Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books
d
g

Du Jardin au Muséum en 516 biographies

 | 
Philippe Jaussaud
, 
Édouard-Raoul Brygoo

Du Jardin au Muséum en 516 bibliographies

e-f

Texte intégral

ERARD Christian, Raymond, Georges

né le 25 mai 1939 à Hennezel (Vosges)
chaire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux), puis Écologie générale
Écologie, Ornithologie

1Érard s’intéressa très tôt aux Oiseaux, qu’il pouvait observer dans les forêts de ses Vosges natales. Élève maître à l’école normale de Châlons-sur-Marne de 1956 à 1960, il collabora dès cette époque avec le CRMMO du Muséum. Érard devint instituteur en 1961, passa la même année avec succès le certificat du SPCN à Reims, puis accomplit son service militaire de 1961 à 1963. Le jeune enseignant obtint les certificats de botanique générale, de biologie et microbiologie végétale, ainsi que de biologie générale, à Paris en 1963. Toujours en 1963, Érard fut nommé professeur des collèges d’enseignement général. Il entra en 1964 au Muséum, comme assistant de la chaire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux) détaché au CRMMO. Dès 1966, Érard inaugura une longue série de missions à l’étranger, qui devaient le conduire dans de nombreux pays d’Afrique, du Proche et du Moyen-Orient, en Guyane, aux États-Unis et au Canada. Il fut nommé maître de conférences sous-directeur de la chaire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux) en 1975, soutint sa thèse de doctorat ès sciences en 1989, puis assura comme professeur la direction de son laboratoire à partir de 1990. Érard, qui prit la tête de l’unité associée au CNRS “Fonctionnement, évolution et systèmes régulateurs des écosystèmes forestiers tropicaux” en 1998, devint la même année directeur du laboratoire d’Écologie générale du Muséum. Il a eu trois filles.

2Ornithologiste, Érard consacra ses travaux scientifiques à divers thèmes. D’abord, l’étude des migrations, puis l’éco-éthologie des Oiseaux des régions tropicales (notamment des forêts), incluant en particulier la structuration et l’évolution des peuplements, les systèmes d’organisation sociale, l’utilisation spatio-temporelle des ressources et les communications inter-ou intraspécifiques. Ensuite, les relations plantes-animaux, une thématique qui donna lieu à des investigations concernant le rôle des Oiseaux frugivores dans la dynamique forestière ; d’où des considérations sur le phénomène de coévolution ou sur les marqueurs de l’évolution des milieux naturels. Enfin, Érard étudia la systématique aviaire (incluant la phylogénie et la biogéographie) en s’intéressant plus spécialement aux Passériformes afro-et néotropicaux. Citons, parmi plus de deux cents publications dues à la plume du naturaliste : L'Irruption de Jaseurs Bombycilla garrulus (L.) en France en 1965-66 (1967), Contribution à l’étude des oiseaux d’Iran (1970) – en collaboration avec Robert Daniel Etchécopar-, Taxonomie des serins à gorge jaune d’Éthiopie (1974), Les Oiseaux des régions forestières du nord-est du Gabon (1986) – avec André Brosset –, Écologie et comportement des gobe-mouches (Aves : Muscicapinae, Platysteirinae, Monarchinae) du Nord-Est du Gabon (1987-1990) en deux volumes, Rôle des oiseaux frugivores terrestres dans la dynamique forestière en Guyane française (1989) et Le Peuplement avien des Petites Antilles (1991).

ÉRARD C. – Croquis de terrain d’un tchitrec d’Afrique Terpsiphone viridis (Monarchidae), mâle en plumage de type blanc sur le nid, Ipassa (= M’Passa), Haut Ivindo, Gabon, 27 novembre 1972.

3Au Muséum, Érard enrichit et informatisa les collections de la chaire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux), développa une série de spécimens destinés aux analyses phylogénétiques, implanta une unité de cytogénétique et mit en place divers programmes scientifiques dans le cadre du CRBPO (ex CRMMO), dont il supervisa la restructuration des bases de données. Enfin le naturaliste, qui fut chargé de divers enseignements universitaires, réalisa de multiples expertises de collections zoologiques pour des musées ou des universités français.

Bibliographie

Érard (Christian), Dossier de candidature à la direction du laboratoire d’Écologie générale, 1998, 26 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle).

PJ

FABRIÈS Jacques, Louis

né le 9 avril 1932 à Albi (Tarn), mort le 19 juillet 2000 à Paris
chaire de Minéralogie
Minéralogie, Pétrographie

4Après des études secondaires au lycée d’Albi, Jacques Fabriès fut admis en 1951 à l’École nationale supérieure de géologie de Nancy, dont il sortit en 1954 major de sa promotion et licencié ès sciences. Il fut assistant en géologie à la faculté des sciences de Nancy de 1955 à 1961, remplit ses obligations militaires de 1959 à 1961, puis soutint sa thèse de doctorat ès sciences en 1963. Nommé maître-assistant à Nancy en 1963, maître de conférences à la faculté des sciences d’Alger la même année, maître de conférences en géologie et minéralogie à la faculté des sciences de Nancy en 1965, Fabriès se trouva détaché à la faculté des sciences d’Alger comme professeur et directeur du département des sciences de la Terre de 1966 à 1968. Il devint en 1968 professeur titulaire de la chaire de Minéralogie au Muséum, un établissement dont il fut le directeur de 1990 à 1994. De plus, Fabriès dirigea entre 1978 et 1990 l’unité associée au CNRS Minéralogie des roches profondes et des météorites. Marié en 1959 à Georgette Fray, il avait eu une fille.

5Fabriès œuvra dans les domaines de la minéralogie, ainsi que de la pétrographie. Surtout intéressé par les roches profondes, il utilisa les amphiboles en tant que minéraux traceurs de leurs conditions de formation. Il étudia notamment les roches ultramafiques du manteau supérieur, l’évolution de ce dernier sous les Pyrénées au cours du Mésozoïque, les roches cristallines ou métamorphiques de la province de Séville et les granites de l’Ouest africain. Outre de nombreux articles spécialisés, Fabriès publia L'Origine et la réorganisation des collections minéralogiques du Muséum national : chronique des musées de minéralogie (1973), une Détermination des minéraux des roches au microscope polarisant de Marcel Roubault (1982), ainsi que l’Utilisation des échanges Fe-Mg en géothermie : application aux roches majiques et ultramafiques (1984). Il engagea enfin, pendant son directorat, le Muséum dans une dynamique de modernisation, inaugurant l’ouverture de la grande galerie de l’Évolution au terme de cinq ans de travaux.

Bibliographie

Curriculum vitae de Jacques Fabriès, communiqué par lui-même.

PJ

FAGE Baptiste, Louis

né le 30 septembre 1883 à Limoges (Haute-Vienne), mort le 28 mai 1964 à Dijon (Côte-d’Or)
chaire de Zoologie (Vers et Crustacés)
Arachnologie, Biogéographie, Ichtyologie, Zoologie des Annélides et des Crustacés

6Fils d’un bâtonnier du barreau de Limoges, Fage était issu d’une famille comptant surtout des hommes de loi ou des membres de professions libérales. Le jeune garçon fut très tôt passionné par la mer. Il étudia avec ses deux frères au collège Saint-Martial de sa ville natale puis, devenu bachelier en 1900, il partit à Paris. Là, le jeune homme décida de se consacrer aux sciences de la nature : l’amitié de son père pour Edmond Perrier*, ainsi que la visite des galeries du Muséum, s’étaient trouvées à l’origine de son choix. Fage s’initia, sous la direction de Charles Gravier*, à l’étude de la faune marine dans le cadre du laboratoire de Saint-Vaast-la-Hougue (île Tatihou), obtint sa licence ès sciences naturelles en 1902 et soutint sa thèse de doctorat ès sciences en 1906. Aussitôt après, il accepta la proposition que lui fit Paul Fabre-Domergue d’entrer au Service des pêches maritimes, comme naturaliste responsable des Poissons au laboratoire Arago de Banyuls-sur-Mer.

7À la suite de plusieurs années de travail, qu’interrompit brièvement de 1914 à 1915 la première guerre mondiale, Fage fut appelé en 1920 par Charles Gravier au Muséum, pour y occuper le poste d’assistant de la chaire de Zoologie (Vers et Crustacés). Il devint en 1932 directeur-adjoint du laboratoire d’Océanographie biologique de l’École pratique des hautes études, puis succéda trois ans plus tard à Louis Joubin* comme professeur à l’Institut océanographique, un établissement dont il devait assurer longuement la direction. Nommé titulaire de la chaire de Zoologie (Vers et Crustacés) en 1938, après la mort de Gravier, Fage entra à l’Académie des sciences en 1942 et prit sa retraite du Muséum en 1954, ce qui ne l’empêcha pas de poursuivre l’exercice de ses autres fonctions. Il fit notamment partie du comité national du CNRS de 1945 à 1957. Durant les derniers jours de sa vie, passés à Dijon au milieu des siens, Fage se réfugia dans une inactivité silencieuse. Il mourut des suites d’une courte maladie.

8Mince, d’allure juvénile, Fage fut selon ses collègues un homme bon, compréhensif, persuasif et ayant le sens des nuances. Il produisait un travail efficace, minutieux, s’exprimant par ailleurs – aussi bien dans ses cours que dans ses écrits – avec une grande clarté. Il avait épousé Marie Marguerite Giraud-Lafond dont il avait eu deux enfants, un fils et une fille.

9Naturaliste de terrain, polyvalent, il était adepte d’une systématique prenant en compte toutes les grandes disciplines biologiques : la morphologie, la physiologie, l’embryologie, l’écologie. L'œuvre de Fage, riche plus de deux cent cinquante publications, est très variée, puisqu’elle comporte des travaux sur la zoologie des Annélides polychètes, des Poissons, des Crustacés et des Arachnides. Le naturaliste poursuivit également les recherches de Louis Bouvier* sur les Onychophores, s’intéressa aux Pycnogonides, au milieu cavernicole, ainsi qu’à la biogéographie. Concernant ce dernier domaine, il fonda en 1924 avec Paul Lemoine* la Société de biogéographie. Citons parmi les publications de Fage L’Importance de la vie symbiotique dans la biologie des coraux constructeurs de récifs (1950), Pycnogonides de la Terre Adélie : échantillons rapportés par le Docteur Sapin-Jaloustre (1952) et Oxycephalidae : amphipodes pélagiques (1960). De plus, il apporta une importante contribution aux Arachnides de France d’Eugène Simon.

Bibliographie

Fauré-Frémiet (Emmanuel), “Notice nécrologique sur Louis Fage”, Comptes Rendus hebdomadaires des Séances de l’Académie des Sciences, vol. 258, 1964, pp. 6032-6035. Gordon (Isabella), “Prof. Louis Fage”, Nature, no 4965, 1964, pp. 1253-1254.

Vachon (Max), “Louis Fage. 1883-1964 (Notice biographique et bibliographique)”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, no 4, 1964, pp. 422-440.

Vachon (Max), “Louis Fage. 1883-1964 (Notice biographique et bibliographique)”, Bulletin de la Société zoologique de France, vol. 89, no 5-6, 1964, pp. 595-613.

PJ

FAGON Guy-Crescent

né le 11 mai 1638 à Paris, mort le 11 mars 1718 à Paris
sous-démonstrateur de l’extérieur des plantes et démonstrateur et opérateur pharmaceutique, puis intendant, puis surintendant au Jardin du roi
Botanique, Chimie, Médecine

10Les dynasties familiales dans l’histoire du Muséum d’histoire naturelle sont légion. C’est une habitude héritée du Jardin royal : le petit-neveu du fondateur du jardin, Guy de La Brosse*, devait devenir tour à tour intendant puis surintendant du jardin, faisant fructifier par son action bénéfique l’institution que son grand-oncle avait tant souhaitée faire vivre.

11C’est donc au Jardin du roi que Guy-Crescent Fagon, fils d’un commissaire des guerres et de Louise de La Brosse, vit le jour, le 11 mai 1638. Le jardin avait douze ans, mais il n’était organisé que depuis trois ans, par l’édit de janvier 1635. À la mort de Guy de La Brosse, en 1641, la famille quitta le jardin mais resta à proximité et Fagon finit ses études de médecine en 1665 et exerça à l’Hôtel-Dieu de 1666 à 1667. Outre ses grades universitaires dans cette spécialité, Fagon avait déjà de solides connaissances botaniques, qu’il était allé prendre de la bouche même de Pierre Magnol, célèbre botaniste de Montpellier. Sachant user de ses compétences, Antoine Vallot*, premier médecin de Louis XIV et surintendant du jardin, fit alors appel à Fagon. Bien que sans titre officiel, il envoya ce dernier dans des tournées de récolte à travers la France et le convainquit de participer à la rédaction du premier catalogue des plantes du jardin, l'Hortus regius, signé de Denis Joncquet*. À la mort de celui-ci, en 1671, la position de Fagon au jardin fut officiellement reconnue et il devint sous-démonstrateur de botanique. L’année suivante, il prit la charge de démonstrateur et opérateur pharmaceutique, laissée vacante par le décès d’Urbain Baudineau*. Non content de cumuler les charges de botanique et de chimie au Jardin du roi, Fagon entama également une carrière à la cour : médecin de la Dauphine en 1668, il devint la même année médecin d’Anne d’Autriche et des petits-enfants royaux. Proche du duc du Maine, il l’accompagna à Barèges et à Bagnères en 1778 et devint médecin des gardes suisses en 1678. Toutes ces charges nouvelles l’empêchèrent de remplir convenablement les obligations de ses deux chaires au jardin : professeur brillant, le public nombreux qu’il avait su attirer à ses cours devait vivement le regretter lorsqu’il décida de suspendre son enseignement en 1680 et de s’y faire remplacer par Jean-Armand de Mauvillain* pour la botanique et par Simon Boulduc* pour la chimie. Plus libre, il devint alors médecin de Marie-Christine de Bavière, épouse du Grand Dauphin, puis du duc de Bourgogne et des enfants de France, en 1684. Après le renvoi d’Antoine d’Aquin*, en 1693, il accéda enfin au poste de premier médecin de Louis XIV Il fut le dernier à occuper cette charge et en 1715, alors que Louis Poirier* devenait le premier médecin de Louis XV, il se retira au jardin où il mourut le 11 mars 1718, dans l’appartement même où il avait vu le jour. À la lumière de sa saine gestion et de sa bonne administration, on comprend que Fagon, devenu intendant du jardin en même temps que premier médecin en 1693, se soit vu confier en 1699 la surintendance du jardin, un temps supprimée et réunie à celle des Bâtiments royaux. Ayant démissionné de sa chaire de Botanique pour la confier à Sébastien Vaillant* “à condition de survivance” en 1708, il fit de même en 1712 pour sa chaire de Chimie, au profit d’Étienne-François Geoffroy*. Mais on ne lui demanda jamais, même après la mort de Louis XIV, de quitter la surintendance qui lui fut confirmée par Louis XV en 1715 et qu’il conserva jusqu’en 1718.

12Si ses prédécesseurs ont parfois donné lieu à des jugements critiques ou mitigés de leurs contemporains, l’unanimité fut entière pour gratifier Fagon de grandes qualités humaines et morales : probité exemplaire, y compris dans la gestion du jardin ; amabilité ; qualités de médecin reconnues par tous (il est vrai que Guy Patin avait cessé à cette époque de répandre son fiel sur le monde médical) ; connaissances botaniques étendues, etc.

