Version classiqueVersion mobile

Les botanistes et la flore de France

 | 
Benoît Dayrat

Avant-propos

Texte intégral

1L’identification des espèces est une passion largement partagée, le nombre de guides naturalistes en témoigne. Moins connus sont ceux qui ont découvert les différentes espèces, les savants sans qui les richesses de la nature seraient inconnues. Pourtant, le nom de ces découvreurs se retrouve au sein même de la nomenclature scientifique. Chaque espèce, en effet, porte, en plus de ses noms régionaux et vernaculaires, un nom scientifique qui la désigne sans ambiguité : ainsi l'Herbe aux gueux, le Bois à fumer, le Berceau de la Vierge, la Vigne de Salomon, la Vigne blanche, les Cheveux de la Bonne Dame, la Clématite brûlante ou la Clématite des haies sont-ils des noms qui désignent tous l’espèce Clematis vitalba L. Ici, Clematis est le nom du genre au sein duquel est classée l’espèce désignée par l’épithète vitalba. L’ensemble Clematis vitalba forme ce que l’on appelle un binôme. Ce qui explique l’expression de “nomenclature binominale” couramment utilisée pour désigner la nomenclature instaurée en 1753 par Carl von Linné (1707-1778), l’un des plus célèbres naturalistes du XVIIIème siècle. Dans le nom Clematis vitalba L., la lettre “L.” indique que l’auteur du nom scientifique de cette espèce est Linné. Suivant une règle de la nomenclature scientifique, le nom d’une espèce n’est complet et correct que s’il est directement suivi du nom de son auteur. Cette règle n’est cependant appliquée que dans les flores spécialisées oü la mention des savants est lapidaire : le souvenir de ces pionniers de l’histoire naturelle n’est évoqué dans le meilleur des cas que par de fugaces et énigmatiques initiales, tandis que leurs découvertes sont abondamment utilisées. Notre objectif est de présenter, sous la forme de biographies, les botanistes qui ont découvert des espèces de la flore de France ; de rendre hommage à ceux qui ont révélé la diversité que les botanistes, quel que soit leur niveau de compétence, se plaisent à rechercher et à reconnaître ; de rendre hommage à ceux qui, les premiers, ont vu les espèces.

De la découverte des espèces

2Force est de nous interroger sur ce que nous entendons par “découverte” des espèces de la flore de France. La découverte d’une espèce commence nécessairement par une récolte de spécimens lors d’une expédition sur le terrain ; les échantillons sont ensuite triés et mis en collection afin d’être soigneusement conservés en herbier ; dans un troisième temps, une étude permet de mettre en évidence les espèces nouvelles qui sont alors nommées et décrites. Dans ces conditions, qui est le découvreur d’une espèce : celui qui récolte les échantillons, parfois au prix de considérables efforts physiques, celui qui voit pour la première fois qu’un échantillon se rapporte à une espèce nouvelle à laquelle il donne un nom, ou bien celui qui en rédige la description ? Le choix est délicat. Ces étapes sont toutes indispensables et dépendantes les unes des autres. On considère néanmoins classiquement que le découvreur d’une espèce est celui qui la nomme, c’est-à-dire son auteur. C’est toujours son nom qui suit directement le binôme : Rosa andegavensis Bastard indique que Toussaint Bastard (1784-1846) est l’auteur du nom scientifique de la Rose d’Anjou, Rosa andegavensis. Le fait que le seul nom de Bastard suive le binôme latin indique que Bastard est auteur à plus d’un titre, trois exactement : il est l’auteur du binôme ; il est l’auteur de la première description de cette espèce – il en est le premier descripteur ; il est l’auteur de l’ouvrage où le nom Rosa andegavensis ainsi que la description ont été publiés pour la première fois. Lorsque ces trois rôles d’auteurs ne sont pas partagés par la même personne, la nomenclature botanique les distingue avec précision. Dans tous les cas, le binôme de l’espèce est immédiatement suivi du nom de son premier auteur. La mention latine “in” précède toujours le nom de l’auteur de la publication : Convolvulus lanuginosus Desrousseaux in Lamarck indique que Joseph-Auguste Desrousseaux (1753-1838) est l’auteur et le descripteur de Convolvulus lanuginosus, le Liseron laineux, mais que le nom et la description ont été publiés pour la première fois dans un ouvrage de Jean-Baptiste de Lamarck (1744-1829). La mention latine “ex” précède le nom de l’auteur de la description, qui peut également être, suivant les cas, l’auteur de la publication : Pilularia minuta Durieu ex A. Braun indique que Charles Durieu de Maisonneuve (1796-1878) est uniquement l’auteur du nom scientifique de la petite Pilulaire ; Alexander Braun (1805-1877) est à la fois l’auteur de la description et de l’ouvrage où ont été publiés pour la première fois le nom de l’espèce et sa description. Il arrive qu’une nomenclature relativement longue s’impose : Potentilla pyrenaica Ramond ex De Candolle in Lamarck et De Candolle indique que Louis Ramond de Carbonnières (1755-1827) est l’auteur du nom scientifique de la Potentille des Pyrénées, que la première description a été rédigée par Augustin-Pyramus de Candolle (1778-1841) et, enfin, que l’ensemble a été publié pour la première fois dans une publication signée par Lamarck et de Candolle.

