Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du Jardin au Muséum en 516 biographies

 | 
Philippe Jaussaud
, 
Édouard-Raoul Brygoo

Avant-prοpos

Texte intégral

“Si la perfection absolue est impossible, c’est du moins avec la conscience de nos bonnes intentions et avec l’amour de la vérité que nous nous sommes chargés de la mission de passer en revue les vivants et les morts, et que nous avons assumé sur nous cette grave responsabilité”.
FIRMIN DIDOT FRERES
in “Nouvelle biographie universelle” (1852).

1Écrire un dictionnaire biographique représente une aventure exaltante, surtout lorsque l’ouvrage concerne deux établissements aussi prestigieux que le Jardin du roi et le Muséum. Mais il s’agit aussi d’une entreprise périlleuse, car nécessitant de trouver un juste milieu entre une exhaustivité rébarbative et une concision trop indigente. Nous souhaitons donc éclairer d’emblée le lecteur sur les limites que nous nous sommes imposées en élaborant cet ouvrage.

2Il convient en premier lieu de fixer le cadre géographique et administratif du projet. Le Jardin royal des plantes médicinales, ou Jardin du roi, qui fut créé par un édit royal en date de 1626 (cf. texte en annexes), avait pour vocation initiale la culture des simples, ainsi que l’enseignement pratique de la pharmacopée, dans le but d’apporter des soins éclairés aux sujets de Louis XIII. Selon cette logique officièrent alors dans l’établissement, au sein de “pseudo-chaires”, des médecins et des apothicaires : ils dispensèrent, en qualités de “démonstrateurs” ou de “sous-démonstrateurs”, des leçons de botanique, de chimie et d’anatomie humaine. Soulignons à ce propos que les premiers cours de chimie officiels publics et en français furent donnés au Jardin royal. Rétablissement survécut à la Révolution grâce à une réforme efficace de ses statuts, dans laquelle s’impliquèrent avec énergie ses enseignants, devenus transitoirement des “officiers du Jardin du roi”. Un décret de la Convention en date du 10 juin 1793 (cf. texte en annexes) permit au Muséum national d’histoire naturelle d’émerger sans heurts de la vieille institution monarchique. Le nouvel établissement se trouvait investi d’une triple mission, laquelle fait encore aujourd’hui son originalité : enseignement, recherche et conservation des collections. Il était nanti de douze chaires magistrales, destinées à des “professeurs-administrateurs” rémunérés sur le budget de l’État. De ce fait, le programme pédagogique du Muséum s’étendit à toutes les sciences de la nature, incluant la zoologie, l’anatomie des animaux, la minéralogie et la géologie (cf. liste des chaires en annexes). Les collections héritées du Jardin royal s’enrichirent quant à elles de spécimens confisqués aux émigrés, ou rachetés par la République pour une bouchée de pain, tandis qu’une ménagerie et une vaste bibliothèque étaient constituées.

