Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire d’une question anatomique

 | 
Stéphane Schmitt

Glossaire

Texte intégral

A

1Acœlomate
Animal dépourvu de cœlome. La distinction entre coelomates et acœlomates est classique depuis la fin du XIXème siècle.

2ADN (Acide désoxyribonucléique)
Molécule hélicoïdale de grande taille, contenue dans le noyau cellulaire et portant l’information génétique. Les gènes, quelle que soit leur définition exacte, correspondent à des segments d’ADN. Un chromosome est une molécule d’ADN repliée et associée à des protéines.

3ADN Recombinant
Molécule résultant de l’union covalente de deux molécules d’ADN d’origines différentes. Les techniques de l’ADN recombinant, composantes du génie génétique, visent à créer de nouvelles molécules d’ADN, notamment dans le but de modifier le génome d’un organisme.

4Allèle
L’une des variantes d’un locus génétique donné. Un organisme diploïde possède deux allèles pour chaque locus.

5Allostérie
Faculté qu’ont certaines protéines de changer de forme (et donc de propriétés) en présence de certaines molécules (effecteurs allostériques).

6Amniotes
Vertébrés dotés d’un amnios lors de leur développement embryonnaire : reptiles, oiseaux et mammifères.

7Amphioxus
Organisme marin ressemblant à un petit poisson lancéolé, long de quelques centimètres et vivant à demi-enfoncé dans le sable. Il appartient à l’embranchement ou phylum des chordés, mais n’est pas un vertébré (c’est un céphalochordé). Il a longtemps été considéré comme le plus simple des vertébrés et, à ce titre, comme ressemblant à l’ancêtre commun de ce groupe.

8Analogie
À l’origine (pour Étienne Geoffroy Saint-Hilaire notamment), ce terme désignait la relation entre deux organes d’espèces différentes partageant une similitude morphologique profonde, quelle que soit leur fonction (ce que l’on appelle actuellement l’homologie spéciale, ou simplement l’homologie). Depuis Richard Owen, on désigne ainsi, au contraire, des organes qui ont la même fonction sans être nécessairement homologues (l’aile des oiseaux et celle des insectes, etc.).

9Anamniotes
Vertébrés dépourvus d’amnios lors de leur développement embryonnaire (amphibiens et poissons).

10Animalcule Désignait le spermatozoïde jusqu’au début du XIXème siècle.

11Animalculisme
Voir Préformation.

12Annélides
Embranchement d’animaux segmentés comprenant les vers de terre, les sangsues et de nombreuses espèces marines.

13Antennapedia (complexe)
Ensemble de gènes homéotiques situés en tandem, chez la drosophile, et contrôlant la régionalisation de la partie antérieure du corps. Il s’agit d’une fraction du complexe HOM-C. Il doit son nom aux mutants Antennapedia, dont les antennes sont transformées en pattes.

14Anthère
Dans la fleur, extrémité des étamines contenant le pollen.

15Antimère
Dans la morphologie de Haeckel, désigne le niveau d’individualité morphologique de troisième ordre, compris entre l’organe et le métamère. Plus généralement, désigne une moitié (droite ou gauche) de métamère.

16Apiropodes
Terme utilisé parfois au XIXème siècle pour désigner les myriapodes.

17Appendice
Chez les arthropodes, désigne les pattes, mais aussi les pièces buccales et les antennes, que l’on estime être bâties selon un même plan. Il y aurait primitivement une paire d’appendices par segment.

18Arachnides
Groupe d’arthropodes comprenant les araignées, les scorpions, les acariens, etc.

19Arbrephylogénétique
Représentation, sous la forme d’un arbre, des relations de parenté évolutive entre différents groupes d’êtres vivants.

20Arc aortique
Chez les vertébrés, désigne chacune des paires de ramifications de l'aorte qui irriguent primitivement les arcs branchiaux. On les voit particulièrement bien chez les sélaciens. Dans les autres groupes (notamment les amniotes), la plupart des arcs ne sont visibles qu’à un stade très bref du développement.

21Arc branchial
Partie du squelette qui soutient les branchies chez les vertébrés aquatiques. Ils ne sont observables que transitoirement lors du développement des vertébrés amniotes. Chaque arc branchial est irrigué primitivement par un arc aortique. Voir Arcs viscéraux.

22Arc hémal
Prolongement ventral d’une vertèbre entourant l’artère et la veine caudales.

23Arc hyoïde
Deuxième arc viscéral.

24Arc mandibulaire
Premier arc viscéral.

25Arc neural
Prolongement dorsal d’une vertèbre entourant la moelle épinière.

26Arcs viscéraux
Ensemble d’arcs cartilagineux ou osseux situés de part et d’autre du corps des vertébrés et entourant la cavité buccale et le pharynx. Ils comprennent l’arc mandibulaire, l’arc hyoïde et cinq arcs branchiaux. Leur organisation primitive est encore bien visible chez les sélaciens. Chez les autres vertébrés, ils subissent des transformations plus ou moins importantes, avec notamment une forte régression des arcs autres que le mandibulaire. Par exemple, chez les mammifères, seuls subsistent à l’état adulte quelques cartilages, ainsi que les trois osselets de l’oreille moyenne, correspondant à des parties des arcs mandibulaire et hyoïde.

27Archentéron
Tube digestif primitif, formé par l’invagination de l’endoderme lors de la gastrulation.

28Archétype
Selon Owen, figure idéale (considérée explicitement comme une “idée” platonicienne) dont dérivent toutes les espèces réelles d’un groupe donné. Il existe par exemple un archétype des vertébrés, dont on peut donner une représentation.

29Archiptérygium (théorie de l’)
Théorie énoncée par Gegenbaur en 1870, selon laquelle les membres des vertébrés dérivent d’arcs branchiaux.

30Arista
Extrémité de l’antenne chez certains diptères, dont la drosophile.

31ARN (acide ribonucléique)
Molécule de grande taille, de structure proche de l’ADN et servant (entre autres) d’intermédiaire entre ce dernier et les protéines lors de l’expression des gènes (voir Transcription et Traduction).

32arn messager
Molécule d’ARN élaborée à partir d’un fragment donné d’ADN correspondant à un gène (transcription), transportée dans le cytoplasme et traduite en une protéine spécifique, (voir Transcription et Traduction).

33Arthropodes
Embranchement d’animaux segmentés dotés d’une cuticule rigide et d’appendice articulés et comprenant les insectes, les crustacés, les myriapodes, les arachnides, etc.

34Articulés
Terme ancien désignant les arthropodes et les annélides (voir ces termes). Il s’agit de l’un des embranchements de Cuvier.

35Ascidie
Organisme marin fixé (éventuellement colonial) en forme d’outre, appartenant au phylum des chordés. La larve, mobile, ressemble à un têtard.

36Assimilation génétique
Selon Waddington, transfert par un tissu de la capacité à l’induire d’un stimulus externe vers un stimulus interne (développemental). Par exemple, la capacité du tégument des autruches à former des callosités en réponse à un frottement répété a été sélectionnée positivement au cours de l’évolution, puis dans un deuxième temps le tégument a acquis la faculté d’être induit par un stimulus embryologique, ce qui explique que les callosités apparaissent désormais dès le développement.

37Astérie
Étoile de mer.

38Atavisme
Réapparition d’un caractère ancestral chez un organisme qui en est normalement dépourvu.

39Atomisme
Ensemble de doctrines, dont la plus ancienne est celle de Démocrite (Vème siècle avant J.-C), selon lesquelles le monde est formé d’atomes en mouvements s’assemblant mécaniquement et fortuitement.

B

40Baer (loi de von)
Conception selon laquelle le développement procède du général au particulier, les embryons de deux organismes différents se ressemblant d’autant plus qu’on les considère à un stade précoce. Selon cette loi, opposée à la loi de Meckel-Serres, les embryons d’animaux “supérieurs" ne correspondent jamais à des adultes de formes “inférieures” : seuls des embryons de stades équivalents peuvent être comparés.

41Balancement (loi du)
Loi, formulée par Étienne Geoffroy Saint-Hilaire, selon laquelle l’organisme est pourvu d’un “budget” fixe, de sorte que si un organe est hypertrophié, l’excès de développement est compensé par un défaut dans d’autres parties du corps.

42Balancier (ou haltère)
Chez les diptères, organe résultant de l’atrophie des ailes postérieures et donc la fonction serait l’équilibrage de l’animal. Chez certains mutants (bithorax, etc.), les balanciers sont transformés en ailes.

43Balanoglosse
Sorte de ver marin vivant dans le sable, appartenant à l’embranchement ou phylum des hémichordés, abondamment étudié depuis la fin du XIXème siècle en raison de sa parenté supposée avec les vertébrés.

44Bilaterogastraea
Forme ancestrale de tous les animaux à symétrie bilatérale, imaginée par Jâgersten ; variante de la Gastraea.

45Biogénétique fondamentale (loi)
Loi de récapitulation selon Haeckel. Voir Récapitulation.

46Bionte
Voir Individu physiologique.

