Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books
c
e-f

Du Jardin au Muséum en 516 biographies

 | 
Philippe Jaussaud
, 
Édouard-Raoul Brygoo

Du Jardin au Muséum en 516 bibliographies

d

Texte intégral

DAGET Jacques, Marie, Albert

né le 30 juin 1919 a Vineuil (Loir-et-Cher)
chaire de Dynamique des populations aquatiques, puis d’ichtyologie générale et appliquée
Ichtyologie

1Daget était le fils d’un propriétaire terrien. Après des études secondaires effectuées de 1929 à 1935 à l’école Notre-Dame des Aydes de Blois, puis une préparation au collège Stanislas de Paris, le jeune homme intégra en 1938 l’École polytechnique. Il fut mobilisé comme sous-lieutenant à l’École de l’air de 1939 à 1940, obtint son diplôme d’ingénieur en 1941 et passa les différents certificats de sa licence ès sciences de 1941 à 1943. Dès lors, Daget s’orienta vers la recherche biologique, fréquentant le laboratoire de Zoologie (Reptiles et Poissons) que dirigeait Léon Benin* au Muséum. Il partit de 1946 à 1947 au Soudan grâce à une bourse d’études de l’école française d’Afrique et réussit en 1947 un diplôme d’études supérieures en anatomie comparée. Stagiaire de recherches au CNRS en 1948, Daget effectua la même année une mission paléontologique au Groenland, puis décrocha en 1949 un diplôme de langues soudanaises de l’école des langues orientales, ainsi que le doctorat ès sciences. Il fut nommé chef du laboratoire d’Hydrobiologie de l’Institut français d’Afrique noire à Diafarabé en 1949, directeur de recherche à l’ORSTOM en 1959 et inspecteur général du même organisme en 1967. L'année 1965 avait marqué le retour définitif d’Afrique en France de Daget, qui devint professeur titulaire de la chaire de Dynamique des populations aquatiques du Muséum en 1975. Un an plus tard, l’intitulé du laboratoire fut transformé en Ichtyologie générale et appliquée et en 1985 le chercheur prit une retraite anticipée. Daget avait épousé en 1971 Yvonne Kerguenne, une union restée sans enfant.

2Daget axa son œuvre scientifique sur deux thèmes principaux : l’ichtyologie et l’application des mathématiques à la biologie. L'étude des Poissons du Niger ou d’Afrique occidentale, envisagée sous les angles systématique, anatomique et biogéographique, le conduisit à s’intéresser aux Polyptéridés, puis à décrire de nombreuses espèces nouvelles, sans négliger les applications à la pisciculture. Dans la seconde partie de sa carrière, Daget développa la taxonomie numérique, la dynamique des populations, ainsi que l’écologie mathématique. Il fut le premier à appliquer la taxonomie numérique à l’ichtyologie et à utiliser les méthodes d’analyse multidimensionnelle pour résoudre des problèmes d’écologie aquatique ou terrestre. En dehors de ces grands thèmes, il conduisit diverses investigations : il s’intéressa aux Mollusques d’eau douce africains – surtout les Mutelidae – et aborda des aspects ethnographiques comme la pêche dans le delta central du Niger. Parmi les publications de Daget, citons : Révision des affinités phylogénétiques des Polyptéridés (1950), l’Empire peul du Macina (1818-1853) (3e éd., 1962) – en collaboration avec Amadou Ampate Bâ –, Les Poissons du Niger supérieur (2e éd., 1968), Les Modèles mathématiques en écologie (2e éd., 1976), Histoires naturelles franco-portugaises du XIXème siècle (1989) – avec Luis Saldauha – et Catalogue raisonné des Mollusques bivalves d’eau douce africains (1998). Il assura enfin, à l’université de Paris, un enseignement portant sur l’utilisation des modèles mathématiques en écologie.

Bibliographie

Daget (Jacques), Notice sur les titres et travaux scientifiques, 1956, 23 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 6609).

Daget (Jacques), Notice sur les titres et travaux scientifiques, 1973, 27 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 8792).

PJ

DAJOZ Roger

né le 22 août 1929 à Paris
chaire d’Écologie générale
Écologie, Entomologie (Coléoptères)

3Élève de l’École normale supérieure de Saint-Cloud, Dajoz obtint en 1954 l’agrégation de biologie. Il exerça de 1955 à 1961 la fonction de professeur au lycée Marcelin Berthelot de Saint-Maur, puis il enseigna comme maître-assistant l’anatomie comparée des Vertébrés et l’entomologie à la faculté des sciences de Paris. Ayant soutenu sa thèse de doctorat ès sciences en 1966, Dajoz fut nommé l’année suivante sous-directeur de la chaire d’Écologie générale du Muséum. Son départ à la retraite n’entraîna pas la cessation de son activité scientifique, puisqu’il effectua ensuite de longs séjours d’études en Arizona, en Californie ou au Texas.

4Entomologiste, Dajoz étudia divers aspects (systématique, écologie, biogéographie) de deux groupes de Coléoptères : les espèces saproxyliques, c’est-à-dire liées aux arbres, et les espèces de la faune du sol appartenant principalement aux familles des Carabidés et des Tenebrionidés. Il effectua dans ce cadre des missions dans diverses institutions ou sur le terrain (Italie, Portugal, Yougoslavie, Grèce, Roumanie, Bulgarie, îles Canaries, Amérique du Nord). Par ailleurs, ses investigations le conduisirent à réaliser des synthèses sur divers sujets d’entomologie forestière et d’écologie. Citons, parmi deux centaines de publications dues à la plume de Dajoz : Écologie et biologie des Coléoptères xylophages de la hêtraie (1966), Précis d’écologie (1970) – un ouvrage sept fois réédité et traduit en anglais, italien, espagnol, russe, chinois –, Dynamique des populations (1974), Coléoptères Colydiidae et Anommatidae de la Jaune paléarctique (1977), Insectes Coléoptères : Colydiidae et Cerylonidae – Faune de Madagascar (1980), Éléments pour une histoire de l’écologie : la naissance de l’écologie moderne au XIXème siècle (1984), Les Insectes et la forêt : rôle et diversité des Insectes dans le milieu forestier (1998) – traduit en anglais et en espagnol –, ainsi que Les Coléoptères Carabidés et Tenebrionidés (2002). Enfin, durant son séjour au Muséum, Dajoz enseigna plusieurs aspects de la zoologie, de l’entomologie et de l’écologie à des auditeurs issus d’horizons très variés.

Source

Renseignements fournis par l’intéressé.

PJ

DANGUY Paul, Auguste

né le 27 août 1862 à Gagny (Seine-et-Oise), mort le 5 février 1942 à Paris
chaire de Botanique (classification et familles naturelles), puis de Botanique (classification et familles naturelles de Phanérogames)
Phanérogamie

5Boursier du Muséum de 1885 à 1888, Paul Danguy fut successivement préparateur scientifique (1er janvier 1888), assistant (1914) et sous-directeur honoraire (au moment de sa retraite en 1928) dans le laboratoire de Botanique (classification et familles naturelles), dirigé par Édouard Bureau*.

6Homme modeste dont la timidité apparente masquait une grande force de caractère, Danguy était marié et père de trois enfants.

7Il s’intéressa à la paléobotanique et à la botanique coloniale avec Édouard Bureau, Henri Lecomte* et Henri Humbert*. Auteur de plus de quarante notes, il révisa les Stylidacées et des Hydrophyllacées d’Indochine, d'Asie centrale, de Sibérie, des îles Kerguelen et de Madagascar.

8Au Muséum, Danguy classa les herbiers (regroupant notamment les plantes de Madagascar) et dirigea les excursions publiques, durant lesquelles sa connaissance de la flore parisienne était très appréciée.

Bibliographie

Danguy (Paul Auguste), [Titres et travaux], (fonds phanérogamie du Muséum national d’histoire naturelle).

Humbert (Henri), “Notice sur Paul Danguy”, Bulletin de la Société botanique de France, vol. 89, 1943, pp. 249-252.

DL

DANTY D’ISNARD [ou DANTHI-DISNARD] Antoine-Tristan

né le 12 mai 1663 à Londres, mort le 15 mai 1743 à Paris
démonstrateur et opérateur pharmaceutique pour faire la démonstration de l’intérieur des plantes au Jardin du roi
Botanique

9Danty d’Isnard était l’aîné des cinq enfants d’un médecin français, que le roi Charles II avait appelé en 1661 sur le sol anglais afin de lutter contre une épidémie de peste. La famille du jeune Antoine-Tristan revint en France en 1668. Danty d’Isnard suivit des études médicales, devint docteur de la faculté de Paris en 1703, mais ne pratiquera la médecine qu’en faveur des pauvres. Suppléant de Joseph Pitton de Tournefort* décédé comme démonstrateur de botanique au Jardin royal en 1708, il ne resta guère dans l’établissement à cause d’une santé précaire : peut-être même démissionna-t-il de sa charge après avoir fait un seul cours. C’est Antoine de Jussieu* qui lui succéda dès 1710. Danty d’Isnard fut nommé à l’Académie royale des sciences successivement adjoint-botaniste en 1716, associé chimiste le 11 août 1721 et associé botaniste le 20 août de la même année. Le 6 octobre 1726, Pierre Chirac* ordonna à Antoine de Jussieu de remettre au botaniste la clef du cabinet de l’herbier de Sébastien Vaillant* décédé. Danty d’Isnard, qui mourut octogénaire, avait eu au moins deux fils de son mariage.

10Œuvrant dans le domaine de la botanique, Danty d’Isnard rédigea un catalogue manuscrit des plantes du Jardin royal intitulé Cathalogus omnium plantarum horti Regii Parisiensis in lucem mihi productarum (1709), ainsi que sept mémoires pour l’Académie des sciences. Son herbier, constitué de cent cinquante portefeuilles, fut acquis par Antoine-Laurent de Jussieu* et se trouve aujourd’hui conservé au Muséum. Enfin, Danty d’Isnard, qui participa en 1712 aux herborisations du Jardin royal avec Antoine de Jussieu et Vaillant, réunit une importante bibliothèque d’ouvrages scientifiques.

Bibliographie

Cap (Paul-Antoine), Le Muséum d’histoire naturelle, Paris : Curmer, 1854, p. 13.

Crestois (Paul), Contribution à l’enseignement de la botanique au Jardin royal des plantes de Paris, thèse de doctorat en pharmacie, Strasbourg : université de Strasbourg, 1953, pp. 97-98.

Hamy (Ernest-Théodore), “Un manuscrit de Danty d’Isnard à la bibliothèque d’Arras”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, vol. 8, 1902, pp. 293-294.

PJ ERB

DARESTE Gabriel, Madeleine, Camille [DARESTE DE LA CHAVANNE dit]

né le 23 novembre 1822 à Paris, mort en janvier 1899 à Paris
chaire de Zoologie (Reptiles et Poissons)
Embryologie, Tératologie, Zoologie

11Issu d’une famille bourgeoise d’origine lyonnaise, Dareste était le second des trois fils d’un haut fonctionnaire de la division des tabacs au ministère des Finances. Le jeune garçon poursuivit de 1833 à 1841 des études très brillantes au Collège royal Henri IV de Paris, où il devint l’ami du duc d’Aumale. Parallèlement, Dareste se passionnait pour la zoologie. Il obtint sa licence ès sciences naturelles en 1842, fit cette même année la connaissance d’Armand de Quatrefages*, puis commença des études de médecine qui l’amenèrent à fréquenter le service d’Alfred Velpeau et de Gabriel Andral. Reçu docteur en 1847, Dareste enseigna au collège Stanislas de Paris, avant de soutenir sa thèse de doctorat ès sciences en 1850. Il professa ensuite l’histoire naturelle dans divers établissements : à la faculté des sciences de Rennes (1851) comme préparateur, au lycée de Versailles (1853), à la faculté des sciences de Lille au titre de suppléant d’Henri de Lacaze-Duthiers* (1861-1862), puis à la faculté des sciences de Lyon comme professeur de botanique suppléant (1863). De 1864 à 1871, Dareste remplaça Lacaze-Duthiers à la tête de la chaire de Zoologie de la faculté des sciences de Lille, avant de rejoindre Paris en 1872. Il présenta alors sa candidature à la chaire de Zoologie (Reptiles et Poissons) du Muséum, devenue vacante par le décès d’Auguste Duméril*. Mais, l’Assemblée des professeurs refusa d’accueillir Dareste en son sein, ce qui déclencha une “affaire” touchant les milieux universitaires et politiques. Il accepta d’assurer comme simple chargé de cours l’enseignement de la chaire de Zoologie (Reptiles et Poissons) de 1872 à 1874. En 1875, Dareste se vit attribuer, à la suite d’une pétition de l’Académie des sciences, la direction du premier laboratoire de Tératologie de la faculté de médecine de Paris, une structure qui fut rattachée à l’École pratique des hautes études en 1879. Il mourut vingt ans plus tard, sans avoir pu se faire élire à l’Académie des sciences malgré huit candidatures.

12Très myope, le cheveu dru, Dareste ressemblait un peu à son lointain parent Alphonse de Lamartine. Il fut décrit comme un homme modeste, doux mais opiniâtre, aimable mais parfois renfermé, susceptible et amer. S’exprimant avec clarté malgré une élocution difficile, Dareste, qui appréciait les arts, affichait par ailleurs des opinions républicaines. Ce grand ami de Jules Buisson croyait fermement dans le progrès et le travail. Nous avons déjà évoqué l’attitude des professeurs du Muséum vis-à-vis de Dareste. Ajoutons que si Quatrefages le guida dans sa carrière, Eugène Chevreul* lui fut hostile. De son mariage avec Marie Maugas en 1854, Dareste avait eu cinq enfants, dont l’un mourut à la naissance.

13Après des travaux portant sur divers sujets, comme la systématique des Poissons ou l’anatomie comparée des circonvolutions cérébrales chez les Mammifères, Dareste se spécialisa en embryologie et surtout en tératologie. Il fut le premier à produire expérimentalement des malformations chez des embryons animaux (de poules), fondant ainsi la “tératogénie expérimentale”. Grâce à ces dernières études, Dareste confirma les lois tératologiques d’Étienne Geoffroy Saint-Hilaire* et élabora une doctrine transformiste de l’Évolution, qui expliquait l’émergence des espèces par l’effet de brusques variations. Il fut également le premier en France à reconnaître en 1863 la théorie de Darwin. Parmi les publications de Dareste figurent : Proposition d’anatomie, de physiologie et de pathologie (1847), Recherches sur la classification des poissons de l’ordre des Plectognathes : examen de la place que doit occuper dans cette classification le poisson décrit par S. Volta sous le nom de Blochius longirostris (1851), Recherches sur les conditions de la vie et de la mort chez les monstres ectroméliens, célosomiens et exencéphaliens, produits artificiellement dans l’espèce de la poule (1863) et Recherches sur la production artificielle de monstruosités, ou Essais de tératogénie expérimentale (1877 et 1891). Son cours au Muséum semble ne pas avoir attiré beaucoup d’auditeurs. Enfin, Dareste fonda la Société d’anthropologie de Paris avec Paul Broca en 1859 et fut membre actif de diverses sociétés savantes, comme la Société de biologie ou la Société d’acclimatation.

Bibliographie

Alglave (Émile), “[s.t.]”, La Revue scientifique, 2e série, vol. 22, 1874, p. 503.

Fischer (Jean-Louis), La Vie et l'œuvre d’un scientifique du XIXème siècle, Camille Dareste (1822-1899), fondateur de la tératologie expérimentale, thèse de doctorat de troisième cycle, Paris : université Paris I, 1973, 500 p.

Fischer (Jean-Louis), “Camille Dareste (1822-1899)”, in Lyon, cité de savants, 112e Congrès national des sociétés savantes, Lyon, 1987, Paris : Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1988, vol. 1, pp. 149-155.

Fischer (Jean-Louis), “Comment est née la science des monstres”, La Recherche, no 162, 1985, pp. 42-51.

Fischer (Jean-Louis), “Dareste Camille (1822-1899)”, in Tort (Patrick) (sous la dir.), Dictionnaire du Darwinisme et de l’Évolution, Paris : PUF, 1996, vol. 1, pp. 767-769.

PJ

DAUBENTON Edmée-Louis

né en 1732 à Montbard (Côte-d’Or), mort en 1785 garde et sous-démonstrateur du Cabinet d’histoire naturelle du roi au Jardin du roi
Muséologie

14Edmée-Louis Daubenton, dit Daubenton le jeune ou le cadet, était cousin germain et beau-frère de Louis Daubenton*. Il fut nommé en 1766 par Georges-Louis Buffon* garde et sous-démonstrateur du Cabinet d’histoire naturelle au Jardin royal, une place dont il dut se démettre – avec une pension de retraite de trois mille livres – pour raison de santé en 1784. Tannée suivante, Daubenton le cadet mourut. Il avait épousé la belle-sœur de Félix Vicq d’Azyr*, une demoiselle Bouttevillain de La Ferté.

15Edmée-Louis Daubenton aida son cousin dans l’entretien et l’enrichissement du Cabinet d’histoire naturelle. Il eut Étienne de Lacepède* pour successeur.

Bibliographie

Bidal (Anne-Marie), “Inventaire des Archives du Muséum national d’histoire naturelle. Première partie. Série A : Archives du Jardin du roi”, Archives du Muséum d’Histoire naturelle, vol. 11, 1934, pp. 175-230.

Cap (Paul-Antoine), Le Muséum d’histoire naturelle, Paris : Curmer, 1854, p. 73.

Laissus (Yves), “Le Jardin du roi”, in Taton (René) (sous la dir.), Enseignement et diffusion des sciences en France au XVIIIème siècle, Paris : Hermann, 1964, pp. 287-341.

PJ

DAUBENTON Louis [D'AUBENTON Louis, Jean-Marie dit]

né le 29 mai 1716 à Montbard (Côte-d’Or), mort le 1er janvier 1800 à Paris
garde du Cabinet d’histoire naturelle au Jardin du roi, puis chaire de Minéralogie
Anatomie, Minéralogie, Muséologie

16Daubenton, qui était fils de notaire, vit le jour à Montbard, ville natale de Georges-Louis Buffon*. Destiné initialement par son père à une carrière ecclésiastique, le jeune homme fit ses études à Dijon chez les jésuites, puis chez les dominicains. Il monta à Paris afin de s’initier à la théologie en Sorbonne, mais s’engagea à l’insu de sa famille dans des études de médecine, tout en suivant les cours d’anatomie de Christophe Du Verney* et ceux de botanique dispensés au Jardin du roi. La mort de son père, survenue en 1736, permit à Daubenton d’afficher sa vocation au grand jour, ainsi que de soutenir son doctorat en médecine en 1741. Il avait l’intention d’exercer comme praticien à Montbard, mais en 1742 il fut appelé à Paris par son compatriote Buffon, qui devait le faire nommer trois ans après garde du Cabinet d’histoire naturelle du roi. Entré à l’Académie royale des sciences au cours de l’année 1744, Daubenton occupa avant la chute de l’Ancien Régime deux chaires professorales : en 1778, celle d’Histoire naturelle au Collège royal – le futur Collège de France-, et en 1783 celle d’Économie rurale à l’école vétérinaire d’Alfort.

17Daubenton assura sous la Révolution la transition administrative entre le Jardin du roi – qu’il aida à réformer en 1790 et où il remplit par intérim les fonctions d’intendant du 25 décembre 1791 au 1er juillet 1792-et le Muséum. Il y devint en 1793 le premier titulaire de la chaire de Minéralogie et le premier directeur, élu pour la période 1793-1795. Il fut aussi chargé en 1795 d’un cours d’histoire naturelle à l’éphémère École normale de l’an III. De nouveau à la tête du Muséum de 1796 à 1797, puis nommé sénateur en 1799, Daubenton mourut peu après des suites d’une crise d’apoplexie qui l’avait terrassé durant la première séance de la chambre haute. Son corps fut inhumé au belvédère du Jardin des plantes, après des obsèques solennelles.

18Daubenton était un homme prudent, méticuleux et travailleur, qui jouit d’une bonne santé durant toute sa vie malgré une constitution fragile. Seule la goutte amoindrit sa vivacité sur ses vieux jours. Il est vrai que le “Nestor de l’histoire naturelle” savait se délasser de ses travaux grâce à la littérature. C’était un bon pédagogue, dont les cours se signalaient par leur clarté et leur originalité. Il n’eut aucun enfant de son mariage, célébré en 1754 avec sa cousine germaine Marguerite d’Aubenton, sœur d’Edmée-Louis Daubenton*, une romancière qui connut un certain succès. Au Muséum, l’homme habita d’abord un petit appartement contigu au Cabinet d’histoire naturelle, avant d’occuper le rez-de-chaussée de l’hôtel de Magny.

19Excellent anatomiste, Daubenton appliqua avant Georges Cuvier* la méthode comparative, aussi bien aux animaux vivants que fossiles. Il décrivit pour la première fois l’organisation interne de plus de cinquante quadrupèdes – parmi les cent quatre-vingts disséqués par lui-, tout en découvrant des espèces nouvelles, notamment une de musaraigne et cinq de chauves – souris. Dans ses observations sur le foramen occipital des Mammifères, il démontra qu’anatomiquement, seul l’Homme peut adopter une position bipède. Il faut ajouter à cela des observations originales sur les organes de la phonation chez certains oiseaux. Daubenton collabora, en tant qu’anatomiste, à l'Histoire naturelle de Buffon jusque vers 1765. À ce moment, l’intendant du Jardin royal élimina les descriptions de son collègue, afin de publier une édition simplifiée de son ouvrage. Une brouille aurait alors peut-être divisé les deux hommes.

20Daubenton prononça plusieurs communications concernant les minéraux, devant l’Académie des sciences ou à la Société de médecine. Il émit notamment des hypothèses originales sur la formation des stalactites, des albâtres, des marbres et publia un Tableau méthodique des minéraux, suivant leurs différentes natures, et avec des caractères distinctifs, apparents ou faciles à reconnaître (1782 et 1821). Il eut aussi le mérite de rassembler au Cabinet du roi les premiers éléments d’une collection minéralogique, laquelle fut enrichie par des legs ou des confiscations durant la période révolutionnaire.

DAUBENTON L. – Vignette représentant le Cabinet d'histoire naturelle, issue de : Button (Georges-Louis), Histoire naturelle..., Paris : [s.n.], 1750, t. 3, p. 1. Gravé par Sornique, d’après Sève.

