Version classiqueVersion mobile

Les botanistes et la flore de France

 | 
Benoît Dayrat

L'âge d'or (1790-1850)

Texte intégral

  • 1 Lamarck (Jean Baptiste de), Candolle (Augustin-Pyramus de), Flore française, 3ème éd., [nouveau tir (...)

1Cette deuxième période est la plus riche. Elle commence dans les années 1790 et s’achève au milieu du XIXème siècle. Plusieurs tendances la caractérisent quant aux espèces qui sont découvertes. La transition vers la nomenclature binominale, largement réalisée au cours de la période précédente, se prolonge au cours de celle-ci. Elle s’achève avec l'œuvre d’Augustin-Pyramus de Candolle (1778-1841) : sur la cinquantaine d’espèces de la flore de France qu’il découvre au début du XIXème, seulement neuf étaient connues par les botanistes prélinnéens ; après le second tirage de la troisième édition de la Flore française (1815)1, les redécouvertes d’espèces prélinnéennes sont pour ainsi dire exceptionnelles. Les espèces découvertes au cours de cette deuxième période ont pour la plupart une large répartition européenne. Un botaniste qui herborise régulièrement, ne serait-ce que sur les bords des chemins de la région où il vit, a alors toutes les chances de trouver une espèce nouvelle qui se révélera plus tard être largement répartie et commune en Europe. Toussaint Bastard (1784-1846), directeur du Jardin botanique d’Angers entre 1807 et 1816 puis médecin à Chalonnes-sur-Loire à partir de 1817, en est l’exacte illustration : les quatre espèces qu’il a nommées et décrites à partir de ses propres récoltes angevines sont communes dans une grande partie de l’Europe. Bien évidemment, les découvertes de ces espèces à large répartition se raréfient au fur et à mesure que l’on avance dans cette deuxième période. Des espèces endémiques de régions relativement vastes, riches et bien explorées sont également découvertes : Louis Ramond de Carbonnières (1755-1827) trouve sept espèces endémiques des Pyrénées au cours des nombreuses excursions qu’il y effectue entre 1787 et 1806. Enfin, c’est uniquement à la fin de cette période, c’est-à-dire dans les années 1840, que l’on commence à découvrir des espèces endémiques de régions plus circonscrites : Henri Lecoq (1802-1871), directeur du Jardin botanique de Clermont-Ferrand, décrit en 1848 deux espèces endémiques des Cévennes, en collaboration avec son disciple et ami Martial Lamotte (1820-1883).

2Après avoir souligné les tendances quant à l’évolution de la découverte des espèces au cours de cette deuxième période, essayons de retenir quelques généralités quant aux botanistes eux-mêmes. Tout d’abord, une évidence : ils sont tous originaires d’un milieu social aisé. Tant sous la Révolution que sous l’Empire ou la Restauration, les fils de cultivateurs ne s’adonnent pas à la botanique. Ensuite, ils effectuent presque tous des études de médecine. La formation médicale constitue une sorte de parcours obligé pour les naturalistes, cela au moins jusqu’en 1850. Dans la plupart des grandes villes de France, les écoles de médecine sont les seuls établissements où l'histoire naturelle est alors professée. Dans les rares villes où elles existent, comme à Paris, Montpellier, Dijon ou Toulouse, les facultés des sciences sont uniquement fréquentées par quelques rares étudiants en médecine que les leçons de matière médicale ne satisfont pas. Les plus ambitieux, ceux qui ont l’espoir d’obtenir une chaire en faculté des sciences, passent le grade de docteur ès sciences. La formation médicale ne mène pas forcément à la profession médicale : elle permet également de devenir professeur d’histoire naturelle en faculté de médecine ou directeur d’un jardin botanique. Quelques autres naturalistes suivent la formation des écoles de pharmacie, très proche de la formation botanistes eux-mêmes. Tout d’abord, une évidence : ils sont tous originaires d’un milieu social aisé. Tant sous la Révolution que sous l’Empire ou la Restauration, les fils de cultivateurs ne s’adonnent pas à la botanique. Ensuite, ils effectuent presque tous des études de médecine. La formation médicale constitue une sorte de parcours obligé pour les naturalistes, cela au moins jusqu’en 1850. Dans la plupart des grandes villes de France, les écoles de médecine sont les seuls établissements où l'histoire naturelle est alors professée. Dans les rares villes où elles existent, comme à Paris, Montpellier, Dijon ou Toulouse, les facultés des sciences sont uniquement fréquentées par quelques rares étudiants en médecine que les leçons de matière médicale ne satisfont pas. Les plus ambitieux, ceux qui ont l’espoir d’obtenir une chaire en faculté des sciences, passent le grade de docteur ès sciences. La formation médicale ne mène pas forcément à la profession médicale : elle permet également de devenir professeur d’histoire naturelle en faculté de médecine ou directeur d’un jardin botanique. Quelques autres naturalistes suivent la formation des écoles de pharmacie, très proche de la formation médicale pour ce qui concerne l’histoire naturelle. Les naturalistes qui échappent à l’une ou à l’autre de ces deux formations sont rares : l’abbé Pourret (1754-1818) et Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent (1778-1846) n’ont d’autre professeur que la nature elle-même ; Jacques Gay (1786-1864) est le disciple du pasteur Jean-François Gaudin (1766-1833).

3C’est au cours de cette deuxième période qu’apparaissent les premiers amateurs, tels que nous les connaissons toujours aujourd’hui. Il faut distinguer les rentiers qui s’adonnent à l’histoire naturelle mais qui, finalement, sont leur propre employeur, des amateurs au sens strict, c’est-à-dire des personnes qui pratiquent un métier sans aucune relation avec la botanique, passion a laquelle ils destinent tous leurs loisirs et leur argent. Les premiers se retrouvent à toutes les époques. Les seconds, rares au cours de cette deuxième période, seront légion à partir de la deuxième moitié du XIXème siècle. Cette distinction se retrouve chez les ecclésiastiques : on ne peut pas comparer l’abbé Pourret (1754-1818), issu d’une famille aisée de Narbonne, entré dans les Ordres pour respecter une convention, avec l’abbé Coste (1858-1924) qui, issu d’une modeste famille de cultivateurs aveyronnais, entre dans les Ordres par nécessité et réelle vocation. Seul le second est véritablement ce qu’il est convenu d’appeler un amateur. 11 apparaît que la notion d’amateur, étroitement liée à une certaine structure de la société, se met en place dans un contexte qui n’existe qu’à partir de la deuxième moitié du XIXème siècle. À ce titre, l’un des premiers amateurs de la botanique française est Jacques Gay (1786-1864). Secrétaire du président de la Chambre des pairs jusqu’en 1848, il n’est employé à aucun moment de sa vie pour pratiquer l’histoire naturelle mais passe pour être l’un des meilleurs spécialistes de la flore de France. Jacques Gay sera le doyen des membres fondateurs de la Société botanique de France avec laquelle s’ouvrira la troisième période.

  • 2 Balbis (Giovanni-Baptista), Flore lyonnaise, Lyon : C. Coque, 1827-1828, 2 vols.

4Au début de cette deuxième période, la pratique botanique est solitaire. Cela ne signifie pas du tout que les botanistes soient isolés les uns des autres. Ils sont tous au contraire en étroite relation. Cela signifie qu’ils affrontent séparément la nature. Ils l’explorent et l’étudient seuls. René Desfontaines (1750-1833), Louis Ramond de Carbonnières, Jean Thore (1762-1823), Antoine Risso (1777-1845), Joseph Holandre (1778-1857) ou encore Léon Dufour (1780-1865) sont des botanistes solitaires. Rares voire inexistantes au début de cette deuxième période, les collaborations deviennent peu à peu plus nombreuses. Les flores qui paraissent à partir des années 1820 comportent des introductions riches en remerciements qui témoignent des aides apportées aux auteurs. Les flores régionales ne reposent plus uniquement sur le travail exclusif d’un auteur mais doivent prendre en compte les herborisations des récolteurs de plantes et des botanistes locaux qui apportent de précieux renseignements, notamment quant à la répartition des espèces. Ce phénomène apparaît avec netteté à Lyon : la publication de la Flore lyonnaise (1827-1828)2 de Giovanni-Baptista Balbis (1765-1831), directeur du Jardin botanique de Lyon entre 1819 et 1830, aurait été impossible sans toutes les observations accumulées par la riche communauté des botanistes lyonnais. Dans la période suivante, les collaborations seront incontournables et se compteront par dizaines.

5La Révolution française a de profondes conséquences sur cette deuxième période, tant sur le destin des individus que sur l’évolution des institutions. Elle est la cause de plusieurs exils : l’abbé Pourret vit en Espagne à partir de 1789 ; Auguste Broussonet (1761-1807) s’y réfugie de mars 1794 à octobre 1795 ; Louis Ramond de Carbonnières se cache dans les Pyrénées sous la Convention, avant d’être emprisonné pendant les six derniers mois de la Terreur ; Pierre Bodard de La Jacopière (1758-1826) émigre au royaume de Naples en janvier 1794. D’autres, au contraire, en profitent pour changer de vie : l’abbé Poiret (1755-1834) quitte les Ordres à l’occasion de la Constitution civile du clergé en 1790. La Révolution est surtout, du point de vue institutionnel, la grande chance de l’histoire naturelle. D’abord, c’est la création du Muséum national d’histoire naturelle, le 10 juin 1793, à partir de l’ancien Jardin du roi, où de nouveaux personnages, comme les républicains René Desfontaines (1750-1833) et André Thouin (1747-1824), remplacent au pouvoir l’ancien intendant royal ; pendant tout le début du XIXème siècle, l’histoire naturelle vit au Muséum un véritable âge d’or. Ensuite, c’est bien évidemment la création des écoles centrales, votée par la Convention le 25 février 1795, pour remplacer les collèges de l’Ancien Régime. Jusqu’en mai 1802, date de leur suppression par Bonaparte qui décide de créer les lycées, l’histoire naturelle occupe dans les écoles centrales une place prépondérante. C’est la première fois que l’histoire naturelle fait officiellement partie des “programmes”. Les conséquences de cette décision politique sont considérables. Des jardins botaniques sont créés dans les départements pour servir aux démonstrations des professeurs. Trois des quatre premiers jardins de Belgique, qui fait alors partie de la France, sont créés à cette occasion : à Bruxelles, alors dans le département de la Dyle, à Gand, dans de département de l’Escaut, et à Anvers, dans le département des Deux-Nèthes. Par ailleurs, les écoles centrales forment de nombreux naturalistes qui, au début du XlXème siècle, vont jouer un rôle déterminant dans la découverte de la faune et de la flore de France et du reste du monde. Citons l’algologue Jean-Vincent Félix Lamouroux (1779-1825), disciple de Jean-Florimond Boudon de Saint-Amans (1748-1831) à l’école centrale d’Agen, et Charles-François Brisseau de Mirbel (1776-1854), futur titulaire de la chaire des Cultures du Muséum national d’histoire naturelle, élève de Louis Ramond de Carbonnières à Tarbes.

6Du point de vue des destins individuels, l’époque napoléonienne prolonge ce que la Révolution a commencé. Plusieurs botanistes entraînés dans la grande épopée napoléonienne, depuis l'expédition d’Égypte jusqu’à la chute de l’Empire, vivent de riches années : Louis Reynier (1762-1824), frère aîné du général de l’armée d’Orient Jean-Louis-Ébénézer Reynier (1771-1814), est directeur des revenus et du mobilier national au Caire pendant la campagne d’Égypte, puis administrateur au royaume de Naples sous le règne de Joachim Murat (1767-1815) ; le capitaine Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent (1778-1846) est de tous les combats jusqu’à la seconde Restauration, qui le condamne d’ailleurs à l’exil ; Léon Dufour (1780-1865), officier de santé dans l’armée d’Espagne de 1808 à 1814, en profite pour explorer tout le pays. La Révolution et l’Empire rendent les vies des naturalistes aventureuses et fascinantes. Les raconter est un plaisir. Ce sont incontestablement les deux épisodes de l’histoire de France qui ont le plus d’influence sur les destins individuels. Après le retour des Bourbons, tout se fige. À l’exception de ceux qui ont le privilège de participer à des explorations scientifiques, comme l’amiral Jules Dumont d’Urville (1790-1842) en Méditerranée et dans les mers du Sud ou le capitaine Charles Durieu de Maisonneuve (1796-1878) en Algérie, les naturalistes ont des vies peu agitées et qui se ressemblent toutes : on naît dans une bonne famille, on effectue sa médecine à Paris ou à Montpellier, on obtient une chaire d’Histoire naturelle ici ou là, de préférence dans sa région natale où l’on herborise tranquillement toute sa vie. 11 faudra attendre la période suivante pour qu’apparaisse de nouveau une certaine diversité des parcours, notamment grâce à l’explosion de la pratique botanique des amateurs.

7La part respective que prennent les pays d’Europe dans cette deuxième période est proche de celle de la période précédente. La Confédération germanique, largement dominée par l’Autriche et la Prusse, le Royaume-Uni et les États italiens tiennent avec la France les premiers rôles. Viennent ensuite la Russie, la Suède, la Norvège, le Danemark, les Pays-Bas, la Belgique, la Suisse, l’Espagne et le Portugal.

Allemagne

8La Confédération germanique formée au lendemain du Congrès de Vienne, en 1815, ne comprend plus que trente-neuf États indépendants, tandis que l'Empire germanique en comptait près de trois cent cinquante avant les guerres napoléoniennes : l’empire d’Autriche – à l’exclusion du royaume de Hongrie –, les royaumes de Prusse, de Hanovre, de Saxe, de Bavière, de Würtemberg, vingt-neuf grands-duchés, duchés et principautés, ainsi que quatre villes libres. L’empire d’Autriche et le royaume de Prusse sont les deux plus grandes puissances économiques et politiques de ce bloc germanique. Presque tous les États allemands sont alors rassemblés au sein d’une communauté douanière de libre échange, le Zollverein, dont ne fait pas partie l’Autriche. Pour cette raison, et parce qu’il n’est pas entièrement compris dans la Confédération, l’empire d’Autriche doit être considéré à part. Au sein du Zollverein, les personnes et les marchandises circulent relativement librement, même si les États sont politiquement indépendants. Tout au long de cette deuxième période, la botanique est très intensément pratiquée au sein de la Confédération germanique. De nombreux botanistes apportent une contribution majeure à la découverte de la flore d’Europe. Friedrich-Gottlieb Bartling (1798-1875), originaire de Hanovre, directeur du Jardin botanique de Göttingen ; August-Johann-Georg-Karl Batsch (1761-1802), professeur de botanique à Iéna ; Johann-Christian-Gottlob Baumgarten (1765-1843), originaire de Saxe, ancien élève du baron Nicolaus von Jacquin (1727-1817), médecin à Leschkirch puis Schässburg ; Johannes Becker (1769-1833), directeur du Jardin botanique de Francfort ; Johann-Jacob Bernhardt (1774-1850), directeur du Jardin botanique d’Erfurt ; Mathias-Joseph Bluff (1805-1837), médecin à Cologne puis Aix-la-Chapelle ; Clemens-Maria-Griedrich von Boenninghausen (1785-1864), directeur du Jardin botanique de Münster ; Alexander Braun (1805-1877), élève de Carl-Friedrich Schimper (1803-1867) à Heidelberg, professeur de botanique à Karlsruhe, Freiburg, Giessen puis Berlin, la capitale du royaume de Prusse ; Friedrich-August-Ludwig von Burgsdorff (1747-1802), originaire de Leipzig, professeur de sylviculture à Berlin ; Ludolf-Adelbert von Chamisso (1781-1838), poète et naturaliste d’origine champenoise – son nom français est Louis-Adélaïde de Chamisseau de Boncourt –, émigré en Prusse sous la Terreur en 1792, directeur du Jardin botanique de Berlin ; Albert-Gottfried Dietrich (1795-1856), directeur du Jardin botanique du duc de Weimar puis professeur de botanique à Eisenach ; Johann-Baptist-Georg-Wolfgang Fresenius (1808-1866), médecin à Francfort ; Joseph-Aloys von Froelich (1766-1841), médecin à Ellwangen, dans le royaume du Würtemberg ; Karl-Christian Gmelin (1762-1837), directeur du Jardin botanique de Karlsruhe, frère de Samuel-Gottlieb Gmelin (1745-1774), explorateur de la, Russie ; Johann-Friedrich Gmelin (1748-1804), professeur de médecine, chimie et histoire naturelle à Tübingen puis Göttingen, fils de Philipp-Friedrich Gmelin (1721-1768) et neveu de Johann-Georg Gmelin (1709-1755) ; Friedrich-Gottlieb Hayne (1763-1832), pharmacien à Berlin ; Christian-Ferdinand Hochstetter (1787-1860), professeur à Esslingen ; Georg-Franz Hoffmann (1761-1826), professeur de botanique à Erlangen, Göttingen puis Moscou ; David-Heinrich Hoppe (1760-1846), directeur du Jardin botanique de Regensburg ; Johann-Heinrich Kaltenbach (1807-1876), professeur à Aix-la-Chapelle ; Johann Koch (1759-1831), de Magdebourg ; Karl Koch (1809-1879), explorateur du Caucase et de l’Asie centrale, employé au Jardin botanique de Berlin ; GeorgLudwig Kœler (1765-1807), de Mayence ; Anton-Johann Krocker (1744-1823), médecin à Breslau ; Karl Kunth (1788-1850), professeur de botanique à l’université de Berlin ; Johann-Georg-Christian Lehmann (1792-1860), directeur du Jardin botanique de Hambourg ; Christian-Friedrich Lessing (1809-1862), originaire de Berlin, explorateur de la Norvège et de la Russie jusqu’aux confins de la Sibérie ; Heinrich-Friedrich Link (1767-1851), directeur du Jardin botanique de Breslau puis de Berlin à partir de 1815 ; Karl-Friedrich-Philipp von Martius (1794-1868), explorateur du Brésil de 1817 à 1820, docteur en médecine, retiré à Munich, capitale du royaume de Bavière ; Bernhard Meyer (1767-1836), médecin à Hanau puis Offenbach ; Christian Nees von Esenbeck (1776-1858), professeur de botanique à l’université de Bonn puis de Breslau ; Christoph-Friedrich Otto (1783-1856), jardinier au Jardin botanique de Berlin ; Georg-Wolfgang-Franz Panzer (1755-1829), médecin à Nuremberg ; Ludwig Reichenbach (1793-1889), directeur du Jardin botanique de Dresde ; Hermann Richter (1808-1876), médecin à Leipzig ; Max-Joseph Roemer (1791-1849), originaire de Bavière, installé à Würzburg ; Albrecht Wilhelm Roth (1757-1834), médecin à Vegesack, près de Brème ; Adolf Scheele (1808-1864), professeur au séminaire de Hanovre puis pasteur à Heersum, près d’Hildesheim ; Karl-Friedrich Schimper (1803-1867), poète, philosophe de la nature, installé à Munich, Zweibrücken puis Mannheim ; Diedrich-Franz-Leonhard von Schlechtendal (1794-1866), conservateur de l’herbier royal de Berlin, successeur de Kurt Sprengel (1766-1833) à l’université et au Jardin botanique de Halle ; Matthias-Jacob Schleiden (1804-1881), l’un des auteurs de la théorie cellulaire, professeur de botanique à l’université d’Iéna, Dorpat puis Saint-Pétersbourg, retiré à la fin de sa vie à Dresde ; Heinrich-Adolph Schrader (1767-1836), professeur de botanique et directeur du Jardin botanique de Göttingen ; Franz-von-Paula von Schrank (1747-1835), prêtre jésuite, professeur de physique et mathématiques à Amberg, professeur de botanique à Ingolstadt, puis premier directeur du Jardin botanique de Munich à partir de 1809 ; Carl-Heinrich Schultz (1805-1867), originaire du Palatinat rhénan, médecin à Munich puis Deidesheim ; August-Friedrich Schweigger (1783-1821), directeur du Jardin botanique de Königsberg, assassiné en Sicile près de Girgenti ; Otto Sendtner (1813-1859), explorateur de l’Istrie, de l’Illyrie et de la Bosnie, conservateur du musée de Eichtätt, en Bavière, puis professeur à l'université de Munich ; Kurt Sprengel (1766-1833), professeur de médecine et de botanique à l’université de Halle ; Ernst-Gottlieb von Steudel (1783-1856), médecin à Esslingen ; Friedrich-Wilehlm Wallroth (1792-1857), médecin à Heringen puis Nordhausen ; Georg-Heinrich Weber (1752-1828), professeur de botanique à l’université de Kiel ; Johann-Adam-Valentin Weigel (1740-1806), ecclésiastique, professeur privé en Silésie ; Carl-Ernst-August Weihe (1779-1834), médecin à Bünde, Mennighüffen puis Herford ; August Wibel (1775-1814), médecin à Werthein-am-Main ; Carl Willdenow (1765-1812), professeur d’histoire naturelle au Collegium medico-chirurgicum de Berlin, directeur du Jardin botanique de Berlin à partir de 1801, premier titulaire de la chaire de Botanique de l'université de Berlin, fondée en 1810 ; Friedrich Wimmer (1803-1868), professeur d’histoire naturelle à l’université de Breslau.

Autriche-Hongrie

9Outre l’archiduché d’Autriche, l’Empire des Habsbourg comprend alors le royaume de Bohème et le vaste royaume de Hongrie. Le royaume de Bohème, dont la capitale est Prague, s’étend de la Bohème proprement dite à la Moravie. Le territoire du royaume de Hongrie, largement dominé par les Magyars des plaines centrales, abrite également des peuples très différents tels que les Roumains de Transylvanie, les Ruthènes de Galicie, les Polonais du Sud de la Vistule, les Slovaques de Slovaquie, les Serbes du Sud du Danube, et les Croates de Croatie et de Dalmatie. L’Autriche règne également sur la péninsule italienne : le Royaume lombardo-vénitien est directement rattaché à l’Empire ; le grand-duché de Toscane et les duchés de Parme et de Modène appartiennent à des membres de la maison des Habsbourg. L’Empire apporte un contingent majeur de botanistes tout au long de cette deuxième période : Wilibald von Besser (1784-1842), originaire d’Innsbruck, dans le Tyrol, professeur de botanique à Krzemienec de 1809 à 1835 puis à Kiev jusqu’en 1841 ; Istvan-Laszlo Endlicher (1804-1849), né à Bratislava, en Slovaquie, nommé bibliothécaire de l’université de Vienne en 1828 puis professeur de botanique à partir de 1839 ; Eduard Fenzl (1808-1879), professeur de botanique de l’université et directeur du Jardin botanique de Vienne ; Nicolaus-Thomas Host (1761-1834), médecin de l’empereur François Ier ; Paul Kitaibel (1757-1817), installé à Budapest ; Theodor Kotschy (1813-1866), conservateur des herbiers du Muséum d’histoire naturelle de Vienne, explorateur de l’Orient ; Karl-Joseph Kreutzer (1809-1866), bibliothécaire dans les universités de Vienne puis de Graz ; Johann-Nepomuk von Laicharding (1754-1797), professeur d’histoire naturelle à Innsbruck ; Johann-Emanuel Pohl (1782-1834), conservateur au musée d’Histoire naturelle de Vienne, explorateur du Brésil en compagnie de Karl-Friedrich-Philipp von Martius (1794-1868) ; Anton Rochel (1770-1847), officier de santé dans l’armée autrichienne, médecin en Moravie puis directeur du Jardin botanique de Pest ; Heinrich-Wilhelm Schott (1794-1865), explorateur du Brésil avec Karl-Friedrich-Philipp von Martius et directeur du Jardin impérial de Schönbrunn ; Josef-August Schultes (1773-1831), professeur d’histoire naturelle au Theresianum de Vienne à Cracovie – à l’extrémité septentrionale du royaume de Hongrie –, à Innsbruck, dans le Tyrol, puis à l’université de Landshut, en Bavière ; Ferdinand Schur (1799-1878), originaire de Prusse, responsable de l’industrie chimique impériale de plusieurs villes d’Autriche, retiré à Vienne de 1854 à 1870, Brno, en Moravie, puis Bielitz, en Silésie, alors sous autorité prussienne ; Leopold Trattinnick (1764-1849), professeur privé installé à Vienne ; Lorenz-Chrysanth von Vest (1776-1840), médecin à Klagenfurt, Graz puis Steyermark ; Franz-von-Paula von Waldstein-Wartemburg (1759-1826), soldat de l’armée autrichienne de 1777 à 1815, retiré ensuite en Bohème. Pour les botanistes de Bohème : Philipp-Maximilian Opiz (1787-1858), administrateur civil à Czaslau puis Prague ; Karel Presl (1794-1852), professeur de botanique à l’université de Prague ; Jan Presl (1791-1849), médecin et professeur de botanique à l’université de médecine de Prague ; Franz-Wilibald Schmitt (1764-1796), professeur de botanique à l’université de Prague ; Wenzel-Benno Seidl (1773-1842), administrateur civil à Prague ; Caspar Maria von Sternberg (1761-1838), théologien, aumônier à la cour du prince de Regensburg, en Bavière, fondateur du Musée d’histoire naturelle de Prague ; Ignaz-friedrich Tausch (1793-1848), professeur de botanique à Prague.

Royaume-Uni

10Depuis 1714, la couronne d’Angleterre appartient à la maison de Hanovre. Mais à l’époque qui nous intéresse ici, c’est le royaume de Hanovre qui est dirigé par le Royaume-Uni, alors très puissant, tout au moins jusqu’à ce que la reine Victoria ne se sépare du Hanovre à son arrivée sur le trône en 1837. Politiquement, l’Écosse et l’Irlande dépendent directement de l’Angleterre : le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande est fondé en 1800. Comme lors de la première période, les botanistes britanniques participent activement à la découverte de la flore d’Europe : William Townsend Aiton (1766-1849), directeur du Jardin botanique de Kew ; George Walker-Arnott (1799-1868), directeur du Jardin botanique de Glasgow, ami du botaniste normand Alphonse de Brébisson (1798-1872) ; George Bentham (1800-1884), juriste passionné de botanique, installé à Londres à partir de 1854 ; Robert Brown (1773-1858), originaire du nord-est de l’Irlande, bibliothécaire de la Linnean Society of London puis bibliothécaire personnel de Joseph Banks (1743-1820), premier botaniste du British Museum à partir de 1823, célèbre pour ses découvertes de la distinction entre la gymnospermie et l’angiospermie ainsi que du phénomène physique qui porte son nom, le mouvement brownien ; Allan Cunningham (1791-1839), explorateur employé par le Jardin botanique de Kew ; George Don (1764-1814), pépiniériste à Forfar, en Écosse, père de David Don (1799-1841), professeur de botanique au King’s College de Londres, et de George Don junior (1798-1856), horticulteur, spécialiste de la flore d’Amérique Centrale ; Robert Graham (1786-1845), professeur de botanique à l’université de médecine d’Édimbourg ; William-Henry Harvey (1811-1866), professeur de botanique à l’université de Dublin ; Adrian-Hardy Haworth (1768-1833), jardinier à Chelsea puis Cottingham ; William-Jackson Hooker (1785-1865), professeur de botanique à l’université de Glasgow puis directeur du Jardin botanique de Kew ; John Hull (1761-1843), médecin à Manchester ; John Lindley (1799-1865), professeur de botanique à l’University College de Londres ; Richard-Anthony Salisbury (1761-1829), jardinier écossais installé à Londres ; John Sibthrop (1758-1796), directeur du Jardin botanique d’Oxford, explorateur des îles grecques ; John Sims (1749-1831), médecin à Londres ; James-Edward Smith (1759-1828), fils d’un riche négociant, acquéreur de l’herbier de Carl von Linné (1707-1778), fondateur de la Linnean Society of London ; Jonathan Stokes (1755-1831), médecin à Chesterfield ; Robert Sweet (1783-1835), horticulteur à Stockwell, Fulham puis Chelsea ; Philip-Barker Webb (1793-1854), explorateur de l’Europe méditerranéenne.

Italie

11Débutée en avril 1796, la domination française sur la péninsule italienne est entière en 1809. Au Nord-Ouest et à l’Ouest, le Piémont, la Ligurie, le duché de Parme, la Toscane et les États pontificaux sont divisés en dix-huit départements français, et les principautés de Lucques et de Piombino sont laissées à Élisa Bonaparte, sœur de Napoléon ; au Nord et à l’Est, la Lombardie, la Vénétie et la Romagne forment le royaume d’Italie, dont le souverain n’est autre que l’empereur lui-même ; au Sud, le royaume de Naples est offert à Joseph Bonaparte, le frère de l’empereur, puis Joachim Napoléon, c’est-à-dire le maréchal Joachim Murat (1767-1815), qui meurt fusillé en Calabre. Après la chute de l’Empire et le Congrès de Vienne, la péninsule recouvre son morcellement d’Ancien Régime : la maison de Savoie, réfugiée en Sardaigne pendant l’intermède français, règne de nouveau sur la Savoie, le comté de Nice, la Ligurie et le Piémont où se trouve sa capitale, Turin ; le royaume lombardo-vénitien est rattaché à l’empire d’Autriche ; les duchés de Parme et de Modène, ainsi que le grand-duché de Toscane appartiennent aux Habsbourg ; les principautés de Lucques et de Piombino sont offertes à Marie-Louise, ancienne reine d’Espagne ; les États du pape comprennent la Romagne, les Marches, l’Ombrie et la province romaine ; enfin, le royaume des Deux-Siciles, dont la capitale est Naples, est rendu aux Bourbons, réfugiés en Sicile sous l’Empire. Tout au long de cette seconde période, les botanistes des États italiens participent très activement à la découverte de la flore d’Europe. Les plus nombreux sont des sujets du roi de Piémont-Sardaigne et du roi des Deux-Siciles. Giovanni-Baptista Balbis (1765-1831), ancien élève de Carlo Allioni (1728-1804) et professeur de botanique à l’université de Turin de 1800 à 1814 ; Carlo-Antonio-Lodovico Bellardi (1741-1826), médecin à Turin, ancien élève de Carlo Allioni ; Antonio Bertoloni (1775-1869), directeur du Jardin botanique de Bologne, en Romagne ; Giovanni Biroli (1772-1825), directeur du Jardin botanique de Turin ; Antonio de Bivona-Bernardi (1774-1837), inspecteur général des eaux et forêts en Sicile, mort du choléra ; Pietro Bubani (1806-1888), installé à Bagnacavallo, en Romagne, exilé à Montpellier de 1836 à 1847 puis de 1850 à 1862 ; Friedrich Dehnhart (1787-1870), conservateur des herbiers du Jardin botanique de Naples ; Giovanni-Baptista Delponte (1812-1884), médecin et professeur de médecine à l’université de Turin ; Giuseppe De Notaris (1805-1877), directeur du Jardin botanique de Gênes puis professeur de botanique à l’université de Rome à partir de 1872 ; Gugliemo Gasparrini (1804-1866), médecin à Naples ; Giovanni Gussone (1787-1866), botaniste à Naples ; Ernesto Mauri (1791-1836), directeur du Jardin botanique et professeur à l’université de Rome ; Giuseppe Moretti (1782-1853), directeur du Jardin botanique de Pavie, alors sous domination autrichienne ; Giuseppe-Giacinto Moris (1796-1869), directeur du Jardin botanique de Turin ; Domenico Nocca (1758-1841), directeur du Jardin botanique de Pavie ; Filippo Parlatore (1816-1877), professeur à l’université de Païenne puis directeur du Jardin botanique de Florence ; Giuseppe Raddi (1770-1829), installé à Florence, explorateur du Brésil, en compagnie de Karl-Friedrich-Philipp von Martius (1794-1868), et de l’Égypte, où il meurt ; Giorgio Santi (1746-1822), directeur du Jardin botanique de Pise ; Gaetano Savi (1769-1844), directeur du Jardin botanique de Pise ; Francesco-Antonio Sebastiani (1782-1821), directeur du Jardin botanique de Rome ; Michele Tenore (1780-1861), directeur du Jardin botanique de Naples ; Vincenzo Tineo (1791-1856), directeur du Jardin botanique de Palerme ; Augusto Trinchinetti (1813-1847), professeur de botanique à l’université de Pavie ; Roberto de Visiani (1800-1878), originaire de Dalmatie, directeur du Jardin botanique de Padoue, en Vénétie ; Domenico Viviani (1772-1840), directeur du Jardin botanique de Gênes.

Suisse

12Comme pour les autres pays d’Europe, la Révolution française et l’Empire napoléonnien ont une certaine influence sur l'histoire de la Confédération helvétique. Devenue la République helvétique en mars 1798, l’une des fameuses républiques sœurs, elle est envahie par les armées russes et autrichiennes en 1799. Une paix relative est rétablie grâce à l’Acte de médiation décidé par Bonaparte en 1803. À cette occasion, six nouveaux cantons administratifs – Argovie, Grisons, Saint-Gall, Thurgovie, Tessin et Vaud – sont ajoutés aux treize anciens cantons de la Confédération. La neutralité et l’inviolabilité de la Suisse sont décidées lors du Congrès de Vienne, en 1815, au cours duquel la France lui cède également Neuchâtel, Genève et le Valais, qui deviennent les trois derniers cantons. Jusqu’en 1848, les cantons, bien que ralliés par le Pacte fédéral, restent pleinement souverains. Les botanistes suisses apportent une contribution importante à la découverte de la flore d’Europe au cours de cette période largement dominée par la personnalité d’Augustin-Pyramus de Candolle (1778-1841), professeur d’histoire naturelle à l’académie de Genève à partir de 1816. Ses disciples sont nombreux : Jean-Étienne Duby (1798-1885), pasteur à Genève ; Pierre Dufresne (1786-1836), médecin à Genève ; le baron Frédéric-Charles Gingins de La Sarraz (1790-1863), installé dans le canton de Vaud ; Adolph Otth (1803-1839), médecin à Berne, mort de la peste à Jérusalem ; Georges-François Reuter (1805-1872), directeur du Jardin botanique de Genève à partir de 1849 ; Nicolas-Charles Seringe (1776-1858), instituteur à Berne puis sous-directeur du Jardin botanique de Genève jusqu’en 1830. Citons également quelques autres botanistes de cette période : Joseph-Philippe de Clairville (1742-1830), originaire de France, fondateur du Schweizer naturforschenden Gesellschaft ; Jean-François Gaudin (1766-1833), pasteur dans le canton de Vaud ; Johannes-Jacob Hegetschweiler (1789-1839), de Zurich ; Johann-Jakob Roemer (1763-1819), directeur du Jardin botanique de Zurich ; Johann-Christoph Schleicher (1768-1834), vendeur de plantes en herbier et de graines, installé à Bex, dans le canton de Vaud ; Johann-Rudolph Suter (1766-1827), médecin à Zofingen puis Berne ; Jean-Pierre Vaucher (1763-1841), pasteur et professeur d’histoire ecclésiastique à la faculté de théologie de Genève, l’un des premiers maîtres d’Augustin-Pyramus de Candolle.

Russie

13Durant cette deuxième période, la science russe reste largement dépendante de l’arrivée de savants étrangers, en particulier allemands. Les botanistes installés dans l’Empire participent néanmoins activement à la découverte de la flore de l’Europe. Alexander-Andreïevitch Bunge (1803-1890), médecin ukrainien, professeur de botanique à Dorpat (acuelle ville de Tartu, en Estonie), explorateur de la Sibérie, de la Chine, du Khorasan et de l’Altaï ; Friedrich-Ernst-Ludwig von Fischer (1782-1854), directeur du Jardin botanique de Saint-Pétersbourg ; Karl-Friedrich von Ledebour (1785-1851), originaire de Poméranie suédoise, explorateur de la Russie jusqu’à l’Altaï, professeur de botanique à Dorpat entre 1811 et 1836, date à laquelle il se retire à Heidelberg ; Friedrich-August Marschall von Biberstein (1768-1826), originaire du Würtemberg, engagé au service de la Russie, d’abord dans l’armée et ensuite comme inspecteur de l’industrie de la soie dans le Caucase et en Crimée, retiré à la fin de sa vie à Simferopol ; Karl-Anton von Meyer (1795-1855), directeur du Jardin botanique de Saint-Pétersbourg, explorateur de la Russie, de la Baltique jusqu’à l’Altaï ; Christian von Steven (1781-1863), d’origine finnoise, assistant de Friedrich-August Marschall von Biberstein pour l’industrie de la soie, fondateur et directeur du Jardin botanique de Nikita, puis inspecteur général de l’agriculture.

Suède

14Durant cette deuxième période, l'histoire du royaume de Suède est surtout marquée par le règne de Charles XIV, de 1818 à 1844, et qui n’est autre que Jean-Baptiste Bernadotte (1764-1844), un simple soldat de l’armée royale devenu général de brigade en 1794 puis gouverneur et maréchal du Hanovre en 1804. Il obtient la faveur des Suédois après qu'il a décidé d’arrêter de leur livrer bataille en 1809, contre l’avis de Napoléon. À tel point que Charles XIII le reconnaît comme prince royal héritier en 1810. Du fait de sa rupture avec Napoléon, Bernadotte combat la France aux côtés des troupes alliées. Ce sont les descendants de Bernadotte qui règnent aujourd’hui en Suède. À la suite de Carl von Linné (1707-1778), l’histoire naturelle ne cesse de se développer en Suède. Plusieurs botanistes suédois participent à la découverte de la flore européenne au cours de cette deuxième période : Élias-Magnus Frics (1794-1878), démonstrateur de botanique à l’université de Lund de 1814 à 1834, date à laquelle il est nommé professeur d’économie pratique à Uppsala, ou il dispense également les cours de botanique après la mort de Göran Wahlenberg (1780-1851) ; Karl-Johann Hartmann (1790-1849), médecin à Gästrikland ; Olof-Peter Swartz (1760-1818), professeur de botanique à l’école de chirurgie de Stockholm ; Carl-Peter Thunberg (1743-1828), ancien élève de Carl von Linné, explorateur du cap de Bonne-Espérance, de Java et du Japon, installé à Londres ; Göran Wahlenberg (1780-1851), explorateur de la Scandinavie et des montagnes d’Europe, professeur de botanique à l’université d’Uppsala.

Pays-Bas et Belgique

15Depuis 1713, les Pays-Bas du Sud, notre actuelle Belgique, appartiennent à la maison d’Autriche. Après la bataille de Fleuras, en 1794, la Belgique est entièrement occupée par les armées françaises puis divisée en neuf départements français. C’est ensuite la Hollande qui est rattachée à la France : elle devient en 1795 une république sœur, la République batave, puis un royaume, offert par Napoléon à son frère Louis en 1806, avant d’être finalement divisée en neuf départements français en 1810. À la chute de l’Empire, en 1814, l’Angleterre intervient pour que les Pays-Bas soient offerts au prince d’Orange. Le royaume des Pays-Bas demeure jusqu’à ce que la Belgique obtienne son indépendance en 1830. Le premier Congrès belge commence par offrir la couronne du royaume de Belgique au duc de Nemours, le fils de Louis-Philippe, qui la refuse pour ne pas froisser les susceptibilités britanniques. C’est alors Léopold de Saxe-Cobourg-Gotha qui devient Léopold Ier, roi des Belges. Deux botanistes belges et un botaniste hollandais participent à la découverte de la flore de l’Europe au cours de cette deuxième période : Barthélémy Dumortier (1797-1878), homme politique bruxellois, président de la Société royale de botanique de Belgique, fondée en 1862, et rénovateur du Jardin botanique de Bruxelles en 1870 ; Alexandre-Louis-Simon Lejeune (1779-1858), médecin à Verviers ; Friedrich-Anton-Wilhelm von Miquel (1811-1871), directeur du Jardin botanique de Rotterdam puis d’Amsterdam.

Danemark

16Au royaume de Danemark, la botanique est exclusivement pratiquée par des savants de Copenhague : Salomon-Thomas-Nicolaï Drejer (1813-1842), assistant de botanique à l’université ; Jens-Wilken Hornemann (1770-1841), professeur de botanique à l’université ; Peder-Kofod-Anker Schousboe (1766-1832), explorateur employé par le Jardin botanique ; Christian-Friedrich Schumacher (1757-1830), médecin ; Martin Vahl (1749-1804), d’origine norvégienne, ancien élève de Linné, explorateur de l’Europe méditerranéenne, directeur du Jardin botanique par intermittence.

Espagne et Portugal

17Dans la péninsule ibérique, un botaniste portugais et trois botanistes espagnols participent à la découverte de la flore d’Europe : Félix de Silva Avellar Brotero (1744-1828), professeur de botanique à Coimbra ; Francisco Campdera (1793-1862), médecin catalan ; Vincenze Cutanda (1804-1866), professeur de botanique à Madrid ; Mariano Lagasca y Segura (1776-1839), employé au Jardin botanique de Madrid, en exil à Londres entre 1822 et 1834 en raison de ses idées libérales.

*

Jean-Florimond BOUDON DE SAINT-AMANS (1748-1831)

18Jean-Florimond Boudon de Saint-Amans naît le 24 juin 1748 à Agen. Par sa mère, il descend d’une ancienne famille agenaise dont le calviniste Florimond de Rémond (1540-1602), conseiller au Parlement de Bordeaux, a été un membre illustre. Après ses études, il est orienté par ses parents vers la carrière militaire : à l’âge de dix-huit ans, il est lieutenant au régiment d’infanterie de Vermandois. Sa compagnie étant rattachée à la marine, il part aux Antilles en 1767. Il y reste six années. La végétation luxuriante qu’il y découvre lui inspire une passion nouvelle pour l’histoire naturelle. Il ne fera jamais mention de la traite des Noirs dont les intérêts sont pourtant clairement défendus par la présence militaire française, et que plusieurs philosophes de son siècle ont déjà attaquée. Saint-Amans rentre en France en 1773, quitte définitivement l’armée, se marie et se retire à Agen auprès de sa famille. Jusqu’à son décès en 1831, il réside tantôt dans la ville d’Agen tantôt dans le domaine de Saint-Amans, à l’ouest de la ville. Il y vit de ses rentes et partage son temps entre sa vie privée, ses études variées et ses mandats politiques. Il est tour à tour zoologiste, botaniste, antiquaire, c’est-à-dire spécialiste des vestiges de l’Antiquité, ou historien. Il instruit lui-même ses deux fils. L’aîné se fixera à Bordeaux, le cadet fera presque toutes les guerres napoléoniennes.

  • 3 Bernard-Germain-Étienne de La Ville-sur-Illon de Lacépède (1756-1825), originaire d’une ancienne fa (...)
  • 4 Saint-Amans (Jean-Florimond Boudon de), “Description de deux iris observés à la fois dans le ciel a (...)
  • 5 Saint-Amans (Jean-Florimond Boudon de), “Description d’un petit poisson trouvé dans une huître”, Ob (...)
  • 6 La méthode de Schoeffer est largement inspirée du système de Linné puisque c’est le nombre d’organe (...)

19Dans les années 1770, c’est essentiellement l’histoire naturelle qui retient son attention, notamment l’étude des plantes de l’Agenais. En 1776, il fonde avec le comte de Lacépède (1756-1825)3 la Société d’agriculture, sciences et arts d’Agen. En 1778, il publie deux travaux dans les Observations et Mémoires sur la Physique, un périodique dirigé par l’abbé François Rozier (1734-1793) et qui deviendra plus tard le Journal de physique. Le premier est relatif à l’observation simultanée, le 6 février 1778, de deux arcs-en-ciel avec des centres distincts4 ; dans le second, Saint-Amans s’étonne d’avoir pu trouver un petit poisson vivant dans une huître rapportée de Marennes jusqu’à Agen et ayant dû rester en dehors de son milieu une dizaine de jours5. En 1779, il devient membre de l’institut patriotique de Hesse-Hombourg et entre en correspondance avec le docteur Schoeffer, de Ratisbonne, membre de cet institut et auteur d’une méthode de classification des plantes. L’analyse de cette méthode de classification offre à Saint-Amans le sujet de son premier article de botanique qui paraît en 1780 dans les Observations sur la physique de l’abbé Rozier6.

FIG. 20 - Saint-Amans (Jean-Florimond Boudon de) 1748-1831.

  • 7 Originaire de Chartres, Jean Dussaulx (1728-1799) est député de Paris sous la Législative. Accusé p (...)
  • 8 Ouvrages cités par Chaudruc de Crazannes (M.), Notice historique et biographique sur M. de Saint-Am (...)
  • 9 Saint-Amans (Jean-Florimond Boudon de), “Notice sur l’histoire des champignons de la France, par M. (...)
  • 10 Saint-Amans (Jean-Florimond Boudon de), Flore agenaise, Agen : Noubel, 1821, p. 12.
  • 11 Originaire de Bordeaux, François-de-Paule Latapie (1739-1823) étudie auprès du baron de Montesquieu (...)

20Entre 1780 et 1790, seul ou accompagné, Saint-Amans effectue de réguliers voyages botaniques dans l’Agenais, les Pyrénées et les Landes. Son excursion dans les Pyrénées, en 1788, en compagnie de Jean Dussaulx (1728-1799), demeure la plus célèbre7. Stimulé par ces explorations et l’étude de ses récoltes, il publie plusieurs ouvrages botaniques : un Cours élémentaire de botanique (1785), Le Spectateur champêtre (1785), des Lettres d’un voyage en Amérique sur l’histoire naturelle des petites Antilles (1786) et un Éloge de Charles von Linné (1790) où il se montre fervent linnéen8. Fait notable, dans un article daté de 1791, Saint-Amans invente le terme de Phanérogames, par opposition aux Cryptogames9. En 1821, dans la préface de sa Flore agenaise, il écrit à juste titre que ce mot a été “adopté par les botanistes, sans qu’on cite, sans qu’on sache peut-être même le nom de celui qui l’a proposé”10. Saint-Amans est un naturaliste renommé dès les années 1780. Il fait partie de plusieurs sociétés savantes, dont la jeune Société d’histoire naturelle de Paris, fondée en 1790, et dont il est élu membre associé en 1792. Il correspond avec de nombreux savants tels que le toulousain Philippe Picot de Lapeyrouse (1744-1818), le pyrénéen Louis Ramond de Carbonnières (1755-1827), le bordelais François-de-Paule Latapie (1739-1823)11 ou le genevois Marc-Auguste Pictet (1752-1825).

  • 12 Saint-Amans (Jean-Florimond Boudon de), Description abrégée du département du Lot-et-Garonne, Agen  (...)
  • 13 Saint-Amans (Jean-Florimond Boudon de), Traité élémentaire sur les plantes les plus propres à forme (...)
  • 14 Originaire d’Agen, Jean-Vincent-Félix Lamouroux (1779-1825) est le disciple de Saint-Amans puis étu (...)
  • 15 Saint-Amans (Jean-Florimond Boudon de), Philosophie entomologique, Agen : Noubel, 1799, 103 p.

21Par une loi d’août 1790, Saint-Amans est nommé commissaire du roi pour l’organisation du département du Lot-et-Garonne. Il le reste jusqu’au 30 août 1792 où, la monarchie étant déchue, cette fonction est supprimée. Dès la création des conseils généraux des départements, il est président du Conseil général de son département. Il occupe ce poste jusqu’à son décès, excepté sous la Terreur (il se prononce contre la journée du 31 mai 1793) et les Cent Jours. Administrateur dévoué, il publie plusieurs ouvrages sur son département. Le premier est une Description abrégée du département du Lot-et-Garonne (1800)12. Malgré sa destitution sous la Terreur, Saint-Amans est nommé membre de la Commission d’agriculture du Lot-et-Garonne par le gouvernement, ce qui l’amène à publier un Traité élémentaire sur les plantes les plus propres à former les prairies artificielles (1795)13. C’est au cours de cette période, dans les années 1790, lors d’un voyage agricole et botanique dans le département de la Gironde, qu’il découvre une nouvelle espèce pour la flore de France, l’Épervière ériophore. En 1795, il est nommé membre du jury central de l'Instruction publique du département et professeur d’histoire naturelle à l’école centrale d’Agen. Il tente de faire de ses élèves de nouveaux adeptes de la classification et de la nomenclature linnéennes. L’un d’entre eux, Jean-Vincent-Félix Lamouroux (1779-1825)14, deviendra un naturaliste célèbre. C’est essentiellement pour eux qu’il publie une Philosophie entomologique (1799)15.

  • 16 Le 24 mai 1807, de Candolle, en compagnie de Jean-Vincent-Félix Lamouroux (1779-1825) qui l’a reçu (...)
  • 17 Saint-Amans (Jean-Florimond Boudon de), Voyage dans les Landes, le Lot-et-Garonne et la Gironde, Ag (...)

22De 1800 à 1830, Saint-Amans continue de mener une vie de notable agenais. Il partage son temps entre ses études multiples et la vie politique locale. Il entre en relation avec de nombreux nouveaux savants. Citons Arsenne Thiébaut de Berneaud (1777-1850), bibliothécaire à la bibliothèque Mazarine, futur fondateur de la Société linnéenne de Paris (1821-1827), ainsi qu’Augustin-Pyramus de Candolle (1778-1841) qui lui rend visite lors de son voyage dans les Pyrénées, en août 180716 C’est au cours de cette période qu’il publie plusieurs ouvrages quant à ses recherches et ses idées sur l’agriculture, les antiquités ou la flore du Lot-et-Garonne : un Voyage dans les Landes, le Lot-et-Garonne et la Gironde (1818), un Essai sur les Antiquités du département du Lot-et-Garonne (1821), un Coup d’œil sur le Lot-et-Garonne, ou Rapide aperçu de l’état de son agriculture, de sa population et de ses industries (1828), un Essai sur les Antiquités du département du Lot-et-Garonne (1821), et une Histoire ancienne et moderne du département du Lot-et-Garonne, depuis l’an 56 avant Jesus-Christ jusqu’en 1814 (1836)17.

  • 18 Saint-Amans (Jean-Florimond Boudon de), Flore agenaise, Agen : Noubel, 1821, 632 p.
  • 19 Saint-Amans est en correspondance avec Louis-Anastase Chaubard (1785-1834) depuis 1816, date à laqu (...)
  • 20 Sur cette question, lire Clos (Dominique), “La Flore agenaise de Saint-Amans”, Bulletin de la Socié (...)
  • 21 Sur le linnéisme de Saint-Amans, consulter Duris (Pascal), Linné et la France, Genève : Droz, 1993, (...)

23De tous les travaux que Saint-Amans fait paraître à cette époque, la Flore agenaise est celui qui nous intéresse le plus ici18. Publiée en 1821 grâce à une souscription de la Société d’agriculture d’Agen, elle est le fruit de plus de trente années d’herborisation. Dans la préface, Saint-Amans remercie ses amis de la Société d’agriculture d’Agen qui l’ont aidé à réaliser cette flore : MM. Itier, médecin, de Godailh, ancien député au corps législatif, Fauché, ancien pharmacien en chef des Armées, Dumoulin, Louis de Brondeau et Jean-Vincent-Félix Lamouroux, son ancien élève. Ils lui ont apporté de précieux conseils, lui ont indiqué des localités pour certaines plantes. Il est deux autres collaborateurs que Saint-Amans remercie plus particulièrement : Louis-Anastase Chaubard (1785-1834)19, qui a rédigé la partie cryptogamique de la Flore agenaise20, et Cyrille Graulhié. Il convient de signaler que l’indication de la rareté ou de la vulgarité des espèces par des signes apparaît pour la première fois dans la Flore agenaise. On notera enfin que Saint-Amans adopte le système de classification linnéen, à une époque où il se fait de plus en plus rare21. Linnéen fidèle, Saint-Amans devient membre de la Société linnéenne de Bordeaux en 1820, de celle de Paris en 1821 et de celle de Lyon en 1822, c’est-à-dire dès leur création. Jean-Florimond Boudon de Saint-Amans meurt le 28 octobre 1831 à Agen, ville qu’il a servie et célébrée entre toutes.

  • 22 Saint-Amans (Jean-Florimond Boudon de), “Espèce nouvelle de Hieracium, découverte par le C. St Aman (...)

24Jean-Florimond Boudon de Saint-Amans est l’auteur de Hieracium eriophorum Saint-Amans, une espèce endémique du littoral aquitain. Il l’a découverte “sur les dunes maritimes de sable quartzeux pur et mobile des environs de la tête de Buch, département de la Gironde, où elle est vivace, et [où elle] fleurit depuis le commencement de l’été jusqu’à l’automne”22. Dans la Flore agenaise, vingt ans après cette première description, il indique toujours la seule localité de La Teste-de-Buch.

Bibliographie

Chaudruc de Crazannes (M.), Notice historique et biographique sur M. de Saint-Amans, Agen : Noubel, [s.d.], VII + 68 p.

Clos (Dominique), “La Flore agenaise de Saint-Amans”, Bulletin de la Société botanique de France, t. 40, 1893, pp. 243-250.

Jouannet (F.), Éloge de M. Jean-FIorimond Boudon de Saint-Amans, [s.l] : [s.n.], 1832, 22 p. Saint-Amans (Jean-Florimond Boudon de), Flore agenaise, Agen : Noubel, 1821, 632 p.

René DESFONTAINES (1750-1833)

25René Desfontaines naît en 1750 dans la paroisse de Tremblay, au village des Fossés, dans l’Antraimois. Ses parents, dont le patronyme est Louiche, sont des paysans aisés. Il plaît à son père de se faire appeler sieur des Fontaines, d’une petite propriété qu’il cultive. Là est l’origine du nom que décide de prendre René Desfontaines et qu’il garde toute sa vie. En 1762, il entre au collège de Rennes, où il étudie les langues anciennes, les mathématiques et la physique expérimentale. Il y devient l’ami de Claude-Étienne Savary (1750-1788), futur célèbre orientaliste. En 1773, il part à Paris afin d’y suivre des études de médecine : il suit d’abord les cours d’anatomie de Félix Vicq d’Azyr (1748-1794), à l’école de médecine, puis, à partir de 1775, il fréquente le Jardin du roi où il rencontre Antoine-Laurent de Jussieu (1748-1836), sous-démonstrateur de botanique, et André Thouin (1747-1824), jardinier en chef, qui replantent alors l’école de botanique. C’est également au Jardin du roi qu’il fait la connaissance de Louis-Guillaume Lemonnier (1717-1799), professeur au Jardin royal et premier médecin de Sa Majesté.

  • 23 Avant de partir, il rencontre Claude-Étienne Savary, son ancien condisciple du collège de Rennes. E (...)

26Louis-Guillaume Lemonnier, dont le pouvoir n’a d’égal que l’absentéisme et le peu de savoir botanique, joue un rôle clé dans l’ascension de René Desfontaines. Originaire comme lui de Basse-Normandie, il le protège. Avec succès puisque grâce à cet appui, Desfontaines est nommé botaniste-adjoint surnuméraire à l’Académie des sciences en 1782. La même année, il reçoit péniblement le grade de docteur en médecine de la faculté de médecine de Paris, après avoir été gradé à la faculté de médecine de Reims, pratique alors fréquente. Comme il a envoyé Philibert Commerson (1727-1773) autour du monde avec Louis-Antoine de Bougainville (1729-1811), André Michaux (1746-1803) en Perse, Christophe Fusée-Aublet (1723-1778) à Cayenne, Pierre Poivre (1719-1786) et Pierre Sonnerat (1848-1814) aux Indes, Lemonnier propose à Desfontaines d’effectuer un voyage en Barbarie (nom qui désigne alors un ensemble de petits territoires d’Algérie et de Tunisie placés sous l’autorité de deux beys, représentants de l’empire ottoman). Il prépare son voyage en consultant l’herbier que Joseph de Tournefort (1656-1708) a rapporté de son voyage au Levant et celui de Sébastien Vaillant (1669-1722). Il embarque à Marseille le 16 août 1783. Il restera deux années en Afrique du Nord23.

  • 24 Cité par Chevalier (Auguste), La Vie et l’œuvre de René Desfontaines, Paris : Éditions du Muséum, 1 (...)

27René Desfontaines débarque à Tunis le 25 août. Il ne tient pas de journal de voyage. Ses observations nous sont cependant accessibles grâce aux lettres qu’il a régulièrement envoyées à son protecteur. Dès son arrivée à Tunis, il est nommé médecin du bey. Cette fonction facilite grandement ses déplacements. Durant les premiers mois, il apprend l’arabe et saisit rapidement que “pour voyager dans ces contrées barbares, il faut oublier l’Europe”24. Entre septembre 1783 et avril 1784, il est invité par le bey à suivre la caravane de collecte des impôts. Ainsi visite-t-il une grande partie de l’actuelle Tunisie, comme l’avait fait Jean-André Peyssonnel (1694-1759) un demi-siècle auparavant. Durant l’été 1784, il visite Carthage et les côtes tunisiennes. 11 passe le printemps 1785 dans l’actuelle Algérie : il explore les environs d’Alger, Oran, Médéa ; malgré le désir d’explorer l’Atlas, qu’il imagine être la terre promise des naturalistes, il doit s’arrêter à Tlemcen et rentre malade à Alger. En septembre 1785, à Annaba, il rencontre Jean-Louis-Marie Poiret (1755-1834). Ils explorent ensemble les environs de la ville. Il quitte définitivement l’Afrique du Nord en novembre de la même année. Il rapporte avec lui près de mille deux cents plantes en herbiers, des dizaines de graines, quarante espèces d’oiseaux, des insectes et diverses autres curiosités naturelles telles que ces trois quadrupèdes vivants (un chacal, une hyène et un singe) grâce auxquels il espère attirer l’attention du comte de Buffon (1707-1788), l’intendant du Jardin royal.

28Pendant son absence, René Desfontaines est élu membre titulaire de l’Académie des sciences, grâce au soutien de Lemonnier qui démissionne en sa faveur de son poste de professeur. René Desfontaines obtient donc la prestigieuse chaire de Botanique du Jardin du roi en avril 1786, à la barbe de brillants et pour le moins surpris botanistes comme Antoine Gouan (1733-1821), Michel Adanson (1727-1806), Jean-Baptiste de Lamarck (1744-1829) ou encore Antoine-Laurent de Jussieu. René Desfontaines ne quittera pour ainsi dire plus le Jardin des plantes. Lorsque le Muséum national d’histoire naturelle est créé par la Convention, le 10 juin 1793, René Desfontaines devient titulaire de la chaire de “Botanique au Muséum” et Antoine-Laurent de Jussieu obtient la chaire de “Botanique à la campagne”. Les professeurs du Muséum forment alors une sorte de famille. Ils habitent tous dans l’enceinte du jardin ou bien dans les rues adjacentes. Le lieu de rencontre le plus important est la demeure de la famille Thouin, dont les repas comblent plusieurs générations de savants qui y trouvent un couvert midi et soir durant près d’un demi-siècle : le peintre Gérard Van Spaendonck (1746-1822), le titulaire de la chaire de Géologie Barthélémy Faujas de Saint-Fond (1741-1819) et René Desfontaines sont les plus fidèles.

29De par ses origines, René Desfontaines accueille très favorablement la Révolution. André Thouin et lui sont particulièrement bien vus par la Convention qui leur confie régulièrement des missions. Ils dressent des inventaires de jardins et de bibliothèques laissés par des émigrés ou des guillotinés ; ils en rapportent les richesses au Muséum ; à partir de l’ancienne Ménagerie royale de Versailles, qu’ils visitent en 1792 en compagnie du dernier intendant du Jardin national, Jacques-Henri Bernardin de Saint-Pierre (1737-1814), ils créent la Ménagerie du Muséum ; ils déposent des livres collectés dans des collections privées à la bibliothèque du Muséum, qui ouvre ses portes au public en 1795. En août 1793, les deux professeurs patriotes décident de cultiver des plans de pommes de terre précoces dans les plates bandes du Jardin des plantes afin de nourrir les campagnes et l’armée françaises. L’un comme l’autre savent cependant rester fidèles à leurs amis au milieu de la tourmente : c’est, semble-t-il, grâce à eux que Charles-Louis L’Héritier de Brutelle (1746-1800) est libéré de prison sous la Terreur.

  • 25 Drouin (Jean-Marc), “L’Histoire naturelle à travers un périodique : La Décade philosophique”, in Co (...)

30Le public qui vient entendre René Desfontaines est essentiellement composé de gens du monde, et plus particulièrement de dames qui ont des places réservées dans le grand amphithéâtre. Ses leçons sont suivies par des centaines d’auditeurs. La mode de la botanique, dont Jean-Jacques Rousseau a été un important instigateur dans les années 1770, reste longtemps vive. Une partie de ses cours est publiée par la Décade philosophique, périodique révolutionnaire par excellence s’il en est25. René Desfontaines est un remarquable professeur. Les témoignages en ce sens sont nombreux. La meilleure preuve est sans doute la liste de ses élèves parmi lesquels figurent de grands noms de la science tels qu’Alexander von Humboldt (1769-1859), savant universel et l’un des inventeurs de la géographie botanique, Aimé Bonpland (1773-1858), explorateur de l’Amérique du Sud, Charles-François Brisseau de Mirbel (1776-1854), qui sera son suppléant à la faculté des sciences de Paris, Augustin-Pyramus de Candolle (1778-1841), sans oublier des botanistes tels que Charles Gaudichaud-Beaupré (1789-1854), Achille Richard (1794-1852) ou encore Victor Jacquemont (1801-1832). René Desfontaines sera également nommé titulaire de la chaire de Botanique et de Physique végétale à la création de la faculté des sciences de Paris, en 1808.

FIG. 21 - Ranunculus trilobus Desfontaines. Planche extraite de Desfontaines (René), Atlas de la Flora atlantica, Paris : Desgranges, 1798, t. 1, pl. 113.

  • 26 Desfontaines (René), Flora Atlantica sive historia plantarum, Paris : Desgranges, 1798-1799, 2 vols (...)
  • 27 Les autres aides-naturalistes de Desfontaines sont Sébastien de Gérardin (1751-1816), de 1811 à 181 (...)
  • 28 Les autres collections acquises par Philip-Barker Webb (1793-1854) à la mort de Desfontaines sont c (...)
  • 29 Desfontaines (René), Tableau de l’école de botanique du Muséum d’histoire naturelle, Paris : Brosso (...)

31René Desfontaines publie son premier ouvrage de botanique, la Flora Atlantica, où sont décrites les plantes qu’il a récoltées en Afrique du Nord26, dans les toutes dernières années du XVIIIème siècle, entre avril 1798 et juillet 1799. Son ami Jean-Philippe-François Deleuze (1753-1835), qui est également son aide-naturaliste27 jusqu’en 1811, l’a particulièrement aidé pour la rédaction. Les plantes de l’herbier de la Flora Atlantica sont aujourd’hui conservées au Muséum national d’histoire naturelle28. La Flora Atlantica est l’ouvrage majeur de René Desfontaines ; ni le Tableau de l’école de botanique (1804) ni l’Histoire des arbres et arbrisseaux qui peuvent être cultivés en pleine terre sur le sol de France (1809)29 ne peuvent lui être comparés.

FIG. 22 - Desfontaines (René) 1750-1833. Dessin.

  • 30 Le plan de travail à faire pour mettre en ordre les herbiers du Cabinet national d’histoire naturel (...)

32En tant que professeur de botanique, René Desfontaines a la charge des herbiers. Il doit les ranger pour en faciliter l’accès, les entretenir, les augmenter. Il ne commence à s’en occuper sérieusement qu’après la création du Muséum, lorsque le chevalier de Lamarck, alors officiellement garde des herbiers depuis 1789, est définitivement écarté de la botanique. Si René Desfontaines a tout fait pour l’empêcher de ranger les herbiers entre 1789 et 1793, il suit presque en tous points les projets d’organisation que Lamarck a proposé à l’intendant du Jardin national, Jacques-Henri Bernardin de Saint-Pierre, en avril 179330. Le point de départ de l’herbier général est le rassemblement de diverses collections comme celles de Guy-Crescent Fagon (1638-1718), ancien intendant du Jardin du roi, Joseph de Tournefort, ancien titulaire de la chaire de Botanique, Sébastien Vaillant, ancien sous-démonstrateur, ou Philibert Commerson, naturaliste de la circumnavigation de Bougainville. René Desfontaines effectue la majeure partie du rangement entre 1808 et 1812 mais continue de s’en soucier jusqu’à son décès. L’herbier, qui compte environ dix mille espèces en 1802 et vingt-cinq mille en 1823, est conservé dans un bâtiment – disparu depuis – situé à l’angle des rues de Seine (actuelle rue Cuvier) et de la Pitié (actuelle rue Geoffroy-Saint-Hilaire). Année après année, de plus en plus de botanistes viennent consulter l’herbier du Muséum, alors l’un des plus riches du monde. Pour cette raison, René Desfontaines occupe une place cruciale dans l’histoire et le développement de la botanique en France au début du XIXème siècle. Il échange des planches d’herbier avec de très nombreux botanistes, comme André Thouin, titulaire de la chaire des Cultures, échange des graines avec les jardiniers du monde entier. Leurs correspondants sont célèbres : leur grand ami James-Edward Smith (1759-1828), président et fondateur de la Linnean Society of London ; Robert Brown (1773-1858), botaniste au British Museum, qui leur rend visite en 1816 puis en 1824 ; Carl Willdenow (1765-1812), professeur d’histoire naturelle à l’université de Berlin, et qui séjourne à Paris en 1810 pour étudier les collections d’Alexander von Humboldt ; le directeur du Jardin botanique de Copenhague, Martin Vahl (1749-1804), que Desfontaines a rencontré en Barbarie, où il avait été envoyé par le roi du Danemark. Parmi leurs correspondants figurent également des célébrités plus locales, mais qui n’en jouent pas moins un rôle important à leur échelle, comme l’abbé René Le Berriays (1722-1807), cultivateur de poiriers normands et que Desfontaines aide à installer le Jardin botanique d’Avranches.

33En 1814, à l’âge de soixante-quatre ans, René Desfontaines épouse sa bonne, Angélique-Françoise Perrasset, de condition très modeste et de quarante-huit ans sa cadette. Une petite Maria naît en novembre 1815. Hélas, en 1820, après l’accouchement d’un second enfant mort-né, sa femme perd la raison et doit être internée. Desfontaines éduque sa fille seul et la donne en mariage à l’un de ses neveux. Devenu aveugle, il cesse presque toutes ses activités à l’âge de soixante-dix-huit ans, en 1828. René Desfontaines, qui fut l’un des orateurs les plus populaires de l’amphithéâtre du Jardin des plantes, décède à Paris le 16 novembre 1833.

  • 31 Desfontaines (René), Flora Atlantica sive historia plantarum, op. cit.
  • 32 Idem, 1798, t. 1, p. 437., pl. 113.
  • 33 Lamarck (Jean-Baptiste de), Candolle (Augustin-Pyramus de), Flore française, 3ème éd., Paris : Desr (...)

34René Desfontaines est l’auteur de seize espèces et le premier auteur de cinq espèces valides de la flore de France. Parmi ces vingt et une espèces, seulement sept étaient connues par les botanistes prélinnéens. Il a découvert toutes ces espèces lors de son voyage en Afrique du Nord et les a toutes décrites dans la Flora Atlantica (1798-1799)31. La Renoncule à feuilles trilobées, Ranunculus trilobus Desfontaines, présente dans tout le sud de l’Europe et en Afrique du Nord, a été découverte par René Desfontaines dans les champs humides des environs de Mayane32. On note une seule exception : Aster pyrenaeus Desfontaines ex De Candolle in Lamarck et De Candolle33, une espèce endémique des Pyrénées, nommée à partir d’échantillons cultivés au Jardin du roi et sans doute rapportés par Joseph de Tournefort (1656-1708).

Bibliographie

Brahimi (Denise), Voyageurs français du XVIIIème siècle en Barbarie, [thèse de l’université Paris III), Lille : Atelier de reproduction des thèses, 1976, 755 p.

Candolle (Augustin-Pyramus de), “Notice historique sur la vie et les travaux de M. Desfontaines. Annales des Sciences naturelles, Botanique, 2ème série, t. 1, 1834, pp. 129-150.

Chevalier (Auguste), La Vie et l’œuvre de René Desfontaines, Paris : Éditions du Muséum, 1939, 264 p., 6 pls.

Drouin (Jean-Marc), “L’Histoire naturelle à travers un périodique : La Décade philosophique, in Corvol (Andrée) (sous la dir.), La Nature en révolution (1750-1800), Paris : L’Harmattan, 1993, pp. 175-181 et 227. Drouin (Jean-Marc), “Collecte, observation et classification chez René Desfontaines (1750-1833)”, in Blanckaert (Claude) et al. (sous la dir.), Le Muséum au premier siècle de son histoire, Paris : Muséum national d’histoire naturelle, 1997, pp. 263-276.

Flourens (Pierre), “Éloge historique de R. Louiche Desfontaines”, in Flourens (Pierre), Éloges historiques, Paris : Garnier frères, 1857, pp. 177-206.

Jean BERGERET (1751-1813)

35Jean Bergeret naît en 1751 à Pontacq, alors dans le diocèse de Tarbes et intégré à la Révolution dans le département des Basses-Pyrénées – nos actuelles Pyrénées-Atlantiques. En 1771, il se marie puis commence des études de philosophie à Pau, où il reçoit un diplôme de maître ès arts deux années plus tard. En 1780, il se sépare de son épouse, s’installe à Morlaàs et commence des études de médecine à Toulouse. Docteur en 1788, il vend deux maisons de Pontacq pour s’en acheter une à Morlaàs où il s’installe définitivement comme médecin.

36Comme beaucoup de membres de la classe moyenne et libérale, Jean Bergeret accueille favorablement la Révolution et reste maire de Morlaàs durant toute la période révolutionnaire, y compris la Terreur. Son premier mariage est dissout en 1795, grâce à une loi sur le divorce votée en 1792, et il épouse Magdeleine Laterrade, fille d’un notaire de Morlaàs. Naissent Catherine-Uranie (1796-1868) et deux jumeaux. Isaac-Tircis dit Eugène (1799-1868) et Guillaume dit Théodore (1799-1869). La femme de Bergeret décède en 1804. Il assumera seul l’éducation de ses enfants. Il leur transmet son savoir botanique mais également sa passion des Anciens, à commencer par Ovide dont les Métamorphoses sont à ses yeux – comme il aime à le répéter – ce qu’il faudrait sauver en premier d’un incendie.

37Jean Bergeret a un emploi du temps chargé. En plus de l’exercice de la médecine et de son mandat de maire, il assume régulièrement de nouvelles charges publiques : en ventôse an IX (février-mars 1801), il doit faire des rapports sur l’activité d’une mine d’albâtre dans les environs d’Urdos ; entre le 23 germinal an X (13 avril 1802) et le 9 août 1810, le préfet des Basses-Pyrénées le nomme membre du Comité central de la vaccine et du Comité central de la santé et le charge de l’examen médical des conscrits ; enfin, il demeure de longues années vice-président du Conseil départemental de l’agriculture où il prononce de nombreux discours. Ces missions sont toutefois secondaires par rapport au professorat qu’il assume à l’école centrale de Pau durant huit années.

38Le 11 floréal an IV (30 avril 1796), le jury d’instruction du département le nomme titulaire de la chaire d’Histoire naturelle de l’école centrale des Basses-Pyrénées. Une fois cette désignation approuvée par l’administration centrale du département, Jean Bergeret entre dans ses fonctions le 15 messidor an IV (3 juillet 1796), jour de l’installation officielle de l’école centrale de Pau. Il va toujours de Morlaàs à Pau à cheval. Il en profite pour visiter des malades ou cueillir des plantes le long du chemin. Comme tous les professeurs d’histoire naturelle des écoles centrales, il est chargé d’enseigner des connaissances sur les curiosités naturelles des trois Règnes de la nature. S’il initie ses élèves à la reconnaissance des minéraux, des insectes et des oiseaux des Basses-Pyrénées, c’est la botanique, son domaine de prédilection, qui constitue l’essentiel de ses leçons. Pour l’école centrale, il crée un Jardin botanique comprenant une école de botanique, un jardin potager et une pépinière pour l’étude de la taille des arbres. Jean Bergeret entretient avec beaucoup d’attention son jardin. André Thouin (1747-1824), titulaire de la chaire des Cultures du Muséum national d’histoire naturelle, lui envoie une caisse contenant les graines de trois cent soixante-dix espèces. Lorsque les écoles centrales disparaissent, en floréal an X (avril-mai 1802), pour être remplacées par les lycées, Jean Bergeret trouve une nouvelle occasion de vitupérer contre Bonaparte dont les guerres destructrices l’affectent profondément. Avec l’école centrale de Pau, disparaît également le Jardin botanique. En 1810, le préfet des Basses-Pyrénées propose à Jean Bergeret la chaire d’Histoire naturelle dans la faculté qu’il projette d’établir à Pau. Mais ce projet sera finalement abandonné, avant d’être repris bien plus tard, après son décès.

  • 34 Bergeret (Jean), Flore des Basses-Pyrénées, Pau : P. Véronése, an XI [1803], 2 vols.
  • 35 Bergeret (Jean), Flore des Basses-Pyrénées, [préf, de Bergeret Gaston], 3ème éd., Pau : Garet, 1909 (...)
  • 36 Sur les conseils du préfet Castellane, Augustin-Pyramus de Candolle (1778-1841) rend visite à Jean (...)

39Malgré toutes ces occupations, Jean Bergeret herborise souvent. Il connaît peu les flores du littoral et du Pays Basque, où il va rarement, mais il connaît parfaitement la flore du Béarn, et tout spécialement celle de la région située entre les gaves d’Oloron et de Pau d’une part et les vallées d’Ossau et d’Aspe d’autre part. Au départ d’Urdos, un village situé dans les hauteurs de la vallée d’Aspe, où il a acheté une petite maison, il part souvent herboriser vers les Eaux-Chaudes, Gabas, Bious, la frontière espagnole. C’est à partir de toutes ces excursions qu’il rédige son unique ouvrage, la Flore des Basses-Pyrénées (an XI)34. L’imprimeur Daumont, de Pau, est chargé de sa publication en floréal an VI (avril-mai 1798) mais, pour des raisons inconnues, ce contrat n’est pas honoré. Deux premiers volumes sont publiés en l’an XI 1803) (chez un autre imprimeur de Pau, grâce à une souscription auprès des amis de Bergeret. Ces deux volumes comprennent les descriptions des plantes des treize premières classes de la classification linnéenne. La suite contenant les descriptions des plantes des onze dernières classes ne paraît qu’en 1909, par les soins de son petit-fils Gaston, fils de Théodore Bergeret, qui fournit une édition complète des manuscrits de son grand-père35. Jean Bergeret envoie des exemplaires de sa flore à tous les souscripteurs et à quelques personnalités : le toulousain Philippe Picot de Lapeyrouse (1744-1818), le montpelliérain Antoine Gouan (1733-1821), le dacquois Jean Thore (1762-1823) et Jean-Antoine Chaptal (1756-1832), alors ministre de l’Intérieur. Il envoie également un exemplaire à Augustin-Pyramus de Candolle, après que ce dernier lui a rendu visite en août 180736. Les plantes, classées suivant le système linnéen, sont brièvement décrites. De nombreuses et précises localités sont indiquées. Par passion des langues anciennes, Jean Bergeret indique également les étymologies des noms de toutes les espèces de plantes.

  • 37 Bergeret (Jean), Flore des Basses-Pyrénées, op. cit., p. X.
  • 38 Idem, p. XI.

40D’un point de vue spirituel, Jean Bergeret se sent beaucoup plus proche des philosophes antiques que de l’Évangile. Il aime souvent rappeler à ses élèves que, comme l’a écrit Plutarque : “La philosophie est le remède salutaire des maladies de l’âme. C’est par elle que nous pouvons connaître ce qui est honnête, ce qui est honteux, ce qui est juste ou injuste, ce qu’on doit faire, ce qu’il faut éviter. C’est elle qui nous prescrit de révérer les dieux”37. Il reste extrêmement sceptique quant au respect que les chrétiens portent aux valeurs de leur propre religion. Il fait partager ses doutes à ses élèves dès la leçon inaugurale de son cours, comme en ce 30 brumaire an XII (22 novembre 1803) : “Certes la morale de l’Évangile est sublime et consolante mais où sont ceux qui la pratiquent ? Où sont les pauvres en esprit, les humbles de cœur, les caractères pacifiques, les cœurs compatissant déclarés heureux par l’Évangile ? Où voyons-nous ces exemples touchants de patience, de résignation et de tolérence consignés dans toutes les pages de ce livre divin ?”38. Il fut un temps, semble-t-il, où les écoles de la République, encore fidèles à l’enthousiasme et à la liberté révolutionnaires, ne s’embarrassaient guère de scrupules que les lycées napoléoniens s’empressèrent de rétablir. Une sorte de respect inconditionnel pour la vie pousse Jean Bergeret à être végétarien, à ne jamais faire d’herbier et, surtout, à être dévoué corps et âme à ses malades. Il meurt de ce dévouement aveugle : en 1813, il est victime de la contagion d’une fièvre épidémique dans la région de Pau, non sans avoir tenté d’étudier la maladie et soigné de nombreux mourants. Son fils Eugène lui succède comme médecin-botaniste : après avoir effectué des études de médecine à Paris, il revient en 1822 à Morlaàs, où il assumera plusieurs mandats de maire.

  • 39 Idem, p. 359.
  • 40 Candolle (Augustin-Pyramus de), Voyage de Tarbes, 1807..., op. cit., pp. 235, 236.
  • 41 Picot de Lapeyrouse (Philippe), Histoire abrégée des plantes des Pyrénées, Tousouse : Bellegarigue, (...)
  • 42 Jean-Pierre Bergeret naît en 1752 à Oléron, dans le Béarn. Ses parents s’installent à Paris lorsqu’ (...)

41Jean Bergeret est le premier auteur d’une espèce valide de la flore de France, Petrocoptis pyrenaica (Bergeret) A. Braun ex Walpers, endémique des Pyrénées françaises et espagnoles. Dans la Flore des Basses-Pyrénées, elle est nommée Lychnis pyrenaica et décrite comme une “plante à pétales échancrés, fleurs paniculées, feuilles caulinaires arrondies, qui fleurit pendant l’été”39. Jean Bergeret indique l’avoir trouvée dans la vallée d’Aspe, entre Bedous et Urdos. Il est intéressant de constater que cette espèce n’a pas échappé à Augustin-Pyramus de Candolle, lors de son éphémère passage dans la vallée d’Aspe, le 23 août 1807 : “Nous sommes partis [il était accompagné de deux assistants nommés Perrot et Berger] dans l’intention vague d’aller au pic d’Aigné dont nous igorions la position, mais que M. Bergeret nous avait dit le plus haut de cette partie des Pyrénées. Pour avoir des renseignements, nous nous sommes dirigés vers Bedos peu après être sortis de Sarrance et étant encore sur la rive gauche du gave nous avons trouvé sur des rochers calcaires, exposés à l’Est, un Lychnis qui me paraît évidemment une espèce nouvelle. J’en ai fait la description et je me propose de la nommer Lychnis gypsophiloides à cause de la ressemblance de sa fleur avec le Gypsophila muralis et repens40. Lorsqu’il reçoit la Flore des Basses-Pyrénées de Jean Bergeret, Augustin-Pyramus de Candolle se rend compte que ce Lychnis a déjà été décrit et ne fait donc pas paraître sa description. Dans sa Notice des auteurs ayant voyagé dans les Pyrénées, publiée dans son Histoire abrégée des plantes des Pyrénées (1813), Philippe Picot de Lapeyrouse conclut le portrait de Jean Bergeret en signalant qu’il a “découvert une charmante espèce de Lychnis41. On notera enfin que le nom d’auteur de Jean Bergeret est symbolisé par “J.P. Bergeret” dans de nombreuses flores, y compris la Flora europaea. Cela n’a pas lieu d’être car Jean Bergeret n’a jamais porté que le prénom de Jean, et nous amène à le confondre avec le véritable Jean-Pierre Bergeret (1752-1813)42, l'auteur de la fameuse Phytonomatotechnie universelle.

Bibliographie

Bergeret (Jean). Flore des Basses-Pyrénées, [préf. de Bergeret Gaston], 3ème éd., Pau : Garet, 1909, LXXXVI + 960 p.

Joseph-Auguste DESROUSSEAUX DE MONTHERMÉ (1753-1838)

  • 43 Desrousseaux (Joseph-Auguste), “Articles Liseron à Mauve”, in Lamarck (Jean-Baptiste de) (sous la d (...)
  • 44 Consulter Duris (Pascal), Linné et la France, Genève : Droz, 1993, pp. 69-87.

42Joseph-Auguste Desrousseaux naît à Sedan le 27 juillet 1753, dans une famille de l’ancienne noblesse lorraine. Une grande partie de son temps est dédiée à la gestion de fabriques familiales : deux fabriques de glaces, à Monthermé et à Saint-Quinin, ainsi qu’une fabrique de draps, à Sedan. Il pratique également l’histoire naturelle : la rédaction des articles Liseron à Menisce dans les troisième et quatrième tomes de la Botanique de l’Encyclopédie méthodique, sous la direction de Jean-Baptiste de Lamarck (1744-1829), demeure son unique publication43. En 1790, il devient membre de la Société linnéenne de Paris, qui vient d’être fondée trois années auparavant par l’homme politique et botaniste Louis-Augustin Bosc d’Antic (1759-1828), Auguste Broussonet (1761-1807), l’homme de lettres Aubin-Louis Millin de Grandmaison (1759-1818), le jardinier André Thouin (1747-1824) et l’entomologiste Guillaume-Antoine Olivier (1756-1814)44.

43La carrière politique de Joseph-Auguste Desrousseaux témoigne d’un net attachement envers la royauté. À la création des départements et des conseils généraux, en 1790, il est élu au Conseil général des Ardennes, dont il devient aussitôt président. Il est épargné sous la Terreur tandis que son frère meurt sur l’échafaud en 1793. Plus tard, en janvier 1813, il est désigné par le Sénat pour être député au corps législatif, dont il ne fait pas partie durant les Cent Jours. Il est élu député par le corps électoral des Ardennes en août 1815 et réélu en octobre 1816 après la dissolution de la première chambre. Il cesse toute activité politique à la fin de son mandat en 1820. Ultime honneur, il reçoit alors le titre d’écuyer du roi Louis XVIII. Joseph-Auguste Desrousseaux meurt à Vaudières le 20 janvier 1838.

  • 45 Desrousseaux (Joseph-Auguste), “Convolvulus lanuginosus, in Lamarck (Jean-Baptiste de) (sous la di (...)
  • 46 Daléchamps (Jacques), Historia genera Plantarum, Lyon : Rouillé, 1587, t. 1, p. 817.
  • 47 Nous donnons ici la description complète que Jacques Daléchamps donne de cette espèce. Le vocabulai (...)

44Joseph-Auguste Desrousseaux est l’auteur d’une espèce de la flore de France, Convolvulus lanuginosus Desrousseaux in Lamarck, présente dans le sud de la France ainsi qu’au sud et à l’est de l’Espagne, et qu’il a décrite comme un Convolvulus tomentoso-incanus, foliis linearibus, floribus capitatis terminalibus45. Il n’en est pas le réel découvreur et cite lui-même plusieurs synonymes prélinnéens issus des travaux de Jacques Daléchamps (1513-1588), Jean Bauhin (1541-1612), Gaspard Bauhin (1550-1624), Jacques Barrelier (1606-1673) et Joseph de Tournefort (1656-1708). Après examen de ces différentes citations, il apparaît que la plus ancienne est due à Jacques Daléchamps qui nomme cette espèce Lychnidis sylvestris species Myconi46. Jacques Daléchamps cite cette espèce à partir des indications qu’il a reçues de Francesco Mycon (1530-c. 1583), un récolteur de plantes barcelonais : “Myconius dit qu’elle croit és montagnes et lieux qui sont fort secs et qu’il n’en a point vu ailleurs qu’aux Montagnes de Notre-Dame de Montserrat [massif de la Catalogne espagnole, à l’ouest de Barcelone]”47.

Jean-Marie LAPIERRE (1754-1834)

45Jean-Marie Lapierre naît en 1754 à Roanne, dans le Forez, où il passe sans doute toute sa jeunesse. Son père, Jean Cocu-Lapierre, est échevin de la ville. En 1794, il est nommé professeur d’histoire naturelle de l’école centrale de Roanne, installée dans les bâtiments de l’ancien collège des Jésuites. En compagnie de son ami Hector Passinges (1738-1798), naturaliste roannais, il met en place un cabinet d’histoire naturelle et de physique, contenant également des statues, des tableaux et des antiquités diverses, une bibliothèque et, surtout, un jardin botanique. Tout cela disparaît à la suppression des écoles centrales, en 1802, à l’exception de la bibliothèque, qui devient municipale. Jean-Marie Lapierre en est le premier conservateur. Il doit cependant céder sa place peu de temps après pour la recouvrer en 1813 et la conserver jusqu’à son décès.

  • 48 Un Catalogue des Insectes du Forez, une notice sur les Pétrifications du département de la Loire et (...)
  • 49 Boreau (Alexandre), Flore du Centre de la France et du Bassin de la Loire, Paris : Librairie encycl (...)

46Jean-Marie Lapierre s’intéresse à des domaines très variés, de la botanique à la littérature en passant par l’archéologie. Il laisse plusieurs manuscrits – dont certains ont d’ailleurs disparu – mais ne fait paraître aucun ouvrage ni article48. À partir de ses herborisations dans le département de la Loire, il constitue un riche herbier et rédige une Flora ligerensis, perdue depuis. Dans la troisième édition de sa Flore du Centre de la France et du Bassin de la Loire (1857), Alexandre Boreau la mentionne comme étant un catalogue de mille quatre cent cinquante noms d’espèces49. Les fossiles et minéraux récoltés par Jean-Marie Lapierre sont aujourd’hui conservés au musée de Roanne. Amoureux de sa région natale, il rédige une Statistique du département de la Loire comportant des observations relatives à la topographie, les antiquités ou encore l’agriculture. Il laisse également un manuscrit sur Quelques observations sur la butte polytaphe de Roanne où il tente de retracer la vie d’un hypothétique peuple préhistorique roannais. Jean-Marie Lapierre n’est pas isolé dans sa bibliothèque municipale de Roanne. Il est membre correspondant de plusieurs sociétés savantes comme les prestigieuses Société linnéenne de Paris et Société d’agriculture de Paris. Il décède à son domicile, auprès de son épouse, Antoinette Decontes, le 28 décembre 1834.

  • 50 Candolle (Augustin-Pyramus de), Icones Plantarum Galliæ Rariorum, Paris : [s.n.], 1808, t. 1, p. 14
  • 51 Bonamy la nomme Elatine hydropiper, nom préoccupé par une autre espèce valide. Bonamy (Francisco), (...)
  • 52 Vaillant (Sébastien), Botanicon parisiense, Lugduni Batavorum : Petrum vander Aa, 1723, t. 2, p. 5.

47Jean-Marie Lapierre est le premier auteur d’une espèce valide de la flore de France, Elatine hexandra (Lapierre) De Candolle50, présente dans l’ouest et le centre de l’Europe, du sud de la Suède au nord de l'Italie. De Candolle la signale des environs de Nantes (localité due à François Bonamy [1710-1786], ancien démonstrateur de l’école de botanique de Nantes)51, Caen et Paris. Son réel découvreur est Sébastien Vaillant (1669-1722), qui la nomme Alsinastrum serpillifolium flore roseo tripetalo dans son Botanicon parisiense (1723)52.

Bibliographie

Roux (Claudius), “Notice biographique sur Jean-Marie Lapierre”, Annales de la Société linnéenne de Lyon, t. 53, 1906, pp. 223-226.

Roux (Claudius), “La Vie et les travaux de Jean-Marie Lapierre, notice complémentaire”, Annales de la Société linnéenne de Lyon, t. 54, 1907, pp. 49-50.

Pierre-André POURRET (1754-1818)

  • 53 Gouan (Antoine), Illustrationes et observationes botanicœ, Zurich : Orelle, 1773, 83 p., 26 pls.

48Pierre-André Pourret naît en 1754 à Narbonne, dans une famille de notables locaux. Il lui arrivera d’utiliser le nom de “Pourret de Figeac”, suite à un mariage entre un de ses cousins et une membre de la famille Figeac, adoptant au passage une particule par une aspiration nobiliaire fort répandue à l’époque ; nous choisissons ici de le nommer uniquement par son patronyme. Destiné très tôt à entrer dans les Ordres, il est entièrement instruit chez les pères qui le laissent libre de se consacrer à la botanique, sa véritable passion. Il reçoit ses premières leçons de botanique du docteur Pech, de Narbonne. Quelques voyages feront le reste. Nîmes, où il rencontre Jean-François Séguier (1703-1784) qui le met en relation avec Linné ; Montpellier, où il suit vraisemblablement quelques cours d’Antoine Gouan (1733-1821), professeur de matière médicale et d’histoire naturelle à l’université royale de médecine et qui le remercie dans la préface de ses Illustrationes et observationes botanicœ (1773)53. À cette époque, Pourret désire certainement plus rencontrer des savants que recevoir des leçons. Pour l’étude de la nature, il n’est pas de meilleur maître que la nature elle-même.

  • 54 Timbal-Lagrave (Édouard), “Reliquiæ Pourretiannæ”, Bulletin de la Société des Sciences physiques et (...)
  • 55 Gouan (Antoine), Flora M onspeliaca, Lyon : Duplain, 1765, 543 p.
  • 56 Timbal-Lagrave (Édouard), “Reliquiae Pourretiannæ”, art. cit., p. 8.

49En mai 1777, il écrit au toulousain Philippe Picot de Lapeyrouse (1744-1818) qu’avec “les différentes herborisations qu’[il a] faites de tout côté pendant trois ans et avec les plantes qui [lui] ont été envoyées de différents endroits, [il s’est] formé un herbier qui contient cinq mille espèces, sans compter les variétés, au moyen duquel et de quelques livres, [il] tâche de [se] rendre utile à [ses] amis”54. En 1777, il connaît déjà les environs de Narbonne, où il a usé ses premiers fonds de culotte, mais également les environs de Montpellier, d’Agde, de Nîmes, ainsi que le Vivarais, les Cévennes, les Corbières, la Cerdagne, la Provence. Durant ses explorations, il utilise la Flora Monspeliaca (1765) d’Antoine Gouan qui respecte scrupuleusement le système de classification de Linné55 dont il devient un fervent partisan. Après le décès de celui qu’on surnomme alors le “maître de Suède”, il confie dans son journal : “Linné est mort ! Je ne sais si nous serons assez heureux pour retrouver des Linné, des Jussieu [Bernard de Jussieu meurt en 1777], des Haller [Albrecht von Haller meurt en 1778] ; voilà trois grands hommes qui se sont suivis de bien près ; il ne nous reste plus que M. Séguier en France... Adanson pourrait bien remplacer l’un des quatre botanistes dont je viens de parler”56.

50Jusqu’en 1789, l’abbé Pourret réside à Narbonne. Ses activités principales sont l’herborisation, la rédaction de mémoires de botanique et l’envoi de plantes à d’autres savants. Parmi ses excursions, signalons celle qu’il effectue en compagnie de deux autres linnéens convaincus, Auguste Broussonet (1761-1807), ancien élève et futur professeur de l’université de médecine de Montpellier, et John Sibthrop (1758-1796), futur professeur d’histoire naturelle à Oxford. Ensemble, ils suivent les traces que Joseph de Tournefort a laissées en Catalogne, qu’ils traversent jusqu’à Barcelone. Ses correspondants sont nombreux : William Aiton (1731-1793), directeur du Jardin royal de Kew, Carlo Allioni (1728-1804), professeur de matière médicale et d’histoire naturelle à l’université de Turin, le chevalier Joseph Banks (1743-1820), Pierre de Barrera ( ?-1812), médecin militaire à Mont-Louis, dans les Pyrénées, Auguste Broussonet, Antonio-José Cavanilles (1745-1804), précepteur des enfants de l’ambassadeur d’Espagne à Paris puis directeur du Jardin botanique de Madrid, l’abbé Dominique Chaix (1730-1799), René Desfontaines (1750-1833), le baron Nicolaus von Jacquin (1727-1817), Antoine-Laurent de Jussieu (1748-1836), Louis-Guillaume Lemonnier (1717-1799), Charles-Louis L’Héritier de Brutelle (1746-1800), Jean-François Née de La Rochelle (1751-1838), Casimiro Gómez de Ortega (1740-1818), le docteur Pech, Philippe Picot de Lapeyrouse, Jean-Louis-Marie Poiret (1755-1834), Louis-Claude Richard (1754-1821), Giovanni-Antonio Scopoli (1723-1788), titulaire de la chaire de Botanique à l’université de Pavie, Daniel Solander (1733-1782), disciple de Linné et compagnon de sir Joseph Banks lors du premier voyage de James Cook (1728-1779), Jakob-Reinbold Spielmann (1721-1783), directeur du Jardin botanique de Strasbourg, Carl-Peter Thunberg (1743-1828), disciple de Linné, explorateur du cap de Bonne-Espérance et du Japon, André Thouin (1747-1824), Dominique Villars (1745-1814).

  • 57 Timbal-Lagrave (Édouard), “Reliquiae Pourretiannæ”, art. cit., p. 11.
  • 58 Pourret (Pierre-André), “Extrait de la Chloris Narbonensis”, Mémoires de l’Académie de Toulouse, t. (...)
  • 59 Dans ce court article, l’abbé Pourret décrit deux nouvelles espèces de deux genres également nouvea (...)

51Dès le début des années 1780, l’abbé Pourret s’efforce de faire publier divers mémoires par l’académie royale des sciences de Toulouse. Cela n’est guère aisé et, en 1784, il n’a toujours rien publié. Les publications sont déjà le seul critère permettant à un auteur de s’assurer la paternité d’une espèce et un des seuls moyens efficaces de communication entre les savants. L’enjeu est donc important, d'autant que l’abbé Pourret fait parvenir sans méfiance des échantillons d’espèces de plantes pyrénéennes à tous ceux qui lui en demandent, y compris pour les espèces qu’il juge être nouvelles pour la science. Entre 1781 et 1784, il envoie quatre manuscrits à l’académie royale des sciences de Toulouse : un Itinéraire pour les Pyrénées en 1781, un Projet d’Histoire naturelle des Cistes en 1783, puis un Nomenclator botanicus et une Relation d’un voyage fait depuis Narbonne jusqu’à Montserrat par les Pyrénées – contenant une Chloris Narbonensis – en 1784. L’académie de Toulouse – la jalousie de Picot de Lapeyrouse aidant sans doute – demande d’incessantes modifications, à tel point que l’abbé Pourret s’exclame, dans une lettre adressée à Picot de Lapeyrouse en juillet 1787 : “J’imagine qu’il n’y aura plus de difficultés ; en tous cas, brûlez et l’Itinéraire, et la Chloris et son Extrait, et n’en parlons plus. J’approuve aveuglément tout ce que l’on fera ; mais je vous promets de n’y plus revenir”57. Entre temps, en 1784, les Mémoires de l’Académie de Toulouse font paraître un Extrait de la Chloris Narbonensis58, ainsi qu’une Description de deux nouveaux genres de la famille des Liliacées, désignés sous le nom de Lomenia et de Lapeirousia, la seule étude que l’abbé Pourret a effectuée sur des plantes exotiques59.

FIG. 23 - Pourret (Pierre-André) 1754-1818. Portrait publié dans Timbal-Lagrave (Édouard), “Reliquiæ Pourretiannæ”, Bulletin de la Société des Sciences physiques et naturelles de Toulouse, t. 2, 1874, pl. 1.

52À la fin du XVIIIème siècle, l’histoire naturelle est à la mode : comme le cardinal de Rohan le demande à son secrétaire privé, Louis Ramond de Carbonnières (1755-1827), l’archevêque de Toulouse demande à l’abbé Pourret d’entretenir son cabinet d’histoire naturelle. Étienne-Charles de Loménie de Brienne (1727-1794), archevêque de Toulouse, est un homme cultivé, curieux, proche des Encyclopédistes. Il sera l’un des rares cardinaux français à prêter serment à la République, ce qui lui vaudra d’être exclu de l’Église par le pape mais ne le préservera pas des persécutions révolutionnaires qui causeront sa mort. L’abbé Pourret est le secrétaire de Loménie de Brienne, mais il semble être moins proche de son prélat que Ramond de Carbonnières ne l’est du prince-évêque de Strasbourg. Le cabinet d’histoire naturelle que l’abbé Pourret a la charge d’entretenir appartient également au frère cadet du cardinal, le comte de Brienne, lieutenant-général des armées du roi, et comprend, outre toutes sortes de curiosités, un important herbier. En mai 1787, la conjoncture est favorable pour les deux frères Brienne. Le cardinal de Brienne est nommé chef du Conseil royal des finances et son frère devient ministre de la Guerre. L’abbé Pourret profite de l’ascension de ses maîtres et obtient le titre de directeur du cabinet d’histoire naturelle de la famille de Brienne.

  • 60 L’histoire de l’herbier des frères de Brienne est particulièrement pittoresque. Elle nous est parve (...)

53L’abbé Pourret trie les diverses collections des frères Brienne au cours de 1787 et 1788, deux années qui sont un confortable mais hélas court repos. Il réside à Paris ou bien au château de Brienne, près de Bar-sur-Aube. Lorsque le cardinal de Brienne part pour l’Italie en 1788, l’abbé Pourret quitte son service et retourne en pays narbonnais. Avant de quitter la capitale, par une sorte de prémonition salvatrice, il a l’idée d’intégrer son herbier personnel à celui des frères de Brienne. À l’origine sans valeur, l’herbier des frères de Brienne devient soudainement d’une richesse inestimable : il contient les seules traces des plantes que l’abbé Pourret estimait être des espèces ou des variétés ; les planches que l’abbé Pourret a reçues d’autres botanistes nous donnent une idée de ses relations60. La Révolution dicte ensuite le destin de notre botaniste et de son herbier, qu’il ne reverra jamais plus.

  • 61 Les Salvador sont une ancienne famille d’apothicaires catalans. Jaume Salvador i Pedrol (1649-1740) (...)

54L’abbé Pourret rejoint Narbonne au cours de l’été 1788, après avoir abandonné un projet de voyage en Italie. Il n’y reste cependant que quelques mois puisqu’il émigre en Espagne dès le début de la Révolution, vraisemblablement au cours de l’automne 1789. À l’instar de beaucoup d’autres émigrés, l’abbé Pourret ne reverra jamais la France. Les premiers temps, il se réfugie à Barcelone où quelques personnes de sa connaissance l’accueillent, dont un certain don Pedro Valdez, ancien inquisiteur à Barcelone. Il y range l’herbier des Salvador, à qui il consacre une biographie écrite en espagnol mais jamais imprimée61. Après sept années d’attente, en 1796, il est nommé professeur à la faculté des sciences, directeur du Jardin botanique et membre de l’académie des sciences de Barcelone. En 1798, il devient directeur du Jardin botanique de Madrid et membre de l’Académie des sciences. Tl présente un projet de rénovation du Jardin botanique mais ne reçoit aucun fond pour exécuter les travaux ; en fait, malgré toute l’estime que certains Espagnols lui réservent, d’autres, notamment les botanistes, ne semblent guère apprécier qu’un immigré soit directeur du Jardin botanique de la capitale du Royaume espagnol.

  • 62 Timbal-Lagrave (Édouard), “Reliquiæ Pourretiannæ”, art. cit., p. 17.

55En 1804, le roi Charles IV le nomme chanoine au chapitre de la cathédrale d’Orense, en Galice. Il y est apprécié des habitants, d’autant qu’il n’hésite pas à se rendre utile dès qu’il le peut, comme lors d’une épidémie de fièvre jaune où il soigne de nombreux malades. Rapidement, l’abbé Pourret est rattrapé par son époque. Lorsque Napoléon envahit l’Espagne en 1808, il note dans son journal : “J’étais content, et n’aurais point cessé de l’être sans la folle ambition de cet homme trop fameux, qui ayant pris la tâche de subjuguer l’Europe, eut la funeste pensée de porter dans la péninsule la guerre la plus désastreuse. Je ne pensais pas qu’on put me faire un crime de ma naissance dans un pays où j’avais donné tant de preuves de mon attachement et de mon zèle pour la postérité, et où je pouvais me flatter d’avoir été constamment chéri et honoré. Cependant, le nom français y devient si odieux, surtout parmi le bas peuple, que je me vis publiquement insulté ; et probablement j’aurais été la victime de la fureur populaire si je n’eusse pris le parti d’abandonner cette ville devenue tout à fait inhospitalière pour moi I”62. Peu après son départ d’Orense, sa maison est pillée et brûlée. L’incendie emporte ses herbiers, ses livres et ses manuscrits dont il ne reste rien ; les auteurs de cet acte criminel ignorent que disparaît dans les flammes le manuscrit de la Chloris hispanica, de ce qui aurait pu être “leur” première grande flore d’Espagne. L’abbé Pourret a conçu le projet de publier un tel ouvrage dès son arrivée en Espagne et a vainement essayé de le faire publier en 1796. Près de vingt années de travail et d’efforts partent dans la fumée d’un incendie incompréhensible dirigé contre un Français en exil !

  • 63 Idem, p. 18.
  • 64 Idem, p. 19.

56Fuyant la guerre et la haine, l’abbé Pourret erre alors à travers l’Espagne. Il trouve refuge dans un couvent de moines bénédictins, dans les montagnes du Vieïro, où il reste jusqu’en 1814. À propos de cette période de retraite, il note : “Ma retraite devint heureuse pour moi dans les circonstances actuelles, car elle me ramena à mes anciennes études. Quoique je n’eusse aucun livre de botanique avec moi, ni d’autres ressources que ma mémoire, j’entrepris de recueillir, de classer, de déterminer tout ce que je rencontrais, et de décrire les espèces neuves et rares qui paraissaient l’exiger. Aussi, me considérant alors, après vingt-six ans, comme transporté dans les Pyrénées, qui me rappelaient encore les belles années de ma vie, et me croyant par là même presque rajeuni, je commençais à m’attacher à ma nouvelle existence”63. Après la défaite de Vitoria, le 21 juin 1813, l’armée française est en déroute. L’Espagne est entièrement libérée en décembre 1813. Ferdinand VII entre dans la capitale libérée en 1814 : l’abbé Pourret fait partie de la foule qui l’acclame. Touché par le destin de ce fidèle sujet, le roi d’Espagne nomme notre abbé chanoine-trésorier de l’église de Santiago de Galice (Saint-Jacques-de-Compostelle), l’une des plus riches du royaume : “La fortune a paru vouloir me sourire – note-t-il alors dans son journal – lorsqu’à peine je puis me promettre d’en jouir encore quelques années. Si elle fut venue lorsque ma vue n’était point aussi affaiblie qu’elle l’est aujourd’hui, le temps que j’ai employé, en Espagne, à écrire, ne serait peut-être pas tout-à-fait perdu pour moi et pour elle”64.