47Bithorax (complexe)
Ensemble de gènes homéotiques situés en tandem, chez la drosophile, contrôlant la régionalisation de la partie postérieure du corps. Il s’agit d’une fraction du complexe HOM-C. Il doit son nom aux mutants bithorax, transformant les balanciers en ailes. D’un point de vue historique, l’étude de ce complexe par Lewis a joué un rôle considérable dans l’essor de la génétique du développement.

48Blastoderme
Dans les œufs contenant beaucoup de réserves, zone superficielle où débute la segmentation. Chez les oiseaux, il s’agit d’une membrane discoïde, située à la surface du jaune et à partir de laquelle va se développer le fœtus. Chez les insectes, il correspond à l’ensemble de la couche superficielle de l’œuf (blastoderme syncytial, puis cellulaire). Ce terme a été introduit par Pander en 1817.

49Blastopore
Région de la gastrula où s’effectue l’invagination de l’endoderme. Il correspond chez les protostomiens à la future bouche.

50Blastula
Stade du développement embryonnaire correspondant à la fin de la segmentation. La blastula est souvent (mais pas toujours) représentée par une sphère plus ou moins creuse.

51Brachiopode
Phylum d’animaux marins dotés d’une coquille à deux valves (ventrale et dorsale), rappelant des bivalves mais de position systématique tout à fait différente.

52Bractée
Organe végétal ressemblant à une feuille, souvent de taille réduite, situé par exemple à la base d’un pédoncule floral.

53Bricolage de l’évolution
Expression forgée par François Jacob pour traduire le fait que la nature tend à réutiliser toujours les mêmes mécanismes et qu’un même gène peut être employé à des usages différents au cours de l’évolution. Il s’agit d’une version moderne de la loi d’économie de Milne-Edwards et du Functionswechsel de Dohrn.

54Bryozoaires
Phylum d’animaux de petite taille vivant dans des logettes regroupées en colonies arbusculaires ou encroûtantes, fixées sur des algues, des rochers, d’autres animaux, etc.

C

55Caenogenèse
Selon Haeckel, exception à la loi de récapitulation liée notamment à une adaptation particulière des embryons précoces ou des œufs (grande quantité de réserves, etc.)

56Calice
Ensemble des sépales d’une fleur.

57Carpelle
Organe reproducteur femelle d’une fleur, contenant les ovules. Un pistil est formé d’un ou de plusieurs carpelles.

58Cellulaire (théorie)
Théorie selon laquelle les êtres vivants sont composés d’unités structurales et fonctionnelles fondamentalement identiques (bien que différenciées), les cellules. On l’attribue souvent à Schleiden et Schwann (1838), bien que ses origines soient plus anciennes et que sa formulation moderne soit plutôt due à Virchow.

59Centrum
Partie centrale, massive, d'une vertèbre. Il en part un arc hémal et un arc neural.

60Céphalopodes
Groupe de mollusques comprenant les seiches, les calmars, les poulpes, etc.

61Cestodes
Groupe de plathelminthes parasites dont le représentant le plus connu est le ténia ou ver solitaire.

62Chætognathes
Phylum d’organismes marins planctoniques, transparents, évoquant des flèches munies de nageoires.

63Chaîne des êtres
Voir Échelle de la nature.

64Chaîne nerveuse
Système nerveux central des invertébré, formé de paires de ganglions reliés par des connectifs et situés en position ventrale.

65Champ morphogénétique
Concept issu de l’embryologie expérimentale, dont la définition exacte varie selon les auteurs. Le plus souvent, on désigne ainsi une région de l’embryon (aux limites plus ou moins nettes) dont le destin est déterminé et sera conservé si on la transplante à un autre endroit. Cette détermination peut être assurée par la présence d’une substance particulière, par un gradient, etc.

66Chitine
Constituant essentiel de la cuticule des arthropodes.

67Chorde (ou notochorde)
Organe cylindrique rigide, à rôle de soutien, caractéristique des chordés et d’origine mésodermique. Il ne subsiste à l’état adulte que chez l’amphioxus et régresse au cours du développement des vertébrés. On a cru jusqu’à von Baer que la chorde était la future moelle épinière.

68Chordés
Phylum d’animaux possédant (au moins à l’état embryonnaire) une chorde dorsale. Ils comprennent les vertébrés, l’amphioxus et les tuniciers (ascidies, salpes, etc.)

69Chromatine
ADN associé à des protéines dans le noyau cellulaire. La chromatine se condense en chromosomes lors de la mitose.

70Chromosome
Structure formée par une molécule d’ADN fortement replié et associé à des protéines. Les chromosomes n’apparaissent sous une forme bien individualisée que lors de la division cellulaire (mitose). Toute espèce est caractérisée par un nombre précis de chromosomes (deux exemplaires de chaque chez les diploïdes).

71Clonage
Reproduction de nombreuses copies d’un gène, permettant son étude détaillée.

72Clone
Ensemble de cellules génétiquement identiques issues d’une même cellule-mère par mitoses successives.

73Cnidaires
Phylum d’animaux diblastiques regroupant les méduses, les coraux au sens large, les anémones de mer, l’hydre d’eau douce et de nombreux autres animaux marins coloniaux.

74Cœlentéré
Ancien ensemble regroupant les cnidaires et les cténaires, résultant de la division de l’embranchement des “Radiés”.

75Cœlomate
Animal pourvu d’un cœlome. La distinction entre coelomates et acœlomates est classique depuis la fin du XIXème siècle.

76Cœlome
Cavité, ou ensemble de cavités, creusant le mésoderme. Le mode de formation du cœlome a fait l’objet de nombreuses investigations et est apparu comme un critère de reconstitution phylogénétique pour beaucoup d’auteurs. La question de l’origine du cœlome est historiquement très liée à celle de l’origine de la métamérie, car on a souvent considéré qu’un métamère correspondait à une paire de sacs cœlomiques.

77Colinéarité
Propriété des gènes des complexes de gènes homéotiques, dont l’ordre sur le chromosome correspond à l’ordre spatio-temporel d’expression lors du développement embryonnaire.

78Collier péri-œsophagien
Structure nerveuse présente chez de nombreux invertébrés et reliant la chaîne nerveuse ventrale aux ganglions cérébroïdes (dorsaux) en passant de part et d’autre du tube digestif.

79Colonie
Ensemble d’individus reliés physiquement entre eux et issus d’un même individu initial par reproduction asexuée (bourgeonnement). Exemples : corail, bryozoaires, etc. On distingue en général colonie et société.

80Coloniale (théorie)
Théorie selon laquelle certains organismes actuels seraient en réalité (du point de vue évolutif) des colonies d’organismes plus simples, primitivement identiques mais qui auraient évolué dans le sens d’une plus grande cohésion et d’une diversification croissante. Il existe aussi une théorie coloniale de l’origine des organismes pluricellulaires, qui auraient été initialement des colonies de cellules qui se seraient différenciées secondairement.

81Columelle tympanique
Osselet transmettant les vibrations du tympan à l’oreille interne chez les amphibiens, les oiseaux et les reptiles. Il provient de l’arc hyoïde.

82Compartiment polyclonal
Ensemble de cellules issues de quelques cellules mères par mitoses et correspondant à une région de l’organisme aux frontières bien définies. Chaque compartiment est le domaine d’expression d’un ensemble spécifique de gènes sélecteurs.

83Compétence
État d’un tissu qui est capable de répondre à une induction.

84Complémentation
Obtention d’un phénotype normal dans un organisme diploïde après un croisement combinant deux mutations différentes. Le test de complémentation permet de savoir si deux mutants de phénotypes proches affectent deux gènes différents ou correspondent à deux allèles d’un même gène (mais il y a de nombreuses exceptions...)

85Connexions (principe des)
Principe énoncé par Étienne Geoffroy Saint-Hilaire et selon lequel un même organe peut subir toutes sortes de transformations dans les différentes espèces sans que ses relations avec les organes voisins soient affectées. On peut ainsi établir des liens d’homologie entre des organes en comparant leur position relative dans l’organisme.

86Convergence évolutive
Phénomène conduisant des structures non homologues à adopter une même fonction, comme l’ailes des oiseaux et celle des insectes. Des organes analogues (au sens moderne) peuvent résulter d’une convergence.

87Copépodes
Groupe de petits crustacés le plus souvent planctoniques.

88Corme ou colonie
Selon Haeckel, individu morphologique de sixième ordre, formé d’une agrégation de prosopes.

89Corolle
Ensemble des pétales d’une fleur.

90Corrélations (principe des)
Loi énoncée par Cuvier selon laquelle les différents organes d’un individus sont dépendants les uns des autres d’un point de vue fonctionnel. Ce principe permet de reconstituer des fossiles à partir de fragments en admettant qu’un certain type de dents, par exemple, correspond à un certain régime alimentaire et donc à un certain type de pattes, etc.

91Cotylédon
Première feuille du végétal dans la graine. On distingue classiquement, en fonction de leur nombre, les dicotylédones et les monocotylédones.

92Crâniens (nerfs)
Ensemble de nerfs issus de l’encéphale, au nombre de douze paires (I à XII) chez l’homme. Cette numérotation ancienne, définie chez l’homme et conservée par commodité, ne tient pas compte du fait que tous ces nerfs n’ont pas la même signification anatomique, embryologique et fonctionnelle : les deux premières paires (nerfs olfactifs et optiques) sont clairement distinctes des autres. En outre, l’anatomie comparée des vertébrés révèle que le nerf V résulte de la fusion de deux nerfs distincts chez les non mammaliens. La question de l’homologie éventuelle des nerfs crâniens et rachidiens est un aspect classique du problème de la métamérie de la tête.