3Au cours du temps, les chaires primitives du Muséum se transformèrent, se dédoublèrent, changèrent de nom. Certaines disparurent, d’autres virent le jour, si bien que leur nombre passa de douze à vingt-six en un peu moins de deux cents ans (cf. liste des chaires en annexes). L’anatomie et la physiologie comparées, la physique appliquée, la paléontologie, la physique végétale, la pathologie comparée émergèrent successivement, suivies de beaucoup d’autres disciplines, telles la cryptogamie, l’agronomie, l’océanographie ou l’éthologie des animaux sauvages. La fondation de divers établissements ou institutions directement rattachés au Muséum, comme le Musée ethnographique du Trocadéro, le Musée de l’Homme, le Jardin zoologique du bois de Vincennes, l’arboretum de Chèvreloup ou le domaine de Brunoy, participèrent au développement des nouvelles chaires et ménagèrent de précieuses ouvertures vers le champ des sciences humaines par le biais de l’anthropologie. De 1793 à 1985, seules les chaires de Minéralogie et de Géologie traversèrent le temps sans jamais changer d’intitulé ni de vocation. Il est intéressant de noter au passage la conversion en 1958, pour des raisons historiques évidentes, des deux chaires “coloniales” (Agronomie et Pêches) en chaires respectivement “tropicale” et “Outre-Mer”. Comme conséquence de l’évolution que nous venons de schématiser à grands traits, le Muséum offrait dès le début du XXème siècle le modèle d’un véritable temple de la connaissance, où les sciences physiques, naturelles et de l’homme, les disciplines expérimentales et descriptives, les approches moléculaires et intégratives se trouvaient réunies en un ensemble cohérent. Après la création du Muséum en 1793, afin d’aider les professeurs titulaires dans leurs travaux, des emplois de préparateurs, d’aides-naturalistes, de bibliothécaires, de gardes des galeries, de jardiniers, se trouvèrent affectés – individuellement ou collectivement – aux chaires de l’établissement. Le personnel était placé sous l’autorité des “professeurs-administrateurs” siégeant régulièrement en assemblée et élisant l’un d’entre eux à la fonction de directeur. Les statuts, ainsi que les dénominations individuelles, évoluèrent au fil de l’Histoire. Par exemple, les anciens aides-naturalistes devinrent un jour assistants, les sous-directeurs apparurent, puis les maîtres-assistants, les maîtres de conférences sous-directeurs et les professeurs sans chaire. L’évolution du Muséum peut être perçue sur le plan des postes administratifs comme sensiblement parallèle à celle de l’Université, dont les schémas hiérarchiques furent adoptés sans grandes modifications. Il faut ajouter à cela l’intégration aux laboratoires de personnel scientifique appartenant à l’École pratique des hautes études (dès 1868), puis au CNRS (dès 1939), donc non rétribué sur le budget propre du Muséum. Enfin, l’Assemblée des professeurs fut dissoute en 1985, à la faveur d’un radical changement du statut de l’établissement (cf. texte en annexes).

4Les biographies que le lecteur trouvera dans cet ouvrage concernent uniquement le personnel statutairement rattaché au Muséum, recruté avant 1985 (cf. Avertissement au lecteur) et occupant, à de rares exceptions près, des emplois scientifiques – professeurs, aides-naturalistes, assistants, maîtres-assistants ou sous-directeurs – ou assimilables – certains bibliothécaires, peintres, jardiniers ou gardes des galeries. Le cas des voyageurs-naturalistes ou des correspondants du Muséum n’a été envisagé que lorsque les personnages considérés ont occupé à un moment quelconque de leur vie l’un des postes précédemment définis. Malgré ces restrictions, le nombre des savants dont nous avons dû établir les biographies est considérable, puisqu’il s’élève à cinq cent seize. Les difficultés (voire les impossibilités) matérielles quelquefois rencontrées pour reconstituer un état civil ou les diverses étapes d’une vie expliquent l’existence de certaines lacunes que le lecteur voudra bien excuser. Car l’Histoire n’a pas systématiquement conservé dans ses archives une trace précise de tous les savants concernés. Il n’en reste pas moins que nous avons réuni la plus grande quantité possible de documents et de témoignages utiles à notre dessein.

5Mosaïque de biographies par définition, ce dictionnaire doit avant tout permettre au lecteur de se renseigner rapidement sur la vie et l’œuvre de tel ou tel personnage de son choix. Il semble donc ne pouvoir renvoyer qu’une image fragmentée, discontinue, des populations de savants du Jardin royal ou du Muséum. Cependant, nous allons voir que le recours à une analyse transversale et aux recoupements est susceptible de modifier notre vision des choses en la rendant plus globale, plus continue. Il en va de même lorsque, en observant une photographie dans le journal, nous voyons de multiples points composer peu à peu une image cohérente à mesure que nous éloignons notre regard. Sans entrer dans une analyse sociologique détaillée, hors de notre compétence, nous pouvons dégager les quelques tendances générales suivantes.

