Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books
b
d

Du Jardin au Muséum en 516 biographies

 | 
Philippe Jaussaud
, 
Édouard-Raoul Brygoo

Du Jardin au Muséum en 516 bibliographies

c

Texte intégral

CAILLÈRE Simone

née le 11 juin 1905
chaire de Minéralogie
Géologie, Minéralogie

1Titulaire en 1925 d’une licence ès sciences de la faculté de Rennes, Simone Caillère entra en 1929 au Muséum comme boursière de thèse, dans la chaire de Minéralogie d’Alfred Lacroix*. La jeune femme avait été recommandée par l’anatomiste Raoul Anthony*. Elle obtint une seconde licence ès sciences physiques en 1931, puis une bourse de la Caisse nationale des sciences pour les années 1933-1937. Durant cette période, Simone Caillère exerça les fonctions de préparatrice temporaire à la faculté des sciences de Nancy, où elle organisa le premier enseignement relatif aux espèces minérales opaques. Elle soutint sa thèse de doctorat ès sciences physiques en 1936 et fut nommée sous-directrice du laboratoire de Minéralogie du Muséum en 1937 : elle prenait ainsi la succession de Jean Orcel*, devenu professeur titulaire après le départ en retraite de Lacroix. Collaboratrice auxiliaire (1937), puis adjointe (1950) au Service de la carte géologique de la France, Simone Caillère effectua durant sa carrière de nombreuses missions à l’étranger : Italie (1937), Cornouailles (1948), Maroc (1952), Yougoslavie (1953, 1964 et 1965), Algérie (1954), Mexique (1956), Suède (1960), Canada (1962). Simone Caillère fut par ailleurs chargée de conférences à l’École des mines en 1945, à la faculté des sciences de Paris en 1956 et à la faculté des sciences de Montpellier en 1966. Elle devint professeur sans chaire au laboratoire de Minéralogie du Muséum en 1965.

2Minéralogiste, Simone Caillère étudia les caractères physico-chimiques de divers minéraux, comme des silicates hydratés (en particulier les silicates cryptocristallins), des hydrates, des hydrocarbonates ou des carbonates. Elle s’intéressa également aux associations minérales existant soit dans des roches éruptives ou sédimentaires, soit dans des minerais métalliques (qui recèlent des constituants opaques). Dans le domaine de la minéralogie dynamique, Simone Caillère reproduisit expérimentalement les processus d’altération de certains minéraux ou roches et réalisa des synthèses d’argiles à températures peu élevées. Ces investigations permirent de reconstituer l’histoire géochimique des argiles. Parmi plus de deux cents publications dues à la plume de Simone Caillère, citons : Contribution à l’étude des minéraux des serpentines (1936), Recherches sur la synthèse des minéraux (1953) – rédigé en collaboration avec Stéphane Hénin et J. Esquevin –, Les Gisements de fer du bassin Lorrain (1954 et 1956) – avec François Kraut –, Altérations du mica par voie expérimentale (1965) – avec H. Besson et Stéphane Hénin –, Considérations générales sur la composition minéralogique et la genèse des bauxites du midi de la France (1965) – avec Thérèse Pobéguin – et Minéralogie des argiles (1989) en deux volumes – avec Stéphane Hénin et Michel Rautureau. La minéralogiste contribua par ailleurs au tracé de certaines feuilles de la Carte géologique de la France. Enfin, elle présida le “Groupe français des argiles” de 1963 à 1966.

3Au Muséum, Simone Caillère dispensa en décembre 1966 un cours sur la minéralogie des argiles. Elle participa aussi à la conservation, à l’enrichissement et à l’exposition des collections relevant de sa discipline. Durant la seconde guerre mondiale, Simone Caillère aida Jean Orcel à mettre en lieu sûr sept tonnes de minéraux précieux appartenant au Muséum.

Bibliographie

Caillère (Simone), Notice sur les titres et travaux scientifiques, Paris : impr. Jouve, 1967, 82 p.

PJ

CAILLEUX Roger

né le 11 décembre 1929 à Coye-la-Forêt (Oise), mort le 16 septembre 1999 à l’Institut Curie à Paris
chaire de Cryptogamie
Mycologie

4Entré en 1949 comme collaborateur technique du CNRS, au laboratoire de Cryptogamie du Muséum, avec pour tâche essentielle l’entretien et l’enrichissement de la collection vivante de Champignons – la Mycothèque –, Roger Cailleux se forma à la mycologie et à la recherche avec Roger Heim*. Il fit un stage prolongé dans une culture de Champignons de couche et s’orienta vers l’étude de la biologie des Champignons.

CAILLEUX R. – Première page de la maquette d’un petit guide pour le Salon du Champignon. Caricature de Blandine Durand (1978).

5Nommé préparateur titulaire à l’École pratique des hautes études (1956), il intégra définitivement le Muséum comme assistant titulaire en 1957. Maître-assistant stagiaire, puis titulaire (1970), Cailleux vit son poste transformé en maître de conférences sous-directeur en 1985. Le mycologue effectua diverses missions en Espagne (pour la mise en place d’une culture de Champignons de couche), au Centrafrique, à la station expérimentale de La Maboké (de 1963 à 1968, pour l’établissement d’une mycothèque), au Mexique (de 1959 et 1961, pour récolter des champignons hallucinogènes), à La Réunion (1969) ou en France. En 1972, Cailleux soutint sa thèse de doctorat ès sciences à Paris, Recherches sur la mycoflore coprophile centrafricaine, qui mettait en relation l’alimentation des animaux et la diversité de leur mycoflore stercorale. Admis à la retraite en 1994, il mourut le 16 septembre 1999 à l’Institut Curie (Paris).

6Roger Cailleux, toujours disponible, savait communiquer son enthousiasme non seulement pour la culture des Champignons, mais aussi pour l’intérêt qu’il portait au Salon du Champignon. De son mariage avec Suzanne Lecuelle, le 19 octobre 1953, était né un enfant.

7Pour ses compétences dans la culture des Champignons, Roger Heim associa Cailleux de 1956 à 1967 à ses travaux sur les Agarics hallucinogènes du Mexique : mise en culture des différentes espèces, croisement, obtention de la fructification de la plupart d’entre elles. Cailleux entreprit la culture expérimentale de Champignons comestibles : truffe, pleurote des ombellifères. Ces dernières études furent menées en collaboration avec le CNRS, dans le cadre d’un programme du laboratoire associé 257 dirigé par Patrick Joly. Il s’agissait d’obtenir des informations sur la biologie des Champignons concernés au moyen de cultures et de la génétique des populations et de trouver un moyen de les cultiver commercialement.

8Au laboratoire de Cryptogamie, Cailleux assura les cours, les conférences et les stages traitant de la biologie, de la pathologie et de la culture des Champignons de couche. Il conseilla les champignonistes. Il s’occupa autant des collections sèches que des collections vivantes. Très actif lors des salons du Champignon, toute l’année il déterminait inlassablement les Champignons apportés par les visiteurs du laboratoire.

Bibliographie

Cailleux (Roger), Titres et travaux, juillet 1985, [s.1.], 29 p. dactylographiées (fonds cryptogamie du Muséum national d’histoire naturelle).

DL

CALLAMAND Odette

née en 1906 à Montfavet (Vaucluse), morte le 27 juin 1995
chaire de Physiologie générale
Physiologie

9Odette Callamand acquit le goût de l’histoire naturelle durant ses études secondaires au lycée d’Avignon. Ayant commencé la préparation d’une licence ès sciences naturelles à Paris, elle rencontra René Fabre qui l’orienta vers un cursus pharmaceutique. La jeune femme obtint sa licence en 1928, devint interne des hôpitaux de la capitale en 1931 et fit au groupe hospitalier Necker-Enfants malades un long stage décisif pour sa formation scientifique. Titulaire du diplôme de pharmacien en 1935, Callamand fut nommée chef du laboratoire d’Hydrologie de Cauterets en 1936. Elle travailla dans le service du physiologiste Paul Portier et effectua un stage à l’Institut océanographique où Maurice Fontaine* était alors chef de laboratoire. Ce dernier proposa un sujet de thèse de doctorat à Odette Callamand, dont il sollicita la collaboration lorsqu’il devint professeur titulaire de la chaire de Physiologie générale du Muséum. Docteur ès sciences en 1943, la jeune femme aida Fontaine à réorganiser le laboratoire de Physiologie du Jardin des plantes, où se constitua une équipe de jeunes chercheurs. Callamand fut nommée assistante de la chaire de Physiologie générale en 1946, puis sous-directrice en 1959.

10Après quelques recherches hydrologiques, Odette Callamand consacra l’essentiel de ses travaux scientifiques à la physiologie des Poissons. Elle étudia les mécanismes (écologiques ou hormonaux) de la migration des Anguilles, l’endocrinologie de ces espèces (activités thyroïdienne, hypophysaire, antigonadotrope sérique) et la biochimie comparée des Cyclostomes et des Téléostéens (lipoprotéines et lipases sériques, activité hématopoiétique du foie). Enfin, Callamand s’intéressa à la teneur en riboflavine des glandes surrénales de Mammifères. Parmi ses publications figurent : Recherches sur quelques propriétés des sources minérales de Cauterets (1938) – rédigées en collaboration avec A. Puech –, Recherches sur le système lipoprotéidique du sérum des Cyclostomes et des Poissons (1939), L’Anguille européenne (Anguilla anguilla L.) : les bases physiologiques de sa migration (1943) et Hypophyse et euryhalinité chez l’Anguille (1949) – rédigé en collaboration avec Maurice Fontaine et Madeleine Olivereau.

Bibliographie

Callamand (Odette), Titres et travaux scientifiques, 1949, 23 p. dactylographiées (fonds cryptogamie du Muséum national d’histoire naturelle).

PJ

CALLEN Georges

né le 12 janvier 1935 à Luxey (Landes) chaire de Biologie végétale et appliquée
Botanique, Horticulture

11Une fois ses études à l’école pratique d’agriculture et de viticulture de Blanquefort achevées en 1950, Callen intégra l’École nationale supérieure d’horticulture de Versailles, dont il sortit diplômé en 1957.Il entra cette dernière année au Muséum, comme aide-technique principal affecté au Parc zoologique de Vincennes et à la ménagerie du Jardin des plantes. Callen, qui se trouva mobilisé en 1959, fit la campagne d’Algérie. Libéré de ses obligations militaires en 1961, il participa aux activités forestières familiales, avant de rejoindre la chaire de Biologie végétale et appliquée du Muséum où il fut nommé collaborateur technique en 1962, puis assistant en 1963. Callen fut chargé des collections florales et horticoles du Jardin des plantes, avant de s’occuper de l’Arboretum de Chèvreloup à partir de 1965. Complétant ses études supérieures à l’université de Paris, il obtint deux certificats de botanique en 1963 et 1964, un certificat d’écologie végétale en 1965, puis un certificat de statistique appliquée à la biologie médicale en 1966. Callen devint en 1977 maître-assistant de la chaire de Biologie végétale et appliquée, dont il assura quelques années plus tard la direction par intérim. Durant sa carrière, il effectua de nombreuses missions dans des jardins botaniques d’Europe (France, Italie, Allemagne, Belgique, Pays-Bas, Grande-Bretagne), de l’Inde, des Canaries, d’Afrique du Sud, des États-Unis, etc. Callen était marié.

12Callen, qui s’intéressait à la conservation et à l’enrichissement du patrimoine végétal, désirait faire participer l’environnement naturel à l’amélioration du cadre de vie. Consacrant ses travaux scientifiques surtout à la dendrologie, il étudia la systématique, ainsi que la biologie des conifères. Callen aménagea et enrichit l’Arboretum de Chèvreloup, où il fit transférer certaines collections florales menacées de disparition. De plus, il apporta son aide au sauvetage de l’arboretum de Balaine appartenant à la famille Adanson. Citons, parmi ses publications : L’Arboretum de Chèvreloup (1972-1973), Les Conifères cultivés en Europe (1977) et Les Conifères (1989).

Source

Renseignements fournis par l’intéressé.

Bibliographie

Callen (Georges), Titres et travaux scientifiques, Paris : [s.n.], 1979, 40 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, n° ß 8732).

PJ

CAMBESSÈDES Jacques

né le 26 août 1799 à Montpellier (Hérault), mort le 19 octobre 1863 à Ferrussac (Haute-Loire)
chaire de Botanique dans la campagne
Botanique

13Fils de propriétaire terrien, Cambessèdes – qui avait une sœur – suivit jusqu’en 1815 des études classiques chez les oratoriens de Tournon. Il commença son droit en 1818, après deux ans de répit consacrés à la vie au grand air et aux exercices sportifs. Mais sa passion pour l’histoire naturelle poussa le jeune homme à abandonner son cursus juridique pour s’inscrire en 1819 à la faculté de médecine de Montpellier. Dans cette ville, Cambessèdes bénéficia de l’enseignement des botanistes Roubieu et Delile, herborisant par ailleurs en 1821 avec Victor Jacquemont. Il monta en 1822 à Paris, où il se lia avec divers intellectuels, comme Jean-Jacques Ampère, Prosper Mérimée, Léonce Élie de Beaumont ou Adrien de Jussieu*. Le naturaliste, qui explora de 1824 à 1825 les Landes, les Pyrénées et les Baléares, collabora dès 1827 avec Auguste de Saint-Hilaire. Trois ans plus tard, la Révolution de juillet fit de Cambessèdes un capitaine d’état-major de la garde nationale, chargé de la fonction d’aide de camp du général Mathieu Dumas. Il prit en 1831 la succession de Georges Toscan* comme aide-naturaliste de botanique au Muséum, mais à la mort de son père, survenue en 1835, il dut partir exploiter dans le sud de la France les propriétés dont il avait hérité. D’abord installé à Pradines dans le Causse noir, puis à Ferrussac dans les Cévennes, Cambessèdes se révéla un excellent agronome. Il assuma plusieurs responsabilités locales, devenant maire de Lanéjols en 1855, de Meyrueis en 1860, lieutenant de louveterie pour l’arrondissement du Vigan et membre du conseil général du Gard. En 1862, une chute de hamac ébranla la santé du naturaliste, qui souffrit de surcroît d’un érysipèle douloureux, puis d’un asthme compliqué d’œdème. Cambessèdes mourut à soixante-quatre ans après une lente agonie, entouré de sa famille.

14Robuste quant au physique, il fut décrit comme un personnage désintéressé, vif, parfois emporté, mais fondamentalement affectueux. Ce causeur plein de verve aimait la chasse et le cheval. Comme il n’avait eu aucun enfant de son mariage avec Eulalie Ledoux en 1863, il avait fait d’un neveu son héritier.

15Cambessèdes, qui œuvra dans le domaine de la botanique systématique et descriptive, fut l’auteur de dix-huit publications. Il rédigea des monographies relatives à diverses familles de plantes, telles les Globulaires, les Guttifères, les Sapindacées ou les Élatinées. Par ailleurs, il collabora à la Flora Brasiliae meridionalis (1825-1833) d’Auguste de Saint-Hilaire et travailla de 1833 à 1835 au classement des collections végétales de Jacquemont. Citons parmi ses publications la Monographie des Globulaires (1826), l’Enumeratio plantarum quas in insulis Balearibus collegit J. Cambessèdes, earumque circa mare Mediterraneum distributio geographica (1827), ainsi que Jacquemont, voyage dans l’Inde, Botanique : plantae rariores quas in India orientali collegit Victor Jacquemont (1844), édité en collaboration avec Joseph Decaisne*. Cambessèdes constitua un magnifique herbier, qu’il légua à la faculté des sciences de Montpellier. Enfin, il créa à Pradines un dépôt d’étalons pour l’amélioration des races chevalines.

Bibliographie

Planchon (Jules), “Notice sur la vie et les travaux de Jacques Cambessèdes”, Bulletin de la Société botanique de France, vol. 10, 1863, pp. 543-565.

PJ ERB

CAMUS Fernand, Antonin

né le 30 avril 1852 à Cholet (Maine-et-Loire), mort le 28 mai 1922 à Paris
chaire de Botanique (classification et familles naturelles de Cryptogames)
Botanique (Cryptogames, Bryophytes)

16Fernand Camus dont le père était négociant en toile, fit des études au lycée d’Angers, puis suivit ses études de médecine à Nantes (il fut lauréat de cette école en 1871, 1872 et 1873). Camus s’engagea comme volontaire à l’hôpital militaire de Rennes (1875-176), avant d’entrer, en 1877, comme préparateur d’Henri de Lacaze-Duthiers* à la Sorbonne. Après avoir soutenu son doctorat en médecine à Paris avec une thèse intitulée Contribution au zona de la face (1880), Camus obtint sa licence ès sciences naturelles vers 1882. Pendant une quinzaine d’années à partir de 1884, il enseigna à l’école Pompée d’Ivry-sur-Seine où il créa un musée d’histoire naturelle et un petit jardin botanique, mettant à profit ses loisirs pour ranger l’herbier Ernest Cosson, au laboratoire de Botanique (classification et familles naturelles de Phanérogames). Il entra au Muséum comme assistant de la chaire de Botanique (classification et familles naturelles de Cryptogames), poste qu’il occupa de 1920 jusqu’à sa mort en 1922.

17Dans sa leçon inaugurale du cours de cryptogamie, Pierre Allorge* décrivait Camus comme une personne originale et attachante, très courtoise et réservée, même un peu mystérieuse.

18Toujours vêtu d’un costume de bure, veste à col chevalière, pantalon serré aux chevilles, feutre rond, Camus avait plus une allure d’artiste que d’homme de sciences. Très méticuleux, il avait horreur du pédantisme, bien qu’il fût un érudit en latin et en grec.

19Fernand Camus était un naturaliste complet, herborisant beaucoup, notamment en Bretagne (1876-1904), en Anjou, en Corse et en région parisienne. Il publia une cinquantaine d’articles touchant aux Phanérogames, aux Lichens et à la zoologie et surtout aux Bryophytes. Nous lui devons une Note sur les muscinées de l’archipel de Bréhat (Côtes-du-Nord) et Étude préliminaire sur les Muscinées du département des Côtes du Nord avec une liste des espèces de ce département (1900), les Muscinées rares ou nouvelles pour la région bretonne-vendéenne (1902), ou encore un Catalogue des Sphaignes de la région parisienne (1903). Raymond Gaume publia en 1955 les nombreuses notes qu’il avait accumulées sur les bryophytes de Bretagne.

20Au Muséum, Camus s’attacha au rangement des collections de Bryophytes, révisant de nombreuses déterminations dans l’herbier de France. À la Société botanique de France, il assura avec un soin particulier la lourde tâche de rédacteur-archiviste depuis 1875 jusqu’à son décès.

Bibliographie

Bouvet (G.), “Le Dr Fernand Camus, bryologue”, Bulletin de la Société d’Études scientifiques d’Angers, vol. 53, 1923, pp. 87-88.