13Pour le plus grand bénéfice du Jardin royal, il sut utiliser toutes ces qualités, et d’autres encore, en particulier celle qui consiste à reconnaître la valeur des hommes. Outre le fait que Fagon, passionné de botanique et bon orateur, ait attiré de nombreux élèves à ses cours et démonstrations, outre les efforts qu’il fit, et qui furent couronnés de succès, pour faire venir sans cesse des plantes nouvelles au jardin, outre les récoltes qu'il fit lui-même dans ce but, outre les subsides, personnels parfois, qu’il n’hésitait pas à avancer pour la bonne marche de l’institution, il sut aussi faire entrer dans le corps professoral du jardin un Joseph Pitton de Tournefort*, un Sébastien Vaillant, un Jussieu*, puis un autre, un Geoffroy... Bien secondé, Fagon put structurer l’enseignement dispensé pour un public toujours plus nombreux. Habile diplomate, il rendit également un grand service à l’institution en apaisant les rivalités entre le jardin et la faculté de médecine de Paris : sorti du giron de cette dernière, il sut convaincre ses collègues des avantages qu’ils auraient à admettre dans leur collège d’éminents scientifiques “étrangers”. La faculté parisienne créa grâce à lui un “jubilé”, un examen par lequel des médecins d’autres facultés étaient admis à prendre place dans le corps des docteurs de la capitale. C’est ainsi que Tournefort, d’origine montpelliéraine, soutint en 1695 à Paris sa thèse de licence, dont Fagon fut le dédicataire de la préface. Usant de son influence sur Louis XIV, il obtint du souverain la possibilité de monter d’importants voyages d’exploration, aux Antilles avec Charles Plumier, en Asie Mineure avec Tournefort, au Pérou avec Louis Feuillée, en Espagne avec Antoine et Bernard de Jussieu*, en Égypte avec Auguste Lippi. Il encouragea également beaucoup le développement des denrées coloniales, introduisant le café aux Antilles ou construisant au jardin des serres chauffées, destinées à l’acclimatation de plantes tropicales.

14Toutes ces activités lui laissèrent peu le temps de publier, mais il fut également un chercheur accompli et fut admis à l’Académie royale des sciences en 1699. On lui doit un travail sur les effets du tabac en 1699 et plusieurs publications sur le quinquina.

15Au vu de tout ce que Fagon accomplit pour le jardin des plantes, on peut dire qu’il ne démérita en rien de son grand-oncle, Guy de La Brosse, dont il prit les armoiries en 1697 : si ce dernier sut convaincre Louis XIII du bien-fondé de l’établissement d’un Jardin royal des plantes médicinales, Fagon sut œuvrer pour que ce jardin prenne, sous le règne de Louis XIV, sa forme définitive.

Bibliographie

Chevalier (Auguste), “Guy-Crescent Fagon, protecteur de botanique et les genres qui lui ont été dédiés”, Archives du Muséum national d’Histoire naturelle, 6e série, vol. 12, [s.d.], pp. 649-664.

Fontenelle (Bernard Le Bovier de), “Éloge de M. du Fay”, Histoire de l’Académie des Sciences, Paris : impr. royale, 1741, pp. 73-78.

Jussieu (Antoine de), Discours sur le progrès de la botanique au Jardin royal de Paris..., Paris : chez Étienne Ganeau, 1718, 24 p.

Jussieu (Antoine-Laurent de), “Troisième notice historique sur le Muséum d’histoire naturelle”, Annales du Muséum national d’Histoire naturelle, vol. 3, 1804, pp. 1-17.

PH

FATTORY

dates inconnues (XVIIIème siècle)
employé au Cabinet d’histoire naturelle du Jardin du roi
Taxidermie

16Taxidermiste au Cabinet d’histoire naturelle du Jardin royal, Fattory fut titularisé dans son emploi par Georges-Louis Buffon* en 1787. Il toucha cinq cents livres pour l’année 1790 et se vit ultérieurement adjoindre les services de Jean-Baptiste Valenciennes* en tant qu’aide. Fattory était chargé de préparer les animaux pour les collections.

Bibliographie

Laissus (Yves), “Le Jardin du roi", in Taton (René) (sous la dir.), Enseignement et diffusion des sciences en France au XVIIIème siècle, Paris : Hermann, 1964, p. 297.

PJ

FAUJAS DE SAINT-FOND Barthélémy

né le 17 mai 1741 à Montélimar (Drôme), mort le 18 juillet 1819 à Loriol (Drôme)
adjoint à la garde du Cabinet d'histoire naturelle, puis chaire de Géologie
Géologie

17Faujas, qui se fit appeler “de Saint-Fond” après avoir hérité d’une propriété familiale située à Loriol dans la Drôme, était l’aîné des quatre fils d’un greffier devenu notaire. Il étudia de onze à dix-sept ans au collège des jésuites de Lyon, avant de faire son droit à l’université de Grenoble. Reçu avocat en 1762, le jeune homme revint trois ans plus tard dans sa ville natale, où il épousa une jeune fille fortunée. Il acheta alors une charge de vice-sénéchal en 1765 et consacra ses loisirs aux sciences naturelles, effectuant de nombreuses excursions géologiques dans le Dauphiné, le Vivarais, le Velay ou la vallée du Rhône. En 1778, Faujas revendit sa charge afin de monter à Paris, où Georges-Louis Buffon* l’avait fait nommer adjoint aux travaux du Jardin royal pour la correspondance. Il obtint en 1785 l’emploi de commissaire du roi pour les mines et carrières, se trouvant ainsi amené à parcourir la France, l’Angleterre, l’Écosse, les Hébrides, la Hollande, la Bohême, l’Allemagne et l’Italie. À la mort de Buffon en 1788, Saint-Fond ne put prendre, comme il l’aurait voulu, la succession de son ami au poste d’intendant du Jardin royal : il dut se contenter du titre d’adjoint à la garde des cabinets et chargé de correspondance.

18Faujas adhéra aux idées nouvelles lorsqu’éclata la Révolution, suscitant en 1789 la création de la fédération d’Étoile et proclamant sa fidélité à la constitution. Il rejoignit les jacobins à Paris, devint le premier titulaire de la chaire de Géologie du Muséum en 1793, puis se vit confier la charge d’inspecteur de l’Agence des mines le 13 messidor an II (1er juillet 1794). Envoyé en 1794 avec André Thouin* par la Convention aux Pays-Bas, afin d’en ramener des pièces muséologiques, il fut récompensé deux ans plus tard de ses efforts par une allocation de vingt-cinq mille francs que lui attribua le Conseil des Cinq-Cents. Faujas partit en 1806 récupérer des collections d’histoire naturelle en Italie. Sous l’Empire, il entrecoupa ses activités au Muséum de fréquents séjours dans sa propriété drômoise, où il se retira en 1818 avant d’y mourir ruiné un an plus tard. Son corps fut inhumé à Saint-Fond.

FAUJAS DE SAINT-FOND B. – Rue intérieure des principales galeries souterraines des carrières de la montagne de Saint-Pierre près de Maastricht, issu de : Faujas de Saint-Fond (Barthélémy), Histoire naturelle de la montagne de Saint-Pierre de Maastricht, Paris : [s.n.], an VII (1798-1799), pl. 3.

19Faujas se trouva décrit par certains de ses biographes comme un personnage agréable, modeste et généreux envers ses jeunes collègues. Mais, Thouin en donna une autre image : celle d’un homme jouisseur, vantard, qui s’attribuait des mérites indus. Il s’était marié en 1765 avec Marie Marguerite Rilhon, dont il avait eu au moins trois fils. Son ami Buffon lui avait légué son cœur, qu’il échangea ensuite contre son cerveau – initialement en possession de Buffon fils.

20Compétent dans diverses branches des sciences, Faujas de Saint-Fond consacra la majeure partie de ses travaux à la géologie. Il étudia les cratères éteints du Vivarais et du Velay, démontrant l’origine volcanique du basalte présent dans les régions concernées. Au cours de l’année 1775, il trouva dans la montagne de Chenavari en Ardèche un riche dépôt de pouzzolane ; il fit alors ouvrir à ses frais une carrière, dont le gouvernement français se servit pour divers travaux d’intérêt public, comme la construction du port de Toulon. La découverte d’une mine de fer à la Voulte et la description des formations basaltiques de la grotte de Fingal dans l’île de Staffa, sont également à porter au crédit de Faujas. Celui-ci fut, excepté en ce qui concerne l’origine des basaltes, un adepte du neptunisme.

21Faujas décrivit de nombreux fossiles végétaux ou animaux, rivalisant dans ce domaine avec Georges Cuvier*. Au cours de l’année 1795, alors qu’il se trouvait aux Pays-Bas avec le général Jean-Baptiste Kléber, il acheta pour son pays et expédia à Paris le célèbre “grand animal de Maestricht”. Il fit ultérieurement la description du crâne fossile concerné, l’attribuant de manière erronée à un crocodile. Enfin, Faujas de Saint-Fond étudia la construction, ainsi que le pilotage des ballons aérostatiques, s’intéressa à la culture de la “patate de Philadelphie”, à l’extraction du sucre de raisin et au lin de Nouvelle-Zélande. Il publia une cinquantaine d’articles ou d’ouvrages, parmi lesquels les Recherches sur les volcans éteints du Vivarais et du Velay (1778), la Minéralogie des volcans (1784), l’Histoire naturelle de la montagne de St Pierre de Maestricht (1799) et un Essai de géologie, ou Mémoires pour servir ά l’histoire naturelle du globe (1803-1809) en deux volumes.

Source

Dossier Buffon (Archives nationales, AJ15, no 543).

Bibliographie

Abrard (René), “L'Évolution de la chaire de Géologie du Muséum national d’histoire naturelle. Leçon inaugurale faite au Muséum le 21 janvier 1943”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 15, no 1, 1943, pp. 32-55.

Challinor (John), “Faujas de Saint-Fond, Barthélémy”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1971, vol. 4, pp. 548-549.

PJ

FERREIN Antoine

né le 25 octobre 1693 à Frespech dans l’Agenais (Lotet-Garonne), mort le 28 février 1769 à Paris
démonstrateur en anatomie et chirurgie au Jardin du roi Anatomie

22Ferrein, dont la famille se trouvait depuis longtemps implantée dans l’Agenais, fut élève du collège des jésuites d’Agen de 1706 à 1712. Il étudia selon le désir de son père le droit à Cahors de 1713 à 1714, mais ses goûts le portaient plutôt vers les mathématiques ou les sciences naturelles. Ayant débuté en 1715 à Montpellier un cursus médical, Ferrein, qui suivit les leçons de Raymond Vieussens et d’Antoine Deidier, obtint le grade de bachelier en 1716. Le jeune homme fut alors contraint d’interrompre ses études pour des raisons familiales. Il partit à Marseille, où il donna des cours privés d’anatomie et de chirurgie. Dans la capitale phocéenne, Ferrein eut l’occasion de disséquer de nombreux cadavres de galériens, acquérant par cette pratique une grande habileté professionnelle. Il retourna ensuite à Montpellier, devint en 1728 docteur de la faculté de médecine de la ville et suppléa en 1731 Jean Astruc dans son cours d’anatomie. N’ayant pas réussi à obtenir une chaire sur place, Ferrein déçu quitta le sud de la France pour Paris. Mais, il ne pouvait légalement exercer son art dans la capitale, car il n’était pas titulaire du doctorat de l’université compétente. Le médecin donna donc des leçons libres d’anatomie et accepta en 1733 le poste de chef des hôpitaux de l’armée française d’Italie.

23Envoyé en 1735 lutter contre une épidémie de fièvre miliaire dans le Vexin, Ferrein revint compléter ses études à Paris, passa sa licence en 1736 et son doctorat en 1738. Il entra à l’Académie royale des sciences comme adjoint-anatomiste en 1741, devint associé en 1742, puis pensionnaire en 1750. Au cours de cette période, Ferrein cumula les postes universitaires, puisqu’il obtint les places de professeur de médecine au Collège royal en 1742, de professeur de chirurgie à la faculté de médecine et de professeur de pharmacie de la même université en 1745. Il prit par ailleurs en 1751 la succession de Jacques-Bénigne Winslow* comme professeur d’anatomie et chirurgie au Jardin royal. Dans cet établissement, Antoine Portai* le remplaça pour ses cours en 1768. Ferrein mourut à l’âge de soixante-quinze ans d’une attaque d’apoplexie.

24Il laissa le souvenir d’un enseignant dont les cours attiraient de très nombreux auditeurs, en raison de leur clarté et de leur exposition méthodique.

25Œuvrant dans le domaine de l’anatomie – macroscopique ou microscopique – humaine, Ferrein aborda plusieurs thèmes. Il étudia par l’expérience le fonctionnement des organes de la phonation, introduisit à cette occasion le terme de “cordes vocales”, s’intéressa aux vaisseaux lymphatiques, au système hépato-biliaire et fit la description d’un ligament de l’articulation temporo-mandibulaire (le “ligament de Ferrein”). Par ailleurs, il conduisit des investigations histologiques : sur le rein, dont il décrivit la structure tubulaire et les “pyramides”, ainsi que sur le parenchyme et la vascularisation hépatiques. Ferrein étudia enfin l’inflammation du foie, les mouvements de la mâchoire, codifia l’examen par palpation des organes abdominaux, nia l’existence d’un hermaphrodisme vrai et élabora une théorie des variations systoliques de la morphologie cardiaque qui l’opposa à Antoine Fizès. À cela s’ajoutent des mises au point de matière médicale, effectuées dans le cadre des leçons du Collège royal. Ferrein écrivit peu, et certains de ses ouvrages furent rédigés, selon ses indications ou d’après ses cours, par ses élèves. Parmi ses publications, citons De la formation de la voix de l’homme (1741), Lettre sur le nouveau système de la voix et sur les artères lymphatiques (1748), Sur la structure des viscères nommés glanduleux, et particulièrement sur celles des reins et du foie (1749), Introduction à la matière médicale en forme de thérapeutique (1751), Cours de médecine pratique (1769) – édité par Arnault de Nobleville – et Éléments de chirurgie pratique (1771) – édité par Hugues Gauthier.

Bibliographie

Cap (Paul-Antoine), Le Muséum d'histoire naturelle, Paris : Curmer, 1854, pp. 35.

Grmek (Mirko), “Ferrein, Antoine”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionnary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1971, vol. 4, pp. 589-590. Lardy (Georges), L’Enseignement des sciences pharmaceutiques au Collège royal de Paris avant la Révolution, thèse de doctorat en pharmacie, Strasbourg : université de Strasbourg, 1946, pp. 69-73.