6Les savants qui nous intéressent sont issus de presque toutes les régions de France. Par ailleurs, leurs origines sociales apparaissent comme très diverses, incluant par exemple le milieu rural modeste, l’artisanat, la bourgeoisie aisée ou même l’aristocratie d’épée. Les études suivies montrent également une grande hétérogénéité : de purs autodidactes (tels Arnaud, Decaisne, Bois ou Cherbonnier) côtoient d’anciens élèves des universités (trois cinquième de l’effectif considéré) ou des grandes écoles – École polytechnique, écoles normales supérieures, École des mines, Institut national agronomique, écoles nationales vétérinaires – (un sixième de l’effectif). Il faut remarquer la place importante occupée par les savants titulaires d’un doctorat en médecine ou d’un diplôme de pharmacien (un tiers de l’effectif). Un tel phénomène se justifie aisément dans le contexte du Jardin du roi, qui affichait délibérément – du moins à ses débuts – une vocation que l’on qualifierait aujourd’hui de “médicale”. Pour le Muséum, l’explication réside surtout dans l’apparition tardive des facultés des sciences : l’histoire naturelle fut longtemps dispensée dans les écoles de médecine ou de pharmacie, où l’on pouvait s’initier à la zoologie, à l’anatomie, à la botanique, à l’histologie ou à la physiologie. Même la création (en 1808) des facultés des sciences ne ternit pas la faveur dont jouissaient les formations de type “santé” au Muséum. Elle se trouva simplement à l’origine de nombreux cas de doubles cursus (médecine-sciences ou pharmacie-sciences), qui sont pris en compte dans le tiers “médico-pharmaceutique” mentionné plus haut. Incidemment, on relèvera l’existence de certaines formations a priori peu propices au lancement d’une carrière au Muséum, comme les ordres (Haüy, Dolomieu, Latreille, Gérardin), le droit (Lartet, Tulasne, Faujas de Saint-Fond), l’administration (Georges Cuvier) ou l’école des armes (Lamarck). Un goût personnel pour les sciences revêt dans ces cas de figure une importance majeure, supplantant l’influence des études.

7Il faut enfin observer que le Muséum lui-même offrait d’intéressantes opportunités de formation aux jeunes gens dotés d’une vocation scientifique. Ceux-ci avaient la possibilité de trouver au sein de l’établissement des mentors parmi les professeurs – on rejoint là en partie le cas des autodidactes – et des sujets de diplômes universitaires – doctorats, diplômes d’études supérieures. D’ailleurs, la conquête des grades à l’Université facilitait le franchissement des étapes d’une carrière classique au Muséum. Ceci nous conduit à aborder le point suivant de notre analyse.

8Si l’on considère l’évolution des carrières, on observe que les professeurs atteignirent ce grade en moyenne entre quarante et soixante ans. Les exceptions à cette règle, dont les plus célèbres concernèrent Étienne Geoffroy Saint-Hilaire et Georges Cuvier – élevés au professorat avant l’âge de trente ans –, sont rares. Par ailleurs, les “professeurs-administrateurs” occupèrent la plupart du temps leurs chaires pendant plus de quinze ans. On peut citer parmi les exceptions marquantes Lacaze-Duthiers, Lartet et Chopart, qui restèrent brièvement en place au Muséum pour des raisons différentes – l’incompatibilité avec les conditions de travail dans l’établissement, la maladie et l’âge, respectivement. De manière plus générale, si certains savants – comme Georges Cuvier ou Étienne Geoffroy Saint-Hilaire – effectuèrent la totalité de leur carrière au Muséum, d’autres – comme Vicq d’Azyr, Gley, Coste ou Gabriel Bertrand – quittèrent assez vite l’établissement pour un autre. D’où des échanges entre le Jardin des plantes et diverses institutions, telles les universités, le Collège de France, le CNRS ou l’Institut Pasteur. Il est également intéressant de noter qu’au moment de la dissolution de l’Assemblée des professeurs en 1985, l’ancienneté des professeurs dans les laboratoires et les services apparaissait comme bien corrélée à leurs âges.