  • 65 Idem, p. 21.

57L’abbé Pourret passe les quatre dernières années de sa vie dans une confortable aisance et une heureuse reconnaissance. Il s’entoure d’un indispensable jardin botanique où quelques élèves viennent lui demander conseils et leçons. Parmi ces jeunes gens figure Ramon de La Sagra (1798-1871), futur directeur du Jardin botanique de La Havane. Au cours de l’année 1818, sa santé se fragilise chaque jour un peu plus : “Je n’ai pas le courage de rouvrir mon herbier – écrit-il dans son journal le 10 juin 1818 – ma mauvaise vue me sert si mal pour examiner les plantes séchées”65. Pierre-André Pourret, chanoine-trésorier de l’église de Santiago, en Galice, et autrefois prêtre dans le diocèse de Narbonne, décède en septembre 1818.

FIG. 24 - La Campanule remarquable, Campanula speciosa Pourret, est une plante endémique des Pyrénées que l’on rencontre sur les rochers et dans les éboulis, surtout calcaires, entre 1000 et 1600 m d’altitude. © Philippe Danton, 1996, Pyrénées-Orientales.

  • 66 Pourret (Pierre-André), “Extrait de la Chloris Narbonensis”, art. cit.
  • 67 Idem, p. 309.

58L’abbé Pourret esl l’auteur de vingt-trois espèces et le premier auteur de cinq autres espèces valides de la flore de France. Il est le réel découvreur de ces vingt-huit espèces, à l’exception de la Passerine des teinturiers, Thymelaea tinctoria (Pourret) Endlicher, déjà connue des botanistes prélinnéens. Les descriptions de ces espèces ont toutes été publiées par l’abbé Pourret, dans l’Extrait de la Chloris Narbonnensis (1784)66, sauf pour trois d’entre elles qui sont dues à Carl Willdenow (1765-1812) et Jean Loiseleur-Deslongchamps (1774-1849). Toutes ces espèces ont été récoltées par l’abbé Pourret lui-même, au cours de ses herborisations dans les Pyrénées, les Corbières, les environs de Narbonne et de Montpellier. Citons Bufonia perennis Pourret, une espèce du genre non dédié à Georges-Louis Leclerc (1707-1788), comte de Buffon, présente dans tout l’ouest du pourtour méditerranéen, et que l’abbé Pourret signale “à Narbonne, à la Clape, au Pech de l’Agnelo, et dans toutes nos Corbières”67.

Bibliographie

Anonyme, “Clos : Pourret et son histoire des Cistes”, Bulletin de la Société botanique de France, t. 5, 1858, pp. 291-293.

Bonnet (Edmond), “Le Cabinet d’histoire naturelle des Loménie de Brienne, l’herbier de l’abbé Pourret et le legs fait par le Dr Barbier au Muséum en 1847”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, t. 6, 1916, pp. 278-286.

Timbal-Lagrave (Édouard), “Reliquiæ Pourretiannæ”, Bulletin de la Société des Sciences physiques et naturelles de Toulouse, t. 2, 1874, pp. 1-147.

Louis-Claude, Marie RICHARD (1754-1821)

  • 68 Cuvier (Georges), “Éloge historique de M. Richard”, Mémoires de l’Académie des Sciences (Institut), (...)
  • 69 Du temps de Louis XIV, l’arrière grand-père de Louis-Claude Richard a la charge de la Ménagerie de (...)
  • 70 Rappelons simplement ici que c’est précisément en 1754, année de naissance de Louis-Claude Richard, (...)

59Louis-Claude Richard naît à Versailles le 4 octobre 1754, parmi les plus belles plantes du royaume, au Trianon, où il “suce la botanique avec le lait”68. Jardiniers depuis plusieurs générations, les Richard forment une famille dont la célébrité égale au XVIIIème siècle celles des Cassini ou des Jussieu. À sa naissance, le grand-père de Louis-Claude Richard, Claude Richard, est jardinier en chef du Jardin du Trianon, où il loge ; son père, Louis Richard, est jardinier en chef du Jardin royal d’Auteuil69. Louis-Claude Richard grandit au Trianon, où réside également Michel Adanson (1727-1806), au titre de “botaniste royal”, et que fréquente régulièrement Bernard de Jussieu (1699-1777), professeur de botanique au Jardin royal, à Paris, et directeur du Jardin du Trianon. L’expression “sucer la botanique avec le lait” fait donc référence à l’ascendance de Louis-Claude Richard mais également aux discussions auxquelles il assiste au cours de son enfance entre son grand-père, son père, Michel Adanson et Bernard de Jussieu70. Louis Richard estime cependant que l’horticulture n’est pas un avenir sûr et décide d’envoyer son fils au collège afin qu’il y étudie le latin et la rhétorique. L’archevêque de Paris, qui remarque l’intelligence de l’adolescent, propose à ses parents d’assurer sa protection à condition qu’il entre dans les Ordres. Un tel avenir enchante ses parents mais ne séduit absolument pas Louis-Claude Richard qui, après de vives querelles avec son père, quitte le toit familial. Il a tout juste quatorze ans.

  • 71 Chirurgien célèbre, Antoine Petit (1722-1794) est titulaire des chaires d’Anatomie et de Chirurgie (...)

60Louis-Claude Richard part habiter à Paris, dans le quartier latin. Pour gagner sa vie, il recopie et dresse des plans de jardins pour des architectes. Dans le même temps, il suit les cours publics du Collège de France et du Jardin du roi. À cette époque, le Jardin du roi passe insensiblement de son statut d’école de médecine, concurrente de la faculté de médecine de Paris, à ce qui deviendra sa véritable raison d’être grâce à la Révolution, un Musée d’histoire naturelle. Louis-Claude Richard assiste directement à cette lente mutation. Avant la création de la chaire d’Anatomie des animaux et de celles de Zoologie, au Muséum, en 1793, ces disciplines n’existent pas en tant que telles. Dans les cours d’anatomie, Antoine Petit (1722-1794) enseigne exclusivement l’anatomie humaine ; il n’y a guère que Félix Vicq d’Azyr (1748-1794), son suppléant, pour faire quelques démonstrations sur l’anatomie d’autres animaux71. Quant à la zoologie, elle dépend pour l’heure des démonstrations de Louis Daubenton (1716-1800), garde du Cabinet du roi, où sont conservées les collections d’histoire naturelle. Pour la botanique, au Jardin royal, Louis-Claude Richard retrouve Bernard de Jussieu, qui lui permet de consulter son herbier et sa riche bibliothèque. Louis-Claude Richard rencontre également Antoine-Laurent de Jussieu (1748-1836) et André Thouin (1747-1824) qui replantent alors les parterres de l’école de botanique suivant les familles naturelles établies par Bernard de Jussieu ; il y est d’autant plus sensible que son grand-père a effectué le même travail vingt années auparavant, au Trianon. Comme tous les élèves qui fréquentent le Jardin royal à cette époque, Louis-Claude Richard est convaincu qu’une grande partie de l’histoire naturelle du monde reste encore à découvrir. Il ne cesse de répéter que son unique désir est de voyager. L’occasion ne tarde pas à se présenter.

61Au début des années 1780, le marquis de Castries, ministre de la Marine, fait part à l’Académie de son désir d’envoyer dans les colonies des Amériques un homme qui soit capable d’en décrire les richesses et d’y faire des essais de cultures, notamment de plantes à épices. L’Académie propose à Louis-Claude Richard d’effectuer ce voyage. Avant son départ, Louis XVI lui assure que son voyage lui sera intégralement remboursé, compte tenu des services rendus par sa famille à la couronne de France depuis plusieurs générations. Le 6 mai 1781, avide, il embarque pour la Guyane. Il y reste huit années. À partir de Cayenne, où il est en charge du Jardin royal, il visite toute la Guyane, mais également le Brésil et les Antilles (Montserrat, la Martinique, la Guadeloupe, Saint-Thoms, Saint-Domingue, Marie-Galante, etc.). Ignorant la peur et les dangers, Louis-Claude Richard va partout où il peut aller. Il dessine – magnifiquement, paraît-il, mais il ne reste rien de ses carnets –, collecte et observe tout : minéraux, plantes, squelettes, peaux et coquillages (dont il dessine les animaux qui sont à l’intérieur, fait rare pour l’époque). Au bout de huit années, lorsque sa bourse est épuisée, il décide de rentrer en France. Il débarque au port du Havre au printemps 1789. Avec lui, il rapporte des caisses remplies de curiosités naturelles dont un herbier riche de quatre mille plantes.

FIG. 25 - Richard (Louis-Claude) 1754-1821.

  • 72 Achille Richard (1794-1852) grandit au milieu des collections de son père qui lui transmet très tôt (...)

62En huit années, la France a bien changé. Personne ne reconnaît Louis-Claude Richard qui ne reconnaît lui-même plus personne, notamment dans les ministères où il tente en vain d’obtenir le remboursement de ses frais de voyage. Quant au roi, il a d’autres inquiétudes et n’est pas d’humeur à entendre sa requête ; au Jardin royal, ses collections n’intéressent pour ainsi dire personne, du moins pas pour le moment. Louis-Claude Richard, qui a vécu plusieurs mois avec des Indiens galibis dans la forêt vierge, se sent étranger dans son propre pays. Ses quinze frères et sœurs ne peuvent rien pour atténuer ce sentiment. Il devient aigri. Durant toute la Révolution, il vit retiré du monde et en acquiert une misanthropie dont il ne se départira plus. D’ailleurs, l’un des rares botanistes qu’il fréquente est Jean-Pierre Bergerel (1752-1813), également connu pour être peu sociable. Seul réconfort dans cette période difficile, Louis-Claude Richard se marie en 1790. Son épouse lui donne un fils, le botaniste Achille Richard (1794-1852)72.

  • 73 Bulliard (Pierre), Dictionnaire élémentaire de botanique, [édition révisée et augmentée par Richard (...)
  • 74 Michaux (André), Flora boreali-americana, Paris : Crapelet ; Strasbourg : Levrault, an XI [1803], 2 (...)
  • 75 Richard (Louis-Claude), Démonstrations botaniques, ou Analyse du fruit considéré en général, Paris  (...)
  • 76 Gaertner (Joseph), De fructibus et seminibus plantarum, Stutgiardiae: Sumptibus Auctoris, Typis Aca (...)
  • 77 Karl Kunth (1788-1850) est l’élève de Karl Willdenow (1765-1812), à Berlin, puis vient classer et é (...)

63En octobre 1795, Louis-Claude Richard obtient la chaire de Botanique de l’école de santé de Paris (qui devient l’école de médecine puis la faculté de médecine). Depuis longtemps et bien qu’il porte un intérêt certain à toute l’histoire naturelle – son entrée à l’Institut en section de zoologie en témoigne – la botanique est la seule discipline qui le passionne et en laquelle il excelle. À l’école de médecine, il fonde un Jardin botanique dans lequel il entretient de nombreuses plantes rares et exotiques, notamment des orchidées. Ses cours magistraux sont complétés par des herborisations à la campagne, dans les environs de Paris. Il n’est pas rare que ces excursions soient suivies par plusieurs centaines d’élèves, comme celles d’Antoine-Laurent de Jussieu, titulaire de la chaire de “Botanique à la campagne” du Muséum national d’histoire naturelle. Comme Bernard de Jussieu et Michel Adanson, les deux maîtres de son enfance, Louis-Claude Richard ne publie quasiment pas ses travaux. Pressé par quelques-uns de ses amis, il laisse néanmoins des descriptions minutieuses de familles de plantes (il est l’auteur des Butomées, Equisétacées, Lycopodiacées et Characées). Il réalise également la quatrième édition du Dictionnaire élémentaire de botanique (1798)73 de Pierre Bulliard (1752-1793) et collabore à la Flora boreali-americana (1803)74 d’André Michaux (1746-1803). L’ouvrage majeur de Louis-Claude Richard est incontestablement l’Analyse du fruit considéré en général (1808)75 qui l’élève au rang des plus grands carpologues, dans la lignée de Joseph Gærtner (1732-1791)76. Louis-Claude Richard y définit beaucoup de termes nouveaux encore utilisés aujourd’hui, comme la glume, par exemple, pour désigner l’enveloppe florale des Graminées. À partir de 1818, à cause de souffrances qui ne cessent de grandir, Louis-Claude Richard doit régulièrement confier ses cours à son fils Achille. C’est à cette époque qu’il est immortalisé grâce à la description du genre Richardia par le botaniste allemand Karl Kunth (1788-1850)77, l’un de ses admirateurs et fidèle ami de son fils Achille. Louis-Claude Richard décède le 7 juin 1821, après être resté alité plusieurs mois.

  • 78 Thuillier (Jean-Louis), Flore des environs de Paris, 2ème éd., Paris : Perronneau, an VII [1799], p (...)

64Louis-Claude Richard est l’auteur et le découvreur d’une espèce de la flore de France, Juncus pygmaeus L. C. M. Richard in Thuillier, présente dans l’ouest et le sud de l’Europe, ainsi qu’en Afrique du Nord. Jean-Louis Thuillier (1757-1822), qui avait une instruction semble-t-il limitée, a été aidé par Louis-Claude Richard pour la rédaction de sa Flore des environs de Paris. Ainsi, Louis-Claude Richard s’est-il en quelque sorte dicté à lui-même la définition suivante du Juncus pygmaeus : “Jonc pygmée. Annuel, très petit, glabre. Fleurs agrégées en petites têtes pauciflores, sessiles et pédonculées. Calyces linéaires et striées. Fl. idem ; en juillet et août. Se trouve dans l’étang de Saint-Hubert. C’est Richard, prof, de botanique qui, le premier, a découvert cette plante”78.

Bibliographie

Cuvier (Georges), “Éloge historique de M. Richard”, Mémoires de l’Académie des Sciences (Institut), t. 7, 1825, pp. CXCVI-CCX1I.

Jussieu (Antoine-Laurent de), Funérailles de M. Richard, [s.1] : [s.n.], 1821, 5 p.

Jean-Louis-Marie POIRET (1755-1834)

65Jean-Louis-Marie Poiret naît en 1755 à Saint-Quentin, dans le Vermandois. Très tôt, il entre dans les Ordres, puis effectue un voyage dans le sud de la France où il découvre les joies de l’herborisation et de l’histoire naturelle. En 1784, à Marseille, où il gagne sa vie comme précepteur, il rencontre des officiers de la Compagnie royale d’Afrique : il traverse la Méditerranée et s’installe au comptoir de la Compagnie de La Calle avec le titre d’aumônier. Ces premiers pas en Afrique du Nord sont la véritable entrée en scène de l’abbé Poiret. À cette époque, il est déjà un botaniste averti.

  • 79 Poiret (Jean-Louis-Marie), Voyage en Barbarie, ou Lettres écrites de l'Ancienne Numidie pendant les (...)
  • 80 Lire deux lettres rédigées par l’abbé Poiret durant son séjour dans le Maghreb, reproduites dans Ch (...)

66Au cours de son séjour, l’abbé Poiret est chargé par le marquis de Castries, ministre de la Marine de Louis XVI, d’explorer la flore et la faune de la région située autour de Bône (actuelle ville d’Annaba). Pour cela, il lui arrive de s’aventurer dans des lieux reculés où il doit être escorté par des soldats maures. Cette indispensable protection contre d’éventuels bandits a pour inconvénient majeur de l’empêcher de rencontrer les habitants du pays. En septembre 1785, à Bône, il rencontre René Desfontaines (1750-1833) qui explore la région depuis deux ans. Ils visitent ensemble les environs de la ville et font une excursion au Hammam Meskoutein, une source d’eau chaude située entre Bône et Constantine. Après son retour en France en 1786, l’abbé Poiret rassemble toutes ses observations naturalistes et ses impressions sur les mœurs des habitants dans un Voyage en Barbarie, ou Lettres écrites de l'Ancienne Numidie pendant les années 1785 et 1786 (1789)79. Cet ouvrage comprend des observations sur l’histoire naturelle de la Numidie (l’Afrique du Nord) dont un catalogue de tous les végétaux, animaux et minéraux qu’il a trouvés au cours de son séjour. Il convient de noter qu’à plusieurs reprises, et ce contrairement à René Desfontaines, il fait preuve d’une évidente incompréhension envers les Arabes et leur culture80. Nous ne retrouvons les traces de l’abbé Poiret qu’à la Révolution.

67En 1789, le sort de l’abbé Poiret est entre les mains de la Constituante. En juillet 1790, il décide d’accepter la Constitution civile du clergé et jure serment à la République. Tandis que l’abbé Pourret (1754-1818) fuit en Espagne et que l’abbé Chaix (1730-1799) accepte par contrainte la Constitution civile, l’abbé Poiret, quant à lui, profite de la situation pour quitter les Ordres et se marier. Grâce aux lois de la République, plus aucun dignitaire de l’Église ne peut punir son abjuration. La joie d’être marié et la sûreté d’être citoyen décide de son destin. La République, bonne mère, lui est rapidement reconnaissante. En brumaire an IV (octobre-novembre 1795), le citoyen Poiret est nommé professeur d’histoire naturelle à l’école centrale de Soissons, dans le département de l’Aisne.

  • 81 Poiret (Jean-Louis-Marie), Coquilles fluviatiles et terrestres observées dans le département de l’A (...)
  • 82 À l’instar de nombreux autres botanistes, et pas des moindres, l’abbé Poiret s’intéresse aux plante (...)
  • 83 Poiret (Jean-Louis-Marie), Coquilles fluviatiles et terrestres..., op. cit., pp. III-IV et VII-XI.
  • 84 Poiret (Jean-Louis-Marie), Histoire philosophique, littéraire, économique des plantes usuelles de l (...)

68La plupart des professeurs d’histoire naturelle des écoles centrales travaillent pour le progrès de la science, en parallèle de leur professorat, et nombre des ouvrages qu’ils publient à destination de leurs élèves sont aujourd’hui considérés comme des ouvrages majeurs. Ainsi en est-il d’un catalogue faunistique sur les Coquilles fluviatiles et terrestres observées dans le département de l’Aisne et aux environs de Paris (an IX)81 que Poiret destine en premier lieu à ses élèves82. Dans le Discours préliminaire de cet ouvrage, transparaissent à la fois la passion qui anime alors les professeurs d’histoire naturelle des écoles centrales et le but qu’ils fixent à leur mission : “L’étude de l’histoire naturelle – écrit Poiret – devenue une des bases de l’Instruction publique, ouvre une vaste et brillante carrière aux découvertes nouvelles. Jusqu’alors les productions de la République française n’ont été que peu connues, parce qu’il n’existait qu’un très-petit nombre de Naturalistes répandus sur la surface de son territoire. Que ne devons-nous pas espérer aujourd’hui des professeurs des écoles centrales, et des élèves qui vont en sortir ! Il est bien à désirer, et ce vœu se réalise déjà parmi plusieurs de mes collègues, que chaque professeur fasse connaître les productions du département auquel il est attaché. Il en résultera une masse d’observations des plus importantes, et nous trouverons dans notre sol des richesses qu’on y avait à peine soupçonnées [...]. Il est des esprits rétrécis, des hommes à vieux préjugés, qui sourient dédaigneusement au Naturaliste occupé à l’observation d’une coquille, d’un insecte, d’une plante, etc. Il n’appartient qu’à l’homme sensible et pensant de saisir les rapports qui existent entre Dieu, ses ouvrages et notre cœur. Lui seul peut comprendre que joindre aux premiers travaux de la jeunesse l’étude agréable de la nature, c’est donner aux jeunes-gens un esprit d’observation et de justesse qu’ils portent ensuite dans des études plus sérieuses ; c’est leur ménager pour un âge plus avancé, des jouissances précieuses qui les détournent des plaisirs futils et souvent dangereux ; c’est diriger de bonne heure leur attention vers l’emploi que l’homme a su faire des productions naturelles. Le fils de l’agriculteur, rentré dans ses foyers, suivra avec plus d’intêret les travaux champêtres ; ceux qui habitent les Villes voudront connaître les matières premières employées dans les manufactures et les arts ; et lorsqu’ils verront l’argile qu’ils foulent aux pieds, se convertir en vases agréables et commodes, leur admiration ne sera pas stérile. Mais que de temps pour détruire les préjugés ! Que de clameurs contre le nouveau mode d’instruction !”83. Plus tard, en 1824, dans le premier volume de son Histoire philosophique, littéraire, économique des plantes usuelles de l’Europe, Jean-Louis-Marie Poiret regrettera encore le temps des écoles centrales : “Un des plus beaux établissements – écrit-il – qui ait existé pour le progrès des sciences, et surtout pour répandre les connaissances en histoire naturelle, était celui des écoles centrales : malheureusement elles n’ont eu qu’une existence éphémère. En leur substituant les lycées, on en a supprimé les cours d’histoire naturelle, excepté dans quelques grandes villes. Il est étonnant qu’aucun de ceux qui ont, dans le temps, coopéré à cette réforme, n’aient point senti tout le tort qu’ils allaient faire aux sciences naturelles, en les excluant des écoles départementales. Leur enseignement aurait formé, par la suite, des élèves qui se seraient répandus sur tous les points de la France. Son riche territoire, ses productions eussent été bien mieux connus : on aurait fait, avec le temps, des découvertes de matières premières, importantes dans les manufactures et les arts”84. Il est vrai que l’amertume est d’autant plus grande que ce poste de professeur à l’école centrale de Soissons est le premier et le dernier du citoyen Poiret !

FIG. 26 - Poiret (Jean-Louis-Marie) 1755-1834.

FIG. 27 - Planche dessinée et gravée par Poiret fils. Extraite de Lamarck (Jean-Baptiste de), Poiret (Jean-Louis-Marie), Illustration des genres, Paris : Veuve Agasse, 1823, t. 10, pl. 979.

  • 85 Poiret (Jean-Louis-Marie), Turpin (Pierre-Jean-François), Leçons de flore, Paris : Panckoucke, 1819 (...)
  • 86 Poiret (Jean-Louis-Marie), Histoire philosophique..., op. cit., 1824-1829, 7 vols.
  • 87 Lamarck Jean-Baptiste de), Encyclopédie méthodique, Botanique, Paris : Panckoucke, 1783-1817, 13 vo (...)
  • 88 Lamarck (Jean-Baptiste de), Illustration des genres, Paris : Veuve Agasse, 1799, t. 9, 100 pls.
  • 89 Lamarck (Jean-Baptiste de), Encyclopédie méthodique, Botanique, Paris : Veuve Agasse, an IV [1796], (...)
  • 90 Poiret (Jean-Louis-Marie), Encyclopédie méthodique, Botanique, Paris : Panckoucke, 1804-1817, 9 vol (...)
  • 91 Lamarck (Jean-Baptiste de), Poiret (Jean-Louis-Marie), Illustration des genres, Paris : Veuve Agass (...)

69À partir de 1801, Jean-Louis-Marie Poiret vit à Paris sans ressources financières fixes, si ce n’est les sommes que lui versent ses éditeurs pour ses imposants ouvrages, les Leçons de flore (1819-1821)85 publiées en collaboration avec Pierre-Jean-François Turpin (1775-1840), l’Histoire philosophique, littéraire, économique des plantes usuelles de l’Europe (1824-1829)86 et, surtout, la continuation de la Botanique de l’Encyclopédie méthodique commencée par Jean-Baptiste de Lamarck (1744-1829). C’est en 1782 que l’éditeur Panckoucke charge Lamarck de la Botanique de l’Encyclopédie méthodique, qui consiste en la description de tous les genres et espèces de plantes alors connues dans le monde87. Lamarck rédige seul les trois premiers tomes, à l’exception de quelques notes laissées à des collaborateurs. Après sa nomination à la chaire de Zoologie des Insectes, Vers et animaux microscopiques, Lamarck publie de moins en moins de travaux botaniques : sa dernière contribution est la parution de la première partie du cinquième volume de l’Illustration des genres, correspondant à l’avant-dernière centaine de planches de genres (genres 801 à 900)88. Pour la rédaction du quatrième tome de la Botanique de l’Encyclopédie méthodique (an IV)89, Lamarck s’adjoint cinq collaborateurs : Augustin-Pyramus de Candolle (1778-1841), Étienne-Pierre Ventenat (1757-1808), Jules-César Le Lorgne de Savigny (1777-1851), Joseph-Auguste Desrousseaux (1753-1838) et Jean-Louis-Marie Poiret. C’est vraisemblablement Lamarck lui-même qui décide de confier en 1804 la continuation de la Botanique de l’Encyclopédie méthodique à Poiret qui a donc la charge d’en publier les neuf derniers volumes, ce dont il s’acquittera entre 1804 et 181790. Poiret assume dignement la continuation des travaux de Lamarck. Il convient également de signaler qu’il achève de publier l’Illustration des genres dont les cent dernières planches, confiées à son fils pour les dessins, paraissent en 182391. Jean-Louis-Marie Poiret décède en 1834 : ni académicien, ni professeur, ni même membre de la moindre société savante, fidèle en cela au simple abbé qu’il était.

  • 92 Poiret (Jean-Louis-Marie), Encyclopédie méthodique, Botanique, Paris : Panckoucke, 1816, suppl. 4, (...)
  • 93 Idem, 1817, suppl. 5, p. 237.
  • 94 Poiret (Jean-Louis-Marie), Voyage en Barbarie..., op. cit.
  • 95 Idem, t. 2, p. 122.

70Jean-Louis-Marie Poiret est l’auteur de onze espèces et le premier auteur de neuf espèces valides de la flore de France. Seulement trois de ces vingt espèces étaient connues par les botanistes prélinnéens. Six d’entre elles ont été nommées et décrites par Poiret dans la Botanique de l’Encyclopédie méthodique, soit à partir de plantes qu’il avait récoltées lui-même, soit à partir de planches d’herbier qui lui avaient été envoyées : ainsi décrit-il Potamogeton nodosus Poiret92 et Limonium ovalifolium (Poiret) O. Kuntze93 grâce à des spécimens récoltés par Auguste Broussonet (1761-1807) aux îles Canaries. Toutes les autres espèces ont été décrites dans son Voyage en Barbarie (1789)94 et ont donc été découvertes lors de son exploration de l’Algérie : Ipomoea sagittata Poiret, le Quanoclit sagitté, aujourd’hui connu pour être présent sur tout le pourtour méditerranéen, a été trouvé pour la première fois par Poiret dans les environs de Bône, en compagnie de Desfontaines95.

Bibliographie

Chevalier (Auguste), La Vie et l’œuvre de René Desfontaines, Paris : Éditions du Muséum, 1939, 266 p.

Louis, François, Élisabeth RAMOND, BARON DE CARBONNIÈRES (1755-1827)

71Louis Ramond naît à Strasbourg le 4 janvier 1755. Sa mère, Reine-Rosalie Eisentraut (1732-1762), a des origines allemande, lorraine et dauphinoise. Les ancêtres de son père, Pierre-Bernard Ramond (1715-1796), sont du Quercy. À la naissance de Louis, la famille Ramond vit à Neuf-Brisach où son père est trésorier des guerres. Louis est l’aîné de trois enfants : Cécile-Bernard-Étienne Ramond du Poujet, né en 1756, et avec qui Louis passera toute sa jeunesse, ainsi que Marguerite-Joséphine-Rosalie Ramond, née en 1758, confiée à l’âge de huit ans aux Ursulines de Saint-Germain-en-Laye. En 1766, le père et ses deux fils quittent Neuf-Brisach et s’installent à Strasbourg, au domicile des beaux-parents Eisentraut. Les deux garçons sont élevés par des précepteurs. Ils étudient le clavecin et le violon, l’anglais, le russe (chose déjà très rare à cette époque), la physique, la géométrie, la chimie et l’anatomie. Au cours de son enfance, Louis rencontre la jeune Sophie Larcher, d’une famille amie de son père, née comme lui en 1755. Elle lui inspire ses premières poésies.

  • 96 Consulter la bibliographie de Girdlestone (Cuthbert), Louis-François-Elizabeth Ramond, sa vie, son (...)

72En 1775, Louis Ramond entre à l’université de droit de Strasbourg. 11 en sort avocat en février 1777. Il suit également quelques cours de médecine, notamment les démonstrations de botanique qui ont lieu dans le jardin de l’université, mais ne tente pas d’obtenir le grade de docteur. Grâce à l’influence allemande, l’université de Strasbourg est exceptionnellement bonne. Les cours de philosophie, de droit et de théologie qui y sont dispensés sont très réputés. Les étudiants viennent de toute l’Europe pour les suivre. C’est là que Louis Ramond rencontre le poète allemand Jacob-Michael Lenz (1751-1792) avec lequel il se lie d’amitié. Par Lenz et la dizaine des autres membres de la Société d’exercice littéraire de Strasbourg – qui devient plus tard la Société des belles-lettres – Ramond est initié à la littérature romantique allemande. La découverte des Souffrances du jeune Werther de Johann-Wolfgang von Goethe (1749-1832), ses amours déçues avec Sophie Larcher, les forêts vosgiennes et sa liaison avec Lenz décident de la première vocation de Louis Ramond : il sera romantique et homme de lettres. Pour l'heure, il se consacre à la poésie et publie Les Dernières aventures du jeune d’Olban (1777)96, l’un des rares ouvrages de langue française directement inspiré par le Sturm und Drang allemand.

  • 97 Extrait d’une lettre à son père, datée du 3 juin 1777. Voir Girdlestone (Cuthbert), Louis-François- (...)

73En 1777, Ramond effectue un voyage en Suisse qui tient une place capitale dans sa vie. Conçu pour “observer et non pour arriver”97, ce périple est une quête. Pour se consoler de ses premières amours, il cherche une nature et des paysages propres au recueillement, à l’isolement et à l’inspiration poétique. Il veut également analyser l’organisation politique de cette confédération où ne règne pas l’absolutisme, sa population, son histoire, son archéologie. Il veut également rencontrer des personnalités brillantes. Parti de Colmar le 8 mai 1777, il fait une première étape à Bâle, où il est reçu par le riche banquier Jacques Sarazin. Le 12 mai, à Bad Schinznach, il retrouve son ami Lenz et le théologien Johann Lavater (1741-1801), l’un des fondateurs de la physiognomonie et qui est également poète à ses heures perdues. Le 19 mai, Lenz et lui se recueillent sur les bords du Rhin : son ami se jette à genoux et demeure en extase durant un quart d’heure. Ramond reste muet devant ce romantisme et cette passion qui deviennent soudain réalité. Ils restent ensemble jusqu’au 30 mai, c’est-à-dire quelques jours avant que Lenz ait sa première crise de démence. Ils ne se reverront et ne s’écriront plus. C’est à Schwyz, au début du mois de juin, que Ramond découvre de vraies hautes montagnes. Il est accompagné par un jeune bernois envoyé par Lavater auprès de Goethe. Durant les quinze premiers jours de juin, ils explorent quelques hauts lieux des Alpes bernoises : dans les reliefs entourant Stans, Meyringen, Grindelwald, Lauterbrunnen ou encore Unterseen, Ramond se prend d’une passion pour la haute montagne dont il ne se départira jamais et qui l’amènera plus tard à découvrir plusieurs espèces nouvelles dans les Pyrénées. À Berne, où il arrive le 14 juin, il rend visite à Albrecht von Haller (1708-1777). À cette époque, Ramond est avant tout attiré par la littérature et il y a tout lieu de penser que c’est l’homme universel, le philosophe, l’historien, le poète et non pas seulement le naturaliste, qu’il souhaite rencontrer. Il en est de même pour Charles Bonnet (1720-1793) que Ramond rencontre à Genève, où il passe toute la fin du mois de juin. Si la route de Ramond croise celle de Voltaire (leurs cabriolets se heurtent à Versoix, le 21 juin), il ne semble pas lui rendre visite à Ferney. Au début du mois de juillet, il part en direction du Saint-Gothard et demeure dans les hauteurs des Alpes tessinoises entre le 10 et le 20 de ce mois. Le 22 juillet, il quitte le Tessin et repart vers le Nord. Sa route passe par Zurich, Baden, Soleure. Il est de retour à Colmar le 10 août 1777.

  • 98 Consulter la bibliographie de Girdlestone (Cuthbert), Louis-François-Elizabeth Ramond..., op. cit.

74Durant les trois années qui suivent, Ramond se consacre entièrement à la littérature. En 1778, il publie un nouveau recueil de poésies, les Élégies, qui comprennent les Dernières aventures du jeune d’Olban et de nouveaux poèmes écrits en Suisse98. Même si la valeur poétique des Élégies est, pour tout avouer, bien faible, nous ne résistons pas à la tentation de citer quelques vers :

  • 99 Ramond (Louis), Élégies, Yverdon : Société littéraire et typographique, 1778, p. 10.

[...] Dans ces lieux solitaires
Tout me retrace encor des images trop chères ;
Tout porte la douleur dans mon cœur amoureux ;
L’aspect de ces forêts, et l’air que j’y respire,
Ces roches, ce ruisseau, tout semble me redire :
C’est là... là que tu fus heureux [,..]99.

  • 100 Dorat (Claude-Joseph), Journal des Dames, Paris : Veuve Thiboust, 1777-1778, 2 vols.
  • 101 Girdlestone (Cuthbert), Louis-François-Elizabeth Ramond..., op. cit., p. 77.
  • 102 Consulter la bibliographie de Girdlestone (Cuthbert), Louis-François-Elizabeth Ramond..., op. cit.
  • 103 L’expression est de Girdlestone (Cuthbert), Louis-François-Elizabeth Ramond..., op. cit., p. 49.
  • 104 Ramond (Louis), Lettres de M. William Coxe à M. W. Melmoth sur l’état politique, civil et naturel d (...)

75En 1778, Ramond effectue un premier et court voyage dans la capitale. Il y rencontre Claude-Joseph Dorât 1734-1780), (qui reprend la même année des extraits des Élégies dans son Journal des Dames100, en y modifiant quelques vers de son propre chef, transformant par exemple des mélèzes, trop montagnards, en des platanes plus parisiens101 ! Lorsque le père et ses deux fils s’installent à Paris en 1779, il écrit La Guerre d’Alsace pendant le Grand Schisme d’Occident (1780)102, sorte de “tragédie d’amour romantique construite avec des éléments d’histoire locale’’103. Ramond, qui a toujours l’espoir d’être reconnu pour ses talents d’écrivain, essaie de s’introduire dans le milieu littéraire de la capitale. Arrivé une quarantaine d’années en avance, il y est vu comme un petit auteur allemand sans importance. Le romantisme, qui enflammera les poètes à partir de 1820, est pour l’instant incompris, étranger. Le dernier travail littéraire publié par Ramond est la traduction des Sketches of Swisserland de William Coxe (1747-1828), qu’il réalise entre février 1780 et le début de l’année 1781104. À partir de ses propres observations, il ajoute à ces Lettres de M. William Coxe quelques notes sans véritable intérêt, à l’exception de celles concernant la formation des montagnes, qu’il reprendra dans ses ouvrages sur les Pyrénées.

  • 105 C’est ce qu’il écrit au vicomte de Carbonnières, en janvier 1786. Cité par Girdlestone (Cuthbert), (...)

76Tandis que le romantique Louis Ramond peine à se faire admettre comme écrivain à Paris, un nouveau décor se met en place dans sa ville natale. En 1781, la célèbre équipe du cardinal de Rohan, prince-évêque de Strasbourg, est prête à l’accueillir. À l’âge de vingt-six ans, Ramond abandonne la littérature et entre au service de Son Éminence. Durant sept années, de 1781 à 1788, il n’a qu’un seul maître, le cardinal de Rohan. Il lui sera entièrement fidèle. Il sera de toutes les fêtes, de toutes les missions secrètes, dans toutes les intrigues, notamment la plus connue de toutes, l’affaire du collier de la reine. C’est au cours de ces années que Ramond décide de se faire appeler Ramond de Carbonnières, prétextant que c’est un “vieux surnom qui depuis trois siècles et plus a distingué une des branches de [sa] famille”105. Pour son importance et pour tout ce qu’il comporte de pittoresque, cet épisode de sa vie mérite d’être raconté en détail.

77En 1781, le cardinal de Rohan est dans sa quarante-septième année et au faîte de sa gloire. Nommé grand-aumonier à la Cour en 1777, désigné cardinal grâce au roi de Pologne en 1778, il est devenu évêque de la principauté de Strasbourg en 1779, à la mort de son oncle, préservant ainsi le plus riche évêché du royaume au sein de la famille de Rohan. Tous ces titres sont acquis grâce à des intrigues rondement menées par sa famille, de la meilleure noblesse de la Cour, ou par le père Georgel, un ancien jésuite que le cardinal a rencontré vers 1765 et le premier membre de son “équipe”. Il faut dire que les intrigues sont nécessaires pour contourner une réputation plutôt défavorable au cardinal : partout où il réside, à Paris, Vienne, Strasbourg ou Saverne, il laisse l’image d’un prélat joueur et frivole. Lorsque Son Excellence monsieur le comte de Cagliostro est annoncé au palais épiscopal de Strasbourg, en septembre 1780, le cardinal de Rohan exulte : il reçoit le magicien avec les honneurs dus à un prince qui lui promet en retour de faire de lui l’homme le plus riche du royaume. Ils sont faits pour s’entendre : le cardinal est riche, naïf, facile à surprendre et pour le moins célèbre à la Cour ; expulsé de pays en pays mais souvent accueilli comme un grand de ce monde, Cagliostro est un charlatan célèbre pour ses dons de guérisseur, d’une imagination débordante et très judicieux en affaires.

  • 106 Haynin (Éric de), Louis de Rohan, le cardinal “collier”, Paris : Librairie académique Perrin, 1997, (...)
  • 107 Girdlestone (Cuthbert), Louis-François-Elizabeth Ramond..., op. cit., p. 112.

78Deux thèses existent quant à la rencontre entre le cardinal de Rohan et Ramond : la première veut que ce soit Cagliostro qui ait rencontré Ramond chez le banquier Sarazin et qui l’ait nommé conseiller intime du cardinal de Rohan106 ; d’après la seconde – la mieux soutenue par les sources – Ramond aurait envoyé ses Lettres sur la Suisse au cardinal qui, après les avoir lues, lui aurait demandé d’être son secrétaire personnel107. Toujours est-il que Ramond devient le secrétaire du cardinal en mai 1781 et qu’il est élevé au rang d’apprenti maçon au rite égyptien par Cagliostro qui en fait son disciple pour les séances de magie et d’hypnose. Le cardinal, qui n’affectionne guère le palais épiscopal de Strasbourg, réside le plus souvent à Saverne, dans le château des Rohan, au pied des Vosges. Ramond s’y plaît à merveille. Les forêts sombres et les crêtes vosgiennes sont les lieux privilégiés de promenades romantiques et naturalistes. Certainement y erre-t-il quelques fois accompagné du cardinal, à la recherche de nouvelles curiosités pour le cabinet d’histoire naturelle du château.

79Pour compléter ce tableau, citons les autres membres de l’équipe du cardinal. Celle qui sera au centre de l’affaire du collier, Jeanne de La Motte, également présentée au cardinal en l’année 1781 ; Sérafina, la compagne de Cagliostro ; le baron Frédéric de Planta et sa sœur Ursule, deux Suisses protestants rencontrés à Vienne par le cardinal alors qu’il était ambassadeur à la cour de Marie-Thérèse, entre 1772 et 1774, et qui feront réellement partie de son entourage à partir de 1783. C’est moins le baron que sa sœur qui nous intéresse, ou, tout au moins, qui intéresse Ramond. Ils se rencontrent pour la première fois le 25 mars 1783, à Strasbourg. Née en 1743, elle est mariée depuis 1773 à un riche mais insupportable mari d’avec lequel elle a demandé une séparation de corps en 1779, et qui meurt en avril 1783. Ils sont amants de 1783 jusqu’au décès d’Ursule, en 1792. En 1784, Ursule s’installe chez le père de Ramond, à Paris, où il réside également lorsqu’il n’est pas en Alsace.

80Auprès du cardinal, la vie de Ramond est riche en expériences variées. En tant que secrétaire particulier du cardinal, Ramond est souvent amené à voyager et à rencontrer des personnages influents. Tantôt il est chargé de missions quasi secrètes, tantôt il participe à l’organisation des fêtes luxueuses que donne son maître. Le cardinal, qui fait entièrement confiance à son secrétaire, laisse souvent Ramond régler seul ses affaires politiques ou financières dans la capitale ou dans la principauté. En dehors de toutes les affaires courantes, celle du collier de la reine va nécessiter les efforts et l’intervention de tout l'entourage du cardinal, y compris de Ramond, mais plus particulièrement de celle qui a tout manigancé, Jeanne de La Motte. Elle est présentée au cardinal en 1781, alors qu’elle est âgée de vingt-cinq ans, mais ne le fréquente véritablement qu’à partir de 1783. Elle a de charmants yeux bleus et un avantageux abord. Elle a également une obstination : devenir riche et retrouver une place légitime à la cour parce qu'elle prétend descendre des Valois, ce qui d’ailleurs est vrai. Or, depuis longtemps, le cardinal veut trouver l’estime de la reine, qui semble le détester injustement – Marie-Thérèse d’Autriche, la mère de Marie-Antoinette, l’a sévèrement jugé lorsqu’il était ambassadeur à la Cour de Vienne. Ainsi, pour jouer avec ses émotions, Jeanne de La Motte invente-t-elle une relation épistolaire entre la reine et le crédule prélat. Entre 1783 et 1785, alors qu’on le dit proche de Jeanne de La Motte, le cardinal répond à des lettres qu’il croit recevoir de la reine, où l’intimité se fait de plus en plus nette. Inéluctablement, en août 1784, Jeanne doit monter un faux rendez-vous nocturne, au bosquet de Vénus, dans le parc du château de Versailles, pour rendre la relation épistolaire définitivement crédible. Le lendemain, le cardinal raconte tout à Ramond et Georgel qui ne semblent pas réagir devant l’invraisemblance de l’histoire. À cette période, Ramond est quant à lui très occupé par ses relations avec Cagliostro qu’il rejoint à Lyon, ville où le mage souhaite devenir grand maître de la franc-maçonnerie. Lorsque Cagliostro décide finalement de s’installer à Paris, en janvier 1785, c’est Ramond qui est chargé de lui aménager un appartement.

81C’est alors que Jeanne met en place l’affaire du collier. Son but est de faire fortune au dépend du cardinal en utilisant l’adoration qu’il porte à la reine et qu’elle a vivement entretenue depuis bientôt deux ans. La trame est simple. La prétendue reine explique au cardinal qu’elle veut acheter un collier exceptionnel au bijoutier Bœhmer mais qu’elle ne peut faire une telle acquisition par les fonds de la cour ; elle lui demande donc de l’acquérir pour elle, sans la nommer, et l’assure d’un remboursement en temps venu. Le prélat, aveuglé par la confiance que lui accorde la reine et par sa passion pour Jeanne, s’empresse d’accepter. La première traite est prévue pour le mois de juillet. En mars, grâce à une ingénieuse mise en scène, le collier passe aux mains de Jeanne de La Motte et de ses complices (son mari, Nicolas de La Motte, et un autre larron). Les lettres maintiennent l’illusion. Tout semble paisible au printemps 1785. Sereinement, le cardinal, Jeanne, Ramond, Ursule, le baron de Planta et Sérafina se rassemblent autour de Cagliostro pour des séances hypnotiques et initiatiques ; mais l’affaire éclate en juillet au moment de payer les traites. Le cardinal de Rohan comprend trop tard qu’il est en apparence le seul coupable, et il est arrêté le 15 août 1785 dans la salle des Glaces à Versailles. Jeanne et ses complices, qui ont déjà vendu le collier en pièces détachées à Londres, le sont peu de temps après. Jeanne crie au complot du cardinal de Rohan, de Cagliostro et du baron Planta : tout ce petit monde se retrouve à la Bastille. Seuls le père Georgel et Ramond, qui n’ont pas subi les foudres de Jeanne, sont laissés en liberté.

82Parce qu’il n’a pas été emprisonné, Ramond est chargé par le cardinal de plusieurs missions. Pour commencer, afin de mettre la reine en dehors de tout soupçon, il doit aller à Saverne pour brûler la fameuse correspondance. Le procès débute en décembre 1785. Alors que tout semble perdu pour le cardinal et Cagliostro et que la France entière vit au rythme du procès, un petit abbé avoue tout ce qu’il sait : il a entendu Jeanne se vanter de ses exploits dans un château du cardinal, à Coupvray, en Brie. Une fois l’affaire démêlée, Ramond est chargé d’aller enquêter en Angleterre et d’en rapporter la preuve que le collier y a bien été vendu par Jeanne et son mari. Il s’en acquitte parfaitement. Le jugement est rendu : Jeanne est condamnée à être marquée au fer rouge puis enfermée à perpétuité – elle réussira à s’évader en Angleterre d’où elle répandra sur le sol français la correspondance amoureuse entre Marie-Antoinette et le cardinal de Rohan, avant d’y mourir un peu plus tard dans des conditions tragiques en 1791 – elle saute de son balcon pour échapper à des poursuivants qu’elle croit être venus pour l’assassiner ; ses complices sont condamnés aux galères ; Cagliostro et sa femme sont expulsés. Le roi, exaspéré par le cardinal de Rohan, décide de l’envoyer en exil à La Chaise-Dieu. Commence alors en juin 1786, pour le cardinal de Rohan et son fidèle secrétaire, une période d’errance qui va les mener là où Ramond avait justement projeté d’aller un jour, dans cette autre chaîne de hautes montagnes, les Pyrénées.

  • 108 Extrait des Observations faites dans les Pyrénées, cité par Grenier (R. J.), “La Conquête du Mont-P (...)
  • 109 Idem, p. 74.
  • 110 Idem, p. 75.
  • 111 De son côté, le cardinal vit encore quelques péripéties puis décide d’émigrer sur la rive droite du (...)
  • 112 Ramond de Carbonnières (Louis), Observations faites dans les Pyrénées, pour servir de suite à des o (...)

83Autant dire que le cardinal n’apprécie guère cette retraite forcée chez les bénédictins de l’abbaye de La Chaise-Dieu, contrairement à Ramond qui découvre les paysages auvergnats et s’adonne librement à la botanique. Ils passent l’hiver à Marmoutier, en Touraine, où le cardinal a l’autorisation de se rendre. Au printemps 1787, Ramond fait un voyage de reconnaissance dans les Pyrénées. Il doit trouver une ville thermale où son maître pourrait séjourner quelques temps. La perspective de pouvoir vivre dans ces montagnes l’enthousiasme. Les deux compères passent l’été et l’automne 1787 à Barèges. Lorsque Ramond découvre les Pyrénées, il est moins fasciné par la beauté des montagnes que par le secret de leur formation. L’ascension des montagnes et l’étude de leur structure sont vraiment d’actualité : en 1787, Horace-Bénédict de Saussure (1740-1799) effectue l’ascension du Mont-Blanc, guidé par Jacques Balmat (1762-1834) et Michel-Gabriel Paccard (1757-1827) – qui ont réussi cet exploit pour la première fois l’année précédente –, et confirme alors l’idée généralement admise par les minéralogistes de l’époque suivant laquelle les montagnes primaires et élevées sont granitiques tandis que les montagnes secondaires et plus basses sont calcaires. Or, Dieudonné Dolomieu (1750-1801) a affirmé en 1782 que la chaîne centrale des Pyrénées était calcaire et non granitique. Il s’agit donc pour Ramond de “comparer à la partie centrale des Alpes, la partie correspondantes des Pyrénées” afin de montrer la “similitude entre les deux et l’influence des lois constantes”108. Pour cela, il explore le massif, seul ou accompagné de bergers locaux. Accéder aux plus hauts sommets est une nécessité scientifique mais également une manière de satisfaire son romantisme et son instinct de montagnard car “il est de tout intérêt – nous dit-il – pour le naturaliste, de laisser, derrière lui, les montagnes vulgairement fameuses, où trop d’observateurs se sont arrêtés ; de visiter ces ports qui ne sont des passages que pour les hardis montagnards acculés au pied des sommités centrales ; de se livrer à la suite du berger, du chasseur d’izards, du contrebandier, aux dangers de leur secrets sentiers”109. Il explore le lac d’Oncet, Néouvielle, Gavarnie, ou encore le pic du Midi – où il rencontre Henri Reboul (1763-1839), un jeune pyrénéen fasciné par la géodésie. Hélas, ses guides ne connaissent pas de chemin pour atteindre le sommet du Mont-Perdu, ce “grand problème de la géologie”110. Tout au plus lui permettent-ils de l’approcher. De toute façon, le cardinal a l’autorisation de passer l’hiver à Marmoutier : Ramond rejoint donc la Touraine avec son maître, fermement convaincu qu’il faudra revenir dans ces montagnes, et en premier lieu au Mont-Perdu. Lorsque le cardinal est autorisé à rejoindre l’Alsace, en décembre 1788, Ramond quitte définitivement le service du prélat et s'installe à Paris, au domicile de son père, où il retrouve également sa sœur et Ursule111. Il profite de ce moment de stabilité pour écrire ses premières Observations faites dans les Pyrénées, pour servir de suite à des observations sur les Alpes (1789)112.

84En 1790, âgé de trente-cinq ans, Ramond a toute la vie devant lui. Les expériences qu’il a vécues auprès du cardinal et les personnages qu’il a rencontrés lui ont donné de l’assurance. Il se lance dans une carrière politique rapidement couronnée de succès par son élection comme député pour le département de Paris à l’Assemblée législative, en septembre 1791. Ramond prend très souvent la parole à la barre de cette Assemblée qui siège du1er octobre 1791 au 20 septembre 1792. Ramond appartient au groupe des Feuillants qui, placés à la droite de l’assemblée, sont partisans d’une monarchie limitée et farouchement opposés à la démocratie. Au sein des Feuillants, Ramond est fayettiste. Autrement dit, il est favorable à des sanctions lourdes contre tous les agitateurs populaires et républicains.

  • 113 Gueniffey (Patrice), “La Fayette”, in Furet (François), Ozouf (Mona) (sous la dir.), Dictionnaire c (...)

85Alors que la France ne subit que des défaites dans sa guerre contre le roi de Hongrie et de Bohème et le roi de Prusse, deux décrets sont votés par la Législative, le 27 mai et le 8 juin 1792, afin de protéger la Révolution. Dans le premier décret, il est décidé que les prêtres réfractaires dénoncés par au moins vingt citoyens seront déportés, et dans le second, qu’une armée de vingt mille hommes viendra protéger Paris, pour grossir les rangs des fédérés. Ramond, avec les autres fayettistes, s’oppose fermement au décret du 27 mai et cherche par tous les moyens à défendre les prêtres réfractaires. Par ailleurs, plus royalistes que le roi lui-même, les fayettistes s’opposent à la suppression de la garde personnelle du roi, votée le 29 mai, et que Sa Majesté elle-même a acceptée. La Fayette, alors général des armées sur le front de la Sambre, envoie une lettre au roi et une autre à l’Assemblée dans lesquelles il demande que l’on fasse cesser les élans jacobins et démocratiques. Ramond est alors un des rares députés à soutenir La Fayette avec ferveur. Sa rhétorique divertit l’Assemblée un moment, jusqu’à ce qu’un député lui demande en plein débat s’il “fait l’oraison funèbre de monsieur de La Fayette ?”113. Le véto que pose Louis XVI sur les deux décrets du 27 mai et du 8 juin, le renvoi des ministres girondins et la formation d’un ministère feuillant finissent de consommer la rupture entre le roi et l’Assemblée, latente depuis la fuite à Varennes, et aboutissent à l’organisation d’une journée populaire le 20 juin 1792 par les Girondins. Le 28 juin, La Fayette revient du front pour proposer à la barre de la Législative de dissoudre les Jacobins et de punir les responsables de la manifestation du 20 juin. Car s’il y a bien une chose que les fayettistes ont en horreur, Ramond y compris, ce sont les manifestations populaires. La journée du 20 juin marque le début d’une période de radicalisation de la Révolution qui va aboutir à la Convention en septembre 1792, au lendemain de Valmy. En attendant, en été 1792, la France et la Révolution sont réellement menacées. La Patrie est déclarée en danger le 11 juillet. Le 17 juillet, les fédérés et de nombreux citoyens envoient une pétition à l’Assemblée pour demander la déchéance du roi. Le 1er août, le manifeste du duc de Brunswick, rédigé à Coblence sur instigation de Marie-Antoinette et des conseillers du roi, met le feu aux poudres : les souverains de l’Empire y ordonnent aux Français de ne pas porter atteinte au couple royal et à son autorité. Les sections de Paris et les fédérés se rassemblent en une Commune insurectionnelle dans la nuit du 9 au 10. Ramond, qui a fuit la capitale entre temps, c’est-à-dire à temps, comme beaucoup de députés feuillants, fait l’ascension du pic du Midi le 8 août. Il n’assiste donc pas à la journée du 10 août qui provoque la déchéance du roi. Le 19 août, accusé de trahison et abandonné par ses soldats, La Fayette passe aux Autrichiens. La fidélité que Ramond lui a vouée lui sera reprochée en temps et en heure.

FIG. 28 - Ramond de Carbonnières (Louis) 1755-1827.

  • 114 Cité par Grenier (R. J.), “La Conquête du Mont-Perdu”, art. cit., p. 86.

86Sous la Convention, Ramond doit vivre caché au fond des vallées pyrénéennes qu’il explore activement. L’extrême tension qui règne entre l’Espagne et la France l’empêche cependant d’aller partout où il veut, notamment au Mont-Perdu. De toute façon, ses entreprises sont momentanément interrompues par son arrestation, à Gèdre, où il réside, le 26 nivôse an II (15 janvier 1794). Soupçonné d’être un ennemi de la Révolution, il est incarcéré à la prison des Carmes à Tarbes, où on l’autorise toutefois à garder son herbier. Grâce à l’intervention de diverses personnes, dont Monestier, qui retarde son transfert vers Paris, et l’officier du génie Lomet, qui plaide pour lui, Ramond échappe de justesse à la peine capitale. Après la prise de pouvoir par les Thermidoriens le 10 thermidor an II (28 juillet 1794), Ramond ne craint plus rien. Il est libéré un peu plus tard, le 19 brumaire an III (9 novembre 1794). Grâce au mariage de sa sœur avec un médecin de Barèges, qui l’accueille, il recouvre rapidement une situation aisée. Averti par ses expériences politiques, il confie à Philippe Picot de Lapeyrouse (1744-1818), qu’il considère alors comme son maître quant à l’histoire naturelle des Pyrénées et avec qui il correspond : “Nulle ambition ne me possède ; nulles séductions ne m’aveugleront. Je me rends justice. Je suis ami de la Nature et rien autre chose. Je ne puis être utile à mes concitoyens que sous cette forme. Je remplirais mes devoirs à cet égard. Je n’en remplirais aucun, si je me laissais aller à faire ce que je ne sais point, et ce que l’expérience m’a appris que je faisais mal’’114. Ramond se consacre alors en effet exclusivement à l’histoire naturelle : il herborise, tente de percer le secret de la formation des Pyrénées, dessine et classe ses échantillons de roches et de plantes. Parmi les botanistes avec qui il correspond et auxquels il envoie des spécimens de plantes pyrénéennes, figurent notamment René Desfontaines (1750-1833), le dacquois Jean Thore (1762-1823) et le grenoblois Dominique Villars (1745-1814). À la création des écoles centrales, Louis Ramond est nommé professeur d’histoire naturelle à l’école centrale des Hautes-Pyrénées, à Tarbes.

  • 115 Girdlestone (Cuthbert), Louis-François-Elizabeth Ramond..., op. cit., p. 255.
  • 116 Idem.
  • 117 Duris (Pascal), “L’Enseignement de l’histoire naturelle dans les écoles centrales (1795-1802)”, Rev (...)

87Qu’elle est sympathique cette époque révolutionnaire où des dizaines d’élèves se pressent à des cours dispensés par un professeur dont les habits sentent encore la paille du cachot. Ramond commence ses cours le 24 vendémiaire an IV (16 octobre 1795). Il prend très à cœur sa nouvelle tâche. Certains des principes et impressions qu’il confie à son collègue Philippe Picot de Lapeyrouse, professeur d’histoire naturelle à l’école centrale de Toulouse, sont une intéressante leçon sur le but du professorat : “Une première année est bien fatigante – lui écrit-il le 20 germinal an V (9 avril 1797). Que de choses d’ailleurs n’ai-je pas à étudier moi-même, moi qui m’amusais cy devant d’une partie de la science... à présent, il faut porter de tous côtés un regard philosophique qui embrasse l’ensemble sans négliger les détails”115 ; Ramond veut apprendre à ses élèves “non pas la science, mais le désir et la manière d’apprendre”116 ; enfin, en naturaliste passionné, Ramond juge indispensables les “promenades classiques, les herborisations même lointaines, les courses dans les hautes montagnes [dont les] avantages sont trop grands pour être sacrifiés à la prétention de donner tous les jours les leçons dans une classe où l’on finirait par apprendre la science des cabinets au lieu d’apprendre celle de la Nature”117.

  • 118 Ramond de Carbonnières (Louis), “Voyage au Mont-Perdu”, Journal de Santé et d’Histoire naturelle, a (...)
  • 119 Cité par Grenier (R. J.), “La Conquête du Mont-Perdu”, art. cit., p. 101.

88Louis Ramond n’en oublie pas pour autant son projet d’ascension du Mont-Perdu. Il veut élucider la formation des Pyrénées. Picot de Lapeyrouse et lui sont d’accord sur le fait que la chaîne centrale est calcaire, mais tandis que le naturaliste toulousain pense qu’elle ne contient pas de trace du règne organique et est donc primitive – il est vrai que les fossiles sont alors réputés être très rares dans les Pyrénées – Ramond pense quant à lui que cela mérite d’être vérifié avec soin, en allant explorer les hauteurs du Mont-Perdu. L’occasion se présente lorsque Picot de Lapeyrouse doit venir à Barèges, pour soigner ses rhumatismes. Le 25 thermidor an V (12 août 1797), cinq guides de la région. Picot de Lapeyrouse, son fils Isidore Picot (1776-1833), un de ses élèves, le jardinier de l’école centrale de Toulouse, ainsi que Ramond, accompagné par quatre de ses élèves, prennent la route de la vallée d’Estaubé. Les épisodes de cette excursion et de celles qui suivront sont racontés en détail par Ramond dans son Voyage au Mont-Perdu (1797)118. Ramond et ses acolytes, moins Picot de Lapeyrouse qui abandonne à mi-chemin, empruntent le glacier dit de Tuque-Rouge et arrivent à une sorte de petit vallon au pied du Mont-Perdu, au fond duquel se trouve un petit lac encore gelé : “Nous le traversâmes – écrit Ramond – pour sonder les roches qui le coupent et reconnaître même celles du pic et de ses vastes gradins. Là tout est plein de débris des habitans de la mer. Des huîtres en substance, et une multitude de madrépores constituent la partie la plus apparente de ces vénérables restes... Il est donc certain que toute cette partie de la crête appartient aux derniers travaux de la mer, et ce n’est pas sans fondement que je l’avais considérée comme un édifice plus récent, superposé à la crête primitive”119. Picot de Lapeyrouse, ne supporte pas de voir ces fossiles être récoltés par son propre fils, ses élèves et son jardinier. Pour cette raison, il en voudra toujours à Ramond qu’il tentera de ridiculiser dès qu’il le pourra, bien qu’ils continueront toujours à correspondre.

  • 120 Ramond de Carbonnières (Louis), Voyages au Mont-Perdu et dans la partie adjacente des Hautes-Pyréné (...)
  • 121 Ramond de Carbonnières (Louis), “Voyage au sommet du Mont-Perdu”, Journal des Mines, t. 83, an IX [ (...)

89Le 22 fructidor an V (8 septembre 1797), Louis Ramond retourne au bord de ce lac avec cinq de ses amis, dont Charles-François Brisseau de Mirbel (1776-1854), son élève de l’école centrale de Tarbes, et ses deux guides Laurens et Rondo. Ils n’atteignent toujours pas le sommet mais récoltent de nouveaux fossiles. Dans les années qui suivront, Ramond explorera le reste de la chaîne afin de trouver la place exacte de l’axe granitique central. Amis et élèves l’accompagnent souvent dans ces ascensions : Brisseau de Mirbel, Henri Reboul et, surtout, Jean-Florimond Boudon de Saint-Amans (1748-1831), professeur d’histoire naturelle à l’école centrale d’Agen et qui s’intéresse également au problème de la formation des Pyrénées. Ramond expose sa théorie générale des Pyrénées dans les Voyages au Mont-Perdu et dans la partie adjacente des Hautes-Pyrénées (an IX)120 : cette chaîne est formée sur le modèle classique, un axe granitique central et des pentes calcaires. Il lui faut cependant attendre encore deux années pour arriver jusqu’au sommet du Mont-Perdu. Le 18 thermidor an X (6 août 1802), ses deux fidèles guides de Barèges, Rondo et Laurens, atteignent le sommet où ils emmènent Ramond trois jours plus tard. Il relate cette prise de possession dans le Voyage au sommet du Mont-Perdu publié dans le Journal de Mines, en thermidor an XI121. Tous ces travaux assurent à Ramond une indéniable notoriété, tant à Paris que dans son département d’adoption. Il correspond avec de nombreux savants, comme le minéralogiste René-Just Haüy (1743-1822) ou Alexandre Brongniart (1770-1847), l’un des pères de la paléobotanique. Finalement, après y avoir présenté plusieurs mémoires de botanique et de minéralogie, il est élu membre de l’Institut, dans la classe de sciences physiques et mathématiques, le 1er pluviôse an X (21 janvier 1802).

90Après le coup d’État de Bonaparte, le 18 brumaire an VIII (9 novembre 1799), le Consulat se met en place. La Constitution de l'an VIII prévoit quatre assemblées législatives, dont le corps législatif, mais le temps presse et les députés qui y siègent sont nommés et non élus. D’ailleurs, cela n’a guère d’importance puisqu’ils ne peuvent pas rejeter les lois ; à peine peuvent-ils les discuter. Ramond, qui a réfusé le poste de préfet des Hautes-Pyrénées, devient député au corps législatif le 28 ventôse an VIII (19 mars 1800), mandat qu’il occupe jusqu’en 1806. Lorsque le corps législatif siège, c’est-à-dire cinq mois dans l’année, Ramond réside à Paris. Le reste du temps, il est dans ses chères Pyrénées, chez sa sœur et son beau-frère. Outre l’exploration botanique des Pyrénées qu’il ne cesse de poursuivre, il consacre également une partie de son temps à des relevés barométriques.

91Entre juillet et novembre 1804, à Paris, Louis Ramond de Carbonnières rend plusieurs fois visite à son ami Bon-Joseph Dacier, ancien secrétaire perpétuel de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, conservateur de la bibliothèque impériale, et qui possède une propriété à Marly-la-Ville. Ces visites ne sont pas seulement l’occasion d’effectuer des relevés barométriques. Il visite la forêt d’Ermenonville et se recueille devant la chaumière de Jean-Jacques Rousseau. Il courtise également la fille de son ami, Bonne-Olympe, veuve du général Louis-Nicolas Chérin, et qu’il épouse civilement à la mairie du IIème arrondissement de Paris le 2 prairial an XIII (22 mai 1805), au grand désespoir de sa propre sœur, dont il est très proche et qui s’estime presque trahie. Sa femme lui donnera un fils qui naîtra en 1811.

  • 122 Cité par Girdlestone (Cuthbert), Louis-François-Elizabeth Ramond..., op. cit., p. 325.
  • 123 Ramond de Carbonnières (Louis), “Nivellement des Monts Dores et des Monts Dômes disposé par ordre d (...)

92En 1806, Napoléon nomme Louis Ramond préfet du Puy-de-Dôme. Il s’installe à Clermont-Ferrand au début du mois de juin. Il partage son temps entre le règlement des affaires publiques, la botanique et des relevés barométriques. Des relevés effectués sur les balcons de la préfecture lui servent de référence. Le ministre de l’Intérieur note au sujet du préfet Ramond de Carbonnières qu’il “semble ne se livrer qu’à regret à des travaux étrangers aux sciences, [et qu’] il est plus propre à vivre au milieu des livres et des savants qu’à manier des esprits et à donner des ordres”122. Régulièrement, il explore les monts Dores, les monts Dômes et le massif du Sancy. Son ouvrage majeur quant aux altitudes de la chaîne du Massif central est le Nivellement des Monts Dores et des Monts Dômes disposé par ordre de terrains (1815)123. En remerciement de ses services et de son dévouement, Ramond est fait baron de l’Empire en décembre 1809. L’Auvergne ne peut cependant pas lui faire oublier les Pyrénées où il retourne une dernière fois en septembre 1810. Il effectue sa trente-troisième et ultime ascension du pic du Midi le 28 septembre, en compagnie de sa sœur et de son frère. Avec les Pyrénées, il quitte également définitivement sa sœur qui décède en 1812. Après la mort de son beau-frère, en 1815, Ramond veille sur sa nièce et son neveu comme sur son propre fils.

  • 124 Ramond de Carbonnières (Louis), “Sur l’état de la végétation au sommet du Pic du Midi”, Mémoires du (...)

93Au mois de janvier 1813, Napoléon l'autorise à quitter sa fonction de préfet. Le couple Ramond s’installe alors à Paris, où ils fréquentent une ancienne connaissance, le marquis de La Fayette. Louis Ramond est élu député pour le département du Puy-de-Dôme après le retour de Napoléon de l'île d’Elbe, en mars 1815, mais ne se montre guère assidu aux séances de la Chambre. Il n’est pas congédié après le retour de Louis XVIII. Au début de l’année 1816, il est même charge des comptes concernant la liquidation de la dette de la France envers l’Angleterre. Il rend quelques derniers services au Conseil d’État où il est nommé en juin 1818. À la fin de sa vie, Ramond est parisien. Il quitte uniquement la capitale pour rendre visite à des amis dans le Puy-de-Dôme. En été 1821, il retrouve en Auvergne son ami René Desfontaines et deux jeunes naturalistes parisiens, Victor Jacquemont 1801-1832) (et le comte Hippolyte Jaubert (1798-1874), qu’il initie à la géologie et à la botanique des montagnes du Massif central. Au cours des années 1820, il assiste à la naissance du romantisme français. Les œuvres d’Alphonse de Lamartine, Alfred de Vigny et Victor Hugo le ramènent cinquante années en arrière. Rien ne peut lui faire oublier les Pyrénées auxquelles il consacre un ultime mémoire Sur l’état de la végétation au sommet du Pic du Midi (1825)124 Louis Ramond de Carbonnières décède à Paris le 14 mai 1827. Il est inhumé au cimetière de Montmartre. Alexandre Brongniart, Charles-François Brisseau de Mirbel, Georges Cuvier (1769-1832), ses anciens collègues et amis de l’Institut lui rendent un dernier hommage.

  • 125 Lamarck (Jean-Baptiste de), Candolle (Augustin-Pyramus de), Flore française, 3ème éd., Paris : Desb (...)

94Louis Ramond de Carbonnières est l’auteur de sept espèces et le premier auteur de deux espèces valides de la flore de France. Il a découvert ces neuf espèces dans les Pyrénées. Aucune d’entre elles n’était connue par les botanistes prélinnéens. Sept espèces sont endémiques des Pyrénées. Les deux autres, Viola pyrenaica Ramond ex De Candolle in De Candolle et Lamarck et Potentilla micrantha Ramond ex De Candolle in De Candolle et Lamarck, sont respectivement présentes dans les montagnes d’Europe (Alpes, Pyrénées, Jura, Apenins et Balkans) et tout le sud et le centre de l’Europe. Une seule description a été publiée par Louis Ramond. Les huit autres, de la main d’Augustin-Pyramus de Candolle (1778-1841), ont paru dans la troisième édition de la Flore française de Jean-Baptiste de Lamarck. Louis Ramond avait confié à Augustin-Pyramus de Candolle quelques-unes de ses observations sur les plantes pyrénéennes ainsi que de nombreuses planches d’herbier. Louis Ramond a découvert la Grassette à longue feuilles, Pinguicula longifolia Ramond ex De Candolle in De Candolle et Lamarck, au cours d’une de ses ascensions du Mont-Perdu : Augustin-Pyramus de Candolle signale en effet que “Monsieur Ramond a découvert cette plante dans les hautes Pyrénées voisines de l’Espagne, au port de Pinède et dans la vallée d’Ordesa, au Sud du Mont-Perdu : elle sort des fentes des rochers ; elle fleurit à la fin de l’été”125.

Bibliographie

Gerber (C), “Deux botanistes clermontois : le préfet Ramond (1755-1827) et le Professeur Col (1873-1926)”, Bulletin de la Société botanique de France, t. 75, 1928, pp. 653-670.

Girdlestone (Cuthbert), Louis-François-Élizabeth Ramond, sa vie, son œuvre littéraire et politique, Paris : Minard, 1968, 586 p., 16 pls.

Grenier (R. J.), “La Conquête du Mont-Perdu”, Bulletin de la Société Ramond, t. 5, 1915, pp. 71-185.

Haynin (Éric de), Louis de Rohan, le cardinal “collier”, Paris : Perrin, 1997, 360 p.

Soulet (J-F·), Les Premiers préfets des Hautes-Pyrénées (1800-1814), Paris : Bibliothèque d'histoire révolutionnaire, 1965, 252 p.

Jacques-Julien HOUTOU DE LA BILLARDIÈRE (1755-1834)

95Jacques-Julien Houtou de La Billardière naît le 28 octobre 1755 à Alençon, dans Factuel département de l’Orne. Ses parents, d’anciennes familles normandes, sont des notables locaux sans ascendance nobiliaire qui ont attaché à leur patronyme Houtou, relativement répandu dans la région, la terre de La Billardière, du lieu-dit de la commune de Ferrière-Bochard, pour se donner un semblant d’importance. Plus tard, à la Révolution, il décide de signer par “citoyen La Billardière”, abandonnant ainsi le vrai nom de ses aïeux.

96Jacques-Julien de La Billardière effectue ses études au Collège royal d’Alençon, en compagnie de son frère cadet, qui deviendra médecin. Tenu par les Jésuites jusqu’en 1763, date de la dissolution de la Compagnie de Jésus, le collège d’Alençon est alors administré par un bureau civil. La plupart des professeurs sont cependant d’anciens Jésuites et leur influence y est prépondérante. La Billardière y fait d’excellentes études classiques. Parmi ses condisciples figurent René Desgenettes (1762-1837), futur médecin en chef de l’armée d’Orient, ainsi que l’ultra-révolutionnaire Jacques-René Hébert (1757-1794), rédacteur du Père Duchesne. En 1772, il quitte Alençon pour étudier la médecine à l’université de Montpellier où il est l’élève du fervent linnéen Antoine Gouan (1733-1821). Il quitte Montpellier en 1780 pour recevoir le grade de docteur en médecine à Paris, où il s’installe.

  • 126 Au lieu de devenir propriété royale, cette collection est acquise par Lemonnier, qui accapare égale (...)

97À son arrivée à Paris, La Billardière fréquente le Jardin royal où il rencontre René Desfontaines (1750-1833), qui devient l’un de ses plus fidèles amis et qui le met en relation avec Louis-Guillaume Lemonnier (1717-1799), premier médecin du roi et professeur de botanique au Jardin du roi. Botaniste de modeste envergure, Lemonnier jouit cependant d’un réel pouvoir qu’il utilise avec beaucoup de discernement. On lui doit notamment l’ingénieuse idée d’envoyer de jeunes médecins naturalistes explorer des contrées étrangères, et ce aux frais du gouvernement. Grâce à son intervention, André Michaux (1746-1803) explore le Levant et la Perse entre 1782 et 1785, René Desfontaines l’Afrique du Nord entre 1783 et 1785, et La Billardière la Syrie ottomane (la Syrie et le Liban actuels) en 1786. Pour préparer son voyage, La Billardière séjourne à Londres, auprès de sir Joseph Banks (1743-1820), qui lui raconte quelques souvenirs de son voyage autour du monde avec le capitaine Cook et qui lui montre quelques curiosités exotiques. 11 rend également visite à Dominique Villars (1745-1814), à Grenoble, qui l’initie à la flore du Dauphiné. La Billardière quitte le port de Marseille en 1786 ; la date précise nous est inconnue. En escale à Chypre, il apprend que la peste sévit au Liban et décide de faire un détour par Antioche. Au cours de son séjour, il explore essentiellement les environs de Damas, de Beyrouth et de Tripoli, ainsi que le Mont-Liban. Au retour, il fait un bref séjour en Corse, où il récolte quelques plantes. Au total, La Billardière rapporte près d’un millier de spécimens de plantes en herbier126.

  • 127 La Billardière (Jacques-Julien de), Icones Plantarum Syriae rariorum, Decas Primas, Paris : Prévost (...)

98Dès son arrivée à Paris, en mars 1788, La Billardière commence la description des plantes qu’il a récoltées. Avant lui, seuls Leonard Rauwolf (1540-1596), Jean de Thévenot (1633-1667) et Fredrik Hasselquist 1722-1752) (ont exploré ce territoire. Ses collections sont riches en espèces nouvelles. Il en décrit lui-même cinquante, dans les cinq décades des Icones Plantarum Syriae rariorum. Les deux premières décades paraissent en 1791127. Les planches sont de la main de Pierre-Joseph Redouté (1759-1840), l’un des meilleurs illustrateurs de l’époque, que La Billardière retrouve régulièrement au domicile des Thouin, dans l’enceinte du Jardin des plantes, où il a également l’occasion de retrouver Charles-Louis L’Héritier de Brutelle (1746-1800), l’un de ses amis proches. La publication des Icones est cependant momentanément interrompue : La Billardière embarque à Brest en septembre 1791 pour un voyage dans les mers du Sud qui durera jusqu’en mars 1796.

99Cela fait trois ans, en 1791, que la France est toujours sans nouvelles de l’expédition du comte de La Pérouse. Le 9 février 1791, l’Assemblée constituante décide d’envoyer deux frégates à sa recherche. Rebaptisés La Recherche et L’Espérance, ces deux vaisseaux sont placés sous le commandement de Jean-Antoine Bruni d’Entrecasteaux (1740-1793), ancien gouverneur général de l’île Bourbon (La Réunion). Le départ de l’expédition à la recherche de La Pérouse a lieu le 28 septembre 1791. Cent treize hommes se trouvent à bord de La Recherche : les officiers et l’équipage commandés par d’Entrecasteaux lui-même ; les trois naturalistes Louis-Auguste Deschamps (1765-1845), l’abbé Louis Ventenat (1765-1794), frère d’Étienne-Pierre Ventenat (1757-1808), aumônier de l’expédition, et La Billardière ; l’astronome Bertrand, le géographe Charles-François Beautemps-Beaupré (1766-1854), le jardinier Félix Delahaye (1767-1829), ancien jardinier du Jardin royal et qui deviendra le jardinier de l’impératrice Joséphine, à la Malmaison, et enfin, l’artiste Piron ( ?-1795). Cent six hommes se trouvent à bord de L’Espérance : les officiers et l’équipage commandés par Jean-Michel Huon de Kermadec (1748-1793), les naturalistes Claude-Antoine-Gaspard Riche (1762-1797) et Blavier, l’astronome Pierson, le géographe Jouvency et l’artiste Ély. Quatre-vingt-neuf d’entre ces hommes meurent au cours de l’expédition, la plupart à Java.

100Après avoir fait escale à Ténériffe et au Cap (16 février 1792), l’expédition contourne la Nouvelle-Hollande (actuelle Australie) par le Sud. En avril, des investigations sont menées au sud de la Terre de Van Diemen (actuelle Tasmanie) où La Billardière effectue beaucoup de récoltes. Ils remontent ensuite vers les îles Salomon puis Amboine en passant par la Nouvelle-Calédonie. Partis d’Amboine le 14 octobre, ils passent le cap Leeuwin, au sud-ouest de l’Australie, puis explorent le sud des côtes australiennes. En décembre, ils y découvrent la baie de l’Espérance et l’archipel de la Recherche. En janvier, ils explorent de nouveau la Terre de Van Diemen où ils rencontrent quelques-uns des derniers aborigènes de l’île. Ils rejoignent la Nouvelle-Zélande puis, en remontant vers les îles des Amis (les îles Tonga), ils découvrent un groupe d’îles qu’ils baptiseront plus tard Kermadec, en hommage à Huon de Kermadec, qui décède en Nouvelle-Calédonie, où ils arrivent le 19 avril 1793. Ils repartent de la Nouvelle-Calédonie vers le Nord, vers les Nouvelles-Hébrides. Ils passent alors à une vingtaine de miles à peine de Vanikoro, dans l’archipel des Santa-Cruz, où l’expédition La Pérouse a échoué et où quelques survivants habitent peut-être encore. Ils longent ensuite la Nouvelle-Guinée par le Nord. Lorsque d’Entrecasteaux décède, en juillet 1793, l’équipage souffre de scorbut et de dysentrie. En octobre 1793, Dauribeau, le nouveau commandant, décide de demander une hospitalité provisoire aux autorités hollandaises à Batavia (actuelle ville de Djakarta).

FIG. 29 - La Billardière (Jacques-Julien Houtou de) 1755-1834.

101Même si la France est en guerre contre la Hollande, l’expédition est d’abord correctement accueillie. Cependant, les républicains, dont font partie La Billardière et l’abbé Ventenat, sont rapidement constitués prisonniers et emmenés à Semarang, tandis que les royalistes sont laissés en liberté. Depuis le début de l’expédition, l’équipage n’a cessé d’être divisé par des rivalités et tensions politiques. À tel point que c’est Dauribeau lui-même qui “vend” la liste des républicains : contre la liberté des royalistes, il cède les deux frégates aux Hollandais ainsi que toutes les collections qui sont à leur bord, dont, bien entendu, les quatre mille échantillons de plantes récoltées par La Billardière. Mais Dauribeau décède en août 1794 et c’est Rossell, ultime commandant de l’expédition, qui conclut le marché avec les Hollandais. Tandis que Rossell et les royalistes remportent les deux frégates et les collections sous pavillon de la Marine hollandaise, les républicains sont autorisés à rejoindre Batavia où ils attendent plusieurs semaines un navire qui peut les ramener en France.

  • 128 Extrait de la lettre publiée par Bonnet (Edmond), “Correspondance de M. de La Billardière”, Associa (...)

102L’histoire des collections de La Billardière ne fait cependant que commencer car les frégates sont prises par les Anglais dans l’océan Indien. Les collections ne sont pas débarquées en Hollande mais à Londres, en novembre 1795. À cette date, La Billardière et les autres anciens prisonniers sont à l’île de France (île Maurice), où ils sont arrivés en mai 1795. Ils en repartent fin novembre et touchent le sol de France le 12 mars 1796. La Billardière n’a alors qu’un seul souci : il veut recouvrer ses collections. On peut dire qu’il arrive à temps parce que Rossell, apparemment fécond et toujours prêt à se faire remarquer, vient de suggérer au comte de Provence, le frère de Louis XVI, le futur Louis XVIII, en exil en Angleterre, d’offrir les collections de l’expédition d’Entrecasteaux à la Couronne britannique qui, avant d’accepter, demande au serviable sir Joseph Banks d’en établir un inventaire et de formuler un avis sur leur valeur. Le chevalier Banks est sur le point d’annoncer à Sa Majesté qu’il faut à tout prix accepter ces collections, lorsqu’il reçoit une lettre de La Billardière, datée du 25 germinal an IV (14 avril 1796) : “Personne ne connaît mieux que vous – lui écrit-il – Monsieur, le prix des recherches d’un naturaliste dans un long voyage aussi pénible que dangereux. Obligez-moi de faire tout ce que vous pourrez pour que je recouvre la propriété la plus légitime. Ce serait au grand détriment de la Science que des collections faites avec tant de soin passassent entre des mains étrangères”128. Quelques semaines plus tard, grâce à l’honnêteté de Joseph Banks et grâce à l’intervention de James-Edward Smith (1759-1828), un ami proche de tous les savants du Muséum national d'histoire naturelle, La Billardière rentre en possession de ses collections. D’autres collections sont également concernées par ce retour en France : les herbiers de Félix Delahaye et de Louis Ventenat, aujourd'hui conservés à Genève ; les collections de Riche et Deschamps, disparues depuis.

  • 129 La Billardière (Jacques-Julien de), Relation du voyage à la recherche de La Pérouse fait par ordre (...)
  • 130 La Billardière (Jacques-Julien de), Novae Hollandiae plantarum specimen, Paris : Jansen, 1804-1807, (...)
  • 131 La Billardière (Jacques-Julien de), Icones Plantarum Syriae rariorum, Decas Tertia, Paris : Prévost (...)
  • 132 La Billardière (Jacques-Julien de), Icones Plantarum Syriae rariorum, Decas Quarta, Paris : Prévost (...)

103Entre 1798 et 1799, La Billardière rédige la Relation du voyage à la recherche de La Pérouse (1799)129 dans laquelle il rapporte des observations naturalistes, “anthropologiques” et géographiques. Il commence véritablement à travailler sur ses collections à partir de 1800, après son élection à l’Académie, en remplacement de Charles-Louis L’Héritier de Brutelle (1746-1800), qui vient d’être assassiné. Ses premiers travaux vont à la flore d’Australie. Dans un Novae Hollandiae plantarum specimen (1804-1807)130, il décrit deux cent soixante-cinq espèces nouvelles de plantes, dont un tiers sont aujourd’hui valides. Les planches, à raison d’une par espèce, ont été effectuées par trois des meilleurs artistes de l’époque : Pierre-Antoine Poiteau (1766-1854), originaire du Soissonais, ancien jardinier du Jardin royal puis dessinateur du gouverneur de Saint-Domingue, élève de Gérard Van Spaendonck (1746-1822), et ami proche de Turpin – qu’il a rencontré en Haïti – et de Pierre-Joseph Redouté ; Pierre-Jean-François Turpin (1775-1840), originaire de Vire, ancien sergent de bataillon en Haïti, d’où il rentre en 1802 ; enfin, Pierre-Joseph Redouté (1759-1840), l’un des illustrateurs les plus célèbres de son temps, et qui donne au Muséum national d’histoire naturelle des leçons de dessin naturaliste très fréquentées par les jeunes parisiennes. Il n’oublie pas ses travaux sur la flore syrienne : la troisième décade des Icones Plantarum Syriae rariorum paraît en 1805131, illustrée par dix planches dessinées par Turpin. Les deux dernières décades paraissent en 1812, avec des planches de Pierre-Joseph Redouté132.

  • 133 On trouvera une liste complète des articles publiés par La Billardière entre 1800 et 1815 dans Staf (...)
  • 134 La Billardière (Jacques-Julien de), Sertum austro-Caledonicum, Paris : typographia Dominae Huzard, (...)
  • 135 Flourens (Pierre), “Éloge de M. de La Billardière”, Annales du Muséum d’Histoire naturelle, Paris, (...)

104Après 1805, La Billardière fait paraître une dizaine de mémoires sur divers sujets de botanique mais consacre l’essentiel de son temps à l’étude des plantes de Nouvelle-Calédonie133. Dans le Sertum austro-Caledonicum (1824-1825)134, le dernier de ses ouvrages majeurs, il décrit quatre-vingt nouvelles espèces dont un tiers sont aujourd’hui valides. La Billardière effectue toutes ces études à son domicile où il ne reçoit presque personne. 11 décède à Paris le 8 janvier 1834. Pierre Flourens (1794-1867) écrira que “le trait dominant de M. de La Billardière était le goût ou plutôt la passion de l’indépendance. Pour être libre, il vivait seul ; il s’était arrangé pour que tout, clans sa vie ne dépendit que de lui, son temps, sa fortune, ses occupations : ami sincère, mais d’une amitié circonspecte et toujours prompte à s’effaroucher à la moindre apparence de sujétion”135.

  • 136 La Billardière (Jacques-Julien de), Icones Plantarum Syriae rariorum, Decas s Secunda, Paris : Prév (...)

105Deux espèces décrites par Jacques-Julien de La Billardière, à partir des récoltes de son voyage en Orient, sont également présentes en France : Prunus prostrata La Billardière, précédemment trouvée par Joseph de Tournefort (1656-1708) au Levant ; Helichrysum frigidum (La Billardière) Willdenow, une plante endémique de Corse et de Sardaigne, que La Billardière a trouvée en Corse et qu’il a nommée primitivement Xeranthemum frigidum136 ; La Billardière a également écrit l’avoir récoltée sur le Mont-Liban, mais cette assertion n’a jamais été vériliée.

Bibliographie

Bonnet (Edmond), “Correspondance de M. de La Billardière”, Association française pour l’Avancement des Sciences, Compte-Rendu de la 20ème Session, t. 2, 1891, pp. 488-492.

Chevalier (Auguste), “Un Grand voyageur normand, J.-J. La Billardière (1755-1834)”, Revue internationale de Botanique appliquée et d’Agriculture tropicale, t. 33, 1953, pp. 97-124.

Flourens (Pierre), “Éloge de M. de La Billardière”, Annales du Muséum d’Histoire naturelle, Paris, t. 16, 1837, pp. XXI-XLII.

Richard (Hélène), Le Voyage de d’Entrecasteaux à la recherche de Lapérouse : une grande expédition scientifique au temps de la Révolution française, [préface de Michel Mollat du Jourdin], Paris : CTHS, 1986, 376 p.

Saint-Hilaire (Auguste de), “Éloge de M. de La Billardière”, Annales de Sciences naturelles, Botanique, série 2, t. 1, pp. 39-44.

Stafleu (Frans A.), Adanson, Labillardiére, de Candolle, Lehre : Cramer, 1967, pp. 16-63.

Jean-Louis THUILLIER (1757-1822)

106Jean-Louis Thuillier naît le 22 avril 1757 à Creil, dans l’actuel département de l’Oise. Il devient très tôt jardinier, profession qu’il conserve toute sa vie. Il reçoit une instruction rudimentaire. Il est cependant abusif d’affirmer, comme le veut une certaine tradition, qu’il est “illettré”. Il sait lire et écrire, mais, simplement, il ne maîtrise sans doute pas le latin, alors le seul critère d’une certaine instruction. À une date inconnue, il est nommé jardinier au collège Charlemagne, où il semble résider toute sa vie. Jean-Louis Thuillier est un infatigable collecteur de plantes. Grâce à un sens de l’observation hors du commun, il devient l’un des meilleurs botanistes de terrain sur la place de Paris. Il est le seul à connaître certaines localités de plantes rares : Louis-Claude Richard (1754-1821), professeur de botanique à la faculté de médecine de Paris, et Antoine-Laurent de Jussieu 1748-1836), (titulaire de la chaire de Botanique à la campagne, au Muséum national d’histoire naturelle, l’associent souvent à leurs excursions botaniques. Il fait également commerce de sa précieuse connaissance botanique des environs de Paris. Il organise des herborisations payantes dûment annoncées par des affiches et que fréquentent des herboristes, des apothicaires, des médecins ou encore des étudiants. Il vend également des plantes préparées en herbier : le banquier genevois Benjamin Delessert (1773-1847) acquiert auprès de lui un herbier complet des environs de Paris.

  • 137 Thuillier (Jean-Louis), Flore des environs de Paris, Paris : Veuve Desaint, 1790, 359 p.
  • 138 Thuillier (Jean-Louis), Flore des environs de Paris, 2ème éd., Paris : chez l’auteur, an VII [1799] (...)
  • 139 Thuillier (Jean-Louis), Ventenat (Pierre-Étienne), Vade-mecum du botaniste aux environs de Paris, P (...)
  • 140 Les manuscrits d’Amédée de Saint-Fargeau sont conservés à la bibliothèque centrale du Muséum nation (...)

107En 1790, Jean-Louis Thuillier publie sous son nom une Flore des environs de Paris137. Imprimé dans le format in-douze, pratique à utiliser sur le terrain, cet ouvrage remporte un grand succès auprès des amateurs parisiens. En réalité, seules les indications des localités sont de Thuillier qui a confié la rédaction à un botaniste de ses amis. Il est avéré que les descriptions des espèces de la deuxième édition (1799)138 sont dues à Louis-Claude Richard. Le nom de Thuillier apparaît une nouvelle fois en 1803 sur un ouvrage de botanique publié grâce à Pierre-Étienne Ventenat (1757-1808), le Vade-mecum du botaniste aux environs de Paris139 Thuillier, qui est inspecteur du marché aux champignons des Halles, est un fin connaisseur des cryptogames de la région parisienne. Il demande à Amédée de Saint-Fargeau de rédiger une partie cryptogamique pour sa flore parisienne, mais un différend entre les deux botanistes interrompt la réalisation de ce projet140. Jean-Louis Thuillier meurt le 22 novembre 1822 à Paris, dans son appartement du collège Charlemagne. Après son décès, on raconte qu’il n’hésitait pas à s’échapper lors des herborisations pour aller chercher des plantes rares dont il ne voulait pas que les localités exactes fussent connues par d’autres que lui.

  • 141 Thuillier (Jean-Louis), Flore des environs de Paris, 2ème éd., op. cit., p. 317.

108Jean-Louis Thuillier est l’auteur de six espèces et le premier auteur d’une espèce de la flore de France. Seulement deux d’entre ces sept espèces étaient connues par les botanistes prélinnéens. Jean-Louis Thuillier a découvert les cinq autres espèces lors de ses herborisations dans la région parisienne, comme Orobanche amethystea Thuillier, aujourd’hui connue dans tout l’ouest de l’Europe, trouvée pour la première fois dans les bois de Boulogne et de Vincennes141.

Jules-Armand-Guillaume BOUCHER DE CRÉVECŒUR (1757-1844)

  • 142 Employé des douanes, Jacques Boucher de Crévecœur de Perthes (1788-1868) a une vie particulièrement (...)

109Jules-Armand-Guillaume Boucher de Crévecœur naît le 26 juillet 1757 à Paray-le-Monial, dans le Charolais. Son père, d’une ancienne famille de la noblesse champenoise, décède peu de temps après sa naissance. Il passe toute son enfance en compagnie de sa mère et de son grand-père maternel, ancien gouverneur de Rethel, dans les Ardennes. Il fait ses humanités au collège de Juilly, dans le pays de Meaux, et poursuit des études à l’université de Reims. Grâce à l’appui de son oncle Watelet, receveur général des finances et membre de l’Académie française, il obtient la charge de contrôleur général des finances qu’occupait son père. Fils unique, il dispose d’une fortune considérable qu’il dépense sans compter pour des livres, notamment d’histoire naturelle, passion à laquelle il s’adonne depuis son plus jeune âge. Le 15 novembre 1787, il épouse Marie de Perthes, fille de Jean-Charles de Perthes, conseiller du roi et dernier descendant de Jean Romée, l’oncle de Jeanne d’Arc. Pour cette raison, une ordonnance royale du 16 septembre 1818 autorisera leur fils aîné Jacques Boucher de Crévecœur (1788-1868), futur fondateur de la préhistoire, à porter le nom de sa mère142.

  • 143 Boucher (Jules-Armand-Guillaume), Extrait de la flore d’Abbeville et du département de la Somme, Pa (...)

110À la Révolution, Jules-Armand-Guillaume Boucher de Crévecœur perd une grande partie de ses biens. Il décide cependant de ne pas émigrer et se retire dans le manoir familial de Crévecœur, non loin de Rethel. Appelé à Paris pour mettre en place le service de douanes, il obtient le poste de directeur des douanes d’Abbeville, dans le département de la Somme, en 1792. Il est un citoyen actif tout au long de sa vie : membre du Conseil municipal et du jury d’instruction durant de longues années, il profite du soutien de l’empereur pour faire acquérir un entrepôt des sels par Abbeville ; il milite pour que des cours municipaux de dessin et de musique soient dispensés gratuitement ; surtout, en 1797, il est l’un des membres fondateurs de la Société d’émulation d’Abbeville qu’il préside à plusieurs reprises. Boucher de Crévecœur n’oublie pas l’histoire naturelle. Il correspond avec d’autres naturalistes tels que Joseph Banks (1743-1820), Jean-Baptiste de Lamarck (1744-1829), Alexandre Brongniart (1770-1847), Joseph-Philippe-François Deleuze (1753-1835) ou Charles-Louis L’Héritier de Brutelle (1746-1800). Il herborise dans tout le département de la Somme ainsi que dans la Seine-Inférieure (actuelle Seine-Maritime), qui dépend également de son service des douanes. Il rassemble toutes ses observations dans un Extrait de la flore d’Abbeville et du département de la Somme qui paraît en l’an XI (1803)143.

  • 144 Le rapport de Charles-Louis L’Héritier de Brutelle et de René Desfontaines (1750-1833) a été inséré (...)

111Le projet initial du citoyen Boucher est de publier une flore générale de la Somme, mais sur les conseils de son ami Georges-Louis Dumont de Courset (1746-1824), il réduit sa publication à une flore d’Abbeville qu’il souhaite faire paraître en deux volumes. Malgré les éloges de l’Institut, la flore d’Abbeville est bien difficile à faire accepter à un éditeur et les descriptions des espèces et les illustrations doivent être supprimées144. Il se contente donc d’un Extrait de la flore d’Abbeville, simple catalogue d’espèces présentes dans le département comprenant également l’indication de quelques localités. La flore d’Abbeville en deux volumes ne paraîtra pas. Pour son travail, Boucher de Crévecœur s’est inspiré de notes manuscrites laissées par Charles-François Dumaisniel de Belleval (?-1790). Parmi les localités qu’il cite le plus souvent, on retiendra les marais d’Abbeville, Saint-Gilles, Mautort et Cambron, les forêts de Saint-Riquier, Cressy, Gouy, Tofflet, Pendé et Bray, le canal de Saint-Valéry, les environs de Breteuil, du Crotoy et du Tréport, ou encore les dunes de Saint-Quentin.

  • 145 Hedwig (Johann), Fundamentum historiae naturalis muscorum frondosorum, Lipsiae : Siegfried Lebrecht (...)

112En plus de cet ouvrage, Boucher de Crévecœur est l’auteur de vingt-six mémoires de botanique, d’agriculture et de météorologie ainsi que de quelques notices historiques. Vingt-trois de tous ces travaux ont été publiés entre 1795 et 1803, sa période la plus féconde. Signalons également qu’il est le premier traducteur des Fundamentum historiae naturalis muscorum frondosorum (1782)145 de Johann Hedwig (1730-1799). Le 31 mars 1825, il décide de prendre sa retraite. C’est son fils Jacques, employé des douanes depuis 1802, qui obtient alors sa place de directeur des douanes d’Abbeville. Lorsqu’il décède, le 24 novembre 1844, il laisse un herbier de plus de vingt-cinq mille plantes – disparu depuis – ainsi que des collections de vingt mille gravures et de dix mille médailles.

  • 146 Lamarck (Jean-Baptiste de), Candolle (Augustin-Pyramus de), Flore française, 3ème éd., Paris : Desr (...)

113Jules-Armand-Guillaume Boucher de Crévecœur est l’auteur d’une espèce valide de la flore de France, Atriplex prostrata Boucher ex De Candolle in Lamarck et De Candolle146, présente dans presque toute l’Europe et qu’il a découverte le long du canal de Saint-Valéry. Augustin-Pyramus de Candolle (1778-1841) indique l’avoir également récoltée au Havre.

Bibliographie

Armand (Guillaume), “Notice nécrologique de M. Boucher de Crévecœur”, Mémoires de la Société d’Émulation d’Abbeville, 1852, pp. 1013-1019.

Pierre, Henri, Hippolyte BODARD DE LA JACOPIÈRE (1758-1826)

114Pierre Bodard naît le 12 avril 1758 à Craon, dans Factuel département de la Mayenne, au sein d’une ancienne famille de magistrats angevins. Dans son jeune âge, alors qu’il effectue ses humanités à La Flèche, il rend souvent visite à son frère aîné, Henri Bodard de La Jacopière, échevin et procureur à Angers, et membre de la Société des naturalistes et botanophiles d’Angers. Cette société savante est présidée par Gabriel-Éléonore Merlet de La Boulaye (1736-1807), le premier directeur du Jardin botanique de la ville. C’est auprès de son frère que Pierre Bodard est initié à l’histoire naturelle. Dès que ses études sont achevées, il s’installe à Paris où il devient contrôleur des Finances. Pour oublier l’ennui de son occupation quotidienne, il suit les démonstrations de botanique d’Antoine-Laurent de Jussieu (1758-1836) au Jardin du roi. Régulièrement, à Meudon, il herborise en compagnie de sa tante Marie-Geneviève d’Arlus, épouse Thiroux d’Arconville, qui s’adonne avec plaisir à la science aimable.

115Peu avant la Révolution, Pierre Bodard est nommé à Marseille. Il herborise dans tout le Midi ; il lui arrive d’aller jusque dans les Landes. Sous la Terreur, après s’être marié, il réside à Toulon. Il assiste au siège de la ville par les troupes de la Convention. Depuis juillet 1793, la ville est aux mains des troupes anglaises, espagnoles et napolitaines qui sont venues supporter les notables anti-révolutionnaires locaux. Pour briser cet affront, la Convention décide d’établir un siège autour de la ville en septembre. Après que le capitaine d'artillerie Bonaparte a pris le Petit Gibraltar, offrant la victoire aux troupes révolutionnaires, toute la population anti-révolutionnaire doit s’enfuir par voie de mer dans la nuit du 18 décembre. Ce sont plusieurs centaines de personnes qui trouvent refuge à bord des navires étrangers : en compagnie de son épouse et de leur nouveau-né, Pierre Bodard est pris sur La Louiscarde, navire napolitain de soixante-quatorze canons. Après une escale sur l’île d’Elbe, ils entrent dans le port de Naples le 25 janvier 1794.

  • 147 Santi (Giorgio), Voyage dans le Siennois, [traduit de l’italien par Bodard Pierre], Lyon : [s.n.], (...)
  • 148 Bodard (Pierre), Mémoire sur la Véronique cymbalaire, Pisa : impr. Francesco Pieraccini, 1798, 16 p (...)

116Les émigrés savent que le royaume de Naples est un asile sûr. La reine Marie-Caroline, qui dirige les affaires du pays, est farouchement opposée à la Révolution française ; elle ne peut lui pardonner la décapitation de sa sœur Marie-Antoinette. Pendant près de deux ans, la famille Bodard vit dans la colonie formée par les émigrés français, à Castellone, près de Gaète. En 1796, Pierre Bodard décide de s’installer à Naples où il pense trouver de meilleurs soins pour son épouse malade. Hélas ces traitements ne suffisent pas et la pauvre femme décède l’année même de leur arrivée à Naples, laissant à son mari la charge d'un enfant de trois ans. À partir de cette date, Pierre Bodard va successivement habiter dans plusieurs villes d’Italie : Naples, où il devient l’ami de Vincenzo Petagna (1739-1810), professeur au Jardin botanique ; Rome, où il se lie avec l’abbé Gaspar Xuarès (1731-1804), un ancien jésuite argentin exilé en Italie, directeur du Jardin botanique du Vatican, et l’abbé Radel, qui entretient un Jardin botanique autour de l’église San-Pietro-in-Vincoli où les plantes sont disposées suivant les familles naturelles de Bernard de Jussieu (1699-1777) ; Pise, où il rencontre Jean-Baptiste de Thésac de Blenville (1727-1813), un médecin émigré originaire de Lozère qui consacre toute sa fortune à des hôpitaux pour pauvres. Pierre Bodard, convaincu par Thésac de Blenville de suivre les cours de l'université de médecine de Pise, reçoit le grade de docteur le 25 mars 1799. Toute sa vie, même après son départ d’Italie, il reste très lié avec les différents professeurs de l’université de Pise : Gaetano Savi (1769-1844), Giuseppe Raddi (1770-1829), Fulgenzio Vitman (1728-1806) et Giorgio Santi (1746-1822), dont il traduira le Voyage dans le Siennois (1802)147. Sous leur influence, il se consacre davantage à la botanique. Le 4 juillet 1798, devant les membres de l’académie d’agriculture de Florence, il lit un Mémoire sur la Véronique cymbalaire qu’il publie séparément la même année, à Pise ; le 1er août 1798, il lit une Dissertation sur les plantes Hypocarpogées – il invente cet adjectif pour désigner les plantes dont les fruits s’enterrent au cours de leur développement, comme l’arachide ou le cyclamen d’Europe – et publie le mémoire correspondant à Pise148. Aussitôt après l’obtention de son grade de docteur, Pierre Bodard est nommé à l’hôpital Sainte-Claire de Pise. Lorsque cet établissement est annexé par les armées françaises en 1800, au cours de la deuxième campagne d’Italie, il est automatiquement intégré comme médecin militaire dans l’armée d’Italie. Il se lie avec quelques officiers qui le nomment médecin d’état-major et lui permettent de rentrer en France. Pierre Bodard quitte l’Italie en 1801 en compagnie de troupes françaises. Sur le retour, il herborise au Mont-Cenis, l’un des classiques lieux d’excursion botanique.

  • 149 Bodard (Pierre), Cours de botanique médicale, Paris : Méquignon l’aîné, 1810, 2 vols.
  • 150 La liste complète de ces travaux a été publiée par Boreau (Alexandre), “Pierre-Henri-Hippolyte Boda (...)

117À son arrivée à Paris, Pierre Bodard est d’abord accueilli par l’une de ses tantes, à Meudon, mais décide rapidement de s’installer comme médecin dans la capitale. Parallèlement, il est médecin-légiste près le tribunal de la Seine et il donne des cours publics de botanique. L'un de ses grands centres d’intérêts est l’étude des plantes indigènes susceptibles de remplacer les plantes exotiques utilisées en pharmacopée, et parfois honéreuses – ou qui peuvent manquer lors des guerres. En 1804, le ministère de l’Intérieur l’autorise à entrer en communication avec au moins un médecin des cent trente départements français. Une rente lui est attribuée pour lui permettre d’établir une synthèse des connaissances locales quant à ce sujet. À cette date, personne ne peut prédire combien de temps durera le blocus maritime imposé par l’Angleterre ; aussi la nécessité de remplacer la pharmacopée exotique par une pharmacopée indigène ne semble-t-elle pas superflue aux autorités. Pierre Bodard rasssemble ses observations et connaissances dans un Cours de botanique médicale (1810)149 où les différentes classifications de Tournefort, Linné et Jussieu sont présentées. En tant que médecin, Pierre Bodard est l’auteur de neuf mémoires publiés entre 1800 et 1810. Le plus important d’entre eux concerne Des affections scrophuleuses vulgairement connues sous le nom d’écrouelles ou humeurs froides (1807)150.