PJ

FILHOL Antoine, Pierre, Henri

né le 11 mai 1843 à Toulouse (Haute-Garonne), mort le 28 avril 1902 à Paris
chaire d’Anatomie comparée
Anatomie, Paléontologie, Zoologie des Vertébrés

26Henri Filhol était le fils unique d’un pharmacien professeur d’université, qui exerçait par ailleurs des fonctions municipales à Toulouse. Très tôt associé aux activités scientifiques de son père, le jeune homme suivit les enseignements des facultés de médecine et des sciences de Paris, dont il fut docteur respectivement en 1873 et 1876. Filhol se trouva adjoint en 1874, comme naturaliste, à une mission de l’Académie des sciences envoyée sur l'île Campbell pour y observer le passage de Vénus devant le Soleil. Après trois mois de séjour insulaire, il rentra en France via la Nouvelle-Zélande, l'île Stewart, les Fidji, la Nouvelle-Calédonie et les États-Unis. Il fit ensuite carrière à la faculté des sciences de Toulouse, où il fut nommé successivement maître de conférences (1878), chargé de cours (1878), puis professeur (1879) de zoologie. En 1883, Filhol participa à la campagne d’exploration océanographique du Talisman, organisée par Alphonse Milne-Edwards*. Il occupa en 1885 le poste de sous-directeur du laboratoire de Zoologie anatomique de l’École pratique des hautes études du Muséum, où il succéda en 1894 à Georges Pouchet* décédé, comme titulaire de la chaire d’Anatomie comparée. Élu membre de l’Académie des sciences en 1897, il mourut à l’âge de cinquante-huit ans des suites d’une attaque. Il était épuisé par les maux consécutifs à ses voyages lointains et à son intense activité professionnelle.

27Ses contemporains apprécièrent le zèle, la courtoisie, le dévouement, la modestie de Filhol, qui forma de nombreux élèves. Il apportait par ailleurs le plus grand soin à la préparation de ses cours. Il avait eu une fille et des fils de son mariage avec l’une des filles d’Eugène Péligot.

28Filhol se consacra à la paléontologie, à l’anatomie comparée et à la zoologie. Auteur de nombreuses fouilles dans des grottes recélant des vestiges préhistoriques, il étudia les Mammifères fossiles de France, notamment ceux qu’il trouva dans les phosphorites du Quercy. Il s’intéressa par ailleurs à la faune marine, à l’anatomie des Manchots, des Phoques et des Lémuriens, ainsi qu’à l’évolution de la denture chez les Mammifères. De cette œuvre assez diversifiée sont issues diverses publications, comme L’Âge de la pierre polie dans les cavernes des Pyrénées ariègeoises (1866), La Vie au fond des mers ; les explorations sous-marines et les voyages du Travailleur et du Talisman (1885) ou les Études sur les Mammifères fossiles de Sansan (1891). Filhol adhéra au transformisme. Au Muséum, il réorganisa les vieilles galeries d’anatomie comparée de Georges Cuvier*, qui furent transférées en 1897 dans un bâtiment neuf. Il poursuivit également l’installation – initiée par Georges Pouchet – d’une section d’histologie comparée dans son laboratoire.

Bibliographie

Bouquet de La Grye (Anatole), Chatin (Joannes), Perrier (Edmond), “Funérailles de M. Filhol”, Mémoires de l’Académie des Sciences, vol. 5, 1902, pp. 1-17.

Neuville (Henri), “Henri Filhol : notice sur son œuvre scientifique”, Bulletin de la Société philomatique de Paris, 9e série, vol. 5, 1902-1903, pp. 91-103.

Tort (Patrick), “Filhol Henri 1843-1902”, in Tort (Patrick) (sous la dir.), Dictionnaire du Darwinisme et de l’Évolution, Paris : PUF, 1996, vol. 2, p. 1656.

PJ

FIQUET

dates inconnues (XVIIIème siècle)
employé au Cabinet d’histoire naturelle du Jardin du roi
Taxidermie

29Fiquet, qui exerça la fonction de taxidermiste au Cabinet d’histoire naturelle du Jardin royal, fut titularisé dans son emploi par Georges-Louis Buffon* en 1787. Son nom disparaît de l’Almanach royal en 1790. Fiquet était chargé de préparer les animaux pour les collections.

Bibliographie

Laissus (Yves), “Le Jardin du roi”, in Taton (René) (sous la dir.), Enseignement et diffusion des sciences en France au XVIIIème siècle, Paris : Hermann, 1964, p. 297.

PJ

FISCHER Jean-Claude

né le 26 octobre 1930 à Paris
chaire de Paléontologie
Écologie, Paléontologie, Protection de la faune

30Fischer poursuivit de 1951 à 1953 des études supérieures à l’École nationale des sciences géographiques (division de cartographie), dont il sortit major en 1953. Il fut alors nommé cartographe titulaire à l’Institut géographique national. De novembre 1953 à février 1955, puis de septembre à décembre 1955, Fischer remplit ses obligations militaires dans les Formations géographiques de l’Armée. Il obtint un diplôme d’études supérieures de géologie à la Sorbonne en 1960 et décida de se consacrer désormais aux sciences naturelles. D’abord accueilli par Jean-Pierre Lehman* comme travailleur libre dans le laboratoire de Paléontologie du Muséum, Fischer devint assistant du service en 1962. Il soutint une thèse de doctorat d’université à Paris en 1969 et participa cette même année à l’expédition de Lehman au Spitzberg. Nommé maître-assistant de la chaire de Paléontologie du Muséum en 1971, Fischer effectua une mission consacrée à l’étude des milieux récifaux des îles de la Société et Tuamotu en 1974. Il dispensa durant la période 1975-1978 plusieurs enseignements universitaires, dans les facultés de Rennes, Bordeaux, Oran, ainsi qu’à l’Institut national agronomique de Paris-Grignon. En 1976, Fischer remplit une brève mission à Dakar. Il devint maître-assistant de la chaire de Paléontologie du Muséum en 1978 et fit au cours de la même année un voyage géologique à Madagascar. À partir de 1981, le naturaliste assura la co-direction d’un enseignement diplômant de paléontologie de l’École pratique des hautes études. Il a eu quatre enfants de son mariage.

31Paléontologiste, Fischer œuvra dans les domaines de la systématique, de la géologie dynamique et de la paléoécologie. Ses travaux se trouvèrent globalement dirigés vers une exploration des mécanismes des processus biosédimentaires. En paléontologie systématique, Fischer s’intéressa à la flore et à la faune marine du Jurassique (Algues calcaires, Foraminifères, Madréporaires, Hydrozoaires, Spongiaires, Bryozoaires, Brachiopodes, Annélides, Scaphopodes, Amphineures, Lamellibranches, Gastéropodes, Céphalopodes, Échinodermes, Crustacés Décapodes), aux Gastéropodes continentaux fossiles et aux Chaetétidés – des Sclérosponges dont il redéfinit complètement la position taxonomique. Fischer révisa ainsi près de mille trois cents espèces, décrivit cent cinquante-six espèces nouvelles, quarante genres ou sous-genres nouveaux, une famille nouvelle. De plus, il lança en 1981 une révision critique de la Paléontologie française d’Alcide d’Orbigny*, basée sur la redéfinition, à partir des holotypes existants, des espèces décrites de 1840 à 1860 par d’Orbigny. En géologie dynamique (stratigraphie, sédimentologie), le naturaliste se consacra au Jurassique moyen de la vallée de la Creuse, ainsi qu’au Jurassique de la bordure nord-ouest du Bassin parisien.

32En paléoécologie, Fischer introduisit une “méthode synoptique régionale” – non actualiste permettant d’établir les caractéristiques d’un paléoécosystème grâce à des éléments stratigraphiques, sédimentologiques, géochimiques et paléontologiques. Il formalisa par ailleurs l’utilisation des indicateurs paléobiologiques de milieux. Ainsi furent réalisées diverses études de paléobiologie comparée (symbiose entre un Bryozoaire bathonien et un Pagure), de paléosynécologie (peuplements fossiles du Châtillonnais, par exemple), de paléoécologie comparée (Mollusques des complexes récifaux coralliens) ou de paléobiogéographie (les Chaetétidés et les Tabulospongidés post-paléozoïques). Fischer dirigea, de 1983 à 1986, les fouilles paléontologiques du gisement callovien (Jurassique moyen) de la Voulte-sur-Rhône en Ardèche, ce qui entraîna la mise à jour d’espèces nouvelles remarquables, conservées avec empreintes des parties molles et organes en connexion (Annélides, Mollusques Céphalopodes, Pycnogonides Pantopodes, Crustacés Thylacocéphales, Mysiacés ou Décapodes). À partir de 1971, le paléontologue étendit le champ de ses activités scientifiques vers l’écologie, ainsi que vers la protection de la nature. Citons, parmi plus de cent trente publications dues à la plume de Fischer : Géologie, paléontologie et paléoécologie du Bathonien au sud-ouest du massif ardennais (1969), Révision et essai de classification des Chaetetida (Cnidaria) postpaléozoïques (1970), Tendances et méthodes en paléoécologie (1971), Paléoécologie et écologie des Mollusques dans les complexes récifaux coralliens (1971) – rédigé en collaboration avec Bernard Salvat –, L'Inventaire des sites naturels : pourquoi et comment ? (1972), Fossiles de France et des régions limitrophes (1989) et Révision critique de la Paléontologie française d’Alcide d’Orbigny. Vol. II : Gastropodes jurassiques (1997) – en collaboration avec Christiane Weber.

33Au Muséum, Fischer participa à la conservation, ainsi qu’à l’enrichissement des collections dépendant de sa discipline. Il assuma dès 1978 la charge d’établir un inventaire exhaustif des Invertébrés fossiles et créa en 1982 pour ces espèces une typothèque informatisée, qui devint en quelques années une des plus importantes au monde par le nombre et l’extrême diversité biologique des spécimens de référence rassemblés. S’occupant de diverses acquisitions ou donations (dont la donation des Mollusques jurassiques d’Édouard Fischer-Piette*), Fischer assura le transfert au Jardin des plantes des anciennes collections paléontologiques de la Sorbonne. Il assuma de 1985 à 1989 la présidence du Conseil scientifique du Muséum et organisa à partir de 1980 un stage de paléontologie, dans le cadre de la formation permanente au sein de l’établissement.

Bibliographie

Fabriès (Jacques), Rapport sur la candidature de Monsieur Jean-Claude Fischer à la chaire de Paléontologie, 1981, 4 p. dactylographiées.

Fischer (Jean-Claude), Notice sur les titres et travaux scientifiques, 1971, 48 p. dactylographiées (fonds paléontologie du Muséum national d’histoire naturelle).

Fischer (Jean-Claude), Complément à la notice sur les titres et travaux scientifiques, 1974, 12 p. dactylographiées (fonds cryptogamie du Muséum national d’histoire naturelle).

Fischer (Jean-Claude), Notice sur les titres et travaux scientifiques, 1977, 65 p. dactylographiées (fonds cryptogamie du Muséum national d'histoire naturelle).

Fischer (Jean-Claude), Notice sur les titres et travaux scientifiques, 1981, 61 p. dactylographiées (fonds cryptogamie du Muséum national d’histoire naturelle).

Fischer (Jean-Claude), Notice sur les titres et travaux scientifiques, 1990, 21 p. dactylographiées (fonds cryptogamie du Muséum national d’histoire naturelle).

Lehman (Jean-Pierre), Rapport de candidature à la sous-direction de la paléontologie concernant M. J.-C. Fischer, 3 p. dactylographiées (fonds cryptogamie du Muséum national d’histoire naturelle).

PJ

FISCHER Paul, Henri

né le 7 juillet 1835 à Paris, mort le 29 novembre 1893 à Paris
chaire de Paléontologie
Malacologie, Paléontologie, Zoologie des Invertébrés

34Fils d’un marchand de drap, Fischer fréquenta le lycée de Bordeaux et manifesta une vocation précoce pour l’histoire naturelle. Il débuta dans la métropole aquitaine des études de médecine qu’il poursuivit à Paris, fut nommé en 1859 interne des hôpitaux, puis entra en 1861 au Muséum comme préparateur d’Adolphe d’Archiac* dans le laboratoire de Paléontologie. Ayant soutenu sa thèse de doctorat de médecine à la fin de l’année 1863, Fischer mena ensuite de front pendant dix ans l’exercice de la médecine et des recherches scientifiques. Il fut en 1869 candidat malheureux à la succession d’Henri de Lacaze-Duthiers* dans la chaire d’Histoire naturelle des Mollusques, des Vers et des Zoophytes du Muséum, avant de se trouver affecté comme chirurgien-major à l’ambulance du Trocadéro pendant la guerre franco-prussienne. En 1872, Fischer se vit préférer Albert Gaudry* pour occuper la chaire de Paléontologie laissée vacante par le décès d’Édouard Lartet*. Il devint alors l’aide-naturaliste du nouveau professeur, puis essuya en 1876 un second échec – cette fois-ci face à Edmond Perrier* - dans sa quête de la direction de la chaire d’Histoire naturelle des Mollusques, des Vers et des Zoophytes. Nommé membre de la Commission des dragages sous-marins, Fischer participa de 1880 à 1883 à quatre campagnes d’exploration de la faune abyssale sur Le Travailleur et Le Talisman. Il suppléa partiellement ou totalement Albert Gaudry dans son enseignement en 1880, 1884, 1887, 1889 et mourut d’une fluxion de poitrine à l’âge de cinquante-huit ans.

35De bonne taille, Fischer fut décrit comme un naturaliste cultivé, gai, ouvert, plein de verve, qui aimait aider les jeunes. Il avait eu un fils de son mariage en 1864 avec Victorine Massenin. L'un de ses petits-fils, Édouard Fischer-Piette*, occupa la chaire de Malacologie du Muséum.

36Auteur de plus de trois cents publications, Fischer étudia la zoologie de nombreuses espèces animales, surtout des Invertébrés, comme les Éponges perforantes ou les Crustacés. Mais, c’est aux Mollusques qu’il accorda une attention toute particulière. Il considéra ces derniers sous les angles de la systématique, de l’anatomie, de la physiologie, de l’embryologie, ainsi que de la biogéographie. Par ailleurs, Fischer effectua diverses recherches dans le domaine de la paléontologie des Invertébrés, faisant connaître diverses faunes malacologiques fossiles. Il faut ajouter à cela des études d’ensemble portant sur les Cétacés du sud-ouest de la France et la distribution bathymétrique des animaux marins – notamment des Mollusques. Parmi les publications du naturaliste figurent la Paléontologie des terrains tertiaires de Vile de Rhodes (1877), un volumineux Manuel de conchyliologie et de paléontologie conchyliologique (1880-1887), ainsi que Catalogue et distribution géographique des Mollusques terrestres, fluviatiles et marins d’une partie de l’Indochine (1891).

FISCHER P. – Planche issue de : Fischer (Paul), Crosse (Hippolyte), “Études sur les mollusques terrestres et fluviatiles du Mexique et du Guatemala”, in Milne (Edwards) (sous la dir.), Mission scientifique au Mexique et dans l'Amérique centrale. Recherches zoologiques pour servir à l'histoire de la faune de l'Amérique centrale et du Mexique, Paris : impr. impériale, 7e partie, 1870-1900, pl. 49. Dessin de Fischer, gravure de Lebrun.

Bibliographie

Boule (Marcellin), “Le Dr Paul Fischer”, Le Naturaliste, no 163, 1893, pp. 284-285.

Douvillé (Henri), “Notice nécrologique de P.-H. Fischer”, Bulletin de la Société géologique de France, 3e série, vol. 23, 1895, pp. 203-230.

