Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du Jardin au Muséum en 516 biographies

 | 
Philippe Jaussaud
, 
Édouard-Raoul Brygoo

Du Jardin au Muséum en 516 bibliographies

a

Texte intégral

ABRARD Marie, René, Jean

né le 25 juin 1892 à Épinal (Vosges), mort le 27 janvier 1973 à Gien (Loiret)
chaire de Géologie
Géologie

1Abrard, fils d’un brillant officier de cavalerie, prit goût à l’histoire naturelle en examinant des coquilles rapportées de Tunisie par son père. Ce dernier étant mort prématurément au champ d’honneur, son épouse dut élever seule ses deux jeunes enfants. René suivit à Paris les cours du lycée Condorcet, consacrant ses loisirs à la visite des galeries du Muséum ou à des excursions naturalistes dans la campagne. Puis il se mit à préparer en Sorbonne une licence ès sciences naturelles, que la première guerre mondiale vint interrompre par seize mois de service militaire passés dans une unité d’infanterie. Après avoir été réformé en 1917, Abrard acheva son diplôme, tout en y adjoignant les certificats de géographie physique, de minéralogie, ainsi que de chimie générale. Il commença à travailler dès la fin 1918 au laboratoire de Géologie de la Sorbonne, avec Émile Haug et Louis Gentil. Devenu boursier à Commercy en 1920, le naturaliste se trouva chargé la même année de trois missions au Maroc.

2Abrard devint préparateur de Paul Lemoine* dans la chaire de Géologie du Muséum en 1921, assistant en 1923, puis sous-directeur en 1928. Entre-temps, il avait soutenu sa thèse de doctorat ès sciences en 1926. Toute sa carrière devait désormais se dérouler au sein de l’établissement qui l’avait accueilli, où il se trouva chargé de prononcer des conférences dès 1926. Ayant succédé en 1941 à Lemoine comme professeur de géologie, Abrard dut prendre sa retraite lorsqu’il atteignit la limite d’âge, au cours de l’année 1962. Il mourut dans la maison construite par ses soins, en prévision de ses vieux jours, sur les bords de la Loire.

3Abrard était un homme grand et maigre, au profil aquilin. Réservé, rigide dans ses attitudes, il bénéficiait d’une mémoire prodigieuse, ainsi que du don de l’observation. Marié à Berthe Tilman en 1943, le géologue avait eu plusieurs enfants.

4Bien que spécialisé en géologie, Abrard fut un naturaliste complet, dont l’œuvre s’étale sur plus de trois cent soixante publications. Il s’illustra essentiellement dans le domaine stratigraphique, s’appuyant en particulier sur les fossiles fiables que constituent les Foraminifères. Après s’être intéressé au Pré-Rift marocain, il réalisa sur le Bassin de Paris une vaste étude, dans laquelle il conduisit une révision du Lutétien – un étage du Tertiaire. D’autres régions de la France ou de l’étranger, comme les Nouvelles-Hébrides, furent explorées sous l’angle de la stratigraphie par Abrard. Celui-ci réalisa par ailleurs diverses études tectoniques, paléontologiques, biogéographiques, pétrographiques ou hydrologiques, et publia deux ouvrages de synthèse importants : une Géologie de la France (1948), ainsi qu’une Histoire géologique du Bassin de Paris (1950). Enfin, Abrard fut collaborateur au Service de la carte géologique de France.

Bibliographie

Abrard (René), Notice sur les titres et travaux scientifiques, Paris : Gossier, 1940, 71 p.

Abrard (René), “L'Évolution de la chaire de Géologie du Muséum national d’histoire naturelle : leçon inaugurale faite au Muséum le 21 janvier 1943”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2 e série, vol. 15, no 1, 1943, pp. 32-55.

Laffitte (Robert), “René Abrard : 25 juin 1892-27 janvier 1973”, Bulletin de la Société géologique de France, 7e série, vol. 17, no 3, 1975, pp. 369-379.

PJ

AFFORTY [ou AFFORTI]

dates inconnues (XVII-XVIIIème siècles) enseignant au Jardin du roi Botanique

5Le sieur Afforty semble avoir joué le rôle de répétiteur de botanique au Jardin du roi, au temps de Joseph Pitton de Tournefort*. Après les démonstrations en plein air de celui-ci, le long des parterres de l’école de botanique, il dictait un cours dans l’amphithéâtre.

Source

Lettre de Tournefort à Fagon, Paris : 1er juin 1708, bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, Ms 252, lettre 11.

YL

AKNIN Jacques

né le 16 janvier 1932 à Sainte-Barbe du Tlélat (Algérie)
chaire de Chimie appliquée aux corps organisés Chimie

6Aknin poursuivit au lycée Lamoricière d’Oran des études secondaires, couronnées en 1952 par l’obtention d’un baccalauréat de mathématiques élémentaires. En 1954, le jeune homme intégra l’École supérieure de chimie industrielle de Lyon, dont il sortit diplômé et licencié ès sciences trois ans plus tard. Aknin commença dès lors à préparer comme boursier de l’industrie une thèse de docteur ingénieur, sous la direction de Darius Molho* au laboratoire de Chimie biologique de la faculté des sciences de Lyon. Ce service était dirigé à l’époque par Charles Mentzer*, qui vint occuper la chaire de Chimie appliquée aux corps organisés du Muséum en 1958. Aknin suivit ses maîtres Mentzer et Molho au Jardin des plantes, où il devint attaché de recherches du CNRS en 1961, puis docteur-ingénieur et chargé de recherche en 1962. De 1967 à 1968, Aknin effectua une mission de coopération technique à l’université Frederico Santa-Maria de Valparaiso au Chili, en qualité de professeur titulaire d’une chaire de Chimie organique. Il poursuivit ultérieurement ses travaux de recherches au laboratoire de Chimie appliquée aux corps organisés du Muséum et fut nommé sous-directeur probablement en 1969.

7Chimiste organicien, Aknin conduisit des investigations sur des composés hétérocycliques oxygénés ou azotés (coumarines, isocoumarines, acridines, pyrones, chromones). Il put ainsi synthétiser diverses substances naturelles, comme la strobochrysine, l’hydrangénol ou le phtiocol. Par ailleurs, Aknin réalisa l’extraction de l’alcaloïde nommé skythantine à partir d’une Apocynacée et il étudia la chimiotaxonomie de plusieurs Champignons du genre Penicillium, ainsi que la fragmentation des sels de benzopyrylium en spectrométrie de masse. Citons, parmi les publications du chimiste : Condensation des bases de Mannich phénoliques avec les composés aromatiques hydroxylés et aminés (1962), Synthèse de l’hydrangénol (1963), Réaction de dismutation au cours de la spectrométrie de masse d’un sel de benzopyrylium et de quelques-uns de ses dérivés (1969) et Synthèse de nouveaux squelettes hétérocycliques (1969). Au Muséum, Aknin fut responsable du service de spectrométrie de masse du laboratoire de Chimie appliquée aux corps organisés.

Bibliographie

Aknin (Jacques), Titres et travaux scientifiques, 25 p. dactylographiées (fonds cryptogamie du Muséum national d’histoire naturelle).

PJ

ALLORGE Auguste, Pierre

né le 12 avril 1891 à Paris, mort le 21 janvier 1944 à Paris
chaire de Botanique (classification et familles naturelles de Cryptogames), puis de Cryptogamie
Bryologie, Phycologie, Phytogéographie

8Né dans une famille aisée d’origine normande, Allorge perdit sa mère à l’âge de trois mois. Il fut élevé avec sa sœur par sa grand-mère paternelle et, comme il ne put fréquenter l’école en raison d’une santé fragile, il reçut à domicile l’enseignement élémentaire indispensable. Très rapidement, le jeune garçon manifesta une véritable passion pour la botanique : il constitua à sept ans ses premiers herbiers, dans la ville d’Hyères où une crise aiguë de rhumatismes l’avait envoyé. En 1907, Allorge entra au lycée Condorcet, s’y révélant un élève très brillant, doué notamment pour les langues. Il obtint sa licence ès sciences en 1912, son diplôme d’études supérieures l’année suivante et fréquenta de 1914 à 1916 l’école des langues orientales où il fut reçu major au certificat de russe. Allorge effectua ses premières recherches dans le laboratoire de Gaston Bonnier à la Sorbonne, tout en y remplissant les fonctions de préparateur de botanique de 1917 à 1920.