9Les “démonstrateurs” ou les “sous-démonstrateurs” du Jardin royal étaient nommés par un édit du roi, sur la proposition du surintendant de l’établissement. Ensuite, les professeurs du Muséum se trouvèrent recrutés à la faveur d’une double élection, puisque l’Académie des sciences devait ratifier le choix effectué par l’Assemblée des professeurs. Quant aux enseignants de rang non magistral, ils accédaient à leur fonction sur simple décision de l’Assemblée des professeurs (cf. texte en annexes). Si l’on considère maintenant les critères et non les modalités de recrutement, on ne peut manquer d’être frappé par le népotisme ayant sévi jusqu’à la fin du XIXème siècle au Jardin royal, puis au Muséum. De véritables dynasties colonisèrent les deux établissements et il n’est besoin pour s’en convaincre que de consulter les pages de notre ouvrage relatives aux d’Aquin, Boulduc, Mertrud, Du Verney, Thouin, Lucas, Rouelle, Jussieu, Brongniart, Duméril, Geoffroy Saint-Hilaire ou autres Becquerel. Les liens familiaux se révèlent quelquefois plus discrets, nécessitant pour bien apparaître de suivre les ramifications complexes des arbres généalogiques. Ainsi, les Fourcroy, les Laugier et les Brongniart se trouvèrent-ils unis – quelquefois de façon fort lointaine – par le sang (cf. arbre généalogique en annexes).

10Des relations différentes des liens familiaux influèrent sur le recrutement ou la carrière de nos savants. En effet, l’appui d’un professeur du Jardin royal ou du Muséum facilitait l’accès d’un disciple du maître à un poste dans l’établissement convoité. Les exemples de “couples” protecteur-protégé, Cuvier-Blainville, Fourcroy-Vauquelin ou Le Monnier-Desfontaines, peuvent être cités à ce propos. Dans le même ordre d’idées, l’accès de personnalités comme Kuhnholtz-Lordat ou Donzelot à des chaires du Muséum fut accepté par l’Assemblée des professeurs sur proposition du directeur Heim. Le fait d’occuper un emploi d’aide-naturaliste au Muséum mettait souvent le pied à l’étrier pour atteindre le professorat. Mais, rien n’était jamais gagné d’avance, comme le montre le cas de l’entomologiste Lesne ou de Künckel d’Herculais. Celui-là, victime d’une lutte de clans au sein même du Muséum, se vit supplanter par Jeannel, malgré l’appui de l’ancien titulaire de chaire Bouvier. Une souplesse de caractère insuffisante pouvait aussi bloquer définitivement une carrière : ainsi, l’anatomiste Neuville ne parvint jamais à accéder au grade de professeur, car il s’aliéna des sympathies électorales. Quelquefois, les logiques du recrutement cooptatif se trouvaient contrariées par l’arrivée d’une personnalité dont aucun membre du sérail ne patronnait la candidature – tel Balachowsky, que l’universitaire Grassé incita à briguer la chaire d’entomologie. Certains de ces “extérieurs” reçurent un accueil hostile, comme Alcide d’Orbigny ou Georges Ville, dont les prises de fonctions à la tête de nouvelles chaires furent imposées par les instances gouvernementales. Les injustes rejets des candidatures de Gratiolet et Dareste suscitèrent quant à eux de véritables affaires dans le monde savant, ternissant l’image du Muséum. Si l’on fait le bilan, qu’ils aient été bien ou mal acceptés, les “extérieurs” furent toujours minoritaires sur le plan du recrutement dans le corps des professeurs.