21Dans un autre domaine, Daubenton se passionna, depuis 1766 jusqu’à sa mort, pour un sujet zootechnique qui le rendit célèbre : l’amélioration de la qualité de la laine chez le Mouton. Il publia sur le sujet des Instructions pour les bergers et les propriétaires de troupeaux (1782), qui contiennent d’excellents éléments de physiologie et de thérapeutique. Daubenton s’intéressa également à la botanique, découvrant le mode de croissance de la tige des palmiers, ainsi que l’existence de trachées dans l’écorce des arbres. De plus, un Mémoire sur les indigestions daté de 1785 rappelle sa formation médicale.

22De 1745 à 1793, Daubenton remplit la charge de garde et démonstrateur du Cabinet d’histoire naturelle, dont l’importance ne cessait alors de croître. Il fut aidé dans sa lourde tâche par Edmée-Louis Daubenton, puis Étienne de Lacepède* et Barthélémy Faujas de Saint-Fond*. S’enfermant des journées entières dans le Cabinet, Daubenton classait avec méthode, passion et dévouement les collections toujours plus riches confiées à ses soins. Il abolit ainsi le caractère disparate hérité de l’ancien droguier, pour constituer de véritables vitrines d’histoire naturelle, présentant des séries cohérentes de spécimens. Daubenton rédigea la Description du Cabinet du roi, sur laquelle s’ouvre le troisième tome de l'Histoire naturelle de Buffon. Il conserva son activité muséologique jusqu’à la fin de sa vie : octogénaire et ne pouvant plus se déplacer seul, il se faisait encore conduire chaque matin au Cabinet pour y surveiller la disposition des minéraux.

Source

Dossier personnel (Archives nationales, AJ 15, no 545).

Bibliographie

Bourdier (Franck), “Origines et transformations du cabinet du Jardin royal des plantes”, Sciences et Techniques, no 18, 1962, pp. 36-50.

Cap (Paul-Antoine), Le Muséum d’histoire naturelle, Paris : Curmer, 1854, pp. 73-75.

Laissus (Yves), “Le Jardin du roi”, in Taton (René) (sous la dir.), Enseignement et diffusion des sciences en France au XVIIIème siècle, Paris : Hermann, 1964, pp. 287-341.

Limoges (Camille), “Daubenton, Louis-Jean-Marie”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1978, vol. 15, suppl. 1, pp. 111-114.

PJ

DAUBRÉE Gabriel, Auguste

né le 25 juin 1814 à Metz (Moselle), mort le 29 mai 1896 à Paris
chaire de Géologie
Géologie, Minéralogie

23Fils d’un négociant qui mourut six ans après sa naissance, Daubrée fut élevé par sa mère. Il fit ses études secondaires au collège de Metz, acquérant un goût prononcé pour les sciences naturelles et l’archéologie. Une année après avoir été reçu à Saint-Cyr, le jeune homme intégra l’École polytechnique à l'âge de dix-huit ans, puis en 1834 l’École des mines, dont il sortit premier en 1837. Daubrée effectua alors une mission officielle en Cornouaille anglaise, avant de soutenir sa thèse de doctorat ès sciences. Il se vit confier en 1838 le cours de minéralogie et géologie nouvellement institué à l’université de Strasbourg, puis fut nommé deux ans plus tard ingénieur des Mines pour le département du Bas-Rhin.

24Daubrée voyagea beaucoup de 1841 à 1853, visitant l’Allemagne, la Suède, la Norvège, ainsi que l’Italie. Il devint professeur titulaire de la chaire de Minéralogie et géologie de la faculté des sciences de Strasbourg en 1842, doyen de cette même faculté en 1852 et ingénieur en chef des Mines chargé des départements de l’Est trois ans plus tard. En 1861, Daubrée prit la succession de Louis Cordier*, décédé, à l’Académie des sciences, ainsi qu’à la tête de la chaire de Géologie du Muséum. Il fut nommé professeur de minéralogie à l’École des mines en 1862, inspecteur général des Mines en 1867 et directeur de l’École des mines en 1872. Ayant pris sa retraite du service des Mines en 1884, puis celle du Muséum sept ans plus tard, il n’en continua pas moins de travailler jusqu’à son décès. Ses dernières années se trouvèrent assombries par des problèmes de santé.

25D’une taille supérieure à la moyenne, Daubrée fut décrit comme un homme affable, timide mais capable d’une grande fermeté pour défendre ses convictions. Il se faisait une haute idée de la science et fuyait les conversations médisantes ou les conflits entre collègues. Il avait épousé en 1843 la fille d’un ancien maître de forge, Marie-Laure Trotyanne, laquelle avait mis au monde un fils et deux filles.

26Auteur de très nombreuses publications, Daubrée réalisa une œuvre géologique et minéralogique importante. Ses premières études le conduisirent à rédiger un Mémoire sur le gisement, la constitution et l’origine des minerais d’étain (1841). En 1849, il dressa la carte géologique au l/80000e du Bas-Rhin, un travail qui fut suivi de la publication ultérieure de la Description géologique et minéralogique du département du Bas-Rhin (1852). Daubrée s’intéressa ensuite aux phénomènes géochimiques, reproduisant dans son laboratoire la formation de minéraux et de roches, grâce à la synthèse par voie sèche ou humide. D’où ses Études et expériences synthétiques sur le métamorphisme et sur la formation des roches cristallines (1859). Auteur d’une classification des fractures terrestres, il mit au point des appareillages très élaborés pour comprendre certains phénomènes géologiques de type mécanique. Daubrée peut donc être considéré comme le fondateur de la géologie expérimentale ; il publia d’ailleurs un ouvrage capital intitulé Études synthétiques de géologie expérimentale (1879) où il résumait ses travaux.

27Sa nomination au Muséum conduisit Daubrée à s’intéresser aux météorites, dont il fit transférer la collection du laboratoire de Minéralogie dans son service. Le géologue systématisa la classification des “pierres tombées du ciel”, les étudia sur le plan de la composition chimique et réalisa sur elles des expériences de fusion ou de synthèse. Auteur de l’ouvrage Les Météorites et la constitution géologique du globe (1886), Daubrée enrichit la collection du Muséum, qui recélait à sa mort les produits de plus de quatre cents chutes aérolithiques. Il s’intéressa également à l’action des eaux souterraines, rédigeant sur le sujet deux ouvrages, dont Les Eaux souterraines à l’époque actuelle, leur régime, leur température, leur composition au point de vue du rôle qui leur revient dans l’économie de l’écorce terrestre (1887). Enfin, au Muséum il s’employa à achever le classement des collections de roches acquises par son prédécesseur Cordier.

Bibliographie

Abrard (René), “L'Évolution de la chaire de Géologie du Muséum national d’histoire naturelle : leçon inaugurale faite au Muséum le 21 janvier 1943”, Bulletin du Muséum national d'Histoire naturelle, 2e série, vol. 15, no 1, 1943, pp. 32-55.

Berthelot (Marcelin), “La Vie et les travaux de Daubrée”, Revue scientifique, 5e série, vol. 3, no 2, 1905, pp. 33-38 et no 3, pp. 65-71.

Chorley (R.), “Daubrée, Gabriel-Auguste”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1971, vol. 3, pp. 586-587.

Daubrée (Paul), Des Cloizeaux (Alfred), “Décès de Μ. Daubrée”, Comptes Rendus hebdomadaires des Séances de l’Académie des Sciences, vol. 122, no 22, 1896, pp. 1233-1235.

Eberhardt (Jean-Pierre), “Daubrée, Auguste Gabriel”, in Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, no 5, Strasbourg : Fédération des Sociétés d’histoire et d’archéologie d’Alsace, 1984, p. 586.

Meunier (Stanislas), “L'Œuvre scientifique de Μ. A. Daubrée”, Revue scientifique, 4e série, vol. 7, no 11, 1897, pp. 321-329.

PJ

DAVISSON [ou DAVIDSON ou DAVISON ou D’AVISSON] William

né en 1593 dans le vicomté d’Aberdeen (Écosse), mort en 1669 à Paris
intendant et chargé du cours de chimie au Jardin du roi
Chimie, Médecine, Pharmacie

28Davisson, qui était le plus jeune des trois fils d’un noble écossais, vécut une enfance malheureuse en raison du décès prématuré de son père. Grâce à la générosité du comte de Leslie, il put étudier au collège presbytérien Marshall d’Aberdeen et obtint le grade de bachelier ès arts. Davisson s’installa vers 1614 sur le territoire français où il passa son doctorat en médecine. Il se lia d’amitié avec l’astrologue-mathématicien Jean-Baptiste Morin et s’initia de 1619 à 1626 aux méthodes alchimiques chez l’évêque de Boulogne, Claude Dormy. Monté ensuite à Paris, Davisson exerça l’art de soigner son prochain tout en s’occupant d’astrologie judiciaire, devint médecin ordinaire de l’ambassadeur d’Angleterre en 1636, puis médecin du roi en 1644. Lécossais donna par ailleurs des leçons privées de chimie. Nommé sur présentation de François Vautier* intendant du Jardin royal en 1647, Davisson fut chargé l’année suivante de suppléer Urbain Baudineau* dans l’établissement, pour y dispenser le premier cours de chimie institué en France. Mais, les querelles juridiques opposant Charles Bouvard* à Vautier rendirent difficile la position de Davisson. Il partit donc en 1651 pour la Pologne, où il fut nommé surintendant du Jardin botanique royal de Varsovie, ainsi que premier archiâtre du roi Jean II Casimir et médecin ordinaire de la reine Marie-Louise de Gonzague-Nevers. Après la mort de celle-ci, survenue en 1667, il alla revoir une dernière fois sa terre natale d’Aberdeen. Il séjourna ensuite, durant l’année 1669, dans l’hôtel parisien des Condé et mourut âgé de soixante-seize ans.

29Portant la perruque, une fine moustache, ainsi que la royale, Davisson fut décrit comme d’esprit taciturne, méditatif et curieux de faits bizarres ou extraordinaires. Il s’était marié vers 1613 avec l’Écossaise Charlotte de Thynny, dont il avait eu un fils.

30Abordant les domaines de l’alchimie, de la chimie, de la pharmacie, ainsi que de la médecine, Davisson élabora une œuvre érudite, mais de valeur très inégale. Il développa les aspects néoplatoniciens des théories de Paracelse, afin de décrire – souvent à l’aide d’analogies géométriques – les relations entre macrocosme et microcosme, les grandes forces de l’univers présidant aux réactions chimiques ou à la structure des êtres vivants. Dans le même ordre d’idées, Davisson eut le mérite de considérer pour la première fois la cristallographie sous un angle scientifique. Il s’intéressa à la thérapeutique stibiée et à la plique (ou trichomatose), une maladie dont il contesta la spécificité polonaise. Parmi les ouvrages dus à sa plume figurent : Philosophia pyrotechnica seu curriculus chymiatricus (1640), Les Eléments de la philosophie de l’art du feu ou chemie (1651), Commentariorum in Petri Severini Dani ideam medicinae philosophicae propediem proditurorum Prodromus (1660) et Plicomastix seu Plicae numero morborum (1668).

Bibliographie

Contant (Jean-Paul), Contribution à l’histoire de l’enseignement de la pharmacie : l’enseignement de la chimie au Jardin royal des plantes de Paris, thèse de doctorat en pharmacie, Strasbourg : université de Strasbourg, 1952, pp. 83-88.

De Milt (Clara), “Early chemistry at Le Jardin du roi”, Journal of Chemical Education, vol. 18,1941, pp. 503-509. Hamy (Édouard Théodore), “William Davisson : intendant du Jardin du roi et professeur de chimie (1647-1651)”, Nouvelles Archives du Muséum d’Histoire naturelle, 3e série, vol. 10, 1898, pp. 1-38.

Hannaway (Owen), “Davison, William”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionnary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1971, vol. 3, pp. 596-597.

PJ

DECAISNE Joseph

né le 7 mars 1807 à Bruxelles, mort le 8 février 1882 à Paris
chaire de Botanique dans la campagne, puis de Culture
Agronomie, Horticulture, Phanérogamie, Phycologie

31Second fils d’un picard et d’une flamande, Decaisne était né dans la ville de Bruxelles à l’époque où la Belgique faisait partie de l’Empire français. Il avait deux frères et une sœur. Orphelin de père dès l’âge de quatre ans, le jeune garçon commença ses études secondaires au lycée de Bruxelles, avant de les poursuivre à Paris où sa famille s’installa en 1821. Il reçut de son frère aîné Henri, un artiste peintre, des leçons de dessin dans le but de gagner sa vie en reproduisant des objets d’histoire naturelle. Entré dans un premier temps au laboratoire du docteur Gilbert Breschet pour y dessiner des pièces anatomiques, Decaisne ne put surmonter son dégoût de la dissection et dut chercher une autre place. Il fut admis en 1824 au Muséum comme garçon jardinier, remplaçant ainsi Colin dont il avait fait la connaissance lors de ses fréquentes visites artistiques à l’établissement. D’abord affecté au laboratoire des Graines, puis au carré des semis en 1832, le jeune homme profita de son travail pour se familiariser sur le terrain avec la botanique et consacra ses nuits à étudier.

32Decaisne vit ses efforts encouragés par Etienne Geoffroy Saint-Hilaire*, puis par Adrien de Jussieu* qui le prit comme aide-naturaliste au sein de sa chaire de Botanique dans la campagne en 1833. Chargé de donner des cours de culture au Jardin des plantes dès 1845, élu membre de l’Académie des sciences en 1847, puis nommé professeur d’économie générale et de statistique agricole au Collège de France en 1848, il devint titulaire de la chaire de Culture du Muséum en 1850, comme remplaçant de Charles Brisseau de Mirbel* démissionnaire. Il demeura fidèlement à son poste durant le siège de Paris en 1870-1871, essayant de sauvegarder les plantes sous serres des bombardements prussiens. À partir de cette époque, la santé de Decaisne s’altéra, si bien qu’il dut confier après 1873 son cours à Pierre-Paul Dehérain*, puis à Julien Vesque*. Il fut élu à la Royal Society en 1880 et remplit les fonctions de directeur-adjoint du Muséum de 1876 à 1882. Durant les quatre dernières années de sa vie, il restait le plus souvent assis sur un banc lorsqu’il sortait au Jardin des plantes, ne pouvant plus arpenter les allées. Il mourut brusquement à l’âge de soixante-quinze ans.

33Decaisne fut décrit comme un personnage réservé, honnête, d’une droiture un peu brusque, qui pratiquait régulièrement la charité. Resté célibataire, il mena une vie simple et entièrement consacrée au travail. Il occupa dans l’enceinte du Muséum d’abord une petite chambre au-dessus d’une porte cochère, puis un pavillon rue Cuvier. Si, comme enseignant, le naturaliste ne brillait pas à l’amphithéâtre par des dons d’orateur, il savait en revanche conduire des herborisations. Charles Naudin*, Pierre-Paul Dehérain, ainsi que Gustave Thuret, figurèrent parmi ses élèves.

34Decaisne, qui allia les connaissances de l’érudit à celles du praticien, œuvra dans les domaines de la botanique descriptive ou physiologique, de l’horticulture et de l’agronomie. Préoccupé de phytogéographie, il étudia diverses plantes rapportées par des naturalistes voyageurs du Japon, de Timor, d’Égypte ou d’Arabie. Le botaniste s’intéressa également à l’anatomie et à la physiologie végétale, comme en témoignent ses investigations sur la tige des Dicotylédones, le développement du pollen dans l’ovule, la garance et la structure du gui. Ses expériences sur la variabilité du poirier, poursuivies pendant plus de dix ans, l’amenèrent à postuler l’existence d’une espèce primordiale de “Pints”, d’où seraient issues des espèces secondaires désormais disparues, à l’origine de toutes les variétés cultivées. Le naturaliste ayant situé ce phénomène dans le contexte d’un polymorphisme végétal opposé aux idées de Darwin, un débat courtois s’instaura entre les deux hommes. En phycologie Decaisne, qui décrivit la sexualité des Fucacées, eut le mérite de démontrer l’appartenance des Corallines – prises jusque-là pour des polypiers – au monde végétal. Le naturaliste contribua par ailleurs à l’agronomie en travaillant sur la ramie, la matière colorante de la garance, la maladie de la pomme de terre, l’igname de Chine et la betterave sucrière. Citons, parmi les publications de Decaisne, les Recherches anatomiques et physiologiques sur la Garance, sur le développement de la matière colorante dans cette plante, sur sa culture et sa préparation (1837), l’Essai sur une classification des algues et des polypiers calcifères (1842), l’Histoire de la maladie des pommes de terre (1846), ainsi que son œuvre majeure intitulée Le Jardin fruitier du Muséum (1858-1875) en neuf volumes.

35Au Muséum, il réorganisa les collections de Phanérogames et d’Algues et assura la direction des cultures. Il participa à la fondation de la Société botanique de France, ainsi qu’au fonctionnement de nombreuses sociétés ou revues horticoles.

Bibliographie

Berthelot (Marcelin), “Joseph Decaisne”, Revue scientifique, 4e série, vol. 1, no 1, 1894, pp. 1-11.

“Discours prononcés aux funérailles de M. J. Decaisne”, Comptes Rendus hebdomadaires des Séances de l’Académie des Sciences, vol. 94, no 7, 1882, pp. 361-370.

Gayon (Jean), “Le Muséum national d’histoire naturelle et l'amélioration des plantes au XIXème siècle”, in Blanckaert (Claude), Cohen (Claudine), Corsi (Pietro), Fischer (Jean-Louis) (sous la dir.), Le Muséum au premier siècle de son histoire, Paris : Muséum national d’histoire naturelle, 1997, pp. 375-402 (Archives).

Tort (Patrick), “Decaisne Joseph (1807-1882)”, in Tort (Patrick) (sous la dir.), Dictionnaire de Darwinisme et de l’Évolution, Paris : PUF, 1996, vol. 1, pp. 1148-1150.

PJ

DECHAMBRE Edmond, Ernest

né le 17 janvier 1895 à Paris, mort en 1971 à Paris
chaire d’Éthologie des Animaux sauvages
Mammalogie, Pathologie animale

36Dechambre était le fils d’un vétérinaire qui débuta sa carrière d’enseignant comme chef de travaux chez Raoul Baron à Alfort. Élève de l’école communale de Charenton, le jeune Edmond profitait souvent du jeudi pour visiter le Jardin des plantes, où naquit sa vocation zoologique. Dechambre fit à Paris de brillantes études secondaires au lycée Charlemagne, passa un baccalauréat latin-sciences en 1912 et intégra la même année l’école vétérinaire d’Alfort. Son père occupait alors dans ce dernier établissement la chaire de Zootechnie. Parallèlement à son cursus vétérinaire, Dechambre suivit les cours de la faculté des sciences de Paris, obtenant les certificats de botanique en 1913, puis de physiologie générale en 1914. Il fut mobilisé en 1916, mais put achever ses études malgré la guerre : il passa en 1916 un certificat de minéralogie qui lui permit de valider sa licence ès sciences en 1917 et reçut cette même année son diplôme de l’école vétérinaire d’Alfort. Après avoir participé dans la cavalerie à la campagne d’Orient – il fut membre du détachement Syrie-Palestine en 1919 – Dechambre, regagna la France. Il exerça la médecine vétérinaire à Paris de 1920 à 1934 et soutint sa thèse de doctorat vétérinaire en 1927. Succédant en 1934 à son confrère Achille Urbain* comme sous-directeur de la ménagerie du Jardin des plantes, Dechambre effectua à ce poste – dépendant de la chaire d’Éthologie des Animaux sauvages du Muséum – tout le reste de sa carrière. Il fut à nouveau mobilisé en 1939 comme adjoint au vétérinaire colonel directeur du service vétérinaire de la troisième armée et soutint sa thèse de doctorat ès sciences en 1947. Ayant pris sa retraite de sous-directeur au Muséum en 1960, Dechambre succomba à la maladie dans sa soixante-seizième année.

37Dechambre laissa le souvenir d’un homme discret, modeste, sensible, intellectuellement très actif et passionné par les énigmes de la science. Il avait eu de son mariage un fils, qui embrassa également la profession de vétérinaire.

38Dechambre, dont l’œuvre scientifique se trouva influencée par les idées du zootechnicien morphologiste Raoul Baron, aborda de nombreux thèmes relatifs aux Vertébrés domestiques ou sauvages : la biologie générale, l’éthologie, la zootechnie, la pathologie comparée, l’alimentation et même la chirurgie du chat. Il étudia plus particulièrement les relations entre la morphologie des Mammifères et leur adaptation physiologique au milieu, concluant à une certaine transmissibilité des caractères acquis. Dechambre, qui soutint des hypothèses audacieuses sur les mécanismes de la domestication, de la transmission des aptitudes, ou sur la nature de l’instinct, s’intéressa par ailleurs à la théorie de la “foetalisation” de Ludwig Bolk. Citons, parmi une centaine de publications dues à la plume du vétérinaire : Observations sur les Makis de la ménagerie du Jardin des plantes (1935), Étude comparée des rations de quelques animaux de ménagerie (1937), Relations entre l’adaptation physiologique et la morphologie chez quelques mammifères domestiques et sauvages (1948), Les Chiens : origines, histoire, évolution (1952), Les Maladies du gibier (1955), De la psychologie du chien, base du dressage (1958) – en collaboration avec Raymond Pécriaux – et L’Hérédité des caractères acquis (1959).

39Au Muséum, outre ses activités dans le cadre de la ménagerie, Dechambre dispensa une série de conférences sur “L'Origine des chiens et leur évolution au cours de la domestication”. Il se préoccupa enfin de la protection du gibier contre les techniques agricoles modernes.

Bibliographie

Dechambre (Edmond), Notice sur les titres et travaux, 9 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, n° ß 6589).

Forgeot (Paul), “Réception de Monsieur Edmond Dechambre”, Bulletin de l’Académie vétérinaire de France, vol. 27, 1954, p. 237.

Goret (Pierre), “Edmond Dechambre (1895-1971)”, Bulletin de l’Académie vétérinaire de France, vol. 34, 1971, pp. 395-398.

Perreau (Pierre), “Réception de Μ. P. Perreau”, Bulletin de l’Académie vétérinaire de France, vol. 35, 1972, pp. 441-443.