9Devenu docteur ès sciences en 1922, il entra la même année comme préparateur de Louis Mangin* dans la chaire de Botanique (classification et familles naturelles de Cryptogames) du Muséum, un service qu’il fréquentait depuis la fin de la Grande Guerre. Allorge avait inauguré dès 1914, avec un périple algérien, une importante série de déplacements à travers le monde, dont plus d’une vingtaine concernèrent la péninsule ibérique. Le naturaliste fut nommé en 1926 assistant de la chaire de Botanique (classification et familles naturelles de Cryptogames), accédant au grade de professeur titulaire lors du départ de Mangin en 1932. La dénomination de sa chaire ne tarda pas à être modifiée, puisqu’elle devint en 1933 chaire de Cryptogamie. Allorge prit en 1936 la direction du nouveau laboratoire d’Écologie des Cryptogames, créé pour lui dans le cadre de l’École pratique des hautes études, et déploya une intense activité professionnelle, comme s’il sentait que ses jours étaient comptés. De plus en plus handicapé par des crises de rhumatismes qu’aucune thérapeutique ne pouvait amender, il s’éteignit à l’âge de cinquante-trois ans, après de cruelles souffrances supportées stoïquement. 11 travaillait encore avec sa collègue Suzanne Jovet-Ast* la veille de sa mort.

10Grand et mince, Allorge laissa le souvenir d’un homme calme, bienveillant, distingué, sensible, plein d’humour et à l’esprit brillant. Ce botaniste, très éloigné des préoccupations matérielles, était doué autant pour les lettres que pour les arts. Bon musicien, parlant couramment le russe, l’allemand, l’anglais et l’espagnol, il peignait avec talent. Il s’était marié en 1920 avec une jeune femme prénommée Valentine, veuve Gatin, qui l’aida beaucoup dans ses travaux.

11L'œuvre scientifique d’Allorge, élaborée dans une perspective à la fois systématique et biogéographique, concerna la bryologie, la phycologie et la phytogéographie générale. Il étudia les Muscinées, ainsi que les Algues d’eau douce de la France ou de divers pays étrangers : les Antilles, les Açores et surtout la péninsule ibérique. Grâce à ses investigations sur la géographie botanique de l’île de France, il dota son pays d’une école de phytosociologie, analysant dans ce cadre les groupements végétaux des lacs ou des tourbières. Allorge insista tout spécialement sur le caractère dynamique, évolutif, des associations végétales. Nous citerons, parmi ses publications : Les Associations végétales du Vexin français (1922), les Algues du Briançonnais (1925) et les Notes sur la flore bryologique de la péninsule ibérique (1928-1931). Au Muséum, Allorge enrichit les collections dépendant de sa chaire de plus de quinze cents spécimens d’Algues, ainsi que de plusieurs centaines d’échantillons de la flore muscinale, récoltés au cours de ses voyages. Enfin, il créa avec ses collègues Gontran Hamel* et Robert Lami* la Revue algologique en 1924 et reprit la Revue bryologique à la suite de Pierre Tranquille Hussenot en 1928.

Bibliographie

Blaringhem (Louis), “Pierre Allorge (1891-1944) et la géographie botanique raisonnée’’, Annales des Sciences naturelles, Botanique, 11e série, vol. 5, 1944, pp. A-V.
Chadefaud (Marius), “Pierre Allorge (1891-1944)”, Revue scientifique, vol. 82, no 2, 1944, pp. 127-128.
Heim (Roger), “Louis Mangin et Pierre Allorge, premiers titulaires de la chaire de Cryptogamie du Muséum : leçon inaugurale du cours de cryptogamie prononcée le 26 mars 1946”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 18, no 3, 1946, pp. 226-252.
Humbert (Henri), “Notice biographique sur Pierre Allorge (1891-1944)”, Bulletin de la Société botanique de France, vol. 91, no 1-3, 1944, pp. 29-32.
Jovet-Ast (Suzanne), “Histoire de la chaire de Cryptogamie”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 4e série, Miscellanea, vol. 1, 1979, pp. 105-116.
Lami (Robert), “Pierre Allorge (1891-1944) et l’algologie”, Revue algologique, nouvelle série, no 1-2, 1954-1957, pp. 51-55.

Urbain (Achille), “Allocution prononcée aux obsèques de M. le Professeur P Allorge, Paris : 25 janvier 1944”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 16, no 1, 1944, pp. 11-13.

PJ

ANDRÉ Marc

né le 10 février 1900, mort le 28 mai 1966
chaire de Zoologie (Vers et Crustacés)
Acarologie, Zoologie des Crustacés

12André entra en 1914 au Muséum, dans le service de Culture de Julien Costantin*. Lors de la création en 1917 de la chaire de Zoologie (Vers et Crustacés), il se vit confier la fonction de préparateur par le nouveau professeur Charles Gravier*. Le jeune homme fut nommé préparateur stagiaire en 1920, accomplit son service militaire au musée et à la bibliothèque du Val-de-Grâce de 1920 à 1922, puis devint préparateur titulaire en 1923. 11 perfectionna ses connaissances durant cette période, palliant son absence de cursus universitaire en suivant de nombreux cours. Au mois de mars 1924, André séjourna à Florence dans le laboratoire du professeur Antonio Berlese, avant de soutenir en 1926 un diplôme d’études supérieures de zoologie devant la faculté des sciences de Paris. Il travailla ensuite – grâce à des bourses Albert 1er – au Musée océanographique de Monaco, devint docteur de l’université de Paris en 1930, puis effectua une mission dans le Sud algérien en 1932. Lorsque Louis Fage* prit en 1938 la succession de Gravier à la tête de la chaire de Zoologie (Vers et Crustacés), André remplaça celui-là comme sous-directeur. Le naturaliste fut mobilisé au mois de septembre 1939, fait prisonnier en 1940 et effectua en 1948 un voyage d’étude en Laponie. Après le départ de Fage du service actif en 1954, André accepta la direction du laboratoire d’Acarologie de l’École pratique des hautes études, pouvant disposer d’une structure autonome grâce à l’aide de Jacques Nouvel*. Il prit sa retraite en 1965 et mourut quelques mois plus tard, foudroyé par une crise cardiaque sur la voie publique.

13André laissa le souvenir d’un homme honnête, courtois, indépendant, solitaire, secret et peu enclin aux discussions. Cet autodidacte doté d’une forte personnalité fut un naturaliste aussi soigneux que méthodique. Aimant œuvrer pour le bien collectif, il bénéficia dans ses travaux du soutien de son épouse.

14Grand spécialiste des Acariens, dont il étudia la morphologie, la systématique et la biologie, André conduisit notamment des recherches sur les Oribates, sur la reproduction, le développement post-embryonnaire, ainsi que la digestion extra-somatique des Thrombidions, s’intéressant par ailleurs aux Tétranyques parasites des palmiers dattiers. Mais, il ne se limita pas au domaine de l’acarologie : il travailla aussi sur les Crustacés (Crevettes d’eau douce, Crabe chinois, Cirripèdes), les Araignées, les Opilions, les Pycnogonides et les Vers. Citons, parmi les trois cent cinquante publications du naturaliste : les Halacariens marins (1946), les Acariens thrombidions (adultes) de l’Angola (1958), ainsi que Les Écrevisses françaises : classification, anatomie, biologie, pêche, repeuplement, élevage, gastronomie, commerce (1960). Au Muséum, André occupa de 1934 à 1956 les fonctions de secrétaire-gérant du Bulletin et de responsable des réunions des naturalistes de l’établissement. Il constitua pour son laboratoire une collection de quinze mille préparations microscopiques, créant par ailleurs la revue Acarologia en 1959.

Bibliographie

Grandjean (F.), “Marc André (1900-1966)”, Acarologia, vol. 8, no 3, 1966, pp. 397-400.

Vachon (Max), “Marc André : 1900-1966”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 38, no 6, 1966, pp. 763-766.

PJ

ANTHONY Jean, Daniel, Marie

né le 22 février 1915 à Châteaulin (Finistère), mort le 1er mai 2004 à Brest
chaire d’Anatomie comparée
Anatomie, Anthropologie

15Neveu de Raoul Anthony* et fils d’un greffier au tribunal civil, Jean Anthony obtint son baccalauréat classique en 1932. Il fit ensuite des études de médecine, d’abord à Rennes où il devint aide d’anatomie en 1935, puis dans la capitale. Externe des hôpitaux de Paris en 1938, docteur en médecine un an plus tard, Anthony se trouva mobilisé au début de la seconde guerre mondiale dans une ambulance chirurgicale et resta prisonnier trois mois en 1940. 11 obtint la même année le poste d’assistant de la chaire d’Anatomie comparée du Muséum, alors occupée par son oncle, puis passa sa licence ès sciences en 1943. Nommé chargé de travaux pratiques d’anthropologie zoologique à l’Institut français d’anthropologie en 1944, Anthony soutint sa thèse de doctorat ès sciences en 1946. Il fut détaché, entre 1947 et 1950, comme maître de conférences d’anatomie comparée à l’université de São Paulo. De retour à Paris, il devint chargé de recherche au CNRS en 1950, puis maître de recherche, ainsi que professeur-suppléant à l’école dentaire de Paris en 1952. Il fut titularisé dans ce dernier poste en 1957, tout en accédant au sous-directorat de la chaire d’Anatomie comparée du Muséum, où il remplaça finalement en 1962 le professeur Jacques Millot*. Chargé de la gérance de la chaire d’Anthropologie en 1983, Anthony se retira l’année suivante. Il s’éteignit à l’âge de quatre-vingt-neuf ans à Brest et fut inhumé au cimetière de Plougonven. Anthony s’était marié en 1944 avec Jacqueline Lalouët, dont il avait eu quatre enfants : une fille et trois fils.

