Version classiqueVersion mobile

Les botanistes et la flore de France

 | 
Benoît Dayrat

La transition linnéenne (1753-1790)

Texte intégral

1Cette première période est courte. Elle commence avec la parution de la nomenclature binominale, en 1753, et s’achève dans les années 1780. Une trentaine d’années suffisent aux botanistes pour renommer toutes les espèces connues, dont certaines l’étaient depuis deux mille ans. La part que prennent les différents pays d’Europe dans cette période de transition linnéenne est liée à leur situation politique, économique et culturelle. La Grande-Bretagne, le Saint-Empire germanique et la France tiennent les premiers rôles, suivis de peu par les différents États de la péninsule italienne et l’empire d’Autriche. Viennent ensuite la Russie, l’Espagne, le Portugal, les Pays-Bas, le Danemark et la Norvège. Compte tenu du rôle exclusif qu’y tient Linné, le cas de la Suède est à considérer à part.

Suède

2En dehors de Linné, le rôle des botanistes suédois est presque inexistant dans la transition qui nous intéresse ici. Alors qu’il ne supporte pas d’autres voyages que ceux qui le mènent à sa maison de campagne, le professeur d’Uppsala prend soin d’envoyer ses nombreux élèves, ses “apôtres”, comme on disait alors, à la découverte des flores exotiques. Rappelons ici le souvenir des plus célèbres d’entre eux. Pehr Löfling (1729-1756) qui meurt de la malaria en Amérique du Sud. Pehr Forskåll (1732-1763) qui meurt de la malaria au Yémen. Daniel Solander (1733-1782), installé en Angleterre, à qui Linné offre l’une de ses filles, qu’il se permet de refuser, et qui a le privilège d’être naturaliste pour la première circumnavigation (1768-1771) de James Cook (1728-1779), à bord de l’Endeavour, en compagnie de Joseph Banks (1743-1820). Carl-Peter Thunberg (1743-1828), explorateur de la région du cap de Bonne-Espérance et du Japon, qui succède à Carl von Linné fils (1741-1783) à la prestigieuse chaire de Botanique d’Uppsala. Andreas Sparmann (1748-1820), explorateur de la Chine et du Cap, qui est l’un des naturalistes de la deuxième circumnavigation (1772-1773) du capitaine Cook. Le seul botaniste suédois qui participe à la transition linnéenne pour la flore européenne est Anders-Jahan Retzius (1742-1821), professeur de botanique à l’université de Lund, dans la partie la plus méridionale du royaume et qui, paradoxalement, n’a pas été l’élève de Linné.

FIG. 3 - Linné (Carl von) 1707-1778.

Grande-Bretagne

  • 1 Ray (John), Synopsis methodica strirpium britannicarum, Londoni: S. Smith, 1690, 12 4-317 p., 2 pl (...)
  • 2 Hudson (William), Flora Anglica, Londoni: Impensis auctoris, 1762, VII + 506 p.

3La véritable patrie du linnéisme est la Grande-Bretagne. C’est là que les innovations linnéennes sont adoptées avec le plus d’enthousiasme. Certes les Pays-Bas ont accueilli Linné chaleureusement après son départ de Suède en 1735 : Hermann Bœrhaave (1668-1738), professeur de médecine à l’université de Leyde et sans doute l’un des plus célèbres de son époque, lui a proposé une chaire de Botanique ; Johannes Burmann (1707-1780), directeur du Jardin botanique d’Amsterdam, l’a logé à son propre domicile. Mais la communauté savante néerlandaise vit alors la fin de son âge d’or. Dans cette deuxième moitié du XVIIIème siècle, elle n’est pas comparable avec la communauté britannique qui compte pléthore de jardiniers, horticulteurs, apothicaires, médecins et autres botanistes. Ce n’est pas un hasard si les collections du maître de Suède, comme l’on dit alors en Europe, sont achetées en 1784 par le jeune botaniste anglais James-Edward Smith (1759-1828), fils d’un riche négociant et futur fondateur de la Linnean Society of London en février 1788. Trois célèbres botanistes britanniques participent activement à cette période de transition. Philip Miller (1691-1771), d’origine écossaise, est intendant du Jardin des apothicaires de Chelsea de 1722 à 1770. Souvent, il se plaît à raconter ses rencontres avec John Ray (1627-1705), le professeur de l’université de Cambridge. Il est en quelque sorte le doyen des linnéens. William Alton (1731-1793), également d’origine écossaise, est l’assistant de Philip Miller entre 1754 et 1759, avant de fonder le Jardin botanique de Kew, aujourd’hui l’un des plus importants dans le monde. William Hudson (1733-1793), originaire du Westmorland, dans le nord-ouest de l’Angleterre, exerce la profession d’apothicaire à Londres depuis 1771, après avoir été démonstrateur au Jardin de Chelsea entre 1765 et 1771. On lui doit une version linnéenne du Synopsis methodica strirpium britannicarum (1690)1 de John Ray, la Flora Anglica (1762)2, où la nomenclature et la classification de Linné sont suivies pour la première fois sous une plume britannique. D’autres botanistes de moindre envergure méritent également d’être cités : William Curtis (1746-1799), successeur de Philip Miller au Jardin botanique de Chelsea, John Hill (1716-1775), apothicaire à Londres, John Lightfoot (1735-1788), chapelain de la duchesse de Portland, à Bulstock, et co-fondateur de la Linnean Society of London, Richard Weston (1733-1806), de Leicester, auteur d’ouvrages de vulgarisation en agriculture et horticulture, et William Withering (1741-1799), pharmacien à Birmingham.

Allemagne

4À la différence des premiers linnéens britanniques, qui semblent être tous rassemblés au sein d’une école londonienne, les botanistes allemands sont dispersés. Cette répartition est le reflet de la division du Saint-Empire romain germanique, alors composé de plus de trois cent cinquante États indépendants. Citons pour commencer les botanistes les plus importants. Joseph Gærtner (1732-1791), originaire de Calw, dans le duché du Würtemberg, où il s’installera plus tard, effectue ses études de médecine à Tübingen, auprès d’Albrecht von Haller (1708-1777). Il voyage ensuite à travers toute l’Europe ; il séjourne à Montpellier, où il rencontre François Boissier de La Croix de Sauvages (1706-1767), linnéen de la première heure, à Londres, où il est accueilli par Philip Miller et William Hudson, et enlin à Leyde, où il suit les cours d’Adriaan Van Royen (1704-1779), le directeur du Jardin botanique. Conrad Moench (1744-1805) professe la botanique à l’université de Marburg, dans le Landgraviat de la Hesse. Johann von Schreber (1739-1810), ancien élève de Linné, dirige le Jardin botanique d’Erlangen, alors ville impériale libre de Bavière. Jakob-Friedrich Ehrhart (1742-1795), d’origine helvétique, vit à Hanovre, la capitale du puissant État de Hanovre. Viennent ensuite Johann-Gottlieb Gleditsch (1714-1786), professeur de botanique et de sylviculture à Berlin, capitale du royaume de Prusse ; Johann-George Leers (1727-1774), pharmacien à Nassau, dans le comté du même nom ; Franz-Caspar Lieblein (1744-1810), professeur de botanique à Fulda, dans la principauté de la Hesse ; Friedrich-Casimir Medikus (1736-1808), directeur du Jardin botanique de Mannheim, capitale du Palatinat ; Otto von Münchausen (1716-1774), botaniste dans l’État de Hanovre ; Noël-Joseph Necker (1730-1793), médecin botaniste de l’électeur du Palatinat, à Mannheim ; Johann-Jakob Reichard (1743-1782), médecin à Göttingen, possession ecclésiastique ; Johan-Andreas Murray (1740-1791), d’origine suédoise, ancien élève de Linné, professeur de médecine à Göttingen ; Jacob-Christian Schaeffer (1718-1790), pasteur à Regensburg, ville impériale libre de Bavière ; Christian Schkuhr (1741-1811), professeur de botanique à l’université de Wittenberg, dans l’État de la Saxe électorale ; et enfin, Friedrich-Adam Scholler (1718-1795), botaniste de la communauté des frères moraves de Barby, dans le royaume de Prusse.

Italie

5L’Italie fournit un contingent non négligeable de linnéens. La nation italienne telle que nous la connaissons aujourd’hui est née en 1860. Auparavant, à l’instar du Saint-Empire, la péninsule est divisée en de nombreuses possessions d’Ancien Régime, dont seule l’invasion des armées françaises vient troubler la sérénité entre 1796 et 1814. Le botaniste italien le plus important de cette transition linnéenne est incontestablement Carlo Allioni (1728-1804), professeur de matière médicale à l’université de Turin, la capitale du royaume de Piémont-Sardaigne, aux mains de la maison de Savoie. Lorsqu’il décède, Turin est la préfecture du département français du Pô. Viennent ensuite sept autres personnalités de moindre envergure mais qui, considérées ensemble, témoignent de la pénétration du linnéisme dans la péninsule. Pietro Arduino (1728-1805) est professeur de botanique à l’université de Padoue, dans la république de Venise, d’abord prise en 1797 par Bonaparte, qui la livre lui-même aux Autrichiens, puis intégrée dans le royaume d’Italie en 1805 par Napoléon. Antonio Turra (1730-1796), médecin à Vicence, dans la république de Venise, meurt au moment de l’invasion des armées françaises. Biagio Bartalini (1746-1822) est directeur du Jardin botanique de Sienne, d’abord dans l’archiduché de Toscane, aux mains des Habsbourg d’Autriche, envahi par les Français en 1797 et intégré au département français de l’Ombrone en 1808, avant d’être finalement rendu aux Habsbourg en 1814. Giovanni Targioni-Tozzetti (1712-1783), médecin à Florence, dans l’archiduché de Toscane, meurt avant les troubles dus à l’invasion de l’armée française. Domenico Cyrillo (1739-1799) est botaniste et homme politique à Naples, alors capitale du royaume de Naples aux mains des Bourbons d’Espagne, envahi par les Français en 1798 qui en font une fugitive République parthénopéenne entre janvier et juin 1799 ; président de l’Assemblée constituante de la République, Cyrillo sera l’une des victimes de la répression sanglante menée par la reine Marie-Caroline contre les républicains napolitains à son retour sur le trône en 1799. Vincenzo Petagna (1734-1810), directeur du Jardin botanique de Naples, a la chance de connaître une partie de la suite de l’histoire : Ferdinand IV de Bourbon est déposé par Napoléon en 1806 qui donne le royaume de Naples à son frère Joseph Bonaparte qui le cède à son tour au brave et fidèle général Joseph Murat ; Petagna n’assiste cependant ni au retour des Bourbons, en 1814, ni à l’assassinat de Murat, qui tente alors de reprendre son territoire, le 13 octobre 1815. Bernadino de Ucria (1739-1796), frère franciscain, est démonstrateur au Jardin botanique de Palerme, en Sicile, qui reste aux mains des Bourbons d’Espagne durant tout l’Empire.

Autriche

6L’empire d’Autriche, composé de l’archiduché d’Autriche et du royaume de Hongrie, est également le théâtre d’un linnéisme actif qui repose essentiellement sur l’arrivée d’un botaniste immigré d’origine hollandaise, Nicolaus von Jacquin (1727-1817). Cela résulte à la fois de la nouvelle puissance de l’Empire au sein de l’Europe, mais également du déclin du royaume des Pays-Bas. L’impératrice Marie-Thérèse désire en effet que sa cour illumine le reste de l’Europe. Nicolaus von Jacquin, ancien élève d’Adriaan Van Royen, à Leyde, et de Bernard de Jussieu, à Paris, est appelé à venir s’installer à Vienne par Gerard Van Swieten (1700-1772), également d’origine hollandaise. Ancien élève de Hermann Boerhaave (1668-1738), professeur de médecine à l’université de Vienne, premier médecin de la famille impériale, Gerard Van Swieten est l’un des plus influents personnages de la cour d’Autriche. Grâce à lui, Nicolaus von Jacquin devient professeur de botanique à l’université de Vienne et directeur du Jardin impérial de Schönbrunn. Il reste le chef de file de la botanique autrichienne jusqu’à son décès. L’autre célèbre botaniste autrichien de cette première période, Giovanni-Antonio Scopoli (1723-1788), est originaire du Trentin, la partie méridionale du Tyrol qui, bien qu’étant administrativement rattachée à l’archiduché d’Autriche depuis plusieurs siècles, est en fait de culture italienne. Scopoli exerce la médecine à Idrija, en Carniole (actuelle Slovénie), une province brièvement annexée par l’Autriche entre 1754 et 1767 ; il professe ensuite la minéralogie à Chemnitz, ville minière du puissant État de Saxe, jusqu’en 1776, avant de diriger le Jardin botanique de Pavie, dans les plaines de Lombardie, également annexée par l’archiduché d’Autriche. Trois autres botanistes autrichiens doivent être cités, même si leur rôle dans la transition linnéenne est moindre. Le jésuite Franz-Xavier von Wulfen (1728-1805), banni de l’Église lors de la dissolution de la Congrégation de Jésus en 1762, professe les mathématiques et la physique à Klagenfurt, capitale du duché de Carinthie, partie intégrante de l’Autriche. Heinrich-Johann von Crantz (1722-1799) professe la matière médicale et la physiologie à l’université de Vienne. Balthazar Hacquet (1739-1815), originaire du Conquet, parti très tôt de France avec ses parents, se sent autrichien au point de participer à la guerre de Sept Ans dans les rangs de l’armée d’Autriche – alliée de la France il est vrai ; il est d’abord nommé professeur d’histoire naturelle à Lvov (aujourd'hui en Ukraine), ville acquise en même temps que toute la Galicie par l’archiduché d’Autriche lors du premier partage du royaume de Pologne en 1772, puis il rentre ensuite à Vienne où il devient l’un des protégés de l’impératrice qui accepte de lui financer de nombreuses missions d’exploration, notamment dans les Carpathes dont il est alors le meilleur connaisseur. Le linnéisme naissant n’est représenté que par un seul botaniste dans le royaume de Hongrie : Jacob-Joseph Winterl (1739-1809), directeur du Jardin botanique de Buda et professeur de botanique à l’université de Pesth, deux villes situées de part et d’autre du Danube dont la réunion formera Budapest.

Russie

7Du temps de son règne, l’impératrice de Russie Catherine la Grande fait tout pour que Saint-Pétersbourg rayonne sur l’Europe. Bien plus encore que l’impératrice d’Autriche, elle doit faire appel pour cela à des artistes et des savants étrangers. Les deux botanistes russes qui participent à la période de transition linnéenne viennent du Saint-Empire germanique. Originaire de Berlin, la capitale du royaume de Prusse, Peter-Simon Pallas (1741-1811) est appelé à Saint-Pétersbourg par Catherine II en 1767. Elle le charge aussitôt de diriger une expédition naturaliste dans ses territoires lointains et inconnus, en Sibérie. Entre 1768 et 1774, il explore les confins de la Russie avec cinq autres naturalistes. Ils vont jusqu’au lac Baïkal. Pallas est le seul survivant de ce voyage éprouvant. En 1795, l’impératrice lui offre un vaste domaine dans une région qui vient juste d’être prise aux Ottomans, la Crimée. Il réside à Simferopol jusqu’en 1810, date à laquelle il retourne à Berlin, où il décède. Le second linnéen russe est Johann-Heinrich Rudolph (1744-1809), originaire de Thuringe, professeur de botanique à Saint-Pétersbourg à partir de 1783.

Espagne, Portugal, Pays-Bas, Danemark, Norvège

8Le royaume d’Espagne compte trois botanistes linnéens : le médecin Ignacio-Jordan de Asso y del Rio (1742-1814), directeur du Jardin botanique de Saragosse, Casimiro Gómez de Ortega (1740-1818), directeur du Jardin botanique de Madrid jusqu’en 1801, ainsi que son successeur, le jésuite Antonio-José Cavanilles (1745-1804), ancien ambassadeur d’Espagne à Paris où il s’est lié d’amitié avec André Thouin et Antoine-Laurent de Jussieu. La transition linnéenne est assurée au royaume du Portugal par un médecin italien, Domingo Vandelli (1735-1816), directeur du Jardin botanique de Coimbra entre 1773 et 1791, puis de celui de Lisbonne entre 1791 et 1810. Trois botanistes sont à signaler dans le royaume des Pays-Bas, en net déclin depuis le milieu du XVIIIème siècle : Nicolaas-Laurens Burmann (1734-1793), le fils de Johannes Burmann à qui il succède au Jardin botanique d’Amsterdam, Maarten Houttuyn (1720-1798), médecin à Amsterdam et Nicolaas Meerburgh (1734-1814), conservateur des herbiers du Jardin botanique de Leyde. Enfin, citons Christen-Friis Rottboll (1727-1797), ancien élève de Linné, directeur du Jardin botanique et professeur de botanique à l’université de Copenhague, ainsi que le pasteur Johann-Ernst Gunnerus (1718-1773), du royaume de Norvège, alors sous domination danoise.

Linné et la France

  • 3 Gouan (Antoine), Hortus regius monspeliensis, Lyon : de Tournes, 1762, 548 p.

9À l’exception des célébrités parisiennes, qui sont pour le moins hostiles à ses innovations, la France participe avec ferveur à la réforme de Linné. Rares sont les villes de province qui n’ont pas leur contingent d’adeptes, fût-il mince. Montpellier, où la tradition botanique est la plus ancienne de France, voit naître la tradition linnéenne avec la parution de l’Hortus regius monspeliensis (1762)3 d’Antoine Gouan (1733-1821), qui constitue le premier ouvrage français où est adoptée la nomenclature binominale. Viennent ensuite d’autres villes comme Lyon, Grenoble, Dijon, Nancy, Toulouse ou Bordeaux, où la tradition linnéenne débute grâce à un nombre de personnes moindre qu’à Montpellier mais où elle n’en est pas moins vive.

FIG. 4 – La Pivoine officinale est l'une des très nombreuses espèces connues par les botanistes prélinnéens et dont le nom scientifique valide, Paeonia officinalis Linné, est dû à Linné. Elle se rencontre dans les sous-bois clairs et les lisières bien exposées entre 300 et 1700 m d’altitude ; elle est protégée au niveau national. © Philippe Danton, 1994, Gard.

FIG. 5 – Jussieu (Bernard de) 1699-1777.

  • 4 Lamarck (Jean-Baptiste de), Flore françoise, Paris : impr. royale, 1778 [1779], 3 vols.

10À la même époque, dans la capitale, on ne souffre pas la rivalité d’un tel prophète. Michel Adanson (1727-1806) se plaît à rêver de son Encyclopédie philosophique universelle, qu’il ne réalisera d’ailleurs jamais. Bernard de Jussieu (1699-1777) n’a de pensées que pour sa méthode naturelle. Quant à Georges-Louis Leclerc (1707-1788), comte de Buffon, il est opposé à la manière avec laquelle Linné dissèque la nature avec une incompréhensible obsession pour les noms. Tous les trois rejettent donc à la fois le système sexuel et la nomenclature binominale. Il n’est pas étonnant que Jean-Baptiste de Lamarck (1744-1829) manque à l’appel de ces réfractaires. Il appartient en effet à la génération suivante de botanistes parisiens qui n’ont pas de raison d’envier la gloire de Linné et qui, bien que divisés sur la question de la classification, seront d’une docile intelligence sur la nomenclature : ainsi, en 1774, André Thouin (1747-1824), jardinier en chef au Jardin du roi et Antoine-Laurent de Jussieu (1748-1836), neveu et futur successeur de Bernard de Jussieu, replantent-ils les parterres de l’école de botanique en suivant la méthode naturelle et en remplaçant les noms en phrase par des noms linnéens ; ainsi le chevalier de Lamarck adopte-t-il la nomenclature linnéenne dès la première édition de sa Flore françoise (1778)4. Cette attitude résulte incontestablement de l’influence de tous les botanistes provinciaux et étrangers qui ont tous immédiatement adopté les innovations linnéennes. Paris ne pouvait pas les ignorer davantage.

  • 5 Haller (Albrecht von), Historia stirpium indigenarum Helvetiæ inchoata, Berne: Societatis typograp (...)
  • 6 Gérard (Louis), Flora gallo-provincialis, Paris : C. J. B. Bauche, 1761, XXVIII + 585 p.

11On ne peut achever un panorama sur cette période de transition linnéenne sans mentionner ceux qui refusent ostensiblement d’y participer. Nous pensons tout d’abord au suisse Albrecht von Haller (1708-1777), professeur de médecine à Berne, l’un des plus célèbres savants du XVIIIème siècle, ancien disciple de Hermann Boerhaave. Philosophe, poète, médecin, naturaliste, physiologiste, Albrecht von Haller est un esprit universel. Sa position ressemble à celle du comte de Buffon : du point de vue philosophique, il n’accepte pas le regard que porte Linné sur la nature ; du point de vue humain, il ne supporte pas une telle ombre. C’est donc avec une conviction ferme et tenace qu’il s’oppose aux réformes linnéennes. Il n’adopte pas la nomenclature binominale dans son Historia stirpium indigenarum Helvetiæ inchoata (1768)5, où plusieurs espèces nouvelles pour la science sont décrites ; des espèces que d’autres botanistes s’empresseront aisément de nommer à nouveau, effaçant au passage son rôle considérable dans l’histoire de la découverte de la flore. Le second auteur, le médecin provençal Louis Gérard (1733-1819), symbolise à lui seul toute l’opposition qui existe alors entre Paris et la province. Bien que formé à Montpellier, il est détourné de la cause linnéenne à l’occasion d’un court séjour dans la capitale au cours duquel Bernard de Jussieu l’initie à la méthode naturelle que Louis Gérard décide de suivre dans sa Flora gallo-provincialis (1761)6. Cette flore est donc une œuvre pionnière et majeure dans l’histoire de la botanique puisque c'est l’une des premières publications qui révèle la méthode naturelle. Malheureusement, Bernard de Jussieu dissuade Gérard d’adopter la nomenclature binominale qui est alors admise par ses amis montpelliérains, le condamnant à faire partie des auteurs prélinnéens, c’est-à-dire à l’oubli. Il faut croire qu’en 1761 certains botanistes français ne sont pas encore prêts à admettre la cohabitation entre la méthode naturelle et la nomenclature binominale.

*

Marc-Antoine, Louis CLARET DE LA TOURETTE (1729-1793)

  • 7 Pierre Claret (1738-1810), comte de Fleurieu, se consacre un temps à la recherche d’une méthode de (...)

12Marc-Antoine Claret de La Tourette naît le 14 août 1729, dans le Lyonnais, très probablement à Lyon même, au sein d’une famille anoblie sous l’Ancien Régime. Son père, Jacques-Annibal Claret de Fleurieu (1692-1776), est président de la Cour des monnaies et président perpétuel de l’académie de Lyon, section belles-lettres ; on lui doit notamment la réimpression et la redécouverte des œuvres de la poétesse lyonnaise Louise Labé (1524-1566). Le frère cadet de Marc-Antoine, Pierre de Fleurieu (1738-1810), est également célèbre7.

  • 8 Grâce au soutien du père de La Tourette, Jacques Pernetti devient membre de l’académie de Lyon en  (...)

13La Tourette commence ses études auprès de son précepteur, l’abbé Jacques Pernetti (1696-1777). Historien originaire du Forez, ce dernier ne s’intéresse qu’accessoirement à la botanique mais encourage vivement le jeune garçon à récolter des plantes et à se constituer un herbier8. Jacques-Annibal Claret de Fleurieu est un ami proche de Jean-Jacques Rousseau (1712-1778) et l’histoire naturelle est donc hautement considérée dans la famille. Il poursuit ses études chez les Jésuites, à Grenoble, et les achève au collège d’Harcourt, à Paris. De retour à Lyon, grâce au soutien de son père, il devient conseiller à la Cour des monnaies où il restera une vingtaine d’années, c’est-à-dire jusqu’à la fin des années 1760, avant de se consacrer exclusivement à l’histoire naturelle.

  • 9 Jean-Baptiste Goiffon (1658-1730), médecin à Lyon, herborise dans tout le Lyonnais de 1693 à 1730. (...)

14En 1754, La Tourette est élu membre de l’académie de Lyon, section sciences. À cette date, il est déjà un naturaliste renommé. Il possède des collections d’insectes et de minéraux, ainsi qu’un herbier du Lyonnais. En 1760, Bernard de Jussieu (1699-1777) lui transmet le manuscrit de l'Index plantarum qui circa Lugdunum nascuntur de Jean-Baptiste Goiffon (1658-1730)9. C’est sans doute à cette époque qu’il conçoit le projet d’une flore lyonnaise.

  • 10 Fondée en 1761 par le Lyonnais Claude Bourgelat (1712-1779), mais officiellement ouverte en 1762, (...)
  • 11 La Tourette (Marc-Antoine Claret de), Rozier (François), Démonstrations élémentaires de botanique,(...)
  • 12 La Tourette a publié auparavant des mémoires sur divers sujets d’histoire naturelle (les gallinsec (...)

15La Tourette consacre l’année 1763 à l’installation du Jardin botanique de l’école vétérinaire de Lyon, où il dispose les plantes suivant la classification de Tournefort. L’un de ses amis proches, l’abbé François Rozier (1734-1793), est chargé de l’entretien du Jardin10. Deux ans plus tard, ils publient en collaboration des Démonstrations élémentaires de botanique, au départ essentiellement destinées aux élèves de l’école vétérinaire11. Ces Démonstrations sont le premier ouvrage important de La Tourette12. Il installe également deux autres jardins botaniques entre 1763 et 1766 : l’un sur un terrain des pentes de Fourvières, le clos Chazeaux, et l’autre dans le parc de son château de La Tourette, sur la commune de L’Arbresle, dans les monts du Lyonnais, où il tente d’acclimater des essences exotiques en pépinières.

  • 13 La Tourette (Marc-Antoine Claret de), Voyage au Mont-Pilat, Lyon : Régnault, 1770, 272 p.
  • 14 Cette lettre est particulièrement intéressante car elle met en scène en 1785 de jeunes gens qui de (...)

16En 1767, La Tourette est nommé secrétaire de l’académie de Lyon, section sciences. Au cours des vingt-cinq dernières années de sa vie, la botanique est son principal sujet d’étude : il entre en relation avec beaucoup de savants de son époque, il publie deux importants ouvrages en 1770 et 1785, et, surtout, il entreprend de nombreux voyages botaniques. Les 25, 26 et 27 juillet 1767, il explore le Mont-Pilat, dans le Forez, dont il rend compte dans un Voyage au Mont-Pilat (1770) qui contient un Botanicon Pilatense, c’est-à-dire un inventaire des plantes qu’il y a trouvées13. L’année suivante, en juillet, il herborise dans le massif de la Grande-Chartreuse, dans le Dauphiné, en compagnie de Jean-Jacques Rousseau qui, de séjour à Lyon, est venu rendre visite à sa famille ; il y herborise de nouveau en 1775, seul cette fois. En 1771, il séjourne à Paris où il fait la connaissance d’Antoine-Laurent de Jussieu (1748-1836) avec qui il ne cessera de correspondre. Le botaniste parisien lui donne régulièrement des nouvelles des naturalistes partis en expédition dans des contrées lointaines : dans une lettre datée du 12 avril 1785, il lui signale que le “jeune Richard qui est à Cayenne [Louis-Claude Richard (1754-1821)]” ne leur a pas encore fait parvenir de matériel, qu’ils attendent “l’ami Dombey arrivé à Cadix [Joseph Dombey (1742-1794), qui crée plus tard un genre Tourettia]”, ou que “M. Desfontaines a fait un voyage intéressant dans les terres de Tunis [René Desfontaines (1750-1833)]”14. La Tourette retourne une deuxième fois à Paris en 1777, séjour au cours duquel il rend visite à Jean-Jacques Rousseau avec qui il herborise à Ermenonville, puis une dernière fois, en 1782.

17Il convient d’évoquer brièvement ses autres lieux d’excursion botanique : le Lyonnais (sur les coteaux de la Saône et du Rhône, dans les environs de L’Arbresle), le Bugey (où il possède une propriété, à Dortan), le Beaujolais (Ronno, Pizay), les Dombes (Priay, Sathonay, Trévoux), le Jura (Dole, Bonlieu, Oyonnax), le Forez (Pierre-sur-Haute, Chalmazelle, Coleigne), le Dauphiné (Ternay, Communay, Colombier). Il effectue également deux voyages à l’étranger, sur lesquels nous savons malheureusement bien peu de choses : en Italie, en compagnie de son disciple et ami lyonnais le magistrat et naturaliste Pierre-Antoine Barou du Soleil (1742-1793), qui mourra guillotiné sous la Terreur ; en Angleterre, en compagnie de Charles Bordes (1711-1781), homme de lettres et poète lyonnais.

18Au cours des années 1770, La Tourette devient un savant très estimé. Il correspond alors avec de grands naturalistes. Citons Philip Miller (1691-1771), Henri-Louis Duhamel du Monceau (1700-1782), Jean-François Séguier (1703-1784), Albrecht von Haller (1708-1777), Étienne Guettard (1715-1786), Louis Daubenton (1716-1800), Louis-Guillaume Lemonnier (1717-1799), Christophe Fusée-Aublet (1723-1778), le baron Nicolaus von Jacquin (1727-1817), le médecin provençal Louis Gérard (1733-1819), Antoine Gouan (1733-1821), le médecin grenoblois Clappier (1735-7), Philippe Picot de Lapeyrouse (1744-1818), Antonio-José Cavanilles (1745-1804), Dominique Villars (1745-1814), Charles L’Héritier de Brutelle (1746-1800), Antoine-Laurent de Jussieu, Louis-Claude Richard, l’abbé Pierre-André Pourret (1754-1818).

FIG. 6 - La Tourette (Marc-Antoine Claret de) 1729-1793, à 18 ans, peint par J. Valade. Collection particulière.

  • 15 La Tourette (Marc-Antoine Claret de), Chloris Lugdunensis, Lyon : Bruyset, 1785, 43 p. Chloris bur (...)
  • 16 Les premières études sur la flore des environs de Lyon datent du XVIème siècle. Elles sont princip (...)

19Grâce aux plantes qu’il obtient par échange, et grâce à ses nombreuses herborisations personnelles, La Tourette est en mesure de publier en 1785 une Chloris Lugdunensis15, qui constitue la première flore linnéenne de la région lyonnaise16. Le terme Chloris fait référence à la déesse des fleurs dans la mythologie grecque, épouse de Zéphyr, personnification du vent d’ouest. C’est le nom de Flora, la déesse latine identifiée avec Chloris, qui reste le plus largement utilisé par les auteurs. Cette flore est un catalogue de près de deux mille noms d’espèces et de six cent cinquante noms de variétés. Elle ne comprend aucune description. Les plantes y sont classées suivant le système linnéen et ce malgré l’amitié de La Tourette pour Antoine-Laurent de Jussieu.

  • 17 Surrateau (Jean-René), “Lyon”, in Soboul (Albert), Surrateau (Jean-René), Gendron (François) (sous (...)