Pilet (Charles), “Monsieur Ed. Dechambre”, Bulletin mensuel de la Société vétérinaire pratique de France, vol. 52, no 7, 1968, pp. 397-398.

PJ

DEHÉRAIN Pierre-Paul

né le 16 avril 1830 à Paris, mort le 7 décembre 1902 à Paris
chaire de Culture, puis de Physiologie végétale appliquée à l’agriculture
Agronomie, Chimie, Physiologie végétale

40Fils d’un président de la Cour d’appel de Paris et d’une artiste peintre, Dehérain devint orphelin à l’âge de neuf ans, ayant perdu successivement son père, puis sa mère. Il fut recueilli par le peintre Henri Decaisne – frère du botaniste Joseph Decaisne*–, qui se chargea de son éducation. Après des études au collège Chaptal de 1839 à 1847, le jeune garçon entra en 1848 à l’école d’administration, où il resta durant les trois mois d’existence de l’établissement. Dehérain fut ensuite élève de l’École des mines, fréquenta à partir de 1850 l’école de chimie d’Edmond Frémy* au Muséum et devint en 1854 le préparateur du cours de zoologie appliquée à l’agriculture que professait Émile Baudement au Conservatoire national des arts et métiers. Licencié ès sciences physiques en 1856, le jeune homme se trouva nommé la même année professeur de chimie au collège Chaptal, où il devait enseigner jusqu’en 1880.

41Dehérain obtint son doctorat ès sciences en 1859, dut quitter cinq ans après le Conservatoire national des arts et métiers, puis entra en 1865 à l’École nationale d’agriculture de Grignon comme chargé du cours de chimie. Nommé professeur titulaire en 1869 au sein de cet établissement, il fit la guerre de 1870 dans le génie. Il occupa en 1872 au Muséum le poste d’aide-naturaliste dans la chaire de Culture de Joseph Decaisne, qu’il suppléa de 1873 à 1879 comme enseignant, avant de devenir en 1880 titulaire de la chaire de Physiologie végétale appliquée à l’agriculture créée pour lui. Sept ans plus tard, il fut élu membre de l’Académie des sciences. Ses forces l’abandonnèrent brusquement au cours d’une leçon prononcée à Grignon et il mourut chez lui trois semaines après. Sa chaire au Muséum n’accueillit aucun autre titulaire que lui-même.

42Il laissa le souvenir d’un homme bienveillant, optimiste, ouvert et consciencieux. Ce grand travailleur fut un vulgarisateur de talent, un professeur agréable, ainsi qu’un chef d’école estimé. Parmi ses élèves, il faut citer Léon Maquenne* et Henri Moissan. Dehérain avait eu un (ou deux) fils et une fille, de deux mariages successifs : le premier en 1866 avec la fille de l’amiral Page, le second, sept ans plus tard, avec mademoiselle Hulleu.

43Il fut l’auteur de plus de cent soixante-dix publications, dont plusieurs ouvrages, comme La Nutrition de la plante (1885), un Traité de chimie agricole (1892), ou Les Engrais et les ferments de la terre (1895). Il œuvra, si l’on excepte quelques travaux de chimie pure, dans les domaines de la physiologie végétale et de l’agronomie. Dehérain s’intéressa aux grandes fonctions chez les plantes, qu’il s’agisse de la respiration, de la réduction chlorophyllienne du gaz carbonique, de l’assimilation des substances minérales, de la germination ou de la nitrification. En agronomie, il conduisit notamment des investigations sur les fumiers, les engrais chimiques, souligna l’importance de l’azote, montra l’existence dans le sol de microorganismes réducteurs des nitrates et recommanda l’emploi des Légumineuses comme cultures dérobées. Il étudia aussi avec Frémy la production de sucre par la betterave.

44Dehérain, qui dirigea les recherches à la station agronomique de l’école de Grignon à partir de 1875, fonda la même année Les Annales agronomiques et publia de 1862 à 1870, avec le concours de divers collègues, L'Annuaire scientifique. Enfin, il organisa des “conférences du dimanche” au Muséum.

Bibliographie

Bouquet de La Grye (Jean-Jacques), Chauveau (Auguste), Perrier (Edmond), Passy (Louis), Funérailles de M. Dehérain, Académie des Sciences, Paris : Firmin-Didot, 1902, 21 p.

Cheysson (Émile), Passy (Louis), “Mort de M. Dehérain”, Bulletin des Séances de la Société nationale d’Agriculture de France, vol. 62, 1902, pp. 766-769. Maquenne (Léon), “P.-P. Dehérain. Notice nécrologique”, Nouvelles Archives du Muséum d’Histoire naturelle, 4e série, vol. 5, 1903, pp. 3-24.

PJ

DELAFOSSE Gabriel

né le 24 février 1796 à Saint-Quentin (Aisne), mort le 13 octobre 1878 à Paris
chaire de Minéralogie
Cristallographie, Minéralogie

45Delafosse était fils d’un juge de paix appauvri par la Révolution. D’abord élève de l’école communale de Saint-Quentin, il étudia au lycée de Reims comme boursier, puis entra en 1813 à l’École normale supérieure. Le jeune homme travailla dès 1816 au Muséum dans la chaire de Minéralogie de René-Just Haüy*, où il occupa le poste d’aide-naturaliste en 1818. Nommé en 1822 à la faculté des sciences de Paris conservateur des collections d’histoire naturelle, ainsi que suppléant du cours de minéralogie de François Beudant, Delafosse devint docteur ès sciences en 1840 et professeur de minéralogie à la Sorbonne en 1841. Il enseigna parallèlement à l’École normale supérieure où il fut chargé de conférences d’histoire naturelle en 1826, maître de conférences de minéralogie en 1829, puis professeur en 1846.

46Delafosse fut nommé en 1857 – date de son entrée à l’Académie des sciences – titulaire de la chaire de Minéralogie du Muséum. Il comptait déjà vingt-cinq ans de service dans l’établissement, ayant exercé de 1816 à 1842 les fonctions d’aide-naturaliste auprès de Haüy, d’Alexandre Brongniart* et enfin d’Armand Dufrénoy*. Il assuma la garde du Muséum durant les deux sièges de 1870-1871, après avoir mis sa famille à l’abri à Lagny. Sa santé s’altéra ensuite considérablement : courbé, marchant avec peine, perdant la vue, il mena une existence languissante jusqu’à sa retraite en 1876 et s’éteignit deux ans plus tard dans la maison de Georges-Louis Buffon.*

47La postérité a conservé de Delafosse l’image d’un homme aimable, d’habitudes simples, d’une parfaite égalité d’humeur, dont le jugement scientifique avait le mérite d’être à la fois librement critique et réservé. Ajoutons qu’il savait exposer clairement ses idées. Il avait épousé en 1829 Adrienne Hubert-Desacre, qui lui avait donné plusieurs enfants.

48Delafosse prolongea les travaux cristallographiques de Haüy en définissant la notion – implicitement contenue dans la théorie de son prédécesseur – de “réseau” cristallin. Celui-ci est formé de “mailles” parallélépipédiques – les “molécules intégrantes” d’Haüy – aux sommets desquelles se trouvent placées les molécules chimiques. Par ailleurs Delafosse, en atomiste convaincu, étudia l’influence de la composition atomique et de la symétrie moléculaire des corps sur le résultat final de la cristallisation. Il en déduisit une classification des systèmes cristallins basée sur la structure, de même qu’une explication du phénomène d’hémiédrie.

49Delafosse adhéra à la notion d’isomorphisme d’Eilhard Mitscherlich, qu’il distingua du plésiomorphisme. Il rattacha des propriétés physiques, comme la pyroélectricité ou la polarisation rotatoire, à la structure interne des cristaux, notamment à l’hémiédrie. On peut dire que, prenant ses distances vis-à-vis de l’approche naturaliste de sa discipline, il enrichit la cristallographie géométrique d’une cristallographie physique, apte à fournir une connaissance en profondeur de l’objet étudié. De plus, dans la lignée des travaux de Haüy, Delafosse établit une classification rationnelle des espèces minérales, fondée à la fois sur la composition chimique et les formes cristallines des substances envisagées.

50Il aida Haüy à rédiger son Traité de cristallographie et écrivit, d’après les notes de son maître décédé, les trois derniers volumes de la seconde édition du Traité de minéralogie. Il publia également plusieurs mémoires importants dans le domaine des cristaux, ainsi qu’un Nouveau cours de minéralogie (1858). Enfin, après l’Exposition de 1867, Delafosse fut chargé par le ministre de l’Instruction publique de rédiger un rapport sur les progrès de la minéralogie.

Bibliographie

Des Cloizeaux (Alfred), “Note sur les travaux de M. Delafosse”, Comptes Rendus hebdomadaires des Séances de l’Académie des Sciences, vol. 87, 1878, pp. 569-570.

Friedel (Charles), “La Vie et les travaux de Delafosse”, La revue scientifique, 2e série, vol. 15, no 21,1878, pp. 481-484. Orcel (Jean), “Histoire de la chaire de Minéralogie du Muséum national d’histoire naturelle”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 10, 1938, pp. 328-354.

PJ

DELALANDE Antoine

mort en février 1822 à Paris
taxidermiste au Cabinet d’histoire naturelle du roi, puis au Muséum
Taxidermie

51Une grande incertitude plane sur l’état civil d’Antoine Delalande, qui fut taxidermiste au Cabinet du roi avant d’exercer la même fonction au Muséum. Marié avec une demoiselle Verreaux, il eut pour fils Pierre-Antoine*.

Source

Documents Muséum (fiche fournie par É.-R. Brygoo).

PJ ERB

DELALANDE Pierre-Antoine

né le 26 mars 1787 à Versailles (Yvelines), mort le 27 juillet 1823 à Paris
chaires de Zoologie
Zoologie

52Fils d’Antoine Delalande*, Pierre-Antoine avait au moins une sœur. Il fut élevé au Jardin des plantes, étudia la peinture dans l’atelier de Berré, puis succéda en 1803 à Jean Desmoulins* comme aide-naturaliste des chaires de Zoologie du Muséum. Ayant accompagné en 1808 Étienne Geoffroy Saint-Hilaire* dans la péninsule ibérique, le jeune homme fut envoyé en 1813 sur les côtes de Provence pour y récolter des animaux marins. Il se trouva adjoint en 1816 à l’ambassade extraordinaire du duc de Luxembourg auprès de Jean VI, roi du Portugal et du Brésil, avant de parcourir de 1818 à 1820 l’Afrique du Sud avec son neveu Jules Verreaux*. Un an après son père, Delalande mourut des suites de maladies contractées au cours de ses voyages. Il avait ramené de son périple africain plus de trente mille spécimens qui allaient enrichir les collections du Muséum. Par ailleurs, Delalande publia un Précis d’un voyage au Cap de Bonne-Espérance, fait par ordre du gouvernement (1822).

DELALANDE P.-A. – Lithographie de Formenti.

Bibliographie

Bauchot (Marie-Louise), Daget (Jacques), Bauchot (Roland), “L'Ichtyologie en France au début du XIXème siècle, l’histoire naturelle des Poissons de Cuvier et Valenciennes”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 4e série, vol. 12 (supplément), 1992, p. 72.

Delalande (Pierre-Antoine), “Précis d’un voyage au Cap de Bonne-Espérance, fait par ordre du gouvernement”, Mémoires du Muséum national d’Histoire naturelle, vol. 8, 1822, pp. 149-168.

PJ ERB

DELAMARE-DEBOUTTEVILLE Claude, Marcel, Roger

né le 12 septembre 1918 à Rouen (Seine-Maritime), mort le 2 octobre 1990 à Lannilis (Finistère)
chaire de Zoologie (Vers et Crustacés), puis d’Écologie générale
Écologie, Entomologie (Aptérygotes), Parasitologie, Zoologie des Crustacés

53Fils d’industriel, Delamare-Deboutteville obtint son baccalauréat ès lettres à Paris en 1938. Il fut brièvement mobilisé en 1939, passa sa licence ès sciences en 1940, puis fut boursier au laboratoire maritime de Roscoff, dirigé par Charles Perez, de 1941 à 1944. Bénéficiaire d’une bourse du Muséum et agent de l’Office de la recherche scientifique coloniale en 1944, Delamare-Deboutteville prit contact avec le laboratoire d’Entomologie de René Jeannel*. Il effectua également à cette époque une mission en Côte-d’Ivoire, sous la direction de Théodore Monod*. Nommé en 1947 assistant de Louis Fage* au laboratoire de Zoologie (Vers et Crustacés) du Muséum, le naturaliste fut chargé en 1949 des fonctions de chef des travaux pratiques au laboratoire Arago de Banyuls-sur-Mer. Il soutint son doctorat ès sciences en 1950, devint maître de conférences adjoint à la Sorbonne en 1957, puis professeur titulaire à Nancy en 1960. Trois ans après, Delamare-Deboutteville occupa la chaire d’Écologie générale du Muséum, que le décès de Paul Rémy* avait laissée vacante. Il prit la direction du laboratoire souterrain du CNRS de Moulis en 1966, fut victime d’un accident de voiture en 1970, se retira en 1986 et mourut quatre années plus tard. Marié en 1941 à Germaine Goulaouic, Delamare-Deboutteville était père de sept enfants : trois filles et quatre fils.

54Delamare-Deboutteville effectua diverses recherches dans les domaines de la biologie marine ou terrestre. Il s’intéressa aux Crustacés Copépodes marins parasites, à la biologie des eaux souterraines littorales ou continentales, à l’écologie des sols – y compris de leurs dépendances comme les nids, les terriers ou les “sols suspendus” – et au milieu cavernicole. Durant ses investigations, il étudia particulièrement deux types de marqueurs écologiques : les Insectes Collemboles pour la microfaune édaphique et les Crustacés pour les biotopes souterrains. Citons, parmi plus de trois cents publications qui lui sont dues : les Recherches sur les Collemboles termitophiles et myrmécophiles (1948), Recherches sur la biologie des eaux souterraines littorales et continentales (1960), ainsi que Biologie de l’Amérique australe : études sur la Jaune du sol (1962-1967). Enfin, Delamare-Deboutteville effectua plusieurs missions à l’étranger, se préoccupa de protection de la nature et participa activement à la rédaction de diverses revues consacrées à l’écologie du sol.

Bibliographie

Delamare-Deboutteville (Claude), Titres et travaux scientifiques, 1962,107 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d'histoire naturelle, n° β 8812).

Delamare-Deboutteville (Claude), Titres et travaux scientifiques, 1970,115 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, n° ß 8813). Lhoste (Jean), Les Entomologistes français, 1750-1950, Paris : INRA-OPIE, 1987, pp. 235-236.

PJ

DELANGE Yves

né le 26 mai 1929 à Rouen (Seine-Maritime) chaire de Biologie végétale et appliquée
Botanique, Histoire des sciences, Horticulture

55Yves Delange passa son enfance à Rouen, où il poursuivit des études secondaires au lycée Corneille. Vers l’âge de quatorze ans, il devint membre de la Société des amis des sciences naturelles et du Muséum de sa ville natale. Le jeune homme intégra en 1950 l’École nationale supérieure d’horticulture de Versailles, dont il sortit diplômé en 1953. Durant cette période de formation, il eut l’occasion d’effectuer des stages au Jardin d’essai de Grasse, ainsi que dans les stations algériennes expérimentales de Boufarik et de Sidi-Aich. Delange, qui fit un voyage de fin d’études au Maroc, occupa le poste de chef du Jardin botanique de Montpellier de 1954 à 1971. Il travailla alors aux côtés du professeur Hervé Harant, tout en assurant des cours au collège agricole féminin de Castelnau-le-Lez entre 1968 et 1971. Cette dernière année, Delange entra à la chaire de Biologie végétale et appliquée du Muséum comme assistant chargé de la conservation des serres. Il fut nommé maître-assistant en 1977, puis maître de conférences sous-directeur en 1983. Durant sa carrière au Muséum, Delange visita de très nombreux jardins botaniques ou parcs naturels en Europe (Allemagne, Italie, Suisse, Belgique, pays nordiques) et à travers le monde. Il est marié.

56Yves Delange consacra d’abord ses travaux professionnels à l’horticulture, ainsi qu’à la botanique appliquée. Il dirigea avec le professeur Harant la restauration du Jardin botanique de Montpellier et participa à la création d’une antenne de celui-ci, le Jardin botanique cévenol du Parc naturel du Caroux. Au cours de différentes missions (en Afrique australe, au Mexique, en Égypte, aux Antilles), Delange put étudier les milieux arides tropicaux. S’intéressant par ailleurs à l’histoire des sciences naturelles, il fut le biographe de Jean-Baptiste de Lamarck* et de Jean Henri Fabre – il reçut à ce dernier titre deux invitations au Japon (1989, 2000). Parmi plusieurs centaines de publications scientifiques ou de vulgarisation dues à la plume de Delange, citons : Le Jardin des plantes de Montpellier, six années de restauration (1960), Les Succulentes au Muséum (1978), Le Jardin familial méridional (1980), Le Guide familier des Cactées (1981), Lamarck, sa vie, son œuvre (1984), Les Végétaux des milieux arides (1988), Les Grandes serres du Jardin des plantes (1988), Les Fleurs des jardins méditerranéens (1991), ABCdaire des Orchidées (1996) – en collaboration –, Fabre, L'homme qui aimait les insectes (biographie, 3e éd., 1999), Lamarck (biographie, 2e éd. mise à jour, 2002), ainsi que Traité des plantes tropicales (2002). Il faut ajouter à cela la réédition d’œuvres de Fabre – les Souvenirs entomologiques (1989, 1996) et l’anthologie L'Harmas (2002) –, un roman historique, Eudora (1989), et un recueil de nouvelles intitulé Le Concert à Kyoto (1993).

57Au Muséum, Delange s’est occupé de la conservation et de l’enrichissement des collections végétales vivantes, tout en assurant une diffusion de l’information scientifique ou des échantillons de plantes vers le public, les enseignants ou les chercheurs. Il a été chargé conjointement de la conservation du Jardin botanique exotique de Menton. Depuis 1977, il est membre fondateur et directeur de la revue Succulentes, publication de l’Association internationale des amateurs de plantes succulentes, qui consacre ses travaux à l’étude des végétaux dans les milieux arides. Delange a enfin participé à des travaux pour le Conservatoire des collections végétales spécialisées, pour la Société de biogéographie et pour le Symposium “Jardins et arboretums de demain” (Bureau des ressources génétiques, 1991).

Sources

Travaux publiés et acquisitions entrées dans les collections botaniques vivantes pendant l’année 1971, 1 p. dactylographiée (Service des cultures du Muséum national d’histoire naturelle).

Travaux publiés et acquisitions entrées dans les collections botaniques vivantes pendant l'année 1971, 1 p. dactylographiée (Service des cultures du Muséum national d’histoire naturelle).

Renseignements fournis par l’intéressé.

Bibliographie

Delange (Yves), Titres et travaux, [s.1.] : [s.n.], 1980, 28 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, n° ß 8811).

PJ

DELEUZE Joseph, Philippe, François

né le 12 avril 1753 à Sisteron (Alpes-de-Haute-Provence), mort le 30 octobre 1835 à Paris
chaire de Botanique dans le Muséum, Botanique dans la campagne, puis Bibliothèque
Bibliographie, Histoire des sciences

58Fils d’un ancien officier d’infanterie, Deleuze fut d’abord destiné à une carrière militaire et envoyé en 1772 à Paris pour y étudier les mathématiques. Il ne put subir l’examen de l’école du Génie de Mézières, devint sous-lieutenant d’un régiment d’infanterie auxiliaire, puis quitta l’uniforme au bout de trois ans. Après avoir travaillé dans la capitale avec Charles L’Héritier, Deleuze entra au Muséum en 1795 comme aide-naturaliste des deux chaires de Botanique. Ce collaborateur d’Antoine-Laurent de Jussieu* fut nommé secrétaire des Annales du Muséum en 1802 et censeur royal en 1815. Deleuze dut se soigner à Saint-Dizier au cours de l’année 1821, remplaça Georges Toscan* au poste de bibliothécaire du Muséum en 1826, puis prit sa retraite en 1834. Il mourut chez lui un an plus tard.

59Deleuze fut un adepte du magnétisme animal, dont il se montra un ardent défenseur. Au Muséum, il rédigea les Instructions aux voyageurs, distribuées en 1818 et en 1824 et se vit confier la garde des diamants de la galerie de minéralogie en 1825. Citons parmi les publications – de nature très diverse – de l’aide-naturaliste : Eudoxe : entretiens sur l’étude des sciences, des lettres et de la philosophie (1810), l’Histoire critique du magnétisme animal (1813), ainsi que l’Histoire et description du Muséum royal d’histoire naturelle (1823).

Bibliographie

Dessalle (L. A.), Un savant naturaliste sisteronnais J. P. F. Deleuze (1753-183S), Forqualquier : [s.n.], 1920, 16 p.

Le Tourneur, “[s.t.]”, in Roman d’Amat (Jean-Charles) (sous la dir.), Dictionnaire de biographie française, Paris : Letouzey et Ané, 1965, vol. 10, p. 867.

PJ ERB

DELONDRE Augustin, Ambroise

né le 26 novembre 1823 à Paris, mort le 2 avril 1879 à Paris
chaire de Chimie appliquée aux corps inorganiques
Botanique, Matière médicale

60Fils d’un pharmacien spécialisé dans la fabrication de la quinine, Delondre entra comme préparateur d’Edmond Frémy* dans la chaire de Chimie appliquée aux corps inorganiques du Muséum. Il fut nommé aide-naturaliste pour remplacer François Larivière* démissionnaire en mars 1851, puis résilia ses fonctions au mois de novembre de la même année. Établi négociant à Sèvres, Delondre fit partie en 1871 d’une commission chargée de constater les dégâts causés au Muséum par les bombardements prussiens. Il s’était marié en 1855 avec Anne d’Homme, dont il n’eut pas d’enfant.

61Delondre œuvra surtout dans les domaines de la botanique appliquée et de la matière médicale. Il étudia avec Jean Léon Soubeiran l’acclimatation des plantes du genre Cinchona dans les Indes néerlandaises ou britanniques, s’intéressa aux produits végétaux du Portugal, du Brésil, ainsi qu’à diverses questions pratiques, comme l’enseignement de la sériciculture dans l’empire austro-hongrois ou la manufacture des cotons à coudre. Parmi les nombreuses publications de Delondre, citons deux ouvrages rédigés en collaboration avec Soubeiran : La Matière médicale à l’exposition de 1867 (1868) et De l’introduction et de l’acclimatation des cinchonas dans les Indes néerlandaises et dans les Indes britanniques (1868).

