotanique, de la protection de la faune et de la bromatologie. Spécialiste des végétations africaines xérophiles, il étudia tout particulièrement le massif tchadien de l’Ennedi, situé au sud-est de celui du Tibesti. Gillet restitua, grâce à ses travaux sur le terrain, une vision globale de la flore, des ressources agricoles, des paysages, des points d’eau et des questions relatives à la protection de la faune dans la zone tropicale sèche de l’Afrique – incluant les pays du Sahel. De plus, il s’intéressa à l’étude microscopique des aliments utilisés chez les animaux domestiques. Ces préoccupations variées apparaissent dans les deux cents publications dues à la plume de Gillet, parmi lesquelles figurent : Flore sahélienne tchadienne : un essai d’analyse biogéographique (1961), Rapport sur les conditions agroclimatiques et pastorales dans la région du Sahel (1969), Le Peuplement végétal du massif de l’Ennedi (Tchad) (1968), L'Oryx Algazelle et l’Addax : distribution géographique, chances de survie (1971), Étude micrographique de la graine de Lupin blanc (Lupinus albus) “kalina”, son utilisation (1982), La Gomme arabique, richesse du Sahel (1987), Les Dérivés de maïs utilisés en alimentation animale (1989) et Mémoires d’un microscopiste (1991-1995) en quatre volumes.

GINSBURG L. Amphicyon major Blainville (Carnivora Ursidae Amphicyoninae) du Miocène de Sansan (Gers), squelette complet d'une femelle. (Photo Patrick Lafaite, MNHN).

Bibliographie

Gillet (Hubert), Titres et travaux, 1967, 11 p. dactylographiées + 4 p. d’annexe (résumé de la thèse de doctorat d’État).

Gillet (Hubert), Quarante années de missions de recherche en Afrique et en Arabie, 1950-1990, 6 p. dactylographiées. Gillet (Hubert), Mes Feuilles d’automne (Récit auto biographique), [1993], 74 p. dactylographiées (non paginées) + 40 p. d’annexes.

Gillet (Hubert), Bilan, 2 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle).

PJ

GINSBURG Léonard

né le 16 mars 1927 à Paris
chaire d'Anatomie comparée, puis de Paléontologie
Géologie, Paléontologie

64Pupille de la nation, Ginsburg passa un baccalauréat scientifique à Nice en 1946, commença à fréquenter le laboratoire de Géologie de l’Institut catholique de Paris en 1948, puis effectua son service militaire de 1949 à 1950. Il entra au Muséum comme boursier dans la chaire d’Anatomie comparée en 1952 et obtint la même année une licence ès sciences, ainsi qu’un diplôme d’études supérieures de sciences naturelles. Stagiaire de recherche du CNRS en 1953, Ginsburg rejoignit alors le laboratoire de Paléontologie du Jardin des plantes où devait se dérouler le reste de sa carrière. Il fut nommé attaché de recherches en 1953 et soutint sa thèse de doctorat ès sciences en 1958. Devenu l’année suivante sous-directeur du laboratoire de Paléontologie du Muséum, il accéda finalement au grade de professeur de première classe en 1991. Il avait eu l’occasion d’effectuer, durant son cursus professionnel, des missions scientifiques dans de très nombreux pays : l’Espagne, l’Italie, la Suisse, l’Allemagne, l’Algérie, la Tunisie, le Niger, le Lesotho, Madagascar, la Turquie, Israël, le Pakistan, la Birmanie, la Thaïlande, le Vietnam, la Nouvelle-Calédonie, le Pérou et la Bolivie.

65Il était marié à Françoise Ardré*.

66Œuvrant dans les domaines de la paléontologie, ainsi que de la géologie, Ginsburg fut l’auteur de plus de trois cent vingt publications. Il étudia les Mammifères ou les Reptiles fossiles, s’intéressant aux Carnivores (de l’Oligocène à l’Actuel), aux Primates (principalement les Pliopothécidés), aux Rongeurs (Castoridés), aux Ongulés (Rhinocérotidés, Chalicothériidés, Suidés, Tayassuidés, Lagomérycidés, Palaeoméricydés, Cervidés, Bovidés), aux Proboscidiens (Dinothériidés, Eléphantidés) et au Crocodilien Diplocynodon du Miocène d’Europe. En géologie, le paléontologue collabora au Service de la carte géologique de la France (et de l’Algérie), levant une quinzaine de feuilles, comme celle de GrasseCannes au l/50000e par exemple. Citons, parmi les publications de Ginsburg, Les Carnivores miocènes de Sansan (1961), Les Vertébrés, ces méconnus : 600 millions d’années d’évolution, des origines à l’homme (1979), Le Genre Andegameryx (Artiodactyla, Mammalia) : évolution, position systématique et implications biostratigraphiques (1999), Origine et évolution des Melinae (Mustelidae, Carnivora, Mammalia) (2000) – en collaboration avec Jorge Morales–, ainsi que le chapitre “Les Reptiles fossiles” (1971) rédigé pour le grand Traité de Zoologie de Pierre-Paul Grassé. Enfin, Ginsburg se préoccupa de graphologie, obtenant en 1958 un diplôme de la Société graphologique de France.

Source

Ginsburg (Léonard), Curriculum vitae, 2000, 3 p. dactylographiées.

PJ

GIRARD Françoise

date de naissance inconnue (XXème siècle), morte le 3 avril 2003
chaire d’Ethnologie
Ethnologie

67Françoise Girard, qui devint en 1970 sous-directrice de la chaire d’Ethnologie du Muséum, exerça son activité dans le cadre du Musée de l’Homme, où elle assura durant vingt ans la direction du département Océanie. Elle mourut à son domicile après un long déclin.

68Françoise Girard conduisit des recherches ethnologiques relatives principalement aux coutumes des peuples de Nouvelle-Guinée, comme les Buang. Parmi ses publications figurent : Les Peintures rupestres Buang, district de Morobé, Nouvelle-Guinée (1957), En Nouvelle-Guinée la préhistoire n’est pas morte (1966), Les Gens de l’igname ; les Buang de la vallée du Snake : district de Morobé, Nouvelle-Guinée (1967) et Grand mât sculpté, érigé pour la commémoration des victimes de la chasse aux têtes par les Asmat de la Nouvelle-Guinée indonésienne (1970).

Bibliographie

Anonyme, “Décès”, Le Monde, 59e année, no 18103, mardi 8 avril 2003, p. 13.

Anonyme, Rapport d’activité pour la période 1976-1978, Paris : Musée de l’Homme, laboratoire d’Ethnologie, 1978, pp. 58-60.

PJ

GIRAUD Michel

né le 9 septembre 1941 à Paris, mort le 30 mai 2003 à Melgven (Côtes-du-Nord)
chaire de Chimie appliquée aux corps organisés
Chimie

69Titulaire du baccalauréat de la section mathématique élémentaire en 1959, Giraud obtint à la faculté de Paris le certificat de propédeutique mathématiques-physique-chimie en 1961 et une licence ès sciences physiques (option chimie) en 1964. Il entra cette dernière année au Muséum, comme boursier de troisième cycle dans la chaire de Chimie appliquée aux corps organisés de Charles Mentzer*. Ayant passé un diplôme d’études approfondies de chimie organique en 1965, Giraud exerça la fonction d’aide-technique principal en 1966 et soutint sa thèse de doctorat de troisième cycle en 1967. Il occupa, dans le laboratoire qui l'avait accueilli, des postes de stagiaire de recherches (1966-1968), puis d’ingénieur de recherches (1970) du CNRS sous contrat avec le Muséum. Une fois son service militaire effectué en 1969, Giraud devint assistant de la chaire de Chimie appliquée aux corps organisés en 1970. Il soutint l’année suivante une thèse de doctorat d’état ès sciences physiques qui lui permit d’accéder au grade de sous-directeur. Giraud acheva sa carrière à la Station maritime de Concarneau. De son mariage naquirent trois enfants.

70Œuvrant dans le domaine de la chimie organique, Giraud réalisa la synthèse de plusieurs composés d’intérêt biologique : dérivés pyroniques (notamment un fongicide naturel et des acides pyrane carboxyliques), analogues structuraux de l’abcissine (une hormone végétale), α-carboxy esters éthylèniques (par extension de la réaction de H. Stobbe), dérivés pyrroliques antioxydants, triacylbenzènes naturellement présents dans des plantes africaines de la famille des Cochlospermacées et nombreux rétinoïdes ou caroténoïdes (naturels ou artificiels). Il faut ajouter à cela l’utilisation du dioxygène singulet en synthèse, l’étude de la décarboxylation des acides cinnamylidène-maloniques, des relations structure-acidité dans la série des acides cinnamylidène-acétiques, des propriétés physiques d’anilides ortho-substitués, de l’activité bactéricide de dérivés synthétiques d’une mycotoxine de Fusarium, ainsi que l’identification et le dosage du chitosane dans la nacre des coquilles de Mollusques. Citons, parmi les publications de Giraud : Décarboxylation des acides cinnamylidène-maloniques ; mise en évidence d’intermédiaires lactoniques ; applications à la chimie des α-pyrones (1971) puis, en collaboration, Influence des substituants et de la géométrie des doubles liaisons sur la constante de dissociation des acides cinnamylidène-acétiques (1969), Utilisation des sels de lanthanides en RMN : détermination de la configuration d’acides carboxyliques a, β-éthylèniques (1975), A New WaterSoluble Singlet Oxygen Probe (1982), Preparation of Pyrrole Derivatives as Antioxidants and as Cosmetic Materials (1990), Facile Synthesis of Long-Chain Triacylbenzenes from Cochlospermaceae (1994), ß-Methylene Aldehydes Useful in Preparation of Retinoids and Carotenoids (1996), Characterization and Quantification of Chitosan Extracted from Nacre of the Abalone Haliotis tuberculata and the Oyster Pinctada maxima (2001) et Synthesis of Chimeric Molecules Consisting of Psoralen and Retinoide for Treating Cell Hyperproliferation Pathologies and in Particular Psoriasis (2001). Au sein du laboratoire de Chimie appliquée aux corps organisés du Muséum, Giraud fut responsable du Service de spectrométrie infrarouge et ultraviolette en 1967. Il remplaça Jacques Aknin* à la tête du Service de spectrométrie de masse en 1970.

Source

Banque de données “Chemical Abstracts”.

Bibliographie

Giraud (Michel), Notice sur les titres et travaux scientifiques, 25 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 8881).

PJ

GLASER Christophe

né vers 1629 à Bâle (Suisse), mort vers 1672 à Paris chargé de cours de chimie au Jardin du roi
Chimie, Pharmacie

71De religion réformée, Glaser fit des études médicales et pharmaceutiques au sein de l’université de Bâle, puis alla observer le travail des mines dans divers pays d’Europe. Il ouvrit à Paris, au début des années 1650, une officine à l’enseigne de “La Rose rouge”, obtenant alors l’appui du surintendant Fouquet. Ce dernier envoya peut-être son protégé, en 1655 ou 1656, étudier les poisons italiens dans la ville de Florence. Nommé apothicaire ordinaire du roi, ainsi qu’apothicaire du duc d’Orléans, Glaser entra en 1660 au Jardin royal administré par Antoine Vallot*, comme sous-démonstrateur de chimie. Il enseigna d’abord seul, puis se trouva relégué au second rôle lors de l’arrivée de Guy-Crescent Fagon* avec lequel il ne s’entendit pas.