Des nouvelles combinaisons

3Les exemples nomenclaturaux cités jusqu’ici se rapportent tous à une situation simple dans laquelle le nom donné par un auteur à une espèce n’a pas été modifié ultérieurement. Cela est loin d’être une règle. Il est très fréquent qu’un botaniste décide de placer une espèce dans un genre différent de celui dans lequel elle a été placée par son premier auteur. Dans ce cas, le nom du nouveau genre remplace l’ancien au sein du binôme, tandis que l’épithète spécifique demeure inchangée. L’auteur du binôme original de l’espèce en devient alors le premier auteur ; son nom suit toujours immédiatement le nouveau binôme, mais est mis entre parenthèses. Le botaniste qui modifie le nom scientifique d’une espèce est l’auteur de ce qu’on appelle une nouvelle combinaison – sous-entendu entre une épithète spécifique et un nouveau nom de genre ; le nom de l’auteur d’une nouvelle combinaison suit immédiatement le nom entre parenthèses du premier auteur. La nomenclature botanique permet donc d’identifier aisément un premier auteur et l’auteur d’une nouvelle combinaison : l’espèce Asplénium petrarchae (Guérin) De Candolle in Lamarck et De Candolle a d’abord été nommée Polypodium petrarchae par Joseph Guérin (1775-1850) – en hommage au célèbre poète toscan Francesco Petrarca-, avant d’être placée dans le genre Asplénium par Augustin-Pyramus de Candolle. La mention latine “in” indique que Lamarck et de Candolle sont les auteurs de l’ouvrage où la nouvelle combinaison ainsi que la nouvelle description due à de Candolle ont été publiées pour la première fois.

4L’exemple qui précède se rapporte à une nouvelle combinaison sans modification de statut taxonomique. Même si elle a été classée dans un nouveau genre, l’espèce décrite par Guérin est demeurée une espèce. Une modification de statut taxonomique implique par exemple qu’une espèce devienne une sous-espèce ou une variété, ou bien inversement qu’une sous-espèce ou une variété soient élevées au rang d’espèce – le terme “élévation”, communément employé en un tel cas, ne se réfère pas à une éventuelle noblesse des espèces mais indique simplement que l’espèce est un rang supérieur à la sous-espèce et à la variété dans l’échelle des catégories taxonomiques. Dans tous les cas, on considère que le premier auteur est l’auteur du taxon considéré et l’on ne tient pas compte du rang qui lui a été initialement attribué : l’espèce Saxifraga corsica (Seringe ex Duby) Grenier et Godron, endémique de Corse et de Sardaigne, a d’abord été nommée par Nicolas-Charles Seringe (1776-1858) – et décrite par Jean-Étienne Duby (1798-1885) – comme la variété corsica de Saxifraga granulata Linné, puis élevée au rang d’espèce par Dominique-Alexandre Godron (1807-1880) et Charles Grenier (1808-1875). Les règles de la nomenclature ne permettent pas de distinguer si une nouvelle combinaison s’est faite avec ou sans changement de statut taxonomique.

Le récolteur, l’auteur et le descripteur

  • 1 Brébisson (Alphonse de), Flore de Normandie, Paris : Hardel, 1859, p. 354.
  • 2 Duby (Jean-Étienne), Botanicon Gallicum, Paris : Desray, 1828, t. 1, p. 211.
  • 3 Cosson (Ernest), Germain (Ernest), Observations sur quelques plantes critiques des environs de Par (...)
  • 4 Jaubert (Hippolyte), “Lettre de M. Honoré Ardoino", Bulletin de la Société botanique de France, t. (...)