20Lorsque la Révolution éclate, la soierie lyonnaise traverse une crise sans précédent : près d’un quart de la population de la deuxième ville de France ne travaille plus et vit de mendicité17. Dès 1790, les sans-culottes s’organisent en clubs sectionnaires tous représentés en un club central dont Joseph Châlier (1747-1793) devient rapidement le chef. Au plus fort de la crise économique et sociale, en mars 1793, les “Châliers”, comme on les nomme alors, sont élus à la municipalité et instituent aussitôt un Comité de salut public. Mais la situation lyonnaise est complexe et les mesures radicales qu’ils prennent n’emportent pas tous les suffrages, notamment auprès des maîtres-ouvriers tisserands. Finalement, la résistance contre-révolutionnaire s’organise et reprend le pouvoir mais, accusée de fédéralisme, la nouvelle municipalité est destituée par la Convention. Après que Châlier est guillotiné par la coalition fédéraliste le 16 juillet 1793, la Convention décide d’en finir et assiège la ville du 10 août au 9 octobre 1793. Marc-Antoine Claret de La Tourette n’assiste pas au siège de Lyon car il meurt au début du mois d’août 1793, des complications d’une pneumonie. C’est au cours du siège, sous une bombe, le 29 septembre, que décède son ami l’abbé Rozier. La répression qui suit la capitulation des autorités locales est digne de la Terreur : près de mille huit cents personnes sont exécutées. Parmi les premières victimes se trouve un ami de La Tourette, Pierre-Antoine Barou du Soleil, guillotiné le 13 décembre.

21Marc-Antoine Claret de La Tourette est l’auteur de deux espèces valides de la flore de France : Peucedanum gallicum Latourette, une Ombellifère qui se trouve dans le centre et l’ouest de la France, ainsi que dans le nord de la péninsule ibérique, et Carex caryophyllea Latourette, commune dans toute l’Europe. La Tourette n’est cependant pas le découvreur de ces deux espèces et, à ce titre, représente idéalement les botanistes de ces années de transition de la fin du XVIIIème siècle. Il est simplement le premier à donner un nom linnéen à des plantes répertoriées, décrites et illustrées depuis longtemps.

  • 18 La Tourelle (Marc-Antoine Claret de), Chloris Lugdunensis, op. cit., p. 7.
  • 19 Tournefort (Joseph Pitton de), Éléments de botanique, Paris : impr. royale, 1694, t. 1, p. 318.

22Le nom de Peucedanum gallicum apparaît pour la première fois dans la Chloris Lugdunensis18. La Tourette signale cette plante des monts du Lyonnais et, par un astérisque, renvoie le lecteur à la note de bas de page suivante : “Rariorib. & breviorib. fol. Tourn.”. Or, Joseph de Tournefort (1656-1708) cite effectivement une “Peucedanum Gallicum, rarioribus et brevioribus foliis H.R.Par.” dans ses Éléments de botanique (1694)19. La mention “H.R.Par.” ne fait pas référence à un ouvrage – car dans ce cas Joseph de

23Tournefort aurait également signalé un numéro de page – mais à l’Hortus regius Parisiensis, c’est-à-dire au Jardin royal de Paris : cette plante, cultivée dans le Jardin du roi, où elle est nommée Peucedanum Gallicum, rarioribus et brevioribus foliis, n’a été décrite dans aucun ouvrage antérieur à ses Éléments de botanique. Cette espèce était-elle connue depuis longtemps ? A-t-elle été découverte par Joseph de Tournefort dans le Jardin du roi ? Autant de questions qui, en l’état actuel des connaissances, ne peuvent pas être résolues.

  • 20 La Tourette (Marc-Antoine Claret de), Chloris Lugdunensis, op. cit., p. 27.
  • 21 Haller (Albrecht von), Historia Stirpium indigenarum Helvetice, Berne: Societatis typographicæ, 17 (...)
  • 22 Scheuchzer (Johannes), Agrostographia, Tigurin: Typis et Sumptibus Bodmerianis, 1618, 536 p.
  • 23 Anonyme, Plantarum seu Stirpium Icônes, Antverpiæ : Chritophori Plantini, 1581, 2 vols.
  • 24 Stafleu (Frans A.), Cowan (Richard), Taxonomic Literature, Utrecht : Bohn, Scheltema & Holkema, 19 (...)
  • 25 Anonyme, Plantarum seu Stirpium Icones, op. cit., t. 1, p. 10.

24Carex caryophyllea apparaît également pour la première fois dans la Chloris Lugdunensis20. À la suite du nom, Marc-Antoine Claret de La Tourette note “Lugd. & Delph., N. Haller 1381” pour indiquer qu’il a trouvé cette plante dans le Lyonnais et le Dauphiné et qu’elle correspond à la plante numéro 1381 de l’Historia stirpium Helvetiæ : d’Albrecht von Haller. Ce dernier nomme cette plante Carex foliis cespitosis, brevibus spicis consertis, petiolis erectis brevibus capsulis ovato triquetris21 et signale deux synonymes : le premier dû à Johannes Scheuchzer (1572-1633), naturaliste suisse auteur d’une Agrostographia (1618)22 qui constitue la première monographie des Joncées, Graminées et Cypéracées ; le second dû à l’inévitable Gaspard Bauhin (1550-1624). En remontant les différentes pistes, il s’avère que cette plante a été nommée pour la première fois dans un ouvrage anonyme paru en 1581, le Plantarum seu Stirpium Icones23. Cette magnifique collection d’illustrations de plantes longtemps attribuée à tort au médecin lillois Matthias de L’Obel (1538-1616) est en réalité une réimpression de planches anonymes réalisée par Christophe Plantin (1514-1589), anversois originaire de Touraine, l’un des plus célèbres imprimeurs de son temps24. Dans les Icones, Carex caryophyllea Latourette est nommée Gramen spicatum foliis Vetonicœ Caryophyllatœ et le seul synonyme signalé est Ghearent grafken, expression populaire flamande25. L’histoire de cette espèce rapproche la botanique de la Renaissance en Europe du Nord à celle de l’Antiquité méditerranéenne. Dans les deux cas, le chemin de celui qui cherche les sources d’un nom se perd le plus souvent dans l’anonymat de traditions locales ; dans les deux cas, les déterminations et les dénominations semblent avoir été transmises oralement avant d’être fixées par des savants.

Bibliographie

Hamy (Ernest-Théodore), Antoine-Laurent de Jussieu et Claret de La Tourette, Lyon : Académie des sciences, belles-lettres et arts de Lyon, 1908, 11 p.

Jacquet (Pierre), “Un Botaniste lyonnais méconnu du dix-huitième siècle : Marc-Antoine Claret de La Tourette (1729-1793)”, Bulletin de la Société linnéenne de Lyon, t. 68, 1999, pp. 77-84.

La Tourette (Marc-Antoine Claret de), Chloris Lugdunensis, Lyon : Bruyset, 1785, 43 p.

Magnin (Antoine), Claret de La Tourette, sa vie, ses travaux, ses recherches sur les lichens du Lyonnais, Paris : Baillière, 1885, 236 p.

Magnin (Antoine), “Histoire des botanistes lyonnais”. Mémoires de la Société linnéenne de Lyon, t. 31, 1906, pp. 37-41.

Dominique CHAIX (1730-1799)

25Dominique Chaix naît le 8 juin 1730, dans une ferme appelée la Chartreusine de Bertaud parce qu’elle est bâtie sur le reste d’un ancien couvent de Chartreuses, au pied du Mont-Aurouze, près de Gap, dans le Dauphiné. Ses parents, des cultivateurs originaires de Chaudun, hameau des environs, possèdent également une grange située plus haut sur le Mont-Aurouze, au niveau du rocher de Bures. Dominique Chaix passe toute son enfance sur les lianes de cette montagne. Il garde les moutons dont l’élevage est le principal revenu de sa famille. À l’âge de treize ans, il est remarqué par un curé du voisinage qui lui apprend le latin puis l’envoie au collège des jésuites de Grenoble.

  • 26 L’expression est de Villars (Dominique), “Dominique Chaix, botaniste”, Bulletin de la Société d’Ét (...)
  • 27 Linnaeus (Carl von), Species plantarum, Holmiae : L. Salvii, 1753, 2 vols.

26Ordonné prêtre en 1755, Dominique Chaix est nommé vicaire à Gap où il reste quatre années. Là, il se lie d’amitié avec Mademoiselle Golvin, la mère supérieure du couvent de jeunes filles de la Charité où il est chargé d’officier. Dominique Chaix, déjà sensible à la beauté des fleurs qui l’ont entouré toute sa jeunesse, est émerveillé par le Jardin de plantes médicinales qu’entretient la mère supérieure. Auprès d’elle, il découvre la botanique, ce “lien innocent qui ne cesse de les rapprocher”26, et le Species plantarum (1753)27 de Carl von Linné (1707-1778).

  • 28 L’expression est de Villars (Dominique), “Dominique Chaix, botaniste”, art. cit., p. 307.

27En 1758, Dominique Chaix est nommé curé des Baux, petite paroisse de cent cinquante âmes, sur la commune de La Roche-des-Arnauds, dans l’actuel département des Hautes-Alpes. Tout le temps que son ministère lui laisse de libre, l’abbé Chaix le consacre à la botanique. De ses excursions autour des Baux, il rapporte des plantes rares ou inconnues qu’il met en terre dans le jardin du presbytère ; de ces cultures provient une grande partie de son savoir botanique sur les floraisons, les fructifications, les graines, les différents organes des plantes. Successivement, il prend auprès de lui chacune des huit filles de son frère aîné pour les instruire et les éduquer. Elles passent pour être “très recherchées”28.

  • 29 Villars (Dominique), “Dominique Chaix, botaniste”, art. cit., p. 299.

28En 1766, alors qu’il est en mission évangélique dans le Champsaur avec deux abbés de ses amis, il rencontre Dominique Villars (1745-1814), un jeune homme de quinze ans son cadet également passionné de botanique à qui il laisse l’impression d’un homme plein de mérite et de candeur. Ils deviennent aussitôt inséparables. Ensemble, ils herborisent dans les montagnes du Champsaur, du Dévoluy, du Valgaudemar, du Briançonnais, du Lautaret, de l’Oisans. Grâce à l’abbé Chaix, dont il est l'unique disciple, Dominique Villars devient un ardent défenseur de Linné. Dominique Villars écrira que c’est “à ses conseils, à sa tendre et fidèle amitié” qu’il devra “les plus beaux moments de [sa] vie”29.

29Lorsqu’au début des années 1770, l’évêque de Gap annonce à l’abbé Chaix qu’il est nommé curé dans sa ville, il est persuadé de lui faire une heureuse surprise compte tenu du nouveau revenu de trois mille livres que cette charge représente (au lieu de six cents à La Roche-des-Arnauds). Pour l’abbé Chaix, la réalité est tout autre. Un ministère d’une telle importance implique quasiment le sacrifice de la botanique, ou tout au moins une nette diminution de ses libres herborisations. L’abbé Chaix ne peut cependant pas refuser cette promotion et doit aller passer quelques grades de théologie à Avignon. Seule consolation, ce voyage provençal, qu’il effectue à pied, est l’occasion de récolter de nouvelles plantes. À Gap, malheureux, il demande à pouvoir retrouver son ancienne paroisse et son pays natal. L’évêque de Gap fait œuvre de compréhension et le nomme à La Roche-des-Arnauds, où il finira ses jours.

30Jusqu’en 1775, l’abbé Chaix vit dans un isolement presque complet. Les premiers savants qu’il rencontre sont Étienne Guettard (1716-1786) et Barthélémy Faujas de Saint-Fond (1741-1819), qui effectuent alors un voyage dans le Dauphiné en compagnie de Dominique Villars. Après son séjour à Paris, en 1777, Dominique Villars revient dans le Dauphiné avec de nombreuses relations dont il fait profiter l’abbé Chaix qui commence à correspondre avec Jean-François Séguier (1703-1784), le baron Nicolaus von Jacquin (1727-1817), Carlo Allioni (1728-1804), Antoine Gouan (1733-1821), Philippe Picot de Lapeyrouse (1744-1818), André Thouin (1747-1824), Antoine-Laurent de Jussieu (1748-1836) ou encore l’abbé Pourret (1754-1818). L’abbé Chaix échange avec eux des plantes, des observations, des réflexions diverses. Par ces lettres, il entre dans la mémoire de son époque.

FIG. 7 - Verbascum chaixii Villars. Planche extraite de Villars (Dominique), Histoire des plantes du Dauphiné, Grenoble : l’auteur ; Paris : Prévost ; Lyon : les frères Périsse, 1789, t. 3, pl. XIII.

  • 30 Villars (Dominique), Histoire des plantes du Dauphiné, op. cit., 1786, t. 1, pp. 309-382.

31À partir de l’installation de Dominique Villars à Grenoble, en 1779, les deux amis correspondent par courrier ; ils ne se rencontrent qu’exceptionnellement. L’abbé Chaix suit de très près la rédaction de la flore du Dauphiné que Dominique Villars a décidé de publier, d’autant plus qu'il est chargé de rédiger un chapitre concernant la flore du Gapençais. Au cours du mois de janvier 1785, l’abbé Chaix rédige un catalogue des mille cinq cent cinquante plantes qu’il a répertoriées dans les environs de Gap. Inclus dans le premier volume de l’Histoire des plantes du Dauphiné (1786)30 sous le titre de “Flore du Gapençais”, ce catalogue constitue le seul ouvrage publié par l'abbé Chaix. Sans l’insistance de son ancien disciple, l’abbé Chaix n’aurait laissé aucune trace de ses connaissances et de ses découvertes. Dominique Villars et l’abbé Chaix se rencontrent en 1788, après l’impression du troisième volume de l’Histoire des plantes du Dauphiné, puis la Révolution survient et les sépare jusqu’à l’an II (été 1794), date de leur ultime rencontre.

  • 31 Villars (Dominique), “Dominique Chaix, botaniste”, art. cit., p. 308.

32En 1789, le sort de l’abbé Chaix, comme de tous les membres de l’Église, est entre les mains de la Constituante. Si la confiscation des biens de l’Église en avril 1790 ne touche véritablement que les dignitaires et relativement peu les simples abbés, la Constitution civile du Clergé, votée en juillet 1790, a quant à elle des conséquences de tout premier ordre sur la vie des quelque cinquante mille prêtres français. La Constituante les oblige en effet à faire un choix qui est, pour nombre d’entre eux, un dilemne très difficile : d’un côté, jurer serment à la République et être un prêtre national payé par l’État signifie être rejeté par la papauté, de l’autre côté, refuser de prêter serment et être toujours reconnu par Rome signifie être considéré comme un traître potentiel à la Révolution. Les prêtres se divisent alors en deux groupes globalement équivalents en nombre. L’abbé Chaix accepte de prêter serment ; lorsqu’il faut élire l’évêque constitutionnel du département des Hautes-Alpes, en 1791, plusieurs voix le poussent à se présenter mais, désireux de rester auprès de ses paroissiens, il refuse ostensiblement. En réalité, il est désabusé. Les troubles révolutionnaires l’ont profondément affecté. Même la botanique ne le passionne plus. En janvier 1791, il écrit à Dominique Villars : “Faites-moi vendre mon herbier ; le prix pourra servir à alimenter ma vieillesse ; la possession de cet objet ne m’intéresse plus. Je vieillis, et je n’ai pas dix ans à vivre”31.

FIG. 8 - Le Miroir de Vénus, Legousia speculum-veneris (Linné) Chaix, se trouve le plus fréquemment en association avec les cultures et les moissons, jusqu’à un peu plus de 1000 m d’altitude. © Philippe Danton, 1994, Gard.

  • 32 Idem, p. 309.

33Les mesures contre les prêtres réfractaires se durcissent sous la Législative. Le député fayettiste et botaniste Louis Ramond de Carbonnières (1753-1827) tente vainement de prendre leur défense. À partir de l’an II, la Convention mène une véritable Terreur religieuse : les prêtres assermentés ne peuvent plus officier librement, les réfractaires sont pourchassés et trente mille d’entre eux émigrent. Bien que décidé à rester en France, l’abbé Chaix est accablé par cette vague de déchristianisation : “Je ne me serais pas attendu – écrit-il à Dominique Villars – que la Convention nationale irait jusqu’à m’empêcher de dire la messe. Prenez mes manuscrits, mes herbiers et mes livres ; je n’ai plus besoin de rien”32. Un temps, il est question que l’administration départementale achète l’herbier de l’abbé Chaix mais le Directoire refusera d’accorder les fonds. C’est à cette période que l’abbé Chaix et Dominique Villars se rencontrent pour la dernière fois.

  • 33 La liste des travaux de l’abbé Chaix comprend notamment un Récit historique et moral sur la botani (...)

34Le 3 thermidor an VII (21 juillet 1799), alors qu’il célèbre la messe en son église de La Roche-des-Arnauds, l’abbé Chaix est victime d’une crise d’apoplexie. 11 décède le lendemain matin à deux heures. Dominique Villars apprend cette douloureuse nouvelle quelques jours plus tard par un courrier de leur ami commun Jean-Joseph Serre (1762-1831), médecin à La Roche-des-Arnauds. Pour lui témoigner son amitié sincère, l’abbé Chaix a légué tous ses biens botaniques à son ancien disciple. Mais la famille refuse d’appliquer ses volontés et Jean-Joseph Serre doit acheter tous ces documents (une cinquantaine de livres et quelques manuscrits33) pour les donner ensuite à Dominique Villars. Son herbier de trois mille plantes est acheté par Philippe Picot de Lapeyrouse, après que plusieurs botanistes l’ont refusé, tels René Desfontaines (1751-1833), Charles L’Héritier de Brutelle (1746-1800) ou Pierre-Étienne Ventenat (1757-1808). Il sera plus tard acquis par le musée de Gap.

35Dominique Chaix est l’auteur de dix espèces valides de la flore de France. Il est également le premier auteur d’une espèce, Agrostis villosa Chaix, pour laquelle Johann-Friedrich Gmelin (1748-1804) a donné une nouvelle combinaison, Calamagrostis villosa (Chaix) J.-F. Gmelin. Sur ces onze espèces, qui ont toutes été décrites dans l’Histoire des plantes du Dauphiné de Dominique Villars, seulement trois d’entre elles étaient connues des botanistes prélinnéens. Au sens strict, l’abbé Chaix a donc découvert huit espèces de la flore de France. Les deux localités dans lesquelles ces nouvelles espèces ont été récoltées pour la première fois sont le Mont-Auroux et Les Baux ; seule Calamagrostis villosa (Chaix) J.-F. Gmelin est signalée de Vallouise, bourg situé au pied du Mont-Pelvoux.

Bibliographie

Villars (Dominique), “Dominique Chaix, botaniste”, Bulletin de la Société d'Études des Hautes-Alpes, t. 4, 1885, pp. 291-319.

Monreviol, “Dominique Chaix”, Courrier des Alpes, 7 juillet 1927.

Jean-François DURANDE (1732-1794)

36Jean-François Durande naît à Dijon en 1732. Son père, Jean Durande, procureur au Parlement de Bourgogne, a eu un fils d’un premier mariage, Claude-Auguste, également devenu procureur, puis deux autres fils d'un second mariage avec Suzanne Champagne, Jean-Edme (mort en 1813), avocat et maire de Dijon, et Jean-François.

  • 34 Le premier Jardin botanique est créé à Dijon par le secrétaire en chef des États de Bourgogne, Var (...)

37Après des études de médecine, Jean-François Durande s’installe comme médecin à Dijon. Il y réside toute sa vie, en compagnie de son épouse, Claudine Tiran, et de son fils, Claude-Auguste (1764-1835), également médecin à Dijon dont il sera maire à plusieurs reprises. En 1773, Jean-François Durande devient membre de l’académie de Dijon qui le charge de démonstrations publiques au Jardin des plantes médicinales qui a été créé trois années auparavant par le grand bailly d’épée du Dijonnais, Bénigne Legouz de Gerland (?-1774)34. Homme passionné de belles-lettres, beaux-arts et histoire naturelle, il lègue son jardin à l’académie de Dijon sous condition que celle-ci y dispense des leçons sur l’usage des simples en thérapeutique. L’académie propose d’abord cette charge de cours à Jean-Jacques Rousseau (1712-1778), dont le goût pour la botanique est célèbre, ainsi qu’à Antoine Gouan (1733-1821), alors professeur titulaire à l’université de Montpellier, mais tous deux la refusent. L’académie décide alors de faire appel à Jean-François Durande. Au Jardin des plantes, Jean-François Durande trouve l’apothicaire Tartelin (1749-1822) qui en dirige l’installation. Il semble que Jean-François Durande se contente de dispenser ses leçons ; l’apothicaire garde jusqu’à son décès une certaine mainmise sur le jardin – il n’est pas sûr que cela soit une véritable direction. C’est l’élève et collaborateur de Tartelin, Pierre-Antoine Masson-Four (1778-1829), pharmacien militaire, qui accède à la direction du Jardin des plantes en 1822.

  • 35 Originaire de Dijon, Jacques-Nicolas Vallot (1771-1860) est professeur d’histoire naturelle à l’éc (...)
  • 36 Originaire de Dijon, Pierre Morland (1768-1837) s’engage en 1789 dans les grenadiers de la ville d (...)
  • 37 Guyton de Morveau (Louis-Bernard), Maret (Hugues), Durande (Jean-François), Élémens de chymie théo (...)
  • 38 Louis-Bernard Guyton de Morveau (1737-1816) est avocat au Parlement de Dijon. Le premier, il a l’i (...)
  • 39 Durande (Jean-François), Notions élémentaires de botanique, Dijon : L. N. Frantin, 1781, XCVI + 36 (...)
  • 40 Pour la présence et l’influence de la méthode naturelle des Jussieu avant la parution du Genera Pl (...)
  • 41 Jussieu (Antoine-Laurent de), “Exposition d’un nouvel ordre de plantes adopté dans les démonstrati (...)
  • 42 Durande (Jean-François), Flore de Bourgogne, Dijon : Frantin, 1782, 2 vols.
  • 43 Collet (Philibert), Catalogue des plantes les plus considérables qu’on trouve autour de la ville d (...)
  • 44 Les Dijonais semblent être préoccupés par l’ensevelissement des morts puisque son ami Hugues Maret (...)
  • 45 Durande (Jean-François), Observations sur l’efficacité du mélange d’éther sulfurique et d’huile vo (...)

38Jean-François Durande donne son premier cours le 20 juin 1773. C’est en réalité une séance publique de l’académie au cours de laquelle le buste du généreux donateur est placé dans le salon tenant lieu de salle de conférences. Le plus célèbre élève de Jean-François Durande est incontestablement Louis-Augustin Bosc d’Antic (1759-1828), qui a une vie tumultueuse sous la Révolution et qui obtient la chaire des Cultures du Muséum national d’histoire naturelle, à la suite d’André Thouin (1747-1823). Deux autres de ses élèves, Jacques-Nicolas Vallot (1771-1860)35 et Pierre Morland (1768-1837)36, deviendront des figures importantes dans la botanique locale. Le premier ouvrage de Jean-François Durande concerne la chimie : ce sont les Élémens de chymie théorique et pratique (1777-1778)37, publié en collaboration avec les dijonais Hugues Maret (1726-1786), ancien élève de l’université de médecine de Montpellier, et Louis-Bernard Guyton de Morveau (1737-1816)38. Ses Notions élémentaires de botanique (1781)39, où sont rassemblées ses leçons, constituent un ouvrage particulièrement important pour l’histoire de la théorie des classifications. La méthode naturelle des Jussieu y est en effet distinctement exposée, alors que nous sommes à huit années de la parution du Genera Plantarum (1789) d’Antoine-Laurent de Jussieu (1748-1836)40. En proposant une classification largement inspirée par les travaux qu’Antoine-Laurent de Jussieu a publiés en 177441, Jean-François Durande montre qu’il est alors au fait des idées les plus novatrices de son époque. Il est l’un des premiers professeurs de botanique d’une singulière clairvoyance lorsqu’il choisit de les introduire dans ses leçons. Une année seulement après les Notions élémentaires de botanique, Durande publie une Flore de Bourgogne (1782)42 dans laquelle sont décrites, avec leurs localités, près de mille trois cents espèces, cryptogames compris. Il a largement utilisé deux travaux précédents sur la flore de Bourgogne : le Catalogue des plantes les plus considérables qu’on trouve autour de la ville de Dijon (1702)43 de Philibert Collet (1643-?), où les plantes sont classées suivant des caractères tels que la saveur, le toucher ou la couleur ; le Catalogue alphabétique des plantes de Bourgogne, un manuscrit rédigé vers 1730 par Huissier d’Argencourt. JeanFrançois Durande ne publie pas d’autres travaux de botanique. Certaines de ses contributions ultérieures ont des titres étonnants, tels le Mémoire sur l’abus de l’ensevelissement des morts (1789)44, ou les Observations sur l’efficacité du mélange d’éther sulfurique et d’huile volatile de thérébenthine, dans les coliques hépatiques (1790)45.

39En 1789, Jean-François Durande lègue sa charge de cours à son fils qui lui succède pour un temps limité car les institutions académiques sont supprimées en 1792.

40Jacques-Nicolas Vallot 1771-1860) (reprend les leçons de botanique dans le cadre de l'école centrale de Dijon à partir de 1796. Entre temps, c’est essentiellement Pierre Morland, alors conseiller municipal de Dijon, qui veille sur le Jardin des plantes. JeanFrançois meurt à Dijon en janvier 1794.

  • 46 Jean-François Durande indique au sujet de ce petit spartie : “Dans les terrains sec et pierreux. I (...)
  • 47 Haller (Albrecht von), Emendationes & Auctaria ad Enumerationem stirpium Helveticarum, Turini: [s. (...)

41Jean-François Durande est le premier auteur linnéen de Cytisus decumbens (Durande) Spach, un arbuste présent dans le sud de l’Europe, de la France à l’Albanie. Nommée Spartium decumbens dans la Flore de Bourgogne, cette espèce est finalement classée dans le genre Cytisus par Édouard Spach (1801-1879) en 184546. Son réel découvreur est Albrecht von Haller (1708-1777) qui la nomme Spartium caule decumbente ramoso, foliis solitariis ovatis, floribus lenge petiolatis dans les Emendationes & Auctaria ad Enumerationemt stirpium Helveticarum (1762) et qui la signale de Bourgogne ainsi que de trois localités helvétiques, La Chaux de Fond, La Brévine et Le Roulier47.

Bibliographie

Genty (Paul), Le Centenaire du Jardin botanique de Dijon, Dijon : Bernigaud, 1934, 28 p.

Guédès (Michel), “Duchesne, Buisson, Durande, early followers of the natural method of the Jussieus”, Taxon, t. 22, 1973, pp. 211-219.

Honoré (E.), “La Famille Durande”, in Amat (Roman d’) (sous la dir.), Nouvelles biographies françaises, Paris : Letouzey aîné, 1970, t. 12, pp. 713-714.

Poinsot (Henri), “Deux siècles de botanique à Dijon”, Mémoires de l’Académie des Sciences, Arts et Belles-Lettres de Dijon, t. 114, 1961, pp. 97-118.

Antoine GOUAN (1733-1821)

  • 48 Après avoir été chassé de l’Église, l’abbé Raynal (1713-1796) se consacre à la philosophie. Il doi (...)
  • 49 François Boissier de La Croix de Sauvages (1706-1767) se fait remarquer par la traduction d’un cél (...)

42Antoine Gouan naît le 15 novembre 1733 à Montpellier, où son père et son grand-père sont respectivement avocat et conseiller à la Cour des comptes. En compagnie de ses deux frères, de 1744 à 1749, il fait ses humanités au collège des Jésuites de Toulouse, dirigé par l’abbé Raynal48, puis revient s’inscrire à l’université de médecine de Montpellier. À cette époque, le Jardin botanique et l’université de médecine de Montpellier n’ont plus leur prestige des temps passés. Les botanistes qui firent les très riches heures de ces institutions ont disparu depuis longtemps, tels Pierre Richer de Belleval (1564-1632), Pierre Magnol (1638-1715) ou Joseph de Tournefort (1656-1708). Le seul professeur qui influence et guide le jeune Antoine Gouan est le fervent linnéen François Boissier de La Croix de Sauvages (1706-1767)49, surnommé le “médecin de l’amour” pour avoir soutenu sa thèse sur le thème éminemment délicat de la guérison de l’amour par les plantes. Mais Boissier de La Croix de Sauvages ne peut pas être considéré comme un véritable maître en botanique ; au moins est-il un bon professeur de matière médicale. Reçu docteur en médecine en 1752, Antoine Gouan doit fréquenter l’hôpital de Saint-Éloi, où travaille son oncle et homonyme Antoine Gouan (c. 1712-1784). Déçu, il tourne définitivement le dos à la pratique médicale pour s’orienter vers sa véritable passion, l’histoire naturelle.

FIG. 9 - Planche ‘‘Vue perspective du Jardin des plantes de Montpellier en 1596”. Extraite de Martins (Charles), Le Jardin des Plantes de Montpellier, Montpellier : Boehm, 1854, pl. VIII.

  • 50 Gouan (Antoine), “Observation d’anatomie et d’histoire naturelle sur un poisson, espèce de chien d (...)

43En 1757, Antoine Gouan est nommé adjoint de botanique à l'académie de Montpellier, section sciences, grâce à la lecture d’un mémoire de zoologie devant les membres de la Société royale des sciences de Montpellier50. Il suit les traces d’illustres botanistes qui l’ont précédé à Montpellier : il herborise dans le Languedoc, les Cévennes, la Provence, le Roussillon ; il est fréquemment accompagné par deux de ses plus fidèles amis, Bourgat, médecin à Montpellier, à qui il dédiera l'Eryngium bourgatii Gouan, et Razoul, pharmacien à Perpignan, pour qui il nommera l'Angelica razulii Gouan. Peu à peu, Antoine Gouan s’impose comme un maître incontournable de la botanique méridionale.

  • 51 Gouan (Antoine), Hortus regius monspeliensis, Lyon : de Tournes, 1762, 548 p. C’est dans cet ouvra (...)
  • 52 Gouan (Antoine), Flora Monspeliaca, Lyon : Duplain, 1765, 543 p.

44En 1762, alors qu’il n’a aucune fonction officielle dans l’enseignement de la botanique à Montpellier, il publie un inventaire des plantes cultivées au Jardin royal de Montpellier, l''Hortus regius monspeliensis51. Ce qui ne plaît guère à Jean-François Imbert (1722-1785), le démonstrateur de botanique du dit jardin. Mais la notoriété d’Antoine Gouan grandit encore après son élection comme titulaire à l’académie de Montpellier en 1765 et après la publication de sa Flora Monspeliaca (1765)52 : les relations entre les deux hommes finissent par s’améliorer et, en 1766, Antoine Gouan est nommé sous-démonstrateur de botanique au Jardin royal, c’est-à-dire chargé des herborisations à la campagne.

  • 53 Jean-Guillaume Bruguière (1750-1798) est un savant trop méconnu. Grâce aux soutiens de Bernard de (...)

45Antoine Gouan occupe peu de temps cette charge car il est nommé professeur à l’université de médecine l’année suivante, en remplacement de François Boissier de La Croix de Sauvages qui vient de décéder. Il y professe l’histoire naturelle, la matière médicale et la physiologie. Parmi ses disciples, se trouvent quelques-unes des grandes figures de l’histoire naturelle : Joseph Dombey (1742-1794), explorateur du Chili et du Pérou, Jacques-Julien Houtou de La Billardière (1750-1834), naturaliste de l’expédition d’Entrecasteaux à la recherche des traces de La Pérouse, Jean-Guillaume Bruguière (1750-1798) et Guillaume-Antoine Olivier (1756-1814)53, explorateurs du Moyen-Orient, Auguste Broussonet (1761-1807), futur remplaçant de Gouan à l’école de médecine, ainsi que Jean-Emmanuel Gilibert (1741-1814), futur maître de la botanique lyonnaise.