72Après avoir déménagé son officine parisienne en 1667-1668, Glaser cessa d’exercer ses fonctions au Jardin royal en 1671. Il se trouva impliqué à cette époque dans l’affaire criminelle – dite “l’affaire des poisons” – de l’une de ses clientes, la marquise de Brinvilliers et fut même incarcéré quelque temps à la Bastille pour interrogatoire. Lapothicaire mourut vers 1672 à Paris, des suites d’une brève maladie.

73On ne dispose d’aucun portrait authentifié de Glaser. Décrit comme peu sociable, l’apothicaire s’attira l’inimitié de plusieurs de ses contemporains, comme Fontenelle, la marquise de Sévigné, ou ses élèves Nicolas Lémery et Moïse Charas*. Glaser fut pourtant un homme compétent, certainement d'une grande probité. S’exprimant avec un accent suisse-allemand, il dispensa au Jardin royal des leçons très suivies – notamment par Godin de Sainte-Croix, l’amant de la marquise de Brinvilliers, L’apothicaire avait épousé dans les années 1650 une demoiselle Lemarchand.

74Apothicaire chimiste, Glaser eut le mérite de s’affranchir de l’alchimie et d’utiliser un langage clair pour transmettre ses connaissances. Cet habile expérimentateur fit plusieurs découvertes dans le domaine de la chimie minérale : il prépara le sulfate de potassium (“sel polychreste de Glaser”), le nitrate de potassium purifié (“sel prunelle de Glaser”), le nitrate d’argent fondu en cylindres, le chlorure d’arsenic (“huile d’arsenic”) et le sous-nitrate de bismuth (“magistère de bismuth”). Glaser rédigea un Traité de la chimie (1663) plusieurs fois réédité jusqu’en 1710, dont la notoriété supplanta celle de l’ouvrage homonyme de Nicaise Le Febvre*.

Bibliographie

Contant (Jean-Paul), Contribution â l’histoire de l’enseignement de la pharmacie : l’enseignement de la chimie au Jardin royal des plantes de Paris, thèse de doctorat en pharmacie, Strasbourg : université de Strasbourg, 1952, pp. 91-94.

De Milt (Clara), “Christopher Glaser”, Journal of Chemical Education, vol. 19, 1942, pp. 53-60.

Hannaway (Owen), “Glaser, Christopher”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1972, vol. 5, pp. 417-418.

Jaussaud (Philippe), Pharmaciens au Muséum, Paris : Muséum national d’histoire naturelle, 1998, pp. 38-44 (Archives).

Lafont (Olivier), D’Aristote à Lavoisier : les étapes de la naissance d’une science, Paris : Marketing ; Ellipses, 1994, pp. 60-63.

Lagarde (Henri), “L'Apothicaire-chimiste Christophe Glaser”, Mémoires de la Société d’Émulation du Doubs, 6e série, vol. 5, 1890, pp. 407-421.

Partington (James), A History of Chemistry, Londres : Mc Millan, 1962, vol. 3, pp. 24-26.

Roldan y Guerrero (Rafaël), “Christophe Glaser et les sels de Glaser”, Revue d’Histoire de la Pharmacie, no 144, 1955, pp. 16-18.

Van Decandelaere (Éric), L'Apothicaire Christophe Glaser et ses rapports avec madame de Brinvilliers, thèse de doctorat en pharmacie, Caen : université de Caen, 1982, 52 p.

PJ

GLEY Marcel, Eugène, Émile

né le 16 janvier 1857 à Épinal (Vosges), mort le 25 octobre 1930 à Paris
chaire de Physiologie générale
Histoire et Philosophie des Sciences, Immunologie, Pharmacologie, Physiologie

75Après avoir été élève du collège d’Épinal, Gley commença en 1878 à Montpellier des études de médecine, ainsi qu’une licence de lettres. Le jeune homme poursuivit son cursus à Nancy, obtint son diplôme de lettres en 1878 et devint l’année suivante le préparateur du physiologiste Henri Beaunis à la faculté de médecine lorraine. Arrivé à Paris en 1880, Gley suivit l’enseignement d’Étienne-Jules Marey au Collège de France, dans le laboratoire de Physiologie de l’École pratique des hautes études. Il soutint son doctorat en médecine en 1881, puis fut nommé successivement préparateur des travaux pratiques de physiologie à la faculté de médecine de Paris en 1883, directeur du laboratoire des Cliniques de l’Hôtel-Dieu en 1886 et agrégé en 1889. Entré au Muséum comme assistant de la chaire de Physiologie générale en 1893, Gley passa en 1908 au Collège de France, où il prit la succession de Charrin dans la chaire de Pathologie générale et comparée rebaptisée à cette occasion Biologie générale. Il resta au Collège jusqu’à sa retraite et eut ensuite une vieillesse active. Il mourut âgé de soixante-treize ans, peu de temps après avoir dû subir une intervention chirurgicale.

76Le cheveu rare, Gley portait barbiche, moustaches et lorgnons. Il fut décrit comme un personnage au caractère ferme et droit, un chercheur enthousiaste, un expérimentateur habile, un chef d’école reconnu, ainsi qu’un professeur éloquent. De tempérament sportif, il aimait aussi les voyages. Il faisait partie d’un petit groupe d’éminents biologistes animé par Bouchard.

77Physiologiste avant tout, Gley œuvra également dans les domaines de la pharmacologie et de l’immunologie. Il réalisa sur le sang des études qui le conduisirent à démontrer la présence normale d’iode dans le tissu liquide concerné, ainsi que la production hépatique d’une antiplasmase douée de propriétés anticoagulantes. Mais, il s’illustra surtout en endocrinologie, découvrant l’existence des parathyroïdes, l’action thérapeutique des extraits thyroïdiens lors de myxoedème ou après thyroïdectomie, étudiant les fonctions pancréatiques et surrénaliennes. Il précisa sur le plan théorique la notion de sécrétion interne introduite par Claude Bernard*, ainsi que les relations existant entre les activités endocrine et exocrine des glandes plurifonctionnelles. Par ailleurs, Gley effectua des investigations expérimentales sur divers sujets, comme la physiologie du mouvement, l’excitabilité cardiaque, le système nerveux des vaisseaux lymphatiques ou le rôle du calcium sanguin dans l’activité du système organo-végétatif.

78Gley conduisit en pharmacologie des recherches sur les poisons du système nerveux, les anesthésiques locaux et les toxiques cardiovasculaires. En immunologie, des expériences réalisées avec Lucien Camus sur la neutralisation de l’ichthyotoxine hémolytique du sérum d’Anguille l’amenèrent à préciser les caractères de l’immunité humorale acquise – distincte pour lui de l’immunité cytologique naturelle–, tout en généralisant la notion d’anticorps. Gley s’intéressa enfin à l’histoire et à la philosophie de la biologie, si bien qu’il put être qualifié de “physiologiste philosophe”. Parmi ses nombreuses publications figurent plusieurs ouvrages, tels les Essais de philosophie et d’histoire de la biologie (1900), les Études de psychologie physiologique et pathologique (1905), le Traité de physiologie (1924) ou Les Sécrétions internes (1924).

Bibliographie

Balthazard (Victor), “Nécrologie : un grand physiologiste, Gley”, Revue médicale française, vol. 12, 1931, pp. 2-5.

Bange (Christian), “La Controverse entre Gley et Moussu sur la spécificité des fonctions de la thyroïde et des parathyroïdes”, Essays in the History of the Physiological Sciences : Proceedings of a Symposium of the European Association for the History of Medicine and Health held at the University Lou is Pasteur, Strasbourg, on March 26-27th, 1993, Amsterdam : The Wellcome Institute series in the history of medicine, 1995, pp. 153-177.

Bange (Christian), “Le Rôle des faits expérimentaux et des concepts dans l’élaboration de la connaissance scientifique, selon le physiologiste Eugène Gley (1857-1930)”, in Panza (Marco), Pont (Jean-Claude) (eds), Les Savants et l’épistémologie vers la fin du XIXème siècle, Paris : Blanchard, 1995, pp. 245-262.

Jolly (Justin), “E. Gley”, La Presse médicale, vol. 38, no 92, pp. 1565-1566.

Portier (Paul), “Notice nécrologique sur Μ. E. Gley, ancien président de l’Académie”, Bulletin de l’Académie de Médecine, 3e série, vol. 104, no 37, 1930, pp. 392-398.

PJ

GONELLA Joseph, Armand

né le 22 août 1937 à Monaco
chaire d'Océanographie physique
Océanographie physique

79Gonella intégra en 1957 l’École polytechnique à titre étranger. Diplômé ingénieur et naturalisé français en 1959, il servit ensuite deux ans comme officier du génie en Algérie, puis fit une carrière de chercheur au sein de la chaire d’Océanographie physique du Muséum : stagiaire du CNRS en 1961, ingénieur de recherche DGRST l’année suivante, maître de recherche du CNEXO en 1968, directeur de recherche du CNEXO en 1975, il devint directeur de recherche du CNRS en 1977. Gonella fut invité entre-temps, pendant un an (1970-1971), à la Woods Hole Oceanographic Institution (États-Unis). Ayant soutenu sa thèse de doctorat ès sciences en 1972, il devint en 1975 le directeur-adjoint du laboratoire associé CNRS-Muséum (LA 175) de la chaire d’Océanographie physique, dans laquelle il succéda finalement à Henri Lacombe* comme professeur titulaire en 1983. Gonella fut le dernier professeur-administrateur nommé au Muséum. Il exerça dès 1972 les fonctions de professeur à l’École nationale supérieure des techniques avancées, où il enseigna la Dynamique des océans durant dix-sept années. Désigné assesseur auprès du directeur du Muséum en 1983, Gonella fut chargé en 1984 d’une mission de trois ans pour l’océanologie, par le ministère de l’Industrie et de la Recherche. De graves ennuis de santé le contraignirent à quitter la direction de son laboratoire en 1993.

GONELLA J. — Relation vent-courant marin de surface.