93Crêtes neurales
Structures embryonnaires propres aux vertébrés, apparaissant sur le tube nerveux en formation, et dont les cellules migrent ensuite dans diverses régions du corps pour donner les cellules pigmentaires du tégument, les neurones du système périphérique, une grande partie de la face, etc.

94Crossing over
Voir Enjambement (ou Crossing Over).

95Crossing over mitotique ou somatique
Recombinaison anormale entre deux chromosomes au cours d’une mitose et produisant deux cellules filles différentes génétiquement. On utilise ce phénomène pour produire des individus mosaïques.

96Cténophores ou cténaires
Phylum d’organismes marins nageurs, diblastiques, autrefois rangés parmi les cœlentérés.

97Cuticule
Revêtement plus ou moins solide et imperméable du tégument de certains organismes, comme les plantes terrestres ou les arthropodes.

98Cyclostomes
Vertébrés dépourvus de mâchoire, considérés généralement comme les plus “primitifs” du groupe. Ils comprennent, outre des formes fossiles, les lamproies et les myxines.

99Cytode
Selon Haeckel, cellule dépourvue de noyau. En réalité, les cellules que Haeckel a rangées dans cette catégorie possèdent un noyau qui n’était pas visible compte tenu des techniques histologiques de l’époque.

100Cytoplasme
Contenu de la cellule, à l’exception du noyau.

D

101Darwinisme
Théorie transformiste, énoncée par Darwin et transmise avec plus ou moins de fidélité par ses successeurs. Le principe essentiel que l’on range sous ce terme est la sélection naturelle : les organismes subissent naturellement et aléatoirement des variations transmissibles, non orientées par le milieu, et ceux qui s’en trouvent éventuellement favorisés seront “sélectionnés” positivement par rapport aux autres. L’interprétation de ce phénomène en termes de mutations de gènes a donné lieu au “néo-darwinisme” (ou “théorie synthétique”) à partir des années 1930-1940.

102Décapodes
Groupe de crustacés à dix pattes ambulatoires comprenant les crabes, langoustes, écrevisses, etc.

103Dème
Colonie de zoïdes selon Perrier.

104Dermo-Vertébrés
Étienne Geoffroy Saint-Hilaire désigne ainsi les arthropodes, qu’il considère comme des “vertébrés inversés” vivant à l’intérieur de leur colonne vertébrale. Il les oppose aux “Hauts Vertébrés”, c’est-à-dire aux vertébrés au sens habituel.

105Détermination
État dans lequel se trouve une cellule ou un tissu qui s’est vu assigner une certaine voie de développement (de manière plus ou moins irréversible) mais qui, extérieurement, n’en montre encore aucun signe visible.

106Deutérostomiens
Animaux dont la bouche ne correspond pas au blastopore mais se forme secondairement. Cet ensemble comprend traditionnellement les chordés, les échinodermes, les hémichordés et d’autres petits groupes. Il s’oppose au groupe des protostomiens.

107Diblastiques (ou Diploblastiques)
Organismes formés de deux feuillets seulement (spongiaires, cnidaires et cténaires).

108Diencéphale
Voir Vésicules cérébrales.

109Différenciation
Ensemble de modifications morphologiques visibles subies par une cellule ou un tissu au cours du développement. Elle est en général précédée par une phase de détermination.

110Diploïde
Organisme ou cellule doté de deux exemplaires de chaque chromosome (et donc deux allèles de chaque gène). La plupart des animaux pluricellulaires et des plantes à fleurs sont diploïdes.

111Dlploblastiques
Voir Diblastiques (ou Diploblastiques)

112Dipneuste
Sorte de poisson doté de poumons, issu d’une lignée voisine de celle qui a conduit aux tétrapodes.

113Diptère
Ordre d’insectes, comprenant les mouches et les moustiques, et dont les ailes postérieures sont remplacées par des balanciers.

114Disque imaginal
Massif cellulaire indifférencié (mais éventuellement déterminé) plus ou moins discoïde des larves d’insectes, qui va se transformer en structures adultes (ailes, pattes, yeux composés...) lors de la métamorphose. Les disques imaginaux de la drosophile ont été considérablement étudiés du point de vue de leur état de détermination.

115Division du travail (loi de)
Principe formulé entre autres par Milne-Edwards et selon lequel les différentes parties de l’organisme tendent à se spécialiser dans la réalisation de tâches déterminées (comme dans les sociétés humaines), d’où une plus grande efficacité. Cette loi a souvent été invoquée comme corollaire de la théorie coloniale.

116Dominant
Se dit d’un allèle imposant le phénotype lorsqu’il est combiné à un autre allèle (dit récessif) dans un organisme diploïde.

117Drosophile
Mouche du vinaigre, insecte diptère utilisé depuis 1909 par Morgan comme modèle d’étude privilégié en génétique.

E

118Échelle de la nature
Conception selon laquelle tous les organismes existants peuvent être rangés linéairement et continûment du plus simple au plus complexe.

119Échinide
Oursin.

120Échinodermes
Phylum d’organismes marins à symétrie radiaire comprenant notamment les oursins, les étoiles de mer, les concombres de mer, etc. Ce groupe, autrefois rangé avec les cœlentérés parmi les “Radiés”, en est aujourd’hui totalement distingué, et plutôt rapproché des chordés.

121Économie (loi d’)
Principe énoncé par Milne-Edwards selon lequel la nature tend à réutiliser sans cesse les mêmes structures pour des usages différents.

122Ectoderme
Feuillet embryonnaire externe, à l’origine du tégument et d’une grande partie des tissus nerveux.

123Élasmobranches
Synonyme de sélaciens. Regroupe les requins, raies, torpilles, etc.

124Éléments morphologiques
Von Baer désigne ainsi les segments du corps des vertébrés, qui n’ont, selon lui, qu’une signification adaptative.

125Embranchement
Groupe d’animaux partageant un même plan d’organisation (terme introduit par Cuvier). On préfère aujourd’hui la notion de phylum.

126Endoderme
Feuillet embryonnaire interne, à l’origine du tube digestif et de ses annexes (foie, etc.)

127Enhancer
Séquence d’ADN non transcrite et correspondant à une région régulatrice de l’expression d’un gène (qui peut être situé assez loin). Il s’y fixe ainsi des protéines régulatrices qui activent ou inhibent la transcription du gène.

128Enjambement (ou Crossing Over)
Échange de régions correspondantes entre deux chromosomes homologues dans un organisme diploïde. C’est un cas particulier de recombinaison qui a lieu lors de la formation des cellules sexuelles et qui participe à la transmission aléatoire des allèles lors de la reproduction sexuée.

129Entérocoelie
Mode de formation du mésoderme et du cœlome par évagination de l’endoderme. Par extension, désigne une théorie selon laquelle le cœlome est primitivement une évagination du tube digestif, même si son mode de formation a été profondément modifié au cours de l’évolution chez certains groupes.

130Entwicklungsmechanik (“Mécanique du développement”)
Courant de l’embryologie, né dans les années 1870 et prônant la recherche des causes prochaines du développement plutôt que les explications d’ordre phylogénétique.

131Enzyme
Protéine facilitant (par catalyse) une réaction chimique spécifique.

132Épigenèse
Théorie embryologique (opposée à la préformation) selon laquelle l’embryon se forme progressivement à partir de matière indifférenciée. Actuellement, on qualifie d’épigénétiques des phénomènes non déterminés par des gènes.

133Escherichiacoli
Bactérie de la flore intestinale, utilisée comme modèle en biologie moléculaire.

134Étamine
Pièce florale fabriquant le pollen.

135Euthériens
Mammifères vivipares dotés d’un placenta. La plupart des mammifères sont euthériens. Les autres groupes sont les monotrèmes et les marsupiaux.

136Évocateur
Inducteur embryonnaire selon Waddington. Pour lui, les évocateurs et les gènes sont équivalents.

137Expressivité
Degré d’expression d’un génotype particulier à l’échelle d’un individu (exemple : balanciers plus ou moins transformés en ailes chez une drosophile mutante bithorax).

F

138Fentes branchiales
Ensemble d’orifices situés de part et d’autre du corps des chordés et faisant communiquer le tube digestif avec le milieu extérieur. On les voit très bien, par exemple, chez le requin. Entre ces fentes, se trouvent des arcs branchiaux cartilagineux ou osseux soutenant des branchies. Les vertébrés terrestres ne possèdent des fentes branchiales qu’à un certain stade du développement embryonnaire : elles régressent ensuite rapidement, et il rien subsiste rien à l’état adulte (hormis la trompe d’Eustache).

139Feuillet germinal ou embryonnaire
Structure embryonnaire transitoire, mise en place au cours de la gastrulation. Chaque feuillet produit ensuite des organes déterminés. Les animaux diblastiques possèdent deux feuillets (endoderme et ectoderme), les triblastiques en ont trois (le mésoderme en plus). La mise en évidence de l’existence des feuillets embryonnaires a été un argument de poids en faveur de la théorie de l’épigenèse. Leur universalité dans le règne animal a ensuite donné lieu à de nombreuses spéculations sur leur évolution.