11La dernière remarque nous amène à une autre constatation intéressante. Comme les professeurs ou les aides-naturalistes habitèrent souvent leurs logements de fonctions, situés dans l’enceinte même du Jardin des plantes, leurs familles vécurent côte à côte : l’union des enfants se trouva ainsi favorisée. En allant plus loin, on serait tenté de dire que le Muséum constitua jusqu’à la fin du XIXème siècle un monde à part, fortement consanguin, un microcosme dont Alfred Lacroix décrivit parfaitement l’atmosphère : “[Les enseignants] vivaient là, calmes et tranquilles, et lorsque, le soir, étaient closes les lourdes portes extérieures, aux serrures monstrueuses, rappelant celles d’une prison ou d’un antique couvent, et que la rumeur de la grande ville était assoupie, il ne tenait qu’à eux de se croire ensevelis dans le silence de la plus lointaine province”. Ce monde clos était loin d’être idéal : il abritait des mesquineries, des rivalités farouches, se trouvait agité de querelles. En suivant les allées du Jardin des plantes pour vaquer à ses occupations, on courait à chaque instant le risque de croiser son plus mortel ennemi – scientifique ou personnel. Notons à ce propos que les querelles savantes ne firent jamais défaut au Muséum, les “fixistes” affrontant les “transformistes”, les “expérimentalistes” s’opposant aux “naturalistes”, etc. Les luttes d’influences les plus sordides ne manquèrent pas non plus, comme en témoigne par exemple le cas de Chauveau, contraint de défendre pied à pied ses locaux ou de répondre de ses actes devant une commission d’enquête réunie grâce aux soins de ses chers collègues. Le fiel pouvait couler à flots dans la communauté... Parfois, certains savants du Muséum s’échappaient de l’étouffant microcosme afin de visiter des contrées lointaines : ils perpétuaient ainsi la grande tradition des voyageurs-naturalistes, héritée du Jardin royal. Les photos jaunies de personnages exhibant le casque colonial et la saharienne dans des jungles tropicales, des savanes ou des déserts, témoignent des missions effectuées, parfois dangereuses. Les globe-trotters rejoignaient ensuite le bercail, chargés de spécimens originaux qui venaient enrichir les collections de l’établissement. Des collections, remarquons-le au passage, dont on se disputait âprement la responsabilité ou l’exploitation – les fossiles de Vertébrés devaient-ils se trouver gérés par le professeur d’anatomie comparée ou celui de paléontologie ? Enfin, les locaux de travail du Muséum étaient loin d’être somptueux au XIXème siècle, comme le constata par exemple Antoine-César Becquerel, qui se vit installer lors de son arrivée dans un véritable taudis constitué par d’anciennes écuries. Mais à l’époque, la science disposait presque partout de moyens très modestes : souvenons-nous de la “cave” de Claude Bernard au Collège de France – abandonnée d’ailleurs pour une installation nettement plus confortable au Jardin des plantes.

12Il ne faudrait pas déduire de l’état des laboratoires du Muséum que la fortune de leurs occupants était obligatoirement mince. Si tel fut le cas pour des savants besogneux comme Latreille, nombre de professeurs du Jardin royal ou du Muséum purent vivre dans l’aisance grâce au cumul de plusieurs emplois universitaires – dans les facultés, au Collège de France, dans les grandes écoles-, auxquels s’ajoutaient souvent des fonctions administratives, voire de cour. Nous conseillons à ce propos la lecture édifiante des biographies de Fagon, des Boulduc, de Fourcroy, Vauquelin, Gay-Fussac ou Georges Cuvier. Cependant, les “cumulards” ne furent pas, loin s’en faut, l’apanage du Muséum : la pratique consistant à collectionner les emplois fut monnaie courante dans l’ensemble du monde universitaire jusqu’au XXème siècle. Elle était génératrice non seulement d’avantages financiers, mais aussi d’une précieuse influence intellectuelle. Allant plus loin, certains savants du Jardin des plantes, comme Fourcroy, Georges Cuvier ou Rivet, joignirent le pouvoir politique au pouvoir intellectuel.

13Nous ne pouvons passer sous silence, à propos de cumul, les difficultés que suscita le lien originel unissant les charges de premier médecin du roi et de surintendant du Jardin royal. Des négligences préjudiciables à rétablissement, jointes aux intrigues complexes de Charles Bouvard et à l’interminable procès intenté par lui contre Vautier, puis Vallot, furent la rançon de cette anomalie statutaire. Pour régler la situation, le pouvoir royal dut d’abord réunir la surintendance à celle des Bâtiments royaux (1671), puis séparer la charge administrative de la charge de cour (1718), avant de supprimer définitivement la surintendance (1732).

14Notons que, parmi les savants ayant officié au Jardin du roi ou au Muséum, certains furent des pionniers dans leur discipline : par exemple, Tournefort jeta les bases de la systématique végétale, Georges Cuvier, Louis Daubenton et Vicq d’Azyr fondèrent l’anatomie comparée, Adolphe Brongniart la paléobotanique, Haüy la cristallographie moderne, Henri Becquerel découvrit la radioactivité naturelle, Phisalix la sérothérapie antivenimeuse et Sadron participa à la naissance de la biologie moléculaire. De tels mérites se trouvèrent reconnus par un Prix Nobel – celui de Henri Becquerel –, ainsi que de nombreuses élections à l’Institut.