Bibliographie

Bouvet (Maurice), “Une grande famille pharmaceutique. Les Delondre”, Revue d’Histoire de la Pharmacie, vol. 10, mars 1951, pp. 155-165.

PJ ERB

DEMANGE Jean-Marie

né le 2 août 1922 à Épinal (Vosges)
chaire de Zoologie (Vers et Crustacés), puis de Zoologie (Arthropodes)
Zoologie des Myriapodes

62Issu d’une famille d’industriels et de commerçants, Demangé fut élevé dans un environnement naturaliste. Son père, qui s’intéressait aux grands Mammifères africains et aux Oiseaux insectivores d’Europe, donna au Muséum plusieurs spécimens vivants capturés par lui-même : éléphants, rhinocéros, hippopotame, girafe, etc. Quant à son grand-père, Victor Demangé, un mycologue de réputation internationale, il avait parcouru le monde à la recherche de plantes et d’invertébrés. Rien d’étonnant, donc, à ce que le jeune Jean-Marie se soit trouvé attiré très tôt vers l’histoire naturelle. Il se passionna pour les Insectes durant son adolescence, rencontrant René Jeannel* et Eugène Séguy* au laboratoire d’Entomologie du Muséum. Demangé passa plus d’une dizaine d’années dans l’industrie textile, avant d’être accueilli par Max Vachon* dans la chaire de Zoologie (Vers et Crustacés) du Muséum. D’abord travailleur libre en 1941, Demangé se trouva attaché l’année suivante au Muséum, en attente d’un poste. Il suivit l’enseignement du PCB à la Sorbonne, put rejoindre le CNRS comme attaché de recherche en 1957, devint chargé de recherche en 1963 et fut nommé sous-directeur du laboratoire de Zoologie (Arthropodes) en 1964. Titulaire d’un doctorat ès sciences naturelles de l’université de Paris en 1967, Demange accéda finalement au grade de professeur sans chaire en 1986. Il prit sa retraite du Muséum en 1990, sans abandonner pour autant ses travaux de laboratoire.

63Spécialiste des Myriapodes, Demange fut amené à travailler sur ce groupe d’invertébrés pour la raison suivante. Le fondateur de la myriapodologie française, Henri Brölemann, ayant disparu en 1935, sa collection – la plus riche du monde – échut au laboratoire de Zoologie (Vers et Crustacés). Demange se vit donc proposer lors de son recrutement par Vachon de développer au Muséum les études concernant les Myriapodes, afin d’exploiter l’abondant matériel disponible. S’intéressant à l’anatomie, à la systématique, au développement post-embryonnaire, à l’évolution, à l’écologie et à la biogéographie des Myriapodes, Demange ne négligea pas pour autant les aspects appliqués de son sujet, comme les conséquences agronomiques ou les défenses chimiques. Il soutint la théorie évolutive de Brôlemann (“principe de contraction”) contre celle de Karl Verhoeff (“principe d’élongation”), démontrant que les Myriapodes perdent en effet des segments au cours de leur évolution. De plus, Demange prouva l’existence d’une métamérie fondamentale originale, associant les segments par groupes de deux (diplosegments) chez le grand “groupe des Myriapodes”. Citons, parmi près de cent soixante publications dues à la plume du naturaliste : Myriapodes (in Encyclopédie de la Pléiade, 1964), Recherches sur la segmentation du tronc des Chilopodes et des Diplopodes Chilognathes (Myriapodes) (1967), Myriapodes Diplopodes des monts Nimba et Tonkoui (Côte-d’Ivoire, Guinée) récoltés par M. Lamotte et ses collaborateurs de 1942 à 1960 : étude systématique, caractérisation des Diopsiulides africains, révision des Trachystreptini, essai de classification des Cordyloporidae (1975) – avec Jean-Pierre Mauriès –, Les Millepattes : Myriapodes (1981) et Myriapodes (in Encyclopaedia Universalis, 1984). Demange se vit également confier la rédaction du volume consacré aux Myriapodes pour le grand Traité de zoologie de Pierre-Paul Grassé. Enfin, il créa avec Jean-Paul Mauriès un Centre international de myriapodologie (CIM) basé au laboratoire de Zoologie (Arthropodes) du Muséum.

DEMANGE J.-M. Lithobius drescoi Demange, 1958. Myriapode Chilopode cavernicole d’Espagne (monts Cantabriques, Cueva la Cañuela, J. M. d’Arredondo, province de Santander), 22 à 30 mm. Dessin original de Jean-Marie Demange.

Sources

Renseignements fournis par l’intéressé.

Bibliographie

Demange (Jean-Marie), Notice sur les travaux scientifiques, Paris : [s.n.], 1964, 19 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, n° ß 8810).

PJ

DEMOURS [ou de MOURES] Pierre

né en 1702, mort le 26 juin 1795
garde du Cabinet des drogues au Jardin du roi
Médecine, Ophtalmologie

64Fils d’un apothicaire marseillais, Demours commença en Avignon des études qu’il acheva au collège des Quatre-Nations à Paris. Il débuta son cursus médical dans la capitale, fut reçu docteur en 1728 à Avignon, puis revint à Paris où il assista Joseph-Guichard Du Verney* dans ses travaux anatomiques. Après avoir occupé de 1727 à 1732 la charge de garde du Cabinet des drogues au Jardin royal, Demours collabora avec Antoine Petit*, qui l’incita à se spécialiser dans les maladies oculaires. Il entra à l’Académie royale des sciences comme membre associé en 1769 et accéda au grade d’associé vétéran dix ans plus tard. Il fut également membre de la Royal Society. Enfin, Demours occupa les postes de médecin oculiste ordinaire du roi Louis XV et de censeur royal. Il avait eu un fils de son mariage.

65Ophtalmologiste réputé, Demours, qui fit progresser la chirurgie oculaire, conduisit diverses recherches anatomiques sur la structure de l’œil. Il démontra que la cornée est distincte de la sclérotique, découvrit la membrane de l’humeur aqueuse, étudia le corps vitré et éclaircit la nature du phénomène de mydriase. Parmi ses publications figurent : Dissertation sur le mécanisme des mouvements de la prunelle, où l’on examine quelle est la structure et la manière d’agir des fibres droites de l’uvée [s.d.], Lettre à M. le Docteur Antoine Petit, contenant de nouvelles observations sur la structure de l’œil, et quelques remarques générales de pratique, relatives aux maladies de cet organe (1767), ainsi que Nouvelles réflexions sur la lame cartilagineuse de la cornée, pour servir de réponse à la lettre de M. Descemet (1770). Demours s’intéressa par ailleurs à divers sujets ne relevant pas de l’ophtalmologie, comme le comportement du crapaud accoucheur, traduisit plusieurs ouvrages médicaux anglais et exécuta des dessins pour illustrer les travaux de son maître Petit. Enfin, il réunit une très importante bibliothèque médicale.

Bibliographie

Bidal (Anne-Marie), “Inventaire des Archives du Muséum national d’histoire naturelle. Première partie. Série A : Archives du Jardin du roi”, Archives du Muséum d’Histoire naturelle, vol. 11, 1934, pp. 175-230.

Laissus (Yves), “Le Jardin du roi”, in Taton (René) (sous la dir.), Enseignement et diffusion des sciences en France au XVIIIème siècle, Paris : Hermann, 1964, pp. 287-341.

PJ

DEMOUSSY Émile, François

né le 26 novembre 1866 à Paris, mort le 25 novembre 1942 à Paris
chaire de Physiologie végétale appliquée à l’agriculture, puis de Physique végétale
Physiologie végétale

66Élève du lycée Condorcet, Demoussy entra en 1884 à l’école de physique et chimie de Paris, dont il sortit diplômé trois ans plus tard. Il obtint sa licence ès sciences en 1888 et fut alors nommé, à l’école d’agriculture de Grignon, répétiteur du cours de chimie agricole de Pierre-Paul Dehérain*. Suivant ce dernier au Muséum, Demoussy devint préparateur de la chaire de Physiologie végétale appliquée à l’agriculture, où il succéda en 1898 à Léon Maquenne* comme assistant. Il soutint sa thèse de doctorat ès sciences en 1899, fut transféré après le décès de Dehérain en 1902 dans le laboratoire de Physique végétale, puis remplaça Eugène Roux* démissionnaire en 1908. Ayant suppléé Maquenne dans son cours de 1923 à 1924, Demoussy prit sa retraite du Muséum en 1933. Il avait fait parallèlement carrière à l’Institut national agronomique : répétiteur du cours de chimie en 1897, maître de conférences en 1912, professeur de chimie organique en 1921, il était devenu professeur de chimie agricole en 1927. Demoussy fut atteint d’une pleurésie au mois d’octobre 1942 et mourut moins d’un mois plus tard.

67Décrit comme un personnage modeste, discret, dévoué, Demoussy était bon pédagogue. Il effectuait de longs voyages à l’étranger, afin de cultiver son goût pour les arts.

68Auteur de plus de soixante publications, Demoussy œuvra dans le domaine de la physiologie végétale. Il s’intéressa à divers phénomènes, comme la nutrition minérale des plantes, leurs échanges gazeux avec l’atmosphère, l’assimilation chlorophyllienne ou la germination. Dans ce cadre prennent place des investigations sur l’absorption racinaire des sels solubles, le quotient respiratoire des végétaux, le captage du gaz carbonique aérien et l’influence des matières minérales ou de l’eau oxygénée sur la germination. Il étudia par ailleurs le noircissement des feuilles, leur résistance à l’asphyxie, leur action dégradative sur l’acide carbonique, ainsi que la chimie des sols. Parmi les publications de Demoussy figurent l’Absorption par les plantes de quelques sels solubles (1899) et les Nouvelles recherches sur les échanges gazeux des plantes vertes avec l’atmosphère (1913) – ces dernières rédigées en collaboration avec Maquenne.

Source

Dossier personnel (Archives nationales, AJ15, n  ß555).

Bibliographie

Hitier (Henri), “Émile Demoussy”, Comptes Rendus de l’Académie d’Agriculture de France, vol. 61, no 240, 1942, pp. 620-621.

Plouvier (Victor), “Historique des chaires de Chimie, de Physique végétale et de Physiologie végétale du Muséum d’histoire Naturelle”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 4e série Miscellanea, vol. 3, 1981, p. 135.

PJ

DENIKER Joseph

né le 6 mars 1852 à Astrakhan (Russie), mort le 18 mars 1918 à Paris
Bibliothèque
Anthropologie, Bibliographie, Mammalogie

69Né en Russie de parents français d’origine flamande, Deniker fit ses études secondaires aux lycées d’Astrakhan et de Moscou. Il entra en 1869 à l’Institut technologique de Saint-Pétersbourg, où il obtint le titre d’ingénieur chimiste en 1873, puis il prospecta l’année suivante le pétrole en Crimée, au Caucase et en Iran. De 1875 à 1876, Deniker parcourut divers pays européens, avant de se fixer au mois d’octobre 1876 à Paris. Il étudia alors à la Sorbonne – dans les laboratoires de Géologie, de Botanique et de Zoologie –, fréquenta divers services du Muséum – ceux de chimie appliquée aux corps inorganiques, de botanique, d’entomologie, d’anatomie comparée et d’anthropologie –, la station maritime de Roscoff, ainsi que le laboratoire d’Anthropologie de Paul Broca. Au cours de l’année 1879, Deniker effectua un nouveau voyage en Europe. Licencié ès sciences naturelles en 1882, il suivit de 1882 à 1883 les cours de Léon Vaillant* au Jardin des plantes, tout en correspondant avec Ernest Hamy*. Il soutint sa thèse de doctorat ès sciences naturelles en 1886, fut reçu l’année suivante premier à l’examen d’aptitude aux fonctions de bibliothécaire des universités et prit en 1888 la succession de Jules Desnoyers* décédé comme bibliothécaire du Muséum. Peu avant la fin de la première guerre mondiale, Deniker mourut chez lui rue Geoffroy-Saint-Hilaire.

70Deniker, qui portait moustache et royale, laissa le souvenir d’un homme réservé mais bienveillant, serviable et généreux. Très érudit, il parlait de nombreuses langues européennes. Il avait eu plusieurs fils de son mariage.

71Deniker consacra son œuvre scientifique à la zoologie et à l’anthropologie. Dans le premier domaine cité, il s’intéressa surtout à l’anatomie des Singes – Gibbon, Gorille, Orang-Outang. En anthropologie, il s’orienta vers l’anthropométrie et la classification des races, étudiant différents peuples du globe, comme les Tschouktches, les Kalmouks, les Papous ou les habitants de la haute vallée de l’Indus. Parmi ses publications figurent des Recherches anatomiques et embryologiques sur les singes anthropoïdes (1886), un Essai de classification des races humaines (1888), Les Races de l’Europe (1899, 1908), Les Races et les peuples de la Terre ; éléments d’anthropologie et d’ethnographie (1900) ou Les Danses masquées chez les Papous (1911). Deniker rédigea par ailleurs une Bibliographie des travaux scientifiques (sciences mathématiques, physiques et naturelles) publiées par les sociétés savantes de la France depuis les origines jusqu’en 1888, dressée sous les auspices du ministère de l’Instruction publique (1895-1916). Enfin, il étudia le bouddhisme, les langues mongoles, constitua une collection de portraits des professeurs du Muséum et fonda la Société pour la propagation de l’étude des langues étrangères en France.

Bibliographie

Gravier (Charles), “Discours prononcé aux obsèques de M. J. Deniker”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, vol. 24, no 3, 1918, pp. 153-155.

Keith (Arthur), Haddon (A. C.), “Obituary. Dr. Joseph Deniker”, Man, no 39, 1918, pp. 65-67.

Verneau (René), “Nécrologie : Joseph Deniker”, L'Anthropologie, vol. 29, pp. 154-157.

PJ ERB

DESCAMPS Marius, Louis, Alfred

né le 16 juin 1924 à Fruges (Pas-de-Calais), mort le 20 février 1996 à Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne) chaire d'Entomologie générale
Entomologie (Orthoptères)

72Après des études de philosophie, ainsi que de théologie, Descamps s’orienta vers une carrière agronomique grâce à la fréquentation de l’École pratique de la France d’Outre-Mer. Il obtint en 1951 le diplôme de l’École supérieure d’agriculture tropicale et partit à Garoua au Cameroun, où il fut d'abord adjoint, puis chef du bureau anti-acridien et de la base phytosanitaire. Ayant soutenu en 1956 une thèse de doctorat d’université préparée sous la direction de Pierre-Paul Grassé et d’Eugène Séguy*, Descamps intégra aussitôt l’ORSTOM, puis exerça au Soudan les fonctions d’entomologiste à la direction des recherches de l’Organisation internationale contre le Criquet migrateur africain. Le naturaliste revint sur le sol français en 1961. Il fit alors office de chef du laboratoire d’Entomologie de l'IRAT, jusqu’à sa nomination en 1963 au Muséum, comme sous-directeur – affecté au service des Orthoptères – du laboratoire d’Entomologie générale et appliquée d’Alfred Balachowsky*. Brutalement frappé le 16 juillet 1982 par une attaque, Descamps ne se remit jamais de cet accident : sa santé ne cessa ensuite de se dégrader et il mourut dans sa soixante-douzième année à l'hôpital de Villeneuve-Saint-Georges.

73Il fut décrit comme un personnage sensible et sociable sous une apparence austère, qui montra du courage, de l’abnégation, ainsi que de la persévérance au cours d’une vie rude. Ayant su s’entourer d’une petite équipe dans son travail, il avait eu par ailleurs deux filles de son mariage.

74Descamps, qui œuvra dans le domaine de l’entomologie fondamentale et appliquée, consacra ses travaux à la systématique, ainsi qu’à la faunistique des Orthoptères du groupe des Acridiens. Auteur de nombreuses études sur les espèces migratrices africaines ou malgaches, comme Locusta migratoria, il fut par ailleurs un spécialiste des Eumastacidae de l’Ancien Monde ou de l’Amérique. Il décrivit au total plus de mille trois cents espèces nouvelles. Parmi les publications de Descamps figurent une Contribution à la faune du Congo (Brazzaville) (Mission A. Villiers et A. Descarpentries). Orthoptères Eumastacidae (1967), une Contribution à l’étude biologique du Sénégal. Orthoptères Acridoidea (1973), Dix années de recherches au service de l’acridologie et du Muséum national d’histoire naturelle (1974) et une Étude du peuplement acridien de Veracruz (Mexique) (1975). Descamps enrichit enfin considérablement les collections entomologiques du Muséum.

Bibliographie

Jago (Nick), “Marius Descamps (1924-1996)”, Journal of Orthoptera Research, vol. 5, 1996, p. 158.

Lhoste (Jean). Les Entomologistes français : 1750-1950, Paris : INRA-OPIE, 1987, p. 321.

PJ

DESCHAMPS Michel, Hyacinthe

dates inconnues (XIXème siècle)
chaire d’Anatomie humaine, puis de Physiologie comparée
Physiologie

75Deschamps était docteur en médecine de la faculté de Paris. Il succéda à Loir comme aide-naturaliste de Pierre Flourens*, exerçant ses fonctions de 1834 à 1838 dans la chaire d’Anatomie humaine, puis de 1838 à 1840 dans la chaire de Physiologie comparée. Ayant pris sa retraite en 1840, Deschamps se trouva remplacé par Auguste Duméril*. Il pensa poser sa candidature à des postes de professeur en physiologie ou en anatomie et demanda sans succès une place de bibliothécaire-adjoint en 1880. Médecin du bureau de bienfaisance du premier arrondissement de Paris, lauréat du prix Montyon, Deschamps fut l’auteur de nombreuses publications, comme : Nouvelles recherches physiologiques sur la vie (1841), Du signe certain de la mort, nouvelle épreuve pour éviter d’être enterré vivant (1851) ou Recherches sur les générations spontanées et sur la matière, ses propriétés et ses lois (1867).

Source

Documents Muséum (d’après les archives d’É.-R. Brygoo).

PJ ERB

DES CLOIZEAUX Alfred, Louis, Olivier LEGRAND

né le 17 octobre 1817 à Beauvais (Oise), mort le 6 mai 1897 à Paris
chaire de Minéralogie
Cristallographie, Minéralogie, Optique

76Issu d’une vieille famille de magistrats, Des Cloizeaux contracta le virus minéralogique dès le collège. Il fut ensuite encouragé dans cette direction par le cristallographe Armand Lévy, son professeur de mathématiques spéciales au lycée Charlemagne, qui l’incita à suivre les cours d’Alexandre Brongniart* au Muséum, ainsi que l’enseignement d’Armand Dufrénoy* à l’École des mines. Dans ce dernier établissement, le jeune homme devait faire la connaissance, déterminante pour ses recherches futures, du spécialiste de l’optique Henri de Sénarmont. Notons que Lévy introduisit également son élève dans le laboratoire de Jean-Baptiste Biot au Collège de France. Des Cloizeaux fut nommé en 1843 répétiteur à l’École centrale, sa première fonction universitaire liée à la science des minéraux.

77Au cours de l’année 1845, le gouvernement français l’envoya – sur la recommandation de Biot – en Islande, afin d’étudier les gisements du fameux spath biréfringent. Des Cloizeaux profita de l’occasion pour effectuer un périple minéralogique à travers la Grande-Bretagne. Il retourna dès 1846 en Islande, y rejoignant une expédition germano-danoise et réalisant d’intéressantes observations sur les geysers avec Robert Bunsen. Des Cloizeaux se vit confier par la suite d’autres missions scientifiques, qui lui permirent de parcourir toute l’Europe. Il se rendit notamment, à la demande du ministre de l’Instruction publique, dans les pays Scandinaves et en Russie.

78Nommé maître de conférences à l’École normale supérieure en 1853, il soutint sa thèse de doctorat ès sciences en 1857, devint la même année professeur rue d’Ulm et entra à l’Académie des sciences en 1869. Il fut, de 1873 à 1876, le suppléant à la Sorbonne de Gabriel Delafosse*, auquel il succéda en 1876 comme titulaire de la chaire de Minéralogie du Muséum. Atteint par la limite d’âge nouvellement instituée. Des Cloizeaux dut prendre sa retraite en 1892, puis mourut cinq ans plus tard d’une longue et douloureuse maladie.

79Des Cloizeaux, dont les cheveux étaient soigneusement séparés par une raie latérale, portait une barbe et des moustaches bien taillées. Selon ses contemporains, il dissimulait sous des dehors un peu brusques de grandes qualités de cœur : bienveillance envers les débutants, culte de l’amitié et de la famille. Ce travailleur acharné, d’une honnêteté exemplaire, préférait la recherche solitaire à l’amphithéâtre. Des Cloizeaux était par ailleurs un expérimentateur extrêmement habile, capable de réussir les mesures les plus délicates. Marié et père de famille, il eut la joie de connaître sa petite-fille avant son décès.

80Considéré comme le propagateur essentiel de l’optique cristalline au cours de la seconde moitié du XIXème siècle, il publia plusieurs articles par an durant une cinquantaine d’années. Son œuvre fut d’abord consacrée à l’étude de la structure cristalline d’un grand nombre de substances minérales, une direction de recherches illustrée de façon magistrale par un Mémoire sur la cristallisation et la structure intérieure du quartz (1854). Puis, à partir de 1855, Des Cloizeaux s’intéressa quasi-exclusivement aux propriétés optiques des minéraux transparents ou translucides, dont il analysa selon des méthodes physiques près de cinq cents espèces. Il mit en évidence le phénomène de polarisation circulaire dans les cristaux de cinabre et de strychnine, travailla vingt ans sur les feldspaths, reconnut l’un des premiers l’utilité du microscope polarisant dans le domaine minéralogique, étudia les modifications de l’écartement des axes optiques des cristaux biaxes sous l’effet de la chaleur, et qualifia de “pyrognomiques” certains minéraux capables de devenir incandescents à une température déterminée. Des Cloizeaux rédigea un Manuel de minéralogie (1862-1893) conçu pour être une œuvre exhaustive, mais qui resta malheureusement inachevé. Enfin, il participa activement à la création de la Société française de minéralogie en 1878.

