Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books
a
c

Du Jardin au Muséum en 516 biographies

 | 
Philippe Jaussaud
, 
Édouard-Raoul Brygoo

Du Jardin au Muséum en 516 bibliographies

b

Texte intégral

BADONNEL André

né le 5 juillet 1898 à Épinal (Vosges), date de décès
inconnue (XXème siècle)
chaire de Zoologie (Arthropodes)

Entomologie (Psocoptères)

1Mobilisé en 1917 dans un régiment d’infanterie, Badonnel combattit courageusement durant la Grande Guerre. Il accéda en 1918 au grade d’aspirant, puis à celui de sous-lieutenant. De retour à la vie civile, Badonnel obtint successivement le certificat d’aptitude au professorat des écoles normales et des écoles primaires supérieures scientifiques (1923-1925), le PCN à Nancy (1924), le SPCN (1925) et une licence ès sciences naturelles à Dijon (1930), avant de soutenir sa thèse de doctorat ès sciences en 1934. Instituteur dans les Vosges de 1921 à 1924, il occupa ultérieurement plusieurs postes de professeur d’écoles primaires supérieures à Gérardmer (1924-1927), à Dijon (1927-1930), ainsi qu’à Nogent-sur-Marne (1930-1934). Il exerça ensuite comme professeur à Paris, au collège Arago (1934-1939) et au lycée Chaptal dans la classe préparatoire à l’École normale supérieure de Saint-Cloud. Mobilisé avec le grade de capitaine d’infanterie en 1939, Badonnel fut prisonnier de 1940 à 1941, puis il participa en août 1944 à la libération de Paris au titre de commandant-adjoint d’un groupe des Forces françaises de l’intérieur. Il entra en 1960 au Muséum, comme sous-directeur du laboratoire de Zoologie (Arthropodes) que dirigeait Max Vachon*. À l’âge de quatre-vingt-six ans, Badonnel fréquentait encore les locaux du Jardin des plantes.

2Entomologiste, Badonnel fut un spécialiste de la systématique, de la biogéographie, de l’anatomie, ainsi que de la biologie des Insectes appartenant à l’ordre des Psocoptères. Il étudia selon cette thématique des espèces de France, d’Afrique, de Madagascar ou d’Afghanistan. Citons, parmi ses publications : Recherches sur l’anatomie des psoques (1934), Psocoptères (1943) et Faune de Madagascar : Insectes Psocoptères (1967). De plus, Badonnel rédigea le chapitre dévolu aux Psocoptères pour le grand Traité de zoologie de Pierre-Paul Grassé.

Bibliographie

Lhoste (Jean), Les Entomologistes français : 1750-1950, Paris : INRA-OPIE, 1987, p. 43.

Notice sur les titres et travaux scientifiques, 10 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 29).

PJ

BAILLON Louis, Antoine, François

né le 20 janvier 1778 à Montreuil-sur-Mer (Pas-de-Calais),
mort le 3 décembre 1851 à Abbeville (Somme)
Zoologie (Reptiles et Poissons)
Zoologie, Botanique

3Baillon était le fils d’un avocat passionné d’histoire naturelle. Ce dernier remplissait les fonctions de correspondant du Muséum, auquel il envoya de nombreux spécimens. Recruté dans l’établissement en l’an VII comme aide-naturaliste, François Baillon échappa de ce fait à la conscription militaire. Il suppléa René Maugé*, jusqu’à ce qu’il doive regagner Abbeville après la mort de son père, survenue en décembre 1801. Baillon ne put remplacer Jean Desmoulins* décédé en 1803, mais il obtint le titre de correspondant du Muséum et fit à l’établissement des envois réguliers. Par exemple, il adressa des squelettes de Cétacés en 1839 et 1842.

4Baillon zoologiste publia seulement les premières pages d’un Catalogue des Mammifères, Oiseaux, Reptiles, Poissons et Mollusques testacés marins observés dans l’arrondissement d’Abbeville. Par ailleurs, il collabora à la flore du département de la Somme de Charles Pauquy, publiée en 1831.

Source

Documents Muséum (d’après les archives d’É.-R. Brygoo). Dossier personnel (Archives nationales, AJ15, no 542).

Bibliographie

Barnhart (John Hendeley), Biographical Notes upon Botanists, Boston : G. K. Hall, 1965, p. 106.

PJ ERB

BALACHOWSKY Alfred, Serge

né le 15 août 1901 à Karotcha (Russie), mort le 24 décembre 1983 à Paris
chaire d’Entomologie, puis d’Entomologie générale et appliquée
Entomologie (Hémiptères, Coléoptères)

5Né d’un père russe, propriétaire terrien, et d’une mère française, Balachowsky passa les premières années de sa vie dans la région de Moscou. Il se passionna très tôt pour les Insectes, dont il fit collection. Après avoir perdu son père – victime d’un accident de chasse –, le jeune garçon partit à l’âge de douze ans vivre au Mans chez sa grand-mère maternelle. Balachowsky suivit le cursus de l’École supérieure d’agronomie de Rennes de 1921 à 1923, avant d’aller occuper un poste de stagiaire au laboratoire de Zoologie de l’institut agricole d’Algérie à Maison-Carrée. Nommé en 1924 assistant à l’insectarium du Jardin d’essai d’Alger, il acquit une solide expérience entomologique sur le terrain, grâce à l’appui de Louis Trabut et Paul de Peyerimhoff. Balachowsky rejoignit la métropole au cours de l’année 1928, devenant alors chef de travaux à la Station entomologique de Paris, puis en 1930 directeur de la Station de zoologie agricole, ainsi que de l’insectarium d’Antibes et en 1931 directeur de laboratoire à la Station centrale de zoologie agricole de Versailles. Le naturaliste subit à cette époque l’influence de Paul Marchai, qui devint son directeur de recherche.

6En 1932, Balachowsky soutint sa thèse de doctorat ès sciences de l’université de Paris, enseignant l’année suivante à l’École nationale d’agriculture de Grignon. Il fut affecté, lorsque la seconde guerre mondiale éclata, au laboratoire central des Recherches bactériologiques et sérologiques de l’Armée, au Val-de-Grâce à Paris. Démobilisé en 1940, Balachowsky entra activement dans la Résistance, puis fut déporté à Buchenwald et au tunnel de Dora après le démantèlement de son réseau. Ses amis avaient heureusement pu le faire nommer à l’Institut Pasteur dès son arrestation en 1943. Ce stratagème, joint à la complicité d’un prisonnier politique allemand, sauva d’une mort certaine l’entomologiste, que les nazis épargnèrent pour le faire travailler sur la mise au point d’un vaccin antityphique.

7Après sa libération, en 1945, Balachowsky accomplit à la demande d’André Malraux une mission d’information en Amérique du Nord sur la Résistance et la déportation. Il créa en 1946 le Service de parasitologie végétale à l’Institut Pasteur de Paris, où il devint chef de service en 1947 puis, amicalement pressenti par Roger Heim*, prit la tête de la chaire d’Entomologie du Muséum en 1962. Dès l’année qui suivit cette nomination, il obtint l’adjonction à son laboratoire de celui d’Entomologie agricole tropicale du Muséum, pour constituer un laboratoire d’Entomologie générale et appliquée. Balachowsky fut élu en 1967 à l’Académie des sciences, prit sa retraite en 1974 et mourut la veille de Noël 1983, après avoir passé à l’Hôtel des Invalides de Paris les derniers mois de sa vie.

8Balachowsky, surnommé “Bala”, était un homme d’action, sportif au physique impressionnant. Volontaire et généreux, doué d’un remarquable talent de persuasion, il savait balayer tous les obstacles et transmettre sa foi et son enthousiasme. Il se maria une première fois en 1925 avec Emilie Morin, dont il divorça en 1956 pour épouser Solange Guyot. Aucun enfant ne naquit de ces deux unions.

9Balachowsky, auteur de plus de trois cents articles ou ouvrages, allia dans ses travaux l’entomologie fondamentale à l’entomologie appliquée. Il fut un spécialiste mondial des Cochenilles, sur lesquelles il rédigea notamment une Monographie des Cochenilles de France, d’Europe, du nord de l’Afrique et du bassin méditerranéen (1937-1953) en six volumes et étudia la systématique d’autres Insectes ravageurs comme les Scolytidés ou les Punaises des céréales. Le développement de la lutte biologique contre les Insectes lui doit beaucoup. En effet, il fut le fondateur de l’Organisation internationale de lutte biologique (OILB) qu’il présida dès 1956. Il publia auparavant un ouvrage de synthèse intitulé La Lutte contre les Insectes : principes, méthodes, applications (1951). Après avoir écrit, à l’âge de trente-quatre ans, un premier traité de près de deux mille pages sur les insectes nuisibles aux plantes cultivées, Balachowsky lança par ailleurs, de 1962 à 1972, la rédaction d’un grand Traité d’entomologie appliquée à l’agriculture resté inachevé, dont quatre volumes seulement ont vu le jour.

10Lentomologiste s’intéressa à la protection de la nature, contribuant à faire classer l’île de Port-Cros comme Parc national en 1963 et préconisant de limiter l’utilisation des insecticides au cadre d’une lutte intégrée. Il fit œuvre pédagogique en intégrant son enseignement du Muséum à celui du troisième cycle dispensé dès 1964 à la faculté des sciences de l’université de Paris, en créant au Muséum un enseignement technique d’entomologie de 1970 à 1987, et enfin en réalisant au Muséum une exposition permanente sur “les plus beaux insectes du Monde”, qui dura de 1968 à 1998. Par ses très nombreuses missions à l’étranger – il visita toutes les régions du globe – Balachowsky fut considéré comme l’ambassadeur de l’entomologie française.

Bibliographie

Chevassus-au-Louis (Nicolas), “Alfred Balachowsky. Un pastorien à Buchenwald”, La Recherche, no 370, 2003, pp. 50-32.

Dorst (Jean), “La Vie et l’œuvre d’Alfred Balachowsky”, Comptes Rendus hebdomadaires des Séances de l’Académie des Sciences, la Vie des Sciences, vol. 1, no 6, 1984, pp. 567-576.

Lhoste (Jean), Les Entomologistes français : 1750-1950, Paris : INRA-OPIE, 1987, pp. 302-305.

Matile-Ferrero (Danièle), “Professor Alfred Serge Balachowsky”, Verhandlungen des zehnten internationalen Symposiums über entomofaunistik Mitteleuropas (SIEEC), 15-20 August 1983, Budapest, 1984, pp. 313-314.

Pesson (Paul), “Hommage à Alfred Serge Balachowsky (1901-1983)”, Annales de la Société entomologique de France, vol. 20, no 3, 1984, pp. 235-250.

Remaudière (G.), “Alfred Serge Balachowsky”, IOBC Newsletter, no 31-32, 1984, pp. 1-2.

PJ

BALACHOWSKY A. Heimaspis centrafricanus Balachowsky & Ferrera, 1967. Cochenille récoltée en forêt de La Maboké (République Centrafricaine), issue de : Balachowsky A. S., Ferrera D, “Un nouveau genre de Diaspidini-Chionaspidina (Coccoidea) de la forêt équatoriale centrafricaine”, Cahiers de La Maboké, t. 5, no 1, 1967, pp. 37-42. 1. bouclier femelle ; 2. puparium mâle ; 3. femelle adulte, caractères généraux microscopiques ; 4. idem, lobe frontal ; 5. idem, turbercule oculaire ; 6. idem, différents types antennaires ; 7. idem, stigmate antérieur ; 8. idem, stigmate postérieur ; 9. idem, détail des crêtes métathoraciques ; 10. idem, micropores métathoraciques ; 11. idem, détail d’un micropore ventral ; 12. idem, épine glandulaire géante des segments II et III ; 13. idem, micropore submédian dorsal du segment IV ; 14. idem, détail de la marge pygidiale.

BALOUT Lionel, Ferdinand, Félix

né le 18 avril 1907 à Nantes (Loire-Atlantique), mort le 13 janvier 1992 à Port-Marly (Yvelines)
chaire de Préhistoire
Archéologie, Préhistoire

11Fils d’un professeur de musique, Balout suivit des études secondaires à Paris, obtenant son baccalauréat de philosophie en 1924 et sa licence ès lettres en 1927. Il enseigna l’histoire au lycée de Caen de 1928 à 1930, soutint un diplôme d’études supérieures d’archéologie en 1930, puis réussit l’agrégation d’histoire et géographie en 1932. Après son service militaire, effectué de 1932 à 1933, Balout professa au lycée d’Alger de 1933 à 1947. Cette période se trouva interrompue par des séjours sous les drapeaux entre 1939 et 1943. Chargé de mission pour la préhistoire à la Direction des antiquités algérienne en 1948, Balout conduisit des fouilles en Tunisie, puis fut chargé d’enseignement en ethnologie et archéologie préhistorique à la faculté des lettres d’Alger de 1949 à 1956. Il devint conservateur du Musée d’ethnologie et de préhistoire du Bardo, ainsi que directeur du CRAPE en 1955 et soutint sa thèse de doctorat ès sciences à Paris en 1956. Après avoir enseigné de 1956 à 1958 comme maître de conférences l’ethnographie et l’archéologie préhistorique de l’Afrique du Nord, Balout fut nommé en 1958 professeur titulaire de la chaire de Préhistoire de l’Afrique du Nord à l’université d’Alger, où il devint la même année le doyen de la faculté de lettres et sciences humaines. Il prit en 1962 la tête de la chaire de Préhistoire nouvellement créée au Muséum, exerçant les fonctions d’assesseur du directeur de l’établissement, ainsi que de directeur du laboratoire de Paléogéographie des temps préhistoriques de l’École pratique des hautes études en 1965. Mis à la retraite en 1977, il mourut âgé de quatre-vingt-quatre ans. Marié à Andrée Ragout en 1938, il eut un fils.

12Balout fut un spécialiste de la préhistoire et de l’archéologie préhistorique d’Afrique du Nord. Par ailleurs, il se rendit célèbre en dirigeant le sauvetage de la momie de Ramsès II, débuté en 1976, au Musée de l’Homme. L’opération fut relatée dans un ouvrage intitulé La Momie de Ramsès II : contribution scientifique à l’égyptologie (1985). Parmi ses autres publications figurent L’Intelligence des hommes préhistoriques (1953), Chasseur ou gibier ? Essai sur les preuves de l’hominisation (1959) et L’Archéologie préhistorique et protohistorique (1964).

Bibliographie

Balout (Lionel), “La Préhistoire : leçon inaugurale de la chaire de Préhistoire prononcée le 14 avril 1964”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 37, no 2, 1965, pp. 208-232.

Balout (Lionel), “Ramsès II au Musée de l’Homme”, in Dorst (Jean) (sous la dir.), Muséum national d’histoire naturelle : récits et découvertes, Paris : Nathan, 1980, pp. 243-252.

PJ ERB

BARRAU Jacques

né le 3 avril 1925 à Marseille (Bouches-du-Rhône),
mort le 29 juin 1997 à Paris
chaire d’Ethnobotanique
Ethnobotanique, Ethnozoologie

13Né dans une famille de négociants installée depuis plus d’un siècle sur le territoire de Nouvelle-Calédonie, Barrau passa une partie de son enfance en Océanie. Il sentit alors s’éveiller sa vocation d’agronome et de naturaliste. Bachelier de la série philosophie à Marseille en 1942, il passa l’année suivante le brevet de conducteur de tracteurs agricoles. Le jeune homme interrompit ses études en 1942 pour s’engager dans la Résistance, fut arrêté en 1944 par la police allemande à Toulouse et déporté dans les camps de concentration de Dachau, puis de Neckarelz. Libéré en 1945, Barrau fut démobilisé avec le grade de capitaine honoraire de réserve et une pension militaire d’invalidité. Il entra, après quelques mois de convalescence, à l’institut agricole de l’université de Toulouse et commença parallèlement la préparation d’une licence ès sciences. Nanti du diplôme d’ingénieur agronome en 1946, Barrau acheva l’année suivante sa licence à Aix-Marseille, où il eut l’occasion de travailler dans le laboratoire d’Agronomie générale et tropicale du professeur Raoul Cerighelli. Le jeune homme rejoignit la Nouvelle-Calédonie en 1947 avec l’intention de préparer comme chercheur indépendant une thèse de doctorat ès sciences. Mais, une carrière internationale s’ouvrit devant lui, qui devait lui permettre d’effectuer des missions dans le monde entier : en Océanie tropicale, en Australie, en Nouvelle-Zélande, aux États-Unis, au Canada, au Brésil, au Vénézuela, en Inde, aux Philippines, en Syrie, en Centrafrique, aux Antilles, en URSS, en Allemagne, en Roumanie notamment.

14D’abord investi, par l’administration de Nouvelle-Calédonie, de la direction du Service de l’agriculture du territoire de 1947 à 1952, Barrau fut fonctionnaire international chargé de recherche à la Commission du Pacifique Sud de 1952 à 1959. Il avait, entre-temps, soutenu sa thèse de doctorat ès sciences naturelles devant l’université d’Aix-Marseille en 1957. De 1959 à 1965, Barrau assura comme fonctionnaire international la direction de la section “Développement économique” de la Commission du Pacifique Sud, avant d’accepter en 1965 à l’université de Yale un poste de professeur invité aux départements d’anthropologie et de biologie. Il entra en décembre 1965 au Muséum, comme maître de conférences sous-directeur du laboratoire d’Ethnobotanique dirigé par Roland Portères*. Précisons que, depuis 1958, Barrau fréquentait l’ancienne chaire d’Agronomie tropicale du Jardin des plantes au titre de travailleur libre. De 1967 à 1970, il fut détaché au ministère d’État chargé des Départements et Territoires d’Outre – Mer, pour servir comme conseiller technique au cabinet du haut-commissaire de la République française dans le Pacifique. Barrau demanda en 1970 sa réintégration dans son poste du Muséum. Il dirigea dans l’établissement l’unité CNRS de Recherche et documentation ethnobotaniques et ethnozoologiques qu’il avait contribué à créer, tout en assurant des enseignements à l’université de Paris, à l’École des hautes études en sciences sociales et en poursuivant ses missions à l’étranger. Barrau acheva sa carrière au Muséum comme professeur et succomba aux atteintes d’une grave maladie.

15De haute taille, Barrau portait des lunettes, ainsi qu’une fine moustache. Il fut décrit comme un personnage à la fois chaleureux, serviable, discret, pudique et résolu. Ce naturaliste engagé, attentif à ses élèves, cultiva des amitiés, particulièrement à Brantes dans le Vaucluse. Il avait épousé Alice Peeters.

16Ethnobotaniste, Barrau étudia d’abord l’origine, l’acclimatation, l’utilisation magique et les moyens d’accroître la diversité ainsi que la production des plantes alimentaires dans les pays indo-pacifiques. À cela s’ajoutèrent des investigations sur les plantes médicinales et d’intérêt technologique ou le symbolisme végétal en Océanie. Par ailleurs, il se préoccupa de problèmes très généraux : la conservation du patrimoine botanique grâce à des jardins d’essais, la perception de l’environnement végétal, les aspects socio-ethniques du développement rural, l’anthropologie de l’alimentation, l’écologie des sociétés humaines, l’inventaire des ressources végétales, l’histoire, la nomenclature et la domestication des plantes. Ce dernier thème conduisit Barrau à aborder l’ethnozoologie par le biais de la domestication animale : il s’intéressa par exemple à l’élevage porcin en Provence. Citons parmi ses très nombreuses publications : Les Plantes alimentaires de l’Océanie, origines, distribution et usages (1957), Histoire et préhistoire horticoles de l’Océanie tropicale (1965), Jardins botaniques et d’essais aux îles françaises de la Mer du Sud (1966), De l’homme meilleur à l’homme cultivateur : l’exemple océanien (1967), La Révolution néolithique : domestication des plantes et des animaux (1974-1975), Anthropologie et science de la nature (1981), Les Hommes et leurs aliments : esquisse d’une histoire écologique et ethnologique de l’alimentation (1983) et Les Plantes fruitières et légumières dans l’histoire du Jardin des plantes.

17Au Muséum, Barrau participa activement à l’organisation de l’exposition “Des fruits et des légumes” en 1992. Il exerça aussi des activités muséologiques à Nouméa, à Brantes ou aux Antilles.

Bibliographie

Aymonin (Gérard), “Le Professeur Jacques Barrau (3 avril 1925-29 juin 1997)”, Hommes et Plantes, no 22,1997, p. 46. Barrau (Jacques), Notice sur les titres et travaux scientifiques, Nouméa : [s.n.], 1963, 19 p. dactylographiées.

Barrau (Jacques), Liste des travaux, 1969, 6 p. dactylographiées (fonds cryptogamie du Muséum national d’histoire naturelle).

Barrau (Jacques), Titres et travaux, 1976, 15 p. dactylographiées (fonds cryptogamie du Muséum national d’histoire naturelle).

Barrau (Jacques), Titres et travaux, 1979,45 p. dactylographiées (fonds cryptogamie du Muséum national d’histoire naturelle).

Coiffier (Christian), “In memoriam Jacques Barrau”, Bulletin des Océanistes, no 105, 1997, p. 212.

Gaulin-Schellenberg (Chantal), “Jacques Barrau : 3 avril 1925-29 juin 1997”, Journal d’Agriculture traditionnelle et de Botanique appliquée, vol. 37, no 1, 1997.

Gély (Anne), “Jacques Barrau, le départ d’un grand Monsieur”, La Gazette des Jardins, septembre 1977, p. 4.

Guille-Escuret (Georges), “In memoriam. Jacques Barrau : un naturaliste au milieu des hommes”, Bulletin des Océanistes, no 105, 1997, pp. 209-211.

Portères (Roland), Rapport sur la candidature de M. Jacques Barrau au poste de sous-directeur de laboratoire à la chaire d’Ethnobotanique, 1965,4 p. dactylographiées (fonds cryptogamie du Muséum national d’histoire naturelle).

Pujol (Raymond), “Le Professeur Jacques Barrau, ethnobotaniste, nous a quittés”, Les Amis du Muséum national d’Histoire naturelle, septembre 1997, p. 4L

PJ

BASSEPORTE Madeleine, Françoise

née le 28 avril 1701 à Paris, morte le 5 septembre 1780 à Paris
peintre ordinaire du roi pour la miniature
Peinture

18Madeleine Basseporte était le quatrième enfant d’un marchand de vin en gros installé rue Saint-Louis-en-L’Isle. Attirée par le dessin et la peinture, elle trouva un premier maître en la personne du peintre du cardinal Armand de Rohan, Paul Ponce Antoine Robert, dans l’atelier duquel, à l’hôtel de Soubise, elle commença, dès l’âge de douze ans environ, à se perfectionner en copiant les tableaux de la collection du cardinal. Elle s’affirma bientôt dans l’art du portrait et exécuta les dessins de botanique illustrant le célèbre Spectacle de la nature (1732) de l’abbé Noël Antoine Pluche.

19Devenue l’élève de Claude Aubriet* au Jardin du roi, elle obtint, par brevet du 13 avril 1735, la survivance de la charge de celui-ci et lui succéda en 1742. Elle fut dès lors logée au Jardin où Bernard de Jussieu* la protégeait, surveillait ses travaux et la recommanda au roi Louis XV Le souverain la chargea d’enseigner l’aquarelle aux princesses ses filles. Elle fréquenta donc la cour de Versailles et s’y attira les bonnes grâces de madame de Pompadour qui la fit venir dans son château de Bellevue pour lui faire peindre des fleurs et la consulter sur des questions de mode ou de décoration.

20Madeleine Basseporte réunissait autour d’elle au Jardin du roi de nombreux amis comme Edme Bouchardon, Charles Van Loo, Anne de Caylus ; elle utilisa son crédit pour protéger plusieurs érudits et artistes tels que le chimiste Guillaume-François Rouelle* et le sculpteur Pierre L’archevêque. Elle forma mademoiselle Marie-Catherine Bihéron – surtout connue pour ses cires anatomiques – et donna des leçons à une sœur d’André Thouin*.

21Son œuvre est abondante. Elle a notamment donné de nombreuses planches pour les Recueils de Pierre-Joseph Buchoz et, dans la collection des Vélins, elle a signé trois cent treize planches, dont deux cent quatre-vingt-quinze de botanique et d’autres représentant des coquillages ; de nombreux autres Vélins sans signature doivent sans doute lui être attribués.

22À son insu, pour ne pas l’attrister, Georges-Louis Buffon* fit accorder, par brevet du 1er juillet 1774, la survivance de sa charge à Gérard Van Spaendonck*, qui lui succéda. Elle fut inhumée le 6 septembre 1780 en l’église Saint-Médard, paroisse du Jardin du roi.

23Sa manière, fortement gouachée, n’est pas toujours très heureuse, et ses dernières œuvres – elle a peint jusqu’à sa mort – se ressentent de son grand âge. Son talent, très loué par ses contemporains, est aujourd’hui plus diversement apprécié.

Bibliographie

Balis (Jan), “Madeleine Basseporte”, in Vélins du Muséum : peintures sur vélin de la collection du Muséum national d’histoire naturelle de Paris : catalogue de l’exposition organisée à la Bibliothèque royale Albert 1er de Bruxelles, du 28 septembre au 31 octobre 1974, Bruxelles : Bibliothèque royale Albert 1er, 1974, pp. 7-8.

Bidal (Anne-Marie), “Inventaire des archives du Muséum national d’histoire naturelle. Première partie. Série A : Archives du Jardin du roi”, Archives du Muséum national d’Histoire naturelle, 6e série, vol. 11, no 331-332 et 334, 1934, p. 203.

Bultingaire (Léon), “Les Peintres du Jardin du roi au XVIIIème siècle”, Archives du Muséum national d’Histoire naturelle, 6e série, vol. 3, 1928, pp. 29-32.

Castilhon (Jean), “Notice sur mademoiselle Basseporte”, in Nécrologie des hommes célèbres de France, Paris : Moutard, 1781, vol. 16, pp. 159-187.

Jal (Augustin), “Basseporte (Madeleine)”, in Dictionnaire critique de biographie et d’histoire, 2e éd., Paris : Plon, 1872, p. 124.

Leguay (P.), “Basseporte (Madeleine)”, in Balteau (Jules) (sous la dir.), Dictionnaire de biographie française, Paris : Letouzey et Ané, 1951, vol. 5, p. 749.

YL ERB

BASTIEN Jean-Baptiste

né le 25 avril 1823 à Hablainville (Meurthe-et-Moselle), date de décès inconnue (XIXème siècle)
chaire d’Anatomie comparée
Anatomie

24Fils de cultivateur, Bastien devint docteur en médecine. Il entra au Muséum en 1866 comme préparateur de la chaire d’Anatomie comparée, puis fut nommé aide-naturaliste en 1869. Mis en congé sans traitement de 1874 à 1875, Bastien démissionna en 1877, après que son chef de service Paul Gervais* eut refusé sa demande de reprise d’activité. Il fut ensuite candidat malheureux au poste de garde de galerie laissé vacant par Louis Sénéchal*. Il avait épousé en 1869 Henriette Hugot.

Source

Documents Muséum (d’après les archives d’É.-R. Brygoo).

PJ ERB

BAUCHOT Marie-Louise [née BOUTIN]

née le 19 janvier 1928 à Mézières-sur-Issoire (HauteVienne)
chaire de Zoologie (Reptiles et Poissons), puis d’ichtyologie générale et appliquée
Ichtyologie

25Marie-Louise Bauchot passa un baccalauréat de la série mathématique en 1946, avant de poursuivre des études supérieures à l’université de Paris. Elle obtint une licence et un diplôme d’études supérieures de sciences naturelles en 1950. Assistante du PCB à la faculté des sciences dès 1949, Marie-Louise Bauchot entra au Muséum en 1952, comme assistante de la chaire de Zoologie (Reptiles et Poissons). La jeune femme effectua par ailleurs, entre 1948 et 1957, une dizaine de séjours d’études dans les stations biologiques de Roscoff, Banyuls, Villefranche-sur-Mer et Arcachon. Ayant soutenu sa thèse de doctorat ès sciences en 1959, Marie-Louise Bauchot devint la même année sous-directrice du laboratoire de Zoologie (Reptiles et Poissons). Elle quitta ce service – avec la collection nationale de Poissons – en 1976, pour rejoindre la chaire d’ichtyologie générale et appliquée de Jacques Daget* et prit sa retraite du Muséum en 1990.

26Si l’on excepte quelques travaux de jeunesse sur l’histologie de certains Invertébrés, Marie-Louise Bauchot fut une spécialiste de l’ichtyologie. Elle s’intéressa principalement à l’anatomie, à la systématique et à la faunistique des Poissons des mers chaudes ou tempérées, étudiant l’ordre des Anguilliformes, ainsi que celui des Perciformes (Labridae, Sparidae, Carangidae, Gobiidae). Par ailleurs, Marie-Louise Bauchot effectua des recherches sur l’encéphale des Poissons, en collaboration avec l’équipe de neuro-anatomie de Roland Bauchot à l’université Paris VII. Ces dernières investigations visèrent principalement à relier le développement des centres nerveux et des organes sensoriels avec la biologie des espèces – en particulier leur adaptation au milieu – dans un contexte évolutif. Parmi plus de cent trente publications dues à la plume de Marie-Louise Bauchot figurent : Les Poissons (1954) – rédigé en collaboration avec Roland Bauchot –, Étude des larves leptocéphales du groupe Leptocephalus lanceolatus Strömman et identification à la famille des Serrivomeridae (1959), Catalogue critique des types de poissons du Muséum national d’histoire naturelle (1963), Guide des poissons marins d’Europe (1980), ainsi que L’Ichtyologie en France au début du XlXème siècle : l’Histoire naturelle des poissons de Cuvier et Valenciennes (1990).

27Au Muséum, Marie-Louise Bauchot réalisa dès 1956 un important travail dans le cadre des collections de Poissons, remettant en ordre les spécimens et rédigeant de nombreux catalogues de types. Elle fut longtemps rédactrice au Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle. Enfin l’ichtyologiste, qui se vit confier la responsabilité de grands projets internationaux auprès de l’UNESCO ou de la FAO, enseigna à partir de 1956 à l’Institut d’élevage et de médecine vétérinaire des pays tropicaux.

BAUCHOT-BOUTIN M.-L. Dentex (Cheimerius) gibbosus (Rafinesque, 1810), issu de : Whitehead (P. J. P.), Bauchot (M.-L.), Hureau (J.-C.), Nielsen (J.), Tortonese (E.), Fishes of the North-Eastern Atlantic and the Mediterranean. Poissons de l’Atlantique du Nord-Est et de la Méditerranée, volume II, Paris : Unesco, 1986, fig. p. 888.

Bibliographie

Bauchot (Marie-Louise), Titres et travaux scientifiques, 1958, 10 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, n° ß 8521 et ß 8800).

PJ FJM

BAUDINEAU [ou BAUDINOT] Urbain

date de naissance inconnue, mort en 1669
démonstrateur et opérateur pharmaceutique pour faire la démonstration de l’intérieur des plantes au Jardin du roi
Chimie, Médecine

28Élève favori de Charles Bouvard*, Baudineau obtint son doctorat en médecine de la faculté de Paris en 1627. Ce conseiller médecin ordinaire du roi fut nommé démonstrateur de chimie au Jardin royal en 1635. Mais, il n’enseigna probablement jamais dans l’établissement, désirant consacrer tous ses soins à la faculté de médecine. Il se trouva suppléé pour le cours de chimie par William Davisson*, avant que Guy-Crescent Fagon* ne lui succède à sa mort. Baudineau était marié.

Bibliographie

Contant (Jean-Paul), Contribution à l’histoire de l’enseignement de la pharmacie : l’enseignement de la chimie au Jardin royal des plantes de Paris, thèse de doctorat en pharmacie, Strasbourg : université de Strasbourg, 1952, p. 47.

PJ

BEAUREGARD Henri, Emmanuel

né le 6 décembre 1851 au Havre (Seine-Maritime),
mort le 25 mars 1900 à Grasse (Alpes-Maritimes)
chaire d’Anatomie comparée
Cétologie, Entomologie (Coléoptères), Mammalogie, Phanérogamie

29Beauregard était le plus jeune des trois fils d’un médecin hospitalier versé dans les sciences naturelles. Après un brillant cursus secondaire, il étudia à la faculté de médecine, à l’École supérieure de pharmacie, ainsi qu’à la faculté des sciences de Paris, devenant interne en pharmacie en 1872, docteur ès sciences en 1876, puis pharmacien de première classe et docteur en médecine en 1877. Beauregard, qui fut chargé dès 1874 de prononcer des cours d’histoire naturelle au collège de jeunes filles Sévigné, débuta sa carrière universitaire à l’école de pharmacie de Paris : préparateur bénévole en 1873, préparateur titulaire en 1877, maître de conférences de botanique micrographique de 1878 à 1879, il réussit l’agrégation d’histoire naturelle en 1879.

30Dès cette époque, il commença à fréquenter assidûment le laboratoire d’Anatomie comparée de Georges Pouchet* au Muséum, s’éloignant ainsi de l’école de pharmacie. Beauregard se trouva délégué dans les fonctions d’aide-naturaliste d’Anatomie comparée en 1883, avant d’être titularisé à son poste deux ans plus tard. Il suppléa Georges Pouchet au Muséum en 1886 et fut rappelé à la fin de l’année 1889 en exercice à l’école de pharmacie, comme agrégé libre pour cinq ans. Après avoir assuré en 1894 une nouvelle suppléance de cours au Jardin des plantes, Beauregard ne put succéder à son maître décédé dans la chaire d’Anatomie comparée : il dut s’effacer devant Henri Filhol*, qui lui proposa une charge de conférences. Le pharmacien démissionna finalement du Muséum en 1898, pour succéder à Léon Marchand comme professeur de cryptogamie à l’école de pharmacie de Paris. Un an plus tard, une maladie incurable contraignit Beauregard à partir se soigner sur la Côte d’Azur, où son état sembla s’améliorer. Il présida au cours de l’automne 1899 les jurys d’examens dans les écoles de médecine et de pharmacie de l’ouest, ce qui acheva de ruiner sa santé. Décédé dans sa quarante-neuvième année, Beauregard corrigea les épreuves de son dernier ouvrage – un traité de matière médicale zoologique – sur son lit de mort.

31Portant toute sa barbe, le pharmacien abritait un regard pénétrant sous d’épais sourcils. Il laissa le souvenir d’un homme de cœur, désintéressé, combatif, détestant l’injustice et doué pour l’enseignement. Aimant aider les débutants de ses conseils, Beauregard savait animer une équipe scientifique sans instaurer de hiérarchie inutile. Par ailleurs, il fit preuve d’un grand dévouement dans le cadre de l’Association philotechnique, qui dispensait un enseignement populaire gratuit.

32Ce chercheur fut l’auteur d’une centaine de publications, rédigées seul ou en collaboration. Dans le domaine zoologique, Beauregard étudia surtout l’anatomie des Cétacés, les productions de ces animaux (ambre gris, spermaceti) et les Coléoptères vésicants. Il aborda par ailleurs d’autres sujets, comme les réseaux vasculaires de l’œil chez les Vertébrés ou la denture et l’appareil auditif des Mammifères. En botanique, le pharmacien conduisit des recherches sur les Thyméléacées du genre Daphne et la structure des racines et des tiges du Grenadier. Citons parmi ses publications : les Recherches sur le Cachalot (1889-1891), Les Insectes vésicants (1890), ainsi que les Recherches sur l’appareil auditif des Mammifères (1893). De plus, Beauregard rédigea divers ouvrages à caractère didactique, comme un Traité d’ostéologie comparée (1889), édité en collaboration avec Pouchet, ou Le Microscope et ses applications (1893). Il effectua de 1882 à 1892 une quinzaine de missions sur les côtes françaises, à la recherche de Cétacés échoués pour les disséquer : il put ainsi doter de nombreuses pièces anatomiques la collection de cétologie du Muséum. Enfin, il élabora avec Henri Gervais* un catalogue raisonné des neuf mille pièces du cabinet d’anatomie comparée du Muséum.