5Diverses personnes interviennent dans la découverte d’une espèce. Si les auteurs du nom et de la description sont mis à l’honneur au sein même de la nomenclature, il est impossible de connaître le nom de ceux qui en ont récolté les premiers échantillons sur le terrain sans se référer aux publications originales. Dans le cas le plus simple, une seule personne est à la fois le récolteur, l’auteur et le descripteur : Glyceria declinata Brébisson, une espèce présente dans l’ouest et le centre de l’Europe, a été nommée et décrite par Alphonse de Brébisson (1798-1872) à partir d’échantillons qu’il avait lui-même récoltés dans les marais de Briouze (Orne) et dans la forêt de Cinglais (Calvados)1. À l’inverse, le récolteur, l’auteur et le descripteur peuvent être trois personnes différentes : l’espèce Cerastium soleirolii Seringe ex Duby, endémique de la Corse, a été nommée par Nicolas-Charles Seringe (1776-1858) et décrite par Jean-Étienne Duby (1798-1885) à partir d’échantillons récoltés par Joseph-François Soleirol (1781-1863), à qui elle est dédiée2. Les récolteurs peuvent être nombreux : l’espèce Carex mairei Cosson et Germain, présente en France, en Espagne et dans le nord-ouest de l’Italie, a été nommée et décrite par Ernest Cosson (1819-1889) et Ernest Germain de Saint-Pierre (1815-1882) à partir de plantes récoltées dans les environs de Paris par leurs amis Maire, J. Parseval, Adrien-Jacques de Lens, Antoine Guillemin (1796-1842) et Joseph Henri Léveillé (1796-1870), ainsi que dans le département de la Vienne par les deux frères Tulasne, Charles (1817-1884) et Louis-René dit Edmond (1815-1885)3. Dans la très grande majorité des cas, les auteurs sont réellement ceux qui ont vu que des échantillons se rapportaient à une espèce nouvelle. Des exceptions, rares, se trouvent : l’espèce Cytisus ardoini E. Fournier, endémique des Alpes-Maritimes, a été nommée et décrite par Eugène Fournier (1834-1884) à partir d’échantillons récoltés par le révérend William-Henry Hawker (1828-1872) dans les environs de Menton et qu’Honoré Ardoino (1819-1874), un botaniste réputé des Alpes Maritimes, avait envoyés à Ernest Cosson (1819-1889) en lui indiquant qu’ils devaient sans doute se rapporter à une espèce nouvelle4. Ce dernier exemple montre bien que tout ce qui se passe avant qu’un nom soit créé par un auteur est absent de la nomenclature scientifique. Cette partie de l’histoire de la découverte des espèces est d’autant plus fascinante à dévoiler qu’elle se passe, en quelque sorte, dans les coulisses.

Des récolteurs de plantes et des botanistes

6Même si le nom des récolteurs de plantes n’apparaît pas dans la nomenclature botanique, leur rôle est crucial. Toute découverte d’espèce commence par un travail de récolte. Il nous faut préciser ce que nous entendons par “récolteur”. Cette appellation désigne ici une classe bien précise de naturalistes. Les récolteurs, typiquement, ne publient pas d’articles scientifiques (ou seulement exceptionnellement) et ne savent pas (le plus souvent) ce qui est susceptible d’être nouveau dans leurs récoltes. Tous ceux qui récoltent des plantes ne sont donc pas des récolteurs au sens strict : les botanistes herborisent très souvent eux-mêmes et l’on n’en connaît d’ailleurs pas qui s’en soit passé. Cependant, dans la plupart des cas, et même s’ils échangent entre eux des échantillons, les botanistes destinent leurs récoltes à leurs propres études.

7C’est par mégarde qu’un botaniste envoie à l’un de ses confrères une plante nouvelle pour la science : Jules Émile Planchon (1823-1888) a dédié l’espèce Ulex gallii Planchon à Nicolas-Joseph-Marie Le Gall de Kerlinou (1787-1860), après que ce dernier lui en avait envoyé les premiers spécimens qu’il avait rapportés à l’espèce connue Ulex provincialis Loiseleur. Cette situation est exceptionnelle dans l’histoire de la découverte des espèces de la flore de France.