PJ ERB

FISCHER (-PIETTE) Édouard, Louis, Henri

né le 3 juillet 1899 à Paris, mort le 6 avril 1988 à Bourg-la-Reine (Hauts-de-Seine)
chaire de Malacologie
Malacologie, Phycologie, Zoologie des Arthropodes

37Édouard Fischer était le cadet des deux fils du malacologiste Henri Fischer, chef de travaux à l’École pratique des hautes études et le petit-fils de deux scientifiques célèbres : le malacologiste Paul Fischer* – aide-naturaliste au Muséum – d’une part, le préhistorien Édouard Piette d’autre part. Il accola dès 1929 le patronyme de sa famille maternelle à son nom, pour éviter d’être confondu avec d’autres Fischer dans le contexte de la littérature scientifique. Après avoir suivi des études secondaires aux lycées Montaigne et Louis-le-Grand, le jeune homme eut le malheur de perdre son père en 1916, le jour où il passait la première partie de son baccalauréat. Fischer s’engagea volontairement en 1917 dans un régiment d’infanterie, fut démobilisé avec le grade de sous-lieutenant de réserve en 1919, entra à l’École normale supérieure en 1921, obtint sa licence ès sciences deux ans plus tard et l’agrégation en 1925. Cette dernière année Louis Mangin*, qui avait fait partie de son jury d’agrégation, le recruta comme chef de travaux au laboratoire de Zoologie comparative de l’École pratique des hautes études à Saint-Servan (station maritime du Muséum).

38Fischer-Piette soutint sa thèse de doctorat ès sciences en 1929, déménagea ensuite avec le laboratoire de Saint-Servan à Dinard, puis devint sous-directeur du laboratoire de Malacologie du Muséum en 1936. Il succédait ainsi à Louis Germain*, passé professeur. Mobilisé au début de la seconde guerre mondiale comme lieutenant d’infanterie responsable de la défense aérienne de la gare de Massy-Palaiseau, le naturaliste envoya, par mesure de sécurité, sa famille en Bretagne (avec une partie des collections de mollusques). Il fut nommé sous-directeur du laboratoire maritime de Dinard en 1940 et remplaça Louis Germain décédé à la tête de la chaire de Malacologie en 1943, prenant du même coup la direction du laboratoire de Dinard, ainsi que celle du laboratoire de l’École pratique des hautes études. Au mois de novembre 1949, il fut victime d’un accident sur la voie publique, alors qu’il se rendait au Jardin des plantes. Il dut interrompre son service durant quatre ans et remettre la direction du laboratoire maritime de Dinard entre les mains de Roger Heim*, directeur du Muséum. À partir de 1956, Fischer-Piette effectua de nombreux voyages d’études le long des côtes atlantiques, de la Bretagne au Portugal, puis il prit sa retraite du Muséum en 1970. Il continua à fréquenter régulièrement son laboratoire jusqu’à l’âge de quatre-vingt-cinq ans, se maintenant en forme grâce à une stricte hygiène de vie. C’est un vieillard physiquement affaibli, mais aux facultés mentales intactes, qui mourut entouré de sa famille au printemps 1988.

39Fischer-Piette fut estimé dans la communauté scientifique pour son énergie, son intégrité et ses qualités d’organisateur. Malgré des talents pédagogiques incontestables, il se sentit toujours attiré davantage par la recherche sur le terrain que par l’enseignement. Fischer-Piette souffrit de migraines violentes durant la seconde partie de sa vie. Il avait épousé en 1926 Christiane Labbé de La Maurinière, dont il avait eu six enfants et il put connaître avant de mourir ses deux premiers arrière-petits enfants.

40Il étudia l’histologie, la physiologie et l’éthologie des Invertébrés, plus particulièrement celles des Arthropodes. Il s’intéressa également aux populations des Invertébrés et des Cryptogames marins sous l’angle de la bionomie et de l’évolution en fonction de différents facteurs. Par ailleurs, Fischer-Piette effectua les révisions taxonomiques de certaines familles de Bivalves, des Mollusques terrestres de Madagascar, décrivit plus de deux cents espèces nouvelles, créa une centaine de genres nouveaux et réorganisa, tout en les enrichissant, les collections malacologiques du Muséum. Citons, parmi plus de trois cents publications à son actif : Variations des Fucacées de la côte basque, de 1894 à 1959 (1960), Les Mollusques terrestres de Madagascar (1964-1965), ainsi que Révision des Aviculidae (1976-1983).

Bibliographie

Backhuys (Wim), Édouard Fischer-Piette (1899-1988). Biography, Bibliography, New Taxa, Oegstgeest : Universal Book Services, 1990, 30 p.

Fischer-Piette (Édouard), “Histoire de la chaire de Malacologie. Leçon inaugurale faite au Muséum le 22 novembre 1944’’, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 1944, vol. 16, no 6, pp. 385-404.

PJ

FLAHAULT Auguste, Charles, César de, marquis de LA BILLARDERIE

né le 12 avril 1724 à Nesles (Val d'Oise), mort le 29 mai 1811 à Saint-Rémy (Oise)
intendant du Jardin du roi
Administration

41On ne peut pas dire que ce sont ses compétences scientifiques qui amenèrent Auguste de La Billarderie à succéder à Georges-Louis Buffon* comme intendant du Jardin royal des plantes. Entré dans la carrière des armes en 1737, il devint gouverneur de Saint-Quentin en 1750, suite à la démission de son oncle, Jérôme-François de Flahault de La Billarderie. Enseigne aux gardes en 1753, brigadier de cavalerie en 1759, lieutenant aux gardes en 1756, maréchal de camp en 1767, il se retira du service et devint gouverneur de Clermont, dans sa Picardie d’origine. Il se serait sans doute contenté de ce poste et d’une fortune modeste s’il n’avait eu un frère qui œuvrait pour lui. En effet, son cadet, Charles-Claude de Flahault, comte de La Billarderie d’Angiviller, n’entendait pas laisser échapper à sa famille la survivance de Buffon qu’il avait su habilement obtenir dès 1771 : à cette époque, Buffon avait souffert de la maladie de la pierre et avait failli passer de vie à trépas, sans pouvoir assurer à son fils, trop jeune alors, sa succession dans le poste lucratif d’intendant du Jardin du roi. Charles-Claude de Flahault, habile courtisan proche du Dauphin et membre, comme le grand naturaliste, de l’Académie royale des sciences depuis 1772, était intervenu pour obtenir du roi la survivance de Buffon, comme cela est indiqué dans La Gazette de France en mai 1771 et officialisé par des lettres du 11 décembre de la même année. Buffon, fort affecté, obtenait pour prix de sa renonciation le titre de comte, des entrées à Versailles et une pension de six mille livres pour son fils, sans compter les promesses du comte d’Angiviller d’assurer le descendant de Buffon de sa propre survivance, si celui-ci “s’attachait aux sciences”... Or en 1788, quand Buffon sentit venir sa fin, il tenta de revenir sur ces arrangements, conscient de l’improbable loyauté du comte d’Angiviller. En effet celui-ci, devenu directeur général des bâtiments et ne souhaitant plus la place pour lui-même, obtenait de Louis XVI de transmettre sa survivance à son frère aîné, le marquis de La Billarderie. C’est ainsi que fut nommé, le 18 avril 1788, celui qui devait être l’avant-dernier intendant du Jardin royal. Il semble bien que ce soit le seul élément remarquable de son passage au jardin : confiant le soin à André Thouin*, dont il avait su se faire un ennemi, de gérer les affaires, n’habitant pas même sur place, il se contenta de toucher les appointements qui lui revenaient. Tout au plus peut-on porter à son crédit d’avoir fait entrer Jean-Baptiste de Lamarck* au Jardin du roi comme garde du cabinet pour les herbiers... Fuyant les troubles révolutionnaires, Flahault démissionna de sa place le 25 décembre 1791 pour être remplacé par l’auteur de Paul et Virginie et mourut tranquillement chez lui le 29 mai 1811. Une autre tradition, moins optimiste celle-là, en fait une victime de la guillotine d’Arras, pour cause d’émission de faux assignats, en 1793.

Bibliographie

Hamy (Ernest-Théodore), “Les Derniers jours du Jardin du roi et la fondation du Muséum d’histoire naturelle”, in Centenaire de la fondation du Muséum d’histoire naturelle 10 juin 1793-10 juin 1893, Paris : impr. nationale, 1893, 571 p.

Lamy (Édouard), Les Cabinets d’histoire naturelle en France au XVIIIème siècle et le Cabinet du roi (1635-1793), Paris : chez l’auteur, [1930], 58 p.

Letouzey (Yvonne), Le jardin des plantes à la croisée des chemins avec André Thouin 1747-1824, Paris : Muséum national d’histoire naturelle, 1989, 678 p, (Les Grands Naturalistes français).

Silvestre de Sacy (Jacques), Le Comte d’Angiviller, dernier directeur général des Bâtiments du roi, Paris : Plon, 1953, 274 p.

PH

FLOURENS Marie, Jean, Pierre

né le 13 avril 1794 à Maureilhan (Hérault), mort le 6 décembre 1867 à Montgeron (Essonne)
chaire d’Anatomie humaine, puis de Physiologie comparée
Anatomie, Anthropologie, Histoire des sciences, Pharmacologie, Physiologie

42Né au domaine de la Trésorière, près de Béziers, Flourens était l’un des trois enfants d’un viticulteur aux ressources modestes. Il reçut sa première éducation d’une tante, puis d’un ancien Oratorien devenu curé de Pégairolles. Parti en 1810 étudier la médecine à Montpellier, le jeune homme suivit les cours d’Augustin-Pyramus de Candolle, qui le fit nommer secrétaire de la société locale d’histoire naturelle. Flourens devint docteur en médecine à l’âge de dix-neuf ans et se rendit en 1814 à Paris pour se consacrer à sa véritable vocation : les sciences de la nature. Porteur de lettres de recommandation à l’adresse de Jean-Baptiste de Lamarck*, Étienne Geoffroy Saint-Hilaire* et Antoine Portai*, il travailla avec une telle ardeur qu’il se trouva bientôt admis à l’Athénée, où il donna des leçons dès 1821. Flourens dut retourner à cette époque plusieurs fois dans son pays natal, afin de se remettre d’une fatigue excessive. Élu à l’Académie des sciences en 1828, il se vit confier la même année par Georges Cuvier* son cours au Collège de France, avant de le suppléer au Muséum de 1829 à 1831. Précisons que le grand anatomiste s’était pris d’amitié pour son jeune collègue, dont il avait soutenu la candidature à l’Institut. Cuvier fit charger en 1830 son protégé des cours d’Anatomie humaine au Muséum et deux ans plus tard Flourens devint titulaire de la chaire du même nom, comme remplaçant de Portai décédé. Le nouveau professeur devait demander en 1838 son transfert dans la chaire de Physiologie comparée, davantage conforme à ses orientations scientifiques.

43Au cours de l’année 1838, Flourens fut élu député de l’Hérault contre le candidat ministériel. Il siégea avec l’opposition libérale, mais fut battu lors du renouvellement du 4 mars 1839, lequel mit fin à sa vie politique. Préféré à Victor Hugo pour remplacer Joseph Michaud à l’Académie française en 1840, il succéda quinze ans plus tard à Louis Duvernoy* comme titulaire de la chaire d’Histoire naturelle des corps organisés du Collège de France. Il fut élevé à la pairie par Louis-Philippe en 1846 ; il prit la parole une seule fois à la Chambre haute, à propos d’un projet sur l’exercice et l’enseignement de la médecine. Flourens, qui assuma la direction du Muséum de 1856 à 1857, dut abandonner en 1864, après une attaque de paralysie, la chaire de Physiologie comparée – dont l’intérim fut assuré par Alfred Vulpian, puis Paul Bert. Il se retira dans sa propriété de campagne où il mourut deux ans plus tard. Conformément à sa volonté, la simple mention “P Flourens, physiologiste” fut gravée sur sa tombe.

44Sévèrement jugé par certains de ses contemporains, tel Hippolyte Taine, il fut décrit par d’autres comme un personnage cultivé, spirituel, aimable, mais ayant tendance à imposer ses idées. Ce brillant orateur prononça des leçons très pédagogiques, qui attirèrent de nombreux auditeurs. Vivant surtout pour son travail et sa famille, Flourens avait eu trois fils d’Adolphine Clément, épousée en 1836. Il habita au Muséum la maison de Buffon.

45L'œuvre de Flourens, qui eut une grande influence sur les idées de son temps, relève essentiellement de la physiologie et plus accessoirement de la pharmacologie, de l’anatomie et de l’anthropologie. Expérimentateur habile, il attribua, grâce à des ablations chirurgicales méthodiques, des fonctions précises à chacune des différentes parties du système nerveux central : cerveau, cervelet, tubercules optiques, moelle allongée– dans laquelle il localisa le centre respiratoire – et moelle épinière. Il introduisit la notion de coordination, capitale en neurophysiologie, combattit la “phrénologie” de François Gall et découvrit, en examinant les fonctions de l’oreille interne, les troubles de l’équilibre induits par des lésions des canaux semi-circulaires. Par ailleurs, Flourens conduisit des investigations sur les mouvements des vaisseaux, le rôle ostéogénique du périoste, le grand sympathique, la rumination, la respiration des Poissons, et d’autres sujets encore. Cette œuvre physiologique considérable se traduisit par diverses publications, comme le Mémoire sur les effets de la section des canaux semi-circulaires dans les Oiseaux et les Mammifères (1828), les Recherches expérimentales sur les propriétés et les fonctions du système nerveux dans les animaux vertébrés (1824 et 1842), ou La Théorie expérimentale de la formation des os (1847).

46En pharmacologie, Flourens étudia l’action de l’éther sur le système nerveux central et découvrit les propriétés anesthésiques du chloroforme. Son ouvrage anatomique principal, intitulé Anatomie générale de la peau (particulièrement dans les races humaines colorées) et des membranes muqueuses (1843) démontrait une unité physique de l’homme. Au Muséum, Flourens infléchit l’orientation de la chaire d’Anatomie humaine vers une anthropologie naturaliste. Il établit dans ce domaine une classification des différentes races ou types sur des critères purement anatomiques. Flourens s’intéressa également à la longévité de ses semblables, susceptible selon lui d’être accrue grâce au respect d’une certaine hygiène de vie. De la longévité humaine et de la quantité de vie sur le globe (1854) résume ses idées sur le sujet. Flourens s’opposa violemment à la théorie de Charles Darwin, dans une publication intitulée Examen du livre de M. Darwin sur l’origine des espèces (1864). Enfin, il rédigea dans le domaine de l’histoire et de la philosophie des sciences, de nombreuses biographies ou études et fonda avec François Arago les Comptes rendus hebdomadaires de l’Académie des Sciences.

Bibliographie

Blanckaert (Claude), “La Création de la chaire d’Anthropologie du Muséum dans son contexte institutionnel et intellectuel (1832-1855)”, in Blanckaert (Claude), Cohen (Claudine), Corsi (Pietro), Fischer (Jean-Louis) (sous la dir.), Le Muséum au premier siècle de son histoire. Paris : Muséum national d’histoire naturelle, 1997, pp. 85-123 (Archives).

Kruta (Vladislav), “Flourens, Marie-Jean-Pierre”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1972, vol. 5, pp. 44-45. Tort (Patrick), Flourens Pierre Marie Jean 1794-1867, in Tort (Patrick) (sous la dir.), Dictionnaire du Darwinisme et

de l’Évolution, Paris : PUF, 1996, vol. 2, pp. 1695-1697.