Husnot (T.), “Notice nécrologique sur E Camus”, Revue bryologique, vol. 49, 1922, pp. 67-68.

Gaume (R.), “Le Docteur Fernand Camus (1852-1922)”, in Gaume (R.), Catalogue des Muscinées de Bretagne d’après les documents inédits du Dr E Camus, Revue bryologique et lichénologique, vol. 24, 1955, pp. 2-3, portr. (1-28).

Allorge (Pierre), Leçon inaugurale du cours de cryptogamie, Paris : laboratoire de Cryptogamie du Muséum national d’histoire naturelle, 1933, 21 p.

DL

CARAYON Jacques

né le 11 novembre 1916 à Toulouse (Haute-Garonne), mort le 7 février 1997 à Paris
chaire d'Entomologie agricole coloniale, puis d’Entomologie générale et appliquée
Entomologie (Hémiptères)

21Titulaire d’une licence ès sciences naturelles de l’université de Paris en 1939, Carayon fut ensuite mobilisé à titre civil dans l’inspection médico-physiologique de l’armée de l’air jusqu’en 1940. Il obtint un diplôme d’études supérieures de zoologie en 1941, devint préparateur au laboratoire des Pêches et productions coloniales d’origine animale de l’École pratique des hautes études l’année suivante, puis chef de travaux de zoologie à l’Institut national agronomique en 1945. Admis comme assistant de Paul Vayssière* dans le laboratoire d’Entomologie agricole coloniale en 1945, Carayon y fut nommé sous-directeur en 1946. Il occupa le poste de professeur d’Entomologie à l’École supérieure d’agronomie tropicale appliquée en 1952, celui de directeur du laboratoire d’Entomologie économique de l’École pratique des hautes études en 1962 et rejoignit en 1965 la chaire d’Entomologie générale et appliquée du Muséum. Devenu professeur sans chaire au sein de l’établissement en 1969, Carayon soutint son doctorat ès sciences en 1975, succédant la même année à Alfred Balachowsky* décédé comme titulaire de la chaire d’Entomologie générale et appliquée. Il prit sa retraite en 1985, sans pour autant abandonner ses travaux scientifiques.

CARAYON J. – Larves néonates d’Eurygaster integriceps Puton, l'une des plus redoutables “punaises des blés” et une vraie calamité au Moyen-Orient lorsqu’elle se met à envahir les cultures de céréales (Photo Jacques Carayon, laboratoire d'Entomologie économique, École pratique des hautes études).

22Carayon fut à la fois un naturaliste de laboratoire et de terrain. Marié en 1943 à Françoise Gemelin, il devint veuf en 1947, épousant l’année suivante Gabrielle Marmion, dont il eut trois enfants : deux filles et un fils.

23Si l’on excepte quelques travaux de jeunesse dévolus aux Crustacés, Carayon consacra la totalité de son œuvre à l’entomologie. Il fut un grand spécialiste des Hémiptères appartenant au sous-ordre des Hétéroptères, dont il étudia la systématique, l’anatomie, l’histologie et la biologie. Ses recherches sur l’insémination extragénitale traumatique, ainsi que sur les glandes tégumentaires – notamment odorifiques – existant chez ses Insectes de prédilection doivent être citées. Par ailleurs, il s’intéressa aux Hémiptères d’Afrique tropicale parasites des végétaux cultivés et aux espèces utilisables dans le cadre de la lutte biologique. Des publications comme Notes et documents sur l’appareil odorant métathoracique des Hémiptères (1971) ou Insémination extragénitale traumatique et système paragénital chez les Hémiptères Cimicoidea (1975) rendent bien compte de ces travaux. Carayon effectua diverses missions en Europe pour étudier des collections dans des musées et partit récolter des Insectes dans des pays d’Afrique, ainsi qu’aux États-Unis. Enfin, il fut l’un des premiers en France à enseigner la taxonomie cladistique de Willi Hennig.

Bibliographie

Carayon (Jacques), “Titres et travaux scientifiques”, 1975, 96 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, n° ß 8736).

Dupuis (Claude), “Au professeur Jacques Carayon”, Annales de la Société entomologique de France, nouvelle série, vol. 2, no 22, 1986, pp. 105-107.

Lhoste (Jean), Les Entomologistes français : 1750-1950, Paris : INRA-OPIE, 1987, pp. 237-238.

PJ

CHABAUD Alain, Gabriel

né en 1923 à L'Aigle (Orne) chaire de Zoologie (Vers)
Helminthologie, Parasitologie

24Fils d’un officier de la marine marchande, Chabaud fut sensibilisé à la biologie dès son adolescence, grâce à un ami de son père. Il commença à fréquenter le laboratoire du parasitologue Émile Brumpt comme préparateur temporaire en 1946, un an avant d’obtenir son doctorat en médecine et sa licence ès sciences naturelles. Nommé assistant stagiaire à la faculté de médecine de la Sorbonne en 1947, chef de travaux en 1948, chargé du cours de parasitologie coloniale en 1949, directeur-adjoint du laboratoire d’Helminthologie coloniale et de parasitologie comparée de l’École pratique des hautes études en 1950, puis maître de conférences agrégé de parasitologie en 1953, il soutint son doctorat ès sciences une année plus tard. Chabaud effectua entre 1949 et 1957 diverses missions au Maroc, en Iran ou à Madagascar. Il succéda en 1958 à Robert Dollfus comme directeur du laboratoire d’Helminthologie et de parasitologie comparée de l’École pratique des hautes études puis devint au Muséum en 1960 le premier titulaire de la chaire de Zoologie (Vers). Celle-ci avait été créée sur la suggestion de Max Vachon*, par dédoublement de la chaire de Zoologie (Vers et Crustacés). Chabaud, retraité du Muséum en 1989, resta comme professeur surnuméraire dans l’établissement jusqu’à l’automne 1992.

25Le zoologiste fut décrit sous les traits d’un naturaliste dans l’âme, d’un chercheur passionné, d’un observateur et d’un homme de terrain averti. Méfiant vis-à-vis des manifestations publiques, il sut communiquer son enthousiasme aux étudiants dont il s’entoura. Il épousa en 1942 Nicole Paroissien qui lui donna une fille et deux fils.

26Chabaud s’intéressa à des Arthropodes vecteurs de maladies infectieuses, comme les tiques, ainsi qu’aux Trématodes. Mais, il devint surtout un spécialiste international des Nématodes infestant les Vertébrés. Dans ce dernier domaine, il s’attacha à la systématique et à la phylogénie, en s’appuyant sur des données morphologiques, biologiques – comme la spécificité ou les cycles parasitaires – et biogéographiques. Chabaud fit également développer par ses collaborateurs divers modèles parasitologiques : Filaires, Trématodes, Sporozoaires. Enfin, il établit une solide collaboration avec l’OMS. Citons, parmi ses très nombreuses publications, la contribution au traité de Pierre-Paul Grassé concernant les Nématodes.

Bibliographie

Chabaud (Alain), Titres et travaux scientifiques, 1960, 49 p. (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, n° ß 8721).

Chabaud (Alain), “Leçon inaugurale du cours de Zoologie (Vers) prononcée le 4 novembre 1964”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, vol. 37, no 2, 1965, pp. 87-103.

Chabaud (Alain), Titres et travaux scientifiques, 2e partie, Abbeville : impr. Paillart, 1977, 40 p. (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, n° ß 8722).

Chabaud (Alain), Titres et travaux scientifiques, Additif 1977-1978, 10 feuillets dactylographiés (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, n° ß 8723).

Durette-Desset (Marie-Claude), Bain (Odile), “Profil : Alain G. Chabaud”, Systematic Parasitology, vol. 20, 1991, pp. 237-238.

PJ

CHAMPION Pierre

né le 29 septembre 1902 à Saint-Germain-en-Laye (Seine-et-Oise)
chaire d'Anthropologie, puis d’Ethnologie des Hommes actuels et des Hommes fossiles
Anthropologie, Ethnologie, Muséologie

27Champion, dont le père était conservateur au Musée des antiquités nationales, montra dès l’enfance un goût prononcé pour la muséologie et la Préhistoire. Bachelier de la section philosophie en 1920, il assista par la suite comme auditeur libre à deux cours : celui d’archéologie nationale à l’École du Louvre (1922 et 1925) et celui de l’Institut d’ethnologie de Paris (1929-1930). Champion remplit ses obligations militaires d’octobre 1922 à mai 1924, participant à l’occupation des pays rhénans, ainsi que de la Ruhr. Délégué dans les fonctions d’inspecteur du Musée d’ethnographie du Trocadéro en 1928, il devint l’année suivante assistant dans l’établissement. Champion fut nommé en 1931, au Muséum, assistant de la chaire d’Anthropologie – rebaptisée en 1937 chaire d’Ethnologie des Hommes actuels et des Hommes fossiles. Il participa durant cette période de sa carrière, avec Paul Rivet* et Georges – Henri Rivière*, à la réorganisation du Musée du Trocadéro, puis à la création du Musée de l’Homme. De 1938 à 1942, Champion collabora avec Paul Lester* à l’enseignement pratique d’anthropologie de l’Institut d’ethnologie de Paris. Il fut mobilisé de 1939 à 1940 dans la section de contre-espionnage du Bureau de centralisation du renseignement, puis participa plusieurs fois à la direction du Musée de l’Homme : d’abord de 1941 à 1942, lorsque l’établissement fut privé de directeur, puis au cours de l’année 1948. Chargé par Henri Vallois* des services administratifs du Musée de l’Homme en 1942, Champion sollicita en 1951 sa nomination au poste de sous-directeur de la chaire d’Ethnologie des Hommes actuels et des Hommes fossiles. Il était divorcé sans enfant.

28Ethnologue, Champion se consacra à l'anthropologie physique et à la muséologie. Il réalisa dans le premier domaine des études sur la tache pigmentaire congénitale chez diverses populations d’Afrique occidentale, du Togo, de Madagascar, des Comores, d’Indochine et d’Amérique. Au Musée de l’Homme, il participa à l’entretien, ainsi qu’à l’enrichissement des collections. Champion collabora notamment avec Paul Lester pour l’installation de la salle d’anthropologie physique et biologique. Enfin, il apporta son aide à diverses missions ethnologiques et dispensa des cours d’ethnologie au Muséum (1936-1937), puis au Musée de l’Homme. Citons, parmi les publications de Champion : Équipement des baies et verrières en verres spéciaux absorbant les radiations ultraviolettes et atténuant l’altération de la teinte des objets exposés au rayonnement solaire (1931), ainsi que La Tache pigmentaire congénitale à Madagascar et aux Comores (1937).

Bibliographie

Champion (Pierre), Titres et travaux, 1948, 7 p. dactylographiées (fonds cryptogamie du Muséum national d’histoire naturelle).

Champion (Pierre), Titres et travaux, 1951,10 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, n° ß 6588).

PJ

CHARAS Moïse

né le 2 avril 1619 à Uzès (Gard), mort en janvier 1698 à Paris
chargé du cours de chimie au Jardin du roi
Chimie, Herpetologie, Médecine, Pharmacie

29Né dans une famille protestante, Charas se destina à la pharmacie après de solides études classiques. Il fit son apprentissage dans diverses villes de France, puis fut reçu maître apothicaire à Orange, où il installa une officine. Attiré en 1659 dans la capitale par ses coreligionnaires Samuel Du Clos et Nicaise Le Febvre*, Charas assista aux leçons de ce dernier en compagnie du roi Charles II d’Angleterre. Il obtint en 1663 la charge d’apothicaire de Monsieur, duc d’Orléans, installa son officine “Aux Vipères d’or” dans le faubourg Saint-Germain, travailla avec Christophe Glaser* et fut élu syndic des marchands apothicaires des Maisons royales. Recruté en 1671 par Antoine d’Aquin* comme sous-démonstrateur de chimie au Jardin du roi, Charas enseigna durant neuf ans sous Guy-Crescent Fagon*. Il s’exila à Londres au cours de l'année 1680 pour fuir les persécutions contre les protestants et devint apothicaire de Charles II d’Angleterre, ainsi que membre de la Royal Society. En 1681, il fut reçu docteur en médecine de la faculté d’Orange. Charas gagna en 1682 la Hollande, où il se vit accorder le titre de citoyen de la ville d’Amsterdam. Il voyagea ensuite en Espagne, exerçant – sous l’œil jaloux de ses confrères ibériques – la médecine à Madrid, puis en Galice, avant que l’Inquisition ne l’emprisonne en 1688. S’étant converti au catholicisme, Charas put recouvrer sa liberté en février 1689 et s’embarquer pour la Hollande. Il gagna ensuite Paris, fut officiellement présenté au roi Louis XIV par d’Aquin en 1691, puis devint l’année suivante membre de l’Académie royale des sciences. Très assidu aux séances de cette société jusqu’en 1696, Charas n’y parut plus ensuite et mourut âgé de soixante-dix-huit ans.

30Lapothicaire montre sur ses portraits un visage soigneusement rasé, encadré d’une longue perruque bouclée. Décrit comme un érudit, cet amoureux de la langue française s’adonna également à la versification latine. Charas se maria deux fois : d’abord avec Suzanne Félix, puis avec Madeleine Hadancourt. Il eut en tout vingt et un enfants, dont six seulement survécurent.

31Œuvrant dans les domaines de la pharmacie, de la chimie, de la médecine et de l’herpétologie, Charas s’intéressa à des sujets très variés. Il fut un spécialiste de la thériaque – dont il composa publiquement trois mille livres en 1667 –, de la pharmacopée de son temps, ainsi que des Vipères. Sur ces dernières, l’apothicaire réalisa d’intéressantes recherches relatives à l’anatomie, à la biologie et à la fonction venimeuse. Citons, parmi les publications de Charas : Thériaque d’Andromachus, dispensée et achevée publiquement à Paris, ou Histoire naturelle des animaux, des plantes et des minéraux qui entrent dans la composition de la thériaque d’Andromachus, dispensée et achevée publiquement à Paris (1668), ainsi que Nouvelles expériences sur la vipère, les effets de son venin et les remèdes exquis que les artistes peuvent retirer du corps de cet animal (1669), Pharmacopée royale galénique et chimique (1676). Par ailleurs, l’apothicaire prétendit être l’auteur du Traité de la chimie de Glaser, auquel il ne fit probablement que participer. Charas pratiqua la médecine avec succès durant son long séjour hors de France. Enfin, il dispensa un enseignement de qualité au Jardin royal, où il construisit un fourneau de laboratoire et expertisa le contenu d’une cassette ayant appartenu à la marquise de Brinvilliers.

Bibliographie

Bouvet (Maurice), “Les Grandes familles pharmaceutiques : les Charas”, Revue d’Histoire de la Pharmacie, no 124, 1949, pp. 453-463.

Cap (Paul-Antoine), “Biographie pharmaceutique : Moïse Charas”, Journal de Pharmacie et de Chimie, 2e série, vol. 26, 1840, pp. 228-240.

Cap (Paul-Antoine), Le Muséum d’histoire naturelle, Paris : Curmer, 1854, p. 21.

Charas (Moïse), “Voyage de Charas en Espagne”, Clef du Cabinet des Princes [ou Journal de Verdun], 1776, vol. 119, pp. 202-468 et vol. 120, pp. 58-63.

Contant (Jean-Paul), Contribution à l’histoire de l’enseignement de la pharmacie : l’enseignement de la chimie au Jardin royal des plantes de Paris, thèse de doctorat en pharmacie, Strasbourg : université de Strasbourg, 1952, pp. 94-97. Dorveaux (Paul), “Apothicaires membres de l’Académie royale des sciences. 2 : Moyse Charas”, Bulletin de la Société d’Histoire de la Pharmacie, no 65, 1929, pp. 329-340 et no 66, 1929, pp. 377-390.

Felix (Fred), “Moyse Charas, maître-apothicaire et docteur en médecine (Uzès 1619-Paris 1698)”, Revue d’Histoire de la Pharmacie, vol. 50, no 333, 2002, pp. 63-80.

Fougère (Paule), Grands pharmaciens, Paris : Buchet-Chastel, 1956, pp. 45-60.

Idem, 1999, pp. 50-56.

Jaussaud (Philippe), Pharmaciens au Muséum, Paris : Muséum national d’histoire naturelle, 1998, pp. 44-57 (Archives).

Phisalix (Marie), “Moyse Charas et les vipères au Jardin du roy”, Archives du Muséum national d’Histoire naturelle, 6e série, vol. 12, 1935, pp. 469-472.

PJ

CHAUVEAU Auguste [Jean-Baptiste, Augustin dit]

né le 21 novembre 1827 à Villeneuve-la-Guyard (Yonne), mort le 4 janvier 1917 à Paris
chaire de Pathologie comparée
Anatomie, Pathologie animale, Physiologie

32Fils d’un maréchal-ferrant de l’Yonne, Auguste Chauveau étudia à l’école primaire de son village, puis au petit séminaire d’Auxerre. Il n’alla pas jusqu’au baccalauréat, car il intégra en 1844, dès la fin de sa classe de troisième, l’école vétérinaire d’Alfort, dont il sortit major et diplômé quatre ans plus tard. Nommé en 1848 chef du service d’anatomie de l’école vétérinaire de Lyon, Chauveau devint dans le même établissement professeur titulaire de la chaire d’Anatomie et physiologie en 1863. Il noua, au cours de cette période, des liens étroits avec le milieu médical lyonnais et établit une fructueuse collaboration avec Étienne-Jules Marey. Sa renommée s’accrut ensuite au sein de la communauté scientifique nationale ou internationale. Durant le conflit franco-prussien de 1870, Chauveau s’engagea comme volontaire dans l’ambulance de son ami le chirurgien Léopold Ollier. Il fut nommé directeur de l’école vétérinaire de Lyon en 1875 puis, sa chaire au sein de l’établissement ayant été dédoublée un an après, il conserva la physiologie, son collègue Saturnin Arloing prenant l’anatomie. En 1877, Chauveau soutint sa thèse de docteur en médecine, ce qui lui permit de devenir la même année professeur titulaire de la chaire de Médecine expérimentale et comparée de la nouvelle faculté de médecine et pharmacie de Lyon. Il dut faire face au printemps 1881 à une mutinerie des étudiants vétérinaires dirigée contre lui, mais le conflit fut heureusement réglé par le ministre de l’Agriculture de l’époque.

CHAUVEAU A. – Reproduction d’une médaille, gravée par Paul Richer. A droite est représentée la première expérience de cathétérisme intra-cardiaque pratiquée sur un cheval debout (non anesthésié).