Bibliographie

Coutière (Henri), “M. le Docteur Beauregard, professeur à l’École supérieure de pharmacie de Paris”, Bulletin des Sciences pharmacologiques, vol. 2, 1899-1900, pp. 138-146.

Dillemann (Georges), “Historique des facultés de pharmacie et de leurs chaires magistrales. 2 : de la chaire de Cryptogamie à la chaire de Microbiologie : Emmanuel Henri Beauregard”, Produits et Problèmes pharmaceutiques, vol. 26, no 3, 1971, pp. 202-203.

Anonyme, “Discours”, in Beauregard (Henri) (sous la dir.), Matière médicale zoologique : histoire des drogues d’origine animale, Paris : Naud, 1901, pp. 20-31.

Gaudry (Albert), “[s.t.]”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, vol. 6, no 3, 1900, pp. 89-90.

Petit (Auguste), “Le Docteur Henri Beauregard”, Journal de l’Anatomie et de la Physiologie normales et pathologiques de l’Homme et des Animaux, vol. 36, 1900, pp. 139-142.

Radais (Maxime), “H. Beauregard”, in Centenaire de l’École supérieure de pharmacie de l’université de Pans : volume commémoratif, 1803-1903, Paris : Joanin et Cie, 1904, pp. 220-222.

PJ

BECQUEREL Antoine-César

né le 7 mars 1788 à Châtillon-sur-Loing (Loiret), mort le 18 janvier 1878 à Paris
chaire de Physique appliquée aux sciences naturelles Météorologie, Minéralogie, Physique

33Fils d’un lieutenant du roi, Antoine-César Becquerel souffrit à l’âge de sept ans d’une grave brûlure accidentelle de la poitrine. Il fut pensionnaire à Gien, élève à l’école centrale de Fontainebleau et externe au lycée Henri IV Reçu en 1806 à Polytechnique, il acheva sa formation en 1808 à l’école d’application de Metz, puis participa comme officier du génie aux grandes campagnes de Napoléon. Becquerel s’illustra particulièrement en 1811 au siège de Tarragone, durant lequel il fit une chute de cheval et se cassa le bras droit. Promu capitaine en 1812, il occupa alors les fonctions de sous-inspecteur des études à l’École polytechnique. Becquerel réclama son retour au service actif en 1814, fit valoir l’année suivante ses droits à la retraite et quitta l’armée avec le grade de chef de bataillon. Il se consacra désormais aux sciences physiques. Élu membre de l’Académie des sciences en 1828, Becquerel utilisa ses relations pour faire créer au Muséum une chaire de Physique appliquée aux sciences naturelles, dont il fut le premier titulaire en 1838. Il exerça, outre ses fonctions universitaires, celles d’inspecteur général d’une société privée de Salines de 1842 à 1862. En 1860, il fut victime d’une fracture – sans conséquences graves - du fémur au Jardin des plantes. Dix-huit ans plus tard, il s’éteignit doucement à l’âge de quatre-vingt-neuf ans, sans jamais avoir cessé de travailler.

34Assez grand, glabre, le corps frêle, le regard et le geste vifs, il fut décrit sans complaisance par les frères Goncourt comme un personnage au front fuyant, affligé d’un prognathisme inférieur. Il possédait une constitution peu robuste, mais sa volonté palliait sa faiblesse physique. Souffrant de bégaiement durant son enfance, Becquerel parvint à surmonter ce handicap, conservant cependant une parole un peu hésitante. Il épousa en 1813 Aimée Darlu, dont il eut trois enfants : deux fils et une fille. Son fils cadet Edmond*, son petit-fils Henri*, puis son arrière-petit-fils Jean* devaient se succéder après lui dans la chaire de Physique appliquée du Muséum, constituant l’une des plus célèbres dynasties scientifiques françaises. Becquerel possédait une propriété d’une centaine d’hectares près de Châtillon. Passionné d’agriculture, il faisait pousser de la vigne et des agrumes sur ses terres.

35Becquerel, disciple d’Alexandre Brongniart*, conduisit d’abord des travaux minéralogiques : il découvrit des minéraux inattendus dans le sous-sol d’Auteuil et étudia, sous l’influence de René-Just Haüy*, de nouvelles formes cristallines de carbonate de calcium. Ensuite, il généralisa le phénomène d’électrisation par pression des substances minérales et s’intéressa à la thermoélectricité, dont il formula les lois de base. Pionnier de l’électrochimie, Becquerel inventa en 1829 la première cellule à deux liquides capable de fournir un courant stable. Cette pile “impolarisable” fut redécouverte en 1836 par John Daniell, dont elle porte désormais le nom.

36Becquerel put également réaliser, grâce à ses piles à action constante, la synthèse des cristaux de diverses substances minérales, comme la galène ou la pyrite. D’où son hypothèse, selon laquelle les composés cristallisés présents dans les veines naturelles des roches auraient pu se déposer au cours des temps géologiques, sous l’action de courants électriques. Toujours dans le domaine de l’électrochimie, Becquerel eut le premier l’idée de la galvanoplastie. Il étudia par ailleurs l’action des aimants puissants sur divers corps et inventa une balance électromagnétique, de même qu’un galvanomètre différentiel.

37Un voyage à Venise, ainsi que l’étude de l’action de la lumière électrique sur certaines substances, amenèrent Becquerel à s’intéresser à la phosphorescence, dont il établit une théorie. Ce thème devait constituer le sujet de prédilection de tous les membres de la famille Becquerel. Au Muséum, Antoine-César développa l’étude des phénomènes physiques – l’électricité, l’osmose, l’électrocapillarité dont il découvrit les lois – en relation avec les tissus vivants. Il utilisa un thermomètre électrique de son invention, capable de déterminer les températures à distance, pour effectuer diverses mesures dans l’air, le sol ou les organismes. Si l’on ajoute à tout cela divers travaux météorologiques et agronomiques, on se trouve face à une œuvre considérable, consignée dans plus de cinq cents mémoires et six ouvrages. Citons, parmi ses publications, un Traité expérimental de l’électricité et du magnétisme, et de leurs rapports avec les phénomènes naturels (1834-1840) en sept volumes, un Mémoire sur la température des couches terrestres au-dessous du sol jusqu’à 36 mètres de profondeur (1864), ainsi que Des forces physico-chimiques et de leur intervention dans la production des phénomènes naturels (1875).

Bibliographie

Barbo (Loïc), Les Becquerel, une dynastie de scientifiques, in Les génies de la science, Paris : Belin, 2003, 142 p.

Becquerel (Henri), “La Chaire de Physique du Muséum”, Revue scientifique, vol. 49, no 22, 1892, pp. 673-676.

Daubrée (Auguste), “Discours de M. Daubrée, au nom du Muséum d’histoire naturelle”, Comptes Rendus hebdomadaires des Séances de l’Académie des Sciences, vol. 86,1878, pp. 29-131.

Fizeau (Hippolyte-Louis), “Discours de M. Fizeau, au nom de la section de physique”, Comptes Rendus hebdomadaires des Séances de l’Académie des Sciences, vol. 86, 1878, pp. 125-128.

Knight (David), “Becquerel, Antoine-César”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1970, vol. 1, pp. 557-558.

Léauté (Pierre), “Conférence de M. Léauté, professeur de physique à l’École polytechnique”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 11, 1939, pp. 209-223.

PJ

BECQUEREL Alexandre, Edmond

né le 24 mars 1820 à Paris, mort le 11 mai 1891 à Paris
chaire de Physique appliquée aux sciences naturelles Physique

38Fils cadet d’Antoine-César Becquerel*, Edmond Becquerel fit de très brillantes études secondaires à l’institution Rouit. Il obtint les baccalauréats ès lettres et ès sciences mathématiques en 1837. Cette même année, il fut admis à l’École normale supérieure, avant de réussir le concours d’entrée à l’École polytechnique en 1838. Le jeune homme abandonna alors ses études, malgré ses succès remarquables, pour devenir le préparateur de son père dans la chaire de Physique appliquée aux sciences naturelles nouvellement créée au Muséum. Docteur ès sciences en 1840, Edmond fut successivement aide-naturaliste en 1844, suppléant à la Sorbonne, professeur de physique à l’Institut agronomique de Versailles, puis titulaire en 1852 de la chaire de Physique du Conservatoire national des arts et métiers. Il professa la chimie à la Société chimique de Paris de 1860 à 1863 et entra en 1863 à l’Académie des sciences. Chargé plusieurs fois de la suppléance des cours de son père au Muséum, Edmond succéda en 1878 à Antoine-César comme professeur titulaire de la chaire de Physique appliquée aux sciences naturelles. Il mourut des suites d’une pneumonie grippale.

39Frêle, le front précocement dégarni, portant la mouche et les moustaches, Becquerel était de santé fragile. Il souffrait de violentes névralgies, mais sa volonté lui permettait de dissimuler les symptômes de sa maladie en public. Becquerel prononçait avec une élégante simplicité des leçons claires et méthodiques, ménageant une large place aux faits expérimentaux. De son mariage avec Aurélie Quenard naquirent deux fils : Henri*, qui lui succéda au Muséum, et Paul.

BECQUEREL E. – Photographie de Nadar (1862).

40Les travaux de Becquerel, réalisés seul ou en collaboration avec son père, commencèrent par l’invention en 1840 d’un actinomètre électrochimique. Le physicien s’illustra ensuite dans les domaines de l’électricité, du magnétisme, ainsi que de l’optique. Il découvrit l’effet photovoltaïque en travaillant sur les piles, étendit la loi de Joule des solides aux liquides et observa la transmission de l’électricité dans les fluides, ce qui le conduisit à mettre en évidence l’effet thermoionique. Par ailleurs, Becquerel étudia le diamagnétisme, révéla les propriétés magnétiques de l’oxygène, démontra la présence de raies de Joseph von Fraunhofer dans l’ultraviolet, photographia les couleurs du spectre solaire et établit avec Edmond Frémy* la véritable nature de l’ozone.

41Mais, l’œuvre maîtresse du physicien concerne le phénomène de luminescence. Becquerel étudia la lumière émise par de nombreux composés minéraux naturels, dont les sels d’uranyle, inventa un phosphoroscope et distingua la phosphorescence de la fluorescence – réinterprétant notamment les travaux de George Stokes. Ces résultats scientifiques se trouvent exposés dans deux importantes publications : les Recherches sur les divers effets lumineux qui résultent de l’action de la lumière sur les corps (1859) et un grand ouvrage en deux volumes intitulé La Lumière, ses causes et ses effets (1867-1868). Parmi les autres mémoires dus à la plume du physicien, citons : Des effets chimiques et électriques produits sous l’influence de la lumière solaire (1840), Mémoire sur la constitution du spectre solaire (1842), Des lois du dégagement de la chaleur pendant le passage des courants électriques à travers les corps solides et liquides (1843), De l’action du magnétisme sur tous les corps (1850) et Études sur la conductibilité des liquides dans les tubes capillaires rhéostat destiné à la comparaison des grandes résistances (1861). Enfin, Edmond Becquerel rédigea avec son père Antoine-César un Traité d’électricité et de magnétisme, leurs applications aux sciences physiques, aux arts et à l’industrie (1855-1856) en trois volumes.

Bibliographie

Barbo (Loïc), Les Becquerel, une dynastie de scientifiques, in Les génies de la science, Paris : Belin, 2003, 142 p.

Becquerel (Henri), “La Chaire de Physique du Muséum”, Revue scientifique, vol. 49, no 22, 1892, pp. 676-678.

Bodo (Bernard), “Le Muséum et la découverte de la radioactivité naturelle”, in Schubnel (Henri-Jean) (sous la dir.), Histoire naturelle de la radioactivité, n° spécial de la Revue de Gemmologie, n° hors-série, 1996, pp. 42-50.

Gough (J. B.), “Becquerel, Alexandre-Edmond”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1970, vol. 1, pp. 555-556.

Léauté (Pierre), “Conférence de M. Léauté, professeur de physique à l’École polytechnique”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 11,1939, pp. 209-223.

Violle (Jules), “L’Œuvre scientifique de M. Edmond Becquerel”, Revue scientifique, vol. 49, no 12, 1892, pp. 353-360.

PJ

BECQUEREL Antoine, Henri

né le 15 décembre 1852 à Paris, mort le 25 août 1908 au Croisic (Loire-Atlantique)
chaire de Physique appliquée aux sciences naturelles
Physique

42Fils d’Edmond Becquerel*, Henri Becquerel vécut une enfance heureuse au Jardin des plantes. Il fut élève du lycée Louis-le-Grand, devint en 1872 polytechnicien comme son grand-père Antoine-César*, puis poursuivit de 1874 à 1877 ses études à l’École des ponts et chaussées. Nommé répétiteur à l’École polytechnique en 1876, il remplaça son père comme aide-naturaliste dans la chaire de Physique appliquée aux sciences naturelles du Muséum en 1878, tandis que son père succédait à son grand-père comme professeur dans la même chaire. Cette remarquable transmission familiale de fonctions mérite d’être soulignée. Henri Becquerel fut élu à l’Académie des sciences en 1889, un an après avoir soutenu sa thèse de doctorat. Il succéda en 1892 à son père, décédé, dans ses deux chaires de Physique du Muséum et du Conservatoire national des arts et métiers, fut nommé ingénieur en chef des ponts et chaussées en 1894, puis remplaça l’année suivante Alfred Potier pour l’enseignement de la physique à l’École polytechnique. Il mourut d’une crise cardiaque, alors qu’il se trouvait dans la maison de ses beaux-parents.

43Les cours d’Henri Becquerel, quoique préparés avec soin, paraissaient difficiles à suivre aux étudiants de Polytechnique ou du Muséum. Ceux-ci respectaient leur professeur, dont ils comparaient malicieusement la majestueuse barbe argentée à un ruisseau d’avril. Le physicien avait épousé en premières noces Lucie Jamin. Mais celle-ci était morte en 1878 à l’âge de vingt ans, peu après avoir mis au monde un petit garçon nommé Jean*. Henri Becquerel était alors parti vivre un temps chez son père, puis s’était remarié en 1890 avec Désirée Lorieux, de douze ans sa cadette.

44Becquerel réalisa des travaux importants sur les propriétés magnétiques des gaz, la rotation de la lumière polarisée induite par un champ magnétique, les spectres d’émission infrarouges du soleil et des vapeurs métalliques, l’absorption de la lumière par les cristaux et la phosphorescence. Mais, il est surtout resté célèbre pour sa découverte en 1896 sur le sulfate double d’uranium et de potassium, de la radioactivité naturelle. Cet événement, souvent cité comme un remarquable exemple de serendipity – bien que Gabriel Bertrand ait nuancé pareil point de vue-, valut à Becquerel de partager en 1903 le premier Prix Nobel de physique français avec Pierre et Marie Curie. Ses nombreuses publications incluent plus de deux cents articles concernant la radioactivité, résumés dans les Recherches sur une propriété nouvelle de la matière, activité radiante spontanée ou radioactivité de la matière (1903), ainsi que cent cinquante écrits divers. Au Muséum, le laboratoire de Becquerel possédait une importante collection de sels phosphorescents, constituée par son grand-père, puis son père. Le physicien noua enfin, de 1893 à 1895, une collaboration avec Charles Brongniart* pour étudier la matière verte des Phyllies – Insectes de la famille des Orthoptères.

Source

Dossier personnel (Archives nationales, AJ15, no 554).

Bibliographie

Barbo (Loïc), Les Becquerel, une dynastie de scientifiques, in Les génies de la science, Paris : Belin, 2003, 142 p.

Barquins (Michel), “Pourquoi la découverte de la radioactivité naturelle ne pouvait échapper à Henri Becquerel’’, Fusions, no 92, 2002, pp. 40-49.

Darboux (Gaston), Perrier (Edmond), Passy (Louis), “Discours prononcés aux funérailles de M. Henri Becquerel’’, Comptes Rendus hebdomadaires des Séances de l’Académie des Sciences, vol. 147, 1908, pp. 443-451.

Dutreix (Jean), “Des rayons X à la radiactivité et au radium. La découverte et l’œuvre d’Henri Becquerel (1852-1908)’’, Bulletin de l’Académie nationale de Médecine, vol. 180, no 1, 1996, pp. 109-118.

Genet (Michel), “La Découverte des rayons uraniques : un petit pas pour Henri Becquerel, mais un grand pas pour la science”, L’Actualité chimique, no 1, 1998, pp. 34-41. Romer (Alfred), “Becquerel (Antoine-) Henri”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1970, vol. 1, pp. 558-561.

Tubiana (Maurice), Durr (Michel), “Henri Becquerel, Pierre et Marie Curie et la radioactivité : contexte, circonstances et portée des découvertes fondatrices”, Revue générale nucléaire, no 1, 1996, pp. 8-20.

PJ

BECQUEREL Jean, Antoine, Edmond, Marie

né le 5 février 1878 à Paris, mort le 4 juillet 1953 au Croisic (Loire-Atlantique)
chaire de Physique appliquée aux sciences naturelles
Physique

45Jean Becquerel, fils d’Henri Becquerel*, fut d’abord élevé par sa grand-mère et son arrière-grand-mère, avant que son père ne se remarie. Ayant passé ses jeunes années au Jardin des plantes, où son grand-père Edmond* l’initia à la physique, il entra à Polytechnique en 1897. Le jeune homme, outre son baccalauréat, était alors déjà titulaire de deux certificats d’études supérieures. Il se spécialisa à l’École des ponts et chaussées, dont il sortit diplômé ingénieur en 1903, puis se lança dans une brillante carrière de chercheur. Celle-ci eut pour cadre principal le vieux laboratoire de la chaire de Physique appliquée aux sciences naturelles du Muséum, où s’étaient déjà illustrés trois Becquerel : Jean y succéda en 1909 à son père comme professeur, après y avoir exercé les fonctions d’assistant depuis la fin de ses études en 1903. Nommé en 1911 répétiteur à l’École polytechnique, il fut mobilisé durant la Grande Guerre comme capitaine du génie dans le Vexin, avant d’être affecté à Paris sur l’intervention d’Edmond Perrier*. Becquerel conduisit alors dans son laboratoire des recherches sur les sous-marins. Devenu examinateur à l’École polytechnique en 1924, inspecteur général des ponts et chaussées en 1937 et membre de l’Académie des sciences en 1946, il prit sa retraite en 1948. Jean Becquerel mourut d’une crise cardiaque, comme son père, dans la résidence bretonne familiale.

46De petite taille, vif mais de santé délicate, il souffrait de la tuberculose. Il fut décrit comme un esprit original, un habile expérimentateur et un excellent pédagogue qui savait faire partager aux autres son enthousiasme pour la science. Ayant épousé en 1905 Isabelle d’Haussy, dont il divorça en 1921, Becquerel se remaria la même année avec Gabrielle Petit grand. Comme il n’eut aucun enfant de ses deux unions, la dynastie des Becquerel s’éteignit avec lui.

47Le physicien étudia les propriétés magnétiques et optiques des cristaux, puis fonda l’optique des très basses températures. Ce dernier thème le conduisit à travailler chez Heike Kamerlingh-Onnes – Prix Nobel de physique en 1913 – à Leyde. Par ailleurs, il découvrit la polarisation rotatoire paramagnétique, ainsi que le métamagnétisme. Becquerel se passionna à la fin de sa vie pour les thèmes les plus avancés de sa discipline, telle l’expansion de l’Univers, la physique nucléaire ou la relativité. Parmi ses publications figurent des Recherches sur les phénomènes magnéto-optiques dans les cristaux (1907), Un nouveau phénomène magnétique : le métamagnétisme (1939), Propriétés magnétiques générales de divers composés des éléments du groupe du fer (1947), ainsi que L’Expansion de l’Univers et les théories cosmologiques (1958).

Bibliographie

Barbo (Loïc), Les Becquerel, une dynastie de scientifiques, in Les génies de la science, Paris : Belin, 2003, 142 p.

Genet (Michel), “La Découverte des rayons uraniques : un petit pas pour Henri Becquerel, mais un grand pas pour la science”, L’Actualité chimique, no  1, 1998, pp. 34-41.

Joliot (Frédéric), [s.t.], Comptes Rendus hebdomadaires des Séances de l’Académie des Sciences, vol. 237,1953, pp. 117-120.

Léauté (Pierre), “Conférence de M. Léauté, professeur de physique à l’École polytechnique”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 11,1939, pp. 209-223.

PJ

BENOIST Raymond

né le 10 juin 1881 à Vendresse (Ardennes), mort le 17 janvier 1970
chaire de Botanique (classification et familles naturelles des Phanérogames) puis de Phanérogamie
Phanérogamie

48Après avoir passé son baccalauréat, Raymond Benoist vint poursuivre ses études à la faculté des sciences de Paris. Il fréquenta les laboratoires de Philippe Van Tieghem* et Henri Lecomte* au Muséum, obtenant une bourse de doctorat du Muséum (1909-1911). Benoist soutint sa thèse de doctorat ès sciences naturelles sur les Acanthacées en 1912 et fut alors nommé préparateur de l’École pratique des hautes études (1912), près le laboratoire de Botanique. Mobilisé au début de 1914, il passa la guerre comme ambulancier à l’hôpital Michelet à Vanves, jusqu’à la démobilisation en 1918.

49Il effectua plusieurs missions : Guyane (1912-1914 ; étude des bois de cette colonie pour le ministère), Maroc (1918, traversée du Moyen Atlas et de la Haute Moulouya ; et en 1928, comme chargé de mission pour l’Institut scientifique chérifien de Rabat). “Prêté” au ministère des Affaires étrangères, Benoist fut chargé de l’enseignement de la botanique (en espagnol) à l’école de médecine de Quito en Équateur (1930-1932). Entre-temps, Benoist fut nommé préparateur du laboratoire de Botanique (classification et familles naturelles des Phanérogames) et titularisé en 1921. Après avoir échoué à la succession d’Henri Lecomte pour la direction de cette chaire, il deviendra sous-directeur (1933) du laboratoire de Phanérogamie dirigé par Henri Humbert*.

50Le décret de Vichy concernant le rajeunissement des cadres l’obligea à la retraite en 1942. Mais après la Libération, il fut rappelé à l’activité par le CNRS comme maître de recherche (1945) et fut nommé directeur du service de botanique de l’Institut de recherche scientifique de Madagascar (ORSTOM) à Tananarive (1949-1952). De retour en France, il continua de ranger et d’étudier ses collections avec l’aide de son épouse, collaboratrice dévouée et attentive. Benoist s’éteignit doucement en 1970.

51Auteur de cent quarante-cinq travaux portant sur les caractères adaptatifs de l’anatomie des Acanthacées, Benoist établit aussi une clé des bois de Guyane sur la base de leur anatomie (Les Bois de la Guyane française et du Brésil, 1921) et s’intéressa à la géographie botanique de l’Équateur, à la morphologie et à la biologie des plantes des Andes, ainsi qu’aux Hyménoptères mellifères.

52Dans le cadre du Muséum, Benoist, qui contribua à la direction des excursions publiques organisées par le laboratoire de Phanérogamie aux environs de Paris, était chargé de leçons et travaux pratiques de botanique aux officiers forestiers ou aux agents destinés aux colonies françaises. À Madagascar, il aida à réorganiser l’herbier de Tananarive.

Bibliographie

Benoist (R.), Titres et travaux, 1931, 18 p. dactylographiées (fonds cryptogamie du Muséum national d’histoire naturelle).

Benoist (R.), Titres et travaux scientifiques, Paris : [s.n.], 1936, 45 p.

Léandri (Jacques), “Raymond Benoist, 10 juin 1881-17 janvier 1970”, Adansonia, 2e série, vol. 10, no 2, 1970, pp. 171-181.

Léandri (Jacques), “Raymond Benoist, 1881-1970”, Journal d’Agriculture tropicale et de Botanique appliquée, vol. 17, 1970, pp. 346-347.

DL

BERGER Claude

né le 20 janvier 1679, mort le 22 mai 1712 à Passy
suppléant de Fagon comme démonstrateur et opérateur pharmaceutique au Jardin du roi
Chimie, Médecine

53Fils d’un médecin qui exerça la fonction de doyen de la faculté de Paris, Berger était parent par alliance de Guy-Crescent Fagon*. Il étudia l’art de soigner son prochain et entra à l’Académie des sciences en 1699 comme élève de Joseph Pitton de Tournefort*, dont il avait suivi les leçons de botanique. Reçu docteur en médecine sous la présidence de Fagon en 1700, Berger devint la même année élève-chimiste de Guillaume Homberg à l’Académie, puis il professa durant deux ans la médecine dans la capitale. Il obtint la charge de médecin ordinaire du roi, succéda “en clientèle” à son père en 1705 et suppléa Fagon pour le cours de chimie au Jardin royal plusieurs fois entre 1708 et 1712. De santé fragile, Berger mourut à l’âge de trente-trois ans d’une affection pulmonaire.

54Berger s’était marié avec la fille unique de monsieur de La Carlière, premier médecin du duc de Berry. Il n’eut pas le temps d’élaborer une œuvre scientifique d’envergure. Signalons cependant que sa thèse de médecine traitait des dangers du tabac.

Bibliographie

Cap (Paul-Antoine), Le Muséum d’histoire naturelle, Paris : Curmer, 1854, p. 19.

Contant (Jean-Paul), Contribution à l’histoire de l’enseignement de la pharmacie : l’enseignement de la chimie au Jardin royal des plantes de Paris, thèse de doctorat en pharmacie, Strasbourg : université de Strasbourg, 1952, pp. 47 et 60-61.

PJ ERB

BERLAND Lucien

né le 14 mai 1888 à Ay (Marne), mort le 18 août 1962 à Versailles (Yvelines)
chaire d’Histoire naturelle des Crustacés, des Arachnides et des Insectes ou des Animaux articulés, puis d’Entomologie
Arachnologie, Entomologie (Hyménoptères)

55Berland fit ses études secondaires au lycée Charlemagne de Paris, avant d’obtenir à l’âge de vingt ans une licence ès sciences naturelles de la Sorbonne. Sa vocation de naturaliste s’éveilla lors d’un séjour au laboratoire maritime de Banyuls, où Georges Pruvot et Émile Racovitza l’orientèrent vers l’étude des Araignées. De retour à Paris, Berland prit contact avec Louis Bouvier*, qui le présenta à l’arachnologue Eugène Simon, puis l’accueillit en 1912 au Muséum comme préparateur. Le jeune homme intégra donc la chaire d’Histoire naturelle des Crustacés, des Arachnides et des Insectes ou des Animaux articulés. Durant la première guerre mondiale, Berland, qui se battit avec courage comme officier, fut gravement blessé en 1916 à Verdun. Il faillit alors perdre ses facultés mentales et subit une trépanation. Ayant pu reprendre son travail chez Bouvier au Muséum, Berland occupa à partir de 1918 un poste d’assistant dans la chaire d’Entomologie – née de la scission de la chaire d’Histoire naturelle des Crustacés, des Arachnides et des Insectes ou des Animaux articulés. Il effectua, de 1937 à 1947, des missions à Dakar, à Konakry, à Bamako, dans le sud Oranais, en Côte-d’Ivoire, au Maroc méridional, ainsi qu’aux Antilles. Berland mourut à l’âge de soixante-quatorze ans, victime d’une implacable maladie.

56Roux, Berland porta longtemps une barbe en pointe qu’il rasa vers 1937. Cet homme discret se déplaçait silencieusement au laboratoire grâce à ses semelles de crêpe, mais annonçait son approche par une petite toux sèche. Berland connaissait parfaitement l’anglais, savait piloter un avion, élevait des araignées dans son bureau et habitait une agréable maison à Versailles. Ce père de famille eut la douleur de perdre un fils, fusillé par les Allemands à l’âge de dix-neuf ans.

57Entomologiste spécialisé dans l’ordre des Hyménoptères, Berland conduisit notamment des investigations sur les Guêpes et les Tenthrèdes. Il s’intéressa par ailleurs aux Névroptères, aux Arachnides, ainsi qu’au plancton aérien dont il réalisa une étude en avion. Auteur de plus de deux cents publications, comme Hyménoptères vespiformes (1925-1938) en trois volumes, Les Araignées (1938), Hyménoptères tenthredoïdes (1947), Atlas des Hyménoptères de France (1958) ou Les Arachnides (scorpions, araignées, etc.) : biologie systématique (1932), il rédigea pour le grand Traité de zoologie de Pierre-Paul Grassé les chapitres consacrés aux Opilions (1949) et-avec Francis Bernard – aux Hyménoptères (1950-1951). Au Muséum, Berland fournit un énorme travail de classement des collections entomologiques. Il conseilla Maurice Maeterlinck pour l’écriture de la Vie des abeilles et dirigea l’Harmas de Jean-Henri Fabre transformé en musée.

Bibliographie

Chopard (Lucien), “Lucien Berland (1888-1962)”, Bulletin de la Société entomologique de France, vol. 67, no 7-8, 1962, pp. 143-144.

Lhoste (Jean), Les Entomologistes français : 1750-1950, Paris : INRA-OPIE, 1987, pp. 170-172.

PJ

BERLIOZ Jacques, Paul, Antoine

né le 9 décembre 1891 à Paris, mort le 21 décembre 1975 à Paris
chaire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux)
Ornithologie

58Arrière petit-neveu du célèbre compositeur, Jacques Berlioz, dont le père était médecin et pharmacien, vit le jour au sein d’une famille appartenant à l’élite intellectuelle parisienne. Le jeune garçon se passionna précocement pour l’histoire naturelle : il constitua ses premières collections ornithologiques dès l’âge de huit ans et fréquenta les galeries du Muséum où il fut présenté en 1905 à Louis Bouvier*. Élève du lycée Condorcet, Berlioz obtint son baccalauréat en 1908, puis débuta un cursus médical qu’il dut abandonner en 1909 au stade du certificat du SPCN pour raisons de santé. Il suivit alors de front des études pharmaceutiques et scientifiques, obtenant sa licence ès sciences naturelles en 1911, son diplôme de pharmacien de première classe en 1915, puis son doctorat d’université en pharmacie en 1917. Durant la première guerre mondiale, Berlioz fut rattaché au titre de pharmacien bénévole à un hôpital militaire de Paris. Il entra en 1920, comme préparateur d’Édouart Trouessart*, dans la chaire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux) du Muséum, où il devint en 1926 assistant, après avoir été délégué durant un an dans ces fonctions. Dès 1924, il commença par le Canada une série de voyages d’études, qui devaient le conduire à visiter le monde entier au cours de sa carrière scientifique. Il se trouvait d’ailleurs en Inde, lorsque la seconde guerre mondiale éclata. Berlioz fut nommé professeur titulaire de la chaire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux) en 1949, prit sa retraite en 1962, puis continua de fréquenter assidûment son laboratoire du Muséum jusqu’à l’été 1975. Le naturaliste mourut quelques mois plus tard d’une maladie incurable.

59Berlioz laissa le souvenir d’un homme aimable et souriant, doté d’une forte personnalité. Cet homme impartial, ce chef d’école, possédait des dons de peintre, ainsi que de musicien. Il resta un célibataire endurci, mais eut des amis et resta proche de sa famille.

60À la fois systématicien, homme de collections et naturaliste de terrain, Berlioz consacra la totalité de son œuvre scientifique à l’ornithologie. Il s’intéressa particulièrement aux Oiseaux tropicaux d’Asie ou d’Afrique, dont il décrivit plus d’une dizaine d’espèces nouvelles. Spécialiste mondial des Trochilidés, c’est-à-dire des Colibris ou Oiseaux-mouches, il accorda par ailleurs une légitime importance à la biogéographie, ainsi qu’à la préservation de la faune aviaire. Parmi les publications de Berlioz, citons La Vie des Oiseaux (1931), La Vie des Colibris (1944) et Les Oiseaux de La Réunion (1946). Le naturaliste dressa également un tableau d’ensemble de la systématique ornithologique pour le grand Traité de zoologie de Pierre-Paul Grassé.

61Au Muséum, grâce à un vaste réseau de correspondants étrangers et à la mise en œuvre d’une politique d’achat cohérente, Berlioz enrichit considérablement les collections ornithologiques, dont il fut le seul responsable dès 1926. Il installa en 1935, à l’occasion du tricentenaire du Jardin des plantes, une salle spéciale consacrée aux espèces éteintes ou en voie d’extinction. Enfin, il fut chargé dès 1928 d’un cours sur l’avifaune exotique, destiné aux élèves des grandes écoles partant pour les colonies.

Bibliographie

Berlioz (Jacques), Notice sur les titres et travaux scientifiques, 1949, 36 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, n° ß 8746).

Berlioz (Jacques), “L’Histoire des collections de Mammifères et d’Oiseaux du Muséum : leçon inaugurale du cours de zoologie des Mammifères et des Oiseaux, prononcée le 1er mars 1950”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 22, no 2, 1950, pp. 166-180.

Dorst (Jean), “Le Professeur Berlioz”, L’Oiseau et la Revue française d’Ornithologie, vol. 35, n° spécial, 1965, pp. 3-8. Dorst (Jean), “Jacques Berlioz (1891-1975)’’, L’Oiseau et la Revue française d’Ornithologie, vol. 46, no 2, 1976, pp. 91-96.

PJ

BERNARD Claude

né le 12 juillet 1813 à Saint-Julien (Rhône), mort le 10 février 1878 à Paris
chaire de Physiologie générale
Pharmacologie, Physiologie, Toxicologie

62Claude Bernard vint au monde dans une modeste famille de vignerons du Beaujolais. Après avoir reçu du curé de son village natal, entre 1820 et 1823, les premiers rudiments de latin, le jeune garçon étudia aux collèges religieux de Villefranche, puis de Thoissey. Il entra ensuite comme apprenti chez un pharmacien lyonnais, écrivant durant ses heures de loisirs une petite comédie qui fut jouée. Peu motivé par l’officine, Claude quitta sa place en 1833 et monta l’année suivante dans la capitale. Il comptait faire une carrière d’homme de lettres, mais Saint-Marc Girardin lui conseilla d’étudier plutôt la médecine. Ayant passé son baccalauréat en 1834, Claude Bernard suivit donc les cours de la faculté de médecine de Paris, devenant en 1839 interne de François Magendie à l’Hôtel-Dieu. Il fut pris par son maître comme préparateur au Collège de France et, avec le soutien de Pierre Rayer, se lança dans la recherche physiologique. Devenu docteur en médecine à la fin de l’année 1843, Claude Bernard échoua à l’agrégation d’anatomie et physiologie en 1844, retournant définitivement aux travaux de laboratoire. Il fut nommé suppléant de Magendie au Collège de France en 1847, remplaça totalement son maître en 1852 et soutint sa thèse de doctorat ès sciences en 1853.

63L’année suivante, il devint professeur à la Sorbonne : il succédait à Adrien de Jussieu*, dont la chaire de Botanique fut transformée à cette occasion en une chaire de Physiologie générale. Toujours en 1854, Claude Bernard entra à l’Académie des sciences, puis il prit à la mort de Magendie, survenue en 1855, la tête de la chaire de Médecine du Collège de France. Il dut faire face, entre 1860 et 1867, à des périodes de maladie alternant avec des phases de convalescence passée dans la campagne beaujolaise. En 1868, sa chaire de Physiologie générale de la Sorbonne fut transférée au Muséum, se substituant à l’ancienne chaire de Physiologie comparée de Pierre Flourens* décédé. Paul Bert remplaça alors à la faculté des sciences son maître Claude Bernard. Ce dernier se trouva fraîchement accueilli au Muséum, dont l’Assemblée des professeurs n’avait pas été consultée sur sa venue. Il fut élu en 1868 à l’Académie française, où il occupa le fauteuil de Flourens et devint sénateur d’Empire en 1869. Il mourut au début de l’hiver 1878 d’une pyélonéphrite, un mois après avoir dû s’aliter à cause d’un refroidissement. Les obsèques de Claude Bernard furent nationales.