Vulpian (Alfred), “Éloge historique de Flourens”, Revue scientifique, 3e série, vol. 39, no 1, 1887, pp. 1-11.

PJ

FONTAINE Maurice, Alfred

né le 28 octobre 1904 à Savigny-sur-Orge (Essonne) chaire de Physiologie générale, puis Physiologie générale et comparée
Biochimie, Histoire des Sciences, Océanographie, Physiologie

47Maurice Fontaine perdit très tôt son père, un instituteur de campagne tué au cours de la Grande Guerre. Après avoir obtenu son baccalauréat, il fit des études pharmaceutiques, tout en suivant les cours de la Sorbonne où il devint le collaborateur du physiologiste Paul Portier. Licencié ès sciences naturelles en 1926, pharmacien en 1929, Fontaine soutint l’année suivante sa thèse de doctorat ès sciences. Il perfectionna ses connaissances dans le domaine de la biophysique chez Charles Dhéré et Charles Fabry, avant de gravir les échelons de sa carrière universitaire à la faculté des sciences de Paris : préparateur de Jacques Millot* au certificat des sciences physiques, chimiques et biologiques en 1931, assistant en 1932, chef des travaux pratiques de biologie animale en 1941, il fut chargé du cours de physiologie comparée de 1940 à 1944. Fontaine occupa aussi, entre 1941 et 1943, un poste de maître de conférences à la faculté de pharmacie de Paris. Nommé chef de laboratoire à l’Institut océanographique en 1943, il succéda la même année à André Tournade* dans la chaire de Physiologie générale du Muséum, avant de devenir directeur de laboratoire à l’École pratique des hautes études en 1946, puis directeur de l’Institut océanographique en 1957. Il obtint dès 1966 l’association de son laboratoire du Muséum au CNRS. Fontaine fut élu membre de l’Académie des sciences en 1957 et assura la direction du Muséum de 1966 à 1970. Marié en 1928 avec Yvonne Broca, il avait eu un fils.

48Son œuvre, très diversifiée, regroupe des travaux portant sur une large série d’animaux et de végétaux. Fontaine étudia la biochimie de nombreux pigments fluorescents, comme la bonelline, la fabréine, ou les flavines. Les derniers composés cités le conduisirent à des recherches concernant les rôles physiologiques et nutritionnels de la riboflavine chez les animaux, ainsi qu’à la découverte d’une méthode de production fongique de la vitamine intéressante pour l’industrie pharmaceutique. Les Cyclostomes et les Poissons constituèrent pour lui un domaine d’exploration privilégié, lui permettant d’aborder de grandes questions de physiologie fondamentale : le milieu intérieur, les régulations osmotique et thermique, l’endocrinologie, l’hibernation, le déterminisme du comportement migratoire. Par ailleurs, Fontaine s’intéressa à la pollution radioactive des océans, à la protection de l’environnement, fonda la “molysmologie” et fut un pionnier de l’écophysiologie. Il rédigea, seul ou en collaboration, plus de quatre cent quarante publications, parmi lesquelles les Recherches sur la fluorescence des Algues marines et de leurs constituants pigmentaires (1931), La Vitamine B2 (1940), L’Analyse expérimentale de l’instinct migrateur des Poissons (1956), L'Action des polluants sur la vie marine. Du choix des critères expérimentaux (1972), La Pollution du milieu marin ; à propos d’une discipline nouvelle, la molysmologie marine (1973), Physiological Mechanisms in the Migration of Marine and Amphihaline fish (1975), ainsi qu’Histoire des sciences. Évolution des idées sur les mécanismes des migrations des poissons Téléostéens amphihalins (1996). Fontaine est aussi l’auteur d’un ouvrage destiné au grand public, intitulé Rencontres insolites d’un biologiste autour du monde (1999 et 2001). Au Muséum, il manifesta pendant son directorat des conceptions très claires sur les rôles de l’établissement. Il effectua enfin à travers le monde de nombreuses missions océanographiques (participant notamment à la croisière scientifique du Président Théodore Tissier en 1936) et molysmologiques (contrôle biologique des zones d’expérimentation nucléaire, au titre de président du comité chargé de cette fonction).

Bibliographie

Fontaine (Maurice), Titres et travaux scientifiques de Maurice Fontaine, [s.l.] : Société générale d’imprimerie et d'édition, 1936 (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, n° ß 5631).

Fontaine (Maurice), “La Chaire de physiologie générale du Muséum national d’histoire naturelle. Leçon inaugurale faite au Muséum le 8 mai 1944”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 16, no 6, 1944, pp. 204-222.

Fontaine (Maurice), Notice sur les travaux scientifiques, Abbeville : impr. Paillard, 1956, 105 p. (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, n° ß 6489). Fontaine (Maurice), Rencontres insolites d’un biologiste autour du monde, Paris : L'Harmattan, 1999, 241 p.

Jaussaud (Philippe), Pharmaciens au Muséum, Paris : Muséum national d’histoire naturelle, 1997, pp. 204-208 (Archives).

PJ

FONTAINE Yves-Alain

né le 6 octobre 1931 à Paris
chaire de Physiologie générale et comparée
Physiologie

49Fils de Maurice Fontaine*, Yves-Alain obtint un baccalauréat série mathématiques en 1949, une licence ès sciences en 1952, puis un certificat de zoologie l’année suivante. Il fut recruté par le CNRS comme stagiaire en 1953 et devint en 1955 attaché de recherches, ainsi qu’assistant au Muséum dans la chaire de Physiologie générale et comparée de son père. Pour l’accomplissement de son service militaire de 1958 à 1961, il se trouva affecté – dans le cadre du service de santé – au laboratoire de Radi-toxicologie du CEA, où il s’intéressa à la contamination radioactive des biotopes aquatiques, puis à celui du rein artificiel de l’hôpital Maillot d’Alger. Fontaine travailla entre 1961 et 1962 aux National Institutes of Health de Bethesda, comme boursier du ministère des Affaires étrangères. Une fois de retour à Paris, il devint maître-assistant au Muséum en 1964, docteur ès sciences en 1968 et sous-directeur en 1970. Il prit finalement en 1976 la succession de son père, comme professeur titulaire de la chaire de Physiologie générale et comparée. De son mariage avec Elisabeth Bertrand sont nés un fils et deux filles.

50Physiologiste, Fontaine conduisit des recherches endocrinologiques en utilisant souvent les Poissons comme modèles expérimentaux dans deux domaines principaux. D’une part, il étudia d'un point de vue comparatif et plus spécialement évolutif les hormones thyréotropes et gonadotropes de l’hypophyse. Il montra qu’elles faisaient partie d’une même famille de glycoprotéines, pour laquelle il proposa un arbre phylogénétique. D’autre part, son intérêt pour le cycle vital extraordinaire des anguilles le conduisit à en proposer une explication cohérente (écophysiologique et évolutive), en particulier concernant la lointaine migration de reproduction. Les travaux de Fontaine furent présentés dans quelque deux cents publications. Il est aussi l’auteur de deux ouvrages : L'Évolution sentimentale (1996) et Les Anguilles et les hommes (2001). Au Muséum, Fontaine qui présida la commission de recherche après Henri Lacombe* organisa l’exposition “Claude Bernard au Muséum”.

Bibliographie

Fontaine (Yves-Alain), Titres et travaux scientifiques, 1976, 57 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no 4 α 1280).

PJ

FONTANÈS Monique de [née Roussel]

née le 16 janvier 1924 à Morez (Jura)
chaire d’Ethnologie des Hommes actuels et des Hommes fossiles, puis d’Anthropologie et ethnologie, puis d’Anthropologie
Ethnologie

51Titulaire du baccalauréat de la section philosophie en 1943, Monique de Fontanès obtint une licence d’histoire et de géographie, ainsi qu’une bourse de l’“Institut d’études slaves” tchécoslovaque en 1946 et un certificat d’études supérieures d’ethnologie en 1947. Elle entra au département d’Europe du Musée de l’Homme comme travailleuse libre en 1947. Élève d’André Leroi-Gourhan*, elle fut diplômée du Centre de formation aux recherches ethnologiques en 1948. La jeune femme obtint alors une bourse d’études du gouvernement danois et effectua un stage d’archéologie et d’ethnologie au Musée national de Copenhague. Ensuite, elle exerça successivement au Musée de l’Homme les fonctions d’auxiliaire de bureau (1949-1950), d’aide-technique spécialisée (1950-1952), d’assistante de la chaire d’Ethnologie des Hommes actuels et des Hommes fossiles du Muséum (1952-1973), puis de maître-assistante du même service (1973-1979). Fontanès, qui fut ainsi la collaboratrice d’Henri Vallois*, Jacques Millot*, Robert Gessain* et Jean Guiart*, assura parfois des intérims de direction au Musée de l’Homme. Elle effectua au cours de sa carrière plusieurs missions à l’étranger : en Italie du sud, en Sicile, en Espagne, en Bavière, en Pologne, en Hongrie, en Bulgarie, en Albanie. De son mariage en 1956 étaient nés deux enfants.

52Ethnologue, Fontanès consacra l’essentiel de ses travaux scientifiques à l’Europe méditerranéenne (Italie du Sud, Sicile, Espagne). Elle réalisa notamment des recherches sur le vêtement féminin traditionnel en Calabre, la religion populaire en Italie et l’activité de la poterie en Castille. Au Musée de l’Homme, Monique de Fontanès dédia une grande partie de son activité à l’enrichissement, à la présentation et au classement des collections d’Europe. Elle s’occupa ainsi du fonds “J. B. de La Faille”, des pièces relatives aux carnavals de Slovénie et de Binche ou aux papiers découpés polonais. Par ailleurs, l’ethnologue organisa diverses expositions, comme celles concernant l’ethnographie albanaise et bulgare, l’art populaire hongrois et roumain ou les costumes du Monde. Fontanès procéda enfin à la rénovation de la galerie publique de l’Europe du Musée de l’Homme en 1971. Parmi ses publications figurent : Les Costumes traditionnels calabrais (1963), I vattienti, un rite du sang pendant la Semaine sainte en Calabre (1976), Splendeur des costumes du Monde (1978).

Bibliographie

Rapport d’activité pour la période 1976-1978, Paris : Musée de l’Homme, laboratoire d’Ethnologie, 1978, pp. 58-60. Fontanès (Monique de), Titres et travaux (Candidature à un poste de maître de conférences), 1979, 36 p. dactylographiées (fonds cryptogamie du Muséum national d’histoire naturelle).

PJ

FOREST Jacques

né le 14 juin 1920 à Créteil (Val-de-Marne)
chaire de Zoologie (Vers et Crustacés)
Ichtyologie, Zoologie des Crustacés

53Forest a effectué toutes ses études secondaires au collège de Maubeuge, obtenant le baccalauréat de la série philosophie en 1938. Engagé au mois de septembre de l’année suivante dans l’artillerie, puis démobilisé en août 1940, il a ensuite occupé un poste de répétiteur d’enseignement secondaire dans son ancien collège. Forest est entré en 1943 à l’Office scientifique et technique des pêches maritimes comme inspecteur régional, d’abord affecté au contrôle sanitaire ostréicole, à La Tremblade, puis au contrôle des conserves de poissons, à Croix-de-Vie. En 1945, il était nommé assistant de biologie au laboratoire de Lorient, alors situé en territoire occupé par l’armée allemande et momentanément hébergé à Concarneau par la Station de biologie marine du Collège de France. De 1947 à 1949, Forest a participé à des campagnes du Grenadier et du Président Théodore Tissier et embarqué à plusieurs reprises sur des bateaux de pêche. Il est entré en 1949 au Muséum, comme assistant de la chaire de Zoologie (Vers et Crustacés) dirigée par Louis Fage*. En 1953, Forest a effectué une mission sur le littoral marocain, participé à des travaux du Gérard Tréca au Sénégal, ainsi qu’en Guinée et, durant la période 1953-1954, à des expéditions du Professeur Lacaze-Duthiers aux Baléares. Il a mis sur pied les premières campagnes de prospection biologique à bord de La Calypso, à l’époque où l’activité scientifique du navire était gérée par le CNRS, avec comme destination : en 1956, le golfe de Guinée, en 1959, les îles du Cap Vert, et en 1961-1962 les côtes atlantiques d’Amérique du Sud. Forest a été responsable en 1964, d’une partie du programme Guinean Trawling Survey, au large de la Côte-d’Ivoire. Après la mise en service du Jean Charcot, il a dirigé en 1968 sur ce navire une campagne d’essai d’engins à grande profondeur. Forest participait en 1970 aux recherches de La Thalassa dans le golfe de Gascogne, puis organisait à la fin de l’année suivante une campagne d’exploration sur le Jean Charcot dans la région des Açores. Avec au total trente-deux chercheurs embarqués, le navire allait réaliser pendant deux mois des dragages et des chalutages jusqu’à cinq mille mètres de profondeur. Forest a ensuite effectué trois campagnes MUSORSTOM aux Philippines (1976, 1980, 1985) et participé à diverses expéditions océanographiques, en particulier dans le détroit de Macassar (Coriolis, 1980), à La Réunion (Marion Dufresne, 1982), en Nouvelle-Calédonie (Jean Charcot, 1985) et en Indonésie (Baruna Jaya, 1991). Au cours de sa carrière, il a ainsi passé plus d’un an de sa vie à bord de navires de recherche. Forest a été nommé professeur sans chaire au Muséum en 1966, dirigeant à partir de cette même année le laboratoire de Carcinologie et d’Océanographie biologique à l’École pratique des hautes études – un centre actif de formation de carcinologistes, reconnu sur le plan international. Sa retraite, prise en 1989, n’a pas interrompu les travaux du naturaliste.

54De 1947 à 1949, les recherches de Forest ont porté sur la biologie et la pêche de plusieurs espèces de poissons comestibles, en particulier sur la sardine, le sprat et le germon, plus occasionnellement sur le plancton et la faune intertidale. La pêche au thon étant alors en pleine régression en raison de son caractère saisonnier et du faible rendement des navires qui s’y livraient, le naturaliste a également été à l’origine d’essais de nouvelles techniques de capture. Forest a ensuite consacré une grande partie de ses travaux scientifiques à la morphologie, la systématique, la phylogénie et la biogéographie des Pagures, sans négliger pour autant de nombreux autres groupes, comme les Crabes ou les Crevettes. Les régions dont il a étudié ou prospecté la faune carcinologique marine sont la Méditerranée, l’Atlantique oriental, du golfe de Gascogne à l’Afrique du Sud, les côtes atlantiques de l’Amérique du Sud, la Polynésie, la Nouvelle-Calédonie, la Nouvelle-Zélande, la mer de Chine méridionale, les Philippines, le Vietnam et l’Indonésie. Ses expéditions océanographiques ont conduit Forest à rassembler d’importantes collections d’animaux marins et à recueillir de nombreuses espèces nouvelles ou rares, dans des régions mal explorées. Ainsi, en 1975, il a décrit avec Michèle de Saint Laurent Neoglyphea inopinata, d’après un spécimen resté non identifié, depuis sa capture en 1908, dans les collections de la Smithsonian Institution à Washington. L'animal était un représentant du groupe des Glyphéides, considéré comme éteint depuis cinquante millions d’années. Afin de compléter l’étude de ce fossile vivant, Forest a effectué aux Philippines les campagnes MUSORSTOM précédemment mentionnées : celles-ci ont permis de retrouver un nombre suffisant d’exemplaires de l’espèce, pour en faire connaître la morphologie et pour corriger la position précédemment attribuée aux Glyphéides parmi les Crustacés Décapodes.