15Les savants du Jardin royal ou du Muséum qui ne moururent pas paisiblement dans leur lit, comme Aubréville, Antoine-César Becquerel, Bureau, Chopard, Lacroix, Chevreul, Millot, Bouvier, Lapicque ou Constant Duméril, succombèrent dans les circonstances les plus diverses. Certains périrent d’un accident de la rue (Tournefort, Léon Bertin, Raynal) ou de chemin de fer (Gagnepain), d’autres d’une chute de cheval (Gibier), d’autres d’un coup de pistolet (Jean-François Lucas, Gontran Hamel), d’autres encore en se battant pour leur pays (Rabaté). D’Archiac se suicida quant à lui par la noyade. Mais, les cas de “mort non naturelle” dus à la maladie sont les plus intéressants à considérer. On relève ainsi le rôle fatal d’affections très diverses : tuberculose (Geoffroy, Bibron), choléra (Laugier), érysipèle (Gilles-François Boulduc), gangrène (Lémery), grippe (Edmond Becquerel), variole (Lacepède), refroidissement (Maquenne), maladies pulmonaires (Vicq d’Azyr, Cambessèdes, Vallot, Dufresne, Sébastien Vaillant, Hamy, Duvernoy, Pouchet, Demoussy, Paul Fischer), fracture infectée (Haüy), arthropathies (Allorge), troubles neurologiques (Guillaume-François Rouelle, Flourens), maladies de l’appareil urinaire (Latreille, Portai, Claude Bernard, Chauveau), maladies du tube digestif (Raoul Anthony, Vauquelin, Cordier, Coste, Adrien de Jussieu, Alphonse Milne-Edwards), “épuisement” (Arambourg, Thevenin, Antoine-Louis Brongniart, Cornu, Beauregard), cancers (Lucet, Mentzer, Sannié et beaucoup d’autres cas non explicitement évoqués), attaques d’apoplexie (Antoine et Bernard de Jussieu, Ferrein, Malouin, Joseph Gay-Lussac, Audouin, Fourcroy, Neuville, Louis Daubenton, Blainville, Lartet, Lilhol) et maladies cardiaques aiguës ou chroniques (Valenciennes, Ville, Leclerc-Thouin, Alcide d’Orbigny, Leclaire, Jacques Pellegrin, Perrier, Rode, André, Gaudichaud, Lauby, Arnaud, Henri et Jean Becquerel, Bouley, Macquer, Chevalier, Weddell). Toujours dans le domaine de la santé, l’infirmité la plus fréquemment rencontrée dans la population qui nous occupe est la cécité : Lamarck, Blanchard, Bernard et Antoine-Laurent de Jussieu, Adolphe Brongniart, Bois, Delafosse et Étienne Geoffroy Saint-Hilaire en souffrirent. Naudin vit quant à lui sa surdité s’accompagner de névralgies faciales. La majorité des savants du Jardin royal ou du Muséum, il est intéressant de le noter, moururent en pleine activité.

16Ceci s’explique notamment par le fait que la retraite officielle n’interrompait pas les travaux : revenir régulièrement dans son ancien laboratoire constituait une tradition presque toujours respectée.