64Le front précocement dégarni, portant les favoris longs, il fut décrit par ses contemporains comme bon et modeste. Sa santé ne fut certainement pas améliorée par les conditions insalubres dans lesquelles il dut souvent travailler : la “cave” du Collège de France resta célèbre à cet égard. Claude Bernard ne possédait pas de dons d’orateur, concevant ses cours comme des causeries mêlées de démonstrations expérimentales. Par ailleurs, il eut de nombreux élèves, tels Paul Bert, Albert Dastre, Jacques d’Arsonval ou Nestor Gréhant*. Claude Bernard, qui fréquenta les sommités littéraires et scientifiques de son temps, s’entretint souvent au Muséum avec Georges Barrai et Eugène Chevreul*. Il inspira probablement à Zola le personnage du docteur Pascal. 11 resta fidèle à son pays natal, revenant chaque année pour les vacances dans la maison qu’il avait achetée à Chatenay, près de Saint-Julien en Beaujolais. Ayant épousé en 1845 Marie-Françoise (dite Fanny) Martin qui lui avait donné quatre enfants, dont seules deux filles survécurent, il fut malheureux en ménage. Les époux divorcèrent en 1869, mais Claude Bernard trouva un réconfort dans sa grande amitié pour Marie Raffalovich, avec laquelle il échangea une correspondance suivie.

65Claude Bernard édifia une œuvre de tout premier plan, relative surtout à la physiologie, et plus accessoirement à la pharmacologie et à la toxicologie. Il fut le véritable fondateur de la physiologie expérimentale moderne, dont il formula les concepts et les méthodes. Dans le domaine concerné, il étudia les sécrétions digestives, les fonctions des nerfs, la thermorégulation et le métabolisme nutritionnel. Ceci le conduisit à découvrir la fonction glycogénique du foie, l’existence des nerfs vasomoteurs, de même que le rôle du pancréas dans la digestion et l’absorption des graisses. Des ouvrages comme les Leçons sur la physiologie et la pathologie du système nerveux (1855), les Leçons sur la chaleur animale, sur les effets de la chaleur et de la fièvre (1876) ou les Leçons sur le diabète et la glycogénèse animale (1877) rendent bien compte des travaux évoqués.

66Claude Bernard étudia par ailleurs l’action de divers médicaments ou toxiques - considérés par lui comme de véritables scalpels biochimiques – sur l’organisme. Ses investigations concernant l’opium, les anesthésiques, les curares, la strychnine, le monoxyde de carbone, firent de lui un précurseur dans les domaines de la pharmacologie et de la toxicologie. Citons à ce propos les Leçons sur les effets des substances toxiques et médicamenteuses (1857), ainsi que les Leçons sur les anesthésiques et sur l’asphyxie (1875).

67Sur le plan théorique, Claude Bernard introduisit le déterminisme physico-chimique dans les phénomènes vitaux et créa le concept de “milieu intérieur”. Il formalisa ses idées au sein d’un ouvrage qui marqua profondément la philosophie des sciences : l’Introduction à l’étude de la médecine expérimentale (1865).

68Au Muséum, il ne put malheureusement pas créer le laboratoire de Physiologie dont il rêvait, faute de crédits suffisants. Il dut se contenter de faire édifier une construction légère et sommairement équipée. Dans les cours qu’il professa dans l’établissement, il élargit sa vision physiologique du côté des plantes, comme en témoignent ses Leçons sur les phénomènes de la vie communs aux animaux et aux végétaux (1878-1879). Ses derniers travaux, portant sur la fermentation alcoolique, l’amenèrent à impliquer uniquement des ferments solubles, contredisant ainsi les idées de Pasteur.

Bibliographie

Bert (Paul), “Les Travaux de Claude Bernard”, La Revue scientifique, 2e série, vol. 16, no 32, 1879, pp. 741-755.

Clarke (Robert), Claude Bernard, Paris : Seghers, 1961, 221 p. (Savants du Monde entier).

Debray-Ritzen (Pierre), Claude Bernard ou un nouvel état de l’humaine raison, Paris : Albin-Michel, 1992, 235 p.

Anonyme, “Discours prononcés par des membres de l’Académie aux funérailles de M. Claude Bernard”, Comptes Rendus hebdomadaires des Séances de l’Académie des Sciences, vol. 86, no 7, 1878, pp. 402-419.

Duchesneau (François), “Claude Bernard et le programme de la physiologie générale”, in Blanckaert (Claude), Cohen (Claudine), Corsi (Pietro), Fischer (Jean-Louis) (sous la dir.), Le Muséum au premier siècle de son histoire, Paris : Muséum national d’histoire naturelle, 1997, pp. 425-455 (Archives).

Fontaine (Maurice), “La Chaire de Physiologie générale du Muséum national d’histoire naturelle : leçon inaugurale faite au Muséum le 8 mai 1944”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 16, no 6, 1944, pp. 204-222.

Genty (Maurice), “Bernard (Claude) (1813-1878)”, Les Biographies médicales, vol. 3, no 9, 1932, pp. 129-144 ; no 10, 1932, pp. 145-160.

Grmek (Mirko), Catalogue des manuscrits de Claude Bernard, avec la bibliographie de ses travaux imprimés et des études sur son œuvre, Paris : Masson, 1967, 420 p.

Grmek (Mirko), “Bernard, Claude”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1970, vol. 2, pp. 24-34.

Grmek (Mirko), Raisonnement expérimental et recherches toxicologiques chez Claude Bernard, Genève : Droz, 1973, 475 p.

Schiller (Joseph), Claude Bernard et les problèmes scientifiques de son temps, Paris : Éditions du Cèdre, 1967, 230 p.

PJ

BERNARD Félix

né en 1863, mort le 12 août 1898
chaire d’Histoire naturelle des Mollusques, des Vers et des Zoophytes
Malacologie, Paléontologie

69Bernard était le fils unique d’un professeur de physique à la faculté de Clermont-Ferrand, qui avait trouvé la mort au Mexique après avoir failli occuper un poste ministériel auprès de l’empereur Maximilien. Élevé par sa mère, le jeune Félix entra en 1882 dans la section d’histoire naturelle nouvellement créée à l’École normale supérieure. Il réussit le concours d’agrégation, puis devint successivement boursier de doctorat du Muséum en 1885 et 1886, docteur ès sciences et préparateur auxiliaire de géologie à l’École normale supérieure. En 1889, Bernard fut nommé aide-naturaliste d’Edmond Perrier* dans la chaire d’Histoire naturelle des Mollusques, des Vers et des Zoophytes du Muséum, succédant ainsi à Justin Poirier*. Il exerça également la fonction de répétiteur à l’Institut agronomique de Versailles, où il espérait obtenir une chaire devenue vacante, mais une affection fatale l’atteignit avant l’ouverture du concours. Bernard mourut à l’âge de trente-cinq ans, non sans avoir lutté jusqu’au bout contre la maladie. Une fille était née de son mariage.

70Bernard étudia l’anatomie des Mollusques actuels et s’intéressa à la paléontologie des Lamellibranches, dont il essaya de reconstituer l’arbre généalogique. Par ailleurs, il débuta des recherches restées incomplètes sur les Éponges, les Polypiers, ainsi que les Oursins. Bernard publia de nombreux mémoires malacologiques, comme les Recherches sur les organes palléaux des Gastéropodes Prosobranches (1890) et un grand traité intitulé Éléments de paléontologie (1895). Enfin, il participa activement à l’organisation des nouvelles galeries de zoologie aménagées au Muséum en 1889.

Bibliographie

Perrier (Edmond), “[s.t.]”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, vol. 4, no 7, 1898, pp. 306-308.

PJ

BERNARDIN DE SAINT-PIERRE [BERNARDIN DE SAINT-PIERRE Jacques-Henri, Bernardin dit]

né le 19 janvier 1737 au Havre (Seine-Maritime), mort le 21 janvier 1814 à Eragny-sur-Oise (Val-d’Oise) intendant du Jardin du roi
Administration, Littérature, Philosophie

71Bernardin de Saint-Pierre est un nom d’auteur. Comme il l’expliquait lui-même dans le préambule de l’édition de 1806 de Paul et Virginie, Bernardin faisait partie de ses prénoms, mais, dans la mesure où beaucoup de personnes croyaient à tort que Bernardin de Saint-Pierre était son “nom propre” il a cru devoir “obéir à la volonté générale, en les signant quelquefois tous deux ensemble”.

72Son père, bourgeois de Rouen qui se cherchait des origines nobles, se nommait “de Saint-Pierre”, et sa mère s’appelait de son nom de jeune fille Godebout. À l’âge de douze ans, le jeune Bernardin fut emmené en voyage à La Martinique, par son oncle, capitaine dans la marine marchande. En 1757, il commença à l’École des ponts et chaussées des études d’ingénieur, qu’il ne put finir, l’école ayant été fermée à cause de la guerre. Il servit comme militaire et exerça divers autres emplois en Allemagne, à Malte, en Hollande, en Russie, en Pologne, en Autriche, avant de séjourner, à Me de France (actuelle île Maurice) de 1768 à 1771, comme officier hors-cadre chargé de surveiller divers travaux. Ce séjour fut marqué par sa rencontre avec Pierre Poivre, naturaliste-voyageur et intendant de Me, dont il essaya sans succès de séduire l’épouse. De retour en métropole, il se lia avec Jean-Jacques Rousseau, publia en 1773 son Voyage à l’île de France, connut des années de privation dont il ne sortit qu’en 1784, avec le succès mondain de ses Études de la Nature. Partisan de la Révolution, Bernardin de Saint-Pierre fut nommé le 1er juillet 1792 intendant du Jardin des plantes et du cabinet d’histoire naturelle. D’abord mal accueilli par les naturalistes de l’établissement, il sut se les concilier en écoutant leurs conseils. Il défendit auprès de la Convention le projet d’une ménagerie. En définitive, il assuma honorablement les tâches qui lui incombaient, jusqu’à ce que la création du Muséum en juin 1793, en supprimant le poste d’intendant, mette fin à ses fonctions. D’après Ernest Hamy* qui, un siècle plus tard, a retracé la transformation du Jardin du roi en Muséum et publié les documents correspondants, il resta en fonction jusqu’au 9 juillet, quitta l’établissement le 7 août et reçut, le 24 septembre, une indemnité de trois mille livres. Nommé l’année suivante professeur de morale républicaine à l’éphémère école normale de l’an III, Bernardin de Saint-Pierre entra en 1795 à l’Institut national, dans la classe des sciences morales et politiques, puis en 1807, à l’Académie française. Rallié à l’Empire, passé du déisme au catholicisme, il finit sa vie dans une confortable aisance et le bonheur familial.

BERNARDIN DE SAINT-PIERRE J.-H. – Hémisphère atlantique, issu de : Bernardin de Saint-Pierre (Jacques-Henri), Études de la nature, Paris : [s.n], 1786, pl. face p. 184.

73Son passeport, cité par l’historien Maurice Souriau, le décrivait ainsi en 1792 : “Âgé de 55 ans, taille de cinq pieds cinq pouces [178,5 cm], cheveux et sourcils gris, yeux bleus, nez aquilin, bouche ordinaire, menton rond, front bombé, visage ovale” (p. 277). Quant au caractère, les biographies le montrent à la fois sensible et irascible, malade des nerfs comme on disait à l’époque, souffrant de diverses phobies comme l’on dirait aujourd’hui. D’un commerce souvent difficile avec les hommes, il s’efforçait de se montrer séducteur avec les femmes. Marié une première fois en 1793 avec Félicité Didot, la fille de son imprimeur, puis veuf en 1799, il se remaria en 1800 avec Désirée de Pelleporc, alors âgée de vingt ans.

74Sa première œuvre, le Voyage à l’île de France (1773), contient à la fois de belles descriptions de paysages et un vibrant réquisitoire contre l’esclavage. Il publia en 1784 la première édition de ses Études de la Nature, ouvrage dans lequel il inséra en 1788 Paul et Virginie – sans conteste un des plus célèbres roman d’amour – puis deux contes philosophiques La Chaumière indienne (1790) et le Café de Sourate (1792). En 1792, en tant qu’intendant du Jardin, il adressa à la Convention un Mémoire sur la nécessité de joindre une ménagerie au Jardin national des plantes de Paris. C’est là l’essentiel des œuvres publiées de son vivant. Ses œuvres posthumes posent un problème d’authenticité. Comme l’a montré, à la fin du XIXème siècle, Maurice Souriau, en s’appuyant sur les manuscrits conservés à la bibliothèque du Havre, elles ont été en fait remaniées et édulcorées par Louis-Aimé Martin qui, après avoir été le secrétaire de Bernardin de Saint-Pierre, épousa sa veuve, Désirée de Pelleporc, et s’employa à défendre la mémoire de l’écrivain en présentant ses œuvres sous l’aspect le plus favorable à l’orthodoxie politique et religieuse de la Restauration. Ceci vaut pour les Harmonies de la Nature, pour la correspondance et l’ensemble des textes publiés en 1836 sous le nom d’Œuvres posthumes.

75Malgré sa formation d’ingénieur, ses voyages dans des pays lointains, son année d’intendance au Jardin des plantes, Bernardin de Saint-Pierre ne fut jamais considéré par les autres naturalistes comme étant tout à fait l’un des leurs. Lui, de son côté, leur reprochait de négliger dans leurs travaux les relations qui unissent les êtres vivants entre eux et avec le monde qui les entoure. C’est une idée qu’on retrouve dans l’ensemble de son œuvre. Elle explique le soin qu’il mettait à décrire les paysages, tout autant que son désir de compléter le Jardin des plantes par une ménagerie pour réunir animaux et végétaux.

76Cette attitude aurait pu être scientifiquement féconde, si elle ne s’était pas accompagnée d’une méfiance radicale vis-à-vis de la raison. L’opposition de Bernardin de Saint-Pierre à la physique de Newton – opposition qui lui inspira sa théorie des marées provoquées par la fonte des glaces polaires – reposait tout entière sur son refus de voir la diversité des phénomènes ramenée à la loi unique de l’attraction (Étude neuvième). À la vision mécanique du monde, il opposait une vision harmonique, qui cherchait des relations de “convenance” jusque dans “les formes et les grosseurs des fruits” : “Il y en a beaucoup qui sont taillés pour la bouche de l’homme, comme les cerises et les prunes, d’autres pour sa main, comme les poires et les pommes ; d’autres beaucoup plus gros, comme les melons sont divisés par côtes et semblent destinés à être mangés en famille ; il y en a même aux Indes, comme le jacq [= jaque], et chez nous la citrouille, qu’on pourrait partager avec ses voisins” (Études de la Nature, Étude onzième, p. 372 de l’édition de 1840).

77Cette phrase, dont on s’est si souvent moqué, montre jusqu’où allait le finalisme de Bernardin de Saint-Pierre, tout en en donnant la clef : il s’agissait moins pour lui d’expliquer des phénomènes par leur finalité supposée que de chercher dans la nature des motifs d’émerveillement et des leçons de morale.

Source

Dossier personnel (Archives nationales, AJ15, no 552).

Bibliographie

Sur Rousseau et Bernardin de Saint-Pierre, voir les articles de Drouin-Hans (Anne-Marie), Drouin (Jean-Marc), Duflo (Colas), Larrère (Catherine), Soëtard (Michel), Thibault (Gabriel), dans Dix-huitième Siècle, vol. 33, 2001, pp. 507-516.

Drouin (Jean-Marc), “La Biodiversité : nouvelle version d’un débat ancien ?,” in Parizeau (Marie-Hélène) (sous la dir.), La Biodiversité : tout conserver ou tout exploiter ?, Bruxelles : De Boeck, 1997, pp. 97-114.

Hamy (Ernest-Théodore), “Les Derniers jours du Jardin du roi et la fondation du Muséum d’histoire naturelle”, in Professeurs du Muséum, Centenaire de la fondation du Muséum d’histoire naturelle : volume commémoratif, Paris : impr. nationale, 1893, pp. 46-70.

Hamy (Ernest-Théodore), “Bernardin de Saint-Pierre au Muséum”, La Nature, vol. 70, 1908, pp. 91-92.

Mauzi (Robert), “Préface, note bibliographique et chronologie”, in Bernardin de Saint-Pierre, Paul et Virginie, Paris : Flammarion, 1992, 222 p.

Rey (Roselyne), “L’Animalité dans l’œuvre de Bernardin de Saint-Pierre : convenance, consonance et contraste”, Revue de Synthèse, vol. 113, no 3-4, 1992, pp. 311-331. Roule (Louis), Bernardin de Saint-Pierre et l’harmonie de la nature, Paris : Flammarion, 1930, 242 p.

Souriau (Maurice), Bernardin de Saint-Pierre d’après ses manuscrits, Paris : Société française d’imprimerie et de librairie, 1905, LIX-423 p.

Spary (Emma C.), Utopia’s Garden : French Natural History from Old Regime to Revolution, Chicago : The University of Chicago Press, 2000, xv-321 p.

Svagelski (Jean), “Une philosophie française de la nature, Bernardin de Saint-Pierre”, in Bastitt (Michel), Wunenburger (Jean-Jacques) (sous la dir.), La Finalité en question : philosophie et sciences contemporaines, Paris : LHarmattan, 2000, pp. 123-142.

Vaillant (Léon), Inauguration du monument élevé à la mémoire de Bernardin de Saint-Pierre, Paris : Masson ; Muséum national d’histoire naturelle, 1907, 8 p.

JMD

BERTAMBOISE [ou BERTEMB0ISE]

date de naissance inconnue, mort en 1745
jardinier en chef au Jardin du roi
Culture

78Bertamboise apprit à gérer les cultures du Jardin royal sous la direction de Bernard de Jussieu*, après que ce dernier ait succédé en 1722 à Sébastien Vaillant*. Le jardinier en chef exerça ses fonctions jusqu’en 1745, puis il fut remplacé par Jean-André Thouin*.

Bibliographie

Cap (Paul-Antoine), Le Muséum d’histoire naturelle, Paris : Curmer, 1854, p. 35.

Crestois (Paul), Contribution à l’enseignement de la botanique au Jardin royal des plantes de Paris, thèse de doctorat en pharmacie, Strasbourg : université de Strasbourg, 1953, p. 91.

PJ ERB

BERTHELOT Daniel, Paul, Alfred

né le 8 novembre 1865 à Paris, mort le 8 mars 1927 à Paris
chaire de Physique appliquée aux sciences naturelles
Chimie, Physique

79Daniel Berthelot, qui était le deuxième des quatre fils du célèbre chimiste Marcelin Berthelot, suivit à Paris des études secondaires au lycée Henri IV. Bachelier ès lettres à dix-sept ans, bachelier ès sciences l’année suivante, il obtint la licence ès sciences physiques en 1886, la licence ès sciences naturelles en 1888, puis le doctorat ès sciences physiques, ainsi que le titre de pharmacien de première classe en 1891. Le jeune homme avait été nommé préparateur-adjoint au laboratoire de Physique de la Sorbonne dès 1884. Devenu préparateur en titre quatre ans plus tard, il entra au Muséum en 1892 comme assistant de la chaire de Physique appliquée aux sciences naturelles d’Henri Becquerel*. Berthelot réussit en 1894 l’agrégation de physique de l’école de pharmacie de Paris, où devait se dérouler le reste de sa carrière universitaire : nommé en 1903 professeur titulaire de la chaire de Physique comme remplaçant de François Le Roux retraité, il occupa ce poste jusqu’à son décès. Il devint en 1907 directeur-adjoint du laboratoire de Chimie végétale du Collège de France à Meudon et entra en 1919 à l’Académie des sciences. Il préparait les festivités commémoratives du centenaire de la naissance de son père, lorsque la maladie l’atteignit. Contraint de réduire ses activités, mais négligeant de se soigner, Berthelot se rendit le 7 mars 1927 à l’Académie des sciences malgré un malaise. Il mourut seul chez lui quelques heures plus tard, âgé de soixante et un ans.

80Le cheveu rare, la moustache épaisse, Daniel Berthelot ressemblait physiquement à son père. Il laissa le souvenir d’un homme bon, sensible mais réservé, érudit, à l’esprit brillant et sachant enseigner avec clarté. Fréquemment invité dans les salons, il s’intéressait aux lettres, aux arts, à la photographie, ainsi qu’à l’aviation. Il était resté célibataire.

81Berthelot œuvra dans les domaines de la physique (thermométrie, étude des fluides, énergétique), de la chimie physique et de la photochimie. Étudiant d’abord la neutralisation des acides organiques en solution par la méthode des conductibilités électriques, il introduisit la volumétrie physico-chimique en analyse quantitative. Il s’orienta ensuite vers la pyrométrie et mit au point une technique optique permettant de mesurer en valeur absolue les hautes températures, notamment les points de fusion de divers éléments. Suivirent des recherches sur les propriétés générales des fluides, lesquelles le conduisirent à déterminer physiquement des “densités limites” pour calculer avec précision les poids atomiques, à fixer la constante des gaz parfaits, ainsi qu’à proposer une nouvelle équation d’état décrivant les propriétés des gaz sous de faibles ou de moyennes pressions. À partir de 1910, Berthelot réalisa à Meudon des études photochimiques avec son collaborateur Henry Gaudechon. Il analysa la nature de l’énergie lumineuse, s’intéressa à la théorie des quanta et reproduisit in vitro par photosynthèse – un terme qu’il inventa –, sous irradiation ultraviolette, les phénomènes de l’assimilation chlorophyllienne du carbone chez les végétaux. De plus, la photolyse permit à Berthelot de mimer diverses réactions enzymatiques. Citons, parmi une centaine de publications dues à sa plume : les Recherches sur les conductibilités électriques des acides organiques et de leurs sels (1891), Sur une méthode purement physique pour la détermination des poids moléculaires des gaz et des poids atomiques de leurs éléments (1899), Sur une méthode optique nouvelle pour la mesure des températures en valeur absolue (1902), Les Effets chimiques des rayons ultraviolets (1911), Cinétique des réactions photochimiques (1915), ainsi que La Science et la vie moderne (1924). Berthelot dispensa de 1892 à 1901 un cours d’histoire des sciences à l’Hôtel de Ville de Paris et il participa à l’édification d’une “Maison de la chimie” dans la capitale.

Bibliographie

Barrois (Charles), [s.t.], Comptes Rendus hebdomadaires des Séances de l’Académie des Sciences, vol. 184, no 11, 1927, pp. 637-641.

Coutière (Henri), “Notice nécrologique sur Daniel Berthelot (1865-1927)”, Bulletin de l’Académie de Médecine, 3e série, vol. 97, no 11, 1927, pp. 338-343.

“Daniel Berthelot (1866-1927)”, Journal de Pharmacie et de Chimie, 8e série, vol. 5, 1927, pp. 260-261.

Langlois-Berthelot (Alain), Marcelin Berthelot, Paris :J. C. Lattes, 2000, pp. 317-326.

Tassily (Eugène), “Daniel Berthelot, 1865-1927”, Bulletin des Sciences pharmacologiques, vol. 34, no 6,1927, pp. 372-390.

Urbain (Georges), [s.t.], Bulletin de la Société chimique de France, 4e série, vol. 41, 1927, pp. 412-413.

PJ

BERTIN Léon

né le 8 avril 1896 à Paris, mort le 5 février 1956 près de Vendôme (Loir-et-Cher)
chaire de Zoologie (Reptiles et Poissons)
Ichtyologie

82Admis à l’École normale supérieure en 1914, Bertin fréquenta durant ses études les laboratoires d’Alfred Lacroix* et de Louis Bouvier* au Muséum. Il obtint sa licence ès sciences en 1917, puis fut mobilisé dans un régiment d’artillerie qui combattit sur les bords de l’Aisne. Le jeune homme acheva la guerre avec le grade de lieutenant de réserve, obtint brillamment l’agrégation de sciences naturelles en 1920 et devint docteur ès sciences cinq ans plus tard. Après un bref passage dans la chaire d’Entomologie du Muséum, Bertin fut nommé préparateur en 1921, puis assistant en 1923 pour le SPCN à la faculté des sciences. Il réalisa dès cette époque, au sein du laboratoire de Zoologie (Reptiles et Poissons) de Louis Roule* au Jardin des plantes, des recherches qui le conduisirent à effectuer des missions scientifiques dans les pays nordiques. Dans la chaire qui l’avait accueilli, le naturaliste occupa successivement les postes de sous-directeur en 1938 et de professeur lors du départ à la retraite de Jacques Pellegrin* en 1944. Il mourut tragiquement, au mois de février 1956, d’un accident automobile provoqué par le verglas.

83Bertin fut décrit comme un personnage affable, un homme d’action, de méthode et de goût, ainsi qu’un pédagogue averti. Il s’associa par ailleurs à de nombreux mouvements pour la défense de la paix ou des libertés. Marié, il avait eu trois enfants.

84Bertin consacra son œuvre scientifique essentiellement à l’ichtyologie. Spécialiste des Poissons abyssaux, il s’intéressa par ailleurs aux Épinoches, aux Poissons apodes, aux Sélaciens, ainsi qu’aux Clupéidés. Bertin aborda l’ichtyologie selon une approche pluridisciplinaire, intégrant l’anatomie, la systématique, la biologie, l’embryologie, la biométrie, l’éthologie et la biogéographie. Auteur de la majeure partie des volumes consacrés aux Poissons du Traité de zoologie de Pierre-Paul Grassé, il rédigea diverses publications, comme Contribution à l’étude des larves de Poissons apodes (1936) ou Les Anguilles (1951). Il faut ajouter à cela de nombreux ouvrages de vulgarisation portant sur l’histoire naturelle en général, tels Géologie et paléontologie (1939), La Vie des animaux (1949-50) ou La Terre, notre planète (1956), ainsi que des biographies historiques de grands naturalistes. Au Muséum, Bertin réorganisa les collections dépendant de sa chaire, établit un catalogue des Poissons et suscita de nombreuses expositions.

Bibliographie

Anonyme, “Léon Bertin, un savant qui allait vers le peuple”, La Vie ouvrière, 14 février 1956.

Cherbonnier (G.), “Léon Bertin”, Les Nouvelles littéraires, 1er mars 1956.

Fontaine (Maurice), “Léon Bertin, 1896-1956”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 28, no 2, 1956, pp. 161-163.

Guide (J.), “Léon Bertin”, Les Lettres françaises, 9 février 1956.

Heim (Roger), “Bertin Léon”, Larousse mensuel, avril 1956. Spillmann (Jacques), “Léon Bertin (1896-1956)”, Bulletin français de la Pêche et de la Pisciculture, vol. 181, 1956, pp. 153-155.

PJ

BERTIN Victor

né le 26 janvier 1849 à Charmoy (Yonne), mort le 10 novembre 1880 à Antibes (Alpes-Maritimes)
chaire d’Histoire naturelle des Mollusques, des Vers et des Zoophytes
Malacologie

85Élève de l’école normale d’Auxerre, Bertin suivit les cours d’agronomie du Muséum, puis il passa une licence ès sciences tout en exerçant les fonctions de maître répétiteur au lycée Saint-Louis de Paris. Il entra au Muséum comme auxiliaire dans le laboratoire d’Histoire naturelle des Mollusques, des Vers et des Zoophytes, avant d’y être nommé aide-naturaliste en 1877. Chargé de mission dans le midi de la France en 1879, Bertin partit en 1880 poursuivre ses recherches au laboratoire d’Antibes où il mourut.

Source

Procès-verbal de l’Assemblée des professeurs du Muséum, 20 mai 1879.

PJ ERB

BERTRAND Paul, Charles, Édouard

né le 10 juillet 1879 à Loos-lès-Lille (Nord), mort le 24 février 1944 à Paris
chaire d’Anatomie comparée des végétaux actuels et fossiles
Paléobotanique

86Tout semblait prédisposer le jeune Paul Bertrand à faire carrière dans la science des végétaux : son père, professeur de botanique à la faculté des sciences de Lille, était un ancien élève de Joseph Decaisne* et de Pierre-Paul Dehérain*. Quant à sa mère, qui enseignait l’histoire naturelle dans un lycée de jeunes filles, elle avait suivi les cours d’Adolphe Brongniart* au Muséum. Bertrand entra à la faculté des sciences de Lille en 1899, y obtint sa licence ès sciences naturelles en 1903, fut nommé trois ans plus tard préparateur du Musée houiller nouvellement créé dans la grande ville du Nord et soutint sa thèse de doctorat ès sciences en 1909. Il franchit ensuite les étapes d’un cursus universitaire classique à la faculté des sciences lilloise, occupant successivement les postes de maître de conférences de paléontologie et de conservateur du Musée houiller en 1910, de professeur en 1919, puis de titulaire d’une chaire de Paléobotanique créée pour lui en 1927. Il fut mobilisé entre-temps à divers postes durant la Grande Guerre. Au cours de l’année 1938, Bertrand devint le premier titulaire de la chaire d’Anatomie comparée des végétaux actuels et fossiles du Muséum, qui remplaçait depuis 1933 celle de Botanique, Organographie et Physiologie végétale. 11 effectua durant son professorat des missions sur le terrain ou dans des instituts paléobotaniques du monde entier et mourut brusquement en pleine activité à l’âge de soixante-quatre ans.

87Le front dégarni, Bertrand portait une petite moustache rognée aux deux extrémités, à la Chaplin. Il laissa le souvenir d’un homme bon, affable et consciencieux, qui noua des relations d’amitié avec de nombreux botanistes étrangers. Ayant épousé en 1926 Zénobie Fenaux, il se remaria en 1919 avec Cécile Touron.

88Son œuvre fut essentiellement consacrée à la paléobotanique. Bertrand étudia différents végétaux fossiles, comme des Fougères (Stauro ptéridales, Zygoptéridales et Cladoxylales), des Ptéridospermes, ou les Algues des Bogheads. Il compara l’anatomie des plantes actuelles à celle des formes éteintes et s’intéressa à la phylogénèse des végétaux vasculaires. De plus, ce scientifique explora la paléontologie stratigraphique des bassins houillers, devenant un pionnier de l’étude des microfossiles. Il rédigea plus de cent cinquante publications, parmi lesquelles les Études sur la fronde des Zygoptéridées (1909), Les Botryococcacées actuelles et fossiles et les conséquences de leur activité biologique (1927) et Les Charbons d’algues (1930). Enfin, Bertrand organisa avec ses élèves une exposition sur les plantes de la houille au Palais de la Découverte.

Bibliographie

Bertrand (Paul), Titres et travaux scientifiques, Lille : G. Sautai, 1933, 34 p. (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, n° ß 5920).

Bertrand (Paul), “Leçon inaugurale faite au Muséum national d’histoire naturelle, le 12 juin 1941”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 13, no 5, 1941, pp. 369-391.

Emberger (Louis), “Paul Bertrand (1879-1944)”, Bulletin de la Société botanique de France, vol. 91,1944, pp. 161-165. Mahabale (T.), “Two French savants : Charles-Eugène Bertrand, the botanist and Paul Bertrand, the paleobotanist”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 26, no 3, 1954, pp. 444-453.

Urbain (Achille), “Allocution prononcée aux obsèques de M. le professeur P. Bertrand, Paris 28 février 1944”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 16, no 2, 1944, pp. 88-90.

PJ

BIBERSON Pierre

né le 24 juillet 1909 à Périgueux (Dordogne), mort le 14 octobre 1992 à Floirac (Lot)
chaire de Préhistoire
Archéologie, Paléontologie, Préhistoire

89Biberson fit ses premières études à Périgueux, puis à Brive-la-Gaillarde où il fut initié à la préhistoire dès l’âge de quinze ans par l’abbé Bardon. Au cours des années 1924-1925, il explora les gisements préhistoriques du Périgord, du Quercy, ainsi que du Bas-Limousin, sous la direction des abbés Amédée et Jean Bouyssonie. Le jeune homme partit en 1933 pour le Maroc, où il poursuivit des études concernant l’histoire, la géographie, la préhistoire et l’ethnographie de l’Afrique du Nord. Ayant obtenu une licence ès lettres à Rabat, de même que les certificats de Berbère et de culture marocaine à l’Institut des hautes études marocaines, Biberson fut nommé contrôleur civil en 1937. Il devint conseiller civil au ministère des Affaires étrangères (affaires marocaines et tunisiennes) en 1956, fut mis à la disposition du Musée de l’Homme en 1957 et détaché au CNRS en 1959, puis soutint à l’université d’Alger une thèse de doctorat ès sciences – préparée sous la direction de l’abbé Henri Breuil – en 1961. Nommé successivement chargé de recherche en 1961 et sous-directeur de la chaire de Préhistoire du Muséum en 1963, il professa par ailleurs dans la chaire de Géologie du Quaternaire de l’Institut de paléontologie humaine.

90Biberson laissa le souvenir d’un homme de terrain, très attaché au Maroc où il vécut pendant vingt-quatre ans, ainsi qu’à la Mauritanie, dont il traversa plusieurs fois le désert en compagnie de Théodore Monod*. De son mariage étaient nés six enfants.

91Il consacra la quasi-totalité de son œuvre scientifique à la préhistoire (archéologie, paléontologie et paléogéographie) marocaine. Ses premières découvertes importantes furent effectuées à Khemisset des Zemmour, où il exploita un gisement acheuléen. À partir de 1947, Biberson étendit ses recherches à tout le Maroc atlantique. Il découvrit en 1950 dans la carrière de Sidi Abderrahman-Extension une industrie abondante de l’Acheuléen ancien et des séries d’ossements de Mammifères, dont ceux d’une espèce nouvelle d’Ours (Ursus arctos bibersoni). Ayant exhumé en 1955 de la grotte des Littorines de Sidi Abderrahman les vestiges d’un Hominien apparenté à l’Atlanthrope de Ternifine, ainsi qu’à l’Homme de Rabat, il entreprit dès 1957 l’étude de plus de huit mille outils du Paléolithique inférieur du Maroc. Il procéda ultérieurement, avec le professeur Clark Howell, aux fouilles de gisements acheuléens de Torralba et Ambrona en Espagne et travailla à la demande de Théodore Monod sur le Paléolithique inférieur de l’Adrar de Mauritanie. Biberson dévolut ses dernières années de recherches à l’étude de la chronostratigraphie du Maroc quaternaire, dont il redéfinit les cycles climatiques continentaux. Parmi ses nombreuses publications figurent Le Gisement de l’Atlanthrope de Sidi Abdrrahman (Casablanca) (1956), Le Paléolithique inférieur du Maroc atlantique (1961), Le Cadre paléogéographique de la Préhistoire du Maroc atlantique (1961), Torralba et Ambrona : notes sur deux stations acheuléennes de chasseurs d’éléphants de la Vieille Castille (1964) et Faunes et Mollusques continentaux du Pleistocene de Casablanca (Maroc) : essai de conclusions paléoclimatiques (1965) – rédigé en collaboration avec Paul Jodot.

Source

Documents Muséum (d’après les archives d’É.-R. Brygoo).