  • 54 La correspondance de Gouan est présentée par Amoreux (Pierre-Joseph), “Notice historique sur Antoi (...)
  • 55 Gouan (Antoine), Illustrationes et observationes botanicœ, Zurich: Orelle, 1773, 83 p., 26 pls.

46Dans les années 1760, Antoine Gouan est un botaniste reconnu bien au-delà des frontières. Il correspond notamment avec Linné et Albrecht von Haller (1708-1777), le célèbre professeur bernois. C’est par l’intermédiaire de récoltes d’insectes de la région méditerranéenne, commandés par Linné à Boissier de La Croix de Sauvages qui a lui-même chargé son disciple d’y répondre, que Gouan commence à correspondre avec Linné54. La première lettre du maître de Suède, selon l’expression consacrée à l’époque, à Gouan est datée du 22 novembre 1759 : en latin, il loue le professeur Boissier de La Croix de Sauvages et remercie son jeune correspondant français pour l’envoi des insectes. Régulièrement, Linné demande à Gouan des nouvelles de ses travaux ; il le remercie d’avoir publié les Illustrationes et observationes botanicœ (1773)55 – ouvrage qui constitue un vibrant hommage à Linné ; il lui confie qu’il n’en veut guère à Michel Adanson (1727-1806), qui semble presque s’acharner contre lui. Seule la mort de Linné en 1778 vient interrompre leurs relations. Antoine Gouan correspond dès 1765 avec Albrecht von Haller. Leurs échanges sont plus brefs que ceux entre Gouan et Linné, presque administratifs puisque les onze lettres reçues de Berne ne concernent que des demandes d’envois de thèses défendues à Montpellier. C’est également en 1765 qu’Antoine Gouan entre en relation avec le nîmois Jean-François Séguier (1703-1784), qui a une certaine influence sur beaucoup de jeunes gens de l’époque. Excellent connaisseur de l’Antiquité, naturaliste, curieux, cultivé, ayant beaucoup voyagé, on peut dire qu’il les fascine. Au début, c’est Antoine Gouan qui interroge Séguier mais rapidement, c’est ce dernier qui questionne Gouan.

FIG. 10 - Page de garde de Gouan (Antoine), Hortus regius monspeliensis, Lyon : de Tournes, 1762, 548 p. C’est dans cet ouvrage que la nomenclature linnéenne est utilisée pour la première fois en France.

  • 56 Les lettres que Gouan a reçues de Jean-Jacques Rousseau datent de 1769 et 1770. Pour remercier Gou (...)

47En 1776, lors d’un séjour à Paris, Antoine Gouan rend visite à Bernard de Jussieu (1699-1777) et à Jean-Jacques Rousseau (1712-1778)56. Au cours des deux seules années 1777 et 1778, le XVIIIème siècle voit disparaître en Carl von Linné, Bernard de Jussieu, Albrecht von Haller et Jean-Jacques Rousseau quelques-uns de ses meilleurs esprits. Il appartient alors à Antoine Gouan et aux autres botanistes de sa génération de remplacer ces maîtres défunts. En 1777, Antoine Gouan a la vie devant lui : il épouse Marie-Anne Molis qui lui donnera une fille.

  • 57 Gouan (Antoine), Explication du Système botanique du chevalier von Linné, Toulouse : J. F. Picot, (...)
  • 58 Pierre-Étienne Ventenat (1757-1808) laisse quelques livres sur les Mousses, mais se distingue surt (...)
  • 59 Jean Hermann (1738-1800) est professeur de botanique au Jardin des plantes de Strasbourg de 1784 à (...)

48Antoine Gouan est nommé démonstrateur de botanique au Jardin des plantes de Montpellier en 1782, en remplacement de Joseph Barthez (1734-1806), chancelier de l’université. Fervent défenseur de la nomenclature binominale et du système sexuel de classification, il rédige une Explication du Système botanique du chevalier von Linné (1787) destiné à ses élèves57. C’est au cours des années 1780 qu’il entre en relation avec beaucoup de botanistes et savants de sa génération : Antoine-Laurent de Jussieu (1748-1836) lui demande des plantes pour l’école de botanique du Jardin royal de Paris ; René Desfontaines (1750-1833) le consulte au sujet du système linnéen ; Dominique Villars (1745-1814) le renseigne sur les plantes du Dauphiné ; Ambroise Palisot de Beauvois (1752-1820) lui rapporte ce qu’il observe à Saint-Domingue ; Sir James-Edward Smith (1759-1828) soutient son élection comme associé étranger à la Linnean Society of London. D'autres botanistes le consultent pour diverses questions, tels Pierre-Étienne Ventenat (1757-1808)58, le norvégien Martin Vahl (1749-1804) ou Jean Hermann (1738-1800)59. Sa relation avec Auguste Broussonet, son ancien élève, est particulièrement importante pour l’histoire du Jardin des plantes de Montpellier. C’est en effet Broussonet, alors en Angleterre, qui lui envoie en 1788 un plant du très rare Gingko biloba dont le chevalier Joseph Banks (1743-1820) lui a fait don. Antoine Gouan plante d’abord cet arbre dans le carré du roi, avant d’en transplanter une marcotte dans l’école de botanique en 1795. C’est sur ce dernier spécimen, auquel il apporte une attention constante, qu’Antoine Gouan verra des fleurs mâles apparaître pour la première fois en Europe le 12 avril 1812.

  • 60 Pierre-Joseph Amoreux (1741-1824) est bibliothécaire à l’université de médecine de Montpellier et (...)

49Avec les troubles de la Révolution, de nombreuses institutions sont supprimées, mais très souvent, le changement n’est qu’apparent : ainsi, les universités de médecine fermées sous la Convention rouvrent-elles plus tard en écoles de santé qui deviendront elles-mêmes des écoles de médecine puis, finalement, des facultés de médecine. Si les noms des institutions sont modifiés, les personnes demeurent. La création de l’école de santé de Montpellier, en frimaire an III (novembre-décembre 1794) se fait dans un monde relativement clos : pendant la fermeture de l’université, Pierre-Joseph Amoreux (1741-1824)60, un ancien élève de Gouan, est nommé commissaire du Jardin national tandis que Gouan, en tant qu’ancien professeur, doit rédiger un rapport sur le jardin et l'université pour le Conseil général et le Gouvernement. Dans la nouvelle école de santé, Gouan est nommé titulaire des chaires de Matière médicale et de Botanique, et donc conservateur (équivalent à un poste de directeur) du Jardin national ; Pierre-Joseph Amoreux est nommé adjoint de Gouan mais démissionne aussitôt, sans doute pour protester de ne pas avoir obtenu la direction du Jardin.

  • 61 Gouan (Antoine), Herborisations dans les environs de Montpellier, Montpellier : Izar et Ricard, an (...)
  • 62 Originaire de Montpellier, Jacques Draparnaud (1772-1804) est orphelin de mère à deux ans. Il a un (...)
  • 63 Gouan (Antoine), Traité de botanique et de matière médicale, Montpellier : Izard et Ricard, an XII (...)

50À l’école de santé de Montpellier, l’un des collègues de Gouan est le révolutionnaire Jean-Antoine Chaptal (1756-1832), titulaire de la chaire de Chimie, proche du Comité de salut public. Nous ignorons quel réel accueil le professeur Gouan fait à la Révolution. Pour être l’ami de Jean-Antoine Chaptal, il ne doit sans doute pas lui être trop hostile. Un autre de ses collègues est le frère d’Auguste Broussonet, alors émigré, Victor Broussonet (1771-1847), titulaire de la chaire de Médecine opérante. Pour ses élèves, en 1802, Gouan publie des Herborisations dans les environs de Montpellier61. Avec les années, sa vue diminue irrémédiablement, et une aide devient chaque jour un peu plus nécessaire pour le seconder dans sa charge universitaire : à l’an V (1797), Jean-Nicolas Berthe assume les leçons de matière médicale ; en thermidor an X (juillet-août 1802), Jacques Draparnaud est nommé professeur d’histoire naturelle à l’école de médecine et directeur du Jardin des plantes62. Finalement, l’année suivante, en thermidor an XI (juillet-août 1803), Gouan est nommé professeur honoraire. Il n’assurera désormais plus aucun cours. Grâce au soutien de Jean-Antoine Chaptal, avec lequel il est parent, Auguste Broussonet remplace alors Gouan à l’école de médecine ; il devient également directeur du Jardin botanique après la démission de Draparnaud, gravement atteint de tuberculose. Toujours soucieux de ses élèves, Gouan rassemble ses dernières leçons dans le Traité de botanique et de matière médicale (an XII)63.

51Après le décès de sa fille, en 1806, Antoine Gouan ne sort presque plus de son domicile. En 1807, son ancien élève et ami Broussonet décède. Antoine Gouan, toujours très influent mais peu clairvoyant, si l’on peut dire, tente en vain d’empêcher Augustin-Pyramus de Candolle d’accéder à la chaire de Botanique de l’école de médecine ; il ne supporte pas qu’un botaniste opposé à la classification linnéenne puisse professer en “ses” lieux. De toute évidence, la nomination d’Augustin-Pyramus de Candolle est la grande chance de la botanique à Montpellier. Durant les dernières années de sa vie, Antoine Gouan est un vieux monsieur aveugle auquel on rend visite avec respect et duquel on espère sans doute recevoir quelque secret. Antoine Gouan, l’un des grands professeurs de l’école botanique de Montpellier, décède le 1er septembre 1821.

FIG. 11 - Gouan (Antoine) 1733-1821.

  • 64 Gouan (Antoine), Illustrationes et observationes botanicæ, Zurich : Orelle, 1773, p. 27.

52Antoine Gouan est l’auteur de vingt espèces et le premier auteur de onze autres espèces valides de la flore de France. Parmi ces trente et une espèces, il n’en a cependant réellement découvert que trois. Toutes les autres étaient déjà connues et avaient déjà été nommées par des savants prélinnéens. Ceci est directement lié au fait qu’Antoine Gouan a été le premier botaniste français à avoir adopté la nomenclature linnéenne : beaucoup de plantes qui avait échappé à Linné et à quelques autres linnéens de la première heure n’avaient toujours pas été nommées suivant la nouvelle nomenclature. C’est en 1768, lors d’une herborisation dans la vallée d’Eyne, dans les Pyrénées, qu’Antoine Gouan a trouvé pour la première fois Saxifraga media Gouan, une plante endémique des Pyrénées orientales et l’une des trois espèces dont il est le réel découvreur64.

Bibliographie

Amoreux (Pierre-Joseph), “Notice historique sur Antoine Gouan”, Mémoires de la Société linnéenne de Paris, t. 1, 1822, pp. 656-730.

Dulieu (Louis), “Antoine Gouan (1733-1821)”, Revue d’Histoire des Sciences, t. 20, 1967, pp. 33-48. Martins (Charles), Coup d’œil sur l’histoire des botanistes et du jardin des plantes de Montpellier. Discours d’ouverture du cours de botanique médicale prononcé le 17 avril 1852, Montpellier : Ricard, 1852, 40 p. Roubieu (Guillaume-Joseph), “Éloge de Μ. A. Gouan, Professeur de botanique dans la faculté de médecine de Montpellier”, Nouvelles Annales cliniques de la Société de Médecine pratique de Montpellier, t. 3,1822, pp. 200-213.

Jean-Baptiste, Pierre, Antoine DE MONET (1744-1829), CHEVALIER DE LAMARCK

53Jean-Baptiste de Lamarck est sans doute l’un des plus grands naturalistes français et l’un des plus grands penseurs de l'histoire naturelle. Son œuvre, colossale, marque une étape cruciale dans l’avancement des sciences. Esprit génial, doué d’un sens de l’observation d’une acuité rare et d’une capacité de travail sans égal, il a donné de la hauteur à tout ce qu’il a abordé. Ses apports à la connaissance des animaux sans vertèbres en sont certainement la plus belle illustration. Lorsqu’on le nomme titulaire de la chaire de Zoologie des insectes, vers et animaux microscopiques, au Muséum national d’histoire naturelle, en 1793, il ne connaît pour ainsi dire rien à ces organismes. C’est là une récompense bien amère que l’on fait à cet homme de cinquante ans : alors qu’il est l’un des meilleurs botanistes de son temps, on lui attibue une chaire dont personne ne veut tant le chaos semble y régner. Contre toute attente, non seulement il donne rapidement ses lettres de noblesse à la zoologie des Invertébrés – terme dont il est d’ailleurs l’inventeur-, mais surtout, il profite de ses nouvelles recherches pour être à l’origine de deux véritables révolutions en histoire naturelle. Tout d’abord il invente la biologie pour désigner l’étude des êtres vivants, qu’il distingue définitivement des êtres dits inanimés. Ensuite il invente la première théorie de l’évolution suivant laquelle les espèces se transforment au cours du temps, et que l’on appellera plus tard le transformisme.

54Vouloir embrasser toute la vie et toute la pensée de Jean-Baptiste de Lamarck dans le nombre limité de pages que nous nous sommes fixé est illusoire. Cela ne fera de doute pour personne. Nous avons décidé de ne traiter ici que des premières amours de ce génie, la botanique. Cette tâche est d’autant plus facile qu’elle se rapporte à une période bien délimitée de sa vie. Les travaux qu’il publie entre 1779 et 1793 sont presque exclusivement consacrés à l’étude des plantes. La vie et la pensée du chevalier de Lamarck ne sont bien évidemment pas nettement découpées dans le temps. Nous ferons allusion aux germes de la pensée transformiste que l’on peut trouver çà et là dans ses premières contributions botaniques. Il existe une abondante littérature concernant la deuxième période du chevalier de Lamarck. Nous invitons le lecteur à s’y reporter. Qu’ici une place soit faite au botaniste.

  • 65 Entièrement détruite pendant la première guerre mondiale, elle est remplacée par un square Lamarck (...)
  • 66 Jean-Baptiste de Lamarck eut quatre frères, dont un mort en bas âge, et six sœurs, dont une morte (...)

55Jean-Baptiste de Lamarck naît le 1er août 1744 à Bazentin-le-Petit, en Picardie, dans l’actuel département de la Somme. Ses origines sont relativement bien connues. Par son père, Philippe-Jacques de Monet de La Marck (1702-1759), lieutenant d’infanterie, il descend d’une famille de l’ancienne noblesse béarnaise qui a quitté l’Aquitaine au XVIIème siècle pour s’installer en Artois, alors espagnol. La seigneurie de Lamarque faisait partie du pays de Bigorre. Elle est aujourd’hui située à la périphérie de Pontacq, dans les Pyrénées-Atlantiques. Par sa mère, Marie-Françoise de Fontaines de Chuignolles (?-1775), il descend d’une famille de la petite mais ancienne noblesse picarde, lointainement apparentée à Robert Ier, éphémère roi de France tué à la bataille de Soissons en 923. Jean-Baptiste de Lamarck vient au monde dans une vaste maison qu’on appelle alors abusivement le château de Bazentin, sans doute parce qu’une seigneurie en dépend65. Bien que les hommes de sa famille soient des militaires depuis des générations, tant du côté maternel que du côté paternel, Jean-Baptiste de Lamarck est très tôt destiné à la carrière ecclésiastique. Cette exception s’explique par la trop faible fortune de ses parents et le fait qu’il soit le dernier de onze enfants66. Il passe à Bazentin une enfance calme. On lui donne quelques rudiments d’instruction et une sérieuse initiation musicale. Il joue du clavecin et du violoncelle.

  • 67 Ce bâtiment, qui n’était donc pas du tout un séminaire, abrite aujourd’hui un lycée.
  • 68 Brygoo (Édouard-Raoul), “Lamarck et les militaires”, in Laurent (Goulven) (sous la dir.), Jean-Bap (...)

56En 1755, Jean-Baptiste de Lamarck entre au collège des jésuites d’Amiens. C’est là qu'il fait ses humanités : latin, grec, logique, scholastique, rhétorique, mathématiques et physique forment l’essentiel des leçons qui y sont dispensées. Comme partout sous l’Ancien Régime, on n’y trouve aucune trace d’histoire naturelle. 11 ne loge pas au collège mais dans un bâtiment que l’on appelle le séminaire, parce qu’il abrite des jeunes gens en costume de lévite67. Lorsqu’il rentre chez lui, il est surnommé “le petit abbé”68. Cela le désespère. Il pense à son frère Jean-Antoine, lieutenant, mort en 1747, à l’âge de dix-sept ans, à la suite du siège de Berg-op-Zoom. Il pense surtout à ses deux autres frères, Louis-Philippe, capitaine d’infanterie, et Philippe-François, enseigne, qui participent alors sur terre et sur mer aux batailles que se livrent les couronnes d’Europe depuis 1756. La France, alliée à l’Autriche, la Saxe, la Russie, la Suède et l’Espagne combat l’Angleterre, alliée à la Prusse et au Hanovre. Eux, songe-t-il, ont la chance de porter l’uniforme. Ils peuvent briller. Après le décès de son père, qui survient en 1759, Jean-Baptiste de Lamarck retourne vivre à Bazentin-le-Petit où il tente de persuader sa mère de le laisser partir pour les champs de batailles. Finalement, en avril 1761, il quitte la Picardie pour rejoindre à cheval la Westphalie et le 74ème régiment du colonel de Lastic. Grâce à une recommandation de Madame de Lameth, une amie de sa mère, parente du duc de Broglie, le commandant en chef des années du roi, il y obtient le grade de second enseigne le 3 mai 1761. Sa bravoure exemplaire lors de la bataille de Willinghausen, le 15 juillet, lui vaut d’être promu enseigne le 1er août. C’est avec le grade de lieutenant, auquel il accède le 26 septembre, qu’il participe à quelques dernières batailles de la guerre de Sept Ans comme la défaite de Wilhelmstadt ou la prise d’Amenebourg. Il rentre en France après la signature du traité de Paris, en 1763. Son régiment est envoyé dans le Midi. Jean-Baptiste de Lamarck y passera cinq années.

  • 69 Chomel (Jean-Baptiste), Abrégé de l’histoire des plantes usuelles, Paris : Osmont, 1712, 640 p.
  • 70 La raison de cette décision, que rien ne laissait prévoir, est longtemps restée mystérieuse. Elle (...)

57Ces cinq années sont cruciales. C’est au milieu de la nature provençale que le lieutenant de Lamarck découvre les joies de l’herborisation. Il tente de retrouver les noms des plantes à l’aide de l’Abrégé de l’histoire des plantes usuelles (1712)69 de Jean-Baptiste Chomel : dans les environs de Monaco et d’Antibes, où son régiment est en garnison en 1763, puis à Toulon à partir de l’année suivante. Il quitte en 1766 la Provence pour rejoindre Mont-Dauphin, dans le Dauphiné, puis Huningue, en Alsace, en 1767, où il devient sous-lieutenant de grenadiers. C’est là, le 19 février 1768, que Jean-Baptiste de Lamarck vend son grade et dépose sa démission. Ce sont les autres officiers de son régiment qui l’ont visiblement poussé à quitter l’uniforme70. Ils ne supportent plus de voir les lésions supureuses de son cou. Jean-Baptiste de Lamarck souffre d’écrouelles, c’est-à-dire d’un gonflement des glandes cervicales dû au bacille tuberculeux bovin. Après sa démission, il est soigné par Jacques-René Tenon (1724-1816), chirurgien à La Salpétrière, qui le guérit de sa maladie mais lui laisse de profondes cicatrices sur le cou. Il les cachera toute sa vie durant sous un foulard, comme on peut le voir sur tous ses portraits, bustes et statues.

58Après avoir quitté l’armée, Jean-Baptiste de Lamarck retourne en Picardie, à Bazentin-le-Petit, où sa mère vit seule. Il y reste quelques mois jusqu’à ce que son frère Louis-Philippe (né en 1729) l’invite à le rejoindre dans la capitale. Ni la date de son installation à Paris ni son lieu de résidence ne nous sont connus avec précision. 11 arrive à Paris au plus tôt en 1769 et au plus tard en 1771 ; il habite soit chez son frère Louis-Philippe, installé à la campagne, au Mont-Valérien, soit en compagnie de son frère Philippe-François. Une seule chose est sûre : à partir de 1771, il est employé par un banquier de la rue Thévenot (actuelle rue Réaumur), chez qui il loge. Sa vie parisienne s’éclaircit pour nous lorsqu’il s’installe en 1772 dans une petite chambre de la rue du cardinal Lemoine. Pour seuls bagages, il possède son violoncelle, l’Abrégé de l’histoire des plantes usuelles de Chomel et quelques plantes du sud de la France en herbier. Le chevalier de Lamarck a alors complètement abandonné l’idée de travailler dans les finances et décide d’entrer à la faculté de médecine de Paris. Comme nous l’avons souligné, les études médicales sont le seul accès à l’histoire naturelle. Or on peut émettre des doutes quant à sa détermination à exercer la profession médicale lorsque l’on sait qu’il ne passe aucun diplôme en quatre années d’études. En 1772, c’est déjà à l’histoire naturelle que Jean-Baptiste de Lamarck a décidé de se consacrer.

  • 71 Laurent (Goulven), “Jean-Baptiste Lamarck, sa vie, son œuvre”, in Laurent (Goulven) (sous la dir.) (...)
  • 72 Lamarck (Jean-Baptiste de), Flore françoise, Paris : impr. royale, 1778 [1779], 3 vols.

59Parallèlement à la faculté de médecine, Jean-Baptiste de Lamarck fréquente le cabinet d’histoire naturelle et l’école de botanique du Jardin du roi, tout près de la montagne Sainte-Geneviève, où il habite. Il y est presque tous les jours. Il y suit les cours de botanique du professeur Louis-Guillaume Lemonnier (1717-1799), les démonstrations de Bernard de Jussieu (1699-1777) entre les parterres de l’école de botanique et les herborisations à la campagne d’Antoine-Laurent de Jussieu (1748-1836), qui remplace son oncle, fatigué et aveugle d’un œil depuis plusieurs années. En 1774 et 1775, il assiste à la plantation de la nouvelle école de botanique ordonnée par l’intendant du jardin, Georges-Louis Leclerc (1707-1788), comte de Buffon, et réalisée par Antoine-Laurent de Jussieu et le jardinier en chef André Thouin (1747-1824). Au cours de cette période, il obtient la confiance de Louis Daubenton (1716-1800), garde et démonstrateur des collections du Cabinet du roi. C’est ce dernier qui le présente au comte de Buffon en 1776. L’entretien est poli. Jean-Baptiste de Lamarck donne au suprême intendant un Mémoire sur les principaux phénomènes de l’atmosphère, qu’il voudrait voir être lu à l’Académie des sciences ; il ne quittera pas le tiroir du bureau du comte de Buffon et restera manuscrit. Il n’est pas étonnant de voir Lamarck s’intéresser aux phénomènes climatiques et atmosphériques. Il semble déjà avoir la conviction que les plantes comme les nuages suivent des lois physiques semblables qu’il convient de découvrir71. C’est au cours des années 1770 que Jean-Baptiste de Lamarck se lie d’amitié avec des naturalistes du Jardin du roi : Jean-Guillaume Bruguière (1750-1798), qui vient de rentrer d’une expédition aux îles Australes commandée par Yves-Joseph-Marie de Kerguélen-Trémarec (1734-1797) et qui lui transmet sa passion des coquillages ; l’abbé René-Just Haüy (1743-1822), minéralogiste, régent de seconde au collège du cardinal Lemoine, également excellent musicien. En 1777, le chevalier de Lamarck se met en ménage avec Marianne de La Porte. Ils s’installent sur l'île Saint-Louis, dans la rue des Deux-Ponts. Il y apporte ses herbiers de la région parisienne, sa collection de coquillages, son violoncelle. Lorsque naît sa première fille Rosalie, le 8 août 1778, il est plongé dans la rédaction de sa Flore françoise (1778)72.

FIG. 12 - Lamarck (Jean-Baptiste de) 1744 1829.

  • 73 À ce sujet, une question essentielle se pose : quels herbiers Jean-Baptiste de Lamarck a-t-il pu u (...)

60Lorsque paraît la Flore françoise, Jean-Baptiste de Lamarck est un inconnu. Il n’a publié aucun travail, n’est titulaire d’aucune chaire, n’a aucune charge officielle. Quant aux naturalistes du Jardin du roi, ils sont à mille lieues de penser qu’il ait pu réaliser un tel ouvrage. Car Jean-Baptiste de Lamarck est demeuré silencieux, tant sur l’étendue de ses connaissances que sur l’originalité de ses idées. La surprise de ses contemporains est donc entière et immense, digne de l’ouvrage. Il ne semble commencer à rédiger les descriptions qu’à partir de 177773, pour relever un défi lancé par ses amis du Jardin du roi : il prétend détenir une méthode qui permet de trouver les noms des espèces sans aucune connaissance botanique particulière ; ils la veulent sans plus attendre et le poussent à la publier. L’introduction, qui comprend des réflexions d’une remarquable originalité sur les méthodes de classification des végétaux, rend compte de sa maturité scientifique. Au-delà de l’anecdote du Jardin du roi, on retiendra que Jean-Baptiste de Lamarck a déjà à cette date une excellente maîtrise de la flore de France et de ses conceptions sur les classifications.

  • 74 Lamarck (Jean-Baptiste de), Flore françoise, op. cit., t. 1, p. LII.
  • 75 Il convient de noter que l’idée de base de la méthode analytique, suivant laquelle les espèces son (...)
  • 76 Les relations entre le comte d’Angivillier et le comte de Buffon ont une origine et une histoire q (...)

61Sans diminuer le mérite de Jean-Baptiste de Lamarck, il convient de replacer la parution de la Flore françoise dans son contexte. Certes la communauté scientifique de l’époque a de quoi être surprise, car la révélation d’un esprit génial est nécessairement un choc, mais le silence de Jean-Baptiste de Lamarck n'implique pas qu’il se soit formé tout seul. Il écoute au contraire durant plusieurs années ce que ses pairs ont à lui apprendre. Or il a la chance d’étudier dans ce qui est alors le plus haut lieu de la botanique, le Jardin royal de Paris, ou Bernard de Jussieu professe ses réflexions sur la méthode naturelle. La Flore françoise, et notamment sa magistrale introduction, est sans doute l’un des plus vibrants hommages posthumes que Bernard de Jussieu ait pu recevoir d’un ancien disciple. Jean-Baptiste de Lamarck ne se contente pas d’adopter ou de refuser la méthode de son maître. Il l’analyse, la commente, la critique. À tel point que l’expression consacrée pour désigner la base de la méthode naturelle de Bernard de Jussieu, la “subordination des caractères”74, est précisément inventée par Jean-Baptiste de Lamarck dans l’introduction de la Flore française. Si la méthode naturelle est la source de toutes les réflexions de Jean-Baptiste de Lamarck, elle est loin de le satisfaire pour autant : il n’admet pas la subordination des caractères et, surtout, contrairement à son maître, il n’admet pas l’existence de groupes naturels au-dessus des espèces. Pour lui, il n’y a pas de rupture d’une espèce à une autre. Ce sont deux visions philosophiques de la nature qui s’opposent. Pour le maître, les classes naturales existent dans la nature et peuvent être distinguées par des différences nettes au niveau de certains caractères, ce qui l’amène à produire la méthode naturelle. Pour le disciple, ces classes naturales ne sont que des vues de l’esprit humain car seules les espèces existent, ce qui le mène à sa méthode analytique75. Le comte de Buffon, séduit par ce botaniste qui se permet de refuser le système de classification de Linné et de défier la méthode naturelle des Jussieu, accepte de faire publier la Flore françoise par l’Imprimerie nationale, les gains des ventes revenant à l’auteur. Charles-Claude Flahault, comte d’Angivillier, un cousin picard de Jean-Baptiste de Lamarck, a sans doute aidé l’intendant à prendre cette décision76. Le livre, rédigé en français et dans un style d’une rare efficacité, obtient un vif succès auprès du public.

  • 77 Il est devenu associé ordinaire en 1783, puis pensionnaire en 1790. L’avantage de cette situation (...)

62La Flore françoise est à l’origine d’un autre succès, académique cette fois. Jean-Baptiste de Lamarck est élu botaniste adjoint à l’Académie des sciences le 8 mai 1779. Plusieurs influents personnages l’ont soutenu, comme le comte de Buffon, Louis Daubenton, Louis-Guillaume Lemonnier, Étienne Guettard (1715-1786) ou Henri-Louis Duhamel du Monceau (1700-1782). Mais, de manière surprenante, les botanistes Antoine-Laurent de Jussieu et Michel Adanson lui ont préféré Descemet, le régent de la faculté de médecine. Ce poste de botaniste adjoint est la première reconnaissance officielle de Lamarck77. Heureux de cette nouvelle carrière qui semble s’ouvrir à lui, il passe l’été 1779 dans les monts Dores, où il herborise en compagnie de ses amis André Thouin et André Michaux (1746-1803), le futur explorateur de l’Amérique du Nord, ainsi que Monsieur de Boisaujeu. Un succès tel que celui de la Flore françoise et un siège à l’Académie suffisent amplement à satisfaire un éditeur. En 1780, la maison Panckoucke lui demande de prendre en charge la Botanique de l’Encyclopédie méthodique. Ce travail, conçu comme un dictionnaire de botanique, l’occupera jusqu’en 1789. En attendant, c’est à une tâche autrement plus difficile qu’il doit se livrer.

  • 78 Son fils a été nommé André en hommage à son parrain, André Thouin. À cette époque, Jean-Baptiste d (...)
  • 79 À défaut de n’avoir pu décapiter le père, mort un peu trop tôt, en 1788, c’est Buffonet que la Con (...)

63Le comte de Buffon ne cesse de le répéter : il souhaite léguer sa charge d’intendant à son fils, Georges-Louis Leclerc (1764-1793), communément appelé Buffonet. Mais il doit se rendre à l’évidence et admettre que son fils ne montre pas d’attirance particulière pour les sciences. Le comte de Buffon conçoit donc le projet de faire voyager son fils dans toute l’Europe en compagnie de son protégé le chevalier de Lamarck. Pour la circonstance, Lamarck est nommé correspondant du Jardin du roi. Officiellement, il est chargé de visiter les jardins botaniques et les cabinets d’histoire naturelle des grandes villes d’Europe. Il doit également présenter Buffonet à tous les éminents savants européens qu’ils rencontreront. Le 12 mai 1781, moins d’un mois après la naissance de son deuxième fils, André78, Jean-Baptiste de Lamarck quitte Paris en compagnie de Buffonet. Le voyage s’achèvera plus tôt que prévu, à la fin du mois de décembre. Amsterdam est la première étape du précepteur et du garnement. Ils y sont accueillis par Nicolaus-Laurens Burmann (1733-1793), directeur du Jardin botanique, fils de Johannes Burmann (1707-1780), ancien ami de Carl von Linné. Ils visitent ensuite plusieurs villes de l’Empire romain germanique : Cologne, où ils rencontrent le directeur du Jardin botanique de l’école de médecine et le directeur du Jardin botanique de l’université de lettres ; Göttingen, où ils trouvent le suédois Johann-Andreas Murray (1740-1791), ancien élève de Linné, professeur de médecine et directeur du Jardin botanique ; puis Berlin, capitale du puissant royaume de Prusse, où le professeur de botanique Johann Gottlieb Gleditsch (1714-1786) prend chaleureusement soin d’eux. Vient ensuite la visite de l’empire d’Autriche, et notamment Vienne où ils sont accueillis par l’empereur Joseph II en personne et par le botaniste Nicolaus von Jacquin (1727-1817), directeur du Jardin impérial de Schönbrunn. Lamarck se plaît à merveille dans la cité la plus musicale d’Europe. Ils remontent le Danube jusqu’à Passau puis rejoignent Munich, la capitale du royaume de Bavière, en novembre. C’est là que Lamarck décide de mettre un terme à ce périple : insupportable, Buffonet n’aurait cessé de provoquer la patience de son auguste précepteur et dépassé toutes les limites en renversant volontairement de l’encre sur ses vêtements. Il est difficile de savoir ce qui s’est exactement passé. Lamarck, loin des siens depuis plus de six mois, souhaite sans doute alors rentrer en France. Par ailleurs, pour la décharge de Buffonet, la compagnie quotidienne de Lamarck n’était peut-être pas des plus attachantes. Toujours est-il que Jean-Baptiste de Lamarck vient rendre Buffonet79 à son père à la fin du mois de décembre. Pour Lamarck, le bilan du voyage est plus que positif : il a rencontré de nombreux botanistes, consulté de riches herbiers, visité de somptueux jardins et pris des centaines de notes sur des plantes exotiques. Il ne pouvait rêver meilleure préparation pour la Botanique de l’Encyclopédie méthodique, dont il commence la rédaction dès les premiers mois de l’année 1782.