140Finalisme
Conception selon laquelle les phénomènes biologiques se réalisent dans un certain but.

141Fleur double
Fleur dont une partie ou la totalité des étamines sont transformées en pétales. De nombreuses variétés horticoles de roses ou d’œillets sont doubles.

142Foramen magnum
Voir Occipital (trou) ou Foramen Magnum.

143Functionswechsel (“alternance de fonctions”)
Expression forgée par Dohrn pour traduire le fait qu’un même organe peut changer de fonction principale au cours de l’évolution. Ce concept est à rapprocher de la “loi d’économie” de Milne-Edwards et du “bricolage de l’évolution” de Jacob.

G

144Ganglion nerveux
Renflement de la chaîne nerveuse ventrale des invertébrés et de certains nerfs des vertébrés.

145Gastéropodes
Groupe de mollusques primitivement asymétriques comprenant les escargots, les limaces, ainsi que de nombreuses espèces marines.

146Gastraea
Selon Haeckel, forme ancestrale de tous les animaux, ressemblant à une gastrula.

147Gastrula
Stade du développement embryonnaire succédant à la blastula et au cours duquel des mouvements cellulaires conduisent à la mise en place des deux ou trois feuillets embryonnaires.

148Gastrulation
Ensemble des phénomènes présidant à la mise en place des feuillets embryonnaires dans la gastrula.

149Gelée primitive (Urschleim)
Pour les Naturphilosophen, matériel primitivement inorganisé où la vie a “pris naissance” idéalement.

150Gène
Unité structurale et fonctionnelle de l’hérédité. Bien que la définition exacte varie selon les auteurs, il s’agit dans tous les cas d’un segment d’ADN sur un chromosome, correspondant souvent à une région transcrite en ARN (et éventuellement traduite en protéine) avec ses séquences régulatrices.

151Gène a effet maternel
Gène exprimé par la mère lors de la formation de l’œuf et conférant à ce dernier une information qui sera utilisée lors du développement (comme un gradient de protéine).

152Gène de développement
Gène intervenant dans le développement embryonnaire.

153Gène de parité segmentaire
Gène de développement, mis en évidence chez la drosophile, et s’exprimant sous forme de bandes correspondant à un segment (ou parasegment) sur deux.

154Gène de polarité segmentaire
Gène de développement, mis en évidence chez la drosophile, et s’exprimant de la même manière dans tous les segments.

155Gène de taux de changement (rate gene)
Selon Goldschmidt, gène contrôlant la vitesse et le taux de réactions chimiques, notamment au cours du développement. De ce fait, un changement mineur affectant un tel gène peut avoir des conséquences considérables sur le développement.

156Gène homéotique
Gène dont une mutation peut provoquer une homéose. De nombreux gènes homéotiques sont des gènes à homéoboîte, mais pas tous. Les mieux connus de ces gènes sont réunis en complexes particulièrement bien conservés au cours de l’évolution (HOM-C chez la drosophile, hox chez la souris, etc.) et semblent contrôler, d’une manière générale, la régionalisation de certains axes de l’organisme. On constate une colinéarité entre l’ordre spatio-temporel de leur expression et leur position en tandem sur le chromosome. Il convient de signaler ici une confusion qui est parfois faite entre la notion de “gène homéotique” et celle de “gène à homéobolte” (voir ce terme). Il se trouve que les premiers gènes homéotiques étudiés (chez la drosophile) étaient précisément des gènes à homéobolte, d’où d’ailleurs cette dénomination ; mais ce n’est en aucun cas une règle générale. Il existe des gènes homéotiques qui ne contiennent pas d’homéoboîte et qui appartiennent à des familles de gènes régulateurs totalement différentes, comme par exemple les gènes homéotiques des plantes, qui contrôlent l’identité des pièces florales. À l’inverse, de nombreux gènes à homéoboîte ne sont pas homéotiques : c’est le cas de fushi tarazu, qui est un gène de segmentation.

157Gène à homéoboite
Gène possédant une région spécifique (l’homéoboîte) codant pour une séquence protéique se fixant à l’ADN. De nombreux gènes de développement (certains gènes homéotiques, certains gènes de segmentation, etc.) possèdent une homéoboîte, mais pas tous.

158Gêne lacunaire
Gène de développement, mis en évidence chez la drosophile, et s’exprimant dans une région comprenant plusieurs segments. Une mutation d’un tel gène peut entraîner la perte de toute une région du corps.

159Gène régulateur
Selon Jacob et Monod, gène dont le rôle n’est pas de remplir directement une fonction dans la physiologie cellulaire (gène structural) mais de contrôler l’expression d’autres gènes.

160Gène sélecteur
Selon Garcia-Bellido, gène dont la fonction est de contrôler l’expression d’autres gènes dans un compartiment polyclonal.

161Gène structural
Selon Jacob et Monod, gène dont le rôle est de remplir directement une fonction dans la physiologie cellulaire (au contraire d’un gène régulateur).

162Gène zygotique
Gène exprimé par le zygote (œuf) au cours de son développement, par opposition aux gènes à effet maternel (exprimés par la mère).

163Générations alternantes
Théorie proposée par Steenstrup à partir de l’observation de plusieurs organismes et selon laquelle les animaux possèdent tous fondamentalement un cycle de vie à deux génération : l’une pratiquant exclusivement la reproduction asexuée par bourgeonnement, l’autre la reproduction sexuée.

164Génétique
Étude de l’hérédité.

165Génétique formelle
Partie de la génétique traitant du mode de transmission des gènes sans s’occuper de leur nature chimique ni de leur mode d’action.

166Génétique moléculaire
Partie de la génétique qui traite de la nature chimique des gènes et des mécanismes moléculaires de leur expression.

167Génétique physiologique
Expression utilisée par Goldschmidt pour désigner la partie de la génétique qui, au contraire de la génétique formelle, prétend traiter de la nature du gène et de son mode d’action.

168Génie génétique
Ensemble des techniques permettant la modification du génome d’un organisme à des fins scientifiques ou industrielles.

169Génome
Ensemble des gènes d’un organisme.

170Génotype
Composition allélique d’une cellule ou d’un organisme. S’oppose au phénotype, manifestation visible d’un génotype donné.

171Gigantostracés
Groupe d’arthropodes fossiles du Primaire, proches des limules actuelles. Gaskell, qui les considère (à tort) comme des proto-crustacés, en fait des ancêtres possibles des vertébrés.

172Gonocœlie
Théorie selon laquelle le cœlome dérive des cavités gonadiques des animaux acœlomates.

173Gradient
Variation continue d’une valeur physique ou chimique dans l’espace. En embryologie, on a longtemps invoqué des gradients de manière abstraite pour rendre compte de la polarité de certaines régions embryonnaires. On a ensuite montré que des gradients de concentration en substances chimiques (des morphogènes) existaient réellement dans certains œufs (la protéine bicoid chez la drosophile, etc.), leur conférant une polarité.

174Gradisme
Conception selon laquelle il faut tenir compte du degré d’organisation et de complexité des organismes dans la classification.

175Gradualisme
Conception selon laquelle l’évolution se déroule de manière continue.

176Gynandromorphe
Animal chimérique formé d’une mosaïque de cellules mâles et femelles.

H

177Haploïde
Cellule ou organisme doté d’un seul lot de chromosomes.

178Hémichordés
Phylum d’animaux deutérostomiens vermiformes, possédant une structure rappelant la chorde des chordés et que l’on classe en général à proximité de ces derniers. L’exemple le mieux connu, le balanoglosse, a de ce fait été très étudié d’un point de vue morphologique et embryologique.

179Hémiptères
Ordre d’insectes comprenant entre autres les punaises, les cigales, les pucerons, etc.

180Hétéronome (Métamérie)
Type de métamérie où les métamères sont différenciés les uns par rapport aux autres.

181Hétéromorphose
Remplacement d’un organe par un autre, interprété généralement comme le résultat d’une régénération anormale. Notion concurrente de celle d’homéose au début du XXème siècle.

182Hétérozygote
Individu ou cellule diploïde possédant deux allèles différents à un certain locus.

183Hirudinés
Groupe d’annélides correspondant aux sangsues.

184Holisme
Conception selon laquelle il faut étudier les organismes de manière globale, leurs propriétés ne pouvant se résumer à la somme de celles de leurs parties.

185HOM-C (complexe) Complexe de gènes homéotiques de la drosophile, fragmenté en deux parties : les complexes bithorax et Antennapedia. Il correspond aux complexes hox des mammifères.

186Homéoboïte
Segment d’ADN très conservé au cours de l’évolution, codant pour une région protéique (l’homéodomaine) reconnaissant l’ADN au niveau de séquences spécifiques. De nombreux gènes régulateurs contiennent une homéoboïte, dont les gènes hox.

187Homéodomaine
Région d’une protéine, codée par une homéoboïte, reconnaissant une séquence spécifique d’ADN.