80Lors de son expédition dans le Bassin polaire nord à bord du Fram pris par la banquise, Nansen observa une dérive systématique à droite du vent. L’explication théorique en fut donnée par Ekman (1902), attribuant à la force de Coriolis, due à la rotation terrestre, la dérive à droite dans l'hémisphère nord (à gauche au sud). Par la suite, d’autres théories firent leur apparition sans modifications fondamentales par manque de mesures. Les années 1960 virent l’apparition de bouées instrumentées, habitées ou autonomes, permettant l'acquisition sur de longues durées en pleine mer des mesures de vent et de courant, révélant une variabilité complexe de ces paramètres. Ekman avait établi sa théorie avec un vent permanent soufflant sur un océan de densité uniforme et de profondeur infinie. Outre le caractère aléatoire du vent, les mesures mettaient en évidence une stratification en densité très prononcée des eaux de surface (thermocline). Gonella réexamina cette théorie en prenant en compte les fluctuations du vent et en limitant son action à la couche superficielle jusqu'à la thermocline, cette couche glissant sans frottement sur la couche sous-jacente. Pour vérifier ce modèle, il mit au point une méthode d’analyse statistique basée sur la décomposition des vecteurs (vent et courant) en séries de Fourrier complexes.

81Ainsi il en déduisit, pour chaque vitesse angulaire w, la cohérence vent-courant, nombre complexe avec module et phase. La phase (angle vent-courant) est choisie positive pour un courant à droite du vent, et négative pour un courant à gauche. Les résultats expérimentaux présentés ici sont extraits de l’analyse de 260 jours de mesures recueillies sur bouées autonomes en Atlantique (39°N, 79°W) où la fréquence d’inertie f est de 1,26 cycles par jour (cpj). Les figures 1 et 2 sont établies avec les mesures du courant à 13 mètres d’immersion, sa direction étant représentative de celle de la couche entraînée par le vent. Cette extension du modèle d’Ekman donne, pour le déplacement de toute la couche, une phase théorique de +90 pour les vitesses angulaires supérieures à la celle d’inertie (w > -f), et de -90° pour w < -f. Les résultats expérimentaux, relatifs à la phase, corroborent cette théorie (FIG. 1) sauf pour w = O (courant moyen indépendant du vent) et pour w = 2 cpj où prédomine la marée semi-diurne. Le module (FIG. 2), asymétrique par rapport à w, reste significatif (valeurs supérieures à la limite de confiance à 95 %) dans le domaine des vitesses angulaires (-f, 0) où l’énergie dissipée par ondes dispersives est moindre.

82Marié en 1962, Gonella était le père de trois garçons et d’une fille.

83Son œuvre, réalisée dans le domaine de l’océanographie physique, concerne plus particulièrement les interactions océan-atmosphère. Gonella s’intéressa à la théorie d’Ekman sur les courants marins de surface engendrés par un vent permanent. Le vent réel étant essentiellement fluctuant, il étendit cette théorie dans tout le domaine spectral de la variabilité temporelle et en établit les limites grâce à la vérification expérimentale. Afin de démontrer la validité d’une telle approche, Gonella développa une méthode originale d’analyse statistique de séries chronologiques vectorielles, représentées par les mesures de vent et de courant en mer. Il dirigea dès 1975 des études sur le comportement des courants équatoriaux de l’océan Indien en liaison avec la mousson, puis, en 1983, les premières recherches françaises sur l’océan Austral à partir de mesures d’altimétrie satellitale. Citons, parmi ses publications, Observations de la spirale d’Ekman en Méditerranée occidentale (1968), Au sujet de l’applicabilité de la théorie d’Ekman sur les courants marins (1970), A RotaryComponent Method for Analysing Meteorological and Oceanographic Vector Time Series (1971), Étude des courants marins de surface induits par le vent (1974) et Mise en évidence d’ondes de Rossby équatoriales dans l’océan Indien au moyen de bouées dérivantes (1981).

84Au Muséum, Gonella créa en 1983 le centre informatique, qu’il dirigea ensuite pendant cinq ans. Il acheva son activité dans l’établissement en encadrant des étudiants ou des stagiaires étrangers. Par ailleurs, Gonella participa à la définition des programmes européens de recherche et de technologie marine, coordonnant à ce titre, durant une dizaine d’années, la participation française. Il contribua également à la définition de la mission scientifique du satellite franco-américain Topex-Poseidon, pour l’étude par altimétrie satellitale de la marée et des courants marins sur l’ensemble des océans du globe.

Bibliographie

Gonella (Joseph), Travaux et publications, 1982, 40 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 8903).

PJ

GOUAULT A.

dates inconnues (XIXème siècle)
chaire de Culture
Horticulture

85Déjà jardinier du Muséum en 1855, Gouault se trouva plus spécialement chargé des graines en 1858. Il participa vers 1870 aux conférences agronomiques de l’établissement, fut nommé jardinier-chef en 1872 et prit sa retraite en 1884.

Source

Documents Muséum (d’après les archives d’É.-R. Brygoo).

PJ ERB

GRATIOLET Louis, Pierre

né le 5 juillet 1815 à Sainte-Foy-la-Grande (Gironde), mort le 16 février 1865 à Paris

chaire d'Anatomie comparée
Anatomie, Anthropologie

86Fils d’un médecin royaliste et catholique installé vers 1820 dans la ville de Bordeaux, Gratiolet avait une sœur. Il étudia chez les jésuites, puis à l’institution privée Laborde, avant de fréquenter à Paris le collège Stanislas où il obtint son baccalauréat en 1833. D’abord inscrit à l’école de droit, Gratiolet se tourna ensuite vers la médecine, montrant un grand intérêt pour l’anatomie et devenant interne en 1839. Son patron Étienne Pariset le confia alors à Henri Ducrotay de Blainville*, qui le prit en 1842 comme préparateur dans sa chaire d’Anatomie comparée du Muséum. Gratiolet démissionna la même année de l’école de médecine, après s’être vu interdire l’entrée des hôpitaux à la suite d’une lettre malheureuse écrite par lui. De 1844 à 1850, le naturaliste suppléa Blainville pour l’enseignement au Jardin des plantes, soutenant son doctorat en médecine en 1845. Gratiolet dut ensuite patienter de nombreuses années avant de pouvoir accéder à une chaire magistrale : l’ambition, voire l’hostilité de certains de ses collègues bloquèrent sa carrière. Pendant la révolution de 1848, il combattit à la tête d’une compagnie d’artillerie de la Garde nationale. Gratiolet fut en 1852 le suppléant de Louis Duvernoy* au Collège de France – où il dispensa un cours de conchyliologie – et il remplaça en 1853 Emmanuel Rousseau*, comme aide-naturaliste du laboratoire d’Anatomie comparée. Devenu docteur ès sciences en 1862, il obtint finalement en 1863 la chaire de Zoologie et Anatomie comparée d’Isidore Geoffroy Saint-Hilaire* à la Sorbonne. Il mourut moins de deux ans plus tard d’une attaque d’apoplexie.

87De carrure épaisse, Gratiolet portait toute sa barbe. Il fut décrit comme un érudit, consciencieux, indépendant, doué de talents oratoires et volontiers provocateur. Conservateur en politique – il nourrissait des sympathies pour le royalisme-, Gratiolet adhéra aux conceptions sociales de son maître Blainville. De son mariage avec Catherine Schloessing en 1854, il avait eu trois enfants.

88Auteur d’une cinquantaine de publications, il consacra son œuvre à l’anatomie descriptive ou comparée, ainsi qu’à l’anthropologie physique. Il étudia l’organisation interne des Mollusques, des sangsues et des Vertébrés, en concentrant ses efforts sur les systèmes circulatoire et nerveux. Spécialiste incontesté du cerveau des Primates, Gratiolet fut aussi un pionnier de l’utilisation des données embryologiques pour établir les affinités ou les différences zoologiques. Sa conception des phénomènes vitaux, dérivée de celle de Blainville, mettait en jeu une étroite coopération de toutes les parties de l’organisme. Il fut amené par ses recherches neuro-anatomiques à aborder la nature de l’intelligence, un thème qu’il développa dans des travaux anthropologiques dévolus aux races humaines. Concernant ce second champ d’investigations, Gratiolet s’appuya sur son étude chronologique de l’oblitération des sutures crâniennes pour justifier sa croyance en une inégalité intellectuelle des types raciaux. Il niait par ailleurs l’existence de “progrès spécifique”, réfutant du même coup le catastrophisme et le transformisme. Enfin, sur le plan philosophique, Gratiolet tenta toujours d’étayer les doctrines spiritualistes grâce aux données positives de la science. Citons parmi ses publications le Mémoire sur les plis cérébraux de l’Homme et des Primates (1854), l’Anatomie comparée du système nerveux considérée dans ses rapports avec l’intelligence (1839-1857) et le Mémoire sur la microcéphalie considérée dans ses rapports avec la question des caractères du genre humain (1860). Le naturaliste fut par ailleurs l’un des fondateurs de la Société anthropologique de Paris.

Bibliographie

Alix (Edmond), “Notice sur les travaux anthropologiques de Gratiolet”, Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, vol. 3, 1866, pp. 71-103.

Broca (Paul), “Éloge funèbre de Pierre Gratiolet”, Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, vol. 2, 1865, pp. cxii-cxviii.

Coleman (William), “Gratiolet, Louis Pierre”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1972, vol. 5, pp. 504-506.

Tort (Patrick), “Gratiolet Louis Pierre”, in Tort (Patrick) (sous la dir.), Dictionnaire du Darwinisme et de l’Évolution, Paris : PUF, 1996, vol. 2, pp. 2026-2028.

PJ

GRAVIER Charles, Joseph

né le 4 mars 1865 à Orléans (Loiret), mort le 15 novembre 1937 à Paris
chaire d’Histoire naturelle des Mollusques, des Vers et des Zoophytes, puis de Zoologie (Vers et Crustacés)
Zoologie des Invertébrés

89Fils d’un modeste jardinier ou employé des chemins de fer, septième enfant d’une famille en comptant neuf, Charles Gravier fut reçu major de sa promotion à l’école normale d’Orléans. Il fut nommé en 1883 instituteur dans sa ville natale, avant d’entrer deux ans plus tard à l’École normale supérieure de Saint-Cloud. Là, séduit par le cours d’Edmond Perrier* – qui, de son côté, remarqua son brillant élève –, Gravier prit goût à la zoologie. Devenu en 1887 professeur de sciences naturelles à l’école normale d’instituteurs de Grenoble, il obtint la licence de sciences physiques en 1889 et celle de sciences naturelles deux années après. Des bourses du Muséum permirent ensuite au jeune enseignant d’obtenir l’agrégation de sciences naturelles en 1893, puis de commencer à préparer son doctorat dans le laboratoire de Perrier. Gravier dut, pour des raisons administratives, partir en 1894 professer au lycée de Clermont-Ferrand. Mais, il revint l’année suivante à Paris, afin d’occuper les fonctions de préparateur à la faculté des sciences et d’interrogateur à l’École normale supérieure de Saint-Cloud.