8Les récolteurs de plantes sont le plus souvent des collectionneurs. Leur passion est d’augmenter la taille de leur herbier. Ils se chargent eux-mêmes de la conservation de leurs échantillons. Ils ont pour principal souci de mettre un nom sur leurs planches d’herbier. C’est pour cette raison qu’ils envoient des spécimens à des botanistes : ils leur demandent de vérifier les noms d’espèces et les laissent étudier, le cas échéant, ce qui est nouveau ; à aucun moment, ce que l’on nomme ici les récolteurs n’étudient scientifiquement leurs récoltes. Plus ils sont désintéressés, plus les récolteurs sont précieux pour les botanistes. Le capitaine Soleirol était de ceux-là. Célèbre récolteur de plantes corses, il a communiqué des échantillons à tous les plus grands botanistes du XIXème siècle. De nombreuses espèces de la flore corse lui sont dédiées.

  • 5 Lloyd (James), Flore de l’Ouest de la France, Nantes : Th. Veloppé ; Paris : J.-B. Baillière, 1876 (...)

9On ne soulignera jamais assez la part considérable que ces récolteurs ont pris dans la découverte de la flore de France. À partir du XIXème siècle, il n’est pas une région française qui ne dispose d’un formidable contingent de récolteurs : herboristes, médecins, pharmaciens, abbés, horticulteurs, militaires, ingénieurs, instituteurs, professeurs, agents-voyers, employés des chemins de fer, des postes ou de ce que l’on appelait alors les contributions (impôts), artisans, négociants ou encore rentiers sont autant d’amateurs de la science aimable, comme on appelait alors la botanique, sur qui les botanistes s’appuient pour leurs travaux. Les longs remerciements qui introduisent les flores régionales à partir du XIXème siècle en témoignent. Dans la troisième édition de sa Flore de l'Ouest de la France (1876)5, James Lloyd (1810-1896) cite plus de quatre-vingts collaborateurs. Ils l’ont accompagné sur le terrain, ont mis leur herbier à sa disposition, lui ont indiqué des localités, lui ont transmis des plantes. Une grande part de la découverte de la flore de leur région leur revient. Surtout, par leur nombre et leurs relations, ils ont contribué à rendre la botanique vivante. Ils en sont la chair, substance en qui, selon Aristote, résiderait le pouvoir de sensation.

10À quelques exceptions près, peu de choses sont connues sur ces récolteurs : un nom de famille entre parenthèses après l’indication d’une localité, l’initiale d’un prénom et, au mieux, une profession. La recherche de données biographiques sur les récolteurs de plantes représente un travail d’une ampleur considérable et peut-être vain. Anonymes de leur vivant, les récolteurs semblent être destinés à bénéficier de la portion congrue de la gloire, au demeurant modeste, de la découverte des espèces. Dans cet ouvrage, nous nous sommes efforcé de rappeler leur rôle et leur souvenir dès que cela a été possible. Il convient par ailleurs de souligner que la distinction entre récolteurs de plantes et botanistes ne correspond pas exactement à celle que l’on pourrait faire entre botanistes amateurs et professionnels. Le lecteur pourra facilement s’en rendre compte dans notre ouvrage. De tout temps, de nombreux travaux de systématique botanique ont été publiés par des personnes qui n’étaient pas payées pour pratiquer la botanique ou l’histoire naturelle. Inversement, on ne connaît pas de professionnels qui n’aient jamais rien fait paraître : les directeurs de jardins botaniques et les professeurs de botanique en facultés, pour ne prendre qu’eux, ont tous signé au moins une contribution.

11Si la plupart des récolteurs ont une profession qui leur permet de communiquer gratuitement les échantillons aux botanistes, certains vendent leurs récoltes et sont de véritables récolteurs professionnels. Des botanistes fortunés tels qu’Ernest Cosson (1819-1889), Hippolyte Jaubert (1798-1874) ou Michel Gandoger (1850-1926) font régulièrement appel à leurs services. L’un des plus célèbres est Benedict dit Benjamin Balansa (1825-1891), qui explore le Maghreb, le Levant, le Tonkin, la Nouvelle-Calédonie, la Guyane. Ces explorateurs professionnels ont relativement peu travaillé en France métropolitaine.

Choix effectués

12Uniquement des naturalistes post-linnéens ont été considérés. Eux seuls ont nommé des espèces suivant la nomenclature binominale introduite par Linné en 1753. Il y a en tout près de mille auteurs pour la flore de France. Ont été retenus :

131) les auteurs d’espèces indigènes de la flore de France. Joseph Decaisne (1807-1882), titulaire de la chaire des Cultures du Muséum national d’histoire naturelle, auteur de Cotoneaster horizontalis Decaisne, originaire de l’ouest de la Chine et cultivée en France comme une plante ornementale, n’a pas été retenu ;