  • 80 Lamarck (Jean-Baptiste de), Encyclopédie méthodique, Botanique, Paris : Panckoucke, 1783, t. 1, 75 (...)
  • 81 Idem, 1786, t. 2, 774 p.
  • 82 Lamarck (Jean-Baptiste de), “Mémoire sur les classes les plus convenables à établir parmi les végé (...)
  • 83 Lamarck (Jean-Baptiste de), Encyclopédie méthodique..., op. cit., 1789, t. 3, 760 p.

64À son retour à Paris, Jean-Baptiste de Lamarck déménage. Il se rapproche du Jardin royal et s’installe dans un modeste appartement de la rue Copeau, actuelle rue Lacépède. Il y vit avec sa compagne – ils ne sont toujours pas mariés – et leurs deux enfants. Peu de personnes fréquentent la maison. Seuls quelques amis fidèles leur rendent visite : André Thouin, Jean-Guillaume Bruguière, André Latreille (1762-1833) ou encore l’abbé Haüy avec qui il joue de la musique. C’est dans ce cadre qu’il travaille à son dictionnaire de botanique qui doit couvrir la description de toutes les plantes alors connues dans le monde, c’est-à-dire environ vingt mille. Cette fois-ci, ses propres collections ne lui suffisent plus. 11 est entièrement tributaire d’autres herbiers. Depuis 1781, date de sa nomination comme correspondant du Jardin du roi, il peut consulter les herbiers du Cabinet royal d’histoire naturelle. Il ne s’en sert cependant que très peu : il n’a l’autorisation de visiter ces herbiers qu’aux heures d’ouverture publique, c’est-à-dire deux après-midi par semaine de la Saint-Martin (le 11 novembre) à la Saint-Louis (le 25 août) ; les passages et le bruit des visiteurs gênent son travail. Il bénéficie surtout de l’herbier des Jussieu. Même si Antoine-Laurent de Jussieu a refusé de soutenir Lamarck pour son élection à l’Académie, il est un homme affable et serviable, intelligent. C’est donc essentiellement à partir de ces deux inestimables trésors que sont la bibliothèque et l’herbier des Jussieu que Lamarck rédige la Botanique de l’Encyclopédie méthodique. Le premier tome, qui va de l’article Aalius à l’article Chou, paraît en 178380. Le deuxième tome, qui va de l’article Cicca à l’article Gordon, paraît en 178681. Entre temps, en 1785, Jean-Baptiste de Lamarck a publié un court mémoire82 injustement oublié où sont clairement exprimées quelques-unes des bases de sa future théorie transformiste, notamment la “perfection graduée des organes”. Le troisième tome, enfin, qui va de l’article Gortère à l’article Mauve, paraît en 178983. Les années 1780 lui apportent également quelques réjouissances familiales : sa compagne donne naissance en 1786 à un petit Antoine. Viennent ensuite René en 1787 puis Cornélie en 1789.

  • 84 Le comte d’Angivillier a effectivement promis à son ancien ami le comte de Buffon de ne pas entrav (...)

65La fin des années 1780 est une période de profonds bouleversements pour le Jardin royal. D’abord, la Révolution est là, qui menace toutes les structures de l’Ancien Régime, y compris les institutions savantes. S’ajoute la difficile succession du comte de Buffon, mort le 16 avril 1788, après quarante-neuf années d’un règne sans partage. La conjugaison de ces deux événements modifie radicalement la position des professeurs du Jardin royal. Ils jouissent désormais d’une liberté presque entière. C’est précisément en juin 1789 que Jean-Baptiste de Lamarck fait son entrée dans l’institution, lorsque le successeur du comte de Buffon, le marquis de La Billarderie, qui n’est autre que le frère du comte d’Angivillier84, lui offre une place de garde des herbiers du Cabinet du roi. Le sort du Jardin royal et du Cabinet royal se joue entre la prise de la Bastille et le siège de la Convention, c’est-à-dire en quatre années, par des allers retours entre les députés et les professeurs. Pour Jean-Baptiste de Lamarck, toute la question est de savoir s’il réussira à garder une charge de botaniste au sein de l’institution. À n’en pas douter, la lutte s’annonce difficile. Il a en face de lui deux personnages qui ne sont pas prêts à céder leur place. René Desfontaines (1750-1833), l’heureux protégé de Louis-Guillaume Lemonnier à qui il a succédé en 1786, est professeur de botanique et compte bien le rester. Antoine-Laurent de Jussieu est démonstrateur de botanique depuis le décès de son oncle en 1777 et entend bien obtenir une position au moins équivalente. Entre René Desfontaines et Antoine-Laurent de Jussieu, les rapports sont polis, sans plus. Le sort de Jean-Baptiste de Lamarck dépendra donc du nombre de postes que l’Assemblée nationale décidera d’attribuer à la botanique. En d’autres termes, il devra se battre pour conserver la charge de garde des herbiers. Pour cela, il ne cesse d’en prouver la nécessité au sein de la nouvelle organisation du Jardin des plantes : les quatre années suivantes sont le théâtre d’intrigues et de tractations variées. Ce n’est pas à ce jeu que Lamarck est le plus habile. Si la rivalité entre Jean-Baptiste de Lamarck et Antoine-Laurent de Jussieu est minime, elle est vive avec René Desfontaines. En un sens, la position de René Desfontaines peut se comprendre. Lorsque Lamarck est nommé garde des herbiers, ceux-ci dépendent déjà officiellement de la chaire de Botanique, dont il est titulaire. En pratique, il empêche Lamarck d’y accéder. De son côté, Lamarck, qui approche de la cinquantaine, n’admet pas qu’un ambitieux de six ans son cadet et qui n’a jamais rien publié en botanique ait pu obtenir la charge de Lemonnier. Dans cette affaire, Antoine-Laurent de Jussieu et André Thouin restent neutres.

  • 85 Lamarck (Jean-Baptiste de), Considérations en faveur du Chevalier de la Marck, ancien officier au (...)
  • 86 Lamarck (Jean-Baptiste de), Mémoire sur le projet du Comité des finances, relatif à la suppression (...)

66Tout commence avec le rapport du Comité des finances de l’Assemblée nationale qui propose, après inspection du Jardin royal et du cabinet d’histoire naturelle, d’élever le traitement du professeur de botanique et de supprimer en contre partie les charges de garde des herbiers et de garde adjoint du cabinet – attribuée par le marquis de La Billarderie à Barthélémy Faujas de Saint-Fond (1741-1819). Le chevalier de Lamarck réplique aussitôt en adressant deux brochures aux membres de l’Assemblée. Dans la première85, il expose ses travaux et titres scientifiques ; dans la seconde86, il tente de démontrer la nécessité de maintenir une charge réservée à l’entretien des herbiers et, surtout, de ne pas la réunir à la chaire de Botanique. Vers la même époque, tous les savants du Jardin royal, que Ton appelle désormais des officiers, signent une adresse à l’Assemblée nationale, à qui ils demandent de leur fournir des lumières sur l’organisation future de leur institution. L’une des journées décisives est celle du 20 août 1790 : ce jour-là, le député Charles Lebrun (1739-1824) monte à la tribune pour commenter le rapport du Comité des finances concernant le Cabinet royal et le Jardin royal ; Régnauld de Saint-Jean d'Angely élève énergiquement la voix pour défendre Jean-Baptiste de Lamarck et Faujas de Saint-Fond ; Pierre-Samuel Dupont de Nemours (1739-1817) lit l'adresse des officiers du roi ; il est finalement décidé que les officiers signataires doivent élaborer eux-mêmes des propositions pour régler l’avenir de leur établissement. La question concernant les postes des deux charges de gardes du Cabinet n’est pas résolue par les députés. Elle est déposée entre les mains des officiers.

  • 87 Lamarck (Jean-Baptiste de), Mémoire sur les Cabinets d’histoire naturelle et particulièrement sur (...)
  • 88 Cité par Landrieu (Marcel), Lamarck, le fondateur du transformisme..., op. cit., pp. 42-43.

67Les officiers se réunissent sans attendre, dès le lendemain, le 21 août, pour discuter de propositions de réformes. Le marquis de La Billarderie est présent mais pour ainsi dire exclu des débats. La présidence des séances est offerte au doyen, Louis Daubenton. Tout se décide et se rédige alors très vite, en une vingtaine de jours, et le 9 septembre 1790, Antoine-François de Fourcroy (1755-1809), professeur titulaire de la chaire de Chimie, lit à ses collègues le texte qui sera adressé à l’Assemblée. Toutes les bases de la future institution s’y trouvent : le cabinet d’histoire naturelle et le Jardin royal seront remplacés par un Muséum d’histoire naturelle ; il n’y aura plus qu’un seul niveau hiérarchique de professeur, les autres seront supprimées ; l'administration sera l’apanage d’une Assemblée des professeurs qui choisira annuellement un directeur. Douze savants signent ce texte : René Desfontaines, Antoine-Laurent de Jussieu, André Thouin, Antoine-François de Fourcroy, Antoine-Louis Brongniart (1742-1804), démonstrateur de chimie, Antoine Portai (1742-1832), professeur d’anatomie, Jean-Claude Mertrud (1728- ?), démonstrateur d’anatomie, Louis Daubenton, démonstrateur du cabinet, Bernard de Lacépède (1756-1825), sous-démonstrateur du cabinet, Barthélémy Faujas de Saint-Fond, Gérard Van Spaendonck (1746-1822), peintre et, bien sûr, le chevalier de Lamarck. À la fin de ces propositions, il est clairement proposé que Jean-Baptiste de Lamarck soit professeur d’histoire naturelle des Insectes et des Vers. À ce moment-là, le sort de Lamarck semble être déjà réglé. Mais il n’entend pas se résigner et, dès l’année 1790, il rédige seul de nouvelles propositions pour l’organisation de l’institution. Dans le Mémoire sur les Cabinets d'histoire naturelle et particulièrement sur celui du Jardin des plantes (1790)87, il se démarque des autres officiers sur plusieurs points : pour lui, les collections doivent être entretenues, classées et enrichies par des gardes – ce que nous appellerions aujourd’hui des conservateurs – et non par des professeurs chargés de dispenser des cours ; surtout, il maintient Futilité d’une charge de garde des herbiers qu’il se propose d'occuper. Ce mémoire est également l’occasion de régler quelques comptes : “Le temps – écrit-il – où l’on employait les sollicitations, l’intrigue, pour faire avoir des places à ses parens, ses amis ou ses protégés, quelle que fût la médiocrité de leurs talens ou de leurs connaissances, est sans doute passé : le mérite seul, à l’avenir, aura vraisemblablement des droits et pourra concevoir le juste espoir, dans tous les genres, de n’être pas oublié par la nation, lorsque les circonstances permettront de l’employer”88. En cette année 1790, la position du chevalier de Lamarck est claire. Son vœu le plus cher est de recevoir la responsabilité des herbiers. Pour les Vers et Insectes, auxquels le destinent ses collègues, il propose les noms de ses deux amis Jean-Guillaume Bruguière et Guillaume-Antoine Olivier (1756-1814).

  • 89 Extrait du Mémoire présenté en décembre 1792 au citoyen Rolland, Ministre de l’intérieur, sur la p (...)
  • 90 Ce Plan de travail à faire pour mettre en ordre les herbiers du Cabinet national d’histoire nature (...)

68Le statut du Jardin royal et du Cabinet d’histoire naturelle ne sont pas débattus à l’Assemblée durant toute l’année 1791. Le marquis de La Billarderie démissionne en décembre 1791 car son frère, poursuivi pour escroquerie envers l’État, a émigré. Pendant six mois, l’institution vit sans intendant. Les officiers jouissent d’une liberté totale. Jean-Baptiste de Lamarck redouble alors d’espoir d’obtenir la garde des herbiers dans la nouvelle organisation : l’intendance de Jacques-Henri Bernardin de Saint-Pierre (1737-1814) anéantit son rêve. Le célèbre auteur de Paul et Virginie est nommé à la tête du Jardin royal en juillet 1792, grâce à l’appui de l’un de ses amis, alors ministre de l’Intérieur, Terrier de Monciel. Bien que regardé avec une grande méfiance à son arrivée, l’homme de lettres réussit à ménager avec intelligence les susceptibilités des officiers qui, sans le regretter, le verront partir avec plus de respect que son prédécesseur. Sa position quant à Lamarck est claire : même s’il admet que René Desfontaines l’empêche délibérément de remplir sa tâche de garde des herbiers, il se range du côté du professeur en titre. En décembre 1792, dans un rapport sur ce qu’on nomme alors le Jardin national des plantes, Bernardin de Saint-Pierre explique au nouveau ministre de l’Intérieur, Jean-Marie Roland (1734-1793), que le poste occupé par Jean-Baptiste de Lamarck est inutile ; il précise également qu'il faudrait conserver ses talents, notamment son excellente connaissance de la flore de France, et qu’il serait regrettable de devoir se séparer d’un père d’une famille nombreuse. Embarrassé, Bernardin de Saint-Pierre résume les basses querelles qui opposent Desfontaines et Lamarck par une formule restée célèbre, emblématique de son passage dans l’institution : “Je savais déjà – écrit-il au ministre – qu’il était plus difficile de classer les botanistes que des plantes”89. Dès le 26 janvier 1793, pour éviter toute récrimination de la part de Lamarck, il demande à Antoine-Laurent de Jussieu de s’occuper des herbiers. À cette date, Jean-Baptiste de Lamarck est définitivement écarté des herbiers du Jardin national. Désespéré, il ne semble pas vouloir y croire. C’est en vain qu’il rédige, le 24 avril 1793, un Plan de travail à faire pour mettre en ordre les herbiers du Cabinet national d’histoire naturelle à l’attention de l’intendant90. La création du Muséum national d’histoire naturelle, le 10 juin 1793, vient sceller le sort de Lamarck.

  • 91 Laurent (Goulven), “Jean-Baptiste Lamarck, sa vie, son œuvre”, in Laurent (Goulven) (sous la dir.) (...)

69Au début de l’année 1793, Joseph Lakanal (1762-1845), jeune député de l’Ariège, prend conscience que la Convention pourrait tout à fait supprimer, sur un simple coup d’humeur, le Jardin national des plantes et le Cabinet national d’histoire naturelle. L’Académie n’a-t-elle pas été fermée ? Il décide donc d’intervenir promptement. Le 4 juin 1793, il demande à l’Assemblée d’offrir un statut à cette institution ; le 9 juin, il rencontre Louis Daubenton au Cabinet national, en présence d’Étienne Geoffroy Saint-Hilaire (1772-1844), qui vient de remplacer Bernard de Lacépède ; dès le lendemain, le 10 juin 1793, il propose aux députés d’accepter l’ensemble des propositions rédigées par les officiers en août 1790. Le décret de création du Muséum national d’histoire naturelle est aussitôt voté à main levée, juste après le formidable et historique plaidoyer du jeune député ariégeois. Douze chaires sont accordées au Muséum. Jean-Baptiste de Lamarck obtient logiquement celle qui lui a été attibuée par ses collègues en août 1790, la chaire de Zoologie des Insectes, Vers et Animaux microscopiques. Face à René Desfontaines, le protégé, et Antoine-Laurent de Jussieu, incontestable héritier, le chevalier de Lamarck n’avait aucune chance. La solution trouvée semble arranger tout le monde : on vient d’offrir une chaire encombrante à un savant gênant. L’intéressé lui-même ne s’y trompe d’ailleurs pas longtemps et se met rapidement au travail. Il va pouvoir répandre son génie dans un domaine chaotique où tout reste à faire. Comme l’a très justement écrit Goulven Laurent, cette chaire de Zoologie est “la grande chance de sa vie, à cinquante ans”91.

FIG. 13 - Iris lutescens Lamarck. Dessin extrait de Redouté (Pierre-Joseph), Les Liliacées, Paris : chez l’auteur, 1809.

  • 92 Cette maison existe toujours. Elle est située au coin de la rue Buffon et de la rue Geoffroy-Saint (...)
  • 93 La naissance de cet enfant n’est soutenue que par un seul biographe : Bourdier (Franck), “Le Milie (...)
  • 94 Loiseleur-Deslongchamps (Jean), Flora Gallica seu enumeratio plantarum in Gallia sponte nascentium (...)

70Pendant ces années révolutionnaires, la vie de Jean-Baptiste de Lamarck continue de suivre son cours. Son sixième enfant naît en 1791. Il le baptise Auguste mais l’appellera Guillaume, en hommage à son ami Jean-Guillaume Bruguière, mort en 1798 à Ancône. En 1792, il installe toute sa famille dans une maison du quartier des Gobelins, à proximité du Jardin des plantes. La même année, sa compagne tombe sérieusement malade. Il l’épouse le 27 septembre 1792. Elle décède cinq jours plus tard. Pour s’occuper des enfants, il embauche une servante. Puis le 7 octobre 1793, il épouse Charlotte Reverdy, seulement âgée de dix-neuf ans. Elle lui donne un septième enfant, un petit Aristide, qui naît dans l’enceinte du Muséum national d’histoire naturelle. Comme tous les professeurs de l’institution, Lamarck bénéficie d’un logement de fonction situé dans le Jardin des plantes. Ceux qui n’en profitent pas, comme Antoine-Laurent de Jussieu, habitent alors dans les rues adjacentes. Lorsque les grilles sont fermées, les femmes des savants se promènent et discutent entre elles, accompagnées de leurs enfants. Le Muséum de cette époque est une grande famille, avec tout ce que cela comporte de querelles et de joies. Jean-Baptiste de Lamarck et les siens résident au second étage de l’hôtel de l’intendance, dans les anciens appartements du comte de Buffon92. Le foyer se recompose une troisième fois car sa deuxième épouse meurt le 2 novembre 1797, après avoir mis au monde une petite Eugénie. En 1798, Lamarck épouse Julie Mallet, la fille d’un médecin de l’Hôtel-Dieu. De ces troisièmes noces, Lamarck ne semble avoir qu’un seul et neuvième enfant, Baptiste93. Julie a deux sœurs. L’une est la femme du médecin Jean Loiseleur-Deslongchamps (1774-1849), auteur d’une Flora Gallica (1806-1807)94, et l’autre est mariée avec l’un des frères de Jean-Baptiste de Lamarck, Philippe-François de Lamarck. À partir de 1795, et au moins jusqu’en 1810, ce dernier fait également partie du personnel du Muséum. Il se fait alors appelé citoyen Courtembue, un pseudonyme qu’il a décidé de prendre sous la Révolution et qu’il a finalement conservé. Au Muséum, il est commandant des vétérans, c’est-à-dire chef des gardiens chargés du maintien de l’ordre. Il est à ce titre l’une des rares personnes à posséder toutes les clés de l’institution.

  • 95 Lamarck (Jean-Baptiste de), Tableau encyclopédique et méthodique des trois règnes de la nature, Bo (...)
  • 96 Lamarck (Jean-Baptiste de), Tableau encyclopédique et méthodique des trois règnes de la nature, Bo (...)
  • 97 On en trouvera une liste complète dans Landrieu (Marcel), Lamarck, le fondateur du transformisme.. (...)
  • 98 Lamarck (Jean-Baptiste de), “Observations sur les coquilles, et sur quelques-uns des genres qu’on (...)

71Dans la tourmente révolutionnaire, Jean-Baptiste de Lamarck continue de publier des travaux scientifiques. Le plus important est incontestablement la Botanique du Tableau encyclopédique et méthodique des trois règnes de la nature, que l’on appelle plus communément l’Illustration des genres, et dont les deux premiers volumes paraissent en 1791 et 179395. Cet ouvrage, qui doit compléter la Botanique de l’Encyclopédie méthodique, comprend la description de tous les genres connus et classés suivant le système linnéen. Lorsqu’il est nommé professeur de zoologie, Jean-Baptiste de Lamarck cesse de travailler sur cet ouvrage. Il dirige néanmoins la réalisation de neuf cents planches permettant d’illustrer neuf cents genres. Ces planches, ainsi que le dernier volume de texte, paraissent en 1823 grâce aux soins de Jean-Louis-Marie Poiret (1755-1834), à qui Lamarck a confié la continuation de son œuvre96. Avec la Flore françoise et la Botanique de l’Encyclopédie méthodique, l’Illustration des genres est l’un des ouvrages majeurs du chevalier de Lamarck, tout au moins pour ce qui concerne la botanique. En 1792, il édite un Journal d’Histoire naturelle avec quatre de ses amis, Jean-Guillaume Bruguière, l’abbé Haüy, Guillaume-Antoine Olivier et Bertrand Pelletier (1761-1797). Deux volumes paraissent en 1792. L’expérience, pourtant fructueuse, reste sans suite. Jean-Baptiste de Lamarck publie quinze articles dans le premier volume et huit dans le second97. Tous concernent la botanique à deux exceptions près : ses deux premiers travaux zoologiques concernent des coquillages alors classées dans les Vers testacés98.

  • 99 Lamarck (Jean-Baptiste de), Encyclopédie méthodique..., op. cit., 1796, t. 4, 764 p.
  • 100 Lamarck (Jean-Baptiste de). Flore françoise, 2ème éd., Paris : Agasse, 1795, 3 vols.
  • 101 Lamarck (Jean-Baptiste de), Candolle (Augustin-Pyramus de), Flore française, 3ème éd., Paris : Aga (...)
  • 102 Lamarck (Jean-Baptiste de), Candolle (Augustin-Pyramus de), Flore française, 3ème éd. [second tira (...)
  • 103 Lamarck (Jean-Baptiste de), Candolle (Augustin-Pyramus de), Synopsis plantarum in Flore Gallica de (...)
  • 104 Lamarck (Jean-Baptiste de), Mirbel (Charles-François Brisseau de), Histoire naturelle des végétaux (...)

72Après sa nomination à la chaire de Zoologie des Vers, Insectes et Animaux microscopiques, Jean-Baptiste de Lamarck ne se consacre plus que très occasionnellement à la botanique. Il charge d’autres botanistes de continuer les ouvrages qu’il a commencés. Ainsi, le quatrième tome de la Botanique de l’Encyclopédie méthodique est-il réalisé par Jean-Louis-Marie Poiret, Joseph-Auguste Desrousseaux de Monthermé (1753-1838) et Augustin-Pyramus de Candolle (1778-18411)99 ; les six derniers tomes et les quatre suppléments seront publiés par Jean-Louis-Marie Poiret entre 1804 et 1817. C’est également Jean-Louis-Marie Poiret qui a la charge de faire paraître en 1823 les quatre volumes de planches et le troisième volume de texte de l’Illustration des genres. Pour ce qui concerne la Flore françoise, une deuxième édition paraît d’abord en 1795100, sans modifications, puis une troisième édition, richement augmentée, est publiée par Augustin-Pyramus de Candolle. Le premier tirage de cette célèbre troisième édition paraît en 1805, chez l’éditeur Agasse, en quatre volumes101. Un nouveau tirage, augmenté, est imprimé en 1815, chez l'éditeur Desray, avec un sixième volume ou cinquième tome – le quatrième tome du tirage précédent est divisé en deux volumes – comportant mille trois cents espèces nouvelles non décrites dans les premiers volumes102. Le Synopsis plantarum in Flore Gallica descriptarum (1806)103, publié en un seul volume in-octavo facile à utiliser sur le terrain, est entièrement de la main d’Augustin-Pyramus de Candolle. Il convient également de citer un ouvrage trop méconnu et pourtant fort intéressant puisqu’il est en quelque sorte le testament botanique de Jean-Baptiste de Lamarck : l'Histoire naturelle des végétaux (1803)104, publiée en collaboration avec Charles-François Brisseau de Mirbel (1776-1854) et dont il rédige les deux premiers volumes consacrés à l’histoire de la botanique, la physique végétale (c’est-à-dire la physiologie) et les principes de botanique.

  • 105 On pourra consulter la liste complète des travaux de Jean-Baptiste de Lamarck dans Landrieu (Marce (...)
  • 106 Lamarck (Jean-Baptiste de), Système des animaux sans vertèbres, Paris : Deterville, an IX [1801], (...)
  • 107 Ces trente-trois Mémoires sur les fossiles des environs de Paris, d’ailleurs restés inachevés, ont (...)

73Professeur au Muséum national d’histoire naturelle, Jean-Baptiste de Lamarck travaille sans relâche. Il répand son esprit génial sur tout ce qu’il aborde. Durant les deux premières décennies du XIXème siècle, il offre à la biologie et la zoologie certains de ses ouvrages les plus fondamentaux105. Ce sont d’abord les plus célèbres : le Système des animaux sans vertèbres (1801), les Recherches sur l’organisation des corps vivons (1802) où il invente et définit la “biologie” en tant que discipline scientifique, la Philosophie zoologiquc (1809) où il tente d’expliquer la diversité des êtres vivants par une théorie de l’évolution, la monumentale Histoire naturelle des animaux sans vertèbres (1815-1822), et le Système analytique des connaissances positives de l’homme (1820)106. S’ajoutent à ces traités des dizaines de remarquables mémoires de physique, météorologie, zoologie, géologie et paléontologie, partie méconnue et immense de l’iceberg, comme les Mémoires sur les fossiles des environs de Paris (1802-1806)107, qui sonnent le véritable point de départ de l’étude des fossiles du Bassin de Paris. Tous les travaux de Lamarck, aussi modestes soient-ils en apparence, comprennent toujours une part de sa pensée profondément originale.

74C’est à l’hôtel de l’intendance, en compagnie de sa nombreuse famille, que Jean-Baptiste de Lamarck vit ses vingt-six dernières années. Il y décède le 18 décembre 1829. Contrairement à une légende longtemps perpétrée par ses adeptes, Lamarck n’est mort ni dans la pauvreté ni dans la solitude. Les fréquents combats d’idées qui l’opposent à ses adversaires l’affectent certes autant que le diminue la cécité quasi complète qu’il subit depuis 1818, mais pour ce qui concerne ses finances, ses livres lui rapportent des bénéfices réguliers, et, pour ce qui est de sa vie privée, il est entouré de ses deux filles Eugénie et Rosalie jusqu’à ses derniers souffles. Cela dit, il faut le reconnaître, Jean-Baptiste de Lamarck disparaît sans gloire ni reconnaissance. Aujourd’hui, tandis que de nombreux savants du Jardin royal ou du Muséum national d’histoire naturelle ont une rue dans le quartier du Jardin des plantes, Jean-Baptiste de Lamarck est exilé sur la butte Montmartre. Il n’y est d’ailleurs pas tout à fait seul puisque Charles Darwin (1809-1882) l’y accompagne.

  • 108 Lamarck (Jean-Baptiste de), Flore françoise, op. cit., 1778 [1779], t. 2, p. 235.
  • 109 Idem, p. 3.
  • 110 Lamarck (Jean-Baptiste de), Encyclopédie méthodique, Botanique, op. cit., 1786, t. 2, p. 460.
  • 111 Idem, p. 584.

75Jean-Baptiste de Lamarck est l’auteur de trente-trois espèces et le premier auteur de neuf espèces valides de la flore de France. Sur ces quarante-deux espèces, vingt-quatre ont été nommées dans la Botanique de l’Encyclopédie méthodique, quinze dans la première édition de la Flore françoise et trois dans l’Illustration des genres. Vingt-huit étaient connues des botanistes prélinnéens : Globularia repens Lamarck108, présente dans les montagnes du sud-ouest de l’Europe, a été nommée Globularia alpina minima origani folio par Joseph de Tournefort (1656-1708) ; Jasione laevis Lamarck109, commune dans l’ouest de l’Europe, découverte par Louis-Guillaume Lemonnier au Mont-Dore, en Auvergne, a été nommée Jasione perennis dans les parterres du Jardin du roi, soit par André Thouin, Bernard de Jussieu, Antoine-Laurent de Jussieu ou Louis-Guillaume Lemonnier lui-même. Lamarck est le réel découvreur de quatorze espèces. Certaines ont été décrites à partir de ses propres récoltes, comme Festuca nigrescens Lamarck110, présente dans presque toute l’Europe, trouvée en été 1779 lors de son séjour au Mont-Dore. D’autres espèces ont été décrites à partir d’échantillons communiqués par d’autres naturalistes, comme Galium setaceum Lamarck111, une espèce présente en région méditerranéenne, trouvée en Espagne par le botaniste danois Martin Vahl (1749-1804).

Bibliographie

Corsi (Pietro), Lamarck : genèse et enjeux du transformisme (1770-1830), Paris : CNRS, 2001, 440 p. Delange (Yves), Lamarck, sa vie, son œuvre, Arles : Actes Sud, 1984, 230 p.

Landrieu (Marcel), Lamarck, le fondateur du transformisme, sa vie, son œuvre, Paris : Société zoologique de France, 1909, 480 p.

Laurent (Goulven) (sous la dir.), Jean-Baptiste de Lamarck (1744-1829), 119ème Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Amiens, 1994, Paris : Centre des travaux historiques et scientifiques, 1997, 760 p.

Philippe PICOT (1744-1818), BARON DE LA PEYROUSE

  • 112 Cité par Laissus (Yves), “Philippe Picot de Lapeyrouse (1744-1818), d’après les documents conservé (...)

76Philippe Picot de Lapeyrouse, qui n’est encore que Philippe Picot, naît le 20 octobre 1744 à Toulouse. Son père, Jacques Picot de Buissaizon, anobli par le Capitoulat (la cour des magistrats de la ville), est négociant. Aîné d’une famille de sept enfants, Philippe Picot fait ses humanités au collège de l’Esquille, tenu par des pères, puis est dirigé vers des études de droit par ses parents. Il est licencié en droit en 1767 et obtient l’année suivante une charge d’avocat général à la Chambre des eaux et forêts du Parlement de Toulouse. Dès qu’il le peut, Picot de Lapeyrouse quitte ses fonctions administratives pour fuir dans les montagnes pyrénéennes et s’adonner librement à l’histoire naturelle. C’est donc avec un certain soulagement qu’il accueille en 1771 la nouvelle réforme des parlements qui renvoie quatre-vingt-sept magistrats de la ville dans leurs terres respectives. Il n’a cependant que trois années de liberté car Louis XVI rappelle les parlements dès son accession au trône en 1774. L’année suivante, son oncle meurt et lui lègue tout ce qui est alors nécessaire pour un homme qui désire vivre à sa convenance : ses terres de Lapeyrouse (avec les fermiers pour les travailler), son argent et son titre de baron. Philippe Picot de Lapeyrouse, qui a trente et un ans et qui vient de se marier, abandonne définitivement ce qu’il dit être les “pénibles fonctions de la magistrature”112 et se consacre désormais à l’histoire naturelle.