33En 1886, Chauveau succéda à Henri Bouley* décédé comme inspecteur général des écoles vétérinaires, membre de l’Académie des sciences et professeur titulaire de la chaire de Pathologie comparée au Muséum. Il dut donc quitter Lyon pour la capitale, entamant avec ardeur la seconde phase de sa carrière. Au cours de l’année 1891, il fut nommé membre d’une commission chargée de faire au ministre un rapport sur le Muséum. La mort de sa femme, survenue en 1893, écarta Chauveau de son laboratoire pendant plus d’un an, mais il surmonta le choc et se remit au travail. Devant normalement prendre sa retraite du Muséum à l’automne 1902, il obtint une prolongation de son poste jusqu’en 1914. Ses derniers jours dans l’établissement furent marqués par des difficultés matérielles, ainsi que des conflits avec ses collègues. Ceux-ci reprochaient à Chauveau une négligeance des devoirs de sa charge et des absences – assorties de demandes de suppléances – répétées. Edmond Perrier*, alors directeur du Muséum, dut même le défendre en 1908 devant une commission sénatoriale. Chauveau poursuivit sa fréquentation des sociétés scientifiques jusqu’en 1916, puis s’achemina doucement vers sa fin. C’est en pleine première guerre mondiale qu’il mourut des suites d’une infection urinaire, dans sa quatre-vingt-dixième année. Son corps, momentanément déposé à Notre-Dame, fut transféré après la fin du conflit à Lyon, où eurent lieu des funérailles solennelles. Le vétérinaire se trouva être le dernier titulaire de la chaire de Pathologie comparée du Muséum, supprimée après son décès.

34Chauveau, qui portait une longue moustache gauloise, impressionnait par sa haute taille. Travailleur infatigable, habile expérimentateur, il fut toujours, selon ses biographes, un chercheur et un chef plus qu’un enseignant. Les étudiants de l’école vétérinaire de Lyon se plaignirent de sa dureté, ainsi que de son dédain des charges pédagogiques. Chauveau fut pourtant un homme sensible, attaché à ses disciples, et dans la seconde partie de sa vie il prit le goût des discours publics. Ajoutons que cet homme pieux entretenait sa robuste santé grâce à une pratique régulière du sport. De son union avec la veuve du chirurgien lyonnais Bertholus étaient nés plusieurs enfants.

35L'œuvre scientifique de Chauveau, d’une grande valeur, donna naissance à plus de deux cent cinquante publications et trois ouvrages. Elle concerna l’anatomie, la physiologie, ainsi que la pathologie infectieuse. Il publia un Traité d’anatomie comparée des animaux domestiques (1855) qui connut cinq éditions, Saturnin Arloing et François-Xavier Lesbre ayant collaboré aux dernières. En physiologie, Chauveau inventa la plupart du temps les instruments nécessaires à ses investigations, comme son hémodromomètre. Il élucida chez le cheval, d’abord avec Joseph Faivre puis avec Étienne-Jules Marey, la mécanique circulatoire du cœur, précisant les différentes phases de la révolution cardiaque. Il démontra également le mécanisme des bruits de souffles cardio-vasculaires ou respiratoires, étudia la circulation artérielle, les fonctions de la moelle épinière, l’origine réelle des nerfs crâniens, la vitesse de l’influx nerveux, la physiologie de la vision, le rôle du sucre dans la vie animale et l’énergétique musculaire. Ce dernier thème, qui fit de Chauveau le fondateur de la bioénergétique, occupa les trente dernières années de la carrière du vétérinaire - donc sa “période Muséum”.

36En pathologie infectieuse, Chauveau fut de ceux qui annoncèrent l’œuvre de Louis Pasteur : adepte de la non-spontanéité des maladies virulentes, il démontra la nature corpusculaire des agents de la contagion. Chauveau s’intéressa par ailleurs aux mécanismes de l’immunité et à l’atténuation des germes, mettant au point un vaccin anticharbonneux. Il fit des recherches sur de nombreuses maladies, comme la vaccine, la peste bovine, la septicémie puerpérale, la pyohémie, la gangrène gazeuse ou la tuberculose. Dans ce dernier cas, le vétérinaire démontra l’identité des affections humaine et bovine, ainsi que la possibilité de contagion par voie digestive. Enfin, le laboratoire de Pathologie comparée étant inexistant au Muséum lors de son arrivée, Chauveau fit construire sur ses indications un nouveau bâtiment.

Sources

Dossier personnel (Archives nationales, AJ15, no 555).

Bibliographie

Arsonval (Arsène d’), [s.t.], Comptes Rendus hebdomadaires des Séances de l’Académie des Sciences, vol. 164, no 2, 1917, pp. 65-67.

Lesbre (François), Notice sur la vie et les travaux de J.-B.-A. Chauveau, Lyon : Rey, 1917, 36 p.

Mc Cusick (V), “Chauveau, Jean-Baptiste Auguste”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1971, vol. 3, pp. 219-220.

Magne (Henry), “L'Œuvre scientifique de Chauveau”, Recueil de Médecine vétérinaire, vol. 93, no 5, 1917, pp. 101-121.

Monod (Hugues), “J.-B. A. Chauveau, biologiste (1827-1917)”, Communication présentée à la séance du 13 décembre 1986 à la Société française d’histoire de la médecine, pp. 461-473.

Legée (Georgette), “La Chaire de Pathologie comparée du Muséum national d’histoire naturelle et l’œuvre de A. Chauveau”, Histoire et Nature, no 8, 1976, pp. 53-88.

Pitois (Claire), Chauveau : sa vie, son œuvre anatomique et physiologique, thèse de doctorat vétérinaire, Lyon : université Claude Bernard Lyon I, 1998, 227 p.

PJ

CHAUVIER Guy

né le 23 juillet 1925 à Cayenne (Guyane française) chaire d'Éthologie des Animaux sauvages
Gestion des parcs zoologiques, Parasitologie, Pathologie animale

37Issu d’une famille modeste, Chauvier se sentit attiré très tôt par les sciences naturelles. Il obtint un baccalauréat de la série philosophie en 1943 et s’orienta vers des études vétérinaires, pour lesquelles il obtint une bourse de l’administration de Guyane. N’ayant pu gagner la France à cause de la seconde guerre mondiale, Chauvier passa en 1944 son certificat du PCB à l’Institut scientifique chérifien de Rabat (Maroc). Il fut mobilisé peu après dans le Service de santé, suivit le stage de formation des médecins auxiliaires à Alger et fut affecté à l’hôpital d’Oran. Là, Chauvier eut l’occasion d’observer de nombreux cas de maladies parasitaires, ce qui décida de son intérêt futur pour ce type d’affections. Il intégra en 1945, après sa démobilisation, l’école vétérinaire d’Alfort où il exerça de 1945 à 1949 la fonction d’élève préparateur au laboratoire de Parasitologie. Ayant obtenu son diplôme de fin d’études vétérinaires en 1949, puis le diplôme de l’Institut d’élevage et de médecine vétérinaire des pays tropicaux l’année suivante, Chauvier soutint sa thèse de doctorat vétérinaire en 1950. Il occupa de 1950 à 1951 le poste de vétérinaire départemental contractuel en Guyane, faisant fonction de directeur du Service vétérinaire local et réorganisant complètement la structure qui lui était confiée.

38Ayant dû interrompre ses activités outre-mer pour raison de santé, Chauvier revint en métropole et s’orienta vers la recherche scientifique. Il travailla de 1952 à 1954 au titre d’assistant bénévole dans la chaire de Parasitologie de l’école vétérinaire d’Alfort, obtint le certificat de mycologie de l’Institut Pasteur en 1953, puis accepta en 1954 le poste de chef du centre de documentation de l’Institut d’élevage et de médecine vétérinaire des pays tropicaux. En 1957, Chauvier entra au Muséum comme assistant de la chaire d’Éthologie des Animaux sauvages, chargé de l’entretien des collections vivantes. Son confrère Jacques Nouvel* dirigeait alors le service. Après avoir obtenu les certificats de physiologie générale (1958), de biologie générale (1959) et de biologie approfondie (1959) de la faculté des sciences de Paris, Chauvier devint chargé de recherche contractuel à l’Institut d’élevage et de médecine vétérinaire des pays tropicaux. Il organisa le laboratoire de Parasitologie de cet établissement, puis revint au Muséum où il fut nommé sous-directeur de la chaire d’Éthologie des Animaux sauvages en 1962.

39Après une étude des insecticides naturels (roténones) produits par certains végétaux exotiques, Chauvier œuvra dans les domaines de la pathologie des animaux domestiques, ainsi que de la biologie et de la pathologie des animaux sauvages. Il s’intéressa tout spécialement à la parasitologie. Chauvier conduisit entre autres des investigations sur les maladies parasitaires des ovins (nématodoses, dicrocoeliose, dermatophytie), sur la toxoplasmose du fennec et sur les interactions entre infections bactériennes et protozooses. Parmi les publications du vétérinaire figurent : Contribution à l’étude des propriétés parasiticides des roténones (1950), Teigne du mouton à Trichophyton granulosum Sabouraud 1908 (1954) – avec Jean Guilhon-, Ollulanose du lion (1964) – avec Alain Chabaud*–, Singes et lémuriens d’agrément (1967), Précis d’alimentation des animaux sauvages en captivité (1971), ainsi que Pathologie des reptiles (1981-1983).

40Au Muséum, Chauvier consacra une grande part de son activité à la gestion de la ménagerie du Jardin des plantes. Il travailla sur ce plan en liaison étroite avec le laboratoire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux) de Jacques Berlioz*. Par ailleurs, Chauvier dispensa des cours à l’Institut d’élevage et de médecine vétérinaire des pays tropicaux.

Bibliographie

Chauvier (Guy), Titres et travaux scientifiques, 1962,10 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, n° ß 8802).

PJ

CHERBONNIER Gustave

né le 7 août 1909 à Angers (Maine-et-Loire), mort en octobre 1995
chaire de Malacologie, puis de Biologie des Invertébrés marins et malacologie
Malacologie, Zoologie des Échinodermes

41Autodidacte, Cherbonnier occupa dans sa jeunesse plusieurs emplois, dont celui de reporter aux Nouvelles. Il effectua son service militaire de 1928 à 1930, puis intégra le Muséum en 1934, comme attaché au secrétariat du directeur. Le jeune homme s’intéressa ensuite aux sciences naturelles, soutenu dans cette voie par Louis Germain*, qui guida ses premiers travaux au sein du laboratoire de Malacologie. Nommé en 1938 assistant de la chaire où il avait été accueilli, Cherbonnier poursuivit parallèlement une carrière de journaliste jusqu’au début de la seconde guerre mondiale. Il remplissait le jour ses obligations de service au Muséum et rédigeait la nuit des chroniques artistiques ou littéraires pour Le Petit Parisien. Brièvement mobilisé en avril 1940, Cherbonnier, qui œuvra dès 1941 dans la Résistance, inaugura en 1948 la longue série de ses missions aux laboratoires de Roscoff, de Banyuls, ainsi qu’à l’étranger. Il fut nommé dans le cadre du Muséum chef de travaux du laboratoire de Malacologie en 1960, maître de conférences sous-directeur en 1967, puis professeur sans chaire en 1974. Durant sa carrière, il voyagea à bord de La Calypso en mer Rouge (1951-1952) et dans l’océan Indien (1954), travailla à la Station océanographique de Salammbô en Tunisie (1955, 1956), partit aux Baléares sur le Lacaze-Duthiers (1957), effectua une mission à Madagascar (1959-1960) et dirigea une campagne de chalutage dans le golfe de Guinée (1964). Il prit sa retraite du Muséum en 1979, mais continua ses travaux pendant une dizaine d’années encore.

42Décrit comme travailleur, fier de ses origines angevines et amoureux de la langue française, Cherbonnier savait conter ses souvenirs avec humour. Il avait eu trois enfants de son mariage.

43Il consacra son œuvre scientifique à la zoologie descriptive ou systématique (incluant les caractères biologiques) des Invertébrés marins. Il travailla sur les Mollusques, décrivant par exemple les spécimens de la collection Arnould Locard, mais fut surtout un grand spécialiste des Échinodermes. Reprenant l’étude de cet embranchement, délaissée au laboratoire de Malacologie après la mort d’Edmond Perrier*, Cherbonnier dévolut la moitié de ses travaux aux Holothuries des régions antarctique, indopacifique et ouest-africaine. Il faut ajouter à cela diverses investigations concernant les Ophiures de Madagascar, les types d’Holothuries de Pierre Lesson, Jean Quoy et Joseph Gaimard, ainsi que les faunes d’Échinodermes de Tunisie ou des Pyrénées orientales. Parmi quelque deux cents publications dues à sa plume, citons le Roman des Échinodermes (1934), Les Mollusques de France de la collection Locard (neuf articles de 1942 à 1945), Les Holothuries de la mer Rouge (1954), Faune marine des Pyrénées orientales (fasc. 2) : Échinodermes (1958), Aldabra, l’île aux Tortues géantes (1964) – un récit de voyages illustré de photographies de l’auteur – et Faune de Madagascar : Échinodermes, Holothurides (1988).

Bibliographie

Cherbonnier (Gustave), Notice sur les travaux scientifiques, 11965], 23 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle).

Guille (Alain), “Memorial : Gustave Cherbonnier”, in Mooi (Rich), Telford (Malcolm) (sous la dir.), Echinoderms : San Francisco, Rotterdam : Balkema, 1998, pp. 29-30.

PJ

CHEVALIER Auguste, Jean-Baptiste

né le 23 juin 1873 à Domfront (Orne), mort le 4 juin 1956 à Paris
chaire des Productions coloniales d’origine végétale, puis d'Agronomie coloniale
Botanique, Phytogéographie

44Fils de modestes fermiers normands – sa mère ne savait ni lire ni écrire –, Chevalier grandit en pleine nature. Il fréquenta l’école communale de Saint-Front, s’initiant à la géologie sous l’amicale tutelle d’un ancien marin colonial, et poursuivit ses études comme boursier. Élève du collège de Domfront, puis du lycée de Caen, le jeune homme devint bachelier en 1891. Il se trouva chargé en 1893 par Octave Lignier de dresser le catalogue des herbiers de la faculté des sciences de Caen, où il s’était inscrit. Chevalier fit son service militaire en 1894, obtint en 1896 sa licence ès sciences naturelles, devint la même année préparateur du botaniste Charles-Eugène Bertrand à l’université de Lille et entra en 1897 comme boursier de doctorat dans la chaire de Botanique, Organographie et Physiologie végétale de Philippe Van Tieghem* au Muséum. De 1899 à1900, il participa à la mission soudanaise du général de Trentinian, qui devait décider de sa carrière future.

Auguste CHEVALIER

45Chevalier commença une longue série de voyages à travers le monde, après avoir été reçu docteur ès sciences en 1901. Cet héritier de la grande tradition des naturalistes voyageurs devait parcourir à pied, durant sa carrière, cinquante mille kilomètres à travers l’Afrique noire, le Sahara, l’Afrique du Nord, les îles du Cap-Vert, l’Indochine et le Brésil. Nommé en 1911 préparateur du laboratoire d’Agronomie coloniale de l’École pratique des hautes études au Muséum, il devint en 1907 sous-directeur, puis en 1912 directeur de ce service. Ses relations avec le Jardin des plantes se tendirent à cette époque pour diverses raisons, comme des envois d’échantillons végétaux incorrectement adressés ou des critiques mal ressenties. Mobilisé en 1914 à Argentan, avant de rejoindre le dépôt des Sénégalais de Menton, Chevalier se trouva mis à la disposition d’Albert Sarraut en 1917, afin de réorganiser les services agricoles. Nommé inspecteur général de l’agriculture et des forêts en 1919, il occupa en 1929 la chaire des Productions coloniales d’origine végétale nouvellement créée au Muséum dans le vieux bâtiment des Becquerel*. Il entra à l’Académie des sciences en 1937, resta fidèle à son poste du Jardin des plantes durant la seconde guerre mondiale, se retira en 1946 et mourut dix ans plus tard d’une défaillance cardiaque pendant son sommeil.

46Portant lorgnons et longues moustaches, Chevalier était doté d’une robuste constitution physique, qui lui permit de résister aux fièvres tropicales, ainsi qu’aux randonnées exténuantes. Cet aventurier de la science constamment sur la brèche, ce chef d’école, fut décrit comme généreux, enthousiaste, un peu fruste, idéaliste et aimant encourager les jeunes. Inadapté à la vie pratique, il marchait en ville droit devant lui, plongé dans ses réflexions, ce qui lui valut plusieurs accidents. Il fut par ailleurs un amateur passionné de musique africaine et un conteur intarissable.

47Chevalier construisit une œuvre scientifique importante dans les domaines de la phytogéographie, ainsi que de la botanique. Il jeta les fondements de la géographie botanique de l’Afrique noire, dressa des cartes de répartition des plantes, élucida la nature exacte de la forêt vierge et mit en évidence le rôle ancien du Sahara dans la dispersion des espèces végétales. Il se préoccupa aussi de la protection des ressources floristiques planétaires. En botanique, il décrivit de nombreuses espèces nouvelles au cours de ses voyages et s’attacha à l’étude des plantes utiles en agriculture, comme le kolatier, le théier, le cotonnier, l’arachide, les lianes à caoutchouc, les bois coloniaux et surtout les caféiers. Chevalier fut également l’un des pionniers de l’ethnobotanique, qu’il aborda par le biais de la plante. Il rédigea plus d’un millier de publications, parmi lesquelles L'Afrique centrale française (1908), l’Exploration botanique de l’Afrique occidentale française : énumération des plantes récoltées (1920), ainsi que Les Caféiers du globe (1929-1947) en trois volumes. Il faut ajouter à cela divers travaux relatifs à l’histoire de la botanique.

48Au Muséum, il rapporta de ses expéditions quatre-vingt mille échantillons d’herbier, dont soixante-dix mille d’origine africaine, neuf cents espèces de bois coloniaux et des dizaines de milliers de spécimens cryptogamiques ou zoologiques. Il créa en Guinée le Jardin botanique de Dalaba, en Indochine l’Institut scientifique de Saigon, deux écoles d’agriculture, deux stations d’essais, ainsi qu’une réserve forestière. Ayant brûlé en 1925, son premier laboratoire fut reconstruit grâce à un comité de patronage et transféré après 1940 dans un nouveau bâtiment. Enfin, Chevalier fonda la Revue de Botanique appliquée et d’Agriculture coloniale en 1921.

Bibliographie

Aubreville (André), “Un grand savant, un fervent ami de nos forêts tropicales, un grand colonial français n’est plus. Auguste Chevalier”, Bois et Forêts des Tropiques, juillet-août 1956, pp. 3-6.

Heim (Roger), “Notice biographique sur M. Auguste Chevalier”, Comptes Rendus hebdomadaires de l'Académie des Sciences, vol. 242, no 24, 1956, pp. 2785-2789.

Leroy (Jean-François), “Auguste Chevalier (1873-1956)”, Bulletin de la Société botanique de France, Mémoires 1956-1957, vol. 36, 1957 [publié en 1958], pp. 65-77.

Leroy (Jean-François), “Auguste Chevalier (1873-1956) : le plus illustre des botanistes normands”, Science et Nature, no 27, 1958, pp. 2-7.