16Anthony œuvra dans le domaine de l’anatomie comparée des Vertébrés. Il étudia le cerveau des Primates, l’appareil inoculateur des Serpents et décrivit, en collaboration avec Millot, l’anatomie du Coelacanthe. Parmi ses nombreuses publications, citons son Cours d’anatomie dentaire comparée (1961), ainsi qu'un intéressant ouvrage de vulgarisation intitulé Opération Coelacanthe (1976).

Bibliographie

Anthony (Jean), Titres et travaux scientifiques de Jean Anthony, 1961, 37 p. (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, n° ß 8793).

Anthony (Jean), Opération Coelacanthe, Paris : Arthaud, 1976, 198 p.

PJ

ANTHONY Raoul, Louis, Ferdinand

né le 12 octobre 1874 à Châteaulin (Finistère), mort le 1er septembre 1941 à Quimper (Finistère)
chaire d’Anatomie comparée
Anatomie, Anthropologie, Biologie générale

17Né dans le Finistère, Raoul Anthony était fils de vétérinaire. Il effectua ses études secondaires au lycée de Quimper, avant d’intégrer en 1894 l’école du Service de santé militaire. Il suivit les cours de la faculté de médecine de Lyon et fréquenta le laboratoire de Léo Testut, où il prépara sa thèse. Parallèlement, Anthony travailla avec Henri Filhol*, titulaire de la chaire d’Anatomie comparée du Muséum, ainsi qu’avec Léonce Manouvrier à l’école d’anthropologie de Paris. Le jeune homme obtint son doctorat en médecine en 1898 avant d’être affecté comme aide-major à Maubeuge. Il profita de ses loisirs pour passer sa licence ès sciences naturelles à Lille, puis fut muté en 1900 dans la capitale, où Étienne-Jules Marey l’attacha comme chef de travaux à son laboratoire de Physiologie du Collège de France. En 1903, Anthony quitta l’armée, s’étant vu offrir par Edmond Perrier* le poste de préparateur au laboratoire d’Anatomie comparée du Muséum. Il devint docteur ès sciences en 1905, directeur-adjoint du laboratoire maritime de Tatihou en 1906, professeur d’anthropologie anatomique à l’école d’anthropologie en 1911 et assistant au Muséum en 1912.

18Mobilisé en 1914, il fut chargé, comme médecin-chef d’un train sanitaire, de l’évacuation des soldats gazés à partir du front. Il ressentit alors les premiers symptômes de l’ulcère duodénal qui devait le faire souffrir tout le reste de sa vie. En 1922, lors du départ à la retraite de son maître Perrier, Anthony devint au Muséum professeur titulaire de la chaire d’Anatomie comparée et directeur du laboratoire de Zoologie comparative de l’École pratique des hautes études. Il fut ensuite nommé directeur du laboratoire d’Anthropologie de cette même école en 1934, ainsi que sous-directeur de l’école d’anthropologie en 1937. Il poursuivit ses travaux jusqu’à son décès, causé par la perforation de son ulcère au cours d’un voyage en Bretagne.

19Anthony était dépeint comme un homme énergique et combatif, cachant sa bonté sous des dehors un peu rudes. Doté d’une grande indépendance d’esprit, ce gros travailleur fut un érudit, ainsi qu’un chef d’école influent. Il eut par exemple comme élève André Leroi-Gourhan*.

20Marié à Albenine Hazard en 1910, Anthony n’eut pas d’enfant. Son neveu Jean Anthony* devait un jour occuper, comme lui-même, la chaire d’Anatomie comparée du Muséum.

21Auteur de près de trois cents publications, Anthony aborda surtout les domaines de l’anatomie comparée – qu’il ne séparait pas de la paléontologie –, et de l'anthropologie. Il consacra la plus grande partie de son œuvre anatomique aux Mammifères, dont il étudia l’encéphale ainsi que la dentition sous l’angle comparatif. En anthropologie physique, il s’intéressa au cerveau des Hommes fossiles, à celui des Primates – notamment des Anthropoïdes – et aux variations raciales des tissus mous. Il conduisit plus accessoirement des investigations anatomiques et embryologiques sur divers groupes, tels les Mollusques, les Échinodermes, les Batraciens ou les Poissons Téléostéens. À tout cela, il faut ajouter des travaux de biologie générale, et même de philosophie ou d’histoire. Citons parmi ses ouvrages : La Force et le droit, le prétendu droit biologique (1917), Le Déterminisme et l’adaptation morphologique en biologie animale (1923), les Leçons sur le cerveau (1928), ainsi que La Théorie dentaire de la Multituberculie (1933).

22Au Muséum, Anthony enrichit de plus de huit mille spécimens les collections anatomiques dépendant de sa chaire, établissant avec Henri Vallois* et Madeleine Friant* un catalogue descriptif des pièces ostéologiques. Il dirigea enfin, comme nous l’avons vu, le laboratoire maritime de l’établissement installé à Tatihou et fut désigné comme expert dans l’affaire Landru en 1919.

Bibliographie

Bourdelle (Édouard), “Le Professeur Raoul Anthony (1874-1941)”, Mammalia, vol. 5, no 3-4, 1941, pp. 77-81. Friant (Madeleine), “Le Professeur R. Anthony”, Bulletin de la Société des Naturalistes et des Archéologues de l’Ain, no 57, 1943, pp. 12-14.

Germain (Louis), “Allocution prononcée aux obsèques du Dr R. Anthony, professeur au Muséum, à Châteaulin, 4 septembre 1941”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 13, no 5, 1941, pp. 367-368.

Vallois (Henri), “R. Anthony (1874-1941)”, Bulletin et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, 9e série, vol. 2, 1941, pp. 1-12.

PJ

AQUIN Antoine d’

né en 1629, mort le 17 mai 1696 à Vichy (Allier)
intendant du Jardin du roi
Administration, Médecine

23Fils de Louis-Henri d’Aquin* et frère cadet de Pierre d’Aquin*, il était aussi le neveu d’Antoine Vallot*, premier médecin de Louis XIV et surintendant du Jardin du roi depuis 1653. Docteur en médecine de la faculté de Montpellier (16 mai 1648), il fut premier médecin de la reine Marie-Thérèse d’Autriche, épouse de Louis XIV (1667), et fut anobli par lettres patentes de novembre 1669 ; le blason des d’Aquin se lit : “Bandé d’or et de gueule de six pièces et un chef d’azur chargé d’un lion léopardé d’or”.

24À la mort d’Antoine Vallot (9 août 1671), il lui succéda dans la charge de premier médecin du roi, mais non dans celle de surintendant du Jardin du roi que Colbert fit réunir à celle de surintendant des Bâtiments royaux dont il était déjà pourvu. Le 18 avril 1672, Antoine d’Aquin fut nommé intendant du Jardin du roi.

25Sous son intendance, le conflit permanent entre les médecins de la faculté de Paris et ceux de la cour et du Jardin du roi, médecins “étrangers” ayant en général pris leur grade à Montpellier, entra dans une phase critique : en avril 1673, d’Aquin obtint du roi des lettres patentes unissant en “Chambre royale”, sous sa présidence, ses confrères les docteurs de Montpellier qui acquéraient ainsi le droit d’exercer à Paris.

26Antoine d’Aquin s’efforça de promouvoir au Jardin du roi les recherches d’anatomie – y compris d’anatomie humaine –, en faveur desquelles il obtint la déclaration royale du 20 janvier 1673. Celle-ci autorisait les enseignants du Jardin à faire des dissections et démonstrations anatomiques et leur accordait une priorité pour recevoir les cadavres des suppliciés. D’Aquin poursuivit la politique de ses prédécesseurs en faveur de l’enseignement de la chimie. Partisan, comme son père, de la médecine chimique, grand défenseur de la saignée, il suscita une violente hostilité de la part des médecins parisiens. Il servit, dit-on, de modèle au docteur Tomès de L'Amour médecin composé par Molière en 1666.

27“Créature de madame de Montespan”, au dire de Saint-Simon, d’Aquin survécut à la disgrâce de celle-ci, mais n’eut jamais la faveur de madame de Maintenon et semble avoir lassé le roi par son âpreté et ses demandes importunes en faveur de lui-même et de ses proches. Le 2 novembre 1693, il reçut l’ordre de s’éloigner de la cour. Foudroyé par cette disgrâce que rien, semble-t-il, n’avait laissé prévoir, il mourut quelques mois plus tard à Vichy où il était allé prendre les eaux.