PJ

BIBRON Marie, Gabriel

né le 20 octobre 1805 à Paris, mort le 27 mars 1848
chaire de Zoologie (Reptiles et Poissons)
Herpétologie

92Fils d’un portier de la ménagerie du Muséum, Bibron avait une sœur. Il fut employé dès l’âge de douze ans dans l’établissement où travaillait son père et partit comme voyageur-naturaliste en Sicile à deux reprises : de 1824 à 1827, puis en 1829. Nommé en 1832 aide-naturaliste de la chaire de Zoologie (Reptiles et Poissons) de Constant Duméril*, Bibron occupa ce poste jusqu’à son décès. Il professa par ailleurs l’histoire naturelle au collège Turgot. Il mourut de la tuberculose alors qu’il prenait les eaux à Saint-Alban dans la Loire.

93Le front dégarni, portant toute sa barbe, Bibron fut décrit comme intelligent et laborieux. Cet autodidacte se trouvait tenu en haute estime par Charles Lucien Bonaparte. Marié avec Louise Rousseau en 1826, il épousa Jeanne Belloc en secondes noces à la fin de l’année 1842.

94Bibron œuvra dans le domaine de l’herpétologie. Il étudia les Reptiles de Cuba, de Morée et publia avec Constant Duméril l’Erpétologie générale, ou Histoire naturelle complète des Reptiles (1834-1854) en neuf volumes.

Source

Dossier personnel (Archives nationales, AJ15, no 543).

Bibliographie

Cap (Paul-Antoine), Le Muséum d’histoire naturelle, Paris :

Curmer, 1854, pp. 174-175.

PJ ERB

BLAINVILLE Henri, Marie DUCROTAY DE

né le 12 septembre 1777 à Arques (Pas-de-Calais),
mort le 1er mai 1850 à Paris
chaire d’Histoire naturelle des Mollusques, des Vers et des Zoophytes, puis d’Anatomie comparée
Anatomie, Zoologie des Invertébrés

95Blainville, cadet d’une famille de la petite noblesse normande, perdit son père très jeune. D’abord confié à un curé, il rejoignit ensuite son frère aîné dans une pension de Neufchâtel. Le jeune homme fit à l’école militaire de Beaumonten-Auge des études houleuses, revint chez lui, puis passa quelques mois dans une école de dessin de Rouen. Ensuite, Blainville monta dans la capitale, où il dissipa rapidement tout son patrimoine après la mort de sa mère. Ses activités furent très diverses à cette époque : peintre dans l’atelier de François André Vincent, homme de lettres et même musicien au Conservatoire. Une fois ruiné, Blainville, qui avait acquis le goût du travail sérieux en assistant aux cours du physicien Louis Lefèvre-Gineau et de Georges Cuvier* au Collège de France, se lança dans des études de médecine sur les conseils de Constant Duméril*. Il devint docteur en 1808, avant d’étudier les Reptiles avec Michael Oppel au Muséum. Dans cet établissement, Cuvier ayant remarqué les talents de dessinateur du naturaliste débutant, le prit comme collaborateur pour la rédaction d’un ouvrage d’anatomie comparée qu’il projetait et le patronna dans sa carrière. Blainville remplaça son maître à l’Athénée en 1811, le suppléa au Collège de France en 1812, puis au Muséum deux années plus tard. Grâce à l’appui de Cuvier, il obtint un poste de professeur-adjoint d’anatomie et de zoologie à la faculté des sciences en 1812.

96Blainville se trouva réquisitionné par Philippe Pinel pour soigner des blessés à la Salpêtrière en 1814 et séjourna la même année en Angleterre. Il se brouilla en 1816 avec son mentor Cuvier, dont il devint aussitôt un rival acharné. Désireux d’occuper la place de Jean-Baptiste de Lamarck* au Muséum, il travailla sur les Mollusques, entrant – après avoir essuyé trois échecs – à l’Académie des sciences en 1825. Blainville fut finalement nommé en 1830 professeur titulaire de la chaire d’Histoire naturelle des Mollusques, des Vers et des Zoophytes, issue du dédoublement de celle de Zoologie (Insectes, Vers et Animaux microscopiques) à la mort de Lamarck. Deux ans plus tard, il succéda à Cuvier dans sa chaire d’Anatomie des animaux, qui fut alors rebaptisée Anatomie comparée. Il mourut d’une crise d’apoplexie foudroyante dans un wagon de chemin de fer, au début d’un voyage qui devait l’emmener en Normandie.

97De taille moyenne, vigoureux malgré un bras droit ankylosé, l’œil vif, Blainville se trouvait nanti d’une très forte personnalité. Il fut décrit comme un personnage autoritaire, dominateur, pugnace, à la fois animé d’un puissant besoin de succès et certain de ses privilèges. Son antipathie pour les conceptions républicaines égalitaires l’amena à s’intéresser à des théories sociales utopiques, comme celles de Claude de Saint-Simon qu’il fréquenta. Par ailleurs, Blainville fut un enseignant brillant, dont les cours magistraux, suivis par son ami Auguste Comte, restèrent célèbres. Célibataire, il chérissait comme un fils son neveu Adolphe, dernier héritier du nom.

98Blainville fonda ses théories d’anatomie comparée sur sa conviction - d’origine religieuse - selon laquelle les êtres vivants forment une série continue et ordonnée, dont la continuité est attestée par l’existence de “formes intermédiaires” et qui s’élève jusqu’à l’Homme. S’opposant ainsi à Cuvier, il se rapprochait de Lamarck. De plus, influencé par les idées de Georges-Louis Buffon*, il choisit comme critère taxonomique de base la Vie animale de Xavier Bichat, attachée aux sensations ainsi qu’aux mouvements, laquelle s’exprimant surtout dans des organes situés à la périphérie du corps, il classa les animaux uniquement d’après leur morphologie extérieure. Il prenait de ce fait à contrepied les idées de Cuvier, en négligeant les organes internes responsables de la vie de nutrition – ou Vie organique de Bichat. Mais, pour Blainville, l’enveloppe externe reflétait parfaitement l’organisation cachée des animaux. Deux ouvrages rendent compte des travaux anatomiques qu’il effectua selon ses théories : De l’organisation des animaux ou principes d’anatomie comparée (1822), dont seul le premier volume parut, et Sur les principes de la zooclassie ou de la classification des animaux (1847). Il se distingua également dans le domaine de l’ostéologie comparée, avec une monumentale Ostéographie, ou Description iconographique comparée du squelette et du système dentaire des cinq classes d’animaux vertébrés récents et fossiles pour servir de base à la zoologie et à la géologie (1839-1864).

BLAINVILLE H. DUCROTAY DE – Orang-outang de Wurm (genre Pithecus), issu de : Blainville (H. M. Ducrotay de), Ostéographie, ou Description iconographique comparée du squelette et du système dentaire des cinq classes d’animaux vertébrés, récents ou fossiles, pour servir de base à la zoologie et à la géologie ; ouvrage accompagné de planches lithographiées sous la direction de J. C. Werner, Paris : J. B. Baillière, 1839, atlas, tome premier, Primates-Secundates, fasc. 1, pl. 1. Dessin de Werner, lithographie de Becquet.

99Blainville s’intéressa également à la zoologie des Invertébrés, comme en témoignent son Manuel de malacologie et conchyliologie (1823-1827), ainsi que son Manuel d’actinologie et de zoophytologie (1834). Il forgea en 1822 le terme de paléontologie, fut créationniste fixiste. Mais, à l’inverse de Cuvier, Blainville considérait les fossiles comme des “formes intermédiaires” permettant de combler des lacunes dans la série animale et ne croyait pas en des créations successives. Sa philosophie d’essence chrétienne, proposant d’atteindre Dieu grâce à la compréhension du monde par l’intelligence humaine, apparaît dans son Histoire des sciences de l’organisation et de leurs progrès, comme base de la philosophie. Cet ouvrage, que rédigea l’abbé François Maupied d’après des leçons faites à la Sorbonne de 1830 à 1841, ne respecte cependant pas totalement les idées du zoologiste.

Bibliographie

Appel (Toby), The Cuvier-Geoffroy Debate. French Biology in the Decades before Darwin, New York : Oxford University Press, 1987, 305 p.

Coleman (William), “Blainville, Henri Marie Ducrotay de”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1970, vol. 2, pp. 186-188.

Flourens (Pierre), Éloge historique de Marie-Henri Ducrotay de Blainville, lu dans la séance publique annuelle de l’Académie des sciences du 30 janvier 1854, Paris : Finnin Didot, 1854, 42 p.

Goulven (Laurent), “Blainville, Henri Ducrotay de, 1777-1850”, in Tort (Patrick) (sous la dir.), Dictionnaire du Darwinisme et de l’Évolution, Paris : PUF, 1996, vol. 1, pp. 335-337.

Hoefer (Ferdinand), Histoire de la zoologie depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, Paris : Hachette, 1872, pp. 375-382.

PJ

BLANC Maurice

né le 16 février 1923 à Troyes (Aube)
chaire des Pêches et productions coloniales d’origine animale, puis de Zoologie (Reptiles et Poissons)
Hydrobiologie, Ichtyologie

100Blanc, qui fut bachelier de la section philosophie en 1941, obtint une licence ès sciences en 1943 et un diplôme d’études supérieures de sciences naturelles en 1944. Entré après une brève période militaire au CNRS, il remplit de 1945 à 1950, comme stagiaire, puis comme attaché de recherches, les fonctions d’assistant du Centre d’études hydrobiologiques. Blanc devint en 1950 assistant de la chaire des Pêches et productions coloniales d’origine animale du Muséum. Ayant soutenu sa thèse de doctorat ès sciences naturelles en 1953, il fut nommé sous-directeur de la chaire de Zoologie (Reptiles et Poissons) en 1958. Blanc effectua durant sa carrière plusieurs missions à l’étranger : au Soudan, en Haute-Volta, au Dahomey, au Cambodge. Par ailleurs, il enseigna la biologie des Poissons dans diverses institutions, telles l’ORSTOM (1953-1958), l’école professionnelle de la poissonnerie (1955-1965) ou la faculté des sciences de Paris (1956-1958).

101Blanc s’intéressa à l’anatomie, à l’histologie et à la systématique des Poissons, ainsi qu’à l’hydrobiologie. Il conduisit notamment des études sur l’ostéogénèse chez les Téléostéens, sur la faune piscicole d’eau douce africaine et il effectua la détermination taxonomique de plusieurs collections de Poissons amenées en métropole par des naturalistes voyageurs. Parmi les nombreuses publications dues à Blanc, citons : Contribution à l’étude de l’ostéogenèse chez les Poissons Téléostéens (1953), La Répartition des Poissons d’eau douce africains (1954), Poissons recueillis aux îles Kerguelen par A. Paulian (1951) et M. Angot (1952) (1954), Catalogue critique des types de Poissons du Muséum national d’histoire naturelle (Poissons à joues cuirassées) (1968) – rédigé en collaboration avec Jean-Claude Hureau* – et Collections publiques et musées d’histoire naturelle en France : premier répertoire du patrimoine (1989) – rédigé en collaboration avec Lucien Leclaire*. Le naturaliste participa enfin à la gestion des collections ichtyologiques du Muséum et s’intéressa au patrimoine muséologique français pour l’histoire naturelle.

Bibliographie

Blanc (Maurice), Titres et travaux scientifiques, 1957,13 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, n° ß 7508).

Blanc (Maurice), Curriculum vitae, 1969, 5 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle).

Blanc (Maurice), Rôle et fonctionnement du Service national de muséologie, 1969,11p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle).

PJ

BLANCHARD Charles, Émile

né le 6 mars 1819 à Paris, mort le 11 février 1900 à Paris
chaire d’Histoire naturelle des Crustacés, des Arachnides et des Insectes ou des Animaux articulés
Entomologie, Helminthologie, Ichtyologie

102Fils d’un ancien militaire doué pour la peinture, Blanchard entra dès l’âge de quatorze ans au Muséum, dans le laboratoire de la chaire d’Histoire naturelle des Crustacés, des Arachnides et des Insectes ou des Animaux articulés, où devait se dérouler toute sa carrière. Lejeune homme y travailla d’abord sous la direction de Jean-Victor Audouin*, puis d’Henri Milne-Edwards*, se formant sur place : chargé au début de tâches purement matérielles, il s’initia au latin, à l’anglais, à l’allemand, au dessin et bien sûr à l’histoire naturelle. Il devint préparateur en 1838, aide-naturaliste en 1841, puis accompagna trois ans plus tard l’expédition d’Henri Milne-Edwards et Armand de Quatrefages* en Sicile.

103Blanchard fut chargé en 1859 de faire des leçons de zoologie à l’École normale supérieure, comme suppléant d’Achille Valenciennes*, et effectua au cours de la période 1844-1857 plusieurs missions sur le territoire italien ou sicilien. Élu membre de l’Académie des sciences en 1861, il devint l’année suivante titulaire de la chaire d’Histoire naturelle des Crustacés, des Arachnides et des Insectes ou des Animaux articulés. Par contre, sa candidature à la chaire de Zoologie de la Sorbonne fut repoussée par deux fois, en 1863 et 1865. De 1870 à 1875, Blanchard assura l’intérim de la chaire de Zoologie (Reptiles et Poissons) alors vacante, puis enseigna de 1876 à 1878 l’histoire naturelle à l’École supérieure d’agronomie nouvellement créée.

104La perte progressive de sa vue, à partir de l’âge de quarante ans, fut le grand drame de l’existence de Blanchard, qui devint totalement aveugle vers 1890 et dut alors abandonner ses travaux scientifiques. Il fut mis à la retraite du Muséum en 1894. N’ayant pas fondé de foyer, sa vieillesse aurait été bien solitaire sans les visites de ses amis. Pourtant, malgré sa cécité, il assista jusqu’à ses derniers jours aux séances de l’Institut. Il succomba finalement à une maladie implacable et cruelle.

105Doué d’une grande facilité d’élocution, Blanchard participait avec ardeur aux joutes académiques. Mais la survenue de son infirmité affecta son caractère, ce qui explique le froid survenu entre lui-même et la Société entomologique de France.

106Blanchard explora de nombreux secteurs de la zoologie, ne se bornant pas aux Arthropodes. Il écrivit notamment un livre sur l’organisation des Vers, un autre sur les Poissons d’eau douce français et conçut un ouvrage encyclopédique intitulé L’Organisation du règne animal (1851-1864), dont il ne put malheureusement publier que les cinq premiers volumes, faute de souscripteurs. Dans le domaine entomologique, il rédigea de nombreux mémoires, ainsi qu’une Histoire des Insectes, traitant de leurs mœurs et de leurs métamorphoses en général, et comprenant une nouvelle classification fondée sur leurs rapports naturels (1843-1845). Il s’intéressa également aux parasites des cultures, publiant une Zoologie agricole (1854) illustrée par son père, mais restée inachevée. Il établit en 1851 un catalogue de la collection d’insectes du Muséum, qu’il semble pourtant avoir laissée dans un certain désordre au moment de sa mort. Enfin, il présida en 1872 à l’installation de la ménagerie des Reptiles au sein de la ménagerie du Muséum.

Source

Dossier personnel (Archives nationales, AJ15, no 543).

Bibliographie

Gaudry (Albert), “Discours prononcé par Μ. A. Gaudry”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, vol. 6, no 2, 1900, pp. 53-55.

Giard (Alfred), “Nécrologie”, Bulletin de la Société entomologique de France, vol. 3, 1900, p. 41.

Levy (Maurice), “Notice sur Émile Blanchard”, Comptes Rendus hebdomadaires des Séances de l’Académie des Sciences, vol. 130, no 7, 1900, pp. 365-366.

Lhoste (Jean), Les Entomologistes français (1750-1950), Paris : INRA-OPIE, 1987, pp. 63-64.

PJ

BLANC-LOUVEL Christiane

née le 3 octobre 1932 à Paris
chaire de Paléontologie
Paléobotanique

107Titulaire d’une licence ès sciences en 1955, Christiane Blanc-Louvel entra la même année au CNRS, où elle demeura jusqu’en 1965 comme attachée, puis chargée de recherche. Elle obtint durant cette période un diplôme d’études supérieures, ainsi qu’un certificat de troisième cycle de paléobotanique. Ayant soutenu son doctorat ès sciences en 1965, la jeune femme fut alors nommée maître de conférences sous-directrice du laboratoire de Paléontologie du Muséum.

108Christiane Blanc-Louvel consacra la totalité de son activité scientifique à la paléobotanique. Dans ce domaine, elle effectua des recherches sur des gisements fossilifères situés pour leur majorité en Europe et à des niveaux divers de l’échelle stratigraphique. Il faut mentionner par exemple l’étude d’une Ptéridospermée du Carbonifère, ainsi que la conduite d’investigations sur des paléoflores découvertes dans des horizons plus récents, comme le Crétacé de France (Argonne), celui d’Espagne (Lerida), l’Éocène français (Aisne) ou le Miocène de Turquie (Anatolie). Citons, parmi ses publications : Observations morphologiques et anatomiques sur quelques cônes des sables verts de l’Argonne (1957), Étude anatomique comparée des tiges et des pétioles d’une Ptéridospermée du Carbonifère du genre Lyginopteris Potonié (1966), Sur la phyllotaxie d’Heterangium shorense Scott, 1917 (1969) et Paléoflore du gisement éocène de Prémontré dans l’Aisne : étude de deux fruits (1985). Au Muséum, la chercheuse conduisit un important travail de réorganisation des collections paléobotaniques, regroupant les échantillons provenant d’un même donateur – Adolphe Brongniart*, par exemple –, puis constituant une typothèque. Christiane Blanc-Louvel réaménagea enfin complètement la galerie de paléobotanique du Jardin des plantes : fermée au public depuis 1945, celle-ci fut réouverte en 1973.

Source

Renseignements fournis par l’intéressée.

PJ

BOCOURT Marie, Firmin

né le 19 avril 1819 à Paris, mort le 3 février 1904 à Paris
chaire de Zoologie (Reptiles et Poissons), puis galeries de zoologie et minéralogie
Dessin, Herpétologie, Taxidermie

109Fils d’un graveur en taille-douce, Bocourt – qui avait au moins deux frères – acquit le goût des sciences naturelles grâce à la fréquentation régulière du Jardin des plantes durant son enfance et sa première jeunesse. Il entra en 1834 au Muséum sur la recommandation du sculpteur Louis-Parfait Merlieux, comme préparateur de Gabriel Bibron* dans la chaire de Zoologie (Reptiles et Poissons). Élève de Pierre Redouté et d’Antoine Chazal, Bocourt obtint en 1854 le titre de “peintre du Muséum’’. Il effectua de 1861 à 1862 un voyage au Siam afin de prendre livraison d’animaux vivants, puis repartit en 1864 pour le Mexique à la demande des professeurs de l’établissement. Obligé de se détourner sur l’Amérique centrale à cause des événements politiques, Bocourt retrouva la France en 1867 après avoir parcouru le Guatemala. Il fut nommé garde des galeries de zoologie et de minéralogie en 1874, puis il prit sa retraite en 1892 sans cesser ses travaux. Sur ses vieux jours, la cataracte affaiblit beaucoup la vue du naturaliste, qui se fit opérer sans succès en 1903 et mourut l’année suivante dans son logement du Jardin des plantes.

110Bocourt se trouva décrit comme un personnage modeste, de goûts simples et menant une existence régulière. Possédant de remarquables dons artistiques, il eut l’occasion d’exposer ses œuvres au Salon entre 1851 et 1863.

111Les travaux scientifiques de Bocourt concernèrent surtout les Reptiles et son œuvre majeure fut une participation à la Mission scientifique au Mexique et dans l’Amérique centrale (1870-1909). Au Muséum, Bocourt réalisa le montage de divers Reptiles, exécuta de nombreux dessins, aquarelles, vélins ou gravures représentant des animaux ou des personnalités de l’établissement et donna des leçons de dessin. Il rapporta enfin d’importantes collections de son voyage en Amérique.

Bibliographie

Vaillant (Léon), “Notice nécrologique sur F. Bocourt, garde des galeries honoraire”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, vol. 10, no 2, 1904, pp. 32-35.

PJ ERB

BOIS Désiré, Georges, Jean, Marie

né le 9 octobre 1856 à Granville (Manche), mort le 2 janvier 1946 à Saint-Mandé (Val-de-Marne)
chaire de Culture, puis de Botanique (classification et familles naturelles), puis de Culture
Agronomie, Botanique, Horticulture

112Bois était l’un des huit enfants – quatre garçons et quatre filles - d’un ancien sculpteur et tourneur sur bois d’origine bretonne, qui s’était établi fondeur à Granville. Sa famille, ruinée, ayant dû s’installer à Paris en 1871, le jeune Désiré entra à l’âge de seize ans comme élève jardinier dans la chaire de Culture de Joseph Decaisne* au Muséum. Bois travailla d’abord à l’école de botanique, puis au laboratoire des Graines, dont il devint le chef en 1878. Il fonda en 1877 avec quelques collègues une Société d’enseignement professionnel, nantie d’une bibliothèque constituée à frais communs, et suivit assidûment les cours du Muséum. Nommé préparateur d’Édouard Bureau* dans la chaire de Botanique (classification et familles naturelles) en 1879, le jeune homme prit la succession d’Édouard Spach* décédé au poste d’aide-naturaliste dans la chaire de Culture de Maxime Cornu* en 1886. Bois enseigna par ailleurs, de 1896 à 1913, à l’école coloniale.

BOIS D. – Pourpier à grandes fleurs Portulaca grandiflora Lindl., issu de : Bois (Désiré), Atlas des plantes de jardins et d’appartements exotiques et européennes, Paris : Klincksieck, 1896, pl. 45,

113Le botaniste ne put, faute de diplômes, obtenir en 1901 la chaire de Culture après la mort de Cornu, essuyant un échec douloureux face à Julien Costantin*. Une sorte de traversée du désert s’ensuivit, pendant laquelle Bois espaça ses travaux au Muséum. C’est seulement grâce au transfert de Costantin dans la chaire de Botanique, organographie et physiologie végétale, qu’il fut finalement nommé professeur de Culture en 1920. Bois effectua durant sa carrière de nombreuses missions à l’étranger, visitant les pays d’Europe, l’Indochine, ainsi que l’Algérie. Il se retira en 1932 et poursuivit ses travaux scientifiques, malgré le handicap que constitua l’affaiblissement progressif de sa vue. Pendant la seconde guerre mondiale, Bois dut chercher refuge à Étampes où sa femme décéda. Il revint à Paris presque totalement aveugle, ne conservant des relations avec le monde extérieur que grâce au dévouement de sa fille, puis mourut à l’âge de quatre-vingt-neuf ans.

114Bois fut décrit comme un personnage travailleur, érudit, bienveillant et serviable. Sa modestie, ainsi que sa carrière laborieuse, lui avaient communiqué une certaine crainte des responsabilités. De son mariage avec la sœur d’un sous-chef de l’école de botanique du Muséum était née une fille, prénommée Jeanne. Celle-ci fut la fidèle collaboratrice de son père.

115Dans son œuvre, Bois s’attacha surtout aux applications agronomiques ou horticoles de la botanique. Il manifesta une prédilection pour l’étude des végétaux destinés à l’alimentation humaine, introduisant en France le Crosne du Japon, l’Ansérine amarante, la Ficoïde-Épinard et la Courge du Siam. Parmi ses publications figurent un Dictionnaire d’horticulture (1893-1899), un Atlas des plantes de jardins et d’appartements (1896) en trois volumes, ainsi que Les Plantes alimentaires chez tous les peuples et à travers tous les âges : histoire, utilisation, culture (1927-1937) en quatre volumes. Le dernier ouvrage cité regroupe la totalité de ses cours au Muséum.

116Bois rapporta de ses voyages une grande quantité de graines ou plants et près de deux cents tubercules, qui vinrent enrichir les collections du Jardin des plantes. Plus de douze cents échantillons d’herbiers, récoltés par lui-même en Indochine pour le prince Roland Bonaparte, revinrent ultérieurement au Muséum. Enfin, il fit bénéficier le “Jardin de Jussieu” du domaine de Chèvreloup de nombreuses espèces arbustives.

Bibliographie

Guillaumin (André), “La Chaire de Culture du Muséum national d’histoire naturelle de Paris”, Revue scientifique, 71e année, no 12, 1933, pp. 353-361.

Guillaumin (André), “Désiré Bois (1856-1946)’’, Bulletin de la Société botanique de France, vol. 93,1946, pp. 115-118.

Hitier (Henri), “Désiré Bois (1856-1946)”, Comptes Rendus des Séances de l’Académie d’Agriculture de France, vol. 61, no 240, 1946, pp. 24-26.

Vilmorin (Roger de), “Nécrologie. Le Professeur D. Bois (1856-1946)”, Bulletin de la Société nationale d’Acclimatation et de Protection de la Nature, 93e année, no 3-4, 1946, pp. 124-125.

PJ

BONNET Jean-Jacques, Edmond

né le 8 avril 1848 à Beaune (Côte-d’Or), mort le 3 octobre 1922 à Paris
chaire de Botanique (classification et familles naturelles de Phanérogames), puis de Phanérogamie
Entomologie (Orthoptères), Histoire des sciences, Paléontologie végétale, Phanérogamie

117Fils de Jacques Bonnet, greffier de Justice de Paix, et de Louise Edmée Vallon, Edmond Bonnet commença des études médicales, après avoir effectué deux années de droit à Dijon. Après une interruption due à la guerre de 1870, durant laquelle il fut sous-aide major des ambulances internationales, il obtint le grade de docteur en médecine (3 août 1876), à la faculté de médecine de Paris. Il exerça un peu la médecine, profitant de ses loisirs pour suivre les cours de botanique et les herborisations organisés par le faculté des sciences de Dijon. Il abandonna la médecine quand il fut nommé préparateur (le 15 janvier 1877), puis assistant (en 1906) de la chaire de Botanique (classification et familles naturelles de Phanérogames) du Muséum. Sur la proposition d’Ernest Cosson, Bonnet fut nommé membre de la mission d’exploration scientifique de la Tunisie (Instruction publique) et prit part à la mission de 1883 sous la direction de Cosson dans le nord de la Tunisie. Il y retourna en 1884, sous la direction de Napoléon Doumet-Adanson, parcourant la région de Sfax à Gafa et le nord des grands chottss. De nouveau sur les conseils de Cosson et grâce à une subvention de l’AFAS, il explora le Sud oranais avec Paul Maury (1888). Bonnet prit sa retraite en 1913.

118Son collègue Jules Künckel d’Herculais* le présentait comme “numismate et bibliophile à ses heures, un peu misanthrope, mais excellent homme toujours”.

119Bonnet publia plus de cent quatre-vingts articles scientifiques qui s’articulent sur deux disciplines : la botanique d’abord, où il excella tant pour la flore française, et surtout parisienne (Petite flore parisienne [1883] ; Essai d’une monographie des Cannellées [thèse de médecine, 1876]), que nord-africaine (avec Gustave Baratte) (Illustration des espèces nouvelles, rares ou critiques de Phanérogames de la Tunisie [1895] ; Catalogue raisonné des plantes vasculaires de la Tunisie [1896]) ; ensuite, la paléontologie végétale et L’histoire de la botanique et des botanistes, ainsi que l’entomologie, notamment les Orthoptères dont il dressa le catalogue pour la Tunisie avec Adrien Finot : Catalogue raisonné des Orthoptères de la régence de Tunisie (1897).

120Au laboratoire de botanique, Bonnet s’occupa de l’organisation et du rangement des collections, notamment des herbiers historiques de Jean-Baptiste de Lamarck* ou des Michaux. À l’AFAS, il fut président de la section botanique en 1896, 1900, 1901 et y participa activement, étant membre à vie à partir de 1905.

Source

Dossier personnel (Archives nationales, AJ15, no 543).

Bibliographie

Anonyme, Jubilé de Edmond Bonnet, [s.l.] : [s.n.], 28 mai 1914, 18 p.

Baudot (A.), “Le Docteur Edmond Bonnet – bienfaiteur de l’Académie (1848-1922), notes biographiques et bibliographiques”, Mémoires de l’Académie des Sciences et des Arts de Dijon, 1925, pp. 97-112.

Bonnet (Edmond), Titres et travaux scientifiques, Paris, 1904, 15 p.

Lamy (Denis), “Une autre façon de pratiquer la botanique”, in Gispert (Hélène) (sous la dir.), “Par la science, pour la patrie”. L’Association française pour l’avancement des sciences (1872-1914), un projet politique pour une société savante, Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2002, pp. 197-204.

Lecomte (Henri), [sur le décès de M. le Dr Edmond Bonnet], Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, vol. 7, 1922, pp. 455-457.

DL

BONNET Pierre

né le 21 mars 1928
Parc zoologique
Gestion des parcs zoologiques, Mammalogie

121Entré au Muséum comme contractuel en 1957, Bonnet fut nommé maître de conférences sous-directeur pour le Parc zoologique de Vincennes en 1970.

Source

Documents Muséum (d’après les archives d’É.-R. Brygoo).

PJ ERB

BONNET Roger

né le 6 mai 1912 à Montpellier (Hérault)
chaire de Physique appliquée aux sciences naturelles
Biophysique

122Bonnet fut nommé sous-directeur du laboratoire de Physique appliquée aux sciences naturelles du Muséum en 1963. Il publia notamment La Topographie cornéenne et l’adaptation des lentilles de cornée (1964) – rédigée en collaboration avec Claude Rapilly.

Source

Documents Muséum (d’après les archives d’É.-R. Brygoo).

PJ ERB

BOSC D’ANTIC Louis, Augustin, Guillaume

né le 29 janvier 1759 à Paris, mort le 10 juillet 1828 à Paris
chaire de Culture
Agronomie, Batrachologie, Botanique, Entomologie, Helminthologie, Herpétologie, Malacologie, Zoologie des Crustacés, Ornithologie

123Venu au monde dans une famille protestante, Bosc était l’aîné des deux fils d’un médecin spécialisé dans l’art de la verrerie. Le jeune Louis, qui perdit sa mère très tôt, vécut une enfance privée de tendresse. Il poursuivit à partir de 1769 des études classiques au collège de Dijon et assista également aux leçons du botaniste Jean-François Durande, ainsi que du chimiste Louis Guyton de Morveau, car l’histoire naturelle le passionnait. Monté à Paris, Bosc occupa un emploi dans les bureaux du Contrôleur général en 1777, avant d’entrer un an plus tard à l’Intendance des postes où il devait être nommé secrétaire. Il suivit à cette époque les cours de botanique d’AntoineLaurent de Jussieu* au Jardin royal, se lia d’amitié avec René Desfontaines*, les époux Roland, le botaniste Pierre Broussonet et s’éprit de Manon Philipon. En 1785, Bosc refusa de participer à l’expédition de La Pérouse. Il déploya une intense activité publique durant la période révolutionnaire, assumant diverses responsabilités au Club des jacobins et épousant les idées des girondins, ce qui lui valut d’être nommé administrateur des postes et des prisons en 1792. Poursuivi après la chute de ses amis politiques, Bosc aida courageusement les Roland, mais il dut se réfugier en 1793 à Sainte-Radegonde dans la forêt de Montmorency. Il possédait là une modeste maison, où il cacha dans des conditions précaires certaines victimes de la Terreur, comme Louis La Révellière Lépeaux. Bosc revint à Paris en 1794, devint membre de la Commission temporaire des arts pour la zoologie en 1795 et assuma la tutelle de la fille des époux Roland, Eudora.

124Grâce à l’appui de La Révellière Lépeaux, qui était devenu membre du Directoire, Bosc partit en 1796 pour les États-Unis. Il débarqua à Charleston, fut nommé vice-consul de France à Wilmington en 1797, consul à New York l’année suivante puis, n’ayant pu obtenir l’exaequatur du président américain, il dut rentrer dans son pays en 1798. Il exerça ensuite la fonction d’administrateur des hospices, des prisons et du Mont-de-Piété jusqu’au 18 brumaire, se trouva chargé d’un voyage scientifique en Suisse et en Italie, puis fut nommé sur l’intervention de Georges Cuvier* inspecteur des jardins et pépinières de Versailles en 1803. Entré en 1806 à l’Académie des sciences, il perdit en 1816 sa place à Versailles, prenant en 1825 la succession d’André Thouin* décédé, comme professeur titulaire de la chaire de Culture du Muséum. Cette dernière nomination se fit contre l’avis de l’Assemblée des professeurs de l’établissement et de l’Académie des sciences, qui avaient préféré Charles Brisseau de Mirbel*. Bosc se vit confier en 1826 par ses collègues du Muséum la surveillance de la chaire de Jean-Baptiste de Lamarck*, devenu aveugle. Mais il était déjà miné par une grave maladie, à laquelle il succomba trois ans plus tard sans avoir eu le temps de commencer ses cours. Il mourut au milieu des siens, émettant le souhait d’être inhumé à Sainte-Radegonde, près du lieu de son refuge durant la Terreur.

125Bosc fut décrit comme un personnage aimable, malgré une franchise parfois un peu brusque, sensible, fidèle en amitié et patriote.

BOSC D’ANTIC L. – Lettre de Le Blond à M. Bosc, inspecteur des pépinières nationales de Versailles. “Monsieur, ne croyant pas avoir le plaisir de vous voir avant mon départ de Paris, je vous prie instamment de vouloir bien me faire délivrer quelques exemplaires du catalogue des objets d’histoires naturelles que j’envoyais de Cayenne à la faculté en 91. J’ai parlé plusieurs fois à celui qui est chargé des clefs du dépôt mais il n’a voulu entendre raison sans un ordre de votre part ; veuillez donc me l’envoyer afin que je puisse en avoir au moins un ; si à cette première faveur vous ajoutiez celle de me fournir le catalogue des objets auxquels vous avez [...] notamment les plantes, les insectes, etc. J’en serais bien reconnaissant ; les lettres que j’ai reçu de vous à Cayenne et que j’ai en ce moment sous les yeux, justifient assez cette démarche de l’un de vos anciens amis qui d’ailleurs est de toute [...] : vous n’ignorez pas que j’ai une pension à réclamer. Je [...] et que tout ce que j’ai fait d’utile pendant mon séjour à la Guyane française peut grandement contribuer à me l’obtenir. Je vous salue cordialement. Le Blond." Lettre issue de : Lacroix (Alfred), “Jean-Baptiste Leblond (1747-1815)", in Figures de savants, Paris : Gauthier-Villars, [1936], vol. 3, pl. 17, pp. 75-82.

126Après un amour sans espoir pour sa pupille Eudora Roland, il épousa en 1799 sa cousine Suzanne Bosc, qui lui donna cinq enfants : un fils et quatre filles, dont l’une mourut prématurément.

127Son œuvre fut très variée, concernant non seulement plusieurs domaines de la zoologie, mais aussi la botanique, sans oublier l’agronomie. Bosc, qui cultiva les aspects descriptifs et pratiques de l’histoire naturelle sans s’attacher aux théories, fut néanmoins le premier à émettre l’idée de compétition biologique en agriculture. Il s’intéressa aux Mollusques, aux Vers, aux Crustacés, aux Insectes, aux Arachnides, aux Oiseaux, aux Batraciens et aux Tortues, décrivant plusieurs genres ou espèces nouveaux. En botanique, Bosc découvrit également plusieurs espèces jusque-là inconnues, comme des Graminées. Il acquit une telle notoriété dans le domaine agronomique, que le tsar et l’empereur d’Autriche sollicitèrent ses conseils. Il se consacra aux pépinières, aux arbres exotiques, dont il acclimata plusieurs espèces, et effectua un important travail d’inventaire – resté inachevé – sur le vignoble français. Parmi les nombreuses publications de Bosc figurent une Histoire naturelle des coquilles (1802) en cinq volumes, une Histoire naturelle des vers (1802) en trois volumes, une Histoire naturelle des Crustacés (1802) en deux volumes, ainsi qu’un Dictionnaire de la culture des arbres et de l’aménagement des forêts (1821) inclus dans l’Encyclopédie méthodique de Charles Panckoucke. Il fit par ailleurs éditer les mémoires de madame Roland et participa activement au Nouveau dictionnaire d’histoire naturelle (Paris : Déterville, 1802-1804, 24 vols).