Plantefol (Lucien), “Notice sur la vie et les travaux de Auguste Chevalier (1873-1956)”, Institut de France, Académie des Sciences, Notices et Discours, 1957-1962, vol. 4, 1964, pp. 249-268.

Portères (Roland), “Auguste Chevalier (1873-1956)”, Journal d’Agriculture tropicale et de Botanique appliquée, vol. 3, no 3-4, 1956, pp. 218-219.

Stehlé (Henri), “La Vie et l’œuvre du professeur Auguste Chevalier”, Bulletin de la Société française d’Histoire naturelle des Antilles, no 7-8, 1957-1958, pp. 38-42.

PJ

CHEVREUL Michel, Eugène

né le 31 août 1786 à Angers (Maine-et-Loire), mort le 9 avril 1889 à Paris
chaire des Arts chimiques, puis de Chimie appliquée aux corps organiques
Chimie

49Chevreul était le fils d’un membre distingué du corps médical qui devait, comme son épouse, dépasser l’âge de quatre-vingt-dix ans.

50Le jeune garçon entra en 1799 à l’école centrale d’Angers, où il fit de brillantes études, avant d’aller compléter en 1803 sa formation à Paris. Il étudia la chimie sous la direction de Nicolas Vauquelin* – auquel il avait été recommandé – et devint au Muséum le préparateur de son maître, puis en 1810 son aide-naturaliste dans la chaire des Arts chimiques. Chevreul échappa à la conscription napoléonienne en faisant partie du corps des pages du roi de Rome. Ayant obtenu en 1813 l’agrégation de sciences physiques, il professa au lycée Charlemagne jusqu’en 1828, date à laquelle il démissionna. Entre-temps, il avait été élu à l’Académie des sciences en 1826.

51Chevreul exerça la fonction d’examinateur de chimie à l’École polytechnique de 1821 à 1840 et celle de directeur des teintures à la Manufacture royale des Gobelins de 1824 à 1883. Au Muséum, où il était devenu en 1830 titulaire de la chaire des Arts chimiques laissée vacante trois ans plus tôt par Vauquelin, il fut plusieurs fois directeur : de 1836 à 1837, de 1840 à 1841, de 1844 à 1845, de 1854 à 1855, de 1858 à 1859, de 1862 à 1878. Il protesta lors de son dernier mandat – le plus difficile – contre le bombardement de l’établissement, survenu au cours de l’hiver 1871. Entre-temps, sa chaire du Muséum avait été rebaptisée Chimie appliquée aux corps organiques en 1850. Il montra la même longévité que ses parents, puisqu’il s’éteignit paisiblement trois années après la célébration solennelle de son centenaire. Il avait traversé sans encombre tous les régimes qui s’étaient succédé depuis la fin du règne de Louis XVI jusqu’à la Troisième République et était resté en tout quatre-vingts ans au Muséum. Ses obsèques, nationales, eurent lieu à Notre-Dame de Paris.

52Grand, les cheveux en bataille – car il ne portait jamais de couvre-chef-, Chevreul jouissait d’une robuste santé. Il ne buvait que de l’eau, s’astreignant par ailleurs à une stricte hygiène de vie. Ses contemporains le décrivirent comme un personnage serein, souriant, un peu égocentrique mais ne cherchant pas à briller, aimant discourir longuement, travaillant avec patience et lenteur. Chevreul, qui se surnomma lui-même “le doyen des étudiants de France”, ne fut pas un chef d’école. Dans son enseignement, dénué de toute éloquence mais attaché à la stricte vérité scientifique, il exposait avec simplicité ses idées, pour en imprégner ses auditeurs. Marié en 1818 à Sophie Davalet, il avait eu un fils qui mourut quelques jours avant lui.

53Chevreul fut l’auteur d’environ huit cents publications, parmi lesquelles figurent divers ouvrages. Son œuvre scientifique relève principalement de la chimie organique et industrielle. Pionnier de l’analyse immédiate, le chimiste précisa la notion de corps pur, proposant le point de fusion comme critère d’identité, ainsi que de pureté. Ses Considérations générales sur l’analyse organique (1824) apportèrent une contribution majeure au domaine concerné. Dans une autre direction, Chevreul réalisa de 1811 à 1823 une remarquable série de recherches sur les graisses animales. Il montra que celles-ci sont des combinaisons d’acides gras – dont il isola un nombre respectable – et de glycérine, étudia la réaction de saponification, reconnut la nature saline des savons, définit le cholestérol – nommé par lui “cholestérine” – comme une espèce chimique et découvrit l’alcool cétylique dans le spermacéti. Les Recherches sur les corps gras d’origine animale (1823) témoignent des investigations citées, riches de conséquences industrielles, telle la fabrication de la bougie stéarique brevetée avec Joseph Gay-Lussac*.

CHEVREUL E. – Page de couverture de : Roque (Georges), Bodo (Bernard), Viénot (Françoise) (sous la dir.), Michel Eugène Chevreul : un savant, des couleurs !, Paris : Muséum national d’Histoire naturelle, 1997, 277 p. (collection Archives).

54Chevreul étudia aussi les colorants naturels, ainsi que leur utilisation. Dans ce domaine, il publia des Leçons de chimie appliquées à la teinture (1829-1830) en deux volumes, regroupant les cours qu’il professa de 1826 à 1840 aux Gobelins. Les colorants orientèrent son intérêt vers la théorie des couleurs, d’où l’élaboration de célèbres “cercles chromatiques” et la publication De la loi du contraste simultané des couleurs et de l’assortiment des objets colorés (1839), un livre qui s’adresse plutôt aux artistes qu’aux scientifiques. Par ailleurs, Chevreul s’intéressa à l'agriculture, à l’hygiène, au spiritisme, à l’histoire et à la philosophie des sciences auxquelles il consacra plusieurs ouvrages, comme l’Histoire des connaissances chimiques (1866) ou De la méthode a posteriori expérimentale et de la généralité de ses applications (1870). Les travaux de Chevreul se trouvent notamment cités dans le roman L’Homme à l’oreille cassée d’Edmond About.

Bibliographie

Berthelot (Marcelin), “Chevreul”, Revue scientifique, vol. 19, no 1, 1903, pp. 1-15.

Costa (Albert), “Chevreul, Michel Eugène”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1971, vol. 3, pp. 240-244.

Fournier (Josette), “Michel-Eugène Chevreul (1786-1889) à la Société nationale d’agriculture”, L'Actualité chimique, no 11, 2000, pp. 38-43.

Kersaint (Georges), “La Vie et l’œuvre de Chevreul : aperçu chronologique”, Bulletin de la Société chimique de France, vol. 3, no 5, 1964, pp. 1657-1662.

Mentzer (Charles), “L'Enseignement de Chevreul au Muséum d’histoire naturelle”, Bulletin de la Société chimique de France, vol. 3, no 5, 1964, pp. 1654-1656.

Plouvier (Victor), “Historique des chaires de Chimie, de Physique végétale et de Physiologie végétale du Muséum d’histoire naturelle”, Bulletin du Muséum national d'Histoire naturelle, 4e série Miscellanea, vol. 3, 1981, pp. 93-155.

Roques (Georges), Bodo (Bernard), Vienot (François), Michel-Eugène Chevreul : un savant, des couleurs !, Paris : Muséum national d’histoire naturelle ; Études et réalisations de la couleur, 1997, 277 p. (Archives).

55PJ

CHIRAC Pierre

né en juillet 1648 à Conques (Aveyron), mort en [mars] 1732 à Marly (environ de Paris)
intendant du Jardin du roi
Anatomie, Botanique, Médecine

56Bien qu’ayant reçu du roi en juillet 1728 des lettres d’anoblissement, il semble que Pierre Chirac, fils d’un menuisier aveyronnais, n’ait jamais fait état de cette prérogative, fruit d’une largesse royale envers un serviteur méritant. Rien pourtant ne destinait ce jeune homme modeste à une si haute carrière : élève sans fortune des jésuites de Rodez, il se rendit ensuite à Montpellier afin d’y entreprendre des études de théologie. Pour assurer sa subsistance avant d’entrer dans une carrière religieuse, il se plaça comme précepteur chez un maître apothicaire de la ville dont deux des fils étudiaient la médecine. Tenté par cette voie, Chirac s’inscrit à son tour en 1680 à la faculté de médecine de Montpellier, dont il devient docteur le 1er septembre 1683. Il n’est plus alors le précepteur de la famille Carquet, mais celui des fils de Michel Chicoyneau, chancelier de l’Université. Outre ces revenus, il donnait des cours particuliers d’anatomie et put ainsi achever son cursus. Son diplôme en poche, il se mit à exercer son art. Avec l’appui de Chicoyneau et d’Antoine d’Aquin*, il obtient la place de professeur laissée vacante par le décès de Jérôme Tenque, en 1687. Aussi heureux dans l’enseignement de la médecine que dans sa pratique, il attirait de nombreux étudiants. Il quitta néanmoins Montpellier pour suivre l’armée, participant aux campagnes du Roussillon et de la Charente. Recommandé par le comte de Nocé au duc Philippe d’Orléans, il accompagna ce dernier en Italie en 1706 et en Espagne en 1707-1708, où il soigna son bras d’une blessure reçue au siège de Turin. Satisfait de ses services, le duc d’Orléans en fit un officier général, avec le titre nouveau de médecin des camps et armées du roi. Après un dernier séjour à Montpellier, il fixa sa pratique à Paris et devint en 1715, à la mort de Guillaume Homberg, le premier médecin du duc d’Orléans, devenu régent.

57En 1718, la mort de Louis Poirier*, premier médecin de Louis XV et, de par les liens qui unissaient les charges entre elles, surintendant du Jardin royal des plantes, posa la question de sa succession. Comme d’autres fois par le passé, il fut finalement décidé de séparer les deux fonctions. Claude Jean-Baptiste Dodart fut nommé par Louis XV son premier médecin et le jardin fut confié à Pierre Chirac, avec le titre d’intendant.

58Si l’on en croit Antoine-Laurent de Jussieu*, son “devoir d’historien [le] force à dire que cette nomination fut un malheur pour l’établissement”. Gageons plutôt qu’il obéit là à son devoir de neveu, car des multiples griefs que l’historiographe du jardin fait à l’intendant, il semble que le principal soit de ne pas avoir porté tout le soin voulu à la botanique, dont ses deux oncles, Antoine* et Bernard de Jussieu*, avaient la charge, le premier en qualité de professeur de botanique, l’autre en qualité de sous-démonstrateur de l’extérieur des plantes. Considéré sous un autre point de vue, le passage de Chirac au jardin semble avoir été bénéfique : il réorganisa l’établissement en 1729, créant un Cabinet d’histoire naturelle en lieu et place du droguier. Bon administrateur, malgré les assertions de Bernard de Fontenelle à son égard, le Jardin du roi semblait dans un état satisfaisant quand Chirac mourut, sans doute en mars 1732. Charles-François du Cisternay du Fay* lui succéda comme intendant et son gendre et ancien élève François Chicoyneau devint premier médecin du roi.

59D’un naturel peu aimable, mais d’une influence importante sur Louis XV dont il devint le premier médecin en 1730, Chirac fut sévèrement critiqué. Mais, il montra tout au long de sa vie de réelles qualités médicales et un sens précis de ce qu’il convenait de faire pour améliorer les services de santé du royaume : sans avoir rien publié d’important, ses théories sur la peste étaient en avance sur celles d’autres médecins et il fut à l’origine de plusieurs réformes dans le monde médical, en particulier la création d’une académie de médecine.

Bibliographie

Astruc (Jean), Mémoires pour servir à l’histoire de la faculté de médecine de Montpellier, Paris : P. G. Cavelier, 1767. Dulieu (Louis), La Médecine à Montpellier, [Avignon] : Presses universelles, 1975-[1990], 8 volumes.

Fontenelle (Bernard Le Bovier de), “Éloge de M. Chirac”, in Histoire de l’Académie des sciences, Paris : impr. royale, 1735, p. 120.

Hamy (Ernest-Théodore), “Chirac et la salle des squelettes du Jardin du roi”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, vol. 13, 1907, pp. 102-104.

Jussieu (Antoine-Laurent de), “Quatrième notice historique sur le Muséum d’histoire naturelle”, Annales du Muséum national d’Histoire naturelle, vol. 4,1804, pp. 1-19.

PH

CHOPARD Lucien, Maurice

né le 30 août 1885 à Paris, mort le 16 novembre 1971 à Paris
chaire d’Entomologie
Entomologie (Orthoptères)

60Fils d’un bijoutier, Chopard fut membre de la Société entomologique de France dès 1901. Il mena de front des études supérieures et une activité professionnelle rémunératrice, exerçant peut-être le métier de joaillier. Licencié en 1911, il fut alors introduit dans le service de Louis Bouvier* au Muséum, devint docteur ès sciences en 1920, puis se trouva chargé la même année par Paul Marchai d’étudier les causes de l’envahissement du midi de la France par la Fourmi d’Argentine. Chopard travailla ensuite au Jardin des plantes sans occuper officiellement de poste, jusqu’à ce que son ami René Jeannel* lui confie la direction du vivarium en 1931, une place d’assistant au laboratoire d’Entomologie en 1932, puis la sous-direction du service en 1936. Ayant vu sa mise à la retraite comme sous-directeur différée de deux ans, il devint en 1949 maître de recherche au CNRS, ainsi que directeur du vivarium de l’Institut de génétique. Il succéda en 1951 à Jeannel comme professeur titulaire de la chaire d’Entomologie du Muséum, mais changea peu sa manière de travailler. Chopard prit finalement sa retraite professorale en 1955, continuant de fréquenter durant de nombreuses années son laboratoire : la veille de sa mort, il y œuvrait encore.

61Chopard fut décrit comme un travailleur aussi discret qu’efficace, un collègue sympathique livrant peu de sa vie privée. Marié en 1909 avec Georgette Dumont, dont il avait eu un enfant, il épousa en secondes noces Berthe Blondeau à l’automne 1918.

62Chopard consacra tous ses travaux entomologiques aux Orthoptères, qu’il étudia sous l’angle de la systématique, de la morphologie et de la biologie. Il s’intéressa notamment aux espèces cavernicoles ou fossiles appartenant à l'ordre concerné, à la Mante religieuse dont il observa certains parasites et fut un spécialiste mondialement reconnu de la taxonomie des Gryllidés. De plus, Chopard se préoccupa de biogéographie, collaborant à l’étude du peuplement entomologique de diverses régions, comme la Corse ou les déserts nord-africains. Citons, parmi les trois cent vingt-neuf publications qui lui sont dues, une Faune des Orthoptères de France (1912-1922), La Biologie des Orthoptères (1938) et La Vie des Sauterelles (1945). Chopard fournit également une importante contribution au Traité de zoologie de Pierre-Paul Grassé. Enfin, les missions à l’étranger auxquelles il participa – aux Açores, à Madère, en Côte-d’Ivoire ou au Maroc – lui permirent d’enrichir les collections du Muséum de nombreux spécimens.

Bibliographie

Aguilar (Jacques d’), “Le Professeur Lucien Chopard”, Bulletin de la Société entomologique de France, vol. 76, 1971, pp. 240-241.

Aguilar (Jacques d’), “In memoriam : Lucien Chopard (1885-1971)”, Annales de la Société entomologique de France, vol. 8, no 4, 1972, pp. 749-766.

Lhoste (Jean), Les Entomologistes français : 1730-1950, Paris : INRA-OPIE, 1987, pp. 172-173.

PJ

CIARPAGLINI Pierre

né le 12 septembre 1933 à Troyes (Aube)
chaire d’Éthologie des Animaux sauvages, puis d’Éthologie et conservation des espèces animales
Ornithologie

63Né dans une famille très modeste, Ciarpaglini fit ses études supérieures à l’École nationale vétérinaire d’Alfort, dont il sortit diplômé en 1957. Il manifesta dès cette époque de sa vie une véritable passion pour les Oiseaux. Appelé sous les drapeaux durant la guerre d’Algérie, Ciarpiglini exerça ensuite un an en clientèle rurale à Bernay (Eure). Il désirait cependant travailler sur la faune sauvage, ce qui explique son entrée dès 1961 au Muséum, comme assistant de la chaire d’Éthologie des Animaux sauvages de Jacques Nouvel*. Ciarpaglini travailla sept ans au Parc zoologique de Vincennes, puis se vit confier en 1966 la direction du domaine de Clères, dont il assura la gestion conjointement avec Jean Delacour jusqu’en 1978. À cette date, Delacour légua définitivement le parc zoologique au Muséum et se retira. Ciarpigliani, qui était devenu maître de conférences sous-directeur de la chaire d’Éthologie des Animaux sauvages en 1974, fut nommé professeur l’année de la suppression des postes de sous-directeurs. Il souffrit de troubles cardiaques à la fin de l’année 1995 et prit sa retraite en 1996.

64Œuvrant dans le domaine de l’ornithologie, Ciarpaglini fut un spécialiste de la faune aviaire en captivité. Il développa cette thématique de recherche au sein du domaine de Clères, mettant au point le régime alimentaire des Flamants et obtenant des réalisations de pointe dans l’élevage ou la reproduction des Émeus, des Tangaras, des Paradoxornis, des Kookaburra, des Grues (Grue antigone. Demoiselle de Numidie, Grue couronnée noire), ainsi que de l’Oie-pie. Parmi les publications de Ciarpaglini figurent l’adaptation française de Pheasants of the World, intitulée Tous les faisans du monde (1983) – rédigée en collaboration avec Delacour – et Conservation et Studbook international du faisan d’Edwards (Lophura edwardsi) (1997) – en collaboration avec divers auteurs.

65Au domaine de Clères, Ciarpaglini déploya des efforts incessants afin d’assurer le développement, le bon fonctionnement – et parfois même la survie – du parc ornithologique. Il dut faire face à d’innombrables difficultés financières ou de personnel, n’hésitant pas à réaliser lui-même des travaux ingrats. Heureusement, le vétérinaire put obtenir en 1989 la signature d’une convention avec le département de la Seine-Maritime, lequel consentit des investissements. Ciarpaglini fut par ailleurs conseiller scientifique pour la création du parc ornithologique de Villars-les-Dombes et du Centre du gibier sauvage de Slimbridge en Angleterre. Enfin, il fut investi par le ministère de l’Environnement de nombreuses missions ou expertises.

Source

Document manuscrit de 4 p. de Hennache (Alain) et Dubost (Gérard) (conservé à la ménagerie du Muséum national d’histoire naturelle).