Bibliographie

Bidal (Anne-Marie), “Inventaire des archives du Muséum national d’histoire naturelle. Première partie. Série A : Archives du Jardin du roi”, Archives du Muséum national d’Histoire naturelle, 6e série, vol. 11, no 95-97 et 99, 1934, pp. 185-186.

Brygoo (Édouard), “Les Médecins de Montpellier et le Jardin du roi à Paris", Histoire et Nature, no 14,1979, pp. 19-20. Crestois (Paul), L'Enseignement de la botanique au Jardin royal des plantes de Paris, Cahors : impr. Coueslant, 1953, p. 91.

Dulieu (Louis), La Médecine à Montpellier, Montpellier : Les Presses universelles, 1986, p. 874.

Jal (Augustin), “Aquin (d’)”, in Dictionnaire critique de biographie et d’histoire, 2e éd., Paris : Plon, 1872, pp. 59-62.

Prévost (Marcel), “Aquin (Antoine d’)”, in Balteau (Jules) (sous la dir.), Dictionnaire de biographie française, Paris : Letouzey et Ané, 1939, vol. 3, pp. 186-187.

YL ERB

AQUIN Louis-Henri, Thomas d’

né en 1600 à Avignon (Vaucluse), mort le 30 décembre 1673 à Paris
démonstrateur et opérateur pharmaceutique pour faire la démonstration de l’intérieur des plantes au Jardin du roi
Botanique

28Louis-Henri d’Aquin était le fils d’un savant rabbin d’Avignon, nommé Judas Mardochée (c. 1578-c. 1650). Celui-ci, chassé en 1610 par sa communauté à cause de ses sympathies pour le christianisme, se réfugia en Italie à Aquino où il abjura, fut baptisé, prit le nom de Philippe d’Aquin et fut plus tard professeur d’hébreu au Collège royal.

29Louis-Henri d’Aquin fut premier médecin de Marie de Médicis puis médecin ordinaire du roi Louis XIII ; au Jardin du roi, il semble avoir occupé la charge de démonstrateur de l’intérieur des plantes de 1664 à 1673.

30Marié à Claire Loppe (ou Loppès, ou Lopez), morte en août 1692, il eut de celle-ci sept enfants, dont Antoine* (1629-1696), intendant du Jardin du roi, et Pierre* (c. 1628-1710), son successeur dans la charge de démonstrateur.

31Partisan de l’émétique, de la “poudre des jésuites” (le quinquina) et de l’opium, d’Aquin s’attira les foudres de Guy Patin dans le contexte de la querelle de la “chimiâtrie” opposant la faculté de Paris à celle de Montpellier.

Bibliographie

Bidal (Anne-Marie), “Inventaire des archives du Muséum national d’histoire naturelle. Première partie. Série A : Archives du Jardin du roi”, Archives du Muséum national d’Histoire naturelle, 6e série, vol. 11, no 277-278, 1934, p. 199. Crestois (Paul), L'Enseignement de la botanique au Jardin royal des plantes de Paris, Cahors : impr. Coueslant, 1953, p. 91.

Jal (Augustin), “Aquin (d’)”, in Dictionnaire critique de biographie et d’histoire, 2e éd., Paris : Plon, 1872, pp. 59-62.

YL ERB

AQUIN Pierre d’

né vers 1628, mort le 4 août 1710
démonstrateur de l’intérieur des plantes médicinales, puis démonstrateur et professeur de l’intérieur et de l’extérieur des plantes au Jardin du roi
Botanique

32Fils de Louis-Henri d’Aquin*, il lui succéda au Jardin du roi le 30 décembre 1673 comme démonstrateur de l'intérieur des plantes médicinales. Inclus, en 1693, dans la disgrâce de son frère cadet Antoine d’Aquin*, intendant du Jardin, il dut s’écarter au profit d’un sieur Bonnet, mais resta néanmoins titulaire de sa charge dont il ne démissionna qu’en 1708. Son successeur fut l’illustre Joseph Pitton de Tournefort*.

33Il avait épousé, le 17 juin 1670 à Saint-Germain-l’Auxerrois, Marie Gabrielle de Ruyan, fille d’un trésorier de l’extraordinaire des guerres.

Bibliographie

Bidal (Anne-Marie), “Inventaire des archives du Muséum national d’histoire naturelle. Première partie. Série A : Archives du Jardin du roi”, Archives du Muséum national d’Histoire naturelle, 6e série, vol. 11, no 278-280, 1934, pp. 199-200.

Jal (Augustin), “Aquin (d’)”, in Dictionnaire critique de biographie et d’histoire, 2e éd., Paris : Plon, 1872, pp. 59-62.

YL ERB

ARAMBOURG Camille, Louis, Joseph

né le 3 février 1885 à Paris, mort le 19 novembre 1969 à Paris
chaire de Paléontologie
Paléoanthropologie, Paléontologie

34Arambourg vint au monde dans une famille de la bourgeoisie aisée. Son père se passionnait pour la photographie, sa mère était bonne musicienne et lui-même montra très tôt de l’intérêt pour les sciences naturelles. Vers l’âge de quinze ans, Camille participa aux excursions géologiques du dimanche organisées sous le patronage du Muséum par Stanislas-Étienne Meunier*. Il fréquenta le collège Sainte-Croix de Neuilly, obtint son baccalauréat en 1903, puis fut élève de l’Institut national agronomique, dont il sortit diplômé en 1908. Comme son père avait acquis une exploitation viticole à Saint-Joseph près d’Oran, Arambourg devint agriculteur, tout en pratiquant sur place les sciences de la Terre. Il profitait des vacances d’été pour se rendre dans les laboratoires du Muséum. Mobilisé en 1914 avec le grade de lieutenant du troisième régiment de zouaves, il rejoignit l’année suivante le front d’Orient où il participa courageusement à de nombreuses opérations militaires, fut promu capitaine et découvrit des gisements fossilifères près de Salonique. Il supervisa par ailleurs l’établissement de la carte géologique d’une région macédonienne. De retour en Algérie après la guerre, Arambourg se lança dans la carrière universitaire : il devint professeur de géologie à l’institut agricole de Maison-Carrée en 1920 et retrouva chaque année les laboratoires du Jardin des plantes, jusqu’à ce qu’il occupe la chaire de Géologie de l’Institut national agronomique en 1930.

35Par la suite, Arambourg effectua de nombreuses missions en Afrique – notamment dans la vallée de l’Omo – et poursuivit sa collaboration avec le Muséum. Cet établissement l’accueillit en 1936, pour succéder à Marcellin Boule* comme professeur titulaire de la chaire de Paléontologie. Mobilisé en 1939 avec le grade de chef de bataillon dans l’infanterie, Arambourg combattit sur la Meuse et près de Verdun, avant d’être fait prisonnier en 1940. Il recommença dès la Libération ses expéditions scientifiques, prospectant en particulier l’Iran, le Liban, ainsi que le Maghreb. Élu membre de l’Académie des sciences en 1961, il avait pris sa retraite à la fin de l’année 1955, sans cesser pour autant de voyager. Il venait d’effectuer une mission fatigante en Éthiopie et préparait de nouvelles campagnes de fouilles dans la vallée de l’Omo, lorsqu’il dut entrer à l’hôpital. Quelques heures plus tard, Arambourg s’éteignit à l’âge de quatre-vingt-quatre ans.

36C’était un homme mince, alerte, à l’œil vif et se tenant bien droit. Aimable, courageux, modeste selon ses contemporains, cet enseignant à l’esprit aussi ouvert que raffiné prononçait des cours attrayants. Il travaillait le plus souvent seul dans son laboratoire, ne cherchant pas à former d’élève, jusqu’à ce qu’il décide à l’âge de quatre-vingts ans de faire d’Yves Coppens* son héritier scientifique. Marié en 1910 à Julie Marie Froget, il eut un fils.