FOREST J. Neoglyphea inopinata Forest & Saint Laurent, 1975. (Photo Jacques Forest).

55Forest a été l’auteur de cent cinquante publications – certaines constituant de volumineuses monographies – dont une trentaine sont postérieures à son départ en retraite. Nous citerons : Observations sur la Sardine de la côte sud du Finistère (1949), Contributions à la révision des Crustacés Paguridae. I : le genre Trizopagurus (1952), Crustacés Décapodes marcheurs des îles de Tahiti et des Tuamotu (1953-1954), Beautés du fond des mers (1955), Sur une collection de Crustacés Décapodes de la région de Porto Cesareo : description de Portumnus pestai sp. nov. (1967), Un nouveau “fossile vivant” dans la mer de Chine méridionale (1980), Révision du genre Aniculus, Decapoda Diogenidae (1984), Crustacea Decapoda Anomura : révision du genre Trizopagurus Forest, 1952 (Diogenidae), avec l’établissement de deux genres nouveaux (1995), The Biogeography and Bathymetric Distribution of New Zealand Hermit Crabs (Crustacea : Anomura : Paguridea) (2001). Les études du matériel recueilli lors des campagnes MUSORSTOM ont paru dans les Mémoires de l’ORSTOM (série intitulée Résultats des campagnes MUSORTOM), puis dans les Mémoires du Muséum national d’Histoire naturelle. De 1975 à 1989, Forest a consacré une douzaine de publications, la plupart en collaboration avec Michèle de Saint Laurent, à l’étude du Glyphéide actuel et aux expéditions dédiées à sa recherche. Pierre-Paul Grassé a confié en 1982 au naturaliste la partie “Crustacés” du Traité de Zoologie, dont trois volumes ont paru, respectivement en 1994, 1996 et 1999 (une version anglaise est en cours). Dans le cadre de ses activités éditoriales, Forest a publié la série des Résultats de La Calypso, assumé la responsabilité du Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle de 1956 à 1969 et a appartenu aux comités de rédaction de Vie et Milieu, des Annales de l’Institut océanographique et de Crustaceana. C’est lui qui a été le principal rédacteur de la version française du Code international de nomenclature zoologique (1964). En 1997, Forest a assuré avec Lipke B. Holthuis la réédition du Recueil de figures de Crustacés nouveaux ou peu connus (1883) d’Alphonse Milne-Edwards*, un ouvrage comportant quarante-quatre planches et dont il n’existait plus que quelques exemplaires.

56Grâce aux spécimens rapportés de ses campagnes océanographiques, Forest a considérablement enrichi les collections d’animaux marins du Muséum, notamment la série des Crustacés Décapodes, dont il a effectué le classement et l’inventaire. Il a aussi examiné, en dehors du matériel recueilli par lui-même, les collections de grandes expéditions océanographiques, comme celles de L'Albatros, de L'Atlantide, de La Siboga ou de La Galathea, et celles des musées ou des instituts qu’il a eu l’occasion de visiter, en Europe, aux États-Unis, au Japon et en Chine – un pays où il a été invité à deux reprises. Durant sa carrière, Forest a été chargé de diverses responsabilités : expert au Conseil international pour l’explora ton de la mer (1948), membre du conseil de la Société zoologique de France, du Comité de direction de La Calypso, de la Commission internationale de nomenclature zoologique, puis du conseil de cette commission, secrétaire de la première Commission d’océanographie du CNRS, délégué aux quinzième et seizième Congrès internationaux de zoologie (Londres, 1958, Washington, 1963), au dixième Congrès du Pacifique (Honolulu, 1966), au septième Symposium sur les récifs coralliens (Guam, 1992), aux premier et deuxième Congrès internationaux d’océanographie (New York, 1961, Moscou, 1966), il a également participé, de 1977 à 1984, aux travaux de la Fondation européenne de la science (groupe Sciences marines fondamentales et groupe Taxonomie, Systématique et Conservation biologique). La revue internationale Crustaceana a consacré un numéro spécial à Forest, à l’occasion de son quatre-vingtième anniversaire.

Sources

Documents fournis par l’intéressé.

Bibliographie

Defaye (Danielle), Noël (Pierre), Saint Laurent (Michèle de), Von Vaupel Klein (J. Carel), “Editorial”, Crustaceana, vol. 75, mars-avril 2002, parts 3-4, pp. 193-194.

Forest (Jacques), Notice sur les travaux scientifiques, 9 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, n° ss 8871).

Laubier (Lucien), “Jacques Forest, ou La passion des Crustacés”, Crustaceana, vol. 75, mars-avril 2002, parts 3-4, pp. 195-201.

Saint Laurent (Michèle de), Noël (Pierre), “Liste des publications de Jacques Forest de 1946 à 2001”, Crustaceana, vol. 75, mars-avril 2002, parts 3-4, pp. 203-209.

PJ ERB

FOSSE Jules, Richard, Hippolyte

né le 16 juillet 1870 à Castres (Tarn), mort le 18 décembre 1949 à Paris
chaire de Chimie appliquée aux corps organiques
Biochimie, Chimie

57Richard Fosse, fils de pharmacien, fut un enfant turbulent et téméraire : il faillit perdre un œil et une main au cours d’expériences périlleuses. Externe puis pensionnaire au lycée de Castres, il étudia brièvement après son baccalauréat les mathématiques spéciales à Toulouse. Le jeune homme alla ensuite s’inscrire, sur le conseil de son père, à l’école de pharmacie de la capitale, où il réussit brillamment. Ayant obtenu à la fois son diplôme pharmaceutique et sa licence de sciences en 1896, il entra dans le laboratoire de Charles Friedel à la Sorbonne pour y préparer sa thèse de doctorat ès sciences, qu’il soutint en 1899. Fosse accomplit ensuite la première partie de sa carrière universitaire à la faculté de Lille, où il fut nommé successivement maître de conférences en 1902, professeur-adjoint en 1913, puis professeur titulaire en 1919. En 1928, il prit la tête de la chaire de Chimie appliquée aux corps organiques du Muséum, succédant ainsi à Louis-Jacques Simon* décédé. Une seconde phase de sa carrière s’ouvrait, durant laquelle il travailla avec acharnement, presque cloîtré dans son service, inattentif à tous les événements extérieurs. Élu en 1931 à l’Académie des sciences, Fosse conserva un laboratoire au Muséum après sa retraite, prise en 1940. On raconte que, le matin même de sa mort, il contemplait encore des formules chimiques.

58Trapu, barbu, d’allure débonnaire, Fosse laissa le souvenir d’un homme bienveillant, mais d’une grande ténacité, désirant faire surtout ce qui lui plaisait et méprisant le risque physique ou intellectuel. Tl ne fut pas un chef d’école, mais un travailleur solitaire – il dormait souvent dans son laboratoire – fuyant les contacts humains, ainsi que les voyages. Il s’était marié en 1899 avec une demoiselle Villemin et sa sœur vint s’installer auprès de lui après son veuvage.

59L'œuvre de Fosse fut considérable, comme en témoignent près de quatre cents publications. Jusqu’en 1910, il réalisa uniquement des travaux de chimie organique pure, étudiant les dérivés du binaphtol, du dinaphtopyranol et du xanthydrol. Il découvrit notamment la réaction de l’urée avec le xanthydrol, qui devait rendre de très grands services dans le domaine de la chimie médicale. À partir de 1910, Fosse se consacra à l’étude du métabolisme azoté : il conçut une nouvelle théorie de l’uréogénèse chez les animaux, produisit in vitro de l’urée et de l’acide cyanhydrique par oxydation de diverses biomolécules, mit en évidence des métabolites azotés jusque-là inconnus au sein des végétaux et établit une séquence de dégradation enzymatique des bases nucléiques chez les êtres vivants. Citons parmi ses publications Contribution à l’étude du B binaphtol (1899), L'Urée (recherches de chimie analytique, biologique et agricole), les fonctions : dinaphtopyranol, xanthydrol et sel de pyryle (chimie organique) (1928), ainsi qu’Uréogénèse et métabolisme de l’azote purique chez les végétaux (1939).

Bibliographie

Jacob (Charles), “Décès de M. Fosse”, Comptes Rendus hebdomadaires des Séances de l’Académie des Sciences, vol. 230, 1950, pp. 13-15.

Jaussaud (Philippe), Pharmaciens au Muséum, Paris : Muséum national d'histoire naturelle, 1997, pp. 146-149 (Archives).

Mayer (André), “Notice sur la vie et les travaux de Richard Fosse (1870-1949)”, Notices et Discours 1949-1956, Académie des Sciences, vol. 3, 1957, pp. 165-184.

Sannié (Charles), “L'Œuvre de Richard Fosse”, Archives du Muséum national d’Histoire naturelle, 7e série, vol. 1, 1952, pp. 7-15.

PJ

FOUCAULT Alain

né le 3 octobre 1938 à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine)
chaire de Géologie
Géologie

60Titulaire d’une licence ès sciences naturelles en 1958, Foucault fut nommé en 1969 stagiaire de recherches du CNRS et affecté au laboratoire de Géologie méditerranéenne du Collège de France dirigé par Paul Fallot. Le naturaliste obtint en 1960 un poste d’assistant à la faculté des sciences de Paris, où il devint maître-assistant en 1968, puis soutint sa thèse de doctorat ès sciences en 1971. Entré au Muséum comme sous-directeur de la chaire de Géologie en 1976, Foucault accéda au professorat en 1992 et exerça la fonction de directeur de son laboratoire de 1992 à 1996.

61Foucault œuvra dans les domaines de la géologie stratigraphique et tectonique. Au cours de la première partie de sa carrière, il s’intéressa surtout à la tectonique des régions méditerranéennes, soulignant le caractère épiglyptique – c’est-à-dire “à sec” – des charriages dans les Corbières, ou explorant des régions peu connues de l’Andalousie montagneuse. En Espagne méridionale, Foucault montra l’origine externe des nappes subbétiques, ruinant définitivement l’hypothèse de leur provenance lointaine (dite ultrabétique) ; il souligna aussi l’importance d’un diapirisme précoce (Crétacé inférieur ou moyen) du Trias gypsifère sur le développement de la tectonique tertiaire et aborda le problème des rapports entre les zones externes et internes des Cordillières bétiques. Après ces travaux, convaincu que les seules études structurales ne peuvent donner la clé des déplacements tectoniques, le géologue chercha dans la sédimentation des renseignements complémentaires. Il se trouva ainsi conduit à étudier la répartition des faciès du Mésozoïque espagnol, puis la sédimentation terrigène passée (Flysch à Helminthoïdes) ou récente (cônes profonds du Var et du Bengale, delta du Nil). L'attention de Foucault ayant été attirée par le rôle majeur des fluctuations climatiques dans le dépôt des sédiments, notamment sous le contrôle de l’orbite terrestre, le géologue dédia au phénomène en cause la majeure partie de son activité ultérieure, prenant pour exemple surtout le Pliocène de la Méditerranée.

62Citons, parmi plus de cent publications dues à Foucault : Coupes et cartes géologiques (1966) – rédigé en collaboration avec Jean-François Raoult-, Dictionnaire de géologie (1980) – écrit avec le même collaborateur – et Climat : histoire et avenir du milieu terrestre (1993). Au Muséum, Foucault fut membre du Conseil scientifique, ainsi que du Conseil d’administration. Il fit également partie de diverses instances nationales, comme le Comité national de géologie (1974-1979), la Société géologique de France, le Comité national de la recherche scientifique (1991-1995) ou le Comité national des universités (1992-1995).

Source

Biographie dactylographiée fournie par le laboratoire de Géologie du Muséum national d’histoire naturelle.

PJ

FOURCROY Antoine-François de

né le 13 juin 1755 à Paris, mort le 16 décembre 1809 à Paris
professeur de chimie aux écoles du Jardin royal des plantes, puis chaire de Chimie générale
Chimie

63Fils d’un apothicaire du duc d’Orléans et de Jeanne Laugier, cousin – à des degrés divers – d’Antoine-Louis Brongniart* ainsi que d’André Laugier*, Antoine-François de Fourcroy avait deux sœurs aînées. Il devait toujours garder un mauvais souvenir de sa triste jeunesse. En effet, il perdit sa mère à l’âge de sept ans et vit son père réduit à la pauvreté après s’être vu privé de sa charge. Fourcroy fut élève au collège d’Harcourt, qu’il dut quitter en 1770 par manque d’argent. Puis, il donna des leçons d’écriture et occupa dans les bureaux de la Chancellerie un modeste emploi de commis expéditionnaire, dont il démissionna rapidement. Le jeune homme s’engagea alors dans des études médicales sur le conseil de Félix Vicq d’Azyr*, un ami de son père, obtenant le doctorat en 1780 au terme de la soutenance de cinq thèses. Son oncle Laugier l’avait aidé financièrement durant cette période de formation. Mais, le nouveau médecin n’exerça pas son art, préférant donner des leçons de chimie comme ses maîtres Jean-Baptiste Bucquet et Pierre-Joseph Macquer*. Il obtint notamment en 1783 le poste de professeur de chimie du règne animal à l’École royale vétérinaire d’Alfort. Au cours de l’année 1784, Fourcroy fut nommé par Georges-Louis Buffon* professeur de chimie au Jardin royal, prenant ainsi la succession de Macquer décédé. Il entra à l’Académie des sciences en 1785, quitta l’École vétérinaire d’Alfort en 1787, date à laquelle il enseigna au lycée de la rue de Valois.

64Fourcroy exerça différentes fonctions officielles durant la Révolution, dont il fut un partisan convaincu. Député de Paris à la Législative en 1791, suppléant à la Convention en 1792, membre de cette seconde assemblée l’année suivante comme remplaçant de Marat assassiné, président du Club des jacobins en 1793, il ne put malheureusement s’opposer à la condamnation d’Antoine de Lavoisier. Il devint en 1793 le premier titulaire de la chaire de Chimie générale du Muséum nouvellement créé, avec Antoine-Louis Brongniart pour démonstrateur. De 1793 à 1795, il appartint alternativement au Comité d’instruction publique et au Comité de salut public, puis entra en 1795 au Conseil des Anciens, qu’il devait quitter deux ans plus tard. Fourcroy obtint en 1794-1795 deux autres postes de professeur de chimie : l'un à l’École polytechnique, l’autre à l’école de médecine de Paris. Appelé à la section de l’intérieur du Conseil d’État par Bonaparte en 1799, il fut nommé directeur général de l’Instruction publique en 1802, puis comte d’Empire en 1808, année à partir de laquelle il n’exerça plus que des fonctions réduites. Fourcroy avait assuré entre-temps la direction du Muséum, pour les périodes 1800-1801 et 1804-1805. Au printemps 1808, il se vit préférer par Napoléon Louis de Fontanes, pour occuper la charge de Grand maître de l’Université. Cette déception fut peut-être à l’origine de l’altération de sa santé, qui avait été excellente jusque-là. Atteint d’insuffisance cardiaque, il mourut brutalement chez lui d’une syncope à l’âge de cinquante-quatre ans passés. Quelques jours avant son décès, il avait été nommé directeur général des Mines.