Bibliographie

Lacroix (Alfred), “A. Des Cloizeaux”, Bulletin de la Société française de Minéralogie, vol. 20, no 8, 1897, pp. 259-287.

Lacroix (Alfred), “A. Des Cloizeaux. Notice nécrologique”, Nouvelles Archives du Muséum, 3e série, 1897, vol. 9, pp. 15-26.

Orcel (Jean), “Les Sciences minéralogiques”, in Taton (René), Histoire générale des sciences, t. 3 : La Science contemporaine, vol. 1 : Le XIXème siècle, Paris : PUF, 1961, pp. 343-370.

Taylor (Kenneth), “Des Cloizeaux, Alfred Louis Olivier Legrand”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1971, vol. 4, pp. 65-67.

PJ

DESFONTAINES René-Louiche [René, Jean, Louiche sieur dit]

né le 14 février 1750 au hameau des Fossés, commune de Tremblay (Ille-et-Vilaine), mort le 16 novembre 1833 à Paris
professeur en Botanique au Jardin du roi, puis chaire de Botanique dans le Muséum
Botanique

81René-Louiche Desfontaines, unique rejeton masculin d’un maître fileur nanti par ailleurs de deux filles, vit le jour dans une famille de paysans aisés. Il fut poussé à l’échec lors de ses premières études par un mauvais pédagogue, si bien que ses parents découragés songeaient à en faire un mousse. Heureusement, un brillant cursus à partir de 1763 au lycée de Rennes rétablit la situation et le jeune garçon put monter en 1773 dans la capitale, afin d’y apprendre la médecine. Ne se découvrant aucun goût pour l’anatomie, qu’enseignait pourtant avec talent Félix Vicq d’Azyr* au Jardin royal, il se tourna vers la botanique, suivant les leçons d’Antoine-Laurent de Jussieu* et acquérant la protection de Louis Le Monnier*. Bachelier en médecine de la faculté de Paris, puis docteur de Reims en 1781, Desfontaines obtint son doctorat en médecine à Paris en 1782. Il devint l’année suivante adjoint-botaniste à l’Académie royale des sciences, ainsi que chargé – grâce à Le Monnier – d’une mission botanique en “Barbarie”. Parti de Marseille, le voyageur sillonna durant deux ans la Tunisie et l’Algérie, d’où il ramena un riche herbier, joint à des spécimens zoologiques.

82Desfontaines fut nommé en 1786 botaniste titulaire à l’Académie, puis professeur de botanique au Jardin royal. Pour cette dernière place, Le Monnier avait désiré démissionner en faveur de son jeune protégé, mais Georges-Louis Buffon* s’était d’abord refusé à donner toute garantie, laissant planer le doute durant deux jours avant de désigner finalement Desfontaines. Celui-ci traversa sans dommage les orages de la Révolution, car il montra les qualités d’un bon républicain, comme il devait montrer plus tard celles d’un bon bonapartiste. Lors de la création du Muséum en 1793, il fut le premier titulaire de la chaire de Botanique dans le Muséum, de même qu’il fut en 1808 le premier professeur de botanique de la faculté des sciences de Paris. Desfontaines devint aveugle à la fin de sa vie, mais il ne cessa pourtant pas de travailler, s’étant accoutumé à reconnaître les plantes au toucher. Il mourut dans la souffrance, des suites d’un catarrhe aigu.

83Ses biographes décrivirent Desfontaines sous les traits d’un homme bon, modeste, studieux et paisible. À l’amphithéâtre, il professait sans éclat, mais avec clarté. Il intercéda, durant la Révolution, en la faveur de deux de ses collègues naturalistes emprisonnés et fréquenta régulièrement au Jardin des plantes la maison d’André Thouin*. Desfontaines épousa à l’âge de soixante-quatre ans une belle aide-jardinière de dix-huit printemps, Angélique-Françoise Perosset, qui donna naissance à une petite fille. Malheureusement, la jeune femme sombra peu après dans la folie.

84Le grand mérite de Desfontaines fut de rendre la botanique utile et accessible à tous, ainsi que de relier la systématique à la physiologie végétale. Il publia en 1796 un Mémoire sur l’organisation des Monocotylédons, ou Plantes à une feuille séminale, dans lequel il montrait que les organes extérieurs – tiges, feuilles – reflétaient l’anatomie interne de la graine – présence d’un ou de deux cotylédons. Sa seconde œuvre majeure fut sa Flora atlantica (1798-1800) – Flore de l’Afrique du Nord – en trois volumes, contenant la description de plus de mille espèces, dont trois cents inconnues jusque-là. Dans son dernier travail, intitulé Expériences sur la fécondation artificielle des plantes (1831), Desfontaines confirma l’existence d’une reproduction sexuée chez les végétaux supérieurs.

85Il acclimata en France diverses plantes ramenées de son voyage, comme le blé dur ou l’orge à six rangs. De plus, il consacra une grande partie de son travail au Muséum à l’organisation d’un herbier général et de collections de végétaux vivants. Son Tableau de l’École de botanique (1804), ainsi que quatre catalogues des plantes du Jardin, témoignent de ces efforts. Desfontaines donna au Muséum des leçons qui attirèrent de très nombreux auditeurs. Son cours se composait de deux parties : la première consacrée à l’organographie et la physiologie végétale, la seconde à la description des familles, genres et espèces. Cette division originale, introduite par le botaniste dès 1786, fit école par la suite. Enfin, Desfontaines légua au Muséum son herbier classique de Barbarie.

DESFONTAINES R.-L. Iris stylosa Desfontaines, issu de : Desfontaines (René-Louiche), Flora Atlantica, Paris : [s.n.], an VI (1798), t. 1, pl. 5. Gravure de Sellier, dessin de Marechal.

Bibliographie

Candolle (Augustin-Pyramus de), “Notice historique sur la vie et les travaux de M. Desfontaines”, Annales des Sciences naturelles. Botanique, 2e série, vol. 1, 1834, pp. 129-151.

Chevalier (Auguste), La Vie et l’œuvre de René Desfontaines fondateur de l’herbier du Muséum. La carrière d'un savant sous la Révolution, Paris : Muséum national d’histoire naturelle, 1939, 264 p.

Crestois (Paul), L'Enseignement de la botanique au Jardin royal des plantes de Paris, thèse de doctorat d’université en pharmacie, Strasbourg : faculté de pharmacie, 1953, 132 p.

Drouin (Jean-Marc), “Collecte, observation et classification chez René Desfontaines (1750-1833)”, in Blanckaert (Claude), Cohen (Claudine), Corsi (Pietro), Fischer (Jean-Louis) (sous la dir.), Le Muséum au premier siècle de son histoire, Paris : Muséum national d’Histoire naturelle, 1997, pp. 263-276 (Archives).

Flourens (Pierre), “Éloge historique de R. Louiche Desfontaines. Lu à la séance publique du 11 septembre 1837”, in Recueil des éloges historiques lus dans les séances publiques de l’Académie des sciences, Paris : Garnier Frères, 1856-1862, pp. 177-205.

PJ

DESHAYES Gérard, Paul

né le 15 mai 1795 à Nancy (Meurthe-et-Moselle), mort le 9 juin 1875 à Boran-sur-Oise (Oise)
chaire d’Histoire naturelle des Mollusques, des Vers et des Zoophytes
Malacologie, Paléontologie

86Deshayes était le fils d’un professeur de physique et chimie à l’école centrale de Nancy. Il commença en 1819 à Strasbourg des études de médecine, qu’il abandonna peu après être monté en 1820 dans la capitale. Devenu bachelier ès lettres en 1821, le jeune homme se consacra à l’étude de l’histoire naturelle, essentiellement la malacologie et la géologie. Puis, il donna des cours privés de géologie assortis de démonstrations pratiques sur le terrain, qui furent suivis par de futures célébrités, comme Adolphe d’Archiac* ou Léonce Élie de Beaumont. En 1839, il fut membre d’une mission pour l’exploration de l’Algérie dirigée par Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent. Deshayes explora de 1840 à 1842 le littoral et les fonds marins de la récente colonie française, amassant un nombre considérable d’échantillons. Il s’était constitué peu à peu une remarquable collection malacologique – recélant des spécimens aussi bien actuels que fossiles–, quand les circonstances le contraignirent à vendre le tout au ministère des Travaux publics pour l’École des mines. En 1869, Deshayes succéda à Henri de Lacaze-Duthiers* comme titulaire de la chaire d’Histoire naturelle des Mollusques, des Vers et des Zoophytes du Muséum. Le fait d’être entré dans l’établissement à soixantedix ans passés ne l’empêcha pas de déployer une intense activité, malgré l’affection cardiaque dont il se trouvait atteint. Il dut aller se reposer en Provence au cours de l’hiver 1873-1874, puis mourut l’année suivante après une agonie de trois jours. Il s’éteignit dans la région qui avait vu se dérouler ses premières recherches paléontologiques.

87Grand travailleur, sachant encourager les débutants, Deshayes fut décrit comme un homme intègre, détesté de certains de ses collègues pour avoir dénoncé le cumul des fonctions publiques. Sa maison était un lieu de science réputé, où se réunissaient régulièrement plusieurs naturalistes. Il avait eu une fille de son mariage avec Claire Bauzail.

88Deshayes contribua puissamment au développement de la malacologie, grâce à sa double compétence de zoologiste et de paléontologue, qui lui permit de dresser une remarquable vue d’ensemble de sa discipline. Son œuvre Compte De Nombreux articles, ouvrages ou mémoires. Parmi les seconds, il faut citer la Description des coquilles fossiles des environs de Paris (1824-1837) en trois volumes, l’Exploration scientifique de l'Algérie. Histoire naturelle des Mollusques (1844-1848), dont seules les vingt-cinq premières livraisons parurent, ainsi que la Description des animaux sans vertèbres découverts dans le Bassin de Paris (1860-1866) en cinq volumes. Deshayes participa à la fondation de la Société géologique de France, qu’il présida à plusieurs reprises. Enfin, il classa et mit en valeur les riches collections malacologiques amassées au Muséum par ses prédécesseurs.

Bibliographie

Crosse (Hippolyte), Fischer (Paul), “Nécrologie”, Journal de Conchyliologie, vol. 24, 1876, pp. 122-127.

Fischer-Piette (Édouard), “Histoire de la chaire de Malacologie. (Leçon inaugurale faite au Muséum le 22 novembre 1944)”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 16, no 6, 1944, pp. 385-404.

Tobien (Heinz), “Deshayes, Gérard Paul”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1971, vol. 4, pp. 67-68.

PJ

DESMAREST Eugène, Anselme, Sébastien, Léon

né le 31 mars 1816 à Paris, mort le 25 décembre 1889 à Paris
galeries d’anatomie comparée et d’anthropologie
Entomologie

89Fils d’un professeur de zoologie à l’école vétérinaire d’Alfort, Desmarest entra en 1840 au Muséum comme préparateur de la chaire d’Anatomie comparée. Il essuya entre 1869 et 1874 trois échecs dans ses tentatives pour obtenir un poste de garde des galeries ou d’aide-naturaliste. Finalement nommé garde des galeries d’anatomie comparée et d’anthropologie en 1877, il mourut presque vingt ans plus tard à son domicile de la rue Buffon. Desmarest avait épousé en 1852 Marie-Agathe Faulconnier, qui décéda avant lui.

90Secrétaire de la Société entomologique de France en 1838, le naturaliste occupa cette position durant plus de trente ans. Il dirigea les publications de la société et rédigea lui-même quelques notes. Par ailleurs, il participa à la partie entomologique de l’Encyclopédie d’histoire naturelle.

Source

Documents Muséum (d’après les archives d’É.-R. Brygoo).

PJ ERB

DESMOULINS Jean, Baptiste, Simon, Ferdinand

né vers 1735 au Tremblay (Maine-et-Loire), mort le 17 novembre 1803 à Paris
chaire de Zoologie (Insectes, Vers et Animaux microscopiques), puis de Zoologie (Mammifères et Oiseaux)
Muséologie, Peinture, Zoologie

91Recruté en 1794 par Jean-Baptiste de Lamarck* comme aide-naturaliste au Muséum, Desmoulins semble avoir ensuite permuté avec Louis Dufresne*, car il fut attaché le 24 messidor an VI (12 juillet 1798) au laboratoire d’Étienne Geoffroy Saint-Hilaire*. Il mourut au Jardin des plantes en 1803, laissant sa veuve dans la misère avec deux enfants. Heureusement, l’Assemblée des professeurs de l’établissement accorda une aide financière à la famille de Desmoulins. Celui-ci fut un peintre et dessinateur animalier de talent, qui prépara notamment une collection d’oiseaux achetée par le duc de Montmorency.

Source

Documents Muséum (d’après les archives d’É.-R. Brygoo).

PJ ERB

DESNOYERS Jules, Pierre, François, Stanislas

né le 9 octobre 1800 à Nogent-le-Rotrou (Eure-et-Loir), mort le 1er septembre 1887 à Nogent-le-Rotrou chaire de Géologie, puis Bibliothèque
Archéologie, Bibliographie, Géologie, Histoire

92Fils de propriétaire, Desnoyers suivit au collège de Falaise un cursus secondaire qui le conduisit de la cinquième à la rhétorique. Il obtint en 1821, après une interruption de ses classes pour raison de santé, son baccalauréat ès lettres, puis alla s’initier simultanément au droit et aux sciences naturelles dans la capitale. Devenu secrétaire de la Société d’histoire naturelle de Paris en 1825, Desnoyers entra cinq ans plus tard à la Société géologique de France, où il assuma très vite les mêmes responsabilités. Il professa de 1830 à 1831 un cours d’archéologie médiévale à l’Athénée, avant de remplacer en 1833 François Regley* au Jardin des plantes, comme aide-naturaliste dans la chaire de Géologie de Louis Cordier*. En 1834, Desnoyers prit la succession de Joseph Deleuze* à la direction de la bibliothèque du Muséum et fut le premier secrétaire de la Société d'histoire de France nouvellement créée sous l’impulsion de François Guizot. Desnoyers, qui se trouva admis au sein de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1862, vit la fin de son existence assombrie par des deuils familiaux, ainsi que par la maladie. Il mourut dans son château de l’Aunay, situé sur la commune où il était venu au monde.

93Doté d’une physionomie expressive, Desnoyers laissa le souvenir d’un érudit, aimable, scrupuleux à l’extrême et aimant aider de ses conseils les débutants. Ce collectionneur passionné réunit pour son propre compte des ouvrages de valeur, qui échurent après sa mort à la Bibliothèque nationale. Desnoyers eut la chance de bénéficier d’un confortable patrimoine foncier. Marié en 1830 à Aglaé Target, il eut deux garçons et deux filles. Son second fils mourut durant la guerre de 1870, tandis que sa fille cadette – épouse d’Alphonse Milne-Edwards* – décéda en 1887.

94À la fois historien et naturaliste, Desnoyers bâtit une œuvre originale, bien qu’ayant peu publié. Il s’intéressa à divers aspects de la géologie ou de la paléontologie, contribuant notamment à élaborer la classification des terrains tertiaires et à préciser l’ancienneté de l’Homme. Dans ce cadre peuvent être cités les Observations sur un ensemble de dépôts marins plus récents que les terrains tertiaires du bassin de la Seine et constituant une formation géologique distincte, précédées d’un aperçu de la non-simultanéité des bassins tertiaires (1828) et les Recherches géologiques et historiques sur les cavernes à ossements de Mammifères fossiles (1845). Il étudia en histoire la suppression du paganisme dans l’Empire romain d’Occident après Constantin, puis les invasions arabes, avant de se focaliser sur le passé de son pays, comme l’indique sa Topographie ecclésiastique de la France (1854-1862) en deux volumes. Enfin, Desnoyers déploya pendant plus de cinquante ans un zèle considérable à la bibliothèque du Muséum : il fit passer le nombre des volumes de trente mille à cent vingt mille, portant le nombre des dessins à dix-huit mille et celui des cartes, et des manuscrits à deux mille.

Bibliographie

Bréal (Michel), Frémy (Edmond), Delisle (Léopold), Funérailles de M. Desnoyers. Institut de France. Académie des inscriptions et belles-lettres, Paris : Firmin-Didot, 1887, 15 p.

Gaudry (Albert), “Séance générale annuelle du 5 avril 1888”, Bulletin de la Société géologique de France, 3e série, vol. 16, 1887-1888, pp. 455-456.

Marot (Pierre), “Discours de M. Pierre Marot, président de la Société de l’histoire de France pendant l’exercice 1962-1963”, Annuaire et Bulletin de la Société d’Histoire de France, 1962-1963, 1964, pp. 49-81.

PJ ERB

DEVIN Claude

né le 5 janvier 1927 à Valentigney (Doubs)
chaire de Physique végétale, puis de Biophysique
Biophysique, Chimie

95Bachelier de la série mathématique en 1945, Devin obtint à l’université de Besançon sa licence ès sciences physiques en 1948, puis un diplôme d’études supérieures de sciences physiques en 1950. Il exerça à la faculté des sciences de la cité franc-comtoise les fonctions d’assistant (1949-1958) et de chef de travaux (1958-1959) dans la chaire de Chimie générale. Ayant soutenu sa thèse de doctorat ès sciences physiques en 1960, Devin entra au Muséum le 19 août de la même année, comme sous-directeur de la chaire de Physique végétale – rebaptisée “Biophysique” en 1962. Il quitta le Muséum avant 1967, pour rejoindre le laboratoire de Chimie générale de la faculté des sciences de Besançon où s’acheva sa carrière universitaire.

96Devin œuvra dans les domaines de la chimie (minérale ou organominérale) et, plus accessoirement, de la biophysique. Il consacra ses premiers travaux à l’étude des propriétés adsorbantes du phosphomolybdate d’ammonium et de la réactivité des tétrachlorures d’éléments du groupe IV de la classification périodique sur le chlorure de nitrosyle et les arylacétonitriles. Après quelques investigations de biophysique macromoléculaire au début des années 1960, Devin revint à la chimie : il s’intéressa alors principalement à des réactions impliquant le chlorure de nitrosyle et à la synthèse de dérivés organominéraux du titane ou de l’étain. Pour l’étude de ces derniers, il utilisa des techniques physiques d’analyse (cryoscopie, spectroscopie infrarouge ou Raman, diffraction des rayons X). Citons, parmi les publications de Devin, rédigées pour la plupart en collaboration : Sur les propriétés adsorbantes du phosphomolybdate d’ammonium (1958), Contribution à l’étude des tétrachlorures des éléments du quatrième groupe : préparation et propriétés des complexes qu’ils forment avec le chlorure de nitrosyle et les arylacétonitriles (1960), Fractionnement par moussage des solutions aqueuses d’alcool polyvinylique (1962), Nouvelle méthode de concentration des pollens dans les sédiments pauvres par microfloltation (1963), Préparation de quelques chlorures alcanoates de titane. Action du chlorure de nitrosyle (1967), Sur la préparation du nitrite de lithium en milieu non aqueux (1972), Molecular Complexes Obtained by the Action of Titanium (IV) Chloride on some Ketones. An Infrared Spectroscopic Study (1977), Novel Orgcnotin Compounds from the Reactions of p-Alkylphenoxysilanes and Tin Tetrachloride. Synthesis, Physical Properties and X-Ray Crystal Structure of [RC6H4O]4 Sn3 C18 (RCH3) (1985) et One-Step Synthesis of Novel Adducts and Flavonoids from the Reaction of Tin (IV) Chloride with p-Tolylacetate. Structural Study of 4, 6, 3’-Trimethyl-6’-Hydroxyflavylium Chloride Dihydrate (1986).

Bibliographie

Devin (Claude), Notice sur les titres et travaux scientifiques, 13 p. dactylographiées (fonds cryptogamie du Muséum national d’histoire naturelle).

PJ

DIONIS Pierre

né en 1643 à Paris, mort le 11 décembre 1718 à Paris
démonstrateur suppléant en anatomie et chirurgie au Jardin du roi
Anatomie, Chirurgie

97Fils d’un menuisier des bâtiments du roi, Dionis fit ses études de chirurgie à la confrérie de Saint-Côme, avant de devenir “chirurgien du roi servant par quartiers”. Il suppléa de 1673 à 1680 François Cureau de La Chambre* dans son enseignement pratique d’anatomie et chirurgie du Jardin royal. Dionis exécuta alors, avec beaucoup de succès, des dissections et démonstrations publiques pour illustrer le cours théorique de Pierre Cressé*. À la suite de son départ du Jardin royal, il occupa différentes charges de cour : d’abord chirurgien de la reine Marie-Thérèse d’Autriche, il devint ensuite chirurgien de la dauphine Marie-Anne-Victoire de Bavière, chirurgien consultant des armées royales commandées par le duc de Bourgogne, chirurgien de la dauphine Marie-Adélaïde de Savoie, avant que Louis XIV ne le nomme en 1712 premier chirurgien des enfants de France. Dionis exerça la fonction d’accoucheur de la duchesse de Berry en 1713 et fut appelé au chevet de son roi agonisant en 1715. Il mourut trois ans plus tard à l’âge de soixante-quinze ans.

98Décrit comme un homme aux connaissances étendues, ouvert aux idées nouvelles, Dionis professait avec clarté et précision. Il s’était marié avec Marie-Madeleine Duval, dont il avait eu neuf enfants : cinq filles et quatre garçons.

99Spécialiste de l’anatomie et de la chirurgie humaine, Dionis défendit les idées de William Harvey sur la circulation du sang. Il ne fit aucune découverte originale, mais il rédigea grâce à son expérience pratique deux ouvrages qui connurent une grande faveur : l’Anatomie de l’homme suivant la circulation du sang et les dernières découvertes (1690) – édité dans de nombreuses langues, même en tartare – et le Cours d’opérations de chirurgie démontrées au Jardin royal (1707). Parmi ses autres publications figurent Dissertation sur la mort subite, avec l’histoire d’une fille cataleptique (1709), ainsi que Traité général des accouchements, qui instruit de tout ce qu’il faut faire pour être habile accoucheur (1718). L’enseignement pratique de Dionis au Jardin royal attirait régulièrement de quatre à cinq cents auditeurs. Il exposait d’abord l’anatomie (dix-huit séances), puis les opérations de chirurgie (dix séances), en tenant compte des découvertes les plus récentes. Par ailleurs, il illustrait ses exposés avec des cas qu’il avait personnellement traités.