PJ

CISTERNAY DU FAY Charles-François de

né le 14 septembre 1698 à Paris, mort le 16 juillet 1739 à Paris
intendant du Jardin du roi
Chimie, Physique

66Issu d’une famille de soldats, Charles-François Du Fay devait, comme son père, Charles Jérôme Cisternay du Fay, connaître à la fois les honneurs du champ de bataille et les séductions de la science. Ce dernier, lieutenant aux gardes françaises, blessé à la cuisse au siège de Bruxelles en 1695, abandonna la carrière des armes pour se consacrer à sa passion de bibliophile. Il fut ainsi possible pour son fils de côtoyer un monde de savants et de lettrés, tout en recevant l’éducation militaire convenable à son état. Charles-François entra donc dans le régiment de Picardie à quatorze ans et poursuivit cette voie qui le mena jusqu’à Rome, où il accompagna le cardinal Armand de Rohan. Nommé adjoint-chimiste à l’Académie royale des sciences en 1723, il en devint associé en 1724 ; il fit alors le choix définitif du savoir et quitta le service. Sept ans plus tard, en 1731, il portait le titre de pensionnaire chimiste. Or en 1732, la mort de Pierre Chirac* posa le problème de l’avenir du Jardin du roi : devant l’incurie des surintendants successifs, devant les négligences de certains intendants, le ministre fut d’avis de séparer pour toujours la direction de l’établissement de la charge de premier médecin du roi, de supprimer les surintendants et de nommer à la tête du Jardin un intendant capable et dévoué. Du Fay fut choisi, peut-être grâce à l’intervention des frères Jussieu*. Personne n’eut jamais à regretter cette décision : ami des célèbres botanistes, il fit de son mieux pour les seconder dans leur entreprise de reconstruction du Jardin. Il alla en Hollande et en Angleterre pour chercher des plantes nouvelles (on lui doit la plantation du célèbre cèdre du Liban dans le labyrinthe du Jardin), il favorisa l’acclimatation des végétaux en aménageant des serres, il améliora l’enseignement par la construction d’un nouvel amphithéâtre, il donna au Cabinet du roi un éclat nouveau, avec l’aide de Bernard de Jussieu* à qui il en avait confié la garde : il sut convaincre Louis XV d’y déposer sa collection de coquilles et il légua lui-même sa très belle collection de pierres précieuses lorsqu’il fut emporté par une attaque subite de petite vérole, en 1739.

67De son origine, Cisternay du Fay sut garder l’aisance en cour et le commerce facile des hommes influents. Il savait plaider et obtenir, ce qui favorisa le développement et le rayonnement du Jardin du roi. Aimable et curieux de tout, sa formation de chimiste se doublait d’un vif intérêt pour la physique ainsi que pour toutes les autres matières enseignées au Jardin. N’étant pas médecin, il orienta définitivement le Jardin du roi vers le prestigieux centre de recherche et d’étude que devait diriger Georges-Louis Buffon* après lui. Car c’est à lui que l’on doit d’avoir suggéré à Maurepas cet illustre successeur, dont la candidature était alors fortement concurrencée par celle du botaniste Henri Louis Duhamel Du Monceau.

68Outre le rayonnement qu’il sut donner au Jardin du roi à travers l’Europe grâce à une habile et active politique d’échanges, Cisternay du Fay pouvait s’enorgueillir d’un certain nombre de travaux remarquables dans des domaines divers, comme en témoignent ses mémoires sur la salamandre, la sensitive, la rosée, et surtout ses recherches de physique expérimentale sur les miroirs, la phosphorescence ou l’électricité.

Bibliographie

Becquerel (Henri), “Notice sur Charles-François Cisternay du Fay, physicien, intendant du Jardin royal des plantes”, in Centenaire de la fondation du Muséum d’histoire naturelle, volume commémoratif publié par les professeurs du Muséum, Paris : impr. nationale, 1893, pp. 165-185. Fontenelle (Bernard Le Bovier de), “Éloge de M. du Fay”, in Histoire de l’Académie des sciences, Paris : impr. royale, 1741, pp. 73-83.

Jussieu (Antoine-Laurent de), “Quatrième notice historique sur le Muséum d'histoire naturelle”, Annales du Muséum national d’Histoire naturelle, vol. 4, an XII [1804], pp. 1-19.

PH

CLÉMENT Ch.

dates inconnues (XIXème siècle)
chaire d'Anatomie humaine
Anatomie

69Docteur en médecine de la faculté de Paris, médecin de l’hôpital de la Pitié, Clément entra au Muséum en 1826 comme aide-anatomiste. Il fut d’abord rétribué mensuellement au titre d’“employé supplémentaire”, avant de se trouver titularisé en 1832. Cette même année, Clément ne put obtenir la chaire d’Anatomie humaine d’Antoine Portai*, qu’il avait suppléé gratuitement durant quinze ans au Jardin des plantes et au Collège royal. Il fut finalement licencié en 1833 par les professeurs du Muséum, pour raisons de service. Clément publia des Tables synoptiques et mnémoniques d’anatomie humaine (1832).

Source

Documents Muséum (d’après les archives d’É.-R. Brygoo).

PJ ERB

CLOËZ François, Stanislas

né le 24 avril 1817 à Ors (Nord), mort le 12 octobre 1883 à Paris
chaire des Arts chimiques, puis de Chimie appliquée aux corps organiques
Chimie

70Cloëz était fils de métayer. Après avoir fréquenté les collèges du Cateau et de Valenciennes, il fit des études de pharmacie qu’il acheva à Paris, où il fut nommé interne en 1841. Il se perfectionna ensuite en chimie sous la direction de maîtres prestigieux, tels Victor Regnault, Théophile Pelouze, ou Edmond Frémy* dont il fut l’élève en 1845 à l’École polytechnique. En 1846, Cloëz entra au Muséum comme aide-naturaliste, dans le laboratoire des Arts chimiques d’Eugène Chevreul*. Il fut nommé répétiteur de chimie à l’École polytechnique en 1851, puis soutint sa thèse de doctorat ès sciences en 1866, date à laquelle il devint également pharmacien de première classe. Entre-temps, Cloëz avait fait des études de médecine, achevées par l’obtention du diplôme en 1869. Il remplaça en 1867 Louis Pasteur dans son emploi de professeur de physique, chimie et géologie à l’école des beaux-arts de Paris, dix ans avant de prendre la succession d’Auguste Cahours comme examinateur de sortie à l’École polytechnique. Au Muséum, il resta aide-naturaliste jusqu’à son décès, provoqué par une affection douloureuse qui assombrit ses derniers jours.

71Cloëz laissa le souvenir d’un homme juste, simple et bienveillant. Expérimentateur habile autant que consciencieux, il consacra l’essentiel de sa vie à la science. Le fils - Charles Louis-, qu’il avait eu de son mariage en 1855 avec Claire Vulpian, fut élève de Chevreul et de Frémy.

72L'œuvre de Cloëz, matérialisée par quatre-vingts publications, concerne la chimie minérale, organique ou analytique. Elle aurait pu acquérir une dimension supérieure si son auteur s’était montré plus audacieux, moins fidèle aux conceptions de ses maîtres. Quoi qu’il en soit, le chimiste isola l’eucalyptol, une oléomargarine, prépara la cyanamide, les éthers cyaniques, les bases éthylèniques, étudia le chlorosulfure d’antimoine, la cristallisation de l’or, l’iode, le soufre, introduisit de nouvelles méthodes d’analyse, s’intéressa à la composition du caoutchouc, à la respiration des plantes et au phénomène de nitrification. Enfin Cloëz, qui fut l’un des fondateurs de la Société chimique de France, suppléa parfois Chevreul ou surtout Georges Ville* dans leur enseignement.

Bibliographie

Frémy (Edmond), “Discours sur Cloëz”, Nouvelles Archives du Muséum national d’Histoire naturelle de Paris, 2e série, vol. 6, 1883-1884, pp. 4-7.

Grimaux (Édouard), “Notice biographique : F. S. Cloëz”, Bulletin de la Société chimique de France, vol. 41, 1884, pp. 146-157.

Plouvier (Victor), “Historique des chaires de Chimie, de Physique végétale et de Physiologie végétale du Muséum d’histoire naturelle”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 4e série Miscellanea, vol. 3, 1984, pp. 93-155.

PJ

COINEAU Yves, Pierre

né le 6 juillet 1934 à Coussac-Bonneval (Haute-Vienne) chaire de Zoologie (Arthropodes)
Acarologie

73Ayant réussi ses baccalauréats en 1954, Coineau obtint à Poitiers sa licence ès sciences naturelles en 1959, puis à Limoges un diplôme d’études supérieures. Il exerça successivement les fonctions d’assistant au laboratoire Arago de Banyuls-sur-mer (1960-1966), chargé en 1964 de l’organisation, ainsi que de la direction du Centre d’écologie méditerranéenne du Mas de la Serre, de maître-assistant dans le même laboratoire (de 1966 à 1971) et de chargé d’enseignement à l’université de Montpellier (1970-1978). Docteur ès sciences en 1971, Coineau fut nommé la même année directeur du laboratoire de Zoogéographie de l’université de Montpellier. Il devint en 1979 le dernier professeur titulaire de la chaire de Zoologie (Arthropodes) du Muséum, où il prit la succession de Max Vachon*. Marié en 1959 avec Nicole Maumy (directrice de recherches au CNRS, spécialiste des Crustacés interstitiels), le scientifique a eu de cette union deux enfants : une fille et un fils.

74Coineau a consacré ses travaux scientifiques aux Acariens Opilioacarida et Actinedida libres, envisagés sous les angles de la systématique évolutive, de la morphologie fonctionnelle, de l’éthologie et de l’écologie. Ses recherches ont concerné des groupes d’Acariens qui peuplent des milieux extrêmes dans les régions arides (Afrique australe en particulier) : les Caeculidae et les Saxidromidae des rochers nus et de leurs fentes, ainsi que les Nematalycidae et les Micropsammidae du milieu intersticiel aérien des sables très fins, dont Coineau a mis en évidence l’originalité. Parmi ses publications figurent : Contribution à l’étude des Caeculidae (1963-1974), Éléments pour une monographie morphologique, écologique et biologique des Caeculidae (Acariens) (1971), À propos de quelques caractères particulièrement primitifs de la prélarve et de la larve d’un Opilioacaridae du Gabon (1973), Un type nouveau d'Acariens Prostigmates libres, les Saxidromoïdea, nouvelle super-famille (1974), Les Parades sexuelles des Saxidrominae Coineau 1974 (Acariens, Prostigmates, Adamystidae) (1976) et Découverte d’un nouveau peuplement psammique : les Microarthropodes du milieu interstitiel aérien des sables fins (1978). Coineau est aussi l’auteur de huit ouvrages destinés au grand public, rédigés seul ou en collaboration, et touchant à divers domaines : les microarthropodes du sol, la bionique, la survie dans la nature, le dessin scientifique, le Varroa (Acarien parasite des abeilles). La plupart de ces livres ont fait l’objet de versions en langues étrangères (espagnol, allemand, japonais).

COINEAU Y. Grandjeanicus gabonensis Coineau, Theron & Valette, 1997 (Acarien, Alycina) possède à l’extrémité de sa première paire de pattes (B) un long poil cilié qui constitute l'élément le plus visible du premier système de communication sonore connu chez les acariens. A. femelle, vue de profil ; B. extrémité de la patte I droite, vue latérale ; C. représentation schématique de l’ensemble du système acoustique émetteur-récepteur original constitué par trois phanères. Issu de : Coineau (Y.), Theron (T. H.), Valette (C.), “Une association de phanères, constituant probablement un système de communication sonore original chez les Acariens”, Acarologia, vol. 38, no 2, 1997, pp. 111-116, figs 1 et 2.

75Dès sa nomination au Muséum, Coineau s’est également consacré à la vulgarisation scientifique à travers des expositions sur la bionique et des films – réalisés avec A. Devez – sur les Acariens (“Les Saxidrominae, Acariens Prostigmates libres”), ou l’écologie désertique (“Surprenant désert”). On doit au naturaliste un concept muséologique nouveau, celui de “microzoo”, réalisé d’abord au parc zoologique de Paris, puis à la ménagerie du Jardin des plantes. Les “télémicros” équipant l’installation permettent aux visiteurs d’accéder directement, grâce à des microscopes télécommandés et sonorisés, à l’observation interactive des animaux minuscules qui nous entourent. Ce concept a été transposé, pour le domaine marin, au “microaquarium” du Musée océanographique de Monaco.

Bibliographie

Coineau (Yves), Titres et travaux scientifiques, Montpellier, 1978, 87 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, n° ß 8704).

PJ

CONQUÉRÉ Fernand

né le 6 octobre 1936 à Agen (Lot-et-Garonne), mort le 24 mars 1983
chaire de Minéralogie
Pétrographie

76Conquéré, qui fut licencié ès sciences en 1960, passa un an plus tard des certificats additionnels de géologie structurale, d’hydrogéologie, de métallogénie et de pétrographie. Il entra en 1961 au Muséum, comme chargé de fonctions d’assistant dans la chaire de Minéralogie. Nommé assistant en 1962, Conquéré obtint son doctorat de troisième cycle en 1966, devint l’année suivante collaborateur de la Carte géologique de France et accéda au grade de maître-assistant en 1971. Il soutint sa thèse de doctorat ès sciences en 1978, ce qui lui permit d’occuper le poste de sous-directeur de la chaire de Minéralogie. Du mariage de Conquéré étaient nés deux enfants.

77Spécialisé dans le domaine de la pétrographie, Conquéré précisa d’abord l’histoire géologique de la partie nord du synclinal de Chateaulin dans la région de Huelgoat (Finistère). Il effectua ensuite des recherches sur la composition minéralogique des basaltes et de leurs enclaves, ainsi que sur des roches ultrabasiques présentes en France dans les Pyrénées : les péridotites de “type alpin”. Pour éclairer la genèse de ces roches, Conquéré invoqua un phénomène de cristallisation fractionnée. Citons parmi les publications du pétrographe : Données nouvelles sur les spinelles des basaltes alcalins : les ferripléonastes (1968) – avec Jean Babkine et Jean-Claude Vilminot –, Le Massif granitique de Huelgoat (1969), Les Pyroxénolites à amphibole et les amphibolites associées aux lherzolites du gisement de Lherz (Ariège, France) : un exemple du rôle de l’eau au cours de la cristallisation fractionnée des liquides issus de la fusion partielle des lherzolites (1971) et Petrologie des complexes ultrafamiques de l’Ariège (1978).

78Au Muséum, Conquéré consacra une partie de son temps à mettre en valeur la collection de pétrographie – héritage d’Alfred Lacroix* – du service de Minéralogie. Il participa à l’enseignement de géologie à la faculté des sciences de Paris et fut chargé de cours à la faculté d’odontologie de Montrouge.

Bibliographie

Conquéré (Fernand), Titres et travaux scientifiques, 1972, 17 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, n° ß 8708).

PJ

COPPENS Yves, Jean, Édouard

né le 9 août 1934 à Vannes (Morbihan)
chaire de Paléontologie, puis d'Anthropologie et Ethnologie
Paléoanthropologie, Paléontologie, Préhistoire

79Fils d’un professeur et d’une pianiste, Yves Coppens passa la plupart de ses années d’enfance en Bretagne, où il se prit de passion pour la préhistoire et l’archéologie. Il fréquenta le lycée de Vannes, obtint son baccalauréat en 1951, puis sa licence ès sciences en 1954 à Rennes. Devenu stagiaire du CNRS chez Jean Piveteau à la Sorbonne en 1956, Coppens accompagna la même année Jean-Pierre Lehman* au laboratoire de Paléontologie du Muséum. Il présenta ensuite un CES d’histoire de l’art devant la faculté des lettres de Paris, ainsi qu’un troisième cycle de paléontologie devant la faculté des sciences. Nommé attaché de recherche du CNRS en 1958, Coppens remplit ses obligations militaires de 1961 à 1963 et occupa un poste de chargé de recherche de 1967 à 1969. Il effectua quatre expéditions au Tchad durant cette période, au cours de laquelle il entra en contact avec de grands paléontologues contemporains, tels Louis Leakey ou Camille Arambourg*. Ce dernier ayant choisi son jeune collègue comme héritier scientifique, les deux hommes réalisèrent ensemble dès 1966 des fouilles en Algérie, puis conçurent un an plus tard l’expédition internationale de l’Omo en Éthiopie. Nommé sous-directeur du laboratoire d’Anthropologie et Ethnologie du Muséum en 1969, Coppens devint professeur titulaire de la chaire correspondante et directeur du laboratoire d’Anthropologie du Musée de l’Homme en 1980. Il avait assuré entre-temps la co-direction de nombreuses missions scientifiques en Éthiopie, à Djibouti ou au Cameroun, soutenant en 1979 sa thèse de doctorat d’État. En 1983, il quitta le Muséum pour occuper la chaire de Paléoanthropologie et Préhistoire du Collège de France.

80Coppens, qui a épousé en 1959 Françoise Le Guennec, puis en 1982 Martine Lebrun, est devenu à l’âge de soixante et un ans le père d’un petit garçon prénommé Quentin.

81Coppens œuvra dans les domaines de la paléontologie, de la paléoanthropologie et de la préhistoire. Il conduisit des recherches sur des fossiles mammaliens du Plio-Pléistocène, notamment des Proboscidiens. Mais ce furent surtout les travaux de paléontologie de Coppens qui le rendirent célèbre sur le plan international. Il co-dirigea de 1972 à 1977, avec Donald Johanson et Maurice Taieb, l’“International Afar Research Expedition” ; la mission en question permit la découverte, au mois de novembre 1974 dans la vallée de l’Awash, du fameux squelette d’Australopithèque baptisé “Lucy”. D'autres fossiles pré-hominiens furent décrits par Coppens, auteur de l’hypothèse de l’“H(Omo) Event” et de celle, plus célèbre, de l’“East Side Story” : selon cette dernière, les Hominidés auraient émergé pour la première fois en Afrique orientale, à l’est de la vallée du Rift. Parmi plus de huit cents publications dues à sa plume, citons : Les Faunes de Vertébrés du Pliocène et du Pleistocene ancien (1974), Le Singe, l’Afrique et l’Homme (1983), Les Faunes pliopléistocènes de la basse vallée de l’Omo, Éthiopie : les Périssodactyles, les Artiodactyles (1986), Préambules, les premiers pas de l’Homme (1988), Le Rêve de Lucy (1990), Origines de la bipédie chez les hominidés (1992), Les Origines de l’homme (1998), Le Genou de Lucy (1999) et Aux origines de l’humanité (2001) – avec Pascal Picq. Coppens a enfin fait bénéficier de son expertise ou de sa direction scientifique de très nombreuses manifestations, expositions ou documentaires évoquant l’évolution de l’Homme.

Source

Renseignements fournis par l’intéressé.

Bibliographie

Boncenne (Pierre), “Yves Coppens : scientifique, pas missionnaire : Entretiens”, Le Monde de l’Éducation, no 277, 2000, pp. 13-18.

Coppens (Yves), Titres et travaux, 1979, 104 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, n° ß 8707).

Coppens (Yves), “Allocution de monsieur Yves Coppens, Professeur au Muséum national d’histoire naturelle”, in Hommage à Jean-Pierre Lehman à l’occasion de la remise de son épée d’Académicien par monsieur le Professeur Jean Piveteau, Membre de l’Institut, Gap : impr. Louis Jean, 1981, pp. 9-11.