  • 151 Bodard (Pierre), Mémoire sur la Véronique cymbalaire, Pisa : impr. Francesco Pieraccini, 1798, p. 1 (...)

118Pierre Bodard de La Jacopière est l’auteur d’une espèce de la flore de France, Veronica cymbalaria Bodard, découverte par le botaniste Joseph de Tournefort (1656-1708)151 ; Pierre Bodard a nommé et décrit cette espèce à partir d’échantillons qu’il a récoltés dans les environs de Pise.

Bibliographie

Boreau (Alexandre), “Pierre-Henri-Hippolyte Bodard de La Jacopière", Mémoires de la Société académique d’Angers, t. 8, 1860, pp. 1-14.

Pierre, Marie, Auguste BROUSSONET (1761-1807)

119Auguste Broussonet naît le 19 janvier 1761 à Montpellier. Il est le fils du médecin François Broussonet (1722-1792) et d'Élisabeth Senard Pasquier (?-1795), héritière d’un riche industriel de la région. Auguste a deux sœurs et un frère : Louise (1753-1803), qui épousera le futur président du Directoire de l’Hérault, Marie-Rose-Julie (1764-c. 1794), qui restera célibataire, et Victor (1771-1847), futur médecin et professeur à l’université de Montpellier. La première éducation d’Auguste Broussonet est confiée à l’abbé Favre, poète du Languedoc. Il entre ensuite au collège des bénédictins de Montpellier, étudie la philosophie à Toulouse puis revient dans sa ville natale pour y étudier la médecine. Parmi ses professeurs figurent son père et le linnéen Antoine Gouan (1733-1821), qui ont tous les deux été nommés en 1767. Très vite, l’histoire naturelle le passionne. Il herborise dans les environs de Montpellier avec le médecin Pierre Cusson (1727-1783), linnéen de la première heure. Il dissèque de nombreux animaux, chose rare à cette époque où seule l’anatomie humaine est professée. Le 27 mai 1779, Auguste Broussonet reçoit le grade de docteur en médecine de l’université de Montpellier. Ces sérieuses études ne l’empêchent pas de pratiquer les arts et il s’adonne avec plaisir à la musique, le dessin ou la gravure.

  • 152 Broussonet (Auguste), “Mémoire sur les différentes espèces de chien de mer”, Mémoires de l’Académie (...)
  • 153 Cette étude a été publiée par Banks (Joseph), “An Account of the Ophidium barbatum Linnei, by P.M. (...)
  • 154 Broussonet (Auguste), Ichtyologiae decas prima, London: P. Elmsly, 1782, 41 p., 10 pls.

120La première passion de Broussonet est l’ichtyologie et non la botanique. Son premier ouvrage de botanique paraît seulement en 1804 alors qu’il publie un peu plus de vingt mémoires d’ichtyologie entre 1779 et 1790. Le premier d’entre eux est présenté en 1779 devant la Société royale des sciences de Montpellier – Broussonet y est élu membre l’année suivante – et publié dans les Mémoires de l’Académie152. Dans ce travail, Broussonet est l’un des premiers à appliquer la nomenclature binominale à un groupe zoologique. En 1780, il décide de séjourner à Londres, qui est alors l’Olympe de l’ichtyologie et du linnéisme et où il est très chaleureusement accueilli par sir Joseph Banks (1743-1820). Il rencontre de nombreux savants britanniques : Johann-Reinhold Forster (1729-1798), naturaliste du second voyage 1772-1775) (de James Cook (1728-1779), Daniel Solander (1733-1782), naturaliste de la première expédition (1768-1771) autour du monde du capitaine Cook, Alexander Dalrymple (1737-1808), Anders Sparmann (1748-1820), célèbre explorateur de l’Afrique du Sud, Jonas Dryander (1748-1810), bibliothécaire du chevalier Banks, le botaniste John Sibthorp (1758-1796) et James-Edward Smith (1759-1828), possesseur des collections de Linné et futur fondateur de la Linnean Society of London. Dès 1781, sir Joseph Banks présente une étude de Broussonet à la Royal Society of London, qui lui permet aussitôt de devenir membre de cette prestigieuse société153. Ambitieux, Broussonet projette de publier un catalogue comportant la description de toutes les espèces de poissons connues à l'époque (environ mille deux cents). Seule la première décade, dédiée à Joseph Banks, paraît en 1782154. Broussonet rentre en France en août 1782. Avec lui, il rapporte un plan de Ginkgo biloba que Banks lui a donné pour le Jardin botanique de Montpellier. C’est le premier échantillon de cet arbre célèbre sur le sol français.

121En 1783, durant plusieurs mois, il reçoit son ami britannique John Sibthorp. Ensemble, ils herborisent dans de nombreuses localités du Midi comme le mont Ventoux, les îles Hyères ou les Corbières. En compagnie de l’abbé Pourret (1754-1818), de Narbonne, ils effectuent un voyage botanique en Catalogne sur les traces de Joseph de Tournefort (1656-1708) : ils explorent le Montserrat puis rejoignent Barcelone où ils consultent l’herbier de l’apothicaire Jaume Salvador i Pedrol (1649-1740), avec qui Tournefort a voyagé en Espagne en 1681 et au Portugal en 1688. Au mois d’octobre 1783, Broussonet s’installe – provisoirement pense-t-il – à Paris. Il y rencontre de nouveaux savants. Deux d’entre eux, René Desfontaines (1750-1833) et Charles-Louis L'Héritier de Brutelle (1746-1800), deviennent ses plus proches amis. Même si Louis Daubenton (1716-1800), fidèle disciple du comte de Buffon (1707-1788), est peu sensible au linnéisme de Broussonet, il sait apprécier ses excellentes connaissances anatomiques générales : ainsi Louis Daubenton demande-t-il à Broussonet d’être son adjoint à la chaire d’Économie rurale de l'école vétérinaire d’Alfort et son suppléant au Collège royal (l’actuel Collège de France). Louis Daubenton influence considérablement Broussonet : il le soutient activement pour son élection à l’Académie des sciences, en section anatomie et zoologie, en juin 1785 ; il le dirige également vers l’agriculture, qui va occuper une grande partie de son temps entre 1784 et 1792.

  • 155 Auguste Broussonet publie près d’une quarantaine de travaux relatifs à l’agriculture entre 1784 et (...)

122La première étude agricole de Broussonet concerne l’élevage de moutons. Suite à la décision de l’Espagne de ne plus exporter la laine qu’elle produit et qui est alors la meilleure d’Europe, Daubenton décide de fonder deux élevages de moutons mérinos, l’un à Montbard et l’autre à Alfort. Broussonet en est aussitôt nommé responsable. Broussonet joue également un rôle crucial au sein de la Société d’agriculture de Paris, dont il est élu secrétaire perpétuel en 1785. Il en fait une société de renom, la Société royale d’agriculture. Il est chargé de diriger la parution des Mémoires de la Société royale d’agriculture dans lesquels il publie lui-même, à partir de 1784, un grand nombre de ses propres études155. Broussonet est en étroites relations avec les britanniques intéressés par l’agriculture : il fait parvenir à plusieurs reprises des troupeaux de moutons mérinos à son ami Joseph Banks ; il effectue en 1786 un long voyage en Angleterre pour en mieux connaître les traditions agricoles ; enfin, par l’intermédiaire de son ami Arthur Young (1741-1820), brillant agronome britannique, Broussonet fait élire Georges Washington, alors président des États-Unis, comme membre de la Société royale d’agriculture.

  • 156 Pour l’histoire de la Société linnéenne de Paris, consulter Duris (Pascal), Linné et la France, Gen (...)
  • 157 Louis-Augustin Bosc d’Antic (1759-1828) naît à Paris mais effectue ses études à Dijon. Il commence (...)

123La vie privée d’Auguste Broussonet s’enrichit dans la fin des années 1780. Il épouse Gabrielle Mitan, de vingt-cinq ans son aînée, qui lui donnera une fille, Marie-Élizabeth. Sa vie professionnelle n’en est pas pour autant ralentie. Avec quatre autres savants, en décembre 1787, il fonde la Société linnéenne de Paris156, la première société linnéenne du monde. Les autres linnéens sont André Thouin (1747-1824), jardinier en chef du Jardin du roi depuis l’âge de dix-sept ans, Louis-Augustin Bosc d’Antic (1759-1828)157, futur membre très actif du Club des jacobins, Aubin-Louis Millin de Grandmaison (1759-1818), homme de lettres, archéologue et grand ami du botaniste lorrain Pierre Willemet (1762-1790), et, enfin, Guillaume-Antoine Olivier (1756-1814), ancien élève du professeur Gouan. Les membres fondateurs de la Société linnéenne se réunissent au domicile privé de Broussonet, rue des Blancs-Manteaux. Quelques autres personnes se joignent régulièrement à eux, tels L’Héritier de Brutelle, Jean-Guillaume Bruguière (1749-1798) ou Louis Reynier (1762-1824). Une fête linnéenne est organisée le jour de la naissance du “maître de Suède”, le 24 mai. Seuls les anniversaires des années 1788 et 1789 seront célébrés car la Société linnéenne de Paris est dissoute dans les jours qui suivent la deuxième fête. Pour l’heure, en ce printemps 1789, d’autres choses intéressent les naturalistes. Favorable aux idées de Necker, l’un de ses amis, Broussonet a la délicate et honorifique charge de lire le rapport ministériel sur l’état de la France, juste après le discours du ministre, lors de l’ouverture des États généraux.

124Auguste Broussonet est nommé intendant général de Paris en juillet 1789, juste après avoir été témoin de l’assassinat du précédent intendant, Louis Bertier de Savigny (1737-1789), par la population affamée, place de l’Hôtel de ville. Chargé du ravitaillement de la capitale mais conscient du réel danger qui pèse sur sa vie, il séjourne régulièrement à Montpellier et au domaine familial de Pous, sur la commune de Notre-Dame de Londres. En septembre 1791, il est élu député à l’Assemblée législative. Dès le mois d’octobre, il devient membre du Club des jacobins. Il représente discrètement Paris. Il prend essentiellement la parole pour des questions touchant à l’agriculture, dont certaines sont alors de première importance. Il assiste aux séances de la Législative jusqu’à la fin de son mandat. Contrairement au député feuillant Louis Ramond de Carbonnières (1755-1827), qui a déjà fui la capitale, Broussonet est présent le 10 août 1792, lorsque le roi est contraint de se réfugier à l’Assemblée. Il décide de ne pas se représenter sous la Convention et, à l’automne 1792, il quitte la capitale pour s’installer à Pous. Au domaine familial de Pous, qui s’étend sur plus de mille hectares, Broussonet trouve maintes occupations. Il s’occupe d’agriculture, il cherche à améliorer les races d’animaux qui y sont élevées et, bien sûr, il herborise.

125Bien que retiré dans la campagne de l’Hérault, Auguste Broussonet suit activement les nouvelles politiques, surtout en cette année 1793 qui est le théâtre de luttes violentes entre Montagnards et Girondins : en tant qu’ancien membre du Club des jacobins, il est sollicité pour représenter le département de l’Hérault au sein de la nouvelle Convention que les adversaires des Montagnards veulent mettre en place à Bourges. Aussitôt accusé de fédéralisme girondin, il est arrêté et emprisonné à la citadelle de Montpellier. Il y reste du 18 vendémiaire an II (9 octobre 1793) au 10 brumaire an II (31 octobre 1793). Après sa libération, il n’ignore pas que le Comité de salut public accorde un bien faible prix à sa vie. Pour être à l’abri, il décide de quitter sa femme et sa fille et rejoint son frère Victor, médecin du 2ème régiment d’infanterie de l’armée des Pyrénées-Orientales, à Bagnères-de-Bigorre. Il y arrive le 7 germinal an II (27 mars 1794). Là, il devient l'ami des deux apothicaires du régiment dont l’un n’est autre qu’Alexandre Brongniart (1770-1847), le futur célèbre minéralogiste. Ils herborisent ensemble et effectuent l’ascension du pic du Midi à plusieurs reprises. Sans prévenir ses deux amis, au cours d’une excursion dans le cirque de Gavarnie, le 1er thermidor an II (19 juillet 1794), Broussonet traverse la frontière pour trouver asile en Espagne, où son ami l’abbé Pourret est réfugié depuis bientôt quatre ans. Sans le savoir, Broussonet complique sa situation car à peine huit jours plus tard la chute de Robespierre intervient. Même pour les Thermidoriens, Broussonet a fui la Révolution : il est un émigré. Tous ses biens parisiens, son appartement, ses collections et sa bibliothèque, sont confisqués. Durant de longs mois, sa famille tente de le faire rayer de la liste des émigrés. Pour Auguste Broussonet, l’aventure ne fait que commencer.

FIG. 30 – Broussonet (Auguste) 1761-1807.

  • 158 José-Francisco Corréa da Serra (1751-1823) fait ses études à Rome puis entre dans les Ordres en 177 (...)

126Tout d’abord, il trouve refuge à Madrid, chez ses amis botanistes Antonio-José Cavanilles (1745-1804) et Casimiro Ortega (1740-1818). Le généreux chevalier Banks, prévenu de ses déboires, lui offre un crédit illimité auprès des consulats britanniques en Espagne et donne l’ordre à tous les navires de la Marine anglaise de ramener le botaniste Broussonet en Angleterre. L’ordre est aussitôt exécuté mais le navire qui le ramène de Cadix vers le sol britannique croise des frégates françaises et doit se retirer dans le port de Lisbonne ! Là, Auguste Broussonet est accueilli par José-Francisco Corréa da Serra (1751-1823)158, président de l’Académie des sciences du Portugal, et vit plusieurs semaines dans la bibliothèque de l’Académie. Il retourne ensuite en Espagne, en Andalousie, où il devient l’ami et le médecin particulier du consul des États-Unis au Maroc : il réside donc au Maroc, essentiellement à Rabat, de juin à septembre 1795. Le 29 messidor an III (17 juillet 1795), grâce aux efforts de sa famille, il est provisoirement rayé de la liste des émigrés. Dès son retour à Montpellier, en octobre 1795, il doit demander officiellement à être rayé de cette liste : il attendra encore de nombreux mois avant d’obtenir satisfaction.

127En décembre 1795, à la création de l’Institut national, qui remplace les académies supprimées en 1793, le Directoire nomme Auguste Broussonet membre-résident de la classe de sciences physiques et mathématiques. Désireux de rester près des siens, à Montpellier, il refuse cet honneur et demande à n’être que membre-associé. À l’époque, la situation de Broussonet est relativement précaire : son exil lui a fait perdre une grande partie de sa fortune et, n’étant pas encore définitivement rayé de la liste des émigrés, il ne peut pas exercer la médecine. Il demande alors à son ami L’Héritier de Brutelle, qui a ses entrées auprès du Directoire, d’intervenir en sa faveur pour obtenir le poste de consul de France à Mogador, au Maroc. On répond favorablement mais partiellement à sa requête : il est décidé qu’il sera envoyé aux Canaries. Broussonet désire obtenir ce poste consulaire et réintégrer l’Institut avec le statut souple de “voyageur”. Mais il lui faut avant toute chose être rayé de la liste des émigrés, ce qu’il n’obtient que le 15 nivôse an V (4 janvier 1797). Quelques semaines plus tard, il est nommé vice-consul... à Mogador ! Il passe l’été 1797 à Paris, dans son appartement qu’il vient de recouvrer. Il prépare tranquillement son voyage. Il sera de nouveau absent de France durant cinq années.

  • 159 Au cours de son séjour au Maroc, Broussonet rédige cinq mémoires sur l’histoire et les coutumes du (...)

128Auguste Broussonet quitte le port de Marseille pour Tanger en mai 1798, en compagnie de sa femme et de sa fille. Ils y restent quatre mois puis s’installent à Mogador qu’ils quitteront en juillet 1799, pour fuir une épidémie de peste qui décime les deux tiers de la population de la ville. Au Maroc, il retrouve enfin une situation qui lui permet de s’adonner à la rédaction de notes et mémoires sur des sujets variés, l’un de ses grands plaisirs159. Il herborise assidûment au Maroc mais ne transmet aucune note botanique à l'Institut. Ses missions diplomatiques sont quelque peu compliquées par l’expédition d’Égypte. Celle-ci lui donne par ailleurs des idées puisqu’il rédige une note – jamais imprimée – sur un projet de conquête du Maroc... Quoi qu’il en soit, en juillet 1799, il doit fuir la ville de Mogador, devenue un véritable tombeau. Les autorités françaises lui propose d'aller... aux Canaries !

129Il débarque à Ténériffe en septembre 1799. N’ayant pas encore reçu de fonctions diplomatiques précises, il en profite pour explorer l’île. Il s’adonne essentiellement à la botanique et découvre une espèce nouvelle, Polygonum salicifolium Broussonet ex Willdenow. Grâce à l’appui de Talleyrand, il est nommé commissaire des relations commerciales aux îles Canaries. Il prend ses fonctions à Santa Cruz en germinal an VII (mars-avril 1799). Il y reste trois années. En raison d’importants différends avec le gouverneur espagnol, Broussonet demande à obtenir un nouveau poste. Son influent parent Jean-Antoine Chaptal (1756-1832) le fait nommer professeur à l’école de santé de Montpellier, le 13 nivôse an IX (3 janvier 1801), mais il refuse de revenir en France et sollicite un poste consulaire au Cap, afin d’y installer – dit-il – un Jardin botanique. Les appuis de ses amis de l’Institut ne lui sont d’aucun secours et Broussonet est condamné à rester aux Canaries. Sa seule activité botanique consiste alors à envoyer des plantes à différents botanistes. Augustin-Pyramus de Candolle (1778-1841), Carl Willdenow (1765-1812), Jean-Louis-Marie Poiret (1755-1834) ou encore René Desfontaines (1750-1833) profitent de ses récoltes.

  • 160 Broussonet (Auguste), Elenchus plantarum horti botanici monspeliensis, Montpellier : Auguste Ricard (...)

130Auguste Broussonet, qui obtient finalement le poste de commissaire des relations commerciales au Cap le 15 octobre 1802, quitte Ténériffe en avril 1803. Il réside tout d’abord à Paris, où il assiste à plusieurs séances de l’Institut, et ne rentre à Montpellier qu’en août 1803. Là, Jean-Antoine Chaptal le convainc de ne pas aller au Cap et de remplacer Antoine Gouan, démissionnaire, à la chaire de Botanique de l’école de médecine ou son frère est titulaire de la chaire de Clinique interne. Par un arrêté spécial du Premier consul, daté du 19 août 1803, Broussonet est nommé professeur titulaire de la chaire de Botanique de l’école de médecine de Montpellier. Cette fonction comprend également la charge du prestigieux Jardin botanique de Montpellier, où Broussonet s’installe avec son épouse et sa fille. Ses leçons portent sur l’anatomie, la physiologie et les familles naturelles des plantes, et comprennent des promenades botaniques dans le Jardin ainsi que des herborisations dans les environs de Montpellier. Il herborise également seul, dans les Cévennes, la Provence, les Pyrénées-Orientales. Aidé par son fidèle assistant Philippe Durand, il améliore considérablement le Jardin botanique de Montpellier, malgré le manque de fonds dont il se plaint à plusieurs reprises : il plante de nombreuses espèces qu’il a rapportées des Canaries ; il fait installer un canal pour la culture de plantes aquatiques ; il dresse un nouveau catalogue des plantes cultivées au Jardin botanique, l’Elenchus plantarum horti botanici monspeliensis (1805), qui constitue son seul ouvrage botanique160 et où, au total, quatre mille sept cents espèces sont mentionnées. Citons quelques-uns de ses amis botanistes qu’il remercie dans la préface : le chevalier Banks, son prédécesseur le professeur Gouan, André Thouin, René Desfontaines, Bosc d’Antic, son ami britannique John Sibthorp, Jacques-Philippe-Martin Cels (1740-1806), Pierre-Étienne Ventenat (1757-1808).

131Comme à son habitude, Auguste Broussonet ne lient pas en place et demande, en juin 1804, à remplacer le commissaire des relations commerciales au Maroc. Talleyrand, qui ne cherche plus à comprendre les incessantes requêtes de ce docteur méridional, ne lui donne aucune réponse. Après le décès de son épouse, en octobre 1804, Broussonet décide de rester définitivement en France. Il marie sa fille à un descendant du botaniste montpelliérain Pierre Magnol (1638-1715). Il réside au domaine de Pous ou à Montpellier, dans son logement du Jardin botanique. Il tombe sérieusement malade au début de l’année 1806 et, au cours de l’été, doit aller se reposer à Vernet-les-Bains, dans les Pyrénées-Orientales. Une nuit de janvier 1807, il est retrouvé inanimé par son domestique, suite à une attaque d’apoplexie. Il se rétablit peu à peu grâce aux soins prodigués par son frère mais ne peut résister à la seconde attaque qui le frappe le 21 juillet 1807 alors qu’il visite les serres du Jardin. Il décède au Jardin botanique de Montpellier six jours plus tard, le 27 juillet. Aucune cérémonie n’a lieu à Montpellier. Il est inhumé auprès de son épouse, dans le petit cimetière entourant l’église romane de Notre-Dame de Londres. La tombe a depuis disparu.

132Auguste Broussonet est l’auteur d’une espèce de la flore de France, Polygonum salicifolium Broussonet ex Willdenow, dont la description, comme l’indique la nomenclature, a été rédigée et publiée par Karl Willdenow. Présente dans tout le sud de l’Europe, de la Turquie au Portugal, ainsi qu’en Afrique du Nord, cette plante a été découverte par Broussonet à Ténériffe, aux îles Canaries.

Bibliographie

Caillé (Jacques), Le Professeur Auguste Broussonet, Paris : Pedone, 1972, 184 p.

Candolle (Augustin-Pyramus de), Éloge historique de M. Auguste Broussonet, Montpellier : [s.n.], 1809, 33 p.

Cuvier (Geoges), “Éloge historique de M. Broussonet”, Mémoires de l’Institut de France, Sciences naturelles et physiques, t. 1, 1807, pp. 93-115.

Thiébaut de Berneaud (Arsenne), “Éloge de Broussonet”, Mémoires de la Société linnéenne de Paris, t. 3, 1825, pp. 1-23.

Christiaan-Hendrik PERSOON (c. 1761-1836)

133La date de naissance de Christiaan-Hendrik Persoon n’est pas connue précisément. D’après l’un de ses rares disciples, Antoine-Laurent-Apollinaire Fée (1789-1874), directeur du Jardin botanique de Strasbourg à partir de 1832, il naît en 1755, tandis que les biographes plus récents le font naître entre 1761 et 1763. Il est cependant certain que Persoon naît au Cap, de père et mère hollandais. Orphelin de mère dès sa naissance, il est envoyé en 1775 en Allemagne par son père – qui meurt l’année suivante. Après avoir effectué des études générales à Lingenon-Ems, Persoon part étudier la théologie à Halle, en 1783 ; il commence en 1786 des études de médecine à Leyde, qu’il poursuit à Göttingen. Sous l’influence de Johann von Schreber (1739-1810), grâce à qui il obtient le grade de docteur de l’université d’Erlangen en 1789, Persoon s’oriente finalement vers la botanique et plus particulièrement la mycologie.

  • 161 Persoon (Christiaan-Hendrik), Observationes mycologicae, Lipsiae : Petrum Wolf, 1796-1799, 2 vols.
  • 162 Persoon (Christiaan-Hendrik), Icones et descriptiones fungorum minus cognitorum, Lipsiae : Breitkop (...)
  • 163 Persoon (Christiaan-Hendrik), Synopsis methodica fungorum, Göttingen : H. Dietrich, 1801, XXX + 706 (...)

134Entre 1789 et 1802, il vit en Allemagne, sur le maigre héritage de ses parents. Il y acquiert rapidement une réputation d’excellent botaniste. Ses ouvrages sur les Champignons, qui fondent une grande partie de la systématique de ce groupe, lui valent d’être élu Princeps mycologorum, prince des mycologues : Observationes mycologicae (1796-1799)161, Icones et descriptiones fungorum minus cognitorum (1798-1800)162, Synopsis methodica fungorum (1801)163. Les botanistes de l’Europe entière lui témoignent leur amitié et leur admiration pour ses travaux : James-Edward Smith (1759-1828) lui dédie le genre Persoonia (Proteaceae) en 1798 ; il devient membre étranger de la prestigieuse Linnean Society of London en 1799.

  • 164 Cité par Fée (A.), Notice sur Persoon, [traduite de l’italien par Rousseau MJ, Bulletin de la Socié (...)

135En 1803, Persoon décide de s’installer à Paris, au 2 de la rue des Charbonniers, près de Factuelle gare de Lyon, où il restera trente ans. Il faut dire qu’en ce début de XIXème siècle, Paris est un des très hauts lieux de l’histoire naturelle. De grandes figures y résident, tels Georges Cuvier (1769-1832), le chevalier de Lamarck (1744-1829) ou Antoine-Laurent de Jussieu (1848-1836). À Paris, Persoon commence par être convenablement accueilli, mais il s’isole rapidement peu à peu du reste de la communauté parisienne. Son abord, très particulier, n’y est sans doute pas étranger. Son isolement est cependant à nuancer car il correspond avec de nombreux botanistes qui lui envoient des plantes en herbier. Le cryptogamiste vosgien Jean-Baptiste Mougeot (1776-1858), qui l’admire, est l’un des rares qui lui conservera une fidèle amitié. Persoon vit simplement. Il n’obtient aucune charge officielle. Il ne reçoit aucun autre salaire que les versements dus à la vente de ses livres. En 1823, dans un extrême dénuement, il obtient une pension du gouvernement néerlandais en échange de ses richissimes herbiers aussitôt transportés au Rijksherbarium de Leyde. Le docteur Fée rencontre Persoon en 1823. Les impressions et anecdotes qu’il rapporte donnent une singulière image de cet homme qu’il ne cessera jamais de considérer comme l’un des plus grands maîtres de son temps : “Il était ridicule. Grand, sec, osseux, il avait de longues jambes et de longs bras attachés à un torse disgracieux ; la tête grosse, soutenue par un cou grêle, penchée sur l’épaule gauche ; la peau rouge, squameuse et couverte de taches grises ; de rares cheveux grisonnants, ondulant sur un front ridé et bosselé ; un petit nombre de dents branlantes dans une bouche s’ouvrant démesurément, toujours pleine d’une salive abondante s’échappant par jets à chaque parole qu’il articulait ; des yeux gris et larmoyants, à demi-ouverts et quasi perdus derrière des joues proéminentes et bouffies ; d’énormes oreilles dirigées en avant, la face ridée et sans expression. Il était grossièrement vêtu ; ses habits de forme bizarre et de couleurs étranges, déchirés par un long service faisaient souvent manquer à la décence la plus vulgaire. Il aimait en botaniste passionné les plantes desséchées, et sa main maladroite les arrachait des jardins. Surpris en flagrant délit au Jardin des plantes, il fut admonesté à plusieurs reprises par un jardinier, mais cela ne le corrigea pas, et ce fait ayant été divulgué, il perdit beaucoup dans l’estime publique [...]. Il occupait dans une triste rue, humide, privée d’air et de lumière, une toute petite chambre dont les portes et les fenêtres étaient mal closes [...]. Persoon [était] réduit à souffler dans ses doigts pour se réchauffer l’hiver et à vivre d'abstinence dans toutes les saisons”164.

  • 165 Persoon (Christiaan-Hendrik), Icones pictae specierum rariorum fungorum, Paris ; Strasbourg : Kceni (...)
  • 166 Persoon (Christiaan-Hendrik), Synopsis plantarum, Parisiis Lutetiarum; Tubingæ: C. F. Cramerum, 180 (...)
  • 167 Persoon (Christiaan-Hendrik), Species plantarum, Petropoli: Caesar Academiae scientiarum, 1817-1821 (...)
  • 168 Persoon (Christiaan-Hendrik), Traité sur les champignons comestibles, Paris : Belin, 1818, 276 p., (...)
  • 169 Persoon (Christiaan-Hendrik), Mycologia europaea, Erlangæ: Palmii, 1822-1828, 3 vols.
  • 170 Persoon (Christiaan Hendrik), Enumeratio systematica specierum plantarum medicinalium, Roterdami: W (...)

136À Paris, Persoon continue de s’imposer comme l’un des grands botanistes de son époque et, surtout, comme le plus grand mycologue. Parmi les œuvres de sa période parisienne, citons : les Icones pictae specierum rariorum fungorum (1803-1808)165, un Synopsis plantarum (1805-1807)166 dans lequel il décrit les vingt-deux mille plantes alors connues dans le Monde, un Species plantarum (1817-1821)167, un Traité sur les champignons comestibles (1818)168, une Mycologia europaea (1822-1828)169 et un ultime Enumeratio systematica specierum plantarum medicinalium (1829)170. En 1830, Persoon déménage et s’installe dans un appartement de la rue du Val de Grâce. La date de sa mort, comme celle de sa naissance, reste controversée. Néanmoins, c’est la date du 15 novembre 1836 qui est indiquée sur sa tombe, au Père-Lachaise.

  • 171 Persoon (Christiaan Hendrik), Synopsis plantarum, op. cit., t. 1, p. 520.

137Nous ne pouvons omettre d’indiquer que Christiaan-Hendrik Persoon est l’auteur de plusieurs genres célèbres de champignons tels que Russula, Lactarius, Coprinus ou Amanita. Il est l’auteur de six espèces et le premier auteur de neuf espèces valides de la flore de France. Une seule de ces quinze espèces était connue par les botanistes prélinnéens. Pour toutes ces descriptions, il a exclusivement utilisé des récoltes que d’autres botanistes lui ont envoyées. Tel est, par exemple, le cas de Cerastium diffusum Persoon, une plante présente dans une très grande partie de l’Europe et décrite à partir de spécimens qu’Arsenne Thiébaut de Berneaud (1779-1850), l’un des principaux fondateurs de la Société linnéenne de Paris (la deuxième du nom), lui avait rapportés d’Écosse171.

Bibliographie

Ainsworth (G. C.), “Christiaan-Hendrik Persoon (1761-1836)”, Nature, t. 193, 1962, pp. 22-23.

Fée (A.), “Notice sur Persoon”, [traduite de l’italien par Rousseau M.], Bulletin de la Société royale de Botanique de Belgique, t. 30, 1891, pp. 50-60.

Hugo (C. E.), “Christiaan-Hendrik Persoon, his grave now restored”, Journal of the Botanical Society of South Africa, t. 52, 1966, pp. 13-16.

Jean THORE (1762-1823)

138Jean Thore naît le 13 octobre 1762 à Montaut, dans l’actuel département du Gers. Il est le quatrième de dix enfants. Son père exerce alors la profession lucrative de tisserand. La famille Thore, qui compte également des laboureurs, des notaires, des juristes, descendrait de Scandinaves venus se fixer en Gascogne au XVIème siècle. Jean Thore reçoit sa première instruction auprès de l’abbé Lézian, curé de la paroisse, qui l’envoie ensuite au collège d’Auch. Cette institution, fondée par des jésuites en 1705, est tenue par une douzaine de prêtres de la confrérie de Notre-Dame de Garaison, et ce depuis la dissolution de la Compagnie de Jésus, en 1763. Près de cinq cents élèves y suivent un enseignement largement influencé par le jansénisme de Port-Royal. Jean Thore y étudie les lettres grecques et latines, la physique expérimentale, la philosophie et la rhétorique. Alors que ses frères et sœurs restent auprès de leurs parents, Jean Thore, bachelier ès arts, part pour Bordeaux au début des années 1780 dans le but d’y étudier la médecine.

139À cette époque, Montpellier et Paris sont les deux plus grands centres universitaires français. À Bordeaux, comme dans toutes les autres villes où des cours de médecine sont dispensés, le niveau est faible. Signes révélateurs, la faculté de médecine de Bordeaux n’a pas de bâtiment propre et possède un seul squelette humain pour toutes les démonstrations d’anatomie. Les étudiants y suivent des leçons générales (anatomie, physiologie, matière médicale) dispensées par deux professeurs nommés par le roi ainsi que des leçons dites professionnelles, assurées par des chirurgiens et des apothicaires bordelais. Jean Betbeder, l’un des deux professeurs titulaires de la faculté, influence grandement Thore qui lui rend régulièrement visite à l’hôpital Saint-André, où il est chef de service. Thore passe son baccalauréat médical en 1786. Outre qu’il doit payer une somme considérable, il doit jurer de ne pas défendre son doctorat ailleurs – la faculté de Bordeaux cherche par cette mesure à éviter la concurrence des écoles de Montpellier et de Paris. En parallèle, depuis le début de ses études, Thore suit les leçons publiques et gratuites de botanique dispensées par François-de-Paule Latapie (1739-1823), dans le Jardin des plantes de Bordeaux, autour des bâtiments de l’académie.

140En août 1788, Jean Thore épouse Françoise-Amélie Goudicheau, la fille d’un riche négociant bordelais fermement opposé à cette union. Il l’a rencontrée sur le chemin qui mène de son domicile à la faculté de médecine. Leurs témoins sont la sœur cadette de sa femme, Claudine, et son fidèle ami Jean-Baptiste de Navailles, également originaire du Gers. Dès cette époque Thore conçoit le projet de publier une flore bordelaise, mais il doit reporter ses travaux parce qu’il est nommé médecin des armées en 1790. C’est également cette année-là que naît le premier fils du couple Thore, Joseph, qui meurt en juin 1792.

  • 172 Thore (Jean), Promenade sur les côtes du Golfe de Gascogne, Bordeaux : Brossier, 1810, p. 335.

141S’il en profite pour gagner un peu d’argent en soignant çà et là quelques malades, Thore n’ignore pas que la pratique de la médecine nécessite des connaissances sérieuses : en 1792, il décide de passer ses examens de licence de médecine. La fin de l’année 1792 est politiquement agitée. Thore, républicain convaincu mais fermement opposé aux agitations populaires, est protégé par son statut de médecin militaire. Les débats politiques ne passionnent pas Jean Thore qui part s’installer à la Teste-de-Buch, sur le bord du bassin d’Arcachon, en compagnie de son épouse. C’est là, en décembre 1792, que naît leur deuxième fils baptisé Franklin, pour le républicain et inventeur américain. C’est également à la Teste-de-Buch que Thore rencontre Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent (1778-1846) qui a dû fuir Bordeaux et “chercher un asile au milieu [des] landes hospitalières, loin de ses livres et de son herbier”172. Le 1er août 1793, les apothicaires, chirurgiens et médecins militaires sont tous réquisitionnés : Thore est affecté à l’hôpital militaire de Bayonne.

  • 173 Idem, p. 251.
  • 174 Idem, p. 24.

142Les années qui vont suivre ne sont pas faciles. La guerre contre l’Espagne fait de nombreux morts et remplit les camps de prisonniers. Les épidémies de dysentrie sont violentes. Sans parler de la guillotine qui est dressée à Bayonne le 21 nivôse an II (10 janvier 1794) : “La place Grammont – écrira Thore – ruissellait du sang des républicains les plus sincères ainsi que de celui des ennemis du nouvel ordre des choses”173. Pendant quelque temps, il est obligé de délaisser un peu l’histoire naturelle, à l’exception de quelques excursions : aux environs de Dax, en compagnie de Bory de Saint-Vincent, il découvre des Isoetes lacustris Linné qui “font oublier un instant [à son jeune ami] qu’il est persécuté”174. Au début de l'an III de la République (octobre 1794), il est nommé médecin chef des hôpitaux militaires de Dax. Comme à Bayonne, la tâche des médecins est très difficile. Les mauvaises conditions d’hygiène, notamment pendant la retraite des soldats français après la défaite de Pampelune, favorisent le développement du typhus qui décime de nombreux villages du Pays Basque et cause la mort de douze mille soldats. Le 4 thermidor an III (22 juillet 1795), un Traité de paix franco-espagnol est signé. Les régiments quittent le Sud-Ouest. Thore est libéré de ses obligations militaires et décide de s’installer comme médecin à Dax où sa femme vient le rejoindre avec le petit Franklin. La famille s’agrandit rapidement : leur fille, Claude-Véturie, naît en mars 1796 ; suite à la ruine des Goudicheau, la sœur de son épouse vient habiter chez eux, où elle reste jusqu’à son décès.

  • 175 Jacques-François de Borda d’Oro (1718-1804) effectue ses études à Paris où il devient l’ami de l'en (...)
  • 176 Sylvestre Grateloup (1782-1862) est d’une ancienne famille dacquoise que Jean Thore fréquente beauc (...)
  • 177 Thore (Jean) “Extrait du rapport sur l’aperçu topographique de la ville de Dax, et de son territoir (...)
  • 178 Palassou (Pierre-Bernard), Essai sur la minéralogie des monts pyrénéens, Paris : Didot jeune, 1781, (...)
  • 179 Thore (Jean), Essai d’une Chloris du département des Landes, Dax : Seize, an XI [1803], p. III. Chl (...)

143Dès son installation à Dax, Jean Thore a la chance de devenir le protégé de Jacques-François de Borda d’Oro (1718-1804)175, d’une ancienne famille dacquoise et qui lui permet d’entrer dans la communauté très fermée des notables de la ville. Ce noble et savant homme offre même une aide financière à la famille Thore. En parallèle de l’exercice de la médecine, Thore décide d’ouvrir des cours privés où il professe les humanités et l’histoire naturelle. Il a régulièrement une dizaine d’élèves. Parmi eux figure Sylvestre Grateloup (1782-1862), qui fera des études de médecine à Montpellier entre 1802 et 1806 puis s’installera comme médecin à Dax176. C’est au cours de cette période que Thore publie ses premiers travaux dans le Journal de Santé et d’Histoire naturelle de Bordeaux que vient de fonder l’un de ses amis, le docteur Capelle. Il y fait paraître deux mémoires en 1797 suivis de deux autres en 1798. Le plus intéressant est incontestablement le dernier, l’Extrait du rapport sur l’aperçu topographique de la ville de Dax, et de son territoire (1798)177. Dans ce travail, il expose une théorie suivant laquelle les monts de la région dacquoise ont une origine volcanique, supportée d'après lui par le fait que l’ophite, dont ils sont en partie constitués, est une roche basaltique. Le minéralogiste Pierre-Bernard Palassou (1745-1830), auteur d’un célèbre Essai sur la minéralogie des monts pyrénéens (1781)178, réfute la théorie de Thore – également défendue par Borda d’Oro et le célèbre minéralogiste Alexandre Brongniart (1770-1847) – avec le juste argument que l’ophite des monts de Dax est une roche magmatique mais non éruptive. Si ces recherches nous semblent aujourd’hui éloignées des réalités de la pratique médicale, elles sont, au regard de Thore, au contraire intimement liées. Il est en effet un médecin de tradition hippocratique pour qui les plantes d’une région comme les mœurs des habitants ou la nature du sol doivent être minutieusement étudiés par le médecin. C’est ce qu’il exprime clairement dans la préface de l’Essai d’une Chloris du département des Landes, lorsqu’il écrit que “l’oracle de Cos [Hippocrate] fait une loi à tout médecin, de connaître la topographie du lieu où il veut exercer sa profession, afin qu’il puisse juger plus sainement des maladies qui y règnent”179.

144Tous les médecins de la fin du XVIIIème siècle sont confrontés aux épidémies de variole, qui touche alors un cinquième de la population, et à la prodigieuse découverte de la vaccine par le docteur Edward Jenner (1749-1823), en 1798. Lorsqu’une nouvelle épidémie apparaît dans les Landes, Jean Thore décide de prendre contact avec le Comité de vaccine qui s’est mis en place dans la capitale, non sans avoir étudié très sérieusement la question. Grâce au dacquois Ulysse Darracq, alors étudiant en pharmacie à Paris, Jean Thore obtient suffisamment de vaccin pour sept personnes chez qui il récupère de nouvelles souches inoffensives qu’il transmet à d’autres médecins des Landes et des départements voisins, tel Charles Dufour (1738-1814), de Saint-Sever. Plusieurs milliers de personnes sont vaccinées grâce à lui dans le département, notamment à Dax où il organise des vaccinations gratuites.

145Lorsque le Premier consul décide de créer les sociétés départementales d’agriculture, pour favoriser le développement agricole, le préfet des Landes rassemble quelques savants hommes du département au sein d’une Société d’agriculture, commerce et arts. Présidée par Borda d’Oro, elle est installée à Mont-de-Marsan le 20 ventôse an IX (11 mars 1801). Charles Dufour, Jean Betbeder, Jean-Baptiste Grateloup, Alexis Basquiat de Mugriet (1757-1844), ancien député aux États généraux et professeur de physique expérimentale à l’école centrale de Saint-Sever, le poète dacquois Jean-Baptiste Lalanne (1772-?) et Jean Thore en sont membres.

  • 180 Thore (Jean), Essai d’une Chloris du département des Landes, op. cit., XIV + 516 p.

146Grâce aux herborisations qu’il y a effectuées, Jean Thore est celui qui connaît le mieux la flore des Landes en ce tout début de XIXème siècle, avec le fils de Charles Dufour, le naturaliste Léon Dufour (1780-1865). Depuis quinze années, il n’a pas cessé de partir en excursions dans les Landes : sur les rives de l’Adour (Saint-Vincent de Xaintes, Tercis, Heugas, Narrosse, Saint-Pandelon, Mées, etc.) et vers le littoral (Soustons, Vieux-Boucau, Bénesse, Biarritz, Bayonne, etc.), sans oublier les sorties de sa jeunesse dans les environs de Bordeaux et au bord du bassin d’Arcachon. Si ces explorations servent avant tout à lui fournir des plantes médicinales – au début du XIXème siècle, un médecin de campagne est obligatoirement un herboriste – elles lui permettent également de récolter des plantes pour son herbier ou pour des échanges avec d’autres naturalistes. Botaniste reconnu, Thore sacrifie à cet usage avec beaucoup de savants. Citons : Léon Dufour, qui lui envoie des plantes du Chalossais, partie des Landes que Thore connaît relativement peu, Jean-Baptiste Grateloup et Sylvestre Grateloup, René Desfontaines (1750-1833), professeur de botanique au Muséum national d’histoire naturelle, Christiaan-Hendrik Persoon (c. 1761-1836), mycologue installé à Paris, Jean Loiseleur-Deslongchamps (1775-1849), médecin parisien, son plus fidèle ami Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent, Augustin-Pyramus de Candolle (1778-1841), Jacques Draparnaud (1772-1805), de Montpellier, Franz-Karl Mertens (1764-1831), directeur d’école primaire à Brême, Johann-Jakob Roemer (1763-1819), directeur du Jardin des plantes de Zurich. Grâce à ces correspondances et à sa connaissance personnelle de la flore des Landes, Thore publie en 1803 un Essai d’une Chloris du département des Landes (1803)180. Cet ouvrage est le premier à être exclusivement consacré à la richesse floristique des Landes. Les plantes y sont classées d’après le système linnéen. Thore, dont le but est de faire un ouvrage utile aux médecins et herboristes landais, indique de nombreuses informations sur la matière médicale, les croyances locales, l’étymologie ou encore l’agriculture. Il y propose également une vingtaine d’espèces nouvelles dont seulement trois sont aujourd’hui considérées comme valides. Conçu au départ comme une flore préliminaire, l’Essai d’une Chloris demeurera l’unique ouvrage de Jean Thore sur la flore landaise.

FIG. 31 - Page de garde de Thore (Jean), Essai d’une Chloris du département des Landes, Dax : Seize, an XI [1803], XIV + 516 p.

  • 181 Cité par Aparisi-Serres (A.), “Le Savant Jean Thore”, Bulletin de la Société Borda, t. 64, 1940, p. (...)
  • 182 Thore (Jean), Promenade sur les cotes du Golfe de Gascogne, ou Aperçu topographique, physique et mé (...)
  • 183 Thore fait également paraître, entre 1804 et 1817, huit notes portant sur des sources d’eau chaude, (...)

147L’année 1804, marquée par la disparition de son ami Borda d’Oro et le plébiscite de Napoléon, est un tournant dans la vie de Jean Thore. L’opposition qu’il manifeste envers tous les régimes politiques oppresseurs et l’inimitié farouche qu’il montre envers tous les opportunistes tendent à l’isoler. Lorsqu’en mai 1804, il est demandé aux Français de répondre par “oui ou par non” à la question “Napoléon Bonaparte sera-t-il empereur ?”, Thore écrit cette longue réponse sur le registre : “Quel est le but qu’on se propose en faisant pareille question ? Des diplomates pourraient, par la magie de la parole, me faire voir dans l’affirmative la gloire du peuple français ; je n’y vois que son avilissement et l’anéantissement de la liberté publique. Je dis : Non”181 Il reste cependant libre de mener une vie tranquille. Il partage son temps entre l’exercice de la médecine, ses proches et ses élèves. Le projet qui lui tient alors le plus à cœur est la description générale du département des Landes : la Promenade sur les côtes du Golfe de Gascogne, ou Aperçu topographique, physique et médical des côtes occidentales de ce même golfe (1810)182, qui constitue avec l’Essai de la Chloris l'une des deux contributions majeures de Thore, est conçue comme une grande fresque générale des Landes, une sorte d’initiation au voyage principalement basée sur ses observations et ses souvenirs183.

148S’il n’a pas été spécialement inquiété sous l’Empire, Jean Thore est véritablement persécuté sous le règne de Louis XVIII. La raison en est simple. Les êtres ambitieux, avides de pouvoir, prêts à toutes les compromissions, et qui plus est pleins de zèle, ne supportent pas cet homme dont l’indépendance est à leurs yeux de l’impertinence. Dans les premiers temps de la seconde Restauration, pour que les Cent Jours ne se reproduisent pas, la Chambre, ultra-royaliste, impose une Terreur blanche. Les autorités veulent briser tout ce qui ressemble de près ou de loin à un complot politique. Il s’agit de soumettre tous les opposants : pour ceux qui n’ont pas hésité à fusiller le maréchal Ney, la simple amitié de Thore pour Bory de Saint-Vincent, condamné à l’exil en juillet 1815, est suspecte. Pendant plus de sept années, Jean Thore est la victime d’incessantes tracasseries administratives de la part des autorités landaises ; il les ressent comme une condamnation basse et hypocrite, peut-être plus insupportable encore que l’exil.

149Pour commencer, en juillet 1815, un ordre préfectoral le contraint à verser tout son argent à la perception. Dix jours après que son bien lui a été restitué, au début du mois de janvier 1816, deux gendarmes viennent lui annoncer qu’il lui est interdit de dispenser ses leçons privées, sous le prétexte – typiquement administratif – qu’il n’a pas le grade de docteur ; par ailleurs, pour régulariser sa situation, il doit également donner la preuve de ses “bonnes mœurs” grâce à un certificat que la mairie de Dax refuse de lui accorder. En mars 1816, l’académie de Pau lui attribue le grade de docteur et l’autorise de nouveau à donner des leçons mais le préfet demande personnellement que cette autorisation lui soit retirée. Divers arguments sont alors utilisés par le préfet : les leçons de Thore ne respecteraient pas les programmes officiels – ce qui est faux ; surtout, il ferait preuve d’impiété – pour répondre à cette dernière diffamation, Jean Thore fournit un certificat signé de la main du curé de sa paroisse. Lorsque Jean Thore obtient enfin un certificat de “bonnes mœurs” de la mairie de Dax, grâce à une pétition signée par cinquante pères de famille de Dax, le préfet reste inflexible : il déclare que ce certificat est irrecevable parce qu’un des signataires de la pétition est précisément la personne qui a refusé de lui signer ce même certificat quelques mois auparavant ! Le problème pour Thore est qu’une bonne partie de ses revenus est garantie par ses cours. Pour contourner les autorités locales, il en appelle alors à la justice du roi, mais Louis XVIII confie l’affaire à son ministre de l’Intérieur qui, bien évidemment, accorde confiance et soutien à son préfet ! Fort heureusement pour Thore, la Chambre ultra-royaliste est dissoute par Louis XVIII en septembre 1816. Celle qui la remplace est nettement plus modérée : le nouveau préfet des Landes autorise Jean Thore à dispenser ses leçons, non sans avoir jeté un œil sur le fameux certificat de “bonnes mœurs” dûment signé par le maire de Dax et le curé de sa paroisse.

  • 184 Thore (Jean), “Nouvelle notice sur les eaux minérales de Gamarde”, Bulletin philomathique de Bordea (...)

150En 1817, deux établissements secondaires existent à Dax : l’école municipale dirigée par le maître de pension Jean-Pierre-Péthion Lamouroux (1797-1866), frère de Jean-Vincent-Félix Lamouroux (1779-1825), et l’école de Jean Thore. Au cours de cette heureuse période de répit, Jean Thore fait un ultime retour vers les sciences. Il fréquente de nouveau la Société d’agriculture – l’ancien préfet en était devenu le président – où il lit une Nouvelle notice sur les eaux minérales de Gamarde le 1er décembre 18171. Les soucis réapparaissent lorsque le nouveau préfet des Landes, devenu son ami, est nommé dans le Gard. À la fin de l’année 1818, le maire de Dax décide de rouvrir le collège de la ville, fermé depuis 1813. Comme Lamouroux, qui a été nommé principal par le maire de Dax, est démis de ses fonctions à la suite des plaintes des parents, Jean Thore pose sa candidature pour le poste vacant. La mairie accepte, mais le recteur d’académie – qui est également professeur du collège de Saint-Sever et qui veut sans doute préserver une sorte de monopole dans le département – refuse d’approuver cette nomination. Viennent alors diverses complications administratives qui obligent Jean Thore à fermer sa pension fréquentée par une vingtaine d’élèves. Face à son refus catégorique, la mairie lui intime l’ordre de quitter la ville de Dax : le soir du184 3 novembre 1819, deux gendarmes lui apportent l’arrêté signé du préfet, du maire et du curé. Jean Thore est d’autant plus blessé que l’exil qui lui est infligé est ridicule.

151La famille Thore déménage donc en cette fin d’automne 1819 pour s’installer au pied du Tuc d’Eauze, au bord de l’Adour, sur la commune de Saint-Vincent-de-Xaintes, à quelques dizaines de mètres de la frontière avec Dax. Cet éloignement ne l’empêche ni de dispenser ses cours puisque ses élèves le suivent, ni de rendre visite à ses malades. Les ennuis sont cependant trop nombreux pour permettre à Thore de rédiger cette générale flore landaise dont il rêve. Seule satisfaction en ces temps difficiles, il devient membre correspondant de la nouvelle Société linnéenne de Paris, fondée en 1821 sous l’impulsion d'Arsenne Thiébaut de Berneaud (1777-1850), bibliothécaire à la bibliothèque Mazarine. Finalement, Thore est autorisé à revenir s’installer à Dax en septembre 1822. Toutes ces épreuves l’ont profondément atteint et affaibli. Il poursuit l’exercice de la médecine jusqu’à la mi-mars 1823 puis s’éteint le 27 avril 1823. Son corps ne reposera pas à Dax mais au cimetière de Saint-Vincent-de-Xaintes.

  • 185 Thore (Jean), Essai d’une Chloris du département des Landes, op. cit., p. 62.

152Jean Thore est le premier auteur d'une espèce et l’auteur de deux espèces valides de la flore de France. Il les a toutes les trois découvertes au cours de ses excursions landaises et décrites dans l’Essai d’une Chloris du département des Landes. Le Mouron à feuilles épaisses, Anagallis crassifolia Thore, est uniquement présent dans les Landes ; on le trouve également en Sardaigne, dans la péninsule ibérique et en Afrique du Nord. Jean Thore l’a découvert dans les prés littoraux à marais et tourbières de Mimizan, là où s’est installée depuis la station balnéaire de Mimizan-Plage185. Anagallis crassifolia est aujourd’hui protégée par la loi française.

Bibliographie

153Aparisi-Serres (A.), “Le Savant Jean Thore, sa vie, ses œuvres, son milieu”, Bulletin de la Société Borda, t. 63, 1939, pp. 30-45 et 78-93 ; t. 64, 1940, pp. 17-32 et 65-80 ; t. 65, 1941, pp. 42-57 ; t. 66, 1942, pp. 5-36 ; t. 67, 1943, pp. 8-23 ; t. 68, 1944, pp. 26-46.

154Jacquot (Nicole), Jean Thore (1762-1825), son œuvre botanique et son rayonnement au travers de l’étude de son herbier, [Thèse pour le diplôme d’État de docteur en pharmacie], Bordeaux : université de Bordeaux II, 1986, 507 p.

Jean, Louis, Antoine REYNIER (1762-1824)

  • 186 Pour l’histoire de la Société linnéenne de Paris, consulter Duris (Pascal), Linné et la France, Gen (...)
  • 187 Reynier (Louis), Du feu et de quelques-uns de ses principaux effets, Lausanne : Mourer, 1787, 304 p (...)

155Louis Reynier naît le 25 juillet 1762 à Lausanne, au sein d’une famille originaire du Dauphiné et réfugiée en Suisse après la révocation de l’Édit de Nantes. Il est le frère aîné de Jean-Louis-Ébénézer Reynier (1771-1814), futur général d’Empire. Très tôt, alors qu’il fait ses humanités à Lausanne, il s’adonne à l’histoire naturelle et la physique. Il part pour la Hollande en 1784 pour perfectionner ses connaissances naturalistes puis revient finalement à Paris. Il y fréquente notamment les membres de la première Société linnéenne de Paris : Charles-Louis L’Héritier de Brutelle (1746-1800), André Thouin (1747-1824), Jean-Guillaume Bruguière (1749-1798), Guillaume-Antoine Olivier (1756-1814), Louis-Augustin Bosc d’Antic (1759-1828) et Auguste Broussonet (1761-1807)186. Au cours de cette période parisienne, Louis Reynier rédige plusieurs travaux relatifs à la physique et à l’histoire naturelle : Du jeu et de quelques-uns de ses principaux effets (1787), Mémoires pour servir à l’histoire physique et naturelle de la Suisse (1788), Guide des voyageurs en Suisse (1791)187. Entre les mois de mai et juillet 1790, il édite un Journal d’agriculture à l’usage des campagnes. Au début des années 1790, il se marie et décide de se fixer en France, à Garchy, dans le Nivernais, où il acquiert un domaine qu’il compte exploiter lui-même.

  • 188 Il les rassemble dans Reynier (Louis), Considérations sur l’agriculture de l’Égypte et sur les amél (...)

156En 1798, grâce à l’appui de son frère qui vient d’être nommé général pour la campagne d’Égypte, Louis Reynier obtient un poste dans l’administration de l’armée d’Orient. Le bâtiment sur lequel il a embarqué pour rejoindre le Caire est fait prisonnier par les Anglais : il débarque à Aboukir où la Hotte française vient tout juste d’être détruite mais finit tout de même par retrouver son frère au Quartier général du Caire. Là, on le nomme directeur des revenus et du mobilier national, ce qui lui permet de recueillir beaucoup d’observations sur l’économie et l’agriculture de l’Égypte188. Après le départ de Bonaparte pour la France, le 6 fructidor an VII (23 août 1799), Reynier est nommé directeur général des finances de l’armée d’Orient. Après la capitulation finale du général Abdallah-Jacques Menou (1750-1810), à Alexandrie, en septembre 1801, Louis Reynier doit attendre jusqu’en 1803 pour rentrer en France. Comme l’administration du Premier consul ne lui offre aucun poste, il demeure en son domaine du Nivernais, puis Joseph Bonaparte, auquel Napoléon a offert le royaume de Naples après Austerlitz, le nomme commissaire royal de la Calabre.

  • 189 Reynier (Louis), De l’économie publique et rurale des Celtes, des Germains et d’autres peuples du N (...)

157Louis Reynier a la délicate charge d’organiser l’administration de la région la plus méridionale de la péninsule. Sous le règne de Joachim Murat (1767-1815), qui a pris la succession de Joseph Bonaparte, lui-même devenu roi d’Espagne en 1808, Reynier est nommé directeur général des postes puis directeur général des forêts. Lorsque le royaume de Naples est rendu aux Bourbons à la chute de l’Empire, en 1815, Reynier retourne dans sa région natale, le canton de Vaud. Les autorités locales utilisent pleinement ses compétences. Nommé intendant des postes, il est également chargé de missions diplomatiques auprès des gouvernements sarde et lombardo-vénitien. Il s’occupe essentiellement d’histoire économique et de médailles189. Louis Reynier décède dans le canton de Vaud le 17 décembre 1824.

  • 190 Lachenal (Werneri de), “Emendationum et auctariorum ad ill. Halleri historiam strirpium helveticaru (...)
  • 191 Haller (Albrecht von), Nomenclator ex Historia Plantation indigenarum helvetiae, Berne: Sumptibus S (...)

158Louis Reynier est l’auteur d’une espèce valide de la flore de France, Hieracium glaciale Reynier in Lachenal190, qu’il signale uniquement en Savoie mais qui est aujourd’hui connue dans les hautes prairies de toutes les Alpes. Cette espèce avait auparavant été décrite par Albrecht von Haller (1708-1777) sous le nom de Pilosella major prima191 emprunté à Jacob Theodor von Bergzabern (1550-c. 1590) dit Tabernaemontanus.

Giovanni-Baptista BALBIS (1765-1831)

  • 192 Balbis (Giovanni-Baptista), Elenco delle piante crescenti ne contomi di Torino, Torino: [s.n.], 180 (...)
  • 193 Balbis (Giovanni-Baptista), Flora Taurinensis, Torino: Ex typographia Johannis Giossi, 1806, XVI 4- (...)
  • 194 Balbis (Giovanni-Baptista), Materia medica prælectionibus academicis accomodata, Taurini : V. Bianc (...)

159Giovanni-Baptista Balbis naît le 15 novembre 1765 à Moretta, dans le Piémont. Il fait ses études de médecine à Turin, sous la direction du célèbre professeur Carlo Allioni (1728-1804) dont il devient l’un des meilleurs disciples. Même s’il exerce la médecine, il est avant tout passionné d’histoire naturelle. L’invasion de l’Italie par les troupes de la République française trouve Giovanni-Baptista Balbis à Nice, où il dispense des leçons de botanique. Il se range aussitôt du côté de la France et lui reste fidèle jusqu’à sa mort. En pleine guerre d’Italie, il est dénoncé comme traître et se réfugie dans l’armée d’Italie, où il devient médecin militaire. Après la bataille de Marengo, en l’an VIII (1800), il est nommé membre du gouvernement provisoire mis en place par la France à Turin. Le Piémont devient le département français du Pô deux années plus tard. En remerciement de ses loyaux services rendus envers la France, il est également nommé professeur de matière médicale à l’université de Turin et directeur du Jardin botanique, en remplacement de son ancien maître. Au cours de cette période turinoise, Balbis continue l’œuvre de Carlo Allioni sur la flore du Piémont. Il publie un Elenco delle plante crescenti ne contorni di Torino (1801192) et une Flora Taurinensis (1806)193. Pour ses étudiants, il rassemble ses leçons de matière médicale dans un Materia medica praelectionibus academicis accomodata (1811)194.

  • 195 L’abbé Domenico Nocca (1758-1841) est directeur du Jardin botanique de Pavie, le premier jardin uni (...)
  • 196 Balbis (Giovanni-Baptista), Nocca (Domenico), Flora Ticinensis, Pavia : Joannis Jacobi Capelli, 181 (...)
  • 197 L’abbé Gaspard Dejean de Saint-Marcel (1763-1842) est vicaire à Vienne puis directeur du Jardin bot (...)

160A la chute de l’Empire français, la maison de Savoie, représentée par Victor-Emmanuel Ier, recouvre le Piémont. Giovanni-Baptista Balbis est invité à s’exiler. Il part à Pavie où il est accueilli par l’abbé Domenico Nocca (1758-1841)195. Grâce aux plantes récoltées par Nocca, ils réalisent ensemble une flore des environs de Pavie, la Flora Ticinensis (1816-1821)196. Cet intermède pavesan est de courte durée car la France ne tarde pas à rappeler ce citoyen français dans l’âme. En 1819, après la démission de l’abbé Dejean197, il est nommé directeur du Jardin botanique municipal de Lyon, où il demeure jusqu’en 1830.

  • 198 Originaire de Bayeux, Jacques Daléchamps (1513-1588) est l'élève de Guillaume Rondelet (1507-1566), (...)
  • 199 Pour l’histoire de la botanique lyonnaise, consulter Magnin (Antoine), “Histoire des botanistes lyo (...)
  • 200 Jean-Emmanuel Gilibert (1741-1814) étudie auprès d’Antoine Gouan (1733-1821), à Montpellier, où il (...)

161Bien qu’elle ait hébergé le célèbre médecin Jacques Daléchamps 1513-1588) (198 et qu'elle ait vu naître toute la famille de Jussieu, à l’exception d’Adrien de Jussieu (1797-1853), né à Paris, la ville de Lyon n’a jamais été un centre de médecine et de botanique qui puisse rivaliser avec Montpellier ou Paris199. Lorsque Giovanni-Baptista Balbis arrive à Lyon, les deux derniers grands botanistes lyonnais ne sont plus : Marc-Antoine Claret de La Tourette (1729-1793), qui a créé le Jardin botanique de l’école vétérinaire en 1763, est décédé en 1793 ; Jean-Emmanuel Gilibert (1741-1814)200, qui a créé le premier Jardin des plantes de la ville en 1773, est décédé en 1814. Malgré cette absence de maître, la botanique lyonnaise demeure très active : elle est pratiquée par de nombreux botanistes amateurs (herboristes, médecins, négociants, ecclésiastiques, etc.) qui, même s’ils manquent tous d’envergure, sont de très bons connaisseurs des plantes de la région. Balbis est appelé à la direction du Jardin botanique municipal de Lyon en quelque sorte pour remplir un rôle de maître local. Réciproquement, son séjour ne prend de sens que si tous les botanistes amateurs de la région sont pris en compte.

FIG. 32 - Balbis (Giovanni-Baptista) 1765-1831.

  • 201 Clémence Lortet (1772-1835) est l’élève de Jean-Emmanuel Gilibert entre 1803 et 1805, puis l’assist (...)

162Dans le Jardin botanique, qu’il agrandit considérablement, Giovanni-Baptista Balbis fait construire des serres chaudes et une orangerie. Il y dispense également les cours de botanique. Il retrouve beaucoup de botanistes amateurs au sein de la Société linnéenne de Lyon, dont il est le premier président. C’est Clémence Lortet201 qui, en décembre 1822, un an après son admission au sein de la Société linnéenne de Paris, rassemble quelques naturalistes lyonnais pour fonder une Société linnéenne à Lyon. Pour marquer l’événement, on plante lors d’un banquet un arbre au Jardin des plantes, un Tilia tomentosa, aujourd’hui disparu. Parmi les membres fondateurs, en plus de Clémence Lortet, se trouve la fine fleur des naturalistes du Lyonnais : Jean-Juste Aunier (1781-1859), négociant, ancien élève de Dejean ; Anselme-Benoît Champagneux (1774-1845), inspecteur de la loterie, ancien élève d’Antoine-Laurent de Jussieu et de René Desfontaines (1750-1833) ; Georges Roffavier (1775-1866), négociant, ancien élève de Jean-Emmanuel Gilibert ; Eugène Foudras (1783-1859), avoué, qui s’intéresse essentiellement à l'entomologie ; l’abbé Étienne Pagès (1762-1841), doyen de la faculté de théologie de Lyon, collectionneur d’herbiers “historiques” et qui possède notamment des notes et des dessins d’Ambroise Palisot de Beauvois (1752-1820) ; Auguste-Antoine Dériard (1796-1873), pharmacien-chimiste, ancien élève de René Desfontaines ; Pierre Lortet (1792-1868), médecin, fils de Clémence Lortet, essentiellement minéralogiste et géologue ; Paul-Antoine Gratacap – dit Cap – (1788-1877), pharmacien à Lyon, puis à Paris à partir de 1829 ; Louis Grognier (1776-1837), professeur de botanique et de zoologie à l’école vétérinaire de Lyon ; Madiot (1780-1832), ancien élève d’André Thouin et jardinier en chef du Jardin botanique de Lyon ; Chancey (1746-1828), collaborateur de Parmentier pour la culture de la pomme de terre ; François-Joseph de Martinel (1763-1829), ingénieur-géographe, qui s’occupe essentiellement de culture de mûriers. L’amitié et la camaraderie jouent un rôle primordial au sein de la Société linnéenne de Lyon. C’est grâce à elle que tous ces naturalistes se retrouvent et herborisent ensemble. Toutes ces personnes partagent une passion commune. Ils se comprennent et s’apprécient. Ils forment un groupe où l’histoire naturelle est indissociable de l’amitié.

  • 202 Balbis (Giovanni-Baptista), Flore lyonnaise, Lyon : C. Coque, 1827-1828, 2 vols.
  • 203 Rappelons également que Marc-Antoine Claret de La Tourette est l’auteur d’une Chloris Lugdunensis ( (...)
  • 204 Gaetano Nicomedi ( ?-1804), originaire de Naples, est l’élève du botaniste Domenico Cyrillo (1739-1 (...)

163En 1827, Giovanni-Baptista Balbis fait paraître le premier volume de la Flore lyonnaise, consacré aux Phanérogames. L’année suivante, paraît le deuxième volume consacré aux Cryptogames202. La Flore lyonnaise est la première flore imprimée des environs de Lyon. Pour la rédiger, il a bénéficié de nombreuses aides : les notes de l’herbier de Marc-Antoine Claret de La Tourette203 ; les manuscrits d’un Synopsis plantarum horti lugdunensis de Jean-Emmanuel Gilibert et des Promenades botaniques (1804-1805) de Clémence Lortet ; des notes de Gaetano Nicomedi (7-1804)204, directeur du Jardin botanique entre 1800 et 1804 ; des localités données par ses amis botanistes, notamment tous ceux de la Société linnéenne de Lyon, parmi lesquels Roffavier, Aunier et Champagneux tiennent le premier rang. Dans la Flore lyonnaise, Balbis suit la classification naturelle des plantes proposée par son ami Augustin-Pyramus de Candolle.

164En 1830, Giovanni-Baptista Balbis décide de retourner auprès de sa famille, dans le Piémont. Il décède à Turin le 13 février 1831. Pendant quelques semaines de l’année 1830, la direction du Jardin des plantes de Lyon est assurée en intérim par Lathil de Thimécourt, un médecin lyonnais, et Georges Roffavier. En août 1830, Clémence Lortet et Georges Roffavier se déplacent à Genève pour persuader Nicolas-Charles Seringe 1776-1858), (un des collaborateurs d’Augustin-Pyramus de Candolle, d’accepter la succession de Giovanni-Baptista Balbis. Nicolas-Charles Seringe prend ses fonctions en août 1830 mais ne s’installe au Jardin des plantes qu’en avril 1831.

  • 205 Balbis (Giovanni-Baptista), “Miscellanea altera botanica”, Mémoires de l’Académie impériale des Sci (...)
  • 206 Persoon (Christiaan-Hendrik), Synopsis plantarum, Tubingae : Frid. Cramerum, 1807, t. 2, p. 376.

165Giovanni-Baptista Balbis est l’auteur de six espèces valides de la flore de France. Elles datent toutes de sa période turinoise. L’une d’entre elles, Crépis nicaeensis Balbis in Persoon, a été découverte par Balbis lors de ses herborisations dans le comté de Nice. Aujourd’hui, cette espèce est connue dans tout le sud de l’Europe, de l’Albanie jusqu’à l’Espagne. Balbis en lut une description à l’Académie impériale des sciences, lettres et arts de Turin, lors de la séance du 19 janvier 1806. Cette allocution ne fut cependant publiée que trois années plus tard, en 1809205, et c’est Christiaan-Hendrik Persoon (c. 1761-1836) qui fait paraître le premier la découverte de Balbis, dans le deuxième volume de son Synopsis plantarum (1807)206. Persoon y indique que cette espèce nouvelle due à Balbis pousse dans les environs de Nice ; Balbis la signale quant à lui autour de Nice et de Tende.

Bibliographie

Magnin (Antoine), “Histoire des botanistes lyonnais (première partie)”, Bulletin de la Société botanique de Lyon, t. 31, 1906, pp. 7-72.

Magnin (Antoine), “Histoire des botanistes lyonnais (deuxième partie)". Bulletin de la Société botanique de Lyon, t. 32, 1907, pp. 1-67.

Magnin (Antoine), “Additions et corrections à l’histoire des botanistes lyonnais”, Bulletin de la Société botanique de Lyon, t. 32, 1907, pp. 103-141.

Magnin (Antoine), “Additions et corrections à l’histoire des botanistes lyonnais”, Bulletin de la Société botanique de Lyon, t. 35, 1910, pp. 13-80.

Jean-Vincent, Yves DEGLAND (1773-1841)

166Jean-Vincent Degland naît le 20 janvier 1773 à Rennes. Il étudie la médecine au cours des années 1790 à Montpellier, avec le professeur Antoine Gouan (1733-1821). Avant de rentrer dans son pays natal, il effectue un périple à travers la France. C’est l’occasion pour lui de rencontrer quelques naturalistes tels que Philippe Picot de Lapeyrouse (1744-1818) à Toulouse et René Desfontaines (1750-1833) à Paris. En 1803, sur la recommandation de Georges Cuvier (1769-1832), il est nommé professeur de mathématiques et d’histoire naturelle au lycée de Rouen. En 1807, il quitte la Seine-Inférieure (actuelle Seine-Maritime) pour s’installer à Rennes où il est chargé de dispenser des leçons d’histoire naturelle au Muséum d’histoire naturelle et de fonder un Jardin botanique. La même année, il est élu membre correspondant de la Société philomatique de Paris, dont fait également partie le botaniste Augustin-Pyramus de Candolle (1778-1841).

167En 1815, le Musée d’histoire naturelle de Rennes est fermé. Jean-Vincent Degland perd la chaire municipale et, comme aucune faculté n’est créée dans la ville, il doit abandonner le professorat. Il ne peut donc plus vivre grâce à l’histoire naturelle. Même si nous ignorons son devenir exact à partir de cette date, il y a tout lieu de penser qu’il s’installe comme médecin à Rennes puisqu’il est élu à l’Académie de médecine le 17 juin 1834.

  • 207 Degland (Jean-Vincent), La Sève circule-t-elle dans les plantes à l’instar du sang dans certaines c (...)
  • 208 Degland (Jean-Vincent), “De Caricibus Galliae indigenis Tentamen”, in Loiseleur-Deslongchamps (Jean (...)

168Jean-Vincent Degland se lance très tôt dans la rédaction d’une flore complète de l'Ille-et-Vilaine. Malheureusement, il décédé le 19 février 1841, sans avoir pu achever ce projet. Ses travaux, peu nombreux, comprennent sa thèse de médecine, La Sève circule-t-elle dans les plantes à l’instar du sang dans certaines classes d’animaux ? (1799)207 qui tente de répondre à un discours du professeur Antoine Gouan sur le mouvement de la sève dans les plantes, un De Caricibus Galliae indigents Tentamen (1828)208 publié dans la deuxième édition de la Flora Gallica de Jean Loiseleur-Deslongchamps (1774-1849), médecin parisien, ainsi qu’une étude restée manuscrite sur les Graminées de France.

  • 209 Loiseleur-Deslongchamps (Jean), Flora Gallica seu enumeratio plantarum in Gallia sponte nascentium, (...)

169Jean-Vincent Degland est l’auteur de Carex trinervis Degland in Loiseleur, une espèce connue aujourd'hui sur le littoral atlantique de l’Europe, du Portugal au Danemark. Jean-Vincent Degland l’a découverte dans les environs de Bayonne209.

Source

170Lettre de Degland à Picot de Lapeyrouse, datée du 10 août 1812. Collection des autographes de Casimir Roumeguère. Manuscrit conservé au laboratoire de cryptogamie du MNHN.

Jean, Louis, Auguste LOISELEUR-DESLONGCHAMPS (1774-1849)

  • 210 Alexandre-Louis Marquis (1777-1828) soutient une thèse sur l’Histoire naturelle et médicale des Gen (...)
  • 211 Les membres de l’Assemblée primaire d’un canton (il peut y avoir plusieurs assemblées primaires pou (...)

171Jean Loiseleur-Deslongchamps naît à Dreux le 24 mars 1774. Il passe son enfance dans les vastes champs fertiles entourant la ville, le long de l’Eure et de la Biaise. Au collège de Dreux, où il fait ses humanités, il rencontre Alexandre-Louis Marquis (1777-1828)210 dont il reste proche toute sa vie. Lorsque la Constituante décide de créer les départements, la ville de Dreux est rattachée à l’Eure-et-Loir. Le père de Jean, marchand-drapier, est élu au Directoire du Conseil général211. La famille Loiseleur-Deslongchamps s’installe à Chartres, le chef-lieu du département. Après un passage au collège de la ville et un apprentissage chez un notaire, les événements décident du destin de Jean Loiseleur-Deslongchamps. Après le 10 août 1792, l’administrateur LoiseleurDeslongchamps inscrit son fils comme volontaire pour les bataillons républicains ; Jean Loiseleur-Deslongchamps est enrôlé comme soldat de l’armée d’Italie. Il est incorporé dans cette célèbre armée après l’une de ses grandes batailles, la prise de Toulon, le 29 frimaire an 11 (19 décembre 1793), et avant la campagne d’Italie qui fera sa gloire et qui débute le 7 germinal an IV (27 mars 1796). Entre ces deux dates, l’armée d’Italie campe en Provence ou dans les Alpes-Maritimes. C’est là que le soldat Loiseleur-Deslongchamps commence à herboriser. Du temps, Loiseleur-Deslongchamps en consacre aux plantes, mais également aux dames. Le 14 pluviôse an V (2 février 1797), Basilide Deville, une Arlésienne, met au monde – hors mariage – un enfant que le soldat Loiseleur-Deslongchamps reconnaît. Le petit est baptisé Jean-Joseph Loiseleur-Deslongchamps, mais garde d’abord le nom de sa mère, qui l’éduque seule jusqu’à ce qu’elle décède en 1812 ; après quoi, mais sa vie aura bien changé, Jean Loiseleur-Deslongchamps se chargera de l’éducation de son fils. À sa libération, au début de l’an V (octobre 1796), il s’installe à Paris.

FIG. 33 - Loiseleur-Deslongchamps (Jean) 1774-1849.

  • 212 Originaire de Strasbourg, Chrétien-Geoffroy Nestler (1778-1832) étudie la médecine à Paris. Il comm (...)
  • 213 Gaspard Robert (1776-1857) a la charge de l’entretien du Jardin botanique de la marine, à Toulon. I (...)
  • 214 Loiseleur-Deslongchamps (Jean), Recherches sur l’ancienneté des purgatifs et sur les purgatifs indi (...)

172Comme font alors presque tous les jeunes gens passionnés d’histoire naturelle, Jean Loiseleur-Deslongchamps s’inscrit à l’école de médecine. Jean Corvisart (1755-1821), le célèbre médecin de l’empereur, y professe la médecine clinique et Louis-Claude Richard (1754-1821) y dispense les cours de botanique. À l’école de médecine, Loiseleur-Deslongchamps retrouve son ami Alexandre-Louis Marquis et devient le fidèle ami d’autres étudiants également passionnés de botanique : Jean-Baptiste Mougeot (1776-1858), qui s’établira dans les Vosges, le strasbourgeois Chrétien-Geoffroy Nestler (1778-1832)212, Gaspard Robert (1776-1857)213, futur directeur du Jardin de la marine, à Toulon, Victor Mérat de Vaumartoise (1780-1831), médecin à Paris, et Jacques Clarion (1776-1844), titulaire de la chaire de Botanique rurale de la faculté de médecine de Paris. Unis par l'amitié et la passion de l’histoire naturelle, ils herborisent régulièrement ensemble dans les forêts des environs de Paris. Le 8 nivôse an XIV (29 décembre 1805), Jean Loiseleur-Deslongchamps soutient sa thèse de médecine. Il dresse un inventaire des plantes ayant des vertus purgatives et poussant spontanément en France214.

173Le 7 brumaire an XIII (29 octobre 1804), Jean Loiseleur-Deslongchamps se marie avec Catherine-Françoise Mallet, l’une des sœurs de la troisième épouse de Jean-Baptiste de Lamarck 1744-1829), (Julie Mallet. Il semble que les deux ménages se voient régulièrement grâce aux deux sœurs Mallet, mais il faut reconnaître que les travaux de Loiseleur-Deslongchamps ne portent guère de traces des conceptions lamarckiennes. Le couple Loiseleur-Deslongchamps habite d’abord au 26 de la rue de Jouy, dans le quartier de l’Hôtel de ville, chez les beaux-parents de Loiseleur-Deslongchamps, puis séparément à partir de 1811, au numéro 8 de la même rue. Le second fils de Jean Loiseleur-Deslongchamps, baptisé Auguste, naît le 26 thermidor an XIII (14 août 1805). Après la naissance de son petit-fils et après le décès de son époux, en 1807, la mère de Loiseleur-Deslongchamps séjourne régulièrement au domicile de son fils.

  • 215 Cité par Loiseleur des Longchamps (Philippe), Vie et œuvre du botaniste Loiseleur-Deslongchamps, Ph (...)
  • 216 Loiseleur-Deslongchamps (Jean), Manuel des plantes usuelles indigènes, ou Histoire abrégée des plan (...)
  • 217 Cité par Loiseleur des Longchamps (Philippe), Vie et œuvre du botaniste Loiseleur-Deslongchamps, op (...)

174Entre 1805 et 1810, la majeure partie du temps de Jean Loiseleur-Deslongchamps est consacrée à la pratique médicale. Il essaie divers traitements par des plantes indigènes sur les clients de son beau-père, qu’il assiste. La botanique qu’il apprécie est avant tout utilitaire. Il l’exprime clairement à son ami Mougeot : “L’histoire des plantes ou la connaissance de leurs propriétés et de leurs usages – lui écrit-il en 1808 – n’est pas moins intéressante que la connaissance de leurs formes et de leurs caractères botaniques ; je crois même qu’un médecin ne doit d’abord étudier cette dernière partie que pour pouvoir ensuite la mettre à profit et s’en servir avec avantage pour parvenir à la première”215. Pendant les années 1810, Jean Loiseleur-Deslongchamps multiplie ce genre d’investigations et rassemble toutes ses observations dans un volumineux Manuel des plantes usuelles indigènes, ou Histoire abrégée des plantes de France distribuées d'après une nouvelle méthode ; contenant leurs propriétés et leur usage en médecine (1819)216. Il y classe les plantes suivant une classification qui reprend la classification d’Antoine-Laurent de Jussieu, en la modifiant quelque peu. Avant publication, l’ouvrage est soumis au jugement d’une commission de trois académiciens : le rapport globalement sévère d’Antoine-Laurent de Jussieu (1748-1836), René Desfontaines (1750-1833) et Jacques-Julien Houtou de La Billardière (1755-1834) conclut que “M. Loiseleur-Deslongschamps doit être encouragé et invité à poursuivre ses recherches sur les médicamens indigènes, qui tiendront à procurer aux pauvres habitants de la campagne des remèdes moins coûteux et également salutaires”217. Ce manuel ne remporte aucun succès.

FIG. 34 – Planche extraite de Loiseleur-Deslongchamps (Jean), Flora Gallica, seu enumeratio in Gallia sponte nascentium, Paris : chez l’auteur ; Migneret ; Gabon, 1806-1807, pl. 3.

  • 218 Loiseleur-Deslongchamps (Jean), Flora Gallica, seu enumeratio in Gallia sponte nascentium, Paris : (...)
  • 219 Lamarck (Jean-Baptiste de), Candolle (Augustin-Pyramus de), Flore française, Paris : Veuve Agasse, (...)

175C’est à partir de 1800 que Jean Loiseleur-Deslongchamps conçoit le projet d’inventorier toutes les plantes de France. Comme il sait que rien ne peut remplacer les herborisations personnelles, il voyage dans tout le sud de la France. Il explore la Guyenne, les Pyrénées, le Languedoc, la Provence, les Alpes, l’Auvergne, le Bourbonnais et le Limousin, de floréal an XI (avril 1803) à vendémiaire an XII (septembre 1803). À la suite de cette longue exploration botanique, il publie son ouvrage majeur, la Flora Gallica (1806-1807)218. Jean Loiseleur-Deslongchamps est trop bien placé pour ignorer que son beau-frère, le chevalier de Lamarck, a chargé le jeune Augustin-Pyramus de Candolle (1778-1841) de rééditer la Flore française (1805)219. Entièrement rédigée en latin, la Flora Gallica suit le système linnéen de classification des plantes, tandis que la Flore française, rédigée en français, intègre la méthode analytique de Lamarck et la méthode naturelle des Jussieu. La Flora Gallica, publiée au format in-douze pour en faciliter l’utilisation au cours des herborisations, contient les descriptions de trois mille sept cents espèces de plantes phanérogames. Les vingt et une planches de la Flora Gallica sont de la main de son fidèle ami d’études, Alexandre-Louis Marquis.

  • 220 Loiseleur-Deslongchamps (Jean), “Notices sur les plantes à ajouter à la flore de France (Flora Gall (...)
  • 221 Loiseleur-Deslongchamps (Jean), Notices sur les plantes à ajouter à la flore de France (Flora Galli (...)
  • 222 En 1809, au cours d’une herborisation en compagnie du Victor Mérat, à “sept lieues de Paris, entre (...)
  • 223 Loiseleur-Deslongchamps (Jean), “Notices sur les plantes à ajouter à la flore de France (Flora Gall (...)
  • 224 Loiseleur-Deslongchamps (Jean), Notices sur les plantes à ajouter à la flore de France (Flora Galli (...)
  • 225 Loiseleur-Deslongchamps (Jean), “Notices sur les plantes à ajouter à la flore de France (Flora Gall (...)
  • 226 Idem, p. 284.

176Pour réaliser sa flore, Jean Loiseleur-Deslongchamps a disposé de son herbier personnel, enrichi des envois de ses amis de l’école de médecine. Comme il reçoit de nouvelles plantes après la publication de l’ouvrage, il fait paraître deux Notices sur les plantes à ajouter à la Flore de France. La première de ces Notices est publiée dans le Journal de Botanique de Nicaise-Augustin Desvaux en 1809220 et la seconde l’année suivante221, en volume séparé. Une seule des espèces nouvelles décrites dans ces Notices a été récoltée par Loiseleur-Deslongchamps222, contrairement à celles de la Flora Gallica qui, à quelques rares exceptions près, ont toutes été découvertes au cours de ses propres excursions. Citons quelques-uns des collaborateurs de Loiseleur-Deslongchamps : son ami Gaspard Robert lui envoie des plantes de Corse et des environs de Toulon parmi lesquelles il découvre deux nouvelles espèces, Myosotis pusilla Loiseleur223, endémique du sud de la France, de Corse et de Sardaigne, et Valerianella microcarpa Loiseleur224, présente sur tout le pourtour méditerranéen, de la Turquie à l'Espagne ; le turinois Giovanni-Baptista Balbis 1765-1831) (lui envoie des spécimens de primevères qu’il décrit comme Primula allionii Loiseleur225 et qu’il dédie au célèbre Carlo Allioni (1728-1804) – ce dernier en a découvert la première station mais les a rattachés à Primula glutinosa Jacquin ; enfin, le médecin provençal Louis Gérard (1733-1819) lui fait parvenir des échantillons d’une espèce de jonc qu’il juge nouvelle et que Loiseleur lui dédie en la nommant Juncus gerardi Loiseleur226. Grâce à ces contributions, Loiseleur-Deslongchamps devient un botaniste connu. L’éternité botanique ne tarde pas à lui être offerte : en 1811, Karl Willdenow (1765-1812), professeur de botanique à l’université de Berlin, nomme en son honneur le genre Longchampia.

  • 227 En 1816, Jean-Joseph Deville travaille dans le service hospitalier du docteur Mérat. L’année suivan (...)
  • 228 Auguste Loiseleur-Deslongchamps consacre ces longs moments à l’étude du persan, du sanscrit et de l (...)

177Un événement important dans la vie privée de Loiseleur-Deslongchamps est l’arrivée à Paris du jeune Jean-Joseph Deville, son premier fils. Jean-Joseph, qui n’a alors que quinze ans, s’inscrit à la faculté de médecine de Paris pour suivre une voie apparemment toute tracée227. Après le décès de ses beaux-parents, c’est la santé de son fils cadet qui préoccupe beaucoup Loiseleur-Deslongchamps. Le jeune homme est malade chaque printemps. D’une constitution fragile, il doit rester alité plusieurs mois228. Les deux demi-frères semblent bien s’entendre. C’est même Auguste qui insiste auprès de leur père pour qu’il reconnaisse définitivement Jean-Joseph comme son fils, c’est-à-dire qu’il le considère officiellement comme l’un de ses héritiers. Jean Loiseleur-Deslongchamps et son premier fils, Jean-Joseph, se sont éloignés l’un de l’autre, surtout depuis que le jeune médecin aliéniste a quitté le domicile parental en 1823. En 1827, Loiseleur-Deslongchamps reprend l’avenir de son fils illégitime en main lorsqu’il s’aperçoit qu’il pourrait lui faire faire un mariage fort avantageux en l’unissant à Adrienne-Lucie de Lens, la fille du médecin Adrien-Jacques de Lens, qui n’est autre que l’inspecteur général de la faculté de médecine de Paris : il le pousse à soutenir une thèse sur le choléra en Inde, le reconnaît et le dote. Le mariage est célébré le 12 février 1828. L’épidémie de choléra qui sévit dans la capitale en 1832 soude définitivement notre botaniste et son fils aîné : ils sont nommés tous les deux à la tête de la Commission sanitaire du quartier de l’Hôtel de ville ; pendant près de six mois, ils visitent des centaines de malades, dont beaucoup de maçons venus du Limousin pour bâtir Paris et qui habitent entassés dans des logements insalubres. Le choléra tue également des privilégiés. Henri de Cassini (1784-1832), le dernier représentant de la grande dynastie d’astronomes, botaniste spécialiste de la famille des Composées, périt dans cette épidémie.

  • 229 Loiseleur-Deslongchamps (Jean), Essai sur l’histoire des mûriers et des vers à soie, Paris : Levrau (...)
  • 230 Loiseleur-Deslongchamps (Jean), “Nouvelle notice sur les plantes à ajouter à la flore de France”, A (...)
  • 231 Idem, p. 417.
  • 232 Loiseleur-Deslongchamps (Jean), Flora Gallica, seu enumeratio in Gallia sponte nascentium, 2e éd., (...)

178Dans la dernière partie de sa vie, c’est-à-dire à partir des années 1810, Jean Loiseleur-Deslongchamps se consacre à des disciplines parallèles à la botanique comme la sylviculture, l’horticulture ou l’agriculture. Parmi ses nombreux travaux, nous pouvons citer : un Essai sur l’histoire des mûriers et des vers à soie (1824), un Nouvel herbier de l’amateur, contenant la description, la culture, l’Histoire et les propriétés des plantes rares et nouvelles cultivées dans les jardins de Paris (1830-1838), une Histoire du cèdre du Liban (1837), des Considérations sur les sécheresses (1842), des Considérations sur les céréales (1842-1843), des Recherches sur l’histoire de la Rose, ou La Rose, son histoire, sa culture, sa poésie (1844), et un Essai sur les vignes à raisins précoces (1849)229. Il convient également de signaler que Loiseleur-Deslongchamps fait paraître au cours de cette époque une troisième édition des Notices sur les plantes à ajouter à la flore de France (1827)230 dans laquelle il décrit une seule espèce nouvelle valide, Nepeta agrestis Loiseleur231, une Labiée endémique de Corse que son ami Gaspard Robert a récoltée pour lui sur Me ; il publie également, sans y apporter de modifications importantes, une deuxième édition de la Flora Gallica (1828)232.

  • 233 Loiseleur des Longchamps (Philippe), Vie et œuvre du botaniste Loiseleur-Deslongchamps, op. cit., p (...)
  • 234 Idem, p. 90.

179Après Alexandre-Louis Marquis en 1828 et Chrétien-Geoffroy Nestler en 1832, Jean Loiseleur-Deslongchamps quitte définitivement le petit cercle d’amis de l’école de médecine. Il décède le 8 mai 1849 à Paris. Dans les lettres qu’il envoyait à son ami Mougeot, il confiait toutes ses préoccupations quant à ses deux fils, ses travaux et sa propre santé, mais n’évoquait que très exceptionnellement des opinions politiques ou des convictions religieuses. Ni la Révolution ni la Restauration ne semblent l’avoir détourné de sa besogne. Victor Mérat l’a décrit comme un “homme éminemment positif [qui] avait toujours pour but des travaux utiles [et qui] n’aimait point à s’égarer dans les spéculations de la théorie”233. Évoquons les souvenirs de son petit-fils (le fils de Jean-Joseph) : “Avec sa carrure athlétique et son visage sévère, il m’en imposait beaucoup. C’était un vrai savant d’autrefois, toujours plongé dans les in-folios et les paperasses qui encombraient la pièce sombre lui servant de cabinet de travail. La bonne et ma grand-mère elle-même n’avaient pas le droit d’y promener le plumeau et pour moi, je n’entrais là qu’en tremblant. De ce cabinet, mon grand-père sortait deux ou trois fois par semaine pour aller soit chez des confrères soit à l’Académie de médecine dont il était membre. Au fond, M. des Longchamps était un excellent homme, à l’écorce un peu rude, mais d’un savoir considérable”234.

FIG. 35 – L’Orchis à longues bractées, Barlia robertiana (Loiseleur) Greuter, dédié par Jean Loiseleur-Deslongchamps à son ami Gaspard Robert, a été inscrit sur les listes de protection nationale entre 1982 et 1995. On le rencontre dans les pelouses, les talus et les bords de chemin des régions basses du sud et du sud-est de la France. © Philippe Danton, 1992, Hérault.

  • 235 Loiseleur-Deslongchamps (Jean), Flora Gallica, s eu enumeratio in Gallia sponte nascentium, Paris : (...)

180Jean Loiseleur-Deslongchamps est l’auteur de dix-neuf espèces et le premier auteur de cinq espèces valides de la flore de France. Seulement cinq de ces vingt-quatre espèces étaient connues par les botanistes prélinnéens. Les espèces décrites par Loiseleur-Deslongchamps dans la Flora Gallica (1806-1807) ont presque toutes été récoltées au cours de ses herborisations autour de Paris ou durant son voyage dans le Midi. C’est dans les environs de Montpellier qu’il a découvert Trifolium purpureum Loiseleur, une espèce présente dans tout le sud de l’Europe, des Balkans jusqu’au sud de la France235.

Bibliographie

Bouchardat (Apollinaire), “Notice historique sur J. L. A. Loiseleur-Deslongchamps”, Mémoires de la Société centrale d’Agriculture, 1850, pp. 414-435.

Mérat (Victor), “Notice biographique et nécrologique sur M. le Dr. Loiseleur-Deslongchamps”, Bulletin de l’Académie de Médecine, t. 14, 1849, pp. 798-802.

Loiseleur des Longchamps (Philippe), Vie et œuvre du botaniste Loiseleur-Deslongchamps, Photocopie d’un document dactylographié, bibliothèque du Muséum, 1974, 110 p.

Joseph, Xavier, Bénézet GUÉRIN (1775-1850)

  • 236 Presque tous les travaux de Raymond-Jean Guérin (1743-1830) sont lus à l’Athénée de Vaucluse. Il ad (...)
  • 237 Ce voyage est sans doute également pour Joseph Guérin le moyen de marcher sur les traces de Pétrarq (...)

181Joseph Guérin naît en Avignon le 21 août 1775. Sous l’influence de son père, Raymond-Jean Guérin (1743-1830)236, physicien brillant, il s’intéresse dès sa jeunesse aux sciences et aux arts. Il étudie la médecine à Montpellier auprès du professeur Antoine Gouan (1733-1821), à qui il rapporte des plantes du mont Ventoux, ou il est l’un des premiers naturalistes à herboriser237. Il s’installe en Avignon à la fin des années 1790.

  • 238 Guérin (Joseph). Essai de médecine et d’histoire naturelle, Carpentras : [s.n.], 1798-1800, 3 vols.
  • 239 Guérin (Joseph), Description de la Fontaine de Vaucluse, 1ère éd., Avignon : Chambeau, an XII [1804 (...)
  • 240 Guérin (Joseph), Description de la Fontaine de Vaucluse, lère éd., op. cit., pp. 6-7.

182Joseph Guérin mène tout au long de sa vie une triple carrière de médecin, de professeur et d’homme de lettres. Il exerce la médecine à l’hôpital d’Avignon, où il est médecin chef. Il professe l’histoire naturelle et la physique à l’école centrale du département du Vaucluse, entre nivôse an II (décembre 1793-janvier 1794) et floréal an X (avril-mai 1802), avant de donner des leçons de physique au collège d’Avignon. C’est au cours de cette période que Joseph Guérin fait paraître deux ouvrages naturalistes : l’Essai de médecine et d’histoire naturelle (1798-1800)238 et la Description de la Fontaine de Vaucluse (1804)239, qui comprend une liste des animaux, végétaux et minéraux que l’on y trouve. Joseph Guérin est véritablement tombé amoureux de ce lieu où se retira Francesco Petrarca (1304-1374) pendant de nombreuses années. Le souvenir du célèbre humaniste toscan, philosophe, diplomate, et l’un des principaux fondateurs de la poésie occidentale moderne, inspire à Joseph Guérin de romantiques et touchantes pages : “Ici s’enflamme l’imagination de l’amant et du poète – écrit-il ; le sage se livre à ses réflexions, le peintre étale sa palette et ses pinceaux, le botaniste examine des végétaux qu’il connaît déjà, mais qu’il rassemble à Vaucluse. Il contemple les fleurs dont Pétrarque admirait les nuances, et que peut-être il humecta de ses larmes ; décrit les gramens flexibles et élastiques qui forment le gazon où se reposa le chantre de Laure [...]. Que je plains celui qui ne sent rien à Vaucluse, que son cœur doit être froid et son âme peu expansive ! Ô vous qui respirez avec indifférence l’air vivifiant de ce vallon ; vous que l’amour et le génie n’embrasèrent jamais ; vous qui n’êtes pas attendris par les souvenirs de Leucate et de Meillerie, vous qui voyez froidement les objets qui frappent vos regards ; vous enfin pour qui le souvenir de Laure n’est pas au moins un rêve enchanteur ; ne profanez pas le sanctuaire de la nature ; votre présence la fait souffrir ; éloignez-vous de l’asile de Pétrarque ; craignez d’outrager le philosophe, le poète et l’amant ; ou plutôt, la raison, le goût et l’amour”240. Joseph Guérin admire toutes les œuvres de Pétrarque. Il donne dans la Description de la Fontaine de Vaucluse une étude approfondie de ses pensées et de sa vie, ainsi que la traduction de quelques sonnets.

  • 241 Guérin (Joseph), Mesures barométriques, suivies de quelques observations d'histoire naturelle et de (...)
  • 242 Guérin (Joseph), Discours sur l’histoire d’Avignon, Avignon : Veuve Guichard, 1807, 143 p. Guérin ( (...)
  • 243 Guérin (Camille), Essai sur l’égarement de l’esprit humain, Avignon : F. Seguin aîné, 1819, 50 p.
  • 244 Guérin (Marie Roberty de), La Sainte-Baume et Sainte-Magdeleine, Paris : irnpr. de Mme Veuve Delagu (...)

183Joseph Guérin explore tout au long de sa vie la Provence ; il lui arrive parfois de prolonger ses excursions jusque dans les Alpes. À partir de ses observations, il rédige un ouvrage sur les Mesures barométriques, suivies de quelques observations d’histoire naturelle et de physique faites dans les Alpes françaises (1829)241. Citons également quelques ouvrages qui ne concernent pas directement l’histoire naturelle : le Discours sur l’histoire d’Avignon (1807), le Rapport sur la vaccination générale de l'arrondissement d’Orange (1810), la Vie d’Esprit Calvet (1825), et le Panorama d’Avignon, de Vaucluse, du mont Ventoux et du Col-Longuet suivi de quelques vues des Alpes françaises (1829)242. Le goût de l’écriture semble se transmettre au sein de la famille Guérin car le fils de Joseph Guérin, Camille, médecin avignonnais, fait également paraître divers ouvrages, tel cet Essai sur l’égarement de l’esprit humain (1819)243 ; sa belle-fille, Marie Roberty de Guérin, l’épouse de Camille, apporte également une contribution littéraire grâce à une nouvelle historique intitulée La Sainte-Baume et Sainte-Magdeleine (1838)244.

  • 245 Créé en 1811 à partir des collections d’art du médecin avignonnais Esprit Calvet, le musée Calvet e (...)

184Érudit et médecin estimé dans le Vaucluse, Joseph Guérin est membre de nombreuses sociétés savantes. Il est nommé directeur du Jardin botanique municipal d’Avignon dès sa création, en 1809. Il est secrétaire et vice-président de la Société de médecine d’Avignon et de l’Athénée de Vaucluse. En 1825, il est élu membre correspondant de la prestigieuse Académie de médecine, à Paris. À l’âge de soixante et un ans, en 1836, Joseph Guérin est nommé conservateur et bibliothécaire du musée Calvet245. Entouré de ses proches, Joseph Guérin s’éteint le 18 avril 1850, à Visan.

  • 246 Guérin (Joseph), Description de la Fontaine de Vaucluse, 1ère éd., op. cit., p. 124 ; Guérin (Josep (...)
  • 247 Lamarck (Jean-Baptiste de), Candolle (Augustin-Pyramus de), Flore française, 3ème éd. [second tirag (...)
  • 248 Guérin (Joseph), Description de la Fontaine de Vaucluse, 2ème éd., op. cit., p. 239.

185Joseph Guérin est l’auteur d’une espèce valide de la flore de France, Asplenium petrarchae (Guérin) De Candolle in Lamarck et De Candolle, qu’il a découverte à la Fontaine de Vaucluse. Il l’a d’abord nommée Polypodium petrarchae dans la première édition de la Description de la Fontaine de Vaucluse, puis Asplénium vallis-clausae dans la deuxième édition246. Nous ignorons la raison qui a poussé Joseph Guérin à trahir secondairement la mémoire de feu son ami Francesco Petrarca ; toujours est-il qu’Augustin-Pyramus de Candolle (1778-1841) a rétabli la juste nomenclature dans le cinquième tome du deuxième tirage de la troisième édition de la Flore française (1815)247. Entre les deux éditions de la Description de la Fontaine de Vaucluse, c’est-à-dire entre 1804 et 1813, la Capillaire de Pétrarque a été retrouvée aux environs de Salon-de-Provence par le naturaliste avignonnais Esprit Requien (1788-1851)248. Elle est aujourd’hui connue dans tout le bassin méditerranéen occidental.

FIG. 36 – Planche extraite de Guérin (Joseph), Description de ta Fontaine de Vaucluse, 2ème éd., Avignon : F. Séguin aîné, 1813, XIV + 312 p.

Narcisse, Henri, François DESPORTES (1776-1856)

186Narcisse Desportes naît le 2 décembre 1776 à Champrond, bourg voisin de Vibraye, dans l’actuel département de la Sarthe. Il est le fils cadet d’Henri-Pierre Desportes (1750-1785), maître de forges et d’Euphrosine-Louise Duhail. Narcisse Desportes a deux frères. L’aîné, Augustin-Henri, lui survivra et le benjamin, Frédéric, mourra avant ses deux frères. Après le décès de son père, en 1785, sa mère reprend le bail des forges de Cormorin avec l’ancien commis de son mari – elle se remarie avec lui dans les années 1800. Narcisse Desportes commence ses humanités en 1789 au collège de l’Oratoire, au Mans. Il y demeure en compagnie de son jeune frère jusqu’en 1794 ; entre temps, l’établissement est devenu le Collège national du Mans. En 1794, il part pour Paris afin d’y étudier la médecine.

  • 249 Lamarck (Jean-Baptiste de), Flore française, Paris : impr. royale, 1778 [17791, 3 vols.

187Rapidement, Narcisse Desportes se rend compte qu’il ne supporte pas la pratique médicale. Il ressent là ce que beaucoup de naturalistes, obligés d’étudier la médecine pour recevoir des leçons d’histoire naturelle et bien souvent obligés de l’exercer pour vivre, ont éprouvé avant lui : c’est après un passage à l’hôpital Saint-Éloi de Montpellier qu’Antoine Gouan (1733-1821) abandonne complètement l’idée d’exercer la médecine ; quant à Carl von Linné (1707-1778), il n’a jamais caché son dégoût pour la pratique médicale. Ainsi, Desportes fait-il le choix de se diriger exclusivement vers l’histoire naturelle, laissant de côté la possibilité éventuelle d'une ascension sociale par la médecine. À Paris, il devient l’ami de Charles-François Brisseau de Mirbel (1776-1854), ancien élève de Louis Ramond de Carbonnières (1755-1827) et l'un des botanistes les plus prometteurs de sa génération. Il fréquente les cours de René Desfontaines (1750-1833), rencontre le jeune Augustin-Pyramus de Candolle (1778-1841), mais admire surtout Jean-Baptiste de Lamarck (1744-1829), l’auteur de la Flore française (1778)249. À la fin des années 1790, Desportes décide de quitter Paris et de s’installer au Mans. Il y vit en compagnie de son grand-père maternel, son oncle paternel et son frère Frédéric.

  • 250 Naturaliste et numismate manceau, Louis-Jean-Charles Maulny (1758-1815) est l’auteur de la première (...)
  • 251 Curé à Notre-Dame du Pré, au Mans, sous l’Ancien Régime, André-Pierre Ledru (1761-1825) profite de (...)
  • 252 Desportes (Narcisse), “Catalogue des insectes observés aux environs du Mans”, Annuaire de la Sarthe (...)