37Grand paléontologiste de terrain, Arambourg, qui sillonna surtout l’Afrique, s’illustra dans trois domaines de sa discipline : la paléoichtyologie, la paléomammalogie et la paléoanthropologie. Il fut un spécialiste mondial des Poissons crétacés et tertiaires, reconstituant par exemple la faune paléoméditerranéenne du Miocène supérieur, décrivant les squales des mines de phosphates marocaines ou éclaircissant l’origine des Téléostéens. Par ailleurs, Arambourg étudia les Mammifères de la période allant du Miocène au Pléistocène : il découvrit dans la vallée de l’Omo un important gisement de fossiles du Miocène, s’intéressa à la faune eurasiatique dite pontienne et démontra le rôle majeur de l’Afrique comme centre d’expansion, ainsi que d’évolution des espèces mammaliennes. Dans le domaine paléoanthropologique, Arambourg fut le découvreur du premier Pithécanthropien africain, l’Atlanthrope, d’un ossuaire d’Hommes de Cro-Magnon en Algérie et d’un nouvel Australopithèque dans la vallée de l’Omo. Il contribua également à la connaissance de l’archéologie préhistorique, associant de nombreux vestiges de l’industrie lithique – tels les sphéroïdes à facettes de l’Aïn Anech – à l’évolution humaine. Sur le plan théorique, il s’intéressa aux mécanismes évolutifs, adoptant un point de vue néo-lamarckien, puis annonçant le “ponctualisme” par sa croyance en des processus discontinus. Le paléontologue fut l’auteur de plus de deux cent trente publications, parmi lesquelles Les Poissons fossiles d’Oran (1927), Les Mammifères quaternaires de l’Algérie (1929) et La Genèse de l’humanité (1943).

38Arambourg eut toujours le souci d’enrichir les collections paléontologiques du Muséum, avant même d’y entrer comme professeur : chacune de ses expéditions était prétexte à de généreux envois. Il dota ainsi l’établissement d’un très grand nombre de fossiles de Vertébrés, parmi lesquels plus de quinze cents spécimens de Poissons du Miocène. Enfin, Arambourg prépara un projet d’extension de la galerie de paléontologie créée par Albert Gaudry*.

Bibliographie

Coppens (Yves), “Camille Arambourg (1885-1969)”, in Hommes et Destins : Tome I, Paris : Académie des sciences d’Outre-Mer, 1975, pp. 30-39.

Coppens (Yves), “Camille Arambourg et Louis Leakey ou un demi-siècle de paléontologie africaine”, Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 526, no 10-12, 1979, pp. 291-323.

Coppens (Yves), Le Genou de Lucy, Paris : Odile Jacob, 1999, pp. 141-171.

Courrier (Robert), “Notice sur la vie et les travaux de Camille Arambourg, membre de la section de minéralogie et géologie. Ses recherches sur la genèse de l'humanité”, Comptes Rendus hebdomadaires des Séances de l’Académie des Sciences, Vie académique, vol. 279, 1974, pp. 101-114.

Ennouchi (E.), “Camille Arambourg (1885-1969)”, Bulletin de la Société des Sciences naturelles et physiques du Maroc, vol. 50, 1970, pp. 1-7.

Gaudant (Jean), “Camille Arambourg (1885-1969), précurseur du ponctualisme”. Revue d’Histoire des Sciences, vol. 39, no 1, 1986, pp. 31-34.

Gaudant (Jean), “Arambourg, CamilJe Louis Joseph”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1990, vol. 17, suppl. 2, pp. 28-33.

Geze (Bernard), “Camille Arambourg. 1885-1969”, Comptes Rendus des Séances de l’Académie d’Agriculture de France, vol. 56, 1970, pp. 101-104.

Anonyme, Hommage à Camille Arambourg à l’occasion de son 80e anniversaire, Paris : impr. Priester, 1965, 32 p. Piveteau (Jean), “Notice nécrologique sur M. Camille Arambourg (1885-1969)”, Comptes Rendus hebdomadaires des Séances de l’Académie des Sciences, Vie académique, vol. 271, 1970, pp. 76-78.

PJ

ARCHIAC DESMIER [ou DEXMIER] DE SAINT-SIMON Étienne, Jules, Adolphe vicomte d’

né le 24 septembre 1802 à Reims (Marne), mort le 24 ou 25 décembre 1868 à Paris
chaire de Paléontologie
Géologie, Paléontologie

39Archiac était le fils d’un officier de cavalerie, lui-même issu d’une vieille famille noble du Poitou. D’abord élevé à Mesbrecourt près de Laon, le jeune garçon entra à l’école des pages de Versailles, puis fut admis à Saint-Cyr en 1819. Il fut affecté en 1821 dans un régiment de chasseurs à cheval, avec le grade de sous-lieutenant, devint lieutenant en 1827 et fut mis en disponibilité avec solde de congé en 1830 à cause d’un pamphlet manifestant son attachement aux Bourbons.

40Durant ses années de service, Archiac avait publié un roman historique, ainsi qu’une étude littéraire. Il se lança à l’occasion de sa disponibilité de l’armée dans l’étude de la géologie, ne voulant pas rester oisif malgré sa demi-solde qui lui permettait de vivre sans travailler. Chargé par l’État de dresser une carte géologique de l’Aisne, il alla passer deux mois en Angleterre en 1837, se rendit l’année suivante à Bruxelles, puis à Düsseldorf. Il présida plusieurs fois la Société géologique de France, se vit notifier sa retraite militaire en 1850, entra à l’Académie des sciences en 1857 et succéda en 1861 à Alcide d’Orbigny* décédé, comme professeur titulaire de la chaire de Paléontologie du Muséum. Le 24 décembre 1868, probablement sous l’effet d’une dépression aiguë, Archiac envoya sa démission au ministre Victor Duruy. On pense qu’il se jeta ensuite dans la Seine, car son cadavre fut retiré du fleuve le 30 mai 1869 à Meulan.

41Jusqu’à sa défaillance ultime, Archiac manifesta une grande vigueur physique, sillonnant toute la France pour conduire des recherches sur le terrain. Totalement immergé dans son travail, il était resté célibataire, mais possédait quelques amis dont il sollicitait parfois l’aide financière dans le cadre de ses activités scientifiques.

42L'œuvre d’Archiac, dévolue à la géologie et à la paléontologie, donna lieu à plus de quatre-vingts publications, incluant plusieurs ouvrages. Le chercheur étudia les formations sédimentaires de diverses régions françaises : l’Aisne, qu’il cartographie de façon détaillée au l/160000e, le Massif central et les Corbières. En paléontologie, il fut un spécialiste des Nummulites, s’intéressant par ailleurs à divers sujets, comme la distribution géographique des Mollusques du Paléozoïque, la fossilisation des Échinodermes ou la description de fossiles animaux rapportés de l’étranger. Archiac, qui était opposé au catastrophisme, croyait en un changement régulier et continu des organismes vivants à travers les époques géologiques. Il n’adhéra pourtant pas aux théories évolutionnistes, critiquant même avec beaucoup de vivacité le darwinisme. Enfin, il étudia au Muséum les collections paléontologiques données par Delanoüe et professa un cours de paléon tologie stratigraphique qui fut édité. Parmi les ouvrages d’Archiac, citons une monumentale Histoire des progrès de la géologie de 1834 à 1845 (1847-1860) en neuf volumes, les Leçons sur la faune quaternaire (1865), ainsi que la Paléontologie de la France (1868).

Bibliographie

Birambaut (Arthur), “Archiac, Étienne-Jules-Adolphe Desmier (or Dexmier) de Saint-Simon, vicomte d’”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1970, vol. 1, pp. 209-212.

Gaudry (Albert), “Notice sur les travaux scientifiques de d’Archiac”, Bulletin de la Société géologique de France, 3e série, vol. 2, 1874, pp. 230-244.

Laurent (Goulven), “Archiac Étienne Jules Adolphe Desmier de Saint-Simon (vicomte d’) 1802-1868”, in Tort (Patrick) (sous la dir.), Dictionnaire du Darwinisme et de l’Évolution, Paris : PUÉ 1996, vol. 1, pp. 130-133.

PJ

ARDRÉ Françoise, Edith, Lucienne

née le 17 février 1931 à Paris
chaire de Cryptogamie
Phycologie

43Françoise Ardré entra au laboratoire de Cryptogamie du Muséum en octobre 1956, comme attachée de recherche du CNRS, parrainée par Marius Chadefaud. Elle intégra le corps des assistants du Muséum le 1er novembre 1963 et celui des maîtres-assistants au mois d’octobre 1969. En 1971, Françoise Ardré obtint le doctorat d’Etat pour sa Contribution à l’étude des algues marines du Portugal, étude menée sur la direction de Marius Chadefaud et Jean Feldmann – professeurs à la faculté des sciences de Paris. Devenue maître de conférences sous-directrice lors de la transformation du corps des maîtres-assistants en 1984, puis professeur en 1992, elle prolongea son activité au laboratoire comme professeur en surnombre de 1996 à 1997.

44Françoise Ardré avait épousé en premières noces Léonard Ginsburg*, maître de conférences au laboratoire de Paléontologie du Muséum ; en secondes noces, elle convola avec Pierre Béchon, artiste peintre.

45Françoise Ardré se fit connaître par son étude de la flore phycologique du Portugal, comprenant de nombreuses observations sur la distribution verticale et horizontale des algues. Elle s’intéressa également à la morphologie, ainsi qu’à la morphogénèse des Rhodomélacées et des Céramiacées. Grâce à des cultures réalisées au laboratoire de Biarritz, elle put suivre le cycle de vie de Gymnogongrus.