Coppens (Yves), Titres et travaux d’Yves Coppens, Alençon : impr. alençonnaise, 1985, 47 p. (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, n° ß 9230).

Coppens (Yves), Le Genou de Lucy, Paris : Odile Jacob, 1999, pp. 141-171.

PJ

CORDIER Pierre, Louis, Antoine

né le 31 mars 1777 à Abbeville (Somme), mort le 30 mars 1861 à Paris
chaire de Géologie
Géologie, Minéralogie

82Cordier était le fils d’un commerçant et échevin d’Abbeville, devenu par la suite jurisconsulte. Le jeune garçon, ayant achevé à l’âge de dix-sept ans de bonnes études classiques dans sa ville natale, gagna Paris en 1794. L'année suivante, il entra à l’École des mines où professaient alors Nicolas Vauquelin*, René-Just Haüy* et Déodat de Dolomieu*, car il était désireux de faire carrière dans le génie civil ou militaire. Cordier assista parallèlement aux cours de l’École polytechnique, eut l’occasion d’explorer en 1795 le centre de la France sous la direction de l’ingénieur Miché, obtint son diplôme d'ingénieur en 1797, puis accompagna dans un parcours à travers les Alpes son maître Dolomieu. C’est comme assistant de ce dernier qu’il partit en 1798 pour l’Égypte, avec l’expédition de Bonaparte. Les deux hommes, lorsque prit fin leur aventure africaine, furent emprisonnés à Tarente, puis transférés à Messine au cours du printemps 1799. Mais Cordier, plus chanceux que son maître, retrouva rapidement sa liberté, ainsi que sa patrie, à la fin de l’année 1799. Il devint ingénieur des Mines en 1801, visitant l’Espagne et les Canaries, avant de devoir rentrer au pays en 1803 à cause de la rupture du traité d’Amiens. Nommé successivement dans les départements du Tarn, du Lot, de l’Aveyron (1807), puis des Apennins (1809), Cordier gravit les échelons au sein du corps des Mines : il fut promu ingénieur en chef en 1809 et devint inspecteur divisionnaire l’année suivante.

83Il entra au Muséum en 1819, comme professeur titulaire de la chaire de Géologie, laissée vacante par le décès de Barthélémy Faujas de Saint-Fond*, puis fut élu en 1822 à l’Académie des sciences. Les prises de hautes fonctions se succédèrent par la suite : maître des requêtes au Conseil d’État en 1830, inspecteur général des mines pour le sud-ouest de la France en 1832, vice-président du Conseil des mines, conseiller d’État en service extraordinaire en 1837, Cordier devint pair de France en 1839. Il assura en outre trois fois la direction du Muséum : en 1824-1825, 1832-1833 et 1838-1839. Après la révolution de 1848, il revint à ses occupations universitaires, ainsi qu’à ses voyages. Cordier, qui mourut au Muséum d’une maladie d’estomac, fut inhumé comme il l’avait souhaité selon le rite protestant. L'établissement où il s’était illustré acquit ensuite sa collection personnelle et sa bibliothèque.

84Bénéficiant d’un physique agréable, Cordier fut décrit comme un homme sage, d’une politesse un peu froide, digne sans être fier, simple et bienveillant. Il ne promettait jamais, mais faisait son possible pour satisfaire de justes demandes. Ayant épousé en 1817 la nièce du géologue Louis Ramond de Carbonnières, mademoiselle Étienne Marie Borgella, il fut père de dix enfants : quatre filles et six fils, dont plusieurs moururent prématurément.

CORDIER L. – Lithographie de Bailly.

85Cordier, malgré les charges de toutes sortes dont il se trouva investi, fut l’auteur de très nombreux articles ou mémoires. Il s’intéressa d’abord à la minéralogie, ainsi qu’en témoignent son Mémoire sur le mercure argentai (1802) ou sa Description du dichroïte, nouvelle espèce minérale (1808). Dans le domaine minier, il publia une vue d’ensemble précieuse sur le plan pratique, intitulée Sur les mines de houille de France et l’importation des houilles étrangères (1815). Cordier s’attacha ensuite à des études de géologie générale. Il travailla sur l’origine des calcaires, des dolomies, et son mémoire Sur les substances minérales dites en masse, qui servent de base aux roches volcaniques (1816), en démontrant la similitude existant entre les laves anciennes et celles issues des volcans actifs, contribua à éclaircir la genèse des basaltes. Quant à son Essai sur la température de l’intérieur de la terre (1827), il établit un gradient d’ancienneté correct des couches périphériques du globe, tout en reliant la formation des volcans à l’action d’un magma brûlant central. Certains travaux de Cordier furent publiés à titre posthume par Alcide d’Orbigny*.

86Attaché à la pratique de ce qu’il appelait la “géologie positive”, c’est-à-dire celle des faits, Cordier fut un naturaliste de terrain, adepte de voyages réguliers en Europe. Il contribua à fonder la pétrographie en essayant de déterminer les proportions des minéraux constituant les roches grâce à une séparation mécanique. Au Muséum, il fut le véritable créateur des collections géologiques de l’établissement : il fit passer durant son professorat le nombre des échantillons de mille cinq cents à deux cent mille. Il prononça par ailleurs au Jardin des plantes une quarantaine de leçons par an, au lieu des vingt réglementaires. Enfin, les responsabilités administratives dont il se trouva chargé par le gouvernement français l’amenèrent à présider toutes les commissions du ministère des Travaux publics en relation avec le corps des Mines et à participer au développement des chemins de fer, de la navigation à vapeur, ainsi que du réseau routier de son pays.

Source

Dossier personnel (Archives nationales, AJ 15, no 544).

Bibliographie

Bertrand (Joseph), “Notice historique sur M. Pierre-Louis-Antoine Cordier : lue dans la séance publique annuelle du 17 décembre 1894”, Mémoires de l’Académie des Sciences, vol. 47, 1904, pp. 97-121.

Burke (John), “Cordier, Pierre-Louis-Antoine”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.). Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1971, vol. 3, pp. 411-412.

Jaubert (Hippolyte-François), “Notice sur la vie et les travaux de M. Cordier”, Paris : impr. Martinet, 1862, 16 p.

Raulin (V.), “Notice sur les travaux scientifiques de M. Cordier : lue à la société géologique de France le 4 novembre 1861”, Bulletin de la Société géologique de France, vol. 23, 1862, pp. 508-537.

Read (C.), Notice sur la vie et les travaux scientifiques de M. P.-L.-A. Cordier, Paris, 1862, 32 p.

PJ

CORNU Marie, Maxime

né le 16 juillet 1843 à Orléans (Loiret), mort le 3 avril 1901 à Paris
chaire de Botanique, Organographie et Physiologie végétale, puis de Culture
Agronomie, Mycologie, Phytopathologie

87Cornu était l’aîné des deux fils d’un notaire. Il réussit son baccalauréat en 1861, suivit la classe de mathématiques spéciales à Sainte-Barbe, étudia de 1865 à 1868 à l’École normale supérieure, obtint sa licence ès sciences mathématiques et physiques en 1867, puis sa licence ès sciences naturelles en 1868. Remarqué par l’inspecteur général Adolphe Brongniart*, il assura de 1869 à 1873 les fonctions de répétiteur de botanique dans la chaire de Pierre Duchartre à la Sorbonne. Le jeune homme avait été mobilisé entre-temps avec le grade de sous-lieutenant du génie, pendant le siège de Paris. Devenu docteur ès sciences en 1872, il se trouva chargé de la direction de la station viticole de Cognac et fut recruté en 1874 par Adolphe Brongniart comme aide-naturaliste de la chaire de Botanique, Organographie et Physiologie végétale du Muséum. Cornu reçut en 1876 une délégation pour assurer l’enseignement de son patron décédé. N’ayant pu obtenir en 1879 la direction de la chaire où il travaillait, il fut de 1881 à 1884 l’aide-naturaliste du nouveau titulaire, Philippe Van Tieghem*, tout en exerçant la fonction d’inspecteur général de l’agriculture pour la viticulture et la sériciculture. Le botaniste prit en 1884 la tête de la chaire de Culture du Muséum, rendue vacante par la mort de Joseph Decaisne*, et dispensa plus tard un cours d’agriculture tropicale à l’école d’horticulture de Versailles. Affaibli par des fièvres contractées en Algérie, il mourut de façon prématurée à l’âge de cinquante-huit ans.

88Brun, le visage carré, Cornu portait la mouche, ainsi qu’une épaisse moustache. Il fut décrit comme ardent, timide, modeste et totalement dévoué à son travail. De nature serviable, il entretenait d’excellentes relations avec les horticulteurs auxquels il prodiguait ses conseils, il avait épousé Jeanne Agathe Brongniart, petite-fille de son premier patron.

89Cornu édifia une œuvre botanique axée davantage sur les applications agronomiques que sur les aspects fondamentaux. Il réalisa des travaux cryptogamiques relatifs aux Saprolégniées, à d’autres familles de Champignons, ainsi qu’à la reproduction des Algues. Par ailleurs, il se consacra à la phytopathologie, abordant des sujets comme le Phylloxera, le mildiou ou l’anthracnose de la vigne, la rouille du poirier, le blanc des laitues, ou bien encore la rouille du blé. Son professorat fut marqué par une intense activité dirigée vers la mise en valeur agronomique de l’empire colonial français. Il envoya sur place des graines ou des plants – plus de huit mille au total – et forma des chefs d’exploitation ou de jardins d’essais. C’est ainsi que Cornu introduisit en Afrique occidentale diverses plantes utiles, comme le Giroflier, le Poivrier Bétel, le Maté, le Litchi et le Muscadier. Parmi ses publications figurent une Monographie des Saprolégniées : étude physiologique et systématique (1872), ainsi que des Études sur le Phylloxera vastatrix (1878).

90Au Muséum, Cornu mit en ordre, alors qu’il était aide-naturaliste, les collections cryptogamiques de l’Herbier. Quand il assura comme professeur la direction des cultures, il embellit le jardin, réorganisa les plantations, créa un laboratoire relevant de sa discipline et constitua une importante collection de graines. Il dispensa enfin dans l’établissement un cours d’agronomie coloniale à partir de 1888.

Bibliographie

Bureau (Édouard), “Maxime Cornu : notice nécrologique”, Nouvelles Archives du Muséum, 4e série, vol. 3, 1901, pp. 19-29.

Guillaumin (André), “La Chaire de Culture du Muséum national d’histoire naturelle de Paris”, Revue scientifique, 71e année, no 12, 1933, pp. 353-361.

Passy (Louis), “Mort de M. Maxime Cornu”, Comptes Rendus des Séances de la Société nationale d’Agriculture de France, vol. 61, 1901, pp. 325-329.

PJ

COSME [ou CÔME] Jean BASEILHAC [dit frère CÔME]

né le 5 avril 1703 à Pouyastruc (Hautes-Pyrénées), mort le 8 juillet 1781
sous-démonstrateur en anatomie et chirurgie au Jardin du roi
Anatomie, Chirurgie

91Né dans un petit village près de Tarbes, Jean Baseilhac était issu d’une famille de chirurgiens. Il suivit des études médicales dans sa jeunesse, acquérant par son ardeur au travail la protection de l’évêque de Bayeux. Devenu un bon chirurgien, Baseilhac prit l’habit religieux chez les feuillants en 1740, mais il n’abandonna pas l’exercice de son art. Il utilisa dès lors l’argent de ses clients les plus fortunés pour fonder et entretenir un hospice, où il soigna gratuitement les pauvres sous le nom de frère Côme. Par ailleurs, le praticien exerça la fonction de sous-démonstrateur en anatomie et chirurgie au Jardin royal.

92Frère Côme fut décrit comme un personnage aux goûts simples, généreux et très pieux. Il fut l’ami de nombreuses célébrités de son temps.

93Talentueux chirurgien, Côme fut un spécialiste de l’opération de la taille latérale, qu’il pratiqua à l’aide de son “lithotome caché”. Il inventa aussi des techniques et des instruments destinés à la ponction de la vessie ou à l’opération de la cataracte. Parmi ses ouvrages figurent : Pièces importantes concernant la taille par le lithotome caché (1751), Observations sur les propriétés de l’alcali fluor ammoniacal (1778) et Méthode nouvelle d’extraire la pierre de la vessie par-dessus le pubis (1779).

Bibliographie

Hoefer (Ferdinand), Nouvelle biographie universelle depuis les temps les plus recules jusqu’à nos jours, Paris : Firmin Didot, 1855, vol. 12, pp. 34-35.

PJ

COSTANTIN Julien, Noël

Né le 16 août 1857 à Paris, mort le 17 novembre 1936 à Paris
chaire de Botanique, Organographie et Physiologie végétale, puis de Culture, puis de Botanique, Organographie et Physiologie végétale
Mycologie, Phanérogamie, Phytopathologie

94Costantin, bien qu’il fût né dans une famille de commerçants aisés, finança lui-même la préparation de son baccalauréat. Après deux ans de mathématiques spéciales au lycée Charlemagne, il réussit les concours de l’École polytechnique et de l’École normale supérieure. Le jeune homme choisit d’entrer dans le second établissement où il étudia de 1877 à 1880, obtenant la licence ès sciences mathématiques et physiques en 1879, puis l’agrégation de sciences physiques et naturelles l’année suivante. Devenu agrégé-préparateur rue d’Ulm en 1880, Costantin décrocha sa licence ès sciences naturelles en 1881 et soutint son doctorat ès sciences deux ans plus tard. Il fut nommé maître de conférences à la faculté des sciences de Bordeaux en 1883, mais il revint dès 1884 à Paris où son beau-père Philippe Van Tieghem* le fit entrer comme aide-naturaliste dans sa chaire de Botanique, Organographie et Physiologie végétale du Muséum.

95En 1887, Costantin retourna à l’École normale supérieure pour y occuper un poste de maître de conférences de botanique jusqu’en 1901, année au terme de laquelle il succéda à Maxime Cornu* comme titulaire de la chaire de Culture du Muséum. Il exerça d’autres fonctions professorales, puisqu’il enseigna dès 1902 la botanique à l’École nationale d'horticulture de Versailles et à partir de 1908 la pathologie végétale à l’École supérieure coloniale de Nogent-sur-Marne. Élu membre de l’Académie des sciences en 1912, il prit la succession de son beau-père à la tête de la chaire de Botanique, Organographie et Physiologie végétale du Muséum en 1919. Costantin fut nommé directeur du laboratoire de l’École pratique des hautes études dépendant de son service en 1921. Tombé malade en 1927, il se retira en 1932 et mourut quatre ans plus tard.

96Portant moustache et barbiche en pointe, Costantin fut décrit comme un personnage qui dissimulait, sous un aspect un peu effacé, beaucoup de conviction. À l’amphithéâtre, il savait communiquer son enthousiasme à ses élèves avec un style élégant, sans éloquence superflue. Il avait épousé l’une des quatre filles de Van Tieghem*, dont il avait eu quatre enfants : trois filles et un fils qui fut tué au front en 1914.

97En mycologie, Costantin s’intéressa aux Mucédinées, ainsi qu’à la culture des espèces comestibles, comme les Champignons de couche. Il fut également phytopathologiste, étudiant diverses affections d’origine fongiques et préconisant des “cures d’altitude” pour combattre les maladies de la dégénérescence de la pomme de terre. Lamarckien convaincu, Costantin doit être considéré comme l’un des fondateurs du “transformisme expérimental”, ainsi que de la “morphologie expérimentale”. Il conduisit en effet de nombreux travaux pour démontrer l’influence du milieu et l’hérédité des caractères acquis chez les végétaux supérieurs, s’attachant à l’étude de la variabilité morphologique en fonction de l’environnement – souterrain, aérien ou aquatique, chaud ou froid. Après 1914, la symbiose retint toute l’attention du botaniste, qui effectua des recherches sur les associations de Champignons microscopiques avec les Orchidées et la Pomme de terre. Costantin s’intéressa enfin à l’exploitation des ressources végétales d’origine coloniale, provenant de l’Indochine ou de Madagascar. Il rédigea près de deux cent soixante-dix publications, parmi lesquelles figurent plusieurs ouvrages comme la Petite flore des Champignons comestibles et vénéneux (1895), Le Transformisme appliqué à l’agriculture (1906) et La Vie des Orchidées (1917).

Bibliographie

Anonyme, “Costantin (Julien)”, Chronica Botanica, vol. 3, 1937, p. 110.

Blaringhem (Louis), “Julien Costantin (1837-1936) biologiste”, in Volume publié à la mémoire de Julien Costantin, 1857-1936, Paris : Masson, 1937, pp. 1-29.

Hibon, “[s.t.]”, Bulletin de la Société botanique de France, vol. 83, 1936, p. 700.

Hitier (Henri), “M. Julien Noël Costantin”, Comptes Rendus des Séances de l’Académie d’Agriculture de France, vol. 61, no 240, 1936, pp. 959-964.

Perrin (Jean), “[s.t.]”, Comptes Rendus hebdomadaires des Séances de l’Académie des Sciences, vol. 203, no 21, 1936, pp. 1037-1039.

Plantefol (Lucien), “Costantin (Julien)”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1971, vol. 3, p. 429. Tort (Patrick), “Costantin Julien Noël. 1857-1936”, in Tort (Patrick) (sous la dir.), Dictionnaire du Darwinisme et de l’Évolution, Paris : PUF, 1996, vol. 1, pp. 709-710.

PJ

COSTE Jean, Jacques, Marie, Cyprien, Victor

né le 14 mai 1807 à Castries (Hérault), mort le 19 septembre 1873 près de Gacé (Orne)
chaire d’Anatomie comparée
Embryologie, Pisciculture

98Coste était l’un des quatre enfants – deux fils et deux filles – d’un propriétaire viticulteur, ancien lieutenant de l’armée d’Italie devenu maire de Castries. Élève du lycée de Montpellier, le jeune homme obtint les baccalauréats ès lettres et ès sciences physiques, puis se lança en 1826 dans des études médicales. Il devint l’ami du professeur de chirurgie Jacques Delpech, avec lequel il effectua des recherches embryologiques dès 1831, avant de l’accompagner en Grande-Bretagne pour y étudier le choléra en 1832. Son maître ayant été assassiné cette dernière année, Coste poursuivit sa carrière dans la capitale, où il devint au mois de décembre 1832 le préparateur d’Henri Ducrotay de Blainville* dans la chaire d’Anatomie comparée du Muséum. Blainville aida alors son nouveau collaborateur, mettant à sa disposition son laboratoire, ainsi que ses collections, et lui obtenant des crédits de recherches. Nommé suppléant de son chef de service à partir de 1836, Coste donna pendant deux ans des leçons très suivies, voyagea en Angleterre – où il travailla avec Richard Owen au Royal College of Surgeons –, parcourut l’Allemagne en 1839, puis soutint sa thèse de doctorat ès sciences en 1840. Il dispensa en 1843 au Collège de France un cours libre d’ovologie et d’embryologie, occupant en 1844 dans l’établissement une chaire d’Embryogénie comparée. Élu membre de l’Académie des sciences en 1851, Coste, qui effectua un voyage d’exploration piscicole sur les territoires italiens et français en 1854, fut nommé inspecteur général de la pêche maritime et fluviale en 1862. Il dut s’absenter de Paris de 1870 à 1872 pour raison de santé, décédant peu après des suites d’une occlusion intestinale au château de Rezenlieu, près de Gacé.