65Fourcroy fut décrit comme un personnage alerte, au regard vif, à l’abord agréable, ambitieux, doué de grandes qualités de cœur, très sensible à la critique – qui ne l’épargna pas – et travaillant énormément. Simple dans l’intimité, il réservait le faste à l’exercice de ses fonctions publiques. Il fut le mentor et l’ami de Nicolas Vauquelin*. Par ailleurs, Fourcroy possédait de grands dons d’orateur, qui attiraient à ses cours un public nombreux. De son union en 1785 avec Anne Claudine Bettinger, rompue quatorze ans plus tard par un divorce, il avait eu un fils et une fille. Il épousa en secondes noces, au début de l’année 1800, Adélaïde-Flore Belleville veuve Wailly, dont il n’eut pas de descendance.

66Fourcroy rédigea cent quatre-vingt-dix articles scientifiques, dont une cinquantaine avec son ami Vauquelin. Il faut ajouter à cela plus de cinquante ouvrages ou plaquettes, parmi lesquels figurent la traduction de l’Essai sur les maladies des artisans (1777) de Bernardino Ramazzini, des Éléments d’histoire naturelle et de chimie (1786), une Philosophie chimique, ou Vérités fondamentales de la chimie moderne (1792) et un Système des connaissances chimiques (1800-1801) en onze volumes. Fourcroy fut un pionnier de la chimie biologique, comme en témoignent ses observations sur la graisse de cadavres – nommée par lui “adipocire” –, ses analyses des calculs biliaires, des quinquinas, sa découverte des albumines végétales, ainsi que ses recherches concernant le caoutchouc, l’oxydation des colorants végétaux ou le rôle des gaz dans l’économie animale. Une grande partie de ses travaux relatifs aux substances organiques fut réalisée en étroite collaboration avec Vauquelin : analyse des fluides corporels – sang, lait, bile, larmes, urine –, des os, des calculs urinaires, extractions à partir de l’urine de l’acide benzoïque et de l’urée à l’état pur, études des graines de céréales ou de légumineuses, de l’acétaldéhyde, de l’action des acides sur les substances végétales ou animales – formant des explosifs. Fourcroy rebaptisa l’“acide lithique” de Carl Scheele “acide urique” et créa le terme d’“urée”. En chimie minérale, il réalisa la synthèse de l’eau pure (avec Vauquelin), interpréta la décomposition aqueuse par la pile voltaïque, analysa certaines eaux minérales, ainsi que l’eau du grand puits du Jardin des plantes, conçut un procédé pour séparer le cuivre de l’étain des cloches, s’intéressa aux métaux de la mine de platine, aux sels et aux explosifs. Sur les trois derniers sujets cités, Vauquelin intervint comme collaborateur. Fourcroy apporta par ailleurs une contribution non négligeable à la chimie théorique. En effet, il défendit les conceptions novatrices d’Antoine Laurent Lavoisier, qu’il diffusa, et élabora une nouvelle méthode de nomenclature chimique avec Lavoisier, Louis Guyton de Morveau et Claude-Louis Berthollet. Fourcroy introduisit aussi le terme d’“analyse immédiate”.

67L’œuvre administrative de Fourcroy marqua également son époque. De la Révolution à l’Empire, il fut un artisan majeur de la réorganisation de l’enseignement français, participant à la fondation de l’École polytechnique, de l’École des mines, des écoles de médecine, de pharmacie, de douze écoles de droit, d’une trentaine de lycées et créant l’Université impériale. Fourcroy joua enfin un rôle décisif dans la transformation du Jardin du roi en Muséum, avant de faciliter le développement du nouvel établissement grâce à son influence politique.

Bibliographie

Brown (Éric), Des chimistes de A à Z, Paris : Ellipses, 2002, pp. 111-116.

Chaigneau (Marcel), Les Médaillons de la faculté de pharmacie de Paris, Paris : Louis Pariente, 1986, pp. 75-78.

Kersaint (Georges), “Antoine François de Fourcroy (1755-1809) : sa vie et son œuvre”, Mémoires du Muséum national d’Histoire naturelle, série D, vol. 2, 1966, 296 p. Smeaton (William), Fourcroy, Chemist and Revolutionary, 1755-1809, Cambridge : Heffer, 1962, 288 p.

Smeaton (William), “Fourcroy, Antoine François de”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1972, vol. 5, pp. 89-93.

Viel (Claude), “Antoine-François de Fourcroy (1755-1809), promoteur de la loi de Germinal an XI”, Revue d’Histoire de la Pharmacie, vol. 51, no 339, 2003, pp. 377-394.

PJ

FRANC André

né le 11 janvier 1911 à Nouméa (Nouvelle-Calédonie), mort dans les années 1990
chaire de Malacologie
Malacologie

68Dès 1928, Franc vit s’éveiller sa vocation pour la biologie marine sur les côtes de Nouvelle-Calédonie. Il exerça plus tard les fonctions de répétiteur au lycée d’Alger, une ville où il commença en 1937, au laboratoire de Biologie générale de la faculté des sciences, la préparation d’une thèse dirigée par le professeur Maurice Rose. Mais, Franc dut interrompre ses travaux durant la seconde guerre mondiale, car il se trouva alors mobilisé durant un an dans les troupes combattantes. Il effectua un stage à la station de Roscoff et deux séjours au laboratoire de Dinard, où il travailla avec Abel Gruvel*. Docteur ès sciences à Alger en 1943, Franc fut sous-directeur du laboratoire de Malacologie du Muséum de 1949 à 1959, avant de devenir professeur à la faculté des sciences de Paris.

69Œuvrant dans le domaine malacologique, Franc étudia la systématique, l’anatomie, la biologie et l’écologie de divers groupes (Gastéropodes, Bivalves). Nous citerons, parmi ses publications : Études sur le développement de quelques Prosobranches méditerranéens (1943), Mollusques terrestres et fluviatiles de l’archipel néo-calédonien (1956), Sur un Protiste nouveau, agent de destruction des branchies et des palpes de l’Huître portugaise (1968) – en collaboration avec Lucie Arvy – et Recherches préliminaires sur les peuplements de Paludines (Viviparus viviparus Linné 1758) de quelques régions de France (1972) – en collaboration avec Annick Blondeau.

Bibliographie

Franc (André), Études sur le développement de quelques Prosobranches méditerranéens, thèse de doctorat ès sciences, Alger : faculté des sciences, 1943.

PJ

FRANQUET Robert

dates inconnues (XXème siècle)
chaire de Culture
Culture

70Entré en 1921 au Muséum pour remplacer provisoirement H. Poisson comme préparateur de la chaire de Culture, Franquet fut titularisé en 1924, puis nommé sous-directeur en 1933. Il quitta par la suite l’établissement.

Source

Documents Muséum (d’après les archives d’É.-R. Brygoo).

PJ ERB

FRÉMY Edme [dit Edmond]

né le 28 février 1814 à Versailles (Yvelines), mort le 2 février 1894 à Paris
chaire de Chimie appliquée aux corps inorganiques
Chimie

71Fils cadet d’un professeur de chimie à l’école militaire de Saint-Cyr, Frémy vit le jour dans une famille où la science était à l’honneur. Il débuta en 1831 sa carrière comme assistant de Théophile Pelouze, dans le laboratoire de Joseph Gay-Lussac* à l’École polytechnique. Chargé d’enseigner à l’École centrale de 1839 à 1840, Frémy devint professeur de chimie à Polytechnique en 1846, comme remplaçant de Pelouze passé au Collège de France, puis fut nommé en 1850 titulaire de la chaire de Chimie appliquée aux corps inorganiques du Muséum. Il prenait, avec ce dernier poste, la succession de Gay-Lussac décédé, qu’il avait suppléé durant plusieurs années dans son enseignement au Jardin des plantes. Administrateur de la glacerie de Saint-Gobain, élu en 1857 membre de l’Académie des sciences, il assura la direction du Muséum depuis 1879 jusqu’à son départ à la retraite. Ce dernier fut provoqué par un décret de 1891 imposant une limite d’âge aux professeurs, un texte qui eut pour conséquence la suppression en 1892 – après de vives discussions – de la chaire de Chimie appliquée aux corps inorganiques. Frémy, dont les capacités intellectuelles avaient commencé à décliner dès 1890, se trouva profondément affecté par ces événements. Il s’éteignit au Muséum dans de pénibles conditions, quelques jours avant la date de ses quatre-vingts ans.

72Assez corpulent, portant d’énormes favoris, Frémy jouissait d’une excellente santé. Il fut décrit comme un personnage au caractère enjoué, bienveillant sans familiarité, fidèle à ses amis et charitable envers le personnel du Muséum. Aussi habile dans la discussion qu’au laboratoire, il prononçait à l’amphithéâtre des leçons magistrales d’une voix forte, en consultant souvent ses notes. Il bénéficia par ailleurs d’une belle fortune et de relations utiles. Marié en 1842 à Eugénie Boutron, fille d’un chimiste, il eut deux fils.

73Frémy n’avait aucun goût pour les théories, qu’il jugeait même dangereuses : pour lui, seule l'expérimentation comptait. Il élabora une œuvre considérable, traduite par la publication de cent soixante-dix mémoires et de plus d’une dizaine d’ouvrages. Parmi ce dernier doit être cité un grand Traité de chimie générale rédigé en collaboration avec Pelouze, qui connut trois éditions de 1848 à 1865. Il dirigea également la Grande encyclopédie chimique (1882-1892), un ouvrage collectif dont il écrivit plusieurs chapitres. En chimie minérale, Frémy démontra le caractère acide des oxydes métalliques, étudia les métaux de la mine de platine, découvrit l’acide osmieux, les sels sulfazotés, les bases ammoniaco-cobaltiques, divers sulfures métalliques, et établit avec Edmond Becquerel* la composition de l’ozone. Il conduisit également des investigations sur les fluorures, préparant l’acide fluorhydrique anhydre, fit – en collaboration avec Auguste Verneuil - la synthèse à haute température du rubis, ainsi que de divers minéraux.

74Il réalisa aussi de nombreux travaux dans le domaine de la chimie organique tels la saponification sulfurique des corps gras, un procédé rapidement adopté par l’industrie française, l’étude analytique de diverses substances végétales – pectines, gommes, celluloses, latex – ou animales – os, muscles, tissu nerveux, œufs–, des recherches sur les fermentations et la découverte de l’acide palmitique dans l’huile de palme. De plus, Frémy entretint toujours d’étroites relations avec l’industrie, s’intéressant par exemple à la fabrication des fontes, de l’acier, au traitement des fibres textiles naturelles ou, en collaboration avec Paul Dehérain*, à la betterave sucrière.

75Au Muséum, le directorat de Frémy consacra la prééminence des “expérimentalistes” face aux “naturalistes”. Le chimiste édifia de nouveaux laboratoires, des serres, des galeries – comme celle de zoologie–, obtint l’affectation de l’île de Tatihou pour y établir la station maritime du Muséum et favorisa la création de deux chaires sans collection. Par ailleurs, il développa la vocation enseignante de l’établissement dont il avait la charge, se trouvant en partie à l’origine de l’École pratique des hautes études. Frémy fonda également dans son laboratoire une célèbre école de chimie, destinée à former des jeunes gens pour leur permettre d’entrer dans l’industrie. Cette structure pédagogique accueillit plus d’une quarantaine d’élèves par an, entre 1864 et 1892.

Bibliographie

Dehérain (Pierre-Paul), "Edmond Frémy. Notice nécrologique”, Nouvelles Archives du Muséum d’Histoire naturelle, 3e série, vol. 6, 1894, pp. 16-32.

Dehérain (Pierre-Paul), “Notice nécrologique”, Revue générale des Sciences, no 4, 1894, pp. 139-140.

Farber (Eduard), “Frémy, Edmond”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1972, vol. 5, pp. 157-158. Kersaint (Georges), “L'École de chimie de Frémy”, Bulletin de la Société chimique de France, 1963, pp. 639-641.

Schnitter (Claude), “Le Développement du Muséum national d’histoire naturelle de Paris au cours de la seconde moitié du XIXème siècle ; se transformer ou périr”, Revue d’Histoire des Sciences, vol. 49, no 1,1996, pp. 67-91.

PJ

FRÈREJACQUE Marcel

né le 24 août 1893 à Villers-les-Pots (Côte-d’Or), mort le 16 novembre 1973 à Paris
chaire de Chimie appliquée aux corps organiques
Chimie

76Fils d’instituteur, Frèrejacque naquit dans un village de la Côte-d’Or. Il fut pensionnaire d’un collège de Dijon, puis entra en 1913 à l’École normale supérieure de Saint-Cloud où Louis-Jacques Simon* lui enseigna la chimie. Se trouvant en Autriche lorsqu’éclata la première guerre mondiale, le jeune homme eut le statut de prisonnier civil, avant de s’évader en 1915 pour s’engager dans l’infanterie alliée. Il fut blessé près de Salonique en 1917, acquit le grade de sous-lieutenant en 1918 et fut détaché à la base navale de Sébastopol. Démobilisé en 1919, Frèrejacque obtint l’année suivante le certificat d’aptitude au professorat des écoles normales. Il désirait donc enseigner, mais il se laissa convaincre par Louis-Jacques Simon, fraîchement nommé professeur au Muséum, de devenir son préparateur dans la chaire de Chimie appliquée aux corps organiques. Licencié ès sciences physiques en 1923, docteur ès sciences en 1930, Frèrejacque remplaça en 1942 Victor Hasenfratz* retraité comme sous-directeur. Il assura, parallèlement à ses fonctions au Muséum et durant trente-trois ans, le contrôle des établissements dangereux, insalubres ou incommodes relevant de la Préfecture de Police. À ce titre, il fut nommé commissaire-inspecteur en 1925, inspecteur divisionnaire en 1939, puis inspecteur général adjoint en 1957. Il s’était trouvé entre-temps mobilisé, de 1939 à 1940, comme lieutenant d’artillerie dans la défense contre les gaz. Frèrejacque atteignit l’âge de la retraite en 1958, mais poursuivit des travaux au sein de son ancien laboratoire jusqu’à la fin de l’année 1972. C’est dans sa quatre-vingt-unième année qu’il s’éteignit à son domicile, après quelques mois de maladie.

77Frèrejacque fut décrit comme un personnage aux manières simples, de tempérament heureux mais réservé. Consciencieux à l’extrême dans son travail, il n’aimait pas donner des espérances illusoires, faisait bénéficier ses interlocuteurs d’une conversation intéressante et écrivait avec clarté. Il avait eu deux fils de son mariage.

78Œuvrant dans le domaine de la chimie organique et de la phytochimie, Frèrejacque fut l’auteur de soixante-dix-neuf publications. Il étudia la configuration de l’atome d’azote trivalent, effectua sur la sulfométhylation des recherches qui permirent la préparation du solucamphre, s’intéressa à l’oxydation de l’acide urique, ainsi qu’à la chimie des sucres et des glucosides digitaliques. Enfin, il rédigea avec Hasenfratz le chapitre “Oses et holosides” (1932) du grand Traité de chimie organique de Victor Grignard.

Bibliographie

Plouvier (Victor), “Marcel Frèrejacque (1893-1973) : notice biographique et bibliographique”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 3e série, supplément, 1974, pp. 103-109.