90Ayant soutenu en 1896 sa thèse de doctorat ès sciences, Gravier entra en 1898 au Muséum comme assistant de Perrier dans la chaire d’Histoire naturelle des Mollusques, des Vers et des Zoophytes, ainsi que comme sous-directeur du laboratoire de Zoologie comparative de l’École pratique des hautes études. Il ne devait plus quitter désormais l’établissement qui l’avait accueilli, sauf pour accomplir de nombreux voyages d’études sur la côte des Somalis, dans le golfe de Guinée ou dans divers pays d’Europe. Il devint en 1903 le collaborateur de Louis Joubin* – successeur de Perrier–, puis le premier titulaire de la chaire de Zoologie (Vers et Crustacés), créée en 1917 par dédoublement de l’Histoire naturelle des Mollusques, des Vers et des Zoophytes. Élu à l’Académie des sciences en 1922, Gravier remplit les fonctions d’assesseur du directeur au Muséum de 1933 à 1936 et prit sa retraite le 1er octobre 1937. Il mourut brusquement chez lui le mois suivant, après avoir vaqué normalement à ses occupations : visite à son laboratoire le matin, puis séance de l’Académie l’après-midi.

91Le zoologiste était un homme robuste au regard franc. Discrétion et modestie semblent avoir constitué les traits les plus marquants de sa personnalité, que sa timidité naturelle conduisait à éviter les manifestations publiques. Accueillant, parlant plusieurs langues, Gravier montrait une conscience extrême dans ses travaux. Il s’était marié en 1909 avec mademoiselle Belval, professeur de mathématiques au lycée Fénelon, dont il avait eu un fils.

92L'œuvre du naturaliste, toute entière dévolue à la zoologie des Invertébrés, donna lieu à plusieurs centaines de publications. Gravier étudia surtout les Annélides Polychètes, les Coralliaires et les Crustacés Stomatopodes. Il observa les espèces qui l’intéressaient dans leur milieu naturel, notamment en mer Rouge, ainsi que dans les collections rapportées par les grandes expéditions scientifiques, comme celles du Travailleur, du Talisman ou du Pourquoi-pas ? Parmi les publications de Gravier, nous citerons Annélides Polychètes (1906), Les Récifs de coraux et les madréporaires de la baie de Tadjourah (1911) et Ptérobranches (1913).

Bibliographie

Fage (Louis), “Leçon d’ouverture du cours de zoologie faite au Muséum national d’histoire naturelle, le 25 février 1938”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 10, no 2, 1938, pp. 139-158.

Leclainche (Emmanuel), “[s.t.]”, Comptes Rendus hebdomadaires des Séances de l’Académie des Sciences, vol. 205, no 21, 1937, pp. 941-943.

Roubaud (Émile), “Notice sur la vie et l’œuvre de Charles Gravier (1865-1937)”, Notices de l’Académie des Sciences, vol. 2, 1948, pp. 285-301.

PJ

GRÉHANT Nestor, Louis, François

né le 2 avril 1838 à Laon (Aisne), mort le 26 mars 1910 à Paris
chaire de Physiologie générale
Physiologie, Toxicologie

93Fils d’un conducteur des ponts et chaussées, Gréhant suivit des études secondaires à Laon, puis au lycée Napoléon de Paris, obtenant son baccalauréat ès sciences en 1855. Il remporta le deuxième prix d’histoire naturelle au concours général de 1856 et reçut prémonitoirement, à cette occasion, l’ouvrage de Cap intitulé Le Musée d’histoire naturelle. Le jeune homme exerça de 1856 à 1866 les fonctions de préparateur de physique et chimie au lycée Napoléon, obtint une licence ès sciences physiques en 1858, puis le doctorat en médecine six ans plus tard. De 1865 à 1868, Gréhant fut le préparateur de Claude Bernard* à la Sorbonne et au Collège de France, passant avec succès une licence ès sciences naturelles en 1868. Lors du transfert de la chaire de son maître au Muséum en 1868, le jeune homme devint aide-naturaliste dans le laboratoire de Physiologie générale de l’établissement. Il fut nommé chef des travaux physiques et chimiques au laboratoire de Physiologie générale de l’École pratique des hautes études en 1869, soutint son doctorat ès sciences un an plus tard, puis assura diverses suppléances d’enseignement : celle de Paul Bert à la faculté des sciences et, de 1886 à 1891, celle de Charles Rouget* – qui avait remplacé Claude Bernard au Muséum. Nommé professeur intérimaire de physiologie générale en 1892, Gréhant succéda finalement à Rouget comme titulaire de la chaire en 1893. Il devint l’année suivante directeur du laboratoire de Physiologie de l’École pratique des hautes études – où il travaillait depuis vingt-cinq ans à divers titres–et entra à l’académie de médecine en 1905. Gréhant mourut des suites d’une longue maladie dans la capitale.

94Doté d’un visage aux traits réguliers, encadré de longs cheveux blonds, il fut décrit par ses contemporains comme doux, aimable et courtois. Il avait eu quatre enfants de son mariage.

95Gréhant étudia la physiologie de la respiration, celle du sang, les effets du monoxyde de carbone sur l’organisme, la toxicité de l’éthanol, démontra la formation extra-rénale – plus précisément sanguine – de l’urée et mit au point une technique de dosage de l’alcool éthylique au sein des tissus. Par ailleurs, ses études sur l’inhalation des gaz toxiques dans les puits de mines le conduisirent à inventer un “eudiomètre-grisoumètre”. Citons, parmi ses publications, un Manuel de physique médicale (1869), Les Poisons de l’air (1890) et La Santé par l’hygiène (1905).

Source

Dossier personnel (Archives nationales, AJ15, no 556).

Bibliographie

Dieulafoy (Georges), “Décès de Μ. N. Gréhant”, Bulletin de l’Académie nationale de Médecine, 3e série, vol. 63, no 13, 1910, pp. 335-336.

Fontaine (Maurice), “La Chaire de Physiologie générale du Muséum national d’histoire naturelle. Leçon inaugurale faite au Muséum le 8 mai 1944”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 16, no 6, 1944, pp. 204-222.

Perrier (Edmond), “[s.t.]”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, vol. 16, no 3, 1910, pp. 115-117.

PJ

GRÉHANT N. – Peinture à l’huile sur toile par E. Pillière.

GRIAULE Marcel

né le 16 mai 1898 à Aisy-sur-Armançon (Yonne), mort le 23 février 1956 à Paris
chaire d'Ethnologie
Ethnologie

96Griaule, qui naquit dans l’Yonne, était l’un des deux fils d’un employé des chemins de fer. Après avoir fréquenté successivement l’école communale de Villeneuve-la-Guyard, le lycée de Sens, puis le collège Saint-Elme, le jeune homme obtint son baccalauréat latin-sciences en 1916. Il entra la même année au lycée parisien Louis-Le-Grand pour y préparer le concours de l’École polytechnique, fut mobilisé comme canonnier-conducteur en 1917 et suivit les cours de l’école d’artillerie de Fontainebleau. Passé plus tard dans l’aviation, Griaule participa aux opérations de Syrie en 1920-1921, avant de quitter l’armée en 1924 avec le grade de sous-lieutenant. Il reprit ses études universitaires, s’orientant vers les sciences humaines, tout en travaillant chez le bijoutier Chaumet, puis à la revue Documents. À cette époque, la rencontre décisive d’un Abyssin conduisit Griaule à apprendre le guèze et l’amharique sous la direction de Marcel Cohen, pour obtenir en 1927 un certificat de l’école des langues orientales. Le chercheur, qui fut aussi l’élève de Marcel Mauss et de Lucien Lévy-Bruhl, passa en 1928 un diplôme de l’École pratique des hautes études, avant d’effectuer une mission officielle d’un an sur le territoire éthiopien.

97Licencié ès lettres en 1929, Griaule obtint la même année le titre d’assistant honoraire du laboratoire d’Ethnologie de l’École pratique des hautes études, puis il conduisit de 1931 à 1933 la mission Dakar-Djibouti à travers une quinzaine de pays africains. Il devint chargé de recherche de la Caisse nationale des sciences pour 1933-1935, directeur-adjoint du laboratoire d’Ethnologie de l’École pratique des hautes études en 1935, à nouveau chargé de recherche pour 1937-1939 et soutint sa thèse de doctorat ès lettres en 1938. Durant cette période de sa vie, Griaule organisa plusieurs expéditions : Sahara-Soudan (1935), Sahara-Cameroun (1936-1937), puis Niger-lac Iro (1938-1939). Il fut mobilisé de 1939 à 1940 comme capitaine d’aviation, fut chargé d’un cours à l’Institut d’Ethnologie en 1940 et devint secrétaire général de ce dernier établissement, ainsi que sous-directeur de la chaire d’Ethnologie du Muséum en 1941. Nommé directeur du laboratoire d’Ethnologie de l’École pratique des hautes études en 1942, Griaule occupa la même année la première chaire d’Ethnologie créée à la Sorbonne. L'ethnologue fut de nouveau mobilisé de 1944 à 1946, au grade de capitaine, puis de commandant de la deuxième région militaire aérienne. Chargé à partir de 1946 d’une mission permanente dans la boucle du Niger, il devint conseiller de l’Union française en 1947 et présida la Commission des affaires culturelles et des civilisations d’Outre-Mer.

98Griaule fut décrit comme une personnalité attractive, généreuse, un chercheur d’une grande hauteur de vues, qui défendait avec chaleur ses positions. Cet homme d’action et de terrain, par ailleurs excellent écrivain, prôna le travail d’équipe. De son mariage en 1924 avec Jeanne Troupel, il avait eu trois filles.

99Griaule, qui œuvra dans le domaine ethnographique, pratiqua une approche pluridisciplinaire, doublée d’une méthode originale d'“observation plurielle”. Spécialiste des peuples africains dont il révéla toute la richesse culturelle, il étudia la pensée, les coutumes et les institutions de plusieurs ethnies, comme les Bambaras, les Kotokos ou surtout les Dogons du Mali. Concernant ces derniers, il rassembla une somme considérable de savoirs à préserver de l’oubli. Citons, parmi les très nombreuses publications de Griaule, Les Flambeurs d’Homme (1934), Jeux et divertissements abyssins (1935), La Peau de l’ours (1936), Jeux Dogon (1938), Masques Dogon (1938), Les Saô légendaires (1943), Arts de l’Afrique noire (1947), Dieu d’eau, entretiens avec Ogotemmêli (1948), ainsi que Le Renard pâle : ethnologie des Dogons (1965) – rédigé en collaboration avec Germaine Dieterlen. Eethnologue enrichit enfin le Musée de l’Homme de plus de trois mille pièces, récoltées au cours de ses voyages et fit don de nombreux manuscrits en langues guèze ou amharique à la Bibliothèque nationale.

Bibliographie

Fiemeyer (Isabelle), Marcel Griaule, citoyen Dogon, Arles : Actes Sud, 2004, 176 p.

Griaule (Marcel), Titres et travaux scientifiques, 1941, 18 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 6736).

Jolly (Éric), “La Naissance de l’ethnographie française”, in Anthropologie, Nouveaux terrains, Nouveaux objets, n° hors-série de Sciences humaines, no 23, décembre-janvier 1999, pp. 17-18.

Lebeuf (Jean-Paul), “Marcel Griaule (1898-1956)”, in Hommes et Destins : Tome I, Paris : Académie des sciences d’Outre-Mer, 1975, pp. 269-271.