188Narcisse Desportes est rapidement intégré dans la petite communauté que forment quelques Manceaux amateurs de savoir et d’arts. En juillet 1801, il est élu membre de la Société libre des arts de la Sarthe, qui deviendra la Société des arts de la Sarthe puis la Société d’agriculture, sciences et arts de la Sarthe. Le président est un ancien député de la Constituante ; parmi les membres figurent le maire du Mans et le préfet de la Sarthe. Si elle lui permet d’entretenir de précieuses relations, cette société sarthoise lui permet surtout de rencontrer les naturalistes de la région, tels Louis-Jean-Charles Maulny (1758-1815)250, André-Pierre Ledru (1761-1825)251, Thomas Cauvin (1762-1846), professeur à l’école centrale du département de la Sarthe, ou encore François-Jean-Baptiste Ménard de La Groye (1775-1827). Aussitôt après son élection, Desportes publie un Catalogue des insectes observés aux environs du Mans qui rassemble la description de cinq cents espèces ou variétés d’insectes, dont la moitié sont des coléoptères252. Bien que Desportes soit peu assidu aux séances de la Société des arts, il en devient archiviste-adjoint en 1805. Son rôle consiste à produire des rapports sur des mémoires lus devant la société ou qui lui sont offerts. Dès cette époque, Narcisse Desportes projette également de faire paraître une Phytognosie du Maine, c’est-à-dire un catalogue des plantes qui poussent spontanément dans la région. Pour cela, il herborise très régulièrement.

  • 253 Desportes (Narcisse), Flore de la Sarthe et de la Mayenne, disposée d’après la méthode naturelle, a (...)

189En 1808, Narcisse Desportes épouse sa cousine germaine, Pauline Duhail, la fille de son oncle maternel avec qui il décide de prendre en bail les forges d’Aron. Le jeune couple s’y installe ; il est le maire de la commune entre 1813 et 1815. Ce séjour à la campagne est particulièrement riche en excursions botaniques. La rédaction de la Flore de la Sarthe et de la Mayenne (1838)253 doit beaucoup à l’herbier qu’il constitue au cours de ces années. Hélas, sa femme décède en juin 1814, juste après avoir donné naissance à une fille morte en bas âge. Lorsque le bail de la forge arrive à expiration, en 1817, Desportes décide de quitter Aron pour aller habiter chez sa mère, à Saint-Georges-du-Plain.

  • 254 Ledru (André-Pierre), Analyse des travaux de la Société des arts du Mans, Le Mans : Monnoyer, 1820, (...)

190Sitôt libéré de l’exploitation des forges, Narcisse Desportes se remet activement à l’étude. Il collabore à l’Analyse des travaux de la Société des arts du Mans (1820)254 de son ami André-Pierre Ledru : il lui apporte une Liste des mammifères, oiseaux, reptiles et poissons observés dans le département de la Sarthe par M. Maulny, une Liste des coquilles terrestres et fluviatiles observées dans le département de la Sarthe par M. Maulny et un Tableau méthodique des annélides, crustacés, arachnides, insectes, intestinaux, polypes et infusoires observés dans le département de la Sarthe ; ce dernier travail est de loin le plus personnel de Desportes puisqu’il lui permet d’ajouter trois cents espèces d’insectes à l’inventaire de son précédent Catalogue, même si nombre d’entre elles lui ont été signalées par son ami Mahieu, chirurgien à Bazouges. À la mort de Ledru, en 1825, Thomas Cauvin est nommé bibliothécaire de la Société des arts de la Sarthe et demande à Desportes, son adjoint, de remettre un peu d’ordre dans les collections de la Société. En 1828, Desportes s’installe définitivement au Mans, au 3 de la rue du Mûrier, l’actuelle rue de Paris.

  • 255 Desportes (Narcisse), Rosetum gallicum, Le Mans : Pesche, 1828, XVII + 124 p.
  • 256 Desportes (Narcisse), Biographie et bibliographie du Maine et du département de la Sarthe, Le Mans  (...)
  • 257 Desportes (Narcisse), Description topographique et hydrographique du diocèse du Mans, Le Mans : Pes (...)
  • 258 Né à Paris, ingénieur des ponts et chaussés, Jean-Antoine Daudin (1749-1832) est le premier conserv (...)
  • 259 Goupil (Clément-Jacques), Histoire des Mollusques de la Sarthe, Le Mans : Monnoyer, 1835, XX + 104  (...)

191L’année du retour de Narcisse Desportes dans la cité mancelle est marquée par la publication de ses deux travaux les plus importants : le Rosetum gallicum (1828)255, où il donne une liste de quatre cent trente taxons de Roses (espèces, sous-espèces, variétés, hybrides), et la Biographie et bibliographie du Maine et du département de la Sarthe (1828)256, vaste ouvrage d’histoire locale. Ses excursions botaniques à travers le département lui ont donné le goût de ce qu’on appelle alors la topographie. En 1831, Desportes publie une Description topographique et hydrographique du diocèse du Mans qui sera rééditée en 1838 puis en 1844 sous un titre différent257. C’est également en 1831 que Desportes devient premier adjoint au maire du Mans. L’année suivante, il remplace Jean-Antoine Daudin (1749-1832)258 au poste de conservateur du musée du Mans. Ces différentes fonctions retardent la publication de sa Flore de la Sarthe et de la Mayenne à laquelle il songe depuis bientôt une trentaine d’années ; or il est grand temps qu’elle paraisse car le médecin-naturaliste Clément-Jacques Goupil (1784-1860) annonce dans son Histoire des Mollusques de la Sarthe (1835)259 qu’il a l’intention de publier une flore du département – qu’il ne réalisera d’ailleurs pas.

  • 260 Guépin (Pierre-Jean-Baptiste), Flore du Maine-et-Loire, 2ème éd., Angers : L. Pavie, 1838, t. 1, p. (...)
  • 261 Guépin (Jean-Pierre), Flore du Maine-et-Loire, 2ème éd., Angers : L. Pavie, 1838, LXII + 409 p. ; B (...)

192La Flore de la Sarthe et de la Mayenne paraît en 1838. Les remerciements de l’auteur sont adressés à plusieurs de ses amis botanistes locaux : madame Cauvin, correspondante de Christiaan-Hendrik Persoon (c. 1761-1836) et qui l’a particulièrement aidé pour les Cryptogames, ainsi que messieurs Cauvin, Goupil, Joubert, Guéranger, Beaufils et Chauvin. La flore de Narcisse Desportes n’est pas une flore à proprement parler mais plutôt un catalogue de noms de plantes. Dans la préface de la deuxième édition de sa Flore du Maine-et-Loire, Jean-Pierre Guépin (1779-1858) écrit à juste titre que la flore de Desportes est “une longue énumération de synonymes [qui] ne peut servir aux herborisations”260 : Narcisse Desportes indique pour chaque espèce une liste de synonymes et de localités mais ne donne en effet aucune description. Bien que l’on soit à la fin des années 1830, c’est la classification linnéenne que Desportes décide de retenir. La Flore de Desportes ne remporte aucun succès auprès des étudiants et des naturalistes de la région qui utilisent plus volontiers la Flore du Maine-et-Loire (1838) de Jean-Pierre Guépin, la Flore de Normandie (1836) d’Alphonse de Brébisson (1798-1872) ou la Flore du Centre de la France (1840) d’Alexandre Boreau (1803-1875)261.

  • 262 Desportes (Narcisse), “Tableau méthodique et synonymique des fraisiers cultivés”, Bulletin de la So (...)
  • 263 Il convient de noter qu’une rue Desportes a été inaugurée au Mans en 1885, mais en l’honneur d’un c (...)

193En 1841, à l’âge de soixante-quatre ans, Narcisse Desportes épouse Marie-Estelle Pesche, de vingt-trois ans sa cadette. Elle est la fille du libraire-éditeur Clément Pesche chez lequel Desportes a publié le Rosetum gallicum et les différentes éditions de la Description topographique. En 1851, Desportes est élu archiviste et membre de la Commission des publications de la Société d’horticulture de la Sarthe qui vient d’être fondée sous son impulsion. Il profite de sa position pour publier dans le Bulletin de la Société un “Tableau méthodique et synonymique des fraisiers cultivés” (1854)262, où il donne la description de deux cents variétés et de quinze espèces et qui constitue son dernier travail scientifique. Lorsqu’il décède, le 7 juillet 1856, Narcisse Desportes laisse une faible fortune à sa veuve qui vend aussitôt tous ses livres au premier brocanteur venu263. Son herbier – qui comprend notamment tous les spécimens de référence du Rosetum gallicum – est tout d’abord acquis par un Manceau qui le revend à René Franchet (1834-1900) qui en donnera à son tour une partie à Emmanuel Drake del Castillo (1855-1900), botaniste français d’origines cubaine, britannique et française, et une autre au Muséum national d’histoire naturelle.

  • 264 Desportes (Narcisse), Rosetum gallicum, op. cit., p. 88.

194Narcisse Desportes est l’auteur d’une espèce valide de la flore de France, Rosa vosagiaca Desportes264, une Rose présente dans toute l’Europe. L’ouvrage dans lequel le nom de cette nouvelle espèce apparaît pour la première fois, le Rosetum gallicum, est un simple catalogue de noms. Desportes ne donne aucun renseignement quant au lieu où il a découvert Rosa vosagiaca.

Bibliographie

Gentil (Ambroise), “Narcisse Desportes, naturaliste manceau”, Bulletin de la Société d’Agriculture, Sciences et Arts de la Sarthe, t. 43, 1909, pp. 109-128.

Gombert (François), “Notice nécrologique de M. Desportes”, Bulletin de la Société horticole de la Sarthe, t. 2, 1856, p. 107.

Nicolas-Charles SERINGE (1776-1858)

195Nicolas-Charles Seringe naît à Longjumeau, dans l’actuel département de l’Essonne, le 3 décembre 1776. Son père, Charles-Toussaint Seringe, est receveur des aides. Au début de l’an V (septembre-octobre 1796), alors qu’il vient de s’inscrire à l’école de santé de Paris, Nicolas-Charles Seringe décide de s’enrôler dans l’armée. Il y sert comme chirurgien major jusqu’en 1801. Avec les campagnes d’Italie, de Suisse et d’Allemagne ainsi que les expéditions d’Égypte et d’Irlande, le programme est pour le moins chargé. Après la victoire de Marengo, dans le Piémont, et celle de Hohenlinden, près de Munich, les Autrichiens sont forcés de négocier : le Traité de paix de Lunéville est signé le 9 février 1801. Seringe pose alors sa démission et s’installe à Berne, capitale de la République helvétique. Il est instituteur à l’académie de Berne dès son arrivée. En 1808, il y épouse Clémentine Starkenfeld (1784-1861), originaire de Strasbourg. Le couple Seringe réside à Berne jusqu’en 1820.

  • 265 Seringe (Nicolas-Charles), Essai d’une monographie des Saules de la Suisse, Berne : impr. Manrhofer (...)
  • 266 Seringe (Nicolas-Charles), Mélanges botaniques, Berne : Société typographique ; Leipzig : C. Cnoblo (...)

196En 1801, Nicolas-Charles Seringe est déjà un botaniste averti. Il consacre une grande partie de son temps libre à des herborisations à travers toute la Suisse. Il prépare des plantes en herbier qu’il vend ou échange. Sa véritable passion est l’étude des Saules auxquels il consacre de nombreuses explorations. En 1815, il publie un Essai d’une monographie des Saules de la Suisse265 comprenant la description de trente-six espèces. Pour aider le lecteur à déterminer les espèces, Nicolas-Charles Seringe a l’idée originale et étonnante pour l’époque de représenter une clé dichotomique sous la forme d’un arbre ; cette figure ne représente pas les affinités ni la généalogie des espèces mais s’en approche de manière flagrante. En 1818, il publie le premier tome de ses Mélanges botaniques266 qui comprennent une Critique des Roses desséchées et une Monographie des Céréales de la Suisse.

  • 267 Seringe (Nicolas-Charles), “Caryophylleae”, in Candolle (Augustin-Pyramus de), Prodromus systematis (...)
  • 268 Seringe (Nicolas-Charles), “Esquisse d’une monographie du genre Aconitum”, Musée helvétique d’Histo (...)
  • 269 Seringe (Nicolas-Charles), Mélanges botaniques, Genève : [s.n.], 1824-1826, t. 2, pp. 1-114, 1 pl.

197En 1820, Nicolas-Charles Seringe est appelé à Genève par Augustin-Pyramus de Candolle (1778-1841) pour y assurer la fonction de directeur-adjoint du Jardin botanique. Sous l’influence d’un tel maître, Seringe produit d’excellents travaux. Il a notamment l’honneur de collaborer au Prodromus systematis naturalis regni vegetabilis pour lequel il rédige la partie concernant les Caryophyllacées et les Cucurbitacées, ainsi que les monographies de nombreux genres267 : au sein des Légumineuses, les genres Medicago, Trigonella, Pocockia, Melilotus, Trifolium, Dorycnium, Lotus, Tetragonolobus, Faba, Vicia, Ervum, Pisum, Lathyrus, Orobus ; au sein des Rosacées, les genres Amygdalus, Persica, Armeriaca, Prunus, Cerasus, Spiraea, Geum, Rubus, Fragaria, Potentilla, Agrimonia, Rosa ; au sein des Onagrariées, les genres Epilobium, Gaura, Oenothera ; au sein des Saxifrages, les genres Dieterica, Weinmannia, Hydrangea, Saxifraga, Leptarrhena, Chrysosplenium, Mitella, Tiarella, Heuchera. Seringe est le plus important collaborateur d’Augustin-Pyramus de Candolle. Il publie également des travaux indépendamment : une Esquisse d’une monographie du genre Aconitum (1823)268 et les cinq premiers mémoires du deuxième tome de ses Mélanges botaniques (1824-1826)269.

198En août 1830, Nicolas-Charles Seringe reçoit la visite de deux botanistes lyonnais. Clémence Lortet (1772-1835) et Georges Roffavier (1775-1866) viennent lui proposer la direction du Jardin botanique municipal de Lyon, en remplacement de Giovanni-Baptista Balbis (1765-1831), ami fidèle d’Augustin-Pyramus de Candolle et qui a décidé de retourner à Turin, sa ville natale. Clémence Lortet et Georges Roffavier réussissent à persuader Nicolas-Charles Seringe de les accompagner à Lyon où il reste d’abord peu de temps ; il y retourne ensuite en octobre ; enfin, en avril 1831, il quitte définitivement Genève pour s’installer à Lyon. L’atmosphère qui y règne à son arrivée lui fait rapidement oublier le calme helvétique. Les canuts sont alors en pleine révolte.

199À l’âge de cinquante-quatre ans, Nicolas-Charles Seringe commence une nouvelle et brillante carrière. Depuis août 1830, il est officiellement professeur titulaire de la chaire de Botanique de la faculté des sciences de Lyon et directeur du Jardin botanique, où il habite. Mais les fonctions ne dispensent pas d’avoir des titres, bien au contraire. Au regard de toutes les administrations, les situations doivent être régularisées : à l’âge de cinquante-huit ans, en juillet 1834, le professeur Seringe passe le baccalauréat ès lettres et le baccalauréat ès sciences naturelles à la faculté de Grenoble ; l’année suivante, il obtient sa licence ès sciences naturelles et le grade de docteur ès sciences, devant la faculté de Lyon.

  • 270 Quelques-uns de ces articles traitent d’anatomie des plantes, d’horticulture et d’agriculture, mais (...)
  • 271 Seringe (Nicolas-Charles), Mélanges botaniques, Lyon : J.-M. Barret, 1831, t. 2, pp. 115-158, 2 pls (...)

200Nicolas-Charles Seringe partage son temps entre le professorat, l’entretien du Jardin botanique et la publication de travaux scientifiques. Il prend très à cœur les leçons de botanique qu’il doit dispenser. Il emmène régulièrement les étudiants de la faculté et les auditeurs du Jardin botanique en excursion dans les monts du Lyonnais. Le Jardin des plantes lui doit d’importants aménagements, notamment un agrandissement de l’école de botanique qu’il dispose suivant les familles naturelles et, surtout, la création du parc de la Tête d’Or. Au cours de sa période lyonnaise, Seringe fait paraître un peu plus d’une dizaine d’articles dans les bulletins des sociétés savantes locales dont il est membre, comme la Société d’agriculture ou la Société linnéenne de Lyon270, il publie également des ouvrages généraux de botanique qui lui assurent une certaine notoriété : le sixième et dernier mémoire de ses Mélanges botaniques (1831) consacré à la culture des céréales pour la fabrication des chapeaux de paille, les Éléments de botanique (1841), les Flore et Pomone lyonnaises (1847), la Flore du pharmacien, du droguiste et de l’herboriste (1852), les Description, culture et taille des Mûriers (1855) et la Nouvelle disposition des familles végétales (1856)271. Il convient également de signaler que Seringe effectue à Lyon des recherches sur les causes des maladies des vers à soie et des mûriers qui ont un rôle crucial dans le développement de l’industrie de la soierie lyonnaise. Enfin, on lui doit l’invention d’un moyen de fabriquer du papier à partir de la pâte de bois. Après avoir été un membre très actif de la communauté savante locale, Nicolas-Charles Seringe décède à Lyon le 29 septembre 1858.

  • 272 Seringe (Nicolas-Charles), “Leguminoseae”, in Candolle (Augustin-Pyramus de), Prodromus systematis (...)
  • 273 Idem, p. 180.
  • 274 Duby (Jean-Étienne), Botanicon Gallicum, Paris : Desray, 1828, t. 1, p. 211 ; Godron (Dominique-Ale (...)

201Nicolas-Charles Seringe est le premier auteur d’une espèce et l’auteur de trois espèces valides de la flore de France. Deux d’entre elles ont été décrites dans le Prodromus à partir de l’herbier d’Augustin-Pyramus de Candolle : Lathyrus cirrhosus Seringe in De Candolle272, une espèce endémique des Pyrénées et des Cévennes, et Medicago tenoreana Seringe in De Candolle273, présente dans le sud-ouest de l’Europe. Les deux autres ont été décrites par Jean-Étienne Duby (1798-1885), ancien élève de de Candolle et pasteur à Genève, dans son Botanicon Gallicum (1828), à partir de plantes récoltées en Corse par le capitaine Soleirol : Saxifraga Corsica (Seringe ex Duby) Grenier et Godron, endémique de Corse et de Sardaigne, d’abord considérée par Seringe comme une variété Corsica de Saxifraga granulata Linné, puis élevée au rang d’espèce par Dominique-Alexandre Godron (1807-1880) et Charles Grenier (1808-1875)274 ; Cerastium soleirolii Seringe ex Duby, endémique de Corse.

Bibliographie

Magnin (Antoine), “Histoire des botanistes lyonnais (première partie)”, Bulletin de la Société botanique de Lyon, t. 31, 1906, pp. 7-72.

Magnin (Antoine), “Histoire des botanistes lyonnais (deuxième partie)”, Bulletin de la Société botanique de Lyon, t. 32, 1907, pp. 1-67.

Magnin (Antoine), “Additions et corrections à l’histoire des botanistes lyonnais”, Bulletin de la Société botanique de Lyon, t. 32, 1907, pp. 103-141.

Magnin (Antoine), “Additions et corrections à l’histoire des botanistes lyonnais”, Bulletin de la Société botanique de Lyon, t. 35, 1910, pp. 13-80.

Joseph, Antoine RISSO (1777-1845)

202Antoine Risso naît le 8 mars 1777 a Nice. Le comté de Nice est alors sous l’autorité de la maison de Savoie qui possède également le royaume de Sardaigne, le duché de Savoie (approximativement, les actuels départements de Savoie et de Haute-Savoie), le Piémont et quelques enclaves comme le comté de Tende ou le port d’Oneglia, près de Gênes. Depuis le XVeme siècle, la capitale de la maison de Savoie est la ville de Turin. À la naissance d’Antoine Risso, le duc roi est Victor-Amédée III. Le père d’Antoine Risso, négociant niçois, décède en 1785, et sa mère l’année suivante. C’est un oncle maternel qui recueille le jeune garçon et ses trois sœurs cadettes. Vers l’âge de onze ans, Antoine Risso suit les leçons privées de botanique et les herborisations dispensées à Nice par Giovanni-Baptista Balbis (1765-1831), l’un des meilleurs disciples de Carlo Allioni (1728-1804), le célèbre professeur de matière médicale de l’université de Turin.

203Lorsqu’éclate la guerre entre l’Autriche et la France à la fin du mois d’avril 1792, le duc roi, dont les deux filles ont épousé les deux frères de Louis XVI, est aussitôt déclaré ennemi de la République. L’armée des Alpes maritimes, qui gardait paisiblement la frontière du Var jusque-là, menace de bombarder Nice le 21 septembre 1792. Les troupes du général d’Anselme franchissent la rivière dans la nuit du 28 au 29, près de Saint-Laurent. Les autorités niçoises, les soldats du duc roi et quelques notables ayant fui le 26 septembre, juste avant l’arrivée des troupes républicaines, les Niçois s’affrontent entre profrançais républicains et partisans du duc roi. À leur arrivée dans la ville, les soldats français pillent à leur tour quelques joailleries et orfèvreries, puis le calme est finalement rétabli. Des administrateurs provisoires sont nommés. Le comté de Nice devient le département des Alpes-Maritimes le 4 février 1793. Il est le quatre-vingt-cinquième département français. C’est au milieu de cette tourmente révolutionnaire, dans le mois d’octobre 1792, que Risso entre comme apprenti en pharmacie chimique et galénique chez le citoyen Chartroux. Risso accueille très favorablement la République ; il est vrai qu’Augustin Balmassière-Chartroux (1728- ?) et Balbis, qui influencent beaucoup Risso dans sa jeunesse, sont violemment profrançais.

204En 1792, Antoine Risso passe donc des leçons et herborisations de Balbis à l’officine de Chartroux. Ce dernier, né à Tarascon en 1728, est l’un des premiers botanistes des environs de Nice et l’un des pharmaciens les plus réputés de la région. Risso reste sept années à son service. Devenu approuvé, c’est-à-dire apprenti expérimenté mais non responsable, Risso gère fréquemment l’officine de Chartroux car ce dernier, juge au Tribunal de Nice et commissaire d’une section de la ville, est souvent absent. Au fil des années, Risso devient un remarquable botaniste. Il connaît parfaitement toute la flore des environs de Nice. Lorsqu’il quitte Chartroux, en 1799, il a un herbier riche de plusieurs centaines d’espèces.

  • 275 Né à Saint-Jean de Maurienne, en Savoie, François-Emmanuel Fodéré (1764-1835) obtient le grade de d (...)

205La vie et les études de Risso sont profondément marquées par son passage à l’école centrale de Nice, à l’instar de tous les savants qui ont étudié ou qui ont professé dans ces écoles nouvellement créées. L’enseignement qui y est dispensé est radicalement différent de celui des collèges de l’Ancien Régime. L’histoire naturelle y fait notamment son apparition. L’école centrale du département des Alpes-Maritimes est inaugurée à Nice le 11 nivôse an VII (31 décembre 1798). Risso, bien que plus âgé que la moyenne des élèves qui ont entre douze et dix-huit ans, y entre aussitôt. François-Emmanuel Fodéré (1764-1835)275 y dispense les leçons d’histoire naturelle, physique, chimie et philosophie. Pour des raisons tant scientifiques que politiques, Risso trouve en Fodéré un homme dont il se sent proche. Il suit essentiellement ses leçons de chimie, de physique et de zoologie, disciplines en lesquelles il est alors pour ainsi dire novice. Le 17 ventôse an X (8 mars 1802), Risso est nommé gardien-chef de l’école centrale et jardinier en chef du Jardin botanique qui en dépend. En parallèle de cet emploi officiel, il lui arrive de seconder Fodéré dans ses leçons de chimie expérimentale. Les écoles centrales ayant été supprimées en floréal an X (avril-mai 1802), l’école centrale de Nice est temporairement remplacée par une école secondaire d’arrondissement, en attendant la création des écoles et lycées napoléoniens. Fodéré est nommé directeur et assure les cours de physique et de philosophie. Risso y assure les leçons d’histoire naturelle, qui constituent sa première expérience de professorat.

206À la même époque, le 13 brumaire an XI (4 novembre 1802), Risso est autorisé à se présenter devant la Commission de santé et de salubrité publique du département des Alpes-Maritimes – composée de trois médecins, dont Fodéré, et de deux pharmaciens, afin d’obtenir le titre de pharmacien. 11 s’installe à son compte dans une boutique de la rue de l’Égalité (à laquelle, logiquement, on donne plus tard le nom de rue Impériale, avant qu’elle ne devienne l’actuelle place Saint-Dominique). Il y demeure vingt-trois années, avant de transmettre sa boutique en 1825 à l’un de ses disciples, Louis Roubaudi.

  • 276 Risso (Antoine), Ichtyologie de Nice, ou Histoire naturelle des poissons du département des Alpes-M (...)
  • 277 Risso (Antoine), “Mémoire sur l’histoire naturelle des Orangers”, Annales du Muséum d’Histoire natu (...)

207Pour Risso, la première décennie du XIXème siècle est riche en investigations diverses. Savant complet, il s’intéresse alors à toutes les branches de l’histoire naturelle, sans oublier la physique et la chimie. La journée, il tient son officine et, le soir venu, il étudie les animaux et plantes qu’il a récoltés dans les environs de Nice. Il devient peu à peu un savant reconnu : Augustin-Pyramus de Candolle 1778-1841) (réside chez Risso entre le 24 juin et le 24 juillet 1808, lors de son voyage dans le sud-est de la France ; ils effectuent ensemble de nombreuses herborisations. En 1810, paraît son premier ouvrage, l’Ichtyologie de Nice, ou Histoire naturelle des poissons du département des Alpes-Maritimes276. Viennent ensuite un Mémoire sur l’histoire naturelle des Orangers (1813), et des Observations géologiques sur la presqu’île de Saint-Hospice (1813)277.

208En 1813, Risso épouse Marie-Joséphine-Louise Defly, âgée de seize ans. Elle est la petite-fille de Jacques-François Defly, maire de Nice sous le Consulat, entre 1802 et 1804. Risso et sa femme n’auront pas d’enfant. La même année, Risso effectue son premier voyage à Paris, de mai à août 1813. Il fréquente assidûment le Muséum national d’histoire naturelle et rencontre beaucoup de savants : Jean-Baptiste de Lamarck (1744-1829) et Georges Cuvier (1769-1832), René Desfontaines (1750-1833), le physicien Louis-Joseph Gay-Lussac (1778-1850), les minéralogistes Alexandre Brongniart (1770-1847) et Barthélémy Faujas de Saint-Fond (1741-1819), les zoologistes Henri de Blainville (1777-1850), Étienne de Lacépède (1756-1825), Charles-Alexandre Lesueur (1778-1846) et Constant Duméril (1774-1860). En dehors de ses occupations scientifiques, Risso s’octroie quelques loisirs : musicien (il joue de la flûte et de la contrebasse), il va écouler les Noces de Figaro à l’Odéon ; il fréquente également le Théâtre français (il est d’ailleurs nommé administrateur du Théâtre municipal de Nice en 1830).

209En avril 1814, à la fin de l’épopée napoléonienne, le comté de Nice est rendu à la maison de Savoie. Les citoyens français des Alpes-Maritimes redeviennent sujets du roi de Sardaigne Victor-Emmanuel Ier. Bien que profondément attaché à la France, Antoine Risso décide de rester à Nice, sa vraie patrie. La royauté s’affirme par l’installation de nouvelles institutions. Le lycée de Nice, inauguré en 1812 et dans lequel Risso professe les sciences physiques et l’histoire naturelle, est supprimé en juillet 1814, tandis que l’école médico-chirurgicale, fondée en 1720 et supprimée en 1793, réapparaît. Comme souvent, les noms des institutions changent mais les personnes demeurent. Risso obtient la chaire de Botanique de l’école médicochirurgicale et la conserve jusqu’à son décès. Le roi de Sardaigne remet également en cause les titres et diplômes français. Risso doit attendre 1817 pour que son titre de pharmacien soit reconnu par l’université de Turin.

FIG. 37 - Risso (Antoine) 1777-1845.

  • 278 Risso (Antoine), Histoire naturelle des Crustacés des environs de Nice, Paris : Librairie grecque-l (...)
  • 279 Risso (Antoine), Histoire naturelle des principales productions de l’Europe méridionale et particul (...)

210Le rattachement de Nice à la maison de Savoie ne perturbe aucunement les activités de Risso. Entre 1814 et 1825, il demeure pharmacien le jour et continue d’étudier les curiosités de la nature la nuit. Avec les années, il délaisse peu à peu sa passion de jeunesse, la botanique, au bénéfice de la zoologie, et plus particulièrement de la faune marine de Nice. Ses travaux paraissent régulièrement : l’Histoire naturelle des Crustacés des environs de Nice (1816), l’Histoire naturelle des Orangers (1818-1820), en collaboration avec Antoine Poiteau et un Aperçu géologique des environs de Nice (1824)278. En 1825, Risso est un naturaliste définitivement renommé. Il est membre de près de vingt sociétés et académies des sciences. Il correspond avec de nombreux scientifiques. En plus des savants parisiens déjà évoqués, nous pouvons citer les botanistes Alexander von Humboldt (1769-1859), Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent (1778-1846), Alphonse de Brébisson (1798-1872) et Augustin-Pyramus de Candolle, les zoologistes François Péron (1775-1810), Étienne Geoffroy Saint-Hilaire (1772-1844) et Jean-Félix-Vincent Lamouroux (1779-1825), et le géologue Léonce Élie de Beaumont (1798-1874). Risso a de vastes projets. Pour se consacrer entièrement à ses projets d’histoire naturelle, Risso cède en 1825 son officine à son élève Roubaudi. Il peut désormais effectuer ses recherches à la lumière du jour. Depuis cette date jusqu’à son décès, le 25 août 1845, il publie de nombreux travaux. Trois d’entre eux, imposants et fondamentaux, méritent d’être cités : l’Histoire naturelle des principales productions de l’Europe méridionale et particulièrement de celle des environs de Nice et des Alpes-Maritimes (1826-1827), le Nouveau guide du voyageur dans Nice et notices sur l’histoire civile et naturelle de cette ville (1841), la Flore de Nice et des principales plantes exotiques naturalisées dans ses environs (1844)279.

  • 280 Cité par Monod (Théodore), “Antoine Risso, le naturaliste”, Annales du Muséum d’Histoire naturelle (...)

211Antoine Risso a souhaité embrasser tous les domaines de l’histoire naturelle, tel un savant du XVIlIème siècle qui voulait étudier toutes les curiosités naturelles qu’il rassemblait dans son cabinet. Il vivait cependant à une époque où la spécialisation devenait chaque jour plus inéluctable pour effectuer des travaux originaux. Le reproche a souvent été fait à Risso de ne pas aller au fond des choses. Certaines critiques de ses ouvrages furent même très virulentes. Au sujet de son Histoire naturelle des principales productions de l’Europe méridionale (1826-1827), le baron de Férussac (1786-1836), conchyliologiste concurrent, écrivit que “les découvertes sont semées dans ce livre comme la pluie et le beau temps dans l’almanach de Bâle. Un ouvrage de ce genre est une vraie calamité pour les naturalistes, et fait beaucoup de tort à la science” et le botaniste Giuseppe De Notaris (1805-1877) considéra la Flore de Nice (1844) de Risso comme “l’un des livres de botanique descriptive les plus tristes”280. Ces remarques, en partie justifiées, ne doivent pas occulter le fait que Risso est tout de même l’auteur de deux noms d’espèces valides de plantes, de trente noms de Crustacés décapodes et stomatopodes et de plusieurs dizaines de noms de Poissons et de Mollusques. N’oublions pas non plus que, par ses travaux et son professorat, Risso a grandement contribué au développement de l’histoire naturelle dans les Alpes maritimes.

212Antoine Risso est l’auteur d’une espèce valide de la flore de France : Polygala nicaeensis Risso ex Koch in Röhling', présente dans le sud de l’Europe, jusqu’au sud-est de la Russie. La première description a été donnée dans la Deutschland Flora à partir d’un échantillon vraisemblablement récolté par Antoine Risso dans les environs de Nice. Elle était également connue des environs de Trieste.

Bibliographie

Monod (Théodore), Hureau (Jean-Claude) (sous la dir.), “Un Pharmacien niçois, Antoine Risso”, Annales du Muséum d’Histoire naturelle de Nice, t. 5, 1977, pp. 1-220.

Augustin-Pyramus de CANDOLLE (1778-1841)

  • 281 Rohling (Johann-Christoph), Deutschland Flora, 3ème éd., Frankfurt am Main : Friedrich Wilmans, 183 (...)

213Augustin-Pyramus de Candolle est à la fois un des plus importants descripteurs de plantes nouvelles et un des très grands théoriciens de la botanique. Il est de loin le botaniste qui a découvert le plus d’espèces nouvelles de la flore de France. Il a donné ses lettres de noblesse à la méthode naturelle. Si le nom de Carl von Linné (1707-1778) a quelque popularité, celui d’Augustin-Pyramus de Candolle demeure totalement inconnu du public, ce qui est un sort bien injuste si l’on se réfère à l’importance de ses travaux. Aucune biographie de ce grand savant n’est à ce jour disponible. Heureusement, ses Mémoires et souvenirs (1862)281, absolument passionnants, sont en instance d’être réédités, par J.-D. Candaux et J.-M. Drouin (Genève : Georg).

  • 282 Idem, p. 5.

214Les Mémoires et souvenirs commencent par ces lignes d’anthologie : “Je suis né à Genève, le 4 février 1778. Je cite cette date avec exactitude parce qu'elle a eu peut-être quelque influence sur mon sort. Linné était mort dans le mois de janvier ; Haller et Bernard de Jussieu quelques mois seulement avant ma naissance ; or, à cet âge heureux de la vie où aucune entreprise ne paraît au-dessus de la dose d’activité dont on se sent animé, il m’est quelques fois arrivé de m’exhorter moi-même à marcher sur les traces de ces trois hommes célèbres et de tâcher de me persuader, tant bien que mal, que j’y étais destiné par le hasard de ma naissance. Ce raisonnement, dont je ne me dissimulais pas la fausseté, a jusqu’à un certain point contribué à me faire publié la Flore française pour imiter Haller, la Théorie élémentaire de la Botanique pour être digne de Bernard de Jussieu, et le Prodromus systematis naturalis vegetabilium pour remplacer l’ouvrage de Linné. En commençant par cet aveu, ridicule peut-être, je donne dès la première page de cet écrit, la preuve du désir que j’ai de m’y peindre avec franchise”282.

  • 283 Idem, p. 12.

215Le père d’Augustin-Pyramus de Candolle, élu de la République de Genève, descend d’une famille provençale dont un des membres, Pyramus de Candolle, protestant, a dû fuir la France pendant les guerres de religion, à la fin du XVIème siècle. Augustin-Pyramus de Candolle passe tous les étés à Bellevue, dans la campagne à proximité de Genève, en compagnie de ses parents et de son frère cadet, né dix mois seulement après lui. Ils y fréquentent leur voisin et ami le philosophe et naturaliste Charles Bonnet (1720-1793). 11 précisera plus tard qu’il était alors “trop jeune pour en profiter”283 : Charles Bonnet n’a pour ainsi dire aucune influence sur lui. Jusqu’à l’âge de treize ans, à l’école puis au collège, Augustin-Pyramus de Candolle est, selon ses propres aveux, un élève moyen : à treize ans, la découverte de la poésie et du théâtre – il devient un lecteur assidu de Racine – le motive soudainement et lui permet de s’asseoir dans les premiers rangs.

  • 284 Fils d’un charpentier originaire de Neuchâtel, Jean-Pierre Vaucher (1763-1841) naît à Genève où il (...)
  • 285 Candolle (Augustin-Pyramus de), Mémoires et souvenirs, op. cit., p. 27.
  • 286 Idem, p. 28.
  • 287 Idem.
  • 288 Idem, p. 29.

216En été 1792, lorsque l’armée révolutionnaire française se poste autour de Genève, la famille de Candolle se réfugie à la campagne, dans leur propriété familiale de Champagne, près de Grandson, au bord du lac de Neuchâtel. En automne 1792, de Candolle entre à l’auditoire des belles-lettres de l’académie de Genève (équivalent de la classe de rhétorique des collèges français). En été 1793, il retourne à Champagne, où il fait la rencontre d’une certaine madame de Luze, de cinq ans son aînée. Il lui fait la lecture durant de longues heures et l’accompagne dans des promenades qui n’ont aucun caractère botanique. Au printemps 1794, sans réelle motivation, pour faire comme ses camarades, de Candolle s’inscrit au cours de botanique que le professeur Jean-Pierre Vaucher (1763-1841284) dispense dans un “très modeste Jardin que la Société de physique et d’histoire naturelle [vient] de créer”285. Il ne se doute alors pas que “ces quelques leçons vont décider du sort de [sa] vie”286. Pour l’heure, Augustin-Pyramus de Candolle ne s’intéresse alors qu’à la littérature et la philosophie : il lit Étienne de Condillac (1715-1780) et John Locke (1632-1704), ainsi que des œuvres dramatiques ; il projette de composer un dictionnaire des étymologies grecques de la langue française. Au cours de l’été 1794, de Candolle, qui ne connaît aucun nom de plante, “commence à observer les plantes avec intérêt”287 : “celui qui à cette époque – confie-t-il – m’aurait dit que je travaillais à ce qui devrait faire l’occupation de ma vie entière m’aurait encore bien étonné : je ne croyais me livrer qu’à un délassement et ne me le permettais même que lorsque je croyais avoir donné assez de temps à des travaux littéraires”288. À l’insu de de Candolle, les leçons de Vaucher ont porté leurs fruits.

  • 289 Candolle (Augustin-Pyramus de), Théorie élémentaire de la botanique, Paris : Déterville, 1813, VIII (...)
  • 290 Idem, p. 36.
  • 291 Idem, p. 37.
  • 292 Duhamel du Monceau (Henri-Louis), Physique des Arbres, Paris : Guérin et Delatour, 1758, 2 vols.
  • 293 Gilibert (Jean-Emmanuel), Caroli Linnaei botanicorum principis Systema plantarum Europae, Coloniae (...)
  • 294 Idem, p. 37.

217En automne 1794, de Candolle entre à l’auditoire de philosophie, où il suit des cours de mathématiques, de logique (il avouera que sa Théorie élémentaire de la botanique [1813]289 leur doit beaucoup), de métaphysique, dispensés par Pierre Prévost (1751-1839), et de physique par Marc-Auguste Pictet (1752-1825). À cette époque, il rend régulièrement visite au célèbre vainqueur du Mont-Blanc, Horace-Bénédict de Saussure (1740-1799), qui tente en vain de le détourner de la botanique : “J’ai retrouvé – raconte de Candolle – des idées analogues chez la plupart des physiciens. Comme ils n’ont jamais besoin de l’Histoire naturelle organique pour leurs propres travaux, ils ne l'étudient pas et n’en comprennent ni l’intérêt ni futilité, tandis qu’au contraire les naturalistes, qui ont souvent besoin de la physique et de la chimie, rendent à ces études la justice qui leur est due. L’exemple de M. de Saussure m’est souvent revenu dans la pensée... et j’ai eu pour principe, dans mes relations avec les jeunes, de ne jamais les décourager de la branche qu’ils aimaient, persuadé qu’on peut être utile dans toutes les carrières, pourvu qu’on s’y plaise”290. En mai 1796, il quitte l'auditoire de philosophie “bien décidé à n’être ni jurisconsulte ou avocat”291. À Champagne, l’été, il lit La Physique des Arbres (1758)292 de Henri-Louis Duhamel du Monceau (1700-1782) et se procure l’édition que Jean-Emmanuel Gilibert (1741-1814) a faite du Systema plantarum (1785-1787)293 de Linné. Au sujet de cet ouvrage, il écrira que “les deux années consacrées à cette étude sans aucun livre [l’]avaient déjà habitué à certains rapports naturels [qu’il voyait] rompus dans le système de Linné, de sorte [qu’il s’accoutuma] dès lors à le considérer comme un simple dictionnaire294. C’est au cours de cet été 1796, dans les montagnes entourant Neuchâtel, que de Candolle, accompagné de son frère cadet, fait sa première excursion botanique.

  • 295 Déodat, Guy, Sylvain, Tancrède de Gratet de Dolomieu (1750-1801), dit Dieudonné Dolomieu, naît dans (...)
  • 296 Candolle (Augustin-Pyramus de), Mémoires et souvenirs, op. cit., p. 39.
  • 297 Idem, p. 42.
  • 298 Étienne Delessert (1735-1816) naît à Lyon, où il est banquier un moment, puis monte à Paris en 1777 (...)
  • 299 Candolle (Augustin-Pyramus de), Mémoires et souvenirs, op. cit., p. 44.
  • 300 Idem, p. 45.

218En novembre 1796, de Candolle suit à Paris trois de ses camarades (dont l’un est le fils du professeur Pictet) qui y ont été invités par le géologue Dieudonné Dolomieu (1750-1801)295, grâce aux relations entre ce dernier et leurs parents. Ce premier séjour à Paris dure six mois qui paraissent “un seul jour, mais comme un jour qui a décidé de tous les autres”296. Chaque jour, les quatre étudiants voient Dolomieu. Ils habitent au-dessus de ses appartements, rue de Seine. Il les conseille, leur raconte sa vie. Contrairement à Horace-Bénédict de Saussure, Dolomieu encourage vivement de Candolle à s’intéresser à la botanique, bien qu’étant lui-même minéralogiste. Les quatre camarades écoutent, en se les répartissant, tous les professeurs de la place de Paris : Georges Cuvier (1769-1832) en zoologie, que de Candolle admire ; René-Just Haüy (1743-1822) en minéralogie ; Jacques-Augustin-César Charles (1746-1823) en physique expérimentale ; Antoine Portai (1742-1832) en anatomie humaine, dont les leçons sont des “caricatures de l’enseignement”297. C’est également au cours de ce séjour que de Candolle fait la rencontre de la famille Delessert298, des banquiers genevois installés à Paris, d’Alexandre Brongniart (1770-1847), le père du paléobotaniste Adolphe Brongniart (1801-1876), et de Jean-Baptiste de Lamarck (1744-1829). Augustin-Pyramus de Candolle rapporte de la manière suivante sa première entrevue avec le célèbre botaniste : “Je le connaissais de vue pour l’avoir aperçu à l’Institut, mais je n’avais aucun moyen de l’aborder. Je remarquai qu’avant les séances de l’Académie il venait souvent dîner seul chez un petit restaurateur, voisin du Louvre, où je dînais moi-même ; j’engageai mon camarade Pictet à venir un jour se placer à la même table que lui et je me mis à parler à Pictet de mes courses de botanique et de Futilité très-réelle dont la Flore française avait été pour moi. M. de Lamarck écoutait avec attention et finit par se mettre à la conversation. Il m’engagea à aller le voir ; je n’y manquais pas... Ainsi ce dîner, de la rue Saint-Germain-l’Auxerrois a peut-être été la première origine de mon goût pour la physique végétale, de l’entreprise de la Flore française et par suite de mes voyages en France, de ma nomination à Montpellier, et on peut dire de ma vie entière”299. Au printemps 1797, il quitte Paris, ce “sanctuaire de la science”300, et rentre à Genève. De toute évidence, les leçons de Cuvier, les conversations avec l’aimable Dolomieu, la rencontre avec Lamarck, sans oublier les nombreuses soirées passées à admirer les actrices du Théâtre français, ont changé le regard que de Candolle porte sur le monde.

FIG. 38 – Candole (Augustin-Pyramus de) 1778-1841.

  • 301 Né à Genève, le pasteur Jean Senebier (1742-1809) s’intéresse à toutes les branches du savoir : il (...)
  • 302 Candolle (Augustin-Pyramus de), “Premier essai sur la nutrition des Lichens”, Journal de Physique, (...)
  • 303 Candolle (Augustin-Pyramus de), Mémoires et souvenirs, op. cit., p. 53.

219À Genève, Augustin-Pyramus de Candolle se lie d’amitié avec Jean Senebier (1742-1809)301, pour qui Lamarck lui a confié un livre et qui l’entretient de nombreuses questions de physiologie végétale dont il profite pleinement. Durant tout l’été, il se livre à diverses expériences dans la propriété de Champagne et lit un Essai sur la nutrition des lichens, son premier travail, à la Société d’histoire naturelle de Genève302. En mars 1798, alors que la France devient chaque jour un peu plus conquérante, de Candolle décide de partir à l'étranger pour étudier la médecine et la botanique afin de se “donner une double chance”303, la médecine étant bien entendu prépondérante socialement mais secondaire dans son esprit. Un moment, il hésite entre Göttingen et Paris. Il choisit finalement Paris à cause de son ignorance de la langue allemande et des quelques contacts préétablis, et cela, il convient de l’avouer, pour la plus grande chance de la botanique française. De Candolle quitte Genève le 25 mars 1798, juste avant que Genève ne devienne le chef-lieu du département français du Léman. Même si elle est la capitale d’un pays par trop expansionniste, la ville de Paris et tous les savants qui y vivent le fascinent.

  • 304 Idem, p. 57.
  • 305 Bernard-Germain-Étienne de La Ville-sur-Illon (1756-1825), comte de Lacépède, est une figure partic (...)
  • 306 Idem, p. 57.
  • 307 Constant Duméril (1774-1860) succède en 1825 au comte de Lacépède comme professeur de zoologie des (...)
  • 308 De Candolle conserve toujours d’excellentes relations avec Georges Cuvier. En novembre 1803, Cuvier (...)
  • 309 Candolle (Augustin-Pyramus de), Mémoires et souvenirs, op. cit., p. 67.
  • 310 Idem, p. 68.

220Augustin-Pyramus de Candolle reste à Paris jusqu’en 1808. C’est une période absolument cruciale dans sa vie. C’est là qu’il choisit d’abandonner la physiologie végétale pour se destiner exclusivement à la systématique botanique. Il y fréquente de célèbres personnalités scientifiques. Il y réalise la Flore française, le premier de ses trois ouvrages majeurs. Enfin, il y acquiert une incontestable et définitive notoriété. Lorsqu’il arrive à Paris, Dolomieu est à la veille de son départ pour la fameuse expédition d’Égypte. Malgré ses insistances, de Candolle refuse de l’accompagner. Dès les premiers jours, il s’inscrit à l’école de santé mais pour échapper à ces “mélancoliques études”304 et aux hôpitaux, qu’il tient en horreur, il se réfugie au Muséum national d’histoire naturelle. Il y écoute le comte de Lacépède305. Jean-Baptiste de Lamarck et Georges Cuvier pour la zoologie ainsi que l’abbé Haüy pour la minéralogie. Pour la botanique, il étudie les plantes de l’école de botanique durant des journées entières. Comme il fait ses observations en restant assis sur un arrosoir, les jardiniers le surnomment le "jeune homme à l’arrosoir”306. Augustin-Pyramus de Candolle sort rapidement de l’anonymat. Alexandre Brongniart, qu’il a rencontré lors de son précédent passage à Paris mais qui ne le connaît guère, lui propose de participer à une exploration qu’il organise dans la forêt de Fontainebleau, en compagnie de Constant Duméril (1774-1860)307 et de Georges Cuvier308. On s’en doutera, la proximité de ces trois maîtres a une influence considérable sur le jeune de Candolle : il confiera que c’est en les voyant “observer la nature [qu’il a appris] l’art difficile de l’observation”309 ; “c’est encore aujourd’hui à cette course – écrira-t-il également – que je suis tenté de rapporter ma vie scientifique. Aussi ai-je toujours conservé un attachement particulier pour cette antique forêt de Fontainebleau, et jamais je ne la traverse sans éprouver une véritable émotion de souvenir et de reconnaissance”310.

  • 311 Idem, p. 103.

221Dès son arrivée, de Candolle fréquente des membres de la haute société genevoise installée à Paris. Ces rencontres sont importantes parce que, d’une part, elles sont le premier accueil et le premier réseau de relations du jeune de Candolle, et parce que, d’autre part, elles lui permettent de trouver celle qui deviendra sa femme, mademoiselle Fanny Torras, qu’il épouse le 4 avril 1802. Le couple de Candolle perdra deux enfants ; seul le futur botaniste Alphonse-Pyramus, né le 28 octobre 1806, leur demeurera. Parmi toutes ces relations, la famille Delessert est incontestablement celle qui compte le plus. De Candolle rencontre chez eux plusieurs personnages influents de l’époque. Surtout, il devient l’ami intime de Benjamin Delessert, personnage froid et timide au premier abord mais en réalité autant chaleureux qu’il est occupé par son travail. Augustin-Pyramus de Candolle et Benjamin Delessert passent ensemble de nombreuses soirées : ils trient le fabuleux herbier de Delessert ; ils réfléchissent à l'organisation d’une Société philanthropique – qu’ils créent en 1806. Parmi les personnalités que de Candolle rencontre à Paris, il en est une dont de Candolle garde le souvenir toute sa vie : le Premier consul, qui le convoque pour un entretien le 1er vendémiaire an IX (23 septembre 1800). Bonaparte souhaite en effet rencontrer trois personnalités désignées par les préfets de chaque département, et de Candolle a eu l’honneur d’être nommé dans la délégation du département du Léman. De Candolle rapporte que Bonaparte se serait exclamé : “Alors, Genève est-elle contente de sa réunion à la France ?” ce à quoi il aurait répondu : “Non Général, mais depuis le 18 brumaire elle est un peu moins mécontente”311.

  • 312 Candolle (Augustin-Pyramus de), Histoire des plantes grasses, Paris : Garneri, 1798-1837, 187 p., 1 (...)
  • 313 Candolle (Augustin-Pyramus de), Mémoires et souvenirs, op. cit., p. 121.

222C’est au cours de ce séjour à Paris que de Candolle acquiert sa notoriété scientifique. S’il en est le premier responsable, il convient d’évoquer le souvenir de ses premiers maîtres. Il est deux rencontres cruciales : René Desfontaines (1750-1833), professeur au Muséum national d’histoire naturelle, et Charles-Louis L’Héritier de Brutelle (1746-1800), fonctionnaire du ministère de la Justice et botaniste distingué. Il fait leur connaissance en été 1798, à peine quelques mois après son arrivée à Paris. À cette date, L’Héritier de Brutelle cherche un botaniste qui puisse décrire les plantes grasses pour lesquelles son ami Pierre-Joseph Redouté (1759-1840) a réalisé des illustrations superbes. C’est Desfontaines qui propose au “jeune homme à l’arrosoir”, qu’il voit chaque jour entre les parterres de l’école de botanique, d’effectuer ce travail sous sa direction ; à peine âgé de vingt ans, de Candolle est chargé de la rédaction de ce qui deviendra la monumentale Histoire des plantes grasses (1798-1837)312 Desfontaines, qui est le premier véritable maître de de Candolle, lui communique le goût de la description d’espèces nouvelles. Après que L’Héritier de Brutelle est assassiné, en 1800, de Candolle convainc l’éditeur de l’Histoire des plantes grasses, qui ne l’a toujours pas payé pour son travail, d’obtenir pour lui et comme dédommagement le riche herbier de L’Héritier de Brutelle. Ainsi, de Candolle devient-il un botaniste digne de ce nom, un botaniste possédant un herbier. L’herbier en question comporte les plantes récoltées par L’Héritier de Brutelle lui-même et de nombreuses plantes qui lui ont été rapportées par divers explorateurs. En lui donnant “de nombreux sujets de recherches”, cet herbier contribue davantage “à [l']éloigner de la physiologie végétale pour [le] jeter dans la description et la classification des plantes”313. Il convient d’ajouter à cette collection des plantes que lui donnent Benjamin Delessert, Louis-Augustin Bosc d’Antic 1759-1828) (ou encore René Desfontaines. À cette date, les plantes de son herbier qu’il a lui-même récoltées sont rares et proviennent toutes des environs de Paris.

  • 314 Barthélémy Faujas de Saint-Fond (1741-1819) est le titulaire de la première chaire de Géologie créé (...)
  • 315 Député à la Convention, Louis-Marie La Révellière-Lépeaux (1753-1824) vote la mort de Louis XVI. Me (...)
  • 316 Le physicien Jean-Baptiste Biot (1774-1862) effectue des travaux dans des domaines variés de la phy (...)
  • 317 Élève de Gaspard Monge (1746-1818) à l’École polytechnique, Sylvestre-François Lacroix (1765-1843) (...)
  • 318 D'après Jean-Marc Drouin, Augustin-Pyramus de Candolle a déjà pensé à toutes les questions touchant (...)

223A Paris, Augustin-Pyramus de Candolle fréquente de nombreux savants. Ses goûts pour la physiologie végétale lui attirent la sympathie de Charles-François Brisseau de Mirbel (1776-1854) qui vient souvent déjeuner chez lui – et qu’il accuse d’ailleurs entre les lignes de ses Mémoires de lui avoir emprunté quelques idées. Ses recherches sur le “sommeil” et le “réveil” des plantes, qu’il effectue dans des caves du Jardin des plantes, lui valent d’être invité aux soirées conviviales et intimes des Thouin, chez qui il rencontre des habitués comme René Desfontaines, le minéralogiste Barthélémy Faujas de Saint-Fond (1741-1819)314 le peintre Gérard Van Spaendonck (1746-1822) ou encore Louis-Marie La Révellière-Lépeaux (1753-1824)315. En septembre 1800, il est nommé membre de la Société philomatique et membre de la commission de son Bulletin. Au cours des séances de cette commission, qui ont alternativement lieu chez chacun des membres et qui sont toujours conclues par un repas, il retrouve ses amis Alexandre Brongniart, Georges Cuvier, Constant Duméril, Jean-Baptiste Biot (1774-1862)316 et Sylvestre-François Lacroix (1765-1843)317. Plus tard, à partir de 1806, il fréquente les mathématiciens, physiciens, chimistes et autres scientifiques célèbres du cercle d’Arcueil. Chaque quinzaine, Claude-Louis Berthollet (1748-1822) réunit à son domicile, à Arcueil, plusieurs personnages qui sont parmi les plus grandes figures scientifiques de l’époque, presque tous membres de l’Institut : Pierre-Simon Laplace (1749-1827), Louis-Joseph Gay-Lussac (1778-1850), François Arago (1786-1853), Étienne-Louis Malus (1775-1812), Siméon-Denis Poisson (1781-1840), Alexander von Humboldt (1769-1859), Jean-Baptiste Biot, Paul Thénard (1777-1857) et Jean-Antoine Chaptal (1756-1832). Au cours des réunions, essentiellement axées vers les mathématiques, la physique et la chimie, de Candolle se forge une excellente culture scientifique. Il profite également de nombreuses discussions avec Alexander von Humboldt, qui vient de créer une nouvelle discipline qui va devenir l’une de ses préoccupations majeures, la géographie botanique318

FIG. 39 – Page de garde du sixième volume (ou cinquième tome) du deuxième tirage augmenté de la troisième édition de Lamarck (Jean-Baptiste de), Candolle (Augustin-Pyramus de), Flore française, 3ème éd., Paris : Desray, 1815, 6 vols. Le premier tirage de cette troisième édition (1805) contient quatre tomes en cinq volumes. Lors du deuxième tirage, le cinquième tome (ou sixième volume) est ajouté.

  • 319 Candolle (Augustin-Pyramus de), Mémoires et souvenirs, op. cit., p. 137.
  • 320 Lamarck (Jean-Baptiste de), Flore françoise,1ère éd., Paris : impr. royale, 1778 [1779], 3 vols.
  • 321 Lamarck (Jean-Baptiste de), Candolle (Augustin-Pyramus de), Flore française, 3ème éd., Paris : Agas (...)
  • 322 Candolle (Augustin-Pyramus de), Mémoires et souvenirs, op. cit., p. 160.
  • 323 Le médecin Aimé Goujaud (1773-1858) dit Bonpland, naît à La Rochelle. Il est surtout connu pour son (...)
  • 324 Candolle (Augustin-Pyramus de), Mémoires et souvenirs, op. cit., p. 162.
  • 325 Idem.
  • 326 Candolle (Augustin-Pyramus de), Synopsis plantarum in Flora gallica descriptarum, Paris : H. Agasse (...)

224À son arrivée à Paris, de Candolle retrouve le chevalier de Lamarck : “Quand je l’interrogeais sur la botanique – confiera de Candolle – il me répondait par de la chimie ou de la météorologie qu’il savait à peine. Je cessai donc d’aller le voir”319. Lamarck lui commande cependant quelques articles pour le quatrième tome de son Encyclopédie méthodique, publié en 1796 par Jean-Louis-Marie Poiret (1755-1834). À plusieurs reprises, Lamarck propose à de Candolle de publier une nouvelle édition de sa Flore française (1778)320. De Candolle commence par refuser puis accepte en 1802, l’année de son mariage. C’est en grande partie pour des raisons matérielles qu’il accepte de se lancer dans une troisième édition de la Flore française de Lamarck. Il est convenu entre l’éditeur Lagasse et les deux auteurs que de Candolle sera payé durant trois années pour en fournir une édition révisée et augmentée. Cette entreprise représente un immense travail. Depuis 1778, de nombreuses espèces ont été décrites, sans compter qu’en 1802 le territoire français ne se limite pas seulement aux frontières actuelles. Augustin-Pyramus de Candolle consacre trois années entières à cette troisième édition de la Flore française qui est publiée en l’an XIII (1805)321. Il raconte dans ses Mémoires que lors de la présentation de l’ouvrage par Lamarck à l’empereur, ce dernier se serait exclamé que cela représentait “un ouvrage bien considérable” et que Lamarck aurait répondu : “Sire, vos conquêtes ont étendu notre besogne !”322. Pour effectuer ce travail, en plus de son propre herbier, alors relativement pauvre pour la flore de France, de Candolle dispose des collections de Lamarck, Delessert, Desfontaines et de la famille Jussieu, qui, rassemblées, sont un inestimable trésor. Durant ces trois années, de Candolle est assisté par Dominique-Sébastien Léman (1781-1829). À raison de deux ou trois matinées par semaine, il trie les plantes que des botanistes envoient à de Candolle : Giovanni-Baptista Balbis (1765-1831) et Carlo Allioni (1729-1804) pour des plantes du Piémont, Jacques Clarion (1776-1844), titulaire de la chaire de Botanique rurale de la faculté de médecine de Paris, pour des plantes de Provence, Aimé Bonpland (1773-1858)323 pour des plantes des environs de La Rochelle, Auguste Broussonet (1761-1807) pour des plantes des environs de Montpellier, Louis Ramond de Carbonnières (1755-1827) pour des plantes des Pyrénées, Léon Dufour (1780-1865) pour des plantes des Landes et des environs de Paris, David-Heinrich Hoppe (1760-1846) et Johann-Christoph Schleicher (1768-1834) pour des plantes des Alpes, et Jean-Louis Thuillier (1757-1822) pour des plantes des environs de Paris. Pour cette édition, Augustin-Pyramus de Candolle décide de classer les plantes suivant les familles naturelles de Jussieu. Il sépare nettement la clé dichotomique servant à la détermination des espèces de la classification. Du point de vue du nombre d’espèces citées, le travail est considérable puisque de Candolle ajoute les descriptions de près de deux mille plantes. Pour la partie cryptogamique, il suit les travaux novateurs de Christiaan-Hendrick Persoon (c. 1761-1836) pour les champignons, de Johann Hedwig (1730-1799) pour les mousses, et d’Erik Acharius (1757-1819) pour les lichens. La réalisation de cette Flore française, qui “[l’]oblige à passer en revue les deux-tiers des familles”324, influence grandement la pensée de de Candolle. C’est “de cette époque [que] datent réellement les opinions [qu’il développe plus tard] dans la Théorie élémentaire325. Conscient qu’une flore n’est pas seulement faite pour être utilisée en cabinet, de Candolle rédige un Synopsis plantarum in Flora gallica descriptarum (1806)326, publié en un petit format in-douze facilement transportable sur le terrain.

  • 327 Candolle (Augustin-Pyramus de), Mémoires et souvenirs, op. cit., p. 75.
  • 328 Idem, p. 125.

225Tout au long de son séjour à Paris, de Candolle effectue de nombreux voyages qui sont, d’une part, des voyages d’ordre personnel, et, d’autre part, des missions dont il est chargé par le ministère de l’Intérieur. Au printemps 1799, il fait le traditionnel voyage en Hollande, pour en “visiter les Jardins, et les cabinets de tableaux des Écoles flamandes” et où “la vue des dunes et des marais [lui ouvre] l’esprit sur divers points de la Géographie des plantes”327. Chaque année, il rejoint ses parents à Champagne “le lieu du monde dans lequel, à tout compter, il [a été] le plus heureux”328 et profite de ces déplacements pour herboriser dans des régions qui lui sont inconnues. En 1799, il passe par la Lorraine, où il rend visite à Rémi Willemet (1735-1807), le directeur du Jardin botanique de Nancy, puis les Vosges et l’Alsace. En 1801, il fait le tour du Mont-Blanc avec quelques amis. En 1805, il fait différentes escapades dans le Jura avec Biot et Bonpland qui lui ont rendu visite à Champagne. Dès 1800, de Candolle conçoit le projet de voyager dans les différentes régions de France afin d'en étudier la botanique, la géographie et l’agriculture. Pour cela il lui faut de l’argent. Grâce aux relations de Benjamin Delessert, il obtient en 1806 une rente annuelle du ministère de l’Intérieur, pour une durée de cinq ans. Le premier voyage est consacré à l’ouest de la France qu’Augustin-Pyramus de Candolle explore du 2 juillet au 26 août 1806 : il visite les environs de Chartres et du Mans, où il est accueilli par le jeune botaniste Narcisse Desportes (1776-1856), le bassin de la Loire, notamment les environs d’Angers où il est guidé par Toussaint Bastard (1784-1846), la Vendée, puis remonte le long de la côte jusqu’à Quimper. Au cours de l’année 1807, il effectue un voyage dans les Pyrénées. Il en profite pour passer à Montpellier où Jean-Antoine Chaptal (1756-1832) propose à de Candolle de remplacer Auguste Broussonet, malade, à la chaire de Botanique de la faculté de médecine. Augustin-Pyramus de Candolle commence par refuser cette offre, pensant que sa charge professorale l’empêchera d’effectuer ses voyages botaniques. Le ministre de l’Intérieur voit les choses différemment et, après lui avoir donné des autorisations d’absence illimitées, assure à de Candolle qu’il devra choisir entre les deux places ou ni l’une ni l’autre.

  • 329 Idem, p. 191.
  • 330 Pierre Dufresne (1786-1836) naît dans une famille de cultivateurs de Haute-Savoie. Il est très tôt (...)
  • 331 Félix Dunal (1789-1856) naît et meurt à Montpellier, où il est l’un des élèves les plus proches d’A (...)

226Augustin-Pyramus de Candolle arrive dans le Languedoc à la fin du mois de mars 1808. Il est aussitôt chaleureusement accueilli, notamment par son collègue Victor Broussonet (1771-1847), le frère de feu Auguste Broussonet. Sa vie à Montpellier est réglée par ses cours de botanique, l’entretien du prestigieux Jardin botanique dont il est nommé directeur en 1810, ses voyages botaniques et ses travaux scientifiques. Ses leçons de botanique, dispensées au printemps de chaque année, comportent de l’organographie, de la physiologie, de la botanique descriptive et une sérieuse initiation à la méthode naturelle. Le fait de professer la classification des plantes par la méthode naturelle, famille par famille, lui vaut les foudres de l’ancien professeur Antoine Gouan (1833-1821), doyen de la communauté savante de Montpellier et des linnéens français, qui a tout fait pour empêcher de Candolle d’obtenir le poste de professeur de botanique. Une fois par semaine, il emmène ses élèves en herborisation à la campagne. Lors de ces sorties, il est suivi par deux à trois cents élèves ; un seul jardinier l’accompagne pour répondre “aux mille et une questions des élèves” et servir “de truchement avec les paysans, dont [il n’entend] guère le patois”329. Il soutient dans ses Mémoires – et nous le croyons volontiers – qu’il n’a “jamais connu de fatigue comparable à celle de ces journées”. Chaque dimanche, il herborise également dans les environs de Montpellier avec une douzaine d’élèves enthousiastes : Pierre Flourens (1794-1867), originaire de Béziers, que de Candolle recommande à Cuvier et qui deviendra un célèbre physiologiste ; le savoyard Pierre Dufresne (1786-1836)330 ; Félix Dunal (1789-1856)331, son aide de camp de toutes les herborisations ; Alexandre Viguier (1790-1867), docteur en médecine en 1814 ; Louis-Théodore-Frédéric Colladon (1792-1862), originaire de Genève, docteur en médecine en 1816, qui vivra longtemps à Paris pour finalement se retirer à Genève.

  • 332 Candolle (Augustin-Pyramus de), Catalogus plantarum horti botanici monspeliensis, Montpellier : J. (...)

227Augustin-Pyramus de Candolle commande d’importants travaux pour le Jardin botanique de Montpellier. Il l’agrandit, crée les serres chaudes et des terrasses supplémentaires et, surtout, arrange l’école de botanique suivant la méthode naturelle. En tant que directeur du Jardin botanique, il est chargé de recevoir les visiteurs. Il ne voit arriver qu’un faible nombre de personnes marquantes et ne se souviendra que des visites de monsieur de Suffren, neveu du célèbre amiral, de William-Jackson Hooker (1785-1865), avec qui il herborise dans les environs de Montpellier, et d’Esprit Requien (1788-1851), un botaniste avignonnais avec qui il entretient d’excellentes relations. À l’instar des directeurs qui l’ont précédé, Augustin-Pyramus de Candolle fait paraître un Catalogue des plantes du Jardin de Montpellier (1813)332.

  • 333 Candolle (Augustin-Pyramus de), Théorie élémentaire de la botanique, Paris : Déterville, 1813, VIII (...)
  • 334 Candolle (Augustin-Pyramus de), Mémoires et souvenirs, op. cit., p. 235.
  • 335 Candolle (Augustin-Pyramus de), Regni vegetabilis systema naturale, Paris : Treuttel et Würtz, 1817 (...)

228Le plus important des travaux que de Candolle publie au cours de son séjour à Montpellier est incontestablement la Théorie élémentaire de la botanique (1813)333, dans lequel il confie toutes ses théories sur la classification et qui constitue le deuxième de ses trois grands ouvrages. C’est dans cet ouvrage que de Candolle définit le terme “taxonomie” pour désigner la théorie des classifications. Après avoir expliqué les différents travaux de quelques prédécesseurs comme Michel Adanson (1727-1806) ou Antoine-Laurent de Jussieu (1748-1836), il propose une synthèse de la théorie de la méthode naturelle. Le Prodromus, le troisième de ses trois grands ouvrages, publié à Genève à partir de 1824, trouve son origine à Montpellier, où de Candolle, “frappé du décousu de tous les ouvrages généraux de botanique et de la nécessité d’en avoir enfin un rédigé d’après les principes de la Méthode Naturelle, non seulement pour l’ensemble, mais dans les détails, [forme] le projet de [se] dévouer pour faire une énumération générale des végétaux du monde”334. C’est à Montpellier qu’Augustin-Pyramus de Candolle réalise les monographies des Renonculacées, Ochnacées, Biscutelles, Cynarocéphales et Aspérules, et les soumet au jugement de son ancien maître René Desfontaines. Avant de quitter Montpellier, il aura bien avancé les monographies des Dilléniacées, Berberidées et Magnoliacées, et aura confié les Anonacées à son disciple et ami Félix Dunal. Toutes ces monographies paraissent à Genève, dans le premier volume du Regni vegetabilis systema naturale (1817)335.

229Augustin-Pyramus de Candolle explore de nouvelles régions de France durant son séjour à Montpellier. En 1808, seul, il visite la Toscane, puis, la même année, accompagné de Pierre Dufresne, visite la Savoie. Il parcourt le Piémont en 1809, de nouveau en compagnie de Pierre Dufresne. L’année suivante, il visite le nord de la France, la Belgique et l’Alsace. Enfin, avec Félix Dunal, il effectue son dernier voyage, dans le centre de la France. En compagnie de Félix Dunal et de Louis-Théodore-Frédéric Colladon, en 1812, de Candolle parcourt le Rouergue, les Cévennes et l’Auhrac.

  • 336 Candolle (Augustin-Pyramus de), Mémoires et souvenirs, op. cit., p. 243.
  • 337 Idem, p. 252.
  • 338 Idem, p. 256.
  • 339 Idem, p. 268.

230À la fin de l’année 1813, la chute de l’Empire approche. Comme beaucoup d’autres Français, Augustin-Pyramus de Candolle passe un “hiver inquiet et malheureux”336. Il est alors “dégoûté du régime impérial, en raison des vexations [qu’entraînent] à l’intérieur un grand nombre de mesures tyranniques et à l’extérieur la manie d’une guerre interminable”. S’il n’aime guère Napoléon, de Candolle n’aime pas non plus “les Bourbons, escortés de leurs prêtres et de leurs nobles, hostiles aux protestants et aux Sciences”337. Un éventuel rétablissement de la République de Genève le préoccupe. Dès la première Restauration, craignant le pire, de Candolle envoie sa femme et le petit Alphonse à Genève, chez ses parents. À partir de 1814 et jusqu’à ce qu’il quitte la France pour rejoindre sa famille, il vit alors des situations dont les paradoxes sont typiques des époques troublées : après la libération de Genève par les troupes alliées, des renforts sont envoyés d’un peu partout en France afin d’assiéger et reconquérir la ville, et de Candolle – qui possède une maison suffisamment grande – fait alors partie des Montpellierains désignés pour loger et nourrir vingt soldats des recrues du Languedoc. Après Waterloo “presque chaque jour – raconte de Candolle – on voyait changer à la mairie un drapeau différent |c’est-à-dire soit le drapeau tricolore de l’Empire, soit le drapeau blanc des Bourbons]. J’étais obligé comme fonctionnaire et pour la sûreté du Jardin, de suivre cette impulsion. J’avais aussi les deux drapeaux, et je plaçais chaque jour celui qui était sur la Mairie”338. À la deuxième Restauration, de Candolle est exclu de la Loge, sorte de cercle politique et culturel de Montpellier, pour avoir obtenu et assuré la fonction de recteur de la faculté durant les Cent Jours. Après cette exclusion, plus rien ne le retient à Montpellier. En août 1816, alors qu'il est quasiment assuré d’obtenir une chaire d’Histoire naturelle à Genève, il démissionne de ses différentes fonctions qui, une fois réunies, représentent tout de même douze mille francs de rentes. 11 quitte la direction du Jardin, la chaire de Botanique de la faculté de médecine et la chaire de Botanique de la faculté des sciences (il ne dispensait d’ailleurs qu’un seul cours pour deux chaires et deux salaires !). Entre temps, entre janvier et mars 1816, il est allé en Angleterre afin d’y consulter des collections et d’y rencontrer des naturalistes. Il demeure chez Joseph Banks (1743-1820) qui, même s’il est très malade et même s’il se déplace en fauteuil roulant, est toujours d’un accueil chaleureux. Il fait la connaissance de quelques savants et botanistes éminents : l’économiste Thomas Malthus (1766-1834), dont le célèbre Essay on the Principle of Population influencera considérablement le découvreur de la sélection naturelle, Charles Darwin (1809-1882) ; le botaniste Robert Brown (1773-1858), qui lui fait visiter le Jardin de Kew, l’un des plus beaux du monde ; James-Edward Smith (1759-1828), qui met à sa disposition l’herbier de Carl von Linné (1707-1778), qu’il a en sa possession ; Richard-Anthony Salisbury (1761-1829), qui est brouillé avec beaucoup de monde et qui, pour cette raison, selon de Candolle, “ressemble plus à un Languedocien qu’à un Anglais”339 ; William-Jackson Hooker, avec qui il herborise et qui le présente à John Lindley (1799-1865). En août 1816, Augustin-Pyramus de Candolle quitte Montpellier. Pour rejoindre Genève, il doit traverser une France occupée par les soldats des nations alliées.

  • 340 Cuvier (Georges), Leçons d’anatomie comparée, Paris : impr. de Baudoin, an VIII [1799], 8 vols.
  • 341 Edmond Boissier (1810-1885) naît à Genève, au sein d’une ancienne et riche famille genevoise. En co (...)
  • 342 Jean-Étienne Duby (1798-1885) naît et meurt à Genève. Après l’obtention du grade de docteur en théo (...)
  • 343 Thomas Coulter (1793-1843) suit des études de médecine à Dublin, travaille plusieurs mois au Jardin (...)
  • 344 Originaire de Berne, Carl-Friedrich Meissner (1800-1874) étudie la médecine et l’histoire naturelle (...)
  • 345 Antoine Guillemin (1796-1842) est l’élève de Jean-Pierre Vaucher (1763-1841) puis d’Augustin-Pyramu (...)
  • 346 Originaire de Berne, Adolph Otth (1803-1839) commence en 1821 des études de médecine à Genève, sous (...)
  • 347 Le baron Frédéric-Charles-Jean Gingins de La Sarraz (1790-1863) naît à Eclépens, dans l’actuel cant (...)
  • 348 Jacques-Denis Choisy (1799-1859) naît à Jussy, près de Genève, où son père est pasteur. À sa sortie (...)

231Lorsqu’il arrive à Genève, en 1816, Augustin-Pyramus de Candolle est au faîte de sa renommée. De 1816 à 1835, il y assume plusieurs fonctions : professeur d’histoire naturelle à l’académie de Genève, directeur du Jardin botanique de Genève, ainsi que de nombreuses charges administratives pour la ville de Genève. Par sa présence et par les nombreux savants étrangers qu’il y attire, de Candolle fait alors de Genève l’un des centres les plus importants de la botanique en Europe. En novembre 1816, deux mois après son arrivée, il commence ses cours d’histoire naturelle à l’académie, où il a été lui-même élève. Ses cours ne comportent que de la zoologie, pour laquelle il suit les Leçons d’anatomie comparée (1799)340 de Georges Cuvier, et de la botanique ; la minéralogie est professée par Théodore de Saussure (1767-1845), le fils de Horace-Bénédict de Saussure (1740-1799). Il ne garde pas un très bon souvenir de son professorat à Genève. Il reste nostalgique de son expérience languedocienne : à Montpellier, il enseignait exclusivement la botanique à plusieurs centaines d’étudiants âgés d’environ dix-huit ans ; à Genève, il doit faire un cours général d’histoire naturelle à quelques dizaines d’adolescents. II n’organise d’ailleurs que deux excursions botaniques, l’une dans le Chablais en 1823, et l’autre dans les environs de Bex en 1825. Cependant, Augustin-Pyramus de Candolle reste un excellent professeur et suscite chez ses élèves des vocations de naturalistes. Nombre d’entre eux deviendront de remarquables botanistes. 11 a une influence considérable sur tous les jeunes gens qui viennent à Genève pour étudier la botanique à ses côtés. Ses disciples se comptent par dizaines : Edmond Boissier (1810-1885)341 ; Jean-Étienne Duby 1798-1885)342. (Thomas Coulter (1793-1843)343 ; Carl-Friedrich Meissner (1800-1874)344 ; Antoine Guillemin (1796-1842)345 ; Adolph Otth (1803-1839)346 ; le baron Frédéric-Charles-Jean Gingins de La Sarraz (1790-1863)347 ; Jacques-Denis Choisy (1799-1859)348 ; le médecin et géologue anglais Charles Daubeny (1795-1867), initié à la botanique par de Candolle en 1830, qui devient professeur de chimie à Oxford où il a Robert Brown comme collègue et ami ; Philippe Mercier (1781-1831), originaire de la Martinique, militaire puis commissaire de police en Westhpalie, négociant aux Amériques, où il rencontre notamment Ramon de La Sagra (1798-1871), directeur du Jardin de La Havane, et qui se réfugie finalement à Genève à la chute de l’Empire pour se consacrer entièrement au rangement de l’herbier de de Candolle ; le vaudois Édouard Chavannes (1805-1861), le premier professeur de botanique de l’académie de Lausanne ; Johannes-August-Christian Roeper (1801-1885), futur professeur de botanique à Bâle puis Rostock, ami proche de savants tels que Alexander von Humboldt, Adrien de Jussieu (1797-1853) ou Alexander Braun (1805-1877) ; le Français Jean-Louis Berlandier (1805-1851), venu gagner sa vie à Genève comme commis de droguerie, se voit confier une mission botanique par de Candolle, d’où il n’envoie que quelques plantes séchées sans valeur, pour finalement mourir en traversant le San-Fernandez ; le genevois Henri Margot (1807-1894), qui publie avec Georges-François Reuter (1805-1872) un Essai d’une Flore de l’île de Zante (1838), après y avoir séjourné quatre années, et qui professe le latin et le grec à Vevey, pour ne pratiquer la botanique qu’en amateur. Il convient de signaler que pour gagner sa vie, et parce que cela lui plaît davantage, Augustin-Pyramus de Candolle professe également la botanique hors des murs de l’académie à des adultes qu’il emmène en promenades botaniques dans les environs de Genève.

232Augustin-Pyramus de Candolle est élu au corps représentatif de Genève dès 1816. Il y sera toujours réélu. À ce titre, il fait partie de nombreuses commissions : la Commission des subsistances, créée après la guerre, la Commission des budgets communaux et cantonaux, la Commission du droit d’asile et de la liberté de la presse, et diverses commissions médicales. Une de ses actions les plus honorables pour la ville de Genève est la création du Jardin botanique, en 1817. L’année précédente, en 1816, un terrain a été aménagé pour le Jardin botanique, à l’endroit même où eurent lieu les exécutions de la terreur genevoise de 1794 ; en raison d’intempéries et des maux de la guerre, encore proches, on y plante des pommes de terre ; c’est seulement en 1817 que de Candolle inaugure la première plante du Jardin. La renommée de son directeur attire très vite de nombreux dons d’herbiers comme la prestigieuse collection d’Albrecht von Haller (1708-1777), offerte par son fils, et qui est une très belle illustration de la flore de Suisse. Se rappelant de ce qu’il a vu au Jardin botanique de Montpellier, de Candolle commande une galerie de bustes de grands savants originaires de la ville de Genève ou l’ayant honorée de leur présence : Abraham Trembley (1710-1784), le découvreur de la reproduction asexuée chez l’hydre d’eau douce, le philosophe et naturaliste Charles Bonnet (1720-1793), Horace-Bénédict de Saussure (1740-1799), Jean Senebier (1742-1809) et Jean-Jacques Rousseau (1712-1778). Autre part importante de ses activités, Augustin-Pyramus de Candolle est membre de plusieurs sociétés savantes genevoises. Les deux plus importantes d’entre elles sont incontestablement la Société de physique et d’histoire naturelle, créée par Charles Bonnet, et la Société des arts, où il fréquente à la fois savants, artistes et industriels. À ces sociétés locales, il faut rajouter les nombreuses sociétés étrangères (près de cent quarante au total) dont il est élu membre adhérent, honoraire, correspondant ou associé. Plus que tous les autres titres, c’est son élection à l’Académie des sciences de Paris, en tant qu’associé étranger, qui le comble de joie et le console des multiples et vaines tentatives qu’il a faites, lorsqu’il habitait en France, pour en devenir membre titulaire.

  • 349 D’autres philosophes de la nature étaient, par exemple, Johann-Wolfgang von Gœthe (1749-1832), Frie (...)
  • 350 Christian von Steven (1781-1863) est, avec Friedrich-August Marschall von Biberstein (1768-1826) et (...)
  • 351 Moritzi (Alexandre), Die Flora der Schweiz, Zurich : Literarischen Comptoirs, 1832-1844, XII + 640  (...)

233Augustin-Pyramus de Candolle continue d’effectuer de nombreux voyages au cours de sa période genevoise. Il est alors souvent accompagné par son fils Alphonse, son premier disciple. En 1817, il retourne à Montpellier pour y professer d’ultimes leçons de botanique ; il y est accueilli par son ancien élève Félix Dunal, avec qui il herborise à Aigues-Mortes. À l’automne de la même année, à Berne, avec Jean-Pierre Vaucher, Louis-Théodore-Frédéric Colladon et Jean-Étienne Duby, il assiste à une réunion de la Société helvétique des sciences naturelles, fondée en 1815, où il rencontre Paul Usteri (1768-1831), médecin et bourgmestre à Zurich, et Johann-Jakob Roemer (1763-1819). Sur le chemin du retour, il passe par Bâle, où il consulte l’herbier des frères Bauhin. Très régulièrement, presque une fois par an, il se déplace à Paris. Dans les années 1820, lorsqu’il veut travailler en toute sérénité, il se réfugie dans un petit hôtel de Lyon, où son ami et complice Giovanni-Baptista Balbis (1765-1831) lui fournit tous les livres dont il a besoin. En 1827, il visite Munich et Vienne : à Munich, il rencontre Franz-von-Paula von Schrank (1747-1835), le directeur et fondateur – en 1809 – du Jardin botanique, Lorenz Oken (1779-1851), l’un des célèbres philosophes de la nature349, David-Heinrich Hoppe et Ludwig von Welden (1782-1853) ; dès son arrivée à Vienne, il rencontre le fils du célèbre baron Nicolaus von Jacquin (1727-1817), Joseph-Franz von Jacquin (1766-1839) qui lui fait l’accueil le plus chaleureux et qui le présente aux botanistes Nicolaus-Thomas Host (1763-1834), directeur des Jardins impériaux de Schönbrunn, Johann-Emanuel Pohl (1782-1834), médecin au service de la famille impériale et explorateur du Brésil, et Leopold Trattinnick (1764-1849). En 1828, il rentre de Paris par l’Auvergne, où il fait la connaissance du professeur Henri Lecoq (1802-1871). De son côté, Augustin-Pyramus de Candolle accueille à Genève de très nombreux visiteurs qui viennent consulter son savoir et son herbier. La liste est impressionnante. Parmi tous ces savants, certains sont plus des amis que des collègues, tels Félix Dunal, Giovanni-Baptista Balbis, Adrien de Jussieu, Jacques Cambessèdes (1799-1863), Achille Richard, ou les deux Brongniart, père et fils. On trouve parmi les autres : le pasteur Jean-François Gaudin (1766-1833) ; Jacques Gay (1786-1864) ; Giovanni Gussone (1787-1866), médecin napolitain et botaniste réputé ; Samuel Perrottet (1793-1870), jardinier tropical au Sénégal de 1824 à 1829 puis à Pondichéry à partir de 1834 ; Giuseppe-Giacinto Moris (1796-1869), professeur de botanique à l’université de Cagliari puis à l’université de Turin ; Robert Brown ; Auguste Prouvensal de Saint-Hilaire (1779-1853), explorateur du Brésil entre 1816 et 1822 ; Karl-Ludwig Blume (1796-1862), ancien explorateur de l'île de Java et conservateur de l’herbier de Leyde ; Giuseppe Moretti (1782-1853), professeur de botanique à Pavie ; l’agronome piémontais Matthieu Bonafous (1793-1852), né à Lyon et ancien élève de Giovanni-Baptista Balbis ; Luigi-Aloysius Colla (1766-1848), propriétaire d’un beau jardin à Rivoli ; Christian von Steven (1781-1863)350, directeur et fondateur du Jardin botanique de Nikita, en Crimée ; Louis Reynier (1762-1824), de Lausanne ; le bryologue vaudois Samuel-Elisée de Bridel (1761-1828), qui a été en relation avec l’un des pères de la bryologie, le célèbre Johann Hedwig ; Georges Bentham (1800-1884), magistrat britannique qui a exploré les Pyrénées dans sa jeunesse ; Philip-Barker Webb (1793-1854), Britannique spécialiste de la flore méditerranéenne ; Alexandre Moritzi (1806-1850), originaire des Grisons, professeur d’histoire naturelle à Soleure avant de se retirer dans son pays natal où il rédige une flore de la Suisse (1832-1844)351 ; l’explorateur William-John Burchell (1781-1863), qui rend visite à de Candolle en 1832 ; le botaniste amateur Jean-Louis Castagne (1785-1858) qui – négociant de son état – passe vingt ans à Constantinople et rapporte des plantes au maître de Genève en 1832.

  • 352 Candolle (Augustin-Pyramus de), Regni vegetabilis systema naturale, op. cit., 1817, t. 1, Ill + 564 (...)
  • 353 Candolle (Augustin-Pyramus de), Mémoires et souvenirs, op. cit., p. 297.
  • 354 Idem, p. 470.
  • 355 Pour la liste complète des collaborateurs du Prodromus, consulter, outre l’ouvrage lui-même, Stafle (...)
  • 356 Bentham (Georges), “Ericaceae”, in Candolle (Augustin-Pyramus de), Prodromus..., op. cit., 1838, t. (...)
  • 357 Berlandier (Jean-Louis), “Grossularieae”, in Candolle (Augustin-Pyramus de), Prodromus..., op. cit. (...)
  • 358 Choisy (Jacques-Denis), “Hypericineae”, in Candolle (Augustin-Pyramus de), Prodromus..., op. cit., (...)
  • 359 Dunal (Félix), “Cistineae”, in Candolle (Augustin-Pyramus de), Prodromus..., op. cit., 1824, t. 1, (...)
  • 360 Frœlich (Joseph-Aloys von), “Crépis”, in Candolle (Augustin-Pyramus de), Prodromus..., op. cit., 18 (...)
  • 361 Gingins de La Sarraz (Frédéric-Charles-Jean), “Violaceae”, in Candolle (Augustin-Pyramus de), Prodr (...)
  • 362 Otth (Adolph), “Silene”, in Candolle (Augustin-Pyramus de), Prodromus..., op. cit., 1824, t. 1, pp. (...)
  • 363 Seringe (Nicolas-Charles), “Aconitum”, in Candolle (Augustin-Pyramus de), Prodromus..., op. cit., 1 (...)

234Parmi tous les ouvrages et les articles qu’Augustin-Pyramus de Candolle a publiés, ce sont les trois qu’il cite lui-même dans les premières lignes de ses Mémoires qui sont les plus importants : la Flore française correspond à la période parisienne ; la Théorie élémentaire de la botanique à la période montpelliérainne ; le Prodromus systematis naturalis regni vegetabilis correspond quant à lui à la période genevoise, même si le projet en a été conçu à Montpellier. Lorsque le premier volume de ce qui se nomme alors le Regni vegetabilis systema naturale (1817)352 paraît, Augustin-Pyramus de Candolle a quarante ans, un âge où “l’on croit encore que la vieillesse n’est pas si proche qu’elle l’est réellement” et il se met donc “à travailler au second volume avec une nouvelle ardeur”353. Il comprend cependant rapidement que le plan de l’ouvrage est beaucoup trop vaste : le premier volume du Prodromus, qui reprend les monographies du Systema, est publié en 1824 ; six autres volumes seulement paraissent du vivant de de Candolle, entre 1824 et 1839, laissant inachevée l’œuvre fixée au départ. C’est “une grande et solennelle époque dans la vie – écrit-il en 1838 – que celle où l’on est arrivé à la persuasion d’avoir mal calculé ses plans et où l’on est forcé de renoncer à celui auquel on attachait le plus de prix !”354. Les dix volumes suivants seront publiés sous la direction de son fils Alphonse, entre 1844 et 1873. Pour venir à bout de ce travail immense, bien qu’ils soient les auteurs du plus grand nombre de monographies – c’est-à-dire cent quinze familles pour Augustin-Pyramus de Candolle et quarante pour son fils – ils sont aidés par trente-deux autres botanistes. Nous ne citons ici que les auteurs qui ont collaboré avec Augustin-Pyramus de Candolle355 : Georges Bentham pour les Ericaceae (1838)356 ; Jean-Louis Berlandier pour les Grossularieae (1828)357 ; Jacques-Denis Choisy pour les Hypericinae (1824), Cuttiferae (1824) et Marcgraviaceae (1824)358 ; Félix Dunal pour les Cistineae (1824)359 ; Joseph-Aloys von Frœlich (1766-1841), originaire d’Oberndorf, dans le Würtemberg, pour les genres Crépis (1838) et Hieracium (1838)360 le baron Gingins de La Sarraz pour les Violaceae (1824)361 ; Adolph Otlh pour le genre Silene (1824)362 ; et Nicolas-Charles Seringe pour le genre Aconitum (1824), les Caryophyllaceae (1824), les Leguminosae (1825), les Rosaceae (1825), les genres Epilobium, Gaura et Oenothera (1828), les Cucurbitaceae (1828) et huit genres de Saxifragaceae (1830)363.

235En 1835, de Candolle démissionne de toutes ses fonctions professorales et publiques pour se consacrer entièrement à la rédaction du Prodromus et parce qu’il ne supporte plus la fatigue des cours. Dans les dernières années de sa vie, la dégradation de son état de santé l’empêche cependant de travailler autant qu’il l’eût espéré. En septembre 1840, il effectue un voyage dans le Piémont, où il a été invité par des botanistes italiens. Sur le chemin du retour, il fait une ultime excursion botanique au Mont-Cenis. À partir de l’hiver 1840, il est atteint de malaises inexpliqués. Malade et très fatigué, il ne peut plus fournir aucun travail. Le 25 octobre 1841, il décède d’une hydropisie générale.

  • 364 Candolle (Augustin-Pyramus de), Mémoires et souvenirs, op. cit., p. 587.

236Augustin-Pyramus de Candolle est l’un des grands maîtres de la botanique. On lui doit la création d’une vingtaine de familles encore acceptées aujourd’hui comme les Hippocastanacées, les Oxalidacées ou les Fumariacées, la création de près de cinq cents genres nouveaux et de plusieurs milliers d’espèces nouvelles. Son testament finit par ces lignes : “Je remercie mes parents, mes amis, mes collègues et mes concitoyens de la bienveillance qu’ils m’ont souvent témoignée. Je prie tous les Genevois auxquels ma mémoire pourra être chère de l’exprimer, non par des discours ou autres marques de ce genre, mais en encourageant de toutes leurs forces les études scientitifiques dans notre ville comme étant la carrière qui a le plus honoré ses habitants et qui convient le mieux à leur position et à leur caractère”364.

  • 365 Lamarck (Jean-Baptiste de), Candolle (Augustin-Pyramus de), Flore française, Paris : Desray, 1815, (...)
  • 366 Candolle (Augustin-Pyramus de), Voyage de Tarbes, Portet-sur-Garonne : Loubatières, 1999, pp. 235-2 (...)
  • 367 Lamarck (Jean-Baptiste de), Candolle (Augustin-Pyramus de), Flore française, op. cit., 1815, t. 5, (...)
  • 368 Idem, 1805, t. 4, p. 499.

237Augustin-Pyramus de Candolle est l’auteur et le descripteur de cinquante-quatre espèces valides de la flore de France. Seulement neuf d’entre elles étaient connues des botanistes prélinnéens. Il est donc celui qui a découvert le plus d’espèces de la flore de France. La moitié de ces espèces ont été décrites dans la troisième édition de la Flore française (1805) de Jean-Baptiste de Lamarck, y compris dans le cinquième tome (c’est-à-dire le sixième volume, car le quatrième tome est en deux volumes) qui a été ajouté dans le deuxième tirage de cette édition (1815)365. Les descriptions des autres espèces se répartissent équitablement entre six autres ouvrages. Les nombreux voyages qu’il a effectués à travers la France lui ont bien entendu permis de trouver de nombreuses espèces nouvelles, d’autant que son sens de l’observation était d’une acuité exceptionnelle. Un seul coup d’œil lui suffisait pour évaluer l’intérêt et la nouveauté d’une plante, quand il fallait tout une vie à d’autres. La découverte d’un nouveau Lychnis, nommé Lychnis pyrenaica par Jean Bergeret (1751-1813), et récolté par de Candolle dans la vallée d’Aspe le 23 août 1807, en est une belle illustration366. Augustin-Pyramus de Candolle a récolté et découvert lui-même sur le terrain plus de la moitié des espèces dont il est l’auteur. C’est le cas de Cirsium glabrum De Candolle in Lamarck et De Candolle367, une plante endémique des Pyrénées qu’il a découverte au bord des torrents des vallées d’Héas et de Vénasque. Il a également nommé des espèces à partir d’échantillons que lui ont communiqués des récolteurs de plantes ou d’autres botanistes : ainsi, Rumex longifolius De Candolle in Lamarck et De Candolle, présent dans presque toute l’Europe, a-t-il été nommé et décrit à partir d’échantillons récoltés dans les environs de Prades par Coder. Augustin-Pyramus de Candolle a également continué l’œuvre des botanistes de la transition linnéenne. Il a donné un nom linnéen à neuf espèces déjà connues des savants prélinnéens : ainsi, Genista lobelii De Candolle in Lamarck et De Candolle368, une plante présente en Espagne et dans le sud-est de la France, a-t-elle été dédiée à Matthias de L’Obel (1538-1616), qui l’avait précédemment découverte dans les Alpes de la Madeleine.

Bibliographie

Briquet (John), “Augustin-Pyramus de Candolle”, in Briquet (John), Biographies des botanistes à Genève, Genève : impr. Albert Kundig, 1940, pp. 114-130.

Dunal (Félix), Éloge historique de M. A. P. de Candolle, Montpellier : J. Martel, 1842, 59 p.

Candolle (Augustin-Pyramus de), Mémoires et souvenirs, [éd. posthume annotée par Alphonse de Candolle], Genève ; Paris : Joël Cherbuliez, 1862, 600 p.

Drouin (Jean-Marc), “La Règle et l’écart : la philosophie botanique d’Augustin-Pyramus de Candolle”, Ludus vitalis, Rivista de Filosofia de las Ciencias de la Vida, t. 2, 1994, pp. 69-89.

Drouin-Hans (Anne-Marie), Drouin (Jean-Marc), “Les Idées pédagogiques d’Augustin-Pyramus de Candolle”, Revue d’Histoire des Sciences, t. 51, 1998, pp. 507-534.

La Rive (A. de), A. P. de Candolle, sa vie et ses travaux, Paris : J. Cherbuliez, 1851, 312 p.

Miège 0·). “Augustin-Pyramus de Candolle : sa vie, son œuvre, son action”, Mémoires de la Société de Physique et d’Histoire naturelle de Genève, t. 43, 1979, pp. 1-45.

Molina (G.), “Candolle, Augustin-Pyramus de, 1778-1841”, in Tort (Patrick), Dictionnaire du darwinisme et de l’évolution, Paris : Presses universitaires de France, 1996, t. I, pp. 496-501.

Stafleu (Frans A.), “The Great Prodromus”, in Stafleu (Frans A.), Adanson, Labillardière, de Candolle, Lehre : J. Cramer, 1967, pp. 64-100.

On trouvera également une notice sur la famille de Candolle sur le site internet du Dictionnaire historique de la Suisse [www.dhs.ch].

Jean, Joseph, Jacques HOLANDRE (1778-1857)

238Joseph Holandre naît le 4 mai 1778 à Fresnes-en-Woëvre, dans l’actuel département de la Meuse. Son père est magistrat. Très tôt, il est initié à l’histoire naturelle par l’un de ses oncles qui a la charge du cabinet d’histoire naturelle du duc de Deux-Ponts – le duché de Deux-Ponts, situé au nord de l’Alsace, deviendra le département français du Mont-Tonnerre, en 1797. Ensemble, ils herborisent régulièrement dans les environs de Fresnes. 11 arrive que Joseph rende visite à son oncle, chez le duc. En 1796, Joseph Holandre suit quelques cours de médecine à l'hôpital militaire de Metz et s’enrôle comme ambulancier dans les armées de la République. Il quittera son service dix ans plus tard. Comme d’autres militaires naturalistes, tels Jean Thore (1762-1823), officier de santé dans l’armée d’Espagne, ou Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent (1778-1846), Joseph Holandre continue de s’adonner à l’histoire naturelle au cours des campagnes.

239En 1806, Joseph Holandre est chargé de diriger les industries métallurgiques des Provinces illyriennes, alors annexées à l’Empire, et comprenant la Dalmatie, l’Istrie, la Bosnie-Herzégovine et la Carinthie. En 1809, il y est nommé conservateur en chef des forêts. Il y collecte beaucoup d’animaux et de végétaux. En 1814, à la chute de l’Empire, les Provinces illyriennes passent sous domination autrichienne : Joseph Holandre rentre en France et s’installe à Metz. Là, il reprend d’anciennes notes d’excursions effectuées dans les environs de la ville, lorsqu’il était employé à l'hôpital militaire, puis décide de se consacrer à l’étude de la faune et de la flore de Lorraine. Heureux hasard, les collections du duc de Deux-Ponts ont été transférées à Metz sous la République : la municipalité charge Joseph Holandre d’organiser un Musée d’histoire naturelle oü ces collections seront conservées. L’année suivante, Joseph Holandre est nommé directeur, conservateur et bibliothécaire du Musée d’histoire naturelle de Metz. Il est également professeur de botanique au Jardin des plantes qu’il a créé en même temps que le musée. Les cours y sont publics et gratuits. Quelques années plus tard, en 1823, la ville de Metz lui confie le poste de bibliothécaire en chef de la bibliothèque municipale.

  • 369 Holandre (Joseph), Faune du département de la Moselle, ou Tableau des animaux que l’on y rencontre (...)
  • 370 Holandre (Joseph), Flore de la Moselle, Metz : Thiel, 1829, 2 vols. Si l’ouvrage de Holandre est la (...)
  • 371 Soyer-Willemet (Félix), Observations sur quelques plantes de France, suivies d’un Catalogue des pla (...)
  • 372 Holandre (Joseph), Supplément à la flore de la Moselle, Metz : Thiel, 1836, IV + 230 p.
  • 373 Holandre (Joseph), Notice sur les Musaraignes des environs de Metz, Metz : C. Dosquet, 1836, 11 p.
  • 374 Holandre (Joseph), Faune du département de la Moselle, 2ème éd., Metz : Verronnais, 1836, 2 vols.

240Ces fonctions, Joseph Holandre les accepte uniquement par plaisir de se rendre utile dans sa cité. Ses parents lui ont en effet légué une fortune considérable qui lui donne une entière indépendance financière. En 1824, il épouse une femme beaucoup plus jeune que lui qui lui donnera une fille qui, pour le plus grand malheur de ses parents, meurt à l’âge de dix-sept ans. À partir de sa nomination à la direction du Musée d'histoire naturelle de Metz, Joseph Holandre étudie sans relâche la flore et la faune de Lorraine. Il explore en tous sens le département de la Moselle. Ses nombreuses récoltes pour enrichir les collections du duc de Deux-Ponts lui permettent de rédiger différents ouvrages d’histoire naturelle. Sa première publication est une Faune du département de la Moselle (1826)369, qui consiste simplement en un catalogue des Vertébrés du département, suivie de peu par une Flore de la Moselle (1829)370, œuvre beaucoup plus originale que la première, simplement et efficacement conçue. Les plantes – Joseph Holandre s’est limité aux Phanérogames, aux Prêles et aux Fougères – sont classées suivant le système linnéen et longuement décrites ; toutes les localités alors connues sont indiquées ; étant donnée la position orientale de Metz au sein du département de la Moselle, quelques localités sont situées au nord du département de la Meurthe (actuelle Meurthe-et-Moselle). La Flore de la Moselle est publiée grâce à quatre-vingt-dix souscripteurs. On ne trouve parmi eux aucun grand nom de la botanique régionale ou nationale : ni le vosgien Jean-Baptiste Mougeot (1776-1858) ni le nancéien Félix Soyer-Willemet (1791-1867), qui vient précisément de publier un Catalogue des plantes vasculaires des environs de Nancy (1828)371, n’ont passé commande de la Flore de la Moselle ; le seul souscripteur connu est Joseph-François Soleirol (1781-1863), le célèbre récolteur de plantes corses, alors capitaine du génie à Metz. En 1836, Joseph Holandre fait paraître un Supplément à la flore de la Moselle où sont ajoutées les Mousses et les Hépatiques372, une Notice sur les Musaraignes des environs de Metz373, et une deuxième édition de la Faune du département de la Moselle comprenant, cette fois, tous les Vertébrés ainsi que les Mollusques terrestres et fluviatiles374.

  • 375 Holandre (Joseph), Nouvelle flore de la Moselle, Metz : Verronnais ; Paris : Roret, 1842, 2 vols.
  • 376 Holandre (Joseph), Table analytique pour faciliter l'étude des plantes dans la nouvelle flore du dé (...)

241À partir des années 1840, notamment à cause du décès de sa fille unique, Joseph Holandre travaille avec moins d’ardeur. Il publie uniquement une Nouvelle flore de la Moselle (1842)375, dans laquelle il choisit de classer les plantes suivant la méthode naturelle d’Augustin-Pyramus de Candolle (1778-1841), puis une Table analytique pour faciliter l’étude des plantes dans la nouvelle flore du département de la Moselle (1847)376. Joseph Holandre est alors unanimement reconnu comme le maître de l’histoire naturelle du département de la Moselle : il est un membre fondateur très actif de la Société d’histoire naturelle de la Moselle en 1841 ; il est nommé président honoraire à vie de la Société d’horticulture de Metz en 1855. Dans la fin de leur vie, Joseph Holandre et son épouse décident de consacrer une partie de leur fortune à des œuvres de bienfaisance : ainsi créent-ils en 1852 un hospice pour les orphelines d’ouvriers de la Moselle. Joseph Holandre décède à Metz le 30 août 1857.

  • 377 Holandre (Joseph), Flore de la Moselle, op. cit., t. 2, p. 322.

242Joseph Holandre est l’auteur d’une espèce valide de la flore de France, Orobanche teucrii Holandre, présente de la Belgique jusqu’aux Carpathes, à l’Est, et jusqu’aux Pyrénées, au Sud. Joseph Holandre indique qu’elle ‘croît sur les pelouses rocailleuses des coteaux de Chatel, de Lessy, de Saint-Quentin, etc. Elle est parasite sur les racines de la germandrée petit-chène [Teucrium chamaedrys Linné] ; M. Marchai [élève en chirurgie à Metz] l’a aussi trouvée une fois sur la germandrée de montagne [Teucrium montanum Linné]”377.

Bibliographie

Fisher (E.), “Notice biographique sur J. J. J. Holandre, l’auteur de la flore du département de la Moselle”, Bulletin de la Société royale de Botanique de Belgique, t. 8, 1869, pp. 206-217.

Werner (R. G.), “Prodrome pour une histoire des botanistes de souche lorraine”, Bulletin de la Société lorraine des Science s, t. 6. 1966, pp. 98-126.

Jean-Baptiste, Geneviève, Marcellin BORY DE SAINT-VINCENT (1778-1846)

  • 378 Bory de Saint-Vincent (Jean-Baptiste), Mémoire sur les genres Conferva et Byssus, du chevalier O. L (...)

243Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent naît à Agen le 6 juillet 1778. Son père, Géraud de Bory, est d’une ancienne famille de magistrats agenais ; les parents de sa mère sont de riches armateurs bordelais. Jusqu’à la Révolution, il étudie au collège d’Agen. Il accompagne ensuite son père à Bordeaux, où il est parti se réfugier dans sa belle-famille. Sous la Convention montagnarde, en 1793, le grand-père maternel de Bory de Saint-Vincent, ancien député feuillant de la Législative, est emprisonné avec son père. Le jeune Jean-Baptiste décide alors de s’échapper dans la campagne girondine. Là, il s’adonne librement et passionnément à l’histoire naturelle, et rencontre sur les bords du bassin d’Arcachon le médecin Jean Thore (1762-1823), avec qui il se lie d’une amitié qui ne faillira jamais. Après le 9 thermidor an II (27 juillet 1794) et la fin de la Terreur, Bory de Saint-Vincent retourne à Bordeaux. Âgé seulement de seize ans, il est déjà en relation avec plusieurs naturalistes de l’Aquitaine : le savant agenais Jean-Florimond Boudon de Saint-Amans (1748-1831) et son disciple Jean-Vincent-Félix Lamouroux (1779-1825) ; l’entomologiste brivois Pierre-André Latreille (1762-1833) qui, prêtre non assermenté, serait sorti des geôles bordelaises grâce à l’appui de la famille Bory de Saint-Vincent et, bien entendu, son ami Jean Thore. En 1797, Bory de Saint-Vincent publie un premier Mémoire sur les genres Conferva et Byssus, du chevalier O. Linné378.

244En 1799, Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent est incorporé comme conscrit dans la 82èmc brigade d’infanterie de ligne de l’armée de l’Ouest. Affecté à Rennes puis à Fougères, il en profite pour herboriser dans cette région qui est nouvelle pour lui. Il y est initié à la médecine par un chirurgien militaire et devient officier de santé. Le 19 germinal an VIII (9 avril 1800), il obtient le grade de sous-lieutenant au 10èmc bataillon des Francs de l’Ouest. En garnison à Belle-île-en-Mer, il récolte de nombreuses algues marines. Il rencontre Anne-Charlotte Delacroix de La Thébaudois, qu’il épouse le 18 fructidor an VIII (5 septembre 1800). Elle lui donnera deux filles. À la même époque, le commandant Nicolas Baudin (1750-1803) demande à l’Institut et au Premier consul l’autorisation d’organiser une expédition dans les mers australes. Après accord, Baudin prépare le voyage avec les savants du Muséum national d’histoire naturelle, notamment Antoine-Laurent de Jussieu (1748-1836) et le comte de Lacépède (1756-1825). Le Naturaliste, Le Géographe et La Casuarina quittent le port du Havre le 27 vendémiaire an IX (19 octobre 1800). À bord, outre les officiers et les équipages, se trouvent vingt et un savants (zoologistes, botanistes, minéralogistes, géographes, astronomes) et artistes-peintres. Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent, qui est à la fois entomologiste, botaniste, géographe, fin latiniste et mathématicien doué, a été retenu pour faire partie de l’expédition Baudin, en grande partie grâce au soutien de son compatriote agenais, le comte de Lacépède.

  • 379 Bory de Saint-Vincent (Jean-Baptiste), Voyage dans les quatre principales îles des mers d’Afrique, (...)
  • 380 Cité par Duris (Pascal), Diaz (Elvire), Petite histoire naturelle, Léon Dufour (1780-1865), Bordeau (...)
  • 381 Bory de Saint-Vincent (Jean-Baptiste), Essais sur les Isles Fortunées et l’antique Atlantide, ou Pr (...)

245Le 10 brumaire an IX (1er novembre 1800), les navires font escale à Ténériffe. Bory de Saint-Vincent y rencontre le naturaliste Auguste Broussonet (1761-1807), alors commissaire chargé des relations commerciales de la France aux Canaries. Ils arrivent le 24 ventôse an IX (15 mars 1801) à l'île de France (île Maurice). Lorsqu’il faut en repartir dix jours plus tard et se diriger vers la Nouvelle Hollande (l’Australie), de nombreux savants sont malades, dont Bory de Saint-Vincent. À ces désagréments, s’ajoutent de profonds différends avec le commandant : seuls François Péron (1775-1810) et Charles-Alexandre Lesueur (1778-1846), parmi les naturalistes, continuent le voyage. Bory de Saint-Vincent offre alors ses services au gouverneur de l’île qui l’envoie à l’île Bourbon (La Réunion). Il l’explore en tous sens et relate ses observations dans la correspondance qu’il envoie à Louis-Augustin Bosc d’Antic (1759-1828) et son ami agenais Saint-Amans. Il rentre en France à bord d’un navire hambourgeois à la fin de l'an X (été 1802), par l’île de Sainte-Hélène, où il fait une brève escale de trois jours. Le 16 thermidor an X (4 août 1801), il lit un Mémoire sur le volcan de La Réunion, devant les membres de l’Institut. Il rejoint ensuite son régiment à Rennes, où il séjourne en alternance avec Paris. C’est au cours de cette période qu’il rencontre Léon Dufour (1780-1865), un étudiant en médecine originaire des Landes et tout autant passionné que lui par l’étude des plantes cryptogames. Tous deux habitent le quartier latin. Ils se lient d’une franche amitié et Bory de Saint-Vincent demande à Dufour de surveiller la parution de son Voyage dans les quatre principales îles des mers d’Afrique (1804)379. Cet ouvrage, qui n’est guère original puisque c’est une sorte de synthèse des récits de voyages publiés par des auteurs précédents, voit le jour grâce aux efforts de Léon Dufour qui doit assumer la “rude besogne, [le] rôle fort pénible de conciliateur entre l’auteur, l’imprimeur et le graveur”380. Bory de Saint-Vincent embrasse peu à peu une carrière militaire qui sollicite une grande part de son temps. Il ne peut guère s’occuper lui-même de ses travaux, à l’exception de ses Essais sur les Isles Fortunées et l’antique Atlantide (1803)381. En 1804, Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent est nommé capitaine-adjoint à l’état-major du camp de Bruges (3ème corps de la grande armée), sous le commandement du maréchal Davout (1770-1823), ancien officier de l’armée révolutionnaire de 1792, de la campagne d’Italie et de l’expédition d’Égypte. Sous son influence, Bory de Saint-Vincent devient un irréductible bonapartiste.

  • 382 Cité par Lacroix (Alfred), “Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent”, in Lacroix (Alfred), Figures de s (...)

246Pendant la guerre, Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent avance en tenant le sabre d’une main et une boîte de fer blanc de l’autre. Il écrit à ses amis, tels Jean Thore et Léon Dufour, pour leur expliquer l’avancement des batailles et leur rendre compte de ses récoltes botaniques. Les planches de son riche herbier gardent trace de ses activités : “Des forêts du Tyrol, à mon passage en Bavière en revenant de la campagne d’Austerlitz – note-t-il sur l’une d’entre elles”382. En septembre 1805, il est à Mayence, en octobre à Aibach et en novembre à Vienne. Après Austerlitz (2 décembre 1805), il est chargé de tenir un historique de l’armée. Il s’apprête à rentrer en France lorsque la nouvelle coalition de la Prusse et de la Russie l’oblige à rejoindre le front de l’Est : il est capitaine au 5ème régiment de dragons. Il participe à toute la campagne de Prusse et à la bataille d’Iéna. Il est ensuite nommé à l’état-major général du maréchal Murat. En janvier 1808, à Berlin, il est reçu par Carl Willdenow (1765-1812), alors professeur de botanique au collège de médecine et de chirurgie et conservateur au Jardin botanique ; à son grand regret, il ne peut pas rencontrer Alexander von Humboldt (1769-1859). En mars, l’Institut le nomme correspondant pour la section de zoologie. De 1808 à 1813, il participe à l’invasion et à l’occupation de l’Espagne, tout d’abord sous le commandement du maréchal Ney, puis dans l’état-major du maréchal Soult. Lorsque ce dernier part en Silésie, pour commander la garde impériale, Bory de Saint-Vincent le suit. Il assiste à toutes les dernières batailles impériales avant d’être renvoyé en Espagne, après la défaite de Vitoria. Lorsqu’il arrive à Saint-Jean-de-Luz, l’armée française est déjà en déroute. Souffrant de crises de goutte et désespéré de voir la France être envahie, il se réfugie dans sa ville natale, Agen, où il apprend l’abdication de Napoléon le 6 avril 1814.

247À la première Restauration, Soult est nommé ministre de la Guerre et fait appel à Bory de Saint-Vincent au service des cartes. Lorsque Napoléon débarque à Fréjus, lev 1er mars 1815, Bory de Saint-Vincent exulte : à la Chambre, où il représente le Lot-et-Garonne, il crie haut et fort son horreur des Bourbons, de Fouché, alors ministre de la Police, et des libéraux. Après Waterloo (18 juin 1815) et la seconde abdication de l’empereur (22 juin), Bory de Saint-Vincent dénonce vainement les négociations de Fouché qui souhaite faire revenir Louis XVIII. Peu de temps après son retour à Paris (8 juillet 1815), le roi signe une ordonnance pour que trente-huit personnalités fidèles à l’empereur soient placées sous haute surveillance policière. Parmi elles se trouvent Lazare Carnot (1753-1823), ancien membre du Comité de salut public et ministre de l’Intérieur pendant les Cent Jours, le maréchal Soult, et Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent. Pendant plus d’une année, il vit caché à Montmorency, où il trouve une consolation dans sa collection de Cryptogames, jusqu’à ce que le verdict tombe : les trente-huit suspects sont condamnés à l’exil par la Chambre des pairs et la Chambre des députés, toutes deux ultraroyalistes ; ils peuvent néanmoins se féliciter d’avoir échappé à la peine capitale qui n’épargne pas le maréchal Ney, accusé de trahison envers les Bourbons.

FIG. 40 - Bory de Saint-Vincent (Jean-Baptiste) 1778-1846.

  • 383 Bory de Saint-Vincent (Jean-Baptiste), Justification de la conduite et des opinions de M. Bory de S (...)
  • 384 Cette pièce est jouée au théâtre de la Gaîté, à Paris. La première a lieu le 18 décembre 1816. Bory (...)

248Commence alors pour Bory de Saint-Vincent un long et difficile exil à travers l’Europe où la police royale ne cesse de le traquer, en accord avec les polices des pays qui l’accueillent : elle l’oblige à quitter Bruxelles puis Maestricht, pour finalement le laisser résider à Liège. Là, il rédige clandestinement quelques ouvrages politiques383 ainsi qu’une comédie en un acte, sous le pseudonyme de MM. Merle et Ourry384 ! Chassé de Belgique puis des Pays-Bas, il est accueilli à Berlin par Alexander von Humboldt (1769-1859), en juin 1816. Lorsqu’il doit partir pour Aix-la-Chapelle, d’où il est à nouveau expulsé, il demande un passeport pour les États-Unis d’Amérique qui lui est refusé. Bory de Saint-Vincent est autorisé à séjourner en Bohème d’où il s’enfuit pour rejoindre Bruxelles. Durant cette période d’errance, les herborisations demeurent sa seule distraction. Lorsque ses amis lui suggèrent de demander sa grâce, il répond avec une dignité proche du dédain qu’il souhaite la justice et non le pardon. Finalement, le 14 décembre 1819, une loi d’amnistie autorise les derniers des trente-huit exilés à rentrer en France à condition qu’ils prêtent serment à Louis XVIII. Bory de Saint-Vincent rentre en France le 30 décembre 1819. Il ne sera pas poursuivi de ne pas avoir prêter serment !

  • 385 Bory de Saint-Vincent (Jean-Baptiste) (sous la dir.), Dictionnaire classique d’histoire naturelle, (...)
  • 386 Bory de Saint-Vincent (Jean-Baptiste), Eudes-Deslongchamps (Jacques Amand), Lamouroux (Jean-Vincent (...)
  • 387 Nodier (Charles), Promenade de Dieppe aux montagnes d’Écosse, Paris : J. N. Barba, 1821, 335 p.
  • 388 Bory de Saint-Vincent (Jean-Baptiste), Description du plateau de Saint-Pierre de Maestricht, Bruxel (...)
  • 389 Bory de Saint-Vincent (Jean-Baptiste), Guide du voyageur en Espagne, Paris : L. Janet, 1823, 2 vols

249Dans les premières années de sa nouvelle installation à Paris, Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent travaille intensément. Avec le chimiste belge Van Mons et Pierre-Auguste-Joseph Drapiez (1778-1856), qui a également dû s’exiler, il fonde les Annales générales de Sciences physiques consacrées aux Sciences naturelles dont six volumes paraissent entre 1819 et 1822. Entre 1822 et 1831, il dirige la publication d’un Dictionnaire d’histoire naturelle (1822-1831)385. Ses collaborateurs sont Victor Audouin (1797-1841), Isidore Bourdon (1796-1861), Adolphe Brongniart (1801-1876), Augustin-Pyramus de Candolle (1778-1841), le baron d’Audebard de Férussac (1786-1836), Antoine Desmoulins (1796-1828), Drapiez, Henri Milne-Edwards (1800-1885), Pierre Flourens (1794-1867), Étienne Geoffroy Saint-Hilaire (1772-1844), Adrien de Jussieu (1797-1853), Karl Kunth (1788-1850), de Lafosse, Jean-Vincent-Félix Lamouroux, Pierre-André Latreille, Hippolyte Lucas (1807-1878), Presle-Duplessis et Constant Prévost (1787-1856). Avec Jacques Amand Eudes-Deslongchamps (1794-1867) et Jean-Vincent-Félix Lamouroux, il termine en 1824 le volume de l'Encyclopédie méthodique consacré aux Vers386, resté inachevé après le décès de Jean-Guillaume Bruguière (1749-1798). De cette époque, citons également les illustrations pour la Promenade de Dieppe aux montagnes d’Écosse (1821)387 de Charles Nodier (1780-1844), la Description du plateau de Saint-Pierre de Maestricht388, réalisé à partir de ses souvenirs d’exil, ainsi que le Guide du voyageur en Espagne (1823)389 qui rassemble des souvenirs de campagne.

  • 390 Cette expédition a été placée sous le commandement de Jules Dumont d’Urville (1790-1842). Bory de S (...)
  • 391 Bory de Saint-Vincent (Jean-Baptiste), Histoire des hydrophytes, ou Plantes agames des eaux, Paris  (...)
  • 392 Bory de Saint-Vincent (Jean-Baptiste), Précis d’erpétologie, Paris : Encyclopédie portative, 1828, (...)

250Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent se lance dans beaucoup de projets parce qu’il a de sérieux problèmes financiers. Son exil l’a endetté et il ne touche plus qu’une demi-solde. La situation n'est guère arrangée par son train de vie. Il aime le jeu et ne sait rien refuser aux “petites femmes” dont il apprécie la compagnie en ces lieux que l’on dit peu fréquentables. Fatalement, en 1825, ne pouvant plus fuir ses créanciers, il doit séjourner à la prison de Sainte-Pélagie, où il reste trois années. Un de ses grands regrets est de ne pas pouvoir voir cette girafe offerte par le vice-roi d’Égypte à Charles X et qui fait son entrée à Paris en juin 1827. Une légende veut que ses amis du Muséum aient fait monter la girafe au sommet du labyrinthe du Jardin des plantes afin que Bory de Saint-Vincent pu la voir de sa fenêtre. Il est un prisonnier privilégié. Il dispose de son herbier et de quelques ouvrages, ce qui lui permet de continuer de travailler : c’est essentiellement en prison qu’il rédige la Botanique du Voyage autour du monde exécuté par ordre du roi sur la Corvette de Sa Majesté, La Coquille (1828)390 et son Histoire des hydrophytes (1829)391 ; il y conçoit également son Précis d’erpétologie (1828)392. Lorsqu’il recouvre la liberté, en 1828, il a la joie de marier l’une de ses filles. À l’âge de cinquante ans, Bory de Saint-Vincent n’est pas homme à considérer que sa vie est derrière lui, loin de là. Revenu un peu en grâce auprès des autorités, une nouvelle carrière s’ouvre à lui lorsqu’il est nommé chef de la Commission scientifique d’exploration de la Morée, section sciences physiques.

251En 1829, Charles X décide d’envoyer une mission scientifique en Grèce, que la France, l’Angleterre et la Russie viennent tout juste d’aider à se libérer du joug ottoman, non sans y voir leurs propres intérêts. Le ministre de la Guerre demande aux académies de constituer une Commision scientifique. Bory de Saint-Vincent en est nommé chef de la section de sciences physiques. Sous la direction de Bory de Saint-Vincent, entre février 1829 et janvier 1830, les naturalistes ainsi que les officiers géographes et topographes explorent l’Attique, les Cyclades et la Morée.

  • 393 Bory de Saint-Vincent (Jean-Baptiste), Expédition scientifique de Morée, Paris ; Strasbourg : F. G. (...)
  • 394 Bory de Saint-Vincent (Jean-Baptiste), Expédition scientifique de Morée, Botanique, Paris ; Strasbo (...)
  • 395 Sur le volume de l’Expédition scientifique de Morée consacré à la botanique, communément appelé Flo (...)

252Peu après le retour de l’expédition, la Révolution de Juillet provoque la chute de Charles X et l’arrivée au pouvoir de Louis-Philippe. Le maréchal Soult recouvre alors le ministère de la Guerre et nomme de nouveau Bory de Saint-Vincent au service des cartes, dont il a été chassé en 1815 ; il lui donne le grade de colonel d’état-major. Bory de Saint-Vincent est également élu député en 1831 mais démissionne pour se consacrer à l’étude des collections rapportées de Grèce et veiller à la rédaction des cinq volumes de l’Expédition scientifique de Morée (1832-1836)393. Bory de Saint-Vincent rédige lui-même les deux premiers volumes consacrés à la Relation de ce voyage et à la géographie de la Morée ; il laisse à Puillon de Boblaye et Théodore Virlet le soin de réaliser le volume concernant la géologie et la minéralogie ; il participe aux volumes de zoologie – parmi ses collaborateurs, figurent Étienne Geoffroy Saint-Hilaire, son fils Isidore Geoffroy Saint-Hilaire (1805-1861) et le malacologiste Gérard-Paul Deshayes (1795-1875) – et de botanique394. Pour ce dernier volume, ses collaborateurs sont : Adolphe Brongniart (1801-1876), pour les Orchidées ; Jean-Baptiste Fauché (1777-1839), inspecteur général du service de la santé, originaire d’Agen, pour les Graminées ; Louis-Anastase Chaubard (1785-1854), ancien avocat, également originaire d’Agen, pour le reste des Phanérogames ; Bory de Saint-Vincent s’est réservé toute la Cryptogamie395. En 1834, Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent est élu membre libre de l’Académie des sciences, à la place de François-Pierre-Nicolas Gillet de Laumont (1747-1834). Après l’expérience concluante de l’expédition scientifique de Morée, le gouvernement décide en 1838 d’envoyer une nouvelle mission scientifique, en Algérie cette fois, qui mêle intimement conquête du territoire et exploration scientifique.

  • 396 On pourra consulter Lepetit (Bernard), “Missions scientifiques et expéditions militaires : remarque (...)

253Dès que l’Algérie commence à être conquise, la France entrevoit l’intérêt qu’elle pourrait retirer à exploiter les richesses naturelles du pays ou à y naturaliser d’éventuelles ressources exotiques. Lorsqu’une partie suffisante du pays est “pacifiée”, suivant l’expression de l’époque, le gouvernement décide de dépêcher des savants en Algérie, sous la protection et donc le contrôle du ministère de la Guerre396 : en novembre 1837, le maréchal Soult invite l’Académie des inscriptions et belles-lettres et l’Académie des sciences à composer une commission pour l’exploration de la colonie d’Alger. Neuf scientifiques en font partie : François Arago (1786-1853) pour la météorologie ; Constant Duméril (1774-1860) pour la zoologie ; Adolphe Brongniart pour la botanique ; Léonce Élie de Beaumont 1798-1874), (professeur de géologie au Collège de France et l’un des deux auteurs de la première carte géologique de France, pour la géologie ; Bory de Saint-Vincent pour la botanique et la topographie ; Augustin Serres pour la médecine ; Louis de Saulses de Freycinet 1779-1842) (pour l’hydrographie ; le baron Armand Séguier pour l’industrie ; et Jean-Victor Poncelet (1788-1867) pour la mécanique. Vingt et une personnes sont nommées pour partir en Algérie. Bory de Saint-Vincent est nommé chef de l’expédition. Charles Durieu de Maisonneuve (1796-1878), botaniste et capitaine de l’armée d’Algérie, Gérard-Paul Deshayes, Hippolyte Lucas, entomologiste et carcinologiste, Émilien-Jean Renou, géologue, ou encore le médecin Jean-Louis Guyon (1796-1870) figurent parmi ses compagnons. Les explorations durent de la fin de l’année 1839 à novembre 1841. Seuls les environs de quelques grandes villes (Alger, Oran, Médéa, Annaba ou Constantine, etc.) sont alors accessibles. L’expédition ne s’aventure que très exceptionnellement en territoire insoumis.

  • 397 Durieu de Maisonneuve (Michel-Charles), Bory de Saint-Vincent (Jean-Baptiste) (sous la dir.), Explo (...)
  • 398 Durieu de Maisonneuve (Michel-Charles), Cosson (Ernest), Exploration scientifique de l’Algérie pend (...)

254En 1842, une Commission académique est formée pour recevoir les travaux concernant l’étude des collections rapportées lors de l’exploration de l’Algérie et pour en surveiller la publication. Les huit membres de la commission, dont Bory de Saint-Vincent, se donnent quatre années pour publier les résultats scientifiques. Pour la botanique, à laquelle collabore Bory de Saint-Vincent, comme pour toutes les autres disciplines, les échéances seront autres : la Cryptogamie, à laquelle collaborent Camille Montagne (1784-1866), les frères Charles (1817-1884) et Louis-René dit Edmond Tulasne (1815-1885), Joseph-Henri Léveillé (1796-1870), Charles Durieu de Maisonneuve et Bory de Saint-Vincent, paraît entre 1846 et 1849397 ; la Phanérogamie, œuvre d’Ernest Cosson (1819-1889) et de Charles Durieu de Maisonneuve (1796-1878), paraît entre 1846 et 1867398. Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent n’a pas le temps de voir ces volumes car il décède à Paris, après avoir été malade durant plusieurs mois, le 22 décembre 1846.

  • 399 Bory de Saint-Vincent (Jean-Baptiste), “Sur les Isoëtes et les nouvelles espèces de cette famille d (...)
  • 400 Idem, p. 1166.

255Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent a découvert trois espèces de la flore de France, dont deux espèces d’Isoëtes. L’histoire de la découverte des espèces d’Isoëtes par Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent et son ami Charles Durieu de Maisonneuve est un grand moment de l’histoire de la botanique française. Les deux espèces d’Isoëtes nommées par Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent ont été récoltées pour la première fois sur le sol algérien par Charles Durieu de Maisonneuve, lors de l’exploration de l’Algérie. Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent annonce la description de l’Isoetes duriei, une espèce présente sur le pourtour méditerranéen, de la manière suivante : “Cette espèce, encore assez commune dans quelques sites très rapprochés d’Alger même, où nous herborisâmes assez souvent, nous y avait complètement échappé, parce qu’alors nous ne soupçonnions pas qu’il pût exister d’espèces essentiellement terrestres dans un genre où l’on en connaissait que d’essentiellement inondées. Ce n’est que ce printemps qu’ayant, dans les premiers jours d’avril, gravi, presque aux portes de la ville, les pentes à peu près arides et dépouillées de verdure qui s’étendent au pied du fort de l’Empereur, que M. Durieu a découvert l’Isoëte qui portera conséquemment son nom”399. L’Isoetes histrix Bory, présent sur le pourtour méditerranéen et sur le littoral atlantique, du Portugal à la Cornouaille britannique, a été découvert par Charles Durieu de Maisonneuve en novembre 1841, dans les environs de plusieurs villes (Annaba, Oran, Médéa, etc.)400.

FIG. 41 - Dryopteris pallida (Bory) Maire et Petitmengin. Une seule station du Dryopteris pâlissant, espèce protégée, est connue en France et ne compte qu’une quinzaine de pieds. © Philippe Danton, 1993, Haute-Corse.

Bibliographie

Drouin (Jean-Marc), “La Géographie botanique”, in Bourguet (Marie-Noëlle), Lepelit (Bernard), Nordman (Daniel), Sinarellis (Maroula) (sous la dir.), L’Invention scientifique de la Méditerranée, Paris : Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1998, pp. 139-157.

Drouin (Jean-Marc), “De l’épopée impériale au philhellénisme : Bory de Saint-Vincent, botaniste et voyageur”, in Ouvrage collectif, Les Enfants du siècle, sciences et savants de l’époque romantique (1815-1830) : Colloque international d’histoire des sciences et des techniques, Nantes, octobre 1994, Nantes : Université de Nantes, 1996, pp. 85-91.

Lacroix (Alfred), “Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent”, in Lacroix (Alfred), Figures de savants, Paris : Gauthier-Villars, 1932, t. 1, pp. 273-320.

Lauzun (Philippe), Correspondance de Bory de Saint-Vincent, Agen : [s.n.|, 1908, 357 p.

Lauzun (Philippe), Correspondance de Bory de Saint-Vincent, Supplément, Agen : [s.n.], 1912, 106 p.

Jean-Marie dit Léon DUFOUR (1780-1865)

256Léon Dufour naît le 10 avril 1780 à Saint-Sever, dans l’actuel département des Landes. Son grand-père paternel, Frix Dufour, décédé en 1763, a été médecin en Armagnac. Son père, Charles Dufour (1738-1814), est médecin à Saint-Sever, où il dirige également les hôpitaux civils ; il a effectué ses études à Toulouse, Montpellier puis Paris. Sa mère, Madeleine de Brethous, est d’une famille de magistrats anoblie sous l’Ancien Régime. La ville de Saint-Sever est située à la limite entre les grandes plaines dunaires du pays landais et les plateaux du Chalossais, au point de rencontre entre l’Adour et le Gabas. Jusqu’à ce que la Révolution survienne, Léon Dufour effectue ses études chez les bénédictins de Saint-Sever. Sous la Convention, sa mère est emprisonnée et échappe de justesse à la guillotine. Léon Dufour poursuit ses études à l’école centrale de Saint-Sever : les cours d’histoire naturelle sont dispensés par son propre père, et les leçons de physique expérimentale et de chimie par Alexis Basquiat de Mugriet (1757-1844). Ce dernier a fondé un Jardin botanique pour l’école centrale où les plantes sont disposées suivant les familles naturelles des Jussieu – ce qui est un fait exceptionnel pour l’époque partagé avec l’école de botanique du Jardin royal de Paris et celle du Jardin botanique de Dijon. La fréquentation d’Alexis Basquiat de Mugriet influence grandement le jeune Léon Dufour qui commence à se constituer un herbier. En 1796, il effectue une première excursion botanique dans les Pyrénées, en compagnie de l’un de ses camarades. Il fait l’ascension du pic de l’Hiéris, accompagné par le petit-fils du guide qui y fil monter Joseph de Tournefort (1656-1708) ; à Barèges, il rencontre Louis Ramond de Carbonnières (1755-1827), avec qui il monte au pic du Midi, où il le voit s’enthousiasmer pour un coléoptère. Fasciné par ces montagnes, Léon Dufour retourne au pic du Midi au cours des étés 1797 et 1799. En automne 1799, en compagnie de son ami Julien Dufau, Léon Dufour monte à Paris, où il compte étudier la médecine. Il y restera sept années.

  • 401 Olivier (Guillaume-Antoine), Entomologie, Paris : impr. de Baudouin, 1789-1808, 8 vols.
  • 402 Bory de Saint-Vincent (Jean-Baptiste), Voyage dans les quatre principales îles des mers d’Afrique, (...)
  • 403 Lamarck (Jean-Baptiste de), Candolle (Augustin-Pyramus de), Flore française, 3ème éd., Paris : Agas (...)
  • 404 Dufour (Léon), Propositions générales sur divers points de médecine, Paris : Didot jeune, 1806, 11  (...)
  • 405 Cité par Duris (Pascal), Diaz (Elvire), Petite histoire naturelle, Léon Dufour, Bordeaux : Presses (...)
  • 406 Idem, p. 49.

257À Paris, Léon Dufour suit les cours de l’école de santé, dans l’ancien couvent des Cordeliers. Parallèlement, il fréquente le Jardin des plantes, les séances de l’Institut, et fait la rencontre de plusieurs scientifiques éminents dont certains deviennent ses amis. Celui qui aura le plus d’influence sur lui est Pierre-André Latreille (1762-1832), l’un des meilleurs entomologistes français de l’époque, alors aide-naturaliste au Muséum national d’histoire naturelle. Leur amitié ne faillira jamais. Dufour le considère presque comme faisant partie de sa famille. C’est Pierre-André Latreille qui pousse Dufour vers l’étude des Insectes, à un moment où ce dernier est également intéressé par plusieurs autres groupes, notamment les Lichens et les Champignons. C’est également grâce à Latreille qu’il commence à correspondre avec l’un des pères de l’entomologie moderne, le célèbre Johann-Christian Fabricius (1745-1808). L’autre entomologiste qui a une ascendance certaine sur le jeune Dufour est Guillaume-Antoine Olivier (1756-1814), auteur d’une monumentale Entomologie (1789-1808)401 qu’il consulte beaucoup. Olivier ne sera jamais pour lui un ami aussi proche que Latreille. C’est également à Paris que Léon Dufour rencontre son second grand ami, Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent (1778-1846), juste après son retour de l’île Bourbon (actuelle Réunion), en 1802. Très vite, Bory de Saint-Vincent trouve en Dufour un ami de confiance : il le charge de trier les plantes qu’il a rapportées de son voyage et de surveiller la publication de son Voyage dans les quatre principales îles des mers d’Afrique (1804)402. Alors très attiré par l’étude des Cryptogames, Dufour rencontre Christiaan-Hendrik Persoon (c. 1761-1836), installé à Paris depuis 1803. La fréquentation de celui qu’on appelle alors le prince des mycologues est une véritable chance pour Dufour : Persoon l’initie à la détermination des Champignons et le met en relation avec Erik Acharius (1757-1819), père de la lichénologie et avec qui il correspond jusqu’à son décès. Bien évidemment, séjourner à Paris est l’occasion d’herboriser dans les environs de la capitale, alors vierges de la vaste urbanisation que nous connaissons aujourd’hui. Parmi ses maîtres et compagnons d’excursions, on citera le célèbre Louis-Claude Richard (1754-1821), professeur de botanique de l’école de santé, Louis-Augustin Bosc d’Antic (1759-1828), Aubert Du Petit Thouars (1758-1831), Dominique-Sébastien Léman (1781-1829) et celui qui est en train de s’imposer comme l’un des grands botanistes de son temps, Augustin-Pyramus de Candolle (1778-1841). Léon Dufour rend d’ailleurs un fier service au botaniste genevois en mettant son herbier du Sud-Ouest à sa disposition pour la rédaction de la troisième édition de la Flore française (1805)403. Rien ne fait cependant oublier à Léon Dufour qu’il est à Paris pour y étudier la médecine : le 25 germinal an XIII (15 avril 1805), il réussit le premier des cinq examens probatoires qu’il doit passer pour avoir l’autorisation de soutenir sa thèse de médecine ; la première discipline, l’anatomie, est sanctionnée par le zoologiste Constant Duméril (1774-1860) ; viennent ensuite les examens de matière médicale, dont un des membres du jury est Antoine-Laurent de Jussieu (1748-1836), la médecine légale, la clinique interne, et la pathologie et la nosologie jugées par Philippe Pinel (1745-1826). Le 14 mars 1806, Léon Dufour obtient le grade de docteur en médecine404. Il n’a plus rien à faire à Paris. Il lui faut rentrer dans sa province natale où sa famille l’attend avec impatience et fierté. Le 10 janvier 1806, il écrit à son ami Bory de Saint-Vincent : “Je vais m’ensevelir dans un pays où je végéterai toute ma vie, cruelle perspective”405. 11 quitte ses amis naturalistes mais également les moments passés aux terrasses des cafés à la mode, les promenades sur les boulevards, les séduisantes actrices du Français. Il part de Paris le 25 mars et arrive à Saint-Sever le 24 juillet : comme l’ont joliment écrit Elvire Diaz et Pascal Duris, Léon Dufour met “huit jours pour se rendre à Paris [et] quatre mois pour revenir chez ses compatriotes”406.

258Léon Dufour profite de son voyage pour effectuer une sorte de tour de France du naturaliste. Le but est double. Il s’agit, d’une part, de récolter des plantes et des insectes dans des régions inconnues, et, d’autre part, de rencontrer d’autres naturalistes. Léon Dufour choisit de voyager dans le Midi parce que c’est une région bien particulière du point de vue de la faune et de la flore et parce que Montpellier est un lieu de pèlerinage pour les botanistes. Léon Dufour suit donc l’itinéraire suivant : Autun, Mâcon, Lyon, où il rencontre Jean-Emmanuel Gilibert (1741-1814), directeur du Jardin botanique municipal, Valence, Avignon, Montpellier (13 avril-16 mai), où il rend visite au doyen des linnéens français, Antoine Gouan (1733-1821), et à Auguste Broussonet, professeur de botanique à l’école de médecine et directeur du Jardin botanique, Beaucaire (18 mai-2 juin), la Fontaine de Vaucluse, Aix, Marseille, Toulon (15 juin-23 juin), Hyères, Marseille, Arles (1er juillet), Nîmes, Montpellier, Béziers (14 juillet), Toulouse (17 juillet-20 juillet), où il fait la connaissance de Philippe Picot de Lapeyrouse (1744-1818), Auch, Le Houga, puis, enfin, Saint-Sever. Au cours de son périple, il tient un journal où il note ses observations naturalistes ainsi que les coutumes, les traditions, sans oublier les attraits et mérites des habitantes.

  • 407 Idem, p. 70.
  • 408 Idem, p. 80.
  • 409 Idem, p. 82.

259Même s’il est heureux d’être rentré dans son pays natal, Léon Dufour commence par être nostalgique de Paris. Il s’ennuie : “On ne fait absolument, mon cher Bory – confiet-il à son ami en février 1807 –, que bouffer dans ce pays. Je suis presque toujours en festin”407 ; quatre mois plus tard, il lui apprend de nouveau que “boire manger médire et dormir sont la seule occupation de ces habitants ignares”408. Son avenir semble avoir été tracé à l’avance. Léon Dufour s’installe comme médecin à Saint-Sever. Il n’oublie pas pour autant l’histoire naturelle : il projette de réaliser une Lichénographie pour Picot de Lapeyrouse, mais qui ne verra jamais le jour ; de Candolle le pousse à rédiger un ouvrage sur les Champignons du Sud-Ouest, qu’il ne commencera pas ; sous l’influence de son ami Latreille, il se consacre de plus en plus à l’entomologie, c’est-à-dire, dans un premier temps, essentiellement à la récolte de spécimens. C’est au cours de cette année 1807 que s’opère une mutation importante dans les inclinations de Léon Dufour : “Me voilà devenu gobe-mouche – confie-t-il alors à son ami Bory de Saint-Vincent. Oui, mon cher, après avoir longtemps épluché les pistils, les étamines, les ovaires, les corolles, les calices, les tiges, les pétioles, les feuilles, les folioles, les bractées, les urnes, les lentilles, les tubercules, je m’amuse à disséquer les machoires, les mandibules, les palpes, les antennes, les chaperons, les tarses, les ailes des insectes”409. Dans le même moment, les armées impériales se massent à Bayonne : Léon Dufour, qui lit depuis plusieurs années les aventures haletantes que lui envoie le capitaine Bory de Saint-Vincent, décide de s’engager comme médecin-ordinaire dans l’armée d’observation des côtes de l’océan, à Bayonne. Il ne pense pas taire une carrière militaire, mais simplement s’offrir quelques années de répit avant de revenir à Saint-Sever, une sorte de dernier refuge pour sa jeunesse, et ce avec d’autant plus de facilité que son ami Bory de Saint-Vincent lui apporte la preuve que le statut de soldat n’est absolument pas incompatible avec l’histoire naturelle. Il quitte sa ville natale le 22 mars 1808 avec pour seuls bagages des livres de Johann-Christian Fabricius et de Duftschmid ! Entre temps, l’armée d’observation des côtes de l’océan a traversé la frontière : elle est devenue l’armée d’Espagne. Léon Dufour a l’ordre de rejoindre le quartier général du prince Joachim Murat à Madrid. Il y arrive le 12 avril 1808.

  • 410 Idem, p. 97.
  • 411 Dufour (Léon), “Mémoire anatomique sur une nouvelle espèce d’insecte du genre Brachine”, Annales du (...)

260Les premières semaines que passe Léon Dufour à Madrid, presque entièrement consacrées à l’histoire naturelle, semblent combler ses espérances. Dès son arrivée, il fait la rencontre des quatre botanistes Rodriguès don José, Mariano Lagasca (1776-1839), Hipόlito Ruiz (1754-1815) et José-Antonio Pavόn (1754-1844), et de l’entomologiste Noboa don Pedro. Malheureusement pour lui, l’Espagne n’est pas l’Italie et Napoléon n’est pas Bonaparte. L’occupation de l’Espagne est de fait une invasion et après la répression sanglante dirigée par Joachim Murat contre les actes de résistance du 2 mai, à Madrid, l’Espagne devient définitivement hostile aux Français. Léon Dufour demeure à Madrid jusqu’à la fin du mois de juillet. Il a donc le temps de voir entrer le nouveau roi d’Espagne, Joseph Bonaparte, dans sa capitale, le 20 juillet. Commencent ensuite pour Léon Dufour six années de service en tant qu’officier de santé au sein de l’armée d’Espagne. Une grande partie de son temps est consacrée à la lutte contre les épidémies de typhus qui font des ravages parmi les militaires et les civils, notamment au cours des sièges qui peuvent durer plusieurs mois : à Saragosse, en Aragon, on compte plus de cinquante mille morts à la fin de l’année 1808. Dufour contracte à son tour la maladie et frôle la mort durant les trois premiers mois de 1809. Après cette épreuve, Latreille lui signale qu’une chaire d’Histoire naturelle va peut-être être ouverte à Pau, dans les Basses-Pyrénées, et le pousse à envisager cet avenir. Cela ne se fera finalement pas ; c’était d’ailleurs sans compter sur le médecin Jean Bergeret (1751-1813), un sérieux rival local. Même s’il est très occupé par son service, Léon Dufour consacre beaucoup de temps à l’histoire naturelle : il récolte notamment de nombreux insectes qu’il envoie régulièrement à son ami Latreille, ainsi que des plantes pour son herbier. Il effectue ces récoltes au mépris de dangers réels : “Tout le monde – écrit-il à son ami Bory de Saint-Vincent, le 3 août 1810 – me dit que quelque jour on me trouvera assassiné sur quelque belle plante”410. Au cours de son séjour, il est envoyé dans différentes régions du territoire espagnol. Il explore tant les plateaux castillans, les montagnes aragonaises que les côtes catalanes. Alors qu’il est déjà entomologiste et botaniste, aux environs de Tarragone, sur la côte méditerranéenne, en août 1811, il s’adonne à la géologie, dont il perçoit l’importance pour l’histoire naturelle. C’est également en Espagne que Léon Dufour rédige son premier travail : en avril 1811, il fait parvenir à Latreille un Mémoire anatomique sur une nouvelle espèce d’insecte du genre Brachine que son ami fait aussitôt paraître dans les Annales du Muséum d’Histoire naturelle411. Même s’il ne publie que cet unique travail au cours de son séjour en Espagne, Léon Dufour effectue de nombreuses dissections et de nombreux dessins anatomiques. S’il n’y avait la guerre tout autour de lui, Léon Dufour pourrait presque se considérer en séjour pour études ! L’occupation de l’Espagne par les armées impériales commence à devenir de plus en plus incertaine dès le début de l’année 1813 et, après la défaite de Vitoria, le 21 juin 1813, l’armée française commence sa retraite. En 1814, l’Empire s’écroule. L’armée d’Espagne doit repasser la frontière. C’est dans cette tourmente, alors qu’il est à Gironne, que Léon Dufour apprend la mort de son père. Pour qu’il puisse se rapprocher de sa famille, ses supérieurs le nomment dans l’armée du maréchal Soult, qui défend le Sud-Ouest, mais il n’arrive pas dépasser la ville de Toulouse et doit finalement rebrousser chemin pour attendre dans le Roussillon. Après l’abdication de Napoléon, le 14 avril 1814, et la Restauration, quatre jours plus tard, Léon Dufour est définitivement libéré de son service. Il quitte Carcassonne le 10 juin 1814. Au début du mois de juillet, il est de retour en son pays natal. Cette fois, il est heureux de son sort. Tout ce qu’il a vécu dans les rangs de l’armée d’Espagne va lui permettre d’apprécier à leur juste valeur les avantages de la vie landaise.

FIG. 42 - Dufour (Léon) 1780-1865.

  • 412 Léon Dufour explore le pic du Midi d’Ossau et le pic d’Amoulat en 1816, les Maladetta espagnoles en (...)

261Dès son retour, il prend la direction des hôpitaux civils de Saint-Sever, que les autorités locales lui ont plus ou moins réservée après la mort de son père. Il s’installe également comme médecin privé. Désormais, jusqu’à son décès, en 1865, Léon Dufour partagera son temps entre l’exercice de la médecine et l’histoire naturelle, c’est-à-dire principalement l’entomologie, ainsi que la botanique, la météorologie et la géologie, disciplines pour lesquelles il publiera quelques travaux. La pratique médicale de Léon Dufour est typique d’un médecin de campagne de la première moitié du XIXème siècle : il soigne essentiellement ses patients à partir de plantes ; il doit se tenir au courant des progrès de son temps – il adopte aussitôt après leur invention les cylindres acoustiques du docteur Laënnec (1781-1826) ; néanmoins, et cela est relativement étrange pour un médecin de cette région de France, il émet toujours des doutes quant à l’efficacité des eaux thermales. Tant pour l’entomologie que la botanique, Léon Dufour est un récolteur passionné : il effectue de nombreuses excursions à travers les Landes et le Sud-Ouest ; il explore à plusieurs reprises les Pyrénées, qu’il affectionne particulièrement412. Il convient également de signaler que le 11 février 1822, Léon Dufour épouse Marie-Zéolide de Labadie d’Aydrein, de vingt ans sa cadette, qui lui donnera quatre enfants : Léontine, née en 1822, qui sera carmélite à Montpellier, Albert, né en 1825, médecin, Gustave, né en 1826, médecin militaire, et Louise, née en 1830.

  • 413 On trouvera une bibliographie complète de Léon Dufour dans Duris (Pascal), Diaz (Elvire), Petite hi (...)
  • 414 Idem, p. 166.

262Entre 1817 et 1864, Léon Dufour publie en tout deux cent vingt-six articles d’entomologie413. Il ne fait paraître aucun ouvrage séparé. Les principales revues auxquelles il envoie ses travaux sont les Annales du Muséum d’Histoire naturelle, les Annales de Sciences physiques et générales, créées par son ami Bory de Saint-Vincent, les Annales des Sciences naturelles, créées en 1823 par Adolphe Brongniart (1801-1876) et Victor Audouin (1797-1841), ainsi que le Bulletin de la Société entomologique de France, à partir de 1832. Léon Dufour commence ses travaux entomologiques à une époque où le groupe des Insectes a déjà été défini en son sens moderne. On doit à Linné, Fabricius et Jean-Baptiste de Lamarck (I744-829) d’en avoir exclu les Arachnides, les Myriapodes et les Crustacés, et d’avoir délimité au sein des Insectes un certain nombre d’Ordres toujours admis actuellement. C’est pourquoi, à l’exception de quelques travaux sur les Arachnides (Acariens, Araignées, Solifuges, etc.), Léon Dufour se consacre exclusivement aux différents Ordres d’insectes. On notera une nette prédilection pour les Coléoptères, les Hyménoptères et les Diptères et un rejet quasi complet des Lépidoptères, auxquels il consacre deux très courtes notes et dont il ne récolte des spécimens qu’à contrecœur. Ses travaux entomologiques concernent exclusivement la faune de France et la faune d’Espagne. Léon Dufour ne s’intéresse absolument pas aux espèces exotiques, ce qui est compréhensible étant donné le nombre d’espèces nouvelles qu’il reste alors à découvrir à l’époque en Europe. En tout, il décrira plus de trois cents espèces d’insectes et un peu plus de trente espèces d’Arachnides. Les travaux de Léon Dufour ne concernent pas uniquement la description des espèces et chaque mémoire est prétexte à une étude anatomique : on lui doit la découverte de glandes alcalines chez les Hyménoptères, qui débouchent au niveau de l’aiguillon venimeux et que l’on nomme aujourd’hui les Glandes de Dufour. On lui doit également la première observation de grégarines chez les Insectes : ces parasites, découverts chez les Crustacés par Cavolini à la fin du XVIIIème siècle, ont été nommés par Dufour ; c’est Albert Kölliker (1817-1905), en 1845, qui découvrira que ce sont des organismes unicellulaires. Un grand moment dans l’évolution et le développement de l’entomologie en France est la création de la Société entomologique de France, en 1832, dont Léon Dufour devient aussitôt membre. Le président honoraire de la Société entomologique de France est Pierre-André Latreille, le doyen et le plus célèbre des entomologistes français. À sa mort, en 1833, la chaire de Zoologie des Insectes, Arachnides et Crustacés (créée à partir du dédoublement de la chaire des Insectes, des Vers et des animaux microscopiques, à la mort de Lamarck, en 1829) est libérée : à son ami Victor Audouin, qui lui demande alors s’il compte se présenter – comme lui – pour la succession de Latreille, Dufour répond que “Saint-Sever est l’ormeau et [qu’il en est] le lierre”414. Bien évidemment, la Société entomologique de France offre à Léon Dufour un extraordinaire cercle de relations. Citons quelques-uns de ses correspondants : Victor Audouin, heureux successeur de Latreille au Muséum national d’histoire naturelle, Constant Duméril, le général comte Auguste Dejean (1780-1845), Alphonse Déchauffour de Boisduval (1799-1879) et Achille Guénée (1809-1880). Léon Dufour est un entomologiste reconnu : en 1830, ses travaux lui permettent d’être élu correspondant de l’Institut, en section de zoologie et anatomie ; en 1860, la Société entomologique de France le distingue en le nommant président honoraire, place que seuls Latreille et Duméril ont eu l'honneur d'occuper.

263Si Léon Dufour est l’un des grands entomologistes français de la première moitié du XIXème siècle, il n’abandonne jamais sa passion de jeunesse, la botanique, à laquelle il consacre en tout trente et un travaux, de 1818 à 1862. Ces différents mémoires concernent l’étude des Cryptogames, notamment les Lichens, qu’il récolte toujours assidûment, et celle des Phanérogames. Sa collection d’exsiccatas de champignons et de lichens, qui a été revue par Erik Acharius et Christiaan-Hendrik Persoon, dans un premier temps, puis par Guillaume-Philippe Schimper (1808-1880), dans un deuxième temps, constitue une excellente collection de référence : beaucoup de jeunes cryptogamistes viennent le consulter, tels le finlandais William Nylander (1822-1899), dont Dufour ne respecte d’ailleurs guère – à tort – les travaux, le suisse Johann-Jakob Roemer (1763-1819), Camille Montagne (1784-1866), Antoine-Laurent-Apollinaire Fée (1789-1874) ou les frères Charles (1817-1884) et Edmond Tulasne (1815-1885). Tout au long de sa vie, Léon Dufour effectue de nombreuses explorations dans le sud-ouest de la France et dans toute la chaîne des Pyrénées. Les plantes qu’il récolte au cours de ces excursions sont destinées à son herbier personnel, qui comptera plus de six mille plantes à son décès, mais également à des envois et des échanges avec d’autres botanistes qui correspondent avec lui pour obtenir des plantes des Landes ou des Pyrénées. Parmi ces botanistes, en plus des botanistes qu’il a rencontrés à Paris et avec qui il ne cesse d’être en relation, on pourra citer James Lloyd (1810-1896), Pietro Bubani (1806-1888), Charles-François Brisseau de Mirbel (1776-1854), professeur des cultures au Muséum national d’histoire naturelle, Théodose-Cyriaque Prost (1788-1848), directeur des postes à Mende, Henri Reboul (1763-1839), Josef-August Schultes (1773-1831), Louis-Augustin Bosc d’Antic (1759-1828), Félix Soyer-Willemet (1791-1867). Léon Dufour en retrouve certains au sein de la Société botanique de France, dont il devient membre adhérent dès sa création, en 1854.

264Léon Dufour demeure en parfaite santé presque jusqu’à la fin de ses jours. Il monte au sommet du pic du Canigou en 1861 et, deux années plus tard, à l’âge de quatre-vingt-trois ans, il effectue une ultime ascension du pic du Midi. Il commence à ressentir quelques douleurs des voies urinaires en mars 1865. Le 16 avril, son fils lui prescrit sangsues et opium. Ces soins demeurent vains. Léon Dufour, qui a été l'un des maîtres incontestés de l’entomologie française et de la botanique du Sud-Ouest durant près de soixante années, s’éteint le 18 avril 1865 à Saint-Sever.

  • 415 Dufour (Léon), “Lettres à M. Palassou, sur les excursions tentées sur les Montagnes Maudites des Py (...)
  • 416 Idem, p. 291.
  • 417 Dufour (Léon), “Lettres à M. Palassou, sur les excursions tentées sur les Montagnes Maudites des Py (...)
  • 418 Dufour (Léon), “Description de quelques espèces nouvelles ou peu connues des genres Serratula et Ce (...)
  • 419 Dufour (Léon), “Observations sur quelques plantes de la France”, Annales des Sciences naturelles, t (...)

265Léon Dufour est l’auteur de cinq espèces valides de la flore de France. Trois d’entre elles sont endémiques des Pyrénées et ont été découvertes lors d’une excursion dans le massif des Maladetta, les montagnes Maudites, dans les Pyrénées espagnoles, en 1820 : Seseli nanum Dufour415, au col de Bacibé, près de Vénasque ; Alchemilla pyrenaica Dufour416 et Arenaria modesta Dufour417 au sommet du port d’Oo. La Centaurée à feuilles d’estragon, Centaurea dracunculifolia Dufour418, a été découverte lors d’un voyage en Espagne, dans les environs de Valence. La dernière a été découverte dans les environs de Saint-Sever : Juncus heterophyllus Dufour, qui “n’est pas rare dans les fossés aquatiques aux environs de Saint-Sever, et [qui] fleurit au printemps”419 ; Léon Dufour a également reçu des spécimens de cette espèce provenant de Corse, récoltés par l’infatigable capitaine Joseph-François Soleirol (1781-1863).

Bibliographie

Duris (Pascal), Diaz (Elvire), Petite histoire naturelle, Léon Dufour, Bordeaux : Presses universitaires de Bordeaux, 1987, 308 p.

Roumeguère (Casimir), Léon Dufour, botaniste, Paris : J.-B. Baillière et fils, 1878, 27 p.

Thouvignon (Fernand), “À propos du centenaire de la mort du savant Léon Dufour”, Bulletin de la Société de Borda, t. 89, 1965, pp. 161-171.

François-Victor MÉRAT DE VAUMARTOISE (1780-1851)

  • 420 Loiseleur-Deslongchamps (Jean), Flora Gallica seu enumeratio in Gallia sponte nascentium, Paris : c (...)

266François-Victor Mérat naît le 16 juillet 1780 à Paris. Il vit toute son enfance à Auxerre où sa famille est installée depuis plusieurs générations. Son grand-père paternel, Laurent-Germain Mérat (1712-1790), pharmacien, est un botaniste respecté. Son père est négociant. À l’âge de treize ans, on l’envoie dans la capitale auprès de l’abbé Lingois, un ancien jésuite qui lui transmet la passion de l’étude et le plaisir du travail. Il s’adonne alors essentiellement aux mathématiques. Son désir est d’entrer à l’École polytechnique, qui vient d’être créée. Ses parents, qui souhaitent le voir reprendre l’officine de son grand-père, en décident autrement. En 1796, il est placé comme apprenti chez un pharmacien parisien, un certain Nachet. 11 y reste trois années. En 1799, il entre à l’école de médecine de Paris. À l’époque, c’est l’une des meilleures formations à la matière médicale et à la botanique. Il y trouve le célèbre médecin de l’empereur, Jean Corvisart (1755-1821), qui dispense les leçons de médecine clinique, ainsi que Louis-Claude Richard (1754-1821), qui professe la botanique. Il y rencontre plusieurs jeunes gens avec qui il se lie d’amitié : Jean Loiseleur-Deslongchamps (1774-1849), futur médecin parisien et auteur d’une Flora Gallica (1806-1807)420 ; Alexandre-Louis Marquis (1777-1828), futur directeur du Jardin botanique de Rouen ; Jean-Baptiste Mougeot (1776-1858), qui s’établira à Bruyères, dans les Vosges ; Chrétien-Geoffroy Nestler (1778-1832), qui succédera à Dominique Villars (1745-1814) à la faculté de médecine de Strasbourg ; Gaspard Robert (1776-1857), qui aura la charge du Jardin botanique de la marine, à Toulon ; et Jacques Clarion (1776-1844), titulaire de la chaire de Botanique rurale à la faculté de médecine de Paris. Ils partagent tous une passion commune pour la botanique. Souvent, ils herborisent ensemble dans les environs de Paris. Le 22 messidor an XI (11 juillet 1803), François-Victor Mérat obtient le grade de docteur en médecine. Il est aussitôt rattaché à la faculté de médecine comme chef de clinique.

  • 421 Mérat (François-Victor) (sous la dir.), Dictionnaire des sciences médicales, Paris : J.-B. Baillièr (...)

267Pendant dix années, François-Victor Mérat travaille dans le service de Jean Corvisart, à l’hôpital de la Charité. Il se prend de passion pour l’anatomie pathologique. Pour lui, en dix ans, plus de deux mille cadavres sont ouverts, c’est-à-dire à un rythme de trois à quatre par semaine. À partir de ses propres observations, il souhaite rédiger un traité d’anatomie pathologique. Hélas, en 1813, son poste n’est pas renouvelé. À son grand regret, il doit tout abandonner, la médecine clinique et son projet d’ouvrage. Il se plaint à ses amis et à diverses personnalités du nombre insuffisant d’hôpitaux et de médecins en France. Rien n’y fait. Il doit se résigner. Heureusement, il trouve l’occasion de publier quelques-unes de ses observations d’anatomie pathologique grâce à la coordination, en collaboration avec Adrien-Jacques de Lens, d’un Dictionnaire des sciences médicales (1829-1846)421 Mérat présente plusieurs atouts : il est en relation avec de nombreux médecins, il a de vastes connaissances dans des branches variées de la médecine comme la médecine clinique ou la matière médicale, il a la réputation d’être un travailleur infatigable et, surtout, il a désormais du temps pour rédiger et corriger des centaines de pages. François-Victor Mérat consacre plusieurs années de sa vie à la réalisation de ce vaste ouvrage de sept volumes.

  • 422 Mérat (François-Victor), Nouvelle flore des environs de Paris, 1ere éd., Paris : Méquignon-Marvis, (...)
  • 423 Mérat (François-Victor), Synopsis de la nouvelle flore des environs de Pans, Paris : Méquignon-Marv (...)
  • 424 Mérat (François-Victor), Revue de la flore parisienne, Paris : J.-B. Baillière, 1843-1847, IV + 508 (...)
  • 425 Thuillier (Jean-Louis), Flore des environs de Paris, 2ème‘ éd., Paris : chez l’auteur, an VII [1799 (...)
  • 426 Cosson (Ernest), Germain de Saint-Pierre (Ernest), Flore analytique et descriptive des environs de (...)
  • 427 On pourra consulter Mérat (François-Victor), Liste chronologique des travaux de M. le docteur Mérat (...)

268Après 1813, c’est à la botanique que François-Victor Mérat s’adonne avec le plus de plaisir et de passion. Il herborise essentiellement dans les environs de Paris, dont il est l’un des rares à connaître les moindres recoins. En 1821, il donne une deuxième édition de la Nouvelle flore des environs de Paris qu’il a fait paraître en 1812. Quatre nouvelles éditions corrigées et augmentées suivront entre 1831 et 1841422. Il publie également un Synopsis de la nouvelle flore des environs de Paris (1837)423 facile à transporter sur le terrain. Il rédige une Revue de la flore parisienne (1843-1847)424 en réponse aux récents travaux de ceux que l’on appelle les “Deux Ernest”, Ernest Germain de Saint-Pierre (1815-1882) et Ernest Cosson (1819-1889), qu’il ne supporte pas de voir le remplacer sur la scène parisienne. Il doit admettre que le succès ne se conserve pas éternellement : après 1845, la Nouvelle flore des environs de Paris, qui a su avantageusement remplacer la Flore des environs de Paris (1799)425 de Jean-Louis Thuillier (1757-1822), se voit inéluctablement préférer la Flore analytique et descriptive des environs de Paris (1845)426 des Deux Ernest. François-Victor Mérat ne se contente pas d’écrire des ouvrages, il fait également paraître plus de deux cents articles dans des revues scientifiques. Ils concernent des questions de systématique ou des domaines parallèles à la botanique comme l’horticulture ou l’agriculture427.

269À partir de 1813, François-Victor Mérat mène une vie remarquablement studieuse. Son plus grand bonheur est de travailler dans la solitude de son cabinet. Il n’est cependant pas isolé. Il a une épouse et deux enfants, une fille, mariée et partie en Province, et un fils, devenu officier dans la légion étrangère. Il correspond avec de nombreux botanistes et médecins des sociétés savantes dont il est membre. Il fréquente régulièrement ses anciens amis de l’école de médecine. Nous ne pouvons omettre de signaler que le capitaine Jules Dumont d’Urville (1790-1842), sans doute rencontré par l’intermédiaire de leur ami commun Gaspard Robert, donne le nom de Mérat à une île découverte en Nouvelle-Guinée, en 1827, lors de son premier voyage de circumnavigation. François-Victor Mérat décède le 15 mars 1851.

  • 428 Mérat (François-Victor), Nouvelle flore des environs de Paris, 1ère éd., op. rit., p. 305. s Idem, (...)
  • 429 Idem, p. 332.

270François-Victor Mérat est l’auteur de deux plantes valides de la flore de France. Hieracium peleterianum Mérat, présente dans le nord, l’ouest et le centre de l’Europe, a été “trouvée sur les montagnes des environs de Mantes, par M. Lepeletier, amateur de botanique [et] qui, le premier, l'avait observée dans nos environs”428. Matricaria perforata Mérat, présente dans presque toute l’Europe, doit son nom à ses graines perforées qui permettent de la distinguer de Matricaria chamomilla Linné ; Mérat l’a découverte dans les environs de Paris, où elle est “très commune dans les endroits cultivés, les champs incultes, etc.”429

Bibliographie

Bouchardat (Apollinaire), Notice nécrologique sur F.-V. Mérat, Paris : Société nationale et centrale d’agriculture, 1852, 20 p.

Dominique-Sébastien LÉMAN (1781-1829)

  • 430 Léman (Dominique-Sébastien), Desmarets (Anselme-Gaëtan), Essai de statistique rurale, Paris : impr. (...)

271Dominique-Sébastien Léman naît à Naples le 30 décembre 1781. Ses parents, d’origine française, doivent quitter l’Italie à la Révolution. Il effectue ses études au collège de Juilly puis à l’école centrale de Paris où les cours d’histoire naturelle sont dispensés par l’éminent Georges Cuvier (1769-1832). C’est au cours de ses années d’apprentissage qu’il se lie d’amitié avec Anselme-Gaëtan Desmarest (1784-1838) dont il épouse la sœur quelques années plus tard. Ensemble, ils publient un Essai de statistique rurale430. Afin de pouvoir travailler avec ce qu’il admire le plus, les curiosités naturelles, et n’étant sans doute pas assez brillant pour espérer obtenir un jour une chaire de botanique ou de zoologie, Dominique-Sébastien Léman fait le choix de devenir commerçant d’histoire naturelle : il ouvre une boutique où l’on peut s’offrir toutes sortes d’animaux empaillés, de coquillages, de plantes en herbier ou de minéraux. De nombreux scientifiques de la place de Paris fréquentent sa boutique, comme le minéralogiste Alexandre Brongniart (1770-1847), le mathématicien et physicien Pierre-Simon Laplace (1749-1827) ou encore le botaniste Augustin-Pyramus de Candolle (1778-1841).

FIG. 43 - Léman (Dominique-Sébastien) 1781-1829.

272Dominique-Sébastien Léman n’est pas seulement un commerçant. Il pratique lui-même un peu les sciences : essentiellement porté sur la minéralogie, il fait paraître quelques études dans le Bulletin de la Société philomatique de Paris ; passionné par les plantes cryptogames, il se contente d’en récolter pour en vendre des exsiccatas ; pour les Phanérogames, son unique travail est la rédaction des genres Geranium et Erodium pour la troisième édition de la Flore française de Jean-Baptiste de Lamarck réalisée par Augustin-Pyramus de Candolle. Dès 1820, les facultés mentales de Dominique-Sébastien Léman commencent à décliner. Il décède d’une crise d’apoplexie foudroyante le 28 février 1829 à Paris.

  • 431 Candolle (Augustin-Pyramus de), Lamarck (Jean-Baptiste de), Flore française, 3ème éd., Paris : Desr (...)

273Dominique-Sébastien Léman est l’auteur d’une espèce valide de la flore de France : Erodium corsicum Léman in Lamarck et De Candolle431, une plante endémique de la Corse et de la Sardaigne, où elle pousse entre les rochers littoraux. Dominique-Sébastien Léman a décrit cette espèce à partir de spécimens que Jacques Clarion (1776-1844), titulaire de la chaire de Botanique rurale de la faculté de médecine de Paris, et Noisette, deux célèbres récolteurs de plantes de Corse, avaient transmis à Augustin-Pyramus de Candolle.

Bibliographie

Anonyme, “Dominique-Sébastien Léman”, Annales des Sciences de l’Observation, t. 2, 1829, pp. 151-152.

Toussaint BASTARD (1784-1846)

  • 432 Secrétaire de la Société des naturalistes et botanophiles d’Angers, dont le président est Louis-Mar (...)

274Toussaint Bastard naît le 2 février 1784 à Chalonnes-sur-Loire, en Anjou, dans Factuel département du Maine-et-Loire. Son grand-père et son père, tous deux médecins botanistes, lui donnent sa première éducation. Il entre ensuite à l’école centrale du département du Maine-et-Loire, à Angers, en frimaire an IV (novembre-décembre 1795). L’histoire naturelle y est professée par Gabriel Merlet de La Boulaye (1736-1807)432, pour la botanique, et Joseph-Étienne Renou (1740-1809), pour la minéralogie et la zoologie. Gabriel Merlet de La Boulaye dispense ses leçons dans le Jardin botanique et au cours d’herborisations dans les environs d’Angers. Joseph-Étienne Renou utilise quant à lui les collections du Musée d’histoire naturelle, dont il est le directeur et qui est également rattaché à l’école centrale. À la suppression des écoles centrales, en floréal an X (avril-mai 1802), ces deux institutions reviennent à la municipalité d’Angers. Gabriel Merlet de La Boulaye dispense des cours de botanique publics et gratuits au Jardin municipal, dont il est le directeur. Toussaint Bastard le remplace en 1807 et devient également directeur du Musée d’histoire naturelle après le décès de Joseph-Étienne Renou.

  • 433 Bastard (Toussaint), Essai sur la flore de Maine-et-Loire, Angers : Veuve Pavie et fils, 1809, XXVI (...)
  • 434 Bastard (Toussaint), Notice sur les Végétaux du Jardin des plantes d’Angers, Angers : L. Pavie, 181 (...)

275À cette époque, Toussaint Bastard est alors considéré comme l’un des meilleurs naturalistes de sa région. Il a l’une des plus riches collections minéralogiques de son époque et un excellent herbier de référence pour la flore angevine. Maints naturalistes désirent le rencontrer : ainsi, lorsqu’il voyage dans l’ouest de la France, en 1806, Augustin-Pyramus de Candolle se laisse-t-il guider quelques jours par Toussaint Bastard. Il est l’auteur d’un Essai sur la flore de Maine-et-Loire (1809)433, longtemps resté un ouvrage de référence, et d’une Notice sur les Végétaux du Jardin des plantes d’Angers (1810)434. Dans son Essai sur la Flore de Maine-et-Loire, Toussaint Bastard remercie quatre personnes : son véritable maître, Gabriel Merkt de La Boulaye, son père, qui l’a initié à la botanique, Augustin-Pyramus de Candolle, avec qui il a herborisé, et Dominique-Sébastien Léman (1781-1829) dont l’herbier lui a été très utile. Il remercie également quelques bons connaisseurs de la flore de la région qui lui ont indiqué des localités : Jean-Pierre Guépin (1779-1858), médecin à Angers, Caffin, médecin à Saumur, ainsi que messieurs Bourgouin, Paulmier, Lofficial et Salle. Il convient également de noter que Toussaint Bastard suit la classification linnéenne parce qu’elle est alors la plus répandue dans le département et non la méthode naturelle, qu’il lui préfère pourtant.

276La reconnaissance officielle ne dure guère pour Toussaint Bastard. Très engagé politiquement, il perd ses fonctions de directeur du jardin et du musée municipaux à la seconde Restauration. Membre du bureau central de la Congrégation angevine, il a signé un pacte de soutien à l’empereur le 7 mai 1815, durant les Cent Jours, ce qui ne plaît guère aux nouvelles autorités. Par ailleurs, il se montre très hostile envers les troupes prussiennes et cosaques qui occupent Angers après l’abdication de Napoléon : à plusieurs reprises, il fait évacuer le musée où ont lieu des festivités auxquelles participent des soldats de l’armée d’occupation ; même, il lui arrive de fermer l’établissement pour de longues périodes en signe de protestation. Les agissements et les idées de Toussaint Bastard finissent par agacer les nouvelles autorités et tout particulièrement le maire d’Angers qui le congédie en dépit de sa notoriété scientifique. Il est démis de ses fonctions le 31 mai 1816 à cause de son attachement à l’Empire et de son hostilité évidente à l’encontre de la monarchie.

  • 435 Oscar Leclerc-Thouin est l’unique neveu d’André Thouin (1747-1824), professeur des cultures au Musé (...)

277N’ayant pas de fortune personnelle, Toussaint Bastard doit définitivement abandonner un projet de voyage à Cayenne et doit reprendre ses études de médecine pour faire vivre son foyer. Le 31 juin 1817, à Paris, il soutient une thèse sur l’influence des saisons dans les contrées de l’ouest de la France, puis se fixe comme médecin dans sa ville natale, à Chalonnes-sur-Loire. Toussaint Bastard ne quittera plus sa région, à l’exception d’un voyage qu’il effectue dans le sud de la France en 1821, en compagnie de son ami Oscar Leclerc-Thouin435, et au cours duquel il explore les environs de La Rochelle, Bordeaux, Toulouse, Montpellier, Banyuls, Foix, Bordeaux et Niort. Toussaint Bastard décède le 27 juin 1846, des suites d’une chute grave en voulant récolter un pied d’Asplénium obovatum Viviani, au sommet d’un rocher. Selon ses vœux, son herbier est légué au Jardin botanique d’Angers.

  • 436 Bastard (Toussaint), Notice sur les Végétaux du Jardin des plantes d’Angers, op. cit., p. 189.

278Au cours de ses herborisations en Anjou, Toussaint Bastard a découvert quatre espèces valides de la flore de France, présentes dans toute l’Europe. L’une d’entre elles, le Rosier d’Anjou, Rosa andegavensis Bastard, est décrite comme un arbrisseau “assez rare, poussant dans les haies et les buissons aux environs de Brissac et de La Romagne”436.

Augustin-Nicaise DESVAUX (1784-1856)

  • 437 Le Journal de botanique de Desvaux, qui est hybride entre un ouvrage et un périodique, est présenté (...)
  • 438 Desvaux (Augustin-Nicaise), “Essai sur la géographie botanique du Haut-Poitou (département de la Vi (...)
  • 439 Richard de Tussac vit aux Antilles de 1786 à 1802, successivement en Martinique, Haïti et Jamaïque. (...)

279Augustin-Nicaise Desvaux naît à Poitiers le 28 août 1784. Nous ignorons la position sociale de ses parents et l’instruction qu’il reçoit dans sa jeunesse. Nous pouvons cependant croire qu’il est sérieusement initié à la botanique car il fonde en 1808 un Journal de botanique dans lequel il édite des travaux de célèbres botanistes tels Aimé Bonpland (1773-1858), Jean-Louis-Marie Poiret (1755-1834), Christiaan-Hendrik Persoon (c. 1761-1836) ou Ambroise Palisot de Beauvois 1752-1820) (437. L’un des mémoires qu’il publie dans son Journal de botanique, l’Essai sur la géographie botanique du Haut-Poitou438, repose sur ses explorations dans le département de la Vienne au cours desquelles il a découvert trois espèces nouvelles valides : Rosa obtusijolia Desvaux et Rosa stylosa Desvaux, connues dans le nord et l’ouest de l’Europe, ainsi que Valerianella eriocarpa Desvaux, présente dans le sud de l’Europe, de la Turquie au Portugal. Il convient de noter que le titre de ce travail prouve à lui seul qu’Augustin-Nicaise Desvaux est alors parfaitement au courant de la science de son temps : la géographie botanique vient en effet d’être juste inventée par Alexander von Humboldt (1769-1859) et Augustin-Pyramus de Candolle (1778-1841). Quelques années plus tard, Augustin-Nicaise Desvaux coordonne l’édition d’un nouveau Journal de botanique, appliquée à l’agriculture, à la pharmacie, à la médecine et aux arts qui paraît de 1813 à 1815, auquel collaborent plusieurs botanistes éminents comme Antoine-Laurent de Jussieu (1748-1836), Charles-François Brisseau de Mirbel (1776-1820) ou René Desfontaines (1750-1833). C’est Richard de Tussac, auteur d’une Flore des Antilles (1808-1827)439 et collaborateur du nouveau Journal de botanique, qui fait venir Augustin-Nicaise Desvaux au Musée d’histoire naturelle d’Angers, où il reste un peu plus de vingt ans.

FIG. 44 - Nécessaire du botaniste extrait de Desvaux (Nicaise-Augustin), Journal de botanique, appliquée à l'agriculture, à la pharmacie, à la médecine et aux arts, t. 4, 1815, pl. XXXI.

  • 440 Desvaux (Augustin-Nicaise), Nomologie botanique, Angers : [s.n.], 1817, 28 p. ; Desvaux (Augustin-N (...)

280En mai 1816, Toussaint Bastard (1784-1846) est démis de sa fonction de directeur du Musée d’histoire naturelle d’Angers, à cause de sa nostalgie de l’Empire que ne peuvent souffrir les nouvelles autorités fidèles aux Bourbons. La direction est tout d’abord confiée quelques mois à Toussaint Grille, puis, en janvier 1817, à Richard de Tussac qui réside alors à Paris, où il rédige sa Flore des Antilles. Pendant ses absences, le musée est officiellement dirigé par ses deux collaborateurs, Guilloteau et Beaujan-Dupont, mais en réalité, c’est Augustin-Nicaise Desvaux, qu’il a fait venir en 1817, qui assure les cours publics du Jardin botanique et qui entretient les collections du musée. Dès son arrivée à Angers, Augustin-Nicaise Desvaux publie trois ouvrages sur la flore angevine : une Nomologie botanique (1817), un Programme du cours de botanique professé au jardin des plantes d’Angers (1818) et des Observations sur les plantes des environs d’Angers (1818) où il décrit quelques espèces nouvelles440. Sa situation au musée se simplifie en 1821 lorsqu’il devient officiellement le suppléant de Richard de Tussac. Il est nommé conservateur du musée en avril 1822 puis Richard de Tussac démissionne en sa faveur en juillet 1822. Sa première mesure est la demande du renvoi de Beaujan-Dupont et de Guilloteau, qu’il remplace par Cottin, l’un de ses amis avec qui il apprécie de collaborer. Il assure la direction du Musée d’histoire naturelle d’Angers jusqu’en 1838, date à laquelle il devra démissionner.

  • 441 Desvaux (Augustin-Nicaise), “Exposition méthodique des genres de la famille des Mousses”, Mémoires (...)

281Augustin-Nicaise Desvaux continue de publier d’imposants travaux de botanique grâce auxquels il s’impose peu à peu comme l’une des importantes figures de la botanique de l’ouest de la France : une Exposition méthodique des genres de la famille des Mousses (1824), une Flore de l’Anjou (1827), un Prodrome de la famille des Fougères (1827) ainsi que des Opuscules sur les sciences physiques et naturelles (1831-1833)441. La Flore de l’Anjou résulte de plusieurs années d’excursions botaniques dans tout le pays angevin. Elle ne comprend cependant aucune espèce nouvelle encore considérée comme valide aujourd’hui. La majeure partie du temps d’Augustin-Nicaise Desvaux est destinée au Musée d’histoire naturelle et au Jardin botanique d’Angers. Il doit surtout régler d’incessants différends avec la municipalité qui refuse ostensiblement de satisfaire ses demandes de fonds supplémentaires : les armoires qu’il a commandées afin de pouvoir ranger les collections de minéraux et d’animaux qu’il a établies au cours de ses excursions dans les environs de la ville ne lui sont jamais accordées ; sans parler des travaux de rénovation des planchers qu’il demande de toute urgence et qui mettent des années à être acceptés par le Conseil municipal, l’obligeant à n’ouvrir le musée qu’une seule demi-journée par semaine et à limiter les entrées à trente visiteurs à la fois. À partir de 1837, les choses se gâtent considérablement entre la municipalité et Augustin-Nicaise Desvaux. En janvier 1838, une Commission municipale est constituée afin d’évaluer la gestion du Musée d’histoire naturelle. Bien sûr, c’est Desvaux qu’elle juge. Parmi les membres de cette commission se trouve Jean-Pierre Guépin (1779-1858), un ami du botaniste nivernais Alexandre Boreau (1803-1875). En mai 1838, Desvaux démissionne de sa fonction de directeur, ne pouvant plus supporter les agissements de la municipalité d’Angers. Boreau est nommé à sa place quatre mois plus tard.

282N’ayant plus aucune activité particulière à Angers, Augustin-Nicaise Desvaux décide de quitter la ville et la charmante abbaye Saint-Serge, où était installé le musée, pour s’installer en compagnie de sa femme et de son fils à Bellevue, dans la campagne angevine. Là, il s’occupe d’agriculture, entretient son herbier, mais ne fait plus paraître de travaux. Augustin-Nicaise Desvaux décède à Bellevue le 12 juillet 1856, après une longue maladie. Son herbier, riche de vingt-cinq mille espèces, mis en vente par son fils après sa mort, est acquis par le botaniste parisien Alphonse Lavallée ; sa veuve décide de le léguer en 1896 au Muséum national d’histoire naturelle, où il est aujourd’hui conservé.

  • 442 Desvaux (Augustin-Nicaise), Observations sur les plantes des environs d’Angers, Angers : Fourier-Ma (...)

283Augustin-Nicaise Desvaux est l’auteur de cinq espèces valides de la flore de France, qu’il a découvertes au cours de ses herborisations. Il a découvert le Gaillet fragile, Galium debile Desvaux, dans les environs d’Angers “dans divers endroits, et notamment sur le bord des fossés qui avoisinent le grand étang de Beaucouzé”442.

Bibliographie

Anonyme, “Nécrologie”, Bulletin de la Société botanique de France, t. 3, 1856, pp. 637-638.

Bonnet (Edmond), “Note sur l’herbier de Desvaux”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, t. 13, 1907, pp. 276-279.

Bureau (Édouard), “Note sur l’herbier de A.-N. Desvaux”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, t. 2, 1896, pp. 46-48.

Couffon (Olivier), Le Musée d’histoire naturelle d’Angers, Angers : impr. Germain et G. Grassin, 1906,99 p.

Jacques, Étienne GAY (1786-1864)

284Jacques Gay naît le 11 octobre 1786 à Nyon, en Suisse, dans le canton de Vaud. Adolescent, il ne se soucie guère de ses études, à tel point qu’il doit être convoqué par le directeur de son institution, le pasteur Jean-François Gaudin (1766-1833). Professeur de botanique à l’académie de Lausanne, le pasteur Gaudin se charge personnellement d’instruire le garnement qui, à partir 1800, l’accompagne dans ses herborisations à travers la Suisse. Ils effectuent de nombreuses excursions jusqu’en 1811, date à laquelle Jacques Gay quitte l’université de Lausanne, où il a étudié le droit et les lettres, pour s’installer à Paris.

285Jacques Gay prend la décision de partir en France parce qu’il se sent proche de la culture française, sinon de la France, à l’instar de nombreux habitants de son canton : c’est à Lausanne qu’ont lieu les insurrections favorables à la République française qui servent de prétexte à l’invasion de la Suisse par les troupes françaises ; lorsque la République helvétique doit être abandonnée en 1802, à cause de mécontentements venus de l’Est du pays, c’est encore à Lausanne que les derniers républicains se réfugient ; enfin, si le canton de Vaud – qui est d’ailleurs créé administrativement par Bonaparte en 1803 – ne fait pas partie de la France en 1811, une autre partie de la Suisse francophone, dont le fameux département du Léman (Genève et ses environs), en fait partie. Lorsque Jacques Gay entreprend ce voyage, Paris peut lui offrir tout ce dont il a besoin pour vivre : une situation – et il a pour cela de sérieuses lettres de recommandation – et des botanistes. Quelles que soient les raisons de son départ, la France contente Jacques Gay. Il ne reviendra jamais en Suisse.

  • 443 Gaudin (Jean-François), Flora Helvetica, Zurich : Orelli, 1828-1833, 7 vols.

286À son arrivée à Paris, Jacques Gay est accueilli par le marquis de Sémonville qui le nomme directeur de son cabinet, au Sénat. 11 reste à son service jusqu’en 1848. Lorsque le marquis devient grand-référendaire de la Chambre des Pairs – qui remplace alors le Sénat napoléonien – à la Restauration, Jacques Gay est amené à rencontrer les plus influentes personnes de l’État. D’autres relations l’intéressent davantage. Dès son arrivée, Jacques Gay fréquente le Muséum national d’histoire naturelle où il suit les cours de botanique de René Desfontaines (1750-1833) et les herborisations d’Antoine-Laurent de Jussieu (1748-1836), ainsi que l’école de médecine, où il écoute Louis-Claude Richard (1754-1821). Jusqu’en 1818, Jacques Gay effectue essentiellement des travaux pour son ancien maître Jean-François Gaudin. Il consulte pour lui de nombreux herbiers parisiens. Dans sa Flora Helvetica (1828-1833)443, conscient de tout ce qu’il lui doit, le pasteur le remercie en seconde position, juste après l’incontournable Augustin-Pyramus de Candolle (1778-1841). Jacques Gay ne se considère pas comme un collaborateur de Jean-François Gaudin. Il lui apporte simplement une aide fidèle. Il gardera cette attitude généreuse et altruiste jusqu’aux dernières heures de sa vie.

  • 444 On trouvera la liste de ces travaux dans Ramond (A.), “Hommage à Jacques Gay prononcé le 23 décembr (...)
  • 445 Perreymond (Jean-Honoré), Plantes phanérogames qui croissent aux environs de Fréjus, Paris : F.-G. (...)
  • 446 Il pourrait s’agir d’Armand Taslé, dit Taslé père, naturaliste vannetais, mais cela est incertain. (...)

287À partir de 1818, Jacques Gay cesse de travailler uniquement pour Jean-François Gaudin et se lance dans des études personnelles. Tout au long de sa carrière, Jacques Gay ne fait paraître qu’une faible partie de ces travaux qui demeurent le plus souvent à l’état de projet. Bien qu’ayant de vastes connaissances sur la systématique de ces familles, il ne publie rien sur les Résédacées, Composées, Potamées, Ombellifères, Sésamées ou Liliacées. Jacques Gay publie néanmoins une quarantaine de mémoires et articles botaniques entre 1821 et 1863, tous consacrés à des questions de systématique botanique444. En 1826, le jeune Victor Jacquemont (1801-1832) lui propose de participer à une flore de France qu’il souhaite réaliser, mais le projet ne voit pas le jour. L’un des grands plaisirs de Jacques Gay est l’entretien de son herbier. Grâce à ses propres récoltes – il rapporte notamment un grand nombre de plantes des Pyrénées au cours de l’été 1823 – et grâce aux plantes qu’il reçoit d’autres récolteurs et botanistes, Jacques Gay possède l’un des herbiers les plus complets pour la flore de France. Régulièrement revu par des botanistes spécialistes de telle ou telle famille de plantes, cet herbier est alors l’un des plus à jour du point de vue taxonomique. Ce sont tant des célèbres noms de la botanique que des récolteurs locaux presque anonymes qui lui envoient des plantes : Augustin-Pyramus de Candolle et Charles Grenier (1808-1875) pour des plantes de l’est de la France ; Pierre-Casimir de Pouzols (1785-1858) pour des plantes de Corse ; son jeune ami Philipp-Anton-Christoph Endress (1806-1831), récolteur pour l’Unio Itineraria d’Esslingen, ainsi que Xatart (1774-1846) pour des plantes pyrénéennes ; Jean-Honoré Perreymond (1794-1843), compositeur et inspecteur d’écoles primaires, installé à Fréjus445, pour des plantes des environs de L’Esterel ; Jacques Cambessèdes (1799-1863) pour des plantes des Cévennes ; Hémon, médecin à Auray, pour des plantes des environs de Lorient ; Taslé446, notaire, pour des plantes des environs de Vannes.

  • 447 Grenier (Charles), Godron (Dominique-Alexandre), Flore de France, Paris : F. Savy, 1848-1855, 3 vol (...)
  • 448 Gussone (Giovanni), Florae siculae synopsis exhibens plantas vasculares in Sicilia, Napoli : Tramat (...)

288Une large part de son activité scientifique consiste à aider d’autres botanistes dans leurs travaux, notamment la jeune génération, heureuse de pouvoir consulter son herbier et de bénéficier de ses conseils pour la détermination des espèces. L’un de ces jeunes gens, Jacques Cambessèdes, qu’il accueille à Paris en 1822, devient l’un de ses fidèles amis. Ainsi, Jacques Gay a-t-il l’honneur de faire partie des trois botanistes remerciés par Dominique-Alexandre Godron (1807-1880) et Charles Grenier (1808-1875) dans leur imposante Flore de France (1848-1855)447. C’est à lui que beaucoup de botanistes étrangers s’adressent pour obtenir des renseignements concernant la flore de France. Il aide par exemple Joseph-Gottlieb von Besser (1784-1842), directeur du Jardin botanique de Krzemienec, sur la systématique du genre Artemisia, ou encore Giovanni Gussone (1787-1866), de Naples, pour sa Flore de Sicile (1842-1845)448. Avec les années, Jacques Gay acquiert une réputation de botaniste très sérieux, même s'il n’est titulaire d’aucune chaire et ne dirige aucun Jardin botanique. En vérité, il ne recherche ni les honneurs académiques ni la reconnaissance officielle. À deux reprises, il retire de lui-même sa candidature à l’Institut, après la mort d’Adrien de Jussieu (1797-1853) et après celle de Charles Gaudichaud-Beaupré (1789-1854). Après la mort de son épouse, survenue en 1847, et après la Révolution de 1848, Jacques Gay se consacre entièrement à la botanique.

  • 449 Cité par Ramond (A.), “Hommage à Jacques Gay prononcé le 23 décembre 1864”, Bulletin de la Société (...)

289La chute de la monarchie en 1848 tient une place particulière dans la vie de Jacques Gay, non pour des raisons politiques mais à cause de son herbier. À la suite des manifestations du 22 février 1848, Louis-Philippe doit abdiquer. Le gouvernement provisoire qui se met en place, favorable à la République, supprime la Chambre des Pairs, véritable symbole du pouvoir royal. Jacques Gay perd alors son emploi de secrétaire et, surtout, son appartement de fonction, situé rue de Vaugirard, que son immense herbier remplit entièrement. De nombreuses démarches se succèdent pour éviter le fractionnement ou le déplacement de cette collection unique. Son ami Adrien de Jussieu écrit à cette occasion qu’il “est bien à désirer que cette précieuse collection, la plus complète sans contredit qui existe pour la connaissance des plantes de notre pays, puisse continuer à servir aux études des botanistes. Ce serait un jour une acquisition très utile pour le Muséum national”449. Il est finalement décidé que Jacques Gay peut conserver son appartement. De nombreux botanistes continuent à y venir pour consulter son fameux herbier. Ironiquement, après la mort de Jacques Gay, le Muséum national d’histoire naturelle n’achètera pas cette collection qu’il aura tant défendue. L’herbier traversera la Manche pour aboutir au prestigieux Jardin botanique de Kew.

  • 450 Les détails de la création de la Société botanique de France sont rapportés dans les premières page (...)
  • 451 Les liens sont étroits entre la Société botanique de France et la Société géologique de France, not (...)
  • 452 Anonyme, “Statuts et règlements administratifs de la Société botanique de France”, art. cit., p. II
  • 453 Idem, p. I.

290Jacques Gay joue un rôle central dans la création de la Société botanique de France, en 1854, l’une des étapes importantes de l’histoire de la botanique française450. Depuis plusieurs années, le besoin se fait sentir d’une société savante au sein de laquelle les botanistes puissent être en relation et échanger leurs découvertes. Ils veulent suivre l’exemple des géologues qui ont créé une Société géologique de France451. Un événement précis provoque la création de la Société botanique de France. En 1853, à la mort d’Adrien de Jussieu, le dernier représentant de la grande dynastie entrée en 1710 au Jardin du roi avec Antoine de Jussieu (1686-1758), grand-oncle d’Adrien, la chaire de Botanique à la campagne, consistant en des excursions botaniques dans les environs de Paris, est supprimée ; tout au moins, elle est transformée en une chaire de Classification des familles naturelles de Phanérogames. Or ces excursions, en théorie réservées aux étudiants mais en réalité suivies par de nombreuses personnes extérieures, servaient également de lieu de rencontres et d’échanges entre les botanistes. Il est donc nécessaire de les remplacer. Par ailleurs, la botanique des années 1850 n’est plus seulement le privilège de professeurs ou d’académiciens. Elle est également pratiquée par une pléthore de botanistes amateurs qui, même s’ils ne sont pas payés pour faire des travaux d’histoire naturelle, font quotidiennement des découvertes locales qui intéressent au plus haut point les scientifiques professionnels. Devant l’augmentation croissante du nombre de botanistes amateurs, il devient absolument nécessaire de fonder une société botanique à travers laquelle les travaux puissent être facilement communiqués. Le but premier de la Société botanique de France est “d’organiser une Société centrale de botanique”452 au sein de laquelle tous les botanistes puissent se retrouver ; il s’agit “de concourir aux progrès de la botanique et des sciences qui s’y rattachent [...] et de faciliter, par tous les moyens dont elle peut disposer, les études et les travaux de ses membres”453. Les membres fondateurs veulent rassembler toutes les personnes passionnées par la botanique au sein d’une organisation qui soit également la plus amicale possible.

  • 454 Alfred Moquin-Tandon (1804-1863) naît à Montpellier où il effectue des études de médecine sous Féli (...)
  • 455 Hippolyte Jaubert (1798-1874) est orphelin de père. Celui-ci, officier de la Marine, périt au cours (...)
  • 456 Antoine Passy (1792-1873) naît à Paris mais effectue ses études à Bruxelles. En 1813, il s’engage c (...)
  • 457 Louis Graves (1791-1857) est pendant de longues années secrétaire général de la préfecture de l’Ois (...)
  • 458 Alphonse Maille (1813-1865) dispose d’une considérable fortune qui lui permet de s’adonner libremen (...)
  • 459 Wladimir de Schœnefeld (1816-1875) naît à Berlin d’une mère allemande et d’un diplomate français, u (...)
  • 460 Puel (Thimothée), Catalogue des plantes vasculaires qui croissent dans le département du Lot, Cahor (...)

291L’essence d’une société savante tient dans les personnes qui en sont membres. La Société botanique de France n’échappe pas à cette règle. Les quinze membres fondateurs sont des amis de longue date qui se connaissent très bien. Ils se réunissent pour la première fois le 12 mars 1854, au domicile d’Antoine Passy (1792-1873), au 6 de la rue Pigalle – Jacques Gay n’est pas présent. C’est ce jour-là que la décision de créer une Société botanique de France est prise. Figurent parmi ces membres fondateurs des botanistes réputés qui apportent à la Société une prestigieuse caution scientifique : Adolphe Brongniart (1801-1876), titulaire de la chaire de Botanique et Physiologie végétale, au Muséum national d’histoire naturelle ; Joseph Decaisne (1807-1882), professeur des cultures au Muséum ; Alfred Moquin-Tandon (1803-1863)454, professeur de botanique à la faculté de médecine de Paris ; le comte Hippolyte Jaubert (1798-1874)455 ; Ernest Germain de Saint-Pierre (1815-1885) ; Ernest Cosson (1819-1889) ; Pierre Duchartre (1811-1894), professeur de botanique et de physiologie végétale à la faculté des sciences de Paris. On trouve également des personnages qui sont presque des inconnus aujourd’hui et qui n’ont pas laissé de trace particulière dans l’histoire de la botanique française. C’est néanmoins sur eux que repose une grande part de la vie et de la raison d’être de la Société : Antoine Passy (1792-1873)456, Louis Graves (1791-1857)457, Alphonse Maille (1813-1865)458, Wladimir de Schœnefeld (1816-1875)459, le médecin Thimothée Puel (1812-1890), auteur d’un Catalogue des plantes vasculaires qui croissent dans le département du Lot (1845-1853)460, le vicomte de Noë (7-C.1882), qui ne fera que deux communications auprès de la Société, ainsi qu’Eugène Robin, inspecteur des ponts et chaussées, et de Bouis (?-1880), médecin. Lors de cette première réunion, Louis Graves, Antoine Passy et Wladimir de Schœnefeld sont chargés de rédiger des statuts. Les quinze membres fondateurs se retrouvent une nouvelle fois le 23 avril 1854, en compagnie de nouveaux venus, tels Jacques Gay ou François Delessert, parent de Benjamin Delessert (1773-1847) et membre libre associé de l’Académie des sciences. C’est de ce 23 avril que date officiellement la création de la Société botanique de France. C’est également ce jour-là que le premier bureau est élu – un nouveau bureau est constitué chaque année : le président est Adolphe Brongniart ; les quatre vice-présidents sont Joseph Decaisne, François Delessert, Alfred Moquin-Tandon et Jacques Gay ; les secrétaires sont Wladimir de Schœnefeld et Pierre Duchartre ; les vice-secrétaires sont Thimothée Puel et Ernest Cosson ; le premier trésorier est un certain Caillette de L’Hervilliers, rapidement remplacé par François Delessert ; de Bouis est archiviste durant les sept premières années.

FIG. 45 - Gay (Jacques) 1786-1864.

  • 461 Cité par Duris (Pascal), Linné et la France, Genève : Droz, 1993, p. 194. On pourra consulter cet o (...)

292Une date hautement symbolique est choisie pour la première séance de la Société botanique de France : elle a lieu le 24 mai 1854, jour de l’anniversaire de la naissance de Carl von Linné (1707-1778). La célébration de la naissance du “maître de Suède” est un culte ancien chez les naturalistes. Au début du XIXème siècle, bien rares sont les sociétés linnéennes qui ignorent ce jour. Lorsqu’ils sont loin des foyers scientifiques, les linnéens les plus fervents ne manquent pas de célébrer le réformateur de la nomenclature dès qu’ils le peuvent : ainsi, lors d’une escale de La Coquille aux îles Malouines (les actuelles îles Falkland), le 4 décembre 1822, René-Primevère Lesson (1794-1849), pharmacien de la marine. Prosper Garnot (1794-1838), médecin et ornithologiste, et Jules Dumont d’Urville (1790-1842), capitaine en second de l’expédition, élèvent-ils un “concert de louanges aux mânes du grand Linné, sur ces îles désertes, habitations des phoques et des pingoins”461. Les quinze membres fondateurs de la Société botanique de France ne choisissent pas cette date pour suivre une ancienne tradition. Ils entendent signifier par là leur volonté de rassembler les botanistes qui étudient la flore de France, en d’autres termes, mettre en relation les botanistes qui ont une approche linnéenne de la botanique, c’est-à-dire basée sur l’étude des espèces ; c’est la raison pour laquelle le décès d’Adrien de Jussieu et la suppression de la chaire de Botanique à la campagne vient précipiter la création de la Société botanique de France. À l’origine, la vocation de la Société botanique de France est avant tout floristique, par opposition à tout ce qui pourrait concerner l’étude des affinités entre les familles naturelles de plantes, la physiologie végétale ou encore l’organographie. Le premier président de la Société, Adolphe Brongniart, ne s’y trompe pas : la partie botanique des Annales des Sciences naturelles, dont il dirige l’édition, accueille toutes les branches de la discipline, tandis que le Bulletin de la Société botanique de France contient presque exclusivement des travaux de systématique.

  • 462 Nous citons ici les membres qui se retrouvent en différentes pages de ce livre : Henri Bâillon (182 (...)

293Au 15 juin 1854, la Société botanique de France compte cent soixante-cinq membres adhérents462. D'un point de vue pratique, la vie de la Société botanique de France consiste en des séances tenues par le bureau, deux fois par mois, en la publication d’un Bulletin où sont insérés des articles fondamentaux et les comptes-rendus des séances, ainsi qu’en l’organisation d’une session extraordinaire où tous les membres adhérents sont invités. Ces sessions extraordinaires ont lieu une fois l’an, généralement au début de l’été, durent une semaine et comprennent des conférences et des herborisations. Elles rythment la vie de la Société botanique de France pendant de nombreuses années. Jacques Gay reste tout au long de sa vie un membre très actif de la Société. Grâce à son excellente maîtrise des principales langues européennes, il traduit de nombreux travaux publiés à l’étranger. Il met son herbier à disposition de tous les autres membres. Il est élu vice-président en 1854, sous la présidence d’Adolphe Brongniart, puis en 1858, sous la présidence du comte Jaubert. C’est dans le Bulletin de la Société botanique de France que Jacques Gay publie les comptes rendus de ses dernières explorations.

  • 463 Durieu de Maisonneuve (Charles), “Séance du 22 mars 1861, M. Durieu de Maisonneuve...”, Bulletin de (...)
  • 464 Gay (Jacques), “Une Excursion à l’Aubrac et au Mont-Dore, principalement dans la recherche des Isoë (...)
  • 465 Idem, p. 546.
  • 466 C’est dans les lacs du Pays de Galle que les premiers isoëtes sont trouvés : au XVIlème siècle, Edw (...)

294Jacques Gay aime aider les botanistes dans leurs travaux. Cela ne se dément pas dans les dernières années de sa vie. Grâce à Charles Durieu de Maisonneuve (1796-1878), Jacques Gay se retrouve en 1861 au centre de la fameuse recherche des isoëtes dans les lacs du Massif central : au premier trimestre 1861, Charles Durieu de Maisonneuve publie les descriptions de deux nouvelles espèces d’isoëtes463Isoetes boryana Durieu, et Isoetes echinospora Durieu – qui se distinguent nettement d’Isoetes lacustris Linné par différents caractères et qu’il a déjà observées dans quelques lacs des Landes. Désireux de mieux connaître leur distribution respective, il demande à Jacques Gay de l’aider à en récolter dans le Massif central. L’idée d’effectuer une telle exploration dans une région qu’il ne connaît pas le réjouit et fait disparaître fatigue et hésitations : “C’était – écrit-il – le besoin de secouer la poussière de Paris et de respirer encore une fois, à l’expiration de ma soixante et quatorzième année, l’air tonique et vivifiant de la montagne. C’était surtout la jouissance que je me promettais d’une chasse aux herbes dans un pays nouveau pour moi”464. Ainsi, en août 1861, Jacques Gay quitte-t-il Paris pour explorer seul quelques lacs de l’Aubrac, avant de retrouver son ami Charles Durieu de Maisonneuve au Mont-Dore, où ils partagent quelques jours de botanique et d’amitié. Le soir du 24 août, une journée riche en découvertes, “il y eut un thé tout comme si nous eussions été à Paris, rue de Vaugirard, [et que] ce fut un thé parfumé d’isoëtes”465. Après que les deux compères ont trouvé des populations d’Isoetes echinospora et d’Isoetes lacustris dans les mêmes lacs, Charles Durieu de Maisonneuve quitte le Mont-Dore. Jacques Gay reste dans la région encore quelque temps. Il en profite pour faire l’ascension du Puyde-Sancy, malgré une lourde fatigue. D’herborisations en herborisations, Jacques Gay est exténué, d’autant que la chaleur n’adoucit pas les efforts. Il rentre à Paris le 8 septembre 1861 pour un repos bien mérité. L’année suivante, en août 1862, il explore le Pays de Galles, toujours à la recherche d’isoëtes466. Il est cependant rapidement fatigué et c’est un Anglais du nom de John Roberts qui effectue les récoltes et qui les lui envoie ensuite en France. Il goûte une dernière fois aux plaisirs botaniques lors d’une exploration dans les Landes, en 1863, en compagnie de son ami Charles Durieu de Maisonneuve. Jacques Gay meurt à Paris en janvier 1864.

  • 467 Gay (Jacques), “Corona Endressiana Pyrenaica”, Annales des Sciences naturelles, t. 26, 1832, p. 210
  • 468 Idem, p. 230.

295Jacques Gay est le premier auteur de deux espèces et l’auteur de neuf espèces valides de la flore de France. Certaines ont été découvertes sur le terrain par Jacques Gay : ainsi, a-t-il trouvé Pedicularis pyrenaica Gay, une Pédiculaire endémique des Pyrénées, durant son voyage de l’été 1823, “au Port d’Oo, département de la Haute-Garonne, et sur le revers septentrional de la montagne de Pla-Guillem, département des Pyrénées-Orientales”467. D’autres ont par contre été décrites à partir d’échantillons qui lui avaient été communiqués par d’autres botanistes et récolteurs : ainsi Moehringia pentandra Gay468, une espèce présente dans tout le sud-ouest de l’Europe, du Portugal à la Grèce, a-t-elle été récoltée à L’Esterel par Perreymond, à Perpignan par Petit, dans les Cévennes par Jacques Cambessèdes, et à Bonifacio par le capitaine d’infanterie Pierre-Casimir de Pouzols (1785-1858), originaire de Nîmes.

Bibliographie

Ramond (A.), “Hommage à Jacques Gay prononcé le 23 décembre 1864”, Bulletin de la Société botanique de France, t. 11, 1865, pp. 341-357.

Planchon (Jules-Émile), “Lettres de J. Gay à P. Salzmann”, Bulletin de la Société botanique de France, t. 31, 1883, pp. L-LXVI.

Nicolas-Joseph-Marie LE GALL DE KERLINOU (1787-1860)

  • 469 On pourra se reporter à ses diverses interventions : Le Gall (Nicolas-Joseph-Marie), Congrès scient (...)

296Nicolas-Joseph-Marie Le Gall de Kerlinou naît en 1787, vraisemblablement en Bretagne. Nous ignorons le parcours qu’il suit exactement et, même s’il est problable qu’il effectue des études de droit, nous ignorons dans quelle ville il obtient ses grades. Nous n’en savons pas plus quant à sa formation à la botanique. Une chose est sûre : il est l’un des organisateurs du seizième Congrès scientifique de France, à Rennes469, en 1849. Il est alors conseiller à la Cour d’appel de Rennes, ancien député, président de la Société d’agriculture et de la Société d’archéologie d’Ille-et-Vilaine, membre de la Société des sciences et des arts d’Ille-et-Vilaine et de la Société polymathique du Morbihan. Lors des séances, il prend la parole sur des questions relatives à la géographie botanique de Bretagne. Il traite de la spécificité de la flore bretonne par rapport à celle du reste de la France, des différences floristiques entre le Sud et le Nord de la région, notamment sur le littoral, et de l'influence de la nature géologique des sols sur la distribution des plantes.

  • 470 Le Gall (Nicolas-Joseph-Marie), Flore du Morbihan, Vannes : J.-M. Galles, 1852, XXIV + 839 p.
  • 471 Le Gall les précise dans l’introduction de la flore : idem, pp. I-XXIV.
  • 472 Aubry (Jean-Gilles-Charles), Plantes indigènes du Morbihan, Vannes : [s.n.], an IX 11800-1801], 75  (...)
  • 473 Lloyd (James), Flore de la Loire-Inférieure, Nantes : Prosper Sébire, 1844, 39 + XXXII + 335 p.

297En 1852, Le Gall de Kerlinou rassemble toutes ses observations botaniques dans une Flore du Morbihan, la première en date pour ce département470. À l’origine, il désirait fournir un simple catalogue des plantes du Morbihan. Ce sont ses amis de la Société philomatique qui l'ont convaincu de Futilité de décrire les plantes, notamment pour les lecteurs non avertis. La Flore du Morbihan comporte la description de mille cent vingt-sept plantes phanérogames, dont quarante-sept non indigènes. Le Gall a bénéficié de nombreuses aides pour rédiger son ouvrage471. Pour commencer, ce sont des travaux antérieurs : un catalogue des Plantes indigènes du Morbihan (an IX)472 établi par le médecin Jean-Gilles-Charles Aubry de La Mottraie (1751-1810) pour ses élèves de l’école centrale de Vannes et comprenant environ cinq cents plantes, ainsi qu’un catalogue manuscrit plus complet de madame Cauvin, de Napoléon-Ville (actuelle ville de Pontivy). Beaucoup de localités lui ont été indiquées par des amis botanistes : Armand Taslé, de Vannes, et Nicolas-Charles Pontarlier (1812-1889), professeur de lycée à La Roche-sur-Yon puis Vannes, tous les deux organisateurs d’herborisations publiques, James Lloyd (1810-1896), auteur de la Flore de la Loire-Inférieure (1844)473, l’abbé Delalande, qui lui a transmis la liste des plantes de l’île de Hoédic et de File de Houat, le commandant quimperois Toussaint Bourassin, le médecin Thépault, qui lui a communiqué les résultats de ses herborisations sur File de Groix, le professeur Sachet, qui lui a signalé des plantes des environs de Ploërmel et de Guer, le médecin Hémon, et Richard, de Vannes.