Plouvier (Victor), “Historique des chaires de Chimie, de Physique végétale et de Physiologie végétale du Muséum d’histoire naturelle”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 4e série Miscellanea, vol. 3, 1981, p. 137.

PJ

FRIANT Madeleine

dates inconnues (XIXème-XXème siècles)
chaire d'Anatomie comparée
Anatomie, Paléontologie

79Madeleine Friant, qui passa en 1912 un diplôme d’ambulancière, servit comme infirmière de la Croix-Rouge durant la première guerre mondiale. Nantie du baccalauréat ès lettres, elle obtint une licence ès sciences en 1921, puis suivit à Strasbourg un cursus médical incluant l’externat et couronné par la soutenance de la thèse de doctorat en 1927. La jeune femme exerça la fonction de médecin inspecteur des écoles de la Moselle, fut titulaire en 1927 d’une bourse de doctorat du Muséum, puis passa un diplôme supérieur d’hygiène à Strasbourg en 1930. En 1931, elle devint stagiaire au Jardin des plantes dans la chaire d’Anatomie comparée de Raoul Anthony*, boursière de la Fondation Rockefeller, ainsi que diplomée de stomatologie de la faculté de Paris. Friant dispensa de 1931 à 1942 des leçons d’anthropologie zoologique à l’école d’anthropologie, où elle reçut sa nomination de professeur en 1934. Titulaire d’une bourse de la Caisse nationale des sciences en 1932, elle soutint sa thèse de doctorat ès sciences en 1933, fut responsable des travaux pratiques du PCB/PCN de 1933 à 1936 et obtint le poste de chargée de recherche du futur CNRS en 1936. Friant, qui succéda en 1937 à Henri Neuville* comme sous-directrice de la chaire d’Anatomie comparée du Muséum, remplit de 1939 à 1941 les fonctions de chef de travaux du laboratoire de Zoologie comparative de l’École pratique des hautes études. Elle fut suspendue de ses fonctions en février 1945, mais fut réintégrée au mois de juillet de la même année. Au cours de sa carrière au Muséum, Friant eut l’occasion de visiter de nombreux musées d’histoire naturelle européens. Elle fut par deux fois candidate malheureuse à une chaire magistrale – en Paléontologie en 1936 et en Anatomie comparée en 1943.

80Elle laissa le souvenir d’une femme énergique, douée d’un fort caractère qui lui aliéna souvent les sympathies de ses collègues.

81La chercheuse œuvra dans les domaines de l’anatomie comparée et de la paléontologie. Spécialiste de la denture des Mammifères actuels – incluant l’Homme – ou fossiles, elle conduisit par ailleurs des recherches sur le néopallium mammalien. Il faut ajouter à cela divers travaux, comme une étude de l’ostéologie de la faune quaternaire du Luxembourg ou de l’anatomie du foie chez les Mammifères hibernants. Parmi plus de cent dix publications dues à la plume de Madeleine Friant figurent L'Évolution morphologique de la dentition chez les Mammifères placentaires (1935), Recherches anatomiques sur le Castor Anderssoni Schl. et considérations sur l’évolution dentaire des Castoridés (1936), La Faune pleistocene d’Œtrange (Luxembourg) (1935-1940), ainsi qu’une Anatomie comparée crâniofaciale et dentaire (1953). Lanatomiste dispensa plusieurs séries de leçons au Muséum. Enfin, elle participa à la détermination, au rangement et au catalogage des collections de la chaire d’Anatomie comparée.

Bibliographie

Friant (Madeleine), Exposé des titres et travaux scientifiques, Paris : Hermann, 1936, 72 p. (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 3926).

Friant (Madeleine), Exposé des titres et travaux scientifiques, Paris : Hermann, 1936, 21 p. (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no  ß 3926 bis).

Friant (Madeleine), Exposé des titres et travaux scientifiques, Paris : Hermann, 1942, 143 p. (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 5075).

PJ ERB

FRITEL Paul, Honoré

né le 19 août 1867 à Évreux (Eure), mort le 7 août 1927
chaire de Zoologie (Reptiles et Poissons), de Minéralogie, puis Botanique, Organographie et Physiologie végétale
Géologie, Botanique, Paléontologie

Fritel entra en 1897 au Muséum, comme employé temporaire attaché à la chaire de Zoologie

82(Reptiles et Poissons). Après avoir effectué deux ans plus tard son service militaire dans l’armée territoriale, il remplaça en 1905 Daragon au poste de préparateur de la chaire de Minéralogie, que dirigeait Alfred Lacroix*. Fritel fut alors chargé de refaire les étiquettes des collections de minéraux. Il devint en 1920 assistant de la chaire de Botanique, Organographie et Physiologie végétale, où il succédait à André Guillaumin* passé à la chaire des Cultures. Fritel fut nommé sous-directeur de laboratoire vers 1924.

83Maîtrisant parfaitement la technique de la taille douce, le naturaliste exposa ses œuvres dans la section de gravure du Salon de 1897. Il était aussi un excellent photographe. Fritel resta célibataire.

84Son œuvre scientifique fut consacrée à la paléontologie animale et végétale, à la géologie et à la botanique. Parmi les publications de Fritel, citons : Fossiles caractéristiques des terrains sédimentaires (1886)-en collaboration avec Albert Cochon de Lapparent – en trois volumes, Paléontologie : animaux fossiles (1903), Guide géologique et paléontologique de la région parisienne dans un rayon de 100 kilomètres, avec 162 figures dans le texte et 25 cartes hors texte donnant l’emplacement des gîtes fossilifères (1910), Flore élémentaire, pour servir d’introduction à la pratique de la botanique (1926) – avec René Charpiat–, ainsi que Sur nos côtes... À marée basse ; animaux et plantes du littoral. Ouvrage orné de 162 figures représentant les espèces les plus communes (1926) – avec Charpiat.

85Au Muséum, Fritel participa au rangement des collections herpétologiques. Il exécuta aussi une série d’aquarelles des Poissons de France, à partir desquelles la Société d’aquiculture réalisa trois grandes planches pédagogiques murales.

Source

Dossier personnel (Archives nationales, AJ15, no 556).

PJ

FURON Raymond

né le 29 mars 1898 à Beaumont-le-Roger (Eure), date de décès inconnue (XXème siècle)
chaire de Géologie
Géologie, Paléontologie

86Né dans l’Eure, Furon suivit des études secondaires au lycée de Rouen et au collège d’Honfleur. Il obtint son baccalauréat ès lettres, puis passa le certificat du PCN avant de débuter un cursus médical, qu’il abandonna en 1920 pour s’orienter vers la géologie. Une fois licencié ès sciences, le jeune homme entra en 1921 au Muséum comme préparateur temporaire, dans la chaire de Géologie de Paul Lemoine*. Il remplit de 1922 à 1925 pour le ministère des Affaires étrangères une mission en Afghanistan, où il devint professeur de sciences naturelles du collège franco-afghan de Kaboul. Boursier Commercy de la faculté de Paris en 1925-1926, Furon soutint sa thèse de doctorat ès sciences en 1926, bénéficia d'une bourse Blumenthal en 1926-1927 et partit sur le territoire africain. Il exerça au Soudan, de 1927 à 1929, la fonction d’ingénieur-géologue du Service des Mines du gouvernement général de l’Afrique occidentale française, puis devint en 1930 le chef d’une mission de recherches géologiques et minières au Gabon. De 1931 à 1935, Furon fut attaché au laboratoire de Géologie du Muséum, comme boursier de recherches de la Caisse nationale des sciences. Il se rendit officiellement en 1935 à Téhéran, où il professa la géologie et la minéralogie à la faculté des sciences, ainsi qu’à l’école normale.

87Dès son retour sur le sol français en 1937, il put être affecté, comme chargé de recherche du CNRS, au laboratoire de Géologie du Muséum. Il fut détaché en 1940 à la direction des Mines dans le cadre de la mobilisation scientifique, effectua une première mission aux mines de fer du Canigou, puis une seconde en Guinée en 1941. Tannée suivante, Furon, qui avait été candidat malheureux à la succession de Paul Lemoine, remplaça René Abrard* au poste de sous-directeur de la chaire de Géologie du Muséum. Il exerça la fonction de professeur de géologie africaine à l’ORSTOM, effectua en 1949 un voyage au Maroc et fut détaché du 1er janvier au 31 octobre 1952 au ministère des Affaires étrangères pour diriger une mission hydrogéologique en Turquie. Après des déplacements en Tunisie, au Portugal, puis à Rio-de-Janeiro, il fut nommé professeur titulaire de la chaire de Géologie de l’Afrique à la faculté des sciences de Paris. Il ne renonça pas pour autant à occuper la chaire de Géologie du Muséum, puisqu’il présenta en 1963 sa candidature à la succession d’Abrard, mais son projet ne put se réaliser. Marié, Furon avait trouvé dans son épouse une fidèle compagne de voyage.

88Furon œuvra dans les domaines de la géologie stratigraphique et de la paléontologie. Il étudia sous ces angles diverses régions d’Asie (plateau iranien, Turquie) ou d’Afrique (Occidentale et Équatoriale) et s’intéressa au Bassin de Paris. De plus, il réalisa plusieurs travaux de paléogéographie, de biogéographie, ainsi que d’histoire des sciences de la Terre. Parmi les quelque trois cent cinquante publications de Furon peuvent être cités les ouvrages intitulés Manuel de préhistoire générale (1939), La Paléogéographie (1941), La Paléontologie (1943), Les Ressources minérales de l’Afrique (1944), Catalogue des fossiles tertiaires du Bassin parisien (1947) – en collaboration avec Robert Soyer* –, L'Érosion du sol (1948), Géologie de l’Afrique (1950) et Le Sahara : géologie, ressources minérales, mise en valeur (1957). Le naturaliste collabora enfin à l’établissement de la carte géologique de l’Afrique, ainsi que du lexique stratigraphique international.

Bibliographie

Furon (Raymond), Titres et travaux scientifiques, Paris : Les Presses Modernes, 1933, 16 p. (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 6485).

Furon (Raymond), Titres et travaux scientifiques, Paris : Centre de documentation universitaire, SDES, 1959, 50 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 8867).

Furon (Raymond), Complément à la notice de titres et travaux scientifiques, Paris : Centre de documentation universitaire, SDES, 1962, 11 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 8868).

PJ ERB

FUSEY Pierre

né le 4 mai 1921 à Paris, date de décès inconnue (fin XXème siècle)
chaire de Cryptogamie
Phycologie, Protection des matériaux

89Après des études secondaires au lycée Louisle-Grand, Pierre Fusey entra, sur les conseils de son père, à l’École de notariat de Paris. L'occupation allemande interrompit ses études ; de retour du camp de déportation de Dachau, il fut considéré comme ayant satisfait aux obligations militaires. Depuis longtemps attiré par les sciences naturelles, il suivait les cours de licence de la faculté des sciences, qu’il dut abandonner pour raison de santé. Il fut nommé, une fois rétabli, technicien au laboratoire de Biologie végétale des eaux et forêts en 1946 et s’initia à la taxonomie des diatomées. En 1948, Roger Heim* s’attacha les services de Pierre Fusey, dans le département de la protection des matériaux et matériels contre les agents biologiques et physiques, créé en 1947 au sein du laboratoire de Cryptogamie. L'Assemblée des professeurs, en le nommant attaché, devait le confirmer dans cette tâche, dont il assura très rapidement la complète responsabilité. En 1956, Fusey fut chargé de l’inspection des parcs de matériel militaire en Afrique, où il retourna en 1958 pour des recherches algologiques et pour prospecter en vue de l’implantation d’une station expérimentale.

90Chargé des fonctions d’assistant en 1960, Fusey fut nommé le 1er avril 1961 chef des travaux du laboratoire de Cryptogamie. Il effectua de 1960 à 1965 une ou deux missions annuelles en République centrafricaine, pour la création et le fonctionnement de la station expérimentale du Muséum en Afrique noire à La Maboké. Il fut aidé sur place dans cette tâche par Michel Saccas, directeur du Centre de recherches agronomiques de Boukoko et ancien élève de Roger Heim. En 1961, 1963 et 1966, Fusey se rendit en Inde et au Cambodge pour l’École française d’Extrême-Orient, afin d’étudier l’altération des pierres des monuments (temples d’Angkor). Il effectua enfin des missions pour la protection des bois et du tabac manufacturé, à La Maboké (1967, 1972) et en Afrique de l’Est (1969). Nommé maître de conférences sous-directeur vers 1976, Fusey fut admis à la retraite en octobre 1987. Marié à Ginette France-Lévy le 4 mars 1952, il eut un garçon et une fille.

91Pierre Fusey publia une quarantaine d’articles, portant d’une part sur les algues d’eau douce, “un violon d’Ingres, sur lequel il n’a cessé de jouer” comme le soulignait Roger Heim, et d’autre part sur la protection des monuments et les dégradations des matériaux et matériels. Ses études phycologiques ont surtout concerné les diatomées de la France, d’Afrique et d’Asie ; il s’agit là essentiellement d’inventaires. À partir des demandes du ministère des Armées, des Services civils de l’État et de l’Industrie, le département de la protection des matériaux se développa très rapidement : protection des matériaux du Centre spatial en Guyane, mise au point de plans d’étude pour Saint-Gobain et pour l’évacuation des boues pétrolières. Ces dernières études, menées au départ dans le laboratoire maritime de Dinard, sont devenues centrales pour le département, avec entre autres le suivi de la dégradation des hydrocarbures rejetés par L'Amoco-Cadiz

92Fusey était rapporteur général de la Commission de la protection des matériaux de l’AFNOR et il collabora à la gestion de l’OCDE au titre d’expert français dans le domaine concerné.

Sources

Archives du fonds cryptogamie du Muséum national d’histoire naturelle, dossier personnel.

Bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, procès-verbaux de l’Assemblée des professeurs. Fusey (Pierre), Titres et travaux, 1979, 28 p. non numérotées (fonds cryptogamie du Muséum national d’histoire naturelle).

DL ERB

Table des illustrations

Légende ÉRARD C. – Croquis de terrain d’un tchitrec d’Afrique Terpsiphone viridis (Monarchidae), mâle en plumage de type blanc sur le nid, Ipassa (= M’Passa), Haut Ivindo, Gabon, 27 novembre 1972.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2098/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende FAUJAS DE SAINT-FOND B. – Rue intérieure des principales galeries souterraines des carrières de la montagne de Saint-Pierre près de Maastricht, issu de : Faujas de Saint-Fond (Barthélémy), Histoire naturelle de la montagne de Saint-Pierre de Maastricht, Paris : [s.n.], an VII (1798-1799), pl. 3.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2098/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 590k
Légende FISCHER P. – Planche issue de : Fischer (Paul), Crosse (Hippolyte), “Études sur les mollusques terrestres et fluviatiles du Mexique et du Guatemala”, in Milne (Edwards) (sous la dir.), Mission scientifique au Mexique et dans l'Amérique centrale. Recherches zoologiques pour servir à l'histoire de la faune de l'Amérique centrale et du Mexique, Paris : impr. impériale, 7e partie, 1870-1900, pl. 49. Dessin de Fischer, gravure de Lebrun.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2098/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende FOREST J. Neoglyphea inopinata Forest & Saint Laurent, 1975. (Photo Jacques Forest).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2098/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 266k
Légende Edmond FRÉMY
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2098/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 192k

© Publications scientifiques du Muséum, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

d
 
g