Bibliographie

Bois (Désiré), “La Chaire de Culture du Muséum national d’histoire naturelle : 1ère partie”, Revue d’Histoire naturelle appliquée, 1921, pp. 341-356 et 365-375.

Cap (Paul-Antoine), Le Muséum d’histoire naturelle, Paris : Curmer, 1854, pp. 141-143.

Guillaumin (André), “La Chaire de Culture du Muséum national d’histoire naturelle de Paris”, Revue scientifique, 71e année, no 12, 1933, pp. 353-361.

Leroy (Jean-François), “Bosc, Louis Augustin Guillaume”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1970, vol. 2, pp. 321-323.

Tort (Patrick), “Bosc Louis Augustin Guillaume 17591828”, in Tort (Patrick) (sous la dir.), Dictionnaire du Darwinisme et de l’Évolution, Paris : PUF, 1996, vol. 1, pp. 382-383.

PJ

BOULDUC Gilles-François

né le 20 février 1675 à Paris, mort le 17 janvier 1742 à Versailles (Yvelines)
démonstrateur en chimie au Jardin du roi, sous le titre de professeur en chimie
Chimie, Pharmacie

128Après avoir étudié la chimie au Jardin du roi, auprès de son père Simon Boulduc* et d’Antoine de Saint-Yon*, il fut reçu maître-apothicaire le 14 mars 1695 et, comme son père, joua plus tard un rôle important dans la corporation des apothicaires parisiens : garde de la communauté (1709-1711), consul (1717).

129Il fit une brillante carrière à la cour comme apothicaire de la princesse Palatine (1705), premier apothicaire du roi Louis XIV (1712), de Louis XV (1715) et enfin de la reine (1735) ; il remplit la même fonction auprès du duc de Saint-Simon qui, dans ses Mémoires, le cite plusieurs fois et porte sur lui une appréciation élogieuse : il était, écrivit le duc, “un excellent apothicaire du roi qui après son père, avait été et était encore le nôtre, avec un grand attachement, et qui en savait pour le moins autant que les meilleurs médecins, comme nous l’avons expérimenté, et cela avec beaucoup d’esprit et d’honneur, de discrétion et de sagesse”. À l’Académie royale des sciences, où il était entré dès le 14 février 1699 en qualité d’élève-chimiste, Gilles-François Boulduc fut successivement adjoint-chimiste (3 janvier 1716) puis associé-chimiste (4 février 1727). Il fut aussi échevin de l’Hôtel de Ville de Paris (1726). Au Jardin du roi, il succéda en 1729, dans la charge de démonstrateur en chimie, à son père, à l’enseignement duquel il contribuait depuis plusieurs années.

130Quoique très absorbé par ses fonctions à la cour, il fit quelques travaux, notamment sur les eaux minérales, les sels de Glauber, d’Epsom, de Seignette. Son cabinet d’histoire naturelle fut acquis, à sa mort, par Joseph-Marie-François de Lassone (1717-1788), futur premier médecin de Louis XVI.

Bibliographie

Cadet-Gassicourt (Louis), “Boulduc”, in Hoefer (Ferdinand) (sous la dir.), Nouvelle biographie universelle, Paris : Firmin-Didot, 1854, vol. 5, p. 241.

Chevreul (Michel-Eugène), “Gilles François Boulduc”, Journal des Savants, vol. 43, 1858, pp. 646-647.

Contant (Jean-Paul), L’Enseignement de la chimie au Jardin royal des plantes de Paris, Cahors : impr. A. Coueslant, 1952, pp. 101-102.

Dorveaux (Paul), “Apothicaires membres de l’Académie des sciences. Gilles-François Boulduc”, Bulletin de la Société d’Histoire de la Pharmacie, no 74, 1931, pp. 113-117.

Dortous de Mairan (Jean-Jacques), “Éloge de M. Boulduc”, in Histoire de l’Académie royale des sciences. Année 1742, Paris : impr. royale, 1745, pp. 167-171.

Jaussaud (Philippe), Pharmaciens au Muséum, Paris : Muséum national d’histoire naturelle, 1998, pp. 66-71 (Archives).

Le Tourneur (St.), “Boulduc”, in Balteau (Jules) (sous la dir.), Dictionnaire de biographie française, Paris : Letouzey et Ané, 1954, vol. 6, p. 1356.

Planchon (Gustave), “Dynasties d’apothicaires parisiens. 2 : les Boulduc", Journal de Pharmacie et de Chimie, 6e série, vol. 9, 1899, pp. 332-336, 382-387 et 470-476.

Plouvier (Victor), “Historique des chaires de Chimie, de Physique végétale et de Physiologie végétale du Muséum d’histoire naturelle”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 4e série Miscellanea, vol. 3, 1981, p. 131.

Warolin (Christian), “La Dynastie des Boulduc, apothicaires à Paris aux XVIIème et XVIIIème siècles (suite). Gilles-François Boulduc, 20 février 1675-17 janvier 1742”, Revue d’Histoire de la Pharmacie, vol. 50, no 335, 2002, pp. 439-450.

ERB YL

BOULDUC Simon

né en 1652 à Paris, mort le 23 février 1729 à Paris démonstrateur et opérateur pharmaceutique (suppléant de Fagon), puis démonstrateur en chimie au Jardin du roi, sous le titre de professeur de chimie
Chimie, Pharmacie

131Fils de Pierre Boulduc (1607- ?), maître-apothicaire, il fut lui-même reçu maître-apothicaire le 8 novembre 1672 et joua plus tard un rôle important dans sa corporation : garde de la communauté (1687-1689), consul (1698), juge (1717). Il avait son officine rue des Boucheries, au faubourg Saint-Germain, dans la maison de son père. Il fut l’apothicaire de Madame, seconde épouse du duc Philippe d’Orléans. Ses charges de cour permirent à Boulduc d’adopter des armes parlantes : un blason “d’argent au chevron d’azur, chargé de trois étoiles d’or et accosté de trois ducs de gueules tenant sous leurs pattes une boule de sable”.

132Au Jardin du roi, Simon Boulduc suppléa Guy-Crescent Fagon* à partir de 1686 et jusqu’en 1695, dans la charge de démonstrateur et opérateur pharmaceutique (devenue en 1793 chaire de Chimie générale). Puis, en 1695, il devint le premier titulaire de la charge de démonstrateur en chimie alors créée et conserva celle-ci jusqu’à sa mort. Son fils Gilles-François* fut son successeur.

133Simon Boulduc entra le 7 août 1694 à l’Académie royale des sciences, dont il fut le sous-directeur en 1715 ; il passa le 24 avril 1723 dans la classe des pensionnaires vétérans. Il fit d’importantes recherches sur les médicaments purgatifs, reconnut l’insuffisance de la distillation sèche pour l’analyse des médicaments d’origine organique et eut l’idée de traiter ceux-ci par les dissolvants et de rechercher les différences entre les extraits aqueux et alcooliques. Tous ses travaux publiés figurent entre 1700 et 1719 dans les recueils annuels de l’Histoire de l’Académie royale des sciences.

Bibliographie

Cadet-Gassicourt (Louis), “Boulduc”, in Hoefer (Ferdinand) (sous la dir.), Nouvelle biographie universelle, Paris : Firmin-Didot, 1854, vol. 5, p. 241.

Chevreul (Michel-Eugène), “Simon Boulduc”, Journal des Savants, vol. 43, 1858, pp. 645-646.

Contant (Jean-Paul), L’Enseignement de la chimie au Jardin royal de Paris, Cahors : impr. A. Coueslant, 1952, pp. 51-52.

Dorveaux (Paul), “Apothicaires membres de l’Académie des sciences : Simon Boulduc”, Bulletin de la Société d’Histoire de la Pharmacie, no 67, 1930, pp. 5-15.

Jaussaud (Philippe), Pharmaciens au Muséum, Paris : Muséum national d’histoire naturelle, 1998, pp. 62-66 (Archives).

Planchon (Gustave), “Dynasties d’apothicaires parisiens. 2 : les Boulduc”, Journal de Pharmacie et de Chimie, 6e série, vol. 9, 1899, pp. 332-336, 382-387 et 470-476.

Plouvier (Victor), “Historique des chaires de Chimie, de Physique végétale et de Physiologie végétale du Muséum d’histoire naturelle”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 4e série Miscellanea, vol. 3, 1981, p. 131.

Warolin (Christian), “La Dynastie des Boulduc, apothicaires à Paris aux XVIIème et XVIIIème siècles”, Revue d’Histoire de la Pharmacie, vol. 49, no 331, 2001, pp. 333-354.

YL ERB

BOULE Pierre, Marcellin

né le 1er janvier 1861 à Montsalvy (Cantal), mort le 4 juillet 1942 à Montsalvy
chaire de Paléontologie
Géologie, Paléoanthropologie, Paléontologie

134Boule vint au monde dans une famille pauvre, qui habitait un petit village du Cantal. Élève des frères des écoles chrétiennes d’Aurillac, il acquit le goût des sciences de la Terre sous le tutorat d’un pharmacien de la ville nommé Jean-Baptiste Rames. Il débuta en 1880 comme boursier ses études supérieures à la faculté de Toulouse, obtenant ses licences ès sciences physiques et ès sciences naturelles en 1882 et 1884. Durant cette période, le jeune homme fit la connaissance de Louis Lartet, ainsi que d’Émile Cartailhac. Il monta ensuite à Paris, où il travailla dans les laboratoires de Pétrographie de Fouqué au Collège de France et de Paléontologie d’Albert Gaudry* au Muséum. Titulaire en 1886 d’une bourse de doctorat du second établissement, Boule fut brillamment agrégé de sciences naturelles en 1887, occupa de 1889 à 1892 le poste de chargé de cours de géologie à la faculté des sciences de Clermont-Ferrand, puis soutint son doctorat ès sciences en 1892. Il entra cette année-là comme préparateur dans la chaire de Paléontologie du Muséum, où il fut nommé assistant deux ans plus tard, professeur intérimaire en 1902 et succéda finalement à Gaudry comme professeur titulaire en 1903. Entre-temps, Boule, qui accomplit plusieurs expéditions scientifiques à l’étranger, se trouva chargé de prononcer des cours dans divers établissements d’enseignement. Il reçut en 1911, du prince Albert 1er de Monaco, la mission d’organiser et de diriger à Paris l’Institut de paléontologie humaine, dont le souverain avait décidé de financer la construction. Ayant pris sa retraite du Muséum en 1936, moins d’un an avant la célébration de son jubilé scientifique, il mourut au début de l’été 1939 dans son village natal.

135Robuste, portant moustache et barbiche, Boule fut décrit par ses contemporains comme un homme actif, cultivé, adepte de la concision, doué d’une grande clarté d’esprit et de style. Il suivait attentivement le travail de ses élèves, les traitants avec une franchise un peu rude. Doté d’un tempérament économe, Boule dépensait avec parcimonie les crédits de son laboratoire. Il n’était pas esclave de la science et travaillait modérément en sachant profiter des plaisirs de la vie. Le scientifique, qui s’était marié avec Marie Roinet en 1922, puis avec Jacqueline Demoly en 1938, avait eu un enfant.

136L’œuvre de Boule, riche de trois cents publications, fut axée sur la géologie et surtout la paléontologie. Dans le premier domaine cité, le chercheur s’attacha à la stratigraphie, ainsi qu’à la géologie descriptive de diverses régions du globe, comme le Massif central, les Montagnes Rocheuses, l’Algérie ou Madagascar. En paléontologie animale, Boule reconstitua avec une grande précision anatomique des espèces disparues tels l’Acti nodon, le Callibrachion du Permien d’Autun, ou le Pachyaena de Vaugirard. Mais, c’est le champ de la paléoanthropologie qu’il marqua le plus. Il étudia de nombreux fossiles trouvés dans des grottes, donnant avec son étude de l’Homme fossile de la Chapelle-aux-Saints la première description complète de l’Homme de Néanderthal, et dressa une synthèse de l’évolution humaine. Notons au passage que Boule fut de ceux qui contestèrent d’emblée l’authenticité du soi-disant Homme fossile de Piltdown. Selon lui, la paléontologie ne constituait pas un simple inventaire des restes d’êtres disparus, mais une véritable biologie du passé : elle devait inclure une reconstitution des conditions environnementales, ainsi que de la généalogie des espèces. Citons parmi les publications de Boule, l’Essai de paléontologie stratigraphique de l’Homme (1888), La Topographie glaciaire en Auvergne (1896), L’Homme fossile de la Chapelle-aux-Saints (1911-1913) et Les Hommes fossiles, éléments de paléontologie humaine (1921). Au Muséum, il aida Gaudry à réaliser une nouvelle galerie de paléontologie, dans laquelle il effectua le classement des collections. Son enseignement au Jardin des plantes fut résumé dans Les Fossiles (1935), un ouvrage rédigé en collaboration avec son élève Jean Piveteau. Enfin, Boule créa la Commission des monuments préhistoriques, plusieurs revues scientifiques, telles les Annales de Paléontologie et participa à la fondation du périodique L’Anthropologie.

Bibliographie

Anonyme, “Jubilé de M. Marcellin Boule”, L’Anthropologie, vol. 47, no 5-6, 1937, pp. 583-648.

Gruber (J.), “Boule, Marcellin”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1970, vol. 2, pp. 346-347. Vallois (Henri), “Marcellin Boule”, L’Anthropologie, vol. 50, 1946, pp. 203-210.

PJ

BOULEY Henri, Marie

né le 17 mai 1814 à Paris, mort le 30 novembre 1885 à Paris
chaire de Pathologie comparée
Anatomie, Pathologie animale

137Fils cadet d’un vétérinaire parisien renommé et petit-fils d’un maréchal-ferrant, Bouley grandit dans une maison hospitalière. Il fit de brillantes études littéraires au collège Rollin avant d’entrer en 1832 à l’école vétérinaire d’Alfort, dont il obtint le diplôme en 1836. Il enchaîna ensuite les succès à des concours d’enseignant : devenu, sous l’autorité d’Eugène Renault, chef de service de clinique à l’école vétérinaire d’Alfort en 1837, Bouley fut nommé deux ans après professeur-adjoint pour suppléer son maître, puis en 1845 professeur titulaire de la chaire de Clinique, chirurgie, ferrure et jurisprudence commerciale. Il abandonna cette dernière lorsqu’il se trouva appelé, en 1866, au poste d’inspecteur général des écoles vétérinaires et du service des épizooties. Élu deux années plus tard membre de l’Académie des sciences, Bouley devint en 1880 le premier titulaire de la chaire de Pathologie comparée du Muséum. Il aurait dû normalement prendre la succession de Claude Bernard* décédé dans la chaire de Physiologie générale, mais le ministre avait préféré donner la place à Charles Rouget*, tout en créant une nouvelle chaire pour le vétérinaire. Celui-ci ne pouvant disposer au Muséum d’un laboratoire, il dut se contenter d’un petit local à la faculté de médecine. Bouley mourut victime d’une affection cardiaque, contre laquelle il luttait depuis plusieurs années.

138De haute taille, de complexion robuste, le vétérinaire laissa le souvenir d’un homme de cœur, spirituel et charmeur. Ses élèves admiraient chez lui autant le pédagogue enthousiaste que l’habile praticien ou le brillant orateur. Bouley dispensa avec éloquence au Muséum des leçons de pathologie comparée. De son mariage, célébré en 1846 avec Marie Natel, étaient nés un fils et une fille.

139Le vétérinaire fut davantage un vulgarisateur, un animateur de la science, qu’un expérimentateur : en témoigne une quantité impressionnante de discours, d’éloges, de conférences, de chroniques ou de rapports. Dans le domaine de l’anatomie, Bouley rédigea un Traité de l’organisation du pied du cheval (1851). En pathologie, ce défenseur ardent des théories pastoriennes démontra le caractère contagieux de la péripneumonie des bovins, étudia le horse-pox, la peste bovine et la morve. Les leçons de pathologie comparée que le vétérinaire dispensa au Muséum furent publiées en deux volumes : Le Progrès en médecine par l’expérimentation (1882) et La Nature vivante de la contagion, contagiosité de la tuberculose (1884). Bouley rédigea par ailleurs de très nombreux articles de vulgarisation - ou de polémique – scientifique dans le Recueil de médecine vétérinaire dont il fut pendant quarante ans le rédacteur-en-chef. Enfin, il participa activement à la réforme de la législation française relative à la police sanitaire du bétail et fut l’un des fondateurs de la Société centrale de médecine vétérinaire.

Bibliographie

Bouley (Henri), “Nomination de Μ. H. Bouley à la chaire de Pathologie comparée créée au Muséum d’histoire naturelle – Réponse de M. Bouley”, Recueil de Médecine vétérinaire, 6e sér., vol. 7, 1880, pp. 168-170.

Bouley (Henri), “Leçon de Bouley. Pathologie comparée. Muséum national d’histoire naturelle de Paris”, La revue scientifique, 3e série, vol. 1, no 1, 1881, pp. 2-5.

Chauveau (Jean-Baptiste), “Henri Bouley”, La Revue scientifique, 3e série, 5e année, vol. 44, no 11, 1889, pp. 321-328.

Chauveau (Jean-Baptiste), “Discours prononcé lors de l’inauguration de la statue de M. Henri Bouley”, Recueil de Médecine vétérinaire, 7e série, vol. 6, no 17, 1889, pp. 563-587.

Mangon (Hervé), Milne-Edwards (Alphonse), Quatrefages (Armand de), Frémy (Edmond), “Discours prononcés aux obsèques de M. Bouley”, Comptes Rendus hebdomadaires des Séances de l’Académie des Sciences, vol. 101, no 22, 1885, pp. 1084-1093.

Neumann (Lucien), Biographies vétérinaires, Paris : Asselin & Houzeau, 1896, pp. 30-37.

PJ

BOURDELIN Louis-Claude

né le 18 octobre 1696 à Paris, mort le 13 septembre 1777 à Paris
professeur de chimie au Jardin du roi
Chimie, Médecine

140Bourdelin, qui était l’aîné des quatre enfants d’un médecin membre de l’Académie royale des sciences et le petit-fils du premier apothicaire académicien, appartenait à une famille d’érudits. Orphelin de père dès l’âge de quatorze ans, le jeune homme étudia la médecine. Bourdelin fut reçu docteur en 1718, entra à l’Académie royale des sciences comme élève-chimiste en 1725, passa adjoint deux ans plus tard, associé en 1731 et pensionnaire en 1752. Il exerça la fonction de professeur de pharmacie en 1741, avant de succéder à Louis Lémery* comme professeur de chimie au Jardin royal en 1743. Bourdelin devait accéder ultérieurement au décanat de la faculté de médecine de Paris. Il obtint en 1762 la charge de premier médecin de Mesdames de France, filles de Louis XV, lesquelles accordèrent à leur praticien la liberté d’exercer son art dans la capitale. Affligé dans la dernière partie de sa vie par des deuils successifs, Bourdelin prit Paul-Jacques Malouin* comme remplaçant au Jardin royal de 1753 à 1770. Pierre-Joseph Macquer* lui succéda ensuite. Bourdelin sombra finalement dans la mélancolie et mourut à l’âge de quatre-vingt-un ans.

141Décrit comme doux, timide, simple, patient et charitable, Bourdelin était d’une constitution maladive, qu’il soutenait grâce à la prise quotidienne d’un verre de vin de quinquina. Il avait épousé en 1719 la fille d’un apothicaire, mademoiselle Dubois.

142Bourdelin s’occupa davantage de médecine que de chimie. Il ne fit guère progresser cette dernière discipline, car, se jugeant trop vieux pour s’initier aux théories nouvelles, il resta fidèle à des conceptions obsolètes. De ce fait, Bourdelin se trouva éclipsé comme enseignant au Jardin royal par Guillaume-François Rouelle*. Le médecin, qui rédigea seulement cinq ou six mémoires destinés à l’Académie royale des sciences, soutint en 1744 devant la faculté de Paris une thèse intitulée An pulmonum etiam in morbis suus sit kinae kinae usus ? [Si l’usage du quinquina est approprié dans les maladies pulmonaires ?].

Bibliographie

Cap (Paul-Antoine), Le Muséum d’histoire naturelle, Paris : Curmer, 1854, pp. 25-26.

Contant (Jean-Paul), Contribution à l’histoire de l’enseignement de la pharmacie : l’enseignement de la chimie au Jardin royal des plantes de Paris, thèse de doctorat en pharmacie, Strasbourg : université de Strasbourg, 1952, p. 61-63.

Dorveaux (Paul), “Apothicaires membres de l’Académie royale des sciences”, Bulletin de la Société d’Histoire de la Pharmacie, vol. 17, no 64, 1929, pp. 289-298.

PJ

BOURDELLE Sicaire, Édouard

né le 21 septembre 1876 à Périgueux (Dordogne), mort le 16 juin 1960 à Paris
chaire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux)
Anatomie, Gestion des parcs zoologiques, Mammalogie, Ornithologie, Protection de ta nature

143Fils d’un teneur de bains, Bourdelle accomplit ses premières études dans sa ville natale, obtenant son baccalauréat en 1893. Il intégra alors sans vocation particulière l’École nationale vétérinaire de Toulouse et décida, une fois diplômé quatre ans plus tard, de se consacrer à l’enseignement. D’abord répétiteur stagiaire en 1897 au sein de la chaire d’Anatomie, histologie et tératologie des animaux domestiques de son établissement d’origine, il fut nommé chef de travaux dans le même service en 1900. Bourdelle réussit en 1912 le concours de professeur d’anatomie et tératologie à l’école vétérinaire d’Alfort, puis fut mobilisé dans les services de ravitaillement au début de la première guerre mondiale. Chargé de l’enseignement accéléré des étudiants vétérinaires de 1916 à 1919, il entra en 1926 au Muséum, comme professeur titulaire de la chaire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux), devenue vacante à la suite du départ en retraite d’Édouard Trouessart*. Le vétérinaire obtint en 1926 la restitution à son service de la ménagerie du Jardin des plantes, dont il se déchargea huit ans plus tard lors de la création de la chaire d’Éthologie des Animaux sauvages. Nommé professeur à l’école dentaire de Paris en 1928, gérant de la chaire d’Anatomie comparée en 1941, inspecteur général des musées départementaux d’histoire naturelle en 1943, Bourdelle exerça au Muséum les fonctions d’assesseur du directeur de 1943 à 1947. Il prit sa retraite en 1947, sans abandonner pour autant ses activités scientifiques, et s’éteignit à l’âge de quatre-vingt-trois ans après quelques jours de maladie.

144Petit, fluet, d’allure vive, Bourdelle fut décrit comme un personnage à la fois modeste, volontaire et affable. Il ne déployait pas d’effet d’éloquence à l’amphithéâtre, mais dispensait avec clarté des leçons extrêmement précises. Ajoutons qu’il était passé maître dans l’art de la dissection. Marié en 1899 à Françoise Cazals, Bourdelle avait eu plusieurs enfants. Logé sur place après sa nomination au Muséum, il occupa un temps la maison d’Eugène Chevreul*.

145Auteur de plus de cent cinquante publications, parmi lesquelles plusieurs ouvrages, Bourdelle fut surtout un spécialiste des Mammifères, dont il étudia l’anatomie descriptive ou comparée, ainsi que la biologie. Il développa d’abord, avec son maître toulousain Lucien Montané, le domaine de l’anatomie régionale. De ces investigations naquit un grand Traité d’anatomie régionale des animaux domestiques (1913-1953), auquel collabora également Clément Bressou. Bourdelle s’intéressa ensuite à d’autres sujets, comme l’anatomie du Mouflon à manchettes, la myologie de l’Éléphant, la vision du Cheval ou les parentés des Équidés primitifs. Au Muséum, il cultiva plusieurs thèmes d’anatomie comparée, notamment les dents sur lesquelles il publia en collaboration un ouvrage intitulé Anatomie et physiologie buccodentaire, anatomie dentaire comparée (1937), ainsi que la biométrie squelettique. Il s’attacha aussi à l’étude de la biologie des Mammifères, soulignant l’intérêt taxonomique des caractères du milieu intérieur ou du comportement.

146Au Muséum, Bourdelle enrichit les collections dépendant de sa chaire d’environ vingt mille Oiseaux et cinq mille Mammifères. Il créa dans l’établissement un laboratoire de Sérologie avec Paul Rode*, un Service central de recherches sur les migrations des Oiseaux, modernisa avec son confrère Achille Urbain* la ménagerie du Jardin des plantes et dressa les plans du futur Jardin zoologique de Vincennes. Par ailleurs, Bourdelle s’intéressa à l’élevage des animaux à fourrure, de même qu’à la protection de la nature, jouant un rôle actif dans ce dernier domaine. Il fonda enfin la revue Mammalia en 1936.

Bibliographie

Bourdelle (Édouard), “Cinquante ans de carrière professionnelle et d’activité scientifique”, 38 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, n° ß 8241).

Bressou (Clément), “Le Professeur Édouard Bourdelle. 1876-1960”, Bulletin de l’Académie vétérinaire de France, nouvelle série, vol. 33, 1960, pp. 429-432.

Bressou (Clément), “Éloge du professeur Édouard Bourdelle”, Bulletin de l’Académie vétérinaire de France, nouvelle série, vol. 43, 1970, pp. 455-467.

Laissus (Yves), Petter (Jean-Jacques), Les Animaux du Muséum, Paris : Muséum national d’histoire naturelle, 1993, pp. 176-186.

PJ

BOUREAU Édouard, Léon, François

né le 31 janvier 1913 à Champ-sur-Layon (Maine-et-Loire), mort le 20 octobre 1999
chaire d’Anatomie comparée des végétaux actuels et fossiles
Anatomie végétale, Paléobotanique

147Né dans une modeste famille de vignerons, Boureau fit ses études secondaires grâce à une bourse. Il entra en 1929 à l’école normale de Tours, fut nommé instituteur en 1932 et poursuivit des études supérieures tout en occupant de 1932 à 1938 plusieurs postes d’enseignant dans le primaire. Titulaire en 1933 du PCN de la faculté de médecine de Tours, Boureau obtint à l’université de Poitiers une licence ès sciences en 1936, un diplôme d’études supérieures de botanique en 1937 et soutint l’année suivante sa thèse de doctorat ès sciences naturelles (préparée sous la direction de Paul Becquerel). Le jeune naturaliste effectua son service militaire de 1939 à 1940 comme officier d’administration, d’abord à la direction du Service de santé de la 14e région, puis au quartier général de l’armée des Alpes. Il professa ensuite, de 1940 à 1946, l’histoire naturelle dans divers établissements de l’enseignement secondaire : au lycée Descartes de Tours, au collège de Pons en Charente-Maritime, à Lyon, et aux collèges Turgot et Colbert de Paris. Durant l’Occupation, Boureau, qui était entré dans la Résistance, fut incarcéré à la prison de Tours sur ordre du préfet. Il recouvra heureusement sa liberté, grâce à un manque de preuves et à l’intervention de ses amis. Boursier de recherche au CNRS de 1944 à 1946, Boureau devint chargé de recherche en 1946, année au cours de laquelle il intégra le Muséum comme sous-directeur du laboratoire d’Anatomie comparée des végétaux actuels et fossiles. Il quitta ce dernier établissement en 1959 pour rejoindre la faculté des sciences de Paris, où il occupa successivement les postes de professeur sans chaire (1960), de professeur titulaire à titre personnel (1964) et de professeur de classe exceptionnelle (1970). Élu membre de l’Académie des sciences en 1977, il mourut à l’âge de quatre-vingt-six ans.

148Boureau laissa le souvenir d’un homme modeste, chaleureux et un peu espiègle. Ce gros travailleur, chercheur passionné autant que bon pédagogue, exigeait beaucoup de ses collaborateurs. Il avait épousé vers 1943 une jeune tourangelle, prénommée Jane, dont il eut deux fils. Il fut l’ami de Théodore Monod*.

149Botaniste et paléobotaniste, Boureau consacra l’essentiel de son œuvre scientifique à l’anatomie de l’appareil végétatif des plantes vasculaires (Phanérogames ou Cryptogames) vivantes ou fossiles. Il définit les structures qu’il étudiait de façon dynamique, dans plusieurs contextes : géographique, écologique, physiologique, ontogénique et phylogénique. Poursuivant des investigations très poussées sur l’appareil conducteur des plantes vasculaires, Boureau retraça l’évolution des formations libéro-ligneuses, confirma la théorie des phyllorhizes de Gustave Chauveaud, décrivit l’ontogénie des plantules de Pinacées et s’intéressa à la structure du bois, ainsi qu’à celle des faisceaux “en clepsydre” ou “en gouttière”. Il dédia au passage quelques travaux à la physiologie végétale, observant l’action des piqûres sur la différenciation de l’appareil conducteur et certains effets de l’auxine. En paléobotanique, Boureau, qui montra la nécessité d’associer une approche structurale aux descriptions purement morphologiques des spécimens, étudia l’origine et l’évolution des flores fossiles continentales de divers pays (France, Portugal, Roumanie, Afrique, Madagascar, Amériques, Indochine, Nouvelle-Guinée, Nouvelle-Calédonie), découvrant de nombreuses espèces nouvelles (notamment sahariennes). Il conduisit des travaux relatifs à la phylogénie des Sphénophytes, des Angiospermes, des Gymnospermes, expliqua les extinctions de groupes par l’effet des stress environnementaux sur le génome des plantes et se passionna pour la paléoclimatologie. À la fin de sa carrière, Boureau remonta les temps géologiques jusqu’au Précambrien : il étudia alors, avec le concours de Théodore Monod, les microfossiles de cette époque (sphéroïdes symbiotiques, coccoïdes, sidéro-bactéries, Cyanophycées). Ce champ d’investigations entraîna sa participation aux théories de la construction des premières cellules eucaryotes et même de l’origine de la vie. Par ailleurs, Boureau collabora avec les sociétés pétrolières pour réaliser des recherches stratigraphiques. Citons, parmi plus de deux cents publications dues à sa plume : Recherches anatomiques et expérimentales sur l’ontogénie des plantules des Pinacées et ses rapports avec la phylogénie (1938), Paléo-phytogéographie de Madagascar (1949), Découverte du genre Homoxylon Sahni, dans les terrains secondaires de la Nouvelle-Calédonie (1954), Anatomie végétale ; l’appareil végétatif des Phanérogames (1954-1957) en trois volumes, Cours de botanique : les Sphénophytes : biologie et histoire évolutive (1971) et La Terre, mère de la vie ? (1986). Boureau dirigea également la rédaction d’un important Traité de paléobotanique (1964-1975). Au Muséum, il enrichit les collections botaniques de nombreuses espèces de végétaux fossiles provenant du Sahara. Enfin, Boureau créa à l’université Pierre et Marie Curie un enseignement de formation permanente intitulé “L’Expertise micrographique du bois” et fut l’un des fondateurs de l’International Organization of Paleobotany.

Bibliographie

Anonyme, Académie des Sciences. Annuaire 2000, 83e éd., Paris, 2000, p. 85.

Bonnemain (Jean-Louis), “La Vie et l’œuvre scientifique d’Édouard Boureau”, Académie des Sciences de l’Institut de France. Discours et Notices biographiques, vol. 4, 2001, pp. 81-90.

Boureau (Édouard), Notice sur les travaux scientifiques, 1946, 11 p. dactylographiées (fonds cryptogamie du Muséum national d’histoire naturelle).

Boureau (Édouard), Notice sur les titres et travaux scientifiques, 1959, 81 p. dactylographiées (fonds cryptogamie du Muséum national d’histoire naturelle).

PJ

BOURGEOIS Louis-Zéphirin

né le 26 août 1856 à Paris, mort en 1939
chaire de Chimie appliquée aux corps organiques
Chimie

150Reçu à l’École polytechnique, où il fut de 1875 à 1876 l’élève de Michel Lévy, Bourgeois obtint la licence ès sciences mathématiques en 1877, la licence ès sciences physiques en 1878, puis le doctorat ès sciences physiques en 1883. Il entra au Muséum en 1883 comme préparateur de chimie et occupa ce poste durant trois ans, tout en exerçant à partir de 1884 la fonction de répétiteur de chimie à l’École polytechnique. Successeur d’Albert Arnaud* dans la place d’aide-naturaliste de la chaire de Chimie appliquée aux corps organiques en 1890, Bourgeois fut transféré l’année suivante dans le corps des assistants, où il resta jusqu’à sa retraite en 1920.

151Le chimiste effectua la synthèse de nombreux minéraux, comme des silicates, des titanates, des arséniates, le zircone, l’acide stannique ou le chlorate de cuivre basique cristallisé. Par ailleurs, Bourgeois obtint la cristallisation d’alcaloïdes, ainsi que de l’urée, par sublimation. Il fut l’auteur d’une trentaine de publications et collabora à plusieurs ouvrages. Enfin, à partir de 1899, il donna au Muséum des conférences publiques sur la polarisation rotatoire.

Bibliographie

Plouvier (Victor), “Historique des chaires de Chimie, de Physique végétale et de Physiologie végétale du Muséum d’histoire naturelle”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 4e série Miscellanea, vol. 3, 1981, pp. 131-132.

PJ ERB

BOURGOGNE Jean

né en 1903, mort le 10 mars 1999
chaire d’Entomologie
Entomologie (Lépidoptères)

152Petit-fils du célèbre verrier Émile Gallé, Bourgogne fréquenta très régulièrement durant son enfance le Jardin des plantes, où l’emmenait son autre grand-père micrographe. Le jeune garçon fit de brillantes études classiques, couronnées par le baccalauréat ès lettres en 1921 et le baccalauréat ès sciences l’année suivante. Passionné d’histoire naturelle, Bourgogne avait commencé dès 1915 une collection d’insectes. Il obtint en 1925 le diplôme d’ingénieur de l’École nationale de chimie de Paris, ainsi qu’une licence ès sciences (chimie et minéralogie) à la Sorbonne. Ayant quitté en 1927 la capitale pour rejoindre l’entreprise familiale à Nancy, Bourgogne fit alors la connaissance du biologiste Lucien Cuénot. Le jeune homme décida d’abandonner l’industrie sinistrée au cours des années 1930. Il passa les certificats de zoologie (1933) et de botanique (1934) à la faculté des sciences de Nancy, puis entra en 1934, sur la recommandation de Cuénot, dans la chaire d’Entomologie de René Jeannel* au Muséum. Immédiatement, Bourgogne travailla au service des Lépidoptères où devait se dérouler toute sa carrière. Il bénéficia d’une bourse du Muséum en 1939 et d’une allocation de la Caisse nationale des sciences de 1937 à 1941. Mobilisé durant la seconde guerre mondiale dans le Service des poudres des armées, Bourgogne fut nommé assistant en 1941. Il remplaça alors Louis Le Cerf* retraité comme responsable de la section des Lépidoptères, puis devint sous-directeur du laboratoire d’Entomologie en 1952. Ayant dû prendre sa retraite en 1969, Bourgogne ne cessa de travailler qu’en 1996, à cause d’une baisse de sa vue et de son ouïe. Il s’éteignit paisiblement à l’âge de quatre-vingt-seize ans.