  • 474 Le Gall (Nicolas-Joseph-Marie), “Indications de quelques plantes rares du littoral sud de la Bretag (...)
  • 475 Le Gall (Nicolas-Joseph-Marie), Flore du Morbihan, op. cit., p. 202.

298Nicolas-Joseph-Marie Le Gail de Kerlinou est Fauteur de deux espèces de la flore de France. Rumex rupestris Le Gall474, dont la description a été communiquée lors du seizième Congrès scientifique de France, est aujourd’hui connue sur les côtes de l’ouest de l’Europe, du nord-ouest de l’Espagne jusqu’au Pays de Galles. Callitriche obtusangula Le Gall, décrite dans la Flore du Morbihan, est aujourd’hui connue au sud et à l’ouest de l’Europe jusqu’au 54° de latitude Nord : “Je crois avoir vu dans le Morbihan – écrit-il – un Callitric que j’ai souvent recueilli dans le département d’Ille-et-Vilaine. Il a les feuilles, les bractées et les stigmates du Callitric des étangs ; mais il en diffère par le fruit dont les loges ne sont point en carène ailée, mais présentant un dos très obtus”475.

Esprit REQUIEN (1788-1851)

299Esprit Requien naît en Avignon le 5 mai 1788. Son père est tanneur, profession alors lucrative. Il effectue des études primaires et secondaires mais ne passe aucun diplôme. Dès son plus jeune âge, il est attiré par l’histoire naturelle et plus spécialement par la botanique, la paléontologie et l’entomologie. Il est avant tout un naturaliste de terrain. Outre de fréquentes herborisations dans les environs d’Avignon, il effectue plusieurs voyages dans sa jeunesse : il explore les Alpes en 1807, la Provence en 1809, le Cantal en 1811, puis les Pyrénées catalanes en 1815, en compagnie des britanniques George Bentham (1800-1884) et George Walker-Arnott (1799-1868). Les batailles que livre l’Empire aux patries alliées ne le détournent ni de sa passion ni des terres provençales : lorsqu’il est tiré au sort pour la conscription, il paye un remplaçant, pratique alors commune au sein des familles aisées.

300Dès 1810, Esprit Requien est déjà en relation avec de nombreux naturalistes tels que Gaspard Robert (1776-1857), directeur du Jardin botanique de la marine, à Toulon, Jean Loiseleur-Deslongchamps (1774-1849), médecin parisien, Augustin-Pyramus de Candolle (1778-1841), professeur de botanique à l’école de médecine de Montpellier, ou encore le Danois Jens-Wilken Hornemann (1770-1841), directeur du Jardin botanique de Copenhague. C’est également dans ces années-là qu’il commence à correspondre avec le futur paléontologue et explorateur de l’Amérique du Sud, Alcide Dessalines d’Orbigny (1802-1857), à qui il envoie des fossiles de Provence. En 1809, la municipalité d’Avignon décide de créer un Jardin botanique – aujourd’hui disparu. C’est Joseph Guérin (1775-1850), un autre naturaliste avignonnais, qui en devient le premier directeur. Sans y occuper de fonction véritable, Esprit Requien s’y investit beaucoup. Il se charge notamment d’aller chercher régulièrement des graines auprès d’Augustin-Pyramus de Candolle, au Jardin botanique de Montpellier.

  • 476 Prosper Mérimée (1803-1870) est également très lié au célèbre naturaliste Victor Jacquemont (1801-1 (...)
  • 477 Lestringant (Franck), Alfred de Musset, Paris : Flammarion, 1999, p. 72.
  • 478 Cité par Moulet (Pierre), Esprit Requien, un essai de biographie, Avignon : Fondation Calvet, 1988, (...)

301Toute sa vie, Esprit Requien mène plusieurs activités de front. Homme public, il est membre du Conseil municipal d’Avignon de 1826 à 1848, et administrateur du musée Calvet. Il devient inspecteur des monuments historiques à partir de 1839 grâce au soutien de son ami Prosper Mérimée (1803-1870)476, lui-même également inspecteur général des monuments historiques et très influent à Paris. Sans oublier ses activités de naturaliste. À l’exception de ses toutes dernières années, Esprit Requien n’a aucun souci financier. À la mort de son père, il confie la gérance de la tannerie familiale à un contremaître ; il la vend et s’en sépare définitivement en 1838. Célibataire, il habite chez sa mère. Il fréquente les femmes lors d’aventures – nombreuses semble-t-il – ou bien dans des maisons closes où les bourgeois de cette époque vont “entre amis”. On se rappelle d’Alfred de Musset (1810-1857), qui connaît toutes les filles de la place de Paris par leur petit nom, initiant Charles-Augustin Sainte-Beuve (1804-1869), le 3 janvier 1829 au soir477. Pour ces sorties, les compagnons préférés d’Esprit Requien sont le peintre Gustave Bigand et son fidèle ami Prosper Mérimée qui lui écrit justement à ce sujet, le 28 juin 1835 : “J’ai trouvé qu’il y avait à Rome, dès le temps d’Auguste [empereur romain au Ier siècle après Jésus-Christ], un inspecteur des monuments historiques, lequel cumulait avec l’inspection des édifices publics celle des bordels lupanaria... Je me propose de faire citer le précédent à M. Thiers [Louis-Adolphe Thiers (1797-1877), alors ministre de l’Intérieur et des Affaires étrangères] et de faire ajouter ces fonctions à celles que j’exerce déjà”478.

  • 479 Idem, p. 53.
  • 480 Idem, p. 57.

302En politique, Esprit Requien est un légitimiste convaincu. Fermement opposé à toute idée de rétablissement de la République, il doit quitter le Conseil municipal d’Avignon au lendemain de 1848. Des correspondants naturalistes lui reprochent fréquemment de délaisser sa passion des plantes au profit des affaires de la cité : “Vous devriez bien pour une fois dans la vie vous mettre au travail [botanique] en envoyant promener le conseil municipal”479, lui conseille son ami George Bentham en décembre 1828. Au cours des années 1840, la vie politique avignonnaise est dominée par l’affaire dite des remparts. Tout commence par une proposition du maire qui veut faire construire un chemin de fer dans la partie occidentale de la ville, ce qui impliquerait forcément la destruction d’une partie des remparts. Aussitôt, une partie des Avignonnais – dont fait bien sûr partie Esprit Requien – s’opposent à ce projet ; ils bénéficient du soutien du ministère de la Guerre et de Prosper Mérimée, pour les monuments historiques. Encouragé par son ami Prosper Mérimée, Esprit Requien se lance dans la bataille : “À votre place – lui écrit son ami le 10 janvier 1847 –, je ne me laisserais pas canuler par ces canailles du Conseil municipal. Morbleu ! Foutez-leur le feu au cul. Vous avez une admirable invention au moyen de laquelle on vient à bout de monstres bien plus durs à cuire que ceux que compta feu Hercule. C’est la Presse. Il n’y a point de maire, voire de ministre qui n’y laisse des plumes, quand on a surtout le bon droit. Usez-en”480. Les démarches au sein de la commune ne suffisent pas pour freiner l’avancée du projet : l’affaire est finalement tranchée par le ministère de la Guerre qui oppose un véto ferme à la construction de cette ligne de chemin de fer ; le maire devra démissionner.

303Esprit Requien tient une place très importante au sein du musée Calvet. Créé en 1811 à partir des collections du médecin avignonnais Esprit Calvet, il abrite un cabinet d’histoire naturelle, des œuvres d’art et une riche bibliothèque. Il est administré par un conseil de huit Avignonnais qui gèrent également la fondation Calvet. Nommé administrateur en 1819, amateur de goût et acheteur doué, Esprit Requien acquiert de nombreuses œuvres d’art ainsi que des bibliothèques pour le compte du musée, notamment au cours de ses voyages à Paris ou en Italie. Grâce aux soutiens de Prosper Mérimée et du député du Vaucluse, le marquis Cambis d’Orsan (1781-1860), il est rare qu’Esprit Requien ne réussisse pas à rassembler l’argent nécessaire à de tels achats. En 1839, il lègue au musée Calvet sa propre bibliothèque, riche de plus de deux mille ouvrages sur le Midi, dont de rares écrits du XVIème siècle. L’année suivante, il lègue également ses collections et sa bibliothèque d’histoire naturelle à la ville d’Avignon. Cela sert de base pour un Musée d’histoire naturelle, indépendant du musée Calvet et à qui, plus tard, on donnera le nom de musée Requien, en l’honneur de son fondateur et de son principal donateur. Le célèbre entomologiste Jean-Henri Fabre (1823-1915) en sera le conservateur entre 1866 et 1873.

  • 481 Nous ne manquons pas de souligner une nouvelle fois que cette double passion pour les coquilles et (...)

304Naturaliste passionné d’excursions sur le terrain, Esprit Requien utilise une bonne partie de sa fortune pour voyager. Si ce sont essentiellement les plantes qui l’intéressent, il récolte également des coquilles481. Ces voyages sont également culturels : il visite les villes, toujours à l’affût d’une œuvre d’art à pouvoir rapporter au musée Calvet. En 1821, il visite Genève, Grenoble et Lyon, et herborise dans leurs environs. En 1822, en compagnie de son ami Urbain Audibert, propriétaire des pépinières de Tonelle, près de Tarascon-sur-Rhône, il explore la Corse. Il y rencontre Joseph-François Soleirol (1781-1863), originaire de Metz, capitaine du génie à Calvi, infatigable récolteur de plantes, et avec qui il est en relation depuis 1820, ainsi que Pierre-Casimir de Pouzols (1785-1858), capitaine d’infanterie à Bonifacio entre 1820 et 1823. Il retourne en 1825 dans les Pyrénées. En 1829, il traverse l’Italie, de Gênes à la Sicile. Il effectue en 1832 son pèlerinage des environs de Montpellier, où tout botaniste se doit d’aller suivre des traces anciennes au moins une fois dans sa vie. Puis viennent les Cévennes, en 1836, alors guère hospitalières, et l’Espagne en 1838. En 1846, il reste près d’une année absent d’Avignon. Il visite cette année-là Paris, où il séjourne chez son ami Gustave Bigand, Bordeaux, Toulouse et Montpellier. Il ne demeure que très peu de temps dans sa ville, de janvier à avril 1847. Il repart aussitôt pour la Corse, où il désire s’installer.

FIG. 46 - Requien (Esprit) 1788-1851.

  • 482 Requien (Esprit), Catalogue des coquilles de l’île de Corse, Avignon : Seguin aîné, 1848, pp. VIII- (...)
  • 483 Requien (Esprit), Catalogue des végétaux ligneux qui croissent spécialement en Corse, Ajaccio : Mar (...)

305Son départ pour l’île de Corse a plusieurs motifs. Lassé par les combats politiques qu’il a dû y mener, Esprit Requien désire s’éloigner d’Avignon ; le climat corse pourra ménager sa santé qui présente des symptômes de fragilité ; ses revenus devenant de moins en moins élevés, il doit restreindre ses dépenses ; et surtout, d’un point de vue naturaliste, les plantes et les coquilles de Corse, dont il sait qu’un bon nombre n’est présent ni en France ni en Italie, le fascinent. Parti d’Avignon le 12 avril 1847, il arrive à Ajaccio le 24 au malin. Pour le rappeler, on décide de lui offrir la succession de Joseph Guérin, au Jardin botanique. Rien n’y fait. Il demeure dans sa contrée d’élection. Il y devient l’ami de nombreux amateurs d’histoire naturelle. Dans son Catalogue des coquilles de l’île de Corse (1848)482, il cite vingt-trois personnes (principalement des militaires, des médecins, des ecclésiastiques et des professeurs) qui l’ont aidé dans ses récoltes. Il rentre dans sa ville natale courant 1850, à temps pour assister à l’enterrement de Joseph Guérin, décédé le 18 avril. Il en repart un an plus tard, le 8 avril 1851, après avoir vendu la maison de famille. Durant cet intermède avignonnais, il réside chez son ami François Aymé (1789-1860), membre du Conseil d’administration du musée Calvet, et qui sera son exécuteur testamentaire. Esprit Requien effectue d’ultimes excursions botaniques dans les environs de Bonifacio, où il décède le 30 mai 1851, sans avoir eu le temps de rédiger la flore de Corse dont il avait conçu le projet. Un ouvrage posthume paraîtra néanmoins, le Catalogue des végétaux ligneux qui croissent spécialement en Corse (1852)483, dédié à Rivaud de La Raffinière, préfet de Corse et fidèle ami d’Esprit Requien.

  • 484 Requien (Esprit), “Observations sur quelques plantes rares ou nouvelles de la flore française”, Ann (...)
  • 485 Idem, p. 385.

306Esprit Requien est l’auteur d’une espèce et le premier auteur d’une autre espèce de la flore de France : Euphorbia Corsica Requien484, endémique de Corse, et Soleirolia soleirolii (Requien) Dandy485, présente en Italie, en Sardaigne, aux Baléares et en Corse. La première espèce a été trouvée pour la première fois sur le terrain par Esprit Requien à Campolite. Les échantillons qui ont servi à la description de la deuxième espèce ont été récoltés par le capitaine Soleirol, à Cersione et au cap Corse.

Bibliographie

Moulet (Pierre), Esprit Requien, un essai de biographie, Avignon : Fondation Calvet, 1988, 134 p.

Jules, Sébastien, César DUMONT D’URVILLE (1790-1842)

307C’est le plus souvent à l’officier de marine que l’on pense, lorsque l’on cite Jules Dumont d’Urville. Plusieurs faits glorieux le justifient : trois grandes expéditions dans les mers du Sud, dont deux voyages de circumnavigation, d’innombrables relevés hydrographiques et observations géographiques, la découverte des côtes du continent antarctique en Terre Adélie, ainsi nommée en l’honneur de son épouse, sans oublier la découverte des épaves de l’expédition du comte de La Pérouse (1741-1788), à Vanikoro. Par ailleurs, même s’il n’a pas péri loin de chez lui et de ses proches, comme tant d’autres célèbres navigateurs, sa mort, tragique, donne à sa vie un terme quasi légendaire : le 8 mai 1842, Jules Dumont d’Urville meurt brûlé vif en compagnie de son épouse et de son fils, au cours d’un des premiers accidents de train, sur la ligne reliant Montparnasse à Versailles. On comprend donc aisément, au regard de tout ce qui précède, que Jules Dumont d’Urville soit célébré comme l’un de nos grands explorateurs. Tout cela se rapporte cependant à un amiral Dumont d’Urville au faîte de sa carrière et ne peut nous faire oublier qu’il est, jusqu’à trente-deux ans, un jeune officier passionné d’archéologie et d’histoire naturelle. C’est à la jeunesse de Jules Dumont d’Urville, au cours de laquelle il pratique la botanique, que nous nous intéresserons essentiellement ici.

308Jules Dumont d’Urville naît le 23 mars 1790 à Condé-sur-Noireau, dans le Calvados. Il est le fils de Charles Dumont, seigneur d’Urville, âgé de soixante-deux ans, et de Jeanne de Croisille, âgé de trente-six ans. À sa naissance, deux jeunes filles vivent au foyer parental ; un frère cadet vient un peu plus tard. Charles Dumont d’Urville, alors malade et presque paralysé, est gravement touché par la Révolution qui le prive d’une grande partie de ses biens. En 1793, il est accusé d’entente avec l’étranger, ce qui équivaut à la guillotine. Sa femme le défend avec une telle adresse et une telle ferveur que la charge déposée contre lui – sans doute injustement – est retirée. Après cet événement, la famille part s’installer dans leur petite propriété de Feuquerolles, près de Saint-Germain-de-Grioult.

  • 486 Lair (Pierre-Aimée), Description des Jardins de Courset, Paris : Déterville, 1814, 20 p.

309En 1796, Charles Dumont d’Urville décède : les enfants restent seuls avec leur mère qui les éduque durement dans l’espoir qu’ils puissent honorer, plus tard, le nom de leurs ancêtres. Cette femme d’un fort tempérament ne peut cependant guère les aider pour leur instruction : elle lit et écrit avec difficultés. C’est auprès de son oncle maternel, un jeune prêtre réfractaire retiré au domaine de Feuquerolles, que Jules Dumont d’Urville fait ses humanités. En 1801, à l’annulation définitive de la Constitution civile du clergé, l’abbé de Croisille est nommé professeur à Bayeux, où son jeune neveu le suit. C’est là qu’il est initié aux sciences, notamment à l’histoire naturelle. Tandis que sa mère le destine à la prêtrise, il décide d’entrer au lycée de Caen, établissement laïc. Jouissant d’une liberté nouvelle, il lit passionnément les récits de James Cook (1728-1779) et de Louis-Antoine de Bougainville (1729-1811) ; surtout, il entre en relation avec Pierre-Aimé Lair (1769-1853), directeur du Jardin botanique de Caen, également propriétaire d’un jardin à Courset, près de Boulogne-sur-Mer486. Cette rencontre l’amène à constituer un herbier. En 1807, déçu de n’être qu’admissible à l’École polytechnique, il entre dans la marine.

310Le moins que l’on puisse dire est que, pour l’époque, son choix est courageux. La flotte française, soumise au blocus maritime imposé par l’Angleterre, est alors condamnée à rester immobile. De plus, les écoles de marine de Brest et de Toulon n’existent pas encore – elles seront créées en 1810. Pour devenir enseigne de vaisseau, le grade d’officier de marine le plus bas, les élèves de marine doivent avoir navigué au moins quarante-huit mois en mer. En ces temps difficiles, la plus simple manœuvre en rade de Brest est comptée. Jules Dumont d’Urville fait ses débuts sur L’Aquillon, sous le commandement du capitaine Maingon qui lui apprend tout sur les instruments marins. Brillamment reçu aspirant de seconde classe – il est le premier de soixante-dix candidats-Jules Dumont d’Urville n’est jamais sorti de la rade de Brest. Son baptême de la mer se fait sur Le Requin, un lougre qui effectue un aller-retour Brest-Le Conquet en longeant sagement et discrètement les côtes. Après un bref séjour au Havre, où il est également réduit à rester au port et où il en profite pour étudier l’hébreu, l’anglais, l’allemand et, surtout, l’histoire naturelle, Jules Dumont d’Urville est nommé aspirant de première classe sur Le Suffren, à Toulon, en novembre 1810.

311Les libertés de la marine française ne sont pas plus grandes à Toulon qu’à Brest. Jules Dumont d’Urville reste quatre années sans jamais quitter le port. On comprend que dans ces conditions il ait tout le temps de concevoir des projets d’expéditions et de s’adonner à des études variées. Il lit tout ce qu’il trouve sur les richesses archéologiques de la Grèce antique, il devient un excellent connaisseur des instruments de marine, il s’adonne avec passion à la botanique. Durant ces quatre années, Jules Dumont d’Urville herborise dans les environs sauvages de la ville de Toulon. Au cours d’une excursion, il rencontre René-Primevère Lesson (1794-1849), originaire de Rochefort, en Charente, pharmacien de la marine à Toulon, avec qui il se lie d’amitié. Il fréquente Gaspard Robert (1776-1857), directeur du Jardin botanique de la marine, fidèle ami de Jean Loiseleur-Deslongchamps (1774-1849), un botaniste parisien renommé. Il partage également sa passion des plantes avec son ami Hamelin, ancien commandant du Naturaliste, l’un des deux navires de l’expédition du capitaine Nicolas Baudin (1750-1803). Au bout de quatre années, Jules Dumont d’Urville est fermement décidé à faire de la marine scientifique et non de la marine de guerre. Toutes ces années passées au port à regarder la mer lui ont forgé une âme d’explorateur.

312Le blocus maritime est levé après l’abdication de Napoléon, en 1814. C’est à bord de La Ville de Marseille, pour une mission officielle, que Jules Dumont d’Urville goûte pour la première fois au plaisir d’être au large. Il doit rejoindre Palerme pour y chercher la famille du comte d’Artois, le frère de Louis XVIII, le futur Charles X. Même s’il est court, le voyage est apprécié à sa juste valeur par l’enseigne de vaisseau Dumont d’Urville, vivement ému. L’année suivante, il épouse Adèle Pépin, la fille d’un horloger dont il a souvent admiré la vitrine riche en instruments marins. Il ne reçoit d’autres consentements que la bénédiction de son oncle l’abbé de Croisille. Sa mère, opposée à cette union, ne consentira jamais à recevoir sa belle-fille. Peu de temps après son mariage, peut-être sous l’influence de sa femme, Jules Dumont d’Urville, pourtant si obstiné mais subitement en proie au doute, envoie sa démission à la marine. La lettre se perd. À l’avenir, sa carrière ne sera plus jamais remise en cause. Lorsque Louis XVIII revient sur le trône, l’un des principaux objectifs de la marine française est de retourner dans le Pacifique. Jules Dumont d’Urville devra attendre plusieurs années avant de pouvoir en profiter.

313Jules Dumont d’Urville n’est pas choisi pour monter sur Le Cybèle, sous le commandement du capitaine Achille de Kergariou (1775-1820), en partance pour l’Extrême-Orient. Il ne part pas non plus à bord de L’Uranie, avec le capitaine Louis-Claude Desaulses de Freycinet (1770-1842), qu’il est pourtant allé solliciter personnellement. En 1816, il embarque sur L’Alouette, une gabarre devant rejoindre Lorient pour son armement, avant de partir pour les côtes de l’Afrique de l’Ouest. Ni le motif de l’expédition ni la destination ne l’enchantent : à Lorient, Jules Dumont d’Urville demande à être débarqué pour retourner à Toulon. Il ne quittera pas la terre ferme durant près de vingt-neuf mois. Sa famille et la botanique sont alors ses principales préoccupations. Il s’adonne également à la physique et à l’astronomie. Grâce à Lefébure de Cérisy, un ancien condisciple du lycée de Caen devenu ingénieur de la marine à Toulon, Jules Dumont d’Urville lit un mémoire sur la flore provençale à l’académie des arts et des sciences de Toulon. Lorsqu’en 1819, l’occasion de partir à bord de La Chevrette pour une mission hydrographique dans les îles grecques se présente, Jules Dumont d’Urville exulte. 11 a tout le loisir d’effectuer des fouilles archéologiques et des excursions botaniques. Il n’eût sans doute pas rêvé mieux que cette exploration hydrographique. Dans un premier temps, bien sûr, car la Méditerranée n’est pas le Pacifique.

  • 487 Prost (T. C), Liste des mousses, hépatiques et lichens observés dans le département de la Lozère, M (...)

314La mission dure de mars à octobre 1819. Le commandement est confié au capitaine de vaisseau Gauttier-Duparc. Jules Dumont d’Urville y fait preuve d’un sérieux irréprochable et d’une large instruction. Il est un travailleur acharné. À chaque mouillage, il s’adonne à l’histoire naturelle. Il arpente infatigablement les îles grecques à la recherche de plantes et d’insectes. Il sait qu’il marche sur les traces de Joseph Pitton de Tournefort (1656-1708) et cela le rend follement heureux. C’est parce qu’il assume remarquablement bien sa tâche d’enseigne de vaisseau que le commandant Gauttier-Duparc lui laisse ces moments de liberté. Ses récoltes sont destinées au Muséum national d’histoire naturelle, à son propre herbier et à ses correspondants tels que Pierre-Aimé Lair, René Lenormand (1796-1871), avocat à Vire, ou encore Théodose-Cyriaque Prost (1788-1848), directeur des postes à Mende487. Au cours de cette mission, Jules Dumont d’Urville est également chargé des observations archéologiques. À ce titre, il est présenté à Fauvel, consul de France à Athènes, qui le guide parmi les ruines de la cité antique. Ce voyage est également important parce qu'il permet à Jules Dumont d’Urville de rencontrer des officiers qui resteront ses fidèles collaborateurs et amis : Matterer, son aîné, commandant en second, Charles Jacquinot (1796-1879), son cadet, ancien élève de l’école de la marine de Toulon, les deux élèves de marine Gressien et Lottin.

315Jules Dumont d’Urville participe à un deuxième voyage à bord de La Chevrette entre avril et octobre 1820 pour faire l’hydrographie des Dardanelles, de la mer de Marmara, du Bosphore et de la mer Noire. C’est au cours de cette mission qu’il joue un rôle déterminant dans la découverte de la célèbre Vénus de Milo. En fait, c’est Olivier Voutier, un ancien élève de l’école de la marine de Toulon, âgé de vingt-quatre ans, membre d’équipage de L’Estafette, alors au mouillage à l’île de Milo, qui découvre la Vénus de marbre blanc qu’un paysan local vient de sortir de terre. Sans argent, mais persuadé d’avoir trouvé un chef-d’œuvre, il convainc son possesseur de ne vendre la statue qu’à un représentant de l’ambassadeur de France à Constantinople. Le rôle du jeune Voutier s’arrête là ; il intègre peu de temps après l’armée de libération grecque, où il obtient le grade de colonel. La Chevrette arrive en escale à Milo le 16 avril, treize jours après son départ de Toulon. Jules Dumont d’Urville effectue d’abord des excursions botaniques durant trois jours, puis, lorsqu’il apprend l’existence de ce marbre antique, demande aussitôt à le voir. Bien qu’enthousiaste et prêt à la payer, Jules Dumont d’Urville n’arrive pas à convaincre son commandant d’emporter la statue à bord du navire. Une semaine plus tard, le 23 au soir, lors d’un dîner chez le marquis de Rivière, ambassadeur de France à Constantinople, Jules Dumont d’Urville convainc son hôte de faire acquérir la statue par la France. La transaction se fait courant mai, non sans difficulté. Entre temps, un moine local a promis de l’acheter pour l’offrir au prince Morusi, le représentant insulaire de l’autorité ottomane. C’est le marquis de Rivière, devenu capitaine du Corps des gardes de Monsieur, le futur Charles X, qui la remet à Louis XVIII en mars 182L Elle est aussitôt déposée au Louvre.

  • 488 Ils veulent célébrer la naissance de Carl von Linné (1707-1778). Sur cette fête linnéenne et sur la (...)
  • 489 Idem, p. 175.
  • 490 Dumont d’Urville (Jules), “Enumeratio plantarum quas in insulas Archipelagi aut littoris Ponti-Euxi (...)

316À son retour, en automne 1820, Jules Dumont d’Urville est nommé au Service des cartes de la marine, à Paris, où il s’installe en compagnie de son épouse et de son fils, rue Saint-André-des-Arts. Entre 1820 et 1822, parallèlement à ses obligations professionnelles, Jules Dumont d’Urville fait d’importantes rencontres. Membre de la Société linnéenne de Paris et de la Société de géographie dès leur fondation, il fréquente d’éminents savants parisiens. C’est à l’instigation d’Arsenne Thiébaut de Berneaud (1777-1850) que des naturalistes se réunissent le 24 mai 1821 pour une fête linnéenne dans le bois de Saint-Cloud488. Suivent une dizaine de sorties en deux mois où l’on ne manque pas de rappeler le souvenirs des défunts : ainsi, à Montmorency, le 2 juillet, célèbre-t-on l’anniversaire de la mort de Jean-Jacques Rousseau, décédé en 1778, et le 27 juillet, célèbre-t-on celui du professeur montpelliérain Auguste Broussonet, décédé en 1807. Ces naturalistes créent officiellement la Société linnéenne de Paris le 6 septembre 1821. Le premier président est le chevalier de Lamarck (1744-1829), à qui succède rapidement le comte de Lacépède (1756-1825), surprenant personnage qui réussit à recevoir les titres les plus honorifiques sous tous les pouvoirs, de la Révolution à la Restauration. Le secrétaire perpétuel est Thiébaut de Berneaud lui-même. Jules Dumont d’Urville y côtoie Étienne Geoffroy Saint-Hilaire (1772-1844), Charles-François Brisseau de Mirbel (1776-1854), Louis-Claude Richard (1754-1821), André Thouin (1747-1824), Alexandre-Louis Marquis (1777-1828), Gérard-Paul Deshayes (1795-1875), François-Pierre-Nicolas Gillet de Laumont (1747-1834), Anselme-Gaëtan Desmarest (1784-1838). L’année faste de la Société linnéenne de Paris est 1822 : cent trente-trois mémoires y sont lus489. C’est précisément cette année-là que Jules Dumont d’Urville présente son Mémoire sur la flore de l’Archipel grec490. Au sein de la Société de géographie, il retrouve d’autres savants tels François Arago (1786-1853), avec qui il aura plusieurs différends, Georges Cuvier (1769-1832), Alexander von Humboldt (1769-1859), alors parisien, Alexandre-Louis Brongniart (1770-1847) et son fils Adolphe (1801-1876).

  • 491 Beautemps-Beaupré (Charles), Atlas du voyage de Bruny-D’entrecasteaux, Paris : Département général (...)

317Au cours de son séjour à terre, sa carrière d’officier de marine progresse. Le 22 août 1821, Jules Dumont d’Urville est promu au grade de lieutenant de vaisseau, notamment grâce au soutien du marquis de Rivière. Cette promotion vient à point nommé car une nouvelle occasion de partir en mer ne tarde pas à se présenter. Au Service des dépôts des cartes de la marine, Jules Dumont d’Urville retrouve le lieutenant Isidore-Louis Duperrey (1786-1865), qu’il a connu à Toulon et qui a eu la chance d’embarquer à bord de L’Uranie, avec le capitaine de Freycinet. Ensemble, ils font le projet d’une circumnavigation exclusivement scientifique pour compléter les données acquises par L’Uranie. Soutenue par les meilleurs scientifiques de l’époque (Georges Cuvier, Alexander von Humboldt, René Desfontaines (1750-1833) et Pierre-André Latreille (1762-1833) pour l'histoire naturelle, Arago pour la physique, et Beautemps-Beaupré491 pour l’hydrographie), leur demande est rapidement acceptée. Ils choisissent eux-mêmes l’état-major. Jacquinot et Lottin, deux anciens de La Chevrette, Bérard, un ancien de L’Uranie, et Lesage, un nouveau, embarquent comme enseignes ; doivent être ajoutés les deux élèves de la marine de Blois et de Blosseville, le chirurgien Prosper Garnot (1794-1838), le pharmacien René-Primevère Lesson et le dessinateur Lejeune. Le commandement revient logiquement à Duperrey. En plus de leurs responsabilités et charges respectives, chacun de ces hommes doit s’occuper de science : la botanique et l’entomologie reviennent à Jules Dumont d’Urville, l’ornithologie à Garnot, les autres branches de l’histoire naturelle à Lesson ; pour les autres officiers restent l’hydrographie et la physique.

FIG. 47 - Dumont d’Urville (Jules) 1790-1842.

  • 492 Dumont d’Urville (Jules), “Flore des Iles Malouines”, Mémoires de la Société linnéennc de Paris, t. (...)
  • 493 Dumont d’Urville (Jules), De la distribution des Fougères sur la surface du globe terrestre, Paris  (...)
  • 494 Bory de Saint-Vincent (Jean-Baptiste), Brongniart (Adolphe), Voyage autour du monde, exécuté par or (...)

318La Coquille, une corvette de quatorze canons remise en état par Lefébure de Cérisy quitte le port de Toulon le 11 août 1822 el regagne Marseille plus de trente-deux mois plus tard, le 26 mars 1825. La mission se passe globalement bien. On ne déplore aucun malade à l’exception de Garnot, débarqué à Sydney pour cause de dysentrie. On ne s’attardera pas sur les quatorze marins qui ont choisi de déserter en Amérique du Sud. Par contre, Jules Dumont d’Urville, qui ne reçoit aucune nouvelle de sa famille durant tout son voyage, apprend à son arrivée la mort de son fils Jules. Entre Duperrey et Jules Dumont d’Urville, l’entente est difficile. Dumont d’Urville a la réputation d’avoir un caractère rude, froid, autoritaire, et une ambition débordante. Ces problèmes relationnels n’affectent cependant pas le bon déroulement du voyage. Les deux hommes sont suffisamment intelligents. L’itinéraire de La Coquille est, si l’on peut dire, classique : le cap Horn, le Chili, le Pérou, la Polynésie, la Nouvelle-Hollande (actuelle Australie), la Nouvelle-Guinée, puis l’île Bourbon (actuelle Réunion) et le cap de Bonne-Espérance. Cette expédition est unanimement saluée comme une réussite. Des caisses chargées d’animaux, de plantes et de roches affluent par dizaines au Muséum national d’histoire naturelle. D’innombrables relevés hydrographiques ont été effectués. Pour la botanique, Jules Dumont d’Urville se réserve la flore des îles Malouines (actuelles îles Falkland)492 et les Fougères (1825)493 ; il confie le reste des collections à ses amis Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent (1778-1846) et Adolphe Brongniart (1801- 1876)494. Quelques mois après leur retour, Isidore-Louis Duperrey et Jules Dumont d’Urville sont promus au grade de capitaine de vaisseau. Tandis que Duperrey ne repartira plus jamais en mer, les choses sérieuses commencent pour Jules Dumont d’Urville. Dès avril 1826, il repart pour une nouvelle campagne de trente-cinq mois dans les mers du Sud. Pour la première fois, il a le commandement du navire. Cette fois, l’histoire naturelle est au second plan de ses préoccupations. Le temps de la jeunesse est révolu.

319Dès novembre 1825, Jules Dumont d’Urville fait la demande d’une nouvelle expédition qui, grâce à l’appui de l’Académie, lui est accordée en janvier 1826. Il veut compléter ce qui a été fait par L’Uranie (1817-1820) et La Coquille (1822-1825), notamment sur les côtes de la Nouvelle-Zélande et de la Nouvelle-Guinée, et tenter de retrouver les traces de La Pérouse. Pour la circonstance, La Coquille est rebaptisée L’Astrolabe, du nom du navire commandé par de Langle pendant la circumnavigation de La Pérouse – ce dernier commandait La Boussole. Jules Dumont d’Urville choisit un état-major sûr et sans surprises : Charles Jacquinot le seconde, Lottin et Gressien ont le grade d’enseigne ; viennent ensuite trois élèves de marine, un dessinateur et un secrétaire. Les collections d’histoire naturelle dépendent de trois médecins naturalistes : Pierre-Adolphe Lesson (1805-C.1854), chirurgien, frère cadet de René-Primevère Lesson, ainsi que Joseph-Paul Gaimard (1793-1858), médecin major, et son assistant Jean-René-Constant Quoy (1790-1869), tous deux anciens participants du voyage de L’Uranie, et rencontrés par Jules Dumont d’Urville au Muséum national d’histoire naturelle. Il se charge uniquement de la cartographie des côtes et des relevés hydrographiques.

  • 495 Richard (Achille), Voyage de découvertes de L’Astrolabe, Botanique, Paris : J. Tastu, 1832-1834, 3 (...)

320Parti de Toulon le 25 avril 1826, quelques semaines après la naissance de son deuxième fils Jules, L’Astrolabe retrouve son port d’attache le 25 mars 1829. L’itinéraire passe par le cap de Bonne-Espérance à l’aller et au retour. Il ne s’agit donc pas d’une circumnavigation : les îles du Cap-Vert, le cap de Bonne-Espérance, le sud de la Nouvelle-Hollande (actuelle Australie), la Nouvelle-Zélande, la Nouvelle-Guinée, les Tonga (où L’Astrolabe manque de s’échouer), les Fidji, la Nouvelle-Calédonie, le nord de la Nouvelle-Guinée, les Carolines, le détroit de Torres, les côtes orientales de la Nouvelle-Hollande, la Tasmanie, les îles Salomon, Vanikoro (où, en février 1828, quelques semaines après le britannique Peter Dillon, ils trouvent les épaves de l’expédition La Pérouse), les îles Mariannes, Amboine, Batavia (actuelle ville de Djakarta), l'île de France (actuelle île Maurice), l'île Bourbon, le cap de Bonne-Espérance, Marseille puis Toulon. La mission se déroule sans trop de difficultés, même si douze décès, quatorze malades débarqués (dont Joseph-Paul Gaimard à l’île Bourbon) et trois déserteurs sont à déplorer. Les collections d’histoire naturelle sont adressées au Muséum national d’histoire naturelle. À l’Académie, Jules Dumont d’Urville est solennellement remercié par Georges Cuvier, Étienne Geoffroy Saint-Hilaire et Pierre-André Latreille. Les plantes rapportées au cours de ce voyage de L’Astrolabe sont étudiées par Achille Richard (1794-1852)495, le fils de Louis-Claude Richard. Ce sont les résultats cartographiques qui rendent fier le capitaine Dumont d’Urville : il a établi trois cent soixante lieues de côtes de la Nouvelle-Zélande, cent vingt lieues de la Nouvelle-Bretagne, quatre cents lieues du nord de la Nouvelle-Guinée et une grande part des côtes de Viti Levu et de Vanua Levu, les deux plus grandes îles Fidji, sans oublier la découverte de plusieurs îlots et îles et de très nombreux relevés hydrographiques. Les autorités sont cependant plus réservées que les académiciens. Jules Dumont d’Urville est blessé du peu de reconnaissance que le ministère lui accorde ainsi qu’à son état-major pour lequel il aurait souhaité de meilleurs avancements. Au cours de son absence, son épouse a acquis une propriété à Saint-Roch, dans les proches environs de Toulon. Il décide tout de même de s’installer à Paris où il demeure six années.

  • 496 Dumont d’Urville (Jules) (sous la dir.), Voyage de découvertes de L’Astrolabe, Paris : J. Tastu, 18 (...)

321À Paris, Jules Dumont d’Urville mène une vie calme. Il reste près des siens. Il fréquente ses amis du Muséum et de la Société de géographie. Il surveille l’édition des treize volumes du Voyage de découvertes de L’Astrolabe qui paraissent entre 1830 et 1835496. Il reste totalement étranger à la Révolution de Juillet. Les Trois Glorieuses ne sont pour lui qu’un insupportable désordre et, bien que libéral, il n’est rien qu’il déteste plus que le désordre. C’est sans doute une des raisons pour lesquelles les nouvelles autorités le chargent d’une mission délicate après l’abdication de Charles X, le 2 août 1830 : il doit emmener le roi déchu en Angleterre, son lieu d’exil. Il est décidé d’offrir à Charles X le meilleur confort pour la traversée, y compris symbolique. Pour lui épargner la vue d’un drapeau ou d’une cocarde tricolores, on charge le capitaine Dumont d’Urville d’acheter pour la circonstance un navire de commerce étranger : ainsi acquiert-il au Havre, le 4 août, deux paquebots américains luxueux, Le Charles-Car oll et Le Great-Britain ; le 7, il est à Cherbourg ou le roi déchu, sa famille et quatre-vingt-cinq de ses proches et fidèles sujets embarquent le 16 du même mois ; le lendemain, Portsmouth est en vue ; enfin, le 23, celui que l’on appelle désormais le comte de Ponthieu est autorisé à débarquer sur le sol britannique. Jules Dumont d’Urville rentre aussitôt. Il en profite pour passer par Caen où l’attendent sa mère et son ami Pierre-Aimé Lair. À son retour à Paris, au début du mois de septembre, Jules Dumont d’Urville est reçu par Louis-Philippe Ier, qui vient d’être proclamé roi des Français le 10 août. On le remercie de s’être acquitté de sa mission. Cet entretien n’aura cependant aucune influence sur son avancement, tout au moins dans un avenir proche.

322S’il a bravé tant d’écueils en mer, Jules Dumont d’Urville ne peut pas échapper au choléra qui s’abat sur Paris en 1832. Son fils Adolphe, âgé de deux ans, fait partie des dix-neuf mille victimes parisiennes. Il décède le 23 janvier. Jules Dumont d’Urville inhume, seul, le cercueil de son fils au cimetière du Montparnasse – ce qui explique qu’un monument sera plus tard dressé à sa mémoire en ce lieu. Le 6 mai de la même année, il perd sa mère. Après avoir définitivement réglé la publication du Voyage de découvertes de L’Astrolabe, en 1835, il décide de retourner en Provence. Malheureusement, c’est maintenant dans cette région que sévit alors le choléra. Sa fille Sophie n’y résiste pas et meurt le 31 juillet. Seul réconfort en ces temps douloureux, un nouveau fils, Émile, naît le 30 juillet 1836. À Toulon, Jules Dumont d’Urville est de nouveau livré à sa libre imagination. Les rêves d’aventure ne tardent pas à le reprendre. N’y tenant plus, en janvier 1837, il fait la demande d’une nouvelle expédition dans les mers du Sud. Elle lui est accordée mais, à sa grande surprise, le roi, qui s’est personnellement intéressé à sa requête, lui ordonne d’aller dans la région polaire australe : en 1821, Fabian von Bellingshausen (1778-1852) a pénétré dans les glaces polaires jusqu’à 70° de latitude Sud, et James Weddell (1787-1834), en 1823, a atteint 74° ; il est grand temps que la France reprenne le flambeau de ces explorations polaires. On lui donne L’Astrolabe ainsi que La Zélée, un navire en tout point pareil au premier et que commandera son fidèle compagnon Charles Jacquinot, récemment promu capitaine.

323On compte respectivement seize et quatorze membres d’état-major à bord de L’Astrolabe et de La Zélée. Soixante-cinq matelots sont présents sur chaque navire ; leur moyenne d’âge est de vingt-trois ans. Les deux chirurgiens naturalistes de l’expédition sont Jacques-Bernard Hombron (1798-1852), à bord de L'Astrolabe, et Honoré Jacquinot (1814-c.1852), frère cadet du capitaine, sur La Zélée. De remarquables cartes des côtes visitées lors de l’expédition seront dressées par un volontaire de vingt-six ans, disciple de Charles Beautemps-Beaupré, Clément-Adrien Vincendon-Dumoulin (1811-1858). Le départ du port de Toulon a lieu le 7 septembre 1837. Souffrant de goutte, vêtu – comme à son habitude et contrairement à ce que l’on pourrait imaginer – de vieilles hardes, protégé du soleil par un chapeau de paille usé, le commandant de l’expédition montre rapidement à ses équipages, avec un sens de l’autorité qui lui est propre, qu’il est le seul maître à bord. L’Astrolabe fait cette fois un voyage de circumnavigation : Ténériffe, Rio de Janeiro, la Patagonie, les glaces antarctiques (janvier-mars 1838), les îles Shetlands, Talcahuano (quarante-cinq jours d’escale pour soigner les malades du scorbut), Valparaiso (mai 1838, où il apprend, dans un courrier de sa femme, la mort de son fils Émile), les îles Gambier, les îles Marquises, Tahiti (septembre 1838), les îles Samoa, les îles Fidji, Vanikoro (octobre 1838), les îles Salomon, la Nouvelle-Guinée, les îles Carolines, les îles Mariannes, les Moluques, les îles de la Sonde, le détroit de Torres, la Tasmanie (décembre 1839), l’Antarctique (janvier 1840), la Nouvelle-Zélande, le détroit de Torres (juin 1840), l'île Bourbon (juillet 1840), le cap de Bonne-Espérance et enfin Toulon (7 novembre 1840).

  • 497 Montagne (Camille), Voyage au Pôle Sud et dans l’Océanie sur les corvettes L’Astrolabe et La Zélée.(...)

324Le bilan de l’expédition, bien que dans les normes de l’époque, est lourd : vingt-cinq morts, quatorze malades débarqués, treize déserteurs. Lorsqu’il arrive à Toulon, Jules Dumont d’Urville est méconnaissable, épuisé, souffrant de graves crises de goutte. Pour ce qui concerne les résultats obtenus en Antarctique, ils sont à la fois décevants et grandioses. L’Astrolabe et La Zélée, pris par les glaces, n’ont pas pu descendre plus bas que le 64° de latitude Sud, quand ils espéraient dépasser le 74°. Le 19 janvier 1840, cependant, au niveau du cercle polaire, ils découvrent les côtes rocheuses les plus méridionales – bien loin de pouvoir soupçonner que cela pût appartenir à un continent antarctique – que Jules Dumont d’Urville baptise la Terre Adélie, en hommage à son épouse. Les collections botaniques de l’expédition sont étudiées par Joseph Decaisne (1807-1882), professeur des cultures au Muséum, et Camille Montagne (1784-1866)497.

  • 498 Citons ici la dernière de ces trois strophes : “Sur le taureau de fer qui fume, souffle et beugle, (...)
  • 499 Jacquinot (Charles) (sous la dir.), Voyage au Pôle Sud et dans l’Océanie sur les corvettes L’Astrol (...)

325Après s’être reposé quelques mois à Toulon, et après avoir été promu contre-amiral, Jules Dumont d’Urville rejoint Paris en février 1841. Il revient en Provence pour l’été, puis, à la rentrée 1841, s’installe définitivement dans la capitale en compagnie de sa femme et de son fils – le seul enfant qui lui reste –, au 26 de la rue Madame, près du Jardin du Luxembourg. Quelques mois plus tard survient le tragique accident de chemin de fer dans lequel ils périssent tous les trois. Le 8 mai 1842, plusieurs centaines de personnes montent dans un train en gare Montparnasse pour rejoindre Versailles, où le roi donne une fête. Au niveau de Bellevue, un incendie se propage. Cinquante-neuf passagers, parmi lesquels figurent Dumont d’Urville et sa famille, périssent. On compte également des dizaines de blessés. Cet accident, l’un des premiers de l’histoire, est largement utilisé par les opposants au chemin de fer. Alfred de Vigny (1797-1863) s’en inspire pour rédiger trois strophes de La Maison du berger, l’un des onze poèmes de son ultime recueil, Les Destinées498. En l’absence de Jules Dumont d’Urville, c’est à Charles Jacquinot que revient la publication des vingt-huit volumes du Voyage au Pôle Sud et dans l’Océanie (1841-1854)499.

326Jules Dumont d’Urville est l’auteur d’une espèce valide de la flore de France : Orobanche pubescens d’Urville, présente dans tout le sud de l’Europe, de la Crimée au sud-est de la France. Richement pubescente, à fleurs violettes, cette Orobanche parasite de préférence les Ombellifères et les Composées mais également les Légumineuses. Jules Dumont d’Urville l’a découverte en avril 1820, dans l'île de Milo, au cours des trois jours d’herborisation qui ont précédé la découverte de la célèbre Vénus.

Bibliographie

Chevalier (Auguste), “L’Amiral Dumont d’Urville et ses découvertes scientifiques”, Comptes-Rendus des Séances de l’Académie des Sciences, t. 231, 1950, pp. 805-808.

Jacob (Yves), Dumont d'Urville, le dernier grand marin de découvertes, Grenoble : Glénat, 1995, 405 p.

Guillon (Jacques), Dumont d’Urville, Paris : France-Empire, 1986, 356 p.

Lesson (René-Primevère), Note historique sur l’amiral Dumont d’Urville, Rochefort : impr. H. Loustan, 1846, 139 p.

Soudry (A.), Dumont d’Urville, sa vie intime pendant son troisième voyage autour du monde, Paris : G. Téqui, 1886, X + 311 p.

Hubert, Félix SOYER-WILLEMET (1791-1867)

  • 500 Rémi Willemet (1735-1807), docteur en médecine, tient une pharmacie à Nancy (dans l’ancienne rue Je (...)
  • 501 Pierre Willemet (1762-1790), fils de Rémi Willemet et oncle de Félix Soyer-Willemet, obtient son gr (...)
  • 502 En souvenir de ses aïeux maternels, Félix Soyer rattache leur nom au sien après la mort de son père (...)

327Félix Soyer-Willemet naît le 3 juin 1791 à Nancy. Son père, artiste peintre, ne l’influence guère. C’est son grand-père maternel Rémi Willemet (1735-1807)500 et son oncle Pierre Willemet (1762-1790)501, qui guident son éducation et décident de sa vocation de botaniste502. Rémi Willemet envoie le jeune Félix à Paris, sans doute dans l’espoir qu’il reprenne un jour son officine. En 1811, il est de retour à Nancy où il soutient sa thèse de pharmacie devant un jury présidé par Rochard, professeur à l’école de médecine de Strasbourg. Il reprend alors la pharmacie de son grand-père et la garde jusqu’en 1824, date à laquelle il est nommé bibliothécaire en chef de la bibliothèque municipale de Nancy.

  • 503 Originaire de Bruyères, dans les Vosges, Jean-Baptiste Mougeot (1776-1858) effectue ses études à Vi (...)

328Entre 1811 et 1824, Félix Soyer-Willemet explore toute la Lorraine. Il se constitue un remarquable herbier des plantes de la région. En 1811, il rencontre le botaniste vosgien Jean-Baptiste Mougeot (1776-1858)503, alors qu’ils sont l’un et l’autre en herborisation au Hohneck. Ils se lient d’une amitié que la mort seule viendra interrompre. Ils ont pour ami commun le nancéen Jean-Baptiste Lamoureux (1766-1852). Les familles Willemet et Lamoureux se fréquentent depuis plusieurs générations. Docteur en médecine, fin lettré, professeur de langues anciennes à l’école centrale puis au lycée de Nancy, professeur d’histoire naturelle à l’école forestière de Nancy entre 1826 et 1838, Jean-Baptiste Lamoureux organise des réunions dominicales où d’honorables personnes se plaisent à converser d’histoire naturelle. En été, on se réunit au Jardin botanique. Les participants les plus fidèles sont Charles-François Guibal (1781-1861), originaire de Lunéville, juge de paix à Nancy, Henri Braconnot (1780-1855), successeur de Rémi Willemet au Jardin botanique, le docteur Haldat, professeur de chimie et de physiologie, et, bien entendu, Félix Soyer-Willemet. Ils sont en étroites relations avec d’autres naturalistes tels que Joseph Holandre (1778-1857), de Metz, ou Jean-Baptiste Mougeot. Les séances de l’académie Stanislas (également appelée Société des sciences et arts de Nancy), dont Soyer-Willemet est élu membre et trésorier en 1822, sont également pour eux une occasion de se retrouver.

FIG. 48 - Laserpitium neglectum. Planche extraite de Soyer-Willemet (Félix), Observations sur quelques plantes de France, suivies du Catalogue des plantes vasculaires des environs de Nancy, Nancy : impr. C.-J. Hissette, 1828, 195 p. © Bibliothèque de France, Paris.

  • 504 Soyer-Willemet (Félix), “Mémoire sur le nectaire”, Mémoires de la Société linnéenne de Paris, t. 5, (...)

329Lorsqu’on décembre 1824, Félix Soyer-Willemet est nommé bibliothécaire en chef à la bibliothèque de Nancy, il transmet l’officine de son grand-père à un ami de ses parents, le pharmacien Hilbert. En 1825, ses parents et ses deux sœurs quittent Nancy pour s’installer à Saint-Nicolas-de-Port. Alors seul, il a la chance de pouvoir habiter dans la maison de son grand-père et de trouver refuge au sein de la famille Hilbert. 11 leur est très lié. Il est le parrain de l’une des deux jeunes filles du couple Hilbert. C’est à partir de ces années, alors qu’il est libéré des obligations de la boutique, que Félix Soyer-Willemet publie des travaux de botanique : un Mémoire sur le nectaire (1826), des Observations sur quelques plantes de France (1828), un Essai monographique sur les Valerianella de France (1833), ainsi qu’une Revue des trèfles de la section Chronosemium (1847) et une Monographie des Silene de l’Algérie (1850), en collaboration avec Dominique-Alexandre Godron (18071880) 504, titulaire de la chaire d’Histoire naturelle de l’école de médecine et directeur du Jardin botanique depuis 1846.

  • 505 Grenier (Charles), Godron (Dominique-Alexandre), Flore de France, Paris : F. Savy, 1848-1855, 3 vol (...)

330C’est au cours de ces années que Félix Soyer-Willemet prend une place de plus en plus importante au sein de la petite société nancéenne des amateurs de sciences, lettres et arts. En 1824, il est élu président à vie de la Société centrale d’agriculture de la Meurthe. À ce titre, il doit chaque année organiser les comices agricoles. Ces concours lui permettent de rencontrer de nombreux agriculteurs et paysans des environs de Nancy. Il devient l’ami de l’un d’entre eux, Auguste Monnier, infatigable récolteur de plantes qui aidera Dominique-Alexandre Godron pour sa Flore de France (1848-1855)505. Il a également la charge de relire les articles qui paraissent dans le Bon cultivateur, l’organe de la Société d’agriculture de Nancy. S’il est une fonction qu’il assume avec un irréprochable dévouement, c’est bien celle de bibliothécaire. Il cherche avec obsession à augmenter les fonds de la bibliothèque municipale ; il demande sans cesse autour de lui qu’on lui envoie des livres et des périodiques. La fermeture annuelle de la bibliothèque lui permet de retrouver les plaisirs de l’herborisation. Jusque dans les années 1840, il ne dépasse guère les frontières de la Lorraine. Tout au plus rejoint-il son ami Jean-Baptiste Mougeot dans les Vosges. En excursion, on reconnaît de loin sa silhouette : il porte toujours une large casquette pour cacher une déformation de son visage due à un dartre qui ne cesse d’augmenter et qui finit par le dévisager. Félix Soyer-Willemet est également une personnalité artistique importante de la ville de Nancy : musicien (il joue du flageolet et possède une agréable voix), il est un membre actif de l’Union des artistes musiciens de Nancy, dont il organise les concerts. Contrairement à son ami vosgien, membre du Conseil général des Vosges de 1833 à 1858, Félix Soyer-Willemet ne semble pas s’occuper de politique. S’il apparaît favorable à Louis-Napoléon, lorsqu’il est chargé d’aller chercher sa filleule au bal donné par le prince-président, alors en tournée dans les provinces de France, nous ignorons sa réaction à l’annonce du coup d’État du 2 décembre.

331Entre 1849 et 1853, certainement sous l’influence de son ami Dominique-Alexandre Godron, Félix Soyer-Willemet effectue plusieurs voyages d’exploration au cours desquels il s’éloigne de l’est de la France. Il visite les Pyrénées en 1849, le duché de Bade en 1850. En 1853, accompagné de sa filleule, il longe le Rhin, de Strasbourg à Cologne, traverse la Belgique, rejoint la mer du Nord et revient par Paris. La fatigue met fin à ces longs périples. Il n’herborise pour ainsi dire plus. Il se contente d’acheter et d’échanger des plantes en herbier. Des botanistes tels que Henri Lecoq (1802-1871), de Clermont-Ferrand, Alexandre Boreau (1803-1875), d’Angers, ou encore Esprit Requien (1788-1851), d’Avignon, lui fournissent de nombreux échantillons.

332Après le décès de Jean-Baptiste Lamoureux, les réunions de botanique se font au domicile de Félix Soyer-Willemet, c’est-à-dire dans l’officine de son grand-père, au 29 de la rue des Dominicains. L'avancement de la Flore de France (1848-1855) de Dominique-Alexandre Godron et de Charles Grenier (1808-1875), professeur de la faculté de Besançon, occupe alors souvent les esprits. Un autre sujet de discussion, plus préoccupant, est l’avenir du Jardin botanique. Depuis 1850, la direction est assurée par Jules-Émile Planchon (1825-1888), originaire de Ganges, dans l’Hérault, et que Dominique-Alexandre Godron a choisi pour être son successeur, mais ce brillant jeune homme retourne en 1855 dans son pays natal comme suppléant de Félix Dunal (1789-1856), à la chaire de Botanique de la faculté des sciences de Montpellier. Son remplaçant, Vincent, un ancien chirurgien militaire, devient l’ami fidèle de Félix Soyer-Willemet qui lui indique quelques localités et lui demande d’aller herboriser à sa place dans les environs de Nancy ou dans les Vosges. À cette époque, Félix Soyer-Willemet fréquente également le jardinier Ingelrest, qu’il a rencontré à Gand chez l’horticulteur Louis-Benoît Van Houtte (1810-1876) et qu’il a convaincu d’accepter le poste de jardinier en chef du Jardin botanique de Nancy. Félix Soyer-Willemet décède à Nancy le 18 janvier 1867, au sein du foyer Hilbert, sa deuxième famille.

  • 506 Soyer-Willemet (Félix), Observations sur quelques plantes de France..., op. cit., p. 87.
  • 507 Soyer-Willemet (Félix), Gnaphalium neglectum, nouvelle espèce du groupe des Filaginées, Nancy : imp (...)
  • 508 Idem, p. 5.
  • 509 Godron (Dominique-Alexandre), “Description d’une nouvelle espèce de sorbier, découverte dans les Vo (...)

333Félix Soyer-Willemet est le premier auteur d’une espèce et l’auteur de trois espèces valides de la flore de France. Laserpitium nestleri Soyer-Willemet506, une plante présente dans les montagnes du sud de la France et de la péninsule ibérique, a été décrite et nommée à partir d’échantillons récoltés par Théodose-Cyriaque Prost (1788-1848) et Chrétien-Geoffroy Nestler (1778-1832) en Lozère, dans les Pyrénées et les environs de Montpellier. Logfia neglecta (Soyer-Willemet)507 J. Holub a d’abord été nommée Gnaphalium neglectum par Félix Soyer-Willemet, à partir d’échantillons qu’il avait lui-même récoltés “en septembre 1834, dans les champs, à Badonviller (Meurthe), sur le terrain de grès bigarré”508. Fumaria schleichen Soyer-Willemet a été décrite et nommée à partir d’échantillons d’abord rapportés par Johann-Christoph Schleicher (1768-1834), un commerçant d’herbiers installé à Bex (Vaud), à l’espèce Fumaria parviflora Lamarck ; présente dans tout le centre de l’Europe, Fumaria schleichen était seulement signalée de la Suisse par Félix Soyer-Willemet. La dernière de ces quatre espèces, Sorbus mougeotii Soyer-Willemet et Godron509, a été découverte par Jean-Baptiste Mougeot, nommée par Félix Soyer-Willemet et décrite par Dominique-Alexandre Godron. Jean-Baptiste Mougeot en a découvert les premiers échantillons dans les escarpements du Hohneck, dans les Vosges, au cours des années 1850. À sa demande, Dominique-Alexandre Godron est allé les observer au mois d’août 1858, puis, à l’automne, en a étudié les fruits. Jean-Baptiste Mougeot lui avait attribué un nom déjà occupé, Sorbus microcarpa. Logiquement, Soyer-Willemet et Godron lui rendirent hommage à travers le nouveau nom.

Bibliographie

Guyot (Charles), “Botanistes lorrains d’après les lettres de Soyer-Willemet au Docteur Mougeot (1851-1853)”, Mémoires de l’Académie Stanislas, t. 25, 1828, pp. 68-96.

Werner (R. G.), “Prodrome pour une histoire des botanistes de souche lorraine”, Bulletin de la Société lorraine des Sciences, t. 6, 1966, pp. 98-126.

Michel, Charles DURIEU DE MAISONNEUVE (1796-1878)

334Charles Durieu de Maisonneuve naît le 17 frimaire an V (7 décembre 1796) à Saint-Eutrope-de-Born, dans le Lot-et-Garonne. Il est issu d’une ancienne famille du Quercy, les du Rieu de Maisonneuve, établis secondairement dans l’Agenais. Il reçoit sa première instruction dans une école militaire puis, en 1814, entre à Saint-Cyr, où il obtient le grade de sous-lieutenant. Sa participation à la défense du territoire national, en 1814, semble peu probable. Une chose est sûre cependant : en 1823, il participe à la prise du fort de Trocadéro, à l’entrée du port de Cadix. En 1823, la Sainte Alliance – c’est-à-dire les rois de Prusse, d’Autriche et de France, et le tsar de Russie, sans la couronne d’Angleterre, comme d’habitude hésitante – décide de soutenir la monarchie espagnole contre les libéraux. Louis XVIII, soucieux de se racheter auprès des monarchies européennes, demande aussitôt à son neveu le duc d’Angoulème d’aller en découdre avec les rebelles espagnols. L’attaque du 31 août 1823 se solde par une écrasante victoire, facilitée par une défense quasi inexistante. À cette date, Charles Durieu de Maisonneuve ne semble pas être intéressé par la botanique. Sa passion pour l’histoire naturelle est tardive. Elle commence en 1825, par l’observation d’algues d’eau douce, comme il le confiera en 1857 à son ami l’algologue Gustave Thuret (1817-1875).

  • 510 Gay (Jacques), “Duriaei iter Asturicum Botanicum anno 1835 susceptum”, Annales des Sciences naturel (...)

335En janvier 1827, Charles Durieu de Maisonneuve est en garnison à Sainte-Pélagie, à Paris. Il y trouve le botaniste Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent (1778-1846), emprisonné pour dettes et avec qui il se lie d’amitié. Lorsque Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent dirige l’expédition de Morée, en 1830, Charles Durieu de Maisonneuve participe à la conquête de l’Algérie. Il n’est pas certain qu'il soit présent lors de la prise d’Alger, en juillet 1830, mais il effectue plusieurs campagnes entre 1830 et 1840. Le reste du temps, il demande des disponibilités pour se retirer dans son domaine de Blanchardie, près de Ribérac, en Dordogne. En été 1835, il retourne en Espagne pour explorer les Asturies et les monts Cantabriques. Il n’étudie pas ses récoltes et choisit de les envoyer à Camille Montagne (1784-1866), un ami de Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent, pour les Cryptogames, et à Jacques Gay (1786-1864), pour les Phanérogames510.

FIG. 49 - Durieu de Maisonneuve (Charles) 1796-1878.

  • 511 Baudelaire (Charles), Salon de 1846, [réédition établie par Jean-François Revel], Paris : J.-J. Pau (...)
  • 512 Les violences et les horreurs commises lors de la conquête d’Algérie, très longtemps passées sous s (...)
  • 513 Durieu de Maisonneuve (Michel-Charles), Bory de Saint-Vincent (Jean-Baptiste), Exploration scientif (...)

336À partir de 1840, les traces de Charles Durieu de Maisonneuve sont plus claires. À cette date, il est alors capitaine de l’armée d’Algérie et membre de la Commission pour l’expédition scientifique de la colonie d’Alger. Nous ne revenons pas sur les détails de l’expédition d’Algérie, précédemment évoquée dans la biographie consacrée à Bory de Saint-Vincent. Les missions s’échelonnent entre la fin de l’année 1839 et novembre 1841. Charles Durieu de Maisonneuve, qui participe à plusieurs d’entre elles, alterne expéditions militaires et scientifiques. Toutes sont placées sous la haute responsabilité du ministère de la Guerre. Nous l’avons déjà souligné, l’exploration scientifique de l’Algérie est ambiguë. Il est difficile de savoir si Charles Durieu de Maisonneuve distingue nettement la conquête du territoire et la quête de la connaissance. L’un des actes de guerre les plus célèbres auquel il participe est la prise de la Smalah d’Abd El Kader, le 15 mai 1843. Il est d’ailleurs présent sur le tableau que Horace Vernet (1789-1863), ce “militaire qui fait de la peinture [...] fabriquée à coups de pistolet”511, selon Charles Baudelaire (1821-1867), peint pour immortaliser l’épisode : on le voit, fier cavalier, tirer des coups de feu pour terroriser les femmes et les vieillards – ce jour-là, Abd El Kader et ses guerriers étaient absents512. Lorsque les missions officielles cessent, Charles Durieu de Maisonneuve continue seul l’exploration botanique de l’Algérie. Il est un explorateur courageux. Souvent, il lui arrive de s’aventurer seul, fusil en main, dans des zones qui ne sont pas encore soumises par l’armée d’Algérie. En somme, il est un militaire qui fait de la botanique ! Il quitte définitivement l’Algérie en 1845. Après cette date, il vit à Paris, oü il travaille à la publication des résultats de l’expédition. Il étudie les collections de Cryptogames avec Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent, Camille Montagne, les frères Charles (1817-1884) et Louis-René dit Edmond Tulasne (1815-1885) et Joseph-Henri Léveillé (1796-1870), et les collections de Phanérogames avec Ernest Cosson (1819-1889) – seules les Glumacées (les Graminées) sont décrites513. Charles Durieu de Maisonneuve profite également d’être à Paris pour herboriser en des lieux classiques de l’île de France, comme Montmorency, Fontainebleau ou Meudon.

  • 514 Jean-François Laterrade (1784-1858) effectue ses études secondaires à l’école centrale de la Girond (...)
  • 515 Gaetano Durando (1811-1892) est l’une des plus insaisissables figures de la botanique italienne. Ap (...)
  • 516 Charles Durieu de Maisonneuve est l’auteur d’un genre Cossonia qui est, hélas, non valide. Le binôm (...)

337En 1853, Charles Durieu de Maisonneuve décide de prendre sa retraite définitive de capitaine. 11 quitte Paris pour s’installer à Bordeaux, où il vient d’être nommé professeur adjoint du Jardin botanique municipal. Depuis 1842, le directeur du Jardin botanique est Jean-François Laterrade (1784-1858)514. Dès son arrivée, Charles Durieu de Maisonneuve doit déplacer le Jardin des faubourgs pour l’installer dans un jardin public du centre ville, comme il en a été décidé par la municipalité. Il se consacre à cette tâche avec sérieux et dévouement. Il a très à cœur de rendre le Jardin botanique de Bordeaux à la fois agréable pour les promeneurs et scientifiquement renommé. Il fait construire des pièces d’eaux – toujours présentes – pour la culture de plantes aquatiques ; il tente d’acclimater des plantes exotiques, notamment d’Afrique du Nord, dont la culture n’est alors pratiquée, à grande échelle, par aucun autre Jardin botanique de France. À cette fin, il reçoit régulièrement des graines de la part de correspondants tels que Gaetano Durando (1811-1892)515, alors pharmacien de l’hôpital d’Alger, et Ernest Cosson516, l’un des meilleurs connaisseurs de la flore d’Afrique du Nord. En 1858, à la mort de Jean-François Laterrade, Charles Durieu de Maisonneuve est nommé directeur du Jardin botanique de Bordeaux. À l’âge de soixante-dix ans, en mai 1867, il ouvre un cours public de botanique. Son rôle dans la cité bordelaise ne se limite pas à l’entretien du Jardin ou aux cours de botanique. Il est également l’un des membres les plus actifs de la Société linnéenne de Bordeaux.

  • 517 Durieu de Maisonneuve (Michel-Charles), “Note sur une nouvelle espèce du genre Chara, Chara fragife (...)

338Charles Durieu de Maisonneuve consacre son temps libre à des herborisations et à des études de systématique botanique. De 1853 à son décès, il parcourt tout le sud de la France, de la Gironde à l’Aude, en passant par la Dordogne et en faisant quelques incursions dans le Massif central. Ses récoltes sont destinées à ses propres études et à de fidèles correspondants comme son ami Jacques Gay, le landais Léon Dufour (1780-1865), Ernest Cosson ou le comte Hippolyte Jaubert (1798-1874). Les travaux qu’il fait paraître au cours de cette période, dans le Bulletin de la Société botanique de France – dont il est membre depuis sa création en 1854 – ou dans les Actes de la Société linnéenne de Bordeaux, sont presque exclusivement consacrés aux Charales et aux Isoëtes, dont il devient l’un des meilleurs spécialistes de l’époque517. Le capitaine Charles Durieu de Maisonneuve s’éteint à Bordeaux le 20 février 1878.

  • 518 Durieu de Maisonneuve (Michel-Charles), “Expédition scientifique de l’Algérie”, Revue botanique, t. (...)
  • 519 Braun (Alexander), “Über Marsilia und Pilularia’\Monatsberichte der Königlich Akademie der Wissensc (...)
  • 520 De son côté, Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent a dédié à notre botaniste l’Isoetes duriei Bory. D (...)
  • 521 Idem, p. 161.

339Charles Durieu de Maisonneuve est l’auteur de quatre espèces valides de la flore de France. Deux d’entre elles ont été découvertes en Algérie. Medicago secundiflora Durieu in Duchartre518, décrite à partir d’échantillons récoltés dans les environs de Constantine et de Saida, des zones non encore “pacifiées” en 1843, comme on disait alors, est connue aujourd’hui en Algérie, aux Baléares, dans le nord-est de l’Espagne et le Roussillon. Pilularia minuta Durieu ex Braun519 a été nommée à partir d’échantillons récoltés en 1842 puis décrite une vingtaine d’années plus tard par l’un des plus grands spécialistes de Ptéridophytes de cette époque, le berlinois Alexander Braun (1805-1877). Cette espèce est présente sur tout le pourtour de l’ouest de la Méditerranée ainsi qu’en Corse, en Sardaigne et aux Baléares. Les deux autres sont des espèces d’Isoëtes. La découverte des Isoëtes est l'une des plus belles amitiés de l’histoire de la botanique française, commencée entre Bory de Saint-Vincent et Durieu de Maisonneuve, poursuivie entre ce dernier et Jacques Gay. Charles Durieu de Maisonneuve décrivit deux espèces nouvelles d’Isoètes en 1861 : Isoetes boryana Durieu, “trouvé dans l’étang même de Cazau (où il avait déjà été aperçu, il y a plus de soixante ans, par Bory de Saint-Vincent, qui ne se supposait pas alors qu’il existât d’autre espèce que l’Isoetes lacustris)”520, est une espèce endémique du sud-ouest de la France ; Isoetes echinospora Durieu, signalée par Charles Durieu de Maisonneuve dans “quelques lacs du centre de la France et [qui] paraît s’avancer assez haut vers le nord-ouest de l’Europe”521, est présente dans les lacs de toute l’Europe septentrionale.

Bibliographie

Biers (Paul), “Durieu de Maisonneuve”, Jardinage, t. 119, 1924, pp. 110-114.

Brochon (E.-Henry), Discours prononcé sur la tombe de M. Ch. Durieu de Maisonneuve, Bordeaux : [s.n.], 1878, 2 p.

Dumoulin (Charles), Discours prononcé sur la tombe de M. Ch. Durieu de Maisonneuve, Bordeaux : [s.n.J, 1878, 2 p.

Roumeguère (Casimir), Notice nécrologique sur la tombe de M. Charles Durieu de Maisonneuve, Alger : typogr. Victor Aillaud, 1878, 8 p.

Pierre DALCAN dit Ulysse DARRACQ (1798-1872)

340Ulysse Darracq naît le 23 thermidor an VI (10 août 1798) à Dax. Il commence des études de pharmacie dans sa ville natale, les poursuit au Mans et les achève à Paris. En 1825, il ouvre une officine à Pont-Saint-Esprit, dans le département du Gard, mais revient finalement en Aquitaine, à une date qui nous est inconnue.

341En plus de son activité professionnelle, il s’occupe beaucoup d’histoire naturelle. Il correspond régulièrement avec Isidore Geoffroy Saint-Hilaire (1805-1861), titulaire de la chaire de Zoologie des Mammifères et Oiseaux au Muséum national d’histoire naturelle, et avec le paléontologue Jean-Pierre de Grateloup (1782-1861). Il devient membre, entre autres, de la Société linnéenne de Bordeaux et de la Société botanique de France. Il établit d’importantes collections de plantes, d’oiseaux, d’insectes. Ulysse Darracq meurt en 1872, après avoir légué toutes ses collections au musée de Bayonne.

  • 522 Anonyme, “Mélanges, trente-deuxième fête linnéenne”, Actes de la Société linnéenne de Bordeaux, t.  (...)

342Ulysse Darracq est l’auteur d’une seule espèce valide de la flore de France : Soldanella villosa Darracq522, une plante endémique du Pays Basque franco-espagnol, qu’il a découverte “sur une montagne peu élevée, dite Pas de Rolland, près Cambo, dans les Pyrénées basques”.

Louis, Alphonse DE BRÉBISSON (1798-1872)

  • 523 Originaire de Bayeux, Arcisse de Caumont (1801-1873) est un personnage central des sociétés savante (...)

343Alphonse de Brébisson naît à Falaise, dans le Calvados. Son père, Jean-Baptiste de Brébisson, d’une ancienne famille de la noblesse normande, est un entomologiste distingué. Alphonse de Brébisson fait ses études au collège de Falaise. Il y est initié à la botanique par le principal, l’abbé Hervieu, et y rencontre l’un de ses plus fidèles amis, Arcisse de Caumont (1801-1873)523, jeune condisciple passionné de minéralogie et de géologie. Adolescent, il a la chance d’assister à des rencontres entre son père et d’éminents savants du Muséum national d’histoire naturelle, comme l’entomologiste Pierre-André Latreille (1762-1833), le botaniste Antoine-Laurent de Jussieu (1748-1836) ou encore le minéralogiste Alexandre Brongniart (1770-1847).

  • 524 Alphonse Déchauffour de Boisduval (1801-1879) effectue des études de pharmacie puis de médecine à R (...)

344En 1825, Alphonse de Brébisson passe trois mois de vacances à Vire, chez un ami de la famille, Louis-Charles-Richard Dubourg d’Isigny (1798-1841), président du tribunal de Vire, amateur de poésie et d’histoire naturelle. Il montre à Alphonse de Brébisson un catalogue qu’il a rédigé pour les plantes de l’arrondissement de Vire ; ils herborisent ensemble. De retour à Falaise, Alphonse de Brébisson devient apprenti dans la pharmacie Mariolle où il rencontre un autre de ses amis, Alphonse de Boisduval (1801-1879)524, passionné d’entomologie et de botanique, et qui le convainc d’aller à Paris. Au départ, ils pensent rentrer au bout d’un mois, tout au plus, mais lorsqu’Alphonse de Brébisson gagne une forte somme d’argent au jeu, ils décident d’explorer les Alpes pendant deux mois. Contrairement à son ami, Alphonse de Brébisson ne songe pas suivre des études de médecine. Une importante fortune familiale lui permet de vivre en Normandie dans l’aisance et la tranquillité.

FIG. 50 - Brébisson (Alphonse de) 1798-1872.

  • 525 La Société linnéenne du Calvados est créée en 1823 à l’instigation d’Arcisse de Caumont et de Jean- (...)
  • 526 Brébisson (Alphonse de), Flore de Normandie, 1ère éd., Caen : A. Hardel, 1835, XIV + 430 p.

345En 1824, quelques naturalistes normands, tous membres de la Société linnéenne du Calvados525, décident de réunir leurs efforts pour réaliser une flore de Normandie. Ils se donnent une année pour produire, chacun de leur côté, une partie sur une famille particulière. Alphonse de Brébisson est chargé des Orchidées. Comme il est le seul à apporter un manuscrit au bout d’une année, on le charge de la rédaction complète. La première édition de la Flore de Normandie paraît en 1835526. Ce sera son unique travail concernant les Phanérogames. Après 1835, il continue d’herboriser, notamment pour les rééditions de sa flore, mais se consacre essentiellement aux Cryptogames, et plus particulièrement aux algues d’eau douce.

FIG. 51 - Page de garde de Brébisson (Alphonse de), Flore de Normandie, 4ème éd., Caen : F. Le Blanc-Hardel ; Paris : Derache, 1869, XIV + 430 p.

  • 527 Brébisson (Alphonse de), Mousses de la Normandie, Falaise : impr. de Brée l’aîné, 1826-1839, 8 fasc
  • 528 Alphonse de Brébisson donne le prénom de René à son fils par amitié pour René Lenormand.
  • 529 Despréaux (Jean-Marie), “Essai sur les Laminaires des côtes de Normandie”, Mémoires de la Société d (...)

346En 1827, Alphonse de Brébisson épouse une demoiselle de bonne famille normande, Mélite Gaudin de Villaine, qui lui donnera deux filles et un fils. Elle l’accompagne régulièrement en herborisation et l’aide à ranger ses récoltes. À la fin des années 1820, Alphonse de Brébisson travaille alors sur sa flore normande, mais également à la publication des fascicules d’exsiccatas de Mousses de la Normandie (18261839)527. Ensemble, – ils parcourent le bocage normand. Ils rendent régulièrement visite à leurs amis : René Lenormand (1796-1871), avocat à Vire et algologue réputé528 ; Jean-Marie Despréaux (1794-1843), médecin originaire de Fougères, auteur d’un Essai sur les Laminaires des côtes de Normandie (1834)529, qui mourra à Mexico ; le lichénologue Dominique-François Delise (1780-1841), disciple et ami de Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent (1778-1846) ; l’algologue François-Joseph Chauvin (1797-1839), successeur de Jean-Vincent-Félix Lamouroux (1779-1825) à Caen ; Louis-Charles-Richard Dubourg d’Isigny ; François-Alexandre Pelvet (1801-1882). C’est également dans la fin des années 1820 qu’Alphonse de Brébisson entre en relation avec de nombreux autres naturalistes : Jean-Baptiste-Joseph-Henri Desmazières (1786-1862), négociant et horticulteur lillois, auteur de plusieurs essais sur les plantes du nord de la France ; Jean-Baptiste Mougeot (1776-1858), cryptogamiste vosgien ; François-Victor Mérat de Vaumartoise (1780-1851), chef de clinique à Paris ; le capitaine Jules Dumont d’Urville (1780-1842) (Joseph Decaisne (1807-1882), qui lui a fait visité les pépinières du Jardin des plantes, à Paris ; et Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent, à qui il a rendu visite en prison, à Sainte-Pélagie.

  • 530 Brébisson (Alphonse de), Godey (Jean-Luc), Algues des environs de Falaise, Paris : Lancé ; Falaise  (...)
  • 531 Pour une bibliographie complète, consulter Morière (J.), “Alphonse de Brébisson”, Bulletin de la So (...)
  • 532 Ce terme est inventé par Heinrich-August Wrisberg (1739-1808) pour désigner les animalcules observé (...)
  • 533 On doit à Johann-Friedrich Gmelin (1748-1804) d’avoir créé le genre Bacillaria au sein des Infusori (...)

347Les algues, et en particulier les algues d’eau douce, sont la grande passion d’Alphonse de Brébisson. Il publie un premier travail sur les Algues des environs de Falaise (1835)530 à partir d’observations qu’il a effectuées avec son ami Jean-Luc Godey (1815-1873), médecin et professeur au collège de Falaise. Viennent ensuite une Liste des Desmidiées observées en Basse-Normandie (1836) et des Considérations sur les Diatomées (1838)531. Sa carrière d’algologue débute cependant véritablement en 1842, lorsqu’il décide d’étudier des organismes qu’on appelle alors les Infusoires532. Il décide de les étudier après avoir lu un article passionnant sur les Bacillariées533, au cours d’un séjour à Trouville. Ces organismes ne lui sont pourtant pas inconnus : quelques années auparavant, Bory de Saint-Vincent lui en a déjà parlé avec émotion, au fond de sa cellule de Sainte-Pélagie. Cette lecture est une révélation pour Alphonse de Brébisson qui, durant près de trente années, ne cesse de travailler sur les Infusoires, et plus spécialement les Diatomées et les Desmidiées. Pour ses recherches, il a besoin de correspondre avec les autres spécialistes, et ce d’autant plus qu’il vit isolé à Falaise : George Walker-Arnott (1799-1868), directeur du Jardin botanique de Glasgow, qui lui rend visite plusieurs fois ; Alexander Braun (1805-1877), directeur du Jardin botanique de Berlin ; Friedrich-Traugott Kutzing (1807-1893) ; John Ralfs (1807-1890), chirurgien et phycologue britannique ; William Smith (1808-1857), abbé irlandais, professeur d’histoire naturelle à Cork, spécialiste des Diatomées ; et le célèbre lichénologue Wilhelm Nylander (1822-1899), premier professeur de botanique de l’université d’Helsinki, de 1857 à 1863, puis attaché au Muséum national d’histoire naturelle, à Paris. Ses travaux portent sur l’organisation et la classification des Diatomées et des Desmidiées, au sein desquelles il nomme plusieurs genres et de nombreuses espèces.

  • 534 Brébisson (Alphonse de), Nouvelle méthode photographique sur collodon, Paris : Chevalier, 1855, 102 (...)

348Les algues d’eau douce n’accaparent pas entièrement l’esprit d’Alphonse de Brébisson qui s’adonne également à la photographie. À partir des modèles du physicien Nicéphore Niepce (1765-1833) et du peintre Jacques Daguerre (1787-1851), il fabrique lui-même un daguerréotype auquel il apporte d’ailleurs quelques améliorations. Entre 1841 et 1863, il publie sept travaux sur la photographie ; le plus important semble être le Traité complet de la photographie sur collodon (1855)534. Alphonse de Brébisson est le premier à mêler la photographie et la microscopie. Il est le véritable pionnier de la microphotographie. La photographie, les algues d’eau douce, les rééditions de la Flore de Normandie ne l’empêchent pas de s’impliquer dans la vie sociale de Falaise. Alphonse de Brébisson est l’un des fondateurs de la bibliothèque municipale ; il est secrétaire de la Société académique et vice-président de la Société d’agriculture durant de nombreuses années ; sans oublier, bien entendu, les relations entretenues au sein de l’aristocratie normande, dont son épouse et lui-même font partie. Alphonse de Brébisson décède à Falaise en 1872.

  • 535 Brébisson (Alphonse de), Flore de Normandie,3ème éd., Paris : Hardel, 1859, p. 354.

349Alphonse de Brébisson est l’auteur d’une espèce valide de la flore de France : Glyceria declinata Brébisson, une Graminée présente dans l’ouest et le centre de l’Europe, jusqu’à l’Oural. 11 l’a découverte entre 1849 et 1859, c’est-à-dire entre les deuxième et troisième éditions de la Flore de Normandie, dans les “lieux maraicageux inondés” des marais de Briouze (Orne) et de la forêt de Cinglais (Calvados), où elle “forme des touffes épaisses dont les chaumes, assez fermes, sont étalés dans toute leur longueur”535.

Bibliographie

Lerond (M.), “Éléments de botanique en Normandie”, Histoire et Nature, t. 12-13, 1978, pp. 111-132.

Morière (J.), “Alphonse de Brébisson”, Bulletin de la Société linnéenne de Normandie, 2ème série, t. 8, 1873, pp. 3-29.

Jacques CAMBESSÈDES (1799-1863)

350Jacques Cambessèdes naît à Montpellier le 9 fructidor an VII (26 août 1799). Il a des origines cévenoles par son père, Gabriel Cambessèdes, et espagnoles par sa mère, Magdeleine de Loys. Il fait ses humanités chez les oratoriens de Tournon, sur les bords du Rhône, en Ardèche. Il en revient en 1815, chétif. Durant trois années, sur les conseils du médecin de famille, le jeune Jacques Cambessèdes se repose. En 1818, il commence des études de droit à Aix-en-Provence, qu’il abandonne l’année suivante pour s’inscrire à la faculté de médecine de Montpellier. L’histoire naturelle mise à part, il regrette de nouveau son choix. C’est grâce à Félix Dunal (1789-1856), successeur d’Augustin-Pyramus de Candolle (1778-1841) à la faculté de médecine, que Jacques Cambessèdes découvre la botanique, même s’il trouve ses premiers maîtres au Jardin des plantes. Roubieu, un vieux jardinier, l’initie à la reconnaissance des plantes des environs de la ville et lui répète quelques leçons d’Antoine Gouan (1733-1821). Alire Raffeneau-Delile (1778-1850), le directeur du Jardin botanique, ancien membre de l’expédition d’Egypte, lui apporte une précieuse ouverture sur le monde.

  • 536 Planchon (Jules-Émile), “Notice nécrologique de Jacques Cambessèdes”, Bulletin de la Société botani (...)

351Les choses sérieuses commencent en 1821. En mars de cette année, Jacques Cambessèdes effectue seul un voyage dans les Cévennes. Il y retourne au mois de juin, accompagné d’Alire Raffeneau-Delile et du jardinier Millois. Fait rare pour l’époque, ils notent également les affinités des plantes pour les sols de différente nature. Au mont Saint-Guiral, Jacques Cambessèdes note quelques indications concernant ses origines paternelles : “Cette montagne – écrit-il – est un des points les plus élevés de la chaîne des Cévennes (1 415 m d’élévation au-dessus du niveau de la mer). On y remarque les restes d’un ancien ermitage où les habitants des villages voisins viennent une fois l’année en procession. Le dernier ermite de Saint-Guiral était, dit-on, un homme de mon nom et de ma famille. S’il faut en croire ma grand’mère, il avait fait vœu dans une bataille de se faire ermite s’il en échappait. Le dieu des poltrons le couvrit de son égide. Aussitôt il endossa le froc et fut prêcher dans les environs de Saint-Guiral. Des voleurs, attirés sans doute par l’appât de l’argent qu’on lui supposait, l’assassinèrent et pillèrent son ermitage. Personne n’a tenté de le remplacer”536. En avril de la même année, Jacques Cambessèdes rencontre Victor Jacquemont (1801-1832), un étonnant jeune homme qui devient aussitôt l’un de ses plus fidèles amis. Victor Jacquemont effectue alors un voyage d’exploration botanique dans le Midi, pour préparer ses futures expéditions en des pays lointains. Au pic Saint-Loup, Jacques Cambessèdes est témoin de la fougue de Victor Jacquemont qui atteint le sommet sans que ses compagnons n’aient le temps de s’apercevoir qu’il les a quittés. Il y a fort à croire que c’est Victor Jacquemont qui donne à Jacques Cambessèdes l’idée de partir pour Paris. En 1822, Jacques Cambessèdes abandonne ses études de médecine et, contre l’avis de son père, monte vers la capitale. Entre temps, reconnu comme un naturaliste prometteur, il devient membre de la Société d’histoire naturelle de Montpellier et correspondant de la Société linnéenne de Bordeaux.

  • 537 Antoine Guillemin (1796-1842) est l’élève de Jean-Pierre Vaucher 1763-1841) (et d’Augustin-Pyramus (...)
  • 538 Cambessèdes (Jacques), “Monographie du genre Spiraea”, Annales des Sciences naturelles, t. 1, 1824, (...)

352À Paris, Victor Jacquemont l’introduit auprès de nombreux savants, notamment ceux avec qui il a fondé l’éphémère Société d’histoire naturelle de Paris : Karl Kunth (1788-1850), Adrien de Jussieu (1797-1853), le comte Hippolyte Jaubert (1798-1874) et Adolphe Brongniart (1801-1876). 11 lui fait également rencontrer des personnages tels que l’homme de lettres Prosper Mérimée (1803-1870), Jean-Jacques Ampère (1800-1864) ou le géologue Léonce Élie de Beaumont (1798-1874). Au Muséum national d’histoire naturelle, Jacques Cambessèdes côtoie Antoine Guillemin (1796-1842)537, Achille Richard (1794-1852), le fils de Louis-Claude Richard (1754-1821), et, surtout, Jacques Gay (1786-1864), son véritable maître et protecteur. Sous sa direction, Jacques Cambessèdes publie son premier article, une Monographie du genre Spiraea (1824)538, qui lui permet de devenir correspondant de la Société d’histoire naturelle de Paris.

353En 1824, Jacques Cambessèdes effectue un voyage botanique dans les Pyrénées, au cours duquel il visite les Landes, le Béarn et le Bigorre. Attiré par des latitudes plus exotiques, Jacques Cambessèdes décide d’aller étudier la géographie botanique des îles Baléares, sur les conseils d’Alexander von Humboldt (1769-1859). Il y récolte des plantes durant tout le mois de juin 1825. Il effectue des relevés barométriques pour son ami Léonce Élie de Beaumont. Il note les mœurs des habitants. Il rentre sur un bâtiment de guerre français chargé d’aller retirer des canons à Dénia, place forte du royaume de Valence. À celte époque, la France apporte un soutien sans limites à la royauté espagnole. Comme Jacques Cambessèdes est alors le seul à parler l’espagnol à bord, le commandant le revêt d’un habit de lieutenant et le charge d’aller négocier avec le gouverneur, sous les regards hostiles du peuple. La mission se déroule sans heurts. Jacques Cambessèdes retrouve Paris en juillet 1825.

  • 539 Cambessèdes (Jacques), Enumeratio plantarum quas in insulis Balearibus earumque circa mare mediterr (...)
  • 540 Alexis de Jussieu (1802-1865) est le cousin germain d’Adrien de Jussieu. Il est le fils benjamin du (...)

354Entre 1825 et 1827, Jacques Cambessèdes étudie ses récoltes des Baléares. Dans son Enumeratio plantarum quas in insulis Balearibus (1827)539 il dresse un inventaire de la flore des îles Baléares et la compare avec celle du pourtour méditerranéen. Avec ses amis parisiens, il continue d’herboriser autour de Paris, à Enghein, Étampes, Montmorency, Fontainebleau. Il effectue également un voyage dans les monts Dores, en compagnie de Jean-Jacques Ampère, Adrien de Jussieu et Alexis de Jussieu540.

  • 541 Saint-Hilaire (Auguste de), Flora Brasiliœ meridionalis, Paris : Belin, 1825-1853, 3 vols.
  • 542 Originaire d’Orléans, Auguste Prouvensal de Saint-Hilaire (1779-1853) effectue des études d’histoir (...)
  • 543 Citons par exemple Cambessèdes (Jacques), “Note sur les Élatinées, nouvelle famille de plantes”,(...)

355Entre 1827 et 1833, Jacques Cambessèdes travaille sur la flore du Brésil. Il collabore à la fameuse Flora Brasiliæ· meridionalis (1825-1853)541 d’Auguste de Saint-Hilaire (1779-1853)542. Avec Adrien de Jussieu, Jacques Cambessèdes est l’un des rares collaborateurs d’Auguste de Saint-Hilaire, dont les manies et l’aigreur de vieux célibataire ont repoussé plus d’un botaniste. L’estime réciproque l’emporte cependant sur les querelles de générations. Jacques Cambessèdes et Adrien de Jussieu sont des collaborateurs efficaces et dévoués de ce vénérable botaniste qui les respecte entièrement. En plus de ce vaste travail, Jacques Cambessèdes publie également d'autres études de botanique descriptive543.

  • 544 Cité par Planchon (Jules-Emile), “Notice nécrologique de Jacques Cambessèdes”, Bulletin de la Socié (...)
  • 545 Si Victor Jacquemont (1801-1832) voyage en Amérique du Nord, il est essentiellement célèbre pour so (...)
  • 546 Jacquemont (Victor), Voyage dans l’Inde pendant les années 1828 à 1832, [descriptions des collectio (...)

356Lorsque survient la révolution de juillet 1830, Jacques Cambessèdes, fondamentalement légitimiste, décide de s’engager dans la Garde nationale. Capitaine en tête de son bataillon, il escorte les anciens ministres de Charles X. Cet intermède militaire prend fin au cours de l’année 1831, lorsqu’il obtient un poste d'aide-naturaliste au Muséum national d’histoire naurelle. Rassuré, Victor Jacquemont peut lui écrire d’Inde le 16 octobre 1831 : “Mon père m’écrivait au mois de mars dernier que vous aviez mis de côté votre grand sabre et vos éperons pour reprendre la loupe, la pointe de canif et la plume. Je ne doute pas que vous n’ayiez retrouvé des charmes à la botanique après l’infidélité que vous lui avez faite en passant”544. À partir de 1833, Jacques Cambessèdes recherche ces charmes dans les collections que Victor Jacquemont a constituées en Inde545. Ce travail occupe Jacques Cambessèdes jusqu’en 1835, date à laquelle il quitte Paris. Joseph Decaisne (1807-1882), professeur titulaire de la chaire des Cultures au Muséum, le terminera546.

  • 547 L’herbier de Jacques Cambessèdes est aujourd’hui conservé à la faculté des sciences de Montpellier, (...)

357À la mort de son père, en 1835, Jacques Cambessèdes doit rentrer dans sa famille pour exploiter les terres dont il a hérité. À la vérité, il est heureux d’effectuer ce retour au pays natal. Il emporte avec lui ses livres et son herbier547, mais cesse toutes ses études de systématique botanique. Jusqu’en 1855, il vit au domaine de Pradines, sur le Causse Noir, près du hameau de Lanuéjols. Il s’installe ensuite définitivement à Férussac, non loin de Pradines, où il est entouré de son épouse, de sa sœur et de son neveu, son héritier. Son exploitation l’occupe entièrement. Il ne se passe pas un jour sans défrichement, épierrement, labours, inspection des moutons ou dépôt d’étalon. Excellent cavalier, il se déplace le plus souvent à cheval. Chasseur passionné, il aime entendre les aboiements de sa meute et le son du cor dans les bois cévenols. Forte personnalité, il ne manque pas de s’impliquer dans la vie locale. Il est élu maire de Lanuéjols en 1855 puis de Meyruis en 1860 ; il est membre de plusieurs sociétés agricoles de la région. Jacques Cambessèdes meurt le 20 octobre 1863, des suites d’une chute au cours de laquelle sa mœlle épinière a été atteinte.

  • 548 Cambessèdes (Jacques), Enumeratio plantarum quas in insulis Balearibus..., op. cit., p. 147.

358Jacques Cambessèdes est l’auteur d’une espèce valide de la flore de France : Merendera filifolia Cambessèdes548, présente aux Baléares, où il l’a découverte en juin 1825, ainsi qu’au Portugal, en Espagne, en Afrique du Nord, et le long du littoral méditerranéen français.

Bibliographie

Planchon (Jules-Émile), “Notice nécrologique de Jacques Cambessèdes”, Bulletin de la Société botanique de France, t. 10, 1863, pp. 543-565.

Adolphe, Théodore BRONGNIART (1801-1876)

  • 549 Cité par Launay (Louis de), Les Brongniart, une famille de savants, Paris : G. Rapilly, 1940, p. 16 (...)

359Adolphe Brongniart naît à Paris le 14 janvier 1801. Il est le fils d’Alexandre Brongniart (1770-1847), professeur de minéralogie au Muséum national d’histoire naturelle, le petit-neveu d’Antoine-Louis Brongniart (1742-1804), pharmacien-chimiste, démonstrateur de chimie au Muséum national d’histoire naturelle, et le petit-fils d’Alexandre-Théodore Brongniart (1739-1813), architecte, créateur de la Bourse de Paris également appelée le palais Brongniart. Par sa mère, il descend d’une ancienne famille de légistes arrageois fixés à Paris au XVIIème siècle. Son grand-père maternel Antoine-Jean Coquebert de Montbret (1753-1825), membre de l’Académie des sciences, est un géographe réputé ; son oncle Ernest Coquebert de Montbret (1781-1801), botaniste de l’expédition d’Égypte, est mort de la peste au Caire le 17 germinal an IX (7 avril 1801). Dès sa plus tendre enfance, sa mère et son père sont soucieux de lui transmettre la meilleure éducation possible. Ils notent consciencieusement ses progrès dans un journal. Promenades, lectures et discussions libres contribuent à faire d’Adolphe Brongniart un adolescent particulièrement curieux et ouvert. En 1817, il effectue en compagnie de son père un voyage naturaliste dans le Jura et la Suisse. Très tôt, Alexandre Brongniart fait bénéficier son fils de ses relations : ainsi, le 13 juillet 1818, note-t-il dans son journal qu’il a travaillé “dans son cabinet avec Adolphe et de Candolle [Augustin-Pyramus de Candolle (1778-1841)] sur les végétaux fossiles”549.

  • 550 C’est à Johann-Jacob Scheuchzer (1684-1758), célèbre pour ses travaux sur les Graminées, que revien (...)

360Il ne fait de doute pour personne que le jeune Adolphe Brongniart doit effectuer des études de médecine. En 1820, cette discipline est encore, avec les éludes de pharmacie, une sorte de parcours obligé pour les apprentis naturalistes – même s’il y a des exceptions. D’une part, on ne ne sait jamais ce que réserve l’avenir, et il vaut toujours mieux pouvoir exercer un métier lucratif, et, d’autre part, la formation médicale comporte alors une solide formation en histoire naturelle. Il commence ses études en 1820 et obtient le grade de docteur en médecine à la faculté de médecine de Paris en 1826. La première passion d’Adolphe Brongniart est la paléobotanique. Elle est la synthèse des différentes influences qu’il reçoit. Son père l’attire naturellement vers la géologie, tandis que son grand-père maternel lui transmet le goût de la botanique. De plus, deux grands savants et amis de son père, Georges Cuvier (1769-1833) et Augustin-Pyramus de Candolle, l’encouragent vivement à étudier les plantes fossiles. Il donnera ses lettres de noblesse à une discipline qui n’en est alors qu’à ses premiers balbutiements550.

FIG. 52 - Brongniart (Adolphe) 1801-1876.

  • 551 Entre 1820 et 1875, Adolphe Brongniart publie cent soixante-sept travaux. On en trouvera une liste (...)
  • 552 Brongniart (Adolphe), “Mémoire sur le Limnadia, nouveau genre de Crustacés”, Mémoires du Muséum nat (...)
  • 553 Brongniart (Adolphe), “Sur la classification et la distribution des végétaux fossiles en général”, (...)
  • 554 C’est en voulant vérifier l’existence de la germination du grain de pollen sur le stigmate chez des (...)

361Entre 1820 et 1827, alors qu’il est étudiant en médecine, Adolphe Brongniart publie dix-sept mémoires, la plupart dans les Annales des Sciences naturelles. Ils portent sur des questions de botanique descriptive, organographie, zoologie, paléobotanique et mycologie551. Son premier article, en 1820, est l’un de ses rares travaux de zoologie : le Mémoire sur le Limnadia, nouveau genre de Crustacés552 a précédemment été lu devant les membres de la Société philomatique de Paris, le 24 juillet 1819. Son premier travail de paléobotanique est lu à l’Académie des sciences le 14 janvier 1822 ; Antoine-Laurent de Jussieu (1748-1836) en fait un rapport très élogieux553. En 1827, il fait paraître un travail de physiologie végétale qui lui vaut de recevoir le prix de physiologie de l’Académie des sciences. Il concerne la question alors très vive de la fécondation chez les plantes. Adolphe Brongniart observe bien la formation des tubes polliniques découverts en 1822 par Giovanni-Battista Amici (1784-1863), directeur de l’Observatoire de Florence, astronome réputé et concepteur de microscopes d’une rare précision, mais il se trompe sur les étapes suivantes de la fécondation. À l’instar de ses prédécesseurs, il pense que le tube pollinique sert au pollen à relâcher à l’extérieur de l’ovule son liquide fécondant, ou fovilla. Ce sont les observations de l’astronome florentin qui se révéleront être justes : le tube pollinique se prolonge jusqu’à l’ovule et le pénètre au niveau du micropyle554.

  • 555 Originaire du Wärmland, Göran Wahlenberg (1780-1851) effectue ses études à l’université d’Uppsala a (...)
  • 556 Originaire de Scanie, Carl-Adolph Agardh (1785-1859) effectue ses études à Lund où il obtient le gr (...)

362Ces années sont également marquées par les voyages qu’Adolphe Brongniart effectue en compagnie de son père et qui lui permettent de rencontrer des savants étrangers. D’avril à septembre 1820, ils visitent l'Italie. De juin à octobre 1824, guidés par le chimiste Jöns-Jakob Berzélius 1779-1848), (ils visitent la Suède. Ils y font la connaissance de Göran Wahlenberg (1780-1851)555, titulaire de la prestigieuse chaire de Botanique de Carl von Linné (1707-1778), à l’université d’Uppsala, et de Carl-Adolf Agardh (1785-1859)556, alors pasteur à Karlstad. Accompagnés d’Antoine-Jean Coquebert de Montbret, de juillet à novembre 1825, ils explorent les îles britanniques. À Londres, ils sont reçus par Robert Brown (1773-1858) et Charles Lyell (1797-1875), professeur de géologie au Collège royal de Londres, dont les travaux influenceront considérablement Charles Darwin (1809-1882).

  • 557 Brongniart (Adolphe), Tableau des genres des végétaux fossiles, Paris : Crochard, 1828-1837, 2 vols (...)
  • 558 Brongniart (Adolphe), “Recherche sur la structure et la fonction des feuilles”, Annales des Science (...)

363L’année 1828 est importante pour deux raisons dans la vie d’Adolphe Brongniart. La première, privée, est son mariage avec Agathe Boitel, qui le soutient toute sa vie et dont la perte, en 1863, l’assombrit particulièrement. La deuxième, professionnelle, est la parution du premier tome de son Tableau des genres des végétaux fossiles (1828-1837)557. Il est le premier à s’intéresser à la classification et à la diversité des végétaux fossiles. Plus des deux tiers des mille deux cents espèces de plantes fossiles connues à la mort d’Adolphe Brongniart auront été décrites par lui. Son but est également de reconstituer l’histoire des flores fossiles. Dès 1828, il met en évidence la succession de quatre grandes périodes : la première, qui va du Primaire à la fin du Houiller (le Carbonifère), est principalement composée de Cryptogames et de Cryptogames vasculaires ; la seconde, ou période du grès bigarré (Permien-Trias), est riche en Fougères et Conifères ; la troisième, qui comprend le Jurassique et le Crétacé, est riche en Cycadées et Fougères ; enfin, la quatrième période, qui correspond à l’Ère tertaire, est riche en Monocotylédones et Dicotylédones. Il est également le premier auteur à concevoir une sortie des eaux pour les plantes. Toute sa vie, il ne s’intéresse qu’aux faits. Pour cette raison, il décrit la succession des flores fossiles sans jamais en tirer d’éventuelles conclusions transformistes ou fixistes. Dans l’introduction de son Histoire des végétaux fossiles, il remercie tous les savants qui lui ont apporté leur aide. Retenons ici : le géologue Léonce Élie de Beaumont (1798-1874), professeur à l’École des mines, l’un des deux réalisateurs de la première carte géologique de France ; François-Sulpice Beudant (1787-1850), successeur de l’abbé René-Just Haüy (1743-1822) à la chaire de Minéralogie de la faculté des sciences de Paris ; Louis Desnoyers (1805-1868), aide-naturaliste puis bibliothécaire au Muséum national d’histoire naturelle ; Armand Dufrénoy (1792-1857), directeur de l’École des mines, second réalisateur de la carte géologique de France ; William-Crawford Williamson (1816-1895), médecin et naturaliste, directeur du Museum of natural history à Manchester ; Léopold von Buch (1774-1853), originaire de Poméranie, l’un des plus ardents explorateurs de la géologie européenne ; ainsi que Charles Lyell, Carl-Adolf Agardh, et son ami narbonnais Tournai. En 1830, Adolphe Brongniart fait paraître une importante élude mêlant organographie et physiologie végétale558. Il démontre les rôles respectifs des stomates dans la respiration et de l’épiderme contre le dessèchement, et met ces fonctions en relation avec la différenciation de la face supérieure (pauvre en stomates et protégée par une épaisse cuticule) et de la face inférieure (riche en stomates et protégée par un mince épiderme) des feuilles des Dicotylédones.

  • 559 Adolphe Brongniart se présente de nouveau à l’Institut en 1832, après la mort de Aubert Du Petit-Th (...)