188Homéose
Transformation d’une partie du corps en une autre, en conséquence d’une mutation, d’une régénération anormale, etc. Ce terme a été introduit par Bateson en 1894.

189Homodynamie
Selon Haeckel, puis d’autres auteurs, désigne la relation entre deux métamères d’un même organisme (cas particulier de l’homologie sériée). L’homodynamie correspond à l’homonymie de Bronn.

190Homogénie
Selon Lankester, relation existant entre deux organes de même origine évolutive. Ce terme est donc synonyme de l’homologie au sens darwinien (terme récusé par Lankester pour ses relents “idéalistes”).

191Homologie
À l’origine, ce terme désignait, en géométrie, des triangles semblables, c’est-à-dire dont les angles sont identiques (mais de taille différente). Puis il a été utilisé par les Naturphilosophen (en concurrence avec l’homotypie) au sujet de deux parties d’un même organisme présentant des similitudes fondamentales. En 1843, Owen l’a appliqué aussi bien à des parties d’un même organisme (homologie sériée) qu’à des parties d’organismes différents (homologies spéciale et générale), le point commun étant la similitude morphologique essentielle, indépendamment de toute considération fonctionnelle (au contraire de l’analogie). Depuis Darwin, on considère comme homologues des organes présentant une forte affinité en raison d’une origine évolutive commune (ce qui rend problématique le cas de l’homologie sériée). Les définitions précises et les critères employés varient encore considérablement selon les auteurs.

192Homologie générale
Selon Owen, homologie entre un organe d’une espèce réelle et le correspondant dans l’archétype.

193Homologie sériée
Selon Owen, homologie entre deux parties d’un même organisme.

194Homologie spéciale
Selon Owen, homologie entre deux organes appartenant à des espèces réelles différentes. On emploie souvent le terme "homologie” dans le sens d’"homologie spéciale”.

195Homologues (chromosomes)
Se dit des deux chromosomes d’une paire, chez les organismes diploïdes. Les deux chromosomes homologues possèdent les mêmes locus mais pas nécessairement les mêmes allèles.

196Homonome (Métamérie)
Type de métamérie dans lequel tous les métamères sont identiques. Dans la réalité, aucune métamérie n’est parfaitement homonome.

197Homonomie
Selon Bronn, relation de similitude morphologique entre deux organes d’un même individu (équivalent de l’homologie sériée). Bronn distingue l’homonymie et l’homotypie.

198Homonymie
Selon Bronn, cas particulier d’homonomie dans lequel les organes considérés sont disposés le long d’un axe (segments d’annélides, etc.)

199Homoplasie
Selon Lankester, ressemblance morphologique et surtout fonctionnelle de deux organes non liée à une ascendance commune. Le terme a été repris par les cladistes pour désigner des caractères présentant une similitude anatomique ou embryologique, mais que l’on estime être d’origine indépendante, soit à partir d’un caractère initial commun peu différencié (par exemple l’aile des oiseaux et celle des chauves-souris, différenciées toutes deux indépendamment à partir du même organe, le membre antérieur des vertébrés), soit à partir de deux caractères sans aucune relation.

200Homotypie
Selon Bronn, cas particulier d’homonomie dans lequel les organes considérés sont disposés par paires ou symétriquement autour d’un axe (pétales d’une fleur, etc.). Selon Haeckel, cas particulier d’homologie sériée, appliquée à deux antimères du même organisme.

201Homotypose
Selon Pearson, relation de similitude morphologique entre des parties d’un même organisme (équivalent de l’homologie sériée).

202Homozygote
Individu ou cellule diploïde possédant deux allèles identiques à un certain locus.

203Hopeful Monster
Voir Monstre prometteur (hopeful monster).

204Hox (Complexes)
Complexes de gènes homéotiques de la souris, correspondant au complexe HOM-C de la drosophile.

205Hybridation in situ
Technique consistant à repérer des molécules d’ARN messagers données dans des tissus en utilisant des brins d’ADN complémentaires, qui les reconnaissent spécifiquement et qui sont liés à des marqueurs visibles (molécules fluorescentes, etc.). On peut ainsi voir dans quelles parties de l’organisme ou d’un tissu est exprimé un gène particulier.

206Hydraires
Groupe de cnidaires comprenant l'hydre d’eau douce ainsi que de nombreux organismes marins coloniaux.

207Hydre
Petit animal, du phylum des cnidaires, vivant en eau douce. Autrefois connu sous le nom de “polype”, il a été très étudié par Trembley, qui a mis en évidence ses étonnantes facultés de régénération.

208Hyménoptères
Ordre d’insectes à ailes membraneuses comprenant les abeilles, guêpes, bourdons, fourmis, etc.

I

209Immunofluorescence
Technique consistant à faire agir sur l’organisme étudié un anticorps couplé à une molécule aisément repérable par fluorescence et reconnaissant spécifiquement la protéine recherchée. L’on peut ainsi déterminer dans quelles parties du corps cette protéine est synthétisée.

210Individu généalogique
Selon Haeckel, individu défini dans le temps et de signification phylogénétique. Il en existe trois niveaux : l’individu au sens habituel, de sa naissance à sa mort ; l’espèce (qui naît et disparaît comme un organisme particulier, en donnant éventuellement naissance à une ou plusieurs autres espèces) ; la lignée ou phylum.

211Individu morphologique
Selon Haeckel, unité biologique définie par sa forme et dont il existe six niveaux rangés hiérarchiquement : plastides, organes, antimères, métamères, personnes (ou prosopes) et colonies (ou cormes).

212Individu physiologique ou bionte
Selon Haeckel, unité biologique définie par sa capacité de vie ou de survie. Il en existe trois types : bionte réel (être vivant au sens habituel), virtuel (structure susceptible de produire un bionte réel : embryon, bouture de plante, etc.) et partiel (structure capable de survivre un certain temps mais incapable de donner un bionte réel). Un individu physiologique peut correspondre à un individu morphologique de n’importe quel ordre.

213Induction embryonnaire
Action d’un tissu embryonnaire sur un tissu voisin le conduisant à se différencier d’une certaine manière (par exemple le cristallin agit sur le tégument voisin et provoque sa différenciation en cornée).

214Information de position
Propriété d’un tissu ou d'une structure embryonnaire permettant aux cellules (ou aux noyaux cellulaires) qui se trouvent à un certain endroit de “connaître” leur position exacte. Par exemple, s’il existe un gradient d’une certaine substance le long d’un axe, la concentration en un point donné informe sur la position de ce point sur cet axe.

215Infusoires
On désignait ainsi autrefois un grand nombre d’organismes microscopiques, notamment des protozoaires. Par extension, certains savants du début du XIXème siècle ont considéré que les organismes de plus grande taille étaient formés d’infusoires agrégés.

216Intermaxillaire (os)
Petit os de la mâchoire supérieure des mammifères, appelé aussi prémaxillaire, situé juste derrière les incisives. Il est soudé au reste de la mâchoire, de sorte qu’on ne le distingue que difficilement chez certaines espèces, dont l’homme. Pour Goethe, la mise en évidence de cet os chez tous les mammifères, et particulièrement de l’homme, a été un enjeu essentiel dans la démonstration d’une unité de plan entre ces animaux.

L

217Lamarckisme
Ensemble de conceptions transformistes attribuées plus ou moins justement à Lamarck et parmi lesquelles figurent : un rôle directif du milieu extérieur (ainsi que de l'usage et du non usage des organes) dans la variation (donc pas de notion de variation au hasard) ; une tendance de l’évolution à progresser vers des formes de plus en plus complexes (gradisme) ; la croyance en l’hérédité des caractères acquis. En ce qui concerne ce dernier point, qui a été effectivement mis en avant par des auteurs se réclamant de Lamarck depuis la fin du XIXème siècle (néo-lamarckisme), il convient de souligner qu’il ne s’agit pas d’une spécificité de Lamarck mais que Darwin lui-même a élaboré une théorie de l’hérédité des caractères acquis. L’opposition de la pensée des deux hommes (d’ailleurs fort complexe et souvent paradoxale dans un cas comme dans l’autre) ne se situe donc en rien à ce niveau, mais concerne essentiellement le caractère aléatoire ou dirigé de la variation, et la tendance ou non à une complexification.

218Lépidoptères
Ordre d’insectes correspondant aux papillons.

219Liber
Tissu végétal formé de vaisseaux transportant la sève élaborée. Dans un arbre, le liber est situé extérieurement par rapport au bois.

220Lignage cellulaire (études de)
Ensemble de techniques de marquage (chimique, génétique, etc.) permettant de suivre la descendance d’une cellule donnée à un certain stade du développement et de déterminer quelles parties de l’organisme va former cette descendance.

221Locus
Emplacement d’un gène sur un chromosome. Un locus peut être occupé par différents allèles de ce gène.

222Loi du balancement
Voir Balancement (loi du).

223Loi biogénétique fondamentale
Voir Biogénétique fondamentale (loi).

224Loi de division du travail
Voir Division du Travail (loi de).

225Loi d’économie
Voir Économie (Loi d’).

226Loi de Meckel-Serres
Voir Meckel-Serres (Loi de).

227Loi de von Baer
Voir Baer (loi de von).