DIONIS P. – Page de titre de : Dionis (Pierre), L'Anatomie de l'Homme suivant la circulation du sang, et les dernières découvertes. Démontrée au Jardin royal, 2e éd., Paris : chez Laurent d’Houry, 1694.

Bibliographie

Hamy (Ernest-Théodore), “Recherches sur les origines de l’enseignement de l’anatomie humaine et de l’anthropologie au Jardin des plantes”, Nouvelles Archives du Muséum, 3e série, vol. 7, 1895, pp. 1-30.

Laissus (Yves), “Le Jardin du roi”, in Taton (René) (sous la dir.), Enseignement et diffusion des sciences en France au XVIIIème siècle, Paris : Hermann, 1964, pp. 287-341.

PJ

DOLOMIEU Déodat de [Dieudonné, Guy, Sylvain, Tancrède de GRATET DE DOLOMIEU dit]

né le 23 juin 1750 à Dolomieu (Isère), mort le 16 novembre 1801 à Châteauneuf (Saône-et-Loire)
chaire de Minéralogie
Géologie, Minéralogie

100Dolomieu, qui était le cadet des onze enfants du marquis François de Gratet, reçut une éducation rudimentaire. Le jeune garçon s’initia seul aux sciences de la nature, grâce à des promenades dans les Alpes. Destiné dès l’âge de deux ans à l’ordre des chevaliers de Malte, Dolomieu inaugura en 1764 sa carrière de moine-soldat. Celle-ci débuta mal : ayant occis en 1768 l’un de ses camarades lors d’un duel, le jeune homme dut subir un emprisonnement de neuf mois, qu’il mit à profit pour étudier les sciences physiques. Dolomieu fut envoyé au début des années 1770 en garnison à Metz, où il approfondit sa culture scientifique sous le tutorat de l’apothicaire-major Jean-Baptiste Thirion. Il devint aussi l’ami du duc Alexandre de La Rochefoucauld, lequel encouragea son goût naissant pour la minéralogie et favorisa son élection en 1778 comme correspondant de l’Académie royale des sciences.

101Entre-temps, Dolomieu avait effectué un périple géologique à travers la Bretagne – où il expérimenta sur la pesanteur–, les Alpes, la Sicile – où il observa l’Etna –, ainsi que l’Italie – tout spécialement dans la région du Vésuve. Il eut l’occasion de rencontrer Louis Daubenton* et Barthélémy Faujas de Saint-Fond* à Paris en 1776. Il partit au Portugal comme secrétaire du prince Camille de Rohan en 1778, devint chevalier de Malte la même année, capitaine en 1779, puis commandeur en 1780. Dès lors, il se consacra surtout à des voyages d’études, parcourant tour à tour la Sicile, les îles Lipari, les Pyrénées, les Alpes, créant un observatoire astronomique à Malte et réunissant une splendide collection de minéraux. Dolomieu fut nommé lieutenant maréchal de l’ordre de Malte en 1783. Il quitta ses coreligionnaires en 1791 à la suite de quatre ans de procès, après avoir dévoilé les intrigues du royaume de Naples et s’être opposé au Grand maître. Tous ces événements lui attirèrent beaucoup d’ennemis. Dolomieu fut d’abord un chaud partisan de la Révolution, dont il s’éloigna entre 1792 et 1794, à la suite de l’assassinat de son ami La Rochefoucauld. Il connut alors une période financière difficile, ayant perdu la plus grande partie de ses biens comme de ses proches. Heureusement, il fut nommé professeur d’histoire naturelle des écoles centrales de Paris en 1794, puis inspecteur du corps des Mines nouvellement créé en 1795. Devenu membre de l'Institut en 1796, Dolomieu se vit confier la même année l’enseignement de la géographie physique à l’École des mines et il appartint à la Commission des sciences et des arts. Il fit à cette époque un voyage dans le sud de la France, ainsi que dans les Alpes.

102Dolomieu partit en 1798 pour l’Égypte, avec l’expédition de Bonaparte. Lors de la prise de Malte, survenue au cours du voyage, il fut chargé à son grand déplaisir de négocier la reddition de ses anciens compagnons. Il devint ensuite membre de l’Institut d’Égypte et se livra à de nombreuses études sur place, vérifiant notamment sa théorie relative à la formation du delta du Nil. Il quittait le pays des pharaons pour raison de santé, en mars 1799, lorsqu’une tempête contraignit son navire à faire escale à Tarente. Or, la France se trouvait alors en guerre contre le royaume de Naples. Dolomieu, arrêté avec ses compagnons, fut transféré seul à Messine où il devait rester incarcéré dans un cachot infect pendant vingt et un mois. Malgré ces conditions déplorables, il réussit à écrire sa Philosophie minéralogique sur les marges d’un livre, avec un éclat de bois noirci à la fumée d’une lampe. Louis Daubenton mourut durant cette période, laissant vacante la chaire de Minéralogie du Muséum, laquelle fut immédiatement attribuée à Dolomieu au début de l’année 1800. Dans l’attente de la libération du prisonnier, son intérim fut assuré par René-Just Haüy*. De nombreux intellectuels se mobilisèrent alors, sous l’impulsion de Louis Cordier*, pour faire relâcher le géologue, qui retrouva finalement la liberté après la bataille de Marengo, grâce à un article spécial du traité de paix. Dolomieu, une fois revenu en France, commença ses cours au Muséum. Mais sa santé était profondément altérée par les épreuves qu’il avait subies : après un dernier voyage dans les Alpes, il mourut d’une fièvre aiguë au mois de novembre 1801, chez sa sœur qui habitait Châteauneuf en Saône-et-Loire.

103Mince, voûté, Dolomieu mesurait près de deux mètres. Il se trouva décrit comme un personnage droit, énergique, bienveillant, à la conversation passionnante. Dolomieu, qui menait une existence dénuée de confort, ne se maria jamais, conformément aux règles de l’ordre de Malte. Cependant, il fit des conquêtes féminines et eut pour amie très chère la fille de Thirion, dont il était tombé amoureux dans sa jeunesse. Dolomieu entretint des relations amicales ou scientifiques avec de nombreuses personnalités de son temps, comme Antoine Lavoisier, Condorcet, Anne Turgot, Joseph Lalande, Étienne de Lacepède* ou Nicolas de Saussure.

104Dolomieu élabora une œuvre à la fois minéralogique et géologique. En géologie, ses principales recherches portèrent sur les volcans, leurs produits, sur les tremblements de terre, ainsi que sur la formation des montagnes, en particulier des Alpes. Concernant ce dernier thème, il eut recours à la notion de chevauchement, ébauche de la future théorie des charriages. Il fut, par ailleurs, un partisan modéré du “vulcanisme”, lequel expliquait selon lui divers phénomènes, comme la formation du basalte. Mais, toujours selon Dolomieu, le rôle des eaux – exagéré dans le “neptunisme” – ne devait pas être sous-estimé en géologie. Dans le domaine de la minéralogie, il montra que l’espèce doit se définir à la fois par une “existence chimique”, liée à la constitution de la “molécule intégrante” d’Haüy et une “existence physique”, définie par un état de cohésion, d’agrégation. Le minéralogiste doit donc recourir à des connaissances chimiques. Dolomieu, qui fit connaître l’anthracite comme combustible, s’intéressa à la nomenclature des roches, ainsi qu’à l’huile de pétrole tirée du quartz. Il décrivit de nouveaux minéraux, tels le béryl, la leucite, le pyroxène ou le carbonate double de chaux et de magnésie, auquel Nicolas de Saussure donna en 1792 le nom de Dolomie. Le terme géographique de “Montagne des Dolomites”, créé en 1876, rend également hommage à celui qui fut l’un des pères de la géologie alpine.

105L'œuvre de Dolomieu nous est parvenue sous la forme de nombreux articles et de quatre ouvrages, parmi lesquels nous citerons : Sur les basaltes du Portugal (1778), Voyages aux îles Lipari faits en 1781, ou Notice sur les îles Éoliennes pour servir à l’histoire des volcans (1783), Mémoire sur les tremblements de terre de la Calabre pendant l’année 1783 (1784), Mémoire sur les îles Ponces et catalogue raisonné des produits de l’Etna, pour servir à l’histoire des volcans (1788), Description du béryl (1796), Sur la couleur comme caractère des pierres et sur les tourmalines blanches du Saint-Gothard (1798), ainsi que Sur la philosophie minéralogique, et sur l’espèce minéralogique (1801) – écrit pendant ses vingt et un mois de captivité. Par ailleurs, il souligna la nécessité de protéger le patrimoine monumental pendant la Révolution et la campagne d’Égypte. Les collections de minéraux de Dolomieu furent réparties après sa mort entre l’École des mines et le Muséum.

TABLEAU METHODIQUE DES PRODUCTIONS DE L'ETNA.

TABLEAU METHODIQUE DES PRODUCTIONS DE L'ETNA.

DOLOMIEU D. de – Tableau méthodique des productions de l’Etna, issu de : Dolomieu (Déodat de), Mémoire sur les îles Ponces et catalogue raisonné des produits de l'Etna..., Paris : chez Cuchet, 1788, p. 512.

Bibliographie

Bourrouilh-Le Jan (Françoise), “Déodat de Gratet de Dolomieu (1750-1801), vie et œuvre d’un géologue européen, naturaliste et lithologiste”, Comptes Rendus de l’Académie des Sciences, Sciences de la Terre et des Planètes, no 330, 2000, pp. 83-95.

Bourrouilh-Le Jan (Françoise), “Dolomieu, gentilhomme géologue”, Pour la Science, no 289, 2001, pp. 8-11.

Cap (Paul-Antoine), Le Muséum d’histoire naturelle, Paris : Curmer, 1854, pp. 48-49 et 72.

Lacroix (Alfred), Déodat Dolomieu, membre de l’Institut national (1750-1801). Sa correspondance, sa vie aventureuse, sa captivité, ses œuvres, Paris : Librairie académique Perrin, 1921, 2 tomes, 255 p. et 322 p.

Orcel (Jean), “Histoire de la chaire de Minéralogie du Muséum national d’histoire naturelle”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 10, 1938, pp. 328-354.

Taylor (Kenneth), “Dolomieu, Dieudonné (called Déodat) de Gratet de”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1971, vol. 4, pp. 149-153.

PJ

DONZELOT Pierre, Victor, Edmond

né le 29 juin 1901 à Valentigney (Doubs), mort le 26 octobre 1960 à Lyon (Rhône)
chaire de Physique végétale
Biophysique, Physique

106Pierre Donzelot, qui était le fils d’un secrétaire de mairie, fit de solides études primaires, achevées par le cours supérieur et le cours complémentaire. Puis, il devint boursier au lycée de Besançon, dont il sortit bachelier en 1920. Ayant perdu ses parents alors qu’il venait d’achever en 1921 une année de mathématiques spéciales à Nancy, le jeune homme partit en 1922 pour Paris, où il suivit les cours de la Sorbonne tout en travaillant la nuit, afin de payer ses études. Donzelot réussit aux certificats d’études supérieures de mathématiques et de physique générales, mais, exténué par le régime auquel il s’était soumis, il contracta en 1924 une tuberculose jugée fatale. Heureusement, un retour dans son Jura natal où sa sœur lui prodigua ses soins lui permit de guérir au prix de longs mois d’alitement. Donzelot acheva sa licence par un certificat de chimie générale en 1926, fut aussitôt nommé professeur suppléant de chimie minérale à l’école préparatoire de médecine et de pharmacie de Besançon et exerça dès 1927 les fonctions d’assistant de physique à la faculté des sciences de la ville. Désireux de devenir professeur au sein d’une faculté de pharmacie, le jeune universitaire accomplit son stage préliminaire en officine de 1926 à 1927, puis valida ses trois premières années d’études pharmaceutiques de 1929 à 1930. Il obtint de surcroît un diplôme d’études supérieures en 1929. Donzelot quitta en 1930 Besançon pour Nancy, où il accomplit sa quatrième année de pharmacie et se vit offrir par le doyen un poste d’assistant titulaire de physique, chargé de cours et de travaux pratiques.

107Devenu pharmacien en 1931, puis agrégé de sciences physiques un an plus tard, Donzelot soutint en 1936 sa thèse de doctorat ès sciences, qui lui permit d’être nommé en 1937 professeur de chimie physique à la faculté des sciences de Nancy. Le pharmacien participa au début de la seconde guerre mondiale à des travaux pour l’état-major français. De 1940 à 1941, il se trouva contraint par l’occupation allemande d’aller enseigner à la faculté des sciences de Poitiers, mais il put revenir en 1942 à Nancy comme directeur de l’École nationale supérieure des industries chimiques. Donzelot s’engagea alors activement dans la Résistance, sauvant nombre de ses élèves du STO. Après la Libération, il occupa des postes administratifs importants : maire de Nancy de 1944 à 1946, recteur de l’académie de cette ville de 1946 à 1948, directeur général de l’enseignement supérieur de 1948 à 1953, membre du directoire du CNRS de 1949 à 1953, membre du conseil scientifique du Commissariat à l’énergie atomique durant la même période, représentant permanent des universités françaises aux États-Unis de 1953 à 1956 et enfin directeur général de l’équipement scolaire, universitaire et sportif en 1956. Donzelot, dont la santé avait été mise à rude épreuve et qui désirait reprendre sa carrière scientifique, bénéficia de l’appui amical de Roger Heim* pour devenir en 1959 professeur de physique végétale au Muséum. Un an plus tard, il mourait brusquement à Lyon, foudroyé par une crise cardiaque.

108Simple, cordial, parfois un peu bourru, Donzelot fut décrit par ses biographes comme le type même de l’homme d’action, vivant à toute allure. Il aimait se battre pour des causes justes et se montrait ennemi de la routine, ainsi que de l’erreur. Par ailleurs, il savait communiquer à ses étudiants sa passion pour la science. Donzelot laissa le souvenir d’un administrateur habile, qui pouvait s’appuyer sur une mémoire infaillible. De son mariage, avec une jeune institutrice nommée Lucie Greys en 1926, naquit une fille.

109Donzelot œuvra dans les domaines de la physique, de la chimie physique, ainsi que de la biophysique. Il étudia l’emploi des cellules photoélectriques pour la détermination des structures moléculaires par spectrophotométrie visible, les grandes résistances, les lampes bigrilles et la vision des objets en mouvement. Par ailleurs, Donzelot s’intéressa à l’analyse spectrale (infrarouge, ultraviolette, Raman), qu’il appliqua à l’étude de la structure de différents composés. Il initia enfin des recherches sur la photoluminescence, la bioluminescence et les propriétés physico-chimiques des eaux thermales ou de boisson. Parmi une cinquantaine de ses publications scientifiques figurent : Recherches expérimentales sur les spectres Raman et les spectres d’absorption infrarouges : applications à la structure des molécules (1936) et Les Cellules photoélectriques (1936).

Bibliographie

Anonyme, Hommage à Pierre Donzelot, ICN-ENSIC, Nancy, 7 mai 1966, Nancy : Berger-Levrault, 1967, 40 p. Anonyme, Pierre Donzelot, Paris : impr. Mazarine, 1960, 35 p.

Heim (Roger), “Pierre Donzelot (1901-1960)”, Revue de l’Enseignement supérieur, no 4, 1960, pp. 13-15.

Labrude (Pierre), “Les ‘années pharmaceutiques’ du professeur Pierre Donzelot (Besançon, Nancy, 1925-1947)”, Revue d’Histoire de la Pharmacie, vol. 46, no 319, 1998, pp. 293-302.

PJ

DORST Jean, Pierre

né le 7 août 1924 à Brunstatt (Haut-Rhin), mort le 8 août 2001 à Paris
chaire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux)
Biogéographie, Écologie, Mammalogie, Ornithologie

110Dorst, qui était fils d’industriel, vit le jour près de Mulhouse. Bachelier en 1941, puis titulaire du certificat de sciences physiques, chimiques et biologiques en 1943, il obtint deux ans plus tard sa licence de sciences naturelles à la faculté de Paris. Le jeune homme avait commencé à fréquenter dès 1942 le laboratoire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux) du Muséum, où devait se dérouler toute sa carrière. Mais auparavant, il entra en 1945 comme stagiaire de pathologie végétale à l’Office de la recherche scientifique coloniale, étudiant les techniques microscopiques, l’histologie, la mycologie avec Roger Heim*, ainsi que la microbiologie à l’Institut Pasteur. Dorst devint en 1947 l’assistant d’Édouard Bourdelle* au sein de la chaire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux), s’y trouva délégué dans les fonctions de sous-directeur en 1949 – date de la soutenance de son doctorat ès sciences–, fut titularisé dans son grade en 1950 et prit la succession de Jacques Berlioz* à la tête du service en 1964. À partir de 1951, il entama une série de missions à l’étranger, patronées par des organismes nationaux ou internationaux, qui lui firent parcourir toutes les régions du globe. Dorst devint membre de l’Académie des sciences en 1973, dirigea le Muséum de 1976 à 1985 et prit sa retraite en 1989 – mais maintenu en surnombre. Il s’éteignit à l’âge de soixante-dix-sept ans. Dorst possédait des talents d’écrivain et de conférencier. Il avait épousé successivement Marguerite Larpent en 1947, Éliane Gherardi en 1966, puis Colette Munier en 1985.

111Dorst fut un naturaliste de laboratoire et de terrain. Au début de sa carrière, il conduisit des investigations anatomiques et taxonomiques sur les Chiroptères, ainsi que sur les Oiseaux. Il effectua notamment une analyse des phénomènes optiques localisés dans le plumage des Trochilidés. Puis, Dorst s’orienta vers l’étude des relations existant entre les Vertébrés supérieurs et leur milieu, essentiellement dans les zones tropicales. Il s’intéressa surtout, selon ce second axe de recherches, aux régions andines de l’Amérique du Sud, sans négliger pour cela divers pays, comme les îles Galapagos ou le Kenya. Dorst récolta, à la faveur de ses expéditions sur le terrain, un grand nombre d’observations originales concernant la systématique, la biogéographie, les écosystèmes de l’extrême ou la biologie d’espèces mal connues. Enfin, il se préoccupa beaucoup de la conservation et de la protection de la nature. Parmi plus de deux cents publications dues à la plume du naturaliste figurent : Biogéographie des Chiroptères malgaches (1948), Recherches sur la structure des plumes des Trochilidés (1950), The Migrations of Birds (1962), Guide des grands Mammifères d’Afrique (1972)-rédigé en collaboration avec Pierre Dandelot –, ainsi que divers ouvrages destinés au grand public, comme Avant que nature meure (1965), L'Amérique du Sud et L’Amérique centrale (1969) ou Les Oiseaux dans leur milieu (1972). Dorst écrivit également plusieurs chapitres pour la partie dévolue aux Mammifères du grand Traité de zoologie de Pierre-Paul Grassé.

112Au Muséum, Dorst enrichit grâce à ses missions les collections de Mammifères et d’Oiseaux. Il engagea dès 1972 l’établissement dans la réorganisation de la galerie de zoologie, un projet dont il avait indiqué la nécessité dès 1963. La “Grande galerie de l’Évolution” devait naître de cette impulsion.

Bibliographie

Académie des Sciences. Annuaire 2002, 85e éd., Paris, 2002, pp. 150-151.

Anonyme, “Jean Dorst (7 août 1924-8 août 2001)”, Mammalia, vol. 65, no 3, 2001, pp. I-II.

Dorst (Jean), “Notice sur les titres et travaux scientifiques”, Paris : impr. Grou-Radenez, 1972, 71 p. (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no 4 a 1195).

Érard (Christian), “In memoriam. Le professeur Jean Dorst (1924-2001)”, Bulletin de la Société zoologique de France, vol. 127, no 3, 2002, pp. 207-209.

Monod (Théodore), “Réception du professeur Jean Dorst”, Mondes et Cultures, vol. 42, no 2, 1982, pp. 243-248.

Rousseau (Michel), “Un naturaliste au Muséum et dans la nature”, Histoire de la Médecine, 20e année, 1970, pp. 1-44.

113PJ

DOUMENGE François, André, Jean, Marie

né le 9 octobre 1926
chaire d’Éthologie et conservation des espèces animales
Bio-économie, Biogéographie, Écologie, Pêche

114Doumenge, l’un des deux fils d’un percepteur, vint au monde dans une famille languedocienne où régnait le goût des voyages lointains. Il devint bachelier en 1943, après avoir suivi des études secondaires aux lycées de Roanne, Montpellier et Louis-le-Grand, fit deux années de droit, puis réussit sa licence de géographie en 1947. Reçu au certificat d’aptitude à l’enseignement des collèges en 1948, le jeune homme professa au collège de Paulhan jusqu’en 1953, obtenant un diplôme d’études supérieures de géographie en 1950 et l’agrégation dans la même discipline trois ans plus tard. Doumenge enseigna au lycée de Montpellier de 1953 à 1957, avant de débuter sa carrière universitaire à la faculté de lettres de la métropole languedocienne : assistant de géographie de 1957 à 1961, puis maître-assistant de 1961 à 1966, il fut enfin chargé d’une maîtrise de conférences de géographie en 1966. Durant cette période de sa vie, le chercheur eut l’occasion de travailler sous la direction de Georges Petit* au laboratoire maritime Arago de Banyuls-sur-Mer, de côtoyer des océanographes biologistes et de participer à la mission Singer-Polignac chargée d’étudier, sous l’égide du Muséum, les récifs coralliens de Nouvelle-Calédonie. Il exerça par ailleurs, de 1959 à 1977, les fonctions d’adjoint au maire de Montpellier, délégué aux affaires financières et rapporteur général du budget.

115Doumenge soutint sa thèse de doctorat d’État de géographie en 1966, fut nommé maître de conférences dans sa discipline à l’université d’Abidjan en 1967, au même poste à Montpellier en 1968, puis devint un an plus tard professeur de géographie tropicale et du sous-développement à l’université Paul Valéry de sa ville d’adoption. Détaché de 1971 à 1972 auprès de l’ONU dans le cadre du développement des ressources marines des îles du Pacifique Sud, le géographe revint à Montpellier avant sa nomination comme recteur de l’académie Antilles-Guyane en 1976. Il prit en 1979 la succession de Jacques Nouvel* à la tête de la chaire d’Éthologie des espèces sauvages, rebaptisée Éthologie et conservation des espèces animales, devint par la suite directeur de l’Institut océanographique de Monaco et se retira en 1989. Doumenge s’était marié en 1946 avec Lydie Sicard, dont il avait eu quatre fils, puis en 1981 avec Kiyoko Kanno.