PJ ERB

GRIS Jean, Antoine, Arthur

né le 11 décembre 1829 à Châtillon-sur-Seine (Côte-d’Or), mort le 19 août 1872 à Paris
chaire de Botanique dans le Muséum, puis de Botanique et Physiologie végétale, puis de Botanique, Organographie et Physiologie végétale
Anatomie végétale, Physiologie végétale

100Fils de pharmacien, Gris entra vers 1855 au Muséum comme élève et travailleur bénévole, dans le laboratoire d’Adolphe Brongniart*. Il fut nommé en 1858 suppléant de Hugh d’Algernon Weddell*, qu’il remplaça au poste d’aide-naturaliste de la chaire de Botanique et Physiologie végétale en 1859. Devenu cette même année docteur ès sciences, il suppléa son maître Brongniart pour son enseignement du Jardin des plantes en 1864, puis en 1868. Gris, dont la santé fut affaiblie par un deuil, succomba aux atteintes de la maladie.

101Il fut décrit comme un chercheur consciencieux et un bon enseignant. Il avait épousé, trois ans avant de mourir, l’aînée de ses trois cousines, Berthe Sébille. Celle-ci se trouvant dans le besoin après le décès de son mari, elle obtint par l’entremise de Brongniart une aide financière du Muséum.

102Gris réalisa des investigations botaniques de nature variée, descriptives, systématiques ou physiologiques. Il s’intéressa notamment à la germination, à l’amidon des tissus végétaux ou des graines, aux fonctions des vaisseaux, à la moelle des plantes, à la nutrition des arbres, à l’anatomie des Marantées, à la graine du ricin et à la fleur des Conifères. Par ailleurs, le botaniste étudia la flore de Nouvelle-Calédonie avec son maître Brongniart. Citons parmi ses quatre-vingts publications les Recherches microscopiques sur la chlorophylle (1857), les Recherches pour servir à l’histoire physiologique des arbres (1866), ainsi que le Mémoire sur la moelle des plantes ligneuses (1870). Enfin, il participa dès 1869 à l’enseignement agronomique organisé par le Muséum.

Bibliographie

Brongniart (Adolphe), “Allocution de M. Ad. Brongniart aux funérailles de M. Arthur Gris, 20 août 1872”, Bulletin de la Société botanique de France, vol. 19, Revue bibliographique, no 2, 1873, pp. 99-103.

Tétry (Andrée), “Gris, Jean-Baptiste, Arthur”, in Prévost (Michel), Roman d’Amat (Jean-Charles), Tribout de Morembert (Henri) (sous la dir.). Dictionnaire de biographie française, Paris : Letouzey et Ané, 1985, t. 16, pp. 1268-1269.

PJ ERB

GRUVEL Abel, Jean

né le 14 février 1870 à Le Fleix (Dordogne), mort le 18 août 1941 à Dinard (Ille-et-Vilaine)
chaire de Pêches et Productions coloniales d’origine animale, puis des Pêches Outre-Mer
Ichtyologie, Zoologie des Crustacés

103Fils d’huissier, Gruvel se sentit très tôt une vocation maritime ou coloniale. Il commença à Paris des études de médecine, qu'il abandonna pour la zoologie sous l’influence de ses maîtres Henri de Lacaze-Duthiers*, Alfred Giard et Yves Delage. Dès sa licence ès sciences naturelles obtenue en 1889, le jeune homme accepta le poste de préparateur de Lacaze-Duthiers à la Sorbonne. Il prépara durant son service militaire sa licence ès sciences physiques, qu’il réussit en 1891 à Montpellier. Après son retour dans la capitale, Gruvel soutint en 1893 sa thèse de doctorat ès sciences, inspirée par Delage. Il poursuivit son cursus universitaire à Bordeaux, où il fut nommé successivement chef de travaux en 1894 et maître de conférences en 1900. Cinq ans plus tard débuta la phase coloniale de sa carrière, avec des missions d’étude, ainsi que d’organisation des pêcheries, en Afrique occidentale française. Gruvel, mobilisé en 1914 au retour d’un voyage scientifique sur les côtes tunisiennes, fut blessé durant les combats et perdit totalement la vision d’un œil.

104Le ministre des Colonies avait créé en 1912, dans le cadre de l’École pratique des hautes études, un laboratoire de Productions coloniales d’origine animale, implanté au Muséum. Gruvel fut nommé directeur de ce service, avant de devenir en 1920 le premier titulaire de la chaire de Pêches et Productions coloniales d’origine animale nouvellement instituée. Pour autant, il n’abandonna pas ses voyages à l’étranger, partant au Maroc, en Espagne, en Syrie, en Égypte ou en mer Rouge. Il exerça les fonctions d’assesseur du directeur au Muséum de 1939 à 1940, puis il prit sa retraite en 1940, sans cesser ses activités au laboratoire maritime de Dinard qu’il dirigeait. Mais, sa santé se détériora rapidement et il mourut un an plus tard.

105De constitution robuste, Gruvel se trouva décrit comme un organisateur efficace et un bon administrateur. Il avait eu de son mariage un fils, qui fut tué au début de la seconde guerre mondiale.

106Gruvel consacra ses premiers travaux à la description et à la systématique des Cirripèdes, une direction de recherche qu’il poursuivit jusqu’en 1920, grâce à l’étude de spécimens rapportés par diverses expéditions scientifiques. Puis, dès 1905, il s’intéressa au domaine de la pêche dans les colonies françaises. Il étudia alors divers groupes zoologiques et rédigea un grand nombre de monographies régionales, s’attachant aux sujets les plus divers, comme la technologie de la préparation du poisson ou de ses sous-produits, l’industrie frigorifique liée à la pêche, la pisciculture, les cuirs de Reptiles ou de Requins, la chasse aux Cétacés, ou la protection de la faune coloniale sauvage. Parmi les plus de deux cent cinquante publications qu’il rédigea, citons la Révision des Cirripèdes du Muséum (1902-1904) en trois volumes, L’Industrie des pêches au Maroc (1923), ainsi que la Contribution à l’étude de la bionomie générale et de l’exploitation de la faune du Canal de Suez (1936).

107Au Muséum, Gruvel prononça des cours suivis par de nombreux auditeurs et pourvut son laboratoire d’importantes collections. Il prépara le transfert de celui-ci, initialement installé dans les vieilles galeries d’anatomie comparée, dans des bâtiments neufs dont la mort l’empêcha de voir la construction achevée. Par ailleurs, il organisa le laboratoire maritime de Dinard – créé par Paul Lemoine* –, pour remplacer l’ancienne unité de Saint-Servan.

GRUVEL A. – Plan d’un bâteau-chalutier avec cale refroidie, issu de : Gruvel (Abel), Bouyat (A.), Les Pêcheries de la côte occidentale d'Afrique, Paris : A. Challamel, 1906, p. 190.

Bibliographie

Germain (Louis), “Allocution prononcée aux obsèques de M. le Professeur A. Gruvel, Professeur honoraire au Muséum, Paris : 25 août 1941”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 13, no 5, 1941, pp. 365-366.

Monod (Théodore), “Leçon inaugurale du cours de pêches et productions coloniales d’origine animale, prononcée le 15 mars 1945”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 17, no 2, 1945, pp. 180-200.

PJ ERB

GUIART Jean, Charles, Robert

né le 22 juillet 1925 à Lyon (Rhône)
chaire d'Ethnologie
Ethnologie

108Fils d’un professeur d’histoire naturelle à la faculté de médecine de Lyon, Guiart suivit les cours du lycée Ampère dans sa ville natale. Il obtint son baccalauréat en philosophie, puis fréquenta le Musée de l’Homme où il s’investit dans l’aide aux “chômeurs intellectuels” en 1944. Boursier de l’Institut français d’Océanie de 1946 à 1948, il passa un diplôme de langues orientales et partit en 1947 à Nouméa. Guiart entra l’année suivante comme stagiaire à l’ORSTOM, dont il devint chargé de recherche, puis en 1953 maître de recherche. Durant cette période, il effectua plusieurs séjours aux Nouvelles-Hébrides. Nommé directeur d’études à l’École pratique des hautes études en 1957, il soutint une thèse de doctorat ès lettres en 1964, puis fut détaché du CNRS à la faculté de lettres Paris V où il franchit les étapes successives d’une carrière universitaire : Guiart devint chargé d’enseignement en 1968, maître de conférences, ainsi que professeur à titre personnel en 1969 et finalement professeur d'ethnologie générale en 1970. Nommé peu après directeur de l’Institut d'ethnologie, il prit en 1972 la tête de la chaire d’Ethnologie nouvellement créée au Muséum. Son professorat dans ce dernier établissement fut marqué par de nombreux conflits l’opposant à la direction ou à ses collègues du Musée de l’Homme.

109L'ethnologue s’était marié en 1945 avec Christiane Galibert, dont il avait eu deux enfants, un garçon et une fille. Divorcé en 1949, Guiart se remaria deux années plus tard avec Joséphine Soat-Calimbre qui lui donna deux fils.

110Il consacra la totalité de son œuvre à l’ethnologie des populations du Pacifique. Il étudia notamment les structures des sociétés traditionnelles de Nouvelle-Calédonie, des îles Loyalty, d’Ambym, de Malekula, de Tanna, d’Espiritu Santo ou des Nouvelles-Hébrides. Parmi ses publications, citons Mythologie du masque en Nouvelle-Calédonie (1966), Sociétés et cultures océaniennes (1984), La Terre est le sang des morts : la confrontation entre blancs et noirs dans le Pacifique sud français (1983), ainsi que Structure de la chefferie en Mélanésie du Sud (1992).

Source

Documents Muséum (d’après les archives d’É.-R. Brygoo).

PJ ERB

GUIBÉ Jean, Marius, René

né le 18 février 1910 à Paris, mort le 4 mai 1999 à Caen (Calvados)
chaire de Zoologie (Reptiles et Poissons)
Arachnologie, Batrachologie, Entomologie, Herpetologie, Parasitologie

111Fils de chirurgien, Guibé était le dernier des cinq enfants d’une famille originaire de Normandie. Il obtint le certificat de sciences physiques, chimiques et naturelles en 1930, fit une première année de médecine en 1931, puis passa sa licence ès sciences naturelles (zoologie, botanique, géologie) en 1934 à la faculté des sciences de Caen, où il devint l’assistant du professeur L. Mercier (un spécialiste des Diptères). Définitivement réformé pour cause de maladie en 1935, Guibé fut chargé la même année d’un cours complémentaire de cryptogamie à l’école de médecine et de pharmacie de Caen. Il entretint dès lors des relations suivies avec les chercheurs du Muséum : Louis Fage* au laboratoire des Vers et Crustacés, Jacques Millot* en Anatomie comparée, René Jeannel*, Lucien Chopard*, Eugène Séguy* et Lucien Berland* au service d’Entomologie. Docteur ès sciences en 1939, boursier de recherche du CNRS un an plus tard, Guibé fut mobilisé durant quelques mois en 1940 dans un dépôt d’artillerie de sa ville d’adoption. Il fut nommé chargé de recherche du CNRS en 1943 et servit comme anesthésiste volontaire dans les équipes chirurgicales d’un hôpital de Caen en juin-juillet 1944. Tannée suivante, sur la recommandation de Pierre-Paul Grassé, le naturaliste entra au Muséum comme assistant de Léon Bertin* dans le laboratoire de Zoologie (Reptiles et Poissons). Guibé devint sous-directeur en 1946, effectua des missions sur le territoire algérien (1949), ainsi qu’à Madagascar (1950-1951) et remplaça Bertin à la tête de sa chaire en 1957. Souffrant de violentes migraines récurrentes, il fit valoir ses droits à la retraite pour raison de santé en 1975. Guibé, qui obtint en 1976 l’honorariat de son grade, mourut à l’âge de quatre-vingt-neuf ans des suites douloureuses d’une rupture d’anévrisme.