M

228Macrocosme et microcosme
On désigne ainsi l’univers entier (macrocosme) et sa représentation dans un espace restreint (microcosme). La correspondance entre les deux, par exemple l’homme conçu comme un résumé microcosmique de l’univers, est un thème ancien et fréquent dans différentes cultures dont la culture occidentale.

229Macroévolution
Évolution biologique considérée aux échelles supérieures à celle de l’espèce. Selon Goldschmidt, les mécanismes de la macroévolution sont différents de ceux de la microévolution.

230Macromutation
Selon Goldschmidt, mutation se traduisant par une variation de grande amplitude du phénotype. Il s’agit selon lui du moteur de la macroévolution.

231Marsupiaux
Mammifères vivipares dépourvus de placenta et dont la gestation est brève. Ils achèvent leur développement dans une poche cutanée, la marsupie. Exemple : kangourou.

232“Mécanique du développement”
Voir Entwicklungsmechanik (“Mécanique du développement”).

233Meckel-Serres (loi de)
Conception selon laquelle les organismes “supérieurs” passent au cours de leur développement embryonnaire par des stades équivalents à des adultes d’organismes “inférieurs". Cette loi, initialement non transformiste, a été reformulée en des termes évolutionnistes par la suite (par Haeckel notamment) sous le nom de “loi de récapitulation” ou “loi biogénétique fondamentale”. Elle a été critiquée par von Baer, qui a élaboré une loi alternative.

234Méride
Selon Perrier, organisme simple dont la réunion en colonies constitue des organismes d’ordre supérieur, les zoïdes.

235Mérisme
Bateson désigne ainsi la répétition des parties des organismes.

236Mésencéphale
Voir Vésicules cérébrales.

237Mésoderme
Feuillet germinal médian, caractéristique des animaux triblastiques. Il est parfois creusé d’un cœlome.

238Mésothorax
Voir Thorax (insecte).

239Métamère
Pour Haeckel, désigne l’individu morphologique de quatrième ordre, entre l’antimère et la personne. Plus généralement, ce terme a été appliqué ensuite aux segments des animaux présentant une répétition le long de l’axe antéro-postérieur (annélides, arthropodes, vertébrés, etc.)

240Métamérie
Au sens large, désigne la segmentation d’un animal le long de son axe antéro-postérieur. Certains auteurslimitent ce terme aux animaux dotés d’un cœlome segmenté.

241Métamêrie hétéromone, homonome
Voir Hétéromone (métamérie), Homonome (métamérie).

242Métamorphose
Le plus souvent, désigne l’ensemble des transformations subies par un organisme lorsqu’il passe rapidement de l’état larvaire à l’état adulte. Pour Goethe (et ses successeurs), la métamorphose est également un processus idéal expliquant la diversité de formes se rapportant à un même type (les pièces florales des plantes, considérées comme des feuilles modifiées, etc.).

243Métathorax
Voir Thorax (insecte).

244Métazoaires
Animaux pluricellulaires (par opposition aux protozoaires, groupe aujourd’hui totalement éclaté).

245Métencéphale
Voir Vésicules cérébrales.

246Microévolution
Évolution biologique considérée à l’intérieur d’une espèce.

247Mitose
Division cellulaire, typique des organismes autres que les bactéries, produisant deux cellules filles dont le génome est rigoureusement identique à celui de la cellule-mère (sauf dans les rares cas de crossing over somatique).

248Monade
Dans la philosophie de Leibniz, substance fondamentale, unitaire, indivisible et active dont sont formés tous les êtres.

249Monophylie
Pour Haeckel, s’applique à un groupe issu d’une même lignée ou cours de l’évolution. En cladistique moderne, caractère d’un groupe formé d’un ancêtre commun et de tous ses descendants.

250Monotrèmes
Mammifères ovipares. Ce groupe se limite à l’ornithorynque et aux échidnés.

251Monstre prometteur (hopeful monster )
Selon Goldschmidt, organisme monstrueux produit par une macromutation pouvant se révéler mieux adapté que les individus normaux dans un certain milieu.

252Morphogène
Substance portant une information de position, notamment sous la forme d’un gradient.

253Mutagenèse
Technique visant à produire des mutants à un taux significatif.

254Mutagenèse à saturation
Technique de mutagenèse destinée à obtenir tous les mutants concernant un caractère donné, et consistant pour cela à ne s’arrêter que lorsqu’on a trouvé plusieurs fois chaque mutant.

255Mutation
Transformation chimique de la molécule d’ADN, naturelle ou provoquée, se traduisant éventuellement dans le phénotype. Si une mutation affecte une cellule sexuelle, elle est transmissible à la descendance et l’organisme issu de cette cellule sera un mutant.

256Mutation homéotique
Mutation provoquant une homéose et affectant généralement un gène homéotique ou ses séquences régulatrices.

257Myélencéphale
Voir Vésicules cérébrales.

258Myotome
Partie d’un somite produisant des muscles.

259Myriapodes
Groupe d’arthropodes correspondant aux mille-pattes.

260Myxine
Vertébré cyclostome, souvent considéré comme proche de la forme ancestrale des vertébrés.

N

261Naturphilosophie
Courant de pensée né en Allemagne à la fin du XVIIème siècle et se proposant de construire un système cohérent et global de la nature sur la base de thèmes tels que l’unité de toutes les productions naturelles, la correspondance entre macrocosme et microcosme, la tendance de la nature à s’élever sans cesse vers des formes plus parfaites, etc. Son influence en sciences naturelles a été profonde et durable.

262Nautile
Mollusque marin, du groupe des céphalopodes, à coquille spiralée.

263Nectaire
Organe végétal sécrétant du nectar.

264Nématodes
Phylum de vers non segmentés à section circulaire, généralement de petite taille, libres ou parasites.

265Némertes
Phylum de vers marins carnassiers, non segmentés mais présentant tout de même une “pseudo-métamérie” des gonades. Hubrecht en a fait des ancêtres des chordés.

266Néocrâne
Selon Fürbringer, partie postérieure du crâne des vertébrés, formée secondairement par assimilation d’éléments vertébraux au paléocrâne. Le néocrâne est donc primitivement segmenté.

267Néoténie
Capacité qu’ont certains animaux de se reproduire à l’état larvaire. Par extension, désigne une théorie selon laquelle l’évolution pourrait se dérouler par ralentissement du développement embryonnaire, les formes adultes des descendants correspondant aux stades juvéniles des ancêtres.

268Néphridie
Organe excréteur (“rein”) chez les invertébrés.

269Néphrocœlie
Théorie selon laquelle le cœlome dérive des organes excréteurs répétés (néphridies) des acœlomates.

270Nerfs crâniens
Voir Crâniens (nerfs).

271Neuromère
Renflement produit par la segmentation transitoire du tube nerveux antérieur au cours du développement des vertébrés, et correspondant aussi bien aux vésicules cérébrales qu’aux rhombomères.

272Neurulation
Étape du développement suivant la gastrulation et au cours de laquelle le tube nerveux s’individualise à partir de l’ectoderme.

273Notochorde
Voir Chorde (ou Notochorde).

O

274Occipital (trou) ou Foramen magnum
Orifice de l’os occipital permettant la communication de la moelle épinière et du cerveau.

275Ontogenèse
Développement embryonnaire.

276Onychophores
Phylum d’animaux vermiformes, segmentés, dotés d’appendices courts non articulés, vivant souvent dans la litière ou sous les pierres dans les zones tropicales. Ils seraient apparentés aux arthropodes.

277Opérateur
Dans le modèle de l’opéron, séquence d’ADN située en amont d’un ou plusieurs gènes et sur laquelle se fixe éventuellement le répresseur de l’expression de ces gènes.

278Opéron (modèle de l’)
Modèle de la régulation de l’expression des gènes chez les bactéries. Un répresseur, protéine dont l’activité est déterminée par des effecteurs allostériques, peut se fixer sur une séquence d’ADN située en amont d’un ou plusieurs gènes et contrôle leur transcription.

279Ophiure
Animal marin formé de cinq bras graciles rayonnant autour d’un corps plus ou moins circulaire et appartenant au phylum des échinodermes.

280Organes
En plus du sens habituel, désignent chez Haeckel les individus morphologiques de deuxième ordre, formés de plastides et éventuellement regroupés en antimères.

281Organisateur
Tissu capable de provoquer l’organisation de tissus voisins en organes spécifiques par induction embryonnaire. La lèvre dorsale du blastopore des amphibiens (“organisateur de Spemann”) est ainsi capable de provoquer l’organisation en un axe antéro-postérieur des tissus adjacents.

282Organisme total ou global
Conception selon laquelle l’ensemble du monde (ou du monde vivant) correspond à un organisme dont les différents êtres représentent les organes. Thème très ancien, repris par la Naturphilosophie.

283Osselets de l’oreille moyenne
Ces trois petits os (marteau, enclume et étrier) sont des vestiges des deux premiers arcs branchiaux des mammifères et ont pour fonction de transmettre les vibrations du tympan à l’oreille interne (c’est le rôle de la columelle tympanique chez les oiseaux, reptiles et amphibiens).

284Ovisme
Voir Préformation.