  • 113 Idem.
  • 114 Idem.
  • 115 Idem.

77Peu à peu, Philippe Picot de Lapeyrouse acquiert une réputation de savant respectable et de bon naturaliste pyrénéen : dès 1774, il est élu membre de l’académie de Toulouse ; en 1780, il est élu correspondant de Louis Daubenton (1716-1800) à l’Académie royale de Paris ; en 1785, il est élu membre étranger de l’Académie royale de Stockholm et correspondant de la Société royale d’agriculture de Paris. 11 entretient de très bons rapports avec les savants de la capitale, contrairement à beaucoup de savants provinciaux qui n’hésitent pas à exprimer leurs doutes quant à la valeur des savants parisiens. Par exemple, le professeur Antoine Gouan (1833-1821), de Montpellier – mais il est vrai que la rivalité entre les deux écoles de botanique de Montpellier et de Paris est une histoire ancienne –, écrit à Picot de Lapeyrouse en 1779 qu’il a vu Michel Adanson (1727-1806) faire à Montpellier “des fautes d’écolier” et qu’il veut bien croire que le chevalier Lamarck a fait sa flore “théoriquement dans le cabinet”113. Picot de Lapeyrouse saisit que ces critiques sont le fruit de rancœurs non avouées et répond à son confrère par une lettre sans ambiguité : “Mon très cher, vous n’aimez pas les Parisiens. Que vous ont-ils donc fait ? Ils possèdent cependant parmi eux des gens les plus versés dans toute sorte de sciences ; chacun peut avoir sa manie, et son foible, mais à coup sûr Adanson, Jussieu, Guettard, Le Monier, Lamarck, même le jardinier Thouin, ces gens-là savent quelque chose en botanique”114. Et de poursuivre avec ironie : “Je vous plains de tout mon cœur et vous félicite de tout le train, et le tracas, que vous occasionne votre juste réputation ; c’est un pesant fardeau d’avoir un gros mérite”115.

  • 116 Picot de Lapeyrouse (Philippe), Description de plusieurs nouvelles espèces d’orthocératites et d’o (...)
  • 117 Picot de Lapeyrouse (Philippe), Traité des mines de fer et des forges du comté de Foix, Toulouse : (...)
  • 118 Picot de Lapeyrouse (Philippe), Tableau méthodique des mammifères et oiseaux observés dans le dépa (...)

78Philippe Picot de Lapeyrouse s’intéresse à la botanique, pour laquelle il a de vastes ambitions, mais également à la zoologie et à la minéralogie. Le correspondant minéralogiste le plus célèbre de Picot de Lapeyrouse est Dieudonné Déodat de Gratel de Dolomieu (1750-1801), à qui il sauve la vie lors d’une excursion au pic de L’Hiéris en été 1782. Il correspond également avec Jean-Baptiste Romé de L’Isle 1736-1790) (qui possède l’un des plus riches cabinets de minéraux de l’époque. En 1781, grâce à des récoltes de fossiles qu’il a effectuées dans les Corbières en 1775, il publie une Description de plusieurs nouvelles espèces d’orthocératites et d’ostracites qui constitue la première description en date de Rudistes fossiles (Mollusques bivalves) alors communément appelés des “cornes”116. Grâce aux relations qu’il entretient avec deux savants d’outre-Rhin, Picot de Lapeyrouse publie cet ouvrage à Erlangen, en Franconie, dans le sud-ouest de l’Allemagne, par l’imprimerie Walther, maison alors renommée. Ses deux correspondants à Erlangen sont Johann von Schreber (1739-1810), professeur de botanique à l’université et dont les excellents ouvrages sont également imprimés chez Walther, et le professeur de philosophie et minéralogiste Eugenius-Cristof Esper (1742-1810). Comme il lui arrive assez fréquemment de le faire, c’est Jean Hermann (1738-1800), professeur de la faculté de médecine de Strasbourg, qui a servi d’intermédiaire entre Picot de Lapeyrouse et les savants allemands. Un autre de ses ouvrages, le Traité des mines defer et des forges du comté de Foix (1786)117 lui vaut de recevoir les compliments du comte de Buffon (1707-1788) qui, pour avoir exploité ses forges de Montbard durant près de cinquante années, sait de quoi il retourne. Pour la zoologie, Picot de Lapeyrouse collectionne des coquilles et fait naturaliser des oiseaux pour son cabinet d’histoire naturelle ; il prépare une faune des Pyrénées dont seul un Tableau méthodique des mammifères et oiseaux observés dans le département de la Haute-Garonne paraît en 1799118.

  • 119 Picot de Lapeyrouse (Philippe), “Description de quelques plantes des Pyrénées”, Histoire et Mémoir (...)
  • 120 Picot de Lapeyrouse (Philippe), Figures de la flore des Pyrénées, avec des descriptions, des notes (...)
  • 121 De manière assez surprenante, Picot de Lapeyrouse classe les plantes de cette flore suivant le sys (...)

79S’il est, à l'instar des savants de son époque, un naturaliste complet intéressé par toutes les branches de l’histoire naturelle, Philippe Picot de Lapeyrouse n’en est pas moins botaniste avant tout. Au Jardin des plantes de l’Académie royale des sciences de Toulouse, dont il a la charge, il commande la construction de serres chaudes, il réorganise les parterres suivant la méthode naturelle de Bernard de Jussieu (1699-1777), et il dispense des cours publics de botanique. Il correspond avec beaucoup de botanistes : Carlo Allioni (1728-1804), professeur de botanique à Turin, Marc-Antoine Claret de La Tourette (1729-1793), de Lyon, l’abbé Chaix (1730-1799), l’un des meilleurs connaisseurs de la flore du Dauphiné, Antoine Gouan, Carl-Peter Thunberg (1743-1828), ancien élève de Linné, Jean-Baptiste de Lamarck (1744-1829), Dominique Villars (1745-1814), André Thouin (1747-1824), jardinier en chef au Jardin du roi, Antoine-Laurent de Jussieu (1748-1836), démonstrateur de botanique au Jardin du roi, René Desfontaines (1750-1833), l’abbé Pierre-André Pourret (1754-1818), de Narbonne, Giovanni Balbis (1765-1831), originaire de Turin mais installé à Nice puis à Lyon. Très tôt, Philippe Picot de Lapeyrouse conçoit le projet d’une vaste et luxueuse flore des Pyrénées. En 1778, devant l’académie royale de Toulouse, il lit une Description de quelques plantes des Pyrénées, sorte de flore préliminaire des Pyrénées publiée quatre ans plus tard119. En 1789, un éditeur parisien accepte de publier une première décade de sa Flore des Pyrénées (une décade contient les descriptions de dix espèces et dix planches d’illustrations) lorsque la Révolution vient bouleverser le cours des choses : cette première décade ne sera publiée qu’en l’an III (1795) et seulement trois autres décades sur des Saxifrages seront publiées en l’an IX (1801)120. Finalement, l’Histoire abrégée des plantes des Pyrénées qu’il publiera en 1813 ne sera ni luxueuse ni grande, mais classique121.

FIG. 14 - Saxifraga intricata Lapeyrouse. Planche extraite de Picot de Lapeyrouse (Philippe), Figures de la flore des Pyrénées, Paris : Du Pont, 1795-1801.

  • 122 La création des écoles centrales est votée par la Convention le 7 nivôse an Ill (27 décembre 1794) (...)
  • 123 Ramond de Carbonnières (Louis), Voyage au Mont-Perdu et dans la partie adjacente des Hautes-Pyréné (...)
  • 124 Picot de Lapeyrouse (Philippe), Histoire abrégée des plantes des Pyrénées, op. cit.

80Philippe Picot de Lapeyrouse accueille favorablement la Révolution. Il est noble, mais depuis peu, et, s’il est inscrit au second ordre, il est en réalité libéral. Dès 1789, il est élu président de l’Administration du district de Toulouse. La conjoncture évolue cependant. Après sa démission en 1792, il est désigné suspect sous la Terreur : en septembre 1793, il est emprisonné à la maison des Carmélites de Toulouse et n’en sort miraculeusement sain et sauf qu’après le 9 thermidor an II (27 juillet 1794). En brumaire an III (octobre-novembre 1794), grâce à son ami le minéralogiste François Gillet de Laumont (1747-1834), il est nommé inspecteur des mines. Il séjourne donc à Paris un an et demi et en profite pour suivre activement l’impression de la première décade de sa luxueuse Flore des Pyrénées. Il n’est cependant pas fait pour la vie parisienne et c’est sans aucun regret qu’en germinal an IV (mars-avril 1796) il retourne à Toulouse où il vient d’être nommé professeur d’histoire naturelle de l’école centrale du département de la Haute Garonne. Il y professe les trois branches de l’histoire naturelle de brumaire an V (octobre-novembre 1796) jusqu’à la suppression des écoles centrales, en floréal an X (avril-mai 1802)122. Son fils Isidore Picot de Lapeyrouse (1776-1833), qui professe l’histoire naturelle à l’école centrale d’Auch, dans le département du Gers, est le deuxième plus jeune professeur d’histoire naturelle des écoles centrales après Louis-Benoît Guersant (1778-1848) dans le département de la Seine-Inférieure, à Rouen. Pour Picot de Lapeyrouse, ces années passées à l’école centrale sont marquées par de mémorables querelles avec Louis Ramond de Carbonnières (1755-1827), le professeur de l’école centrale de Tarbes, dans le département des Hautes-Pyrénées, de onze années son cadet. Malgré plusieurs points communs (ils ont tous deux été emprisonnés sous la Terreur), les deux hommes ne semblent pas être faits pour s’entendre : Philippe Picot de Lapeyrouse, qui considère alors être le maître de l’histoire naturelle des Pyrénées, voit d’un très mauvais œil la venue de Louis Ramond de Carbonnières dans les Pyrénées, en 1787 ; tout à fait capable d’apprécier ses dons, il comprend rapidement que derrière les soupçons d’une allure romantique dont il n’a pas encore réussi à se départir, ce savant alsacien pourrait bien lui faire de l’ombre. Les deux hommes gardent des rapports polis jusqu’à leur ascension du Mont-Perdu en août 1797 : Ramond, qui désire explorer le sommet du Mont-Perdu pour y rechercher d’éventuels fossiles afin de pouvoir discuter l’origine géologique de la chaîne des Pyrénées, associe Picot de Lapeyrouse à son ascension ; or, Picot de Lapeyrouse, à qui les forces manquent, doit finalement abandonner en cours de route mais racontera par la suite mille détails de son ascension jusqu’au sommet ! Les hostilités, aussitôt ouvertes, ne cesseront qu’avec le décès de Picot de Lapeyrouse : dans son Voyage au Mont-Perdu (1801)123. Ramond de Carbonnières critique subtilement les travaux et les connaissances de Picot de Lapeyrouse qui, à son tour, dans sa tardive Histoire abrégée des plantes des Pyrénées (1813)124, ne manque pas d’attaquer Ramond de Carbonnières ; la bataille que se livrent les deux savants devient rapidement une légende connue dans toute la communauté scientifique. Les professeurs parisiens, entraînés par l’un de ses anciens élèves, Charles-François Brisseau de Mirbel (1776-1854), prennent clairement position pour Ramond de Carbonnières. Quelle valeur peut-on accorder à ces conflits plus personnels que scientifiques quand les facteurs humains nous échappent complètement ?

81À l’âge de cinquante ans, Philippe Picot de Lapeyrouse est un maître incontesté de la botanique pyrénéenne. Tout au moins, il se plaît à le penser. En dehors de Ramond dont il dément tout simplement les compétences, aucun naturaliste pyrénéen n’atteint son envergure : l’abbé Pourret, avec qui il a d’ailleurs eu un différend au sujet de la publication de la Chloris Narbonensis dont Picot de Lapeyrouse aurait cherché à retarder la date de publication, vit en exil sur le sol d’Espagne, et l’isolement le rend inoffensif. Il y a bien sûr des savants tels qu’Augustin-Pyramus de Candolle (1778-1841) ou Jean-Baptiste de Lamarck qui décrivent et nomment de nombreuses plantes des Pyrénées mais le baron de Lapeyrouse ne cherche pas à rivaliser avec de tels maîtres. Son ambition et sa recherche du pouvoir sont démesurées mais locales, provinciales. Elles ne lui font pas perdre le bon sens. De Candolle et Lamarck peuvent régner plus haut du moment qu’ils règnent ailleurs. Il veut seulement être le maître chez lui, dans ces Pyrénées qui l’ont vu naître et grandir. L’Histoire abrégée des plantes des Pyrénées (1813), qu’il publie à l’âge de soixante-neuf ans, vient clore majestueusement son règne sur la botanique pyrénéenne. Tout au moins l’a-t-il conçue comme telle.

  • 125 Parmi les botanistes qui lui ont indiqué des localités et qui ont mis leur herbier à sa dispositio (...)
  • 126 Picot de Lapeyrouse (Philippe), Histoire abrégée des plantes des Pyrénées, op. cit., p. XIV.

82La Notice sur les botanistes qui ont voyagé dans les Pyrénées, publiée en introduction, rapporte toutes les explorations qui ont été effectuées dans les Pyrénées à partir du XVIème siècle et, surtout, donne une image précise de la communauté des botanistes pyrénéens contemporains de Picot de Lapeyrouse. Il distingue les botanistes qui ont publié des travaux sur la flore des Pyrénées, et dont il s’est inspiré, des botanistes qui n’ont jamais rien publié mais qui, pour avoir souvent herborisé dans le massif, lui ont indiqué beaucoup de localités. Il ne manque pas de souligner que les travaux des auteurs précédents sur la flore des Pyrénées sont partiels. Les remerciements sont variables : Antoine Gouan, Augustin-Pyramus de Candolle et Jean Loiseleur-Deslongchamps (1774-1849) sont remerciés et salués, Jean Bergeret (1751-1813) est simplement cité, Louis Ramond de Carbonnières est violemment critiqué. Les autres botanistes sont présentés comme ses collaborateurs125 : il veut rappeler le nom de “tous ceux qui, par amour de la botanique, et par l’attachement personnel qu’ils [lui] portent, ont secondé [ses] efforts avec zèle, et ont contribué à rendre cet ouvrage plus complet. Ils recueillent ainsi la juste part qui doit revenir à chacun de l’intérêt que le public pourra prendre à un travail auxquels ils ont coopéré”126. Sans tous ces botanistes, l’Histoire abrégée des plantes des Pyrénées aurait été toute autre, nettement moins riche. Réciproquement, tous ces botanistes ont été réunis au sein d’une communauté grâce à Picot de Lapeyrouse. La stimulation a été mutuelle. Si, de toute évidence, Picot de Lapeyrouse désire que la flore des Pyrénées lui procure une certaine gloire, il n’en joue pas moins un rôle considérable au sein de la communauté des naturalistes pyrénéens. Sans lui, les connaissances des botanistes locaux n’auraient sans doute jamais été mises en valeur.

FIG. 15 - Picot de Lapeyrouse (Philippe) 1744-1818, Xatart 1774-1846 et Coder 1778-1841.

83Philippe Picot de Lapeyrouse est un notable. Depuis l’époque des écoles centrales, il est l’un des personnages les plus influents de Toulouse : il est maire de la ville entre pluviôse an VIII (janvier-février 1800) et août 1806 ; il crée l’école des sciences et des arts, sorte de faculté des sciences avant l’heure, lorsque les écoles centrales sont supprimées ; il est le premier professeur d’histoire naturelle de la faculté des sciences de Toulouse, à sa création, en 1810 ; il garde toute sa vie la direction du Jardin botanique – qui aura donc successivement dépendu de l’académie, de l’école centrale, de l’école des sciences et des arts, puis de la faculté ; ultime responsabilité, pendant les Cent Jours, en 1815, il est élu député à la Chambre des représentants. Lorsqu’il meurt, le 1er octobre 1818, le baron de Lapeyrouse n’est pas un Toulousain anonyme. Tous les honneurs locaux lui sont rendus.

  • 127 Joseph Pitton de Tournefort (1656-1708) effectue plusieurs voyages dans les Pyrénées et est le pre (...)
  • 128 Bauhin (Caspar), Pinax Theatri Botanici, Basilae : sumptibus et typis Ludovici Regis, 1623, 522 p.
  • 129 Clusius (Carolus), Histoire des plantes, traduite de bas-aleman en françois par Charles de L’Éclus (...)
  • 130 Potentilla alchemilloides, Sideritis crenata, Antirrhinum sempervirens, Saxifraga intricata et Sax (...)

84Philippe Picot de Lapeyrouse est l’auteur de seize espèces de la flore de France. Il n’en a cependant réellement découvert que sept, comme en témoignent les notes manuscrites de Joseph Pitton de Tournefort (1656-1708) concernant ses voyages dans les Pyrénées127, publiées dans l’Histoire abrégée des plantes des Pyrénées (1813) avec un catalogue synonymique des noms des plantes pyrénéennes, y compris les noms prélinnéens. Rapportons ici l’histoire de l’une des espèces pyrénéennes connues depuis longtemps, Gentiana burseri Lapeyrouse, une Gentiane commune dans tout le massif : Philippe Picot de Lapeyrouse l’a dédiée au botaniste allemand Joachim Burser (1593-1649) qui a voyagé dans les Pyrénées et dont l’herbier, aujourd’hui conservé à Uppsala, contient cette espèce ; Joseph de Tournefort la nomme Gentiana major, flore punctato, utilisant le nom proposé par Gaspard Bauhin (1560-1624) dans son Pinax theatri botanici (1623)128 ; Gaspard Bauhin indique également que Charles de L’Écluse (1526-1609) – qui a effectué ses études de médecine avec Guillaume Rondelet (1507-1566) à Montpellier dans les années 1550 et a beaucoup voyagé dans les Pyrénées – nomme cette espèce Gentiana major caeruleo flore dans son Histoire des plantes (1557)129 ; il n’est pas certain que Charles de L’Écluse, auteur de la plus ancienne citation de cette espèce, en soit le réel découvreur130.

  • 131 Picot de Lapeyrouse (Philippe), Histoire abrégée des plantes des Pyrénées, op. cit., p. 417.

85Les sept espèces réellement découvertes par Philippe Picot de Lapeyrouse sont toutes endémiques de la chaîne pyrénéenne. L’une d’entre elles, Vicia argentea Lapeyrouse, est protégée par la loi française et n’est connue que de deux stations (l’une dans les Pyrénées-Atlantiques, l’autre dans les Hautes-Pyrénées). Dans l'Histoire abrégée des plantes des Pyrénées, Picot de Lapeyrouse la décrit comme une plante “belle et touffue, d’un aspect brillant argenté” et poussant “dans les pâturages élevés de la Massive de Castanèse [village situé au sud-est de Benasque, dans les Pyrénées aragonaises]”131.

Bibliographie

Astre (Gaston), “Une Date de la paléontologie : la première étude de rudistes par Lapeirouse”, Bulletin de la Société d’Histoire naturelle de Toulouse, t. 89, 1954, pp. 391-400.

Decampe (Louis-Amédée), “Éloge de M. le baron Picot de Lapeyrouse”, Toulouse : [s.n.], 1819, 36 p.

Du Mège (Alexandre), “Notice sur la vie et les écrits de M. Philippe Picot, baron de Lapeyrouse”, Histoire et Mémoires de l’Académie royale de Toulouse, t. 1, 1827, pp. 289-293.

Gras (Auguste), “Sur la correspondance inédite de Lapeyrouse avec M. Allioni”, Bulletin de la Société botanique de France, t. 11, 1864, pp. XXXIX-XLIV.

Laissus (Yves), “Philippe Picot de Lapeyrouse (1744-1818), d’après les documents conservés à la bibliothèque du Muséum national d’histoire naturelle”, Bulletin de la Société d’Histoire naturelle de Toulouse, t. 108, 1972, pp. 365-385.

Dominique VILLARS (1745-1814)

  • 132 Cité par Offner (Jules), Dominique Villars, médecin et botaniste dauphinois, Grenoble : F. Eymond, (...)
  • 133 Villars (Dominique), Histoire des plantes du Dauphiné, Grenoble : chez l’auteur ; Paris : Prévost  (...)
  • 134 Pietro-Andrea Mattioli (1501-1577) publie en 1554 des commentaires de la Matière médicale de Diosc (...)

86Dominique Villars naît le 14 novembre 1745 à Villar, hameau de la commune du Noyer-en-Champsaur, dans le Dauphiné. Sa famille y est installée depuis des générations et y possède des pâturages, principale source de revenus. Dominique Villars est le fils cadet d’une famille de cinq enfants. Son père, greffier pour le compte du châtelain du Noyer, lui apprend à lire et à compter. C’est en gardant les troupeaux qu’il découvre la flore de son pays. Comme l’écrira justement l’un de ses descendants, Henri Gauthier-Villars (1859-1931), plus connu sous le nom de Willy : “Le premier Villars de ma famille qui ait marqué était un berger, un heureux berger, comme chantait dans Mireille Melle Auguez, avant d’épouser Henri Lavedan”132. Dans la préface de l’Histoire des plantes du Dauphiné, Dominique Villars racontera lui-même que c’est “au milieu des grandes montagnes de la province, livré de bonne heure aux réflexions qu’entraîne la solitude [qu’il eut], dès l’âge de douze ans, un penchant irresistible pour la connaissance des plantes”133. D’autant plus qu’à cette époque, il rencontre fréquemment Antoine Gentillon-Médaille, un médicastre superstitieux installé à Saint-Bonnet qui prodigue des recettes de tisanes et d’emplâtres aux paysans du Champsaur à partir d’un ouvrage où sont reproduites quelques illustrations de Pietro-Andrea Mattioli (1501-1577)134 : les plantes recèlent alors pour le jeune Dominique Villars une sorte de pouvoir magique, voire miraculeux. Vif et curieux, il s’intéresse à tout. Par la vision d’un arpenteur mesurant des distances inaccessibles au moyen d’une base et de triangles, il se fait un tableau sublime de la géométrie pour laquelle il montre un enthousiasme sans limite.

FIG. 16 - Villars (Dominique) 1745-1814. © Musée départemental des Hautes-Alpes.

  • 135 Guyon (Loys), Miroir de la beauté et de la santé corporelle, Lyon : Morillon, 1615, 2 vols.

87Après le décès prématuré de son père, en 1760, sa mère décide de l’envoyer chez un procureur de Gap pour qu’il y apprenne à rédiger des actes. Elle souhaite qu’il succède à son père et qu’il revienne travailler au village. Cette ennuyeuse et poussiéreuse expérience est sauvée par la découverte d’un traité de médecine, le Miroir de la beauté et de la santé corporelle (1615)135 de Loys Guyon (7-1630), médecin originaire de Dole et fixé à Uzerches, dans le Limousin. Sa mère décide ensuite de le laisser dix-huit mois chez le curé Arnaud, de Corps, chez qui il apprend les langues grecques et latines. Là, il rencontre le docteur Laugier, ancien élève de l’université de médecine de Montpellier, qui met à sa disposition quelques ouvrages de médecine et de botanique, dont les célèbres Commentaires du traité de matière médicale de Dioscoride de Pietro-Andrea Mattioli.

88Alors qu’il est âgé de seize ans et demi, sa mère décide de le marier avec Jeanne Disdier, une orpheline du même âge que lui et originaire d’un hameau voisin. Ils s’unissent le 8 juin 1763. La dot que cette jeune fille apporte est non négligeable aux yeux de sa mère qui, en dehors de toute question financière, veut fixer définitivement son fils au Noyer où, estime-t-elle, sa présence est indispensable. Dominique Villars et son épouse auront cinq enfants dont un mort-né. Elle décédera bien avant lui, en 1798. Il reste dans la ferme familiale jusqu’en novembre f765, date à laquelle il décide de suivre deux libraires-colporteurs. En leur compagnie, durant plus de six mois, il visite le Lyonnais, la Bresse, la Bourgogne et la Champagne. Comme salaire, en plus d’une petite somme d’argent, il reçoit des livres de médecine. Il est de retour chez lui en été 1766, pour la fenaison.

  • 136 Originaire de la région de Grenoble, Pierre Liottard (1729-1796) s’engage dans l’armée à l’âge de (...)
  • 137 Après des études à Montpellier, où il est l’élève de Gouan et de Boissier de La Croix de Sauvages, (...)

89C’est en 1766 que Dominique Villars rencontre un autre botaniste, l’abbé Chaix (1730-1799). Ce dernier, curé aux Baux, dans le Gapençais, parcourt le Champsaur afin de ramener vers Dieu quelques brebis égarées. Dominique Villars et l’abbé Chaix sont faits pour s’entendre : il ont tous deux été pâtres dans les montagnes du Dauphiné et ont acquis une grande partie de leurs connaissances en autodidactes. Ils se lient aussitôt d’une amitié que seule la mort de l’abbé Chaix vient interrompre en 1799. Villars n’est pas encore véritablement un botaniste, même s’il a déjà beaucoup herborisé, observé les plantes de sa province et laissé son esprit s’évader devant les illustrations de Pietro Andrea Mattioli : l’abbé Chaix devient son maître. Il lui fait connaître les œuvres de Linné et lui montre que de nombreuses espèces nouvelles sont à découvrir. Jusqu’à ce que Villars parte à Grenoble en 1771, les deux compagnons sont inséparables. Ils herborisent ensemble dans le Gapençais, le Briançonnais, l’Embrunais, l’Oisans. Au cours de l’une de ces herborisations, en 1769, ils rencontrent deux botanistes grenoblois, Pierre Liottard (1729-1796)136 et le docteur Clappier137. Peu à peu, Villars conçoit le projet d’aller étudier la médecine à Grenoble. Sachant reconnaître la plupart des plantes connues de sa région, il a déjà de solides connaissances en matière médicale. Il lui reste à apprendre l’art de la saignée et un peu de chirurgie. Ainsi, comme presque tous les autres naturalistes de son époque, Villars devient-il médecin. À la différence près que dans son cas cela est une véritable vocation.

  • 138 Johann-Andreas Murray (1740-1791) naît à Stockholm, de parents d’origines anglaise et allemande. I (...)

90À son arrivée à Grenoble, Dominique Villars est reçu par l’intendant de la province du Dauphiné (alors composée de nos actuels départements de l’Isère, de la Drôme et des Hautes-Alpes), Pajot de Marcheval. Intrigué par son intelligence, il l’inscrit comme élève interne pour trois années à l’hôpital de Grenoble. Même, désireux de garder dans les murs de sa ville ce jeune paysan prometteur, il lui attribue une pension mensuelle grâce à laquelle Villars peut être rejoint par sa famille. Malgré les cours de médecine qui l’occupent beaucoup, Dominique Villars herborise sans relâche. Au cours de l’été 1774, il visite le Midi de la France en compagnie du docteur Clappier et herborise dans le massif de la Grande Chartreuse avec Johann-Andreas Murray138. Il profite de son voyage méridional pour rencontrer d’autres médecins-naturalistes et consulter des herbiers : à Montélimar, il rencontre Jean-Jacques Menuret de Chambaud (1733-1815), docteur en médecine de l’université de Montpellier et directeur de l’hôpital civil, qui possède les herbiers de Pierre-Joseph Garidel (1658-1737) et François Chicoyneau (1672-1732) ; à Nîmes, il rend visite à Jean-François Séguier (1703-1784) ; à Montpellier, il trouve les incontournables Gouan et Pierre Cusson (1727-1783) dont les collections contiennent des spécimens envoyés par Carlo Allioni (1728-1804), Albrecht von Haller (1708-1777) ou Linné ; il herborise également dans les environs d’Avignon, Marseille, Toulon, Hyères. En 1774 naît son fils cadet et homonyme, Dominique Villars, qui étudiera la médecine auprès de lui, à Grenoble, et deviendra médecin militaire.

  • 139 Originaire d’Étampes, Étienne Guettard (1715-1786) est l’une des grandes figures de l’histoire nat (...)
  • 140 Cité par Callot (Émile), Dominique Villars, le naturaliste philosophe, le botaniste, le professeur (...)

91En 1775, le gouvernement demande à Étienne Guettard139, sexagénaire d’une santé robuste, d’explorer le sol du Dauphiné et d’en décrire les richesses minéralogiques. Pour l’accompagner, l’intendant du Dauphiné décide de lui adjoindre Dominique Villars, qui connaît très bien la région et à qui un peu de minéralogie ne saurait faire de mal, Barthélémy Faujas de Saint-Fond (1741-1819), un jeune avocat passionné par tout ce qui a trait à l’histoire de la Terre et qui occupera la première chaire de Géologie créée en France au Muséum national d’Histoire naturelle, en 1793, ainsi que le grenoblois Pierre Liottard et l’ingénieur Margot-Duvernay. Ils effectuent une première expédition de juillet à octobre 1775 puis la seconde de mai à septembre 1776. Si la rencontre avec Étienne Guettard est une véritable aubaine pour Barthélémy Faujas de Saint-Fond, Dominique Villars ne se laisse pas détourner de l’étude des plantes. Dans ses Mémoires sur la minéralogie du Dauphiné (1779), Étienne Guettard dresse un portrait élogieux et certainement assez juste de Dominique Villars : “M. Villar, que je regarderai toujours comme un de ces hommes qui, nés dans le fond des provinces et au milieu de l’ignorance, ont senti qu’ils n’existent pas pour ramper sur la terre, mais qu’entourés des beautés de la nature ils étaient faits pour les connaître, les admirer et en instruire les autres. M. Villar qui ne doit qu'à lui-même les connaissances profondes qu’il a de la botanique, s’était chargé de faire le catalogue des plantes qu’on pouvait voir dans nos voyages, catalogue qu’il avait déjà fait en grande partie quand nous commençâmes à voyager, et qu’il a perfectionné dans ces voyages sans que j’y aie contribué en la moindre chose. J’avouerai même, et très sincèrement, que je lui dois la connaissance d’un grand nombre de plantes que je n’aurai jamais connues sans lui”140.

  • 141 Cette école de médecine est sous la responsabilité des pères de la Charité. Elle ne peut délivrer (...)

92Au cours de l’année 1777, Étienne Guettard fait venir quelques mois Dominique Villars à Paris et le présente à de nombreux savants : Bernard de Jussieu (1699-1777) et son neveu Antoine-Laurent de Jussieu (1748-1836) dont il consulte les herbiers et la très riche bibliothèque ; Louis-Guillaume Lemonnier (1717-1799) qui met ses livres à sa disposition ; Louis Daubenton (1716-1800), démonstrateur du Cabinet du roi où sont conservés les herbiers de Joseph de Tournefort (1656-1708) et de Sébastien Vaillant (1669-1722) ; André Thouin (1747-1824) qui, parce qu’il invite régulièrement les savants du Jardin du roi à sa table, est un personnage central de cette petite société. Dominique Villars profite également de ce séjour pour suivre les cours d’anatomie d’Antoine Portai (1742-1832) et de son assistant Félix Vicq d’Azyr (1748-1794). Après l’obtention du grade de docteur à l’école de médecine de Valence, en 1778, Dominique Villars désire s’installer comme médecin dans le Champsaur. Pour le retenir à Grenoble, l’intendant du Dauphiné le nomme directeur d’un Jardin botanique, dont il vient d’ordonner la création, et professeur de matière médicale à l’école de médecine qu’il vient de rattacher à l’hôpital militaire141. Conscient que tant d’honneurs et de responsabilités ne peuvent aller sans un meilleur traitement, il double sa pension. Grâce au soutien de l’intendant de la province, Dominique Villars est bien installé à Grenoble. Il y restera jusqu’en 1803.