116Géographe de formation, il témoigna dans son œuvre d’une approche très pluridisciplinaire. Il s’intéressa principalement aux problèmes biogéographiques, économiques, techniques et sociaux liés à la pêche ou à l’aquaculture marine. Dans ce cadre, Doumenge étudia divers milieux littoraux ou marins – situés par exemple en Italie, en France, au Japon ou dans le Pacifique Sud – exploités pour leurs ressources biologiques. Il s’orienta, après son entrée au Muséum, vers des préoccupations écologiques intégrant des besoins économiques, en particulier la protection des espèces animales sauvages, ainsi que des milieux littoraux ou insulaires. Parmi ses publications, citons Le Japon et l’exploitation de la mer (1961), Problèmes de la pêche en Méditerranée occidentale (1958), L'Homme dans le Pacifique Sud (1966) et Aspects géographiques de la protection des espèces animales sauvages et domestiques (1981). Au Muséum, Doumenge dirigea plusieurs structures rattachées à sa chaire : la ménagerie du Jardin des plantes, le Zoo de Vincennes, le Parc ornithologique de Clères, ainsi que la Réserve de la Haute-Touche à Azay-le-Ferron. Enfin, il créa le Parc zoologique de Montpellier, l’Institut de géographie tropicale de l’université d’Abidjan et plusieurs centres d’aquaculture expérimentale.

Bibliographie

Doumenge (François), Titres et travaux scientifiques, 1978, 31p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, n° ß 8836).

Doumenge (François), Titres et travaux scientifiques, 1981, 25 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, n° ß 8837).

PJ

DOUZOU Pierre, Jules, Louis

né le 25 août 1926 à Millau (Aveyron), mort le 19 juin 2000 à Paris
chaire de Physique végétale, de Biophysique, puis de Physico-chimie de l’adaptation biologique
Biochimie, Biologie moléculaire, Biophysique

117Pierre Douzou, fils d’un artisan peaussier, entra en 1947 à l’école du service de santé des armées de Lyon, dont il sortit quatre ans plus tard pharmacien et nanti d’un diplôme d’études supérieures en sciences physiques. Affecté avec le grade de lieutenant au laboratoire des Subsistances de l’Intendance de Paris, Douzou fut promu capitaine en 1956, puis il soutint en 1958 sa thèse de doctorat ès sciences préparée à l’Institut du Radium. Il travailla ensuite comme biologiste du Service de santé des armées dans un laboratoire du Val-de-Grâce. Placé horscadre en 1960, il entra alors comme chargé de recherche du CNRS dans la chaire de Physique végétale de Charles Sadron* au Muséum, où il fut nommé maître de conférences sous-directeur en 1962. Le service fut rebaptisé à cette époque Biophysique moléculaire. Douzou, qui avait accédé au grade de commandant en 1961, quitta le Jardin des plantes en 1965 pour devenir la même année maître de recherche du Service de santé des armées, titulaire de la chaire de Biochimie du Val-de-Grâce et en 1966 chef du service de biospectroscopie – créé par lui – à l’Institut de biologie physico-chimique. Dégagé de ses obligations militaires en 1971, le pharmacien fut nommé directeur de laboratoire à l’Ecole pratique des hautes études, avant de prendre la tête quatre ans plus tard d’une unité de recherche INSERM partiellement délocalisée à Montpellier. Douzou réintégra le Muséum en 1977, comme professeur titulaire de la chaire de Physico-chimie de l’adaptation biologique, entra à l’Académie des sciences en 1979 et présida l'INRA de 1989 à 1991. Il travailla jusqu’à son décès, survenu à l’âge de soixante-treize ans.

DOUZOU P. – Page de couverture de : Douzou (Pierre), La Saga des gènes, Paris : Odile Jacob, 1996, 105 p.

118Douzou laissa le souvenir d’un homme chaleureux, doté de sens critique et cultivant l’humour. Marié en 1950 avec Marguerite Le marchands, il fut père de deux filles, ainsi que de deux garçons.

119Douzou étudia d’abord les radicaux libres formés à la suite de l’irradiation de l’acide ascorbique, ainsi que la conductivité des milieux condensés supramoléculaires. Il effectua ensuite au Muséum des travaux concernant d’une part les propriétés électroniques de l’ADN, et d’autre part les molécules “photochromes”, des composés organiques capables de changer réversiblement de couleur lorsqu’ils sont irradiés. À partir de 1966, il élabora la partie la plus originale de son œuvre : se basant sur les “antigels” de certaines larves d’insectes, il fonda la “cryoenzymologie”, c’est-à-dire l’étude des réactions enzymatiques à basses températures (jusqu’à – 100 °C), dans des milieux hydro-organiques.

120De telles investigations rendirent possible la compréhension de divers mécanismes enzymatiques, la radiocristallographie des complexes enzymes-substrats, l’isolement chromatographique d’enzymes membranaires ou de complexes enzymes-substrats, ainsi que l’étude du contrôle ionique des réactions biochimiques. Après son retour au Muséum, Douzou poursuivit ses travaux concernant la “cryobiochimie”. Il appliqua celle-ci à l’analyse des voies métaboliques, développa une “cryo-enzymologie” en milieu aqueux et fractionna diverses protéines. Il conduisit par ailleurs des recherches sur l’effet des hautes pressions hydrostatiques sur les biomolécules, le micro-environnement des enzymes et la structure molle des gels cellulaires. Toutes ces études se révélèrent capitales pour la compréhension des phénomènes d’adaptation des êtres vivants aux conditions extrêmes. Parmi les nombreuses publications dues à la plume de Douzou figurent : Transformation photochimique de l’acide ascorbique (1956), Le Transfert de l’énergie dans les macromolécules (1961), Cryobiochemistry : an Introduction (1977), Le Chaud et le Froid : les conflits du vivant (1984), Les Bricoleurs du septième jour : nouveaux regards entomologiques (1985) et La Saga des gènes (1996). Douzou participa enfin à de nombreuses instances de la politique scientifique française.

Bibliographie

Debey (Pascale), Hélène (Claude), “Pierre Douzou. 1926-2000”, in Universalia 2001, Paris : Encyclopaedia Universalis France, 2001, pp. 429-430.

Douzou (Pierre), Notice sur les titres et travaux scientifiques, 1976,42 p. dactylographiées, plus un additif de 6 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, n° ß 8834 et ß 8835).

Douzou (Pierre), Vous cherchez quoi au juste ?, Paris : Odile Jacob, 1994, 239 p.

“Pierre Douzou”, Institut de France. Académie des Sciences. Annuaire 2001, vol. 84, Paris : impr. Louis Jean, 2000, p. 93.

PJ

DOYÈRE Louis, Michel, François

né le 28 janvier 1811 à Saint-Michel-des-Essartiers (Calvados), mort en 1863 en Corse
chaire d'Anatomie et histoire naturelle de l’Homme
Agronomie, Zoologie des Invertébrés

121Originaire du Calvados, Doyère obtint son baccalauréat, puis sa licence ès sciences, avant d’enseigner l’histoire naturelle à Paris. Il fut nommé en 1841-1842 préparateur au laboratoire d’Anatomie et histoire naturelle de l’Homme du Muséum. Ayant soutenu en 1842 sa thèse de doctorat ès sciences, il devint professeur d’histoire naturelle au lycée Napoléon ainsi qu’à l’École centrale des arts et manufactures et en 1850 professeur de zoologie appliquée à l’agriculture à l’Institut agronomique de Versailles. 11 avait épousé Clémence Rouvière en 1838.

122Dans le domaine zoologique, Doyère s’intéressa aux Tardigrades et à la teigne des blés. En agronomie, il fut l’un des premiers naturalistes à prôner l’ensilage, concevant pour réaliser cette opération des silos métalliques. Nous citerons parmi ses publications les Leçons d’histoire naturelle d’après le nouveau programme de l’université du 4 septembre 1840 (1841), le Mémoire sur l’organisation et les rapports naturels des Tardigrades et sur la propriété remarquable qu’ils possèdent de revenir à la vie après avoir été complètement desséchés (1842), ainsi que la Conservation des grains par l’ensilage, recherches et applications expérimentales faites depuis 1850 pour démontrer la consenation des grains par l’ensilage souterrain hermétique (1862).

Bibliographie

Le Tourneur (St.), “Doyère (Louis-Michel-François)”, in Roman d’Amat (Jean-Charles), Limouzin-Lamothe (Roger) (sous la dir.), Dictionnaire de biographie française, Paris : Letouzey et Ané, 1967, vol. 11, p. 719.

PJ ERB

DUBOIS Antoine, Charles

né en 1776 à Paris, mort le 24 août 1843 à Paris
chaires de Chimie générale et des Arts chimiques
Chimie

123Fils d’un horloger, Dubois étudia la pharmacie chez Lagrange avant de travailler durant trois mois, sur réquisition du Comité de salut public, dans un laboratoire national de Chimie. Il devint officier de santé le 27 frimaire an III (17 décembre 1794), fut affecté comme pharmacien de troisième classe à l’armée d’Italie, où il servit jusqu’au 13 vendémiaire an IV (5 septembre 1795), puis obtint son transfert pour raison de santé à l'armée de l’intérieur le 28 nivôse an IV (18 janvier 1796). Attaché en l'an X (1801-1802) aux laboratoires de Chimie du Muséum, Dubois fut nommé aide-naturaliste des deux chaires correspondantes (Arts chimiques et Chimie générale) en 1807. Il assista à ce titre Nicolas Vauquelin* de 1806 à 1810, André Laugier*, puis Louis Gay-Lussac* de 1810 à 1843 et mourut rue Cuvier. Dubois avait épousé Marie Magdelaine Deconclois.

Bibliographie

Plouvier (Victor), “Historique des chaires de Chimie, de Physique végétale et de Physiologie végétale du Muséum d’histoire naturelle”, Bulletin du Muséum national d'Histoire naturelle, 4e série Miscellanea, vol. 3, 1981, pp. 93-155.

PJ ERB

DUFRÉNOY Ours, Pierre, Armand [dit PETIT-DUFRÉNOY]

né le 5 septembre 1792 à Sévran (Seine-Saint-Denis), mort le 20 mars 1857 à Paris
chaire de Minéralogie
Géologie, Minéralogie

124Dufrénoy naquit dans une famille appauvrie par la Révolution, mais très riche sur le plan intellectuel : sa mère était une femme de lettres accomplie et son père, un ancien procureur au Châtelet malheureusement devenu aveugle, avait été homme d’affaires de Voltaire. Après des études secondaires commencées en 1803 au lycée de Rouen, puis poursuivies dans la capitale au lycée Louis-le-Grand, le jeune homme entra en 1811 à Polytechnique. Il devint en 1813 élève de l’École des mines, suivant dans ses transferts successifs cet établissement, dans lequel il fut nommé en 1818 adjoint à l’inspecteur des études et conservateur des collections. En 1822, André Brochant de Villiers chargea Dufrénoy – nommé ingénieur des Mines l’année précédente – de dresser avec Léonce Élie de Beaumont la carte géologique de la France au l/500000e. Les deux hommes se préparèrent à leur mission, au cours de l’année 1823, par un séjour de six mois en Angleterre, puis sillonnèrent tout le territoire offert à leurs investigations et fréquentèrent assidûment le salon d’Alexandre Brongniart* qui leur apporta une aide précieuse. L’étude des volcans anciens du centre de la France conduisit même Dufrénoy et Élie de Beaumont à aller étudier, en 1834, les formations volcaniques du sud de l’Italie. Nommé professeur de minéralogie à l’École des mines en 1826, ingénieur en chef en 1834 et inspecteur en 1836, Dufrénoy entra à l'Académie des sciences en 1840. Il devint inspecteur général des Mines en 1846, directeur de l’École des mines deux ans plus tard, puis succéda en 1847 à Alexandre Brongniart – dont il avait déjà été le suppléant – comme professeur titulaire de la chaire de Minéralogie au Muséum. Il mourut âgé de soixante-quatre ans, des suites d’une courte maladie.

125Dufrénoy fut décrit par ses biographes comme un homme énergique, serviable, tolérant et d’une exquise politesse. À cela s’ajoutaient d’indéniables qualités pédagogiques, qui rendaient attrayant l’enseignement de sa discipline, pourtant assez austère. Il s’était marié en 1819 avec Jeanne Jay, qui lui avait donné trois fils.

126Outre sa Carte géologique de la France en six feuilles (1840) et quatre tomes (1830-1838), qui fut suivie de trois volumes d’Explications (1841-1850), Dufrénoy publia plus de soixante mémoires scientifiques sur la géologie ou la cristallographie. Il rédigea par ailleurs un Voyage métallurgique en Angleterre avec Élie de Beaumont (1827), ainsi qu’un important Traité de minéralogie en quatre volumes (1844-1847), où il utilisait à la fois la composition chimique et les caractères cristallographiques pour identifier les espèces. Dufrénoy incita l’Assemblée nationale à racheter en 1848 au duc de Buckingham la collection de René-Just Haüy*, qu’il eut le plaisir de rapatrier lui-même au Muséum. Enfin, il fut l’un des fondateurs de la Société géologique de France.

Bibliographie

Archiac (Adolphe d), Notice sur la vie et les travaux de EA. Dufrénoy, Paris : impr. Martinet, 1860, 31 p.

Burke (John), “Dufrénoy, Ours Pierre Armand”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1971, vol. 4, pp. 217-218.

DUFRESNE L. – Animaux naturalisés conservés à la zoothèque, restaurés par Christophe Gottini : Lemur variegatus mâle de Madagascar, donné par l'impératrice Joséphine et mort en 1809 à la Malmaison et Chenopsis atrata (Latham) d'Australie, mort en août 1814 à la Malmaison, rapporté par Baudin, sur La Corvette, (photo Patrick Lafaite, MNHN).

Lacroix (Alfred), Notice historique sur le troisième fauteuil de la section de minéralogie, lue dans la séance publique annuelle du 17 décembre 1928, Paris : Institut de France, Académie des sciences, vol. 27, 1928, pp. 22-33.

Orcel (Jean), “Histoire de la chaire de Minéralogie du Muséum national d’histoire naturelle”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 10, 1938, pp. 328-354.

PJ

DUFRESNE Louis

né le 18 janvier 1752 à Champien (Somme), mort le 11 octobre 1832 à Paris
chaire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux), de Zoologie (Reptiles et Poissons), d’Anatomie humaine, d’Anatomie des animaux, puis de Zoologie (Insectes, Vers et Animaux microscopiques)
Taxidermie, Zoologie des Invertébrés

127Dufresne était l’aîné d’une famille nombreuse. Il reçut une éducation sommaire à l’école de son village natal, avant de quitter celui-ci pour étudier l’histoire naturelle et soulager financièrement ses parents. Ami intime du voyageur Levaillant, Dufresne, qui commença très jeune à réunir des collections personnelles, se serait occupé d’affaires tout en collaborant dix-huit ans avec Félix Vicq d’Azyr*. Il entra au Muséum en 1794 comme aide-naturaliste pour le laboratoire commun des deux chaires de Zoologie des Vertébrés et des deux chaires d’Anatomie. Attaché en 1796 à la chaire de Zoologie (Insectes, Vers et Animaux microscopiques) de Jean-Baptiste de Lamarck*, Dufresne se rendit en 1802 à Londres, dont il ramena deux kangourous vivants. Il exhiba sur le chemin du retour les animaux dans différentes villes, comme Calais ou Amiens, s’attirant ainsi la désapprobation des professeurs du Muséum. Devenu trésorier de la Société d’histoire naturelle en 1802, Dufresne fut nommé chef des travaux de zoologie en 1806 et dut se rendre à Dieppe pour y récupérer des collections en 1819. Le naturaliste se vit proposer dix ans plus tard par Étienne Geoffroy Saint-Hilaire* l’estimation du cabinet d’histoire naturelle cédé par Pierre-Antoine Delalande* au musée de Rouen. C’est dans sa quatre-vingt-unième année que Dufresne s’éteignit au Muséum : il mourut d’une fièvre pernicieuse consécutive à une fluxion de poitrine.

128Décrit comme un personnage vigoureux, aimable, actif et aimant les arts, l’aide-naturaliste forma plusieurs élèves. Il joua un rôle important au Muséum, secondant les professeurs dans l’acquisition, le classement ou la préparation des spécimens zoologiques. Par ailleurs, Dufresne publia un mémoire sur les Balanes et les Tubinicelles, ainsi que l’article “Taxidermie” du Nouveau dictionnaire d’histoire naturelle (1803) de Jean-François Pierre Déterville – réédité séparément sous le titre Taxidermie, ou l’Art de préparer et de conserver la dépouille de tous les animaux (1820). Il vendit en 1818 à la ville d’Edimbourg sa collection personnelle, constituée durant un demi-siècle et qui permit de créer un musée dans la capitale écossaise. Enfin, Dufresne fit don d’une série de coquilles au Muséum.

Sources

Dossier Olivier Marat (Archives nationales, AJ15, no 549).

Bibliographie

Anonyme, “Notice sur M. Dufresne, aide-naturaliste au Muséum”, Nouvelles Annales du Muséum, 3e série, vol. 2, 1833, pp. 357-359.

PJ ERB

DUMÉRIL Auguste, Henri, André

né le 30 novembre 1812 à Paris, mort le 12 novembre 1870 à Paris
chaire de Physiologie comparée, puis de Zoologie (Reptiles et Poissons)
Herpetologie, Ichtyologie, Physiologie

129Auguste Duméril, fils de Constant Duméril*, suivit la voie tracée par son père en faisant des études médicales. Entré au Muséum en 1840, comme aide-naturaliste de Pierre Flourens* dans la chaire de Physiologie comparée, le jeune homme devint successivement interne des hôpitaux de Paris, docteur en médecine en 1842, licencié ès sciences en 1843 et docteur ès sciences, ainsi qu’agrégé de la faculté de médecine pour l’anatomie et la physiologie en 1844. Duméril remplit les fonctions de professeur suppléant d’anatomie à la faculté des sciences de 1844 à 1846, puis celles de professeur de géologie au collège Chaptal en 1847. Tannée suivante, son poste d’aide-naturaliste au Muséum ayant été transféré à la chaire de Zoologie (Reptiles et Poissons) de son père, il suppléa celui-ci dans son enseignement à partir de 1853, puis lui succéda comme professeur titulaire en 1857. Duméril fut élu membre libre de l’Académie des sciences en 1869. Il contracta une affection cardiaque et hépatique en 1870 et mourut quelques mois plus tard durant le siège de Paris.

130Il laissa le souvenir d’un homme honnête. En 1843, il s’était marié avec sa cousine germaine, Eugénie Duméril, dont il avait eu une fille unique.

131Duméril œuvra essentiellement dans les domaines de la physiologie, de l’herpétologie et de l’ichtyologie. Parmi ses publications, citons Des odeurs (1843), Monographie de la tribu des Torpédiniens, ou Raies électriques (1852), ainsi que l’Histoire naturelle des Poissons, ou Ichtyologie générale (1865-1870) en quatre volumes. Enfin, il dressa un catalogue raisonné des Reptiles et Poissons du Muséum.

Bibliographie

Anonyme, “Duméril (Auguste-Henri-André)”, in Roman d’Amat (Jean-Charles) (sous la dir.), Dictionnaire de biographie française, Paris : Letouzey et Ané, 1970, t. 12, pp. 162-163.

PJ ERB

DUMÉRIL André, Marie, Constant

né le 1er janvier 1774 à Amiens (Somme), mort le 14 août 1860 à Paris
chaire de Zoologie (Reptiles et Poissons)
Anatomie, Herpétologie, Ichtyologie

132Né dans une famille protestante, Constant Duméril était l’avant-dernier des sept enfants d'un procureur au baillage d’Amiens. Il se passionna dès l’enfance pour l’histoire naturelle et, une fois ses études classiques terminées à l’âge de dix-sept ans, il émit le désir de se lancer dans la médecine. Mais ses parents reculèrent devant la dépense : Constant fut donc placé comme garçon de boutique chez un droguiste de Rouen nommé Thillaye. Celui-ci, fort instruit et nanti d’une riche bibliothèque, permit à son apprenti d’étudier les sciences naturelles, si bien que Duméril obtint un prix de botanique en 1791. Cannée suivante, le jeune homme entra comme élève chirurgien à l’hospice de Rouen, où il se consacra avec ardeur à l’anatomie. Il fut nommé en 1793 prévôt de cette discipline à l’école secondaire de médecine de Rouen, devint le disciple du chirurgien Jean-Baptiste Laumonier, puis fut choisi au début de l’année 1795 pour aller étudier à la nouvelle école de santé de Paris. Lorsque les troupes étrangères menacèrent la France, Duméril servit dans l’armée comme chirurgien. Il franchit ensuite avec brio toutes les étapes d’une carrière universitaire classique, occupant successivement à l’école de médecine les postes de prosecteur en 1795, de chef des travaux anatomiques en 1799 et de professeur-adjoint d’anatomie et physiologie en 1801. Cette année-là, le jeune homme fut envoyé officiellement avec Nicolas Desgenettes à Pithiviers, afin d’étudier sur place une épidémie qui ravageait la ville. Les deux hommes remplirent en 1805 une seconde mission sanitaire, dévolue à l’observation de la fièvre jaune en Andalousie.

133Duméril avait entamé entre-temps une étroite collaboration avec Georges Cuvier*. Devenu docteur en médecine en 1803, il accepta la même année, sur l’insistance du célèbre anatomiste, la suppléance de Étienne de Lacepède* dans la chaire de Zoologie (Reptiles et Poissons) du Muséum ; cette fonction transitoire devait durer vingt-deux ans. Au début, Duméril se trouvant fort occupé par la médecine, il ne put guère qu’assurer sa charge d’enseignement, laissant le soin de la recherche à ses collègues ou collaborateurs. Il professa également à l’Athénée en 1803 et suppléa Cuvier durant quatre ans à l’école centrale du Panthéon. Devenu professeur-adjoint au Muséum en 1811, Duméril entra à l’Académie des sciences en 1816, fut nommé sur sa demande professeur de pathologie interne à la faculté de médecine en 1818, puis professeur de physiologie dans le même établissement cinq ans plus tard. Il prit à la mort de Lacepède, survenue en 1825, la tête de la chaire de Zoologie (Reptiles et Poissons) et retrouva sa place de professeur de pathologie interne lorsque la monarchie de Juillet réorganisa la faculté de médecine. Par ailleurs, Duméril pratiqua la médecine hospitalière, ainsi que privée, cumulant de ce fait plusieurs postes. Il se retira en 1857 du Muséum où son fils Auguste Duméril* lui succéda et s’éteignit paisiblement au terme d’une vieillesse exempte d’infirmités.