46Au laboratoire de Cryptogamie du Muséum, Françoise Ardré assura l’entretien et l’accroissement des collections d’algues. Elle était par ailleurs rédactrice-en-chef de la Revue algologique – devenue Cryptogamie, Algologie –, fondée par Pierre Allorge*, Gontran Hamel* et Robert Lami*.

Source

Documents du fonds cryptogamie du Muséum national d’histoire naturelle.

DL

ARNAUD Léon, Albert

né le 16 février 1853 à Paris, mort le 27 mars 1915 à Paris
chaire de Chimie appliquée aux corps organiques Chimie

47Albert Arnaud était le fils cadet d’un officier d’artillerie suisse, que son mariage avait amené à travailler dans l’atelier d’horlogerie de son beau-père. L'entreprise familiale ayant périclité, l’ancien militaire mourut jeune et sa femme – une artiste élève de Redouté – dut élever seule ses deux garçons. Ceux-ci suivirent les cours du lycée Saint-Louis jusqu’à ce que l’aîné, Léon, décède d’une pneumonie. Quant à Albert, devenu élève de l’école Monge, la variole l’empêcha d’entrer, ainsi qu’il l’aurait désiré, à l’École navale. Le jeune homme interrompit même ses études sans passer le baccalauréat, pour s’initier chez lui à la théorie et à la pratique de la chimie. En 1872, grâce à l’appui d’Élie de Beaumont, il se trouva admis dans le laboratoire de Chimie appliquée aux corps organiques d’Eugène Chevreul*. Arnaud y devint rapidement préparateur – temporaire en 1874, titulaire en 1875 – et exerça dès 1876 à l’école des beaux-arts les mêmes fonctions, jointes à celles d’examinateur de chimie au collège Chaptal. Au cours de l’année 1880, il accomplit une période militaire de vingt-huit jours dans une section de télégraphie, où il rencontra Léon Maquenne* qui devint son ami.

ARNAUD A. – Boîtes d'ampoules d'ouabaïne.

48Arnaud succéda en 1883, comme aide-naturaliste, à Stanislas Cloëz* décédé, puis fut candidat six ans plus tard à la chaire de Chevreul, devenue vacante par suite de la mort du vieux maître. Il l’emporta en 1890 grâce à l’appui de Pasteur, contre Maquenne que soutenait Marcelin Berthelot. Le nouveau professeur se trouvait désormais à la tête de la chaire de Chimie appliquée aux corps organiques. Il travailla jusqu’à ce qu’une maladie de cœur le contraigne à prendre un congé de six mois en 1914. Lannée suivante, Arnaud fut emporté par une crise cardiaque et son corps fut incinéré sans cérémonie, selon ses vœux, au cimetière du Père-Lachaise.

49Arnaud, qui portait la moustache et un collier de barbe, bénéficiait d’une voix forte. Décrit sous les traits d’un homme bon, modeste, droit, travailleur, extrêmement attaché à sa famille, il était de religion protestante. Cinq enfants naquirent de son mariage tardif avec mademoiselle Jost : quatre fils – dont l’un fut tué au début de la première guerre mondiale – et une fille.

50Habile manipulateur au laboratoire, mais peu intéressé par les théories, Arnaud fut l’auteur d’une quarantaine de publications. Il s’illustra dans le domaine de la chimie des substances naturelles d’origine végétale, avec notamment des travaux – puisant leur origine dans l’ethnobotanique – sur les poisons de flèche ou d’épreuve. Arnaud découvrit des composés nouveaux d’importance pharmacologique (l’ouabaïne), toxicologique (la tanghinine), structurale (l’acide taririque) ou analytique (la cinchonamine). Par ailleurs, il conduisit diverses investigations sur les alcaloïdes des quinquinas, donna la vraie formule brute du carotène, qu’il trouva dans un grand nombre de plantes, étudia la chimie des acides taririque et stéarolique, l’extraction du caoutchouc, la matière vésicante issue de la Cigale de Chine, démontra la présence de cholestérol dans les carottes et prépara la pyocyanine cristallisée. Nous citerons, parmi une quarantaine de publications dues à la plume d’Arnaud : Sur un nouvel alcaloïde des quinquinas (1881), Recherches sur la composition de la carotine, sa fonction chimique et sa formule (1886), Sur la matière cristallisée active des flèches empoisonnées des Somalis, extraite du bois d’Ouabaïo (1888), Recherches chimiques et physiologiques sur les sécrétions microbiennes. Transformation et élimination de la matière organique par le bacille pyocyanique (1891) – en collaboration avec Charrin–, Recherches sur l'ouabaïne (1898), Constitution de l’acide taririque (1902), ainsi que Sur l’oxydation des acides gras supérieurs à fonction acétylènique (1911) – en collaboration avec Victor Hasenfratz*.

51Au Muséum, Arnaud prit grand soin de son service, organisant un laboratoire performant pour la chimie extractive. Sa découverte de l’ouabaïne, hétéroside cardiotonique majeur, fournit à la thérapeutique un médicament permettant de traiter l’insuffisance cardiaque aiguë. Enfin, Arnaud fut membre du Conseil technique de l’agriculture coloniale de 1902 à 1907.

Source

Dossier personnel (Archives nationales, AJ15, no 554).

Bibliographie

Arnaud (Léon), Notice sur les travaux scientifiques, Paris : Gauthier-Villars, 1889, 32 p.

Jaussaud (Philippe), Pharmaciens au Muséum, Paris : Muséum national d’histoire naturelle, 1997, pp. 140-146 (Archives).

Hasenfratz (Victor), “Albert Arnaud, 1853-1915”, Archives du Muséum national d’Histoire naturelle, 6e série, vol. 8, 1932, pp. 125-137.

Maquenne (Léon), L'Œuvre scientifique de M. Albert Arnaud 1853-1915, Macon : Protat frères, 1915, 30 p.

Perrier (Edmond), “Albert Arnaud”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 1ère série, vol. 21, no 4, 1915, pp. 109-123.

PJ

AUBRÉVILLE André, Marie, Alphonse

né le 30 novembre 1897 à Pont-Saint-Vincent (Meurthe-et-Moselle), mort le 11 août 1982 à Paris
chaire de Phanérogamie
Écologie, Phanérogamie, Phytogéographie

52Issu d’une vieille famille lorraine, Aubréville était le fils d’un employé des chemins de fer. Il étudia au collège de Pont-à-Mousson, au lycée de Nancy, puis au lycée Saint-Louis à Paris où il suivit les cours de mathématiques spéciales. Mobilisé en 1916 dans l’infanterie, le jeune homme reprit sa préparation aux grandes écoles après l’armistice et fut admis en 1920 à Polytechnique, dont il sortit diplômé en 1922. Aubréville abandonna alors le monde des mathématiques au profit de l’histoire naturelle : il effectua un cursus de deux ans à l’École nationale des eaux et forêts de Nancy, où enseignait Philibert Guinier, puis commença en 1925 sa carrière outre-mer. Celle-ci, inaugurée par un séjour de douze ans en Côte-d’Ivoire, se déroula dans le corps des officiers des eaux et forêts des colonies, dont le naturaliste devint successivement inspecteur en 1925, inspecteur principal en 1931 et inspecteur général en 1939.

53Dès le début de ses fonctions outre-mer, Aubréville établit une étroite collaboration scientifique avec les botanistes du Muséum – surtout François Pellegrin*–, effectuant même en 1935 un an de stage au laboratoire de Phanérogamie. Lingénieur forestier colonial se trouva mobilisé en 1939 au dépôt du bataillon de l’armée de l’air d’Ouakam. Nommé en 1958 professeur titulaire de la chaire de Phanérogamie du Muséum, ainsi que directeur du laboratoire associé de l’École pratique des hautes études, Aubréville fut élu à l’Académie des sciences en 1968, date de sa mise à la retraite. Il avait eu l’occasion durant sa carrière de visiter, outre l’Afrique tropicale, de nombreux pays comme la Jordanie, le Brésil, le Vénézuela, le Mexique, la Guyane, le Cambodge, l’Australie ou la Nouvelle-Calédonie. Ayant constaté un affaiblissement de sa mémoire, il mit fin à ses activités scientifiques en 1980 et mourut à l’âge de quatre-vingt-quatre ans.

54Aubréville laissa le souvenir d’un homme pondéré, courageux, réaliste, tenace parfois jusqu’à l’inflexibilité, ayant le sens du devoir et doté d’une imagination créatrice. Marié en 1927 à Marguerite Bertrand, il eut une fille.