153De taille moyenne, svelte, l’entomologiste possédait une voix aux accents métalliques. Il laissa le souvenir d’un homme cultivé, aimable, discret, dévoué et modeste, que les problèmes internes au Muséum laissaient indifférent. Sportif malgré sa frêle apparence, Bourgogne pratiquait le patin à glace, la spéléologie, la randonnée en montagne et se déplaçait dans Paris à bicyclette. Il continua d’utiliser ce dernier moyen de transport pour se rendre au Muséum bien après sa mise à la retraite. Bourgogne avait eu plusieurs enfants de son mariage.

154Bourgogne dévolut son œuvre entomologique à l’ordre des Lépidoptères. Il fut un spécialiste de la famille des Psychidés, dont il étudia la chenille, l’appareil génital et l’hybridation interspécifique. De plus, Bourgogne définit le type exoporien de l’appareil génital femelle des Hépialidés, ainsi que la biogéographie systématique de Melitaea athalia. L’entomologiste publia notamment Un type nouveau d’appareil génital femelle chez les Lépidoptères (1950), le chapitre Ordre des Lépidoptères (1951) pour le grand Traité de zoologie de Pierre-Paul Grassé et Faune de Madagascar : Insectes, Lépidoptères, Psychidae, Oiketicinae (1984). Au Muséum, Bourgogne s’attaqua dès 1941 au classement de la collection de Lépidoptères. Par ailleurs, il dirigea quelques mois le vivarium du Jardin des plantes au cours de la seconde guerre mondiale, assura pendant douze ans la fonction de secrétaire général de la Société entomologique de France et créa la revue Alexanor en 1959.

Bibliographie

Lhoste (Jean), Les Entomologistes français : 1750-1950, Paris : INRA-OPIE, 1987, pp. 183-184.

Pierre (Jacques), “In memoriam : Jean Bourgogne (1903-1999)”, Bulletin de la Société entomologique de France, vol. 104, no 5, 1999, pp. 407-408.

Viette (Pierre), “In memoriam : Jean Bourgogne (1903-1999)”, Annales de la Société entomologique de France, nouvelle série, vol. 35, no 3-4, 1999, pp. 231-240.

PJ

BOURGOIN Jean

dates inconnues (XVIIème siècle)
démonstrateur et opérateur pharmaceutique pour faire la démonstration de l’intérieur des plantes au Jardin du roi
Botanique

155Conseiller et médecin ordinaire du roi, Bourgoin demeura au Jardin royal de 1643 à 1664. Il exerça peut-être les fonctions de démonstrateur en botanique.

Bibliographie

Crestois (Paul), Contribution à l’enseignement de la botanique au Jardin royal des plantes de Paris, thèse de doctorat en pharmacie, Strasbourg : université de Strasbourg, 1953, p. 91.

PJ

BOURRELLY Pierre, Paul, Charles

né le 7 décembre 1910 à Miramar (Bouches-du-Rhône), mort le 30 octobre 1995 à Paris
chaire de Cryptogamie
Phycologie

156Instituteur public dans le département de la Seine à partir de 1928 (il sera en fonction jusqu’en 1945), Pierre Bourrelly était attiré par la botanique. Après son service militaire (octobre 1931octobre 1932), il obtint sa licence ès sciences (botanique, physiologie, géologie) en 1936. Sous l’influence des cours de Pierre-Augustin Dangeard, il se tourna vers l’étude des algues d’eau douce. Travailleur libre au laboratoire de Cryptogamie (1936-1939), il trouva en Pierre Allorge* et Marcel Lefèvre deux guides très sûrs pour compléter ses connaissances algologiques. En 1940, il fut nommé préparateur (sans traitement) du laboratoire d’Écologie des Cryptogames de l’École pratique des hautes études, près le laboratoire de Cryptogamie. Le jeune phycologue participa à la deuxième guerre mondiale dans l’infanterie coloniale sur le front de la Sarre ; fait prisonnier en juin 1940, il resta captif cinq ans. Roger Heim* témoigna à Georges-Henri Rivière* des conditions et des conséquences de cette captivité (lettre du 23 juillet 1945) : “Prisonnier militaire, [Bourrelly] a pu grâce à l’intervention de quelques botanistes autrichiens, être affecté durant ces trois dernières années au laboratoire d’Hydrobiologie de Lunz-am-See (Basse-Autriche). Au retour d’Autriche M. Bourrelly a perdu la précieuse valise dans laquelle se trouvaient les documents scientifiques qu’il avait réunis [... ] [Il] a cru prudent de mettre quelques documents manuscrits à l’abri chez deux éditeurs. D’une part chez l’éditeur Schweizerbart (Erwin Naegele) à Stuttgart (aux Archiv für Hydrobiologie) son manuscrit intitulé : Flore algale des mares d’alpages de la région de Lunzam-See avec une quarantaine de planches. Par ailleurs à Dresde, chez Heinrich (éditeur des Beihefte für Botanisches Centralblatt), M. Bourrelly a déposé quatre manuscrits : Contributions à la flore algale de Lunz-am-See, 1ère, 2e, 3e parties et une Note sur la flore algale des deux mares d’alpage de la région d’innsbrück”. Finalement, le 1er octobre 1945 (sur décision de l’Assemblée des professeurs du 20 septembre 1945), Bourrelly fut nommé assistant au laboratoire de Cryptogamie sur le poste vacant de Gontran Hamel* – mort accidentellement d’une balle perdue – (d’après sa notice de 1954, ce serait sur le poste de Marcel Lefèvre). Il obtint son doctorat ès sciences à la faculté des sciences de Paris, le 9 février 1954, en présentant ses Recherches sur les Chrysophycées, morphologie, phylogénie, systématique (publiées en 1958 dans la Revue algologique). Le 1er décembre 1954, il succéda à Robert Lami* en tant que sous-directeur du laboratoire de Cryptogamie.

157Bourrelly entreprit plusieurs mission d’étude sur les algues et le phytoplancton des eaux douces du Maroc (15 mai-15 juin 1950) ou de Côte-d’Ivoire (septembre-octobre 1959) où il séjourna avec Georges Mangenot. Il effectua aussi de nombreux séjours dans les laboratoires d’hydrobiologie et de biologie maritime (Dinard, Concarneau, Besse-en-Chandesse, Aix-les-Bains, Brinon, Camargue, Biarritz, Banyuls-sur-Mer).

158Bourrelly n’obtint pas la succession de Roger Heim à la direction du laboratoire, mais fut nommé professeur sans chaire à partir du 1er octobre 1975. Il prit sa retraite le 30 septembre 1979, après avoir été maintenu dans ses fonctions neuf mois supplémentaires. Le 30 octobre 1995, “il mourut avec la discrétion qui a caractérisé sa vie”, ainsi que le souligne Alain Couté, son élève.

159Pierre Bourrelly était marié, mais n’eut pas d’enfants. Son esprit critique et sa forte culture de botanique générale étaient régulièrement soulignés par ses contemporains. Laménité de son caractère, sa courtoisie, sa méticulosité dans le travail, sa qualité d’enseignant et la clarté de ses exposés faisaient de lui un homme dont ses amis et élèves appréciaient les conseils toujours judicieux.

160Toute entière consacrée aux algues d’eau douce, la pièce maîtresse de l’œuvre de Pierre Bourrelly est un manuel de référence encore très utilisé : Les Algues d’eau douce, initiation à la systématique, tome 1 : Algues vertes (1966, réimpr. 1973, complément en 1988), tome 2 : Algues jaunes et brunes, Chrysophycées, Phéophycées, Xanthophycées et Diatomées (1968, réimpr. 1981) ; tome 3 : Algues bleues et rouges, les Eugléniens, Périnidiniens et Cryptomonadines (1970, réimpr. 1985) La systématique des algues d’eau douce est envisagée sous un très large objectif qui fait place à la fois à la cytologie, à l’écologie, à la biogéographie. Il s’agissait de résoudre les problèmes d’ordre morphologique et cytologique, afin d’être à même de les interpréter sous leurs implications systématiques et phylogéniques. La multiplicité et la diversité de ses observations conduisirent Bourrelly à émettre des hypothèses sur la phylogénie des microalgues, en particulier les Chrysophycées.

161Le phycologue participa à de nombreux congrès internationaux, botaniques ou spécifiques, y assumant l’organisation des sessions dulçaquicoles. Il était aussi membre de la Commission internationale de nomenclature botanique (section algologie).

BOURRELLY P. – Algue d’eau douce Euastrum sp. récoltée au Niger (photo Pierre Bourrelly).

162Au laboratoire de Cryptogamie du Muséum, Pierre Bourrelly assura le rangement des collections d’algues d’eau douce, en herbiers, en échantillons de plancton formolé, ou en préparations microscopiques ; il réorganisa l’algothèque après le départ de Marcel Lefèvre, en développant les cultures pures unialgales. Ce travail s’accompagna de la réalisation d’une iconothèque : quinze mille fiches comportant le nom de l’algue, une brève diagnose, la référence bibliographique et un dessin. La dessiccation des spécimens faisant disparaître les caractères cytologiques importants, tels que le nombre de flagelles, la structure du plaste, celle du stigma, le Code international de nomenclature botanique considère que le type est non pas le spécimen, mais le dessin original accompagnant la description, d’où l’importance de cette iconothèque.

163Soucieux de transmettre son savoir, Bourrelly rédigea de nombreux articles pour différentes encyclopédies (Encyclopédie des sciences et techniques, Encyclopedia universalis, Encyclopédie alpha des sciences) et fut l’auteur d’un guide pour la récolte des algues.

164Il dirigea pendant de nombreuses années la Revue algologique, fondée par Gontran Hamel et Pierre Allorge.

Sources

Archives du fonds cryptogamie du Muséum national d’histoire naturelle : rapport de R. Heim, pour le poste de sous-directeur, 1954, 3 p.

Rapport de R. Heim pour le titre de professeur sans chaire, février 1969, 5 p.

Bibliographie

Bourrelly (Pierre), Titres et travaux, 1954, 27 p. [fonds cryptogamie du Muséum national d’histoire naturelle]. Bourrelly (Pierre), Titres et travaux scientifiques, Paris, 1974, 44 p. [fonds cryptogamie du Muséum national d’histoire naturelle].

Couté (Alain), “In memoriam, Pierre Bourrelly (1910-1995)”, Cryptogamie, Algologie, vol. 17, 1996, pp. 1-17.

DL

BOUVARD Charles

né en 1572 à Montoire, près de Vendôme (Loir-et-Cher), mort en 1658 à Paris
surintendant du Jardin du roi
Administration, Médecine

165C’est un parisien qui prit la suite de Jean Héroard*, premier médecin de Louis XIII, docteur en médecine de la faculté de Montpellier. Appelé par ce dernier lors de la longue maladie de Louis XIII pendant le siège de La Rochelle en 1627, Charles Bouvard lui succèda. Né dans le Vendômois en 1572, il avait fait ses classes à la faculté de médecine de Paris, devant laquelle il soutint ses thèses en 1606. Prenant la charge de premier médecin de Louis XIII en 1628, il devint alors automatiquement surintendant du Jardin royal des plantes médicinales, comme cela avait été prévu en janvier 1626 dans l’édit de fondation du jardin. Selon cet édit, le premier médecin du roi serait chargé de surveiller le bon fonctionnement du jardin, dirigé par un intendant qu’il aurait lui-même nommé. Or en 1628, lorsqu’il prit ses fonctions, Charles Bouvard aurait eu bien du mal à inspecter un jardin qui n’existait encore que dans les textes. En bonne intelligence avec Guy de La Brosse*, qu’il confirma dans la charge d’intendant, il œuvra auprès du roi pour faire ratifier l’acquisition d’un terrain situé dans le faubourg Saint-Victor : c’est l’embryon du jardin actuel. Poussé par son premier médecin, Louis XIII finit par donner une première constitution à l’établissement dans un édit de mai 1635 ; dans celui-ci, Charles Bouvard se voyait confirmer la surintendance et Guy de La Brosse l’intendance. Mais les efforts de Charles Bouvard n’étaient pas désintéressés : l’édit de 1635 prévoyait également qu’à la mort de Guy de La Brosse, le propre fils de Charles Bouvard, Michel Bouvard*, deviendrait intendant. Il avait par ailleurs fait un arrangement avec son gendre, Jacques Cousinot* : à la mort de Louis XIII, c’est ce dernier qui devint premier médecin de Louis XIV. Cousinot pouvait donc prétendre à la surintendance du jardin ; mais loin de la revendiquer, il obtint, le 18 décembre 1643, pour Bouvard, des lettres qui le maintinrent dans ses fonctions jusqu’à sa mort. Ce que Bouvard n’avait pas prévu en revanche, c’est que Cousinot mourrait avant lui : en 1646, Louis XIV nomma François Vautier* premier médecin. Ce dernier revendiqua tout de suite la charge de surintendant attachée depuis 1626 à sa fonction. Il s’engagea alors un long procès entre Vautier et les Bouvard. Après nombre d’actes contradictoires, Charles Bouvard se vit finalement évincé de la surintendance en 1652. Il mourut de nombreuses années après, en 1658.

166Volontiers intrigant, Charles Bouvard semble avoir dès le début montré de l’intérêt pour un jardin des plantes. Après avoir fait des promesses à la faculté de médecine de Paris, il choisit finalement de s’associer au projet de Guy de La Brosse, trahissant ainsi ses pairs qui ne le lui pardonnèrent pas. Il consacra au Jardin royal les fonds qui lui avaient été donnés à cet effet et contrôla l’exactitude des leçons. Attaché, comme son acharnement juridique le prouve, au Jardin royal des plantes médicinales, il semble avoir été un surintendant scrupuleux et honnête.

Bibliographie

Hamy (Ernest-Théodore), “William Davisson, intendant du Jardin du roi et professeur de chimie”, Nouvelles Archives du Muséum, 3e série, vol. 10, 1899, pp. 1-38.

Jussieu (Antoine de), Discours sur le progrès de la botanique au Jardin royal de Paris, Paris : Étienne Ganeau, 1718, 24 p.

Jussieu (Antoine-Laurent de), “Seconde notice historique sur le Muséum d’histoire naturelle”, Annales du Muséum national d’Histoire naturelle, vol. 2, 1803, pp. 1-16.

PH

BOUVARD Michel

dates inconnues (XVIIème siècle)
intendant du Jardin du roi
Administration, Médecine

167Deuxième fils de Charles Bouvard* et d’Anne Riolan, Michel Bouvard se rapprocha très vite de la cour, grâce à l’influence de son père, premier médecin de Louis XIII depuis 1628 : dès 1636, le roi lui accordait une dispense d’âge pour être reçu au parlement, puis il devint secrétaire ordinaire du Cabinet du roi. Par ailleurs, Michel Bouvard avait pris le titre de Fourqueux, d’après la seigneurie dont Louis XIII avait fait don à son premier médecin en 1634. Ce n’était pas là néanmoins la carrière souhaitée par son père. Celui-ci avait en effet dans l’idée, et ce depuis 1635, d’en faire l’intendant du Jardin royal des plantes médicinales : dans l’édit de mai 1635 qui fixait l’organisation du jardin, Charles Bouvard, premier médecin du roi et à ce titre surintendant dudit jardin, prit soin de prévoir qu’à la mort de Guy de La Brosse*, son fils Michel deviendrait intendant. C’est ce qui se produisit en 1641, malgré les remontrances des membres de la faculté de médecine de Paris, scandalisés de voir nommer à ce poste un homme ayant reçu aucune formation médicale. Ils semblent avoir eu tort de se méfier, car l’administration de Michel Bouvard fut positive, notamment par la construction de la première serre du jardin.

168Larrivée de François Vautier* au poste de premier médecin de Louis XIV en 1646 remit en cause le bel agencement familial élaboré par Charles Bouvard et dès 1647 Michel Bouvard fut remplacé par William Davisson*. Luttant avec acharnement pour récupérer leur situation, aidée sans doute dans leurs démarches par leurs amis du Parlement, les deux Bouvard devaient s’épuiser pendant cinq ans à obtenir de la justice que leur soient rendues leurs prérogatives. Ce fut peine perdue et le Jardin royal des plantes médicinales échappa en 1652 à l’emprise de la famille.

Bibliographie

Hamy (Ernest-Théodore), “William Davisson, intendant du Jardin du roi et professeur de chimie”, Nouvelles Archives du Muséum, 3e série, vol. 10, 1899, pp. 1-38.

Jussieu (Antoine de), Discours sur le progrès de la botanique au Jardin royal de Paris, Paris : Étienne Ganeau, 1718, 24 p.

Jussieu (Antoine-Laurent de), “Seconde notice historique sur le Muséum d’histoire naturelle”, Annales du Muséum national d’Histoire naturelle, vol. 2, 1803, pp. 1-16.

PH

BOUVIER Louis, Eugène

né le 9 avril 1856 à Saint-Laurent-en-Grandvaux (Jura), mort le 14 janvier 1944 à Maisons-Laffitte (Yvelines) chaire d’Histoire naturelle des Crustacés, des Arachnides et des Insectes ou des Animaux articulés, puis d’Entomologie
Entomologie (Hyménoptères, Lépidoptères), Malacologie, Zoologie des Crustacés

169Bouvier, originaire d’un petit village du Jura, intégra l’école normale de son département une fois ses études élémentaires achevées. À cette époque, le jeune homme acquit le goût des sciences naturelles par le biais de la botanique et fit la rencontre à Arbois de Louis Pasteur, qui lui prédit un grand avenir. Bouvier fut nommé instituteur adjoint à Clairvaux en 1875, maître-adjoint à l’école normale de Versailles trois ans plus tard, puis professeur à l’école normale de Villefranche en 1881. Admis ensuite à l’École normale supérieure de Saint-Cloud, il s’y trouva remarqué par Edmond Perrier* qui l’introduisit au Muséum, d’abord comme boursier d’étude en 1882, puis comme stagiaire en 1887. Le jeune homme, durant cette période, conquit ses grades universitaires avec une régularité impressionnante : bachelier, puis licencié ès sciences naturelles en 1883, licencié ès sciences physiques l’année suivante, reçu premier à l’agrégation de sciences naturelles en 1885 et enfin docteur ès sciences naturelles en 1887. Bouvier fut alors nommé chef de travaux, puis sous-directeur du laboratoire de l’ΕΡΗΕ dans le laboratoire de Zoologie comparative que dirigeait Perrier.

BOUVIER L. – Caricature, issue de : Helbronner (Paul), Cent cinquante premiers profils de confrères, 1828-1930, Paris : chez l’auteur, 1930-1931, pl. 28 (datée du 22 décembre 1927).

170Au Muséum, le naturaliste était devenu un fidèle collaborateur d’Alphonse Milne-Edwards* lequel, ayant fait des études pharmaceutiques complètes, incita son disciple à suivre son exemple. Bouvier obtint ainsi en 1889 son diplôme de pharmacien et fut nommé la même année agrégé de zoologie à l’École supérieure de pharmacie de Paris. Dans ce dernier établissement, il se vit confier en 1893 la suppléance de la chaire de Cryptogamie, après avoir fréquenté l’Institut Pasteur. En 1895, Bouvier devint titulaire de la chaire d’Histoire naturelle des Crustacés, des Arachnides et des Insectes ou des Animaux articulés du Muséum, grâce au soutien de Milne-Edwards. Membre de l’Académie des sciences en 1902, le zoologiste consentit quinze ans plus tard au dédoublement de son service au Jardin des plantes en une chaire d’Entomologie, qu’il conserva, et une chaire de Zoologie (Vers et Crustacés) destinée à Charles Gravier*. Bouvier fut assesseur du directeur du Muséum de 1920 à 1930, prit sa retraite en 1931, mais poursuivit ses travaux avec ardeur jusqu’à ses derniers jours.

171Bouvier était un homme grand et très maigre, d’apparence trompeusement fragile. Tous ses biographes s’accordent pour louer sa bienveillance, sa droiture, sa simplicité, sa ténacité, son enthousiasme, des qualités dissimulées sous un abord un peu froid et sévère. Bouvier n’acceptait ni bavardage ni oisiveté dans son laboratoire. Doué par ailleurs d’une grande habileté manuelle, il était capable d’effectuer les dissections les plus délicates. Il avait épousé en 1882 Mathilde Roussel. De cette union étaient nées trois filles, dont deux étaient mortes après leur vingtième année de la même maladie. Bouvier se trouva décrit sous les traits de Tempter par Maurice Maindron, dans le roman satirique intitulé L’Arbre de science (1906).

172L’œuvre du zoologiste compte plus de quatre cents publications. Si Bouvier consacra sa thèse d’agrégation en pharmacie, ainsi que quelques notes, à l’anatomie des Cétacés souffleurs, l’essentiel de ses investigations se trouva cependant dévolu aux Invertébrés. Le zoologiste, dans sa thèse de doctorat ès sciences intitulée Système nerveux, morphologie générale et classification des Gastéropodes Prosobranches, démontra l’existence d’une chiastoneurie spécifique chez tous les animaux concernés. Outre une cinquantaine de publications supplémentaires sur les Gastéropodes, le noyau dur de l’œuvre de Bouvier est constitué par plus de cent notes ou mémoires relatifs à l’anatomie des Crustacés. Bouvier, qui eut l’occasion d’étudier avec Alphonse Milne-Edwards des spécimens rapportés par de grandes expéditions scientifiques, s’intéressa surtout aux Décapodes. Il rédigea sur le sujet deux importants ouvrages, l’un intitulé Recherches sur la morphologie, les variations et la distribution géographique des Crevettes d’eau douce de la famille des Atyidés (1925), l’autre consacré aux Décapodes marcheurs (1940). Bouvier s’attacha également à l’étude des Pycnogonides et des Onychophores.

173Dans le domaine de l’entomologie, le naturaliste s’intéressa d’abord aux Hyménoptères (Bymbex, Philanthes, abeilles, fourmis, etc.) dont il étudia les mœurs, avant de rédiger une importante monographie sur les Lépidoptères Saturnioïdes. Il publia enfin trois ouvrages de vulgarisation : La Vie psychique des Insectes (1918), Habitudes et métamorphoses des Insectes (1921) et Le Communisme chez les Insectes (1927).

174Dès le début de son professorat au Muséum, il ouvrit largement à tous, professionnels, mécènes ou amateurs, son laboratoire – qui était, avant lui, jalousement clos. Il aida de nombreux naturalistes voyageurs et sollicita les dons, ainsi que les legs : le résultat fut un prodigieux enrichissement des collections du Muséum dont il avait la charge. Bouvier créa par ailleurs dans l’établissement une galerie d’entomologie appliquée, ainsi qu’un insectarium. Enfin, pour remplacer le vieux laboratoire de ses débuts, il parvint à faire édifier de 1921 à 1923 au 45 bis rue Buffon une structure moderne qui devint fonctionnelle vers 1930 et dans laquelle il s’installa avec ses collaborateurs.

Bibliographie

Caullery (Maurice), “Notice nécrologique sur Louis-Eugène Bouvier”, Comptes Rendus hebdomadaires des Séances de l’Académie des Sciences, vol. 218, no 3, 1944, pp. 89-94.

Fage (Louis), “Eugène-Louis Bouvier : 1856-1944”, Annales des Sciences naturelles, Zoologie, 11e série, vol. 6, 1944, pp. 1-24.

Jeannel (René), “Allocution prononcée aux obsèques de M. le Professeur E.-L. Bouvier, Membre de l’Institut, Professeur honoraire au Muséum, à Maisons-Laffitte, le 17 janvier 1944”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 16, 1944, pp. 7-10.

Jeannel (René), “Eugène-Louis Bouvier (1856-1944)”,

Annales de la Société entomologique de France, vol. 113, 1944, pp. 1-6.

Prenant (Maurice), “Louis Bouvier”, Bulletin de la Société zoologique de France, vol. 69, no 1, 1944, pp. 7-9.

PJ

BRARD Cyprien, Prosper

né le 21 octobre 1786 à L’Aigle (Orne), mort le 28 novembre 1838 au Lardin (Dordogne)
chaire de Géologie
Géologie, Minéralogie

175Très tôt orphelin de père, Brard était un enfant de complexion délicate. Il suivit sa mère lorsque celle-ci s’installa dans la capitale, étudiant à l’école centrale des Quatre-Nations où Alexandre Brongniart* enseignait la minéralogie. Passionné par cette science, Brard suivit les cours de l’École des mines, devenant ingénieur, puis il voyagea à pied dans les Alpes, la Suisse et l’Europe centrale. Il fut nommé en 1808 aide-naturaliste au Muséum, dans la chaire de Géologie de Barthélémy Faujas de Saint-Fond*, avec lequel il parcourut les Alpes. Après un voyage d’étude effectué à travers la Hollande en 1809, Brard quitta le Jardin des plantes en 1811 pour devenir directeur des mines de cuivre de Servoz en Savoie. 11 fonda vers 1816, avec le vicomte de Royère, la Compagnie des houillères du Lardin et après deux années d’exploitation minière ruineuse – de 1818 à 1821 –, il créa un village industriel modèle, nanti d’un four à chaux, d’une clouterie, d’une briqueterie, d’une verrerie, d’une caisse de secours, ainsi que d’une école gratuite. Ayant abandonné ce site, non rentable financièrement, Brard dirigea en 1827 les houillères de Fréjus, puis un an plus tard celles d’Alès. Il fut rappelé en 1832 par sa mère malade au Lardin et consacra la fin de sa vie à l’exercice de responsabilités locales : conseiller municipal de Saint-Lazare, fondateur des comices agricoles de Terrasson, il se vit confier par le préfet une enquête statistique sur le département de la Dordogne. Brard mourut dans les souffrances de la maladie au moment où il achevait ce dernier travail. En 1839, la cité ouvrière du Lardin prit le nom de Brardville.

176Brard fut décrit comme gai, modeste, aimant la science et cultivant l’amitié, notamment celle de son maître Faujas de Saint-Fond. Marié en 1815 avec Julie Bersat, qui décéda en 1834, il était père d’une fille.

177Il œuvra dans le domaine des sciences de la Terre et publia vingt ouvrages, dont un Manuel du minéralogiste et du géologue voyageur (1805), une Histoire des coquilles terrestres et fluviatiles (1815) ainsi qu’un Traité des pierres précieuses (1808) et une vingtaine d’articles ou de communications. Au Muséum, Brard enrichit les collections minéralogiques, faisant notamment don à l’établissement d’une masse de fer météorique de sept cents kilogrammes trouvée à Caille dans le Var.

Bibliographie

Jouannet (François Vatar de), Notice historique sur Cyprien-Prosper Brard, ingénieur civil des mines, Périgueux : Dupont, 1839, 31 p.

PJ ERB

BRÉMENT [ou BRÉMANT ou BREMEN ou BRAMANT ou BRAMAN] Jean

né à Savigny-sur-Orge (Essonne), mort le 7 septembre 1702
jardinier en chef au Jardin du roi
Culture

178Brément succéda vraisemblablement dès 1662 à Vespasien Robin*, comme jardinier en chef du Jardin royal. Mais, il ne figure en titre dans les “Comptes des Bâtiments du Roy” qu’à partir de 1672. Collaborateur de Joseph Pitton de Tournefort*, Brément réorganisa probablement les plantations du Jardin royal selon la classification du grand botaniste. Il rétablit le “petit jardin des fleurs”, puis entretint le “petit jardin des plantes rares joignant les couches” créé par Jean Marchant*. À la date de 1698, Brément avait pu rassembler au Jardin royal cinq mille plantes différentes provenant du monde entier. Le jardinier reçut, durant les dernières années de sa vie, l’aide d’un apprenti nommé Louis Esmery.

179Brément laissa le souvenir d’un collaborateur intelligent, habile, soigneux, modeste, dévoué et instruit. Martin Lister, qui le décrivit “bêchant en veste blanche”, mentionna le jardinier avec éloge dans le récit de son voyage à Paris en 1698.

Bibliographie

Crestois (Paul), Contribution à l’enseignement de la botanique au Jardin royal des plantes de Paris, thèse de doctorat en pharmacie, Strasbourg : université de Strasbourg, 1953, p. 115.

Hamy (Ernest-Théodore), “Jean Brémant, jardinier du Jardin royal (1672 ?-1702)”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 1898, vol. 4, no 3, pp. 130-132.

PJ

BRIDEL Marc

né le 15 mai 1883 à Blois (Loir-et-Cher), mort le 11 décembre 1931 à Paris
chaire de Physique végétale
Biochimie, Chimie, Pharmacie

180Marc Bridel était fils, petit-fils et neveu de pharmacien. Il acquit très tôt la passion des sciences naturelles grâce à son père, un excellent botaniste, mycologue et collectionneur de Coléoptères. Le jeune garçon accomplit son cursus secondaire au collège de Blois, où il obtint son baccalauréat ès lettres avant d’effectuer un stage préparatoire dans l’officine paternelle. Puis, il fit de brillantes études pharmaceutiques à Paris, réussit le concours de l’internat en 1904 et travailla à l’hôpital Laënnec dans le service d’Émile Bourquelot. Ce dernier, professeur de pharmacie galénique, prit le jeune homme dans son laboratoire comme préparateur en 1906. Bridel s’initia alors, sous la direction de son maître, à la biochimie végétale qui devait monopoliser plus tard ses activités de recherche.

181Pharmacien de première classe en 1907, docteur en pharmacie en 1911, docteur ès sciences naturelles en 1913, il occupa à partir de 1909 le poste de préparateur du cours de pharmacie galénique professé à la faculté de Paris par Bourquelot. Il fut mobilisé durant la première guerre mondiale à divers postes de pharmacien des armées et fut victime d’une intoxication par un gaz de combat. De retour à la vie civile, Bridel devint en 1919 pharmacien des hôpitaux, exerçant d’abord à Broussais avant de s’installer à Lariboisière, puis il succéda en 1926 à Léon Maquenne* comme professeur titulaire de la chaire de Physique végétale du Muséum. Lorsqu’il se vit peu de temps après atteint d’une grave maladie, il refusa de ralentir son activité professionnelle. Il mourut des suites d’une intervention chirurgicale.

182De constitution robuste, Bridel portait une moustache à la Maupassant. Ce travailleur à la fois enthousiaste et minutieux, pharmacien dans l’âme, fut apprécié de ses collègues pour son dévouement à la science. Il avait eu trois enfants de son mariage, célébré en 1915 avec Eugénie Richarme.

183L’œuvre de Bridel compte plus de cent cinquante publications, consacrées à la biochimie végétale ou à la pharmacie. Dans la première thématique, il étudia les glucosides ou les sucres de diverses plantes, découvrant de nombreux composés nouveaux. Par ailleurs, les recherches qu’il réalisa avec Bourquelot sur les enzymes du métabolisme glucidique végétal conduisirent les deux hommes à démontrer la réversibilité de l’action diastasique. Il s’ensuivit la préparation par voie enzymatique d’un grand nombre de glucosides d’alcools. Dans le domaine pharmaceutique – pharmacie galénique ou pharmacognosie – Bridel effectua des travaux sur la racine de gentiane et le trèfle d’eau en tant que drogues, sur le sirop de gomme, l’identification des Loganiacées, la préparation de l’eau de laurier-cerise, ainsi que la percolation.

184Au Muséum, Bridel eut à cœur d’améliorer les locaux qui lui étaient confiés : supprimant de vieux bâtiments devenus inutiles, il aménagea le laboratoire et le jardin de son service. Il participa enfin aux travaux de nomenclature de l’Union internationale de chimie pure et appliquée, plus particulièrement au sein de la commission de chimie biologique.

Bibliographie

Bridel (Marc), “Leçon inaugurale du cours de physique végétale du Muséum national d’histoire naturelle, faite le 11 mars 1927”, Journal de Pharmacie et de Chimie, 8e série, vol. 5, 1927, pp. 398-424.

Jaussaud (Philippe), Pharmaciens au Muséum, Paris : Muséum national d’histoire naturelle, 1997, pp. 171-175 (Archives).

Mangin (Louis), André (Émile), Desgrez (Alexandre), Matignon (C.), Fourneau (Emest), Achet, Imbrecq (J.), Bougault (Joseph), “Discours prononcés aux funérailles de Marc Bridel”, 1931, 23 p. (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, n° ß 5486).

“Nécrologie, Marc Bridel (1883-1931)’’, Journal de Pharmacie et de Chimie, 8e série, vol. 15, 1932, pp. 386-390. Plouvier (Victor), “Historique des chaires de Chimie, de Physique végétale et de Physiologie végétale du Muséum d’histoire naturelle”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 4e série Miscellanea, vol. 3, 1981, pp. 93-155.

PJ

BRONGNIART Adolphe, Théodore

né le 14 janvier 1801 à Paris, mort le 18 février 1876 à Paris
chaire de Botanique dans le Muséum, puis Botanique et Physiologie végétale, puis Botanique, Organographie et Physiologie végétale
Botanique, Paléobotanique

185Adolphe Brongniart était le fils du géologue Alexandre Brongniart* et le petit-neveu du chimiste Antoine-Louis Brongniart*. Il suivit des études de médecine de 1818 jusqu’à la soutenance de son doctorat en 1826, tout en effectuant des recherches originales dans le domaine botanique. Au cours de cette période, le jeune homme sillonna l’Europe, afin de parfaire ses investigations scientifiques. Il fut nommé en 1827 agrégé de l’école de médecine, où il enseigna la matière médicale, et suppléa Georges Cuvier* au Collège de France. Après avoir essuyé un refus en 1827, Brongniart put entrer quatre ans plus tard comme aide-naturaliste dans la chaire de Botanique dans le Muséum, occupée par René-Louiche Desfontaines*. Il dut pour cela permuter avec Achille Richard*, lequel prit son poste à l’école de médecine. Adolphe Brongniart suppléa d’abord Desfontaines, devenu aveugle, avant de le remplacer en 1833 comme professeur au Muséum, puis de lui succéder en 1834 à l’Académie des sciences. Sa chaire du Jardin des plantes devait changer deux fois d’intitulé, devenant Botanique et Physiologie végétale en 1857, puis Botanique, Organographie et Physiologie végétale en 1874.

186Il fut directeur du Muséum de 1846 à 1847, inspecteur général de l’enseignement supérieur pour les sciences naturelles de 1852 à 1872, ainsi que membre du Conseil supérieur de l’instruction publique de 1852 à 1856. Il exerça de nouveau la seconde fonction à partir de 1868, date à laquelle il fut également nommé membre du Conseil supérieur de l’enseignement secondaire. Pendant la Commune, il se réfugia avec sa famille dans le Poitou. Brongniart dut ensuite abandonner les travaux de microscopie à ses collaborateurs, car sa vue s’était progressivement altérée. Il mourut d’une syncope nocturne, quelques heures seulement après une dernière réunion familiale qu’il avait organisée, sentant sa fin proche.

BRONGNIART Ad. – Lettre du 10 octobre 1826 d’Adolphe Brongniart à John Lindley de la Société horticulturale de Londres.

187Mince, blond, les traits fins, le botaniste avait suscité dans son enfance l’enthousiasme de Stendhal pour sa beauté. Il se tenait un peu voûté et montrait une fragilité de la poitrine. Ses biographes le décrivirent comme un homme distingué, dont la froideur apparente cachait une certaine timidité. Courageux lorsqu’il le fallait, très réservé dans ses jugements, modeste, impartial, ce pédagogue averti ne profitait pas de sa position pour mettre en avant ses théories ou les résultats de ses travaux. Brongniart mourut veuf. Marié en 1827 à Agathe Boistel, il avait eu deux fils.