142) les auteurs d’espèces considérées comme valides aujourd’hui. Les auteurs de sous-espèces, variétés ou hybrides – ou considérés comme tels aujourd’hui –, n’ont pas été retenus ;

153) les premiers auteurs d’espèces. Le baron Ambroise Palisot de Beauvois (1752-1820), auteur de nombreuses nouvelles combinaisons au sein des Graminées, ou Henri de Cassini (1784-1832), dernier représentant de la célèbre dynastie des astronomes de l’Observatoire de Paris et auteur de nombreuses nouvelles combinaisons au sein des Composées, n’ont pas été retenus ; non sans regret, car nous eûmes apprécié de raconter les folles aventures du premier et le tragique destin du second. Infatigable voyageur, Ambroise Palisot de Beauvois explore l’Afrique puis les Indes occidentales avant de devoir s’exiler aux Etats-Unis d’Amérique à cause de la Révolution française. Il y reste plusieurs années, tour à tour musicien d’orchestre ou trafiquant de peaux. Il revient en France après la Restauration et se consacre à l’étude de ses collections d’histoire naturelle. Henri de Cassini meurt lors de l’épidémie de choléra de 1832 ;

164) les auteurs ayant nommé des espèces de Phanérogames ou de Ptéridophytes. Les flores intègrent en effet classiquement les Fougères et leurs plantes dites alliées (qui font toutes partie des Cryptogames) en plus des Phanérogames. Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent (1778-1846), auteur de trois espèces de Ptéridophytes, a heureusement pu être retenu. Les Phanérogames sont les plantes chez lesquelles la reproduction est visible à l'œil nu (phaneros = apparent, visible et gamos = mariage, union), par opposition aux plantes cryptogames chez lesquelles la reproduction n’est pas visible à l'œil nu (cryptos = caché). Les Phanérogames sont également appelées plantes “à fleurs” – ce qui est une appellation trompeuse car les fleurs désignent ici les ovules et non des pétales –, ou encore Spermaphytes (sperma = graine et phytos = plante), c’est-à-dire plantes “à graines”. Les expressions de plantes à fleurs (c’est-à-dire “à ovules”) et plantes à graines sont équivalentes car c’est à partir des ovules que se forment les graines. Le groupe des Ptéridophytes rassemble les Fougères et leurs plantes alliées, comme les Lycopodes et les Prêles. La proximité des Phanérogames et des Ptéridophytes a une base naturelle : ces deux groupes forment en effet le groupe naturel des Trachéophytes (tracheos = vaisseau et phytos = plante), c’est-à-dire des plantes ayant des vaisseaux conducteurs lignifiés (contenant de la lignine). La première fonction de ces vaisseaux lignifiés est le transport de la sève au sein de la plante. Cette fonction s’accompagne par une certaine rigidité de la plante car la lignine (principal constituant du bois) est une molécule qui assure la rigidité des vaisseaux conducteurs. En d’autres termes, les plantes trachéophytes sont les seules qui peuvent être dressées en hauteur. Les mousses et les hépatiques, par exemple, qui ne possèdent pas de vaisseaux lignifiés, ne sont jamais dressées. Il s’en suit une certaine proximité dans les modes de récoltes des Phanérogames et des Ptéridophytes qui explique peut-être pourquoi ces plantes ont été traditionnellement associées dans les flores et les institutions : au Muséum national d’histoire naturelle, les chercheurs travaillant sur les Ptéridophytes sont rattachés au laboratoire de phanérogamie ; c’est comme si on étudiait les Reptiles au laboratoire de zoologie des Mammifères et Oiseaux !

175) les auteurs français ou étrangers ayant résidé et travaillé plusieurs années en France. Le genevois Augustin Pyramus de Candolle (1778-1841), qui a étudié à Paris, professé huit années à l’université de Montpellier et effectué des voyages botaniques à travers toute la France, a été retenu, tout comme le piémontais Giovanni Balbis (1765-1831), fervent républicain devenu directeur du Jardin botanique de Turin grâce à l’arrivée de l’armée d’Italie et chef de file de la botanique lyonnaise pendant vingt ans. Tous ces hommes nous sont culturellement proches. Ils font indéniablement partie de notre histoire. Réciproquement, les auteurs français n’ayant que très peu vécu en France, tels Noël-Joseph Necker ou Balthazar Hacquet, n’ont pas été retenus. Né dans les Flandres de parents français, Noël-Joseph Necker (1730-1793) était Kurpfälzischer Botaniker (médecin botaniste) de l’électeur palatin, à Mannheim, où il est mort. Né au Conquet, Balthazar Hacquet (1739-1815) a quitté la France très jeune pour vivre en Autriche. Il a effectué la guerre de Sept Ans dans les rangs autrichiens (il est vrai, exceptionnellement alliés à la France contre l’Angleterre). Protégé de Marie-Thérèse et de Joseph II, il a professé l’histoire naturelle dans plusieurs villes de l’Empire avant de se fixer définitivement à Vienne, où il est mort.