55Aubréville consacra son œuvre à la phanérogamie tropicale, envisagée sous les angles de la systématique, de la phytogéographie, ainsi que de l’écologie. Spécialiste des forêts des pays chauds, il préconisa des méthodes rationnelles de sylviculture, dressa des cartes bioclimatologiques et étudia les processus d'extension des déserts en l’Afrique tropicale. Il fut aussi un pionnier de la “filière bois” et s’intéressa à l’industrie des produits forestiers, ainsi qu’à la protection des milieux naturels concernés. Par ailleurs, il publia ou dirigea la publication de diverses flores tropicales, forestières ou générales. Citons, parmi les deux cents ouvrages ou mémoires dus à sa plume, la Flore forestière de la Côte-d’Ivoire (1936), Climats, forêts et désertification de l’Afrique tropicale (1949), ainsi que Les Sapotacées, taxonomie et phytogéographie (1965). Enfin, Aubréville créa le Centre technique forestier tropical de Nogentsur-Marne en 1947 et recréa la revue Adansonia en 1962.

Bibliographie

Anonyme, “André Aubréville”, Compte s Rendus hebdomadaires des Séances de l’Académie des Sciences, Vie académique, vol. 295, 1982, pp. 194-195.

Aubréville (André), “La Vocation particulière de la chaire de Phanérogamie à l’étude de la systématique et de la biogéographie des flores tropicales. Leçon inaugurale du cours de phanérogamie prononcée le 6 mai 1959”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, vol. 31, no 4, 1959, pp. 303-321.

Aymonin (Gérard), “André Aubréville (1897-1982). Ancien président de la Société”, Bulletin de la Société botanique de France, vol. 130, Lettres botaniques no 3,1983, pp. 257-261. Jacquiot (Clément), “André Aubréville (1897-1982)”, Comptes Rendus des Séances de l’Académie d’Agriculture de France, vol. 69, no 3, 1983, pp. 133-136.

Leroy (Jean-François), “André Aubréville (1897-1982) : une œuvre immense et éblouissante sur la forêt tropicale”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, section B, Adansonia Botanique-Phytochimie, 4e série, vol. 5, no 2, 1983, pp. 123-140.

Letouzey (René), “[s.t.]”, [extr. de Mondes et Cultures, vol. 42, no 4], Paris : Académie des sciences d’Outre-Mer, 1982, pp. 836-838.

PJ

AUBRIET Claude

né en 1665 à Châlons-sur-Marne (Marne), mort le 3 décembre 1742 à Paris
peintre ordinaire du roi pour la miniature
Peinture

56Élève de Jean Joubert*, sous la responsabilité duquel il avait dû peindre des Vélins destinés à la collection du roi, Aubriet fut remarqué par Joseph Pitton de Tournefort* pour lequel il dessina et grava les quatre cent soixante et onze figures des Élémens de botanique (1694), plus tard reprises dans les Institutiones rei herbariae (1700).

57Confirmé par ce travail d’excellente qualité, il acquit par brevet du 23 janvier 1700 la survivance de la charge de Joubert et accepta, ainsi qu’un jeune médecin allemand de trente-deux ans nommé Andreas Gundelsheimer, de suivre Tournefort partant pour un long voyage au Levant. Les trois hommes quittèrent Marseille le 23 avril 1700 et n’y revinrent que le 3 juin 1702, après un périple resté mémorable, au cours duquel Aubriet se donna sans compter à son métier, peignant non seulement plantes et animaux, mais aussi monuments et costumes, au point de compromettre un moment sa santé. Il rentra charger d’une riche documentation iconographique, qu’il exploitera plus tard tout au long de sa carrière.

58Après la mort de Joubert, Aubriet lui succéda sans doute en 1707 ou 1708, dans la charge de peintre ordinaire du roi pour la miniature qu’il conserva jusqu’au 30 avril 1735, date à laquelle il la céda à son tour à son élève Madeleine Basseporte*. Dans l’intervalle, il enrichit la collection des Vélins du roi d’au moins trois cent quatre-vingt-quatorze planches qui portent sa signature : trois cent vingt-sept planches de botanique, dix-huit représentant des oiseaux et divers autres animaux, des papillons notamment pour lesquels il semble avoir eu une véritable passion. Il peignit cinq cent soixante-dix aquarelles pour un ouvrage sur les plantes médicinales projeté par Antoine de Jussieu*, illustra de plus de trois cents figures le Botanicon parisiense de Sébastien Vaillant* et répondit encore à un grand nombre d’autres commandes.

59Aubriet resta célibataire. Logé au Jardin du roi depuis qu’il avait succédé à Joubert, il y mourut et fut inhumé le lendemain en l’église Saint-Médard, en présence de Bernard de Jussieu*, son exécuteur testamentaire. Après sa mort, on publia de lui des dessins inédits dans l’édition de 1768 du Traité des arbres fruitiers de Duhamel du Monceau, dans le Choix des plantes du corollaire des Instituts de Tournefort publié par René-Louiche Desfontaines* en 1808 et dans les Illustrationes plantat ion orientalium du comte Jaubert parues de 1842 à 1857. Augustin-Pyramus de Candolle lui a dédié un genre de Crucifères : Aubretia.

Sources

Brevet de peintre ordinaire du roi pour la miniature, 23 janvier 1700, Archives nationales 01 148, fol. 15. En dehors de la collection des Vélins, la bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle conserve de nombreux dessins et aquarelles d’Aubriet, sous les cotes Mss 78, 92, 185, 252, 254, 675, 972, 973, 998, 1867, 2211.

Bibliographie

Balis (Jan), “Claude Aubriet”, in Vélins du Muséum, peintures sur vélin de la collection du Muséum national d'histoire naturelle de Paris : catalogue de l’exposition organisée à la Bibliothèque royale Albert 1er de Bruxelles, du 28 septembre au 31 octobre 1974, Bruxelles : Bibliothèque royale Albert 1er, 1974, pp. 4-6.

Balteau (Jules), “Aubriet”, in Balteau (Jules) (sous la dir.), Dictionnaire de biographie française, Paris : Letouzey, 1948, vol. 4, pp. 238-239.

Bauchot (Marie-Louise), Daget (Jacques), Bauchot (Roland), L'Ichtyologie en France au début du XVIIIème siècle : l’histoire naturelle des poissons de Cuvier et Valenciennes, Paris : Muséum national d’histoire naturelle, 1990, p. 56 [Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, section A, 4e série, vol. 12, no 1, supplément], Becker (G.) et al., Tournefort, Paris : Muséum national d’histoire naturelle, 1957, 321 p. (Les Grands naturalistes français).

Bidal (Anne-Marie), “Inventaire des archives du Muséum national d’histoire naturelle. Première partie. Série A : Archives du Jardin du roi”, Archives du Muséum national d’Histoire naturelle, 6e série, vol. 11, no 329-330, 1934, p. 203.

Bultingaire (Léon), “Les Peintres du Jardin du roy au XVIIIème siècle”, Archives du Muséum national d’Histoire naturelle, 6e série, vol. 3, 1928, pp. 21-28 et pl. 5.

Jal (Augustin), “Aubriet”, in Dictionnaire critique de biographie et d’histoire, 2e éd., Paris : Plon, 1872, pp. 78-79.

YL ERB

AUDOUIN Jean-Victor

né le 27 avril 1797 à Paris, mort le 9 novembre 1841 à Paris
chaire d’Histoire naturelle des Crustacés, des Arachnides et des Insectes ou des Animaux articulé
Entomologie, Zoologie des Arthropodes

60Ce troisième des sept enfants d’un avocat désargenté étudia successivement au collège de Reims, au lycée Louis-le-Grand à Paris et au collège principal de Lucques en Toscane, où l’un de ses cousins occupait une position officielle. Audouin dut rentrer en France au début de l’année 1814, prenant le goût de l’histoire naturelle lors de sa traversée des Alpes. À sa grande déception, son père l’obligea à commencer des études de droit, le plaçant même chez un avoué. Le jeune homme eut alors le bonheur de rencontrer en 1816, au cours d’une promenade entomologique dans le bois de Meudon, Alexandre Brongniart*. Celui-ci ayant offert à Jean-Victor les appointements de six cents francs pour entretenir sa collection d’insectes, les parents autorisèrent finalement leur fils à faire sa médecine. Par ailleurs, Audouin passa deux ans comme externe chez l’un des meilleurs pharmaciens de Paris et fut l’assistant d’Henri-Auguste Vogel, alors préparateur des cours de chimie à l’école de pharmacie.