DUMÉRIL C. – Lithographie de Jacob, dessin de S.A.R. le prince d’Eichstadt.

134Grand, mince, se tenant très droit, souriant facilement, Duméril bénéficiait d’une robuste santé. Il fut décrit comme un homme honnête, bienveillant et travailleur. Cet habile praticien, profondément attaché à la faculté de médecine, aimait enseigner : il donnait à l’amphithéâtre des cours vivants et pittoresques, car agrémentés de mimiques. Duméril avait épousé en 1806 Alphonsine Delaroche, veuve Say, qui lui avait donné cinq enfants : quatre fils et une fille. Très à l’aise financièrement grâce au cumul de ses postes, il passa la fin de sa vie dans l’ancien logement d’André Laugier*, rue Cuvier.

135Il bâtit, dans les domaines de l’anatomie et de la zoologie, une œuvre pouvant se réclamer autant de l’école de Linné que de celle de Georges Cuvier. Il collabora avec ce dernier aux Leçons d’anatomie comparée (1805), dont il rédigea une part non négligeable. En systématique, Duméril effectua le premier essai de classification philosophique rationnelle des animaux, avec un ouvrage intitulé Zoologie analytique, ou Méthode naturelle de classification des animaux (1804), dans lequel il définissait des clés dichotomiques. Il devait appliquer ultérieurement sa méthode aux Poissons dans son Ichtyologie analytique (1856). Mais le travail essentiel du naturaliste concerna les Reptiles : il publia sur le sujet, en collaboration avec Gabriel Bibron* et Auguste Duméril, une monumentale Erpétologie générale, ou Histoire naturelle complète des Reptiles (1834-1854) en dix volumes, augmentée d’un atlas de cent vingt planches. Il faut préciser que Duméril incluait, comme Alexandre Brongniart*, les Batraciens dans la classe des Reptiles. Dans son grand ouvrage figurent les descriptions originales de treize cents espèces, accompagnées de considérations anatomiques, éthologiques et historiques. Ayant réuni par ailleurs une importante collection herpétologique au Muséum, où il créa en 1838 la ménagerie des Reptiles, il fut tout naturellement surnommé le “Père de l’Herpétologie”. Enfin, Duméril s’intéressa également aux Insectes, mais son Entomologie analytique (1860) fut publiée seulement après sa mort.

Bibliographie

Busquet (Paul), “Duméril (André-Marie-Constant)”, Les Biographies médicales, vol. 1, no 9, 1927, pp. 133-145.

Guibé (Jean), “André Marie-Constant Duméril, le père de l’Herpétologie. Leçon inaugurale du cours de zoologie (Reptiles et Poissons) prononcée le 29 avril 1958”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 30, no 5, 1958, pp. 329-341.

Moquin-Tandon (Alfred), “Éloge de Duméril”, Revue médicale française et étrangère, vol. 2, 1861, pp. 634-638 et 696-702.

Piorry (Pierre Adolphe), “Lecture du discours prononcé sur la tombe de M. Duméril”, Bulletin de l’Académie impériale de Médecine, vol. 25, 1859-1860, pp. 1020-1024.

PJ

DUPUIS Claude

né le 12 septembre 1927 à Paris
chaire de Zoologie (Vers), puis d'Entomologie générale et appliquée
Entomologie (Diptères, Hémiptères), Épistémologie

136Au terme d’études secondaires (baccalauréat philosophie-sciences en 1945) et supérieures poursuivies à Paris, Dupuis avait acquis, dès 1948, un diplôme d’études supérieures et une licence ès sciences. Il fut travailleur libre, en 1945-1946, au laboratoire de Zoologie de Paul Vayssière* à l’Institut national agronomique, puis il entra en 1946 au Muséum comme préparateur du laboratoire d’Helminthologie et parasitologie comparée de l’École pratique des hautes études. Dans ce laboratoire, dont le directeur était Robert Dollfus, Dupuis remplit successivement les fonctions non appointées de chef de travaux (1949) et de directeur-adjoint (1971). Il y travailla dès 1948 comme boursier du Muséum (1948-1949) et comme stagiaire du CNRS, un organisme au sein duquel il fut attaché de recherches de 1950 jusqu’à sa nomination de chargé en 1961. Dupuis opta aussitôt pour les fonctions de sous-directeur au Muséum, dans le laboratoire de Zoologie (Vers) dirigé par Alain Chabaud*. Dès 1946, le naturaliste avait parallèlement travaillé de manière active à la Station de parasitologie fondée par Émile Brumpt à Richelieu (Indre-et-Loire), dont il devint sous-directeur puis directeur, en 1961 et 1977. Dupuis soutint sa thèse de doctorat ès sciences naturelles en 1963, fut élu professeur sans chaire au Muséum en 1977, puis passa en 1981 du laboratoire des Vers à celui d’Entomologie générale et appliquée-que dirigeait Jacques Carayon*. Après 1985, sous les directeurs Philippe Taquet* et Jacques Fabriès*, il remplit deux mandats consécutifs dans l’un et l’autre des conseils du Muséum : Conseil d’administration et Conseil scientifique (où il fut président de la section de la recherche). Sa retraite administrative en 1995 n’a pas interrompu ses activités scientifiques.

137Grand amoureux de la langue française – orale ou écrite –, Dupuis est écouté dans les réunions avec un amusement admiratif, tant pour sa recherche des mots que pour son élocution très personnelle.

138Naturaliste complet, Dupuis a conduit des recherches originales sur tous les aspects de la morphologie et de la biologie des Hémiptères Hétéroptères et de leurs parasites, les Diptères Phasiinae. Il s’est, de plus, constamment soucié d’épistémologie naturaliste, scrutée à travers l’œuvre de grands scientifiques, tels André Latreille*, Jean-Baptiste de Lamarck*, Charles Darwin ou Willi Hennig, et dans l’optique de la méthodologie taxonomique. Citons, parmi les quelques cent soixante-dix publications de Dupuis : Origine et développement des organes génitaux externes des mâles d’insectes (1950), Les Genitalia des Hémiptères Hétéroptères – Revue de la morphologie – Lexique de la nomenclature – Index bibliographique analytique (1955, complément en 1963), Essai monographique sur les Phasiinae (Diptères Tachinaires parasites d’Hétéroptères) (1963), P. A. Latreille : the Foremost Entomologist of his Time (1974), Permanence et actualité de la systématique : la “systématique phylogénétique” de W. Hennig (1979, compléments en 1989, 1993), Willi Hennig’s Impact on Taxonomic Thought (1984), ainsi que Homologie et caractères (2000).

139Membre de la Commission internationale de nomenclature zoologique (1972) et de nombreuses sociétés savantes, Dupuis édite depuis 1946 les Cahiers des Naturalistes, revue scientifique de l’association “Les Naturalistes parisiens” dont cinquante-quatre volumes sont parus.

Source

Renseignements fournis par l'intéressé.

Bibliographie

Dupuis (Claude), Titres et travaux scientifiques, Paris : impr. Flandin, 1956, 32 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, n° ß 6462). Dupuis (Claude), Titres et travaux scientifiques, Paris : [s.n.], 1986, 100 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, n° ß 9161).

PJ ERB

DU VERNEY [ou DUVERNEY] Christophe [Jacques, François, Marie dit]

né le 3 janvier 1661 à Feurs (Loire), mort le 16 octobre 1748 à Paris
démonstrateur en anatomie et chirurgie au Jardin du roi
Anatomie

140Fils d’un médecin de village, Christophe Du Verney était le frère cadet de Joseph-Guichard Du Verney* et de Pierre Du Verney. Il fut agrégé au collège de chirurgie, obtint le titre de maîtrechirurgien, puis entra en 1699 à l’Académie des sciences comme élève-anatomiste de son aîné Joseph-Guichard. Nommé démonstrateur d’anatomie et chirurgie au Jardin royal en 1728, il fut remplacé en 1749 par Antoine Mertrud*.

141Du Verney laissa le souvenir d’un homme modeste, instruit et apprécié de ses collègues. Son élève Louis Daubenton* le considérait avec beaucoup d’estime.

142Anatomiste, Du Verney semble s’être intéressé particulièrement à la myologie.

Bibliographie

Cap (Paul-Antoine), Le Muséum d’histoire naturelle, Paris : Curmer, 1854, p. 35.

Laissus (Yves), “Le Jardin du roi”, in Taton (René) (sous la dir.), Enseignement et diffusion des sciences en France au XVIIIème siècle, Paris : Hermann, 1964, pp. 287-341.

PJ ERB

DU VERNEY [ou DUVERNEY] Emmanuel-Maurice

dates inconnues (XVIIIème siècle)
démonstrateur-opérateur de l'intérieur des plantes sous le titre de professeur en anatomie et chirurgie au Jardin du roi
Anatomie

143Fils de Joseph-Guichard Du Verney*, Emmanuel-Maurice Du Verney succéda en 1718 à son père comme démonstrateur d’anatomie et chirurgie au Jardin royal. Il semble n’avoir jamais occupé cette charge, qu’il abandonna en 1729 à François Hunault*.

Bibliographie

Laissus (Yves), “Le Jardin du roi”, in Taton (René) (sous la dir.), Enseignement et diffusion des sciences en France au XVIIIème siècle, Paris : Hermann, 1964, pp. 287-341.

PJ ERB

DU VERNEY [ou DUVERNEY] Joseph-Guichard [dit Du Verney l’aîné]

né le 5 août 1648 à Feurs (Loire), mort le 10 septembre 1730 à Paris
démonstrateur-opérateur de l’intérieur des plantes au Jardin du roi
Anatomie

144Frère aîné de Christophe* du même nom, Joseph-Guichard Du Verney, suivit à partir de 1662 un cursus médical en Avignon, où il obtint le doctorat en 1667. Il monta ensuite à Paris, fréquenta la petite académie de l’abbé Bourdelot, et devint vite un anatomiste à la mode dans les salons. Membre de l’école des “Parisiens” entraînée par Claude Perrault, Du Verney dut réaliser la dissection de nombreuses espèces animales. Il fit par ailleurs des démonstrations à Versailles. L’Académie royale des sciences l’envoya en 1674 étudier avec l’illustrateur Philippe de La Hire l’anatomie des Poissons à Bayonne et en Bretagne. Du Verney occupa la place de médecin de la reine Christine de Suède, fut chargé d’enseigner l’anatomie au Grand Dauphin et entra à l’Académie royale des sciences en 1676. Vers cette époque, il fut agrégé à la Chambre royale de Montpellier, créée à l’instigation d’Antoine d’Aquin*. Du Verney, qui fut nommé en 1679 ou 1680 démonstrateur d’anatomie au Jardin royal, participa en 1681 à la dissection d’un éléphant de la ménagerie royale de Versailles en présence de Louis XIV. Après la mort de Perrault, survenue en 1688, il devint le responsable de tous les travaux d’anatomie comparée placés sous le patronage académique. Du Verney fut nommé pensionnaire anatomiste de l’Académie des sciences en 1699, puis vétéran en 1725. Son activité ne s’éteignit ni avec les années, ni avec les maladies : selon Bernard de Fontenelle, le vieillard pouvait passer des nuits entières immobile à observer de petits animaux dans les recoins humides du Jardin royal. Au sein de cet établissement, il fut aidé par son frère Pierre – chirurgien-barbier du roi – et suppléé quelquefois par Jacques-Bénigne Winslow* ou, à partir de 1716, par François Gigot de Lapeyronie*. Du Verney, qui démissionna en 1718 de sa charge du Jardin royal au profit de son fils Emmanuel-Maurice Du Verney*, mourut âgé de quatre-vingt-deux ans.

145Fort actif malgré une assez faible constitution, Du Verney fut décrit comme un homme de science enthousiaste, un bon vulgarisateur, un orateur clair et éloquent. Il acquit une grande célébrité, tant en France – il est cité notamment par Boileau – qu’à l’étranger. Winslow, F. Du Petit et Jean-Baptiste Sénac furent ses élèves. Au mois de septembre 1729, Du Verney eut l’occasion de témoigner devant la justice en faveur de Bernard de Jussieu*, à la suite d’un incident survenu au Jardin royal. Il habitait une petite maison isolée dans l’enceinte de l’établissement.

146Anatomiste, Du Verney s’intéressa à plusieurs domaines de sa discipline. Il conduisit la première étude complète – incluant l’anatomie, le fonctionnement, ainsi que les maladies – de l’oreille humaine. Par ailleurs, il étudia les appareils circulatoire et respiratoire des Vertébrés à sang froid, comme les Tortues, les Vipères ou les Poissons : il décrivit ainsi avec précision le cœur de tortue et le rôle des branchies des Poissons. À cela s’ajoutent divers travaux concernant, par exemple, les annexes de l’œil ou les sinus de la duremère. Du Verney découvrit enfin chez la vache les glandes de Bartholin, dont ce dernier auteur devait réaliser ultérieurement la description dans l’espèce humaine. La plupart des manuscrits de l’anatomiste furent publiés après sa mort. Parmi les ouvrages dus à la plume de Du Verney figurent : Traité de l’organe de l’ouïe, contenant la structure, les usages & les maladies de toutes les parties de l’oreille (1683), Observations sur la circulation du sang dans le fœtus et description du cœur de la tortue et de quelques autres animaux (du cœur de la grenouille ; de la vipère ; de la carpe) (1699), Mémoire sur la circulation du sang des poissons qui ont des ouyes et sur leur respiration (1701) et Traité des maladies des os (1751) – édité par Sénac. Du Verney travailla également, quelques années avant son décès, à un ouvrage sur les Insectes et les Mollusques terrestres. Au Jardin royal, il dispensa des cours soigneusement préparés, qui attirèrent de nombreux auditeurs. Il légua enfin ses collections à l’Académie des sciences.

DU VERNEY J.-G. – Coupe de l'oreille interne issue de : Du Verney (Joseph-Guichard), Traité de l'organe de l'ouïe..., Paris : chez Estienne Michallet, 1688, pl. X.

Bibliographie

Cap (Paul-Antoine), Le Muséum d’histoire naturelle, Paris : Curmer, 1854, pp. 17-18.

Hamy (Ernest-Théodore), “Recherches sur les origines de l’enseignement de l’anatomie humaine et de l’anthropologie au Jardin des plantes”, Nouvelles Archives du Muséum, 3e série, vol. 7, 1895, pp. 1-30.

Hamy (Ernest-Théodore), “Un incident au Jardin du roi en 1729”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, vol. 16, no 7, 1910, pp. 354-355.

Williams (Wesley) “Duverney, Joseph-Guichard”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1971, vol. 4, pp. 267-268.

PJ ERB

DUVERNOY [ou DUVERNOIS] Louis, Georges

né le 6 août 1777 à Montbéliard (Doubs), mort le 1er mars 1855 à Paris
chaire d’Anatomie comparée

Anatomie, Malacologie, Paléontologie, Physiologie, Zoologie des Vertébrés

147Fils d’un pasteur luthérien, Duvernoy était un lointain cousin de Georges Cuvier*. Il suivit un cursus secondaire classique, d’abord au collège français de Montbéliard, puis de 1792 à 1794 à l’académie Caroline de Stuttgart. Après le rattachement de son pays natal au territoire français, Duvernoy débuta de 1795 à 1798 à l’école de santé de Strasbourg des études de médecine qu’il continua à Paris, avant d’être mobilisé en 1799 dans la ville de Grenoble comme pharmacien de troisième classe. Libéré un an plus tard sur l’intervention d’Antoine Parmentier, Duvernoy acheva son cursus médical, soutenant sa thèse de doctorat en 1801. Il s’établit médecin à Montbéliard, revint en 1802 dans la capitale, collaborant au Muséum avec les frères Cuvier, et s’installa de nouveau en 1805 dans sa ville d’origine. Duvernoy devait exercer durant plus de vingt ans la médecine à Montbéliard, où il devint en 1813 médecin en chef de l’hôpital militaire, ainsi que des douanes. Lorsque Georges Cuvier s’était trouvé chargé en 1809 d’organiser une faculté des sciences à Paris, il avait offert le poste de professeur-adjoint de zoologie à son compatriote. Duvernoy s’était alors rendu dans la capitale, mais diverses raisons, principalement le refus de sa femme de venir le rejoindre, l’avaient contraint à démissionner en janvier 1811 pour réintégrer sa province.

148En 1827, le médecin fut nommé grâce à Georges Cuvier professeur de zoologie à la faculté des sciences de Strasbourg. Il devint agrégé de médecine deux ans plus tard et doyen de la faculté des sciences en 1832. Toujours en 1832, Duvernoy se vit préférer Henri Ducrotay de Blainville* pour remplacer Cuvier décédé à la tête de la chaire d’Anatomie des animaux, devenue chaire d’Anatomie comparée. Le candidat malheureux succéda tout de même à son protecteur, mais seulement en 1837, et dans la chaire d’Histoire naturelle des corps organisés du Collège de France. Élu membre libre de l’Académie des sciences en 1847, Duvernoy se vit enfin accorder en 1850, après la mort de Blainville, la position qu’il espérait depuis longtemps : il devint titulaire de la chaire d’Anatomie comparée du Muséum, se faisant dès lors suppléer très souvent dans ses leçons au Collège de France. Il décéda quelques années plus tard d’une bronchite, sans avoir pu obtenir un véritable fauteuil au sein de l’Académie des sciences. Son corps fut transporté à Montbéliard afin d’y être inhumé.

149Les cheveux châtains, les yeux gris, la lèvre supérieure marquée d’une cicatrice, Duvernoy était de taille moyenne. Il connut souvent des phases de découragement, d’amertume et même de dépression, qui retentirent sur son aspect physique. Cet anatomiste consciencieux fut apprécié comme professeur par ses étudiants strasbourgeois. De ses premières noces avec Anne Caroline Berdot en 1803, il avait eu neuf enfants ; mais seules deux filles survivaient en 1827, année de la mort de sa femme. Duvernoy s’était remarié en 1832 avec une veuve strasbourgeoise nommée Marie Madeleine Braun, dont il n’avait pas eu de descendance.

150Il aborda divers thèmes de zoologie, d’anatomie, de physiologie et de paléontologie animale. Formé à l’ombre de Cuvier dont il adopta les théories, il s’intéressa à des sujets aussi divers que les Caméléons, les Serpents, les Crocodiliens, l’Yack, les Oryctéropes, les dents de la Musaraigne, l’ostéologie du Bœuf, le système nerveux des Mollusques, l’anatomie des grands Singes, les fonctions de sécrétion et de reproduction chez les animaux, ou les Rhinocéros fossiles. Il publia ses cours au Collège de France sous la forme d’un ouvrage en deux volumes, intitulé Leçons sur l’histoire naturelle des corps organisés (1839-1851). Enfin, il collabora largement au Dictionnaire universel d’histoire naturelle d’Alcide d’Orbigny* et aux Leçons d’anatomie comparée (1805) de Georges Cuvier.

Bibliographie

Friedel (Jacques), Graine de mandarin, Paris : Odile Jacob, 1994, pp. 25-45.

Tort (Patrick), “Duvernoy, Georges Louis 1777-1855”, in Tort (Patrick) (sous la dir.), Dictionnaire du Darwinisme et de l’Évolution, Paris : PUF, 1996, vol. 1, p. 1309.

PJ

Table des illustrations

Légende DAUBENTON L. – Vignette représentant le Cabinet d'histoire naturelle, issue de : Button (Georges-Louis), Histoire naturelle..., Paris : [s.n.], 1750, t. 3, p. 1. Gravé par Sornique, d’après Sève.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2095/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 522k
Légende DELALANDE P.-A. – Lithographie de Formenti.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2095/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende DEMANGE J.-M. Lithobius drescoi Demange, 1958. Myriapode Chilopode cavernicole d’Espagne (monts Cantabriques, Cueva la Cañuela, J. M. d’Arredondo, province de Santander), 22 à 30 mm. Dessin original de Jean-Marie Demange.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2095/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Joseph DENIKER
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2095/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 290k
Légende DESFONTAINES R.-L. Iris stylosa Desfontaines, issu de : Desfontaines (René-Louiche), Flora Atlantica, Paris : [s.n.], an VI (1798), t. 1, pl. 5. Gravure de Sellier, dessin de Marechal.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2095/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 257k
Légende DIONIS P. – Page de titre de : Dionis (Pierre), L'Anatomie de l'Homme suivant la circulation du sang, et les dernières découvertes. Démontrée au Jardin royal, 2e éd., Paris : chez Laurent d’Houry, 1694.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2095/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Titre TABLEAU METHODIQUE DES PRODUCTIONS DE L'ETNA.
Légende DOLOMIEU D. de – Tableau méthodique des productions de l’Etna, issu de : Dolomieu (Déodat de), Mémoire sur les îles Ponces et catalogue raisonné des produits de l'Etna..., Paris : chez Cuchet, 1788, p. 512.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2095/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende DOUZOU P. – Page de couverture de : Douzou (Pierre), La Saga des gènes, Paris : Odile Jacob, 1996, 105 p.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2095/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende DUFRESNE L. – Animaux naturalisés conservés à la zoothèque, restaurés par Christophe Gottini : Lemur variegatus mâle de Madagascar, donné par l'impératrice Joséphine et mort en 1809 à la Malmaison et Chenopsis atrata (Latham) d'Australie, mort en août 1814 à la Malmaison, rapporté par Baudin, sur La Corvette, (photo Patrick Lafaite, MNHN).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2095/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 637k
Légende DUMÉRIL C. – Lithographie de Jacob, dessin de S.A.R. le prince d’Eichstadt.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2095/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Légende DU VERNEY J.-G. – Coupe de l'oreille interne issue de : Du Verney (Joseph-Guichard), Traité de l'organe de l'ouïe..., Paris : chez Estienne Michallet, 1688, pl. X.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2095/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 465k

© Publications scientifiques du Muséum, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

c
 
e-f