P

285Paléocrane
Selon Fürbringer, partie antérieure du crâne, non segmentée, plus ancienne que la partie postérieure (néocrâne) d’un point de vue évolutif.

286Palingénésie
Pour Haeckel, répétition intégrale de la phylogenèse par l’ontogenèse. Il s’agit donc de la réalisation parfaite de la loi de récapitulation.

287Parabiose
Expérience au cours de laquelle on met en communication le milieu intérieur (éventuellement les systèmes circulatoires) de deux organismes.

288Parasegment
Unité développementale répétée le long de l’axe antéro-postérieur de la drosophile, à cheval sur deux métamères consécutifs et définie comme un compartiment polyclonal dans lequel s’exprime un ensemble donné de gènes de développement.

289Pattern
Terme anglais signifiant “motif’, “patron”, utilisé en embryologie pour désigner la disposition spatio-temporelle, par exemple, de l’expression d’un gène.

290Pénétrance
Fraction d’une population de génotype donné exprimant ce génotype dans le phénotype.

291Périanthe
Ensemble des pièces florales stériles (pétales et sépales).

292Personne (Haeckel)
Voir Prosope (ou Personne).

293Phénocopie
Organisme présentant une anomalie (non transmissible à la descendance) à la suite d’un traitement subi à un stade précoce du développement (chaleur, exposition à l’éther) et dont le phénotype correspond à celui d’un mutant.

294Phénotype
Manifestation visible (anatomique, embryologique, comportementale, etc.) d’un génotype donné dans un individu ou une cellule.

295Phyllotaxie
Disposition des feuilles sur la tige.

296Phylogenèse
Succession des formes ancestrales dans une lignée évolutive. Par extension, étude de l’évolution des lignées.

297Phylotypique (stade)
Stade du développement embryonnaire des animaux au cours duquel se manifeste le plus clairement le zootype.

298Phyton
Selon Gaudichaud-Beaupré, unité anatomique fondamentale des végétaux, formée d’une feuille et d’un fragment de tige.

299Phylum
Selon Haeckel, lignée évolutive. Le terme est désormais utilisé pour désigner une lignée d’animaux partageant un même plan d’organisation général. Il correspond grosso modo à l’embranchement.

300Pièces buccales des arthropodes
Organes céphaliques des arthropodes jouant un rôle dans la prise de nourriture. Chez les insectes, on a toujours : un labre (“lèvre supérieure”), deux mandibules, deux maxilles (ou mâchoires) et un labium (“lèvre inférieure"). À l’exception du labre, ce sont des appendices modifiés. Ces organes présentent une grande diversité de formes selon le régime alimentaire de l’espèce considérée.

301Pistil
Organe végétal femelle des fleurs, comprenant un ou plusieurs carpelles.

302Planaire
Ver plat, aquatique, appartenant au phylum des plathelminthes.

303Planula
Larve de certains cnidaires, constituée de deux feuillets souvent formés par délamination et dont la bouche se perce secondairement. Par extension, Lankester désigne ainsi une théorie selon laquelle l’ancêtre commun des animaux serait une sorte de planula et la gastrulation primitive serait par délamination et non par invagination.

304Plasmide
Portion d’ADN circulaire présent chez certains microorganismes (bactéries, levures, etc.) indépendant de l’ADN chromosomique et très employé en génie génétique pour introduire un gène dans la cellule.

305Plastide
Selon Haeckel, individu morphologique de premier ordre correspondant aux cellules et cytodes. Selon Perrier, organisme élémentaire, dont le regroupement en colonies forme des mérides.

306Plathelminthes
Phylum d’animaux correspondant aux vers plats et regroupant des formes libres (turbellariés) et parasites (cestodes et trématodes).

307Polarisation
Selon Owen, force matérielle conduisant la matière organique à se répéter sous des formes identiques. Elle s’oppose à une force organisatrice qui au contraire tend à diversifier les parties répétées.

308Polymorphisme
Existence au sein d’une colonie ou d’une population d’individus de la même espèce, d’organismes parfois très différents, souvent en lien avec la spécialisation dans des tâches précises (ouvrières, soldats et reine des sociétés d’insectes, etc.)

309Polype
Trembley désignait ainsi l’hydre d’eau douce. On étend ce terme à l’ensemble des formes fixées des cnidaires (scyphistome, coraux, etc.) par opposition aux formes nageuses (“méduses”).

310Position (effet de)
Phénomène observé en génétique formelle selon lequel un gène donné s’exprime de manière différente selon sa position sur le chromosome.

311Préformation
Théorie embryologique selon laquelle l’organisme est déjà formé dans l’œuf (ovisme) ou dans le spermatozoïde (animalculisme) et qui réduit donc le développement à une croissance. Cette théorie, très en vogue au XVIIIème siècle, s’opposait à celle de l’épigenèse. Elle était également désignée par le terme “évolution", pris alors dans son sens étymologique (“déroulement”).

312Pre-pattern
Concept utilisé par Stern pour décrire la disposition de l’ensemble des champs morphogénétiques qui déterminent le devenir des différentes parties d’une structure appelée à se développer (comme un disque imaginal).

313Principe des connexions
Voir Connexions (principes des).

314Principe des corrélations
Voir Corrélations (principes des).

315Prolepsis (“anticipation”)
Théorie, énoncée par un élève de Linné, selon laquelle un arbre produit en une fois plusieurs générations de rameaux sous la forme de fleurs. Cette conception suppose l’identité fondamentale de tous les organes végétaux.

316Proglottis
Anneaux du ténia.

317Prolifère (fleur)
Fleur du centre de laquelle partent des rameaux fleuris.

318Promorphologie
Selon Haeckel, partie de la morphologie qui doit s’occuper de la reconnaissance des formes fondamentales dont dérivent les formes vivantes.

319Prosencéphale
Voir Vésicules cérébrales.

320Prosope ou Personne
Selon Haeckel, individu morphologique de cinquième ordre, formé d’une agrégation de métamères. La plupart des animaux et l’homme sont à ce niveau d’organisation morphologique.

321Protéine
Molécule de grande taille formée par un enchaînement spécifique d’acides aminés, et de fonction précise dans l’organisme (catalyse de réactions chimiques, squelette cellulaire, etc.). La spécificité de chaque protéine est déterminée par le gène qui code pour elle (via l’ARN messager).

322Prothorax
Voir Thorax (insecte).

323Protiste
Organisme unicellulaire possédant un noyau (par opposition aux bactéries). Cet ensemble regroupe des organismes autrefois considérés comme des animaux (protozoaires) ou des plantes (protophytes).

324Protostomiens
Animaux dont la bouche provient du blastopore.

325Protozoaires
Animaux unicellulaires. Actuellement ce groupe est totalement démantelé.

326Pseudo-allélisme
Phénomène observé par les généticiens dès les années 1930 et se rapportant à des gènes de locus si proches qu’ils semblent se comporter comme des allèles d’un même gène.

R

327Rachidien (canal)
Canal formé par les vertèbres et contenant la moelle épinière.

328Rachidiens (nerfs)
Nerfs partant de la moelle épinière.

329Radiés ou Radiaires
Embranchement d'animaux, défini (entre autres) par Cuvier et comprenant des organismes à symétrie radiaire : cnidaires, éponges, échinodermes. Cet ensemble a été ensuite démantelé, notamment par la séparation des échinodermes et des cœlentérés.

330Radiolaires
Organismes unicellulaires (autrefois rangés dans les protozoaires) possédant un squelette siliceux très ornementé. Ils ont été étudiés notamment par Haeckel.

331Récapitulation
Théorie, énoncée notamment par Haeckel (“loi biogénétique fondamentale”) selon laquelle le développement embryonnaire (l’ontogenèse) récapitule la succession des formes ancestrales de l’individu (la phylogenèse). Il s’agit d’une formulation transformiste de la loi de Meckel-Serres, que l’on peut également, par extension, appeler “théorie de la récapitulation” (c’est le choix qui est fait dans cet ouvrage).

332Récessif
Allèle ne pouvant imposer le phénotype lorsqu’il est combiné à un autre allèle (dit dominant) dans un organisme diploïde.

333Recombinaison
Interaction entre deux molécules d’ADN provoquant des échanges de fragments. La recombinaison a lieu naturellement lors de la formation des cellules sexuelles. On l'utilise en outre dans les techniques du génie génétique pour modifier le génome.

334Réductionnisme
Conception selon laquelle la compréhension du fonctionnement des organismes passe par une connaissance approfondie des propriétés de leurs parties élémentaires (les gènes par exemple).

335Repli latéral (théorie du)
Théorie selon laquelle les membres des vertébrés dérivent de replis tégumentaires et non d’arcs branchiaux.

336Répression
Action d’une protéine régulatrice (répresseur) sur une séquence d’ADN empêchant la transcription, c’est-à-dire l’expression d’un gène. C’est ce qui se produit dans le modèle de l’opéron.

337Resegmentation
Phénomène observé par Remak lors de la formation des vertèbres, au cours de laquelle chaque somite fournit la partie postérieure d’une vertèbre et la partie antérieure de la vertèbre suivante, de sorte qu’il y a un décalage entre la segmentation en somites et la segmentation du squelette.