  • 6 Tutin (Thomas Gaskell) (sous la dir.), Flora europaea, Cambridge ; New York ; Melbourne ; Sydney : (...)
  • 7 Kerguélen (Michel), Index synonymique de la Flore de France, Paris : Muséum national d’histoire na (...)

18Ces choix ont permis de fixer les limites de notre ouvrage. Les listes d’espèces et d’auteurs ont été établies à partir de la Flora europaea (1963-1980)6 et de l'Index synonymique de la Flore de France (1997)7 réalisé par Michel Kerguélen. Ces ouvrages représentent un point de vue taxonomique qui n’est peut-être pas unanimement partagé, et cela avec d’autant plus d’acuité que l’on se réfère à des genres critiques comme Rosa, Rubus, Festuca, Carex ou Saxifraga. Là encore, le choix d’une flore de référence était nécessaire pour établir une liste d’auteurs.

Choix de rédaction

19Nous avons essayé de conserver le même schéma et les mêmes principes pour toutes les biographies. Une organisation chronologique a été préférée à une organisation “à thèmes” (biographie sensu stricto, personnalité, travaux, etc.). Ceci parce que la vie d’un savant est un tout où la carrière scientifique est toujours étroitement liée à son caractère, ses rencontres, ses voyages. Notre souhait, à travers ces pages, est de présenter les hommes autant que les savants.

20La communauté scientifique française fut de tout temps composée de communautés régionales, d’autant plus fortes qu’elles furent menées par des chefs de file tels que Giovanni-Baptista Balbis (1765-1831) à Lyon, Alexandre Boreau (1803-1875) à Angers ou Dominique-Alexandre Godron (1807-1880) à Nancy. Elles constituent des entités historiques homogènes dans l’espace et dans le temps et reflètent souvent d’intenses émulations locales. Pour ces raisons, la place des savants dans la vie scientifique régionale ou locale (professorat, rédaction d’une flore, direction d’un Jardin botanique municipal, présidence d’une société savante) a largement été privilégiée, sans pour autant négliger leurs relations nationales ou internationales.

21Le nombre de lignes consacrées à un savant dépend à la fois de l’importance des sources disponibles à son sujet et du rôle qu’il a joué dans l’histoire de la découverte de la flore de France. Il s’en suit des biographies d’une longueur variable. La bibliographie est organisée en deux parties. Les sources utilisées pour chaque botaniste sont indiquées à la fin de chaque biographie. Une bibliographie générale donne également des travaux consultés pour rédiger les différentes introductions ou les notes de bas de page. Enfin, les références du Dictionnaire de biographie française, de la Nouvelle biographie universelle, de la Biographie universelle ancienne et moderne et du Taxonomic Literature de Stafleu et Cowan, ouvrages abondamment consultés, ne sont données qu’une seule fois au sein de la bibliographie générale.

Notes de fin

1 Brébisson (Alphonse de), Flore de Normandie, Paris : Hardel, 1859, p. 354.

2 Duby (Jean-Étienne), Botanicon Gallicum, Paris : Desray, 1828, t. 1, p. 211.

3 Cosson (Ernest), Germain (Ernest), Observations sur quelques plantes critiques des environs de Paris, Paris : L. Bouchard-Huzard, 1840, p. 18.

4 Jaubert (Hippolyte), “Lettre de M. Honoré Ardoino", Bulletin de la Société botanique de France, t. 13, 1866, p. 89.

5 Lloyd (James), Flore de l’Ouest de la France, Nantes : Th. Veloppé ; Paris : J.-B. Baillière, 1876, CXXII + 408 p.

6 Tutin (Thomas Gaskell) (sous la dir.), Flora europaea, Cambridge ; New York ; Melbourne ; Sydney : Oxford University Press, 1963-1980, 5 vols [le premier volume a été réédité avec des augmentations en 1993).

7 Kerguélen (Michel), Index synonymique de la Flore de France, Paris : Muséum national d’histoire naturelle, 1993, XXVIII + 197 p. (version révisée accessible à l’adresse internet : www.inra.fr/flore-france/).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search