112Guibé laissa le souvenir d’un homme de tempérament plutôt taciturne, mais non dénué d’humour, d’un chercheur méticuleux et doué pour le dessin. Il s’était marié en 1935 avec Edith Leroy, dont il avait eu quatre enfants : deux filles et deux fils.

113Les travaux de jeunesse effectués par Guibé à Caen furent dévolus à l’arachnologie, à l’entomologie, ainsi qu’à l’éthologie parasitaire. Au Muséum, il se consacra à l’herpétologie, envisagée sous des angles systématiques, anatomiques, biologiques, éthologiques et biogéographiques. Guibé s’intéressa à la faune herpétologique (spécialement aux Batraciens et aux Ophidiens) de Madagascar ou d'Afrique occidentale, à la Tortue grecque, ainsi qu’au dimorphisme sexuel chez les Reptiles. Il décrivit, seul ou en collaboration, près de soixante taxons nouveaux. Parmi plus de cent cinquante publications dues à la plume du naturaliste, citons : Aperçu sur la faune arachnologique de Normandie (1945), Révision des Boïdés de Madagascar (1949), Catalogue des types d’Amphibiens (1950), Les Batraciens à biotopes végétaux (1951), Catalogue des types de Lézards (1954), Les Serpents de Madagascar (1958), Les Plus beaux Reptiles (1959), Les Reptiles (1962), Les Batraciens (1965) et Batraciens de Madagascar (1978). Guibé participa également au grand Traité de zoologie de Pierre-Paul Grassé : il écrivit des compléments ou des mises à jour pour le tome XIII consacré aux Poissons (1958) et rédigea de nombreux chapitres sur les Reptiles (tome XIV 1970).

GUIBÉ J. Platypelis milloti Guibé, 1950, mâle adulte (longueur museau-anus 25 mm) de Nossi Be. Dessin original de Jean Guibé.

114Au Muséum, Guibé enrichit les collections de la ménagerie, dressa les catalogues des types d’Amphibiens et de Lézards présents au sein de l’établissement et prononça dès 1952 des conférences publiques sur les serpents venimeux. Il donna également des cours d’herpétologie à l'Institut d’élevage et de médecine vétérinaire des pays tropicaux.

Bibliographie

Guibe (Jean), Notice sur les travaux scientifiques, Paris : impr. P. André, 1956, 41 p.

PJ RB ERB

GUICHENOT Antoine, Alphonse

né le 31 juillet 1809 à Paris, mort le 17 février 1876 à Cluny (Saône-et-Loire)
chaire de Zoologie (Reptiles et Poissons)
Herpétologie

115Guichenot, qui était le fils d’un jardinier chargé de la culture à la ménagerie du Muséum, entra dans l’établissement en 1828 comme élève. Devenu en 1833 préparateur de la chaire de Zoologie (Reptiles et Poissons), il partit en 1839 avec une mission en Algérie, puis retrouva son poste en 1842. Guichenot fut nommé aide-naturaliste en 1856, prit sa retraite en 1872 et passa les derniers jours de son existence à Cluny. Perçu comme un employé sérieux, il avait épousé en 1842 Anne Latouche, qui reçut des secours du Muséum après la mort de son mari.

116Guichenot réalisa divers travaux concernant les Reptiles du Chili, d’Algérie ou d’Abyssinie. Il participa notamment à la rédaction de L'Exploration scientifique de l’Algérie pendant les années 1840, 1841, 1842 (1844).

Source

Documents Muséum (d’après les archives d’É.-R. Brygoo).

PJ ERB

GUIGNARD Jean, Louis, Léon

né le 13 avril 1852 à Mont-sous-Vaudrey (Jura), mort le 7 mars 1928 à Paris
chaire de Botanique, Organographie et Physiologie végétale
Botanique, Phytochimie

117Second fils d’un cultivateur du Jura, Guignard manifesta dans sa jeunesse de remarquables qualités intellectuelles, ainsi qu’une véritable passion pour la pêche. Il fréquenta l’école communale, tout en recevant des leçons de latin du curé de sa paroisse, l’abbé Bouvier. Ayant perdu son père en 1864, Guignard entra l’année suivante au pensionnat des Orphelins de Dole dirigé par les jésuites. Ce brillant élève obtint son baccalauréat ès lettres à Besançon en 1870 et monta ensuite à Paris pour faire des études de pharmacie. Il effectua son stage préparatoire successivement dans trois officines de la capitale, avant de s’inscrire en 1874 à l’École de pharmacie et à la faculté des sciences. Reçu au concours de l’internat en 1876, puis diplômé pharmacien l’année suivante, Guignard fréquenta l’hôpital Necker et celui de la Pitié. Il remplit les fonctions d’aide de clinique à la faculté de médecine en 1878, fut chef de laboratoire des travaux chimiques dans le service du professeur Charles Lasègue, reçut la médaille d’or de l’internat en 1880, soutint sa thèse de doctorat ès sciences en 1882 et obtint la même année son diplôme supérieur de pharmacien.

118En 1882, Guignard entra au Muséum comme préparateur de l’École pratique des hautes études, dans la chaire de Botanique (Organographie et Physiologie végétale) de Philippe Van Tieghem*. Le pharmacien fut chargé des fonctions d’aide-naturaliste en 1883 mais, dès l’automne de cette même année, il quitta le Jardin des plantes afin d’entamer une carrière universitaire. D’abord chargé de cours à la faculté des sciences de Lyon, puis professeur en 1885, Guignard dirigea de 1884 à 1887 les collections botaniques du Parc de la Tête d’Or, tout en remplissant les fonctions de professeur municipal de botanique appliquée. Ces multiples activités étaient peu propices à la conduite de travaux de recherche, aussi le naturaliste décida-t-il de revenir dans la capitale. Ayant préféré à une chaire en Sorbonne celle de l’École supérieure de pharmacie de Paris qu’Adolphe Chatin venait de quitter, Guignard fut nommé professeur de botanique en 1887. Il entra à l’Académie des sciences en 1895 et remplit les fonctions de directeur de son établissement de 1900 à 1910. Ayant pris sa retraite en 1927, Guignard mourut d’une pneumonie foudroyante dans sa soixante-seizième année. Il avait assisté avec entrain, la veille de son décès, à la leçon inaugurale de son successeur Paul Guérin, et s’était entretenu le soir même avec son élève René Souèges.

119De taille moyenne, le front large, le regard vif, Guignard portait la moustache. Il laissa le souvenir d’un homme affable, gai, simple, serviable, modeste et indulgent. Ce chercheur méticuleux, dont le jugement faisait autorité dans les milieux scientifiques, prenait bien soin ne jamais froisser ses interlocuteurs. Bon pédagogue, Guignard exposait à l’amphithéâtre les questions les plus difficiles avec clarté et concision. Il était marié.

120Guignard élabora une œuvre scientifique considérable, portant sur la cytologie, l’anatomie, la biologie et la chimie végétales. En cytologie, il décrivit le comportement des chromosomes au cours des différentes phases de la mitose, établissant l’analogie avec les divisions nucléaires dans les cellules animales, et montra l’existence du centrosome, ainsi que de la méiose, chez les plantes. En anatomie, Guignard abandonna la méthode morphologique statique de son maître Van Tieghem, pour adopter une démarche cinématique : ceci l’amena à explorer les diverses phases du cycle de reproduction des végétaux. Le pharmacien découvrit ainsi (indépendamment du russe Sergueï Navachine) le phénomène de la double fécondation chez les Angiospermes, étudia la formation du sac embryonnaire chez les Phanérogames (en particulier les Légumineuses) et réalisa de nombreuses observations sur les gamètes mâles des Cryptogames, les pollens, les ovules, la stérilité des hybrides, ainsi que sur le développement de la graine. Par ailleurs, Guignard décrivit les constituants de l’appareil sécréteur chez les Laminaires et les Copaïers. Il réalisa en phytochimie d'importantes investigations sur la localisation tissulaire des hétérosides soufrés ou cyanogénétiques et de leurs enzymes d’hydrolyse (myrosine, émulsine). Ces dernières recherches conduisirent le pharmacien à mettre au point la “réaction au papier picro-sodé de Guignard” (permettant de détecter des traces d’acide cyanhydrique), à signaler au terme d’une vaste étude le danger toxique représenté par la consommation du haricot de Java et à observer les influences réciproques du porte-greffe et du greffon. Plus accessoirement, Guignard réalisa des travaux sur le polymorphisme bactérien ou sur différentes questions pharmaceutiques. Nous citerons, parmi quelque cent trente publications dues à sa plume : Recherches anatomiques et physiologiques sur l’embryogénie des légumineuses (1881), Recherches sur la structure et la division du noyau cellulaire chez les végétaux (1884), Sur la formation des anthérozoïdes des Hépatiques, des Mousses et des Fougères (1889), Sur la localisation des principes qui fournissent les essences sulfurées des Crucifères (1890), Nouvelles études sur la fécondation ; comparaison des phénomènes morphologiques observés chez les plantes et chez les animaux (1891), Recherches sur le développement de la graine, en particulier du tégument séminal (1893), L’Appareil sexuel et la double fécondation chez les Tulipes (1900), Le Jardin botanique de l’École supérieure de pharmacie de Paris (1903), Le Haricot à acide cyanhydrique. Étude historique, botanique et chimique. Nouveau procédé pour déceler l’acide cyanhydrique (1906), Guide de l’Inspecteur des pharmacies (1909) – en collaboration avec Eugène Roux – et Sur la formation du pollen (1915). Durant la brève période qu’il passa au Muséum, où il prépara ses thèses universitaires, Guignard rédigea avec Van Tieghem un article sur le mécanisme de la chute des feuilles.

121Guignard enrichit à Lyon les collections végétales du Parc de la Tête d’Or, où il installa des plantes aquatiques, une rocaille alpestre, ainsi qu’un petit élevage de vers à soie. À l’École de pharmacie de Paris, il fit construire de nouveaux laboratoires, agrandit la bibliothèque, améliora le jardin botanique, introduisit dès 1895 l'enseignement de la bactériologie et orchestra la célébration du bicentenaire. Enfin, Guignard, qui connaissait bien la flore de la région parisienne, organisa des excursions botaniques pour ses étudiants.