188Brongniart fut l’un des plus brillants botanistes de son temps. Il fit une seule incursion dans le domaine de la zoologie, avec son premier travail scientifique consacré à un nouveau genre de Crustacés nommé Limnadia. Sur le plan théorique, il fut influencé davantage par Georges Cuvier que par Jean-Baptiste de Lamarck*, adhérant au dogme de la fixité des espèces et des créations cycliques. Il eut le mérite de fonder la paléobotanique, écrivant notamment une célèbre Histoire des végétaux fossiles, ou Recherches botaniques et géologiques sur les végétaux renfermés dans les diverses couches du globe (1828). Dans “Le Passé de la Terre”, il distingua quatre périodes de végétation, au cours desquelles seraient apparus successivement les Cryptogames vasculaires, les Gymnospermes, puis les Angiospermes. Cette continuité du développement des flores à travers les âges géologiques fait de Brongniart, malgré ses convictions fixistes, un précurseur de l’évolutionnisme.

189Mais pour lui, la paléobotanique faisait partie d’un ensemble bien plus vaste, comprenant l’anatomie comparée des végétaux vivants et fossiles. Il s’intéressa donc également aux plantes actuelles, effectuant sur celles-ci des travaux de systématique, d’anatomie ou de physiologie. Divers ouvrages peuvent être cités dans ce cadre, tels le Mémoire sur la famille des Rhamnées (1826) – sa thèse de doctorat en médecine –, le Mémoire sur la génération et les développements de l’embryon dans les végétaux phanérogames (1828) ou le Mémoire sur la structure et les fonctions des feuilles (1831) rédigé en collaboration avec Giovanni Amici. Brongniart apporta des données originales sur la reproduction des Phanérogames et divisa le règne végétal en six classes, dont une réservée pour la première fois aux Gymnospermes. La taxonomie botanique moderne se trouvait ainsi préfigurée.

190Brongniart, que Victor Duruy nomma en 1865 membre de la Commission d’inspection du matériel du Muséum, fit don à l’établissement de deux mille échantillons de plantes fossiles. Lors de la replantation du jardin botanique en 1843, il modifia l’arrangement précédent des végétaux selon ses conceptions : de ce travail naquit une Énumération des genres de plantes cultivées au Muséum d’histoire naturelle de Paris, suivant l’ordre établi dans l’école de botanique en 1843 (1843). Enfin, il fonda Les Annales des Sciences naturelles, avec Jean-Victor Audouin* et André Dumas.

Bibliographie

Bertrand (Paul), “Leçon inaugurale faite au Muséum national d’histoire naturelle, le 12 juin 1941”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 13, no 5, 1941, pp. 369-391.

Cornu (Maxime), “Éloge de M. Ad. Brongniart”, Revue scientifique de la France et de l’Étranger, 2e série, no 50, 1876, pp. 564-574.

Dumas (Jean-Baptiste), Éloge de MM. Alexandre Brongniart et Adolphe Brongniart, lu dans la séance publique annuelle de l’Académie des sciences du 23 avril 1877, Paris : Firmin-Didot, 1877, 40 p.

Laurent (Goulven), “Brongniart Adolphe Théodore 1801-1876”, in Tort (Patrick) (sous la dir.), Dictionnaire du Darwinisme et de l’Évolution, Paris : PUF, 1996, vol. 1, pp. 431-434.

Leroy (Jean-François), “Brongniart, Adolphe-Théodore”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1970, vol. 2, pp. 491-493.

Moquin-Tandon (Alfred), Un naturaliste à Paris : 1834, Sens : Chilly-Mazarin, 1999, p. 11.

PJ

BRONGNIART Alexandre

né le 5 février 1770 à Paris, mort le 7 octobre 1847 à Paris
chaire de Minéralogie
Céramique, Géologie, Herpétologie, Minéralogie

BRONGNIART Al. – Coupes géognostiques des terrains de Paris, planche issue de : Cuvier (Georges), Brongniart (Alexandre), Description géologique des environs de Paris : Atlas, 3ème éd., Paris : E. d’Ocagne, 1835, pl. B.

191Alexandre Brongniart était le fils du célèbre architecte Alexandre-Théodore Brongniart et le neveu du chimiste Antoine-Louis Brongniart*. Très tôt doué pour les sciences, il prononça à l’âge de quinze ans, dit-on, une leçon de chimie devant Antoine Lavoisier lui-même, puis participa en 1788 à la fondation de la Société philomatique. Après un cursus à l’École des mines, le jeune homme, qui fut reçu maître ès arts de l’université de Paris en 1789, alla visiter les exploitations minières anglaises du Derbyshire où il trouva les éléments de son premier mémoire, L’Art de l’émailleur, rédigé à l’âge de vingt ans. Il commença également des études de médecine, tout en étant préparateur de son oncle au Jardin des plantes. Notons que le souci de sa formation scientifique n’empêcha pas Brongniart de s’engager politiquement durant la Révolution, puisqu’il fit partie de la garde nationale, de la Société du Serment du Jeu de Paume, ainsi que de la section d’histoire naturelle de la Commission des arts. Réquisitionné en 1793 comme pharmacien militaire dans l’armée des Pyrénées, Brongniart fut emprisonné pour avoir favorisé l’évasion d’un camarade, le botaniste Pierre Broussonet. Il fut heureusement relâché, sur l’intervention de son parent Antoine-François de Fourcroy*, et nommé en 1794 par la Convention ingénieur en chef du corps des Mines.

192Devenu enseignant à l’École des mines en 1796, il remplaça Victor Hasenfratz* comme titulaire de la chaire de Minéralogie de l’établissement deux ans plus tard. Il obtint en 1797 le poste de professeur d’histoire naturelle à l’école centrale des Quatre-Nations, puis fut nommé en 1800 – sur la recommandation de Claude-Louis Berthollet – directeur de la Manufacture de porcelaine de Sèvres, un poste qu’il devait conserver jusqu’à sa mort. En 1802, Brongniart ouvrit au collège du Plessis un cours d’histoire naturelle des Reptiles. Il entra en 1815 à l’Académie des sciences, mais ne put obtenir en 1819 la chaire de Barthélémy Faujas de Saint-Fond* au Muséum, où il suppléa René-Just Haùy* de 1821 à 1822. Cela faisait longtemps – depuis l’âge de vingt-trois ans exactement – que Brongniart briguait un poste dans l’établissement. Il put enfin réaliser son désir en 1822, succédant à Haüy comme professeur titulaire de la chaire de Minéralogie, puis fut nommé inspecteur général des Mines en 1825, presque un quart de siècle avant que la maladie ne l’emporte.

193Il fut dépeint sous les traits d’un petit homme mince, vif, dont le front volumineux dénotait une grande intelligence. À l’aise financièrement, il tenait un salon réputé où se rencontraient artistes et membres du monde scientifique. La grande autorité intellectuelle de Brongniart ne l’empêchait pas de se montrer plein d’attention envers ses étudiants, auxquels il ouvrait généreusement ses collections chaque dimanche. Il eut de son mariage célébré en 1800 avec Cécile Coquebert de Montbret un fils, Adolphe-Théodore*, ainsi que deux filles, dont l’une épousa Jean-Victor Audouin* et l’autre le fils de Jean-Baptiste Dumas. Après 1822, il habita à temps partiel l’étage supérieur de l’hôtel de Magny au Muséum.

194L’œuvre de Brongniart relève de la zoologie, de la minéralogie, de la géologie et de l’art de la céramique. Dans le premier de ces domaines, il publia en 1800 un Essai d’une classification naturelle des reptiles fortement marqué par les méthodes de Georges Cuvier*. Brongniart y divisait la classe des Reptiles en quatre groupes, dont il inventa les noms : les Chéloniens, les Ophidiens, les Sauriens et les Batraciens. Le chercheur réalisa également, avec l’Histoire naturelle des Crustacés fossiles, sous les rapports zoologiques et géologiques (1822), écrite en collaboration avec Anselme Desmarest, la première étude d’envergure concernant les Trilobites.

195En 1807, Brongniart publia à la demande de L’Université impériale son Traité élémentaire de minéralogie avec des applications aux arts. Cet ouvrage reprenait les conceptions de Haùy concernant les cristaux, tout en insistant sur les conditions de gisement, de même que sur les propriétés des minéraux. Il collabora ensuite avec Georges Cuvier à l’exploration stratigraphique du Bassin de Paris. De ce travail naquit un Essai sur la géographie minéralogique des environs de Paris, cosigné par les deux hommes en 1808 et qui fut réédité trois ans après sous une forme plus achevée. Ultérieurement, lorsqu’il fut chargé d’enseigner la minéralogie au Muséum, Brongniart publia sa Classification et caractères minéralogiques des roches homogènes et hétérogènes (1827).

196Il fut davantage géologue que minéralogiste. Il voyagea beaucoup dans toute l’Europe de l’ouest, publiant ses observations à la faveur de nombreux articles et se procurant des échantillons pour le Muséum. Bien que réticent à l’égard des approches théoriques, pour expliquer les phénomènes naturels qu’il décrivait, Brongniart marqua notablement la géologie du XIXème siècle. Il fonda en effet, grâce à une observation minutieuse des fossiles aquatiques, la paléontologie stratigraphique. Dans cette direction de recherches, il proposa une chronologie correcte des couches supérieures de la Terre avec son Tableau des terrains qui composent l’écorce du globe (1829). Ajoutons qu’il fit école en organisant chez lui des réunions de géologues, au cours desquelles les questions à l’ordre du jour étaient débattues.

197Brongniart dirigea avec compétence la Manufacture de Sèvres, enrichissant l’établissement, ressuscitant l’art de la peinture sur verre, et fondant le Musée céramique. Son dernier ouvrage fut un Traité des arts céramiques et des poteries (1844).

Bibliographie

Cap (Paul-Antoine), Le Muséum d’histoire naturelle, Paris : Curmer, 1854, pp. 125-128.

Omalius d’Halloy (Jean-Baptiste d’), Notice biographique sur Alexandre Brongniart, Paris : impr. Martinet, 1860, 6 p. Dumas (Jean-Baptiste), Éloge de MM. Alexandre Brongniart et Adolphe Brongniart, lu dans la séance publique annuelle de l’Académie des sciences du 23 avril 1877, Paris : Firmin-Didot, 1877, 40 p.

Orcel (Jean), “Histoire de la chaire de Minéralogie du Muséum national d’histoire naturelle”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 10, 1938, pp. 328-354.

Rudwick (M.), “Brongniart, Alexandre”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1970, vol. 2, pp. 493-497.

PJ

BRONGNIART Antoine-Louis

né le 14 août 1742 à Paris, mort le 25 février 1804 à Paris
chaire des Arts chimiques
Chimie, Pharmacie

198Fils cadet d’un apothicaire aisé, frère du célèbre architecte Alexandre-Théodore Brongniart et cousin par sa mère d’Antoine-François de Fourcroy*, Antoine-Louis Brongniart fut le premier représentant d’une célèbre dynastie du Muséum. Il suivit les leçons de Guillaume-François Rouelle* au Jardin du roi, devint apothicaire en 1761, puis reprit quatre ans plus tard l’officine de son père décédé. Nommé en 1777 démonstrateur de chimie au collège de pharmacie, Brongniart donna aussi dans la capitale des cours privés de physique et chimie au collège de Tours. Il entra au Jardin royal comme démonstrateur de chimie en 1779 et la même année acheta l’une des quatre charges de premier apothicaire de Louis XVI. Brongniart démissionna de son poste au collège de pharmacie en 1780, donnant à partir de cette date des leçons de chimie et physique dans son laboratoire de Versailles, puis il céda son officine en 1784. Il fut chargé trois ans plus tard de prononcer un cours au château de Versailles, mais la Révolution était proche qui devait fortement influencer la carrière de l’apothicaire.

199En 1790, année au cours de laquelle sa charge de premier apothicaire fut supprimée, Brongniart donna au Jardin royal des leçons publiques gratuites de pharmacie et fit des cours d’histoire naturelle appliquée à la médecine et aux arts, rue du Théâtre-Français. 11 enseigna ensuite la chimie au collège de la Marche Winville, jusqu’à ce qu’il soit appelé en 1792 à rejoindre l’armée de la République comme pharmacien de première classe. Dès lors, sa carrière professorale se trouva régulièrement entrecoupée par les campagnes ou les fonctions militaires. Brongniart fut d’abord apothicaire aide-major à Saint-Denis, avant d’être nommé en 1793 apothicaire-major en chef à l’hôpital militaire de Lyon. Toujours en 1793, il devint le premier titulaire de la chaire des Arts chimiques du Muséum. Mais, comme il ne pouvait exercer immédiatement ses fonctions professorales, Claude Berthollet assura sa suppléance. Pharmacien en chef de l’armée d’Italie en 1794, puis membre du Conseil de santé des armées un an plus tard, Brongniart demanda à être remplacé lorsqu’il fut nommé en 1796 inspecteur général du Service de santé.

200Entre-temps, il avait commencé son enseignement au Muséum, où il entreprit avec Fourcroy l’installation d’un laboratoire de Chimie dès 1796. La même année, Brongniart se vit attribuer d’une part un cours au lycée républicain, et d’autre part le poste de pharmacien en chef, ainsi que de professeur de physique et chimie à l’hôpital d’instruction du Val-de-Grâce. Il fut envoyé, entre 1800 et 1801, successivement à Dijon, puis à Zürich où il enseigna la pharmacie et les sciences physiques, et finalement à l’hôpital militaire d’instruction de Rennes. Durant cette période, Brongniart fut suppléé par Nicolas Vauquelin* dans son cours de chimie du Muséum. Le voyageur retourna définitivement en 1802 à Paris, y devint l’année suivante le premier titulaire de la chaire de Pharmacie de l’école de pharmacie, tandis qu’il était élu secrétaire du Muséum pour la période universitaire 1802-1803. Son existence semblait enfin prendre un cours moins mouvementé, lorsqu’elle cessa prématurément en 1804.

201Le front haut, Brongniart portait les cheveux et les favoris soigneusement coiffés vers l’avant. Il avait eu trois enfants, dont deux fils, de son mariage avec Marguerite Menesdrieux, veuve Belloy. Celle-ci élevait déjà deux enfants, nés d’une première union.

202Brongniart ayant été davantage un enseignant qu’un chercheur, son œuvre scientifique n’est pas considérable. Elle a cependant le mérite d’être variée, concernant des sujets aussi divers que la cristallisation, l’élasticité des gaz, les altérations de l’opium, celles de la lymphe, le vieillissement des feuilles d’arbres, les substances pouvant donner du phosphore, la composition de la terre d’ambre de Cologne ou celle de l’eau minérale de Balance. Par ailleurs, Brongniart publia un Tableau analytique des combinaisons et des décompositions de différentes substances, ou Procédés de chimie, pour servir à l’intelligence de cette science (1778) qui donne une assez bonne idée de son cours au Muséum. Dévoué à la bonne marche de cet établissement, le pharmacien lui fit attribuer durant la période post-révolutionnaire du matériel de récupération afin d’équiper le laboratoire de Chimie et paya même de sa poche certains réactifs nécessaires à ses leçons.

Bibliographie

Chaigneau (Marcel), Les Médaillons de la faculté de pharmacie de Paris, Paris : Louis Pariente, 1986, pp. 43-45.

Contant (Jean-Paul), Contribution à l’histoire de l’enseignement de la pharmacie : l’enseignement de la chimie au Jardin royal des plantes de Paris, thèse de doctorat en pharmacie, Strasbourg : université de Strasbourg, 1952, 129 p.

Dillemann (Georges), “Antoine Louis Brongniart, 1er titulaire de la chaire de Pharmacie”, Produits et Problèmes pharmaceutiques, vol. 27, no 11, 1972, pp. 1123-1124.

Jaussaud (Philippe), Pharmaciens au Muséum, Paris : Muséum national d’histoire naturelle, 1997, pp. 107-111 (Archives).

Plouvier (Victor), “Historique des chaires de Chimie, de Physique végétale et de Physiologie végétale du Muséum d’histoire naturelle”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 4e série Miscellanea, vol. 3, 1981, pp. 93-155.

PJ

BRONGNIART Charles, Jules, Edmée

né le 11 février 1859 au Jardin des plantes à Paris, mort le 18 avril 1899 à Paris
chaire d’Histoire naturelle des Crustacés, des Arachnides et des Insectes ou des Animaux articulés
Entomologie, Mycologie

203Charles Brongniart était le petit fils d’Adolphe Brongniart* et le fils d’Édouard-Charles, peintre et inspecteur de l’enseignement secondaire. Charles Brongniart eut pour maître son grand-oncle Jean-Baptiste Dumas. Il fut bachelier ès lettres en 1879 et bachelier ès sciences en 1883, obtenant sa licence ès sciences naturelles en 1886 et le doctorat de la même discipline en 1894 (avec pour sujet les Insectes fossiles du Primaire). Successivement préparateur en chimie à l’école de médecine (1880-1882), préparateur de matière médicale à l’École supérieure de pharmacie (1882-1883), Charles Brongniart intégra officiellement le Muséum en 1886 comme préparateur en zoologie pour les animaux articulés. Dans le même temps, il fut attaché à la mission des dragages sous-marins du Talisman (1883) et continua d’être préparateur du cours de zoologie d’Alphonse Milne-Edwards* à l’École supérieure de Pharmacie. Après avoir été chargé de mission en Algérie par le Muséum et le ministère de l’Instruction publique, il fut promu assistant de la chaire d’Histoire naturelle des Crustacés, des Arachnides et des Insectes ou des Animaux articulés du Muséum, dirigée par Émile Blanchard*. Brongniart ne succéda pas à son maître en 1895, mais fut nommé sous-directeur de cette même chaire, échue à Eugène-Louis Bouvier*. Brongniart mourut prématurément de maladie.

204Ses contemporains lui reconnaissaient un caractère élevé et désintéressé. Il avait épousé une sœur de Maxime Cornu*, dont il eut des enfants.

205Auteur de plus de quatre-vingts notes scientifiques et de nombreuses notices biographiques ou de vulgarisation, Brongniart s’attacha à étudier les Insectes fossiles de l’époque houillère depuis 1876, recherches qui aboutirent à sa thèse intitulée Recherches pour servir à l’histoire des insectes fossiles des temps primaires, précédées d’une étude sur la nervation des ailes des insectes (1893-1894). Pour mener à bien ces recherches, il obtint plusieurs fois des subventions de l’AFAS, dont il était membre. Le naturaliste s’intéressa aussi aux Insectes vivants, dressant des inventaires comme ceux de la région de Gisors ou d’Algérie. Guidé par son beau-frère Maxime Cornu, il s’occupa des Champignons parasites des mouches, puis des parasites des criquets et des Hannetons, envisageant l’utilisation de certains Champignons pour la destruction des insectes nuisibles.

206Au Muséum, Charles Brongniart reclassa sous la direction d’Émile Blanchard de nombreuses collections au sein de la chaire et il fut l’organisateur des collections entomologiques dans les nouvelles galeries de zoologie. En outre, il assura le transfert entre le 55 rue Cuvier et le 55 rue Buffon, lors de la création d’un service d’Entomologie (1895). Il organisa de nombreuses excursions entomologiques et fut chargé du cours pour les naturalistes voyageurs. Ces enseignements se traduisirent par des publications notables, comme les Tableaux d’histoire naturelle, Zoologie (1887) ou la participation à l’Histoire naturelle populaire ; l’homme et les animaux (c. 1892).

Bibliographie

Bouvier (Eugène-Louis), “Discours”, Bulletin du Muséum, no 5, 1899, pp. 142-144.

Brongniart (Charles), Notice sur les travaux scientifiques, Paris : Librairie-imprimeries réunies, [1895], 79 p.

Milne-Edwards (Alphonse), “Allocution”, Bulletin du Museum, no 5, 1899, pp. 141-142.

DL

BRULLÉ Gaspard, Auguste

né le 7 avril 1809 à Paris, mort le 21 janvier 1873 à Dijon (Côte-d’Or)
chaire d’Histoire naturelle des Crustacés, des Arachnides et des Insectes ou des Animaux articulés
Entomologie (Névroptères)

207Fils de coiffeur, Brullé suivit des études au petit séminaire de Saint-Sulpice avant de se trouver placé chez un négociant en gros. Le jeune homme attira par la description d’un capricorne exotique nouveau l’attention de Georges Cuvier*, qui le fit admettre au début de l’hiver 1829 dans la mission scientifique de Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent en Morée. Puis, Brullé fut nommé en 1833 aide-naturaliste d’entomologie au sein de la chaire d’Histoire naturelle des Crustacés, des Arachnides et des Insectes ou des Animaux articulés de Jean-Victor Audouin*. Il passa successivement les baccalauréats ès sciences et ès lettres, une licence et, en 1839, un doctorat ès sciences naturelles, avant de devenir en 1840 professeur titulaire d’une chaire de Zoologie et anatomie comparée nouvellement créée à Dijon. Élu en 1861 doyen de la faculté des sciences de cette dernière ville, il conserva sa fonction jusqu’à son décès. Il avait épousé Marie Laureau, dont il avait eu deux fils.

208Bien que n’étant pas un brillant orateur, Brullé dispensait à l’amphithéâtre des leçons claires et substantielles. Il possédait par ailleurs un don pour les langues.

209Durant sa “période Muséum”, Brullé étudia des Insectes de diverses familles et contribua à la rédaction de l’Histoire naturelle des Insectes d’Audouin. Il s’intéressa ensuite à des sujets variés, comme les Ligules, le Gorille, les appendices des Articulés, les Polypes d’eau douce, le développement des os, celui des dents, la classification des animaux en séries ou la linguistique appliquée à l’ethnographie. Citons parmi ses travaux la Description des Articulés de la Morée (1839), l’Histoire des Hyménoptères (1846), ainsi que les Recherches sur les origines Aryennes (1864). Enfin, Brullé participa en 1832 à la fondation de la Société entomologique de France.

Bibliographie

Billet, Discours prononcé aux obsèques de Μ. A. Brullé, [extr. du Journal de La Côte-d’Or du 25 janvier 1873], Dijon : impr. Marchand, 1873, 6 p.

Gervais (Paul), “Brullé (Gaspard-Auguste), né à Paris le 7 avril 1809, mort à Dijon le 21 janvier 1873”, Journal de Zoologie, vol. 2, 1873, pp. 74-75.

Marchant (L.), Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon. Réception de M. le Dr L. Marchant. Éloge de M. Brullé, membre de l’Académie, Dijon : impr. Darantière, 1874, 29 p.

PJ ERB

BRYGOO Édouard-Raoul, Robert

né le 22 avril 1920 à Lille (Nord)
chaire de Zoologie (Reptiles et Amphibiens)
Epidémiologie, Herpetologie, Parasitologie

210Fils d’officier, Brygoo poursuivit ses études au hasard des affectations de son père, ce qui l’amena à fréquenter des établissements situés à Versailles, Rio-de-Janeiro, Boulogne-sur-Mer, Paris (au lycée Buffon), Beyrouth ou Lille. Il obtint son baccalauréat en 1937, son certificat de sciences physiques, chimiques et naturelles un an plus tard, effectuant ensuite à l’école annexe de médecine navale de Rochefort, à l’école principale du service de santé de la Marine de Bordeaux et à la faculté de Montpellier, un cursus médical qui se trouva interrompu par la deuxième guerre mondiale. Mobilisé pour la relève des médecins prisonniers en Allemagne de 1943 à 1945, Brygoo soutint son doctorat en médecine en 1945 et suivit dès lors une carrière militaire outre-mer. Il fut affecté au Cameroun de 1946 à 1948, suivit un stage à l’Institut Pasteur de Paris en 1949, puis exerça les fonctions de chef de laboratoire à l’Institut Pasteur de Saigon de 1950 à 1952. En 1953, il fit dans le service du professeur André Prevot un second séjour à l’Institut Pasteur de Paris, obtenant à cette occasion les diplômes de bactériologie, immunologie générale et sérologie délivrés par l’établissement.

BRYGOO É.-R. – Jardin des Plantes (Photo Thomas Morel, MNHN).

211Brygoo occupa successivement les postes de chef de laboratoire de Pathologie exotique de la faculté de médecine de Montpellier (1953-1955), de sous-directeur (1954-1962), puis de directeur (1962-1974) de l’Institut Pasteur de Madagascar. Il soutint en 1963 son doctorat ès sciences, préparé sous la direction de Pierre-Paul Grassé. Maître de recherche du Service de santé des armées en 1967, Brygoo accéda au grade de médecin-général en 1972 et fut médecin-chef de l’hôpital Girard et Robic de Tananarive de 1972 à 1974. Il retrouva la France en 1975, remplissant les fonctions d’adjoint au directeur des instituts Pasteur d’Outre-Mer, jusqu’à ce qu’il soit nommé professeur titulaire de la chaire de Zoologie (Reptiles et Amphibiens) du Muséum en 1977. Il assura dans ce dernier établissement la fonction d’assesseur du directeur de 1980 à 1985 et prit une retraite studieuse en 1989. 11 avait eu quatre enfants de son mariage.

212L’œuvre de Brygoo fut celle d’un naturaliste de vocation qui, devenu médecin colonial par nécessité, parvint heureusement à satisfaire ses premières aspirations. Ses travaux scientifiques, si l’on excepte ceux relatifs à la bactériologie ou à l’anatomie pathologique, relèvent de l’épidémiologie, de la parasitologie et de l’herpétologie. Il étudia l’épidémiologie de diverses maladies tropicales humaines, d’origine infectieuse (peste) ou parasitaire (filarioses, bilharzioses), dressant par ailleurs un tableau synthétique de la situation sanitaire à Madagascar. En parasitologie animale, Brygoo s’attacha surtout aux organismes infestant les Reptiles (Protozoaires sanguicoles, Helminthes ou Pentastomes). Il décrivit au passage diverses espèces nouvelles et apporta sa contribution à la biogéographie parasitaire de Madagascar. C’est aussi dans la Grande île que le naturaliste conduisit ses investigations herpétologiques, relatives à la systématique des Caméléonidés. Il répertoria dans le groupe zoologique concerné de nombreuses espèces ou sous-espèces jusque-là inconnues. Parmi ses publications, citons la Contribution à la connaissance de la parasitologie des Caméléons malgaches (1963), l’Inventaire des maladies infectieuses et parasitaires de l’homme à Madagascar (1968) et l’Essai pour une clef de détermination des Caméléons de Madagascar (1970). Brygoo, qui créa en 1965 un laboratoire de Zoologie à l’Institut Pasteur de la Grande île, réalisa enfin un énorme travail de biographie historique sur les scientifiques du Muséum.

Bibliographie

Brygoo (Édouard-Raoul), Titres et travaux, 1976, 33 p. dactylographiées.

PJ

BUDKER Paul

né le 12 octobre 1900 à Boulogne-sur-Seine (Hauts-de-Seine), mort le 10 septembre 1992 à Agde (Hérault) chaire des Pêches et productions coloniales d’origine animale, puis des Pêches Outre-Mer
Ichtyologie, Mammalogie

213Durant sa jeunesse passée entre la Champagne et la Bretagne, Budker acquit un goût prononcé pour les choses de la mer. Il exerça d’abord le métier d’officier dans la marine marchande, naviguant jusqu’en extrême-orient. Puis, Budker fréquenta à partir de 1924 le Muséum, où il fut bientôt rattaché comme boursier à la chaire des Pêches et productions coloniales d’origine animale d’Abel Gruvel*. Le jeune naturaliste effectua de 1933 à 1941 plusieurs missions le long des côtes ouest-africaines, en mer Rouge, ainsi que sur les fleuves Sénégal ou Niger. Ayant ensuite préparé au laboratoire d’Anatomie comparée de la Sorbonne une thèse d’université soutenue en 1938, Budker fut délégué dans les fonctions d’assistant au laboratoire des Pêches et productions coloniales d’origine animale en 1939. Il devint assistant titulaire en 1941, travaillant désormais sous la direction de Théodore Monod* qui avait pris la succession de Gruvel. Nommé conseiller technique auprès du ministère des Colonies pour les pêches maritimes et fluviales en 1945, Budker occupa la même année le poste de sous-directeur de son laboratoire. Il participa en 1950 à la deuxième campagne – dévolue à l’exploitation des Mégaptères sur les côtes du Gabon – de la société franco-norvégienne Sopecoba. Après avoir rempli de 1963 à 1971 les fonctions de directeur du laboratoire de Biologie des Cétacés et autres mammifères marins de l’École pratique des hautes études, Budker prit sa retraite en octobre 1971. Il ne cessa pas pour autant ses activités, séjournant tantôt à Paris, tantôt sur les rivages méditerranéens où il s’adonnait à la navigation de plaisance. Ses dernières années s’écoulèrent dans une maison de retraite d’Agde et il mourut un mois avant d’avoir atteint ses quatre-vingt-douze ans.

214Décrit comme un personnage érudit, bon orateur, plein d’humour, Budker parlait couramment l’anglais et maîtrisait de façon parfaite la technique de la navigation à voile. Il s’était marié en 1924.

215Budker fut un spécialiste des Sélaciens (en particulier des Requins) et des grands Cétacés. Dans le cadre de la recherche appliquée, il s’intéressa notamment au tannage de la peau des Requins, à l’industrie baleinière – préconisant une exploitation raisonnée des Cétacés–, ainsi qu’à la pêche aux langoustes dans les îles Saint-Paul et Nouvelle-Amsterdam. Citons parmi ses publications : Les Cryptes sensorielles et les denticules cutanés des Plagiostomes (1938), La Vie des requins (1947), ainsi que Baleines et baleiniers (1957). Grâce au mécénat de l’armateur norvégien Anders Jahre, Budker fonda le Centre de recherches baleinières, qui fut installé au Muséum dans une salle du laboratoire des Pêches et productions coloniales. Par ailleurs, le naturaliste participa activement à l’organisation de l’exploitation des productions marines et de la recherche scientifique outre-mer.

Bibliographie

Roux (Charles), “Paul Budker (1900-1992)”, Cybium, vol. 16, no 4, 1992, pp. 265-267.

216PJ

BUFFON Georges-Louis LECLERC DE

né le 7 septembre 1707 à Montbard (Côte-d’Or), mort le 16 avril 1788 à Paris
intendant du Jardin du roi
Administration, Économie, Géologie, Mathématiques, Industrie (Métallurgie, Sylviculture), Minéralogie, Physique, Zoologie des Vertébrés

217Issu d’une famille bourgeoise de Bourgogne, Georges-Louis Leclerc commença ses études au collège des jésuites de Dijon, où il se lia avec Charles de Brosses d’une amitié qui devait durer autant que la vie de ce dernier. Il montra de l’aptitude et du goût pour les mathématiques, mais sans d’ailleurs donner les signes d’une vocation particulière. En 1717, son père acheta une charge de conseiller au Parlement de Bourgogne et la terre de Buffon, proche de Montbard. Après une licence en droit terminée à la faculté de Dijon, le jeune Leclerc passa à Angers pour y faire sa médecine mais un duel dans lequel il tua son adversaire l’obligea à quitter précipitamment la ville et à se réfugier à Nantes, où il fit la connaissance du jeune duc Evelyn de Kingston, occupé à visiter le continent avec son précepteur. Les deux jeunes hommes, liés d’amitié, parcoururent le midi de la France pendant six mois environ, dans l’hiver de 1731-1732. L’héritage d’un oncle de sa mère avait procuré quelques ressources à Georges-Louis Leclerc ; il semblait peu pressé d’embrasser une carrière. Prenant congé de Kingston, il partit pour l’Italie, où il vit, dit-on, le Vésuve ; il était à Rome au printemps de 1732, au moment du carnaval, lorsque la nouvelle de la mort de sa mère, dont l’héritage le faisait riche, le rappela en France. En juillet, il débarquait à Paris et trouvait un logement chez Gilles-François Boulduc*, premier apothicaire de Louis XV, professeur de chimie au Jardin du roi et membre de l’Académie royale des sciences : une bien utile relation. C’est vers ce moment que Georges-Louis Leclerc commença de fréquenter le “tout-Paris” intellectuel.

218Cet homme, dont la démarche avait été jusque-là incertaine, fit dès lors un parcours rapide et sans faute. Dès le 27 décembre 1733, il se fit élire à l’Académie royale des sciences, comme adjoint, dans la section de mécanique : avaient joué en sa faveur d’assez minces travaux de mathématiques, notamment un mémoire, soumis à l’Académie, sur le jeu du “franc-carreau” (un problème de probabilité, examiné par Pierre Moreau de Maupertuis et Alexis Clairaut), mais surtout quelques protections efficaces, dont celle du secrétaire d’État à la Marine, Jean Phélypeaux de Maurepas.

219À l’instigation de celui-ci, Georges-Louis Leclerc, qui possédait en Bourgogne des forêts éventuellement utilisables pour la construction navale, se livra en 1733-1734 à de nombreuses expériences sur la résistance des bois à la rupture, la perte en eau des bois coupés verts, la nature des sols favorable à chaque essence. Il créa à Montbard, en 1734, une pépinière, la revendit à la province en 1736... tout en en gardant la direction avec un salaire annuel de mille deux cents livres ; là se révélait déjà tout entier l’homme d’affaires. Comme un remariage tardif de son père (en décembre 1732) risquait de nuire à ses intérêts, il fit à celui-ci un procès, racheta le domaine de Buffon dont il prit le nom, fit démolir en 1734 la vieille maison paternelle et reconstruisit à sa place une vaste et belle demeure. Il y annexa le château de Montbard qui la surplombait, en ruine, mais dont les tours avaient encore grande allure ; entre la maison et le château, il créa un vaste jardin en quatorze terrasses auquel la main d’œuvre locale travailla pendant vingt ans : une façon de “tenir” le pays en devenant son principal employeur. Buffon continua jusque vers 1737 ses expériences sur les bois et publia en 1735 une traduction de la Statique des végétaux de Stephen Haies, enrichie d’observations de son cru et d’une préface où il faisait l’éloge d’Isaac Newton et annonçait l’interprétation kinésique des phénomènes naturels. Il fit en 1738 un voyage à Londres où Kingston l’introduisit dans les milieux utiles, se fit élire membre de la Royal society et se convainquit de l’importance du microscope comme moyen de recherche scientifique. À l’Académie royale des sciences de Paris, où il avait présenté plusieurs mémoires en collaboration avec l’agronome Henri Duhamel du Monceau, il passa en mars 1739 dans la section de botanique et fut promu associé le 8 juin suivant. Cinq ans plus tard, le 24 janvier 1744, il fut nommé trésorier de l’Académie.

220Mais déjà s’était produit l’événement inattendu qui devait changer la vie de Buffon. Au mois de juillet 1739, Charles-François du Cisternay du Fay*, intendant du Jardin du roi âgé seulement de quarante et un ans, tomba très gravement malade et fut rapidement jugé perdu. Buffon n’était pas homme à laisser passer une telle occasion ; appuyé par Maurepas, il fit agir ses amis, l’académicien Jean Hellot en particulier, évinça ses rivaux potentiels – Maupertuis et Duhamel du Monceau, notamment – et eut l’habileté suprême de faire recommander sa candidature par Du Fay lui-même, au seuil de la mort. Du Fay mourut le 16 juillet et dix jours seulement plus tard, le 26 juillet 1739, Buffon était nommé par Louis XV intendant du Jardin et du Cabinet d’histoire naturelle du roi. Il avait enfin trouvé, à trente-deux ans, un rôle à sa mesure et allait s’y donner tout entier.

221Désormais, et plus nettement encore qu’auparavant, l’activité de Buffon fut partagée, à peu près également, entre deux moments et deux milieux de vie : le Jardin du roi, où il passait les mois d’hiver, et Montbard où il séjournait durant la belle saison, non d’ailleurs sans se tenir soigneusement informé de ce qui se passait au Jardin.