COSTE V. – Page de titre de : Coste (Victor), Embryogénie comparée, cours sur le développement de l’homme et des animaux, fait au Muséum d'histoire naturelle de Paris. Atlas du premier volume, Paris : A. Costes, 1837.

99Doté d’un visage large qu’encadrait un collier de barbe, Coste fut décrit par ses contemporains comme un homme bon, simple, serviable, au caractère équilibré, à la fois lucide et enthousiaste. Il était resté célibataire, mais une amitié chère éclaira la fin de sa vie. Privilégiant l’observation en biologie, ce qui l’opposa à l’expérimentaliste Claude Bernard*, Coste consacra ses recherches d’abord à l’embryologie, puis à l’aquaculture. Il étudia l’embryogénie des Mammifères, s’intéressant notamment à l’ovologie, aux corps de Wolff, aux annexes embryonnaires ou au développement des organes génitaux. De plus, il conduisit des investigations concernant la reproduction, l’embryologie, l’acclimatation et l’élevage des Poissons, l’organisation des polypes fluviatiles, la fécondation chez les Crustacés, ainsi que l’ostréiculture. Citons, parmi la centaine de publications qui lui sont dues : l’Embryogénie comparée (1837) – rédigée d’après son cours au Muséum –, une Histoire générale et particulière du développement des corps organisés (1847-1850) en deux volumes et les Instructions pratiques sur la pisciculture (1853). Coste fonda par ailleurs le premier laboratoire maritime français à Concarneau dépendant du Collège de France, en 1859.

Bibliographie

Anonyme, “Coste (Jean-Jacques-Marie-Cyprien-Victor)”, Journal de Zoologie, vol. 2, 1873, pp. 432-433.

Fauré-Frémiet (Emmanuel), “La Chaire d’Embryogénie comparée du Collège de France et l’évolution des sciences du développement”, Revue générale des Sciences pures et appliquées, vol. 40, 1929, pp. 37-45.

Fauré-Frémiet (Emmanuel), Notice sur la vie et les travaux de Victor Coste (1807-1873), Paris : Institut de France ; Académie des sciences, vol. 13, 1960, 47 p.

Fischer (Jean-Louis), “La création de la chaire d’Embryogénie comparée au Collège de France (1844). À la mémoire d’Étienne Wolff (1904-1996)”, Revue d’Histoire des Sciences, vol. 51, no 4, 1998, pp. 435-456.

Tort (Patrick), “Coste Jean Jacques Marie Cyprien Victor 1807-1873”, in Tort (Patrick) (sous la dir.), Dictionnaire du Darwinisme et de l’Évolution, Paris : PUF, 1996, vol. 1, pp. 710-711.

PJ

COTTREAU Jean

né le 1er décembre 1877 dans la Sarthe, mort en 1945
chaire de Paléontologie
Paléontologie

100Après une enfance passée au contact de la nature, Cottreau fit des études classiques au collège parisien de la rue de Madrid. Il retrouvait durant les vacances son pays natal, où il cultivait la zoologie et la paléontologie sur le terrain. Devenu bachelier, le jeune homme suivit d’abord les cours du PCN, puis obtint une licence ès sciences naturelles en 1906. Il avait bénéficié dès 1904 des enseignements de Marcellin Boule*, Albert Gaudry* et Armand Thevenin* au laboratoire de Paléontologie du Muséum. Cottreau soutint sa thèse de doctorat ès sciences en 1913. Mobilisé comme sergent d’infanterie lorsqu’éclata la première guerre mondiale, il devint rapidement sous-lieutenant et se battit avec courage. Cottreau entra en 1920 au Muséum, comme sous-directeur de la chaire de Paléontologie, un service où devait se dérouler toute sa carrière. Ses travaux l’amenèrent à effectuer de nombreux voyages en Europe. Bien après avoir dépassé la limite d’âge, Cottreau continua de fréquenter assidûment son laboratoire. Même la cruelle maladie dont il devait mourir ne lui fit pas abandonner ses travaux.

101Portant une moustache bien fournie, Cottreau fut décrit comme un personnage aimable, droit, sensible, modeste et érudit. Il cultivait une philosophie souriante, parfois ironique.

102Paléontologiste, Cottreau fut un naturaliste de terrain, qui associa ses observations de systématique descriptive à des considérations biologiques, phylogéniques, stratigraphiques ou biogéographiques. Ce spécialiste des Échinodermes fossiles (Ophiurides, Stellérides, Échinides), de tous âges et de toutes provenances, étudia notamment les Échinides néogènes du Bassin méditerranéen ou les faunes jurassiques et crétacées de ces animaux à Madagascar. Par ailleurs, Cottreau souligna l’importance paléo-bathymétrique, donc stratigraphique, liée à la localisation étroite de certains Échinides. Le naturaliste étendit ses investigations à d’autres groupes zoologiques fossiles, comme les Vertébrés : c’est ainsi qu’il découvrit et étudia un squelette complet du grand Sirénien Metaxytherium cuvieri. Citons, parmi une trentaine de publications dues à la plume de Cottreau : Échinides de Madagascar (1908), Les Échinides néogènes du Bassin méditerranéen (1913) et Coralliaires, Brachiopodes et Crinoïdes mésodévoniens du Sahara mauritanien et occidental (1940).

103Au Muséum, Cottreau consacra une grande partie de son activité à la conservation des collections de paléontologie générale. Il dirigea dans ce cadre la reconstitution et le montage de divers squelettes fossiles de grands Vertébrés.

Bibliographie

Arambourg (Camille), “Jean Cottreau (1877-1945)”, Bulletin de la Société géologique de France, 5e série, vol. 17, 1947, pp. 337-342.

PJ

COUPIN Fernande, Henriette

née le 5 juin 1892 à Paris, morte le 9 octobre 1930
chaire d’Anatomie comparée
Anatomie

104Élève du lycée Fénelon de Paris, Fernande Coupin obtint le certificat d’études primaires en 1907 et le diplôme de fin d’études secondaires en 1909. Son cursus universitaire se déroula à la Sorbonne, où elle fut successivement titulaire des certificats de physique, chimie et histoire naturelle (PCN) (1910), de sciences physiques, chimiques et naturelles (SPCN) (1911), de botanique (1911), de géologie (1912) et de physiologie (1913). En 1914, Coupin suivit à l’École normale supérieure les cours préparatoires à l’agrégation de sciences naturelles. Elle obtint ensuite un diplôme d’études supérieures de physiologie et effectua un stage au lycée Henri IV de Paris. Infirmière bénévole au Valde-Grâce, dans le service de vaccination antityphoidique du docteur Hyacinthe Vincent de 1914 à 1916, la jeune femme remplit les fonctions de secrétaire de l’Association pour l’enrôlement des femmes au service de la patrie de 1916 à 1917. Elle poursuivit durant cette période ses études à la Sorbonne, obtenant les certificats de zoologie et d’histologie en 1917, puis une bourse d’État pour le doctorat ès sciences. De 1919 à 1920, Coupin travailla à la Sorbonne et à l’Institut Pasteur. Elle bénéficia pour l’année universitaire 1921-1922 d’une bourse de doctorat du Muséum, un établissement où elle entra en 1922 comme préparatrice stagiaire dans la chaire d’Anatomie comparée. Nommée préparatrice titulaire en 1923, puis assistante en 1924, Coupin travailla avec Raoul Anthony*. Elle soutint sa thèse de doctorat ès sciences en 1924.

105Après divers travaux de microbiologie, Fernande Coupin consacra ses recherches à l’anatomie comparée du système nerveux central des Vertébrés. Elle étudia la structure et la fonction des formations choroïdiennes, ainsi que le développement cérébral chez les Mammifères – en particulier chez les Primates. Citons parmi les publications de Coupin : Sterigmatocystis nigra et lactose (1913) – en collaboration avec Henri Bierry –, Les Formations choroïdiennes des poissons (1924), Le Cerveau de l’Ours à sa naissance (1924)-avec Anthony –, Sur une circonvolution rhinencéphalique particulière aux Carnassiers : le gyrus transversus areae piriformis (1924) – avec Anthony également.

Sources

Dossier personnel (Archives nationales, AJ15, no 555).

Bibliographie

Joubin (Louis), “Prix Barbier. Rapport sur les travaux de Mlle Fernande Coupin”, Comptes Rendus hebdomadaires de l’Académie des Sciences, vol. 181, 1925, pp. 992-993.

PJ

COUSINOT Jacques

né vers 1590 à Paris, mort le 25 juin 1646 à Paris démonstrateur et opérateur pharmaceutique pour faire la démonstration de l'intérieur des plantes au Jardin du roi
Médecine, Pharmacie

106Fils de médecin, Cousinot devint lui-même docteur de la faculté de Paris en 1618. Il fut nommé cette dernière année “médecin par quartiers” de Louis XIII, obtint le poste de professeur de chirurgie au Collège royal en 1623 et celui de démonstrateur de botanique au Jardin royal en 1635. Devenu premier médecin du dauphin – le futur Louis XIV – en 1638, Cousinot succéda à son beau-père Charles Bouvard* comme premier médecin du roi à la mort de Louis XIII. Il abandonna en échange à Bouvard la surintendance du Jardin royal, qui se trouvait liée à la charge de premier médecin. Jusqu’en 1643, Cousinot conserva ses deux professorats. Il souffrit d’une violente crise de rhumatismes à l’âge de cinquante-trois ans et fut alors saigné et purgé soixante-quatre fois en huit mois. Épuisé par ses infirmités, le médecin abandonna finalement sa charge de cour en 1646, puis mourut deux mois plus tard Cousinot avait eu un fils et une fille de son mariage avec Anne Bouvard.

107Aucune indication n’a pu être trouvée quant à l’enseignement de Cousinot au Jardin royal.

108Ne montrant pas d’intérêt particulier pour la botanique, le médecin s’intéressa principalement aux eaux minérales et aux médicaments purgatifs. Citons parmi ses œuvres un Discours au roy touchant la nature, vertus, effects et usage de l’eau de Forges (1631).

Bibliographie

Crestois (Paul), Contribution à l’enseignement de la botanique au Jardin royal des plantes de Paris, thèse de doctorat en pharmacie, Strasbourg : université de Strasbourg, 1953, pp. 90-91.

PJ

CRESSÉ Pierre

dates inconnues (XVIIème siècle)
suppléant pour les discours anatomiques au Jardin du roi
Anatomie

109Probablement fils du chirurgien du même nom, Cressé devint docteur régent de la faculté de médecine de Paris. Il suppléa de 1673 à 1680 François Cureau de La Chambre* pour l’enseignement théorique d’anatomie au Jardin royal et eut comme démonstrateur Pierre Dionis*.

110Cressé ne laissa pas de trace notable dans l’histoire de l’anatomie. Son engouement pour l’œuvre de Galien et son finalisme sans nuance suscitèrent des querelles avec ses collègues. La controverse de Cressé avec un certain docteur Lamy suscita même en 1674 une petite émeute au Jardin royal. Au sein de cet établissement, les discours anatomiques que prononçait Cressé étaient imprégnés de dogmatisme et des vieilles traditions de la faculté de Paris.

Bibliographie

Hamy (Ernest-Théodore), “Recherches sur les origines de l’enseignement de l’anatomie humaine et de l’anthropologie au Jardin des plantes”, Nouvelles Archives du Muséum, 3e série, vol. 7, 1895, pp. 1-30.

Laissus (Yves), “Le Jardin du roi”, in Taton (René) (sous la dir.), Enseignement et diffusion des sciences en France au XVIIIème siècle, Paris : Hermann, 1964, pp. 287-341.

PJ

CROUZY Raymond

né en 1913
chaire de Physique appliquée aux sciences naturelles
Optique physiologique

111Après avoir obtenu un diplôme d’ingénieur agronome, Crouzy intégra l’administration de l’Enregistrement. Il occupa une place dans une entreprise de lunetterie après la Libération, se trouvant ainsi amené à suivre les cours d’optométrie de l’Institut d’optique de Paris. Dans cet établissement, Crouzy fit la connaissance d’Yves Le Grand*, qui l’incita à entrer au Muséum. Crouzy fut nommé assistant de la chaire de Physique appliquée aux sciences naturelles de Jean Becquerel* en 1947 et il assura ses obligations de service tout en passant une licence ès sciences. Travaillant avec Le Grand devenu chef de service à partir de 1949, le chercheur soutint sa thèse de doctorat ès sciences physiques en 1963, puis accéda l’année suivante au poste de sous-directeur du laboratoire de Physique appliquée aux sciences naturelles.

112Crouzy œuvra dans le domaine de l’optique physiologique, étudiant notamment les seuils visuels. Par ailleurs, il inventa des appareils originaux pour ses travaux et se chargea au Muséum du service de radiographie. Citons, parmi les publications de Crouzy : La Structure quantique de la lumière et la sensibilité différentielle de l’appareil visuel considéré comme un détecteur de signaux (1963), ainsi que Technique d’étude de la diffusion de la lumière par la cornée (1976).

Bibliographie

Le Grand (Yves), Rapport sur la candidature de M. Raymond Crouzy au poste de sous-directeur de laboratoire à la chaire de Physique appliquée, 1964, 2 p. dactylographiées (fonds cryptogamie du Muséum national d’histoire naturelle).

PJ

CUREAU de LA CHAMBRE François

né le 19 juillet 1630 au Mans (Sarthe), mort le 22 mars 1680 à Versailles (Yvelines)
démonstrateur-opérateur de l’intérieur des plantes médicinales au Jardin du roi
Anatomie

113Fils de Marin Cureau de La Chambre*, docteur en médecine de la faculté de Paris, François Cureau de La Chambre fut après son père le médecin du chancelier Pierre Séguier. En 1664, son père se démit en sa faveur de sa charge de médecin ordinaire du roi. Il fut un peu plus tard médecin ordinaire de la reine et des enfants de France puis, le 7 mars 1670, fut nommé “médecin ordinaire du roi en l’absence du premier médecin” et trois jours plus tard, le 10 mars, “médecin ordinaire des bâtiments pour avoir soin de tous les officiers, servants et employés de l’État”.

114Le 31 juillet 1671, enfin, le brevet de “démonstrateur-opérateur de l’intérieur des plantes médicinales” fit de lui le successeur de son père au Jardin du roi (la charge de ce dernier était vacante depuis près de deux ans). À partir de 1673 cependant, il se fit suppléer : pour les discours anatomiques, par Pierre Cressé*, docteur régent de la faculté de médecine de Paris ; pour les dissections et démonstrations, par Pierre Dionis*, chirurgien du roi.

115François Cureau de La Chambre fut inhumé en l’église Saint-Eustache.

Bibliographie

Bidal (Anne-Marie), “Inventaire des archives du Muséum national d’histoire naturelle. Première partie. Série A : Archives du Jardin du roi”, Archives du Muséum national d’Histoire naturelle, 6e série, vol. 11, no 203-205, 1934, p. 194.

Jal (Augustin), “La Chambre (Marin-Pierre-François Cureau de)”, in Dictionnaire critique de biographie et d’histoire, 2e éd., Paris : Plon, 1872, p. 719.

Lemerre (P), “Cureau de La Chambre (Marin)”, in Roman d’Amat (Jean-Charles) (sous la dir.), Dictionnaire de biographie française, Paris : Letouzey et Ané, 1961, vol. 9, pp. 1391-1393.

YL ERB

CUREAU DE LA CHAMBRE Marin

né en 1596 à Saint-Jean-d’Assé (Sarthe), mort le 29 novembre 1669 à Paris
démonstrateur et opérateur pharmaceutique pour faire la démonstration de l’intérieur des plantes au Jardin du roi
Anatomie

116Docteur en médecine de la faculté de Montpellier, il s’établit d’abord au Mans puis vint à Paris en mai 1632. Il y fut bientôt remarqué par le garde des sceaux Pierre Séguier, dont il devint dès 1634 le médecin personnel et l’ami, et par Richelieu dont la faveur le fit agréger aux membres fondateurs de l’Académie française en décembre 1634. Tannée suivante, la protection de Séguier, devenu chancelier et celle du premier médecin du roi, Charles Bouvard*, lui valut d’être nommé, par l’édit fondateur de mai, démonstrateur et opérateur pharmaceutique au Jardin du roi ; peu après, par lettres patentes de juin 1635, il fut chargé de “faire la démonstration oculaire et manuelle de toutes et chacune des opérations de chirurgie, de quelque nature qu’elles puissent être”. Son enseignement au Jardin du roi suscita une violente hostilité de la faculté de médecine de Paris.

117Il reçut de Louis XIII, en septembre 1640, des lettres d’anoblissement et devint Cureau de La Chambre. Il acheta en 1650 une charge de médecin ordinaire du roi dont il se démit plus tard, en 1664, au profit de son fils François Cureau de La Chambre*. Par la faveur de Louis XIV qui eut, semble-t-il, une grande confiance dans ses talents de physiognomoniste, il entra à l’Académie royale des sciences dès la fondation de celle-ci en 1666. Marié le 12 juin 1669 à Marie Duchesne, fille d’un médecin du Mans, il eut de celle-ci trois enfants : Pierre (1640-1694), ecclésiastique, membre de l’Académie française, Marie-Charlotte et François (1630-1680), qui fut son successeur au Jardin du roi. Le tombeau de Marin Cureau de La Chambre, en l’église Saint-Eustache à Paris, avait été dessiné par le Bernin et fut édifié par le sculpteur Jean-Baptiste Tuby qui l’orna d’un médaillon à son effigie (aujourd’hui au Musée de Versailles).

Bibliographie

Bidal (Anne-Marie), “Inventaire des archives du Muséum national d’histoire naturelle. Première partie. Série A : Archives du Jardin du roi”, Archives du Muséum national d’Histoire naturelle, 6e série, vol. 11, no 197-198 et no 200-202, 1934, pp. 193-194.

Bonnet (Raoul), Isographie de l’Académie française, Paris : Charavay, 1907, pp. 70-71.

Condorcet (Nicolas Caritat de), “Éloge de La Chambre”, in Éloges des Académiciens de l’Académie royale des sciences morts depuis 1666 jusqu’en 1699, Paris : Hôtel de Thou, 1773, pp. 11-17.

Darmon (Albert), Les Corps immatériels de Marin Cureau de La Chambre, Paris : Vrin, 1985, 165 p.