Bibliographie

Béclère (Antoine), “Décès de M. Guignard”, Bulletin de l’Académie de Médecine, 3e série, vol. 99, no 11, 1928, pp. 306.

Berman (Alex), “Guignard, Jean Louis Léon”, in Gillispie (Charles) (sous la dir), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, vol. V, 1972, pp. 571-582.

Davy de Vireville (Adrien), Histoire de la botanique en France, Paris Société d’édition d’enseignement supérieur, 1954, pp. 135-136 et 147-151.

Guérin (Paul), “Léon Guignard, 1852-1928”, Bulletin des Sciences pharmacologiques, vol. 35, 1928, pp. 354-380.

Guignard (Léon), Notice sur les travaux scientifiques, Paris : Masson, 1895, 100 p. (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 3472).

Hamy (Maurice), “Décès de M. Guignard”, Comptes Rendus hebdomadaires de l’Académie des Sciences, vol. 186, no 11, 1928, pp. 661-665.

Perrot (Émile), “Notice nécrologique sur M. Guignard”, Bulletin de l’Académie de Médecine, 3e série, vol. 99, no 11, 1928, pp. 307-311.

Souèges (René), “Léon Guignard, 1852-1928”, in Bedel (Charles) (sous la dir.), Figures pharmaceutiques françaises : notes historiques et portraits, 1803-1953, Paris : Masson, 1953, pp. 203-208.

Souèges (René), “Léon Guignard (13 avril 1852-7 mars 1928”, Comptes Rendus des Séances publiques de l’Académie de Pharmacie, séance du 5 janvier 1955, 1955, pp. 36-46.

PJ

GUILLAUMIN André, Louis, Joseph, Edmond, Armand

né le 21 juin 1885 à Arrou (Eure-et-Loir), mort le 24 mai 1974 à Athis-Mons (Essonne)
chaire de Botanique (classification et familles naturelles de Phanérogames), puis de Botanique, Organographie et Physiologie végétale, puis de Culture
Agronomie, Phanérogamie

122Fils d’un propriétaire terrien, Guillaumin suivit des études secondaires au collège des jésuites de la rue de Vaugirard, obtint sa licence ès sciences naturelles en 1906, puis effectua ses premières recherches scientifiques dans les laboratoires de Botanique du Muséum. Il fut recruté en 1909 par Henri Lecomte* comme préparateur de la chaire de Botanique (classification et familles naturelles de Phanérogames). Reçu docteur ès sciences l’année suivante, Guillaumin fut mobilisé avec le grade de sous-lieutenant d’infanterie lors de la Grande Guerre, dont il rapporta deux blessures et les galons de capitaine. Le naturaliste fut nommé au Muséum assistant de la chaire de Botanique, Organographie et Physiologie végétale en 1920, puis transféré la même année dans la chaire de Culture, où il succéda en 1932 à Désiré Bois* retraité. Mobilisé de nouveau en 1939 comme chef de bataillon de réserve, Guillaumin effectua onze ans plus tard, durant huit mois, son unique séjour en Nouvelle-Calédonie. Il fut assesseur du directeur au Muséum de 1947 à 1950, prit une retraite studieuse en 1956 et mourut brusquement à l’âge de quatre-vingt-neuf ans. Il fut le dernier titulaire de la chaire de Culture au Muséum.

123Guillaumin portait la barbe, la moustache et se coiffait fréquemment d’un béret. Il laissa le souvenir d’un homme simple, honnête, réservé, courtois mais ferme dans ses convictions, qui pratiquait la charité. Fort érudit, le naturaliste s’intéressait hors de sa spécialité à diverses disciplines, comme l’histoire ou l’ethnologie. De son mariage en 1910 avec Marie Manigant, il avait eu plusieurs enfants.

124Guillaumin fut, selon ses propres termes, un jardinier et un systématicien. Grand spécialiste de la flore de Nouvelle-Calédonie, il étudia également la flore des Nouvelles-Hébrides, celle de l’Indochine, les Orchidées, les Cactées, les plantes grasses, les Citrus, ainsi que diverses plantes horticoles ou alimentaires. Citons, parmi les sept cent cinquante publications de toute nature – notes, articles, mémoires ou ouvrages – qui lui sont dues : Les Fleurs de jardins (1929-1936), Les Cactées cultivées (1931) et la Flore analytique et synoptique de la Nouvelle-Calédonie, Phanérogames (1948). Par ailleurs, Guillaumin contribua à l’élaboration d’une nomenclature horticole rationnelle.

125Le naturaliste, bien que dirigeant au Muséum un service doté de moyens financiers fort restreints, dota l’établissement d’un jardin d’hiver, d’un jardin alpin, d’un jardin désertique, d’une serre des plantes utiles, d’un parc écologique, d’un jardin officinal et reconstitua l’école de botanique. Il développa enfin le “Jardin de Jussieu” (avec Paul Jovet* et P. Cuynet) établi au domaine de Chèvreloup.

Bibliographie

Hamel (Jean-Louis), “André Guillaumin (1885-1974)”, Bulletin de la Société botanique de France, vol. 123, 1976, pp. 89-94.

Hamel (Jean-Louis), “André Guillaumin, huitième et dernier professeur de Culture au Muséum national d’histoire naturelle”, Revue générale de Botanique, vol. 85, 1978, pp. 157-200.

Vilmorin (Roger de), “André Guillaumin (1885-1974)”, Comptes Rendus des Séances de l’Académie d’Agriculture de France, vol. 61, 1975, pp. 995-998.

PJ

GUILLE Alain

né le 31 mars 1938 à Douai (Nord), mort le 4 juin 2001 à Paris
chaire de Biologie des Invertébrés marins et Malacologie
Écologie, Zoologie des Invertébrés

126Titulaire d’un baccalauréat de sciences expérimentales en 1955, Guille obtint une licence ès sciences naturelles en 1960, puis un DEA d’océanographie biologique l’année suivante. Il entra en 1961 comme assistant au laboratoire Arago de Banyuls-sur-Mer et soutint une thèse de doctorat de troisième cycle en 1963. Devenu maître-assistant, ainsi que docteur ès sciences en 1969, Guille participa durant cette période de sa vie à diverses campagnes océanographiques : le long de la côte catalane (1963, 1970, 1971), en Méditerranée occidentale (1966), en Mauritanie et aux Canaries (1967) et aux Açores (1971). Il quitta en 1973 le laboratoire Arago pour le Muséum, où il occupa un poste détaché au CNRS dans le cadre de la chaire de Biologie des Invertébrés marins et Malacologie de Claude Lévi*. Trois missions à bord de la vedette océanographique La Japonaise se succédèrent aux îles Kerguélen en 1972, 1974 et 1975-1976. Il dirigea également plusieurs campagnes océanographiques à bord du Marion Dufresne en 1975 dans l’océan Indien, en 1982 à La Réunion et en 1987 au Brésil. Nommé chargé de recherche du CNRS en 1976, puis maître de conférences sous-directeur du laboratoire de Biologie des Invertébrés marins et Malacologie en 1979, Guille dirigea de 1986 à 1988 l’unité associée au CNRS 699 qu’il animait depuis sa création en 1981. Il devint finalement en 1989 professeur de l’université Pierre et Marie Curie, ainsi que directeur du laboratoire Arago. Décédé dans sa soixante-cinquième année, Guille avait eu quatre enfants de ses deux mariages.

127Consacrant ses travaux à l’écologie et à la systématique des Invertébrés marins, le chercheur étudia en particulier l’écosystème benthique, ainsi que la taxonomie du groupe des Échinodermes. Citons, parmi les publications de Guille, Le Benthos du plateau continental des Îles Kerguelen : résultats scientifiques de la campagne MD04/ benthos du Marion Dufresne et des prospections de 1972 à 1975 de La Japonaise (1977) – rédigé en collaboration avec J. Soyer –, Faune de Madagascar : Échinodermes, Ophiuridés (1978) – avec Gustave Cherbonnier*, Résultats biologiques de l’expédition Snellius : Echinodermata. Ophiuroidea (1984) – rédigé avec Wim Wolff – et Guide des étoiles de mer, oursins et autres Échinodermes du lagon de Nouvelle-Calédonie (1986). Par ailleurs, Guille assuma de multiples responsabilités administratives au CNRS et au laboratoire Arago, dont il réalisa une importante extension dans les années 1990, et il créa le Centre des sciences de la mer de l’université Pierre et Marie Curie, dont il fut le premier directeur.

Bibliographie

Anonyme, “Décès : Alain Guille”, Le Monde, 57e année, no 17533, vendredi 8 juin 2001, p. 26.

Guille (Alain), Titres et travaux scientifiques, 1979, 33 p. dactylographiées (fonds entomologie du Muséum national d’histoire naturelle).

PJ

GUILLEMIN Jacques, Antoine

né le 20 janvier 1796 à Pouilly-sur-Saône (Côte-d’Or), mort le 15 janvier 1842 à Montpellier (Hérault)
chaire de Botanique dans le Muséum
Anatomie végétale, Phanérogamie, Physiologie végétale

128Fils d’aubergiste, Guillemin étudia au collège communal de Seurre, avant de travailler dix-huit mois chez un notaire. Le jeune homme devint en 1812 apprenti pharmacien pour deux ans dans une officine de Dijon, puis se rendit à Genève où il fut l’élève des botanistes Jean Vaucher et Augustin-Pyramus de Candolle. Une chute survenue lors d’une herborisation dans les Alpes entraîna une grave fracture de son bras droit, qui lui laissa à vie une gêne de l’articulation du coude. Après son retour à Paris en 1820, Guillemin assuma la fonction de conservateur de l’herbier, ainsi que de la bibliothèque de botanique, de Benjamin Delessert. Il entra en 1827 au Muséum comme aide-préparateur de botanique, soutint en 1832 son doctorat en médecine et succéda en 1834 à Adolphe Brongniart* dans la place d’aide-naturaliste dans la chaire de Botanique dans le Muséum. Chargé de dispenser des cours de botanique à l’Institut horticole de Fromont de 1830 à 1834, il fut reçu pharmacien de l’école de Paris en 1838 et partit alors étudier le thé au Brésil durant un an. Il subit ultérieurement les atteintes d’une maladie organique, alla se soigner au début du mois de janvier 1842 à Montpellier, mais mourut quelques jours seulement après son arrivée dans le Midi. Selon certains auteurs, Guillemin aurait obtenu à la fin de sa vie le titre d’agrégé de l’école de pharmacie de Paris.

129Il laissa le souvenir d’un homme bon, doué d’une impressionnante mémoire et cachant une vaste érudition sous une extrême simplicité. Il avait la plume facile, mais son caractère distrait l’empêchait de se concentrer sur un travail de manière suivie. Sachant railler sans amertume ni méchanceté, ce gai philosophe faisait bénéficier ses proches d’une conversation pleine d’anecdotes pittoresques.