  • 142 Villars (Dominique), Observations de médecine sur une fièvre épidémique qui a régné dans le Champs (...)
  • 143 C’est en 1780, juste après le décès de son père qui voulait faire de lui un procureur, que Jean Be (...)
  • 144 Dans toute sa carrière, Dominique Villars publie près de cinquante articles. On notera, pour les a (...)

93En 1779, Dominique Villars retrouve son ami l’abbé Chaix avec lequel il effectue une longue exploration botanique dans le Briançonnais. Ils passent du Champsaur au Briançonnais en remontant le Drac, rejoignent L’Argentière par le Pas-des-Cavales, longent la Vallouise, passent le col de l’Échauda pour se rendre au Monêtier, explorent le Lautaret, descendent à Briançon, parcourent les prairies du Gondran et du Bourget pour finir dans la vallée du Queyras. En 1780, il est chargé de combattre une terrible fièvre épidémique dans le Champsaur et le Valgaudemar. Il publie toutes ses observations dans les Observations sur une fièvre épidémique qui a régné dans le Champsaur (1781)142. En 1782, son protecteur le nomme médecin-chef de l’hôpital militaire de Grenoble. L’exercice de la médecine est une véritable vocation pour Dominique Villars. Malgré tout le travail que ses responsabilités exigent, il s’y consacre avec un remarquable dévouement. En 1787, il sauve le sergent-major Bernadotte, futur Charles XIV de Suède143. En parallèle à la pratique médicale il publie régulièrement des articles de botanique ou d’observations médicales et vétérinaires144.

  • 145 Villars (Dominique), Histoire des plantes du Dauphiné, op. cit., 1786-1789, 3 vols.

94La rédaction de l’Histoire des plantes du Dauphiné (1786-1789)145 occupe Dominique Villars durant toutes les années 1780. Publiée à ses frais, elle est l’aboutissement de près de vingt années d’exploration botanique. Deux mille sept cent quarante-quatre espèces y sont décrites, réparties en cinq cent cinquante et un genres. Localités, propriétés médicinales et utilisations agricoles sont également indiquées. Son système de classification des plantes – le système de Linné un peu simplifié – a été très critiqué par Antoine Laurent de Jussieu : comme beaucoup de botanistes de cette époque, Dominique Villars ne s’intéresse pas aux querelles des systèmes et des méthodes de classification, ce qu’il annonce d’ailleurs clairement dans l’introduction de sa Flore où il affirme attacher bien moins d’importance aux ordres et aux sections qu’aux espèces.

FIG. 17 - Page de garde de Villars (Dominique), Histoire des plantes du Dauphiné, Grenoble : l'auteur ; Paris : Prévost ; Lyon : les frères Périsse, 1786-1789, 3 vols.

  • 146 Villars (Dominique), Principes de médecine et de chirurgie à l’usage des étudiants, Lyon : Reymann (...)

95Lorsque la création des écoles centrales est votée par la Convention, le 7 ventôse an III (25 février 1795), Dominique Villars est nommé professeur d’histoire naturelle à l’école centrale du département de l’Isère, à Grenoble. Henri Beyle (1783-1842), plus connu sous le nom de Stendhal, fréquente cette école centrale. Dans son roman autobiographique La Vie de Henry Brulard, il se souviendra de Villars comme d’un paysan des Hautes-Alpes. Si le bâtiment de l’école centrale de l’Isère est celui d’un ancien collège jésuite (où l’abbé Chaix a semble-t-il séjourné), l’enseignement est entièrement revu. À l’instar de ses collègues des autres écoles centrales, Dominique Villars dispense des leçons particulièrement modernes. Il conseille à ses élèves de lire l’Encyclopédie, les œuvres du comte de Buffon (1707-1788), René-Antoine Ferchault de Réaumur (1683-1757), Louis Daubenton, Bernard de Lacépède (1756-1825), Georges Cuvier (1769-1832), Horace-Bénédict de Saussure (1740-1799) mais surtout Carl von Linné (1707-1778). À cette date, Dominique Villars est un médecin estimé et un botaniste renommé. Il devient associé national non résident de l’Institut national des sciences et des arts, à sa fondation en 1796. Il convient de signaler un autre de ses ouvrages, relativement important, les Principes de médecine et de chirurgie à l’usage des étudiants (1797)146.

  • 147 De larges extraits de l’allocution de Dominique Villars sont reproduits par Chabert (Alfred), “Vil (...)
  • 148 Idem, p. 831.
  • 149 Idem, p. 822.

96Les années révolutionnaires ne sont pas de tout repos pour Dominique Villars. Une anecdote illustre bien l’atmosphère houleuse de cette époque. Le 17 pluviôse an 11 (5 février 1794), le citoyen Villars lit à Grenoble un discours sur les Substances végétales qui peuvent servir à la nourriture de l’homme et qui se trouvent dans les départements de l’Isère, la Drôme et les Hautes-Alpes, travail qui lui a été commandé par le Directoire du département des Hautes-Alpes147. Il est fier de donner aux sans-culottes de la ville de Grenoble les noms des plantes que les bergers des Alpes utilisent traditionnellement pour remplacer la vigne, le blé ou les épinards ; même, il leur affirme que “les mousses pourraient être considérées comme une espèce de laine végétale, propre à servir de lit aux républicains, comme elles servent aux Lapons”148. Il est difficile de savoir si Dominique Villars est sincère ou s’il a voulu se moquer des sans-culottes citadins, comme l’a interprété Alfred Chabert. Quoi qu’il en soit, son discours ne plaît guère aux sans-culottes grenoblois qui l’immortalisent dans une de leurs chansons, dont voici un couplet et un refrain149 :

De l’écorce du vert sapin
Il voudrait bien nous faire vivre !
Il veut accaparer le vin
En prétendant qu’il nous enivre.
Nous enlever le gout du pain,
Nous abreuver de jus d’érables,
Nous nourrir de sarments ! Gredin !
Tu nous traites en misérables !

Cré D... ! Nous te racourcirons
Avec la Sainte Guillotine,
Et tout autour nous danserons
En buvant le jus de ta vigne !

97Un autre couplet faisant allusion à une aventure galante du docteur Villars sur un lit de mousse n’a malheureusement pas été reproduit par Alfred Chabert. Dominique Villars ne semble cependant pas être inquiété outre mesure. Il n’est jamais désigné “suspect”.

98Toutes les écoles centrales sont supprimées en floréal an X (avril-mai 1802.) L'hôpital militaire de Grenoble est fermé l’année suivante, tout au moins est-il rattaché à l’hôpital civil de Grenoble sans que Dominique Villars puisse y conserver ses fonctions. N’ayant plus de travail à Grenoble, il décide de s’installer à Gap. Sans économie ni salaire, il vit humblement. Alors qu’il s’apprête à retourner dans le Champsaur, il est appelé à Strasbourg pour occuper la chaire de Botanique de l’école de médecine, vacante depuis la mort de Jean Hermann (1738-1800). 11 est officiellement nommé à ce poste par un décret impérial du 4 pluviôse an Xlll (24 janvier 1805). Grâce à une aide financière du philanthrope docteur Amable Rome, l’un de ses anciens élèves, Villars peut déménager les livres de sa bibliothèque. Il quitte définitivement le Dauphiné au début de l’année 1805.

  • 150 Le Jardin botanique de Strasbourg est créé en 1619. Il est successivement dirigé par Jean-Rodolphe (...)
  • 151 Villars (Dominique), Nestler (Auguste), Lauth (Gustave), Précis d’un voyage botanique fait en Suis (...)

99Les années que Dominique Villars passe à Strasbourg sont paisibles et studieuses. Chargé de l’entretien du Jardin botanique de l’école de médecine, il dresse un Catalogue méthodique des plantes du jardin de l’École de Strasbourg (1807)150 II devient doyen de la faculté de Strasbourg en 1809. Toujours alerte, il effectue de régulières excursions dans les plaines du Rhin et les Vosges. Au cours de l’été 1811, en compagnie des deux botanistes alsaciens Gustave Lauth (1793-1817) et Auguste Nestler, il traverse la Suisse, du Jura jusqu’au Tessin151. En 1812, il effectue un ultime voyage à Paris, au cours duquel il retrouve de nombreux savants de ses amis. Il décède d’une hémorragie cérébrale le 26 juin 1814, à Strasbourg. Il est inhumé dans l’ancien cimetière de l’Ouest, sur la route de Kehl. Sa tombe a rapidement été perdue.

  • 152 Son testament finit par ces deux lignes : Vivendo sensibilitate moritur / Moriendo sui conscius fa (...)
  • 153 Cité par Callot (Émile), Dominique Villars, le naturaliste..., art. cit., p. 31.

100Semble-t-il désintéressé par l’argent, il s’excuse dans son testament auprès de ses enfants d’avoir toute sa vie négligé leurs intérêts152. Dans sa leçon inaugurale, le professeur Villars disait à ses élèves de l’école centrale de Grenoble : “Tout prouve jusqu’à l’évidence que les bornes de l’esprit humain ne sont point connues et que sous un gouvernement républicain, il nous reste les plus grandes découvertes à faire... Il est glorieux pour vous d’être nés sous de si heureux auspices : vous êtes l’aurore d’un beau jour qui est prêt à éclairer la France, et les doux présages qui nous font augurer vos succès, nous dédommageront amplement de nos peines et nous ferons oublier les temps pénibles qui nous ont précédés”153.

FIG. 18 - Le Panicaut blanc, Eryngium spinalba Villars, qui pousse sur les pelouses calcaires sèches et rocailleuses entre 900 et 2000 m d’altitude, est protégé au niveau national. © Philippe Danton, 1990, Isère.

  • 154 Villars (Dominique), Histoire des plantes du Dauphiné, op. cit., 1786-1789, 3 vols.
  • 155 Idem, 1787, t. 2, p. 526 ; et 1789, t. 3, pl. X.
  • 156 Idem, 1789, t. 3, p. 250.

101Dominique Villars est l’auteur de cinquante espèces et le premier auteur de quatre espèces valides de la flore de France. Elles ont toutes été nommées dans l’Histoire des plantes du Dauphiné (1786-1789)154. Parmi ces cinquante-quatre espèces, quarante étaient déjà connues par les botanistes prélinnéens. Toutes les espèces découvertes par Dominique Villars ont été récoltées par lui, lors de ses herborisations dans le Dauphiné, comme Gentiana alpina Villars, qui pousse dans les pâturages élevés des hautes montagnes d’Europe, et qu’il a “cueillie à Sept-Lans, et sur les montagnes voisines”155. Toutes, à deux exceptions près : Artemisia insipida Villars, “trouvée près des Baux par M. Chaix”156, et Heracleum pumilum Villars, “d’abord trouvée par Clappier sur le Mont-Aurouze en 1769”. Dominique Villars n’a décrit aucune plante nouvelle au cours de sa période strasbourgeoise.

Bibliographie

Anonyme, Inauguration d’une plaque commémorative sur la maison natale de Dominique Villars, Grenoble : Société dauphinoise d’études biologiques, 1835, 11 p.

Callot (Émile), Dominique Villars, le naturaliste philosophe, le botaniste, le professeur, étudié à partir de ses manuscrits inédits, Gap : Société d’études des Hautes-Alpes, 1982, 50 p.

Chabert (Alfred), “Villars sous la Terreur”, Bulletin de l’Herbier Boissier, t. 5, 1897, pp. 821-832.

Chabert (Alfred), “Villars d’après sa correspondance de 1805 à 1814”, Bulletin de l’Herbier Boissier, t. 7, 1899, pp. 621-636.

Gariel (M.), “Notice bibliographique des ouvrages de Dominique Villars", Bulletin de la Société de Statistique des Sciences naturelles et des Arts industriels du Département de l’Isère, t. 3, 1845, pp. 168-175.

Gras (Auguste), “Notice historique sur Villars”, Bulletin de la Société de Statistiques de l’Isère, t. 2, 1841, pp. 177-185.

Hally (Victor), Notice historique sur la vie et les travaux du docteur Villars, Grenoble : Maisonville, 1858, 56 p.

Offner (Jules), Dominique Villars, médecin et botaniste dauphinois, Grenoble : F. Eymond, 1954, 16 p.

Poncet (Vincent), L’Herbier Dominique Villars, témoin de la flore du Dauphiné, Grenoble : Musée d’histoire naturelle, 1999, 200 p.

Charles, Louis L’HÉRITIER DE BRUTELLE (1746-1800)

  • 157 Sous Louis XV, les Eaux et Forêts sont dirigées par un grand maître qui conseille le roi dans ses (...)

102Charles L’Héritier de Brutelle naît en 1746 à Paris, dans une famille de négociants aisés. Nous ne savons rien de son enfance et de sa jeunesse si ce n’est qu’il est éduqué dans le plus grand respect de la religion catholique. Il entre en scène en 1772, lorsqu’il est nommé procureur à la maîtrise des Eaux et Forêts de Paris, grâce aux relations de sa famille157. D’un naturel curieux, L’Héritier de Brutelle profite de cette fonction pour s’intéresser aux plantes et plus particulièrement aux arbres. Georges Cuvier (1769-1832) raconte dans son Éloge que c’est lors d’une promenade au Jardin royal, au cours de laquelle il n’a pas su reconnaître un micocoulier, que Charles L’Héritier de Brutelle, blessé dans son amour propre, décide d’approfondir ses connaissances en botanique et de suivre les démonstrations d’Antoine-Laurent de Jussieu (1748-1836). Fréquenter le Jardin du roi dans les années 1770 est particulièrement enthousiasmant : Antoine-Laurent de Jussieu et le jardinier André Thouin (1747-1824) disposent justement les parterres de l’école de botanique suivant les classes naturelles définies par Bernard de Jussieu (1699-1777). Plus proche d’André Thouin que d’Antoine-Laurent de Jussieu, en botanique comme en amitié, Charles L’Héritier de Brutelle devient un fervent défenseur des idées de Linné.

  • 158 Cette cour juge les affaires sur les aides, c’est-à-dire l’imposition des denrées et tout particul (...)
  • 159 Consulter Letouzey (Yvonne), Le Jardin des plantes à la croisée des chemins avec André Thouin (174 (...)
  • 160 Originaire de Mâcon, Joseph Dombey (1742-1794) fait ses études de médecine à Montpellier, où il ob (...)

103L’année 1775 comble Charles L’Héritier de Brutelle. D’une part, il épouse Thérèse-Valère Doré, et d’autre part, il est nommé conseiller à la Cour des aides158, alors présidée par Chrétien-Guillaume Lamoignon de Malesherbes (1721-1794). Homme digne de son siècle, Malesherbes entretient un goût prononcé pour les plantes, en parallèle de sa vie politique chargée, et soutient alors fermement L’Héritier de Brutelle dans sa passion pour la botanique. Tous deux se retrouvent régulièrement au domicile de la famille Thouin, dans l’enceinte du Jardin royal. Réputée pour l’hospitalité simple et chaleureuse qui y règne, la demeure des Thouin est un lieu de rencontre et d’amitié essentiel à cette époque159. Beaucoup de savants s’y retrouvent. Charles L’Héritier de Brutelle ne fréquente la famille Thouin qu’à partir de la fin des années 1770 mais ne semble pas rencontrer Joseph Dombey (1742-1794)160 avant son départ pour l’Amérique du Sud. C’est seulement à son retour que Joseph Dombey offre à L’Héritier de Brutelle l’occasion d’inscrire son nom dans l’une des anecdotes les plus pittoresques de l’histoire naturelle du XVIIIème siècle.

104Lorsque Joseph Dombey revient à Paris, en 1785, après dix années d’absence, seul son fidèle ami André Thouin se souvient encore vraiment de lui. Totalement démuni, il sollicite de la part du ministre des Finances, Charles-Alexandre de Calonne (1734-1802), une pension pour décrire ses collections mais elle lui est refusée. Charles L’Héritier de Brutelle, qui jouit d’une certaine fortune personnelle que l’achat de livres n’a pas encore complètement minée, propose à Joseph Dombey de se charger de publier la flore du Pérou à ses frais et d’acquérir son herbier en échange d’une pension annuelle. Tout le monde est satisfait par ce marché dans lequel André Thouin a été un intermédiaire essentiel, à l’exception des autorités espagnoles qui exigent que l'herbier de Dombey leur soit rendu. Un jour du mois de septembre 1786, ou pour être plus précis, une nuit, André Thouin ouvre les grilles du jardin à L’Héritier de Brutelle et son épouse, Pierre Joseph Redouté (1759-1840), Auguste Broussonet (1761-1807) ainsi qu’une vingtaine de domestiques qui pénètrent tous subrepticement dans l’enceinte du Jardin royal ; pendant que les uns surveillent que personne ne vienne à passer, et surtout pas le comte de Buffon (1707-1788) qui ignore tout de la scène qui se joue dans son jardin, les autres embarquent les caisses de l’herbier de Dombey dans une voiture. Lorsque tout est chargé, les chevaux emportent prestement L’Héritier de Brutelle vers Calais puis une destination sûre, Londres.

  • 161 Cuvier (Georges), “Éloge de Charles-Louis L’Héritier de Brutelle”, Mémoires de l’Institut national (...)

105Charles L’Héritier de Brutelle décide de se réfugier en Angleterre pour plusieurs raisons : la première est que la Couronne espagnole ne le poursuivra pas jusque dans les îles britanniques. La deuxième est que depuis plusieurs années, il correspond avec des savants anglais, notamment sir Joseph Banks (1743-1820), auquel il a été recommandé en 1783 par son ami Auguste Broussonet. Enfin, la troisième est que l’Angleterre est alors le centre absolu du linnéisme. James-Edward Smith (1759-1828), qui a fréquenté assidûment la demeure des Thouin au mois d’août 1786, a donné plusieurs lettres de recommandation à L’Héritier de Brutelle pour lui assurer un accueil favorable. Le rapprochement de L’Héritier de Brutelle auprès des naturalistes anglais n’est pas uniquement géographique : il se sent en effet beaucoup plus proche de leur pratique descriptive et fondamentalement linnéenne de la botanique que des méthodes de classification générale des plantes chères aux savants français tels qu’Antoine-Laurent de Jussieu ou Michel Adanson (1727-1806). C’est ce que Cuvier résume lorsqu’il écrit que L’Héritier de Brutelle est plus attiré par la “botanique du nomenclateur” que par la “botanique du philosophe”161.

  • 162 L’Héritier de Brutelle (Charles-Louis), Sertum Anglicum, Paris : Didot, 1789-1792, 36 p., 34 pis.
  • 163 L’Héritier de Brutelle (Charles-Louis), Geraniologia, Paris : Didot, 1787-1788, 12 p., 44 pls.

106Charles L’Héritier de Brutelle est très chaleureusement accueilli par les naturalistes anglais et notamment par le chevalier Banks qui, comme à son habitude, lui permet de disposer de sa bibliothèque, l’une des plus riches d'Europe. Quinze mois lui sont nécessaires pour achever de rédiger une flore du Pérou à partir des collections de Joseph Dombey. Pour les planches, il demande à son ami Pierre-Joseph Redouté de venir le rejoindre à Londres en avril 1787. En parallèle, il travaille à des descriptions de plantes rares de jardins botaniques anglais, qu’il publiera dans le Sertum Anglicum (1789-1792)162, et à diverses révisions de genres. Dans son étude du genre Geranium, ou Geraniologia (1787-1788)163, l’une des rares qu’il prendra le temps de publier, il distingue les genres Geranium et Erodium grâce au nombre d’étamines fertiles dans les fleurs (dix chez Geranium et cinq chez Erodium). L’Héritier de Brutelle rentre en France en décembre 1787, lorsque la flore du Pérou est achevée et lorsqu’il est assuré que son herbier ne craint plus rien. Toute l’année 1788 est consacrée à la correction de la flore du Pérou, sous la direction de Dombey. Malheureusement, sa fortune diminue de jour en jour et la publication de la flore est momentanément reportée : L’Héritier de Brutelle, fasciné par la bibliothèque du chevalier Banks, désire s’en constituer une semblable et dépense des sommes considérables ; à sa mort, avec près de huit mille volumes, sa bibliothèque privée est l’une des plus complètes d’Europe. Puis l’année 1789 arrive et emporte Charles L’Héritier de Brutelle dans une toute autre tourmente : la flore du Pérou ne sera jamais imprimée.

  • 164 Stafleu (Franz A.), “Introduction”, in L’Héritier de Brutelle (Charles-Louis), Sertum Anglicum,(...)

107Lorsque le cardinal de Brienne décide de convoquer les États généraux, il fixe les élections au 21 avril 1789. Charles L'Héritier de Brutelle a une imposition suffisamment élevée pour faire partie des électeurs du Tiers et participe donc à l’élection d’un député pour Paris. Une des premières mesures de la Constituante est la création de la Garde nationale, pour maintenir l’ordre et prévenir toute tentative de déstabilisation, qu’elle vienne de la rue ou de la cour. Dès 1789, L’Héritier de Brutelle devient commandant du bataillon des Lombards de la Garde nationale. Quand surviennent les insurrections des 5 et 6 octobre 1789, forçant le roi et l’Assemblée à quitter Versailles pour Paris, il est à la tête de près de cinq cents hommes : sept mille parisiens et vingt mille hommes de la Garde nationale marchent sur Versailles ; ils veulent protester contre l’affront qui leur a été infligé le 1er octobre lorsque, au cours d'un banquet, des soldats du Corps des gardes du roi, un peu plus joyeux qu’à l’ordinaire, ont piétiné la cocarde tricolore et crié allégeance à leur bon roi. Les manifestants veulent que les provocateurs soient punis. Ils réclament également du pain, qui manque alors cruellement à Paris. Le 5 au soir, l’Assemblée est envahie et le roi promet que Paris sera ravitaillé en pain. Le marquis de La Fayette, chef de la Garde nationale et toujours prêt à se rendre utile, propose au roi de faire garder Versailles par des gardes nationaux et ordonne à ses soldats de défendre éventuellement les gardes du roi contre le peuple. Le lendemain, à l’aube, le château est envahi. La foule s’en prend aux soldats du roi, qu’elle manque de massacrer mais qui sont effectivement sauvés par les gardes nationaux, dont certains sont dirigés par L’Héritier de Brutelle. Cependant, le couple royal doit céder au peuple parisien qui crie “À Paris” et part, sous une pluie battante, pour la capitale. Sa Majesté et l’Assemblée seront désormais entourées par les parisiens : l’histoire commence à peine. Parfaitement conscient de la situation pour le moins tendue qui règne alors, L’Héritier de Brutelle écrit à son ami Joseph Banks le 29 octobre 1789 : “Depuis la Révolution, je suis résigné à être pendu, massacré, pillé”164. Il décide de se satisfaire de cette première expérience de confrontation avec le peuple révolté et refuse d’être porté sur les listes de députations pour la Législative.

FIG. 19 - Artemisia argentea L’Héritier, nom synonyme non valide d’Artemisia arborescens Linné. Planche extraite de L’Héritier de Brutelle (Charles-Louis), Sertum Angiicum seu plantae rariores, Paris : Didot, 1788, pl. 28.

108En 1790, Charles L’Héritier de Brutelle est élu membre associé à l’Académie des sciences, en remplacement de Jean-Baptiste de Lamarck (1744-1829), devenu membre pensionnaire, et entend se consacrer entièrement à la botanique. Les autres candidats étaient Jacques-Julien Houtou de La Billardière (1755-1834), Louis-Claude Richard (1754-1821) et Ambroise Palisot de Beauvois (1752-1820). Bien entendu, compte tenu de son linnéisme, Michel Adanson, Antoine-Laurent de Jussieu et le chevalier de Lamarck ont tous les trois voté contre L’Héritier de Brutelle. Jusqu’à l’abolition de l’Académie, en août 1793, il n’est guère assidu aux séances de l’Académie, ce qui ne l’empêche pas d’être nommé membre résident de la première classe de l’Institut national, en fructidor de l’an II (août-septembre 1794), où il ne se rendra pas davantage.

109La période de la Convention est sombre pour Charles L’Héritier de Brutelle. Tout d’abord, la Cour des aides est supprimée ainsi que tous les emplois qui en dépendent. Il se retrouve donc sans revenu fixe alors qu’il dépense des fortunes pour sa bibliothèque. Ensuite, pour une raison inconnue, il est emprisonné puis destiné à être guillotiné. Fort heureusement, ses amis André Thouin et René Desfontaines obtiennent sa libération. C’est également à cette période qu’il perd sa femme : il doit assumer seul l’éducation de leurs cinq enfants, trois garçons et deux filles, dont le plus jeune est seulement âgé de deux ans.

110Après la chute de Robespierre, le 9 thermidor an II (27 juillet 1794), Charles L’Héritier de Brutelle recouvre peu à peu sa liberté et des responsabilités administratives, chance que n’aura pas eu son ami Malesherbes, guillotiné en floréal an II (avril mai 1794) avec sa fille et sa petite-fille. Il devient membre de la Commission d’agriculture et des arts, pour laquelle il rendra plusieurs rapports dont certains en collaboration avec le chimiste Claude-Louis Berthollet (1748-1822) ; il devient également chef du secrétariat du ministre de la Justice puis juge au Tribunal d’appel, sous le Directoire.

  • 165 Candolle (Augustin-Pyramus de), Mémoires et souvenirs, [éd. posthume annotée par Alphonse de Cando (...)
  • 166 Antonio-José Cavanilles (1745-1804) naît à Valence où il fait ses humanités chez les jésuites avan (...)
  • 167 Cuvier (Georges), “Éloge de Charles-Louis L’Héritier de Brutelle”, art. cit., p. 45.

111Charles L’Héritier de Brutelle n’oublie pas la botanique, qui demeure sa véritable passion, et il utilise une partie de son temps de travail pour rédiger une flore de la place Vendôme, ouvrage rassemblant près de quatre cents espèces mais qui restera manuscrit. Comme le chevalier Banks, qui a gracieusement mis sa bibliothèque à sa disposition lors de son séjour à Londres, L’Héritier de Brutelle fait pleinement profiter les savants de sa riche bibliothèque personnelle. 11 réserve toujours un accueil chaleureux aux jeunes naturalistes que les professeurs du Muséum national d’histoire naturelle lui présentent : Augustin-Pyramus de Candolle (1778-1841), qui le rencontre dans de telles circonstances, le décrit dans ses Mémoires et souvenirs comme un homme “sec, froid en apparence, passionné en réalité, âcre et sarcastique dans la conversation, livré avec une sorte de complaisance aux petites intrigues, ennemi déclaré de Jussieu, de Lamarck et même des méthodes nouvelles” mais précise qu’il a toujours eu “pour [lui] des bontés qui excitèrent [sa] reconnaissance”165. L’allusion aux différends entre L’Héritier de Brutelle et ses collègues de l’Institut n’est pas très étonnante au regard de sa fidélité envers Linné. Plus fondamentales sont les querelles auxquelles il se livre avec le botaniste espagnol Antonio-José Cavanilles (1745-1804)166, autre spécialiste des Geranium. Il faut avouer qu’une grande partie des torts incombent à L’Héritier de Brutelle : il nie en effet la règle suivant laquelle le premier nom donné à une espèce l’emporte sur les noms ultérieurs, lui préférant une règle dont il est l’unique défenseur et suivant laquelle le nom de la meilleure description devrait avoir la priorité ! Cuvier fait une discrète allusion à cette bataille nomenclaturale en écrivant que, depuis la mort de Linné, “l’histoire naturelle semble être tombée dans une espèce d’anarchie”167.

112La vie de Charles L’Héritier de Brutelle est soudainement brisée le 28 thermidor an VIII (16 août 1800). Au petit matin, il est retrouvé égorgé à quelques pas de sa maison de la rue des amandiers (actuelle rue du chemin-vert). Trois coups de sabre ont mis fin à ses jours. Plusieurs pistes ont été évoquées : son fils aîné avec qui il ne s’entendait pas, une vengeance de la Couronne espagnole... Aucune n’est sérieusement soutenue. L’Héritier de Brutelle a été un grand admirateur des explorateurs, même s’il n’a presque pas quitté ses bureaux, un magistrat fidèle à l’État, un botaniste contesté mais tout de même reconnu, un académicien peu actif, un linnéen convaincu, un bibliophile passionné et, semble-t-il, un homme généreux.

  • 168 L’Héritier de Brutelle (Charles-Louis), Geraniologia, Paris : Didot, 1787-1788.

113Charles L’Héritier de Brutelle est l’auteur d’une espèce valide de la flore de France, Erodium maritimum L’Héritier, présente sur le littoral de l’Europe de l’Ouest, de l’Aquitaine jusqu’au nord de l’Écosse, ainsi que sur le littoral de l’ouest de la Méditerranée. Il indique que cette espèce se trouve sur le littoral méditerranéen, non loin de Narbonne, où elle a été collectée pour la première fois par l’abbé Pierre-André Pourret (1754-1818), et sur le littoral des îles britanniques où elle a été trouvée par John Ray (1627-1705) et Robert Morison (1620-1683)168.

Bibliographie

Cuvier (Georges), “Éloge de Charles-Louis L’Héritier de Brutelle”, Mémoires de l’Institut national des Sciences et Arts, t. 4, 1801, pp. 39-55.

Stafleu (Frans A.), “Introduction”, in L’Héritier de Brutelle (Charles-Louis), Sertum Anglicum, Pittsburgh : The Hunt botanical Library, 1963, pp. VII-XIII.

Stafleu (Frans A.), “L’Héritier de Brutelle : the man and his work”, in L’Héritier de Brutelle (Charles-Louis), Sertum anglicum, Pittsburgh : The Hunt botanical Library, 1963, pp. XIII-XLIII.

Notes

1 Ray (John), Synopsis methodica strirpium britannicarum, Londoni: S. Smith, 1690, 12 4-317 p., 2 pls.

2 Hudson (William), Flora Anglica, Londoni: Impensis auctoris, 1762, VII + 506 p.

3 Gouan (Antoine), Hortus regius monspeliensis, Lyon : de Tournes, 1762, 548 p.

4 Lamarck (Jean-Baptiste de), Flore françoise, Paris : impr. royale, 1778 [1779], 3 vols.

5 Haller (Albrecht von), Historia stirpium indigenarum Helvetiæ inchoata, Berne: Societatis typographicae, 1768, 3 vols.

6 Gérard (Louis), Flora gallo-provincialis, Paris : C. J. B. Bauche, 1761, XXVIII + 585 p.

7 Pierre Claret (1738-1810), comte de Fleurieu, se consacre un temps à la recherche d’une méthode de calcul des longitudes, le problème essentiel de la marine au XVIIIème siècle finalement résolu par l’horloger britannique John Harrison (1693-1776), puis devient capitaine en 1776. Il est surtout connu pour avoir établi des plans d’opérations navales de la guerre d’indépendance des États-Unis ainsi que ceux de la tragique expédition de Jean-François de La Pérouse (1741-1788). Ministre de la Marine en 1790 et 1791, il nomme Jacques-Julien Houtou de La Billardière (1755-1834) naturaliste de l’expédition de Joseph-Antoine Bruni d’Entrecasteaux (1737-1793), à la recherche de La Pérouse. Bien qu’emprisonné, il réussit à échapper à la Terreur, puis devient membre de l’Institut, conseiller d’État, et gouverneur des Tuileries sous Napoléon.