338Rhombencéphale
Vésicule cérébrale la plus postérieure, au stade à trois vésicules. Le rhombencéphale présente une segmentation transitoire en rhombomères. Par la suite, il se divise en myélencéphale et métencéphale.

339Rhombomère
Chacun des renflements observés de manière transitoire au niveau du rhombencéphale d’un vertébré.

340Rotifères
Phylum d’animaux métazoaires de petite taille dotés de couronnes de cils vibratiles.

S

341Sable (modèle du)
Analogie utilisée par Lawrence pour rendre compte des perturbations effectuées sur un gradient morphogénétique : la pente du tas de sable représente la variation de la concentration du morphogène.

342Sablier
Schéma utilisé par Duboule pour représenter le fait que si la diversité est très grande dans les premiers stades embryonnaires et à la fin du développement, il existe un stade particulier, commun à tous les animaux (le stade phylotypique) au cours duquel les contraintes empêchent la diversification adaptative, de sorte que tous les embryons pris à ce stade se ressemblent.

343Salpes
Organismes marins, du groupe des tuniciers (chordés non vertébrés), vivant en colonies flottantes.

344Saltationnisme
Conception selon laquelle l’évolution peut se produire de manière discontinue, par “sauts”.

345Schizocoelie
Mode de formation du cœlome dans lequel des blocs de mésoderme initialement pleins se creusent secondairement (au contraire de l’entérocœlie).

346Sclérotome
Partie d’un somite à l’origine de deux moitiés de vertèbres, après resegmentation.

347Scolex
Extrémité antérieure du ténia, portant des ventouses et suivie d’une succession de proglottis.

348Scyphistome
Dans le cycle de vie des méduses, phase fixée (polype) produisant par bourgeonnement (strobilisation) de nouvelles méduses.

349Segmentation (de l’œuf)
Première étape du développement correspondant aux premières divisions de la cellule-œuf. Certains préfèrent le terme “clivage” afin d’éviter la confusion avec la segmentation du corps (ou métamérie).

350Siphonophores
Groupe de cnidaires vivant en colonies dérivantes. Ces colonies présentent souvent une diversité d’individus, certains étant spécialisés pour la nutrition, la reproduction, etc.

351Sociétéanimale
Ensemble d’individus de la même espèce, non liés physiquement les uns aux autres (comme dans les colonies) mais présentant des comportements coordonnés, avec une répartition des tâches et éventuellement un polymorphisme (abeilles, etc.)

352Somatopleure
Chez les organismes coelomates, partie du mésoderme qui fait face à l’ectoderme et qui semble être un feuillet à part entière.

353Somites
Blocs de mésoderme dorsal se formant, chez les vertébrés, autour de la chorde. Ils représentent la partie la plus clairement métamérisée de l’embryon. Ils se composent chacun de trois parties : le dermatome, à l’origine d’une partie du derme, le myotome, qui produit des muscles, et le sclérotome, qui forme les vertèbres par un processus de resegmentation. On les a longtemps considérés comme les ébauches des vertèbres.

354Somitomères
Blocs de mésoderme situés dans la région céphalique, lors du développement des vertébrés, présentant un début de segmentation et interprétés comme des somites non individualisés.

355Splanchnopleure
Chez les organismes coelomates, partie du mésoderme qui fait face à l’endoderme et qui semble être un feuillet à part entière.

356Spongiaires
Phylum d’animaux correspondant aux éponges.

357Strobilisation
Processus de bourgeonnement par lequel le scyphistome produit des méduses.

358Synapomorphie
Dans le langage cladiste, état dérivé d’un caractère (c’est-à-dire apparu relativement récemment, par rapport à l’état ancestral) partagé par deux ou plusieurs taxons et pouvant donc être utilisé pour établir des groupes monophylétiques.

T

359Tachygenèse
Selon Perrier, accélération du développement embryonnaire chez les organismes supérieurs, d’origine coloniale, de sorte que la colonie entière est désormais formée en une seule fois et non par un processus de bourgeonnement.

360Tectologie
Selon Haeckel, partie de la morphologie qui doit s’occuper de la reconnaissance des individus de différents ordres et de leur position hiérarchique.

361Télencéphale
Voir Vésicules cérébrales.

362Téléologie
Conception selon laquelle les phénomènes naturels présentent une finalité (synonyme de finalisme).

363Tératologie
Étude des monstres.

364Tétrapodes
Vertébrés dotés de quatre membres (amphibiens, reptiles, oiseaux et mammifères).

365Théorie de l’archiptérygium
Voir Archiptérygium (théorie de l').

366Théorie cellulaire
Voir Cellulaire (théorie).

367Théorie coloniale
Voir Coloniale (théorie).

368Théorie du crâne vertébral
Voir Vertébral (théorie du crâne).

369Thorax (insecte)
Partie du corps de l’animal portant les ailes et les pattes et composée de trois segments : prothorax, mésothorax et métathorax. Chaque segment porte une paire de pattes. Les ailes se trouvent sur le mésothorax et le métathorax.

370Traduction
Processus au cours duquel une molécule d’ARN messager sert de modèle à la construction d’une protéine spécifique. C’est la seconde étape de l’expression d’un gène.

371Transcription
Première étape de l’expression d’un gène au cours de laquelle une molécule d’ARN (appelée ARN messager) est élaborée, dans le noyau cellulaire, sur le modèle d’un fragment d’ADN correspondant à un gène. Cet ARN va ensuite passer dans le cytoplasme où, après traduction, il permettra la synthèse d’une protéine spécifique.

372Transdétermination
Modification artificielle de la détermination d’un tissu, observée notamment dans certains cas de transplantation de disques imaginaux de drosophiles.

373Transformisme
Conception selon laquelle les espèces se transforment au cours du temps (théorie de l’évolution).

374Trématodes
Groupe de plathelminthes comprenant des parasites tels que les douves.

375Triblastiques (ou Triploblastiques)
Organismes possédant trois feuillets germinaux.

376Trimérie
Caractère morphologique de plusieurs phylums d’animaux formés (au moins à l’état embryonnaire) de trois parties correspondant à trois paires de sacs cœlomiques. C’est le cas notamment des hémichordés et des échinodermes.

377Triploblastiques
Voir Triblastiques (ou Triploblastiques)

378Trochophore
Type de larve aquatique ciliée, de structure simple, caractéristique de plusieurs phylums (annélides, mollusques, etc.). Chez les annélides, la trochophore forme par bourgeonnement les segments du corps, on l’a donc parfois considérée comme représentant un organisme monomérique ancestral, se reproduisant par bourgeonnement et formant des colonies dont dériveraient les organismes segmentés actuels. Voir Coloniale (théorie).

379Tube nerveux ou neural
Tube formé par invagination de l’ectoderme au cours du développement des vertébrés (neurulation) et qui va donner par la suite le cerveau et la moelle épinière.

380Tuniciers
Groupe de chordés non vertébrés comprenant les ascidies ainsi que d’autres organismes apparentés (salpes, etc.). Ils possèdent une chorde à l’état embryonnaire, mais la perdent (ainsi que le tube nerveux, etc.) au cours de leur métamorphose. Beaucoup sont coloniaux.

381Turbellariés
Groupe de plathelminthes non parasites (planaires).

U

382Unité de plan ou de composition
Conception selon laquelle tous les organismes d’un groupe sont bâtis selon le même plan d’organisation. Geoffroy Saint-Hilaire a tenté de l’appliquer à l’ensemble du règne animal.

383Urbilateria
Ancêtre commun supposé de tous les animaux à symétrie bilatérale (c’est-à-dire des triblastiques).

384Urblatt (“feuille primitive”)
Selon Goethe, organe type dont dérivent par métamorphose toutes les structures végétales.

385Urpflanze (“plante primitive”)
Selon Goethe, plante type à laquelle peuvent se rapporter toutes les espèces observées.

386Urschleim
Voir Gelée primitive(Urschleim).

V

387Vertébral (théorie du crâne)
Théorie selon laquelle le crâne des vertébrés n’est autre qu’une succession de vertèbres très modifiées, conformément à leur fonction de protection du cerveau.

388Vésicules cérébrales
Lors du développement des vertébrés, renflements du tube nerveux antérieur à l’origine de l’encéphale. Il y a d’abord un stade à trois vésicules (prosencéphale, mésencéphale et rhombencéphale). Puis le prosencéphale se divise en télencéphale et diencéphale et le rhombencéphale donne le métencéphale et le myélencéphale, ce qui forme au total cinq vésicules.

Z

389Zoïde
Perrier désigne ainsi les individus au sens habituel. Il s'agit selon lui de colonies d’organismes plus simples, les mérides.

390Zoonite
Terme défini par Moquin-Tandon et Dugès et désignant les organismes élémentaires dont sont composés les animaux (chacun des segments d’une sangsue, etc.)

391Zoophytes
Terme ancien désignant des organismes que l’on considérait comme intermédiaires entre les animaux et les plantes, comme les éponges, le corail, etc.

392Zootype
Concept introduit au début des années 1990 et désignant un ensemble de patte ms d’expression de gènes de développement qui caractérise l’ensemble des animaux. Le zootype est particulièrement visible à un stade donné du développement, le stade phylotypique.

© Publications scientifiques du Muséum, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.