130Guillemin œuvra dans les domaines de l’organographie ou de la physiologie végétales, ainsi que de la botanique descriptive. Il étudia notamment l’organisation du fruit des Cistinées, les vaisseaux poreux du bois des Conifères, les anomalies de certaines fleurs, l’hybridité des plantes, pratiqua l’observation microscopique de nombreux grains de pollens, s’intéressa à la flore de Sénégambie et décrivit les caractères de genres nouveaux (tels Jaubertia ou Pilostyles). Parmi ses publications figurent les Considérations sur l’hybridité des plantes en général et particulièrement sur celle de quelques gentianes alpines (1823) – rédigé avec Dumas–, ainsi que Florae Senegambiae tentamen, seu, Historia plantarum in diversis Senegambiae regionibus a peregrinatoribus Perrottet et Leprieur detectarum (1830-1833) – rédigé avec Georges Perrottet et Achille Richard*. Guillemin participa aussi à l’élaboration de certains ouvrages à caractère synthétique, comme les Icones selectae plantarum (1827) de Benjamin Delessert ou le Dictionnaire des drogues simples et composées (1827-1829) d’Alphonse Chevallier. De son voyage au Brésil, il ramena dix-huit caisses remplies de spécimens botaniques, parmi lesquels figuraient mille cinq cents plants de thé. Il fonda par ailleurs les Archives de Botanique en 1833.

Source

Dossier personnel (Archives nationales, AJ15, no 547).

Bibliographie

Lassègue (A.), Notice sur la vie et les travaux de Guillemin, D. M., Paris : Paul Renouard, 1842, 14 p.

PJ

GUILLIEN Yves

né en 1903, mort le 7 novembre 1985
chaire de Préhistoire
Paléogéographie

131D’origine charentaise, Guillien était agrégé d’histoire et de géographie. Il enseigna d’abord dans le secondaire, puis aux deux écoles normales supérieures de Saint-Cloud et de Fontenay, avant d’occuper pendant quelques années un poste de chargé de recherche au CNRS. Entré en 1964 au Muséum comme sous-directeur de la chaire de Préhistoire, le chercheur conserva cette dernière position jusqu’à sa retraite. Il mourut à l’âge de quatre-vingt-deux ans.

132Auteur d’une œuvre orientée essentiellement vers la paléogéographie, Guillien effectua la plupart de ses travaux de terrain en Charentes-Poitou-Dordogne. Ses premières investigations (1936-1955) portèrent sur les terrasses de la Charente, dont il relia directement l’édification aux variations climatiques, réservant au voisinage immédiat des estuaires l’influence – alors surestimée par la théorie eustatique de Dupéret – des variations du niveau marin sur l’activité fluviatile. Dans cette perspective, Guillien interpréta la basse terrasse charentaise où existe une abondante industrie de technique levalloisienne, tandis que le Moustérien et le renne n’y sont que sporadiquement présents. Il généralisa le terme local de “grèzes” pour désigner les dépôts de pentes lités, dont il expliqua les mécanismes de formation – cryergie et nivation–, les conditions de genèse, ainsi que la localisation chronologique restreinte aux épisodes pléniglaciaires des temps préhistoriques. Observant l’influence du froid sur les couches au cours du Quaternaire, il mit en évidence le rôle du délitement des surplombs dans la genèse des abris-sous-roche. Il étendit son intérêt pour les conséquences des basses températures au remplissage des sites préhistoriques, étudiant les restes d’animaux – notamment de rennes – contenus dans les couches et déduisant de ces recherches le fait suivant : du Moustérien au Magdalénien, des paysages de taïga ou de steppe – propices à l’occupation humaine – auraient alterné avec une absence de végétation correspondant aux grèzes litées (stades pléniglaciaires).

133Guillien chercha ensuite (de 1957 à 1963) à établir les rapports entre le Würm et l’Éemien, ainsi que les corrélations entre la chronologie géologique et les successions préhistoriques. Il se trouva ainsi conduit à caractériser du nord de l’Europe à la Méditerranée plusieurs domaines géographiques, définis par des spécificités palynologiques, paléopédologiques ou préhistoriques. Parmi les publications de Guillien, qui ne rédigea pas de gros ouvrages de synthèse, figurent : Les Paléosols des grèzes françaises (1962), Néoglaciaire et Tardiglaciaire : géochimie, palynologie, préhistoire (1962), Dentures de rennes et saisons de chasse : l’abri aurignacien de la Quina (1968) et Paléoclimatologie et stratigraphie : géomorphologie et malacologie de quelques dépôts de pente charentais (1969). Guillien exerça enfin, de 1964 à 1972, la charge de directeur de circonscription préhistorique pour la région Poitou-Charentes.

GUINOT Danièle

née le 25 décembre 1933 à Thionville (Moselle) chaire de Zoologie (Vers et Crustacés), puis de Zoologie (Arthropodes)
Carcinologie

134Bachelière de la série lettres et philosophie en 1951, Danièle Guinot suivit d’abord des études d’histoire naturelle à la faculté des sciences de Montpellier, où elle obtint le certificat de sciences physiques, chimiques et naturelles en 1952, puis la licence en 1954. Elle acquit ensuite un certificat de biologie générale à la Sorbonne en 1955 et un diplôme d’histoire des sciences de l’École pratique des hautes études en 1964. Accueillie par Louis Fage* comme chercheur libre dans la chaire de Zoologie (Vers et Crustacés), Guinot exerçait les fonctions d’assistante lorsque Max Vachon* prit la direction du service en 1955. Elle fut titularisée en 1957 et effectua de 1957 à 1969 des missions d’études dans divers laboratoires en France ou à l’étranger (Londres, Munich, Vienne, États-Unis, URSS). Nommée maître-assistante en 1969, Guinot, qui soutint sa thèse de doctorat ès sciences en 1977 (avec Théodore Monod* et Pierre Drach), accéda au grade de sous-directeur du laboratoire de Zoologie (Arthropodes) en 1988. Ses collaborations internationales et ses voyages s’intensifièrent par la suite (Brésil, Singapour, Australie, etc.).

GUINOT D. Poupinia hirsuta Guinot, 1991, holotype mâle, 48 x 38 mm (MNHN B-24345), Polynésie française, archipel de la Société, île de Laiatea, collection du navire océanographique Marara, récolté le 21 juin 1990, station 264, pêche au casier à 440 m. (Photo Joseph Poupin, MNHN).

135Guinot se spécialisa rapidement dans l’étude des Crustacés Décapodes Brachyoures (Crabes), conduisant des recherches de morphologie comparée, de biogéographie, de systématique et de phylogénie. De plus, elle s’intéressa aux rapports existant entre la morphologie d’une part et la fonction, le comportement et l’écologie, d’autre part. Guinot utilisa, au début des années 2000, des analyses moléculaires pour identifier de nouveaux Crabes hydrothermaux. En 2003, elle avait décrit quatre taxons de rang supérieur à la famille, dix familles ou sous-familles, quarante-sept genres et cent soixante-trois espèces, tous actuellement valides. Ses collègues de par le monde lui dédièrent trente taxons (six genres et vingt-quatre espèces). Guinot se consacra également à l’étude des Crabes fossiles. Citons, parmi ses cent quarante-cinq principales publications, Recherches préliminaires sur les groupements naturels chez les Crustacés Décapodes Brachyoures (1966-1971), Principes d'une classification évolutive des Crustacés Décapodes Brachyoures (1978), Données nouvelles sur la morphologie, la phylogénèse et la taxonomie des Crustacés Décapodes Brachyoures (1979), Description d’un crabe hydrothermal nouveau du genre Bythograea (Crustacea, Decapoda, Brachyura) et remarques sur les Bythograeidae de la dorsale du Pacifique oriental (1997) – avec Michel Segonzac–, Evolution of the Abdominal Holding Systems of Brachyuran Crabs (1998) – avec Jean-Marie Bouchard–, A New Subfamilial Arrangement for the Dromiidae de Haan, 1833, with Diagnoses and Description of New Genera and Species (2003) – avec Marcos Tavares – et Two New Species of Hydrothermal Vent Crabs of the Genus Bythograea from the Southern East Pacific Rise and from the Galapagos Rift (2003) – avec des chercheurs américains.

136Au Muséum, Guinot participa à la réorganisation des collections de Crustacés en reclassant et en inventoriant l’ensemble des Décapodes Brachyoures. Elle détermina de nombreux spécimens rapportés par diverses expéditions océanographiques. Enfin, Guinot collabora à de multiples expositions présentées dans le cadre du Muséum.

Sources

Renseignements fournies par l'intéressée.

Bibliographie

Guinot (Danièle), Titres et travaux scientifiques, 1980, 56 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 9164).

PJ

Source

Biographie dactylographiée fournie par Patrick Pollet.

PJ

Table des illustrations

Légende GAGNEPAIN F. – Planche d’herbier : Sambucus nigra L, récolté à Clamart (Hauts-de-seine), le 14 septembre 1919. Leg. Gagnepain, herbier du Muséum.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2101/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 335k
Légende GAY-LUSSAC J. – Affiche annonçant les cours de chimie générale de Joseph Gay-Lussac au Muséum (1844).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2101/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende GEOFFROY SAINT-HILAIRE É. – Planche de podencéphale issue de : Geoffroy Saint-Hilaire (Étienne), Philosophie anatomique. Des monstruosités..., Paris : Méquignon-Marvis, 1822, pl. VI. Dessin de Huet, gravure de De Plée père.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2101/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Légende Louis GERMAIN
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2101/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Légende GINSBURG L. Amphicyon major Blainville (Carnivora Ursidae Amphicyoninae) du Miocène de Sansan (Gers), squelette complet d'une femelle. (Photo Patrick Lafaite, MNHN).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2101/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 483k
Légende GONELLA J. — Relation vent-courant marin de surface.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2101/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende GRÉHANT N. – Peinture à l’huile sur toile par E. Pillière.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2101/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende GRUVEL A. – Plan d’un bâteau-chalutier avec cale refroidie, issu de : Gruvel (Abel), Bouyat (A.), Les Pêcheries de la côte occidentale d'Afrique, Paris : A. Challamel, 1906, p. 190.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2101/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 263k
Légende GUIBÉ J. Platypelis milloti Guibé, 1950, mâle adulte (longueur museau-anus 25 mm) de Nossi Be. Dessin original de Jean Guibé.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2101/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende GUINOT D. Poupinia hirsuta Guinot, 1991, holotype mâle, 48 x 38 mm (MNHN B-24345), Polynésie française, archipel de la Société, île de Laiatea, collection du navire océanographique Marara, récolté le 21 juin 1990, station 264, pêche au casier à 440 m. (Photo Joseph Poupin, MNHN).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2101/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 277k

© Publications scientifiques du Muséum, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

e-f
 
h