8 Grâce au soutien du père de La Tourette, Jacques Pernetti devient membre de l’académie de Lyon en 1748. Son principal ouvrage est : Pernetti (Jacques), Recherche pour servir à l’histoire de Lyon, ou les lyonnais dignes de mémoire, Lyon : Frères Duplain, 1757, 2 vols.

9 Jean-Baptiste Goiffon (1658-1730), médecin à Lyon, herborise dans tout le Lyonnais de 1693 à 1730. C’est lui qui initie à la botanique Antoine de Jussieu (1686-1758) – celui qui a installé la dynastie des Jussieu au Jardin du roi – et qui lègue le manuscrit de sa flore lyonnaise à Bernard de Jussieu (1699-1777). Après La Tourette, ce manuscrit est la possession successive de M. de Varax, Jean-Emmanuel Gilibert (1741-1814), puis, de nouveau, des Jussieu. Il est aujourd’hui conservé au Muséum national d’histoire naturelle. Voir Magnin (Antoine), “Histoire des botanistes lyonnais”, Mémoires de la Société linnéenne de Lyon, t. 31, 1906, p. 25.

10 Fondée en 1761 par le Lyonnais Claude Bourgelat (1712-1779), mais officiellement ouverte en 1762, l’académie vétérinaire devient l’École royale vétérinaire en 1764. Quelques autres personnages de l’histoire naturelle lyonnaise ont professé dans cette institution : Jacques-Marie Hénon (1749-1809), qui a beaucoup herborisé avec Jean-Emmanuel Gilibert (1741-1814) ; Jean-Baptiste Rast-Maupas (1732-1810), médecin, professeur au collège de médecine, en relation avec Albrecht von Haller (1708-1777), de Berne, et François Boissier de La Croix de Sauvages (1706-1767), de Montpellier ; Louis Bredin (1738-1813), directeur de l’École vétérinaire de 1780 à 1813. Voir Magnin (Antoine), “Histoire des botanistes lyonnais”, art. cit., p. 37.

11 La Tourette (Marc-Antoine Claret de), Rozier (François), Démonstrations élémentaires de botanique, Lyon : Bruyset, 1765, 2 vols. Les auteurs décrivent un peu plus de six cent cinquante plantes communes des environs de Lyon et présentent les classifications de Tournefort et de Linné. Cet ouvrage fut réédité à trois reprises par le même éditeur (1777, 2 vols ; 1785, 3 vols ; 1796, 4 vols).

12 La Tourette a publié auparavant des mémoires sur divers sujets d’histoire naturelle (les gallinsectes, les monstres végétaux, etc.). Pour une bibliographie complète de ses travaux, consulter Magnin (Antoine), Claret de La Tourette, sa vie, ses travaux, ses recherches sur les lichens du Lyonnais, Paris : Baillière, 1885, 236 p.

13 La Tourette (Marc-Antoine Claret de), Voyage au Mont-Pilat, Lyon : Régnault, 1770, 272 p.

14 Cette lettre est particulièrement intéressante car elle met en scène en 1785 de jeunes gens qui deviennent plus tard de célèbres naturalistes. Hamy (Ernest-Théodore), Antoine-Laurent de Jussieu et Claret de La Tourette, Lyon : Académie des sciences, belles-lettres et arts de Lyon, 1908, p. 5.

15 La Tourette (Marc-Antoine Claret de), Chloris Lugdunensis, Lyon : Bruyset, 1785, 43 p. Chloris burdigensis serait un titre plus juste, au regard des régions que couvre cette flore (Lyonnais, Forez, Dauphiné, Bugey, Bresse, Beaujolais, etc.).

16 Les premières études sur la flore des environs de Lyon datent du XVIème siècle. Elles sont principlement dues à Jacques Daléchamps (1513-1588). Ce dernier, médecin originaire de Bayeux, disciple du célèbre professeur de Montpellier Guillaume Rondelet (1507-1566), et installé à Lyon depuis 1552, a herborisé durant près de quarante années dans tout le Lyonnais. Trop occupé par l’exercice de la médecine, il confie la publication de son Historia generalis Plantarum (Lyon : Roville, 1587, 2 vols) à son disciple Jean Desmoulins (1530-1620), médecin lyonnais originaire d’Ambert. Cet ouvrage contient la première citation de plusieurs plantes communes d’Europe comme, par exemple, d’après leur nom actuel : Leuzea conifera (Linné) De Candolle, Veronica urticifolia Jacquin, ou encore Coronilla minima Linné. L’imprimeur de ce livre, Guillaume Roville (1518-1589), également botaniste, joue un rôle de première importance dans la botanique lyonnaise de cette époque : il installe sur ses propres deniers une sorte d’institut botanique où travaillent des graveurs, des dessinateurs et des botanistes tels que Daléchamps et Desmoulins chargés de démonstrations publiques dans le Jardin attenant. Durant son séjour à Lyon (1565-1568), le bâlois Jean Bauhin (1541-1612), frère du célèbre Gaspard Bauhin (1550-1624), travaille chez Roville qui lui demande de rassembler les premières notes de Daléchamps. Pour l’histoire de la botanique lyonnaise au XVIème siècle, consulter Magnin (Antoine), “Histoire des botanistes lyonnais”, Mémoires de la Société linnéenne de Lyon, t. 31, 1906, pp. 14-19 ; Jacquet (Pierre), “Les Botanistes lyonnais du XVIème siècle”, Bulletin de la Société linnéenne de Lyon, t. 65, suppl. 5, 1996, pp. 1-85.

17 Surrateau (Jean-René), “Lyon”, in Soboul (Albert), Surrateau (Jean-René), Gendron (François) (sous la dir.), Dictionnaire historique de la Révolution française, Paris : PUF, 1989, pp. 688-696.

18 La Tourelle (Marc-Antoine Claret de), Chloris Lugdunensis, op. cit., p. 7.

19 Tournefort (Joseph Pitton de), Éléments de botanique, Paris : impr. royale, 1694, t. 1, p. 318.

20 La Tourette (Marc-Antoine Claret de), Chloris Lugdunensis, op. cit., p. 27.

21 Haller (Albrecht von), Historia Stirpium indigenarum Helvetice, Berne: Societatis typographicæ, 1768, t. 2, p. 192.

22 Scheuchzer (Johannes), Agrostographia, Tigurin: Typis et Sumptibus Bodmerianis, 1618, 536 p.

23 Anonyme, Plantarum seu Stirpium Icônes, Antverpiæ : Chritophori Plantini, 1581, 2 vols.

24 Stafleu (Frans A.), Cowan (Richard), Taxonomic Literature, Utrecht : Bohn, Scheltema & Holkema, 1981, t. 3, p. 132.

25 Anonyme, Plantarum seu Stirpium Icones, op. cit., t. 1, p. 10.

26 L’expression est de Villars (Dominique), “Dominique Chaix, botaniste”, Bulletin de la Société d’Études des Hautes-Alpes, t. 4, 1885, p. 298.

27 Linnaeus (Carl von), Species plantarum, Holmiae : L. Salvii, 1753, 2 vols.

28 L’expression est de Villars (Dominique), “Dominique Chaix, botaniste”, art. cit., p. 307.

29 Villars (Dominique), “Dominique Chaix, botaniste”, art. cit., p. 299.

30 Villars (Dominique), Histoire des plantes du Dauphiné, op. cit., 1786, t. 1, pp. 309-382.

31 Villars (Dominique), “Dominique Chaix, botaniste”, art. cit., p. 308.

32 Idem, p. 309.

33 La liste des travaux de l’abbé Chaix comprend notamment un Récit historique et moral sur la botanique, des notes botaniques représentant six cents pages manuscrites, des Observations d’insectologie sur les tumeurs ou varus des bêtes à cornes, une Ornithologie gapençaise qui est une vaste collection d’oiseaux empaillés accompagnés de notes manuscrites. Villars (Dominique), “Dominique Chaix, botaniste”, art. cit., p. 315.

34 Le premier Jardin botanique est créé à Dijon par le secrétaire en chef des États de Bourgogne, Varenne de Boëst, grand amateur de plantes, dans sa propriété des Argentières, près du hameau de Mirande. L’académie de Dijon ayant été dissoute et dépouillée de ses biens sous la Révolution en 1792, c’est la municipalité de Dijon qui hérite du Jardin botanique. Sous les conseils de Pierre Morland, en 1832, elle décide de le déplacer et de l’installer près de l’Arquebuse, où il se trouve actuellement. Consulter Genty (Paul), Le Centenaire du Jardin botanique de Dijon, Dijon : Bernigaud, 1934, 28 p. ; Poinsot (Henri), “Deux siècles de botanique à Dijon”, Mémoires de l’Académie des Sciences, Arts et Belles-Lettres de Dijon, t. 114, 1961, pp. 97-118.

35 Originaire de Dijon, Jacques-Nicolas Vallot (1771-1860) est professeur d’histoire naturelle à l’école centrale puis au lycée de Dijon. Il passe pour être un naturaliste “en bas de soie”, un philosophe de cabinet guère pressé d’herboriser dans les champs.

36 Originaire de Dijon, Pierre Morland (1768-1837) s’engage en 1789 dans les grenadiers de la ville de Dijon en qualité d’élève chirurgien. Il vit les grandes heures de l’armée révolutionnaire : l’annexion de la Belgique et de la Rhénanie en mars 1793, le siège de Lyon, de juillet à octobre 1793, et, surtout, la campagne d’Italie, de mars 1796 à avril 1797. De retour à Dijon en 1799, il sert comme officier de santé. Il est le premier professeur d’histoire naturelle de la faculté des sciences de Dijon en 1809. Pour s’épargner de longues et sans doute inutiles démarches administratives (car, bien évidemment, un grade universitaire est nécessaire pour professer à la faculté des sciences), un décret impérial le nomme docteur ès sciences en 1810. La chute de l’Empire allait lui apporter quelques soucis. On l'exclut, ainsi que Lazare Carnot (1753-1823) et Gaspard Monge (1746-1818), de l’académie de Dijon. Il doit également s’exiler de la ville de Dijon, mais seulement brièvement, et il est rapidement autorisé à retrouver sa chaire. Après la Monarchie de Juillet, il devient membre du Conseil municipal de Dijon mais s’occupe essentiellement du Jardin botanique. C’est lui qui persuade la municipalité d’acheter un nouveau terrain pour y déplacer le Jardin botanique.

37 Guyton de Morveau (Louis-Bernard), Maret (Hugues), Durande (Jean-François), Élémens de chymie théorique et pratique, Dijon : [s.n.], 1777-1778, 3 vols.

38 Louis-Bernard Guyton de Morveau (1737-1816) est avocat au Parlement de Dijon. Le premier, il a l’idée d’établir une nomenclature chimique moderne, qu’il propose en 1787 avec Antoine-Laurent de Lavoisier (1743-1794).

39 Durande (Jean-François), Notions élémentaires de botanique, Dijon : L. N. Frantin, 1781, XCVI + 368 p.

40 Pour la présence et l’influence de la méthode naturelle des Jussieu avant la parution du Genera Plantarum (Parisiis : Theophilum Barrois ; Viduam Hérissant, 1789, LXXII + 498 p.) d’Antoine-Laurent de Jussieu, consulter Guédès (Michel), “Duchesne, Buisson, Durande, early followers of the natural method of the Jussieus”, Taxon, t. 22, 1973, pp. 211-219.

41 Jussieu (Antoine-Laurent de), “Exposition d’un nouvel ordre de plantes adopté dans les démonstrations du Jardin royal”, Mémoires de l’Académie des Sciences de Paris, 1774, pp. 175-194.

42 Durande (Jean-François), Flore de Bourgogne, Dijon : Frantin, 1782, 2 vols.

43 Collet (Philibert), Catalogue des plantes les plus considérables qu’on trouve autour de la ville de Dijon, Dijon : C. Michard, 1702, 117 p.

44 Les Dijonais semblent être préoccupés par l’ensevelissement des morts puisque son ami Hugues Maret est également l’auteur d’un mémoire sur ce sujet : Maret (Hugues), Mémoire sur l’usage où l’on est d’enterrer les morts dans les églises, Dijon : [s.n.], 1773, 4 p. ; Durande (Jean-François), Mémoire sur l’abus de l’ensevelissement des morts, Strasbourg : Levrault, 1789, 78 p.

45 Durande (Jean-François), Observations sur l’efficacité du mélange d’éther sulfurique et d’huile volatile de thérébenthine, dans les coliques hépatiques, Strasbourg : [s.n.], 1790, 166 p.

46 Jean-François Durande indique au sujet de ce petit spartie : “Dans les terrains sec et pierreux. Il fleurit en juin, juillet. Les fleurs sont jaunes, leur étandard est veiné”. Durande (Jean-François), Flore de Bourgogne, Dijon : Frantin, 1782, t. 1, p. 299 ; Spach (Édouard), “Revisio Generis Genista”, Annales de Sciences naturelles (Botanique), t. 3, 1845, p. 156.

47 Haller (Albrecht von), Emendationes & Auctaria ad Enumerationem stirpium Helveticarum, Turini: [s.n.], 1762, t. 2, p. 20.

48 Après avoir été chassé de l’Église, l’abbé Raynal (1713-1796) se consacre à la philosophie. Il doit s’exiler pour avoir écrit un ouvrage anticlérical et anti-esclavagiste, l’Histoire philosophique et politique du commerce et des établissements des Européens dans les Deux-Indes (Lausanne : J.-P. Heubach, 1784, 2 vols), auquel collabore notamment Diderot. Il rentre en France après la Révolution et meurt de sa belle mort.

49 François Boissier de La Croix de Sauvages (1706-1767) se fait remarquer par la traduction d’un célèbre ouvrage traitant de la circulation, le Haemastaticks de Stephen Hales (trad, de l’anglais par François Boissier de La Croix de Sauvages, Genève : Cramer, 1744, XXII 4-352 p.). Il est l’un des rares Français à défendre les idées animistes de Georg-Ernst Stahl (1660-1734). On lui doit l’invention de la nosologie, science de la classification des maladies, qu’il range au sein de classes, ordres et genres. Il est l’un des tout premiers correspondants français de Linné et un fervent défenseur de ses innovations : on raconte que d’aucuns se plaisent à dire que le maître de Suède, auteur d’un système-sexuel de classification des plantes, considère grandement ce “médecin de l’amour” ! Grâce à l’influence de François Boissier de La Croix de Sauvages, Antoine Gouan est l’un des premiers botanistes français à utiliser la nomenclature binominale.

50 Gouan (Antoine), “Observation d’anatomie et d’histoire naturelle sur un poisson, espèce de chien de mer”, mémoire lu à la Société royale des sciences de Montpellier, le 25 août 1757, et jamais imprimé. Antoine Gouan est l’auteur de cinq autres mémoires de zoologie (entomologie, ichtyologie, etc.) publiés entre 1760 et 1778. Pour la bibliographie de ces travaux, consulter Dulieu (Louis), “Antoine Gouan (1733-1821)”, Revue d’Histoire des Sciences, t. 20, 1967, pp. 44-47.

51 Gouan (Antoine), Hortus regius monspeliensis, Lyon : de Tournes, 1762, 548 p. C’est dans cet ouvrage que la nomenclature binominale de Linné apparaît pour la première fois en France.

52 Gouan (Antoine), Flora Monspeliaca, Lyon : Duplain, 1765, 543 p.

53 Jean-Guillaume Bruguière (1750-1798) est un savant trop méconnu. Grâce aux soutiens de Bernard de Jussieu et de Gouan, il part avec l’expédition Yves-Joseph-Marie de Kerguelen-Trémarec (1734-1797) aux îles Australes (1773-1774). Avec le minéralogiste René-Just Haüy (1743-1822), l’entomologiste Guillaume-Antoine Olivier (1756-1814) et Jean-Baptiste de Lamarck (1747-1829), il fonde l’éphémère Journal d’Histoire naturelle en 1792. À cette même date, Olivier et Bruguière sont nommés ambassadeurs auprès du roi de Perse. Ils explorent les confins du Moyen-Orient durant six années. Jean-Guillaume Bruguière meurt sur le chemin du retour, à Ancône, en 1798. On lui doit, entre autres, l’Histoire naturelle des Vers de l’Encyclopédie méthodique (Paris : Panckoucke, 1792-1832, 3 vols) achevée par Gérard-Paul Deshayes.

54 La correspondance de Gouan est présentée par Amoreux (Pierre-Joseph), “Notice historique sur Antoine Gouan”, Mémoires de la Société linnéenne de Paris, t. 1, 1822, pp. 656-730.

55 Gouan (Antoine), Illustrationes et observationes botanicœ, Zurich: Orelle, 1773, 83 p., 26 pls.

56 Les lettres que Gouan a reçues de Jean-Jacques Rousseau datent de 1769 et 1770. Pour remercier Gouan d’un envoi de plantes méditerranéennes, le philosophe lui offre l’Historia muscorum (Oxonii : Theatro Sheldoniano, 1741, XVI 4-576 p., 85 pis) de Johann-Jakob Dillenius (1687-1747), ouvrage d’une grande valeur, et avec cette belle dédicace : “Recevez un ouvrage qui sera mieux dans vos mains que dans les miennes”. Lors de leur rencontre, Gouan et Rousseau s’entretiennent de botanique, bien sûr, mais également de musique, dont ils sont tous deux amateurs.

57 Gouan (Antoine), Explication du Système botanique du chevalier von Linné, Toulouse : J. F. Picot, 1787, 72 p., 1 pl.

58 Pierre-Étienne Ventenat (1757-1808) laisse quelques livres sur les Mousses, mais se distingue surtout par la publication de deux magnifiques ouvrages : la Description des plantes nouvelles et peu connues cultivées dans le jardin de M. Cels (Paris : impr. Crapelet, an VIII [1797], 6 p., 100 pls) et Le Jardin de la Malmaison (Paris : impr. Crapelet, 1803, 2 vols, 120 pls). Ce dernier ouvrage, commandé à Ventenat par l’impératrice Joséphine, propriétaire du Jardin de la Malmaison, contient cent vingt magnifiques planches de la main de Pierre-Joseph Redouté (1759-1840).

59 Jean Hermann (1738-1800) est professeur de botanique au Jardin des plantes de Strasbourg de 1784 à 1794. Il est ensuite professeur d’histoire naturelle à l’école centrale et à l’école de santé de Strasbourg. On lui doit également la fondation du Musée zoologique de la ville.

60 Pierre-Joseph Amoreux (1741-1824) est bibliothécaire à l’université de médecine de Montpellier et publie quelques travaux sur les lichens. Il est le premier professeur d’histoire naturelle de l’école centrale de l’Hérault, avant d’être remplacé par Jacques Draparnaud.

61 Gouan (Antoine), Herborisations dans les environs de Montpellier, Montpellier : Izar et Ricard, an X [1802], 48 p.

62 Originaire de Montpellier, Jacques Draparnaud (1772-1804) est orphelin de mère à deux ans. Il a une vie brève mais particulièrement remplie. En 1792, ne pouvant commencer des études de droit, en raison de la fermeture des universités, il devient révolutionnaire, ce qui est le moment opportun. Sous la Convention, proche des girondins, il est déclaré hors-la-loi par les montagnards et emprisonné. Apprenant qu’il doit être jugé à Paris – ce qui signifie une exécution presque certaine – son père se suicide de désespoir. En fait, Jacques Draparnaud est miraculeusement épargné et libéré en brumaire an III (octobre-novembre 1795). Il enseigne ensuite la physique et l’histoire naturelle au collège de Sorrèze, dans le Tarn. Jean-Antoine Chaptal, qui lui propose de le nommer adjoint à la chaire de Chimie de l’école de santé, le pousse à quitter Sorrèze. Mais le poste d’adjoint n’est pas créé et Jacques Draparnaud devient professeur de grammaire à l’école centrale de Montpellier, avant d’y remplacer Pierre-Joseph Amoreux au poste de professeur d’histoire naturelle. Le discours d’ouverture de son cours commence ainsi : “Ô Nature ! heureux celui qui peut se consacrer tout entier à ton étude ! Tu répandis un charme consolateur sur ma pénible existence. Par toi, les traits aigus de l’infortune ne parvinrent jamais jusqu’à mon cœur...” (cité par Dulieu, p. 241). Atteint de tuberculose, Jacques Draparnaud décède le 12 pluviôse an XII (2 février 1804). On lui doit entre autres un livre majeur de l’histoire de la conchyliologie, le Tableau des mollusques terrestres et fluviatiles de France (Montpellier : Renaud, an IX [1800-1801], 116 p.) dans lequel sont décrites de nombreuses espèces nouvelles. Consulter Dulieu (Louis), “Jacques-Philippe-Raymond Draparnaud”, Revue d’Histoire des Sciences, t. 9, 1956, pp. 236-258.

63 Gouan (Antoine), Traité de botanique et de matière médicale, Montpellier : Izard et Ricard, an XII [1803-18041,430 p.

64 Gouan (Antoine), Illustrationes et observationes botanicæ, Zurich : Orelle, 1773, p. 27.

65 Entièrement détruite pendant la première guerre mondiale, elle est remplacée par un square Lamarck. On trouve une illustration de la maison natale du chevalier de Lamarck dans Landrieu (Marcel), Lamarck, le fondateur du transformisme, sa vie, son œuvre, Paris : Société zoologique de France, 1909, pl. 1.

66 Jean-Baptiste de Lamarck eut quatre frères, dont un mort en bas âge, et six sœurs, dont une morte en bas âge. Ses trois frères étaient dans l’armée. Trois de ses sœurs se sont mariées. Les deux autres entrèrent dans les Ordres.

67 Ce bâtiment, qui n’était donc pas du tout un séminaire, abrite aujourd’hui un lycée.

68 Brygoo (Édouard-Raoul), “Lamarck et les militaires”, in Laurent (Goulven) (sous la dir.), Jean-Baptiste de Lamarck (1744-1829), 119ème Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Amiens, 1994, Paris : Centre des travaux historiques et scientifiques, 1997, p. 87.

69 Chomel (Jean-Baptiste), Abrégé de l’histoire des plantes usuelles, Paris : Osmont, 1712, 640 p.

70 La raison de cette décision, que rien ne laissait prévoir, est longtemps restée mystérieuse. Elle a été élucidée dernièrement grâce aux investigations d’Édouard-Raoul Brygoo. On pourra consulter Brygoo (Édouard-Raoul), “Lamarck et les militaires”, art. cit., pp. 83-94. Les plus précieux renseignements concernant la maladie et la démission de Jean-Baptiste de Lamarck ont cependant été livrés par Édouard-Raoul Brygoo lors d’une conférence donnée en l’honneur du grand naturaliste, en mai 2000, dans l’auditorium de la Grande galerie de l’évolution, au Muséum national d’histoire naturelle.

71 Laurent (Goulven), “Jean-Baptiste Lamarck, sa vie, son œuvre”, in Laurent (Goulven) (sous la dir.), Jean-Baptiste de Lamarck (1744-1829)..., op. cit., p. 21.

72 Lamarck (Jean-Baptiste de), Flore françoise, Paris : impr. royale, 1778 [1779], 3 vols.

73 À ce sujet, une question essentielle se pose : quels herbiers Jean-Baptiste de Lamarck a-t-il pu utiliser ? Jean-Claude Jolinon et Aline Raynal-Roques ont apporté récemment des réponses richement argumentées. Trois choses sont sûres : Jean-Baptiste de Lamarck n’a eu accès aux herbiers du Cabinet du roi qu’à partir de 1781, date à laquelle il est nommé correspondant du Jardin du roi par le comte de Buffon ; il ne semble pas avoir utilisé les collections de Michel Adanson (1727-1806), éminent botaniste anticonformiste qui résidait à l’actuel numéro quarante-trois de la rue Buffon, sur la bordure orientale du Jardin des plantes ; finalement, il n’a dû compter que sur ses propres récoltes, tant en Provence que dans les environs de Paris.

74 Lamarck (Jean-Baptiste de), Flore françoise, op. cit., t. 1, p. LII.

75 Il convient de noter que l’idée de base de la méthode analytique, suivant laquelle les espèces sont toutes liées entre elles par d’infimes nuances, a été appliquée aux espèces fossiles et vivantes par Jean-Baptiste de Lamarck pour l’élaboration de sa théorie transformiste.

76 Les relations entre le comte d’Angivillier et le comte de Buffon ont une origine et une histoire qui méritent d’être rapportées. Lorsque le malheureux Georges-Louis Leclerc tombe gravement malade, en 1771, le comte d’Angivillier, alors directeur général des bâtiments du roi, opère secrètement à la cour pour obtenir la survivance de l’intendance. Mais le comte de Buffon ne succombe pas et est pour le moins surpris d’apprendre que certains se sont empressés de le mettre en terre. Pour se faire pardonner, le comte d’Angivillier sort alors ses armes les plus convaincantes : il persuade le roi d’anoblir l’intendant du Jardin du roi, qui devient le comte de Buffon en 1772 ; l’année suivante, il commande pour lui une statue en pied – aujourd’hui au Muséum national d’histoire naturelle. Fin psychologue, le comte d’Angivillier a parfaitement saisi la manière de flatter les ambitions de l’intendant. Il y réussit tant et si bien qu’ils deviennent, dit-on, d’inséparables amis, surtout à partir du moment où le comte d’Angivillier jure à l’intendant qu’il refuserait de lui succéder, puisqu’il est de notoriété publique que le comte de Buffon veut léguer sa charge à son fils.

77 Il est devenu associé ordinaire en 1783, puis pensionnaire en 1790. L’avantage de cette situation est bien entendu la pension accordée aux académiciens. Il la perd en 1793, lorsque les académies sont supprimées.

78 Son fils a été nommé André en hommage à son parrain, André Thouin. À cette époque, Jean-Baptiste de Lamarck fréquente assidûment la famille Thouin, chez qui il retrouve des naturalistes tels que Louis-Marie La Révellière-Lépeaux (1753-1824) ou Louis-Augustin Bosc d’Antic (1759-1828).

79 À défaut de n’avoir pu décapiter le père, mort un peu trop tôt, en 1788, c’est Buffonet que la Convention fait monter sur l’échafaud. Il est vrai que les finances du Jardin royal laissées par le comte sont désastreuses, et cela en grande partie à cause des prêts qu’il a concédés à son fils. On raconte que le jeune homme cria avant de mourir : “Je m’appelle Buffon”.

80 Lamarck (Jean-Baptiste de), Encyclopédie méthodique, Botanique, Paris : Panckoucke, 1783, t. 1, 752 p.

81 Idem, 1786, t. 2, 774 p.

82 Lamarck (Jean-Baptiste de), “Mémoire sur les classes les plus convenables à établir parmi les végétaux, et sur l’analogie de leur nombre avec celles déterminées dans le règne animal, ayant égard de part et d’autre à la perfection graduée des organes”, Mémoires de l’Académie des Sciences, Paris, 1785, pp. 437-453.

83 Lamarck (Jean-Baptiste de), Encyclopédie méthodique..., op. cit., 1789, t. 3, 760 p.

84 Le comte d’Angivillier a effectivement promis à son ancien ami le comte de Buffon de ne pas entraver personnellement la nomination de Buffonet à l’intendance du Jardin royal. Sans doute estime-t-il suffisamment tenir parole en œuvrant pour le compte de son frère.

85 Lamarck (Jean-Baptiste de), Considérations en faveur du Chevalier de la Marck, ancien officier au régiment de Beaujolais, de l’Académie royale des sciences, botaniste du roi, attaché au cabinet d’histoire naturelle, Paris : impr. Gueffier, 1789, 7 p. Cette brochure est reproduite en intégralité dans Landrieu (Marcel), Lamarck, le fondateur du transformisme..., op. cit., pp. 34-36.

86 Lamarck (Jean-Baptiste de), Mémoire sur le projet du Comité des finances, relatif à la suppression de la place de botaniste attaché au Cabinet d’histoire naturelle, Paris : impr. Gueffier, 1789, 10 p. Cette brochure est reproduite en intégralité dans Landrieu (Marcel), Lamarck, le fondateur du transformisme..., op. cit., pp. 36-39.

87 Lamarck (Jean-Baptiste de), Mémoire sur les Cabinets d’histoire naturelle et particulièrement sur celui du Jardin des plantes, [s.l.] : [s.n.], 1790, 15 p. Ce mémoire a été reproduit en intégralité par Landrieu (Marcel), Lamarck, le fondateur du transformisme..., op. cit., pp. 42-51.

88 Cité par Landrieu (Marcel), Lamarck, le fondateur du transformisme..., op. cit., pp. 42-43.

89 Extrait du Mémoire présenté en décembre 1792 au citoyen Rolland, Ministre de l’intérieur, sur la police et les besoins du Jardin national des plantes et de son cabinet d’histoire naturelle, par le citoyen Jacques, Henry, Bernardin, de Saint-Pierre intendant de cet établissement. Cité par Duris (Pascal), “Lamarck et la botanique linnéenne”, in Laurent (Goulven) (sous la dir.), Jean-Baptiste de Lamarck (1744-1829)..., op. cit., p. 261.

90 Ce Plan de travail à faire pour mettre en ordre les herbiers du Cabinet national d’histoire naturelle est reproduit en intégralité dans Jolinon (Jean-Claude), Raynal-Roques (Aline), “Le Botaniste Lamarck et les herbiers”, in Laurent (Goulven) (sous la dir.), Jean-Baptiste de Lamarck (1744-1829)..., op. cit., pp. 185-187. Ce Plan de travail n’est pas perdu pour tout le monde : lorsqu’il devra réorganiser les herbiers, René Desfontaines le suivra en tous points !

91 Laurent (Goulven), “Jean-Baptiste Lamarck, sa vie, son œuvre”, in Laurent (Goulven) (sous la dir.), Jean-Baptiste de Lamarck (1744-1829)..., op. cit., p. 19.

92 Cette maison existe toujours. Elle est située au coin de la rue Buffon et de la rue Geoffroy-Saint-Hilaire.

93 La naissance de cet enfant n’est soutenue que par un seul biographe : Bourdier (Franck), “Le Milieu ancestral et familial de Lamarck”, Bulletin du Cercle généalogique de Picardie, t. 33, 1981, pp. 186-194.

94 Loiseleur-Deslongchamps (Jean), Flora Gallica seu enumeratio plantarum in Gallia sponte nascentium, Paris : chez l’auteur ; Migneret ; Gabon, 1806-1807, 716 p., 21 pls.

95 Lamarck (Jean-Baptiste de), Tableau encyclopédique et méthodique des trois règnes de la nature, Botanique, Paris : Panckoucke, 1791, t. 1, 496 p. ; Lamarck (Jean-Baptiste de), Tableau encyclopédique et méthodique..., op. cit., 1793, t. 2, 552 p. Le premier volume traite des cinq premières classes du système linnéen. Le deuxième volume traite de la suite de la cinquième classe et de la sixième à la douxième classe.

96 Lamarck (Jean-Baptiste de), Tableau encyclopédique et méthodique des trois règnes de la nature, Botanique, [continué par Poiret (Jean-Louis-Marie)], Paris : Veuve Agasse, 1823, t. 3, 728 p. Ce volume traite de la treizième à la vingt-quatrième classe. Lamarck (Jean-Baptiste de), Recueil des planches de Botanique de l’Encyclopédie méthodique, Paris : Veuve Agasse, 1823, 4 vols.