Hamy (Ernest-Théodore), “Recherches sur les origines de l’anatomie humaine et Je l’anthropologie au Jardin des plantes”, Nouvelles Archives du Muséum national d’Histoire naturelle, 3e série, vol. 7, 1895, 30 p.

Hamy (Ernest-Théodore), “Note sur un médaillon de J.-B. Tuby, représentant le portrait de Marin Cureau de La Chambre, démonstrateur au Jardin royal (1635-1669)”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, vol. 6, 1895, 5 p.

Jal (Augustin), “La Chambre (Marin-Pierre-François Cureau de)”, in Dictionnaire critique de biographie et d’histoire, 2e éd., Paris : Plon, 1872, p. 719.

Kerviler (René), Marin et Pierre Cureau de La Chambre (1596-1693) : étude sur leur vie et leurs écrits, Le Mans : Pellechat, 1877.

Laissus (Yves), “Cureau de La Chambre (Marin)”, Dictionnaire du Grand Siècle, sous la direction de François Bluche, Paris : Fayard, 1990, p. 440.

Lemerre (P.), “Cureau de La Chambre (Marin)”, in Roman d’Amat (Jean-Charles) (sous la dir.), Dictionnaire de biographie française, Paris : Letouzey et Ané, 1961, vol. 9, pp. 1391-1393.

YL ERB

CUVIER Georges, Frédéric

né le 28 juin 1773 à Montbéliard (Doubs), mort le 24 juillet 1838 à Strasbourg (Bas-Rhin)
chaire de Physiologie comparée
Éthologie, Mammalogie

118Frère cadet de Georges Cuvier*, Frédéric étudia quelques années au collège de sa ville natale. Il semblait montrer peu de dons pour l’étude, aussi fut-il mis en apprentissage chez un horloger de Montbéliard. Le jeune homme avait commencé son tour de France compagnonnique, lorsqu’en 1797 son frère le fit venir au Muséum pour l’aider. Dans la capitale, Frédéric s’initia aux sciences physiques et naturelles, travaillant en 1801 sur la pile voltaïque avec Jean-Baptiste Biot. Il fut nommé garde de la ménagerie du Jardin des plantes en 1803, inspecteur de l’Académie de Paris en 1810, entra à l’Académie des sciences en 1826 et devint inspecteur général de l’Université en 1831. Au Muséum, après avoir demandé sans succès une chaire de Psychologie animale, il fut le premier titulaire de la chaire de Physiologie comparée spécialement créée pour lui en 1837. Il se vit confier corrélativement la direction de la ménagerie en 1838, comme remplaçant d’Étienne Geoffroy Saint-Hilaire* et mourut la même année des suites d’une courte maladie, alors qu’il visitait des établissements scolaires dans les départements de l’est de la France.

CUVIER F. – Rhinocéros unicorne, vu de face, issu de : Geoffroy Saint-Hilaire (Étienne), Cuvier (Frédéric), Histoire naturelle des mammifères, Paris : [s.n.], 1819, t. 2, pl. 1. Dessin de Werner, gravure de Huet, lithographie de C. de Lasteyrie.

119L'enterrement de Frédéric Cuvier eut lieu à Strasbourg, mais son cœur fut transporté dans la tombe de son frère au cimetière du Père-Lachaise.

120Il laissa le souvenir d’un homme bon, d’humeur agréable, doué de tact et de probité. Ses idées étaient souvent audacieuses, ses amis fidèles. Frédéric Cuvier avait eu un fils de Charlotte Macler, épousée en 1802 et morte un an après. Par la suite, il s’était remarié avec madame de Bracq, née Farina.

121Le naturaliste élabora une œuvre certes moins marquante que celle de son frère, mais originale pour son époque. En effet, il s’intéressa au comportement des Mammifères en captivité, étudiant leur sexualité, leur vie sociale, ainsi que leurs activités instinctives. Cuvier sépara nettement l’instinct de l’intelligence, jugés par lui comme deux forces primitives, et vit dans la domesticité une conséquence de l’instinct. Par ailleurs, il distingua les animaux “domestiqués”, tel le chat, des espèces réellement “domestiques”, tel le chien. Ces travaux, qui donnèrent lieu à divers articles, furent rapportés par Pierre Flourens* dans un Résumé analytique des observations de Frédéric Cuvier sur l’instinct et l’intelligence des animaux (1841).

122Dans un domaine plus classique de la zoologie mammalienne, Frédéric Cuvier étudia les dents, découvrit de nouveaux genres, comme Phacochoerus ou Spermophilus, et poursuivit l’œuvre de Georges-Louis Buffon* en s’intéressant aux Cétacés. Des ouvrages tels Des dents des mammifères considérées comme caractères zoologiques (1825), De l’Histoire naturelle des cétacés (1836) ou l’Histoire naturelle des mammifères avec des figures originales coloriées, dessinées d’après les animaux vivants (1824-1842) – publiée en collaboration avec Étienne Geoffroy Saint-Hilaire – rendent compte de ses recherches zoologiques. Il dirigea également, à partir de 1816, le Dictionnaire des sciences naturelles pour lequel il écrivit de nombreux articles.

123Au Muséum, Frédéric Cuvier ayant été chargé par son frère de dresser avec Louis Duvernoy* un catalogue de la collection d’anatomie comparée, il s’attacha spécialement à la description des squelettes. Il signa enfin deux publications sur l’organisation de l’enseignement.

Source

Dossier Eugène Chevreul (Archives nationales, AJ15, no 544).

Bibliographie

Bourdier (Franck), “Cuvier, Frédéric”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1971, vol. 3, pp. 520-521.

Cap (Paul-Antoine), Le Muséum d’histoire naturelle, Paris : Curmer, 1854, pp. 166-168.

Tort (Patrick), “Cuvier, Georges Frédéric, dit Frédéric”, in Tort (Patrick) (sous la dir.), Dictionnaire du Darwinisme et de l’Évolution, Paris : PUF, 1996, vol. 1, pp. 747-748.

PJ

CUVIER Georges [Jean, Léopold, Nicolas, Frédéric dit]

né le 23 août 1769 à Montbéliard (Doubs), mort le 13 mai 1832 à Paris
chaire d’Anatomie des animaux
Anatomie, Paléontologie, Zoologie

124Cuvier, le second des trois fils d’un ancien officier, vint au monde dans une famille bourgeoise peu fortunée. Sa mère l’appela Georges après que son frère aîné, ainsi prénommé, fût mort en bas âge. Le jeune garçon montra très tôt une vive intelligence, manifestant par ailleurs un goût prononcé pour le dessin et l’histoire naturelle. À Montbéliard, il fréquenta une école élémentaire, puis le gymnase de la ville. Ses parents le destinaient à la théologie mais, grâce au grand-duc Charles de Wurtemberg qui lui accorda une bourse, Georges put aller en 1784 faire des études supérieures à l’académie Caroline de Stuttgart. Il réussit brillamment ses examens après quoi, aucun poste ne se trouvant alors vacant dans l’administration ducale, il dut rentrer en France afin de gagner sa vie. Cuvier devint en 1788 le précepteur des fils du comte d’Héricy, établi dans le Pays de Caux. Là, le jeune homme consacra tous ses loisirs aux sciences naturelles et se ha d’amitié avec l’abbé Alexandre Teissier, qui le recommanda auprès de divers scientifiques parisiens, notamment Étienne Geoffroy Saint-Hilaire*. Cuvier vit en 1794 sa candidature à un poste d’aide-naturaliste au Muséum refusée par Jean-Baptiste de Lamarck*. Il gagna la capitale au printemps 1795, devenant la même année professeur d’histoire naturelle à l’école centrale du Panthéon, puis adjoint et suppléant de Jean-Claude Mertrud* dans la chaire d’anatomie des Animaux du Muséum.

125Désormais logé dans l’établissement, Cuvier fit venir auprès de lui son jeune frère, Frédéric*, et compléta ses connaissances scientifiques. Claude-Louis Berthollet lui proposa bien, en 1798, de participer à l’expédition de Bonaparte en Égypte, mais le naturaliste déclina l’offre sous divers prétextes, ayant compris la nécessité d’enraciner à Paris sa carrière qui devait être fulgurante. Élu membre de l’Institut en 1796, Cuvier succéda à Louis Daubenton* comme professeur d’histoire naturelle des corps organisés au Collège de France en 1800, avant de devenir à la mort de Mertrud, survenue en 1802, titulaire de la chaire d’Anatomie des Animaux du Muséum. Parallèlement à ses emplois universitaires, il occupa des postes administratifs de premier plan, aussi bien sous l’Empire que sous la Restauration. Inspecteur général de l’Instruction publique en 1802, conseiller de l’Université en 1808, maître des requêtes au Conseil d’État et chevalier d’Empire en 1813, conseiller d’État dans le Comité de l’intérieur en 1814, président du même Comité en 1819, Grand maître des facultés de théologie protestantes en 1822, chancelier de l’Université en 1824, il fut chargé de l’administration des cultes non catholiques au ministère de l’Intérieur en 1827. Cuvier remplit à deux reprises, en 1820 et en 1831, les fonctions de Grand maître de l’Université, mais il refusa en 1827 la fonction de censeur de la presse. En 1818, il entra à l’Académie française, accédant à la baronnie deux ans plus tard. Nommé pair de France en 1831, le naturaliste mourut l’année suivante dans sa maison du Muséum, après cinq jours d’une maladie non identifiée : certains auteurs incriminèrent le choléra, sévissant alors à Paris, d’autres une affection neurologique ou respiratoire. Les obsèques de Cuvier furent solennelles – malgré ses dernières volontés – et son autopsie révéla que le poids de son cerveau dépassait d’un tiers la normale.

126Petit, roux, nanti d’yeux bleus perçants, les bras trop longs, Cuvier qui fut malingre dans sa jeunesse vit sa taille s’épaissir avec le temps. Il fut décrit par ses contemporains comme un personnage hyperactif, d’une intelligence peu commune – on le qualifierait probablement aujourd’hui de surdoué – autoritaire, impatient et sujet à des colères subites. Ce grand travailleur perfectionniste, capable de mener de front plusieurs projets, ainsi que d’imposer ses idées, fut incontestablement un chef d’école. À l’amphithéâtre, Cuvier compensait la faiblesse de sa voix par son habileté à tracer des dessins. En politique, il soutenait toujours le pouvoir en place, mais n’aimait pas le despotisme. Il avait épousé en 1804 une jeune veuve de cinq ans son aînée, Anne-Marie Duvaucel née Coquet du Trazaille. Celle-ci, qui élevait déjà quatre enfants de son premier mariage, donna quatre descendants à Cuvier. Aucun des huit enfants ou beaux-enfants du naturaliste ne lui survécut. Dans un pamphlet, intitulé Guide-Âne à l’usage des animaux qui veulent parvenir aux honneurs, Honoré de Balzac caricatura Cuvier sous les traits du baron Cerceau.

127Cuvier bâtit une œuvre scientifique considérable, donnant une impulsion décisive à l’anatomie comparée, ainsi qu’à la paléontologie des Vertébrés. Des ouvrages comme les Leçons d’anatomie comparée (1800-1805), publiées en collaboration avec Constant Duméril* et Louis Duvernoy*, ou les Recherches sur les ossements fossiles de quadrupèdes (1812) témoignent de ces orientations. Cuvier reconstitua de nombreuses espèces disparues en s’appuyant sur ses principes de “corrélation de formes” et de “subordination” des organes, qui lui permettaient de prévoir tout l’organisme à partir d’un seul de ses éléments. On lui doit ainsi d’avoir décrit le ptérodactyle, de même que de nombreux Mammifères du Tertiaire – comme le Paleotherium – ou du Quaternaire. Balzac témoigna avec lyrisme son admiration pour un tel travail dans La Peau de chagrin. De plus, Cuvier jeta avec Alexandre Brongniart* les fondements de la stratigraphie en étudiant les fossiles du Bassin de Paris.

128En zoologie, Cuvier contribua à construire une systématique cohérente. Ses conceptions sur ce plan évoluèrent, depuis son Tableau élémentaire de l’histoire naturelle des animaux (1798) jusqu’au Règne animal distribué d’après son organisation (1817) – dont André Latreille* rédigea la partie consacrée aux Insectes. Créateur du terme d’invertébrés, Cuvier étudia nombre de ces “animaux à sang blanc”, en particulier les Mollusques. Il eut également le mérite d’individualiser la classe des Crustacés et divisa le règne animal en quatre embranchements : les Vertébrés, les Mollusques, les Articulés et les Rayonnés (ou Zoophytes).

129Sur le plan théorique, Cuvier défendit le “fixisme”, une doctrine liée au “créationnisme” selon laquelle les espèces sont immuables dans le temps. Cette conception l’amena à s’opposer durement à Lamarck, adepte du “transformisme”. Cuvier fut aussi “catastrophiste”, admettant les créations, puis les destructions successives de plusieurs mondes existant antérieurement au nôtre. Il exposa ces idées dans le Discours sur les révolutions de la surface du globe et sur les changements qu’elles ont produits dans le règne animal (1825). Logiquement, l’anatomiste combattit la théorie du “plan unique” d’organisation chez les animaux, émise par Étienne Geoffroy Saint-Hilaire.

130L’œuvre administrative de Cuvier ne fut pas négligeable : sous le Premier Empire notamment, il participa à la fondation des lycées, réorganisa l’université de Paris, importa en France l’institution d’agrégation et supervisa l’enseignement dans divers pays étrangers. Au Muséum, Cuvier réunit des collections anatomiques et paléontologiques d’une valeur inestimable, quadruplant le fonds hérité de ses prédécesseurs. Il exerça quatre fois la fonction de directeur de l’établissement, en 1808-1809, 1822-1823, 1826-1827 et 1830-1831. Enfin, il rédigea une Histoire des sciences naturelles depuis leurs origines jusqu’à nos jours, chez tous les peuples connus, commencée au Collège de France (1841-1845) – publiée en grande partie après sa mort –, ainsi que de nombreux discours, éloges ou rapports officiels.

Source

Dossier Mertrud (Archives nationales, AJ15, no 549).

Bibliographie

Anthony (Raoul), “Cuvier et la chaire d’Anatomie comparée du Muséum d’histoire naturelle”, Archives du Muséum national d’Histoire naturelle, 6e série, vol. 9, 1932, pp. 21-31.

Appel (Toby), The Cuvier-Geoffroy Debate. French Biology in the Decades before Darwin, New York : Oxford University Press, 1987, 305 p.

Bourdier (Franck), “Cuvier, Georges”, in Gillispie (Charle) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1971, vol. 3, pp. 521-528.

Buffetaut (Éric), “Cuvier. Le découvreur de mondes disparus”, Pour la Science, Les Génies de la Science, no 5, 2000, 98 p.

Douart (Claire), “Cuvier, anatomiste malgré lui”, Revue de Médecine vétérinaire, 1995, vol. 146, no 2, pp. 83-84. Gayrard-Valy (Yvette), Les Fossiles, empreintes des mondes disparus, Paris : Gallimard, 1987, pp. 58-71 (Découvertes). Laurent (Goulven), “Cuvier et Lamarck : la querelle du catastrophisme”, La Recherche, vol. 17, no 183, 1986, pp. 1510-1518.

Le Guyader (Hervé), “Geoffroy Saint-Hilaire Étienne 1772-1844 et Cuvier Georges 1769-1832. Débat”, in Tort (Patrick) (sous la dir.), Dictionnaire du Darwinisme et de l’Évolution, Paris : PUF, 1996, vol. 2, pp. 1867-1883.

Outram (Dorinda), Georges Cuvier : Vocation, Science and Authority in Post-Revolutionary France, Manchester : Manchester University Press, 1984, 299 p.

Roule (Louis) “La Vie, la carrière et la mort de Cuvier”, Archives du Muséum national d’Histoire naturelle, 6e série, vol. 9, 1932, pp. 13-20.

Rudwick (Martin), Georges Cuvier, Fossil Bones, and Geological Catastrophes : New Translations and Interpretations of the Primary Texts, Chicago : University of Chicago Press, 1997, 301 p.

Vienot (John), Georges Cuvier, le Napoléon de l’intelligence : 1769-1832, Paris : Fischbacher, 1932, 247 p.

PJ

CUVIER G. – Buste en plâtre patiné et terre cuite, exécuté par Julie Charpentier (1802).

Table des illustrations

Légende CAILLEUX R. – Première page de la maquette d’un petit guide pour le Salon du Champignon. Caricature de Blandine Durand (1978).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2092/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Légende CARAYON J. – Larves néonates d’Eurygaster integriceps Puton, l'une des plus redoutables “punaises des blés” et une vraie calamité au Moyen-Orient lorsqu’elle se met à envahir les cultures de céréales (Photo Jacques Carayon, laboratoire d'Entomologie économique, École pratique des hautes études).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2092/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 289k
Légende CHAUVEAU A. – Reproduction d’une médaille, gravée par Paul Richer. A droite est représentée la première expérience de cathétérisme intra-cardiaque pratiquée sur un cheval debout (non anesthésié).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2092/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Légende Auguste CHEVALIER
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2092/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende CHEVREUL E. – Page de couverture de : Roque (Georges), Bodo (Bernard), Viénot (Françoise) (sous la dir.), Michel Eugène Chevreul : un savant, des couleurs !, Paris : Muséum national d’Histoire naturelle, 1997, 277 p. (collection Archives).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2092/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
Légende COINEAU Y. Grandjeanicus gabonensis Coineau, Theron & Valette, 1997 (Acarien, Alycina) possède à l’extrémité de sa première paire de pattes (B) un long poil cilié qui constitute l'élément le plus visible du premier système de communication sonore connu chez les acariens. A. femelle, vue de profil ; B. extrémité de la patte I droite, vue latérale ; C. représentation schématique de l’ensemble du système acoustique émetteur-récepteur original constitué par trois phanères. Issu de : Coineau (Y.), Theron (T. H.), Valette (C.), “Une association de phanères, constituant probablement un système de communication sonore original chez les Acariens”, Acarologia, vol. 38, no 2, 1997, pp. 111-116, figs 1 et 2.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2092/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende CORDIER L. – Lithographie de Bailly.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2092/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende COSTE V. – Page de titre de : Coste (Victor), Embryogénie comparée, cours sur le développement de l’homme et des animaux, fait au Muséum d'histoire naturelle de Paris. Atlas du premier volume, Paris : A. Costes, 1837.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2092/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Légende CUVIER F. – Rhinocéros unicorne, vu de face, issu de : Geoffroy Saint-Hilaire (Étienne), Cuvier (Frédéric), Histoire naturelle des mammifères, Paris : [s.n.], 1819, t. 2, pl. 1. Dessin de Werner, gravure de Huet, lithographie de C. de Lasteyrie.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2092/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende CUVIER G. – Buste en plâtre patiné et terre cuite, exécuté par Julie Charpentier (1802).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2092/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 315k

© Publications scientifiques du Muséum, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

b
 
d