222Buffon porta cinquante années durant le titre d’intendant du Jardin du roi et fit de l’établissement dont il avait la charge un des phares scientifiques de l’Europe. Pour l’essentiel, son action s’y déploya dans trois domaines principaux : l’enseignement, le Cabinet d’histoire naturelle et l’extension du Jardin. À son arrivée à l’intendance, l’enseignement reposait toujours sur les trois disciplines-mères cultivées depuis la fondation de l’établissement : la botanique, la chimie, l’anatomie. Buffon ne bouleversa pas cette structure, intervint même fort peu, semble-t-il, dans les programmes et les méthodes, mais se réserva jalousement le soin de désigner les hommes, et ses choix, toujours approuvés à Versailles, firent honneur à sa perspicacité : c’est lui qui fit nommer Antoine-Laurent de Jussieu*, Pierre-Joseph Macquer*, Antoine-François de Fourcroy*, Antoine Ferrein*, Antoine Portai* et quelques autres érudits d’un égal mérite ; il découvrit le premier la valeur de Jean-Baptiste de Lamarck*.

BUFFON G.-L. – Tortue Le Caret, issue de : Buffon (Georges Louis Leclerc de), Histoire naturelle des quadrupèdes ovipares et des serpents, Paris : [s.n.], t. 38, 1788, pl. 11.

223Dans l’esprit de Buffon, le Cabinet d’histoire naturelle du roi, ouvert au public, était la vitrine du Jardin. Il le voulut magnifique. En 1745, il engagea Louis Daubenton*, son compatriote de Montbard, pour en être, sous son contrôle, le garde et démonstrateur ; par la suite, il fit créer, en 1766 et 1787, deux autres postes respectivement confiés à Edmée-Louis Daubenton* puis Étienne de Lacepède*, et à Barthélémy Faujas de Saint-Fond*. Faute d’obtenir les crédits suffisants pour construire des bâtiments neufs, il fit, par trois fois (en 1744-1745, à partir de 1767, à partir de 1780), agrandir et réaménager les salles du Cabinet, situées au premier étage de l’ancien château acheté en 1633 ; dans l’escalier qui y conduisait, on plaça en 1776 la grande statue en pied du naturaliste, due au sculpteur Augustin Pajou. Pour encourager les envois de renseignements et les dons de collections, Buffon fit créer des brevets de correspondant du Jardin, ou du Cabinet du roi. Lorsque, vers la fin du XVIIIème siècle, son prestige fut à son apogée, les souverains de l’Europe eux-mêmes tinrent à honneur d’enrichir le Cabinet du Jardin du roi : non seulement Louis XV, qui y fit porter une caille blanche, variété rare tuée par lui à la chasse, mais les rois de Danemark et de Pologne, Frédéric II de Prusse et surtout Catherine II la Grande qui, de Pétersbourg, offrit personnellement plusieurs lots splendides de fourrures et d’animaux rares.

224L’extension du Jardin ne commença, tardivement, qu’en 1771, lorsque le nouveau comte de Buffon, anobli cette année-là par le roi, eut mis en place le réseau de relations et d’influences dont il avait besoin pour mener à bien son entreprise. Celle-ci se poursuivit dès lors presque sans interruption jusqu’en 1787. Elle nécessita de nombreuses tractations, achats et reventes, échanges de terrains, par lesquels Buffon arriva à ses fins, non sans réaliser en même temps, à son profit personnel, de très considérables bénéfices. À simplifier quelque peu les faits, on peut dire que les accroissements s’effectuèrent successivement dans trois directions. De 1771 à 1779, vers le sud où Buffon acheta d’abord, pour en faire le siège de l’intendance, le bâtiment connu aujourd’hui sous le nom de “Maison de Buffon”, puis le terrain où furent plus tard construites les galeries de botanique et de minéralogie ; ainsi, en 1779, le côté sud du Jardin était aligné sur la future rue Buffon. Celle-ci, ainsi nommée dès l’origine, fut tracée en 1782, après la deuxième phase de l’extension qui, de 1779 à 1781, au terme de longues et difficiles négociations, étendit le Jardin jusqu’à la Seine. Entre 1785 et 1787 enfin, Buffon acheta au nord deux autres terrains : celui où s’étend aujourd’hui le jardin alpin, puis l’hôtel de Magny et un large espace y attenant qui donnait au Jardin une issue commode sur la rue de Seine-Saint-Victor, actuelle rue Cuvier ; Buffon fit aussitôt entreprendre par son architecte Edme Verniquet* – le même qui venait, en 1787, d’édifier le kiosque du labyrinthe – la construction d’un nouvel et vaste amphithéatre. Ainsi la surface du Jardin, un peu plus de huit hectares à l’origine, se trouva-t-elle doublée. Sans doute l’effort de Buffon, toujours habile, parfois brutal, avait-il soulevé bien des plaintes et des querelles dont on entendit longtemps les échos, du moins un pas décisif était-il franchi et remplie une des conditions essentielles de l’épanouissement du Jardin.

225Dans sa vaste propriété de Montbard, Buffon passait chaque année toute la belle saison, six à huit mois, en famille. Il avait épousé en 1752, à quarante-cinq ans, une jeune fille de vingt ans sans fortune mais d’ancienne noblesse, Marie-Françoise de Saint-Belin Malain (1732-1769), élevée au couvent des Ursulines de Montbard dont la supérieure était la sœur du naturaliste. De cette union naquit un fils, Georges-Louis-Marie, auquel son père acheta une charge d’officier et qui fut guillotiné en 1793, sous la Révolution, sans laisser lui-même de postérité. Dans son Voyage à Montbard (1785), Marie Jean Hérault de Seychelles a décrit la vie de Buffon en Bourgogne alors que, dans ses dernières années, il était devenu un grand personnage.

226Buffon ne fut jamais inactif, à Montbard pas plus qu’à Paris. Levé chaque jour de grand matin, il gérait avec beaucoup de soin sa maison et ses propriétés, dictait une importante correspondance, dirigeait sa forge et rédigeait l’Histoire naturelle. Intéressé depuis longtemps par le règne minéral, et, d’ailleurs convaincu de la possibilité d’améliorer les procédés métallurgiques alors en usage en Bourgogne, le naturaliste se fit maître de forge. Sur sa terre de Buffon, dans la vallée de l’Armançon, à un emplacement très judicieusement choisi en bordure de la route de Paris à Lyon et près du futur canal de Bourgogne dont le tracé était déjà arrêté, il construisit à partir de 1768 un vaste établissement qui employa jusqu’à quatre cents personnes, dont le haut-fourneau était capable de produire trois cent soixante-quinze à quatre cents tonnes de fonte, convertie en fer dans la forge attenante. Il y mena, aux frais du gouvernement, de nombreuses expériences sur les canons de marine, y fabriqua une partie des grilles entourant le Jardin du roi, mais s’en servit aussi comme d’un laboratoire capable d’aider ses recherches théoriques, notamment sur l’histoire de la Terre. Jusqu’à la fondation, en 1780, de la fonderie royale du Creusot, la forge de Buffon, quoiqu’elle n’eût pas entièrement répondu aux espoirs de son créateur, fut le premier établissement métallurgique de Bourgogne et l’un des plus considérables en France.

227De toutes ces occupations et préoccupations, si diverses, le véritable trait d’union fut l’Histoire naturelle, à laquelle Buffon consacra une grande part de son temps et de son énergie. Après sa nomination à la tête du Jardin du roi, en 1739, le ministre de tutelle de l’établissement, Maurepas, lui avait commandé une description du Cabinet d’histoire naturelle du roi, laquelle, dans l’esprit du ministre, devait être un monument à la gloire du souverain règnant, Louis XV, comme les ouvrages de Denis Dodart ou Claude Perrault, commandés par Colbert, avaient servi naguère le rayonnement du roi-soleil. Tout de suite, Buffon vit grand ; loin de se limiter aux seules collections du Cabinet du roi, il ambitionna de peindre la nature tout entière dans une fresque unique et grandiose qu’il se sentait de taille à entreprendre avec l’aide de quelques hommes bien choisis.

228“Rassemblons des faits pour nous donner des idées”, a écrit Buffon. Presque dix ans furent nécessaires à ce grand travailleur pour réunir la documentation et tracer les lignes principales de son œuvre. Le prospectus qu’il publia en 1748 dans le Journal des Savons annonçait quinze volumes dont neuf pour les animaux, trois pour les végétaux et trois pour les minéraux ; en fait, lorsque Buffon disparut quarante années plus tard, trente-cinq gros volumes in-quarto avaient été publiés, un trente-sixième était sous presse et le plan originel n’avait pas été entièrement rempli puisque le règne végétal, en particulier, manquait. Imprimée par l’Imprimerie royale, l’Histoire naturelle rédigée en collaboration avec Louis Daubenton fut l’une des grandes entreprises éditoriales du XVIIIème siècle.

229À l’automne 1749 parurent en même temps les trois premiers volumes. Le succès, auprès d’un large public, fut immédiat. Buffon avait très habilement dosé les parties pour entretenir l’intérêt du lecteur. Deux morceaux, en particulier, qui abondaient en vues audacieuses, étaient bien faits pour retenir l’attention : la Théorie de la Terre, dans laquelle l’auteur retraçait l’histoire de la planète, arrachée au soleil par le choc d’une comète, et tentait de calculer le temps nécessaire à son lent refroidissement ; l’Histoire naturelle de l’Homme, placée par Buffon au centre de la Nature, où on trouvait de pénétrantes observations sur les âges de la vie, les cinq sens, l’unicité de l’espèce humaine, qui préparaient la naissance de l’anthropologie. Aussitôt, les éloges et les critiques se multiplièrent. Dans l’ensemble, la communauté scientifique faisait grise mine, les dévots s’indignaient des libertés prises avec le texte de la Genèse, mais le premier tirage fut épuisé en six semaines. Buffon était isolé, mais triomphant. D’ailleurs, il n’avait cure des critiques, auxquelles il ne daignait pas répondre : “Chacun a sa délicatesse d’amour-propre, écrivait-il à l’abbé Leblanc, la mienne va jusqu’à croire que de certaines gens ne peuvent même pas m’offenser”.

230De 1753 à 1767, sous le même titre d’Histoire naturelle générale et particulière, avec la description du Cabinet du roy, douze autres volumes parurent, dans lesquels étaient décrits les animaux quadrupèdes, en commençant par le cheval, l’un des plus proches de l’homme et sa “plus noble conquête”. Le texte de Buffon, illustré de nombreuses planches gravées, était complété par la description, due à son collaborateur Daubenton, des animaux et des parties du Cabinet qui avaient rapport à l’histoire de ces animaux : le projet de Maurepas n’était plus qu’une annexe. Buffon avait l’art de rompre la monotonie de ses notices par des développements de portée générale qui ouvraient à la science de son temps des perspectives nouvelles : ainsi, sa comparaison des animaux de l’ancien continent avec ceux du Nouveau Monde, où il jetait les bases de ce qui devait devenir la biogéographie, ou encore les pages consacrées à la “dégénération des animaux” qui le firent placer par quelques-uns au nombre des précurseurs du transformisme, sont des morceaux restés justement célèbres. À propos du transformisme de Buffon, il faut préciser que le naturaliste franchit seulement par hypothèse la frontière séparant les espèces, avant de nier ce passage dans un revirement théorique.

231Malgré une maladie, en 1771, assez grave pour avoir mis ses jours en danger, Buffon donna encore, de 1770 à 1783, avec l’aide de Philibert Guéneau de Montbeillard, les neuf tomes de l’Histoire naturelle des oiseaux.

232Parallèlement, il publia, à partir de 1774, sept volumes de Suppléments aux parties déja traitées. Il ne s’agissait pas là de simples ajouts : c’est, notamment, dans cette série, au tome V publié en 1778, que parurent les célèbres Époques de la Nature, une de ses œuvres les plus justement réputées, tant pour le fond où il mettait en lumière, pour la première fois, l’immensité des temps géologiques, que par le style qui le classait parmi les plus grands prosateurs français.

233Enfin vinrent les cinq tomes de l’Histoire naturelle des minéraux, dont le premier parut en 1783. Cette année-là, Buffon eut soixante-seize ans. À l’âge de la sagesse, son intelligence restait aussi vive et sa pensée de naturaliste, dégagée de tout a priori métaphysique, indépendante plus que jamais de toutes les modes, atteignait sa pleine et définitive dimension. Lorsqu’il mourut, le dernier volume consacré aux minéraux était en cours d’impression.

234L’Histoire naturelle est un tout, c’est ce tout qu’il faut considérer pour bien juger de l’œuvre scientifique de Buffon. Comme plus tard Honoré de Balzac devait intégrer ses premiers romans à la Comédie humaine, Buffon, grâce aux Suppléments, fit entrer dans l’Histoire naturelle ses travaux de jeunesse, par exemple, en 1777, l’Essai d’arithmétique morale dont les éléments remontaient à 1733, ainsi que les fruits de son expérience de sylviculteur et de métallurgiste acquise à Montbard et dans sa forge du village de Buffon, et même le fameux Discours sur le style, prononcé le 25 août 1753, lors de sa réception à l’Académie française.

235Après de grandioses funérailles à Paris, le cercueil de Georges-Louis Leclerc, comte de Buffon, seigneur de Montbard, marquis de Rougemont, vicomte de Quincy, seigneur de La Mairie, Les Harens, Les Berges et autres lieux, intendant du Jardin et du Cabinet d’histoire naturelle du roi, l’un des Quarante de l’Académie française, trésorier perpétuel de l’Académie royale des sciences, membres des académies de Berlin, Londres, Saint-Pétersbourg, Bologne, Florence, Edimbourg, Philadelphie, fut solennellement transporté à Montbard et déposé près de celui de son épouse dans la chapelle de son château.

236L’œuvre de Buffon, du vivant même de celui-ci, a connu un immense succès. Vers la fin du XVIIIème siècle, l’Histoire naturelle était le titre scientifique le plus souvent présent dans les bibliothèques françaises. Après la mort de l’auteur, ses œuvres complètes furent réimprimées une quarantaine de fois rien qu’en français et, à plusieurs reprises, par les soins des plus grands naturalistes : Lacepède, Georges Cuvier*, Étienne Geoffroy Saint-Hilaire*, Achille Richard*, Pierre Flourens*.

Source

Dossier personnel (Archives nationales, AJ15, no 543).

Bibliographie

Bidal (Anne-Marie), “Inventaire des archives du Muséum national d’histoire naturelle. Première partie. Série A : Archives du Jardin du roi”, Archives du Muséum national d’Histoire naturelle, 6e série, vol. 11, 1934, pp. 181, 191-192, 196-226.

Chemi (Amor), Buffon, la nature et son histoire, Paris : PUF, 1998, 127 p. (Philosophies ; 101).

Falls (William), “Buffon et l’agrandissement du Jardin du roi à Paris”, Archives du Muséum national d’Histoire naturelle, 6e série, vol. 10, 1933, pp. 183-200.

Gayon (Jean) (ed.), Buffon 88. Actes du colloque international Paris-Montbard-Dijon..., textes réunis..., Paris : Vrin, 1992, 771 p.

Genet-Varcin (Émilienne), Roger (Jacques), “Bibliographie de Buffon”, in Piveteau (Jean), Fréchet (Maurice) (sous la dir.), Œuvres philosophiques de Buffon, Paris : PUF, 1954, pp. 513-575 (Corpus général des philosophes français ; 41).

Grinevald (Paul-Marie) (sous la dir.), Buffon 1788-1988, Paris : impr. nationale, 1988, 293 p.

Hanks (Lesley), Buffon avant l’“Histoire naturelle”, Paris : université de Paris, faculté des lettres et sciences humaines, 1966, 324 p.

Roger (Jacques), Les Époques de la nature – Buffon : édition critique, Paris : Muséum national d’histoire naturelle, 1988, 343 p.

Roger (Jacques), Buffon : un philosophe au Jardin du roi, Paris : Fayard, 1989, 645 p.

Tort (Patrick), “Buffon Georges-Louis Leclerc (Chevalier, puis comte de) 1707-1788”, in Tort (Patrick) (sous la dir.), Dictionnaire du Darwinisme et de l’Évolution, Paris : PUF, 1996, vol. 1, pp. 459-471.

YL

BULLIER Paul

né le 1er septembre 1904 à Saint-Brieuc (Côtes du Nord) chaire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux), puis d’Éthologie des Animaux sauvages, puis d’Éthologie et conservation des espèces animales
Biologie animale, Éthologie, Pathologie

237Très tôt attiré par l’histoire naturelle, Bullier passa un baccalauréat de la série latin-sciences mathématiques. Il intégra en 1924 l’École nationale vétérinaire d’Alfort, dont il sortit diplômé quatre ans plus tard et soutint en 1928 une thèse de doctorat vétérinaire préparée sous la direction d’Achille Urbain*. En 1929, Bullier effectua son service militaire, d’abord comme élève officier à l’école d’application de cavalerie de Saumur, puis avec le grade de sous-lieutenant dans le 6e régiment de Spahis algériens. Il exerça de 1930 à 1931 la médecine vétérinaire en clientèle à Marengo (Algérie), se familiarisant ainsi avec les maladies exotiques des animaux domestiques. Vers le début de l’année 1932, Bullier aida Urbain au Petit parc zoologique de l’Exposition coloniale de 1931, dont le cheptel venait d’être acquis par le Muséum. Le jeune vétérinaire fut nommé en mai 1932 assistant de la chaire de Zoologie (Mammifères et Oiseaux) d’Édouard Bourdelle* au Muséum et détaché au Parc zoologique – alors en construction – de Vincennes. Bullier s’initia durant cette phase de sa carrière à la zoologie des animaux sauvages sous la direction d’Urbain, tout en poursuivant des études à la Sorbonne. Titulaire d’un certificat de zoologie générale en 1936, il fut mobilisé comme lieutenant dans un régiment d’artillerie nord-africaine en 1939 et retenu captif de juin 1940 à janvier 1941. Bullier, qui reprit ses activités après sa libération, obtint un certificat de biologie générale en 1942. Il fut nommé sous-directeur de la chaire d’Éthologie des Animaux sauvages au Muséum en 1943 et professeur à l’Institut d’élevage et de médecine vétérinaire des pays tropicaux en 1952. Au cours de l’année 1948, le vétérinaire effectua une mission dans le nord du Cameroun, afin de prendre livraison d’un lot d’animaux sauvages destiné aux collections vivantes du Muséum. Du mariage de Bullier étaient nés trois enfants.

238Spécialiste des animaux sauvages en captivité, Bullier effectua des travaux dans les domaines de la pathologie, de l’anatomie pathologique, de la biologie et de l’éthologie. Il s’intéressa notamment au typhus des Carnivores, à la tuberculose des Mammifères, aux néoformations cutanées ou osseuses de la tête chez la Girafe, au cycle menstruel de l’Hamadryas femelle, aux réactions de fuite chez les Singes, ainsi qu’au comportement alimentaire des Éléphants de mer. Par ailleurs, Bullier effectua diverses investigations sur la pathologie des animaux domestiques (maladie de Carré du Chien, tétanos des Ongulés). Citons, parmi les publications du vétérinaire : Mise en évidence des sensibilisatrices dans le sérum des chiens atteints de la maladie de Carré (1928), Un cas d’intoxication chez des Phoques (Phoca vitulina L.) par le chlorure de sodium (1935), Le Typhus des carnassiers de ménagerie, sa transmission spontanée aux Ours : essai de vaccination (1935) – rédigé en collaboration avec Urbain – et Alimentation et acclimatation d’Éléphants de Mer (Mirounga leonina L.) en captivité au Parc zoologique du Bois de Vincennes (1954). Au Muséum, Bullier participa activement à la direction du Parc zoologique de Vincennes, assurant même quelques intérims en l’absence d’Urbain.

Bibliographie

Bullier (Paul), Titres et travaux scientifiques, 38 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle).

PJ

BULTINGAIRE Léon

né en 1873 à Metz (Moselle), mort le 18 février 1951 à Paris
Bibliothèque
Art, Bibliographie

239Après un court passage dans l’enseignement, Bultingaire fut attaché jusqu’en 1914 à la bibliothèque de l’Observatoire de Paris. Il devint bibliothécaire de la faculté de médecine une fois la première guerre mondiale terminée, puis succéda en 1925 à René Descharmes au poste de bibliothécaire en chef du Muséum. Ayant pris sa retraite en 1936, Bultingaire mourut à l’âge de soixante-dix-huit ans.

240Le bibliothécaire accomplit de nombreux travaux bibliographiques ou d’érudition. Il rédigea le catalogue des incunables de l’Observatoire de Paris, étudia divers aspects de la littérature scientifique et dressa de 1924 à 1939, sous la direction d’Alfred Lacroix*, l’Inventaire des périodiques scientifiques des bibliothèques de Paris. Par ailleurs, Bultingaire s’intéressa aux richesses artistiques du Muséum, notamment les Vélins. Il publia dans cette perspective diverses études, comme L’Origine de la collection des Vélins du Muséum et ses premiers peintres (1926), Les Peintres du Jardin du roy au XVIIIème (1928) ou Les Peintres du Muséum à l’époque de Lamarck (1930).

Source

Documents Muséum (d’après les archives d’É.-R. Brygoo).

PJ ERB

BULTINGAIRE L. – Page de titre de : Inventaire des périodiques scientifiques des bibliothèques de Paris, 1924.

BUREAU Louis, Édouard

né le 20 mai 1830 à Nantes (Loire-Atlantique), mort le 14 décembre 1918 à Paris
chaire de Botanique et Physiologie végétale, puis de Botanique (classification et familles naturelles)
Botanique, Paléobotanique

241Bureau, qui était l’un des cinq fils d’un armateur nantais, vint au monde dans une famille de tradition médicale. Il commença en 1848 des études de médecine dans sa ville natale, tout en s’adonnant aux sciences naturelles, puis monta en 1852 achever sa formation à Paris. Là, le jeune homme suivit les cours de Constant Duméril* au Muséum et fonda la Conférence Buffon avec de futurs grands noms de la science, tels Alphonse Milne-Edwards* ou Marcelin Berthelot. Docteur en médecine en 1856, licencié ès sciences en 1858, docteur ès sciences en 1864, Bureau fréquenta assidûment au Muséum l’école de botanique, ainsi que le laboratoire d’Adolphe Brongniart*. Ce dernier lui offrit en 1872 un poste d’aide-naturaliste dans sa chaire de Botanique et Physiologie végétale, comme remplaçant d’Edmond Tulasne* retraité. En 1874, lorsque la seconde chaire de Botanique fut rétablie au Muséum, Bureau devint professeur de Botanique (classification et familles naturelles). Il fut chargé de l’administration de la chaire de Botanique, Organographie et Physiologie végétale après la mort de Brongniart en 1876, assumant cette responsabilité jusqu’à la nomination de Philippe Van Tieghem* en 1879. Six ans plus tard, il se vit confier un second intérim : celui de la chaire de Culture, devenue vacante en raison du décès de Joseph Decaisne*. Bureau dut prendre sa retraite en 1905, mais, comme il était resté vif et alerte, il n’interrompit pas ses travaux. Il mourut entouré de sa grande famille, peu après la fin de la première guerre mondiale.

242Bureau portait la barbe taillée à la François-Joseph. Il se trouva décrit comme un personnage simple, travailleur, foncièrement bienveillant, mais sachant montrer de la fermeté lorsqu’il le fallait. Professant avec conscience, il s’attira respect et sympathie de la part de ses élèves comme de ses collègues. Le scientifique, qui avait eu de son mariage plusieurs enfants, trembla durant la Grande Guerre pour ses petits-fils partis au front. Il passait régulièrement ses vacances dans sa propriété familiale de la Loire-Inférieure, poursuivant à cette occasion des travaux sur le terrain.

243Bureau consacra son œuvre à la paléobotanique, ainsi qu’à la botanique envisagée sous les angles anatomique, taxonomique et même médical. Il étudia diverses familles de Phanérogames, comme les Loganiacées ou les Bignoniacées, étendant ses investigations aux espèces tropicales. En paléobotanique, il s’intéressa surtout aux plantes fossiles du bassin houiller de la Basse-Loire, un gisement dont il effectua par ailleurs le relevé stratigraphique. L’étage du Culm supérieur fournit à lui seul au botaniste la possibilité de décrire une vingtaine d’espèces nouvelles. Citons, parmi les publications de Bureau, De la famille des Loganiacées et des plantes qu’elle fournit à la médecine (1856), la Monographie des Bignoniacées, ou Histoire générale et particulière des plantes qui composent cet ordre naturel (1864) et l’Étude des gîtes minéraux de la France, bassin houiller de la Basse-Loire (1910-1914).

244Bureau participa en 1854 à la fondation de la Société botanique de France. Au Muséum, il enrichit avec méthode les collections de plantes dont il était responsable, faisant revenir d’Allemagne l’herbier de Jean-Baptiste de Lamarck* et encourageant les naturalistes voyageurs dans leurs collectes de végétaux exotiques. Il ne put malheureusement obtenir la construction de galeries spéciales, en faveur desquelles il avait longtemps milité, pour mettre en valeur les spécimens ainsi réunis. Par ailleurs, il accrut le fonds de plantes fossiles constitué par Adolphe Brongniart et légua sa bibliothèque au Muséum. Bureau participa enfin à l’enseignement destiné aux naturalistes voyageurs.

Bibliographie

Bureau (Édouard), Notice sur les travaux scientifiques, Paris : impr. E. Martinet, 1874,38 p. (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, n° ß 6731).

Carpentier (A.), “Édouard Bureau : notice nécrologique”, Bulletin de la Société géologique de France, 4e série, vol. 19, 1919, pp. 115-120.

Dangeard (Pierre), Lecomte (Henri), Perrier (Edmond), “Discours prononcés aux obsèques de M. Ed. Bureau, professeur honoraire du Muséum (18 décembre 1918)”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, vol. 25, no 1, 1919, pp. 2-11.

Gagnepain (E), “Édouard Bureau : sa vie et son œuvre", Revue générale de Botanique, vol. 31, 1919, pp. 209-218. Hayem (Georges), “Décès de Mr. Bureau", Bulletin de l’Académie de Médecine, 3e série, vol. 80, no 51, 1918, pp. 629-631.

PJ

BUSSON Georges

né le 5 avril 1929 à Alger
chaire de Géologie
Géologie

245Busson obtint en 1953 sa licence ès sciences naturelles à l’université d’Alger, où il exerça successivement de 1950 à 1962 les fonctions d’agent technique du CNRS puis d’attaché de recherche du CNRS, d’assistant, de chef de travaux et de maître-assistant. Durant cette période, le naturaliste remplit deux années d’obligations militaires. Il fut maître-assistant à l’université de Nancy en 1962-1963, avant d’entrer au Muséum en 1964 comme sous-directeur de la chaire de Géologie. Nommé professeur de deuxième classe en 1992, il devint professeur de première classe en 1994 et assura cette dernière fonction jusqu’à sa retraite en 1998. Busson, qui dispensa durant sa carrière au Muséum des cours de DEA au sein de diverses universités (Paris VI, Paris VII, Paris XI, Lille, Bordeaux, Tunis), assura des enseignements plus ponctuels dans d’autres villes françaises ou étrangères. Par ailleurs, il professa durant dix-neuf ans à l’École nationale supérieure des pétroles et des moteurs pour contribuer à former des ingénieurs géologues pétroliers.

246Busson exerça des responsabilités syndicales. Il montra par ailleurs un souci de la collectivité qui le conduisit à présider l’association Muséum 2000 et une association pour le travail des handicapés dans la recherche publique. De son mariage sont nés trois enfants.

247Busson, qui œuvra dans le domaine de la géologie, effectua de nombreuses missions de terrain en Afrique du Nord, en Amérique du Nord, puis en Europe. Il s’adonna à la recherche individuelle, avant d’assurer la responsabilité de trois équipes successives du CNRS, nouant par ailleurs des relations privilégiées avec des entreprises de géologie appliquée. Durant près de vingt ans, Busson conduisit au nord de l’Afrique, surtout sur l’immense plate-forme du Sahara, des investigations cartographiques, stratigraphiques, sédimentologiques et paléontologiques. Il s’intéressa ensuite pendant une vingtaine d’années à la disposition, ainsi qu’à la genèse des faciès confinés (évaporites, couches riches en matière organique), complétant ses travaux sahariens par une étude du Dévonien de l’Ouest canadien, ainsi que d’autres bassins sédimentaires. Grâce à ce second axe de recherches, Busson confirma l’existence durant certaines périodes du Paléozoïque et du Mésozoïque d’une terre originale : une terre sans glace, pratiquement sans relief, dont les circulations atmosphériques et océaniques très ralenties favorisèrent parfois la conservation fidèle des enregistrements sédimentaires les plus fins. Enfin, le géologue étudia également, au cours des dix dernières années de sa carrière les alternances marnes-calcaires. Celles-ci se révélèrent correspondre à des populations nanno-phytoplanctoniques contrastées, appauvries dans les bancs calcaires en espèces peu évolutives. Ensemble permit de caractériser trois âges de la sédimentation planctonique (Lias, Dogger et Oxfordien, Kimméridgien à Néocomien), qui précédèrent un renouvellement complet des espèces au Crétacé moyen. Parmi environ cent cinquante publications dues à la plume de Busson figurent Principes, méthodes et résultats d’une étude stratigraphique du Mésozoïque saharien (1972), Concentrations métalliques et milieux confinés (1978), Évaporites et hydrocarbures (1988) – un ouvrage collectif. Il faut ajouter à cela des cartes géologiques de l’Algérie du Nord et des régions sahariennes. Tous ces travaux ou responsabilités valurent à Busson, en 1972, la médaille d’argent du CNRS.

248Au Muséum, Busson constitua des collections, en particulier sahariennes, comportant plusieurs milliers d’échantillons. Un grand nombre de spécimens de fossiles furent ainsi déposés à la typothèque du laboratoire de Paléontologie, tandis qu’un riche legs de documents de sondages – africains, canadiens ou français – rejoignait le patrimoine scientifique du laboratoire de Géologie. Enfin, Busson intégra de nombreuses sociétés savantes, comme le Comité national français de géologie, l’American Association of Petroleum Geologists ou l’Académie des sciences de New York.

Source

Renseignements fournis par l’intéressé.

PJ

Table des illustrations

Légende BALACHOWSKY A. Heimaspis centrafricanus Balachowsky & Ferrera, 1967. Cochenille récoltée en forêt de La Maboké (République Centrafricaine), issue de : Balachowsky A. S., Ferrera D, “Un nouveau genre de Diaspidini-Chionaspidina (Coccoidea) de la forêt équatoriale centrafricaine”, Cahiers de La Maboké, t. 5, no 1, 1967, pp. 37-42. 1. bouclier femelle ; 2. puparium mâle ; 3. femelle adulte, caractères généraux microscopiques ; 4. idem, lobe frontal ; 5. idem, turbercule oculaire ; 6. idem, différents types antennaires ; 7. idem, stigmate antérieur ; 8. idem, stigmate postérieur ; 9. idem, détail des crêtes métathoraciques ; 10. idem, micropores métathoraciques ; 11. idem, détail d’un micropore ventral ; 12. idem, épine glandulaire géante des segments II et III ; 13. idem, micropore submédian dorsal du segment IV ; 14. idem, détail de la marge pygidiale.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2089/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende BAUCHOT-BOUTIN M.-L. Dentex (Cheimerius) gibbosus (Rafinesque, 1810), issu de : Whitehead (P. J. P.), Bauchot (M.-L.), Hureau (J.-C.), Nielsen (J.), Tortonese (E.), Fishes of the North-Eastern Atlantic and the Mediterranean. Poissons de l’Atlantique du Nord-Est et de la Méditerranée, volume II, Paris : Unesco, 1986, fig. p. 888.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2089/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende BECQUEREL E. – Photographie de Nadar (1862).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2089/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Jean BECQUEREL
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2089/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 266k
Légende BERNARDIN DE SAINT-PIERRE J.-H. – Hémisphère atlantique, issu de : Bernardin de Saint-Pierre (Jacques-Henri), Études de la nature, Paris : [s.n], 1786, pl. face p. 184.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2089/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 575k
Légende Daniel BERTHELOT
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2089/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 242k
Légende BLAINVILLE H. DUCROTAY DE – Orang-outang de Wurm (genre Pithecus), issu de : Blainville (H. M. Ducrotay de), Ostéographie, ou Description iconographique comparée du squelette et du système dentaire des cinq classes d’animaux vertébrés, récents ou fossiles, pour servir de base à la zoologie et à la géologie ; ouvrage accompagné de planches lithographiées sous la direction de J. C. Werner, Paris : J. B. Baillière, 1839, atlas, tome premier, Primates-Secundates, fasc. 1, pl. 1. Dessin de Werner, lithographie de Becquet.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2089/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 595k
Légende BOIS D. – Pourpier à grandes fleurs Portulaca grandiflora Lindl., issu de : Bois (Désiré), Atlas des plantes de jardins et d’appartements exotiques et européennes, Paris : Klincksieck, 1896, pl. 45,
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2089/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende BOSC D’ANTIC L. – Lettre de Le Blond à M. Bosc, inspecteur des pépinières nationales de Versailles. “Monsieur, ne croyant pas avoir le plaisir de vous voir avant mon départ de Paris, je vous prie instamment de vouloir bien me faire délivrer quelques exemplaires du catalogue des objets d’histoires naturelles que j’envoyais de Cayenne à la faculté en 91. J’ai parlé plusieurs fois à celui qui est chargé des clefs du dépôt mais il n’a voulu entendre raison sans un ordre de votre part ; veuillez donc me l’envoyer afin que je puisse en avoir au moins un ; si à cette première faveur vous ajoutiez celle de me fournir le catalogue des objets auxquels vous avez [...] notamment les plantes, les insectes, etc. J’en serais bien reconnaissant ; les lettres que j’ai reçu de vous à Cayenne et que j’ai en ce moment sous les yeux, justifient assez cette démarche de l’un de vos anciens amis qui d’ailleurs est de toute [...] : vous n’ignorez pas que j’ai une pension à réclamer. Je [...] et que tout ce que j’ai fait d’utile pendant mon séjour à la Guyane française peut grandement contribuer à me l’obtenir. Je vous salue cordialement. Le Blond." Lettre issue de : Lacroix (Alfred), “Jean-Baptiste Leblond (1747-1815)", in Figures de savants, Paris : Gauthier-Villars, [1936], vol. 3, pl. 17, pp. 75-82.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2089/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Légende BOURRELLY P. – Algue d’eau douce Euastrum sp. récoltée au Niger (photo Pierre Bourrelly).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2089/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Légende BOUVIER L. – Caricature, issue de : Helbronner (Paul), Cent cinquante premiers profils de confrères, 1828-1930, Paris : chez l’auteur, 1930-1931, pl. 28 (datée du 22 décembre 1927).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2089/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende BRONGNIART Ad. – Lettre du 10 octobre 1826 d’Adolphe Brongniart à John Lindley de la Société horticulturale de Londres.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2089/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 805k
Légende BRONGNIART Al. – Coupes géognostiques des terrains de Paris, planche issue de : Cuvier (Georges), Brongniart (Alexandre), Description géologique des environs de Paris : Atlas, 3ème éd., Paris : E. d’Ocagne, 1835, pl. B.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2089/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 4,1M
Légende BRYGOO É.-R. – Jardin des Plantes (Photo Thomas Morel, MNHN).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2089/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Légende BUFFON G.-L. – Tortue Le Caret, issue de : Buffon (Georges Louis Leclerc de), Histoire naturelle des quadrupèdes ovipares et des serpents, Paris : [s.n.], t. 38, 1788, pl. 11.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2089/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 309k
Légende BULTINGAIRE L. – Page de titre de : Inventaire des périodiques scientifiques des bibliothèques de Paris, 1924.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2089/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 282k

© Publications scientifiques du Muséum, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

a
 
c