97 On en trouvera une liste complète dans Landrieu (Marcel), Lamarck, le fondateur du transformisme..., op. cit., p. 451. S’ils sont trop méconnus, ces travaux du Journal d’Histoire naturelle sont loin d’être mineurs. Nous pensons notamment aux trois mémoires suivants : Lamarck (Jean-Baptiste de), “Philosophie botanique”, Journal d’Histoire naturelle, t. 1, 1792, pp. 81-92 ; Lamarck (Jean-Baptiste de), “Sur les systèmes et les Méthodes de botanique et sur l’Analyse”, Journal d’Histoire naturelle, t. 1, 1792, pp. 300-307 ; Lamarck (Jean-Baptiste de), “Sur l’étude des rapports naturels”, Journal d’Histoire naturelle, t. 1, 1792, pp. 361-371.

98 Lamarck (Jean-Baptiste de), “Observations sur les coquilles, et sur quelques-uns des genres qu’on a établis dans l’ordre des Vers testacés” Journal d’Histoire naturelle, t. 2, 1792, pp. 269-279 ; Lamarck (Jean-Baptiste de), “Sur quatre espèces d’Hélices”, Journal d’Histoire naturelle, t. 2, 1792, pp. 347-352.

99 Lamarck (Jean-Baptiste de), Encyclopédie méthodique..., op. cit., 1796, t. 4, 764 p.

100 Lamarck (Jean-Baptiste de). Flore françoise, 2ème éd., Paris : Agasse, 1795, 3 vols.

101 Lamarck (Jean-Baptiste de), Candolle (Augustin-Pyramus de), Flore française, 3ème éd., Paris : Agasse, an ΧΠΙ 11805], 4 vols.

102 Lamarck (Jean-Baptiste de), Candolle (Augustin-Pyramus de), Flore française, 3ème éd. [second tirage], Paris : Desray, 1815, 6 vols.

103 Lamarck (Jean-Baptiste de), Candolle (Augustin-Pyramus de), Synopsis plantarum in Flore Gallica descriptarum, Paris : Agasse, 1806, XXIV 4 +432 p.

104 Lamarck (Jean-Baptiste de), Mirbel (Charles-François Brisseau de), Histoire naturelle des végétaux, Paris : Deterville, an XI |1803], 15 vols.

105 On pourra consulter la liste complète des travaux de Jean-Baptiste de Lamarck dans Landrieu (Marcel), Lamarck, le fondateur du transformisme..., op. cit., pp. 448-470.

106 Lamarck (Jean-Baptiste de), Système des animaux sans vertèbres, Paris : Deterville, an IX [1801], 452 p. ; Lamarck (Jean-Baptiste de), Recherches sur l’organisation des corps vivans, Paris : Maillard, an X [1802], 216 p. ; Lamarck (Jean-Baptiste de), Philosophie zoologique, Paris : Dentu, 1809, 2 vols ; Lamarck (Jean-Baptiste de), Histoire naturelle des animaux sans vertèbres, Paris : Deterville, 1815-1822, 7 vols ; Lamarck (Jean-Baptiste de), Système analytique des connaissances positives de l’homme, Paris : Belin, 1820, 362 p.

107 Ces trente-trois Mémoires sur les fossiles des environs de Paris, d’ailleurs restés inachevés, ont été publiés par Jean-Baptiste de Lamarck dans les huit premiers tomes des Annales du Muséum d’Histoire naturelle. On en trouvera les références précises dans Landrieu (Marcel), Lamarck, le fondateur du transformisme..., op. cit., p. 461.

108 Lamarck (Jean-Baptiste de), Flore françoise, op. cit., 1778 [1779], t. 2, p. 235.

109 Idem, p. 3.

110 Lamarck (Jean-Baptiste de), Encyclopédie méthodique, Botanique, op. cit., 1786, t. 2, p. 460.

111 Idem, p. 584.

112 Cité par Laissus (Yves), “Philippe Picot de Lapeyrouse (1744-1818), d’après les documents conservés à la bibliothèque du Muséum national d’histoire naturelle”, Bulletin de la Société d’Histoire naturelle de Toulouse, t. 108, 1972, p. 367.

113 Idem.

114 Idem.

115 Idem.

116 Picot de Lapeyrouse (Philippe), Description de plusieurs nouvelles espèces d’orthocératites et d’ostracites, Erlangen : Walther, 1781, 48 p., 13 pls.

117 Picot de Lapeyrouse (Philippe), Traité des mines de fer et des forges du comté de Foix, Toulouse : Desclassan, 1786, 390 p., 6 pls.

118 Picot de Lapeyrouse (Philippe), Tableau méthodique des mammifères et oiseaux observés dans le département de la Haute-Garonne, Toulouse : Veuve Douladoure, an VII [1799], 54 p.

119 Picot de Lapeyrouse (Philippe), “Description de quelques plantes des Pyrénées”, Histoire et Mémoires de l’Académie royale de Toulouse, t. 1, 1782, pp. 209-222, pls XV-XX.

120 Picot de Lapeyrouse (Philippe), Figures de la flore des Pyrénées, avec des descriptions, des notes critiques et des observations, Paris : Du Pont, 1795-1801, 68 p., 44 pls.

121 De manière assez surprenante, Picot de Lapeyrouse classe les plantes de cette flore suivant le système de Linné, alors qu’il a longtemps été un fervent défenseur de la méthode naturelle des Jussieu. Picot de Lapeyrouse (Philippe), Histoire abrégée des plantes des Pyrénées, Tousouse : Bellegarigue, 1813, LXXXIII + 700 p., 1 pl.

122 La création des écoles centrales est votée par la Convention le 7 nivôse an Ill (27 décembre 1794) sur la base des propositions faites par Lakanal, membre du Comité d’instruction publique, qui s’est lui-même inspiré des propositions que Condorcet a faites à la Législative en avril 1792 ; les écoles centrales, à raison d’une par département, remplacent les collèges de l’Ancien Régime. Les empreintes de Condorcet, proche des Encyclopédistes et de Lakanal, qui a quitté les Ordres et qui est tout acquis aux idées des Lumières, marquent tout particulièrement les enseignements : les sciences y prennent une importance prépondérante qu’elles n’ont encore jamais eue. À partir de douze ans, les élèves étudient le dessin, les langues anciennes, l’histoire naturelle et éventuellement les langues vivantes ; à partir de quatorze ans, viennent les mathématiques, la physique et la chimie ; enfin, à partir de seize ans, les belles-lettres, l’histoire et la législation. La place fondamentale que prend l’histoire naturelle dans les écoles centrales est une conséquence directe de l’esprit des Lumières pour qui l’étude de la nature permet de retrouver des valeurs morales naturelles ; la septième des Promenades de Jean-Jacques Rousseau est une sorte d’hymne à l’herborisation. C’est dans ce contexte que de nombreux naturalistes sont nommés professeurs d’histoire naturelle en école centrale : Philippe Picot de Lapeyrouse à Toulouse, Jean-Louis-Marie Poiret (1755-1834) à Soissons, Louis Ramond de Carbonnières à Tarbes, Dominique Villars (1745-1814) à Grenoble, Antoine-Nicolas Duchesne (1747-1827) à Versailles, Jacques Draparnaud (1772-1804) à Montpellier, etc. Tous ces professeurs ont pour passion commune l’exploration naturaliste. Ils ne conçoivent pas qu’une leçon d’histoire naturelle puisse être dispensée ailleurs que dans la nature elle-même, et cela pour deux raisons : parce qu’il n’y a pas encore – ou très peu – de collections zoologiques et botaniques dans les écoles centrales ; et parce qu’en 1800 la nature française n’a pas encore livré toutes ses richesses et qu’il est donc important de susciter la curiosité des découvertes dans le lieu même où elles doivent être faites. Pour diverses raisons, dont une trop basse fréquentation (le nombre d’élèves dépasse à peine le quart de la fréquentation des collèges de l’Ancien Régime) mais également un manque crucial de “moyens” (beaucoup d’écoles centrales restent sans professeurs en diverses matières), les écoles centrales sont supprimées en floréal an X (avril-mai 1802). Voir Duris (Pascal), “L’Enseignement de l’histoire naturelle dans les écoles centrales (1795-1802)”, Revue d’Histoire des Sciences, t. 49, 1996, pp. 23-52.

123 Ramond de Carbonnières (Louis), Voyage au Mont-Perdu et dans la partie adjacente des Hautes-Pyrénées, Paris : Belin, 1801, 392 p., 6 pls.

124 Picot de Lapeyrouse (Philippe), Histoire abrégée des plantes des Pyrénées, op. cit.

125 Parmi les botanistes qui lui ont indiqué des localités et qui ont mis leur herbier à sa disposition, Picot de Lapeyrouse cite M. Xatart (1774-1846), pharmacien à Prats-de-Mollo (Pyrénées-Orientales), qui a une “ardeur vive, un œil perçant et un tact sûr” ; M. Poujade, médecin à Arles-sur-Tech (Pyrénées-Orientales), et attaché à l’armée d’Espagne durant l’occupation napoléonienne ; Pierre de Barrera ( ?-1812), le “Nestor des botanistes dans les Pyrénées-Orientales”, médecin à Prades (Pyrénées-Orientales) puis médecin militaire à Mont-Louis (Pyrénées-Orientales) pendant quarante années ; M. Coder (1778-1841), pharmacien à Prades ; M. Bugard, curé de Saleix, dans la vallée de Vicdessos (Ariège) ; M. Marchand, avocat à Saint-Béat (Haute-Garonne), passionné de botanique ; le fils de ce dernier, pharmacien à Saint-Béat, et qui a donné l’herbier de son père à Picot de Lapeyrouse ; Paul Boileau, pharmacien originaire de Paris établi à Bagnères-de-Luchon (Haute-Garonne) ; M. de Villers, capitaine de cavalerie au service de S.M. le roi d’Espagne (Joseph Bonaparte, le frère aîné de Napoléon), qui a longtemps habité à Viella, dans le val d’Aran (haute vallée de la Garonne dans les Pyrénées espagnoles) ; Pierre-Bernard Palassou (1745-1830), homme d’Église, installé à Navarrens (Pyrénées-Atlantiques) ; Jean de Charpentier, ingénieur des mines au service de S.M. le roi de Saxe Frédéric-Auguste Ier, et qui a passé une année en Basse-Navarre (Pyrénées-Atlantiques) ; Antoine Ferrière, jardinier en chef du Jardin botanique de Toulouse, dont Picot de Lapeyrouse écrit qu’il a été son “compagnon fidèle de plusieurs de [ses] voyages, formé par [lui]” et qui “gravisseur intrépide, infatigable et adroit, a vaincu les chasseurs de chamois, et surpassé ceux qui aspiraient à une réputation dans ce genre d’exercice [Picot de Lapeyrouse veut sans doute évoquer le voyage de Ramond de Carbonnières au Mont-Perdu, que ce dernier s’enorgueillit d’avoir gravi le premier]” ; Picot de Lapeyrouse n’oublie pas son fils Isidore, qui a souvent herborisé avec lui et qui lui a rapporté de nombreuses plantes.

126 Picot de Lapeyrouse (Philippe), Histoire abrégée des plantes des Pyrénées, op. cit., p. XIV.

127 Joseph Pitton de Tournefort (1656-1708) effectue plusieurs voyages dans les Pyrénées et est le premier naturaliste à acquérir une connaissance globale de cette montagne qu’il parcourt entièrement d’Est en Ouest, de la Catalogne jusqu’au Pays Basque. Ses deux premiers voyages datent de l’époque où il étudie la médecine à Montpellier : il explore la Catalogne française en 1680, séjourne à Mont-Louis et sur le Canigou, puis traverse la Catalogne espagnole – où il est attaqué par des bandits de grand chemin – pour aller finalement rendre visite à Jaume Salvador i Pedrol (1649-1740), apothicaire à Barcelone, à qui il offre un herbier, perdu depuis ; il séjourne toute l’année 1681 à Asté, un petit village près de Bagnères-de-Bigorre (Hautes-Pyrénées) – un quatrain anonyme inscrit sur l’une des maisons du village rappelle d’ailleurs le passage du savant :
“Pitton de Tournefort, dans cet humble réduit,
Des fatigues du jour se reposait la nuit,
Lorsque explorant nos monts qu’on ignorait encore
Ce grand homme tressait la couronne de Flore”
[cité par Gaussen, p. 65].
Il effectue deux nouveaux voyages dans les Pyrénées au départ de Paris : il explore le pays de Bigorre, dans les Pyrénées centrales (Lhiéris, Campan, Barèges, Gavarnie, etc.), en septembre et octobre 1685, puis traverse le Pays Basque en octobre 1688, avant d’explorer la péninsule ibérique. Voir Gaussen (H.), “Tournefort aux Pyrénées”, in Ouvrage collectif, Tournefort, Paris : Muséum national d’histoire naturelle, 1957, pp. 65-69 ; Camarasa (Josep-Maria), “Les Salvador et les Jussieu : deux familles de botanistes”, in Laissus (Yves) (sous la dir.), Les Naturalistes français en Amérique du Sud : 118ème Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Pau, octobre 1993, Paris : CTHS, 1995, pp. 69-102.

128 Bauhin (Caspar), Pinax Theatri Botanici, Basilae : sumptibus et typis Ludovici Regis, 1623, 522 p.

129 Clusius (Carolus), Histoire des plantes, traduite de bas-aleman en françois par Charles de L’Écluse, Antwerp : J. Loë, 1557, 584 p.

130 Potentilla alchemilloides, Sideritis crenata, Antirrhinum sempervirens, Saxifraga intricata et Saxifraga longifolia sont nommées pour la première fois par Joseph de Tournefort, Saxifraga aquatica par Pierre Péna (1538-1605), qui voyage dans les Pyrénées alors qu’il étudie la médecine à Montpellier auprès de Guillaume Rondelet, Saxifraga aretioides par Pierre Laugier, médecin établi à Aix-en-Provence et premier maître de Tournefort, Potentilla nivalis par Charles de L’Écluse.

131 Picot de Lapeyrouse (Philippe), Histoire abrégée des plantes des Pyrénées, op. cit., p. 417.

132 Cité par Offner (Jules), Dominique Villars, médecin et botaniste dauphinois, Grenoble : F. Eymond, 1954, p. 6. Henri Gauthier-Villars est le fils de Jean-Albert Gauthier-Villars, éditeur à Paris, lui-même fils de Pauline Villars, petite fille de Dominique Villars et de Frédéric Gauthier, imprimeur à Lons-le-Saunier.

133 Villars (Dominique), Histoire des plantes du Dauphiné, Grenoble : chez l’auteur ; Paris : Prévost ; Lyon : les frères Périsse, 1786, t. 1, p. XIII.

134 Pietro-Andrea Mattioli (1501-1577) publie en 1554 des commentaires de la Matière médicale de Dioscoride (Ier siècle) avec des illustrations de plantes : Commentarii, in libros sex Pedacii Dioscoridis Anazarbei, De medica materia (Venetiis : Vincentium Valgrisium, 1554, 707 p.). Au XVIIIème siècle, ce livre est dans les bibliothèques de nombreux apothicaires et médecins. Si l’on en croit Joseph de Tournefort (1656-1708), il se vend à plus de trente-deux mille exemplaires : Tournefort (Joseph de), Introduction à la botanique, [trad, du latin par Georges Becker], in Ouvrage collectif, Tournefort, Paris : Muséum national d’histoire naturelle, 1957, p. 268.

135 Guyon (Loys), Miroir de la beauté et de la santé corporelle, Lyon : Morillon, 1615, 2 vols.

136 Originaire de la région de Grenoble, Pierre Liottard (1729-1796) s’engage dans l’armée à l’âge de vingt et un ans. Il obtient une pension de retraite en 1764 après avoir été blessé au bras lors de la conquête de la Corse. Il retourne alors à Grenoble pour aider son oncle Claude Liottard (1690-1785) qui entretient un Jardin de plantes médicinales. Il connaît parfaitement bien les environs de Grenoble et acquiert dans le Dauphiné une réputation d’excellent herboriste. C’est à lui que Rousseau, sous le pseudonyme de “Renou”, en 1768, demande une initiation à la botanique. On raconte que Pierre Liottard lui aurait répondu “vous êtes trop vieux” et que Rousseau, charmé par sa franchise, lui conserva toujours son amitié. Outre de nombreux herboristes, les naturalistes les plus éminents font appel à ses services, tels qu’Étienne Guettard (1715-1786), René Desfontaines (1750-1833) ou Jean-Baptiste de Lamarck (1744-1829). Pierre Liottard est le premier jardinier en chef du Jardin botanique de Grenoble dirigé par Dominique Villars.

137 Après des études à Montpellier, où il est l’élève de Gouan et de Boissier de La Croix de Sauvages, ainsi que le condisciple de Philibert Commerson (1727-1773) et de Jean-Emmanuel Gilibert (1741-1814), le docteur Clappier (1735- ?) exerce la médecine à Grenoble. Dans le Dauphiné, il herborise avec Liottard et Gilibert, ainsi que Rousseau avec qui il correspond. Consulter Magnin (Antoine), “Histoire des botanistes lyonnais”, Mémoires de la Société botanique de Lyon, t. 31, 1906, p. 67.

138 Johann-Andreas Murray (1740-1791) naît à Stockholm, de parents d’origines anglaise et allemande. Il étudie la botanique avec Carl von Linné (177-1778) à l’université d’Uppsala entre 1756 et 1759. En 1760, il part à Göttingen ; il y devient docteur en médecine en 1763 puis obtient la chaire de Botanique et la direction du Jardin botanique. Il ne publie guère que des rééditions des travaux de son vénéré maître. Il meurt à Göttingen.

139 Originaire d’Étampes, Étienne Guettard (1715-1786) est l’une des grandes figures de l’histoire naturelle du XVIIIème siècle. Il publie essentiellement des travaux de botanique et de minéralogie mais a également de vastes connaissances sur les animaux. Il reconnaît le premier l’origine volcanique des montagnes d’Auvergne, où il a effectué un long périple. Ses Observations sur les plantes (Paris : Durand, 1747, 2 vols) constituent un ouvrage majeur.

140 Cité par Callot (Émile), Dominique Villars, le naturaliste philosophe, le botaniste, le professeur étudié à travers ses manuscrits inédits, Gap : Société d’études des Hautes-Alpes, 1982, p. 10.

141 Cette école de médecine est sous la responsabilité des pères de la Charité. Elle ne peut délivrer aucun diplôme reconnu mais des cours y sont dispensés pour une douzaine d’élèves boursiers dont certains peuvent ensuite poursuivre leurs études dans une autre ville.

142 Villars (Dominique), Observations de médecine sur une fièvre épidémique qui a régné dans le Champsaur, Grenoble : impr. royale, 1781, 182 p.

143 C’est en 1780, juste après le décès de son père qui voulait faire de lui un procureur, que Jean Bernadotte (1763-1844) s’engage comme simple soldat dans l’armée française. Sergent-major lorsqu’il était à Grenoble, il acquiert les plus hautes distinctions sous Bonaparte, mais se lance ensuite dans la diplomatie et se retourne contre l’empereur. À la suite de pittoresques péripéties et d’opportunistes retournements politiques, Bernadotte réussit à se faire apprécier des Suédois qui, comme les vrais rois de Suède s’éteignent, l’élisent roi en 1818. À plusieurs reprises, il propose en vain à Villars de le rejoindre en Suède pour être son médecin personnel.

144 Dans toute sa carrière, Dominique Villars publie près de cinquante articles. On notera, pour les années 1780, une Dissertation sur les Cryptogames (1781) pour laquelle il correspond avec Marc-Antoine Claret de La Tourette (1729-1793). Pour une bibliographie complète de ces articles, voir Gariel (M.), “Notice bibliographique des ouvrages de Dominique Villars”, Bulletin de la Société de Statistique des Sciences naturelles et des Arts industriels du Département de l’Isère, t. 3, 1845, pp. 168-175.

145 Villars (Dominique), Histoire des plantes du Dauphiné, op. cit., 1786-1789, 3 vols.

146 Villars (Dominique), Principes de médecine et de chirurgie à l’usage des étudiants, Lyon : Reymann, 1797, XVI + 236 p.

147 De larges extraits de l’allocution de Dominique Villars sont reproduits par Chabert (Alfred), “Villars sous la Terreur”, Bulletin de l’Herbier Boissier, t. 5, 1897, pp. 821-832.

148 Idem, p. 831.

149 Idem, p. 822.

150 Le Jardin botanique de Strasbourg est créé en 1619. Il est successivement dirigé par Jean-Rodolphe Salzmann (?-1652), Jean-Albert Sebiz (?-1685), Marcus Mappus (1632-1701) entre 1685 et 1701, Melchior Sebiz (1666-1736) entre 1701 et 1703, Sigismond Henninger (?-1719), Jean Bœckler (?-1733), Jacob Sachs entre 1733 et 1738, Jean-Philippe Bœckler (?-1759), Jakob-Reinbold Spielmann (1721-1783), Jean Hermann (1738-1800), MM. Bisorgueil, Thibaud et Macquard, entre 1800 et 1804, Dominique Villars, de 1805 à 1814, auquel succède Chrétien-Geoffroy Nestler (1778-1832). Consulter Fée (Alfred), Catalogue méthodique des plantes de la faculté de médecine de Strasbourg, Strasbourg : F. G. Levrault, 1836, pp. VI-VIII ; Villars (Dominique), Catalogue méthodique des plantes du Jardin de l’école de Strasbourg, Strasbourg : Levrault, 1807, XLV11I + 398 p.

151 Villars (Dominique), Nestler (Auguste), Lauth (Gustave), Précis d’un voyage botanique fait en Suisse dans les Grisons, aux sources du Rhin, au Saint-Gothard, au Tessin, autour du lac Majeur, sur le Simplon, au Valais en juillet, août, septembre 1811, Paris : Le Normant, 1812, 64 p., 4 pls.

152 Son testament finit par ces deux lignes : Vivendo sensibilitate moritur / Moriendo sui conscius facti vivitur [= Vivant, sa sensibilité l’a tué ; Mourant, il a la conscience de ce qu’il a fait]. Cité par Offner (Jules), Dominique Villars, médecin et botaniste dauphinois, op. cit., p. 16.

153 Cité par Callot (Émile), Dominique Villars, le naturaliste..., art. cit., p. 31.

154 Villars (Dominique), Histoire des plantes du Dauphiné, op. cit., 1786-1789, 3 vols.

155 Idem, 1787, t. 2, p. 526 ; et 1789, t. 3, pl. X.

156 Idem, 1789, t. 3, p. 250.

157 Sous Louis XV, les Eaux et Forêts sont dirigées par un grand maître qui conseille le roi dans ses ordonnances ; des administrateurs dirigent des maîtrises régionales qui comprennent chacune, outre un personnel varié, un procureur du roi qui veille à l’application des ordonnances royales.

158 Cette cour juge les affaires sur les aides, c’est-à-dire l’imposition des denrées et tout particulièrement les boissons.

159 Consulter Letouzey (Yvonne), Le Jardin des plantes à la croisée des chemins avec André Thouin (1747-1824), Paris : Muséum national d’histoire naturelle, 1989, 680 p.

160 Originaire de Mâcon, Joseph Dombey (1742-1794) fait ses études de médecine à Montpellier, où il obtient son doctorat en 1768. Il est ensuite recueilli par Philibert Commerson (1727-1773) qui lui transmet sa passion des voyages d’exploration dans les terres lointaines et le recommande auprès d’André Thouin dont il devient l’un des plus fidèles amis dès son arrivée dans la capitale en 1775. Grâce à l’appui de Philibert Commerson, le ministre Turgot nomme Joseph Dombey pour participer à une expédition de la Couronne Espagnole, au Pérou et au Chili. Les Espagnols sont alors convaincus que ces contrées regorgent de richesses mais en ignorent la nature. Le voyage de Charles-Marie de La Condamine (1701-1774), un siècle plus tôt, a bien révélé l’existence du quinquina au monde occidental, mais qu’en est-il des autres ressources végétales et minières ? Cependant, l’Espagne n’ayant pas une longue tradition d’histoire naturelle doit adjoindre à son expédition un botaniste étranger : Joseph Dombey a pour mission de former les deux jeunes botanistes Hipόlito Ruiz (1754-1815) et José Pavόn (1754-1844). Du côté français, visiter ces contrées ennemies – et donc plus ou moins interdites – est une véritable aubaine. Malheureusement, la collaboration est faussée dès le départ car aucune des deux parties n’a clairement défini sa position, et c’est Joseph Dombey, qui travaille pour le compte des deux couronnes, qui fait les frais de ces non-dits. Il passe dix années difficiles. Lui-même ne se facilite pas la tâche : pour avoir soutenu un mouvement indépendantiste et pour avoir été constamment endetté par le jeu, il est mal accepté par les Espagnols ! Heureusement pour lui, ses connaissances en médecine lui servent souvent de passeport et une amitié sincère le lie à José Pavón. Tant bien que mal, il rentre à Cadix en 1785 avec toutes ses collections. Là, il est sévèrement traité par les autorités espagnoles qui non seulement veulent réquisitionner la moitié de ses collections – Hipόlito Ruiz et José Pavón ont en effet perdu les leurs pendant une traversée de l’Atlantique et ont dû rester en Amérique du Sud pour les reconstituer – mais qui, surtout, lui interdisent toute publication avant que les deux “élèves-botanistes” ne soient rentrés. Parti depuis dix ans, Joseph Dombey est alors complètement oublié des autorités françaises. Grâce à André Thouin, avec lequel il a entretenu une correspondance régulière tout au long de son voyage, Joseph Dombey reçoit de l’argent de Louis-Guillaume Lemonnier (1717-1799) et peut rentrer clandestinement en France, avec ses collections, après avoir eu le temps de constater qu’un homme d’une physionomie ressemblante à la sienne a été assassiné à sa porte ! De retour à Paris, il séjourne dans un hôpital, se repose puis vend ses collections à L’Héritier de Brutelle. Joseph Dombey meurt à Paris en 1794. Consulter Hamy (Ernest-Théodore), Joseph Dombey, médecin, naturaliste, archéologue, explorateur du Pérou, du Chili et du Brésil (1778-1785) : sa vie, son œuvre, sa correspondance, Paris : Guilmoto, 1905, 434 p. ; Deschamps-Lang (Catherine), “Joseph Dombey au Pérou et au Chili, in Laissus (Yves) (sous la dir.), Les Naturalistes français en Amérique du Sud : 118ème Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Pau, octobre 1993, Paris : CTHS, 1995, pp. 157-166.

161 Cuvier (Georges), “Éloge de Charles-Louis L’Héritier de Brutelle”, Mémoires de l’Institut national des Sciences et Arts, t. 4, 1801, p. 43.

162 L’Héritier de Brutelle (Charles-Louis), Sertum Anglicum, Paris : Didot, 1789-1792, 36 p., 34 pis.

163 L’Héritier de Brutelle (Charles-Louis), Geraniologia, Paris : Didot, 1787-1788, 12 p., 44 pls.

164 Stafleu (Franz A.), “Introduction”, in L’Héritier de Brutelle (Charles-Louis), Sertum Anglicum, [éd. en fac-similé], Pittsburgh : Hunt botanical Library, 1963, p. XXXI.

165 Candolle (Augustin-Pyramus de), Mémoires et souvenirs, [éd. posthume annotée par Alphonse de Candolle], Genève ; Paris : Joël Cherbuliez, 1862, p. 63.

166 Antonio-José Cavanilles (1745-1804) naît à Valence où il fait ses humanités chez les jésuites avant d’y étudier la philosophie et la théologie. Ordonné prêtre, il enseigne la philosophie à Murcie. À Paris, où il est précepteur des enfants de l’ambassadeur d’Espagne entre 1771 et 1789, il s’occupe de diverses sciences mais principalement de botanique. En 1801, il devient directeur du Jardin botanique de Madrid. Il est toute sa vie un disciple inconditionnel de Linné.

167 Cuvier (Georges), “Éloge de Charles-Louis L’Héritier de Brutelle”, art. cit., p. 45.

168 L’Héritier de Brutelle (Charles-Louis), Geraniologia, Paris : Didot, 1787-1788.

Table des illustrations

Légende FIG. 3 - Linné (Carl von) 1707-1778.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1923/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende FIG. 4 – La Pivoine officinale est l'une des très nombreuses espèces connues par les botanistes prélinnéens et dont le nom scientifique valide, Paeonia officinalis Linné, est dû à Linné. Elle se rencontre dans les sous-bois clairs et les lisières bien exposées entre 300 et 1700 m d’altitude ; elle est protégée au niveau national. © Philippe Danton, 1994, Gard.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1923/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 887k
Légende FIG. 5 – Jussieu (Bernard de) 1699-1777.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1923/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Légende FIG. 6 - La Tourette (Marc-Antoine Claret de) 1729-1793, à 18 ans, peint par J. Valade. Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1923/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende FIG. 7 - Verbascum chaixii Villars. Planche extraite de Villars (Dominique), Histoire des plantes du Dauphiné, Grenoble : l’auteur ; Paris : Prévost ; Lyon : les frères Périsse, 1789, t. 3, pl. XIII.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1923/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 475k
Légende FIG. 8 - Le Miroir de Vénus, Legousia speculum-veneris (Linné) Chaix, se trouve le plus fréquemment en association avec les cultures et les moissons, jusqu’à un peu plus de 1000 m d’altitude. © Philippe Danton, 1994, Gard.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1923/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende FIG. 9 - Planche ‘‘Vue perspective du Jardin des plantes de Montpellier en 1596”. Extraite de Martins (Charles), Le Jardin des Plantes de Montpellier, Montpellier : Boehm, 1854, pl. VIII.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1923/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende FIG. 10 - Page de garde de Gouan (Antoine), Hortus regius monspeliensis, Lyon : de Tournes, 1762, 548 p. C’est dans cet ouvrage que la nomenclature linnéenne est utilisée pour la première fois en France.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1923/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Légende FIG. 11 - Gouan (Antoine) 1733-1821.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1923/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende FIG. 12 - Lamarck (Jean-Baptiste de) 1744 1829.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1923/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Légende FIG. 13 - Iris lutescens Lamarck. Dessin extrait de Redouté (Pierre-Joseph), Les Liliacées, Paris : chez l’auteur, 1809.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1923/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1013k
Légende FIG. 14 - Saxifraga intricata Lapeyrouse. Planche extraite de Picot de Lapeyrouse (Philippe), Figures de la flore des Pyrénées, Paris : Du Pont, 1795-1801.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1923/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 893k
Légende FIG. 15 - Picot de Lapeyrouse (Philippe) 1744-1818, Xatart 1774-1846 et Coder 1778-1841.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1923/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Légende FIG. 16 - Villars (Dominique) 1745-1814. © Musée départemental des Hautes-Alpes.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1923/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Légende FIG. 17 - Page de garde de Villars (Dominique), Histoire des plantes du Dauphiné, Grenoble : l'auteur ; Paris : Prévost ; Lyon : les frères Périsse, 1786-1789, 3 vols.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1923/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende FIG. 18 - Le Panicaut blanc, Eryngium spinalba Villars, qui pousse sur les pelouses calcaires sèches et rocailleuses entre 900 et 2000 m d’altitude, est protégé au niveau national. © Philippe Danton, 1990, Isère.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1923/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 863k
Légende FIG. 19 - Artemisia argentea L’Héritier, nom synonyme non valide d’Artemisia arborescens Linné. Planche extraite de L’Héritier de Brutelle (Charles-Louis), Sertum Angiicum seu plantae rariores, Paris : Didot, 1788, pl. 28.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1923/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 993k

© Publications scientifiques du Muséum, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search