17Les personnages qui nous intéressent furent des témoins privilégiés, voire des acteurs de l’histoire de leur époque. Ainsi, nombre d’apothicaires et de médecins du Jardin royal, comme Gilles-François Boulduc, Lémery, Malouin ou Le Monnier, fréquentèrent la cour de Versailles pour y protéger la santé des princes. Ils étaient titulaires de charges vénales, comme celles de premier médecin, premier chirurgien, médecin par quartier, médecin ordinaire ou apothicaire ordinaire. Certains, tels Davisson ou Le Febvre, occupèrent des postes similaires dans des cours étrangères. Mais, ce fut à la suite d’un exil plus ou moins volontaire, que Le Febvre – comme Charas – quitta la France pour fuir les persécutions exercées à l’encontre des protestants. Quant à Davisson, il ne supporta pas les querelles internes du Jardin. L’officier Lamarck subit courageusement son baptême du feu sous l’Ancien Régime. Les tourmentes de la Révolution affectèrent ensuite l’existence de nombreux savants du Jardin des plantes : Latreille et Haüy connurent la prison, Lacepède l’exil, Antoine-Louis Brongniart et Laugier la guerre, Vauquelin des émotions désagréables, Le Monnier la ruine et Fourcroy l’exaltation du pouvoir. Peu après, la campagne d’Égypte de Bonaparte plongea Étienne Geoffroy Saint-Hilaire et Dolomieu dans une passionnante mais périlleuse aventure. Portai tira profit de la Restauration, Ville du Second Empire. Chevreul eut l’avantage, grâce à son exceptionnelle longévité, de connaître tous les régimes politiques français, de la Première à la Troisième République. Durant la Grande Guerre, Thevenin et Lapicque aidèrent à la défense de leur pays en recherchant des moyens de protection contre les gaz de combat. Lorsque vinrent les heures sombres de l’Occupation, si quelques savants du Muséum collaborèrent, d’autres s’engagèrent dans la Résistance : certains, comme Barrau ou Balachowsky, subirent les terribles épreuves de la déportation, tandis que Rivet était contraint de fuir à l’étranger. Le même Rivet participa à la reconstruction des institutions françaises après la fin de la seconde guerre mondiale. Plus récemment, Soustelle s’engagea sur la question algérienne et Monod milita infatigablement pour la protection de la vie. On voit, d’après les exemples précédents, qu’il serait concevable d’écrire une histoire de la France vue à travers les existences des savants du Jardin royal et du Muséum.

18Après ces considérations générales, le lecteur sera peut-être intéressé par l’exposé de l’impression que nous avons ressentie et des difficultés que nous avons rencontrées au cours de l’élaboration de ce dictionnaire biographique. D’abord l’impression marquante : celle d’entrer de plain-pied dans une véritable “Comédie humaine”. Nous ne pouvions, en effet, que penser à Honoré de Balzac en entendant Latreille – mis en scène par le romancier dans La Peau de chagrin – dire avec amertume, lorsqu’on lui eut enfin offert une chaire longtemps espérée : “On me donne du pain quand je n’ai plus de dents” ; ou en écoutant le centenaire Chevreul remarquer, à la nouvelle du décès de son aide-naturaliste sexagénaire Clöez : “J’avais toujours trouvé que ce jeune homme avait une mauvaise santé”. D’ailleurs, Vauquelin n’évolue-t-il pas sous son véritable nom dans César Birotteau ? Cuvier ne fut-il pas longuement loué dans La Peau de chagrin ?

19Outre Balzac, déjà cité, certains romanciers mentionnèrent ou imaginèrent des savants du Muséum. Edmond About se référa ainsi aux travaux de Chevreul dans L’Homme à l’oreille cassée, tandis que Maurice Maindron rappelait la sévérité académique de Lacaze-Duthiers dans L’Arbre de science. Avec ce dernier ouvrage, publié en 1906, l’auteur dresse une plaisante satire du microcosme du Jardin des plantes, à travers les aventures de personnages inspirés tout ou en partie de savants biens réels : les naturalistes voyageurs Médéric Bonnereau et Lucien de Saint-Pol, les professeurs Mirifisc, Père, Descelliers, de Musimon, Valentin Guyot, Tempter, Lebasset, etc. Maindron oppose, dans une intrigue toute balzacienne, des universitaires ignorants mais ambitieux, s’appuyant sur des politiques, aux véritables naturalistes, souvent dénués de diplômes, mais fervents adeptes des voyages scientifiques, des monographies honnêtes et des collections. Pour le romancier, la recherche en histoire naturelle se trouve menacée par la pratique de l’enseignement, le professeur excluant le naturaliste : “Vous le savez tout comme moi [...], on peut faire un professeur d’histoire naturelle, mais un naturaliste se fait tout seul”. Précisons qu’à l’époque où fut publié L’Arbre de science, le Muséum se cherchait une vocation entre science pure et enseignement. Enfin, le professeur Arronnax de Vingt-mille lieux sous les mers, accompagné d’un assistant féru de taxonomie nommé Conseil, représente dignement le Muséum dans les Voyages extraordinaires de Jules Verne.