364En 1830, Adolphe Brongniart connaît sa première expérience de professorat. Georges Cuvier lui a demandé de le remplacer au Collège de France pour ses leçons d’anatomie comparée. La même année, il se présente à l’Institut, en section botanique, sur la place vacante à la mort de Jean-Baptiste de Lamarck (1744-1829). On lui préfère l’explorateur du Brésil Auguste de Saint-Hilaire (1779-1853), qui est élu par vingt-neuf voix contre douze pour Adolphe Brongniart et onze pour Adrien de Jussieu (1797-1753)559. En 1831, il est nommé aide-naturaliste de René Desfontaines (1750-1833), professeur de botanique et de physiologie végétale au Muséum national d’histoire naturelle. Il lui succède en 1833. À partir de cette date, il mène de front ses leçons au Muséum et ses recherches sur la paléobotanique, la systématique et l’anatomie végétale. Il travaille très intensément jusqu’en 1840, date à partir de laquelle il ralentit un peu son rythme. Chaque été, il quitte Paris, qu’il adore, pour Bézu-Saint-Éloi, près de Gisors, dans l’Eure, où son père a fait bâtir une grande demeure.

  • 560 Ludolf-Christian Treviranus (1779-1804) ne doit pas être confondu avec son frère Gottfried-Reinhold (...)

365Les années 1830 et 1840 sont, comme les années 1820, riches en voyages à l’étranger ou dans les provinces de France. Accompagné par son père, Adrien de Jussieu, Jean-Jacques Ampère et Victor Audouin (1797-1841), titulaire de la chaire d’Histoire naturelle des Crustacés et Insectes, au Muséum, et futur époux de sa plus jeune sœur, Adolphe Brongniart visite en 1835 les bords du Rhin, les Pays-Bas et la Belgique. À Bonn, ils rencontrent Ludolf-Christian Treviranus (1779-1804)560, professeur de botanique à l’université de Breslau, Gottlieb-Wilhelm Bischoff (1797-1854), directeur du Jardin botanique de Nuremberg, Johann Link (1767-1851), directeur du Jardin botanique et professeur à l’université de Berlin, ainsi que Robert Brown, alors en voyage sur le continent. En 1836, en compagnie de son père et de Léonce Élie de Beaumont, il visite le pays de Bade, le duché du Wurtemberg et la Bavière – où il rencontre Karl-Friedrich-Philip von Martius (1794-1868), explorateur du Brésil et directeur du Jardin botanique de Munich – avant de rentrer en France par la Suisse. Seul, Adolphe Brongniart explore le Midi en 1844, l’Ouest en 1845, les Vosges et l’Alsace en 1846.

  • 561 Pour la création de la Société botanique de France, le lecteur pourra consulter la biographie consa (...)

366À partir des années 1840, Adolphe Brongniart est unanimement reconnu comme l’un des grands botanistes de son époque. Cette notoriété implique nécessairement d’étroites relations avec d’autres scientifiques. En premier lieu, ce sont ses amis parisiens : Adrien de Jussieu, professeur titulaire de la chaire de Botanique à la campagne, dont il a hérité de son père Antoine-Laurent de Jussieu (1748-1836) ; Henri Milne-Edwards (1800-1885), successeur de Victor Audouin, tous deux explorateurs de la faune marine dans son milieu, futur maître de Henri de Lacaze-Duthiers (1821-1901) qui fondera les stations de biologie marine de Roscoff et de Banyuls-sur-Mer ; Joseph Decaisne (1807-1882), titulaire de la chaire des Cultures, à qui succédera le gendre d’Adolphe Brongniart, Maxime Cornu (1843-1901), auteur d’une centaine d’articles dans le Bulletin de la Société botanique de France ; Achille Richard (1794-1852), professeur de botanique à la faculté de médecine de Paris ; le chimiste et homme d’État Jean-Baptiste Dumas (1800-1884), auteur de plusieurs règles de chimie générale et qui est aussi son beau-frère. Adolphe Brongniart est également en relation avec des scientifiques étrangers : le chimiste Jöns-Jakob Berzélius (1779-1848), Robert Brown, conservateur des collections botaniques du British Museum, le mathématicien et astronome belge Adolphe Quételet (1796-1874), directeur de l’Observatoire de Bruxelles, l’archéologue et naturaliste suédois Sven Nilsson (1787-1883), titulaire de la chaire de Zoologie de l’université de Lund. La notoriété d’Adolphe Brongniart l’amène à assumer plusieurs charges officielles. Entre 1852 et 1872, il est inspecteur général de l’enseignement supérieur pour les sciences naturelles. À ce titre, il est chargé d’inspecter les professeurs de facultés et des recteurs d’académies : à Montpellier, il rend un rapport élogieux sur les botanistes Dominique-Alexandre Godron (1807-1880), recteur de l’académie entre 1851 et 1854, et Jules-Émile Planchon (1823-1888), suppléant du professeur Félix Dunal (1789-1856), ainsi que sur le zoologiste Paul Gervais (1816-1876), ancien élève de Henri de Blainville (1777-1850) et professeur à Montpellier depuis 1845. Autre symbole de sa place dans la botanique française, Adolphe Brongniart est le premier président de la Société botanique de France, en 1854, à laquelle il apporte une caution scientifique considérable561.

FIG. 53 - Session extraordinaire de la Société botanique de France (Millau, 1886). Le quatrième en haut à gauche est Ernest Malinvaud. Le cinquième est Lagrelle. Le neuvième en partant de la gauche, en haut, est Cintract. Le quatrième en haut, en partant de la droite est Guillon.

367À la fin de sa vie, en 1871, Adolphe Brongniart revient à sa première passion, la paléobotanique, qu’il a délaissée durant de nombreuses années. En compagnie de ses élèves Bernard Renault (1836-1904), aide-naturaliste au Muséum à partir de 1876, et François-Cyrille Grand’Eury (1839- ?), ingénieur des mines, qui le poussent à s’occuper de nouveau de plantes fossiles, il effectue des prélèvements dans les gisements houillers des environs de Saint-Étienne. En 1874, ces deux mêmes élèves lui font parvenir des graines de Cycas silicifiées parfaitement conservées de gisements permiens d’Autun et de gisements houillers de Saint-Étienne. Sur ces graines, Adolphe Brongniart observe une cavité chargée de recevoir le pollen pour la fécondation, la chambre pollinique, dont il vérifie l’existence sur des Cycas en culture dans les serres du Jardin des plantes. Cette découverte constitue son ultime travail. Depuis la fin du siège de Paris, en 1871, Adolphe Brongniart ressent des douleurs qui ne cessent de le faire souffrir jusqu’à son décès, le 18 février 1876. Avec lui s’éteint la dynastie des Brongniart : son fils Charles (1859-1899), médecin, publie quelques travaux de zoologie sans réel retentissement ; son fils Édouard et sa fille Jeanne – qui a épousé Maxime Cornu, l’un de ses anciens élèves – se consacreront à la peinture.

  • 562 Brongniart (Adolphe), “Les Orchidées”, in Bory de Saint-Vincent (Jean-Baptiste), Expédition scienti (...)

368Adolphe Brongniart est le premier auteur d’une espèce valide de la flore de France : Dactylorhiza saccifera (Brongniart) Soό, présente dans tout le sud de l’Europe, du Portugal à la Turquie, a été nommée Orchis saccifera et décrite par Adolphe Brongniart à partir d’échantillons récoltés dans des “lieux montueux, particulièrement dans le vallon de Messène et en montant au Taygète”562 lors de l’expédition scientifique de Morée. Le botaniste hongrois Károly-Rezsö Soό von Bere (1903-1980) l’a fait passer du genre Orchis dans le genre Dactylorhiza.

Bibliographie

Brongniart (Adolphe), Notice des principaux mémoires et ouvrages publiés par M. Adolphe Brongniart, Paris : impr. de C. Thuau, [s.d.], 17 p.

Duchartre (Paul), “Liste des travaux publiés par M. Adolphe Brongniart”, Bulletin de la Société botanique de France, t. 23, 1876, pp. 72-81.

Dumas (Émilien), Éloge de MM. Alexandre Brongniart et Adolphe Brongniart, Paris : Firmin-Didot, 1877, 40 p.

Launay (Louis de), Les Brongniart. une famille de savants, Paris : G. Rapilly, 1940, 210 p.

Saporta (Gaston de), “Étude sur la vie et les travaux paléontologiques d’Adolphe Brongniart”, Bulletin de la Société géologique de France, t. 4, 1876, pp. 373-407.

Jacques-Eugène LEBEL (1801-1878)

  • 563 Lebel (Jacques-Eugène), Recherches et observations sur quelques plantes nouvelles, rares ou peu com (...)
  • 564 Le Jolis (Auguste), “Plantes vasculaires des environs de Cherbourg”, Mémoires de la Société des Sci (...)
  • 565 Idem, p. 248.
  • 566 Husnot (Tranquille), Muscologia Gallica, Cahan : chez l’auteur ; Paris : F. Savy, 1884-1892, 316 p. (...)

369Jacques-Eugène Lebel naît en 1801, probablement en Normandie. Nous ignorons le lieu où il obtient le grade de docteur en médecine mais nous savons qu’il exerce toute sa vie la profession médicale à Valognes, dans le département de la Manche, où il décède le 17 novembre 1878. Il est l’auteur des Recherches et observations sur quelques plantes nouvelles, rares ou peu communes de la presqu’île de la Manche (1848)563. Il collabore également à plusieurs ouvrages sur la flore de Normandie. Auguste Le Jolis (1823-1904), président de la Société des sciences naturelles de Cherbourg, dont est membre Lebel (section des sciences médicales), le présente en ces termes dans l’introduction de son catalogue des Plantes vasculaires des environs de Cherbourg (I860)564 : “J’ai reçu des renseignements précieux de M. le Dr. Lebel, de Valognes, qui connaît à fond la végétation de la presqu’île du Cotentin, et qui, plus que personne, est à même de dresser l’inventaire général des plantes de cette contrée”565. Lebel est cité à plusieurs reprises dans cet article. Il a indiqué à Auguste Le Jolis beaucoup de plantes présentes sur les falaises de Carteret et dans l’arrondissement de Valognes, ses lieux d’herborisation les plus fréquents. Il collabore également avec le bryologue Tranquille Husnot (1840-1929), auteur d’une Muscologia Gallica (1884-1892)566. Il lui envoie des mousses de la Manche et de l’Orne et lui signale de nombreuses localités.

  • 567 Le Jolis (Auguste), “Plantes vasculaires des environs de Cherbourg”, art. cit., p. 274.

370Jacques-Eugène Lebel est l’auteur d’une seule espèce valide de la flore de France : Spergularia rupicola Lebel ex Le Jolis567, présente sur les rochers littoraux de l’ouest de l’Europe, du sud du Portugal au nord-ouest de l’Ecosse. Lebel l’a découverte sur le littoral du département de la Manche, où elle est assez commune entre les fissures des rochers.

Henri LECOQ (1802-1870)

371Henri Lecoq naît le 18 avril 1802 à Avesnes, dans le département du Nord. Il commence ses études au collège municipal de la ville mais doit les interrompre au moment de l’invasion de la France par les troupes alliées, en janvier 1814. À cette date, il est déjà passionné par la botanique. En 1816, il entre comme élève apprenti dans la pharmacie d’Avesnes : il y étudie la chimie et la matière médicale. Il s’inscrit en 1819 à l’école de pharmacie de la capitale, mais n’y reste qu’une année. Durant toute l’année 1820, il aide son père dans l’exploitation d’un vaste domaine appartenant à un riche industriel, dans les Ardennes belges, près de Saint-Hubert. Il profite de ce séjour à la campagne pour effectuer des récoltes. En 1821, il décide de poursuivre ses études de pharmacie à Paris. Chaque année il réussit brillamment ses examens. Henri Lecoq s’installe à Clermont en 1826. Il vient d’y obtenir la chaire d’Histoire naturelle qui dépend du Jardin botanique municipal. Il existe autant de versions pour expliquer son départ dans le Massif central que de biographes. André De Vos prétend que c’est grâce à une recommandation de Louis-Joseph Gay-Lussac (1778-1850) que Lecoq a obtenu cette chaire. Ernest Cosson (1819-1889) raconte que le poste a d’abord été offert à l’un de ses camarades qui, déjà employé, le lui a proposé. Maurice Chassagne (1880-1960) établit un scénario plus pittoresque suivant lequel l’annonce de cette chaire était adressée à un certain Le Coq par un courrier arrivé par hasard chez Henri Lecoq qui l’aurait rapporté à son destinataire, qui, ne pouvant pas honorer l’offre, lui aurait tout simplement suggéré de partir à sa place ! Une chose est sûre, quand Henri Lecoq s’installe à Clermont, il n’y connaît personne.

  • 568 L’abbé Pierre-François Lacoste (1751-1826), professeur à la faculté des sciences de Clermont, dirig (...)

372Lorsqu’il obtient la chaire d’Histoire naturelle et la direction du Jardin botanique de Clermont, en remplacement de l’abbé Lacoste (1751-1826)568, Henri Lecoq est déjà un naturaliste avisé. Même s’il n’a pas encore publié de travaux, il a de très solides notions en géologie et en botanique, les deux disciplines qui le passionnent. En 1827, simple formalité, il retourne à Paris pour soutenir une thèse de pharmacie sur des recherches sur la reproduction chez les végétaux. Rapidement, il s’intègre dans la petite communauté savante clermontoise et lui donne un nouveau souffle. Élu membre de l’académie de Clermont le 4 janvier 1827, il fonde dès l’année suivante les Annales scientifiques, littéraires et industrielles de l’Auvergne. Il en est le rédacteur en chef jusqu’en 1856. Il s’impose bientôt comme l’un des naturalistes incontournables de la région. Il est le guide d’Augustin-Pyramus de Candolle (1778-1841) et des géologues britanniques sir Charles Lyell (1797-1875) et sir Roderick Murchison (1792-1871) dans les monts Dômes et les monts Dores, en 1828, Pour le remercier de son accueil chaleureux, Augustin-Pyramus de Candolle lui dédie en 1829 le nouveau genre Lecokia.

  • 569 Lire, par exemple, De lu toilette et de la coquetterie des végétaux (Clermont : Pérol, 1846, 20 p.) (...)
  • 570 Henri Lecoq, qui était alors docteur en pharmacie, doit obtenir le grade de docteur es sciences, ce (...)

373L’année 1830 voit son mariage avec la fille de son ami le docteur Nivet, d’Aygueperse. Pour installer son épouse dans le confort qu’il estime lui devoir, il ouvre une officine et achète un hôtel particulier. Hélas, la jeune femme décède l’année même de leur union. Henri Lecoq ne se remariera jamais. Les sciences, auxquelles il consacre toute sa vie, demeurent son unique réconfort. La gestion de sa boutique lui rapporte une immense fortune qui lui permet d’effectuer autant de voyages qu’il le désire. Ses leçons d’histoire naturelle au Jardin botanique de la ville attirent un large public, séduit par ses dons d’orateur et ses connaissances approfondies. Excellent professeur, il sait faire usage du vocabulaire qui sied à chaque auditoire. Aussi ne manque-t-il pas de soigner la galanterie de son langage s’il se trouve devant une assemblée majoritairement féminine, ce qui, pour son plus grand bonheur, est souvent le cas569. Il dispense également des cours de botanique à l’école de pharmacie et de médecine de Clermont. Un seul changement vient légèrement modifier la vie d’Henri Lecoq : à la création de la faculté des sciences, en 1854, il est nommé titulaire de la chaire d’Histoire naturelle570. Le passage d’une salle municipale à un amphithéâtre universitaire assoit définitivement sa notoriété.

374Tout au long de sa vie, Henri Lecoq ne cesse d’explorer le Massif central et tout spécialement son département, le Puy-de-Dôme. Il procède toujours de la même manière. Il loue une voiture pour quitter la ville et rejoindre un bourg où il loue un gîte. De là, chaque jour, il part en excursion en utilisant un des chevaux de la voiture pour ses déplacements. Il voyage seul la plupart du temps. Facilement enclin à la mélancolie, il éprouve du repos dans la solitude. Tout au plus accepte-t-il la présence de quelques amis chers comme l’abbé Jean-Baptiste Bouillet ou le jeune Martial Lamotte (1820-1883), qui lui succédera au Jardin botanique. L’Auvergne n’est pas son unique destination. Il retourne fréquemment dans le Nord, pour rendre visite à sa famille. Il effectue des voyages dans toute la France, le Piémont, la Suisse, la Hollande, la Belgique. Il va jusqu’à Saint-Pétersbourg, où il est invité pour être membre d’un jury horticole. Tous ces déplacements sont l’occasion de faire des récoltes de plantes, de fossiles, de minéraux et d’animaux. À la fin de sa vie, Henri Lecoq possède d’immenses collections : un herbier de près de cent mille échantillons, cent mille coquilles de mollusques représentant dix mille espèces, de nombreux spécimens de mammifères et oiseaux présents sur le Plateau central de la France, une collection d’œufs des oiseaux d’Europe, et une importante collection d’insectes.

  • 571 Pour une liste complète des publications d’Henri Lecoq, voir Cosson (Ernest), Notice biographique s (...)
  • 572 Lecoq (Henri), Lamotte (Martial), Catalogue raisonné des plantes vasculaires du Plateau central de (...)
  • 573 Personnage sans doute différent de Charles Royer (1831-1883), avocat à Saint-Rémy, dans l’Yonne.
  • 574 Puel (Thimothée), Catalogue des plantes vasculaires qui croissent dans le département du Lot, Cahor (...)
  • 575 Arnaud (Jean-André-Michel), Flore du département de la Haute-Loire, Le Puy : [s.n.], 1825, XIX 4-10 (...)
  • 576 Antoine Delarbre (1724-1813) naît à Clermont. Il effectue ses études de médecine dans la capitale, (...)

375Pour chacun des domaines auxquels il se consacre, la géologie, la météorologie, la botanique, l’agriculture et l’horticulture, Henri Lecoq fait paraître des mémoires dans des revues spécialisées ainsi que des ouvrages de synthèse et de vulgarisation. Ce sont quatre-vingt-dix travaux, dont une vingtaine de livres, qu’il publie régulièrement au long de sa vie571. Nous n’évoquons ici que ses plus importants travaux. Nous commençons par le Catalogue raisonné des plantes vasculaires du Plateau central (1848)572, rédigé en collaboration avec son ancien élève et ami Martial Lamotte. Contrairement à ce que peut laisser entendre le titre, ce livre n’est pas une simple liste de noms de plantes mais bien une flore, c’est-à-dire un ouvrage où les plantes sont décrites en détail. De nombreux botanistes d’autres régions de France figurent dans les remerciements en début d’ouvrage. Leurs envois de plantes permettent la comparaison des spécimens récoltés dans le Massif central avec d’autres spécimens récoltés sur le reste du territoire : Jean-Baptiste Mougeot (1776-1858), de Bruyères, dans les Vosges ; Félix Soyer-Willemet (1791-1867), bibliothécaire en chef de la bibliothèque municipale de Nancy ; Dominique-Alexandre Godron (1807-1880), professeur d’histoire naturelle à la faculté des sciences de Nancy ; Charles Grenier (1808-1875), professeur d’histoire naturelle à la faculté des sciences de Besançon ; Stanislas Desétangs (1801-1876), juge de paix à Troyes puis Bar-sur-Aube, conservateur du Musée d’histoire naturelle de Troyes ; Pierre Fleurot (1772-1849), directeur du Jardin botanique de Dijon ; Joseph Duval-Jouve (1810-1883), principal du collège de Grasse ; Gouget et Édouard Duboc, du Havre, qui leur font parvenir des plantes des côtes de la Manche, ainsi que Clément, Bonjean et Huguenin, qui leur ont envoyé des plantes des Alpes. Viennent ensuite des naturalistes qui ont herborisé dans le Massif central et qui ont communiqué les résultats de leurs récoltes aux auteurs : le célèbre botaniste lyonnais Alexis Jordan (1814-1897) ; Alexandre Boreau (1803-1875), directeur du Jardin botanique d’Angers ; messieurs Salle, de Pont-à-Mousson, de Chaltrait et de Lambertye, ainsi que madame Ricard, de Rouen, qui a effectué divers séjours à Cusset et Vichy. Témoignages de l’émulation floristique auvergnate, sont également remerciés les botanistes locaux qui ont indiqué des localités d’espèces aux auteurs, mis leur herbier à leur disposition et publié des catalogues locaux souvent fort utiles : Royer573, de Montbrizon ; Duvillars, du Puy ; Théodose-Cyriaque Prost (1788-1848), directeur des postes à Mende ; Bayle, directeur des postes à Florac ; Miergue, médecin à Anduze ; Pierre-Hippolyte Pailloux, ancien étudiant de la faculté de médecine de Paris, médecin à Ahun, dans la Creuse ; Raymond Rodde (1811-1857), originaire de Marcenat, dans le Cantal, installé à Saint-Pourçain dans le Bourbonnais ; l’abbé Dubois (1754-1836), curé de Saint-Nectaire où il meurt assassiné ; Bechet, originaire de Cournon, dans la Limagne, médecin à Égliseneuve-d’Entraygues ; le médecin Thimothée Puel (1812-1890), auteur d’un Catalogue des plantes vasculaires qui croissent dans le département du Lot (1845-1853)574 ; et enfin Jean-André-Michel Arnaud, auteur d’une Flore du département de la Haute-Loire (1825)575. Il convient de signaler que ce ne sont pas Henri Lecoq et Martial Lamotte qui font paraître la première flore d’Auvergne. Ce titre revient à l’abbé Antoine Delarbre (1724-1813)576.

  • 577 Lecoq (Henri), Études sur la géographie botanique de l’Europe et en particulier sur la végétation d (...)
  • 578 Voir Drouin (Jean-Marc), L’Écologie et son histoire. Réinventer la nature, 2ème éd., Paris : Flamma (...)
  • 579 Candolle (Alphonse de), Introduction à l’étude de la botanique, Paris : Roret, 1834-1835, 2 vols.
  • 580 Voir Drouin (Jean-Marc), Fox (Robert), “Corolles et crinolines. Le mélange des genres dans l’œuvre (...)
  • 581 Lecoq (Henri), Précis élémentaire de botanique et de physiologie botanique, Paris : Maire-Nyon, 182 (...)

376Les Études sur la géographie botanique de l’Europe et en particulier sur la végétation du Plateau central de la France (1854-1858)577 témoignent de l’intérêt d’Henri Lecoq pour la relation entre la répartition des plantes et les facteurs physiques tels que la météorologie ou la pédologie. L’un de ses mérites en ce domaine est d’avoir établi des critères quantitatifs pour estimer la dominance relative des espèces végétales dans une station donnée. Les conceptions d’Henri Lecoq en géographie botanique sont davantage héritées d’Alexander von Humboldt (1769-1859), membre correspondant de l’académie de Clermont depuis 1825, que d’Augustin-Pyramus de Candolle578. Il s’intéresse en effet davantage aux paysages qu’aux inventaires floristiques. À leur sortie, les Études sur la géographie botanique ne convainquent guère la communauté savante. Elles souffrent autant du style peu académique de l’auteur que de l’Introduction à l’étude de la botanique (1834-1835)579 d’Alphonse de Candolle (1806-1893), le fils d’Augustin-Pyramus de Candolle, où la géographie botanique est magistralement exposée. Les savants n’admettent guère que l’on mêle le vocabulaire spécialisé à des mots d’un tout autre registre. À leurs yeux, la poésie et le romanesque nuisent à la précision scientifique. Les tournures inhabituelles d’Henri Lecoq déroutent ses collègues. S’il s’intéresse à la géographie ainsi qu’à la systématique botanique, Henri Lecoq consacre également une grande partie de son temps à l’horticulture. Son ouvrage De la fécondation naturelle et artificielle des végétaux et de l’hybridation (1845) lui vaut l’honneur d’être placé par Gregor Mendel (1822-1884) parmi les cinq principaux précurseurs des études sur les lois de l’hérédité580. Dans ses ouvrages de vulgarisation botanique, Henri Lecoq se montre soucieux de rédiger des conceptions scientifiques contemporaines et neuves dans un langage accessible à tous. Citons le Précis élémentaire de botanique et de physiologie botanique (1828), Traité des plantes fourragères (1844), La Vie des fleurs (1861) et Le Monde des fleurs (1870)581.

FIG. 54 - Lecoq (Henri) 1802-1870.

  • 582 Lecoq (Henri), Bouillet (Jean-Baptiste), Vues et coupes des principales formations géologiques du d (...)
  • 583 Lecoq (Henri), Carte géologique du département du Puy de Dôme au quarante-millième, Clermont : Cons (...)
  • 584 Lecoq (Henri), Époques géologiques de l’Auvergne, Paris : Baillière et fils, 1867, 5 vols, 170 pls.
  • 585 Lecoq (Henri), Observations météorologiques faites à Clermont-Ferrand, à l’observatoire de Henri Le (...)

377L’autre discipline de prédilection d’Henri Lecoq est la géologie. Afin d’établir une carte géologique détaillée du département, l’un de ses plus chers projets, il effectue de nombreuses excursions dans le Puy-de-Dôme. Parmi les vingt-deux travaux qu’il publie entre 1827 et 1871, trois ont une importance particulière. Les Vues et coupes des principales formations géologiques du département du Puy-de-Dôme (1830)582, rédigées en collaboration avec son ami l’abbé Jean-Baptiste Bouillet, sont le fruit de leurs expéditions communes entre 1827 et 1830 ; la première carte géologique du département du Puy-de-Dôme, au quarante-millième, imprimée aux frais du Conseil général (1863)583 ; les Époques géologiques de l’Auvergne (1867)584, en cinq volumes, rassemblent toutes ses conceptions sur l’histoire géologique de sa région d’adoption. Signalons également que la météorologie, pourtant très contraignante, l’occupe pendant de longues années. Sur les traces du préfet Louis Ramond de Carbonnières (1755-1827), qui faisait des relevés météorologiques et barométriques sur le balcon de l’Hôtel de la préfecture, Henri Lecoq effectue des relevés de températures quotidiens sur un observatoire qu’il a fait construire à cet effet sur le toit de sa demeure585. Ces travaux géologiques et météorologiques lui semblent indispensables. Il veut disposer de données précises quant au climat et au sol de la région dont il étudie la géographie botanique.

  • 586 Eugène Gonod d’Artemare (1831-1899) exerce la profession de pharmacien à Clermont, où il est né. Ve (...)
  • 587 Lecoq (Henri), “Rapport sur les herborisations de la Société botanique de France pendant sa session (...)

378Quand Henri Lecoq est nommé professeur titulaire de la chaire d’Histoire naturelle de la faculté des sciences de Clermont-Ferrand, il est un naturaliste reconnu dans toute la France. En témoignent les sociétés et académies savantes dont il est membre, comme la Société d’horticulture de Clermont, qu’il a participé à créer, la Société d’agriculture de Clermont, la Société d’agriculture de Lyon, la Société zoologique d’acclimatation, la Société géologique de France, la Société des amis des sciences ou encore la Société botanique de France. Cette dernière le charge d’organiser la session extraodinaire de l’année 1855, à Clermont-Ferrand, du 21 au 27 juillet. Conformément à ses statuts, la Société botanique de France doit élire un bureau spécial pour la durée de la session extraordinaire, qui doit être différent du bureau en place pour l’année en cours : Henri Lecoq est élu président ; les vice-présidents sont Martial Lamotte, Jules-Émile Planchon (1825-1888), alors professeur-adjoint de botanique à la faculté des sciences de Montpellier, le comte Hippolyte Jaubert (1798-1874), l'un des membres fondateurs de la Société, et Vaupell, de Copenhague ; le secrétaire est Eugène Gonod d’Artemare (1831-1899)586, alors élève de l’école de pharmacie de Paris. Parmi les membres présents lors de cette session clermontoise, on notera les inséparables Ernest Cosson (1819-1889), Ernest Germain de Saint-Pierre (1815-1885) et Hugh Weddell (1819-1879), ainsi qu’Adolphe Chatin (1813-1901), directeur de l’école de pharmacie de Paris, organisateur d’herborisations dans les environs de la capitale. Les réunions ont lieu dans une salle de l’Hôtel de ville, gracieusement mise à disposition par le maire. Henri Lecoq a dressé le choix des excursions : le puy Crouel le lundi 21 juillet, le puy Pariou et le puy de Dôme le 22, Royat le 23, Randanne et la Croix-Morand le 24, la vallée des Bains, la vallée de la Cour et la gorge des Enfers le 25, les marais de la Dore, le pic du Sancy, la vallée de Chaudefour et le puy Ferrand le 26 et enfin le bois du Capucin et la cascade de la Vernière le dimanche 27587.

379À partir du mois de mai 1870, Henri Lecoq, très affaibli, reste alité. Les soins que lui prodigue son beau-frère ne permettent pas de le guérir. Il décède le 4 août 1870, à son domicile. Le surlendemain, la bataille de Forbach annonce les grandes défaites de l’armée française face aux soldats prussiens. Henri Lecoq a légué toutes ses collections à la ville de Clermont, ainsi que d’importantes sommes d’argent pour les entretenir. Son frère cède son hôtel particulier à la mairie pour la moitié de sa valeur, mais à la condition qu’il devienne un musée municipal : c’est l’actuel musée Lecoq où sont aujourd’hui conservées toutes ses collections.

  • 588 Lecoq (Henri), Lamotte (Martial), Catalogue raisonné des plantes vasculaires du Plateau central de (...)
  • 589 Idem, p. 104.
  • 590 Godron (Alexandre), Monographie des Rubus qui croissent naturellement aux environs de Nancy, Nancy  (...)

380Henri Lecoq est l’auteur de trois espèces valides de la flore de France, décrites en collaboration avec Martial Lamotte dans le Catalogue raisonné des plantes vasculaires du Plateau central de la France. Deux d’entre elles, Euphorbia duvalii Lecoq et Lamotte et Arenaria ligericina Lecoq et Lamotte, ont été découvertes en Lozère : la première dans les “débris calcaires au-dessus de Florac, en montant au Causse Méjean [et à] Mont-Vaillant”588 ; la deuxième “dans les débris calcaires au-dessus de Florac, en montant au Causse Méjean, [dans les] Gorges du Tarn, [et sur les] rochers de la Malène”589. L’Euphorbe de Duval, endémique du sud de la France, est dédiée à Joseph Duval-Jouve, “proviseur du Collège de Grasse, botaniste d’un très grand mérite, et connu dans les sciences naturelles par des travaux divers, et notamment par un mémoire ramarquable sur les Bélemnites”. La Sabline de la Loire, endémique des Cévennes, porte ce nom en raison de la source de la Loire qui est située au nord des Cévennes. La troisième espèce, Rubus godronii Lecoq et Lamotte, a été découverte par Dominique-Alexandre Godron qui en a récolté les premiers spécimens dans les environs de Nancy, qu’il a d’abord rapportés à Rubus wahlbergii Arrhenius, sans avoir pu toutefois en consulter le spécimen type, c’est-à-dire le spécimen d’après lequel le nom d’espèce a été donné590. Après cette vérification indispensable, le botaniste lorrain s’est rendu compte que les échantillons décrits comme des Rubus wahlbergii Arrhenius appartenaient en réalité à une nouvelle espèce et l’a fait savoir à divers botanistes, dont Henri Lecoq et Martial Lamotte. Ces derniers en ayant retrouvé des échantillons en Auvergne, dans les “haies et broussailles près d’Orcines, [à] la Fontaine-du-Berger, à la base du Puy-de-Dôme, [et dans les] bois de la Prada près Saint-Amant-Tallende”, ont décidé de dédier cette espèce à son réel découvreur. La Ronce de Godron est présente dans l’ouest et le centre de l’Europe.

Bibliographie

Chassagne (Maurice), “Le Professeur Henri Lecoq”, Bulletin de la Société botanique de France, t. 75, 1928, pp. 662-670.

Chassagne (Maurice), Inventaire analytique de la flore d’Auvergne, Paris : Paul Lechevalier, 1956-1957, t. 1, pp. XIX-XL.

Cosson (Ernest), Notice biographique sur Henri Lecoq, Paris : typographie Lahure, 1874, 33 p.

De Vos (André), “Notice sur la vie et les travaux de Henri Lecoq”, Bulletin de la Société de botanique de Belgique, t. 10, 1872, pp. 325-333.

Drouin (Jean-Marc), Fox (Robert), "Corolles et crinolines. Le mélange des genres dans l’œuvre de Henri Lecoq (1802-1871)”, Revue de Synthèse, 4ème série, t. 4, 1999, pp. 581-599.

Alexandre BOREAU (1803-1875)

381Alexandre Boreau naît à Saumur le 15 mars 1803. Au cours de son enfance timide et réservée, il se passionne pour les fleurs. Après avoir effectué ses humanités au collège de Saumur, il est placé par sa famille chez un pharmacien d’Angers, un certain Godfroi, en 1820. Pour se distraire de l’art officinal qui ne lui convient guère, Alexandre Boreau suit les cours que Nicaise-Augustin Desvaux (1784-1856) dispense au Jardin botanique municipal. Grâce aux herborisations que son premier maître dirige dans les environs d’Angers et à ses propres excursions autour de Saumur, où il retourne chaque été, Alexandre Boreau se constitue un premier herbier. Il passe ensuite un court et désagréable séjour à Nantes qui lui permet toutefois de s’adonner à quelques promenades botaniques sur les bords de la Loire, puis il décide de partir pour la capitale afin d’y suivre des études de pharmacie. En décembre 1824, il s’installe dans un logement du quartier du Jardin des plantes.

  • 591 L’année même de son admission, sous l’influence de Charles-François Brisseau de Mirbel (1776-1854), (...)

382En plus de ses cours de l’école de pharmacie, Alexandre Boreau fréquente le Muséum national d’histoire naturelle. Il y suit les cours de botanique de René Desfontaines (1750-1833) et les herborisations d’Adrien de Jussieu (1797-1853). Jusqu’à l’obtention de son diplôme de pharmacie en 1828, il suit un parcours irréprochable. Entre 1827 et 1828, il suit également les cours de chimie dispensés par le baron Louis-Jacques Thénard (1777-1857) et Nicolas-Louis Vauquelin (1763-1829), ainsi que les cours de physique de Louis-Joseph Gay-Lussac (1778-1850). En très peu de temps, il s’intègre à la communauté des naturalistes parisiens. Il devient membre de la Société linnéenne de Paris591 en janvier 1827. Il y côtoie de nombreux scientifiques tels que Georges Cuvier (1769-1832), professeur d’anatomie comparée au Muséum, Christiaan-Hendrik Persoon (c. 1761-1836), Charles-François Brisseau de Mirbel (1776-1854), Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent (1778-1846), Joseph-Philippe-François Deleuze (1753-1835), aide-naturaliste de botanique au Muséum, Gérard-Paul Deshayes (1795-1875) et de fervents linnéens comme Arsenne Thiébaut de Berneaud (1777-1850) ou Louis Lefébure (1754-1839). En 1828, c’est une nouvelle vie qui commence pour Alexandre Boreau : il se marie dans sa ville natale puis s’installe à Nevers où il vient d’acquérir une officine.

  • 592 Boreau (Alexandre), Voyage aux Montagnes du Morvan, Nevers : Delavau, 1832, III + 146 p.
  • 593 Boreau (Alexandre), “Description de l’Euphrasia jaubertiana”, Annales des Sciences naturelles, 2ème(...)

383Tout le temps libre que lui laisse son métier, Alexandre Boreau le consacre à sa seule passion, la botanique. Seul ou accompagné de son ami Casimir Saul (1801-1850), originaire de Montpellier, extraordinaire découvreur de plantes rares, il effectue des excursions dans les environs de Nevers : la Sologne bourbonnaise au Sud, le Sancerrois et la Septaine à l’Ouest, le Nivernais à l’Est et, un peu plus loin vers l’Est, le Bazois et le Morvan592. C’est au cours de cette période nivernaise qu’il entre en relation avec le botaniste Jean-Pierre Guépin (1779-1858), médecin à Angers, et, par l’intermédiaire d’un officier d’artillerie, avec le comte Hippolyte Jaubert (1798-1874), riche propriétaire du Berry, futur membre fondateur de la Société botanique de France, à qui il dédiera les différentes éditions de sa Flore du Centre de la France. Dans les années 1830, Alexandre Boreau devient un botaniste respecté : il publie ses travaux dans l’un des plus prestigieux périodiques de l’époque, les Annales des Sciences naturelles, dont la partie botanique est dirigée par Adolphe Brongniart (1801-1876), professeur de botanique au Muséum593. Aucune des espèces nouvelles qu’il décrit au cours de cette période n’est aujourd’hui considérée comme valide : il lui faudra attendre encore quelque temps avant de pouvoir accéder à la postérité botanique.

  • 594 Desvaux (Augustin-Nicaise), Flore de l’Anjou, Angers : Fourier-Mame, 1827, XXXVIII + 369 p.

384En 1837 et 1838, dans le but d’approfondir ses connaissances sur la flore du centre de la France, Alexandre Boreau herborise dans l’Indre, l’Ailier, le Puy-de-Dôme, la Saône-et-Loire, la Côte-d’Or, l’Yonne et le Loiret. Il récolte de nombreuses plantes et recueille de précieuses informations auprès de botanistes locaux avec qui il prend soin de correspondre. Il n’ignore pas que ces relations sont indispensables pour publier une œuvre de grande envergure où de nombreuses localités sont indiquées. C’est au cours de l’année 1838 que son ancien patron d’Angers et son ami Jean-Pierre Guépin lui transmettent leur intention de lui faire obtenir la direction du Jardin botanique municipal d’Angers. Depuis plusieurs années, Nicaise-Augustin Desvaux (1784-1856) a des différends avec la municipalité qui refuse ostensiblement de lui accorder les crédits qu’il demande. Lorsqu’une commission municipale – dont fait partie Jean-Pierre Guépin – est formée en 1838 pour dresser un bilan de sa direction, il se voit dans l’obligation de démissionner de ses fonctions. L’élève remplace alors son ancien maître. Ils n’auront plus aucun rapport. Auteur d’une remarquable Flore de l’Anjou (1827)594, Desvaux ne sera jamais consulté par Boreau. Les activités d’Alexandre Boreau à la direction du Jardin botanique d’Angers sont classiques. Le printemps, il dispense des cours publics de botanique destinés à un auditoire varié. L’été, il organise des promenades botaniques dans les environs d’Angers, au bois de la Haie, à l’étang Saint-Nicolas, dans les landes du Perray ou sur les bords de Loire. Il doit également enrichir et entretenir les collections et la bibliothèque, effectuer de nouveaux aménagements.

  • 595 Boreau (Alexandre), Flore du Centre de la France, 1ère éd., Paris : Librairie encyclopédique Roret, (...)
  • 596 Néraud (Jules), Botanique de l’enfance, [préface de Sand George], Lausanne : G. Bridel, 1847, 220 p
  • 597 Menuisier, René Lemaître (1768-1854) décide de quitter Vierzon pour visiter Londres et l’Angleterre (...)
  • 598 Bautier (Alexandre), Tableau analytique de la flore parisienne, 1ère éd., Paris : Baillière, 1827, (...)
  • 599 Paul Reneaulme (1560-1624), de Blois, ses descendants les deux frères Michel-Louis Reneaulme (1675- (...)
  • 600 Boreau (Alexandre), Flore du Centre de la France, 1ère éd., Paris : Librairie encyclopédique Roret, (...)

385C’est à Angers qu’Alexandre Boreau rédige les dernières pages de sa Flore du Centre de la France (1840)595 qui couvre la Creuse, l’Indre, l’Ailier, le Cher, la Nièvre, la Saône-et Loire, l’Yonne, l’ouest de la Côte-d’Or, le Loiret et le Loir-et-Cher. Cette flore régionale a bénéficié de l’aide de nombreux collaborateurs qui lui ont transmis des plantes en herbier ou indiqué des localités : Pierre Diard (1789-1849), employé des contributions indirectes à Loches, Lefrou, Chariot, pharmacien à Saint-Aignan, et Marcellin Blanchet (1799-1858), médecin à Blois, pour le Loir-et-Cher ; Pelletier, d’Orléans, et Dubouché, pour le Loiret ; Arsenne Thiébaut de Berneaud qui possède l’herbier de Delavaux, riche en plantes des environs d’Avallon, pour le département de l’Yonne ; Leclercq, de Montbard, Lyonnet, de Semur, Lombard, de Saulieu, et Pierre Fleurot (1772-1849), directeur du Jardin botanique de Dijon, pour la Côte-d’Or ; Jules-Émile Carion (1796-1863), médecin à Issy-l’Évêque puis Autun, Étienne Berthiot (1793-1872), de Cluny, Antoine dit Aîné Grognot (1795-1868), du Morvan, Auguste Roidot (1828-1905), d’Autun, Borne, de Charolles, et Chapoteau, de Bourbon-Lancy, pour la Saône-et-Loire ; Causse, médecin à Chavenon, Servant-Beauvais, proviseur du Collège royal de Moulins, Blain, négociant à Moulins, Dénoué, professeur de physique à Moulins, et Ernest Cosson (1819-1889), qui lui a transmis des plantes récoltées dans les environs de Vichy et de Cusset, pour le département de l’Ailier ; Pierre-Hippolyte Pailloux, médecin à Ahun, pour la Creuse ; Jules Néraud (1795-1855), de La Châtre, ancien explorateur de l’île Bourbon (La Réunion) et de Madagascar, auteur de la Botanique de l’enfance (1847)596, préfacée par George Sand (1804-1876), Prosper Faulchier (1806-1877), pharmacien à La Châtre, Nérondes, Reuilly puis Issoudun, pour des plantes de la Brenne, et Gaudon, médecin et beau-frère de Boreau, pour l’Indre ; ses amis le comte Hippolyte Jaubert et Casimir Saul, ainsi que Claude Subert (1766-1843), pharmacien à la retraite, explorateur des environs de Bourges et qui a la fâcheuse habitude de confondre les localités, Théodore Blandin (1797-1885), ancien élève de l’abbé Pierre Blondeau (1765-1841), curé de Plou et professeur au collège de Bourges, explorateur de la Sologne, l’abbé Callier (7-1856), curé de Blet, le médecin Maugenet, de Saint-Amand, madame Normant, d’Aubigny, et René Lemaître (1768-1854)597, de Vierzon, pour des plantes du Cher ; d’Arcy, médecin à Clamecy, Charles Simonnet, de Saint-Pierre, Alexandre-Victor Roussel (1795-1874), de Vauzême, Ernest Germain de Saint-Pierre (1815-1885), qui possède une propriété près de Chantenay-Saint-Imbert, le commandant Capport, et le comte de Moncorps, pour des plantes de la Nièvre. À toutes ces relations, il convient d’ajouter d’autres correspondants qui ont pu donner des avis de systématique botanique à Alexandre Boreau : Auguste de Saint-Hilaire (1779-1853), explorateur du Brésil de 1816 à 1822, Jacques Gay (1786-1864) ainsi que son ami Jean-Pierre Guépin sont les plus importants. Viennent ensuite Frédéric de Girard (1810-1851), médecin à Montpellier, Alexis Jordan (1814-1897), de Lyon, Frédéric Kirschleger (1804-1869), de Strasbourg, Henri Lecoq (1802-1871), directeur du Jardin botanique de Clermont-Ferrand, Joseph-Henri Léveillé (1796-1870), V. Suard, de Nancy, le parisien Maire, Alexandre Bautier, de Rouen, auteur d’un Tableau analytique de la flore parisienne (1827)598 qui connaîtra vingt-deux rééditions, et, enfin, l’abbé Goguelat, curé de Moussy, dans la Nièvre. Alexandre Boreau n’oublie pas de rendre également hommage aux anciens botanistes qui ont travaillé sur la flore du centre de la France et dont il estime être le continuateur599. Dès sa parution, la Flore du Centre de la France est violemment critiquée par le redoutable François-Victor Mérat (1780-1851), médecin à Paris. Il lui reproche la description d’un trop grand nombre d’espèces nouvelles, à juste titre semble-t-il puisqu’une seule d’entre elles est aujourd’hui considérée comme valide : Barbaren intermedia Boreau600, présente dans tout le sud-ouest de l’Europe, est décrite à partir de spécimens récoltés dans les environs d’Autun par le médecin Jules-Émile Carion (1796-1863) et dans les environs d’Ahun par le médecin Pierre-Hippolyte Pailloux.

FIG. 55 - Boreau (Alexandre) 1803-1875.

  • 601 Boreau (Alexandre), Flore du Centre de la France et du Bassin de la Loire, 2ème éd., Paris : Librai (...)
  • 602 Delastre (Charles-Jean-Louis), Flore analytique et descriptive de la Vienne, Poitiers : [s.n.], 184 (...)
  • 603 Boreau (Alexandre), “Catalogue raisonné des plantes phanérogamiques du département du Maine-et-Loir (...)

386À Angers, Alexandre Boreau devient peu à peu l’un des maîtres de la botanique de l’ouest de la France. En témoignent ses nombreux travaux botaniques : entre 1838 et 1875, il fait paraître une cinquantaine de notes de botanique descriptive concernant exclusivement la flore européenne, à l’exception d’un court article consacré à l’Agave américain, et toutes publiées dans le Bulletin de la Société industrielle d’Angers, les Mémoires de la Société d’Agriculture, Sciences et Arts d’Angers ou les Mémoires de la Société académique du Maine-et-Loire. Alexandre Boreau donne également deux nouvelles éditions de la Flore du Centre de la France en 1849 et en 1857601. À partir de la deuxième édition, Alexandre Boreau ajoute les autres départements du Massif central et des pays de Loire. C’est également dans la deuxième édition qu’il adopte avec ferveur les thèses d’Alexis Jordan (1814-1897). La multiplication d’espèces que cette théorie implique ne semble pas lui sourire : aucune des espèces nouvelles décrites dans la deuxième édition n’est aujourd’hui considérée comme valide. L’agrandissement de la zone couverte par la flore nécessite de nouvelles relations. Citons : Toussaint Bastard (1784-1846), ancien directeur du Jardin botanique d’Angers, avec qui il entretient une correspondance assidue ; Charles-Jean-Louis Delastre (1792-1859), sous-préfet à Gien, auteur d’une Flore de la Vienne (1842)602, lui envoie des plantes de la Vienne ; Stanislas Désétangs (1801-1876), conservateur du musée de Troyes, lui fait parvenir des plantes de l’Aube ; le nantais James Lloyd (1810-1896) lui communique des plantes des côtes atlantiques ; Édouard Lamy de La Chapelle (1804-1886), banquier à Limoges, lui transmet les résultats de ses récoltes en Auvergne ; Alexis Jordan lui envoie des plantes du Lyonnais, du Dauphiné, de Corse et de Provence. Pour ses auditeurs du Jardin botanique d’Angers, Alexandre Boreau rédige un Catalogue raisonné des plantes phanérogamiques du département du Maine-et-Loire (1859)603.

  • 604 Parmi ces sociétés, nous citerons la Société linnéenne de Paris, la Société linnéenne de Lyon, la S (...)

387La place prépondérante d’Alexandre Boreau dans la botanique angevine se traduit par son appartenance à de nombreuses sociétés savantes, en tant que membre correspondant ou adhérent604. Les relations qu’il entretient avec d’autres botanistes qui s’adressent à lui pour des envois de plantes du bassin de la Loire en sont également un témoignage. Parmi ces correspondants, en plus de ceux qui ont déjà été évoqués, nous pouvons citer : le genevois Edmond Boissier (1810-1885), spécialiste de la flore d’Espagne et de la flore d’Orient ; Antonio Bertoloni (1775-1869), directeur du Jardin botanique de Gênes ; Armand Clavaud (1828-1890), successeur de Charles Durieu de Maisonneuve (1796-1878) au Jardin botanique de Bordeaux ; Dominique Clos (1821-1980), professeur d’histoire naturelle à la faculté des sciences de Toulouse ; Joseph Decaisne (1807-1882), professeur titulaire de la chaire des Cultures au Muséum national d’histoire naturelle ; Augustin-Pyramus de Candolle (1778-1841) ; Alfred Déséglise (1823-1883), originaire de Bourges, conservateur de l’herbier du Jardin botanique de Genève à partir de 1874 ; Charles Des Moulins (1798-1875), négociant bordelais ; Charles Durieu de Maisonneuve (1796-1878), directeur du Jardin botanique de Bordeaux ; Joseph Duval-Jouve (1810-1883), inspecteur de l’académie d’Alger, Strasbourg puis Montpellier ; Charles Grenier (1808-1875), professeur d’histoire naturelle à la faculté des sciences de Besançon ; Martial Lamotte (1820-1883), successeur d’Henri Lecoq à la direction du Jardin botanique de Clermont ; Louis Leresche (1808-1885), pasteur dans le canton de Vaud ; Victor Personnat, de Saint-Flour ; Ludwig Reichenbach (1793-1879), directeur du Jardin botanique de Dresde ; l’avignonnais Esprit Requien (1788-1851) ; Nicolas-Charles Seringe (1776-1858), directeur du Jardin botanique de Lyon ; Édouard Spach (1801-1879), aide-naturaliste au Muséum national d’histoire naturelle ; Félix Soyer-Willemet (1791-1867), de Nancy ; Édouard Timbal-Lagrave (1819-1888), pharmacien à Toulouse.

388Alexandre Boreau tombe malade au début de l’année 1875. En juin, il est trop faible pour participer aux excursions de la Société botanique de France, alors réunie en session extraordinaire à Angers. Il meurt le 5 juillet 1875. Son herbier est aujourd’hui conservé au Musée d'histoire naturelle d’Angers, aux côtés de ceux de Toussaint Bastard et d’Augustin-Nicaise Desvaux.

  • 605 Boreau (Alexandre), “Revue des espèces de Fumaria, in Duchartre (Paul) (sous la dir.), Revue botan (...)
  • 606 Boreau (Alexandre), Flore du Centre de la France et du Bassin de la Loire, op. cit., 3ème éd., t. 2 (...)
  • 607 Idem, p. 193.
  • 608 Boreau (Alexandre), “Note sur deux espèces d’Alsinées”, in Duchartre (Paul) (sous la dir.), Revue b (...)

389Alexandre Boreau est l’auteur de sept espèces valides de la flore de France. Trois d’entre elles sont dédiées à des amis d’Alexandre Boreau : Fumaria bastardii Boreau in Duchartre605, qu’il signale de Creuse (envois de Pailloux), de Corse, des Asturies (plantes récoltées par Durieu de Maisonneuve) et des environs de Blois, Angers et Paris, est aujourd’hui connue pour être présente dans tout le centre et l’ouest de l’Europe ; Rosa deseglisei Boreau606, découverte par Alfred Déséglise dans le Cher (Mehun, Allogny et au Rhin du Bois), est présente dans tout le centre de l’Europe ; Rubus genevierï Boreau607, récoltée par le pharmacien Gaston Genevier (1830-1880) aux environs de Mortagne, en Vendée, est présente dans tout le centre de l’Europe. Une autre est dédiée à un ami spirituel d’Alexandre Boreau : Spergula morisonii Boreau in Duchartre608, signalée par Alexandre Boreau dans le Morvan, la Dordogne, les environs d’Angers et de Versailles ainsi que dans les Asturies (envois de Charles Durieu de Maisonneuve) et qui est connue aujourd’hui dans tout l’ouest et le centre de l’Europe, est dédiée au célèbre botaniste écossais Robert Morison (1620-1683), directeur du Jardin botanique de Gaston de France, à Blois, de 1649 à 1659.

Bibliographie

Bouvet (G.), “Alexandre Boreau, son autobiographie”. Bulletin de la Société d’Études d’Angers, t. 24, 1896, pp. 31-84.

Bouvet (G.), “Notice biographique sur Alexandre Boreau”, Archives médicales d’Angers, t. 5, 1897, pp. 195-198.

Pietro BUBANI (1806-1888)

390Pietro Bubani naît le 1er octobre 1806 à Bagnacavallo, près de Ravenne, en Émilie. À cette date, cette région fait partie du royaume d’Italie dont le souverain n’est autre que Napoléon. En 1797, elle a été intégrée dans la République cisalpine, l’une des républiques sœurs de la France, qui, devenue la république d’Italie en 1802, prend titre de royaume en 1805. L’empereur ne règne en fait que sur une partie du nord de l’Italie : le Piémont et la Ligurie sont des départements français qui ne tarderont pas à devenir la Toscane et le duché de Parme en 1808, puis les États de l’Église en 1809. Au Sud, le royaume de Naples vient d’être offert par Napoléon à son frère Joseph. C’est donc sous la domination de la France que Pietro Bubani passe son enfance. À la chute de l’Empire, en 1814, l’Italie est de nouveau divisée. La signature finale du Congrès de Vienne, le 9 juin 1815, rend à différents souverains leurs territoires. Le roi de Sardaigne recouvre le Piémont et acquiert l’ancienne république de Gênes ; les Habsbourg d’Autriche ont la Lombardie, la Vénétie, le duché de Parme, Modène et la Toscane ; les Bourbons, restés en Sicile sous l’Empire, remontent sur le trône du royaume de Naples ; enfin, l’Église recouvre quant à elle la Romagne, les Marches, l’Ombrie et la province de Rome. C’est dans un décor d’Ancien Régime que l’adolescence de Pietro Bubani se déroule.

391Face à cette division, un mouvement libéral apparaît rapidement, qui s’engage dans une lutte pour l’unification. C’est l’une des plus importantes sociétés secrètes de ce mouvement, celle des carbonari, qui provoque les insurrections de Naples, en 1820, puis dans le Piémont, en 1821. C’est sans doute à l’université de Bologne, où il étudie la médecine entre 1825 et 1829, date à laquelle il obtient le grade de docteur, que Pietro Bubani entre en relation avec les carbonari. Avec eux, il participe aux insurrections de 1831, qui ont lieu chez lui, en Romagne, mais également à Parme et à Modène. À la demande des souverains respectifs, toutes ces insurrections sont durement réprimées par les armées autrichiennes. Le pape Grégoire XVI, très conservateur, ne se limite pas à cette mesure : il expulse de ses États tous les responsables politiques des agitations. Pietro Bubani, qui fait partie des exilés, passe en Toscane, d’où il ne tarde pas à être également expulsé. Réfugié dans le duché de Lucques, où règne alors le fils de Marie-Louise d’Espagne, il est de nouveau sommé de partir. Il choisit la solution la plus simple. Une brève traversée de la mer Ligurienne le dépose en 1835 sur les côtes de Provence. Après avoir résidé quelques mois à Marseille, il s’installe au début de l’année 1836 à Montpellier. On l’aura deviné, ce choix n’est pas un hasard. Il ne peut ignorer que la ville de Montpellier est l’un des plus grands centres historiques de la botanique. Or c’est par l’étude des plantes que Pietro Bubani entend se consoler de ses misères politiques.

392En peu de temps, Pietro Bubani devient l’ami d’Alire Raffeneau-Delile (1778-1850), directeur du Jardin botanique, et du médecin Frédéric de Girard (1810-1851). Félix Dunal (1789-1856), ancien élève d’Augustin-Pyramus de Candolle (1778-1841) à qui il a succédé à la faculté des sciences et à la faculté de médecine, lui conseille judicieusement de s’intéresser à la flore pyrénéenne, insuffisamment étudiée. Bubani commence son premier voyage dans les Pyrénées le 2 juillet 1836, au départ de Narbonne. Durant dix années, son emploi du temps est invariablement fixé. Chaque été, il explore la chaîne pyrénéenne. L’hiver, il étudie ses récoltes auprès de Félix Dunal ou de Dominique Clos (1821-1908), titulaire de la chaire d’Histoire naturelle de la faculté des sciences de Toulouse, où il peut consulter l’herbier de l’ancien maître de la flore des Pyrénées, le baron de Lapeyrouse (1744-1818). À la fin de cette période, il est en relation avec plusieurs personnalités de la botanique méridionale et plus spécialement pyrénéenne : les landais Léon Dufour (1780-1865), médecin à Saint-Sever, et Ulysse Darracq (1798-1872), pharmacien à Dax, Esprit Requien (1788-1851), botaniste avignonnais, Xavier Philippe (1802-1866), bibliothécaire en chef de la bibliothèque de Bagnères-de-Bigorre, Édouard Timbal-Lagrave (1819-1888), pharmacien à Toulouse, Henri Bordère (1825-1889), instituteur à Gèdre, près de Luz, dans les Hautes-Pyrénées, Louis Deville, des Pyrénées centrales, B. Xatart (1774-1846), pharmacien à Prats-de-Mollo, dans les Pyrénées-Orientales, Francisco Campdera (1793-1862), médecin en Catalogne espagnole.

393À son arrivée à la tête des États pontificaux, le pape Pie IX décide d’amnistier tous les exilés politiques, ce qui lui vaut une considérable popularité mais également de passer pour un pape libéral aux yeux des autres souverains italiens. Pietro Bubani profite de cette clémence papale pour rentrer dans sa famille, à Bagnacavallo, où il emporte toutes ses récoltes. L’embellie politique est de courte durée. Les républicains démocrates tels que Garibaldi ou Mazzini font peur aux souverains qui permettent à l’Autriche de reprendre sa mainmise sur la péninsule. Cette suprématie est complète après la défaite du roi de Piémont-Sardaigne – le seul souverain à désirer une Italie unifiée – contre les armées autrichiennes, en 1849. Sans doute Bubani a-t-il le sentiment de quitter une véritable nation lorsqu’il doit rejoindre de nouveau la France en 1850. 11 lui faudra attendre quelques années pour voir son espoir se réaliser. C’est à Montpellier et dans ses chères Pyrénées qu’il patiente jusqu’en 1862. À Montpellier, il fait la connaissance de Dominique-Alexandre Godron (1807-1880), originaire de Lorraine, recteur de l’académie de Montpellier entre 1851 et 1854. Il occupe son temps exactement de la même manière que lors de son premier séjour. Son vingtième et dernier voyage dans les Pyrénées date de l’été 1861. Pietro Bubani quitte définitivement la France l’année suivante, en 1862.

  • 609 Bubani (Pietro), Flora pyrenaea, Iéd. posthume de Penzig Otto], Milano : Ulrico Hoepli, 1897-1901, (...)
  • 610 Bubani (Pietro), Flora virgiliana, Bologna : P. Bubani, 1869, 135 p.

394Depuis le mois de novembre 1860, Victor-Emmanuel 11 est le souverain du nouveau royaume d’Italie. L’ancien roi de Piémont-Sardaigne règne sur toute la péninsule à l’exception du sud du Tyrol et de la Vénétie, rattachés en 1866, et de la province romaine, acquise en 1870. Napoleon III ayant décidé d’apporter aux Italiens une aide militaire cruciale pour vaincre les Autrichiens, la France recouvre au passage des territoires perdus à la chute du Premier Empire, la Savoie et l’ancien comté de Nice. C’est donc une nation nouvelle et unifiée que Bubani trouve à son arrivée. Aisément installé à Bagnacavallo, il peut enfin commencer l’étude de ses plantes pyrénéennes. Durant près de dix années, il se consacre à la rédaction d’une flore pyrénéenne qui est achevée en 1873. Perfectionniste à l’extrême, soucieux de publier un ouvrage irréprochable, il ne cesse d’apporter des corrections à ses manuscrits. La Flora pyrenaea (1897-1901609) ne sera publiée qu’après sa mort par les soins d’Otto Penzig (1856-1929), originaire de Silésie, citoyen italien en 1882, professeur de botanique à Pavie de 1879 à 1883, à Modène de 1884 à 1886 puis à l’Athanaeum de Gênes à partir de 1887. Le seul ouvrage publié par Bubani du temps de son vivant est une flore consacrée aux plantes citées par Virgile. La Flora virgiliana (1869)610 est un hommage à ce grand poète latin qu’il admire.

  • 611 Bubani (Pietro), Flora pyrenaea, op. cit., t. 1, p. 35.
  • 612 Idem, p. 236.

395Ce sont sans doute son érudition rare et sa passion pour les auteurs antiques qui sont à l’origine de ses conceptions particulières sur les noms des plantes. S’il admet la nomenclature binominale dans son principe, Pietro Bubani rejette la très grande majorité des noms d’espèces et de genres admis depuis les réformes linnéennes. En d’autres termes, il refuse la priorité linnéenne. Sa volonté, qui est presque une obsession, est de retrouver les premiers noms donnés aux plantes, de revenir à l’origine des noms. Ainsi, les noms de plantes indiqués dans la Flora pyrenaea ne sont-ils pas – pour la grande majorité – les noms unanimement utilisés à l’époque, mais les premiers noms donnes aux genres et aux espèces de plantes. Bien que pour cette raison elle soit inutilisable, la Flora pyrenaea est sans doute l’une des flores les plus étonnantes jamais publiées. Pour le nom de la première espèce de sa flore, Pinus abies (qui se trouve également être nommé Pinus abies Linné suivant la nomenclature linnéenne), Bubani cite Homère, Théophraste, Virgile et Pline comme auteurs611. Véritable mine d’or sur l’histoire des noms de plantes, la Flora pyrenaea offre dans chacune de ses pages son lot de surprises. Bubani n’oublie pas non plus les auteurs de la Renaissance et du XVIIème siècle : ainsi notre Parnassia palustris Linné est-elle nommée Enneadynamis polonorum, d’après le nom qui lui a été donné par son premier auteur, Conrad Gesner (1516-1565)612.

  • 613 Idem, t. 3, p. 10.
  • 614 Idem, t. 2, p. 10.
  • 615 Bergeret (Jean), Flore des Basses-Pyrénées, Pau : P. Véronèse, an XI [1803], 2 vols.

396Pietro Bubani est conscient que certains noms de plantes désignent chez les Anciens des plantes qui sont classées aujourd’hui dans des genres éloignés : le terme Sideritis, qui sert à Dioscoride (Ier siècle après J.-C.) à désigner toutes sortes de plantes utilisées pour panser des blessures, en est un bon exemple. D’après Bubani, ces noms ambigus doivent être remplacés par des noms nouveaux. En somme, il refuse qu’un nom puisse avoir des sens distincts suivant les époques auxquelles il est utilisé. Il en résulte la création d’une pléthore de nouveaux noms de genres. Les noms de genres les plus classiques tels que Cardamine, Erigeron, Ligusticum, Scandix, Glaux, Lapsana, Oenothera, lllecebrum ou encore Phleum sont tous remplacés. C’est l’occasion pour Pietro Bubani de rendre hommage à d’autres botanistes : Illecebrum et Oenothera deviennent respectivement Bergeretia613 et Bruynera614, en l’honneur du médecin Jean Bergeret 1751-1813), (auteur d’une Flore des Basses-Pyrénées (1803)615, et d’Abel Bruyner (1573-1665), directeur du Jardin botanique du duc d’Orléans, Gaston de France (1608-1660), à Blois. À l’autorité de Linné, Bubani substitue des règles de nomenclature scrupuleusement guidées par l’histoire. Cette position, bien que légitime, exclue totalement l’aspect pratique de la nomenclature, suivant lequel l’important n’est pas forcément un nom en lui-même mais ce qu’une communauté de scientifiques admet qu’il désigne. On s’en doutera, Bubani n’est suivi par aucun botaniste. Son érudition force l’admiration et son obsession à vouloir rendre justice aux auteurs anciens le rend bien sympathique. Pietro Bubani décède à Bagnacavallo en 1888, avant de pouvoir tenir le chef-d’œuvre de sa vie entre ses mains, non sans lui avoir méticuleusement apporté d’interminables précisions.

  • 616 Anonyme, “M. le comte Jaubert entretient la Société d’une autre découverte, encore plus surprenante (...)
  • 617 Miègeville (Joseph), “Essai de détermination d’une Dioscorinée récemment découverte dans les Pyréné (...)
  • 618 Henri Bordère (1825-1889) vend ses récoltes par l’intermédiaire d’un catalogue où il inscrit toutes (...)

397Pietro Bubani est l’auteur d’une espèce valide de la flore de France : Borderea pyrenaica (Bubani) Miègeville, endémique des Pyrénées qu’il a découverte au cours de l’été 1845 et qu’il a nommée Dioscorea pyrenaica sur des planches d’herbier offertes à son ami Édouard Timbal-Lagrave. C’est le comte Hippolyte Jaubert 1798-1874) (qui, après avoir consulté ces planches, communique cette découverte pour le moins surprenante – aucune espèce de ce genre n’était alors connue en Europe – lors de la séance de la Société botanique de France du 11 novembre 1864616. À la suite de cette annonce, l’abbé Joseph Miègeville (1819-1901), curé de Notre-Dame de la Garaison, dans les Hautes-Pyrénées, publie une note où il classe cette espèce au sein d’un genre nouveau617, le genre Bordered, en hommage à Henri Bordère (1825-1889)618, instituteur à Gèdre, dans les Hautes-Pyrénées. Ce dernier a en effet récolté de très beaux échantillons de cette espèce en août 1865, dans la vallée d’Otal, non loin du port de Boucharo, qu’il a ensuite envoyés à l’abbé Miègeville. Ce dernier en a lui-même trouvé quelques plants abîmés en 1857, au sommet de la vallée de Pinède, près du Mont-Perdu.

Bibliographie

Burdet (Hervé-Maurice), “Introduction”, in Bubani (Pietro), Flora virgiliana, [fac-similé], Koenigstein : Otto Koeltz, 1974, pp. 1-4.

Malinvaud (Ernest), “Un Coup d’œil sommaire sur la littérature botanique pyrénéenne, Bubani et sa Flora pyrenaea”, Bulletin de la Société botanique de France, t. 54, 1907, pp. L-LIII.

Malinvaud (Ernest), “Un Coup d’œil sommaire sur la littérature botanique pyrénéenne, Bubani et sa Flora pyrenaea” Bulletin de la Société botanique de France, t. 55, 1908, pp. XLIV-LIV.

Dominique-Alexandre GODRON (1807-1880)

398Dominique-Alexandre Godron naît le 25 mars 1807, dans une famille modeste de Hayange, une petite ville située près de Thionville. Après la mort de son père, en 1812, son oncle, l’abbé André, se charge de son instruction. Il lui donne quelques leçons de latin, de français et d’allemand. Sur les conseils de l’ancien patron de son père, sa mère le fait entrer en classe de neuvième au collège Stanislas, un établissement parisien privé. Elle l’aurait plus volontiers placé dans un collège de Metz, et son oncle au séminaire. Lorsque ses études secondaires sont achevées, Godron rejoint sa mère qui est gravement malade. À cette date, il est déjà passionné d’histoire naturelle. Pour l’aider financièrement, il prend une place de commis dans les forges où travaillait son père. Le décès de sa mère, quelques mois plus tard, le décide à s’inscrire à la faculté de médecine de Strasbourg. Il trouve en ce choix deux avantages : les études médicales lui permettront d’acquérir de solides connaissances en histoire naturelle et d’exercer une profession salutaire et lucrative.

399Étudiant, Dominique-Alexandre Godron excelle dans toutes les matières. En premier lieu l’histoire naturelle, qui est professée par Chrétien-Geoffroy Nestler (1778-1832), un fervent adepte de la théorie des métamorphoses de Johann-Wolfgang von Goethe (1749-1832), ainsi que la chirurgie et la médecine clinique. Il herborise en de nombreux lieux classiques de la région : le Hohneck et le Champ du Feu, dans les Vosges, où le professeur Nestler emmène souvent ses élèves, dans la Forêt noire, mais également jusqu’au Saint-Gothard, en Suisse. Au cours de ses études, on l’envoie suivre à Metz un stage de médecin-auxilliaire. La dure réalité de la pratique médicale l’amène à envisager son avenir sous un autre jour. Sans pour autant abandonner la médecine, il se rapproche davantage de l’histoire naturelle. Il s’adonne d’ailleurs sans relâche à la botanique descriptive depuis son arrivée à Strasbourg. Il échange ses premières plantes au cours de l’été 1833 avec Alfred Moquin-Tandon (1803-1864), alors professeur d’histoire naturelle à la faculté des sciences de Toulouse. Après l’obtention du grade de docteur, il se marie puis s’installe à Nancy pour y exercer l’art médical.

FIG. 56 - Godron (Dominique-Alexandre) 1807-1880.

  • 619 Pour une liste complète des travaux de Dominique-Alexandre Godron, consulter Godron (Dominique-Alex (...)
  • 620 Godron (Dominique-Alexandre), Flore de Lorraine, Nancy : Grimblot, 1843-1845, 3 vols.

400Une année après son arrivée à Nancy, Dominique-Alexandre Godron obtient un poste de professeur suppléant à l’école de médecine. Il commence par dispenser les cours de chirurgie et d’obstétrique puis, à partir d’octobre 1836, d’histoire naturelle et de matière médicale. En 1837, il est chargé de professer la botanique au Jardin botanique municipal. En 1840, il est élu membre titulaire de la Société royale des sciences, lettres et arts de Nancy, après avoir lu un Essai sur les renoncules à fruits ridés transversalement619. En octobre 1843, il est nommé professeur titulaire d’histoire naturelle à l’école de médecine de Nancy. Il lui faut alors impérativement acquérir le grade de docteur ès sciences, ce dont il s’acquitte le 18 novembre 1844, en défendant une thèse sur l’hybridité dans le règne végétal. Dès son arrivée à Nancy, Dominique-Alexandre Godron fréquente les réunions amicales qui ont lieu au domicile de Félix Soyer-Willemet (1791-1867), bibliothécaire en chef de la bibliothèque municipale de Nancy. Il y acquiert rapidement une place de première importance. Les rares moments de libres que lui laissent ses activités de jeune médecin et de jeune professeur, Godron les consacre à des herborisations dans les environs de Nancy. Sa Flore de Lorraine (1843-1845)620, conçue comme un manuel à destination de ses étudiants, remporte un véritable succès. En 1845, Godron est un botaniste reconnu. C’est à cette date qu’il est associé à la rédaction d’une nouvelle flore de France.

401L’histoire de cet ouvrage commence en 1840 lorsque Joseph Decaisne (1807-1882), professeur titulaire de la chaire des Cultures au Muséum national d’histoire naturelle, et Emmanuel Le Maout (1799-1877), médecin à Paris, qui ont décidé de se lancer dans la rédaction d’une flore de France, demandent à Charles Grenier (1808-1875), professeur d’histoire naturelle à Besançon, de s’associer à eux. Peu de temps après, Charles Grenier demande à son tour à Godron de se joindre à leur équipe. Le fameux duo “Grenier et Godron” naît par l’abandon de Joseph Decaisne et d’Emmanuel Le Maout. Au début, les deux professeurs ne se connaissent quasiment pas, si ce n’est de réputation. À aucun moment ils ne semblent devenir amis, mais ils s’estiment et se respectent.

FIG. 57 - Page de garde de Grenier (Charles), Godron (Dominique-Alexandre), Flore de France, Paris : F. Savy, 1848-1855, 3 vols.

  • 621 Grenier (Charles), Godron (Dominique-Alexandre), Flore de France, Paris : F. Savy, 1848-1855, 3 vol (...)

402Au début de leur collaboration, Dominique-Alexandre Godron se sent d’une constitution plutôt fragile. Pour être tout à fait honnête, il prévient Charles Grenier de ses doutes quant à sa capacité à pouvoir mener à terme un tel chantier. Il est rassuré par son collègue : le travail peut commencer. L’un et l’autre y consacrent dix années de leur vie. Les deux professeurs rédigent leur flore très simplement. Ils se corrigent mutuellement et s’entretiennent par courrier de leurs doutes et de leurs désaccords. Les fascicules de la Flore de France paraissent entre 1848 et 1855621. Si une large part de leur travail consiste en des sorties sur le terrain, ils n’herboriseront jamais ensemble. Godron débute ses explorations en 1845 dans les environs de Montpellier, une région classique et presque mythique en raison des nombreux botanistes qui y ont laissé des traces. Il profite de sa position de recteur de l’académie de Montpellier pour visiter les Pyrénées-Orientales, le mont Ventoux et quelques vallées des Basses-Alpes. Il se rend également à Genève pour consulter l’herbier d’Augustin-Pyramus de Candolle 1778-1841) (en 1849.

  • 622 Cité par Fliche (M.), “Notice sur Dominique-Alexandre Godron”, Mémoires de l’Académie Stanislas, 18 (...)
  • 623 Pour une liste complète des travaux de Dominique-Alexandre Godron, consulter Godron (Dominique-Alex (...)

403Suite à l’application d’une nouvelle loi de l’Instruction publique relative à la création des postes de recteur d’académie, Dominique-Alexandre Godron est nommé recteur de l’académie de Vesoul en 1850, puis, quelques mois plus tard, de l’académie de Montpellier. Dans une lettre adressée à son ami le mycologue Antoine-Joseph Mougeot (1815-1889), le fils du naturaliste vosgien Jean-Baptiste Mougeot (1776-1858), il se plaint d’être débordé par le travail administatif qu’impose sa fonction : “Chaque jour apporte avec lui sa peine, traduisez : une masse de paraphes. J’aimerais mieux voir arriver chaque matin un tas de foin, cela irait mieux à mes appétits phytophages. Mais hélas ! ma loupe s’ennuie et mon Koch se couvre de poussière”622. Il devient rapidement l’ami des botanistes de Montpellier : Félix Dunal (1789-1856), professeur titulaire de botanique à la faculté des sciences, Jules-Émile Planchon 1823-1889), (suppléant de Félix Dunal, et qui remplace Godron à la chaire de Nancy entre 1850 et 1853, ainsi que l’exilé italien Pietro Bubani (1806-1888), actif explorateur des Pyrénées. Une intrigue politique menée contre lui et à son insu lui permet de pouvoir retourner à ses chères études en 1854 : “Fais ce que doit – écrit-il dans son journal –, advienne que pourra ; ce qui n’est pas toujours politique mais ce qui du moins est honnête”. La même année, en 1854, Godron est nommé professeur d’histoire naturelle à la faculté des sciences de Nancy, qui vient d’être créée. La première année, les cours se déroulent dans les locaux du Jardin botanique municipal dont il est également le directeur. Dans le même temps, il accepte la lourde tâche d’installer la faculté. Il s’occupe de tout, des plans des bâtiments aux ouvrages à commander pour la bibliothèque, en passant par la conception et la réalisation du cabinet d’histoire naturelle, sans oublier toutes les démarches pour obtenir des fonds du ministère. Cela ne l’empêche cependant pas de continuer de publier des travaux en botanique (organographie, tératologie, physiologie, systématique et géographie botanique), zoologie, géologie ou anthropologie623. Pour cette dernière discipline, il est un fervent préhistorien. Adepte des conceptions de Jacques Boucher de Perthes (1788-1868), il est le premier à trouver des os humains fossiles en Lorraine.

404En 1871, après avoir accompli dix-sept années de bons et loyaux services à la faculté des sciences et au Jardin botanique de Nancy, le professeur Godron prend sa retraite, pour laisser la place à de jeunes confrères chassés par l’Allemagne, comme il dit alors, et sans doute également à cause d’une certaine fatigue. Après le décès de sa femme, qui survient à peine quelques semaines après sa retraite, il ne quitte pour ainsi dire plus Nancy, où sa fille prend soin de lui. De temps à autre, il rend visite à son fils installé à Lorient, où, pour se distraire, il fait quelques études floristiques. Un ultime honneur vient couronner sa carrière en 1877 lorsqu’il est nommé correspondant de l’Académie des sciences à la place de Thémistocle Lestiboudois (1797-1876), ancien professeur à la faculté des sciences de Lille. Sa santé se dégrade ensuite peu à peu. Dominique-Alexandre Godron meurt le 16 août 1880 à Nancy. Son principal biographe, qui fut également l’un de ses élèves, le décrit comme un homme doux, bienveillant, modeste et qui avait un sentiment profond du devoir.

  • 624 Grenier (Charles), Godron (Dominique-Alexandre), Flore de France, Paris : F. Savy, 1848, t. 1, p. 1 (...)
  • 625 Villars (Dominique), Histoire des plantes du Dauphiné, Grenoble : chez l’auteur ; Paris : Prévost ; (...)
  • 626 Grenier (Charles), Godron (Dominique-Alexandre), Flore de France, Paris : F. Savy, 1853, t. 2, p. 5 (...)

405Dominique-Alexandre Godron est l’auteur, en collaboration avec Charles Grenier, de neuf espèces valides de la flore de France. Une seule a été nommée et décrite à partir de ses propres récoltes : Androsace chaixii Grenier et Godron624, présente dans les montagnes du sud-est de la France. Cette espèce a tout d’abord été confondue avec Androsace septentrionalis Linné par Dominique Villars (1745-1814) qui, dans le deuxième volume de son Histoire des plantes du Dauphiné (1786-1789)625, la signalait dans la forêt de Loubet, près des Baux, paroisse de l’abbé Chaix (1730-1799), où ce dernier en avait récolté quelques plants. D’autres échantillons ont été retrouvés par Godron sur le mont Ventoux et par Joseph Duval-Jouve (1810-1883), principal du collège de Grasse, dans les environs de Castellane, dans le département du Var. Ce sont ces nouvelles récoltes qui ont permis à Grenier et Godron de distinguer cette espèce d’Androsace septentrionalis Linné. Ils l’ont dédiée à Dominique Chaix, même si, d’après Villars, le botaniste bâlois Jean Bauhin (1541-1612) en avait récolté les premiers spécimens. Les autres espèces ont toutes été nommées et décrites soit à partir de récoltes effectuées par Charles Grenier soit à partir d’échantillons qui leur avaient été communiqués par des récolteurs : ainsi, Myosotis soleirolii Grenier et Godron626, endémique de Corse, est-elle dédiée à Joseph-François Soleirol (1781-1863), capitaine du génie à Calvi, qui en a récolté les premiers échantillons au Monte-Rotundo, la seule localité connue par Godron et Grenier.

Bibliographie

Fliche (Paul), Notice sur Dominique-Alexandre Godron, Nancy : Berger-Levrault, 1887, 87 p.

Godron (Dominique-Alexandre), Notice sur les travaux de Dominique-Alexandre Godron, Nancy : Vagner, 1872, 12 p.

Hippolyte HANRY (1807-1893)

  • 627 Hanry (Hippolyte), Prodrome d’histoire naturelle du département du Var, Botanique, Draguignan : [s. (...)
  • 628 Hanry (Hippolyte), Catalogue des Mousses et des Hépatiques de la Provence, Aix : Remondet-Aubin, 18 (...)

406Hippolyte Hanry naît le 15 juin 1807 à Casale Monferrato, dans le Piémont, où travaille alors son père, originaire de Fox-Amphoux, dans le Var. Depuis 1797, le Piémont est occupé par la France. Depuis 1802, il est le département du Pô. Nous ne savons pas si Hippolyte Hanry décide ou non de quitter le Piémont lorsqu’il redevient possession de la maison de Savoie, à la chute de l’Empire, en 1814. Une seule chose est sûre, il s’installe en 1831 dans le Var, au Luc, où il est juge de paix. Là, il s’adonne à la botanique. Il herborise autour du Luc, de Grasse et dans le massif des Maures. En 1853, il rédige un catalogue de deux mille six cent cinquante Phanérogames et Fougères présentes dans le Var627. On lui doit également un Catalogue des Mousses et des Hépatiques de la Provence (1867)628. Hippolyte Hanry décède au Luc en 1893.

  • 629 Hanry (Hippolyte), Prodrome..., op. cit., p. 169.

407Hippolyte Hanry est l’auteur d’une espèce valide de la flore de France, Viola jordanii Hanry629, qu’il a découverte à Aujs et au Cannet du Luc, et dédiée au botaniste lyonnais Alexis Jordan (1814-1897). Cette espèce est aujourd’hui connue dans le sud et le centre de l'Europe, du sud-est de la France à la Crimée.

Jean, Charles, Marie GRENIER (1808-1875)

  • 630 Grenier (Charles), “Souvenirs botaniques des Eaux-Bonnes”, Actes de la Société linnéenne de Bordeau (...)

408Charles Grenier naît le 4 novembre 1808 à Besançon. Après avoir effectué de brillantes études secondaires, il s’inscrit à l’école de médecine de Besançon où il obtient le grade de docteur en 1836. Comme beaucoup de jeunes gens de cette époque, Charles Grenier suit des études médicales pour assurer son avenir et pour suivre des leçons d'histoire naturelle. Pour fêter l’obtention de son doctorat, il passe l’été 1836 dans les Pyrénées, dans les environs des Eaux-Bonnes. Il explore le pic de Gère, le col d’Arbas, le Mont-Laid ou encore le col de Tortès. Il y rencontre Léon Dufour (1780-1865), médecin à Saint-Sever, dans les Landes, qui l’accompagne pour plusieurs excursions. À son retour à Besançon, il rédige son premier article scientifique, les Souvenirs botaniques des Eaux-Bonnes (1837)630 Pour son plus grand bonheur, Charles Grenier n’exercera jamais la médecine : il est nommé professeur d’histoire naturelle à l’école de médecine de Besançon dès l’année 1837.

  • 631 Grenier (Charles), Monographia de Cerastio, Vesontione : ex typis Outhenin-Chalandre filii, 1841, 9 (...)
  • 632 Grenier (Charles), Géographie botanique du département du Doubs, Strasbourg : impr. G. Silberman, 1 (...)

409Entre 1838 et 1843, Charles Grenier rédige neuf travaux de systématique botanique qui paraissent dans les Comptes-Rendus de l’Académie des Sciences de Besançon et les Mémoires de la Société d’Émulation du Doubs. Cette dernière société est créée en 1841. Charles Grenier en est l’un des membres fondateurs et son président est le comte Udressier, un notable local. La plus conséquente de ces premières contributions est la monographie du genre Cerastium (1841)631. C’est également à cette époque, en 1840, que naît la collaboration entre Charles Grenier et le professeur de l’école de médecine de Nancy, Dominique-Alexandre Godron (1807-1880), pour la rédaction d’une nouvelle flore de France. Ce projet les occupera quinze années. En 1844, Charles Grenier obtient le grade de docteur ès sciences à la faculté des sciences de Strasbourg grâce à un ouvrage sur la Géographie botanique du département du Doubs (1844)632. En 1845, il épouse mademoiselle Demesmay, la fille d’un avocat réputé, conseiller à la Cour de Besançon. La même année, il est nommé titulaire de la chaire de Zoologie et de Botanique de la faculté des sciences de Besançon qui vient tout juste d’être créée.

  • 633 Grenier (Charles), “Voyage botanique dans les Alpes du Dauphiné”, Comptes-Rendus de l’Académie des (...)
  • 634 Grenier (Charles), Godron (Dominique-Alexandre), Flore de France, Paris : F. Savy, 1848-1855, 3 vol (...)

410À partir de 1845, Charles Grenier partage son temps entre ses cours, l’entretien d’un cabinet d’histoire naturelle pour ses étudiants, la rédaction de ses différents travaux, des voyages botaniques – il explore notamment le Dauphiné en août 1848633 – et sa vie de famille. Pour réaliser leur Flore de France (1848-1855)634, les deux professeurs bénéficient de l’aide de deux célébrités : le parisien Jacques Gay (1786-1864), qui possède l’un des plus riches herbiers pour la flore de France, et Félix Soyer-Willemet (1791-1867), conservateur en chef de la bibliothèque municipale de Nancy, grand ami de Godron, et excellent connaisseur de la flore de France. Les plantes qui leur sont communiquées par des botanistes et des récolteurs de plantes sont également une aide précieuse sans laquelle l’ouvrage n’aurait sans doute pas pu être réalisé. L’herbier de Charles Grenier, conservé aujourd’hui au Muséum national d’histoire naturelle, témoigne de ces précieuses relations. Citons : Honoré Ardoino (1819-1874), de Menton, pour des plantes des Alpes-Maritimes ; Auguste Barrandon (1814-1897), pour des plantes de l’Hérault ; Constant Billot (1796-1863), professeur d’histoire naturelle au collège de Haguenau, pour des plantes d’Alsace ; le genevois Edmond Boissier (1810-1885) pour des plantes de Suisse et d’Orient ; Alexandre Boreau (1803-1875), directeur du Jardin botanique d’Angers, pour des plantes du centre de la France ; Jean-Daniel Buchinger (1803-1883) pour des plantes des environs de Strasbourg ; le parisien Ernest Cosson (1819-1889) et Gaetano Durando (1811-1892), pharmacien à l’hôpital d’Alger, pour des plantes d’Algérie ; Joseph Duval-Jouve (1810-1883), principal du collège de Grasse, pour des plantes des environs de Strasbourg et Montpellier ; Gaston Genevier (1830-1880), pharmacien à Mortagne, en Vendée, pour des plantes de l’ouest de la France ; Alexis Jordan (1814-1897) et Charles Ozanon (1835-1909), propriétaire à Saint-Émiland, près d’Autun, pour des plantes du Lyonnais ; Jean-Louis Kralik (1813-1892), explorateur de la Corse et de l’Algérie ; Henri Loret (1811-1888), conservateur de l’herbier de Montpellier, pour des plantes de l’Hérault ; Henri Lecoq (1802-1871), directeur du Jardin botanique de Clermont, et son successeur Martial Lamotte (1820-1883), pour des plantes d’Auvergne ; Henri de Larambergue (1809-1883) pour des plantes du Tarn ; Alexandre-Louis-Simon Lejeune (1779-1858), médecin à Verviers, pour des plantes de Belgique ; Giuseppe De Notaris (1805-1877), directeur du Jardin botanique de Gênes, pour des plantes d’Italie ; Jacques-Eugène Lebel (1801-1878), médecin à Valognes, dans la Manche, et Auguste Le jolis (1823-1904), négociant, pour des plantes de Normandie ; Eugène Perrier de La Bâthie (1825-1916) et André Songeon (1826-1905) pour des plantes de Savoie ; George-François Reuter (1805-1872) pour des plantes des environs de Genève ; Esprit Requien (1788-1851) et le capitaine Joseph-François Soleirol (1781-1863), pour des plantes de la Corse ; Charles Royer (1831-1883), avocat à Saint-Rémy, près Montbard, pour des plantes de la Côte-d’Or ; Alphonse Trémeau de Rochebrune (1834-1912), originaire de la Vienne, ancien médecin colonial à Saint-Louis du Sénégal, aide-naturaliste au Muséum national d’histoire naturelle, pour des plantes des Charentes ; Édouard Timbal-Lagrave (1819-1888), pharmacien à Toulouse, pour des plantes des Pyrénées ; et enfin Christian von Steven (1781-1863), directeur du Jardin botanique de Nikita, pour des plantes de Crimée.

FIG. 58 - Grenier (Charles) 1808-1875.

  • 635 Grenier (Charles), Flore de la Chaîne jurassique, Paris : F. Savy, 1865-1869, 2 vols.

411Entre 1855 et 1865, Charles Grenier effectue des excursions botaniques dans tout le Jura qui aboutissent à la Flore de la Chaîne jurassique (1865-1869)635. En 1869, date de la publication du deuxième volume de cet imposant ouvrage, Charles Grenier est nommé doyen de la faculté des sciences de Besançon. La consécration vient également de la Société botanique de France : Charles Grenier assure la présidence de la session extraordinaire de Pontarlier en 1869. Cette année est malheureusement le début de ses souffrances physiques qui ne cessent de l’accompagner jusqu’à son décès, le 9 novembre 1875. Craignant de mourir subitement, il lègue en 1869 son riche herbier au Muséum naturelle d’histoire naturelle de Paris.

  • 636 Grenier (Charles), “Observations botaniques sur des plantes de France”, Comptes-Rendus de l’Académi (...)

412Charles Grenier est l’auteur de quinze espèces valides de la flore de France. Trois d’entre elles ne doivent leur nom qu’à Charles Grenier : Thalictrum macrocarpum Grenier636, endémique des Pyrénées centrales et occidentales, a été découverte par Charles Grenier au cours de son voyage dans les Pyrénées, en 1836 ; d’abord confondue avec Thalictrum majus Jacquin, il l’en a ultérieurement distinguée sur les conseils de Jacques Gay.

  • 637 Grenier (Charles), Godron (Dominique-Alexandre), Flore de France, op. cit., 1848, t. 1, p. 32.
  • 638 Idem, p. 540.

413Neuf espèces ont été nommées en collaboration avec Dominique-Alexandre Godron. Certaines ont été découvertes par Grenier lors de ses récoltes : Ranunculus aduncus Grenier et Godron637, présente dans le sud-ouest des Alpes et dans l’est des Pyrénées, a été découverte dans le Dauphiné, au Mont-Aurouse, au Mont-Séuse et au col de Vars. Pour d’autres, Grenier a seulement découvert l’une des localités alors connues : Potentilla delphinensis Grenier et Godron638, endémique du sud-ouest des Alpes françaises, a été récoltée par Clément au Mont-Viso et par Grenier au bord du ravin du Lautaret. D’autres, dont il a été question dans la biographie consacrée à Godron, ont été nommées à partir de plantes récoltées par d’autres botanistes.

  • 639 Il ne faut pas confondre Mathieu-Yves Philippe avec Xavier Philippe (1802-1866), bibliothécaire en (...)
  • 640 Grenier (Charles), Philippe (Mathieu-Yves), “Recherches sur quelques Orchidées des environs de Toul (...)
  • 641 Idem.

414Charles Grenier a nommé une espèce en collaboration avec Mathieu-Yves Philippe (18101869)639, – jardinier en chef du Jardin botanique de la marine de Saint-Mandrier, à Toulon : Ophrys arachnitiformis Grenier et Philippe640, présente dans tout l’Ouest de la région méditerranéenne, a été découverte dans les “collines incultes des environs de Toulon”641 par Philippe.

  • 642 On trouvera une très courte note sur Bernard dans Bonnet (Edmond), “Essai d’une bio-bibliographie b (...)
  • 643 Originaire de Saint-Julien, dans le comté de Montbéliard, alors dans le duché du Würtemberg, Pierre (...)
  • 644 Grenier (Charles), Godron (Alexandre), Flore de France, op. cit., 1853, t. 2, p. 443.
  • 645 Idem, 1848, t. 1, p. 117.

415Charles Grenier est également l’auteur, en collaboration avec un certain Bernard, de deux espèces valides de la flore endémique de Corse et de Sardaigne. On sait bien peu de choses sur cet homme, si ce n’est qu’il était employé dans l’administration des contributions indirectes642. C’est certainement à ce titre qu’il a séjourné en Corse entre 1841 et 1843. Il ne semble pas avoir signé de travaux et serait sans doute totalement oublié s’il n’était cité à plusieurs reprises dans la Flore de France de Charles Grenier et Dominique-Alexandre Godron. Il ne doit pas être confondu avec le botaniste Pierre-Frédéric Bernard (1749-1825)643, jardinier des ducs du Würtemberg. Charles Grenier et Bernard sont les auteurs de Pinguicula Corsica Bernard et Grenier in Grenier et Godron644, uniquement présente en Corse, et d’Alyssum robertianum Bernard et Grenier in Grenier et Godron645, présente en Corse et en Sardaigne. Elles ont toutes les deux été découvertes par Bernard lors de ses explorations : les localités signalées pour Pinguicula Corsica sont les monts Rotundo, Cinto, d’Oro et Cagno.

Henri GAZEL DE LARAMBERGUE (1809-1883)

  • 646 Anonyme, “Séance du 26 novembre 1856”, Procès-Verbaux des Séances de la Société littéraire et scien (...)

416Henri de Larambergue naît en 1809, certainement dans l’arrondissement de Castres, dans le Tarn. Nous ignorons tout de sa jeunesse et de sa formation en histoire naturelle. La liste des membres fondateurs de la Société littéraire et scientifique de Castres nous apprend qu’il possède des terres, comme les botanistes Casimir Arvet-Touvet (1841-1913), dans le Dauphiné, ou Jacques Cambessèdes (1799-1863), dans les Cévennes. Nous n’avons pas d’autres traces que celles qui sont inscrites dans les Procès-Verbaux des Séances de la Société littéraire et scientifique de Castres. Cette société savante est créée le 26 novembre 1856 pour “favoriser autour d’elle l’amour de l’étude, et de développer le mouvement intellectuel en s’occupant de travaux relatifs : 1°) à la littérature, 2°) à l’histoire et à la philosophie, 3°) à l’archéologie et aux beaux-arts, 4°) aux mathématiques pures et appliquées, 5°) aux sciences physiques et naturelles’’646. Henri de Larambergue est l’un des vingt-neuf membres fondateurs, parmi lesquels on trouve également quatre autres propriétaires, six professeurs du collège de Castres, cinq avocats, deux juges, un procureur, trois médecins, un pharmacien, deux ecclésiastiques, un ancien sous-préfet, deux militaires et un ingénieur. Dès sa création, la Société de Castres compte une éminente figure de l’histoire naturelle parisienne : Armand de Quatrefages (1810-1892), professeur d’anthropologie au Muséum national d’histoire naturelle, est membre honoraire. Citons quelques membres correspondants : Arcisse de Caumont (1801-1873), l’un des personnages centraux dans l’histoire des sociétés savantes en France, le poète provençal Frédéric Mistral (1830-1914), ainsi que Dominique Clos (1821-1908), professeur d’histoire naturelle à la faculté des sciences de Toulouse, et Édouard Timbal-Lagrave (1819-1888), pharmacien à Toulouse, respectivement nommés correspondants lors des séances du 17 décembre 1858 et du 25 mai 1860 sur la proposition de Henri de Larambergue. C’est dans les cinq premiers volumes des Procès-Verbaux des Séances de la Société littéraire et scientifique de Castres, entre 1857 et 1861, que Henri de Larambergue fait paraître tous ses travaux scientifiques. Il ne signe aucun article dans le sixième et dernier volume, en 1867.

  • 647 Larambergue (Henri de), “Note sur l’hybridation des plantes”, Procès-Verbaux des Séances de la Soci (...)
  • 648 Larambergue (Henri de), “Sur une nouvelle espèce d'Iberis proposée par Louis Deville”, Procès-Verba (...)
  • 649 Larambergue (Henri de), “Note sur trois pierres des environs de Castres”, Procès-Verbaux..., t. 5, (...)
  • 650 Larambergue (Henri de), “Note sur certaines plantes de l’arrondissement de Castres”, Procès-Verbaux (...)
  • 651 Larambergue (Henri de), “Essai de géographie botanique du Tarn (première partie)”, Procès-Verbaux.. (...)

417Henri de Larambergue est l’auteur de huit travaux d’importance inégale. Quatre d’entre eux, qui sont des comptes rendus de ses lectures, ne présentent qu’un faible intérêt647. 11 convient d’y ajouter la communication d’un travail qui lui a été transmis par Louis Deville, pour lecture devant les membres de la Société648. Une autre de ces notes, bien que basée sur des observations personnelles, ne présente également d’intérêt que pour l’histoire locale649. En somme, seulement deux de ses travaux nous importent ici. Dans la Note sur certaines plantes de l'arrondissement de Castres (1859-1860)650, il donne une liste de quatre-vingt-douze espèces de plantes rares ou peu connues des environs de Castres. Dans l’Essai de géographie botanique du Tarn (1860-1861)651, il donne des listes de plantes que l’on trouve dans les trois grandes zones ou régions du département du Tarn, à savoir les plaines, les coteaux et les montagnes. N’étant pas géologue lui-même, il ne fait guère de liens entre la nature géologique des sols et les espèces présentes dans les milieux, même s’il est convaincu de l’étroitesse des relations entre ces différentes observations. Il indique avoir observé dans le Tarn mille sept cent quatre-vingt-deux espèces, dont mille cinq cent vingt-quatre cotylédones (Angiospermes) et deux cent cinquante-huit acotylédones (Gymnospermes et Ptéridophytes). La plupart des localités qu’il signale sont nouvelles pour le département : ainsi en est-il pour Fritillaria pyrenaica Linné qu’il est le premier à signaler dans le Tarn. Henri de Larambergue décède en 1883, vraisemblablement dans les environs de Castres.

  • 652 Larambergue (Henri de), “Note sur certaines plantes de l’arrondissement de Castres”, art. cit., p.  (...)
  • 653 Idem.

418Henri de Larambergue est l’auteur d’une espèce valide de la flore de France : Leucanthemum subglaucum Larambergue652, présente dans le sud du Massif central et les Alpes-Maritimes. Il l’a découverte en juin 1859, en compagnie de Victor Contié, professeur au collège de Castres, membre ordinaire nommé de la Société littéraire et scientifique de Castres, “dans les rochers les plus élevés au sommet de la montagne boisée, qui domine les ruines de l’ancien ermitage de Burlats, près Castres”653. Il a ensuite retrouvé cette espèce lors d’une excursion botanique à Saint-Véran, en Aveyron.

Frédéric de GIRARD (1810-1851)

419Frédéric de Girard naît en 1810. Son lieu de naissance, sa jeunesse et son milieu familial nous sont inconnus. Il effectue ses études de médecine à Montpellier où il reçoit le grade de docteur à la fin des années 1830. Ses premiers maîtres sont Alire Raffeneau-Delile (1778-1850), ancien botaniste de l’expédition d’Égypte, directeur du Jardin botanique, et Félix Dunal (1789-1856), l’un des plus fidèles disciples d’Augustin-Pyramus de Candolle (1778-1841), à qui il a succédé à la chaire d’Histoire naturelle de la faculté de médecine. Au cours de ses études, il se lie également à Alfred Moquin-Fandon (1804-1863), originaire de Montpellier, ancien élève de Félix Dunal, professeur de botanique à la faculté des sciences de Toulouse en 1833 puis professeur d’histoire naturelle à la faculté de médecine de Paris en 1853.

  • 654 Philipp Salzmann naît le 27 février 1781 à Erfurt. Après avoir effectué des études de médecine en A (...)

420Tout en exerçant la profession médicale, Frédéric de Girard s’adonne à la botanique. Il herborise dans les environs de Montpellier, les Cévennes, les Corbières. Pour ses études de systématique botanique, il a la chance de disposer des herbiers conservés au Jardin des plantes de Montpellier, comme ceux d’Antoine Gouan (1733-1821), ancien professeur d’histoire naturelle à Montpellier, d’Alire Raffeneau-Delile ou du britannique Philip-Barker Webb (1793-1854), explorateur de la Méditerranée, de Madère, des Canaries et du Portugal. Il échange des plantes et correspond avec de nombreux botanistes : le nantais James Lloyd (1810-1896), le genevois Edmond Boissier (1810-1885), spécialiste des flores d’Espagne et d’Orient, son ami Pietro Bubani (1806-1888), en exil à Montpellier de 1836 à 1847 puis de 1850 à 1862, le capitaine Charles Durieu de Maisonneuve (1796-1878), infatigable explorateur de l’Algérie, Philipp Salzmann (1781-1851)654, médecin allemand installé à Montpellier, le comte Hippolyte Jaubert (1798-1874), riche industriel et pair de France, Édouard Spach (1801-1879), conservateur des herbiers du Muséum national d’histoire naturelle. Ces premières relations témoignent de la bonne intégration de Frédéric de Girard dans la communauté des botanistes de la première moitié du siècle. Cela ne se poursuit malheureusement pas. Il décède précocement en 1851, à l’âge de quarante et un ans, à Montpellier.

  • 655 Girard (Frédéric de), “Description de quelques espèces nouvelles de Statice appartenant à la flore (...)
  • 656 Girard (Frédéric de), “Description d’un genre nouveau de la famille des Plumbaginées, nommé Bubania (...)
  • 657 Girard (Frédéric de), “Armeriæ et Statices generum species nonullas novas proponit”, Annales des Sc (...)

421Frédéric de Girard signe trois travaux de systématique botanique entre 1841 et 1844. Son premier article, publié en 1842 dans les Annales des Sciences naturelles, dont la partie botanique est alors dirigée par Adolphe Brongniart (1801-1876), est une Description de quelques espèces nouvelles de Statice appartenant â la flore de France (1842)655. Il y décrit quatre espèces nouvelles – dont aucune n’est valide aujourd’hui – à partir de ses propres récoltes dans les environs de Narbonne, de plantes que Philipp Salzmann lui a fait parvenir d’Algérie, d’échantillons récoltés autour de Valence par le médecin landais Léon Dufour (1780-1865) et conservés dans la collection du montpelliérain Bouschet-Doumenq, l’un de ses amis, ainsi que de plantes de l’herbier d’Alire Raffeneau-Delile. Son deuxième travail concerne la description d’un genre nouveau Bubania – non valide aujourd’hui –, nommé en l’honneur de son ami Bubani, à partir de récoltes effectuées en Algérie par Durieu de Maisonneuve656. Enfin, son troisième travail, publié en 1844 dans les Annales des Sciences naturelles, est une description de nombreuses nouvelles espèces pour les genres Statice et Armeria, à partir de ses propres herborisations dans le Languedoc et de plantes qui lui ont été communiquées par Lloyd, Bubani, Boissier, le comte Jaubert et Spach657.

FIG. 59 - Planche extraite de Martins (Charles), Le Jardin des Plantes de Montpellier, Montpellier : Boehm, 1854, pl. I.

  • 658 Fourreau (Jules-Pierre), “Catalogue des plantes du Cours du Rhône”, Annales de la Société linnéenne (...)

422Une seule des espèces publiées dans ce troisème article est aujourd’hui considérée comme valide : Limonium duriusculum (Girard) Fourreau, dédiée à Durieu de Maisonneuve, est présente aux Baléares, en Sardaigne, en Espagne et dans le sud de la France. Frédéric de Girard l’a découverte lors de ses récoltes dans les champs maritimes des environs de Sète ; il en a également trouvé des échantillons dans l’herbier de Delile, qui avaient été récoltés aux Sablettes, près de Toulon, par Gaspard Robert (1776-1857), le directeur du Jardin botanique de la marine de Toulon. D’abord nommée Statice duriuscula, cette espèce a été placée en 1869 dans le genre Limonium par Jules-Pierre Fourreau (1844-1871), fervent disciple d’Alexis Jordan (1814-1897)658.

Joseph DUVAL-JOUVE (1810-1883)

  • 659 Valmont de Bomare (Jacques-Christophe), Dictionnaire raisonné universel d’histoire naturelle, Paris (...)
  • 660 Bauhin (Gaspard), Pinax theatri botanici, Basilae Helvet : sumptibus et typis Ludovici Regis, 1623, (...)