61Devenu le protégé de Brongniart, le jeune naturaliste conduisit sous couvert de ses études de médecine ses premiers travaux scientifiques, qui lui valurent l’estime de Georges Cuvier*. Audouin fut nommé sous-bibliothécaire de l’Institut en 1823, suppléant d’André Latreille* pour l’enseignement de Jean-Baptiste de Lamarck* au Muséum en 1825 et obtint son doctorat en médecine en 1826. La même année, il se trouva chargé par le gouvernement d’achever le travail rédactionnel de J.-C. Savigny – devenu aveugle – sur les Invertébrés collectés au cours de l’expédition égyptienne de Bonaparte. C’est également en 1826 qu’Audouin effectua, avec Henri Milne-Edwards*, son premier voyage d’études sur les côtes de Bretagne et de Normandie. Les deux hommes devaient renouveler ce genre de périple en 1828, puis en 1829. Audouin succéda à Latreille au Muséum, en 1830 comme aide-naturaliste dans la chaire d’Histoire naturelle des Crustacés, des Arachnides et des Insectes ou des Animaux articulés, puis trois ans plus tard comme professeur titulaire de la même chaire. Élu au début de l’année 1838 membre de l’Académie des sciences, il fit par la suite plusieurs voyages scientifiques. Mais, des épreuves morales mal surmontées minèrent sa santé, bien qu’il se trouvât dans la force de l’âge. Audouin mourut finalement des suites d’une attaque d’apoplexie.

62Dépeint comme un homme intelligent et sensible, Audouin vint toujours au secours de son prochain, qu’il s’agisse ou non d’un membre de sa famille. Ainsi, il n’hésita pas à payer de sa personne en 1832 lors d’une épidémie de choléra, accompagnant son collègue Emmanuel Rousseau* dans ses visites aux malades. Audouin montra, par ailleurs, d’excellentes qualités d’enseignant au Muséum, où son cours eut un grand succès. Possesseur d’une riche bibliothèque entomologique, il l’ouvrit largement aux savants de son époque. Il avait épousé en 1827 la seconde des filles d’Alexandre Brongniart, Mathilde, dont les talents de dessinatrice lui furent précieux dans ses travaux. De cette union étaient nés deux garçons et une fille.

63Audouin rédigea, seul ou en collaboration, plus de soixante-dix publications. Il étudia l’anatomie des Articulés selon les principes établis par Cuvier, comme en témoignent ses Recherches anatomiques sur le thorax des animaux articulés et celui des Insectes en particulier (1824), ou les Recherches anatomiques sur le système nerveux des Crustacés (1828) publiées avec Henri Milne-Edwards. Mais il fut aussi un biologiste, qui s’intéressa à la physiologie des Crustacés et à l’éthologie des Insectes, ainsi qu’un précurseur de l’entomologie appliquée. Il écrivit notamment, dans ce dernier domaine, une Histoire des Insectes nuisibles à la vigne et particulièrement de la Pyrale (1842) et reconnut l’étiologie fongique d’une maladie du ver à soie, la muscardine. Audouin fit aussi œuvre utile, en proposant des méthodes de lutte contre les ravageurs des cultures. Chargé en 1825 des collections d’insectes du Muséum, il mit huit ans à les classer et laissa à sa mort plus de cent vingt mille espèces d’Articulés, soit au total près de cinq cent mille spécimens. Enfin Audouin, qui fut l’un des fondateurs de la Société d’histoire naturelle de Paris ainsi que de la Société entomologique de France, créa en 1824 les Annales des Sciences naturelles avec Adolphe Brongniart* et Jean-Baptiste Dumas.

Jean-Victor AUDOUIN

Bibliographie

Duponchel (Philogène), “Notice sur la vie et les travaux de Jean-Victor Audouin”, Annale s de la Société entomologique de France, vol. 11, 1842, pp. 95-164.

Théodoridès (Jean), “Audouin, Jean Victor”, in Gillispie (Charles) (sous la dir.), Dictionary of Scientific Biography, New York : Charles Scribner’s Sons, 1970, vol. 1, pp. 328-329.

Milne-Edwards (Henri), Notice sur la vie et les travaux de Victor Audouin, Paris : impr. Bouchard-Huzard, 1850, 22 p. Théodoridès (Jean), Un zoologiste â l’époque romantique : Jean-Victor Audouin (1797-1841), Paris : CTHS, 1978 128 p.

PJ

AYMONIN Gérard, Guy

né le 14 juin 1934 à Paris
chaire de Phanérogamie
Biologie végétale, Écologie

64Aymonin fit ses études primaires à Ainay-le-Vieil (Cher), puis à Paris. Dans la capitale se déroulèrent de 1946 à 1953 ses années de lycée, durant lesquelles il suivit dès 1948 les excursions botaniques ou entomologiques organisées par le Muséum. Aymonin fréquenta également, comme travailleur libre, deux laboratoires du Jardin des plantes : celui de Paléontologie de Camille Arambourg*, où il s’initia à la science des fossiles sous la direction de Jean Roger* de 1950 à 1953, et celui de Phanérogamie d’Henri Humbert*, où il œuvra avec Paul Jovet* de 1952 à 1956. Bachelier de la section sciences expérimentales en 1953, Aymonin effectua la même année un “voyage Zellidja” axé sur le thème de la protection de la nature en France. Il bénéficia pour cette occasion des conseils de Clément Bressou et Paul Vayssière*. En 1954, Aymonin se sentit définitivement attiré vers la biologie végétale lors d’un événement exceptionnel : il put participer au huitième congrès international de botanique de Paris et Nice, accompagnant l’une des excursions prévues dans les Alpes. Aymonin, qui obtint le certificat du SPCN de l’université Paris-Sorbonne en 1954, fut licencié ès sciences en 1956 et soutint l’année suivante un diplôme d’études supérieures de botanique. Il envisageait de passer l’agrégation de sciences naturelles dans la perspective d’une carrière d’enseignant du second degré, lorsque Humbert le recruta en 1957 au Muséum, comme assistant de la chaire de Phanérogamie. Aymonin effectua plusieurs missions à l’étranger, parcourant le Portugal, la Yougoslavie, la Bulgarie, le Proche-Orient, l’Arménie, l’Iran, le Canada, les États-Unis, avant d’accomplir son service militaire en Algérie de 1961 à 1962. Nommé maître-assistant de la chaire de Phanérogamie en 1964, le naturaliste devint sous-directeur de ce service en 1967, professeur sans chaire en 1990, puis professeur du Muséum en 1992. Aymonin eut l’occasion de dispenser, durant sa carrière, des enseignements à l’École normale supérieure de sciences et à l’École nationale du génie rural des eaux et des forêts de Nancy. De plus, il partit collecter des spécimens végétaux dans diverses parties du monde : l’Europe (de la Grèce à la Laponie et à l’Algarve), le Moyen-Orient, Madagascar, l’Amérique du Nord ou centrale. Le naturaliste avait épousé Monique Keraudren*.

65Œuvrant dans le domaine de la biologie végétale, Aymonin s’intéressa à la systématique descriptive et comparée des Phanérogames, à la morphologie et à la nomenclature végétales, à la phytogéographie, à l’évolution récente des flores en milieux sauvages ou transformés, ainsi qu’à la sauvegarde des espèces menacées. Il étudia tout spécialement les Thyméléacées européennes, africano-malgaches, néo-calédoniennes et pacifiques. Parmi les nombreuses publications d’Aymonin figurent : Étude sur les formations végétales et leur succession altitudinale dans les principaux massifs du “système alpin” occidental. Essai de comparaison avec l’Himalaya (1965) – avec Raj Kumar Gupta –, Thyméléacées (1966), La France et la bataille pour l’environnement : les réserves naturelles intégrales. Quelques raréfactions ou diparitions d’espèces végétales en France (1972), Les Cormophytes dulçaquicoles : biologie, écologie, réactions aux transformations du milieu, exemples de régression (1973), Guide des arbres et arbustes (1986), ainsi que plusieurs biographies historiques de naturalistes. Le botaniste participa également à la réédition d’ouvrages anciens.

66Au Muséum, Aymonin organisa dès 1957 un enseignement de botanique sur le terrain et assura la gestion financière du laboratoire de Phanérogamie. Il consacra une grande part de son activité à l’Herbier national : il enrichit ce dernier de plus de trente mille spécimens et s’intéressa à des collections végétales historiques, comme celle de Jean-Baptiste de Lamarck*. Enfin, Aymonin, remplit diverses fonctions d’intérêt collectif à la Société botanique de France, au CNRS, dans les parcs nationaux ou les conservatoires botaniques.

Bibliographie

Aymonin (Gérard), Titres et travaux scientifiques, 26 p.

dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, n° ß 8795).

Aymonin (Gérard), Notice sur les titres et travaux scientifiques, Paris : [s.n.], 1979, 61 p. dactylographiées (bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, no ß 8681).

PJ

Table des illustrations

Légende Raoul ANTHONY
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2086/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 263k
Légende ARNAUD A. – Boîtes d'ampoules d'ouabaïne.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2086/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Jean-Victor AUDOUIN
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/2086/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 253k

© Publications scientifiques du Muséum, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540