20Si l’on nous permet de poursuivre sur le mode des comparaisons littéraires, certains savants du Muséum, lorsqu’on les examine, révèlent un caractère vernien : il en va ainsi du minéralogiste Lacroix, tellement semblable par son intrépidité à explorer les phénomènes volcaniques au professeur Otto Lidenbrock du Voyage au centre de la Terre ; ou du zoologiste Alphonse Milne-Edwards qui aurait pu, avec ses longs favoris et son impassibilité toute britannique, servir de modèle à Philéas Fogg. Quant à Alexandre Dumas, son abbé Faria du Comte de Monte-Cristo ressemble fort au chevalier de Malte Dolomieu, écrivant dans une infecte cellule un traité de minéralogie avec un éclat de bois noirci à la fumée d’une lampe. “Peu m’importe que tu meures”, dit un jour son géôlier au malheureux savant. “Je ne dois compte au roi que de tes os !”. Voici une parole que Victor Hugo aurait pu mettre dans la bouche de l’un de ses sombres personnages. N’oublions pas, à ce propos, de comparer le bon abbé Haüy, savant cristallographe vivant modestement et répandant la compassion, au monseigneur Myriel des Misérables. Enfin, le méridional, le colérique Georges Ville, infatué de lui-même, nous est apparu comme un personnage digne d’animer les pages d’un roman d’Alphonse Daudet.

21Dans un registre différent de cet univers romanesque, nous nous sommes trouvés confrontés, en explorant les sources bibliographiques concernant les savants du Muséum, aux éloges académiques conventionnels, aux nécrologies flatteuses rédigées par des disciples respectueux qui gomment les aspérités du défunt en le statufiant. Nous avons aussi rencontré les caricatures, ou les insinuations perfides, comme celle d’Alphonse Karr, calculant que le géologue Cordier, afin de satisfaire toutes ses obligations administratives ou universitaires, aurait dû théoriquement travailler soixante-trois heures par jour. Bien plus caustique encore nous est apparu l’ouvrage d’Isidore Salles de Gosse, intitulé Histoire naturelle drolatique et philosophique des professeurs du Jardin des plantes : des aide-naturalistes, préparateurs, etc., attachés à cet établissement, accompagnés d’épisodes scientifiques et pittoresques (1847). Daumier empruntant la plume de l’écrivain, trempée dans du vitriol !

22Le lecteur l’aura compris, les deux obstacles majeurs auxquels nous nous sommes heurtés au cours de la rédaction de nos biographies ont été d’une part l’attraction inévitable qu’exercent le pittoresque, l’anecdotique, et d’autre part la nécessité de restituer des portraits moraux les moins inexacts possibles des personnages étudiés. Nous avons tenté, pour surmonter ces difficultés, de coller aux faits le plus fidèlement, le plus froidement possible et de réduire au minimum – quelques lignes – les études de caractères, tout en excluant d’emblée les sources à caractère satirique.

23Une troisième difficulté éprouvée dans notre travail peut s’exprimer par la question suivante : comment traiter brièvement, dans le cadre d’un dictionnaire biographique, des “géants” de la science, les Buffon, Tournefort, Cuvier, Haüy, Geoffroy Saint-Hilaire, Chevreul, Vauquelin, Gay-Lussac, Claude Bernard, sur lesquels des milliers de pages ont déjà été écrites ? Face à ce problème, nous avons pris le parti de rester très synthétiques à propos des grands noms et de réserver autant de place à certains savants peu connus du public qu’aux célébrités (cf. Avertissement au lecteur), espérant apporter ainsi une information originale.

24Nous ne prétendons pas avoir évité tous les écueils inhérents à notre entreprise en adoptant ces axes de réflexion et nous sommes conscients des lacunes de notre travail. Nous souhaitons seulement que l’étendue des imperfections de cet ouvrage n’égale pas celle du plaisir que nous avons éprouvé à nous plonger dans le passé, pour y retrouver la vie des savants du Jardin royal et du Muséum.

© Publications scientifiques du Muséum, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540