423Joseph Duval naît le 7 avril 1810 à Boissy-Lamberville, dans le département de l’Eure, au sein d’une famille modeste. Son père meurt précocement en 1815. Encouragée par la vive intelligence de son enfant, sans peur des sacrifices, sa mère l’envoie au collège de Bernay afin qu’il y reçoive une bonne instruction. Joseph Duval comble tous les espoirs de sa mère car lorsque le principal de cet établissement est nommé à Arles-sur-Rhône, il propose au jeune homme de l’y accompagner comme maître d’études. C’est dans le Midi que le jeune Joseph découvre les joies de l’herborisation. Ses premiers maîtres sont Rame, professeur au collège d’Arles, et Mazed, de Saint-Gilles. Ses premières lectures sont le populaire Dictionnaire raisonné universel d’histoire naturelle (1764)659 de Jacques-Christophe Valmont de Bomare (1731-1807) et le Pinax theatri botanici (1623)660 de Gaspard Bauhin (1550-1624). C’est cependant sur le terrain qu’il s’adonne à la botanique. Fréquemment, il lui arrive d’emmener ses élèves en excursion botanique dans les monts de Cordes ou dans les environs de Mont-Majour.

  • 661 Amateur de botanique et de paléontologie, Émeric possède un riche herbier de plantes de Provence et (...)

424En 1829, Joseph Duval est reçu bachelier ès lettres. Nommé régent de quatrième dans un collège marseillais, il demande rapidement à être muté dans une plus petite ville afin d’être plus proche des montagnes. On répond favorablement à sa requête et on l’envoie à Castellane, dans l’arrière-pays. Là, il fait la rencontre de Émeric661, un ancien bénédictin qui a quitté les Ordres à la Révolution et qui est alors contrôleur à cheval pour suppléer l’inspecteur de la régie. C’est auprès de cet excellent naturaliste que Joseph Duval découvre la passion des fossiles. Ils en récoltent très souvent ensemble, notamment à Logis-du-Pin, un heu reculé qu’ils affectionnent particulièrement. En 1832, Joseph Duval est nommé régent de troisième et chargé du cours de rhétorique au collège de Grasse. Avant ses leçons, à l’aurore, et tous ses jours libres, il part récolter plantes et fossiles dans les environs de Grasse, notamment le plateau de Caussols et les gorges de l’Esterel. Il profite de ses vacances pour aller retrouver son ami Emeric, à Castellane ; le voyage, effectué à pied, est l’occasion de nouvelles découvertes. Au printemps 1834, il épouse mademoiselle Jouve, la fille du principal du collège de Grasse, et décide de joindre son nom au sien. Il passe l’année 1835 à Toulouse, où il est licencié ès lettres en janvier 1836. À son retour, il est chargé du cours de philosophie au collège de Grasse. Plus tard, en 1846, il remplacera son beau-père au poste de principal.

FIG. 60 - Duval-Jouve (Joseph) 1810-1883.

  • 662 Duval-Jouve (Joseph), “Bélemnites des terrains crétacés inférieurs aux environs de Castellane, Bass (...)
  • 663 Duval-Jouve (Joseph), Traité de logique, ou Essai sur la théorie des sciences, Paris : [s.n.], 1843 (...)
  • 664 Frank (Adolphe) (sous la dir.), Dictionnaire des sciences philosophiques, Paris : Hachette, 1844-18 (...)

425Joseph Duval-Jouve commence à publier des travaux en 1841. Il s’intéresse successivement à plusieurs disciplines par périodes nettement distinctes. Il commence par la paléontologie, et plus spécialement les Bélemnites des terrains crétacés des Basses-Alpes auxquelles il s’intéresse sous l’influence d’Émeric662. Viennent ensuite la logique, de 1843 à 1853, la botanique, entre 1855 et 1876, et enfin l’histoire de Montpellier, pendant les cinq dernières années de sa vie. En 1843, Joseph Duval-Jouve fait paraître un Traité de logique, ou Essai sur la théorie des sciences663 où il accorde une place très importante au procédé inductif et où il expose une méthode qu’il s’efforcera de suivre dans ses futurs travaux d’observation ; cette démarche, inhabituelle en histoire naturelle, est la conséquence directe de son intérêt pour la philosophie. De 1844 à 1853, il rédige différents articles pour le Dictionnaire des sciences philosophiques664 publié sous la direction d’Adolphe Frank.

  • 665 Duval-Jouve (Joseph), “Description d'un Dianthus nouveau des environs d’Alger”, Bulletin de la Soci (...)
  • 666 On trouvera une liste complète des travaux de Joseph Duval-Jouve dans Sahut (Félix), Notice biograp (...)
  • 667 Duval-Jouve (Joseph), Histoire naturelle des Equisetum de France, Paris : Baillière, 1864, 296 p., (...)

426En novembre 1852, Joseph Duval-Jouve est nommé inspecteur général à Alger où il reste deux années. Il se lie d’amitié avec plusieurs naturalistes algérois comme Aristide Letourneux (1820-1890), magistrat, botaniste et malacologiste, Th. Clauson (1817-1860), Odon Debeaux (1826-1910), fils d’Étienne Debeaux (1792-1868), agent-voyer à Agen et ancien élève de Jean-Florimond de Saint-Amans (1748-1831), ou encore le pharmacien Gaetano Durando (1811-1892). En leur compagnie, il explore régulièrement les environs de la ville. En août 1854, il est nommé inspecteur de l’académie de Strasbourg, où il demeurera quatorze années. De nouveau, il se lie d’amitié avec plusieurs botanistes de la région : Antoine-Laurent-Apollinaire Fée (1789-1874), ancien pharmacien de l’armée d’Espagne, pharmacien en chef de l’hôpital militaire puis professeur de botanique à la faculté de médecine, installé à Paris après 1871 ; Frédéric Kirschleger (1804-1869), professeur à l’école de pharmacie et à la faculté de médecine ; Guillaume-Philippe Schimper (1808-1880), directeur du Jardin botanique, professeur de minéralogie et de géologie à la faculté des sciences, l’un des principaux fondateurs de la bryologie en France, resté en Alsace après 1871 ; Paul-Constant Billot (1796-1863), inspecteur des ponts et chaussées jusqu’en 1834 puis professeur de sciences naturelles à Haguenau ; Jean-Daniel Buchinger (1803-1883). Joseph Duval-Jouve est également en relation avec d’autres botanistes, surtout depuis l’existence de la Société botanique de France dont il est membre dès sa fondation en 1854 : Charles Grenier (1808-1875), professeur d’histoire naturelle à la faculté des sciences de Besançon ; Dominique-Alexandre Godron (1807-1880), professeur d’histoire naturelle à la faculté des sciences de Nancy ; ou encore Charles Durieu de Maisonneuve (1796-1878), directeur du Jardin botanique municipal de Bordeaux. C’est à Strasbourg, en 1855, que Joseph Duval-Jouve commence à publier des travaux botaniques. Les deux premiers concernent des questions de systématique : la description d’une espèce nouvelle du genre Dianthus à partir de récoltes effectuées dans les environs d’Alger, ainsi que la différenciation des Lollium temulentum et arvense665. Cent autres mémoires suivent ces deux premiers travaux entre 1858 et 1876666. Il consacre une large part de ses recherches à ce qu’on appelle alors l’histo-taxie, c’est-à-dire la systématique à base d’histologie – il publie en tout une trentaine d’articles dans ce domaine. Les soixante-dix travaux restants concernent des questions de systématique classique, avec une nette prédilection pour les graminées, les prêles, les scirpes et les carex. En plus de tous ces articles, publiés en grande partie dans le Bulletin de la Société botanique de France, il signe une Histoire naturelle des Equisetum de France (1864)667 où les prêles sont étudiées des points de vue anatomique, histologique et systématique. Ce livre constitue de loin sa plus importante contribution botanique. Lors de son séjour à Strasbourg, Joseph Duval-Jouve fait de nombreuses excursions botaniques en compagnie de ses deux fils, dans les environs proches de la ville mais également dans les Vosges et les plaines rhénanes.

427Tous les deux deviendront médecins. L’aîné s’établira en Arles et le cadet deviendra professeur à la faculté de médecine de Montpellier.

FIG. 61 - Planche accompagnant la description originale de Carex œdipostyla Duval-Jouve, extraite du Bulletin de la Société botanique de France, t. 17, 1870, pl. 4.

  • 668 Duval-Jouve (Joseph), Montpellier pendant la Revolution, Montpellier : C. Goulet, 1876-1881, 2 vols

428En 1868, Joseph Duval-Jouve est nommé inspecteur général de l’académie de Montpellier. Il est bien évidemment comblé. Vivre à Montpellier n’apporte que des satisfactions à un botaniste. La consécration pour ses nombreux travaux botaniques lui arrive en cette ville : le 25 mars 1878, il est nommé correspondant de l’Académie des sciences, section botanique. À la fin de sa vie, à partir de 1876, il abandonne la botanique pour s’intéresser à l’histoire de la ville de Montpellier à laquelle il consacre quatre ouvrages dont une importante histoire de Montpellier pendant la Révolution (1876-1881)668. Victime d’une congestion cérébrale le 23 février 1881, Joseph Duval-Jouve finit ses jours paralysé, obligé de se déplacer dans un fauteuil roulant, mais en pleine possession de sa vive intelligence. Il décède en 1883 à Montpellier. Selon ses vœux, son herbier est légué à la faculté des sciences de Montpellier.

  • 669 Duval-Jouve (Joseph), “Sur un nouveau Carex (Carcx œdipostyla Duval-Jouve)”, Bulletin de la Société (...)
  • 670 Idem, p. LXXI.

429Joseph Duval-Jouve est l’auteur d’une espèce valide de la flore de France : Carcx oedipostyla Duval-Jouve669, présente au Portugal, en Espagne, aux Baléares, en Sardaigne et en France. Il l’a découverte “le 23 mai 1833, à l'île Sainte-Marguerite (Var), sous les cistes entre le fort et le jardin dit Orangerie ; le 7 et le 8 mai 1870, dans les garrigues dites Bois de la Moure et celles du Mas de Devilliers, à cinq kilomètres de Montpellier ; enfin, le 15 du même mois, dans les garrigues du Mas des Chanoines, en Crau, à douze kilomètres d’Arles”670.

Bibliographie

Duval-Jouve (Joseph), Notice sur les litres et ouvrages scientifiques de M. J. Duval-Jouve, Montpellier : Boehm et fils, 1877, 19 p.

Flahault (Charles), “Notice biographique sur M. Duval-Jouve”, Bulletin de la Société botanique de France, t. 31, 1884, pp. 167-182.

Sahut (Félix), “Notice biographique sur J. Duval-Jouve”, Bulletin de la Société d’Études scientifiques d’Angers, t. 15, 1885, pp. 29-60.

James LLOYD (1810-1896)

430James Lloyd naît à Londres le 17 mars 1810, quelques jours après le décès de son père. Aussitôt, sa mère, Élisa Lake, épouse Charles Ranson, un Français avec qui elle vient s’installer à Paris. James Lloyd commence ses études au collège Charlemagne. Nous ignorons s’il a le temps de faire la connaissance du jardinier de cet établissement, Jean-Louis Thuillier (1857-1822), alors l’un des meilleurs connaisseurs de la flore des environs de Paris. À partir de 1823, date de la nomination de son beau-père comme directeur des contributions indirectes à Quimperlé, en Bretagne, il poursuit ses études à Lorient. En 1829, il est bachelier ès lettres. Sa mère et son beau-père le destinent alors au notariat – sans que cela le contrarie véritablement – et le font placer comme clerc dans une étude de la capitale, où il s’adonne cependant plus à la musique qu’au droit. Il prend des cours de chant et va régulièrement à des concerts ; la passion de la musique ne le quittera jamais. Lors de la Révolution de juillet 1830, sa mère prend peur. Elle décide de le renvoyer dans son pays d’origine et arrête la procédure de naturalisation dont elle a fait la demande. James Lloyd s’ennuie rapidement dans ce pays qui, de fait, n’est plus le sien. Il décide alors de rejoindre sa mère en Bourgogne, à Avallon, où son beau-père a été muté. Lorsque ce dernier prend sa retraite, en 1831, ils s’installent tous les trois à Nantes.

  • 671 Hectot (Jean-Alexandre), Nouvelle variété de rose gagnée à Nantes, Nantes : Mellinet-Malassis, [s.d (...)
  • 672 Lloyd (James), Flore de la Loire-Inférieure, Nantes : Prosper Sébire, 1844, 39 4-XXXII + 335 p.

431Lorsqu’il arrive à Nantes, James Lloyd est d’une santé fragile. Il souffre de douleurs à la poitrine qui laissent penser que ses poumons sont atteints. On craint pour lui une mort prochaine. N’ayant plus qu’un très faible souffle, il doit abandonner le chant. Pour compenser, bien que le moindre déplacement le fatigue atrocement, il s’adonne à la botanique. Il effectue ses premières herborisations dans son jardin et dans les proches environs de Nantes, notamment au Pont de Cens, lieu qu’il affectionne tout particulièrement. Son premier maître est Jean-Alexandre Hectot (1769-1843)671, disciple de François Bonamy (1710-1786), l’ancien démonstrateur de l’école de botanique de Nantes. Peu à peu, sa santé s'améliore. Il adopte alors un emploi du temps relativement fixe. Il herborise en journée et, le soir, joue de la musique en compagnie de sa mère et de son beau-père – Haydn, Mozart et Beethoven sont ses compositeurs favoris tandis que les œuvres de Wagner ou de Saint-Saëns sont jugées trop déclamatoires. L’une de ses distractions est la culture de tulipes, fleurs pour lesquelles il gardera une adoration presque naïve toute sa vie. Avec les années, James Lloyd devient un botaniste reconnu. Apprécié pour ses qualités humaines – on le dit artiste et entêté, facilement sarcastique, susceptible, mais cependant toujours droit et chaleureux – il est l’ami de la plupart des botanistes locaux, comme en témoigneront plus tard les remerciements inscrits dans l’introduction de sa Flore de la Loire-Inférieure (1844)672.

FIG. 62 - Lloyd (James) 1810-1896.

  • 673 Bonamy (Francisco), Florœ Nannentensis Prodromus, Nannetis : ex typographia Brun, 1782, 128 p.
  • 674 Pesneau (Jean-Baptiste), Catalogue des plantes recueillies dans le département de la Loire-Inférieu (...)
  • 675 Moisan (Charles-Auguste), Flore nantaise, Nantes : Camille Mellinet, 1839, 726 p.
  • 676 Idem, p. 3.
  • 677 On pourra consulter l’introduction de la Flore de l’ouest de la France (Nantes : J. Forest aîné, 18 (...)

432Lorsque James Lloyd effectue ses excursions botaniques aux environs de Nantes et de Thouré – où sa mère et son beau-père s’installent en 1840 –, trois ouvrages sont disponibles sur la flore de la Loire-Inférieure (actuelle Loire-Atlantique) : la Florce Nannentensis Prodromus (1782)673 de François Bonamy, simple catalogue où les plantes sont nommées par les phrases latines de Joseph de Tournefort (1656-1708) ; le Catalogue des plantes recueillies dans le département de la Loire-Inférieure (1837)674 de Jean-Baptiste Pesneau, où la nomenclature et le système linnéens sont adoptés ; la Flore nantaise (1839)675 de Charles-Auguste Moisan, pharmacien et ancien élève de Jean-Alexandre Hectot, qui est la seule véritable flore où une description et des localités sont indiquées pour chaque plante et où le système linnéen a été préféré à la méthode naturelle. Par rapport à ces publications, la Flore de la Loire-Inférieure (1844) de James Lloyd présente une triple originalité. D’une part, il signale soixante-dix-neuf espèces supplémentaires pour la flore du département (qui en compte alors en tout mille cinq cent cinquante-cinq), d’autre part, il utilise la méthode naturelle pour la classification des plantes (bien que cela ne soit guère novateur, compte tenu de la date de publication) et surtout, il y apporte un très grand nombre de localités nouvelles. La raison de tout cela est qu’il bénéficie de journées entières pour sillonner le département. Il peut accumuler un nombre considérable d’observations nouvelles. C’est ce qu’il exprime distinctement dans l’introduction de sa flore : “Nantes – écrit-il – est la seule ville [de Loire-Inférieure] où il existe des botanistes ; ils sont en petit nombre, et la plupart, détournés par les devoirs de leur profession, ne pouvant consacrer à l’étude de la botanique que de courts moments de loisir”676. Notons également que James Lloyd montre une remarquable rigueur dans la description d’espèces nouvelles puisqu’il en nomme seulement trois, dont une est aujourd’hui valide. Il conserve cette attitude toute sa vie et, en 1854, il juge bon de prendre clairement position contre la pratique jordanienne, bien qu’étant lui-même également très croyant677.

  • 678 Ce personnage pourrait être Aristide Letourneux (1820-1890), magistrat, botaniste et malacologiste, (...)
  • 679 L’abbé Jean-Marie Delalande (1807-1851) est l’auteur de quelques ouvrages. L’un d’entre eux est par (...)

433L’ouvrage de James Lloyd est le résultat d’efforts personnels mais reflète également un état des lieux des connaissances acquises par tous les botanistes locaux. Sans eux, la Flore de la Loire-Inférieure aurait été bien différente. Elle aurait manqué de chair, c’est-à-dire de cette amitié qui se lit entre les lignes de toutes les flores locales et régionales – ce qui n’empêche pas que des rivalités et des conflits puissent advenir – et surtout, elle aurait été scientifiquement moins riche. James Lloyd adresse ses premiers remerciements à six botanistes nantais qui ont mis à sa disposition leur herbier et qui lui ont indiqué des localités : Letourneux678, ancien élève de Jean-Vincent Degland (1773-1841), juge à Fontenay, et ami intime de James Lloyd qui lui a dédié sa flore ; l’abbé Jean-Marie Delalande (1807-1851)679, professeur d’histoire naturelle au séminaire de Nantes ; Moride, pharmacien nantais qui connaît bien les environs de Châteaubriant ; Jean-Baptiste Pesneau, Bornigal, et Leboterf. James Lloyd remercie ensuite les correspondants qui lui ont transmis des renseignements ou des plantes en herbier : Frédéric Kirschleger (1804-1869), professeur de botanique à la faculté de médecine de Strasbourg ; Charles Grenier (1808-1875), professeur d’histoire naturelle à la faculté de Besançon ; Louis Leresche (1808-1885), pasteur à Saint-Cierge, en Suisse ; Nicolas-Joseph-Marie Le Gall de Kerlinou (1787-1860), conseiller à la Cour royale de Rennes, bon connaisseur de la flore du Morbihan et de l’île-et-Vilaine ; les parisiens Ernest Cosson (1819-1889) et Ernest Germain de Saint-Pierre (1815-1885), qui sont venus herboriser dans la région nantaise ; Toussaint Bastard (1784-1846), ancien directeur du Jardin botanique d’Angers, qui a beaucoup herborisé sur les côtes atlantiques ; et enfin, Alexandre Boreau (1803-1875), directeur de ce même jardin et qui a beaucoup encouragé James Lloyd. Il convient également de signaler qu’à ces collaborateurs nommément remerciés, s’ajoutent plusieurs récolteurs de plantes, qui lui ont indiqué çà et là des localités nouvelles. Le plus important d’entre eux est incontestablement Guiho, employé des contributions indirectes à Brest, qui a fréquemment herborisé aux environs de Châteaubriant et d’Ancenis.

FIG. 63 - Page de garde de Lloyd (James), Flore de l'ouest de la France, ou Description des plantes..., 3ème éd., Nantes : Th. Veloppé ; Paris : J.-B. Baillière & fils, 1876, 408 p.

  • 680 Cité par Gadeceau (Émile), “Notice sur la vie et les travaux de James Lloyd”, Annales de la Société (...)
  • 681 Lloyd (James), Notes pour servir à la flore de l’ouest de la France, Nantes : J. Forest aîné, 1851, (...)
  • 682 Faye (Léon), Catalogue des plantes vasculaires de la Charente-Inférieure, Sivrai : P.-A. Ferriol, 1 (...)
  • 683 Lesson (René-Primevère), Flore rochefortine, Rochefort : impr. de Goulard, 1835, 636 p.
  • 684 Lloyd (James), Flore de l'ouest de la Frame, Nantes : J. Forest aîné, 1854, 2 vols.
  • 685 Lloyd (James), Flore de l’ouest de la France, 2ème éd., Nantes : Th. Veloppé, 1868, 2 vols ; Lloyd (...)

434Entre 1844 et 1850, James Lloyd se consacre à l’étude des algues marines dont il compte publier des exsiccatas. À cette fin, il effectue de fréquentes excursions sur les bords de mer, notamment au Croisic et à Belle-Île, où il aime à séjourner. Il trouve plaisant que la mer ne soit pas toujours accessible : c’est seulement “lorsque la mer ouvre son livre – écrit-il à l’abbé Delalande le 8 août 1848 – [que] l’on peut y lire et à la hâte”680. Les algues sont pour lui un délassement qui ne le détourne pas d’une plus vaste tâche, la publication d’une flore de l’ouest de la France. C’est dans les Notes pour servir à la flore de l’ouest de la France (1851)681 qu’il annonce son projet : dans l’ouest de la France, il considère les cinq départements de Bretagne ainsi que les deux départements compris entre la Loire et la Gironde, c’est-à-dire la Charente-Inférieure (actuelle Charente-Maritime) et la Vendée ; il dresse une courte liste des découvertes récentes concernant la flore des départements en question. Il donne également les noms des botanistes qui lui ont proposé de l’aide et qui ont pu l’accompagner sur le terrain : pour le département de la Charente-Inférieure, Meschinet, professeur au séminaire de Montlieu, Hubert, pharmacien à La Rochelle, membre de la Société des sciences naturelles de La Rochelle, qui l’a accompagne de Marennes à La Rochelle et au bois de Surgères, son ami l’abbé Delalande, qui a effectué quelques excursions dans le département, Alexandre Savatier 1824-1886), (ancien élève de médecine à Montpellier, médecin à Beauvais-sur-Martha, A. Guillon et Vernial pour la forêt d’Aulnay, le cryptogamiste Auguste-Jean-Marie Bachelot de La Pylaie 1786-1856), (qui a récolté de nombreuses plantes sur l’île de Ré, madame George, pour des plantes des environs de Saint-Jean-d’Angely, où elle habite, et Léon Faye, auteur d’un Catalogue des plantes vasculaires de la Charente-Inférieure (1850)682 ; pour le département de la Vendée, mademoiselle Poey-Davant, René-Primevère Lesson (1794-1849), auteur d’une Flore rochefortine (1835)683, Gaston Genevier (1830-1880), pharmacien à Mortagne-sur-Mer, son ami Letourneux, Nicolas-Charles Pontarlier (1812-1889) et Henri-Nicolas Maréchal (1812-1886), professeurs au collège de Napoléon-Vendée (actuelle ville de La Roche-sur-Yon), Ayrault, vétérinaire à Fontenay, Philippe David, médecin botaniste, et messieurs Pondevie, Gobert et Gourrand ; pour la Bretagne, il compte principalement sur les relations de ses deux fidèles amis Nicolas-Joseph-Marie Le Gall de Kerlinou, de Rennes, et Guiho, de Brest. La première édition de la Flore de l’ouest de la France paraît en 1854, en deux volumes684. Elle sera rééditée à quatre reprises685 : la deuxième édition, en 1868, ne comporte pas de modifications par rapport à la première ; les troisième et quatrième éditions, en 1876 et 1886, intègrent par contre de très importantes augmentations et révisions ; la cinquième édition, en 1897, est un retirage posthume préparé par Émile Gadeceau qui n’apporte rien de nouveau.

  • 686 Ayant tout le temps nécessaire pour concevoir des œuvres de synthèse, James Lloyd ne publie que sep (...)

435L’année 1854, qui voit la création de la Société botanique de France, est importante pour la botanique française. Contrairement à ce que l’on aurait pu attendre, James Lloyd ne devient pas membre de cette société. À cause de son caractère très indépendant, il ne sera d’ailleurs membre d’aucune société savante. Il sera cependant un collaborateur fidèle du Bulletin de la Société botanique de France dans lequel il publie cinq de ses sept articles entre 1859 et 1868686. Du point de vue personnel, après la mort de son beau-père, James Lloyd et sa mère décident de s’installer de nouveau à Nantes. Il déménagera en 1869 après le décès de sa mère, mais ne quittera plus la ville, si ce n’est, bien sûr, pour ses excursions botaniques. James Lloyd herborise très fréquemment, et cela jusqu’à ce que son corps ne soit plus assez fort pour l’emmener où il le désire. Jusqu’en 1890, il sillonne infatigablement l’ouest de la France, des Charentes jusqu’au Finistère en passant par les Deux-Sèvres et l’Anjou. Sa flore est un ouvrage en perpétuelle évolution. Il n’hésite pas à fréquenter à plusieurs reprises les mêmes stations pour y découvrir de nouvelles plantes. Il explore sans cesse de nouveaux sites pour améliorer sa connaissance de la répartition des espèces. Surtout, il entre en contact avec les nouvelles générations de botanistes qui découvrent des espèces et des localités inconnues de leurs aînés. Après la parution de la première édition de la Flore de l’ouest de la France, en 1854, le programme de James Lloyd demeure chargé.

  • 687 Savatier (Alexandre), Rochebrune (Alphonse Trémeau de), Catalogue des plantes phanérogames qui croi (...)
  • 688 Sauzé (Jean-Charles), Maillard (Pierre-Néhémie), Flore du département des Deux-Sèvres, Niort : L. C (...)
  • 689 Delastre (Charles-Jean-Louis), Flore analytique et descriptive du département de la Vienne, Paris : (...)
  • 690 Saint-Gal (Joseph), Flore des environs de Grand-Jouan, Nantes : Douillard frères, 1874, XLVI + 522  (...)
  • 691 Taslé (Armand), Catalogue des mammifères, des oiseaux et des reptiles observés dans le département (...)
  • 692 Arrondeau (Théodore), Catalogue des plantes phanérogames du Morbihan, Vannes : impr. L. Galles, 186 (...)
  • 693 Crouan (Pierre-Louis), Crouan (Hippolyte-Marie), Florule du Finistère, Paris : P. Klincksieck, 1867 (...)
  • 694 Mabille (Paul), “Catalogue des plantes des environs de Dinan et de Saint-Malo”, Actes de la Société (...)

436C’est dans la troisième édition, publiée en 1876, que de nombreuses modifications sont apportées. Le département des Deux-Sèvres est intégré dans la zone couverte par la flore. La collaboration de jeunes botanistes apporte un souffle nouveau. Pour le département de la Charente-Inférieure, ce sont : Alphonse Trémeau de Rochebrune (1834-1912), ancien médecin colonial à Saint-Louis, Sénégal, assistant au Muséum national d’histoire naturelle, auteur du Catalogue des plantes phanérogames qui croissent spontanément dans le département de la Charente (I860)687 en collaboration avec le médecin Alexandre Savatier ; Dussouchaud, curé de Dœuil, Pinatel, ancien instituteur de Saint-Jean d’Angely ; Marc Arnauld et Rouffineau, de Saintes ; les frères Georges et Louis de L’Isle, de Nantes, qui ont herborisé à plusieurs reprises dans les Charentes ; Parat, pharmacien à Rochefort ; Lemarié, libraire à Saint-Jean-d’Angely ; Yves-Augustin Tesseron (1831-1925), instituteur à Corme-Royal ; Julien Foucaud (1847-1904), instituteur à SaintVivien puis à Saint-Pierre d’Amilly ; J. Richard, procureur de la République à Marennes ; messieurs Bouchet, Cazaugade, Contejean, Jouan, Peyremol et Tanguy et madame Trigaut-Beaumont. Pour le département des Deux-Sèvres : Guillon, directeur des contributions indirectes à Niort, qui a mis son herbier à la disposition de James Lloyd ; le médecin Jean-Charles Sauzé 1815-1889) (et le pasteur Pierre-Néhémie Maillard (1815-1883), auteurs d’une Flore du département des Deux-Sèvres (1872)688 ; Charles-Jean-Louis Delastre (1792-1859), auteur d’une Flore analytique et descriptive du département de la Vienne (1842)689 et qui a beaucoup étudié les plantes limitrophes entre la Vienne et les Deux-Sèvres ; E. Revelière pour les environs de Puy Notre-Dame et de Montreuil-Bellay ; Pellier, instituteur à Saint-Martin de Sauzay ; Brottier, ancien instituteur à Saint-Jouin-de-Marnes ; Mathurin-Théodose Bonnin, cordonnier à Airvault ; Guyon, curé à Saint-Pompain puis Amailloux ; Jousse, instituteur à Napoléon-Vendée ; Vernial, juge de paix à Brioux ; Trouillard, banquier à Saumur qui a beaucoup herborisé dans les Deux-Sèvres. Pour la Loire-Inférieure : madame Duchêne, de Pornichet ; Joseph Saint-Gai, professeur de botanique à l’école régionale d’agriculture à Grand-Jouan, auteur d’une Flore des environs de Grand-Jouan (1874)690 ; Cailleteau, médecin à Saint-Philibert ; Lajunchère, pharmacien à Bourgneuf ; Maupon, médecin militaire ; les horticulteurs Paul Bruneau et Henri Lefièvre ; Émile Gadeceau (1845-1928), négociant et monsieur Migault. Pour le département du Morbihan : Armand Taslé691, ancien notaire de Vannes ; Nicolas-Charles Pontarlier, qui a souvent accompagné James Lloyd en herborisations ; Hémon, médecin à Auray ; Thépault, médecin à Port-Louis, qui a récolté des plantes sur file de Groix ; J.-M. Sacher, professeur du secondaire à Ploërmel ; frère Elphège, organiste à Sainte-Anne et l’abbé Guyonvarc’h, professeur dans la même institution, pour les environs de Ploërmel ; Théodore Arrondeau (?-1882), professeur de lycée à Toulouse puis à Vannes, auteur d’un Catalogue des plantes phanérogames du Morbihan (1867)692 ; ainsi que les plantes de Aubry, ancien professeur de l’école centrale du Morbihan, dont les récoltes sont conservées dans l’herbier de Théophile Bonnemaison (1774-1829), à Quimper. Pour le Finistère : les frères Pierre-Louis Crouan (1798-187 f) et Hippolyte-Marie Crouan (1802-1871), de Brest, auteurs d’une Florule du Finistère (1867)693 ; J.-M. Sacher, pour les environs de Lesneven, Guernisac et Morlaix ; Blanchard, directeur du Jardin botanique de la marine à Brest, qui a herborisé sur les îles d’Ouessant, de Molène et de Sein ; Hubert, pharmacien à Brest ; et messieurs Tanguy, Guiho et Le Dantec. Pour les Côtes-du-Nord : Adolphe Bichemin, pharmacien à Lamballe, Droguet, médecin ; le notaire Cornillé et sa fille ; Ferrary, pharmacien à Saint-Brieuc ; Paul Mabille (1835-1923), professeur au lycée de Dinan, auteur d’un Catalogue des plantes des environs de Dinan et de Saint-Malo (1866)694 ; Baron, supérieur d’un collège de Saint-Brieuc ; Lecorre, curé de Pont-Melvez ; l’abbé Morin, professeur d’histoire naturelle au petit séminaire de Dinan ; ainsi que Trobert, Fraval et J.-M. Sacher. Enfin, pour le département de l’Ille-et-Vilaine : Letourneux, qui a effectué plusieurs herborisations dans le département ; Victor Sacher, frère de J.-M. Sacher, professeur à Fougères ; l’abbé Salomon de La Godelinais (1833-1889), aumônier de la retraite de Redon ; l’abbé Rolland, sous-directeur du collège de Saint-Malo ; Jules Gallée, de Rennes ; Simon Sirodot (1825-1903), professeur à la faculté des sciences de Rennes.

  • 695 Lloyd (James), Herborisations de 1876-1877, Nantes : madame Th. Veloppé, 1877, 15 p. ; Lloyd (James (...)
  • 696 Lloyd (James), Flore de l’ouest de la France, augmentée des plantes de la Gironde, des Landes et de (...)

437Aussitôt après la parution de cette imposante édition, James Lloyd se remet à herboriser intensément695. Il n’est pas rare que de jeunes botanistes l’accompagnent : Julien Foucaud (1847-1904), instituteur charentais, Ambroise Viaud Grand-Marais (1838-1913) et Charles Menier (1846-1913), professeurs à l’école de médecine de Nantes, Lajunchère, de Bourgneuf, et, surtout, Émile Gadeceau, qui devient son plus fidèle disciple. C’est également dans ces années-là qu’il rencontre un nouvel ami en la personne de Dominique-Alexandre Godron (1807-1880), ancien professeur de botanique puis doyen de la faculté des sciences de Nancy, qui vient régulièrement rendre visite à son fils, à Lorient. En 1886, James Lloyd publie la quatrième édition de la Flore de l’ouest de la France (1886)696. Il n’apporte lui-même aucune modification mais Julien Foucaud y ajoute la flore des départements de la Gironde, des Landes et des Basses-Pyrénées (actuelles Pyrénées-Atlantiques). Julien Foucaud s’acquitte de ce travail à partir de ses propres herborisations dans une région qui lui est familière et grâce à de nombreuses collaborations qui, n’ayant pas de lien direct avec James Lloyd, ne sont pas mentionnées ici.

  • 697 Cité par Gadeceau (Émile), “Notice sur la vie et les travaux de James Lloyd”, art. cit., p. 192.

438Après 1890, James Lloyd vit retiré dans son logement nantais. Une trop grande fatigue l’empêche de poursuivre ses herborisations. Des botanistes, qui le considèrent à raison comme l’un des maîtres de la flore de l’ouest de la France, lui rendent régulièrement visite. Tandis qu’à son arrivée à Nantes en 1831, il ne donnait pas cher de sa vie, James Lloyd décède d’une mort naturelle, sans aucune souffrance, le 10 mai 1896. Il faut croire que ses innombrables excursions ont fortifié et préservé sa santé. Contre toute attente, il n’a pas légué son herbier à la ville de Nantes mais à celle d’Angers. Si l’on en croit son propre testament, James Lloyd a fait ce choix “en souvenir et en honneur de Bastard [Toussaint Bastard (1784-1846)], Desvaux [Nicaise-Augustin Desvaux (1784-1856)] et surtout Boreau [Alexandre Boreau (1803-1875)], qui ont illustré la botanique de l’Ouest de la France’’697. En réalité, cela est dû à un souvenir blessant qu’il n’a jamais pardonné aux autorités nantaises. En 1841, sous le prétexte officiel et irrecevable qu’il était anglais, mais en réalité à la suite d’une altercation entre lui et un conservateur du Jardin botanique de Nantes, la mairie décida de lui interdire temporairement l’entrée de rétablissement ; ce n’est qu’après une pétition déposée par plusieurs de ses amis (Hectot, Pesneau, Moisan, Desvaux, Letourneux, Leboterf, Delamarre, Pradal et l’abbé Delalande) que James Lloyd put recouvrer ses droits.

  • 698 Heywood (Vernon-Hilton), “Flora europaea : Notulae Systematicae ad Floram Europaeam spectantes”, Fe (...)
  • 699 Lloyd (James), “Sur une nouvelle espèce d’Angelica”, Bulletin de la Société botanique de France, t. (...)
  • 700 Les étangs cités par James Lloyd sont ceux de la Blisière, Hautbreil, la Primaudière, Vertaurais, D (...)
  • 701 Lloyd (James), Flore de l’ouest de la France, augmentée des plantes de la Gironde, des Landes et de (...)

439James Lloyd est l’auteur de deux espèces valides de la flore de France : Angelica heterocarpa Lloyd, endémique du sud-ouest de la France, et Ranunculus ololeucos Lloyd, présente dans l’ouest de l’Europe, du sud de l’Espagne aux Pays-Bas. Il a également découvert et nommé la variété aestuaria de l’espèce Cochlearia officinalis Linné, qui a été élevée plus tard au rang d’espèce par Vernon-Hilton Heywood (né en 1927)698. Il a nommé l’espèce Angelica heterocarpa à partir d’échantillons que son ami Moriceau, médecin à Nantes, avait récoltés sur les bords de la Loire, à Nantes699. Il a découvert la Renoncule aquatique Ranunculus ololeucos au cours de ses herborisations en Loire-Inférieure, en lisière des étangs, ruisseaux et mares700. Il a nommé la variété aestuaria de Cochlearia officinalis à partir de récoltes faites par Théophile Bonnemaison (1774-1829) dans les environs de Quimper, par Martinière dans les environs de Quimperlé, par Guiho dans les environs de Quimper, Pontscorff et Hennebont et enfin par Julien Foucaud et Termonia, dans les Basses-Pyrénées, sur les bords de la Bidassoa, à Béhobie701.

Bibliographie

Gadeceau (Émile), “Notice sur la vie et les travaux de James Lloyd”, Annales de la Société académique de Nantes, 7ème série, t. 7, 1896, pp. 181-203.

Notes

1 Lamarck (Jean Baptiste de), Candolle (Augustin-Pyramus de), Flore française, 3ème éd., [nouveau tirage], Paris : Desray, 1815, 6 vols.

2 Balbis (Giovanni-Baptista), Flore lyonnaise, Lyon : C. Coque, 1827-1828, 2 vols.

3 Bernard-Germain-Étienne de La Ville-sur-Illon de Lacépède (1756-1825), originaire d’une ancienne famille de la noblesse agenaise, se dirige vers l’histoire naturelle après plusieurs hésitations : violoncelliste, auteur d’un opéra, ami de Christoph-Willibald Gluck (1714-1787), il est également attiré par la physique. Finalement, il entre comme sous-démonstrateur chargé du Cabinet au Jardin du roi où, en 1794, dans le nouveau Muséum national d’histoire naturelle, il obtient la chaire de Zoologie des Reptiles et Poissons. 11 est l’auteur d’une imposante Histoire naturelle des Poissons (Paris : Plassan, 1798-1803, 11 vols) où de nombreuses espèces nouvelles sont décrites. Politiquement, il est délibérément opportuniste. Il réussit à être président de la Législative, ministre (et comte) sous l’Empire et pair de France sous Louis XVIII.

4 Saint-Amans (Jean-Florimond Boudon de), “Description de deux iris observés à la fois dans le ciel avec des centres différents”, Observations et Mémoires sur la Physique, sur l’Histoire naturelle et sur les Arts et Métiers, t. 11, 1778, pp. 377-379.

5 Saint-Amans (Jean-Florimond Boudon de), “Description d’un petit poisson trouvé dans une huître”, Observations et Mémoires sur la Physique, sur l’Histoire naturelle et sur les Arts et Métiers, t. 12, 1778, pp. 276-277.

6 La méthode de Schoeffer est largement inspirée du système de Linné puisque c’est le nombre d’organes sexuels qui sert à distinguer dix-huit classes de plantes. Elle intègre également des caractères du système de Tournefort relatifs à la corolle et au calice. Saint-Amans (Jean-Florimond Boudon de), “Précis et analyse de la méthode inventée par le docteur Schoeffer, pour abréger l’étude de la botanique”, Observations et Mémoires sur la Physique, sur l’Histoire naturelle et sur les Arts et Métiers, t. 15, 1780, pp. 265-283.

7 Originaire de Chartres, Jean Dussaulx (1728-1799) est député de Paris sous la Législative. Accusé par le Comité de salut public, il est sauvé grâce à l’intervention de Marat. À la suite de son voyage avec Saint-Amans, il fait paraître un Voyage à Barrège et dans les Hautes-Pyrénées fait en 1788 (Paris : Didot, 1796, 2 vols). Pour sa part, Saint-Amans publie des Fragments d’un voyage sentimental et pittoresque dans les Pyrénées (Metz : Devilly, 1789, 259 p.).

8 Ouvrages cités par Chaudruc de Crazannes (M.), Notice historique et biographique sur M. de Saint-Amans, Agen : Noubel, [s.d.], p. 12.

9 Saint-Amans (Jean-Florimond Boudon de), “Notice sur l’histoire des champignons de la France, par M. Bulliard”, Journal des Sciences utiles, t. 17/18, 1791, pp. 278-292.

10 Saint-Amans (Jean-Florimond Boudon de), Flore agenaise, Agen : Noubel, 1821, p. 12.

11 Originaire de Bordeaux, François-de-Paule Latapie (1739-1823) étudie auprès du baron de Montesquieu (1689-1755) avant de suivre des cours à Paris (notamment ceux qu’Antoine Petit [1722-1794] et Bernard de Jussieu [1699-1777] dispensent au Jardin du roi) et de visiter l’Angleterre et l’Italie. Nommé inspecteur général des manufactures de Guyenne en 1777, il se fixe définitivement à Bordeaux et y ouvre un cours public et gratuit de botanique au Jardin de la ville. Il publie d’ailleurs en 1784 le premier inventaire des plantes cultivées dans ce jardin (Hortus Burdigalensis, Bordeaux : Racle, 1784, 83 p.). Il est également professeur d’histoire naturelle à l’école centrale du département de la Gironde.

12 Saint-Amans (Jean-Florimond Boudon de), Description abrégée du département du Lot-et-Garonne, Agen : Noubel, 1800, 35 p.

13 Saint-Amans (Jean-Florimond Boudon de), Traité élémentaire sur les plantes les plus propres à former les prairies artificielles, Agen : Noubel, 1795, 151 p.

14 Originaire d’Agen, Jean-Vincent-Félix Lamouroux (1779-1825) est le disciple de Saint-Amans puis étudie la médecine à Paris. En 1808, il est nommé professeur d’histoire naturelle au lycée de Caen. L’année suivante, à la faculté de Caen, il devient l’assistant du professeur Pierre-Henri-Anselme Roussel (1748-1812), à qui il succède définitivement en 1812. Il se spécialise dans l’étude des algues et devient l’un des plus brillants algologues de son temps. On lui doit, entre autre, une Dissertation sur plusieurs espèces de Fucus (Agen : Raymond Nouvel, an XIII [1805], XXIV + 83 p., 36 pls), un Essai sur les genres de la famille des Thalassophytes non articulés (Paris : G. Dufour, 1813, 84 p., 7 pls), une Exposition méthodique des genres de l’ordre des polypiers (Paris : Veuve Agasse, 1821, VIII +115 p., 84 pls). Avec le comte Arcisse de Caumont (1801-1873) et le paléontologue Jacques Amand Eudes-Deslongchamps (1794-1867), il crée la Société linnéenne du Calvados en mai 1823. Jean-Vincent-Félix Lamouroux a un frère, Jean-Pierre-Péthion Lamouroux (1797-1866), médecin, et à qui l’on doit quelques ouvrages de vulgarisation de botanique, dont le Résumé de Phytographie (Paris : Bachelier, 1828, 2 vols, 104 pls). Consulter Huot (J.-J.-N.), “Notice sur la vie et les travaux de Jean-Vincent-Félix Lamouroux”, Annales des Sciences naturelles, t. 5, 1825, pp. 113-122.

15 Saint-Amans (Jean-Florimond Boudon de), Philosophie entomologique, Agen : Noubel, 1799, 103 p.

16 Le 24 mai 1807, de Candolle, en compagnie de Jean-Vincent-Félix Lamouroux (1779-1825) qui l’a reçu la veille à Agen, quitte la ville pour rendre visite à Saint-Amans en son domaine familial. Voici un extrait du journal du botaniste genevois : “La maison de M. Saint Amans est grande et les Jardins en sont bien soignés ; on y trouve quelques plantes rares que M. Saint Amans y cultive [...]. C’est dans cette maison agréable que M. de Saint Amans vient souvent habiter au printemps et à l’automne ; c’est un ancien militaire qui aime les sciences, les lettres, les arts, qui s’occupe un peu de tout et porte à tout un esprit facile et juste sans être profond et qui a l’art d’inspirer de l’attachement dès la première vue par sa bonté facile et sa douce amabilité. Je l’avais vu chez Ramond et j’ai eu un vrai plaisir à le retrouver ici où il m’a fait toutes les politesses possibles”. Voir Candolle (Augustin-Pyramus de), Voyage de Tarbes, 1807, première grande traversée des Pyrénées, Portet : Loubatières, 1999, pp. 120-122.

17 Saint-Amans (Jean-Florimond Boudon de), Voyage dans les Landes, le Lot-et-Garonne et la Gironde, Agen : Noubel, 1818, 214 p. ; Saint-Amans (Jean-Florimond Boudon de), Essai sur les Antiquités du département du Lot-et-Garonne, Paris : Smith, 1821, 33 p. ; Saint-Amans (Jean-Florimond Boudon de), Coup d’œil sur le Lot-et-Garonne, ou Rapide aperçu de l’état de son agriculture, de sa population et de ses industries, Agen : Noubel, 1828, 84 p. ; Saint-Amans (Jean-Florimond Boudon de), Histoire ancienne et moderne du département du Lot-et-Garonne, depuis l’an 56 avant Jésus-Christ jusqu’en 1814, Agen : Bertrand, 1836, 2 vols.

18 Saint-Amans (Jean-Florimond Boudon de), Flore agenaise, Agen : Noubel, 1821, 632 p.

19 Saint-Amans est en correspondance avec Louis-Anastase Chaubard (1785-1834) depuis 1816, date à laquelle ce dernier se prend de passion pour l’étude des plantes cryptogames et tout spécialement les Lichens. Il convient de signaler que Louis-Anastase Chaubard est le collaborateur de Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent (1778-1846), officier botaniste, également originaire de l’Agenais.

20 Sur cette question, lire Clos (Dominique), “La Flore agenaise de Saint-Amans”, Bulletin de la Société botanique de France, t. 40, 1893, pp. 243-250.

21 Sur le linnéisme de Saint-Amans, consulter Duris (Pascal), Linné et la France, Genève : Droz, 1993, 288 p.

22 Saint-Amans (Jean-Florimond Boudon de), “Espèce nouvelle de Hieracium, découverte par le C. St Amans, professeur d’histoire naturelle à l’école centrale du département du Lot-et-Garonne”, Bulletin des Sciences, par la Société philomatique de Paris, t. 3, 1801, pp. 26-27.

23 Avant de partir, il rencontre Claude-Étienne Savary, son ancien condisciple du collège de Rennes. Excellent connaisseur du monde musulman, Savary donne à Desfontaines quelques conseils ; il le charge également de recueillir des renseignements sur les monuments antiques.

24 Cité par Chevalier (Auguste), La Vie et l’œuvre de René Desfontaines, Paris : Éditions du Muséum, 1939, p. 40.

25 Drouin (Jean-Marc), “L’Histoire naturelle à travers un périodique : La Décade philosophique”, in Corvol (Andrée) (sous la dir.), La Nature en révolution (1750-1800), Paris : L’Harmattan, 1993, pp. 175-181, 227.

26 Desfontaines (René), Flora Atlantica sive historia plantarum, Paris : Desgranges, 1798-1799, 2 vols, 261 pls.

27 Les autres aides-naturalistes de Desfontaines sont Sébastien de Gérardin (1751-1816), de 1811 à 1816, auteur du Tableau élémentaire de botanique (Paris : Perlet, 1805, XL + 425 p., 8 pls), Achille Richard (1794-1852) de 1827 à 1830, puis Adolphe Brongniart (1801-1876) de 1830 à 1833.

28 Les autres collections acquises par Philip-Barker Webb (1793-1854) à la mort de Desfontaines sont conservées aujourd’hui à l’Institut botanique de Florence. Les six cents plantes en herbiers que Desfontaines a données à Lemonnier, à son retour d’Afrique du Nord, et qui sont acquises avec tout l’herbier Lemonnier par Benjamin Delessert (1773-1847), sont aujourd’hui au muséum de Genève.

29 Desfontaines (René), Tableau de l’école de botanique du Muséum d’histoire naturelle, Paris : Brosson, 1804, 238 pp. ; Desfontaines (René), Histoire des arbres et arbrisseaux qui peuvent être cultivés en pleine terre sur le sol de France, Paris : Brosson, 1809, 636 pp. Pour la liste complète des travaux de Desfontaines, consulter Chevalier (Auguste), La Vie et l’œuvre de René Desfontaines, op. cit., 1939, pp. 174-180.

30 Le plan de travail à faire pour mettre en ordre les herbiers du Cabinet national d’histoire naturelle est reproduit dans Jolinon Jean-Claude), Raynal-Roques (Aline), “Le Botaniste Lamarck et les herbiers”, in Laurent (Goulven) (sous la dir.), Jean-Baptiste de Lamarck (1744-1829), 119ème Congrès national des société historiques et scientifiques, Amiens, 1994, Paris : CTHS, 1997, pp. 185-187.

31 Desfontaines (René), Flora Atlantica sive historia plantarum, op. cit.

32 Idem, 1798, t. 1, p. 437., pl. 113.

33 Lamarck (Jean-Baptiste de), Candolle (Augustin-Pyramus de), Flore française, 3ème éd., Paris : Desray, 1805, t. 4, p. 146.

34 Bergeret (Jean), Flore des Basses-Pyrénées, Pau : P. Véronése, an XI [1803], 2 vols.

35 Bergeret (Jean), Flore des Basses-Pyrénées, [préf, de Bergeret Gaston], 3ème éd., Pau : Garet, 1909, LXXXVI + 960 p.

36 Sur les conseils du préfet Castellane, Augustin-Pyramus de Candolle (1778-1841) rend visite à Jean Bergeret le 20 août 1807, lors de son voyage dans les Pyrénées. 11 le décrit dans son Journal comme un homme “instruit et actif” par lequel il a été “très bien reçu” et qui vit “dans une humble maison qui annonce peu d’opulence”. Candolle (Augustin-Pyramus de), Voyage de Tarbes, 1807, première grande traversée des Pyrénées, [édition annotée par Bourneton Alain], Portet-sur-Garonne : Loubatières, 1999, p. 233.

37 Bergeret (Jean), Flore des Basses-Pyrénées, op. cit., p. X.

38 Idem, p. XI.

39 Idem, p. 359.

40 Candolle (Augustin-Pyramus de), Voyage de Tarbes, 1807..., op. cit., pp. 235, 236.

41 Picot de Lapeyrouse (Philippe), Histoire abrégée des plantes des Pyrénées, Tousouse : Bellegarigue, 1813, p. XXXV.

42 Jean-Pierre Bergeret naît en 1752 à Oléron, dans le Béarn. Ses parents s’installent à Paris lorsqu’il est encore enfant. À leur décès, de proches parents tentent de le faire revenir dans sa région natale mais il décide de rester à Paris, d’y étudier la chirurgie et de suivre les cours de botanique de Bernard de Jussieu (1699-1777) au Jardin du roi. Il ouvre ensuite un cours de botanique chez un herboriste du faubourg Saint-Martin. Le célèbre médecin Jean Corvisart (1755-1821), dit-on, le fréquente un moment. Ses leçons, qu’il désire rassembler en un volume, ne sont jamais imprimées. Autodidacte, Jean-Pierre Bergeret ne va dans aucune école ou faculté de médecine, mais est un temps le médecin de Monsieur, le futur Louis XVIII. À titre exceptionnel, la faculté de médecine de Paris lui accorde le droit de porter le titre de “docteur-médecin”. C’est à Jean-Pierre Bergeret que l’on doit la fameuse Phytonomatotechnie universelle : art de donner aux plantes des noms tirés de leurs caractères (Paris : chez l’auteur ; Didot le jeune ; Poisson, 1783-1785, 3 vols, 328 pls). Cet étonnant ouvrage inachevé est unique dans toute l’histoire de la botanique. Le but de Jean-Pierre Bergeret est de diminuer la longueur des descriptions d’espèces de plantes et de faire en sorte que la description soit comprise dans le nom lui-même. Pour cela, il dresse treize tableaux de caractères tous symbolisés par une série de lettres correspondant chacune à une forme bien précise de l’organe en question (la fructification, le pistil, les étamines, la corolle, la découpe de la corolle, les nectaires, le calice, la découpe du calice, l’enveloppe, le péricarpe, les loges du péricarpe, les semences et le réceptacle). Une fois que treize lettres (c’est-à-dire les formes de treize caractères d’une espèce) sont mises les unes à la suite des autres, dans un ordre fixe, on obtient à la fois la description et le nom de l’espèce : ainsi, l’élégant Hellébore Eranthis hyemalis (Linné) Salisbury s’appelle-t-il “LUPXYGVEAHQEZ”. Ce système de nomenclature n’est suivi par aucun botaniste, même par l’anti-linnéen Michel Adanson (1727-1806). Publiée à moins de deux cents exemplaires, la Phytonomatotechnie universelle est aujourd’hui un ouvrage d’une grande valeur. Jean-Pierre Bergeret mène une vie relativement solitaire et le seul ami qu’il fréquente régulièrement est le botaniste Louis-Claude Richard (1754-1821), lui-même réputé pour être d’une nature peu sociable. 11 doit subir en 1812 deux fois de suite l’opération dite “de la pierre” et meurt suite à des complications le 28 mars 1813. Le seul portrait qui existe de lui semble avoir été perdu. Desvaux (Nicaise-Augustin), “Notice sur Jean-Pierre Bergeret”, Journal de Botanique appliquée à l’Agriculture, à la Pharmacie et à la Médecine et aux Arts, t. 3, 1813, pp. 236-240.

43 Desrousseaux (Joseph-Auguste), “Articles Liseron à Mauve”, in Lamarck (Jean-Baptiste de) (sous la dir.), Encyclopédie méthodique, Botanique, Paris : Panckoucke, 1789, t. 3, pp. 539-743 ; Desrousseaux (Jean-Auguste), “Articles Mauvisque à Menisce”, in Lamarck (Jean-Baptiste de) (sous la dir.), Encyclopédie méthodique, Botanique, Paris : Panckoucke, an IV [1795-1796], t. 4, pp. 1-93.

44 Consulter Duris (Pascal), Linné et la France, Genève : Droz, 1993, pp. 69-87.

45 Desrousseaux (Joseph-Auguste), “Convolvulus lanuginosus, in Lamarck (Jean-Baptiste de) (sous la dir.), Encyclopédie méthodique, Botanique, Paris : Panckoucke, 1789, t. 3, p. 551.

46 Daléchamps (Jacques), Historia genera Plantarum, Lyon : Rouillé, 1587, t. 1, p. 817.

47 Nous donnons ici la description complète que Jacques Daléchamps donne de cette espèce. Le vocabulaire et les caractères utilisés illustrent bien la proximité qui existe entre les auteurs de la fin du XVIème et ceux de l’Antiquité : “Nous avons aussi mis ici une autre Lychnis sauvage de Myconius, laquelle a la racine chevelue, de la longueur d’une paume, noirastre avec un nerf au dedans, et fichée fort profond en terre, d’un gout doux, avec un peu d’astriction. Cette racine produit plusieurs petites branches rondes, velues et blanchâtres, qui n’ont pas plus d’une paume de hauteur, garnies de feuilles étroites, velues, blanchâtres, qui sortent de la tige sans aucun ordre, et sont aucunement astringeantes. À la cime des tiges, il sort des fleurs semblables aux campanettes rondes, comme celle du petit Liset, blanches tirans un peu sur la couleur de pourpre. Myconius dit qu’elle croit és montagnes et lieux fort secs et qu’il n’en a point vu ailleurs qu’aux Montagnes de Notre-Dame de Montserrat. Elle fleurit au mois de May. Or, il l’a appelée espèce de Lychnis, à cause de la figure de ses feuilles et de ses fleurs, qui retirent aucun met a celles de la Lychnis, combien qu’elle ne soit pas si chaude que les autres espèces de Lychnis décrites par Dioscoride et Galien”. Description extraite de l’édition française de l’Historia generalis Plantarum effectuée par Jean Des Moulins (1530-1620), disciple de Jacques Daléchamps : Daléchamps (Jacques), Histoire générale des plantes, Lyon : Borde ; Rigaud, 1653, t. 1, pp. 705-706.

48 Un Catalogue des Insectes du Forez, une notice sur les Pétrifications du département de la Loire et une Note sur la montagne de Saint-Clément, près de Tarre, dans laquelle se trouve la calcédoine onyx.

49 Boreau (Alexandre), Flore du Centre de la France et du Bassin de la Loire, Paris : Librairie encyclopédique Roret, 1857, t. 1, p. 40.

50 Candolle (Augustin-Pyramus de), Icones Plantarum Galliæ Rariorum, Paris : [s.n.], 1808, t. 1, p. 14.

51 Bonamy la nomme Elatine hydropiper, nom préoccupé par une autre espèce valide. Bonamy (Francisco), Floræ Nannentensis Prodromus, Nannetis : ex typography Brun, 1782, p. 5.

52 Vaillant (Sébastien), Botanicon parisiense, Lugduni Batavorum : Petrum vander Aa, 1723, t. 2, p. 5.

53 Gouan (Antoine), Illustrationes et observationes botanicœ, Zurich : Orelle, 1773, 83 p., 26 pls.

54 Timbal-Lagrave (Édouard), “Reliquiæ Pourretiannæ”, Bulletin de la Société des Sciences physiques et naturelles de Toulouse, t. 2, 1874, p. 6.

55 Gouan (Antoine), Flora M onspeliaca, Lyon : Duplain, 1765, 543 p.

56 Timbal-Lagrave (Édouard), “Reliquiae Pourretiannæ”, art. cit., p. 8.

57 Timbal-Lagrave (Édouard), “Reliquiae Pourretiannæ”, art. cit., p. 11.

58 Pourret (Pierre-André), “Extrait de la Chloris Narbonensis”, Mémoires de l’Académie de Toulouse, t. 3,1784, pp. 297-334.

59 Dans ce court article, l’abbé Pourret décrit deux nouvelles espèces de deux genres également nouveaux de Liliacées qu’il dédie à son protecteur le cardinal Loménie de Brienne et à Picot de Lapeyrouse. Sa description est basée sur des plantes que Philibert Commerson (1727-1773) a rapportées de son expédition autour du monde, sous le commandement de Louis-Antoine de Bougainville (1729-1811). Le jardinier André Thouin (1747-1824) lui a transmis les planches, conservées au Jardin royal des plantes. Lomenia borbonica a été récoltée à l’île Bourbon (la Réunion), et Lapeirousia compressa à l’île de France (île Maurice). Le genre Lomenia n’a pas été conservé car c’est le nom de genre Watsonia, dû à Philip Miller (1691-1771), le célèbre directeur du Jardin de Chelsea, qui est valide. Pour l’étymologie du genre Lapeirousia, l’abbé Pourret écrit, non sans ambiguité : “Nous avons dédié ce nouveau genre à notre ami M. le baron de La Peirouse, membre de diverses académies, auteur de plusieurs ouvrages très connus sur l’histoire naturelle des Pyrénées. Sa présence nous interdit toute espèce d’éloge ; mais elle ne pouvait nous dispenser de rendre cet hommage public” (p. 80) : Pourret (Pierre-André), “Description de deux nouveaux genres de la famille des Liliacées, désignés sous le nom de Lomenia et de Lapeirousia”, Mémoires de l’Académie de Toulouse, t. 3, 1784, pp. 73-82.

60 L’histoire de l’herbier des frères de Brienne est particulièrement pittoresque. Elle nous est parvenue grâce à Edmond Bonnet qui a eu le privilège de connaître Édouard Spach (1801-1879) qui, en avril 1847, en tant qu’aide-naturaliste au Muséum national d’histoire naturelle chargé des collections botaniques, doit recevoir l’herbier qu’un complet inconnu, le médecin et baron Joseph-Athanase Barbier, vient de léguer à cette institution. Or Édouard Spach est bien surpris de se rendre compte que l’herbier Barbier ne contient que bien peu de plantes du dit médecin mais indiscutablement le fameux herbier de l’abbé Pourret, que l’on croit perdu ! L’abbé Pourret, alors en Espagne, apprend vers 1812 que la comtesse de Brienne lui a légué l’herbier de feu son mari et de feu son beau-frère. Dans l’attente d’un moment plus propice pour aller le chercher, l'abbé Pourret finit par apprendre l’incendie et le pillage du château Brienne par les troupes ennemies, en 1814, lors de la chute de l’Empire. L’abbé Pourret meurt donc avec la conviction que son herbier a disparu dans les flammes. Le chemin que l’herbier des frères Brienne a emprunté pour arriver jusqu’aux mains du baron Barbier est un mystère complet ; ce dernier, sans doute conscient de ce qu’il omet de raconter, ne donne en effet aucune indication quant à l’histoire de “son” herbier. Plusieurs hypothèses ont été avancées : un temps, mais sans argument, les conservateurs des collections du Muséum ont pensé que l’herbier des frères Brienne avait pu transiter par les mains de l’impératrice Joséphine, à la Malmaison ; nous espérons que les méandres pour le moins subtiles de cette histoire seront découverts un jour. Savoir que l’herbier Pourret repose aujourd’hui en un lieu sûr et qui plus est prestigieux n’est pas sans nous procurer une certaine émotion. Consulter Bonnet (Edmond), “Le Cabinet d’histoire naturelle des Loménie de Brienne, l’herbier de l’abbé Pourret et le legs fait par le Dr Barbier au Muséum en 1847”, Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, t. 6, 1916, pp. 278-286.

61 Les Salvador sont une ancienne famille d’apothicaires catalans. Jaume Salvador i Pedrol (1649-1740) a accueilli Tournefort en 1681, alors qu’il venait d’être dévalisé par des brigands de grand chemin. L’abbé Pourret a dans son herbier des plantes de Joseph Salvador (1690-1761), fils cadet de Jaume Salvador, qui lui ont été envoyées par un correspondant espagnol. Voir Camarasa (Josep-Maria), “Les Salvador et les Jussieu : deux familles de botanistes”, in Laissus (Yves) (sous la dir.), Les Naturalistes français en Amérique du Sud : 118ème Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Pau, octobre 1993, Paris : CTHS, 1995, pp. 69-102.

62 Timbal-Lagrave (Édouard), “Reliquiæ Pourretiannæ”, art. cit., p. 17.

63 Idem, p. 18.

64 Idem, p. 19.

65 Idem, p. 21.

66 Pourret (Pierre-André), “Extrait de la Chloris Narbonensis”, art. cit.

67 Idem, p. 309.

68 Cuvier (Georges), “Éloge historique de M. Richard”, Mémoires de l’Académie des Sciences (Institut), t. 7, 1825, p. CXCV1II.

69 Du temps de Louis XIV, l’arrière grand-père de Louis-Claude Richard a la charge de la Ménagerie de Versailles. Avant d’être jardinier au Trianon, Claude Richard (1705-1784), le grand-père de notre botaniste, était jardinier du duc d’Ayen, le protecteur de Michel Adanson et de Louis-Guillaume Lemonnier (1717-1799), à Saint-Germain-en-Laye. Carl von Linné (1707-1778), qui visite les jardins du duc d’Ayen au cours de son séjour à Paris en 1738, aurait dit que Claude Richard était le plus habile horticulteur que l’Europe avait jamais vu. Après une visite des somptueux jardins que possède le duc, le roi Louis XV veut en avoir de semblables et confie à Lemonnier (qui conseillait le duc en matière de botanique) et au jardinier Claude Richard la création d’un Jardin royal sur un ancien terrain potager des jardins de Versailles. Lemonnier ne s’acquitte pas longtemps de cette tâche et demande à Bernard de Jussieu de le remplacer. À la même époque, après avoir été présenté au roi par le duc d’Ayen et sur recommandation de Bernard de Jussieu, Michel Adanson est appelé par le roi à venir également s’installer au Jardin du Trianon, comme “botaniste royal”. Antoine Richard (1737-1807), oncle de Louis-Claude Richard, est envoyé en exploration botanique par Lemonnier dans les monts Dores, les Pyrénées, sur les côtes méditerranéennes et aux îles Baléares. Il prend la succession de son père au Jardin du Trianon.

70 Rappelons simplement ici que c’est précisément en 1754, année de naissance de Louis-Claude Richard, que Bernard de Jussieu décide de disposer les parterres de plantes du Jardin du Trianon suivant les classes naturelles qu'il a découvertes depuis 1740. Cette disposition, qui a été réalisée par le grand-père de Louis-Claude Richard, constitue sans doute l’une des grandes dates de l’histoire naturelle.

71 Chirurgien célèbre, Antoine Petit (1722-1794) est titulaire des chaires d’Anatomie et de Chirurgie de la faculté de médecine de Paris ; il occupe également la chaire d’Anatomie du Jardin royal entre 1769 et 1776. Félix Vicq d’Azyr (1748-1794) est suppléant d’Antoine Petit puis de son successeur, Antoine Portai (1742-1832) ; il est l’un des fondateurs de la Société royale de médecine en 1776 et professe l’anatomie comparée avant l’heure ; son Traité d’anatomie comparée et de physiologie (Paris : F. A. Didot l’aîné, 1786, 123 p.) est l’un des ouvrages précurseurs de l’anatomie comparée du XIXème siècle.

72 Achille Richard (1794-1852) grandit au milieu des collections de son père qui lui transmet très tôt la passion de l'histoire naturelle. Encore étudiant en médecine, il remplace régulièrement son père pour les démonstrations de botanique à la faculté de médecine. La concision et la justesse de son premier ouvrage, les Nouveaux éléments de botanique appliquée à la médecine (Paris : Béchet jeune, 1819, XVÏII + 487 p., 8 pls), lui assurent une constante renommée auprès des étudiants. Cet ouvrage est réédité à onze reprises et traduit en anglais et en allemand. Entre 1819 et 1831, Achille Richard est conservateur de l’herbier de Benjamin Delessert (1773-1847), avant d’être nommé professeur d’histoire naturelle et médicale à la faculté de médecine de Paris, où il acquiert une excellente réputation. Parmi ses étudiants figurent “les Deux Ernest”, Ernest Cosson (1819-1889) et Ernest Germain de Saint-Pierre (1815-1885), mais également un certain Gérard Labrunie (1808-1855), plus connu sous le nom de Gérard de Nerval, qui, avant de devenir l’un de nos grands poètes, fréquente la faculté de médecine pendant trois années. Si Achille Richard ne s’éloigne jamais de la région parisienne, il inspire des vocations d’explorateurs à plusieurs de ses étudiants. Tous ne reviennent d’ailleurs pas, tels Quartin-Dillon, décédé en Abyssinie d’une fièvre foudroyante, ou Petit, mort dévoré par un crocodile en traversant le Nil à la nage ! En plus de ses ouvrages de botanique destinés aux étudiants, on doit à Achille Richard plusieurs monographies. On retiendra qu’il décrit les plantes rapportées des terres australes (1825-1827) par Jules Dumont d’Urville (1790-1842), et les riches collections de Samuel Perrottet (1793-1859), conservateur du Jardin du gouverneur du Sénégal. Il a trois enfants, dont deux fils qui font carrière dans la médecine et avec qui la dynastie des Richard s’éteint discrètement.

73 Bulliard (Pierre), Dictionnaire élémentaire de botanique, [édition révisée et augmentée par Richard Louis-Claude], 4ème éd., Paris : Dugour et Durand, an VII [1798], 228 p., 20 pls.

74 Michaux (André), Flora boreali-americana, Paris : Crapelet ; Strasbourg : Levrault, an XI [1803], 2 vols.

75 Richard (Louis-Claude), Démonstrations botaniques, ou Analyse du fruit considéré en général, Paris : H. A. Duval, 1808, XII + 111 p.

76 Gaertner (Joseph), De fructibus et seminibus plantarum, Stutgiardiae: Sumptibus Auctoris, Typis Academiae Carolinae, 1789-1791, 3 vols.

77 Karl Kunth (1788-1850) est l’élève de Karl Willdenow (1765-1812), à Berlin, puis vient classer et étudier les plantes que Alexander von Humboldt (1769-1859) et Aimé Bonpland (1773-1858) ont rapportées d’Amérique du Sud, à la demande de Humboldt lui-même. Il réside à Paris de 1813 à 1829. Il devient l’ami de la jeune génération de naturalistes parisiens, en particulier des derniers représentants des grandes dynasties, Adrien de Jussieu (1797-1853) et Achille Richard (1794-1852). Ces deux derniers botanistes, le comte Hippolyte Jaubert (1798-1874), Victor Jacquemont (1801-1832) et Kunth fondent en 1821 une éphémère Société d’histoire naturelle de Paris. En 1829, il retourne à Berlin, où il a obtenu la chaire de Botanique de l’université. Il travaille presque toute sa vie sur les collections de Bonpland et Humboldt.

78 Thuillier (Jean-Louis), Flore des environs de Paris, 2ème éd., Paris : Perronneau, an VII [1799], p. 178.

79 Poiret (Jean-Louis-Marie), Voyage en Barbarie, ou Lettres écrites de l'Ancienne Numidie pendant les années 1785 et 1786, sur la religion, les coutumes et les mœurs des maures et des arabes-bédouins ; avec un essai sur l’histoire naturelle de ce pays, Paris : J. B. F. Née de La Rochelle, 1789, 2 vols.

80 Lire deux lettres rédigées par l’abbé Poiret durant son séjour dans le Maghreb, reproduites dans Chevalier (Auguste), La Vie et l’œuvre de René Desfontaines, Paris : Éditions du Muséum, 1939, pp. 64-71.

81 Poiret (Jean-Louis-Marie), Coquilles fluviatiles et terrestres observées dans le département de l’Aisne et aux environs de Paris, Paris : Théophile Barrois, an IX [1800-1801], XI + 120 p.

82 À l’instar de nombreux autres botanistes, et pas des moindres, l’abbé Poiret s’intéresse aux plantes et aux Mollusques (principalement aux Bivalves et Gastéropodes). Joseph de Tournefort (1656-1708) a l’une des plus riches collections de coquilles de son époque ; Michel Adanson (1727-1806) publie dans son Histoire naturelle du Sénégal (Paris : Claude-Jean-Baptiste Bauche, 1757, 190 + XCVI + 276 p., 20 pls) une partie indépendante sur les coquillages où figurent des études novatrices sur des caractères morphologiques ; Jean-Baptiste de Lamarck (1744-1829) constitue une remarquable collection conchyliologique, en parallèle des études botaniques qui l’occupent jusqu’en 1790.

83 Poiret (Jean-Louis-Marie), Coquilles fluviatiles et terrestres..., op. cit., pp. III-IV et VII-XI.

84 Poiret (Jean-Louis-Marie), Histoire philosophique, littéraire, économique des plantes usuelles de l’Europe, Paris : Ladrange et Verdière, 1824, t. 1, pp. 58-59.

85 Poiret (Jean-Louis-Marie), Turpin (Pierre-Jean-François), Leçons de flore, Paris : Panckoucke, 1819-1821, 3 vols.

86 Poiret (Jean-Louis-Marie), Histoire philosophique..., op. cit., 1824-1829, 7 vols.

87 Lamarck Jean-Baptiste de), Encyclopédie méthodique, Botanique, Paris : Panckoucke, 1783-1817, 13 vols.

88 Lamarck (Jean-Baptiste de), Illustration des genres, Paris : Veuve Agasse, 1799, t. 9, 100 pls.

89 Lamarck (Jean-Baptiste de), Encyclopédie méthodique, Botanique, Paris : Veuve Agasse, an IV [1796], t. 4, 764 p.

90 Poiret (Jean-Louis-Marie), Encyclopédie méthodique, Botanique, Paris : Panckoucke, 1804-1817, 9 vols.

91 Lamarck (Jean-Baptiste de), Poiret (Jean-Louis-Marie), Illustration des genres, Paris : Veuve Agasse, 1823, t. 10, 100 pls.

92 Poiret (Jean-Louis-Marie), Encyclopédie méthodique, Botanique, Paris : Panckoucke, 1816, suppl. 4, p. 335.

93 Idem, 1817, suppl. 5, p. 237.

94 Poiret (Jean-Louis-Marie), Voyage en Barbarie..., op. cit.

95 Idem, t. 2, p. 122.

96 Consulter la bibliographie de Girdlestone (Cuthbert), Louis-François-Elizabeth Ramond, sa vie, son œuvre littéraire et politique, Paris : Minard, 1968, 586 p., 16 pls.

97 Extrait d’une lettre à son père, datée du 3 juin 1777. Voir Girdlestone (Cuthbert), Louis-François-Elizabeth Ramond..., op. cit., p. 65.

98 Consulter la bibliographie de Girdlestone (Cuthbert), Louis-François-Elizabeth Ramond..., op. cit.

99 Ramond (Louis), Élégies, Yverdon : Société littéraire et typographique, 1778, p. 10.

100 Dorat (Claude-Joseph), Journal des Dames, Paris : Veuve Thiboust, 1777-1778, 2 vols.

101 Girdlestone (Cuthbert), Louis-François-Elizabeth Ramond..., op. cit., p. 77.

102 Consulter la bibliographie de Girdlestone (Cuthbert), Louis-François-Elizabeth Ramond..., op. cit.

103 L’expression est de Girdlestone (Cuthbert), Louis-François-Elizabeth Ramond..., op. cit., p. 49.

104 Ramond (Louis), Lettres de M. William Coxe à M. W. Melmoth sur l’état politique, civil et naturel de la Suisse, traduites et augmentées des observations faites dans le même pays par le traducteur, Paris : Belin, 1781, 2 vols.

105 C’est ce qu’il écrit au vicomte de Carbonnières, en janvier 1786. Cité par Girdlestone (Cuthbert), Louis-FrançoisElizabeth Ramond..., op. cit., p. 18.

106 Haynin (Éric de), Louis de Rohan, le cardinal “collier”, Paris : Librairie académique Perrin, 1997, p. 120.

107 Girdlestone (Cuthbert), Louis-François-Elizabeth Ramond..., op. cit., p. 112.

108 Extrait des Observations faites dans les Pyrénées, cité par Grenier (R. J.), “La Conquête du Mont-Perdu”, Bulletin de la Société Ramond, t. 5, 1915, p. 72.

109 Idem, p. 74.

110 Idem, p. 75.

111 De son côté, le cardinal vit encore quelques péripéties puis décide d’émigrer sur la rive droite du Rhin après l’abolition de la noblesse. Il meurt en son château d’Ettenheim, au pied de la Forêt Noire, le 17 février 1803.

112 Ramond de Carbonnières (Louis), Observations faites dans les Pyrénées, pour servir de suite à des observations sur les Alpes, Paris : Belin, 1789, 16 + 452 p.

113 Gueniffey (Patrice), “La Fayette”, in Furet (François), Ozouf (Mona) (sous la dir.), Dictionnaire critique de la Révolution, Paris : Flammarion, 1992, p. 161.

114 Cité par Grenier (R. J.), “La Conquête du Mont-Perdu”, art. cit., p. 86.

115 Girdlestone (Cuthbert), Louis-François-Elizabeth Ramond..., op. cit., p. 255.

116 Idem.

117 Duris (Pascal), “L’Enseignement de l’histoire naturelle dans les écoles centrales (1795-1802)”, Revue de Synthèse, t. 49, 1996, p. 35.

118 Ramond de Carbonnières (Louis), “Voyage au Mont-Perdu”, Journal de Santé et d’Histoire naturelle, an VI [1797], pp. 197-207.

119 Cité par Grenier (R. J.), “La Conquête du Mont-Perdu”, art. cit., p. 101.

120 Ramond de Carbonnières (Louis), Voyages au Mont-Perdu et dans la partie adjacente des Hautes-Pyrénées, Paris : Belin, an IX [1800-1801], IV + 392 p., 5 pls.

121 Ramond de Carbonnières (Louis), “Voyage au sommet du Mont-Perdu”, Journal des Mines, t. 83, an IX [1802-1803], pp. 321-350.

122 Cité par Girdlestone (Cuthbert), Louis-François-Elizabeth Ramond..., op. cit., p. 325.

123 Ramond de Carbonnières (Louis), “Nivellement des Monts Dores et des Monts Dômes disposé par ordre de terrains”, Mémoires de l’Institut, t. 14, 1815, pp. 1-138.

124 Ramond de Carbonnières (Louis), “Sur l’état de la végétation au sommet du Pic du Midi”, Mémoires du Muséum d’Histoire naturelle, t. 13, 1825, pp. 217-243.

125 Lamarck (Jean-Baptiste de), Candolle (Augustin-Pyramus de), Flore française, 3ème éd., Paris : Desbray, 1805, t. 3, p. 728.

126 Au lieu de devenir propriété royale, cette collection est acquise par Lemonnier, qui accapare également les récoltes d’André Michaux, un jeu complet de plantes d’Afrique du Nord de René Desfontaines et la collection de plantes océaniennes de Philibert Commerson (1727-1773). À la mort de Lemonnier, c’est le riche banquier genevois Benjamin Delessert (1773-1847) qui achète l’herbier de Lemonnier ; en conséquence, ces collections sont aujourd’hui conservées au musée de Genève.

127 La Billardière (Jacques-Julien de), Icones Plantarum Syriae rariorum, Decas Primas, Paris : Prévost, 1791, 22 p., 10 pls ; La Billardière (Jacques-Julien de), Icones Plantarum Syriae rariorum, Decas Secunda, Paris : Prévost, 1791, 18 p., 10 pls.

128 Extrait de la lettre publiée par Bonnet (Edmond), “Correspondance de M. de La Billardière”, Association française pour l’Avancement des Sciences, Compte-Rendu de la 20ème Session, t. 2, 1891, p. 490.

129 La Billardière (Jacques-Julien de), Relation du voyage à la recherche de La Pérouse fait par ordre de l’Assemblée constituante pendant les années 1791, 1792 et pendant la Ièreet la 2ème année de la République française, Paris : Jansen, 1799, 2 vols.

130 La Billardière (Jacques-Julien de), Novae Hollandiae plantarum specimen, Paris : Jansen, 1804-1807, 2 vols.

131 La Billardière (Jacques-Julien de), Icones Plantarum Syriae rariorum, Decas Tertia, Paris : Prévost, 1805, 16 p., 10 pls.

132 La Billardière (Jacques-Julien de), Icones Plantarum Syriae rariorum, Decas Quarta, Paris : Prévost, 1812, 16 p., 10 pls ; La Billardière (Jacques-Julien de), Icones Plantarum Syriae rariorum, Decas Quinta et ultima, Paris : Prévost, 1812,16 p., 10 pls.

133 On trouvera une liste complète des articles publiés par La Billardière entre 1800 et 1815 dans Stafleu (Frans A.), Adanson, Labillardière, de Candolle, Lehre : Cramer, 1967, p. 51.

134 La Billardière (Jacques-Julien de), Sertum austro-Caledonicum, Paris : typographia Dominae Huzard, 1824-1825, VI + 83 p., 6 pls.

135 Flourens (Pierre), “Éloge de M. de La Billardière”, Annales du Muséum d’Histoire naturelle, Paris, t. 16, 1837, p. XXXIV.

136 La Billardière (Jacques-Julien de), Icones Plantarum Syriae rariorum, Decas s Secunda, Paris : Prévost, 1791, p. 9.

137 Thuillier (Jean-Louis), Flore des environs de Paris, Paris : Veuve Desaint, 1790, 359 p.

138 Thuillier (Jean-Louis), Flore des environs de Paris, 2ème éd., Paris : chez l’auteur, an VII [1799], 550 p.

139 Thuillier (Jean-Louis), Ventenat (Pierre-Étienne), Vade-mecum du botaniste aux environs de Paris, Paris : Baudoin, an XI [1803], 426 p.

140 Les manuscrits d’Amédée de Saint-Fargeau sont conservés à la bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle.

141 Thuillier (Jean-Louis), Flore des environs de Paris, 2ème éd., op. cit., p. 317.

142 Employé des douanes, Jacques Boucher de Crévecœur de Perthes (1788-1868) a une vie particulièrement riche et romantique : auteur de romans, de chansons, de pamphlets, de traités de morale ou de métaphysique, de poésies, de tragédies, ou encore de récits de voyages, il est surtout resté célèbre pour avoir fondé la préhistoire, à partir de recherches débutées au cours de l’été 1837 dans les environs d’Abbeville. On consultera Cohen (Claudine), Hublin (Jean-Jacques), Boucher de Perthes, Paris : Belin, 1989, 274 p.

143 Boucher (Jules-Armand-Guillaume), Extrait de la flore d’Abbeville et du département de la Somme, Paris : J.-J. Fuchs, an XI [1803], 108 p.

144 Le rapport de Charles-Louis L’Héritier de Brutelle et de René Desfontaines (1750-1833) a été inséré au début de l’Extrait de la flore d’Abbeville..., op. cit., pp. IX-XVI.

145 Hedwig (Johann), Fundamentum historiae naturalis muscorum frondosorum, Lipsiae : Siegfried Lebrecht Crusium, 1782, 2 vols.

146 Lamarck (Jean-Baptiste de), Candolle (Augustin-Pyramus de), Flore française, 3ème éd., Paris : Desray, 1805, t. 3, p. 387.

147 Santi (Giorgio), Voyage dans le Siennois, [traduit de l’italien par Bodard Pierre], Lyon : [s.n.], 1802, 2 vols.

148 Bodard (Pierre), Mémoire sur la Véronique cymbalaire, Pisa : impr. Francesco Pieraccini, 1798, 16 p. ; Bodard (Pierre), Dissertation sur les plantes Hypocarpogées, Pisa : impr. Francesco Pieraccini, 1798, 74 p.

149 Bodard (Pierre), Cours de botanique médicale, Paris : Méquignon l’aîné, 1810, 2 vols.

150 La liste complète de ces travaux a été publiée par Boreau (Alexandre), “Pierre-Henri-Hippolyte Bodard de La Jacopière”, Mémoires de la Société académique d’Angers, t. 8, 1860, p. 14 ; Bodard (Pierre), Des affections scrophuleuses vulgairement connues sous le nom d’écrouelles ou humeurs froides, Paris : Moreau, 1807, XII + 108 p.

151 Bodard (Pierre), Mémoire sur la Véronique cymbalaire, Pisa : impr. Francesco Pieraccini, 1798, p. 15.

152 Broussonet (Auguste), “Mémoire sur les différentes espèces de chien de mer”, Mémoires de l’Académie des Sciences, 1780, pp. 641-680. Pour les autres articles, consulter la bibliographie complète publiée par Caillé (Jacques), Le Professeur Auguste Broussonet, Paris : Pedone, 1972, pp. 150-160.

153 Cette étude a été publiée par Banks (Joseph), “An Account of the Ophidium barbatum Linnei, by P.M. Augustus Broussonet”, Philosophical Transactions of the Royal Society of London, 1781, pp. 436-448.

154 Broussonet (Auguste), Ichtyologiae decas prima, London: P. Elmsly, 1782, 41 p., 10 pls.

155 Auguste Broussonet publie près d’une quarantaine de travaux relatifs à l’agriculture entre 1784 et 1792 (élevage, cultures de plantes utiles, etc.). Consulter la bibliographie complète publiée par Caillé (Jacques), Le Professeur) Auguste Broussonet, op. cit., pp. 150-160.

156 Pour l’histoire de la Société linnéenne de Paris, consulter Duris (Pascal), Linné et la France, Genève : Droz, 1993, pp. 69-87.

157 Louis-Augustin Bosc d’Antic (1759-1828) naît à Paris mais effectue ses études à Dijon. Il commence sa carrière comme secrétaire général de l’Intendance, avant de devenir l’un des trois administrateurs des postes, en 1792, grâce au soutien de son ami le ministre Roland. À la chute des Girondins, il doit se réfugier en forêt de Montmorency, où il retrouve son ami Louis-Marie La Révellière-Lépeaux (1753-1824). C’est sous le Directoire, dont fait partie La Révellière-Lépeaux, qu’il obtient des postes de diplomate : nommé vice-consul à Wilmington, en Caroline du Nord, en 1796, puis consul à New York en 1798, il rentre en France en 1799. Après le coup d’État du 18 brumaire (9 novembre 1799) et la chute du Directoire, il abandonne la politique pour se consacrer entièrement à la botanique. Il devient alors inspecteur des jardins de Versailles en 1803 puis inspecteur des pépinières en 1806, à la place de Jacques-Philippe-Martin Cels (1740-1806). Membre de l’Institut en 1806, il obtient la chaire des Cultures du Muséum à la mort d’André Thouin (1747-1824). Il décède peu de temps après, le 10 juillet 1828. On consultera Rey (Auguste), “Le Naturaliste Bosc : un girondin herborisant”, Revue de l’histoire de Versailles et de Seine-et-Oise, 1900, pp. 241-277 ; Rey (Auguste), “Le Naturaliste Bosc : un girondin herborisant”, Revue de l’Histoire de Versailles et de Seine-et-Oise, 1901, pp. 17-42.

158 José-Francisco Corréa da Serra (1751-1823) fait ses études à Rome puis entre dans les Ordres en 1777, date à laquelle il décide de revenir à Lisbonne où il fonde l’Académie des sciences du Portugal. En 1786, il séjourne à Londres, chez son ami le chevalier Joseph Banks qui le fait entrer à la Royal Society of London. En 1797, il est nommé secrétaire de l’ambassade du Portugal à Paris, puis ambassadeur en 1802. Il reste à Paris jusqu’en 1813 puis est nommé aux ÉtatsUnis. Il vit ses derniers jours sur sa terre natale. On lui doit trois articles de botanique : Corréa da Serra (José-Francisco), “On two genera of plants belonging to the natural family of the Aurantia”, Transactions of the Linnean Society, t. 5, 1799, pp. 218-226 ; Corréa da Serra (José-Francisco), “On the Doryanthes, a new genus of plants from New Holland, next akin to the Agave”, Transactions of the Linnean Society, t. 6, 1802, pp. 211-213 ; Corréa da Serra (José-Francisco), “Observations carpologiques”, Annales du Museum national d’Histoire naturelle, t. 8, 1806, pp. 59-76.

159 Au cours de son séjour au Maroc, Broussonet rédige cinq mémoires sur l’histoire et les coutumes du pays qui sont tous lus à l’Institut. Il s’intéresse notamment à la conquête de Tambouctou par le royaume du Maroc et à la préparation des cuirs marocains. Consulter Caillé (Jacques), Le Professeur Auguste Broussonet, op. cit., pp. 150-160.

160 Broussonet (Auguste), Elenchus plantarum horti botanici monspeliensis, Montpellier : Auguste Ricard, 1805, 63 p., 18 pls.

161 Persoon (Christiaan-Hendrik), Observationes mycologicae, Lipsiae : Petrum Wolf, 1796-1799, 2 vols.

162 Persoon (Christiaan-Hendrik), Icones et descriptiones fungorum minus cognitorum, Lipsiae : Breitkopf-Haerteliani, 1798-1800, 60 p., 14 pls.

163 Persoon (Christiaan-Hendrik), Synopsis methodica fungorum, Göttingen : H. Dietrich, 1801, XXX + 706 p., 1 pl.

164 Cité par Fée (A.), Notice sur Persoon, [traduite de l’italien par Rousseau MJ, Bulletin de la Société royale de Botanique de Belgique, t. 30, 1891, pp. 52 et 54.

165 Persoon (Christiaan-Hendrik), Icones pictae specierum rariorum fungorum, Paris ; Strasbourg : Kcenig, 1803-1808, Il + 64 p., 24 pls.

166 Persoon (Christiaan-Hendrik), Synopsis plantarum, Parisiis Lutetiarum; Tubingæ: C. F. Cramerum, 1805-1807, 2 vols.

167 Persoon (Christiaan-Hendrik), Species plantarum, Petropoli: Caesar Academiae scientiarum, 1817-1821, 6 vols.

168 Persoon (Christiaan-Hendrik), Traité sur les champignons comestibles, Paris : Belin, 1818, 276 p., 4 pls.

169 Persoon (Christiaan-Hendrik), Mycologia europaea, Erlangæ: Palmii, 1822-1828, 3 vols.

170 Persoon (Christiaan Hendrik), Enumeratio systematica specierum plantarum medicinalium, Roterdami: Wijt, 1829, VI + 84 p.

171 Persoon (Christiaan Hendrik), Synopsis plantarum, op. cit., t. 1, p. 520.

172 Thore (Jean), Promenade sur les côtes du Golfe de Gascogne, Bordeaux : Brossier, 1810, p. 335.

173 Idem, p. 251.

174 Idem, p. 24.

175 Jacques-François de Borda d’Oro (1718-1804) effectue ses études à Paris où il devient l’ami de l'encyclopédiste Jean d’Alembert (1717-1783). Pour avoir refusé la charge de maire qui lui est offerte à Dax, il doit s’exiler à Saugnac, où il se consacre à l’histoire naturelle. Il devient membre correspondant de l’Académie des sciences et membre associé de l’académie de Bordeaux. En 1799, Jean Thore et sa femme nomment leur deuxième fille Marie-Louise, du prénom de sa marraine, l’épouse de Jacques-François de Borda d’Oro.

176 Sylvestre Grateloup (1782-1862) est d’une ancienne famille dacquoise que Jean Thore fréquente beaucoup. Il est le fils du négociant Jean-Joseph Grateloup (1742-1823), lui-même frère de Jean-Baptiste Grateloup (1735-1817), marchand de pierres précieuses à Paris et auteur de gravures d’une perfection restée inégalée. Les deux frères de Sylvestre sont morts sous la Révolution : Gabriel, médecin à Dax, est guillotiné avec sa servante en 1794 ; Pierre, moine, dit frère Urbain, doit s’exiler en Espagne où il meurt en 1797.

177 Thore (Jean) “Extrait du rapport sur l’aperçu topographique de la ville de Dax, et de son territoire”, Journal de Santé et d’Histoire naturelle de Bordeaux, t. 3, 1798, pp. 51-56. Les deux autres mémoires de Thore portent sur les sources d’eaux chaudes de la région. Dans le premier d’entre eux, il décrit une plante qu’il nomme Tremella thermalis, aujourd’hui appelée Rivularia thermalis (Thore) Grateloup et classée dans les Cyanophycées (appelées communément “Algues bleues”) : Thore (Jean), “Description de la plante qui croît dans le bassin d’eau chaude de Dax, à une chaleur de 60° du thermomètre de Réaumur”, Journal de Santé et d’Histoire naturelle de Bordeaux, t. 2, 1797, pp. 162-167.

178 Palassou (Pierre-Bernard), Essai sur la minéralogie des monts pyrénéens, Paris : Didot jeune, 1781, XX + 346 p.

179 Thore (Jean), Essai d’une Chloris du département des Landes, Dax : Seize, an XI [1803], p. III. Chloris est le nom grec de Flora, déesse des fleurs. L’usage de Chloris pour le titre d’une flore est exceptionnel.

180 Thore (Jean), Essai d’une Chloris du département des Landes, op. cit., XIV + 516 p.

181 Cité par Aparisi-Serres (A.), “Le Savant Jean Thore”, Bulletin de la Société Borda, t. 64, 1940, p. 29.

182 Thore (Jean), Promenade sur les cotes du Golfe de Gascogne, ou Aperçu topographique, physique et médical des côtes occidentales de ce même golfe, Bordeaux : A. Brossier, 1810, 2 vols.

183 Thore fait également paraître, entre 1804 et 1817, huit notes portant sur des sources d’eau chaude, de la botanique ou des critiques d’ouvrages récemment parus. Toutes sont publiées dans le Bulletin philomatique de Bordeaux. Pour une bibliographie complète, consulter Jacquot (Nicole), Jean Thore (1762-1823), son œuvre botanique et son rayonnement au travers de l'étude de son herbier, Thèse pour le diplôme d’État de docteur en pharmacie, Bordeaux : université de Bordeaux II, 1986 p. 305.

184 Thore (Jean), “Nouvelle notice sur les eaux minérales de Gamarde”, Bulletin philomathique de Bordeaux, t. 15, 1817, pp. 325-366.

185 Thore (Jean), Essai d’une Chloris du département des Landes, op. cit., p. 62.

186 Pour l’histoire de la Société linnéenne de Paris, consulter Duris (Pascal), Linné et la France, Genève : Droz, 1993, pp. 76 et 80.

187 Reynier (Louis), Du feu et de quelques-uns de ses principaux effets, Lausanne : Mourer, 1787, 304 p. ; Reynier (Louis), Mémoires pour servir à l’histoire physique et naturelle de la Suisse, Lausanne : Mourer, 1788, 291 p. ; Reynier (Louis), Guide des voyageurs en Suisse, Paris : Buisson, 1791, 391 p.

188 Il les rassemble dans Reynier (Louis), Considérations sur l’agriculture de l’Égypte et sur les améliorations dont elle est susceptible, et Observations sur le palmier dattier et sur sa culture, Paris : Huzard, [s.d.], 124 p. Il publie également un ouvrage sur l’histoire ancienne de l’Égypte : Reynier (Louis), De l’Égypte sous la domination des Romains, Paris : Huzard, 1807, 284 p. Il convient également de noter qu’il collabore activement à La Décade égyptienne au cours de son séjour au Caire.

189 Reynier (Louis), De l’économie publique et rurale des Celtes, des Germains et d’autres peuples du Nord et du Centre de l’Europe, Genève : J. J. Paschoud, 1818, 551 p. ; Reynier (Louis), Précis d’une collection de médailles antiques, Genève : J. J. Paschoud, [1818 ?], 148 p. ; Reynier (Louis), De l’économie publique et rurale des Perses et des Phéniciens, Genève : J. J. Paschoud, 1819, 419 p. ; Reynier (Louis), De l’économie publique et rurale des Arabes et des Juifs, Genève : J. J. Paschoud, 1820, 543 p. ; Reynier (Louis), De l’économie publique et rurale des Égyptiens et des Carthaginois, Genève : J. J. Paschoud, 1823, 520 p. ; Reynier (Louis), De l’économie publique et rurale des Grecs, Genève : J. J. Paschoud, 1825, 537 p.

190 Lachenal (Werneri de), “Emendationum et auctariorum ad ill. Halleri historiam strirpium helveticarum”, Nova Acta Helvetica physico-mathematico-anatomico-botanico-medica, t. 1, 1787, p. 305.

191 Haller (Albrecht von), Nomenclator ex Historia Plantation indigenarum helvetiae, Berne: Sumptibus Societatis typographicæ, 1769, p. 6.

192 Balbis (Giovanni-Baptista), Elenco delle piante crescenti ne contomi di Torino, Torino: [s.n.], 1801, 102 p.

193 Balbis (Giovanni-Baptista), Flora Taurinensis, Torino: Ex typographia Johannis Giossi, 1806, XVI 4-224 p.

194 Balbis (Giovanni-Baptista), Materia medica prælectionibus academicis accomodata, Taurini : V. Bianco, 1811, 2 vols.

195 L’abbé Domenico Nocca (1758-1841) est directeur du Jardin botanique de Pavie, le premier jardin universitaire créé en Europe, en 1545. Il fait paraître quelques mémoires de botanique sous le pseudonyme de Colombano Giardiniere.

196 Balbis (Giovanni-Baptista), Nocca (Domenico), Flora Ticinensis, Pavia : Joannis Jacobi Capelli, 1816-1821, 2 vols.

197 L’abbé Gaspard Dejean de Saint-Marcel (1763-1842) est vicaire à Vienne puis directeur du Jardin botanique de Lyon de 1808 à 1819, date à laquelle il décide de se retirer à Septème, en Isère. Il effectue de nombreuses herborisations dans les environs de Lyon et dans le Dauphiné, notamment en compagnie de Clémence Lortet et de Georges Roffavier.

198 Originaire de Bayeux, Jacques Daléchamps (1513-1588) est l'élève de Guillaume Rondelet (1507-1566), à Montpellier, puis s’établit comme médecin à Lyon. Il est le correspondant de célèbres botanistes comme Matthias de L’Obel (1538-1616) et Charles de L’Écluse (1526-1609). Très occupé par l’exercice de sa profession, il confie à l’un de ses confrères l’édition de son Historia generalis Plantarum (Lyon : Gulielmum Rouillium, 1586-1587, 2 vols).

199 Pour l’histoire de la botanique lyonnaise, consulter Magnin (Antoine), “Histoire des botanistes lyonnais (première partie)”, Bulletin de la Société botanique de Lyon, t. 31, 1906, pp. 7-72 ; Magnin (Antoine), “Histoire des botanistes lyonnais (deuxième partie)”, Bulletin de la Société botanique de Lyon, t. 32, 1907, pp. 1-67 ; Magnin (Antoine), “Additions et corrections à l’histoire des botanistes lyonnais”, Bulletin de la Société botanique de Lyon, t. 32, 1907, pp. 103-141 ; Magnin (Antoine), “Additions et corrections à l’histoire des botanistes lyonnais”, Bulletin de la Société botanique de Lyon, t. 35, 1910, pp. 13-80.

200 Jean-Emmanuel Gilibert (1741-1814) étudie auprès d’Antoine Gouan (1733-1821), à Montpellier, où il exerce la médecine de 1760 à 1763. Il exerce ensuite à Lyon, de 1764 à 1773. Il y professe la botanique, au collège de médecine, en 1772, et y crée en 1773 le premier Jardin botanique municipal. La même année, par l’intermédiaire d’Albrecht von Haller (1708-1777) et d’Antoine Gouan, il est appelé par le roi de Pologne. Il crée le Jardin botanique de Grdno, où il rassemble près de deux mille espèces de plantes en quelques mois, et devient titulaire en 1778 de la chaire d’Histoire naturelle de l’université de Wilno, où il fonde également un Jardin botanique. À cette époque, il n’y a que deux autres jardins botaniques en Pologne, l’un à Varsovie, fondé en 1656, et l’autre à Cracovie, fondé en 1783. Jean-Emmanuel Gilibert quitte la Pologne en 1783 et s’installe définitivement à Lyon. Il professe l’histoire naturelle à l’école centrale de Lyon de 1795 à 1800. Il dirige le Jardin botanique de 1795 à 1800 puis de 1804 à 1808. Jean-Emmanuel Gilibert est en relation avec de nombreux savants tels que Bernard de Jussieu (1699-1777) et son neveu Antoine-Laurent (1748-1836), André Thouin (1747-1824), le genevois Charles Bonnet (1720-1793), Albrecht von Haller, le baron Nicolaus von Jacquin (1727-1817), de Vienne, le grenoblois Dominique Villars (1745-1814) ou encore AugustinPyramus de Candolle (1778-1841). Jean-Emmanuel Gilibert effectue de nombreuses excursions botaniques. Citons par exemple un voyage en compagnie du docteur Clappier dans le massif de la Grande-Chartreuse en 1772, des herborisations dans le Lyonnais en compagnie de Bernard de Jussieu en 1773, un séjour en Suisse et en Allemagne, en 1775.

201 Clémence Lortet (1772-1835) est l’élève de Jean-Emmanuel Gilibert entre 1803 et 1805, puis l’assiste dans ses cours au Jardin des plantes entre 1805 et 1808. Elle effectue de nombreuses herborisations dans les environs de Lyon en compagnie d’autres botanistes lyonnais, notamment Dejean, Roffavier, Aunier et Champagneux. Par le rôle essentiel qu’elle joue dans la fondation de la Société linnéenne de Lyon, dans la rédaction de la Flore lyonnaise de Balbis, comme dans la venue de Nicolas-Charles Seringe (1776-1858) à Lyon en 1830, Clémence Lortet est indéniablement une haute figure de la botanique lyonnaise.

202 Balbis (Giovanni-Baptista), Flore lyonnaise, Lyon : C. Coque, 1827-1828, 2 vols.

203 Rappelons également que Marc-Antoine Claret de La Tourette est l’auteur d’une Chloris Lugdunensis (Lyon : Bruyset, 1785, 43 p.), mais qui se présente comme une simple liste d’espèces et non comme une flore où les plantes sont décrites et où des localités sont signalées.

204 Gaetano Nicomedi ( ?-1804), originaire de Naples, est l’élève du botaniste Domenico Cyrillo (1739-1799). En 1799, il s’installe à Lyon, où il est nommé directeur adjoint puis directeur du Jardin botanique. Il s’intéresse essentiellement aux Graminées et aux Scirpes. Il est l’un des très rares botanistes à se suicider.

205 Balbis (Giovanni-Baptista), “Miscellanea altera botanica”, Mémoires de l’Académie impériale des Sciences, Lettres et Arts de Turin, [années 1805-18081, 1809, pp. 199-241.

206 Persoon (Christiaan-Hendrik), Synopsis plantarum, Tubingae : Frid. Cramerum, 1807, t. 2, p. 376.

207 Degland (Jean-Vincent), La Sève circule-t-elle dans les plantes à l’instar du sang dans certaines classes d’animaux ?, Montpellier : Faculté de médecine, 1799, 2 vols.

208 Degland (Jean-Vincent), “De Caricibus Galliae indigenis Tentamen”, in Loiseleur-Deslongchamps (Jean), Flora Gallica, 2ème éd., chez l’auteur, Migneret, Gabon, 1828, pp. 281-313.

209 Loiseleur-Deslongchamps (Jean), Flora Gallica seu enumeratio plantarum in Gallia sponte nascentium, Addenda et Emendata, Paris : Migneret, 1807, t. 2, p. 731.

210 Alexandre-Louis Marquis (1777-1828) soutient une thèse sur l’Histoire naturelle et médicale des Gentianes (1810) et devient professeur de botanique au Jardin botanique de Rouen en 1811. En collaboration, Marquis et Loiseleur-Deslongchamps publient un Nouveau voyage dans l’Empire de Flore, ou Principes élémentaires de Botanique (Paris : Méquignon, 1817, 2 vols), qui est une sorte de nouvelle édition – sans aucun succès, cette fois ! – du Voyage dans l’Empire de Flore (Paris : Méquignon l’aîné, an VIII [1800], 2 vols) de Louis Hanin, très populaire en son temps.

211 Les membres de l’Assemblée primaire d’un canton (il peut y avoir plusieurs assemblées primaires pour un canton très peuplé) nomment une Assemblée électorale, composée de citoyens plus riches que ceux de l’Assemblée primaire, qui l’étaient déjà forcément ! Cette Assemblée électorale élit en son sein des représentants pour siéger au Conseil général composé de trente-six membres dont huit, à leur tour, forment le directoire, sorte de comité exécutif du conseil.

212 Originaire de Strasbourg, Chrétien-Geoffroy Nestler (1778-1832) étudie la médecine à Paris. Il commence par être pharmacien militaire, entre 1806 et 1810, exerce la médecine à Nancy durant trois années, puis, en 1813, est nommé assistant de Dominique Villars (1745-1814) à la faculté de médecine de Strasbourg, où il devient professeur en 1817. On lui doit notamment une remarquable Histoire naturelle et médicale du genre Potentilla (Paris : Didot, 1816, IV + 80 p.).

213 Gaspard Robert (1776-1857) a la charge de l’entretien du Jardin botanique de la marine, à Toulon. Il est l’auteur des Plantes phanérogames qui croissent naturellement aux environs de Toulon (Bignoles : impr. de Perreymond-Dufort, 1838, 118 p„ 1 pl).

214 Loiseleur-Deslongchamps (Jean), Recherches sur l’ancienneté des purgatifs et sur les purgatifs indigènes, Paris